Apple Mac_Pro_User_Guide.pdf Apple sur FNAC.COM - Pour voir la liste complète des manuels APPLE, cliquez ici

 

 

TELECHARGER LE PDF :

http://manuals.info.apple.com/fr_FR/Mac_Pro_User_Guide.pdf

 

 

Voir également d'autres Guides APPLE :

Apple-Logic-Pro-9-Effectsrfr.pdf

Apple-iPod_shuffle_3rdGen_UG_F.pdf

Apple-iPod_classic_160Go_Guide_de_l_utilisateur.pdf

Apple-iBookG4GettingStarted.pdf

Apple-Administration_de_technologies_web_10.5.pdf

Apple-Compressor-4-User-Manual-fr

Apple-MainStage-User-Manual-fr.pdf

Apple-Logic_Pro_8.0_lbn_j.pdf

Apple-PowerBookG4_15inch1.67-1.5GHzUserGuide.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2010_CH.pdf

Apple-LED_Cinema_Display_27-inch_UG.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009_RS.pdf

Apple-macbook_pro_13inch_early2011_f.pdf

Apple-iMac_Mid2010_UG_BR.pdf

Apple-iMac_Late2009_UG_J.pdf

Apple-iphone_user_guide-For-iOS-6-Software

Apple-iDVD5_Getting_Started.pdf

Apple-guide_des_fonctionnalites_de_l_ipod_touch.pdf

Apple_iPod_touch_User_Guide

Apple_macbook_pro_13inch_early2011_f

Apple_Guide_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_RAID

Apple_Time_Capsule_Early2009_Setup_F

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_rs

Apple_iphone_upute_za_uporabu

Apple_ipad_user_guide_ta

Apple_iPod_touch_User_Guide

apple_earpods_user_guide

apple_iphone_gebruikershandleiding

apple_iphone_5_info

apple_iphone_brukerhandbok

apple_apple_tv_3rd_gen_setup_tw

apple_macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_ch

apple_Macintosh-User-s-Guide-for-Macintosh-PowerBook-145

Apple_ipod_touch_user_guide_ta

Apple_TV_2nd_gen_Setup_Guide_h

Apple_ipod_touch_manual_del_usuario

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_tu

Apple_macbook_pro_retina_qs_th

Apple-Manuel_de_l'utilisateur_de_Final_Cut_Server

Apple-iMac_G5_de_lutilisateur

Apple-Cinema_Tools_4.0_User_Manual_F

Apple-Personal-LaserWriter300-User-s-Guide

Apple-QuickTake-100-User-s-Guide-for-Macintosh

Apple-User-s-Guide-Macintosh-LC-630-DOS-Compatible

Apple-iPhone_iOS3.1_User_Guide

Apple-iphone_4s_important_product_information_guide

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_F

Liste-documentation-apple

Apple-Premiers_contacts_avec_iMovie_08

Apple-macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_br

Apple-macbook_pro-13-inch-mid-2012-important_product_info

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_br

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_MainStage

Apple-Compressor_3_User_Manual_F

Apple-Color_1.0_User_Manual_F

Apple-guide_de_configuration_airport_express_4.2

Apple-TimeCapsule_SetupGuide

Apple-Instruments_et_effets_Logic_Express_8

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_WaveBurner

Apple-Macmini_Guide_de_l'utilisateur

Apple-PowerMacG5_UserGuide

Disque dur, ATA parallèle Instructions de remplacement

Apple-final_cut_pro_x_logic_effects_ref_f

Apple-Leopard_Installationshandbok

Manuale Utente PowerBookG4

Apple-thunderbolt_display_getting_started_1e

Apple-Compressor-4-Benutzerhandbuch

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug

Apple-macbook_air-mid-2012-important_product_info_j

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_de_reponse_d_impulsion

Apple-Aperture_2_Raccourcis_clavier

AppleTV_Setup-Guide

Apple-livetype_2_user_manual_f

Apple-imacG5_17inch_harddrive

Apple-macbook_air_guide_de_l_utilisateur

Apple-MacBook_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Keynote-2-Guide-de-l-utilisateur

Apple-PowerBook-User-s-Guide-for-PowerBook-computers

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide-5200CD-and-5300CD

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide

Apple-Workgroup-Server-Guide

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPad-User-Guide-For-iOS-5-1-Software

Apple-Boot-Camp-Guide-d-installation-et-de-configuration

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 5.1

PowerBook G4 Premiers Contacts APPLE

Guide de l'Utilisateur iphone pour le logiciel ios 5.1 APPLE

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 4,3

Guide de l’utilisateur iPod nano 5ème génération

Guide de l'utilisateur iPod Touch 2.2 APPLE

Guide de l’utilisateur QuickTime 7  Mac OS X 10.3.9 et ultérieur Windows XP et Windows 2000

Guide de l'utilisateur MacBook 13 pouces Mi 2010

Guide de l’utilisateur iPhone (Pour les logiciels iOS 4.2 et 4.3)

Guide-de-l-utilisateur-iPod-touch-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-iPad-2-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide de déploiement en entreprise iPhone OS

Guide-de-l-administrateur-Apple-Remote-Desktop-3-1

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Xserve-Diagnostics-Version-3X103

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802.11n-5e-Generation

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802-11n-5e-Generation

Guide-de-l-utilisateur-Capteur-Nike-iPod

Guide-de-l-utilisateur-iMac-21-5-pouces-et-27-pouces-mi-2011-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Qadministrator-4

