Apple Manuel Danemark Opstillingsvejledning_til_TimeCapsule.pdf Apple sur Fnac.com - Pour voir la liste complète des manuels APPLE, cliquez ici

 

 

TELECHARGER LE PDF sur : http://manuals.info.apple.com/da_DK/Opstillingsvejledning_til_TimeCapsule.pdf

 

 

Voir également d'autres Guides APPLE :

Apple-F034-2262AXerve-grappe.pdf-Manuel

Apple-Mac_Pro_Early2009_4707_UG_F

Apple-imacg5_17inch_Power_Supply

Apple-Logic_Studio_Installieren_Ihrer_Software_Retail

Apple-IntroductionXserve1.0.1

Apple-Aperture_Getting_Started_d.pdf-Allemand

Apple-getting_started_with_passbook

Apple-iPod_mini_2nd_Gen_UserGuide.pdf-Anglais

Apple-Deploiement-d-iPhone-et-d-iPad-Reseaux-prives-virtuels

Apple-F034-2262AXerve-grappe

Apple-Mac_OS_X_Server_Glossaire_10.5

Apple-FRLogic_Pro_7_Guide_TDM

Apple-iphone_bluetooth_headset_userguide

Apple-Administration_des_services_reseau_10.5

Apple-imacg5_17inch_harddrive

Apple-iPod_nano_4th_gen_Manuale_utente

Apple-iBook-G4-Getting-Started

Apple-XsanGettingStarted

Apple-Mac_mini_UG-Early2006

Apple-Guide_des_fonctionnalites_de_l_iPod_classic

Apple-Guide_de_configuration_d_Xsan_2

Apple-MacBook_Late2006_UsersGuide

Apple-sur-Fnac.com

Apple-Mac_mini_Mid2010_User_Guide_F.pdf-Francais

Apple-PowerBookG3UserManual.PDF.Anglais

Apple-Installation_de_votre_logiciel_Logic_Studio_Retail

Apple-Pages-Guide-de-l-utilisateur

Apple-MacBook_Pro_13inch_Mid2009.pdf.Anglais

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009

Apple-Installation_de_votre_logiciel_Logic_Studio_Upgrade

Apple-FRLogic_Pro_7_Guide_TDM

Apple-airportextreme_802.11n_userguide

Apple-iPod_shuffle_3rdGen_UG

Apple-iPod_classic_160GB_User_Guide

Apple-iPod_nano_5th_gen_UserGuide

Apple-ipod_touch_features_guide

Apple-Wireless_Mighty_Mouse_UG

Apple-Advanced-Memory-Management-Programming-Guide

Apple-iOS-App-Programming-Guide

Apple-Concurrency-Programming-Guide

Apple-MainStage-2-User-Manual-Anglais

Apple-iMacG3_2002MultilingualUserGuide

Apple-iBookG3_DualUSBUserGuideMultilingual.PDF.Anglais

Apple-imacG5_20inch_AirPort

Apple-Guide_de_l_utilisateur_de_Mac_Pro_Early_2008

Apple-Installation_de_votre_logiciel_Logic_Express_8

Apple-iMac_Guide_de_l_utilisateur_Mid2007

Apple-imacg5_20inch_OpticalDrive

Apple-FCP6_Formats_de_diffusion_et_formats_HD

Apple-prise_en_charge_des_surfaces_de_controle_logic_pro_8

Apple-Aperture_Quick_Reference_f

Apple-Shake_4_User_Manual

Apple-aluminumAppleKeyboard_wireless2007_UserGuide

Apple-ipod_shuffle_features_guide

Apple-Color-User-Manual

Apple-XsanGettingStarted

Apple-Migration_10.4_2e_Ed

Apple-MacBook_Air_SuperDrive

Apple-MacBook_Late2007-f

ApplePowerMacG5_(Early_2005)_UserGuide

Apple-iSightUserGuide

Apple-MacBook_Pro_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Nouvelles-fonctionnalites-aperture-1.5

Apple-premiers_contacts_2e_ed_10.4.pdf-Mac-OS-X-Server

Apple-premiers_contacts_2e_ed_10.4

Apple-eMac_2005UserGuide

Apple-imacg5_20inch_Inverter

Apple-Keynote2_UserGuide.pdf-Japon

Apple-Welcome_to_Tiger.pdf-Japon

Apple-XsanAdminGuide_j.pdf-Japon

Apple-PowerBookG4_UG_15GE.PDF-Japon

Apple-Xsan_Migration.pdf-Japon

Apple-Xserve_Intel_DIY_TopCover_JA.pdf-Japon

Apple-iPod_nano_6thgen_User_Guide_J.pdf-Japon

Apple-Aperture_Photography_Fundamentals.pdf-Japon

Apple-nikeipod_users_guide.pdf-Japon

Apple-QuickTime71_UsersGuide.pdf-Japon

Apple-iMacG5_iSight_UG.pdf-Japon

Apple-Aperture_Performing_Adjustments_j.pdf-Japon

Apple-iMacG5_17inch_HardDrive.pdf-Japon

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_J.pdf-Japon

Apple-MacBook_Air_User_Guide.pdf-Japon

Apple-MacBook_UsersGuide.pdf-Japon

Apple-iPad_iOS4_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Apple_AirPort_Networks_Early2009_H.pd-Norge-Norvege

Apple-iPod_classic_120GB_no.pdf-Norge-Norvege

Apple-StoreKitGuide.pdf-Japon

Apple-Xserve_Intel_DIY_ExpansionCardRiser_JA.pdf-Japon

Apple-iMacG5_Battery.pdf-Japon

Apple-Logic_Pro_8_Getting_Started.pdf-Japon

Apple-PowerBook-handbok-Norge-Norveg

Apple-iWork09_formler_og_funksjoner.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2010_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacPro_HardDrive_DIY.pdf-Japon

Apple-iPod_Fifth_Gen_Funksjonsoversikt.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_white_Early2009_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-GarageBand_09_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-imac_mid2011_ug_h.pdf-Norge-Norvege

Apple-iDVD_08_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_11inch_Late2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iMac_Mid2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Mid2009_H.pdf-Norge-Norvege

/Apple-iPhone_3G_Viktig_produktinformasjon_H-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Mid2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-macbook_air_13inch_mid2011_ug_no.pdf-Norge-Norvege

Apple-Mac_mini_Early2009_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-ipad2_brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhoto_08_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_Brukerhandbok_Late2008.pdf-Norge-Norvege

Apple-Pages09_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Late2009_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhone_3GS_Viktig_produktinformasjon.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Aluminum_Late2008_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-Wireless_Keyboard_Aluminum_2007_H-Norge-Norvege

Apple-NiPod_photo_Brukerhandbok_N0190269.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_13inch_Mid2010_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_17inch_Mid2010_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-Velkommen_til_Snow_Leopard.pdf-Norge-Norvege.htm

Apple-TimeCapsule_Klargjoringsoversikt.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhone_3GS_Hurtigstart.pdf-Norge-Norvege

Apple-Snow_Leopard_Installeringsinstruksjoner.pdf-Norge-Norvege

Apple-iMacG5_iSight_UG.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_Handbok_S0342141.pdf-Norge-Norvege

Apple-ipad_brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-GE_Money_Bank_Handlekonto.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_11inch_Late2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_nano_6thgen_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_touch_iOS4_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_13inch_Late2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_15inch_Early2011_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-Numbers09_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Welcome_to_Leopard.pdf-Japon

Apple-PowerMacG5_UserGuide.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_touch_2.1_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Boot_Camp_Installering-klargjoring.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacOSX10.3_Welcome.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_shuffle_3rdGen_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhone_4_Viktig_produktinformasjon.pdf-Norge-Norvege

Apple_TV_Klargjoringsoversikt.pdf-Norge-Norvege

Apple-iMovie_08_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_classic_160GB_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Boot_Camp_Installering_10.6.pdf-Norge-Norvege

Apple-Network-Services-Location-Manager-Veiledning-for-nettverksadministratorer-Norge-Norvege

Apple-iOS_Business_Mar12_FR.pdf

Apple-PCIDualAttachedFDDICard.pdf

Apple-Aperture_Installing_Your_Software_f.pdf

Apple-User_Management_Admin_v10.4.pdf

Apple-Compressor-4-ユーザーズマニュアル Japon

Apple-Network_Services_v10.4.pdf

Apple-iPod_2ndGen_USB_Power_Adapter-DE

Apple-Mail_Service_v10.4.pdf

Apple-AirPort_Express_Opstillingsvejledning_5.1.pdf

Apple-MagSafe_Airline_Adapter.pdf

Apple-L-Apple-Multiple-Scan-20-Display

Apple-Administration_du_service_de_messagerie_10.5.pdf

Apple-System_Image_Admin.pdf

Apple-iMac_Intel-based_Late2006.pdf-Japon

Apple-iPhone_3GS_Finger_Tips_J.pdf-Japon

Apple-Power-Mac-G4-Mirrored-Drive-Doors-Japon

Apple-AirMac-カード取り付け手順-Japon

Apple-iPhone開発ガイド-Japon

Apple-atadrive_pmg4mdd.j.pdf-Japon

Apple-iPod_touch_2.2_User_Guide_J.pdf-Japon

Apple-Mac_OS_X_Server_v10.2.pdf

Apple-AppleCare_Protection_Plan_for_Apple_TV.pdf

Apple_Component_AV_Cable.pdf

Apple-DVD_Studio_Pro_4_Installation_de_votre_logiciel

Apple-Windows_Services

Apple-Motion_3_New_Features_F

Apple-g4mdd-fw800-lowerfan

Apple-MacOSX10.3_Welcome

Apple-Print_Service

Apple-Xserve_Setup_Guide_F

Apple-PowerBookG4_17inch1.67GHzUG

Apple-iMac_Intel-based_Late2006

Apple-Installation_de_votre_logiciel

Apple-guide_des_fonctions_de_l_iPod_nano

Apple-Administration_de_serveur_v10.5

Apple-Mac-OS-X-Server-Premiers-contacts-Pour-la-version-10.3-ou-ulterieure

Apple-boot_camp_install-setup

Apple-iBookG3_14inchUserGuideMultilingual

Apple-mac_pro_server_mid2010_ug_f

Apple-Motion_Supplemental_Documentation

Apple-imac_mid2011_ug_f

Apple-iphone_guide_de_l_utilisateur

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug_fr

Apple-NouvellesfonctionnalitesdeLogicExpress7.2

Apple-QT_Streaming_Server

Apple-Web_Technologies_Admin

Apple-Mac_Pro_Early2009_4707_UG

Apple-guide_de_l_utilisateur_de_Numbers08

Apple-Decouverte_d_Aperture_2

Apple-Guide_de_configuration_et_d'administration

Apple-mac_integration_basics_fr_106.

Apple-iPod_shuffle_4thgen_Guide_de_l_utilisateur

Apple-ARA_Japan

Apple-081811_APP_iPhone_Japanese_v5.4.pdf-Japan

Apple-Recycle_Contract120919.pdf-Japan

Apple-World_Travel_Adapter_Kit_UG

Apple-iPod_nano_6thgen_User_Guide

Apple-RemoteSupportJP

Apple-Mac_mini_Early2009_UG_F.pdf-Manuel-de-l-utilisateur

Apple-Compressor_3_Batch_Monitor_User_Manual_F.pdf-Manuel-de-l-utilisateur

Apple-Premiers__contacts_avec_iDVD_08

Apple-Mac_mini_Intel_User_Guide.pdf

Apple-Prise_en_charge_des_surfaces_de_controle_Logic_Express_8

Apple-mac_integration_basics_fr_107.pdf

Apple-Final-Cut-Pro-7-Niveau-1-Guide-de-preparation-a-l-examen

Apple-Logic9-examen-prep-fr.pdf-Logic-Pro-9-Niveau-1-Guide-de-preparation-a-l-examen

Apple-aperture_photography_fundamentals.pdf-Manuel-de-l-utilisateu

Apple-emac-memory.pdf-Manuel-de-l-utilisateur

Apple-Apple-Installation-et-configuration-de-votre-Power-Mac-G4

Apple-Guide_de_l_administrateur_d_Xsan_2.pdf

Apple-premiers_contacts_avec_imovie6.pdf

Apple-Tiger_Guide_Installation_et_de_configuration.pdf

Apple-Final-Cut-Pro-7-Level-One-Exam-Preparation-Guide-and-Practice-Exam

Apple-Open_Directory.pdf

Apple-Nike_+_iPod_User_guide

Apple-ard_admin_guide_2.2_fr.pdf

Apple-systemoverviewj.pdf-Japon

Apple-Xserve_TO_J070411.pdf-Japon

Apple-Mac_Pro_User_Guide.pdf

Apple-iMacG5_iSight_UG.pdf

Apple-premiers_contacts_avec_iwork_08.pdf

Apple-services_de_collaboration_2e_ed_10.4.pdf

Apple-iPhone_Bluetooth_Headset_Benutzerhandbuch.pdf

Apple-Guide_de_l_utilisateur_de_Keynote08.pdf

APPLE/Apple-Logic-Pro-9-Effectsrfr.pdf

Apple-Logic-Pro-9-Effectsrfr.pdf

Apple-iPod_shuffle_3rdGen_UG_F.pdf

Apple-iPod_classic_160Go_Guide_de_l_utilisateur.pdf

Apple-iBookG4GettingStarted.pdf

Apple-Administration_de_technologies_web_10.5.pdf

Apple-Compressor-4-User-Manual-fr

Apple-MainStage-User-Manual-fr.pdf

Apple-Logic_Pro_8.0_lbn_j.pdf

Apple-PowerBookG4_15inch1.67-1.5GHzUserGuide.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2010_CH.pdf

Apple-LED_Cinema_Display_27-inch_UG.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009_RS.pdf

Apple-macbook_pro_13inch_early2011_f.pdf

Apple-iMac_Mid2010_UG_BR.pdf

Apple-iMac_Late2009_UG_J.pdf

Apple-iphone_user_guide-For-iOS-6-Software

Apple-iDVD5_Getting_Started.pdf

Apple-guide_des_fonctionnalites_de_l_ipod_touch.pdf

Apple_iPod_touch_User_Guide

Apple_macbook_pro_13inch_early2011_f

Apple_Guide_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_RAID

Apple_Time_Capsule_Early2009_Setup_F

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_rs

Apple_iphone_upute_za_uporabu

Apple_ipad_user_guide_ta

Apple_iPod_touch_User_Guide

apple_earpods_user_guide

apple_iphone_gebruikershandleiding

apple_iphone_5_info

apple_iphone_brukerhandbok

apple_apple_tv_3rd_gen_setup_tw

apple_macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_ch

apple_Macintosh-User-s-Guide-for-Macintosh-PowerBook-145

Apple_ipod_touch_user_guide_ta

Apple_TV_2nd_gen_Setup_Guide_h

Apple_ipod_touch_manual_del_usuario

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_tu

Apple_macbook_pro_retina_qs_th

Apple-Manuel_de_l'utilisateur_de_Final_Cut_Server

Apple-iMac_G5_de_lutilisateur

Apple-Cinema_Tools_4.0_User_Manual_F

Apple-Personal-LaserWriter300-User-s-Guide

Apple-QuickTake-100-User-s-Guide-for-Macintosh

Apple-User-s-Guide-Macintosh-LC-630-DOS-Compatible

Apple-iPhone_iOS3.1_User_Guide

Apple-iphone_4s_important_product_information_guide

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_F

Liste-documentation-apple

Apple-Premiers_contacts_avec_iMovie_08

Apple-macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_br

Apple-macbook_pro-13-inch-mid-2012-important_product_info

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_br

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_MainStage

Apple-Compressor_3_User_Manual_F

Apple-Color_1.0_User_Manual_F

Apple-guide_de_configuration_airport_express_4.2

Apple-TimeCapsule_SetupGuide

Apple-Instruments_et_effets_Logic_Express_8

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_WaveBurner

Apple-Macmini_Guide_de_l'utilisateur

Apple-PowerMacG5_UserGuide

Disque dur, ATA parallèle Instructions de remplacement

Apple-final_cut_pro_x_logic_effects_ref_f

Apple-Leopard_Installationshandbok

Manuale Utente PowerBookG4

Apple-thunderbolt_display_getting_started_1e

Apple-Compressor-4-Benutzerhandbuch

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug

Apple-macbook_air-mid-2012-important_product_info_j

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_de_reponse_d_impulsion

Apple-Aperture_2_Raccourcis_clavier

AppleTV_Setup-Guide

Apple-livetype_2_user_manual_f

Apple-imacG5_17inch_harddrive

Apple-macbook_air_guide_de_l_utilisateur

Apple-MacBook_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Keynote-2-Guide-de-l-utilisateur

Apple-PowerBook-User-s-Guide-for-PowerBook-computers

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide-5200CD-and-5300CD

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide

Apple-Workgroup-Server-Guide

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPad-User-Guide-For-iOS-5-1-Software

Apple-Boot-Camp-Guide-d-installation-et-de-configuration

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 5.1

PowerBook G4 Premiers Contacts APPLE

Guide de l'Utilisateur iphone pour le logiciel ios 5.1 APPLE

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 4,3

Guide de l’utilisateur iPod nano 5ème génération

Guide de l'utilisateur iPod Touch 2.2 APPLE

Guide de l’utilisateur QuickTime 7  Mac OS X 10.3.9 et ultérieur Windows XP et Windows 2000

Guide de l'utilisateur MacBook 13 pouces Mi 2010

Guide de l’utilisateur iPhone (Pour les logiciels iOS 4.2 et 4.3)

Guide-de-l-utilisateur-iPod-touch-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-iPad-2-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide de déploiement en entreprise iPhone OS

Guide-de-l-administrateur-Apple-Remote-Desktop-3-1

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Xserve-Diagnostics-Version-3X103

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802.11n-5e-Generation

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802-11n-5e-Generation

Guide-de-l-utilisateur-Capteur-Nike-iPod

Guide-de-l-utilisateur-iMac-21-5-pouces-et-27-pouces-mi-2011-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Qadministrator-4