Guide-d-installation-Apple-TV-3-eme-generation

User-Guide-iPad-For-ios-5-1-Software

Mac Pro Guide de l’utilisateur Contient des informations sur la configuration, l’extension et le dépannage de votre Mac Pro Apple Inc. © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. En application des lois et conventions en vigueur, aucune reproduction totale ni partielle du manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple, Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option (z) + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations présentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, AppleShare, AppleTalk, FireWire, iCal, iLife, iPod, iTunes, Mac, Mac OS et Macintosh sont des marques d’Apple, Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder, le logo FireWire, Safari et SuperDrive sont des marques d’Apple, Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Mighty Mouse © Viacom International Inc. Tous droits réservés. La marque Mighty Mouse est utilisée sous licence. La marque et les logos Bluetooth sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple, Inc. Ce produit inclut des logiciels développés par l’Université de Californie, Berkeley et ses collaborateurs. Intel et Intel Xeon sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. « Dolby », « Pro Logic » et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Travaux confidentiels inédits. © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur elles-mêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n˚ 4 631 603, 4 577 216, 4 819 098 et 4 907 093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada.3 Table des matières 5 Chapitre 1 :Premiers contacts 5 Configuration de votre Mac Pro 14 Extinction ou suspension d’activité de votre Mac Pro 17 Chapitre 2 :Familiarisation avec votre Mac Pro 18 Éléments principaux se trouvant à l’avant de votre Mac Pro 20 Ports et connecteurs situés à l’arrière de votre Mac Pro 22 Autres ports et connecteurs à l’arrière 24 Options d’extension interne 26 Obtenir des réponses 29 Chapitre 3 :Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 30 Ouverture de l’ordinateur 34 Installation de la mémoire 41 Installation d’unités de stockage internes 50 Ajout de cartes PCI Express 55 Remplacement de la pile de secours interne 57 Chapitre 4 :Dépannage 57 Problèmes du Mac Pro4 Table des matières 60 Problèmes liés au logiciel 61 Maintien à jour de vos logiciels 62 Problèmes de communication sans fil AirPort Wireless 62 Problèmes de moniteur 65 Problèmes de connexion à Internet 68 Utilisation d’Apple Hardware Test 69 Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur 70 Optimisation des performances Ethernet 71 En savoir plus, service et assistance technique 73 Localisation du numéro de série 75 Annexe A :Caractéristiques 83 Annexe B :Environnement de travail, sécurité et entretien 83 Consignes de sécurité importantes 84 Entretien général 86 Informations importantes sur l’organisation de l’espace de travail et la santé 89 Prévention des dommages auditifs 91 Regulatory Compliance Information 94 Apple et l’environnement1 5 1 Premiers contacts Félicitations pour l’acquisition de votre nouvel ordinateur Mac Pro à hautes performances. Ce chapitre contient des instructions pour l’installation de l’ordinateur et du moniteur. Votre Mac Pro est équipé de composants de pointe, notamment un processeur à plusieurs cœur 64 bits, de la mémoire FB-DIMM rapide, une carte graphique PCI Express et des cartes d’extension ainsi que de périphériques de stockage interne, le tout réuni dans un châssis en aluminium anodisé avec accès facile aux éléments internes. Configuration de votre Mac Pro Votre Mac Pro est conçu pour être configuré rapidement et utilisé immédiatement. Suivez les instructions présentées aux pages suivantes pour configurer votre Mac Pro. Avant de commencer, retirez les éventuelles pellicules protectrices appliquées sur les surfaces externes de l’ordinateur et sur la paroi interne du panneau latéral. Vous trouverez des renseignements pour ouvrir le panneau latéral à la section « Ouverture de l’ordinateur » à la page 30.6 Chapitre 1Premiers contacts Étape 1 :positionnez l’ordinateur et le moniteur Soulevez le Mac Pro par ses deux poignées en utilisant des techniques de levage adaptées. Si votre moniteur est lourd, veillez à utiliser également des techniques de levage correctes lorsque vous le mettez en place. Placez le moniteur et l’écran de telle sorte que :  ils reposent chacun sur une surface plane et robuste ;  les fiches des câbles d’alimentation ne soient coincées ni contre un mur ni contre tout autre objet ;  rien n’obstrue la circulation d’air devant, derrière ou sous le moniteur ou l’ordinateur ;  les plateaux des lecteurs optiques aient suffisamment d’espace pour s’ouvrir. Le seul moyen de couper totalement l’alimentation de votre ordinateur et de votre moniteur consiste à débrancher leur fiche de la source d’alimentation électrique. Assurez-vous que les câbles d’alimentation de votre ordinateur et de votre moniteur soient facilement accessibles, pour pouvoir débrancher l’ordinateur ou le moniteur en cas de besoin.Chapitre 1Premiers contacts 7 Étape 2 :branchez le câble d’alimentation Enfoncez complètement le câble d’alimentation dans la prise encastrée au dos du Mac Pro et branchez l’autre extrémité dans une prise secteur avec mise à la terre ou une multiprise avec mise à la terre. Prise du câble d’alimentation Fiche du câble d’alimentation8 Chapitre 1Premiers contacts Étape 3 :connectez le moniteur Connectez votre moniteur comme illustré ci-dessous. En fonction de votre moniteur, vous devrez connecter un seul ou plusieurs câbles. Vérifiez les instructions fournies avec le moniteur pour d’autres informations sur sa configuration. Vous pouvez connecter deux moniteurs équipés de connecteurs DVI (Digital Visual Interface) aux ports d’affichage situés à l’arrière de votre Mac Pro. Port USB Port FireWire 400 Câble de l’écran Ports d’écranChapitre 1Premiers contacts 9 Vous pouvez connecter n’importe quel moniteur Apple à chacun des ports. Pour obtenir de la pleine résolution sur un moniteur Cinema HD Display de 30 pouces d’Apple, utilisez le port DVI 1. Vous pouvez également connecter des moniteurs équipés d’un connecteur ADC (Apple Display Connector) ou VGA (Video Graphics Array) à l’aide d’un des adaptateurs suivants :  Pour connecter un moniteur VGA au port DVI, utilisez l’adaptateur DVI vers moniteur VGA d’Apple (fourni avec votre Mac Pro).  Pour connecter un moniteur ADC au port DVI, utilisez un adaptateur DVI vers moniteur ADC d’Apple (non inclus) pour relier le moniteur au port DVI. Ports de moniteur DVI Adaptateur DVI vers moniteur VGA Connecteur VGA du câble du moniteur Port de moniteur DVI10 Chapitre 1Premiers contacts Vous pouvez vous procurer un adaptateur DVI vers moniteur ADC d’Apple auprès d’un revendeur agréé Apple, d’un magasin Apple Store ou de l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/fr/store. Étape 4 :connectez un câble Ethernet Pour accéder à Internet ou à un réseau, connectez une extrémité d’un câble Ethernet à l’un des ports Ethernet situés à l’arrière de votre Mac Pro. Connectez l’autre extré- mité à un modem DSL, un modem câble ou un réseau Ethernet. Ports Gigabit EthernetChapitre 1Premiers contacts 11 Étape 5 :connectez le clavier et la souris Connectez le câble du clavier à l’un des ports USB (d) de l’ordinateur ou du moniteur. Branchez le câble de la souris Mighty Mouse sur l’un des ports USB du clavier. Si le câble du clavier n’est pas assez long pour atteindre un port USB de votre ordinateur, employez le câble d’extension clavier fourni avec votre ordinateur. Clavier Souris Branchez la souris sur l’un des ports USB du clavier. Câble d’extension de clavier Apple12 Chapitre 1Premiers contacts Utilisation d’un clavier et d’une souris sans fil Si vous avez fait l’acquisition d’un clavier Apple Wireless Keyboard et d’une souris Apple Wireless Mouse avec votre Mac Pro, consultez les instructions fournies avec ces périphériques pour les configurer et les utiliser avec votre ordinateur. Étape 6 :allumez votre Mac Pro Pour allumer votre ordinateur, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) situé à l’avant. Si votre moniteur doit être allumé séparément, appuyez sur son bouton d’alimentation. Étape 7 :utilisez Assistant Réglages La première fois que vous démarrez votre Mac Pro, Assistant réglages démarre. Il vous aide à saisir les informations concernant la configuration Internet et le courrier électronique et à configurer un compte d’utilisateur sur votre Mac Pro. Si vous possédez déjà un Mac, Assistant réglages peut vous aider à transférer automatiquement les fichiers, les applications et d’autres informations depuis votre ordinateur existant vers votre nouveau Mac Pro. Étape 8 :personnalisez votre bureau et réglez vos préférences Grâce à Préférences Système, vous pouvez donner à votre bureau l’apparence souhaitée sans perdre de temps. Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. Pour personnaliser votre ordinateur, explorez Préférences Système, votre poste de contrôle pour la majorité des réglages de votre Mac Pro. Pour en savoir plus, ouvrez l’Aide Mac et recherchez « Préférences Système » ou les préférences spécifiques que vous souhaitez modifier.Chapitre 1Premiers contacts 13 Vous avez besoin d’aide pour configurer votre ordinateur ? Si rien n’apparaît à l’écran après quelques instants ou si vous pensez que votre ordinateur n’a pas démarré correctement, effectuez les vérifications suivantes :  L’ordinateur est-il connecté à une source d’alimentation ? S’il est connecté à une multiprise munie d’un interrupteur, est-elle allumée ?  Le câble d’alimentation est-il branché sur la prise située à l’arrière de l’ordinateur et correctement enclenché ?  Les câbles du clavier et du moniteur sont-ils correctement connectés ?  Le moniteur est-il allumé ? La luminosité et le contraste du moniteur sont-ils correctement réglés ? Si votre moniteur est muni d’un contrôle de luminosité, réglez-le.  Si toujours rien n’apparaît à l’écran, redémarrez votre ordinateur. Appuyez sur le bouton de mise en marche de l’ordinateur et maintenez-le enfoncé pendant 5 ou 6 secondes jusqu’à ce que l’ordinateur s’éteigne. Appuyez à nouveau sur ce bouton pour allumer l’ordinateur.  Si un point d’interrogation clignote à l’écran ou si le voyant d’état émet une série de clignotements, consultez le chapitre 4, « Dépannage », à la page 57.14 Chapitre 1Premiers contacts Extinction ou suspension d’activité de votre Mac Pro Une fois que vous avez fini d’utiliser votre Mac Pro, vous pouvez suspendre son activité ou l’éteindre. Suspension de l’activité de votre Mac Pro Suspendez l’activité de votre Mac Pro si vous ne comptez vous en éloigner que quelques instants. Lorsque l’ordinateur est en mode de suspension d’activité, son écran est noir. Vous pouvez le réactiver rapidement sans passer par la procédure de démarrage. Pour suspendre l’activité de votre ordinateur, procédez de l’une des manières suivantes :  Choisissez le menu Pomme () > Suspendre l’activité.  Appuyez sur le bouton d’alimentation situé à l’avant de votre Mac Pro.  Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système, cliquez sur Économiseur d’énergie et définissez un délai pour la minuterie de mise en veille. Chapitre 1Premiers contacts 15 Pour sortir votre ordinateur du monde de suspension d’activité, procédez de l’une des manières suivantes :  Appuyez sur n’importe quelle touche du clavier.  Cliquez avec la souris.  Appuyez sur le bouton d’alimentation situé à l’avant de votre Mac Pro. Extinction de votre Mac Pro Cette option est préférable si vous ne comptez pas utiliser votre Mac Pro pendant un jour ou plus. Pour éteindre votre Mac Pro, choisissez le menu Pomme () > Éteindre. AVERTISSEMENT : n’éteignez jamais le Mac Pro via l’interrupteur d’une multiprise ou en débranchant sa fiche d’alimentation, sauf si vous ne parvenez pas à l’éteindre d’une autre manière. Toute extinction incorrecte de l’ordinateur risque d’endommager vos fichiers ou le logiciel système. AVERTISSEMENT : éteignez votre Mac Pro avant de le déplacer. Tout déplacement de votre ordinateur lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur.2 17 2 Familiarisation avec votre Mac Pro Dans ce chapitre, vous trouverez des informations élémentaires concernant votre Mac Pro. Les sections suivantes présentent les éléments et ports de votre ordinateur. Pour obtenir les informations les plus récentes Le site web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr, vous donne accès aux renseignements, aux téléchargements gratuits et aux catalogues en ligne des logiciels et maté- riels Apple les plus récents destinés à votre Mac Pro. Vous trouverez également les manuels de nombreux produits Apple, ainsi que l’assistance technique pour tous les produits Apple, sur le site web de service et d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support.18 Chapitre 2Familiarisation avec votre Mac Pro Éléments principaux se trouvant à l’avant de votre Mac Pro Lecteur optique Prise pour casque d’écoute Voyant d’état f ® Bouton d’alimentation Port FireWire 800 FireWire 400 port Deuxième lecteur optique (facultatif) Port FireWire 400Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro 19 Lecteur optique Votre Mac Pro est équipé d’un lecteur SuperDrive DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW qui peut lire les disques CD-ROM, CD de photos, disques audio et disques DVD. Le lecteur vous permet également de graver de la musique, des documents et d’autres fichiers sur des disques CD-R, CD-RW, DVD±R, DVD±RW et DVD+R double couche. Pour ouvrir le lecteur, appuyez sur la touche d’éjection (C) située sur votre clavier Apple. Si votre Mac Pro est équipé d’une deuxième lecteur optique, appuyez sur le touches Option (z) et Éjection (C) pour l’ouvrir. ® Bouton d’alimentation Appuyez sur ce bouton pour allumer votre Mac Pro, suspendre son activité ou la lui faire reprendre. Pour redémarrer, maintenez ce bouton enfoncé pendant 5 ou 6 secondes jusqu’à l’extinction du Mac Pro, puis appuyez dessus une nouvelle fois pour le rallumer. H Ports FireWire 400 et 800 Connectez votre Mac Pro à des caméras vidéo numériques, des scanners ou des disques durs externes FireWire. Connectez et déconnectez les périphériques FireWire sans redémarrer. Le port FireWire 400 prend en charge des débits de données pouvant aller jusqu’à 400 Mbit/s. Le port FireWire 800 prend en charge des débits de données pouvant aller jusqu’à 800 Mbit/s. d Ports USB 2.0 Connectez votre Mac Pro à des claviers, souris, imprimantes, scanners, iPod, haut-parleurs, microphones et concentrateurs USB. Il est également possible que votre moniteur soit doté de ports USB. f Prise pour casque d’écoute Connectez des écouteurs à votre Mac Pro via la prise pour casque d’écoute. Lorsqu’une prise d’écouteurs est insérée dans la prise pour casque d’écoute, le haut-parleur interne est désactivé. Voyant d’état Un témoin lumineux blanc indique que votre Mac Pro est allumé ; un témoin clignotant indique que son activité est suspendue.20 Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro Ports et connecteurs situés à l’arrière de votre Mac Pro Prise d’alimentation Loquet de verrouillage Ports USB 2.0 (3) Port FireWire 400 G d ¥ H H Port FireWire 800 Ports Gigabit Ethernet (2)Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro 21 Prise d’alimentation Connectez le câble d’alimentation fourni avec votre Mac Pro. N’utilisez pas de câble ou de rallonge du commerce. ¥ Loquet de verrouillage Soulevez le loquet pour ouvrir le panneau latéral et accéder aux éléments internes du Mac Pro. Si l’ordinateur est ouvert et le loquet abaissé, les lecteurs optiques et disques durs sont verrouillés. Il est possible de placer un verrou sur ce loquet pour empêcher l’accès aux éléments internes et les sécuriser. Il est également possible de fixer un câble de sûreté au loquet ou de le passer à travers les poignées afin de protéger votre Mac Pro (voir la page 40). d Ports USB 2.0 Connectez votre Mac Pro à des périphériques USB tels que claviers, souris, imprimantes, scanners, haut-parleurs, microphones USB et concentrateurs USB. Il est également possible que votre moniteur soit doté de ports USB. H Ports FireWire 400 et 800 Le port FireWire 400 prend en charge des débits de transfert de 100, 200 et 400 Mbit/s. Le port FireWire 800 prend en charge des débits de transfert de 100, 200, 400 et 800 Mbit/s. G Ports Gigabit Ethernet doubles avec prise en charge de cadre de grande taille Connectez votre Mac Pro à un réseau Ethernet grande vitesse pour accéder à Internet ou à des ressources du réseau telles que des imprimantes ou des serveurs et partager des informations à travers le réseau à l’aide d’un câble CAT 5e.22 Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro Autres ports et connecteurs à l’arrière Logements d’extension PCI Express Port de moniteur DVI 1 - , Port optique de sortie audio numérique Port optique d’entrée Port optique de sortie Port optique d’entrée audio numérique Port de moniteur DVI 2 £ £Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro 23 Logements d’extension PCI Express (3) Étendez les capacités de votre Mac Pro en installant jusqu’à 3 cartes PCI (Peripheral Component Interconnect) Express dans les logements couverts numérotés 2, 3 et 4. £ Ports d’affichage DVI Branchez sur les ports d’affichage DVI des moniteurs qui utilisent un connecteur Digital Visual Interface (DVI). Branchez sur l’un des ports un moniteur Apple, par exemple un moniteur Cinema Display d’Apple de 20, 23 ou 30 pouces. Pour bénéficier d’une pleine résolution, branchez le moniteur Cinema HD Display de 30 pouces d’Apple sur le port 1. Vous pouvez également brancher un connecteur VGA (Video Graphics Array) à l’aide de l’adaptateur DVI-VGA fourni avec votre Mac Pro. Ports d’entrée et sortie audio numérique optique Connectez platines, récepteurs, instruments numériques et chaînes Surround 5.1 à l’aide de câbles Toslink standard ou fibre optique avec des prises optiques en plastique ou nylon de 3,5 mm. Vous pouvez transférer de l’audio stéréo ou encodée en Surround 5.1 à travers le protocole S/PDIF (Sony/Philips Digital Interface) et à des câbles Toslink. , Port d’entrée audio analogique Connectez microphones auto-alimentés, lecteurs MP3 et CD et autres périphériques à capacité analogique. - Port de sortie audio analogique Connectez microphones analogiques auto-alimentés et autres périphériques équipés d’une sortie analogique. 24 Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro Options d’extension interne Supports de disque dur (4) Support de lecteur optique Logement 1 : carte graphique PCI Express à double largeur (installée) Carte de mémoire supérieure Carte de mémoire inférieure Logements 2 à 4 : PCI Express PileChapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro 25 Lecteurs optiques Votre Mac Pro est fourni avec un ou deux lecteurs SuperDrive DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW installés dans le support de lecteurs optiques. Pour remplacer un disque optique, consultez la section « Remplacement du lecteur optique » à la page 45. Disque dur Votre Mac Pro est fourni avec jusqu’à quatre disques durs installés dans les supports de disque dur. Pour installer ou remplacer les disques durs, consultez la section « Installation d’unités de stockage internes » à la page 41. Logements PCI Express Votre Mac Pro est doté de trois logements d’extension PCI Express. Pour installer des cartes PCI dans les logements 2 à 4 pour étendre les possibilités de votre ordinateur, consultez la section « Ajout de cartes PCI Express » à la page 50. Pile Votre Mac Pro utilise une pile interne de secours. Si votre Mac Pro a des problèmes au démarrage ou que la date et l’heure du système sont souvent incorrectes, vous devez peut-être remplacer la pile (voir « Remplacement de la pile de secours interne » à la page 55). Logement graphique PCI Express à double largeur Connectez jusqu’à deux moniteurs à la carte graphique insérée dans le logement graphique PCI Express (logement 1). Vous pouvez remplacer la carte située dans ce logement et installer des cartes graphiques supplémentaires dans les logements PCI 2 à 4 (voir « Ajout de cartes PCI Express » à la page 50). Cartes de mémoire Votre Mac Pro contient deux cartes mémoire. Chacune peut accommoder jusqu’à 4 FB-DIMM, soit 8 DIMM au total. Pour ajouter de la mémoire supplémentaire, insérez des paires de barrettes FB-DIMM 667 MHz sur les cartes mémoire. Consultez la section « Installation de la mémoire » à la page 34 pour en savoir plus sur le type spécifique de mémoire utilisé dans le Mac Pro.26 Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro Obtenir des réponses Beaucoup plus de renseignements concernant l’utilisation de votre Mac se trouvent dans Aide Mac et sur Internet à l’adresse www.apple.com/fr/support/. Pour ouvrir Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône Finder dans le Dock (la barre d’icônes située au bord de l’écran). 2 Choisissez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide dans la barre des menus puis sélectionnez Aide Mac). 3 Cliquez dans le champ Rechercher, tapez votre question, puis appuyez sur la touche Retour du clavier.Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro 27 Renseignements supplémentaires Pour plus de renseignements sur l’utilisation de votre Mac Pro, consultez les sections suivantes : Pour en savoir plus sur... Consultez... l’installation de disques durs, de lecteurs, de mémoire et de cartes d’extension ou le remplacement de la pile le chapitre 3, « Interventions à l’intérieur de l’ordinateur », à la page 29. le dépannage de votre ordinateur si vous rencontrez un problème le chapitre 4, « Dépannage », à la page 57. le service et l’assistance technique pour votre Mac Pro « En savoir plus, service et assistance technique » à la page 71 ou le site web de service et d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. l’utilisation de Mac OS X le site web Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx/overview. Ou ouvrez Aide Mac et recherchez « Mac OS X ». l’utilisation des applications iLife le site web iLife à l’adresse www.apple.com/fr/ilife. Ou ouvrez une application iLife, puis ouvrez Aide Mac et tapez une question dans le champ de recherche. la modification de Préférences Système Préférences Système en choisissant Apple () > Préférences Système. Ou ouvrez Aide Mac et recherchez « préférences système ». l’utilisation de la souris ou du clavier Aide Mac et recherchez « souris » ou « clavier ».28 Chapitre 2 Familiarisation avec votre Mac Pro l’utilisation de la technologie sans fil AirPort le site web d’assistance technique AirPort à l’adresse www.apple.com/fr/support/airport. Ou ouvrez l’Aide AirPort tout en maintenant enfoncé le bouton de la souris sur le bouton Départ en haut d’une page Aide Mac, puis en sélectionnant Aide AirPort dans la liste. l’utilisation de la technologie sans fil Bluetooth® le site web d’assistance technique Bluetooth à l’adresse www.apple.com/fr/support/bluetooth. Ou ouvrez l’application Échange de fichiers Bluetooth dans le dossier Utilitaires du dossier Applications, puis choisissez Aide > Aide Bluetooth. la connexion d’une imprimante Aide Mac et recherchez « impression ». les connexions FireWire et USB Aide Mac et recherchez « USB » ou « FireWire ». la connexion à Internet Aide Mac et recherchez « Internet ». Pour en savoir plus sur... Consultez...3 29 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur Utilisez les informations du présent chapitre afin de personnaliser et étendre votre Mac Pro pour l’adapter à vos besoins. Ce chapitre fournit des renseignements et des instructions sur les interventions réalisées à l’intérieur de l’ordinateur. Il présente des renseignements relatifs aux procédures importantes dans les sections suivantes :  « Ouverture de l’ordinateur » à la page 30  « Installation de la mémoire » à la page 34  « Installation d’unités de stockage internes » à la page 41  « Ajout de cartes PCI Express » à la page 50  « Remplacement de la pile de secours interne » à la page 55 AVERTISSEMENT : Apple recommande de faire appel à un technicien agréé Apple pour l’installation de barrettes de mémoire, de cartes d’extension PCI Express et d’unités de stockage internes. Pour contacter un Centre de Maintenance Agréé Apple (CMAA) ou Apple pour tout service, consultez la section « En savoir plus, service et assistance technique » à la page 71. Si vous tentez d’installer vous-même ces composants, vous risquez d’endommager votre équipement. Dans ce cas, les dommages ne sont pas couverts par la garantie limitée de votre ordinateur. Adressez-vous à un revendeur agréé Apple ou à un Centre de Maintenance Agréé Apple pour toute information complémentaire relative à la garantie.30 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur Ouverture de l’ordinateur 1 Avant d’ouvrir votre Mac Pro, éteignez-le en sélectionnant le menu Pomme () > Éteindre. 2 Patientez 5 à 10 minutes pour laisser aux composants internes de l’ordinateur le temps de refroidir. 3 Touchez la surface métallique de l’intérieur du Mac Pro afin de décharger toute électricité statique que vous pouvez avoir emmagasinée. Important :déchargez-vous toujours de l’électricité statique que vous êtes susceptible d’avoir accumulé avant de toucher ou d’installer tout composant à l’intérieur de l’ordinateur. Pour éviter de générer de l’électricité statique, ne vous déplacez pas dans la pièce avant d’avoir achevé l’installation de la carte, de la mémoire ou du dispositif de stockage interne et d’avoir refermé l’ordinateur. · AVERTISSEMENT : veillez à toujours éteindre votre Mac Pro avant de l’ouvrir pour éviter d’endommager ses composants internes ou les composants à installer. N’ouvrez pas l’ordinateur et n’essayez pas d’y installer des composants s’il est allumé. · AVERTISSEMENT : laissez votre ordinateur refroidir avant d’en manipuler les composants internes car ils peuvent être très chauds.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 31 4 Débranchez tous les câbles de l’ordinateur, y compris le câble d’alimentation. · AVERTISSEMENT : débranchez toujours votre Mac Pro pour éviter d’endommager ses composants internes ou ceux que vous souhaitez installer. N’essayez pas d’y installer des composants lorsqu’il est branché. Touchez le métal sur le dessus de l’ordinateur.32 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 5 Tenez le panneau latéral et soulevez le loquet à l’arrière de l’ordinateur. Soulevez le loquet en tenant le panneau latéral.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 33 6 Enlevez le panneau latéral. Important :lorsque vous ôtez le panneau latéral, tenez-le fermement. Soulevez le panneau latéral en tirant sur le haut.34 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur Installation de la mémoire Votre Mac Pro est fourni avec deux cartes mémoire, chacune dotée de 4 logements mémoire (quatre banques de deux). Votre Mac Pro est fourni avec au minimum 1 Go de mémoire installée sous forme d’une paire de barrettes de mémoire double en ligne à cache intégral (FB-DIMM) de 512 Mo dans deux des logements DIMM. Vous pouvez installer des paires supplémentaires de FB-DIMM de 512 Mo, 1 Go ou 2 Go dans les logements DIMM disponibles sur les cartes mémoire. Les barrettes DIMM doivent être installées par paires de capacité identique et être conformes aux caractéristiques suivantes :  barrettes FB-DIMM 667 MHz ;  barrettes de 72 bits à 240 broches ;  36 barrettes de mémoire maximum par DIMM ;  code de correction d’erreur (ECC). Important :Apple vous recommande d’utiliser des FB-DIMM agréées par Apple. Avec des FB-DIMM non approuvées par Apple, votre Mac Pro pourrait fonctionner à un niveau sonore plus élevé ou une vitesse plus lente afin d’éviter un échauffement. Les barrettes DIMM d’ordinateurs Mac moins récents ne peuvent pas être utilisées dans le Mac Pro. Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 35 Remarque :lorsque vous achetez de la mémoire DIMM pour ordinateurs Mac, assurezvous qu’elle est conforme aux spécifications JEDEC (Joint Electron Device Engineering Council). Vérifiez auprès de votre fournisseur de mémoire que la mémoire DIMM gère les modes d’horloge adéquats et que la fonction SPD (Serial Presence Detect) a été correctement programmée, conformément aux spécifications JEDEC. Pour vérifier la compatibilité de vos barrettes DIMM, consultez le guide des produits Macintosh sur le site web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Vous pouvez acheter de la mémoire de marque Apple sur l’Apple Store en ligne à l’adresse store.apple.com/f/store. Pour installer de la mémoire : 1 Éteignez votre ordinateur, ouvrez-le et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 30. · AVERTISSEMENT : laissez votre ordinateur refroidir de 5 à 10 minutes avant d’en manipuler les composants internes. Les composants des cartes mémoire peuvent être très chauds.36 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 2 Retirez la carte mémoire et placez-la sur un tissu doux et propre. 3 Ouvrez les éjecteurs du logement DIMM en les écartant. Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 37 4 Alignez la première barrette FB-DIMM dans le logement de la carte mémoire et appuyez sur les deux extrémités de la barrette jusqu’à ce que les deux loquets soient verticaux et que les éjecteurs soient enclenchés fermement. Répétez la procédure pour installer la seconde barrette FB-DIMM. Ne touchez pas aux connecteurs dorés de la barrette DIMM. Important :ajoutez des barrettes DIMM aux cartes mémoire dans l’ordre indiqué ici. Carte de mémoire supérieure Première paire de barrettes DIMM supplémentaires Deuxième paire de barrettes DIMM supplémentaires Troisième paire de barrettes DIMM supplémentaires Carte de mémoire inférieure38 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 5 Placez votre Mac Pro sur un tissu doux et propre sur le bureau ou la surface de travail pour éviter de rayer celle-ci ou le Mac Pro. 6 Installez les cartes mémoire en appuyant légèrement dessus jusqu’à ce qu’elles soient bien insérées dans le logement mémoire. Lorsque l’ordinateur est sur le côté, enfoncez les cartes de mémoire dans les logements de mémoire.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 39 7 Relevez le Mac Pro et replacez le panneau latéral. Important :lorsque vous replacez le panneau latéral, maintenez-le de façon à l’immobiliser lorsque vous abaissez le loquet. Mettez le panneau latéral dans le logement puis appuyez pour fermer.40 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 8 Poussez le loquet vers le bas pour verrouiller le panneau latéral. Lorsque vous poussez le panneau latéral contre l’ordinateur, enfoncez le loquet jusqu’à ce qu'il soit fermement maintenu en place à l’arrière de l’ordinateur. Pour verrouiller le panneau latéral ou l’ordinateur, rabattez l’onglet de verrouillage avant de fermer le loquet. Vous pouvez alors attacher un cadenas ou un câble à la boucle métallique qui apparaît.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 41 Installation d’unités de stockage internes Votre Mac Pro peut accommoder jusqu’à six lecteurs internes : deux lecteurs optiques et quatre disques durs. Dans la plupart des configurations, un disque dur occupe la première baie de disque dur et un lecteur optique est installé dans la baie de lecteur optique supérieure. Vous pouvez ajouter jusqu’à trois disques dur Serial ATA (SATA) de 3 Gbit/s dans les baies libres pour disque dur. Les disque durs doivent respecter les spécifications suivantes :  type :SATA 3 Gbit/s ;  largeur :102 mm ;  profondeur :147 mm ;  hauteur :25,4 mm. Pour plus de renseignements sur les conditions requises et les périphériques compatibles, consultez votre distributeur agréé Apple ou le site de support technique Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. Important :utilisez les câbles d’Apple d’origine fournis avec votre Mac Pro pour installer ou remplacer les lecteurs optiques. Installation de disques durs SATA 3 Gbit/s Votre Mac Pro peut héberger jusqu’à quatre disques durs internes SATA 3 Gbit/s de 15 mm de hauteur dans les baies pour disque dur. Si votre Mac Pro est fourni avec un seul disque dur installé, celui-ci se trouve dans la première baie de disque dur. Vous pouvez installer des disques durs dans la deuxième, la troisième et la quatrième baie.42 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur Pour installer un disque dur : 1 Ouvrez votre Mac Pro et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 30. 2 levez le loquet pour déverrouiller les supports de disque dur. Important :une fois le loquet abaissé, les supports sont verrouillés dans les baies pour disque et ne peuvent pas être retirés. 3 Sortez le support de disque dur hors de la baie. Retirez le support de disque dur. Soulevez le loquet pour déverrouiller les supports.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 43 4 Utilisez les quatre vis du support pour y fixer le disque dur. Important :si une carte à circuit imprimé est visible au-dessous du disque dur, tenez le disque par ses côtés. Ne touchez pas la carte à circuit imprimé car cela pourrait endommager le disque. Placez les connecteurs vers l’arrière44 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 5 Soulevez le loquet puis faites glisser le support sur les rainures et insérez-le dans la baie de disque jusqu’à ce qu’il s’y enclenche. 6 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. Lorsque le disque est complètement installé, ses connecteurs se branchent sur l’ordinateur. Assurez-vous que le loquet est soulevé.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 45 Remplacement du lecteur optique Votre Mac Pro est fourni avec un ou deux lecteurs SuperDrive installées dans les baies de lecteur optique. Suivez la procédure suivante pour remplacer votre lecteur optique. Important :pour savoir si votre lecteur est réglé pour le mode de sélection par câble, adressez-vous au fabricant ou consultez son site web. Avant l’installation, réglez le lecteur sur le mode de sélection par câble si cela n’a pas été fait par le fabricant. Pour remplacer le lecteur optique : 1 Ouvrez votre Mac Pro et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 30. 2 Levez le loquet pour déverrouiller les supports de lecteur optique. Important :une fois le loquet abaissé, les lecteurs et supports sont verrouillés dans les baies pour disque et ne peuvent pas être retirés. 3 Sortez le support de lecteur optique partiellement hors de la baie. Faites glisser le support partiellement hors de l’ordinateur. Assurez-vous que le loquet est soulevé.46 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 4 Déconnectez le câble d’alimentation et les rubans du lecteur optique, puis retirez le support.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 47 5 Retirez le lecteur optique du support en dévissant les quatre vis de fixation. 6 Utilisez les quatre vis imperdables du lecteur optique d’origine pour fixer le lecteur de remplacement au support. Quatre vis supplémentaires48 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 7 Faites glisser le lecteur optique et le support sur les rainures et insérez-les partiellement dans la baie de lecteur. 8 Connectez le câble d’alimentation et les rubans à l’arrière du lecteur. Connecteur de l'extrémité du câble plat Connecteur intermédiaire du câble d'alimentationChapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 49 9 Levez le loquet puis faites glisser le support de lecteur optique dans la baie de lecteur en le poussant en place. 10 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. Assurez-vous que le loquet est soulevé.50 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur Ajout de cartes PCI Express Vous pouvez augmenter les capacités de votre Mac Pro en installant des cartes dans les logements PCI (Peripheral Component Interconnect) Express. Votre Mac Pro dispose d’un logement graphique PCI Express à double largeur et de trois logements d’extension PCI Express, soit quatre logements au total. Ces logements acceptent des cartes graphiques PCI Express et des cartes d’extension. À propos des cartes PCI Express Votre Mac Pro est fourni avec une carte graphique PCI Express haute performance, qui intègre le processeur graphique (GPU - graphics processor unit) et contient les ports d’affichage de l’ordinateur. La carte graphique est installée dans le logement 1. Vous pouvez installer des cartes graphiques PCI Express et des cartes d’extension. Avant d’installer une carte, vérifiez ses spécifications pour vous assurer qu’elle peut fonctionner dans votre Mac Pro. Pour régler la bande passante des logements PCI Express de votre Mac Pro, utilisez l’Utilitaire de logement d’extension, accessible depuis votre disque de démarrage, dans le dossier /Système/Bibliothèque/Core Services. Important :la consommation de courant combinée des quatre logements PCI Express ne doit pas dépasser 300 watts (W).Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 51 Pour installer une carte PCI Express : 1 Ouvrez votre ordinateur et ôtez le panneau latéral (voir la page 30). 2 Placez votre Mac Pro sur un tissu doux et propre pour éviter de rayer la surface de travail ou l’ordinateur. 3 Dévissez les vis imperdables du support PCI puis enlevez le support. · AVERTISSEMENT : veillez à toujours éteindre puis débrancher votre Mac Pro pour éviter d’endommager ses composants internes ou ceux que vous souhaitez installer. N’essayez pas d’installer des composants lorsqu’il est branché. Laissez votre ordinateur refroidir de 5 à 10 minutes avant d’en manipuler les composants internes qui peuvent être très chauds.52 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 4 Enlevez le cache d’accès aux ports du logement où vous souhaitez installer la carte. 5 Enlevez la nouvelle carte de son sachet antistatique et tenez-la par les coins. Ne touchez pas les connecteurs dorés ou les composants de la carte. 6 Alignez le connecteur de la carte sur le logement d’extension, puis enfoncez la carte dans le logement. Cache d’accès aux ports Pour enlever une carte, poussez sur l’onglet pour libérer le loquet. Support PCIChapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 53 Le saviez-vous ?—Installation d’une carte PCI de longueur complète Il est peut-être plus simple d’installer une carte PCI si vous enlevez les disques durs, les supports et les cartes adjacentes. Si vous avez une carte de longueur complète, installez d’abord le bout de la carte dans la rainure de la carte, puis alignez la carte sur le logement PCI pour terminer son installation. Ouverture d’accès au port Logement PCI Express Maintenez la carte en place avec le support PCI. Insérez le support PCI sous le renfort. Si vous installez une carte PCI Express pleine longueur (12 pouces), assurez-vous qu’elle tienne dans le guide de carte approprié.54 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 7 Appuyez délicatement mais fermement sur la carte jusqu’à ce que le connecteur soit complètement enclenché. Appuyez seulement sur les parties vides de la carte pour éviter d’endommager les composants. Remarque :n’enfoncez pas la carte dans le logement en exerçant des pressions successives sur ses côtés ou en forçant. Si vous rencontrez une résistance, vérifiez si le connecteur et le logement sont endommagés ou obstrués, puis essayez à nouveau. 8 Tirez légèrement sur la carte pour voir si elle est correctement connectée. Si elle reste en place et que ses connecteurs dorés sont à peine visibles, la carte est connectée. 9 Remettez en place le support PCI puis serrez les vis pour maintenir la carte en place. 10 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. AVERTISSEMENT :si vous retirez une carte sans en installer une autre, recouvrez le logement vide au moyen d’un cache d’accès aux ports pour éviter que des corps étrangers ne pénètrent dans le boîtier. Un logement non couvert peut modifier la circulation d’air qui refroidit les composants internes de l’ordinateur et causer des dommages.Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 55 Remplacement de la pile de secours interne Le Mac Pro utilise une pile CR 2032 au lithium qui permet de conserver certains réglages, comme l’heure et la date, quand le Mac Pro est éteint. Si vous rencontrez fréquemment des problèmes au démarrage de votre Mac Pro ou des dérèglements de la date et de l’heure, vous devriez probablement changer la pile. Important :jetez la pile usagée en respectant les lois environnementales locales. Pour remettre la pile en place : 1 Ouvrez votre Mac Pro et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 30. 2 Retirez toute carte PCI Express qui bloquerait l’accès à la pile. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Ajout de cartes PCI Express » à la page 50. 3 Retirez l’ancienne pile de son compartiment. · AVERTISSEMENT : l’installation incorrecte de la pile peut provoquer une explosion. Utilisez uniquement une pile de type identique ou une pile équivalente recommandée par le fabricant de la pile d’origine.56 Chapitre 3 Interventions à l’intérieur de l’ordinateur 4 Insérez la nouvelle pile dans son compartiment, son côté positif (+) tourné vers le haut. 5 Remettez en place les cartes PCI Express que vous avez retirées (voir la rubrique à la page 50). 6 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. Faites glissez la pile usagée hors de l’ordinateur. Insérez la nouvelle pile, côté positif (+) vers le haut. Enlevez la carte du logement 1. Appuyez sur l’onglet pour libérer le loquet.4 57 4 Dépannage En cas de problèmes de fonctionnement de votre Mac Pro, voici quelques suggestions susceptibles d’y remédier. Vous rencontrez un problème de fonctionnement occasionnel du Mac Pro. Ce chapitre indique quelques solutions potentielles. Problèmes du Mac Pro Si votre Mac Pro ne répond ou ne s’allume pas, un disque ne s’éjecte pas ou le voyant d’état clignote, essayez les méthodes de cette section. Si l’ordinateur ne répond pas ou le pointeur est bloqué : Commencez par vous assurer que la souris et le clavier sont connectés. Pour cela, débranchez-les et rebranchez-les sur les connecteurs en vous assurant que le connexions sont fermes. Essayez ensuite d’annuler l’opération en cours.  Appuyez simultanément sur les touches Commande (x) et Q pour essayer de fermer l’application en cours d’exécution.  Appuyez simultanément sur les touches Commande (x) et point. Si une boîte de dialogue apparaît, cliquez sur Annuler. 58 Chapitre 4 Dépannage  Choisissez Pomme (), cliquez sur Forcer à quitter puis sélectionnez l’application à fermer. Il est aussi possible de forcer l’application à quitter en appuyant simultanément sur les touches Échap + Option (z) + Commande (x). Redémarrez votre Mac Pro en sélectionnant Pomme () > Redémarrer pour être certain que le problème est entièrement résolu. Vous pouvez également redémarrer l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation (®) pendant 5 à 6 secondes jusqu’à ce que le Mac Pro s’éteigne. Appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre Mac Pro.  Si le problème ne survient qu’avec une application particulière, consultez l’éditeur de l’application concernée afin de vérifier si elle est compatible avec votre ordinateur.  Si le problème survient fréquemment, sélectionnez Aide > Aide Mac et recherchez « problèmes ». L’ordinateur ne démarre pas ou ne s’allume pas.  Assurez-vous que le câble d’alimentation est branché sur une prise électrique en état de fonctionnement. La fiche du câble d’alimentation doit être totalement insérée dans la prise de l’ordinateur.  Si votre ordinateur ne redémarre toujours pas, essayez de réinitialiser la mémoire PRAM (mémoire des paramètres). Allumez l’ordinateur et maintenez immédiatement les touches Commande (x), Option (z), P, et R enfoncées jusqu’à entendre une deuxième fois le son du démarrage. Relâhcez les touches. Configurez votre disque dur comme disque de démarrage de l’ordinateur, en procédant comme suit : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Démarrage. 3 Sélectionnez votre disque dur.Chapitre 4 Dépannage 59 La mémoire PRAM est réinitialisée à ses valeurs par défaut et vos réglages d’horloges auront peut-être besoin d’être refaits.  Si votre ordinateur ne redémarre pas après réinitialisation de la PRAM, redémarrez-le en maintenant la touche Option (z) enfoncée afin de choisir le disque de démarrage.  Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant la touche Majuscule enfoncée. Impossible d’éjecter un disque. Un fichier est peut-être en cours d’utilisation sur ce disque. Quittez toutes les applications ouvertes, puis essayez à nouveau. Si cela ne fonctionne pas, sélectionnez le menu Pomme () > Redémarrer et maintenez enfoncé soit le bouton de la souris soit la touche d’éjection (C) de votre clavier Apple Keyboard. Si le problème persiste : 1 Éteignez l’ordinateur. 2 Appuyez doucement sur le panneau protégeant le plateau du lecteur. 3 Insérez avec précaution l’extrémité d’un trombone déplié dans le petit orifice sous le plateau du lecteur. 4 Poussez fermement jusqu’à ce que le plateau s’ouvre. 5 Tirez sur le plateau pour l’ouvrir, retirez le disque et repoussez le plateau pour le fermer. Le voyant d’état clignote et l’ordinateur ne démarre pas.  Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, une carte d’extension PCI ou tout autre composant interne, assurez-vous qu’il est correctement installé et compatible avec votre ordinateur. Essayez de l’enlever pour savoir si l’ordinateur peut démarrer.60 Chapitre 4 Dépannage  Si le voyant d’état continue à clignoter, déterminez le nombre de clignotements pour identifier le problème :  un clignotement court suivi d’une extinction plus longue : pas de mémoire valide.  trois clignotements courts suivis d’une extinction plus longue : mémoire défaillante. Problèmes liés au logiciel Lorsqu’une application est bloquée ou ne répond pas, Mac OS X vous laisse la quitter sans redémarrer votre ordinateur, ce qui permet d’enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à se fermer : 1 Appuyez sur les touches Commande (x) + Option (z) + Échap ou choisissez Pomme () > Forcer à quitter dans la barre des menus. 2 Sélectionnez le nom de l’application que vous souhaitez quitter dans la zone de dialogue Forcer à quitter les applications. 3 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application se ferme, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Vous rencontrez un problème avec une application.  Utilisez Mise à jour de logiciels afin de vous assurer que vous disposez des tous derniers gestionnaires, résolutions de problèmes et autres mises à jour.  Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné.Chapitre 4 Dépannage 61 Vous rencontrez un problème de fonctionnement de votre ordinateur ou de Mac OS X.  Consultez Aide Mac (dans le menu Aide) pour obtenir des instructions et des renseignements de dépannage.  Pour obtenir les derniers renseignements de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site web de support d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. Maintien à jour de vos logiciels Vous pouvez vous connecter à Internet pour télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournis par Apple. Chaque fois que vous vous connectez à Internet, « Mise à jour de logiciels » consulte les serveurs Internet d’Apple pour rechercher les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre Mac de façon à télécharger périodiquement à partir des serveurs Apple les mises à jours de logiciels et à les installer. Pour rechercher des logiciels mis à jour : 1 Ouvrez Préférences Système. 2 Cliquez sur l’icône « Mise à jour de logiciels » et suivez les instructions à l’écran.  Pour plus de renseignements, recherchez « Mise à jour de logiciels » dans l’Aide Mac.  Pour obtenir les toutes dernières informations concernant Mac OS X, accédez au site web Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx.62 Chapitre 4 Dépannage Problèmes de communication sans fil AirPort Wireless En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort :  Assurez-vous que le logiciel est correctement configuré conformément aux instructions incluses avec votre borne d’accès.  Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’ordinateur.  Vérifiez la puissance du signal AirPort. Il est possible que l’icône d’état AirPort de la barre des menus indique quatre barres.  Pour en savoir plus, consultez les instructions fournies avec votre périphérique sans fil ou recherchez « AirPort » dans Aide Mac. Problèmes de moniteur AVERTISSEMENT : si vous rencontrez un problème avec votre moniteur Apple Display et que vous ne parvenez pas à le résoudre à l’aide de ce manuel, sollicitez l’assistance d’un Centre de Maintenance Agréé Apple ou d’Apple. Si vous tentez de le réparer vousmême, les dommages éventuels ne seront pas couverts par la garantie limitée de votre moniteur. Adressez-vous à un revendeur agréé Apple ou à un Centre de Maintenance Agréé Apple pour tout renseignement complémentaire relatif à la garantie.Chapitre 4 Dépannage 63 Aucune image ne s’affiche à l’écran.  Assurez-vous que le moniteur et l’ordinateur sont sous tension.  Vérifiez que les câbles sont correctement connectés à l’ordinateur et au moniteur.  Si votre carte graphique a un câble d’alimentation interne, assurez-vous qu’il est connecté à la carte et à la carte mère.  Assurez-vous que votre ordinateur n’est pas en veille. Appuyez sur le bouton d’alimentation ou sur n’importe quelle touche pour voir si cela réactive l’ordinateur.  Assurez-vous que la luminosité et le contraste du moniteur sont réglés correctement. Certains moniteurs disposent de commandes de luminosité et de contraste situées sur ou sous leur face avant.  Réinitialisez la mémoire des paramètres (PRAM) en redémarrant l’ordinateur tout en maintenant les touches Commande (x) + Option (z) + P + R enfoncées, jusqu’à entendre une deuxième fois le signal de démarrage. Démarrez alors en utilisant le disque d’installation du logiciel fourni avec l’ordinateur. L’image à l’écran est sombre ou vacillante.  Réglez la luminosité et le contraste. Certains moniteurs disposent de commandes de luminosité et de contraste situées sur ou sous leur face avant. Vous pouvez peut- être également ajuster la luminosité ou le contraste de votre moniteur dans la fenê- tre Moniteurs de Préférences Système.  Calibrez le moniteur en sélectionnant menu Pomme () > Préférences Système. Cliquez sur Moniteurs, sélectionnez Couleur puis cliquez sur Calibrer. Consultez Aide Mac pour en savoir plus sur les couleurs et sur votre moniteur.64 Chapitre 4 Dépannage  Il se peut que le vacillement soit dû à des interférences provoquées par la proximité d’une ligne électrique, d’une lampe fluorescente ou d’un appareil électrique tel qu’une radio, un four à micro-ondes ou un autre ordinateur. Essayez de trouver un autre endroit pour les appareils électriques situés à proximité ou de déplacer le moniteur et l’ordinateur. Les couleurs n’apparaissent pas à l’écran ou présentent un aspect inhabituel.  Assurez-vous que le moniteur est correctement connecté à l’ordinateur.  Calibrez votre moniteur comme décrit ci-dessus.  Ouvrez la fenêtre Moniteurs de Préférences Système et vérifiez que votre moniteur est réglé pour un affichage en couleur. Consultez Aide Mac pour en savoir plus sur les couleurs et sur votre moniteur. Les icônes du bureau changent de place après la modification de la résolution d’écran. Toute modification de la résolution d’écran influe sur l’affichage des informations à l’écran. Une fois la résolution d’écran modifiée, le système d’exploitation est susceptible de réorganiser les icônes. Écran figé.  Forcer l’application bloquée à quitter. Choisissez Pomme (), cliquez sur Forcer à quitter puis sélectionnez l’application à fermer.  Si cela ne fonctionne pas, forcez l’ordinateur à redémarrer en appuyant sur son bouton d’alimentation (®) pendant 5 ou 6 secondes jusqu’à l’extinction de votre Mac Pro. Appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre Mac Pro.Chapitre 4 Dépannage 65 Le voyant situé sur la face avant du moniteur clignote. Sur certains moniteurs à écran plat d’Apple, le témoin d’alimentation clignote rapidement pendant quelques instants lorsqu’une erreur est détectée.  Si vous voyez une séquence répétée de trois clignotements courts, cela signifie que le moniteur détecte un signal en entrée dont le format vidéo est incorrect. Assurez-vous que votre moniteur est compatible avec la carte graphique et que vous avez installé le bon pilote (si le moniteur a été fourni avec un logiciel d’installation).  Si vous voyez une séquence répétée de deux clignotements courts et un clignotement long, le moniteur détecte un problème de lampe de rétro-éclairage. Contactez un revendeur agréé Apple ou un Centre de Maintenance Agréé Apple. Problèmes de connexion à Internet En cas de problèmes avec votre connexion à Internet, vous pouvez suivre les recommandations de cette section, en commençant par Diagnostic réseau. Pour utiliser Diagnostic réseau : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau puis cliquez sur « Assistant ». 3 Cliquez sur Diagnostic pour lancer Diagnostic réseau. 4 Suivez les instructions à l’écran. Si Diagnostic réseau n’est pas en mesure de résoudre le problème, celui-ci est peut-être lié au fournisseur d’accès à Internet auquel vous essayez de contacter, au périphérique externe utilisé pour la connexion au fournisseur d’accès à Internet ou au serveur auquel vous essayez d’accéder. Vous pouvez également essayer les méthodes suivantes.66 Chapitre 4 Dépannage Connexions à Internet par modem câble, ligne DSL et réseau local (LAN) Assurez-vous que tous les câbles du modem sont complètement branchés, y compris le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble raccordant le modem à la prise murale. Vérifiez les câbles et l’alimentation des routeurs et des concentrateurs Ethernet. Éteignez puis rallumez le modem pour le réinitialiser. Éteignez votre modem câble ou DSL, puis rallumez-le après quelques minutes. Certains fournisseurs d’accès à Internet conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant d’avoir éteint puis rallumé le modem, ou après. Connexions PPPoE Si vous ne parvenez pas à vous connecter à votre fournisseur d’accès à Internet via PPPoE, assurez-vous que les informations correctes ont été saisies dans les préférences Réseau. Vérifiez les réglages de Préférences Système : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Sélectionnez Ethernet intégré, puis faites glisser cette configuration en haut de la liste des configurations de ports. 5 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Ethernet intégré. 6 Cliquez sur PPPoE. 7 Sélectionnez Se connecter via PPPoE.Chapitre 4 Dépannage 67 8 Vérifiez le champ Nom de compte pour vous assurer d’avoir tapé les informations correctes fournies par votre FAI. 9 Si vous avez choisi d’enregistrer votre mot de passe, tapez-le à nouveau en vous assurant qu’il est correct. 10 Cliquez sur TCP/IP. Assurez-vous d’avoir saisi dans cette sous-fenêtre les bonnes informations fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 11 Cliquez sur Appliquer. Connexions par réseau Assurez-vous que le câble Ethernet est branché dans votre ordinateur et au réseau. Vérifiez les câbles et l’alimentation de vos routeurs et concentrateurs Ethernet. Si vous disposez de plusieurs ordinateurs partageant une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre fournisseur d’accès à Internet fournit une seule ou plusieurs adresses IP, autrement dit, une pour chaque ordinateur. Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresses réseau (NAT) ou de masquage d’adresses IP). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. La borne d’accès AirPort peut servir à partager une adresse IP entre plusieurs ordinateurs. Pour plus de renseignements sur l’utilisation d’une la borne d’accès AirPort, consultez Aide Mac ou rendez-vous sur le site web AirPort, à l’adresse www.apple.com/fr/support/airport.68 Chapitre 4 Dépannage Si ces méthodes s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, contactez votre fournisseur d’accès à Internet ou votre administrateur réseau. Utilisation d’Apple Hardware Test Apple Hardware Test vous aide à déterminer s’il existe un problème matériel sur votre ordinateur. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Déconnectez tous les périphériques de votre ordinateur sauf le clavier et la souris. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X fourni avec votre ordinateur. 3 Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche D enfoncée lors du démarrage. Une liste de volumes de démarrage disponibles apparaît alors. 4 Cliquez sur Apple Hardware Test, puis sur la flèche droite. 5 Lorsque l’écran principal Apple Hardware Test apparaît (environ 45 secondes plus tard), suivez les instructions affichées à l’écran. 6 En cas de détection d’un problème, Apple Hardware Test affiche un code d’erreur. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne matérielle, il est probable que le problème soit lié aux logiciels. Pour en savoir plus sur Apple Hardware Test, consultez le fichier « À propos d’AHT » sur le disque « Mac OS X Install Disc 1 ». Chapitre 4 Dépannage 69 Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur Les disques d’installation de logiciels fournis avec votre ordinateur permettent de réinstaller Mac OS X et les applications livrées avec votre ordinateur. Important :Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de procéder à la restauration du logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données. Installation de Mac OS X Pour installer Mac OS X : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X fourni avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur « Install Mac OS X and Bundled Software ». 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Sélectionnez le disque de destination pour l’installation, puis continuez de suivre les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous demande d’insérer le prochain disque de Mac OS X. Important :nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers essentiels avant d’installer Mac OS X et les autres applications car l’option « Effacer et installer » efface votre disque de destination. Installation des applications Pour installer les applications fournies avec votre ordinateur, veuillez procéder comme suit. Mac OS X doit déjà être installé sur votre ordinateur. 70 Chapitre 4 Dépannage Pour installer les applications : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X fourni avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur « Bundled Software ». 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Sélectionnez le disque de destination pour l’installation, puis continuez de suivre les instructions à l’écran. Remarque :iCal, iChat, iSync, iTunes et Safari font partie de Mac OS X. Pour installer ces applications, suivez les instructions « Installation de Mac OS X » ci-dessus. Optimisation des performances Ethernet Votre ordinateur fonctionne de façon optimale lorsque le port Ethernet auquel il est connecté est réglé sur la négociation automatique. Demandez à votre administrateur de réseau de vérifier ce réglage. Important :si vous rencontrez des problèmes de connexion sur votre réseau, vérifiez si possible que le commutateur de réseau est réglé sur la négociation automatique. Si le port du commutateur ne fonctionne pas en négociation automatique, votre ordinateur détecte la vitesse appropriée, mais se règle par défaut sur le mode semi-duplex. Si le port du commutateur à l’autre extrémité de la liaison est configuré en mode bidirectionnel simultané (full duplex), un grand nombre d’événements retardés peuvent se produire sur la liaison. S’il n’est pas possible de régler le commutateur sur la négociation automatique, réglez alors le port du commutateur sur semi-duplex. Pour plus de renseignements, reportez-vous à la documentation fournie avec le commutateur Ethernet.Chapitre 4 Dépannage 71 Remarque :si vous connectez votre ordinateur directement à un commutateur Ethernet configurable, demandez à votre administrateur de réseau de désactiver l’arborescence sur ce port. Dans le cas contraire, il se peut que votre ordinateur duplique l’adresse AppleTalk d’un autre ordinateur du même réseau, ce qui rendrait instables les deux connexions au réseau. En savoir plus, service et assistance technique Si votre Mac Pro a besoin de service, apportez-le à un Centre de Maintenance Agréé Apple ou contactez Apple. Pour plus de renseignements sur votre Mac Pro consultez les ressources en ligne, l’aide à l’écran, Informations Système ou le logiciel Apple Hardware Test. Si vous n’avez pas commandé de technologie sans fil AirPort ou Bluetooth avec votre Mac Pro, contactez un Centre de Maintenance Agréé Apple ou un magasin Apple Store. Ressources en ligne Pour tout service ou assistance technique en ligne, consultez le site www.apple.com/fr/support/. Choisissez votre pays dans le menu local. Vous pouvez effectuer des recherches dans la base de connaissances AppleCare, rechercher des mises à jour de logiciels ou obtenir de l’aide par le biais des forums de discussion Apple. Aide à l’écran Quelle que soit votre question, la réponse, des instructions et des informations relatives à la résolution du problème éventuel se trouvent probablement dans l’Aide Mac. Sélectionnez Aide > Aide Mac.72 Chapitre 4 Dépannage Informations Système Pour obtenir des informations détaillées sur votre ordinateur, utilisez Informations Système. Informations Système vous indique par exemple le matériel et les logiciels installés, le numéro de série et la version du système d’exploitation et la quantité de mémoire installée. Pour ouvrir Informations Système, choisissez Apple () > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos. Apple Hardware Test Vous pouvez utiliser Apple Hardware Test pour diagnostiquer les problèmes de maté- riel survenant sur votre Mac Pro. Pour plus de renseignements, consultez la section « Utilisation d’Apple Hardware Test » à la page 68. Informations sur le service et l’assistance technique d’AppleCare Votre Mac Pro est fourni avec 90 jours d’assistance téléphonique et un an de service par un Centre de réparations agréé Apple. Pour étendre votre couverture, vous pouvez acheter le plan de protection AppleCare Protection Plan. Pour plus de renseignements, consultez le site web de votre pays indiqué ci-dessous. Si vous avez besoin d’une assistance complémentaire, les préposés à l’assistance téléphonique d’AppleCare pourront vous aider à installer et ouvrir des applications et à effectuer des opérations élémentaires de dépannage. Appelez le numéro du centre d’assistance le plus proche de chez vous (les premiers 90 jours sont gratuits). Ayez la date d’achat et le numéro de série de votre Mac Pro à portée de la main lorsque vous appelez.Chapitre 4 Dépannage 73 Remarque :votre période de 90 jours d’assistance téléphonique gratuite commence à la date d’achat. Des frais téléphoniques peuvent être applicables. Pour une liste complète, consultez la page www.apple.com/fr/contact/ phone_contacts.html. Le numéros de téléphone sont susceptibles de changer. Les tarifs de communication locaux et nationaux sont applicables. Localisation du numéro de série Informations Système vous indique le numéro de série de votre Mac Pro. Ouvrez Informations Système, dans le dossier Utilitaires du dossier Applications, puis cliquez sur l’onglet Informations Système. Le numéro de série de votre Mac Pro est également indiqué sur l’étiquette de configuration qui se trouve à l’arrière. Pays Téléphone site web Autriche (43) 0810 300 427 www.apple.com/at/support Belgique (flamand) (français) (32) 070 700 772 (32) 070 700 773 www.apple.com/benl/support www.apple.com/befr/support France (33) 0825 888 024 www.apple.com/fr/support Allemagne (49) 01805 009 433 www.apple.com/de/support Luxembourg (352) 800 24550 www.apple.com/befr/support Suisse (français) (allemand) (41) 0848 000 132 (41) 0848 000 132 www.apple.com/chfr/support www.apple.com/chde/supportAnnexe 75 A A Caractéristiques Caractéristiques techniques du processeur et de la mémoire Processeur  Deux processeurs double cœur ou quadruple cœur Intel Xeon  4 mégaoctets (Mo) de mémoire cache L2 sur puce par processeur bicœur  8 Mo de mémoire cache L2 sur puce par processeur quadrule cœur  Double bus frontaux indépendants cadencés à 1 333 MHz Mémoire vive (RAM)  Barrettes de mémoire en ligne doubles à mise en cache totale (FB-DIMM)  Barrettes FB-DIMM PC2-5300 DDR2 667 MHz  Les barrettes DIMM doivent être installées par paires de taille et capacité identiques (le même nombre de barrette par DIMM)  Huit logements de mémoire DIMM sont disponibles (quatre par carte mémoire)  Code de correction d’erreur (ECC)  barrettes de 72 bits à 240 broches ;  36 dispositifs de mémoire maximum par DIMM  Contient un dissipateur thermique approuvé par Apple (pour optimiser les performances acoustiques)  Conforme aux spécifications JEDEC (voir la page 35)76 Annexe A Caractéristiques  Hauteur maximale de 31 mm  Sans parité Informations Système, dans le dossier Utilitaires du dossier Applications, fournit des informations sur votre ordinateur et notamment sur la quantité de mémoire. Carte graphique Carte graphique PCI Express dotée de deux connecteurs d’interface vidéo numérique (DVI). Modes d’affichage vidéo Pour connaître les caractéristiques techniques de votre écran :  Moniteurs Apple :rendez-vous à www.apple.com/fr/displays.  Moniteurs de tierce partie :rendez-vous à www.apple.com/fr/guide. Caractéristiques techniques du lecteur SuperDrive (DVD+R DL/ DVD±RW/CD-RW)  Diamètres de disque gérés :12 cm et 8 cm Formats de données  CD-ROM  CD Audio  CD-R  CD-RW  CD-I  CD-I Bridge  CD Extended (CD étendu)Annexe A Caractéristiques 77  CD Mixed Mode (CD en mode mixte)  CD Photo  CD Vidéo  CD Extra  DVD vidéo  DVD±R  DVD±RW  DVD+R DL Caractéristiques techniques des ports USB  Gestion des normes USB (Universal Serial Bus) 2.0 et 1.1  Sept ports USB externes Type A:  deux ports USB 2.0 à l’avant  trois ports USB 2.0 à l’arrière  deux ports USB 1.1 intégrés au clavier Apple Keyboard  Chaque port arrière se trouve sur un canal USB distinct de 480 mégabits par seconde (Mbit/s)  500 milliampères (mA) disponibles pour un total de 1,5 A à l’arrière et 1,0 A à l’avant Caractéristiques techniques de FireWire  Prise en charge de FireWire 400 et FireWire 800  Quatre ports FireWire externes : un port FireWire 400 et un port FireWire 800 sur chacune des faces avant et arrière de l’ordinateur78 Annexe A Caractéristiques  Vitesse de transfert des données :  FireWire 400 :100, 200 et 400 Mbit/s  FireWire 800 :100, 200, 400 et 800 Mbit/s Puissance  Tension de sortie :environ 12 V  Puissance de sortie :jusqu’à 28 W pour les 4 ports ou 7 W pour chaque port Caractéristiques techniques du réseau Ethernet  Conforme à la directive IEEE 802.3  Longueur maximale du câble : 100 mètres (m)  Protocoles :Open Transport, AppleShare, AppleTalk, NetWare pour Macintosh, TCP/IP  Connecteur :RJ-45 pour 10Base-T, 100Base-TX et 1000Base-T  Support, 10Base-T :câble UTP de catégorie 3 (CAT 3) ou supérieure sur 2 paires jusqu’à 100 m  Support, 100Base-TX :câble UTP de catégorie 5e (CAT 5e) sur 2 paires jusqu’à 100 m  Support, 1000Base-T :câble UTP de catégorie 5e (CAT 5e) sur 4 paires jusqu’à 100 m  Vitesses de canal :auto-négociation IEEE de 10Base-T, 100Base-TX et 1000Base-T Caractéristiques Bluetooth 2.0+EDR (facultatif)  Débit sur liaison sans fil :jusqu’à 3 Mbit/s  Portée :jusqu’à 10 mètres (le débit de transmission des données peut varier en fonction des conditions ambiantes)  Bande de fréquences :2,4 gigahertz (GHz)Annexe A Caractéristiques 79 Caractéristiques AirPort Extreme (facultatif)  Bande de fréquences :2,4 et 5 gigahertz (GHz)  Puissance de sortie radio :20 dBm (nominal) Compatibilité  802.11a, b, g et projet de standard n Caractéristiques audio numérique optique  Format de données :protocole S/PDIF (Sony/Phillips Digital Interface, IEC60958-3)  Type de connecteur :optique Toslink (IEC60874-17)  Bits par échantillon :16 bits ou 24 bits Sortie audio numérique optique Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, 0 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz, sauf indications contraires ci-dessous.  Fréquence d’échantillonnage en sortie :44,1 kHz, 48 kHz ou 96 kHz  Rapport signal bruit :supérieur à 130 dB  Distorsion harmonique totale + bruit :inférieurs à - 130 dB (0,00001 pour cent) Entrée audio numérique optique Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, 0 dBFS et 24 bits, sauf indication contraire ci-dessous.  Fréquence d’échantillonnage en entrée :44,1 kHz, 48 kHz ou 96 kHz  Rapport signal bruit :supérieur à 130 dB  Distorsion harmonique totale + bruit :inférieurs à - 130 dB (0,00001 pour cent)80 Annexe A Caractéristiques Caractéristiques audio analogique  Fréquence d’échantillonnage :44,1 kHz, 48 kHz ou 96 kHz  Type de prise :mini-jack 3,5 mm  Bits par échantillon :16 bits ou 24 bits  Réponse en fréquence :20 Hz à 20 kHz, + 0,5 dB/- 3 dB Sortie audio analogique via la prise pour casque d’écoute (valeurs typiques) Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, - 3 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz dans 150 ohms, sauf indications contraires ci-dessous.  Tension de sortie :1,4 volts (valeur efficace) (Veff ) (+ 5,1 dBµ)  Impédance de sortie :24 ohms  Puissance de sortie :90 milliwatts (mW)  Rapport signal bruit :supérieur à 90 dB  Distorsion harmonique totale + bruit :inférieure à - 75 dB (0,01 pour cent)  Séparation des voies :supérieure à 50 dB Entrée audio analogique (valeurs typiques) Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, -3 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz, sauf indications contraires ci-dessous.  Tension d’entrée maximale :2 Veff (+ 8,2 dBµ)  Impédance d’entrée :supérieure à 20 kiloohms  Rapport signal bruit :supérieur à 90 dBAnnexe A Caractéristiques 81  Distorsion harmonique totale + bruit :inférieure à - 85 dB (0,006 pour cent)  Séparation des voies :supérieure à 80 dB Sortie audio analogique (valeurs typiques) D’après un cas typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, -3 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz en 100 ohms, sauf indications contraires ci-dessous.  Tension de sortie :1,6 Veff (+ 6,3 dBµ)  Impédance de sortie :24 ohms  Rapport signal bruit :supérieur à 90 dB  Distorsion harmonique totale + bruit :inférieure à - 85 dB (0,01 pour cent)  Séparation des voies :supérieur à 90 dB Alimentation Entrée de ligne, courant alternatif  Plages de tension :de 100 V à 240 V en courant alternatif (CA)  Intensité :Maximum de 12 A (plage basse tension) ou 6 A (plage haute tension)  Fréquence :50 à 60 Hz Alimentation requise pour les cartes d’extension et les périphériques Cartes d’extension La consommation de courant combinée des quatre logements PCI Express ne doit pas dépasser 300 watts (W). Périphériques USB Chacun des ports USB intégrés dispose de 500 mA. 82 Annexe A Caractéristiques Périphériques FireWire L’ordinateur peut fournir un total de 28 W aux ports FireWire. Horloge et pile du système Votre ordinateur est équipé d’un circuit cmOS personnalisé avec une pile longue durée. Pile Utilisez une pile de rechange au lithium, de type CR-2032 de 3 V (voir la rubrique « Remplacement de la pile de secours interne » à la page 55). Dimensions et conditions de fonctionnement Dimensions  Poids :19,2 kg. Le poids dépend du modèle. Le poids indiqué ci-dessus correspond à la configuration de base et peut être supérieur si des périphériques facultatifs sont installés.  hauteur : 511 mm  largeur : 206 mm  profondeur : 475 mm Conditions de fonctionnement  Température de fonctionnement :10° C à 35° C  Température de stockage :40° C à 47° C  Humidité relative :5 % à 95 % (sans condensation)  Altitude : 0 à 3 048 mètresAnnexe 83 B B Environnement de travail, sécurité et entretien Cette annexe contient des informations importantes concernant les consignes de sécurité et l’entretien ainsi que des remarques sur l’organisation de l’espace de travail pour l’utilisation de votre ordinateur et de votre moniteur. Consignes de sécurité importantes Le seul moyen de couper totalement l’alimentation de votre ordinateur consiste à débrancher le câble d’alimentation de la source d’alimentation principale. Pour déconnecter complètement votre moniteur, vous devez également débrancher le câble d’alimentation qui le raccorde à l’ordinateur ou à la source d’alimentation. Pour pourvoir débrancher l’ordinateur ou le moniteur en cas de besoin, veillez à pouvoir accéder facilement à l’une des extrémités du câble d’alimentation de l’appareil. Pour votre propre sécurité et celle de votre matériel, respectez toujours les consignes suivantes. Dans les situations suivantes, débranchez la fiche d’alimentation (en tirant sur la fiche et non sur le câble) de l’ordinateur ou du moniteur et débranchez le câble du téléphone :  Le câble ou la fiche d’alimentation est usé(e) ou endommagé(e).  Vous avez renversé quelque chose dans le boîtier de l’ordinateur.84 Annexe B Environnement de travail, sécurité et entretien  L’ordinateur ou le moniteur a été exposé à la pluie ou à une humidité excessive.  L’ordinateur ou le moniteur est tombé ou son boîtier a été endommagé.  Vous pensez que l’ordinateur ou le moniteur doit faire l’objet d’une révision ou d’une réparation.  Vous voulez nettoyer l’ordinateur, ou le boîtier ou l’écran du moniteur.  Si vous ne pensez pas utiliser votre ordinateur durant une période prolongée, retirez la pile. Pour des réparations ou des questions liées à votre garantie, contactez un CMAA (Centre de Maintenance Agréé Apple) ou Apple. La documentation fournie avec votre ordinateur contient des informations relatives à l’assistance et à la maintenance. Apple et l’environnement Apple reconnaît sa responsabilité en matière de minimisation de l’impact de ses opérations et de ses produits sur l’environnement. Pour plus de renseignements, consultez le site www.apple.com/environment (en anglais). Entretien général Pour nettoyer votre ordinateur ou le moniteur de manière plus complète, procédez comme suit : 1 Éteignez l’ordinateur et le moniteur. 2 Déconnectez le câble d’alimentation de l’ordinateur du côté de la prise ou multiprise électrique. Si votre moniteur est branché sur une prise, débranchez-le également. 3 Débranchez les câbles du moniteur du côté de l’ordinateur.Annexe B Environnement de travail, sécurité et entretien 85 4 Nettoyez l’écran du moniteur à l’aide d’un papier absorbant ou d’un tissu doux et non pelucheux imbibé d’eau légèrement savonneuse. 5 Nettoyez délicatement le boîtier de l’ordinateur ou du moniteur à l’aide d’un chiffon propre, doux et humide. Important :n’utilisez pas d’alcool, d’aérosol ni de produit solvant ou abrasif susceptible d’endommager la finition du boîtier. Protection de votre lecteur optique Pour garantir le bon fonctionnement de votre lecteur optique :  Placez votre ordinateur de telle sorte que le plateau du lecteur ne heurte aucun obstacle lors de son ouverture.  Laissez le lecteur fermé lorsque vous ne l’utilisez pas.  Ne placez aucun objet sur le plateau du lecteur lorsqu’il est ouvert.  Ne touchez pas la lentille du lecteur optique avec vos doigts. N’essuyez pas la lentille du lecteur avec un mouchoir en papier ni aucune autre matière abrasive. Si vous devez la nettoyer, procurez-vous les produits adéquats auprès d’un Centre de Maintenance Agréé Apple.  Maintenez votre ordinateur à l’écart de toute source d’humidité. · AVERTISSEMENT : ne vaporisez pas de liquide directement sur l’écran du moniteur. Une partie de ce liquide pourrait s’infiltrer à l’intérieur et provoquer une décharge électrique.86 Annexe B Environnement de travail, sécurité et entretien Entretien de votre moniteur Pour entretenir votre moniteur et en garantir la longévité :  N’appuyez pas sur la surface de l’écran.  N’écrivez pas sur l’écran et ne le touchez pas avec un objet tranchant.  Si vous ne pensez pas utiliser le moniteur et l’ordinateur pendant au moins une journée, éteignez-les ou utilisez les réglages Économiseur d’énergie.  En cas d’inactivité prolongée de votre ordinateur, éteignez l’écran, baissez la luminosité ou utilisez un programme d’économie d’écran qui assombrit ou modifie l’image affichée. Informations importantes sur l’organisation de l’espace de travail et la santé Voici quelques conseils permettant d’adapter votre environnement de travail à votre morphologie et prévenir la fatigue oculaire.  Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de manière à ce que vos cuisses soient légèrement inclinées et que vos pieds soient posés à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de telle sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie.Annexe B Environnement de travail, sécurité et entretien 87  Lorsque vous utilisez le clavier de l’ordinateur, vos épaules doivent être détendues. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, ou presque, et votre main doit être dans le prolongement du poignet. Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Si vous disposez d’un bureau modulaire, vous pouvez abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le poste de saisie est situé plus bas que le plan de travail.  Veillez à ce que la souris se trouve à hauteur du clavier. Prévoyez également un espace suffisant pour pouvoir la manipuler commodément.  Placez le moniteur de manière à ce que le haut de l’écran se trouve légèrement en dessous du niveau des yeux lorsque vous êtes assis à votre poste de travail. Il vous appartient de juger de la meilleure distance entre vos yeux et l’écran. Elle se situe en général entre 45 et 70 cm. 88 Annexe B Environnement de travail, sécurité et entretien  Positionnez le moniteur de façon à éviter que la réflexion sur sa surface de l’éclairage au plafond ou de la lumière des fenêtres de la pièce ne vous éblouisse. Si possible, utilisez un pied de moniteur inclinable. Le pied vous permet de régler le meilleur angle de vision et de réduire ou d’éliminer l’éblouissement causé par les sources lumineuses impossibles à déplacer. Pour plus d’information sur l’hygiène, la sécurité et la maintenance, consultez la page Internet d’Apple sur l’ergonomie à l’adresse www.apple.com/about/ergonomics (en anglais). Cuisses légèrement inclinées Épaules détendues Écran orienté de manière à réduire les reflets Mains dans le prolongement des avant-bras Avant-bras à l’horizontale ou légèrement relevés Dossier soutenant la région lombaire Pieds à plat sur le sol ou sur un repose-pied Haut de l’écran au niveau des yeux ou légèrement en dessous. (Vous devrez peut-être ajuster la hauteur du moniteur en surélevant votre plan de travail ou le moniteur lui-même) Espace dégagé sous le plan de travail 45–70 cm (18–28 in.)Annexe B Environnement de travail, sécurité et entretien 89 Prévention des dommages auditifs AVERTISSEMENT : l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque d’écoute à un niveau de volume trop élevé peut provoquer une perte permanente d’acuité auditive. L’oreille peut s’adapter petit à petit à des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux, mais qui risquent à la longue d’endommager votre système auditif. En cas de sifflements ou de perte d’acuité auditive, arrêtez d’utiliser le casque ou les écouteurs et consultez un médecin. Plus le volume est élevé, plus votre audition risque d’être affectée rapidement. Pour protéger votre système auditif, les spécialistes conseillent de prendre les mesures suivantes :  Limitez la durée d’utilisation à volume élevé de vos écouteurs ou de votre casque d’écoute.  Évitez d’augmenter le volume pour ne pas entendre les bruits environnants.  Baissez le volume si vous ne parvenez pas à entendre une personne qui vous parle.91 Regulatory Compliance Information Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. L‘utilisation de ce dispositif est autorisée seulement aux conditions suivantes : (1) il ne doit pas produire de brouillage et (2) l’utilisateur du dispositif doit étre prêt à accepter tout brouillage radioélectrique reçu, même si ce brouillage est susceptible de compromettre le fonctionnement du dispositif. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) In necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important:changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc., could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables (including Ethernet network cables) between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. 92 Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc. Product Compliance 1 Infinite Loop M/S 26-A Cupertino, CA 95014-2084 Wireless Radio Use This device is restricted to indoor use due to its operation in the 5.15 to 5.25 GHz frequency range to reduce the potential for harmful interference to cochannel Mobile Satellite systems. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the AirPort Card in this device is below the FCC radio frequency exposure limits for uncontrolled equipment. This device should be operated with a minimum distance of at least 20 cm between the AirPort Card antennas and a person’s body and must not be co-located or operated with any other antenna or transmitter. FCC Bluetooth Wireless Compliance The antenna used with this transmitter must not be colocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. Bluetooth Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. This device complies with RSS 210 of Industry Canada. Bluetooth Europe - EU Declaration of Conformity This wireless device complies with the specifications EN 300 328, EN 301-489, and EN 60950 following the provisions of the R&TTE Directive. Europe–EU Declaration of Conformity The equipment complies with the RF Exposure Requirement 1999/519/EC, Council Recommendation of 12 July 1999 on the limitation of exposure of the general public to electromagnetic fields (0 Hz to 300 GHz). This equipment meets the following conformance standards: EN300 328, EN301 893, EN301 489-17, EN60950. Par la présente, Apple Inc. déclare que la carte 802.11 Mini-PCIe est conforme aux exigences essentielles et aux autres dispositions pertinentes de la directive 1999/5/CE. Ce produit est conforme aux directives européennes 72/23/CEE, 89/336/CEE et 99/5/CE. Voir www.apple.com/euro/compliance.93 Korea Mouse Statement Korea Keyboard Statement Korea Statements Singapore Wireless Certification Taiwan Wireless Statements Taiwan Statement Taiwan Class B Statement VCCI Class B Statement Souris à diode électroluminescente (DEL) de Catégorie 1 La souris Mighty Mouse d’Apple est un produit à DEL de Catégorie 1 répondant aux normes IEC 60825-1 A1 A2. It also complies with the Canadian ICES-003 Class B Specification.94 Informations sur les modems USB externes Si vous connectez votre Mac Pro à la ligne téléphone par le biais d’un modem USB externe, reportez-vous aux informations fournies par l’organisme régissant les télécommunications mentionné dans la documentation accompagnant votre modem. Apple et l’environnement Apple Inc. reconnaît sa responsabilité en matière de minimisation de l’impact de son exploitation et de ses produits sur l’environnement. De plus amples informations sont disponibles sur le web à l’adresse : www.apple.com/fr/environment95 Informations sur l’élimination et le recyclage Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser correctement de votre produit en accord avec les normes et la législation de votre pays. Lorsque votre produit n’est plus utilisable, contactez Apple ou les autorités locales pour connaître les options qui vous sont proposées en matière de recyclage. Pour en savoir plus sur les programmes de recyclage proposés par Apple, rendez-vous à l’adresse : www.apple.com/fr/environment/recycling Informations sur la mise au rebut de la pile système Jetez toute pile en respectant les lois et les directives locales en matière d’environnement. California : The coin cell battery in your product contains perchlorates. Special handling and disposal may apply. Refer to www.dtsc.ca.gov/hazardouswaste/perchlorate. Deutschland: Das Gerät enthält Batterien. Diese gehören nicht in den Hausmüll. Sie können verbrauchte Batterien beim Handel oder bei den Kommunen unentgeltlich abgeben. Um Kurzschlüsse zu vermeiden, kleben Sie die Pole der Batterien vorsorglich mit einem Klebestreifen ab. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Taïwan: Union européenne — Informations sur la mise au rebut et le recyclage Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains. iMac G5 Guide de l’utilisateur Contient des informations sur la configuration, l’utilisation et le dépannage de votre ordinateur iMac G5 F3531M23_M33.book Page 1 Monday, October 3, 2005 3:24 PMK Apple Computer, Inc. © 2005 Apple Computer Inc. Tous droits réservés. En application des lois et conventions en vigueur, aucune reproduction totale ni partielle du manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer, Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations présentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, Final Cut Pro, FireWire, iCal, iDVD, iLife, iMac, iMovie, iPhoto, iPod, iTunes, Mac, le logo Mac, Mac OS et Macintosh sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. AirPort Express, Exposé, Finder, iSight, Safari, Spotlight, SuperDrive et Tiger sont des marques d’Apple Computer Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. .Mac est une marque de service d’Apple Computer, Inc. La marque et les logos Bluetooth sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple Computer, Inc. ENERGY STAR® est une marque déposée aux États-Unis. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. “Dolby”, “Pro Logic” et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Travaux confidentiels inédits. © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur elles-mêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n˚ 4,631,603, 4,577,216, 4,819,098 et 4,907,093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. F3531M23_M33.book Page 2 Monday, October 3, 2005 3:24 PM 3 1 Table des matières Chapitre 1 5 Premiers contacts 8 Étapes suivantes 10 Extinction ou suspension d’activité de votre iMac G5 Chapitre 2 11 Découverte de votre iMac G5 12 Vue de face 14 Vue de dos 16 À propos de Mac OS X 17 Personnalisation du bureau et réglage des préférences 18 Connexion à une imprimante 19 Lecture d’un CD et connexion d’écouteurs 19 Maintien à jour de votre logiciel 20 Connexion à un réseau 20 Utilisation d’Internet 21 Transfert de fichiers vers un autre ordinateur 22 Lorsqu’une application ne répond plus 22 Utilisation des applications 23 Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac Chapitre 3 25 Utilisation de votre iMac G5 26 Utilisation de la souris Mighty Mouse 28 Commandes du clavier 28 Utilisation de votre récepteur à infrarouge et de la télécommande 32 Utilisation de la caméra vidéo iSight intégrée 34 Mise en réseau sans fil AirPort Extreme 35 Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth 2.0 EDR 37 Connexion à un réseau Ethernet 39 Utilisation de périphériques audio 41 Connexion de la prise en charge de moniteurs externes (VGA, Composite et S-vidéo) 43 Utilisation du standard USB 2.0 (High-Speed Universal Serial Bus) 45 Connexion via FireWire 47 Utilisation de votre lecteur optique 50 Protection de votre iMac G5 F3531M23_M33.book Page 3 Monday, October 3, 2005 3:24 PM4 Table des matières Chapitre 4 51 Installation de la mémoire 51 Installation de mémoire supplémentaire 56 Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre iMac G5 Chapitre 5 57 Dépannage 58 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre iMac G5 59 Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac G5 61 Autres problèmes 62 Localisation du numéro de série de votre produit 63 Utilisation de la fonction Apple Hardware Test Annexe A 65 Caractéristiques Annexe B 67 Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 67 Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre iMac G5 69 Connecteurs et ports 69 Prévention des dommages auditifs 70 Ergonomie 71 Nettoyage de votre iMac G5 71 Transport de votre iMac G5 71 Apple et l’environnement Annexe C 73 Connexion à Internet 75 Fiche technique Assistant réglages 77 Configuration manuelle de votre connexion à Internet 78 Connexion commutée 81 Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN 87 Connexion sans fil AirPort 90 Dépannage de votre connexion F3531M23_M33.book Page 4 Monday, October 3, 2005 3:24 PM1 5 1 Premiers contacts Votre ordinateur iMac G5 a été conçu pour être configuré rapidement et être utilisé immédiatement. Si vous n’avez jamais utilisé d’iMac G5 ou n’êtes pas familiarisé avec les ordinateurs Macintosh, vous trouverez dans ce chapitre des instructions pour débuter. Si vous êtes un utilisateur expérimenté, peut-être êtes-vous déjà en mesure d’utiliser votre nouvel ordinateur. Veillez néanmoins à consulter les informations du chapitre 2, “Découverte de votre iMac G5” pour découvrir les nouvelles fonctionnalités de cet iMac G5. Câble CA Télécommande Clavier Souris Mighty Mouse MENU F3531M23_M33.book Page 5 Monday, October 3, 2005 3:24 PM6 Chapitre 1 Premiers contacts Suivez les instructions présentées aux deux pages suivantes pour configurer votre iMac G5. Étape 1 : Faites passer le câble d’alimentation à travers le trou présent sur le socle et branchez-le sur la prise d’alimentation située au dos de votre iMac G5. F3531M23_M33.book Page 6 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 1 Premiers contacts 7 Étape 2 : Pour accéder à Internet ou à un réseau, branchez une extrémité du câble Ethernet à l’iMac G5 et l’autre extrémité à un modem câble, un modem DSL ou bien un réseau. Étape 3 : Branchez les câbles du clavier et de la souris. G d d d F3531M23_M33.book Page 7 Monday, October 3, 2005 3:24 PM8 Chapitre 1 Premiers contacts Étape 4 : Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre iMac G5. Utilisation d’un clavier et d’une souris sans fil Si vous avez fait l’acquisition d’un clavier Apple Wireless Keyboard et d’une souris Apple Wireless Mouse avec votre iMac G5, consultez les instructions fournies avec ces périphériques pour les configurer et les utiliser avec votre ordinateur. Étapes suivantes La première fois que vous démarrez votre iMac G5, l’Assistant réglages se met en route. Il vous aide à saisir les informations concernant Internet et le courrier électronique ainsi qu’à configurer un utilisateur sur votre iMac G5. Si vous possédez déjà un ordinateur Macintosh, l’Assistant réglages peut vous aider à transférer automatiquement les fichiers, les applications et d’autres informations depuis votre ancien ordinateur vers votre nouvel iMac G5. Transfert d’informations vers votre iMac G5 Vous pouvez utiliser l’Assistant réglages pour transférer automatiquement des informations présentes sur un autre Mac vers votre nouvel iMac G5. Pour transférer des informations, assurez-vous des points suivants :  Votre autre ordinateur Mac doit disposer d’un port FireWire intégré et prendre en charge le mode disque cible FireWire.  L’autre ordinateur Mac dont vous disposez doit Mac OS X 10.1 ou ultérieur installé.  Il vous faut un câble FireWire pour relier les deux ordinateurs. ® F3531M23_M33.book Page 8 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 1 Premiers contacts 9 L’Assistant réglages vous guide tout au long du processus de transfert d’informations ; il vous suffit de suivre les instructions à l’écran. Le transfert d’informations vers votre iMac G5 n’affecte pas les informations se trouvant sur votre autre Mac. L’Assistant réglages vous permet de transférer :  Les comptes d’utilisateur, y compris les préférences et le courrier électronique.  Les réglages de réseau, afin que votre nouvel iMac G5 soit automatiquement configuré avec les mêmes réglages de réseau que votre autre Mac.  Le dossier Applications, afin que les applications que vous utilisiez sur votre autre Mac se trouvent à présent sur votre nouvel iMac G5 (certaines des applications transférées devront peut-être être réinstallées).  Les fichiers et dossiers stockés sur votre disque dur. Si vous n’utilisez pas l’Assistant réglages pour transférer vos informations lors du démarrage initial de votre iMac G5, vous pouvez le faire ultérieurement à l’aide de l’Assistant migration. Pour cela, ouvrez le dossier Applications, ouvrez le dossier Utilitaires, puis double-cliquez sur l’icône Assistant migration. Remarque : si vous effectuez votre transfert d’informations ultérieurement à l’aide de l’Assistant migration, veillez à ce que FileVault soit désactivé sur votre ancien ordinateur. Pour désactiver FileVault, choisissez le menu Pomme () > Préférences Système, cliquez sur Sécurité puis suivez les instructions à l’écran. Configuration de votre iMac G5 pour Internet Si vous n’avez pas transféré vos réglages de réseau, l’Assistant réglages peut également vous guider tout au long de la configuration de votre iMac G5 en vue de la connexion à Internet. Pour les particuliers, l’accès à Internet requiert généralement l’ouverture d’un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (éventuellement payant). Si vous disposez déjà d’un compte Internet, consultez l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 73 pour savoir quelles sont les informations à saisir. Informations supplémentaires Pour obtenir davantage d’informations, consultez les sections suivantes : Pour en savoir plus sur... Consultez... L’extinction ou la suspension d’activité de votre iMac G5 “Extinction ou suspension d’activité de votre iMac G5” ci-après. L’utilisation des différentes parties de votre iMac G5 et la réalisation de certaines tâches courantes Le chapitre 2, “Découverte de votre iMac G5”, à la page 11. La recherche d’informations supplémentaires disponibles dans l’aide à l’écran “Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac” à la page 23. L’utilisation d’une fonctionnalité spécifique de l’iMac G5 ou la connexion d’un périphérique numérique Le chapitre 3, “Utilisation de votre iMac G5”, à la page 25. F3531M23_M33.book Page 9 Monday, October 3, 2005 3:24 PM10 Chapitre 1 Premiers contacts Extinction ou suspension d’activité de votre iMac G5 Lorsque vous avez terminé de travailler avec votre iMac G5, suspendez l’activité de votre ordinateur ou éteignez-le. Suspendre l’activité de votre iMac G5 Si vous envisagez de ne pas utiliser votre iMac G5 pendant une période inférieure à quelques jours, suspendez-en l’activité. Lorsque l’activité de votre iMac G5 est suspendue, son écran s’éteint et une petite lumière blanche située dans l’angle inférieur droit de l’écran clignote. Vous avez la possibilité de le réactiver rapidement sans passer par la procédure de démarrage. Pour suspendre rapidement l’activité de votre ordinateur, procédez de l’une des manières suivantes :  Choisissez le menu Pomme () > Suspendre l’activité.  Appuyez sur le bouton d’alimentation situé à l’arrière de l’iMac G5.  Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système, cliquez sur Économiseur d’énergie et définissez un délai pour la minuterie de mise en veille.  Maintenez enfoncé le bouton Lecture/Pause de la télécommande pendant 3 secondes. Pour réactiver votre iMac G5, appuyez sur une touche du clavier ou un bouton de la télécommande. À la réactivation de l’ordinateur, vos applications, documents et réglages d’ordinateur réapparaissent exactement tels que vous les aviez laissés. Éteindre votre iMac G5 Si vous ne comptez pas utiliser votre iMac G5 pendant plusieurs jours, éteignez-le. Choisissez le menu Pomme () > Éteindre. L’installation de mémoire Le chapitre 4, “Installation de la mémoire”, à la page 51. Le dépannage de votre iMac G5 en cas de problème Le chapitre 5, “Dépannage”, à la page 57. Pour en savoir plus sur... Consultez... Avertissement : éteignez votre iMac G5 avant de le déplacer. Tout déplacement de votre iMac G5 lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur. F3531M23_M33.book Page 10 Monday, October 3, 2005 3:24 PM2 11 2 Découverte de votre iMac G5 Dans ce chapitre, vous trouverez des informations élémentaires concernant votre iMac G5. Il vous offre une vue d’ensemble des différents éléments de votre iMac G5 et des caractéristiques de Mac OS X, notamment des informations sur les tâches basiques, comme par exemple personnaliser l’apparence du bureau, se connecter à une imprimante, lire un CD, utiliser Internet, obtenir des réponses lorsque vous avez besoin d’aide et plus encore. Pour obtenir les informations les plus récentes Apple publiant fréquemment des nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels système, il est possible que les images de ce manuel soient légèrement différentes de ce que vous voyez à l’écran. Le site Web d’Apple, à l’adresse www.apple.com, vous donne accès aux informations, téléchargements gratuits et catalogues en ligne des logiciels et matériaux Apple les plus récents destinés à votre iMac. Vous trouverez également les manuels de nombreux produits Apple, ainsi que l’assistance technique pour tous les produits Apple, sur le site Web de service et d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. F3531M23_M33.book Page 11 Monday, October 3, 2005 3:24 PM12 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Vue de face Ports USB Haut-parleur intégré Capteur de lumière intégré Récepteur à infrarouge intégré Haut-parleur intégré Porte-télécommande Lecteur de disque optique à chargement par fente Touche d’éjection de disque Boutons de réglage du volume Caméra vidéo iSight intégrée Micro intégré Lampe témoin de la caméra vidéo Souris Mighty Mouse Clavier Apple Keyboard Lampe témoin d’alimentation d C - Télécommande MENU F3531M23_M33.book Page 12 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 13 - Micro intégré Enregistrez des sons directement sur votre iMac G5 ou parlez avec des amis en direct via une connexion à haut débit avec l’application intégrée iChat AV. Caméra vidéo iSight intégrée Participez à des vidéoconférences avec vos amis, votre famille et vos collègues grâce à l’application iChat AV intégrée. Lampe témoin de la caméra vidéo Une petite diode électroluminescente verte s’allume lorsque la caméra vidéo de votre iMac G5 capture et affiche des données vidéo. Lecteur de disque optique à chargement par fente Votre iMac G5 est équipé d’un lecteur SuperDrive qui peut lire des disques CD-ROM, des CD de photos, des disques audio standard, des DVD et des films DVD. Le lecteur SuperDrive vous permet également de graver de la musique, des documents et d’autres fichiers numériques sur des disques CD-R, CD-RW, DVD±R, DVD±RW et DVD+R double couche. Lampe témoin d’alimentation Un voyant blanc indique que votre iMac G5 est en veille. Lorsque votre iMac G5 est allumé, ce voyant est éteint. Haut-parleurs intégrés Écoutez de la musique, le son de vos films, jeux et fichiers multimédia. Porte-télécommande Rangez la télécommande lorsque vous ne vous en servez pas. - Boutons de réglage du volume Ces boutons permettent d’augmenter ou de baisser le volume du son provenant des haut-parleurs intégrés et du port de sortie audio. C Touche d’éjection de disque Maintenez cette touche enfoncée pour éjecter un CD ou un DVD. Il est également possible d’éjecter un disque en faisant glisser son icône dans la Corbeille. Souris Mighty Mouse Utilisez la souris multibouton programmable et sa boule de défilement innovatrice pour cliquer, activer des fonctionnalités et naviguer dans vos documents. Télécommande Utilisez la télécommande et l’interface Front Row pour accéder à vos morceaux dans iTunes, lire des diaporamas iPhoto, regarder des films et bien plus encore, sans même besoin d’être devant votre bureau. d Deux ports USB (Universal Serial Bus) 1.1 sur le clavier Apple Keyboard Branchez des périphériques USB 1.1 à faible consommation, tels qu’une souris, un appareil photo numérique ou une manette de jeu, au clavier de votre ordinateur iMac G5. Connectez votre souris à l’un des ports USB du clavier. (Trois ports USB 2.0 à haute vitesse se trouvent également à l’arrière de votre iMac G5.) Capteur de lumière intégré Réglez automatiquement la luminosité de la lampe témoin d’alimentation lorsque l’iMac G5 est en veille, en fonction de la lumière disponible. Récepteur à infrarouge intégré Utilisez la télécommande et le récepteur à infrarouge intégré pour travailler encore plus facilement avec votre iMac G5. F3531M23_M33.book Page 13 Monday, October 3, 2005 3:24 PM14 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Vue de dos Port de sortie casque/ sortie audio optique Port d’entrée audio optical out , f £ Port de sortie vidéo d Ports USB 2.0 (3) Port Ethernet (10/100/1000Base-T) G H Ports FireWire (2) Bouton d’alimentation Port d’alimentation ® Accès à la mémoire Logement de sécurité F3531M23_M33.book Page 14 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 15 £ Port de sortie vidéo La carte VGA Apple facultative (disponible sur www.apple.com/francestore) vous permet de connecter à votre ordinateur un moniteur externe ou un projecteur utilisant un port VGA. L’adaptateur vidéo Apple (disponible sur www.apple.com/francestore) vous permet de connecter un téléviseur, un magnétoscope ou autre appareil vidéo doté d’un connecteur vidéo S-vidéo ou composite. G Port Ethernet (10/100/1000Base-T) Connectez-vous à un réseau Ethernet 10/100/1000 Base-T à grande vitesse ou à un modem câble ou DSL, ou bien connectez-vous à un autre ordinateur et transférez les fichiers. Le port Ethernet détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. , Port d’entrée de ligne audio Permet l’entrée audio d’un microphone ou de tout autre appareil audio connecté à votre iMac G5. f Port de sortie casque/sortie audio optique Permet de connecter des écouteurs ou tout autre périphérique de sortie audio. Il permet également de brancher votre iMac G5 à un récepteur, à un système home cinéma ou à tout autre équipement numérique audio à l’aide d’un câble audio optique muni d’une mini-prise. d Trois ports USB (Universal Serial Bus) 2.0 Connectez des imprimantes, des appareils photo numériques, des manettes de jeu et bien plus. Vous pouvez brancher des appareils USB 1.1 et des appareils USB 2.0 à haute vitesse. H Deux ports FireWire 400 Connectez des périphériques à haute vitesse tels que des caméras vidéo numériques et des périphériques de stockage externes. Accès à la mémoire Votre iMac G5 est fourni avec un minimum de 512 mégaoctets (Mo) de mémoire DDR2 SDRAM (Double Data Rate 2-Synchronous Dynamic Random Access Memory) PC2-4200 à 533 MHz. Vous pouvez ajouter de la mémoire à votre iMac G5 afin d’obtenir jusqu’à 2.5 Go. Pour obtenir plus d’informations sur l’installation de mémoire, consultez la section “Installation de mémoire supplémentaire” à la page 51. Logement de sécurité Fixez un verrou et un câble antivol (disponibles sur le site www.apple.com/francestore). ® Bouton d’alimentation Il permet d’allumer votre iMac G5 ou de suspendre son activité. Maintenez ce bouton enfoncé pour réinitialiser l’ordinateur lors des procédures de dépannage. ≤ Port d’alimentation Branchez-y le câble d’alimentation de votre iMac G5. Z Technologie AirPort Extreme (interne) Connectez-vous à un réseau sans fil grâce à la technologie AirPort Extreme intégrée à votre iMac G5. ◊ Technologie sans fil Bluetooth® 2.0 EDR (interne) Connectez-vous sans fil aux périphériques utilisant la technologie Bluetooth, tels que téléphones portables, organiseurs et imprimantes, ainsi qu’au clavier sans fil Apple Wireless Keyboard et à la souris sans fil Apple Wireless Mouse (le clavier Apple Wireless Keyboard et la souris Apple Wireless Mouse sont en vente sur le site www.apple.com/francestore). F3531M23_M33.book Page 15 Monday, October 3, 2005 3:24 PM16 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 À propos de Mac OS X Votre iMac G5 est équipé de Mac OS X “Tiger”, qui comprend Spotlight, un moteur de recherche amélioré qui indexe automatiquement l’ensemble de vos fichiers ; Dashboard, une interface qui permet d’accéder rapidement aux “widgets” ou mini-applications ; Exposé, qui dispose en mosaïque et organise de façon claire toutes vos applications ouvertes, et enfin, Front Row, une nouvelle interface permettant d’accéder à vos morceaux, photos, vidéos et films et de les contrôler via la télécommande fournie avec votre iMac G5. Lorsque vous serez prêt à en apprendre davantage sur Mac OS X et les applications iLife, maintes fois primées, qui accompagnent votre iMac G5, consultez le fascicule Bienvenue sur Tiger fourni avec votre iMac G5. Vous pouvez également ouvrir l’Aide Mac et parcourir les informations qu’elle contient. Vous trouverez un grand volume d’informations pour les utilisateurs novices et expérimentés, ainsi que pour ceux qui passent au Mac. Si vous rencontrez des problèmes lors de l’utilisation de Mac OS X, reportezvous aux informations de dépannage au dos de ce manuel ou allez dans la barre des menus en haut de l’écran et sélectionnez Aide > Aide Mac. Pour obtenir des informations sur les applications qui sont compatibles avec Mac OS X ou pour en savoir plus sur Mac OS X en général, consultez le site Web consacré à Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx. Remarque : si vous souhaitez utiliser les applications Mac OS 9 avec votre iMac G5, vous devez installer une version de Mac OS 9 qui prend en charge l’environnement Classic (consultez la section “Installation de Mac OS 9” à la page 60). Mac OS 9 ne peut pas être installé comme système d’exploitation principal de votre iMac G5 et il n’est pas possible de démarrer votre iMac G5 sous Mac OS 9. F3531M23_M33.book Page 16 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 17 Personnalisation du bureau et réglage des préférences Grâce aux Préférences Système, vous pouvez donner à votre bureau l’apparence souhaitée sans perdre de temps. Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. N’hésitez pas à changer et à essayer ce qui suit :  Bureau & économiseur d’écran : sélectionnez cette sous-fenêtre de préférences pour changer la couleur et le motif du bureau ou pour le remplacer par la photo ou l’image de votre choix. Vous pouvez également choisir un effet d’écran accrocheur, qui apparaît lorsque votre iMac G5 reste inactif.  Dock : sélectionnez cette sous-fenêtre de préférences pour changer l’apparence, l’emplacement et le comportement de votre Dock.  Apparence : sélectionnez cette sous-fenêtre de préférences pour changer entre autres la couleur des boutons, menus et fenêtres, ainsi que la couleur de mise en surbrillance. Tout en vous familiarisant avec votre iMac G5, découvrez progressivement les autres Préférences Système. Préférences Système constitue le poste de commande qui vous permet d’effectuer la plupart des réglages de votre iMac G5. Pour en savoir plus, choisissez Aide > Aide Mac et recherchez “Préférences Système” ou la préférence que vous souhaitez modifier. F3531M23_M33.book Page 17 Monday, October 3, 2005 3:24 PM18 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Connexion à une imprimante Suivez les instructions fournies avec votre imprimante pour installer les logiciels requis et connecter l’imprimante. Mac OS X comprend la plupart des gestionnaires d’imprimantes. Vous pouvez connecter la plupart des imprimantes au moyen d’un câble USB ; d’autres requièrent une connexion en réseau comme Ethernet. Si vous possédez une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme, vous pouvez connecter une imprimante USB à la borne d’accès (plutôt qu’à l’ordinateur) pour effectuer des tâches d’impression sans fil. Lorsque vous connectez une imprimante USB ou FireWire, celle-ci est normalement automatiquement détectée par votre ordinateur qui l’ajoute alors à la liste des imprimantes disponibles. Il est possible que vous ayez besoin du nom de réseau ou de l’adresse des imprimantes connectées à un réseau pour pouvoir imprimer. Pour configurer une imprimante : 1 Ouvrez Préférences Système et cliquez sur l’icône Imprimantes et fax. 2 Cliquez sur Impression puis sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter une imprimante. 3 Sélectionnez l’imprimante que vous souhaitez utiliser, puis cliquez sur Ajouter. 4 Utilisez les boutons Ajouter (+) et Supprimer (–) pour choisir les imprimantes que ous souhaitez voir apparaître dans la liste des imprimantes. F3531M23_M33.book Page 18 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 19 Contrôle de l’impression Après avoir envoyé un document à une imprimante, vous pouvez contrôler l’impression, notamment interrompre votre tâche d’impression ou la placer temporairement en attente. Pour contrôler l’impression, cliquez sur l’icône Imprimante dans le Dock pour ouvrir la fenêtre de l’imprimante. Vous voyez alors la liste des travaux d’impression et la file d’attente sur lesquelles vous pouvez intervenir. Pour obtenir plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac et recherchez “impression”. Lecture d’un CD et connexion d’écouteurs Si vous souhaitez écouter de la musique pendant que vous travaillez sur votre iMac G5, insérez un CD dans le lecteur optique. iTunes, un lecteur de musique convivial, s’ouvre automatiquement. Pour une écoute privée, branchez des écouteurs dotés d’une prise mini-jack au port de sortie casque/sortie audio optique (f) de votre iMac G5. Pour en savoir plus sur iTunes : m Ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. Pour en savoir plus sur votre lecteur optique, consultez “Utilisation de votre lecteur optique” à la page 47. Maintien à jour de votre logiciel Vous pouvez vous connecter à Internet pour télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournies par Apple. Chaque fois que vous vous connectez à Internet, “Mise à jour de logiciels” consulte les serveurs Internet d’Apple pour rechercher les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre Mac afin qu’il recherche régulièrement dans les serveurs Apple des mises à jour de logiciels, puis qu’il les télécharge et les installe sur votre ordinateur. F3531M23_M33.book Page 19 Monday, October 3, 2005 3:24 PM20 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Pour rechercher des logiciels mis à jour : 1 Ouvrez les Préférences Système. 2 Cliquez sur l’icône “Mise à jour de logiciels” et suivez les instructions à l’écran.  Pour plus d’informations, recherchez “Mise à jour de logiciels” dans l’Aide Mac.  Pour obtenir les toutes dernières informations concernant Mac OS X, rendez-vous sur le site Web Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx. Connexion à un réseau Si vous souhaitez connecter votre iMac G5 à un réseau Ethernet, à un modem câble ou DSL ou à un réseau sans fil, consultez “Connexion à un réseau Ethernet” à la page 37 et “Mise en réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 34 pour plus d’informations sur la configuration d’une connexion Ethernet ou AirPort. Ouvrez aussi l’Aide Mac et recherchez “Ethernet” ou “AirPort” pour une aide supplémentaire. Utilisation d’Internet Lors de la configuration initiale de votre iMac G5, Assistant réglages vous a aidé à vous connecter à Internet. Pour utiliser une connexion de type différent, telle que par modem DSL ou câble, réseau local (LAN) Ethernet ou réseau AirPort Extreme, vous trouverez plus d’informations dans l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 73. F3531M23_M33.book Page 20 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 21 Transfert de fichiers vers un autre ordinateur Plusieurs solutions vous sont offertes pour transférer des fichiers ou des documents depuis ou vers votre iMac G5.  Vous pouvez facilement transférer des fichiers à l’aide d’Assistant réglages. Pour plus d’informations, consultez la section “Transfert d’informations vers votre iMac G5” à la page 8.  Vous pouvez transférer des fichiers via Internet en utilisant .Mac ou d’autres comptes Internet. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.mac.com.  Si votre iMac G5 est connecté à un réseau Ethernet, vous pouvez transférer des fichiers vers un autre ordinateur sur ce même réseau. Pour accéder à un autre serveur ou ordinateur, ouvrez une fenêtre du Finder et cliquez sur Réseau. Si vous connaissez le nom ou l’adresse réseau de l’ordinateur, choisissez Aller > Se connecter au serveur dans la barre des menus du Finder.  Vous pouvez créer un réseau Ethernet de petite taille en reliant votre iMac G5 au port Ethernet d’un autre ordinateur à l’aide d’un câble Ethernet. Pour obtenir plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac et recherchez “connexion de deux ordinateurs”.  Vous pouvez également vous connecter à un autre Mac au moyen d’un câble FireWire. Votre iMac G5 apparaît comme un lecteur de disque sur l’autre ordinateur. Vous pouvez alors transférer les fichiers. Pour plus d’informations sur l’utilisation de FireWire pour le transfert de fichiers, consultez la section “Utilisation du mode disque cible FireWire” à la page 46.  Vous pouvez vous connecter à un réseau sans fil AirPort pour transférer des fichiers. Pour plus d’informations, consultez la section “Mise en réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 34. Pour obtenir de plus amples informations sur le transfert de fichiers et de documents, ouvrez l’Aide Mac et recherchez “transfert de fichiers” ou le type de connexion dont vous avez besoin. F3531M23_M33.book Page 21 Monday, October 3, 2005 3:24 PM22 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Lorsqu’une application ne répond plus Il peut arriver, très rarement, qu’une application se “fige” à l’écran. Mac OS X permet de quitter une application qui ne répond plus sans redémarrer votre iMac G5, ce qui permet d’enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à quitter : 1 Appuyez sur Commande (x) + Option + Échap ou bien choisissez le menu Pomme () > Forcer à quitter. La boîte de dialogue Forcer à quitter des applications apparaît avec l’application sélectionnée. 2 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application quitte, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Si besoin est, vous pouvez forcer la fermeture de l’environnement Classic, ce qui ferme alors toutes les applications Mac OS 9. Vous pouvez également redémarrer le Finder à partir de cette zone de dialogue. Si vous rencontrez d’autres difficultés, consultez le chapitre 5, “Dépannage”, à la page 57. Utilisation des applications Votre iMac G5 est accompagné d’applications logicielles, notamment les applications iLife, qui vous permettront d’envoyer des messages électroniques, de naviguer sur Internet, de discuter en ligne, d’organiser vos morceaux de musique et vos photos numériques, de créer des séquences et bien plus encore. Pour en savoir plus sur ces applications, ouvrez une application puis son Aide Mac correspondante. F3531M23_M33.book Page 22 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 23 Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac Vous trouverez la plupart des informations concernant l’utilisation de votre Mac dans l’Aide Mac. Pour ouvrir l’Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône Finder dans le Dock (la barre des icônes située au bas de l’écran). 2 Choisissez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide dans la barre des menus et sélectionnez Aide Mac). 3 Cliquez dans le champ Rechercher, tapez votre question et appuyez sur la touche Retour du clavier. F3531M23_M33.book Page 23 Monday, October 3, 2005 3:24 PMF3531M23_M33.book Page 24 Monday, October 3, 2005 3:24 PM3 25 3 Utilisation de votre iMac G5 Ce chapitre vous apporte des instructions relatives à l’utilisation des diverses fonctionnalités et caractéristiques intégrées à votre iMac G5 afin d’en tirer le meilleur parti. Vous trouverez des informations importantes dans les sections suivantes :  “Utilisation de la souris Mighty Mouse” à la page 26  “Commandes du clavier” à la page 28  “Utilisation de votre récepteur à infrarouge et de la télécommande” à la page 28  “Utilisation de la caméra vidéo iSight intégrée” à la page 32  “Mise en réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 34  “Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth 2.0 EDR” à la page 35  “Connexion à un réseau Ethernet” à la page 37  “Utilisation de périphériques audio” notamment la combinaison du port de sortie casque/audio optique, à la la page 39  “Connexion de la prise en charge de moniteurs externes (VGA, Composite et S-vidéo)” à la page 41  “Utilisation du standard USB 2.0 (High-Speed Universal Serial Bus)” à la page 43  “Connexion via FireWire” à la page 45  “Utilisation de votre lecteur optique” à la page 47  “Protection de votre iMac G5” à la page 50 Pour en savoir plus sur les capacités de votre iMac G5, commencez par lire ce chapitre. Vous trouverez de plus amples informations dans l’Aide Mac et sur le site Web d’assistance iMac à l’adresse www.apple.com/fr/support/imac. F3531M23_M33.book Page 25 Monday, October 3, 2005 3:24 PM26 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Utilisation de la souris Mighty Mouse Votre iMac G5 est livré avec la souris Mighty Mouse, qui présente une boule de défilement à 360 degrés cliquable dotée d’un dispositif de défilement réglable, une paire de boutons latéraux à capteurs d’effort et des boutons droit et gauche à technologie tactile. Configurez la souris Mighty Mouse comme une souris monobouton ou bien programmez-la de manière à exploiter la boule de défilement, lancer Exposé ou encore afficher Dashboard. Programmation de votre souris Mighty Mouse Vous pouvez configurer la souris Mighty Mouse comme une souris monobouton ou bien la programmer comme une souris multibouton via la sous-fenêtre Souris des préférences Clavier et souris. Pour ouvrir les préférences Clavier et souris : 1 Choisissez le menu Pomme (K) > Préférences Système. Boule de déplacement (bouton) Bouton gauche Bouton latéral Bouton droit Bouton latéral F3531M23_M33.book Page 26 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 27 2 Cliquez sur Souris et clavier, puis sur Souris. Utilisez les menus locaux des préférences Clavier et souris de la sous-fenêtre Souris pour assigner les actions suivantes à un bouton :  Attribuer les boutons principal et secondaire  Activer Exposé  Afficher Dashboard  Ouvrir Spotlight  Passer d’une application à l’autre  Ouvrir les applications Vous pouvez également désactiver le défilement vertical et horizontal et régler les vitesses de déplacement, de défilement et de double-clic. En savoir plus sur la souris Mighty Mouse Vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur la programmation et l’utilisation de votre souris Mighty Mouse dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac et recherchez “souris Mighty Mouse”. F3531M23_M33.book Page 27 Monday, October 3, 2005 3:24 PM28 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Commandes du clavier Les commandes du clavier vous permettent de régler rapidement le volume ou d’éjecter un disque, par exemple. Pour augmenter le contraste de l’écran, appuyez sur la touche F15 de votre clavier. Pour diminuer le contraste, appuyez sur la touche F14. Avec Exposé, vous pouvez facilement gérer les fenêtres sur l’écran. Pour voir toutes les fenêtres ouvertes d’un seul coup d’œil, appuyez sur F9. Pour voir toutes les fenêtres ouvertes dans l’application active, appuyez sur F10. Pour masquer toutes les fenêtres ouvertes et visualiser le bureau, appuyez sur F11. Utilisation de votre récepteur à infrarouge et de la télécommande La télécommande fonctionne avec l’interface Front Row et le récepteur à infrarouge intégré, situé sous le logo Apple () à l’avant de votre iMac G5. Utilisez votre télécommande pour ouvrir Front Row, lire vos morceaux dans iTunes, regarder des diaporamas dans iPhoto ou des bandes-annonces dans QuickTime, lire un DVD dans Lecteur DVD et bien plus encore. Et ce, depuis l’autre bout de la pièce ! Bouton Diminuer le volume Bouton Augmenter le volume Touche de mode silencieux Touche d’éjection de disque F3531M23_M33.book Page 28 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 29 Si vous n’utilisez pas la télécommande, rangez-la sur le porte-télécommande situé sur le côté droit de votre iMac G5. Utilisez votre télécommande pour :  régler le volume d’un morceau, lire ou mettre un morceau en pause ou encore passer à la piste suivante ou précédente dans iTunes ;  lire n’importe lequel de vos albums d’iPhoto sous forme de diaporama ;  lire des films se trouvant dans votre dossier Séquences ou visionner des bandesannonces QuickTime en ligne ;  lire un DVD se trouvant dans votre lecteur optique à l’aide de Lecteur DVD. Pour utiliser votre télécommande :  Appuyez sur le bouton Menu pour ouvrir l’interface Front Row et lire des morceaux, des diaporamas, des films, des bandes-annonces et des clips vidéo. Appuyez sur le bouton Menu pour revenir au menu précédent.  Appuyez sur les boutons Augmenter le volume (+) et Diminuer le volume (–) pour vous déplacer parmi les options de menu et régler le volume.  Appuyez sur le bouton Sélection/Lecture/Pause pour sélectionner une option dans le menu. Avec ce bouton, vous pouvez également lire ou mettre en pause un morceau d’iTunes, un diaporama d’iPhoto ou l’un de vos films. Avertissement : le porte-télécommande est équipé d’un aimant susceptible d’effacer les données d’un disque dur ou d’un iPod. Pour éviter de perdre vos données, maintenez tout support magnétique à distance du porte-télécommande. F3531M23_M33.book Page 29 Monday, October 3, 2005 3:24 PM30 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5  Appuyez sur les boutons Précédent/Retour rapide et Suivant/Avance rapide pour passer à la piste suivante ou précédente dans iTunes ; maintenez-les enfoncés pour effectuer une avance rapide dans une piste. De même, utilisez ces boutons pour passer au chapitre suivant ou précédent d’un film DVD, et maintenez-les enfoncés pour effectuer une avance ou un retour rapide. Jumelage de votre télécommande Votre télécommande peut être utilisée avec tout iMac G5 doté d’un récepteur à infrarouge. Si vous possédez plusieurs ordinateurs iMac ou appareils dotés de récepteurs à infrarouge dans une même pièce (par exemple, plus d’un iMac dans un bureau ou un laboratoire), vous avez la possibilité de “jumeler” votre télécommande avec un ordinateur ou un appareil précis. Le jumelage permet de configurer l’ordinateur ou l’appareil récepteur de façon à ce qu’il soit contrôlé par une seule télécommande. Pour jumeler votre télécommande avec votre iMac : 1 Placez-vous à proximité de votre iMac (à 10 centimètres environ). 2 Dirigez votre télécommande vers le logo Apple situé sur le devant de votre iMac G5. 3 Maintenez enfoncés les boutons Menu et Suivant/Avance rapide de la télécommande pendant 5 secondes. Pour annuler le jumelage de la télécommande et de l’iMac : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Sécurité puis sur Désactiver le jumelage. Bouton Suivant/Avance Rapide Bouton Sélection/Lecture/Pause Logement de la pile Bouton Augmenter le volume Émetteur infrarouge Bouton Diminuer le volume Bouton Précédent/Retour Rapide Bouton Menu MENU F3531M23_M33.book Page 30 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 31 Remplacement de la pile La télécommande est fournie avec une pile. Lorsque cela s’avère nécessaire, remplacez cette pile par une pile CR 2032. Pour remettre la pile en place : 1 Ouvrez le logement de la pile en appuyant sur le bouton à l’aide d’un petit objet, tel qu’il est décrit sur l’illustration ci-dessus. 2 Ôtez le logement de la pile et retirez-la. 3 Insérez la nouvelle pile, son côté positif (+) tourné vers le haut. 4 Refermez le logement de la pile. Désactivation de la réception infrarouge Les préférences de Sécurité vous permettent d’activer ou de désactiver la réception infrarouge de votre iMac G5. Pour désactiver la réception infrarouge :  Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus et cliquez sur Sécurité.  Cochez la case “Désactiver le récepteur à infrarouge de la télécommande”. En savoir plus sur la télécommande L’Aide Mac fournit des informations supplémentaires sur la télécommande. Choisissez Aide > Aide Mac et recherchez “télécommande”. Appuyez sur ce bouton à l’aide d’un petit objet arrondi pour éjecter partiellement le logement de la pile. Face positive (+) vers le haut. Tirez afin de libérer le logement de la pile. MENU F3531M23_M33.book Page 31 Monday, October 3, 2005 3:24 PM32 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Utilisation de la caméra vidéo iSight intégrée Grâce à la caméra vidéo iSight intégrée, vous avez la possibilité d’organiser des vidéoconférences en temps réel avec animation vidéo intégrale avec d’autres utilisateurs d’iChat AV. Votre iMac G5 est également doté d’un micro intégré, ce qui vous permet de profiter à la fois du son et de l’image durant votre vidéoconférence iChat AV. Organisation de vidéoconférences Pour utiliser la caméra iSight intégrée en vue de lancer une vidéoconférence, vous avez besoin des éléments suivants :  Un compte .Mac, America Online (AOL) ou AOL Instant Messenger (AIM) (requis pour iChat AV).  Une connexion à Internet à haut débit via câble modem ou DSL, ou un réseau local (LAN). Il n’est pas possible d’utiliser une connexion à Internet par modem commuté.  Une personne avec laquelle réaliser la vidéoconférence (vous pouvez par exemple réaliser une vidéoconférence avec d’autres utilisateurs d’iChat AV). Pour débuter une vidéoconférence : 1 Ouvrez iChat AV. 2 Cliquez sur le bouton représentant une caméra situé à côté d’un contact dans votre liste de contacts. Caméra vidéo Microphone Lampe témoin de la caméra vidéo F3531M23_M33.book Page 32 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 33 Cela illuminera le voyant DEL vert situé à côté de la caméra iSight intégrée, indiquant que vous en train d’enregistrer des données vidéo. Cela enverra également une invitation à votre contact et vous permettra de voir de quoi vous avez l’air à la caméra. Lorsqu’un contact accepte votre invitation, vous pouvez alors le voir apparaître sur votre écran, de même que vous apparaissez sur le sien. Vidéoconférence avec plusieurs contacts Il est possible de réaliser des vidéoconférences en compagnie de deux, et jusqu’à trois, contacts à la fois. Un des contacts “accueille” la vidéoconférence et les autres, les “invités”, y participent. Pour débuter une vidéoconférence avec plusieurs contacts : 1 Ouvrez iChat AV. 2 Au moment de sélectionner les contacts que vous souhaitez inviter à votre vidéoconfé- rence, maintenez la touche Commande enfoncée. 3 Cliquez sur le bouton représentant une caméra situé au bas de votre liste de contacts. Pour en savoir plus sur l’ajout de contacts à votre liste, choisissez Aide > Aide iChat AV. Extinction de la caméra vidéo iSight Pour éteindre la caméra iSight, fermez la fenêtre active iChat. Le voyant DEL vert situé à côté de la caméra s’éteint, ce qui indique que la caméra vidéo est éteinte et que l’enregistrement est interrompu. Utilisation de votre photo en tant qu’icône de contact Vous avez la possibilité de vous prendre en photo à l’aide de la caméra iSight intégrée et d’utiliser cette photo comme icône de contact. Elle apparaîtra dans la liste de contacts des autres utilisateurs, si vous en faites partie. Pour définir votre icône de contact : 1 Ouvrez iChat AV. 2 Choisissez Contacts > Changer ma photo. 3 Cliquez sur le bouton représentant une caméra. 4 Souriez ! F3531M23_M33.book Page 33 Monday, October 3, 2005 3:24 PM34 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Mise en réseau sans fil AirPort Extreme La technologie AirPort Extreme est intégrée à votre iMac G5. AirPort permet d’accéder sans fil à Internet en toute simplicité et sans vous ruiner n’importe où, que ce soit chez vous, au bureau ou dans un établissement scolaire. Au lieu de faire appel à des câbles classiques, AirPort utilise la technologie de réseau local (LAN) sans fil permettant une communication sans fil entre plusieurs ordinateurs. Vous pouvez utiliser un réseau sans fil pour configurer l’accès à Internet, transférer des fichiers, jouer à plusieurs en réseau et bien d’autres choses encore. Remarque : vous aurez également besoin d’une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme et d’un accès à Internet (éventuellement payant). Certains fournisseurs d’accès à Internet ne sont pas encore compatibles avec AirPort. La portée varie en fonction des conditions d’emplacement. Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort Le système AirPort permet d’établir une connexion sans fil avec un appareil appelé borne d’accès qui dispose, lui, d’une connexion physique à Internet. La technologie AirPort fonctionne comme un téléphone sans fil. Grâce à la technologie AirPort Extreme, votre iMac G5 établit une connexion sans fil à une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme, elle-même connectée à Internet via une ligne téléphonique ou un modem DSL ou câble. Connexion à Internet Antenne AirPort AirPort Express Sortie CA Modem câble ou DSL F3531M23_M33.book Page 34 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 35 En savoir plus sur AirPort Pour acheter une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme, adressez-vous à un revendeur agréé Apple ou bien visitez l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore. Des informations supplémentaires sur AirPort sont disponibles dans l’Aide AirPort. Sélectionnez Aide > Aide Mac, puis Centre d’aide > Aide AirPort. Vous pouvez également trouver des informations sur le site Web AirPort d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/airport. Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth 2.0 EDR Votre iMac G5 est doté de la technologie sans fil Bluetooth 2.0 EDR (“enhanced data rate”, ou débit des données amélioré). Cette dernière vous permet de créer des connexions sans fil de faible portée entre des ordinateurs, des organiseurs, des téléphones portables, des téléphones appareils photo, des imprimantes, des appareils photo numériques et des périphériques d’entrée sans fil tels que le clavier Apple Wireless Keyboard ou la souris Apple Wireless Mouse (disponibles à la vente sur le site www.apple.com/francestore). La technologie sans fil Bluetooth permet d’éliminer les câbles reliant normalement les périphériques. Les périphériques équipés de la technologie Bluetooth peuvent se connecter l’un à l’autre sans besoin de liaison physique, dans la mesure où ils sont séparés d’une distance égale ou inférieure à 10 mètres. Grâce à la technologie sans fil Bluetooth, vous pouvez :  Utiliser votre iMac G5 pour communiquer avec un téléphone portable équipé de la technologie Bluetooth. Votre téléphone peut vous servir de modem et se connecter à un fournisseur de services sans fil, ce qui vous permettra d’accéder à Internet via votre téléphone portable.  Échanger des fichiers entre ordinateurs et périphériques équipés de la technologie Bluetooth, même entre Mac et PC. Apple recommande l’utilisation du réseau sans fil AirPort Extreme pour le transfert de tous vos fichiers à l’exception des plus petits.  Synchroniser des données entre votre ordinateur et un organiseur équipé de la technologie Bluetooth. À l’aide d’iSync, vous pouvez exécuter une opération HotSync sans fil ou transmettre votre carte de visite ou encore des événements de calendrier directement sur l’organiseur d’un collègue.  Utiliser une imprimante, un clavier, une souris ou un casque d’écoute sans fil Bluetooth. F3531M23_M33.book Page 35 Monday, October 3, 2005 3:24 PM36 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Configuration d’un périphérique Bluetooth Avant de pouvoir utiliser votre téléphone portable pour accéder à Internet ou échanger des informations de contact, partager des fichiers avec d’autres périphériques, ou encore utilisez un clavier ou une souris Bluetooth, vous devez configurer le périphérique en question pour qu’il fonctionne avec votre ordinateur. Une fois le périphérique configuré, celui-ci est “jumelé” avec votre ordinateur et apparaît dans la sous-fenêtre Périphériques des Préférences Bluetooth. Vous n’avez à jumeler l’iMac G5 et le périphérique qu’une seule fois ; ils restent alors jumelés jusqu’à ce que vous en décidiez autrement. Pour configurer un périphérique Bluetooth : 1 Choisissez “Configurer un appareil Bluetooth” dans le menu d’état Bluetooth (◊) situé dans la barre des menus. 2 Suivez les instructions affichées à l’écran pour le type de périphérique que vous souhaitez configurer. Important : si le menu d’état Bluetooth (◊) n’apparaît pas dans la barre des menus, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Bluetooth. Cliquez sur Réglages, puis sélectionnez “Afficher l’état Bluetooth dans la barre des menus”. Pour supprimer un jumelage avec un autre périphérique : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Cliquez sur Périphériques et choisissez le périphérique dans la liste. 3 Cliquez alors sur Supprimer le jumelage. Configuration de l’échange de fichiers Bluetooth Vous avez la possibilité de contrôler la manière dont l’iMac G5 gère les fichiers échangés entre périphériques Bluetooth. Vous pouvez choisir d’accepter ou de refuser les fichiers envoyés à votre iMac G5, dans quel dossier placer les fichiers reçus et acceptés, les dossiers de votre ordinateur que les autres périphériques Bluetooth peuvent consulter et les applications à utiliser pour exploiter les fichiers acceptés. Pour configurer un échange de fichiers Bluetooth : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Cliquez sur Partage. 3 Cochez la case Activé pour l’Échange de fichiers Bluetooth, puis utilisez les menus locaux pour paramétrer les réglages. F3531M23_M33.book Page 36 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 37 Envoi d’un fichier à un périphérique Bluetooth Votre iMac G5 peut envoyer des fichiers vers d’autres périphériques Bluetooth situés dans le rayon de détection de votre ordinateur. Si votre ordinateur n’est pas jumelé avec l’appareil, il se peut que vous deviez vous authentifier auprès de ce dernier avant de pouvoir envoyer le fichier. Si vous avez déjà jumelé l’ordinateur au périphérique, vous ne devriez pas avoir à vous authentifier. Pour envoyer un fichier à un appareil Bluetooth : 1 Choisissez Envoyer un fichier dans le menu d’état Bluetooth de la barre des menus. 2 Sélectionnez le fichier que vous souhaitez envoyer puis cliquez sur Envoyer. 3 Choisissez un appareil dans la liste Appareil, puis cliquez sur Envoyer. Si l’appareil ne se trouve pas dans la liste, cliquez sur Rechercher. Une fois l’appareil retrouvé, vous pouvez l’ajouter à votre liste de favoris. En savoir plus sur la technologie sans fil Bluetooth Pour accéder à l’aide Bluetooth, ouvrez l’applications Échange de fichiers Bluetooth (dans le dossier Utilitaires du dossier Applications) et sélectionnez Aide > Aide Bluetooth. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/bluetooth. Connexion à un réseau Ethernet Votre iMac G5 est doté de la technologie de mise en réseau Ethernet Base-T (paire torsadée) à 10/100/1000 mégabits par seconde (Mbps), qui permet de vous connecter à un réseau ou à un modem câble ou DSL. Port Ethernet (10/100/1000Base-T) G F3531M23_M33.book Page 37 Monday, October 3, 2005 3:24 PM38 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 La connexion à un réseau permet d’accéder à d’autres ordinateurs. Elle vous permet de stocker et de récupérer des informations, d’utiliser les imprimantes, les modems et la messagerie électronique d’un réseau ou encore de vous connecter à Internet. Vous pouvez également partager des fichiers entre deux ordinateurs ou établir un petit réseau. Le port Ethernet de votre iMac G5 détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé.  Utilisez un câble Ethernet de catégorie 3 (Cat 3) à quatre paires pour vous connecter à un réseau Ethernet 10 Base-T.  Utilisez un câble Ethernet de catégorie 5 (Cat 5) à deux paires pour vous connecter à un réseau Ethernet 10 Base-T, 100 Base-T ou 1000 Base-T. En savoir plus sur l’utilisation d’Ethernet Des informations supplémentaires, expliquant notamment comment établir un réseau Ethernet et transférer des fichiers via Ethernet, sont disponibles dans l’Aide Mac (reportezvous à la page 23). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “Ethernet” ou “réseau”. Pour obtenir des informations sur les produits de mise en réseau que vous pouvez utiliser avec votre iMac G5, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse http://guide.apple.com/fr. F3531M23_M33.book Page 38 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 39 Utilisation de périphériques audio Votre iMac G5 est doté d’un dispositif audio complet, notamment des haut-parleurs stéréo intégrés, un port combinant sortie casque/sortie audio optique permettant de brancher des écouteurs ou un équipement audio numérique, ainsi qu’un port d’entrée de ligne audio analogique. Port de sortie casque/sortie audio optique Pour écouter de la musique sans déranger les personnes autour de vous, branchez une paire d’écouteurs sur le port combiné de sortie casque/sortie audio optique (f). Vous pouvez également connecter votre iMac G5 à un récepteur AV à l’aide d’un câble audio optique doté d’une mini-prise pour établir un système de home cinéma basé sur votre iMac G5. Port de sortie casque/ sortie audio optique optical out f F3531M23_M33.book Page 39 Monday, October 3, 2005 3:24 PM40 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Port d’entrée de ligne audio Situé au dos de l’iMac G5, le port d’entrée de ligne audio analogique (,) permet de connecter un microphone externe mis sous tension ou tout autre équipement audio pour importer des éléments audio. Pour sélectionner le périphérique audio d’entrée ou de sortie à employer, utilisez la sous-fenêtre Son des Préférences Système. En savoir plus sur l’utilisation de l’audio L’Aide Mac contient des informations supplémentaires sur l’utilisation de l’audio (voir la page 23). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “audio” ou “musique.” Pour obtenir des informations sur les produits de type audio et concernant la musique que vous pouvez utiliser avec votre iMac G5, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse http://guide.apple.com/fr. Port d’entrée audio , F3531M23_M33.book Page 40 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 41 Connexion de la prise en charge de moniteurs externes (VGA, Composite et S-vidéo) Votre iMac G5 dispose d’un port de sortie vidéo qui permet de le connecter à un moniteur externe ou à un projecteur VGA à l’aide de l’adaptateur de moniteur VGA d’Apple (disponible à l’adresse www.apple.com/francestore). Vous pouvez également afficher ou enregistrer des images en connectant un téléviseur, un projecteur vidéo ou un magnétoscope à l’aide de l’adaptateur vidéo d’Apple (disponible à l’adresse www.apple.com/francestore). Remarque : l’adaptateur vidéo d’Apple n’est pas compatible avec certains modèles antérieurs d’iMac. Lorsque votre iMac G5 est connecté à un moniteur externe ou à un téléviseur, la même image apparaît sur son écran et sur le moniteur externe (mode appelé recopie vidéo). Remarque : en raison des limitations d’affichage de la plupart des téléviseurs, la qualité des images affichées sur un téléviseur sera inférieure à celle des images affichées par l’écran intégré ou un moniteur externe. Port de sortie vidéo £ F3531M23_M33.book Page 41 Monday, October 3, 2005 3:24 PM42 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Connexion d’un écran externe ou d’un projecteur Utilisez l’adaptateur de moniteur VGA d’Apple pour connecter un moniteur externe VGA ou un projecteur à votre iMac G5. Votre iMac G5 détecte automatiquement l’écran externe. Pour connecter un moniteur externe ou un projecteur : 1 Allumez l’écran externe ou le projecteur. 2 Connectez l’adaptateur de moniteur VGA d’Apple au port VGA du moniteur externe ou du projecteur. 3 Connectez l’adaptateur de moniteur VGA d’Apple à votre iMac G5. Important : pour vous assurer que votre iMac G5 détecte automatiquement le moniteur externe ou le projecteur, veillez à d’abord brancher l’adaptateur VGA au moniteur externe ou au projecteur en question. 4 Utilisez la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système pour régler la résolution du moniteur externe ou du projecteur. Connexion d’un téléviseur, d’un magnétoscope ou de tout autre appareil vidéo Utilisez l’adaptateur vidéo d’Apple pour connecter à votre iMac G5 un téléviseur, un magnétoscope ou tout autre type d’appareil vidéo doté d’un port composite ou S-vidéo. Lorsque vous connectez un téléviseur, l’image apparaît à la fois sur l’iMac G5 et sur le téléviseur. Pour connecter un appareil vidéo à votre iMac G5 : 1 Connectez l’extrémité munie d’une seule fiche de l’adaptateur vidéo d’Apple au port de sortie vidéo de votre iMac G5. 2 Connectez l’autre extrémité de l’adaptateur au port vidéo composite ou S-vidéo du téléviseur ou du magnétoscope. 3 Allumez l’appareil. 4 Pour régler l’apparence des images affichées à l’écran, ouvrez la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. En savoir plus sur l’utilisation d’un moniteur externe ou d’un téléviseur Vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur la configuration et l’utilisation d’un moniteur externe dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “moniteur”. F3531M23_M33.book Page 42 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 43 Utilisation du standard USB 2.0 (High-Speed Universal Serial Bus) Votre iMac G5 est doté de cinq ports USB (d) (trois ports à haute vitesse USB 2.0 au dos de l’iMac G5 et deux ports USB 1.1 sur le clavier), que vous pouvez utiliser pour connecter de nombreux types de périphériques, notamment des imprimantes, des scanneurs, des appareils photo numériques, des pavés de commande, des manettes de jeu, des claviers et des lecteurs de disquette. La technologie USB facilite la connexion de périphériques. Vous pouvez, dans la plupart des cas, connecter et déconnecter un périphérique USB alors que l’iMac G5 est en cours de fonctionnement. Vous pouvez utiliser les périphériques dès leur branchement. Utilisation de périphériques USB Pour utiliser un périphérique USB avec votre iMac G5, connectez-le tout simplement à l’ordinateur. L’iMac G5 charge automatiquement le logiciel adéquat chaque fois que vous connectez un nouveau périphérique. Les ports USB 2.0 situés à l’arrière de l’ordinateur vous permettent de brancher des périphériques USB 1.1 et USB 2.0 à haute vitesse. Les périphériques USB 1.1 ne bénéficieront pas du taux de transfert plus rapide de l’USB 2.0. De même, vous pouvez brancher des périphériques USB 2.0 sur les ports USB 1.1 du clavier, mais ils fonctionneront peut-être à des vitesses moindres. Remarque : Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques USB. Si votre iMac G5 ne trouve pas le logiciel adéquat pour un périphérique USB connecté, vous pouvez installer le logiciel fourni avec ce périphérique ou consulter le site Web du fabricant pour connaître les dernières versions. Ports USB d d d F3531M23_M33.book Page 43 Monday, October 3, 2005 3:24 PM44 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Utilisation simultanée de plusieurs périphériques USB Si tous vos ports USB sont occupés et que vous souhaitez connecter davantage de périphériques USB, vous pouvez vous procurer un concentrateur USB. Le concentrateur USB se connecte à un port USB disponible de votre iMac G5 et vous permet de disposer de ports USB supplémentaires (en général quatre ou sept). La plupart des concentrateurs USB disposent d’un adaptateur secteur et doivent être branchés sur une prise électrique. En savoir plus sur le standard USB Vous trouverez des informations supplémentaires à propos du standard USB dans l’Aide Mac (voir à la page 23). Choisissez Aide > Aide Mac et recherchez “USB”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web USB d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/usb. Pour obtenir des informations sur les périphériques USB disponibles pour votre iMac G5, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse http://guide.apple.com/fr. Concentrateur USB F3531M23_M33.book Page 44 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 45 Connexion via FireWire Votre iMac G5 est muni de deux ports FireWire 400 (H). FireWire facilite la connexion et la déconnexion de périphériques à haute vitesse comme par exemple des caméras vidéo numériques, des imprimantes, des scanneurs et des disques durs. Vous pouvez connecter et déconnecter des périphériques FireWire sans avoir à redémarrer votre iMac G5. La liste ci-dessous répertorie certaines des opérations possibles avec FireWire :  Connecter une caméra vidéo numérique pour capturer, transférer et faire des montages vidéo de grande qualité directement sur votre iMac G5 au moyen de logiciels de montage vidéo tels qu’iMovie (inclus sur votre iMac G5), Final Cut Express ou Final Cut Pro.  Connecter un disque dur FireWire externe et l’utiliser pour sauvegarder des données ou transférer des fichiers. Une icône de disque dur FireWire s’affiche sur le bureau dès que vous connectez le disque dur à votre iMac G5.  Démarrer à partir d’un disque dur externe FireWire. Connectez un disque FireWire externe (équipé d’un système d’exploitation valide), ouvrez la sous-fenêtre Démarrage des Préférences Système, et cliquez sur le disque FireWire. Redémarrez votre iMac G5. Ports FireWire H H F3531M23_M33.book Page 45 Monday, October 3, 2005 3:24 PM46 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Utilisation de périphériques FireWire Pour utiliser un périphérique FireWire avec votre iMac G5, connectez-le tout simplement à l’iMac G5. Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphé- riques FireWire. Si votre iMac G5 ne trouve pas le logiciel adéquat pour un périphérique FireWire connecté, vous pouvez installer le logiciel fourni avec ce périphérique ou consulter le site Web du fabricant pour obtenir les dernières versions. Remarque : le port FireWire est conçu pour alimenter les périphériques FireWire (8 watts maximum). Vous avez la possibilité de connecter plusieurs périphériques entre eux et de relier en chaîne les périphériques (“en guirlande”) au port FireWire de votre iMac G5. Dans la plupart des cas, l’ordinateur ne peut pas alimenter plus de deux périphériques. Si vous connectez plus de deux périphériques, les autres périphériques de la guirlande doivent être alimentés au travers d’adaptateurs électriques séparés. Connecter plus de deux périphériques FireWire alimentés par l’ordinateur peut entraîner des problèmes. Si tel est le cas, éteignez votre iMac G5, déconnectez les périphériques FireWire, puis redémarrez l’ordinateur. Utilisation du mode disque cible FireWire Si vous souhaitez transférer des fichiers de votre iMac G5 vers un autre ordinateur équipé de la technologie FireWire, et vice-versa, ou bien que vous êtes confronté à un problème qui empêche le démarrage de votre iMac G5, utilisez le mode disque cible FireWire pour vous connecter à un autre ordinateur. Pour connecter votre iMac G5 en mode disque cible FireWire, procédez de la manière suivante : 1 Assurez-vous que votre iMac G5 est éteint. 2 Utilisez un câble FireWire muni d’un connecteur standard à 6 broches à chaque extré- mité pour connecter votre iMac G5 à un autre ordinateur équipé de FireWire. 3 Démarrez votre iMac G5 et appuyez immédiatement sur la touche T en la maintenant enfoncée. Le logo FireWire s’affiche sur l’écran de votre iMac G5. L’écran de l’autre ordinateur affiche l’icône du disque dur interne de votre iMac G5 et l’icône d’un CD ou d’un DVD inséré dans le lecteur optique de l’iMac G5. 4 Faites glisser dans la Corbeille l’icône du disque dur de l’iMac G5 et l’icône du CD ou du DVD lorsque vous avez terminé le transfert de fichiers. 5 Appuyez sur le bouton d’alimentation de l’iMac G5 pour l’éteindre. 6 Débranchez le câble FireWire. F3531M23_M33.book Page 46 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 47 En savoir plus sur FireWire Vous trouverez des informations supplémentaires sur FireWire dans l’Aide Mac (consultez la page 23). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “FireWire”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web FireWire d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/firewire Utilisation de votre lecteur optique Votre iMac G5 est doté d’un lecteur SuperDrive, que vous pouvez utiliser pour installer des logiciels fournis sur CD ou DVD, écouter de la musique sur CD audio et lire des films sur DVD. Vous avez également la possibilité de graver vos propres films et créer ainsi des DVD vidéo pouvant être lus sur la plupart des lecteurs de DVD. Vous pouvez aussi graver des CD audio pouvant être lus sur la plupart des lecteurs de CD et enregistrer des documents ou d’autres fichiers numériques sur des disques vierges CD-R, CD-RW, DVD±R, DVD±RW et DVD+R double couche à l’aide du Finder. Vous pouvez placer près de deux fois plus de données (8,54 Go) sur un disque DVD+R DL (double couche). Important : le lecteur optique de votre iMac G5 est compatible avec les disques circulaires standard de 12 cm. Les disques de forme irrégulière et les disques de moins de 12 cm ne peuvent pas être lus. Les disques non circulaires ou plus petits risquent de se coincer dans le lecteur. En cas de disque coincé, reportez-vous aux informations de dépannage à la page 61. Remarque : si vous possédez des logiciels anciens sur disquette, demandez au fabricant s’ils sont disponibles sur CD ou téléchargeables en ligne, ou bien achetez un lecteur de disquette externe USB pour votre iMac G5 auprès d’un revendeur agréé Apple ou sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore. F3531M23_M33.book Page 47 Monday, October 3, 2005 3:24 PM48 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 Insertion d’un CD ou DVD Pour installer ou utiliser des logiciels à partir d’un disque CD ou DVD, procédez comme suit : 1 Insérez le disque dans le lecteur optique, en plaçant l’étiquette vers le haut. 2 Dès que son icône apparaît sur le bureau, le disque peut être utilisé. Remarque : certains disques DVD sont à double face. Éjection d’un disque Pour éjecter un disque, procédez comme suit :  Glissez l’icône du disque dans la Corbeille.  Maintenez enfoncée la touche d’éjection de disque (C) sur le clavier jusqu’à ce que le disque soit éjecté. Si vous ne parvenez pas à éjecter le disque, fermez toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez votre iMac G5 tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. Lecture de DVD Insérez le DVD que vous voulez lire. L’application Lecteur DVD s’ouvre automatiquement et lance la lecture du disque. Si vous avez connecté l’iMac G5 à un téléviseur pour regarder vos DVD sur l’écran du téléviseur, sélectionnez 720 x 480 NTSC (aux États-Unis) ou 720 x 576 PAL (en Europe et dans d’autres régions) dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. F3531M23_M33.book Page 48 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 49 Il est très facile de connecter votre iMac G5 à une chaîne stéréo. Utilisez un câble audio optique muni d’un connecteur mini-prise (en vente à l’adresse www.apple.com/ francestore) pour relier le port combiné de sortie casque/sortie audio optique (f) de votre iMac G5 au port d’entrée audio optique de votre récepteur stéréo. Enregistrement de disques CD-R et CD-RW Vous pouvez enregistrer des disques CD-R ou CD-RW directement à partir de votre bibliothèque iTunes. Pour enregistrer de la musique sur un CD-R ou CD-RW via iTunes : 1 Cliquez sur l’icône iTunes dans le Dock. 2 Sélectionnez la liste de lecture à enregistrer. 3 Insérez un disque vierge CD-R ou CD-RW. (Pour une compatibilité optimale avec les lecteurs CD, utilisez un CD-R). 4 En haut de la fenêtre iTunes, cliquez sur l’option Graver le CD. Pour enregistrer vos fichiers et dossiers sur un CD-R ou CD-RW à l’aide du Finder : 1 Insérez un disque vierge dans le lecteur optique. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque. Une icône correspondant au CD apparaît sur le bureau. 3 Glissez des fichiers et dossiers sur l’icône du disque. 4 Choisissez Fichier > Graver le disque ou sélectionnez le disque, puis glissez-le sur l’icône “Graver le disque“ située dans le Dock. En savoir plus sur l’enregistrement de CD  Pour obtenir des informations sur l’enregistrement de fichiers de musique sur un CD-R à l’aide d’iTunes, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store.  Pour obtenir des instructions sur l’utilisation de l’application Lecteur DVD, ouvrez Lecteur DVD et choisissez Aide > Aide Lecteur DVD. Enregistrement d’informations sur un DVD Grâce au lecteur SuperDrive de votre iMac G5, vous pouvez enregistrer vos propres films sur disque DVD+R DL, DVD±RW ou DVD±R. Vous pouvez également enregistrer d’autres types de données numériques (vous pouvez sauvegarder vos fichiers par exemple). Pour graver des données sur un DVD-R à l’aide du Finder : 1 Insérez un DVD+R DL (double couche), un DVD±RW ou un DVD±R vierge dans le lecteur. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque et sélectionnez le format souhaité. Une icône représentant le DVD apparaît sur le bureau. 3 Double-cliquez sur l’icône du DVD, puis glissez-y des fichiers et des dossiers. F3531M23_M33.book Page 49 Monday, October 3, 2005 3:24 PM50 Chapitre 3 Utilisation de votre iMac G5 4 Choisissez Fichier > Graver le disque ou sélectionnez le disque, puis glissez-le sur l’icône “Graver le disque“ située dans le Dock. Vous pouvez également utiliser iDVD pour créer vos propres DVD personnalisés, les graver sur DVD vierge et les lire ensuite sur la plupart des lecteurs de DVD standard. Pour en savoir plus sur la manière d’utiliser iDVD, ouvrez iDVD et choisissez Aide > Aide iDVD. Protection de votre iMac G5 Utilisez un câble de sécurité et le logement de sécurité intégré pou protéger votre iMac G5. Vous pouvez vous procurer un câble de sécurité chez un revendeur agréé Apple, dans un magasin Apple Store ou bien sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore. Des informations supplémentaires sur les fonctionnalités logicielles de sécurité de votre iMac G5, y compris les mots de passe d’utilisateurs multiples et le cryptage des fichiers, sont disponibles dans l’Aide Mac (voir la page 23). Choisissez Aide > Aide Mac, puis effectuez une recherche sur les termes “sécurité” ou “utilisateurs multiples”. Logement de sécurité F3531M23_M33.book Page 50 Monday, October 3, 2005 3:24 PM4 51 4 Installation de la mémoire Ce chapitre vous apporte des informations et des instructions concernant l’installation de mémoire supplémentaire sur votre iMac G5. Votre iMac G5 est fourni avec un minimum de 512 mégaoctets (Mo) de mémoire DDR2 SDRAM (Double Data Rate, Synchronous Dynamic Random-Access Memory). Votre iMac G5 est doté d’un logement de mémoire disponible pour une expansion. Installation de mémoire supplémentaire Vous avez la possibilité d’ajouter des modules de mémoire conformes à la description suivante :  DDR2 DRAM  533 MHz, compatible avec PC2-4200 (également appelé DDR2 533)  Sans tampon et non enregistrée Dans le logement ouvert de votre iMac G5, vous pouvez ajouter un module de mémoire de 512 Mo, d’1 ou de 2 gigaoctets (Go), totalisant un maximum de 2,5 Go de mémoire. Utilisez Informations Système pour déterminer la quantité de mémoire installée sur votre iMac G5, et pour savoir si le logement est vide et disponible pour accueillir de la mémoire supplémentaire. Pour utiliser Informations Système : 1 Choisissez le menu Pomme () > “À propos de ce Mac” dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Plus d’infos pour ouvrir Informations Système. 3 Cliquez sur le triangle d’affichage situé à côté de Matériel. F3531M23_M33.book Page 51 Monday, October 3, 2005 3:24 PM52 Chapitre 4 Installation de la mémoire 4 Cliquez sur Mémoire. Pour installer un module de mémoire : 1 Éteignez votre iMac G5 en choisissant le menu Pomme () > Éteindre. 2 Débranchez tous les câbles de votre iMac G5, y compris le câble d’alimentation. 3 Placez un linge ou un chiffon propre et doux sur le bureau ou la table. Tout en tenant votre iMac G5 par les côtés, posez-le lentement à plat de manière à faire reposer l’écran contre la surface de la table et à tourner la partie inférieure de l’ordinateur vers vous. 4 Soulevez le socle et utilisez un tournevis cruciforme nº 2 pour desserrer les deux vis imperdables qui protègent l’accès à la mémoire en les faisant tourner vers la gauche. Avertissement : Apple vous recommande de confier l’installation de mémoire à un technicien agréé Apple. Consultez les informations sur le service et l’assistance qui accompagnent votre iMac G5 pour savoir comment joindre la société Apple. Tout dommage causé à votre matériel en tentant d’installer vous-même de la mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre iMac G5. · Avertissement : éteignez toujours votre iMac G5 avant d’y installer de la mémoire. N’essayez pas d’installer de la mémoire dans l’ordinateur lorsqu’il est branché. · Avertissement : le capteur de lumière intégré se situe entre les deux vis, comme indiqué sur l’illustration. Ne confondez pas le capteur de lumière avec une vis. L’introduction d’un tournevis ou de tout autre objet pointu dans le capteur pourrait endommager votre ordinateur. Tournevis cruciforme Soulevez le socle Capteur de lumière intégré F3531M23_M33.book Page 52 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 4 Installation de la mémoire 53 5 Retirez le cache d’accès à la mémoire. 6 Enfoncez simultanément les deux anneaux dans le logement mémoire. Si un module de mémoire s’y trouve déjà, cela le délogera. 7 Insérez le module de mémoire dans le logement mémoire. Le module ne peut être inséré que dans un sens (voir l’illustration ci-dessous). Anneaux Module de mémoire F3531M23_M33.book Page 53 Monday, October 3, 2005 3:24 PM54 Chapitre 4 Installation de la mémoire 8 Enfoncez doucement le module de mémoire dans le logement pour le mettre en place. Lorsque la mémoire est correctement placée, vous entendrez un léger clic et les deux anneaux se replieront partiellement dans le logement de manière automatique. F3531M23_M33.book Page 54 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 4 Installation de la mémoire 55 9 Remettez le cache d’accès à la mémoire en place tout en l’utilisant pour enfoncer les anneaux dans le logement mémoire. Utilisez un tournevis cruciforme nº 2 pour resserrer les vis. 10 En maintenant votre iMac G5 par les côtés, retournez-le afin de le remettre à l’endroit, puis rebranchez les divers câbles, y compris le câble d’alimentation. 11 Allumez votre iMac G5 en appuyant sur le bouton d’alimentation situé à l’arrière. Avertissement : une fois l’installation de mémoire terminée, n’oubliez pas de remettre le cache d’accès à la mémoire en place. Votre iMac G5 ne fonctionnera pas correctement sans ce cache. Tournevis cruciforme Capteur de lumière intégré F3531M23_M33.book Page 55 Monday, October 3, 2005 3:24 PM56 Chapitre 4 Installation de la mémoire Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre iMac G5 Après avoir ajouté de la mémoire supplémentaire dans votre iMac G5, vous pouvez vérifier si ce dernier la reconnaît. Pour vérifier la mémoire, procédez comme suit : 1 Démarrez votre iMac G5. 2 Lorsque le bureau Mac OS s’affiche, choisissez le menu Pomme () > À propos de ce Mac. Ce total inclut la quantité de mémoire d’origine intégrée à votre ordinateur et la mémoire que vous avez installée. Pour un aperçu plus détaillé sur la quantité de mémoire installée sur votre iMac G5, ouvrez Informations système en cliquant sur Plus d’infos. Si votre iMac G5 ne reconnaît pas la mémoire ou qu’il ne démarre pas correctement, éteignez-le et lisez à nouveau les instructions d’installation afin de vous assurer que la mémoire est correctement installée et compatible avec cet iMac G5. Si les problèmes persistent, retirez la mémoire et consultez les informations d’assistance technique fournies avec la mémoire ou contactez le fournisseur de la mémoire. Mémoire totale installée dans votre iMac G5 F3531M23_M33.book Page 56 Monday, October 3, 2005 3:24 PM5 57 5 Dépannage Il se peut que vous rencontriez à titre exceptionnel des problèmes en utilisant votre iMac G5. Dans ce chapitre, vous trouverez des suggestions pour résoudre ces problèmes. Ce chapitre apporte des solutions aux problèmes qui peuvent vous empêcher de travailler avec votre iMac G5, tels que le blocage du système ou l’impossibilité de démarrer l’iMac G5. Vous trouverez de plus amples informations sur le dépannage dans l’Aide Mac (voir la page 23) et sur le site Web de service et d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. Il existe généralement une solution simple et rapide aux problèmes que vous rencontrez au cours de l’utilisation de votre iMac G5. Lorsque vous rencontrez un problème, essayez de noter les opérations que vous avez effectuées avant que le problème ne survienne. Ce récapitulatif permet de restreindre les causes possibles du problème et de trouver la solution. Les éléments à noter comprennent :  Les applications que vous étiez en train d’utiliser quand le problème est apparu. Les problèmes qui ne surgissent qu’avec une application spécifique peuvent indiquer que cette application n’est pas compatible avec la version de Mac OS installée sur votre iMac G5.  Tout logiciel installé récemment. Certaines applications installent des extensions qui peuvent ne pas être compatibles avec l’environnement Classic.  Tout nouveau composant matériel connecté ou installé (mémoire supplémentaire ou périphérique, par exemple). Avertissement : n’essayez pas d’ouvrir votre iMac G5. Si votre iMac G5 a besoin d’être inspecté, consultez les informations sur le service et l’assistance qui accompagnent votre ordinateur ; vous y trouverez des instructions sur la manière de contacter Apple ou un fournisseur de services agréé Apple. L’utilisateur ne peut remplacer aucune pièce de l’iMac G5 excepté la mémoire. F3531M23_M33.book Page 57 Monday, October 3, 2005 3:24 PM58 Chapitre 5 Dépannage Problèmes vous empêchant d’utiliser votre iMac G5 Si votre iMac G5 ne répond plus ou que le pointeur se fige  Assurez-vous tout d’abord que la souris et le clavier sont connectés. Débranchez puis rebranchez les connecteurs et vérifiez qu’ils sont correctement mis en place. Si vous avez un clavier ou une souris sans fil, vérifiez que les piles sont en état de marche.  Si cela ne donne pas de résultats, essayez de forcer la fermeture des applications posant problème. Maintenez les touches Option et Commande (x) enfoncées, puis appuyez sur Échap. Si une zone de dialogue apparaît, sélectionnez-y l’application et cliquez sur Forcer à quitter. Enregistrez alors le travail de toute application ouverte, puis redémarrez l’ordinateur afin de vous assurer que le problème est entièrement réglé.  Si vous ne parvenez pas à forcer la fermeture de l’application, maintenez le bouton d’alimentation (®) situé à l’arrière de l’iMac G5 enfoncé pour l’éteindre.  Si cela reste sans effets, débranchez le câble d’alimentation de l’iMac G5. Rebranchez le câble, puis appuyez sur le bouton d’alimentation (®) pour rallumer l’iMac G5. Si le problème survient fréquemment lorsque vous utilisez une application particulière, consultez le fabricant de cette application pour vérifier si elle est compatible avec votre iMac G5. Pour obtenir des informations concernant le contact et l’assistance relatifs aux logiciels fournis avec votre ordinateur, rendez-vous à l’adresse http://guide.apple.com/fr. Si le problème se reproduit fréquemment, réinstallez éventuellement votre logiciel système (voir “Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac G5” à la page 59). L’iMac G5 se bloque au démarrage ou un point d’interrogation clignotant apparaît  Patientez quelques secondes. Si l’iMac G5 ne démarre pas après un certain temps, éteignez-le en maintenant le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant 5 secondes environ, jusqu’à ce qu’il s’éteigne complètement. Maintenez ensuite la touche Option enfoncée puis appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour démarrer votre iMac G5. Lorsque votre iMac G5 démarre, cliquez sur l’icône du disque dur, puis sur la flèche droite.  Une fois que l’iMac G5 a démarré, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Démarrage. Sélectionnez un dossier Système Mac OS X.  Si le problème se reproduit fréquemment, réinstallez éventuellement votre logiciel système (voir “Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac G5” à la page 59). F3531M23_M33.book Page 58 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 5 Dépannage 59 Si l’iMac G5 ne s’allume ou ne démarre pas  Assurez-vous que le câble d’alimentation est correctement connecté à l’iMac G5 et branché sur une prise électrique en état de marche.  Si cela ne fonctionne pas, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et maintenez immédiatement les touches Commande (x), Option, P et R enfoncées jusqu’à ce que vous entendiez une deuxième fois le signal sonore de démarrage.  Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, assurez-vous qu’elle est correctement installée et compatible avec votre iMac G5. Vérifiez si son retrait permet à l’iMac G5 de démarrer (voir la page 51).  Si cela reste sans effet, débranchez le câble d’alimentation et attendez au moins 30 secondes. Rebranchez le câble, puis appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre iMac G5.  Si vous ne réussissez toujours pas à démarrer votre iMac G5, consultez les informations concernant le service et l’assistance qui accompagnent votre iMac G5 pour savoir comment contacter Apple et obtenir ses services. Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac G5 Les disques d’installation de logiciels fournis avec votre ordinateur permettent de réinstaller Mac OS X et les applications livrées avec votre iMac G5, mais aussi d’installer Mac OS 9. Important : Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de procéder à la restauration du logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données. Installation de Mac OS X Pour installer Mac OS X : 1 Sauvegardez vos fichiers importants. 2 Insérez le CD “Mac OS X Install Disc 1” livré avec votre iMac G5. 3 Double-cliquez sur “Install Mac OS X and Bundled Software”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre iMac G5 redémarre et vous demande d’insérer le prochain disque d’installation de Mac OS X. Important : nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers importants avant d’installer Mac OS X et les autres applications car l’option “Effacer et installer” efface votre disque de destination. F3531M23_M33.book Page 59 Monday, October 3, 2005 3:24 PM60 Chapitre 5 Dépannage Installation des applications Pour installer les applications fournies avec votre iMac G5, veuillez suivre les instructions exposées ci-dessous. Mac OS X doit déjà être installé sur votre iMac G5. Pour installer les applications : 1 Sauvegardez vos fichiers importants. 2 Insérez le CD “Mac OS X Install Disc 1” livré avec votre iMac G5. 3 Double-cliquez sur “Install Bundled Software Only.” 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Remarque : pour installer iCal, iChat AV, iSync, iTunes et Safari, suivez les instructions “Installation de Mac OS X” ci-dessus. Installation de Mac OS 9 À la livraison de votre iMac G5, Mac OS 9 n’est pas installé. Pour utiliser les applications Mac OS 9 avec l’iMac G5, vous devez installer Mac OS 9 à partir du CD “Mac OS X Install Disc 2”. Pour installer Mac OS 9 : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le CD “Mac OS X Install Disc 2” livré avec votre iMac G5. 3 Double-cliquez sur “Install Mac OS 9 System Support”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. F3531M23_M33.book Page 60 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 5 Dépannage 61 Autres problèmes En cas de problème avec une application  Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Les éditeurs de logiciels proposent souvent des mises à jour de leurs produits sur leurs sites Web. Vous pouvez utiliser la sous-fenêtre Mise à jour de logiciels Préférences Système pour configurer votre iMac G5 afin qu’il recherche et installe automatiquement les logiciels Apple les plus récents. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “mise à jour de logiciels”. En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort  Vérifiez que vous avez correctement configuré le logiciel en respectant les instructions fournies avec la borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express.  Vérifiez que l’iMac G5 ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’iMac G5.  Vérifiez la puissance du signal AirPort. L’icône d’état AirPort de la barre des menus affiche jusqu’à quatre barres.  Des problèmes de fonctionnement de réseau peuvent survenir si votre borne d’accès est fréquemment utilisée à proximité d’un four micro-ondes, d’un téléphone sans fil ou autres sources d’interférences. Pour minimiser les interférences, placez votre borne d’accès loin de ces appareils.  Pour en savoir plus sur l’utilisation et le dépannage d’AirPort, choisissez Aide > Aide Mac, puis Bibliothèque > Aide AirPort. En cas de problèmes avec l’éjection d’un disque  Quitter toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) de votre clavier.  Si cela ne fonctionne pas, ouvrez une fenêtre du Finder et cliquez sur l’icône d’éjection à côté de celle du disque dans la barre latérale, ou bien faites glisser l’icône du disque vers la Corbeille.  Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’iMac G5 tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. F3531M23_M33.book Page 61 Monday, October 3, 2005 3:24 PM62 Chapitre 5 Dépannage En cas de problèmes de connexion à Internet  Assurez-vous que votre câble de réseau est connecté et qu’il fonctionne correctement.  Si vous utilisez une connexion à Internet par ligne commutée, veillez à ce que votre câble téléphonique soit bien relié au port du modem externe et non au port Ethernet (G).  Consultez “Connexion à Internet” à la page 73 pour en savoir plus sur la configuration de votre iMac G5 en vue d’une connexion à Internet. Vous y découvrirez comment localiser vos réglages Internet ainsi que les coordonnées de votre fournisseur d’accès à Internet (si vous avez utilisé l’Assistant réglages pour établir votre compte Internet).  Consultez “Dépannage de votre connexion” à la page 90 en cas de problème de connexion à Internet. En cas de problème de fonctionnement de votre iMac G5 ou de Mac OS  Si les réponses à vos questions ne figurent pas dans ce manuel, recherchez des instructions et des informations de dépannage dans l’Aide Mac. Dans le Finder, choisissez Aide > Aide Mac.  Pour obtenir les dernières informations de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site Web d’assistance Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support. Si vos réglages de date et heure disparaissent régulièrement  La pile de secours interne de votre ordinateur a peut-être besoin d’être remplacée. Cette pile ne peut pas être remplacée par l’utilisateur. Pour en savoir plus, contactez un fournisseur de services agréé Apple. Localisation du numéro de série de votre produit Le numéro de série de votre iMac G5 est apposé sous son socle. Vous le trouverez également dans les Informations Système. Choisissez le menu Pomme () > “À propos de ce Mac” dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos. Cliquez sur le triangle d’affichage Matériel pour afficher le numéro de série. F3531M23_M33.book Page 62 Monday, October 3, 2005 3:24 PMChapitre 5 Dépannage 63 Utilisation de la fonction Apple Hardware Test Apple Hardware Test vous aide à déterminer s’il existe un problème matériel sur votre iMac G5. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Déconnectez tous les périphériques connectés à votre iMac G5 à l’exception du clavier et de la souris. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Insérez le CD “Mac OS X Install Disc 1” livré avec votre iMac G5. 3 Redémarrez ensuite votre iMac G5 en maintenant la touche Option enfoncée lors du démarrage. 4 Cliquez sur Apple Hardware Test lorsque la liste des volumes de démarrage disponibles apparaît. 5 Cliquez sur la flèche droite. 6 Lorsque l’écran principal Apple Hardware Test apparaît (environ 45 secondes plus tard), suivez les instructions affichées à l’écran. 7 En cas de détection d’un problème, Apple Hardware Test affiche un code d’erreur. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne matérielle, il est probable que le problème soit lié aux logiciels. Pour en savoir plus sur Apple Hardware Test, consultez le fichier “À propos d’AHT” sur le CD “Mac OS X Install Disc 1”. F3531M23_M33.book Page 63 Monday, October 3, 2005 3:24 PMF3531M23_M33.book Page 64 Monday, October 3, 2005 3:24 PM 65 A Annexe A Caractéristiques Vous pouvez utiliser Informations Système pour trouver des informations détaillées sur votre iMac G5, telles que la quantité de mémoire intégrée, la taille du disque dur, les périphériques connectés et le numéro de série du produit. Pour accéder au contenu d’Informations Système, choisissez le menu Pomme () > “À propos de ce Mac” dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les sites Internet www.apple.com/fr/iMac et www.apple.com/fr/support. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur les triangles pour afficher ou cacher le contenu des différentes catégories. F3531M23_M33.book Page 65 Monday, October 3, 2005 3:24 PMF3531M23_M33.book Page 66 Monday, October 3, 2005 3:24 PM 67 B Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Afin d’assurer votre sécurité et de préserver votre maté- riel, veillez à observer les consignes exposées dans cette annexe pour le nettoyage et la manipulation de votre iMac G5, ainsi que l’aménagement d’un espace de travail confortable. Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre iMac G5 Pour votre propre sécurité et celle de votre matériel, veillez à toujours prendre les précautions ci-après. Débranchez le câble d’alimentation (en tirant sur la fiche plutôt que sur le câble) et le câble téléphonique si l’un des cas suivants se présente :  Vous souhaitez ajouter de la mémoire.  Le câble ou la fiche d’alimentation est usé(e) ou endommagé(e).  Vous avez renversé quelque chose dans le boîtier de l’ordinateur.  Votre iMac G5 est exposé à la pluie ou à une humidité excessive.  Votre iMac G5 a subi une chute ou le boîtier a été endommagé de quelque autre façon.  Vous pensez que votre iMac G5 a besoin d’être inspecté ou réparé.  Vous souhaitez nettoyer le boîtier (pour ce faire, suivez à la lettre les instructions fournies plus bas). F3531M23_M33.book Page 67 Monday, October 3, 2005 3:24 PM68 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Important : la seule manière de couper complètement l’alimentation de l’ordinateur consiste à débrancher le câble d’alimentation. Assurez-vous qu’au moins une extrémité du câble d’alimentation se trouve à portée de main afin de pouvoir débrancher l’iMac G5 si nécessaire. Observez toujours les consignes ci-dessous :  Évitez de placer votre ordinateur à proximité d’un évier, d’un lavabo, d’une baignoire ou d’une douche, par exemple.  Protégez votre iMac G5 de l’humidité et des intempéries (neige, pluie...).  Lisez soigneusement les instructions d’installation avant de brancher votre iMac G5 sur une prise murale.  Gardez ces instructions dans un endroit facile d’accès pour vous et pour les utilisateurs éventuels.  Suivez toutes les instructions et mises en garde concernant votre système. Important : le matériel électrique peut s’avérer dangereux s’il n’est pas utilisé correctement. L’utilisation de ce produit ou de tout produit similaire doit toujours être supervisée par un adulte. Évitez que des enfants ne manipulent les composants internes ou les câbles de ces appareils. Ne procédez à aucune réparation par vous-même À part la mémoire, aucun élément de l’iMac G5 ne peut être manipulé par l’utilisateur (pour en savoir plus sur l’ajout de mémoire, consultez le chapitre 4, “Installation de la mémoire”, à la page 51). N’essayez pas d’ouvrir votre iMac G5. Si votre iMac G5 a besoin d’être inspecté, consultez les informations sur le service et l’assistance qui accompagnent votre ordinateur ; vous y trouverez des instructions sur la manière de contacter Apple ou un fournisseur de services agréé Apple. Tout dommage causé à votre matériel en tentant d’ouvrir votre iMac G5 ou d’y installer des éléments autres que des ajouts de mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre ordinateur. Avertissement : votre câble CA est livré avec une fiche de terre à trois broches (fiche équipée d’une troisième broche de mise à la terre). Cette fiche ne peut être branchée que sur une prise CA reliée à la terre. Si vous ne pouvez pas brancher la fiche car la prise n’est pas reliée à la terre, contactez un électricien agréé pour qu’il remplace cette prise par une prise correctement reliée à la terre. Ne dérogez en aucun cas à cette consigne. Avertissement : n’introduisez jamais d’objets d’aucune sorte dans les ouvertures du boîtier. Cela peut être dangereux et provoquer un incendie ou un choc électrique. F3531M23_M33.book Page 68 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 69 Connecteurs et ports Ne forcez jamais l’insertion d’un connecteur dans un port. Si le connecteur ne se raccorde pas facilement au port, c’est qu’ils sont probablement incompatibles. Assurezvous que le connecteur correspond bien au port et que vous l’avez correctement positionné par rapport à ce dernier. Prévention des dommages auditifs Avertissement : l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque d’écoute à un niveau de volume trop élevé peut provoquer une perte d’acuité auditive permanente. L’oreille peut s’adapter petit à petit à des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux, mais qui risquent à la longue d’endommager votre système auditif. En cas de sifflements ou de perte d’acuité auditive, arrêtez d’utiliser le casque ou les écouteurs et consultez un médecin. Plus le volume est élevé, plus votre audition risque d’être affectée rapidement. Pour protéger votre système auditif, les spécialistes conseillent de prendre les mesures suivantes :  Limitez la durée d’utilisation à volume élevé de vos écouteurs ou de votre casque d’écoute.  Évitez d’augmenter le volume pour ne pas entendre les bruits environnants.  Baissez le volume si vous ne parvenez pas à entendre une personne qui vous parle. F3531M23_M33.book Page 69 Monday, October 3, 2005 3:24 PM70 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Ergonomie Siège Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de sorte que vos cuisses reposent à l’horizontale et vos pieds à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie. Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Vous pouvez également abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le poste de saisie est situé plus bas que le plan de travail. Écran Placez le moniteur de manière à ce que le haut de l’écran se trouve légèrement en dessous du niveau de vos yeux lorsque vous êtes assis au clavier. Il vous appartient de juger de la meilleure distance entre vos yeux et l’écran. Elle se situe en général entre 45 et 70 cm. Orientez l’écran de manière à ce qu’il reflète le moins possible la lumière provenant de l’éclairage et des fenêtres. Souris Veillez à ce que la souris se trouve à hauteur du clavier. Ménagez un espace suffisant pour la manipuler avec aisance.. Cuisses légèrement inclinées Épaules détendues Écran positionné de façon à éviter tout reflet éblouissant Avant-bras et mains en ligne droite Avant-bras légèrement inclinés Bas du dos soutenu Pieds fixes au sol ou sur un repose-pied Haut de l'écran au niveau des yeux ou juste en dessous. (Il se peut que vous deviez ajuster la hauteur de votre écran en élevant ou en rabaissant votre plan de travail.) Côté inférieur au plan de travail dégagé 45–70 cm F3531M23_M33.book Page 70 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 71 Clavier Veillez à maintenir vos épaules relâchées lorsque vous utilisez le clavier. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, la main étant placée dans le prolongement du poignet. Adoptez une frappe légère avec les mains et les doigts détendus. Évitez de replier les pouces à l’intérieur des paumes. Modifiez fréquemment la position de vos mains pour éviter la fatigue. Après un effort continu et intensif, certains utilisateurs de l’iMac G5 ressentent des douleurs aux mains, aux poignets ou aux bras. Si ces douleurs persistent, consultez un spécialiste. En savoir plus sur l’ergonomie Rendez-vous sur le site Web www.apple.com/about/ergonomics. Nettoyage de votre iMac G5 Respectez les règles suivantes lors du nettoyage de votre iMac G5 et de ses accessoires :  Éteignez votre iMac G5 et débranchez tous les câbles.  Pour nettoyer la partie extérieure de l’iMac G5, utilisez un chiffon doux, humide et non pelucheux. Évitez les infiltrations d’humidité par quelque ouverture que ce soit. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’iMac G5.  N’utilisez ni aérosols, ni dissolvant, ni abrasifs. Nettoyage de l’écran de votre iMac G5 Pour nettoyer l’écran de votre iMac G5, procédez comme suit :  Éteignez votre iMac G5 et débranchez tous les câbles.  Humidifiez, à l’eau seulement, un chiffon propre, doux et non pelucheux et essuyez l’écran. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’écran. Transport de votre iMac G5 Avant de soulever ou de repositionner votre iMac G5, il peut être nécessaire de débrancher tous les câbles et les prises qui y sont connectés. Pour soulever ou déplacer l’iMac G5, tenez-le par les côtés. Apple et l’environnement Apple Computer, Inc. reconnaît sa responsabilité en matière de réduction de l’impact de ses produits et de ses activités sur l’environnement. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site en anglais www.apple.com/environment/summary.html. F3531M23_M33.book Page 71 Monday, October 3, 2005 3:24 PMF3531M23_M33.book Page 72 Monday, October 3, 2005 3:24 PM 73 C Annexe C Connexion à Internet Votre ordinateur vous permet de naviguer sur le Web, d’envoyer des messages électroniques à vos amis et votre famille et de dialoguer en temps réel via Internet. Suivez les instructions de ce guide détaillé pour vous connecter à Internet. Lors du premier démarrage de Mac OS X, l’Assistant réglages vous aide à saisir vos informations concernant la configuration Internet. Si vous n’avez pas utilisé l’Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet, vous pouvez l’utiliser maintenant. Ouvrez Préférences Système et cliquez sur Réseau. Cliquez sur le bouton d’assistance pour ouvrir l’Assistant réglages de réseau. Si vous ne souhaitez pas utiliser l’Assistant réglages de réseau, vous pouvez utiliser les informations figurant dans cette annexe pour configurer votre connexion manuellement. Il existe quatre types de connexion à Internet :  Connexion commutée : un modem externe est branché sur un port USB de votre ordinateur et un câble téléphonique connecte ce modem à une prise téléphonique.  Connexion DSL haut débit ou modem câble : votre ordinateur est branché sur un modem spécial que vous obtenez via un fournisseur d’accès à Internet utilisant un câble Ethernet.  Connexion sans fil AirPort Extreme : votre ordinateur est connecté à Internet sans utiliser de câble via une borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express.  Réseau local (LAN) : votre ordinateur est connecté à un réseau local via un câble Ethernet. C’est le type de connexion habituellement utilisé dans les entreprises. Avant de vous connecter à Internet : 1 Procurez-vous un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet si vous n’en possédez pas encore. Vous pouvez consulter un annuaire téléphonique pour trouver un fournisseur d’accès à Internet. Consultez les rubriques “accès Internet”, “services Internet” ou “en ligne”. F3531M23_M33.book Page 73 Monday, October 3, 2005 3:24 PM74 Annexe C Connexion à Internet Remarque : si vous souhaitez que votre fournisseur d’accès à Internet soit America Online, ignorez la partie de l’Assistant réglages concernant la configuration Internet. Vous devez utiliser le programme d’installation d’AOL. Ouvrez ce programme, puis suivez les instructions à l’écran pour configurer AOL. 2 Procurez-vous les informations concernant la connexion auprès de votre fournisseur d’accès à Internet ou de votre administrateur réseau. Consultez la section suivante “Fiche technique Assistant réglages” à la page 75 pour savoir quelles sont les informations dont vous avez besoin pour chaque type de connexion. Dans certains cas, si un autre ordinateur se trouvant au même emplacement est déjà connecté à Internet, vous pouvez probablement utiliser ses réglages. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS X :  Ouvrez la sous-fenêtre Réseau des Préférences Système.  Dans le menu local Afficher, sélectionnez votre mode de connexion.  Copiez les informations concernant votre connexion. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS 9 :  Ouvrez le tableau de bord TCP/IP.  Rechercher le mode de connexion dans le menu local Connexion.  Rechercher la configuration dans le menu local Configurer.  Notez l’adresse IP, le masque de sous-réseau et l’adresse du routeur figurant dans les champs correspondants. Pour accéder aux réglages sur un PC Windows : Les informations d’un PC Windows concernant la connexion se trouvent à deux endroits.  Pour trouver l’adresse IP et le masque de sous-réseau, ouvrez le tableau de bord “Connexions réseau et Internet”.  Pour accéder aux informations relatives aux comptes d’utilisateurs, ouvrez le tableau de bord Comptes d’utilisateurs. Vous pouvez écrire ces informations directement sur les pages suivantes, puis les saisir dans l’Assistant réglages. 3 Si vous utilisez un modem externe, branchez le modem sur un port USB de votre ordinateur, et connectez un câble téléphonique au port du modem et à une prise téléphonique. Si vous disposez d’un modem DSL ou câble, connectez-le à votre ordinateur en suivant les instructions incluses. 4 Allumez votre ordinateur et saisissez les informations dans l’Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet. Remarque : si vous avez déjà démarré votre ordinateur et configuré votre connexion à Internet sans utiliser l’Assistant réglages, sélectionnez le menu Pomme () > Préférences Système, puis cliquez sur Réseau. Cliquez ensuite sur le bouton d’assistance. L’Assistant réglages s’ouvre. F3531M23_M33.book Page 74 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 75 Fiche technique Assistant réglages Vous pouvez noter sur ces pages les informations obtenues auprès de votre fournisseur d’accès à Internet, de votre administrateur réseau ou de votre autre ordinateur, puis les saisir dans l’Assistant réglages de réseau. Sélectionnez la méthode utilisée par votre ordinateur pour se connecter à Internet. Pour configurer une connexion par ligne commutée, entrez les informations suivantes : Pour configurer une connexion par modem câble ou DSL, ou via un réseau local : 1 Choisissez votre type de connexion. Renseignez-vous auprès de votre fournisseur d’accès à Internet. Modem téléphonique Modem câble Modem DSL Réseau local (Ethernet) Sans fil Nom d’utilisateur Mot de passe Numéro de téléphone FAI Préfixe pour obtenir la ligne externe Manuellement Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle Via DHCP Via BootP PPP F3531M23_M33.book Page 75 Monday, October 3, 2005 3:24 PM76 Annexe C Connexion à Internet 2 Saisissez les informations fournies par votre fournisseur d’accès à Internet : Si vous avez sélectionné “Manuellement” ou “Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle”*, saisissez les informations suivantes : * Si vous avez sélectionné “Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle”, il n’est pas nécessaire de saisir un masque de réseau ou une adresse de routeur. Si vous avez sélectionné “Via DHCP”, saisissez : Remarque : le numéro de client DHCP est facultatif et il est possible qu’il ne soit pas nécessaire. Demandez conseil à votre fournisseur d’accès à Internet. Si vous avez sélectionné “PPP (pour les connexions PPPoE)”, saisissez : Adresse IP Masque de sous-réseau Adresse du routeur Numéro de client DHCP Fournisseur d’accès (facultatif) Nom de service PPPoE (facultatif) Nom de compte Mot de passe F3531M23_M33.book Page 76 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 77 Les informations ci-après sont facultatives. Demandez à votre fournisseur d’accès à Internet s’il est nécessaire de les saisir. Configuration manuelle de votre connexion à Internet Une fois les instructions des pages précédentes complétées à l’aide d’Assistant réglages, vous avez terminé la configuration de votre connexion à Internet. Si vous ne souhaitez pas utiliser l’Assistant réglages ou si vous souhaitez simplement modifier certains éléments de votre configuration Internet, suivez les instructions ci-dessous pour configurer manuellement votre connexion. Pour saisir vos informations manuellement, suivez les étapes correspondant à votre mode de connexion.  Connexion par modem commuté avec protocole PPP (voir la page 78)  Connexion par modem câble, DSL ou réseau local en utilisant ces configurations :  Manuelle (voir la page 82)  DHCP (voir la page 83)  PPPoE (voir la page 84)  Connexion sans fil AirPort (voir la page 87) Hôtes DNS (facultatif pour DHCP & BootP) Nom de domaine (facultatif) Serveur proxy (facultatif) F3531M23_M33.book Page 77 Monday, October 3, 2005 3:24 PM78 Annexe C Connexion à Internet Connexion commutée Le modem commuté reste la manière la plus courante de se connecter à Internet. Si vous utilisez un modem USB externe d’Apple avec votre iMac G5, celui-ci se connecte à un fournisseur d’accès à Internet via le protocole PPP (Point-to-Point). Assurez-vous que votre modem externe est bien branché sur un port USB de votre ordinateur et sur une ligne téléphonique. Ayez les informations de votre fournisseur d’accès à Internet à portée de main (voir la page 75). Pour configurer les préférences Réseau pour le port modem interne : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Choisissez “Configuration des ports réseau” dans le menu local Afficher, puis cochez la case Activé à côté de Modem externe. 4 Faites glisser Modem externe jusqu’en haut de la liste Configurations de port pour en faire l’interface réseau préférée (ou principale). 5 Choisissez Modem externe dans le menu local Afficher puis cliquez sur PPP. F3531M23_M33.book Page 78 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 79 6 Tapez les informations fournies par votre fournisseur d’accès à Internet, puis cliquez sur Appliquer. Pour tester votre configuration Internet : 1 Ouvrez l’application Connexion à Internet (dans le dossier Applications). 2 Cliquez sur l’icône Modem externe, si nécessaire. 3 Tapez le numéro de téléphone de connexion de votre fournisseur d’accès à Internet, votre nom de compte et votre mot de passe, si nécessaire. 4 Cliquez sur Se connecter. L’application Connexion à Internet compose le numéro de votre fournisseur d’accès à Internet et établit une connexion. F3531M23_M33.book Page 79 Monday, October 3, 2005 3:24 PM80 Annexe C Connexion à Internet Pour vous connecter automatiquement au démarrage d’une application Internet, telle qu’un navigateur Web ou une application de courrier électronique : 1 Cliquez sur Options PPP (dans la sous-fenêtre PPP des préférences Réseau). 2 Cochez la case “Se connecter automatiquement si nécessaire”. 3 Cliquez sur OK, puis sur Appliquer. F3531M23_M33.book Page 80 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 81 Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN Si vous vous connectez à Internet soit via un modem DSL ou câble, soit via un réseau LAN Ethernet, demandez à votre fournisseur d’accès à Internet ou à votre administrateur réseau comment configurer votre connexion à Internet :  Manuellement : avec une configuration manuelle, votre fournisseur d’accès à Internet ou votre administrateur réseau vous communique une adresse IP statique et d’autres informations à saisir dans les préférences Réseau.  Via DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) : utilisez une configuration via DHCP pour que le serveur saisisse automatiquement les informations pour vous.  Via PPPoE (Point-to-Point Protocol over Ethernet) : si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, vous devrez éventuellement configurer votre réseau de sorte qu’il utilise le protocole PPPoE. Lors de la configuration de votre réseau, veillez à garder les informations fournies par votre fournisseur d’accès à Internet à portée de main (voir la page 75). Pour configurer les préférences Réseau pour le port Ethernet intégré : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Cochez la case Activé à côté d’Ethernet intégré. F3531M23_M33.book Page 81 Monday, October 3, 2005 3:24 PM82 Annexe C Connexion à Internet 5 Faites glisser Ethernet intégré en haut de la liste Configurations de port pour en faire l’interface réseau préférée ou principale. Suivez ensuite les instructions de configuration manuelle de votre réseau, via DHCP ou PPPoE, selon les recommandations de votre fournisseur d’accès à Internet ou de votre administrateur réseau. Configuration manuelle Ayez à portée de main votre adresse IP statique, l’adresse du routeur et le masque de sous-réseau fournis par votre fournisseur d’accès à Internet (voir la page 75). Pour procéder à la configuration manuelle : 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 3 Dans le menu local Configurer IPv4, choisissez Manuellement. 4 Remplissez le reste des champs. 5 Cliquez sur Appliquer. Votre connexion est prête dès que vous avez configuré votre réseau. Ouvrez votre navigateur Web (ou une autre application TCP/IP) afin de tester votre connexion à Internet. F3531M23_M33.book Page 82 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 83 Configuration DHCP Après avoir établi une configuration DHCP, le serveur DHCP fournit automatiquement les informations de votre réseau. Pour effectuer une configuration DHCP : 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 3 Choisissez Via DHCP dans le menu local Configurer IPv4. 4 Cliquez sur Appliquer. Ouvrez votre navigateur Web (ou une autre application TCP/IP) afin de tester votre connexion à Internet. Remarque : sauf instructions contraires de votre fournisseur d’accès à Internet, ignorez les champs Client DHCP et Domaines de recherche. F3531M23_M33.book Page 83 Monday, October 3, 2005 3:24 PM84 Annexe C Connexion à Internet Configuration PPPoE Certains fournisseurs d’accès à Internet recourant à la technologie DSL utilisent le protocole PPPoE (Point-to-Point Protocol over Ethernet). Si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, contactez votre fournisseur d’accès à Internet pour savoir si vous devez vous connecter via PPPoE. Pour configurer une connexion PPPoE : Pour configurer votre réseau, ayez à portée de main votre nom d’utilisateur, votre mot de passe et, si cela est nécessaire, l’adresse du serveur de noms de domaine (DNS) fournis par votre fournisseur d’accès à Internet (reportez-vous à la page 75). 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur PPPoE et sélectionnez “Se connecter via PPPoE”. 3 Remplissez le reste des champs. Si vous souhaitez que tous les utilisateurs de votre ordinateur utilisent la même méthode de connexion, sélectionnez “Enregistrer le mot de passe”. F3531M23_M33.book Page 84 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 85 Remarque : pour vous connecter automatiquement au démarrage d’une application TCP/IP, par exemple un navigateur Web ou une application de courrier électronique, cliquez sur Options PPPoE, sélectionnez “Se connecter automatiquement si nécessaire”, puis cliquez sur OK. 4 Cliquez sur TCP/IP et sélectionnez Via PPP ou Manuellement dans le menu local Configurer IPv4, selon les instructions de votre fournisseur d’accès à Internet. Si votre fournisseur d’accès à Internet vous a communiqué une adresse IP statique, choisissez Manuellement et tapez l’adresse dans le champ Adresse IP. F3531M23_M33.book Page 85 Monday, October 3, 2005 3:24 PM86 Annexe C Connexion à Internet 5 Saisissez les adresses des serveurs de noms de domaine (DNS) dans le champ Serveurs DNS. 6 Cliquez sur Appliquer. Votre connexion à Internet est prête dès que vous avez configuré votre réseau. Vous pouvez alors ouvrir votre navigateur Web ou une autre application TCP/IP afin de tester votre connexion. Important : si vous n’avez pas sélectionné l’option de connexion automatique, vous devez ouvrir l’application Connexion à Internet, choisir la configuration adéquate, puis cliquer sur Se connecter. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Connexion à Internet dans la barre des menus située en haut de l’écran. F3531M23_M33.book Page 86 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 87 Connexion sans fil AirPort Une carte AirPort Extreme est installée sur votre iMac G5. Vous pouvez configurer votre réseau AirPort et votre connexion Internet via l’Assistant réglages AirPort situé dans le dossier Utilitaires de votre dossier Applications. L’assistant vous aide à configurer votre borne d’accès AirPort et à régler votre ordinateur pour qu’il utilise AirPort. Pour en savoir plus sur votre borne d’accès AirPort, consultez le guide fourni avec le matériel. Si votre borne d’accès AirPort est déjà configurée, votre carte AirPort Extreme peut dans la plupart des cas y accéder immédiatement. Pour vérifier si vous avez accès à un réseau AirPort : m Cliquez sur l’icône d’état AirPort dans la barre des menus et choisissez un réseau AirPort dans la liste. Si aucun réseau AirPort n’y figure, vous pouvez utiliser l’Assistant réglages AirPort pour vérifier ou modifier vos réglages ou bien les changer via la sous-fenêtre Réseau des Préférences Système. Configuration manuelle d’une connexion AirPort Demandez les informations suivantes à votre administrateur système si vous prévoyez d’effectuer une connexion manuelle. Si vous vous connectez via DHCP, la plupart de ces informations sont automatiquement transmises à votre ordinateur via le réseau. Consultez votre administrateur de système pour obtenir les renseignements nécessaires.  Adresses des serveurs de noms de domaine (DNS), si nécessaire  Configuration d’adresse IP manuelle ou via DHCP  Adresse IP  Adresse du routeur  Masque de sous-réseau  Mot de passe, si nécessaire Assurez-vous ensuite que les options de connexion AirPort sont activées dans les préférences Réseau. F3531M23_M33.book Page 87 Monday, October 3, 2005 3:24 PM88 Annexe C Connexion à Internet Pour configurer les Préférences réseau pour une connexion AirPort : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Cochez la case Activé à côté d’AirPort. Suivez ensuite les instructions fournies par votre fournisseur d’accès à Internet ou votre administrateur réseau pour configurer votre réseau manuellement ou via DHCP. Si vous configurez vous-même votre réseau, il est peut-être plus simple d’utiliser DHCP car le serveur attribue automatiquement les adresses IP. 5 Choisissez AirPort dans le menu local Afficher. 6 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. F3531M23_M33.book Page 88 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 89 7 Dans le menu local Configurer IPv4, choisissez Manuellement ou Via DHCP.  Si vous choisissez Manuellement, saisissez les autres informations dans les champs correspondants.  Si vous choisissez Via DHCP, il est inutile de saisir d’autres informations, sauf instructions contraires de votre administrateur de système. 8 Cliquez sur AirPort et sélectionnez les options requises pour vous connecter à un réseau AirPort Extreme après le redémarrage ou lors de la réactivation de l’ordinateur après une suspension d’activité. 9 Cliquez sur Appliquer. Une fois les réglages AirPort configurés, vous êtes prêt à vous connecter. Pour tester votre connexion AirPort : m Cliquez sur l’icône d’état AirPort dans la barre des menus et choisissez Activer AirPort. Tout réseau AirPort Extreme situé dans la zone de couverture doit apparaître dans le menu. F3531M23_M33.book Page 89 Monday, October 3, 2005 3:24 PM90 Annexe C Connexion à Internet Dépannage de votre connexion Connexions à Internet par modem câble, ligne DSL et réseau local (LAN) Si vous n’arrivez pas à vous connecter à Internet avec votre AirPort, votre interface Ethernet intégrée ou votre modem externe, vous pouvez recourir au Diagnostic réseau pour résoudre les problèmes de connexion. Dans la sous-fenêtre Réseau des Préférences Système, cliquez sur Assistant puis sur Diagnostic pour ouvrir Diagnostic réseau, puis suivez les instructions à l’écran. Si Diagnostic réseau n’est pas en mesure de résoudre le problème, celui-ci se situe peut-être au niveau du fournisseur d’accès à Internet auquel vous essayez de vous connecter, du périphérique externe utilisé pour la connexion au fournisseur d’accès à Internet ou du serveur auquel vous essayez d’accéder. Vous pouvez également tenter de suivre les étapes suivantes Vérifiez les câbles et les sources d’alimentation. Assurez-vous que tous les câbles du modem sont correctement branchés, y compris le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble raccordant le modem à la prise murale. Vérifiez les câbles et l’alimentation des routeurs et des concentrateurs Ethernet. Allumez et éteignez le modem puis réinitialisez-le. Éteignez le modem câble ou DSL, puis rallumez-le après quelques minutes. Certains fournisseurs d’accès à Internet conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant ou après avoir éteint puis rallumé le modem. F3531M23_M33.book Page 90 Monday, October 3, 2005 3:24 PMAnnexe C Connexion à Internet 91 Connexions PPPoE Si vous ne parvenez pas à vous connecter à votre fournisseur d’accès Internet via PPPoE, vérifiez d’abord les câbles et l’alimentation, éteignez et rallumez le modem, puis réinitialisez-le. Vérifiez les réglages des Préférences Système : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Sélectionnez Ethernet intégré, puis faites glisser cette configuration en haut de la liste des configurations de ports. 5 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Ethernet intégré. 6 Cliquez sur PPPoE. 7 Sélectionnez Se connecter via PPPoE. 8 Vérifiez le champ Nom de compte pour vous assurer d’avoir tapé les informations correctes fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 9 Si vous avez choisi d’enregistrer votre mot de passe, tapez-le à nouveau afin d’être sûr qu’il est correct. 10 Cliquez sur TCP/IP. Assurez-vous d’avoir saisi dans cette sous-fenêtre les informations correctes fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 11 Cliquez sur Appliquer. Connexions au réseau Si vous disposez de plusieurs ordinateurs tentant de partager une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre fournisseur d’accès à Internet fournit une seule ou plusieurs adresses IP, autrement dit, une pour chaque ordinateur. Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresse réseau (NAT) ou de masquage d’adresses IP). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. La borne d’accès AirPort Extreme peut être utilisée pour que plusieurs ordinateurs partagent une adresse IP. Pour plus d’informations sur l’utilisation de la borne d’accès AirPort Extreme, consultez l’aide à l’écran ou rendez-vous sur le site Web AirPort, à l’adresse www.apple.com/fr/airport. Si ces instructions s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, contactez votre fournisseur d’accès à Internet. F3531M23_M33.book Page 91 Monday, October 3, 2005 3:24 PMF3531M23_M33.book Page 92 Monday, October 3, 2005 3:24 PM 93 Communications Regulation Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables (including Ethernet network cables) between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Computer, Inc. Product Compliance 1 Infinite Loop M/S 26-A Cupertino, CA 95014-2084 Bluetooth Information FCC Bluetooth Wireless Compliance The antenna used with this transmitter must not be colocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. Bluetooth Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. Bluetooth Europe - Déclaration de conformité UE Ce périphérique sans fil est conforme aux normes EN 300 328, EN 301-489 et EN 60950 d’après les dispositions de la directive R&TTE. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. VCCI Class B Statement Communauté Européenne Ce produit est conforme aux directives européennes 72/23/CEE, 89/336/CEE et 99/5/CE. F3531M23_M33.book Page 93 Monday, October 3, 2005 3:24 PM94 Laser Information Do not attempt to disassemble the cabinet containing the laser. The laser beam used in this product is harmful to the eyes. The use of optical instruments, such as magnifying lenses, with this product increases the potential hazard to your eyes. For your safety, have this equipment serviced only by an Apple Authorized Service Provider. Because of the optical disc drive in your computer, your computer is a Class 1 laser product. The Class 1 label, located in a user-accessible area, indicates that the drive meets minimum safety requirements. A service warning label is located in a serviceaccessible area. The labels on your product may differ slightly from the ones shown here. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the AirPort Extreme Card in this device is far below the FCC radio frequency exposure limits for uncontrolled equipment. This device should be operated with a minimum distance of at least 20 cm between the AirPort Extreme Card antennas and a person’s body and must not be co-located or operated with any other antenna or transmitter. Mouse Class 1 LED Information La souris optique Apple est un produit à DEL de Catégorie 1 répondant aux normes IEC 60825-1 A1 A2. Ce produit est conforme aux exigences des directives européennes 72/23/CEE et 89/336/CEE. It also complies with the Canadian ICES-003 Class B Specification. Taiwan Statement Korea Statement Avertissement relatif aux activités à haut risque Cet ordinateur n’est pas conçu pour être utilisé dans des installations nucléaires, pour la navigation ou la communication aérienne, pour le contrôle du trafic aérien, ni dans aucune autre situation où une panne du système informatique pourrait entraîner la mort, des blessures ou de graves dommages écologiques. ENERGY STAR® Compliance As an ENERGY STAR® partner, Apple has determined that standard configurations of this product meet the ENERGY STAR guidelines for energy efficiency. The ENERGY STAR program is a partnership with office product equipment manufacturers to promote energy-efficiency. Reducing energy consumption of office products saves money and reduces pollution by eliminating wasted energy. Disposal and Recycling Information The backlight lamp in this product contains mercury. Dispose of it according to your local environmental laws and guidelines. For information about Apple’s recycling program, go to www.apple.com/environment/summary.html. Union européenne : ce symbole signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains. Warning: Making adjustments or performing procedures other than those specified in your equipment’s manual may result in hazardous radiation exposure. Class 1 label Service warning label F3531M23_M33.book Page 94 Monday, October 3, 2005 3:24 PM 95 Battery Disposal La batterie de secours intégrée à votre iMac G5 permet de conserver certains réglages, comme l’heure et la date, quand l’ordinateur est éteint. N’essayez pas de changer cette batterie. Seul un technicien certifié Apple peut le faire. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, veuillez vous en débarrasser selon les normes et la législation environnementales de votre pays. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerätes am Ende seines Lebenszyklus entsprechend der maßgeblichen gesetzlichen Regelungen. Taïwan: F3531M23_M33.book Page 95 Monday, October 3, 2005 3:24 PMF3531M23_M33.book Page 96 Monday, October 3, 2005 3:24 PM Mac OS X Server Administration des services de collaboration Pour version 10.4 ou ultérieureK Apple Computer, Inc. © 2006 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’un exemplaire enregistré du logiciel Mac OS X Server peut reproduire cette publication aux fins d’apprentissage du logiciel. Cette publication ne peut être reproduite ou transmise en tout ou partie à des fins commerciales, comme la vente de copies de cette publication ou la fourniture d’un service d’assistance payant. Tout a été mis en œuvre pour que les informations contenues dans ce manuel soient exactes. Apple Computer, Inc., n’est pas responsable des erreurs d’impression ou de typographie. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc. déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation de ce logo à des fins commerciales via le clavier (Option-1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Apple, le logo Apple, ColorSync, Final Cut Pro, Mac, Macintosh, Mac OS, QuickTime et Xserve sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder et Safari sont des marques d’Apple Computer Inc. UNIX est une marque déposée aux États-Unis et dans d’autres pays, sous licence exclusive de X/Open Company Ltd. Tous les autres noms de produits sont des marques de leurs propriétaires respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés qu’à titre d’information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple ne se porte pas garant de ces produits et décline toute responsabilité quant à leur utilisation et à leur fonctionnement. F019-0744/21-07-06 3 1 Table des matières Préface 7 À propos de ce guide 7 Nouveautés de la version 10.4 7 Contenu de ce guide 8 Utilisation de l’aide à l’écran 9 La suite Mac OS X Server 10 Obtenir des mises à jour de documentation 11 Informations complémentaires Chapitre 1 13 La collaboration en pratique 13 Mise en œuvre des services de collaboration dans une PME 15 Mise en œuvre des services de collaboration dans une grande entreprise Chapitre 2 17 Le service de journal web 17 Journaux web et promotion de la collaboration 18 Le service de journal web (weblog) en pratique 22 Configuration initiale du service de journal web (weblog) 24 Gestion du service de journal web 24 Attribution du droit à créer des journaux web 24 Attribution du droit à consulter les journaux web 25 Utilisation de SSL pour l’accès aux journaux web 25 Modification des réglages du service de journal web 25 Fichiers de configuration du service de journal web 26 Les fichiers de contenu des journaux web 26 Maintenance des fichiers de journal web 26 Historiques du service de journal web 27 Utilisation des journaux web 27 Création d’un journal web 28 Accès aux journaux web 28 Affectation du droit à consulter les journaux web 28 Consultation des entrées d’un journal web 29 Personnalisation des réglages d’un journal web 29 Création d’une catégorie 30 Suppression d’une catégorie4 Table des matières 30 Création d’une entrée 31 Suppression d’une entrée 32 Modification d’une entrée 32 Utilisation des commentaires 33 Utilisation des rétroliens (ou trackbacks) 34 Utilisation de RSS pour s’abonner à des journaux web 34 Pour plus d’informations Chapitre 3 35 Le service iChat 35 Messagerie instantanée et promotion de la collaboration 36 Le service iChat en pratique 37 Configuration initiale du service iChat 39 Gestion du service iChat 39 Accès au service iChat 39 Utilisation de SSL pour le service iChat 40 Modification des réglages du service iChat 40 Les fichiers de configuration du service iChat 40 Les historiques du service iChat 41 Utilisation du service iChat 41 Avant d’utiliser le service iChat 41 Les noms de contact du service iChat 41 Utilisation de iChat 41 Utilisation d’autres logiciels clients de messagerie instantanée 42 Pour plus d’informations Chapitre 4 43 Les services de partage de fichiers 43 Partage de fichiers et promotion de la collaboration 44 Les services de partage de fichiers en pratique 47 Utilisation d’AFP pour partager des fichiers 47 Utilisation de SMB/CIFS pour partager des fichiers 48 Utilisation de NFS pour partager des fichiers 48 Utilisation de FTP pour partager des fichiers 49 Utilisation de WebDAV pour partager des fichiers 49 Pour plus d’informations Chapitre 5 51 Comptes de groupe 51 Groupes et promotion de la collaboration 53 Les groupes en pratique 54 Création de groupes 55 Utilisation des dossiers de groupe 55 Gestion des préférences de groupes 56 Utilisation des listes d’ordinateurs 57 Utilisation des groupes pour les utilisateurs WindowsTable des matières 5 57 Pour plus d’informations Chapitre 6 59 Les services de courrier 59 Services de courrier et promotion de la collaboration 60 Les services de courrier électronique en pratique 62 Configuration du service de courrier 63 Création de comptes de courrier électronique 63 Configuration de WebMail 64 Utilisation des listes d’envoi 64 Pour plus d’informations Glossaire 65 Index 69 7 Préface À propos de ce guide Ce guide décrit les services de collaboration que vous pouvez configurer à l’aide de Mac OS X Server. Les services de collaboration assurent la promotion des interactions entre les utilisateurs, en facilitant le travail d’équipe et la productivité. Ce guide présente les avantages et les applications des services de collaboration ; il vous explique également comment les mettre en œuvre. Nouveautés de la version 10.4 Mac OS X Server continue de fournir la prise en charge de la collaboration via la gestion des listes de diffusion, la gestion des comptes et dossiers de groupes, ainsi que le partage de fichiers multiplateformes. Deux nouveaux services de collaboration ont été ajoutés pour la version 10.4 :  Service de journal web. Mac OS X Server fournit un serveur de journaux web (weblogs) multi-utilisateur, conforme aux normes XML RSS et Atom. Le service de journal web gère l’authentification Open Directory. Pour plus de sécurité, les utilisateurs peuvent accéder au service de journal web via un site web compatible SSL.  Service iChat. Mac OS X Server fournit une messagerie instantanée pour les utilisateurs Macintosh, Windows et Linux. L’authentification d’utilisateur est intégrée à Open Directory, et la configuration et l’administration du service iChat sont effectuées à l’aide de l’application graphique Admin Serveur. Contenu de ce guide Ce guide comprend les chapitres suivants :  Le chapitre 1, « La collaboration en pratique », présente les services de collaboration et décrit plusieurs scénarios dans lesquels ils s’avèrent utiles.  Le chapitre 2, « Le service de journal web », décrit comment configurer, gérer et utiliser un serveur de journaux web (weblogs) de sorte que les utilisateurs pris en charge par le serveur puissent partager des informations par journal web interposé.8 Preface À propos de ce guide  Le chapitre 3 « Le service iChat », décrit comment configurer, gérer et utiliser un serveur iChat de sorte que les utilisateurs pris en charge par le serveur puissent communiquer par messages instantanés.  Le chapitre 4, « Services de partage de fichiers » résume les fonctionnalités des cinq protocoles de partage de fichiers disponibles ; il vous précise également où trouver des informations détaillées relatives à leur configuration et à leur gestion.  Le chapitre 5, « Les comptes de groupe » décrit en quoi les comptes de groupe et la gestion rationnelle des préférences facilitent la collaboration ; il vous précise également où trouver des informations détaillées sur l’administration des comptes de groupe.  Le chapitre 6, « Les services de courrier », présente de façon synthétique le service de courrier électronique, les listes d’envoi et les fonctionnalités de WebMail ; il vous précise également où trouver des informations détaillées sur l’administration de ces services.  Le « Glossaire » définit les termes utilisés dans ce guide. Remarque : étant donné qu’Apple publie régulièrement de nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels, les illustrations de ce document peuvent être différentes de celles qui s’affichent à l’écran. Utilisation de l’aide à l’écran Vous pouvez afficher des instructions et d’autres informations utiles sur la suite serveur en utilisant l’aide à l’écran. Sur un ordinateur qui exécute Mac OS X Server, vous pouvez accéder à l’aide à l’écran après avoir ouvert Gestionnaire de groupe de travail ou Admin Serveur. À partir du menu d’aide, sélectionnez l’une des options :  Aide Gestionnaire de groupe de travail ou Aide Admin Serveur affiche des informations sur l’application.  Aide Mac OS X Server affiche la page d’aide principale du serveur, à partir de laquelle vous pouvez rechercher des informations sur le serveur.  Documentation vous permet d’accéder au site www.apple.com/fr/server/documentation, à partir duquel vous pouvez télécharger la documentation du serveur. Vous pouvez également accéder à l’aide à l’écran à partir du Finder ou d’autres applications d’un serveur ou d’un ordinateur administrateur. Un ordinateur administrateur est un ordinateur Mac OS X sur lequel est installé un logiciel d’administration de serveur. Utilisez le menu Aide afin d’ouvrir Visualisation Aide, puis choisissez Bibliothèque > Aide Mac OS X Server. Pour consulter les toutes dernières rubriques d’aide, assurez-vous que l’ordinateur serveur ou administrateur est connecté à Internet lorsque vous utilisez Visualisation Aide. Visualisation Aide extrait et met en cache automatiquement les toutes dernières rubriques d’aide sur Internet concernant le serveur. Lorsque vous n’êtes pas connecté à Internet, Visualisation Aide affiche les rubriques d’aide mises en cache.Préface À propos de ce guide 9 La suite Mac OS X Server La documentation de Mac OS X Server comprend une série de guides présentant les services offerts ainsi que les instructions relatives à leur configuration, leur gestion et leur dépannage. Tous les guides sont disponibles au format PDF via : www.apple.com/fr/server/documentation. Ce guide... explique comment : Premiers contacts, Supplément au guide Premiers contacts et Feuille d’opérations de Mac OS X Server Installer Mac OS X Server et le configurer pour la première fois. Administration des services de collaboration Configurer et gérer les services de journal web, de chat et autres qui facilitent les interactions entre utilisateurs. Administration par ligne de commande Utiliser les commandes et les fichiers de configuration pour exécuter les tâches d’administration du serveur via l’interpréteur de commandes UNIX. Deploying Mac OS X Computers for K-12 Education (Utilisation d’ordinateurs Mac OS X dans l’enseignement primaire et secondaire) Configurer et déployer Mac OS X Server ainsi qu’un ensemble d’ordinateurs Mac OS X et les utiliser dans l’enseignement primaire et secondaire (professeurs, élèves et personnel). Deploying Mac OS X Server for High Performance Computing (Utilisation de Mac OS X Server pour un environnement informatique hautes performances) Configurer et gérer Mac OS X Server et les ordinateurs en grappe de serveurs Apple afin d’accélérer le traitement des opérations informatiques complexes. Administration des services de fichiers Partager des volumes ou dossiers de serveur sélectionnés parmi les clients du serveur via les protocoles suivants : AFP, NFS, FTP et SMB/CIFS. Administration de la haute disponibilité Gérer le basculement IP, l’agrégation des liens, l’équilibrage de charge et d’autres configurations matérielles et logicielles pour garantir la haute disponibilité des services Mac OS X Server. Java Application Server Guide (Guide du serveur d’applications Java) Configurer et administrer un serveur d’applications JBoss sur Mac OS X Server. Mac OS X Security Configuration (Configuration de la sécurité pour Mac OS X) Sécuriser les ordinateurs client Mac OS X.10 Preface À propos de ce guide Obtenir des mises à jour de documentation Apple publie régulièrement de nouvelles rubriques d’aide à l’écran, des guides révisés et des documents de solutions. Les nouvelles rubriques d’aide incluent des mises à jour des guides les plus récents.  Pour afficher de nouvelles rubriques d’aide à l’écran, assurez-vous que votre ordinateur serveur ou administrateur est connecté à Internet et cliquez sur le lien Informations de dernière minute dans la page d’aide principale de Mac OS X Server.  Pour télécharger les guides et documents de solutions les plus récents au format PDF, rendez-vous à la page web de documentation de Mac OS X Server : www.apple.com/fr/server/documentation. Mac OS X Server Security Configuration (Configuration de la sécurité pour Mac OS X Server) Sécuriser les ordinateurs Mac OS X Server. Administration du service de courrier Installer, configurer et administrer les services de courrier sur le serveur. Migration vers Mac OS X Server à partir de Windows NT Déplacer des comptes, des dossiers partagés et des services à partir de serveurs Windows NT vers Mac OS X Server. Administration des services réseau Installer, configurer et administrer DHCP, DNS, VPN, NTP, coupe-feu IP et services NAT sur le serveur. Administration d’Open Directory Gérer les services de répertoires et d’authentification. Administration du service d’impression Héberger les imprimantes partagées et gérer les files d’attente et tâches d’impression associées. Administration de QuickTime Streaming Server 5.5 Configurer et gérer les services d’enchaînement QuickTime. Administration de mises à jour de logiciels et d’images de système Utiliser NetBoot et Installation en réseau pour créer des images disque à partir desquelles les ordinateurs Macintosh peuvent démarrer sur le réseau. Configurer un serveur de mise à jour de logiciels pour la mise à jour d’ordinateurs clients via le réseau. Mise à niveau et migration Utiliser les données et les réglages des services actuellement utilisés sur les versions antérieures du logiciel serveur. Gestion des utilisateurs Créer et gérer des comptes d’utilisateur, groupes et listes d’ordinateurs. Configurer les préférences gérées des clients Mac OS X. Ce guide... explique comment :Préface À propos de ce guide 11 Informations complémentaires Pour plus d’informations, consultez les ressources suivantes : Documents Ouvrez-moi : mises à jour importantes et informations spécifiques. Recherchez-les sur les disques du serveur. Site web de Mac OS X Server (www.apple.com/fr/macosx/server) : passerelle vers des informations détaillées sur des produits et technologies. Site web Apple Service & Support (www.apple.com/fr/support) : accès à des centaines d’articles explicatifs publiés par le service d’assistance d’Apple. Formation des clients Apple (train.apple.com) : cours en salle et autoformations afin de développer vos compétences en termes d’administration de serveur. Groupes de discussion Apple (discussions.info.apple.com) : moyen de partager des questions, des connaissances et des conseils avec d’autres administrateurs. Répertoire de liste de diffusion Apple (www.lists.apple.com) : abonnez-vous à des listes de diffusion afin de pouvoir communiquer par courrier électronique avec d’autres administrateurs.1 13 1 La collaboration en pratique Les services de collaboration de Mac OS X Server aident les utilisateurs à communiquer et à partager des informations. Les entreprises et administrations de toutes tailles peuvent profiter de ces services de collaboration. Ils offrent, en outre, une large palette de modalités d’interaction :  Le service de journal web est un moyen simple de publier et d’annoncer des informations sur des pages web.  Le service iChat offre une messagerie instantanée sécurisée aux utilisateurs pris en charge par le serveur.  Les services de partage de fichiers fournissent un accès régulé et sécurisé aux dossiers et fichiers de différents types d’ordinateurs clients.  Les comptes de groupe permettent de personnaliser l’environnement de travail à l’intention de groupes d’utilisateurs.  Les services de courrier facilitent la collaboration entre utilisateurs se servant de différentes applications de messagerie. Ce chapitre présente brièvement quelques exemples de déploiement de ces services dans des PME ou dans de plus grandes entreprises. Les chapitres suivants seront consacrés spécifiquement à chacun des services énumérés ci-dessus. Mise en œuvre des services de collaboration dans une PME Les petites (moins de 100 salariés) et moyennes (de 100 à 500 salariés) entreprises font en général appel à un Fournisseur d’accès à Internet (FAI) pour obtenir un système de noms de domaine (DNS) et des services DSL (Digital Subscriber Line) pour leur intranet. Un réseau interne d’entreprise, ou intranet, comporte en général de un à quatre serveurs.14 Chapitre 1 La collaboration en pratique Dans le scénario proposé ci-après en exemple, il y a trois serveurs : un premier situé derrière le coupe-feu et hébergeant les services de répertoire et de réseau, un second également derrière le coupe-feu hébergeant les services de collaboration et un troisième au-delà du coupe-feu hébergeant le service iChat.  Le coupe-feu situé entre le serveur et Internet protège le réseau intranet contre tout accès non autorisé.  Un répertoire Open Directory LDAP maître hébergé sur un des serveurs permet de mettre en œuvre l’authentification des utilisateurs et des groupes.  Un service DHCP assure l’attribution d’adresses IP dynamiques aux ordinateurs clients. Le serveur et l’imprimante ont des adresses statiques, les ordinateurs clients des adresses dynamiques.  Le service DNS du FAI fournit le nom de domaine de l’entreprise (exemple.com). Un service DNS propre à Mac OS X Server fournit les services de noms pour le serveur, l’imprimante et tout autre périphérique intranet possédant une adresse IP statique.  Le service NAT permet aux utilisateurs du réseau intranet de partager l’adresse IP attribuée par le FAI pour l’accès à Internet, tandis que le service VPN permet aux employés d’accéder depuis Internet au réseau intranet de l’entreprise en toute sécurité lorsqu’ils sont en déplacement.  Le serveur iChat placé derrière le coupe-feu gère les messages instantanés échangés par les utilisateurs autorisés. Client Mac OS X Internet VPN DSL/câble/T1 Services Mail, Web, Clients Mac OS X Clients Windows de fichiers, d’impression, iChat et Weblog Open Directory, DNS, DHCP, VPN, et services NAT Serveur DNS du FAI L’intranet Coupe-feuChapitre 1 La collaboration en pratique 15 Mise en œuvre des services de collaboration dans une grande entreprise Dans les grandes entreprises, les services de collaboration sont en général déployés à deux niveaux, celui de l’entreprise globale et celui des groupes de travail.  Des services Open Directory sont déployés sur un serveur administratif du siège et répliqués sur les serveurs des groupes de travail. Ainsi, les données de répertoire sont à la fois gérées de façon centralisée et distribuées géographiquement.  D’autres serveurs centraux sont consacrés à chaque besoin global de l’entreprise, qu’il s’agisse des services réseau, des services de courrier ou des services web, iChat ou de journal web.  Les répertoires de départ des salariés de l’entreprise sont centralisés et l’accès à ces répertoires est configuré à l’aide du service AFP (Apple Filing Protocol). Le service AFP s’appuie sur une configuration rentable de deux serveurs Xserve et d’un serveur Xserve RAID. Service Mail Services de diffusion QuickTime Répertoires de départ AFP Services VPN, DNS, DHCP et de mise à Open Directory jour de logiciels Active Directory Services de fichier, d’impression et de réplicas Open Directory, image de système et services iChat Arrière-guichet Groupe de travail Internet Services Web, iChat et Weblog Client Mac OS X Clients Windows Clients Mac OS X2 17 2 Le service de journal web Le service de journal web est un moyen simple de publier et d’annoncer des informations sur des pages web. Le Blogging, c’est-à-dire la tenue d’un journal ou d’une lettre d’information sous forme de page web, est désormais un moyen largement utilisé pour partager informations ou considérations entre internautes. Ce type de page web, appelé weblog (de l’anglais « log », journal de bord) ou, en abrégé, blog, (on rencontre aussi, en français, « blogue », et « joueb » pour « journal web ») est utilisé pour publier des entrées de journal et les afficher dans l’ordre chronologique. Ces entrées sont en général de courtes contributions centrées sur un thème donné. La technologie du web permet d’inclure des liens électroniques à ces entrées, ce qui simplifie et accélère l’accès à des contenus auxquels on souhaite faire référence. Journaux web et promotion de la collaboration Dans un contexte professionnel ou d’enseignement/formation, les journaux web constituent un moyen d’échanger des informations de façon organisée, permanente et ciblée. Utiliser des entrées de journal web pour proposer ou suivre des informations à mesure de leur disponibilité s’avère bien plus simple que d’essayer de se tenir informé sur la base de longues suites de messages électroniques.  Les membres d’une équipe de projet peuvent publier un point hebdomadaire de leur travail sur un journal web, ce qui fournit aux autres parties prenantes un aperçu de leur avancement chaque semaine.  Les membres d’une équipe de développement de produit peuvent y avoir des discussions, publier des idées de mise en œuvre et échanger des commentaires.  La direction des ressources humaines peut passer par un journal web pour diffuser des informations sur une mutuelle de santé ou d’autres avantages sociaux proposés. Les nouveaux collaborateurs de l’entreprise peuvent accéder à l’historique des informations du journal web, tandis que les salariés existants ne peuvent consulter que les nouvelles entrées au fur et à mesure qu’elles sont publiées.18 Chapitre 2 Le service de journal web  Dans un contexte d’enseignement ou de formation, les journaux web autorisent un suivi des différentes expérimentations dans le temps. Ils peuvent aussi être utilisés pour publier des calendriers d’activités ou de vacances scolaires, des programmes et même des menus de cantine. Les entrées d’un journal web ne peuvent être publiées et modifiées que par son ou ses propriétaires. Mais l’interaction entre lecteurs est possible par le biais des commentaires et des « trackbacks » :  Un commentaire est une réponse d’un lecteur à une entrée du journal web. Cette réponse est lisible par tout lecteur de l’entrée correspondante.  Un trackback (parfois appelé en français « pisteur » ou « rétrolien »), est un lien électronique entre deux entrées qui permet à un auteur de journal web (ou « blogueur », ou « carnetier ») de répondre ou de faire référence à une entrée du journal web d’un autre blogueur dans une de ses propres entrées. Pour créer un rétrolien, le blogueur publie une entrée sur son journal web et y inclut un lien vers l’entrée de l’autre blogueur. Si vous lisez l’entrée de l’autre blogueur, le texte de l’entrée qui y fait référence est visible, avec un lien pointant vers son journal web d’origine. La visibilité des journaux web est également favorisée par un standard complémentaire nommé RSS (Really Simple Syndication). Lorsqu’un journal web prend en charge le format RSS, il génère un « flux RSS » détectable par les « agrégateurs RSS », c’est-à-dire des applications qui recherchent, formatent et affichent les flux RSS. Il suffit à l’utilisateur de cliquer sur un lien proposé par l’agrégateur RSS pour consulter l’entrée d’origine. Les agrégateurs RSS facilitent ainsi la recherche de journaux web et le suivi des nouvelles entrées de journaux web. Les utilisateurs d’ordinateurs Mac OS X peuvent se servir de Safari pour suivre ainsi les journaux web, car celui-ci dispose d’un agrégateur RSS intégré. Le service de journal web (weblog) en pratique Le service de journal web de Mac OS X Server offre un moyen d’interaction par weblogs (ou journaux web) entre utilisateurs et groupes pris en charge par un serveur. Chaque serveur peut héberger un journal web par utilisateur et par groupe définis dans les répertoires qui se trouvent sur le chemin de recherche Open Directory du serveur.Chapitre 2 Le service de journal web 19 Aisé à configurer une fois le service web démarré, le service de journal web fait appel à l’authentification Open Directory et, s’il est activé, au protocole SSL pour sécuriser l’usage des journaux web. 1 Pour consulter ou créer un journal web, on accède au service de journal web en tapant une URL dans un navigateur web comme Safari. Sur l’illustration ci-dessus, l’URL débutant par « http:// » affiche une page qui permet de créer un journal web ou d’accéder à des journaux existants. https://www.exemple.com/weblog/monprojet http://www.exemple.com/weblog/ 1 3 4 6 5 2 Service Weblog Service Web Domaines de répertoire .../weblog/ .../weblog/monprojet Certificat SSL 20 Chapitre 2 Le service de journal web L’autre URL débute par « https:// » pour illustrer ce que vous taperiez si le site www.example.com prenait en charge SSL. Cette URL illustre aussi comment accéder à un journal web spécifique, en l’occurrence celui appartenant à un groupe nommé « myproject. » 2 Le service de journal web (weblog) s’assure de l’identité de ses utilisateurs en recourant à une authentification Open Directory. On ne peut accéder au service qu’en saisissant un nom d’utilisateur et un mot de passe définis dans un domaine de répertoire du chemin de recherche Open Directory. Le service de journal web vérifie également que l’utilisateur a le droit d’utiliser le service. L’administrateur du serveur peut en effet interdire l’accès au service de journal web à certains utilisateurs. 3 Une fois entrée l’URL se terminant par « /Weblog/ », la page d’accueil sur service de journal web apparaît. Sur cette page, vous pouvez créer votre journal web personnel ou le journal web d’un groupe auquel vous appartenez. Vous pouvez également accéder à un journal web existant en cliquant sur l’un des liens de la page.Chapitre 2 Le service de journal web 21 4 Lorsque vous consultez un journal web qui n’est pas le vôtre ou qui n’est pas celui d’un groupe auquel vous appartenez, vous pouvez en lire les entrées, consulter les commentaires et « trackbacks » qui leur sont associés et ajouter vos propres commentaires. Si le propriétaire du journal web a réparti ses entrées en catégories ou sous-catégories, comme Mac OS X Server dans cet exemple, cliquez sur une catégorie pour voir les entrées correspondantes. Pour consulter les entrées publiées un jour donné, cliquez sur le jour en question dans le calendrier. Si le journal web vous appartient ou appartient à un groupe dont vous faites partie, vous pouvez également créer et organiser des entrées, et modifier d’autres aspects du journal en utilisant le lien Réglages. Vous pouvez, par exemple, n’autoriser la consultation de votre journal web qu’à certains utilisateurs. Vous pouvez aussi modifier l’aspect visuel de votre journal en choisissant parmi différents thèmes. 5 Lorsque vous voulez suivre les entrées d’un journal web, vous avez la possibilité de vous abonner au flux RSS de celui-ci. Tous les journaux du service de journal web génèrent automatiquement des flux RSS. Pour vous abonner au flux d’un journal web à partir de Safari, il vous suffit de cliquer sur l’icône RSS qui se trouve dans le champ d’adresse lorsque le journal est affiché. Vous pouvez également créer un signet à partir du flux RSS et le placer à l’emplacement qui vous convient le mieux.22 Chapitre 2 Le service de journal web 6 Lorsque vous voulez prendre connaissance des nouveautés d’un journal web, utilisez le signet RSS pour accéder aux informations le concernant et à des liens pointant vers ses nouvelles entrées. La suite de ce chapitre vous explique comment administrer le service de journal web (weblog) et comment utiliser les journaux web qu’il héberge. Configuration initiale du service de journal web (weblog) Pour activer le service de journal web, commencez par démarrer le service web dans Admin Serveur, puis paramétrez quelques réglages par défaut des journaux web. Vous pouvez mettre en œuvre un serveur de journaux web par ordinateur serveur. Pour effectuer la configuration initiale du service de journal web : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Si le serveur sur lequel vous voulez installer votre service de journal web ne figure pas dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Se connecter pour vous connecter au serveur. 3 Sélectionnez le serveur voulu dans la liste, puis cliquez sur Web. 4 Si le service web n’est pas actif, cliquez sur Démarrer le service.Chapitre 2 Le service de journal web 23 Pour renforcer la sécurité des interactions entre les utilisateurs et le serveur qui héberge les journaux web, faites en sorte que les utilisateurs accèdent aux journaux par l’intermédiaire d’un site sur lequel le protocole SSL (Secure Sockets Layer) est activé. Suivez les instructions du guide d’administration des technologies web pour savoir comment configurer les sites web et le protocole SSL. SSL fonctionne avec un certificat numérique qui authentifie l’identité du serveur et permet de crypter, donc de sécuriser les échanges d’informations. 5 Cliquez sur Réglages, cliquez sur Journaux web, puis sélectionnez « Activer les journaux web (Weblogs) ». Ce réglage ouvre l’accès aux journaux web par l’intermédiaire de tout site pris en charge par le service web. 6 Choisissez un thème par défaut. Le thème détermine l’aspect d’un journal web. Il définit la couleur, la taille, l’emplacement et d’autres attributs des différents éléments composant un journal web. Chaque thème est mis en œuvre grâce à une feuille de style, comme l’explique la section « Fichiers de configuration du service de journal web » à la page 25. Lors de la création d’un journal web, un thème par défaut lui est appliqué, mais son propriétaire peut en changer à tout moment. L’aspect de la page d’accueil du service de journal web est également déterminé par le thème par défaut. 7 Indiquez le dossier qui contiendra les fichiers des journaux web. Par défaut, les fichiers des journaux web sont stockés dans le dossier /Bibliothèque/ Application Support/Weblogs/ de l’ordinateur qui héberge le service de journal web (weblog). Vous pouvez cliquer sur Parcourir pour sélectionner un autre dossier, situé par exemple sur un périphérique RAID ou sur un autre ordinateur. 24 Chapitre 2 Le service de journal web Pour en savoir plus sur le stockage des fichiers des journaux web, consultez la section « Les fichiers de contenu des journaux web » à la page 26. 8 Vous pouvez indiquer, de façon facultative, un domaine de courrier électronique par défaut, de la forme « exemple.com. » Le domaine de courrier électronique sert à créer des adresses électroniques initiales sur un journal web. Par exemple, pour un utilisateur dont le nom abrégé est « jean », une adresse électronique de la forme jean@exemple.com s’affichera au départ sur son journal web, mais il aura la possibilité de modifier cette adresse. 9 Cliquer sur Enregistrer. 10 Assurez-vous que le chemin de recherche Open Directory du serveur de journaux web comprend bien tous les répertoires dans lesquels sont définis les utilisateurs et membres de groupes qui doivent être pris en charge par le service de journal web. Le guide d’administration Open Directory explique comment définir des chemins de recherche. Tout utilisateur ou membre d’un groupe défini dans le chemin de recherche Open Directory est maintenant autorisé à créer et à consulter des journaux web sur le serveur, sauf si vous lui interdisez l’accès au service de journal web de la manière décrite dans la section « Attribution du droit à créer des journaux web » à la page 24. Gestion du service de journal web Cette section présente les tâches assurées par les administrateurs du serveur pour gérer le service de journal web. Attribution du droit à créer des journaux web Pour définir qui a le droit de créer des journaux web, vous utilisez l’authentification Open Directory et des réglages d’accès au service de journal web. Si vous voulez qu’un utilisateur ait la possibilité de créer des journaux web :  Assurez-vous que l’utilisateur ou le membre d’un groupe est défini sur le chemin de recherche Open Directory du serveur de journaux web.  Assurez-vous que l’utilisateur dispose de l’accès au service de journal web (weblog). Pour accorder ou retirer l’accès au service de journal web, ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur de journaux web dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Réglages, puis cliquez sur Accès. Attribution du droit à consulter les journaux web Ce sont les utilisateurs propriétaires d’un journal web ou membres d’un groupe proprié- taire d’un journal qui déterminent ceux qui peuvent le consulter par l’intermédiaire des réglages Lecteur du journal web. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Affectation du droit à consulter les journaux web » à la page 28.Chapitre 2 Le service de journal web 25 Utilisation de SSL pour l’accès aux journaux web Pour renforcer la sécurité des interactions entre les utilisateurs et le serveur qui héberge les journaux web, faites en sorte que les utilisateurs accèdent aux journaux par l’intermé- diaire d’un site sur lequel le protocole SSL (Secure Sockets Layer) est activé. Lorsque SSL est mis en œuvre sur un serveur, un navigateur web se connecte à ce dernier en utilisant le préfixe « https » dans l’URL plutôt que « http ». Le « s » indique que la connexion au serveur est alors sécurisée. Le guide d’administration des technologies web explique comment configurer des sites pour qu’ils utilisent SSL. Modification des réglages du service de journal web Pour modifier les réglages du service de journal web, il faut utiliser Admin Serveur. Pour modifier des réglages du service de journal web : 1 Ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Web dans la liste située sous le serveur concerné, puis cliquez sur Journaux web. 2 Pour activer ou désactiver le service de journal web, utilisez la case « Activer les journaux web (weblogs) ». 3 Si vous modifiez le thème par défaut, tous les journaux web créés à partir de ce moment-là utiliseront le nouveau thème sélectionné. 4 Si vous modifiez le dossier des journaux web, les sous-dossiers et fichiers existant dans le dossier défini jusque là ne sont pas déplacés automatiquement, et le service de journal web (weblog) est automatiquement relancé lorsque vous enregistrez vos modifications. Si, dans ce cas, vous voulez continuer à utiliser les dossiers et fichiers existants, c’est-à-dire continuer à mettre à disposition des utilisateurs les journaux web créés précédemment, vous devez déplacer manuellement ces dossiers et fichiers vers le nouveau dossier défini pour les journaux web. La section « Les fichiers de contenu des journaux web » à la page 26 vous indique précisément quels dossiers et fichiers déplacer. 5 Si vous modifiez le domaine de courrier électronique par défaut, tous les journaux web créés à partir de ce moment-là utiliseront le nouveau domaine défini. 6 Lorsque vous avez effectué toutes les modifications souhaitées, cliquez sur Enregistrer. Fichiers de configuration du service de journal web Les fichiers qui définissent les propriétés du service de journal web sont stockés à l’emplacement suivant : /Bibliothèque/Tomcat/blojsom_root/webapps/blojsom/26 Chapitre 2 Le service de journal web Ces fichiers de configuration sont répartis dans des sous-dossiers. Bon nombre d’entre eux concernent les réglages de Blojsom, le projet open-source sur lequel le service de journal web est fondé. Deux sous-dossiers sont propres à Apple :  Un dossier nommé Stylesheets contient les feuilles de style, ou thèmes. Leur extension est .css, pour « Cascading Style Sheet » (feuille de styles en cascade). Le format CSS est un format standard utilisé pour définir l’aspect du texte et d’autres éléments dans une page web ou une autre source. Toutes les feuilles de style de ce dossier apparaissent dans le menu local « Thème par défaut » des réglages de journal web d’Admin Serveur et dans la zone de dialogue obtenue en suivant le lien Réglages de chaque journal web.  Les fichiers de configuration de chaque journal web se trouvent dans un dossier nommé WEB-INF. Ce dossier contient des sous-dossiers portant les noms abrégés des utilisateurs et membres de groupe qui publient un journal web. Ces sous-dossiers contiennent différents fichiers, notamment un fichier nommé blog.properties, qui renferme les réglages de journal web que les propriétaires de journal peuvent modifier en passant par le lien Réglages de leur journal web. Les fichiers de contenu des journaux web Les fichiers des journaux web des utilisateurs et des groupes sont conservés dans le dossier des journaux web définis via Admin Serveur. Par défaut, il s’agit du dossier suivant sur l’ordinateur qui héberge le service de journal web : /Bibliothèque/Application Support/weblogs/ L’arborescence des sous-dossiers et la nature des fichiers sont les suivantes :  À chaque journal web d’utilisateur ou de groupe correspond un dossier situé dans le dossier des journaux web et portant le nom abrégé de l’utilisateur ou du groupe.  Chaque dossier de journal web contient un dossier par catégorie ou sous-catégorie thématique définie pour ce journal.  Chaque dossier de catégorie contient deux fichiers par entrée de journal. Un fichier doté de l’extension .txt contient le texte de l’entrée et un fichier doté de l’extension .meta contient les commentaires et indique l’auteur de l’entrée. Si vous modifiez le nom ou l’emplacement du dossier global des journaux web dans Admin Serveur, les dossiers et fichiers existants ne sont pas déplacés automatiquement. Maintenance des fichiers de journal web Lorsque des utilisateurs ou des groupes sont supprimés des répertoires pris en charge par le serveur, vous aurez sans doute intérêt à archiver les dossiers et fichiers correspondants. Historiques du service de journal web Les historiques du service de journal web sont stockés à l’emplacement suivant : /Bibliothèque/Tomcat/blojsom_root/webapps/blojsom/logsChapitre 2 Le service de journal web 27 Utilisation des journaux web Cette section décrit les différentes façons, pour un utilisateur, de se servir d’un journal web. Création d’un journal web Si vous remplissez les conditions indiquées dans la section « Attribution du droit à créer des journaux web » à la page 24, vous pouvez créer un journal web. Pour créer un journal web : 1 Ouvrez Safari ou un autre navigateur web comme Mozilla, Firefox ou Internet Explorer. 2 Dans le champ d’adresse, tapez http://nom-domaine/weblog/, nom-domaine correspondant au serveur web (www.exemple.com). Si le serveur web héberge un site sécurisé par SSL, indiquez ce site dans le champ d’adresse pour plus de sécurité et utilisez le préfixe https dans l’URL. Tapez https://nom-domaine/weblog/, nom-domaine correspondant au site prenant en charge SSL. 3 La page web qui s’affiche énumère tous les journaux web créés sur ce serveur et permet en outre à l’utilisateur de créer un journal web. Pour créer votre propre journal web, saisissez votre nom abrégé et appuyez sur la touche Retour. Si votre nom abrégé est le même que le nom abrégé d’un groupe qui se trouve sur le chemin de recherche Open Directory du serveur, le service de journal web (weblog) part du principe que c’est un nom d’utilisateur que vous avez saisi. Pour créer un journal web destiné à être utilisé par les membres d’un groupe, tapez le nom abrégé du groupe et appuyez sur la touche Retour. 4 Le nouveau journal web apparaît, doté des réglages par défaut du service de journal web définis dans Admin Serveur. 5 Vous pouvez maintenant personnaliser les réglages de ce journal web ou vous livrer à d’autres activités. Cliquez d’abord sur Ouvrir une session pour vous authentifier. Cliquez sur Réglages pour modifier les réglages du journal web. Cliquez sur Nouvelle catégorie pour créer une catégorie dans laquelle regrouper de nouvelles entrées. Cliquez sur Nouvelle entrée pour créer une nouvelle entrée. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Création d’une entrée » à la page 30. 6 Si vous le voulez, cliquez sur Fermeture de session une fois vos modifications terminées. Le service de journal web ferme automatiquement toute session après 30 minutes d’inactivité. Pour accéder ultérieurement à ce journal web, tapez http://nom-domaine/weblog/ nom-abrégé or https://nom-domaine/weblog/nom-abrégé, nom-domaine correspondant au serveur web (www.exemple.com) et nom-abrégé au nom abrégé d’un utilisateur ou d’un groupe.28 Chapitre 2 Le service de journal web Accès aux journaux web Pour accéder à un journal web, vous devez utiliser un navigateur web. Pour accéder à un journal web : 1 Ouvrez Safari ou un autre navigateur web comme Mozilla, Firefox ou Internet Explorer. 2 Pour accéder à un journal web donné, tapez dans le champ d’adresse http://nom-domaine/weblog/nom-abrégé, nom-domaine correspondant au serveur web (www.exemple.com) et nom-abrégé au nom abrégé d’un utilisateur ou d’un groupe. Si le serveur web héberge un site sécurisé par SSL, indiquez ce site dans le champ d’adresse pour plus de sécurité et utilisez le préfixe https dans l’URL. Tapez https://nom-domaine/ weblog/nom-abrégé, nom-domaine correspondant au site prenant en charge SSL. 3 Pour choisir un journal web dans une liste des journaux web hébergés, tapez http://nom-domaine/weblog/ ou https://nom-domaine/weblog/. La page web qui vous est présentée est la page d’accueil du service de journal web, qui fournit des liens pointant vers tous les journaux web hébergés. Lorsque vous avez repéré le journal web qui vous intéresse, cliquez sur son lien. Affectation du droit à consulter les journaux web C’est l’utilisateur ou le membre d’un groupe possédant un journal web qui décide qui peut consulter ce journal. Pour paramétrer l’accès à un journal web : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Cliquez sur Réglages. 4 Dans le champ Lecteurs, indiquez ceux que vous voulez autoriser à consulter votre journal web. Pour permettre à tout le monde de le consulter, laissez le champ vide. Pour que seuls certains utilisateurs ou groupes définis sur le chemin de recherche du serveur de journaux web puissent consulter votre journal, tapez leurs noms abrégés en plaçant un nom par ligne. Consultation des entrées d’un journal web Lorsque vous ouvrez pour la première fois un journal web, les 20 entrées les plus récentes de ce journal vous sont présentée dans l’ordre chronologique inverse. Il existe plusieurs manières de filtrer la consultation des entrées d’un journal web :  Pour consulter les entrées publiées un jour donné, cliquez sur le jour en surbrillance dans le calendrier.  Pour consulter toutes les entrées, cliquez sur Toutes les entrées.Chapitre 2 Le service de journal web 29  Pour consulter les entrées relevant d’une catégorie donnée, cliquez sur cette catégorie. Si une catégorie comporte des sous-catégories, cliquez sur l’une de ces dernières pour voir les entrées qu’elle contient.  Pour consulter les entrées contenant une chaîne de caractères donnée, tapez cette chaîne dans le champ Rechercher, puis appuyez sur la touche Retour. Personnalisation des réglages d’un journal web Les réglages d’un journal web permettent d’agir en partie sur l’affichage des textes de ce journal et de limiter l’accès des utilisateurs au journal. Pour changer les réglages d’un journal web : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier (vous devez en être le propriétaire ou appartenir à un groupe qui en est propriétaire). Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Cliquez sur Réglages. 4 Modifier les réglages voulus pour agir sur les informations affichées sur le journal web. 5 Cliquer sur Enregistrer. Création d’une catégorie Vous avez la possibilité de définir des catégories et des sous-catégories dans lesquelles regrouper les entrées du journal web. Une telle répartition facilite la consultation du journal par les utilisateurs, qui peuvent ainsi retrouver directement un thème qui les intéresse. Chaque catégorie et sous-catégorie créée devient un dossier dans lequel les entrées liées sont conservées. Pour plus de détails, consultez la rubrique « Les fichiers de contenu des journaux web » à la page 26. Pour créer une catégorie ou une sous-catégorie de journal web : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier (vous devez en être le propriétaire ou appartenir à un groupe qui en est propriétaire). Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Cliquez sur Nouvelle catégorie. 4 Dans la liste déroulante Parent, sélectionnez l’élément sous lequel vous voulez que la catégorie soit inscrite. 5 Donnez un nom à la catégorie. 6 Cliquer sur Enregistrer.30 Chapitre 2 Le service de journal web Suppression d’une catégorie Lorsque vous supprimez une catégorie ou une sous-catégorie, toutes les entrées en relevant sont déplacées sous Toutes les catégories. Pour supprimer une catégorie ou une sous-catégorie de journal web : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier (vous devez en être le propriétaire ou appartenir à un groupe qui en est propriétaire). Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Sélectionnez la catégorie ou la sous-catégorie que vous voulez supprimer. 4 Cliquez sur Supprimer la catégorie. 5 Cliquez sur OK. Création d’une entrée Lorsque vous ajoutez une entrée à votre journal web, vous pouvez, si vous le voulez, l’ajouter dans une catégorie que vous avez définie. Pour créer une entrée : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier (vous devez en être le propriétaire ou appartenir à un groupe qui en est propriétaire). Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Cliquez sur Nouvelle entrée. 4 Si vous le souhaitez, choisissez une catégorie, puis saisissez le titre de l’entrée. 5 Si vous souhaitez que l’entrée comporte un rétrolien (ou trackback) vers une entrée rédigée par quelqu’un d’autre, copiez l’URL de trackback de cette entrée et collez-la dans le champ URL de trackback. Pour obtenir l’URL de rétrolien d’une entrée hébergée par le service de journal web, consultez cette entrée et cliquez sur le lien de trackback qui se trouve en bas de cette entrée. Copiez l’« URL de trackback de cette entrée », qui a été créée par le service de journal web lors de la création de l’entrée. 6 Tapez le texte de votre entrée dans la zone de saisie.Chapitre 2 Le service de journal web 31 Vous pouvez inclure les balises HTML suivantes dans votre entrée : a, b, blockquote, br, code, dd, dl, div, em, h1, h2, h3, h4, h5, h6, i, img, ol, lik, p, pre, span, strong, sub, sup, table, td, th, tr, u, et ul. Les balises les plus utilisées sont les suivantes : Si vous tapez une URL dans votre contribution (http://www.exemple.com), un lien est automatiquement créé sans que vous ayez à utiliser une balise HTML. 7 Cliquer sur Enregistrer. Pour la nouvelle entrée sont indiqués son auteur et son heure de création. Suppression d’une entrée Lorsque vous supprimez une entrée, tous les fichiers liés à cette entrée sont supprimés (voir « Les fichiers de contenu des journaux web » à la page 26). Pour supprimer une entrée : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier (vous devez en être le propriétaire ou appartenir à un groupe qui en est propriétaire). Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Après avoir affiché l’entrée que vous voulez supprimer, cliquez sur Supprimer. Balise Utilisation Exemple b ou strong Afficher en gras le texte entre balises texte texte i ou em Afficher en italique le texte entre balises texte texte ul et li Créer une liste à puces