Guide-d-installation-Apple-TV-3-eme-generation

User-Guide-iPad-For-ios-5-1-Software

Time Capsule Opstillingsvejledning3 Indholdsfortegnelse 5 Kapitel 1: Introduktion 7 Om Time Capsule 8 Om AirPort-softwaren 9 Hvad du har brug for 11 Statuslampen på Time Capsule 13 Kapitel 2: Indstille Time Capsule 14 Bruge Time Capsule til at indstille et trådløst netværk 17 Bruge AirPort-værktøj 19 Oprettelse af et nyt trådløst netværk 19 Konfigurere og dele Internetadgang 21 Angivelse af avancerede indstillinger 22 Give trådløse klienter adgang til dit netværk uden en adgangskode 23 Bruge Time Machine med Time Capsule 25 Kapitel 3: Tip og fejlfinding 25 Hvis du ikke kan oprette forbindelse til Internet 25 Hvis du har glemt adgangskoden til netværket eller Time Capsule 26 Hvis Time Capsule ikke svarer4 Indholdsfortegnelse 27 Hvis statuslampen på Time Capsule blinker orange 28 Hvis printeren ikke svarer 29 Opdatere AirPort-software 29 Anbefalinger til placering af Time Capsule 30 Forhold, der kan skabe forstyrrelser for AirPort 31 Kapitel 4: Yderligere oplysninger, service og support 33 Appendiks: Specifikationer og retningslinjer for sikkerhed for Time Capsule 36 Regulatory Compliance Information1 5 1 Introduktion Tillykke med Time Capsule. Læs denne introduktion for at komme i gang. Den nye Time Capsule tilbyder enkelheden ved helt automatisk sikkerhedskopiering på dit Wi-Fi-netværk. Med programmet Time Machine i Mac OS X v10.5.2 Leopard og nyere versioner kan du automatisk sikkerhedskopiere alle computerne på netværket til en enkelt Time Capsule. Time Capsule er derudover en komplet AirPort Extreme-base, som gør det muligt for flere at bruge trådløst “dual-band”-netværk samtidig. Når du indstiller din Time Capsule, opretter den to hurtige Wi-Fi-netværk:  Et 2,4 GHz netværk til 802.11b-, 802.11g- og 802.11n-enheder, f.eks. iPhone, iPod touch og ældre computere  Et 5 GHz netværk til 802.11n- og 802.11a-enheder, f.eks. nyere computere og Apple TV Trådløse enheder opretter forbindelse til det netværk, som har den bedste ydeevne og kompatibilitet, og Time Capsule deler din bredbåndsforbindelse til Internet med computere og enheder på netværket.6 Kapitel 1 Introduktion Med Time Capsule kan du:  Bruge programmet Time Machine i Mac OS X v10.5.2 (og nyere version) til at sikkerhedskopiere alle computerne på dit trådløse netværk samt computere, der er sluttet til Time Capsule via Ethernet. Bemærk: Den første sikkerhedskopiering med Time Capsule og Time Machine kan vare en hel nat eller endnu længere, afhængigt af hvor mange data du sikkerhedskopierer. Du kan gøre den første sikkerhedskopiering hurtigere ved at bruge et Ethernet-kabel til at forbinde computeren med LAN-porten på Time Capsule. Der findes flere oplysninger om brug af Time Machine i “Bruge Time Machine med Time Capsule” på side 23.  Oprette et trådløst hjemmenetværk, som er beskyttet af en adgangskode, oprette forbindelse til Internet og dele forbindelsen med andre computere eller Wi-Fienheder som iPhone, iPod touch og Apple TV. Du kan også dele arkiver mellem computere, som er tilsluttet netværket.  Oprette et gæstenetværk med eller uden adgangskodebeskyttelse, så du kan nøjes med at give trådløse enheder som f.eks. computere, iPhone, iPod touch og Apple TV adgang til Internet.  Slutte Time Capsule til et Ethernet-netværk. Macintosh-, Windows XP- og Windows Vista-computere med trådløse funktioner får derefter adgang til et helt netværk uden at være tilsluttet med et kabel.  Slutte en understøttet USB-printer til Time Capsule. Kompatible computere på AirPort-netværket – både trådløse og kabelforbundne – kan udskrive til printeren.Kapitel 1 Introduktion 7  Slutte en ekstra USB-harddisk til Time Capsule. Kompatible computere på AirPortnetværket – både trådløse og kabelforbundne – kan få adgang til oplysningerne på harddisken.  Slutte et USB-samlingspunkt til Time Capsule og derefter tilslutte flere USB-enheder, f.eks. printere eller harddiske. Alle computere på netværket har adgang til disse enheder. Vigtigt: Installer AirPort-værktøj 5.4 fra den cd, der fulgte med Time Capsule, eller hent det vha. Softwareopdatering. Tidligere versioner af AirPort-indstillingsassistent og AirPort-administrationsværktøj er ikke kompatible med denne Time Capsule. Om Time Capsule Der er fem porte på bagsiden af Time Capsule:  En 10/100/1000Base-T Gigabit Ethernet WAN-port (Wide Area Network) til tilslutning af et DSL- eller kabelmodem eller til tilslutning til et eksisterende Ethernet-netværk  Tre 10/100/1000Base-T Gigabit Ethernet LAN-porte (Local Area Network) til tilslutning af Ethernet-enheder som printere og computere eller til tilslutning til et eksisterende Ethernet-netværk 8 Kapitel 1 Introduktion  En USB-port til tilslutning af en kompatibel USB-printer, -harddisk eller et -samlingspunkt til tilslutning af flere enheder Nulstillingsknappen ud for portene bruges til fejlsøgning af Time Capsule. Statuslampen på forsiden viser den aktuelle status. Om AirPort-softwaren Time Capsule kan arbejde med AirPort-værktøj, som findes på cd'en til Time Capsule. Installer AirPort-værktøj, og følg instruktionerne på de følgende sider for at opstille Time Capsule og det trådløse AirPort-netværk. Statuslampe Internet WAN-port Netstik Netledning Nulstillingsknap USB-port Ethernet-porte Plads til sikkerhedslås Ethernet– aktivitetslampeKapitel 1 Introduktion 9 Bemærk: Du skal bruge AirPort-værktøj v5.4 til at indstille Time Capsule. Denne Time Capsule er ikke kompatibel med tidligere versioner af AirPort-software. Hvad du har brug for Når du vil bruge Time Capsule, skal du have en computer med trådløse funktioner, der overholder IEEE 802.11a-, 802.11b- eller 802.11g-standarder eller et udkast til IEEE 802.11n-specifikationen. Hvis du vil indstille Time Capsule, skal computeren opfylde de krav, der er anført herunder. Bemærk: Hvis du vil bruge Time Capsule med Time Machine i Mac OS X Leopard, skal du bruge Mac OS X v10.5.2 eller en nyere version. AirPort-værktøj Brug AirPort-værktøj til at indstille Time Capsule, så du kan oprette et trådløst netværk, oprette forbindelse til Internet og dele kompatible USB-printere og -harddiske. Du kan også slutte Time Capsule til et eksisterende trådløst AirPort Extreme-netværk. AirPort-værktøj er også et avanceret værktøj til indstilling og administration af Time Capsule, AirPort Extreme- og AirPort Express-baser. Brug det, når du skal justere netværks-, routing-, sikkerheds- og andre avancerede indstillinger. Z AirPort-statusmenu Brug AirPort-statusmenuen på menulinjen til hurtigt at skifte mellem AirPort-netværk, overvåge signalstyrken på det valgte netværk, oprette et computer til computernetværk og slå AirPort til og fra. Statusmenuen er tilgængelig på computere, der bruger Mac OS X. 10 Kapitel 1 Introduktion Du skal bruge følgende for at indstille Time Capsule med en Macintosh:  En Macintosh-computer med et installeret AirPort- eller AirPort Extreme-kort, så den kan indstilles til trådløs brug, eller en Macintosh-computer, der er sluttet til Time Capsule med et Ethernet-kabel, så den kan indstilles vha. Ethernet  Mac OS X v10.4 eller en nyere version  AirPort-værktøj v5.4 eller en nyere version Du skal bruge følgende for at indstille Time Capsule med en Windows-computer:  En Windows-computer med 300 MHz eller højere processorhastighed og et kompatibelt trådløst 802.11a-, 802.11b- eller 802.11g-kort eller et trådløst kort, der overholder et udkast til IEEE 802.11n-specifikationen  Windows XP Home eller Professional (med Service Pack 2 installeret) eller Windows Vista  AirPort-værktøj v5.4 eller en nyere version Slutte Time Capsule til elnettet Før du slutter Time Capsule til en stikkontakt, skal du sætte de relevante kabler i de porte, du vil bruge:  Slut det Ethernet-kabel, der er sluttet til dit DSL- eller kabelmodem (hvis du vil oprette forbindelse til Internet), til Ethernet WAN-porten (<).  Slut et USB-kabel, der er sluttet til USB-porten (d) på Time Capsule, til en kompatibel USB-printer (hvis du vil udskrive til en USB-printer), en -harddisk eller et -samlingspunkt.  Slut et Ethernet-kabel fra en Ethernet-enhed til Ethernet LAN-portene (G). Når du har sluttet kablerne til alle de enheder, du vil bruge, skal du sætte netledningen i netstikket og slutte Time Capsule til en stikkontakt. Der er ingen afbryderknap.Kapitel 1 Introduktion 11 Vigtigt: Brug kun den netledning, der fulgte med Time Capsule. Når du slutter Time Capsule til en stikkontakt, blinker statusindikatoren grønt i et sekund, hvorefter den lyser orange, mens Time Capsule starter. Når Time Capsule er startet, blinker statusindikatoren orange, indtil Time Capsule er opdateret med de korrekte indstillinger. Statusindikatoren lyser konstant grønt, når Time Capsule er korrekt indstillet og forbundet med Internet eller et netværk. Når du slutter Ethernet-kabler til Ethernet-portene, lyser lamperne over portene grønt. Statuslampen på Time Capsule I følgende tabel forklares rækkefølgen af indikatorerne på Time Capsule og deres betydning. Indikator Status/beskrivelse Slukket Time Capsule er ikke sluttet til en stikkontakt. Lyser orange Time Capsule er ved at færdiggøre startsekvensen. Blinker orange Time Capsule kan ikke oprette forbindelse til netværket eller Internet, eller der er opstået et problem. Kontroller, at du har installeret AirPort-værktøj, og brug det til at få oplysninger om, hvad årsagen til de blinkende statusindikatorer kan være. Se “Hvis statuslampen på Time Capsule blinker orange” på side 27. Lyser grønt Time Capsule er tændt og fungerer korrekt. Hvis du vælger Blink ved aktivitet på lokalmenuen Statusindikator (i vinduet Base i AirPort-indstillinger i AirPort-værktøj), blinker statusindikatoren måske grønt for at vise normal aktivitet.12 Kapitel 1 Introduktion Hvad er det næste? Når du har tilsluttet Time Capsule , skal du bruge AirPort-værktøj til at indstille den til at bruge Internetforbindelsen, USB-printeren eller -harddisken eller et eksisterende netværk. AirPort-værktøj ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer på en computer med Mac OS X og i Start > Alle programmer > AirPort på en computer med Windows XP eller Windows Vista. Blinker orange og grønt Måske er der et problem med at starte. Time Capsule genstarter og prøver igen. Lyser blåt Time Capsule er klar til at give en trådløs klient adgang til netværket. Se “Give trådløse klienter adgang til dit netværk uden en adgangskode” på side 22. Indikator Status/beskrivelse2 13 2 Indstille Time Capsule Dette kapitel indeholder oplysninger om og instruktioner i, hvordan du forbinder Time Capsule med Internet, og hvordan du bruger AirPort-værktøj til at indstille eller oprette forbindelse til et trådløst netværk. Dette kapitel indeholder en oversigt over, hvordan du forbinder Time Capsule med Internet, og hvordan du bruger indstillingsassistenten i AirPort-værktøj til at indstille netværket samt andre funktioner på Time Capsule. Hvis du ønsker flere oplysninger om trådløse netværk og de avancerede funktioner i AirPort-værktøj, henvises du til dokumentet “Design af AirPort-netværk vha. AirPort-værktøj (Mac OS X v10.5 + Windows)”, der findes på www.apple.com/dk/support/airport. Når du har installeret AirPort-værktøj fra den cd, der fulgte med Time Capsule, kan du udføre de fleste indstillinger af netværket og konfigurationsopgaver vha. indstillingsassistenten i AirPort-værktøj. Hvis du vil foretage avancerede indstillinger, skal du vælge Manuel indstilling på Basemenuen i AirPort-værktøj. Se “Angivelse af avancerede indstillinger” på side 21.14 Kapitel 2 Indstille Time Capsule Bruge Time Capsule til at indstille et trådløst netværk Når du indstiller Time Capsule til at levere netværks- og Internetadgang, kan følgende computere og enheder bruge det trådløse AirPort-netværk til at dele arkiver, spille og benytte Internetprogrammer som f.eks. webbrowsere og e-postprogrammer:  Macintosh-computere med AirPort- eller AirPort Extreme-kort  Trådløse computere, som opfylder kravene til 802.11a-, 802.11b-, 802.11g- og udkastet til IEEE 802.11n-specifikationerne  Andre Wi-Fi-enheder Computere, der er sluttet til Time Capsule vha. Ethernet, kan også få adgang til netværket for at dele arkiver og oprette forbindelse til Internet. Med Mac OS X v10.5.2 og nyere versioner kan du indstille Time Machine til at sikkerhedskopiere alle computerne på netværket til Time Capsule. Se “Bruge Time Machine med Time Capsule” på side 23, hvis du ønsker yderligere oplysninger. Hvis du slutter en kompatibel USB-printer til Time Capsule, kan understøttede computere på netværket (kabelforbundne og trådløse) udskrive til den.Kapitel 2 Indstille Time Capsule 15 Bruge Time Capsule til at oprette et trådløst netværk Den indstilles på følgende måde: 1 Slut DSL- eller kabelmodemmet til Time Capsule vha. Ethernet WAN-porten (<). 2 Hvis du planlægger at dele en USB-printer på netværket, skal du slutte den til Time Capsules USB-port (d) eller til et USB-samlingspunkt med et USB-kabel. til Internet DSL- eller kabelmodem < Internet WAN-port Fælles printer Time Capsule til USB-porte 2,4 eller 5 GHz 2,4 GHz 2,4 eller 5 GHz16 Kapitel 2 Indstille Time Capsule 3 Åbn AirPort-værktøj (ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer på en computer med Mac OS X og i Start > Alle programmer > AirPort på en computer med Windows), vælg Time Capsule, og klik derefter på Fortsæt. 4 Følg vejledningen på skærmen, hvis du vil oprette et nyt netværk. Du udskriver fra en computer, der bruger Mac OS X v10.5, på følgende måde: 1 Vælg Apple > Systemindstillinger, og klik på Udskriv & fax. 2 Klik på Tilføj (+), og vælg printeren på listen. 3 Klik på knappen Tilføj. Hvis printeren ikke er på listen, kan du bruge knapperne på værktøjslinjen til at søge efter den. Du udskriver fra en computer, der bruger Mac OS X v10.3 eller 10.4, på følgende måde: 1 Åbn Printerværktøj (ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer). 2 Vælg printeren på listen. Hvis printeren ikke står på listen, skal du klikke på Tilføj og vælge Bonjour på lokalmenuen. Vælg derefter printeren på listen. Du udskriver fra en computer, der bruger Windows XP eller Windows Vista, på følgende måde: 1 Installer Bonjour til Windows fra den cd, der fulgte med Time Capsule. 2 Tilslut printeren som beskrevet i instruktionerne på skærmen. Computere, der bruger AirPort, og computere, der bruger andre trådløse kort eller moduler, opretter forbindelse til Internet gennem Time Capsule. Computere der er sluttet til Time Capsules Ethernet-porte, kan også få adgang til netværket og oprette forbindelse til Internet.Kapitel 2 Indstille Time Capsule 17 Trådløse computere og computere sluttet til Ethernet-portene kan også kommunikere med hinanden via Time Capsule. Bruge AirPort-værktøj Du indstiller og konfigurerer Time Capsule med indstillingsassistenten i AirPort-værktøj. AirPort-værktøj installeres på din computer, når du installerer software fra cd'en med Time Capsule. På en Macintosh-computer med Mac OS X v10.4 eller en nyere version: 1 Åbn AirPort-værktøj, der ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer. 2 Vælg Time Capsule, og klik på Fortsæt. Hvis du ikke kan se den Time Capsule, du vil konfigurere, skal du klikke på Søg igen for at søge efter tilgængelige trådløse enheder og derefter vælge din Time Capsule på listen. 3 Følg vejledningen på skærmen for at indstille Time Capsule og det trådløse netværk. På en computer med Windows XP (med Service Pack 2) eller Windows Vista: 1 Åbn AirPort-værktøj, som ligger i Start > Alle programmer > AirPort. 2 Vælg Time Capsule, og klik på Fortsæt.18 Kapitel 2 Indstille Time Capsule 3 Følg vejledningen på skærmen for at indstille Time Capsule og det trådløse netværk. Indstillingsassistenten i AirPort-værktøj stiller en række spørgsmål om den type netværk, du vil bruge, og de tjenester, du vil indstille, og hjælper dig med at indtaste de korrekte indstillinger. Hvis du bruger Time Capsule til at oprette forbindelse til Internet, skal du have en bredbåndsforbindelse (med DSL- eller kabelmodem) og en konto hos en Internetudbyder eller en Internetforbindelse via et eksisterende Ethernet-netværk. Hvis du har modtaget bestemte oplysninger fra din Internetudbyder (f.eks. en fast IP-adresse eller en id til DHCP-klient), skal du måske angive dem i AirPort-værktøj. Hav oplysningerne parat, når du indstiller Time Capsule.Kapitel 2 Indstille Time Capsule 19 Oprettelse af et nyt trådløst netværk Du kan bruge indstillingsassistenten i AirPort-værktøj til at oprette et nyt trådløst netværk. Indstillingsassistenten fører dig gennem de trin, der er nødvendige for at navngive netværket, beskytte netværket med en adgangskode og angive andre indstillinger. Hvis du planlægger at dele en USB-printer eller USB-harddisk på netværket: 1 Slut printeren eller harddisken til USB-porten på Time Capsule (d). 2 Åbn AirPort-værktøj, der ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer på en Macintosh og i Start > Alle programmer > AirPort på en computer med Windows XP. 3 Vælg Time Capsule, og klik på Fortsæt. Hvis du ikke kan se den Time Capsule, du vil konfigurere, skal du klikke på Søg igen for at søge efter tilgængelige trådløse enheder og derefter vælge din Time Capsule på listen. 4 Følg vejledningen på skærmen, hvis du vil oprette et nyt netværk. Konfigurere og dele Internetadgang Hvis du planlægger at dele Internetforbindelsen med trådløse computere på netværket eller med computere sluttet til Ethernet-porte, skal Time Capsule indstilles som en AirPort-base. Når Time Capsule er indstillet, kan computere oprette forbindelse til Internet via AirPort-netværket. Time Capsule opretter forbindelse til Internet og sender oplysninger til computere over det trådløse netværk.20 Kapitel 2 Indstille Time Capsule Før du bruger AirPort-værktøj til at indstille Time Capsule, skal du slutte DSL- eller kabelmodemmet til Time Capsules Ethernet WAN-port (<). Hvis du slutter Time Capsule til et Ethernet-netværk med Internetadgang, skal du slutte den til Ethernetnetværket. Brug indstillingsassistenten i AirPort-værktøj til at angive Internetudbyderens indstillinger og til at konfigurere, hvordan Time Capsule skal dele indstillingerne med andre computere. 1 Åbn AirPort-værktøj, som ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer på en computer med Mac OS X og i Start > Alle programmer > AirPort på en computer med Windows XP. 2 Vælg Time Capsule, og klik på Fortsæt. Hvis du foretager ændringer i en Time Capsule, der er indstillet, kan det være nødvendigt at oprette forbindelse til det netværk, den har oprettet, før du foretager ændringer i Time Capsule. Du vælger det trådløse netværk, du vil ændre, vha. AirPort-statusmenuen på menulinjen på Macintosh. På en computer, der bruger Windows XP, skal du holde markøren over symbolet for den trådløse forbindelse, indtil du kan se netværkets navn (SSID) og derefter vælge det på listen, hvis der er flere tilgængelige netværk. 3 Følg instruktionerne på skærmen for at konfigurere og dele Internetadgang på Time Capsule. Det er hurtigt og nemt at indstille Time Capsule og netværket med AirPort-værktøj. Hvis du vil foretage yderligere indstillinger til netværket, f.eks. begrænse adgangen eller foretage avancerede DHCP-indstillinger, kan du vælge Manuel indstilling på Basemenuen i AirPort-værktøj. Kapitel 2 Indstille Time Capsule 21 Angivelse af avancerede indstillinger Brug AirPort-værktøj til at indstille Time Capsule manuelt, hvis du vil foretage avancerede indstillinger af Time Capsule, f.eks. avancerede sikkerhedsindstillinger, lukkede netværk, længde på DHCP lease, adgangskontrol, energibesparelser, brugerkonti m.m. Du foretager avancerede indstillinger på følgende måde: 1 Åbn AirPort-værktøj, der ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer på en Macintosh og i Start > Alle programmer > AirPort på en computer med Windows XP. 2 Hvis der er mere end en trådløs enhed på listen, skal du vælge den, du vil ændre. Hvis du ikke kan se den Time Capsule, du vil konfigurere, skal du klikke på Søg igen for at søge efter tilgængelige trådløse enheder og derefter vælge din Time Capsule på listen. Hvis du foretager ændringer i en Time Capsule, der er indstillet, kan du det være nødvendigt at oprette forbindelse til det netværk, den har oprettet, før du foretager ændringer i Time Capsule. Du vælger det trådløse netværk, du vil ændre, vha. AirPort-statusmenuen på menulinjen på Macintosh. På en computer, der bruger Windows XP, skal du holde markøren over symbolet for den trådløse forbindelse, indtil du kan se netværkets navn (SSID) og derefter vælge det på listen, hvis der er flere tilgængelige netværk. 3 Vælg Manuel indstilling på Basemenuen. Indtast adgangskoden, hvis du bliver bedt om det. Du kan finde flere oplysninger om manuel indstilling i AirPort-værktøj i “Design af AirPort-netværk vha. AirPort-værktøj (Mac OS X v10.5 + Windows)” på www.apple.com/dk/support/airport.22 Kapitel 2 Indstille Time Capsule Give trådløse klienter adgang til dit netværk uden en adgangskode Hvis dit netværk er beskyttet med en adgangskode vha. WPA Personal eller WPA/WPA2 Personal, kan du give trådløse klienter adgang til netværket, uden at de behøver skrive adgangskoden til netværket. Når du giver en klient adgang til dit netværk, opbevares klientens navn og trådløse MAC-adresse (eller AirPort-id) i adgangskontrollisten i AirPort-værktøj, indtil du fjerner klienten fra listen. Du kan også give adgang, der er begrænset til 24 timer, hvorefter klienten ikke længere kan oprette adgang til dit netværk. Når du giver en klient adgang til dit trådløse netværk, behøver klienten ikke at skrive adgangskoden til netværket. Du giver en klient adgang til dit netværk uden at skulle indtaste netværksadgangskoden på følgende måde: 1 Åbn AirPort-værktøj, vælg din Time Capsule, og vælg Manuel indstilling på Basemenuen. Skriv evt. adgangskoden. 2 Vælg Tilføj trådløs klient på Basemenuen. 3 Vælg, hvordan klienten skal have adgang til netværket:  Vælg PIN for at skrive det ottecifrede tal, der leveres af den klient, som anmoder om adgang til netværket.  Vælg “Første forsøg” for at give den første klient, der forsøger at oprette forbindelse, adgang til netværket. Når Time Capsule venter på, at en klient opretter forbindelse til netværket, blinker lysdioden blåt.Kapitel 2 Indstille Time Capsule 23 Vælg “Begræns klienters adgang til 24 timer”, hvis du kun vil give adgang til netværket i et døgn. Hvis du ikke vælger denne mulighed, har klienten adgang til netværket, indtil du fjerner den fra listen. Bruge Time Machine med Time Capsule Med programmet Time Machine i Mac OS X Leopard kan du sikkerhedskopiere alt på din computer, inkl. fotografier, musik, film og dokumenter. Når du har indstillet Time Machine, sikkerhedskopierer det automatisk din computer med regelmæssige mellemrum. Hvis du bruger Mac OS X v10.5.2 eller en nyere version, vil Time Machine, første gang du opretter forbindelse til Time Capsule, spørge dig, om du vil bruge programmet til at sikkerhedskopiere dine arkiver. Klik på “Brug som disk til sikkerhedskopi”, hvorefter Time Machine sørger for resten. Brug vinduet Time Machine i Systemindstillinger i Mac OS X Leopard til at indstille automatisk sikkerhedskopiering, vælge en anden disk til sikkerhedskopier eller justere andre indstillinger. Du indstiller eller justerer Time Machine på en computer, der bruger Mac OS X Leopard, på følgende måde: 1 Vælg Apple > Systemindstillinger, og klik derefter på Time Machine. 2 Skub kontakten til TIL. 3 Klik på Skift disk. 4 Vælg Time Capsule, og klik på “Brug til sikkerhedskopi”.24 Kapitel 2 Indstille Time Capsule Den første sikkerhedskopiering med Time Capsule og Time Machine kan vare en hel nat eller endnu længere, afhængigt af hvor mange data du sikkerhedskopierer. Du kan gøre den første sikkerhedskopiering hurtigere ved at slutte Time Capsule til computeren via Ethernet. Ved efterfølgende sikkerhedskopiering kopierer Time Machine kun de arkiver, der er ændret siden den forrige sikkerhedskopiering, så derfor tager sikkerhedskopieringen ikke lige så lang tid. Time Capsule er en fantastisk, trådløs løsning til sikkerhedskopiering af bærbare computere. Da den første sikkerhedskopiering kan vare temmelig længe, skal du slutte din bærbare computer til strømforsyningen – på den måde sparer du på batteriet og sikrer, at sikkerhedskopieringen ikke afbrydes. Du opnår desuden den bedste trådløse ydeevne, hvis du anbringer den bærbare computer i samme lokale som Time Capsule. Hvis du lukker din Mac ned eller sætter den på vågeblus under sikkerhedskopieringen, stopper Time Machine sikkerhedskopieringen og fortsætter derefter på samme sted, når din Mac er startet igen. Du kan få flere oplysninger om Time Machine, hvis du vælger Hjælp > Mac-hjælp på Hjælpemenuen på en computer, der bruger Mac OS X Leopard, og derefter skriver Time Machine i søgefeltet.3 25 3 Tip og fejlfinding Du kan hurtigt løse de fleste problemer med Time Capsule ved at følge de råd, der findes i dette kapitel. Hvis du ikke kan oprette forbindelse til Internet  Prøv at oprette forbindelse til Internet direkte fra computeren. Hvis du ikke kan oprette forbindelse, skal du sikre dig, at dine netværksindstillinger er korrekte. Hvis de ser ud til at være korrekte, og du stadig ikke kan oprette forbindelse, skal du kontakte Internetudbyderen.  Sørg for, at du opretter forbindelse til det rigtige trådløse netværk. Hvis du har glemt adgangskoden til netværket eller Time Capsule Du kan slette adgangskoden til AirPort-netværket og Time Capsule ved at nulstille Time Capsule. Du nulstiller adgangskoden til Time Capsule på følgende måde: 1 Brug en spids genstand (f.eks. en kuglepen) til at trykke på og holde nulstillingsknappen inde i et sekund. 26 Kapitel 3 Tip og fejlfinding Vigtigt: Hvis du holder nulstillingsknappen inde i mere end et sekund, kan du miste dine netværksindstillinger. 2 Vælg dit AirPort-netværk.  På en Macintosh skal du bruge AirPort-statusmenuen på menulinjen til at vælge det netværk, der er oprettet af Time Capsule (navnet på netværket ændres ikke).  På en computer, der bruger Windows XP, skal du holde markøren over symbolet for den trådløse forbindelse, indtil du kan se AirPort-netværkets navn (SSID) og derefter vælge det på listen, hvis der er flere tilgængelige netværk. 3 Åbn AirPort-værktøj (ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer på en Macintosh og i Start > Alle programmer > AirPort på en computer med Windows XP). 4 Vælg Time Capsule, og vælg derefter Manuel indstilling på Basemenuen. 5 Klik på AirPort på værktøjslinjen, og klik derefter på Base. 6 Skriv en ny adgangskode til Time Capsule. 7 Klik på Trådløs, og vælg en krypteringsmetode på lokalmenuen Trådløs sikkerhed for at slå kryptering til og aktivere og aktivere adgangskodebeskyttelse på AirPort-netværket. Hvis du slår kryptering til, skal du skrive en ny adgangskode til AirPort-netværket. 8 Klik på Opdater for at genstarte Time Capsule og indlæse de nye indstillinger. Hvis Time Capsule ikke svarer Prøv at afmontere den og tilslutte den igen. Hvis Time Capsule holder helt op med at svare, skal du måske nulstille den.Kapitel 3 Tip og fejlfinding 27 Vigtigt: Når du nulstiller Time Capsule, slettes alle de aktuelle indstillinger, og fabriksindstillingerne til Time Capsule gendannes. Du nulstiller Time Capsule til fabriksindstillingerne på følgende måde: m Brug en spids genstand (f.eks. en kuglepen) til at trykke på og holde nulstillingsknappen inde, indtil statusindikatoren blinker hurtigt (omkring 5 sekunder). Time Capsule nulstilles med følgende indstillinger:  Time Capsule modtager IP-adressen vha. DHCP.  Netværkets navn nulstilles til Apple Network XXXXXX (hvor XXXXXX erstattes med de sidste seks cifre i AirPort-id'en).  Adgangskoden til Time Capsule nulstilles til public. Hvis Time Capsule stadig ikke reagerer, kan du prøve følgende: 1 Afmonter Time Capsule. 2 Brug en spids genstand til at trykke på og holde nulstillingsknappen inde, mens du tilslutter Time Capsule. Hvis statuslampen på Time Capsule blinker orange Ethernet-kablet er måske ikke tilsluttet korrekt, Time Capsule er måske uden for et AirPort-netværks rækkevidde, eller der kan være et problem hos Internetudbyderen. Hvis du har oprettet forbindelse til Internet via et DSL- eller kabelmodem, har modemmet måske tabt forbindelsen til netværket eller Internet. Selvom modemmet tilsyneladende fungerer korrekt, kan du prøve at afmontere modemmets strømforsyning, vente et par sekunder og derefter tilslutte det igen. Sørg for, at Time Capsule er sluttet direkte til modemmet via Ethernet, før du tilslutter modemmets strømforsyning igen.28 Kapitel 3 Tip og fejlfinding Hvis du vil vide mere om, hvorfor lampen blinker orange, kan du åbne AirPort-værktøj, vælge Time Capsule og derefter vælge Manuel indstilling på Basemenuen. Klik på Status for base for at se oplysninger om den blinkende lampe. Du kan også vælge “Overvåg baser” i AirPort-indstillinger. Hvis der er et problem i basen, åbner AirPort-værktøj og hjælper dig med at løse problemet. Hvis printeren ikke svarer Hvis du har sluttet en printer til USB-porten på Time Capsule, og computerne på AirPort-netværket ikke kan udskrive, kan du prøve at gøre følgende: 1 Sørg for, at printeren er tilsluttet og tændt. 2 Kontroller, at kablerne er sluttet korrekt til printeren og til USB-porten på Time Capsule. 3 Sørg for, at printeren er valgt på printerlisten på klientcomputerne. På en Macintosh-computer med Mac OS X v10.5 eller en nyere version:  Vælg Apple > Systemindstillinger, og klik på Udskriv & fax.  Klik på Tilføj (+), vælg printeren på listen, og klik derefter på Tilføj (+). På en Macintosh-computer med Mac OS X v10.2.7 eller en nyere version:  Åbn Printerværktøj, der ligger i mappen Hjælpeprogrammer i mappen Programmer.  Klik på Tilføj, hvis printeren ikke står på listen.  Vælg Bonjour på lokalmenuen, vælg printeren, og klik derefter på Tilføj (+). På en computer, der bruger Windows XP:  Åbn “Printere og faxenheder” på menuen Start.Kapitel 3 Tip og fejlfinding 29  Vælg printeren. Hvis printeren ikke står på listen, skal du klikke på Tilføj printer og derefter følge vejledningen på skærmen. 4 Sluk for printeren, vent nogle sekunder, og tænd den derefter igen. Opdatere AirPort-software Apple frigiver regelmæssigt opdateringer til AirPort-softwaren. Det anbefales, at du opdaterer Time Capsule, så den bruger den nyeste software. Du kan vælge “Søg efter opdateringer, når AirPort-værktøj starter” eller “Søg efter opdateringer” i AirPort-indstillinger. Hvis du vælger “Søg efter opdateringer”, skal du vælge en tidsangivelse, f.eks. ugentligt, på lokalmenuen for automatisk at søge efter opdateringer. Anbefalinger til placering af Time Capsule Følgende anbefalinger kan hjælpe med til, at Time Capsule opnår den maksimale trådløse rækkevidde og den optimale netværksdækning.  Placer Time Capsule i et åbent område, hvor der er få forhindringer, som f.eks. store møbler eller vægge. Anbring den ikke i nærheden af metalliske overflader.  Hvis du anbringer Time Capsule bag møbler, skal der mindst være 2,5 cm afstand mellem Time Capsule og kanten af møblet.  Undgå at anbringe Time Capsule på steder, der er omgivet af metaloverflader på tre eller flere sider. 30 Kapitel 3 Tip og fejlfinding  Hvis du anbringer Time Capsule i et underholdningscenter med dit stereoudstyr, skal du undgå at omgive Time Capsule fuldstændigt med lyd-, video- og strømkabler. Anbring Time Capsule, så kablerne er på den ene side. Sørg for, at der er så meget afstand som muligt mellem Time Capsule og kablerne.  Forsøg at anbringe Time Capsule mindst 8 m fra mikrobølgeovne og trådløse 2,4 eller 5 GHz telefoner eller andre kilder til forstyrrelse.  Anbring ikke andre genstande (bøger, aviser, små kæledyr osv.) oven på Time Capsule. De kan måske forhindre kølingen af Time Capsule. Forhold, der kan skabe forstyrrelser for AirPort Jo længere væk kilden til forstyrrelse er, desto mindre sandsynligt er det, at den skaber problemer. Følgende kan forstørre AirPort-kommunikationen:  Mikrobølgeovne.  DSS-radiosignaler (Direct Satellite Service)  Det originale koaksiale kabel, der følger med visse typer parabolantenner. Kontakt producenten af udstyret for at få nogle nyere kabler.  Visse elektriske enheder som højspændingsledninger, elektriske jernbanespor og elværker  Trådløse telefoner, der virker inden for 2,4 og 5 GHz båndet. Hvis du har problemer med din telefon eller AirPort-kommunikation, kan du skifte den kanal, som basen eller Time Capsule bruger, eller skifte kanal på telefonen.  Tilstødende baser, der bruger kanaler i nærheden. Hvis f.eks. base A er indstillet til kanal 1, bør base B indstilles til kanal 6 eller 11.4 31 4 Yderligere oplysninger, service og support Du kan finde flere oplysninger om brugen af Time Capsule på Internet og i hjælpen på skærmen. Kilder på Internet Du kan se de nyeste oplysninger om Time Capsule på www.apple.com/dk/airport. Hvis du vil registrere Time Capsule (hvis du ikke gjorde det, da du installerede software på cd'en med Time Capsule), skal du gå til www.apple.com/register. Oplysninger om service og support til AirPort, forskellige fora med produktoplysninger og feedback samt den nyeste software fra Apple findes på www.apple.com/dk/support/airport. Du kan få support uden for USA ved at gå ind på www.apple.com/dk/support og derefter vælge dit land.32 Kapitel 4 Yderligere oplysninger, service og support Hjælp på skærmen Hvis du vil vide mere om brugen af AirPort-værktøj sammen med Time Capsule, skal du åbne AirPort-værktøj og vælge Hjælp > Hjælp til AirPort-værktøj. Garantiservice Hvis Time Capsule er beskadiget eller ikke fungerer korrekt, skal du følge vejledningen i dette hæfte, i hjælpen på skærmen og i ressourcerne på Internet. Hvis Time Capsule stadig ikke virker, skal du gå til www.apple.com/dk/support for at få oplysninger om, hvordan du får garantiservice. Finde serienummeret på Time Capsule Serienummeret er trykt i bunden af Time Capsule.33 Appendiks Specifikationer og retningslinjer for sikkerhed for Time Capsule Specifikationer for Time Capsule  Frekvens: 2,4 og 5 GHz  Sendestyrke: Op til 23 dBm (nominelt)  Standarder: 802.11 DSSS 1 og 2 Mbps, 802.11a-, 802.11b-, 802.11g-specifikationer og udkast til 802.11n-specifikation Grænseflader  1 RJ-45 10/100/1000Base-T Gigabit Ethernet WAN (<)  3 RJ-45 10/100/1000Base-T Gigabit Ethernet LAN (G)  USB 2.0 (Universal Serial Bus) (d)  Trådløs 802.11 a/b/g/n AirPort Extreme Specifikationer for omgivelser  Driftstemperatur: 0° C til 35° C  Opbevaringstemperatur: –25° C til 60° C  Relativ luftfugtighed (drift): 20% til 80%  Relativ luftfugtighed (opbevaring): 10% til 90%, ikke kondenserende34 Appendiks Specifikationer og retningslinjer for sikkerhed for Time Capsule Størrelse og vægt  Længde: 197,0 mm  Bredde: 197,0 mm  Højde: 36,33 mm  Vægt: 1,6 kg MAC-adresser (Media Access Control) på hardware Time Capsule har tre hardwareadresser trykt i bunden af kabinettet:  AirPort-id: De to adresser bruges til at identificere Time Capsule på et trådløst netværk.  Ethernet-id: Det kan være nødvendigt at opgive denne adresse til din Internetudbyder for at slutte Time Capsule til Internet. Sikker brug af Time Capsule  Du kan kun afbryde strømmen til Time Capsule ved at tage ledningen ud af stikkontakten.  Når du tænder eller slukker for Time Capsule, skal du altid holde den i siderne. Sørg for, at du ikke rører ved metalbenene på stikket.  Time Capsule må under ingen omstændigheder åbnes, heller ikke når den er afmonteret. Hvis Time Capsule har brug for service, skal du læse “Yderligere oplysninger, service og support” på side 31.  Tving aldrig et stik ind i en port. Hvis stikket ikke kan sættes i porten uden besvær, passer det sikkert ikke til porten. Sørg for, at du bruger det rigtige stik, og hold stikket korrekt i forhold til porten.Appendiks Specifikationer og retningslinjer for sikkerhed for Time Capsule 35 Om drifts- og opbevaringstemperaturer  Når du bruger Time Capsule, vil kabinettet normalt blive varmt. Time Capsulekabinettet fungerer som en kølende overflade, der overfører varme fra enhedens inderside til den køligere luft udenfor. Undgå våde steder  Hold Time Capsule væk fra væsker som f.eks. drikkevarer, håndvaske, badekar, brusekabiner osv.  Beskyt Time Capsule mod direkte sollys og regn eller anden fugt.  Pas på ikke at spilde mad eller væske på Time Capsule. Hvis du gør det, skal du tage ledningen ud af stikkontakten, før du fjerner det spildte.  Brug ikke Time Capsule udendørs. Time Capsule er beregnet til indendørs brug. Foretag ikke selv reparationer Om håndtering Time Capsule kan blive beskadiget, hvis den ikke opbevares og håndteres korrekt. Vær omhyggelig med ikke at tabe Time Capsule, når du transporterer den. ADVARSEL: Reducer risikoen for elektrisk stød eller beskadigelse ved at undlade at bruge Time Capsule i eller i nærheden af vand eller våde områder. ADVARSEL: Forsøg ikke at åbne Time Capsule eller skille enheden ad. Du risikerer at få elektrisk stød, og at den begrænsede garanti ikke længere gælder. Udstyret indeholder ingen komponenter, som brugeren selv kan reparere eller udskifte.36 Regulatory Compliance Information Wireless Radio Use This device is restricted to indoor use due to its operation in the 5.15 to 5.25 GHz frequency range to reduce the potential for harmful interference to cochannel Mobile Satellite systems. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of this device is well below the FCC and EU radio frequency exposure limits. However, this device should be operated with a minimum distance of at least 20 cm between its antennas and a person’s body and the antennas used with this transmitter must not be colocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. FCC Declaration of Conformity This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product.37 This product was tested for FCC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple-authorized dealer. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only) Apple Inc., Corporate Compliance, 1 Infinite Loop M/S 26-A, Cupertino, CA 95014-2084 Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Class B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. VCCI Class B Statement Europa – erklæring om opfyldelse af EU-krav Du kan læse mere på webstedet www.apple.com/euro/compliance. Den Europæiske Union – oplysninger om bortskaffelse Dette symbol betyder, at dit produkt bør bortskaffes adskilt fra husholdningsaffald i henhold til nationale love og regulativer. Når dette produkts livscyklus er forbi, skal du aflevere det på en genbrugsplads, som er godkendt af de lokale myndigheder. På nogle genbrugspladser er det gratis at aflevere produkter. Den indsamling og genbrug af dit produkt, som sker i forbindelse med bortskaffelsen, hjælper med at bevare naturens ressourcer, og sikrer, at produktet genbruges på en måde, som beskytter vores sundhed og miljø. Oplysninger om bortskaffelse og genbrug Produktet har et internt batteri. Brugte batterier skal genbruges eller destrueres i henhold til gældende regler. Der findes oplysninger om Apples genbrugsprogram på www.apple.com/environment. California: The coin cell battery in your product contains perchlorates. Special handling and disposal may apply. Refer to www.dtsc.ca.gov/hazardouswaste/perchlorate. Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerätes am Ende seines Lebenszyklus entsprechend der maßgeblichen gesetzlichen Regelungen. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd.38 Taiwan: Singapore Wireless Certification Taiwan Warning Statements Korea Warning Statements © 2009 Apple Inc. Alle rettigheder forbeholdes. Apple, Apple-logoet, AirPort, AirPort Express, AirPort Extreme, Apple TV, Bonjour, iPod, Leopard, Macintosh, Mac OS og Time Capsule er varemærker tilhørende Apple Inc. og er registreret i USA og andre lande. Finder, iPhone og Time Machine er varemærker tilhørende Apple Inc. Andre nævnte produkt- og firmanavne kan være varemærker tilhørende deres respektive ejere.www.apple.com/airport www.apple.com/support/airport DK019-1384 iPod nano Benutzerhandbuch2 2 Inhalt Kapitel 1 4 iPod nano-Grundlagen 4 Der iPod nano im Überblick 5 Verwenden der Bedienelemente des iPod nano 10 Verwenden der Menüs des iPod nano 13 Der interne Lautsprecher des iPod nano 14 Verbinden und Trennen des iPod nano 17 Die Batterie des iPod nano Kapitel 2 21 Einrichten des iPod nano 22 Einrichten Ihrer iTunes-Mediathek 22 Importieren von Musik in iTunes 24 Hinzufügen weiterer Details zu Ihrer iTunes-Mediathek 24 Verwalten Ihrer Musik 26 Importieren von Videos in iTunes 27 Hinzufügen von Musik, Videos und anderen Inhalten zum iPod nano 27 Erstmaliges Verbinden des iPod nano mit einem Computer 29 Automatisches Synchronisieren von Musik 31 Automatisches Synchronisieren von Videos 33 Hinzufügen von Podcasts zum iPod nano 33 Hinzufügen von iTunes U-Inhalten zum iPod nano 34 Hinzufügen von Hörbüchern zum iPod nano 35 Hinzufügen weiterer Inhalte zum iPod nano 35 Manuelles Verwalten des iPod nano 37 Einrichten von VoiceOver Kapitel 3 38 Anhören von Musik 38 Abspielen von Musik und anderem Audiomaterial 45 Verwenden der Funktion „Genius“ auf dem iPod nano 56 Abspielen von Podcasts 56 Abspielen von iTunes U-Inhalten 57 Anhören von HörbüchernInhalt 3 Kapitel 4 58 Ansehen von Videos 58 Ansehen von Videos auf dem iPod nano 59 Ansehen von Videos auf einem an den iPod nano angeschlossenen Fernsehgerät Kapitel 5 62 Verwenden der Videokamera 63 Aufnehmen von Video 64 Abspielen aufgenommener Videos 65 Löschen aufgenommener Videos 65 Importieren aufgenommener Videos auf Ihren Computer Kapitel 6 69 Anhören von FM-Radiosendungen 71 Einstellen des FM-Radios 72 Stoppen von Live-Radiosendungen 75 Kennzeichnen von Titeln für die Synchronisierung mit iTunes 76 Verwenden des Menüs „Radio“ Kapitel 7 78 Fotofunktionen 81 Anzeigen von Fotos 84 Hinzufügen von Fotos vom iPod nano zu einem Computer Kapitel 8 85 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 85 Verwenden des iPod nano als Schrittzähler 88 Aufzeichnen von Sprachmemos 91 Verwenden zusätzlicher Einstellungen 96 Synchronisieren von Kontakten, Kalendern und Aufgabenlisten 98 Mono Audio 98 Verwenden der Sprachausgabe für Menüs als Bedienungshilfe 99 Verwenden des iPod nano als externes Volume 100 Sichern und Lesen von Textnotizen 101 iPod nano-Zubehör Kapitel 9 103 Tipps und Fehlerbeseitigung 103 Allgemeine Vorschläge 110 Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software Kapitel 10 111 Sicherheit und Pflege 111 Wichtige Sicherheitsinformationen 115 Wichtige Informationen zur Handhabung Kapitel 11 116 Weitere Informationen, Service und Support1 4 1 iPod nano-Grundlagen Lesen Sie in diesem Kapitel, welche Funktionen Ihr iPod nano bietet, wie Sie seine Bedienelemente benutzen und vieles mehr. Der iPod nano im Überblick Lernen Sie die Bedienelemente des iPod nano kennen: 30-poliger Anschluss Click Wheel Vor/Schneller Vorlauf Mitteltaste Kopfhöreranschluss Taste „Menu“ Zurück/Schneller Rücklauf Start/Pause Schalter „Hold“ Mikrofon ObjektivKapitel 1 iPod nano-Grundlagen 5 Neue Merkmale und Funktionen des iPod nano  Größerer 2,2"-Bildschirm  Gehäuse aus poliertem Aluminium  Integrierte Videokamera für die Aufnahme von Videos mit Spezialeffekten  FM-Radio mit Pausenfunktion für Live-Sendungen und Kennzeichnung von Titeln für den Kauf im iTunes Store (Kennzeichnung möglicherweise nicht in allen Ländern möglich)  Lautsprecher und Mikrofon integriert  Schrittzähler zur Aufzeichnung von Trainingserfolgen Verwenden der Bedienelemente des iPod nano Die Bedienelemente des iPod nano sind einfach zu finden und zu verwenden. Drücken Sie eine beliebige Taste, um den iPod nano einzuschalten. Wenn Sie den iPod nano das erste Mal einschalten, wird das Sprachmenü angezeigt. Blättern Sie mit dem Click Wheel zu Ihrer Sprache und drücken Sie dann die Mitteltaste, um die Sprache auszuwählen. Nun wird das Hauptmenü in Ihrer Sprache angezeigt. Verwenden Sie das Click Wheel und die Mitteltaste, um durch die Menüs auf dem Bildschirm zu navigieren und um Musiktitel abzuspielen, Einstellungen zu ändern und Informationen abzurufen. Bewegen Sie den Daumen leicht über das Click Wheel, um eine Menüoption hervorzuheben. Drücken Sie die Mitteltaste, um die Option auszuwählen. Drücken Sie die Taste „Menu“, um zum vorherigen Menü zurückzuwechseln.6 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Für folgende Funktionen verwenden Sie die iPod nano-Bedienelemente: Funktion Aktion Einschalten des iPod nano Drücken Sie eine beliebige Taste. Ausschalten des iPod nano Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’) und halten Sie diese gedrückt. Einschalten der Hintergrundbeleuchtung Drücken Sie eine beliebige Taste oder verwenden Sie das Click Wheel. Deaktivieren der iPod nanoBedienelemente (damit die Tasten nicht aus Versehen gedrückt werden) Schieben Sie den Schalter „Hold“ auf „Hold“ (ein orangefarbenes Feld wird angezeigt). Zurücksetzen des iPod nano (wenn er nicht reagiert) Schieben Sie den Schalter „Hold“ auf „Hold“ und wieder in die vorherige Position. Drücken Sie die Taste „Menu“ und die Mitteltaste gleichzeitig etwa 6 Sekunden lang, bis das Apple-Logo zu sehen ist. Auswählen eines Menüobjekts Blättern Sie mit dem Click Wheel zum gewünschten Objekt und drücken Sie die Mitteltaste, um das Objekt auszuwählen. Zurückkehren zum vorherigen Menü Drücken Sie die Taste „Menu“. Zurückkehren direkt zum Hauptmenü Drücken und halten Sie die Taste „Menu“. Zugreifen auf weitere Optionen Drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. Suchen nach einem Titel Wählen Sie „Musik“ aus dem Hauptmenü. Suchen nach einem Video Wählen Sie „Videos“ aus dem Hauptmenü. Abspielen eines Musiktitels oder Videos Wählen Sie den Musiktitel oder das Video aus und drücken Sie die Mitteltaste oder die Taste „Start/Pause“ (’). Der iPod nano muss auf dem Computer ausgeworfen werden, damit Musiktitel und Videos abgespielt werden können. Anhalten eines Musiktitels oder Videos Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’) oder ziehen Sie den Stecker der Ohrhörer aus dem Anschluss. Ändern der Lautstärke Wenn der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, können Sie hierzu das Click Wheel verwenden. Abspielen aller Musiktitel in einer Wiedergabeliste oder einem Album Wählen Sie eine Wiedergabeliste oder ein Album aus und drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’). Zufällige Wiedergabe Wählen Sie „Zufällige Titel“ aus dem Hauptmenü. Wechseln zu einem zufällig gewählten Titel Schütteln Sie den iPod nano. Aktivieren oder Deaktivieren der Option „Schütteln“ für die Zufallswiedergabe Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“, wählen Sie „Schütteln“ und wählen Sie dann „Zufällig“ oder „Aus“.Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen 7 Wechseln zu einer beliebigen Stelle in einem Musiktitel oder Video Drücken Sie, wenn der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, die Mitteltaste, um den Navigationsbalken einzublenden (die Abspielposition auf dem Balken gibt die aktuelle Position im Titel an) und navigieren Sie dann zu einem beliebigen Punkt im Musiktitel oder Video. Springen zum nächsten Musiktitel oder Kapitel in einem Hörbuch oder Podcast Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘). Erneutes Abspielen eines Musiktitels oder Videos von Anfang an Drücken Sie die Taste „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]). Vor- oder Zurückspulen eines Titels, eines Videos oder einer gestoppten Radiosendung Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) bzw. „Zurück/ Schneller Rücklauf“ (]) und halten Sie diese gedrückt. Hinzufügen eines Titels zur „On-The-Go“-Wiedergabeliste Spielen Sie einen Musiktitel ab oder wählen Sie ihn aus. Drücken Sie dann die Mitteltaste und halten Sie diese gedrückt, bis ein Menü angezeigt wird. Wählen Sie „Zu On-the-Go hinzufügen“ und drücken Sie die Mitteltaste. Abspielen des vorherigen Musiktitels oder Kapitels in einem Hörbuch oder Podcast Drücken Sie zweimal die Taste „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]). Erstellen einer GeniusWiedergabeliste Spielen Sie einen Musiktitel ab oder wählen Sie ihn aus. Drücken Sie dann die Mitteltaste und halten Sie diese gedrückt, bis ein Menü angezeigt wird. Wählen Sie „Genius starten“ und drücken Sie dann die Mitteltaste (die Option „Genius starten“ wird nur dann auf dem Bildschirm „Sie hören“ angezeigt, wenn für den ausgewählten Titel Genius-Daten vorliegen). Sichern einer GeniusWiedergabeliste Erstellen Sie eine Genius-Wiedergabeliste, wählen Sie „Liste sichern“ und drücken Sie dann die Mitteltaste. Abspielen einer gesicherten Genius-Wiedergabeliste Wählen Sie aus dem Menü „Wiedergabelisten“ eine Genius-Wiedergabeliste aus und drücken Sie dann die Taste „Start/Pause“ (’). Abspielen einer GeniusMischung (Genius-Mix) Wählen Sie „Genius-Mixe“ aus dem Menü „Musik“. Wählen Sie eine Mischung und drücken Sie dann die Taste „Start/Pause“ (’). Aufnehmen von Videos Wählen Sie „Videokamera“ aus dem Hauptmenü. Drücken Sie die Mitteltaste, um die Aufnahme zu starten oder zu stoppen. Aufnehmen von Videos mit Spezialeffekten Drücken Sie vor der Aufnahme die Mitteltaste und halten Sie sie gedrückt, um Effekte anzuzeigen. Blättern Sie dann mit dem Click Wheel durch die Effekte und wählen Sie mit der Mitteltaste den gewünschten Effekt aus. Drücken Sie erneut die Mitteltaste, um die Aufnahme zu starten. Wiedergeben aufgenommener Videos Drücken Sie die Mitteltaste, um die Aufnahme zu beenden. Drükken Sie dann die Taste „Menu“, um den Bildschirm „Film“ zu öffnen. Wählen Sie ein Video aus und spielen Sie es durch Drücken der Mitteltaste ab. Funktion Aktion8 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Ansehen aufgenommener Videos Wählen Sie aus dem Menü „Videos“ die Option „Filme“ aus. Wählen Sie dann ein Video aus und drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’). Anhören von FM-Radiosendungen Wählen Sie „Radio“ aus dem Hauptmenü. Auswählen eines FM-Radiosenders Verwenden Sie das Click Wheel, um den gewünschten Sender einzustellen. Wechseln zwischen FM-Radiosendern Wenn die Radiosenderauswahl angezeigt wird, drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um zum nächsten oder vorherigen Radiosender zu wechseln. Nicht verfügbar, wenn Radiosender als Favoriten gesichert werden. Suchen nach FM-Radiosendern Wenn die Radiosenderauswahl angezeigt wird, drücken und halten Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘). Drücken Sie die Mitteltaste, um die Sendersuche zu stoppen. Sichern eines FM-Radiosenders als Favoriten Drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. Wählen Sie dann „Voreinstellung hinzufügen“. Stoppen und Fortsetzen von Live-Radiosendungen Drücken Sie in einem beliebigen Bildschirm die Taste „Start/Pause“ (’), während Sie Radio hören. Drücken Sie erneut die Taste „Start/ Pause“ (’), um die Wiedergabe fortzusetzen. Bei einer Änderung des Radiosenders werden gestoppte Radiosendungen gelöscht. Wechseln zwischen Radiosenderauswahl und dem Bildschirm „Live-Pause“ Drücken Sie die Mitteltaste. Kennzeichnen eines Titels im Radio Drücken Sie die Mitteltaste und halten Sie sie gedrückt, um Titel zu kennzeichnen, die über ein entsprechendes Symbol verfügen. Synchronisieren Sie Ihren iPod mit iTunes, um eine Hörprobe gekennzeichneter Titel abzuspielen und sie zu kaufen. Verwenden des Schrittzählers (Pedometer) Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Fitness“ und anschließend „Pedometer“ aus. Drücken Sie die Mitteltaste, um die Erfassung der Trainingsdaten zu starten oder zu stoppen. Aufnehmen eines Sprachmemos Wählen Sie aus dem Menüs „Extras“ die Option „Sprachmemos“. Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Aufnahme zu starten oder zu stoppen. Drücken Sie die Mitteltaste, um Kapitelmarkierungen hinzuzufügen. Ermitteln der Seriennummer des iPod nano Wählen Sie aus dem Hauptmenü „Einstellungen“ > „Über“ und drücken Sie die Mitteltaste, bis die Seriennummer angezeigt wird. Alternativ können Sie auf der Rückseite des iPod nano nachsehen. Funktion AktionKapitel 1 iPod nano-Grundlagen 9 Deaktivieren der Bedienelemente des iPod nano Wenn Sie vermeiden möchten, versehentlich den iPod nano einzuschalten oder Bedienelemente zu aktivieren, können Sie diese mit dem Schalter „Hold“ deaktivieren. Mit dem Schalter „Hold“ wird das Click Wheel deaktiviert, ebenso wie Funktionen, die durch Bewegung aktiviert werden, etwa das Schütteln für die Zufallswiedergabe und das Drehen zum Starten oder Beenden von Cover Flow. Gehen Sie wie folgt vor, um die Bedienelemente des iPod nano zu deaktivieren: m Schieben Sie den Schalter „Hold“ auf „Hold“ (ein orangefarbenes Feld wird angezeigt). Wenn Sie die Bedienelemente deaktivieren, während Sie den iPod nano verwenden, wird das gerade abgespielte Objekt (Titel, Wiedergabeliste, Podcast oder Video) weiterhin abgespielt. Auch der Schrittzähler zählt weiterhin die Schritte, wenn er aktiviert ist. Möchten Sie die Wiedergabe anhalten oder unterbrechen, schieben Sie den Schalter „Hold“ zurück, um die Bedienelemente wieder zu aktivieren.10 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Verwenden der Menüs des iPod nano Nach dem Einschalten des iPod nano wird das Hauptmenü angezeigt. Wählen Sie Menüoptionen aus, um Funktionen auszuführen oder zu anderen Menüs zu wechseln. Symbole am oberen Rand des Bildschirms zeigen den Status des iPod nano an. Angezeigtes Objekt Funktion Menütitel Zeigt den Titel des aktuellen Menüs an. Der Titel des Menüs wird nicht angezeigt, wenn das Schlosssymbol zu sehen ist. Schrittzählersymbol Wird eingeblendet, wenn der Schrittzähler aktiviert ist. Wiedergabesymbol Das Symbol für „Wiedergabe“ (“) wird angezeigt, wenn ein Musiktitel, ein Video oder ein sonstiges Objekt abgespielt wird. Das Symbol für „Pause“ (1) wird angezeigt, wenn das Objekt angehalten wurde. Batteriesymbol Das Batteriesymbol zeigt den ungefähren Ladezustand der Batterie an. Schlosssymbol Das Schlosssymbol wird angezeigt, wenn der Schalter „Hold“ auf „Hold“ gesetzt ist. Dieses Symbol weist darauf hin, dass die Bedienelemente des iPod nano deaktiviert sind. Das Schlosssymbol ersetzt dann den Menütitel. Menüoptionen Mit dem Click Wheel können Sie durch die Menüoptionen blättern. Drücken Sie die Mitteltaste, um eine Option auszuwählen. Ein Pfeil neben einer Menüoption zeigt an, dass die Option zu einem weiteren Menü oder einem weiteren Bildschirm führt. Vorschaubereich Zeigt Albumcover, Fotos und andere Informationen zum gewählten Menüobjekt an. Menütitel Schrittzählersymbol Batteriesymbol Menüoptionen Vorschaubereich Wiedergabesymbol SchlosssymbolKapitel 1 iPod nano-Grundlagen 11 Hinzufügen oder Löschen von Menüoptionen im Hauptmenü Sie können, falls gewünscht, häufig verwendete Optionen zum iPod nano-Hauptmenü hinzufügen. Sie können beispielsweise die Menüoption „Titel“ zum Hauptmenü hinzufügen, sodass Sie nicht mehr „Musik“ wählen müssen, bevor Sie „Titel“ auswählen können. Gehen Sie wie folgt vor, um Optionen im Hauptmenü hinzuzufügen oder zu löschen: 1 Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Hauptmenü“. 2 Wählen Sie alle Objekte aus, die im Hauptmenü angezeigt werden sollen. Ein Häkchen weist darauf hin, welche Objekte hinzugefügt wurden. Deaktivieren des Vorschaubereichs Im Vorschaubereich unten im Hauptmenü werden Albumcover, Fotominiaturen, der verfügbare Speicherplatz und weitere Informationen angezeigt. Sie können den Vorschaubereich deaktivieren, um mehr Platz für die Anzeige von Menüobjekten zu erhalten. Gehen Sie wie folgt vor, um den Vorschaubereich zu aktivieren oder zu deaktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Hauptmenü“ > „Vorschau“ und drücken Sie dann die Mitteltaste, um „Ein“ oder „Aus“ auszuwählen. Im Vorschaubereich werden Albumcover zu einer bestimmten Kategorie nur dann angezeigt, wenn auf dem iPod nano in der entsprechenden Kategorie mindestens fünf Objekte mit Covern vorhanden sind. Festlegen der Schriftgröße in Menüs Der iPod nano kann Text in zwei verschiedenen Größen anzeigen: Standard und Groß. Gehen Sie wie folgt vor, um die Schriftgröße festzulegen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Schriftgröße“ und wählen Sie dann durch Drücken der Mitteltaste „Standard“ oder „Groß“ aus. Einstellen der Sprache Der iPod nano bietet verschiedene Sprachen zur Auswahl. Gehen Sie wie folgt vor, um die Sprache festzulegen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Sprache“ und wählen Sie dann eine Sprache aus.12 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Einstellen des Timers für die Hintergrundbeleuchtung Sie können festlegen, dass die Hintergrundbeleuchtung den Bildschirm für eine bestimmte Dauer beleuchtet, wenn Sie eine Taste drücken oder das Click Wheel verwenden. Die Standardeinstellung hierfür ist 10 Sekunden. Gehen Sie wie folgt vor, um den Timer für die Hintergrundbeleuchtung einzustellen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Beleuchtung“ und wählen Sie dann die gewünschte Zeitspanne aus. Wählen Sie „Immer ein“, um zu verhindern, dass die Hintergrundbeleuchtung ausgeschaltet wird (bei Auswahl dieser Option verringert sich die Batterieleistung). Einstellen der Helligkeit des Bildschirms Sie können die Helligkeit des iPod nano-Bildschirms anpassen. Gehen Sie wie folgt vor, um die Helligkeit des Bildschirms festzulegen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Helligkeit“ und passen Sie die Helligkeit mit dem Click Wheel an. Sie können die Helligkeit einstellen, während eine Diashow oder ein Video wiedergegeben wird. Drücken Sie die Mitteltaste, bis der Helligkeitsregler angezeigt wird. Passen Sie die Helligkeit dann mit dem Click Wheel an. Deaktivieren des Click Wheel-Klicktons Beim Blättern durch Menüobjekte kann über die Ohrhörer oder Kopfhörer und den internen Lautsprecher des iPod nano ein Klickton ausgegeben werden. Der Klickton des Click Wheel lässt sich deaktivieren. Gehen Sie wie folgt vor, um den Click Wheel-Klickton zu deaktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ und setzen Sie die Option „Klicken“ auf „Aus“. Setzen Sie die Option „Klicken“ auf „Ein“, um den Klickton wieder zu aktivieren. Schnelles Blättern durch lange Listen Sie können schnell durch eine lange Liste blättern, indem Sie den Daumen schnell auf dem Click Wheel bewegen. Hinweis: Es werden nicht alle Sprachen unterstützt. Gehen Sie wie folgt vor, um schnell durch Objekte zu blättern: 1 Bewegen Sie Ihren Daumen schnell auf dem Click Wheel, um einen Buchstaben des Alphabets auf dem Bildschirm anzuzeigen. 2 Navigieren Sie mit dem Click Wheel im Alphabet zum ersten Buchstaben des Objekts, das Sie suchen. Objekte, deren erstes Zeichen ein Symbol oder eine Zahl ist, werden nach dem Buchstaben „Z“ aufgeführt.Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen 13 3 Nehmen Sie den Daumen kurz vom Click Wheel, um mit normaler Geschwindigkeit zu blättern. 4 Navigieren Sie mit dem Click Wheel zu dem gewünschten Objekt. Informationen zu Ihrem iPod nano Sie können Informationen zu Ihrem iPod nano abrufen, etwa die Größe des verfügbaren Speicherplatzes, die Anzahl der Musiktitel, Videos, Fotos und sonstigen gespeicherten Objekte sowie die Seriennummer, das Modell und die Softwareversion. Gehen Sie wie folgt vor, um Informationen zu Ihrem iPod nano abzurufen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Über“ und drücken Sie die Mitteltaste, um nacheinander alle Informationsbildschirme einzublenden. Zurücksetzen aller Einstellungen Sie können alle Objekte im Menü „Einstellungen“ auf ihre Standardeinstellung zurücksetzen. Gehen Sie wie folgt vor, um alle Einstellungen zurückzusetzen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Einstellungen zurücksetzen“ und wählen Sie dann „Zurücksetzen“. Der interne Lautsprecher des iPod nano Mit dem internen Lautsprecher des iPod nano können Sie beliebiges Audiomaterial auf dem iPod nano ohne Ohr- oder Kopfhörer anhören. Eine Ausnahme stellen Sendungen des integrierten FM-Radios dar, das das Kabel von Ohr- oder Kopfhörer als Antenne nutzt. Durch den Anschluss von Ohr- oder Kopfhörern an den iPod nano wird der interne Lautsprecher deaktiviert. Das gerade wiedergegebene Audiomaterial wird weiterhin abgespielt, allerdings nur über die Ohr- oder Kopfhörer. Wenn Sie die Ohr- oder Kopfhörer trennen, während das Audiomaterial wiedergegeben wird, wird die Wiedergabe unterbrochen. Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um das Audiomaterial wieder über den internen Lautsprecher anzuhören. Wenn Sie die Ohr- oder Kopfhörer trennen, während das Radio läuft oder angehalten ist, stoppt die Wiedergabe und eine evtl. angehaltene Radiosendung wird gelöscht. Wenn Sie „Videokamera“ oder „Sprachmemos“ wählen, während Audiomaterial abgespielt wird, wird die Wiedergabe gestoppt.14 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Verbinden und Trennen des iPod nano Sie verbinden den iPod nano mit Ihrem Computer, um Musik, Videos, Fotos und Dateien zum iPod nano hinzuzufügen, um aufgenommene Videos und Sprachmemos auf den Computer zu importieren und um die Batterie zu laden. Trennen Sie den iPod nano wieder, wenn Sie damit fertig sind. Wichtig: Die Batterie wird nicht aufgeladen, wenn sich Ihr Computer im Ruhezustand befindet. Verbinden des iPod nano Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano mit Ihrem Computer zu verbinden: m Schließen Sie das mitgelieferte Dock Connector-auf-USB-Kabel an einen HighPower-USB 2.0-Anschluss Ihres Computers und das andere Ende des Kabels an den iPod nano an. Wenn Sie ein iPod Dock verwenden, schließen Sie das Kabel an einen USB 2.0- Anschluss Ihres Computers und das andere Ende an das Dock an. Setzen Sie den iPod nano dann in das Dock. Hinweis: Der USB-Anschluss der meisten Tastaturen liefert nicht ausreichend Strom, um den iPod nano zu laden. Schließen Sie den iPod nano an einen USB 2.0-Anschluss Ihres Computers an. Standardmäßig synchronisiert iTunes Musiktitel auf dem iPod nano automatisch, wenn Sie ihn mit dem Computer verbinden. Sobald die Synchronisierung abgeschlossen ist, können Sie den iPod nano vom Computer trennen. Sie können Musiktitel synchronisieren, während die iPod nano-Batterie aufgeladen wird. Wenn der iPod nano für das automatische Synchronisieren von Musiktiteln konfiguriert ist und Sie ihn an einen anderen Computer anschließen, werden Sie von iTunes vor dem Synchronisieren von Musik aufgefordert, den Vorgang zu bestätigen. Wenn Sie auf „Ja“ klicken, werden die Musiktitel und anderen Audiodateien auf Ihrem iPod nano gelöscht und durch Titel und andere Audiodateien ersetzt, die sich auf dem Computer befinden, mit dem der iPod nano verbunden ist. Informationen zum Hinzufügen von Musik zum iPod nano und Verwenden des iPod nano mit mehreren Computern finden Sie in Kapitel 2 „Einrichten des iPod nano“ auf Seite 21.Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen 15 Trennen des iPod nano Trennen Sie den iPod nano keinesfalls während der Synchronisierung. Dem Bildschirm Ihres iPod nano können Sie entnehmen, ob Sie den iPod nano vom Computer trennen können. Trennen Sie den iPod nano nicht, während die Meldung „Verbunden“ oder „Synchronisieren“ angezeigt wird, da ansonsten Dateien auf dem iPod nano beschädigt werden können. Wird eine dieser Meldungen eingeblendet, müssen Sie den iPod nano auswerfen, bevor Sie ihn vom Computer trennen. Wenn das Hauptmenü oder ein großes Batteriesymbol angezeigt wird, können Sie den iPod nano vom Computer trennen. Wenn Sie den iPod nano für eine manuelle Verwaltung von Musiktiteln konfiguriert haben (vgl. „Manuelles Verwalten des iPod nano“ auf Seite 35) oder wenn der iPod nano als Festplatte aktiviert ist (vgl. „Verwenden des iPod nano als externes Volume“ auf Seite 99), müssen Sie den iPod nano immer auswerfen, bevor Sie ihn vom Computer trennen. Falls Sie den iPod nano versehentlich vom Computer trennen, ohne ihn auszuwerfen, verbinden Sie ihn wieder mit Ihrem Computer und synchronisieren Sie ihn erneut.16 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano auszuwerfen: m Klicken Sie in iTunes auf die Taste „Auswerfen“ (C) neben dem iPod nano in der Geräteliste auf der linken Seite des iTunes-Fensters. Sie können den iPod nano unbesorgt vom Computer trennen, wenn eine dieser beiden Meldungen angezeigt wird: Wenn Sie einen Mac verwenden, können Sie den iPod nano auch auswerfen, indem Sie das iPod nano-Symbol vom Schreibtisch in den Papierkorb bewegen. Wenn Sie einen Windows-PC verwenden, können Sie den iPod nano im Bildschirm „Mein Computer“ auch auswerfen, indem Sie auf das Symbol für das sichere Entfernen von Hardware im Windows-Infobereich klicken und den iPod nano auswählen. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano zu trennen: 1 Trennen Sie die Ohr- oder Kopfhörer, wenn diese angeschlossen sind. 2 Trennen Sie das Kabel vom iPod nano. Befindet sich der iPod nano im Dock, nehmen Sie ihn einfach heraus. Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen 17 Die Batterie des iPod nano Der iPod nano hat eine interne Batterie, die vom Benutzer nicht entfernt oder ausgetauscht werden kann. Optimale Ergebnisse erzielen Sie, wenn Sie die Batterie beim erstmaligen Verwenden des iPod nano mindestens drei Stunden lang aufladen bzw. so lange aufladen, bis das Batteriesymbol im Statusbereich des Bildschirms anzeigt, dass die Batterie vollständig aufgeladen ist. Wenn der iPod nano längere Zeit nicht verwendet wurde, muss die Batterie möglicherweise aufgeladen werden. Hinweis: Der iPod nano verbraucht auch nach dem Ausschalten Batteriestrom. Die Batterie des iPod nano ist nach ungefähr eineinhalb Stunden zu 80 Prozent und nach ungefähr drei Stunden vollständig aufgeladen. Wenn Sie den iPod nano aufladen, während Sie Dateien hinzufügen, Musik abspielen, Videos ansehen oder eine Diashow vorführen, dauert der Ladevorgang u. U. länger. Aufladen der Batterie des iPod nano Sie haben zwei Möglichkeiten zum Aufladen der Batterie des iPod nano:  Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer.  Verwenden Sie den separat erhältlichen Apple USB Power Adapter (Netzteil). Gehen Sie wie folgt vor, um die Batterie über Ihren Computer aufzuladen: m Schließen Sie den iPod nano an einen USB 2.0-Anschluss Ihres Computers an. Der Computer muss eingeschaltet sein und darf sich nicht im Ruhezustand befinden. Wenn auf dem iPod nano-Bildschirm „Wird geladen“ ein Batteriesymbol sichtbar ist, wird die Batterie aufgeladen. Wird der Bildschirm „Geladen“ angezeigt, ist die Batterie vollständig aufgeladen. Wird keiner der beiden Bildschirme angezeigt, ist der iPod nano möglicherweise nicht an einem High-Power USB-Anschluss angeschlossen. Probieren Sie einen anderen USBAnschluss an Ihrem Computer aus. 18 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Wichtig: Wenn die Meldung „Wird geladen, bitte warten“ oder „Bitten laden Sie die Batterie auf“ auf dem Bildschirm des iPod nano angezeigt wird, muss erst die Batterie geladen werden, bevor der iPod nano mit Ihrem Computer kommunizieren kann. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Auf dem iPod nano wird die Meldung „Bitte laden Sie die Batterie auf“ angezeigt“ auf Seite 106. Wenn Sie den iPod nano aufladen möchten und Ihr Computer nicht in der Nähe ist, können Sie hierzu den optional erhältlichen Apple USB Power Adapter (Netzteil) verwenden. Gehen Sie wie folgt vor, um die Batterie mit dem Apple USB Power Adapter (Netzteil) aufzuladen: 1 Verbinden Sie den Netzteilstecker mit dem Netzteil (möglicherweise ist dies bereits geschehen). 2 Schließen Sie das Dock Connector-auf-USB-Kabel an das Netzteil und das andere Ende des Kabels an den iPod nano an. 3 Schließen Sie das Netzteil an eine funktionierende Steckdose an. Apple USB Power Adapter (Netzteil) (Ihr Netzteil kann anders aussehen.) iPod-USB-KabelKapitel 1 iPod nano-Grundlagen 19 Die verschiedenen Symbole für den Batteriestatus Wenn der iPod nano nicht an eine Stromquelle angeschlossen ist, zeigt ein Batteriesymbol oben rechts im iPod nano-Bildschirm an, wie viel Batterieladung ungefähr noch vorhanden ist. Ist der iPod nano am Stromnetz angeschlossen, ändert sich das Batteriesymbol, wenn die Batterie aufgeladen wird bzw. vollständig aufgeladen ist. Es ist möglich, den iPod nano vom Computer zu trennen und ihn zu verwenden, bevor die Batterie vollständig aufgeladen ist. Hinweis: Die Anzahl der Ladezyklen bei wiederaufladbaren Batterien ist begrenzt. Daher müssen diese Batterien irgendwann ersetzt werden. Die Batterielaufzeit und die Anzahl der Ladezyklen hängt von der Nutzung und von den gewählten Einstellungen ab. Informationen hierzu finden Sie auf der Website: www.apple.com/de/batteries. Die Batterie ist weniger als 20 % aufgeladen. Die Batterie ist etwa zur Hälfte aufgeladen. Die Batterie ist vollständig aufgeladen. Die Batterie wird aufgeladen (Blitzsymbol). Die Batterie ist vollständig aufgeladen (Steckersymbol).20 Kapitel 1 iPod nano-Grundlagen Verbessern der Batterieleistung mit der Option „Energie sparen“ Mithilfe der Option „Energie sparen“ lässt sich die Zeit zwischen den Ladezyklen der Batterie verlängern, indem der Bildschirm des iPod nano ausgeschaltet wird, wenn Sie die Bedienelemente nicht verwenden. Die Option „Energie sparen“ ist standardmäßig aktiviert. Gehen Sie wie folgt vor, um die Option „Energie sparen“ zu aktivieren oder zu deaktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Energie sparen“ und wählen Sie dann „Ein“ oder „Aus“. Wenn Sie die Option „Energie sparen“ deaktivieren, zeigt der iPod nano nach dem Ausschalten der Hintergrundbeleuchtung den folgenden Hinweis an: Durch Deaktivieren der Option „Energie sparen“ wird der Stromverbrauch über die Batterie erhöht.2 21 2 Einrichten des iPod nano Mithilfe von iTunes auf Ihrem Computer richten Sie den iPod nano für die Wiedergabe Ihrer Musik, Videos und anderer Medieninhalte ein. Zum Aufnehmen von Videos oder Anhören von FM-Radiosendungen ist keine Konfiguration erforderlich. Verwenden von iTunes iTunes ist ein kostenlos erhältliches Programm, das Sie zum Einrichten, Sortieren und Verwalten Ihrer Inhalte auf dem iPod nano verwenden. Mit iTunes können Sie Musik, Hörbücher, Podcasts und mehr mit dem iPod nano synchronisieren. Ist iTunes noch nicht auf Ihrem Computer installiert, können Sie es unter folgender Adresse laden: www.apple.com/de/downloads. Für den iPod nano ist iTunes 9 (oder neuer) erforderlich. iTunes ist als Mac- und Windows-Version verfügbar. Verwenden Sie iTunes, um Musik von CDs und aus dem Internet zu importieren, Musiktitel und andere Audio- und Videoinhalte aus dem iTunes Store zu kaufen, persönliche Sammlungen Ihrer Lieblingstitel (so genannte „Wiedergabelisten“) zu erstellen, diese mit dem iPod nano zu synchronisieren und iPod nano-Einstellungen anzupassen.22 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano iTunes verfügt über die Funktion „Genius“, mit der Musiktitel aus Ihrer iTunes-Mediathek sofort in Wiedergabelisten und Mischungen mit aufeinander abgestimmten Titeln gestellt werden. Sie können Genius-Wiedergabelisten, die Sie in iTunes erstellen, mit dem iPod nano synchronisieren und auch direkt auf dem iPod nano Genius-Wiedergabelisten anlegen und Genius-Mischungen anhören. Sie benötigen einen iTunes StoreAccount, um die Funktion „Genius“ verwenden zu können. iTunes bietet zahlreiche weitere Funktionen. Sie können eigene CDs brennen, die sich mit standardmäßigen CD-Playern abspielen lassen (vorausgesetzt, Ihr Computer ist mit einem CD-Brenner ausgestattet), per Streaming übertragene Internet-Radiosendungen anhören, Videos und Fernsehsendungen ansehen, Musiktitel bewerten und vieles mehr. Wenn Sie Informationen zur Verwendung dieser iTunes-Funktionen benötigen, öffnen Sie iTunes und wählen Sie „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“. Wenn auf Ihrem Computer bereits iTunes 9 (oder neuer) installiert ist und Sie die iTunes-Mediathek eingerichtet haben, können Sie mit den Informationen unter „Hinzufügen von Musik, Videos und anderen Inhalten zum iPod nano“ auf Seite 27 fortfahren. Möchten Sie gleich mit der Aufnahme von Videos beginnen oder FM-Radiosendungen anhören, können Sie den iPod nano zu einem späteren Zeitpunkt einrichten. Informationen zum Aufnehmen von Videos finden Sie unter „Verwenden der Videokamera“ auf Seite 62. Informationen über das FM-Radio finden Sie unter „Anhören von FM-Radiosendungen“ auf Seite 69. Einrichten Ihrer iTunes-Mediathek Damit Sie auf dem iPod nano Musik anhören und Videos ansehen können, müssen Sie diese Musik und Videos erst in iTunes auf Ihrem Computer importieren. Importieren von Musik in iTunes Sie haben drei Möglichkeiten, Musiktitel und andere Audiodateien an iTunes zu übertragen.