sub Placer le texte entre balises en exposant i sup Placer le texte entre balises en indice 2 img Afficher une image graphique texte pour lecteurs d’écran32 Chapitre 2 Le service de journal web Modification d’une entrée Vous pouvez modifier le titre, l’URL de trackback et le contenu d’une entrée, mais il n’est pas possible de modifier sa catégorie ou ses date et heure de création. Pour modifier une entrée : 1 Accédez à un journal web que vous avez le droit de modifier (vous devez en être le propriétaire ou appartenir à un groupe qui en est propriétaire). Pour obtenir des instructions, consultez la section « Accès aux journaux web » à la page 28. 2 Cliquez sur Ouverture de session pour vous authentifier. 3 Affichez l’entrée que vous voulez modifier, cliquez sur Modifier et faites vos modifications. 4 Cliquer sur Enregistrer. Utilisation des commentaires Les utilisateurs qui consultent un journal web peuvent ajouter un commentaire à n’importe laquelle de ses entrées. Pour utiliser les commentaires : 1 Accédez à un journal web. 2 Affichez l’entrée qui vous intéresse. 3 Pour consulter les commentaires déjà ajoutés à l’entrée ou ajouter votre propre commentaire, cliquez sur le lien Commentaires. Les commentaires existants sont affichés et vous avez la possibilité d’ajouter le vôtre. 4 Pour ce faire, vous devez au minimum vous identifier dans le champ Auteur et taper votre commentaire dans le champ Commentaire. Puis cliquez sur Envoyer le commentaire. De façon facultative, vous pouvez indiquer votre adresse électronique ou une URL pointant vers des informations de référence.Chapitre 2 Le service de journal web 33 Utilisation des rétroliens (ou trackbacks) Un rétrolien ou « trackback » permet à un blogueur de répondre ou de faire référence à une entrée d’un autre blogueur dans une entrée de son propre journal web. Pour créer un rétrolien, vous publiez une entrée dans votre journal web et vous l’incluez dans un lien pointant vers l’entrée de l’autre blogueur. La section « Création d’une entrée » à la page 30 explique comment associer un lien de trackback à une entrée. Lorsque vous lisez l’entrée de l’autre blogueur et que vous cliquez sur son rétrolien (trackback), le texte de l’entrée qui y fait référence est visible, avec un lien pointant vers son journal web d’origine. Si d’autres entrées ont créé des rétroliens vers cette entrée, elles sont également indiquées.34 Chapitre 2 Le service de journal web Utilisation de RSS pour s’abonner à des journaux web Les journaux web créés par le serveur de journal web de Mac OS X Server génèrent automatiquement des flux RSS. À partir de Safari ou d’une autre application jouant le rôle d’agrégateur RSS, vous pouvez vous abonner aux flux RSS qui vous intéressent. Pour vous abonner à des journaux web à l’aide de RSS depuis Safari : 1 Ouvrez Safari. 2 Pour suivre tous les journaux web d’un serveur auquel vous avez accès, affichez la page d’accueil du service de journal web. Pour suivre un journal web spécifique auquel vous avez accès, affichez ce journal. La section « Accès aux journaux web » à la page 28 vous indique comment procéder. 3 Cliquez sur l’icône RSS qui se trouve dans le champ d’adresse de Safari. 4 Créez un signet pour le flux RSS. Si vous voulez suivre plusieurs journaux web, vous pouvez créer un dossier spécifique de signets dans Safari et ajouter les signets correspondant à tous ces journaux web dans ce dossier. Pour en savoir plus sur l’utilisation des flux RSS et des signets, consultez l’aide de Safari. Pour plus d’informations Voici plusieurs sources d’informations complémentaires sur le service de journal web :  Le guide d’administration des technologies web décrit comment configurer et gérer le service de journal web.  Le guide d’administration d’Open Directory décrit comment configurer le chemin de recherche Open Directory du serveur hébergeant le service de journal web.  Le site web wiki.blojsom.com/wiki/ fournit de la documentation sur le logiciel de blog open-source sur lequel est fondé le service de journal web.  Il existe plusieurs bons ouvrages consacrés aux journaux web. Recherchez-les sur le web ; l’éditeur www.oreilly.com/catalog/ propose des ouvrages en anglais.3 35 3 Le service iChat Le service iChat offre une messagerie instantanée sécurisée aux utilisateurs pris en charge par Mac OS X Server. On appelle messagerie instantanée des échanges entre utilisateurs, en temps réel, de messages, d’images et même de sons et de séquences vidéo qui se trouvent sur leur ordinateur. On parle aussi, pour désigner ce mode de communication de chat (prononcé « tchatte », qui signifie « bavarder » en anglais) en raison de la nature spontanée de ces échanges, qui les rapprochent d’une conversation. Messagerie instantanée et promotion de la collaboration La messagerie instantanée constitue un moyen de collaborer sans les délais inhérents au courrier électronique et aux journaux web et sans les coûts liés au téléphone ou à la tenue de réunions :  Les membres d’une équipe de projet peuvent discuter des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent, programmer des échéances, rendre compte de l’avancement, échanger des images de travail.  Tout en discutant, vous pouvez échanger des liens web ou des fichiers, à consulter en temps réel pour nourrir la discussion ou à tête reposée.  Si vous voulez garder une trace d’une discussion sans avoir à prendre de notes, il est possible d’enregistrer automatiquement le texte de vos échanges.  Les réunions hebdomadaires de service ou de projet peuvent avoir lieu via la messagerie instantanée. Lorsque les membres d’une équipe sont géographiquement dispersés, le chat constitue un excellent substitut aux réunions ou aux conférences téléphoniques.  Au lieu d’avoir une discussion textuelle, vous pouvez discuter vocalement en utilisant le microphone éventuellement intégré à votre ordinateur.  Si les ordinateurs des utilisateurs sont dotés d’une caméra vidéo, ils peuvent alors se voir et s’entendre en messagerie instantanée. La visioconférence est une forme très directe de collaboration qui favorise une implication forte.36 Chapitre 3 Le service iChat Le service iChat en pratique Le service iChat de Mac OS X Server offre un moyen sécurisé d’interaction par discussion en temps réel entre utilisateurs et groupes pris en charge par un serveur. Pour pouvoir utiliser le service iChat sur un serveur donné, les utilisateurs doivent être définis dans les répertoires utilisés par ce serveur pour authentifier les utilisateurs. En outre, le service iChat utilise SSL pour protéger la vie privée des utilisateurs lorsqu’ils discutent en messagerie instantanée. 1 Pour lancer une session de messagerie instantanée avec un autre utilisateur, il vous suffit de connaître le nom abrégé de ce dernier et le nom de domaine configuré pour le service iChat. Dans l’illustration ci-dessus, Tom et Gloria entament une discussion par l’intermédiaire du service iChat sur ichat.exemple.com. Service iChat Domaines de répertoire Service de fichiers Enregistrement Fichier ou URL Tapez l’adresse de la personne à inviter. Annuler OK tom@ichat.exemple.com Tapez l’adresse de la personne à inviter. Annuler OK gloria@ichat.exemple.com 1 2 3 4 iChat Certificat SSLChapitre 3 Le service iChat 37 2 Le service iChat vérifie l’identité de Tom et de Gloria en utilisant l’authentification Open Directory. Vous ne pouvez satisfaire à cette authentification que si vous êtes défini dans un domaine de répertoire figurant sur le chemin de recherche Open Directory du serveur. Le service iChat s’assure également que Tom et Gloria ont le droit d’utiliser ce service. L’administrateur du serveur peut en effet interdire l’accès au service à certains utilisateurs. 3 Tom et Gloria peuvent s’échanger des fichiers et des URL, ce qui leur permet très aisément de passer en revue ensemble certaines informations. 4 De façon facultative, un enregistrement de la discussion peut être effectué pour consultation ultérieure. La suite de ce chapitre vous explique comment administrer et utiliser le service iChat. Configuration initiale du service iChat Pour configurer et activer le service iChat, vous devez utiliser Admin Serveur. Pour effectuer la configuration initiale du service iChat : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Si le serveur sur lequel vous voulez installer votre service iChat ne figure pas dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Se connecter pour vous connecter au serveur. 3 Sélectionnez le serveur voulu dans la liste. 4 Assurez-vous que le port utilisé par le service iChat est activé. Cliquez sur Coupe-feu sous le serveur sélectionné et assurez-vous que le service de coupe-feu est bien activé. Cliquez sur Réglages, puis sur Services. Choisissez le groupe d’adresses voulu dans le menu local. Toutes les demandes émanant des adresses du groupe sélectionné peuvent accéder au service iChat si vous sélectionnez le premier bouton d’option. Si vous sélectionnez le second bouton d’option, assurez-vous que la colonne Autoriser est cochée pour le service iChat. Pour plus d’informations sur le service de coupe-feu et sur ses réglages, consultez le guide d’administration des services réseau. 38 Chapitre 3 Le service iChat 5 Cliquez sur iChat sous le serveur sélectionné dans la liste Ordinateur et services, puis cliquez sur Réglages. 6 Le champ Domaines d’hôtes désigne le ou les noms de domaine qui doivent être pris en charge par le service iChat. Au départ, c’est le nom d’hôte du serveur qui est inscrit dans ce champ. Vous pouvez ajouter d’autres noms qui doivent correspondre à l’adresse IP du serveur iChat, notamment les alias définis dans le DNS. Le ou les domaines d’hôtes désignés sont utilisés pour former les noms de contact qui identifient les utilisateurs du service iChat. Exemple de nom de contact : nancy@example1.apple.com. 7 Le texte figurant dans la fenêtre Message d’accueil est affiché par les clients de messagerie instantanée lorsqu’ils se connectent au service iChat. Vous pouvez, si vous le souhaitez, modifier le texte par défaut qui figure dans ce champ. 8 Dans le menu local Certificat SSL, choisissez le certificat SSL (Secure Sockets Layer) que le service iChat doit utiliser. Le menu présente tous les certificats SSL qui ont été installés sur le serveur. Vous pouvez aussi choisir l’option Configuration personnalisée dans le menu local, puis cliquer sur l’icône Modifier pour importer un autre certificat. Pour en savoir plus sur la définition, l’obtention et l’installation de certificats sur votre serveur, consultez le guide d’administration du service de courrier électronique. 9 Cliquez sur Enregistrer, puis sur Démarrer le service.Chapitre 3 Le service iChat 39 10 Assurez-vous que le chemin de recherche Open Directory du serveur iChat comprend bien tous les répertoires dans lesquels sont définis les utilisateurs et membres de groupes qui doivent pouvoir communiquer grâce au service iChat. Le guide d’administration Open Directory explique comment définir des chemins de recherche. Tout utilisateur ou membre d’un groupe défini dans le chemin de recherche Open Directory est maintenant autorisé à utiliser le service iChat du serveur, sauf si vous lui interdisez l’accès à ce service de la manière décrite dans la section « Accès au service iChat » à la page 39. Gestion du service iChat Cette section présente les tâches assurées par les administrateurs du serveur pour gérer le service iChat. Accès au service iChat Pour définir qui a le droit d’utiliser le service iChat, vous utilisez l’authentification Open Directory et des réglages d’accès au service iChat. Si vous voulez qu’un utilisateur puisse utiliser le service iChat :  Assurez-vous que l’utilisateur ou le membre d’un groupe est défini sur le chemin de recherche Open Directory du serveur iChat.  Assurez-vous que l’utilisateur dispose de l’accès au service iChat. Pour accorder ou retirer l’accès au service iChat, ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur iChat dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Réglages, puis cliquez sur Accès. Utilisation de SSL pour le service iChat Pour renforcer le caractère privé des discussions en messagerie instantanée, le service iChat utilise le protocole SSL. SSL recourt à un certificat numérique pour certifier l’identité du serveur et assurer des échanges de messages cryptés donc sécurisés. Vous pouvez pour cela utiliser un certificat auto-signé ou un certificat importé d’une autorité de certificat. Pour en savoir plus sur la définition, l’obtention et l’installation de certificats sur votre serveur, consultez le guide d’administration du service de courrier électronique. Lors de votre première configuration du service iChat, vous indiquez le certificat SSL à utiliser pour ce service, mais vous pouvez choisir ultérieurement un autre certificat si vous le souhaitez. Pour désigner le certificat SSL que le service iChat doit utiliser : 1 Ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur iChat dans la liste située sous le serveur concerné, puis cliquez sur Réglages.40 Chapitre 3 Le service iChat 2 Dans le menu local Certificat SSL, choisissez le certificat que devra utiliser le service iChat. Le menu présente tous les certificats SSL qui ont été installés sur le serveur. Pour utiliser un certificat ne figurant pas dans cette liste, sélectionnez Configuration personnalisée dans le menu local. 3 Cliquer sur Enregistrer. Modification des réglages du service iChat Pour modifier les réglages du service iChat, il faut utiliser Admin Serveur. Pour modifier des réglages du service iChat : 1 Ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur iChat dans la liste située sous le serveur concerné, puis cliquez sur Réglages. 2 Pour désactiver ou activer le service iChat, cliquez respectivement sur Arrêter le service ou sur Démarrer le service. 3 Modifiez les réglages d’ouverture de session ou SSL selon vos besoins. 4 Lorsque vous avez effectué toutes les modifications souhaitées, cliquez sur Enregistrer. Les fichiers de configuration du service iChat Les réglages de configuration du service iChat sont conservés dans le fichier : /etc/jabber/jabber.xml Ce fichier contient les réglages du protocole Jabber/XMPP. Jabber/XMPP est le protocole open-source utilisé par le projet jabberd pour assurer la communication entre clients fonctionnant sous divers systèmes d’exploitation. Le service iChat prend en charge le protocole Jabber/XMPP. Les historiques du service iChat L’historique du service iChat est consigné dans le fichier /var/log/system.log. Pour consulter l’historique du service iChat : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Sélectionnez le serveur iChat dans la liste Ordinateurs et services. 3 Cliquez sur iChat dans la liste qui se trouve sous le serveur. 4 Cliquez sur Historique.Chapitre 3 Le service iChat 41 Utilisation du service iChat Cette section vous fournit des informations destinées aux utilisateurs de l’application de messagerie instantanée. Avant d’utiliser le service iChat Pour utiliser le service iChat d’un serveur donné afin de discuter avec un autre utilisateur :  Vous devez être défini sur le chemin de recherche Open Directory de ce serveur.  Vous devez être autorisé à utiliser le service iChat sur ce serveur. Vous ne pouvez discuter qu’avec des utilisateurs définis sur le chemin de recherche Open Directory de ce serveur et autorisés à utiliser son service iChat. Pour en savoir plus sur les chemins de recherche et l’autorisation d’utiliser le service iChat, consultez « Accès au service iChat » à la page 39. Les noms de contact du service iChat Pour utiliser le service iChat, vous aurez besoin d’un nom de contact. Vous aurez aussi besoin de connaître les noms de contact de tous les correspondants avec qui vous voulez discuter par l’intermédiaire du service iChat. Le nom de contact du service iChat est de la forme générale nom-abrégé-utilisateur@nomdomaine-iChat (nancy@ichat.example.com). Le nom-abrégé-utilisateur est le nom abrégé d’un utilisateur défini sur le chemin de recherche Open Directory du serveur hébergeant le service iChat. Le nom-domaine-iChat identifie le serveur hébergeant le service iChat. Utilisation de iChat Pour pouvoir utiliser iChat pour discuter avec d’autres utilisateurs de ce service, vous devez créer un compte de service iChat. Pour ce faire, vous ajoutez un compte Jabber dans iChat. Vous pouvez créer ce compte lors de votre première utilisation d’iChat et de la configuration initiale. Vous pouvez également créer ce compte ultérieurement en utilisant la sous-fenêtre iChat > Préférences dans iChat. Pour plus de précisions, consultez l’aide de iChat. Comme toutes les listes de contacts sont enregistrées sur le serveur, elles sont disponibles à tout moment et de n’importe où lorsque vous démarrez une session du service iChat. Utilisation d’autres logiciels clients de messagerie instantanée Le service iChat est compatible avec les logiciels clients de messagerie instantanée pour Windows, Linux et pour PDA qui prennent en charge le protocole Jabber.42 Chapitre 3 Le service iChat Pour plus d’informations Voici plusieurs sources d’informations complémentaires sur le service iChat :  Le guide d’administration des services réseau explique comment configurer et gérer des coupe-feu sur le serveur hébergeant le service iChat.  Le guide d’administration d’Open Directory décrit comment configurer le chemin de recherche Open Directory du serveur hébergeant le service iChat.  Le guide d’administration du service de courrier électronique explique comment utiliser les certificats SSL.  L’aide iChat explique comment configurer et utiliser cette application de messagerie instantanée de Mac OS X.  Le site web jabberd.jabberstudio.org fournit des informations sur le projet opensource utilisant le protocole Jabber/XMPP, pris en charge par le service iChat.4 43 4 Les services de partage de fichiers Les services de partage de fichiers fournissent un accès régulé et sécurisé aux dossiers et fichiers de différents types d’ordinateurs clients. Les services de partage de fichiers multiplates-formes de Mac OS X Server aident les équipes à travailler de façon plus efficace en leur permettant de partager des ressources, d’archiver des projets, d’échanger et de sauvegarder des documents importants et d’effectuer d’autres actions liées à des fichiers. Partage de fichiers et promotion de la collaboration Dans la plupart des entreprises et administrations, le stockage des fichiers dans un dossier accessible par le réseau constitue le principal mode d’enregistrement et de partage des informations.  Le partage de polices de caractères, de préférences d’application, d’images et d’autres ressources permet de personnaliser et d’unifier les environnements des groupes de travail. Ainsi, l’hébergement d’un dossier Bibliothèque accessible par le réseau sur un serveur Mac OS X Server facilite la diffusion et la mise à jour de ressources telles que les polices de caractères, les profils ColorSync, les préférences d’application et les modèles à l’intention de toute une équipe. Les ordinateurs clients Mac OS X analysent automatiquement le contenu du dossier Bibliothèque et les ressources système qu’il renferme sont automatiquement mises à disposition des utilisateurs.  Le partage d’applications simplifie leur mise à jour. Lorsque vous assurez régulièrement la mise à jour d’une application pour laquelle vous possédez une licence de site, les utilisateurs du réseau disposent en permanence de sa version la plus à jour.  La configuration des accès aux dossiers et aux fichiers vous permet de prendre en charge le flux de travaux d’un groupe d’utilisateurs. Vous pouvez, par exemple, accorder l’accès intégral aux documents aux rédacteurs et correcteurs, mais n’y autoriser l’accès qu’en lecture aux relecteurs.44 Chapitre 4 Les services de partage de fichiers Les services de partage de fichiers en pratique Mac OS X Server prend en charge cinq protocoles d’accès à des dossiers et fichiers qui s’appuient tous sur l’authentification Open Directory. Pour protéger encore l’accès à ce service, vous pouvez utiliser plusieurs techniques d’autorisation. Domaines de répertoire Contrôles d’accès 6 7 Certificat SSL 8 9 Service AFP afp://MonServeur.exemple.com/afpSharePoint/ Addresse du serveur : afpSharePoint 1 Service Windows smb://MonServeur.exemple.com/smbSharePoint/ Adresse du serveur : smbSharePoint 2 Service NFS nfs://MonServeur.exemple.com/nfsSharePoint/ Adresse du serveur : nfsSharePoint 3 Service FTP ftp://MonServeur.exemple.com/ftpSharePoint/ Adresse du serveur : ftpSharePoint 4 Service Web http://MonServeur.exemple.com/SomeRealm/ Adresse du serveur : SomeRealm 5Chapitre 4 Les services de partage de fichiers 45 1 Le service de fichiers Apple, qui utilise le protocole AFP (Apple Filing Protocol), vous permet de partager des fichiers entre clients Macintosh. 2 Le service équivalent de Windows fait appel au protocole SMB/CIFS (Server Message Block/Common Internet File System) pour vous permettre de partager des fichiers a vec des ordinateurs clients fonctionnant sous Microsoft Windows 95, 98, ME, XP, NT 4.0 et 2000. Les utilisateurs de Windows voient les dossiers partagés dans leur fenêtre Favoris réseau (Windows XP et 2000) ou Voisinage réseau (Windows 95, 98 ou ME). 3 Le service NFS (Network File System) vous permet de partager des fichiers avec les utilisateurs d’ordinateurs UNIX et Linux. 4 Le service FTP (File Transfer Protocol) permet de partager des fichiers avec les applications prenant en charge FTP. De nombreux navigateurs web, comme Microsoft Internet Explorer, acceptent la saisie d’une adresse FTP et sont capables d’afficher les dossiers et les fichiers conservés sur le partage FTP correspondant. 5 WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning) vous permet d’utiliser un serveur web comme un serveur de fichiers. Les utilisateurs d’applications prenant en charge WebDAV (par exemple Macromedia Dreamweaver et Microsoft Office) peuvent accéder à des dossiers partagés directement à partir de ces applications. Vous pouvez protéger l’accès WebDAV à l’aide de SSL si le service Web est configuré pour utiliser un certificat SSL. 6 Tous les services d’accès aux fichiers à l’exception du service NFS authentifient les utilisateurs à l’aide de l’authentification Open Directory. Seuls les utilisateurs définis dans un domaine de répertoire du chemin de recherche Open Directory du serveur peuvent accéder aux fichiers. Même si NFS ne prend pas en charge une authentification avec nom d’utilisateur et mot de passe, il est possible de repartager des montages NFS en utilisant AFP, SMB/CIFS ou FTP, de sorte que les utilisateurs NFS puissent être authentifiés à l’aide d’Open Directory. 7 Pour configurer les réglages complémentaires de contrôle d’accès, utilisez Admin Serveur et Gestionnaire de groupe de travail. Ces réglages autorisent les utilisateurs à accéder aux dossiers et aux fichiers. Les réglages de point de partage vous permettent de configurer les autorisations d’accès, qui déterminent qui peut lire les fichiers, les modifier ou effectuer d’autres actions sur ces fichiers. Les points de partage, utilisés par tous les protocoles d’accès aux fichiers, sont des points d’accès situés au niveau le plus élevé d’un ensemble d’objets partagés. Pour faciliter la localisation des points de partage, vous pouvez les configurer pour qu’ils soient montés automatiquement sur l’ordinateur d’un utilisateur à l’ouverture de session. 46 Chapitre 4 Les services de partage de fichiers D’autres possibilités d’autorisation sont également disponibles. Ainsi, les protocoles AFP et SBM/CIFS prennent en charge les listes de contrôle d’accès (« access control lists » ou ACL). Les listes de contrôle d’accès permettent de définir les autorisations d’accès aux points de partage, aux dossiers et aux fichiers avec un degré élevé de précision. Vous pouvez affecter aux utilisateurs individuels et aux groupes un large éventail d’autorisations, notamment le droit de modifier les autorisations d’accès, le droit de créer, de supprimer ou de modifier des fichiers, le droit de lire les autorisations, etc. Ces autorisations peuvent être imbriquées. En outre, vous pouvez utiliser l’héritage pour propager des autorisations via une hiérarchie de systèmes de fichiers. Les autorisations d’accès peuvent également être utilisées au niveau de chaque service. Les services AFP, SMB/CIFS et FTP peuvent être configurés pour refuser l’accès à des utilisateurs spécifiques. 8 Un utilisateur qui satisfait aux critères d’authentification et d’autorisation peut accéder aux dossiers et aux fichiers du point de partage cible. 9 Vous pouvez placer les répertoires de départ du réseau dans des points de partage AFP, SMB/CIFS ou NFS. Les répertoires de départ de réseau donnent aux utilisateurs l’accès à leurs fichiers personnels depuis différents ordinateurs et emplacements du réseau. Le tableau ci-dessous confronte les cinq protocoles d’accès aux fichiers et les sections ci-après décrivent brièvement chacun d’eux. AFP SMB/CIFS NFS FTP WebDAV Authentification Open Directory x Kerberos pris en charge x x Si les volumes sont repartagés à l’aide d’AFP, de SMB/CIFS ou de FTP x Kerberos pris en charge x Configuration du point de partage via Gestionnaire de groupe de travail x x x x x Configuration du service dans Admin Serveur x x x x x Dans le service web SSL x Si le service web utilise SSL Listes de contrôle d’accès x x Contrôle d’accès au service x x x Répertoires de départ réseau x x xChapitre 4 Les services de partage de fichiers 47 Utilisation d’AFP pour partager des fichiers Le protocole AFP (Apple Filing Protocol) permet aux utilisateurs clients Macintosh de se connecter à leur serveur et d’accéder aux dossiers et aux fichiers comme si ces derniers se trouvaient sur leur propre ordinateur. AFP offre :  le partage des fichiers via TCP/IP pour les clients Macintosh ;  une reconnexion automatique lorsque la connexion au serveur de fichiers est interrompue ;  le partage de fichiers cryptés (AFP via SSH) ;  la création automatique de répertoires de départ utilisateurs ;  l’authentification Kerberos v5 pour les clients Mac OS X version 10.2 et ultérieures ;  des contrôles d’accès méticuleux pour gérer les connexions client et l’accès en invité ;  la déconnexion automatique des clients inactifs ;  la gestion d’IPv6 pour les clients et le serveur AFP ;  Listes de contrôle d’accès. AFP vous permet également de partager à nouveau les montages NFS à l’aide d’AFP. Cette fonction est une façon pour les clients qui ne se trouvent pas sur le réseau local d’accéder aux volumes NFS via une connexion AFP sûre et authentifiée. Utilisation de SMB/CIFS pour partager des fichiers Le service de fichiers Windows de Mac OS X Server permet aux clients Windows de se connecter au serveur en utilisant le protocole SMB/CIFS au-dessus des protocoles TCP/IP. Lorsque vous activez le service de fichiers Windows, vous pouvez également activer plusieurs autres services natifs Windows :  WINS (Windows Internet Naming Service), grâce auquel les clients de plusieurs sous-réseaux peuvent exécuter des résolutions nom/adresse ;  la navigation, qui permet aux clients de naviguer afin de trouver des serveurs disponibles dans les sous-réseaux. Vous pouvez configurer (et répliquer) les services d’un contrôleur de domaine principal (PDC), qui :  fournissent l’authentification de domaine Windows à partir de la fenêtre d’ouverture de session de Windows ;  prennent en charge les profils itinérants Windows sur Mac OS X Server. Mac OS X Server permet le verrouillage unifié des fichiers pour les protocoles AFP et SMB/CIFS, en permettant aux utilisateurs Windows de partager des fichiers avec des utilisateurs sur d’autres ordinateurs sans conflit ni corruption. SMB/CIFS prend également en charge les listes de contrôle d’accès.48 Chapitre 4 Les services de partage de fichiers Utilisation de NFS pour partager des fichiers NFS (Network File System) est le protocole utilisé pour les services de fichiers sur les ordinateurs UNIX. Le terme NFS désignant le partage est exportation. Vous pouvez exporter un élément partagé soit vers un ensemble d’ordinateurs clients, soit vers le « monde ». L’exportation d’un volume NFS vers le « monde » permet à toute personne accédant à votre serveur d’accéder également à ce volume. NFS ne prend pas en charge l’authentification par nom/mot de passe. Il se base sur les adresses IP clients pour authentifier les utilisateurs ainsi que sur les autorisations clients, ce qui n’est pas une méthode sûre pour la plupart des réseaux. Pour cette raison, n’utilisez NFS que si vous vous trouvez sur un réseau local (LAN), avec des ordinateurs clients de confiance, ou si vous travaillez dans un environnement qui ne peut pas utiliser le partage de fichiers Apple ou le partage de fichiers Windows. Si vous disposez d’un accès Internet et pensez effectuer des exportations sur Monde, il est préférable que votre serveur soit protégé par un pare-feu. Vous pouvez partager à nouveau les montages NFS en utilisant AFP, Windows et FTP de manière à ce que les utilisateurs puissent accéder aux volumes NFS d’une manière plus restreinte. Utilisation de FTP pour partager des fichiers Le service FTP permet aux ordinateurs de transférer des fichiers via Internet. Les clients utilisant tout système d’exploitation gérant FTP peuvent se connecter à votre serveur de fichiers FTP et télécharger des fichiers, en fonction des autorisations que vous avez définies. La plupart des navigateurs Internet et bon nombre d’applications gratuites peuvent être utilisés pour accéder à votre serveur FTP. Dans Mac OS X Server, le service FTP gère l’authentification Kerberos v5 et, pour la majorité des clients FTP, la reprise des transferts de fichiers interrompus. Mac OS X Server gère également la conversion de fichiers dynamiques, ce qui permet aux utilisateurs de demander des versions d’informations compressées ou décompressées sur le serveur. Mac OS X Server gère le protocole FTP anonyme et empêche par défaut les utilisateurs FTP d’effacer, de renommer et d’écraser des fichiers, et de modifier des autorisations de fichier. L’administrateur du serveur doit autoriser de façon explicite les téléchargements par les utilisateurs FTP anonymes, et ce dans un point de partage spécifique.Chapitre 4 Les services de partage de fichiers 49 Utilisation de WebDAV pour partager des fichiers Mac OS X Server prend en charge le partage de fichiers Internet WebDAV dans le cadre du serveur web intégré Apache et des services web de Mac OS X Server. Conçue à l’origine pour la publication web par collaboration, cette amélioration du protocole HTTP convertit un site web en base de données de documents, permettant la création collaborative, la modification et la recherche à partir d’emplacements distants. Lorsque WebDAV est activé, tout client WebDAV autorisé, sur n’importe quelle plate-forme, peut ouvrir des fichiers, apporter des modifications ou effectuer des ajouts, ou répercuter ces modifications sur le serveur web. Étant donné qu’il utilise le protocole HTTP (port 80), WebDAV peut prendre en charge le partage de fichiers par l’intermédiaire de coupe-feu qui n’autorisent pas le partage FTP. Pour plus d’informations Plusieurs guides d’administration vous expliquent comment configurer et gérer les services de fichiers et les répertoires de départ.  Le guide d’administration des services de fichiers traite des services AFP, SMB/CIFS, FTP et NFS.  Le guide d’administration des technologies web traite de WebDAV.  Le guide de gestion des utilisateurs traite des répertoires de départ.  Le guide d’administration de Windows fournit des informations complémentaires sur le partage des fichiers avec les utilisateurs de Windows et sur la configuration des points de partage SBM/CIFS pour les répertoires de départ des utilisateurs de Windows.5 51 5 Comptes de groupe Les comptes de groupe permettent de personnaliser l’environnement de travail en fonction des besoins de groupes d’utilisateurs spécifiques. Les comptes de groupe Mac OS X Server offrent un moyen de gérer et de prendre en charge les attributs de l’environnement de travail de différents groupe d’utilisateurs, ainsi que leurs droits d’accès aux dossiers, fichiers et ordinateurs du réseau. Groupes et promotion de la collaboration Les groupes offrent plusieurs moyens de promouvoir l’efficacité des utilisateurs qui en font partie et de protéger la confidentialité des informations du groupe :  Lorsque vous configurez un compte de groupe, vous pouvez lui associer un dossier de groupe résidant sur le serveur. Ce dossier de groupe est un emplacement naturel d’échange d’idées et d’informations pour les membres du groupe. Le dossier de groupe est facile à créer et peut être rapidement configuré pour être monté automatiquement ou apparaître dans le Dock lorsqu’un membre du groupe ouvre une session.  Vous pouvez configurer d’autres dossiers partagés sur le serveur pour une utilisation par un ou plusieurs groupes. Vous pouvez, par exemple, constituer un groupe avec tous vos professeurs d’anglais et donner à ce groupe accès aux dossiers qui contiennent les programmes scolaires et les fiches des élèves. Les professeurs eux-mêmes pourront utiliser des dossiers partagés pour donner à leurs élèves accès à des applications, à des notes de cours et à des programmes d’activité, et pour relever leurs devoirs.  Les environnements de travail en groupe peuvent être personnalisés grâce aux préférences gérées. On appelle Préférences gérées des réglages qui influent sur l’environnement informatique d’un utilisateur. Un groupe dont les préférences sont gérées s’appelle un groupe de travail.52 Chapitre 5 Comptes de groupe Par exemple, vous pouvez configurer les préférences du Dock et du Finder de sorte que l’environnement de travail des élèves de niveau inférieur soit très simplifié. Ou encore vous pouvez définir des préférences d’accès aux données qui aboutissent à empêcher les élèves de graver des CD ou des DVD.  Si un utilisateur appartient à plusieurs groupes, une liste de ces groupes lui est présentée après ouverture d’une session. L’utilisateur sélectionne un des groupes et l’environnement défini par les préférences gérées de ce groupe lui est présenté. En ouvrant successivement des sessions sous l’égide des différents groupes auxquels il appartient, l’utilisateur a ainsi accès à des environnements distincts qui sont adaptés à ses besoins du moment. Ainsi, un groupe de spécialistes du marketing peut bénéficier d’un environnement qui promeut le partage d’informations et d’applications dans le but de produire collectivement des outils de marketing. Ou encore un groupe de travail Nouveaux arrivants peut aider les individus récemment embauchés à prendre connaissance des avantages sociaux proposés par l’entreprise.  Si vous voulez à la fois vous adresser à plusieurs groupes à un niveau global et gérer chacun des groupes de façon spécifique, vous pouvez imbriquer des groupes les uns dans les autres. Par exemple, supposons qu’une professeur d’école primaire enseigne à une classe mixte de CE2/CM1. Elle peut d’abord créer un groupe qui lui permettra de gérer l’environnement de l’ensemble des élèves, puis créer à l’intérieur de ce groupe deux groupes distincts pour adapter sa communication à chaque groupe de niveau.  Vous pouvez vous servir des groupes pour réserver l’usage de certains ordinateurs aux membres d’un groupe. Par exemple, vous pouvez vouloir limiter l’usage des ordinateurs d’un laboratoire multimédia à certains élèves ou salariés. Pour cela, vous allez définir une liste d’ordinateurs qui identifie chaque ordinateur du labo. Puis vous allez restreindre l’accès aux ordinateurs de la liste à un ou plusieurs groupes spécifiques, par exemple Marketing ou Multimédia.Chapitre 5 Comptes de groupe 53 Les groupes en pratique Les comptes de groupe influent sur l’environnement informatique et les possibilités d’un utilisateur après ouverture d’une session ou connexion à un serveur Mac OS X Server. 1 Lorsqu’un utilisateur ouvre une session, Open Directory s’assure qu’il est défini dans un domaine de répertoire du chemin de recherche de son ordinateur. 2 Après ouverture de la session, les préférences liées au groupe de travail de l’utilisateur sont prises en compte. Si l’utilisateur appartient à plusieurs groupes de travail, une liste de ces groupes lui est présentée ; il sélectionne alors l’un d’eux et l’environnement associé est automatiquement activé. 3 Dans l’exemple illustré ci-dessus, les préférences de groupe ont été configurées pour que le dossier de groupe associé au groupe de travail apparaisse dans le Dock de l’utilisateur après ouverture de la session. 4 Les appartenances de groupe déterminent aussi les dossiers et fichiers auxquels un utilisateur a accès lorsqu’il se connecte à un serveur donné. Open Directory est utilisé pour autoriser un membre d’un groupe à accéder à un serveur donné. 5 Si l’utilisateur figure sur le chemin de recherche du serveur, une liste des points de partage auxquels il a l’autorisation d’accès apparaît. La liste comprend les points de partage qu’il est autorisé à utiliser en vertu de son appartenance à un groupe donné. 6 Vous pouvez utiliser les listes d’ordinateurs pour définir les groupes qui ont le droit d’ouvrir une session sur un ordinateur donné. afp://MonServeur.exemple.com/ Adresse du serveur : Anne Johnson Mot de passe : Cours d’algèbre Labo de biologie Dossier Algèbre Server closet Sélectionnez les volumes à monter Annuler OK Volumes Projets actifs Archive Boîtes de dépôt Domaines de répertoire 1 4 6 7 5 2 354 Chapitre 5 Comptes de groupe De la même façon que vous pouvez gérer les préférences d’un groupe, vous pouvez gérer les préférences de la liste d’ordinateurs. Une de ces préférences est illustrée à la figure ci-dessus : tous les utilisateurs autorisés à utiliser l’ordinateur sont énumérés dans la fenêtre d’ouverture de session. L’utilisateur sélectionne un des noms puis saisit le mot de passe correspondant. Si Open Directory peut authentifier l’utilisateur, la session s’ouvre normalement. 7 Après ouverture de la session, l’utilisateur ne peut utiliser que les services qu’il est autorisé à utiliser. Dans cet exemple, l’utilisateur a le droit d’utiliser le service de courrier électronique. Mais vous pouvez utiliser Admin Serveur pour interdire l’accès au courrier électronique, à iChat, au web et à d’autres services à des groupes ou à des utilisateurs. Création de groupes Les comptes de groupe, à l’instar des comptes d’utilisateur et des listes d’ordinateurs, peuvent être stockés dans tout domaine Open Directory accessible à partir de l’ordinateur Mac OS X qui doit accéder au compte. Un domaine de répertoire peut résider sur un ordinateur Mac OS X (par exemple, le répertoire LDAP d’un maître Open Directory ou un domaine NetInfo) ou sur un serveur non Apple (par exemple, un serveur LDAP ou Active Directory). Pour définir un groupe, passez par Gestionnaire de groupe de travail. Vous pouvez rapidement définir le nom du groupe, lui associer une image pour sa présentation dans la liste des groupes affichée à l’ouverture d’une session, inscrire des utilisateurs ou d’autres groupe dans ce groupe et configurer un dossier pour ce groupe.Chapitre 5 Comptes de groupe 55 Utilisation des dossiers de groupe Les dossiers de groupe accueillent les fichiers que les membres d’un groupe ont besoin de partager. Un dossier de groupe contient par défaut trois dossiers : Documents, Bibliothèque et Public. Le dossier Public contient un dossier Boîte de dépôt. Les dossiers de groupe peuvent être personnalisés, par exemple lorsque vous voulez créer un dossier de réception (Boîte de dépôt) par élève ou lorsque vous voulez adapter d’autres dossiers aux besoins du groupe. Hébergé sur le serveur pour en faciliter l’accès partout dans l’entreprise ou l’administration, le dossier de groupe peut être présenté dans le Dock pour en faciliter l’accès aux membres du groupe susceptibles de travailler à leurs activités de groupe de n’importe où sur le réseau. Lorsque vous définissez un dossier de groupe, vous avez la possibilité de désigner un propriétaire de ce dossier. Le propriétaire du dossier de groupe peut modifier ses attributs au niveau du Finder. Gestion des préférences de groupes Les préférences gérées, que l’on définit à l’aide de Gestionnaire de groupe de travail, permettent aux membres du groupe d’ouvrir une session dans un environnement informatique convenant à leurs besoins et qui ne change pas d’un ordinateur à l’autre. Par exemple, un professeur peut choisir un ensemble d’applications et de documents qui doivent être systématiquement présents dans le Dock pour les élèves de certaines classes, ou bien configurer le système pour qu’il lance le Finder simplifié lorsqu’un élève de maternelle ouvre une session. Dans un contexte créatif, Final Cut Pro peut être lancé systématiquement lorsqu’un membre du groupe de montage vidéo ouvre une session sur n’importe quel ordinateur. Les réglages individuels et de groupe de l’utilisateur entrent immédiatement en vigueur et celui-ci dispose de ses accès directs aux ressources auxquelles il a accès, quelle que soit la machine depuis laquelle il se connecte. Les préférences de groupe sont des réglages qui personnalisent et régulent l’environnement informatique d’un membre d’un groupe. De nombreuses préférences, telles que celles du Dock et du Finder, sont utilisées pour personnaliser l’apparence du bureau. Par exemple, vous pouvez configurer les préférences du Dock et du Finder de sorte que l’environnement de travail des étudiants de niveau inférieur soit très simplifié. D’autres préférences sont utilisées pour gérer les éléments auxquels un utilisateur peut accéder et les éléments qu’il peut contrôler. Par exemple, vous pouvez configurer les préférences Accès aux supports afin d’empêcher les étudiants de graver des CD et des DVD, ou d’apporter des modifications au disque interne d’un ordinateur.56 Chapitre 5 Comptes de groupe Utilisation des listes d’ordinateurs Une liste d’ordinateurs regroupe des ordinateurs auxquels on souhaite attribuer les mêmes réglages de préférences et qui doivent être accessibles à certains utilisateurs et groupes. Les listes d’ordinateurs vous permettent de réserver un ensemble d’ordinateurs à l’usage d’un ou de plusieurs groupes donnés. Par exemple, vous pouvez utiliser une liste d’ordinateurs pour réserver des ordinateurs à hautes performances à des étudiants en cinéma qui se servent de Final Cut Pro. Pour cela, vous allez inscrire tous ces étudiants en cinéma dans un même groupe, puis vous allez configurer une liste d’ordinateurs en y inscrivant les machines que vous voulez réserver à ce groupe d’individus. Un étudiant ne suivant pas le cursus de cinéma (n’appartenant pas au groupe des étudiants en cinéma) ne pourra pas ouvrir de session sur l’un de ces ordinateurs. Vous créez et modifiez les listes d’ordinateurs dans Gestionnaire de groupe de travail. Lorsque vous configurez une liste d’ordinateurs, vous indiquez les noms et les adresses des machines que vous voulez inclure à la liste. Chaque ordinateur client recourt à ces données pour rechercher des informations relatives aux préférences gérées lorsqu’un utilisateur se connecte.  L’adresse de l’ordinateur est celle de sa carte ou de son circuit Ethernet, qui est unique. (L’adresse Ethernet d’un ordinateur s’appelle aussi son adresse MAC.) Vous pouvez naviguer à la recherche d’un ordinateur, le sélectionner et Gestionnaire de groupe de travail entrera l’adresse Ethernet et le nom de l’ordinateur à votre place.  Il est d’usage d’utiliser le nom d’ordinateur spécifié dans les préférences Partage de l’ordinateur. Mais si vous le préférez, vous pouvez utiliser un nom plus descriptif ou plus approprié.Chapitre 5 Comptes de groupe 57 Utilisation des groupes pour les utilisateurs Windows Vous pouvez inscrire des utilisateurs Windows dans les groupes que vous créez et utiliser ces groupes pour gérer les autorisations d’accès aux fichiers. Lorsqu’un utilisateur Windows ouvre une session dans le domaine Windows, son dossier de groupe n’est pas monté automatiquement. Si le point de partage du dossier de groupe est partagé via SMB/CIFS, un utilisateur Windows peut ouvrir son dossier Favoris réseau (ou Voisinage réseau) et accéder au contenu du dossier de groupe. Pour plus d’informations Les informations détaillées dont vous avez besoin pour définir et gérer les groupes figurent dans les guides d’administration suivants :  Le guide de gestion des utilisateurs vous explique comment définir des groupes, des dossiers de groupe et des listes d’ordinateurs et comment gérer les préférences.  Le guide d’administration des services de fichiers explique comment configurer des points de partage (les points d’accès aux dossiers de groupe et autres dossiers partagés) et en gérer les accès.  Le guide d’administration des services Windows explique comment configurer les comptes d’utilisateur dans un domaine de répertoire Mac OS X Server, de sorte que le serveur fournisse des services de fichiers, une ouverture de session de domaine et des répertoires de départ aux utilisateurs Windows.6 59 6 Les services de courrier Les services de courrier facilitent la collaboration entre utilisateurs utilisant des logiciels de courrier électronique, qu’on appelle également clients de courrier électronique. Mac OS X Server propose des services de courrier fondés sur des standards capables de prendre en charge des utilisateurs d’ordinateurs Macintosh, Windows, UNIX et Linux. Services de courrier et promotion de la collaboration Les services de courrier permettent aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir des messages électroniques par l’intermédiaire d’un réseau ou d’Internet. Ils présentent les caractéristiques suivantes :  Ils prennent en charge des protocoles standard de courrier électronique, de sorte que les utilisateurs de différents types d’ordinateurs puissent s’échanger des messages et des fichiers. Un client standard de courrier électronique utilise le protocole SMTP (« Simple Mail Transfer Protocol ») pour envoyer des messages sortants et les protocoles POP (« Post Office Protocol ») et IMAP (« Internet Message Access Protocol ») pour recevoir des messages entrants. POP télécharge les messages électroniques pour les stocker sur l’ordinateur de l’utilisateur. IMAP conserve les messages sur le serveur de courrier électronique ; il convient donc particulièrement à ceux qui veulent pouvoir consulter leur courrier depuis plusieurs ordinateurs distincts.  Ils contribuent à éliminer le courrier indésirable et les virus.  Ils offrent des fonctionnalités de sécurité comme l’authentification des utilisateurs et SSL.  Ils vous permettent de configurer la taille maximale des messages, des quotas d’espace de stockage des messages et d’autres attributs des comptes de messagerie des utilisateurs.60 Chapitre 6 Les services de courrier  Ils proposent des services de liste d’envoi. Une liste d’envoi est une liste centralisée d’adresses électroniques à laquelle les utilisateurs peuvent s’abonner pour recevoir des annonces et diffuser des messages aux autres abonnés de la liste. Si un utilisateur possède des droits d’administration de liste d’envoi, il peut également créer ou gérer des listes. Les listes d’envoi permettent de constituer des communautés d’utilisateurs partageant un intérêt thématique commun. Les ingénieurs commerciaux peuvent tenir à jour des listes de clients importants pour les partager avec leurs homologues. Les départements d’assistance de produit peuvent tenir à jour des listes de personnes intéressées par des informations sur des produits donnés. Les équipes de développement peuvent gérer des listes pour permettre des discussions entre membres de l’équipe. Les clients de courrier électronique sont soit des applications qui se trouvent sur l’ordinateur de l’utilisateur, soit des interfaces web accessibles par l’intermédiaire d’un navigateur web. Les clients de courrier électronique présentent les caractéristiques suivantes :  Ils permettent aux utilisateurs d’échanger des messages avec un correspondant ou plusieurs correspondants à la fois.  Ils permettent d’envoyer des fichiers en les joignant à des messages.  Ils facilitent le suivi de discussions structurées sous forme de fils de messages et l’intervention dans ces discussions.  Ils permettent l’enregistrement et l’organisation des messages pour référence ultérieure.  Ils collaborent avec des applications de carnet d’adresses pour faciliter l’enregistrement et la recherche d’adresses électroniques.  Ils permettent de filtrer le courrier indésirable. Les services de courrier électronique en pratique Le service de courrier électronique de Mac OS X Server utilise l’agent de transfert de messages SMTP Postfix à haute vitesse et les services IMAP et POP dimensionnables de Cyrus. Vous pouvez également configurer WebMail, un service de courrier électronique de type web qui exploite le projet open-source SquirrelMail pour fournir les services SMTP et IMAP. Le serveur propose aussi le service Mailman de gestion des listes d’envoi, avec prise en charge de la création et de la tenue à jour des listes dans Admin Serveur. Chapitre 6 Les services de courrier 61 Aussi bien le serveur de messagerie que WebMail prennent en charge SSL pour sécuriser la transmission des messages sortants et entrants. En outre, ils font tous deux appel à l’authentification Open Directory pour réserver les services de courrier électronique aux seuls utilisateurs autorisés à utiliser ces services. Vous pouvez également configurer les services de courrier électronique de sorte que seuls certains utilisateurs et groupes soient autorisés à les utiliser. 1 Chaque utilisateur des services de courrier électronique doit disposer d’un compte d’utilisateur dans un domaine de répertoire accessible au serveur qui héberge ces services. Le nom abrégé du compte de l’utilisateur constitue le nom du compte de courrier électronique ; ce dernier est utilisé pour former l’adresse électronique de l’utilisateur (NomAbrégé@exemple.com). En outre, des réglages sont associés au compte de chaque utilisateur, qui permettent de personnaliser la façon dont le service de courrier électronique gère le courrier de cet utilisateur. Le service de courrier électronique vérifie l’identité des utilisateurs en faisant appel à Open Directory. Toute une gamme d’options d’authentification est disponible, avec notamment Kerberos, CRAM-MD5 et APOP. 1 2 3 4 Service Web Service de messagerie WebMail Domaines de répertoire Certificat SSL http://UnSite.exemple.com/WebMail/ Certificat SSL Listes d’envoi62 Chapitre 6 Les services de courrier SSL peut être configuré pour SMTP et pour IMAP et POP. Avec SSL, le serveur crypte les données échangées avec les clients de courrier électronique, ce qui assure une transmission sécurisée et confidentielle des messages et de leurs pièces jointes. 2 WebMail permet aux utilisateurs d’accéder à leurs messages en passant par n’importe quel site web hébergé sur le serveur et en utilisant les protocoles SMTP et IMAP. Il suffit à l’utilisateur d’ouvrir son navigateur web et d’indiquer l’URL correspondant au site. Dans l’illustration ci-dessus, l’URL spécifie un site nommé SomeSite.example.com (http://SomeSite.example.com/WebMail/). WebMail utilise la configuration d’authentification du service de courrier électronique pour vérifier les identités des utilisateurs. Si le site web est configuré pour utiliser SSL, les informations d’authentification et les messages sont cryptés. 3 Lorsqu’un utilisateur de WebMail tape un nom d’utilisateur et un mot de passe valides, la fenêtre de WebMail apparaît. WebMail offre une fonctionnalité de carnets d’adresse privés et permet aux utilisateurs de créer des dossiers pour organiser les messages classés. 4 Les listes d’envoi peuvent être configurées à l’aide d’Admin Serveur ou d’une interface de type web fournie par Mailman. Vous pouvez configurer une liste de sorte que les utilisateurs s’y abonnent automatiquement en envoyant un message à une adresse spéciale de la liste (MaListe-abonnement@exemple.com). Ou bien vous pouvez la configurer de sorte que seul un administrateur de la liste ait le pouvoir d’y inscrire des utilisateurs. Les abonnés à une liste d’envoi n’ont pas obligatoirement besoin de disposer d’un compte de courrier électronique sur le serveur ou d’un compte d’utilisateur accessible via Open Directory. Configuration du service de courrier Lors de votre première configuration d’un serveur, il est possible de démarrer et de configurer automatiquement le service de courrier électronique, mais il faut ensuite utiliser Admin Serveur pour affiner les réglages du service et tenir à jour le serveur de messagerie :  Si vous voulez que les utilisateurs puissent envoyer et recevoir du courrier via Internet, vous devez vous assurer que le service DNS est configuré avec les enregistrements MX appropriés pour votre service de courrier. Votre fournisseur d’accès à Internet peut vous fournir ce service, ou bien vous pouvez configurer le DNS sur votre propre serveur.  Les réglages du service de courrier entrant influent sur la façon dont le service de courrier électronique gère les messages entrants. Vous devez choisir et activer POP, IMAP ou ces deux protocoles à la fois, et sélectionner des méthodes d’authentification des clients de courrier électronique. Vous pouvez également configurer SSL.  Les réglages du service de courrier sortant consistent principalement à configurer le service SMTP d’envoi de messages. En ce qui concerne le courrier entrant, vous configurez l’authentification et, de façon facultative, SSL.Chapitre 6 Les services de courrier 63  D’autres réglages du service de courrier électronique vous permettent de limiter le courrier indésirable et les virus, de configurer des politiques de quotas d’espace disque de courrier électronique, de spécifier comment traiter les messages non recevables et de configurer la mémoire et la base de données des messages. Création de comptes de courrier électronique Pour mettre à disposition des utilisateurs le service de courrier électronique, vous devez configurer des réglages de courrier électronique pour les comptes de ces utilisateurs. Pour chaque utilisateurs, vous utilisez Gestionnaire de groupe de travail pour :  autoriser l’usage du courrier électronique ;  spécifier le nom DNS ou l’adresse IP de votre serveur de messagerie ;  sélectionner les protocoles de relevé du courrier (POP, IMAP ou ces deux protocoles) ;  fixer un quota limitant l’espace disque alloué au courrier électronique de cet utilisateur ;  configurer un emplacement de stockage de secours des messages. Lorsque le compte de messagerie d’un utilisateur est configuré, l’utilisateur doit configurer son logiciel client de messagerie pour que ce dernier puisse se connecter au service de courrier électronique, en indiquant son nom d’utilisateur de messagerie, son mot de passe et un nom de serveur ou une adresse IP. Configuration de WebMail WebMail permet à un utilisateur de se servir d’un simple navigateur web comme Safari pour rédiger, lire et envoyer des messages. L’utilisateur peut également créer des dossiers de messagerie pour stocker ses messages et gérer des carnets d’adresses privés. Le service WebMail de Mac OS X Server est fourni par un logiciel nommé SquirrelMail (www.squirrelmail.org), mais pour fonctionner, il a besoin que le service de courrier électronique (IMAP et SMTP) et le service web soient configurés et actifs. Si le service web héberge plusieurs sites web, WebMail peut donner accès au service de courrier électronique à partir de n’importe lequel de ces sites ou de la totalité. Si le site est configuré pour utiliser SSL, les connexions WebMail y font aussi appel. WebMail n’est pas activé par défaut. Pour activer WebMail, utilisez les réglages de service web d’Admin Serveur. Pour configurer WebMail, vous agissez sur les réglages de SquirrelMail. 64 Chapitre 6 Les services de courrier Utilisation des listes d’envoi Admin Serveur vous permet de définir des listes d’envoi et d’en gérer les adhésions. Les privilèges que vous pouvez attribuer aux membres sont les suivants :  S’abonner, qui permet aux membres de s’abonner et de désabonner de la liste à leur convenance.  Poster, qui autorise les membres à envoyer des messages à la liste.  Admin, qui permet aux membres de modifier les attributs de la liste. Les membres et les administrateurs d’une liste peuvent aussi utiliser les fonctions d’administration de type web de MailMan pour accéder à d’autres options. Pour plus d’informations Plusieurs guides d’administration et sites web fournissent des informations sur les services de courrier électronique :  Le guide d’administration des services de courrier électronique indique comment installer et configurer le service de courrier et les listes d’envoi.  Le guide d’administration des technologies web explique le fonctionnement de WebMail.  Le guide d’administration des services réseau vous explique comment configurer le DNS.  Le site web de SquirrelMail se trouve à l’adresse www.squirrelmail.org.  Le site web de Mailman se trouve à l’adresse www.list.org.  Le site web de Postfix se trouve à l’adresse www.postfix.org.  Le site web de Cyrus se trouve à l’adresse asg.web.cmu.edu/cyrus. 65 Glossaire Glossaire AFP Apple Filing Protocol. Protocole client/serveur utilisé par le service de fichiers Apple sur les ordinateurs compatibles Macintosh pour partager des services de fichiers et de réseau. AFP utilise TCP/IP et d’autres protocoles pour les communications entre ordinateurs d’un réseau. automount Qualifie un point de partage qui apparaît automatiquement sur un ordinateur client. Voir aussi monter. blog Voir journal web. blogueur Individu publiant des informations sur un journal web, ou weblog, ou blog. On parle aussi parfois en français d’un « carnetier ». Blojsom Projet open-source sur lequel est fondé le service de journal web. chat Voir messagerie instantanée. domaine Windows Ordinateurs Windows d’un réseau qui partagent un répertoire commun pour les comptes d’utilisateur, de groupe et d’ordinateur pour l’authentification et l’autorisation. Un maître Open Directory peut fournir les services de répertoire pour un domaine Windows. dossier de groupe Répertoire servant à organiser les documents et les applications d’un intérêt particulier pour les membres d’un groupe et leur permettant d’échanger des informations. entrée Article (en général assez court) publié sur un journal web. Les lecteurs peuvent ajouter leur commentaire à l’entrée, mais le texte de l’entrée elle-même ne peut être modifié que par le propriétaire du journal web. Dans un répertoire LDAP, une entrée est un ensemble d’attributs (éléments de données) possédant un nom unique. FTP File Transfer Protocol. Protocole permettant aux ordinateurs de transférer des fichiers sur un réseau. Les clients FTP dont le système d’exploitation gère le protocole FTP peuvent se connecter à un serveur de fichiers et télécharger des fichiers, en fonction des autorisations d’accès dont ils bénéficient. La plupart des navigateurs Internet et bon nombre d’applications gratuites peuvent être utilisés pour accéder à un serveur FTP.66 Glossaire groupe Ensemble d’utilisateurs ayant les mêmes besoins. Les groupes simplifient l’administration des ressources partagées. groupe de travail Ensemble d’utilisateurs pour lesquels vous définissez des préférences et des autorisations de groupe. Toutes les préférences que vous définissez pour un groupe sont stockées dans le compte de groupe. groupe imbriqué Groupe membre d’un autre groupe Les groupes imbriqués permettent aux administrateurs de gérer des groupes d’utilisateurs à un niveau global (afin d’influencer tous les membres d’un groupe) et à un niveau plus limité (afin d’influencer uniquement certains membres d’un groupe). iChat Application de messagerie instantanée de Mac OS X. IMAP Internet Message Access Protocol. Protocole client/serveur de courrier permettant aux utilisateurs de stocker leur courrier sur le serveur de courrier plutôt que de le télécharger sur l’ordinateur local. Le courrier demeure sur le serveur jusqu’à ce que l’utilisateur décide de l’effacer. Internet Ensemble de réseaux d’ordinateurs interconnectés, qui communiquent via un protocole commun (TCP/IP). Internet (notez la majuscule) est le système public le plus étendu au monde de réseaux d’ordinateurs interconnectés. intranet Réseau d’ordinateurs utilisés par et pour les utilisateurs internes d’une organisation. L’accès à un intranet est généralement limité aux membres de l’organisation. Il fait souvent référence à un site web de l’organisation, accessible uniquement à partir de l’intérieur de l’organisation. Les réseaux intranet utilisent les mêmes technologies réseau qu’Internet (TCP/IP) et relient parfois des systèmes propriétaires via des technologies réseau modernes. Jabber/XMPP Protocole open-source utilisé par le projet jabberd pour assurer la communication entre des clients fonctionnant sous divers systèmes d’exploitation. Le service iChat prend en charge le protocole Jabber/XMPP. journal web (ou weblog) Page web hébergeant des entrées ordonnées dans l’ordre chronologique. Il s’agit en quelque sorte d’un journal ou d’une lettre d’information électronique. Le service de journal web vous permet de créer des journaux gérés par un utilisateur ou par tous les membres d’un groupe. liste d’envoi Service de courrier électronique servant à diffuser un message à une liste de destinataires. Les abonnés à une liste d’envoi n’ont pas besoin d’être des utilisateurs de courrier électronique inscrits sur votre serveur de messagerie. L’administration des listes d’envoi peut être déléguée à quelqu’un qui n’est ni administrateur de serveur ni administrateur de groupe de travail. Les abonnés à une liste d’envoi peuvent le plus souvent s’abonner et se désabonner eux-mêmes de la liste.Glossaire 67 liste d’ordinateurs Liste d’ordinateurs partageant les mêmes réglages de préférences et accessibles par les mêmes utilisateurs et groupes. liste de contrôle d’accès Parfois référencée par son sigle en anglais, ACL. Il s’agit d’une liste tenue à jour sur un système et qui définit les droits d’accès aux différentes ressources de ce système pour les utilisateurs et les groupes. messagerie instantanée Mode de communication en direct dans le cadre duquel deux utilisateurs d’ordinateur ou plus échangent des messages textuels, des images, des fichiers sons ou des séquences vidéo en temps réel. Ce mode de communication est souvent appelé par le terme anglais « chat » (prononcé « tchatte »), qui signifie « bavarder », car il est spontané, peu formalisé et s’assimile à la conversation. monter De manière général, rendre disponible un répertoire ou un volume distant accessible à un système local. Dans Xsan, faire en sorte qu’un volume Xsan apparaisse sur le bureau d’un utilisateur comme s’il s’agissait d’un disque local. NFS Network File System. Protocole client/serveur utilisant le protocole IP (Internet Protocol) pour permettre aux utilisateurs distants d’accéder à des fichiers comme s’ils se trouvaient sur leur disque. Le service NFS exporte les volumes partagés vers les ordinateurs en fonction de l’adresse IP, plutôt que du nom et mot de passe utilisateur. nom de contact Adresse de messagerie instantanée. Cette adresse peut comprendre à la fois un nom d’utilisateur et une adresse de serveur de messagerie instantanée. PDA (Assistant numérique) Sigle de l’anglais « Personal Digital Assistant ». Appareil de poche sans fil fournissant de la puissance de traitement et de l’espace de stockage et capable de se connecter à Internet. Les PDA peuvent proposer des agendas, des carnets d’adresses, du courrier électronique, du transfert de données, du traitement de texte et d’autres applications. point de partage Dossier, disque dur (ou partition de disque dur) ou CD accessible via le réseau. Un point de partage constitue le point d’accès situé au premier niveau d’un groupe d’éléments partagés. Les points de partage peuvent être partagés à l’aide des protocoles AFP, Windows SMB, NFS (« exportation »), ou FTP. préférences gérées Préférences Système ou d’applications sous le contrôle d’un administrateur. Gestionnaire de groupe de travail permet aux administrateurs de contrôler les réglages de certaines préférences système pour les clients gérés Mac OS X. répertoire de départ Dossier destiné à l’usage personnel d’un utilisateur. Mac OS X utilise également le répertoire de départ pour, par exemple, stocker des préférences système et des réglages d’utilisateur géré pour les utilisateurs Mac OS X.68 Glossaire RSS Sigle de l’anglais « Really Simple Syndication ». Format XML facilitant la publication, la diffusion et le regroupement de contenus web. Lorsque des pages web sont publiées avec RSS (on les appelle des « flux RSS »), des applications nommées « agrégateurs RSS » permettent de relever simplement leur contenu. Safari est doté d’un agrégateur RSS intégré qui vous permet d’organiser et de consulter les flux RSS, notamment les flux générés par les journaux web hébergés par le service de journal web de Mac OS X Server. service de journal web Service de Mac OS X Server permettant aux utilisateurs et aux groupes de créer et d’utiliser en toute sécurité des journaux web, ou weblogs. Le service de journal web recourt à l’authentification Open Directory pour contrôler l’identité des auteurs et lecteurs de journaux web. Si le site web donnant accès aux journaux web est sécurisé par SSL, le service de journal web utilise lui aussi le cryptage SSL pour renforcer la sécurité d’accès aux journaux. service iChat Service de Mac OS X Server gérant les discussions en temps réel sécurisées. Le service iChat recourt à l’authentification Open Directory pour contrôler l’identité des utilisateurs et à SSL pour protéger la confidentialité de leurs échanges lorsqu’ils discutent. SMB/CIFS Server Message Block/Common Internet File System. Protocole permettant à des ordinateurs clients d’accéder à des fichiers et à des services de réseau. Il peut être utilisé via TCP/IP, Internet ou d’autres protocoles. Les services Windows utilisent le protocole SMB/CIFS pour fournir l’accès aux serveurs, imprimantes et autres ressources réseau. SMTP Simple Mail Transfer Protocol. Protocole utilisé pour envoyer et transférer du courrier. Sa capacité à placer les messages entrants en file d’attente étant limitée, il n’est généralement utilisé que pour envoyer des messages, POP ou IMAP étant utilisés pour les recevoir. SSL Secure Sockets Layer. Protocole permettant d’envoyer sur Internet des informations cryptées et authentifiées. Les versions plus récentes de SSL sont appelées TLS (Transport Level Security). thème Feuille de style déterminant l’aspect des journaux web hébergés par le service de journal web. trackback (ou rétrolien) Lien électronique entre deux entrées de journal web. Un blogueur utilise un rétrolien pour répondre ou faire référence à une entrée d’un autre blogueur. Pour créer un rétrolien, le blogueur publie une entrée sur son weblog et y inclut un lien vers l’entrée de l’autre blogueur. Lorsque vous lisez l’entrée de l’autre blogueur, le texte de l’entrée qui y fait référence est visible, et vous pouvez cliquer sur un lien pointant vers son weblog d’origine. WebDAV Web-based Distributed Authoring and Versioning. Environnement de création en direct permettant aux utilisateurs clients d’extraire des pages web d’un site, de les modifier, puis de les replacer sur le site sans que ce dernier ne cesse de fonctionner. 69 Index Index A AFP - partage de fichiers 47 B Blojsom 26 C comptes de groupe création 54 gestion des préférences de groupe 55 présentation 53 promotion de la collaboration 51 sources d’informations complémentaires 57 utilisation de dossiers de groupe 55 utilisation de groupes pour les utilisateurs Windows 57 utilisation des listes d’ordinateurs 56 D documentation 9 F FTP - partage de fichiers 48 G gestion du service de journal web attribution du droit à consulter les journaux 24 attribution du droit à créer des journaux 24 fichiers de configuration du service de journal web 25 fichiers de contenu de journal web 26 historiques du service de journal web 26 maintenance des fichiers de journal web 26 modification des réglages du service de journal web 25 utilisation de SSL 25 gestion du service iChat accès au service iChat 39 fichiers de configuration du service iChat 40 modification des réglages du service iChat 40 utilisation de SSL 39 guides d’administration du serveur 9 I iChat 41 L listes d’envoi 64 listes d’ordinateurs 56 M Mailman 62 N NFS - partage de fichiers 48 noms de contact 41 O Open Directory comptes de groupe 54 service de journal web 24, 39 service iChat 39 services de courrier électronique 61 services de fichiers 45 P préférences gérées 55 protocole Jabber/XMPP 40 R RSS 34 S scénarios de collaboration grandes entreprises 15 petites et moyennes entreprises 13 service de courrier électronique sources d’informations complémentaires 64 service de journal web configuration initiale 22 et promotion de la collaboration 17 gestion 24 présentation 18 sources d’informations complémentaires 34 utilisation des journaux web 2770 Index service iChat configuration initiale du service 37 et promotion de la collaboration 35 gestion du service 39 présentation 36 sources d’informations complémentaires 42 utilisation 41 services de courrier promotion de la collaboration 59 services de courrier électronique configuration de WebMail 63 configuration du service de courrier 62 création de comptes de messagerie 63 présentation 60 utilisation des listes d’envoi 64 services de partage de fichiers et collaboration 43 présentation 44 sources d’informations complémentaires 49 utilisation d’AFP pour partager des fichiers 47 utilisation de FTP pour partager des fichiers 48 utilisation de NFS pour partager des fichiers 48 utilisation de SMB/CIFS pour partager des fichiers 47 utilisation de WebDAV pour partager des fichiers 49 SMB/CIFS - partage de fichiers 47 SquirrelMail 63 SSL service de courrier électronique 62 service de journal web 25 service iChat 39 WebDAV 45 WebMail 63 T thème de journal web 23 trackback 33 U utilisation des journaux web accès à un journal web 28 affectation du droit à consulter les journaux web 28 consultation des entrées d’un journal 28 création d’une catégorie 29 création d’une entrée 30 création d’un journal web 27 modification d’une entrée 32 personnalisation des réglages d’un journal 29 suppression d’une catégorie 30 suppression d’une entrée 31 utilisation de RSS pour s’abonner à des journaux web 34 utilisation des commentaires 32 utilisation des trackbacks 33 utilisation du service iChat avant d’utiliser le service iChat 41 noms de contact du service iChat 41 utilisation d’autres logiciels clients de messagerie instantanée 41 utilisation de iChat 41 W WebDAV - partage de fichiers 49 WebMail 63 Premiers contactsK Apple Inc. © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. Ce manuel est soumis aux lois sur le droit d’auteur et ne peut être copié, totalement ou partiellement, sans le consentement écrit d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation du logo Apple via le clavier (Option + 1) pour des motifs commerciaux sans l’autorisation écrite préalable d’Apple peut constituer une violation du droit des marques et une concurrence déloyale en violation des lois fédérales et nationales. Tous les efforts ont été déployés afin de garantir l’exactitude des informations de ce manuel. Apple n’est pas responsable des erreurs d’impression ou de rédaction. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, iLife, iPhoto, iPod, iTunes, Keynote, Mac, le logo Mac, Macintosh, Mac OS, Pages et QuickTime sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Aperture, Finder, GarageBand, iWeb, iWork et Safari sont des marques d’Apple Inc. AppleCare, Apple Store et sont des marques de service d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. .Mac est une marque de service d’Apple Inc. Adobe, le logo Adobe, Acrobat, le logo Acrobat, Distiller, PostScript et le logo PostScript sont des marques ou des marques déposées d’Adobe Systems Incorporated aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés dans ce document sont des marques de leurs propriétaires respectifs. La mention de produits tiers est indiquée à titre informatif exclusivement et ne constitue ni une approbation, ni une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité quant aux performances ou à l’utilisation de ces produits. F034-4051-A 06/20073 Table des matières 7 Bienvenue dans iWork ’08 8 Bienvenue dans Pages ’08 10 Bienvenue dans Numbers ’08 12 Bienvenue dans Keynote ’08 14 À propos de ce manuel 14 Pour obtenir de l’aide supplémentaire 16 Vue d’ensemble des outils d’iWork 16 La barre d’outils et la barre de format 17 La fenêtre Inspecteur 18 Le navigateur de média 20 Le panneau Police 21 La fenêtre Couleurs 22 Raccourcis clavier 23 Chapitre 1 : Premiers contacts avec Pages 23 Ce que vous apprendrez 24 Étape 1 : Créer un nouveau document et choisir un modèle 26 Étape 2 : Ajouter et mettre en forme du texte 28 Changement de la couleur des polices et d’autres attributs de texte4 Table des matières 31 Utilisation des styles et création de listes 37 Étape 3 : Ajouter des objets 37 Utilisation des paramètres fictifs de média 38 Ajout d’objets 40 Ajustement du texte autour des objets 42 Ajout de formes 43 Étape 4 : Utiliser les outils d’écriture 43 Correction orthographique et vérification de votre document 45 45 Recherche d’informations 46 Étape 5 : Partager votre document 47 Utilisation de documents de mise en page 49 Créer et relier des zones de texte 52 Ajout et réorganisation de pages 53 masquage (rognage) des images 56 Suppression des zones indésirables d’une image 58 Continuez à explorer 59 Chapitre 2 : Premiers contacts avec Numbers 59 Ce que vous apprendrez 60 Étape 1 : Créer une feuille de calcul 62 Étape 2 : Se familiariser avec la fenêtre de Numbers 63 Présentation des tableaux 67 Présentation des graphiquesTable des matières 5 68 Présentation des feuilles 69 Étape 3 : Créer un tableau 69 Ajout d’un tableau 70 Définition des éléments de tableau 73 Mise en forme d’un tableau 74 Utilisation des colonnes et des rangs 77 Ajout de données 80 Utilisation des contrôles de cellule 82 Mise en forme des cellules 85 Étape 4 : Utiliser des formules et des fonctions 86 Ajout d’une formule rapide 87 Utilisation de l’Éditeur de formules 89 Utilisation du navigateur de fonctions pour ajouter une fonction 91 Réalisation de calculs instantanés 92 Utilisation des résultats dans le tableau Comparaison de prêts 93 Étape 5 : Améliorer l’apparence de votre feuille de calcul 93 Ajout de graphiques 100 Ajout de texte, de figures et d’autres objets 102 Étape 6 : Partager votre feuille de calcul 102 Préparation d’une feuille en vue de son partage 104 Impression et exportation de votre feuille de calcul 105 Continuez à explorer6 Table des matières 107 Chapitre 3 : Premiers contacts avec Keynote 107 Ce que vous apprendrez 108 Étape 1 : Créer un nouveau document et choisir un thème 111 Le classeur de diapositives 112 Le champ Notes 112 Étape 2 : Créer des diapositives 114 Ajout et mise en forme de texte 114 Ajout de graphismes et d’autres données 120 Étape 3 : Organiser vos diapositives 122 Étape 4 : Améliorer un diaporama à l’aide d’une animation 122 Ajout de transitions entre les diapositives 124 Déplacement des objets 132 Étape 5 : Tester et partager votre diaporama 132 Test de votre présentation 133 Personnalisation d’une présentation pour le public 134 Continuez à explorer 135 Index7 Préface Bienvenue dans iWork ’08 L’objectif de ce manuel est de vous aider à créer rapidement vos premiers documents, vos premières feuilles de calcul et vos premiers diaporamas. iWork ’08 comporte trois applications qui s’intègrent parfaitement à votre expérience Mac :  Pages. Le traitement de texte qui possède un sens du style incroyable.  Numbers. La création simplifiée de feuilles de calcul puissantes et convaincantes.  Keynote. Des présentations de qualité cinéma pour tous.8 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Bienvenue dans Pages ’08 Ouvrez simplement Pages et commencez à taper du texte pour créer des lettres, des rapports et d’autres documents de traitement de texte attrayants. Vous pouvez aussi créer de magnifiques brochures, prospectus et lettres d’information grâce au puissant mode de mise en page. Pages contient une fonction de suivi des modifications, de très beaux graphismes et plus de 140 modèles. Le texte contourne automatiquement les images insérées. Suivez les modifications directement dans le corps du texte ou masquez le suivi des modifications. Utilisez la fonction de suivi des modifications pour permettre à plusieurs personnes de modifier un document. Utilisez la barre de format pour changer notamment de police, de couleur et d’interligne. Utilisez les styles de paragraphe et de caractère pour harmoniser le contenu de vos documents.Préface Bienvenue dans iWork ’08 9 En haut, un modèle de traitement de texte. En bas, un modèle de mise en page. Positionnez le texte et les images n’importe où sur le canevas. Utilisez l’option Alpha instantané pour supprimer l’arrière-plan d’une image. Les options de la barre de format changent en fonction des objets sélectionnés. Faites glisser des images du navigateur de média directement dans les modèles. Ajoutez un cadre à n’importe quelle image à l’aide de l’Inspecteur des graphismes. La présentation par vignettes permet d’avoir une vue d’ensemble de tout le document.10 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Bienvenue dans Numbers ’08 Numbers est une toute nouvelle application de feuilles de calcul innovante mais familière, comportant plus de 150 fonctions et de nombreuses façons nettement plus efficaces d’organiser des données, de réaliser des calculs et de gérer des listes. Numbers permet de créer des tableaux intelligents, des cases à cocher et des curseurs personnalisables, des graphiques 2D et 3D, une vue avant impression interactive et des modèles pour la maison, l’école ou le travail. Utilisez la barre de format pour mettre en forme le texte, les nombres, les bordures de cellule et bien plus encore. Ajoutez vos photos n’importe où via le navigateur de média. Modifiez facilement la police, les bordures et les couleurs des tableaux. Chaque tableau peut contenir des calculs qui utilisent des données provenant d’autres tableaux. Ajoutez des graphiques basés sur des données de tableau. Créez plusieurs feuilles, tableaux et graphiques dans une feuille de calcul.Préface Bienvenue dans iWork ’08 11 Saisissez les poignées pour déplacer le tableau. Cliquez ici pour ajouter des rangs. Utilisez les en-têtes pour attribuer un nom aux rangs et aux colonnes. Triez et filtrez les rangs à l’aide du menu local Colonne. Désignez les cellules par leur nom dans les formules.12 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Bienvenue dans Keynote ’08 Créez des présentations spectaculaires pour captiver votre public. Commencez avec l’un des 30 thèmes conçus par Apple et ajoutez de superbes effets de texte et des animations avancées à l’aide des compositions intelligentes ou des compositions d’action qui déplacent les objets d’un point A vers un point B. Supprimez un arrière-plan qui ne vous plaît pas dans une image à l’aide de l’alpha instantané. Enregistrez votre voix avec des diapositives pour créer des présentations pouvant s’exécuter automatiquement, des kiosques, des story-boards ou même des podcasts. Sélectionnez la taille des vignettes. Accédez rapidement à toutes vos photos, séquences et toute votre musique via le navigateur de média. Les thèmes comportent plusieurs dispositions possédant des polices, des couleurs, des cadres d’image et des arrière-plans coordonnés. Utilisez l’option Alpha instantané avec n’importe quelle image pour supprimer facilement la couleur d’arrière-plan. Lancez des présentations de qualité cinéma ou enregistrez des voix-off pour des présentations pouvant s’exécuter automatiquement. Créez rapidement des animations élaborées à l’aide de compositions intelligentes dotées de zones de dépôt.Préface Bienvenue dans iWork ’08 13 Créez de superbes graphiques en un seul clic. Modifiez directement les données d’un graphique. Utilisez l’inspecteur pour modifier les attributs de n’importe quel objet sélectionné. Choisissez parmi une bibliothèque de textures 3D très réalistes.14 Préface Bienvenue dans iWork ’08 À propos de ce manuel Ce manuel contient les chapitres suivants :  Le chapitre 1, « Premiers contacts avec Pages », vous indique étape par étape comment créer un document de traitement de texte et un document contenant plus de graphismes.  Le chapitre 2, « Premiers contacts avec Numbers », vous indique comment créer une feuille de calcul simple.  Le chapitre 3, « Premiers contacts avec Keynote », vous indique comment créer un diaporama. Ces trois guides d’initiation vous permettront d’être rapidement opérationnel avec chaque application. Pour obtenir de l’aide supplémentaire En plus de ce manuel, il existe de nombreuses autres ressources pour apprendre à utiliser iWork ’08 :  Visite guidée d’iWork ’08. Grâce à cette visite guidée, vous aurez une vue d’ensemble de ce qu’il est possible de faire avec la suite iWork ’08. Pour visualiser la visite guidée, ouvrez une application iWork ’08 et sélectionnez Aide > Visite guidée d’iWork.  Guides d’initiation en ligne. Visionnez des vidéos pour apprendre à réaliser les opé- rations courantes dans chaque application. La première fois que vous ouvrez chaque application iWork ’08, une fenêtre affiche la liste des liens permettant d’accéder à ces guides d’initiation sur le web. Vous pouvez accéder à tout moment au guide d’initiation d’une application en choisissant Aide > Guides d’initiation vidéo. Préface Bienvenue dans iWork ’08 15  Guides de l’utilisateur. Ce document PDF imprimable, disponible pour chaque application, contient des instructions détaillées permettant de réaliser n’importe quelle opération. Pour afficher un guide de l’utilisateur, ouvrez l’application et sélectionnez Aide > Guide de l’utilisateur de (nom de l’application).  Une aide à l’écran est fournie pour chaque application. L’aide contient des instructions détaillées permettant de réaliser toutes les tâches dans iWork. Pour ouvrir l’aide, ouvrez une application et sélectionnez Aide > Aide (suivi du nom de l’application). La première page de l’aide contient également des liens permettant d’accéder aux sites web suivants :  Site web d’iWork (www.apple.com/fr/iwork) : pour obtenir des informations sur iWork et connaître les dernières nouveautés.  Site web d’assistance (www.apple.com/fr/support/nom de l’application) : pour accéder à des informations détaillées et vous aider à résoudre certains problèmes.  Les bulles d’aide sont disponibles pour de nombreux éléments à l’écran. Pour afficher une bulle d’aide, maintenez le pointeur de la souris quelques secondes sur un élément de l’écran.16 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Vue d’ensemble des outils d’iWork Les trois applications d’iWork ont beaucoup d’outils en commun. La barre d’outils et la barre de format Située en haut de la fenêtre de chaque application, la barre d’outils contient des contrôles permettant de réaliser les opérations courantes. Chaque barre d’outils est décrite en détail dans le chapitre concerné de ce manuel. Vous pouvez personnaliser la barre d’outils en y plaçant les outils que vous utilisez le plus souvent. Pour personnaliser la barre d’outils : m Choisissez Afficher > « Personnaliser la barre d’outils ». La barre de format permet d’accéder rapidement aux outils les plus courants pour formater des objets. Si la barre de format n’apparaît pas sous la barre d’outils, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Afficher la barre de format pour l’afficher. La barre d’outils située en haut de chaque fenêtre contient des contrôles permettant de réaliser les opérations courantes. La barre de format contient des outils de mise en forme supplémentaires.Préface Bienvenue dans iWork ’08 17 La fenêtre Inspecteur Vous pouvez mettre en forme tous les éléments de votre document dans les sousfenêtres de la fenêtre Inspecteur. Ces sous-fenêtres sont décrites en détail dans les guides de l’utilisateur. Pour ouvrir la fenêtre Inspecteur : m Cliquez sur Inspecteur (le bouton i bleu) dans la barre d’outils. Vous pouvez ouvrir plusieurs fenêtres d’inspecteur à la fois. Cliquez sur les boutons du haut pour afficher les différents inspecteurs.18 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Pour ouvrir une autre fenêtre d’inspecteur : m Choisissez Afficher > Nouvel Inspecteur ou cliquez sur l’un des boutons en haut de la fenêtre Inspecteur en maintenant enfoncée la touche Option. Pour connaître la fonction d’un contrôle, maintenez le pointeur de la souris au-dessus du contrôle en question jusqu’à l’apparition d’une bulle d’aide. Le navigateur de média Cette fenêtre permet d’accéder rapidement à tous les fichiers de votre bibliothèque iTunes, de votre photothèque iPhoto, de votre bibliothèque Aperture et de votre dossier Séquences. Vous pouvez faire glisser un fichier audio, une photo ou une séquence vidéo depuis le navigateur de média directement dans un document iWork.Préface Bienvenue dans iWork ’08 19 Pour ouvrir le navigateur de média : m Cliquez sur le bouton Multimédia dans la barre d’outils. Cliquez sur un bouton pour afficher vos fichiers multimédia. Faites glisser un fichier sur un document. Recherchez un fichier.20 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Le panneau Police Les trois applications d’iWork utilisent le panneau Police de Mac OS X, ce qui vous permet d’utiliser n’importe quelle police installée sur votre ordinateur dans vos documents iWork. Créez des collections de polices. Faites glisser vos polices favorites dans la collection Favoris.Préface Bienvenue dans iWork ’08 21 La fenêtre Couleurs La fenêtre Couleurs de Mac OS X permet de sélectionner la couleur du texte, des cellules de tableau, des objets, des ombres, etc. La couleur sélectionnée sur la roue des couleurs s’affiche ici. Faites glisser la couleur depuis le cadre pour l’appliquer au texte ou aux objets. Cliquez sur la roue des couleurs pour sélectionner une couleur. Faites glisser le curseur pour changer de teinte. Modifiez la transparence de la couleur. Cliquez sur ces boutons pour accéder à différents modèles de couleur. Pour rechercher la couleur d’un élément à l’écran, cliquez sur la loupe puis sur l’élément. Pour enregistrer une couleur afin de l’utiliser ultérieurement, faites-la glisser du cadre de couleur situé en haut de la fenêtre Couleurs vers l’un de ces carrés.22 Préface Bienvenue dans iWork ’08 Raccourcis clavier Vous pouvez effectuer de nombreuses opérations en appuyant sur certaines touches du clavier. Pour afficher la liste complète des raccourcis clavier d’une application, sélectionnez Aide > Raccourcis clavier.1 23 1 Premiers contacts avec Pages Ce chapitre vous offre une vue d’ensemble des étapes de base de la création de documents dans Pages. Ce que vous apprendrez Ce guide d’initiation vous montre comment :  Créer de nouveaux documents et choisir des modèles.  Ajouter et mettre en forme du texte.  Ajouter des photos et d’autres données.  Ajouter, supprimer et réorganiser des pages.  Utiliser des outils d’écriture comme la vérification de l’orthographe.  Partager votre document en l’imprimant ou en l’exportant afin de l’utiliser dans d’autres applications.24 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Étape 1 : Créer un nouveau document et choisir un modèle Les modèles sont des documents contenant des paramètres fictifs et des options de mise en forme (comme des styles de police et des marges) déjà configurés afin que vous puissiez vous concentrer sur le contenu du document plus que sur sa conception. Pages propose deux types de modèles :  Les modèles de traitement de texte sont les mieux adaptés aux documents contenant essentiellement du texte, comme les lettres et les rapports.  Les modèles de mise en page sont plus utiles pour les documents comportant des graphismes et une disposition plus complexe, comme les lettres d’information et les prospectus. Vous pouvez accomplir la majorité des tâches de la même façon dans les deux types de document. Ce guide d’initiation vous mène d’abord aux étapes de création d’un document de traitement de texte puis présente les notions élémentaires des documents de mise en page. Pour en savoir plus sur les différences entre les deux types de document, reportez-vous à la rubrique « Utilisation de documents de mise en page » à la page 47.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 25 Pour créer un nouveau document : 1 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Si Pages est ouvert, choisissez Fichier > Nouveau.  Si Pages n’est pas ouvert, ouvrez-le (en cliquant sur son icône dans le Dock ou en double-cliquant sur son icône dans le dossier iWork ’08 du dossier Applications). 2 Dans le Sélecteur de modèles qui apparaît, cliquez sur une catégorie de modèles sur la gauche, puis cliquez sur un type de modèle sur la droite et enfin, cliquez sur Choisir. Cette partie du guide d’initiation utilise le modèle Proposition de projet pour ses exemples. … puis sur Proposition de projet. Cliquez sur Rapports …26 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages ∏ Astuce : vous pouvez choisir le modèle par défaut pour les nouveaux documents. Choisissez Pages > Préférences, sélectionnez « Utiliser le modèle », puis choisissez un modèle. Étape 2 : Ajouter et mettre en forme du texte Les modèles de Pages contiennent du texte de paramètre fictif, qui montre l’apparence du texte ainsi que l’endroit où il apparaîtra. Le texte du paramètre fictif est soit une étiquette (Préparé par, par exemple), soit un échantillon de texte (Proposition de projet) soit un texte en latin (Lorem ipsum...). Arrêter, enregistrer et continuer Assurez-vous d’enregistrer souvent votre travail en choisissant Fichier > Enregistrer. Vous pouvez arrêter ce guide d’initiation (ou quitter Pages) à tout moment et y revenir plus tard. Pour quitter Pages, choisissez Pages > Quitter Pages. Pour rouvrir votre document plus tard, double-cliquez dessus dans le Finder, faites glisser son icône vers celle de Pages dans le Dock ou ouvrez Pages et choisissez Fichier > Ouvrir.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 27 Pour remplacer le texte du paramètre fictif : m Cliquez sur le texte et tapez. Lorsque vous cliquez sur le texte de paramètre fictif dans un modèle, tout le texte du paramètre fictif est mis en surbrillance. Lorsque vous commencez la saisie, le texte du paramètre fictif disparaît et il est remplacé par ce que vous tapez. ∏ Astuce : il peut vous sembler plus simple de travailler dans le document si vous affichez la mise en forme comme les sauts de paragraphe. Choisissez Présentation > Afficher les caractères invisibles. Le texte que vous saisissez pour remplacer le texte du paramètre fictif est déjà mis en forme, mais vous pouvez le modifier en fonction de vos besoins. Texte de paramètre fictif : Si vous cliquez dessus, la totalité de la zone de texte est sélectionnée.28 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Changement de la couleur des polices et d’autres attributs de texte Vous pouvez mettre en forme le texte à l’aide d’une multitude d’outils :  La barre de format. Juste sous la barre d’outils, la barre de format offre un accès rapide aux outils les plus couramment utilisés pour modifier les polices, la taille et la couleur du texte, ainsi que d’autres attributs. Pour connaître l’utilité d’un outil, maintenez le pointeur sur l’outil en question pendant quelques secondes jusqu’à ce qu’une balise d’aide apparaisse. Cliquez ici pour ouvrir le tiroir Styles. Modifiez le style d’un paragraphe ou des Alignez le texte sélectionné. Choisissez un style de liste. Modifiez la police, le style, la taille et la couleur de la police. Modifiez l’espacement entre les lignes et le nombre de colonnes.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 29 Vous pouvez également utiliser la barre de format pour modifier d’autres éléments que le texte, les outils disponibles changent en fonction de votre sélection. Lorsque vous sélectionnez un graphisme, par exemple, la barre de format affiche des contrôles spécifiques aux graphismes :  Le menu Format et le panneau Police. Vous pouvez utiliser les commandes du menu Format et le panneau Police pour de nombreuses tâches de mise en forme du texte. Pour ouvrir le panneau Police, cliquez sur Polices dans la barre d’outils.  L’Inspecteur. L’inspecteur du texte offre d’autres outils de mise en forme. Choisissez un style de ligne, son épaisseur ou sa couleur. Ouvrez la fenêtre Ajuster l’image. Modifiez le type d’un objet. Remplissez un objet avec de la couleur. Masquez (rognez) une image. Modifiez l’ajustement du texte de l’objet.30 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour ouvrir l’Inspecteur du texte : 1 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils (le bouton i bleu). 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur du texte. ∏ Astuce : vous pouvez ouvrir plusieurs inspecteurs en choisissant Présentation > Nouvel Inspecteur. Modifiez l’espacement des caractères ou des interlignes. Cliquez sur un bouton pour créer des listes, des onglets et bien plus encore. Modifiez la couleur ou l’alignement du texte. Le bouton Inspecteur du texte Modifiez « l’habillage » (espacement) autour du texte dans les zones de texte, les cellules des tableaux et les formes.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 31 Utilisation des styles et création de listes Un style est une mise en forme prédéfinie pour un type particulier de texte, comme le corps du texte ou les légendes. Les styles sont utiles pour mettre et remettre en forme rapidement un document. Lorsque vous appliquez un style à un texte, il utilise automatiquement la police, la taille, la couleur et les autres attributs du style. Si vous souhaitez modifier un élément (la taille du corps du texte, par exemple) vous pouvez tout simplement redéfinir le style et tout le texte utilisera automatiquement les mises à jour du style pour refléter la nouvelle mise en forme. Pages propose trois types de style de texte :  Les styles de paragraphe peuvent être appliqués uniquement à des paragraphes entiers (portions de texte se terminant par un retour chariot), et non à de simples mots au sein des paragraphes.  Les styles de caractère peuvent servir à mettre en forme des mots, des groupes de mots ou des lettres au sein d’un paragraphe. L’un des usages habituels des styles de caractères est d’insister sur certains mots à l’aide de la mise en gras ou en italique. L’application d’un style de caractères ne modifie pas le style du reste du paragraphe.  Les styles de liste sont utilisés pour créer des listes à puces ou des listes numérotées. Pages offre de nombreux styles de liste. Vous pouvez modifier ces styles ou créer le vôtre. Vous pouvez appliquer des styles de paragraphe, de caractère et de liste à l’aide de la barre de format ou du tiroir Styles.32 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour ouvrir le tiroir Styles : m Cliquez sur le bouton Styles à l’extrême gauche de la barre de format (ou choisissez Afficher > Afficher le tiroir Styles). Le tiroir Styles (peut s’ouvrir sur la gauche ou sur la droite) Cliquez ici pour ouvrir le tiroir Styles. Cliquez sur ces boutons pour afficher les styles de caractère ou de liste. Chaque nom de style est mis en forme à l’aide du style concerné. Créez de nouveaux styles. Redimensionnez les sous-fenêtres en les saisissant par les poignées.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 33 Pour appliquer un style à un paragraphe : m Sélectionnez le ou les paragraphes à modifier, puis effectuez l’une des opérations suivantes :  Dans le tiroir Styles, sélectionnez un style de paragraphe.  Dans la barre de format, cliquez sur le bouton Styles de paragraphe et choisissez un style. Pour appliquer un style à des caractères : 1 Sélectionnez le caractère, le ou les mots à modifier, puis effectuez l’une des opérations suivantes :  Dans le tiroir Styles, sélectionnez un style de caractère.  Dans la barre de format, cliquez sur le bouton Styles de caractère et choisissez un style. Le bouton Styles de paragraphe Le bouton Styles de caractère34 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour créer une liste : 1 Placez le point d’insertion à l’endroit où vous souhaitez commencer à taper votre liste. 2 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Dans le Tiroir Styles, sélectionnez un style de liste (si vous ne voyez pas Styles de liste, cliquez sur le bouton en bas à droite du tiroir Styles).  Dans la barre de format, cliquez sur le bouton Styles de liste et choisissez un style.  Dans l’Inspecteur du texte, cliquez sur Liste puis choisissez un style dans le menu local Puces et numérotation. 3 Saisissez votre texte, appuyez sur Retour à chaque fois que vous souhaitez créer un autre élément de la liste ou sur Maj + Retour pour créer un sous-paragraphe (une nouvelle ligne de texte qui n’est pas l’élément de liste suivant). Vous pouvez appuyer sur la touche de tabulation pour effectuer la mise en retrait d’un élément. Par exemple, dans une liste numérotée, le fait d’appuyer sur la touche de tabulation au début de 4 modifie le numéro en 1. Le bouton Styles de listeChapitre 1 Premiers contacts avec Pages 35 ∏ Astuce : vous pouvez également générer des listes automatiquement. Par exemple, si vous tapez un astérisque, un espace, du texte et que vous appuyez sur Retour, la ligne suivante commencera automatiquement par un astérisque. Vous pouvez créer des listes automatiques à l’aide des caractères suivants suivis par un espace et du texte :  Puce (•) (appuyez sur Option + 8)  Trait d’union (-)  Astérisque (*)  Lettre suivie d’un point  Numéro suivi d’un point ou d’une parenthèse fermante36 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour désactiver la création de liste automatique : m Choisissez Pages > Préférences, cliquez sur Correction automatique puis désélectionnez « Détecter automatiquement les listes ». Pour modifier la mise en forme d’une liste, utilisez le panneau Liste de l’Inspecteur du texte. Vous pouvez, par exemple, modifier le texte ou l’image utilisé pour les puces. Vous pouvez modifier tous les styles d’un modèle Pages, et créer vos propres styles. Pour obtenir des instructions à ce sujet, consultez l’Aide Pages ou le Guide de l’utilisateur de Pages. Modifiez le type de symbole utilisé pour chaque élément de la liste. Ajustez la taille et la position des puces par rapport au texte. Cliquez sur le bouton Liste dans l’Inspecteur du texte. Augmentez ou réduisez la mise en retrait du texte sélectionné. Ajustez le retrait des puces par rapport au premier retrait de paragraphe. Définissez le niveau de retrait du texte Choisissez le par rapport aux puces. symbole de la puce.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 37 Étape 3 : Ajouter des objets Le navigateur de média permet d’accéder rapidement à tous les fichiers de votre bibliothèque iTunes, de votre photothèque iPhoto, de votre bibliothèque Aperture et de votre dossier Séquences. Pour en savoir plus, consultez la rubrique « Le navigateur de média » à la page 18. Utilisation des paramètres fictifs de média Les modèles de Pages offrent des paramètres fictifs de média que vous pouvez utiliser pour ajouter vos propres images, fichiers audio et séquences à vos documents. Bien que vous puissiez ajouter ces types de fichier n’importe où dans le document, lorsque vous faites glisser un fichier vers un paramètre fictif de média, le fichier conserve la taille et les attributs du paramètre fictif d’image d’origine. Les images des modèles de Pages sont des paramètres fictifs pour vos propres images, fichiers audio et séquences.38 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour utiliser un paramètre fictif de média : m Faites glisser un fichier du navigateur de média (ou du Finder) vers le paramètre fictif de média. Ne relâchez pas la souris jusqu’à l’apparition d’un rectangle bleu autour du paramètre fictif. Pour remplacer le fichier dans un paramètre fictif de média, il vous suffit d’y faire glisser un nouveau fichier, il n’est pas nécessaire de supprimer d’abord l’ancien fichier. Ajout d’objets Vous pouvez ajouter des objets (graphismes, photos, séquences, etc.) à n’importe quel endroit du document (pas uniquement dans les paramètres fictifs de média). Lorsque vous ajoutez un objet à une page, il est soit incorporé soit flottant.  Les objets incorporés sont intégrés au texte et se déplacent avec lui. Si vous souhaitez intégrer un graphisme à un paragraphe particulier, par exemple, vous l’ajouterez en tant qu’objet incorporé.  Les objets flottants ne se déplacent pas avec le texte. Ils ne changent de position que si vous les faites glisser vers un nouvel emplacement. Attendez de voir apparaître un rectangle bleu autour du paramètre fictif de média avant de déposer votre fichier en relâchant le bouton de la souris.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 39 Pour ajouter un objet flottant : m Faites glisser une image du navigateur de média ou du Finder vers le document. Pour ajouter un objet incorporé : 1 Maintenez enfoncée la touche Commande pendant que vous faites glisser un objet du navigateur de média ou du Finder vers le document (ne relâchez pas encore la souris). 2 Lorsque le point d’insertion se trouve à l’endroit du texte où vous souhaitez voir apparaître l’image, relâchez le bouton de la souris. Vous pouvez également commencer par placer le point d’insertion dans le texte, puis choisir Insérer > Choisir. Les poignées de sélection au-dessus des objets en ligne sont inactives. Vous ne pouvez pas faire glisser ces poignées pour redimensionner l’objet ; vous pouvez uniquement le redimensionner en faisant glisser les poignées actives. Dans les documents de traitement de texte, vous pouvez passer d’un type d’objet à l’autre, et ce à tout moment. Pour redimensionner un objet flottant, faites glisser une poignée de sélection. Pour redimensionner un objet incorporé, faites glisser l’une des poignées de sélection actives (les blanches unies).40 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour transformer un objet incorporé en objet flottant, ou inversement : 1 Sélectionnez l’objet. 2 Dans la barre de format, cliquez sur le bouton Alignement ou Flottant. Ajustement du texte autour des objets Vous pouvez ajuster le texte autour d’une image ou de tout autre objet, incorporé ou flottant. Par défaut, l’ajustement de texte est activé pour les éléments que vous ajoutez à un document de traitement de texte, mais vous pouvez le désactiver si vous souhaitez que le texte apparaisse au-dessus ou sous l’objet. Vous pouvez choisir la manière dont le texte est ajusté autour d’un objet (à droite, à gauche, au-dessus, au-dessous, etc.). Transformez un objet incorporé en objet flottant, ou inversement.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 41 Pour modifier des options d’ajustement du texte : m Sélectionnez l’objet et effectuez l’une des opérations suivantes :  Dans la barre de format, choisissez une option du menu local Inspecteur d’ajustement.  Ouvrez l’Inspecteur d’ajustement et choisissez une option d’ajustement de texte. Le menu local Inspecteur d’ajustement Options d’ajustement du texte Le bouton Inspecteur d’habillage Modifiez un type d’objet (pour les documents de traitement de texte uniquement). Ajustez le texte dans un cadre rectangulaire autour de l’objet (bouton gauche) ou en suivant le contour de l’objet (bouton droit). Activez ou désactivez l’ajustement de texte.42 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Ajout de formes Pages vous offre une variété de figures que vous pouvez ajouter à votre document. Pour ajouter une figure : m Cliquez sur le bouton Figures dans la barre d’outils et sélectionnez une figure (ou choisissez Insérer > Figure). Vous pouvez modifier la figure à l’aide de l’Inspecteur des graphismes. Si la fenêtre de l’Inspecteur n’est pas ouverte, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils. Cliquez ensuite sur le bouton Inspecteur des graphismes. Vous pouvez également ajouter du texte à l’intérieur d’une figure. Remplissez la figure d’une couleur ou d’une image. Le bouton Inspecteur des graphismes. Modifiez la bordure de la figure. Ajoutez une ombre à l’arrière-plan de la figure. Modifiez la transparence de la figure.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 43 Pour ajouter du texte à l’intérieur d’une figure : m Double-cliquez sur la figure puis tapez votre texte. Si vous saisissez plus de texte que ne peut en contenir la figure, un indicateur de découpage apparaît. Pour afficher le reste du texte, sélectionnez la figure (il se peut que vous deviez d’abord cliquer à l’extérieur de la figure) et faites glisser les poignées de sélection pour élargir la figure. Étape 4 : Utiliser les outils d’écriture Pages simplifie l’amélioration et l’édition de votre document. Correction orthographique et vérification de votre document Par défaut, Pages signale les fautes d’orthographe au cours de la frappe en soulignant les mots mal orthographiés d’une ligne en pointillés rouges. Vous pouvez également vérifier d’autres erreurs, comme les répétitions de mots, les erreurs de casse et de ponctuation. Pour désactiver la vérification automatique de l’orthographe : m Choisissez Édition > Orthographe > « Vérifier l’orthographe lors de la frappe » pour ôter la coche au regard de la commande de menu. L’indicateur de découpage apparaît lorsque la quantité de texte est trop importante pour s’adapter à la figure. Faites glisser une poignée de sélection pour redimensionner la figure.44 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour rechercher les mots mal orthographiés que l’option « Vérifier l’orthographe lors de la frappe » soit activée ou non : m Pour vérifier l’orthographe d’un mot précis, cliquez sur le mot en maintenant la touche Contrôle enfoncée. m Pour vérifier l’orthographe et afficher les suggestions de corrections, choisissez Édition > Orthographe > Orthographe. m Pour mettre en surbrillance le prochain mot mal orthographié (après le point d’insertion), choisissez Édition > Orthographe > Vérifier l’orthographe. Pour rechercher d’éventuelles fautes d’orthographe : m Sélectionnez le texte à vérifier et effectuez l’une des opérations suivantes :  Pour vérifier les erreurs lors de la frappe (signalées par une ligne verte), choisissez Édition > Vérification > « Vérifier pendant la frappe ».  Pour afficher une fenêtre expliquant l’erreur et suggérant des alternatives, choisissez Édition > Vérification > Vérificateur.  Pour mettre en surbrillance la prochaine erreur grammaticale dans le document, choisissez Édition > Vérification > Vérifier.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 45 Recherche d’informations Pages vous offre une variété d’outils de recherche et de référence que vous pouvez utiliser afin d’enrichir votre document. Pour visualiser la définition d’un mot : m Sélectionnez le mot et choisissez Édition > Outils d’écriture > « Rechercher dans le dictionnaire et le thésaurus ». Pour rechercher des informations sur Internet : m Sélectionnez le texte à rechercher et effectuez l’une des opérations suivantes : Suivi des modifications Lors de la révision d’un document, vous pouvez procéder à l’enregistrement automatique de vos modifications. Cette fonctionnalité est très utile, par exemple, lorsque vous travaillez à plusieurs sur le même document, de sorte que vos collaborateurs puissent facilement prendre connaissance de vos modifications. Pour activer le suivi des modifications, cliquez sur Suivi des modifications dans la barre d’outils. Toute personne qui édite le document se voit automatiquement attribuer une couleur unique. Toute modification effectuée est enregistrée dans une « bulle de changement » dans la marge extérieure du document. Les autres ont la possibilité d’accepter ou de refuser vos modifications. Les bulles de changement apparaissent pour tout texte ajouté, supprimé ou remplacé, pour les modifications de la mise en forme des caractères et des paragraphes, etc. Pour en savoir plus sur le suivi des modifications, consultez l’Aide Pages ou le Guide de l’utilisateur de Pages.46 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages  Choisissez Édition > Outils d’écriture > Rechercher dans Google.  Choisissez Édition > Outils d’écriture > Rechercher dans Wikipédia. Vous pouvez également cliquer en maintenant la touche Contrôle enfoncée n’importe où sur votre document afin d’accéder rapidement aux outils de recherche et de référence. Étape 5 : Partager votre document Si vous souhaitez partager votre document avec d’autres, vous pouvez l’imprimer, l’enregistrer en PDF ou dans tout autre format, ou encore l’exporter vers une application iLife comme iWeb. Voici différentes façons de partager votre document : m Pour exporter votre document, choisissez Fichier > Exporter et choisissez un format.  PDF : vous pouvez afficher ou imprimer les fichiers PDF dans Aperçu, Safari et Adobe Reade. Si vous souhaitez envoyer un document Pages à quelqu’un qui ne possède pas Pages, un PDF est une bonne option.  Word : les fichiers Word peuvent être ouverts et modifiés dans Microsoft Word sur un ordinateur fonctionnant sous Mac OS X ou sous Windows.  RTF : RTF signifie Rich Text Format, un format de fichier qui conserve la majorité de la mise en forme et des graphismes. Ces fichiers peuvent être ouverts et modifiés dans un logiciel de traitement de texte.  Format texte : les fichiers au format texte peuvent être ouverts et édités dans une application d’édition de texte, comme TextEdit. Cependant, l’exportation dans un fichier au format texte supprimera toute votre mise en forme ainsi que les images.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 47 m Si vous avez installé iWeb ‘08 ou ultérieur, vous pouvez envoyer un document Pages directement vers une entrée de blog ou de podcast sous la forme d’une pièce jointe. Choisissez Fichier > Transférer vers iWeb > PDF ou Document Pages. Dans iWeb, choisissez le blog ou le podcast auquel vous souhaitez attacher votre document. m Pour imprimer un document, choisissez Fichier > Imprimer. Utilisation de documents de mise en page Optez pour un modèle Disposition de la page (plutôt qu’un modèle Traitement de texte) lorsque vous travaillez sur un document comportant de nombreux éléments graphiques, comme, par exemple, un prospectus, dans lequel vous allez devoir repositionner les images et d’autres objets fréquemment. Les documents de mise en page sont aussi très pratiques pour disposer du texte sur des pages non consécutives, comme dans une lettre d’information. Toutes les tâches décrites précédemment dans ce chapitre peuvent être effectuées aussi bien dans les documents de type Disposition de la page que dans les documents de type Traitement de texte. Cette rubrique du guide d’initiation explique les différences entre ces deux types de document et décrit quelques-unes des tâches types effectuées avec les documents de type Disposition de la page. Les principales différences entre les documents de traitement de texte et ceux de mise en page sont les suivantes :  Ajout de texte. Vous pouvez taper du texte directement dans un document de traitement de texte. Dans un document de mise en page, vous ne pouvez taper du texte que dans une zone de texte. Les modèles comportent des zones de texte et vous pouvez, bien entendu, ajouter vos propres zones de texte.48 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages  Ajout de pages. Dans un document de traitement de texte, si vous tapez plus de texte que ne peut en contenir une page, une nouvelle page est automatiquement ajoutée. Dans les documents de mise en page, les nouvelles pages ne sont pas ajoutées automatiquement, mais il est simple d’en ajouter de nouvelles (comme décrit ci-dessous). Dans un document de mise en page, si vous tapez plus de texte que ne peut en contenir une zone de texte, vous pouvez créer une nouvelle zone de texte et relie r les deux zones (comme décrit ci-dessous). Remarque : vous pouvez également ajouter et relier des zones de texte dans les documents de traitement de texte.  Réorganisation de pages. Dans un document de mise en page, chaque page est une unité à part entière et il est très facile de réorganiser les pages. Dans un document de traitement de texte, vous pouvez réorganiser le contenu par des copier-coller ou réorganiser des rubriques entières du document. (Pour en savoir plus sur ces rubriques, consultez l’Aide Pages ou le Guide de l’utilisateur de Pages.)  Ajout d’objets. Vous pouvez ajouter des objets flottants et incorporés aux documents de mise en page, mais vous ne pouvez pas transformer un objet flottant en objet incorporé ou inversement. Tous les objets que vous ajoutez à un modèle de mise en page sontd’office un objet flottant, à moins que vous n’insériez l’objet dans du texte.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 49 Pour travailler sur un document de type Disposition de la page, ouvrez le modèle de bulletin d’information Extrême (choisissez Fichier > « Nouvel élément dans le sélecteur de modèle », cliquez sur Bulletin d’information sur la gauche, puis sur Bulletin d’information Extrême et enfin sur Choisir). Créer et relier des zones de texte Dans les documents de mise en page, tout le texte se situe dans des zones de texte qui ne s’élargissent pas automatiquement pour accueillir tout le texte. Lorsqu’un texte dépasse la capacité d’accueil de la zone de texte, vous pouvez agrandir la zone de texte ou continuer le texte dans une autre zone de texte et la relier à la première. Les zones de texte reliées peuvent apparaître n’importe où dans le document. Vous pouvez, par exemple, commencer une histoire sur la page 1 et la continuer sur la page 4. Vous pouvez ajouter des zones de texte à des documents de traitement de texte tout comme à des documents de mise en page. Le reste du guide d’initiation utilise ce modèle de mise en page.50 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Pour ajouter une zone de texte : 1 Cliquez sur Zone de texte dans la barre d’outils. Une zone de texte flottante apparaît sur la page. 2 Pour saisir du texte dans la zone de texte, cliquez à l’intérieur de cette zone et tapez le texte. 3 Pour sélectionner la zone de texte (pour la déplacer, par exemple), cliquez à l’extérieur puis cliquez dessus ou appuyez sur les touches Commande + Retour. Lorsque vous tapez plus de texte que ne peut en accueillir la zone de texte, un indicateur de découpage apparaît. Pour continuer le texte dans une autre zone de texte, reliez les deux. Faites glisser les poignées de sélection pour redimensionner la zone de texte. L’indicateur de découpage indique qu’il y a plus de texte que la zone de texte ne peut en contenir. Les onglets bleus servent à relier les zones de texte.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 51 Pour relier des zones de texte : 1 Cliquez sur l’un des deux onglets bleus de la première zone de texte. 2 Cliquez sur une autre zone de texte ou créez une nouvelle zone de texte reliée en cliquant n’importe où sur la page ou en allant sur une autre page et en cliquant dessus. Pour supprimer les liens entre les zones de texte : m Sélectionnez la zone de texte dont vous souhaitez supprimer le lien et choisissez Format > Zone de texte > « Rompre la connexion sortant de la boîte de texte ». m Faites glisser un onglet bleu (à la fin d’une ligne de connexion) pour rompre la connexion. m Faites glisser une ligne de connexion bleue pour rompre la connexion. Les lignes de connexion mettent en évidence les liens des zones de texte. Cette flèche bleue indique qu’une zone de texte peut être reliée à la fin de ce texte. Cette flèche bleue indique qu’une zone de texte reliée peut être ajoutée devant ce texte.52 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Ajout et réorganisation de pages Dans les documents de mise en page, les vignettes de chaque page sont affichées sur le côté gauche de la fenêtre du document. Les vignettes permettent de visualiser rapidement toutes les pages d’un document en un seul coup d’œil, de se rendre rapidement sur une page précise et de modifier plus facilement l’ordre des pages ou des rubriques. (Vous pouvez afficher les vignettes dans les documents de traitement de texte également, mais elles n’apparaissent pas par défaut.) Dans les documents de type Disposition de la page, vous ajoutez des pages à souhait. Chaque modèle Pages offre une variété de types de pages. Par exemple, le modèle du bulletin d’information Extrême comprend une couverture, une page de texte sans graphisme, une quatrième de couverture, etc. Faites glisser les vignettes pour réorganiser les pages. Cliquez sur une page pour vous y rendre. Ajoutez plus de pages à l’aide de ce bouton.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 53 Pour ajouter une page : m Cliquez sur le bouton Pages dans la barre d’outils et choisissez un type de page. Pour réorganiser des pages : m Faites glisser les pages dans le visualiseur de vignettes. Pour afficher ou masquer les vignettes : m Choisissez Affichage > Afficher les vignettes de page (ou Masquer les vignettes de page). masquage (rognage) des images Le masquage vous permet d’afficher seulement une partie de l’image. Habituellement, lorsque vous rognez une image, vous supprimez les parties de l’image situées à l’exté- rieur du cadre. Grâce au masquage, vous pouvez afficher uniquement ce que vous voulez, sans modifier le fichier original de l’image. Vous pouvez masquer des images dans les documents de traitement de texte et de mise en page, à l’aide de rectangles ou de figures. Pour masquer une image : 1 Sélectionnez une image et cliquez sur le bouton Masquer dans la barre de format (ou choisissez Format > Masquer). Un masque apparaît sur l’image, avec une « fenêtre » redimensionnable au centre. Le bouton Masquer54 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 2 Pour sélectionner la partie de l’image que vous souhaitez faire apparaître, effectuez l’une des opérations suivantes :  Faites glisser les poignées de sélection pour redimensionner la fenêtre.  Faites glisser la fenêtre pour la centrer sur la partie de l’image à afficher.  Pour redimensionner l’image, déplacez le curseur vers la gauche ou la droite. 3 Lorsque la fenêtre affiche la partie de l’image que vous souhaitez faire apparaître, double-cliquez sur la fenêtre, appuyez sur Retour ou cliquez sur le bouton Modifier le masque. Les bords d’une image masquée sont en pointillés. Vous pouvez faire glisser une image masquée pour ajuster sa position sur la page et faire glisser les poignées de sélection pour redimensionner l’image. Faites glisser le curseur pour effectuer un zoom avant ou un zoom arrière sur l’image. Faites glisser la photo pour ajuster sa position dans la fenêtre du masque. Faites glisser les poignées de sélection pour redimensionner la fenêtre du masque.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 55 Pour modifier la taille d’un masque : 1 Double-cliquez sur l’image masquée. 2 Cliquez sur la bordure en pointillés de la fenêtre redimensionnable pour la sélectionner (le pointeur en forme de main se transforme en flèche une fois sur la bordure en pointillés). 3 Faites glisser la fenêtre, les poignées de sélection et le curseur pour masquer à nouveau l’image. 4 Lorsque la fenêtre affiche la partie de l’image que vous souhaitez faire apparaître, effectuez l’une des opérations suivantes pour quitter le mode de masquage :  Double-cliquez sur la fenêtre du masque.  Appuyez sur la touche Retour.  Cliquez sur le bouton Modifier le masque. Pour masquer une image à l’aide d’une figure : 1 Sélectionnez une image, choisissez Format > « Masquer avec une figure » et sélectionnez une figure. 2 Suivez les étapes ci-dessus pour masquer l’image. Pour supprimer le masque d’une image masquée : m Sélectionnez l’image, puis choisissez Format > Ne plus masquer.56 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Suppression des zones indésirables d’une image L’outil Alpha instantané convertit les zones d’une certaine couleur en transparent. Cet outil est utile, par exemple, pour supprimer un arrière-plan indésirable. Pour supprimer l’arrière-plan d’une image : 1 Sélectionnez l’image. 2 Choisissez Format > Alpha instantané. 3 Faites glisser lentement le pointeur sur la zone que vous souhaitez supprimer. Un glissement avec l’outil Alpha instantané permet de sélectionner la zone contiguë utilisant la même couleur.Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages 57 À mesure que vous faites glisser le pointeur, la sélection s’agrandit pour englober la zone contiguë de la même couleur. Plus vous le faites glisser, plus la taille de la zone sélectionnée de l’image est importante. 4 Répétez l’étape 3 jusqu’à l’obtention du résultat voulu. Vous pouvez restaurer des parties supprimées de l’image à tout moment. Pour restaurer des parties d’une image : m Choisissez Format > Supprimer l’alpha instantané. m Choisissez Édition > Annuler l’alpha instantané autant de fois que vous le souhaitez. Faire glisser davantage ici … … pour sélectionner une plus grande partie de l’image.58 Chapitre 1 Premiers contacts avec Pages Continuez à explorer Maintenant que vous avez terminé le guide d’initiation de Pages, voici quelques suggestions pour expérimenter Pages par vous-même :  Ouvrez différents modèles et observez la façon dont le texte est organisé et présenté.  Ajoutez des ombres, des reflets, des bordures graphiques et d’autres effets visuels.  Ajoutez des tableaux et des graphiques.  Explorez les en-têtes, les pieds de pages et les autres parties des documents.  Concevez vos propres modèles. Vous trouverez des instructions sur toutes ces tâches et bien d’autres dans l’Aide Pages et dans le Guide de l’utilisateur de Pages (un document PDF).2 59 2 Premiers contacts avec Numbers Ce chapitre vous guide étape par étape à travers le processus de création d’une feuille de calcul simple. Ce que vous apprendrez Ce guide d’initiation vous montre comment :  Créer une nouvelle feuille de calcul.  Ajouter et mettre en forme des tableaux.  Utiliser des formules et des fonctions.  Ajouter des graphiques.  Partager votre feuille de calcul en l’imprimant ou en l’exportant en vue de l’utiliser dans d’autres applications. Arrêt, enregistrement et reprise N’oubliez pas d’enregistrer régulièrement votre travail en sélectionnant Fichier > Enregistrer. Vous pouvez arrêter ce guide d’initiation (ou quitter Numbers) à tout moment et y revenir plus tard. Pour quitter Numbers, sélectionnez Numbers > Quitter Numbers. Pour ouvrir de nouveau votre feuille de calcul, double-cliquez dessus dans le Finder ou faites glisser l’icône correspondante sur celle de Numbers située dans le Dock.60 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Étape 1 : Créer une feuille de calcul Pour commencer, vous allez apprendre à créer une feuille de calcul dans Numbers à partir d’un modèle contenant des tableaux prédéfinis, ainsi qu’un graphique afin de comparer différentes options de prêt. Pour créer une feuille de calcul : 1 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Si Numbers est ouvert, choisissez Fichier > Nouveau.  Si Numbers n’est pas ouvert, cliquez sur l’icône correspondante dans le Dock ou double-cliquez sur celle du dossier iWork ’08 dans le dossier Applications. 2 Dans le sélecteur de modèle qui apparaît, sélectionnez Personnel dans la liste des types de modèle apparaissant sur la gauche, sélectionnez le modèle Comparaison de prêts, puis cliquez sur Choisir. Sélectionnez ce modèle pour poursuivre l’initiation.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 61 Importation de données Excel et OFX Si vous avez créé un document dans Microsoft Excel, vous pouvez l’importer dans Numbers. Il suffit de faire glisser le document Excel sur l’icône de Numberssituée dans le Finder ou dans le Dock. Si votre banque vous a envoyé un fichier au format OFX (Open Financial Exchange) contenant des documents financiers, vous pouvez faire glisser le fichier sur l’icône de Numbers.62 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Étape 2 : Se familiariser avec la fenêtre de Numbers Voici à quoi ressemble le modèle lorsque vous l’ouvrez pour la première fois : Les éléments de base de Numbers (feuilles, tableaux et graphiques) vous sont présentés durant cette étape. Vous pouvez diviser la feuille de calcul en plusieurs feuilles. La sous-fenêtre Feuilles indique les tableaux et les graphiques de chaque feuille. Lorsque plusieurs cellules de tableau sont sélectionnées, cette zone affiche le résultat des calculs effectués instantanément à partir des valeurs des cellules. Utilisez la barre d’outils pour ajouter et modifier des objets. Les outils de la barre de format permettent de réaliser des tâches courantes. Le bouton Inspecteur ouvre l’inspecteur contenant des outils de mise en forme de précision. Utilisez la barre des formules pour ajouter et modifier des formules dans les cellules de tableau. Dans la sous-fenêtre Styles, sélectionnez un style prédéfini pour modifier rapidement l’apparence d’un tableau.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 63 Présentation des tableaux Le tableau Comparaison de prêts du modèle utilisé contient un rang d’en-tête, une colonne d’en-tête et un rang de pied de page. Bien que facultatifs, les rangs d’en-tête, les rangs de colonne et les rangs de pied de page sont très pratiques.  Les rangs d’en-tête et les colonnes d’en-tête permettent d’attribuer des noms aux rangs et aux colonnes et d’utiliser ces noms pour faire référence aux cellules dans les formules. Ils servent également à désigner des données dans un graphique.  Les rangs de pied de page servent à mettre en relief des valeurs obtenues à partir d’autres valeurs dans le tableau. Rang de pied de page (le rang situé tout en bas même si vous ajoutez de nouveaux rangs) Rang d’en-tête (la cellule située tout en haut de chaque colonne) Colonne d’en-tête (la cellule située la plus à gauche de chaque rang) 64 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Pour identifier certaines caractéristiques de base du tableau : 1 Sélectionnez le tableau Comparaison de prêts en déplaçant le pointeur de la souris sur le bord du tableau. Lorsque le pointeur se transforme en réticule noir, cliquez sur le tableau pour le sélectionner. Des poignées de sélection carrées s’affichent aux bords du tableau que vous avez sélectionné. Lorsqu’un tableau est sélectionné, les opérations réalisées s’appliquent à l’ensemble du tableau. Par exemple, vous pouvez ajouter une couleur d’arrière-plan particulière ou redimensionner le tableau. 2 Pour travailler dans une cellule en particulier, sélectionnez-la d’abord en plaçant sur elle le pointeur de la souris. Lorsque le pointeur se transforme en signe plus blanc, vous pouvez cliquer sur la cellule pour la sélectionner. Sélectionnez la cellule de tableau inférieure droite, qui contient la valeur 35.834 €.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 65 Lorsqu’une cellule est sélectionnée, sa bordure est mise en surbrillance. De plus, des onglets de référence apparaissent autour de l’extérieur du tableau. Vous pouvez utiliser les onglets de référence pour faire référence aux cellules dans des formules, pour sélectionner des rangs et des colonnes entiers et bien plus encore, comme vous le découvrirez dans ce guide d’initiation. Lorsqu’une cellule est sélectionnée, vous pouvez utiliser la poignée du tableau qui se trouve dans le coin supérieur gauche pour sélectionner ou déplacer le tableau. Les chiffres d’un onglet de référence font référence aux rangs. Les lettres d’un onglet de référence font référence aux colonnes. Cliquez sur la poignée du tableau pour sélectionner cette dernière. Faites glisser la poignée pour déplacer le tableau. La bordure d’une cellule sélectionnée est mise en surbrillance.66 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 3 La valeur de la cellule que vous venez de sélectionner est obtenue via une formule associée à la cellule. Pour voir la formule, regardez la barre de formule. La formule ajoute la valeur de deux cellules mises en surbrillance dans une certaine couleur à la fois dans le tableau et dans la barre de formule. Dans la formule, les noms de rang d’en-tête et de colonne d’en-tête permettent de faire référence aux deux cellules. Par exemple, Prêt 3 Prêt principal correspond à la cellule à l’intersection de la colonne Prêt 3 et du rang Prêt principal. L’utilisation du texte d’en-tête pour faire référence aux cellules rend les formules plus compréhensibles. Mais vous pouvez également utiliser les lettres et les chiffres des onglets de référence pour désigner les cellules. Par exemple, Prêt 3 Principal du prêt et D2 désignent la même cellule. Pour utiliser des lettres et des nombres à la place du texte de cellule d’en-tête, choisissez Numbers > Préférences, puis décochez la case « Utiliser les noms des cellules d’en-tête comme références ». Prêt 3 Principal du prêt et D2 sont appelés références de cellule. Lorsque vous ajoutez une référence de cellule à une formule, vous devez d’abord spécifier l’identifiant (un nom ou une lettre) de la colonne puis l’identifiant (un nom ou un chiffre) du rang. La barre de formule contient la formule … … associée à la cellule sélectionnée.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 67 4 Cliquez sur la cellule contenant le texte Durée en mois. Lorsque vous cliquez sur la flèche qui s’affiche, un menu local s’ouvre. Il s’agit d’un genre de contrôle de cellule. Les contrôles de cellule permettent de contrôler les éventuelles données d’une cellule. Si un tel menu local s’affiche, la cellule ne peut contenir qu’un seul des éléments du menu. Vous apprendrez par la suite à ajouter à une cellule différents types de contrôles, notamment des cases à cocher et des curseurs. Présentation des graphiques Les graphiques affichent une représentation graphique des données d’un tableau. Dans le modèle que vous utilisez actuellement, le graphique Paiements mensuels affiche certaines données du tableau Comparaison de prêts. Cliquez sur la flèche.68 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Pour identifier les données du tableau représentées dans le graphique : m Cliquez sur le graphique Paiements mensuels pour le sélectionner. Présentation des feuilles Comme les chapitres d’un livre, les feuilles permettent de diviser les informations en groupes mieux exploitables. Par exemple, vous pouvez placer un graphique et le tableau associé sur la même feuille. Vous pouvez également placer tous les tableaux sur une même feuille et tous les graphiques sur une autre. Vous pouvez encore utiliser une feuille pour répertorier vos contacts professionnels et une autre pour vos contacts personnels. La sous-fenêtre Feuilles (située à gauche de la fenêtre de l’application, au-dessus de la sous-fenêtre Styles) affiche les feuilles, les tableaux et les graphiques de chaque feuille de calcul. Une fois le graphique (ci-dessous) sélectionné, les données correspondantes sont mises en surbrillance dans le tableau.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 69 Il existe plusieurs manières d’utiliser la sous-fenêtre Feuilles : m Pour afficher ou masquer tous les tableaux et les graphiques d’une feuille, cliquez sur le triangle à gauche de la feuille dans la sous-fenêtre. m Pour déplacer des tableaux et des graphiques entre les feuilles, faites-les glisser d’une feuille vers une autre dans la sous-fenêtre Feuilles. m Pour renommer un tableau ou un graphique, double-cliquez sur le nom dans la sous-fenêtre Feuilles et tapez le nouveau nom. Étape 3 : Créer un tableau Au cours de cette étape, vous allez apprendre à créer un tableau pour consigner des informations sur les dépenses pour lesquelles vous avez besoin d’un prêt. Ajout d’un tableau Pour ajouter un nouveau tableau, sélectionnez un tableau vide à la mise en forme prédéfinie en guise de point de départ. Pour ajouter un tableau à utiliser dans ce guide d’initiation : 1 Cliquez sur Tableaux dans la barre d’outils et sélectionnez Simple. 2 Dans la sous-fenêtre Styles, cliquez sur Élémentaire pour appliquer le style de tableau élémentaire. 70 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Numbers est fourni avec de nombreux styles de tableau prédéfinis. Comme vous venez de le voir, il est possible d’appliquer un nouveau style d’un simple clic. Cliquez sur d’autres styles pour les prévisualiser mais sélectionnez de nouveau Élémentaire avant de poursuivre l’initiation. Définition des éléments de tableau Vous allez désormais apprendre à redimensionner votre nouveau tableau et à ajouter une colonne d’en-tête, un rang d’en-tête, un rang de pied de page et un nom au tableau. Pour redimensionner le tableau en ajoutant des colonnes et des rangs : 1 Cliquez dans le tableau pour afficher les onglets de référence. 2 Pour ajouter un rang, cliquez sur la flèche qui se trouve en regard de l’onglet de référence de tout rang pour afficher son menu local, puis choisissez Insérer un rang au-dessus ou Insérer un rang en dessous.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 71 3 Pour ajouter une colonne, cliquez sur la flèche qui se trouve en regard de l’onglet de référence de tout rang pour afficher son menu local, puis choisissez Insérer une colonne avant ou Insérer une colonne après. Vous apprendrez d’autres façons d’ajouter des rangs et des colonnes plus loin. Pour redimensionner le tableau en faisant glisser les poignées de sélection : m Sélectionnez le nouveau tableau, puis exercez-vous à utiliser les différentes poignées de sélection pour découvrir leurs effets sur la taille du tableau. Avant de continuer, supprimez le tableau que vous avez redimensionné et ajoutez-en un nouveau. Faites glisser vers le haut ou vers le bas cette poignée ou celle située à l’opposé pour agrandir ou réduire la taille des rangs. Faites glisser vers la droite ou vers la gauche cette poignée ou celle située à l’opposé pour agrandir ou réduire la largeur des colonnes. Faites glisser en diagonale l’une des quatre poignées de sélection carrées pour redimensionner simultanément les colonnes et les rangs.72 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Pour ajouter un nouveau tableau : 1 Sélectionnez le tableau que vous avez utilisé, puis appuyez sur Supprimer. 2 Ajoutez un tableau normal, puis appliquez-lui le style de tableau Élémentaire. Pour ajouter un rang d’en-tête, une colonne d’en-tête et un rang de pied de page : 1 Sélectionnez votre nouveau tableau. 2 Cliquez sur les boutons de la barre de format permettant d’ajouter une colonne d’en-tête, un rang d’en-tête et un rang de pied de page. Pour supprimer un rang d’en-tête, une colonne d’en-tête ou un rang de pied de page, cliquez à nouveau sur le bouton correspondant. Ajoutez une colonne d’en-tête. Ajoutez un rang d’en-tête. Ajoutez un rang de pied de page.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 73 Pour ajouter un nom de tableau : 1 Sélectionnez le tableau. 2 Dans la sous-fenêtre Feuilles, double-cliquez sur le texte en regard de l’icône du tableau, tapez le nom Mon tableau, puis appuyez sur Retour. 3 Dans la barre de format, cochez la case Nom pour afficher le nom sur la feuille. Mise en forme d’un tableau Vous avez déjà utilisé un style de tableau pour mettre en forme rapidement votre tableau. Étant donné que votre tableau contient désormais des en-têtes et un pied de page, prenez le temps de voir comment le style de tableau les modifie. Pour appliquer un style différent à votre tableau : 1 Sélectionnez le tableau ou une cellule du tableau. 2 Dans la sous-fenêtre Styles, cliquez sur un style. 3 Cliquez sur d’autres styles pour les prévisualiser. 4 Avant de poursuivre l’initiation, cliquez sur Élémentaire.74 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Utilisation des colonnes et des rangs Vous allez désormais apprendre à manipuler les colonnes et les rangs d’un tableau. Pour modifier les colonnes et les rangs : 1 Ajoutez une colonne au tableau en cliquant sur l’une de ses cellules puis sur la poignée Colonne dans l’angle supérieur droit. 2 Supprimez les rangs 7 à 10. a Cliquez sur l’onglet de référence du rang 7 pour sélectionner l’ensemble du rang, puis appuyez sur la touche Maj en cliquant sur l’onglet de référence du rang 10. Vous pouvez aussi faire glisser l’onglet de référence du rang 7 vers le bas jusqu’à ce que le rang 10 soit sélectionné. Poignée Colonne et rang : faites-la glisser vers le bas pour ajouter des rangs. Faites-la glisser vers la droite pour ajouter des colonnes. Poignée Rang : cliquez dessus pour ajouter un rang ou faites-la glisser pour en ajouter plusieurs. Poignée Tableau : faites-la glisser pour déplacer le tableau. Poignée Colonne : cliquez dessus pour ajouter une colonne ou faites-la glisser pour en ajouter plusieurs.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 75 b Cliquez sur la flèche à droite de l’onglet de référence du rang 10 et choisissez Supprimer les rangs sélectionnés. 3 Dans les cellules du rang d’en-tête et de la colonne d’en-tête, tapez un nom pour les colonnes et les rangs. a Sélectionnez la cellule B1, tapez Jan–Mars, appuyez sur la touche de tabulation, puis tapez Avr–Juin. Faites la même chose avec le reste des cellules du rang d’en-tête. b Sélectionnez la cellule A2, tapez Paysagiste, appuyez sur la touche Retour et tapez Toiture. Continuez à taper et à appuyer sur Retour jusqu’à ce que vous ayez tapé Cadeaux. c Appuyez sur la touche Flèche vers le bas pour sélectionner la cellule de bas de page, puis tapez Totaux.76 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Navigation entre les cellules Pour naviguer entre les cellules, vous pouvez utiliser les touches fléchées. Comme vous venez de le voir, vous pouvez également utiliser les touches de tabulation et Retour :  Lorsque vous appuyez sur la touche de tabulation, cela a pour effet d’enregistrer la valeur que vous venez de saisir puis de sélectionner la cellule adjacente à droite. Lorsque la dernière cellule d’un rang est sélectionnée, le fait d’appuyer deux fois sur la touche de tabulation enregistre la valeur et ajoute une colonne.  Le fait d’appuyer sur la touche Retour sélectionne la cellule adjacente inférieure. Si vous avez utilisé la touche de tabulation pour naviguer entre les cellules, vous pouvez appuyer sur la touche Retour pour sélectionner la cellule adjacente infé- rieure à partir de la cellule où vous avez commencé à utiliser la touche de tabulation. Pour le dernier rang d’un tableau (s’il y a un rang de pied de page, le dernier rang est le rang au-dessus du rang de pied de page), le fait d’appuyer sur Retour ajoute un nouveau rang. Lorsque la dernière cellule du dernier rang est sélectionnée, le fait d’appuyer deux fois sur la touche Retour enregistre la valeur et ajoute un rang. Remarque : si votre tableau contient beaucoup de texte, vous pouvez modifier l’effet obtenu lorsque vous appuyez sur les touches de tabulation et Retour. Pour plus d’informations, consultez l’Aide Numbers ou le Guide de l’utilisateur de Numbers.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 77 Ajout de données Vous allez désormais apprendre à ajouter des données, à les mettre en forme et à effectuer d’autres opérations sur les valeurs de cellule. Utilisez les formats de cellule pour contrôler l’affichage des valeurs de cellule. Dans cet exemple, vous allez appliquer le format Devise à des cellules de tableau vides de façon que lorsque vous saisissez un nombre dans une cellule, celui-ci adopte automatiquement le format de valeur monétaire. Par exemple, lorsque vous saisissez 25000, le nombre est affiché automatiquement sous la forme 25.000,00 €. Pour appliquer un format de cellule à des cellules de tableau : 1 Sélectionnez la cellule B2, puis tout en maintenant enfoncée la touche Maj, sélectionnez la cellule F7. 2 Cliquez sur le bouton Format de devise dans la barre de format pour définir un format de devise. Par défaut, ce format affiche le symbole de la devise, une précision à deux décimales, un séparateur des milliers et le signe moins devant les nombres négatifs. Bouton Format de devise Bouton « Augmenter le nombre de décimales » Bouton « Diminuer le nombre de décimales »78 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Pour modifier le nombre de décimales, vous pouvez utiliser les boutons « Diminuer le nombre de décimales » ou « Augmenter le nombre de décimales ». Pour accéder à d’autres contrôles de mise en forme des cellules, utilisez l’Inspecteur des cellules. Ouvrez l’Inspecteur des cellules en cliquant sur Inspecteur dans la barre d’outils puis sur le bouton Inspecteur des cellules. Tapez des nombres dans les cellules comme illustré ci-dessous. Vous ne devez par taper le symbole de devise, le séparateur des milliers, la virgule décimale ni les chiffres après la virgule. Vous remarquerez qu’à chaque fois que vous sortez d’une cellule, le format Devise est appliqué automatiquement. Ce menu local sert à changer de symbole de devise. Bouton Inspecteur des cellules Cochez cette case pour afficher le symbole de devise au bord de la cellule.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 79 Pour trier des rangs : 1 Cliquez n’importe où dans le tableau. 2 Maintenez le pointeur de la souris sur l’onglet de référence de la colonne B. 3 Cliquez sur la flèche qui s’affiche dans l’onglet de référence et sélectionnez « Trier en ordre croissant » dans le menu local qui s’affiche. Les rangs sont triés en prenant en référence les valeurs de la colonne B. Besoin urgent d’instructions ? Pour afficher des informations sur un bouton ou tout autre contrôle, maintenez le pointeur de la souris sur celui-ci pour afficher une bulle d’aide contenant une courte description de la fonction du bouton ou du contrôle.80 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 4 Pour afficher des options de tri avancées, cliquez sur Trier et filtrer dans la barre d’outils. Lorsque le contenu ne tient pas en entier dans une cellule, vous pouvez ajuster le texte automatiquement. Pour voir à quoi ressemble l’ajustement du texte : m Dans la cellule A2, remplacez Électroménager par Appareils électroménagers. La hauteur de la cellule change pour afficher la totalité du texte. Pour savoir si l’ajustement du texte d’une cellule est sélectionné, regardez la barre de format. Dans le modèle utilisé, l’ajustement du texte est activé par défaut pour les cellules des en-têtes de rang et de colonne et le pied de page. Pour en savoir plus, consultez l’Aide Numbers ou le Guide de l’utilisateur de Numbers. Utilisation des contrôles de cellule Au lieu de taper une valeur dans une cellule, vous pouvez utiliser un contrôle de cellule pour ajouter la valeur. Un contrôle de cellule permet de contrôler précisément le contenu d’une cellule et de saisir une valeur plus facilement qu’avec le clavier. Il existe plusieurs sortes de contrôles de cellule :  Une case à cocher est destinée aux cellules dont la valeur peut afficher deux états comme, par exemple, oui ou non.  Un curseur permet de modifier des nombres rapidement et dans de grandes proportions.  Une flèche de défilement permet d’augmenter ou de diminuer un nombre par incréments spécifiques prédéfinis.  Un menu local permet de prédéfinir les valeurs spécifiques qu’une cellule peut contenir.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 81 Pour ajouter une flèche de défilement : 1 Sélectionnez la cellule D5 contenant la valeur 5.000,00 €. 2 Dans l’Inspecteur des cellules, sélectionnez Flèche de défilement dans le menu local Format de cellule. 3 Tapez 10000 comme valeur maximale et 500 comme valeur d’incrément. Dans la cellule du tableau, cliquez deux fois sur la flèche vers le haut de la flèche de défilement pour augmenter la valeur de la cellule jusqu’à 6.000 €. Appuyez sur la touche de tabulation pour sélectionner la cellule adjacente. La flèche de défilement de la cellule D4 n’est plus visible parce qu’un contrôle de cellule n’est visible que quand la cellule correspondante est sélectionnée.82 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Mise en forme des cellules La barre de format permet d’accéder rapidement aux contrôles de mise en forme les plus courants après avoir sélectionné un objet. Voici à quoi ressemble la barre de format lorsque vous sélectionnez au moins une cellule : Pour attirer l’attention du lecteur sur une cellule en particulier (par exemple, quand elle contient une valeur clé), vous pouvez utiliser une couleur d’arrière-plan. Pour modifier la couleur d’arrière-plan d’une cellule : 1 Sélectionnez la cellule F7, située tout en bas à droite du tableau. 2 Cliquez sur le bouton Remplir dans la barre de format. 3 Cliquez sur une couleur dans la palette qui s’affiche. Mettez en forme le style et la couleur du texte d’une cellule. Alignez le texte d’une cellule. Mettez en forme les bordures de cellule. Changez la couleur d’arrière-plan d’une cellule. Ajustez le texte. Appliquez un format de cellule. Ajoutez une couleur d’arrière-plan à la cellule.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 83 Vous pouvez également ajouter une couleur d’arrière-plan à une cellule et alterner la couleur d’un rang sur deux dans l’Inspecteur des tableaux. Pour mettre en forme une bordure en bas du tableau : 1 Cliquez sur l’onglet de référence du rang de pied de page pour sélectionner toutes les cellules du rang. 2 Dans la barre de format, sélectionnez Bord inférieur dans le menu local de sélection de bordure. Sélectionnez le type de remplissage d’une cellule : Aucun, Remplissage couleur, Remplissage dégradé, Remplissage par image ou « Remplissage par image teintée ». Cochez cette case et cliquez sur le cadre de couleur adjacent pour alterner la couleur d’arrière-plan d’un rang sur deux.84 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Bord inférieur indique que vous souhaitez mettre en forme la bordure du segment inférieur de chaque cellule sélectionnée. 3 Sélectionnez un style de ligne et une épaisseur de trait pour la bordure dans les deux menus locaux adjacents. 4 Cliquez sur le cadre de couleur pour sélectionner une couleur de bordure. Sélectionnez Bord inférieur pour ajouter une bordure au bord inférieur des cellules sélectionnées. Modifiez l’épaisseur du trait. Sélectionnez un style de ligne (trait). Sélectionnez une couleur de trait.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 85 Étape 4 : Utiliser des formules et des fonctions Numbers peut effectuer des calculs automatiquement. Par exemple, une feuille de calcul peut additionner automatiquement une colonne de nombres et afficher la somme dans une cellule de tableau. Pour afficher les résultats d’un calcul dans une cellule de tableau, vous devez ajouter une formule à cette cellule. La plupart des calculs de formule sont effectués à partir des valeurs d’autres cellules de tableau. Les formules utilisent les éléments suivants :  Les opérateurs permettent d’effectuer des opérations telles que des additions (+). Par exemple, la formule =A2 + 16 ajoute 16 à la valeur de la cellule A2. Lorsque la valeur de la cellule A2 change, celle de la cellule contenant la formule change également. Remarque : toutes les formules doivent commencer par le signe égal (=). Pour simplifier les choses, le signe égal est souvent omis dans les exemples.  tandis que les fonctions sont des opérations nommées et prédéfinies, telles que SOMME et MOYENNE. Pour utiliser une fonction, sélectionnez-la dans la liste ou tapez son nom, puis spécifiez les arguments dont la fonction a besoin entre parenthèses après le nom de la fonction.  Les Arguments fournissent les données qu’une fonction utilise lorsqu’elle effectue les opérations. Par exemple, SOMME(A2, 16, B4) additionne les trois valeurs. Les arguments sont séparés par une virgule. Numbers contient plusieurs outils permettant d’utiliser des formules. Dans les pages qui suivent, vous allez apprendre à tous les utiliser.86 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Ajout d’une formule rapide Pour effectuer un calcul simple à partir des valeurs de cellules adjacentes, la méthode la plus simple consiste à utiliser une formule rapide. Vous pouvez ainsi additionner les valeurs de la colonne B de votre tableau et afficher le résultat dans la cellule de pied de page de la colonne. Pour ajouter une formule rapide : 1 Cliquez sur la cellule B7, c’est-à-dire la cellule de pied de page de la colonne B. 2 Cliquez sur Fonction dans la barre d’outils et sélectionnez Somme. La valeur 4,000 €, la somme des deux nombres de la colonne B, s’affiche dans la cellule de pied de page de la colonne. La somme change chaque fois que les valeurs de la colonne B changent. La valeur est calculée automatiquement à l’aide d’une formule rapide.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 87 3 Pour inscrire la valeur, cliquez sur la cellule B2, tapez 4000 et appuyez sur la touche de tabulation. La somme affiche désormais 6.500 €. Pour afficher une formule : m Cliquez sur la cellule contenant la somme (cellule B7) et regardez la barre de formule (celle sous la barre de format) pour visualiser la formule associée à la cellule. La formule de la cellule est la suivante : SOMME(‘Jan-Mars’). La fonction SOMME additionne les valeurs des arguments spécifiés entre parenthèses. Dans cet exemple, l’en-tête de colonne est l’argument. Utiliser un nom de cellule d’en-tête est un raccourci pour faire référence à toutes les valeurs d’une colonne ou d’un rang. Utilisation de l’Éditeur de formules Une autre façon d’ajouter, de visualiser et de modifier des formules consiste à utiliser l’Éditeur de formules. Pour afficher une formule à l’aide de l’Éditeur de formules : m Double-cliquez sur la cellule B7. Visualisez ou modifiez la formule dans le champ de texte. Cliquez sur le bouton d’annulation pour refuser les modifications. Cliquez sur le bouton de validation pour enregistrer les modifications. Cliquez ici pour ouvrir le navigateur de fonctions.88 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers L’Éditeur de formules s’ouvre avec la formule dans le champ de texte. Pour ajouter une formule à l’aide de l’Éditeur de formules : 1 Pour fermer l’Éditeur de formules, cliquez en dehors de ce dernier. 2 Cliquez sur la cellule de pied de page de la colonne C. 3 Tapez le signe égal (=) pour ouvrir l’Éditeur de formules. 4 Tapez SOMME suivi d’une parenthèse ouvrante dans le champ de texte. 5 Cliquez sur l’en-tête de colonne Avr-Juin. Numbers ajoute le nom de la colonne à la formule. 6 Tapez une parenthèse fermante à la suite du nom de la colonne. 7 Cliquez sur le bouton de validation. Pour déplacer l’Éditeur de formules, faites-le glisser en le saisissant ici. Visualisez ou modifiez la formule dans le champ de texte. Cliquez sur le bouton d’annulation pour refuser les modifications. Cliquez sur le bouton de validation pour enregistrer les modifications.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 89 Pour ajouter rapidement la même formule à d’autres cellules, utilisez la fonction de remplissage automatique pour dupliquer rapidement les données, la formule, le format de cellule ou le remplissage d’une cellule sélectionnée. Pour utiliser le remplissage automatique : 1 Sélectionnez la cellule C7. 2 Faites glisser la poignée de remplissage vers la droite pour sélectionner les cellules D7 et E7. Le pointeur se transforme en signe plus lorsque la poignée de remplissage est sélectionnée. Utilisation du navigateur de fonctions pour ajouter une fonction Numbers intègre de nombreuses fonctions accessibles depuis le navigateur de fonctions. Ce navigateur sert à ajouter une formule dans votre tableau qui calcule dans le rang de pied de page le total général des valeurs. Pour ajouter une fonction à l’aide du navigateur de fonctions : 1 Cliquez sur la cellule de pied de page de la colonne F (la cellule à laquelle vous avez appliqué une couleur d’arrière-plan). 2 Cliquez sur le bouton de navigateur de fonctions dans la barre de formule. Le bouton du navigateur de fonctions90 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 3 Dans le navigateur de fonctions, sélectionnez Numérique à gauche et SOMME à droite. 4 Cliquez sur Insérer. La fonction apparaît dans l’éditeur de formules et dans la barre de formule. Vous pouvez remplacer les arguments fictifs par vos propres valeurs. Tapez ici le nom de la fonction que vous recherchez. Vous pouvez faire défiler la liste pour rechercher une fonction. Sélectionnez Tous pour afficher toutes les fonctions ou cliquez sur une catégorie pour afficher un sous-ensemble de fonctions. Courte description de la fonction sélectionnée. Cliquez ici pour afficher une page d’aide décrivant la fonction sélectionnée.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 91 5 Dans l’éditeur de formules ou dans la barre de formule, sélectionnez tout le texte entre parenthèses et cliquez sur les cellules B7, C7, D7 et E7 pour les utiliser comme arguments. 6 Cliquez sur le bouton de validation (celui avec la coche verte) pour afficher le total général (40.500,00 €) dans la cellule tout en bas à droite. Réalisation de calculs instantanés Numbers peut réaliser des calculs instantanés à partir de valeurs d’une ou plusieurs cellules. Pour réaliser des calculs instantanés : m Sélectionnez les cellules C5 et D5, les résultats s’affichent dans le coin inférieur gauche. Résultats des calculs instantanés correspondant aux deux cellules sélectionnées.92 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Si un calcul particulier vous semble très utile et que vous souhaitez l’intégrer à un tableau, faites glisser le calcul vers une cellule de tableau vide n’importe où dans la feuille de calcul. Utilisation des résultats dans le tableau Comparaison de prêts Vous pouvez désormais utiliser le tableau de modèle prédéfini pour comparer trois prêts pour la somme de 40.500 €. Pour comparer des prêts : 1 Sélectionnez le tableau de Comparaison de prêts. Si vous utilisez ce tableau pour effectuer votre propre comparaison de prêts, remplacez les valeurs correspondant au Taux annuel ou à la durée du prêt (Durée en mois ou Durée en années) pour qu’elles correspondent aux conditions des prêts que vous comparez. Au cours de cet exercice, vous allez utiliser des valeurs prédéfinies. 2 Sélectionnez la cellule B2 et tapez le signe égal (=) pour ouvrir l’éditeur de formules. 3 Cliquez sur la cellule inférieure droite de Mon tableau pour indiquer que vous souhaitez afficher le total général dans la cellule B2 du tableau Comparaison de prêts. 4 Cliquez sur le bouton Accepter dans l’éditeur de formule. Le tableau Comparaison de prêts s’affiche de nouveau et la cellule B2 indique désormais la valeur 40.500 €. Comparez les paiements mensuels … … et le total des coûts.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 93 5 Répétez les étapes 2 à 4 pour ajouter le total général aux cellules C2 et D2. Chaque fois que le total général change dans Mon tableau, les valeurs du rang Prêt principal sont automatiquement mises à jour. Chaque fois que les mensualités de paiement changent dans le tableau Comparaison de prêts, le graphique Paiements mensuels est automatiquement mis à jour. L’étape suivante consiste à créer et à mettre en forme votre graphique pour apprendre à associer entre elles les données du tableau et du graphique. Étape 5 : Améliorer l’apparence de votre feuille de calcul Vous savez certainement à quoi ressemblent les données d’un tableau dans un graphique en couleur. Vous pouvez également utiliser des figures et des graphismes pour rendre votre feuille de calcul plus claire et plus agréable à lire. Ajout de graphiques Un graphique peut révéler des tendances ou des liens qui ne sont pas faciles à identifier lorsque vous affichez des données sous forme de tableau. Dans Numbers, les graphiques peuvent afficher les données d’un ou plusieurs tableaux. Lorsque vous modifiez les données d’un tableau, le graphique associé est automatiquement mis à jour.94 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Numbers propose de nombreux types de graphique, notamment des graphiques sectoriels, linéaires et à barres. La plupart des types de graphique existent en version 2D et 3D. Vous allez désormais tracer sur un graphique certaines valeurs de votre tableau. Pour ajouter et mettre en forme un graphique : 1 Cliquez sur une cellule dans Mon tableau. 2 Cliquez sur la cellule B2 et, tout en maintenant enfoncé le bouton gauche de la souris, faites glisser la souris pour sélectionner la cellule B3. 3 Cliquez sur Graphiques dans la barre d’outils, puis sélectionnez le type de graphique situé tout en haut à gauche. Cliquez sur Graphiques dans la barre d’outils, puis choisissez un type de graphique. Les graphiques 2D se trouvent à gauche et leur version 3D à droite.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 95 Numbers crée un graphique à colonnes 2D sur lequel sont tracées les deux valeurs sélectionnées. 4 Cliquez sur le bouton Rang dans la partie supérieure gauche. Numbers applique une couleur à la colonne du tableau pour que vous puissiez associer facilement les éléments du graphique aux données du tableau. Cliquez sur le bouton Rang pour représenter dans le graphique les données par rang plutôt que par colonne. Les couleurs des barres sont identiques à celles de la colonne du tableau.96 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Chaque rang est désormais représenté dans le graphique dans une couleur différente. Vous remarquerez que les étiquettes et la légende sous le graphique changent également de couleur. Il existe de nombreux moyens simples d’ajouter des données à un graphique, de supprimer des données ou de les modifier. Consultez l’Aide Numbers ou le Guide de l’utilisateur de Numbers pour obtenir des informations. Numbers applique une couleur différente à chaque rang.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 97 Il existe plusieurs manières de modifier un graphique : m Pour modifier rapidement la mise en forme, utilisez la barre de format. Sélectionnez le graphique ou l’une de ses colonnes et exercez-vous à utiliser les contrôles de la barre de format. Mettez en forme le texte des étiquettes. Ajoutez ou supprimez une ombre. Mettez en forme la ligne située sous le graphique ou la colonne. Mettez en forme l’arrière-plan du graphique ou de la colonne.98 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers m Pour accéder à d’autres contrôles de mise en forme du graphique, utilisez l’Inspecteur des graphiques : cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils puis sur le bouton Inspecteur des graphiques. Mettez en forme les étiquettes, les graduations et le quadrillage. Cliquez sur Axes pour mettre en forme les axes du graphique. Cliquez sur Séries pour mettre en forme les barres, les portions d’un graphique ou tout autre élément de données. Affichez ou masquez les axes et les bordures du graphique. Définissez la plage de valeurs à afficher. Ajustez les couleurs des éléments du graphique. Le bouton Inspecteur des graphiquesChapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 99 Pour changer de graphique : 1 Sélectionnez le graphique que vous avez créé. 2 Sélectionnez le graphique sectoriel 3D dans le menu local, dans le coin supérieur gauche de l’inspecteur des graphiques. 3 Masquez le titre du graphique et la légende en décochant les cases Afficher le titre et Afficher la légende dans l’Inspecteur des graphiques. 4 Appliquez des textures aux portions du graphique : a Dans l’Inspecteur des graphiques, sélectionnez Couleurs des graphiques. Le graphique sectoriel 3D est situé tout en bas dans le menu local des types de graphique 3D.100 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers b Sélectionnez « Remplissage de la texture » dans le menu local supérieur et Marbre dans le menu local inférieur. c Cliquez sur Tout appliquer. Ajout de texte, de figures et d’autres objets Vous pouvez annoter et décorer votre feuille de calcul en y ajoutant du texte, des figures et des images. Vous pouvez même ajouter des fichiers audio et vidéo. Pour ajouter du texte : 1 Dans la barre d’outils, cliquez sur Zone de texte. 2 Tapez votre texte dans la zone qui s’affiche. 3 Pour déplacer la zone de texte, faites-la glisser où vous voulez. 4 Pour mettre en forme le texte, utilisez la barre de format ou l’Inspecteur du texte. Pour ajouter une forme : 1 Dans la barre d’outils, cliquez sur Figures et sélectionnez-en une. 2 Pour ajouter du texte à la figure, double-cliquez dessus et tapez le texte. 3 Modifiez la couleur de la forme et d’autres attributs à l’aide de la barre de format ou de l’Inspecteur des graphiques.Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 101 Pour ajouter un fichier audio, un graphisme ou une séquence : 1 Cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils. 2 Dans le navigateur de média, cliquez sur l’un des boutons Audio, Photos ou Séquences. 3 Faites glisser un fichier sur la feuille. Pour lire un fichier audio ou vidéo : 1 Sélectionnez le fichier sur la feuille. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur puis sur le bouton Inspecteur QuickTime. 3 Cliquez sur le bouton de lecture ou de mise en pause. Cliquez ici pour lire ou mettre en pause un fichier audio ou vidéo. Le bouton Inspecteur QuickTime102 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Étape 6 : Partager votre feuille de calcul Il existe plusieurs options pour partager votre feuille de calcul. Préparation d’une feuille en vue de son partage Avant de partager une feuille, vous souhaiterez peut-être numéroter son contenu. Pour numéroter une feuille : 1 Sélectionnez la feuille dans la sous-fenêtre Feuilles. 2 Pour afficher une version paginée de votre feuille, cliquez sur Afficher dans la barre d’outils et sélectionnez Vue avant impression. 3 Pour effectuer un zoom arrière afin de visualiser plusieurs pages à la fois, sélectionnez 50% dans le menu local dans la partie inférieure gauche du canevas. 4 Pour ajuster la taille de tous les objets afin de les faire tenir sur moins ou plus de pages, déplacez vers la gauche ou la droite le curseur Échelle du contenu en bas de la fenêtre. Le curseur Échelle du contenu augmente ou réduit la taille de tous les objets de la feuille. 5 Pour ajuster la disposition des objets, déplacez-les, redimensionnez-les ou faites-les glisser entre les pages pour obtenir l’effet souhaité. Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 103 6 Ajoutez des en-têtes et des pieds de page : a Cliquez sur Afficher dans la barre d’outils et sélectionnez Afficher la disposition. b Placez du texte ou des graphismes dans la zone d’en-tête ou de pied de page. Si vous souhaitez apporter des modifications à un tableau, à un graphique ou à tout autre objet ou ajouter de nouveaux objets, vous pouvez le faire en mode Vue avant impression. Pour ajouter un numéro de page, sélectionnez le pied de page et cliquez sur Insérer > Numéro de page. Définissez le numéro de page de début dans l’Inspecteur des feuilles. Il est possible de centrer le texte de l’en-tête à l’aide d’un bouton d’alignement de la barre de format.104 Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers Impression et exportation de votre feuille de calcul Vous pouvez imprimer une feuille ou exporter une feuille de calcul dans un format permettant de l’ouvrir dans une autre application. Il existe plusieurs manières de partager votre feuille de calcul : m Pour imprimer une feuille, sélectionnez-la dans la sous-fenêtre Feuilles et choisissez Fichier > Imprimer la feuille. m Pour exporter votre feuille de calcul, choisissez Fichier > Exporter et choisissez un format :  PDF : vous pouvez afficher ou imprimer les fichiers PDF dans Aperçu, Safari et Adobe Reader.  Excel : vous pouvez ouvrir et modifier les fichiers Excel dans Microsoft Excel sur un ordinateur sous Mac OS X ou Windows.  CSV : format de fichier (CSV pour Comma Separated Values ou Valeurs séparées par des virgules) que de nombreux tableurs peuvent ouvrir. m Vous pouvez associer une feuille de calcul à une entrée de blog iWeb (iLife ’08 ou ultérieur requis). Sélectionnez Transférer vers iWeb > PDF ou Transférer vers iWeb > Document Numbers. Lorsqu’iWeb s’ouvre, sélectionnez le blog (ou le podcast) auquel vous souhaitez associer votre feuille de calcul. Chapitre 2 Premiers contacts avec Numbers 105 Continuez à explorer Voici quelques suggestions à suivre si vous souhaitez continuer à vous exercer tout seul dans Numbers :  Ouvrez différents modèles et examinez comment ils organisent et présentent les données.  Étudiez différentes formules prédéfinies et exercez-vous à créer vos propres formules.  Créez des graphiques affichant des données de plusieurs tableaux.  Ajoutez à un tableau des données du Carnet d’adresses.  Concevez vos propres modèles et tableaux prédéfinis.3 107 3 Premiers contacts avec Keynote Ce chapitre vous guide étape par étape à travers le processus de création d’un diaporama simple. Ce que vous apprendrez Ce guide d’initiation vous montre comment :  créer un nouveau diaporama et choisir un thème ;  changer le thème d’une diapositive ou d’un diaporama ;  ajouter, supprimer, ignorer et réorganiser les diapositives ;  ajouter du texte, des graphismes et du son, dont une narration enregistrée ;  ajouter des transitions (des effets spéciaux entre les diapositives) ;  animer vos diapositives à l’aide de compositions d’objets ;  tester et présenter votre diaporama.108 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Étape 1 : Créer un nouveau document et choisir un thème Chaque diaporama est son propre document Keynote. Pour créer un nouveau diaporama : 1 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Si Keynote est ouvert, choisissez Fichier > Nouveau.  Si Keynote n’est pas ouvert, ouvrez-le (en cliquant sur son icône dans le Dock ou en double-cliquant sur son icône dans le dossier iWork ’08 du dossier Applications). 2 Dans le Sélecteur de thème, double-cliquez sur un thème pour le sélectionner. Ce guide d’initiation utilise le thème En-têtes, mais vous pouvez utiliser n’importe quel autre thème. Vous pouvez changer le thème d’une diapositive à tout moment. Double-cliquez sur un thème pour le sélectionner. Le thème choisi présente une bordure jaune.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 109 Pour changer le thème d’une diapositive : 1 Dans le classeur de diapositives (sur le côté gauche de la fenêtre Keynote), sélectionnez la diapositive. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Thèmes et choisissez un thème différent. ∏ Astuce : vous pouvez configurer Keynote afin d’utiliser toujours le même thème lors de la création d’un nouveau document. Choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Général, sélectionnez « Utiliser le thème » puis choisissez un thème. Enregistrement, arrêt et reprise N’oubliez pas d’enregistrer souvent votre travail en choisissant Fichier > Enregistrer. Vous pouvez quitter ce guide d’initiation (ou quitter Keynote) à tout moment et y revenir plus tard. Pour quitter Keynote, sélectionnez Keynote > Quitter Keynote. Pour ouvrir de nouveau votre diaporama, double-cliquez dessus dans le Finder ou faites glisser l’icône correspondante sur celle de Keynote située dans le Dock. Pour modifier le thème d’une diapositive, sélectionnez la diapositive concernée dans le classeur de diapositives … … puis cliquez sur le bouton Thèmes et choisissez un thème.110 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Votre diaporama contient à présent une diapositive. Double-cliquez sur le texte et tapez le vôtre. Le champ Notes : ajoutez des notes à propos de chaque diapositive. Double-cliquez sur le texte et tapez le vôtre. Le classeur de diapositives : affichez les vignettes de toutes vos diapositives et naviguez aisément parmi elles. Le canevas de diapositives : créez chaque diapositive ici en tapant du texte et en y ajoutant des graphismes et d’autres données. Modifiez la taille des diapositives dans le classeur de diapositives.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 111 Le classeur de diapositives Dans le classeur de diapositives, vous pouvez :  voir les vignettes de toutes vos diapositives ;  aller sur une diapositive spécifique en cliquant dessus ;  réorganiser les diapositives en les faisant glisser ;  organiser les diapositives en groupes en les mettant en retrait. Le classeur de diapositives possède deux modes d’affichage :  Le mode Navigateur est surtout utile pour les diaporamas comportant des graphismes.  Le mode Plan est plus adapté aux diaporamas contenant une majorité de texte. Dans ce mode, vous pouvez lire et modifier le texte des vignettes. Pour passer d’un mode d’affichage à l’autre : m Cliquez sur Afficher dans la barre d’outils et choisissez une option. Pour masquer le classeur de diapositives : m Choisissez Afficher > Diapositive. Si votre diaporama contient de nombreuses diapositives, vous pouvez afficher plus de vignettes à la fois en utilisant la présentation Table lumineuse. Pour afficher la présentation Table lumineuse : m Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Table lumineuse. Pour en savoir plus, consultez l’Aide Keynote ou le Guide de l’utilisateur de Keynote.112 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Le champ Notes Vous pouvez afficher une zone de texte où vous pouvez rédiger des notes sur ce que vous souhaitez dire à propos de chaque diapositive. Si vous lisez votre diaporama sur un ordinateur et que les spectateurs le regardent sur un autre écran, vous pouvez afficher ces notes au cours de votre présentation sans que votre public ne les voie. Pour afficher le champ des notes : m Cliquez sur Afficher dans la barre d’outils et choisissez « Afficher les notes de l’intervenant ». Pour savoir comment imprimer vos notes ou les visualiser au cours d’une présentation, consultez l’Aide Keynote ou le Guide de l’utilisateur de Keynote. Étape 2 : Créer des diapositives A présent, ajoutez des diapositives supplémentaires. Voici plusieurs façons d’ajouter une diapositive :  Cliquez sur Nouvelle dans la barre d’outils.  Sélectionnez une diapositive dans le classeur de diapositives et appuyez sur Retour.  Choisissez Diapositive > Nouvelle diapositive. Lorsque vous créez un nouveau document, la première diapositive utilise automatiquement le modèle de diapositive Titre et sous-titre. La diapositive suivante (la première diapositive ajoutée) utilise automatiquement le modèle Titre & puces. Par la suite, lorsque vous créerez une nouvelle diapositive, elle utilisera le modèle de la diapositive sélectionnée.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 113 Pour supprimer une diapositive : m Sélectionnez la diapositive dans le classeur de diapositives et appuyez sur la touche Suppr. À propos des modèles de diapositive Chaque thème de Keynote comprend une famille de modèles de diapositive, chacun d’entre eux étant associé à une présentation particulière. Certains modèles de diapositive ne contiennent, par exemple, que du texte, tandis que d’autres présentent des paramètres fictifs pour les photos et d’autres données. Vous pouvez modifier le modèle de diapositive utilisé à tout moment. Par exemple, vous pouvez souhaiter transformer l’orientation horizontale d’une photo volumineuse en orientation verticale. Pour appliquer un nouveau modèle à une diapositive, sélectionnez la diapositive, cliquez sur Modèles dans la barre d’outils et choisissez un nouveau modèle de diapositive. Vous pouvez aussi modifier un modèle de diapositive. Dans ce cas, toutes les diapositives reposant sur ce modèle sont également modifiées. Par exemple, vous pouvez ajouter un logo à un modèle de diapositive pour qu’il apparaisse automatiquement sur toutes les diapositives (existantes ou nouvelles) utilisant ce modèle. Pour en savoir plus sur le changement de modèle d’une diapositive et la modification de modèles de diapositive, consultez l’Aide Keynote ou le Guide de l’utilisateur de Keynote.114 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Ajout et mise en forme de texte Chaque diapositive comprend différents types de texte (titre, sous-titre, puces) en fonction de son modèle. Choisissez un modèle de diapositive doté de la combinaison de texte et d’autres éléments qui correspond le mieux au contenu de la diapositive. La majorité du corps du texte comporte des puces. Pour en savoir plus sur la création de texte sans puces, consultez la rubrique « Ajout de texte sans puces » dans l’Aide Keynote ou dans le Guide de l’utilisateur de Keynote. Voici différentes façons de travailler avec du texte à puces :  Pour ajouter une nouvelle ligne de texte à puces, appuyez sur Retour.  Pour mettre en retrait une ligne à puces, appuyez sur la touche de tabulation.  Pour lui appliquer un retrait supplémentaire, appuyez sur les touches Maj + Tab.  Pour ajouter une nouvelle ligne de texte sans puce (pour créer un sous-paragraphe sous une puce, par exemple), appuyez sur Option + Retour. Vous pouvez modifier les propriétés du texte (comme la police, la taille, la couleur et l’espacement) à tout moment, à l’aide du panneau Police ou de l’Inspecteur du texte. Pour en savoir plus sur ces outils, reportez-vous aux rubriques « Le panneau Police » à la page 20 et « La fenêtre Inspecteur » à la page 17. Ajout de graphismes et d’autres données Vous pouvez ajouter de nombreux types de données à votre présentation, notamment des photos, des séquences, des fichiers audio, des graphismes créés dans d‘autres applications, des tableaux et des graphiques créés dans Keynote ou l’une des autres applications de la suite iWork ’08.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 115 De nombreux modèles de diapositive contiennent des paramètres fictifs de photos. Bien qu’il soit possible d’ajouter des photos à n’importe quel endroit d’une diapositive, le fait de déposer une photo sur l’un de ces paramètres fictifs permet d’ajuster automatiquement sa position et sa taille. Vous pouvez également utiliser les paramètres fictifs pour d’autres types de données, dont les films ou les fichiers audio. Voici différentes façons d’ajouter un fichier multimédia à une diapositive : m Faites glisser le fichier depuis le navigateur de média ou le Finder vers un paramètre fictif multimédia ou un endroit quelconque sur la diapositive. m Choisissez Insérer > Choisir et sélectionner le fichier. Ajout de son Vous pouvez ajouter un fichier audio (fichier de musique ou liste de lecture depuis votre bibliothèque iTunes, ou tout autre fichier audio) à un document Keynote. Vous pouvez ajouter du son comme suit :  Comme bande-son pour tout le diaporama : la musique démarre en même temps que le diaporama.  Sur une seule diapositive : le son se lance dès que la diapositive apparaît et cesse dès que le diaporama passe à la diapositive suivante.  Comme narration enregistrée : vous pouvez vous enregistrer en train de commenter chaque diapositive. Pour ajouter une bande-son à tout un diaporama : 1 S’il n’est pas encore ouvert, ouvrez l’Inspecteur des documents (cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis sur le bouton Inspecteur des documents).116 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 2 Cliquez sur Audio. 3 Faites glisser un fichier audio du navigateur de média ou du Finder vers le cadre Bande-son de l’Inspecteur des documents. 4 Pour lire le fichier audio tout au long de votre présentation, choisissez Lecture en boucle dans le menu local de l’Inspecteur des documents. La musique démarre en même temps que le diaporama. Pour ajouter du son à une diapositive particulière : m Faites glisser un fichier depuis le navigateur de média ou le Finder vers le canevas de la diapositive ou un paramètre fictif de média. Le bouton Inspecteur des documents Faites glisser un fichier vers le cadre Bande son pour le lire tout au long du diaporama. Pour répéter le fichier audio, choisissez Lecture en boucle.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 117 ∏ Astuce : le contrôle du démarrage et de l’arrêt de la musique est plus précis à l’aide d’une composition d’objet. Pour en savoir plus, consultez l’Aide Keynote ou le Guide de l’utilisateur de Keynote. Ajout d’une narration Vous pouvez vous enregistrer en train de commenter chaque diapositive. Lorsque vous passez à la diapositive suivante en cliquant sur la souris ou en appuyant sur une touche, le minutage est également enregistré. Remarque : les mouvements du pointeur ne sont pas enregistrés, mais les clics de souris (si vous cliquez sur un lien ou sur une séquence, par exemple) le sont. À propos de l’ajout de fichiers audio et de séquence Lorsque vous ajoutez un fichier multimédia, tel qu’un fichier audio ou une séquence, à un diaporama, ce fichier est enregistré comme une partie intégrante du document. Cette fonction permet de garantir une lecture adéquate de tous les éléments du diaporama en cas de transfert vers un autre ordinateur. Pour conserver une taille de fichier plus petite, vous pouvez enregistrer votre diaporama sans copier les fichiers multimédia dans le document. Tant que vous lisez le diaporama sur l’ordinateur utilisé pour sa création (ou que vous transférez les fichiers multimédia séparément), le diaporama sera lu correctement. Pour savoir comment enregistrer des documents avec ou sans fichiers multimédia, consultez « Enregistrement d’un document » dans l’Aide Keynote ou dans le Guide de l’utilisateur de Keynote.118 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Pour enregistrer un diaporama : 1 Si vous utilisez un microphone externe au lieu du microphone intégré à l’ordinateur, branchez le microphone puis utilisez le volet Son des Préférences Système pour configurer les paramètres d’entrée. 2 Sélectionnez la diapositive à partir de laquelle vous souhaitez commencer l’enregistrement. Vous n’êtes pas obligé de sélectionner la première diapositive, mais un diaporama enregistré est lu uniquement à partir de la première diapositive enregistrée. Si vous sélectionnez une diapositive ignorée, l’enregistrement commencera au niveau de la précédente diapositive non ignorée. 3 Dans l’Inspecteur des documents, cliquez sur le bouton Audio puis sur Enregistrer (ou choisissez Fichier > Enregistrer le diaporama). 4 Au fur et à mesure de la lecture de la présentation, parlez dans le micro pour enregistrer votre narration. Un témoin lumineux rouge dans l’angle supérieur gauche de l’écran indique que l’enregistrement est en cours. 5 Pour passer à la diapositive suivante, cliquez sur le bouton de la souris ou appuyez sur la touche Flèche droite.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 119 Le tableau suivant répertorie d’autres raccourcis clavier qui vous permettent de contrôler la présentation pendant l’enregistrement. Pour lire un diaporama enregistré :  Pour écouter la narration, cliquez sur le bouton Exécuter dans la sous-fenêtre Audio de l’Inspecteur des documents. Utilisez le curseur du volume pour régler le volume.  Pour lire une présentation enregistrée, cliquez sur Exécuter dans la barre d’outils ou choisissez Afficher > Lire le diaporama enregistré. Si vous enregistrez un diaporama et que vous modifiez ensuite des diapositives, l’enregistrement peut être en décalage par rapport aux diapositives. Vous pouvez enregistrer à nouveau tout ou partie d’un diaporama enregistré. Appuyez sur Pour W (écran blanc), F (figer), ou B (écran noir) Interrompre temporairement l’enregistrementAppuyez sur une touche pour reprendre l’enregistrement du diaporama. Témoin rouge d’enregistrement Interrompre temporairement l’enregistrement Échap Arrêter la lecture et sauvegarder l’enregistrement.120 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Étape 3 : Organiser vos diapositives Comme le décrit la rubrique « Le classeur de diapositives » à la page 111, vous pouvez facilement modifier l’ordre des diapositives en les faisant glisser dans le classeur de diapositives. Il existe d’autres façons d’organiser vos diapositives afin de simplifier le travail de votre diaporama. Vous pouvez organiser les diapositives en groupes en les mettant en retrait dans le classeur de diapositives. Pour mettre en retrait les diapositives : m Sélectionnez la ou les diapositives que vous souhaitez mettre en retrait et appuyez sur la touche de tabulation. ∏ Astuce : sélectionnez plusieurs diapositives en cliquant dessus tout en maintenant la touche Maj enfoncée (pour une plage de diapositives contigües) ou tout en maintenant la touche Commande enfoncée (pour des diapositives non contigües). Vous pouvez créer plusieurs niveaux de mise en retrait en appuyant à nouveau sur la touche de tabulation. Vous ne pouvez décaler une diapositive que d’un seul niveau par rapport à la diapositive précédente (la diapositive « parent »).Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 121 Pour déplacer les diapositives à un niveau supérieur : m Sélectionnez la ou les diapositives et appuyez sur les touches Maj + Tab. Pour afficher ou masquer un groupe de diapositives : m Cliquez sur le triangle d’affichage à gauche de la première diapositive du groupe. Important : si un groupe de diapositives est masqué (réduit), la suppression de la première diapositive supprime tout le groupe. Pour déplacer un groupe de diapositives : m Faites glisser la première diapositive du groupe. Mettez les diapositives en retrait afin de les regrouper. Ce groupe de diapositives est masqué (réduit). Faites glisser les diapositives dans le classeur de diapositives afin d’en modifier l’ordre. Cette ligne indique la présence d’une diapositive ignorée.122 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Au cours de la lecture d’un diaporama, les groupes masqués (réduits) de diapositives apparaissent dans la présentation. Si vous souhaitez masquer des diapositives au cours d’un diaporama, il suffit de les cocher afin qu’elles soient ignorées. Pour ignorer une diapositive au cours de la lecture : m Sélectionnez la diapositive, puis choisissez Diapositive > Ignorer la diapositive. Pour afficher une diapositive ignorée : m Sélectionnez la diapositive (une ligne dans le classeur de diapositives) et choisissez Diapositive > Ne pas ignorer la diapositive. Étape 4 : Améliorer un diaporama à l’aide d’une animation Keynote simplifie l’ajout d’effets spéciaux à votre présentation. Ajout de transitions entre les diapositives Keynote vous offre un panel d’effets spéciaux pour passer d’une diapositive à l’autre. Pour ajouter une transition à une diapositive : 1 Si l’Inspecteur des diapositives n’est pas encore ouvert, ouvrez-le (en cliquant sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis sur le bouton Inspecteur des diapositives).Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 123 2 Si la sélection n’est pas encore faite, cliquez sur Transition. 3 Choisissez une option dans le menu local Effet. 4 Choisissez une option dans le menu local Direction (tous les effets de transitions ne proposent pas cette option). 5 Pour modifier la durée de la transition, saisissez une valeur dans le champ Durée ou cliquez sur les flèches. Le bouton Inspecteur des diapositives Cliquez ici pour prévisualiser la transition. Utilisez ces contrôles pour personnaliser l’effet de la transition. Choisissez un effet de transition.124 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 6 Choisissez une option dans le menu local Commencer la transition :  Au clic de souris démarre la transition lorsque vous cliquez pour passer à la diapositive suivante.  Automatiquement démarre la transition après la durée spécifiée dans le champ Délai. Déplacement des objets Utilisez les compositions d’objet pour faire apparaître les éléments des diapositives l’un après l’autre (ou en groupes), dans l’ordre souhaité. Par exemple, vous pouvez faire apparaître le texte à puces sur la diapositive ligne par ligne ou vous concentrer sur certaines parties d’un graphique en les déplaçant une par une sur la diapositive. Vous pouvez également utiliser des compositions d’objet pour enlever certains élé- ments d’une diapositive ou les déplacer d’un endroit à l’autre sur une diapositive. Il existe différents types de composition d’objet :  Les effets Compo. entrante font entrer des éléments dans une diapositive.  Les effets Compo. sortante font sortir des éléments hors d’une diapositive.  Les compositions d’action animent des éléments d’une diapositive.  Les compositions intelligentes sont des compositions d’action prédéfinies pour animer des images sur une diapositive. Vous pouvez créer plusieurs compositions sur une même diapositive et appliquer plusieurs compositions d’action au même objet.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 125 Faire entrer ou sortir des objets d’une diapositive Pour animer un objet au cours de son entrée ou de sa sortie d’une diapositive : 1 Si l’Inspecteur des compositions n’est pas ouvert, ouvrez-le. 2 Pour animer l’entrée d’un objet sur la diapositive, cliquez sur Compo. entrante. Pour animer la sortie d’un objet de la diapositive, cliquez sur Compo. sortante. Cliquez ici pour prévisualiser la composition. Le bouton Inspecteur des compositions Ouvrez le tiroir Ordre de composition pour réordonner les compositions. Animez un objet sur une diapositive (Action), ou lors de son entrée ou de sa sortie de la diapositive (Compo. entrante/ Compo. sortante). Définissez le type d’animation et les autres options de la composition.126 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 3 Sélectionnez un objet sur une diapositive et choisissez une option dans le menu local Effet. 4 Choisissez une option dans le menu local Direction (tous les effets ne proposent pas cette option). 5 Pour modifier la durée de la composition, saisissez une valeur dans le champ Durée (ou cliquez sur les flèches). Après avoir choisi un effet pour chaque élément à animer, vous pouvez aisément modifier l’ordre de la composition. Vous pouvez également choisir de démarrer chaque composition automatiquement (après le temps indiqué) ou par un clic de souris.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 127 Voici plusieurs façons de modifier l’ordre des compositions d’objets : m Dans l’Inspecteur des compositions, choisissez une option du menu local Ordre. m Sélectionnez « Définir des minutages séparés pour les éléments », cliquez sur Plus d’options, puis faites glisser les éléments dans le volet Ordre de composition. Faites glisser les éléments pour modifier l’ordre des compositions. Choisissez le mode de démarrage de la composition sélectionnée. Spécifiez la durée d’attente entre la fin de la composition précédente et le démarrage de la nouvelle composition.128 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Déplacement d’objets sur une diapositive En plus de faire entrer ou sortir des objets sur une diapositive, vous pouvez déplacer des objets d’une endroit à l’autre (le long d’un chemin personnalisé) à l’aide de compositions d’action. Ajoutez un autre axe au mouvement de l’objet. Convertissez le chemin droit en chemin courbé ou inversement. Sélectionnez un chemin sur le canevas et cliquez ici pour prévisualiser l’action. Accélérez, réduisez ou maintenez la vitesse de l’objet. Choisissez Déplacer.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 129 Pour déplacer un objet à l’intérieur d’une diapositive : 1 Sélectionnez un objet sur une diapositive. 2 Dans l’Inspecteur des compositions, cliquez sur Action puis choisissez Déplacer dans le menu local Effet. Une ligne rouge connectée à une version « fantôme » (transparente) de l’objet apparaît, montrant sa destination. 3 Pour modifier le mouvement, sélectionnez l’axe souhaité et effectuez l’une des opérations suivantes :  Pour modifier la direction de l’objet ou la distance qu’il parcourt, faites glisser l’objet fantôme.  Pour transformer un axe en courbe, cliquez sur le bouton Chemin courbe dans l’Inspecteur des compositions. L’objet commence à se déplacer à partir d’ici. Faites glisser un objet fantôme pour déterminer quand l’objet cesse de se déplacer. Vous pouvez même déplacer l’objet hors de la diapositive.130 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote  Pour reformer un chemin courbe, faites glisser l’un de ses nœuds ou fantômes.  Pour ajouter un nœud (point) à un chemin, maintenez la touche Option enfoncée lorsque vous cliquez sur le chemin.  Pour contrôler la vitesse et la nature du mouvement de l’objet, utilisez le menu local Accélération dans l’Inspecteur des compositions. 4 Pour ajouter un autre chemin à l’objet, cliquez sur le bouton Ajouter un chemin à côté du dernier objet fantôme ou sur le bouton Ajouter une action dans l’Inspecteur des compositions. Pour afficher tous les chemins d’animation d’un objet : Cliquez sur le bouton rouge Afficher le chemin à côté de l’objet. Vous pouvez également utiliser les compositions d’action afin de faire pivoter, disparaître, agrandir ou rétrécir les objets sur une diapositive. Pour ajouter un autre chemin à l’objet, cliquez sur le bouton Ajouter un chemin (à côté du dernier objet fantôme). Le bouton Afficher le cheminChapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 131 Pour fondre, agrandir ou rétrécir un objet : 1 Sélectionnez un objet sur une diapositive. 2 Dans la sous-fenêtre Action de l’Inspecteur des compositions, choisissez Opacité, Faire pivoter ou Échelle dans le menu local Effet. 3 Utilisez les contrôles pour préciser l’apparence de l’objet à la fin de la transformation. Animation d’images à l’aide de compositions intelligentes Keynote fournit des compositions d’action prédéfinies que vous pouvez utiliser pour animer un ensemble de vos photos et autres images. Pour configurer une composition intelligente : 1 Cliquez sur Compositions intelligentes dans la barre d’outils et choisissez une option. 2 Faites glisser des photos depuis la sous-fenêtre Photos du navigateur de média vers les rectangles de la fenêtre photo de la Composition intelligente. 3 Modifiez la composition à l’aide des contrôles de la fenêtre photo des Compositions intelligentes et de la sous-fenêtre Action de l’Inspecteur des compositions : Pour en savoir plus, consultez l’Aide Keynote ou le Guide de l’utilisateur de Keynote. Faites glisser les images pour les réordonner. Faites glisser des images ici. Sélectionnez toutes les images pour les afficher de la même taille.132 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Étape 5 : Tester et partager votre diaporama Lors de la création de votre diaporama, vous souhaiterez certainement visualiser son apparence au cours de la présentation. Pour lire votre diaporama sur votre ordinateur : 1 Dans le classeur de diapositives, sélectionnez la diapositive avec laquelle vous souhaitez commencer. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Exécuter. 3 Pour passer à la diapositive suivante (ou à la composition d’objet suivante), cliquez sur le bouton de la souris. 4 Pour arrêter le diaporama, appuyez sur Q ou sur Échap. Au cours de votre présentation, si votre public dépasse les quelques personnes, vous souhaiterez peut-être utiliser un second ordinateur ou écran. Si vous disposez de plusieurs écrans (celui de votre ordinateur et un grand écran de projection, par exemple), vous pouvez regarder la présentation (avec vos notes et toute autre information de l’intervenant) sur votre ordinateur, tandis que votre public ne voit que la présentation sur l’autre écran. Pour en savoir plus sur les modes de partage de votre diaporama, consultez le Guide de l’utilisateur de Keynote ou l’Aide. Test de votre présentation Keynote propose un mode d’affichage test afin que vous puissiez visualiser les informations de l’intervenant sans avoir à utiliser un second écran. Pour tester votre diaporama : m Choisissez Présentation > Tester le diaporama.Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote 133 Pour parcourir les notes de l’intervenant en avant ou en arrière, appuyez sur la touche U ou sur la touche D. Pour quitter l’affichage test, appuyez sur Échap. Pour personnaliser l’affichage de l’intervenant : 1 Choisissez Keynote > Préférences puis cliquez sur « Affichage de l’intervenant ». 2 Sélectionnez les éléments que vous souhaitez voir apparaître dans l’affichage de l’intervenant. 3 Pour réorganiser ces éléments, cliquez sur « Modifier la disposition des informations de l’intervenant ». Personnalisation d’une présentation pour le public Selon la façon dont il sera visionné, vous pouvez configurer la lecture de votre diaporama de différentes façons :  Normal : avance quand l’intervenant clique sur la souris ou utilise le clavier. À moins que vous ne choisissez une autre option, votre diaporama fonctionnera de la sort.  Liens uniquement : avance lorsque l’intervenant ou le spectateur clique sur un lien hypertexte.  Enregistré : si vous avez enregistré votre diaporama, cette option est automatiquement sélectionnée. Votre diaporama défile comme un film en fonction du minutage que vous avez enregistré.  Lecture automatique : avance automatiquement comme un film. Aucune interaction de l’utilisateur n’est possible. Ce genre de présentation est utile dans le cas d’un kiosque. Pour en savoir plus sur la création de diaporamas, consultez l’Aide Keynote ou le Guide de l’utilisateur de Keynote.134 Chapitre 3 Premiers contacts avec Keynote Continuez à explorer Félicitations ! Vous avez terminé le guide d’initiation de Keynote. Maintenant que vous vous êtes familiarisé avec les outils et les fonctionnalités de Keynote, vous pouvez continuer à explorer par vous-même. Voici d’autres modes de création de diaporama que vous souhaiterez peut-être explorer :  Ajouter des séquences.  Personnaliser des photos (consultez « masquage (rognage) des images » à la page 53).  Ajouter un instantané d’une page web (appelé Affichage web) dont la mise à jour est automatique.  Ajouter des tableaux et des graphiques.  Exporter votre diaporama dans un autre format (comme une séquence QuickTime pouvant être visionnée sur votre iPod) ou l’envoyer vers une application iLife comme iWeb ou GarageBand.  Concevoir vos propres thèmes et modèles de diapositive. Des instructions sur toutes ces tâches sont disponibles dans l’Aide Keynote et dans le Guide de l’utilisateur de Keynote.135 Index Index A aide à l’écran 15 bulles d’aide 15 guide de l’utilisateur 15 sites web 15 vidéos de démonstration 14 visite guidée 14 Alpha instantané, outil 56 B barre d’outils 16 barre de format 16, 28, 97 barre de formule 66, 87 bulles d’aide 15 C canevas 110 caractères de mise en forme invisibles 27 catégories de modèles 25 cellules de tableau mise en forme 82 mise en forme de bordures 83 mise en forme des nombres 77 modification de la couleur d’arrière-plan 82 redimensionner 80 tri des valeurs 79 classeur de diapositives 110, 111 compositions d’objet composition intelligente 131 création 124 déplacement d’objets sur une diapositive 128 modification de l’ordre 127 compositions d’objets affichage des chemins d’actions 130 contrôles de cellule 67, 80 couleur appliquer à du texte ou des objets 21 enregistrer en vue d’une utilisation ultérieure 21 modification de la transparence 21 D diaporamas ajout d’une bande son 115 ajout d’une narration enregistrée 115 choix d’un thème 108 contrôle de la taille des fichiers 117 enregistrement d’une narration 117 personnalisation de l’affichage de l’intervenant 133 test 132 diapositives affichage ou masquage d’un groupe 121 ajout 112 ajout de son à une diapositive particulière 116136 Index déplacement d’un groupe de 121 ignorer au cours de la lecture 122 organisation 120 suppression 113 transitions particulières entre 122 vignettes 110 dictionnaire 45 document création 108 création d’un nouveau 25 enregistrement 25, 26 exportation 46 partage 46 documents de mise en page ajout de pages et de texte 48 réorganisation du contenu 48 E éditeur de formules 87 enregistrement 26, 59, 109 entrée de blog iWeb exportation vers 104 F fenêtre Couleurs 21 fenêtre Inspecteur 17 feuille de calcul création de 60 importation depuis Excel 61 feuilles ajout d’en-têtes et de pieds de page 103 ajout de numéros de page 103 ajustement en vue de l’impression ou du partage 102 déplacement de tableaux et de graphiques entre 69 utilisation 68 fichiers multimédia ajout 37 figures ajout 42, 100 indicateur de découpage (trop de texte à ajuster) 43 masquage (rognage) d’une image à l’aide de 55 fonctions 85 formats d’exportation 46, 104 formules 85 formules rapides 86 G graphiques affichage de données de tableau sous forme de 93 ajout et mise en forme 94 application de textures 99 modification du type 97 types 94 guide de l’utilisateur 15 I images ajout 37, 115 masquage (rognage) 53 suppression d’un arrièreplan non désiré 56 importation de feuilles de calcul 61 impression 47 Inspecteur des cellules 78 Inspecteur des compositions 125 Inspecteur des diapositives 122, 123 Inspecteur des documents 116 Inspecteur du texte 29, 114 inspecteurs ouverture de plusieurs à la fois 17 sous-fenêtres 17 L listesIndex 137 création 34 génération automatique 35 mise en forme 36 modification du texte ou de l’image utilisé pour les puces 36 M masquage (rognage) des images 53 modèles 24 modèles de diapositive 113 modèles de mise en page 24 modèles de traitement de texte 24 Mode Navigateur 111 Mode Plan 111 mots mal orthographiés 43, 44 N narration 117 navigateur de fonctions 89 navigateur de média 18, 37 Notes, champ 110, 112 notes de l’intervenant 112 O objets ajout de mouvement 124 composition intelligente 124 déplacement sur ou en dehors d’une diapositive 124 incorporés et flottants 38 objets flottants 38 onglets de référence 65 outils de recherche 45 P panneau Police 20 paramètres fictifs de média 37 paramètres fictifs de photos 115 polices ajout de nouvelles collections 20 changement de la couleur 28 changement de la taille et d’autres attributs 28 faire glisser dans les favoris 20 présentations lecture de l’enregistrement 119 personnalisation en fonction du public 133 raccourcis clavier 119 R raccourcis clavier 22 recherche sur Internet 45 rognage (masquage) des images 53 S Sélecteur de modèles 25 sélecteur de modèles 60 son ajout 115 sous-fenêtre Feuilles 68 style de liste 31 Styles, tiroir 31, 32 styles de texte application 33 caractère 31 paragraphe 31 styles de textes liste 31 T tableaux affichage de données de tableau sous forme de graphique 67 ajout 67 ajout et suppression de colonnes et de rangs 74 mise en forme 73 navigation 74, 76 rangs d’en-tête et de pied de page 70 sélection 64 sélection d’une cellule 64138 Index texte ajustement autour des objets 40 application de styles 30 texte de paramètre fictif 26 texte à puces 114 texte de paramètre fictif 26 thèmes changement 109 choix 108 sélection d’un thème pour tous les nouveaux documents 109 thésaurus 45 transitions 122 V vérification 44 vérification grammaticale 44 vérification orthographique désactivation automatique 43 lors de la frappe 43 Z zones de texte ajout 49, 100 liaison 51 suppression de la connexion 51 Keynote ’08 Guide de l’utilisateurK Apple Inc. © 2008 Apple Inc. Tous droits réservés. Ce manuel est soumis aux lois sur le droit d’auteur et ne peut être copié, totalement ou partiellement, sans le consentement écrit d’Apple. Vos droits concernant le logiciel sont régis par le contrat de licence qui l’accompagne. Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation du logo Apple via le clavier (Option + 1) pour des motifs commerciaux sans l’autorisation écrite préalable d’Apple peut constituer une violation du droit des marques et une concurrence déloyale en violation des lois fédérales et nationales. Tous les efforts ont été déployés afin de garantir l’exactitude des informations de ce manuel. Apple n’est pas responsable des erreurs d’impression ou de rédaction. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AppleWorks, ColorSync, Exposé, iBook, iDVD, iLife, iPhoto, iPod, iTunes, Keynote, Mac, MacBook, Mac OS, Numbers, Pages, PowerBook et QuickTime sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Apple Remote Desktop, Finder, GarageBand, iWeb, iWork et Safari sont des marques d’Apple Inc. AppleCare est une marque de service d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. Adobe et Acrobat sont des marques ou des marques déposées d’Adobe Systems Incorporated, aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés dans ce document sont des marques de leurs propriétaires respectifs. La mention de produits tiers est indiquée à titre informatif exclusivement et ne constitue ni une approbation, ni une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité quant aux performances ou à l’utilisation de ces produits. F019-1276 06/2008 3 1 Table des matières Préface 12 Bienvenue dans le Guide de l’utilisateur de Keynote Chapitre 1 14 Outils et techniques Keynote 14 À propos des thèmes et des modèles de diapositive 16 La fenêtre de Keynote 18 Zoom avant ou arrière 18 Changement de mode d’affichage 18 Mode Navigateur 19 Mode Structure 21 Mode table lumineuse 21 Passage direct à une diapositive donnée 22 La barre d’outils 23 La barre de format 24 La fenêtre Inspecteur 24 Le Navigateur de média 25 La fenêtre Couleurs 25 Le panneau Police 25 La fenêtre Avertissements 26 Raccourcis clavier et menus locaux Chapitre 2 27 Utilisation d’un document Keynote 27 Création ou ouverture de diaporamas 27 Création d’un document Keynote 28 Importation d’un diaporama 28 Ouverture d’un document Keynote existant 29 Enregistrement de documents 29 Enregistrement d’un document 30 Annulation de modifications 30 Enregistrement d’une copie d’un document 31 Enregistrement automatique d’une version de sauvegarde d’un document 31 Enregistrement d’un document en tant que thème 31 Enregistrement des termes de recherche d’un document 32 Fermeture d’un document sans quitter Keynote4 Table des matières 32 Ajout, suppression et organisation des diapositives 32 Ajout de diapositives 33 Réorganisation des diapositives 33 Regroupement des diapositives 34 Suppression de diapositives 34 Ignorer des diapositives 35 Ajout de numéros de diapositives 35 Utilisation de commentaires 36 Copie ou déplacement d’éléments entre diapositives 37 Modification du thème, du modèle ou de la disposition d’une diapositive 37 Changement de thème 38 Utilisation de plusieurs thèmes 38 Application d’un nouveau modèle à une diapositive 38 Changement de la disposition d’une diapositive 40 Modification identique sur plusieurs diapositives Chapitre 3 41 Utilisation de texte 41 Ajout de texte 42 Sélection de texte 43 Supprimer, copier et coller du texte 44 Mise en forme de la taille et de l’apparence du texte 44 Utilisation du menu Format pour mettre en forme le texte 44 Application de l’attribut Gras ou Italique au texte à l’aide des menus 44 Encadrement de texte à l’aide des menus 44 Soulignement du texte à l’aide des menus 45 Modification de la taille du texte à l’aide des menus 45 Mise en indice ou en exposant du texte à l’aide des menus 45 Modification de la casse d’un texte à l’aide des menus 46 Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte 47 Astuces pour l’organisation des polices 47 Changement de polices à l’aide du panneau Police 48 Modification du soulignement à l’aide du panneau Police 48 Ajout d’un attribut barré au texte à l’aide du panneau Police 49 Modification de la couleur du texte à l’aide du panneau Police 49 Modification de la couleur d’arrière-plan d’un paragraphe à l’aide du panneau Police 49 Création d’ombres sur le texte à l’aide du panneau Police 50 Pour modifier la police utilisée dans le mode plan 50 Ajout d’accents et de caractères spéciaux 50 Ajout d’accents 51 Affichage des dispositions de clavier dans d’autres langues 51 Saisie des caractères spéciaux et des symboles 52 Utilisation de guillemets courbesTable des matières 5 53 Utilisation des fonctionnalités typographiques avancées 53 Réglage du lissage des polices 54 Définition de l’alignement, de l’espacement et de la couleur du texte 54 Utilisation de l’Inspecteur du texte pour régler l’alignement, l’espacement et la couleur 55 Alignement horizontal du texte 55 Alignement vertical du texte 56 Réglage de l’espace entre les lignes du texte 57 Réglage de l’espacement avant et après un paragraphe 57 Réglage de l’espace entre les caractères 57 Modification de la couleur du texte à l’aide de l’Inspecteur du texte 58 Définition de taquets de tabulation afin d’aligner le texte 59 Définition d’un nouveau taquet de tabulation 59 Modification d’un taquet de tabulation 60 Suppression d’un taquet de tabulation 60 Création de retraits 60 Définition de retraits pour les paragraphes 61 Modification de la marge intérieure du texte dans des objets 61 Définition de retraits pour les listes 61 Utilisation des listes à puces, numérotées et ordonnées (Structures) 61 Génération automatique de listes 62 Utilisation des listes à puces 63 Utilisation des listes numérotées 64 Utilisation de listes ordonnées (Structures) 65 Utilisation de zones de texte et de figures pour faire ressortir le texte 65 Ajout de zones de texte libre 66 Présentation du texte en colonnes 67 Ajout de texte dans une forme 67 Mise en forme d’une zone de texte ou d’une figure 68 Utilisation de liens hypertextes 68 Lien vers une page Web 69 Lien vers un message électronique préadressé 70 Création d’un lien vers une diapositive 70 Création d’un lien vers un fichier Keynote 71 Utilisation d’un lien hypertexte pour arrêter un diaporama 71 Soulignement des liens hypertexte 71 Remplacement automatique de texte 72 Insertion d’un espace insécable 72 Vérification de l’orthographe 72 Recherche des mots mal orthographiés 73 Utilisation des suggestions de correction orthographique 74 Recherche et remplacement de texte6 Table des matières Chapitre 4 75 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 75 Sélection d’objets 76 Copie et duplication d’objets 76 Suppression d’objets 76 Déplacement d’objets 77 Déplacement d’objets vers l’avant ou vers l’arrière (disposition en couches) 78 Alignement d’objets 78 Alignement d’objets sur une diapositive les uns par rapport aux autres 78 Espacement uniforme des objets sur la diapositive 79 Utilisation des guides d’alignement 79 Création de guides d’alignement 79 Utilisation d’un quadrillage principal 80 Définition de la position précise des objets 81 Modification des objets 81 Redimensionnement des objets 81 Retournement et rotation d’objets 82 Modification du style des bordures 83 Cadrage d’objets 84 Ajout d’ombres 85 Ajout d’un reflet 85 Ajustement de l’opacité 86 Regroupement et verrouillage d’objets 86 Regroupement et dissociation d’objets 87 Verrouillage et déverrouillage des objets 87 Remplissage d’objets 87 Remplissage d’un objet avec de la couleur 88 Utilisation de la fenêtre Couleurs 89 Remplissage d’objet avec une image 91 Utilisation des figures 91 Ajout d’une figure prédessinée 92 Ajout d’une figure personnalisée 93 Figures modifiables 93 Manipulation des points d’une figure 94 Modification du tracé d’une courbe 94 Modification du tracé d’un segment droit 95 Conversion de points d’angle en points de courbe et vice-versa 95 Modification de figures prédessinées spécifiques 95 Modification d’un rectangle aux coins arrondis 96 Modification de flèches simples et doubles 96 Modification d’une étoile 97 Modification d’un polygone 97 Utilisation des paramètres fictifs multimédiasTable des matières 7 98 Utilisation des images 98 Importation d’une image 99 Masquage (rognage) d’images 99 Rognage d’une image à l’aide du masque par défaut (de forme rectangulaire) 100 Masque d’image avec une figure 101 Suppression du masque d’une image 101 Suppression de l’arrière-plan ou des éléments superflus d’une image 102 Modification de la luminosité, du contraste et des autres réglages d’une image 104 Utilisation du son et de séquences 105 Ajout de son à une diapositive 105 Ajout d’une bande sonore à un diaporama 106 Ajout d’une séquence 106 Réglage des options de lecture des fichiers multimédias 107 Ajout de narration 108 Nouvel enregistrement d’un diaporama enregistré 109 Lecture d’un diaporama enregistré 109 Suppression d’un enregistrement 110 Ajout d’affichages Web 111 Conversion d’un objet en lien hypertexte Chapitre 5 112 Ajout de mouvements dans les diaporamas 112 Ajout de transitions entre les diapositives 113 Animation de diapositives avec des compositions d’objet 114 Utilisation d’effets de composition pour faire apparaître et disparaître des éléments dans des diapositives 116 Animation d’objets sur des diapositives (compositions d’action) 118 Effets de fondu, de rotation, d’agrandissement et de rétrécissement 119 Animation d’image à l’aide de compositions intelligentes 121 Réorganisation de compositions d’objet 121 Activation des compositions d’objet 122 Création de compositions qui s’entrelacent dans les parties d’un objet 123 Animation de types spécifiques d’objets 123 Création de compositions de texte 124 Création de compositions de tableau 124 Création de compositions de graphique 125 Création de compositions de séquence 125 Suppression de compositions d’objet Chapitre 6 126 Utilisation de tableaux 126 À propos des tableaux 127 Utilisation de tableaux 127 Ajout d’un tableau 128 Utilisation des outils de tableau8 Table des matières 130 Redimensionnement d’un tableau 130 Déplacement de tableaux 131 Copie de tableaux entre des applications iWork 131 Sélection de tableaux et de leurs composants 131 Sélection d’un tableau 132 Sélection d’une cellule unique d’un tableau 132 Sélection d’un groupe de cellules de tableau 132 Sélection d’un rang ou d’une colonne 133 Sélection des bordures des cellules d’un tableau 134 Utilisation du contenu des cellules d’un tableau 134 Ajout et modification de valeurs de cellule 135 Utilisation de texte dans les cellules 135 Utilisation de nombres dans les cellules 136 Utilisation de dates dans les cellules 136 Affichage d’un contenu trop long pour la cellule 137 Mise en forme des valeurs de cellule 138 Utilisation du format numérique 139 Utilisation du format monétaire 139 Utilisation du format Pourcentage 140 Utilisation du format Date et heure 140 Utilisation du format Fraction 140 Utilisation du format Scientifique 141 Utilisation du format Texte 141 Contrôle des valeurs de cellule 142 Ajout d’images et de couleurs aux cellules 143 Remplissage automatique des cellules d’un tableau 143 Utilisation des rangs et des colonnes 143 Ajout de rangs 144 Ajout de colonnes 144 Suppression de rangs et de colonnes de tableaux 145 Utilisation d’un rang ou d’une colonne d’en-tête de tableau 145 Utilisation d’un rang de pied de page 145 Redimensionnement de rangs et de colonnes de tableaux 146 Alternance de couleurs des rangs 146 Utilisation des cellules d’un tableau 146 Fusion des cellules d’un tableau 147 Division des cellules d’un tableau 148 Mise en forme bords d’une cellule 148 Copie et déplacement de cellules 149 Tri des cellules d’un tableau Chapitre 7 150 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 150 Utilisation des formulesTable des matières 9 151 Ajout d’une formule rapide 152 Calcul élémentaire avec des valeurs d’une même colonne 152 Calcul élémentaire avec des valeurs d’un même rang 153 Suppression d’une formule 153 Utilisation de l’Éditeur de formules 154 Ajout d’une nouvelle formule à l’aide de l’Éditeur de formules 154 Modification d’une formule à l’aide de l’Éditeur de formules 155 Utilisation des références de cellules 155 Ajout de références de cellules à une formule 156 Copie ou déplacement des formules contenant des références de cellules 157 Application d’une formule aux cellules d’une colonne ou d’un rang en une seule fois 157 Gestion des erreurs et des avertissements 158 Utilisation des opérateurs 158 Calcul d’opérations arithmétiques 159 Explication des opérateurs arithmétiques 160 Explication des opérateurs de comparaison 160 Utilisation des fonctions Chapitre 8 162 Utilisation des graphiques 162 À propos des graphiques 165 Ajout d’un graphique 165 Sélection d’un type de graphique 165 Choix d’un type de graphique initial 166 Changement du type de graphique 167 Modification de données dans un graphique 168 Copie de données dans l’Éditeur de graphiques 168 Utilisation de rangs et de colonnes dans l’Éditeur de graphiques 169 Mise en forme des attributs généraux d’un graphique 169 Utilisation d’une légende 170 Utilisation d’un titre de graphique 170 Redimensionnement d’un graphique 170 Rotation de graphiques 171 Ajout d’étiquettes et de marques d’axe 172 Affichage des axes et des bordures 172 Utilisation de titres d’axes 172 Affichage des étiquettes de point de données 173 Mise en forme de l’axe des valeurs 174 Mise en place d’étiquettes, de quadrillage et de marques de graduation 175 Mise en forme des éléments d’une série de données 176 Mise en forme des titres, des étiquettes et des légendes 176 Ajout de texte descriptif à un graphique 177 Mise en forme de types de graphiques spécifiques 177 Graphiques sectoriels10 Table des matières 177 Sélection de portions individuelles dans un graphique sectoriel 177 Affichage des noms de séries dans un graphique sectoriel 178 Éloignement de portions individuelles du graphique 178 Ajout d’ombres aux graphiques sectoriels et aux portions 179 Réglage de l’opacité des graphiques sectoriels 179 Rotation de graphiques sectoriels 2D 179 Graphiques à barres et à colonnes 179 Réglage de l’espacement des graphiques à barres et à colonnes 180 Ajout d’ombres aux graphiques à barres et à colonnes 180 Réglage de l’opacité des graphiques à barres et à colonnes 181 Graphiques à couches et linéaires 182 Graphiques en nuage de points 183 Graphiques 3D Chapitre 9 184 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 184 Personnaliser une présentation pour un public 185 Création de présentations à liens uniquement 185 Création de présentations à lecture automatique 187 Réglage des options de lecture 187 Test et visualisation de présentations 187 Ajout des notes de l’intervenant 188 Test de votre présentation 188 Affichage d’une présentation sur l’écran de votre ordinateur 189 Affichage d’une présentation sur un écran externe ou un projecteur 190 Conseils d’utilisation d’un écran externe 191 Affichage de la même présentation sur deux écrans 192 Personnalisation de l’écran de l’intervenant 193 Réglage de la fréquence de rafraîchissement de l’écran 193 Réglage de la taille de la diapositive 194 Configuration de la mémoire vive vidéo (VRAM) 195 Commande des présentations 195 Commande d’une présentation à l’aide du clavier 195 Mettre en pause une présentation et la reprendre 196 Arrêt d’une présentation 196 Naviguer vers la diapositive ou la composition suivante ou précédente 196 Atteindre une diapositive précise 197 Affichage du pointeur au cours d’une présentation 198 Utilisation d’autres applications au cours d’une présentation 198 Lecture de séquences et de son 199 Impression de vos diapositives 200 Exportation d’un diaporama vers d’autres formats 201 Partage d’une présentation entre plates-formes 201 Création d’un film QuickTimeTable des matières 11 203 Création d’un diaporama PowerPoint 203 Création d’un fichier PDF 204 Exporter des diapositives sous forme de fichiers image 205 Création d’un document Flash 205 Création d’un document HTML 206 Envoi d’une présentation aux applications iLife 206 Création d’un projet iDVD 207 Création d’un album iPhoto 207 Exportation vers iWeb 208 Exporter vers iTunes et iPod 209 Exportationvers GarageBand 210 Enregistrement d’une présentation dans le format iWork ’05 ou iWork ’06 Chapitre 10 211 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 211 Conception de modèles de diapositive et de thèmes 212 Utilisation des outils de modèle de diapositive 213 Aperçu des modèles de diapositive 214 Sélection des modèles de diapositive à personnaliser 214 Dupliquer un modèle de diapositive 214 Importation de diapositive ou de modèle de diapositive 215 Création d’un modèle de diapositive à partir de zéro 215 Personnalisation de dispositions de modèles de diapositive 215 Définition des paramètres fictifs d’un texte 216 Définition des paramètres fictifs d’un support 216 Définition des paramètres fictifs d’un objet 216 Création d’éléments d’arrière-plan sur des modèles de diapositive 217 Ajout de guides d’alignement à des modèles de diapositive 218 Définition des attributs par défaut des textes et des objets 218 Définition des attributs par défaut des zones de texte et des figures 219 Définition des attributs par défaut des images importées 219 Définition des attributs par défaut des tableaux 220 Définition d’attributs par défaut pour les graphiques 221 Définition des transitions par défaut 222 Création de versions sur les modèles de diapositive 222 Création de thèmes personnalisés 222 Enregistrement de thèmes personnalisés 223 Création d’un thème à partir de zéro 224 Retour aux attributs de thème originaux Index 225Préface 12 Bienvenue dans le Guide de l’utilisateur de Keynote Ce document PDF en couleur fournit des instructions complètes relatives à l’utilisation de Keynote. Avant de l’utiliser, il peut s’avérer utile de consulter le guide d’initiation de Keynote dans Premiers contacts avec iWork ‘08. Il s’agit d’une méthode d’apprentissage rapide qui vous permettra d’utiliser Keynote de manière autonome. Ce manuel fournit également des ressources supplémentaires pour se familiariser avec Keynote, notamment une visite guidée de ses fonctionnalités et des vidéos pratiques. Si vous avez besoin d’instructions détaillées pour vous aider à effectuer certaines tâches particulières, vous les trouverez dans ce guide de l’utilisateur. La plupart des tâches décrites dans ce guide figurent également dans l’aide en ligne.Préface Bienvenue dans le Guide de l’utilisateur de Keynote 13 Le tableau ci-dessous vous indique où trouver les informations à l’intérieur de ce guide. L’Aide Keynote permet de trouver les informations requises en naviguant ou en effectuant une recherche. Pour obtenir des informations sur Reportez-vous au L’utilisation des outils et des fenêtres de Keynote pour créer et mettre en forme des documents chapitre 1, « Outils et techniques Keynote » à la page 14 La création et l’enregistrement de documents, ainsi que la gestion de dispositives chapitre 2, « Utilisation d’un document Keynote » à la page 27 La mise en forme du texte dans un document Keynote chapitre 3, « Utilisation de texte » à la page 41 L’utilisation de graphismes, figures, sons et autres éléments en vue d’améliorer un document chapitre 4, « Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets » à la page 75 L’ajout de transitions, d’effets spéciaux et d’animations sur les diapositives chapitre 5, « Ajout de mouvements dans les diaporamas » à la page 112 La création, l’organisation et la mise en forme des tableaux et de leurs valeurs chapitre 6, « Utilisation de tableaux » à la page 126 L’utilisation de formules et de fonctions pour les calculs dans des tableaux chapitre 7, « Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux » à la page 150 La création de graphiques pour afficher des données numériques de manière graphique chapitre 8, « Utilisation des graphiques » à la page 162 Le partage de vos documents Keynote avec d’autres utilisateurs chapitre 9, « Affichage, impression et exportation de votre diaporama » à la page 184 La création d’un thème ou d’un modèle à partir du disque chapitre 10, « Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés » à la page 2111 14 1 Outils et techniques Keynote Ce chapitre présente les fenêtres et les outils que vous utilisez pour créer des diaporamas avec Keynote. Chaque diaporama créé constitue un document Keynote distinct. Si vous y ajoutez des séquences, du son ou autres données multimédias, vous pouvez les enregistrer dans le document pour permettre de passer facilement la présentation d’un ordinateur à l’autre. À propos des thèmes et des modèles de diapositive Lorsque vous ouvrez Keynote pour la première fois (en cliquant sur son icône dans le Dock ou en double-cliquant sur son icône dans le Finder), le sélecteur de thèmes affiche les thè- mes intégrés qui sont à votre disposition. Chapitre 1 Outils et techniques Keynote 15 Chaque thème de Keynote recouvre une famille de modèles de diapositives possédant des éléments graphiques et de mise en page coordonnés. Les modèles de diapositive comportent des réglages prédéfinis (tels que dispositions, polices, textures, propriétés graphiques, couleurs d’arrière-plan, etc). Lorsque vous désirez créer une diapositive avec des éléments particuliers —par exemple un titre, un bloc de texte, une liste à puces ou un graphique—vous sélectionnez le modèle de diapositive qui ressemble le plus à ce dont vous avez besoin. Les modèles de diapositive contiennent ce qu’on appelle des paramètres fictifs, que vous remplacez par vos propres contenus.  Les paramètres fictifs de texte (« Double-cliquez pour modifier ») montrent à quoi ressemblera votre texte. Double-cliquez sur l’un d’eux et saisissez votre propre texte. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique « Ajout de texte » à la page 41.  Les paramètres fictifs multimédias peuvent contenir des images, des fichier audio et des séquences vidéo. Faites glisser votre propre image ou votre propre séquence vers le paramètre fictif voulu. Même si vous pouvez faire glisser des fichiers multimédias n’importe où sur une diapositive (et pas uniquement vers un paramètre fictif), si vous utilisez des paramètres fictifs multimédias l’image (ou la séquence) est automatiquement dimensionnée et mise en place. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique « Utilisation des paramètres fictifs multimédias » à la page 97. Vous pouvez également ajouter vos propres éléments, par exemple des tableaux et d’autres objets, à une diapositive quelconque. Texte de paramètre fictif Paramètres fictifs multimédias pour les images, séquences ou autres fichiers multimédias16 Chapitre 1 Outils et techniques Keynote La plupart des thèmes utilisent les modèles de diapositive suivants. La fenêtre de Keynote La fenêtre de votre document Keynote dispose de fonctionnalités qui vous permettent de créer et d’organiser votre diaporama. Vous pouvez afficher ou masquer chacun de ces éléments :  Une barre d’outils en haut de la fenêtre vous permet d’accéder rapidement aux outils dont vous avez besoin pour créer vos diapositives. Reportez-vous à la rubrique « La barre d’outils » à la page 22 pour en savoir plus.  Le navigateur de diapositives (sur la gauche de la fenêtre) donne un aperçu visuel de votre diaporama. Vous pouvez afficher les diapositives de votre présentation sous forme de vignettes ou uniquement le plan de la présentation. Reportez-vous à la rubrique « Changement de mode d’affichage » à la page 18 pour obtenir plus d’informations. Modèle de diapositive Utilisation recommandée Titre et sous-titre Page de titre ou titres de sections dans votre présentation Titre et puces Contenu Titre et puces : 2 colonnes Contenu devant apparaître côte à côte sur 2 colonnes Puces Pages de contenu général requérant du texte à puces. La diapositive est entièrement recouverte par une zone de texte En blanc Dispositions contenant des graphismes Titre : en haut ou au centre Page de titre ou titres de sections dans votre présentation Photo : horizontale Photo horizontale avec le titre en dessous Photo : verticale Photo verticale avec le titre et le sous-titre à gauche Titre, puces et photo Page de titre ou titre de section incluant du texte et une photo Titre et puces (gauche ou droite) Diapositives de contenu sur lesquelles vous pouvez placer un texte comportant des puces sur la droite ou sur la gauche et un graphique de l’autre côté de la diapositiveChapitre 1 Outils et techniques Keynote 17  Vous pouvez rédiger des notes sur chaque diapositive dans le champ Notes de l’intervenant. Vous pourrez consulter ces commentaires en cours de présentation (personne d’autre ne les verra). Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Ajout des notes de l’intervenant » à la page 187. Voici différentes manières d’afficher ou de masquer ces éléments : m Pour afficher ou masquer la barre d’outils, choisissez Présentation > Afficher la barre d’outils ou Présentation > Masquer la barre d’outils. m Pour afficher le Navigateur de diapositives, choisissez Présentation > Navigateur ou Présentation > Structure. Pour le masquer, choisissez Présentation > Diapositive. m Pour afficher ou masquer les notes de l’intervenant, choisissez Présentation > Afficher les notes de l’intervenant ou Présentation > Masquer les notes de l’intervenant. Le canevas : Créez chaque diapositive en tapant du texte et en ajoutant des objets et des fichiers multimédia. Le champ des notes de l’intervenant : Ajoutez des notes pour des diapositives données. Vous pourrez consulter ces commentaires au cours de votre pré- sentation ; vous seul pourrez les voir. Le Navigateur de diapositives : Permet d’obtenir un aperçu visuel de la présentation de diapositives. Vous pouvez afficher les diapositives de votre présentation sous forme de vignettes ou uniquement le plan de la présentation. La barre d’outils : Personnalisez-la de façon à inclure les outils que vous utilisez le plus souvent. Changez la taille des vignettes de diapositive.18 Chapitre 1 Outils et techniques Keynote Zoom avant ou arrière Vous pouvez agrandir (zoom avant) ou réduire (zoom arrière) l’affichage du canevas. Voici différentes manières d’effectuer un zoom avant ou arrière : m Choisissez Présentation > Zoom > niveau de zoom. m Choisissez un niveau d’agrandissement dans le menu local Zoom en bas à gauche du canevas de diapositive. Changement de mode d’affichage Keynote propose différentes manières d’afficher, de gérer et d’organiser les diapositives dans un document Keynote : le mode navigateur, le mode plan (ou structure) et le mode table lumineuse. Vous avez également la possibilité d’afficher uniquement le canevas. Pour passer d’un mode d’affichage à l’autre : m Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et sélectionnez une option (ou choisissez Présentation > Navigateur, Structure, Table lumineuse ou Diapositive). Mode Navigateur Le mode Navigateur affiche des vignettes pour chaque diapositive et s’avère utile pour les diaporamas contenant un grand nombre de graphismes, tableaux et autres objets. Cet affichage donne un bon aperçu visuel de vos diapositives mais ne vous permet pas nécessairement de lire tout le texte contenu dans les vignettes. Vous pouvez réorganiser et ordonner vos diapositives à l’aide du navigateur de diapositives. Faites glisser cette poignée vers le bas pour afficher les modèles de diapositive. Pour ignorer une diapositive au cours de la pré- sentation, choisissez Diapositive > Ignorer la diapositive. Cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher ou masquer des groupes de diapositives en retrait. Visualisez en un seul coup d’œil les graphismes de chacune de vos diapositives. Organisez vos diapositives en groupes en les mettant en retrait. Pour mettre en retrait une diapositive, faites-la glisser ou sélectionnez-la et appuyez sur la touche Tab. La diapositive sélectionnée ici est celle sur laquelle vous travaillez actuellement. Affichez des vignettes de différentes tailles.Chapitre 1 Outils et techniques Keynote 19 Voici différentes manières d’utiliser le mode Navigateur : m Pour afficher le mode navigateur, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Navigateur, ou choisissez Présentation > Navigateur. m Pour réorganiser ou mettre en retrait des diapositives, faites-les glisser. m Pour afficher ou masquer des groupes de diapositives (diapositives en retrait et leurs « parents » correspondants), cliquez sur les triangles d’affichage. m Pour agrandir ou réduire la taille des vignettes, cliquez sur le bouton situé dans le coin inférieur gauche et choisissez une taille. m Pour dupliquer une ou plusieurs diapositives adjacentes, sélectionnez-les et choisissez Édition > Dupliquer. Les diapositives dupliquées sont insérées à la suite des diapositives sélectionnées. m Pour copier et coller une ou plusieurs diapositives adjacentes, sélectionnez-les, choisissez Édition > Copier, sélectionnez la diapo à la suite de laquelle vous désirez coller les diapositives copiées et choisissez Édition > Coller. m Pour afficher des modèles de diapositive (pratiques si vous créez vos propres modèles ou thèmes), faites glisser la poignée en haut à droite du Navigateur de diapositives, ou cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Afficher les modèles de diapositive. Reportez-vous à la rubrique « Conception de modèles de diapositive et de thèmes » à la page 211 pour en savoir plus. Mode Structure Ce type d’affichage s’avère particulièrement utile pour visualiser la logique des présentations contenant beaucoup de texte. Il affiche le texte des titres et des puces de chaque diapositive de votre diaporama. Tous les titres et toutes les puces apparaissent lisiblement dans le Navigateur de diapositives. 20 Chapitre 1 Outils et techniques Keynote Le mode plan est une solution simple pour ordonner et réorganiser les puces dans une présentation. Vous pouvez ajouter des puces à un texte directement dans le Navigateur de diapositives. Vous pouvez également faire glisser des puces d’une diapositive à l’autre ou les faire glisser vers un niveau supérieur ou inférieur dans une même diapositive. Voici différentes manières d’utiliser le mode plan : m Pour afficher le mode plan, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Structure (ou choisissez Présentation > Structure). m Pour changer la police utilisée en mode plan, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Général, puis sélectionnez une police et une taille dans les menus locaux Police du mode plan. m Pour imprimer l’affichage en mode plan, choisissez Fichier > Imprimer. Dans la zone de dialogue Imprimer, choisissez Keynote dans le menu local Copies et pages, puis sélectionnez Structure. Faites glisser les puces vers la gauche ou vers la droite pour les placer à un niveau de retrait infé- rieur ou supérieur. Vous pouvez même faire glisser des puces d’une diapositive à l’autre. En mode plan, le texte apparaît sous forme de titres et de puces. Vous pouvez ajouter ou modifier du texte directement en mode plan. Double-cliquez sur l’icône d’une diapositive pour masquer son texte à puces dans le Navigateur de diapositives.Chapitre 1 Outils et techniques Keynote 21 Mode table lumineuse Si votre diaporama contient plusieurs diapositives et que vous voulez afficher plus de vignettes en même temps, utilisez le mode table lumineuse. Vous pouvez facilement réorganiser des diapositives en les faisant glisser, comme si elles étaient étalées sur la table lumineuse d’un photographe. Voici différentes manières d’utiliser le mode table lumineuse : m Pour afficher le mode table lumineuse, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Table lumineuse, ou choisissez Présentation > Table lumineuse. m Pour agrandir ou réduire la taille des vignettes, cliquez sur le bouton situé en bas à gauche de la fenêtre et choisissez une taille. m Pour modifier une diapositive ou revenir au mode précédent (navigateur ou structure), double-cliquez sur une diapositive. En mode table lumineuse, vous pouvez ajouter, supprimer, dupliquer, ignorer et réorganiser des diapositives exactement de la même manière qu’en mode navigateur et structure. Passage direct à une diapositive donnée Pendant que vous travaillez sur votre document, vous pouvez passer directement à une diapositive quelconque. Voici différentes manières de passer à une diapositive donnée : m En mode Navigateur ou Structure, cliquez sur une vignette dans le Navigateur de diapositives pour passer directement à la diapositive correspondante. m Choisissez Diapositive > Aller à et sélectionnez une des options (Diapo suivante, Diapo précédente, Première diapo ou Dernière diapo).22 Chapitre 1 Outils et techniques Keynote La barre d’outils La barre d’outils Keynote permet d’accéder en un simple clic à nombre des fonctionnalités que vous utiliserez lorsque vous travaillerez dans Keynote. Vous pouvez ajouter, supprimer et réorganiser les boutons de la barre d’outils pour les adapter à votre mode de travail. Le jeu par défaut de boutons de barre d’outils est illustré ci-dessous. Pour personnaliser la barre d’outils : 1 Choisissez Présentation > Personnaliser la barre d’outils, ou bien cliquez sur la barre d’outil en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Personnaliser la barre d’outils. 2 Apportez les modifications souhaitées à la barre d’outils. Pour ajouter un élément à la barre d’outils, faites glisser l’icône correspondante vers celle-ci (en haut). Pour supprimer un élément de la barre d’outils, faites-le glisser en dehors de celle-ci. Pour restaurer le jeu de boutons par défaut de la barre d’outils, faites glisser celui-ci vers la barre d’outils. Pour agrandir les icônes de la barre d’outils, désélectionnez Utiliser la petite taille. Pour afficher uniquement les icônes ou le texte, choisissez l’option correspondante dans le menu local Présentation. Pour réorganiser les éléments de la barre d’outils, faites-les glisser. 3 Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Fin. Voici quelques raccourcis qui vous permettent de personnaliser la barre d’outils sans passer par Présentation > Personnaliser la barre d’outils :  Pour supprimer un élément, appuyez sur la touche Commande tout en le faisant glisser hors de la barre d’outils, ou bien cliquez dessus tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez ensuite Supprimer.  Pour déplacer un élément, appuyez sur la touche Commande tout en faisant glisser celui-ci. Rogner ou supprimer les parties qui ne vous intéressent pas sur une photo. Ajouter une zone de texte libre, une figure, un tableau, un graphique ou un commentaire. Lire un diaporama. Ajouter des diapositives. Choisir un nouveau mode, thème ou modèle de diapositive. Animer des collections d’images. Transformer un groupe d’objets en un seul objet (ou un objet en ses composants) ; disposer des objets en couches. Ouvrir la fenêtre d’outil.Chapitre 1 Outils et techniques Keynote 23 Pour savoir à quoi sert un bouton de la barre d'outils, placez le pointeur sur celui-ci afin d'afficher sa description. La barre de format Utilisez la barre de format pour modifier rapidement l’apparence du texte, des tableaux, des graphiques et d’autres éléments de votre diaporama. Pour afficher et masquer la barre de format : m Sélectionnez Présentation > « Afficher la barre de format » ou Afficher > « Masquer la barre de format ». Les commandes de contrôle de la barre de format dépend de l’objet sélectionné. Pour savoir à quoi sert le contrôle de barre de format, placez le pointeur sur celui-ci afin d'afficher sa description. Voici l’aspect de la barre de format lorsque du texte ou des objets graphiques sont sélectionnés. Voici l’aspect de la barre de format lorsqu’un tableau est sélectionné. Aligner le texte sélectionné. Modifiez la police, son style, sa taille et sa couleur. Choisissez l’interligne et le nombre de colonnes. Ajoutez un fond de couleur aux zones de texte et aux formes. Réglez l’opacité et les ombres des zones de texte. Choisissez la mise en forme des zones de texte et des bordures Choisissez la mise en forme du texte des cellules de tableau. Triez le texte des cellules de tableau. Définissez le nombre de rangs et de colonnes. Gérez les en-têtes et les bas-de-page. Choisissez la mise en forme des bordures de cellule. Ajoutez une couleur de fond à une cellule.24 Chapitre 1 Outils et techniques Keynote La fenêtre Inspecteur La plupart des éléments de votre diaporama peuvent être mis en forme à l’aide des inspecteurs de Keynote. Chaque inspecteur concerne un aspect différent de la mise en forme. L’inspecteur des documents, par exemple, contient des réglages destinés à l’ensemble du diaporama. L’ouverture de plusieurs fenêtres d’inspecteur dans votre document peut vous faciliter le travail. Par exemple, si vous ouvrez en même temps l’Inspecteur des graphismes et l’Inspecteur du texte, vous aurez accès à toutes les options de mise en forme de texte et d’image. Voici différentes façons d’ouvrir une fenêtre Inspecteur : m Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur. m Pour ouvrir plusieurs fenêtres d’inspecteur, appuyez sur la touche Option tout en cliquant sur le bouton d’un des Inspecteurs ou bien sélectionnez Présentation > Nouvel inspecteur. Une fois la fenêtre Inspecteur ouverte, cliquez sur l’un des boutons en haut de la fenêtre pour afficher un autre inspecteur. Par exemple, si vous cliquez sur le deuxième bouton à partir de la gauche, l’Inspecteur des diapositives s’affiche. Placez votre pointeur sur les boutons et sur les autres contrôles de l’Inspecteur afin d’afficher une description de leur fonction. Le Navigateur de média Le Navigateur de média permet d’accéder à tous les fichiers multimédias de votre photothèque iPhoto, de votre bibliothèque iTunes, de votre bibliothèque Aperture et de votre dossier Séquences. Vous pouvez faire glisser un élément du Navigateur de média sur une diapositive ou dans le cadre d’images d’un inspecteur. Cliquez sur l’un de ces boutons pour afficher un autre inspecteur.Chapitre 1 Outils et techniques Keynote 25 Pour ouvrir le navigateur de média : m Cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils, ou sélectionnez Présentation > Afficher le Navigateur de média. La fenêtre Couleurs La fenêtre Couleurs de Mac OS X permet de choisir la couleur du texte, des objets et des lignes. Pour ouvrir la fenêtre Couleurs : m Dans la barre d’outils, cliquez sur Couleurs. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88. Le panneau Police Vous pouvez modifier le style, la taille et d’autres options relatives aux polices à l’aide du panneau Police de Mac OS X, accessible depuis n’importe quelle application. Pour ouvrir le panneau Police : m Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. Pour en savoir plus sur l’utilisation du panneau Police et sur la modification de l’aspect du texte, reportez-vous à la rubrique « Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte » à la page 46. La fenêtre Avertissements Lorsque vous importez un document dans Keynote, ou lorsque vous exportez un document Keynote vers un autre format, il est possible que certains éléments ne soient pas transférés de la même manière. La fenêtre Avertissements répertorie tous les problè- mes rencontrés. Il se peut que vous receviez des avertissements dans d’autres situations, par exemple, lorsque vous enregistrez un document dans une version antérieure de l’application. Si des problèmes surviennent, un message s’affichera et vous permettra de passer en revue les avertissements. Si vous choisissez de ne pas passer en revue ces avertissements, vous avez la possibilité de consulter la fenêtre Avertissements à tout moment en sélectionnant Présentation > Afficher les avertissements du document. Si un avertissement concernant une police manquante apparaît à l’écran, vous pouvez sélectionner le message et cliquer sur Remplacer la police pour en choisir une autre. Vous pouvez copier les messages d’avertissement et les coller dans un document pour référence ultérieure ; ils peuvent s’avérer utiles pour diagnostiquer des problèmes.26 Chapitre 1 Outils et techniques Keynote Raccourcis clavier et menus locaux Vous pouvez utiliser le clavier pour exécuter nombre des commandes et tâches des menus de Keynote. Pour afficher la liste complète des raccourcis clavier, ouvrez Keynote et sélectionnez Aide > Raccourcis clavier. Bon nombre d’objets disposent également de menus locaux avec des commandes que vous pouvez utiliser sur l’objet. Les menus locaux sont particulièrement utiles pour travailler sur les tableaux et les graphiques. Pour ouvrir un menu local : m Appuyez sur la touche Contrôle en cliquant sur un objet.2 27 2 Utilisation d’un document Keynote Ce chapitre explique le mode de création, d’ouverture, d’importation et d’enregistrement de documents Keynote. Il décrit également la méthode d’ajout et d’organisation de canevas et la méthode de modification du thème, de la disposition et du modèle de diapositive. Avant de commencer à travailler dans Keynote, vous pouvez si vous le désirez parcourir le guide d’initiation dans le manuel Premiers contacts avec iWork ’08. Cela vous aidera à vous familiariser rapidement avec Keynote. Création ou ouverture de diaporamas Chaque diaporama que vous créez est un document Keynote distinct. Vous pouvez créer un diaporama en effectuant l’une des opérations suivantes :  Créez un nouveau document Keynote  Importez un document créé sous PowerPoint ou AppleWorks  Ouvrez un document Keynote existant Création d’un document Keynote Pour créer un document Keynote : 1 Si Keynote n’est pas ouvert, ouvrez-le en cliquant sur son icône dans le Dock ou en double-cliquant sur son icône dans le Finder. Si Keynote est déjà ouvert, choisissez Fichier > Nouveau. 2 Dans le Sélectionneur de thèmes, sélectionnez un thème, puis cliquez sur Choisir. Vous pouvez changer le thème du diaporama à tout moment (reportez-vous à la rubrique « Modification du thème, du modèle ou de la disposition d’une diapositive » à la page 37 et utiliser plusieurs thèmes dans un document (reportez-vous à la rubrique « Utilisation de plusieurs thèmes » à la page 38).28 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote Dans le Sélecteur de thèmes, vous pouvez également choisir la taille des diapositives (reportez-vous à la rubrique « Réglage de la taille de la diapositive » à la page 193). ∏ Astuce : vous pouvez configurer Keynote pour qu’il utilise le même thème lorsque vous créez un nouveau document. Choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Général, sélectionnez « Utiliser le thème », puis choisissez un thème. Pour en changer, cliquez sur Choisir. Importation d’un diaporama Si vous disposez d’une présentation de diapositives créée avec Microsoft PowerPoint ou AppleWorks, vous pouvez l’importer dansKeynote et continuer à y travailler. Voici plusieurs manières d’importer un document PowerPoint ou AppleWorks : m Dans Keynote, choisissez Fichier > Ouvrir. Dans la zone de dialogue Ouvrir, trouvez le document que vous souhaitez importer, puis cliquez sur Ouvrir. m Dans le Finder, faites glisser l’icône du document PowerPoint ou AppleWorks sur celle de l’icône de l’application Keynote. Ouverture d’un document Keynote existant Il existe plusieurs manières d’ouvrir un document créé à l’aide de Keynote. Voici différentes manières d’ouvrir un document Keynote : m Pour ouvrir un document lorsque vous travaillez dans Keynote, choisissez Fichier > Ouvrir, sélectionnez-le, puis cliquez sur Ouvrir. m Pour ouvrir un document sur lequel vous avez travaillé récemment, choisissez Fichier > Ouvrir document récent et sélectionnez le document dans le sous-menu. m Pour ouvrir un document Keynote à partir du Finder, double-cliquez sur l’icône du document ou faites-la glisser vers l’icône de l’application Keynote. Vous pouvez ouvrir un document Keynote créé à l’aide d’une version plus ancienne de Keynote (à partir d’iWork ’05 ou d’iWork ’06). Pour continuer à utiliser le document avec iWork ’05 ou iWork ’06, enregistrez-le au même format. Reportez-vous à la rubrique « Enregistrement d’une présentation dans le format iWork ’05 ou iWork ’06 » à la page 210. Si un message vous indique qu’il manque une police ou un fichier, vous pouvez néanmoins utiliser le document. Keynote remplace les polices manquantes par d’autres. Pour utiliser les polices manquantes, quittez Keynote et ajoutez les polices à votre dossier Polices (pour en savoir plus, consultez l’Aide Mac). Pour faire apparaître les fichiers de séquence ou de son manquants, ajoutez-les au document. Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 29 Enregistrement de documents Les données d’images et de graphiques sont enregistrées dans un document Keynote, elles s’affichent donc correctement lorsque le document est ouvert sur un autre ordinateur. Les polices ne sont cependant pas incluses dans le document. Si vous transférez un document Keynote vers un autre ordinateur, assurez-vous donc que les polices utilisées dans le document ont été installées dans le dossier Polices de l’ordinateur de destination. Par défaut, les fichiers audio et de séquence sont enregistrés avec les documents Keynote, mais ce réglage est modifiable. Si vous n’enregistrez pas les fichiers de données dans le document, vous devez les transférer séparément pour afficher le document sur un autre ordinateur. Enregistrement d’un document Il est judicieux d’enregistrer régulièrement le document pendant votre travail. Après l’avoir enregistré une première fois, vous pouvez appuyer sur les touches Commande + S pour le réenregistrer à l’aide des même réglages. Pour enregistrer un document pour la première fois : 1 Choisissez Fichier > Enregistrer, ou appuyez sur Commande + S. 2 Dans le champ Enregistrer sous, saisissez le nom du document. 3 Si l’emplacement souhaité n’est pas visible dans le menu local Où, cliquez sur le triangle d’affichage à droite du champ Enregistrer sous. 4 Choisissez l’emplacement où enregistrer le document. 5 Si vous ne voulez pas que le document soit ouvert avec Keynote dans iWork ’05 ou iWork ’06, sélectionnez « Enregistrer une copie sous » et choisissez iWork ’05 ou iWork ’06. (Si cette option n’est pas visible, cliquez sur le triangle d’affichage à droite du champ Enregistrer sous.) 6 Si vous ou une autre personne doit ouvrir le document sur un autre ordinateur, cliquez sur Options avancées et configurez les options afin de déterminer les éléments copiés dans votre document. Copier l’audio et la vidéo dans le document : si vous cochez cette case, les fichiers audio et vidéo sont enregistrés avec le document, pour permettre la lecture des fichiers en cas d’ouverture du document sur un autre ordinateur. Vous pouvez désactiver cette case afin de réduire la taille du fichier, mais dans ce cas les fichiers multimédias ne fonctionneront pas sur un autre ordinateur à moins que vous ne les transfériez également. Copier les images du thème dans le document : si vous ne sélectionnez pas cette option et si vous ouvrez le document sur un ordinateur ne disposant pas du même thème (par exemple, si vous avez créé votre propre thème), il est possible que l’aspect du document soit différent.30 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 7 Cliquez sur Enregistrer. Si vous avez créé le document avec une version plus ancienne de Keynote, le programme vous demande si vous souhaitez enregistrer le document au même format. En général, vous pouvez enregistrer les documents Keynote uniquement sur les ordinateurs et les serveurs qui utilisent Mac OS X. Keynote n’est pas compatible avec les ordinateurs Mac OS 9 et les serveurs Windows exécutant des services pour Macintosh. Pour ouvrir un document Keynote sur un ordinateur Windows, essayez d’utiliser un logiciel serveur AFP disponible pour Windows. Si vous envisagez de partager le document avec d’autres personnes dont l’ordinateur n’est pas équipé de Keynote, vous pouvez l’exporter afin de l’utiliser dans une autre application. Pour en savoir plus sur l’exportation d’un document à d’autres formats de fichier (comprenant QuickTime, PowerPoint, PDF et Flash), consultez la rubrique « Partage d’une présentation entre plates-formes » à la page 201. Annulation de modifications Si vous ne désirez pas enregistrer les modifications que vous avez effectuées dans le document depuis son ouverture ou depuis le dernier enregistrement, vous pouvez les annuler. Voici différentes manières d’annuler des modifications : m Pour annuler la toute dernière modification, choisissez Édition > Annuler. m Pour annuler plusieurs modifications, choisissez plusieurs fois de suite Édition > Annuler. Vous pouvez annuler toutes les modifications effectuées depuis l’ouverture du document ou revenir à la dernière version enregistrée. m Pour annuler une ou plusieurs opérations Édition > Annuler, choisissez une ou plusieurs fois de suite Édition > Rétablir. m Pour annuler toutes les modifications effectuées depuis le dernier enregistrement de votre document, choisissez Fichier > « Revenir à la version enregistrée » et cliquez ensuite sur Revenir. Enregistrement d’une copie d’un document Si vous souhaitez réaliser une copie de votre document (pour créer une copie de sauvegarde ou plusieurs versions, par exemple) vous pouvez enregistrer celui-ci sous un autre nom ou à un emplacement différent. (Vous pouvez également enregistrer automatiquement une version de sauvegarde, tel qu’il est décrit dans la rubrique « Enregistrement automatique d’une version de sauvegarde d’un document ».) Pour enregistrer une copie d’un document : m Choisissez Fichier > Enregistrer sous, puis indiquez un nom et un emplacement. Le document portant le nouveau nom reste ouvert. Pour travailler avec la version pré- cédente, choisissez Fichier > « Ouvrir document récent » et choisissez la version précé- dente dans le sous-menu.Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 31 Enregistrement automatique d’une version de sauvegarde d’un document À chaque fois que vous enregistrez un document, vous pouvez conserver une copie sans les modifications que vous y avez effectuées depuis le dernier enregistrement. De cette façon, si vous changez d’avis quant aux modifications effectuées, vous pouvez revenir à la version de sauvegarde du document. Voici différentes manières de créer et d’utiliser une version de sauvegarde : m Pour qu’une version de sauvegarde d’un document soit enregistrée automatiquement, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Général, puis sélectionnez « Créer une copie de sauvegarde de la version antérieure ». Lors du prochain enregistrement de votre document, une version de sauvegarde sera créée au même emplacement, avec la mention « copie de sauvegarde de » devant le nom du fichier. Une seule version (la dernière version enregistrée) est sauvegardée. À chaque fois que vous enregistrez le document, l’ancien fichier de sauvegarde est remplacé par le nouveau. m Pour revenir à la dernière version enregistrée après avoir effectué des modifications sans les enregistrer, choisissez Fichier > Revenir à la version enregistrée. Les modifications du document ouvert sont annulées. Enregistrement d’un document en tant que thème Vous pouvez modifier un thème puis l’enregistrer afin qu’il apparaisse dans le Sélecteur de thèmes et que vous puissiez le réutiliser. Pour enregistrer un document en tant que thème : m Choisissez Fichier > Enregistrer le thème. Pour plus de détails, consultez la rubrique « Conception de modèles de diapositive et de thèmes » à la page 211. Enregistrement des termes de recherche d’un document Vous pouvez stocker diverses informations, telles que le nom de l’auteur, les mots-clés et les commentaires, dans les documents Keynote. Sur les ordinateurs équipés de Mac OS X, vous pouvez utiliser Spotlight pour localiser les documents contenant ces informations. Pour stocker des informations relatives à un document : 1 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des documents. 2 Cliquez sur Spotlight. 3 Saisissez les informations dans les champs. Pour rechercher des présentations contenant ces informations mémorisées, cliquez sur l’icône Spotlight dans le coin supérieur droit de l’écran, puis tapez le terme que vous recherchez.32 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote Fermeture d’un document sans quitter Keynote Lorsque vous avez fini de travailler sur un document, vous pouvez le fermer sans sortir de Keynote. Voici différentes manières de fermer des documents tout en maintenant l’application ouverte : m Pour fermer le document actif, choisissez Fichier > Fermer ou cliquez sur le bouton de fermeture dans l’angle supérieur gauche de la fenêtre du document. m Pour fermer tous les documents Keynote ouverts, appuyez sur la touche Option et choisissez Fichier > Tout fermer ou cliquez sur le bouton de fermeture du document actif. Si vous avez effectué des modifications depuis le dernier enregistrement de votre document, Keynote vous invite à les enregistrer. Ajout, suppression et organisation des diapositives Chaque nouvelle diapositive que vous créez utilise l’un des modèles de diapositive de Keynote. Chaque modèle de diapositive comporte certains éléments, notamment un titre, du texte à puces et des paramètres fictifs multimédias (contenant des photos). Lorsque vous créez un nouveau document Keynote, la première diapositive utilise automatiquement le modèle de diapositive Titre & sous-titre. Vous pouvez modifier le modèle de diapositive à tout moment (consultez la rubrique « Application d’un nouveau modèle à une diapositive » à la page 38). Une fois que vous avez créé une nouvelle diapositive, vous pouvez la personnaliser en lui ajoutant du texte, des images, des formes, des tableaux, des graphiques et bien plus encore. Ajout de diapositives Il existe plusieurs manières d’ajouter une diapositive : m Sélectionnez une diapositive dans le Navigateur de diapositives, puis appuyez sur Retour. m Sélectionnez une diapositive, puis cliquez sur le bouton Nouvelle (+) dans la barre d’outils. m Sélectionnez une diapositive, puis choisissez Diapositive > Nouvelle diapositive. m Appuyez sur la touche Option puis faites glisser une diapositive jusqu’à ce qu’un triangle bleu apparaisse. Cette action duplique la diapositive ainsi glissée. m Sélectionnez une diapositive et choisissez Édition > Dupliquer. Avec ces méthodes, la nouvelle diapositive est ajoutée à la suite de celle sélectionnée dans le Navigateur de diapositives. Pour ajouter une diapositive à un autre endroit de votre diaporama, utilisez les commandes Copier et Coller, ou faites-glisser la nouvelle diapositive à l’endroit de votre choix.Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 33 En mode navigateur ou table lumineuse, vous pouvez également créer une nouvelle diapositive en faisant glisser des fichiers de séquence, de son ou d’image du Navigateur de média vers l’emplacement désiré dans le Navigateur de diapositives. (Pour ouvrir le Navigateur de média, cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils.) Lorsque vous ajoutez une nouvelle diapositive, elle utilise le modèle de celle sélectionnée dans le navigateur de diapositives. (Pour les nouveaux documents Keynote, la première diapositive utilise le modèle Titre & sous-titre, et la deuxième diapositive utilise Titre et puces.) Vous pouvez changer le modèle d’une diapositive à tout moment en cliquant sur Modèles dans la barre d’outils et en choisissant un nouveau modèle. Réorganisation des diapositives Les modes Navigateur, Structure et Table lumineuse facilitent la réorganisation des diapositives. Pour réorganiser les diapositives : 1 Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Navigateur, Structure ou Table lumineuse. 2 Sélectionnez une ou plusieurs diapositives et faites-les glisser vers un nouvel emplacement. Regroupement des diapositives En mode Navigateur, vous pouvez créer des groupes de diapositives en les mettant en retrait autant de fois que nécessaire. Les diapositives mises en retrait (subordonnées) sont appelées « enfants ». La mise en retrait des diapositives n’affecte pas la lecture du diaporama. Pour afficher le mode Navigateur, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Navigateur. Voici différentes manières de travailler avec des groupes de diapositives en mode Navigateur : m Pour mettre des diapositives en retrait, sélectionnez-les puis appuyez sur la touche Tab ou faites glisser les diapositives vers la droite. Vous pouvez créer plusieurs niveaux de mise en retrait en appuyant à nouveau sur la touche Tab ou en faisant glisser les diapositives un peu plus loin vers la droite. Cependant, vous ne pouvez décaler une diapositive que d’un seul niveau par rapport à la diapositive du dessus. m Pour supprimer une mise en retrait, faites glisser les diapositives vers la gauche ou appuyez sur les touches Maj + Tab. m Pour afficher ou réduire (masquer) un groupe de diapositives, cliquez sur le triangle d’affichage à gauche de la première diapositive au dessus du groupe.34 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote Si un groupe de diapositives est réduit afin d’afficher uniquement la diapositive de niveau supérieur en mode Navigateur, la suppression de cette diapositive entraîne également celle de toutes ses diapositives enfant. Si le groupe n’est pas réduit, la suppression de la diapositive supérieure fait remonter tous ses enfants d’un niveau. m Pour déplacer un groupe de diapositives, sélectionnez la première du groupe (en mode Navigateur) et faites glisser celui-ci vers un nouvel emplacement dans le Navigateur de diapositives. Suppression de diapositives Vous pouvez supprimer une seule diapositive ou un groupe de diapositives. Il existe plusieurs manières de supprimer des diapositives : m Pour supprimer une diapositive, sélectionnez-la dans le Navigateur de diapositives et appuyez sur la touche Supprimer. Vous pouvez appuyer sur la touche Maj en cliquant afin de sélectionner plusieurs diapositives pour les supprimer. Si vous supprimez la première diapositive d’un groupe alors que ses diapositives enfants sont visibles dans le Navigateur de diapositives, celles-ci remontent d’un niveau dans la structure. m Pour supprimer une diapositive et tous ses enfants, masquez ces derniers (cliquez sur la flèche à gauche du haut de la diapositive) et appuyez sur la touche Supprimer. Si vous effacez involontairement des diapositives, vous pouvez les récupérer immédiatement en choisissant Édition > Annuler Supprimer. Ignorer des diapositives Vous pouvez ignorer une diapositive de votre diaporama sans la supprimer du document. Pour ignorer des diapositives : m Sélectionnez la ou les diapositive(s) dans le Navigateur de diapositives ou le mode table lumineuse, puis choisissez Diapositive > Ignorer la diapositive. m Cliquez sur la diapositive tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Ignorer la diapositive. Pour qu’une diapositive ignorée soit visible dans un diaporama, sélectionnez-la et choisissez Diapositive > Ne pas ignorer la diapositive (ou cliquez dessus en appuyant sur la touche Contrôle et choisissez Ne pas ignorer la dispositive).Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 35 Ajout de numéros de diapositives Vous pouvez ajouter individuellement des numéros (similaires aux numéros de page) à des diapositives. Vous pouvez également activer la numérotation d’un modèle de diapositive afin que chaque nouvelle diapositive créée à partir du modèle soit associée automatiquement à un numéro de diapositive croissant. Il existe différentes manières d’ajouter des numéros de diapositive : m Sélectionnez une diapositive dans le Navigateur de diapositives, ouvrez l’Inspecteur des diapositives, cliquez sur Apparence, puis sélectionnez Numéro de diapositive. Le numéro affecté indique l’emplacement de la diapositive dans le classeur (les diapositives ignorées ne sont pas numérotées). m Pour ajouter des numéros de diapositive à un modèle de diapositive, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Afficher les modèles de diapositive. Dans le Navigateur de modèles de diapositive, sélectionnez le modèle que vous souhaitez modifier. Ouvrez l’Inspecteur des diapositives, cliquez sur Apparence et sélectionnez Numéro de diapositive. Vous pouvez faire glisser le numéro à n’importe quel endroit de la diapositive, et utiliser le panneau Police pour mettre en forme le numéro. Utilisation de commentaires Pendant que vous travaillez sur votre diaporama, vous pouvez ajouter des commentaires sur les diapositives. Par exemple, vous pouvez utiliser les commentaires pour vous rappeler des modifications que vous souhaitez apporter à la diapositive. (Les commentaires sont différents des notes de l’intervenant ; consultez la rubrique « Ajout des notes de l’intervenant » à la page 187.) Vous pouvez déplacer les commentaires n’importe où sur le canevas. Si vous disposez de votre propre moniteur lorsque vous effectuez une présentation, vous pouvez afficher vos commentaires sans que l’assistance ne les voie. Les commentaires sont toujours placés au dessus du canevas, ils peuvent donc masquer certaines zones de votre diapositive. Faites glisser simplement les commentaires en dehors de la diapositive, masquez-les ou redimensionnez-les. Ajout de commentaires aux diapositives. Vous pouvez facilement afficher et masquer des commentaires.36 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote Il existe différentes manières de travailler avec les commentaires : m Pour ajouter un commentaire, cliquez sur Commentaire dans la barre d’outils ou choisissez Insertion > Commentaire. Tapez une note, une idée, ou un rappel, puis faites glisser le commentaire à l’endroit souhaité sur le canevas. m Pour masquer ou afficher des commentaires, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils, puis choisissez Masquer les commentaires ou Afficher les commentaires. m Pour redimensionner un commentaire, faites glisser le coin inférieur droit. m Pour supprimer un commentaire, cliquez sur l’icône x dans l’angle supérieur droit. m Pour mettre en forme un commentaire, suivez les instructions des rubriques « Mise en forme de la taille et de l’apparence du texte » à la page 44 et « Remplissage d’un objet avec de la couleur » à la page 87. m Pour imprimer avec les commentaires affichés, assurez-vous qu’ils sont bien visibles sur le canevas avant de lancer l’impression. Copie ou déplacement d’éléments entre diapositives Vous pouvez déplacer du texte ou un objet d’une diapositive vers une autre diapositive. Il existe différentes manières de copier ou déplacer du texte et des objets : m Pour copier (ou couper) et coller du texte ou un objet, sélectionnez le texte ou l’objet et choisissez Édition > Copier ou Édition > Couper. Cliquez à l’endroit où vous souhaitez coller du texte ou un objet et choisissez Édition > Coller. Cette méthode conserve la mise en forme du texte. Pour que le texte copié adopte la mise en forme du texte qui l’entoure, choisissez Édition > Coller le style et l’appliquer. m Pour supprimer du texte ou un objet, sélectionnez le texte ou l’objet et choisissez Édition > Supprimer ou appuyez sur la touche Suppr. Si vous supprimez un élément par accident, choisissez Édition > Annuler pour le restaurer. m Pour copier une image entre deux documents Keynote, sélectionnez l’image et faites glisser son icône depuis le champ Informations du fichier de l’Inspecteur des mesures vers une diapositive dans l’autre fichier Keynote. Lorsque vous utilisez la commande Copier ou Couper, le texte ou l’objet sélectionné est placé dans une zone d’attente nommée Presse-papiers, dans laquelle il reste jusqu’à ce que vous sélectionniez à nouveau la commande Copier ou Couper (ou que vous éteigniez votre ordinateur). Le Presse-papiers ne conserve qu’une seule opération de copie ou de coupe à la fois.Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 37 Modification du thème, du modèle ou de la disposition d’une diapositive Vous pouvez modifier le thème, le modèle ou la disposition d’une diapositive à tout moment.  Thème : choisissez un autre thème lorsque vous désirez changer l’aspect global d’une diapositive - par exemple, la couleur d’arrière-plan, les polices et le « ton » (professionnel ou amical).  Modèle : modifiez le modèle d’une diapositive lorsque vous désirez utiliser une autre disposition prédéfinie. Par exemple, vous pouvez changer le modèle d’une diapositive pour orienter une grande photo dans le sens vertical plutôt qu’horizontal.  Disposition : modifiez la disposition d’une diapositive lorsque vous désirez ajouter, supprimer ou modifier des éléments de dispositive tels que zones de texte et paramètres fictifs d’objet. Changement de thème Vous pouvez changer le thème d’une diapositive à tout moment en la sélectionnant et en choisissant un autre thème à l’aide du bouton Thème dans la barre d’outils. Pour conserver les modifications de mise en forme que vous avez déjà effectuées, ou pour changer le thème global d’un diaporama, respectez les étapes suivantes. Pour changer le thème d’une diapositive ou d’un diaporama : 1 Dans le Navigateur de diapositives, sélectionnez la ou les diapositive(s) dont vous souhaitez modifier le thème. (Si vous souhaitez changer toutes les diapositives, ignorez cette étape.) 2 Cliquez sur Thèmes dans la barre d’outils, puis choisissez Sélecteur de thèmes. 3 Sélectionnez un nouveau thème. 4 Si vous avez effectué des modifications de mise en forme que vous ne souhaitez pas conserver dans le nouveau thème, (par exemple si vous avez mis le corps de texte en marron mais que vous souhaitez que le texte utilise la couleur du nouveau thème), désélectionnez « Appliquer les modif. aux thèmes par défaut ». 5 Choisissez Toutes les diapos ou Diapos sélectionnées dans le menu local Appliquer sur. Vous pouvez utiliser plusieurs thèmes dans un même diaporama en appliquant un nouveau thème à certaines diapositives uniquement. 6 Cliquez sur Choisir pour appliquer le nouveau thème. Pour restaurer les paramètres par défaut d’un thème, sélectionnez la diapositive et choisissez Format > Revenir au format du modèle pour la diapo.38 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote Utilisation de plusieurs thèmes Vous pouvez utiliser plusieurs thèmes dans un diaporama afin de diviser visuellement les diapositives en différents groupes. Pour utiliser différents thèmes pour différentes diapositives dans votre diaporama : 1 Dans le Navigateur de diapositives, sélectionnez les diapositives pour lesquelles vous souhaitez un thème différent. (Cliquez en appuyant sur la touche Maj ou Commande pour sélectionner plusieurs diapositives.) 2 Cliquez sur Thèmes dans la barre d’outils, puis choisissez un nouveau thème. Vous pouvez également cliquer sur Thèmes dans la barre d’outils, choisissez Sélecteur de thèmes, puis choisissez Diapos sélectionnées dans le menu local Appliquer sur. Application d’un nouveau modèle à une diapositive Vous pouvez modifier le modèle d’une diapositive à tout moment. Par exemple, vous pouvez souhaiter transformer le modèle Photo de l’orientation horizontale à l’orientation verticale. Pour choisir rapidement un autre modèle, sélectionnez la diapositive dont vous souhaitez changer le modèle, cliquez sur Modèles dans la barre d’outils, puis choisissez-en un autre. Vous pouvez également utiliser l’Inspecteur des diapositives pour changer le modèle d’une diapositive. Pour modifier un modèle de diapositive à l’aide de l’Inspecteur des diapositives : 1 Sélectionnez le modèle de diapositive à modifier. 2 Choisissez Présentation > Afficher l’Inspecteur et cliquez sur Inspecteur des diapositives. 3 Cliquez sur Apparence. 4 Pour appliquer un modèle de diapositive différent, cliquez sur le triangle en regard de la vignette de la diapositive et choisissez un modèle dans la liste déroulante. Changement de la disposition d’une diapositive Vous pouvez facilement ajouter des éléments préformatés (zone de titre, zone de corps de texte, paramètre fictif d’objet ou numéro de diapositive) individuellement à des diapositives. Pour modifier la disposition d’une diapositive : 1 Sélectionnez le modèle de diapositive à modifier. 2 Choisissez Présentation > Afficher l’Inspecteur et cliquez sur Inspecteur des diapositives.Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote 39 3 Cliquez sur Apparence. 4 Pour ajouter une zone de titre ou d’autres éléments à la diapositive, utilisez les cases à cocher situées sous la vignette du modèle de diapositive. 5 Pour appliquer une image d’arrière-plan, choisissez un type d’arrière-plan dans le menu local Arrière-plan. Remplissage couleur : transforme l’arrière-plan en une couleur unique et unie. Cliquez sur le cadre de couleur et choisissez une couleur dans la fenêtre Couleurs. Remplissage dégradé : applique un dégradé de couleur au fond. Cliquez sur chaque cadre de couleur et choisissez des couleurs dans la fenêtre Couleurs. Remplissage image : utilise votre propre image comme fond. Cliquez sur Choisir et sélectionnez une image. Remplissage image teintée : utilise votre propre image avec une teinte de couleur semiopaque par-dessus. Cliquez sur Choisir et sélectionnez une image. Si vous choisissez l’option Remplissage image ou Remplissage image teintée, choisissez une option de mise à l’échelle dans le menu local. Reportez-vous à la rubrique « Remplissage d’objet avec une image » à la page 89 pour obtenir plus d’informations. Vous pouvez également modifier le modèle de diapositive d’une diapositive, ou même en créer un nouveau. Reportez-vous à la rubrique « Conception de modèles de diapositive et de thèmes » à la page 211 pour obtenir plus d’informations. Choisissez une couleur ou une image d’arrière-plan. Choisissez un modèle de diapositive. Faites glisser une image à cet endroit depuis le Navigateur de média ou le Finder.40 Chapitre 2 Utilisation d’un document Keynote Modification identique sur plusieurs diapositives Vous pouvez effectuer rapidement les mêmes modifications (par exemple, redimensionner le texte, repositionner un graphique ou utiliser une autre couleur d’arrière-plan) sur plusieurs diapositives en modifiant le modèle sur lequel elles reposent. Pour effectuer des modifications identiques sur plusieurs diapositives : 1 Sélectionnez la diapositive que vous désirez modifier. 2 Cliquez sur Affichage dans la barre d’outils et choisissez Afficher les modèles de diapositive. 3 Dans le Navigateur de diapositives, cliquez sur le modèle utilisé pour la diapositive sélectionnée (ce modèle porte une coche en regard). 4 Effectuez vos modifications sur le modèle de diapositive. Les modifications que vous apportez au modèle de diapositive s’appliquent à toutes les diapositives basées sur celui-ci.3 41 3 Utilisation de texte Ce chapitre explique comment ajouter et modifier l’apparence d’un texte, y compris de listes. Dans Keynote, vous pouvez placer un texte dans des zones de texte, des cellules de tableaux et des formes. Ajout de texte Les modèles de diapositives comprennent des paramètres fictifs de texte (texte fictif que vous remplacez par le votre) pour les titres de diapositive et le corps de texte. La police du texte de titre est plus grosse que celle du corps de texte. La plupart des corps de texte comprennent des puces (précédées d’un « point » ou autre motif), mais vous pouvez les supprimer à l’aide de la sous-fenêtre Puces de l’Inspecteur du texte. Voici différentes manières d’insérer du texte dans une diapositive : m Pour ajouter un titre, double-cliquez sur un paramètre fictif de titre sur le canevas et tapez votre texte. m Pour ajouter un corps de texte, double-cliquez sur un paramètre fictif correspondant sur le canevas et commencez à saisir votre texte. m Pour vous déplacer sur la ligne suivante, appuyez sur Retour. m Pour placer une ligne en retrait, appuyez sur la touche de tabulation. Pour décaler une ligne en retrait, appuyez sur les touches Maj + Tab. 42 Chapitre 3 Utilisation de texte m Pour appliquer un retrait supplémentaire, appuyez sur les touches Maj + Tab. Si la diapositive sur laquelle vous travaillez ne contient ni titre ni corps de texte, vous pouvez soit choisir un autre modèle, soit sélectionner Titre ou Corps dans la sous-fenê- tre Apparence de l’Inspecteur des diapositives. Vous pouvez également insérer une zone de texte libre sur le canevas. Le texte des zones de texte libre n’apparaît pas en mode plan. Sélection de texte Avant de mettre en forme ou d’effectuer toute autre opération sur du texte, vous devez sélectionner le texte que vous souhaitez utiliser. Il est possible de sélectionner du texte de différentes manières : m Pour sélectionner un ou plusieurs caractères, cliquez devant le premier caractère, et faites glisser le curseur sur les caractères que vous souhaitez sélectionner. m Pour sélectionner un mot, double-cliquez dessus. m Pour sélectionner un paragraphe, cliquez trois fois dessus. m Pour sélectionner tout le texte d’un document, choisissez Édition > Tout sélectionner. Double-cliquez sur une zone de titre et tapez un titre. La police et la taille du texte sont prédéfinis pour vous. Double-cliquez sur une zone de corps de texte et tapez votre texte. La police, la taille du texte et d’autres attributs sont déjà définis.Chapitre 3 Utilisation de texte 43 m Pour sélectionner des blocs de texte, cliquez au début du bloc de texte, puis cliquez à la fin d’un autre bloc de texte, tout en maintenant la touche Maj enfoncée. m Pour effectuer une sélection depuis le point d’insertion jusqu’au début du paragraphe, appuyez sur la touche Flèche vers le haut tout en maintenant les touches Maj et Option enfoncées. m Pour effectuer une sélection depuis le point d’insertion jusqu’à la fin du paragraphe, appuyez sur la touche Flèche vers le bas tout en maintenant les touches Maj et Option enfoncées. m Pour étendre la sélection d’un caractère à la fois, appuyez sur la touche Flèche gauche ou Flèche droite tout en maintenant la touche Maj enfoncée. m Pour étendre la sélection d’une ligne à la fois, appuyez sur la touche Flèche vers le haut ou Flèche vers le bas tout en maintenant la touche Maj enfoncée. m Pour sélectionner plusieurs mots ou blocs de texte qui ne sont pas adjacents, sélectionnez la première portion de texte souhaitée, puis sélectionnez d’autres portions de texte tout en maintenant la touche Commande enfoncée. Supprimer, copier et coller du texte Le menu Édition contient des commandes qui vous aident à effectuer des opérations d’édition de texte. Voici différentes manières de modifier du texte : m Pour copier (ou couper) et coller du texte, sélectionnez le texte et choisissez Édition > Copier ou Édition > Couper. Cliquez à l’endroit où vous souhaitez coller le texte. Pour que le texte copié conserve la mise en forme du style, choisissez Édition > Coller. Cliquez sur Édition > Coller le style et l’appliquer afin de modifier la mise en forme du texte collé afin qu’elle corresponde à la mise en forme du texte situé autour. m Pour supprimer du texte, sélectionnez le texte et choisissez Édition > Supprimer ou appuyez sur la touche Suppr. Si vous supprimez du texte par accident, choisissez Édition > Annuler pour le restaurer. Lorsque vous utilisez la commande Copier ou Couper, le texte sélectionné est placé dans une zone d’attente nommée Presse-papiers, dans laquelle il reste jusqu’à ce que vous sélectionniez à nouveau la commande Copier ou Couper ou que vous éteigniez votre ordinateur. Le Presse-papiers ne conserve qu’une seule opération de copie ou de coupe à la fois.44 Chapitre 3 Utilisation de texte Mise en forme de la taille et de l’apparence du texte Vous pouvez effectuer toutes les opérations de mise en forme du texte à l’aide des menus de Keynote, de l’Inspecteur du texte, ou du panneau Police. Vous pouvez effectuer les opérations élémentaires de mise en forme à l’aide des commandes des menus de . Si vous souhaitez passer à une autre police, ou si vous modifiez fréquemment la mise en forme du texte, il peut être plus simple d’utiliser le panneau Police et l’Inspecteur du texte afin de mettre en forme le texte. Utilisation du menu Format pour mettre en forme le texte Les options du sous-menu Police du menu Format vous offrent un contrôle de base de la taille et de l’apparence du texte. Application de l’attribut Gras ou Italique au texte à l’aide des menus Vous pouvez mettre les caractères en gras ou en italique. Pour mettre un texte en gras ou en italique : 1 Sélectionnez le texte que vous souhaitez mettre en gras ou en italique, ou cliquez à l’endroit où vous souhaitez saisir un nouveau texte. 2 Choisissez Format > Police > Gras. Ou choisissez Format > Police > Italique. Certaines polices comportent plusieurs styles gras et italique. Pour choisir parmi plusieurs styles gras et italique, utilisez le panneau Police. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte » à la page 46. Encadrement de texte à l’aide des menus Vous pouvez modifier le texte afin qu’il apparaisse avec un contour bien défini. Pour créer du texte encadré : 1 Sélectionnez le texte auquel vous souhaitez appliquer un contour, ou cliquez à l’endroit où vous souhaitez saisir un nouveau texte. 2 Choisissez Format > Police > Contour. Soulignement du texte à l’aide des menus Vous pouvez souligner du texte, puis mettre en forme le soulignement afin d’en modifier le style ou la couleur. Pour souligner du texte : 1 Sélectionnez le texte que vous souhaitez souligner, ou cliquez à l’endroit où vous souhaitez saisir un nouveau texte. 2 Choisissez Format > Police > Souligner. Pour modifier le style ou la couleur du soulignement, cliquez sur Polices dans la barre d’outils et utilisez le bouton Texte souligné dans le panneau Police. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte » à la page 46.Chapitre 3 Utilisation de texte 45 Modification de la taille du texte à l’aide des menus Vous pouvez changer la taille du texte (en points) pour le rendre plus grand ou plus petit. Pour changer la taille du texte sélectionné : 1 Sélectionnez le texte à redimensionner. 2 Pour changer la taille du texte par incréments de 1 point, choisissez Format > Police > Plus grand. Ou choisissez Format > Police > Plus petit. Vous pouvez également ajouter les icônes Plus grand et Plus petit à la barre d’outils. Pour ce faire, choisissez Présentation > Personnaliser la barre d’outils et faites glisser les icônes sur la barre d’outils, puis cliquez sur Fin. Pour spécifier une taille précise pour le texte sélectionné, cliquez sur Polices dans la barre d’outils et utilisez les contrôles Taille du panneau Police. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte » à la page 46. Mise en indice ou en exposant du texte à l’aide des menus Vous pouvez lever ou abaisser le texte par rapport à sa ligne de base. Pour mettre le texte en indice ou en exposant : 1 Sélectionnez le texte que vous souhaitez lever ou abaisser, ou cliquez à l’endroit où vous souhaitez saisir un nouveau texte. 2 Pour créer un indice ou un exposant dont la taille de police est inférieure à celle du texte qu’il accompagne, choisissez Format > Police > Ligne de base > Indice. Ou choisissez Format > Police > Ligne de base > Exposant. 3 Pour élever ou abaisser le texte sans réduire la taille de la police, choisissez Élever ou Abaisser dans le sous-menu Ligne de base. 4 Pour restaurer le texte à la même ligne de base que celle du corps de texte, choisissez Valeur par défaut dans le sous-menu Ligne de base. Vous pouvez également ajouter les icônes Indice et Exposant à la barre d’outils. Pour ce faire, choisissez Présentation > Personnaliser la barre d’outils, faites glisser les icônes vers la barre d’outils, puis cliquez sur Fin. Modification de la casse d’un texte à l’aide des menus Vous pouvez rapidement faire passer des blocs de texte en majuscules ou en minuscules, ou transformer un texte en titre. Pour changer la casse d’un texte : 1 Sélectionnez le texte que vous souhaitez modifier, ou cliquez à l’endroit où vous souhaitez saisir un nouveau texte. 