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 23 Kaufen von Musiktiteln und Laden von Podcasts über den iTunes Store Wenn Sie über eine Internetverbindung verfügen, können Sie Musiktitel, Alben und Hörbücher ganz einfach online im iTunes Store kaufen und laden. Sie können auch Podcasts abonnieren und laden und kostenlose bildungsrelevante Inhalte aus iTunes U laden. Wenn Sie Musik online über den iTunes Store erwerben möchten, richten Sie in iTunes einen kostenlosen iTunes-Account ein, suchen Sie nach den gewünschten Titeln und kaufen diese. Wenn Sie bereits einen iTunes-Account haben (auch „Apple ID“ genannt), können Sie sich mit diesem Account beim iTunes Store anmelden und Musiktitel kaufen. Sie benötigen keinen iTunes Store-Account, um Podcasts zu laden oder zu abonnieren. Sie greifen auf den iTunes Store zu, indem Sie iTunes öffnen und links im iTunes-Fenster unter „Store“ auf „iTunes Store“ klicken. Hinzufügen bereits auf dem Computer vorhandener Musiktitel zu Ihrer iTunes-Mediathek Wenn Musiktitel auf Ihrem Computer in Formaten vorliegen, die von iTunes unterstützt werden, können Sie die Titel ganz einfach zu iTunes hinzufügen. Informationen zum Übertragen von Titeln von Ihrem Computer an iTunes erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Wenn Sie iTunes für Windows verwenden, können Sie nicht geschützte WMA-Dateien in das AAC- oder MP3-Format konvertieren. Dies ist besonders dann von Vorteil, wenn Sie eine Bibliothek mit Musik im WMA-Format haben. Weitere Informationen hierzu erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ auswählen. Importieren von Musik von Audio-CDs in iTunes iTunes kann Musik und andere Audioinhalte von Ihren Audio-CDs importieren. Wenn eine Internetverbindung besteht, lädt iTunes die Namen der Musiktitel auf der CD aus dem Internet (falls verfügbar) und listet sie im iTunes-Fenster auf. Wenn Sie die Titel zum iPod nano hinzufügen, sind die Titelinformationen ebenfalls enthalten. Informationen zum Importieren von Musik von Ihren CDs in iTunes erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen.24 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Hinzufügen weiterer Details zu Ihrer iTunes-Mediathek Nachdem Sie Ihre Musik in iTunes importiert haben, können Sie weitere Details zur iTunes-Mediathek hinzufügen. Die meisten dieser Details werden auf dem iPod nano angezeigt, wenn Sie Musiktitel hinzufügen. Eingeben von Titelnamen und anderen Informationen Wenn Sie keinen Internetzugang haben, für importierte Musik keine Titelinformationen verfügbar sind oder Sie weitere Informationen (wie Namen von Komponisten) hinzufü- gen möchten, können Sie diese Angaben manuell eingeben. Informationen zum Eingeben von Titelinformationen erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunesHilfe“ wählen. Hinzufügen von Liedtexten Sie können Liedtexte im Nur-Text-Format in iTunes eingeben, sodass Sie den Text während der Wiedergabe des Titels auf dem Bildschirm Ihres iPod nano anzeigen können. Informationen zum Eingeben von Liedtexten erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Anzeigen von Liedtexten auf dem iPod nano“ auf Seite 42. Hinzufügen von CD-Covern Mit den im iTunes Store gekauften Musiktiteln erhalten Sie auch CD-Cover, die mit dem iPod nano angezeigt werden können. Sie können Cover automatisch zu von CDs importierten Titeln hinzufügen, sofern die CDs im iTunes Store verfügbar sind. Cover können auch manuell hinzugefügt werden, wenn sie auf Ihrem Computer abgelegt sind. Weitere Informationen zum Hinzufügen von CD-Covern erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Anzeigen von CD-Covern auf dem iPod nano“ auf Seite 43. Verwalten Ihrer Musik In iTunes können Sie Musiktitel und andere Objekte in so genannten Wiedergabelisten verwalten, die Sie beliebig anordnen können. Sie können beispielsweise Wiedergabelisten mit Titeln erstellen, die Sie beim Sport hören möchten oder die für eine besondere Stimmung geeignet sind. Sie können intelligente Wiedergabelisten anlegen, die basierend auf von Ihnen festgelegten Kriterien automatisch aktualisiert werden. Wenn Sie Musiktitel zu iTunes hinzufügen, die Ihren Kriterien entsprechen, werden diese Titel automatisch zur intelligenten Wiedergabeliste hinzugefügt. Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 25 Sie können die Funktion „Genius“ aktivieren und Wiedergabelisten mit Titeln erstellen, die gut zusammenpassen. Die Funktion „Genius“ kann Ihre Musiksammlung auch automatisch verwalten, indem Titel in so genannten „Genius-Mischungen“ sortiert und gruppiert werden. Sie können beliebig viele Wiedergabelisten erstellen und dabei beliebig viele Titel aus Ihrer iTunes-Mediathek verwenden. Wird ein Musiktitel zu einer Wiedergabeliste hinzugefügt oder später daraus entfernt, wird er dadurch nicht aus Ihrer Mediathek entfernt. Informationen zum Einrichten von Wiedergabelisten in iTunes erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Hinweis: Informationen zum Erstellen von Wiedergabelisten auf dem iPod nano, wenn der iPod nano nicht mit Ihrem Computer verbunden ist, finden Sie unter „Erstellen von „On-The-Go“-Wiedergabelisten auf dem iPod nano“ auf Seite 48. Aktivieren der Funktion „Genius“ in iTunes Die Funktion „Genius“ sucht Musiktitel in Ihrer Mediathek, die gut zusammenpassen, und erstellt damit Genius-Wiedergabelisten und Genius-Mischungen. Basis einer Genius-Wiedergabeliste ist ein von Ihnen gewählter Musiktitel. iTunes legt dann eine Sammlung von Titeln an, die gut zu dem gewählten Titel passen, und erstellt daraus die Genius-Wiedergabeliste. Bei Genius-Mischungen handelt es sich um vorab gewählte Sammlungen mit gut zueinander passenden Titeln, die von iTunes mit Titeln aus Ihrer Mediathek erstellt werden. Mit Genius-Mischungen genießen Sie Ihre Titel jedes Mal neu. iTunes erstellt bis zu 12 Genius-Mischungen, abhängig von der Auswahl an Musiktiteln in Ihrer iTunesMediathek. Damit Sie die Funktion „Genius“ auf dem iPod nano für die Erstellung von GeniusWiedergabelisten und Genius-Mischungen verwenden können, müssen Sie sie zuerst in iTunes aktivieren. Informationen zum Aktivieren und Verwenden der Funktion „Genius“ in iTunes erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. In iTunes erstellte Genius-Wiedergabelisten und Genius-Mischungen lassen sich wie jede andere iTunes-Wiedergabeliste mit dem iPod nano synchronisieren. Es ist nicht möglich, Genius-Mischungen manuell zum iPod nano hinzuzufügen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Synchronisieren von Genius-Wiedergabelisten und GeniusMischungen mit dem iPod nano“ auf Seite 30. Genius ist ein kostenfreier Dienst, für dessen Nutzung allerdings ein iTunes StoreAccount benötigt wird. (Haben Sie noch keinen Account, können Sie bei der Aktivierung von Genius einen solchen Account einrichten.)26 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Importieren von Videos in iTunes Nachfolgend werden verschiedene Möglichkeiten beschrieben, die für den Import von Videos in iTunes zur Auswahl stehen. Kaufen oder Ausleihen von Videos und Laden von Video-Podcasts aus dem iTunes Store Wenn Sie Videos (Filme, Fernsehsendungen und Musikvideos) online im iTunes Store (gehört zu iTunes und ist nur in bestimmten Ländern verfügbar) erwerben oder ausleihen möchten, melden Sie sich bei Ihrem iTunes Store-Account an, suchen nach den gewünschten Videos und kaufen oder leihen sie dann aus. Die Leihfrist eines Leihfilms läuft 30 Tage nach dem Leihdatum oder 24 Stunden nach der ersten Wiedergabe ab (48 Stunden außerhalb den USA), je nachdem, welches Ereignis früher eintritt. Abgelaufene Leihfilme werden automatisch gelöscht. Diese Bestimmungen gelten für Leihfilme in den USA. Die Leihbestimmungen sind von Land zu Land unterschiedlich. Sie greifen auf den iTunes Store zu, indem Sie iTunes öffnen und links im iTunes-Fenster unter „Store“ auf „iTunes Store“ klicken. Sie können Film-Trailer oder eine Vorschau von Fernsehsendungen anzeigen, indem Sie neben dem jeweiligen Objekt auf die Taste „Vorschau“ klicken. Gekaufte Videos werden eingeblendet, wenn Sie (unter „Mediathek“) auf „Filme“ oder „Fernsehsendungen“ oder im Quellenbereich (unter „Store“) auf „Gekaufte Artikel“ klicken. Ausgeliehene Videos werden angezeigt, wenn Sie „Ausgeliehene Filme“ (unter „Mediathek“) auswählen. Bei einigen Objekten stehen weitere Optionen zur Auswahl, z. B. bei Fernsehsendungen, für die Sie eine Berechtigung zum Laden der gesamten Staffel erwerben können. Video-Podcasts finden Sie zusammen mit anderen Podcasts im iTunes Store. Sie können sich bei Video-Podcasts anmelden und diese laden wie alle anderen Podcasts auch. Sie benötigen keinen Benutzer-Account, um Podcasts aus dem iTunes Store zu laden. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Kaufen von Musiktiteln und Laden von Podcasts über den iTunes Store“ auf Seite 23. Erstellen von Versionen eigener Videos für die Verwendung mit dem iPod nano Sie können auf dem iPod nano auch andere Videodateien ansehen, z. B. Videos, die Sie mit iMovie auf einem Mac erstellen, oder Videos, die Sie aus dem Internet laden. Importieren Sie das Video in iTunes und konvertieren Sie es ggf. für die Verwendung auf dem iPod nano. Laden Sie es anschließend auf den iPod nano. iTunes unterstützt viele Videoformate, die auch von QuickTime unterstützt werden. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Musiktitel oder andere Dateien können nicht zum iPod nano hinzugefügt werden“ auf Seite 106.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 27 Einige Videos können möglicherweise direkt nach dem Import in iTunes auf dem iPod nano verwendet werden. Wenn Sie ein Video auf den iPod nano laden wollen (vgl. „Automatisches Synchronisieren von Videos“ auf Seite 31) und die Meldung angezeigt wird, dass das Video auf Ihrem iPod nano nicht abgespielt werden kann, müssen Sie das Video für die Verwendung mit dem iPod nano konvertieren. Abhängig von Dauer und Inhalt eines Videos kann das Konvertieren für die Verwendung mit dem iPod nano mehrere Minuten oder Stunden dauern. Wenn Sie eine Version eines Videos für die Verwendung mit dem iPod nano erstellen, bleibt auch das Originalvideo in Ihrer iTunes-Mediathek. Weitere Informationen zum Konvertieren von Videos für den iPod nano finden Sie in der iTunes-Hilfe (öffnen Sie iTunes und wählen Sie „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“) oder unter folgender Adresse: www.info.apple.com/kbnum/n302758. Hinzufügen von Musik, Videos und anderen Inhalten zum iPod nano Nachdem Ihre Musik und Videos in iTunes importiert und sortiert wurden, können Sie sie ganz leicht zum iPod nano hinzufügen. Wenn Sie festlegen möchten, wie Musik, Videos, Fotos und andere Inhalte von Ihrem Computer zum iPod nano hinzugefügt werden, verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer und wählen dann mit iTunes die entsprechenden iPod nano-Einstellungen aus. Erstmaliges Verbinden des iPod nano mit einem Computer Wenn Sie den iPod nano das erste Mal mit Ihrem Computer verbinden (nach der Installation von iTunes), wird iTunes automatisch geöffnet und der iPod nano-Assistent wird angezeigt:28 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano-Assistenten zu verwenden: 1 Geben Sie einen Namen für den iPod nano ein. Dieser Name wird in der Geräteliste links im iTunes-Fenster angezeigt. 2 Wählen Sie Ihre Einstellungen. Die automatische Synchronisierung und VoiceOver werden standardmäßig ausgewählt. Möchten Sie VoiceOver zu diesem Zeitpunkt nicht aktivieren, heben Sie die Auswahl von „VoiceOver aktivieren“ auf. Sollten Sie Ihre Meinung ändern, können Sie VoiceOver jederzeit aktivieren, wenn Sie den iPod nano an Ihren Computer anschließen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Einrichten von VoiceOver“ auf Seite 37. 3 Klicken Sie auf „Fertig“. Haben Sie VoiceOver bei der Konfiguration aktiviert, befolgen Sie die angezeigten Anleitungen zum Laden und Installieren des VoiceOver Kit. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Verwenden von VoiceOver auf dem iPod nano“ auf Seite 52. Informationen dazu, wie Sie VoiceOver auf dem iPod nano einrichten, finden Sie unter „Einrichten von VoiceOver“ auf Seite 37. Sie können den Gerätenamen und die Einstellungen jederzeit ändern, wenn Sie den iPod nano an Ihren Computer anschließen. Nach dem Klicken auf „Fertig“ wird der Bereich „Übersicht“ eingeblendet. Wenn Sie die automatische Synchronisierung ausgewählt haben, beginnt der iPod nano jetzt mit der Synchronisierung. Automatisches oder manuelles Hinzufügen von Inhalten Es gibt zwei Möglichkeiten, Inhalte zum iPod nano hinzuzufügen:  Automatische Synchronisierung: Wenn Sie den iPod nano mit Ihrem Computer verbinden, wird er automatisch mit den Objekten in Ihrer iTunes-Mediathek aktualisiert. Sie können alle Ihre Musiktitel, Wiedergabelisten, Videos und Podcasts synchronisieren. Sollte nicht die gesamte iTunes-Mediathek auf den iPod nano passen, können Sie nur ausgewählte Objekte synchronisieren. Der iPod nano kann mit nur jeweils einem Computer automatisch synchronisiert werden.  Manuelles Verwalten des iPod nano: Wenn Sie den iPod nano verbinden, können Sie Objekte einzeln auf den iPod nano bewegen und einzeln vom iPod nano löschen. Sie können Musiktitel von mehreren Computern hinzufügen, ohne dass dabei Titel vom iPod nano gelöscht werden. Wenn Sie die Musiktitel selbst verwalten, müssen Sie den iPod nano immer aus iTunes auswerfen, bevor Sie ihn vom Computer trennen.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 29 Automatisches Synchronisieren von Musik Der iPod nano ist standardmäßig so konfiguriert, dass beim Anschließen an Ihren Computer alle Musiktitel und Wiedergabelisten synchronisiert werden. Dies ist die einfachste Möglichkeit, Musik zu Ihrem iPod nano hinzuzufügen. Schließen Sie einfach den iPod nano an Ihren Computer an und die Musiktitel, Hörbücher, Videos und anderen Dateien werden automatisch geladen. Trennen Sie dann den iPod vom Computer. Wenn Sie Musiktitel zu iTunes hinzugefügt haben, seit Ihr iPod nano zuletzt mit dem Computer verbunden war, werden diese Titel mit dem iPod nano synchronisiert. Haben Sie Musiktitel aus iTunes gelöscht, werden diese auch vom iPod nano gelöscht. Gehen Sie wie folgt vor, um Musik mit dem iPod nano zu synchronisieren: m Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer. Wenn der iPod nano für die automatische Synchronisierung konfiguriert ist, beginnt nun die Aktualisierung. Wichtig: Wenn Sie den iPod nano mit einem Computer verbinden, mit dem er nicht synchronisiert ist, werden Sie in einer Meldung gefragt, ob Sie Titel automatisch synchronisieren möchten. Wenn Sie dies bestätigen, werden alle Musiktitel, Hörbücher und Videos auf dem iPod nano gelöscht und durch die Musiktitel und anderen Dateien dieses Computers ersetzt. Beim Synchronisieren von Musik zwischen Ihrem Computer und dem iPod nano wird der Verlauf im iTunes-Statusfenster angezeigt und neben dem iPod nano-Symbol in der Geräteliste wird ein Synchronisierungssymbol angezeigt. Nach Abschluss der Aktualisierung wird in iTunes die Meldung „iPod-Sync abgeschlossen“ angezeigt. Ein Balken unten im iTunes-Fenster gibt an, wie viel Festplattenplatz von den verschiedenen Arten von Inhalten belegt wird. Reicht der Platz auf dem iPod nano nicht für alle Ihre Musiktitel aus, können Sie in iTunes festlegen, dass nur ausgewählte Titel und Wiedergabelisten synchronisiert werden. In diesem Fall werden nur die angegebenen Musiktitel und Wiedergabelisten mit dem iPod nano synchronisiert. Synchronisieren von Musik ausgewählter Wiedergabelisten, Interpreten und Genres mit dem iPod nano Sie können iTunes so einstellen, dass Titel ausgewählter Wiedergabelisten, Interpreten und Genres (Musikrichtungen) mit dem iPod nano synchronisiert werden, wenn die Musik in Ihrer iTunes-Mediathek nicht vollständig auf den iPod nano passt. In diesem Fall wird nur die Musik der angegebenen Wiedergabelisten, Interpreten und Genres mit dem iPod nano synchronisiert.30 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes so zu konfigurieren, dass Musik von ausgewählten Wiedergabelisten, Interpreten und Genres mit dem iPod nano synchronisiert wird: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Musik“. 2 Wählen Sie „Musik synchronisieren“ und wählen Sie dann „Ausgewählte Wiedergabelisten, Interpreten und Genres“. 3 Wählen Sie die gewünschten Wiedergabelisten aus. 4 Möchten Sie auch Musikvideos hinzufügen, wählen Sie „Musikvideos einbeziehen“. 5 Soll iTunes verbleibenden Speicherplatz auf dem iPod nano automatisch füllen, wählen Sie „Freien Speicherplatz automatisch mit Titeln füllen“. 6 Klicken Sie auf „Anwenden“. Ist im Bereich „Übersicht“ das Feld „Nur markierte Objekte synchronisieren“ markiert, synchronisiert iTunes nur Objekte, die mit einem Häkchen gekennzeichnet sind. Synchronisieren von Genius-Wiedergabelisten und Genius-Mischungen mit dem iPod nano Sie können iTunes so einstellen, dass Genius-Wiedergabelisten und Genius-Mischungen mit dem iPod nano synchronisiert werden. Genius-Mischungen können nur automatisch synchronisiert werden. Sie können Genius-Mischungen nicht zum iPod nano hinzufügen, wenn Sie dessen Inhalt manuell verwalten. Genius-Wiedergabelisten lassen sich dagegen manuell zum iPod nano hinzufügen. Wenn Sie Genius-Mischungen für die Synchronisierung auswählen, wählt iTunes möglicherweise weitere Titel aus Ihrer Mediathek aus, die Sie nicht angegeben haben, und synchronisiert diese. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes so einzustellen, dass Genius-Wiedergabelisten und ausgewählte Genius-Mixe mit dem iPod nano synchronisiert werden: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Musik“. 2 Wählen Sie „Musik synchronisieren“ und wählen Sie dann „Ausgewählte Wiedergabelisten, Interpreten und Genres“. 3 Wählen Sie unter „Wiedergabelisten“ die gewünschten Genius-Wiedergabelisten und -Mischungen aus. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 31 Wenn Sie Ihre gesamte Musiksammlung synchronisieren, synchronisiert iTunes alle Genius-Wiedergabelisten und Genius-Mischungen. Ist im Bereich „Übersicht“ das Feld „Nur markierte Objekte synchronisieren“ markiert, synchronisiert iTunes nur Objekte, mit einem Häkchen gekennzeichnet sind. Hinzufügen von Videos zum iPod nano Sie fügen Filme und Fernsehsendungen in derselben Weise zu Ihrem iPod nano hinzu, wie Sie auch Musiktitel hinzufügen. Sie können iTunes so konfigurieren, dass alle Filme und Fernsehsendungen automatisch mit dem iPod nano synchronisiert werden, wenn Sie den iPod nano anschließen. Oder Sie konfigurieren iTunes so, dass nur ausgewählte Wiedergabelisten synchronisiert werden. Alternativ können Sie Filme und Fernsehsendungen auch manuell verwalten. Mit dieser Option können Sie Videos von mehreren Computern hinzufügen, ohne bereits vorhandene Videos vom iPod nano zu löschen. Hinweis: Musikvideos werden in iTunes im Bereich „Musik“ mit den Musiktiteln zusammen verwaltet. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Hinzufügen von Musik, Videos und anderen Inhalten zum iPod nano“ auf Seite 27. Wichtig: Sie können einen ausgeliehenen Film nur auf jeweils einem Gerät ansehen. Wenn Sie also beispielsweise einen Film im iTunes Store ausleihen und ihn auf den iPod nano übertragen, können Sie diesen Film nur auf dem iPod nano ansehen. Wenn Sie den Film nach iTunes zurückübertragen, können Sie ihn nur dort ansehen, aber nicht mehr auf dem iPod nano. Für Leihfilme, die zum iPod nano hinzugefügt wurden, gelten alle standardmäßigen Leihfristen. Automatisches Synchronisieren von Videos Der iPod nano ist standardmäßig so konfiguriert, dass beim Anschließen an Ihren Computer alle Filme und Fernsehsendungen synchronisiert werden. Dies ist die einfachste Möglichkeit, Videos zu Ihrem iPod nano hinzuzufügen. Schließen Sie einfach den iPod nano an Ihren Computer an, und die Videos und anderen Dateien werden automatisch geladen. Trennen Sie dann den iPod vom Computer. Wenn Sie Videos zu iTunes hinzugefügt haben, seit Ihr iPod nano zuletzt mit dem Computer verbunden war, werden diese Videos mit dem iPod nano synchronisiert. Haben Sie Videos aus iTunes gelöscht, werden sie auch vom iPod nano gelöscht. Reicht der Platz auf dem iPod nano nicht für alle Ihre Videos aus, können Sie in iTunes festlegen, dass nur ausgewählte Videos synchronisiert werden. Sie können ausgewählte Videos synchronisieren oder ausgewählte Wiedergabelisten, die Videos enthalten. Die Einstellungen für die Synchronisierung von Filmen und Fernsehsendungen sind voneinander unabhängig. Einstellungen für Filme haben keinen Einfluss auf Einstellungen für Fernsehsendungen und umgekehrt.32 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes für die Synchronisierung von Filmen mit dem iPod nano zu konfigurieren: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Filme“. 2 Wählen Sie „Filme synchronisieren“. 3 Wählen Sie die gewünschten Filme oder Wiedergabelisten aus. Alle Filme, neue Filme oder nicht gesehene Filme: Wählen Sie „Automatisch einbeziehen: Filme“ und wählen Sie die gewünschte Option aus dem Einblendmenü aus. Ausgewählte Filme oder Wiedergabelisten: Wählen Sie die gewünschten Filme oder Wiedergabelisten aus. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Ist „Nur markierte Titel und Videos synchronisieren“ im Bereich „Übersicht“ ausgewählt, synchronisiert iTunes nur Filme, die mit einem Häkchen markiert sind. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes für die Synchronisierung von Fernsehsendungen mit dem iPod nano zu konfigurieren: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Fernsehsendungen“. 2 Wählen Sie „Fernsehsendungen synchronisieren“. 3 Wählen Sie die gewünschten Sendungen, Folgen und Wiedergabelisten aus. Alle Folgen, neue Folgen oder nicht gesehene Folgen: Wählen Sie „Automatisch einbeziehen: Folgen von“ und wählen Sie die gewünschten Optionen aus den Einblendmenüs aus. Folgen ausgewählter Wiedergabelisten: Wählen Sie die gewünschten Wiedergabelisten aus. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Ist „Nur markierte Titel und Videos synchronisieren“ im Bereich „Übersicht“ ausgewählt, synchronisiert iTunes nur Fernsehsendungen, die mit einem Häkchen markiert sind.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 33 Hinzufügen von Podcasts zum iPod nano Die Einstellungen zum Hinzufügen von Podcasts zum iPod nano sind unabhängig von den Einstellungen zum Hinzufügen von Musiktiteln und Videos. Die Einstellungen für Podcasts haben keinen Einfluss auf die Einstellungen für Musiktitel oder Videos und umgekehrt. Sie können in iTunes festlegen, dass alle oder ausgewählte Podcasts automatisch synchronisiert werden, oder Sie können Podcasts manuell zum iPod nano hinzufügen. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes so einzustellen, dass die Podcasts auf dem iPod nano automatisch aktualisiert werden: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Podcasts“. 2 Wählen Sie im Bereich „Podcasts“ die Option „Podcasts synchronisieren“ aus. 3 Wählen Sie die gewünschten Podcasts, Folgen und Wiedergabelisten aus und legen Sie Ihre Synchronisierungsoptionen fest. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Wenn Sie iTunes so konfigurieren, dass Podcasts auf dem iPod nano automatisch synchronisiert werden, wird der iPod nano jedes Mal aktualisiert, wenn Sie ihn an den Computer anschließen. Wenn Sie im Bereich „Übersicht“ das Feld „Nur markierte Titel und Videos synchronisieren“ auswählen, synchronisiert iTunes nur Objekte, die in Ihrer Podcast-Bibliothek und anderen Bibliotheken markiert sind. Hinzufügen von Video-Podcasts zum iPod nano Video-Podcasts werden in derselben Weise zum iPod nano hinzugefügt wie andere Podcasts (vgl. „Hinzufügen von Podcasts zum iPod nano“ auf Seite 33). Ist in einem Podcast Videomaterial enthalten, wird das Video abgespielt, wenn Sie es im Menü „Podcasts“ auswählen. Hinzufügen von iTunes U-Inhalten zum iPod nano Die Einstellungen zum Hinzufügen von iTunes U-Inhalten zum iPod nano haben nichts mit den Einstellungen zum Hinzufügen anderer Inhalte zu tun. iTunes U-Einstellungen haben keinen Einfluss auf andere Einstellungen und umgekehrt. Sie können in iTunes festlegen, dass alle oder ausgewählte iTunes U-Inhalte automatisch synchronisiert werden, oder Sie können iTunes U-Inhalte manuell zum iPod nano hinzufügen.34 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes so einzustellen, dass der iTunes U-Inhalt auf dem iPod nano automatisch aktualisiert wird: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „iTunes U“. 2 Wählen Sie im Bereich „iTunes U“ die Option „iTunes U synchronisieren“. 3 Wählen Sie die gewünschten Sammlungen, Objekte und Wiedergabelisten aus und legen Sie Ihre Synchronisierungsoptionen fest. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Wenn Sie iTunes so konfigurieren, dass iTunes U-Inhalte automatisch synchronisiert werden, wird der iPod nano jedes Mal aktualisiert, wenn Sie ihn an den Computer anschließen. Wenn Sie im Bereich „Übersicht“ das Feld „Nur markierte Titel und Videos synchronisieren“ auswählen, synchronisiert iTunes nur Objekte, die in Ihrer iTunes U-Bibliothek und anderen Bibliotheken markiert sind. Hinzufügen von Hörbüchern zum iPod nano Sie können Hörbücher im iTunes Store oder bei audible.com kaufen und laden oder von CDs importieren und auf dem iPod nano anhören. Verwenden Sie iTunes, um Hörbücher zum iPod nano hinzuzufügen. Wenn Sie den iPod nano automatisch synchronisieren, sind alle Hörbücher in Ihrer iTunes-Mediathek in einer Wiedergabeliste mit der Bezeichnung „Hörbücher“ enthalten, die Sie mit dem iPod nano synchronisieren können. Wenn Sie den Inhalt des iPod nano manuell verwalten, können Sie Hörbücher nacheinander hinzufügen. Gehen Sie wie folgt vor, um Hörbücher mit dem iPod nano zu synchronisieren: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Musik“. 2 Wählen Sie „Musik synchronisieren“ und führen Sie dann einen der folgenden Schritte aus:  Wählen Sie „Die ganze Musikmediathek“.  Wählen Sie „Ausgewählte Wiedergabelisten, Interpreten und Genres“ und wählen Sie dann „Hörbücher“ (unter „Wiedergabelisten“). 3 Klicken Sie auf „Anwenden“. Die Aktualisierung beginnt automatisch.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 35 Hinzufügen weiterer Inhalte zum iPod nano Sie können mithilfe von iTunes auch Fotos, Spiele, Kontakte und mehr mit dem iPod nano synchronisieren. Sie können iTunes so einstellen, dass die Inhalte automatisch synchronisiert werden, oder sie auf dem iPod nano manuell verwalten. Weitere Informationen zum Hinzufügen anderer Arten von Inhalten zum iPod nano finden Sie unter:  „Hinzufügen von Fotos von Ihrem Computer zum iPod nano“ auf Seite 78  „Gehen Sie wie folgt vor, um Spiele automatisch mit dem iPod nano zu synchronisieren:“ auf Seite 90  „Synchronisieren von Kontakten, Kalendern und Aufgabenlisten“ auf Seite 96  „Mono Audio“ auf Seite 98 Manuelles Verwalten des iPod nano Wenn Sie den iPod nano manuell verwalten, können Sie einzelne Musiktitel (inklusive Musikvideos) und Videos (inklusive Filme und Fernsehsendungen) hinzufügen und entfernen. Außerdem haben Sie die Möglichkeit, Musik und Videos von mehreren Computern zum iPod nano hinzuzufügen, ohne Objekte zu löschen, die bereits auf dem iPod nano abgelegt sind. Genius-Mischungen lassen sich nicht manuell zum iPod nano hinzufügen, GeniusWiedergabelisten dagegen schon. Wird die manuelle Verwaltung von Musik und Videos mit dem iPod nano gewählt, werden die Optionen für die automatische Synchronisierung in den Bereichen „Musik“, „Filme“, „Fernsehsendungen“, „Podcasts“, „iTunes U“, „Fotos“, „Kontakte“ und „Spiele“ deaktiviert. Es ist nicht möglich, einige Kategorien manuell zu verwalten und gleichzeitig eine andere automatisch zu synchronisieren. Wenn Sie iTunes für das manuelle Verwalten von Inhalten konfiguriert haben, können Sie dies zu einem späteren Zeitpunkt ändern und die automatische Synchronisierung einstellen. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes für das manuelle Verwalten von Inhalten auf dem iPod nano zu konfigurieren: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Übersicht“. 2 Wählen Sie „Musik und Videos manuell verwalten“ im Abschnitt „Optionen“ aus. 3 Klicken Sie auf „Anwenden“.36 Kapitel 2 Einrichten des iPod nano Wenn Sie den Inhalt auf dem iPod nano manuell verwalten, müssen Sie den iPod nano immer aus iTunes auswerfen, bevor Sie ihn vom Computer trennen. Wenn Sie einen manuell verwalteten iPod nano mit einem Computer verbinden, wird er in der Geräteliste links im iTunes-Fenster angezeigt. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Musiktitel, ein Video oder ein anderes Objekt zum iPod nano hinzuzufügen: 1 Klicken Sie in iTunes auf „Musik“ oder auf ein anderes Objekt unter „Mediathek“ links im iTunes-Fenster. 2 Bewegen Sie einen Musiktitel oder ein anderes Objekt auf den iPod nano in der Geräteliste. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Musiktitel, ein Video oder ein anderes Objekt vom iPod nano zu entfernen: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus. 2 Wählen Sie einen Musiktitel oder ein anderes Objekt auf dem iPod nano aus und drücken Sie die Rückschritttaste oder die Taste „Entf.“ auf Ihrer Tastatur. Wenn Sie einen Titel oder ein anderes Objekt vom iPod nano entfernen, wird er bzw. es nicht aus der iTunes-Mediathek gelöscht. Gehen Sie wie folgt vor, um eine neue Wiedergabeliste auf dem iPod nano zu erstellen: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf die Taste „Hinzufügen“ (+) oder wählen Sie „Ablage“ > „Neue Wiedergabeliste“. 2 Geben Sie einen Namen für die Wiedergabeliste ein. 3 Klicken Sie in der Liste „Mediathek“ auf ein Objekt, etwa „Musik“, und bewegen Sie dann Musiktitel oder sonstige Objekte in die Wiedergabeliste. Gehen Sie wie folgt vor, um Objekte in einer Wiedergabeliste auf dem iPod nano hinzuzufügen oder zu entfernen: m Bewegen Sie ein Objekt in eine Wiedergabeliste auf dem iPod nano, um es hinzuzufügen. Wählen Sie ein Objekt in einer Wiedergabeliste aus und drücken Sie die Rückschritttaste bzw. die Taste „Entf.“ auf Ihrer Tastatur, um das Objekt zu löschen. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes zurückzusetzen, sodass Musik, Videos und Podcasts automatisch synchronisiert werden: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Übersicht“. 2 Deaktivieren Sie „Musik und Videos manuell verwalten“. 3 Wählen Sie die Bereiche „Musik“, „Filme“, „Fernsehsendungen“ und „Podcasts“ und dann die gewünschten Synchronisierungsoptionen aus. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“.Kapitel 2 Einrichten des iPod nano 37 Die Aktualisierung beginnt automatisch. Einrichten von VoiceOver VoiceOver liest auf Wunsch den Namen und Interpreten des Musiktitels vor, den Sie gerade anhören. Wenn Sie die Apple Earphones mit Fernbedienung und Mikrofon oder die In-Ear Headphones mit Fernbedienung und Mikrofon verwenden, können Sie mithilfe von VoiceOver auch in Wiedergabelisten navigieren. Hinweis: VoiceOver ist nicht in allen Sprachen verfügbar. VoiceOver-Optionen werden im Bereich „Übersicht“ in iTunes festgelegt. Wenn Sie Ihren iPod nano konfigurieren, wird VoiceOver standardmäßig aktiviert. Befolgen Sie die angezeigten Anleitungen, um das VoiceOver Kit zu laden und zu installieren. Soll VoiceOver bei der Konfiguration des iPod nano nicht aktiviert werden, deaktivieren Sie die Option „VoiceOver aktivieren“ im Assistenten. Falls Sie Ihre Meinung ändern, können Sie VoiceOver auch zu einem späteren Zeitpunkt aktivieren. Gehen Sie wie folgt vor, um VoiceOver zu einem späteren Zeitpunkt zu aktivieren: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer. 2 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Übersicht“. 3 Wählen Sie unter „Sprachausgabe“ die Option „VoiceOver aktivieren“ aus. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. 5 Befolgen Sie die angezeigten Anleitungen, um das VoiceOver Kit zu laden und zu installieren. 6 Klicken Sie auf „Anwenden“. Nach Abschluss der Synchronisierung wird VoiceOver aktiviert. Wenn Sie anstelle der Standardstimme von VoiceOver eine Systemstimme Ihres Computers verwenden möchten, wählen Sie unter „Sprachausgabe“ im Bereich „Übersicht“ die Option „Systemstimme anstelle der integrierten Stimme verwenden“ aus. Sie können VoiceOver jederzeit deaktivieren, wenn der iPod nano mit dem Computer verbunden ist. Gehen Sie wie folgt vor, um VoiceOver zu deaktivieren: 1 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Übersicht“. 2 Heben Sie unter „Sprachausgabe“ die Auswahl der Option „VoiceOver aktivieren“ auf. 3 Klicken Sie auf „Anwenden“. Nach Abschluss der Synchronisierung wird VoiceOver deaktiviert.3 38 3 Anhören von Musik In diesem Kapitel erfahren Sie Näheres über die Wiedergabe unterwegs. Nachdem Sie den iPod nano eingerichtet haben, können Sie Musiktitel, Podcasts, Hörbücher und mehr anhören. Abspielen von Musik und anderem Audiomaterial Beim Abspielen eines Musiktitels wird der Bildschirm „Sie hören“ angezeigt. In der unten stehenden Tabelle werden die Elemente des Bildschirms „Sie hören“ beschrieben. Objekt im Bildschirm Funktion Symbol für „Zufällige Wiedergabe“ Dieses Symbol wird angezeigt, wenn der iPod nano für die Wiederholung von Musiktiteln oder Alben in zufälliger Reihenfolge eingestellt ist. Symbol für Endloswiedergabe Dieses Symbol wird angezeigt, wenn der iPod nano für die Wiederholung aller Musiktitel eingestellt ist. Das Symbol für die einmalige Wiederholung (!) wird angezeigt, wenn der iPod nano nur einen Musiktitel wiederholen soll. Statusbalken Klicken Sie auf die Mitteltaste, um den Navigationsbalken, den Schieberegler für die Funktion „Genius“ oder die Zufallswiedergabe, Wertungen und Liedtexte einzublenden. Cover Symbol für „Zufällige Wiedergabe“ Symbol für Endloswiedergabe Wiedergabesymbol Batteriesymbol TitelinformationenKapitel 3 Anhören von Musik 39 Drücken Sie die Mitteltaste, um im Bildschirm „Sie hören“ durch diese zusätzlichen Objekte zu navigieren: Verwenden Sie das Click Wheel und die Mitteltaste, um nach einem Musiktitel oder einem Musikvideo zu suchen. Wenn Sie Musikvideos aus dem Menü „Musik“ abspielen, hören Sie nur die Musik. Wenn Sie sie aus dem Menü „Videos“ abspielen, sehen Sie auch das zugehörige Video. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Musiktitel auszusuchen und abzuspielen: m Wählen Sie „Musik“, suchen Sie nach einem Musiktitel oder Musikvideo und drücken Sie dann die Taste „Start/Pause“ (’). Gehen Sie wie folgt vor, um die Wiedergabelautstärke zu ändern: m Wird der Statusbalken angezeigt, ändern Sie die Lautstärke mit dem Click Wheel. Wird der Statusbalken nicht angezeigt, drücken Sie so lange die Mitteltaste, bis er verfügbar wird. Wiedergabesymbol Wird angezeigt, wenn ein Titel abgespielt wird. Das Symbol für „Pause“ (1) wird angezeigt, wenn der Titel angehalten wurde. Batteriesymbol Zeigt den ungefähren Ladezustand der Batterie an. Titelinformationen Zeigt Musiktitel, Interpreten und Albumtitel an. Cover Zeigt das CD-Cover an, falls es verfügbar ist. Statusbalken Zeigt die vergangene und die verbleibende Zeit für den gerade abgespielten Titel an. Objekt im Bildschirm Funktion Objekt im Bildschirm Funktion Navigationsbalken Ermöglicht das schnelle Navigieren zu einem anderen Teil des Titels. Schieberegler „Genius“ Erstellt eine Genius-Wiedergabeliste, die auf dem aktuellen Musiktitel basiert. Der Schieberegler wird nicht angezeigt, wenn zum aktuellen Titel keine Genius-Informationen verfügbar sind. Schieberegler „Zufall“ Ermöglicht die zufällige Wiedergabe von Titeln oder Alben direkt über den Bildschirm „Sie hören“. Wertung Ermöglicht die Bewertung des Titels. Liedtexte Zeigt den Liedtext des gerade abgespielten Titels an. Liedtexte werden nur angezeigt, wenn Sie sie in iTunes eingegeben haben.40 Kapitel 3 Anhören von Musik Gehen Sie wie folgt vor, um einen anderen Teil eines Titels anzuhören: 1 Drücken Sie die Mitteltaste, bis der Navigationsbalken angezeigt wird. 2 Verwenden Sie das Click Wheel, um die Abspielposition im Navigationsbalken zu bewegen. Gehen Sie wie folgt vor, um basierend auf dem aktuellen Titel eine Genius-Wiedergabeliste zu erstellen: 1 Drücken Sie die Mitteltaste, bis der Navigationsbalken angezeigt wird. 2 Bewegen Sie den Schieberegler mit dem Click Wheel an die Startposition. Der Schieberegler „Genius“ wird nicht angezeigt, wenn zum aktuellen Titel keine GeniusInformationen verfügbar sind.Kapitel 3 Anhören von Musik 41 Gehen Sie wie folgt vor, um Titel im Bildschirm „Sie hören“ in zufälliger Reihenfolge abzuspielen: 1 Drücken Sie die Mitteltaste, bis der Schieberegler für die Zufallswiedergabe angezeigt wird. 2 Bewegen Sie den Schieberegler mit dem Click Wheel zu „Titel“ oder „Alben“.  Wählen Sie „Titel“, um alle Titel auf dem iPod nano in zufälliger Reihenfolge abzuspielen.  Wählen Sie „Alben“, um alle Titel im aktuellen Album der Reihe nach abzuspielen. Der iPod nano wählt dann nach dem Zufallsprinzip ein anderes Album aus und spielt dieses der Reihenfolge nach ab. Gehen Sie wie folgt vor, wenn nur der Ton eines Musikvideos ausgegeben werden soll: m Wählen Sie „Musik“ und suchen Sie nach einem Musikvideo. Wenn Sie das Video abspielen, können Sie es hören, nicht jedoch sehen. Wenn Sie eine Wiedergabeliste anhören, die Video-Podcasts enthält, hören Sie die Podcasts, sehen sie aber nicht. Gehen Sie wie folgt vor, um zum vorherigen Menü zurückzukehren: m Drücken Sie in einem beliebigen Bildschirm die Taste „Menu“.42 Kapitel 3 Anhören von Musik Bewerten von Musiktiteln Sie können Musiktiteln eine Bewertung hinzufügen (von 1 bis zu 5 Sternen), um anzugeben, wie sehr Ihnen ein Titel gefällt. Diese Bewertungen helfen Ihnen dabei, automatisch intelligente Wiedergabelisten in iTunes zu erstellen. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Musiktitel zu bewerten: 1 Starten Sie die Wiedergabe des Musiktitels. 2 Drücken Sie, während der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, die Mitteltaste, bis die fünf Wertungspunkte angezeigt werden. 3 Verwenden Sie das Click Wheel, um eine Wertung zuzuweisen. Die Wertungen, die Sie Musiktiteln auf dem iPod nano zuweisen, werden bei der Synchronisierung an iTunes übertragen. Hinweis: Video-Podcasts können keine Bewertungen erhalten. Anzeigen von Liedtexten auf dem iPod nano Wenn Sie den Liedtext zu einem Musiktitel in iTunes eingeben (vgl. „Hinzufügen von Liedtexten“ auf Seite 24) und diesen Titel dann zum iPod nano hinzufügen, können Sie den Liedtext auf dem iPod nano anzeigen. Liedtexte werden nur angezeigt, wenn Sie sie zuvor eingegeben haben. Gehen Sie wie folgt vor, um den Liedtext auf dem iPod nano anzuzeigen, während ein Musiktitel abgespielt wird: m Drücken Sie die Mitteltaste, wenn der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, bis der Liedtext angezeigt wird. Sie können durch den Liedtext blättern, während der Titel wiedergegeben wird.Kapitel 3 Anhören von Musik 43 Anzeigen von CD-Covern auf dem iPod nano Sofern CD-Cover verfügbar sind, werden sie von iTunes auf dem iPod nano angezeigt. Die Cover sind auf dem iPod nano in Cover Flow, in der Albumliste und beim Abspielen von Titel aus dem Album zu sehen. Gehen Sie wie folgt vor, um CD-Cover auf dem iPod nano anzuzeigen: m Halten Sie den iPod nano horizontal, um Cover Flow zu verwenden, oder spielen Sie einen Titel mit einem verfügbaren Cover ab und zeigen Sie das Cover im Bildschirm „Sie hören“ an. Weitere Informationen zu CD-Covern erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Blättern durch Musiktitel mithilfe der Cover Flow-Darstellung Sie können durch Ihre Musiksammlung blättern, indem Sie die Cover Flow-Darstellung verwenden, die eine visuelle Möglichkeit zum Durchsuchen Ihrer Mediathek bietet. Mit Cover Flow werden Ihre Alben alphabetisch nach Name des Interpreten angezeigt. Sie können Cover Flow über das Hauptmenü, ein beliebiges Musikmenü oder den Bildschirm „Sie hören“ aktivieren. Gehen Sie wie folgt vor, um die Cover Flow-Darstellung zu verwenden: 1 Drehen Sie den iPod nano um 90 Grad nach links oder rechts. Cover Flow wird angezeigt. 2 Blättern Sie mit dem Click Wheel durch Ihre Albumcover. 3 Wählen Sie ein Album aus und drücken Sie die Mitteltaste.44 Kapitel 3 Anhören von Musik 4 Wählen Sie mit dem Click Wheel einen Musiktitel aus und drücken Sie dann die Mitteltaste, um den Titel abzuspielen. Sie können in Cover Flow auch rasch durch Ihre Alben blättern, indem Sie den Daumen schnell auf dem Click Wheel bewegen. Hinweis: Es werden nicht alle Sprachen unterstützt. Gehen Sie wie folgt vor, um mit Cover Flow schnell durch Inhalte zu blättern: 1 Bewegen Sie Ihren Daumen schnell auf dem Click Wheel, um einen Buchstaben des Alphabets auf dem Bildschirm anzuzeigen. 2 Navigieren Sie mit dem Click Wheel im Alphabet zum ersten Buchstaben des Interpreten, den Sie suchen. Alben von Interpreten, deren Namen mit einem Symbol oder einer Zahl beginnt, werden nach dem Buchstaben „Z“ aufgeführt. 3 Nehmen Sie den Daumen kurz vom Click Wheel, um mit normaler Geschwindigkeit zu blättern. 4 Wählen Sie ein Album aus und drücken Sie die Mitteltaste. 5 Wählen Sie mit dem Click Wheel einen Musiktitel aus und drücken Sie dann die Mitteltaste, um den Titel abzuspielen. Gehen Sie wie folgt vor, um Cover Flow zu aktivieren oder zu deaktivieren: 1 Wählen Sie im Hauptmenü „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Drehen“. 2 Drücken Sie die Mitteltaste, um „Cover Flow“ oder „Aus“ zu wählen.Kapitel 3 Anhören von Musik 45 Zugreifen auf weitere Befehle Einige weitere iPod nano-Befehle sind direkt über den Bildschirm „Sie hören“ und bestimmte Menüs verfügbar. Gehen Sie wie folgt vor, um auf weitere Befehle zuzugreifen: m Drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. Wählen Sie einen Befehl aus und drücken Sie dann erneut die Mitteltaste. Wird ein Menü nicht angezeigt, sind keine weiteren Befehle verfügbar. Verwenden der Funktion „Genius“ auf dem iPod nano Auch wenn der iPod nano nicht mit Ihrem Computer verbunden ist, können Sie mit der Funktion „Genius“ automatisch Ad-hoc-Wiedergabelisten mit Musiktiteln erstellen, die gut zusammenpassen. Außerdem können Sie Genius-Mischungen abspielen, d. h. vorab ausgewählte Sammlungen mit Titeln, die gut zusammenpassen. Damit Sie diese Funktion nutzen können, müssen Sie Genius zuerst im iTunes Store konfigurieren und dann den iPod nano mit iTunes synchronisieren. Sie haben auch die Möglichkeit, in iTunes Genius-Wiedergabelisten zu erstellen und dann zum iPod nano hinzufügen und Genius-Mischungen mit dem iPod nano zu synchronisieren. Informationen zum Einrichten der Funktion „Genius“ in iTunes erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Genius ist ein kostenloser Dienst, zu dessen Nutzung Sie lediglich einen iTunes Store-Account benötigen.46 Kapitel 3 Anhören von Musik Gehen Sie wie folgt vor, um eine Genius-Wiedergabeliste auf dem iPod nano zu erstellen: 1 Wählen Sie einen Musiktitel aus. Drücken und halten Sie dann die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. Sie können einen Titel aus einem Menü oder einer Wiedergabeliste auswählen. Sie können aber auch vom Bildschirm „Sie hören“ aus beginnen. 2 Wählen Sie „Genius starten“. Der Befehl „Genius starten“ wird nicht im Menü mit den zusätzlichen Befehlen angezeigt, wenn eine der folgenden Bedingungen zutrifft:  Sie haben Genius in iTunes nicht konfiguriert und den iPod nano nicht anschließend mit iTunes synchronisiert.  Genius erkennt den ausgewählten Musiktitel nicht.  Genius erkennt den Musiktitel, aber in Ihrer Mediathek befinden sich nicht mindestens zehn ähnliche Titel. 3 Drücken Sie die Mitteltaste. Die neue Wiedergabeliste wird angezeigt. 4 Klicken Sie auf „Wiedergabeliste sichern“, um die Liste zu sichern. Die Wiedergabeliste wird mit dem Namen und Interpreten des Titels gesichert, den Sie zum Erstellen der Wiedergabeliste verwendet haben. 5 Wählen Sie „Aktualisieren“, um eine neue Wiedergabeliste auf Grundlage desselben Musiktitels zu erstellen. Wenn Sie eine gesicherte Wiedergabeliste aktualisieren, ersetzt die neue Liste die vorherige. Die vorherige Wiedergabeliste kann nicht wiederhergestellt werden. Sie können Genius auch über den Bildschirm „Sie hören“ starten. Drücken Sie dazu die Mitteltaste, bis der Schieberegler „Genius“ angezeigt wird, und bewegen Sie den Schieberegler dann mithilfe des Click Wheel nach rechts. Der Schieberegler „Genius“ wird nicht angezeigt, wenn zum aktuellen Titel keine Genius-Informationen verfügbar sind. Die auf dem iPod nano gesicherten Genius-Wiedergabelisten werden wieder mit iTunes synchronisiert, wenn Sie den iPod nano an Ihren Computer anschließen. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Genius-Wiedergabeliste abzuspielen: m Wählen Sie „Musik“ > „Wiedergabelisten“ und wählen Sie eine Wiedergabeliste aus.Kapitel 3 Anhören von Musik 47 Abspielen von Genius-Mischungen Genius-Mischungen werden von iTunes erstellt und enthalten Titel aus Ihrer Mediathek, die gut zusammenpassen. Mit Genius-Mischungen genießen Sie Ihre Titel jedes Mal neu. iTunes erstellt bis zu 12 Genius-Mischungen, abhängig von der Auswahl an Musiktiteln in Ihrer iTunes-Mediathek. Informationen zum Synchronisieren von Genius-Mischungen mit dem iPod nano finden Sie unter „Synchronisieren von Genius-Wiedergabelisten und Genius-Mischungen mit dem iPod nano“ auf Seite 30. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Genius-Mischung (Genius-Mix) abzuspielen: 1 Wählen Sie „Musik“ > „Genius-Mixe“. 2 Blättern Sie mit den Tasten „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) durch die Genius-Mischungen. Die Punkte unten auf dem Bildschirm geben an, wie viele Genius-Mischungen mit dem iPod nano synchronisiert sind. 3 Drücken Sie, wenn der Bildschirm einer Genius-Mischung angezeigt wird, die Mitteltaste oder die Taste „Start/Pause“ (’), um die Wiedergabe einer Genius-Mischung zu starten. Wird die gewählte Genius-Mischung abgespielt, ist das Lautsprechersymbol ( ) zu sehen.48 Kapitel 3 Anhören von Musik Erstellen von „On-The-Go“-Wiedergabelisten auf dem iPod nano Sie können „On-The-Go“-Wiedergabelisten auf dem iPod nano erstellen, wenn der iPod nano nicht mit Ihrem Computer verbunden ist. Gehen Sie wie folgt vor, um eine „On-The-Go“- Wiedergabeliste zu erstellen: 1 Wählen Sie einen Musiktitel aus. Drücken und halten Sie dann die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. 2 Wählen Sie „Zu On-The-Go hinzufügen“. 3 Wiederholen Sie die Schritte 1 und 2, um weitere Musiktitel hinzuzufügen. 4 Wählen Sie „Musik“ > „Wiedergabelisten“ > „On-The-Go“, um Ihre Liste der Musiktitel zu durchsuchen und abzuspielen. Sie können auch eine Gruppe mit Musiktiteln hinzufügen. Möchten Sie beispielsweise ein Album hinzufügen, markieren Sie den Albumtitel, drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird, und wählen Sie dann „Zu On-The-Go hinzufügen“. Gehen Sie wie folgt vor, um die Musiktitel in der „On-The-Go“-Wiedergabeliste abzuspielen: m Wählen Sie „Musik“ > „Wiedergabelisten“ > „On-The-Go“ und wählen Sie anschließend einen Musiktitel aus. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Musiktitel aus der „On-The-Go“-Wiedergabeliste zu entfernen: 1 Wählen Sie einen Musiktitel in der Wiedergabeliste aus. Drücken Sie dann die Mitteltaste und halten Sie diese gedrückt, bis ein Menü angezeigt wird. 2 Wählen Sie „Aus On-the-Go entfernen“ und drücken Sie die Mitteltaste. Gehen Sie wie folgt vor, um die gesamte „On-The-Go“-Wiedergabeliste zu löschen: m Wählen Sie „Musik“ > „Wiedergabelisten“ > „On-The-Go“ > „Wiedergabeliste löschen“ und klicken Sie auf „Löschen“. Gehen Sie wie folgt vor, um die „On-The-Go“-Wiedergabelisten auf dem iPod nano zu sichern: m Wählen Sie „Musik“ > „Wiedergabelisten“ > „On-The-Go“ und sichern Sie die Wiedergabeliste. Die erste Wiedergabeliste wird als „Neue Wiedergabeliste 1” im Menü „Wiedergabelisten“ gesichert. Die „On-The-Go“-Wiedergabeliste wird gelöscht und kann erneut verwendet werden. Sie können eine beliebige Anzahl von Wiedergabelisten sichern. Nachdem Sie eine Wiedergabeliste gesichert haben, können Sie keine Musiktitel mehr aus ihr entfernen.Kapitel 3 Anhören von Musik 49 Gehen Sie wie folgt vor, um die „On-The-Go“-Wiedergabelisten vom iPod nano auf Ihren Computer zu kopieren: m Wenn Ihr iPod nano so konfiguriert ist, dass Musiktitel automatisch aktualisiert werden (vgl. „Automatisches Synchronisieren von Musik“ auf Seite 29) und Sie eine „On-TheGo“-Wiedergabeliste erstellen, wird die Wiedergabeliste automatisch mit iTunes synchronisiert, sobald Sie den iPod nano an den Computer anschließen. Die neue „On-TheGo“-Wiedergabeliste wird in iTunes in der Liste der Wiedergabelisten angezeigt. Sie können die neue Wiedergabeliste genau wie jede andere Wiedergabeliste umbenennen, bearbeiten oder löschen. Durchsuchen von Musiktiteln nach Album oder Interpret Wenn Sie einen Musiktitel hören, können Sie nach weiteren Titeln desselben Interpreten suchen oder alle Titel des aktuellen Albums anzeigen. Gehen Sie wie folgt vor, um Musiktitel nach Album zu suchen: 1 Drücken Sie, während der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. 2 Wählen Sie „Album suchen“ und drücken Sie die Mitteltaste. Die anderen Titel des aktuellen Albums, die sich auf Ihrem iPod nano befinden, werden angezeigt. Sie können einen anderen Titel auswählen oder zum Bildschirm „Sie hören“ zurückkehren. Gehen Sie wie folgt vor, um Musiktitel nach Interpret zu suchen: 1 Drücken Sie, während der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. 2 Wählen Sie „Interpret suchen“ und drücken Sie die Mitteltaste. Alle anderen Titel dieses Interpreten, die sich auf Ihrem iPod nano befinden, werden aufgelistet. Sie können einen anderen Titel auswählen oder zum Bildschirm „Sie hören“ zurückkehren.50 Kapitel 3 Anhören von Musik Konfigurieren des iPod nano für die zufällige Wiedergabe Sie können den iPod nano so einstellen, dass er Musiktitel, Alben oder Ihre gesamte Mediathek in einer zufälligen Reihenfolge abspielt. Gehen Sie wie folgt vor, um Ihren iPod nano für die Wiedergabe aller Musiktitel in zufälliger Reihenfolge einzustellen: m Wählen Sie „Zufällige Titel“ aus dem Hauptmenü des iPod nano. Der iPod nano spielt nun die Musiktitel aus Ihrer gesamten Musikbibliothek in zufälliger Reihenfolge ab. Hörbücher und Podcasts werden dabei übersprungen. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano so einzustellen, dass Musiktitel oder Alben immer in zufälliger Reihenfolge wiedergegeben werden: 1 Wählen Sie „Einstellungen“ aus dem Hauptmenü des iPod nano. 2 Wählen Sie für die Einstellung „Zufall“ die Option „Titel“ oder „Alben“. Wenn Sie den iPod nano für die Zufallswiedergabe konfiguriert haben, spielt der iPod nano Titel in jeder zur Wiedergabe ausgewählten Liste (z. B. einem Album oder einer Wiedergabeliste) in zufälliger Reihenfolge ab. Wenn Sie den iPod nano so einstellen, dass Alben in zufälliger Reihenfolge wiedergegeben werden, spielt der iPod die Titel eines Albums der Reihe nach ab und wählt dann zufällig ein anderes Album aus, dessen Titel dann wiederum der Reihe nach abgespielt werden. Sie können den iPod nano auch so einstellen, dass Musiktitel direkt über den Bildschirm „Sie hören“ in zufälliger Reihenfolge wiedergegeben werden. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano so einzustellen, dass Musiktitel über den Bildschirm „Sie hören“ in zufälliger Reihenfolge wiedergegeben werden: 1 Drücken Sie, während der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, die Mitteltaste, bis der Schieberegler für die Zufallswiedergabe angezeigt wird. 2 Verwenden Sie das Click Wheel, um den iPod nano für die Zufallswiedergabe von Titeln oder Alben zu konfigurieren. Sie können vorwärts zu einem zufällig gewählten Titel wechseln, indem Sie den iPod nano schütteln.Kapitel 3 Anhören von Musik 51 Gehen Sie wie folgt vor, um die Zufallswiedergabe zu verwenden, während ein Titel abgespielt oder angehalten wird: m Schütteln Sie den iPod nano hin und her. Ein neuer Titel wird abgespielt. Die Verwendung der Schüttelfunktion hat keine Auswirkungen auf Ihre Einstellungen für die Zufallswiedergabe. Gehen Sie wie folgt vor, um die Schüttelfunktion zu deaktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Schütteln“ und wählen Sie „Aus“. Möchten Sie die Schüttelfunktion wieder aktivieren, wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Schütteln“ und wählen Sie dann „Zufällig“. Wenn der Schalter „Hold“ auf „HOLD“ gesetzt, das integrierte Radio des iPod nano eingeschaltet oder der Bildschirm deaktiviert ist, ist die Schüttelfunktion ebenfalls deaktiviert. Ist der iPod nano ausgeschaltet, lässt er sich nicht durch Schütteln aktivieren. Konfigurieren des iPod nano für wiederholtes Abspielen Sie können den iPod nano so einstellen, dass ein bestimmter Titel immer wieder wiederholt wird oder dass Titel in einer gewählten Liste wiederholt abgespielt werden. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano für das wiederholte Abspielen von Musiktiteln zu konfigurieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ aus dem Hauptmenü des iPod nano.  Wenn Sie alle Titel in einer Liste wiederholen möchten, wählen Sie „Wiederholen: Alle“.  Wenn Sie einen Titel wiederholen möchten, wählen Sie „Wiederholen: Ein“.52 Kapitel 3 Anhören von Musik Verwenden von VoiceOver auf dem iPod nano Mithilfe von VoiceOver kann der iPod nano Name und Interpreten des Musiktitels angeben, den Sie gerade hören. VoiceOver steht in verschiedenen Sprachen zur Verfügung. Wenn Sie VoiceOver verwenden möchten, installieren Sie das VoiceOver Kit und aktivieren Sie die Funktion „VoiceOver“ in iTunes. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Einrichten von VoiceOver“ auf Seite 37. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Ankündigung des aktuellen Titels zu hören: m Wenn der Bildschirm „Sie hören“ zu sehen ist, drücken Sie die Mitteltaste. Daraufhin hören Sie den Namen und Interpreten des aktuellen Musiktitels. Wenn Sie gerade ein Hörbuch abspielen, werden der Titel des Buchs und der Name des Autors genannt. Wenn Sie die Apple Earphones mit Fernbedienung und Mikrofon oder die In-Ear Headphones mit Fernbedienung und Mikrofon verwenden (verfügbar unter store.apple.com oder bei Ihrem Apple Store vor Ort), können Sie mithilfe von VoiceOver auch durch Wiedergabelisten navigieren. Weitere Informationen hierzu finden Sie in der Dokumentation zu diesem Zubehörprodukten. Suchen nach Musik Sie können Ihren iPod nano nach Musiktiteln, Wiedergabelisten, Albumtiteln, Interpretennamen, Audio-Podcasts und Hörbüchern durchsuchen. Die Suchfunktion sucht nicht in Videos, Notizen, Kalendereinträgen, Kontakten oder Liedtexten. Hinweis: Es werden nicht alle Sprachen unterstützt. Gehen Sie wie folgt vor, um nach Musiktiteln zu suchen: 1 Wählen Sie „Suchen“ aus dem Menü „Musik“. 2 Geben Sie einen Suchbegriff ein, indem Sie mit dem Click Wheel durch das Alphabet navigieren und die Mitteltaste drücken, um die einzelnen Zeichen einzugeben. Der iPod nano beginnt nach der Eingabe des ersten Zeichens mit der Suche und zeigt die Ergebnisse im Suchbildschirm an. Wenn Sie beispielsweise den Buchstaben „b“ eingeben, zeigt der iPod nano alle Titel an, die den Buchstaben „b“ enthalten. Bei Eingabe von „ab“ zeigt der iPod nano alle Objekte mit dieser Buchstabenfolge an. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“, um ein Leerzeichen einzugeben (‘). Drücken Sie die Taste „Zurück/Schneller Rücklauf“, um das vorherige Zeichen zu löschen (]). 3 Drücken Sie die Taste „Menu“, um die Ergebnisliste anzuzeigen, durch die Sie mithilfe des Click Wheel navigieren können. Die Objekte in der Liste der Suchergebnisse sind mit einem Symbol gekennzeichnet, das ihren Typ angibt: Musiktitel, Video, Interpret, Album, Hörbuch oder Podcast. Kapitel 3 Anhören von Musik 53 Drücken Sie die Mitteltaste, um zum Suchbildschirm zurückzukehren (wenn „Suchen“ im Menü hervorgehoben ist). Anpassen des Menüs „Musik“ Wie im Hauptmenü können Sie auch im Menü „Musik“ Objekte hinzufügen oder entfernen. Sie können beispielsweise eine Sammlung (Compilation) zum Menü „Musik“ hinzufügen, sodass Sie Sammlungen, die aus verschiedenen Quellen zusammengestellt wurden, ganz einfach auswählen können. Gehen Sie wie folgt vor, um Objekte zum Menü „Musik“ hinzuzufügen oder daraus zu entfernen: 1 Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Musikmenü“. 2 Wählen Sie alle Objekte aus, die im Menü „Musik“ angezeigt werden sollen. Ein Häkchen weist darauf hin, welche Objekte hinzugefügt wurden. Wählen Sie „Menü zurücksetzen“, um die ursprünglichen Einstellungen des Menüs „Musik“ wiederherzustellen. Einstellen der Obergrenze für die Lautstärke Sie können auf Ihrem iPod nano eine Obergrenze für die Lautstärke festlegen und dieser eine Zahlenkombination zuweisen, mit der verhindert wird, dass die Einstellung geändert werden kann. Gehen Sie wie folgt vor, um für den iPod nano eine Obergrenze für die Lautstärke einzustellen: 1 Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Max. Lautstärke“. Der Lautstärkebalken zeigt die aktuelle Lautstärke an. 2 Verwenden Sie das Click Wheel, um eine Obergrenze für die Lautstärke auszuwählen. 3 Drücken Sie die Mitteltaste, um die maximale Lautstärke festzulegen. 4 Wählen Sie „Fertig“, wenn zum Ändern der maximalen Lautstärke keine Zahlenkombination erforderlich sein soll. Gehen Sie wie folgt vor, um festzulegen, dass zum Ändern der maximalen Lautstärke eine Zahlenkombination eingegeben werden muss: 1 Legen Sie die maximale Lautstärke fest und wählen Sie anschließend „Sperren“. 2 Geben Sie im angezeigten Bildschirm eine Zahlenkombination ein. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Kombination einzugeben:  Wählen Sie mit dem Click Wheel die erste Zahl für Ihre Zahlenkombination aus. Drücken Sie zur Bestätigung die Mitteltaste und wählen Sie dann die nächste Zahl aus.  Wiederholen Sie diesen Vorgang, um die anderen Ziffern der Zahlenkombination anzugeben. Mithilfe der Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) gelangen Sie zur nächsten Zahl und mit der Taste „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) zur vorherigen Zahl. Drücken Sie die Mitteltaste nach Eingabe der letzten Zahl, um den Zahlencode zu bestätigen.54 Kapitel 3 Anhören von Musik Die Lautstärke von Musiktiteln und anderem Tonmaterial kann je nach Art der Aufnahme und Codierung variieren. Nähere Angaben zum Einstellen einer konstanten Lautstärke in iTunes und auf dem iPod nano finden Sie im Abschnitt „Einstellen einer konstanten Lautstärke für alle Musiktitel“ auf Seite 55. Die Lautstärke kann auch abhängig von den verwendeten Ohr- und Kopfhörern unterschiedlich sein. Zubehörteile, die über den Dock Connector angeschlossen werden, unterstützen keine Obergrenzen für die Lautstärke. Wenn Sie eine Zahlenkombination festgelegt haben, müssen Sie diese eingeben, damit Sie die Obergrenze für die Lautstärke ändern oder löschen können. Gehen Sie wie folgt vor, um die Grenze für die maximale Lautstärke zu ändern: 1 Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Max. Lautstärke“. 2 Wenn Sie eine Zahlenkombination festgelegt haben, geben Sie diese ein. Verwenden Sie das Click Wheel, um die Ziffern auszuwählen, und drücken Sie zur Bestätigung die Mitteltaste. Ein Dreieck im Lautstärkebalken zeigt die aktuelle maximale Lautstärke an. 3 Ändern Sie mit dem Click Wheel die für die Lautstärke angegebene Obergrenze. 4 Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Änderung zu bestätigen. Gehen Sie wie folgt vor, um die Obergrenze für die Lautstärke zu löschen: 1 Wenn Sie gerade Inhalte mit dem iPod nano anhören, drücken Sie die Taste „Start/ Pause“ (’). 2 Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Max. Lautstärke“. 3 Wenn Sie eine Zahlenkombination festgelegt haben, geben Sie diese ein. Verwenden Sie das Click Wheel, um die Ziffern auszuwählen, und drücken Sie zur Bestätigung jeder Ziffer die Mitteltaste. 4 Verwenden Sie das Click Wheel, um die Obergrenze für die Lautstärke auf den höchsten Wert festzulegen. Hierdurch werden alle für die Lautstärke angegebenen Einschränkungen gelöscht. 5 Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Änderung zu bestätigen. Wenn Sie die Zahlenkombination vergessen haben, können Sie Ihren iPod nano zurücksetzen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110.Kapitel 3 Anhören von Musik 55 Einstellen einer konstanten Lautstärke für alle Musiktitel iTunes kann die Lautstärke der Titel automatisch anpassen, sodass sie alle mit derselben relativen Lautstärke abgespielt werden. Sie können den iPod nano für die Übernahme der iTunes-Lautstärkeeinstellungen konfigurieren. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes so einzustellen, dass Musiktitel mit der gleichen Lautstärke wiedergegeben werden: 1 Öffnen Sie iTunes und wählen Sie „iTunes“ > „Einstellungen“, wenn Sie einen Mac verwenden, oder „Bearbeiten“ > „Einstellungen“, wenn Sie mit einem Windows-PC arbeiten. 2 Klicken Sie auf „Wiedergabe“ und wählen Sie „Lautstärke anpassen“. Klicken Sie dann auf „OK“ Gehen Sie wie folgt vor, um für den iPod nano die Lautstärkeeinstellungen aus iTunes zu übernehmen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ und aktivieren Sie die Option „Lautstärke anpassen“. Wenn Sie die Option „Lautstärke anpassen“ in iTunes nicht aktiviert haben, hat das Einstellen dieser Option auf dem iPod nano keine Auswirkung. Verwenden des Equalizers Sie können die Voreinstellungen des Equalizers anpassen, um den Klang des iPod nano so zu ändern, dass dieser einer bestimmten Musikrichtung entspricht. Wenn Sie beispielsweise den Klang von Rockmusik verbessern möchten, verwenden Sie die Equalizer-Einstellung „Rock“. Gehen Sie wie folgt vor, um mit dem Equalizer den Klang des iPod nano zu ändern: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „EQ“ und wählen Sie dann eine EqualizerVoreinstellung aus. Wenn Sie in iTunes einem Musiktitel eine Equalizer-Einstellung zugewiesen haben und der iPod nano Equalizer deaktiviert ist, wird für die Wiedergabe des Titels die iTunesEinstellung verwendet. Weitere Informationen hierzu finden Sie in der iTunes-Hilfe. Überblenden zwischen Musiktiteln Sie können festlegen, dass der iPod nano das Ende jedes Titels ausblendet und den Anfang des jeweils folgenden Titels einblendet. Gehen Sie wie folgt vor, um die Überblendung zu aktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Audioüberblendung“ und wählen Sie „Ein“. Hinweis: Titel, die für eine Wiedergabe ohne Pause zwischen den Titeln gruppiert sind, werden auch bei aktivierter Überblendung ohne Pause abgespielt.56 Kapitel 3 Anhören von Musik Abspielen von Podcasts Bei Podcasts handelt es sich um kostenlose, ladbare Sendungen, die im iTunes Store verfügbar sind. Podcasts sind unterteilt nach Sendungen, Folgen innerhalb der Sendungen und Kapiteln innerhalb der Folgen. Wenn Sie die Wiedergabe eines Podcasts stoppen und später fortsetzen, wird die Wiedergabe an der Stelle fortgesetzt, an der Sie unterbrochen haben. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Podcast abzuspielen: 1 Wählen Sie aus dem Hauptmenü „Einstellungen“ > „Podcasts“ und wählen Sie eine Podcast-Sendung aus. Podcast-Sendungen werden in umgekehrter chronologischer Reihenfolge angezeigt, sodass Sie die neuste Sendung zuerst abspielen können. Neben den Sendungen und Folgen, die Sie noch nicht abgespielt haben, wird ein blauer Punkt angezeigt. 2 Wählen Sie eine Folge aus, die abgespielt werden soll. Im Bildschirm „Sie hören“ werden jetzt die Sendung, die Folgen, Datumsangaben sowie die bereits abgelaufene Zeit und die Restzeit angezeigt. Drücken Sie die Mitteltaste, um weitere Informationen über den Podcast anzuzeigen. Ist der Podcast in Kapitel eingeteilt, können Sie durch Drücken der Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) zum nächsten Kapitel oder zum Anfang des aktuellen Kapitels im Podcast springen. Wenn ein Podcast Folgenbilder enthält, sehen Sie außerdem ein Bild. Podcast-Cover können sich im Laufe einer Folge ändern. Weitere Informationen zu Podcasts erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Suchen Sie dann nach „Podcasts“. Abspielen von iTunes U-Inhalten iTunes U gehört zum iTunes Store und bietet kostenlose Vorlesungen, Sprachkurse, Hörbücher und mehr, die Sie laden und mit dem iPod nano abspielen können. Die iTunes U-Inhalte sind nach Sammlungen, Objekten innerhalb von Sammlungen, Autoren und Anbietern sortiert. Wenn Sie die Wiedergabe von iTunes U-Inhalten unterbrechen und später fortsetzen, beginnt die Wiedergabe genau an dieser Stelle. Gehen Sie wie folgt vor, um iTunes U-Inhalt abzuspielen: 1 Wählen Sie aus dem Hauptmenü „iTunes U“ und dann eine Sammlung aus.Kapitel 3 Anhören von Musik 57 Die Objekte in einer Sammlung werden in umgekehrter chronologischer Reihenfolge angezeigt, sodass Sie die jeweils neuste Sendung zuerst hören können. Neben Sammlungen und Objekten, die Sie noch nicht angehört oder angesehen haben, wird ein blauer Punkt angezeigt. 2 Wählen Sie ein Objekt aus, das abgespielt werden soll. Weitere Informationen zu iTunes U erhalten Sie, indem Sie iTunes öffnen und „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“ wählen. Suchen Sie dann nach „iTunes U“. Anhören von Hörbüchern Wenn Sie Hörbücher auf dem iPod nano anhören möchten, wählen Sie „Hörbücher“ aus dem Menü „Musik“. Wählen Sie ein Hörbuch aus und drücken Sie dann die Taste „Start/ Pause“ (’). Wenn Sie die Wiedergabe eines Hörbuchs auf Ihrem iPod nano unterbrechen, können Sie sie später genau an dieser Stelle fortsetzen. Der iPod nano überspringt Hörbücher, wenn die Zufallswiedergabe aktiviert ist. Ist das gerade wiedergegebene Hörbuch in Kapitel eingeteilt, können Sie durch Drücken der Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) zum nächsten Kapitel oder zum Anfang des aktuellen Kapitels springen. Sie können das Hörbuch auch aus dem Menü „Hörbücher“ auswählen und dann ein Kapitel auswählen. Oder Sie wählen „Fortsetzen“, um die Wiedergabe nahtlos fortzusetzen. Sie können Hörbücher schneller oder langsamer als mit der Normalgeschwindigkeit abspielen. Das Festlegen der Wiedergabegeschwindigkeit wirkt sich nur auf Hörbücher aus, die im iTunes Store oder bei audible.de erworben wurden. Gehen Sie wie folgt vor, um die Wiedergabegeschwindigkeit für ein Hörbuch festzulegen: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“ > „Hörbücher“ und wählen Sie eine Geschwindigkeit aus. Alternativ können Sie im Bildschirm „Sie hören“ die Mitteltaste drücken und gedrückt halten und dann eine Geschwindigkeit auswählen.4 58 4 Ansehen von Videos Sie können mit dem iPod nano Fernsehsendungen, Filme, Video-Podcasts und mehr ansehen. In diesem Kapitel erfahren Sie, wie Sie Videos mit dem iPod nano und Ihrem Fernsehgerät ansehen. Sie können Videos auf dem iPod nano ansehen und anhören. Mit einem kompatiblen AV-Kabel (separat erhältlich unter: www.apple.com/de/ipodstore) können Sie Videos, die sich auf dem iPod nano befinden, auf Ihrem Fernsehgerät ansehen. Ansehen von Videos auf dem iPod nano Auf den iPod nano geladene Videos sind in den Videomenüs verfügbar. Musikvideos erscheinen außerdem in Musikmenüs. Videos, die mit der integrierten Videokamera des iPod nano aufgenommen wurden, werden im Menü „Videos“ unter „Filme“ angezeigt. Gehen Sie wie folgt vor, um ein Video auf dem iPod nano anzusehen: 1 Wählen Sie „Videos“ und suchen Sie nach einem Video. Wählen Sie „Filme“, um nach einem Video zu suchen, das mit der integrierten Videokamera des iPod nano aufgenommen wurde. 2 Wählen Sie ein Video aus und drücken Sie dann die Taste „Start/Pause“ (’).Kapitel 4 Ansehen von Videos 59 Drehen Sie den iPod nano um 90 Grad, um das Video anzusehen. Sie können den iPod nano nach links oder nach rechts drehen. Möchten Sie Videos ansehen, die mit der integrierten Videokamera im Hochformat (vertikal) aufgenommen wurden, halten Sie den iPod nano vertikal. Ansehen von Video-Podcasts Gehen Sie wie folgt vor, um ein Video-Podcast anzusehen: m Wählen Sie aus dem Hauptmenü „Podcasts“ und wählen Sie dann einen Video-Podcast aus. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Abspielen von Podcasts“ auf Seite 56. Ansehen von aus iTunes U geladenen Videos Gehen Sie wie folgt vor, um ein iTunes U-Video anzusehen: m Wählen Sie aus dem Hauptmenü „iTunes U“ und dann ein Video aus. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Abspielen von iTunes U-Inhalten“ auf Seite 56. Ansehen von Videos auf einem an den iPod nano angeschlossenen Fernsehgerät Mit einem iPod-AV-Kabel können Sie Videos auf einem an Ihren iPod nano angeschlossenen Fernsehgerät anzeigen. Konfigurieren Sie den iPod nano zunächst so, dass er Videos auf einem Fernsehgerät anzeigen kann. Schließen Sie dann den iPod nano an Ihr Fernsehgerät an und spielen Sie das Video ab. Verwenden Sie das Apple Component AV-Kabel, das Apple Composite AV-Kabel oder das Apple AV Connection Kit. Andere ähnliche Kabel mit Cinch-Stecker funktionieren u. U. nicht. Sie können die Kabel unter der Adresse www.apple.com/de/ipodstore oder in Ihrem Apple Store vor Ort kaufen.60 Kapitel 4 Ansehen von Videos Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano für das Anzeigen von Videos auf einem Fernsehgerät zu konfigurieren: m Wählen Sie „Videos“ > „Video-Einstellungen“ und setzen Sie „TV-Ausgang“ auf „Fragen“ oder „Ein“. Wenn Sie für „TV-Ausgang“ die Option „Fragen“ festlegen, können Sie bei jedem Starten eines Videos auf dem iPod nano entscheiden, ob Sie das Video auf einem Fernsehgerät oder auf dem iPod nano ansehen möchten. Wenn Sie für „TV-Ausgang“ die Option „Ein“ festlegen, zeigt der iPod nano Videos nur auf dem Fernsehgerät an. Möchten Sie ein Video abspielen, während der iPod nano nicht mit einem Fernsehgerät verbunden ist, zeigt der iPod nano eine Meldung an, in der Sie aufgefordert werden, die Verbindung zu einem Fernsehgerät herzustellen. Sie können außerdem festlegen, ob ein Video bildschirmfüllend im Vollbildmodus oder im Breitbildformat und ob es auf einem PAL- oder NTSC-Fernsehgerät angezeigt werden soll. Gehen Sie wie folgt vor, um die Einstellungen für das Fernsehgerät festzulegen: m Wählen Sie „Videos“ > „Video-Einstellungen“ und befolgen Sie die unten stehenden Anweisungen. Einstellung Aktion Video auf einem Fernsehgerät anzeigen Setzen Sie „TV-Ausgang“ auf „Fragen“ oder „Ein“. Video auf einem PAL- oder NTSC-Fernsehgerät anzeigen Setzen Sie das TV-Signal auf PAL oder NTSC. PAL und NTSC beziehen sich auf die Standards zur Fernsehübertragung. Welchen Standard Ihr Fernsehgerät verwendet, hängt davon ab, in welchem Land Sie Ihr das Gerät erworben haben. Sehen Sie ggf. in der Dokumentation zu Ihrem Fernsehgerät nach, welchen Standard das Gerät verwendet. Das Format Ihres Fernsehgeräts Wählen Sie für „TV-Bildschirm“ die Option „Widescreen (Breitbild)“ für das 16:9-Format oder „Standard“ für das 4:3-Format. Video im Vollbildmodus anzeigen Wählen Sie für die Option „Bildschirmfüllend“ die Einstellung „Ein“. Wenn Sie für diese Option „Aus“ wählen, werden Breitformatfilme auf dem iPod nano oder auf standardmäßigen (4:3) Fernsehbildschirmen im Letterbox-Format mit schwarzen Balken angezeigt. Alternatives Audiomaterial abspielen Setzen Sie „Alternatives Audio“ auf „Ein“. Erweiterte Untertitel anzeigen Legen Sie für „Erweiterte Untertitel“ die Option „Ein“ fest. Untertitel anzeigen Legen Sie für „Untertitel“ die Option „Ein“ fest.Kapitel 4 Ansehen von Videos 61 Gehen Sie wie folgt vor, um das Apple Component AV-Kabel mit dem iPod nano und Ihrem Fernsehgerät zu verbinden: 1 Verbinden Sie den grünen, blauen und roten Videostecker mit den Component-Videoeingängen (Y, Pb und Pr) des Fernsehgeräts. Wenn Sie das Apple Composite AV-Kabel verwenden, verbinden Sie den gelben Videostecker mit dem Videoeingang des Fernsehgeräts. Ihr Fernsehgerät muss über CinchVideo- und Audioanschlüsse verfügen. 