2 Choisissez Format > Police > Majuscules puis sélectionnez une option dans le sous-menu. Choisissez Tout en majuscule pour que le texte passe en majuscules.46 Chapitre 3 Utilisation de texte Choisissez Petites majuscules pour que le texte passe en petites majuscules avec des lettres plus grandes pour les capitales. Choisissez Titre pour transformer un texte en titre, ce qui met la première lettre de chaque mot en majuscule. Choisissez Aucun pour revenir à la capitalisation d’origine. Les caractères en majuscules comme le premier mot de chaque phrase restent en majuscules mais toutes les autres lettres passent en minuscules. Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte Le panneau Police de Mac OS X vous permet d’accéder à toutes les polices installées sur votre ordinateur. Il offre un aperçu des caractéristiques disponibles (telles que gras et italique) ainsi que de la taille de chaque police. Les boutons du panneau Police permettent de souligner ou de barrer le texte, d’ajouter de la couleur et des ombres au texte. Vous pouvez même modifier la couleur de la diapositive d’arrière-plan dans le panneau Police. Pour en savoir plus sur l’installation des polices, la création et la gestion de collections de polices, ou la résolution de problèmes liés aux polices, consultez l’Aide Mac. Pour ouvrir le panneau Police : m Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. Prévisualiser le type de caractère sélectionné (pour cela, il peut être nécessaire de cliquer sur Afficher un aperçu dans le menu Action). Sélectionner un type de caractère à appliquer au texte sélectionné dans votre document. Sélectionner une taille de police à appliquer au texte sélectionné dans votre document. Menu Action Créez des effets intéressants à l’aide de ces boutons. Appliquer une ombre au texte sélectionné. Modifier l’ombre à l’aide des contrôles Opacité, Flou, Décalage et Angle. Recherchez des polices en tapant un nom de police dans le champ de recherche.Chapitre 3 Utilisation de texte 47 Vous pouvez modifier l’apparence de n’importe quel texte d’un document en le sélectionnant, puis en sélectionnant des options dans le panneau Police. Lorsque vous appliquez des changements de mise en forme dans le panneau Police, le texte sélectionné change immédiatement, ce qui vous permet de tester différentes options de mise en forme et de voir rapidement celui qui convient le mieux. Voici un récapitulatif des actions que réalisent les boutons d’effets sur le texte, de gauche à droite :  Le menu local Texte souligné vous permet de choisir un style de soulignement (trait simple ou double, par exemple).  Le menu local Texte barré vous permet de sélectionner un style de barrage du texte (trait simple ou double, par exemple).  Le menu local Couleur du texte permet d’appliquer une couleur au texte.  Le menu local Couleur du document permet d’appliquer une couleur au fond d’un paragraphe.  Le bouton Ombre du texte applique une ombre au texte sélectionné.  Les commandes « Opacité de l’ombre », « Flou de l’ombre », « Décalage de l’ombre » et « Angle de l’ombre » contrôlent l’apparence de l’ombre. Si les boutons d’effets de texte n’apparaissent pas, choisissez Afficher les effets dans le menu local Action situé dans l’angle inférieur gauche du panneau Police. Astuces pour l’organisation des polices Si vous utilisez fréquemment le panneau Police, différentes techniques vous permettent de gagner du temps. Voici quelques conseils d’utilisation du panneau Police : m Pour localiser rapidement les polices que vous utilisez le plus souvent, placez-les dans des collections de polices. Cliquez sur le bouton Ajout (+) pour créer une collection de polices, puis faites glisser un type de caractère vers la nouvelle collection. m Pour faciliter le changement fréquent de police, il suffit de laisser le panneau Police ouvert. S’il occupe trop d’espace à l’écran, vous pouvez le réduire en faisant glisser le contrôle de redimensionnement (dans l’angle inférieur droit du panneau), de sorte que seuls les familles et styles de police de la collection sélectionnée soient visibles. Pour le refermer, cliquez de nouveau sur le bouton Polices ou sur le bouton de fermeture situé dans le coin supérieur gauche. Changement de polices à l’aide du panneau Police Le panneau Police vous permet de contrôler complètement les polices. Utilisez les contrô- les de taille et les réglages typographiques pour personnaliser l’apparence de votre texte. 48 Chapitre 3 Utilisation de texte Pour modifier la police du texte sélectionné : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Dans le panneau Police, sélectionnez un style de police dans la colonne Famille, puis sélectionnez le style dans la colonne Style. Si vous ne voyez pas toutes les familles de police installées sur l’ordinateur, sélectionnez Toutes les polices dans la colonne Collections ou tapez le nom de la police recherchée dans le champ de recherche en bas du panneau Police. Un aperçu de la police sélectionnée apparaît dans la sous-fenêtre d’aperçu en haut du panneau Police. Si la sous-fenêtre d’aperçu ne s’affiche pas, choisissez Afficher l’aperçu dans le menu local Action dans le coin inférieur gauche du panneau Police. 3 Réglez la taille de la police à l’aide du curseur ou d’autres commandes contrôlant la taille. 4 Ajustez les réglages de typographie de la police sélectionnée en choisissant Typographie dans le menu local Action. Dans la fenêtre Typographie, cliquez sur les triangles d’affichage afin de visualiser et de sélectionner les différents effets typographiques disponibles pour la police sélectionnée. Les effets typographiques disponibles dépendent de la police. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des fonctionnalités typographiques avancées » à la page 53 pour obtenir plus d’informations. Modification du soulignement à l’aide du panneau Police Vous pouvez utiliser le panneau Police pour changer l’apparence des soulignements. Pour modifier le soulignement du texte sélectionné : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Cliquez sur le bouton Soulignement de texte dans le panneau Police (premier bouton à gauche) et choisissez Simple ou Double dans le menu local. 3 Pour changer la couleur de soulignement, choisissez Couleur dans le menu local Soulignement de texte, puis sélectionnez une couleur dans la fenêtre Couleurs. Ajout d’un attribut barré au texte à l’aide du panneau Police Vous pouvez ajouter l’attribut barré au texte et utiliser une couleur de ligne différente de celle du texte. Pour ajouter un attribut barré au texte sélectionné : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Cliquez sur le bouton Texte barré dans le panneau Police (deuxième bouton à partir de la gauche), puis choisissez Aucun, Simple ou Double dans le menu local. Une ligne simple ou double barre le texte sélectionné de la même couleur que celui-ci. 3 Pour changer la couleur des lignes barrées, choisissez Couleur dans le menu local Texte barré, puis sélectionnez une couleur dans la fenêtre Couleurs. La ligne barrée prend la couleur sélectionnée dans la fenêtre Couleurs, mais le texte conserve sa couleur d’origine.Chapitre 3 Utilisation de texte 49 Modification de la couleur du texte à l’aide du panneau Police Les modifications apportées à la couleur du texte dans le panneau Police remplacent celles apportées dans l’Inspecteur du texte, et inversement. (Pour en savoir plus sur la modification de la couleur du texte à l’aide de l’Inspecteur du texte, reportez-vous à la rubrique « Modification de la couleur du texte à l’aide de l’Inspecteur du texte » à la page 57.) Pour modifier la couleur du texte sélectionné : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Cliquez sur le bouton Couleur du texte dans le panneau Police (troisième bouton à partir de la gauche), puis sélectionnez une couleur dans la fenêtre Couleurs. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88 pour en connaître les instructions. Modification de la couleur d’arrière-plan d’un paragraphe à l’aide du panneau Police Le panneau Police vous permet d’ajouter une couleur derrière un paragraphe. Pour modifier la couleur d’arrière-plan d’un paragraphe sélectionné : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Cliquez sur le bouton Couleur du document dans le panneau Police (quatrième bouton à partir de la gauche), puis sélectionnez une couleur dans la fenêtre Couleurs. Reportezvous à la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88 pour en connaître les instructions. Création d’ombres sur le texte à l’aide du panneau Police Le panneau Police vous permet de créer et de mettre en forme des ombres sur le texte. Pour ajouter des ombres au texte sélectionné : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Cliquez sur le bouton Ombre du texte dans le panneau Police (cinquième bouton à partir de la gauche). 3 Faites glisser le curseur Opacité de l’ombre (premier curseur à gauche) vers la droite afin de rendre l’ombre plus foncée. 4 Faites glisser le curseur Flou de l’ombre (curseur du milieu) vers la droite afin de rendre l’ombre plus floue. 5 Faites glisser le curseur Décalage de l’ombre (troisième curseur) vers la droite afin de séparer l’ombre du texte. 6 Faites tourner la molette Angle de l’ombre afin de définir la direction de l’ombre. Vous pouvez également définir les ombres du texte dans l’Inspecteur des graphismes, comme décrit dans la rubrique « Ajout d’ombres » à la page 84. 50 Chapitre 3 Utilisation de texte Pour modifier la police utilisée dans le mode plan Vous pouvez modifier la police utilisée lorsque vous affichez votre diaporama dans le mode plan. Pour modifier la police du mode plan : 1 Choisissez Keynote > Préférences. 2 Si la sous-fenêtre Général n’est pas affichée, cliquez sur Général. 3 Choisissez une police et une taille de police dans les menus locaux Police du mode plan. Ajout d’accents et de caractères spéciaux Si vous devez taper des caractères avec des accents, des symboles mathématiques, des flèches ou d’autres caractères spéciaux, vous pouvez utiliser la sous-fenêtre des préférences internationales ou la palette de caractères. Vous pouvez également voir où se trouvent les caractères sur les claviers utilisés dans d’autres langues en utilisant le Visualiseur de clavier (vous pouvez par exemple voir la disposition des touches d’un clavier italien). Tous ces outils sont intégrés à Mac OS X. Ajout d’accents Vous pouvez utiliser le Visualiseur de clavier des Préférences Système pour ajouter des accents aux caractères. Pour ajouter des accents : 1 Choisissez Pomme > Préférences Système et cliquez sur International. 2 Cliquez sur Menu Saisie, puis sélectionnez la case en regard de Visualiseur de clavier. 3 Choisissez Afficher le Visualiseur de clavier dans le menu Saisie à droite de la barre de menus (celle qui ressemble à un drapeau ou à un symbole alphabétique). Le Visualiseur de clavier affiche les caractères du clavier. Si vous avez sélectionné une disposition du clavier différente ou une méthode d’entrée différente pour le clavier dans le menu Saisie, les caractères de la disposition du clavier sélectionnée s’affichent. Par exemple, si vous choisissez Américain dans le menu Saisie, vous voyez dans le Visualiseur de clavier les caractères qui s’affichent sur un clavier américain. 4 Pour mettre en surbrillance dans le Visualiseur de clavier les différents accents que vous pouvez taper, appuyez sur Option, ou sur les touches Option + Maj. Les touches accentuées sont entourées en blanc. En fonction du clavier, vous pouvez ne pas avoir à appuyer sur les touches de modification pour afficher les caractères accentués. 5 Placez le point d’insertion dans le document à l’endroit où vous souhaitez taper. 6 Appuyez sur la touche de modification sur laquelle vous avez appuyé à l’étape 4 (Maj, Option, Option + Maj ou aucune) et appuyez sur la touche qui se trouve à la même position que l’accent affiché dans le Visualiseur de clavier. Relâchez ensuite la touche de modification et appuyez sur la touche correspondant au caractère que vous souhaitez accentuer. La touche accentuée modifie la touche que vous tapez ensuite. Par exemple, sur un clavier américain, pour afficher le caractère é, appuyez sur Option et sur E (la touche accentuée), puis appuyez sur E (la touche sur laquelle vous souhaitez que l’accent apparaisse).Chapitre 3 Utilisation de texte 51 Affichage des dispositions de clavier dans d’autres langues Vous pouvez utiliser le Visualiseur de clavier des Préférences Système pour afficher l’emplacement des caractères sur des claviers utilisés pour d’autres langues. Des polices doivent être installées pour la langue que vous souhaitez voir dans le Visualiseur de clavier. Pour afficher les dispositions de clavier pour différentes langues : 1 Choisissez Pomme > Préférences Système et cliquez sur International. 2 Cliquez sur Menu Saisie, puis sélectionnez la case en regard de Visualiseur de clavier. 3 Pour afficher la disposition des caractères sur les claviers utilisés dans différents pays, sélectionnez la case Sur en regard de la disposition du clavier du pays ou de la méthode de saisie 4 Choisissez Afficher le Visualiseur de clavier dans le menu Saisie à droite de la barre de menus (celle qui ressemble à un drapeau ou à un caractère alphabétique). Le Visualiseur de clavier affiche les caractères de la disposition du clavier ou de la méthode de saisie sélectionnée dans le menu Saisie. Par exemple, si vous choisissez Américain dans le menu Saisie, vous voyez dans le Visualiseur de clavier les caractères qui s’affichent sur un clavier américain. 5 Pour afficher la disposition du clavier d’un autre pays, choisissez-la dans le menu Saisie. Saisie des caractères spéciaux et des symboles À l’aide de la palette de caractères Mac OS X, vous pouvez insérer des caractères spéciaux, comme des symboles mathématiques, des lettres accentuées, des flèches et autres « dingbats », et bien plus encore. Cette palette vous permet également de saisir des caractères japonais, de chinois traditionnel, de chinois simplifié, de coréen ainsi que d’autres langues. Pour insérer des caractères spéciaux ou des symboles : 1 Placez le point d’insertion à l’endroit où le caractère ou symbole spécial doit apparaître. 2 Choisissez Édition > Caractères spéciaux afin d’ouvrir la palette de caractères (ou choisissez Caractères dans le menu local Action dans le coin inférieur gauche du panneau Police). 3 Choisissez le type de caractère que vous souhaitez afficher dans le menu local Afficher, en haut de la palette de caractères. Si le menu local ne s’affiche pas, cliquez sur le bouton dans le coin supérieur droit de la fenêtre afin d’afficher la partie supérieure de la fenêtre. Cliquez de nouveau sur ce bouton afin de masquer la partie supérieure de la fenêtre.52 Chapitre 3 Utilisation de texte Sous Mac OS X 10.4, la Palette de caractères ressemble à ceci : 4 Cliquez sur un élément de la liste de gauche afin de voir les caractères disponibles dans chaque catégorie. 5 Double-cliquez sur le caractère ou le symbole de droite que vous souhaitez insérer dans votre document, ou sélectionnez le caractère et cliquez sur Insérer. Si le caractère ou le symbole présente des variantes, celles-ci s’affichent en bas de la fenê- tre lorsque vous cliquez sur le triangle Infos du caractère ou le triangle Variante de police en bas de la palette. Double-cliquez dessus afin de l’insérer dans votre document. Utilisation de guillemets courbes Les guillemets courbes sont des guillemets ouvrant et fermant qui sont incurvés ; le guillemet ouvrant est donc différent du guillemet fermant. Lorsque vous n’utilisez pas de guillemets courbes, les guillemets sont droits et identiques. Pour utiliser des guillemets courbes : m Choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Correction automatique, puis sélectionnez « Utiliser les guillemets courbes ». Guillemets droits Guillemets courbesChapitre 3 Utilisation de texte 53 Utilisation des fonctionnalités typographiques avancées Certaines polices, telles que Zapfino et Hœfler, présentent des fonctions typographiques avancées, qui vous permettent de créer différents effets. Si vous utilisez une telle police, vous pouvez modifier nombre de ces effets via le sous-menu Police du menu Format. Par exemple, vous pouvez ajuster les éléments suivants :  Crénage : ajuste l’espacement entre les caractères.  Ligature : utilise ou évite les styles élaborés entre les lettres, au début ou à la fin des lignes combinant plusieurs caractères en un seul symbole graphique Dans le sous-menu Ligature, choisissez Valeur par défaut pour utiliser les réglages de ligature spécifiés dans la fenêtre Typographie pour la police que vous utilisez, choisissez Aucune pour désactiver les ligatures pour le texte sélectionné, ou choisissez Toutes pour activer des ligatures supplémentaires pour le texte sélectionné.  Ligne de base : relève ou abaisse le texte par rapport au texte qui l’entoure.  Majuscules : convertit tous les caractères en majuscules, en petites majuscules ou en lettres capitales initiales (style de titre). Des fonctions typographiques avancées sont disponibles dans la fenêtre Typographie. Pour ouvrir la fenêtre Typographie : 1 Cliquez sur Polices dans la barre d’outils. 2 Dans le panneau Police, choisissez Typographie dans le menu local Action (dans le coin inférieur gauche). Réglage du lissage des polices Si les polices apparaissent floues ou irrégulières à l’écran, vous pouvez modifier le style de lissage des polices ou changer la taille du texte à partir de laquelle Mac OS X commence à lisser les polices. Pour lisser les polices à l’écran : 1 Ouvrez les Préférences Système et cliquez sur Apparence. 2 Choisissez un style de lissage de police dans le menu local en bas de la fenêtre. En fonction du type de votre écran, les différences entre les styles de lissage peuvent vous paraître très légères. 3 Si vous envisagez d’utiliser des polices de petite taille dans votre document, choisissez une taille de point dans le menu local « Désactiver le lissage du texte pour les polices de taille ». Lorsque le lissage de texte (ou « anticrénelage ») est activé, les polices les plus petites deviennent difficilement lisibles. Avec ligature Sans ligature54 Chapitre 3 Utilisation de texte Définition de l’alignement, de l’espacement et de la couleur du texte L’outil principal pour régler les attributs propres au texte est l’Inspecteur du texte. Vous pouvez aligner horizontalement le texte (le centrer ou l’aligner à gauche, par exemple) grâce au menu Format. Utilisation de l’Inspecteur du texte pour régler l’alignement, l’espacement et la couleur Dans la sous-fenêtre Texte de l’Inspecteur du texte, vous pouvez changer la couleur et l’alignement du texte. Vous pouvez également ajuster l’espacement entre les caractères de texte et lignes individuelles. Pour ouvrir la sous-fenêtre Texte de l’Inspecteur du texte : m Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. Boutons d’alignement vertical : cliquer dessus afin d’aligner le texte en haut, au centre ou en bas d’une zone de texte, d’une figure ou d’une cellule de tableau. Faites glisser afin d’ajuster la quantité d’espace entre le texte et les bordures intérieures des zones de texte, Espacement de caractères et de lignes : régler l’espacement de caractère, de ligne et de paragraphe pour le texte sélectionné. Cliquer ici afin de modifier la couleur du texte sélectionné. Le bouton Inspecteur du texte Boutons d’alignement horizontal : cliquer pour aligner le texte sélectionné à gauche, à droite, réparti à gauche et à droite ou placé au centre, ou bien pour utiliser un alignement de cellule spécial.Chapitre 3 Utilisation de texte 55 Alignement horizontal du texte Vous pouvez modifier l’alignement des paragraphes dans une colonne, une cellule de tableau, une zone de texte ou une figure afin d’aligner le texte du côté gauche ou droit, de le centrer ou de l’aligner à gauche et à droite (justifié). Pour aligner le texte à gauche, au centre, à droite ou pour le justifier : 1 Sélectionnez le texte à modifier. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Cliquez sur l’un des cinq boutons d’alignement horizontal situés à droite du cadre de couleurs. De gauche à droite, ces boutons entraînent les effets suivants. Le bouton Aligner à gauche place chaque ligne du texte le long de la marge gauche de l’objet. Le bouton Au centre fait coïncider le centre de chaque ligne du texte sur le centre de l’objet. Le bouton Aligner à droite place chaque ligne du texte le long de la marge droite de l’objet. Le bouton Justifier espace les caractères de chaque ligne afin que le texte se répartisse entre les marges gauche et droite de l’objet. Le bouton « Aligner automatiquement la cellule du tableau » place le texte à gauche et les nombres à droite dans une cellule. Si vous souhaitez appliquer un retrait à la première ligne de texte d’un paragraphe, ou pour savoir comment annuler un retrait, reportez-vous à la rubrique « Création de retraits » à la page 60. Vous pouvez également aligner le texte horizontalement en choisissant Format > Texte > Aligner à gauche, Centrer, Aligner à droite, ou Justifier Alignement vertical du texte Vous pouvez modifier l’alignement du texte dans une cellule de tableau, une zone de texte (sauf pour les zone de texte libre) ou une figure afin que le texte soit aligné le long de la bordure du haut ou du bas, ou encore centré entre les deux. Pour aligner du texte en haut, au centre ou en bas d’une zone de texte, d’une cellule de tableau ou d’une figure : 1 Sélectionnez la zone de texte, la cellule de tableau ou la figure dont vous souhaitez modifier l’alignement. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Cliquez sur l’un des trois boutons d’alignement vertical situés en dessous de Couleur et Alignement.56 Chapitre 3 Utilisation de texte Réglage de l’espace entre les lignes du texte Vous pouvez augmenter ou diminuer la distance entre les lignes du texte. Pour régler l’espacement : 1 Sélectionnez le texte à modifier. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Déplacez le curseur Ligne vers la gauche pour diminuer l’interligne et vers la droite pour l’augmenter. Pour spécifier une valeur d’interligne précise, saisissez une valeur de point dans le champ Ligne ou cliquez sur la Flèche vers le haut ou vers le bas en regard du champ. 4 Choisissez une option d’interligne dans le menu local Espacement lignes qui apparaît lorsque vous cliquez sur le texte situé en dessous du champ Ligne. Espacement de ligne standard (Simple, Double, Multiple) : l’espacement entre les lignes est proportionnel à la taille de la police. Utilisez cette option lorsque la distance relative entre les hampes montantes (parties des lettres situées au-dessus du haut de la ligne) et les hampes descendantes (parties situées sous le bas de la ligne) doivent rester fixe. L’espacement simple définit un interligne simple et l’espacement double définit un interligne double. L’option Multiple vous permet de définir des valeurs d’interligne entre simple et double, ou supérieures à double. Au moins : la distance d’une ligne à la suivante ne sera jamais inférieure à la valeur définie, mais elle peut être supérieure pour les polices plus grandes, afin d’empêcher les lignes qui se chevauchent. Utilisez cette option lorsque la distance entre les lignes doit rester fixe, mais le chevauchement n’est pas souhaitable si le texte s’agrandit. Exactement : la distance entre les lignes de base. Entre : la valeur définie accroît l’espace entre les lignes, et non leur hauteur. À l’inverse, l’interligne double augmente donc la hauteur de chaque ligne de deux fois. Menu local Espacement de lignes : cliquez sur le texte en dessous du champ Ligne et choisissez une option d’espacement entre les lignes. Champ Ligne : pour spécifier l’interligne du texte d’un paragraphe, saisissez une valeur (ou cliquez sur les flèches).Chapitre 3 Utilisation de texte 57 Réglage de l’espacement avant et après un paragraphe Vous pouvez augmenter ou diminuer l’espacement avant et après les paragraphes. Pour ajuster la quantité d’espace avant ou après un paragraphe : 1 Sélectionnez les paragraphes à modifier. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Faites glisser le curseur Avant le paragraphe ou Après le paragraphe. Vous pouvez également saisir une valeur spécifique (par exemple, 5 pt) dans les zones de texte. Si les valeurs des curseurs Avant le paragraphe et Après le paragraphe sont différentes pour des paragraphes adjacents, la valeur d’espacement la plus élevée est utilisée. Par exemple, si la valeur du curseur Avant le paragraphe du paragraphe actuel est de 12 points et que la valeur Après le paragraphe du paragraphe précédent est de 14 points, l’espace entre ces deux paragraphes sera de 14 points. L’espace avant un paragraphe n’apparaît pas s’il s’agit du premier paragraphe d’une zone de texte, d’une figure ou d’une cellule de tableau. Pour définir l’espacement autour du texte dans des zones, des figures et des cellules de tableau, utilisez la commande Marge intérieure, décrite dans la rubrique « Modification de la marge intérieure du texte dans des objets » à la page 61. Réglage de l’espace entre les caractères Vous pouvez augmenter ou diminuer l’espace entre les caractères. Pour ajuster l’écart entre des caractères : 1 Sélectionnez le texte que vous souhaitez modifier, ou cliquez à l’endroit où vous souhaitez saisir un nouveau texte. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Faites glisser le curseur Caractère ou spécifiez un nouveau pourcentage dans le champ Caractère. Vous pouvez également régler l’espace entre des caractères sélectionnés en choisissant Format > Police > Crénage et en sélectionnant une option dans le sous-menu. Modification de la couleur du texte à l’aide de l’Inspecteur du texte Les modifications apportées à la couleur du texte dans l’Inspecteur du texte remplacent les modifications de la couleur du texte apportées dans le panneau Police, et inversement. (Pour en savoir plus sur la modification de la couleur du texte à l’aide du panneau Police, reportez-vous à la rubrique « Modification de la couleur du texte à l’aide du panneau Police » à la page 49.) 58 Chapitre 3 Utilisation de texte Pour changer la couleur du texte : 1 Sélectionnez le texte dont vous souhaitez modifier la couleur ou cliquez dans le texte pour placer le point d’insertion. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Cliquez sur le cadre de couleurs. 4 Dans la fenêtre Couleurs, sélectionnez une couleur. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88 pour obtenir plus d’informations. Définition de taquets de tabulation afin d’aligner le texte Vous pouvez aligner le texte à des points spécifiques en définissant des taquets de tabulation dans une zone de texte, une cellule de tableau ou une figure. Pour déplacer le point d’insertion à un taquet de tabulation, appuyez sur Option + Tab. Vous pouvez définir rapidement des taquets de tabulation à l’aide des symboles de tabulation de la règle horizontale. Vous pouvez voir les symboles des taquets de tabulation existants sur la règle horizontale en cliquant sur Affichage dans la barre d’outils, en choisissant Afficher les règles, puis en sélectionnant du texte sur une diapositive. Pour définir des taquets de tabulation sur des listes, reportez-vous à la rubrique « Utilisation des listes à puces, numérotées et ordonnées (Structures) » à la page 61. Voici différentes façons d’utiliser les règles : m Pour afficher ou masquer les règles, cliquez sur Présentation dans la barre d’outils, et choisissez Afficher les règles ou Masquer les règles. m Pour changer les unités de mesure des règles, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Règles et choisissez un élément dans le menu local « Unités de la règle ». m Pour afficher les mesures sous forme de pourcentage de la distance parcourue, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Règles et sélectionnez « Afficher en pourcentage les unités de la règle ». m Pour placer le point d’origine horizontal de la règle au milieu de la diapositive, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Règles et sélectionnez « Placer l’origine au centre de la règle ». Tabulation décimale Tabulation à droite Tabulation centrale Des symboles de Tabulation à gauche tabulations bleus apparaissent sur la règle horizontale lorsque vous sélectionnez du texte avec desChapitre 3 Utilisation de texte 59 m Pour réutiliser les paramètres de règle à un autre endroit de votre document, sélectionnez Format > Texte > Copier la règle et Format > Texte > Coller la règle. Lorsque vous modifiez les paramètres de la règle dans les Préférences de Keynote, les nouveaux réglages s’appliquent à toutes les diapositives affichées dans Keynote jusqu’à ce que vous les changiez de nouveau. Définition d’un nouveau taquet de tabulation Vous pouvez utiliser la règle horizontale pour ajouter un taquet de tabulation. Pour créer un nouveau taquet : 1 Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Afficher les règles. 2 Cliquez sur la règle horizontale pour placer le symbole de tabulation à l’endroit où vous souhaitez insérer un taquet de tabulation. Si rien ne se produit, cliquez sur le texte pour définir le point d’insertion. 3 Cliquez sur le symbole de tabulation en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez une option dans le menu local. Tabulation de gauche : aligne le bord gauche du texte avec le taquet. Tabulation centrale : place le centre du texte sur le taquet. Tabulation de droite : aligne le bord droit du texte avec le taquet. Tabulation décimale : dans le cas des nombres, aligne le séparateur décimal (comme la virgule ou le point) avec le taquet de tabulation. Vous pouvez également double-cliquer de manière répétée sur le symbole de tabulation jusqu’à ce que le type de tabulation souhaité apparaisse. Modification d’un taquet de tabulation Vous pouvez modifier l’emplacement et le type de taquet de tabulation à l’aide de la règle horizontale. Pour modifier les taquets de tabulation : 1 Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Afficher les règles. 2 Pour déplacer un taquet de tabulation, faites glisser son symbole de tabulation bleu le long de la règle horizontale. 3 Pour changer le type de tabulation, cliquez tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée sur le symbole de tabulation et choisissez une option dans le menu local. Vous pouvez également double-cliquer de manière répétée sur le symbole de tabulation dans la règle jusqu’à ce que le type de tabulation souhaité apparaisse. Choisissez parmi ces types de tabulation.60 Chapitre 3 Utilisation de texte Suppression d’un taquet de tabulation Vous pouvez supprimer rapidement un taquet de tabulation à l’aide de la règle horizontale. Pour supprimer un taquet de tabulation : 1 Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et choisissez Afficher les règles. 2 Faites glisser le symbole de tabulation en dehors de la règle horizontale. Création de retraits Vous pouvez modifier la quantité d’espace entre le texte et la bordure intérieure d’une zone de texte, d’une figure ou d’une cellule de tableau. Définition de retraits pour les paragraphes Vous pouvez modifier le retrait d’un paragraphe en faisant glisser les contrôles de retrait sur la règle du texte. Pour définir des retraits à l’aide des règles : 1 Cliquez sur Présentation dans la barre d’outils et sélectionnez Afficher les règles. 2 Pour changer le retrait de droite, faites glisser l’icône de retrait de droite (triangle bleu pointant vers le bas du côté droit de la règle horizontale) jusqu’à la position où vous souhaitez que le bord droit du paragraphe se termine. 3 Pour changer le retrait de gauche, faites glisser son icône (triangle bleu pointant vers le bas du côté gauche de la règle) vers l’emplacement où le bord gauche du paragraphe doit commencer. Pour changer la marge gauche indépendamment du retrait gauche, maintenez enfoncée la touche Option lorsque vous faites glisser la souris. 4 Pour changer le retrait de la première ligne, faites glisser le retrait de première ligne (rectangle bleu) jusqu’à l’emplacement où la première ligne doit commencer. Si vous souhaitez que la première ligne reste alignée sur la marge de gauche, assurezvous que le rectangle est aligné avec l’icône de retrait de gauche. Si vous souhaitez créer un retrait suspendu, faites glisser le rectangle vers la gauche de l’icône de retrait à gauche. Pour utiliser les paramètres de règle à un autre endroit de votre document, sélectionnez Format > Texte > Copier la règle et Format > Texte > Coller la règle. Retrait de première ligne Retrait de droite Retrait de gaucheChapitre 3 Utilisation de texte 61 Modification de la marge intérieure du texte dans des objets Vous pouvez modifier l’espace entre le texte et la bordure intérieure d’une zone de texte, d’une figure ou d’une cellule de tableau. Cette mesure est appelée la marge intérieure. La quantité d’espace que vous indiquez est appliquée de manière uniforme autour du texte de chaque côté. Pour définir l’espacement entre le texte et l’intérieur d’une zone de texte, d’une figure ou d’une cellule de tableau : 1 Sélectionnez la zone de texte, la figure ou la cellule de tableau. (Si le point d’insertion se trouve à l’intérieur de l’objet, appuyez sur Commande + Retour afin de quitter le mode d’édition et sélectionnez l’objet.) 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Texte. 3 Faites glisser le curseur Marge intérieure vers la droite afin d’augmenter l’espace entre le texte et la bordure intérieure de l’objet, ou tapez un nombre dans la zone Marge intérieure et appuyez sur Retour. Vous pouvez aussi cliquer sur les flèches pour augmenter ou réduire l’espace. Définition de retraits pour les listes Pour mettre en retrait des listes de puces, des listes numérotées et des listes ordonnées, utilisez l’inspecteur de Texte. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des listes à puces, numérotées et ordonnées (Structures) » pour en savoir plus. Utilisation des listes à puces, numérotées et ordonnées (Structures) Keynote fournit des styles de puces et de numérotation prédéfinis permettant de créer des listes simples ou ordonnées). Les listes à puces et les listes numérotées sont de simples listes sans hiérarchies d’informations imbriquées comme il en existe dans une structure de type plan. Génération automatique de listes Lorsque vous utilisez la fonction de génération automatique de liste, Keynote met automatiquement en forme une liste en fonction de ce que vous tapez. Pour utiliser cette fonction, choisissez d’abord Keynote > Préférences, cliquez sur Correction automatique, et assurez-vous que l’option « Détection automatique de listes » est activée. Spécifiez la quantité d’espace souhaitée autour du texte dans une zone de texte, une figure ou une cellule de tableau.62 Chapitre 3 Utilisation de texte Voici différentes façons de générer des listes automatiquement : m Pour créer une liste à puces, tapez une puce (•), un espace, du texte, puis appuyez sur Retour. Pour taper une puce, appuyez sur Option + 8. m Pour créer des listes dont les symboles sont des astérisques (*) ou des tirets (-), tapez une astérisque ou un tiret, un espace, du texte, puis appuyez sur Retour. m Pour créer une liste dont les symboles sont des numéros ou des lettres, tapez le numéro ou la lettre, un point, un espace, du texte, puis appuyez sur Retour. m Pour revenir à un texte normal à la fin de votre liste, appuyez deux fois sur Retour. Vous pouvez utiliser n’importe quel format de caractère du menu local Style de numérotation de l’Inspecteur du texte. Pour accéder à ce menu, cliquez sur Puces dans l’inspecteur du texte et sur Numéros dans le menu local Puces et numérotation. Utilisation des listes à puces Même si vous pouvez utiliser la génération automatique de liste pour créer une liste à puces simple, l’Inspecteur du texte vous offre de nombreuses options de mise en forme des listes à puces. Pour insérer et mettre en forme une liste à puces : 1 Placez le point d’insertion où vous souhaitez que la liste commence. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Puces. 3 Choisissez un style de puces dans le menu local Puces et numérotation. Pour utiliser un caractère tapé comme puce, choisissez Puces de texte, puis sélectionnez le caractère dans la liste ou tapez un nouveau caractère dans le champ. Pour utiliser une des puces d’image intégrées à Keynote, choisissez Puces d’image puis choisissez une image dans la liste déroulante. Pour utiliser votre propre image comme puce, choisissez Image personnalisée dans la zone de dialogue Ouvrir qui s’affiche. 4 Pour modifier la taille d’une puce d’image, spécifiez un pourcentage de la taille de l’image d’origine dans le champ Taille. Ou, cochez la case « Adapter au texte » et spécifiez le pourcentage de la taille du texte ; cette option permet de conserver les proportions image-texte des puces même si vous modifiez la police du texte par la suite. 5 Pour régler l’espace entre les puces et la marge gauche, utilisez le champ Retrait des puces. Pour régler l’espace entre les puces et le texte, utilisez le champ Retrait du texte. 6 Pour placer les puces plus haut ou plus bas par rapport au texte, utilisez le champ Aligner.Chapitre 3 Utilisation de texte 63 Vous pouvez utiliser ces techniques pour ajouter et mettre en retrait les éléments à puces de votre liste :  Pour ajouter une nouvelle rubrique au niveau de retrait actuel, appuyez sur Retour.  Pour créer un paragraphe dissocié de la liste dans une rubrique, appuyez sur Retour tout en maintenant la touche Maj enfoncée.  Pour saisir une nouvelle rubrique au niveau de retrait suivant (inférieur ou supérieur), appuyez sur la touche Retour et cliquez sur une des flèches adjacentes au champ Niveau de retrait. Vous pouvez également cliquer sur une puce et maintenir le bouton de la souris enfoncé, puis la faire glisser à droite, à gauche, en bas à droite ou encore en bas à gauche.  Pour retrouver le texte normal à la fin de votre liste, appuyez deux fois sur Retour, ou appuyez sur Retour puis choisissez Pas de puces dans le menu local Puces et numé- rotation. Vous pouvez également régler le niveau de retrait. Utilisation des listes numérotées Même si vous pouvez utiliser la génération automatique de liste pour créer une liste numé- rotée simple, l’Inspecteur du texte vous offre de nombreuses options de mise en forme des listes numérotées. Pour en savoir plus sur la génération automatique de liste, reportez-vous à la rubrique « Génération automatique de listes » à la page 61. Pour ajouter et mettre en forme une liste numérotée : 1 Placez le point d’insertion où vous souhaitez que la liste commence. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Puces. 3 Choisissez Numéros dans le menu local Puces et numérotation, puis choisissez le style de numérotation souhaité dans le menu local juste en dessous. 4 Pour régler l’espace entre les numéros et la marge gauche, utilisez le champ Retrait des numéros. Pour régler l’espace entre les numéros et le texte, utilisez le champ Retrait du texte. Vous pouvez utiliser ces techniques pour ajouter et mettre en retrait les éléments de votre liste :  Pour ajouter une nouvelle rubrique au niveau de retrait actuel, appuyez sur Retour.  Pour créer un paragraphe non numéroté dans une rubrique, appuyez sur Retour tout en maintenant la touche Maj enfoncée.  Pour saisir une nouvelle rubrique au niveau de retrait suivant (inférieur ou supérieur), appuyez sur la touche Retour et cliquez sur une des flèches adjacentes au champ Niveau de retrait. Vous pouvez également cliquer et maintenir enfoncé un nombre, puis le faire glisser à droite, à gauche, en bas à droite ou encore en bas à gauche.64 Chapitre 3 Utilisation de texte  Pour retrouver le texte normal à la fin de votre liste, appuyez deux fois sur Retour, ou appuyez sur Retour puis choisissez Pas de puces dans le menu local Puces et numérotation. Vous pouvez également régler le niveau de retrait.  Pour ajouter un paragraphe existant à une liste numérotée, cliquez sur le paragraphe, choisissez un style de numérotation, puis cliquez sur « Continuer à partir de la précédente ».  Pour démarrer une nouvelle séquence numérotée dans une liste, cliquez sur « Commencer à » puis spécifiez le numéro à partir duquel vous souhaitez que la séquence commence. Si vous souhaitez que les éléments de votre liste comportent des sous-rubriques avec des titres (comme dans une description), utilisez une liste ordonnée plutôt qu’une liste numérotée. Utilisation de listes ordonnées (Structures) Les listes ordonnées (ou structures) offrent des styles de numérotation différents pour chaque niveau de retrait de la liste, ce qui vous permet de hiérarchiser vos informations. Par exemple :  Vous pouvez créer une structure à l’aide d’une séquence numérotée comparable à celle qui suit en partant du niveau le plus élevé vers les niveaux inférieurs : I, A, 1, a), (1), (a), i), (1) et (a).  Vous pouvez créer une structure de style plus administratif et formel, qui ajoute un numéro ou une lettre supplémentaire à chaque niveau inférieur : 1, 1.1, 1.1.1 et ainsi de suite. Vous pouvez ajouter et mettre en forme des listes ordonnées à l’aide de l’Inspecteur du texte. Pour ajouter et mettre en forme une liste ordonnée : 1 Placez le point d’insertion où vous souhaitez que la liste commence. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Liste. 3 Pour créer une liste de style légal, choisissez Numérotation progressive dans le menu local Puces et numérotation. Sinon, choisissez Numéros à la place. 4 Choisissez un style de numérotation dans le menu local qui se situe juste en dessous. 5 Pour régler l’espace entre les numéros et la marge gauche, utilisez le champ Retrait des numéros. Pour régler l’espace entre les numéros et le texte, utilisez le champ Retrait du texte.Chapitre 3 Utilisation de texte 65 Vous pouvez utiliser ces techniques pour ajouter et mettre en retrait les éléments de votre liste :  Pour ajouter une nouvelle rubrique au niveau de retrait actuel, appuyez sur Retour.  Pour créer un paragraphe non numéroté dans une rubrique, appuyez sur Retour tout en maintenant la touche Maj enfoncée.  Pour ajouter une nouvelle rubrique au niveau de retrait inférieur suivant, appuyez sur la touche de tabulation. Pour ajouter une nouvelle rubrique au niveau de retrait supérieur suivant, appuyez simultanément sur la touche Maj et sur la touche de tabulation. Pour naviguer parmi les niveaux, vous pouvez également cliquer et maintenir enfoncé un numéro, puis le faire glisser à droite, à gauche, en bas à droite ou encore en bas à gauche.  Pour retrouver le texte normal à la fin de votre liste, appuyez deux fois sur Retour, ou appuyez sur Retour puis choisissez Pas de puces dans le menu local Puces et numé- rotation. Vous pouvez également régler le niveau de retrait.  Pour ajouter un paragraphe existant à une liste numérotée, cliquez sur le paragraphe, choisissez un style de numérotation, puis cliquez sur « Continuer à partir de la précédente ».  Pour démarrer une nouvelle séquence numérotée dans une liste, cliquez sur « Commencer à » puis spécifiez le numéro à partir duquel vous souhaitez que la séquence commence. Utilisation de zones de texte et de figures pour faire ressortir le texte Vous pouvez utiliser des zones de texte et des figures pour faire ressortir le corps du texte principal sur une diapositive. Ajout de zones de texte libre Plusieurs modèles de diapositive comportent des zones de texte, mais vous pouvez ajouter une ou plusieurs « zone(s) de texte libre » à une diapositive. Les zones de texte libres sont similaires aux zones de texte fournies dans différents modèles de diapositive. La principale différence est que, dans les zones de texte libre, le texte n’apparaît pas en mode plan. Vous pouvez faire glisser des zones de texte libre n’importe où dans une diapositive.66 Chapitre 3 Utilisation de texte Pour créer une zone de texte libre : 1 Cliquez sur Zone de texte dans la barre d’outils (ou choisissez Insérer > Zone de texte). 2 Dans la zone qui s’affiche, double-cliquez sur le texte et saisissez votre texte. Les zones de texte libres s’allongent horizontalement, en fonction de la largeur de la diapositive, pour s’adapter à votre texte. Pour utiliser la largeur totale de la diapositive pour le texte, ignorez l’étape suivante. 3 Pour définir une largeur fixe pour la zone de texte, faites glisser ses poignées. Après avoir défini une largeur (ou si la zone est aussi large que la diapositive), la zone de texte s’étend verticalement pour s’adapter à votre texte. Si vous supprimez du texte, la zone rétrécit automatiquement. 4 Après avoir saisi votre texte, cliquez en dehors de la zone de texte. Vous pouvez également appuyer simultanément sur les touches Commande et Retour pour arrêter les modifications et sélectionner la zone de texte. 5 Faites glisser la zone de texte pour la positionner sur la diapositive. Vous pouvez également tracer une zone de texte libre. Cliquez sur zone de Texte dans la barre d’outils tout en maintenant la touche Option enfoncée, puis faites glisser le pointeur à travers la fenêtre du document pour créer une zone de texte de la taille souhaitée. Pour plus d’informations sur la modification des zones de texte, consultez la rubrique « Mise en forme d’une zone de texte ou d’une figure » à la page 67. Présentation du texte en colonnes Vous pouvez également créer des colonnes dans une zone de texte ou dans une forme rectangulaire. Lorsque le texte a rempli une colonne, il s’étend dans la colonne suivante. Pour créer des colonnes et les mettre en forme : 1 Sélectionnez la zone de texte que vous souhaitez répartir en colonnes. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte et enfin sur Colonnes. 3 Pour indiquer le nombre de colonnes souhaité, utilisez le champ Colonnes. 4 Pour utiliser des colonnes de même largeur, sélectionnez « Largeur de colonne identique ». Pour configurer des colonnes de largeur différente, désactivez la case « Largeur de colonne identique », double-cliquez sur une valeur de colonne et saisissez une nouvelle largeur. 5 Pour modifier l’espace entre colonnes, double-cliquez sur une valeur de petit fond et modifiez-la.Chapitre 3 Utilisation de texte 67 Ajout de texte dans une forme Toutes les figures, à l’exception des lignes, peuvent contenir du texte. Pour ajouter du texte à une figure : 1 Placez une figure à l’emplacement souhaité sur la diapositive. Pour en savoir plus sur l’ajout de figures, reportez-vous aux rubriques « Ajout d’une figure prédessinée » à la page 91 et « Ajout d’une figure personnalisée » à la page 92. 2 Double-cliquez sur la figure et tapez le texte souhaité. Si le texte s’étend au-delà de la bordure de la figure, un indicateur de découpage apparaît. 3 Pour redimensionner la figure, sélectionnez-la et faites glisser les poignées de sélection. Si le point d’insertion se trouve à l’intérieur de la figure, appuyez sur Commande + Retour afin de quitter le mode édition de texte et sélectionnez la figure. Vous pouvez mettre en forme du texte dans une figure. Vous avez également la possibilité de faire pivoter une figure tout en conservant le texte dans sa position horizontale. Après avoir fait pivoter la figure, sélectionnez Format > Figure > « Réinitialiser les poignées de l’objet et du texte ». 4 Pour ajouter du texte à une figure faisant partie d’un groupe , double-cliquez dans la zone de texte de n’importe quelle figure du groupe. Si vous redimensionnez le groupe, tout ce qui le compose est également redimensionné, à l’exception du texte. Vous pouvez toujours éditer et mettre en forme du texte. Reportez-vous à la rubrique « Regroupement et verrouillage d’objets » à la page 86 pour obtenir des détails sur le regroupement d’objets. Mise en forme d’une zone de texte ou d’une figure Vous pouvez modifier l’espace entre le texte et la bordure intérieure d’une zone de texte, d’une figure ou d’une cellule de tableau. Reportez-vous à la rubrique « Modification de la marge intérieure du texte dans des objets » à la page 61 pour obtenir des instructions. Utilisez l’Inspecteur des graphismes pour mettre en forme, entre autres, les bordures, les ombres, l’opacité et le remplissage couleur des zones de texte ou des figures. Pour en savoir plus sur la définition des propriétés des objets, reportez-vous à la rubrique « Modification des objets » à la page 81 L’indicateur de découpage indique que le texte s’étend au-delà des bordures d’une forme.68 Chapitre 3 Utilisation de texte Utilisation de liens hypertextes Vous pouvez transformer du texte, des images et des figures en liens hypertexte permettant d’ouvrir une autre diapositive, un document Keynote, une page Web ou un message électronique ou encore d’arrêter un diaporama. Lien vers une page Web Vous pouvez ajouter un lien hypertexte qui ouvre une page web dans votre navigateur web par défaut. Pour ajouter un lien hypertexte qui ouvre une page web : 1 Sélectionnez le texte ou l’objet que vous souhaitez convertir en lien. Si vous saisissez un texte commençant par « www » ou « http » (ou si vous le copiez à partir d’un autre document), le texte se transforme automatiquement en lien hypertexte. Pour désactiver cette fonction, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Correction automatique, puis désactivez la case « Détecter automatiquement les adresses électroniques et de page Web ». Ce réglage est propre à chaque ordinateur ; par conséquent si le document est ouvert sur un ordinateur dont la configuration est différente, c’est ce réglage qui sera utilisé. Utilisez ce type de lien Pour exécuter cette action Remarques Page Web Ouvrez une page dans un navigateur web Keynote ouvre votre navigateur par défaut. Message électronique Ouvrez un nouveau courrier électronique et saisissez l’objet et l’adresse Keynote ouvre votre application de messagerie électronique par défaut. Diapositive Passez à une autre diapositive de la présentation Choisissez la diapositive suivante ou précédente, la première ou la dernière diapositive ; la dernière diapositive affichée ; ou encore une diapositive donnée. Fichier Keynote Ouvrir un nouveau document Keynote Si vous transférez la présentation vers un autre ordinateur, vous devez également transfé- rer l’autre document. Fermeture du diaporama Arrêtez le diaporama Keynote s’ouvre en mode de modification sur la dernière diapositive affichée. Ce texte surligné est un lien hypertexte. La flèche bleue indique que cette zone de texte est un lien hypertexte.Chapitre 3 Utilisation de texte 69 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur de lien hypertexte, puis sélectionnez Activer comme lien. 3 Choisissez Page Web dans le menu local Relier à. 4 Tapez l’adresse de la page web dans le champ URL. 5 Si vous désirez modifier le texte qui apparaît comme lien hypertexte sur le document, saisissez-en un nouveau dans le champ Afficher. Lien vers un message électronique préadressé Vous pouvez ajouter un lien hypertexte sur lequel vous pouvez cliquer pour ouvrir un message électronique préadressé dans votre application de messagerie par défaut. Pour ajouter un lien hypertexte vers un message électronique : 1 Sélectionnez le texte ou l’objet que vous souhaitez convertir en lien. Si vous saisissez une adresse électronique (ou si vous la copiez à partir d’un autre document), le texte se transforme automatiquement en lien hypertexte. Pour désactiver cette fonction, sélectionnez Keynote > Préférences, cliquez sur Correction automatique, puis décochez la case « Détecter automatiquement les adresses électroniques et de page web ». Ce réglage est propre à chaque ordinateur ; par conséquent si le document est ouvert sur un ordinateur dont la configuration est différente, c’est ce réglage qui sera utilisé. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur de lien hypertexte, puis sélectionnez Activer comme lien. 3 Choisissez Message électronique dans le menu local Relier à. 4 Tapez l’adresse électronique du destinataire dans le champ À. 5 Vous pouvez également spécifier l’objet du message dans le champ Objet. Le bouton Inspecteur de lien hypertexte Tapez l’URL vers laquelle le lien doit renvoyer. Tapez le texte du lien que vous souhaitez afficher sur la diapositive.70 Chapitre 3 Utilisation de texte 6 Pour afficher le texte personnalisé pour le lien hypertexte, tapez le nouveau texte dans le champ Afficher. (Cette option est estompée si vous avez choisi un objet au lieu d’un texte pour lien hypertexte.) Création d’un lien vers une diapositive Ajouter un lien hypertexte permettant d’afficher une diapositive donnée. Pour ajouter un lien hypertexte relié à une diapositive : 1 Sélectionnez le texte ou l’objet que vous souhaitez convertir en lien. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur de lien hypertexte, puis sélectionnez Activer comme lien. 3 Choisissez Diapositive dans le menu local Relier à. 4 Sélectionnez l’option décrivant la diapositive à afficher (suivante, précédente, première, dernière, dernière affichée, ou bien un numéro de diapositive). Vous pouvez utiliser des liens hypertexte pour opérer la navigation lors d’un diaporama. Reportez-vous à la rubrique « Création de présentations à liens uniquement » à la page 185. Création d’un lien vers un fichier Keynote Ajouter un lien hypertexte permettant d’ouvrir un autre fichier Keynote. Pour ajouter un lien hypertexte qui ouvre un autre document Keynote : 1 Sélectionnez le texte ou l’objet que vous souhaitez convertir en lien. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur de lien hypertexte, puis sélectionnez « Activer comme lien ». 3 Choisissez Fichier Keynote dans le menu local Relier à. 4 Localisez le fichier et cliquez sur Ouvrir. 5 Si vous désirez modifier le texte qui apparaît comme lien hypertexte sur le document, saisissez-en un nouveau dans le champ Afficher. Lorsque vous cliquez sur un lien vers un autre document Keynote, le nouveau diaporama commence à partir de la première diapositive. Tapez l’objet du message. Tapez l’adresse électronique du destinataire. Tapez le texte du lien à afficher sur la diapositive.Chapitre 3 Utilisation de texte 71 Utilisation d’un lien hypertexte pour arrêter un diaporama Ajouter un lien hypertexte permettant d’arrêter un diaporama. Pour ajouter un lien hypertexte permettant d’arrêter un diaporama : 1 Sélectionnez le texte ou l’objet que vous souhaitez convertir en lien. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur de lien hypertexte, puis sélectionnez Activer comme lien. 3 Choisissez Quitter le diaporama dans le menu local Relier à. Soulignement des liens hypertexte Par défaut, les liens hypertexte sont soulignés, vous pouvez toutefois supprimer le soulignement si vous le souhaitez. Voici différentes manières d’activer et de désactiver le soulignement : m Pour empêcher que les nouveaux liens hypertexte ne soient automatiquement soulignés, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Général et désactivez la case « Souligner les liens à la création ». m Pour supprimer le soulignement d’un lien hypertexte, sélectionnez celui-ci, cliquer sur Polices dans la barre d’outils, et dans le panneau Police choisissez Aucun dans le menu local Souligner. m Pour souligner un lien hypertexte, cliquez sur Polices dans la barre d’outils, et dans le panneau Police choisissez Simple dans le menu local Souligner. Remplacement automatique de texte Keynote peut être configuré de manière à reconnaître et remplacer certains éléments de texte par d’autres. Par exemple, si vous tapez l’article mal orthographié « dse », Keynote peut le remplacer automatiquement par « des ». Pour configurer la fonction de substitution automatique de texte : 1 Choisissez Keynote > Préférences. 2 Cliquez sur Auto-correction et sélectionnez une option. Pour convertir automatiquement les guillemets droits simples ou doubles en guillemets courbes afin que les guillemets ouvrants et fermants soient différents, sélectionnez Utiliser les guillemets courbes. Pour être sûr que le premier mot d’une phrase commence bien par une majuscule, cochez Corriger les majuscules. Pour convertir automatiquement les lettres dans 1er, 2ème, 3ème, etc.en exposant, cochez la case « Suffices numérqiues en exposants ».72 Chapitre 3 Utilisation de texte Pour faire en sorte que Keynote détecte automatiquement les adresses électroniques ou URL que vous saisissez, cochez Détecter automatiquement les adresses électroniques et de page Web. Les URL et les adresses électroniques saisies se changent alors automatiquement en liens pour Mail ou Safari. Pour remplacer un ou plusieurs caractères par d’autres, cochez Substitution de texte et de symboleUtilisez ensuite les rangs du tableau pour définir et activer les substitutions comme vous le souhaitez. Par exemple, si vous tapez le symbole du copyright sous la forme (c), vous pouvez ordonner à Keynote de le convertir automatiquement en © en plaçant une marque dans la colonne Activé. Pour définir votre propre substitution, cliquez sur le bouton Ajouter (+).Pour supprimer un élément sélectionné, cliquez sur le bouton de suppression (-). Après avoir indiqué les réglages de substitution, ces derniers s’appliqueront à tout texte que vous modifiez ou ajoutez dans un document Keynote. Insertion d’un espace insécable Vous pouvez insérer un espace insécable entre des mots pour vous assurer qu’ils apparaîtront toujours sur la même ligne de texte. Pour insérer un espace insécable : m Appuyez sur la barre d’espace tout en maintenant la touche Option enfoncée. Vérification de l’orthographe Keynote peut détecter les fautes d’orthographe dans votre document et vous aider à trouver l’orthographe exacte de certains mots. Recherche des mots mal orthographiés Vous pouvez configurer le correcteur orthographique afin qu’il indique les erreurs lors de la saisie, ou vous pouvez à tout moment vérifier l’ensemble du document ou du texte sélectionné. Les mots mal orthographiés sont soulignés d’un trait rouge. Voici différentes manières de trouver les mots mal orthographiés : m Pour vérifier l’orthographe en cours de saisie, choisissez Édition > Orthographe > Vérifier l’orthographe lors de la frappe. Pour désactiver la vérification orthographique en cours de saisie, cliquez sur Édition> Orthographe > « Vérifier l’orthographe lors de la frappe », puis désactivez cette option (assurez-vous que la coche n’apparaît plus en regard de la commande du menu). m Pour vérifier l’orthographe depuis le point d’insertion jusqu’à la fin du document, cliquez pour placer le point d’insertion, puis choisissez Édition > Orthographe > Vérifier l’orthographe. Pour limiter la vérification orthographique à une portion particulière du document, sélectionnez le texte que vous souhaitez vérifier avant de choisir la commande.Chapitre 3 Utilisation de texte 73 Le premier mot mal orthographié est mis en surbrillance. Vous pouvez le corriger ou choisir de nouveau la même commande de menu afin de continuer à vérifier le document. Pour parcourir le texte plus rapidement, appuyez sur Commande + point-virgule (;) afin de poursuivre la vérification du document. m Pour vérifier l’orthographe et obtenir des suggestions de correction, choisissez Édition > Orthographe > Orthographe. La fenêtre Orthographe s’ouvre, et vous pouvez l’utiliser comme indiqué dans la rubrique « Utilisation des suggestions de correction orthographique, » ci-après. Utilisation des suggestions de correction orthographique Utilisez la fenêtre Orthographe pour trouver des suggestions d’orthographe. Pour utiliser les suggestions de correction orthographique : 1 Choisissez Édition > Orthographe > Orthographe. La fenêtre Orthographe s’ouvre et le premier mot mal orthographié est mis en surbrillance : 2 Veillez à sélectionner la langue qui convient dans le menu local Dictionnaire. À chaque langue correspond un dictionnaire différent. 3 Pour remplacer le mot mal orthographié dans le texte, double-cliquez sur le mot ou l’orthographe correct dans la liste des propositions. 4 Si le mot correct ne figure pas dans la liste Propositions mais que vous en connaissez l’orthographe, sélectionnez le mot mal orthographié dans la fenêtre Orthographe, tapez le mot correct, puis cliquez sur Corriger. 5 Si le mot est bien orthographié et que vous souhaitez le laisser tel quel, cliquez sur Ignorer ou sur Mémoriser l’orthographe. Cliquez sur Mémoriser l’orthographe si vous utilisez souvent le terme et que vous souhaitez l’ajouter au dictionnaire. Si vous avez utilisé Mémoriser l’orthographe et que vous souhaitez ne pas laisser le mot dans le dictionnaire, tapez le mot dans la zone de texte en dessous de la liste Proposition, puis cliquez sur Effacer. 6 Si aucune autre suggestion n’apparaît dans la liste Propositions, sélectionnez le mot mal orthographié dans la fenêtre Orthographe, puis essayez une autre orthographe. Cliquez sur Propositions pour que de nouvelles suggestions apparaissent dans la liste Propositions. 7 Cliquez sur Rechercher le suivant et répétez les étapes 3 à 6 jusqu’à ce que vous ne trouviez plus aucune faute. Vous pouvez également maintenir la touche Contrôle enfoncée et cliquer sur un mot mal orthographié. Dans le menu local, vous pouvez choisir une autre orthographe, cliquer sur Mémoriser l’orthographe ou sur Ignorer.74 Chapitre 3 Utilisation de texte Recherche et remplacement de texte Vous pouvez rechercher toutes les instances d’un mot ou d’une expression dans votre document et les remplacer éventuellement par un autre mot ou une autre expression. Voici différentes manières de rechercher et de remplacer du texte : m Choisissez Édition > Rechercher > Rechercher, cliquez sur Simple ou sur Avancé pour configurer les critères de recherche/remplacement, puis cliquez sur un bouton pour lancer les opérations de recherche/remplacement. Simple : dans le champ Rechercher, tapez le texte que vous souhaitez rechercher, puis tapez le texte par lequel vous souhaitez le remplacer dans le champ Remplacer. Avancé : en plus de saisir le texte dans les champs Rechercher et Remplacer, vous pouvez définir d’autres critères de recherche ou de remplacement. Tout remplacer : effectue automatiquement les opérations de recherche/remplacement sans votre intervention. Remplacer : remplace la sélection actuelle par le texte de remplacement. Remplacer et rechercher : remplace la sélection actuelle par le texte de remplacement et recherche immédiatement l’occurrence suivante. Suivant ou Précédent : recherche l’occurrence suivante ou précédente du texte Rechercher. m Utilisez les autres commandes dans Édition > Rechercher. Rechercher le suivant ou Rechercher le précédent : recherche l’occurrence suivante ou précé- dente du texte Rechercher actuel. Rechercher la sélection : recherche l’occurrence suivante du texte sélectionné. Aller à la sélection : affiche le texte sélectionné lorsqu’il n’apparaît pas à l’écran.4 75 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Ce chapitre décrit les techniques permettant d’ajouter et de modifier des images, des figures, du son et autres objets. Un objet est un élément que vous pouvez ajouter à un document, puis transformer. Les images, figures, séquences, fichiers audio, affichages web, tableaux, graphiques et zones de texte sont tous des objets. Les images comprennent les photographies ou les fichiers PDF. Les séquences et les fichiers son peuvent être utilisés sur l’ensemble d’un diaporama ou sur des diapositives particuliè- res. Les figures comprennent les figures simples prédessinées (telles que les triangles et les flèches) et les figures personnalisées que vous dessinez vous-même. Les affichages Web sont des instantanés de pages web que vous pouvez afficher sur une diapositive. Sélection d’objets Avant de pouvoir déplacer, modifier ou effectuer d’autres opérations sur des objets, vous devez les sélectionner. Un objet sélectionné est muni de poignées qui vous permettent de le déplacer ou de le manipuler. Voici plusieurs façons de sélectionner et désélectionner des objets : m Pour sélectionner un seul objet, cliquez sur celui-ci à un endroit quelconque (si l’objet n’a pas de remplissage, cliquez sur le bord). m Pour sélectionner plusieurs objets sur une diapositive, maintenez la touche Maj enfoncée lorsque vous cliquez sur les objets. m Pour sélectionner tous les objets sur une diapositive, cliquez sur celle-ci et appuyez sur les touches Commande + A. m Pour sélectionner un objet faisant partie d’un groupe, vous devez tout d’abord dissocier les objets. Sélectionnez le groupe, puis choisissez Disposition > Dissocier. m Pour désélectionner les objets d’un groupe d’objets sélectionnés, maintenez la touche Commande enfoncée, puis cliquez sur les objets que vous souhaitez désélectionner.76 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Copie et duplication d’objets La technique à utiliser pour copier un objet dépend de l’endroit où vous souhaitez placer la copie. Lorsque la copie est destinée à un emplacement éloigné de l’original ou à un autre document, la méthode la plus facile consiste généralement à copier et à coller. Lorsque vous travaillez avec un objet qui est proche de l’original, il est généralement plus facile de le dupliquer. Voici plusieurs façons de copier des objets : m Pour copier et coller un objet, sélectionnez-le, puis choisissez Édition > Copier. Cliquez à l’endroit où vous souhaitez voir apparaître la copie. Cliquez sur Édition > Coller. m Pour dupliquer un objet sur une diapositive, maintenez la touche Option enfoncée tout en faisant glisser l’objet. Vous pouvez également dupliquer l’objet. Sélectionnez l’objet et cliquez sur Édition > Dupliquer. La copie apparaît au-dessus de l’original et légèrement décalée par rapport à celui-ci. Faites glisser la copie jusqu’à l’emplacement souhaité. m Pour copier une image entre deux documents Keynote, sélectionnez l’image et faites glisser son icône depuis le champ Informations du fichier de l’Inspecteur des mesures vers une diapositive dans l’autre fichier Keynote. Suppression d’objets La suppression d’objets est rapide et facile. Pour supprimer des objets : m Sélectionnez le ou les objets et appuyez sur la touche Suppr. Si vous supprimez un objet sans le vouloir, choisissez Édition > Annuler Supprimer. Déplacement d’objets Pour déplacer des objets, vous pouvez les faire glisser ou les copier/coller. Voici plusieurs façons de déplacer des objets : m Cliquez sur l’objet pour le sélectionner (les poignées de sélection apparaissent) puis faites-le glisser vers le nouvel emplacement. m Pour contraindre l’objet à se déplacer horizontalement, verticalement ou selon un angle de 45 degrés, appuyez sur la touche Maj et maintenez-la enfoncée avant de commencer à le faire glisser. m Pour déplacer l’objet par petits incréments, appuyez sur l’une des touches fléchées pour faire progresser l’objet d’un seul point à la fois. Pour déplacer l’objet par incréments de dix points, maintenez la touche Maj enfoncée tout en appuyant sur une touche fléchée.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 77 m Pour afficher la position de l’objet lorsque vous le déplacez, choisissez Keynote > Préférences, puis sélectionnez « Afficher la taille et la position des objets lors de leur déplacement » dans la sous-fenêtre Général. m Pour aligner précisément des objets par rapport à leurs bords ou à leur centre, vous pouvez utiliser les guides d’alignement. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des guides d’alignement » à la page 79 pour en savoir plus. m Sélectionnez l’objet et cliquez sur Édition > Couper. Placez le point d’insertion à l’endroit où vous souhaitez que l’objet apparaisse, puis cliquez sur Édition > Coller. Évitez de faire glisser un objet en le tenant par ses poignées de sélection, car vous risqueriez de le redimensionner sans le vouloir. Déplacement d’objets vers l’avant ou vers l’arrière (disposition en couches) Lorsque des objets se chevauchent ou lorsque du texte ou des objets se chevauchent, vous pouvez modifier l’ordre des objets dans la pile. Pour déplacer un objet de sorte qu’il se trouve devant ou derrière du texte ou un autre objet : 1 Sélectionnez l’objet à déplacer. 2 Pour déplacer un objet d’un seul plan à la fois, choisissez Disposition > « Avancer d’un plan » ou « Reculer d’un plan «. 3 Pour ramener l’objet en bas ou en haut de la pile, choisissez Disposition > « Mettre à l’arrière-plan » ou « Mettre au premier plan ». Si vous superposez fréquemment des objets, vous pouvez ajouter les boutons Devant, Derrière, Plan sup. et Plan inf. à la barre d’outils afin de travailler plus efficacement. Pour en savoir plus sur la personnalisation de la barre d’outils, reportez-vous à la rubrique « La barre d’outils » à la page 22.78 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Alignement d’objets Il existe plusieurs manières d’aligner des objets sur des diapositives. Alignement d’objets sur une diapositive les uns par rapport aux autres Vous pouvez rapidement aligner des objets les uns par rapport aux autres s’ils se trouvent sur la même diapositive. Pour aligner des objets : 1 Appuyez sur la touche Maj tout en cliquant sur les objets à aligner afin de les sélectionner. 2 Choisissez Disposition > Aligner les objets, puis, dans le sous-menu, choisissez l’une des options d’alignement. À gauche : cette option positionne les objets de sorte que leur bord gauche soit aligné verticalement sur le premier objet que vous sélectionnez. Centrer : cette option positionne les objets de sorte que leur centre soit aligné verticalement sur le premier objet que vous sélectionnez. À droite : cette option positionne les objets de sorte que leur bord droit soit aligné verticalement sur le premier objet que vous sélectionnez. Supérieur : cette option positionne les objets de sorte que leur bord supérieur soit aligné horizontalement sur le premier objet que vous sélectionnez. Milieu : cette option déplace les objets verticalement de sorte que leur centre soit aligné horizontalement sur le premier objet que vous sélectionnez. Inférieur : cette option positionne les objets de sorte que leur bord inférieur soit aligné horizontalement sur le premier objet que vous sélectionnez. Vous pouvez aussi aligner des objets les uns par rapport aux autres en les faisant glisser et en vous servant des guides d’alignement qui vous permettent de déterminer s’ils sont correctement positionnés. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des guides d’alignement » pour obtenir plus d’informations. Espacement uniforme des objets sur la diapositive Vous pouvez rapidement faire en sorte que l’espace entre les objets soit partout le même, quelle que soit leur taille. Pour espacer les objets de façon uniforme : 1 Sélectionnez les objets. 2 Choisissez Disposition > Répartir les objets, puis choisissez une option dans le sous-menu. Horizontalement : règle l’espacement horizontal entre les objets. Verticalement : règle l’espacement vertical entre les objets.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 79 Utilisation des guides d’alignement Vous pouvez activer des guides d’alignement pour vous aider à aligner des objets sur une diapositive. Les réglages des guides d’alignement s’appliquent à tous les documents Keynote. Pour activer des guides d’alignement : 1 Choisissez Keynote > Préférences, puis cliquez sur Règles. 2 Pour afficher des guides lorsque le centre d’un objet est aligné avec un autre objet ou avec le centre de la diapositive, sélectionnez « Afficher les guides au centre de l’objet ». 3 Pour afficher les guides lorsque les bords d’un objet sont alignés avec un autre objet, sélectionnez « Afficher les guides sur les bords de l’objet ». 4 Pour changer la couleur des guides d’alignement, cliquez sur le cadre de couleurs, puis sélectionnez une couleur dans la fenêtre Couleurs. Les guides d’alignement n’apparaissent pas sur les diapositives imprimées. Pour afficher ou masquer les guides, choisissez Présentation > Afficher les guides ou Présentation > Masquer les guides. Pour masquer provisoirement les guides d’alignement, maintenez la touche Commande enfoncée tout en faisant glisser un objet. Vous pouvez aussi créer vos propres guides d’alignement pour vous aider à placer des objets à la même position sur des diapositives différentes. Création de guides d’alignement Vous pouvez créer vos propres guides d’alignement pour vous aider à positionner des objets. Pour créer un guide d’alignement : 1 Cliquez sur Affichage dans la barre d’outils et sélectionnez Afficher les règles. 2 Placez le pointeur sur une règle et faites-la glisser dans le canevas. Un guide d’alignement apparaît. 3 Faites-le glisser sur la diapositive jusqu’à l’emplacement souhaité. Pour supprimer un guide d’alignement que vous avez créé, faites-le glisser à l’extérieur de la diapositive. Utilisation d’un quadrillage principal En plus des guides d’alignement sur une diapositive, vous pouvez activer un quadrillage vertical et horizontal pour la diviser en sections égales. Le quadrillage s’affiche sur les modèles de diapositive, et apparaît sur une diapositive lorsqu’un objet (le centre ou le bord de celui-ci, selon vos préférences d’alignement d’objet) est aligné avec un quadrillage. Le quadrillage n’apparaît pas sur les diapositives imprimées.80 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Pour activer le modèle de quadrillage : 1 Choisissez Keynote > Préférences, puis cliquez sur Règles. 2 Cochez une des cases (ou les deux) de Quadrillage principal. 3 Saisissez une valeur en pourcentage dans le champ correspondant pour spécifier l’espacement souhaité pour le quadrillage. 4 Pour changer la couleur du quadrillage, cliquez sur le cadre de couleurs Quadrillage principal et sélectionnez-en une dans la fenêtre Couleurs. Pour masquer provisoirement le quadrillage, maintenez la touche Commande enfoncée tout en faisant glisser un objet. Définition de la position précise des objets Utilisez l’Inspecteur des mesures pour indiquer l’emplacement des objets de façon précise. Pour définir la position précise d’un objet : 1 Sélectionnez l’objet que vous souhaitez positionner. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des mesures. 3 Saisissez les valeurs X et Y dans les champs Position. Les coordonnées spécifiées déterminent la position du coin supérieur gauche du conteneur de l’objet.  La valeur X se mesure à partir du bord gauche du canevas.  La valeur Y se mesure à partir du bord droit du canevas. Si vous faites pivoter un objet, les coordonnées X et Y spécifient le coin supérieur gauche du conteneur qui a pivoté. Si vous saisissez les coordonnées X et Y pour les positions des lignes dans l’Inspecteur des mesures, les coordonnées Début représentent le premier point de fin de ligne que vous avez créé. Si vous retournez ou faites pivoter la ligne par la suite, les coordonnées de départ correspondent toujours au même point de terminaison de la ligne. Positionnez une ligne fixe sur la diapositive en spécifiant les coordonnées X et Y de son point d’arrivée. Positionnez une ligne fixe sur la diapositive en spécifiant les coordonnées X et Y de son point de départ.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 81 Modification des objets Vous pouvez redimensionner les objets, changer leur orientation, modifier le style de leur bordure, leur ajouter des ombres et des reflets et ajuster leur opacité. Redimensionnement des objets Vous pouvez redimensionner un objet en faisant glisser ses poignées ou en saisissant ses dimensions exactes. Voici plusieurs façons de redimensionner des objets : m Pour redimensionner un objet en le faisant glisser, sélectionnez-le, puis faites glisser l’une de ses poignées de sélection. Pour redimensionner un objet dans une direction, faites glisser une poignée latérale et non une poignée d’angle. Pour redimensionner l’objet à partir du centre, appuyez sur la touche Option tout en faisant glisser la souris. Pour conserver les proportions d’un objet, appuyez sur la touche Maj et maintenez-la enfoncée lorsque vous faites glisser. Vous pouvez aussi cliquer sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquer sur le bouton Inspecteur des mesures, puis sélectionner « Conserver les proportions » avant de faire glisser. Pour afficher la taille d’un objet lorsque vous faites glisser une poignée de sélection, choisissez Keynote > Préférences, puis sélectionnez « Afficher la taille et la position des objets lors de leur déplacement » dans la sous-fenêtre Général. m Pour redimensionner un objet avec des proportions exactes, sélectionnez-le, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis sur le bouton Inspecteur des mesures et utilisez ensuite les contrôles Largeur et Hauteur. m Pour redimensionner plusieurs objets à la fois, sélectionnez-les, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis sur le bouton Inspecteur des mesures, et saisissez ensuite les nouvelles valeurs dans les champs Largeur et Hauteur. m Sélectionnez l’objet, puis cliquez sur Dimensions d’origine dans l’Inspecteur des mesures. Retournement et rotation d’objets Vous pouvez retourner ou faire pivoter n’importe quel objet. Par exemple, si vous disposez d’une image de flèche que vous souhaitez utiliser dans un document, mais de telle sorte que la flèche soit orientée dans l’autre sens, vous pouvez inverser sa direction verticalement ou horizontalement ou l’orienter en direction de n’importe quel angle.82 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Voici plusieurs façons de changer l’orientation d’un objet : m Pour retourner un objet horizontalement ou verticalement, sélectionnez-le, puis choisissez Disposition > Retournement horizontal ou Disposition > Retournement vertical. Vous pouvez aussi cliquer sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquer sur le bouton Inspecteur des mesures, puis vous servir des boutons Miroir. m Pour faire pivoter un objet, sélectionnez-le, appuyez sur la touche Commande et maintenez-la enfoncée, déplacez le pointeur vers une poignée de sélection active jusqu’à ce qu’il se transforme en flèche courbe à deux têtes, puis faites glisser la poignée de sélection. Pour faire pivoter un objet par incréments de 45 degrés, appuyez sur les touches Maj et Commande pendant que vous faites glisser la poignée de sélection. Vous pouvez aussi cliquer sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquer sur le bouton Inspecteur des mesures, puis faire glisser la molette de rotation ou utiliser les contrôles d’angle pour définir l’orientation de l’objet. m Pour faire pivoter une figure en maintenant son texte en position horizontale, une fois la rotation de la figure effectuée, choisissez Format > Figure > Réinitialiser les poignées de l’objet et du texte. Modification du style des bordures Pour les figures, les éléments de graphiques, les zones de texte et les cellules de tableau, vous pouvez soit choisir un style et une couleur de ligne pour la bordure de l’objet, soit indiquer que vous ne souhaitez aucune bordure. Vous pouvez également placer une bordure autour des images importées. Vous pouvez définir un style et une couleur de ligne pour la bordure dans l’Inspecteur des graphismes et dans la fenêtre Couleurs. Pour définir le style et la couleur du trait de la bordure d’un objet : 1 Sélectionnez l’objet que vous souhaitez modifier. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. 3 Choisissez Ligne dans le menu local Trait. 4 Choisissez un style de ligne dans le menu local. Pour les tableaux, seul un trait plein ou Aucun est disponible. Choisissez les points de terminaison de la ligne dans ces menus locaux. Cliquez sur le cadre de couleurs afin de choisir une couleur de trait. Tapez l’épaisseur de la ligne. (L’abréviation « px » signifie pixels.) Choisissez un style de ligne. Choisissez Ligne.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 83 5 Pour changer l’épaisseur du trait, saisissez une valeur dans le champ Trait (ou cliquez sur les flèches). 6 Pour changer la couleur du trait, cliquez sur le cadre de couleur et sélectionnez une couleur. 7 Pour affecter des points de terminaison à la ligne, notamment une flèche ou un cercle, choisissez des points de terminaison gauche et droit dans les menus locaux. Cadrage d’objets Encadrez vos zones de texte, images, séquences, figures et paramètres fictifs multimé- dias avec des bordures graphiques, appelées cadres d’image. Il existe plusieurs manières d’utiliser des cadres d’image : m Pour ajouter un cadre d’image, sélectionnez le fichier multimédia ou le paramètre fictif multimédia, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. Choisissez Cadre d’image dans le menu local Trait, puis cliquez sur la vignette qui vous intéresse. Il est possible d’ajuster certains cadres. Pour ajuster le cadre, utilisez le curseur Échelle ou saisissez un pourcentage spécifique dans le champ adjacent. m Pour changer de cadre d’image, sélectionnez une image ou un paramètre fictif multimédia encadré, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. Sélectionnez Cadre d’image dans le menu local Trait, cliquez sur la flèche qui se trouve à côté de la vignette pour choisir un autre cadre d’image. m Pour supprimer un cadre d’objet d’une image ou d’un paramètre fictif multimédia, sélectionnez l’image ou le paramètre fictif, puis choisissez un style de ligne (ou Aucun) dans le menu local Trait. Cliquez sur cette flèche ou sur la vignette pour choisir un style de cadre.84 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Ajout d’ombres Les ombres ajoutées aux objets donnent une impression de profondeur. L’ombre d’un objet apparaît sur n’importe quel objet situé derrière. Vous pouvez créer une multitude d’effets d’ombre ou supprimer l’ombre d’un objet. Pour ajouter une ombre à un objet : 1 Sélectionnez l’objet. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. 3 Sélectionnez Ombre pour ajouter une ombre à l’objet. Désélectionnez Ombre pour supprimer une ombre existante. 4 Définissez l’orientation de l’ombre à l’aide des contrôles d’angle. 5 Pour définir la distance entre l’ombre et l’objet, utilisez les contrôles de décalage. Une valeur élevée de décalage de l’ombre fait apparaître l’ombre de l’objet plus longue et légèrement séparée de l’objet. 6 Pour adoucir le bord de l’ombre ou le rendre plus net, utilisez les contrôles de flou. Une valeur de flou plus élevée fait apparaître l’ombre de l’objet plus diffuse ; une valeur plus faible confère à l’ombre des bords mieux définis. 7 Pour modifier la transparence de l’ombre, utilisez les contrôles d’opacité. N’utilisez pas le curseur d’opacité qui se trouve en bas de l’Inspecteur des graphismes ; il sert à contrôler l’opacité de l’objet même. 8 Pour changer la couleur de l’ombre, cliquez sur le cadre des couleurs de l’ombre, puis sélectionnez une couleur. Changez la couleur de l’ombre dans le cadre des couleurs. Sélectionnez la case afin d’ajouter une ombre à un objet sélectionné. Changez l’angle de l’ombre à l’aide de la molette Angle. Les valeurs dans Décalage, Flou et Opacité modifient l’aspect de l’ombre. Cet objet présente les propriétés d’ombre par défaut. L’ombre de cet objet est définie avec un angle différent. L’ombre de cet objet pré- sente une valeur de décalage élevée. L’ombre de cet objet pré- sente le facteur de flou le plus faible. Cet objet présente une couleur d’ombre différente. L’ombre de cet objet présente un facteur de flou élevé.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 85 Vous pouvez aussi utiliser les contrôles d’ombre de l’Inspecteur des graphismes pour ajouter des ombres à du texte. Sélectionnez le texte auquel vous souhaitez ajouter des ombres, puis utilisez les contrôles comme indiqué ci-dessus. Ajout d’un reflet Vous pouvez ajouter un reflet à un objet qui se réfléchit verticalement vers le bas. Pour ajouter un reflet à un objet : 1 Sélectionnez l’objet. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. 3 Sélectionnez Reflet, puis faites glisser le curseur pour augmenter ou réduire l’intensité du reflet. Ajustement de l’opacité Vous pouvez créer des effets intéressants en rendant les objets plus ou moins opaques. Ainsi, lorsque vous placez un objet de faible opacité sur un autre objet, l’objet situé dessous transparaît via l’objet situé dessus. En fonction de la valeur définie pour l’opacité, les objets situés en dessous peuvent être facilement visibles, partiellement obscurcis ou totalement invisibles (opacité de 100 %). 86 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Pour changer l’opacité d’un objet : 1 Sélectionnez l’objet. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. 3 Faites glisser le curseur d’opacité ou saisissez un pourcentage dans le champ adjacent. Pour les figures, vous pouvez définir séparément l’opacité des couleurs de remplissage et de trait et celle de l’objet. Si vous déplacez le curseur Opacité dans la fenêtre Couleurs afin de modifier la couleur du remplissage ou du trait, cette valeur d’opacité devient l’opacité maximale de l’objet. Ensuite, lorsque vous modifiez l’opacité de l’objet dans l’Inspecteur des graphismes, vous la modifiez par rapport à l’opacité définie dans la fenêtre Couleurs. Si vous modifiez l’opacité d’un objet et ne parvenez pas à restaurer la couleur de remplissage de l’objet à 100 pour cent, c’est peut-être parce que l’opacité a été définie à moins de 100 pour cent dans la fenêtre Couleurs. Pour régler ce problème, sélectionnez l’objet, choisissez Afficher > Afficher les couleurs, puis, dans la fenêtre Couleurs, définissez l’opacité à 100 pour cent. Regroupement et verrouillage d’objets Regroupez les objets que vous souhaitez maintenir ensemble et verrouillez ceux que vous souhaitez éviter de déplacer par mégarde. Regroupement et dissociation d’objets Vous pouvez regrouper des objets afin qu’ils puissent être déplacés, copiés, redimensionnés et orientés comme un objet unique. Vous pouvez aussi modifier le texte associé à un objet de type figure ou texte faisant partie d’un groupe mais il n’est pas possible de modifier d’autres attributs d’objets individuels au sein d’un groupe. Les objets regroupés sont composés sous forme d’objet unique lors de la composition d’objets. L’opacité du cercle est définie à 100 pour cent dans l’Inspecteur des graphismes. La couleur de remplissage a été définie sur une opacité de 50 % dans la fenêtre Couleurs. Le contour du cercle a été défini sur une opacité de 100 % dans la fenêtre Couleurs. L’opacité du cercle est définie à 100 pour cent dans l’Inspecteur des graphismes. L’opacité du cercle est définie à 50 pour cent dans l’Inspecteur des graphismes.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 87 Pour regrouper des objets : 1 Appuyez sur la touche Commande (ou Maj) et maintenez-la enfoncée, puis sélectionnez les objets que vous souhaitez regrouper. Si vous n’arrivez pas à sélectionner un objet, il est possible qu’il soit verrouillé. 2 Choisissez Disposition > Grouper, ou cliquez sur Grouper dans la barre d’outils. Pour dégrouper un ensemble groupé, sélectionnez le groupe, puis choisissez Disposition > Dégrouper ou cliquez sur Dégrouper dans la barre d’outils. Si le groupe est verrouillé, déverrouillez-le au préalable. Si vous groupez un objet comportant un effet de composition, l’effet est supprimé. Dégrouper un objet groupé auquel un effet de composition a été ajouté entraîne la suppression de cet effet de composition. Verrouillage et déverrouillage des objets Vous pouvez verrouiller des objets afin d’éviter de les déplacer involontairement lorsque vous travaillez sur le document. Une fois verrouillés, les objets individuels ou groupés ne peuvent pas être déplacés, ni supprimés, ni modifiés à moins de les déverrouiller au préalable. Vous pouvez toutefois sélectionner, copier ou dupliquer un objet verrouillé. Si vous copiez ou dupliquez un objet verrouillé, le nouvel objet est lui aussi verrouillé. Pour verrouiller des objets : 1 Maintenez enfoncée la touche Commande (ou Maj) en sélectionnant les objets à verrouiller. 2 Choisissez Disposition > Verrouiller. Pour déverrouiller un objet, sélectionnez-le, puis choisissez Disposition > Déverrouiller. Remplissage d’objets Remplissez un objet avec une couleur unie, un dégradé de couleurs ou une image. Remplissage d’un objet avec de la couleur Utilisez l’Inspecteur des graphismes pour remplir un objet avec une couleur unie ou avec un dégradé de couleurs dans lequel deux couleurs se mélangent progressivement l’une à l’autre. Pour changer la couleur de remplissage d’un objet : 1 Sélectionnez l’objet. 2 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes.88 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 3 Pour appliquer une couleur unie de remplissage, choisissez Remplissage couleur dans le menu local Remplissage. Cliquez sur le cadre de couleurs qui se trouve au dessous du menu local Remplissage afin d’ouvrir la fenêtre Couleurs, puis sélectionnez une couleur dans cette fenêtre. 4 Pour remplir un objet avec un dégradé de couleurs, choisissez Remplissage dégradé dans le menu local Remplissage. Cliquez sur chaque cadre de couleur et choisissez chaque couleur dans la fenêtre Couleurs. Pour configurer une direction pour le dégradé, utilisez la molette ou le champ Angle. Pour le retourner horizontalement ou verticalement, cliquez sur les boutons fléchés Angle. Pour inverser le dégradé, cliquez sur la double flèche en regard des cadres de couleur. Vous trouverez ci-après des instructions relatives à l’utilisation de la fenêtre Couleurs. Utilisation de la fenêtre Couleurs La fenêtre Couleurs sert à sélectionner la couleur des objets. Cliquez sur chaque cadre de couleur afin de sélectionner des couleurs. Inversez l’orientation du dégradé ou définissez son sens à l’aide des boutons fléchés ou de la molette Angle, ou encore en tapant une valeur. Cliquez sur la double flèche afin d’inverser le dégradé. La couleur sélectionnée dans la roue des couleurs s’affiche dans cette zone. (Le fait qu’il y ait deux couleurs dans cette zone indique que l’opacité est définie à moins de 100 pour cent.) Utilisez le curseur pour définir des teintes plus claires ou plus sombres dans la roue des couleurs. Faites glisser les couleurs à partir de la zone Couleurs afin de les stocker dans la palette de couleurs. Cliquez sur une couleur pour la sélectionner dans la roue des couleurs. Faites glisser le curseur Opacité vers la gauche afin de rendre la couleur plus transparente. Cliquez sur l’icône Rechercher puis sur un élément quelconque à l’écran pour faire correspondre sa couleur. Cliquez sur un bouton pour afficher différents modèles de couleur.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 89 Vous pouvez utiliser la roue des couleurs dans la fenêtre Couleurs afin de sélectionner des couleurs. La couleur que vous sélectionnez apparaît dans la zone en haut de la fenêtre Couleurs. Vous pouvez enregistrer cette couleur afin de l’utiliser ultérieurement, en la plaçant dans la palette de couleurs. Pour appliquer à un objet de la diapositive les couleurs que vous avez sélectionnées dans la fenêtre Couleurs, vous devez placez la couleur dans le cadre de couleur approprié d’une sous-fenêtre de l’Inspecteur. Vous pouvez sélectionner un cadre de couleurs dans l’un des Inspecteurs, puis cliquer sur une couleur de la roue des couleurs. Ou bien, vous pouvez faire glisser une couleur de la palette ou de la zone des couleurs jusque dans le cadre de couleurs de l’un des Inspecteurs. Pour sélectionner une couleur : 1 Ouvrez la fenêtre Couleurs en cliquant sur Couleurs dans la barre d’outils ou sur un cadre de couleurs dans l’un des Inspecteurs. 2 Cliquez n’importe où dans la roue des couleurs. La couleur sélectionnée s’affiche dans la zone des couleurs en haut de la fenêtre Couleurs. 3 Pour rendre la couleur plus claire ou plus sombre, faites glisser le curseur du côté droit de la fenêtre Couleurs. 4 Pour rendre la couleur plus transparente, faites glisser le curseur Opacité vers la gauche ou tapez un pourcentage dans le champ Opacité. 5 Pour utiliser la palette de couleurs, ouvrez-la en faisant glisser la poignée située en bas de la fenêtre Couleurs. Enregistrez une couleur dans la palette en la faisant glisser de la zone de couleur vers la palette. Pour supprimer une couleur de la palette, faites-glisser un carré blanc dessus. 6 Pour reproduire la couleur d’un élément affiché à l’écran, cliquez sur la loupe à gauche de la zone des couleurs de la fenêtre Couleurs. Cliquez sur l’élément de l’écran dont vous souhaitez utiliser la couleur. La couleur apparaît dans la zone des couleurs. Sélectionnez l’élément auquel vous souhaitez appliquer la couleur dans la fenêtre du document, puis faites glisser la couleur de la zone des couleurs vers l’élément. Remplissage d’objet avec une image Vous pouvez remplir une figure, une zone de texte, un tableau ou une cellule de tableau, l’arrière-plan d’un graphique ou une série de graphiques avec une image. Pour remplir un objet avec une image : 1 Sélectionnez l’objet souhaité. 2 Si l’Inspecteur des graphismes n’est pas ouvert, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils puis sur le bouton Inspecteur des graphismes. 3 Dans l’Inspecteur des graphismes, choisissez Remplissage image ou Remplissage image teintée, puis choisissez une image. 90 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Vous pouvez également faire glisser un fichier d’image du Finder ou du Navigateur de média vers le cadre d’image dans l’Inspecteur des graphismes. Ou encore faire glisser une image vers une cellule de tableau ou une série de graphiques. 4 Choisissez une échelle d’image dans le menu local. Ajuster : redimensionne l’image afin qu’elle s’adapte au mieux aux dimensions de l’objet. Si la forme de l’objet est différente de celle de l’image d’origine, il se peut que des parties n’apparaissent pas ; un espace vide peut également apparaître autour de l’image. Remplir : fait paraître l’image plus grande ou plus petite en la dimensionnant de façon à ne laisser qu’un espace minimum autour d’elle, même si elle n’a pas la même forme que l’objet. Étirer : dimensionne l’image pour qu’elle s’adapte à la taille de l’objet mais la déforme si ce dernier a une forme différente de l’image d’origine. Dimensions d’origine : place l’image dans l’objet sans modifier ses dimensions d’origine. Si l’image est plus grande que l’objet, vous ne voyez qu’une partie de l’image dans l’objet. Si l’image est plus petite que l’objet, elle est entourée d’espace vide. Mosaïque : répète l’image à l’intérieur de l’objet si celle-ci est plus petite que l’objet. Si l’image est plus grande que l’objet, vous ne voyez qu’une partie de l’image dans l’objet. Définissez la taille de l’image dans l’objet via le menu local. Pour changer l’image, faites glisser une image vers le cadre d’image. Remplir Mosaïque (grande image) Dimensions d’origine Ajuster Étirer Mosaïque (petite image) Mosaïque (grande image)Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 91 5 Si vous avez sélectionné l’option Remplissage image teintée, cliquez sur le cadre de couleurs (à droite du bouton Choisir) pour choisir une teinte. Faites glisser le curseur Opacité dans la fenêtre Couleurs afin de rendre la teinte plus foncée ou plus claire. Si vous faites glisser le curseur Opacité dans l’Inspecteur des graphismes, l’opacité de la teinte et de l’image change. Utilisation des figures Keynote met à votre disposition une variété de figures prédessinées que vous pouvez ajouter aux diapositives. Vous pouvez également créer vos propres figures personnalisées. Ajout d’une figure prédessinée Vous pouvez insérer des figures prédessinées, telles que des triangles, des flèches, des cercles et des rectangles, à utiliser comme graphismes simples. Voici plusieurs façons d’ajouter une figure prédessinée : m Cliquez sur Formes dans la barre d’outils, puis choisissez une forme dans le sous-menu Figures. Vous pouvez aussi choisir Insertion > Figure > figure. m Il est également possible de créer une des figures incluses à partir du centre de la figure. Dans la barre d’outils, cliquez sur Figures tout en maintenant la touche Option enfoncée, sélectionnez une figure, puis faites glisser le pointeur réticulaire. Pour imposer la figure (par exemple, pour que les trois côtés d’un triangle soient égaux entre eux), maintenez la touche Maj enfoncée pendant que vous faites glisser. Cliquez pour sélectionner une couleur de teinte pour l’image.92 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Ajout d’une figure personnalisée Vous pouvez utiliser l’outil de dessin pour créer vos propres figures. Pour créer une figure personnalisée : 1 Cliquez sur Figures dans la barre d’outils, puis sélectionnez l’outil de dessin (ou choisissez Insertion > Figure > Dessiner une figure). Le pointeur, représentant au départ une flèche, se change alors en sorte de pointe de crayon. 2 Cliquez n’importe où sur le document pour créer le premier point de la figure personnalisée. 3 Cliquez de nouveau pour créer d’autres points. Chaque point que vous ajoutez est connecté au précédent. La figure est remplie avec la couleur par défaut du thème que vous utilisez. Pour supprimer un segment que vous venez de créer, appuyez simplement sur la touche Suppr. Vous pouvez appuyez sur cette touche plusieurs fois. 4 Pour mettre fin au dessin et fermer la figure (c’est-à-dire ajouter une ligne pleine entre le dernier et le premier point), cliquez sur le premier point. Pour arrêter le traçage mais laisser la figure ouverte (c’est-à-dire qu’aucune ligne n’est dessinée entre le dernier et le premier point) afin de pouvoir continuer à la manipuler ultérieurement, appuyez sur la touche Échap ou double-cliquez sur le dernier point créé. Pour terminer et fermer une figure ouverte, cliquez une fois sur celle-ci pour la sélectionner, puis cliquez une deuxième fois pour afficher ses points. Double-cliquez sur l’un des points se trouvant à l’une des extrémités du segment ouvert. Le pointeur prend alors la forme d’une plume de stylo. Pour ajouter des points supplémentaires, cliquez à d’autres endroits selon vos besoins. Lorsque le dessin est terminé, cliquez sur le point à l’extrémité du segment ouvert pour fermer la figure. Retrouvez ici le segment ouvert.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 93 Figures modifiables Vous pouvez non seulement redimensionner des figures, mais également retravailler les points d’une figure. Pour pouvoir modifier une figure de cette manière, vous devez la rendre modifiable. Voici plusieurs façons de rendre les figures modifiables : m Pour rendre une figure prédessinée modifiable, sélectionnez-la, puis choisissez Format > Figure > Rendre modifiable. Des pointillés en rouges apparaissent sur la figure. Faites-les glisser pour modifier celle-ci. Par la suite, pour modifier une figure prédessinée rendue modifiable, cliquez doucement deux fois dessus. m Pour rendre une figure personnalisée modifiable, cliquez une fois sur celle-ci pour la sélectionner, puis cliquez une deuxième fois pour afficher ses points. Manipulation des points d’une figure Vous pouvez modifier le contour d’une figure en ajoutant, en déplaçant ou supprimant des points. Vous devez tout d’abord rendre la figure modifiable, comme décrit dans la rubrique « Figures modifiables » à la page 93. Voici plusieurs façons de manipuler les points d’une figure : m Pour ajouter un point, rendez la figure modifiable, puis appuyez sur la touche Option et placez le pointeur sur la bordure de la figure. Le pointeur change et prend la forme d’une plume de stylo accompagnée d’un signe plus (+). Cliquez sur la bordure à l’endroit où vous souhaitez ajouter un point, puis déplacez ce dernier si besoin est. m Pour déplacer un point, rendez la figure modifiable, puis cliquez sur le point en question et faites-le glisser jusqu’à un nouvel emplacement. Vous pouvez aussi déplacer plusieurs points en même temps en cliquant sur chacun d’entre eux tout en appuyant sur la touche Maj, puis en les faisant glisser tous à la fois. m Pour supprimer un point, rendez la figure modifiable, puis cliquez sur le point à éliminer et appuyez sur la touche Suppr. Vous pouvez aussi supprimer plusieurs points en même temps en cliquant sur chacun d’entre eux tout en appuyant sur la touche Maj, puis en appuyant sur la touche Suppr. Cliquez sur un point et faites-le glisser pour 94 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Modification du tracé d’une courbe Vous pouvez agrandir ou réduire une courbe ou modifier son angle. Pour redessiner une courbe : 1 Rendez la figure modifiable. 2 Cliquez sur une des commandes circulaires rouges de la courbe que vous voulez redessiner. Une poignée de commande apparaît des deux côtés de la commande circulaire. 3 Pour augmenter ou réduire la courbe, faites glisser la commande circulaire ou l’une des poignées de commande. 4 Pour modifier l’angle de la courbe, déplacez les poignées de commande dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens contraire. Vous pouvez ainsi produire divers effets en déplaçant des poignées en même temps ou indépendamment l’une de l’autre. Prenez le temps de tester les options offertes jusqu’au résultat voulu. Pour déplacer toutes les poignées de commande à la fois, appuyez sur la touche Option et faites glisser l’une d’entre elles. Pour ne déplacer qu’une seule des poignées de commande, appuyez sur la touche Commande avant de faire glisser la poignée. Modification du tracé d’un segment droit Vous pouvez modifier l’angle que forment deux segments ou modifier la longueur d’un segment. Pour redessiner un segment droit : 1 Rendez la figure modifiable. 2 Cliquez sur un point d’angle. 3 Pour modifier l’angle formé par deux segments qui se rejoignent, faites glisser le point dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans l’autre sens. 4 Pour modifier la longueur de l’un des segments, faites glisser le point vers le l’extérieur ou vers l’intérieur. Faites glisser ou faites pivoter une des poignées de commande afin de modifier la courbe. Vous pouvez également faire glisser un point pour modifier la courbe.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 95 Conversion de points d’angle en points de courbe et vice-versa Vous pouvez transformer un ou plusieurs points en courbes ou courbes en points. Voici plusieurs façons de convertir des points d’angle en points courbes, et vice-versa: m Pour convertir un point d’angle en point de courbe, rendez la figure modifiable et double-cliquez sur le point d’angle. m Au contraire, pour convertir un point de courbe en point d’angle, rendez la figure pour modifiable et double-cliquez sur le point de courbe. m Pour convertir tous les points d’angle d’une ou de plusieurs figures en points de courbe, rendez les figures modifiables, sélectionnez la ou les figures concernées, puis sélectionnez Format > Figure > Arrondir le contour. m Pour convertir tous les points de courbe d’une ou de plusieurs figures en points d’angle, rendez les figures modifiables, sélectionnez la ou les figures concernées, puis sélectionnez Format > Figure > Affûter le contour. Après qu’une figure soit configurée pour être modifiable, vous pouvez utiliser les commandes Arrondir le contour et Affûter le contour sans avoir à la reconfigurer comme étant modifiable à nouveau. Modification de figures prédessinées spécifiques Certaines figures prédessinées disposent de contrôles d’édition intégrés spéciaux. Modification d’un rectangle aux coins arrondis Le rectangle aux coins arrondis comprend un contrôle circulaire qui vous permet de modifier ses angles. Pour modifier un rectangle aux coins arrondis : m Sélectionnez la figure, puis faites glisser son contrôle circulaire vers la gauche pour redresser les coins et vers la droite pour les arrondir. Faites glisser pour redresser ou arrondir le coin.96 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Modification de flèches simples et doubles Les flèches disposent de trois contrôles spéciaux. Voici plusieurs façons de modifier les flèches simples et doubles après les avoir sélectionnées : m Faites glisser le contrôle se trouvant sur la queue ou sur la tête de la flèche pour augmenter ou réduire la longueur de la queue sans changer la forme de sa tête. m Faites glisser le contrôle circulaire vers le haut ou vers le bas pour modifier la largeur de la queue. m Faites glisser le contrôle circulaire vers la gauche ou vers la droite pour redimensionner la tête de la flèche. Modification d’une étoile La figure en forme d’étoile dispose d’un curseur permettant d’augmenter ou de réduire le nombre de ses branches et d’un contrôle circulaire permettant de modifier les angles entre celles-ci. Voici plusieurs façons de modifier une étoile : m Lorsque vous sélectionnez une figure en forme d’étoile, le curseur apparaît. Faites glisser le curseur pour augmenter ou réduire le nombre de points constituant l’étoile. m Faites glisser le contrôle circulaire pour modifier les angles formés par les branches de l’étoile. Faites glisser pour changer la longueur de la queue. Faites glisser vers le haut ou vers le bas pour modifier la largeur de la queue de la flèche. Faites glisser vers la gauche ou vers la droite pour redimensionner la tête de la flèche. Faites glisser pour changer les angles entre les points de l’étoile. Visualisez le nombre de points constituant actuellement l’étoile. Faites glisser pour augmenter ou réduire le nombre de points constituant l’étoile.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 97 Modification d’un polygone Le polygone dispose d’un curseur permettant d’augmenter ou de réduire le nombre de ses côtés. Pour modifier un polygone : m Lorsque vous sélectionnez le polygone, le curseur apparaît. Faites glisser le curseur afin d’augmenter ou de réduire le nombre de côtés constituant le polygone. Utilisation des paramètres fictifs multimédias De nombreux modèles de diapositive Keynote contiennent des paramètres fictifs photos. Ces photos sont en fait des « paramètres fictifs multimédias ». Vous pouvez faire glisser vos propres images, séquences vidéo et fichiers audio jusque sur ces paramètres fictifs. Votre fichier multimédia est alors automatiquement redimensionné et correctement positionné. Vous pouvez aisément remplacer un élément situé sur un paramètre fictif multimédia en y faisant glisser un nouveau fichier ; il est inutile de supprimer l’ancien fichier au préalable. Si vous n’êtes pas sûr qu’une photo ou autre multimédia figurant sur une diapositive est un paramètre fictif, placez le pointeur au dessus quelques instants pour voir si une balise d’aide apparaît (vous invitant à y faire glisser votre propre fichier multimédia). Voici plusieurs façons d’utiliser les paramètres fictifs multimédias : m Faites glisser un fichier du Navigateur de média, du Finder ou d’une autre application jusque sur le paramètre fictif multimédia. Pour ouvrir le Navigateur de média, cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils. Cliquez sur un des boutons situés en haut de la fenêtre pour rechercher des fichiers audio, des images ou des séquences vidéo. m Pour modifier le contenu d’un paramètre fictif multimédia, faites glisser un nouveau fichier multimédia sur le contenu existant. Faites glisser afin d’augmenter ou de réduire le nombre de côtés constituant le polygone. Visualisez le nombre de côtés constituant actuellement le polygone.98 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets m Pour convertir une image de paramètre fictif en image, sélectionnez-la, choisissez Format > Avancé > « Définir comme paramètre fictif multimédia » (supprimez la coche). m Pour supprimer un paramètre fictif multimédia, sélectionnez-le et appuyez sur la touche Suppr. m Pour créer un paramètre fictif multimédia, ajouter une photo, une séquence, un fichier audio à une diapositive. Redimensionnez le fichier et définissez les attributs appropriés (ajoutez un reflet, un cadre d’image, etc.). Choisissez Format > Avancé > « Définir comme paramètre fictif multimédia » (vérifiez que le nom de la commande est bien coché). Utilisation des images Keynote accepte tous les formats pris en charge par QuickTime, y compris les types de fichiers suivants :  TIFF  GIF  JPEG  PDF  PSD  EPS  PICT Une fois que vous avez importé une image dans un document, vous pouvez la masquer (rogner) et modifier sa luminosité et ses autres réglages. Vous pouvez placer une image à l’intérieur d’une figure, d’une zone de texte, d’un élément de graphique ou d’une cellule de tableau. Keynote vous permet aussi de produire des graphismes avec transparence (graphismes avec canal alpha). Importation d’une image Importez une image directement à partir du Finder ou du Navigateur de média. Il existe différentes manières d’importer un fichier image : m Faites glisser un fichier image du Finder jusque sur le document et placez-le à l’endroit souhaité. m Faites glisser une image vers le Navigateur de diapositives pour créer une nouvelle diapositive contenant l’image. m Cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils, sur Photos dans le Navigateur de média, sélectionnez l’album dans lequel se trouve la photo, puis faites glisser la vignette à l’endroit souhaité.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 99 m Choisissez Insertion > Choisir, sélectionnez le fichier image, puis cliquez sur Insérer. Faites glisser l’image pour la positionner à l’endroit souhaité. Par défaut, si une image que vous placez sur une diapositive est plus grande que celle-ci, Keynote réduit l’image afin qu’elle tienne dans la diapositive. (Une image réduite comporte moins de pixels que l’originale ; certaines données de l’image sont supprimées.) Les images au format JPEG restent au format JPEG tandis que les autres formats sont convertis en TIFF. Une fois qu’une image a été mise à l’échelle de la diapositive, vous ne pouvez pas la restaurer à sa taille d’origine en cliquant sur Dimensions d’origine dans l’Inspecteur des mesures. Pour éviter de réduire des images et les utiliser à leur taille originale, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Général, puis désélectionnez « Réduire les images pour les ajuster aux diapos ». Masquage (rognage) d’images Vous pouvez rogner des images sans modifier réellement les fichiers en masquant des parties d’images. Rognage d’une image à l’aide du masque par défaut (de forme rectangulaire) Vous pouvez utiliser un masque rectangulaire pour définir les limites d’une image. Pour rogner une image à l’aide du masque par défaut (de forme rectangulaire) : 1 Importez l’image que vous souhaitez masquer (pour en savoir plus, consultez la rubrique « Importation d’une image » à la page 98). 2 Sélectionnez l’image, puis cliquez sur le bouton Masquer dans la barre d’outils. Un masque apparaît au-dessus de l’image, de même que certaines commandes. Faites glisser les poignées de sélection pour redimensionner le masque. Faites glisser l’image pour mettre en place la partie que vous désirez afficher. Faire glisser le curseur pour redimensionner l’image. Cliquer sur ce bouton pour afficher ou masquer la zone à l’extérieur du masque.100 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 3 Pour redimensionner l’image, faites glisser le curseur au-dessus du bouton Modifier le masque. 4 Affinez le masque d’une des manières suivantes :  Pour redimensionner le masque, faites glisser les poignées de sélection. Pour conserver les proportions du masque, maintenez la touche Maj enfoncée tout en faisant glisser les poignées.  Pour faire pivoter le masque, maintenez enfoncée la touche Commande tout en faisant glisser une poignée de sélection d’angle.  Faites glisser l’image pour mettre en place la partie que vous désirez afficher. Pour déplacer le masque, cliquez sur le bord en pointillés du masque et faites-le glisser. 5 Pour ne rendre visible que la partie située sous le masque, double-cliquez sur le masque ou sur l’image, appuyez sur la touche Retour, cliquez en dehors de l’image ou cliquez sur Modifier le masque. 6 Pour redimensionner ou faire pivoter l’image masquée, faites glisser (respectivement en maintenant ou pas la touche Commande enfoncée) les poignées de sélection. 7 Pour désélectionner l’image et masquer les contrôles de masque, cliquez en dehors de l’image. Masque d’image avec une figure Vous pouvez utiliser une figure pour délimiter une image. Pour masquer une image avec une figure : 1 Exécutez l’une de ces actions :  Sélectionnez l’image et choisissez Format > Masquer avec une figure > figure.  Cliquez sur une figure et une image en appuyant sur la touche Maj pour les sélectionner, et cliquez ensuite sur Masque dans la barre d’outils (ou choisissez Format > Masquer avec la figure sélectionnée). 2 Faites glisser l’image pour positionner la partie que vous désirez afficher. Pour déplacer le masque, cliquez sur le bord en pointillés du masque et faites-le glisser. 3 Pour redimensionner l’image, faites glisser le curseur au-dessus du bouton Modifier le masque. 4 Pour redimensionner le masque, faites glisser les poignées de sélection. Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 101 5 Pour ne rendre visible que la partie située sous le masque, double-cliquez sur le masque ou sur l’image, appuyez sur la touche Retour, cliquez en dehors de l’image ou cliquez sur Modifier le masque. 6 Pour redimensionner l’image masquée, cliquez sur Modifier le masque et faites glisser les poignées de sélection. 7 Pour désélectionner l’image et masquer les contrôles de masque, cliquez en dehors de l’image. Pour modifier une image masquée, double-cliquez dessus. Remarque : si vous utilisez en tant que masque une figure contenant du texte, le texte est supprimé. Pour restaurer le texte, choisissez Édition > « Annuler Masquer avec une figure ». Vous pouvez également faire glisser une image pour masquer une figure avec celle-ci. Suppression du masque d’une image Vous pouvez supprimer un masque et restaurer l’image originale. Pour ne plus masquer une image : m Sélectionnez l’image masquée, puis cliquez sur Ne plus masquer dans la barre d’outils (ou choisissez Format > Ne plus masquer). Suppression de l’arrière-plan ou des éléments superflus d’une image L’outil Alpha instantané vous permet de rendre transparentes certaines couleurs d’une image. Cette fonctionnalité est utile pour supprimer un arrière-plan ou d’autres couleurs dont vous ne voulez pas. Vous obtiendrez des résultats optimaux si vous supprimez des couleurs unies dont les limites sont bien définies. Pour supprimer des zones moins bien délimitées, sélectionnez une zone de taille plus réduite et répétez le processus. Pour supprimer des éléments superflus : 1 Sélectionnez l’image. 2 Cliquez sur Alpha dans la barre d’outils (ou choisissez Format > Alpha instantané).102 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 3 Cliquez sur la couleur que vous voulez afficher en transparence, puis faites glisser doucement le curseur au-dessus. À mesure que vous faites glisser le pointeur, la sélection s’agrandit pour englober la zone contiguë utilisant des couleurs proches. Plus vous faites glisser, plus la taille de la zone sélectionnée de l’image est importante. 4 Répétez l’étape 3 à volonté. Vous pouvez à tout moment rétablir les zones d’image supprimées. Pour revenir à l’image originale, choisissez Format > Supprimer l’Alpha instantané. Pour restaurer des zones de l’image supprimées à l’aide de l’Alpha instantané, choisissez Édition > Annuler l’Alpha instantané jusqu’à ce que les zones soient rétablies. Modification de la luminosité, du contraste et des autres réglages d’une image Vous pouvez modifier la luminosité, le contraste et certains autres réglages des images pour améliorer leur qualité ou créer des effets intéressants. Les ajustements que vous faites ne modifient pas l’image d’origine, mais seulement son apparence dans Keynote. Pour ajuster une image : 1 Sélectionnez l’image. En faisant glisser le pointeur, vous sélectionnez la zone contiguë utilisant des couleurs semblables à celle sur laquelle vous cliquez. Faire glisser davantage ici... ...pour sélectionner une plus grande partie de l’image.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 103 2 Choisissez Présentation > Afficher Ajuster l’image. 3 Utilisez les contrôles suivants pour réaliser les réglages. Améliorer : ce bouton ajuste automatiquement l’image. Luminosité : règle la luminosité de l’image. Contraste : règle le contraste et les tons clairs et foncés. Ainsi, vous pouvez rendre les ombres plus sombres, accentuer les bords d’objets ou faire ressortir les couleurs. Si vous augmentez considérablement le contraste d’une photo, celle-ci ressemblera plus à une illustration. Saturation : modifie l’intensité des couleurs. Température : permet de privilégier des tons plus chauds (plus orangés) ou plus froids (plus bleutés). Teinte : modifie la quantité de tons rouges ou verts dans l’image. Netteté : rend la mise au point de l’image plus ou moins précise. Exposition : permet de privilégier les zones d’ombre ou les zones de lumière. L’histogramme : vous aide à comprendre la répartition entre zones d’ombre (représentées à gauche de l’affichage) et zones de lumière (représentées sur la droite) de l’image. Niveaux : modifie les niveaux des tons clairs et foncés. Niveaux automatiques : fait en sorte que Keynote améliore les couleurs automatiquement. 4 Pour rétablir les réglages d’origine, cliquez sur Réinitialiser l’image. Pour enregistrer toutes les modifications qui y sont apportés, enregistrez le document. Les réglages au moment où vous enregistrez en effet le document sont consultables à tout moment en ouvrant la fenêtre Ajuster l’image. Réglez le contraste entre les tons clairs et foncés. Modifiez l’intensité de la couleur. Augmentez la chaleur de la couleur ou réduisez-la. Modifiez la proportion des tons rouges et verts. Rendez la mise au point plus ou moins nette. Ajustez l’ombre et la lumière. Appréciez la relation existant entre les ombres et l’éclairage. Modifiez le niveau des tons foncés et clairs. Rétablissez les réglages d’origine. Ajustez la lumière. Améliorez les couleurs automatiquement.104 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Utilisation du son et de séquences Vous pouvez ajouter de l’audio (un fichier de musique ou une liste de lecture issus de votre bibliothèque iTunes, ou un autre fichier son quelconque) à un document Keynote. Vous pouvez ajouter du son de la manière suivante :  Sur une seule diapositive. Le fichier son est lu lorsque la diapositive apparaît et s’arrête lorsque le diaporama progresse. Reportez-vous à la rubrique « Ajout de son à une diapositive » à la page 105.  Comme bande-son pour un diaporama. La lecture de l’audio commence en même temps que le diaporama. Reportez-vous à la rubrique « Ajout d’une bande sonore à un diaporama » à la page 105.  Comme narration enregistrée. Vous pouvez vous enregistrer pendant que vous commentez chaque diapositive. Reportez-vous à la rubrique « Ajout de narration » à la page 107. Vous pouvez également ajouter des fichiers vidéo ou des séquences Flash à afficher dans une diapositive. Pour que Flash fonctionne avec QuickTime 7.1.3 et versions ultérieures, choisissez le menu Pomme > Préférences Système, cliquez sur QuickTime, puis sur Avancé et enfin sélectionnez Activer Flash. Keynote accepte tout type de fichier QuickTime ou iTunes, y compris les suivants :  MOV  FLASH  MP3  MPEG-4  AIFF  AAC Remarque : certains fichiers multimédia sont protégés par des droits d’auteur. Il se peut aussi que certaines musiques téléchargées ne puissent être lues que sur l’ordinateur ayant été utilisé pour leur téléchargement. Assurez-vous que vous disposez bien de l’autorisation nécessaire pour utiliser les fichiers que vous souhaitez inclure. Important : pour vous assurer que les séquences et autres données multimédias pourront être lues et affichées si votre document est transféré sur un autre ordinateur, vérifiez que l’option « Copier l’audio et la vidéo dans le document » est sélectionnée ; après avoir choisi Enregistrer ou Enregistrer sous, cliquez sur le triangle d’affichage à côté du champ, puis cliquez sur Options avancées.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 105 Ajout de son à une diapositive Ajoutez une illustration sonore qui se fera entendre lors de l’affichage de la diapositive et cessera lorsque vous passez à la diapositive suivante. Il existe différentes manière d’ajouter du son à une diapositive : m Faites glisser un fichier son du Finder jusque dans votre diapositive. m Cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils, choisissez iTunes dans le menu local, sélectionnez une liste de lecture, puis faites glisser un fichier vers le canevas de diapositive ou vers un paramètre fictif multimédia. (Vous pouvez également faire glisser une liste de lecture.) Vous pouvez contrôler avec plus de précision le démarrage et la fin de la musique en utilisant les effets Démarrer l’audio et Arrêter l’audio dans l’Inspecteur des compositions. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Animation de diapositives avec des compositions d’objet » à la page 113. Ajout d’une bande sonore à un diaporama Si vous ajoutez une bande sonore, la musique commencera en même temps que le diaporama. Vous pouvez spécifier si vous souhaitez lire le fichier une ou plusieurs fois, et vous pouvez également arrêter prématurément la reproduction sonore. Pour ajouter une bande sonore : 1 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des documents. 2 Cliquez sur le bouton Audio. 3 Faites glisser un fichier audio ou une liste de lecture du Navigateur de média dans le cadre audio de l’Inspecteur des documents. Si vous modifiez une liste de lecture, cette modification se répercutera sur votre bande-son uniquement lorsque vous ajouterez de nouveau la liste de lecture. Vous pouvez également faire glisser un fichier audio du Finder. 4 Pour répéter le fichier audio tout au long de votre présentation, choisissez Lecture en boucle dans le menu local de l’Inspecteur des documents. Bouton Inspecteur des documents Faites glisser un fichier audio ici pour le lire tout au long du diaporama. Pour répéter le fichier audio, choisissez Lecture en boucle. Réglez le volume de la bande son. Bouton Audio Écoutez votre fichier audio.106 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Ajout d’une séquence Vous pouvez ajouter une séquence à une diapositive qui est lue lorsque celle-ci apparaît ou lorsque le présentateur clique avec la souris. Voici plusieurs façons d’ajouter une séquence vidéo : m Faites glisser un fichier de séquence du Finder vers le canevas de diapositive ou vers un paramètre fictif multimédia. m Cliquez sur Multimédia dans la barre d’outils, cliquez sur Séquences, sélectionnez un fichier, puis faites-le glisser vers le canevas de diapositive ou vers un paramètre fictif multimédia. m Choisissez Insertion > Choisir, sélectionnez le fichier de séquence, puis cliquez sur Insérer. Lorsque vous reproduisez un film pendant une présentation, des commandes de film apparaissent lorsque vous déplacez le pointeur au dessus de celui-ci, si « Afficher les commandes de lecture lorsque le pointeur est au-dessus d’une séquence » est sélectionné dans la sous-fenêtre Diaporama des Préférences de Keynote. Les commandes disponibles dépendent de la taille (dimensions) du film : plus le film est petit, moins les commandes sont visibles. Reportez-vous à la rubrique, « Création de compositions de séquence » à la page 125. Réglage des options de lecture des fichiers multimédias L’Inspecteur QuickTime vous permet de modifier des réglages, notamment le moment auquel une séquence démarre et s’arrête, ainsi que le cadre à afficher avant la lecture de la séquence. Pour définir les préférences de lecture : 1 Dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur puis sur le bouton Inspecteur QuickTime. 2 Cliquez sur la séquence ou le son pour le sélectionner. 3 Pour démarrer et arrêter la lecture de la séquence sur des images ou des temps donnés, faites glisser les curseurs de départ et de fin. 4 Pour spécifier l’image de séquence à afficher en attendant le début de la lecture (appelée « affiche »), faites glisser le curseur Affiche jusqu’à ce que l’image souhaitée apparaisse à l’écran. 5 Pour que la séquence démarre lorsque l’intervenant clique sur la souris (et non lorsque la diapositive apparaît), sélectionnez « Démarrer la séquence au clic de souris ».Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 107 6 Choisissez une option de répétition dans le menu local Répétition : Aucune : une seule lecture. Boucle : lecture en continu. Lecture en boucle dans les 2 sens : lecture en continu vers l’avant et vers l’arrière. 7 Pour augmenter ou réduire le volume de lecture, faites glisser le curseur de volume vers la droite ou vers la gauche. Ajout de narration Vous pouvez vous enregistrer en commentant chaque diapositive. Lorsque vous passez à la diapositive ou à la composition suivante, votre synchronisation est également enregistrée. Pour enregistrer un diaporama : 1 Si vous utilisez un microphone externe au lieu du microphone intégré à l’ordinateur, branchez le microphone puis utilisez la fenêtre Son des Préférences système pour configurer les paramètres d’entrée. 2 Sélectionnez la diapositive à partir de laquelle vous souhaitez commencer l’enregistrement Vous n’êtes pas obligé de sélectionner la première diapositive, mais un diaporama enregistré est lu uniquement à partir de la première diapositive enregistrée. Si vous sélectionnez une diapositive ignorée, l’enregistrement commence par la diapositive précédente la plus proche. 3 Exécutez l’une de ces actions :  Ouvrez l’Inspecteur des documents, cliquez sur Audio, puis sur Enregistrer.  Choisissez Fichier > Enregistrer le diaporama. Définissez le volume de lecture. Choisissez de lancer votre séquence à la suite d’un clic (plutôt que lorsque la diapositive apparaît). Le bouton Inspecteur QuickTime Sélectionnez les images de début et de fin de lecture de la séquence. Sélectionnez l’image à afficher en attendant le démarrage de la lecture de la séquence. Définissez les options de répétition de lecture. Utilisez ces contrôles pour afficher la séquence ou écouter le fichier son lorsque vous modifiez le diaporama.108 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 4 Au fur et à mesure de la lecture de la présentation, parlez dans le micro pour enregistrer votre narration. Un témoin lumineux rouge intermittent dans l’angle supérieur gauche de l’écran indique que l’enregistrement est en cours. 5 Pour passer à la diapositive suivante, cliquez sur le bouton de la souris ou appuyez sur la touche Flèche droite. Le tableau suivant répertorie d’autres manières de contrôler la présentation au cours de l’enregistrement. Remarque : lorsque vous enregistrez un diaporama, l’option Enregistré est automatiquement activée dans le menu local Présentation de l’Inspecteur des documents. Nouvel enregistrement d’un diaporama enregistré Si vous enregistrez un diaporama et modifiez ensuite des diapositives, il est possible que l’enregistrement ne soit pas synchronisé avec celles-ci. Vous pouvez réenregistrer un diaporama enregistré, totalement ou partiellement. Pour enregistrer à nouveau tout ou partie d’un diaporama enregistré : 1 Sélectionnez la diapositive à partir de laquelle vous souhaitez commencer le nouvel enregistrement 2 Ouvrez la fenêtre Inspecteur des documents et cliquez sur Audio. 3 Cliquez sur Enregistrement. 4 Si la diapositive sélectionnée a été enregistrée auparavant, effectuez l’une des opérations suivantes :  Pour remplacer l’enregistrement précédent, en commençant par la diapositive sélectionnée, cliquez sur Enregistrer & remplacer. Si l’enregistrement précédent commençait avant la première diapositive réenregistrée, sa portion initiale reste intacte.  Pour remplacer intégralement l’enregistrement, cliquez sur Enregistrer du début. Appuyez ou cliquez sur Pour W (écran blanc), F (figer) ou B (écran noir) Mettre en pause l’enregistrement. Appuyez sur une touche quelconque pour reprendre l’enregistrement du diaporama. Indicateur1 d’enregistrement (rouge) Mettre en pause l’enregistrement. Échap Arrêter la lecture et sauvegarder l’enregistrement 1 Pour cliquer sur l’indicateur, l’option « Afficher le pointeur lors du déplacement de la souris » doit être sélectionnée dans la sous-fenêtre Diaporama des préférences Keynote.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 109 5 Si la diapositive sélectionnée n’a pas été enregistrée auparavant, effectuez l’une des opérations suivantes :  Pour ajouter le nouvel enregistrement à la fin de l’enregistrement précédent, cliquez sur Enregistrer & ajouter.  Pour remplacer intégralement l’enregistrement, cliquez sur Enregistrer du début. Lecture d’un diaporama enregistré Lors de la lecture d’un diaporama enregistré, vous pouvez utiliser tous les raccourcis clavier de présentation habituels (décrits dans la rubrique « Commande d’une présentation à l’aide du clavier » à la page 195). Il existe également des options spéciales pour la lecture des diaporamas enregistrés. Pour lire un diaporama enregistré :  Pour écouter la narration, cliquez sur le bouton de lecture dans la sous-fenêtre Audio de l’Inspecteur des documents. Réglez le volume en faisant glisser le curseur de volume.  Pour lire une présentation enregistrée, cliquez sur Lecture dans la barre d’outils, choisissez Présentation > Lire le diaporama, ou bien Présentation > Lire le diaporama enregistré. Notez que la lecture d’un diaporama enregistré commence à la première diapositive enregistrée, qui n’est pas forcément la première diapositive du document. Si vous cliquez sur Lecture dans la barre d’outils et que la présentation ne démarre pas comme prévu, vérifiez que l’option Enregistré est sélectionnée dans le menu local Présentation de l’Inspecteur des documents. Suppression d’un enregistrement Pour supprimer un enregistrement : m Ouvrez l’Inspecteur des documents, cliquez sur Audio, puis sur Effacer. m Choisissez Fichier > Effacer l’enregistrement.110 Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets Ajout d’affichages Web Vous pouvez afficher l’instantané d’une page Web (appelé « affichage Web ») sur une diapositive. Lorsque le document est ouvert, Keynote peut automatiquement mettre à jour l’instantané avec la page Web actuelle. (l’ordinateur qui exécute le diaporama doit être connecté à Internet). Par défaut, l’instantané est un lien sur lequel vous pouvez cliquer pendant la présentation afin d’ouvrir la page Web dans un navigateur ; vous pouvez désactiver ce lien dans l’Inspecteur des liens. Pour ajouter un affichage Web à une diapositive : 1 Choisissez Insertion > Affichage Web. 2 Dans l’Inspecteur des liens, saisissez l’URL de la page (www.apple.com, par exemple). Vous pouvez également faire glisser l’icône de l’URL de la barre d’adresse d’un navigateur vers le canevas ; faites glisser l’icône vers le navigateur de diapositives pour ajouter une nouvelle diapositive et créer un affichage Web en une seule étape. 3 Pour mettre à jour automatiquement la page Web de manière périodique, sélectionnez « Mettre à jour automatiquement ». Si cette option n’est pas sélectionnée, vous pouvez mettre à jour la page Web à tout moment en cliquant sur Mettre à jour. 4 Vous pouvez éventuellement redimensionner et repositionner l’affichage Web (l’image de la page Web est importée à sa taille réelle). L’affichage web conserve la même résolution quand vous le redimensionnez. La flèche bleue signifie que vous pouvez cliquer sur l’affichage Web au cours d’une présentation pour ouvrir la page Web dans un navigateur. Insérez un instantané de page web qui se met automatiquement à jour à l’ouverture du diaporama.Chapitre 4 Utilisation de sons, de séquences, de graphiques et d’autres objets 111 5 Par défaut, l’affichage web se transforme automatiquement en lien hypertexte, sur lequel vous pouvez cliquer pendant la présentation pour ouvrir la page Web dans un navigateur. Pour désactiver cette fonction, désélectionnez l’option « Activer comme lien » dans l’Inspecteur des liens. Conversion d’un objet en lien hypertexte En plus des liens hypertexte de texte, vous pouvez transformer des images et des figures en liens hypertexte qui déclencheront les opérations suivantes lorsque vous cliquerez dessus au cours d’une présentation :  Atteindre une diapositive précise  Ouvrir une page Web sur Internet  Ouvrir un nouveau document Keynote  Ouvrir un message électronique  Quitter le diaporama Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de liens hypertextes » à la page 68 pour en connaître les instructions. Si cette option est sélectionnée, vous pouvez cliquer sur l’affichage Web pendant la présentation afin d’ouvrir la page Web dans un navigateur. Transformer des images en liens permettant d’ouvrir une autre diapositive, un document Keynote, une page Web ou un courrier électronique. La petite flè- che bleue (visible uniquement lorsque vous modifiez une diapositive) caractérise un lien hypertexte sur lequel on peut cliquer.5 112 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas Ce chapitre décrit les manières d’ajouter un intérêt visuel à l’aide de transitions de diapositive et de compositions d’objet. Après avoir créé et organisé vos diapositives, vous pouvez animer le texte et les objets pour ajouter un intérêt visuel au diaporama.  Les transitions ménagent des effets visuels lorsque vous passez d’une diapositive à une autre.  Les compositions d’objet animent des éléments des diapositives. Ajout de transitions entre les diapositives Keynote vous propose toute une variété de styles de transition. Vous pouvez contrôler la durée d’une transition et spécifier le moment où elle commence (automatiquement ou sur un clic). Les transitions de diapositive se configurent dans l’Inspecteur des diapositives. Réglez la durée de la transition. Réglez le point de démarrage des transitions en mode lecture automatique. Réglez la direction de la transition. Choisissez le mode de démarrage de la transition. Choisissez une transition. Certaines transitions ont des options supplémentaires. Cliquez pour obtenir un aperçu de la transition. Le bouton Inspecteur des diapositivesChapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 113 Pour ajouter un effet de transition entre diapositives : 1 Sélectionnez une diapositive. 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils puis cliquez sur le bouton Inspecteur des diapositives. 3 Cliquez sur Transition. 4 Choisissez une option dans le menu local Effet. Si la mention « Effets ne pouvant pas être lus sur cet ordinateur » apparaît, cela signifie que les transitions énumérées ensuite nécessitent une carte graphique haut de gamme dont vous ne disposez pas sur votre ordinateur. 5 Choisissez une option dans le menu local Direction (non applicable à tous les effets). 6 Pour modifier la durée de la transition, saisissez une valeur dans le champ Durée (ou cliquez sur les flèches). 7 Choisissez une option dans le menu local Commencer la transition. Au clic de souris : démarre la transition lorsque vous cliquez pour passer à la diapositive suivante. Automatiquement : démarre la transition après la durée spécifiée dans le champ Délai. 8 Si vous avez choisi un effet avec des options supplémentaires (comme Mosaïque, Échange ou Fondu couleur), sélectionnez vos réglages. Pour visualiser la transition, cliquez sur l’image dans la sous-fenêtre de transition de l’Inspecteur des diapositives ou cliquez sur Lire dans la barre d’outils. Si vous utilisez des transitions Cube ou Retournement : il se peut que ces transitions ne soient pas complètement visibles si « Agrandir les diapos pour qu’elles occupent tout l’écran » est sélectionné dans la sous-fenêtre Diaporama des préférences Keynote (sélectionnez Keynote Préférences puis cliquez sur Diaporama). Pour que ces transitions ne soient pas rognées durant le diaporama, désélectionnez « Agrandir les diapos pour qu’elles occupent tout l’écran » ou choisissez l’une des deux options « Réduire les transitions pour éviter le découpage » (voire les deux) dans la sous-fenêtre Diaporama. Animation de diapositives avec des compositions d’objet Les compositions d’objet permettent d’animer des éléments, individuellement ou par groupes, dans une diapositive :  Les effets Compo. entrante font entrer des éléments dans une diapositive.  Les effets Compo. sortante font sortir des éléments hors d’une diapositive.  Les compositions d’action animent des éléments d’une diapositive.  Les compositions intelligentes sont des compositions d’action prédéfinies pour l’animation d’images.114 Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas Vous pouvez créer plusieurs compositions d’objet dans une même diapositive et appliquer plusieurs compositions au même objet. Vous pouvez, par exemple, afficher un texte à puces ligne par ligne. Vous pouvez afficher une à une les différentes parties d’un graphique pour attirer l’attention de l’assistance ou créer un effet de surprise. Vous pouvez faire apparaître de droite à gauche une image sur une diapositive, puis la faire disparaître de gauche à droite. Utilisation d’effets de composition pour faire apparaître et disparaître des éléments dans des diapositives Pour faire apparaître ou disparaître des éléments dans une diapositive, ouvrez la diapositive achevée (tous les éléments sont visibles), puis définissez une composition pour chaque élément à afficher ou à masquer. Pour déplacer automatiquement un objet dans ou en dehors d’une diapositive : 1 Dans une diapositive, sélectionnez l’objet à faire apparaître ou disparaître. Cliquez en appuyant sur la touche Maj pour sélectionner plusieurs objets. 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des compositions. 3 Pour faire entrer l’objet sélectionné dans la diapositive, cliquez sur Compo. entrante. Pour faire sortir l’objet sélectionné de la diapositive, cliquez sur Compo. sortante. Configurez la durée de la composition. Choisissez les éléments à inclure. Ouvrez le tiroir Ordre de composition pour réordonner les compositions. Configurez le type d’animation, le sens et l’ordre de la version de chaque objet. Construisez des objets comme un tout ou en partie. Le bouton Inspecteur des compositions Utilisez les animations Version entrante pour faire entrer les éléments sur une diapositive, et les animations Version sortante pour déplacer les éléments horsdiapositive. Donnez des temps individuels à des éléments ou entrelacez-les. Cliquez pour prévisualiser la composition.Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 115 4 Choisissez une option dans le menu local Effet. Si vous appliquez l’effet à une composition intelligente : certaines compositions intelligentes utilisent des effets pouvant également être employés pour déplacer les images sur ou en dehors d’une diapositive. Si vous utilisez l’une de ces compositions intelligentes, vous verrez « Utiliser composition intelligente » dans le menu des effets. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Animation d’image à l’aide de compositions intelligentes » à la page 119. 5 Pour changer la direction d’entrée ou de sortie de l’objet dans la diapositive, choisissez une option dans le menu local Direction. (Tous les effets n’offrent pas cette option.) 