2 Verbinden Sie den weißen und den roten Audiostecker mit dem linken und rechten analogen Audioeingang Ihres Fernsehgeräts. 3 Verbinden Sie 30-poligen Stecker mit Ihrem iPod nano oder Universal Dock. 4 Verbinden Sie den USB-Stecker mit dem Apple USB Power Adapter oder dem Computer, damit die Batterie des iPod nano nicht entladen wird. 5 Schalten Sie den iPod nano und Ihr Fernsehgerät oder den Empfänger ein, um die Wiedergabe zu starten. Stellen Sie sicher, dass auf dem iPod nano die Option „TV-Ausgang“ auf „Ein“ oder „Fragen“ gesetzt ist. Die Anschlüsse an Ihrem Fernsehgerät oder Empfänger unterscheiden sich möglicherweise etwas von den hier abgebildeten. Gehen Sie wie folgt vor, um ein Video auf Ihrem Fernsehgerät anzusehen: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit dem Fernsehgerät (vgl. oben). 2 Schalten Sie Ihr Fernsehgerät ein und stellen Sie es so ein, dass die Anzeige über die Eingänge erfolgt, an denen der iPod nano angeschlossen ist. Weitere Informationen hierzu finden Sie in der Dokumentation zu Ihrem Fernsehgerät. 3 Wählen Sie auf dem iPod nano „Videos“ und suchen Sie nach einem Video. USB Power Adapter (Netzteil) iPod Audioeingang links (weiß) 30-poliger Stecker Fernsehgerät Videoeingang (Y, Pb, Pr) Audioeingang rechts (rot) USB-Stecker5 62 5 Verwenden der Videokamera Mit der integrierten Videokamera des iPod nano können Sie hochwertige Videos mit Ton aufnehmen, egal, wo Sie gerade sind. Sogar die Aufnahme von Videos mit Spezialeffekten ist möglich. Sie können Ihre aufgenommenen Videos auf dem iPod nano ansehen und auf Ihren Computer übertragen, um sie zu bearbeiten und weiterzugeben. Möchten Sie den iPod nano als Videokamera verwenden, wählen Sie „Videokamera“ aus dem Hauptmenü. Der Bildschirm wird zum Bildsucher. Sie können Videos im Quer- oder Hochformat aufnehmen. In beiden Modi wird Ihre aktuelle Aufnahmedauer oben rechts auf dem Bildschirm angezeigt.Kapitel 5 Verwenden der Videokamera 63 Linse und Mikrofon befinden sich auf der Rückseite des iPod nano, sodass Sie auf dem Bildschirm Ihr aufgenommenes Video sehen können. Achten Sie darauf, Linse oder Mikrofon nicht zu verdecken. Aufnehmen von Video Gehen Sie wie folgt vor, um Video aufzunehmen: 1 Wählen Sie „Videokamera“ aus dem Hauptmenü. 2 Wenn Sie mit der Aufnahme beginnen möchten, drücken Sie die Mitteltaste. Drücken Sie erneut die Mitteltaste, um die Aufnahme zu stoppen. Während der Aufnahme ist oben rechts auf dem Bildschirm neben der Aufnahmedauer ein rotes blinkendes Licht zu sehen. Die Aufnahmedauer wird durch den verfügbaren Speicherplatz und den Ladestand der Batterie begrenzt. Ein aufgenommenes Video kann bis zu 2 GB groß sein. Wird die Größe von 2 GB erreicht, wird die Videoaufnahme gestoppt. Drücken Sie die Mitteltaste, um die Aufnahme fortzusetzen. Aufnehmen von Videos mit Spezialeffekten Sie können Videos mit einer Vielzahl an Spezialeffekten mit dem iPod nano aufnehmen. Hinweis: Videoeffekte können nur vor der Aufnahme ausgewählt werden. Der iPod nano kann keine Effekte zu aufgenommenen Videos hinzufügen bzw. davon entfernen. Das Ändern von Einstellungen für Videoeffekte während der Aufnahme ist nicht möglich.64 Kapitel 5 Verwenden der Videokamera Gehen Sie wie folgt vor, um Videos mit Spezialeffekten aufzunehmen: 1 Wählen Sie „Videokamera“ aus dem Hauptmenü. 2 Drücken und halten Sie die Mitteltaste, um die Palette der Videoeffekte anzuzeigen. 3 Blättern Sie mit dem Click Wheel durch die Effekte und drücken Sie die Mitteltaste, um einen Effekt auszuwählen. Der Sucherbildschirm mit dem ausgewählten Effekt wird angezeigt. 4 Drücken Sie erneut die Mitteltaste, um mit der Aufnahme mit Videoeffekten zu beginnen. 5 Drücken Sie die Mitteltaste, um die Aufnahme zu stoppen. Wenn Sie den Bildschirm „Videokamera“ schließen, um Ihr Video abzuspielen, werden die Videoeffekte deaktiviert. Wiederholen Sie die Schritte 2 bis 4, um die Aufnahme mit einem Videoeffekt fortzusetzen. Abspielen aufgenommener Videos Der iPod nano sichert Ihre aufgenommenen Videos unter „Film“. Sie zeigen den Bildschirm „Film“ an, indem Sie im Sucherbildschirm „Videokamera“ die Taste „Menu“ drücken. Mit dem iPod nano können Sie im Bildschirm „Film“ auf Ihre aufgenommenen Videos zugreifen, sodass Sie gerade aufgenommenes Material ansehen können, ohne die Videokamera zu deaktivieren. Ihre aufgenommenen Videos lassen sich auch über das Menü „Videos“ abspielen. Gehen Sie wie folgt vor, um ein gerade aufgenommenes Video abzuspielen: 1 Drücken Sie die Mitteltaste, um die Aufnahme zu stoppen. 2 Drücken Sie die Taste „Menu“, um den Bildschirm „Film“ zu öffnen. 3 Wählen Sie die Aufnahme aus und drücken Sie die Mitteltaste, um sie abzuspielen. Im Menü „Videos“ können Sie auch auf eine vollständige Liste der aufgenommenen Videos auf dem iPod nano zugreifen.Kapitel 5 Verwenden der Videokamera 65 Gehen Sie wie folgt vor, um ein aufgenommenes Video aus dem Menü „Videos“ abzuspielen: 1 Wählen Sie „Videos“ aus dem Hauptmenü. 2 Wählen Sie „Aufnahmen“, um eine Liste aufgenommener Videos anzuzeigen. 3 Blättern Sie mit dem Click Wheel zu dem Video, das Sie abspielen möchten. Drücken Sie dann die Taste „Start/Pause“ (’), um die Wiedergabe zu starten und zu stoppen. Am Ende des Videos wird die Wiedergabe automatisch gestoppt. Löschen aufgenommener Videos Durch das Entfernen nicht benötigter Videos geben Sie Speicherplatz für neue Inhalte frei. Aufgenommene Videos können nacheinander oder gleichzeitig gelöscht werden. Gehen Sie wie folgt vor, um ein aufgenommenes Video zu löschen: 1 Wählen Sie „Videos“ > „Aufnahmen“ und wählen Sie ein Video aus der Liste aus oder wählen Sie ein Video im Bildschirm „Film“ aus. 2 Drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. 3 Wählen Sie „Löschen“ oder „Alle löschen“. Importieren aufgenommener Videos auf Ihren Computer Sie können Ihre aufgenommenen Videos auf Ihren Computer importieren. Wenn Sie einen Mac mit iPhoto verwenden, können Sie die Videos ganz einfach für andere bereitstellen und Hintergrundmusik ergänzen. Der iPod nano formatiert aufgenommene Videos als H.264 w/AAC-VGA-Videodateien mit 30 fps. Damit die Videos auf Ihren Computer importiert werden können, muss der iPod nano für die Verwendung als Festplatte aktiviert sein. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano für die Verwendung als Festplatte zu aktivieren: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer. 2 Klicken Sie in iTunes auf den iPod nano in der Geräteliste und klicken Sie dann auf den Titel „Übersicht“. 3 Wählen Sie „Verwendung als Volume aktivieren“. Der iPod nano wird nicht nur in iTunes, sondern auch als externe Festplatte auf Ihrem Computer angezeigt, und zwar mit dem bei der Erstkonfiguration gewählten Namen. Auf einem Mac wird der iPod nano im Finder und auf dem Schreibtisch angezeigt. Auf einem PC wird der iPod nano im Windows Explorer und unter „Mein Computer“ angezeigt.66 Kapitel 5 Verwenden der Videokamera Ihre aufgenommenen Videos sind im Ordner „DCIM“ auf dem iPod nano gespeichert und können auf den Computer kopiert werden, wenn der iPod nano damit verbunden ist. Weitere Informationen zum Kopieren von Dateien finden Sie in der mit Ihrem Computer gelieferten Dokumentation. Nachdem Sie Ihr aufgenommenes Video auf Ihren Computer kopiert haben, können Sie es auf dem Mac mithilfe des QuickTime-Player ansehen. Auf einem PC verwenden Sie hierzu QuickTime oder den Windows Media Player. Möchten Sie Speicherplatz auf dem iPod nano freigeben, nachdem Sie Ihre Videos auf den Computer kopiert haben, löschen Sie sie aus dem Ordner „DCIM“. Importieren aufgenommener Videos auf einen Mac mit iPhoto Wenn Sie einen Mac verwenden, auf dem iPhoto 6.0.6 installiert ist, können Sie Ihre aufgenommenen Videos mit iPhoto vom iPod nano auf den Mac importieren und über MobileMe veröffentlichen. Außerdem können Sie Musik hinzufügen, indem Sie Ihre aufgenommenen Videos mit dem QuickTime-Player bearbeiten. Damit die Videos mit iPhoto importiert werden können, muss der iPod nano für die Verwendung als Festplatte aktiviert sein. Gehen Sie wie folgt vor, um Videos mithilfe von iPhoto auf einen Mac zu importieren: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer. 2 Öffnen Sie iPhoto, sofern es nicht automatisch geöffnet wird. 3 Klicken Sie in der iPhoto-Geräteliste auf den iPod nano. 4 Wählen Sie die zu importierenden Videos aus und klicken Sie dann auf „Ausgewählt“ oder „Alle importieren“. 5 Wählen Sie „Fotos löschen“ oder „Fotos behalten“. Ihre aufgenommenen Videos werden in der iPhoto-Mediathek unter „Ereignisse“ und „Fotos“ sowie in der Liste der letzten Importe aufgeführt. Gehen Sie wie folgt vor, um aufgenommene Videos mithilfe von iPhoto bereitzustellen: 1 Befolgen Sie die Anleitungen zum Importieren Ihrer aufgenommenen Videos in iPhoto. 2 Wählen Sie in iPhoto ein Video aus. 3 Klicken Sie unten im iPhoto-Fenster auf „MobileMe“. 4 Befolgen Sie die angezeigten Anleitungen. Sie benötigen einen MobileMe-Account, um Ihre aufgenommenen Videos über MobileMe bereitzustellen. Außerdem müssen Sie iPhoto für die Veröffentlichung über Ihren Account konfigurieren. Weitere Informationen zur Online-Bereitstellung erhalten Sie, indem Sie iPhoto öffnen und „Hilfe“ > „iPhoto-Hilfe“ wählen.Kapitel 5 Verwenden der Videokamera 67 Bereitstellen aufgenommener Videos mit einem Mac oder PC Nachdem Sie Ihre aufgenommenen Videos auf Ihrem Computer importiert haben, können Sie sie vom Mac oder PC aus auf YouTube veröffentlichen. Gehen Sie wie folgt vor, um aufgenommene Videos auf Facebook zu veröffentlichen: 1 Besuchen Sie die Website www.facebook.com/de und melden Sie sich falls erforderlich an. 2 Klicken Sie auf das Videosymbol links neben der Taste für die Freigabe oben auf Ihrer Facebook-Startseite. Klicken Sie dann auf die Option zum Laden von Videos. 3 Befolgen Sie die angezeigten Anleitungen zum Auswählen und Laden Ihres Videos. Gehen Sie wie folgt vor, um aufgenommene Videos auf YouTube zu veröffentlichen: 1 Besuchen Sie die Website www.youtube.com/de und melden Sie sich falls erforderlich an. 2 Klicken Sie auf die Taste zum Laden oben rechts auf Ihrer YouTube-Startseite. 3 Befolgen Sie die angezeigten Anleitungen zum Auswählen und Laden Ihres Videos. Wenn Sie einen Mac mit iPhoto 8.1 (oder neuer) und Mac OS X 10.6.1 (oder neuer) besitzen, können Sie Ihre aufgenommenen Videos direkt an YouTube exportieren. Gehen Sie wie folgt vor, um aufgenommene Videos mithilfe von iPhoto 8.1 oder neuer und Mac OS X v10.6.1 oder neuer auf YouTube zu veröffentlichen: 1 Wählen Sie in iPhoto durch Doppelklicken das Video aus, das veröffentlicht werden soll. Das Video wird im QuickTime-Player geöffnet. 2 Wählen Sie im QuickTime-Player „Freigeben“ > „YouTube“. 3 Geben Sie Ihren YouTube-Namen und Ihr Kennwort ein und klicken Sie dann auf „Anmelden“. 4 Geben Sie eine Beschreibung und Tags ein. Wenn Sie den Zugriff auf Ihr Video einschränken wollen, wählen Sie „Film als privat festlegen“. 5 Klicken Sie auf „Weiter“ und dann auf „Freigeben“. Wenn der Export abgeschlossen ist, klicken Sie auf den angezeigten Link, um auf Ihre Videoseite in YouTube zu gelangen. Für das Laden von Video auf Facebook oder YouTube sind Accounts erforderlich. Besuchen Sie die entsprechenden Websites, wenn Sie weitere Informationen hierzu benötigen.68 Kapitel 5 Verwenden der Videokamera Hinzufügen von Musik zu Ihren aufgenommenen Videos Mit dem QuickTime-Player können Sie Musik zu Ihren aufgenommenen Videos hinzufü- gen. Wählen Sie ein aufgenommenes Video in iPhoto aus und klicken Sie dann unten im iPhoto-Fenster auf die Taste „Bearbeiten“. Das Video wird im QuickTime-Player geöffnet und Sie können eine Musikspur hinzufügen. Informationen zum Hinzufügen von Musik zu Ihren aufgenommenen Videos mit dem QuickTime-Player erhalten Sie, indem Sie „Hilfe“ > „QuickTime-Player-Hilfe“ wählen und die Anleitungen zum Extrahieren, Hinzufügen von Bewegen von Spuren lesen. Möchten Sie auf einem Windows-PC Musik zu Ihren Videos hinzufügen, lesen Sie die mit Ihrem Computer oder Fotoprogramm gelieferte Dokumentation.6 69 6 Anhören von FM-Radiosendungen Der iPod nano ist mit einem integrierten FM-Radio ausgestattet, das Informationen zum Radiosender und gespielten Titel anzeigt, eine Funktion zum Stoppen von Live-Radiosendungen bietet und Titel kennzeichnet, die Sie in iTunes vorab anhören und kaufen können. Wenn Sie FM-Radio hören möchten, verbinden Sie Ohr- oder Kopfhörer mit dem iPod nano und wählen Sie dann „Radio“ aus dem Hauptmenü. Das Kabel der Ohr- oder Kopfhörer des iPod nano dient als Radioantenne. Sie müssen Ohr- oder Kopfhörer an den iPod nano anschließen, um ein Funksignal empfangen zu können. Über den Lautsprecher des iPod nano werden Radiosendungen nicht ausgegeben. Nach der Auswahl von „Radio“ aus dem Hauptmenü wird der Radiobildschirm angezeigt. Wenn die Radiosenderauswahl angezeigt wird, können Sie mit dem Click Wheel oder durch Drücken der Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) einen Radiosender wählen.70 Kapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen Wichtig: Die in diesem Kapitel angegebenen Funkfrequenzen dienen nur zur Veranschaulichung und sind nur in bestimmten Regionen verfügbar. Wenn Sie einen Sender mit Unterstützung für RDS (Radio Data System) einstellen, werden auf dem Bildschirm Informationen zu Titel, Interpret und Sender angezeigt. Nach der Einstellung eines Senders wird die Senderauswahl durch den Statusbalken ersetzt. Der Statusbalken bewegt sich entsprechend, wenn Sie den Sender weiterhin anhören. Angezeigtes Objekt Funktion RDS-Daten Zeigt aktuelle Informationen zu Sender, Titel und Interpret an. Radiosenderauswahl Wird zum Einstellen des Senders verwendet. Markierungen für Lieblingssender Weisen darauf hin, dass sich der aktuelle Sender in der Liste der Favoriten befindet. Symbol für das Funksignal Wird angezeigt, wenn das Radio eingeschaltet ist und ein Signal empfängt. Sendefrequenz Zeigt die Sendefrequenz des ausgewählten Radiosenders an. Symbol für Kennzeichnungen Wird angezeigt, wenn der aktuelle Titel die iTunes-Kennzeichnungsfunktion unterstützt. Statusbalken Zeigt die Länge des Radiopuffers an. Symbol für das Funksignal Statusbalken Radiosenderauswahl RDS-Daten Sendefrequenz Markierung für Lieblingssender Markierung für Lieblingssender RDS-Daten Symbol für KennzeichnungenKapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen 71 Einstellen des FM-Radios Sie können das FM-Radio einstellen, indem Sie durch Sender blättern, zwischen verfügbaren Sendern wechseln oder diese suchen oder Ihre Lieblingssender sichern und direkt auswählen. Gehen Sie wie folgt vor, um durch Radiosender zu blättern: 1 Wählen Sie „Radio“ aus dem Hauptmenü. Wird die Radiosenderauswahl nicht angezeigt, drücken Sie so lange die Mitteltaste, bis das Bedienelement verfügbar wird. 2 Verwenden Sie das Click Wheel, um den gewünschten Sender einzustellen. Gehen Sie wie folgt vor, um zwischen verfügbaren Sendern zu wechseln: 1 Wählen Sie „Radio“ aus dem Hauptmenü. Wird die Radiosenderauswahl nicht angezeigt, drücken Sie so lange die Mitteltaste, bis das Bedienelement verfügbar wird. 2 Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um zum nächsten oder vorherigen verfügbaren Sender zu wechseln. Wiederholen Sie diesen Schritt nach Belieben. Wurden Lieblingssender eingestellt, ist die Funktion für den Senderwechsel nicht verfügbar. In diesem Fall werden durch Drücken der Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) die Lieblingssender eingestellt. Gehen Sie wie folgt vor, um nach verfügbaren Sendern zu suchen: 1 Wählen Sie „Radio“ aus dem Hauptmenü. Wird die Radiosenderauswahl nicht angezeigt, drücken Sie so lange die Mitteltaste, bis das Bedienelement verfügbar wird. 2 Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) bzw. „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um nach verfügbaren Sendern zu suchen. Sie hören eine fünfsekündige Hörprobe jedes Senders, bevor zum nächsten Sender gewechselt wird. 3 Möchten Sie den Suchlauf beenden und den aktuellen Sender auswählen, drücken Sie die Mitteltaste. 103.5FM 100 106 102 10472 Kapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen Gehen Sie wie folgt vor, um Ihre Lieblingssender zu sichern: 1 Stellen Sie einen Sender ein, den Sie sichern möchten. 2 Drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. 3 Wählen Sie „Voreinstellung hinzufügen“ und drücken Sie dann die Mitteltaste. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Lieblingssender einzustellen: 1 Wählen Sie „Radio“ aus dem Hauptmenü. Wird die Radiosenderauswahl nicht angezeigt, drücken Sie so lange die Mitteltaste, bis das Bedienelement verfügbar wird. 2 Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um den nächsten oder vorherigen Lieblingssender einzustellen. Wiederholen Sie diesen Schritt nach Belieben. Stoppen von Live-Radiosendungen Sie können eine Radiosendung stoppen und innerhalb von 15 Minuten nahtlos weiter abspielen. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Live-Radiosendung zu stoppen: m Drücken Sie, während das Radio läuft, in einem beliebigen Bildschirm die Taste „Start/ Pause“ (’). 103.5FMKapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen 73 Das Symbol „Pause“ (1) wird angezeigt und die Uhrzeit, zu der Sie die Wiedergabe gestoppt haben, wird über dem Statusbalken eingeblendet. Während der Live-Pause gibt ein gelbes Dreieck die Stelle an, an der die Radiosendung gestoppt wurde. Der Statusbalken bewegt sich und zeigt an, wie viel Zeit seit dem Stopp vergangen ist.74 Kapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen Wenn Sie die Taste „Start/Pause“ (’) erneut drücken, wird die Sendung nahtlos fortgesetzt. Sie können entlang des Statusbalkens auch vor oder zurück navigieren. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]) und halten Sie sie gedrückt oder verwenden Sie das Click Wheel, um schnell vor oder zurück zu navigieren. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um in Intervallen von einer Minute vor oder zurück zu navigieren. Sie können nur dann durch eine gestoppte Radiosendung navigieren, wenn der Statusbalken zu sehen ist. Bei Anzeige der Radiosenderauswahl ist das nicht möglich. Gehen Sie wie folgt vor, um zwischen Statusbalken und Radiosenderauswahl zu wechseln: m Drücken Sie die Mitteltaste. Der Statusbalken ist vollständig ausgefüllt, wenn die maximale Pausendauer von 15 Minuten erreicht ist. Sofern Sie den Radiosender nicht löschen, können Sie durch die 15 letzten Minuten der Sendung navigieren, die Sie anhören. Inhalte, die älter als 15 Minuten sind, werden gelöscht, um Platz für die weitere Sendung zu schaffen. Wenn Sie die Sendung stoppen und nicht innerhalb von 15 Minuten fortsetzen, wird der Ruhezustand des iPod nano aktiviert und die gestoppte Radiosendung gelöscht. Eine gestoppte Radiosendung wird gelöscht, wenn eine der folgenden Situationen eintritt:  Sie wählen einen anderen Sender. Wenn Sie während einer gestoppten Radiosendung den Sender wechseln, wird eine Warnung angezeigt und Sie können den Vorgang abbrechen.  Sie schalten den iPod nano aus.  Sie schalten das Radio aus, um andere Inhalte abzuspielen, die Videokamera zu verwenden oder ein Sprachmemo aufzuzeichnen.  Die Batterieladung ist sehr niedrig und die Batterie muss geladen werden.Kapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen 75  Sie setzen die Wiedergabe der Sendung nach einer Pause von 15 Minuten nicht fort. Sie können die Funktion „Live-Pause“ im Menü „Radio“ deaktivieren, um Batteriestrom zu sparen. Gehen Sie wie folgt vor, um die Funktion „Live-Pause“ zu deaktivieren: 1 Drücken Sie im Bildschirm „Radio“ die Taste „Menu“. 2 Wählen Sie „Live-Pause“ und drücken Sie die Mitteltaste. Wählen Sie dann „Aus“. Wählen Sie „Ein“, um die Funktion „Live-Pause“ wieder zu aktivieren. Kennzeichnen von Titeln für die Synchronisierung mit iTunes Wenn Sie einen Radiosender mit Unterstützung für die iTunes-Kennzeichnungsfunktion eingestellt haben, können Sie eine Liste mit Titeln sichern, die Sie später im iTunes Store als Hörprobe anhören und anschließend kaufen können. Titel, die gekennzeichnet werden können, sind neben dem Namen mit einem entsprechenden Symbol für Kennzeichnungen versehen. Gehen Sie wie folgt vor, um einen Musiktitel zu kennzeichnen: 1 Drücken und halten Sie die Mitteltaste, bis ein Menü angezeigt wird. Symbol für Kennzeichnungen76 Kapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen 2 Wählen Sie „Kennzeichnen“ und drücken Sie dann die Mitteltaste. Ihre gekennzeichneten Musiktitel werden im Menü „Radio“ unter „Gekennzeichnete Titel“ angezeigt. Wenn Sie den iPod nano das nächste Mal mit iTunes synchronisieren, werden Ihre gekennzeichneten Titel synchronisiert und vom iPod nano gelöscht. Sie werden in iTunes angezeigt. Im iTunes Store können Sie dann eine Hörprobe davon abspielen und sie kaufen. Hinweis: Diese Funktion steht möglicherweise nicht für alle Radiosender zur Verfügung. Gehen Sie wie folgt vor, um gekennzeichnete Titel in iTunes vorab anzuhören und zu kaufen: 1 Klicken Sie links im iTunes-Fenster unter „Store“ auf „Gekennzeichnet“. 2 Klicken Sie für den gewünschten Titel auf die Taste „Darstellung“. 3 Möchten Sie die Hörprobe des Titels abspielen, wählen Sie ihn durch Doppelklicken aus oder klicken Sie auf die Taste „Hörprobe“. Möchten Sie den Titel kaufen, klicken Sie auf die Taste „Kaufen“. Verwenden des Menüs „Radio“ Drücken Sie im Radiobildschirm auf die Taste „Menu“, um zum Menü „Radio“ zu wechseln. Das Menü „Radio“ enthält die folgenden Objekte. Menüobjekt Funktion Radiowiedergabe Schaltet das Radio ein und zeigt wieder den Radiobildschirm an. Radio beenden Schaltet das Radio aus und löscht gestoppte Radiosendungen (wird nur angezeigt, wenn das Radio eingeschaltet ist).Kapitel 6 Anhören von FM-Radiosendungen 77 Radioregionen Mit dem iPod nano können in vielen Ländern FM-Funksignale empfangen werden. Fünf Signalregionen sind bereits definiert: Nord-, Mittel- und Südamerika, Asien, Australien, Europa und Japan. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Radioregion auszuwählen: m Wählen Sie „Radio-Regionen“ aus dem Menü „Einstellungen“ und wählen Sie dann Ihre Region. Das Menü „Radio-Regionen“ wird auch im Menü „Radio“ angezeigt. Die definierten Regionen richten sich dabei nach internationalen Radiostandards und nicht nach tatsächlichen geografischen Regionen. Wenn Sie in einem Land leben, das im Menü „Radio-Regionen“ nicht aufgelistet wird, wählen Sie die Region, deren Angaben über die Funkfrequenz am ehesten mit denen Ihres Landes übereinstimmen. In der folgenden Tabelle wird der Funkfrequenzbereich jeder Region im Menü „RadioRegionen“ genannt, ergänzt durch die jeweiligen Unterschiede zwischen einzelnen Radiosendern (durch das Zeichen „±“ angegeben). Wichtig: Der iPod nano ist nur für den Empfang öffentlicher Radiosendungen konzipiert. Das Anhören von Übertragungen, die nicht für die Öffentlichkeit bestimmt sind, ist in einigen Ländern illegal und kann strafrechtliche Folgen nach sich ziehen. Informieren Sie sich über die regional geltenden Gesetze und Vorschriften und halten Sie diese bei Verwendung des iPod nano ein. Favoriten Zeigt eine Liste der Sender an, die Sie als Favoriten gesichert haben. Wählen Sie einen Sender aus und drücken Sie die Mitteltaste, um die Wiedergabe zu starten. Gekennzeichnete Titel Zeigt eine Liste mit Titeln an, die Sie seit der letzten Synchronisierung mit iTunes gekennzeichnet haben, um eine Hörprobe davon abzuspielen und sie zu kaufen. Letzte Titel Zeigt eine Liste der zuletzt abgespielten Titel an. Radio-Regionen Hiermit können Sie die Radiosender für Ihre aktuelle Region einstellen. Live-Pause Aktiviert oder deaktiviert die Funktion „Live-Pause“. Menüobjekt Funktion Radio-Region Angaben zur Funkfrequenz Nord-, Mittel- und Südamerika 87,5 – 107,9 MHz / ± 200 kHz Asien 87,5 – 108,0 MHz / ± 100 kHz Australien 87,5 – 107,9 MHz / ± 200 kHz Europa 87,5 – 108,0 MHz / ± 100 kHz Japan 76,0 – 90,0 MHz / ± 100 kHz7 78 7 Fotofunktionen Lesen Sie dieses Kapitel, um mehr über das Importieren und Anzeigen von Fotos zu erfahren. Sie können digitale Fotos auf Ihren Computer importieren und zum iPod nano hinzufügen. Sie können Ihre Fotos auf dem iPod nano oder in einer Diashow auf einem Fernsehgerät anzeigen. Importieren von Fotos Wenn Sie mit einem Mac arbeiten, können Sie Fotos mithilfe von iPhoto von einer Digitalkamera auf Ihren Computer importieren. Sie können auch andere digitale Bilder in iPhoto importieren, beispielsweise Bilder aus dem Internet. Weitere Informationen zum Importieren, Verwalten und Bearbeiten Ihrer Fotos erhalten Sie, indem Sie iPhoto öffnen und „Hilfe“ > „iPhoto-Hilfe“ wählen. iPhoto ist Bestandteil des iLife-Softwarepakets, das Sie unter www.apple.com/de/ilife oder in Ihrem Apple Store vor Ort erwerben können. Möglicherweise ist iPhoto auch bereits auf Ihrem Mac-Computer im Ordner „Programme“ installiert. Wenn Sie Fotos auf einen Windows-PC importieren möchten, befolgen Sie die Anleitungen, die Sie mit Ihrer Digitalkamera oder dem Fotoprogramm erhalten haben. Hinzufügen von Fotos von Ihrem Computer zum iPod nano Wenn Sie einen Mac und iPhoto 7.1.5 (oder neuer) verwenden, können Sie iPhoto-Alben automatisch synchronisieren (für Mac OS X 10.4.11, iPhoto 6.0.6 oder neuer ist erforderlich). Wenn Sie einen PC oder Mac verwenden, können Sie aus einem Ordner auf Ihrer Festplatte Fotos zum iPod nano hinzufügen. Das erste Hinzufügen von Fotos zum iPod nano dauert evtl. einige Zeit, je nachdem, wie viele Fotos in Ihrer Mediathek enthalten sind.Kapitel 7 Fotofunktionen 79 Gehen Sie wie folgt vor, um Fotos von einem Mac mithilfe von iPhoto zum iPod nano hinzuzufügen: 1 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Fotos“. 2 Wählen Sie „Fotos synchronisieren von“ und wählen Sie „iPhoto“ aus dem Einblendmenü aus. 3 Wählen Sie Ihre Synchronisierungsoptionen aus:  Möchten Sie alle Ihre Fotos hinzufügen, wählen Sie „Alle Fotos, Alben, Ereignisse und Gesichter“.  Möchten Sie ausgewählte Fotos hinzufügen, wählen Sie „Ausgewählte Alben, Ereignisse und Gesichter. Automatisch mit einbeziehen:“ und wählen Sie dann eine Option aus dem Einblendmenü aus. Wählen Sie anschließend die Alben, Ereignisse und Gesichter aus, die Sie hinzufügen möchten. (Die Funktion „Gesichter“ wird nur von iPhoto 8.1 oder neuer unterstützt.)  Möchten Sie Videos aus iPhoto hinzufügen, wählen Sie „Videos einbeziehen“. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Ihre Fotos werden bei jedem Anschließen des iPod nano an Ihren Computer automatisch synchronisiert. Gehen Sie wie folgt vor, um Fotos aus einem Ordner auf Ihrer Festplatte zum iPod nano hinzuzufügen: 1 Bewegen Sie die Bilder in einen Ordner auf Ihrem Computer. Sollen Bilder in verschiedenen Fotoalben auf dem iPod nano abgelegt werden, erstellen Sie innerhalb des Hauptordners für Ihre Bilder weitere Ordner und bewegen Sie die Bilder in die neuen Ordner. 2 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Fotos“. 3 Wählen Sie „Fotos synchronisieren von“. 4 Wählen Sie „Ordner auswählen“ aus dem Einblendmenü aus und wählen Sie dann den Ordner mit Ihren Bildern. 5 Klicken Sie auf „Anwenden“.80 Kapitel 7 Fotofunktionen Hinzufügen von Bilddateien mit voller Auflösung zum iPod nano Wenn Sie Fotos zum iPod nano hinzufügen, optimiert iTunes die Fotos für die Anzeige. Dabei werden die Bilddateien nicht standardmäßig mit der vollen Auflösung übertragen. Das Hinzufügen von Bilddateien mit voller Auflösung ist beispielsweise dann nützlich, wenn Sie Ihre Bilder von einem Computer auf einen anderen bewegen möchten. Zur Anzeige der Bilder in höchster Qualität auf dem iPod nano ist die volle Auflösung dagegen nicht erforderlich. Gehen Sie wie folgt vor, um Bilddateien in voller Auflösung zum iPod nano hinzuzufügen: 1 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Fotos“. 2 Wählen Sie „Inklusive Fotos mit voller Auflösung“. 3 Klicken Sie auf „Anwenden“. iTunes kopiert die Versionen der Fotos mit voller Auflösung in den Ordner „Photos“ auf Ihrem iPod nano. Gehen Sie wie folgt vor, um Fotos vom iPod nano zu löschen: 1 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Fotos“. 2 Wählen Sie „Fotos synchronisieren von“.  Wählen Sie auf einem Mac „iPhoto“ aus dem Einblendmenü aus.  Wählen Sie auf einem Windows-PC „Photoshop Album“ oder „Photoshop Elements“ aus dem Einblendmenü aus. 3 Wählen Sie „Ausgewählte Alben“ und deaktivieren Sie die Alben, die Sie auf dem iPod nano nicht mehr benötigen. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“.Kapitel 7 Fotofunktionen 81 Anzeigen von Fotos Auf dem iPod nano können Sie Fotos entweder manuell oder in einer Diashow anzeigen. Wenn Sie ein optionales AV-Kabel von Apple (z. B. das Apple Component AV-Kabel) haben, können Sie den iPod nano mit Ihrem Fernsehgerät verbinden und Fotos zusammen mit passender Musikuntermalung als Diashow anzeigen. Anzeigen von Fotos auf dem iPod nano Gehen Sie wie folgt vor, um Fotos auf dem iPod nano anzuzeigen: 1 Wählen Sie auf dem iPod nano „Fotos“ > „Alle Fotos“. Sie können auch das Menü „Fotos“ und dann ein Fotoalbum auswählen, wenn Sie sich nur die Fotos aus diesem Album ansehen möchten. Bei Miniaturbildern dauert es u. U. einen Augenblick, bis sie angezeigt werden. 2 Wählen Sie das gewünschte Foto aus und drücken Sie die Mitteltaste. 3 Halten Sie den iPod nano beim Anzeigen von Fotos im Hochformat vertikal und beim Anzeigen von Fotos im Querformat horizontal. Blättern Sie in einer beliebigen Fotoanzeige mit dem Click Wheel durch Fotos (wenn Sie eine Diashow anzeigen, wird mit dem Click Wheel nur die Lautstärke der Musik gesteuert). Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um zur nächsten oder vorherigen Fotoanzeige zu wechseln. Drücken und halten Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um zum letzten oder ersten Foto in der Mediathek oder dem Album zu blättern.82 Kapitel 7 Fotofunktionen Anzeigen von Diashows Sie können eine Diashow – auf Wunsch mit Musik und Übergängen – auf dem iPod nano anzeigen. Mit einem optionalen AV-Kabel von Apple können Sie die Diashow auch auf Ihrem Fernsehgerät ansehen. Gehen Sie wie folgt vor, um die Einstellungen für die Diashow festzulegen: m Wählen Sie „Fotos“ > „Einstellungen“ und befolgen Sie diese Anweisungen: Gehen Sie wie folgt vor, um eine Diashow auf dem iPod nano anzuzeigen: m Wählen Sie ein Foto, ein Album oder einen Film aus und drücken Sie die Taste „Start/ Pause“ (’). Oder wählen Sie ein Foto im Vollbildmodus und drücken Sie Mitteltaste. Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Diashow anzuhalten. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um zum nächsten oder vorherigen Foto zu wechseln. Wenn Sie eine Diashow anzeigen, können Sie mit dem Click Wheel die Lautstärke der Begleitmusik steuern und die Helligkeit anpassen. Während einer Diashow ist es nicht möglich, mit dem Click Wheel durch Fotos zu blättern. Einstellung Aktion Anzeigedauer pro Bild Wählen Sie „Dauer pro Dia“ und wählen Sie eine Dauer aus. Die während der Diashows abgespielte Musik Wählen Sie „Musik“ und wählen Sie eine Wiedergabeliste oder „Sie hören“ aus. Wenn Sie iPhoto verwenden, können Sie „Von iPhoto“ auswählen, um die Musikeinstellungen von iPhoto zu kopieren. Es werden nur die Musiktitel abgespielt, die Sie zum iPod nano hinzugefügt haben. Zu wiederholende Dias Legen Sie für „Wiederholen“ die Einstellung „Ein“ fest. Zufällig anzuzeigende Dias Legen Sie für „Zufällige Fotos“ die Einstellung „Ein“ fest. Mit Übergängen anzuzeigende Dias Wählen Sie „Übergänge“ und wählen Sie einen Übergangstyp aus. „Zufall“ umfasst alle Übergangstypen abgesehen von „Ken Burns“. Auf dem iPod nano anzuzeigende Diashows Setzen Sie „TV-Ausgang“ auf „Fragen“ oder „Aus“. Auf einem Fernsehgerät anzuzeigende Diashows Setzen Sie „TV-Ausgang“ auf „Fragen“ oder „Ein“. Wenn Sie für „TV-Ausgang“ die Option „Fragen“ festlegen, können Sie bei jedem Starten einer Diashow entscheiden, ob Sie die Diashow auf einem Fernsehgerät oder auf dem iPod nano ansehen wollen. Auf PAL- oder NTSC-Fernsehgeräten anzuzeigende Dias Setzen Sie das TV-Signal auf PAL oder NTSC. PAL und NTSC beziehen sich auf die Standards zur Fernsehübertragung. Welchen Standard Ihr Fernsehgerät verwendet, hängt davon ab, in welchem Land Sie Ihr das Gerät erworben haben. Sehen Sie ggf. in der Dokumentation zu Ihrem Fernsehgerät nach, welchen Standard das Gerät verwendet.Kapitel 7 Fotofunktionen 83 Wenn Sie eine Diashow eines Albums anzeigen, das Videos enthält, wird die Diashow angehalten, wenn das nächste Element ein Video ist. Begleitmusik wird weiterhin wiedergegeben. Wenn Sie das Video abspielen, wird die Musik währenddessen angehalten und danach fortgesetzt. Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um das Video abzuspielen. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘), um die Diashow fortzusetzen. Gehen Sie wie folgt vor, um die Helligkeit während einer Diashow anzupassen: 1 Drücken Sie die Mitteltaste, bis die Helligkeitsanzeige zu sehen ist. 2 Verwenden Sie das Click Wheel, um die Helligkeit anzupassen. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano an Ihr Fernsehgerät anzuschließen: 1 Schließen Sie das optionale Apple Component bzw. Composite AV-Kabel an den iPod nano an. Verwenden Sie das Apple Component AV-Kabel, Apple Composite AV-Kabel oder Apple AV Connection Kit. Andere ähnliche Kabel mit Cinch-Stecker funktionieren u. U. nicht. Sie können die Kabel unter www.apple.com/de/ipodstore erwerben. 2 Verbinden Sie die Audiostecker mit den Anschlüssen am Fernsehgerät. Stellen Sie sicher, dass auf dem iPod nano die Option „TV-Ausgang“ auf „Fragen“ oder „Ein“ gesetzt ist. Ihr Fernsehgerät muss über Cinch-Video- und Audioanschlüsse verfügen. Die Anschlüsse an Ihrem Fernsehgerät oder Empfänger unterscheiden sich möglicherweise etwas von den hier abgebildeten. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Diashow auf Ihrem Fernsehgerät anzuzeigen: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Fernsehgerät (vgl. Seite 61). 2 Schalten Sie Ihr Fernsehgerät ein und stellen Sie es so ein, dass die Anzeige über die Eingänge erfolgt, an denen der iPod nano angeschlossen ist. Weitere Informationen hierzu finden Sie in der Dokumentation zu Ihrem Fernsehgerät. 3 Verwenden Sie den iPod nano, um die Diashow abzuspielen und zu steuern.84 Kapitel 7 Fotofunktionen Hinzufügen von Fotos vom iPod nano zu einem Computer Wenn Sie wie in den vorhergehenden Schritten beschrieben Fotos mit voller Auflö- sung von Ihrem Computer zum iPod nano hinzufügen, werden sie auf dem iPod nano im Ordner „Photos“ abgelegt. Sie können den iPod nano an einen Computer anschlie- ßen und diese Fotos auf dem Computer ablegen. Der iPod nano muss für die Verwendung als Festplatte aktiviert sein (vgl. „Verwenden des iPod nano als externes Volume“ auf Seite 99). Gehen Sie wie folgt vor, um Fotos vom iPod nano auf einen Computer zu übertragen: 1 Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an. 2 Bewegen Sie die Bilddateien aus dem Ordner „Photos“ oder „DCIM“ Ihres iPod nano auf den Schreibtisch oder in ein Programm zur Fotobearbeitung auf Ihrem Computer. Sie können auch ein Fotobearbeitungsprogramm wie iPhoto verwenden, um die im Ordner „Photos“ abgelegten Fotos hinzuzufügen. Weitere Informationen hierzu finden Sie in der Dokumentation zum Programm. Gehen Sie wie folgt vor, um Fotos aus dem Ordner „Photos“ auf Ihrem iPod nano zu löschen: 1 Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an. 2 Navigieren Sie im Finder zum Ordner „Photos“ auf dem iPod nano und löschen Sie die Fotos, die Sie nicht mehr benötigen.8 85 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Der iPod nano kann nicht nur Musiktitel wiedergeben. Und Sie können ihn nicht nur zum Anhören von Musik verwenden. Lesen Sie dieses Kapitel, um Näheres über die weiteren Funktionen Ihres iPod nano zu erfahren, z. B. wie Sie ihn als Schrittzähler nutzen, Spachmemos damit aufzeichnen, als externes Volume oder als Wecker verwenden, wie Sie den Timer für den Ruhezustand einstellen, die Uhrzeit in anderen Ländern anzeigen, wie Sie den iPod nano zum Spielen verwenden und Notizen anzeigen und wie Sie Kontakte, Kalender und Aufgabenlisten synchronisieren. Hier erfahren Sie außerdem, wie Sie den iPod nano als Stoppuhr verwenden und die Bildschirmanzeige sperren können. Zudem erhalten Sie Informationen dazu, welches Zubehör für den iPod nano angeboten wird. Verwenden des iPod nano als Schrittzähler Sie können den iPod nano als Schrittzähler (Pedometer) verwenden, der Ihre Schritte und Trainingsleistungen erfasst. Damit Sie möglichst genaue Ergebnisse erhalten, tragen Sie den iPod nano bei Verwendung des Schrittzähler in der Hosentasche oder verwenden Sie das iPod nano Armband.86 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano als Schrittzähler (Pedometer) zu verwenden: 1 Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Fitness“ und anschließend „Pedometer“. 2 Wenn Sie den Schrittzähler das erste Mal verwenden, geben Sie mit dem Click Wheel Ihr Gewicht ein und drücken Sie dann die Mitteltaste, um die Erfassung zu starten. 3 Drücken Sie erneut die Mitteltaste, wenn Sie die Erfassung beenden möchten. Gehen Sie wie folgt vor, um die Einstellungen des Schrittzählers anzupassen: 1 Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Fitness“ und anschließend „Einstellungen“. 2 Wählen Sie eine der folgenden Optionen aus: Gehen Sie wie folgt vor, um Ihre Trainingsübersicht anzuzeigen: 1 Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Fitness“ und anschließend „Übersicht“. 2 Wählen Sie ein Datum aus dem Kalender aus. Wählen Sie mit dem Click Wheel einen Tag aus. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘) oder „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um durch die Monate zu blättern. 3 Drücken Sie die Mitteltaste, um Ihre Trainingsübersicht für das gewählte Datum anzuzeigen. Wenn Sie am gewählten Tag mehrere Trainingseinheiten absolviert haben, wählen Sie die gewünschte aus. Der iPod nano zeigt Ihr Schrittziel, die Trainingsdauer, Start- und Endzeiten, verbrannte Kalorien und Gesamtwerte für die jeweilige Woche und den Monat an. Möchten Sie ein Balkendiagramm für eine Ihrer Trainingseinheiten anzeigen, wählen Sie eine Trainingseinheit aus und drehen Sie den iPod nano dann ins Querformat. Ist der Schrittzähler aktiviert, wird im Hauptmenü der Eintrag „Pedometer“ angezeigt, über den Sie die Erfassung schnell beenden können. Der Vorschaubereich unter dem Hauptmenü zeigt Ihre Schrittzahl an, wenn Sie zum Menüobjekt „Pedometer“ blättern. Funktion Aktion Schrittzählermodus auswählen Wählen Sie „Pedometer“ und drücken Sie dann die Mitteltaste, um zwischen „Manuell“ und „Immer eingeschaltet“ zu wechseln. Trainingsziel festlegen Wählen Sie „Tägliches Schrittziel“ und wählen Sie dann ein Ziel aus der Liste aus. Wählen Sie alternativ „Anpassen“ und legen Sie dann mit dem Click Wheel ein Ziel fest. Gewicht angeben Wählen Sie „Gewicht“, stellen Sie mit dem Click Wheel Ihr Gewicht ein und drücken Sie dann die Mitteltaste. Ausrichtung des Schrittzählers angeben Wählen Sie „Bildschirmausrichtung“ und wählen Sie dann „Vertikal“, „Links“ oder „Rechts“.Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 87 Soll der iPod nano Ihre Schritte im Laufe eines Tages zählen, wählen Sie „Pedometer“ aus dem Menü „Einstellungen“ und dann „Immer eingeschaltet“. Der Schrittzähler speichert Ihre Gesamtschrittzahl pro Tag, sodass Sie einen Überblick erhalten können, ohne den Schrittzähler am Tagesende auszuschalten. In diesem Fall wird das Menüobjekt „Pedometer“ fortlaufend im Hauptmenü angezeigt. Sie können das Menüobjekt „Pedometer“ auch manuell zum Hauptmenü hinzufügen, um die Schritterfassung schnell starten zu können. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Hinzufügen oder Löschen von Menüoptionen im Hauptmenü“ auf Seite 11. Mithilfe des Nike + iPod Sport Kit (separat erhältlich) kann der iPod nano auch Ihre Geschwindigkeit, die zurückgelegte Strecke und vergangene Zeit sowie die verbrannten Kalorien erfassen und Ihre Trainingseinheiten an Nike + iPod-kompatiblen Studiogeräten speichern. Wenn Sie den iPod nano mit iTunes synchronisieren, können Sie Ihre Schrittzähler- und andere Trainingsdaten auf die Nike+-Website laden, über die Sie Ihre Trainingserfolge anzeigen und mit denen von Freunden vergleichen können und mehr. Sie benötigen einen Nike+-Account, den Sie bei der Synchronisierung einrichten können. Gehen Sie wie folgt vor, um Ihre Trainingsinformationen auf die Nike+-Website zu laden: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer und öffnen Sie iTunes (sofern es nicht automatisch geöffnet wird). Wenn Sie Ihre Trainingsdaten das erste Mal synchronisieren, wird folgende Meldung angezeigt: 2 Klicken Sie auf „Senden“ und befolgen Sie die angezeigten Anleitungen, um Ihren Nike+-Account einzurichten. Nachdem Sie Ihren Account eingerichtet haben, wird ein neuer Titel im iTunes-Fenster angezeigt: 3 Klicken Sie auf den Titel „Nike + iPod“ und wählen Sie „Trainingsdaten automatisch an Nike+ senden“, sofern diese Option nicht bereits ausgewählt ist. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“.88 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Möchten Sie Ihre Informationen auf der Nike+-Website anzeigen und bereitstellen, klikken Sie im Bereich „Nike + iPod“ auf „Nike+ besuchen“, wenn der iPod nano mit Ihrem Computer verbunden ist, oder öffnen Sie die Seite www.nike.com und melden Sie sich dann bei Ihrem Account an. Aufzeichnen von Sprachmemos Mit dem integrierten Mikrofon des iPod nano oder einem optionalen iPod nano-kompatiblen Mikrofon (erhältlich unter www.apple.com/de/ipodstore) können Sie Sprachmemos aufzeichnen. Sie haben die Möglichkeit, während der Aufnahme Kapitelmarkierungen zu setzen, Sprachmemos auf dem iPod nano zu speichern und mit Ihrem Computer zu synchronisieren und sie mit Bezeichnungen zu versehen. Sprachmemos können bis zu zwei Stunden lang sein. Wenn Sie Material mit einer Länge von über zwei Stunden aufnehmen, beginnt der iPod nano automatisch ein neues Sprachmemo, um die Aufnahme fortzusetzen. Gehen Sie wie folgt vor, um ein Sprachmemo aufzuzeichnen: 1 Wählen Sie aus dem Menüs „Extras“ die Option „Sprachmemos“. Der Bildschirm für die Sprachaufzeichnung wird angezeigt. 2 Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’) oder die Mitteltaste, um mit der Aufnahme zu beginnen. Achten Sie darauf, das Mikrofon an der Rückseite des iPod nano nicht zu verdecken. 3 Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Aufnahme anzuhalten. Wählen Sie „Weiter“, um die Aufnahme fortzusetzen, oder drücken Sie erneut die Taste „Start/Pause“ (’). 4 Wenn Sie fertig sind, drücken Sie die Taste „Menu“ und wählen Sie dann „Stoppen und sichern“. Ihre gesicherte Aufnahme wird mit Datum und Uhrzeit aufgelistet.Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 89 Gehen Sie wie folgt vor, um Kapitelmarkierungen zu sichern: m Drücken Sie während der Aufnahme die Mitteltaste, um eine Kapitelmarkierung zu setzen. Beim Abspielen der Aufnahme können Sie durch Drücken der Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ direkt zum nächsten Kapitel wechseln. Drücken Sie einmal die Taste „Zurück/ Schneller Rücklauf“ (]), um zum Anfang des aktuellen Kapitels zu wechseln. Drücken Sie die Taste zweimal, um zum Anfang des vorherigen Kapitels zu gelangen. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Aufnahme mit einer Bezeichnung zu versehen: 1 Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Sprachmemos“ und drücken Sie dann die Taste „Menu“. 2 Wählen Sie „Aufnahmen“ und wählen Sie dann eine Aufnahme. 3 Wählen Sie „Bezeichnung“ und wählen Sie dann eine Bezeichnung für die Aufnahme aus. Zur Auswahl stehen „Podcast“, „Interview“, „Vortrag“, „Idee“, „Meeting“ oder „Memo“. Wählen Sie „Ohne“, um eine Bezeichnung von einer Aufnahme zu entfernen. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Aufnahme abzuspielen: 1 Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Sprachmemos“ und drücken Sie dann die Taste „Menu“. 2 Wählen Sie „Aufnahmen“ und wählen Sie dann eine Aufnahme. 3 Wählen Sie „Wiedergabe“ und drücken Sie dann die Mitteltaste. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Aufnahme zu löschen: 1 Wählen Sie aus dem Menü „Extras“ die Option „Sprachmemos“ und drücken Sie dann die Taste „Menu“. 2 Wählen Sie „Aufnahmen“ und wählen Sie dann eine Aufnahme. 3 Wählen Sie „Löschen“ und drücken Sie dann die Mitteltaste. Gehen Sie wie folgt vor, um Sprachmemos auf Ihren Computer zu synchronisieren: Die Aufnahmen werden im WAV-Dateiformat im Ordner „Recordings“ auf dem iPod gesichert. Wenn Sie den iPod nano für die Verwendung als Festplatte aktivieren, können Sie Sprachmemos aus dem Ordner bewegen, um sie auf Ihren Computer zu übertragen. Wenn der iPod nano für die automatische Synchronisierung von Musiktiteln eingestellt ist (vgl. „Automatisches Synchronisieren von Musik“ auf Seite 29), werden die Sprachmemos auf dem iPod nano automatisch mit einer Wiedergabeliste mit der Bezeichnung „Sprachmemos“ in iTunes synchronisiert (und vom iPod nano entfernt), wenn Sie den iPod nano anschließen. Die Wiedergabeliste „Sprachmemos“ wird unter „Wiedergabelisten“ links im iTunes-Fenster angezeigt.90 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Spielen von iPod-Spielen Der iPod nano wird mit drei Spielen geliefert: Klondike, Maze und Vortex. Gehen Sie wie folgt vor, um ein Spiel zu spielen: m Wählen Sie „Extras“ > „Spiele“ und dann das gewünschte Spiel. Wenn Sie ein für ältere iPod nano-Versionen entwickeltes Spiel spielen, erhalten Sie zuerst Informationen zu den Funktionen der iPod nano-Bedienelemente im ausgewählten Spiel. Im iTunes Store (nur in bestimmten Ländern) können Sie weitere Spiele für den iPod nano kaufen. Nach dem Kauf von Spielen in iTunes fügen Sie diese durch eine automatische Synchronisierung oder manuell zum iPod nano hinzu. Viele Spiele können im Hoch- und im Querformat gespielt werden. Gehen Sie wie folgt vor, um ein Spiel zu kaufen: 1 Wählen Sie in iTunes „iTunes Store“ unter „Store“ links im iTunes-Fenster aus. 2 Wählen Sie „iPod Spiele“ im iTunes Store aus. 3 Wählen Sie das gewünschte Spiel aus und klicken Sie dann auf „Spiel kaufen“. Gehen Sie wie folgt vor, um Spiele automatisch mit dem iPod nano zu synchronisieren: 1 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Spiele“. 2 Wählen Sie „Spiele synchronisieren“. 3 Klicken Sie auf „Alle Spiele“ oder „Ausgewählte Spiele“. Wählen Sie bei Auswahl von „Ausgewählte Spiele“ auch die Spiele aus, die synchronisiert werden sollen. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“.Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 91 Verwenden zusätzlicher Einstellungen Auf Ihrem iPod nano können Sie Datum und Uhrzeit, Uhren für verschiedene Zeitzonen sowie Funktionen für den Wecker und den Ruhezustand einstellen. Sie können den iPod nano als Stoppuhr verwenden und damit Spiele spielen und Sie können die Bildschirmanzeige des iPod nano sperren. Einstellen und Anzeigen von Datum und Uhrzeit Datum und Uhrzeit werden automatisch eingestellt, sobald Sie den iPod nano an Ihren Computer anschließen. Sie können diese Einstellungen aber auch manuell ändern. Gehen Sie wie folgt vor, um die Optionen für Datum und Uhrzeit einzustellen: 1 Wählen Sie „Einstellungen“ > „Datum & Uhrzeit“. 2 Wählen Sie eine oder mehrere der folgenden Optionen: Hinzufügen von Uhren für andere Zeitzonen Gehen Sie wie folgt vor, um Uhren für andere Zeitzonen hinzuzufügen: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Weltuhr“. 2 Drücken Sie im Bildschirm „Weltuhr“ die Mitteltaste und wählen Sie „Hinzufügen“. 3 Wählen Sie ein Land und dann eine Stadt. Die Uhren, die Sie hinzufügen, werden in einer Liste angezeigt. Die zuletzt hinzugefügte Uhr erscheint an letzter Stelle. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Uhr zu entfernen: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Weltuhr“. 2 Wählen Sie die gewünschte Uhr aus. 3 Drücken Sie die Mitteltaste. 4 Wählen Sie „Löschen“. Funktion Aktion Festlegen des Datums Wählen Sie „Datum“. Verwenden Sie das Click Wheel, um den ausgewählten Wert zu ändern. Drücken Sie die Taste „Auswählen“, um zum nächsten Wert zu wechseln. Festlegen der Uhrzeit Wählen Sie „Uhrzeit“. Verwenden Sie das Click Wheel, um den ausgewählten Wert zu ändern. Drücken Sie die Taste „Auswählen“, um zum nächsten Wert zu wechseln. Bestimmen der Zeitzone Wählen Sie „Zeitzone“ und wählen Sie mit dem Click Wheel eine Stadt in einer anderen Zeitzone aus. Anzeigen der Uhrzeit im 24-Stunden-Format Wählen Sie „24-Stunden-Uhr“ und drücken Sie die Mitteltaste, um das 24-Stunden-Format zu aktivieren oder zu deaktivieren. Anzeigen der Uhrzeit in der Titelleiste Wählen Sie „Uhr im Titel“ und drücken Sie die Mitteltaste, die Option zu aktivieren oder zu deaktivieren. 92 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Einstellen einer Weckzeit Sie können für jede Uhr auf dem iPod nano eine Weckzeit einstellen. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano als Wecker zu verwenden: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Wecker“. 2 Wählen Sie „Wecker stellen“ und legen Sie eine oder mehrere der folgenden Optionen fest: Wenn Sie Kalenderereignisse mit Signaltönen mit dem iPod nano synchronisieren, werden die Ereignisse im Menü „Wecker“ angezeigt. Gehen Sie wie folgt vor, um ein Wecksignal zu löschen: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Wecker“. 2 Wählen Sie das Wecksignal aus und wählen Sie dann „Löschen“. Einstellen des Timers für den Ruhezustand Sie können den iPod nano so einstellen, dass er nach dem Abspielen von Musik oder anderen Inhalten nach einer gewissen Zeitspanne automatisch ausgeschaltet wird. Gehen Sie wie folgt vor, um den Timer für den Ruhezustand einzustellen: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Wecker“. 2 Wählen Sie „Ruhezustand“ und wählen Sie aus, wie lange der iPod nano Musik abspielen soll. Funktion Aktion Aktivieren der Weckfunktion Wählen Sie „Wecker“ und setzen Sie den Regler auf „Ein“. Festlegen des Datums Wählen Sie „Datum“. Verwenden Sie das Click Wheel, um den ausgewählten Wert zu ändern. Drücken Sie die Taste „Auswählen“, um zum nächsten Wert zu wechseln. Festlegen der Uhrzeit Wählen Sie „Uhrzeit“. Verwenden Sie das Click Wheel, um den ausgewählten Wert zu ändern. Drücken Sie die Taste „Auswählen“, um zum nächsten Wert zu wechseln. Festlegen einer Wiederholoption Wählen Sie „Wiederholen“ und wählen Sie eine Option (z. B. „An Werktagen“). Auswählen eines Signaltons Wählen Sie „Warnhinweise“ oder eine Wiedergabeliste aus. Wenn Sie „Warnhinweise“ wählen, wählen Sie anschließend „Signalton“, damit das Wecksignal über den internen Lautsprecher ausgegeben wird. Wenn Sie eine Wiedergabeliste wählen, verbinden Sie den iPod nano mit Lautsprechern, Ohr- oder Kopfhörern, damit Sie das Wecksignal hören können. Benennen des Wecksignals Wählen Sie „Bezeichnung“ und wählen Sie eine Option (z. B. „Aufstehen“).Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 93 Verwenden der Stoppuhr Sie können die Stoppuhr beim Sport verwenden, um Ihre Trainingszeiten zu protokollieren oder um Teilabschnitte zu messen, wenn Sie Strecken laufen. Während Sie die Stoppuhr verwenden, können Sie Musik hören. Gehen Sie wie folgt vor, um die Stoppuhr zu verwenden: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Stoppuhr“. 2 Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Stoppuhr zu starten. 3 Drücken Sie die Mitteltaste, um Streckenzeiten festzuhalten. Die zwei aktuellsten Streckenzeiten werden über der Gesamtzeit angezeigt. Alle Streckenzeiten werden im Protokoll aufgezeichnet. 4 Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Stoppuhr anzuhalten. Drücken Sie nochmals die Taste „Start/Pause“ (’), um die Stoppuhr wieder zu starten. Drücken Sie die Taste „Menu“ und wählen Sie dann „Neue Stoppuhr“, um die Zeiterfassung mit der Stoppuhr erneut zu starten. Gehen Sie wie folgt vor, um die Übersicht einer mit der Stoppuhr vorgenommenen Zeitmessung anzusehen oder zu löschen: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Stoppuhr“. Die aktuelle Übersicht und eine Liste gesicherter Zeitmessungen wird angezeigt. 2 Wählen Sie eine Übersicht aus, um die Informationen der Zeitmessung anzuzeigen. Der iPod nano speichert die Zeitmessungen mit Datum, Uhrzeit und Rundenstatistik. Sie sehen Startdatum und -uhrzeit der Zeitmessung, die kürzeste, längste und durchschnittliche Rundenzeit und die letzten Rundenzeiten. 3 Drücken Sie die Mitteltaste und wählen Sie „Übersicht löschen“, um die gewählte Übersicht zu löschen. Wählen Sie alternativ „Alle Übersichten löschen“, um alle aktuellen Übersichten zu löschen.94 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Sperren des iPod nano-Bildschirms Sie können eine Zahlenkombination festlegen, die verhindert, dass Ihr iPod nano von Unbefugten verwendet wird. Wenn Sie den iPod nano sperren, während er nicht an einen Computer angeschlossen ist, müssen Sie eine Zahlenkombination zum Deaktivieren der Sperre eingeben, um ihn wieder verwenden zu können. Diese Kombination ist nicht mit der Taste „Hold“ identisch, die einfach dazu dient, ein versehentliches Drücken der Tasten des iPod nano zu verhindern. Die Zahlenkombination verhindert dagegen, dass Unbefugte den iPod nano verwenden. Gehen Sie wie folgt vor, um eine Zahlenkombination für Ihren iPod nano inzustellen: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Anzeigensperre“. 2 Geben Sie im Bildschirm „Neuer Code“ eine Zahlenkombination ein:  Wählen Sie mit dem Click Wheel die erste Zahl für Ihre Zahlenkombination aus. Drücken Sie zur Bestätigung die Mitteltaste und wählen Sie dann die nächste Zahl aus.  Wiederholen Sie diesen Vorgang, um die anderen Ziffern der Zahlenkombination anzugeben. Drücken Sie die Taste „Vor/Schneller Vorlauf“ (‘), um zur nächsten Ziffer zu gelangen, oder die Taste „Zurück/Schneller Rücklauf“ (]), um zur vorherigen Ziffer zu wechseln. Drücken Sie die Mitteltaste nach Eingabe der letzten Zahl. 3 Geben Sie im Bildschirm „Code bestätigen“ die Zahlenkombination ein oder drücken Sie die Taste „Menu“, um die Sperre der Bildschirmanzeige nicht zu aktivieren. Kehren Sie anschließend zum Bildschirm „Anzeigensperre“ zurück. Hier können Sie den Bildschirm sperren oder die Zahlenkombination zurücksetzen. Drücken Sie die Taste „Menu“, um zum vorherigen Bildschirm zurückzukehren, ohne die Sperre zu aktivieren.Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 95 Gehen Sie wie folgt vor, um den Bildschirm des iPod nano zu sperren: m Wählen Sie „Extras“ > „Anzeigensperre“ > „Sperren“. Wenn Sie soeben die Zahlenkombination eingegeben haben, ist „Sperren“ bereits ausgewählt. Drücken Sie einfach die Mitteltaste, um den iPod zu sperren. Wenn die Bildschirmanzeige gesperrt ist, wird das Symbol eines Schlosses angezeigt. Es empfiehlt sich, die Menüoption „Anzeigensperre“ zum Hauptmenü hinzuzufügen, damit Sie den Bildschirm Ihres iPod nano schneller sperren können. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Hinzufügen oder Löschen von Menüoptionen im Hauptmenü“ auf Seite 11. Wird das Schlosssymbol angezeigt, haben Sie zwei Möglichkeiten, die Sperre der iPod nano-Bildschirmanzeige aufzuheben:  Drücken Sie die Mitteltaste, um die Zahlenkombination auf dem iPod nano einzugeben. Wählen Sie mit dem Click Wheel die Zahlen aus und drücken Sie dann die Mitteltaste, um sie zu bestätigen. Wenn Sie die falsche Kombination eingegeben haben, bleibt der Bildschirm gesperrt. Versuchen Sie es erneut.  Schließen Sie Ihren iPod nano an den Computer an, den Sie hauptsächlich damit benutzen, und der Bildschirm des iPod nano wird automatisch wieder freigegeben. Wenn Sie diese Vorgehensweisen ausprobieren, aber der Bildschirm des iPod nano dennoch weiterhin gesperrt bleibt, besteht die Möglichkeit, den Originalzustand des iPod nano wiederherzustellen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110. Gehen Sie wie folgt vor, um eine bereits festgelegten Zahlenkombination zu ändern: 1 Wählen Sie „Extras“ > „Anzeigensperre“ > „Kombination zurücksetzen“. 2 Geben Sie im Bildschirm „Code eingeben“ die aktuelle Zahlenkombination ein. 3 Geben Sie im Bildschirm „Neuer Code“ eine neue Zahlenkombination ein und bestätigen Sie diese. Wenn Sie sich nicht an die aktuelle Zahlenkombination erinnern können, haben Sie nur die Möglichkeit, die Software des iPod nano wiederherzustellen, um die Kombination zu löschen und eine neue einzugeben. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110.96 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Synchronisieren von Kontakten, Kalendern und Aufgabenlisten Der iPod nano kann Kontaktinformationen, Kalenderereignisse und Aufgabenlisten sichern, sodass Sie diese jederzeit abrufen können. Mithilfe von iTunes können Sie die Kontakt- und Kalenderinformationen auf dem iPod nano mit dem Adressbuch und iCal synchronisieren. Wenn Sie mit Windows XP arbeiten und das Windows-Adressbuch oder Microsoft Outlook 2003 (oder neuer) zum Speichern Ihrer Kontaktdaten verwenden, können Sie mit iTunes die Kontaktinformationen auf dem iPod nano synchronisieren. Falls Sie die Kalenderfunktion von Microsoft Outlook 2003 (oder neuer) verwenden, können Sie auch Kalenderinformationen synchronisieren. Gehen Sie wie folgt vor, um Kontakte oder Kalenderinformationen mit Mac OS X zu synchronisieren: 1 Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an. 2 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Kontakte“. 3 Führen Sie einen der folgenden Schritte aus:  Wenn Sie Kontakte synchronisieren möchten, wählen Sie „Adressbuchkontakte synchronisieren“ im Bereich „Kontakte“ und anschließend eine Option aus:  Zum automatischen Synchronisieren aller Kontakte wählen Sie „Alle Kontakte“.  Zum automatischen Synchronisieren ausgewählter Kontaktgruppen wählen Sie „Ausgewählte Gruppen“ und wählen die zu synchronisierenden Gruppen aus.  Zum Kopieren der Fotos von Kontakten (falls verfügbar) auf den iPod nano wählen Sie „Fotos der Kontakte einbeziehen“. Nach Klicken auf „Anwenden“ aktualisiert iTunes den iPod nano mit den Kontaktinformationen des von Ihnen angegebenen Adressbuchs.  Wenn Sie Kalender synchronisieren möchten, wählen Sie „iCal-Kalender synchronisieren“ im Bereich „Kalender“ und anschließend eine Option aus:  Zum automatischen Synchronisieren aller Kalender wählen Sie „Alle Kalender“.  Zum automatischen Synchronisieren ausgewählter Kalender wählen Sie „Ausgewählte Kalender“ und wählen die zu synchronisierenden Kalender aus. Wenn Sie auf „Anwenden“ klicken, aktualisiert iTunes den iPod nano mit den ausgewählten Kalenderinformationen. Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 97 Gehen Sie wie folgt vor, um Kontakt- und Kalenderinformationen zu synchronisieren (mit dem Windows-Adressbuch oder Microsoft Outlook für Windows): 1 Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an. 2 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Kontakte“. 3 Führen Sie einen der folgenden Schritte aus:  Zum Synchronisieren von Kontaktinformationen wählen Sie „Kontakte synchronisieren“ im Bereich „Kontakte“ und anschließend „Windows-Adressbuch“ oder „Microsoft Outlook“ aus dem Einblendmenü aus. Wählen Sie dann aus, welche Kontaktinformationen Sie synchronisieren möchten.  Zum Synchronisieren von Kalenderinformationen von Microsoft Outlook wählen Sie „Kalender synchronisieren von Microsoft Outlook“ im Bereich „Kalender“ aus. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Sie können Kontakt- und Kalenderinformationen auch manuell zum iPod nano hinzufü- gen. Hierfür muss der iPod nano als externes Volume aktiviert sein (vgl. „Verwenden des iPod nano als externes Volume“ auf Seite 99). Gehen Sie wie folgt vor, um Kontaktinformationen manuell hinzuzufügen: 1 Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an und öffnen Sie das von Ihnen verwendete Programm für E-Mail oder Kontaktverwaltung. Sie können Kontaktinformationen mit Programmen wie Palm Desktop, Microsoft Outlook, Microsoft Entourage, Eudora u. a. hinzufügen. 2 Bewegen Sie Kontakte aus dem Adressbuch des von Ihnen verwendeten Programms in den Ordner „Contacts“ auf dem iPod nano. In einigen Fällen müssen Sie die Kontakte exportieren und dann die exportierte Datei bzw. die exportierten Dateien in den Ordner „Contacts“ bewegen. Weitere Informationen hierzu finden Sie in der Dokumentation zu Ihrem E-Mail- oder Kontaktverwaltungsprogramm. Gehen Sie wie folgt vor, um Termine und andere Kalenderereignisse manuell hinzuzufügen: 1 Exportieren Sie Kalenderereignisse aus jedem beliebigen Kalenderprogramm, das mit dem standardmäßigen iCal-Format (Dateinamen mit der Endung .ics) oder vCal-Format (Dateinamen mit der Endung .vcs) arbeitet. 2 Bewegen Sie die Dateien in den Ordner „Calendars“ auf dem iPod nano. Wenn Sie Aufgabenlisten manuell zum iPod nano hinzufügen möchten, sichern Sie sie in einer Kalenderdatei mit der Erweiterung „.ics“ oder „.vcs“. Gehen Sie wie folgt vor, um Kontaktinformationen auf dem iPod nano anzuzeigen: m Wählen Sie „Extras“ > „Kontakte“.98 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Gehen Sie wie folgt vor, um Kontakte nach Vor- oder Nachnamen zu sortieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“, wählen Sie die Option zum Sortieren von Kontakten und anschließend „Vornamen“ oder „Nachnamen“. Gehen Sie wie folgt vor, um Kalenderereignisse anzuzeigen: m Wählen Sie „Extras“ > „Kalender“ > „Alle Kalender“ und wählen Sie dann einen Kalender aus. Gehen Sie wie folgt vor, um Aufgabenlisten anzuzeigen: m Wählen Sie „Extras“ > „Kalender“ > „Aufgaben“. Mono Audio Die Funktion „Mono Audio“ kombiniert den Ton des linken und rechten Kanals zu einem monoauralen Signal, das über beide Kanäle wiedergegeben wird. Hierdurch können Benutzer mit einer Hörbehinderung auf einem Ohr beide Kanäle mit dem anderen Ohr hören. Gehen Sie wie folgt vor, um die Funktion „Mono Audio“ zu aktivieren bzw. zu deaktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Wiedergabe“> „Mono Audio“ und dann „Ein“ oder „Aus“. Verwenden der Sprachausgabe für Menüs als Bedienungshilfe Der iPod nano bietet optional eine Sprachausgabe für Menüs, mit deren Hilfe Benutzer mit Sehbehinderungen einfacher durch den Inhalt ihres iPod nano blättern können. iTunes generiert die Sprachausgabe mit Stimmen, die im Lieferumfang des Betriebssystems Ihres Computers enthalten sind oder die Sie ggf. von Drittanbietern erworben haben. Nicht alle Stimmen von Betriebssystemen oder Drittanbietern sind mit der Sprachausgabe für Menüs kompatibel und nicht alle Sprachen werden unterstützt. Damit Sie die Sprachausgabe für Menüs nutzen können, muss VoiceOver auf dem iPod nano aktiviert sein. Weitere Informationen hierzu finden Sie im Abschnitt „Einrichten von VoiceOver“ auf Seite 37. Sie müssen die Sprachausgabe für Menüs in iTunes aktivieren, damit Sie sie auf dem iPod nano aktivieren können.Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 99 Gehen Sie wie folgt vor, um die Sprachausgabe für Menüs in iTunes zu aktivieren: 1 Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer. 2 Wählen Sie in iTunes den iPod nano in der Geräteliste aus und klicken Sie dann auf den Titel „Übersicht“. 3 Wählen Sie „Gesprochene Menüs aktivieren“. Unter Mac OS X ist diese Option standardmäßig ausgewählt, wenn VoiceOver in der Systemeinstellung „Bedienungshilfen“ aktiviert ist. 4 Klicken Sie auf „Anwenden“. Nachdem der iPod nano mit iTunes synchronisiert wurde, wird die Sprachausgabe für Menüs auf Ihrem iPod nano aktiviert. Die Synchronisierung des iPod nano dauert länger, wenn die Sprachausgabe aktiviert ist. Gehen Sie wie folgt vor, um die Sprachausgabe für Menüs auf dem iPod nano zu deaktivieren: m Wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ > „Gesprochene Menüs“ und wählen Sie dann „Aus“. Möchten Sie die Sprachausgabe für Menüs wieder aktivieren, wählen Sie „Einstellungen“ > „Allgemein“ und setzen Sie dann die Option für die Sprachausgabe auf „Ein“. Ist VoiceOver aktiviert, wird es durch die Deaktivierung der Sprachausgabe für Menüs nicht deaktiviert. Hinweis: Die Option für die Sprachausgabe für Menüs wird im Menü „Einstellungen“ des iPod nano nur angezeigt, wenn die entsprechende Option in iTunes aktiviert wurde. Verwenden des iPod nano als externes Volume Der iPod nano kann auch als externes Volume zum Ablegen von Datendateien verwendet werden. Musiktitel, die Sie mit iTunes hinzufügen, werden nicht im Mac-Finder oder Windows Explorer angezeigt. Wenn Sie Musikdateien im Mac-Finder oder Windows Explorer auf den iPod nano kopieren, können Sie die Musiktitel auf dem iPod nano nicht abspielen. Wichtig: Damit Fotos und aufgenommene Videos vom iPod nano auf Ihren Computer importiert werden können, muss der iPod nano für die Verwendung als externe Festplatte aktiviert sein.100 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano als externes Volume zu aktivieren: 1 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Übersicht“. 2 Wählen Sie „Verwendung als Volume aktivieren“ im Abschnitt „Optionen“ aus. 3 Klicken Sie auf „Anwenden“. Wenn Sie den iPod nano als externes Volume verwenden, wird das iPod nano-Volumesymbol auf dem Schreibtisch des Mac angezeigt. Bei einem Windows-PC wird er unter dem nächsten verfügbaren Laufwerksbuchstaben im Windows Explorer angezeigt. Wenn Sie Dateien kopieren wollen, bewegen Sie diese auf den oder vom iPod nano. Sie können auch auf „Übersicht“ und dann auf „Musik und Videos manuell verwalten“ im Abschnitt „Optionen“ klicken, um den iPod nano als externes Volume zu verwenden. Wenn Sie den iPod nano vornehmlich als externes Volume verwenden, empfiehlt es sich festzulegen, dass iTunes nicht automatisch geöffnet wird, wenn Sie den iPod nano an Ihren Computer anschließen. Gehen Sie wie folgt vor, um zu verhindern, dass iTunes beim Anschließen des iPod nano an Ihren Computer automatisch geöffnet wird: 1 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Übersicht“. 2 Deaktivieren Sie die Option „iTunes öffnen, wenn dieser iPod angeschlossen wird“ im Abschnitt „Optionen“. 3 Klicken Sie auf „Anwenden“. Sichern und Lesen von Textnotizen Sie können Textnotizen auf dem iPod sichern und lesen, sofern der iPod nano für die Nutzung als externes Volume aktiviert ist (vgl. „Verwenden des iPod nano als externes Volume“ auf Seite 99). 1 Sichern Sie ein Dokument in einem beliebigen Textverarbeitungsprogramm als Textdatei (.txt). 2 Bewegen Sie die Datei in den Ordner „Notes“ auf dem iPod nano. Gehen Sie wie folgt vor, um Notizen anzuzeigen: m Wählen Sie „Extras“ > „Notizen“.Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör 101 iPod nano-Zubehör Im Lieferumfang des iPod nano sind bereits verschiedene Zubehörprodukte enthalten. Zahlreiches weiteres Zubehör kann separat erworben werden. Wenn Sie weiteres Zubehör zum iPod nano kaufen möchten, öffnen Sie die Website www.apple.com/de/ipodstore. Zu den verfügbaren Zubehöroptionen gehören:  iPod nano Armband  Apple Earphones mit Fernbedienung und Mikrofon  Apple In-Ear Headphones mit Fernbedienung und Mikrofon  Apple USB Power Adapter (Netzteil)  Apple Component AV-Kabel  Apple Composite AV-Kabel  Apple Universal Dock  Nike + iPod Sport Kit  iPod-Socken102 Kapitel 8 Weitere Einstellungen, zusätzliche Funktionen und Zubehör Gehen Sie wie folgt vor, um die mit Ihrem iPod nano gelieferten Ohrhörer zu verwenden: m Schließen Sie Ihre Ohrhörer an den Kopfhöreranschluss an. Setzen Sie dann die Ohrhörer wie abgebildet in Ihre Ohren. ACHTUNG: Das Verwenden von Ohrhörern oder Kopfhörern bei hoher Lautstärke kann eine dauerhafte Schädigung des Gehörs zur Folge haben. Sie gewöhnen sich mit der Zeit zwar an höhere Lautstärken, sodass diese für Sie normal erscheinen mögen, Ihre Hörfähigkeit kann jedoch beeinträchtigt werden. Falls Sie in Ihren Ohren ein Klingeln wahrnehmen oder Gesprochenes gedämpft hören, sollten Sie nicht weiter Musik hören und ggf. einen Ohrenarzt aufsuchen. Je höher Sie die Lautstärke einstellen, desto schneller kann Ihr Gehör geschädigt werden. Experten empfehlen, das Gehör wie folgt zu schützen:  Benutzen Sie Ohrhörer und Kopfhörer bei hohen Lautstärken nur für eine begrenzte Dauer.  Vermeiden Sie es, die Lautstärke hochzustellen, um Umgebungsgeräusche zu übertönen.  Reduzieren Sie die Lautstärke, wenn Sie nicht hören können, was Personen in Ihrer Nähe sprechen. Informationen zum Einstellen einer maximalen Lautstärke auf dem iPod finden Sie im Abschnitt „Einstellen der Obergrenze für die Lautstärke“ auf Seite 53. Das Kabel der Ohrhörer lässt sich verstellen.9 103 9 Tipps und Fehlerbeseitigung Die meisten Probleme mit dem iPod nano können Sie anhand der Informationen in diesem Kapitel im Regelfall schnell selbst lösen. Allgemeine Vorschläge Die meisten Probleme mit dem iPod nano lassen sich durch Zurücksetzen des Geräts beheben. Vergewissern Sie sich zuerst, dass der iPod nano aufgeladen ist. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano zurückzusetzen: 1 Schieben Sie den Schalter „Hold“ hin und her (schieben Sie ihn auf „Hold“ und dann wieder zurück). 2 Drücken Sie die Taste „Menu“ und die Mitteltaste und halten Sie diese mindestens 6 Sekunden lang gedrückt, bis das Apple-Logo angezeigt wird. Schritte zur Selbsthilfe Sollten Sie ein Problem mit Ihrem iPod nano haben, beachten Sie bitte die folgenden fünf einfachen Schritte zur Selbsthilfe. Führen Sie diese Schritte nacheinander aus, bis Ihr Problem gelöst ist. Sollten diese Maßnahmen nicht den gewünschte Erfolg bringen, finden Sie im Folgenden Lösungsvorschläge für spezifische Probleme.  Zurücksetzen des iPod nano. Vgl. „Allgemeine Vorschläge“ weiter unten.  Noch einmal versuchen und einen anderen USB-Anschluss verwenden, wenn Sie den iPod nano nicht in iTunes sehen.  Neustarten Ihres Computers und sicherstellen, dass Sie die neusten Softwareaktualisierungen installiert haben.  Neuinstallieren der iTunes-Software. Laden Sie hierzu die neuste Version aus dem Internet.  Wiederherstellen des iPod nano. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110.104 Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung Ihr iPod nano lässt sich nicht einschalten bzw. reagiert nicht  Stellen Sie sicher, dass der Schalter „Hold“ nicht auf „Hold“ gesetzt ist.  Möglicherweise muss die Batterie des iPod nano aufgeladen werden. Verbinden Sie den iPod nano mit Ihrem Computer oder einem Apple USB Power Adapter (Netzteil) und laden Sie die Batterie. Überprüfen Sie, ob auf dem Bildschirm des iPod nano das Blitzsymbol zu sehen ist, das anzeigt, dass die iPod nano-Batterie aufgeladen wird. Verbinden Sie den iPod nano zum Aufladen der Batterie mit einem USB 2.0-Anschluss Ihres Computers.  Führen Sie die oben genannten fünf Schritte nacheinander aus, bis Ihr iPod nano reagiert. Sie möchten die Verbindung zum iPod nano trennen, es wird jedoch die Meldung „Verbunden“ oder „Synchronisieren“ angezeigt.  Wenn der iPod nano gerade Musik synchronisiert, warten Sie, bis der Ladevorgang beendet ist.  Wählen Sie den iPod nano in der iTunes-Geräteliste aus und klicken Sie auf die Taste „Auswerfen“ (C).  Wenn der iPod nano in der Geräteliste in iTunes nicht mehr angezeigt wird, auf dem Bildschirm des iPod nano aber immer noch die Meldung „Verbunden“ oder „Synchronisieren“ zu sehen ist, können Sie den iPod nano vom Computer trennen.  Wenn der iPod nano weiterhin in der Geräteliste in iTunes angezeigt wird, bewegen Sie das iPod nano-Symbol vom Schreibtisch in den Papierkorb (wenn Sie mit einem Mac arbeiten). Wenn Sie einen Windows-PC verwenden, werfen Sie das Gerät über „Arbeitsplatz“ aus oder klicken Sie auf das Symbol zum sicheren Entfernen von Hardware in der Systemsteuerung und wählen Sie den iPod nano aus. Wird die Meldung „Verbunden“ oder „Synchronisieren“ weiterhin angezeigt, starten Sie Ihren Computer neu und werfen Sie dann den iPod nano nochmals aus. Der iPod nano spielt keine Musik ab  Stellen Sie sicher, dass der Schalter „Hold“ nicht auf „Hold“ gesetzt ist.  Vergewissern Sie sich, dass der Stecker der Ohrhörer fest im Anschluss sitzt.  Stellen Sie sicher, dass die Lautstärke korrekt eingestellt ist. Möglicherweise wurde eine Obergrenze für die maximale Lautstärke festgelegt. Sie können diese Einstellung ändern oder löschen, wenn Sie „Einstellungen“ > „Maximale Lautstärke“ wählen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Einstellen der Obergrenze für die Lautstärke“ auf Seite 53.  Möglicherweise wurde die Wiedergabe des iPod nano angehalten. Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’).  Vergewissern Sie sich, dass Sie iTunes 9.0 (oder neuer) verwenden (verfügbar unter www.apple.com/de/downloads). Musiktitel, die im iTunes Store mit früheren Versionen von iTunes erworben wurden, können auf dem iPod nano erst nach der Aktualisierung von iTunes wiedergegeben werden.Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung 105  Wenn Sie das Apple Universal Dock verwenden, vergewissern Sie sich, dass der iPod nano fest im Dock eingesetzt ist und dass alle Kabel korrekt angeschlossen sind. Der interne Lautsprecher spielt weiterhin Audiomaterial ab, nachdem Sie Ohr- oder Kopfhörer mit dem iPod nano verbunden haben  Trennen und verbinden Sie dann die Ohr- oder Kopfhörer erneut. Der interne Lautsprecher gibt kein Audiomaterial aus, nachdem Sie die Ohr- oder Kopfhörer vom iPod nano getrennt haben  Die Wiedergabe von Audiomaterial wird automatisch angehalten, wenn Sie Ohr- oder Kopfhörer vom iPod nano trennen. Drücken Sie die Taste „Start/Pause“ (’), um die Wiedergabe fortzusetzen.  FM-Radiosendungen werden nicht über den internen Lautsprecher wiedergegeben, da der iPod nano das Ohr- oder Kopfhörerkabel als Radioantenne nutzt. Der iPod nano reagiert nicht, wenn Sie ihn an Ihren Computer anschließen  Stellen Sie sicher, dass die aktuelle iTunes-Software installiert ist, die auf der Seite www.apple.com/de/downloads verfügbar ist.  Schließen Sie den iPod an einen anderen USB-Anschluss Ihres Computers an. Hinweis: Es wird empfohlen, einen USB 2.0-Anschluss zu verwenden, um den iPod nano anzuschließen. USB 1.1 ist deutlich langsamer als USB 2.0. Wenn Ihr Windows-PC keinen USB 2.0-Anschluss besitzt, können Sie möglicherweise eine USB 2.0-Karte erwerben und installieren. Weitere Informationen hierzu finden Sie auf der Website: www.apple.com/de/ipod.  Ihr iPod nano muss unter Umständen zurückgesetzt werden (vgl. Seite 103).  Wenn Sie den iPod nano mit dem Apple Dock Connector-auf-USB 2.0-Kabel an einen Mobilcomputer anschließen, achten Sie darauf, zuerst den Computer mit einer Steckdose zu verbinden, bevor Sie den iPod nano anschließen.  Vergewissern Sie sich, dass Sie den erforderlichen Computer und die erforderliche Software verwenden. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Sie möchten die Systemvoraussetzungen nochmals überprüfen“ auf Seite 108.  Überprüfen Sie die Kabelverbindungen. Ziehen Sie das Kabel aus beiden Anschlüssen heraus. Stellen Sie sicher, dass sich in den USB-Anschlüssen keine Fremdkörper befinden. Schließen Sie dann das Kabel erneut an und achten Sie darauf, dass es fest in den Anschlüssen sitzt. Achten Sie darauf, dass die Kabelstecker korrekt ausgerichtet sind. Die Stecker können nur in einer bestimmten Ausrichtung eingesetzt werden.  Starten Sie Ihren Computer neu.  Können die Probleme mit keiner der genannten Maßnahmen behoben werden, müssen Sie die iPod nano-Software möglicherweise wiederherstellen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110.106 Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung Auf dem iPod nano wird die Meldung „Bitte laden Sie die Batterie auf“ angezeigt Diese Meldung wird ggf. angezeigt, wenn der Ladestand der Batterie des iPod nano sehr niedrig ist und die Batterie geladen werden muss, bevor der iPod nano Daten mit dem Computer austauschen kann. Verbinden Sie den iPod nano zum Aufladen der Batterie mit einem USB 2.0-Anschluss Ihres Computers. Lassen Sie den iPod nano am Computer angeschlossen, bis die Meldung nicht mehr angezeigt wird und der iPod nano in iTunes oder dem Finder zu sehen ist. Abhängig davon, wie stark die Batterie entladen ist, müssen Sie den iPod nano bis zu 30 Minuten aufladen, bevor er wieder startet. Verwenden Sie den optionalen Apple USB Power Adapter, um den iPod nano schneller aufzuladen. Der iPod nano zeigt die Meldung an, dass iTunes zur Wiederherstellung verwendet werden soll  Vergewissern Sie sich, dass auf Ihrem Computer die aktuellste iTunes-Version installiert ist. (Sie können diese von der Seite www.apple.com/de/downloads laden.)  Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an. Befolgen Sie nach dem Öffnen von iTunes die Aufforderungen auf dem Bildschirm, um den iPod nano wiederherzustellen.  Wenn der Fehler durch eine Wiederherstellung des iPod nano nicht beseitigt wird, muss der iPod nano u. U. repariert werden. Auf der iPod Service & Support-Website können Sie eine Reparatur in die Wege leiten: www.apple.com/de/support/ipod Musiktitel oder Daten werden über eine USB 2.0-Verbindung langsamer geladen  Wenn Sie über eine USB 2.0-Verbindung eine große Anzahl von Musiktiteln oder große Dateien laden und der Batterieladezustand des iPod nano niedrig ist, synchronisiert der iPod nano die Daten mit verringerter Geschwindigkeit, um Batteriestrom zu sparen.  Wenn Sie mit höheren Übertragungsgeschwindigkeiten arbeiten möchten, können Sie die Synchronisierung abbrechen und den iPod nano angeschlossen lassen, damit er wieder aufgeladen wird. Oder Sie schließen ihn an den optionalen iPod USB 2.0 Power Adapter an. Laden Sie den iPod nano ca. eine Stunde lang auf und setzen Sie dann die Synchronisierung von Musik oder Daten fort. Musiktitel oder andere Dateien können nicht zum iPod nano hinzugefügt werden Der Musiktitel liegt möglicherweise in einem Format vor, das der iPod nano nicht unterstützt. Die folgenden Audiodatei-Formate werden vom iPod nano unterstützt. Diese beinhalten Formate für Hörbücher und Podcasts:  AAC (M4A, M4B, M4P, bis zu 320 KBit/Sek.)  Apple Lossless (komprimiertes Format von hoher Qualität)  MP3 (bis zu 320 KBit/Sek.)  MP3 Variable Bit-Rate (VBR)Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung 107  WAV  AA (audible.com-Formate 2, 3 und 4 für gesprochenen Text)  AIFF Ein im Apple Lossless-Format codierter Musiktitel weist CD-Audioqualität auf, belegt auf dem iPod aber nur halb so viel Speicherplatz wie ein im AIFF- oder WAV-Format codierter Musiktitel. Derselbe Titel im AAC- oder MP3-Format benötigt sogar noch weniger Speicherplatz. Wenn Sie mit iTunes Musik von einer CD importieren, wird diese standardmäßig in das AAC-Format konvertiert. Wenn Sie iTunes für Windows verwenden, können Sie nicht geschützte WMA-Dateien in das AAC- oder MP3-Format konvertieren. Dies ist besonders dann von Vorteil, wenn Sie eine Bibliothek mit Musik im WMA-Format haben. Der iPod nano unterstützt weder Audiodateien im Format WMA, MPEG Layer 1, MPEG Layer 2 noch das audible.com Format 1. Wenn sich in Ihrer iTunes-Mediathek ein Musiktitel befindet, der vom iPod nano nicht unterstützt wird, können Sie ihn in ein unterstütztes Format umwandeln. Informationen hierzu finden Sie in der iTunes-Hilfe. Auf dem iPod nano wird die Meldung „Stellen Sie die Verbindung mit iTunes her, um Genius zu aktivieren“ angezeigt Sie haben die Funktion „Genius“ noch nicht in iTunes aktiviert oder Ihren iPod nano seit der Aktivierung der Funktion in iTunes noch nicht synchronisiert. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktivieren der Funktion „Genius“ in iTunes“ auf Seite 25. Der iPod nano meldet „Genius ist für den ausgewählten Musiktitel nicht verfügbar“ Die Funktion „Genius“ ist aktiviert, mit dem gewählten Musiktitel kann aber keine Genius-Wiedergabeliste erstellt werden. Zur iTunes Store Genius-Datenbank werden ständig neue Musiktitel hinzugefügt. Versuchen Sie es daher zu einem späteren Zeitpunkt nochmals. Der iPod nano kann kein Funksignal empfangen Sie haben keine Ohr- oder Kopfhörer angeschlossen. Vergewissern Sie sich, dass der Stecker korrekt angeschlossen ist und bewegen Sie das Kabel der Ohr- oder Kopfhörer. Sie haben den iPod nano versehentlich für eine Sprache konfiguriert, die Sie nicht verstehen Sie können die Spracheinstellung zurücksetzen. 1 Drücken und halten Sie die Taste „Menu“ gedrückt, bis das Hauptmenü angezeigt wird. 2 Verwenden Sie das Click Wheel, um das Menüobjekt anzuzeigen, mit dem der Gerätename des iPod nano im Vorschaubereich eingeblendet wird, und wählen Sie dieses aus. Hierbei handelt es sich um das Menü „Einstellungen“. 3 Wählen Sie die letzte Menüoption (Einstellungen zurücksetzen).108 Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung 4 Wählen Sie das erste Objekt (Zurücksetzen) und eine Sprache aus. Andere Einstellungen des iPod nano, wie z. B. das Wiederholen von Musiktiteln, werden ebenfalls zurückgesetzt. Ihr synchronisierter Inhalt wird weder gelöscht noch geändert. Wenn Sie die Menüoption „Einstellungen zurücksetzen“ nicht finden können, ist es möglich, den Originalzustand Ihres iPod nano wiederherzustellen und dann eine Sprache auszuwählen. Beachten Sie hierzu den Abschnitt „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110. Videos und Fotos können nicht auf Ihrem Fernsehgerät angezeigt werden  Verwenden Sie Kabel mit Cinch-Stecker, die speziell für den iPod nano angefertigt wurden, z. B. das Apple Component oder Apple Composite AV-Kabel, um den iPod nano an Ihr Fernsehgerät anzuschließen. Andere ähnliche Kabel mit CinchStecker funktionieren nicht.  Stellen Sie sicher, dass Ihr Fernsehgerät so eingestellt ist, dass die korrekte Eingabequelle für die Wiedergabe von Bildern verwendet wird. (Informationen hierzu finden Sie in der Dokumentation zu Ihrem Fernsehgerät.)  Vergewissern Sie sich, dass alle Kabel korrekt angeschlossen sind (vgl. „Ansehen von Videos auf einem an den iPod nano angeschlossenen Fernsehgerät“ auf Seite 59).  Vergewissern Sie sich, dass das gelbe Ende des Apple Composite AV-Kabel am Videoanschluss Ihres Fernsehgeräts angeschlossen ist.  Wenn Sie ein Video ansehen möchten, wählen Sie „Videos“ > „Einstellungen“, legen Sie für „TV-Ausgang“ die Option „Ein“ fest und versuchen Sie es dann erneut. Wenn Sie eine Diashow ansehen möchten, wählen Sie „Fotos“ > „Einstellungen“ (für Diashows), legen Sie für „TV-Ausgang“ die Option „Ein“ fest und versuchen Sie es dann erneut.  Sollte es weiterhin nicht funktionieren, wählen Sie „Videos“ > „Einstellungen“ (für Video) oder „Fotos“ > „Einstellungen“ (für Diashows) und setzen Sie die Option „TVSignal“ auf „PAL“ oder „NTSC“, je nachdem, welchen Standard Ihr Fernsehgerät unterstützt. Probieren Sie beide Einstellungen aus. Sie möchten die Systemvoraussetzungen nochmals überprüfen Für die Verwendung des iPod nano sind folgende Komponenten erforderlich:  Eine der folgenden Computerkonfigurationen:  Ein Mac mit einem USB 2.0-Anschluss  Ein Windows-PC mit einem USB 2.0-Anschluss oder einer installierten USB 2.0- Karte  Eines der folgenden Betriebssysteme:  Mac OS X 10.4.11 (oder neuer)  Windows Vista  Windows XP Home oder Professional mit Service Pack 3 (oder neuer)Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung 109  iTunes 9 (oder neuer) (iTunes kann von der Website www.apple.com/de/downloads geladen werden) Wenn Ihr Windows-PC nicht mit einem USB 2.0-Anschluss ausgestattet ist, können Sie eine USB 2.0-Karte kaufen und installieren. Weitere Informationen über Kabel und kompatible USB-Karten finden Sie auf folgender Website: www.apple.com/de/ipod. Für einen Mac wird iPhoto 7.1.5 (oder neuer) empfohlen, um Fotos und Alben zum iPod nano hinzuzufügen. iPhoto 8.1 (oder neuer) ist erforderlich, um alle Fotofunktionen des iPod nano nutzen zu können. Diese Software ist optional. iPhoto ist möglicherweise bereits auf Ihrem Mac installiert. Überprüfen Sie dies durch Öffnen des Ordners „Programme“. Der iPod nano kann digitale Fotos aus Ordnern sowohl auf Mac- als auch Windows PCFestplatten synchronisieren. Sie wollen den iPod nano mit einem Mac-Computer und einem Windows-PC verwenden Wenn Sie den iPod nano bislang mit einem Mac verwenden und ihn nun mit einem Windows PC nutzen wollen, müssen Sie die iPod-Software wiederherstellen, damit Sie den iPod nano mit dem PC verwenden können (vgl. „Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software“ auf Seite 110). Durch das Wiederherstellen der iPod-Software werden alle Daten einschließlich aller Musiktitel von Ihrem iPod nano gelöscht. Es ist nicht möglich, den iPod nano mit einem Mac und dann mit einem Windows-PC zu verwenden, ohne dass alle Daten vom iPod nano gelöscht werden. Der Bildschirm Ihres iPod nano ist gesperrt und kann nicht wieder freigegeben werden Wenn Sie Ihren iPod nano an den Computer anschließen können, der für diesen iPod aktiviert wurde, wird die Sperre der Bildschirmanzeige des iPod nano normalerweise automatisch deaktiviert. Falls der Computer, der für den iPod nano aktiviert wurde, gerade nicht verfügbar ist, können Sie den iPod nano an einen anderen Computer anschließen und die iPod-Software mithilfe von iTunes wiederherstellen. Weitere Informationen finden Sie im nächsten Abschnitt. Wenn Sie die Zahlenkombination für die Sperre der Bildschirmanzeige ändern wollen und sich nicht an die aktuelle Kombination erinnern können, müssen Sie die iPodSoftware wiederherstellen und eine neue Zahlenkombination festlegen.110 Kapitel 9 Tipps und Fehlerbeseitigung Aktualisieren und Wiederherstellen der iPod-Software Mithilfe von iTunes können Sie die iPod-Software aktualisieren oder wiederherstellen. Es wird empfohlen, den iPod nano immer mit der neusten Software zu aktualisieren. Sie können die Software auch wiederherstellen und den iPod nano in den Originalzustand zurücksetzen.  Wenn Sie die Software aktualisieren, hat dies keine Auswirkungen auf Ihre Einstellungen und Musiktitel.  Wenn Sie die Software wiederherstellen, werden alle Daten auf dem iPod nano gelöscht, einschließlich Musiktitel, Videos, Dateien, Fotos, Kontakt- und Kalenderinformationen sowie alle weiteren vorhandenen Daten. Alle Einstellungen des iPod nano werden in den Originalzustand zurückgesetzt. Gehen Sie wie folgt vor, um den iPod nano zu aktualisieren oder wiederherzustellen: 1 Vergewissern Sie sich, dass eine Internetverbindung besteht und die aktuellste iTunesVersion installiert ist (Sie können diese von der Seite www.apple.com/de/downloads laden). 2 Schließen Sie den iPod nano an Ihren Computer an. 3 Wählen Sie in der iTunes-Geräteliste den iPod nano aus und klicken Sie auf den Titel „Übersicht“. Im Bereich „Version“ werden Sie darüber informiert, ob der iPod nano auf dem neusten Stand ist oder ob eine neuere Version der Software installiert werden muss. 4 Klicken Sie auf „Aktualisieren“, um die aktuellste Version der Software zu installieren. 5 Klicken Sie falls erforderlich auf „Wiederherstellen“, um die Originaleinstellungen des iPod nano wiederherzustellen (damit werden alle Daten vom iPod nano gelöscht). Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm, um den Wiederherstellungsprozess abzuschließen.10 111 10 Sicherheit und Pflege Lesen Sie vor der Verwendung des iPod nano die folgenden Informationen zu Sicherheit und Umgang mit dem Gerät, um Verletzungen zu vermeiden. Bewahren Sie diese Sicherheitsinformationen und das iPod nano-Benutzerhandbuch stets griffbereit auf. Ladbare Versionen des iPod nano-Benutzerhandbuchs und der aktuellen Sicherheitsinformationen finden Sie unter folgender Adresse: support.apple.com/manuals/ipod. Wichtige Sicherheitsinformationen Umgang mit dem iPod nano Lassen Sie den iPod nano nicht fallen, bauen Sie ihn nicht auseinander, öffnen, zerbrechen, verbiegen, verformen, durchbohren, zerkleinern, verbrennen oder bemalen Sie ihn nicht, erwärmen Sie ihn nicht in der Mikrowelle und führen Sie keine Fremdkörper in das Gerät ein. ± Lesen Sie die unten genannten Sicherheitsinformationen und Anweisungen zur Inbetriebnahme, bevor Sie den iPod verwenden, um Verletzungen zu vermeiden. ACHTUNG: Bei Nichtbeachtung dieser Sicherheitsinformationen kann es zu einem Brand, zu elektrischen Schlägen oder anderen Verletzungen oder zur Beschädigung von Systemkomponenten kommen.112 Kapitel 10 Sicherheit und Pflege Keine Verwendung bei Regen oder in der Nähe von Flüssigkeitsbehältern Schützen Sie den iPod nano vor Witterungseinflüssen wie Regen und verwenden Sie ihn nicht in der Nähe von Waschbecken oder anderen Behältern mit Flüssigkeit. Achten Sie darauf, dass keine Flüssigkeit in Ihren iPod nano gelangt. Sollte Flüssigkeit in den iPod nano gelangen, ziehen Sie alle Kabel ab, schalten Sie den iPod nano aus und schieben Sie den Schalter „Hold“ auf „Hold“, bevor Sie den iPod reinigen. Warten Sie, bis er vollständig getrocknet ist, bevor Sie ihn wieder einschalten. Versuchen Sie nicht, den iPod nano mit einer externen Wärmequelle wie einem Mikrowellengerät oder einem Haarföhn zu trocknen. Ein iPod nano, der durch den Kontakt mit Flüssigkeit beschädigt wurde, kann nicht gewartet werden. Reparieren des iPod nano Versuchen Sie niemals, den iPod nano selbst zu reparieren. Der iPod nano enthält keine vom Benutzer zu wartenden Komponenten. Wurde der iPod nano in Flüssigkeit getaucht, durchbohrt oder aus großer Höhe fallen gelassen, bringen Sie ihn vor der nächsten Verwendung zu einem Apple Autorisierten ServicePartner. Wenn Sie Informationen zur Wartung benötigen, wählen Sie in iTunes „Hilfe“ > „iPod-Hilfe“ oder besuchen Sie die Seite www.apple.com/de/support/ipod. Die wiederaufladbare Batterie des iPod nano sollte nur von einem Apple Autorisierten ServicePartner ersetzt werden. Weitere Informationen zu Batterien finden Sie auf dieser Website: www.apple.com/de/batteries. Aufladen des iPod nano Verwenden Sie zum Aufladen des iPod nano nur das mitgelieferte Apple Dock Connector-auf-USB-Kabel mit einem Apple USB Power Adapter (Netzteil) oder einen High-Power-USB-Anschluss eines anderen Geräts, der mit dem USB 2.0- Standard kompatibel ist. Ebenfalls verwendet werden kann ein anderes Apple-Produkt oder -Zubehörteil, das für den iPod konzipiert wurde, bzw. Zubehörprodukte von Drittanbietern, die mit dem Logo „Made for iPod“ gekennzeichnet sind. Lesen Sie vor der Verwendung anderer Produkte und Zubehörteile mit dem iPod nano alle Sicherheitshinweise. Apple übernimmt keine Verantwortung für die Verwendung von Zubehörprodukten von Drittanbietern oder deren Kompatibilität mit den geltenden Sicherheitsstandards. Wenn Sie den Apple USB Power Adapter (Netzteil, erhältlich unter www.apple.com/de/ ipodstore) zum Laden des iPod nano verwenden, vergewissern Sie sich, dass das Netzteil vollständig zusammengesetzt ist, bevor Sie es mit einer Steckdose verbinden. Stecken Sie den Apple USB Power Adapter dann so in die Steckdose ein, dass er fest sitzt. Fassen Sie den Apple USB Power Adapter nicht mit nassen Händen, um ihn ans Stromnetz anzuschließen oder die Verbindung zu trennen. Verwenden Sie zum Laden Ihres iPod nur ein Apple iPod-Netzteil und keine sonstigen Netzteile. Der Apple USB Power Adapter wird möglicherweise während des normalen Gebrauchs warm. Achten Sie stets auf eine ausreichende Luftzufuhr um den Apple USB Power Adapter und gehen Sie vorsichtig damit um.Kapitel 10 Sicherheit und Pflege 113 Trennen Sie den Apple USB Power Adapter in folgenden Fällen von Stromnetz und iPod:  Am Netzkabel oder Netzstecker sind Drähte zu sehen oder Kabel bzw. Stecker wurden beschädigt.  Das Netzteil war Regen, Flüssigkeit oder starker Feuchtigkeit ausgesetzt.  Das Gehäuse des Netzteils wurde beschädigt.  Sie sind der Meinung, dass das Netzteil gewartet oder repariert werden muss.  Sie möchten den Adapter reinigen. Vermeiden von Hörschäden Das Verwenden der Lautsprecher, Ohrhörer oder Kopfhörern mit hoher Lautstärke kann eine dauerhafte Schädigung des Gehörs zur Folge haben. Stellen Sie die Lautstärke nicht zu hoch ein. Sie gewöhnen sich mit der Zeit zwar an höhere Lautstärken, sodass diese für Sie normal erscheinen mögen, Ihre Hörfähigkeit kann jedoch beeinträchtigt werden. Falls Sie in Ihren Ohren ein Klingeln wahrnehmen oder Gesprochenes gedämpft hören, sollten Sie nicht weiter Musik hören und ggf. einen Ohrenarzt aufsuchen. Je höher Sie die Lautstärke einstellen, desto schneller kann Ihr Gehör geschädigt werden. Experten empfehlen, das Gehör wie folgt zu schützen:  Benutzen Sie Ohrhörer und Kopfhörer bei hohen Lautstärken nur für eine begrenzte Dauer.  Vermeiden Sie es, die Lautstärke hochzustellen, um Umgebungsgeräusche zu übertönen.  Reduzieren Sie die Lautstärke, wenn Sie nicht hören können, was Personen in Ihrer Nähe sprechen. Informationen zum Einstellungen einer maximalen Lautstärke auf dem iPod nano finden Sie unter „Einstellen der Obergrenze für die Lautstärke“ auf Seite 53. Sicherheit im Straßenverkehr Die Verwendung des iPod nano mit oder ohne Kopfhörer (auch nur für ein Ohr) beim Steuern eines Kraftfahrzeugs wird nicht empfohlen und ist in einigen Ländern verboten. Informieren Sie sich über die lokal geltenden Gesetze und Vorschriften zur Verwendung mobiler Geräte wie dem iPod nano im Straßenverkehr. Fahren Sie stets vorsichtig und konzentriert. Beenden Sie die Verwendung Ihres iPod nano, wenn Sie hierdurch beim Steuern eines Fahrzeugs oder bei anderen Tätigkeiten, die Ihre volle Aufmerksamkeit erfordern, abgelenkt oder gestört werden.114 Kapitel 10 Sicherheit und Pflege Anfälle, Ohnmacht und Augenreizungen Manche Menschen erleiden Ohnmachtsanfälle oder sonstigen Anfälle, wenn sie blinkendes Licht oder Lichtmuster wahrnehmen, die bei Spielen oder Videos auftreten. (Diese Symptome können unvermittelt auch bei Menschen auftreten, die bislang noch nie solche Anfälle hatten.) Wenn Sie gelegentlich unter Ohnmachtsanfällen oder sonstigen Anfällen leiden oder dies in Ihrer Familie häufiger auftritt, wenden Sie sich bitte an einen Arzt, bevor Sie mit dem iPod nano Spiele spielen (sofern diese Funktion verfügbar ist) oder Videos ansehen. Beenden Sie die Verwendung und wenden Sie sich an einen Arzt, wenn Sie Folgendes feststellen: Kopfschmerzen, Ohnmacht, Anfälle, Krämpfe, Augen- oder Muskelzuckungen, Wahrnehmungsstörungen, unkontrollierbare Bewegungen oder Orientierungslosigkeit. Das Risiko für Kopfschmerzen, Ohnmacht, Anfälle und Augenreizungen lässt sich verringern, indem Sie darauf achten, den iPod nano nicht zu lange zu verwenden, ausreichend Abstand zu den Augen einzuhalten, für eine gute Umgebungsbeleuchtung zu sorgen und regelmäßig Pausen einzulegen. Teile aus Glas Die äußere Bildschirmabdeckung des iPod nano besteht aus Glas. Dieses Glas kann brechen, wenn der iPod nano auf eine harte Oberfläche fallen gelassen oder starken Stößen ausgesetzt wird. Splittert oder bricht das Glas, berühren Sie es nicht und versuchen Sie nicht, das beschädigte Glas zu entfernen. Verwenden Sie den iPod nano erst wieder, nachdem die Glasabdeckung von einem Apple Autorisierten Service-Partner ausgetauscht wurde. Glasschäden, die aufgrund einer falschen oder unsachgemäßen Verwendung entstehen, sind nicht durch die Garantie abgedeckt. Sich wiederholende Bewegungen Wenn Sie sich wiederholende Aktivitäten ausführen, etwa beim Spielen mit dem iPod nano, treten möglicherweise gelegentlich Beschwerden in Händen, Armen, Schulter, Nachen oder anderen Körperteilen auf. Legen Sie regelmäßig Pausen ein und wenden Sie sich an einen Arzt, wenn Sie währen oder nach solchen Aktivitäten Beschwerden wahrnehmen. Training Lassen Sie sich vor dem Start eines Trainingsprogramms vollständig von Ihrem Arzt untersuchen. Machen Sie zu Beginn Aufwärm- oder Dehnübungen. Trainieren Sie vorsichtig und achten Sie auf die Signale Ihres Körpers. Verlangsamen Sie ggf. Ihr Tempo, wenn Sie beim Laufen Einstellungen des Geräts anpassen möchten. Beenden Sie das Training sofort, wenn Sie Schmerzen haben, sich schwach, benommen oder erschöpft fühlen oder außer Atem sind. Beim Trainieren tragen Sie alle Risiken, die mit körperlicher Betätigung einhergehen, u. a. dabei entstehende Verletzungen.Kapitel 10 Sicherheit und Pflege 115 Wichtige Informationen zur Handhabung Tragen des iPod nano Der iPod nano enthält empfindliche Komponenten, u. a. eine Festplatte (je nach Modell). Verbiegen oder zerbrechen Sie den iPod nano nicht und lassen Sie ihn nicht fallen. Wenn Sie ein Verkratzen des Gehäuses des iPod nano vermeiden möchten, empfiehlt es sich, eine der separat erhältlichen Taschen zu verwenden. Verwenden von Steckern und Anschlüssen Versuchen Sie niemals, einen Stecker mit Gewalt in einen Anschluss zu stecken. Überprüfen Sie, ob der Anschluss blockiert ist. Lässt sich der Stecker nicht problemlos anschließen, passt er vermutlich nicht in den Anschluss. Vergewissern Sie sich, dass Stecker und Anschluss zueinander passen und dass Sie den Stecker korrekt mit dem Anschluss ausgerichtet haben. Verwenden des iPod nano bei angemessenen Temperaturen Verwenden Sie den iPod nano nur in einem Temperaturbereich zwischen 0 ºC und 35 ºC. Bei niedrigen Temperaturen kann die Spieldauer des iPod nano vorübergehend verkürzt und die Aufladedauer der Batterie verlängert werden. Lagern Sie den iPod nano in einem Temperaturbereich zwischen -20 ºC und 45 ºC. Lassen Sie Ihren iPod nano nicht im Auto liegen, denn in parkenden Autos kann dieser Temperaturbereich leicht überschritten werden. Wenn Sie den iPod nano verwenden oder die Batterie aufladen, erwärmt sich der iPod nano. Das ist ein normaler Vorgang Die Außenseite des iPod nano fungiert als Wärmeableiter, der die Wärme aus dem Inneren des Gehäuses nach außen in die kühlere Luft ableitet. Reinigen des Gehäuses des iPod nano Ziehen Sie zum Reinigen des iPod nano alle Kabel ab, schalten Sie den iPod nano aus und schieben Sie den Schalter „Hold“ auf „Hold“. Verwenden Sie dann ein weiches, angefeuchtetes und fusselfreies Tuch. Achten Sie darauf, dass keine Feuchtigkeit in das Gehäuse eindringt. Verwenden Sie keine Fensterreiniger, Haushaltsreiniger, Sprays, Lösungsmittel, alkoholhaltige Reiniger, Ammoniaklösungen oder Scheuermittel für die Reinigung des iPod nano. Umweltgerechtes Entsorgen des iPod nano Informationen zur umweltgerechten Entsorgung des iPod nano sowie weitere wichtige Informationen zu FCC-Richtlinien und Prüfsiegeln finden Sie weiter hinten in diesem Handbuch im Abschnitt „Regulatory Compliance Information“ auf Seite 117. BITTE BEACHTEN: Bei Nichtbeachtung dieser Informationen zur Handhabung des iPod nano kann es zu Schäden am iPod oder anderen Gegenständen kommen.11 116 11 Weitere Informationen, Service und Support Weitere Informationen über die Verwendung des iPod nano finden Sie in der Online-Hilfe sowie im Internet. In der nachfolgenden Tabelle erfahren Sie, wo Sie zusätzliche Software und ServiceInformationen für den iPod erhalten. Näheres über Aktion Service und Support, Diskussionsforen, Online-Einführungen und Apple-Software zum Laden Besuchen Sie die folgende Seite: www.apple.com/de/support/ipodnano Verwenden von iTunes Öffnen Sie iTunes und wählen Sie „Hilfe“ > „iTunes-Hilfe“. Eine Online-Einführung zu iTunes (nur in bestimmten Regionen verfügbar) finden Sie unter: www.apple.com/de/support/itunes Verwenden von iPhoto (mit Mac OS X) Öffnen Sie iPhoto und wählen Sie „Hilfe“ > „iPhoto-Hilfe“. Verwenden von iCal (mit Mac OS X) Öffnen Sie iCal und wählen Sie „Hilfe“ > „iCal-Hilfe“. Die neusten Informationen zum iPod nano Besuchen Sie die folgende Seite: www.apple.com/de/ipodnano Registrieren des iPod nano Wenn Sie den iPod nano registrieren möchten, installieren Sie iTunes auf Ihrem Computer und verbinden Sie den iPod nano dann mit dem Computer. Auffinden der iPod nanoSeriennummer Sehen Sie auf der Rückseite des iPod nano nach oder wählen Sie „Einstellungen“ > „Über“ und drücken Sie dann die Mitteltaste. Wählen Sie in iTunes (während der iPod nano an Ihrem Computer angeschlossen ist) deniPod nano in der Liste der Geräte aus und klicken Sie auf „Einstellungen“. Garantieleistungen Befolgen Sie zuerst die Tipps in diesem Handbuch, in der OnlineHilfe und in den Online-Ressourcen. Besuchen Sie dann falls erforderlich folgende Seite: www.apple.com/de/support/ipodnano 117 Regulatory Compliance Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or TV reception is suspected. Radio and TV Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and TV reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or TV reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the TV or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the TV or radio.  Move the computer farther away from the TV or radio.  Plug the computer in to an outlet that is on a different circuit from the TV or radio. (That is, make certain the computer and the TV or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/TV technician for additional suggestions. Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product was tested for EMC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, TV sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple Authorized Reseller. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc. Corporate Compliance 1 Infinite Loop, MS 26-A Cupertino, CA 95014 Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. VCCI Class B Statement Korea Class B Statement Russia (૶ ૺૺဧ ઠધබ118 Europäische Gemeinschaft Austausch der Batterie Die wiederaufladbare Batterie des iPod nano darf nur von einem Apple Autorisierten ServicePartner ersetzt werden. Näheres hierzu finden Sie auf folgender Website: www.apple.com/de/support/ipod/service/battery Informationen zur Entsorgung und zum Recycling Entsorgen Sie Ihren iPod gemäß den geltenden umweltrechtlichen Bestimmungen. Da dieses Produkt eine Batterie enthält, muss es separat vom Hausmüll entsorgt werden. Wenden Sie sich bitte an Apple oder Ihr Ordnungsamt und erkundigen Sie sich nach Möglichkeiten zum Recyceln. Informationen zum Recycling-Programm von Apple finden Sie im Internet unter: www.apple.com/de/environment/recycling Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerät am Ende seines Lebenszyklus entsprechend den maßgeblichen gesetzlichen Regelungen. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. China: Taiwan: Europäische Union – Informationen zur Entsorgung Dieses Symbol weist darauf hin, dass dieses Produkt entsprechend den geltenden gesetzlichen Vorschriften und getrennt vom Hausmüll entsorgt werden muss. Geben Sie dieses Produkt zur Entsorgung bei einer offiziellen Sammelstelle ab. Bei einigen Sammelstellen können Produkte zur Entsorgung unentgeltlich abgegeben werden. Durch getrenntes Sammeln und Recycling werden die Rohstoff-Reserven geschont, und es ist sichergestellt, dass beim Recycling des Produkts alle Bestimmungen zum Schutz von Gesundheit und Umwelt eingehalten werden. Apple und der Umweltschutz Apple Inc. ist ständig darum bemüht, die Belastungen, die sich aus der Verwendung von Apple-Systemen und -Produkten für die Umwelt ergeben können, auf einem möglichst niedrigen Niveau zu halten. Weitere Informationen hierzu finden Sie unter: www.apple.com/de/environment © 2009 Apple Inc. Alle Rechte vorbehalten. Apple, das Apple-Logo, iCal, iLife, iPhoto, iPod, iPod nano, iPod Socks, iTunes, Mac, Macintosh und Mac OS sind Marken der Apple Inc., die in den USA und weiteren Ländern eingetragen sind. Finder, das FireWire-Logo und Shuffle sind Marken der Apple Inc. iTunes Store ist eine Dienstleistungsmarke der Apple Inc., die in den USA und weiteren Ländern eingetragen ist. NIKE ist eine Marke der NIKE, Inc. und ihrer Tochterunternehmen und wird in Lizenz verwendet. Namen anderer hier genannter Firmen und Produkte sind Marken ihrer jeweiligen Rechtsinhaber. Die Nennung von Produkten, die nicht von Apple sind, dient ausschließlich Informationszwecken und stellt keine Werbung dar. Apple übernimmt hinsichtlich der Auswahl, Leistung oder Verwendbarkeit dieser Produkte keine Gewähr. Alle Vereinbarungen, Verträge oder Garantieansprüche, so vorhanden, gelten direkt zwischen dem jeweiligen Hersteller und den jeweiligen Benutzern. Es wurden alle Anstrengungen unternommen, um sicherzustellen, dass die in diesem Handbuch aufgeführten Informationen korrekt sind. Apple übernimmt jedoch keine Gewähr für die Richtigkeit des Inhalts dieses Handbuchs. D019-1716 / November2009 iPhone et iPad en entreprise Scénarios de déploiement Octobre 2011 Découvrez comment iPhone et iPad s’intègrent naturellement aux environnements d’entreprise grâce à ces scénarios de déploiement. • Microsoft Exchange ActiveSync • Services fondés sur des normes • Réseaux privés virtuels • Wi-Fi • Certificats numériques • Aperçu des fonctions de sécurité • Gestion d’appareils mobilesDéploiement d’iPhone et d’iPad Exchange ActiveSync iPhone et iPad peuvent communiquer directement avec votre serveur Microsoft Exchange par l’intermédiaire de Microsoft Exchange ActiveSync (EAS), permettant ainsi l’utilisation du courriel, du calendrier, des contacts et des tâches en temps réel. En outre, Exchange ActiveSync permet aux utilisateurs d’accéder à la liste de contacts globale (GAL) et donne aux administrateurs la possibilité d’imposer l’utilisation d’un code de sécurité et d’effectuer l’effacement à distance. iOS prend en charge l’authentification de base et l’authentification par certificat pour Exchange ActiveSync. Si votre entreprise utilise actuellement Exchange ActiveSync, vous disposez déjà des services nécessaires à l’utilisation d’iPhone et d’iPad; aucune autre configuration n’est requise. Si votre entreprise utilise Exchange Server 2003, 2007 ou 2010, mais n’a jamais utilisé Exchange ActiveSync, consultez les étapes qui suivent. Configuration d’Exchange ActiveSync Aperçu de la configuration du réseau • Assurez-vous que le port 443 est ouvert dans les réglages du coupe-feu. Si votre entreprise permet l’utilisation d’Outlook Web Access, le port 443 est probablement déjà ouvert. • Sur le serveur frontal, assurez-vous qu’un certificat de serveur est installé et activez le protocole SSL pour le répertoire virtuel d’Exchange ActiveSync dans IIS. • Si vous utilisez un serveur Microsoft Internet Security and Acceleration (ISA), assurez-vous qu’un certificat de serveur est installé et mettez à jour le DNS public de manière à résoudre les connexions entrantes. • Assurez-vous que le DNS de votre réseau renvoie une adresse unique routable à l’externe au serveur Exchange ActiveSync pour les clients intranet et Internet. Ce réglage est nécessaire pour permettre à l’appareil d’utiliser la même adresse IP lors des communications avec le serveur lorsque les deux types de connexions sont actives. • Si vous utilisez un serveur Microsoft ISA, créez un port d’écoute Web ainsi qu’une règle de publication d’accès de client Web Exchange. Pour de plus amples détails, consultez la documentation de Microsoft. • Pour tous les coupe-feu et les appareils réseau, réglez le délai d’expiration de la session inactive à 30 minutes. Pour obtenir des renseignements sur les intervalles d’interrogation et de délai d’expiration, reportez-vous à la documentation concernant Microsoft Exchange à l’adresse suivante : http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc182270.aspx (en anglais). • Configurez les fonctionnalités mobiles, les politiques et les réglages de sécurité des appareils au moyen du Gestionnaire système Exchange. Pour Exchange Server 2007 et 2010, cette configuration s’effectue grâce à la Console de gestion Exchange. • Téléchargez et installez l’outil Web Microsoft Exchange ActiveSync Mobile Administration, qui est nécessaire à l’exécution d’un effacement à distance. Pour Exchange Server 2007 et 2010, l’effacement à distance peut également être exécuté par l’intermédiaire d’Outlook Web Access ou de la Console de gestion Exchange. Politiques de sécurité Exchange ActiveSync prises en charge • Effacement à distance • Mot de passe obligatoire sur l’appareil • Longueur minimale de mot de passe • Nombre maximal de tentatives de saisie du mot de passe (avant l’effacement local) • Utilisation obligatoire de chiffres et de lettres • Délai d’inactivité en minutes (de 1 à 60 minutes) Autres politiques Exchange ActiveSync (pour Exchange 2007 et 2010 seulement) • Autorisation ou interdiction des mots de passe simples • Expiration des mots de passe • Historique des mots de passe • Intervalle d’actualisation de la politique • Nombre minimal de caractères complexes dans le mot de passe • Synchronisation manuelle obligatoire en itinérance • Utilisation de l’appareil photo permise • Navigation sur le Web permiseCahier de spécifications 3 Produit Authentification de base (nom d’utilisateur et mot de passe) • Activez Exchange ActiveSync pour certains utilisateurs ou groupes en particulier au moyen du service Active Directory. La fonctionnalité est activée par défaut pour tous les appareils mobiles de l’ensemble de l’organisation dans Exchange Server 2003, 2007 et 2010. Dans le cas d’Exchange Server 2007 et 2010, reportez-vous à la Configuration du destinataire dans la Console de gestion Exchange. • Par défaut, le protocole Exchange ActiveSync est configuré de manière à employer l’authentification de base des utilisateurs. Nous vous recommandons d’activer le protocole SSL pour l’authentification de base de manière à assurer que les données de connexion soient chiffrées pendant l’authentification. Authentification par certificat • Installez des services de certificat d’entreprise sur un serveur membre ou un contrôleur de domaine dans votre domaine (celui-ci deviendra votre serveur d’autorité de certification). • Configurez le logiciel IIS sur votre serveur frontal Exchange ou sur le serveur d’accès client de manière à accepter l’authentification par certificat pour le répertoire virtuel d’Exchange ActiveSync. • Pour autoriser ou exiger le certificat pour tous les utilisateurs, désactivez la fonction « Authentification de base » et sélectionnez « Accepter les certificats clients » ou « Exiger les certificats clients ». • Générez des certificats clients au moyen de votre serveur d’autorité de certification. Exportez la clé publique et configurez le logiciel IIS afin qu’il utilise cette clé. Exportez la clé privée et utilisez un profil de configuration pour transmettre cette clé à iPhone et iPad. L’authentification par certificat ne peut être configurée qu’au moyen d’un profil de configuration. Pour de plus amples renseignements sur les services de certificats, consultez les ressources offertes par Microsoft. Autres services Exchange ActiveSync • Recherche dans la liste de contacts globale • Possibilité d’accepter et de créer des invitations dans le calendrier • Synchronisation des tâches • Ajout d’indicateurs aux courriels • Synchronisation des indicateurs de réponse et de transfert avec Exchange Server 2010 • Recherche de courriels sur serveurs Exchange 2007 et 2010 • Gestion de plusieurs comptes Exchange ActiveSync • Authentification par certificat • Courriels poussés vers les dossiers sélectionnés • Découverte automatiqueiPhone et iPad demandent l’accès aux services Exchange ActiveSync par l’intermédiaire du port 443 (HTTPS). (Il s’agit du même port employé pour Outlook Web Access et d’autres services Web sécurisés; par conséquent, dans bon nombre de déploiements, ce port est déjà ouvert et configuré pour permettre le trafic HTTPS chiffré selon le protocole SSL.) La solution ISA donne accès au serveur frontal ou au serveur d’accès client Exchange. La solution ISA est configurée comme un serveur mandataire ou, dans bien des cas, un serveur mandataire inverse, afin d’acheminer le trafic vers le serveur Exchange. Le serveur Exchange procède à l’authentification de l’utilisateur entrant par l’intermédiaire du service Active Directory et du serveur de certificats (si l’authentification par certificat est utilisée). Si l’utilisateur fournit les données de connexion correctes et a accès aux services Exchange ActiveSync, le serveur frontal établit une connexion à la boîte aux lettres appropriée sur le serveur principal (par l’intermédiaire du catalogue global Active Directory). La connexion Exchange ActiveSync est établie. Les mises à jour et les modifications sont poussées par connexion sans fil et toutes les modifications apportées sur iPhone ou iPad sont reflétées sur le serveur Exchange. Les courriels envoyés sont également synchronisés avec le serveur Exchange par l’intermédiaire d’Exchange ActiveSync (étape 5). L’acheminement des courriels sortants aux destinataires externes s’effectue habituellement d’un serveur Bridgehead (ou serveur de transport Hub) vers une passerelle de messagerie externe (ou serveur de transport Edge) par SMTP. Selon la configuration du réseau, la passerelle de messagerie externe ou le serveur de transport Edge peuvent se trouver à l’intérieur des limites du réseau ou à l’extérieur du coupe-feu. © 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPhone, iPad et Mac OS sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Le présent document n’est fourni qu’à titre d’information; Apple se dégage de toute responsabilité quant à son utilisation. Octobre 2011 L419822B Scénario de déploiement de Microsoft Exchange ActiveSync Cet exemple illustre comment iPhone et iPad se connectent à la plupart des déploiements de serveurs Microsoft Exchange 2003, 2007 ou 2010. 4 Coupe-feu Coupe-feu Serveur mandataire Internet Serveur frontal ou serveur d’accès client Exchange Serveur de certificats Active Directory Clé privée (certificat) Clé publique (certificat) *Selon la configuration du réseau, la passerelle de messagerie ou le serveur de transport Edge peuvent se trouver à l’intérieur des limites du réseau (DMZ). Serveur de boîte aux lettres Exchange ou serveur principal Passerelle de messagerie ou serveur de transport Edge* Profil de configuration Serveur Bridgehead ou serveur de transport Hub 443 1 4 6 5 2 3 4 5 6 1 3 2Déploiement d’iPhone et d’iPad Services fondés sur des normes Grâce à la prise en charge du protocole de messagerie IMAP, des services de répertoire LDAP et des protocoles de calendriers CalDAV et de contacts CardDAV, iOS peut s’intégrer à pratiquement tous les environnements de messagerie, de calendriers et de contacts fondés sur des normes. Et si votre environnement réseau est configuré de manière à exiger l’authentification de l’utilisateur et l’utilisation du protocole SSL, iPhone et iPad offrent une approche sécurisée en matière d’accès au courriel, au calendrier, aux tâches et aux contacts d’entreprise. Lors de la plupart des déploiements, iPhone et iPad établissent un accès direct aux serveurs de messagerie IMAP et SMTP afin de recevoir et d’envoyer les courriels à distance, et ils peuvent également effectuer la synchronisation sans fil de notes avec les serveurs IMAP. Les appareils iOS peuvent se connecter aux répertoires d’entreprise LDAPv3 de votre société, permettant aux utilisateurs d’accéder aux contacts d’entreprise dans les applications Mail, Contacts et Messages. La synchronisation avec votre serveur CalDAV permet aux utilisateurs de créer et d’accepter à distance des invitations dans leur calendrier, de recevoir des mises à jour de calendrier et de synchroniser des tâches avec l’application Rappels. Par ailleurs, la prise en charge du protocole CardDAV permet à vos utilisateurs de conserver un ensemble de contacts synchronisés avec votre serveur CardDAV suivant le format vCard. Tous les serveurs du réseau peuvent se trouver à l’intérieur d’un sous-réseau DMZ, derrière un coupe-feu d’entreprise, ou les deux. Avec le protocole SSL, iOS prend en charge le chiffrement à 128 bits et les certificats racine X.509 émis par les principales autorités de certification. Configuration du réseau Votre administrateur des TI ou du réseau devra exécuter les étapes clés suivantes pour permettre l’accès aux services IMAP, LDAP, CalDAV et CardDAV à partir d’iPhone et d’iPad : • Ouvrez les ports appropriés dans les réglages du coupe-feu. Les ports les plus courants comprennent le port 993 pour la messagerie IMAP, 587 pour la messagerie SMTP, 636 pour les services de répertoire LDAP, 8443 pour les services de calendrier CalDAV et 8843 pour les contacts CardDAV. Il est également recommandé que la communication entre le serveur mandataire et les serveurs principaux IMAP, LDAP, CalDAV et CardDAV soit configurée de manière à utiliser le protocole SSL et que les certificats numériques, sur les serveurs du réseau, soient signés par une autorité de certification de confiance telle que VeriSign. Cette étape importante fait en sorte qu’iPhone et iPad reconnaissent votre serveur mandataire en tant qu’entité de confiance au sein de votre infrastructure d’entreprise. • Pour la messagerie SMTP sortante, les ports 587, 465 ou 25 doivent être ouverts pour permettre l’envoi des courriels. iOS recherche automatiquement le port 587, puis le port 465 et enfin le port 25. Le port 587 est le port le plus fiable et le mieux sécurisé, car il requiert l’authentification de l’utilisateur. Le port 25 ne requiert pas l’authentification de l’utilisateur et certains fournisseurs de services Internet bloquent ce port par défaut afin d’éliminer les pourriels. Ports courants • IMAP/SSL : 993 • SMTP/SSL : 587 • LDAP/SSL : 636 • CalDAV/SSL : 8443, 443 • CardDAV/SSL : 8843, 443 Solutions de messagerie IMAP ou POP iOS prend en charge les protocoles standard des serveurs IMAP4 et POP3 sur toute une gamme de plateformes serveur, y compris Windows, UNIX, Linux et Mac OS X. Standards CalDAV et CardDAV iOS prend en charge les protocoles de calendrier CalDAV et de contacts CardDAV. Les deux protocoles ont été standardisés par l’IETF. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, reportez-vous au consortium CalConnect, aux adresses (en anglais) http://caldav.calconnect.org/ et http://carddav.calconnect.org/.Scénario de déploiement Cet exemple illustre comment iPhone et iPad se connectent à la plupart des déploiements de serveurs IMAP, LDAP, CalDAV et CardDAV. © 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPhone, iPad et Mac OS sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. UNIX est une marque déposée de The Open Group. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Le présent document n’est fourni qu’à titre d’information; Apple se dégage de toute responsabilité quant à son utilisation. Octobre 2011 L419827B iPhone et iPad demandent l’accès aux services réseau par l’intermédiaire des ports indiqués. En fonction du service, les utilisateurs doivent être authentifiés par le serveur mandataire inverse ou par le serveur directement afin d’obtenir l’accès aux données d’entreprise. Dans tous les cas, les connexions sont acheminées par le serveur mandataire inverse, qui remplit le rôle d’une passerelle sécurisée, habituellement à l’abri du coupe-feu Internet de l’entreprise. Une fois authentifiés, les utilisateurs peuvent accéder à leurs données d’entreprise sur les serveurs principaux. iPhone et iPad offrent des services de recherche dans les répertoires LDAP, permettant aux utilisateurs de rechercher des contacts et d’autres données du carnet d’adresses sur le serveur LDAP. Dans le cas des calendriers CalDAV, les utilisateurs peuvent accéder aux calendriers et les mettre à jour. Les contacts CardDAV sont stockés sur le serveur, et il est également possible d’y accéder localement sur iPhone et iPad. Les modifications apportées aux champs dans les contacts CardDAV sont synchronisés avec le serveur CardDAV. Dans le cas des services de messagerie IMAP, les messages existants et les nouveaux messages peuvent être lus sur iPhone et iPad grâce à la connexion au serveur mandataire de messagerie. Les messages sortants sont envoyés au serveur SMTP, et des copies sont conservées dans le dossier Éléments envoyés de l’utilisateur. 1 2 3 4 5 6 Coupe-feu Coupe-feu Serveur mandataire inverse Internet Serveur de messagerie Serveur de répertoire LDAP 3 6 Serveur CalDAV Serveur CardDAV 2 4 5 1 636 (LDAP) 8843 (CardDAV) 993 (IMAP) 587 (SMTP) 8443 (CalDAV) 6Déploiement d’iPhone et d’iPad Réseaux privés virtuels L’accès sécurisé aux réseaux d’entreprise privés est possible sur iPhone et iPad grâce aux protocoles standard établis en matière de réseaux privés virtuels (RPV). Les utilisateurs peuvent facilement se connecter aux systèmes d’entreprise par l’intermédiaire du client de RPV d’iOS ou au moyen d’une application tierce fournie par Juniper, Cisco et F5 Networks. Dès le départ, iOS prend en charge Cisco IPSec, L2TP sur IPSec et PPTP. Si votre entreprise utilise l’un de ces protocoles, aucune autre configuration réseau ni aucune autre application tierce ne sont nécessaires pour relier iPhone et iPad à votre réseau privé virtuel. En outre, iOS prend en charge les RPV SSL, permettant l’accès aux serveurs de réseaux privés virtuels SSL Juniper série SA, Cisco ASA et F5 BIG-IP Edge Gateway. Il suffit aux utilisateurs de télécharger une application client de RPV développée par Juniper, Cisco ou F5 à partir de l’App Store pour commencer. Comme les autres protocoles de RPV pris en charge par iOS, les RPV SSL peuvent être configurés manuellement sur l’appareil ou par l’intermédiaire du Profil de configuration. iOS prend en charge les technologies standard telles que IPv6, les serveurs mandataires et la tunnellisation fractionnée, permettant d’obtenir une expérience de RPV riche lors de la connexion aux réseaux d’entreprise. De plus, iOS est compatible avec différentes méthodes d’authentification, y compris les mots de passe, les jetons à deux facteurs et les certificats numériques. Afin de simplifier la connexion dans les environnements où l’authentification par certificat est utilisée, iOS est doté de la technologie VPN On Demand, qui démarre une session de RPV de façon dynamique lors de la connexion aux domaines indiqués. Méthodes d’authentification et protocoles pris en charge RPV SSL Prend en charge l’authentification de l’utilisateur par mot de passe, par jeton à deux facteurs et par certificat. Cisco IPSec Prend en charge l’authentification de l’utilisateur par mot de passe et par jeton à deux facteurs ainsi que l’authentification de l’ordinateur par secret partagé et certificat. L2TP sur IPSec Prend en charge l’authentification de l’utilisateur par mot de passe MS-CHAP v2 et par jeton à deux facteurs ainsi que l’authentification de l’ordinateur par secret partagé et certificat. PPTP Prend en charge l’authentification de l’utilisateur par mot de passe MS-CHAP v2 et par jeton à deux facteurs.Cahier de spécifications 8 Produit VPN On Demand Dans le cas des configurations utilisant l’authentification par certificat, iOS prend en charge la technologie VPN On Demand. VPN On Demand établit automatiquement une connexion lors de l’accès aux domaines prédéfinis, permettant aux utilisateurs de se connecter aux RPV de façon transparente. Cette fonctionnalité d’iOS ne nécessite aucune autre configuration du serveur. La configuration de la technologie VPN On Demand s’effectue par l’intermédiaire d’un profil de configuration ou peut être effectuée manuellement sur l’appareil. Options de VPN On Demand : Toujours Établit une connexion à un RPV pour toute adresse correspondant au domaine indiqué. Jamais N’établit pas de connexion à un RPV pour les adresses qui correspondent au domaine indiqué, mais si le RPV est déjà actif, il peut être utilisé. Au besoin Établit une connexion à un RPV pour les adresses correspondant au domaine indiqué uniquement si la recherche d’un DNS n’a donné aucun résultat. Configuration du RPV • Une configuration minimale permet à iOS de s’intégrer à de nombreux réseaux RPV existants. Le meilleur moyen de préparer le déploiement consiste à vérifier si iOS prend en charge les protocoles et les méthodes d’authentification du RPV actuel de votre entreprise. • Nous vous recommandons de passer en revue le chemin d’authentification menant à votre serveur d’authentification afin de vérifier que les standards pris en charge par iOS sont activés au sein de votre déploiement. • Si vous avez l’intention d’utiliser l’authentification par certificat, assurez-vous que votre infrastructure de clé publique est configurée de manière à prendre en charge les certificats appareil et utilisateur avec le processus de distribution de clé correspondant. • Pour configurer des réglages de serveur mandataire en fonction d’une URL en particulier, placez un fichier PAC sur un serveur Web auquel il est possible d’accéder en utilisant les réglages de RPV de base et assurez-vous qu’il est hébergé avec le type MIME application/x-ns-proxy-autoconfig. Configuration du serveur mandataire Pour toutes les configurations, vous pouvez également définir un serveur mandataire de RPV. Pour configurer un serveur mandataire unique pour toutes les connexions, utilisez le réglage manuel et indiquez l’adresse, le port et l’authentification si nécessaire. Pour fournir un fichier de configuration automatique du serveur mandataire à l’appareil en utilisant un protocole PAC ou WPAD, utilisez la configuration automatique. Dans le cas des éléments PAC, indiquez l’URL du fichier PAC. Si le protocole WPAD est employé, iPhone et iPad recherchent les réglages appropriés dans le DHCP et le DNS.9 1 2 3 4 5 6 Coupe-feu Coupe-feu Serveur de RPV-concentrateur Internet public Réseau privé Authentification certificat ou jeton Serveur mandataire Serveur d’authentification du RPV Génération de jeton ou authentification par certificat 1 4 3a 3b 2 5 Service de répertoire © 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPhone, iPad et Mac OS sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. App Store est une marque de service d’Apple Inc. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Le présent document n’est fourni qu’à titre d’information; Apple se dégage de toute responsabilité quant à son utilisation. Octobre 2011 L419828B Scénario de déploiement Cet exemple décrit un déploiement classique avec serveur de RPV-concentrateur et serveur d’authentification contrôlant l’accès aux services réseau de l’entreprise. iPhone et iPad demandent l’accès aux services réseau. Le serveur de RPV-concentrateur reçoit la demande et la transmet au serveur d’authentification. Dans un environnement à deux facteurs, le serveur d’authentification gère alors la génération synchronisée d’un jeton clé avec le serveur de clés. Si une méthode d’authentification par certificat est déployée, un certificat de clé publique doit être distribué avant l’authentification. Si une méthode d’authentification par mot de passe est déployée, l’authentification passe à la validation de l’utilisateur. Une fois l’utilisateur authentifié, le serveur d’authentification valide les politiques d’utilisateur et de groupe. Une fois les politiques d’utilisateur et de groupe validées, le serveur de RPV établit l’accès par tunnel chiffré aux services réseau. Si un serveur mandataire est actif, iPhone et iPad se connectent par l’intermédiaire du serveur mandataire pour accéder aux données à l’extérieur du coupe-feu.Déploiement d’iPhone et d’iPad Wi-Fi Protocoles de sécurité sans fil • WEP • WPA personnel • WPA entreprise • WPA2 personnel • WPA2 entreprise Méthodes d’authentification 802.1X • EAP-TLS • EAP-TTLS • EAP-FAST • EAP-SIM • PEAPv0 (EAP-MS-CHAP v2) • PEAPv1 (EAP-GTC) • LEAP Dès leur première utilisation, iPhone et iPad peuvent se connecter de façon sécurisée aux réseaux Wi-Fi d’entreprise ou d’invité, de sorte que la connexion aux réseaux sans fil disponibles s’effectue rapidement et facilement, que vous soyez sur le campus ou en déplacement. iOS prend en charge les protocoles de réseau sans fil standard, y compris WPA2 entreprise, de sorte qu’il est possible de configurer rapidement les réseaux sans fil d’entreprise et d’y accéder de façon sécurisée. Le protocole WPA2 entreprise emploie le chiffrement AES à 128 bits, une méthode de chiffrement par blocs éprouvée, donnant aux utilisateurs l’assurance que leurs données sont protégées. Grâce à la prise en charge du standard 802.1X, iOS peut être intégré à une vaste gamme d’environnements à authentification RADIUS. Les méthodes d’authentification sans fil 802.1X prises en charge sur iPhone et iPad comprennent EAP-TLS, EAP-TTLS, EAP-FAST, EAP-SIM, PEAPv0, PEAPv1 et LEAP. Les utilisateurs peuvent configurer iPhone et iPad de manière à établir automatiquement la connexion aux réseaux Wi-Fi disponibles. Il est possible d’accéder aux réseaux Wi-Fi nécessitant des données de connexion ou d’autres renseignements rapidement et sans ouvrir une autre session de navigateur, à partir des réglages Wi-Fi ou par l’intermédiaire d’applications telles que Mail. Et la connectivité Wi-Fi permanente à faible puissance permet aux applications d’utiliser les réseaux Wi-Fi pour acheminer des notifications en mode Push. Les réglages de réseau sans fil, de sécurité, de serveur mandataire et d’authentification peuvent être configurés grâce aux profils de configuration, de manière à effectuer rapidement la configuration et le déploiement. Configuration du protocole WPA2 entreprise • Vérifiez la compatibilité des appareils réseau et sélectionnez un type d’authentification (type EAP) pris en charge par iOS. • Assurez-vous que la prise en charge du standard 802.1X est activée sur le serveur d’authentification et, s’il y a lieu, installez un certificat de serveur et attribuez des autorisations d’accès aux utilisateurs et aux groupes. • Configurez les points d’accès pour l’authentification 802.1X et entrez les données correspondantes concernant le serveur RADIUS. • Si vous avez l’intention d’utiliser l’authentification par certificat, configurez votre infrastructure de clé publique de manière à prendre en charge les certificats appareil et utilisateur avec le processus de distribution de clé correspondant. • Vérifiez la compatibilité du format du certificat et du serveur d’authentification. iOS prend en charge les systèmes cryptographiques à clé publique 1 (.cer, .crt, .der) et 12. • Pour de plus amples renseignements concernant les standards en matière de réseaux sans fil et l’accès Wi-Fi protégé (WPA), consultez le site www.wi-fi.org (en anglais).Scénario de déploiement WPA2 entreprise/802.1X Cet exemple décrit un déploiement de réseau sans fil sécurisé classique tirant parti de l’authentification RADIUS. iPhone et iPad demandent l’accès au réseau. La tentative de connexion est effectuée en réponse à la sélection d’un réseau sans fil disponible par l’utilisateur ou est effectuée automatiquement lorsqu’un réseau préalablement configuré est détecté. Une fois que le point d’accès a reçu la demande, celle-ci est transmise au serveur RADIUS pour l’authentification. Le serveur RADIUS valide le compte utilisateur au moyen du service de répertoire. Une fois l’utilisateur authentifié, le point d’accès donne accès au réseau selon les politiques et les autorisations définies par les instructions du serveur RADIUS. © 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPhone, iPad et Mac OS sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Le présent document n’est fourni qu’à titre d’information; Apple se dégage de toute responsabilité quant à son utilisation. Octobre 2011 L419830B 11 1 2 3 4 Point d’accès sans fil avec prise en charge du standard 802.1X Services de répertoire Services réseau Serveur d’authentification avec prise en charge du standard 802.1X (RADIUS) Type EAP, par certificat ou mot de passe 1 2 3 4 Coupe-feuiOS prend en charge les certificats numériques, permettant aux utilisateurs d’entreprise d’accéder de façon sécurisée et simplifiée aux services d’entreprise. Un certificat numérique est formé des éléments suivants : une clé publique, des données au sujet de l’utilisateur et l’autorité de certification ayant émis le certificat. Les certificats numériques sont une forme d’identification permettant la simplification de l’authentification, l’intégrité des données et le chiffrement. Sur iPhone et iPad, les certificats peuvent être utilisés de différentes façons. Apposer une signature sur des données au moyen d’un certificat numérique contribue à assurer que les données ne puissent être altérées. Les certificats peuvent également être utilisés pour garantir l’identité de l’auteur ou de la personne apposant sa signature. En outre, ils peuvent être utilisés pour chiffrer les profils de configuration et les communications réseau afin de protéger encore davantage les données privées ou confidentielles. Utilisation des certificats dans iOS Certificats numériques Les certificats numériques peuvent être utilisés pour authentifier de façon sécurisée les utilisateurs des services d’entreprise sans qu’il soit nécessaire d’employer un nom d’utilisateur, un mot de passe ou un jeton logiciel. Dans iOS, l’authentification par certificat est prise en charge pour l’accès à Microsoft Exchange ActiveSync, aux RPV et aux réseaux Wi-Fi. Services d’entreprise intranet, courriel, RPV, Wi-Fi Autorité de certification Service de répertoire Demande d’authentification Certificats de serveur Les certificats numériques peuvent également être utilisés pour valider et chiffrer les communications réseau. Il est ainsi possible de communiquer de façon sécurisée avec les sites Web internes et externes. Le navigateur Safari peut vérifier la validité d’un certificat numérique X.509 et configurer une session sécurisée avec chiffrement AES atteignant 256 bits. L’identité du site est ainsi vérifiée et la communication avec le site est protégée de manière à empêcher l’interception des données personnelles ou confidentielles. Demande de Services réseau connexion HTTPS Autorité de certification Déploiement d’iPhone et d’iPad Certificats numériques Formats de certificat et d’authentification pris en charge : • iOS prend en charge les certificats X.509 avec clés RSA. • Les extensions de fichier .cer, .crt, .der, .p12 et .pfx sont reconnues. Certificats racine Un certain nombre de certificats racine sont préinstallés dans iOS. Pour consulter la liste des racines du système préinstallées, reportezvous à l’article d’assistance Apple à l’adresse suivante : http://support.apple.com/kb/HT4415 (en anglais). Si vous utilisez un certificat racine qui n’est pas préinstallé, par exemple un certificat racine autosigné créé par votre entreprise, vous pouvez le distribuer en utilisant l’une des méthodes décrites dans la section « Distribution et installation des certificats » du présent document.© 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPhone, iPad et Mac OS sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Le présent document n’est fourni qu’à titre d’information; Apple se dégage de toute responsabilité quant à son utilisation. Octobre 2011 L419821B Distribution et installation des certificats La distribution et l’installation des certificats sur iPhone et iPad s’effectue simplement. Lorsqu’ils reçoivent un certificat, les utilisateurs peuvent passer en revue son contenu et l’ajouter à leur appareil en deux touchers. Lorsqu’un certificat de clé publique est installé, les utilisateurs doivent entrer le mot de passe qui sert à le protéger. Si l’authenticité d’un certificat ne peut être vérifiée, un avertissement s’affiche avant l’ajout du certificat à l’appareil. Installation de certificats par l’intermédiaire des profils de configuration Si les profils de configuration sont utilisés pour distribuer les réglages des services d’entreprise tels que Exchange, les RPV ou un réseau Wi-Fi, les certificats peuvent être ajoutés au profil afin de simplifier le déploiement. Installation de certificats par l’intermédiaire de Mail ou de Safari Si un certificat est envoyé par courriel, il s’affiche comme pièce jointe. Safari peut être utilisé pour télécharger des certificats à partir d’une page Web. Vous pouvez héberger un certificat sur un site Web sécurisé et fournir aux utilisateurs l’URL à partir de laquelle ils peuvent télécharger le certificat sur leur appareil. Installation de certificats au moyen du protocole d’inscription du certificat simple (SCEP) Le protocole SCEP vise à simplifier la distribution des certificats dans le cas des déploiements à grande échelle. Il permet l’inscription sans fil, sur iPhone et iPad, de certificats numériques qui peuvent ensuite être utilisés pour l’authentification requise par les services d’entreprise et pour l’inscription auprès d’un serveur de gestion d’appareils mobiles. Pour de plus amples renseignements sur le protocole SCEP et l’inscription sans fil, consultez le site www.apple.com/ca/fr/iphone/business/resources. Retrait et révocation de certificats Pour retirer manuellement un certificat qui a été installé, sélectionnez Réglages > Général > Profils. Si vous retirez un certificat nécessaire à l’accès à un compte ou à un réseau, l’appareil ne pourra plus établir la connexion à ces services. Pour retirer les certificats au moyen d’une connexion sans fil, vous pouvez vous servir d’un serveur de gestion d’appareils mobiles. Ce serveur peut afficher tous les certificats d’un appareil et retirer ceux qu’il a installés. En outre, le protocole OCSP est pris en charge afin de permettre la vérification de l’état des certificats. Lorsqu’un certificat respectant le protocole OSCP est utilisé, iOS valide le certificat pour vérifier que celui-ci n’a pas été révoqué avant d’exécuter la tâche demandée. 13Cahier de spécifications 14 Produit Déploiement d’iPhone et d’iPad Aperçu des fonctions de sécurité iOS, le système d’exploitation d’iPhone et d’iPad, comporte plusieurs niveaux de sécurité. iPhone et iPad peuvent ainsi accéder aux services d’entreprise de façon sécurisée et protéger les données importantes. iOS offre un puissant chiffrement pour la transmission de données, des méthodes d’authentification éprouvées pour l’accès aux services d’entreprise et le chiffrement matériel pour toutes les données au repos. iOS permet également de sécuriser et de protéger les données grâce à l’utilisation de politiques de code de sécurité pouvant être transmises et appliquées par connexion sans fil. Et si l’appareil se retrouve entre de mauvaises mains, les utilisateurs et les administrateurs des TI peuvent exécuter une commande d’effacement à distance pour supprimer les données privées. Lorsque vous évaluez la sécurité du système d’exploitation iOS pour l’utilisation en entreprise, il importe de comprendre les éléments suivants : • Sécurité de l’appareil : les méthodes qui servent à prévenir l’utilisation non autorisée de l’appareil • Sécurité des données : la protection des données au repos, même si l’appareil est perdu ou volé • Sécurité du réseau : les protocoles de réseau et le chiffrement des données lors de la transmission • Sécurité des applications : la plateforme sécurisée sur laquelle repose iOS Ces caractéristiques fonctionnent de concert pour créer une plateforme informatique mobile sécurisée. Sécurité de l’appareil L’établissement de politiques d’accès à iPhone et iPad rigoureuses est une étape essentielle en matière de protection des données de l’entreprise. Les codes de sécurité des appareils forment la première ligne de défense contre l’accès non autorisé; ils peuvent être configurés sans fil et leur utilisation peut être imposée de la même façon. Les appareils exécutant iOS utilisent le code de sécurité unique établi par chaque utilisateur pour générer une clé de chiffrement puissante afin de protéger encore davantage les courriels et les données d’application confidentielles sur l’appareil. En outre, iOS offre des méthodes de configuration de l’appareil en environnement d’entreprise sécurisées et rendant obligatoire la mise en place de réglages, de politiques et de restrictions précises. Ces méthodes permettent de bénéficier d’options flexibles en matière d’établissement d’un niveau de protection standard pour les utilisateurs autorisés. Politiques concernant les codes de sécurité Le code de sécurité d’un appareil empêche les utilisateurs non autorisés d’accéder aux données ou à l’appareil de quelque façon que ce soit. iOS vous permet de faire une sélection parmi un ensemble complet d’exigences relatives au code de sécurité afin de répondre à vos besoins en matière de sécurité, y compris des délais d’inactivité, la complexité du code de sécurité et la fréquence de modification du code de sécurité. Les politiques de code de sécurité suivantes sont prises en charge : • Code de sécurité requis sur l’appareil • Valeur simple permise • Valeur alphanumérique requise • Longueur minimale du code de sécurité • Nombre minimal de caractères complexes • Période de validité maximale du code de sécurité • Délai précédant le verrouillage automatique • Historique des codes de sécurité • Délai de verrouillage de l’appareil • Nombre maximal de tentatives infructueuses Sécurité de l’appareil • Codes de sécurité forts • Expiration du code de sécurité • Historique de réutilisation des codes de sécurité • Nombre maximal de tentatives infructueuses • Application à distance de la contrainte d’utilisation du code de sécurité • Temporisation progressive de la saisie du code de sécuritéApplication des politiques Les politiques décrites ci-haut peuvent être configurées sur iPhone et iPad de différentes façons. Les politiques peuvent être distribuées comme partie intégrante d’un profil de configuration que les utilisateurs doivent installer. Un profil peut être défini de telle sorte que la saisie d’un mot de passe administrateur soit nécessaire pour supprimer le profil; vous pouvez aussi définir le profil de telle sorte qu’il soit verrouillé à l’appareil et ne puisse être retiré sans effacer complètement tout le contenu de l’appareil. En outre, les réglages du code de sécurité peuvent être configurés à distance à l’aide de solutions de gestion d’appareils mobiles (Mobile Device Management, ou MDM) capables de pousser les politiques directement vers l’appareil. De cette façon, les politiques sont appliquées et mises à jour sans intervention de la part de l’utilisateur. Une autre solution consiste à configurer l’appareil en fonction de l’accès à un compte Microsoft Exchange afin que les politiques Exchange ActiveSync soient poussées vers l’appareil par connexion sans fil. N’oubliez pas que les politiques offertes varient en fonction de la version d’Exchange (2003, 2007 ou 2010). Reportez-vous au document Exchange ActiveSync and iOS Devices (en anglais) pour consulter la liste détaillée des politiques prises en charge en fonction de la configuration utilisée par votre entreprise. Configuration sécurisée de l’appareil Les profils de configuration sont des fichiers XML qui contiennent les politiques de sécurité et les restrictions relatives à l’appareil, les données de configuration des RPV, les réglages Wi-Fi, les comptes de courriel et de calendrier, et les données d’authentification permettant à iPhone et à iPad de fonctionner avec les systèmes de votre entreprise. La possibilité de définir les politiques de code de sécurité en même temps que les réglages de l’appareil dans un profil de configuration vous permet de vous assurer que les appareils de votre entreprise sont configurés correctement et conformément aux normes de sécurité établies par votre organisation. De plus, comme les profils de configuration peuvent être chiffrés et verrouillés, les réglages ne peuvent être retirés ni modifiés, et ne peuvent être divulgués à autrui. Les profils de configuration peuvent être signés et chiffrés. Le fait de signer un profil de configuration permet de garantir que les réglages qu’il oblige à mettre en application ne peuvent être modifiés de quelque façon que ce soit. Le chiffrement d’un profil de configuration protège le contenu du profil et permet son installation uniquement sur l’appareil auquel il est destiné. Les profils de configuration sont chiffrés selon la norme CMS (Cryptographic Message Syntax, RFC 3852), prenant en charge les algorithmes 3DES et AES 128. La première fois que vous distribuez un profil de configuration chiffré, vous pouvez l’installer par connexion USB au moyen de l’utilitaire de configuration ou par connexion sans fil au moyen de l’inscription sans fil. Les profils de configuration subséquents peuvent également être acheminés par courriel en pièce jointe, hébergés sur un site Web auquel vos utilisateurs ont accès ou poussés vers l’appareil au moyen d’une solution MDM. Restrictions d’utilisation des appareils Les restrictions d’utilisation des appareils déterminent les fonctions auxquelles les utilisateurs ont accès sur l’appareil. Habituellement, ces restrictions portent sur des applications réseau telles que Safari, YouTube ou l’iTunes Store, mais les restrictions peuvent aussi déterminer les fonctionnalités de l’appareil, par exemple l’installation d’applications ou l’utilisation de l’appareil photo. Les restrictions vous permettent de configurer l’appareil en fonction de vos exigences tout en permettant aux utilisateurs de l’utiliser d’une façon conforme à vos pratiques d’entreprise. Les restrictions peuvent être configurées manuellement sur chaque appareil, appliquées au moyen d’un profil de configuration ou établies à distance au moyen de solutions MDM. De plus, tout comme les politiques de code de sécurité, les restrictions relatives à l’utilisation de l’appareil photo ou de la navigation sur le Web peuvent être appliquées à distance par l’intermédiaire de Microsoft Exchange Server 2007 et 2010. En plus de pouvoir configurer des restrictions et des politiques sur l’appareil, le service des TI peut gérer et configurer l’application de bureau iTunes. Il est par exemple possible de désactiver l’accès au contenu explicite, de définir les services réseau auxquels les utilisateurs peuvent accéder au moyen d’iTunes et de déterminer si les utilisateurs peuvent installer de nouvelles mises à jour logicielles. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, reportezvous au document Deploying iTunes for iOS Devices (en anglais). Politiques configurables et restrictions prises en charge Fonctionnalité de l’appareil • Installation d’apps permise • Siri permis • Utilisation de l’appareil photo permise • FaceTime permis • Capture de page permise • Synchronisation automatique permise durant l’itinérance • Numérotation vocale permise • Achats à même les apps permis • Identifiant requis pour tous les achats • Jeu multijoueur permis • Ajout d’amis Game Center permis Applications • Utilisation de YouTube permise • Utilisation de l’iTunes Store permise • Utilisation de Safari permise • Définition des réglages de sécurité de Safari iCloud • Sauvegarde permise • Synchronisation des documents et des valeurs de clés permise • Flux de photos permis Sécurité et confidentialité • Envoi des données de diagnostic à Apple permis • Approbation des certificats non fiables permise • Sauvegarde cryptée forcée Cotes de contenu • Musique et podcasts au contenu explicite permis • Cotes établies pour les régions • Cotes établies de contenu permis 15Sécurité des données La protection des données stockées sur iPhone et iPad est un aspect important pour tout environnement dans lequel se trouvent des données confidentielles se rapportant à l’entreprise ou à ses clients. En plus de chiffrer les données lors de la transmission, iPhone et iPad offrent le chiffrement matériel pour toutes les données stockées sur l’appareil et un chiffrement supplémentaire des courriels et des données d’applications avec protection de données améliorée. Si un appareil est perdu ou volé, il importe de le désactiver et d’effacer toutes les données qu’il contient. Il est également préférable de mettre en place une politique qui effacera le contenu de l’appareil après un certain nombre de tentatives de saisie du code de sécurité infructueuses, un élément dissuasif clé contre les tentatives d’accès non autorisé à l’appareil. Chiffrement iPhone et iPad offrent le chiffrement matériel. Le chiffrement matériel utilise l’algorithme AES 256 bits pour protéger toutes les données stockées sur l’appareil. Le chiffrement est toujours activé et ne peut être désactivé par les utilisateurs. De plus, les données sauvegardées sur l’ordinateur d’un utilisateur par l’intermédiaire d’iTunes peuvent être chiffrées. Cette fonction peut être activée par l’utilisateur ou être appliquée grâce aux réglages des restrictions d’utilisation des appareils dans les profils de configuration. iOS prend en charge le protocole S/MIME dans les courriels, permettant à iPhone et à iPad d’afficher et d’envoyer des courriels chiffrés. Les restrictions peuvent également être utilisées pour empêcher le déplacement des courriels d’un compte à l’autre ou le transfert des messages reçus dans un compte vers un autre compte. Protection des données Il est possible d’ajouter aux possibilités de chiffrement matériel d’iPhone et d’iPad et de protéger encore davantage les courriels et les pièces jointes stockés sur l’appareil grâce aux fonctions de protection intégrées à iOS. La protection des données tire parti du code de sécurité unique de chaque utilisateur et de la capacité de chiffrement matériel d’iPhone et d’iPad pour créer une puissante clé de chiffrement. Cette clé empêche l’accès aux données lorsque l’appareil est verrouillé, assurant ainsi la sécurité des renseignements confidentiels même si l’appareil est perdu ou volé. Pour activer la fonction de protection des données, définissez simplement un code de sécurité sur l’appareil. L’efficacité de la protection des données repose sur l’utilisation d’un code de sécurité fort; il est donc important d’exiger l’utilisation d’un code de sécurité de plus de quatre chiffres et de veiller au respect de cette exigence lorsque vous définissez les politiques de votre entreprise en matière de code de sécurité. Les utilisateurs peuvent confirmer que la protection des données est activée sur leur appareil en consultant l’écran des réglages du code de sécurité. Les solutions de gestion d’appareils mobiles peuvent également interroger l’appareil pour obtenir cette information. Ces API de protection des données sont à la disposition des développeurs et peuvent être utilisées pour sécuriser les données d’application internes ou commerciales de l’entreprise. Effacement à distance iOS prend en charge l’effacement à distance. Si un appareil est perdu ou volé, l’administrateur ou le propriétaire de l’appareil peut exécuter une commande d’effacement à distance qui supprime toutes les données de l’appareil et désactive celui-ci. Si un compte Exchange est configuré sur l’appareil, l’administrateur peut exécuter une commande d’effacement à distance au moyen de la Console de gestion Exchange (Exchange Server 2007) ou de l’outil Web Exchange Activesync Mobile Administration (Exchange Server 2003 ou 2007). Les utilisateurs d’Exchange Server 2007 peuvent également exécuter la commande d’effacement à distance directement à partir d’Outlook Web Access. La commande d’effacement à distance peut également être exécutée à partir d’une solution MDM même si les services d’entreprise Exchange ne sont pas utilisés. Temporisation progressive de la saisie du code de sécurité iPhone et iPad peuvent être configurés de manière à exécuter automatiquement un effacement local après plusieurs tentatives de saisie du code de sécurité infructueuses. Si un utilisateur entre plusieurs fois de suite le mauvais code de sécurité, la durée pendant laquelle iOS est désactivé augmente progressivement. Lorsque le nombre maximal de tentatives infructueuses est atteint, toutes les données et tous les réglages stockés sur l’appareil sont effacés. Sécurité des données • Chiffrement matériel • Protection des données • Effacement à distance • Effacement local • Profils de configuration chiffrés • Sauvegardes chiffrées sur iTunes 16Protocoles de RPV • Cisco IPSec • L2TP/IPSec • PPTP • RPV SSL Méthodes d’authentification • Mot de passe (MSCHAPv2) • RSA SecurID • CRYPTOCard • Certificats numériques X.509 • Secret partagé Protocoles d’authentification 802.1X • EAP-TLS • EAP-TTLS • EAP-FAST • EAP-SIM • PEAP v0, v1 • LEAP Formats de certificat pris en charge : iOS prend en charge les certificats X.509 avec clés RSA. Les extensions de fichier .cer, .crt et .der sont reconnues. Effacement local Les appareils peuvent également être configurés de manière à exécuter automatiquement un effacement local après plusieurs tentatives de saisie du code de sécurité infructueuses. Cette mesure protège l’appareil des tentatives d’accès forcé. Lorsqu’un code de sécurité est établi, les utilisateurs peuvent activer l’effacement local directement à partir des réglages. Par défaut, iOS efface automatiquement toutes les données de l’appareil après dix tentatives de saisie du code de sécurité infructueuses. Comme pour les autres politiques de code de sécurité, le nombre maximal de tentatives infructueuses peut être défini par l’intermédiaire d’un profil de configuration, par un serveur MDM ou à distance par les politiques de Microsoft Exchange ActiveSync. iCloud iCloud stocke la musique, les photos, les applications, les calendriers, les documents, etc. et les pousse automatiquement vers tous les appareils de l’utilisateur. iCloud effectue aussi la sauvegarde des données, y compris les réglages de l’appareil, les données des applications et les messages texte et multimédias tous les jours par connexion Wi-Fi. iCloud assure la sécurité de vos données en les chiffrant lors de la transmission par Internet, en les stockant en format chiffré et en utilisant des jetons sécurisés pour l’authentification. De plus, les fonctions d’iCloud, y compris le flux de photos, la synchronisation des documents et la sauvegarde, peuvent être désactivées par l’intermédiaire d’un profil de configuration. Pour de plus amples renseignements sur la sécurité et la confidentialité d’iCloud, consultez le site http://support.apple.com/kb/HT4865 (en anglais). Sécurité du réseau Les utilisateurs mobiles doivent être en mesure d’accéder aux réseaux de données d’entreprise où qu’ils se trouvent dans le monde, mais il importe également de s’assurer que les utilisateurs sont bel et bien autorisés et que les données sont protégées lors de la transmission. iOS est doté de technologies éprouvées permettant d’atteindre ces objectifs de sécurité tant pour les connexions Wi-Fi que pour les connexions de données cellulaires. Outre votre infrastructure existante, toutes les sessions FaceTime et iMessage sont chiffrées de bout en bout. iOS crée un identifiant unique pour chaque utilisateur, s’assurant que les communications sont correctement chiffrées, acheminées et connectées. RPV Nombre d’environnements d’entreprise sont dotés d’une forme quelconque de réseau privé virtuel (RPV). Ces services réseau sécurisés sont déjà déployés et ne nécessitent habituellement qu’une configuration minimale pour fonctionner avec iPhone et iPad. Dès le départ, iOS s’intègre à une vaste gamme de technologies de RPV courantes grâce à la prise en charge des protocoles Cisco IPSec, L2TP et PPTP. iOS prend en charge les RPV SSL par l’intermédiaire d’applications fournies par Juniper, Cisco et F5 Networks. La prise en charge de ces protocoles permet d’assurer le plus haut niveau de chiffrement IP pour la transmission d’informations confidentielles. En plus de permettre l’accès sécurisé aux environnements de RPV existants, iOS offre des méthodes d’authentification de l’utilisateur éprouvées. L’authentification par certificat numérique standard X.509 offre aux utilisateurs un accès simplifié aux ressources de l’entreprise et une solution de rechange viable par rapport aux jetons matériels. De plus, l’authentification par certificat permet à iOS de tirer parti de la technologie VPN On Demand de manière à rendre transparent le processus d’authentification tout en assurant un accès aux services réseau solide et basé sur les justificatifs. Pour les environnements d’entreprise où le jeton à deux facteurs est exigé, iOS s’intègre à RSA SecurID et à CRYPTOCard. iOS prend en charge la configuration de serveur mandataire de réseau ainsi que la tunnellisation fractionnée, de sorte que le trafic vers les domaines réseau publics ou privés est acheminé conformément aux politiques propres à votre entreprise. Sécurité du réseau • Protocoles Cisco IPSec, L2TP, PPTP VPN intégrés • RPV SSL par l’intermédiaire des applications de l’App Store • Certificats SSL/TLS avec X.509 • Protocoles WPA/WPA2 entreprise avec 802.1X • Authentification par certificat • RSA SecurID, CRYPTOCard 17SSL/TLS iOS prend en charge le protocole SSL v3 et le protocole TLS (v1.0, 1.1 et 1.2), la prochaine génération en matière de norme de sécurité pour l’Internet. Safari, Calendrier, Mail et d’autres applications Internet mettent automatiquement en œuvre ces mécanismes afin de créer un canal de communication chiffré entre iOS et les services d’entreprise. WPA/WPA2 iOS prend en charge le protocole WPA2 entreprise, permettant l’accès avec authentification au réseau sans fil de votre entreprise. Le protocole WPA2 entreprise emploie le chiffrement AES à 128 bits, donnant aux utilisateurs l’assurance que leurs données sont protégées lors de l’envoi et de la réception de communications par l’intermédiaire d’une connexion réseau Wi-Fi. De plus, grâce à la prise en charge de l’authentification 802.1X, iPhone et iPad peuvent être intégrés à une vaste gamme d’environnements d’authentification RADIUS. Sécurité des applications La sécurité est un aspect fondamental de la conception d’iOS. La plateforme comprend une approche confinée de l’exécution des applications et exige la signature des applications afin d’assurer que celles-ci ne puissent être trafiquées. iOS est également doté d’une infrastructure sécurisée facilitant le stockage sécurisé des données d’application et de service réseau dans un trousseau d’accès chiffré. Pour les développeurs, il offre une architecture de cryptage commune pouvant être utilisée pour chiffrer les données stockées par les applications. Protection des moteurs d’exécution Les applications qui se trouvent sur l’appareil sont confinées de manière à ne pas pouvoir accéder aux données stockées par d’autres applications. De plus, les fichiers système, les ressources et noyau sont protégés de l’espace d’application de l’utilisateur. Si une application doit accéder aux données d’une autre application, elle ne peut le faire qu’en passant par les API et les services fournis par iOS. Le système empêche également la génération de code. Signature de code obligatoire Toutes les applications iOS doivent être signées. Les applications fournies avec l’appareil sont signées par Apple. Les applications tierces sont signées par le développeur au moyen d’un certificat émis par Apple. Cette précaution permet de prévenir la modification ou l’altération des applications. De plus, des vérifications du moteur d’exécution sont effectuées pour assurer que l’application n’est pas devenue non fiable depuis sa dernière utilisation. L’utilisation d’applications créées sur mesure ou à l’interne peut être contrôlée à l’aide d’un profil d’approvisionnement. Le profil d’approvisionnement doit être installé sur l’appareil de l’utilisateur pour que l’exécution de l’application soit possible. Les profils d’approvisionnement peuvent être installés ou révoqués à distance par l’intermédiaire des solutions MDM. Les administrateurs peuvent également restreindre l’utilisation d’une application à certains appareils en particulier. Infrastructure d’authentification sécurisée iOS offre un trousseau d’accès sécurisé et chiffré pour le stockage des identités numériques, des noms d’utilisateur et des mots de passe. Les données du trousseau d’accès sont partitionnées afin que les justificatifs stockés par les applications tierces ne soient pas accessibles aux applications dont l’identité est différente. Un mécanisme est ainsi en place permettant de sécuriser les justificatifs d’authentification sur iPhone et iPad dans toute une gamme d’applications et de services utilisés par l’entreprise. Architecture de cryptage commune Les développeurs d’applications ont accès à des API de chiffrement qu’ils peuvent utiliser pour protéger encore mieux les données de leurs applications. Les données peuvent être chiffrées de façon symétrique grâce à des méthodes éprouvées telles que les processus AES, RC4 ou 3DES. En outre, iPhone et iPad offrent l’accélération matérielle pour le chiffrement AES et le hachage SHA1, de manière à optimiser le rendement de l’application. Sécurité des applications • Protection des moteurs d’exécution • Signature de code obligatoire • Services de trousseau d’accès • API de cryptage commun • Protection des données d’application 18© 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, FaceTime, iPad, iPhone, iTunes et Safari sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. iCloud et iTunes Store sont des marques de service d’Apple Inc., enregistrée aux États-Unis et dans d’autres pays. App Store est une marque de service d’Apple Inc. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Octobre 2011 L422500B Protection des données d’application Les applications peuvent également tirer parti du chiffrement matériel intégré à iPhone et iPad pour protéger encore mieux les données d’application confidentielles. Les développeurs peuvent faire en sorte que la protection des données soit appliquée à certains fichiers en particulier, donnant des instructions au système qui feront en sorte que le contenu du fichier sera rendu inaccessible par chiffrement si l’application ou un intrus tente d’y accéder lorsque l’appareil est verrouillé. Applications gérées Un serveur MDM peut gérer les applications tierces provenant de l’App Store ainsi que les applications internes de l’entreprise. Lorsqu’une application fait partie des applications gérées, le serveur peut indiquer si l’application et ses données peuvent être retirées de l’appareil par le serveur MDM. De plus, le serveur peut empêcher la sauvegarde des données des applications gérées sur iTunes et iCloud. Ainsi, le service des TI peut gérer les applications susceptibles de contenir des renseignements confidentiels au sujet de l’entreprise avec un degré de contrôle supérieur à celui qui est exercé sur les applications téléchargées directement par l’utilisateur. Pour installer une application gérée, le serveur MDM envoie une commande d’installation à l’appareil. Les applications gérées doivent être acceptées par l’utilisateur pour être installées. Pour de plus amples renseignements au sujet des applications gérées, consultez le document Aperçu de la gestion des appareils mobiles au www.apple.com/business/mdm. Des appareils révolutionnaires, une sécurité intégrale iPhone et iPad offrent la protection par chiffrement des données en transit, au repos et lors de leur sauvegarde sur iCloud ou iTunes. Qu’il s’agisse d’accéder au service de courriel de l’entreprise, de visiter un site Web privé ou de s’authentifier auprès du réseau de l’entreprise, iOS offre l’assurance que seuls les utilisateurs autorisés peuvent accéder aux données confidentielles de l’entreprise. De plus, grâce à la prise en charge des réseaux d’entreprise et de méthodes complètes de prévention de la perte de données, vous pouvez déployer des appareils iOS en toute confiance, en sachant que vous mettez en œuvre des technologies éprouvées en matière de sécurité des appareils et de protection des données. 19Déploiement d’iPhone et d’iPad Gestion d’appareils mobiles iOS prend en charge la gestion d’appareils mobiles (MDM), donnant aux entreprises la possibilité de gérer le déploiement d’iPhone et d’iPad à l’échelle de toute l’organisation. Ces possibilités de gestion des appareils mobiles reposent sur des technologies iOS existantes telles que les profils de configuration, l’inscription sans fil et le service de notification Push d’Apple, et peuvent être intégrées aux solutions internes ou tierces. Les services des TI ont ainsi la possibilité d’inscrire iPhone et iPad de façon sécurisée dans l’environnement de l’entreprise, de configurer et de mettre à jour les réglages, de gérer le respect des politiques de l’entreprise et même d’exécuter à distance l’effacement ou le verrouillage des appareils gérés. Gestion d’iPhone et d’iPad La gestion des appareils iOS s’effectue au moyen d’une connexion à un serveur de gestion d’appareils mobiles. Ce serveur peut être construit à l’interne par le service des TI ou acheté auprès d’un fournisseur de solutions. L’appareil communique avec le serveur afin de déterminer si des tâches sont en attente et répond en exécutant les actions appropriées. Ces tâches peuvent comprendre la mise à jour des politiques, la transmission des données demandées au sujet de l’appareil ou du réseau, ou la suppression de réglages et de données. La plupart des fonctions de gestion sont exécutées en arrière-plan, sans intervention de la part de l’utilisateur. Par exemple, si le service des TI met à jour son infrastructure de RPV, le serveur MDM peut configurer iPhone et iPad en fonction des nouvelles données de compte à distance. La prochaine fois que le RPV est utilisé par l’employé, la configuration correcte est déjà en place, de sorte que l’employé n’a pas à communiquer avec le service de soutien ni à modifier manuellement les réglages. Coupe-feu Service de notification Push d’Apple Serveur MDM tiersLa gestion d’appareils mobiles et le service de notification Push d’Apple Lorsqu’un serveur MDM doit communiquer avec iPhone ou iPad, une notification silencieuse est envoyée à l’appareil par le service de notification Push d’Apple, qui demande à l’appareil de se connecter au serveur. La notification de l’appareil n’entraîne l’échange d’aucune donnée propriétaire entre l’appareil et le service de notification Push d’Apple. La seule tâche exécutée par la notification Push consiste à réveiller l’appareil afin qu’il se connecte au serveur MDM. Toutes les données de configuration, tous les réglages et toutes les interrogations sont envoyés directement du serveur à l’appareil iOS au moyen d’une connexion SSL/TLS chiffrée entre l’appareil et le serveur MDM. iOS gère toutes les requêtes et les actions MDM en arrière-plan afin de limiter leur impact sur l’expérience de l’utilisateur, y compris l’autonomie de la batterie, le rendement et la fiabilité. Pour que le serveur de notification Push reconnaisse les commandes provenant du serveur MDM, un certificat doit d’abord être installé sur le serveur. Ce certificat doit être téléchargé à partir du portail des certificats Push d’Apple. Une fois que le certificat de notification Push d’Apple est téléchargé sur le serveur MDM, vous pouvez procéder à l’inscription des appareils. Pour de plus amples renseignements sur la façon de demander un certificat de notification Push d’Apple pour la gestion d’appareils mobiles, consultez le site www.apple.com/business/mdm. Configuration du réseau pour le service de notification Push d’Apple Lorsque les serveurs MDM et les appareils iOS se trouvent derrière un coupe-feu, il est possible qu’une certaine configuration du réseau soit nécessaire pour que le service de gestion d’appareils mobilesfonctionne correctement. Pour que l’envoi de notifications du serveur MDM au service de notification Push d’Apple soit possible, le port TCP 2195 doit être ouvert. Pour qu’il soit possible de joindre le service de réponse, le port TCP 2196 doit également être ouvert. Dans le cas des appareils se connectant au service Push au moyen d’une connexion Wi-Fi, le port 5223 doit être ouvert. La plage d’adresses IP du service Push est susceptible d’être modifiée; normalement, le serveur MDM établit la connexion par nom d’hôte plutôt que par adresse IP. Le service Push utilise un jeu d’équilibrage de charge donnant une adresse IP différente pour le même nom d’hôte. Ce nom d’hôte est gateway.push.apple.com (et gateway.sandbox.push.apple. com pour l’environnement de notification Push de développement). De plus, tout le bloc d’adresses 17.0.0.0/8 est assigné à Apple, de sorte que les règles du coupe-feu peuvent être établies de manière à préciser cette plage. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, consultez votre fournisseur de services de gestion d’appareils mobiles ou le document Technical Note TN2265 à l’intention des développeurs dans la bibliothèque des développeurs iOS, à l’adresse suivante : http://developer.apple.com/library/ios/#technotes/tn2265/_index.html. Inscription Une fois la configuration du serveur MDM et du réseau effectuée, la première étape de la gestion d’un appareil iPhone ou iPad consiste à l’inscrire auprès d’un serveur MDM. Une relation est alors créée entre l’appareil et le serveur, permettant au serveur de gérer l’appareil sur demande sans intervention de la part de l’utilisateur. Cette inscription peut s’effectuer en reliant iPhone ou iPad à un ordinateur par connexion USB, mais la plupart des solutions transmettent le profil d’inscription par connexion sans fil. Certains fournisseurs de services de gestion d’appareils mobiles utilisent une application pour démarrer le processus; d’autres lancent l’inscription en demandant aux utilisateurs d’accéder à un portail Web. Chaque méthode comporte des avantages, et les deux méthodes sont utilisées pour déclencher l’inscription sans fil par l’intermédiaire de Safari. iOS et SCEP iOS prend en charge le protocole d’inscription du certificat simple (SCEP). Le protocole SCEP est une première version visant à simplifier la distribution des certificats dans le cas des déploiements à grande échelle. Il permet l’inscription sans fil, sur iPhone et iPad, de certificats de clé publique qui peuvent ensuite être utilisés pour l’authentification requise par les services d’entreprise. 2122 Aperçu du processus d’inscription L’inscription sans fil comporte des étapes rassemblées de manière à créer un flux de travail automatisé et le moyen le mieux dimensionnable d’inscrire les appareils de façon sécurisée dans un environnement d’entreprise. Étapes du processus : 1. Authentification de l’utilisateur L’authentification de l’utilisateur permet de s’assurer que les demandes d’inscription entrantes proviennent d’utilisateurs autorisés et que les données relatives à l’appareil de l’utilisateur sont enregistrées avant que l’inscription du certificat soit effectuée. Les administrateurs peuvent inviter l’utilisateur à démarrer le processus d’inscription par l’intermédiaire d’un portail Web, d’un courriel, d’un message texte ou même d’une application. 2. Inscription du certificat Une fois l’utilisateur authentifié, iOS génère une demande d’inscription du certificat en utilisant le protocole SCEP. La demande d’inscription est communiquée directement à l’autorité de certification de l’entreprise et permet à iPhone et à iPad de recevoir en réponse le certificat de clé publique envoyé par l’autorité de certification. 3. Configuration de l’appareil Une fois le certificat de clé publique installé, l’appareil peut recevoir les données de configuration chiffrées par connexion sans fil. Ces données ne peuvent être enregistrées que sur l’appareil auquel elles sont destinées et contiennent les réglages nécessaires à l’établissement de la connexion avec le serveur MDM. À la fin du processus d’inscription, un écran d’installation s’affiche, décrivant à l’utilisateur les droits d’accès du serveur MDM sur l’appareil. Lorsque l’utilisateur accepte l’installation du profil, l’appareil est automatiquement inscrit sans autre intervention de la part de l’utilisateur. Une fois iPhone et iPad inscrits en tant qu’appareils gérés, ils peuvent être configurés de façon dynamique avec les réglages voulus, interrogés en vue de l’obtention de divers renseignements ou effacés à distance par le serveur MDM. Configuration Pour configurer un appareil afin de lui assigner des comptes, des politiques et des restrictions, le serveur MDM envoie à l’appareil des fichiers, les profils de configuration, qui sont alors automatiquement installés. Les profils de configuration sont des fichiers XML qui contiennent les réglages qui permettent à l’appareil de fonctionner au sein des systèmes de l’entreprise, y compris les données de compte, les politiques relatives aux codes de sécurité et d’autres réglages. La configuration de l’appareil, associée au processus d’inscription discuté précédemment, donne au service des TI l’assurance que seuls les utilisateurs autorisés accèdent aux services de l’entreprise et que les appareils sont correctement configurés conformément aux politiques établies. De plus, comme les profils de configuration peuvent être signés et chiffrés, les réglages ne peuvent être altérés ni être divulgués à autrui.Réglages configurables pris en charge Comptes • Exchange ActiveSync • Messagerie IMAP/POP • Wi-Fi • RPV • LDAP • CardDAV • CalDAV • Abonnements à des calendriers Politiques concernant les codes de sécurité • Code de sécurité requis sur l’appareil • Valeur simple permise • Valeur alphanumérique requise • Longueur minimale du code de sécurité • Nombre minimal de caractères complexes • Période de validité maximale du code de sécurité • Délai précédant le verrouillage automatique • Historique des codes de sécurité • Délai de verrouillage de l’appareil • Nombre maximal de tentatives infructueuses Sécurité et confidentialité • Envoi des données de diagnostic à Apple permis • Approbation des certificats non fiables permise • Sauvegarde cryptée forcée Autres réglages • Authentifiant • Clips Web • Réglages SCEP • Réglages APN Fonctionnalité de l’appareil • Installation d’apps permise • Siri permis • Utilisation de l’appareil photo permise • FaceTime permis • Capture de page permise • Synchronisation automatique permise durant l’itinérance • Numérotation vocale permise • Achats à même les apps permis • Identifiant requis pour tous les achats • Jeu multijoueur permis • Ajout d’amis Game Center permis Applications • Utilisation de YouTube permise • Utilisation de l’iTunes Store permise • Utilisation de Safari permise • Définition des réglages de sécurité de Safari iCloud • Sauvegarde permise • Synchronisation des documents et des valeurs de clés permise • Flux de photos permis Cotes de contenu • Musique et podcasts au contenu explicite permis • Cotes établies pour les régions • Cotes établies de contenu permis 23Interrogation des appareils En plus de la configuration, le serveur MDM peut interroger les appareils afin d’obtenir divers renseignements. Ces renseignements peuvent être utilisés pour s’assurer que les appareils sont toujours conformes aux politiques exigées. Interrogations prises en charge Données relatives à l’appareil • Identifiant unique d’appareil (UDID) • Nom de l’appareil • Version iOS et numéro de version • Nom et numéro de modèle • Numéro de série • Mémoire et espace disponible • IMEI • Micrologiciel du modem • Niveau de la batterie Renseignements sur le réseau • ICCID • Adresses BluetoothMD et Wi-Fi sur MAC • Réseau du fournisseur actuel • Réseau du fournisseur de l’abonné • Version des réglages du fournisseur • Numéro de téléphone • Paramètre d’itinérance des données (interrupteur) Informations sur la conformité et la sécurité • Profils de configuration installés • Certificats installés avec dates d’expiration • Liste de toutes les restrictions imposées • Possibilité de chiffrement matériel • Code de verrouillage présent Applications • Applications installées (ID de l’application, nom, version, taille et taille des données de l’application) • Profils d’approvisionnement installés et dates d’expiration Gestion Le serveur MDM peut exécuter un bon nombre de fonctions sur les appareils iOS. Ces tâches comprennent l’installation et la suppression de profils de configuration et de profils d’approvisionnement, la gestion d’applications, la mise à terme de la relation avec le serveur MDM et l’effacement à distance d’un appareil. Réglages gérés Pendant le processus de configuration initial d’un appareil, un serveur MDM pousse les profils de configuration vers les appareils iPhone et iPad installés en arrière-plan. Avec le temps, il peut être nécessaire de mettre à jour ou de modifier les politiques et les réglages mis en place au moment de l’inscription. Pour apporter ces modifications, le serveur MDM peut à tout moment installer de nouveaux profils de configuration et modifier ou supprimer les profils existants. De plus, il peut être nécessaire d’installer des configurations propres au contexte sur des appareils iOS, selon l’emplacement de l’utilisateur ou le rôle de ce dernier au sein de l’organisation. Par exemple, si un utilisateur voyage à l’étranger, un serveur MDM peut exiger que les comptes de courriel soient synchronisés manuellement plutôt qu’automatiquement. Un serveur MDM peut même désactiver à distance les services de téléphonie et de données afin d’empêcher l’utilisateur d’engager des frais d’itinérance auprès d’un fournisseur de services sans fil. Applications gérées Un serveur MDM peut gérer les applications tierces provenant de l’App Store ainsi que les applications internes de l’entreprise. Le serveur peut retirer les applications gérées et les données qui leur sont associées sur demande ou indiquer si les applications sont retirées lorsque le profil MDM est retiré. De plus, le serveur MDM peut empêcher la sauvegarde des données des applications gérées sur iTunes et iCloud. 2425 Pour installer une application gérée, le serveur MDM envoie une commande d’installation à l’appareil de l’utilisateur. Les applications gérées doivent être acceptées par l’utilisateur pour être installées. Lorsqu’un serveur MDM demande l’installation d’une application gérée à partir de l’App Store, l’application est échangée dans le compte iTunes en cours d’utilisation au moment où l’application est installée. Dans le cas des applications payantes, le serveur MDM doit envoyer un code d’échange VPP (Volume Purchasing Program). Pour de plus amples renseignements au sujet du VPP, consultez le site www.apple.com/business/vpp/). Les applications provenant de l’App Store ne peuvent pas être installées sur l’appareil d’un utilisateur si l’App Store a été désactivé. Retrait ou effacement d’appareils Si un appareil ne respecte pas la politique, est perdu ou a été volé, ou si un employé quitte l’entreprise, un serveur MDM peut prendre des mesures afin de protéger les données de l’entreprise de différentes façons. Un administrateur du service des TI peut mettre fin à la relation MDM avec l’appareil en retirant le profil de configuration qui contient les données relatives au serveur MDM. Tous les comptes, toutes les applications et tous les réglages installés par le serveur sont alors supprimés de l’appareil. Le service des TI peut aussi laisser en place le profil de configuration MDM et utiliser la gestion d’appareils mobiles pour retirer les profils de configuration, les profils d’approvisionnement et les applications gérées à supprimer. Cette approche fait en sorte que l’appareil continue d’être géré par MDM, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de réinscrire l’appareil lorsque celui-ci est de nouveau conforme à la politique. Les deux méthodes permettent au service des TI de s’assurer que seuls les utilisateurs et les appareils conformes ont accès à l’information et que les données d’entreprise sont supprimées sans nuire aux données personnelles de l’utilisateur, par exemple la musique, les photos ou les applications personnelles. Pour supprimer définitivement tout le contenu multimédia et toutes les données de l’appareil et réinitialiser les réglages aux valeurs d’usine, MDM peut effectuer l’effacement à distance d’iPhone et d’iPad. Si un utilisateur cherche encore son appareil, le service des TI peut aussi envoyer une commande de verrouillage à distance à celui-ci. L’écran est alors verrouillé et le code de sécurité de l’utilisateur est nécessaire pour le déverrouiller. Si un utilisateur oublie son code de sécurité, un serveur MDM peut le retirer de l’appareil et inviter l’utilisateur à créer un nouveau code de sécurité dans les 60 minutes qui suivent. Commandes de gestion prises en charge Réglages gérés • Installation de profil de configuration • Retrait de profil de configuration • Itinérance de données • Itinérance téléphonique (option non offerte par tous les fournisseurs) Applications gérées • Installation d’applications gérées • Suppression d’applications gérées • Liste de toutes les applications gérées • Installation de profil d’approvisionnement • Retrait de profil d’approvisionnement Commandes de sécurité • Effacement à distance • Verrouillage à distance • Effacement du code de sécuritéCoupe-feu Service de notification Push d’Apple Serveur MDM tiers 1 2 4 3 5 © 2011 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, FaceTime, iPad, iPhone, iTunes et Safari sont des marques de commerce d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. iCloud et iTunes Store sont des marques de service d’Apple Inc., enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays. App Store est une marque de service d’Apple Inc. La marque et le logo Bluetooth sont des marques déposées de Bluetooth SIG, Inc. et toute utilisation de ces marques par Apple est effectuée sous licence. UNIX est une marque déposée de The Open Group. Les autres produits et dénominations sociales mentionnés ici peuvent être des marques de commerce de leurs sociétés respectives. Les caractéristiques des produits peuvent changer sans préavis. Octobre 2011 L422501B 1 2 3 4 5 Aperçu du processus Cet exemple illustre le déploiement de base d’un serveur de gestion d’appareils mobiles (MDM). Un profil de configuration contenant les données relatives au serveur de gestion d’appareils mobiles est envoyé à l’appareil. L’utilisateur reçoit des renseignements sur les éléments gérés par le serveur ou faisant l’objet d’interrogations de la part de celui-ci. L’utilisateur installe le profil pour faire de l’appareil un appareil géré. L’inscription de l’appareil s’effectue lorsque le profil est installé. Le serveur valide l’appareil et en autorise l’accès. Le serveur envoie une notification Push invitant l’appareil à se connecter au serveur pour vérifier si des tâches ou des interrogations doivent être exécutées. L’appareil se connecte directement au serveur par HTTPS. Le serveur envoie des commandes ou demande des renseignements. Pour de plus amples renseignements sur la gestion d’appareils mobiles, consultez le site www.apple.com/business/mdm. 26 AirPort Extreme Installationshandbuch2 Inhalt 3 Kapitel 1: Einführung 12 Kapitel 2: AirPort Extreme Netzwerke 13 Verwenden von AirPort Extreme mit Ihrem Breitband-Internet-Dienst 15 Gemeinsames Nutzen eines USB-Druckers mithilfe von AirPort Extreme 17 Gemeinsames Nutzen einer USB-Festplatte mithilfe von AirPort Extreme 19 Verwenden von AirPort Extreme mit Ihrem AirPort Netzwerk 21 Kapitel 3: Konfigurieren von AirPort Extreme 28 Kapitel 4: Tipps zur Fehlerbeseitigung 36 Kapitel 5: Weitere Informationen, Service und Support 38 Anhang: AirPort Extreme – Technische Daten1 3 1 Einführung Herzlichen Glückwunsch zum Kauf von AirPort Extreme. Im vorliegenden Handbuch erfahren Sie, wie Sie das Produkt verwenden. AirPort Extreme wurde auf Grundlage der Entwurfsversion der 802.11n Spezifikation des IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) entwickelt und bietet eine bessere Leistung und größere Reichweite als vorherige IEEE 802.11 Standards. AirPort Extreme ist mit Computern kompatibel, die die Standards 802.11b und 802.11g sowie den Standard für drahtlose Kommunikation, 802.11a, verwenden. Mit AirPort Extreme haben Sie folgende Möglichkeiten:  Richten Sie zu Hause ein drahtloses Netzwerk ein, stellen Sie anschließend eine Verbindung zum Internet her und verwenden Sie diese Verbindung mit mehreren Computern gleichzeitig. Auf diese Weise können alle Familienmitglieder oder alle Mitarbeiter im Büro zur gleichen Zeit auf das Internet zugreifen.  Verbinden Sie AirPort Extreme mit Ihrem Ethernet-Netzwerk. Macintosh Computer oder Windows XP Computer, die drahtlos kommunizieren können, können dann auf ein komplettes Netzwerk zugreifen, ohne durch Kabel verbunden zu sein.4 Kapitel 1 Einführung  Schließen Sie einen USB-Drucker an Ihre AirPort Extreme Basisstation an. Hierdurch können alle kompatiblen Computer in Ihrem AirPort Netzwerk – egal ob drahtlos verbunden oder verkabelt – diesen Drucker verwenden.  Schließen Sie eine USB-Festplatte an Ihre AirPort Extreme Basisstation an. Hierdurch können alle kompatiblen Computer in Ihrem AirPort Netzwerk – egal ob drahtlos verbunden oder verkabelt – auf die Informationen auf der Festplatte zugreifen.  Verbinden Sie einen USB-Hub mit Ihrer AirPort Extreme Basisstation und schließen Sie dann mehrere USB-Geräte wie Drucker oder Festplatten an. So erhalten alle Computer im Netzwerk Zugriff auf diese Geräte. AirPort Extreme Die AirPort Extreme Basisstation ist mit fünf Anschlüssen an der Rückseite ausgestattet:  Einem 10/100 Ethernet-WAN-Anschluss (<) (Wide Area Network) für ein DSL- oder Kabelmodem oder für den Anschluss an ein vorhandenes Ethernet-Netzwerk  Drei 10/100 Ethernet-LAN-Anschlüsse (G) (Local Area Network) für die Anbindung von Ethernet-Geräten wie Drucker oder Computer oder für den Anschluss an ein vorhandenes Ethernet-Netzwerk Kapitel 1 Einführung 5  Einem USB-Anschluss (d) für den Anschluss eines kompatiblen USB-Druckers, einer USB-Festplatte oder eines USB-Hub Neben den Anschlüssen befindet sich die Reset-Taste, die bei der Fehlerbeseitigung Ihrer AirPort Extreme Basisstation verwendet wird. Die Statusanzeige vorne an der AirPort Extreme Basisstation zeigt den aktuellen Status an. Statusanzeige Internet-WANAnschluss Netzteil Netzanschluss USB-Anschluss EthernetAnschlüsse Reset-Taste Anschluss für Diebstahlsicherung6 Kapitel 1 Einführung Die AirPort Software AirPort Extreme arbeitet mit der AirPort Software, die auf der AirPort Extreme CD enthalten ist. AirPort Dienstprogramm Das AirPort Dienstprogramm unterstützt Sie bei der Konfiguration Ihrer AirPort Extreme Basisstation, sodass Sie ein drahtloses Netzwerk einrichten, die Verbindung zum Internet herstellen und einen USB-Drucker oder eine USB-Festplatte gemeinsam verwenden können. Sie haben auch die Möglichkeit, Ihre AirPort Extreme Basisstation mit einem vorhandenen (ggf. drahtlosen) AirPort Extreme Netzwerk zu verbinden, um die Reichweite Ihres WDS-Netzwerks zu erhöhen. Verwenden Sie das AirPort Dienstprogramm, um Ihre AirPort Extreme Basisstation und Ihr drahtloses Netzwerk schnell und einfach zu konfigurieren. Das AirPort Dienstprogramm eignet sich auch optimal für die Konfiguration und Verwaltung von AirPort Extreme und AirPort Express Basisstationen. Verwenden Sie das AirPort Dienstprogramm, um die Einstellungen für Netzwerk, Datenweiterleitung und Sicherheit sowie weitere Optionen festzulegen. Z AirPort Symbol in der Menüleiste Mithilfe des AirPort Symbols können Sie schnell zwischen AirPort Netzwerken wechseln, die Signalqualität des derzeit ausgewählten Netzwerks überwachen, ein Computer-zu-Computer-Netzwerk einrichten und die AirPort Kommunikation aktivieren und deaktivieren. Das AirPort Symbol wird bei Computern mit Mac OS X in der Menü- leiste angezeigt. Kapitel 1 Einführung 7 Systemvoraussetzungen Zum Konfigurieren von AirPort Extreme mit einem Macintosh Computer benötigen Sie Folgendes:  Einen Macintosh Computer mit installierter AirPort oder AirPort Extreme Karte für die drahtlose Konfiguration  Einen Macintosh Computer, der über ein Ethernet-Kabel mit der AirPort Extreme Basisstation verbunden ist, für die Konfiguration via Ethernet  Mac OS X 10.4 (oder neuer)  AirPort Dienstprogramm 5.0 (oder neuer) Zum Konfigurieren von AirPort Extreme mit einem Windows PC benötigen Sie Folgendes:  Einen Windows PC mit 300 MHz oder höherer Prozessorgeschwindigkeit  Windows XP Home oder Professional (mit installiertem Service Pack 2)  AirPort Dienstprogramm Version 5 (oder neuer) Sie können AirPort Extreme mit beliebigen Computern verwenden, die drahtlos arbeiten können und mit den Standards IEEE 802.11a, 802.11b und 802.11g bzw. mit einer 802.11n Entwurfsspezifikation konform sind. Damit Sie AirPort Extreme konfigurieren können, muss Ihr Computer die oben genannten Systemvoraussetzungen erfüllen. Installieren Sie die auf der CD bereitgestellte AirPort Software und befolgen Sie die Anweisungen auf den folgenden Seiten, um Ihre AirPort Extreme Basisstation und Ihr drahtloses AirPort Netzwerk zu konfigurieren.8 Kapitel 1 Einführung Anschließen der AirPort Extreme Basisstation ans Stromnetz Bevor Sie Ihre AirPort Extreme Basisstation an das Stromnetz anschließen, verbinden Sie zuerst die passenden Kabel mit den Anschlüssen, die Sie verwenden wollen, u. a.:  Das an Ihr DSL- oder Kabelmodem angeschlossene Ethernet-Kabel (wenn Sie auf das Internet zugreifen werden) mit dem Ethernet-WAN-Anschluss (<)  Das an den USB-Anschluss (d) und eine USB-Festplatte, einen USB-Hub oder einen kompatiblen USB-Drucker angeschlossene USB-Kabel (wenn Sie über einen USBDrucker drucken werden)  Beliebige Ethernet-Geräte mit den Ethernet-LAN-Anschlüssen (G)Kapitel 1 Einführung 9 Nachdem Sie die Kabel für alle vorgesehenen Geräte angeschlossen haben, schließen Sie den Netzteilstecker an und verbinden Sie die AirPort Extreme Basisstation mit dem Stromnetz. Ein Ein-/Ausschalter ist nicht vorhanden. Wichtig: Verwenden Sie nur das mit der AirPort Extreme Basisstation gelieferte Netzteil. Wenn Sie die AirPort Extreme Basisstation an das Stromnetz angeschlossen haben, blinkt die Statusanzeige eine Sekunde lang grün und leuchtet dann während des Startvorgangs gelb. Nachdem der Startvorgang abgeschlossen ist, blinkt die Statusanzeige gelb. Sobald die Basisstation konfiguriert und mit dem Internet bzw. einem Netzwerk verbunden ist, leuchtet die Statusanzeige grün. Wenn Sie Ethernet-Kabel mit den Ethernet-LAN-Anschlüssen (G) verbinden, leuchten die Statusanzeigen über den Anschlüssen permanent. Netzanschluss Ethernet-Aktivitätsanzeige Netzteil10 Kapitel 1 Einführung AirPort Extreme Statusanzeige In der folgenden Tabelle werden die Modi der Statusanzeigen der AirPort Extreme Basisstation und deren Bedeutung erläutert. Anzeige Status/Beschreibung Aus Die AirPort Extreme Basisstation ist nicht angeschlossen. Blinkt grün Die AirPort Extreme Basisstation wird gestartet. Die Anzeige blinkt eine Sekunde lang. Leuchtet permanent grün Die AirPort Extreme Basisstation ist eingeschaltet und arbeitet ordnungsgemäß. Wenn Sie „Aufblinken bei Aktivität“ aus dem Einblendmenü „Statusanzeige“ im Bereich „Basisstation“ der AirPort Einstellungen im AirPort Dienstprogramm auswählen, blinkt die Statusanzeige ggf. grün, um normale Aktivität anzuzeigen. Blinkt gelb Die AirPort Extreme Basisstation kann keine Verbindung zum Netzwerk oder zum Internet herstellen. Vgl. „Die Statusanzeige der AirPort Extreme Basisstation blinkt gelb“ auf Seite 31. Leuchtet permanent gelb Die AirPort Extreme Basisstation schließt gerade den Startvorgang ab. Blinkt gelb und grün Beim Starten ist möglicherweise ein Problem aufgetreten. Die AirPort Extreme Basisstation wird neu gestartet.Kapitel 1 Einführung 11 Nächste Schritte Nachdem Sie die AirPort Extreme Basisstation angeschlossen haben, konfigurieren Sie sie mithilfe des AirPort Dienstprogramms für Ihre Internet-Verbindung, den USB-Drucker oder die USB-Festplatte oder für ein vorhandenes Netzwerk. Das AirPort Dienstprogramm befindet sich auf einem Computer mit Mac OS X im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“. Auf einem Computer mit Windows XP finden Sie das Dienstprogramm unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“. Im Abschnitt „AirPort Extreme Netzwerke“ auf Seite 12 finden Sie Beispiele zu den verschiedenen Einsatzmöglichkeiten von AirPort Extreme sowie Informationen zur Konfiguration.12 2 2 AirPort Extreme Netzwerke In diesem Kapitel werden die verschiedenen Möglichkeiten zur Verwendung von AirPort Extreme erläutert. Das Kapitel umfasst Beispiele zu den verschiedenen Arten von Netzwerken, die Sie mit AirPort Extreme konfigurieren können. Sie finden hier Abbildungen und Erklä- rungen, wie Sie Ihr AirPort Extreme Netzwerk schnellstmöglich einrichten und in Betrieb nehmen. Lesen Sie Kapitel 3 „Konfigurieren von AirPort Extreme“ auf Seite 21, um Näheres über die Verwendung des AirPort Dienstprogramms für die Konfiguration Ihres Netzwerks zu erfahren.Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke 13 Verwenden von AirPort Extreme mit Ihrem Breitband-Internet-Dienst Wenn Sie AirPort Extreme für den Netzwerk- und Internet-Zugang einrichten, können Macintosh Computer mit AirPort oder AirPort Extreme Karten und Computer, die mit den Standards 802.11a, 802.11b und 802.11g sowie der 802.11n Entwurfsspezifikation für die drahtlose Kommunikation konform sind, auf das drahtlose AirPort Netzwerk zugreifen, um Dateien gemeinsam zu nutzen, Computerspiele zu spielen und InternetProgramme wie Web-Browser und E-Mail-Programme zu verwenden. Eine mögliche Konfiguration: DSL-Modem oder Kabelmodem Internet-WANAnschluss zum Internet <14 Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke Gehen Sie wie folgt vor, um einen Breitband-Internet-Dienst zu konfigurieren: 1 Schließen Sie Ihr DSL- oder Kabelmodem an Ihren AirPort Extreme Ethernet-WANAnschluss (<) an. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm (im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ auf einem Computer mit Mac OS X und unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“ auf einem Computer mit Windows), wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie dann in „Fortfahren“. 3 Befolgen Sie die auf dem Bildschirm angezeigten Anweisungen zum Erstellen eines neuen Netzwerks. (Vgl. „Konfigurieren von AirPort Extreme“ auf Seite 21.) AirPort fähige Computer und Computer, die mit anderen Karten oder Adaptern für die drahtlose Kommunikation ausgestattet sind, können über AirPort Extreme eine Verbindung zum Internet herstellen. Mit AirPort Extreme Ethernet-Anschlüssen verbundene Computer können ebenfalls auf das Netzwerk und das Internet zugreifen. Drahtlose Computer und mit den Ethernet-Anschlüssen verbundene Computer können über AirPort Extreme auch untereinander kommunizieren.Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke 15 Gemeinsames Nutzen eines USB-Druckers mithilfe von AirPort Extreme Wenn Sie einen USB-Drucker an Ihre AirPort Extreme Basisstation anschließen, können alle Computer im Netzwerk (drahtlos verbunden oder verkabelt) auf diesen Drucker zugreifen. Eine mögliche Konfiguration: USB-Anschluss Gemeinsam genutzter Drucker d16 Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke Gehen Sie wie folgt vor, um den Drucker für die drahtlose gemeinsame Nutzung zu konfigurieren: 1 Schließen Sie den Drucker mit einem USB-Kabel an den USB-Anschluss der AirPort Extreme Basisstation (d) an. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm (im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ auf einem Computer mit Mac OS X und unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“ auf einem Computer mit Windows), wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie dann in „Fortfahren“. 3 Befolgen Sie die auf dem Bildschirm angezeigten Anweisungen zum Erstellen eines neuen Netzwerks. Gehen Sie wie folgt vor, um von einem Computer mit Mac OS X 10.2.7 oder neuer zu drucken: 1 Öffnen Sie das Drucker-Dienstprogramm (im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“). 2 Wählen Sie den Drucker aus der Liste aus. Wenn der Drucker nicht in der Liste enthalten ist, klicken Sie in „Hinzufügen“ und wählen Sie „Bonjour“ aus dem Einblendmenü aus. Wählen Sie anschließend den Drucker aus der Liste aus. Gehen Sie wie folgt vor, um von einem Computer mit Windows XP zu drucken: 1 Installieren Sie das Programm „Bonjour“ für Windows, das sich auf der mit der AirPort Extreme Basisstation gelieferten CD befindet. 2 Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm, um Ihren Drucker anzuschließen.Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke 17 Gemeinsames Nutzen einer USB-Festplatte mithilfe von AirPort Extreme Wenn Sie eine USB-Festplatte mit Ihrer AirPort Extreme Basisstation verbinden, können alle Computer im Netzwerk (drahtlos verbunden oder verkabelt) auf die Festplatte zugreifen, um Dateien zu verwenden, gemeinsam mit anderen zu nutzen und zu speichern. Eine mögliche Konfiguration: Gemeinsam genutzte Festplatte d USB-Anschuss18 Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke Gehen Sie wie folgt vor, um die Festplatte für die drahtlose gemeinsame Nutzung zu konfigurieren: 1 Schließen Sie die Festplatte mit einem USB-Kabel an den USB-Anschluss der AirPort Extreme Basisstation (d) an. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm (im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ auf einem Computer mit Mac OS X und unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“ auf einem Computer mit Windows), wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie dann in „Fortfahren“. 3 Befolgen Sie die auf dem Bildschirm angezeigten Anweisungen zum Erstellen eines neuen Netzwerks. Computer können dann über Mac OS X 10.4 (oder neuer) oder über Windows XP (mit Service Pack 2) auf die Festplatte zugreifen, um Dateien bereitzustellen oder zu speichern.Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke 19 Verwenden von AirPort Extreme mit Ihrem AirPort Netzwerk In der Abbildung unten ist ein Beispiel für ein drahtloses Netzwerk dargestellt, in dem alle Leistungsmerkmale von AirPort Extreme genutzt werden. DSL-Modem oder zum USB-Anschuss Kabelmodem zum Internet zum EthernetAnschluss Hobbyraum Wohnzimmer Gemeinsam genutzte Festplatte20 Kapitel 2 AirPort Extreme Netzwerke Gehen Sie wie folgt vor, um das drahtlose Netzwerk zu konfigurieren: 1 Verbinden Sie alle Geräte, die Sie in Ihrem Netzwerk verwenden wollen. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm (im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ auf einem Computer mit Mac OS X und unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“ auf einem Computer mit Windows), wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie dann in „Fortfahren“. 3 Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm, um Ihr Netzwerk zu konfigurieren. (Vgl. „Konfigurieren von AirPort Extreme“ auf Seite 21.)3 21 3 Konfigurieren von AirPort Extreme In diesem Kapitel finden Sie Informationen und Anweisungen zur Verwendung des AirPort Dienstprogramms für die Konfiguration Ihrer AirPort Extreme Basisstation. Die Abbildungen im vorausgegangenen Kapitel können Ihnen bei der Entscheidung hinsichtlich der Platzierung der AirPort Extreme Basisstation und der Auswahl der Funktionen helfen, die Sie in Ihrem Airport Netzwerk konfigurieren möchten. Führen Sie anschließend die Anweisungen in diesem Kapitel aus, um AirPort Extreme ganz einfach zu konfigurieren und Ihr AirPort Netzwerk einzurichten. Das vorliegende Kapitel gibt Ihnen einen Überblick über die Verwendung des Assistenten des AirPort Dienstprogramms für die Konfiguration Ihres Netzwerks und anderer Funktionen Ihrer AirPort Extreme Basisstation. Ausführlichere Informationen zu drahtlosen Netzwerken und Informationen zu den erweiterten Funktionen des AirPort Dienstprogramms finden Sie im Dokument „Konzipieren von AirPort 802.11n Netzwerken“, das unter der Adresse www.apple.com/de/support/airport verfügbar ist. Sie können die meisten Aufgaben zur Netzwerkkonfiguration mit dem Assistenten des AirPort Dienstprogramms erledigen. Zum Festlegen erweiterter Optionen wählen Sie „Manuelle Konfiguration“ aus dem Menü „Basisstation“ des AirPort Dienstprogramms (vgl. „Festlegen erweiterter Optionen“ auf Seite 26).22 Kapitel 3 Konfigurieren von AirPort Extreme Verwenden des AirPort Dienstprogramms Verwenden Sie den Assistenten des AirPort Dienstprogramms, um AirPort Extreme für den drahtlosen AirPort Netzwerkbetrieb und den Internet-Zugang zu konfigurieren. Das AirPort Dienstprogramm wird auf Ihrem Computer installiert, wenn Sie die Software auf der AirPort Extreme CD installieren. Macintosh Computer mit Mac OS X 10.4 oder neuer: 1 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm, das sich im Ordner „Dienstprogramme“ in Ihrem Ordner „Programme“ befindet. 2 Wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie in „Fortfahren“. 3 Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm, um Ihre AirPort Extreme Basisstation und Ihr drahtloses Netzwerk zu konfigurieren. Computer mit Windows XP (mit Service Pack 2): 1 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm, das sich unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“ befindet. 2 Wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie in „Fortfahren“. 3 Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm, um Ihre AirPort Extreme Basisstation und Ihr drahtloses Netzwerk zu konfigurieren. Beantworten Sie anschließend die Fragen des Assistenten des AirPort Dienstprogramms zur Art des Netzwerks, das Sie verwenden wollen, und zu Diensten, die Sie konfigurieren möchten. Der Assistent unterstützt Sie bei der Angabe der korrekten Einstellungen für das einzurichtende Netzwerk.Kapitel 3 Konfigurieren von AirPort Extreme 23 Wenn Sie mit AirPort Extreme auf das Internet zugreifen, müssen Sie bei einem InternetDienstanbieter für einen Breitband-Account (DSL- oder Kabelmodem) registriert sein oder über eine Verbindung zum Internet über ein vorhandenes Ethernet-Netzwerk verfügen. Wenn Sie von Ihrem Internet-Anbieter zusätzliche Informationen erhalten haben (zum Beispiel eine statische IP-Adresse oder eine DHCP-Client-ID), müssen Sie diese Informationen möglicherweise im AirPort Dienstprogramm eingeben. Legen Sie diese Informationen bereit, bevor Sie mit der Konfiguration von AirPort Extreme beginnen. Einrichten eines neuen drahtlosen Netzwerks Sie können den Assistenten des AirPort Dienstprogramms auch zum Erstellen eines neuen drahtlosen Netzwerks verwenden. Der Assistent führt Sie durch die Schritte, die zum Benennen Ihres Netzwerks, zum Schützen Ihres Netzwerks durch ein Kennwort und zum Festlegen anderer Optionen erforderlich sind. Wenn Sie einen USB-Drucker oder eine USB-Festplatte in Ihrem Netzwerk gemeinsam nutzen möchten: 1 Schließen Sie den Drucker oder die Festplatte an den USB-Anschluss der AirPort Extreme Basisstation (d) an. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm, das sich auf einem Macintosh Computer im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ befindet. Auf einem Computer mit Windows XP finden Sie das Dienstprogramm unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“. 3 Befolgen Sie die auf dem Bildschirm angezeigten Anweisungen zum Erstellen eines neuen Netzwerks.24 Kapitel 3 Konfigurieren von AirPort Extreme Konfigurieren und gemeinsames Nutzen des Internet-Zugangs Wenn Sie Ihren Internet-Zugang mit anderen für die drahtlose Kommunikation ausgelegten Computern im Netzwerk oder mit Computern, die an die Ethernet-Anschlüsse angeschlossen sind, gemeinsam nutzen möchten, müssen Sie AirPort Extreme als eine AirPort Basisstation einrichten. Sobald dies geschehen ist, greifen die Computer über das AirPort Netzwerk auf das Internet zu. Die Basisstation stellt die Verbindung zum Internet her und gibt die Informationen über das AirPort Netzwerk an die anderen Computer weiter. Schließen Sie Ihr DSL- oder Kabelmodem an den AirPort Extreme Ethernet-WANAnschluss (<) an, bevor Sie das AirPort Dienstprogramm zum Konfigurieren Ihrer Basisstation verwenden. Wenn Sie ein vorhandenes Ethernet-Netzwerk mit Internet-Zugang für die Herstellung der Verbindung zum Internet verwenden, können Sie die AirPort Extreme Basisstation stattdessen auch an das Ethernet-Netzwerk anschließen. Verwenden Sie den Assistenten des AirPort Dienstprogramms, um die Einstellungen des Internet-Anbieters einzugeben und zu konfigurieren, wie AirPort Extreme diese Einstellungen für andere Computer freigibt. 1 Wählen Sie das drahtlose Netzwerk aus, das angepasst werden soll. Bei einem Macintosh Computer verwenden Sie das AirPort Symbol in der Menüleiste. Bewegen Sie auf einem Computer mit Windows XP den Mauszeiger auf das Symbol für die drahtlose Verbindung und warten Sie, bis der Name des AirPort Netzwerks (SSID) angezeigt wird. Wählen Sie diesen aus der Liste aus, wenn mehrere Netzwerke verfügbar sind.Kapitel 3 Konfigurieren von AirPort Extreme 25 Der Standardnetzwerkname für eine Apple Basisstation lautet „AirPort Network xxxxxx“. xxxxxx wird hierbei durch die letzten sechs Ziffern der AirPort ID ersetzt (auch als Media Access Control Adresse, kurz MAC-Adresse, bezeichnet). Bei der AirPort Extreme Basisstation ist die AirPort ID auf der Unterseite aufgedruckt, bei der AirPort Express Basisstation auf der Seite, an der sich der Netzanschluss befindet. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm. Auf einem Computer mit Mac OS X ist es im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ abgelegt, auf einem Computer mit Windows XP finden Sie das Dienstprogramm unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“. 3 Wählen Sie Ihre Basisstation aus und klicken Sie in „Fortfahren“. 4 Befolgen Sie die Anweisungen auf dem Bildschirm, um Ihre AirPort Extreme Basisstation zu konfigurieren und den Internet-Zugang freizugeben. Mit dem AirPort Dienstprogramm können Sie Ihre Basisstation und Ihr Netzwerk schnell und einfach konfigurieren. Wenn Sie weitere Optionen wie eine Zugriffsbeschränkung für Ihr Netzwerk festlegen oder erweiterte DHCP-Optionen einstellen wollen, wählen Sie „Manuelle Konfiguration“ aus dem Menü „Basisstation“ des AirPort Dienstprogramms aus. 26 Kapitel 3 Konfigurieren von AirPort Extreme Festlegen erweiterter Optionen Zum Festlegen erweiterter Optionen können Sie das AirPort Dienstprogramm verwenden und Ihre AirPort Extreme Basisstation manuell konfigurieren. Sie können erweiterte Einstellungen für die Basisstation konfigurieren, etwa erweiterte Sicherheitsoptionen, geschlossene Netzwerke, DHCP-Lease-Dauer, Zugriffssteuerung, Signalstärke, das Einrichten von Benutzer-Accounts und mehr. Gehen Sie wie folgt vor, um erweiterte Optionen festzulegen: 1 Wählen Sie das drahtlose Netzwerk aus, das angepasst werden soll. Bei einem Macintosh Computer verwenden Sie das AirPort Symbol in der Menüleiste. Bewegen Sie auf einem Computer mit Windows XP den Mauszeiger auf das Symbol für die drahtlose Verbindung und warten Sie, bis der Name des AirPort Netzwerks (SSID) angezeigt wird. Wählen Sie diesen aus der Liste aus, wenn mehrere Netzwerke verfügbar sind. Der Standardnetzwerkname für eine Apple Basisstation lautet „AirPort Network xxxxxx“. xxxxxx wird hierbei durch die letzten sechs Ziffern der AirPort ID ersetzt (auch als Media Access Control Adresse, kurz MAC-Adresse, bezeichnet). Bei der AirPort Extreme Basisstation ist die AirPort ID auf der Unterseite aufgedruckt, bei der AirPort Express Basisstation auf der Seite, an der sich der Netzanschluss befindet. 2 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm, das sich auf einem Macintosh Computer im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“ befindet. Auf einem Computer mit Windows XP finden Sie das Dienstprogramm unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“.Kapitel 3 Konfigurieren von AirPort Extreme 27 3 Wenn in der Liste mehrere Basisstation enthalten sind, wählen Sie die Basisstation aus, die Sie konfigurieren möchten. Wenn die gewünschte Basisstation nicht angezeigt wird, klicken Sie in „Erneut suchen“, um nach verfügbaren Basisstationen zu suchen. Wählen Sie dann die gewünschte Basisstation aus. 4 Wählen Sie „Manuelle Konfiguration“ aus dem Menü „Basisstation“ aus. Werden Sie zur Eingabe eines Kennworts aufgefordert, geben Sie dieses ein. Weitere Informationen und ausführliche Anweisungen zur Verwendung der Funktionen des AirPort Dienstprogramms für die manuelle Konfiguration finden Sie im Dokument „Konzipieren von AirPort 802.11n Netzwerken“ unter folgender Adresse: www.apple.com/de/support/airport.28 4 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung Anhand der Tipps in diesem Kapitel können Sie die meisten Probleme mit AirPort Extreme schnell beheben. Sie haben Ihr Kennwort für das Netzwerk oder die Basisstation vergessen Sie können das Kennwort für das AirPort Netzwerk oder die Basisstation löschen, indem Sie die AirPort Extreme Basisstation zurücksetzen. Gehen Sie wie folgt vor, um das Kennwort der Basisstation zurückzusetzen: 1 Drücken Sie mithilfe einer aufgebogenen Büroklammer die Reset-Taste und halten Sie die Taste ca. eine (1) Sekunde lang gedrückt. Wichtig: Wenn Sie die Reset-Taste länger als eine (1) Sekunde lang gedrückt halten, gehen Ihre Netzwerkeinstellungen möglicherweise verloren.Kapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung 29 2 Wählen Sie Ihr AirPort Netzwerk aus.  Verwenden Sie auf einem Macintosh Computer das AirPort Symbol in der Menüleiste, um das von AirPort Extreme eingerichtete Netzwerk auszuwählen. (Der Netzwerkname ändert sich nicht.)  Bewegen Sie auf einem Computer mit Windows XP den Mauszeiger auf das Symbol für die drahtlose Verbindung und warten Sie, bis der Name des AirPort Netzwerks (SSID) angezeigt wird. Wählen Sie diesen aus der Liste aus, wenn mehrere Netzwerke verfügbar sind. 3 Öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm (auf einem Macintosh Computer im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“, auf einem Computer mit Windows XP unter „Start“ > „Alle Programme“ > „AirPort“). 4 Wählen Sie Ihre Basisstation aus und wählen Sie dann „Manuelle Konfiguration“ aus dem Menü „Basisstation“ aus. 5 Klicken Sie in der Symbolleiste in „AirPort“ und klicken Sie dann in „Basisstation“. 6 Geben Sie ein neues Kennwort für die Basisstation ein. 7 Klicken Sie in „Drahtlos“ und wählen Sie eine Verschlüsselungsmethode aus dem Einblendmenü „Schutz“ aus, um die Verschlüsselung und den Kennwortschutz für Ihr AirPort Netzwerk zu aktivieren. Wenn Sie die Verschlüsselung aktiviert haben, geben Sie ein neues Kennwort für Ihr AirPort Netzwerk ein. 8 Klicken Sie in „Aktualisieren“, um die Basisstation neu zu starten und die neuen Einstellungen zu laden.30 Kapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung Ihre AirPort Extreme Basisstation reagiert nicht Trennen Sie die Basisstation vom Stromnetz und schließen Sie sie dann wieder an die Netzsteckdose an. Wenn Ihre AirPort Extreme Basisstation gar nicht mehr reagiert, müssen Sie sie möglicherweise auf die Werkseinstellungen zurücksetzen. Wichtig: Hierdurch werden alle von Ihnen vorgenommenen Einstellungen gelöscht und die Originaleinstellungen der AirPort Extreme Basisstation werden wieder hergestellt. Gehen Sie wie folgt vor, um die Werkseinstellungen der AirPort Extreme Basisstation wiederherzustellen: m Halten Sie die Reset-Taste mithilfe einer aufgebogenen Büroklammer so lange gedrückt, bis die Statusanzeige schnell blinkt (etwa 5 Sekunden lang). AirPort Extreme wird auf folgende Einstellungen zurückgesetzt:  AirPort Extreme empfängt die IP-Adresse über DHCP.  Der Netzwerkname wird auf „Apple Network XXXXXX“ zurückgesetzt (wobei XXXXXX durch die letzten sechs Stellen der AirPort ID ersetzt wird).  Das Kennwort der Basisstation wird auf public zurückgesetzt. Sollte die Basisstation immer noch nicht reagieren, versuchen Sie Folgendes: 1 Trennen Sie die AirPort Extreme Basisstation vom Stromnetz. 2 Drücken Sie mithilfe einer aufgebogenen Büroklammer die Reset-Taste und halten Sie diese Taste gedrückt, während Sie die AirPort Extreme Basisstation wieder an die Netzsteckdose anschließen.Kapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung 31 Die Statusanzeige der AirPort Extreme Basisstation blinkt gelb Möglicherweise ist das Ethernet-Kabel nicht korrekt angeschlossen, die AirPort Extreme Basisstation befindet sich nicht in Reichweite eines AirPort Netzwerks oder es besteht ein Problem bei Ihrem Internet-Anbieter. Wenn Sie über ein DSL- oder Kabelmodem mit dem Internet verbunden sind, wurde die Verbindung des Modems mit dem Netzwerk oder dem Internet möglicherweise unterbrochen. Trennen Sie das Modem vom Stromnetz, auch wenn es korrekt zu arbeiten scheint. Warten Sie einige Sekunden und schließen Sie es dann erneut an. Vergewissern Sie sich, dass die AirPort Extreme Basisstation direkt über Ethernet mit dem Modem verbunden ist, bevor Sie die Stromversorgung des Modems wiederherstellen. Weitere Informationen zum Grund für das Blinken der Statusanzeige erhalten Sie, indem Sie das AirPort Dienstprogramm öffnen, Ihre Basisstation auswählen und dann „Manuelle Konfiguration“ aus dem Menü „Basisstation“ auswählen. Die Informationen zum Blinken der Statusanzeige werden im Bereich „Zusammenfassung“ angezeigt.32 Kapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung Ihr Drucker reagiert nicht Wenn Sie einen Drucker an den USB-Anschluss der AirPort Extreme Basisstation angeschlossen haben und die Computer im AirPort Netzwerk nicht drucken können, versuchen Sie, das Problem wie folgt zu beheben: 1 Vergewissern Sie sich, dass der Drucker an das Stromnetz angeschlossen und eingeschaltet ist. 2 Vergewissern Sie sich, dass die Kabel korrekt am Drucker und am USB-Anschluss der AirPort Extreme Basisstation angeschlossen sind. 3 Vergewissern Sie sich, dass der Drucker im Wartelistenfenster auf den Client-Computern ausgewählt ist. Macintosh Computer mit Mac OS X 10.2.7 oder neuer:  Öffnen Sie das Drucker-Dienstprogramm im Ordner „Dienstprogramme“ innerhalb des Ordners „Programme“.  Klicken Sie in „Hinzufügen“, wenn der Drucker nicht in der Liste angezeigt wird.  Wählen Sie „Bonjour“ aus dem Einblendmenü aus.  Wählen Sie den Drucker aus und klicken Sie in „Hinzufügen“. Gehen Sie wie folgt vor, um Ihren Drucker auf einem Computer mit Windows XP auszuwählen:  Öffnen Sie „Drucker und Faxgeräte“ im Menü „Start“.  Wählen Sie den Drucker aus. Ist der Drucker nicht in der Liste enthalten, klicken Sie in „Drucker hinzufügen“ und folgen Sie den Anweisungen auf dem Bildschirm. 4 Schalten Sie den Drucker aus, warten Sie einige Sekunden und schalten Sie den Drucker dann erneut ein.Kapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung 33 Sie möchten Ihre AirPort Software aktualisieren Die AirPort Software wird von Apple regelmäßig aktualisiert, um die Leistung zu verbessern und neue Funktionen hinzuzufügen. Es wird empfohlen, die AirPort Extreme Basisstation regelmäßig zu aktualisieren, damit Sie immer mit der neusten Software arbeiten. Besuchen Sie zum Laden der neusten Version der AirPort Software die folgende Web-Site: www.apple.com/de/support/airport. Überlegungen zur Platzierung der AirPort Extreme Basisstation Die folgenden Empfehlungen sollen Ihnen helfen, die maximale Reichweite und eine optimale Netzwerkabdeckung mit Ihrem AirPort Extreme Netzwerk zu erreichen.  Platzieren Sie Ihre AirPort Extreme Basisstation in einem offenen Bereich, in dem keine Hindernisse wie große Möbel oder Wände die Signalübertragung stören können. Das Gerät sollte wenn möglich nicht in der Nähe von Metallflächen platziert werden.  Wenn Sie die AirPort Extreme Basisstation hinter Möbelstücken platzieren, halten Sie einen Abstand von mindestens 2,5 cm zwischen der AirPort Extreme Basisstation und dem Möbelstück ein.  