6 Pour changer la composition de l’objet, soit en un bloc, soit par morceaux, choisissez une option dans le menu local Apparition. Les options disponibles dans le menu local Apparition dépendent de l’objet sélectionné. Par exemple, pour un tableau, les options proposées comprennent la composition par ligne et la composition par colonne ; les options de texte comprennent la composition par paragraphe. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Animation de types spécifiques d’objets » à la page 123. 7 Pour définir la durée d’affichage ou de masquage d’un objet (ou d’un élément d’objet), saisissez une valeur dans le champ Durée (ou cliquez sur les flèches). Pour définir différentes durées pour des éléments d’objets individuels, sélectionnez « Définir des durées séparées pour les éléments ». Dans le tiroir Ordre de composition, sélectionnez chaque élément, choisissez « Automatiquement » dans le menu local Lancer la composition, et saisissez une valeur dans le champ Retard. 8 Pour éviter la composition de certaines parties d’objets, choisissez des options autres que Premier et Dernier dans le menu local « Composer à partir de ». Pour visualiser la composition, cliquez sur l’image dans l’Inspecteur de composition ou cliquez sur Lire dans la barre d’outils. Vous pouvez également afficher la composition d’un seul élément en cliquant dessus dans le tiroir Ordre de composition. À propos des objets groupés : si vous groupez ou dissociez des objets pour lesquels une composition est déjà définie, l’effet de composition est supprimé. Après avoir défini une composition d’objets, vous pouvez également effectuer les opérations suivantes :  Modifier l’ordre d’exécution des compositions. Reportez-vous à la rubrique « Réorganisation de compositions d’objet » à la page 121.  Indiquer le mode d’exécution de la composition : automatique (après une durée indiquée) ou par un clic de souris. Reportez-vous à la rubrique « Activation des compositions d’objet » à la page 121.116 Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas  Entrelacer les étapes de composition des différents objets. Reportez-vous à la rubrique « Création de compositions qui s’entrelacent dans les parties d’un objet » à la page 122.  Appliquer des compositions d’action pour déplacer ou modifier l’objet dans la diapositive. Reportez-vous aux deux prochaines rubriques pour plus d’instructions. Vous pouvez créer une composition d’objet sur un modèle de diapositive de sorte que les effets de composition figurent dans chaque diapositive utilisant ce modèle. Reportezvous à la rubrique « Définition des transitions par défaut » à la page 221 pour obtenir des instructions complémentaires. Animation d’objets sur des diapositives (compositions d’action) Les compositions d’action permettent de déplacer des objets dans une diapositive. Pour déplacer un objet à l’intérieur d’une diapositive : 1 Ouvrez l’Inspecteur des compositions (cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils, puis sur le bouton Inspecteur des compositions). 2 Cliquez sur Action. 3 Dans une diapositive, sélectionnez un objet (image, forme, zone de texte, graphique, film ou d’autres fichiers de données, ou tableau). 4 Choisissez Déplacement dans le menu local Effet. La ligne rouge, qui est alors connectée à une version « fantôme » (transparente) de l’objet, indique la destination de l’objet. Configurez la durée de la composition. Cliquez pour prévisualiser la composition. Utilisez les effets Action pour animer les élé- ments d’une diapositive. Appliquez les effets de mouvement, rétrécissement, agrandissement, fondu, rotation, etc. aux éléments. Cliquez pour réorganiser des étapes de composition. Pour déplacer les compositions, convertissez un chemin droit en chemin courbe ou inversement. Cliquez pour ajouter un autre chemin au mouvement de l’objet. Réglez les effets d’animation. Le bouton Inspecteur des compositionsChapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 117 5 Pour modifier le mouvement, effectuez l’une des opérations suivantes : Modifiez la direction ou la distance ; en vous aidant de la souris, décrivez la direction ou la distance voulue pour l’objet en faisant glisser l’objet fantôme. Modifiez la forme du chemin (de droite à courbe) en cliquant sur le bouton Chemin approprié dans l’Inspecteur des compositions. Modifiez la forme du chemin courbe en faisant glisser l’un de ses noeuds ou les poignées de ses noeuds. Pour davantage de contrôle, cliquez sur un noeud (un point sur un chemin) et faites glisser la poignée de celui-ci. Contrôlez la vitesse et la nature du mouvement de l’objet en choisissant une option dans le menu local Accélération dans l’Inspecteur des compositions. Pour déplacer un chemin et ses objets de début et de fin, faites glisser le chemin. Vous pouvez cliquer en appuyant sur la touche Maj pour sélectionner plusieurs chemins. Ajoutez un noeud (point) à un chemin en maintenant la touche Option enfoncée lorsque vous cliquez sur le chemin. 6 Pour déplacer l’objet le long d’un nouveau chemin, cliquez sur le bouton Ajouter un chemin en regard du dernier objet fantôme ou cliquez sur le bouton Ajouter une action dans l’Inspecteur des compositions. Utilisez ces poignées de noeud pour redimensionner le chemin. Pour ajouter un autre chemin pour l’objet, cliquez sur le bouton Ajouter un chemin (en regard du dernier objet fantôme).118 Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 7 Pour réorganiser les étapes de la composition d’action, cliquez sur Plus d’options et faites glisser les compositions dans le tiroir Ordre de composition. (Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Réorganisation de compositions d’objet » à la page 121.) Après qu’un objet et que tous ses chemins ont été désélectionnés, vous pouvez tous les revoir en cliquant sur le bouton rouge Afficher le chemin, en regard de l’objet. Effets de fondu, de rotation, d’agrandissement et de rétrécissement Utilisez les compositions d’action pour faire pivoter les objets d’une diapositive ou modifier leur opacité ou leur taille. Pour modifier un objet à l’aide d’un effet de composition d’action : 1 Ouvrez l’Inspecteur des compositions (cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils, puis sur le bouton Inspecteur des compositions). 2 Cliquez sur Action. 3 Dans une diapositive, sélectionnez un objet (image, forme, zone de texte, graphique, film ou autres fichiers de données, ou tableau). L’objet commence à se déplacer à partir d’ici. Faites glisser un objet fantôme vers l’emplacement où vous souhaitez que s’arrête son déplacement. Vous pouvez même déplacer des objets hors de la diapositive. Cliquez sur le bouton Afficher le chemin pour visualiser toutes les étapes d’une composition d’action.Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 119 4 Choisissez une option dans le menu local Effet, puis utilisez les commandes pour indiquer l’apparence souhaitée pour l’objet après la transformation. Pour appliquer l’effet de fondu à l’objet, choisissez Opacité dans le menu local Effet, puis utilisez le curseur Opacité afin de définir l’opacité finale de l’objet. Pour faire pivoter l’objet, choisissez Rotation dans le menu local Effet, puis utilisez les commandes Direction et Accélération afin de définir la direction et la vitesse de rotation de l’objet. Pour rétrécir ou développer l’objet, choisissez Échelle dans le menu local Effet, puis utilisez les commandes Échelle afin de définir la taille finale de l’objet (200 % au maximum). Animation d’image à l’aide de compositions intelligentes Keynote propose des compositions prédéfinies que vous pouvez utiliser pour animer une collection de photos et d’images. Ces animations sont appelées des compositions intelligentes. Pour configurer une composition intelligente : 1 Cliquez sur Compositions intelligentes dans la barre d’outils et choisissez une option. Cliquez pour prévisualiser la composition. Spécifiez quelles photos inclure dans la composition Affichez des photos dont certaines sont plus grandes que d’autres. Réglez les effets d’animation. Pour spécifier comment aligner des images :120 Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 2 Faites glisser les images depuis la sous-fenêtre Photos du Navigateur de média (s’il n’est pas ouvert, cliquez sur Média dans la barre d’outils) dans les rectangles de la fenêtre photo de la composition intelligente. Vous pouvez également faire glisser des photos et d’autres fichiers image à partir du Finder. 3 Utilisez la fenêtre de photo de composition intelligente pour modifier la composition intelligente de l’une des façons suivantes : Pour réorganiser les images, faites-les glisser dans la fenêtre de photo Composition intelligente. Pour supprimer une photo de la composition, faites-la glisser hors de la fenêtre des photos ou sélectionnez-la et appuyez sur Supprimer. Pour que toutes les photos aient la même taille, sélectionnez « Dimensionner les images à la même taille ». Pour utiliser des tailles relatives de photos, désélectionnez « Dimensionner les images à la même taille ». Certaines compositions intelligentes affichent des images dans deux états. Utilisez les boutons de taille et le curseur Échelle pour spécifier la taille de l’image dans chaque état. 4 Utilisez la sous-fenêtre d’action de l’Inspecteur de composition pour modifier la composition intelligente de l’une des façons suivantes : Pour modifier des réglages tels que la direction, l’alignement et la perspective, utilisez les commandes de l’Inspecteur des compositions. (Les réglages disponibles dépendent de l’effet que vous choisissez.) Pour modifier la durée de la composition, tapez une valeur dans le champ Durée (ou cliquez sur les flèches). Pour indiquer si vous souhaitez commencer une étape de composition automatiquement ou d’un clic de souris , choisissez une option dans le menu local Lancer la composition dans le tiroir Ordre de composition. (Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Activation des compositions d’objet » à la page 121.) Certaines compositions intelligentes affichent des images dans deux états ; utilisez ces boutons et le curseur pour modifier la taille de l’image dans chaque état. Sélectionnez pour que toutes les images présentent la même taille. Désélectionnez pour utiliser les tailles relatives aux photos. Faites glisser les photos ici.Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 121 Pour définir individuellement des minutages différents pour chaque photo, sélectionnez « Définir des minutages séparés pour les éléments », puis dans le tiroir Ordre de composition, sélectionnez chaque photo et modifiez ses réglages. Certaines compositions intelligentes utilisent des effets pouvant également déplacer des images sur ou en dehors d’une diapositive. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation d’effets de composition pour faire apparaître et disparaître des éléments dans des diapositives » à la page 114. Vous pouvez créer une composition d’action sur un modèle de diapositive de sorte que les effets de composition figurent dans chaque diapositive utilisant ce modèle. Reportezvous à la rubrique « Définition des transitions par défaut » à la page 221 pour obtenir des instructions complémentaires. Réorganisation de compositions d’objet Vous pouvez modifier l’ordre des compositions d’une diapositive. Par exemple, vous pouvez choisir de faire pénétrer ou de faire sortir un objet de l’écran avant qu’un autre y pénètre. Vous pouvez également choisir de composer à des moments différents les diffé- rentes parties d’un objet (l’une des puces d’une liste à puces, par exemple). (Pour plus d’informations sur l’utilisation de parties d’objet, reportez-vous à la rubrique « Création de compositions qui s’entrelacent dans les parties d’un objet » à la page 122.) Voici les moyens de modifier l’ordre de composition : m Si le tiroir Ordre de composition n’est pas ouvert, cliquez sur Plus d’options dans l’Inspecteur des compositions. Dans le tiroir Ordre de composition, faites glisser les éléments pour modifier leur ordre dans la composition. m Sélectionnez un objet dans le canevas de diapositive et sélectionnez une option dans le menu local Ordre de l’inspecteur de composition. Activation des compositions d’objet Vous pouvez créer différents effets en spécifiant les conditions de lancement d’une composition. Pour modifier le moment où une composition est lancée : 1 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des compositions. 2 Si le tiroir Ordre de composition n’est pas ouvert, cliquez sur Plus d’options dans l’Inspecteur des compositions. 3 Dans le tiroir Ordre de composition, sélectionnez un élément de la liste, puis choisissez une option dans le menu local Lancer la composition. L’étiquette rouge indique que la photo fait partie d’une Composition intelligente.122 Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas Au clic de souris : lance la composition lorsque vous cliquez avec la souris. Auto. après composition [numéro] : lance la composition après la fin de la composition précédente et à l’issue du délai indiqué dans le champ Délai. Auto. avec composition [numéro] : lance deux compositions simultanément, à l’issue du délai indiqué dans le champ Délai. Pour que les deux compositions aient lieu en même temps, elles doivent se succéder dans la liste Ordre de composition. Vous pouvez également intégrer plusieurs compositions d’objets dans un même objet en les regroupant (voir « Regroupement et dissociation d’objets » à la page 86). 4 Si vous choisissez de lancer la composition automatiquement (et non par un clic de souris), spécifiez la durée d’attente après la fin de la composition précédente en tapant une valeur dans le champ Délai (ou en cliquant sur les flèches). La valeur maximum du délai est de 60 secondes. Création de compositions qui s’entrelacent dans les parties d’un objet Après avoir défini des compositions dans une diapositive, vous pouvez définir les critères de lancement de l’animation des effets Composition entrante et Composition sortante. Vous pouvez par exemple configurer une composition qui place la première puce d’un texte sur la diapositive, puis la première portion d’un graphique sectoriel, et ensuite la deuxième puce. Vous pouvez en faire de même pour que les objets se déplacent en quittant la diapositive. Il est également possible d’indiquer un ensemble d’éléments à utiliser dans une composition, comme uniquement les deuxième et troisième puces du texte. Choisissez le mode de démarrage de la composition choisie. Faites glisser les éléments pour les réordonner. Spécifiez la durée d’attente entre la fin de la composition précé- dente et le démarrage de la composition sélectionnée, pour les compositions qui démarrent automatiquement.Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 123 Pour entrelacer les parties d’un objet dans une composition : 1 Sélectionnez un objet dans le canevas de diapositive. 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des compositions. 3 Dans la sous-fenêtre Composition entrante ou Composition sortante, choisissez une option autre que « En une fois » dans le menu local Transmission. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Animation de types spécifiques d’objets » (suivante). 4 Pour spécifier un sous-ensemble de parties à composer et non toutes les parties de l’objet, utilisez les menus locaux « Composer à partir de » et « Composer jusqu’à ». 5 Sélectionnez l’option « Définir des minutages séparés pour les éléments ». 6 Dans le tiroir Ordre de composition, faites glisser les compositions dans l’ordre désiré. Pour plus d’informations sur le lancement de compositions individuelles, reportez-vous à la rubrique « Activation des compositions d’objet » à la page 121. Animation de types spécifiques d’objets Le texte, les tableaux, les graphiques et les séquences ont des options de composition propres à chacun de ces types d’objet. Création de compositions de texte Vous pouvez composer du texte ligne par ligne, mot par mot ou caractère par caractère. Vous pouvez créer des compositions de texte pour un corps de texte à puces ou sans puces. Pour configurer une composition de texte : 1 Sélectionnez le texte dans le canevas de diapositive pour lequel vous avez défini une composition. 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des compositions. 3 Dans la sous-fenêtre Composition entrante ou Composition sortante, choisissez une option dans le menu local Transmission. En une fois : déplace tout le texte de la zone de texte en même temps. Par puce : déplace le texte puce par puce. Par groupe de puces : déplace chaque puce et ses puces subordonnées en même temps. Par puce mise en surbrillance : met en surbrillance chaque puce au fur et à mesure qu’elle est déplacée, laissant ainsi en surbrillance uniquement la puce la plus récente. Par paragraphe : pour les textes sans puces.124 Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas Création de compositions de tableau Vous pouvez faire apparaître ou disparaître un tableau de diapositive rang par rang, colonne par colonne, entre autres. Pour configurer une composition de tableau : 1 Sélectionnez un tableau dans le canevas de diapositive pour lequel vous avez défini une composition. 2 Choisissez une option dans le menu local Transmission de la sous-fenêtre Composition entrante ou Composition sortante dans l’Inspecteur des compositions. En une fois : permet de déplacer le tableau tout entier comme un objet unique. Par rang : permet de faire arriver le tableau sur l’écran rang par rang. Par colonne : permet de faire arriver le tableau sur l’écran colonne par colonne. Par cellule : permet de faire arriver le tableau sur l’écran cellule par cellule. Par contenu de rang : permet de faire arriver tout le tableau vide sur l’écran, puis d’insérer le contenu rang par rang. Par contenu de colonne : permet de faire arriver tout le tableau vide sur l’écran, puis d’insérer le contenu colonne par colonne. Par contenu de cellule : permet de faire arriver tout le tableau vide sur l’écran, puis d’y ajouter son contenu cellule par cellule. Tous les éléments d’un tableau utilisent le même style de composition. Création de compositions de graphique Faites apparaître ou disparaître les graphiques barre par barre, portion par portion, entre autres. Pour configurer une composition de graphique : 1 Sélectionnez un graphique dans le canevas de diapositive pour lequel vous avez défini une composition. 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des compositions. 3 Dans la sous-fenêtre Composition entrante ou Composition sortante, choisissez une option dans le menu local Transmission. En une fois : permet de déplacer le graphique comme un objet unique. Arr.-plan d’abord : permet de placer en premier lieu les axes du graphique, puis tous les éléments de données (barres, lignes ou couches) à la fois. Par séries : permet de placer les axes du graphique puis les éléments de données, une série complète après l’autre. Par groupe : permet de placer les axes du graphique puis les éléments de données, un groupe complet après l’autre.Chapitre 5 Ajout de mouvements dans les diaporamas 125 Par élém. de séries : permet de placer les axes du graphique puis chaque élément de données distinct, une série après l’autre. Par élém. de groupe : permet de placer les axes du graphique puis chaque élément de données distinct, un groupe après l’autre. Tous les éléments d’un graphique (à l’exception de la légende) utilisent le même style de composition. Il est possible d’attribuer un style et un ordre de composition à une légende de graphique. Pour que la légende accompagne le graphique, reliez-la au graphique avant de configurer le style de composition de ce dernier (consultez la rubrique « Regroupement et dissociation d’objets » à la page 86). Création de compositions de séquence Vous avez la possibilité de demander le lancement ou l’arrêt d’une séquence quand une diapositive est affichée. Pour configurer une composition de séquence : 1 Sélectionnez une séquence dans le canevas de diapositive. 2 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez sur le bouton Inspecteur des compositions. 3 Cliquez sur Composition entrante, puis choisissez Démarrer la séquence dans le menu local. La lecture du film commence lorsque la composition se produit. 4 Pour arrêter la séquence, choisissez Arrêter la séquence dans le menu local Effet. La lecture du film s’arrête lorsque la composition se produit. Suppression de compositions d’objet Vous pouvez supprimer des compositions d’objet à l’aide de l’Inspecteur des compositions. Voici comment supprimer une composition d’objet : m Si le tiroir Ordre de composition n’est pas ouvert, cliquez sur Plus d’options dans l’Inspecteur des compositions. Dans le tiroir Ordre de composition, sélectionnez la composition à supprimer, puis appuyez sur Supprimer. m Sélectionnez l’élément dont vous souhaitez supprimer l’effet, puis choisissez Aucun dans le menu local Effet de l’Inspecteur des compositions.6 126 6 Utilisation de tableaux Ce chapitre vous explique comment ajouter et mettre en forme des tableaux et des valeurs de cellule. Pour plus d’informations sur l’utilisation de formules dans les cellules d’un tableau, consultez le chapitre 7, « Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux, » à la page 150. À propos des tableaux Les tableaux vous aident à organiser, analyser et présenter des données. Keynote offre un large éventail d’options permettant de créer et de mettre en forme des tableaux et de gérer des valeurs de différents types. Vous pouvez également utiliser des opérations spéciales telles que le tri ou le formatage conditionnel (technique permettant de contrôler automatiquement les valeurs d’une cellule).  La rubrique « Utilisation de tableaux » à la page 127 vous apprend à ajouter des tableaux, à les redimensionner, à les déplacer, à les nommer, etc.  La rubrique « Sélection de tableaux et de leurs composants » à la page 131 décrit comment sélectionner des tableaux, des colonnes et d’autres éléments de tableaux afin de travailler avec.  La rubrique « Utilisation du contenu des cellules d’un tableau » à la page 134 vous indique comment ajouter du texte, des chiffres, des dates, des images et tout autre contenu dans les cellules d’un tableau et vous explique comment contrôler automatiquement les valeurs d’une cellule.  La rubrique « Utilisation des rangs et des colonnes » à la page 143 traite de l’ajout de rangs et de colonnes, de leur redimensionnement, etc.  La rubrique « Utilisation des cellules d’un tableau » à la page 146 contient des instructions relatives à la division, à la fusion, à la copie et au déplacement des cellules et vous indique comment mettre en forme les bordures des cellules.  « Tri des cellules d’un tableau » à la page 149 explique comment trier les rangs. Chapitre 6 Utilisation de tableaux 127 Utilisation de tableaux Vous disposez d’une grande variété de techniques permettant de créer des tableaux et d’en gérer les caractéristiques, la taille et l’emplacement. Ajout d’un tableau Ajoutez un tableau lorsque vous souhaitez organiser vos informations ou comparer des ensembles de données. Une fois le tableau terminé, vous pouvez créer des animations de diapositives intéressantes dans lesquelles des éléments du tableau apparaissent cellule par cellule, rang par rang ou colonne par colonne. Il existe plusieurs manières d’ajouter un tableau : m Cliquez sur Tableau dans la barre d’outils (ou choisissez Insertion > Tableau). m Pour dessiner un tableau sur le canevas, maintenez la touche Option enfoncée tout en cliquant sur Tableau dans la barre d’outils. Relâchez la touche Option et déplacez le pointeur au-dessus du canevas jusqu’à ce qu’il se transforme en viseur. Faites-le glisser à travers le canevas pour créer un tableau de la taille souhaitée. Lorsque vous faites glisser le pointeur, le nombre de rangs et de colonnes augmente ou diminue avec la taille du tableau. Pour redimensionner le tableau à partir du centre, appuyez sur la touche Option tout en faisant glisser la souris. m Pour créer un tableau sur la base d’une ou de plusieurs cellules adjacentes d’un tableau existant, sélectionnez la ou les cellule(s), cliquez sur la sélection et maintenez le bouton de la souris enfoncé tout en faisant glisser la sélection vers le canevas. Les valeurs des cellules du tableau original sont conservées. Consultez la rubrique « Sélection de tableaux et de leurs composants » à la page 131 pour en savoir plus sur les techniques de sélection des cellules.128 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Utilisation des outils de tableau Vous pouvez mettre en forme un tableau et ses colonnes, rangées, cellules à l’aide de divers outils Keynote. Voici plusieurs manières de gérer les caractéristiques d’un tableau : m Utilisez la sous fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux pour contrôler de manière très précise la largeur des colonnes et la hauteur des rangs, pour ajouter des en-têtes et des pieds de page, mettre en forme les bordures, etc. Pour ouvrir l’Inspecteur des tableaux, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils et cliquez ensuite sur le bouton Inspecteur des tableaux. m Utilisez la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux pour mettre en forme les valeurs des cellules. Par exemple, vous pouvez afficher un symbole de devise dans les cellules contenant des valeurs monétaires. Sélectionnez puis redimensionnez les rangs pour afficher le contenu. Spécifiez le nombre de rangs et de colonnes d’un tableau. Ajoutez ou supprimez des rangs ou des colonnes, fusionnez des cellules, divisez des rangs ou des colonnes. Spécifiez la largeur des colonnes et la hauteur des rangs. Le bouton Inspecteur des tableaux Ajoutez des rangs et des colonnes spécialement formatés. Donnez une couleur différente tous les deux rangs. Ajoutez une couleur ou une image à une cellule. Réglez les attributs des étiquettes, des marques de graduation, etc.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 129 La sous-fenêtre Format vous permet également de configurer le formatage conditionnel. Par exemple, une cellule peut prendre la couleur rouge lorsque sa valeur excède un certain chiffre. m Utilisez l’Inspecteur des graphismes pour créer des effets visuels spéciaux, comme des ombres et des reflets. Pour ouvrir l’Inspecteur des graphismes, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. m Pour accéder au menu local, sélectionnez un tableau ou une ou plusieurs cellule(s) puis cliquez à nouveau tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée. Vous pouvez également utiliser les menus locaux Modifier les rangs et les colonnes de l’Inspecteur des tableaux. m Utilisez l’Éditeur de formules pour ajouter et modifier des formules. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de l’Éditeur de formules » à la page 153 pour en savoir plus. m Utilisez le Navigateur de formules pour ajouter et modifier des fonctions. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des fonctions » à la page 160 pour en savoir plus. Définir le format d’affichage de valeurs issues des cellules sélectionnées. Utiliser la couleur pour mettre en surbrillance les cellules dont les valeurs obéissent à des règles que vous spécifiez. Cocher la case pour renvoyer le texte à la ligne dans les cellules sélectionnées.130 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Redimensionnement d’un tableau Vous pouvez agrandir ou réduire la taille d’un tableau en faisant glisser l’une de ses poignées de sélection ou à l’aide de l’Inspecteur des mesures. Vous pouvez également modifier la taille d’un tableau en redimensionnant ses colonnes et ses rangs. Avant de redimensionner un tableau, vous devez le sélectionner, comme le décrit la rubrique « Sélection d’un tableau » à la page 131. Voici plusieurs manières de redimensionner un tableau sélectionné : m Faites glisser l’une des poignées de sélection carrés qui s’affiche lorsque vous sélectionnez un tableau. Pour conserver les proportions du tableau, maintenez la touche Maj enfoncée pendant que vous redimensionnez le tableau. Pour redimensionner le tableau à partir de son centre, maintenez la touche Option enfoncée pendant que vous le faites glisser. Pour redimensionner un tableau dans une direction, faites-glisser une poignée latérale au lieu d’une poignée d’angle. m Pour redimensionner en spécifiant des dimensions exactes, sélectionnez un tableau ou une cellule de tableau dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des mesures puis sur Mesures. Cette sous-fenêtre vous permet de spécifier de nouvelles valeurs de largeur et de hauteur, de modifier les distances entre le tableau et les marges et de contrôler l’angle de rotation. m Pour redimensionner un tableau en réglant les dimensions des rangs et des colonnes, reportez-vous à la rubrique « Redimensionnement de rangs et de colonnes de tableaux » à la page 145. Déplacement de tableaux Vous pouvez déplacer un tableau en le faisant glisser, ou vous pouvez le changer d’emplacement à l’aide de l’Inspecteur des mesures. Voici quelques moyens de déplacer un tableau : m Sélectionnez le tableau, cliquez avec le bouton de la souris à un endroit quelconque du tableau et maintenez le bouton enfoncé, puis faites-le glisser. m Maintenez la touche Maj enfoncée pendant que vous faites glisser le tableau afin d’imposer un mouvement horizontal, vertical ou à 45 degrés.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 131 m Pour déplacer un tableau avec plus de précision, cliquez sur une cellule, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des mesures, puis utilisez les champs Position pour déplacer le tableau. m Pour copier un tableau et déplacer la copie, maintenez la touche Option enfoncée, cliquez et restez au bord d’un tableau non sélectionné puis faites-le glisser. Copie de tableaux entre des applications iWork Vous pouvez copier un tableau d’une application iWork à l’autre. Un tableau créé dans Nombres et placé dans une autre application conservera son apparence, ses données et d’autres attributs mais certaines fonctions Nombres ne sont pas prises en charge dans les autres applications. Pour copier un tableau d’une application iWork à l’autre : 1 Sélectionnez le tableau à copier, comme le décrit la rubrique « Sélection d’un tableau » à la page 131. 2 Cliquez sur Édition > Copier. 3 Dans l’autre application, créez un point d’insertion pour le tableau copié, puis choisissez Édition > Coller. Sélection de tableaux et de leurs composants Vous devez sélectionner les tableaux, les rangs, les colonnes, les cellules de tableau et les bordures de cellule de tableau avant de les utiliser. Sélection d’un tableau Lorsque vous sélectionnez un tableau, des poignées de sélection apparaissent sur les bords de celui-ci. Voici quelques manières de sélectionner un tableau : m Si aucune cellule n’est sélectionnée, cliquez n’importe où dans le tableau. m Si une cellule du tableau est sélectionnée, appuyez sur la combinaison de touches Commande + Retour, ou cliquez en dehors du tableau, puis cliquez à n’importe quel endroit dans le tableau.132 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Sélection d’une cellule unique d’un tableau Lorsque vous sélectionnez une cellule, la bordure de cette cellule est mise en surbrillance. Pour sélectionner une cellule unique d’un tableau : m Sélectionnez le tableau, puis cliquez sur la cellule. Lorsque vous sélectionnez une cellule, vous pouvez en sélectionner une autre de la manière suivante. Sélection d’un groupe de cellules de tableau Vous pouvez sélectionner plusieurs cellules, qu’elles soient adjacentes ou non. Voici différentes manières de sélectionner un groupe de cellules : m Pour sélectionner des cellules de tableau adjacentes, sélectionnez une cellule unique, puis maintenez la touche Maj enfoncée pendant que vous sélectionnez les cellules adjacentes. Vous pouvez également cliquer sur une cellule, puis faire glisser le curseur sur plusieurs cellules tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. m Pour sélectionner des cellules non adjacentes d’un tableau, maintenez la touche Commande enfoncée pendant que vous sélectionnez les cellules. Utilisez la touche Commande tout en cliquant sur la cellule d’un groupe pour la désélectionner. Sélection d’un rang ou d’une colonne Le moyen le plus rapide de sélectionner tous les rangs et toutes les colonnes d’un tableau consiste à utiliser l’Inspecteur des tableaux. Voici différentes manières de sélectionner des rangs et des colonnes : m Pour sélectionner un rang ou une colonne unique, choisissez Sélectionner le rang ou Sélectionner la colonne dans le menu local Modifier les rangs et les colonnes de l’Inspecteur des tableaux. Vous pouvez également utiliser les techniques décrites à la rubrique « Sélection d’un groupe de cellules de tableau » à la page 132. Pour sélectionner Appuyez sur La cellule suivante sur la droite Tab Si vous appuyez sur la touche de tabulation dans la dernière colonne, la première cellule du rang suivant est sélectionnée. Si vous appuyez sur la touche de tabulation dans la dernière cellule, un nouveau rang est ajouté (sur lequel la première cellule est sélectionnée). La cellule suivante sur la gauche Maj + Tab La cellule suivante du dessous Flèche vers le bas La cellule suivante au dessus Flèche vers le hautChapitre 6 Utilisation de tableaux 133 m Pour sélectionner plusieurs rangs, sélectionnez deux cellules adjacentes verticalement ou plus avant de cliquer sur Sélectionner le rang. m Pour sélectionner plusieurs colonnes, sélectionnez deux cellules adjacentes horizontalement ou plus avant de cliquer sur Sélectionner la colonne. Sélection des bordures des cellules d’un tableau Sélectionnez les bordures d’une cellule lorsque vous souhaitez mettre en forme un ou plusieurs segments des bordures. Voici plusieurs manières de sélectionner les bordures et les segments de bordure: m Pour sélectionner des bordures spécifiques pour des cellules multiples : sélectionnez le tableau, le rang, la colonne ou les cellules puis cliquez sur l’un des boutons de Bordures de Cellule dans l’Inspecteur des tableaux. m Pour sélectionner une bordure : si le tableau est sélectionné, cliquez sur la bordure. Si le tableau n’est pas sélectionné, double-cliquez sur la bordure. m Pour sélectionner le segment d’une bordure : si le tableau n’est pas sélectionné, double-cliquez sur la bordure. Si le tableau n’est pas sélectionné, cliquez trois fois sur le segment. Pour sélectionner (ou désélectionner) des segments supplémentaires, appuyez sur les touches Commande ou Maj lorsque vous cliquez. Lorsqu’une bordure de tableau est sélectionnée, en cliquant sur une autre bordure vous pourrez sélectionner la bordure. En cliquant sur la même bordure, vous pourrez sélectionner un segment. Lorsqu’un segment est sélectionné, en cliquant sur un autre segment vous pourrez sélectionner le segment. En cliquant sur le même segment, vous pourrez sélectionner une bordure. Lorsqu’une cellule, une bordure ou un segment est sélectionné(e), le pointeur semble être à cheval sur la bordure ou le segment. Vous pouvez faire glisser ces pointeurs pour déplacer une bordure. Le pointeur sur un segment ou une bordure horizontale. Le pointeur sur un segment vertical.134 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Utilisation du contenu des cellules d’un tableau Vous pouvez ajouter du texte, des chiffres et des dates dans les cellules d’un tableau, et vous pouvez mettre en forme les valeurs de ces cellules. Vous pouvez également ajouter des images et une couleur d’arrière-plan, ainsi que des cases à cocher, des curseurs et d’autres contrôles. De plus, la fonction de remplissage automatique vous permet d’utiliser le contenu d’une cellule pour ajouter automatiquement des valeurs aux cellules adjacentes. Ajout et modification de valeurs de cellule Vous pouvez ajouter, modifier et supprimer le contenu des cellules. Voici différentes façons d’ajouter et de modifier les valeurs : m Si la cellule est vide, sélectionnez-la puis tapez une valeur. Reportez-vous à la rubrique « Sélection d’une cellule unique d’un tableau » à la page 132 pour savoir comment sélectionner les cellules. m Pour remplacer un contenu spécifique existant dans une cellule, sélectionnez la cellule et sélectionnez le contenu que vous souhaitez remplacer en double-cliquant dessus tout en appuyant sur la touche Maj, et sélectionnez plus de contenu si vous souhaitez en remplacer plus. Tapez du texte pour remplacer le contenu sélectionné. m Pour tout remplacer dans la cellule, sélectionnez cette dernière et procédez à la saisie. Vous pouvez également sélectionner la cellule, puis appuyer sur la touche Retour ou Entrée, qui sélectionne tout le contenu de la cellule, puis procéder à la saisie. m Pour insérer du contenu dans du contenu existant, sélectionnez la cellule, cliquez pour définir le point d’insertion et procédez à la saisie. m Pour supprimer le contenu des cellules, des rangs ou des colonnes d’un tableau, sélectionnez les cellules, les rangs ou les colonnes, puis appuyez sur la touche Suppr ou choisissez Édition > Supprimer. Pour supprimer le contenu, le remplissage d’arrière-plan et tous les réglages de style, choisissez Édition > Tout effacer. Le style par défaut est alors appliqué à la sélection. m Pour copier, coller et déplacer les valeurs de cellules, suivez les instructions de la rubrique « Copie et déplacement de cellules » à la page 148 m Pour ajouter des formules et des fonctions aux cellules, consultez les instructions des rubriques « Utilisation des formules » à la page 150 et « Utilisation des fonctions » à la page 160.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 135 Utilisation de texte dans les cellules Vous pouvez contrôler la mise en forme et l’alignement du texte dans les cellules d’un tableau. Vous pouvez également utiliser les fonctions Rechercher/Remplacer et le correcteur orthographique. Voici quelques techniques pour utiliser du texte dans les cellules d’un tableau : m Pour insérer un saut de ligne, appuyez sur la touche Retour ou appuyez simultanément sur les touches Option + Retour. m Pour insérer une tabulation dans un tableau, appuyez simultanément sur la touche Option et sur la touche de tabulation. m Pour contrôler la couleur, l’alignement et l’espacement du texte dans une cellule, utilisez l’Inspecteur du texte (cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur du texte). m Pour contrôler les attributs de police, utilisez le panneau Police (cliquez sur Polices dans la barre d’outils). m Pour vérifier l’orthographe, suivez les instructions de la rubrique « Vérification de l’orthographe » à la page 72. m Pour effectuer une recherche et un remplacement éventuel de texte dans les cellules, suivez les instructions de la rubrique « Recherche et remplacement de texte » à la page 74. m Pour éviter que Keynote interprète votre saisie comme un nombre, placez une apostrophe devant la chaîne de texte. Utilisation de nombres dans les cellules Certaines opérations du tableau, telles que les formules et les fonctions qui effectuent des opérations mathématiques, dépendent des cellules qui contiennent des valeurs numériques. Voici quelques techniques pour utiliser les nombres dans les cellules d’un tableau : m Dans une cellule numérique, vous devez utiliser uniquement des chiffres compris entre 0 et 9 ou l’un des caractères suivants : +, –, (, ), /, $, %, un point, E ou e. m Vous pouvez taper certains caractères (tels que %) dans une cellule, ou utiliser un format de cellule, tel que décrit à la rubrique « Mise en forme des valeurs de cellule » à la page 137. m Pour spécifier un nombre négatif, faites-le précéder du signe moins (–).136 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Lorsque vous saisissez dans une cellule de tableau un nombre qui est trop long pour s’afficher en entier, Keynote le convertit :  Lorsqu’un nombre décimal ne tient pas dans une cellule, le nombre est arrondi. Par exemple, 1.77777777777777777777 devient ainsi 1.77777777777778.  Lorsqu’un nombre entier ne tient pas dans une cellule, celui-ci est affiché en notation scientifique. Par exemple, 77777777777777777777 devient ainsi 7.777778E+19. La notation scientifique consiste à présenter les nombres sous la forme d’un nombre décimal affecté d’un facteur multiplicateur qui est une puissance de 10. La valeur de cette puissance figure à la suite du symbole E. Si le nombre ainsi converti ne tient toujours pas dans la cellule, il est tronqué. Pour obtenir des suggestions, consultez la rubrique « Affichage d’un contenu trop long pour la cellule » à la page 136. Les instructions d’utilisation des formules et des fonctions dans les cellules d’un tableau se trouvent dans les rubriques « Utilisation des formules » à la page 150 et « Utilisation des fonctions » à la page 160. Utilisation de dates dans les cellules Sauf si une cellule est déjà au format date et heure, lorsque vous saisissez une valeur qui peut être interprétée comme une date ou une heure, Keynote la reformate automatiquement. Par exemple, si vous tapez 1/22/45 ou 1-22-45 dans la cellule d’un tableau avec le format de cellule automatique, la valeur devient alors Jan 22, 2045 lorsque vous quittez la cellule. Si vous saisissez la valeur d’une année sur 2 chiffres et que celle-ci est supérieure ou égale à 50Keynote ajoute le préfixe « 19 » ; sinon, Keynote ajoute le préfixe « 20 ». De plus, si vous tapez . 12 pm, la valeur devient 12:00 PM .Vous pouvez cependant modifier la valeur en cas de besoin. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Utilisation du format Date et heure » à la page 140. Affichage d’un contenu trop long pour la cellule Lorsqu’une cellule est trop petite pour afficher tout son contenu, un indicateur de découpage (petit signe plus dans le coin inférieur droit de la cellule) apparaît. Vous pouvez élargir la cellule afin qu’elle puisse afficher plus de données ou vous pouvez laisser le contenu déborder sur les cellules vides adjacentes. L’indicateur de découpage apparaît lorsqu’une cellule d’un tableau contient plus de texte qu’elle ne peut en afficher.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 137 Pour éviter le découpage ou le débordement, vous pouvez configurer un tableau de manière que ses cellules rétrécissent ou s’agrandissent automatiquement en hauteur en fonction du contenu, en sélectionnant l’option « Ajuster automatiquement au contenu » dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. Voici quelques moyens de régler les problèmes liés au contenu trop volumineux pour tenir dans une cellule : m Pour laisser le contenu d’une cellule déborder sur les cellules adjacentes, désélectionnez « Ajuster le texte » dans la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux, et désélectionnez « Ajuster automatiquement au contenu » dans la sous-fenêtre Tableau. Si les cellules adjacentes sont vides, elles affichent le contenu qui déborde. Par contre, si elles contiennent des données, le surplus de contenu n’est pas affiché et l’indicateur de découpage apparaît. m Pour ajuster le contenu au lieu de le laisser déborder, sélectionnez « Ajuster le texte » dans l’Inspecteur des cellules. m Pour redimensionner une colonne afin d’afficher toutes les valeurs d’une cellule particulière, cliquez sur la bordure droite de celle-ci et faites-la glisser vers la droite, ou utilisez les commandes Largeur de colonne de la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Pour redimensionner un rang afin d’afficher toutes les valeurs d’une cellule particulière, cliquez sur sa bordure du bas et faites-la glisser vers le bas, ou utilisez les contrôles Hauteur de rang de l’Inspecteur des tableaux. Mise en forme des valeurs de cellule Vous pouvez appliquer une mise en forme à une cellule afin que sa valeur s’affiche d’une manière particulière. Par exemple, vous pouvez mettre en forme les cellules qui contiennent des valeurs monétaires afin qu’un symbole monétaire (tel que $, £ ou ¥) apparaisse avant les nombres qu’elles contiennent. Si vous utilisez un format de cellule, vous ne définissez que les caractéristiques d’affichage d’une valeur. Si la valeur est utilisée dans des formules, c’est la valeur actuelle qui est utilisée et non la valeur formatée. La seule exception est la suivante : s’il y a trop de chiffres après une virgule, le nombre est arrondi. Vous pouvez définir des formats de cellule à l’aide du menu local Format de cellule de la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux. Pour afficher les valeurs de cellules exactement comme vous les tapez, choisissez Automatique dans le menu local ; sinon, choisissez l’élément qui applique la mise en forme souhaitée.138 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Voici quelques moyens d’utiliser les formats de cellule : m Pour ajouter une valeur dans une cellule vide associée à un format, sélectionnez la cellule et saisissez une valeur. Le format est appliqué lorsque vous quittez la cellule. m Pour appliquer un format de cellule à une valeur existante, sélectionnez une ou plusieurs cellules contenant des valeurs. Utilisez la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux pour définir un format de cellule. Le format que vous définissez est alors appliqué aux valeurs des cellules sélectionnées. m Pour supprimer le format d’une cellule, sélectionnez celle-ci, puis choisissez Automatique dans le menu local Format de la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux. La valeur reste, mais la mise en forme est supprimée. m Si vous supprimez une valeur d’une cellule associée à un format, celui-ci n’est pas supprimé. Pour supprimer le format, choisissez Automatique dans le menu local Format de la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux. m Une fois le format d’une cellule défini, vous pouvez l’associer à plusieurs cellules grâce au remplissage automatique. Reportez-vous à la rubrique « Remplissage automatique des cellules d’un tableau » à la page 143 pour en connaître les instructions. Utilisation du format numérique Utilisez le format numérique pour mettre en forme l’affichage du nombre de chiffres après la virgule, des séparateurs de milliers et des valeurs négatives. Pour définir le format des nombres d’une ou de plusieurs cellules : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux. 3 Choisissez Nombre dans le menu local Format. 4 Pour spécifier le nombre de chiffres après la virgule à afficher, utilisez le champ Décimales. Si une valeur contient plus de chiffres après la virgule que le nombre que vous avez spécifié, la valeur affichée est arrondie et non pas tronquée. Par exemple, si une cellule est mise en forme pour afficher deux chiffres après la virgule, la valeur 3.456 est affichée sous la forme 3.46 et non pas 3.45. 5 Pour spécifier l’affichage des valeurs négatives, choisissez une option du menu local adjacent au champ Décimales. 6 Pour spécifier s’il faut utiliser ou non un séparateur des milliers, sélectionnez Séparateur de milliers.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 139 Utilisation du format monétaire Utilisez le format monétaire pour mettre en forme l’affichage des valeurs monétaires. Pour définir un format monétaire pour une ou plusieurs cellules : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux. 3 Choisissez Monnaie dans le menu local Format. 4 Pour spécifier un symbole monétaire, choisissez une option dans le menu local Symbole. 5 Pour spécifier le nombre de chiffres après la virgule à afficher, utilisez le champ Décimales. Si une valeur contient plus de chiffres après la virgule que le nombre que vous avez spécifié, la valeur affichée est arrondie et non pas tronquée. Par exemple, si une cellule est mise en forme pour afficher deux chiffres après la virgule, la valeur 3.456 est affichée sous la forme 3.46 et non pas 3.45. 6 Pour spécifier l’affichage des valeurs négatives, choisissez une option du menu local adjacent au champ Décimales. 7 Pour spécifier s’il faut utiliser ou non un séparateur des milliers, sélectionnez Séparateur de milliers. 8 Pour afficher le symbole d’une monnaie sur le bord d’une cellule, sélectionnez Style de comptabilité. Utilisation du format Pourcentage Utilisez le format Pourcentage pour afficher des valeurs numériques suivies du symbole %. Si la valeur est utilisée dans une formule, sa version décimale est utilisée. Par exemple, une valeur affichant 3 % est utilisée comme 0,03 dans une formule. Si vous tapez 3 % dans une cellule formatée à l’aide du format automatique et que vous appliquez le format de pourcentage à la cellule, la valeur affichée est 3 %. Cependant, si vous tapez 3 dans une cellule formatée à l’aide du format automatique et que vous appliquez le format de pourcentage à la cellule, la valeur affichée est 300 %. Pour définir un format de pourcentage pour une ou plusieurs cellules : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux et enfin sur Format. 3 Choisissez Pourcentage dans le menu local Format. 4 Pour spécifier le nombre de chiffres après la virgule à afficher, utilisez le champ Décimales. Si une valeur contient plus de chiffres après la virgule que le nombre que vous avez spécifié, la valeur affichée est arrondie et non pas tronquée. Par exemple, si une cellule est mise en forme pour afficher deux chiffres après la virgule, la valeur 3.456 est affichée sous la forme 3.46 et non pas 3.45.140 Chapitre 6 Utilisation de tableaux 5 Pour spécifier l’affichage des valeurs négatives, choisissez une option du menu local adjacent au champ Décimales. 6 Pour spécifier s’il faut utiliser ou non un séparateur des milliers, sélectionnez Séparateur de milliers. Si la cellule que vous mettez en forme contient déjà une valeur, la valeur est considérée comme un nombre décimal et convertie en pourcentage. Par exemple, 3 devient 300%. Utilisation du format Date et heure Utilisez le format Date et heure pour afficher des valeurs de date et/ou d’heure. Pour définir le format de date et d’heure pour une ou plusieurs cellules : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux et enfin sur Format. 3 Choisissez Date et heure dans le menu local Format. 4 Pour spécifier la mise en forme de la date, choisissez un format dans le menu local Date. 5 Pour spécifier la mise en forme de l’heure, choisissez un format dans le menu local Heure. Utilisation du format Fraction Utilisez le format de fraction pour contrôler l’affichage des valeurs inférieures à 1. Par exemple, 27.5 s’affiche sous la forme 27 1/2 lorsque le format est en moitié et sous la forme 27 4/8 lorsque le format est en huitième. Pour définir un format de fraction pour les cellules sélectionnées : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux et enfin sur Format. 3 Choisissez Fraction dans le menu local Format de cellule. 4 Choisissez un format d’affichage dans le menu local Précision. Utilisation du format Scientifique Le format de notation scientifique permet de présenter les nombres sous la forme d’un nombre décimal affecté d’un facteur multiplicateur qui est une puissance de 10. La valeur de cette puissance figure à la suite du symbole E. Par exemple, la valeur 5,00 en format scientifique est affichée sous la forme 5,00E0. De même, la valeur 12345 s’affiche comme 1,2345E4.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 141 Pour définir un format scientifique pour une ou plusieurs cellules : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux et enfin sur Format. 3 Choisissez Scientifique dans le menu local Format de cellule. 4 Pour spécifier le nombre de chiffres après la virgule à afficher, utilisez le champ Décimales. Utilisation du format Texte Utilisez le format Texte lorsque vous souhaitez que l’intégralité du contenu d’une cellule soit traitée comme du texte, même s’il s’agit d’un nombre. Pour définir un format texte pour une ou plusieurs cellules : 1 Sélectionnez la ou les cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux et enfin sur Format. 3 Choisissez Texte dans le menu local Format de cellule. Contrôle des valeurs de cellule Keynote peut modifier la couleur de remplissage ou celle du texte d’une cellule si son contenu présente des conditions particulières. Vous pouvez définir des règles simples qui testent la condition, puis modifient la couleur du remplissage et/ou du texte si la condition est remplie. Par exemple, vous pouvez définir une règle qui applique la couleur bleue à une cellule si celle-ci contient une valeur spécifique et une autre règle qui applique la couleur verte à la cellule si celle-ci contient une autre valeur. Vous pouvez également définir une règle qui applique la couleur rouge à une cellule lorsque celle-ci est un doublon dans un groupe de cellules ou la couleur violette si la valeur dépasse la moyenne des valeurs du groupe de cellules. Vous pouvez appliquer ce type de règle à une cellule unique ou à une plage de cellules. Les règles appliquées à plusieurs cellules déclenchent le changement de couleur si au moins une des cellules remplit la condition de la règle. Pour définir des règles : 1 Sélectionnez une ou plusieurs cellules. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux. 3 Cliquez sur Format. 4 Sélectionnez Format conditionnel, puis cliquez sur Afficher les règles. 5 Sélectionnez « Mettre les cellules en surbrillance en suivant les règles suivantes ». 6 Choisissez une condition dans le menu local « Choisir une règle ». 142 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Les conditions qui figurent dans la section supérieure du menu effectuent les tests sur des valeurs numériques. Les conditions applicables aux valeurs de texte s’affichent dans la section au centre de la liste ; les conditions de date se trouvent en bas. À noter que la condition Entre nécessite la saisie de deux nombres. Cette condition est remplie si l’un des deux nombres ou n’importe quel nombre se trouvant entre ces deux nombres apparaît dans la ou les cellule(s). 7 Fournissez les informations supplémentaires nécessaires pour définir une condition particulière à tester. 8 Sélectionnez Couleur de remplissage et/ou Couleur du texte, puis cliquez sur les cadres de couleur (consultez la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88) pour définir les couleurs de l’arrière-plan et des valeurs à appliquer à la cellule si la condition est remplie. 9 Pour ajouter une autre règle, cliquez sur + et répétez les étapes 6 à 8. Si plusieurs règles sont définies pour une cellule et que le contenu de la cellule remplit les conditions de plusieurs règles, les couleurs associées à la règle la plus haute dans la liste des règles sont appliquées à la cellule. Pour cesser d’utiliser une règle, cliquez sur le bouton - pour supprimer la règle ou désé- lectionnez l’option Couleur de remplissage et Couleur du texte pour désactiver la règle. Pour ne plus utiliser une liste de règles, décochez « Mettre les cellules en surbrillance en suivant les règles suivantes ». Ajout d’images et de couleurs aux cellules Vous pouvez ajouter des graphismes ou des couleurs à certaines cellules ou à l’ensemble du tableau. Pour ajouter une image ou une couleur à une cellule de tableau : 1 Sélectionnez la cellule. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur l’Inspecteur des tableaux. 3 Pour ajouter une image, choisissez Remplissage image dans le menu local Arrière-plan. Reportez-vous à la rubrique « Remplissage d’objet avec une image » à la page 89 pour en connaître les instructions. 4 Pour ajouter une couleur d’arrière-plan, choisissez Remplissage couleur ou Remplissage dégradé dans le menu local Arrière-plan. Reportez-vous à la rubrique « Remplissage d’un objet avec de la couleur » à la page 87 pour obtenir plus d’informations.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 143 Remplissage automatique des cellules d’un tableau Le remplissage automatique vous permet d’utiliser le contenu d’une ou de plusieurs cellules pour ajouter automatiquement des valeurs aux cellules adjacentes. Voici quelques moyens de remplir automatiquement des cellules : m Pour coller le contenu et le remplissage d’une cellule dans des cellules adjacentes, sélectionnez la cellule, puis faites glisser la poignée dans l’angle inférieur droit vers les cellules dans lesquelles vous souhaitez coller le contenu. Vous pouvez la faire glisser vers la droite pour ajouter des valeurs sur le même rang ou vers le bas pour ajouter des valeurs aux cellules adjacentes de la même colonne. Toutes les données, les formats, les formules et les remplissages associés à la cellule sélectionnée sont copiés. Si la cellule sélectionnée ne contient aucune donnée, le remplissage automatique efface toutes les données des cellules cible. m Vous pouvez également ajouter des valeurs aux cellules en fonction des modèles de valeurs. Par exemple, si une cellule contient le nom d’un jour de la semaine ou d’un mois, vous pouvez sélectionner la cellule puis la faire glisser vers la droite ou vers le bas pour ajouter le jour ou le mois suivant dans la cellule adjacente. Pour créer de nouvelles valeurs en fonction de caractéristiques numériques, sélectionnez deux cellules ou plus avant de les faire glisser. Par exemple, si les deux cellules sélectionnées contiennent les valeurs 1 et 2, les valeurs 3 et 4 sont ajoutées lorsque vous faites glisser le curseur sur les deux cellules adjacentes. De même, si les deux cellules sélectionnées contiennent les valeurs 1 et 4, les valeurs 7 et 10 sont ajoutées lorsque vous faites glisser le curseur sur les deux cellules adjacentes (les valeurs sont incrémentées de 3). Le remplissage automatique ne définit aucune relation entre les cellules du groupe. Une fois le remplissage automatique effectué, vous pouvez modifier les cellules individuellement. Utilisation des rangs et des colonnes Vous pouvez rapidement ajouter et supprimer des rangs et des colonnes, créer un rang ou une colonne d’en-tête ou rang de pied de page, et bien plus encore. Ajout de rangs Vous pouvez ajouter des rangs dans un tableau ou à la fin d’un tableau. Si le tableau contient un rang de pied de page, les rangs ajoutés au bas du tableau sont placés au-dessus du rang de pied de page.144 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Voici différentes manières d’ajouter des rangs : m Pour ajouter un seul rang, sélectionnez une cellule, puis choisissez Format > Tableau > « Insérer un rang au-dessus » ou « Insérer un rang en dessous ». Vous pouvez également sélectionner ces commandes dans le menu local Modifier les rangs et les colonnes de l’Inspecteur des tableaux. m Pour ajouter un rang à la fin du tableau, appuyez sur la touche de tabulation lorsque la dernière cellule est sélectionnée. m Pour ajouter un ou plusieurs rangs à la fin d’un tableau, utilisez les commandes Rangs dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Vous pouvez diviser les cellules en deux rangs égaux. La rubrique « Division des cellules d’un tableau » à la page 147 vous indique la procédure à suivre. Ajout de colonnes Vous pouvez ajouter des colonnes à un tableau. Voici différentes manières d’ajouter des colonnes : m Pour ajouter une seule colonne, sélectionnez une cellule, puis choisissez Format > Tableau > « Insérer une colonne avant » ou « Insérer une colonne après ». Vous pouvez également sélectionner ces commandes dans le menu local Modifier les rangs et les colonnes de l’Inspecteur des tableaux. m Pour ajouter une ou plusieurs colonnes sur la droite d’un tableau, utilisez les contrôles Colonnes de la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Vous pouvez diviser les cellules en deux colonnes égales. La rubrique « Division des cellules d’un tableau » à la page 147 vous indique la procédure à suivre. Suppression de rangs et de colonnes de tableaux Il existe plusieurs techniques pour supprimer un ou plusieurs rangs ou colonnes de tableaux. Voici différentes manières de supprimer des rangs ou des colonnes : m Sélectionnez le(s) rang(s) ou la (les) colonne(s) ou l’une de leurs cellules, puis choisissez Format > Tableau > Supprimer le rang ou Format > Tableau > Supprimer la colonne. m Pour supprimer un ou plusieurs rangs ou colonnes, sélectionnez-les puis choisissez Supprimer le rang ou Supprimer la colonne dans le menu local Modifier les rangs et les colonnes de l’Inspecteur des tableaux. Vous pouvez également accéder à ces commandes en choisissant Format > Tableau > option.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 145 Utilisation d’un rang ou d’une colonne d’en-tête de tableau Utilisez les rangs et les colonnes d’en-tête pour identifier les données des rangs et des colonnes. Les rangs et les colonnes d’en-tête sont mis en forme de telle sorte qu’ils se distinguent des autres rangs et colonnes. Un rang d’en-tête correspond à la cellule supérieure de chaque colonne. Une colonne d’en-tête correspond à la cellule la plus à gauche de chaque rang. Vous ne pouvez pas diviser un rang d’en-tête ou de bas de page en plusieurs rangs ou des colonnes d’en-tête en plusieurs colonnes. Voici différentes manières d’ajouter ou de supprimer un rang ou une colonne d’en-tête : m Sélectionnez le tableau, puis sélectionnez ou désactivez Rang d’en-tête ou Colonne d’en-tête dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Sélectionnez le tableau puis choisissez une des options suivantes dans le sous-menu Format > Tableau : Insérer un rang d’en-tête, Supprimer le rang d’en-tête, Insérer une colonne d’en-tête ou Supprimer la colonne d’en-tête. Utilisation d’un rang de pied de page Utilisez un rang de pied de page pour attirer l’attention sur le dernier rang d’un tableau. Un rang de pied de page peut contenir les mêmes données que n’importe quel autre rang, mais sa mise en forme lui confère davantage d’impact visuel. Voici différentes manières d’ajouter ou de supprimer un rang de pied de page : m Sélectionnez le tableau, puis sélectionnez ou désélectionnez « Rang de pied de page » dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Sélectionnez le tableau, puis choisissez Insérer un rang de pied de page ou Supprimer le rang de pied de page dans la sous-fenêtre Format > Tableau. Redimensionnement de rangs et de colonnes de tableaux Redimensionnez tous les rangs et colonnes afin qu’ils possèdent la même taille, ou redimensionnez uniquement des rangs et des colonnes spécifiques. Voici différentes manières de redimensionner des rangs et des colonnes de tableaux : m Pour que tous les rangs soient de la même taille, sélectionnez le tableau, puis choisissez Format > Tableau > Répartir les rangs uniformément. Pour que toutes les colonnes soient de la même taille, choisissez Format > Tableau > Répartir les colonnes uniformément. m Pour redimensionner un seul rang, sélectionnez une cellule dans le rang et utilisez le champ Hauteur de Rang dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Pour redimensionner une seule colonne, sélectionnez une cellule dans la colonne et utilisez le champ Largeur de Colonne dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux.146 Chapitre 6 Utilisation de tableaux m Pour que plusieurs rangs soient de la même taille, sélectionnez une ou plusieurs cellules dans les rangs et sélectionnez Tableau > Répartir les rangs uniformément. Les rangs peuvent ne pas être adjacents. Vous pouvez également utiliser le champ Hauteur de Rang dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. m Pour que plusieurs colonnes soient de la même taille, sélectionnez une ou plusieurs cellules dans les colonnes et sélectionnez Tableau > Répartir les colonnes uniformé- ment. Les colonnes peuvent ne pas être adjacentes. Vous pouvez également utiliser le champ Largeur de Colonne dans la sous-fenêtre Tableau de l’Inspecteur des tableaux. Si le contenu de la cellule est tronqué après l’avoir redimensionnée, reportez-vous à la rubrique « Affichage d’un contenu trop long pour la cellule » à la page 136. Alternance de couleurs des rangs Alternez la couleur d’arrière-plan d’un rang sur deux afin de conférer au tableau un effet de bandes. Pour alterner les couleurs des rangs : 1 Sélectionnez le tableau. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux. 3 Sélectionnez Alternance de la couleur de rang. 4 Cliquez sur le cadre de couleurs adjacent pour ouvrir la fenêtre Couleurs, puis sélectionnez une couleur pour les rangs alternés. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88 pour en connaître les instructions. 5 Pour modifier les propriétés de remplissage des autres rangs, utilisez les contrôles Arrièreplan de l’Inspecteur des tableaux. Reportez-vous à la rubrique « Remplissage d’un objet avec de la couleur » à la page 87 pour en connaître les instructions. Utilisation des cellules d’un tableau Vous pouvez diviser et fusionner des cellules d’un tableau, les redimensionner, leur appliquer une mise en forme, les masquer, ajouter des commentaires et plus encore. Fusion des cellules d’un tableau La fusion des cellules d’un tableau consiste à combiner des cellules adjacentes en une seule cellule, éliminant ainsi les bordures afin qu’elles se comportent comme une cellule unique.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 147 Pour fusionner les cellules d’un tableau : 1 Sélectionnez un groupe de deux cellules adjacentes ou plus. Le groupe de cellules que vous choisissez doit former un rectangle, et elles doivent toutes être des cellules principales ou d’en-tête. 2 Choisissez Format >Tableau > Fusionner les cellules. Vous pouvez également sélectionner Fusionner les cellules dans le menu local « Modifier les rangs et les colonnes » de l’Inspecteur des tableaux. La fusion horizontale de cellules adjacentes ne contenant que du texte ou un mélange de texte, de nombres, de valeurs mises en forme et de formules, revient à joindre le contenu de toutes les cellules d’origine en texte séparé par des tabulations. De même, la fusion verticale de cellules adjacentes ne contenant que du texte ou un mélange de texte, de nombres, des valeurs mises en forme et de formules, revient à joindre le contenu de toutes les cellules d’origine en texte séparé par un retour chariot. Lors de la fusion de cellules de colonne, l’arrière-plan des cellules reprend l’image ou la couleur de la cellule la plus en haut. Lors de la fusion de cellules de rang, l’arrière-plan des cellules reprend l’image ou la couleur de la cellule la plus à gauche. Lorsqu’une cellule contenant du texte, un nombre, une formule ou un format de cellule est fusionnée avec une cellule vide, la nouvelle cellule conserve le contenu de la cellule non vide. Lorsqu’une cellule contenant un format de nombre est fusionnée avec une cellule vide, la nouvelle cellule conserve également le format de nombre. Division des cellules d’un tableau La division de cellules scinde chaque cellule sélectionnée en deux parts égales, horizontalement (rangs) ou verticalement (colonnes). Les deux nouvelles cellules présentent des couleurs ou images d’arrière-plan identiques. Tout texte présent dans la cellule d’origine reste dans la cellule la plus en haut ou la plus à gauche. Pour fusionner des cellules horizontalement ou verticalement : 1 Sélectionnez une ou plusieurs cellules du tableau. Pour diviser une colonne ou un rang entier, sélectionnez toutes les cellules de la colonne ou du rang. 2 Pour diviser des cellules en rangs, choisissez Format > Tableau > Diviser en rangs. Pour diviser des cellules en colonnes, choisissez Tableau > Diviser en colonnes. Vous pouvez également choisir Diviser les rangs ou Diviser les colonnes dans le menu local Modifier les rangs et les colonnes de l’Inspecteur des tableaux. 3 Pour créer des unités de plus en plus petites, répétez les étapes 1 et 2 pour diviser les cellules. Pour réunir les cellules divisées, fusionnez-les tel que décrit à la rubrique « Fusion des cellules d’un tableau » à la page 146.148 Chapitre 6 Utilisation de tableaux Mise en forme bords d’une cellule Vous pouvez modifier l’épaisseur et la couleur des bordures des cellules d’un tableau. Vous pouvez également masquer la bordure de n’importe quelle cellule. Voici différentes manières de mettre en forme les bordures de cellules d’un tableau : 1 Sélectionnez les segments de bordure de cellule à mettre en forme (voir « Sélection des bordures des cellules d’un tableau » à la page 133). 2 Si l’Inspecteur des tableaux n’est pas ouvert, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux et sur Tableau. 3 Pour définir l’épaisseur de la ligne et la couleur, utilisez les réglages de Bordures de cellule : Menu local Trait : permet de choisir un style de trait. Sélectionnez Aucun pour masquer les bordures. Champ d’épaisseur de ligne : permet de contrôler l’épaisseur de la ligne. Cadre de couleurs : Permet de choisir une couleur de trait à l’aide de la fenêtre Couleurs. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de la fenêtre Couleurs » à la page 88 pour en connaître les instructions. Copie et déplacement de cellules Pour déplacer ou copier des cellules de tableau, vous pouvez utiliser les commandes ou les faire glisser. Voici différentes manières de copier et de déplacer des cellules : m Pour intervertir des valeurs de cellule dans un tableau, sélectionnez une cellule ou plusieurs cellules adjacentes, puis faites glisser la sélection vers les cellules de destination. Les valeurs de la sélection sont interverties avec celles des cellules de destination. m Pour copier les cellules dans un tableau ou entre deux tableaux, faites glisser les cellules sélectionnées tout en maintenant la touche Option enfoncée. Toutes les valeurs des cellules de destination sont remplacées. Vous pouvez copier des cellules en les sélectionnant puis en choisissant Édition > Copier ; il suffit alors de sélectionner les cellules de destination et de choisir Édition > Coller. Reportez-vous à la rubrique « Copie ou déplacement des formules contenant des références de cellules » à la page 156 pour en savoir plus sur les techniques permettant de dupliquer ou de déplacer une cellule contenant une formule.Chapitre 6 Utilisation de tableaux 149 Tri des cellules d’un tableau Vous avez la possibilité de classer la totalité ou une partie des valeurs d’une colonne par ordre croissant ou décroissant. Les rangs contenant les cellules choisies pour le classement sont alors réorganisés. Les cellules d’en-tête sont exclues de ce classement. Voici différentes manières d’opérer un tri :  Pour trier toutes les cellules d’une colonne, sélectionnez l’une des cellules de la colonne, ouvrez l’Inspecteur des tableaux, puis choisissez « Trier en ordre croissant » ou « Trier en ordre décroissant » dans le menu local « Modifier les rangs et les colonnes ».  Pour trier uniquement certaines cellules d’une colonne, sélectionnez ces cellules avant de choisir « Trier en ordre croissant » ou « Trier en ordre décroissant ». Le tableau suivant décrit de quelle manière les différents types de données sont classés, par ordre croissant ou décroissant. Type de données Ordre croissant Ordre décroissant Texte aA–zZ Zz–Aa Dates Année (la moins récente en premier), puis Mois (Janvier en premier), et enfin jour (1-31) Année (la plus récente en premier), puis Mois (Décembre en premier), et enfin jour (31-1) Nombres –2, –1, 0, 1, etc. 1, 0, –1, –2, etc. Cellules ne contenant que du texte, combinées avec d’autres ne contenant que des nombres –2, –1, 0, 1, etc., puis aA–zZ Zz–Aa, puis 1, 0, –1, –2, etc. Cellules contenant un mélange de texte et de nombres Valeurs commençant par les nombres en premier (1z, 1Z, a1, A1) Valeurs commençant par du texte en premier (A1, a1, 1A, 1z) Cellules vides En bas de la liste En bas de la liste Booléen (VRAI/FAUX) En dessous et au dessus d’une cellule vide Au-dessus des valeurs texte7 150 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux Ce chapitre vous explique comment effectuer des calculs dans les cellules des tableaux à l’aide de formules et de fonctions. Pour obtenir des instructions relatives à l’ajout et à la mise en forme des tableaux et des données qu’ils contiennent, consultez le chapitre 6, « Utilisation de tableaux, » à la page 126. Pour obtenir des informations complètes sur les différentes fonctions, consultez l’aide en ligne. Utilisation des formules Une formule est une expression mathématique utilisant des opérations pour en dériver une valeur. Vous pouvez ajouter une formule à la cellule d’un tableau pour afficher une valeur dérivée de celles d’autres cellules. Par exemple, vous pouvez ajouter une formule à la cellule située au bas d’une colonne ajoutant les nombres se trouvant dans les autres cellules de la colonne. Si une des valeurs de la colonne change, le total dans la cellule du bas change alors automatiquement. Les formules permettent d’obtenir des valeurs grâce à un calcul effectué à l’aide d’opérateurs et de fonctions.  Les opérateurs effectuent les opérations arithmétiques de base telles que l’addition (+) et la multiplication (*) Voici une formule qui additionne des valeurs : =A2 + 16. A2 est une référence à une cellule ; elle fait en effet référence à la deuxième cellule de la première colonne. La valeur 16 est appelée constante, car il s’agit d’une valeur spécifique qui n’utilise aucun opérateur ni fonction. La valeur de la cellule A2 est ajoutée à la valeur 16 et la somme apparaît dans la cellule contenant la formule. Les formules commencent toujours par le signe égal (=). Pour simplifier, le signal égal est omis dans les exemples de l’ensemble de la documentation Keynote.Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 151  Tandis que les fonctions sont des opérations nommées et prédéfinies, telles que SOMME et MOYENNE. Pour utiliser une fonction, vous devez lui attribuer un nom puis indiquer, entre parenthèses à la suite de ce nom, les arguments dont elle a besoin. Les arguments précisent les données que la fonction doit utiliser lorsqu’elle effectue les opérations qui lui sont prévues. Voici une formule qui additionne les valeurs de neuf cellules adjacentes de la première colonne : SOMME(A2:A10). Dans ce cas, nous rencontrons un seul argument, à savoir « A2:A10 ». Le symbole deux-points indique que la formule utilise les valeurs des cellules A2 à A10 incluses. Ajout d’une formule rapide Il est notamment possible de réaliser un calcul de base à l’aide des valeurs contenues dans une plage de cellules adjacentes, en ajoutant une formule rapide via le menu local Formule rapide de la sous-fenêtre Format dans l’Inspecteur des tableaux. Voici quelques opérations qui peuvent être réalisées à l’aide du menu local Formule rapide : m Choisissez une des options suivantes pour effectuer des calculs en utilisant les valeurs figurant dans les cellules sélectionnées. Les cellules vides et celles contenant des valeurs qui ne sont pas mentionnées sont ignorées. Somme : donne le total des valeurs numériques des cellules. Moyenne : calcule la moyenne arithmétique des valeurs numériques des cellules. Min : détermine la valeur numérique la plus petite dans les cellules. Max : détermine la valeur numérique la plus grande dans les cellules. Compte : détermine le total des nombres ou des valeurs de date ou d’heure dans les cellules. Produit : multiplie toutes les valeurs numériques des cellules. m Sélectionnez Éditeur de formules pour ouvrir l’application correspondante. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation de l’Éditeur de formules » à la page 153 pour en connaître les instructions.152 Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux Calcul élémentaire avec des valeurs d’une même colonne À l’aide du menu local Formule rapide de l’Inspecteur des tableaux, il est très facile de réaliser des calculs élémentaires fondés sur des valeurs adjacentes d’une même colonne et d’en afficher les résultats. Voici plusieurs façons d’effectuer des calculs élémentaires à partir de valeurs se trouvant dans une même colonne : m Pour utiliser les valeurs d’une plage de cellules adjacentes, sélectionnez ces cellules, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux, puis cliquez sur Format. Choisissez une formule dans le menu local Formule rapide. Keynote place la formule et son résultat dans la première cellule vide rencontrée en dessous de celles sélectionnées. S’il n’existe aucune cellule vide, Keynote créé un rang de bas de page pour y faire apparaître le résultat. m Pour utiliser toutes les valeurs d’une colonne, cliquez sur la cellule d’en-tête ou sur l’onglet de référence de celle colonne. Dans la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux, choisissez une formule dans le menu local Formule rapide. Keynote place cette formule et son résultat sur un rang de bas de page. S’il n’existe aucune rangée de pied de page, Keynote en ajoute une. Calcul élémentaire avec des valeurs d’un même rang À l’aide du menu local Formule rapide de l’Inspecteur des tableaux, il est très facile de réaliser des calculs élémentaires à partir de valeurs adjacentes d’une même colonne et d’en afficher les résultats. Voici plusieurs façons d’effectuer des calculs élémentaires à partir de valeurs se trouvant sur un même rang : m Pour utiliser les valeurs d’une plage de cellules adjacentes, sélectionnez ces cellules, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux, puis cliquez sur Format. Choisissez un calcul dans le menu local Formule rapide. Keynote place la formule et son résultat dans la première cellule vide rencontrée à droite de celles sélectionnées. S’il n’existe aucune cellule vide, Keynote ajoute une colonne pour le résultat. m Pour utiliser toutes les valeurs d’un rang, cliquez sur la cellule d’en-tête ou sur l’onglet de référence de ce rang. Dans la sous-fenêtre Format de l’Inspecteur des tableaux, choisissez une formule dans le menu local Formule rapide. Keynote place cette formule et son résultat dans une nouvelle colonne.Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 153 Suppression d’une formule Si vous ne voulez plus utiliser une formule associée à une cellule, vous pouvez la supprimer rapidement. Pour supprimer une formule d’une cellule : 1 Sélectionnez la cellule. 2 Appuyez ensuite sur la touche Suppr. Utilisation de l’Éditeur de formules L’Éditeur de formules vous permet de créer et de modifier des formules. Vous pouvez ouvrir l’Éditeur de formules de plusieurs façons : m Sélectionnez une cellule du tableau, puis saisissez le signe égal (=). m Sélectionnez une cellule du tableau, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des tableaux, puis cliquez sur Format. Dans le menu local Formule rapide, choisissez Éditeur de formules. m Sélectionnez le tableau, puis double-cliquez sur une cellule du tableau contenant une formule. Lorsqu’il s’ouvre, l’Éditeur de formules apparaît au-dessus de la cellule sélectionnée. Pour le déplacer, placez le curseur sur le côté gauche de l’Éditeur de formules jusqu’à ce qu’il prenne la forme d’une main, puis cliquez et faites glisser. Lorsque vous sélectionnez une cellule qui contient une formule, ses arguments sont mis en surbrillance de couleur. Pour déplacer l’Éditeur de formules, cliquez ici et faites-le glisser. Champ de texte Afficher ou modifier une formule. Bouton Annuler Annuler les modifications. Bouton Accepter Enregistrer les modifications.154 Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux Ajout d’une nouvelle formule à l’aide de l’Éditeur de formules Pour créer une formule, utilisez l’Éditeur de formules. Pour ajouter une nouvelle formule à l’aide de l’Éditeur de formules : 1 Sélectionnez la cellule dans laquelle vous voulez afficher le résultat de la formule. 2 Ouvrez l’Éditeur de formules. Par exemple, tapez le signe égal (=). 3 Utilisez le champ de texte pour spécifier la formule en veillant à ce que le signe égal soit le premier caractère utilisé. Pour connaître les techniques qui permettent d’inclure des références de cellules dans les formules, reportez-vous à la rubrique « Utilisation des références de cellules » à la page 155. Pour en savoir plus sur l’utilisation des opérateurs dans les formules, reportez-vous à la rubrique « Utilisation des opérateurs » à la page 158. Pour savoir comment insérer une fonction dans une formule, reportez-vous à la rubrique « Utilisation des fonctions » à la page 160. 4 Pour enregistrer les modifications, appuyez sur Retour, appuyez sur Entrée ou cliquez sur le bouton Accepter de l’Éditeur de formules. Vous pouvez aussi cliquer à l’extérieur du tableau. Pour fermer l’Éditeur de formules et annuler les modifications, appuyez sur la touche Échap ou cliquez sur le bouton Annuler de l’Éditeur de formules. Modification d’une formule à l’aide de l’Éditeur de formules Pour modifier une formule, vous pouvez utiliser l’Éditeur de formules. Pour modifier une formule : 1 Double-cliquez sur une cellule du tableau contenant une formule. L’Éditeur de formules s’ouvre, la formule apparaît dans le champ de texte et ses arguments sont mis en surbrillance de couleur. 2 Effectuez les modifications nécessaires. Vous pouvez utiliser les touches fléchées pour déplacer le point d’insertion dans le champ de texte. 3 Pour enregistrer les modifications, appuyez sur Retour, appuyez sur Entrée ou cliquez sur le bouton Accepter de l’Éditeur de formules. Vous pouvez aussi cliquer à l’extérieur du tableau. Pour fermer l’Éditeur de formules et annuler les modifications, appuyez sur la touche Échap ou cliquez sur le bouton Annuler de l’Éditeur de formules.Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 155 Utilisation des références de cellules Vous pouvez utiliser les références de cellules pour identifier des cellules particulières à l’intérieur des formules. Par exemple, si vous ajoutez une formule permettant de calculer la moyenne des valeurs de deux cellules, vous pouvez identifier ces cellules à l’aide de références de cellules. Vous pouvez créer des références de cellules à l’aide des lettres et des numéros qui figurent sur les onglets de référence ou à l’aide du nom des cellules d’en-tête :  Si votre tableau comprend à la fois un rang d’en-tête et une colonne d’en-tête, vous pouvez identifier une cellule à l’aide du nom de la colonne suivi du nom du rang. Par exemple, si une colonne est intitulée 2006 et un rang a pour en-tête Nombre d’élèves inscrits, la cellule se trouvant à l’intersection de cette colonne et de ce rang peut être désignée comme 2006 Nombre d’élèves inscrits.  Vous pouvez vous servir des lettres et des numéros des onglets de référence pour identifier une cellule particulière. Il vous suffit de spécifier la lettre de la colonne puis le numéro du rang. Par exemple, C55 fait référence au cinquante-cinquième rang de la troisième colonne. Ajout de références de cellules à une formule Pour insérer une référence de cellule, vous pouvez cliquer sur une cellule ou sur un onglet de référence ou encore sélectionner une plage de cellules lorsqu’il y a un point d’insertion dans le champ de texte de l’Éditeur de formules. Vous pouvez aussi insérer une référence de cellule en la saisissant à l’aide du clavier. Voici plusieurs façons d’ajouter une référence de cellule au point d’insertion dans le champ de texte : m Pour créer une référence à une cellule particulière à l’aide de la souris, cliquez sur la cellule en question. Vous pouvez aussi saisir la référence à cette cellule particulière à l’aide du clavier. Pour ce faire, tapez la lettre de la colonne suivie du numéro du rang (A4) tels qu’ils apparaissent dans les onglets de référence ou tapez le nom de la colonne suivi du nom du rang (2006 Nombre d’élèves inscrits). m Pour ajouter une référence à une liste de cellules précises, cliquez sur chacune d’entre elles. Si les références sont des arguments dans une fonction, Keynote insère automatiquement une virgule (,) entre celles-ci, que vous pouvez remplacer par un autre caractère le cas échéant. Par exemple, si vous vous trouvez sur un emplacement dans lequel le séparateur décimal est une virgule, vous pouvez séparer les différentes références de cellules avec un point-virgule au lieu d’une virgule.156 Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux m Pour ajouter une référence à une plage de cellules adjacentes, faites glisser le curseur sur les cellules que vous souhaitez ajouter. Vous pouvez également taper ou cliquer sur la première cellule, taper le caractère deux-points, puis taper ou cliquer sur la dernière cellule. Par exemple, B2:B5 fait réfé- rence à quatre cellules de la deuxième colonne. B2:C3 fait référence à deux cellules de la deuxième colonne et à deux cellules de la troisième colonne. m Pour faire référence à toutes les cellules d’une colonne, cliquez sur l’onglet de référence de la colonne ou sur sa cellule d’en-tête, le cas échéant. Vous pouvez saisir la référence en tapant la lettre de la colonne (C ou C:C) ou son nom si elle comprend une cellule d’en-tête. Par exemple, SOMME(B) ou SOMME (B:B) additionne toutes les valeurs qui se trouvent dans les cellules de la deuxième colonne. m Pour faire référence à toutes les cellules d’un rang, cliquez sur l’onglet de référence du rang en question ou sur sa cellule d’en-tête, le cas échéant. Vous pouvez saisir la référence en tapant le numéro du rang (1:1) ou son nom si elle comprend une cellule d’en-tête. Par exemple, SOMME(1:1) additionne toutes les valeurs qui se trouvent dans les cellules du premier rang. Copie ou déplacement des formules contenant des références de cellules Vous pouvez copier ou déplacer une formule contenant des références de cellules sans que ces dernières ne deviennent non valides. Voici quelques techniques permettant de déplacer des formules : m Pour placer une formule dans une autre cellule, faites glisser la cellule dans laquelle elle se trouve jusque sur la cellule de destination souhaitée. m Pour coller une copie d’une formule dans une autre cellule et utiliser les mêmes références de cellules dans les deux formules, ajoutez le symbole du dollar ($) devant les identifiants de colonne et de rang (=$A$1). Cette technique permet de créer ce que l’on appelle une référence de cellule absolue. Par exemple, si la formule =A1 apparaît dans la cellule D1 et que vous souhaitez en coller une copie dans la cellule E1, changez la formule en =$A$1, puis sélectionnez la cellule D1, copiez cette dernière et collez la copie dans la cellule E1. La formule $A$1 est copiée dans la cellule E1. Si vous ne modifiez pas la formule avant de la copier de telle sorte qu’elle utilise une référence de cellule absolue, elle apparaîtra dans la cellule E1 sous la forme =B1.Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 157 Application d’une formule aux cellules d’une colonne ou d’un rang en une seule fois Lorsqu’un tableau dispose de cellules d’en-tête, vous pouvez les utiliser pour appliquer rapidement une formule à toutes les cellules d’un rang ou d’une colonne. Les valeurs des cellules sont recalculées d’après la formule. Cette formule est appelée formule d’en-tête. Pour appliquer une formule d’en-tête aux cellules d’une colonne ou d’un rang : 1 Sélectionnez la cellule d’en-tête de la colonne ou du rang. 2 Ouvrez l’Éditeur de formules. Par exemple, tapez le signe égal (=). 3 Saisissez la formule que vous souhaitez appliquer à chacune des cellules de la colonne ou du rang. Par exemple, pour attribuer aux cellules de la colonne C des valeurs cinq fois plus grandes que celles des cellules correspondantes de la colonne B, la formule à utiliser serait B*5 ou B:B*5. La formule est dupliquée dans toutes les cellules de la colonne ou du rang. Dans cet exemple, la cellule C4 contiendrait la valeur calculée à l’aide de la formule B4*5. 4 Cliquez sur le bouton Accepter ou appuyez sur la touche Retour ou Entrée pour enregistrer la formule. Gestion des erreurs et des avertissements Si une formule figurant dans une cellule de tableau est incomplète, contient des références de cellules non valides ou est incorrecte, ou bien si une opération d’importation entraîne une erreur dans une cellule, Keynote affiche une icône dans la cellule concernée. Un carré bleu dans la partie supérieure gauche d’une cellule indique les avertissements. Un triangle rouge au milieu d’une cellule indique une erreur provoquée par une formule. Pour afficher les messages des avertissements et des erreurs : m Cliquez sur l’icône. Un message récapitule chaque erreur et chaque avertissement associés à la cellule.158 Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux Utilisation des opérateurs L’utilisation d’opérateurs dans les formules permet d’effectuer des opérations arithmé- tiques et de comparer des valeurs:  Les opérateurs arithmétiques effectuent des opérations arithmétiques, telles que l’addition ou la soustraction, et donnent des résultats numériques.  Les opérateurs de comparaison comparent deux valeurs et donnent uniquement la valeur VRAI ou FAUX. Calcul d’opérations arithmétiques Pour créer une formule réalisant une opération arithmétique, vous devez utiliser des opérateurs arithmétiques. Par exemple, pour ajouter trois valeurs d’une colonne, vous pourriez créer une formule du type suivant : A2 + A3 + A5. Voici un récapitulatif des opérateurs arithmétiques. Pour obtenir plus d’informations sur les opérateurs arithmétiques que Keynote prend en charge, reportez-vous à la rubrique « Explication des opérateurs arithmétiques » à la page 159. Pour ajouter une formule arithmétique à une cellule : 1 Sélectionnez une cellule vide destinée à afficher les résultats de la formule. 2 Ouvrez l’Éditeur de formules. Par exemple, tapez le signe égal (=). 3 Saisissez la formule dans le champ de texte après le signe égal. Par exemple, pour saisir la formule A3 * B5 + B6, dans le champ texte après le signe égal, vous pouvez cliquer sur la cellule A3 ou taper « A3 », puis taper * (l’opérateur de multiplication), cliquer sur B5 ou taper « B5 », et enfin cliquer sur B6 (si vous ne saisissez pas d’opé- rateur avant de cliquer, Keynote ajoute automatiquement le signe plus (+) lorsque vous ne spécifiez aucun argument de fonction). 4 Cliquez sur le bouton Accepter ou appuyez sur la touche Retour ou Entrée pour enregistrer la formule. Pour effectuer cette opération Utilisez cet opérateur arithmétique Par exemple Somme de deux valeurs + A2 + B2 Soustraction de deux valeurs – A2 - B2 Multiplication de deux valeurs * A2 * B2 Division d’une valeur par une autre / A2 / B2Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 159 Explication des opérateurs arithmétiques Les opérateurs arithmétiques utilisés dans les formules des cellules d’un tableau permettent d’effectuer des opérations arithmétiques et d’obtenir des résultats numériques. Les opérateurs arithmétiques sont les suivants (les exemples supposent que la cellule A2 contient la valeur 20 et que la cellule B2 contient la valeur 2) : m L’opérateur + permet d’additionner deux valeurs. Par exemple, A2 + B2 donne 22. m L’opérateur – permet de calculer la différence entre deux valeurs. Par exemple, A2 – B2 donne 18. m L’opérateur * permet d’obtenir le produit de deux valeurs. Par exemple, A2 * B2 donne 40. m L’opérateur / permet d’obtenir le résultat de la division d’une valeur par une autre. Par exemple, A2/B2 donne 10. m L’opérateur ^ permet d’obtenir le résultat de l’élévation d’une valeur à la puissance d’une autre valeur. Par exemple, A2 ^ B2 donne 400. m L’opérateur % permet d’obtenir le résultat de la division d’une valeur par 100. Par exemple, A2% renvoie 0,2 (mis en forme pour s’afficher sous la forme 20%). Si la référence à une cellule pointe sur une cellule vide, 0 correspond à la valeur utilisée. Si la référence à une cellule pointe sur une cellule contenant la valeur FAUX, 0 est là aussi la valeur utilisée. Si la cellule contient VRAI, 1 est la valeur utilisée dans ce cas. Par exemple, VRAI + 1 renvoie 2. L’utilisation d’une chaîne avec un opérateur arithmétique renvoie une erreur. Par exemple, 3 + "bonjour" n’est pas une opération arithmétique correcte.160 Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux Explication des opérateurs de comparaison Les opérateurs de comparaison comparent deux valeurs et donnent la valeur VRAI ou FAUX. Les opérateurs de comparaison sont les suivants (les exemples supposent que la cellule A2 contient la valeur 20 et que la cellule B2 contient la valeur 2) : m L’opérateur = donne VRAI si deux valeurs sont égales. Par exemple, A2 = B2 donne FAUX. m L’opérateur <> donne VRAI si deux valeurs ne sont pas égales. Par exemple, A2<>B2 donne VRAI. m L’opérateur > donne VRAI si la première valeur est supérieure à la seconde. Par exemple, A2 > B2 donne VRAI. m L’opérateur < donne VRAI si la première valeur est inférieure à la seconde. Par exemple, A2 < B2 donne FAUX. m L’opérateur >= donne VRAI si la première valeur est supérieure ou égale à la seconde. Par exemple, A2 >= B2 donne VRAI. m L’opérateur <= donne VRAI si la première valeur est inférieure ou égale à la seconde. Par exemple, A2 <= B2 donne FAUX. Les chaînes sont plus grandes que les nombres. Par exemple, "bonjour" > 5 donne VRAI. VRAI et FAUX peuvent être comparés mutuellement mais pas avec des nombres ou des chaînes. VRAI > FAUX, et FAUX < VRAI, parce que VRAI est interprété comme la valeur 1 et FAUX comme 0. VRAI = 1 renvoie FAUX, et VRAI = "UnTexte" renvoie FAUX. Utilisation des fonctions Une fonction est une opération prédéfinie à laquelle on a attribué un nom (par exemple, SOMME ou MOYENNE) et dont on peut se servir pour effectuer un calcul dans une cellule de tableau. Il existe plusieurs familles de fonctions, qui vont des fonctions financières qui permettent de calculer des taux d’intérêt, des valeurs d’investissement, etc. aux fonctions statistiques qui permettent de calculer des moyennes, des probabilités, des écarts types, etc. Reportezvous à l’Aide de Keynote pour plus d’informations sur toutes les fonctions, y compris sur les arguments à spécifier pour indiquer aux fonctions les données à utiliser dans les calculs. Vous pouvez saisir une fonction dans le champ de texte de l’Éditeur de formules, mais vous pouvez aussi utiliser le Navigateur de fonctions pour ajouter une fonction à une formule. Chapitre 7 Utilisation de formules et de fonctions dans des tableaux 161 Pour ajouter une fonction à l’aide du Navigateur de fonctions : 1 Sélectionnez la cellule dans laquelle vous souhaitez ajouter une fonction. 2 Ouvrez l’Éditeur de formules et cliquez dans le champ de texte à l’endroit où vous souhaitez insérer la fonction. 3 Choisissez Insertion > Fonction. Le Navigateur de fonctions apparaît. 4 Sélectionnez une fonction. Pour trouver une fonction, faites défiler la liste située sur la droite. Si vous le souhaitez, vous avez la possibilité de subdiviser cette liste en sélectionnant une catégorie de fonction sur la gauche. Vous pouvez aussi rechercher une fonction particulière dans la catégorie de fonction sélectionnée à l’aide du champ de recherche qui se trouve en haut à droite. 5 Cliquez sur Insérer. Keynote insère la fonction dans le champ texte, suivie d’un ou de plusieurs paramètres fictifs d’argument entre parenthèses. 6 À l’aide de l’Éditeur de formules, remplacez chacun des paramètres fictifs par une référence de cellule ou par une autre valeur ou apportez d’autres modifications à la formule selon vos besoins. 8 162 8 Utilisation des graphiques Vous pouvez convertir des données issues de tableaux en graphiques intéressants. Ce chapitre décrit les notions élémentaires de la création et de la mise en forme de graphiques. Keynote fournit des outils permettant de créer des graphiques attrayants afin de présenter des données numériques. Vous pouvez copier et coller les données à partir d’une feuille de calcul ou les saisir directement dans l’Éditeur de graphiques et créer puis modifier les graphiques directement sur le canevas. Par défaut, l’aspect de vos graphiques correspond le thème que vous utilisez. À propos des graphiques Vous pouvez afficher les données dans un graphique afin de faire apparaître clairement les tendances ou relations qui ne sont pas aussi évidentes lorsque vous visualisez les données sous forme de rangs et de colonnes. Vous avez le choix entre de nombreux types de graphiques pour la présentation de vos données, notamment des graphiques sectoriels, linéaires, à barres, à colonnes, à couches et en nuage de points. Des versions 2D et 3D sont disponibles pour la plupart des graphiques. Pour saisir les données qui apparaîtront dans un graphique, utilisez l’Éditeur de graphiques, tel que décrit dans la rubrique « Modification de données dans un graphique » à la page 167. Si vous modifiez des données dans l’Éditeur de graphiques, le graphique est mis à jour automatiquement.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 163 Vous pouvez, par exemple, créer un graphique pour faire apparaître le nombre d’employés travaillant dans la Région 1 et dans la Région 2 chaque année. Ce type de tableau comporterait deux rangs (un pour la Région 1 et un autre pour la Région 2) et quatre colonnes (une pour chaque année de 2007 à 2010). Il existe plusieurs manières de représenter ces données dans un graphique. Dans un graphique à barres, par exemple :  Vous pouvez représenter le nombre de salariés de 2007 travaillant dans la Région 1 et dans la Région 2 par des barres côte à côte, suivies de paires de barres représentant chacune des années 2008, 2009 et 2010. Si un tel graphique existait, il comporterait deux séries de données et quatre jeux de données. Les régions 1 et 2 sont appelées séries de données ; chaque région est représentée par une série de valeurs. La valeur des données (connues sous le nom de points de données) de chaque région sont représentées par des barres regroupées côte à côte sur le graphique ; chaque groupe est appelé jeu de données (2007 est un jeu de données, 2008 en est un autre, etc.). Ces carrés indiquent la couleur qui représente chaque série de données. La légende du graphique désigne les deux séries de données. Les jeux de données contiennent un point de données (une barre) de chacune des séries de données. Ces quatre barres représentent une série de données.164 Chapitre 8 Utilisation des graphiques  Autre possibilité : vous pouvez modifier l’orientation du graphique de sorte que les points de données soient regroupés par région plutôt que par année. Dans ce cas, les années sont des séries de données et les régions des jeux de données. Le graphique à barres contiendrait alors deux groupes de barres, une pour la Région 1 et l’autre pour la Région 2. Vous pouvez facilement alterner l’usage de colonnes et de rangs en tant que séries de données à l’aide du bouton Rang / dans l’Éditeur de graphiques. Les séries de données sont représentées différemment selon le type de graphique :  Dans les graphiques à colonnes et les graphiques à barres, une série de données est représentée par une série de barres dotée du même remplissage (couleur ou texture).  Dans un graphique linéaire (également appelé graphe), une série de données est représentée par une seule ligne.  Dans un graphique à couches, une série de données est représentée par une couche.  Dans un graphique sectoriel, un seul jeu de données (le premier point de données de chaque série) est représenté sur le graphique (celui qui apparaît en premier sur la liste dans l’Éditeur de graphiques).  Dans un graphique en nuage de points, deux colonnes de données sont utilisées pour placer les points représentant les valeurs d’une seule série de données. Chaque paire de valeurs détermine ainsi la position de chaque point de données. Ces deux barres repré- sentent une série de données. Les jeux de données contiennent un point de données (une barre) de chacune des quatre séries de données. Ce bouton fait des rangs de données de l’Éditeur de graphiques la série de données. Ce bouton fait des colonnes de données de l’Éditeur de graphiques la série de données.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 165 Ajout d’un graphique Vous pouvez ajouter un graphique en l’insérant sur le canevas ou en le dessinant. Voici différentes manières d’ajouter un graphique : m Cliquez sur Graphiques dans la barre d’outils et choisissez un autre type de graphique dans le menu local. m Pour tracer un graphique dans le canevas, maintenez la touche Option enfoncée tout en cliquant sur Graphiques dans la barre d’outils, puis choisissez un graphique. Relâchez la touche Option et déplacez le pointeur sur le canevas jusqu’à ce qu’il se transforme en réticule. Faites-le glisser sur le canevas afin de créer un graphique de la taille souhaitée. Pour conserver les proportions des dimensions d’un graphique, maintenez la touche Maj enfoncée lors du redimensionnement. Un graphique contenant des données d’espace réservé apparaît alors sur la diapositive et l’Inspecteur des graphiques et l’Éditeur de graphiques s’ouvrent. Utilisez l’Inspecteur des graphiques pour sélectionner le type de graphique initial et pour mettre en forme votre graphique. Utilisez l’Éditeur de graphiques pour modifier les données du graphique. Pour obtenir plus d’instructions, consultez les rubriques « Choix d’un type de graphique initial » à la page 165, « Mise en forme des attributs généraux d’un graphique » à la page 169, « Mise en forme de types de graphiques spécifiques » à la page 177 et « Modification de données dans un graphique » à la page 167. Sélection d’un type de graphique Une fois que vous avez ajouté un graphique, vous pouvez en définir le type ou en changer. Vous avez le choix entre de nombreux types de graphiques, notamment à barres, 3D à barres, linéaires, 3D linéaires, etc. Choix d’un type de graphique initial La première fois que vous ajoutez un graphique, l’application insère un graphique par défaut. Vous pouvez le changer à votre guise.166 Chapitre 8 Utilisation des graphiques Voici différentes manières de spécifier un type de graphique : m Sélectionnez le graphique, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis choisissez un type de graphique dans le menu local qui apparaît lorsque vous cliquez sur l’icône du graphique en haut à gauche. m Choisissez Format > Graphique > Type de graphique > type de graphique. Changement du type de graphique Vous pouvez changer de type de graphique à votre guise. Pour remplacer un graphique par un autre type : 1 Sélectionnez le graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis choisissez un autre type de graphique dans le menu local qui apparaît lorsque vous cliquez sur l’icône du graphique en haut à gauche. Si vous passez à un graphique sectoriel, le premier point de données de chaque série est représenté sous forme de portion. Reportez-vous à la rubrique « Graphiques sectoriels » à la page 177. Si vous passez à un graphique en nuage de points, deux valeurs sont nécessaires pour chaque point. Si le graphique est basé sur un nombre impair de rangs ou de colonnes, le dernier rang (ou la dernière colonne) n’est pas traité. Reportez-vous à la rubrique « Graphiques en nuage de points » à la page 182. Le bouton Inspecteur des graphiques Choisissez un type de graphique dans le menu local. Les graphiques 2D se trouvent à gauche et leur version 3D à droite.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 167 Si vous passez à un graphique à barres, à colonnes, à couches ou linéaire, chaque série du nouveau graphique correspond à un rang ou à une colonne dans l’Éditeur de graphiques. Si vous passez à la version 3D d’un graphique, l’Inspecteur des graphiques fournit des commandes permettant de gérer la profondeur de l’objet, le style d’éclairage, etc. Reportez-vous à la rubrique « Graphiques 3D » à la page 183. La mise en forme appliquée au graphique que vous modifiez peut ne pas s’appliquer au nouveau graphique. Par exemple, l’attribut de remplissage couleur des éléments de point de données (barres, portions, etc.) possède une valeur par défaut différente pour chaque type de graphique. Si vous avez modifié la couleur de remplissage d’une colonne puis changé le graphique en graphique à barres, la modification du remplissage n’est alors pas conservée.  Selon le type de graphique, les attributs enclins à changer si vous passez d’un type de graphique à un autre sont les étiquettes de valeurs affichées, la position de ces étiquettes, le style de texte, le trait, l’ombre et le remplissage des séries, le symbole des points de données ainsi que le remplissage de ces derniers.  Les graphiques en barres ou en colonnes simples ou empilées partagent leurs attributs à l’exception de la position des étiquettes de valeur. Les graphiques en barres ou en colonnes possèdent cependant des remplissages distincts.  Les ombres des graphiques 3D sont partagées entre les types de graphiques. Si vous changez le type d’un graphique par un autre partageant certains des attributs, ces derniers sont alors conservés. Les attributs partagés regroupent les axes, les quadrillages, les marques de graduation, les étiquettes des axes, l’affichage de la valeur minimale, le format des nombres, les bordures, les rotations d’objets, les ombres ainsi que le style d’éclairage 3D. Vous en saurez plus à propos de ces attributs tout au long du reste de ce chapitre. Modification de données dans un graphique Pour modifier les données d’un graphique, ouvrez l’Éditeur de graphiques et saisissez les données en les tapant ou en les copiant et les collant à partir d’Excel, d’AppleWorks ou d’autres tableurs. Pour ouvrir l’Éditeur de graphiques : 1 Sélectionnez le graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Modifier les données. 168 Chapitre 8 Utilisation des graphiques Vous pouvez également choisir Format > Graphique > Afficher l’Éditeur de graphiques. Copie de données dans l’Éditeur de graphiques Vous pouvez copier des données à partir d’Excel, d’AppleWorks, ou de toute autre application de feuille de calcul et les coller dans l’Éditeur de graphiques. Pour utiliser des données issues d’une autre feuille de calcul : 1 Ouvrez la feuille de calcul et sélectionnez toutes les cellules appropriées. 2 Appuyez simultanément sur les touches Commande et C. 3 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Modifier les données pour ouvrir l’Éditeur de graphiques. 4 Sélectionnez la cellule supérieure dans la première colonne de l’Éditeur de graphiques. 5 Appuyez simultanément sur les touches Commande et V. Utilisation de rangs et de colonnes dans l’Éditeur de graphiques Modifiez les noms des rangs et des colonnes puis réorganisez, ajoutez ou supprimer des rangs et des colonnes. Voici différentes manières d’utiliser des rangs et des colonnes dans l’Éditeur de graphiques : m Pour modifier le nom des rangs et des colonnes ou pour modifier les données d’une cellule, double-cliquez sur la cellule ou sur l’étiquette d’un rang ou d’une colonne et saisissez ce que vous désirez. m Pour réorganiser des rangs ou des colonnes, faites glisser leur étiquette vers un nouvel emplacement. Faites glisser les étiquettes afin de les réorganiser. Tapez les données graphiques directement dans les cellules de la feuille de calcul. Cliquez sur ces boutons afin d’ajouter un autre rang ou une autre colonne de données.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 169 m Pour ajouter des rangs ou des colonnes, cliquez sur Insérer un rang ou Insérer une colonne afin de placer un rang au-dessus du rang sélectionné ou une colonne à gauche de la colonne sélectionnée. Si aucun rang ni aucune colonne n’est sélectionné, le nouveau rang ou la nouvelle colonne apparaît en bas ou à droite du tableau (pour visualiser le nouveau rang ou la nouvelle colonne, vous devez appuyer sur la touche Retour ou Tab, agrandir la fenêtre de l’Éditeur de graphiques ou encore faire défiler l’affichage). Sinon, sélectionnez n’importe quelle cellule vide, saisissez vos données et appuyez ensuite sur la touche Retour. Un nouveau rang ou une nouvelle colonne est automatiquement créé. m Pour supprimer des rangs ou des colonnes, sélectionnez leur étiquette et appuyez ensuite sur la touche Retour. m Pour déterminer si les séries de données du graphique sont représentées en rangs ou en colonnes dans l’Éditeur de graphiques, cliquez sur un bouton Rang / colonne. Mise en forme des attributs généraux d’un graphique Vous pouvez redimensionner et repositionner des graphiques et des légendes. Vous pouvez ajouter un titre au graphique. Vous pouvez mettre en forme les éléments des graphiques (polices, textures, couleurs, étiquettes d’axes et de points de données, ainsi que marques de graduation). Vous pouvez ajuster l’angle et le style d’éclairage des graphiques 3D. Utilisation d’une légende La légende du graphique décrit la signification des couleurs utilisées pour traiter les points de données dans chaque série de données. Vous pouvez afficher ou masquer la légende d’un graphique et la repositionner. Voici différentes manières d’utiliser une légende de graphique : m Pour afficher la légende, sélectionnez le graphique puis sélectionnez Afficher la légende dans l’Inspecteur des graphiques. m Pour modifier les étiquettes dans la légende, modifiez les étiquettes de série dans l’Éditeur de graphiques ou sélectionnez la légende et modifiez le texte directement dedans. m Pour mettre en forme le texte de la légende, reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des titres, des étiquettes et des légendes » à la page 176. m Pour masquer la légende, sélectionnez le graphique puis désélectionnez Afficher la légende dans l’Inspecteur des graphiques. Vous pouvez également sélectionner la légende et appuyer sur la touche Suppr. m Pour déplacer la légende, sélectionnez-la et faites-la glisser.170 Chapitre 8 Utilisation des graphiques Utilisation d’un titre de graphique Vous pouvez ajouter un titre au graphique. Celui-ci peut être mis en forme. Voici différentes manières d’utiliser un titre de graphique : m Pour ajouter un titre, sélectionnez le graphique puis choisissez Afficher le titre dans l’Inspecteur des graphiques. Remplacez le texte du paramètre fictif par votre titre. m Pour mettre en forme le texte d’un titre, reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des titres, des étiquettes et des légendes » à la page 176. m Pour masquer le titre, sélectionnez le graphique puis désactivez l’option Afficher le titre dans l’Inspecteur des graphiques. Redimensionnement d’un graphique Vous pouvez augmenter ou réduire la taille d’un graphique en faisant glisser l’une de ses poignées de sélection ou en utilisant l’inspecteur des mesures. Voici différentes manières de redimensionner un graphique : m Cliquez sur le graphique pour le sélectionner, puis faites glisser une poignée de sélection active. Ces poignées sont dotées d’un pourtour noir. m Pour préserver les proportions d’un graphique, maintenez la touche Maj enfoncée lorsque vous faites glisser le graphique pour le redimensionner. m Pour redimensionner un graphique dans un sens, faites glisser une poignée latérale au lieu d’une poignée d’angle. m Pour redimensionner en spécifiant des dimensions exactes, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des mesures puis sur Mesures. Cette sousfenêtre vous permet de spécifier une nouvelle largeur, hauteur et un angle de rotation, et également de modifier la distance entre le graphique et les marges. Rotation de graphiques Il existe plusieurs techniques de rotation pour les graphiques 2D. Vous ne pouvez pas faire pivoter (ou retourner) les graphiques 3D. Si un graphique 3D est regroupé avec des graphiques 2D, vous pouvez faire pivoter le groupe mais sachez que seuls les graphiques 2D pivoteront.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 171 Voici différentes manières de faire pivoter des graphiques 2D : m Sélectionnez le graphique, maintenez enfoncée la touche Commande et déplacez le pointeur vers une poignée de sélection active jusqu’à ce qu’elle se transforme en flè- che double courbe, puis faites glisser une poignée de sélection. m Pour faire pivoter un graphique par incréments de 45 degrés, appuyez sur les touches Maj et Commande tout en faisant glisser une poignée de sélection. m Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des mesures puis faites glisser la molette de rotation ou utilisez les commandes d’angle pour définir l’angle du graphique. Les graphiques sectoriels peuvent également être pivotés par le biais de l’Inspecteur des graphiques (reportez-vous à la « Rotation de graphiques sectoriels 2D » à la page 179). Ajout d’étiquettes et de marques d’axe Utilisez la sous-fenêtre Axes de l’Inspecteur des graphiques pour mettre en forme le quadrillage et l’aspect général des axes du graphique. La plupart des graphiques possèdent deux axes (X et Y). Selon le type de graphique, les points de données sont tracés sur l’un des axes et les jeux de données sont regroupés sur l’autre axe. L’axe des points de données est appelé axe des valeurs et celui des jeux de données axe des catégories. Définissez les attributs des étiquettes, marques de graduation et autres. Sélectionnez des unités pour les valeurs du graphique. Affichez ou masquez les axes et les bordures des graphiques (pour les graphiques 2D uniquement). Définissez la plage des valeurs qui apparaissent sur la grille du graphique.172 Chapitre 8 Utilisation des graphiques Affichage des axes et des bordures Vous pouvez afficher tous les éléments suivants d’un graphique : l’axe X, l’axe Y et les bordures du graphique. Pour afficher les axes et les bordures : 1 Sélectionnez un graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Axes. 3 Choisissez un ou plusieurs éléments dans le menu local Axes et bordures pour les sélectionner. Un élément sélectionné comporte en face une coche ; choisissez de nouveau l’élément afin de le désélectionner. Utilisation de titres d’axes Vous pouvez ajouter un titre sur l’axe des X et sur l’axe des Y d’un graphique. Celui-ci peut être mis en forme. Voici différentes manières d’utiliser un titre d’axe : m Pour ajouter le titre d’un axe, sélectionnez le graphique, puis l’option « Afficher les titres de catégorie » dans le menu local Axe des X ou « Afficher les titres de valeur » dans le menu local Axe des Y de la sous-fenêtre Axes de l’inspecteur des graphiques. Remplacez le texte du paramètre fictif par votre titre. m Pour mettre en forme le texte d’un titre, reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des titres, des étiquettes et des légendes » à la page 176. m Pour masquer le titre d’un axe, sélectionnez le graphique, puis décochez l’option « Afficher les titres de catégorie » dans le menu local Axe des X ou « Afficher les titres de valeur » dans le menu local Axe des Y de la sous-fenêtre Axes de l’inspecteur des graphiques. Affichage des étiquettes de point de données Vous pouvez afficher les valeurs de point de données sur des colonnes, barres, portions de graphique sectoriel et autres éléments de graphiques 2D et 3D. Pour mettre en forme des étiquettes de point de données : 1 Sélectionnez le graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Séries. 3 Choisissez Afficher la valeur dans le menu local Réglages de point de données. Pour afficher la valeur en pourcentage ou la valeur logarithmique au lieu d’une valeur absolue, choisissez Pourcentage ou Logarithmique dans le menu local Axe des X ou Axe des Y de la sous-fenêtre Axes.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 173 Pour les graphiques sectoriels, choisissez « Afficher les valeurs des portions en % » dans le menu local « Réglages de pt de données » afin d’afficher les valeurs en pourcentages. Pour afficher le nom des séries de données d’une portion, choisissez « Afficher le nom des séries » dans le menu local Réglages de pt de données. 4 Sélectionnez un emplacement pour l’étiquette dans le menu local Réglages de pt de données (par exemple, Au milieu ou En bas à droite). 5 Spécifiez le nombre de décimales à afficher en saisissant un nombre dans le champ Décimales. 6 Pour mettre en forme les étiquettes de point de données, reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des titres, des étiquettes et des légendes » à la page 176. Mise en forme de l’axe des valeurs Vous pouvez définir les valeurs et unités à afficher le long de l’axe des valeurs, c’est-à-dire l’axe le long duquel vous lisez les valeurs des points de données. Pour les graphiques à colonnes (barres verticales), les graphiques à lignes et les graphiques à couches, l’axe des Y est l’axe des valeurs. Pour les graphiques à barres horizontales, l’axe des X est l’axe des valeurs. Dans le cas des graphiques en nuage de points, les deux axes constituent des axes de valeurs. Les graphiques sectoriels ne comportent pas d’axe des valeurs. Pour en savoir plus sur la mise en forme de graphiques sectoriels, reportez-vous à la rubrique « Graphiques sectoriels » à la page 177.) Pour mettre en forme l’axe des valeurs : 1 Sélectionnez un graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Axes. 3 Pour définir la valeur à l’origine du graphique, tapez un nombre dans le champ Minimum (sous Format de l’axe des valeurs). La valeur Minimum ne peut pas être supérieure à la valeur minimale de l’ensemble du jeu de données. 4 Pour définir le nombre le plus élevé qui s’affiche sur l’axe des valeurs, tapez un nombre dans le champ Maximum. La valeur Maximum ne peut pas être inférieure à la valeur maximale de l’ensemble du jeu de données. 5 Pour spécifier le nombre de marques sur l’axe entre les valeurs minimale et maximale, spécifiez un nombre dans le champ Intervalles. 6 Pour afficher la valeur de donnée minimale sur l’axe des valeurs, sélectionnez « Afficher les étiquettes de valeur » et « Afficher la valeur minimale » dans le menu local Axes des X, Axe des Y ou « Étiquettes, graduations, quadrillage » en fonction du graphique. 7 Pour spécifier des unités pour les valeurs de l’axe, saisissez-les sous Format des nombres dans le champ Préfixe ou Suffixe (ou choisissez un symbole dans les menus locaux).174 Chapitre 8 Utilisation des graphiques 8 Pour afficher des valeurs logarithmiques sur l’axe des valeurs, choisissez Logarithmique dans le menu local Axe des X ou Axe des Y, en fonction du graphique. Cette option est disponible uniquement pour les graphiques 2D à barres/colonnes qui ne sont pas empilés et pour les graphiques linéaires. Vous ne pouvez pas tracer de valeurs négatives sur l’axe logarithmique. 9 Pour afficher des valeurs en pourcentage sur l’axe des valeurs de graphiques empilés, choisissez Pourcentage dans le menu local Axe des X ou Axe des Y de la sous-fenêtre Axes. Pour les graphiques sectoriels, choisissez « Affi. val. des portions en % » dans le menu local Réglages de pt de données afin d’afficher les valeurs en pourcentages. Mise en place d’étiquettes, de quadrillage et de marques de graduation Les menus locaux Axe des X et Axe des Y (sous-fenêtre Axes de l’Inspecteur des graphiques) fournissent une série d’options permettant de placer des marques de graduation, des étiquettes et des quadrillages le long de l’axe des valeurs ou de l’axe des catégories. Les options de ces menus locaux varient selon le type de graphique que vous sélectionnez. Pour les graphiques à barres verticaux (graphiques à colonnes), les graphiques linéaires et les graphiques à couches, l’axe des Y correspond à l’axe des valeurs et celui des X à l’axe des catégories. Pour les graphiques à barres horizontales, l’axe des X est l’axe des valeurs. Dans le cas des graphiques en nuage de points, les deux axes constituent des axes de valeurs. En ce qui concerne les graphiques 3D, les axes des X et des Y sont les mêmes que pour leur version 2D. Pour mettre en forme les marques d’axe : 1 Sélectionnez le graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Axes. 3 Pour mettre en forme l’axe des X, choisissez une option dans le menu local Axe des X. Pour un graphique à colonnes, le menu se présente de la manière suivante : Placez des marques le long de l’axe des X. Afficher ou masquer le quadrillage de l’axe des X. Définissez le sens du texte pour les étiquettes de l’axe des catégories. Afficher ou masquer les titres et les étiquettes de l’axe des catégories.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 175 4 Pour mettre en forme l’axe des Y, choisissez une option dans le menu local Axe des Y. Le menu se présente sous la forme suivante dans le cas d’un graphique à colonnes : Mise en forme des éléments d’une série de données Vous pouvez utiliser un ensemble complet d’effets visuels pour enrichir l’aspect des élé- ments composant les séries de données (par ex. barres, portions et formes de couches). Pour mettre en forme des éléments de séries de données : 1 Pour mettre en forme toutes les séries de données, sélectionnez le graphique. Pour mettre en forme les éléments d’une série de données individuelle, sélectionnez le graphique puis cliquez sur l’un des éléments de la série. Pour tous les types de graphiques, à l’exception des graphiques sectoriels, sélectionner un élément d’une série (une barre, par exemple) sélectionne automatiquement la série entière. Dans les graphiques sectoriels, vous sélectionnez des portions individuelles. 2 Pour remplir les éléments de série de données dans une couleur ou une texture choisie, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Couleurs des graphiques. Choisissez un type de remplissage (par exemple, parmi les texture de remplissage 3D) dans le premier menu local, puis une collection de remplissage (par exemple, Marbre ou Bois) dans le second. Pour remplir les éléments dans toutes les séries de données, cliquez sur Tout appliquer. Le premier remplissage est appliqué aux éléments de la première série, le deuxième remplissage à la deuxième série, ainsi de suite. Pour remplir des éléments dans une seule série de données, faites glisser le remplissage vers un élément (barre, colonne, etc.) de la série. Placez des marques le long de l’axe des Y. Affichez ou masquez le quadrillage de l’axe des Y. Affichez ou masquez les étiquettes de l’axe des valeurs.176 Chapitre 8 Utilisation des graphiques 3 Pour régler l’opacité, le trait, l’ombre et autres attributs graphiques d’éléments de séries, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes. 4 Pour régler les couleurs d’éléments de séries, reportez-vous à la rubrique « Remplissage d’un objet avec de la couleur » à la page 87. 5 Pour remplir des éléments de séries avec l’une de vos images, reportez-vous à la rubrique « Remplissage d’objet avec une image » à la page 89. 6 Pour mettre en forme les étiquettes de point de données, reportez-vous à la rubrique « Affichage des étiquettes de point de données » à la page 172. Vous pourrez trouver des instructions relatives à la mise en forme de graphiques de types spécifiques dans la rubrique « Mise en forme de types de graphiques spécifiques » à la page 177. Mise en forme des titres, des étiquettes et des légendes Vous pouvez modifier la taille et l’apparence des titres de graphique et d’axe, des étiquettes d’axe, des étiquettes de point de données et des légendes. Pour mettre en forme le texte des étiquettes et des légendes : 1 Sélectionnez le texte à mettre en forme. Pour mettre en forme tous les titres et étiquettes de graphique, cliquez sur celui-ci pour le sélectionner. Si vous sélectionnez le texte pour une étiquette de point de données ou d’axe, tout le texte de ce type est également sélectionné. Vous devez modifier la police des légendes séparément. 2 Utilisez le menu Format ou le panneau Police pour mettre en forme le texte. Pour obtenir des instructions, reportez-vous aux rubriques « Utilisation du menu Format pour mettre en forme le texte » à la page 44 et « Utilisation du panneau Police pour mettre en forme le texte » à la page 46. Ajout de texte descriptif à un graphique Vous pouvez ajouter un texte descriptif à un graphique, comme lorsque vous souhaitez fournir des informations de référence pour un point de données en particulier. Pour ajouter du texte : 1 Créez une zone de texte. Reportez-vous à la rubrique « Ajout de zones de texte libre » à la page 65 pour en connaître les instructions. 2 Faites-la glisser vers l’endroit souhaité sur le graphique. 3 Saisissez votre texte dans la zone correspondante. Vous pouvez éventuellement regrouper le graphique et la zone de texte de manière à ce que le texte reste proche du graphique. Cliquez en appuyant sur la touche Maj pour sélectionner à la fois le graphique et la zone de texte, puis choisissez Disposition > Grouper.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 177 Mise en forme de types de graphiques spécifiques Plusieurs styles de graphiques proposent des options uniques pour la mise en forme de leurs éléments. Graphiques sectoriels Pour les graphiques sectoriels, Keynote trace uniquement le premier point de données pour chaque série de données. Si les séries de données sont organisées en rangs, seule la première colonne est représentée ; si elles sont organisées en colonnes, seul le premier rang est représenté. Par conséquent, un graphique sectoriel représente un seul jeu de données et chaque portion représente un élément de ce jeu. Vous pouvez représenter n’importe quel jeu de données en le déplaçant vers le premier rang ou la première colonne. Vous pouvez mettre en forme un graphique sectoriel complet ou bien des portions individuelles de celui-ci. Sélection de portions individuelles dans un graphique sectoriel Si vous désirez mettre en forme une ou plusieurs portions, vous devez d’abord les sélectionner. Voici différentes manières de sélectionner des portions sur un graphique sectoriel sélectionné : m Pour sélectionner une seule portion, cliquez dessus. m Pour sélectionner toutes les portions, sélectionnez-en une et appuyez simultanément sur les touches Commande et A. m Pour sélectionner des portions non adjacentes, maintenez enfoncée la touche Commande tout en sélectionnant chaque portion. m Pour sélectionner un ensemble de portions adjacentes, sélectionnez la première portion puis maintenez la touche Maj enfoncée tout en sélectionnant la dernière portion. Affichage des noms de séries dans un graphique sectoriel Sur les graphiques sectoriels, vous pouvez afficher le noms des séries. Pour afficher le nom des séries dans un graphique sectoriel : 1 Sélectionnez le graphique ou les portions individuelles. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Séries. 3 Choisissez « Afficher le nom des séries » dans le menu local « Étiquette de point de données ». 4 Choisissez À l’intérieur ou À l’extérieur dans le menu local Étiquette de point-image.178 Chapitre 8 Utilisation des graphiques Éloignement de portions individuelles du graphique Pour augmenter l’impact visuel des portions, vous pouvez les séparer du graphique. Vous pouvez ajouter un nom de série aux portions éloignées pour les faire ressortir davantage, tel que décrit dans la rubrique « Affichage des étiquettes de point de données » à la page 172. Voici différentes manières d’éloigner des portions de graphique individuelles : m Pour éloigner une portion du centre d’un graphique sectoriel 2D ou 3D, sélectionnez-la et faites-la glisser ou utilisez le réglage Éloigner dans la sous-fenêtre Séries de l’Inspecteur des graphiques. m Pour éloigner toutes les portions en partant du centre d’un graphique sectoriel 3D, sélectionnez le graphique avant d’utiliser le réglage Éloigner. Ajout d’ombres aux graphiques sectoriels et aux portions Vous pouvez placer des ombres sur des portions individuelles ou sur le graphique entier. L’application d’ombres aux portions individuelles donne l’impression que les portions se trouvent sur différentes couches. Lorsque vous ajoutez une ombre à la portion d’un graphique, il est judicieux de la séparer tout d’abord. Reportez-vous à la rubrique « Éloignement de portions individuelles du graphique » ci-dessus, pour obtenir des instructions. Pour ajouter des ombres : 1 Sélectionnez le graphique ou les portions individuelles. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Séries. 3 Pour ajouter des ombres aux portions, choisissez Individuelle dans le menu local Ombre. Pour ajouter des ombres à l’ensemble du graphique, choisissez Groupée dans le menu local Ombre. 4 Pour définir des attributs d’ombre, utilisez l’Inspecteur des graphismes. Reportez-vous à la rubrique « Ajout d’ombres » à la page 84 pour en connaître les instructions. Éloignez une portion en utilisant le curseur Éloigner et en lui attribuant un nom de série.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 179 Réglage de l’opacité des graphiques sectoriels Vous pouvez modifier l’opacité du graphique et d’éléments de graphique individuels, comme la légende. Reportez-vous à la rubrique « Ajustement de l’opacité » à la page 85 pour plus d’informations. Rotation de graphiques sectoriels 2D Vous pouvez utiliser plusieurs techniques pour faire pivoter un graphique sectoriel 2D. Voici différentes manières de faire pivoter un graphique sectoriel : m Sélectionnez le graphique, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Séries, et enfin utilisez la molette Angle de rotation ou le champ correspondant. m Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des mesures puis faites glisser la molette de rotation ou utilisez les commandes d’angle pour définir l’angle du graphique. m Sélectionnez le graphique, maintenez enfoncée la touche Commande et déplacez le pointeur vers une poignée de sélection active jusqu’à ce qu’elle se transforme en flè- che double courbe, puis faites glisser une poignée de sélection. m Pour faire pivoter le graphique par incréments de 45 degrés, appuyez sur les touches Maj et Commande tout en faisant glisser une poignée de sélection ou une molette de rotation. Graphiques à barres et à colonnes Il est possible d’appliquer des ombres à une série de données spécifique ou à l’ensemble du graphique. Vous pouvez ajuster l’opacité du graphique dans son ensemble ou pour des séries individuelles (mais pas des barres individuelles). Vous pouvez également ajuster l’espacement entre les jeux de données ou entre des barres individuelles. Réglage de l’espacement des graphiques à barres et à colonnes Vous pouvez ajuster l’espace entre les différentes barres ou les jeux de données. Pour régler l’espacement : 1 Sélectionnez le graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Séries. Séparez les barres individuelles du graphique. Séparez les jeux de données du graphique. Ajoutez des ombres aux barres ou aux jeux de données.180 Chapitre 8 Utilisation des graphiques 3 Pour changer l’espacement entre les barres, tapez une valeur (ou cliquez sur les flèches) dans le champ Espace entre les barres. Pour changer l’espace entre les jeux de données, spécifiez une valeur dans le champ « Espace entre les séries ». La valeur est le pourcentage de l’épaisseur des barres. Le fait de réduire l’espace entre les barres les rend plus épaisses. Vous pouvez également déplacer le pointeur près du bord d’une barre jusqu’à ce qu’il devienne une double flèche, puis faire glisser afin de rendre les barres plus épaisses ou plus fines. Ajout d’ombres aux graphiques à barres et à colonnes Vous pouvez ajouter des ombres à chacune des barres du graphique ou à chaque groupe de barres. Si vous souhaitez ajouter des ombres à des barres individuelles, il est judicieux de les séparer auparavant. Reportez-vous à la rubrique « Réglage de l’espacement des graphiques à barres et à colonnes » à la page 179 pour en connaître les instructions. Pour ajouter des ombres : 1 Sélectionnez le graphique. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur Inspecteur des graphiques, puis sur Séries. 3 Pour ajouter des ombres aux barres individuelles, choisissez Individuelle dans le menu local Ombre. Pour ajouter des ombres à chaque groupe de barres, choisissez Groupée dans le menu local Ombre. 4 Pour définir des attributs d’ombre, utilisez l’Inspecteur des graphismes. Reportez-vous à la rubrique « Ajout d’ombres » à la page 84 pour en connaître les instructions. Réglage de l’opacité des graphiques à barres et à colonnes Vous pouvez modifier l’opacité du graphique et d’éléments de graphique individuels, comme la légende. Reportez-vous à la rubrique « Ajustement de l’opacité » à la page 85 pour plus d’informations.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 181 Graphiques à couches et linéaires Dans le cas des graphiques à couches et des graphiques linéaires, vous pouvez repré- senter des points de données par des symboles (cercles, triangles, carrés et losanges). Voici différentes manières de mettre en forme des graphiques à couches et des graphiques linéaires : m Pour mettre en forme des symboles, sélectionnez une série de données (forme ou ligne de couche), cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphiques, puis sur Séries. Choisissez un symbole dans le menu local Symbole de point de données. Utilisez les options du menu local Remplissage du symbole pour appliquer de la couleur ou des images aux symboles. Pour obtenir des instructions, reportez-vous aux rubriques « Remplissage d’objet avec une image » à la page 89 et « Remplissage d’un objet avec de la couleur » à la page 87. m Pour définir la couleur de ligne sur les graphiques linéaires, sélectionnez une ligne, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes, puis utilisez les réglages de trait. Reportez-vous à la rubrique « Modification du style des bordures » à la page 82 pour obtenir des instructions. m Pour ajouter des ombres sur des graphiques à couches ou linéaires, sélectionnez une série de données (forme ou ligne de couche), cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Inspecteur des graphismes, puis utilisez les réglages d’ombre. Reportezvous à la rubrique « Ajout d’ombres » à la page 84 pour obtenir des instructions. Les points de données de cette série sont représentés par des cercles. Les points de données de cette série sont représentés par des triangles. Choisissez un symbole à utiliser pour les points de données. Remplissez les symboles des points de données avec de la couleur ou des images.182 Chapitre 8 Utilisation des graphiques Graphiques en nuage de points Sur les graphiques en nuage de points, les données s’affichent différemment des autres types de graphiques. Ils nécessitent au moins deux colonnes ou rangs de données pour tracer les points représentant les valeurs d’une série de données individuelle. Pour pouvoir afficher plusieurs séries de données, vous devez utiliser dans ce cas des paires de colonnes ou de rangs supplémentaires. Chaque paire de valeurs détermine ainsi la position de chaque point de données. La première valeur rencontrée dans la paire équivaut à l’axe des X du point. La seconde valeur rencontrée équivaut à l’axe des Y du point. L’illustration suivante représente un graphique en nuage de points par défaut : Le graphique s’appuie sur les données du paramètre fictif dans l’Éditeur de graphiques : Voici différentes manières d’utiliser un graphique en nuage de points : m Pour mettre en forme un symbole pour une série de données, reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des éléments d’une série de données » à la page 175. m Pour préciser les réglages s’appliquant aux axes, utilisez la sous-fenêtre Axes de l’Inspecteur des graphiques. Puisque les deux axes de graphiques en nuage de points possèdent des valeurs, les réglages de mise en forme des axes de valeurs s’appliquent aussi bien à l’axe des X qu’à celui des Y. Chaque axe peut néanmoins posséder son propre format de nombres. Reportez-vous à la rubrique « Mise en forme de l’axe des valeurs » à la page 173 pour obtenir des instructions.Chapitre 8 Utilisation des graphiques 183 Graphiques 3D Tous les types de graphiques, à l’exception des graphiques en nuage de points, peuvent être convertis en graphiques 3D. Voici les versions en 2D et 3D d’un graphique sectoriel. Et voici les versions en 2D et 3D d’un graphique linéaire. Pour définir les réglages de la scène 3D : 1 Sélectionnez un graphique 3D. 2 Cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, cliquez sur l’Inspecteur des graphiques, puis sur Scène 3D. 3 Modifiez l’angle d’affichage du graphique, son style d’éclairage et sa profondeur à votre guise, à l’aide des commandes de Scène 3D. Flèches d’angle d’affichage : faites glisser une des flèches pour affiner l’angle. Cliquez sur la flèche verticale et faites-la glisser vers le haut ou vers le bas pour déplacer le graphique en conséquence. Cliquez sur la flèche horizontale et faites-la glisser vers la gauche ou vers la droite pour déplacer le graphique en conséquence. Pour déplacer le graphique dans les deux sens, cliquez à l’intersection des flèches et faites glisser. Style d’éclairage : sélectionnez un élément dans ce menu local afin d’ajuster l’effet d’éclairage. Profondeur du graphique : faites glisser ce réglage pour augmenter ou réduire la profondeur des éléments 3D.9 184 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Ce chapitre décrit les différentes manières de partager votre présentation Keynote. Vous pouvez visionner une présentation Keynote sur l’écran de votre ordinateur ou en la projetant sur un grand écran. Il est possible de définir la lecture automatique de votre diaporama pour l’utiliser sur une borne. Vous pouvez exporter votre présentation sous forme de séquence QuickTime, de présentation PowerPoint, de fichier Flash ou de document PDF. Vous pouvez également l’imprimer directement depuis Keynote et choisir parmi toute une gamme de dispositions. Personnaliser une présentation pour un public Selon la façon dont il sera visionné, vous pouvez configurer votre diaporama de différentes façons :  Normal : avance quand le présentateur clique sur la souris ou utilise l’un des raccourcis clavier de la présentation. Sauf si vous choisissez une autre option, votre diaporama fonctionnera ainsi.  Liens uniquement : passe d’une diapositive à une autre uniquement lorsque le présentateur (ou visualiseur) clique sur un lien hypertexte.  Lecture automatique : avance automatiquement comme un film. Aucune interaction de l’utilisateur n’est possible. Les présentations à lecture automatique sont utiles, par exemple, dans une configuration de type borne automatique.  Enregistré : lit la présentation comme une séquence utilisant votre narration pré-enregistrée et votre minutage. Les spectateurs peuvent suspendre l’exécution de la présentation. Reportez-vous à la rubrique « Ajout de narration » à la page 107. Pour plus d’informations sur les autres options, telles que la conception d’un diaporama à lecture automatique, simple ou en boucle, consultez « Réglage des options de lecture » à la page 187.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 185 Création de présentations à liens uniquement Grâce aux liens, vous pouvez créer des commandes permettant de naviguer dans un diaporama. La Visite guidée d’iWork est un exemple de présentation comprenant uniquement des liens hypertextes. (Pour ouvrir le document, choisissez Aide > Visite guidée d’iWork.) Pour créer une présentation comprenant uniquement des liens hypertextes : 1 Configurez un diaporama à l’aide de liens hypertextes permettant de naviguer vers des diapositives déterminées. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Création d’un lien vers une diapositive » à la page 70. 