Vermeiden Sie es, Ihre AirPort Extreme Basisstation an einem Standort zu platzieren, der auf drei oder mehr Seiten von Metallflächen umgeben ist. 34 Kapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung  Wenn Sie die AirPort Extreme Basisstation zusammen mit Ihrer Stereoanlage in einem Multimedia-Center nutzen wollen, achten Sie darauf, dass die AirPort Extreme Basisstation nicht vollständig von Audio-, Video- oder Netzkabeln umgeben ist. Positionieren Sie Ihre AirPort Extreme Basisstation so, dass die Kabel nur auf einer Seite liegen. Halten Sie einen möglichst großen Abstand zwischen der AirPort Extreme Basisstation und den Kabeln ein.  Platzieren Sie Ihre AirPort Extreme Basisstation wenn möglich mindestens 8 Meter entfernt von einem Mikrowellenherd, einem schnurlosen 2,4- oder 5-GHz-Telefon oder anderen Störquellen. Mögliche Störquellen, die Interferenzen mit AirPort verursachen können Je weiter eine Interferenzquelle entfernt ist, desto unwahrscheinlicher ist es, dass sie Probleme verursacht. Die folgenden Objekte bzw. Situationen können Interferenzen mit der AirPort Kommunikation verursachen:  Mikrowellenherde  DSS- (Direct Satellite Service) Funkfrequenzverlust  Original-Koaxialkabel, das mit bestimmten Typen von Satellitenschüsseln geliefert wird. Erkundigen Sie sich beim Hersteller des Geräts nach neueren Kabeln.  Bestimmte elektrische Komponenten wie Stromleitungen, Leitungen von elektrischen Bahnen und KraftwerkeKapitel 4 Tipps zur Fehlerbeseitigung 35  Schnurlose Telefone, die im 2,4- oder 5-GHz-Bereich arbeiten. Wenn es zu Problemen mit Ihrer Telefon- oder AirPort Kommunikation kommt, wechseln Sie den Kanal Ihrer Basisstation bzw. Ihres AirPort Extreme Netzwerks oder verwenden Sie einen anderen Kanal für Ihr Telefon.  Nebeneinander platzierte Basisstationen, die benachbarte Kanäle verwenden. Verwendet beispielsweise Basisstation A Kanal 1, so sollte für Basisstation B Kanal 6 oder 11 angegeben werden.36 5 5 Weitere Informationen, Service und Support Im Internet und in der Online-Hilfe finden Sie weitere Informationen zur Verwendung von AirPort Extreme. Online verfügbare Ressourcen Die aktuellsten Informationen zu AirPort Extreme erhalten Sie auf dieser Web-Site: www.apple.com/de/airport. Wenn Sie AirPort Extreme nicht bereits bei der Installation der Software von der AirPort Extreme CD registriert haben, besuchen Sie zum Registrieren die folgende Web-Site: www.apple.com/de/register. Informationen zu Service und Support für AirPort, verschiedene Foren mit produktspezifischen Informationen und Feedback sowie die aktuellste Apple Software zum Laden finden Sie unter dieser Adresse: www.apple.com/de/support/airport. Wenn Sie allgemeine Support-Informationen wünschen, besuchen Sie die Web-Site www.apple.com/de/support und wählen Sie dann Ihr Land aus dem Einblendmenü aus.Kapitel 5 Weitere Informationen, Service und Support 37 Online-Hilfe m Wenn Sie mehr über die Verwendung von AirPort erfahren möchten, öffnen Sie das AirPort Dienstprogramm und wählen Sie „Hilfe“ > „AirPort Dienstprogramm Hilfe“. Hinweise zur Garantie Wenn das Produkt beschädigt wurde oder nicht ordnungsgemäß funktioniert, beachten Sie bitte zunächst die Tipps und Informationen zur Fehlerbeseitigung in diesem Handbuch, in der Online-Hilfe sowie in den Online-Ressourcen. Können Sie das Problem nicht lösen und funktioniert die Basisstation weiterhin nicht, besuchen Sie folgende Web-Site: www.apple.com/de/support. Hier finden Sie Hinweise zu den durch die Garantie abgedeckten Service-Leistungen. Platzierung der Seriennummer Ihrer AirPort Extreme Basisstation Die Seriennummer befindet sich auf der Unterseite Ihrer AirPort Extreme Basisstation.38 Anhang AirPort Extreme – Technische Daten Technische Daten zu AirPort  Frequenzbereich: 2,4 und 5 GHz  Funkausgangsleistung: 20 dBm (nominal)  Standards: Der Standard 802.11 DSSS mit 1 und 2 MBit/Sek., die Standards 802.11a, 802.11b, 802.11g und eine Entwurfsversion der 802.11n Spezifikation Schnittstellen  1 RJ-45 10/100BASE-T Ethernet-WAN (<)  3 RJ-45 10/100BASE-T Ethernet-LAN (G)  Universal Serial Bus (USB d)  AirPort Extreme drahtlos Umgebungsbedingungen  Betriebstemperatur: 0 °C bis 35 °C  Lagertemperatur: –25 °C bis 60 °C  Relative Luftfeuchtigkeit (Betrieb): 20 % bis 80 %, nicht kondensierend  Relative Luftfeuchtigkeit (Lagerung): 10 % bis 90 %, nicht kondensierendAnhang AirPort Extreme – Technische Daten 39 Abmessungen und Gewicht  Länge: 165,0 mm  Breite: 165,0 mm  Tiefe: 34,0 mm  Gewicht: 753 Gramm Hardware-MAC-Adressen (Media Access Control) Auf der Unterseite des Gehäuses der AirPort Extreme Basisstation sind zwei Hardwareadressen aufgedruckt:  AirPort ID: Die Adresse, die zur Identifizierung der AirPort Extreme Basisstation in einem drahtlosen Netzwerk verwendet wird.  Ethernet-ID: Diese Adresse wird möglicherweise von Ihrem Internet-Anbieter benötigt, um den Internet-Zugang via AirPort Extreme herzustellen. Verwenden der AirPort Extreme Basisstation  Die einzige Möglichkeit, die Stromzufuhr vollständig zu unterbrechen, besteht darin, die AirPort Extreme Basisstation vom Stromnetz zu trennen.  Halten Sie den Stecker stets an den Seiten, wenn Sie die AirPort Extreme Basisstation an die Netzsteckdose anschließen bzw. davon trennen. Achten Sie darauf, die Metallstifte des Steckers nicht zu berühren.  Ihre AirPort Extreme Basisstation darf auf keinen Fall geöffnet werden, auch dann nicht, wenn die AirPort Extreme Basisstation nicht an das Stromnetz angeschlossen ist. Wenn Ihre AirPort Extreme Basisstation gewartet werden muss, lesen Sie den Abschnitt „Weitere Informationen, Service und Support“ auf Seite 36. 40 Anhang AirPort Extreme – Technische Daten  Versuchen Sie niemals, einen Stecker mit Gewalt in einen Anschluss zu stecken. Lässt sich der Stecker nicht problemlos anschließen, passt er vermutlich nicht in den Anschluss. Vergewissern Sie sich, dass Stecker und Anschluss übereinstimmen und dass Sie den Stecker korrekt mit dem Anschluss ausgerichtet haben. Hinweise zu Betriebs- und Lagertemperatur  Wenn Ihre AirPort Extreme Basisstation in Betrieb ist, wird das Gehäuse warm. Das AirPort Extreme Gehäuse fungiert als Wärmeableiter, der die Wärme aus dem Inneren des Geräts nach außen an die kühlere Luft abgibt. Meiden von Feuchtigkeitsquellen  Stellen Sie die AirPort Extreme Basisstation nicht in der Nähe von Getränken, Waschbecken, Badewannen, Duschen und anderen Feuchtigkeitsquellen auf.  Schützen Sie die AirPort Extreme Basisstation vor direkter Sonneneinstrahlung, Nässe, Feuchtigkeit und Witterungseinflüssen aller Art.  Achten Sie darauf, dass keine Flüssigkeiten in Ihre AirPort Extreme Basisstation gelangen. Ist dies dennoch einmal der Fall, trennen Sie die AirPort Extreme Basisstation vom Stromnetz, bevor Sie das Gerät reinigen.  Verwenden Sie die AirPort Extreme Basisstation nicht im Freien. Das Gerät ist nur zum Betrieb in geschlossenen Räumen vorgesehen. Achtung: Verwenden Sie Ihre AirPort Extreme Basisstation niemals in der Nähe von Feuchtigkeitsquellen, um Kurzschlüsse oder Verletzungen zu vermeiden.Anhang AirPort Extreme – Technische Daten 41 Nehmen Sie Reparaturen nicht selbst vor Hinweise zur Handhabung Ihre AirPort Extreme Basisstation kann durch unsachgemäße Handhabung oder Lagerung beschädigt werden. Achten Sie darauf, die AirPort Extreme Basisstation beim Transport nicht fallen zu lassen. Achtung: Versuchen Sie nicht, Ihre AirPort Extreme Basisstation zu öffnen oder Teile auszubauen. Dies kann einen Kurzschluss verursachen und Sie riskieren den Verlust des Garantieanspruchs. Im Innern des Gerätes befinden sich keine Komponenten, die vom Benutzer gewartet werden können.42 Communications Regulation Information Wireless Radio Use This device is restricted to indoor use due to its operation in the 5.15 to 5.25 GHz frequency range to reduce the potential for harmful interference to cochannel Mobile Satellite systems. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of this device is well below the FCC radio frequency exposure limits. However, this device should be operated with a minimum distance of at least 20 cm between its antennas and a person's body and the antennas used with this transmitter must not be co-located or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. FCC Declaration of Conformity This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions.43 Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product was tested for FCC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple-authorized dealer. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only):Apple Computer, Inc., Product Compliance, 1 Infinite Loop M/S 26-A, Cupertino, CA 95014-2084, 408-974-2000. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. This device complies with RSS 210 of Industry Canada. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. VCCI Class B Statement Europa – EU-Konformitätserklärung The equipment complies with the RF Exposure Requirement 1999/519/EC, Council Recommendation of 12 July 1999 on the limitation of exposure of the general public to electromagnetic fields (0 Hz to 300 GHz). This equipment meets the following conformance standards: EN300 328, EN301 893, EN301 489-17, EN60950. Hiermit erklärt Apple Computer, Inc., dass sich dieses Gerät in Übereinstimmung mit den grundlegenden Anforderungen und den übrigen einschlägigen Bestimmungen der Richtlinie 1999/5/EC befindet. Disposal and Recycling Information AirPort Extreme has an internal battery. Please dispose of it according to your local environmental laws and guidelines. For information about Apple's recycling program, go to www.apple.com/environment. California: The coin cell battery in your product contains perchlorates. Special handling and disposal may apply. Refer to www.dtsc.ca.gov/hazardouswaste/ perchlorate.Europäische Union – Informationen zur Entsorgung: Dieses Symbol weist darauf hin, dieses Produkt entsprechend den geltenden gesetzlichen Vorschriften und getrennt vom Hausmüll entsorgt werden muss. Geben Sie dieses Produkt zur Entsorgung bei einer offiziellen Sammelstelle ab. Bei einigen Sammelstellen können Produkte zur Entsorgung unentgeltlich abgegeben werden. Durch getrenntes Sammeln und Recycling werden die Rohstoff-Reserven geschont, und es ist sichergestellt, dass beim Recycling des Produkts alle Bestimmungen zum Schutz von Gesundheit und Umwelt eingehalten werden. Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerät am Ende seines Lebenszyklus den maßgeblichen gesetzlichen Regelungen entsprechend. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Taiwan: © 2007 Apple Computer, Inc. Alle Rechte vorbehalten. Apple, das Apple Logo, AirPort, AirPort Extreme, Bonjour, iTunes, Mac, Macintosh und Mac OS sind Marken der Apple Computer, Inc., die in den USA und weiteren Ländern eingetragen sind. AirPort Express ist eine Marke der Apple Computer, Inc. Andere hier genannte Produkt- und Herstellernamen sind Marken ihrer jeweiligen Rechtsinhaber. www.apple.com/de/airport www.apple.com/de/support/airport D019-0806-A 1 Installation de votre logiciel Les informations suivantes, dont le but est de vous permettre d’utiliser le logiciel le plus rapidement possible, portent sur :  Au sujet du disque d’installation de Final Cut Express (p. 2).  Mise à niveau de Mac OS X et de QuickTime (p. 3).  Installation de Final Cut Express (p. 4).  Enregistrement Final Cut Express (p. 7).  À propos de l’Aide à l’écran (p. 8).  Contacter l’assistance AppleCare (p. 9). Veillez également à consulter le document intitulé Avant d’installer Final Cut Express, disponible sur le disque d’installation de Final Cut Express. Pour obtenir les informations les plus récentes concernant Final Cut Express, consultez le site Web de Final Cut Express à l’adresse http://www.apple.com/fr/finalcutexpress.2 Au sujet du disque d’installation de Final Cut Express Le disque d’installation de Final Cut Express contient les fichiers nécessaires à l’installation de Final Cut Express 4 et de LiveType 2.1.4, notamment LiveFonts, des modèles, des objets et des textures utilisables avec LiveType. Il contient également les fichiers et les dossiers suivants :  Avant d’installer Final Cut Express :ce document décrit la configuration requise et les étapes à suivre avant d’installer les applications. Veuillez lire ce document avant d’installer Final Cut Express.  Icône «Install Final Cut Express»:double-cliquez sur cette icône pour lancer le processus d’installation.  Dossier Documentation :ce dossier contient la documentation au format PDF de toutes les applications du coffret de LiveType et Final Cut Express. La plupart des documents PDF comportent une page d’accès contenant des liens vers des documents supplé- mentaires et des sites Web Apple connexes.  LiveType Dossier Compléments :ce dossier contient de la documentation et des échantillons de script LiveFont. Remarque :ce disque contient les fichiers nécessaires à l’installation de LiveType et Final Cut Express sur ordinateurs Macintosh à processeur PowerPC ou à processeur Intel. Le processus d’installation est le même pour les deux architectures.3 Mise à niveau de Mac OS X et de QuickTime Avant d’installer Final Cut Express, mettez à jour votre logiciel système afin d’être sûr d’avoir la dernière version de Mac OS X installée. Vous devez également effectuer une mise à niveau avec la version la plus récente de QuickTime. QuickTime constitue une norme standard de traitement vidéo numérique nécessaire au fonctionnement de Final Cut Express. Remarque :pour connaître la configuration minimale requise, reportez-vous au document intitulé Avant d’installer Final Cut Express, disponible sur le disque d’installation de Final Cut Express. Important :vous devez acheter Mac OS X v10.4 Tiger ou ultérieur si vous mettez à jour depuis Mac OS X v10.3 Panther ou d’une version précédente. Pour mettre à jour vos logiciels système : 1 Choisissez le menu Pomme > Mise à jour de logiciels. Une zone de dialogue apparaît pour vous présenter les nouveaux logiciels ou les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. 2 Si nécessaire,suivez les instructions à l’écran afin de procéder à la mise à jour de Mac OS X et QuickTime avec les versions les plus récentes.4 Installation de Final Cut Express Lorsque vous installez LiveType et Final Cut Express, ses applications sont placées dans le dossier Applications de votre disque de démarrage. Vous pouvez choisir de placer le contenu de LiveType (comme les modèles) dans l’emplacement par défaut ou dans un emplacement personnalisé. Remarque :avant d’installer le logiciel, vous devez vous connecter à votre ordinateur via un compte d’administrateur et saisir le mot de passe d’administrateur. Pour en savoir plus, consultez l’Aide Mac. Pour saisir le numéro de série et installer Final Cut Express : 1 Insérez le disque d’installation de Final Cut Express dans le lecteur DVD de votre ordinateur. 2 Double-cliquez sur l’icône Installer Final Cut Express. 3 Lisez les informations de bienvenue, puis cliquez sur Continuer. 4 Lisez le contrat de licence du logiciel, cliquez sur Continuer puis sur Accepter (si vous êtes d’accord). Remarque :si votre système n’atteint pas la configuration requise pour les applications Final Cut Express et LiveType (par exemple, si votre ordinateur dispose d’un processeur 500 MHz et de seulement 512 Mo de mémoire RAM), un message apparaît expliquant que le logiciel ne peut être installé. Pour connaître la configuration minimale requise, reportez-vous au document intitulé Avant d’installer Final Cut Express qui se trouve sur le disque d’installation de Final Cut Express. 5 Sélectionnez le disque de démarrage, puis cliquez sur Continuer. Votre disque de démarrage doit disposer de la dernière version de Mac OS X.5 6 Dans la sous-fenêtre Informations de l’utilisateur, procédez comme suit : a Saisissez votre nom (obligatoire). b Vous pouvez également entrer le nom d’une organisation. c Dans le champ du numéro de série, tapez le numéro de série de Final Cut Express figurant sur l’étiquette du numéro de série collée sur la couverture du présent document, puis cliquez sur Continuer. Remarque :si vous mettez à niveau d’une version précédente de Final Cut Express, le programme d’installation chercher le numéro de série correspondant. S’il ne trouve pas ce numéro de série, il vous invite alors à le saisir. Voici quelques astuces qui vous permettront de saisir le numéro de série sans faire d’erreur :  Veillez à copier le numéro de série qui se trouve en couverture de ce document.  Veillez à saisir le numéro de série du logiciel et non le numéro d’identifiant d’assistance.  Veillez à ne pas confondre les caractères 0 (zéro) et O, 1 et L minuscule, le cas échéant.  Assurez-vous d’inclure les tirets dans le numéro de série.  Ne saisissez pas d’espace avant et après le numéro de série.  Vérifiez que vous avez saisi le numéro de série correctement. Après trois essais infructueux, le programme d’installation se ferme. Pour recommencer le processus d’installation, revenez à l’étape 2.6 7 Pour personnaliser votre installation, procédez comme suit dans la sous-fenêtre Installation personnalisée : a Désélectionnez les éléments. Vous devrez peut-être agrandir la fenêtre et faire glisser le bord de l’en-tête Nom du paquet pour afficher la totalité du nom de certains éléments. Certains éléments comprennent un triangle d’affichage qui, lorsque l’on clique dessus, fait apparaître des éléments supplémentaires qu’il est possible de désélectionner ou de resélectionner. Les éléments non sélectionnés et estompés ne peuvent pas être installés car votre système n’atteint pas la configuration minimale requise. Affichez les points manquants à votre configuration en déplaçant le pointeur au-dessus de ces éléments. Remarque :si vous utilisez le programme d’installation de Final Cut Express pour ultérieurement installer les éléments sélectionnés, le processus est celui décrit dans cette tâche, mis à part qu’il n’est pas nécessaire de saisir le numéro de série à nouveau. b Pour choisir un emplacement personnalisé pour les fichiers multimédia LiveType, cliquez sur l’icône du dossier dans la colonne Emplacement à côté et choisissez Autre dans le menu local. Recherchez l’emplacement désiré puis cliquez sur Ouvrir. 8 Lorsque vous êtes prêt, cliquez sur Installer ou Mettre à niveau. Il se peut qu’une option de mise à niveau soit proposée même sur des ordinateurs ne disposant pas de versions antérieures de Final Cut Express. Ce comportement, qui est tout à fait normal, est dû au fait que le programme d’installation a détecté sur votre système au moins un fichier commun avec les fichiers qu’il est en train d’installer.7 9 Une zone de dialogue apparaît pour vous inviter à vous identifier en tapant votre nom et votre mot de passe. Cliquez sur OK une fois terminé. Le programme d’installation afficher une barre de progression pour indiquer l’état. Une fois l’installation terminée, vous êtes prêt à utiliser les applications LiveType et Final Cut Express. Enregistrement Final Cut Express Lorsque vous ouvrez l’une des applications Final Cut Express pour la première fois, l’application vous invite à remplir le formulaire d’enregistrement. Par défaut, les données de votre fiche personnelle (provenant du Carnet d’adresses), sont automatiquement saisies dans les champs correspondants. Pour enregistrer Final Cut Express au nom d’un autre utilisateur que celui qui apparaît sur votre fiche personnelle dans le Carnet d’adresses : 1 Remplissez les champs Nom, Adresse, Entreprise et Adresse électronique. 2 Si vous souhaitez recevoir des informations à propos des actualités Apple et des mises à jour de logiciels, cochez la case correspondante. 3 Si vous souhaitez consulter les mentions légales d’Apple en matière de confidentialité, cliquez sur Confidentialité. 4 Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Enregistrer. Final Cut Express est désormais enregistré. Remarque :si vous décidez de cliquer sur le bouton Enregistrer plus tard, vous serez à nouveau invité à procéder à l’enregistrement après avoir ouvert cinq fois une des applications Final Cut Express.8 À propos de l’Aide à l’écran L’aide à l’écran vous permet d’avoir directement accès à des informations à l’écran pendant que vous travaillez dans les applications LiveType et Final Cut Express. Elle met à votre disposition plusieurs manuels d’utilisateur en ligne, ainsi que des liens vers d’autres documents et des sites web Apple connexes. Manuels d’utilisateurs à l’écran Les manuels d’utilisateur à l’écran de LiveType et Final Cut Express sont accessibles à partir du menu Aide de l’application concernée. Pour accéder au manuel d’utilisateur à l’écran d’une application : m Dans l’application, choisissez Aide > [Application Name] Manuel de l’utilisateur. Notes commerciales Ce document contient des informations concernant les problèmes avec du matériel et des logiciels de tierce partie ainsi que d’autres problèmes connus. Remarque :pour voir ce document, le système doit être connecté à Internet. Pour accéder aux notes commerciales d’une application, procédez comme suit : m Dans l’application, sélectionnez Aide > Notes commerciales.9 Contacter l’assistance AppleCare Votre coffret Final Cut Express comprend des informations sur les options d’assistance proposées par Apple. Plusieurs niveaux d’assistance sont disponibles. Quel que soit votre problème, nous vous recommandons d’avoir les informations suivantes sous les yeux lorsque vous entrez en contact avec le service d’assistance Apple. Plus les informations fournies à vos agents d’assistance Apple seront détaillées, plus le problème sera résolu rapidement.  Le numéro d’identifiant d’assistance de Final Cut Express situé sur la couverture de ce document. Remarque :le numéro d’identification d’assistance composé de 11 chiffres n’est pas le même que le numéro de série utilisé pour installer Final Cut Express.  Version de Mac OS X installée. Pour connaître la version de Mac OS X, choisissez le menu Pomme > À propos de ce Mac.  La version de l’application que vous avez installée et qui vous pose problème. Pour connaître la version de l’application sur votre ordinateur, choisissez [Application Name] > À propos de [Application Name].  Le modèle d’ordinateur utilisé.  La quantité de mémoire RAM installée sur votre ordinateur. Pour le savoir, choisissez le menu Pomme > À propos de ce Mac.  Les autres composants matériels de tierce partie connectés à votre ordinateur ou installés sur ce dernier, ainsi que les noms de leurs fabricants. Cela inclut les disques durs, les cartes graphiques, etc.L’assistance AppleCare est accessible en ligne à l’adresse http://www.apple.com/fr/support. Vous pouvez sélectionner une application pour afficher des informations spécifiques. Vous pouvez également accéder directement au site web AppleCare depuis le menu Aide de chacune des applications. Pour accéder au site web d’AppleCare à partir d’une application : m Sélectionnez Aide > [Nom de l’application] Assistance. Copyright © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, Final Cut, LiveType, Mac, Macintosh, Mac OS, Panther etQuickTime sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Tiger est une marque d’Apple Inc. AppleCare est une amrque de service d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. Intel, Intel Core et Xeon sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. PowerPC et le logo de PowerPC sont des marques d’International Business Machines Corporation, utilisées sous licence. Les autres noms de sociétés ou de produits mentionnés ici sont des marques de leurs détenteurs respectifs. Congratulations, you and your MacBook Pro were made for each other.Say hello to your MacBook Pro. www.apple.com/macbookpro finder Pinch and expand Click anywhere Rotate Scroll Swipe Multi-Touch trackpad Scroll through files, adjust images, and enlarge text using just your fingers. Mac Help Built-in iSight camera and iChat Video chat with friends and family anywhere in the world. Mac Help Finder Browse your files like you browse your music with Cover Flow. Mac Help isight MacBook Pro trackpadMac OS X Leopard www.apple.com/macosx iLife ’09 www.apple.com/ilife Time Machine Automatically back up and restore your files. Mac Help Spotlight Find anything on your Mac. Mac Help time machine spotlight Safari Experience the web with the fastest browser in the world. Mac Help safari Quick Look Instantly preview your files. Mac Help quick look iPhoto Organize and search your photos by faces, places, or events. iPhoto Help photos iMovie Make a greatlooking movie in minutes or edit your masterpiece. iMovie Help movie GarageBand Learn to play. Start a jam session. Record and mix your own song. GarageBand Help record iWeb Create custom websites and publish them anywhere with a click. iWeb Help website iPhoto Organize and search your photos by faces, places, or events. iPhoto Help photos iMovie Make a greatlooking movie in minutes or edit your masterpiece. iMovie Help movie GarageBand Learn to play. Start a jam session. Record and mix your own song. GarageBand Help record iWeb Create custom websites and publish them anywhere with a click. iWeb Help websiteContents 5 Contents Chapter 1: Ready, Set Up, Go 9 What’s in the Box 9 Setting Up Your MacBook Pro 16 Putting Your MacBook Pro to Sleep or Shutting It Down Chapter 2: Life with Your MacBook Pro 20 Basic Features of Your MacBook Pro 22 Keyboard Features of Your MacBook Pro 24 Ports on Your MacBook Pro 26 Using the Multi-Touch Trackpad 30 Using the MacBook Pro Battery 31 Getting Answers Chapter 3: Boost Your MacBook Pro 37 Replacing the Hard Disk Drive 44 Installing Additional Memory Chapter 4: Problem, Meet Solution 51 Problems That Prevent You from Using Your MacBook Pro 55 Using Apple Hardware Test6 Contents 56 Problems with Your Internet Connection 58 Problems with AirPort Extreme Wireless Communication 59 Keeping Your Software Up to Date 60 Reinstalling the Software That Came with Your MacBook Pro 61 Learning More, Service, and Support 64 Locating Your Product Serial Number Chapter 5: Last, but Not Least 66 Important Safety Information 69 Important Handling Information 72 Understanding Ergonomics 74 Apple and the Environment 76 Regulatory Compliance Information Looking for Something? 82 Index1 1 Ready, Set Up, Go www.apple.com/macbookpro Mac Help Migration Assistant8 Chapter 1 Ready, Set Up, Go Your MacBook Pro is designed so that you can set it up quickly and start using it right away. If you have never used a MacBook Pro or are new to Macintosh computers, read this chapter for help getting started. Important: Read all the installation instructions (and the safety information starting on page 66) carefully before you first use your computer. If you are an experienced user, you may already know enough to get started. Make sure you look over the information in Chapter 2, “Life with Your MacBook Pro,” to find out about the new features of this MacBook Pro. Many answers to questions can be found on your computer in Mac Help. For information about using Mac Help, see “Getting Answers” on page 31. Apple may release new versions and updates to its system software, so the images shown in this book may be slightly different from what you see onscreen.Chapter 1 Ready, Set Up, Go 9 What’s in the Box Setting Up Your MacBook Pro Your MacBook Pro is designed so that you can set it up quickly and start using it right away. The following pages take you through the setup process, including these tasks:  Plugging in the 60W MagSafe Power Adapter  Connecting cables and accessing a network  Turning on your MacBook Pro and using the trackpad  Configuring a user account and other settings using Setup Assistant  Setting up the Mac OS X desktop and preferences 60W MagSafe Power Adapter AC power cord ®10 Chapter 1 Ready, Set Up, Go Important: Remove the protective film around the 60W MagSafe Power Adapter before setting up your MacBook Pro. Step 1: Plug in the 60W MagSafe Power Adapter to provide power to the MacBook Pro and charge the battery. Make sure the AC plug is fully inserted into the power adapter and the electrical prongs on your AC plug are in their completely extended position. Insert the AC plug of your power adapter into a power outlet and the MagSafe connector into the MagSafe power port. As the MagSafe connector gets close to the port, you’ll feel a magnetic pull drawing it in. To extend the reach of your power adapter, replace the AC plug with the AC power cord. First pull the AC plug up to remove it from the adapter, and then attach the included AC power cord to the adapter, making sure it is seated firmly. When disconnecting the power adapter from an outlet or from the computer, pull the plug, not the cord. ® MagSafe connector AC power cord AC plug ¯ MagSafe power portChapter 1 Ready, Set Up, Go 11 Note: When you first connect the power adapter to your MacBook Pro, an indicator light on the MagSafe connector starts to glow. An amber light indicates the battery is charging. A green light indicates that the battery is fully charged. If you don’t see a light, make sure the connector is seated properly and the power adapter is plugged in. Step 2: Connect to a wireless or wired network.  To use a wireless network with the built-in AirPort Extreme technology, make sure the wireless base station is turned on and that you know the name of the network. After you turn on your MacBook Pro, Setup Assistant guides you through the connection process. For troubleshooting tips, see page 58.  To use a wired connection, connect one end of an Ethernet cable to your MacBook Pro and the other end to a cable modem, DSL modem, or network. Gigabit Ethernet port (10/100/1000Base-T) G ® Ethernet cable12 Chapter 1 Ready, Set Up, Go  To use a dial-up connection, you need the external Apple USB Modem, available from the online Apple Store at www.apple.com/store or from an Apple Authorized Reseller. Connect the Apple USB Modem to a USB port on your MacBook Pro, and then connect a phone cord (not included) from the modem into a phone wall jack. Step 3: Press the power (®) button briefly to turn on your MacBook Pro. You hear a tone when you turn on the computer. It takes the MacBook Pro a few moments to start up. After it starts up, Setup Assistant opens automatically. If your MacBook Pro doesn’t turn on, see “If your MacBook Pro doesn’t turn on or start up” on page 53. ® ® Power buttonChapter 1 Ready, Set Up, Go 13 Step 4: Configure your MacBook Pro with Setup Assistant. The first time you turn on your MacBook Pro, Setup Assistant starts. Setup Assistant helps you enter your Internet and email information and set up a user account on your MacBook Pro. If you already have a Mac, Setup Assistant can help you automatically transfer files, applications, and other information from your previous Mac. See the next section, “Migrating Information to Your MacBook Pro,” for more information. If you don’t intend to keep or use your other Mac, it’s best to deauthorize it from playing music, videos, or audiobooks that you’ve purchased from the iTunes Store. Deauthorizing a computer prevents any songs, videos, or audiobooks you’ve purchased from being played by someone else and frees up another authorization for use. For information about deauthorizing, choose iTunes Help from the Help menu in iTunes.14 Chapter 1 Ready, Set Up, Go Migrating Information to Your MacBook Pro You can follow the prompts in Setup Assistant to migrate existing user accounts, files, applications, and other information from another Mac computer. You can do this with one of the following methods:  Using a FireWire cable to connect the two computers together and transfer the information  Using an Ethernet cable connected directly between both computers, or connecting both computers to the same network  Wirelessly, directly between both computers, or with both computers on the same wireless network Before performing migration, use Software Update on your other Mac to ensure you have the latest version of Mac OS X software—either Mac OS X v10.4.11 or Mac OS X v10.5.6 (or later). You can choose the items (user accounts, documents, movies, music, photos, and so on) that you want to migrate to your MacBook Pro. Important: Don’t use the other Mac for anything else until the migration is complete. If you don’t use Setup Assistant to transfer information when you first start up your computer, you can do it later using Migration Assistant. If the connection is terminated during migration, you can resume the migration at a later time using Migration Assistant on your MacBook Pro and your other Mac. Go to the Applications folder, open Utilities, and double-click Migration Assistant. Chapter 1 Ready, Set Up, Go 15 Step 5: Customize the Mac OS X desktop and set preferences. Menu bar Dock System Preferences icon Help menu Spotlight search icon Finder icon16 Chapter 1 Ready, Set Up, Go You can quickly customize the desktop using System Preferences. Choose Apple () > System Preferences from the menu bar or click the System Preferences icon in the Dock. System Preferences is your command center for most settings on your MacBook Pro. For more information, open Mac Help and search for “System Preferences” or for the specific preference you want to change. Putting Your MacBook Pro to Sleep or Shutting It Down When you finish working with your MacBook Pro, you can put it to sleep or shut it down. Putting Your MacBook Pro to Sleep If you’ll be away from your MacBook Pro for only a short time, put it to sleep. When the computer is in sleep, you can quickly wake it and bypass the startup process. To put your MacBook Pro to sleep, do one of the following:  Close the display.  Choose Apple () > Sleep from the menu bar.  Press the power (®) button and click Sleep in the dialog that appears.  Choose Apple () > System Preferences, click Energy Saver, and set a sleep timer. NOTICE: Wait a few seconds until the sleep indicator light starts pulsing (indicating that the computer is in sleep and the hard disk has stopped spinning) before moving your MacBook Pro. Moving your computer while the disk is spinning can damage the hard disk, causing loss of data or the inability to start up from the hard disk.Chapter 1 Ready, Set Up, Go 17 To wake your MacBook Pro:  If the display is closed, simply open it to wake up your MacBook Pro.  If the display is already open, press the power (®) button or any key on the keyboard. When your MacBook Pro wakes from sleep, your applications, documents, and computer settings are exactly as you left them. Shutting Down Your MacBook Pro If you aren’t going to use your MacBook Pro for a couple of days or longer, it’s best to shut it down. The sleep indicator light goes on briefly during the shutdown process. To shut down your MacBook Pro, do one of the following: m Choose Apple () > Shut Down from the menu bar. m Press the power (®) button and click Shut Down in the dialog that appears. If you plan to store your MacBook Pro for an extended period of time, see “Important Handling Information” on page 69 for information about how to prevent the battery from draining completely.2 2 Life with Your MacBook Pro www.apple.com/macosx Mac Help Mac OS X20 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro Basic Features of Your MacBook Pro ® ® Power button Camera indicator light iSight camera Built-in stereo speakers Battery indicator lights (side) Microphone Sleep indicator light Infrared (IR) receiver Trackpad Slot-loading SuperDrive Security slotChapter 2 Life with Your MacBook Pro 21 Built-in iSight camera and indicator light Videoconference using the iChat application, take pictures with Photo Booth, or capture video with iMovie. The indicator light glows when the camera is operating. Built-in stereo speakers Listen to music, movies, games, and other multimedia files. Built-in microphone Capture sounds with the microphone (located above the Esc key on your keyboard) or talk with friends live over broadband using the included iChat application. Built-in battery and battery indicator lights Use battery power when you are away from a power outlet. Press the battery button to activate indicator lights that show the remaining battery charge. Trackpad Click or double-click anywhere on the trackpad. Touch the trackpad with one or more fingers to move the pointer and use Multi-Touch gestures (described on page 26). Sleep indicator light A white light pulses when the MacBook Pro is in sleep. Infrared (IR) receiver Use an optional Apple Remote (available separately) with the IR receiver to control Front Row and Keynote on your MacBook Pro from up to 30 feet (9.1 meters) away. Security slot Attach a lock and cable (available separately) to prevent theft. Slot-loading SuperDrive This optical drive reads and writes to standard-size CDs and DVDs. ® Power button Turn your MacBook Pro on and off, or put it to sleep.22 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro Keyboard Features of Your MacBook Pro ® Function (fn) key esc F1 F2 F3 F4 F5 F6 F7 F8 F9 F10 F11 F12 — C - Volume keys Brightness keys Media Eject key Mute key Exposé Dashboard Media keys Keyboard illumination keys ’Chapter 2 Life with Your MacBook Pro 23 Function (fn) key Press and hold this key to activate customized actions assigned to the function keys (F1 to F12). To learn how to customize function keys, choose Help > Mac Help from the menu bar and search for “function keys.” ¤ Brightness keys (F1, F2) Increase ( ) or decrease ( ) the brightness of your MacBook Pro display. Exposé key (F3) Open Exposé for quick access to all your open windows. Dashboard key (F4) Open Dashboard to access your widgets. o Keyboard illumination keys (F5, F6) Increase (o) or decrease (ø) the brightness of the keyboard illumination. ’ Media keys (F7, F8, F9) Rewind ( ), play or pause (’), or fast-forward ( ) a song, movie, or slideshow. — Mute key (F10) Mute the sound coming from the built-in speakers and headphone port. - Volume keys (F11, F12) Increase (-) or decrease (–) the volume of sound coming from the built-in speakers and headphone port. C Media Eject key Press and hold this key to eject a disc that’s not in use. You can also eject a disc by dragging its desktop icon to the Trash.24 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro Ports on Your MacBook Pro ® ¯ Gigabit Ethernet port G Audio out port f Audio in port Mini , DisplayPort £ USB 2.0 ports MagSafe d power port FireWire 800 port H SD card slotChapter 2 Life with Your MacBook Pro 25 Note: Adapters and other accessories are sold separately at www.apple.com/store. ¯ MagSafe power port Plug in the included 60W MagSafe Power Adapter to recharge the MacBook Pro battery. G Gigabit Ethernet port Connect to a high-speed Ethernet network, a DSL or cable modem, or another computer. The Ethernet port automatically detects Ethernet devices and doesn’t require an Ethernet crossover cable. H One FireWire 800 port Connect high-speed external devices, such as digital video cameras and storage devices. d Two high-speed USB (Universal Serial Bus) 2.0 ports Connect an iPod, iPhone, mouse, keyboard, printer, disk drive, digital camera, joystick, modem, and more to your MacBook Pro. You can also connect USB 1.1 devices. £ Mini DisplayPort (video out) Connect to an external display or projection system that uses a DVI or VGA connector. You can purchase adapters for supported video formats. , Audio in port Connect your MacBook Pro to a line-level microphone or digital audio equipment. f Audio out port Connect external speakers, headphones (including iPhone), or digital audio equipment. SD card slot Easily transfer photos, videos, and data to and from your MacBook Pro with an SD card. 26 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro Using the Multi-Touch Trackpad Use the trackpad to move the cursor and to perform a variety of Multi-Touch gestures. Unlike typical trackpads, the entire MacBook Pro trackpad is a button, and you can click anywhere on the trackpad. To enable gestures and set other trackpad options, choose Apple () > System Preferences, and then click Trackpad. Here are ways to use your MacBook Pro trackpad:  Two-finger scrolling lets you drag to scroll quickly up, down, or sideways in the active window. This option is on by default.Chapter 2 Life with Your MacBook Pro 27  Secondary clicking or “right-clicking” lets you access shortcut menu commands.  To set up a one-finger secondary-click zone in the bottom left or right corner of the trackpad, select Secondary Click under the One Finger option in Trackpad preferences.  To set up two-finger secondary-clicking anywhere on the trackpad, select Secondary Click under the Two Fingers option in Trackpad preferences. Note: You can also secondary click by holding down the Control key while you click. Secondary click zone28 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro The following trackpad gestures work in certain applications. When you perform these gestures, slide your fingers lightly on the surface of the trackpad. For more information, see Trackpad preferences or choose Help > Mac Help and search for “trackpad.”  Two-finger pinching lets you zoom in or out on PDFs, images, photos, and more.  Two-finger rotating lets you rotate photos, pages, and more.Chapter 2 Life with Your MacBook Pro 29  Three-finger swipe lets you rapidly page through documents, move to the previous or next photo, and more.  Four-finger swipe works in the Finder and all applications. Swiping four fingers to the left or right activates Application Switcher so you can cycle through open applications. Swiping four fingers up or down causes Exposé to show the desktop or display all open windows. 30 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro Using the MacBook Pro Battery When the MagSafe power adapter isn’t connected, your MacBook Pro draws power from its built-in battery. The length of time that you can run your MacBook Pro varies, depending on the applications you use and the external devices connected to your MacBook Pro. Turning off features such as AirPort Extreme or Bluetooth® wireless technology and reducing screen brightness can help conserve battery charge, for example, when you’re traveling by air. Many of your system preferences are automatically set to optimize battery life. You can determine the charge remaining in the battery by looking at the eight battery level indicator lights on the left side of your MacBook Pro. Press the button next to the lights, and the lights glow briefly to show how much charge remains in the battery. Important: If only one indicator light is on, very little charge is left. If no lights illuminate, the battery is completely drained and the MacBook Pro won’t start up unless the power adapter is connected. Plug in the power adapter to let the battery recharge. For more information about battery indicator lights, see page 54. You can also check the amount of battery charge remaining by viewing the Battery ( ) status icon in the menu bar. The battery charge level displayed is based on the amount of power left in the battery with the applications, peripheral devices, and system settings you are currently using. To conserve battery power, close applications and disconnect peripheral devices not in use, and adjust your Energy Saver settings. For more information about battery conservation and performance tips, go to www.apple.com/batteries/notebooks.html.Chapter 2 Life with Your MacBook Pro 31 Charging the Battery When the power adapter that came with your MacBook Pro is connected, the battery charges whether the computer is on, off, or in sleep. The battery charges more quickly, however, if the computer is off or in sleep. The battery in your MacBook Pro can be replaced only by an Apple Authorized Service Provider or an Apple Retail Store. Getting Answers Much more information about using your MacBook Pro is available in Mac Help on your computer and on the Internet at www.apple.com/support/macbookpro. To get Mac Help: 1 Click the Finder icon in the Dock (the bar of icons along the edge of the screen). 2 Click the Help menu in the menu bar and do one of the following: a Type a question or term in the Search field, and select a topic from the list of results or select Show All Results to see all topics. b Choose Mac Help to open the Mac Help window, where you can click links or type a search question.32 Chapter 2 Life with Your MacBook Pro More Information For more information about using your MacBook Pro, see the following: To learn about See Installing memory Chapter 3, “Boost Your MacBook Pro,” on page 35. Troubleshooting your MacBook Pro if you have a problem Chapter 4, “Problem, Meet Solution,” on page 49. Finding service and support for your MacBook Pro “Learning More, Service, and Support” on page 61. Or go to the Apple Support site at www.apple.com/support/macbookpro. Using Mac OS X The Mac OS X website at www.apple.com/macosx. Or search for “Mac OS X” in Mac Help. Moving from a PC to a Mac “Why you’ll love a Mac” at www.apple.com/getamac/whymac. Using iLife applications The iLife website at www.apple.com/ilife. Or open an iLife application, open Help for the application, and then type a question in the search field. Changing system preferences System Preferences by choosing Apple (K) > System Preferences. Or search for “system preferences” in Mac Help. Using the trackpad Mac Help and search for “trackpad.” Or open System Preferences and click Trackpad. Using the iSight camera Mac Help and search for “iSight.” Using the keyboard Mac Help and search for “keyboard.” Using AirPort Extreme wireless technology The AirPort Support page at www.apple.com/support/airport. Or open Mac Help and search for “AirPort.”Chapter 2 Life with Your MacBook Pro 33 Using Bluetooth wireless technology The Bluetooth Support page at www.apple.com/support/ bluetooth. Or open the Bluetooth File Exchange application, located in the Utilities folder within the Applications folder, and choose Help > Bluetooth Help. Caring for the battery Mac Help and search for “battery.” Connecting a printer Mac Help and search for “printing.” FireWire and USB connections Mac Help and search for “FireWire” or “USB”. Connecting to the Internet Mac Help and search for “Internet.” Connecting an external display Mac Help and search for “displayport.” Apple Remote Mac Help and search for “remote.” Front Row Mac Help and search for “Front Row.” Burning a CD or DVD Mac Help and search for “burn disc.” Specifications The Specifications page at support.apple.com/specs. Or open System Profiler by choosing Apple (K) > About This Mac from the menu bar, and then click More Info. Apple news, free downloads, and online catalogs of software and hardware The Apple website at www.apple.com. Instructions, technical support, and manuals for Apple products The Apple Support website at www.apple.com/support. To learn about See3 3 Boost Your MacBook Pro www.apple.com/store Mac Help RAM36 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro This chapter provides information and instructions for upgrading the hard disk drive and installing additional memory in your MacBook Pro. The battery in your MacBook Pro is not user-replaceable. If you think your battery needs to be replaced, contact an Apple Retail Store or an Apple Authorized Service Provider. WARNING: Apple recommends that you have an Apple-certified technician install replacement drives and memory. Consult the service and support information that came with your computer for information about how to contact Apple for service. If you attempt to install a replacement drive or memory and damage your equipment, such damage is not covered by the limited warranty on your computer.Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 37 Replacing the Hard Disk Drive You can upgrade the hard disk drive in your MacBook Pro. When you open the back of your MacBook Pro, the hard disk drive is located next to the built-in battery. The replacement drive must be a 2.5-inch drive with a Serial ATA (SATA) connector. To replace the hard disk drive in your MacBook Pro: 1 Shut down your MacBook Pro. Disconnect the power adapter, Ethernet cable, USB cables, security lock, and any other cables connected to the MacBook Pro to prevent damaging the computer. 2 Turn over your MacBook Pro and remove the ten (10) screws that secure the bottom case. Remove the shorter screws at the angles shown in the illustration. Lift off the case and place it to the side. WARNING: The internal components of your MacBook Pro can be warm. If you have been using your MacBook Pro, wait 10 minutes after shutting down to let the internal components cool before continuing.38 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro Important: Because the screws are different lengths, note the screw lengths and locations so you can replace the screws correctly. Put them aside in a safe place. Short LongChapter 3 Boost Your MacBook Pro 39 Important: When you remove the bottom case, you expose sensitive internal components. Avoid touching anything other than the hard drive assembly when you remove or add a hard disk drive. 3 Touch a metal surface inside the computer to discharge any static electricity from your body.40 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 4 Locate the bracket at the top of the drive. Use a Phillips screwdriver to loosen the two captive screws that hold the bracket in place. Put the bracket aside in a safe place. 5 Using the pull tab, gently lift the drive out of the bay. Pull tab BracketChapter 3 Boost Your MacBook Pro 41 6 Hold the drive by its sides while you gently pull the connector on the left side of the drive to disconnect it. The connector is attached to a cable and remains in the hard disk drive bay. Important: There are four (4) mounting screws on the sides of your hard disk drive. If your replacement drive doesn’t include mounting screws, remove the ones from your old drive and mount them on the replacement drive before you install it. 7 Attach the connector to the left side of the replacement drive. Mounting screws42 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 8 Insert the replacement drive at an angle, making sure the mounting screws are seated properly. 9 Replace the bracket and tighten the screws. Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 43 10 Replace the bottom case. Replace and tighten the ten screws you removed in step 2 in their proper locations, making sure to insert the shorter screws at the angles shown in the illustration. Short Long44 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro For information about installing Mac OS X and bundled applications, see “Reinstalling the Software That Came with Your MacBook Pro” on page 60. Installing Additional Memory Your computer has two memory slots that you access by removing the bottom case. Your MacBook Pro comes with a minimum of 4 gigabytes (GB) of 1066 MHz Double Data Rate (DDR3) Synchronous Dynamic Random-Access Memory (SDRAM) installed. Each memory slot can accept an SDRAM module that meets the following specifications:  Double Data Rate Small Outline Dual Inline Memory Module (DDR3) format  30 mm (1.18 inches)  1 GB, 2 GB, or 4 GB  204-pin  PC3-8500 DDR3 1066 MHz Type RAM You can add two 4 GB memory modules for a maximum of 8 GB of memory. For best performance, fill both memory slots and install an identical memory module in each slot. To install memory in your MacBook Pro: 1 Follow steps 1 through 3 beginning on page 37. Important: When you remove the bottom case, you expose sensitive internal components. Avoid touching anything other than the memory assembly when you remove or add memory.Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 45 2 Push the levers on the sides of the memory module in an outward direction to release the module from the memory card slot. The memory pops up at an angle. Before removing it, make sure you see the half-circle notches. If you don’t, try pushing the levers outward again. Notches46 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 3 Hold the memory module by its notches and remove it from the slot. 4 Remove the other memory module. Important: Hold the memory modules by their edges, and do not touch the gold connectors. 5 Insert the new memory module in the slot: a Align the notch on the gold edge of the module with the notch in the lower memory slot. b Tilt the card and push the memory into the slot. c Use two fingers with firm, even pressure to push down on the memory module. You should hear a click when the memory is inserted correctly. d Repeat to install an additional memory module in the top slot. Press down on the module to make sure it is level.Chapter 3 Boost Your MacBook Pro 47 6 Follow the instructions for replacing the bottom case in step 10 on page 43. Notches48 Chapter 3 Boost Your MacBook Pro Making Sure Your MacBook Pro Recognizes the New Memory After installing additional memory in your MacBook Pro, check whether the computer recognizes the new memory. To check the computer’s memory: 1 Start up your MacBook Pro. 2 When you see the Mac OS X desktop, choose Apple () from the menu bar and then choose About This Mac. For a detailed breakdown of the amount of memory installed in your computer, open System Profiler by clicking More Info, and then click Memory. If your MacBook Pro doesn’t recognize the memory or doesn’t start up correctly, confirm that the memory you installed is compatible with your MacBook Pro and that it is installed correctly by reseating the memory.4 4 Problem, Meet Solution www.apple.com/support Mac Help help50 Chapter 4 Problem, Meet Solution Occasionally you may have problems while working with your MacBook Pro. Read on for troubleshooting tips to try when you have a problem. You can also find more troubleshooting information in Mac Help and on the MacBook Pro Support website at www.apple.com/support/macbookpro. When you experience a problem working with your MacBook Pro, there is usually a simple and quick solution. Think about the conditions that led up to the problem. Making a note of things you did before the problem occurred will help you narrow down possible causes and find the answers you need. Things to note include:  The applications you were using when the problem occurred. Problems that occur only with a specific application might indicate that the application is not compatible with the version of the Mac OS installed on your computer.  Any new software that you installed, especially software that added items to the System folder.  Any new hardware that you installed, such as additional memory or a peripheral.Chapter 4 Problem, Meet Solution 51 Problems That Prevent You from Using Your MacBook Pro If your MacBook Pro doesn’t respond or the pointer doesn’t move On rare occasions, an application may “freeze” on the screen. Mac OS X provides a way to quit a frozen application without restarting your computer. To force an application to quit: 1 Press Command (x)-Option-Esc or choose Apple () > Force Quit from the menu bar. The Force Quit Applications dialog appears with the application selected. 2 Click Force Quit. The application quits, leaving all other applications open. If you need to, you can also restart the Finder from this dialog. Next, save your work in any open applications and restart the computer to make sure the problem is entirely cleared up. If the problem occurs frequently, choose Help > Mac Help from the menu bar at the top of the screen. Search for the word “freeze” to get help for times when the computer freezes or doesn’t respond. If the problem occurs only when you use a particular application, check with the application’s manufacturer to see if it is compatible with your computer. To get support and contact information for the software that comes with your MacBook Pro, go to www.apple.com/guide. If you know an application is compatible, you might need to reinstall your computer’s system software. See “Reinstalling the Software That Came with Your MacBook Pro” on page 60.52 Chapter 4 Problem, Meet Solution If your MacBook Pro freezes during startup, or you see a flashing question mark, or the display is dark and the sleep indicator light is glowing steadily (not in sleep) The flashing question mark usually means that the computer can’t find the system software on the hard disk or any disks attached to the computer.  Wait a few seconds. If the computer doesn’t soon start up, shut it down by pressing and holding the power (®) button for about 8 to 10 seconds. Disconnect all external peripherals and try restarting by pressing the power (®) button while holding down the Option key. When your computer starts up, click the hard disk icon, and then click the right arrow. After the computer starts up, open System Preferences and click Startup Disk. Select a local Mac OS X System folder.  If that doesn’t work, try using Disk Utility to repair the disk:  Insert the Mac OS X Install DVD into your computer.  Restart your computer and hold down the C key as it starts up.  Choose Installer from the menu bar, and then choose Open Disk Utility. When Disk Utility opens, follow the instructions in the First Aid pane to see if Disk Utility can repair the disk. If using Disk Utility doesn’t help, you might need to reinstall your computer’s system software. See “Reinstalling the Software That Came with Your MacBook Pro” on page 60.Chapter 4 Problem, Meet Solution 53 If your MacBook Pro doesn’t turn on or start up Try the following suggestions in order until your computer turns on:  Make sure the power adapter is plugged into the computer and into a functioning power outlet. Be sure to use the 60W MagSafe Power Adapter that came with your MacBook Pro. If the power adapter stops charging and you don’t see the indicator light on the MagSafe connector turn on when you plug in the power cord, try unplugging and replugging the power cord to reseat it, or try another power outlet.  Check whether the battery needs to be recharged. Press the small button on the left side of your computer. You should see one to eight lights indicating the battery’s level of charge. If a single indicator light is on, connect your power adapter to recharge. For more information about battery indicator lights, see page 54.  If the problem persists, reset the MacBook Pro power manager by disconnecting the power adapter and holding down the power (®) button for at least 5 seconds.  If you recently installed additional memory, make sure that it is correctly installed and is compatible with your computer. See whether removing and reinstalling the old memory allows the computer to start up (see page 44).  Press the power (®) button and immediately hold down the Command (x), Option, P, and R keys simultaneously until you hear the startup sound a second time to reset the parameter RAM (PRAM).  If you still can’t start up your MacBook Pro, see “Learning More, Service, and Support” on page 61 for information about contacting Apple for service.54 Chapter 4 Problem, Meet Solution If the display suddenly goes black or your MacBook Pro freezes Try restarting your MacBook Pro. 1 Unplug any devices that are connected to your MacBook Pro, except the power adapter. 2 Press the power (®) button to restart the system. 3 Let the battery charge to at least 10 percent before plugging in any external devices and resuming your work. To see how much the battery has charged, click the Battery ( ) status icon in the menu bar. The display might also darken if you have energy saver features set for the battery. If you press the battery button, and all battery indicator lights flash five times quickly Your battery needs to be replaced. Contact an Apple Retail Store or an Apple Authorized Service Provider (AASP). If you press the battery button, and the battery indicator lights flash from left to right and then from right to left, five times in a row Your battery is not recognized. Contact an Apple Retail Store or an Apple Authorized Service Provider. If you forget your password You can reset your administrator password and passwords for all other accounts. 1 Insert the Mac OS X Install DVD. Then restart your computer and hold down the C key as it starts up.Chapter 4 Problem, Meet Solution 55 2 Choose Utilities > Reset Password from the menu bar and follow the onscreen instructions. If you have trouble ejecting a disc Quit any applications that might be using the disc and try again. If that doesn’t work, restart the computer and then immediately press and hold the trackpad button. Using Apple Hardware Test If you suspect a problem with the MacBook Pro hardware, you can use the Apple Hardware Test application to help determine if there is a problem with one of the computer’s components, such as the memory or processor. To use Apple Hardware Test: 1 Disconnect all external devices from your computer except the power adapter. If you have an Ethernet cable connected, disconnect it. 2 Restart your computer and hold down the D key as it starts up. 3 When the Apple Hardware Test chooser screen appears, select the language for your location. 4 Press the Return key or click the right arrow button. 5 When the Apple Hardware Test main screen appears (after about 45 seconds), follow the onscreen instructions. 6 If Apple Hardware Test detects a problem, it displays an error code. Make a note of the error code before pursuing support options. If Apple Hardware Test doesn’t detect a hardware failure, the problem might be software related.56 Chapter 4 Problem, Meet Solution If this procedure doesn’t work, you can insert the Applications Install DVD and hold down the D key to use Apple Hardware Test. Problems with Your Internet Connection Your MacBook Pro has the Network Setup Assistant application to help walk you through setting up an Internet connection. Open System Preferences and click Network. Click the “Assist me” button to open Network Setup Assistant. If you have trouble with your Internet connection, you can try the steps in this section for your type of connection or you can use Network Diagnostics. To use Network Diagnostics: 1 Choose Apple () > System Preferences. 2 Click Network and then click “Assist me.” 3 Click Diagnostics to open Network Diagnostics. 4 Follow the onscreen instructions. If Network Diagnostics can’t resolve the problem, there may be a problem with the Internet service provider (ISP) you are trying to connect to, with an external device you are using to connect to your ISP, or with the server you are trying to access. You can try the following steps. Cable Modem, DSL Modem, and LAN Internet Connections Make sure all modem cables are firmly plugged in, including the modem power cord, the cable from the modem to the computer, and the cable from the modem to the wall jack. Also check the cables and power supplies to Ethernet hubs and routers. Chapter 4 Problem, Meet Solution 57 Turn the modem off and on and reset the modem hardware Turn off your DSL or cable modem for a few minutes, and then turn it back on. Some ISPs recommend that you unplug the modem’s power cord. If your modem has a reset button, you can press it either before or after you turn the power off and on. Important: Instructions that refer to modems do not apply to LAN users. LAN users might have hubs, switches, routers, or connection pods that DSL and cable modem users do not have. LAN users should contact their network administrator rather than an ISP. PPPoE Connections If you are unable to connect to your Internet service provider using PPPoE (Point to Point Protocol over Ethernet), make sure you have entered the correct information in Network preferences. To check your Network preference settings: 1 Choose Apple () > System Preferences. 2 Click Network. 3 Click Add (+) at the bottom of the network connection services list, and choose PPPoE from the Interface pop-up menu. 4 Choose an Interface for the PPPoE service from the Ethernet pop-up menu. Choose Ethernet if you are connecting to a wired network or AirPort if you are connecting to a wireless network. 5 Enter the information you received from your service provider, such as account name, password, and the PPPoE service name (if your service provider requires it). 6 Click Apply to make the settings active.58 Chapter 4 Problem, Meet Solution Network Connections Make sure the Ethernet cable is plugged into your MacBook Pro and to the network. Check the cables and power supplies to your Ethernet hubs and routers. If you have two or more computers attempting to share an Internet connection, be sure that your network is set up properly. You need to know whether your ISP provides only one IP address or multiple IP addresses, one for each computer. If only one IP address is provided, then you must have a router capable of sharing the connection, also known as network address translation (NAT) or “IP masquerading.” For setup information, check the documentation provided with your router or ask the person who set up your network. The AirPort Base Station can be used to share one IP address among multiple computers. For information about using an AirPort Base Station, check Mac Help or go to the AirPort Extreme website at www.apple.com/support/airport. If you can’t resolve the issue using these steps, contact your ISP or network administrator. Problems with AirPort Extreme Wireless Communication If you have trouble using AirPort Extreme wireless communication  Make sure the computer or network you are trying to connect to is running and has a wireless access point.  Make sure you have properly configured the software according to the instructions that came with your base station or access point.Chapter 4 Problem, Meet Solution 59  Make sure you are within antenna range of the other computer or the network’s access point. Nearby electronic devices or metal structures can interfere with wireless communication and reduce this range. Repositioning or rotating the computer might improve reception.  Check the AirPort (Z) status icon in the menu bar. Up to four bars appear, indicating signal strength. If you don’t see the bars, try changing your location.  See AirPort Help (choose Help > Mac Help, and then choose Library > AirPort Help from the menu bar). Also see the instructions that came with the wireless device for more information. Keeping Your Software Up to Date You can connect to the Internet and automatically download and install the latest free software versions, drivers, and other enhancements from Apple. When you are connected to the Internet, Software Update checks to see if any updates are available for your computer. You can set your MacBook Pro to check for updates periodically, and then you can download and install updated software. To check for updated software: 1 Choose Apple () > System Preferences. 2 Click the Software Update icon and follow the instructions on the screen.  For more information, search for “Software Update” in Mac Help.  For the latest information about Mac OS X, go to www.apple.com/macosx.60 Chapter 4 Problem, Meet Solution Reinstalling the Software That Came with Your MacBook Pro Use the software installation discs that came with your computer to reinstall Mac OS X and any applications that came with your computer. You can choose “Archive and Install,” which saves your existing files and settings, or “Erase and Install,” which erases all your data. Important: Apple recommends that you back up the data on your hard disk before restoring software. Because the “Erase and Install” option erases your hard disk, you should back up your essential files before installing Mac OS X and other applications. Apple is not responsible for any lost data. Installing Mac OS X To install Mac OS X: 1 Back up your essential files. 2 Make sure your power adapter is connected and plugged in. 3 Insert the Mac OS X Install DVD that came with your computer. 4 Double-click Install Mac OS X. 5 Follow the onscreen instructions. Note: To restore Mac OS X on your computer to the original factory settings, click Options in the “Select a Destination” pane of the Installer, and then select “Erase and Install.” If you choose “Erase and Install,” you’ll see a message reminding you to use the Applications Install DVD to reinstall the bundled applications that came with your computer. 6 When the installation is complete, click Restart to restart your computer. 7 Follow the prompts in the Setup Assistant to set up your user account.Chapter 4 Problem, Meet Solution 61 Installing Applications If you reinstall Mac OS X on your computer and select the “Erase and Install” option, you must reinstall the applications that came with your computer, such as the iLife applications. To install the applications that came with your computer: 1 Make sure your power adapter is connected and plugged in. 2 Insert the Applications Install DVD that came with your computer. 3 Double-click Install Bundled Software. 4 Follow the onscreen instructions. 5 When the installation is complete, click Close. Learning More, Service, and Support Your MacBook Pro does not have any user-serviceable parts, except the hard drive and the memory. If you need service, contact Apple or take your MacBook Pro to an Apple Authorized Service Provider. You can find more information about the MacBook Pro through online resources, onscreen help, System Profiler, or Apple Hardware Test. Online Resources For online service and support information, go to www.apple.com/support. Choose your country from the pop-up menu. You can search the AppleCare Knowledge Base, check for software updates, or get help from Apple’s discussion forums. Onscreen Help You can look for answers to your questions, as well as instructions and troubleshooting information, in Mac Help. Choose Help > Mac Help.62 Chapter 4 Problem, Meet Solution System Profiler To get information about your MacBook Pro, use System Profiler. It shows you what hardware and software is installed, the serial number and operating system version, how much memory is installed, and more. To open System Profiler, choose Apple () > About This Mac from the menu bar and then click More Info. AppleCare Service and Support Your MacBook Pro comes with 90 days of technical support and one year of hardware repair warranty coverage at an Apple Store retail location or an Apple-authorized repair center, such as an Apple Authorized Service Provider (AASP). You can extend your coverage by purchasing the AppleCare Protection Plan. For information, go to www.apple.com/support/products or the website for your country listed below. If you need assistance, AppleCare telephone support representatives can help you with installing and opening applications, and basic troubleshooting. Call the support center number nearest you (the first 90 days are complimentary). Have the purchase date and your MacBook Pro serial number ready when you call.Chapter 4 Problem, Meet Solution 63 Note: Your 90 days of complimentary telephone support begins on the date of purchase. Telephone fees may apply. Telephone numbers are subject to change, and local and national telephone rates may apply. A complete list is available on the web: Country Phone Website United States 1-800-275-2273 www.apple.com/support Australia (61) 1-300-321-456 www.apple.com/au/support Canada (English) (French) 1-800-263-3394 www.apple.com/ca/support www.apple.com/ca/fr/support Ireland (353) 1850 946 191 www.apple.com/ie/support New Zealand 00800-7666-7666 www.apple.com/nz/support United Kingdom (44) 0870 876 0753 www.apple.com/uk/support www.apple.com/contact/phone_contacts.html64 Chapter 4 Problem, Meet Solution Locating Your Product Serial Number Use one of these methods to find your computer’s serial number:  Turn over your MacBook Pro. The serial number is etched into the case near the hinge.  Choose Apple () > About This Mac. Click the version number beneath the words “Mac OS X” to cycle through the Mac OS X version number, the build version, and the serial number.  