2 Dans la sous-fenêtre Document de l’Inspecteur des documents, choisissez « Liens uniquement » dans le menu local Présentation. Au cours d’une présentation à liens uniquement, le pointeur n’apparaît que sur les diapositives contenant des liens. Pour que le pointeur apparaisse quand la souris se déplace à l’écran, choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Diaporama, puis choisissez « Afficher pointeur lorsque la souris se déplace ». Création de présentations à lecture automatique Il est possible de définir la lecture automatique de votre présentation, par exemple si vous souhaitez l’utiliser sur une borne interactive. Dans une présentation à lecture automatique, les transitions ou les compositions configurées pour démarrer automatiquement démarrent tout comme elles le feraient avec une présentation classique. Les transitions et les compositions configurées pour démarrer d’un clic de souris se produisent aussi automatiquement après le délai indiqué dans les champs Délai de l’Inspecteur des documents. Les valeurs spécifiées dans les champs Délai sont appliquées à toutes les transitions et compositions configurées pour commencer au clic de souris.186 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Bien que les spectateurs ne puissent interagir avec ce type de présentation, ils peuvent arrêter les présentations à lecture automatique de la même manière que les autres types de diaporamas (en appuyant sur la touche Échap, par exemple). Pour éviter que les utilisateurs n’arrêtent une présentation à lecture automatique, ne leur fournissez pas de clavier, ou exigez un mot de passe pour quitter la présentation. Pour configurer un diaporama en lecture automatique : 1 Si l’Inspecteur du document n’est pas ouvert, cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur de Document. 2 Cliquez sur Document. 3 Choisissez lecture automatique dans le menu local Présentation. 4 Pour spécifier le délai entre le moment où vous cliquez et celui où les transitions commencent, tapez une valeur dans le champ Transitions (ou cliquez sur les flèches). 5 Pour spécifier le délai entre le moment où vous cliquez et celui où les compositions commencent, tapez une valeur dans le champ Compositions (ou cliquez sur les flèches). 6 Pour définir d’autres options, telles qu’un mot de passe, activez les cases à cocher Réglages du diaporama. Consultez la prochaine rubrique pour en savoir plus. Le bouton Inspecteur des documents Spécifiez le point de démarrage des effets démarrant « au clic de la souris ». Choisissez le type du diaporama.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 187 Réglage des options de lecture Vous pouvez, entre autres options, lancer un diaporama automatiquement lors de son ouverture ou activer la lecture en boucle d’une présentation. Pour modifier les options de lecture : 1 Si l’Inspecteur du document n’est pas ouvert, cliquez sur Inspecteur dans la barre d’outils, puis cliquez sur le bouton Inspecteur de Document. 2 Dans l’encadré Réglages du diaporama de la sous-fenêtre Document, sélectionnez les options appropriées : Lire automatiquement une fois ouvert : la présentation démarre à l’ouverture du document Keynote. Lire le diaporama en boucle : quand elle atteint la dernière diapositive, la présentation reprend la lecture à partir de la première. Redémarrer le diaporama si inactif durant : en l’absence d’interaction utilisateur durant la durée indiquée en minutes, le diaporama recommence. Demander un mot de passe pour sortir du diaporama : pour pouvoir quitter la présentation, les spectateurs doivent fournir le nom d’utilisateur et le mot de passe de l’administrateur actuel de l’ordinateur. Test et visualisation de présentations Les présentations plein écran tirent le meilleur parti des graphismes nets et des animations homogènes pouvant être réalisés avec Keynote. Vous pouvez afficher une présentation plein écran sur l’écran de votre ordinateur, sur un second écran ou la projeter sur grand écran ; vous pouvez diffuser séquences et son au cours de la présentation. Ajout des notes de l’intervenant Utilisez le champ des notes de l’intervenant pour saisir ou afficher les notes de chaque diapositive. Vous pouvez imprimer les notes de l’intervenant ou les afficher sur un autre écran que vous seul pouvez voir pendant que vous effectuez votre présentation. (Les notes de l’intervenant sont différentes des commentaires, comme l’illustre la rubrique « Utilisation de commentaires » à la page 35.) Le champ des notes est donc une zone que vous pouvez utiliser comme aide-mémoire.188 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Voici comment gérer les notes de l’intervenant : m Pour afficher les notes de l’intervenant, cliquez sur Affichage dans la barre d’outils, puis sélectionnez Afficher les notes de l’intervenant. m Pour ajouter des notes d’intervenant, saisissez le texte dans la zone sous le canevas de la diapositive. m Pour imprimer les notes de l’intervenant, sélectionnez Fichier > Imprimer, sélectionnez ensuite Keynote dans le menu local Copies et pages, puis sélectionnez Diapos avec notes. m Pour masquer les notes de l’intervenant, sélectionnez Affichage > Masquer les notes de l’intervenant. Test de votre présentation L’affichage de test permet de visualiser les informations de l’intervenant sans nécessiter un second écran ; vous pouvez ainsi tester et affiner le minutage de la présentation. En affichage de test vous pouvez présentez la diapositive en cours, la prochaine diapositive et les éléments sélectionnés dans les préférences de l’Affichage de l’intervenant (voir « Personnalisation de l’écran de l’intervenant » à la page 192). Les commentaires sont visibles s’ils étaient masqués lorsque vous avez accédé à l’affichage de test. Pour tester votre diaporama : m Choisissez Présentation > Tester le diaporama. Pour quitter l’affichage de test, appuyez sur Échap. Pour parcourir les notes de l’intervenant en avant ou en arrière, appuyez sur la touche U ou sur la touche D. Affichage d’une présentation sur l’écran de votre ordinateur La méthode la plus simple de visionnage d’un diaporama est l’affichage sur l’écran de votre ordinateur. Ce format est idéal pour un public restreint. Pour visionner une présentation plein écran sur un écran unique : 1 Ouvrez le document Keynote et sélectionnez la diapositive à afficher en premier. 2 Exécutez l’une de ces actions : Si la présentation n’a pas été enregistrée, cliquez sur Lire dans la barre d’outils. Pour aller à la diapositive ou à la composition d’objet suivante,cliquez sur la souris ou appuyez sur la Flè- che droite ou la barre d’espace. Pour arrêter la présentation, appuyez sur Échap ou sur Q. Si la présentation a été enregistrée, cliquez sur Lire dans la barre d’outils ou sélectionnez Affichage > Lecture du diaporama enregistré. Pour mettre en pause l’image et le son, appuyez sur H. Pour relancer, cliquez sur l’icône de Keynote dans le Dock. Pour arrêter la lecture, appuyez sur la touche Échap. Pour connaître les autres options, reportez-vous à la rubrique « Commande d’une pré- sentation à l’aide du clavier » à la page 195.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 189 Affichage d’une présentation sur un écran externe ou un projecteur L’affichage simultané du diaporama et d’informations destinées à l’intervenant (les notes et une horloge, par exemple) sur un écran, et du diaporama seul sur un écran différent pour les spectateurs est désigné sous le nom de configuration à double affichage. Il ne sera pas possible d’utiliser une configuration de double affichage sur certains ordinateurs portables ; vous devez afficher le même diaporama sur les deux écrans (cette technique s’appelle la recopie vidéo). Si votre ordinateur dispose de moins de 32 Mo de VRAM (mémoire vive vidéo), il se peut que vous deviez utiliser la recopie vidéo pour afficher le diaporama sur un projecteur externe. Pour plus d’informations, reportez-vous aux rubriques « Configuration de la mémoire vive vidéo (VRAM) » à la page 194 et « Conseils d’utilisation d’un écran externe » à la page 190. Pour visualiser une présentation en double affichage : 1 Raccordez le second écran ou projecteur selon les instructions de l’appareil et les instructions de votre ordinateur. Reportez-vous à la rubrique « Conseils d’utilisation d’un écran externe » à la page 190 pour en savoir plus sur les recommandations de réglage. 2 Choisissez Pomme > Préférences Système, puis cliquez sur Moniteurs. 3 Cliquez sur Disposition et suivez les instructions à l’écran. Si vous ne voyez pas le bouton Disposition, c’est que votre ordinateur ne détecte qu’un moniteur. 4 Assurez-vous que Affichages miroir n’est pas sélectionné. 5 Choisissez Keynote > Préférences, puis cliquez sur Diaporama. Choisissez l’écran d’affichage des diapositives pendant un diaporama à l’aide de la configuration double affichage.190 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 6 Sélectionnez Présenter sur l’écran principal ou Présenter sur l’écran secondaire. L’écran principal est l’écran dans lequel apparaît la barre des menus. Si vous choisissez « Pré- senter sur l’écran secondaire », vous pouvez personnaliser l’écran principal du présentateur. Reportez-vous à la rubrique « Personnalisation de l’écran de l’intervenant » à la page 192. 7 Cliquez sur Lire dans la barre d’outils. 8 Avancez dans la présentation en cliquant sur la souris ou en appuyant sur la barre d’espace. Voir « Commande d’une présentation à l’aide du clavier » à la page 195 pour d’autres options. Conseils d’utilisation d’un écran externe Vous pouvez lire votre diaporama Keynote sur différents types de projecteurs et d’écrans externes. Voici les moyens d’obtenir la meilleure qualité vidéo dans votre présentation : m Si vous avez le choix entre un connecteur DVI et un connecteur VGA pour connecter le projecteur, choisissez un connecteur DVI. Les connexions DVI fournissent généralement la meilleure qualité d’image et sont plus faciles à configurer. m Réglez la résolution écran préférée (taille de l’image affichée) dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Reportez-vous à ces informations dans la documentation de l’écran. Pour la plupart des projecteurs, la résolution écran favorite est 800 x 600 ou 1024 x 768. La plupart des moniteurs LCD (à cristaux liquides) et DLP (Digital Light Processing) fonctionnent avec plusieurs résolutions mais l’une d’elles est la résolution la mieux adaptée à l’affichage. m Dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système, définissez la fréquence de rafraî- chissement écran (c’est-à-dire le nombre de fois par seconde où les images sont mises à jour à l’écran). Si vous utilisez un moniteur LCD, un projecteur LCD ou un projecteur DLP, essayez de faire coïncider la fréquence de rafraîchissement de votre ordinateur ou de votre carte vidéo avec la fréquence de rafraîchissement optimale du périphérique d’affichage. (Cela ne pose généralement de problème que si vous utilisez une connexion de type VGA avec un moniteur LCD ou DLP. Les moniteurs à tube cathodique (CRT) ne sont généralement pas limités à une seule fréquence de rafraîchissement optimale.) Pour changer la fréquence de rafraîchissement de l’écran de votre moniteur, choisissez Pomme > Préférences Système, cliquez sur Moniteurs, cliquez sur Affichage, puis testez différentes options du menu local Taux de rafraîchissement. m Si les couleurs d’affichage semblent « délavées » lorsque vous connectez un nouveau projecteur ou si le texte est irrégulier, il peut être nécessaire de calibrer le moniteur. Ouvrez l’utilitaire ColorSync (dans Applications/Utilitaires) pour étalonner les couleurs. VGA port DVI portChapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 191 Affichage de la même présentation sur deux écrans La recopie vidéo permet d’afficher le même diaporama sur deux moniteurs ou projecteurs. Vous pouvez recourir à la recopie vidéo lorsque vous présentez un diaporama à un public nombreux. La recopie vidéo ne vous permet pas de présenter des informations de l’utilisateur sur un autre écran. Pour ce faire, voir « Affichage d’une présentation sur un écran externe ou un projecteur » à la page 189. Sur certains ordinateurs, l’option de recopie vidéo est intégrée. Si ce n’est pas le cas du vôtre, vous devrez configurer cette option dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Certains modèles d’ordinateurs portables ne prennent pas en charge la recopie vidéo. Pour visualiser une présentation en utilisant la recopie vidéo : 1 Raccordez le second écran ou projecteur selon les instructions de l’appareil et les instructions de votre ordinateur. Reportez-vous à la rubrique « Conseils d’utilisation d’un écran externe » à la page 190 pour en savoir plus sur les recommandations de réglage. 2 Choisissez Pomme > Préférences Système, puis cliquez sur Moniteurs. 3 Choisissez une résolution et un nombre de couleurs. Utilisez les mêmes réglages pour les deux écrans. 4 Cliquez sur Organiser et sélectionnez Moniteurs en miroir. 5 Ouvrez le document Keynote et cliquez sur Lire dans la barre d’outils (ou sélectionnez Affichage > Lecture du diaporama). Pour aller à la diapositive ou à la composition d’objet suivante, appuyez sur la barre d’espace ou cliquez sur la souris. Keynote offre généralement une lecture sans à-coups des animations. Néanmoins, si les deux écrans possèdent des fréquences de rafraîchissements différentes, il se peut que l’image d’un des deux écrans semble « sauter » car Keynote ne peut synchroniser qu’avec une seule fréquence de rafraîchissement à la fois. Si vous utilisez Keynote sur un iBook, un PowerBook, un MacBook ou un MacBook Pro doté de Mac OS X version 10.3.9 ou ultérieur, Keynote effectue la synchronisation avec l’écran extérieur. Si vous utilisez un ordinateur de bureau et deux moniteurs, tentez de déterminer quel moniteur est synchronisé avec Keynote. Reportez-vous à la rubrique « Réglage de la fréquence de rafraîchissement de l’écran » à la page 193 pour obtenir plus d’informations.192 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Personnalisation de l’écran de l’intervenant Si votre présentation est configurée en mode double affichage (un moniteur destiné à l’intervenant, un autre destiné au public), ou si vous voulez répéter votre présentation à l’aide d’un seul moniteur (Voir « Test de votre présentation » à la page 188), vous pouvez demander l’affichage d’informations destinées à l’intervenant, telles qu’une horloge ou un chronomètre. Vous pouvez utiliser ces options pour toutes les présentations hormis pour les présentations à lecture automatique. Pour personnaliser l’écran de l’intervenant : 1 Choisissez Keynote > Préférences et cliquez sur Écran de l’intervenant. 2 Sélectionnez « Utiliser un écran alternatif pour présenter les informations de l’intervenant ». 3 Sélectionnez les options que vous souhaitez voir apparaître sur l’écran de l’intervenant. Quand la case « Indicateur Prêt à avancer » est cochée, la barre des menus s’affiche en rouge pendant la durée de l’animation de la composition des objets pour vous avertir de ne pas encore passer à la prochaine diapositive. La barre des menus devient verte lorsque la composition est terminée. 4 Pour réorganiser les éléments de l’écran de l’intervenant, cliquez sur Modifier la disposition des informations de l’intervenant. Des commentaires sont visibles sur l’écran intervenant s’ils n’ont pas été masqués (voir « Utilisation de commentaires » à la page 35). Sélectionnez les options qui apparaissent sur l’écran de l’intervenant. Cliquez pour réorganiser les fenêtres de l’écran de l’intervenant. Cochez cette case pour afficher les informations de l’intervenant sur un autre écran (pendant un diaporama, si vous avez configuré le double affichage ). Sélectionnez pour que la barre des menus s’affiche en rouge pendant qu’une composition est en cours d’animation et en vert à la fin de celle-ci.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 193 Réglage de la fréquence de rafraîchissement de l’écran Si vous utilisez la recopie vidéo (affichage de la même présentation sur deux écrans) et remarquez des artefacts (déchirement ou tremblement de l’image) au cours des animations, il peut être judicieux de modifier la fréquence de rafraîchissement de l’affichage de l’écran externe. Pour obtenir la meilleure qualité d’animation, utilisez la fréquence de rafraîchissement naturelle du moniteur externe. Vous trouverez probablement cette information dans la documentation du moniteur. Si ce n’est pas le cas, testez des fréquences de rafraîchissement différentes pour déterminer laquelle produit la meilleure qualité d’animation. La plupart des moniteurs LCD possèdent une fréquence de rafraîchissement de 60 Hz. La plupart des moniteurs CRT ne possèdent pas de fréquence d’actualisation optimale. Pour changer de fréquence de rafraîchissement écran : 1 Choisissez Pomme > Préférences Système, puis cliquez sur Moniteurs. 2 Choisissez Affichage, puis choisissez une option dans le menu local Taux de rafraîchissement. Réglage de la taille de la diapositive Pour une lecture de qualité optimale, la taille de vos diapositives doit être adaptée à la résolution d’écran du moniteur affichant le diaporama. La plupart des projecteurs fonctionnent mieux avec des diapositives de 800 x 600. Des projecteurs plus récents peuvent afficher des diapositives ayant une résolution de 1024 x 768 ou supérieure. Si votre présentation comprend des séquences, vous avez la possibilité d’utiliser une résolution supérieure. Dans ce cas, choisissez un thème haute densité (HD) avec une résolution de 1920 x 1080 (tous les thèmes ne proposent pas de résolution supérieure). Une résolution supérieure requiert davantage de mémoire et une puissance de traitement plus rapide. Vous pouvez modifier la taille des diapositives d’un document Keynote dans la sous-fenêtre Document de l’Inspecteur des documents. Si vous n’êtes pas sûr de la taille ou que vous ne souhaitez pas modifier les dimensions d’origine des diapositives dans votre document, Keynote lit les diapositives dans leurs dimensions d’origine ; elles apparaissent au milieu de l’écran et sont entourées d’un bord noir. Si la taille des diapositives est trop grande pour le moniteur, Keynote l’adapte automatiquement. Keynote peut également agrandir les diapositives pour qu’elles occupent tout l’écran lors de la lecture du diaporama. 194 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Pour ajuster un diaporama au cours de la lecture : 1 Choisissez Keynote > Préférences. 2 Cliquez sur Diaporama. 3 Sélectionnez la case « Agrandir les diapositives pour qu’elles occupent tout l’écran ». En fait, cette option ne modifie pas la taille des diapositives de votre document Keynote ; elle met le document à l’échelle de l’écran. Cette option est susceptible de réduire la qualité vidéo lors de la lecture. 4 Si vous utilisez la transition Cube ou Miroir, n’oubliez pas de sélectionner « Réduire les transitions Miroir pour éviter le découpage » ou « Réduire les transitions Cube pour éviter le découpage ». Autrement, une partie de la transition risque de ne pas être visible. Configuration de la mémoire vive vidéo (VRAM) Assurez-vous que votre ordinateur possède une quantité de VRAM suffisante pour que les animations de transition et les compositions d’objets complexes s’affichent correctement. La VRAM est une zone de mémoire spéciale de la carte vidéo de l’ordinateur. Keynote requiert au moins 8 Mo de VRAM pour lire les transitions. Pour les animations plus complexes, comme certaines compositions d’objets, il est recommandé de disposer de 32 Mo de VRAM au minimum. Pour connaître la quantité de VRAM de votre ordinateur, consultez les Informations Système Apple situées dans Applications/Utilitaires. Ouvrez Informations Système Apple, cliquez sur Cartes PCI/AGP, puis cliquez sur le triangle d’affichage en regard de votre carte vidéo. Si votre ordinateur est doté de moins de 32 Mo de VRAM et que la lecture du diaporama est de mauvaise qualité, vous pouvez tenter plusieurs actions. Voici comment compenser l’insuffisance de VRAM : m Activez la recopie vidéo (reportez-vous à la rubrique « Conseils d’utilisation d’un écran externe » à la page 190). Cette configuration utilise moins de VRAM et peut être nécessaire pour la lecture à des résolutions plus élevées. (Lorsque vous utilisez la recopie vidéo, il se peut que l’un des deux moniteurs affiche des tremblements ou des déchirements d’image lors de la lecture vidéo. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Réglage de la fréquence de rafraîchissement de l’écran » à la page 193.) m Réglez vos moniteurs sur des résolutions inférieures dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Les résolutions écran inférieures utilisent moins de VRAM. m Réglez vos moniteurs sur un nombre inférieur de couleurs dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Réduire le nombre de couleurs utilisées de plusieurs millions à plusieurs dizaines de milliers permet d’utiliser moins de VRAM. Même avec 32 Mo de VRAM au minimum, il est toujours possible de constater un tremblement d’image à des résolutions d’écran très élevées lors de la composition d’objets de grande taille en plusieurs parties (par exemple, en cas de composition d’un graphique plein écran à une résolution de 1280 x 1024).Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 195 Commande des présentations Si votre présentation n’est pas en lecture automatique, vous pouvez utiliser le clavier pour mettre en pause et reprendre la lecture des diaporamas ainsi que pour naviguer entre les diapositives. Vous pouvez également configurer l’écran de l’intervenant de manière à ce qu’il affiche la prochaine diapositive, le temps écoulé, etc. Si votre Mac comprend la télécommande Apple Remote, vous avez la possibilité de l’utiliser pour contrôler une présentation. Pour de plus amples informations, reportezvous à l’Aide Mac ou à la documentation livrée avec votre ordinateur. Commande d’une présentation à l’aide du clavier Pour les diaporamas ne disposant pas de lecture automatique, vous pouvez utiliser le clavier pour mettre en pause, reprendre et arrêter une présentation, atteindre des diapositives précises, entre autres. Voici comment afficher les raccourcis clavier : m Pour afficher les touches permettant de contrôler le diaporama en cours de projection, appuyez sur la touche Aide, la touche point d’interrogation (?) ou la touche barre oblique (/). m Pour afficher la liste complète des raccourcis clavier Keynote, choisissez Aide > Raccourcis clavier. Mettre en pause une présentation et la reprendre Vous pouvez mettre en pause une présentation et afficher la diapositive, un écran noir, par exemple. Voici comment mettre en pause une présentation et la reprendre : m Pour mettre en pause une présentation et afficher la diapositive actuelle, appuyez sur F. Appuyez sur n’importe quelle touche pour reprendre la présentation. m Pour mettre en pause une présentation et afficher un écran noir, appuyez sur B. Appuyez sur n’importe quelle touche pour reprendre la présentation. m Pour mettre en pause la présentation et afficher un écran blanc, appuyez sur W. Appuyez sur n’importe quelle touche pour reprendre la présentation. m Pour mettre en pause la présentation et afficher la dernière application utilisée, appuyez sur H. Pour relancer la présentation, cliquez sur l’icône de Keynote dans le Dock. m Cliquez sur un lien hypertexte qui ouvre une page Web, un message e-mail ou un fichier. Pour relancer la présentation, cliquez sur l’icône de Keynote dans le Dock.196 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Arrêt d’une présentation Vous pouvez utiliser plusieurs touches pour arrêter une présentation. Pour arrêter une présentation : m Si la présentation n’est pas enregistrée, appuyez sur Échap, Q, Commande+. (point) ou . (point). m Si la présentation est enregistrée, appuyez sur Échap. Naviguer vers la diapositive ou la composition suivante ou précédente Vous disposez de plusieurs techniques pour naviguer vers les compositions et diapositives précédentes et suivantes au cours d’une présentation non enregistrée. Voici comment naviguer vers les compositions et les diapositives : m Pour passer à la composition suivante, cliquez sur le bouton de la souris ou appuyez sur N, Espace, Retour, Page suiv., Flèche droite, Flèche vers le bas, Maj + Flèche droite, ou Page suivante. m Pour revenir à la composition précédente, appuyez sur Maj + Flèche gauche, Maj+Page préc. ou [ (crochet gauche). m Pour passer à la diapositive suivante, appuyez sur Maj+Flèche vers le bas, Maj+Page suiv. ou ] (crochet droit). m Pour revenir à la diapositive précédente, appuyez sur P, Supprimer, Page préc., Flèche gauche, Flèche vers le haut ou Maj+Flèche vers le haut. Atteindre une diapositive précise Au cours d’une présentation non enregistrée, vous pouvez aisément atteindre une diapositive précise. Voici comment atteindre une diapositive précise durant une présentation : m Si vous connaissez le numéro de la diapositive à atteindre, saisissez-le, puis appuyez sur Retour ou sur Entrée. m Pour parcourir les diapositives, utilisez le sélecteur de diapositives. Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 197 Pour ouvrir le sélecteur de diapositives, appuyez sur le signe plus (+), le signe égale (=) ou le signe moins (-), ou bien saisissez un chiffre. Pour vous déplacer d’une vignette à l’autre vers l’avant ou vers l’arrière, appuyez sur les touches Flèche droite ou Flèche gauche, ou cliquez sur les flèches du sélecteur de diapositives pour sauter trois diapositives. Pour afficher la vignette de la première diapositive, appuyez sur la touche Flèche vers le haut ; pour afficher la vignette de la dernière diapositive, appuyez sur la touche Flèche vers le bas. Pour afficher une diapositve précise, cliquez sur sa vignette ou saisissez le numéro de diapositive et appuyez sur Retour. Pour fermer le sélecteur sans changer la diapositive actuelle, appuyez sur Échap. Vous pouvez également aller sur une diapositive particulière à l’aide d’un lien hypertexte, comme décrit à la rubrique « Création d’un lien vers une diapositive » à la page 70. Vous ne pouvez pas atteindre une diapositive ignorée (Voir « Ignorer des diapositives » à la page 34). Affichage du pointeur au cours d’une présentation Vous pouvez configurer votre diaporama de façon à ce que le pointeur apparaisse uniquement sur les diapositives contenant des liens ou seulement lorsque vous déplacez la souris. Pour spécifier des options de pointeur : 1 Choisissez Keynote > Préférences, puis cliquez sur Diaporama. 2 Sélectionnez « N’afficher le pointeur que sur les diapositives dotées de liens ou de séquences » ou « Afficher le pointeur lors du déplacement de la souris ». Lors d’un diaporama, vous pouvez afficher ou masquer le pointeur en appuyant sur la touche C. Pour ouvrir le sélecteur de diapositives pendant une présentation, appuyez sur le signe plus +, =, - ou bien saisissez un chiffre. Sauter à une diapositive en saisissant son numéro et en appuyant sur Retour.198 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Utilisation d’autres applications au cours d’une présentation Pour utiliser Exposé, Dashboard ou d’autres applications (telles que Remote Desktop) pendant la lecture de votre diaporama, il vous faut définir une préférence de Keynote. Choisissez Keynote > Préférences, cliquez sur Diaporama, puis sélectionnez « Permettre l’utilisation de l’écran à Exposé, Dashboard et autres ». Si vous sélectionnez cette option, il se peut que votre diaporama soit plus lent et que les animations s’affichent mal. Les anciennes versions du logiciel Keyspan Remote ne sont pas configurées pour fonctionner avec Keynote, mais vous pouvez configurer Keyspan Remote manuellement. Pour configurer Keyspan Remote en vue de son fonctionnement avec Keynote : 1 Ouvrez l’application KeySpanDMR (située dans le dossier Applications de votre disque dur). 2 Cliquez sur Configurer dans le bas de la fenêtre. 3 Choisissez KeySpanDMR > Ajouter une application. 4 Recherchez Keynote dans la zone de dialogue Choisir, puis cliquez sur Choisir. Lecture de séquences et de son Si votre diaporama comprend des séquences ou du son, vous pouvez enregistrer ces fichiers multimédias dans le cadre de celui-ci. L’enregistrement de fichiers multimédias dans un diaporama permet de transférer le diaporama sur un autre ordinateur sans avoir à transférer les fichiers multimédias séparément. Pour enregistrer des fichiers multimédias avec un diaporama : 1 Choisissez Fichier > Enregistrer sous. 2 Si Options avancées ne figure pas dans le bas de la zone de dialogue Enregistrer, cliquez sur le triangle d’affichage à droite du champ Enregistrer sous. 3 Cliquez sur le triangle d’affichage à gauche d’Options avancées. 4 Assurez-vous que « Copier l’audio et la vidéo dans le document » est sélectionné et cliquez sur Enregistrer. Lorsque vous reproduisez un film pendant une présentation, des commandes de film apparaissent lorsque vous déplacez le pointeur au dessus de celui-ci, si « Afficher les commandes de lecture lorsque le pointeur es au-dessus d’un séquence » est sélectionné dans la sous-fenêtre Diaporama de Préférences Keynote. Les commandes disponibles dépendent de la taille (dimensions) du film :plus le film est petit, plus les commandes sont visibles.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 199 Vous pouvez également utiliser le clavier pour contrôler la lecture d’une séquence :  Appuyez sur K pour mettre en pause ou reprendre la lecture.  Pour rembobiner lorsque la lecture est en pause, appuyez sur J.  Pour avancer lorsque la lecture est en pause, appuyez sur L.  Appuyez sur I pour atteindre le début de la séquence.  Appuyez sur O pour atteindre la fin de la séquence. Vous pouvez régler le volume de lecture de l’audio et des séquences et spécifier le type de lecture de vos fichiers multimédias : une seule fois, en continu ou en boucle dans les deux sens. Reportez-vous à la rubrique « Réglage des options de lecture » à la page 187 pour en connaître les instructions. Impression de vos diapositives Vous pouvez imprimer votre diaporama Keynote de diverses manières en fonction de vos besoins. Vous pouvez imprimer les diapositives avec ou sans leurs notes ou imprimer uniquement le diaporama au format structure ou au format document. Pour imprimer des diapositives : 1 Pour imprimer des commentaires, assurez-vous que ceux-ci sont visibles dans le canevas de la diapositive (cliquez sur Afficher dans la barre d’outils et choisissez Afficher les commentaires). 2 Choisissez Fichier > Imprimer. 3 Pour imprimer une diapositive ou une plage de diapositives, entrez le ou les numéros de la diapositive ou de la plage dans les champs de texte De et À. Les numéros de diapositive s’affichent dans le navigateur de diapositives. 4 Pour indiquer les options d’impression de Keynote, choisissez Keynote dans le menu local Copies et pages. Sélectionnez les options de mise en forme de l’impression. Choisissez Keynote dans ce menu local. Sélectionnez le modèle de diapositives et de documents que vous désirez imprimer. Convertissez le groupe de diapositives en fichier PDF.200 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 5 Sélectionnez une option dans la zone de dialogue Imprimer : Diapositives individuelles : imprime une diapositive par page sans les notes de l’intervenant. Diapositives avec notes : imprime une diapositive par page avec les notes de l’intervenant. Structure : imprime uniquement les titres des diapositives et le texte à puces (ce que vous voyez avec le mode structure du navigateur de diapositives). Le texte figurant dans les zones de texte libre n’est pas imprimé. Document : propose des options permettant d’afficher plusieurs diapositives par page. Pour accélérer la vitesse d’impression des documents, sélectionnez « Imprimer en qualité brouillon ». 6 Sélectionnez les options de mise en forme de l’impression : Ne pas imprimer les arrière-plans de Diapositive ou les remplissages : la couleur et les objets d’arrière-plan ne sont pas imprimés ; le texte clair est imprimé en noir. Cette option est particulièrement utile pour imprimer des diapositives très colorées sur une imprimante noir et blanc. Sur imprimante noir et blanc, les images en couleur sont imprimées avec des niveaux de gris. Avec les imprimantes couleur, les fichiers graphiques importés dans les diapositives sont imprimés en couleur. Imprimer chaque étape de composition : permet d’imprimer une image de diapositive pour chaque étape d’une composition d’objet (une diapositive présentant trois étapes de composition sera imprimée sous forme de trois diapositives). Inclure les diapositives ignorées : permet d’imprimer toutes les diapositives du navigateur de diapositives, même si certaines sont signalées comme étant ignorées. Ajouter des bordures aux diapositives : permet d’imprimer une ligne le long des bords de chaque diapositive. Inclure les numéros des diapositives : permet d’imprimer le numéro au bas de chaque diapositive. Inclure la date : permet d’imprimer la date sur chaque diapositive. Imprimer les graphiques 3D haute résolution : améliore la qualité d’impression pour les graphiques 3D. 7 Cliquez sur Imprimer. Exportation d’un diaporama vers d’autres formats Vous pouvez partager votre présentation entre plates-formes en l’exportant dans un autre format, tel que QuickTime, PowerPoint et PDF. Vous pouvez également envoyer le diaporama directement vers iDVD, iPhoto, iWeb et GarageBand. En outre, vous pouvez convertir votre diaporama en séquence visible sur iPod.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 201 Partage d’une présentation entre plates-formes Exportation de votre présentation dans des formats compatibles sur des plates-formes différentes. Création d’un film QuickTime Vous pouvez convertir votre diaporama en séquence QuickTime contenant toutes les transitions et compositions d’objet animées. Vous pouvez créer une séquence interactive que les spectateurs visionnent à leur rythme ou créer une séquence à lecture automatique dont vous avez minuté les transitions et les compositions. Pour créer une séquence QuickTime à partir de votre présentation : 1 Choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur QuickTime. 2 Choisissez une option dans le menu local Utilisations Lecture. Avance manuelle : les spectateurs lancent le diaporama en cliquant sur la souris ou sur Lecture (dans les commandes de QuickTime) ou en appuyant sur la barre d’espace. Liens uniquement : les spectateurs naviguent dans le diaporama en cliquant sur des liens. Minutage enregistré : si vous avez enregistré votre diaporama (comme expliqué dans « Ajout de narration » à la page 107), le film est reproduit avec le minutage enregistré. Minutage fixe : les spectateurs n’ont aucun contrôle sur la vitesse d’avance car le diaporama est lu selon le minutage que vous définissez à la prochaine étape. Pour les films à lecture automatique (minutage fixe), réglez la durée des diapositives et des compositions d’objet. Lisez la séquence une seule fois, plusieurs fois de suite (en boucle) ou en en boucle dans les deux sens. Choisissez le type de film. Choisissez un format de compression pour optimiser la taille de votre séquence et la qualité de la lecture. Indiquez si votre diaporama comprend une transparence que vous souhaiter conserver. Sélectionnez pour que le film soit reproduit en plein écran.202 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 3 Si vous choisissez Minutage fixe, tapez les valeurs dans les champs de durée des diapositives et de durée des compositions. Durée de la diapositive : durée de l’apparition à l’écran de chaque diapositive entièrement composée après la fin de la dernière composition d’objet. Durée de la composition : nombre de secondes écoulées entre le début d’une étape de composition et la suivante dans chaque composition d’objet. Il n’y a pas de décalage entre le moment où une diapositive apparaît à l’écran et la première étape d’une composition d’objet. 4 Si vous choisissez Minutage fixe, vous pouvez choisir une option dans le menu Répétition : Aucune : le diaporama est lu en une fois. Boucle : le diaporama est lu en continu. Va-et-vient : le diaporama est lu du début à la fin, puis en arrière pour revenir au début, et ainsi de suite. 5 Pour que le diaporama s’affiche en plein écran plutôt que dans une fenêtre, sélectionnez « Utiliser le mode plein écran lors de l’ouverture ». 6 Dans le menu local Formats, choisissez une qualité de lecture et une taille de fichier : Qualité maximale, grand : permet de conserver la meilleure qualité de lecture mais ces séquences sont volumineuses et donc plus difficiles à transférer par courrier électronique ou sur le Web. Film CD-ROM, moyen : idéal si vous utilisez un CD pour envoyer le diaporama à un autre spectateur. Les séquences sont de haute qualité mais la taille des fichiers est un peu plus petite que celle des séquences de qualité supérieure. Film Web, petit : ces séquences ont généralement une moins bonne qualité de lecture mais elles sont suffisamment petites pour que vous puissiez les partager sur le Web ou par courrier électronique. Personnalisé : permet de choisir les réglages de la compression vidéo ou audio dans QuickTime et donc de contrôler le rapport taille-qualité du fichier. 7 Pour inclure la bande originale du diaporama ou l’audio enregistré, sélectionnez la case à cocher Audio. 8 Si votre diaporama comprend un arrière-plan transparent que vous souhaitez conserver pour votre séquence QuickTime, sélectionnez Inclure la transparence. Lorsque cette option est sélectionnée, certaines transitions peuvent ne pas fonctionner correctement.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 203 9 Cliquez sur suivant, saisissez le titre de votre séquence, choisissez un emplacement où l’enregistrer puis cliquez sur Exporter. Si le diaporama comprend une bande originale, deux fichiers de séquence sont créés. Le fichier auquel est adjoint la bande originale ne contient que l’audio et peut être ignoré. Lorsque vous exportez un diaporama à lecture automatique sous forme de séquence QuickTime, tenez compte des points suivants :  Si le diaporama comprend une bande originale, la séquence ne se termine qu’à la fin de l’audio. Si le diaporama est sensiblement plus court que l’audio, il vaut mieux que vous utilisiez un fichier audio plus court.  Si le diaporama contient un lien Quitter le diaporama, cliquer sur ce lien a pour effet de sortir du mode plein écran. Création d’un diaporama PowerPoint Vous pouvez convertir des documents Keynote en fichiers PowerPoint qui pourront être visionnés et modifiés par les utilisateurs de PowerPoint équipés d’ordinateurs Windows ou Mac OS. Pour créer un diaporama PowerPoint : 1 Choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur PowerPoint. 2 Cliquez sur Suivant. 3 Nommez le fichier et choisissez-lui un emplacement, puis cliquez sur Exporter. PowerPoint ne prend pas en charge certaines fonctions de Keynote :  Certains éléments de texte à puces risquent d’être perdus. Si vous masquez le texte à puces dans une diapositive (en désélectionnant Corps dans l’Inspecteur des diapositives), il est supprimé de la structure lors de l’exportation.  PowerPoint ne prend pas en charge les images à canaux alpha, ce qui signifie que si vous utilisez une image avec découpe de photo, l’image d’arrière-plan apparaît au premier plan. Vous pourrez également remarquer de légères variations dans d’autres graphismes. Création d’un fichier PDF Vous pouvez convertir votre diaporama en fichier PDF, qui pourra être visualisé ou imprimé avec Adobe Acrobat Reader ou tout autre application gérant les PDF. Si votre diaporama contient des liens, ils sont exportés comme des liens actifs dans le document PDF.204 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Voici comment créer un fichier PDF : m Pour créer un fichier PDF à afficher uniquement (et qui ne doit pas être imprimé), choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur PDF. Sélectionnez vos options (pour de plus amples informations, reportez-vous à « Impression de vos diapositives » à la page 199), cliquez sur Suivant, saisissez un nom et choisissez un emplacement pour le fichier, puis cliquez sur Exporter. Vous pouvez imprimer des documents PDF créés avec cette méthode mais vous obtiendrez de meilleurs résultats avec la suivante. m Pour créer un fichier PDF destiné à être imprimé, choisissez Fichier > Imprimer, choisissez « Enregistrer en tant que PDF » dans le menu local PDF, puis cliquez sur Imprimer. Dans la zone de dialogue Enregistrer, saisissez un nom, choisissez un emplacement pour le fichier, puis cliquez sur Enregistrer. Exporter des diapositives sous forme de fichiers image Vous pouvez exporter toutes vos diapositives sous forme de fichiers image aux formats JPEG, PNG ou TIFF. Pour exporter des diapositives sous forme de fichiers image : 1 Choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur Images. 2 Indiquez si la création concerne toutes les diapositives ou uniquement une plage de diapositives. 3 Pour créer une image distincte pour chaque étape de composition, sélectionnez « Générer des images différentes pour chaque étape de composition ». 4 Choisissez une option dans le menu local Format. Plus la qualité est bonne, plus le fichier sera grand. 5 Si vous choisissez le format JPEG, utilisez les commandes Qualité pour indiquer un pourcentage entre basse qualité et haute qualité. 6 Cliquez sur Suivant. 7 Nommez le fichier, choisissez un emplacement pour les fichiers, puis cliquez sur Exporter. Les fichiers sont nommés nomfichier.001, nomfichier.002, et ainsi de suite. Vous pouvez également envoyer des fichiers d’image à iPhoto, comme décrit à la rubrique « Création d’un album iPhoto » à la page 207.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 205 Création d’un document Flash Vous pouvez convertir votre diaporama en séquence Flash afin de le lire à l’aide du visualiseur Flash. Pour convertir votre diaporama en document Flash : 1 Choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur Flash. 2 Pour inclure la bande originale du diaporama ou l’audio enregistré, sélectionnez la case à cocher Audio. 3 Cliquez sur Suivant. 4 Tapez un nom de fichier, choisissez un emplacement pour ce fichier, puis cliquez sur Exporter. Création d’un document HTML Vous pouvez transformer votre diaporama en document HTML qui pourra être consulté avec Safari ou un autre navigateur Web. Dans ce cas, les spectateurs cliqueront sur des liens pour faire avancer la présentation. Pour exporter des diapositives vers un document HTML : 1 Choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur HTML. 2 Indiquez si vous souhaitez exporter toutes les diapositives ou uniquement une étendue de diapositives. 3 Pour créer une image distincte pour chaque étape de composition, sélectionnez « Générer des images différentes pour chaque étape de composition ». 4 Pour associer un lien Début, Précédent et Suivant à chaque diapositive (selon le cas), sélectionnez « Inclure les contrôles de navigation ». 5 Choisissez une option dans le menu local Format afin d’indiquer la qualité d’image voulue. Plus la qualité est bonne, plus le fichier sera grand. 6 Si vous choisissez le format JPEG, utilisez les commandes Qualité pour augmenter ou réduire le facteur de compression utilisé pour l’exportation. 7 Cliquez sur Suivant, saisissez un nom de fichier, indiquez un emplacement pour le fichier, puis cliquez sur Exporter.206 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Envoi d’une présentation aux applications iLife Envoi d’une présentation directement à iDVD, iPhoto, iTunes, iWeb et GarageBand. Création d’un projet iDVD Vous pouvez créer un projet iDVD ou ajouter votre diaporama en tant que film à un projet iDVD existant. Pour créer une séquence iDVD à partir de votre présentation : 1 Choisissez Fichier > Envoyer vers > iDVD. 2 Choisissez une option dans le menu local Taille de la vidéo. Standard : permet d’exporter les diapositives pour les visionner sur un écran vidéo standard. Écran large : permet d’exporter les diapositives pour les visionner sur un écran vidéo large. 3 Choisissez une option dans le menu local Utilisations Lecture. Avance manuelle : les spectateurs lisent le film en cliquant sur la souris ou sur la flèche droite, ou en appuyant sur la barre d’espace du clavier. Minutage enregistré : Si vous avez enregistré votre diaporama (comme expliqué dans « Ajout de narration » à la page 107), le film est reproduit avec le minutage enregistré. Minutage fixe : les spectateurs n’ont aucun contrôle sur la vitesse d’avance car le diaporama est lu selon le minutage que vous définissez à la prochaine étape. 4 Si vous choisissez Minutage fixe, tapez les valeurs dans les champs de durée des diapositives et de durée des compositions. Durée de la diapositive : durée de l’apparition à l’écran de chaque diapositive entièrement composée après la fin de la dernière composition d’objet. Durée de la composition : nombre de secondes écoulées entre le début d’une étape de composition et la suivante dans chaque composition d’objet. Il n’y a pas de décalage entre le moment où une diapositive apparaît à l’écran et la première étape d’une composition d’objet. 5 Pour inclure la bande originale du diaporama ou l’audio enregistré, sélectionnez les cases à cocher Audio. 6 Cliquez sur Suivant, tapez un nom de fichier, spécifiez un emplacement (si vous ne souhaitez pas stocker la séquence dans le dossier Séquences, puis cliquez sur Exporter.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 207 Création d’un album iPhoto Vous pouvez convertir votre diaporama en album iPhoto, chaque diapositive devenant un fichier image. Pour créer un album iPhoto à partir d’un diaporama : 1 Choisissez Fichier > Envoyer vers > iPhoto. 2 Indiquez si la création concerne toutes les diapositives ou uniquement une plage de diapositives. 3 Pour créer une image distincte pour chaque étape de composition, sélectionnez « Générer des images différentes pour chaque étape de composition ». 4 Choisissez une option dans le menu local Format. Plus la qualité est bonne, plus le fichier sera grand. 5 Si vous choisissez le format JPEG, utilisez les commandes Qualité pour indiquer un pourcentage entre basse qualité et haute qualité. 6 Cliquez sur Suivant, tapez le nom de votre album, puis cliquez sur Envoyer. Si iPhoto n’est pas encore ouvert, il démarre ; votre nouvel album apparaît en bas de la liste. Exportation vers iWeb Si vous utilisez (ou si vous prévoyez d’utiliser) iWeb pour créer un site web, vous pouvez envoyer votre diaporama vers iWeb de sorte que les visiteurs de votre site puissent le télécharger et l’afficher en tant que fichier PDF, document Keynote ou podcast vidéo. Votre diaporama est ajouté en tant qu’entrée de blog ou entrée de podcast. Pour envoyer votre diaporama à iWeb : 1 Assurez-vous de disposer d'iWeb ‘08 ou ultérieur. 2 Dans Keynote, choisissez Fichier > Envoyer vers > iWeb. 3 Choisissez une option dans le menu local Type de fichier. PDF : vous pouvez choisir la plupart des options décrites à la rubrique « Impression de vos diapositives » à la page 199. Keynote document : les visiteurs du site doivent utiliser Keynote pour afficher votre diaporama. Podcast vidéo : crée une séquence à lecture automatique. 4 Si vous optez pour Podcast vidéo, choisissez une option dans le menu local Utilisations lecture : Minutage enregistré : si vous avez enregistré votre diaporama (comme expliqué dans « Ajout de narration » à la page 107), le film est reproduit avec le minutage enregistré. Minutage fixe : les spectateurs n’ont aucun contrôle sur la vitesse d’avance car le film est lu selon le minutage que vous définissez à la prochaine étape.208 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 5 Si vous choisissez Minutage fixe, saisissez des valeurs dans les champs de durée : Durée de la diapositive : durée de l’apparition à l’écran de chaque diapositive entièrement composée après la fin de la dernière composition d’objet. Durée de la composition : nombre de secondes écoulées entre le début d’une étape de composition et la suivante dans chaque composition d’objet. Il n’y a pas de décalage entre le moment où une diapositive apparaît à l’écran et la première étape d’une composition d’objet. 6 Pour inclure la bande originale du diaporama ou l’audio enregistré, sélectionnez la case à cocher Audio. 7 Cliquez sur Envoyer. Si iWeb n’était pas ouvert, il s’ouvre, et vous pouvez choisir le blog ou podcast à joindre à votre diaporama. Si vous avez uniquement un blog ou podcast, le document y est attaché. Exporter vers iTunes et iPod Vous pouvez convertir votre diaporama en film pouvant être lu sur iTunes. Si vous avez un iPod, vous pouvez utiliser iTunes pour y transférer le film. Pour envoyer votre diaporama à iTunes ou iPod : 1 Dans Keynote, exécutez l’une de ces actions :  Choisissez Fichier > Envoyer vers > iTunes.  Choisissez Fichier > Exporter, puis cliquez sur iPod. 2 Choisissez une option dans le menu local Utilisations Lecture. Minutage enregistré : si vous avez enregistré votre diaporama (comme expliqué dans « Ajout de narration » à la page 107), le film est reproduit avec le minutage enregistré. Minutage fixe : les spectateurs n’ont aucun contrôle sur la vitesse d’avance car le film est lu selon le minutage que vous définissez à la prochaine étape. 3 Si vous choisissez Minutage fixe, saisissez des valeurs dans les champs de durée : Durée de la diapositive : durée de l’apparition à l’écran de chaque diapositive entièrement composée après la fin de la dernière composition d’objet. Durée de la composition : nombre de secondes écoulées entre le début d’une étape de composition et la suivante dans chaque composition d’objet. Il n’y a pas de décalage entre le moment où une diapositive apparaît à l’écran et la première étape d’une composition d’objet. 4 Pour inclure la bande originale du diaporama ou l’audio enregistré, sélectionnez la case à cocher Audio.Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama 209 5 Cliquez sur Envoyer. 6 Tapez un titre, choisissez un emplacement pour le diaporama, puis cliquez sur Exporter. Si iTunes n’était pas ouvert, il démarre alors. Votre diaporama est importé en tant que séquence. Pour plus d’informations sur le transfert de film vers votre iPod, reportez-vous à l’Aide iTunes. Exportationvers GarageBand Vous pouvez convertir votre diaporama en podcast vidéo avec des effets audio sophistiqués en l’exportant vers GarageBand. Pour envoyer votre diaporama à GarageBand : 1 Dans Keynote, choisissez Fichier > Envoyer vers > GarageBand. 2 Choisissez une option dans le menu local Minutage. Minutage enregistré : si vous avez enregistré votre diaporama (comme expliqué dans « Ajout de narration » à la page 107), le film est reproduit avec le minutage enregistré. Minutage fixe : les spectateurs n’ont aucun contrôle sur la vitesse d’avance car le film est lu selon le minutage que vous définissez à la prochaine étape. 3 Si vous choisissez Minutage fixe, saisissez des valeurs dans les champs de durée : Durée de la diapositive : durée de l’apparition à l’écran de chaque diapositive entièrement composée après la fin de la dernière composition d’objet. Durée de la composition : nombre de secondes écoulées entre le début d’une étape de composition et la suivante dans chaque composition d’objet. Il n’y a pas de décalage entre le moment où une diapositive apparaît à l’écran et la première étape d’une composition d’objet. 4 Pour inclure la bande originale du diaporama ou l’audio enregistré, sélectionnez la case à cocher Audio. 5 Cliquez sur Envoyer. 6 Tapez un titre, choisissez un emplacement pour le diaporama, puis cliquez sur Exporter. Si GarageBand n’était pas ouvert, il démarre alors. Votre diaporama est importé en tant que séquence.210 Chapitre 9 Affichage, impression et exportation de votre diaporama Enregistrement d’une présentation dans le format iWork ’05 ou iWork ’06 Si d’autres utilisateurs ouvrent votre diaporama à l’aide d’une version plus ancienne de Keynote, vous pouvez exporter celui-ci dans le format iWork ’05 ou iWork ’06. De nouvelles caractéristiques incluses dans iWork ’08, telles que les compositions intelligentes et l’enregistrement de diaporama peuvent ne pas être converties lorsque la présentation est ouverte avec une version précédente. D’autres éléments, tels que les fichiers audio ou de séquence, fonctionnent de la même façon. Pour enregistrer une présentation afin de pouvoir l’ouvrir dans iWork ’05 ou iWork ’06 : 1 Ouvrez le diaporama à exporter. 2 Choisissez Fichier > Enregistrer sous. 3 Tapez un nom pour ce fichier et sélectionnez un emplacement. 4 Sélectionnez « Enregistrer une copie » et choisissez iWork ’05 ou iWork ’06. Si vous ne trouvez pas ces options, cliquez sur le triangle d’affichage à droite du champ Enregistrer sous. 5 Si vous ne souhaitez pas inclure de fichier audio ou vidéo dans l’exportation, cliquez sur Options avancées et désélectionnez « Copier l’audio et la vidéo dans le document » (cette option est activée par défaut). 6 Cliquez sur Enregistrer.10 211 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Ce chapitre explique comment modifier les attributs par défaut des images, objets et autres éléments, ainsi que comment créer vos propres modèles de diapositive et thèmes. Ce chapitre s’adresse aux personnes familiarisées avec les fonctionnalités de design et de mise en forme de Keynote décrites dans les autres chapitres. Conception de modèles de diapositive et de thèmes Les thèmes de Keynote sont des ensembles de modèles de diapositive dont les dispositions, arrières-plans, graphiques, tableaux et attributs de texte sont prédéfinis et coordonnés. Vous pouvez modifier ces attributs afin de créer vos propres modèles et thèmes. Lorsque vous modifiez un modèle de diapositive, les modifications apparaissent sur chaque diapositive dans le document basé sur ce modèle. Vous pouvez créer un nouveau thème en :  Modifiant des modèles de diapositive et en enregistrant le document en tant que nouveau thème.  Supprimant tous les modèles de diapositive et en conservant uniquement le modèle vide, en créant une collection de modèles de diapositive à partir de zéro et en enregistrant ensuite le document en tant que nouveau thème. Vous pouvez personnaliser les attributs de modèle de diapositive suivants :  Position par défaut du texte du titre et du corps de texte  Graphismes d’arrière-plan  Polices par défaut  Styles de puces par défaut  Emplacement par défaut des objets (paramètres fictifs d’objet)  Remplissages d’objet et styles de lignes pour les objets  Styles de graphiques  Styles de transition  Positions du guide d’alignement212 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Utilisation des outils de modèle de diapositive Vous pouvez utiliser le navigateur et l’Inspecteur de modèles de diapositive pour travailler avec des modèles de diapositive. Pour utiliser les outils des modèles de diapositive : 1 Ouvrez le navigateur de modèles de diapositive en cliquant sur Présentation dans la barre d’outils et en choisissant Afficher les modèles de diapositive . 2 Dans le navigateur, sélectionnez un modèle de diapositive. Reportez-vous à la rubrique « Sélection des modèles de diapositive à personnaliser » à la page 214 pour en savoir plus sur la sélection de modèles de diapositive. 3 Cliquez sur le bouton Inspecteur dans la barre d’outils puis cliquez sur le bouton Inspecteur des diapositives. 4 Pour modifier les attributs de disposition et d’arrière-plan, cliquez sur Apparence. Reportez-vous à la rubrique « Personnalisation de dispositions de modèles de diapositive » à la page 215 pour obtenir plus d’informations. 5 Pour ajouter ou modifier des transitions entre modèles de diapositive, cliquez sur Transition. Créez des espaces réservés aux tableaux, graphiques, affichages Web et graphismes importés. Insérez des zones de titre et de corps de texte dans vos modèles de diapositive. Sélectionnez pour que les objets des diapositives se superposent aux objets du modèle. Transformez un fichier audio, vidéo, ou image en un paramètre fictif pour un autre support. Vous pouvez également sélectionner du texte ou une forme et définir un paramètre fictif. Choisissez une couleur ou une image d’arrière-plan.Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 213 Reportez-vous à la rubrique « Définition des transitions par défaut » à la page 221 pour obtenir plus d’informations. Aperçu des modèles de diapositive Au cours de votre travail sur un modèle de diapositive, vous pouvez tester vos modifications sur une diapositive normale afin d’avoir une meilleure idée de la nouvelle disposition. En alternant l’affichage de cette diapo de test avec celui du modèle, vous pouvez réaliser des réglages précis, notamment rallonger ou raccourcir les lignes ou ajouter plusieurs niveaux de retrait. Afficher le texte d’une diapositive s’avère particulièrement utile pour ajuster les taquets de tabulation et les espaces entre les lignes. Pour tester un modèle de diapositive : 1 Sélectionnez une diapositive dans le Navigateur de diapositives et cliquez ensuite sur Nouveau dans la barre d’outils ou appuyez sur Retour. 2 Appliquez la disposition du modèle de diapositive à tester en cliquant sur Modèles dans la barre d’outils et en sélectionnant le modèle de diapositive. 3 Ajoutez du texte et des objets à la nouvelle diapositive, en revenant au besoin au modèle pour y effectuer des réglages. 4 Si vous apportez à la diapositive des modifications qui remplacent les réglages du modèle de diapositive (comme changer le fond de la diapositive) et si vous souhaitez que la diapositive testée rétablisse les réglages du modèle de diapositive, sélectionnez celle-ci et choisissez Format > Revenir au format du modèle pour la diapositive. Cliquez pour prévisualiser la transition. Réglez la durée de la transition. Réglez le point de démarrage des transitions en mode lecture automatique. Réglez la direction de la transition. Choisissez le mode de démarrage de la transition. Choisissez une transition.214 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Sélection des modèles de diapositive à personnaliser Pour concevoir un nouveau modèle de diapositive, le plus simple est de partir d’un modèle existant proche de celui désiré, qu’il se trouve dans le document courant ou qu’il soit importé d’un autre document. Autre possibilité : créer un modèle de diapositive à partir de zéro, en travaillant sur une diapositive au départ vide. Dupliquer un modèle de diapositive Avant de modifier un modèle de diapositive, vous pouvez éventuellement le dupliquer afin de pouvoir continuer à utiliser la version originale du modèle dans votre document. Pour dupliquer un modèle de diapositive : 1 Cliquez sur Affichage dans la barre d’outils et choisissez « Afficher les modèles de diapositive ». 2 Dans le navigateur de modèles de diapositive, sélectionnez le modèle à dupliquer. 3 Exécutez l’une de ces actions :  Cliquez sur Nouvelle dans la barre d’outils.  Choisissez Diapositive > Nouveau modèle de diapositive.  Appuyez sur la touche Retour.  Choisissez Édition > Dupliquer. 4 Dans le navigateur de modèles de diapositive, double-cliquez sur le nom de la nouvelle diapositive et saisissez-en un autre. Si vous apportez des modifications à un modèle de diapositive et si vous décidez ensuite que vous préférez rétablir les réglages par défaut du thème, sélectionnez la diapositive et choisissez Format > Revenir au format du modèle pour la sélection. Importation de diapositive ou de modèle de diapositive Vous pouvez importer des diapositives et des modèles de diapositive issus d’autres documents Keynote. Pour importer une diapositive ou un modèle de diapositive : 1 Ouvrez le document Keynote source (celui contenant la diapo à importer) et le document Keynote courant (celui de destination). 2 Exécutez l’une de ces actions : Pour importer une diapositive, faites-la glisser du navigateur de diapositives du document source vers le navigateur de diapositives du document courant. La diapositive et le modèle correspondant sont insérés dans le document courant. (Le modèle est la dernière diapositive du navigateur de modèles.) Pour importer un modèle de diapositive, faites-le glisser du navigateur de modèles de diapositive vers celui du document courant.Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 215 Création d’un modèle de diapositive à partir de zéro Si vous ne trouvez pas de modèle de diapositive s’approchant du modèle souhaité, vous pouvez en créer un à partir de zéro. Pour créer un nouveau modèle de diapositive : m Dans le navigateur, sélectionnez une diapositive vide. m S’il n’y en a pas pour le thème que vous utilisez, sélectionnez un modèle de diapositive, choisissez Édition > Tout sélectionner et appuyez ensuite sur la touche Suppr. Personnalisation de dispositions de modèles de diapositive Définissez les paramètres fictifs pour le texte, le support et les objets ; modifiez les éléments de fond d’un modèle de diapositive ; ajoutez des guides d’alignement, etc. Définition des paramètres fictifs d’un texte Vous pouvez ajouter des paramètres fictifs pour un texte et y définir des attributs par défaut pour le texte. Pour définir le paramètre fictif d’un texte : 1 Dans le navigateur du modèle de diapositive, sélectionnez une diapositive (ouvrir le navigateur de modèle de diapositive, cliquer sur Afficher dans la barre d’outils et choisir Afficher les modèles de diapositives). 2 Ouvrez l’Inspecteur des modèles de diapositive et cliquez ensuite sur Apparence. 3 Pour ajouter une zone de titre de paramètre fictif, sélectionnez Titre. 4 Pour ajouter une zone de corps de paramètre fictif, sélectionnez Corps. Pour contrôler l’application de puces, de numéros ou du format standard par défaut dans la zone de texte, utilisez la sous-fenêtre Puces de l’Inspecteur du texte. 5 Pour ajouter une zone de texte de paramètre fictif libre : a Dans la barre d’outils, cliquez sur Zone de texte. b Dans l’inspecteur de modèle de diapositive, sélectionnez « Définir comme paramètre fictif de Texte » (ou choisissez Format > Avancé > Définir comme paramètre fictif de texte). Vous pouvez ajouter également une forme et la définir comme un paramètre fictif de texte. 6 Redimensionnez et réorganisez vos zones de texte. 7 Sélectionnez le texte du paramètre fictif et mettez-le en forme à votre guise. Dans une zone de texte, vous pouvez définir des attributs pour 5 niveaux de texte maximum.216 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Définition des paramètres fictifs d’un support Vous pouvez créer un ou plusieurs paramètres fictifs sur un modèle de diapositive afin de conserver des images, des fichiers audio et des films. Lorsque vous ajoutez l’un de ces éléments à une diapositive basée sur ce modèle, le fichier va automatiquement dans le paramètre fictif à la position et la taille spécifiée. Pour définir le paramètre fictif d’un support : 1 Sélectionnez un modèle de diapositive. 2 Ouvrez l’Inspecteur des modèles de diapositive et cliquez ensuite sur Apparence. 3 Sélectionnez « Définir comme paramètre fictif d’un support ». 4 (Facultatif) Tapez une description dans le champ Balise. 5 Redimensionnez et réorganisez le paramètre fictif. 6 (Facultatif) Ajoutez une image de paramètre fictif. Définition des paramètres fictifs d’un objet Vous pouvez créer un paramètre fictif sur un modèle de diapositive pour conserver des tableaux et des graphiques. Lorsque vous ajoutez l’un de ces éléments à une diapositive basée sur ce modèle, l’objet va automatiquement dans le paramètre fictif à la position et la taille spécifiée. Pour définir le paramètre fictif d’un objet : 1 Dans le navigateur du modèle de diapositive, sélectionnez une diapositive (ouvrir le navigateur de modèle de diapositive, cliquer sur Afficher dans la barre d’outils et choisir Montrer les modèles de diapositives). 2 Ouvrez l’Inspecteur des modèles de diapositive et cliquez ensuite sur Apparence. 3 Sélectionnez le paramètre fictif de l’objet. 4 Positionnez et redimensionnez le paramètre fictif. Création d’éléments d’arrière-plan sur des modèles de diapositive Vous pouvez faire en sorte qu’un élément (par exemple le logo d’une société, ou un autre graphisme, texte ou couleur) apparaisse sur chacune des diapositives basées sur un modèle en particulier. Cette technique permet notamment de créer des groupes de diapositives associées à l’intérieur d’une présentation. Vous pourriez, par exemple, ménager une légère différence dans l’arrière-plan de chaque groupe de diapositives. Vous devez pour ce faire créer un groupe de modèles doté des différents arrière-plans choisis.Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 217 Pour modifier l’arrière-plan d’un modèle de diapositive : 1 Sélectionnez le modèle de diapositive à utiliser. 2 Sélectionnez les éléments qui ne vous intéressent pas et appuyez sur la touche Suppr. 3 Si vous souhaitez définir un objet (figure, image, fichier son ou séquence vidéo, tableau ou graphique) comme élément d’arrière-plan, ajoutez-le au modèle de diapositive puis ajustez sa taille et positionnez-le sur la diapositive. Une fois que vous avez placé un objet, vous pouvez sélectionner Disposition > Verrouiller afin d’empêcher qu’il ne soit déplacé par inadvertance pendant que vous travaillez. 4 Pour autoriser l’entrelacement des objets modèles avec des objets insérés dans des diapositives basées sur ce modèle, ouvrez l’Inspecteur des modèles de diapositive, cliquez sur Apparence et sélectionnez « Autoriser la superposition des objets ». Pour en savoir plus sur l’application de couches aux objets, reportez-vous à la rubrique « Déplacement d’objets vers l’avant ou vers l’arrière (disposition en couches) » à la page 77. 5 Pour remplir l’arrière-plan de la diapositive avec une couleur ou pour y insérer une image, utilisez les contrôles d’arrière-plan dans la sous-fenêtre Apparence de l’Inspecteur des modèles de diapositive. Les arrière-plans multiples en couches sont couramment utilisés dans le cas des graphismes à canal alpha (images avec transparence) ; vous pouvez ajouter des objets à une diapositive et les organiser en couche afin qu’ils s’affichent à travers une partie de l’image d’arrière-plan. Ajout de guides d’alignement à des modèles de diapositive Vous pouvez créer des guides d’alignement afin de vous aider à insérer votre texte et vos graphismes de manière harmonieuse sur chaque diapositive. Les guides d’alignement créés dans un modèle de diapositive sont disponibles lorsque vous insérez des objets sur n’importe quelle diapositive utilisant ce modèle. Pour créer des guides d’alignement dans un modèle de diapositive : 1 Sélectionnez le modèle de diapositive auquel vous désirez ajouter des guides d’alignement. 2 Cliquez sur Affichage dans la barre d’outils et sélectionnez Afficher les règles. 3 Placez le pointeur sur une règle et faites glisser un guide d’alignement vers n’importe quel endroit du modèle de diapositive. Pour placer un guide horizontal, faites-le glisser depuis la règle située en haut de la diapositive. Pour placer un guide vertical, faites-le glisser depuis la règle située à gauche. Vous pouvez également tourner les grilles qui affichent les modèles de diapositives et apparaissent dynamiquement sur les diapositives. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Utilisation d’un quadrillage principal » à la page 79.218 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Définition des attributs par défaut des textes et des objets Vous pouvez définir des attributs par défaut pour le texte et les objets KeynoteVous pouvez par exemple spécifier que chaque fois que vous cliquez sur Tableau dans la barre d’outils, le tableau par défaut est inséré, mis en forme avec le nombre de rangs et de colonnes, avec la police d’en-tête et de corps de texte, ainsi que les couleurs de bordure que vous avez prédéfinis. Pour modifier les attributs par défaut d’un élément, vous créez l’élément avec les attributs souhaités, puis vous définissez l’élément pour un modèle spécifique ou pour tous les modèles dans le thème. Si vous définissez l’élément pour un modèle, les valeurs par défaut s’appliquent aux nouveaux éléments sur les diapositives basées sur ce modèle. Si vous définissez l’élément pour tous les modèles, chaque nouvel élément dans le document utilise les valeurs par défaut. Définition des attributs par défaut des zones de texte et des figures Vous pouvez définir les attributs par défaut des nouvelles zones de texte et figures. Pour définir les attributs par défaut des zones de texte et des figures : 1 Créez une nouvelle diapositive dans le navigateur de diapositive. 2 Lorsque vous configurez des attributs par défaut pour un modèle de diapositive en particulier (et non pour tous les modèles correspondant au thème actuel), cliquez sur Modèles dans la barre d’outils et choisissez le modèle de diapositive. 3 Pour définir une zone de texte par défaut, cliquez sur Zone de Texte dans la barre d’outils puis mettez en forme le paramètre fictif de texte. Reportez-vous à la rubrique « Mise en forme de la taille et de l’apparence du texte » à la page 44 pour obtenir plus d’informations. 4 Exécutez l’une de ces actions :  Pour que la zone de texte définie soit celle par défaut uniquement pour le modèle de diapositive actuel, sélectionnez Format > Avancé Définir un texte pour le modèle actuel.  Pour que la zone de texte soit celle par défaut de tous les modèles de diapositive du thème actuel, sélectionnez Format > Avancé Définir un texte pour tous les modèles. 5 Pour définir une figure par défaut, insérez-la et configurez ensuite ses attributs. Pour obtenir des instructions, reportez-vous aux rubriques « Modification des objets » à la page 81 et « Remplissage d’un objet avec de la couleur » à la page 87. 6 Exécutez l’une de ces actions :  Pour que la forme définie soit celle par défaut uniquement pour le modèle de diapositive actuel, sélectionnez Format > Avancé Définir une forme pour le modèle actuel.  Pour que la forme soit celle par défaut de tous les modèles de diapositive du thème actuel, sélectionnez Format > Avancé Définir une forme pour tous les modèles. 7 Si vous ne souhaitez pas que l’objet par défaut figure sur la diapositive, supprimez-le.Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 219 Définition des attributs par défaut des images importées Vous pouvez définir des attributs par défaut (notamment ombre, reflet, opacité et couleur du trait de bordure), afin qu’ils s’appliquent automatiquement à toutes les images que vous insérez dans votre diaporama. Pour définir les attributs par défaut des images : 1 Créez une nouvelle diapositive dans le navigateur de diapositive. 2 Si vous voulez configurer des attributs par défaut pour un modèle de diapositive en particulier (et non pour tous les modèles utilisant le thème actuel), cliquez sur Modèles dans la barre d’outils et choisissez le modèle de diapositive. 3 Positionnez une image sur la diapositive et définissez ses attributs par défaut. Reportezvous aux rubriques suivantes, pour plus d’instructions :  « Importation d’une image » à la page 98  « Ajout d’ombres » à la page 84  « Ajustement de l’opacité » à la page 85  « Modification du style des bordures » à la page 82 4 Exécutez l’une de ces actions :  Pour que l’image définie soit celle par défaut uniquement pour le modèle de diapositive actuel, sélectionnez Format > Avancé > Définir une image pour le modèle actuel.  Pour que l’image soit celle par défaut de tous les modèles de diapositive du thème actuel, sélectionnez Format > Avancé > Définir une image pour tous les modèles. 5 Si vous ne souhaitez pas que l’image apparaisse sur la diapositive, supprimez-la. Définition des attributs par défaut des tableaux Vous pouvez définir des attributs de tableau comme le nombre de rangs et de colonnes, les styles et couleurs de ligne, les styles de texte et les ombres. Important : un tableau contient quatre zones différentes de mise en forme: l’en-tête de rang, l’en-tête de colonne, les bordures intérieures et les bordures extérieures. Pour définir les attributs du tableau par défaut, vous devez appliquer chaque attribut à l’ensemble d’une zone de mise en forme. Par exemple, pour définir la mise en forme par défaut d’un rang d’en-tête, vous devez modifier la mise en forme de toutes les cellules qu’il contient (et non d’une seule cellule d’en-tête). Pour définir les attributs par défaut des tableaux : 1 Créez une nouvelle diapositive dans le navigateur de diapositive. 2 Si vous configurez des attributs par défaut pour un modèle de diapositive en particulier (et non pour tous les modèles correspondant au thème actuel), cliquez sur Modèles dans la barre d’outils et choisissez le modèle de diapositive.220 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 3 Positionnez un tableau sur la diapositive. La rubrique « Ajout d’un tableau » à la page 127 vous indique la procédure à suivre. 4 Sélectionnez le tableau et définissez ses attributs. Reportez-vous à la rubrique « Redimensionnement d’un tableau » à la page 130 si vous désirez modifier les dimensions du tableau. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des rangs et des colonnes » à la page 143 pour en savoir plus sur l’ajout et la suppression de colonnes et de rangs et sur la création de rangs et de colonnes d’en-tête. Reportez-vous à la rubrique « Utilisation des cellules d’un tableau » à la page 146 pour en savoir plus sur la division et la fusion de cellules d’un tableau, leur redimensionnement et la mise en forme de leurs bordures. Reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des valeurs de cellule » à la page 137 pour en savoir plus sur les options de mise en forme pour l’affichage des valeurs de cellules. Reportez-vous à la rubrique « Ajout d’images et de couleurs aux cellules » à la page 142 si vous désirez ajouter des graphismes au tableau. 5 Exécutez l’une de ces actions :  Pour que le tableau défini soit celui par défaut uniquement pour le modèle de diapositive actuel, sélectionnez Format > Avancé > Définir un tableau pour le modèle actuel.  Pour que le tableau soit celui par défaut de tous les modèles de diapositive du thème actuel, sélectionnez Format > Avancé > Définir un tableau pour tous les modèles. 6 Si vous ne souhaitez pas que le tableau apparaisse sur la diapositive, supprimez-le. Définition d’attributs par défaut pour les graphiques Vous pouvez définir le type de graphique par défaut (celui qui apparaît lorsque vous cliquez sur Graphique dans la barre d’outils), de même que l’aspect par défaut de chaque type de graphique. Les attributs par défaut doivent être définis séparément pour chaque type de graphique. Pour définir le style et la position par défaut des graphiques : 1 Créez une nouvelle diapositive dans le navigateur de diapositive. 2 Si vous configurez des attributs par défaut pour un modèle de diapositive en particulier (et non pour toutes les diapositives correspondant au thème actuel), cliquez sur Modèles dans la barre d’outils et choisissez le modèle de diapositive. 3 Positionnez un graphique sur la diapositive. Reportez-vous à la rubrique « Ajout d’un graphique » à la page 165 pour en connaître les instructions.Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 221 4 Sélectionnez le graphique, puis définissez ses attributs. Reportez-vous à la rubrique « Sélection d’un type de graphique » à la page 165 pour savoir comment modifier un type de graphique. Reportez-vous à la rubrique « Mise en forme des attributs généraux d’un graphique » à la page 169 pour savoir comment redimensionner un graphique, le faire pivoter et définir d’autres attributs que les graphiques ont en commun. Reportez-vous à la rubrique « Mise en forme de types de graphiques spécifiques » à la page 177 pour savoir comment mettre en forme des graphiques sectoriels, des graphiques à barres et autres types de graphiques. 5 Répétez les étapes 3 et 4 pour chaque type de graphique auquel vous souhaitez attribuer des valeurs par défaut. 6 Pour chaque graphique, effectuez l’une des opérations suivantes après l’avoir sélectionné :  Pour qu’un graphique soit celui par défaut uniquement pour le modèle de diapositive actuel, sélectionnez Format > Avancé Définir type de graphiquepour le modèle actuel.  Pour qu’un graphique soit celui par défaut de tous les modèles de diapositive du thème actuel, sélectionnez Format > Avancé Définir type de graphiquepour tous les modèles. 7 Pour définir le type de graphique qui doit apparaître lorsque vous cliquez sur Graphique dans la barre d’outils, sélectionnez le graphique correspondant et sélectionnez ensuite Format > Avancé > Définir type de graphiquepar défaut pour le thème actuel. 8 Si vous ne souhaitez pas que les graphiques apparaissent sur la diapositive, supprimez-les. Définition des transitions par défaut Vous pouvez spécifier un style de transition par défaut pour un modèle de diapositive afin que toutes les diapositives basés sur celui-ci utilisent automatiquement le style spécifié pour passer à la diapo suivante. Pour choisir le style de transition par défaut d’un modèle de diapositive : 1 Cliquez sur Affichage dans la barre d’outils et choisissez Afficher les modèles de diapositive. 2 Dans le navigateur, sélectionnez un modèle de diapositive. 3 Dans la sous-fenêtre Transition de l’Inspecteur des modèles de diapositive, définissez la transition. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Ajout de transitions entre les diapositives » à la page 112.222 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Création de versions sur les modèles de diapositive Vous pouvez ajouter des versions d’objets à un modèle de diapositive de sorte que les effets de version apparaissent sur chacune des diapositives basées sur ce modèle. Par exemple, si vous prévoyez de créer un certain nombre de diapositives avec du texte à puces, et que vous souhaitez que chacune d’entre elle inclue une composition entrante puce par puce, créez un modèle de diapositive avec les effets de composition souhaités et utilisez ensuite le modèle pour créer les autres diapositives. Pour créer une composition sur un modèle de diapositive : 1 Cliquez sur Affichage dans la barre d’outils et choisissez Afficher les modèles de diapositive. 2 Dans le navigateur, sélectionnez un modèle de diapositive. 3 Définissez des compositions en suivant les instructions de la rubrique « Utilisation d’effets de composition pour faire apparaître et disparaître des éléments dans des diapositives » à la page 114. Création de thèmes personnalisés Si vous modifiez les modèles de diapositive d’un thème et que souhaitez réutiliser ces modifications dans d’autres diaporamas, vous pouvez enregistrer le thème modifié en tant que thème personnalisé. Une fois votre thème personnalisé enregistré, il apparaît dans le Sélecteur de thèmes. Lorsque vous sélectionnez votre thème personnalisé, il contient également tous les modèles de diapositive que vous avez définis. Enregistrement de thèmes personnalisés Créez un nouveau thème contenant toutes les modifications de modèle de diapositive que vous avez effectuées sur le thème actuel. Pour enregistrer le thème actuel en tant que thème personnalisé : 1 Choisissez Fichier > Enregistrer le thème. 2 Attribuez un nom à votre thème. 3 Si vous avez ajouté du son ou des séquences que vous désirez inclure au thème, sélectionnez « Copier l’audio et la vidéo dans le thème ». Si vous ne trouvez pas cette case, cliquez sur le triangle d’affichage à droite du champ Enregistrer sous. Le document devient beaucoup plus volumineux lorsque vous y ajoutez des fichiers média. 4 Cliquez sur Enregistrer. À moins que vous ne spécifiiez un autre emplacement, les thèmes personnalisés sont enregistrés dans le dossier Thèmes de votre disque dur ([Départ]/Bibliothèque/Application Support/iWork/Keynote/Themes). Seuls les thèmes de ce dossier apparaissent dans le sélecteur de thèmes. Si vous conservez votre thème à un autre emplacement, vous pouvez toujours l’ouvrir (à partir du Finder) et l’utiliser pour créer un diaporama.Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés 223 Création d’un thème à partir de zéro Si vous désirez créer un thème entièrement nouveau qui ne soit pas basé sur un thème Keynote existant, le plus facile est d’ouvrir un nouveau document Keynote et de supprimer tous les modèles de diapositive qu’il contient en conservant uniquement une diapositive vide. Pour supprimer un modèle de diapositive, sélectionnez-le dans le navigateur et choisissez Édition > Supprimer ou appuyez sur la touche Suppr. Voici quelques conseils pour la création du nouveau thème : m Avant de créer des modèles de diapositive, configurez l’ensemble des attributs de texte et d’arrière-plan. m À l’aide d’une diapositive échantillon, testez vos dispositions de texte afin de vous assurer qu’elles fonctionnent correctement avec un texte de plusieurs lignes. Lorsque vous configurez la taille et le positionnement d’une zone de corps de texte, réfléchissez au nombre de puces que vous désirez y insérer. m Dupliquez le modèle de diapositive original pour créer plusieurs dispositions de texte. Les attributs originaux de texte et d’arrière-plan s’appliquent automatiquement aux nouveaux modèles réalisés à partir des copies. Il vous suffira ensuite d’ajuster les dispositions des zones de texte (vous pourrez par exemple supprimer la zone de titre et agrandir la zone de corps de texte afin de créer un modèle de diapositive « pur corps de texte »). m Créez dans le navigateur de diapositives des diapositives échantillons à partir de chaque modèle que vous créez et insérez des zones de texte libres, des formes, des tableaux et des images dans chacune d’entre elles si vous souhaitez que les attributs d’objet par défaut soient différents dans les divers modèles de diapositive. Si vous voulez configurer les mêmes attributs d’objet par défaut pour tous les modèles, vous n’aurez besoin de procéder ainsi que pour un seul modèle de diapositive. m Créez dans le navigateur une série de diapositives échantillons basées sur chacun de vos modèles. Créez un graphique dans une diapositive, puis copiez-le et collez-le dans chaque diapositive. Puis convertissez chaque graphique en un type de graphique diffé- rent et définissez sa taille et sa position. Réalisez cette étape avant de définir des styles de graphique par défaut dans Format > Avancé.224 Chapitre 10 Conception de thèmes et modèles de diapositive personnalisés Retour aux attributs de thème originaux Si vous modifiez des modèles de diapositive dans un document et que vous souhaitez ensuite revenir aux valeurs par défaut du thème original, vous pouvez appliquer de nouveau le thème à votre document ou à des diapositives spécifiques. Pour revenir au thème par défaut : 1 Si vous désirez restaurer les valeurs par défaut uniquement sur certaines diapositives, sélectionnez-les dans le navigateur (en appuyant sur la touche Commande pour en sélectionner plusieurs). 2 Choisissez Fichier > Sélectionner un thème. 3 Dans le Sélecteur de thèmes, sélectionnez le thème original ainsi que la taille de présentation. 4 Assurez-vous que Appliquer les modif. aux thèmes par défaut n’est pas sélectionné. 5 Choisissez Toutes les diapos ou Diapos sélectionnées dans le menu local Appliquer sur. 6 Cliquez sur Choisir. 225 Index Index A affichages de diapositives alternance des modes 18 changement 18 mode Diapositive 17 mode Navigateur 18 mode plan 19 mode table lumineuse 21 utilisation d’un écran unique 188 zoom avant et arrière 18 Alpha instantané 101 annulation de modifications 30 AppleWorks 28 B barre d'outils personnaliser 22 C canevas 18 ajout d'un graphique 165 caractères dans d’autres langues 51 caractères spéciaux et symboles insertion 51 cellules de tableau agrandissement pour contenir les données 136 ajout d’images 142 ajout et modification de contenu 134 contrôle des valeurs de cellule avec des règles 141 définition de règles 141 division en parts égales 147 fusion de cellules adjacentes en une seule 146 mise en forme de bordures 148 mise en forme des nombres 138 mise en forme des valeurs 137 redimensionner 136 remplissage automatique 143 sélection 132 sélection d’un groupe de cellules 132 sélection de bordures 133 tri 149 utilisation des chiffres 135 utilisation des dates 136 utilisation du texte 135 classeur de diapositives afficher et masquer 17 mode Navigateur 18 mode plan 19 utilisation pour la navigation 21 commentaires afficher et masquer 36 ajout 36 impression 36 mise en forme 36 redimensionnement 36 suppression 36 compositions d’objet activation 121 animation individuelle des parties d’un objet 122 création de compositions de graphique 124 création de compositions de séquence 125 création de compositions de tableau 124 création de compositions de texte 123 réorganisation 121 suppression 125 utilisation 113 utilisation de compositions d’action 116 utilisation de compositions intelligentes prédéfinies 119 compositions intelligentes 119 D diaporamas affichage 188, 189, 191, 192 affichage sur l’écran de votre ordinateur 188 affichage sur un écran externe 189 commande 184, 195 création de diaporamas à lecture automatique 185 enregistrement 107 impression 199226 Index lecture 109, 187 lecture de séquences et de son 198 modification du thème 37 recopie vidéo 189 réenregistrement 108 test 188 utilisation d’autres applications durant un diaporama 198 utilisation de la recopie vidéo 191, 193, 194 utilisation de plusieurs thèmes 38 utilisation du double affichage 189 diapositives ajout d'images 98 ajout d'une figure 91 ajout d'une nouvelle diapositive 32 ajout d’un tableau 127 ajout de numéros de diapositive 35 ajout des notes de l’intervenant 187 ajout de sons et de vidéos 104 ajout de texte 41 déplacement ou copie d'éléments 36 ignorer 34 modification de la disposition 38 modification de la résolution 190, 193 organisation 18 passage d'une diapositive à l'autre 21 regroupement 33 réorganisation 33 suppression 34 utilisation des commentaires 35 disposition ajout d'une zone de titre ou d'autres éléments 39 aperçu pour les modèles de diapositive 213 application d'un arrière-plan 39 modification 38, 215 document choix d'un modèle 27 création 27 ouverture d'un document existant 28 E écrans optimisation d’un écran externe 190 utilisation de la recopie vidéo 191 utilisation du double affichage 189 éditeur de formules 153 enregistrement 107 annulation des modifications effectuées 30 automatique d'une version de sauvegarde 31 avec des images du thème 29 avec les fichiers audio et de séquence inclus 29 copie d'une présentation 30 d'un document 29 de séquence avec le diaporama 29 en tant que thème 31 pour la première fois 29 pour une utilisation sur d'autres ordinateurs 29 Spotlight 31 exportation en tant qu’album iPhoto 207 en tant qu’entrée de blog ou de podcast 207 en tant que diaporama PowerPoint 203 en tant que document Flash 205 en tant que document HTML 205 en tant que fichier PDF 203 en tant que projet iDVD 206 en tant que séquence QuickTime 201 sous forme de fichiers image 204 vers GarageBand 209 vers iTunes 208 F fenêtre Ajuster l'image 103 fenêtre Avertissements 25 fenêtre Couleurs 25, 88 fenêtre Inspecteur 24 fenêtre Typographie 53 fermeture d'un document 32 fichiers audio manquants 28 fichiers multimédia ajout d'une bande sonore 105 fichiers multimédias ajout d'une séquence vidéo 106 ajout de son 105 fichiers PDF création 203 figure en forme d'étoile ajout 91 modification 96 figure en forme de polygone ajout 91 modification 97 figures ajout de figures personnalisées 92 ajout de figures prédessinées 91 conversion de points d'angle en points de courbe et vice versa 95 manipulation de points 93 mise en forme de texte dans 67 modifiables 93 modification du tracé d'une courbe 94 modification du tracé d'un segment droit 94 modifications de figures prédessinées 95 rognage d'une image à l'aide du masque par défaut (de forme rectangulaire) 99 utilisation de l'outil de dessin 92 utilisation en tant que masques 100Index 227 films exportation vers QuickTime 201 FLASH 205 flèches prédessinées ajout 91 modification 96 fonctions utilisation 160 formatage conditionnel 141 formats d'image pris en charge 98 formats multimédias pris en charge 104 formules ajout d'une formule à plusieurs cellules 157 ajout d'une formule rapide 151 ajout de nouvelles formules 154 calcul d'opérations arithmétiques 158 calcul élémentaire avec des valeurs d'une même colonne 152 calcul élémentaire avec des valeurs d'un même rang 152 enregistrement ou annulation des modifications 154 fonctions 160 modification 154 opérateurs 158 suppression 153 utilisation de références de cellules 155 G GarageBand 209 graphiques affichage des axes et des bordures 172 afficher et masquer une légende 169 ajout d'étiquettes et de marques d'axe 171 ajout de texte descriptif 176 ajouter 165 choix d'un type de graphique 165 interprétation des séries de données 163 mise en forme 169, 177 mise en forme d'éléments d'une série de données 175 mise en forme de l'axe des valeurs 173 mise en forme de titres, d'étiquettes et de légendes 176 mise en place d'étiquettes de quadrillage et de marques de graduation 174 modification d'un type de graphique 166 modification de données 167 redimensionnement 170 repositionnement d'une légende 169 rotation 170 graphiques 3 D définition de réglages de scène 183 modification de l'angle d'affichage 183 graphiques à barres et à colonnes ajout d'ombres 180 réglage de l'espacement 179 réglage de l'opacité 180 graphiques à couches et linéaires ajout d'ombres 181 graphiques en nuage de points définition des réglages d'axe 182 mise en forme de symboles 182 graphiques linéaires et à couches définition de la couleur de ligne 181 mise en forme de symboles 181 graphiques modification de l'orientation de la représentation 164 graphiques sectoriels affichage de noms de séries dans 177 ajout d'ombres 178 réglage de l'opacité 179 rotation 179 sélection de portions individuelles 177, 178 guides d'alignement création de nouveaux guides 79 utilisation 79 guillemets courbes 52 H HTML 205 I iDVD 206 images ajustement automatique 103 animation 119 histogramme 103 introduction à l'intérieur d'un objet 89 mise à l'échelle 90 mosaïque 90 niveaux automatiques 103 réglage de l'exposition 103 réglage de la luminosité 103 réglage de la netteté 103 réglage de la saturation 103 réglage de la température 103 réglage du contraste 103 suppression de la couleur 101 teinte 91 importation d'une présentation depuis AppleWorks 28 depuis PowerPoint 28 impression avec affichage de commentaires 199 avec notes de l’intervenant 188 diapositives 199228 Index options 200 Inspecteur des diapositives 35, 38, 42, 112, 115, 203, 212 Inspecteur des documents 31 Inspecteur des graphismes 82, 83, 84, 85, 86, 87, 89, 90, 176 Inspecteur des liens 69 Inspecteur des mesures 130, 170, 171, 179 Inspecteur du texte 49, 54, 55, 56, 57, 61, 66, 135 Inspecteur QuickTime 106 Inspecteurs utilisation pour la mise en forme 24 iPhoto 207 iPod 208 iTunes 208 iWeb 207 J JPEG 204 L liens types de lien 68 vers une page web 68 vers un message électronique préadressé 69 liens hypertexte pour arrêter un diaporama 71 soulignement du texte du lien 71 vers une diapositive 70 vers un fichier Keynote 70 lissage de police 53 listes à puces 62 génération automatique 61 numérotées 63 ordonnées (structures) 64 utilisation 61 M masquage d'images 99 menus locaux 22, 26 mise en forme du texte création d’ombres 49 modification de l’alignement horizontal du texte 55 modification de l’alignement vertical du texte 55 modification de la casse 45, 53 modification de la couleur 49, 57 modification de la couleur d’arrière-plan du paragraphe 49 modification de la marge intérieure 61 modification de la taille et de l’apparence 44 réglage de l’écart des caractères 57 réglage de l’espacement entre les paragraphes 57 réglage de l’interligne 56 réglage du retrait des paragraphes 60 modèles de diapositive affichage 19 ajout de guides d’alignement 217 aperçu de la disposition 213 conception 211 création à partir de zéro 215 création d’éléments d’arrière-plan 216 création de compositions sur 222 définition d’un titre et d’un corps de texte 215 définition des attributs d’image par défaut 219 définition des attributs de graphique par défaut 220 définition des attributs de tableau par défaut 219 définition des zones de texte et figures par défaut 218 définition de transitions par défaut pour 221 dupliquer 214 importation 214 modification 38 numérotation 35 paramètre fictif de texte 41 présentation 15 utilisation 32 utilisation d’outils pour 212 utilisation sur les thèmes personnalisés 222 modèles de diapositives paramètres fictifs multimédias sur 97 mode Navigateur 18 mode plan changement de polices 20 utilisation pour organiser les diapos 20 mode table lumineuse 21 moniteurs réglage de la fréquence de rafraîchissement 193 N narration 107 navigateur de média 24 nombres format Date et heure 140 format de fraction 140 format monétaire 139 format pourcentage 139 format scientifique 140 mise en forme des nombres 138 notes de l’intervenant affichage au cours du test d’une présentation 188 utilisation 187Index 229 O objets ajout d'ombres 84 ajout d'une figure personnalisée 92 ajout d'une figure prédessinée 91 ajout d'une image 98 ajout d'un fichier de séquence vidéo 106 ajout d'un fichier son 105 ajout de couleurs et de dégradés de couleurs 87 ajout de reflets 85 alignement 78 copie 76 déplacement 76 duplication 76 espacement uniforme des objets sur la diapositive 78 faire pivoter 81 modification 81 modification de l'ordre d'empilement 77 modification du style des bordures 82 positionnement 77 positionnement précis 80 redimensionnement 81 réglage de l'opacité 85 regroupement et dissociation 86 retournement 81 sélection et désélection 75 suppression 76 utilisation comme liens hypertextes 111 verrouillage et déverrouillage 87 opérateurs arithmétiques 158, 159 comparaison 160 outil Alpha 101 outil de dessin 92 P palette de caractères 51 panneau des polices 25 paramètres fictifs 97 paramètres fictifs multimédias 97 PNG 204 PowerPoint 28, 203 Préférences 20, 28, 31, 50, 51, 52, 53, 58, 61, 68, 69, 71, 77, 79, 80, 81, 99, 107, 113, 185, 189, 190, 191, 192, 193, 194, 197, 198 présentations affichage du pointeur 197 à liens uniquement 185 arrêt 196 atteindre une diapositive précise 196 commande à l’aide du clavier 195 création de présentations à liens uniquement 185 créées dans iWork ’05 ou iWork ’06 210 lecture automatique 185 mise en pause et reprise 195 naviguer vers la diapositive ou la composition suivante ou précédente 196 personnalisation de l’affichage de l’intervenant 192 recherche avec Spotlight 31 réglage des options de lecture 187 supprimer des diapositives 34 Q QuickTime 201 R raccourcis clavier affichage d'une liste de raccourcis dans l'aide 26 utilisation 26 recherche de texte 74 rechercher et remplacer, zone de dialogue 74 rectangle, aux coins arrondis ajout 91 rectangle aux coins arrondis modification 95 règle affichage et masquage 58 utilisation pour définir des retraits de paragraphe 60 utilisation pour définir un nouveau taquet de tabulation 59 utilisation pour modifier un taquet de tabulation 59 utilisation pour supprimer un taquet de tabulation 60 rognage d'images 99 S séquences affichage du pointeur dans les diapositives 197 et résolution d’affichage 193 lecture 198 manquantes 28 son ajout à une diapositive 105 ajout d'une bande son 105 enregistrement de sons avec le diaporama 104 lecture 198 T tableaux ajout 127230 Index ajout de bandes de couleur aux rangs 146 ajout de colonnes 144 ajout de rangs 143 copie de tableaux entre des applications iWork 131 création d’un rang de pied de page 145 création d’un rang ou d’une colonne d’entête 145 déplacement 130 formules 150 redimensionnement 130 redimensionnement des rangs et des colonnes 145 sélection 131 sélection d’un rang ou d’une colonne 132 suppression de rangs et de colonnes 144 utilisation des rangs et des colonnes 143 taquets de tabulation création 59 modification 59 supprimer 60 utilisation de règles pour définir 58 texte ajout 41 ajout de zones de texte libre 65 dans les cellules d’un tableau 135 définition de l’alignement, de l’espacement et de la couleur 54 définition de retraits 60 définition de taquets de tabulation pour aligner le texte 58 espace insécable 72 mise en forme de la taille et de l’apparence 44 modification 43 présentation en colonnes 66 sélection 42 substitution automatique 71 utilisation de listes 61 texte à puces ajout de 62 passage en mode plan 19 réorganisation et modification 63 thèmes choix 14, 27 création de thème personnalisé 222 enregistrement d'un document comme thème 31 ouverture automatique d'un thème particulier 28 TIFF 204 transitions ajout de transitions entre diapositives 112 types de fichier son et vidéo pris en charge 104 types de fichier son pris en charge 104 typographie modification de la casse 53 modification de la ligne de base 53 modification du crénage 53 personnalisation de l’apparence du texte 47 utilisation des ligatures 53 V vérification orthographique recherche des mots mal orthographiés 72 utilisation des suggestions de correction orthographique 73 visualiseur de clavier 50 VRAM compenser l’insuffisance de VRAM 194 configuration 194 Z zones de texte (libre) 65 zoom avant ou arrière 18 Manuel de l’utilisateur Benutzerhandbuch Manuale UtenteFrançais 3 Félicitations pour l’achat de votre nouvelle oreillette Bluetooth® iPhone. Pour commencer à utiliser votre appareil, suivez les instructions ci-dessous. Pour jumeler l’oreillette avec votre iPhone 1 Connectez le câble de voyage iPhone Bluetooth inclus à un port USB 2.0 de votre ordinateur (pas sur un port du clavier). 2 Branchez l’autre extrémité du câble sur l’iPhone et l’oreillette sur l’embout du câble. L’oreillette est alors automatiquement jumelée avec l’iPhone. Câble À la première connexion de l’oreillette, laissez-la se recharger pendant environ une heure jusqu’à ce que son indicateur d’état passe du orange au vert. 3 Débranchez le câble de l’iPhone et de l’oreillette. Pour connecter l’oreillette à l’iPhone, appuyez sur le bouton situé en bout d’oreillette. Ce bouton permet de rediriger les appels vers l’oreillette.4 Français Dans certains cas, il se peut que vous deviez rebrancher l’oreillette sur l’iPhone. Voir page 7. Pour e∂ ectuer un appel ou répondre à un appel 1 Placez l’oreillette dans une oreille en orientant le microphone vers votre bouche. Microphone Le coussinet en mousse inclus peut être placé sur l’écouteur pour mieux adapter ce dernier à votre oreille. 2 E∂ ectuez un appel avec l’iPhone. Appuyez sur le bouton situé en bout d’oreillette pour répondre à un appel entrant. Bouton Indicateur d’état Si vous répondez à un appel entrant en touchant l’écran tactile de l’iPhone, le son est dans ce cas acheminé vers l’iPhone. 3 Une fois votre conversation terminée, appuyez sur le bouton pour mettre fi n à l’appel.Français 5 Pour régler le volume m Utilisez les boutons de réglage du volume situés sur le côté de l’iPhone. ATTENTION : pour prendre connaissance des précautions à prendre pour éviter toute perte d’audition, reportez-vous à la page 15. Autres fonctions Pour Procédez ainsi : Refuser un appel entrant Appuyez sur le bouton pendant environ une seconde, jusqu’à ce que vous entendiez un bip. Passer à un appel entrant ou en attente et mettre l’appel en cours en attente Appuyez sur le bouton. Passer à un appel entrant ou en attente et mettre fi n à l’appel en cours Appuyez sur le bouton pendant environ une seconde, jusqu’à ce que vous entendiez un bip. Vérifi er si l’oreillette est activée Appuyez sur le bouton. Si l’oreillette est activée, un voyant d’état vert clignote et l’oreillette émet un bip.6 Français Activer l’oreillette Maintenez le bouton enfoncé pendant environ trois secondes, jusqu’à ce que le voyant d’état vert se mette à clignoter ou que vous entendiez quatre tonalités de plus en plus fortes. Désactiver l’oreillette Maintenez le bouton enfoncé pendant environ quatre secondes, jusqu’à ce que le voyant d’état orange se mette à clignoter ou que vous entendiez quatre tonalités de plus en plus faibles. Pour passer de l’oreillette à l’iPhone Pour ne plus utiliser l’oreillette et écouter vos appels via l’iPhone, vous avez deux possibilités : m Désactivez l’oreillette. Vous pouvez toujours la réactiver à tout moment de façon à l’utiliser avec l’iPhone. m Durant un appel, appuyez sur Source audio sur l’écran de l’iPhone, puis choisissez iPhone ou Haut-parleur (pour le haut-parleur du téléphone).Français 7 Pour reconnecter l’oreillette à l’iPhone Il est possible de s’assurer que les appels sont acheminés vers l’oreillette en vérifi ant si l’icône Bluetooth (◊), située dans la barre d’état de l’iPhone, est bleue ou blanche (en fonction de l’application utilisée). L’oreillette émet deux bips graves dès qu’elle est déconnectée de l’iPhone. Il est possible de vérifi er si l’oreillette est déconnectée de l’iPhone en vérifi ant si l’icône Bluetooth de la barre d’état est grise ou absente. Pour acheminer les appels vers l’oreillette : m Appuyez sur le bouton pour rétablir une connexion. m Si cela ne marche pas, assurez-vous que l’oreillette est activée, rechargée et qu’elle se trouve à portée de l’iPhone (dans un rayon d’environ 9 m). m Si cela ne marche pas, assurez-vous que Bluetooth est activé sur l’iPhone. À partir de l’écran Accueil, choisissez Réglages > Généraux > Bluetooth, puis activez l’option Bluetooth. m Si cela ne marche pas, jumelez à nouveau l’oreillette avec l’iPhone. Voir page 3. Si l’oreillette est jumelée avec d’autres appareils Bluetooth, vous devez dans ce cas la rebrancher, après l’avoir éteint ou utilisé avec les appareils en question, sur l’iPhone.8 Français Chargement de l’oreillette L’oreillette émet un long bip toutes les 10 secondes pour vous signaler que sa batterie est presque épuisée. Pour recharger l’oreillette : 1 Branchez le câble de voyage iPhone Bluetooth inclus sur votre ordinateur. Vous pouvez également le connecter à l’adaptateur secteur USB Apple fourni avec l’iPhone, puis brancher l’adaptateur sur une prise électrique. 2 Branchez l’autre extrémité du câble sur l’oreillette. Il faut environ une heure et demie pour recharger une oreillette dont la batterie est complètement épuisée. Voyant d’état orange = en cours de chargement Voyant d’état vert = complètement rechargée 3 Retirez l’oreillette du câble. Appuyez sur le bouton pour connecter l’oreillette à l’iPhone, afi n que les appels soient acheminés vers l’oreillette. Pour vérifi er le niveau de charge restant : m Connectez le câble de voyage pour iPhone Bluetooth à votre ordinateur ou à un adaptateur secteur USB Apple branché sur une prise de courant. Branchez l’autre extrémité du câble sur l’iPhone et l’oreillette sur l’embout du câble. L’écran de l’iPhone a∑ che le niveau de charge de la batterie de l’oreillette.Français 9 L’oreillette contient une batterie interne qui ne peut être remplacée par l’utilisateur. Les batteries rechargeables ont un nombre de cycles de chargement limité et fi nissent par s’user complètement. La durée de vie et le nombre de cycles de chargement des batteries varient en fonction de leur usage et des réglages utilisés. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.apple.com/fr/batteries. Pour en savoir plus sur le recyclage de l’oreillette, reportez-vous à la page 64. ATTENTION : pour prendre connaissance des précautions à prendre pour recharger l’oreillette, reportez-vous à la page 14. Utilisation de l’oreillette avec un autre téléphone ou un autre appareil Vous pouvez utiliser l’oreillette avec d’autres appareils Bluetooth tels que d’autres types de téléphones. Vous pouvez aussi jumeler manuellement l’oreillette à votre iPhone si vous ne disposez pas du câble de voyage iPhone Bluetooth. L’oreillette peut également être jumelée avec certains ordinateurs équipés de la technologie Bluetooth, afi n de pouvoir converser avec des amis au moyen d’une application de messagerie instantanée dotée de fonctions audio, telle qu’iChat.10 Français Pour régler l’oreillette afi n qu’elle soit détectable par d’autres appareils : 1 Désactivez l’oreillette. 2 Maintenez le bouton de l’oreillette enfoncé pendant environ huit secondes, jusqu’à ce que vous entendiez les tonalités de démarrage suivies d’une succession rapide de cinq bips aigus. L’oreillette demeure détectable pendant environ cinq minutes. Le voyant d’état vert clignote tant que l’oreillette est détectable. Pour jumeler l’oreillette avec un autre téléphone ou pour la jumeler manuellement avec l’iPhone : 1 Sur le téléphone, activez Bluetooth, puis réglez le téléphone afi n qu’il recherche d’autres appareils Bluetooth. Pour ce faire, choisissez Réglages > Généraux > Bluetooth, puis activez Bluetooth. 2 Réglez l’oreillette afi n qu’elle soit détectable (voir ci-dessus). 3 Sur le téléphone, choisissez Oreillette Bluetooth iPhone, puis tapez le code PIN 0000. Consultez les instructions de votre téléphone pour obtenir des informations sur la manière de le jumeler avec des appareils Bluetooth.Français 11 Pour jumeler l’oreillette avec un ordinateur Mac équipé de Bluetooth et fonctionnant sous Mac OS X 10.4.9 ou ultérieur : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Si l’appareil Bluetooth est le premier que vous confi gurez, cliquez sur le bouton « Confi gurer le nouvel appareil ». Dans le cas contraire, cliquez sur le bouton Ajouter (+) situé sous la liste des appareils déjà confi gurés. 3 Choisissez l’option Casque d’écoute. 4 Réglez l’oreillette afi n qu’elle soit détectable. 5 Suivez les instructions à l’écran. Lorsque vous êtes invité à saisir un code d’accès, tapez 0000. Pour utiliser l’oreillette avec iChat : 1 Jumelez l’oreillette avec votre Mac. 2 Dans iChat, choisissez iChat > Préférences, puis cliquez sur Audio/Vidéo. 3 Choisissez Oreillette Bluetooth iPhone dans les menus locaux Microphone et Sortie audio. 4 Commencez une conversation audio ou vidéo. Pour jumeler l’oreillette avec un autre ordinateur (un PC Windows par exemple) ou un autre appareil Bluetooth : Suivez les instructions fournies avec l’ordinateur où l’appareil. Lorsque vous êtes invité à saisir un code d’accès ou un code PIN, tapez 0000.12 Français Astuces et dépannage Si l’oreillette ne répond plus ou ne fonctionne plus correctement, essayez les solutions suivantes dans l’ordre jusqu’à ce qu’elle fonctionne à nouveau. m Assurez-vous que l’oreillette est activée. Appuyez sur le bouton. Si le voyant d’état vert ne clignote pas, maintenez le bouton enfoncé pendant environ trois secondes, jusqu’à ce que le voyant vert clignote ou que vous entendiez quatre tonalités de plus en plus fortes. m Assurez-vous que l’iPhone est allumé. m Assurez-vous que l’oreillette et l’iPhone sont rechargés. m Durant un appel, assurez-vous que l’iPhone est réglé pour di∂ user le son à travers l’oreillette. Appuyez sur Source audio, puis choisissez Oreillette Bluetooth iPhone. m Assurez-vous que l’iPhone est jumelé avec l’oreillette. Voir page 3. m Sur l’iPhone, assurez-vous que Bluetooth est activé. À partir de l’écran Accueil, choisissez Réglages > Généraux > Bluetooth, puis activez l’option Bluetooth. m Sur l’iPhone, choisissez Réglages, puis activez l’option Mode Avion. Patientez ensuite pendant environ trois secondes, puis désactivez à nouveau ce mode.Français 13 Pour obtenir des astuces et des instructions de dépannage supplémentaires, rendez-vous sur : www.apple.com/fr/support/iphone. ± Pour éviter tout problème, lisez attentivement toutes les informations relatives à la sécurité ainsi que les instructions d’utilisation ci-dessous avant d’utiliser votre oreillette Bluetooth pour iPhone. Informations importantes relatives à la sécurité ATTENTION : tout manquement à ces consignes de sécurité est susceptible de provoquer un incendie, une décharge électrique ou d’autres blessures ou dégâts. Manipulation de l’oreillette Bluetooth iPhone Évitez de laisser tomber, de démonter ou d’ouvrir, d’écraser, de tordre ou de déformer, de percer, de broyer, de mettre au four à micro-ondes, d’incinérer ou de peindre l’oreillette Bluetooth iPhone, ni d’y insérer des corps étrangers.14 Français Éviter l’eau et les endroits mouillés N’utilisez jamais l’oreillette Bluetooth iPhone sous la pluie, à proximité d’un lavabo ou de tout autre endroit mouillé. Veillez à ne pas renverser d’aliments ou de liquide sur l’oreillette Bluetooth iPhone. Si l’oreillette Bluetooth iPhone est mouillée, désactivez-la (en maintenant le bouton enfoncé pendant environ quatre secondes jusqu’à ce que le voyant d’état orange clignote) avant de la nettoyer et attendez qu’elle soit complètement sèche avant de l’activer à nouveau. N’essayez jamais de sécher l’oreillette Bluetooth iPhone à l’aide d’une source de chaleur extérieure telle qu’un four à micro-ondes ou un sèche-cheveux. Réparation de l’oreillette Bluetooth iPhone N’essayez jamais de réparer ou de modifi er vous-même l’oreillette Bluetooth iPhone. L’oreillette Bluetooth iPhone ne contient aucune pièce réparable par un utilisateur. Si l’oreillette Bluetooth iPhone a été plongée dans l’eau, a été perforée ou a subi une chute grave, ne l’utilisez pas avant de l’avoir fait réviser par un fournisseur de services agréé Apple. Chargement de l’oreillette Bluetooth iPhone Pour recharger l’oreillette Bluetooth pour iPhone, utilisez exclusivement le câble de voyage iPhone Bluetooth avec un adaptateur secteur USB Apple ou le port USB alimenté d’un appareil conforme aux normes USB 2.0 ou 1.1, ou avec un autre produit ou accessoire Apple conçu pour fonctionner avec l’oreillette Bluetooth pour iPhone.Français 15 Lisez préalablement toutes les instructions de sécurité des produits et accessoires que vous voulez utiliser avec l’oreillette Bluetooth iPhone. Apple n’est pas responsable du fonctionnement d’accessoires tiers ni de leur conformité aux normes de réglementation et de sécurité. Si vous utilisez un adaptateur secteur USB Apple pour recharger l’oreillette Bluetooth iPhone, assurez-vous que l’adaptateur secteur est complètement assemblé avant de le brancher sur une prise électrique. Insérez ensuite fermement l’adaptateur secteur USB Apple dans la prise de courant. Ne branchez ni ne débranchez en aucun cas l’adaptateur secteur Apple USB Power Adapter lorsque vous avez les mains mouillées. N’utilisez pas d’autre adaptateur secteur que l’adaptateur secteur USB Apple pour recharger l’oreillette Bluetooth iPhone. Prévention de la perte d’acuité auditive L’utilisation de l’oreillette Bluetooth iPhone à des volumes sonores élevés peut entraîner une perte irréversible de l’audition. Vous pouvez vous habituer peu à peu à un volume sonore plus élevé qui peut vous paraître normal mais peut entraîner la détérioration de votre audition. Réglez le volume à un niveau raisonnable, avant que le problème se présente. Si vous entendez vos oreilles « siπ er » ou que les sons vous paraissent étou∂ és, réduisez le volume ou n’utilisez plus votre oreillette et consultez un spécialiste de l’audition. 16 Français Plus le volume d’écoute est élevé, moins il faut de temps pour que votre audition soit endommagée. Voici quelques conseils de spécialistes qui vous permettront de protéger votre audition :  Limitez la durée d’utilisation à des volumes élevés de votre oreillette.  Évitez d’augmenter le volume pour couvrir les bruits environnants.  Baissez le volume si vous ne pouvez plus entendre les personnes qui parlent à côté de vous. En cas d’irritation cutanée L’usage d’une oreillette peut provoquer parfois des infections de l’oreille si le dispositif n’est pas correctement entretenu. Nettoyez régulièrement l’écouteur de votre oreillette Bluetooth pour iPhone, avec de l’eau ou un produit antiseptique, par exemple à l’aide d’un linge non pelucheux humidifi é d’alcool isopropyle. Si l’irritation cutanée se développe, n’utilisez plus le dispositif. Si le problème persiste, consultez un médecin. Consignes de sécurité lors de la conduite Consultez et respectez les lois et réglementations applicables en matière d’utilisation de dispositifs mobiles à l’endroit où vous conduisez. Soyez vigilant et attentif lorsque vous conduisez. Si vous comptez utiliser l’iPhone en conduisant, n’oubliez pas Français 17 de rester bien attentif à votre conduite et au code de la route. L’utilisation d’un dispositif mobile lors de la conduite peut vous distraire de celle-ci. Si vous avez du mal à vous concentrer alors que vous conduisez n’importe quel type de véhicule, que vous utilisez une bicyclette ou que vous réalisez toute activité qui demande votre attention complète, arrêtez-vous sur le bord de la route avant de passer un appel ou de répondre à un appel si les conditions de conduite l’exigent. Risques d’étou∂ ement L’oreillette Bluetooth iPhone constitue, du fait de sa taille réduite, un risque d’étou∂ ement pour les jeunes enfants. Ne la laissez pas à la portée des jeunes enfants. Véhicules équipés d’un coussin gonfl able de sécurité Les coussins de sécurité se gonfl ent brusquement. Ne placez jamais l’oreillette Bluetooth iPhone ou l’un de ses accessoires dans la zone située au-dessus de l’airbag ou dans la zone de déploiement de ce dernier. Perturbations radioélectriques Presque tous les appareils électroniques sont sensibles aux perturbations radioélectriques dues à des sources externes s’ils ne sont pas adéquatement blindés, conçus ou confi gurés pour être compatibles. Il se peut, par conséquent, que l’oreillette Bluetooth iPhone provoque des interférences avec d’autres 18 Français appareils. Respectez les instructions suivantes pour éviter tout problème d’interférence. Avions Les règlements de la FAA (Federal Aviation Administration) peuvent interdire l’utilisation d’appareils de communication sans fi l à bord des avions. Désactivez l’oreillette Bluetooth iPhone lorsque vous voyagez en avion. Véhicules Les signaux RF peuvent a∂ ecter les systèmes électroniques embarqués ou mal protégés des véhicules à moteur. En ce qui concerne votre véhicule, vérifi ez avec le constructeur ou son représentant. Appareils électroniques La plupart des appareils électroniques modernes sont blindés contre les signaux RF. Il se peut toutefois que certains d’entre eux ne soient pas blindés contre les signaux RF émis par l’oreillette Bluetooth iPhone. Appareils auditifs L’oreillette Bluetooth iPhone peut provoquer des interférences avec certains appareils auditifs. Si c’est le cas, consultez le fabricant de votre prothèse ou votre médecin pour trouver d’autres options ou remèdes.Français 19 Autres appareils médicaux Si vous utilisez un autre type d’appareil médical, consultez votre médecin ou le fabricant de l’appareil pour vous assurer que cet appareil est adéquatement blindé contre les signaux RF externes. Dans les établissements de santé, désactivez l’oreillette Bluetooth iPhone lorsque des a∑ ches vous invitent à le faire. Certains équipements utilisés dans les hôpitaux ou dans les établissements de santé sont sensibles aux signaux RF externes. Installations sensibles Désactivez l’oreillette Bluetooth iPhone dans les installations au sein desquelles des a∑ ches vous demandent de le faire. Zones de dynamitage Pour éviter toute interférence avec des opérations de dynamitage, désactivez l’oreillette Bluetooth iPhone dès que vous vous trouvez dans une « zone de dynamitage » ou dans des endroits où sont a∑ chées des pancartes invitant à « Désactiver les émetteurs récepteurs ». Respectez toutes les pancartes et toutes les consignes.20 Français Informations importantes concernant la manipulation de l’appareil AVIS : le non-respect de ces instructions de manipulation risque d’endommager l’oreillette Bluetooth iPhone ou d’autres biens. Utilisation des connecteurs et des ports Ne forcez jamais l’insertion d’un connecteur dans un port. Assurez-vous que le port n’est pas bouché. Si vous ne parvenez pas à insérer le connecteur dans le port de manière relativement aisée, c’est qu’ils ne sont probablement pas compatibles. Veillez à ce que le connecteur corresponde au port et à ce qu’il soit correctement positionné par rapport au port.Français 21 Conservation de l’oreillette Bluetooth iPhone dans des plages de température acceptables N’utilisez l’oreillette Bluetooth iPhone que dans des endroits où la température est comprise entre 0º et 35º C. Il se peut que l’autonomie de la batterie de l’oreillette Bluetooth iPhone soit temporairement réduite dans des conditions de faible température. Conservez l’oreillette Bluetooth iPhone dans un endroit où la température est toujours comprise entre -20º et 45º C. N’abandonnez pas l’oreillette Bluetooth iPhone dans votre voiture, car les températures à l’intérieur d’une voiture en stationnement peuvent dépasser ces limites.Deutsch 23 Herzlichen Glückwunsch zu Ihrem neuen iPhone Bluetooth® Headset. Bitte beachten Sie vor der Inbetriebnahme des Geräts die folgenden Informationen. Verbinden des Headsets mit dem iPhone 1 Verbinden Sie das mitgelieferte iPhone Bluetooth Travel Cable mit einem USB 2.0-Anschluss an Ihrem Computer (nicht an der Tastatur). 2 Verbinden Sie das iPhone und das Headset mit dem Kabel. Das Headset wird automatisch logisch mit dem iPhone verbunden. Kabel Wenn Sie das erste Mal eine Verbindung zum Headset herstellen, laden Sie es ungefähr eine Stunde lang auf, bis die Statusanzeige am Headset von gelb zu grün wechselt.24 Deutsch 3 Trennen Sie das iPhone und das Headset vom Kabel. Zum Verbinden des Headsets mit dem iPhone drücken Sie auf die Taste oben am Headset. Auf diese Weise werden Anrufe über das Headset geleitet. In einigen Fällen müssen Sie das Headset möglicherweise erneut mit dem iPhone verbinden. Näheres hierzu fi nden Sie auf Seite 27. Tätigen oder Annehmen von Anrufen 1 Setzen Sie das Headset so in ein Ohr ein, dass das Mikrofon in Richtung Mund weist. Mikrofon Sie können evtl. den Tragekomfort erhöhen, indem Sie den mitgelieferten Schaumsto∂ aufsatz für den Lautsprecher verwenden.Deutsch 25 2 Rufen Sie mit dem iPhone an. Drücken Sie die Taste oben am Headset, um einen eingehenden Anruf anzunehmen. Taste Statusanzeige Wenn Sie einen eingehenden Anruf annehmen, indem Sie auf den Touchscreen des iPhone tippen, wird der Anruf an das iPhone geleitet. 3 Beenden Sie den Anruf durch Drücken der Headset-Taste. Anpassen der Lautstärke m Verwenden Sie die Lautstärketasten an der Seite des iPhone. ACHTUNG: Lesen Sie die wichtigen Sicherheits hinweise zur Vermeidung von Hörschäden auf Seite 39.26 Deutsch Weitere Möglichkeiten Aufgabe Erforderliche Schritte Ablehnen des eingehenden Anrufs Drücken Sie die Headset-Taste ca. eine Sekunde lang, bis ein Piepton zu hören ist. Wechseln zu eingehendem oder in die Warteschleife gestelltem Anruf oder Übergeben eines Anrufs an die Warteschleife Drücken Sie die Headset-Taste. Wechseln zu einge - hen dem oder in die Warteschleife gestelltem Anruf und Be - en den des aktuellen Anrufs Drücken Sie die Headset-Taste ca. eine Sekunde lang, bis ein Piepton zu hören ist. Überprüfen, ob das Headset eingeschaltet ist Drücken Sie die Headset-Taste. Ist das Headset eingeschaltet, blinkt die Statusanzeige grün und ein Piepton ist zu hören. Einschalten des Headsets Drücken Sie die Headset-Taste ca. drei Sekunden lang, bis die Statusanzeige grün blinkt oder vier zunehmend lautere Töne zu hören sind.Deutsch 27 Ausschalten des Headsets Drücken Sie die Headset-Taste ca. vier Sekunden lang, bis die Statusanzeige gelb blinkt oder vier zunehmend leisere Töne zu hören sind. Wechseln vom Headset zum iPhone Sie haben folgende Möglichkeiten, wenn Sie die Verwendung des Headsets beenden und stattdessen direkt über das iPhone telefonieren möchten: m Schalten Sie das Headset aus. Sie können es jederzeit wieder einschalten, um es erneut mit dem iPhone zu verwenden. m Tippen Sie während eines Anrufs auf dem Touchscreen des iPhone auf „Audioquelle“ und wählen Sie „iPhone“ oder „Lautsprecher“ (für Freisprechfunktion) aus. Erneutes Verbinden des Headsets mit dem iPhone Wird das Bluetooth-Symbol (◊) in der Statusleiste des iPhone blau oder weiß angezeigt (je nachdem, welches Programm Sie verwenden), werden Anrufe über das Headset geleitet. 28 Deutsch Wenn das Headset vom iPhone getrennt wird, gibt das Headset zwei leise Pieptöne aus. Wird das BluetoothSymbol in der Symbolleiste grau oder gar nicht angezeigt, ist das Headset vom iPhone getrennt. Gehen Sie wie folgt vor, um Anrufe über das Headset zu leiten: m Drücken Sie die Headset-Taste, um die Verbindung wieder herzustellen. m Falls das nicht funktioniert, vergewissern Sie sich, dass das Headset eingeschaltet und geladen ist und sich innerhalb der Reichweite des iPhone befi ndet (etwa 9 Meter). m Besteht das Problem weiterhin, vergewissern Sie sich, dass Bluetooth auf dem iPhone aktiviert ist. Wählen Sie im Home-Bildschirm „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Bluetooth“ und aktivieren Sie Bluetooth. m Funktioniert auch das nicht, verbinden Sie das Headset erneut mit dem iPhone. Näheres hierzu fi nden Sie auf Seite 23. Wenn das Headset mit anderen Bluetooth-Geräten verbunden ist, müssen Sie das Headset, nachdem Sie es ausgeschaltet oder mit einem der anderen Geräte verwendet haben, erneut an das iPhone anschließen. Deutsch 29 Laden des Headsets Wenn der Ladestand der Headset-Batterie niedrig ist, ertönt alle zehn Sekunden ein langer Piepton. Gehen Sie wie folgt vor, um das Headset zu laden: 1 Verbinden Sie das mitgelieferte iPhone Bluetooth Travel Cable mit dem Computer. Oder verbinden Sie es mit dem Apple USB Power Adapter (Netzteil), der mit dem iPhone geliefert wird, und verbinden Sie das Netzteil mit einer Steckdose. 2 Verbinden Sie das Headset mit dem Kabel. Ist die Batterie des Headsets vollständig entladen, dauert der Ladevorgang ungefähr eineinhalb Stunden. Gelbe Statusanzeige = Wird geladen Grüne Statusanzeige = Vollständig geladen 3 Ziehen Sie das Kabel vom Headset ab. Drücken Sie die Headset-Taste, um das Headset mit dem iPhone zu verbinden, sodass Anrufe über das Headset geleitet werden.30 Deutsch Gehen Sie wie folgt vor, um den Ladestand des Headsets zu prüfen: m Schließen Sie das iPhone Bluetooth Travel Cable an Ihren Computer oder an den an einer Steckdose angeschlossenen Apple USB Power Adapter an. Verbinden Sie das iPhone und das Headset mit dem Kabel. Auf dem Display des iPhone wird der Batteriestatus des Headsets angezeigt. Das Headset ist mit einer internen Batterie ausgestattet, die vom Benutzer nicht ausgetauscht werden kann. Die Anzahl der Ladezyklen bei wiederaufl adbaren Batte rien ist begrenzt. Daher müssen diese Batterien irgendwann ersetzt werden. Die Batterielaufzeit und die Anzahl der Ladezyklen hängt von der Nutzung und den Einstellungen ab. Weitere Informationen hierzu fi nden Sie auf dieser Website: www.apple.com/de/batteries. Weitere Informationen zur Entsorgung des Headsets fi nden Sie auf Seite 64. ACHTUNG: Lesen Sie die wichtigen Sicherheitshinweise zum Laden des Headsets auf Seite 38.Deutsch 31 Verwenden des Headsets mit einem anderen Telefon oder Gerät Sie können das Headset mit einigen anderen BluetoothGeräten verwenden, etwa mit einem anderen Telefon. Außerdem haben Sie die Möglichkeit, das Headset manuell mit dem iPhone zu verbinden, wenn Sie kein iPhone Bluetooth Travel Cable zur Hand haben. Das Headset lässt sich auch mit bestimmten, mit Bluetooth-Technologie ausgestatteten Computern verbinden, sodass Sie über ein Instant Messaging-Programm mit Audiofunktionalität wie iChat mit Freunden chatten können. Gehen Sie wie folgt vor, um das Headset so einzustellen, dass es von anderen Geräten erkannt werden kann: 1 Schalten Sie das Headset aus. 2 Drücken Sie die Headset-Taste etwa acht Sekunden lang, bis Sie die Starttöne und dann fünf schnell aufeinander folgende, hohe Töne hören. Das Headset kann ungefähr fünf Minuten lang von anderen Geräten erkannt werden. Während dieser Zeit blinkt die Statusanzeige grün.32 Deutsch Gehen Sie wie folgt vor, um das Headset logisch mit einem anderen Telefon oder manuell mit dem iPhone zu verbinden: 1 Aktivieren Sie Bluetooth auf dem Telefon und stellen Sie das Telefon so ein, dass es nach anderen BluetoothGeräten sucht. Auf dem iPhone wählen Sie hierzu „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Bluetooth“ und aktivieren Bluetooth. 2 Stellen Sie das Headset so ein, dass es erkannt werden kann (vgl. oben). 3 Wählen Sie das iPhone Bluetooth Headset auf dem Telefon aus und geben Sie die PIN 0000 ein. Weitere Informationen zum Verbinden des Telefons mit Bluetooth-Geräten fi nden Sie in den mit dem Telefon gelieferten Anweisungen. Gehen Sie wie folgt vor, um das Headset mit einem Bluetooth-fähigen Mac mit Mac OS X Version 10.4.9 (oder neuer) zu verbinden: 1 Ö∂ nen Sie die Systemeinstellungen und klicken Sie auf „Bluetooth“.Deutsch 33 2 Ist dies das erste Bluetooth-Gerät, das Sie konfi guriert haben, klicken Sie auf „Neues Gerät konfi gurieren“. Klicken Sie andernfalls auf die Taste „Hinzufügen“ (+) unter der Liste der vorhandenen Geräte. 3 Wählen Sie dann „Headset“. 4 Stellen Sie das Headset so ein, dass es erkannt werden kann. 5 Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm. Wenn Sie zur Eingabe einer PIN aufgefordert werden, geben Sie 0000 ein. Gehen Sie wie folgt vor, um das Headset mit iChat zu verwenden: 1 Verbinden Sie das Headset mit Ihrem Mac. 2 Wählen Sie in iChat „iChat“ > „Einstellungen“ und klicken Sie auf „Audio/Video“. 3 Wählen Sie das iPhone Bluetooth Headset aus den Einblendmenüs „Mikrofon“ und „Tonausgabe“ aus. 4 Starten Sie einen Audio- oder Videochat.34 Deutsch Gehen Sie wie folgt vor, um das Headset mit einem anderen Computer (etwa einem Windows-PC) oder Bluetooth-Gerät zu verbinden: Befolgen Sie die Anweisungen, die Sie mit dem Computer oder Gerät erhalten haben. Wenn Sie zur Eingabe eines Kennworts oder einer PIN aufgefordert werden, geben Sie 0000 ein. Tipps und Fehlerbeseitigung Reagiert oder funktioniert das Headset nicht ordnungsgemäß, führen Sie die folgenden Schritte der Reihe nach aus, bis das Problem behoben ist. m Vergewissern Sie sich, dass das Headset eingeschaltet ist. Drücken Sie die Headset-Taste. Wenn die Statusanzeige nicht grün blinkt, halten Sie die Taste etwa drei Sekunden lang gedrückt, bis die Statusanzeige grün blinkt oder Sie vier lauter werdende Töne hören. m Vergewissern Sie sich, dass das iPhone eingeschaltet ist. m Stellen Sie sicher, dass Headset und iPhone geladen sind.Deutsch 35 m Stellen Sie sicher, dass das iPhone bei einem Anruf auf die Audiowiedergabe über das Headset eingestellt ist. Tippen Sie auf „Audioquelle“ und wählen Sie das iPhone Bluetooth Headset aus. m Vergewissern Sie sich, dass das iPhone mit dem Headset verbunden ist. Näheres hierzu fi nden Sie auf Seite +++3. m Vergewissern Sie sich, dass Bluetooth auf dem iPhone aktiviert ist. Wählen Sie im Home-Bildschirm „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Bluetooth" und aktivieren Sie Bluetooth. m Wählen Sie auf dem iPhone „Einstellungen“ und aktivieren Sie den Flugzeugmodus. Warten Sie dann ungefähr drei Sekunden und deaktivieren Sie den Modus wieder. Weitere Tipps und Informationen zur Fehlerbeseitigung fi nden Sie unter: www.apple.com/de/support/iphone.36 Deutsch ± Lesen Sie die folgenden Sicherheitsrichtlinien und Nutzungshinweise, bevor Sie das iPhone Bluetooth Headset verwenden, um Verletzungen zu vermeiden. Wichtige Sicherheitsinformationen ACHTUNG: Das Nichtbeachten dieser Sicherheitsrichtlinien kann zu Bränden, elektrischen Schlägen oder anderen Verletzungen oder zur Beschädigung von Komponenten führen. Umgang mit dem iPhone Bluetooth Headset Lassen Sie das iPhone Bluetooth Headset nicht fallen, bauen Sie es nicht auseinander und ö∂ nen, zerbrechen und verbiegen Sie es nicht mit Gewalt. Werfen Sie es nicht ins o∂ ene Feuer und bemalen Sie es nicht. Erhitzen Sie das iPhone Bluetooth Headset nicht in einer Mikrowelle und führen Sie keine Gegenstände in das iPhone Bluetooth Headset ein.Deutsch 37 Schützen vor Flüssigkeiten und Witterungseinfl üssen Verwenden Sie das iPhone Bluetooth Headset nicht bei Regen, in der Nähe von Waschbecken oder in anderen feuchten Umgebungen. Achten Sie darauf, dass keine Flüssigkeiten auf oder in das iPhone Bluetooth Headset gelangen. Sollte das iPhone Bluetooth Headset Feuchtigkeit ausgesetzt worden sein, schalten Sie es aus, bevor Sie es reinigen. (Halten Sie die Headset-Taste etwa vier Sekunden lang gedrückt, bis die Statusanzeige gelb blinkt.) Lassen Sie das Gerät vollständig trocknen, bevor Sie es wieder einschalten. Versuchen Sie nicht, das iPhone Bluetooth Headset mithilfe einer externen Wärmequelle zu trocknen, z. B. in einem Mikrowellenherd oder mit einem Haartrockner. Reparieren des iPhone Bluetooth Headsets Versuchen Sie niemals, das iPhone Bluetooth Headset selbst zu reparieren oder anderweitig zu modifi zieren. Das iPhone Bluetooth Headset enthält keine Komponenten, die vom Benutzer gewartet werden können. Wenn das iPhone Bluetooth Headset mit Wasser in Kontakt geraten oder heruntergefallen ist oder wenn das Gehäuse beschädigt wurde, lassen Sie es von einem Apple Autorisierten Service-Partner warten, bevor Sie es wieder verwenden.38 Deutsch Aufl aden des iPhone Bluetooth Headsets Verwenden Sie zum Aufl aden des iPhone Bluetooth Headsets ausschließlich Folgendes: Das iPhone Bluetooth Travel Cable mit einem Apple USB Power Adapter (Netzteil), einen High-Power-USB-Anschluss an einem anderen Gerät, das mit den USB 2.0- oder 1.1-Standards kompatibel ist, oder ein anderes Apple-Produkt oder -Zubehör, das für die Verwendung mit dem iPhone Bluetooth Headset konzipiert ist. Lesen Sie alle Sicherheitsinformationen von anderen Produkten oder Zubehörprodukten aufmerksam durch, bevor Sie diese mit dem iPhone Bluetooth Headset verwenden. Apple über - nimmt keine Gewähr im Hinblick auf die Verwendbarkeit von Drittanbieterzubehör oder deren Konformität mit den Standards für Sicherheit und Funkentstörung. Wenn Sie zum Aufl aden des iPhone Bluetooth Headsets den Apple USB Power Adapter (Netzteil) verwenden, achten Sie darauf, dass das Netzteil vollständig zusammengesetzt ist, bevor Sie es ans Stromnetz anschließen. Schließen Sie den Apple USB Power Adapter dann so an, dass er fest in der Steckdose sitzt. Der Apple USB Power Adapter darf nicht mit nassen Händen an eine Netzsteckdose angeschlossen oder aus einer Steckdose herausgezogen werden. Verwenden Sie zum Laden Ihres iPhone Bluetooth Headsets nur den Apple USB Power Adapter und keine sonstigen Netzteile.Deutsch 39 Vermeiden von Hörschäden Die Verwendung des iPhone Bluetooth Headsets mit hoher Lautstärke kann zu bleibenden Hörschäden führen. Sie gewöhnen sich mit der Zeit zwar an höhere Lautstärken, sodass diese für Sie normal erscheinen mögen, Ihre Hör fähigkeit kann dadurch jedoch beeinträchtigt werden. Stellen Sie die Lautstärke daher nicht zu hoch ein. Falls Sie in Ihren Ohren ein Klingeln wahrnehmen oder Gesprochenes gedämpft hören, sollten Sie die Lautstärke reduzieren oder die Verwendung des Headset einstellen und ggf. einen Ohrenarzt aufsuchen. Je höher Sie die Lautstärke einstellen, desto schneller kann Ihr Gehör geschädigt werden. Experten empfehlen, das Gehör wie folgt zu schützen:  Benutzen Sie das Headset nur für eine beschränkte Dauer bei hohen Lautstärken.  Vermeiden Sie es, die Lautstärke zu erhöhen, um Umgebungsgeräusche zu übertönen.  Reduzieren Sie die Lautstärke, wenn Sie nicht hören können, dass Personen in Ihrer Nähe sprechen. Hautirritationen Die Verwendung von Headsets kann gelegentlich zu Infektionen am Ohr führen, wenn diese nicht ordnungsgemäß gereinigt werden. Reinigen Sie die Lautsprechen Ihres iPhone Bluetooth Headsets mit einem leicht mit Wasser oder einer 40 Deutsch antispetischen Lösung wie Isopropylalkohol angefeuchteten, fl usenfreien Tuch. Verschwindet die Hautirritation, können Sie das Gerät weiter verwenden. Wenden Sie sich an einen Arzt, wenn dies nicht der Fall ist. Verkehrssicherheit Informieren Sie sich über die Gesetze und Vorschriften zur Verwendung mobiler Geräte wie dem iPhone in den Ländern, in denen Sie mit dem Fahrzeug unterwegs sind, und halten Sie diese Vorschriften ein. Fahren Sie stets vorsichtig und konzentriert. Wenn Sie das iPhone beim Fahren verwenden möchten, beachten Sie unbedingt die folgenden Richtlinien: Richten Sie Ihre uneingeschränkte Aufmerksamkeit auf das Fahren und die Straße. Die Verwendung von mobilen Geräten beim Fahren kann die Aufmerksamkeit beeinträchtigen. Wenn Sie beim Führen eines Fahrzeugs, beim Fahrradfahren oder bei anderen Aktivitäten, die Ihre ganze Aufmerksamkeit erfordern, durch Telefonieren gestört werden, fahren Sie an den Straßenrand und parken Sie das Fahrzeug, bevor Sie Anrufe tätigen oder annehmen. Erstickungsgefahr Das iPhone Bluetooth Headset ist klein und kann von Kindern möglicherweise verschluckt werden. Bewahren Sie das Headset außerhalb der Reichweite von Kindern auf.Deutsch 41 Für Fahrzeuge mit Airbag Beim Aufblasen eines Airbags wirken enorme Kräfte. Bewahren Sie weder das iPhone Bluetooth Headset noch seine Zubehörprodukte im Aktionsbereich des Airbags auf. Funkfrequenzstörungen Nahezu jedes elektronische Gerät reagiert empfi ndlich auf Interferenzen durch externe Quellen, wenn es nicht entsprechend abgeschirmt, konzipiert oder anderweitig konfi guriert ist. Auch das iPhone Bluetooth Headset kann Interferenzen mit anderen Geräten verursachen. Befolgen Sie die hier genannten Anweisungen, um Probleme durch Interferenzen zu vermeiden. Flugzeuge Die Bestimmungen der US-Behörde FAA (Federal Aviation Administration) sowie von Regulierungsbehörden in anderen Ländern untersagen möglicherweise die Verwendung drahtloser Geräte im Flugzeug. Schalten Sie das iPhone Bluetooth Headset aus, wenn Sie sich im Flugzeug befi nden. Kraftfahrzeuge HF-Signale beeinfl ussen u. U. installierte oder unzureichend abgeschirmte elektronische Geräte in Kraftfahrzeugen. Wenden Sie sich bei Fragen an den Fahrzeughersteller oder dessen Kundenvertretung.42 Deutsch Elektronische Geräte Die meisten modernen elektronischen Geräte sind vor HF-Signalen geschützt. Dennoch kann es vorkommen, dass bestimmte elektronischen Geräte nicht gegen die HF-Signale des iPhone Bluetooth Headsets abgeschirmt sind. Hörgeräte Das iPhone Bluetooth Headset kann Störungen mit bestimmten Hörgeräten verursachen. Wenden Sie sich in diesem Fall an den Hersteller des Hörgeräts oder an Ihren Arzt und erkundigen Sie sich nach Alternativen oder Abhilfemöglichkeiten. Sonstige medizinische Geräte Wenn Sie ein sonstiges medizinisches Gerät verwenden, fragen Sie den Hersteller des Geräts oder Ihren Arzt, ob das Gerät ausreichend vor externen HF-Signalen geschützt ist. Schalten Sie das iPhone Bluetooth Headset in medizinischen Einrichtungen aus, wenn Sie durch Hinweisschilder dazu aufgefordert werden. In Krankenhäusern oder anderen medizinischen Einrichtungen werden u. U. Geräte verwendet, die durch externe HF-Signale gestört werden können. Andere Einrichtungen Schalten Sie das iPhone Bluetooth Headset überall dort aus, wo Sie durch Hinweisschilder dazu aufgefordert werden.Deutsch 43 Sprengarbeiten Schalten Sie das iPhone Bluetooth Headset aus, wenn Sie sich in Bereichen befi nden, in denen Sprengarbeiten ausgeführt werden, oder wenn Hinweisschilder zum Ausschalten von Funksprechgeräten au∂ ordern, um Störungen bei Sprengarbeiten zu vermeiden. Beachten Sie alle Hinweisschilder und Anweisungen. Wichtige Informationen zur Handhabung BITTE BEACHTEN: Das Nichtbeachten dieser Richtlinien zum Umgang mit dem iPhone Bluetooth Headset kann zu Schäden am Gerät oder an anderen Gegenständen führen. Verwenden der Anschlüsse Versuchen Sie niemals, einen Stecker mit Gewalt in einen Anschluss zu stecken. Überprüfen Sie, ob sich im Anschluss Fremdkörper befi nden. Lässt sich der Stecker nicht problemlos anschließen, passt er vermutlich nicht zu diesem Anschluss. Vergewissern Sie sich, dass Stecker und Anschluss übereinstimmen und dass Sie den Stecker korrekt mit dem Anschluss ausgerichtet haben.44 Deutsch Akzeptabler Temperaturbereich für das iPhone Bluetooth Headset Verwenden Sie das iPhone Bluetooth Headset nur in einem Temperaturbereich zwischen 0 ºC und 35 ºC. Die Batterielaufzeit des iPhone Bluetooth Headsets kann bei niedrigen Temperaturen vorübergehend kürzer sein. Lagern Sie das iPhone Bluetooth Headset nur in einem Temperaturbereich zwischen -20 ºC und 45 ºC. Lassen Sie das iPhone Bluetooth Headset nicht im Auto liegen, denn in parkenden Autos kann dieser Temperaturbereich überschritten werden.Italiano 45 Congratulazioni per aver acquistato il nuovo auricolare Bluetooth® per iPhone. Segui le istruzioni qui riportate per iniziare. Abbinare l’auricolare con iPhone 1 Collega il cavo da viaggio iPhone Bluetooth Travel Cable (incluso) a una porta USB 2.0 del tuo computer (non a quella della tastiera). 2 Collega iPhone e l’auricolare al cavo. L’auricolare si abbinerà automaticamente con iPhone. Cavo La prima volta che colleghi l’auricolare, lascialo in carica per circa un’ora fi no a quando l’indicatore luminoso di stato giallo su di esso non diventa verde. 3 Scollega iPhone e l’auricolare dal cavo. Per connettere l’auricolare a iPhone, premi il pulsante situato sulla parte superiore dell’auricolare. In questo modo le chiamate passeranno attraverso l’auricolare.46 Italiano In alcuni casi, potrebbe dover essere necessario riconnettere l’auricolare a iPhone. Fai riferimento alla pagina 49. Telefonare o rispondere a una chiamata 1 Posiziona l’auricolare in un orecchio con il microfono puntato verso la tua bocca. Microfono Ti risulterà più comodo utilizzare i copri auricolari in spugnetta inclusi che si adattano bene alle orecchie. 2 Realizza una chiamata con iPhone. Premi il pulsante situato sulla parte superiore dell’auricolare per rispondere a una chiamata in arrivo. Pulsante Indicatore luminoso di statoItaliano 47 Se invece rispondi a una chiamata in arrivo toccando leggermente lo schermo tattile di iPhone, l’audio passerà attraverso iPhone. 3 Quando hai terminato, premi il pulsante per terminare la chiamata. Regolare il volume m Usa i pulsanti del volume situati sul lato di iPhone. ATTENZIONE: per informazioni di sicurezza importanti su come evitare danni all’udito, consulta la pagina 58. Cos’altro puoi fare Per Esegui questa operazione Rifi utare una chiamata in arrivo Premi il pulsante per circa un secondo, fi no a quando non senti un bip. Passare a una chiamata in arrivo o in attesa e mettere la telefonata attuale in attesa Premi il pulsante. Passare a una chiamata in arrivo o in attesa e terminare la telefonata attuale Premi il pulsante per circa un secondo, fi no a quando non senti un bip.48 Italiano Verifi care se l’auricolare è acceso Premi il pulsante. Se è acceso, l’indicatore luminoso di stato verde lampeggia e l’auricolare fa bip. Accendere l’auricolare Mantieni premuto il pulsante per circa tre secondi, fi no a quando non vedi lampeggiare l’indicatore luminoso di stato verde o non senti una sequenza di quattro toni ascendenti. Spegnere l’auricolare Mantieni premuto il pulsante per circa quattro secondi, fi no a quando non vedi lampeggiare l’indicatore luminoso di stato giallo o non senti una sequenza di quattro toni discendenti. Passare dall’auricolare a iPhone Per smettere di utilizzare l’auricolare e ascoltare le chiamate attraverso iPhone, puoi: m Spegnere l’auricolare. Potrai riaccenderlo e utilizzarlo con iPhone in qualsiasi momento. m Durante una chiamata, toccare leggermente “Sorgente audio” su iPhone e scegliere iPhone o Vivavoce (per telefoni vivavoce).Italiano 49 Ristabilire la connessione dell’auricolare con iPhone Se l’icona di Bluetooth (◊) nella barra di stato di iPhone è blu o bianca (a seconda dell’applicazione utilizzata) signifi ca che le chiamate passeranno attraverso l’auricolare. L’auricolare emetterà due toni di bip bassi se viene interrotta la connessione con iPhone. Se l’icona di Bluetooth nella barra di stato è grigia o non è presente signifi ca che la connessione dell’auricolare con iPhone è interrotta. Per far passare le chiamate attraverso l’auricolare: m Premi il pulsante per riavviare una c