Click the Finder icon and open /Applications/Utilities/System Profiler. Click Hardware in the Contents pane. Serial number5 5 Last, but Not Least www.apple.com/environment Mac Help ergonomics66 Chapter 5 Last, but Not Least For your safety and that of your equipment, follow these rules for handling and cleaning your MacBook Pro and for working more comfortably. Keep these instructions handy for reference by you and others. Important Safety Information Built-in battery Do not remove the battery from your MacBook Pro. The battery should be replaced only by an Apple Authorized Service Provider. Discontinue use of your MacBook Pro if it is dropped or appears crushed, bent, deformed, or damaged. Do not expose the computer to temperatures above 212° F or 100° C. Proper handling Set up your MacBook Pro on a stable work surface that allows for adequate air circulation under and around the computer. Do not operate your MacBook Pro on a pillow or other soft material, as the material can block the airflow vents. Never place anything over the keyboard when operating your MacBook Pro. Never push objects into the ventilation openings. The bottom of your MacBook Pro may become very warm during normal use. If your MacBook Pro is on your lap and gets uncomfortably warm, move it to a stable work surface. WARNING: Incorrect storage or use of your computer may void the manufacturer’s warranty. WARNING: Failure to follow these safety instructions could result in fire, electric shock, or other injury or damage.Chapter 5 Last, but Not Least 67 Water and wet locations Keep your MacBook Pro away from sources of liquid, such as drinks, washbasins, bathtubs, shower stalls, and so on. Protect your MacBook Pro from dampness or wet weather, such as rain, snow, and fog. 60W MagSafe Power Adapter Make sure the AC plug or AC power cord is fully inserted into the power adapter before plugging the adapter into a power outlet. Use only the power adapter that came with your MacBook Pro, or an Apple-authorized power adapter that is compatible with this product. The power adapter may become very warm during normal use. Always plug the power adapter directly into a power outlet, or place it on the floor in a well-ventilated location. Disconnect the power adapter and disconnect any other cables if any of the following conditions exists:  You want to add memory or upgrade the hard disk drive.  You want to clean the case (use only the recommended procedure described on page 71).  The power cord or plug becomes frayed or otherwise damaged.  Your MacBook Pro or power adapter is exposed to rain, excessive moisture, or liquid spilled into the case.  Your MacBook Pro or power adapter has been dropped, the case has been damaged, or you suspect that service or repair is required. The MagSafe power port contains a magnet that can erase data on a credit card, iPod, or other device. To preserve your data, do not place these or other magnetically sensitive material or devices within 1 inch (25 mm) of this port. If debris gets into the MagSafe power port, remove it gently with a dry cotton swab.68 Chapter 5 Last, but Not Least MagSafe power specifications:  Frequency: 50 to 60 Hz, single phase  Line Voltage: 100 to 240 V  Output Voltage: 16.5 V DC, 3.65 A Hearing damage Permanent hearing loss may occur if earbuds or headphones are used at high volume. You can adapt over time to a higher volume of sound that may sound normal but can be damaging to your hearing. If you experience ringing in your ears or muffled speech, stop listening and have your hearing checked. The louder the volume, the less time is required before your hearing could be affected. Hearing experts suggest that to protect your hearing:  Limit the amount of time you use earbuds or headphones at high volume.  Avoid turning up the volume to block out noisy surroundings.  Turn the volume down if you can’t hear people speaking near you. High-risk activities This computer system is not intended for use in the operation of nuclear facilities, aircraft navigation or communications systems, air traffic control systems, or for any other uses where the failure of the computer system could lead to death, personal injury, or severe environmental damage.Chapter 5 Last, but Not Least 69 Laser Information for Optical Disc Drives The optical disc drive in your computer contains a laser that is safe in normal use but that may be harmful to your eyes if disassembled. For your safety, have this equipment serviced only by an Apple Authorized Service Provider. Important Handling Information Operating environment Operating your MacBook Pro outside these ranges may affect performance:  Operating temperature: 50° to 95° F (10° to 35° C)  Storage temperature: -4° to 113° F (-20° to 45° C)  Relative humidity: 5% to 90% (noncondensing)  Operating altitude: 0 to 10,000 feet (0 to 3048 meters) Turning on your MacBook Pro Never turn on your MacBook Pro unless all of its internal and external parts are in place. Operating the computer when parts are missing may be dangerous and may damage your computer. WARNING: Making adjustments or performing procedures other than those specified in your equipment’s manual may result in hazardous radiation exposure. NOTICE: Failure to follow these handling instructions could result in damage to your MacBook Pro or other property.70 Chapter 5 Last, but Not Least Carrying your MacBook Pro If you carry your MacBook Pro in a bag or briefcase, make sure that there are no loose items (such as paper clips or coins) that could accidentally get inside the computer through vent openings or the optical drive slot or get stuck inside a port. Also, keep magnetically sensitive items away from the MagSafe power port. Using connectors and ports Never force a connector into a port. When connecting a device, make sure the port is free of debris, that the connector matches the port, and that you have positioned the connector correctly in relation to the port. Using the optical drive The SuperDrive in your MacBook Pro supports standard 12 cm (4.7 inch) discs. Irregularly shaped discs or discs smaller than 12 cm (4.7 inches) are not supported. Handling glass parts Your MacBook Pro contains glass components, including the display and trackpad. If they are damaged, don’t use your MacBook Pro until it has been repaired by an Apple Authorized Service Provider.Chapter 5 Last, but Not Least 71 Storing your MacBook Pro If you are going to store your MacBook Pro for an extended period of time, keep it in a cool location (ideally, 71° F or 22° C) and discharge the battery to approximately 50 percent. To maintain the capacity of the battery, recharge the battery to 50 percent every six months or so. Cleaning your MacBook Pro When cleaning the outside of your MacBook Pro and its components, first shut down your MacBook Pro and unplug the power adapter. Then use a damp, soft, lint-free cloth to clean the computer’s exterior. Avoid getting moisture in any openings. Do not spray liquid directly on the computer. Do not use aerosol sprays, solvents, or abrasives that might damage the finish. Cleaning your MacBook Pro screen To clean your MacBook Pro screen, first shut down your MacBook Pro and unplug the power adapter. Then dampen the included cleaning cloth with just water and wipe the screen. Do not spray liquid directly on the screen.72 Chapter 5 Last, but Not Least Understanding Ergonomics Here are some tips for setting up a healthy work environment. Keyboard and Trackpad When you use the keyboard and trackpad, your shoulders should be relaxed. Your upper arm and forearm should form an angle that is slightly greater than a right angle, with your wrist and hand in roughly a straight line. This Not thisChapter 5 Last, but Not Least 73 Use a light touch when typing or using the trackpad and keep your hands and fingers relaxed. Avoid rolling your thumbs under your palms. Change hand positions often to avoid fatigue. Some computer users might develop discomfort in their hands, wrists, or arms after intensive work without breaks. If you begin to develop chronic pain or discomfort in your hands, wrists, or arms, consult a qualified health specialist. External Mouse If you use an external mouse, position the mouse at the same height as the keyboard and within a comfortable reach. Chair An adjustable chair that provides firm, comfortable support is best. Adjust the height of the chair so your thighs are horizontal and your feet are flat on the floor. The back of the chair should support your lower back (lumbar region). Follow the manufacturer’s instructions for adjusting the backrest to fit your body properly. This Not this74 Chapter 5 Last, but Not Least You might have to raise your chair so that your forearms and hands are at the proper angle to the keyboard. If this makes it impossible to rest your feet flat on the floor, you can use a footrest with adjustable height and tilt to make up for any gap between the floor and your feet. Or you can lower the desktop to eliminate the need for a footrest. Another option is to use a desk with a keyboard tray that’s lower than the regular work surface. Built-in Display Adjust the angle of the display to minimize glare and reflections from overhead lights and windows. Do not force the display if you meet resistance. The display is not meant to open past 130 degrees. You can adjust the brightness of the screen when you take the computer from one work location to another, or if the lighting in your work area changes. More information about ergonomics is available on the web: Apple and the Environment Apple Inc. recognizes its responsibility to minimize the environmental impacts of its operations and products. More information is available on the web: www.apple.com/about/ergonomics www.apple.com/environment76 Regulatory Compliance Information Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. L‘utilisation de ce dispositif est autorisée seulement aux conditions suivantes: (1) il ne doit pas produire de brouillage et (2) l’utilisateur du dispositif doit étre prêt à accepter tout brouillage radioélectrique reçu, même si ce brouillage est susceptible de compromettre le fonctionnement du dispositif. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables (including Ethernet network cables) between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices.77 Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc. Corporate Compliance 1 Infinite Loop, MS 26-A Cupertino, CA 95014 Wireless Radio Use This device is restricted to indoor use when operating in the 5.15 to 5.25 GHz frequency band. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the AirPort Extreme technology is below the FCC radio frequency exposure limits. Nevertheless, it is advised to use the wireless equipment in such a manner that the potential for human contact during normal operation is minimized. FCC Bluetooth Wireless Compliance The antenna used with this transmitter must not be colocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. Bluetooth Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Class B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. This device complies with RSS 210 of Industry Canada. Bluetooth Europe—EU Declaration of Conformity This wireless device complies with the R&TTE Directive. Europe—EU Declaration of Conformity The equipment complies with the RF Exposure Requirement 1999/519/EC, Council Recommendation of 12 July 1999 on the limitation of exposure of the general public to electromagnetic fields (0 Hz to 300 GHz). Hereby, Apple Inc. declares that this 802.11a/b/g/n Mini-PCIe card is in compliance with the R&TTE Directive. Complies with European Low Voltage and EMC Directives. See: www.apple.com/euro/compliance Korea Warning Statements Singapore Wireless Certification Taiwan Wireless Statements78 Taiwan Class B Statement VCCI Class B Statement External USB Modem Information When connecting your MacBook Pro to the phone line using an external USB modem, refer to the telecommunications agency information in the documentation that came with your modem. ENERGY STAR® Compliance As an ENERGY STAR® partner, Apple has determined that standard configurations of this product meet the ENERGY STAR® guidelines for energy efficiency. The ENERGY STAR® program is a partnership with electronic equipment manufacturers to promote energy-efficient products. Reducing energy consumption of products saves money and helps conserve valuable resources. This computer is shipped with power management enabled with the computer set to sleep after 10 minutes of user inactivity. To wake your computer, click the mouse or trackpad button or press any key on the keyboard. For more information about ENERGY STAR®, visit: www.energystar.gov 79 Disposal and Recycling Information This symbol indicates that your product must be disposed of properly according to local laws and regulations. When your product reaches its end of life, contact Apple or your local authorities to learn about recycling options. For information about Apple’s recycling program, go to www.apple.com/environment/recycling. Battery Disposal Information Dispose of batteries according to your local environmental laws and guidelines. California: The coin cell battery in the optional Apple Remote contains perchlorates. Special handling and disposal may apply. Refer to: www.dtsc.ca.gov/hazardouswaste/perchlorate Deutschland: Das Gerät enthält Batterien. Diese gehören nicht in den Hausmüll. Sie können verbrauchte Batterien beim Handel oder bei den Kommunen unentgeltlich abgeben. Um Kurzschlüsse zu vermeiden, kleben Sie die Pole der Batterien vorsorglich mit einem Klebestreifen ab. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd.80 Taiwan: European Union—Disposal Information: The symbol above means that according to local laws and regulations your product should be disposed of separately from household waste. When this product reaches its end of life, take it to a collection point designated by local authorities. Some collection points accept products for free. The separate collection and recycling of your product at the time of disposal will help conserve natural resources and ensure that it is recycled in a manner that protects human health and the environment.Looking for Something?82 Looking for Something? Index A AC plug 10 AC power adapter. See power adapter AC power cord 10 adapter, power.See power adapter AirPort Extreme connecting wirelessly 11 problems 58 using 32 AppleCare 62 Apple Hardware Test 55 Apple Remote 33 application freeze 51 applications Front Row 21, 33 iChat 21 iLife 32 Keynote 21 Photo Booth 21 audio in port 25 audio out port 25 B battery disposal 79 general information 30 indicator lights 30 location 21 performance 30 storing 71 battery indicator lights 30, 54 blinking question mark 52 brightness keys 23 built-in speakers 21 button, power 12, 21 C cable modem 11 camera. See iSight carrying your computer 70 changing the desktop 16 password 54 System Preferences 16 checking memory 48 cleaning the screen 71 your computer 71 computer disposal 79 freezes 52 inventory 9 putting to sleep 16 shutting down 16 turning on 12 won’t turn on 53 connecting to a network 11 Control-click 27 controls. See keys cord, power 10 D Dashboard 23 desktop, customizing 16 discs ejecting 55 software installation 60 supported types 70 display external 25 See also screen disposing of batteries 79 disposing of your computer 79 Dock 31 downloading software 59 drive, optical 21 DSL modem 11Looking for Something? 83 E ejecting a disc 55 Energy Saver preferences conserving battery power 30 environmental impact 74 ergonomics 72 Ethernet connecting to 11 port 25 Exposé key 23 external display port 25 external modem 12 F F1 to F12 function keys 23 factory settings 60 Fast-forward key 23 FireWire connections 33 port 25 flashing question mark 52 Force Quit 51 forward delete 27 four-finger swiping 29 Front Row application 21, 33 frozen application 51 function (fn) key 23 G gestures 26 H hand positions 72 headphone port 25 Help, finding answers 31 high-speed USB 25 I iChat application 21 iLife applications 32 infrared (IR) receiver 21 installation instructions memory 44 overview 8 Internet connecting to 11 connection problems 56 inventory of items 9 IP address, sharing 58 IP masquerading 58 iSight video camera 21 K keyboard ergonomics 72 illumination keys 23 media keys 23 shortcuts 27 See also keys Keynote application 21 keys brightness 23 Dashboard 23 Exposé 23 function (fn) 23 keyboard illumination 23 media 23 Media Eject 23 mute 23 volume 23 L lights battery 30, 54 sleep indicator 21 M Mac Help 31 Mac OS X reinstalling 60 website 32 MagSafe power adapter. See power adapter Media Eject key 23 media keys 23 memory checking 48 installing 44 specifications 44 microphone 21 migrating information 14 Migration Assistant 14 Mini DisplayPort 25 modem 1184 Looking for Something? mouse 25, 73 Multi-Touch gestures 26 mute key 23 N network address translation (NAT) 58 network connections 58 Network Diagnostics 56 Network Setup Assistant 56 number, serial 64 O online resources 61 optical drive about 21 supported disc sizes 70 P paging through documents using trackpad 29 password, resetting 54 Photo Booth application 21 pinching to zoom 28 Play/Pause key 23 ports on MacBook Pro 25 power adapter plugging in 67 port 25 using 10 power button 12, 21 power cord 10 PPPoE connections 57 preferences. See System Preferences problems computer freezes 52 computer won’t turn on 51, 53 Internet connection 56 pointer won’t move 51 PPPoE connections 57 screen goes black 54 trouble ejecting a disc 55 trouble using AirPort 58 See also troubleshooting putting your MacBook Pro to sleep 16 Q question mark, flashing 52 R RAM. See memory reinstalling software 60 resetting your password 54 Rewind key 23 right click 27 rotating objects using trackpad 28 S safety general safety instructions 66 power adapter 67 screen cleaning 71 goes black 54 scrolling with two fingers 26 SD card slot 25 SDRAM specifications 44 secondary click 27 secondary click zone 27 security slot 21 Serial ATA (SATA) hard drive 37 serial number, finding 64 service and support 62 shutting down 17 sleep indicator light 21 mode 16 slot-loading optical drive 21 software reinstalling 60 updating 59 Software Update 59 speakers 21 specifications 33 Startup Disk preferences 52 stopping an application 51 your computer 17 storing your computer 71Looking for Something? 85 SuperDrive about 21 supported disc sizes 70 support 62 swiping to move quickly through documents 29 System Preferences customizing the desktop 16 Energy Saver 16 Software Update 59 Startup Disk 52 System Profiler 62 T three-finger swiping 29 trackpad about 21 shortcuts 27 trackpad gestures 26 troubleshooting AirPort 58 AppleCare 62 battery indicator lights 54 computer freezes 52 computer won’t respond 51 computer won’t turn on 53 ejecting a disc 55 hardware problems 55 Internet connection 56 pointer won’t move 51 screen goes black 54 service and support 61 using Mac Help 61 See also problems turning on your MacBook Pro 12 two-finger pinching 28 two-finger rotating 28 typing position 72 U updating software 59 USB connections 33 ports 25 V video, Mini DisplayPort 25 video camera indicator light 21 volume keys 23 W waking your MacBook Pro 16 Z zooming using the trackpad 28K Apple Inc. © 2009 Apple Inc. All rights reserved. Under the copyright laws, this manual may not be copied, in whole or in part, without the written consent of Apple. Every effort has been made to ensure that the information in this manual is accurate. Apple is not responsible for printing or clerical errors. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014 408-996-1010 www.apple.com Apple, the Apple logo, AirPort, AirPort Extreme, Cover Flow, Exposé, FileVault, FireWire, GarageBand, iCal, iChat, iLife, iMovie, iPhoto, iPod, iSight, iTunes, Keynote, Mac, MacBook, Macintosh, Mac OS, MagSafe, Photo Booth, Safari, Spaces, SuperDrive, and Time Machine are trademarks of Apple Inc., registered in the U.S. and other countries. Finder, the FireWire logo, iPhone, iWeb, Multi-Touch, and Spotlight are trademarks of Apple Inc. AppleCare, Apple Store, and iTunes Store are service marks of Apple Inc., registered in the U.S. and other countries. ENERGY STAR® is a U.S. registered trademark. Intel, Intel Core, and Xeon are trademarks of Intel Corp. in the United States and other countries. The Bluetooth® word mark and logos are owned by the Bluetooth SIG, Inc. and any use of such marks by Apple Inc. is under license. Other company and product names mentioned herein are trademarks of their respective companies. Mention of third-party products is for informational purposes only and constitutes neither an endorsement nor a recommendation. Apple assumes no responsibility with regard to the performance or use of these products. Manufactured under license from Dolby Laboratories. “Dolby,” “Pro Logic,” and the double-D symbol are trademarks of Dolby Laboratories. Confidential Unpublished Works, © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. All rights reserved. The product described in this manual incorporates copyright protection technology that is protected by method claims of certain U.S. patents and other intellectual property rights owned by Macrovision Corporation and other rights owners. Use of this copyright protection technology must be authorized by Macrovision Corporation and is intended for home and other limited viewing uses only unless otherwise authorized by Macrovision Corporation. Reverse engineering or disassembly is prohibited. Apparatus Claims of U.S. Patent Nos. 4,631,603, 4,577,216, 4,819,098 and 4,907,093 licensed for limited viewing uses only. Simultaneously published in the United States and Canada. Mac OS X Server Administration des services rÈseau Pour la version 10.3 ou ultÈrieure Apple Computer, Inc. © 2003 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Le détenteur ou l’utilisateur autorisé d’une copie valide du logiciel de Mac OS X Server peut reproduire cette publication dans le but d’apprendre à utiliser le logiciel. Cette publication ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, à des fins commerciales telles que la vente d’exemplaires de cette publication ou la prestation de services d’assistance rémunérés. L’utilisation du logo “clavier” d’Apple (Option+Maj+K) à des fins commerciales, sans le consentement préalable écrit d’Apple, pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale, contraire aux lois en vigueur. Apple, le logo Apple, AirPort, AppleScript, AppleShare, AppleTalk, Mac, Mac OS, Macintosh, Power Mac, Power Macintosh, QuickTime, Sherlock et WebObjects sont des marques déposées d’Apple Computer, Inc., aux États-Unis et dans d’autres pays. Adobe et PostScript sont des marques d’Adobe Systems Incorporated. Java et tous les logos et marques dérivés de Java sont des marques ou des marques déposées de Sun Microsystems, Inc. aux États-Unis et dans d’autres pays. UNIX est une marque déposée aux États-Unis et dans d’autres pays, sous licence exclusive de X/Open Company, Ltd. Remarque : Apple améliore continuellement les performances et le design de ses produits. Il se peut que certaines illustrations de ce manuel soient légèrement différentes de votre version du logiciel. F022-1321 3 1 Table des matières Préface 5 Comment utiliser ce guide ? 5 Contenu du guide 5 Utilisation de ce guide 6 Configuration initiale de Mac OS X Server 6 Aide concernant les tâches de gestion quotidiennes 6 Informations complémentaires Chapitre 1 7 Service DHCP 7 Avant de configurer le service DHCP 10 Configuration initiale du service DHCP 10 Gestion du service DHCP 15 Contrôle du service DHCP 16 Autres sources d’informations Chapitre 2 17 Service DNS 18 Avant de configurer le service DNS 19 Configuration initiale du service DNS 21 Gestion du service DNS 22 Gestion des zones 26 Gestion des enregistrements 29 Contrôle du DNS 31 Sécurisation du serveur DNS 34 Tâches courantes d’administration du réseau utilisant le service DNS 39 Configuration de BIND à l’aide de la ligne de commande 43 Autres sources d’informations Chapitre 3 45 Service de coupe-feu IP 47 Comprendre les filtres de coupe-feu 50 Configuration initiale du service de coupe-feu 51 Gestion du service de coupe-feu 58 Contrôle du service de coupe-feu 60 Exemples pratiques 62 Tâches courantes d’administration réseau utilisant le service de coupe-feu 63 Configuration avancée4 Table des matières 66 Références de ports 69 Autres sources d’informations Chapitre 4 71 Service NAT 71 Démarrage et arrêt du service NAT 72 Configuration du service NAT 72 Contrôle du service NAT 73 Autres sources d’informations Chapitre 5 75 Service VPN 76 VPN et sécurité 77 Avant de configurer le service VPN 77 Gestion du service VPN 80 Contrôle du service VPN 81 Autres sources d’informations Chapitre 6 83 Service NTP 83 Fonctionnement du service NTP 84 Utilisation du service NTP sur votre réseau 84 Configuration du service NTP 85 Configuration du service NTP sur les ordinateurs clients 85 Autres sources d’informations Chapitre 7 87 Gestion de IPv6 88 Services compatibles IPv6 88 Adresses IPv6 dans Admin Serveur 88 Adresses IPv6 90 Autres sources d’informations Glossaire 91 Index 99 5 Préface Comment utiliser ce guide ? Contenu du guide Ce guide est divisé en chapitres qui vous expliquent comment administrer différents services réseau de Mac OS X Server : • Service DHCP • Service DNS • Service de coupe-feu IP • Service NAT • Service VPN • Service NTP • Gestion IPv6 Utilisation de ce guide Chaque chapitre couvre un service réseau particulier. Lisez le chapitre qui correspond au service que vous prévoyez de fournir à vos utilisateurs. Vous y trouverez des informations sur le fonctionnement du service, son utilité, les stratégies d’utilisation, sa configuration initiale et son administration dans le temps. Lisez également les chapitres qui traitent des services avec lesquels vous n’êtes pas familiarisé. Vous constaterez peut-être que certains des services que vous n’aviez pas utilisés jusqu’à présent peuvent vous permettre de gérer votre réseau de manière plus efficace et d’en améliorer les performances pour vos utilisateurs. La plupart des chapitres se terminent par une section appelée “Autres sources d’informations”. Cette section vous dirige vers des sites Web et des documents de référence contenant davantage d’informations sur le service concerné.6 Préface Comment utiliser ce guide ? Configuration initiale de Mac OS X Server Si vous n’avez pas encore installé, puis configuré Mac OS X Server, procédez de suite. • Reportez-vous au document Mac OS X Server Premiers contacts pour la version 10.3 ou ultérieure, fourni avec votre logiciel, pour trouver des instructions sur l’installation et la configuration du serveur. Ce document fournit toutes les informations nécessaires, dans plusieurs environnements, pour démarrer votre serveur, le faire fonctionner et le rendre disponible pour une première utilisation. • Consultez ce guide pour déterminer les services que vous souhaitez perfectionner ou étendre, pour identifier les nouveaux services que vous aimeriez configurer et pour en savoir plus sur les applications de serveur que vous utiliserez au cours de ces activités. • Lisez ensuite les chapitres spécifiques dédiés à la configuration des services qui vous intéressent. Portez une attention toute particulière aux informations figurant dans les sections suivantes : “Présentation générale de la configuration”, “Avant de commencer” et “Configuration initiale”. Aide concernant les tâches de gestion quotidiennes Vous trouverez des instructions étape par étape qui vous permettront de modifier des réglages, de contrôler des services, d’afficher l’historique d’un service ou d’effectuer toute autre tâche d’administration courante en consultant l’aide en ligne disponible dans les applications d’administration de serveur. Même si toutes les tâches d’administration des services réseau sont également expliquées dans le guide d’administration des services réseau, il est parfois plus pratique de rechercher des informations à l’écran via l’aide en ligne lorsque vous utilisez le serveur. Informations complémentaires Outre ce document, vous trouverez également des informations sur Mac OS X Server : • dans Mac OS X Server Premiers contacts pour la version 10.3 ou ultérieure, qui vous explique l’installation et la configuration initiales de votre serveur, • sur le site www.apple.com/server, • dans l’aide en ligne de votre serveur, • dans les fichiers Ouvrez-moi situés sur le CD de votre serveur.1 7 1 Service DHCP Le service DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) vous permet d’administrer les adresses IP et de les distribuer à des ordinateurs clients à partir de votre serveur. Lors de la configuration du serveur DHCP, vous affectez un bloc d’adresses IP qui peuvent être mises à la disposition des clients. Chaque fois qu’un ordinateur client configuré pour utiliser le service DHCP démarre, il recherche le serveur DHCP sur votre réseau. S’il en détecte un, l’ordinateur client demande alors une adresse IP. Le serveur DHCP recherche une adresse IP disponible et l’envoie à l’ordinateur client en indiquant une “période de bail” (durée pendant laquelle l’ordinateur client pourra utiliser cette adresse) et les informations relatives à la configuration. Vous pouvez utiliser le module DHCP d’Admin Serveur pour : • Configurer et administrer le service DHCP. • Créer et administrer des sous-réseaux. • Configurer les options DNS, LDAP et WINS pour des ordinateurs clients. • Visualiser la durée de bail des adresses DHCP. Si votre organisation compte plus d’ordinateurs clients que d’adresses IP, vous avez avantage à utiliser le service DHCP. Les adresses IP sont affectées au cas par cas et lorsqu’elles ne sont pas nécessaires, elles sont mises à la disposition des autres clients. Si nécessaire, vous pouvez utiliser une combinaison d’adresses IP statiques et dynamiques pour votre réseau. Pour plus de détails sur l’affectation statique et dynamique d’adresses IP, consultez la section suivante. Les organisations peuvent profiter des fonctions du service DHCP, telles que la possibilité de définir les options DNS (Domain Name System) et LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) pour des ordinateurs clients sans autre configuration nécessaire sur l’ordinateur client. Avant de configurer le service DHCP Avant d’installer le service DHCP, lisez la présente section pour obtenir des informations sur la création de sous-réseaux, l’affectation d’adresses IP statiques et dynamiques, la localisation de votre serveur sur le réseau et la possibilité d’ignorer des adresses IP réservées.8 Chapitre 1 Service DHCP Création de sous-réseaux Les sous-réseaux sont des regroupements d’ordinateurs se trouvant sur le même réseau afin de simplifier leur administration. Vous pouvez organiser des sous-réseaux à votre convenance. Par exemple, vous pouvez créer des sous-réseaux pour divers groupes dans votre organisation ou différents étages d’un immeuble. Une fois que vous avez regroupé les ordinateurs clients en sous-réseaux, vous pouvez configurer des options pour tous les ordinateurs d’un sous-réseau en une seule fois plutôt que de définir des options pour chaque ordinateur client individuellement. Chaque sousréseau doit disposer d’un mode de connexion aux autres sous-réseaux. Un périphérique appelé routeur permet généralement de relier les sous-réseaux. Affectation dynamique d’adresses IP Avec l’affectation dynamique, une adresse IP est affectée pour une durée limitée (la durée de bail), ou jusqu’à ce que l’ordinateur client n’ait plus besoin de l’adresse IP, selon le cas qui se présente en premier. En utilisant des délais courts, le protocole DHCP peut réaffecter des adresses IP sur les réseaux ayant plus d’ordinateurs que d’adresses IP. Les adresses affectées aux clients d’un réseau VPN (Virtual Private Network) sont distribuées de la même manière que les adresses DHCP, mais ne proviennent pas de la même plage d’adresses qu’elles. Si vous prévoyez d’utiliser un réseau VPN, veillez à laisser quelques adresses DHCP non affectées pour le réseau VPN. Pour en savoir plus sur le réseau VPN, reportez-vous au chapitre 5, “Service VPN”, à la page 75. Utilisation d’adresses IP statiques Les adresses IP statiques sont affectées à un ordinateur ou à un périphérique une seule fois et ne changent pas. Vous pouvez en affecter à des ordinateurs devant assurer une présence Internet continue, tels que les serveurs Web. Les autres périphériques qui doivent être continuellement disponibles pour les utilisateurs du réseau, comme les imprimantes, peuvent également profiter des adresses IP statiques. Les adresses IP statiques doivent être configurées manuellement en saisissant l’adresse IP sur l’ordinateur ou le périphérique auquel l’adresse a été affectée. Les adresses IP statiques configurées manuellement permettent d’éviter les problèmes que certains services peuvent rencontrer avec les adresses DHCP et d’éviter le délai nécessaire à l’affectation des adresses DHCP. N’incluez pas les plages d’adresses IP statiques dans la plage des adresses distribuées par DHCP.Chapitre 1 Service DHCP 9 Localisation du serveur DHCP Lorsqu’un ordinateur client recherche un serveur DHCP, il diffuse un message. Si votre serveur DHCP se trouve sur un sous-réseau différent de celui de l’ordinateur client, vous devez vérifier que les routeurs qui connectent vos sous-réseaux peuvent réexpédier les diffusions du client et les réponses du serveur DHCP. Tout agent ou routeur relais de votre réseau pouvant relayer des communications BootP fonctionnera avec le serveur DHCP. Si vous ne disposez d’aucun moyen pour relayer les communications BootP, vous devez placer le serveur DHCP sur le même sous-réseau que votre ordinateur client. Interaction avec d’autres serveurs DHCP Votre réseau peut comporter d’autres serveurs DHCP, tels que les bornes d’accès AirPort. Mac OS X Server peut cohabiter avec d’autres serveurs DHCP tant que chacun d’eux utilise un pool unique d’adresses IP. Toutefois, vous pouvez souhaiter que votre serveur DHCP fournisse une adresse de serveur LDAP pour la configuration automatique de l’ordinateur client dans les environnements gérés. Les bornes d’accès AirPort ne peuvent pas fournir d’adresse de serveur LDAP. Pour utiliser la fonction de configuration automatique, vous devez donc configurer les bornes d’accès AirPort en mode de pontage Ethernet et régler Mac OS X Server pour qu’il fournisse le service DHCP. Si les bornes d’accès AirPort se trouvent sur des sous-réseaux distincts, vos routeurs doivent être configurés pour réexpédier les diffusions des clients et les réponses du serveur DHCP comme décrit précédemment. Si vous souhaitez proposer le service DHCP avec les bornes d’accès AirPort, vous ne pouvez pas utiliser la fonction de configuration automatique de l’ordinateur client et devez donc saisir manuellement les adresses du serveur LDAP sur les stations de travail clientes. Utilisation de plusieurs serveurs DHCP sur un réseau Plusieurs serveurs DHCP peuvent se trouver sur le même réseau. Toutefois, il est important qu’ils soient correctement configurés pour ne pas interférer entre eux. Chaque serveur doit disposer d’un fonds unique d’adresses IP à distribuer. Affectation d’adresses IP réservées Certaines adresses IP ne peuvent pas être affectées à des hôtes individuels. Il s’agit d’adresses réservées pour des boucles et pour diffusion. Votre FAI ne peut vous affecter des adresses de ce type. Si vous essayez de configurer votre serveur DHCP pour utiliser ce type d’adresses, vous recevrez un avertissement vous indiquant que ces adresses ne sont pas valides, et il vous faudra saisir des adresses valides. Complément d’informations sur le processus DHCP Mac OS X Server utilise un processus démon appelé “bootpd”, qui est responsable de l’affectation des adresses du service DHCP. Pour plus d’informations sur bootpd et ses options de configuration avancées, vous pouvez accéder à sa page man via l’utilitaire Terminal.10 Chapitre 1 Service DHCP Configuration initiale du service DHCP Si vous avez utilisé l’Assistant réglages pour configurer des ports sur votre serveur au moment de l’installation de Mac OS X Server, certaines données DHCP sont déjà configurées. Pour terminer la configuration du service DHCP, vous devez suivre les instructions indiquées dans cette section. Pour chaque étape, vous trouverez un complément d’information sur les réglages à la section “Gestion du service DHCP” à la page 10. Étape 1 : Création de sous-réseaux Les instructions suivantes expliquent comment créer un pool d’adresses IP partagées par les ordinateurs clients sur votre réseau. Vous créez une plage d’adresses partagées pour chaque sous-réseau. Ces adresses sont affectées par le serveur DHCP lorsqu’un client émet une requête. Consultez la section “Création de sous-réseaux dans le service DHCP” à la page 11. Étape 2 : Définition des historiques pour le service DHCP Vous pouvez consigner l’activité et les erreurs du service DHCP afin de contrôler les requêtes et identifier les problèmes de votre serveur. Le service DHCP enregistre des messages de diagnostic dans le fichier historique du système. Pour éviter que ce fichier ne devienne trop volumineux, vous pouvez supprimer la plupart des messages en modifiant les réglages de l’historique dans la fenêtre Consignation des réglages du service DHCP. Pour en savoir plus sur la configuration des historiques pour le service DHCP, consultez la section “Réglage du niveau de détail de l’historique du service DHCP” à la page 15. Étape 3 : Démarrage du service DHCP Consultez la section “Démarrage et arrêt du service DHCP” à la page 10. Gestion du service DHCP Cette section explique comment configurer et gérer le service DHCP sur Mac OS X Server. Cela comprend le démarrage du service, la création de sous-réseaux et la définition de réglages facultatifs tels que LDAP ou DNS pour un sous-réseau. Démarrage et arrêt du service DHCP Procédez comme suit pour démarrer ou arrêter le service DHCP. Au moins un sousréseau doit être créé et activé. Pour démarrer ou arrêter le service DHCP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Vérifiez qu’au moins une interface réseau et sous-réseau est configurée et sélectionnée. 3 Cliquez sur Démarrer le service ou Arrêter le service.Chapitre 1 Service DHCP 11 Lorsque le service est activé, le bouton Arrêter le service est disponible. Création de sous-réseaux dans le service DHCP Les sous-réseaux sont des regroupements d’ordinateurs clients sur le même réseau, qui peuvent être organisés par emplacement (différents étages d’un immeuble, par exemple) ou par utilisation (tous les élèves de 3e, par exemple). Chaque sous-réseau possède au moins une plage d’adresses IP. Pour créer un sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Cliquez sur Ajouter ou double-cliquez sur un sous-réseau existant. 5 Sélectionnez l’onglet Général. 6 Saisissez un nom descriptif pour le nouveau sous-réseau (facultatif). 7 Saisissez une adresse IP de début et de fin pour la plage de ce sous-réseau. Les adresses doivent être contiguës et ne peuvent empiéter sur les plages d’autres sous-réseaux. 8 Saisissez le masque de sous-réseau pour la plage d’adresses du réseau. 9 Choisissez l’Interface du réseau dans le menu local. 10 Saisissez l’adresse IP du routeur de ce sous-réseau. Si le serveur que vous êtes en train de configurer est le routeur du sous-réseau, saisissez l’adresse IP interne LAN de ce serveur comme adresse du routeur. 11 Définissez la durée du bail en heures, jours, semaines ou mois. 12 Si vous souhaitez définir des informations DNS, LDAP ou WINS pour ce sous-réseau, saisissez-les maintenant. Pour plus d’informations, consultez les sections “Réglage du serveur DNS pour un sousréseau DHCP” à la page 12, “Configuration des options LDAP pour un sous-réseau” à la page 13 et “Configuration des options WINS pour un sous-réseau” à la page 14. 13 Cliquez sur Enregistrer. Modification des réglages des sous-réseaux dans le service DHCP Utilisez Admin Serveur pour modifier les réglages d’un sous-réseau DHCP existant. Vous pouvez modifier la plage d’adresses IP, le masque de sous-réseau, l’interface réseau, le routeur ou la durée du bail. Pour modifier les réglages du sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages.12 Chapitre 1 Service DHCP 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Sélectionnez un sous-réseau. 5 Cliquez sur Modifier. 6 Effectuez les changements souhaités. Ces changements peuvent inclure l’ajout d’informations sur DNS, LDAP ou WINS. Vous pouvez également redéfinir des plages d’adresses ou rediriger l’interface réseau qui répond aux requêtes DHCP. 7 Cliquez sur Enregistrer. Suppression de sous-réseaux du service DHCP Vous pouvez supprimer des sous-réseaux et des plages d’adresses IP de sous-réseaux qui ne seront plus distribuées aux clients. Pour supprimer des sous-réseaux ou des plages d’adresses : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez un sous-réseau. 4 Cliquez sur Supprimer. 5 Cliquez sur Enregistrer pour confirmer la suppression. Modification de la durée du bail des adresses IP d’un sous-réseau Vous pouvez modifier la durée pendant laquelle les adresses IP d’un sous-réseau sont disponibles pour les ordinateurs clients. Pour changer la durée de bail d’une plage d’adresses de sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Sélectionnez une plage de sous-réseau et cliquez sur Modifier. 5 Sélectionnez l’onglet Général. 6 Sélectionnez une échelle de temps dans le menu local Durée du bail (heures, jours, semaines ou mois). 7 Saisissez un nombre dans le champ Durée du bail. 8 Cliquez sur Enregistrer. Réglage du serveur DNS pour un sous-réseau DHCP Vous pouvez choisir les serveurs DNS et le nom du domaine par défaut qu’un sousréseau doit utiliser. Le service DHCP fournit ces informations aux ordinateurs clients du sous-réseau.Chapitre 1 Service DHCP 13 Pour définir des options DNS pour un sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Sélectionnez un sous-réseau et cliquez sur Modifier. 5 Sélectionnez l’onglet DNS. 6 Saisissez le domaine par défaut du sous-réseau. 7 Saisissez les adresses IP des serveurs de noms principal et secondaire que vous souhaitez que les clients DHCP utilisent. 8 Cliquez sur Enregistrer. Configuration des options LDAP pour un sous-réseau Vous pouvez utiliser DHCP pour fournir à vos clients des informations sur le serveur LDAP au lieu d’effectuer une configuration manuelle pour chacun d’eux. L’ordre d’apparition des serveurs LDAP détermine l’ordre de recherche dans la règle de recherche automatique Open Directory. Si vous utilisez actuellement ce Mac OS X Server comme serveur maître LDAP, les options LDAP contiennent déjà les informations de configuration nécessaires. Si votre serveur maître LDAP est une autre machine, vous devez connaître le nom de domaine ou l’adresse IP de la base de données LDAP que vous souhaitez utiliser. Vous devez également connaître la base de recherche LDAP. Pour définir les options LDAP d’un sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Sélectionnez un sous-réseau et cliquez sur Modifier. 5 Cliquez sur l’onglet LDAP. 6 Saisissez le nom de domaine ou l’adresse IP du serveur LDAP pour ce sous-réseau. 7 Saisissez la base de recherche pour les recherches LDAP. 8 Saisissez le numéro de port LDAP, si vous utilisez un port non standard. 9 Sélectionnez LDAP via SSL, si nécessaire. 10 Cliquez sur Enregistrer.14 Chapitre 1 Service DHCP Configuration des options WINS pour un sous-réseau Vous pouvez fournir des informations complémentaires aux ordinateurs clients exécutant Windows dans un sous-réseau en ajoutant les réglages spécifiques de Windows aux données de configuration du réseau DHCP. Ces réglages spécifiques de Windows permettent aux clients Windows de parcourir leur Voisinage réseau. Vous devez connaître le nom de domaine ou l’adresse IP des serveurs principal et secondaire WINS/NBNS (il s’agit généralement de l’adresse IP du serveur DHCP), ainsi que le type de noeud NBT (qui est généralement “diffusion”). Le serveur NBDD et l’identifiant (ID) d’étendue NetBios ne sont généralement pas utilisés, mais vous en aurez peut-être besoin, selon la configuration de vos ordinateurs clients Windows et de l’infrastructure réseau de Windows. Pour définir les options WINS pour un sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Sélectionnez un sous-réseau et cliquez sur Modifier. 5 Cliquez sur l’onglet WINS. 6 Saisissez le nom de domaine ou l’adresse IP des serveurs principal et secondaire WINS/NBNS pour ce sous-réseau. 7 Saisissez le nom de domaine ou l’adresse IP du serveur NBDD pour ce sous-réseau. 8 Choisissez le type de noeud NBT dans le menu local. 9 Saisissez l’identifiant (ID) d’étendue NetBIOS. 10 Cliquez sur Enregistrer. Désactivation temporaire des sous-réseaux Vous pouvez suspendre temporairement un sous-réseau sans perdre ses réglages. Cela signifie qu’aucune adresse IP de la plage du sous-réseau ne sera distribuée à un client sur l’interface sélectionnée. Pour désactiver un sous-réseau : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Sous-réseaux. 4 Désélectionnez la case “Activer” à côté du sous-réseau que vous souhaitez désactiver.Chapitre 1 Service DHCP 15 Contrôle du service DHCP Vous aurez besoin de contrôler le service DHCP. Vous avez deux possibilités pour contrôler le service DHCP. Premièrement, vous pouvez consulter la liste des clients ; deuxièmement, vous pouvez contrôler les fichiers d’historique générés par le service. Ces historiques peuvent vous aider à résoudre les problèmes réseau. Les sections suivantes traitent de ces modes de contrôle du service DHCP. Affichage de la vue d’ensemble de l’état du service DHCP La vue d’ensemble de l’état du service DHCP propose un récapitulatif sommaire de ce dernier. Elle indique si le service est actif ou non, le nombre de clients qu’il comporte et l’heure à laquelle il a démarré. Il indique également le nombre d’adresses IP affectées de manière statique depuis vos sous-réseaux, ainsi que la date de la dernière mise à jour de la base de données clients. Pour afficher la vue d’ensemble : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur le bouton Vue d’ensemble. Réglage du niveau de détail de l’historique du service DHCP Vous pouvez choisir le niveau de détail souhaité pour les historiques du service DHCP. • “Faible (erreurs uniquement)” indiquera les cas où vous devez intervenir immédiatement (par exemple, si le serveur DHCP ne démarre pas). Ce niveau correspond au rapport de bootpd en mode “quiet” (silencieux), identifié par l’indicateur “-q”. • “Moyen (erreurs et messages)” peut vous avertir lorsque des données sont incohérentes, mais que le serveur DHCP peut encore fonctionner. Ce niveau correspond au rapport par défaut de bootpd. • “Élevé (tous les événements)” enregistre toute l’activité du service DHCP, y compris les fonctions routines. Ce niveau correspond au rapport de bootpd en mode “verbose” (maximal), identifié par l’indicateur “-v”. Pour configurer le niveau de détail de l’historique : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Choisissez l’option de consignation souhaitée. 5 Cliquez sur Enregistrer. Visualisation des entrées d’historique du service DHCP Si vous avez activé la consignation pour le service DHCP, vous pouvez consulter l’historique système pour connaître les erreurs DHCP.16 Chapitre 1 Service DHCP Pour afficher des entrées d’historique DHCP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Historique. Visualisation de la liste des clients DHCP La fenêtre Clients DHCP fournit les informations suivantes pour chaque client : • L’adresse IP fournie au client. • Le nombre de jours restant pour la durée du bail tant qu’il n’est pas inférieur à 24 heures ; ensuite, le nombre d’heures et de minutes. • L’identifiant du client DHCP. Il correspond en général, mais pas systématiquement, à l’adresse matérielle. • Le nom de l’ordinateur. • L’identifiant Ethernet. Pour afficher la liste des clients DHCP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DHCP dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Clients. Cliquez sur un en-tête de colonne pour trier la liste selon divers critères. Autres sources d’informations Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site www.faqs.org/rfcs Pour des informations détaillées sur le service DHCP, consultez le RFC 2131. Pour plus d’informations sur bootpd et ses options de configuration avancées, consultez la page man de bootpd.2 17 2 Service DNS Lorsque vos clients cherchent à se connecter à une ressource réseau, telle qu’un serveur Web ou un serveur de fichiers, ils utilisent en général son nom de domaine (comme www.exemple.com) plutôt que son adresse IP (comme 192.168.12.12). Le système DNS (Domain Name System) est une base de données distribuée mappant des adresses IP vers des noms de domaines afin que vos clients localisent les ressources par leur nom plutôt que par leur adresse numérique. Un serveur DNS met à jour la liste des noms de domaines et des adresses IP associées à chaque nom. Lorsqu’un ordinateur a besoin de l’adresse IP correspondant à un nom, il envoie un message au serveur DNS (également appelé serveur de noms). Le serveur de noms cherche l’adresse IP et la renvoie à l’ordinateur. Si le serveur de noms ne trouve pas l’adresse IP en local, il envoie des messages à d’autres serveurs de noms sur Internet pour l’obtenir. Le processus de configuration et de maintenance d’un serveur DNS est complexe. C’est pourquoi de nombreux administrateurs font appel à leur fournisseur d’accès à Internet (FAI) pour les services DNS. Si tel est le cas, il ne vous reste plus qu’à configurer vos préférences réseau avec l’adresse IP du serveur de noms que votre fournisseur vous a indiquée. Si votre fournisseur ne peut pas traiter les demandes DNS pour votre réseau et que l’une des affirmations suivantes se vérifie, vous devez configurer le service DNS : • Vous n’avez pas la possibilité d’utiliser le service DNS de votre FAI ou tout autre source. • Vous envisagez de modifier souvent l’espace de noms et voulez le gérer vous-même. • Vous disposez d’un serveur de courrier sur votre réseau et rencontrez des problèmes de coordination avec le fournisseur chargé de votre domaine. Mac OS X Server utilise Berkeley Internet Name Domain (BIND v.9.2.2) pour l’implémentation des protocoles DNS. BIND est une implémentation open source utilisée par la majorité des serveurs de noms sur Internet.18 Chapitre 2 Service DNS Avant de configurer le service DNS Cette section comporte des informations dont il est recommandé de tenir compte avant de configurer le service DNS sur votre réseau. Les problèmes qu’implique l’administration DNS sont aussi complexes que nombreux. La configuration du service DNS sur un réseau doit être effectuée uniquement par un administrateur DNS expérimenté. Vous pouvez envisager de créer un compte de messagerie appelé “hostmaster” pour recevoir le courrier et l’envoyer à la personne qui fait fonctionner le serveur DNS sur votre site. Cela permet aux utilisateurs et aux autres administrateurs DNS de vous contacter au sujet de problèmes liés au service DNS. DNS et BIND Vous devez maîtriser complètement ce domaine avant de configurer votre propre serveur DNS. Pour vous documenter sur le DNS, lisez DNS and BIND, 4ème édition, de Paul Albitz et Cricket Liu (O’Reilly and Associates, 2001). Remarque : Apple peut vous aider à trouver un conseiller réseau pour implémenter votre service DNS. Vous pouvez prendre contact avec Apple Professional Services et Apple Consultants Network sur le Web à l’adresse www.apple.com/services/ ou www.apple.com/consultants Configuration de plusieurs serveurs de noms Vous devez configurer au moins un serveur de noms principal et un autre secondaire. De cette manière, le serveur de noms secondaire peut prendre la relève au cas où le serveur de noms principal s’arrête subitement. Un serveur secondaire obtient des données du serveur principal en copiant régulièrement toutes les informations sur le domaine de ce dernier. Une fois que le serveur de noms obtient le couple nom/adresse d’un hôte dans un autre domaine (c’est-à-dire en dehors du domaine qu’il dessert), les informations sont mises en cache afin de garantir que les adresses IP des noms récemment résolus sont stockées pour une utilisation ultérieure. Les informations DNS sont en général mises en cache sur votre serveur de noms pour une durée déterminée, désignée par la valeur time-to-live (TTL). Lorsque la valeur TTL d’un couple nom de domaine/adresse IP est arrivée à expiration, l’entrée correspondante est supprimée de la mémoire cache du serveur de noms. Votre serveur redemande alors les informations dont il a besoin.Chapitre 2 Service DNS 19 Configuration initiale du service DNS Si vous utilisez un serveur de noms DNS externe et avez entré son adresse IP dans l’Assistant réglages, vous n’avez rien d’autre à faire. Si vous configurez votre propre serveur DNS, suivez les étapes décrites dans cette section. Étape 1 : Enregistrement de votre nom de domaine L’enregistrement d’un nom de domaine est géré par une organisation centralisée nommée IANA (Internet Assigned Numbers Authority). IANA garantit l’unicité des noms de domaines à travers Internet (consultez la page www.iana.org pour en savoir plus). Si vous n’enregistrez pas votre nom de domaine, votre réseau ne pourra pas communiquer sur Internet. Une fois le nom de domaine enregistré, vous pouvez créer des sous-domaines si votre serveur DNS est configuré sur votre réseau pour effectuer le suivi des noms et des adresses IP des sous-domaines. Par exemple, si vous enregistrez le nom de domaine “exemple.com”, vous pouvez créer les sous-domaines “hôte1.exemple.com”, “courrier.exemple.com” ou “www.exemple.com”. Le serveur d’un sous-domaine peut s’appeler “principal.www.exemple.com” ou “sauvegarde.www.exemple.com”. Le serveur DNS pour exemple.com assure le suivi des informations pour ses sous-domaines, telles que les noms d’hôtes (ou d’ordinateurs), les adresses IP statiques, les alias et les échangeurs de courrier. Si votre FAI gère votre service DNS, vous devrez l’informer de toutes les modifications apportées à votre espace de noms, y compris l’ajout de sous-domaines. La plage d’adresses IP utilisées pour un domaine donné doit être clairement précisée avant la configuration. Ces adresses sont uniquement utilisées pour un domaine spécifique (et jamais par un autre domaine ou sous-domaine). La plage d’adresses doit être communiquée à votre administrateur réseau ou fournisseur d’accès. Étape 2 : Formation et planification Si c’est la première fois que vous travaillez avec le DNS, vous devez apprendre et comprendre les concepts, les outils et les fonctions DNS de Mac OS X Server et de BIND. Reportez-vous à la section “Autres sources d’informations”, à la page 43. Ensuite, planifiez votre service DNS. Vous pouvez vous poser les questions suivantes lors de la planification : • Avez-vous réellement besoin d’un serveur DNS local ? Votre FAI fournit-il le service DNS ? Pourriez-vous utiliser les noms Rendezvous à la place ? • De combien de serveurs aurez-vous besoin en cas de chargement anticipé ? De combien de serveurs aurez-vous besoin pour les sauvegardes ? Ainsi, vous devrez désigner un second, voire un troisième ordinateur pour le service DNS de sauvegarde. • Quelle est votre stratégie de sécurité en cas d’utilisation illicite ?20 Chapitre 2 Service DNS • À quelle fréquence devez-vous programmer les inspections ou tests périodiques des enregistrements DNS pour vérifier l’intégrité des données ? • Combien de services ou de périphériques (comme un site Web intranet ou une imprimante réseau) auront-ils besoin d’un nom ? • Quelle méthode allez-vous utiliser pour configurer le DNS ? Il existe deux façons de configurer le service DNS sur Mac OS X Server. La première (recommandée) consiste à configurer le service DNS en utilisant Admin Serveur. Pour plus d’informations, reportez-vous à la section “Gestion du service DNS” à la page 21 pour les instructions. La seconde façon de configurer le DNS consiste à modifier le fichier de configuration de BIND. BIND est le jeu de programmes utilisé par Mac OS X Server qui implémente le DNS. L’un de ces programmes est le démon des noms ou named. Pour installer et configurer BIND, vous devez modifier le fichier de configuration et le fichier de zone. Le fichier de configuration se trouve dans le fichier suivant : /etc/named.conf Le nom du fichier de zone est créé à partir du nom de la zone. Ainsi, le fichier de zone “exemple.com” se trouve dans le fichier suivant : /var/named/exemple.com.zone Pour plus de détails, consultez la section “Configuration de BIND à l’aide de la ligne de commande” à la page 39. Étape 3 : Configuration des réglages de base du DNS Pour plus d’informations, consultez la section “Gestion du service DNS” à la page 21. Étape 4 : Création d’une zone DNS Utilisez Admin Serveur pour configurer des zones DNS. Pour obtenir des instructions, consultez la section “Gestion des zones” à la page 22. Après avoir ajouté une zone maîtresse, Admin Serveur crée automatiquement un enregistrement NS portant le même nom que la SOA (Source of Authority). Étape 5 : Ajout d’enregistrements Adresse et autres à la zone Utilisez Admin Serveur pour ajouter des enregistrements à votre Zone. Créez un enregistrement Adresse pour tous les ordinateurs ou périphériques (imprimante, serveur de fichiers, etc.) possédant une adresse IP statique et ayant besoin d’un nom. Lorsque vous créez un enregistrement A, vous avez la possibilité de demander la création d’un enregistrement de recherche inverse et de la zone correspondante. Pour obtenir des instructions, consultez la section “Gestion des enregistrements” à la page 26.Chapitre 2 Service DNS 21 Étape 6 : Configuration d’un enregistrement MX (Mail Exchange, facultatif) Si vous proposez un service de courrier sur Internet, vous devez configurer un enregistrement MX pour votre serveur. Pour plus de détails, consultez la section “Configuration des enregistrements MX” à la page 34. Étape 7 : Configuration de la zone de recherche inverse (facultatif) Chaque fois que vous créez une zone, Mac OS X Server crée une zone de recherche inverse. Les zones de recherche inverse convertissent les adresses IP en noms de domaine, alors que les recherches normales convertissent les noms de domaine en adresses IP. Si vous n’avez pas demandé la création des enregistrements de recherche inverse lors de la création initiale de vos enregistrements A, vous devrez probablement configurer votre zone de recherche inverse après sa création. Étape 8 : Démarrage du service DNS Mac OS X Server offre une interface simple pour démarrer et arrêter le service DNS. Pour plus d’informations, consultez la section “Démarrage et arrêt du service DNS” à la page 21. Gestion du service DNS Mac OS X Server offre une interface simple pour démarrer et arrêter le service DNS et visualiser les historiques et les états. Les réglages DNS de base peuvent être configurés à l’aide d’Admin Serveur. Les fonctions plus avancées nécessitent la configuration du BIND à partir de la ligne de commande et ne sont pas traitées dans ce manuel. Démarrage et arrêt du service DNS Procédez comme suit pour démarrer ou arrêter le service DNS. N’oubliez pas de redémarrer le service DNS après chaque modification du service DNS effectuée dans Admin Serveur. Pour démarrer ou arrêter le service DNS : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Assurez-vous qu’au moins une Zone et sa zone de recherche inverse sont créées et entièrement configurées. 3 Cliquez sur Démarrer le service ou Arrêter le service. Le démarrage et l’arrêt du service peuvent prendre un instant. Activation ou désactivation des transferts de zone Dans le DNS (Domain Name System), le “transfert de zone” permet de dupliquer les données de zone sur les serveurs DNS de référence. Les serveurs DNS secondaires (“esclaves”) utilisent les transferts de zone pour acquérir leurs données sur les serveurs DNS principaux (“maîtres”). Les transferts de zone doivent être activés pour utiliser les serveurs DNS secondaires. 22 Chapitre 2 Service DNS Pour activer ou désactiver le transfert de zone : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez ou désélectionnez Autoriser les transferts de zone, selon le cas. Activation ou désactivation de la récursion La récursion est un procédé permettant de résoudre complètement les noms de domaine en adresses IP. Les applications des utilisateurs dépendent du serveur DNS pour l’exécution de cette fonction. Les autres serveurs DNS qui lancent des requêtes sur le vôtre n’ont pas à effectuer la récursion. Pour empêcher des utilisateurs malveillants de corrompre les enregistrements de la zone maîtresse (“corruption de cache” ou “cache poisoning”) ou de favoriser une utilisation illicite du service DNS, vous pouvez désactiver la récursion. Toutefois, si vous l’arrêtez, vos propres utilisateurs ne pourront plus utiliser le service DNS pour rechercher des noms en dehors de vos zones. Vous ne devez donc désactiver la récursion que si aucun client n’utilise ce serveur DNS pour la résolution de noms et qu’aucun serveur ne l’utilise pour les réexpédier. Pour activer ou désactiver la récursion : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez ou désélectionnez Autoriser la récursion, selon le cas. Si vous choisissez d’activer la récursion, vous avez la possibilité de la désactiver pour les adresses IP externes, mais de l’activer pour les adresses IP du réseau LAN, en modifiant le fichier named.conf de BIND. Pour plus d’informations, reportez-vous à la documentation de BIND. Gestion des zones Les zones sont l’élément de base de l’organisation du système de nom de domaine (DNS). Les zones contiennent des enregistrements et sont définies en fonction de leur mode d’acquisition de ces enregistrements et de leur mode de réponse aux requêtes DNS. Il existe trois sortes de zones : Maîtresse Une zone maîtresse possède la copie maîtresse des enregistrements de la zone et fournit les réponses officielles aux requêtes de recherche.Chapitre 2 Service DNS 23 Esclave Une zone esclave correspond à une copie de la zone maîtresse stockée sur un serveur de noms esclave ou secondaire. Chaque zone esclave conserve une liste des maîtres qu’elle contacte pour recevoir les mises à jour des enregistrements de la zone maîtresse. Les esclaves doivent être configurés pour demander la copie des données de la zone maîtresse. Les zones esclaves utilisent les transferts de zone pour obtenir ces copies. Les serveurs de noms esclaves peuvent traiter les requêtes de recherche comme les serveurs maîtres. L’utilisation de plusieurs zones esclaves liées à une seule zone maîtresse vous permet de répartir la charge des requêtes DNS entre plusieurs ordinateurs et de garantir que les requêtes de recherche obtiennent une réponse lorsque le serveur de noms maître est hors service. Les zones esclaves disposent également d’un intervalle d’actualisation. Celui-ci détermine la fréquence à laquelle les zones esclaves vérifient si des modifications ont été apportées à la zone maîtresse. Vous pouvez modifier l’intervalle d’actualisation de la zone en utilisant le fichier de configuration de BIND. Pour plus d’informations, reportezvous à la documentation de BIND. Réexpédition Une zone de réexpédition transfère toutes les requêtes de recherche destinées à cette zone vers d’autres serveurs DNS. Les zones de réexpédition n’effectuent pas de transferts de zone. Bien souvent, les serveurs de zones de réexpédition sont utilisés pour offrir les services DNS à un réseau privé situé derrière un coupe-feu. Dans ce cas, le serveur DNS doit avoir accès à Internet et à un autre serveur DNS situé en dehors du coupe-feu. Ajout d’un zone maîtresse Une zone maîtresse possède la copie maîtresse des enregistrements de la zone et fournit les réponses officielles aux requêtes de recherche. Après avoir créé la zone maîtresse, Admin Serveur crée automatiquement un enregistrement NS portant le même nom que la SOA (Source of Authority). Pour ajouter une zone maîtresse : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Cliquez sur Ajouter sous la liste Zones. 5 Saisissez un nom de zone. Le nom de zone doit être suivi d’un point : “exemple.com”. 6 Choisissez Maîtresse dans le menu local Type de zone. 7 Saisissez le nom d’hôte de la SOA du domaine.24 Chapitre 2 Service DNS Si cet ordinateur est le serveur de noms officiel du domaine, saisissez le nom d’hôte de l’ordinateur (suivi d’un point final). Par exemple, “sdn.exemple.com.” 8 Saisissez l’adresse électronique de l’administrateur de la zone. L’adresse électronique doit comporter un point à la place du “@” et doit également être suivie d’un point final. Par exemple, l’adresse électronique “admin@exemple.com” doit être saisie comme suit : “admin.exemple.com.” (n’oubliez pas le point final). 9 Cliquez sur OK, puis sur Enregistrer. Ajout d’une zone esclave Une zone esclave est une copie de la zone maîtresse stockée sur un serveur de noms esclave ou secondaire. Les esclaves doivent être configurés pour demander la copie des données de la zone maîtresse. Les zones esclaves utilisent les transferts de zone pour obtenir ces copies. Pour ajouter une zone esclave : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Cliquez sur Ajouter sous la liste Zones. 5 Saisissez un nom de zone. Le nom de zone doit être suivi d’un point : “exemple.com”. 6 Choisissez Esclave dans le menu local Type de zone. 7 Cliquez sur OK. 8 Cliquez sur Ajouter sous la fenêtre “Serveurs maîtres pour sauvegarde”. 9 Saisissez les adresses IP des serveurs maîtres de cette zone. 10 Cliquez sur Enregistrer.Chapitre 2 Service DNS 25 Ajout d’une zone de réexpédition Une zone de réexpédition transfère toutes les requêtes de recherche vers d’autres serveurs DNS. Pour ajouter une zone de réexpédition : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Cliquez sur Ajouter sous la liste Zones. 5 Saisissez un nom de zone. Le nom de zone doit être suivi d’un point : “exemple.com.” 6 Choisissez le type de zone Réexpédition dans le menu local Type de zone. 7 Cliquez sur OK. 8 Cliquez sur Ajouter sous la fenêtre “Serveurs de réexpédition pour fwd”. 9 Saisissez les adresses IP des serveurs maîtres de cette zone. 10 Cliquez sur Enregistrer. Duplication d’une zone Vous pouvez créer une copie d’une zone existante sur le même ordinateur. Cette action peut vous permettre d’accélérer la configuration de plusieurs zones. Pour dupliquer une zone : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Cliquez sur le bouton Dupliquer sous la liste Zones. 5 Si vous le souhaitez, double-cliquez sur la zone nouvellement dupliquée pour modifier le nom de la zone, la SOA ou l’adresse électronique de l’administrateur. 6 Cliquez sur Enregistrer.26 Chapitre 2 Service DNS Modification d’une zone Cette section décrit la modification d’un type de zone et de ses réglages, mais pas celle des enregistrements d’une zone. Vous devrez peut-être modifier l’adresse électronique de l’administrateur, le type ou le nom de domaine d’une zone. Pour modifier une zone : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Cliquez sur le bouton Modifier sous la liste Zones. 5 Modifiez le nom, le type ou l’adresse électronique de l’administrateur de la zone, selon le cas. Pour plus d’informations sur les types de zones, reportez-vous à la section “Gestion des zones” à la page 22. 6 Cliquez sur OK, puis sur Enregistrer. Suppression d’une zone Cette section explique comment supprimer une zone existante. Cette action supprime la zone et tous les enregistrements qui lui sont associés. Pour supprimer une zone : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Cliquez sur le bouton Supprimer sous la liste Zones. 5 Cliquez sur Enregistrer pour confirmer la suppression. Gestion des enregistrements Chaque zone contient un certain nombre d’enregistrements. Ces enregistrements sont demandés lorsqu’un ordinateur client doit convertir un nom de domaine (comme www.exemple.com) en numéro IP. Les navigateurs Web, les clients de messagerie et autres applications réseau se fient aux enregistrements de la zone pour s’adresser au serveur adéquat. Les enregistrements de la zone maîtresse seront consultés par d’autres utilisateurs qui cherchent à se connecter à vos services réseau via Internet. Il existe plusieurs sortes d’enregistrements DNS. Les enregistrements qui peuvent être configurés par l’interface utilisateur d’Admin Serveur sont : • Adresse (A) : stocke l’adresse IP associée à un nom de domaine.Chapitre 2 Service DNS 27 • Nom canonique (CNAME) : stocke le “nom réel” d’un serveur lorsque celui-ci possède un “surnom” ou alias. Le serveur “courrier.apple.com”, par exemple, peut avoir comme nom canonique “SrvCourrier473.apple.com”. • Échangeur de courrier (MX) : contient le nom de domaine de l’ordinateur utilisé pour le courrier électronique d’une zone. • Serveur de noms (NS) : contient le serveur de noms de référence pour une zone donnée. • Pointeur (PTR) : contient le nom de domaine d’une adresse IP donnée (recherche inverse). • Texte (TXT): contient une chaîne de texte en réponse à une requête DNS. Si vous avez besoin d’accéder à d’autres types d’enregistrements, il vous faudra modifier manuellement les fichiers de configuration de BIND. Pour plus de détails, reportez-vous à la documentation de BIND. Ajout d’un enregistrement à une zone Vous devez ajouter des enregistrements pour chaque nom de domaine (exemple.com) et nom de sous-domaine (machine.exemple.com) dont la zone DNS maîtresse est responsable. Vous ne devez pas ajouter d’enregistrements pour les noms de domaine que cette zone ne contrôle pas. Pour ajouter un enregistrement : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Sélectionnez la Zone à laquelle cet enregistrement doit être ajouté. 5 Cliquez sur le bouton Ajouter sous la liste Enregistrements. 6 Sélectionnez un type d’enregistrement dans le menu local Type. 7 Dans le premier champ, saisissez le nom de domaine totalement qualifié. Le nom de domaine doit être suivi d’un point final : “exemple.com.” Si vous créez un enregistrement PTR, saisissez l’adresse IP à la place. Si vous créez un enregistrement TXT, saisissez la chaîne de texte voulue. 8 Dans le second champ, pour les types d’enregistrements suivants, saisissez : • Enregistrements A : l’adresse IP. • Enregistrements AAAA : l’adresse IPv6. • Enregistrements C-NAME : le nom réel de l’ordinateur. • Enregistrements MX : le nom (suivi d’un point final) ou l’adresse IP de l’échangeur de courrier du domaine. • Enregistrements PTR : le nom de domaine complet suivi d’un point final.28 Chapitre 2 Service DNS 9 Si vous créez un enregistrement A, sélectionnez “Créer un enregistrement de mappage inverse” pour créer automatiquement l’enregistrement PTR correspondant. 10 Cliquez sur OK, puis sur Enregistrer. Modification d’un enregistrement dans une zone Si vous modifiez fréquemment l’espace de noms du domaine, il vous faudra mettre à jour les enregistrements DNS après chaque modification de l’espace de noms. Une mise à niveau du matériel ou tout ajout à un nom de domaine peuvent également nécessiter la mise à jour des enregistrements DNS. Pour modifier un enregistrement : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Sélectionnez la zone dans laquelle cet enregistrement va être modifié. 5 Double-cliquez sur l’enregistrement à modifier ou sélectionnez l’enregistrement et cliquez sur le bouton Modifier. 6 Apportez les modifications nécessaires à l’enregistrement. Vous pouvez modifier le nom d’hôte, le type d’enregistrement ou le numéro IP. 7 Cliquez sur OK. Suppression d’un enregistrement d’une zone Vous devez supprimer les enregistrements lorsqu’un nom de domaine n’est plus associé à une adresse valide. Pour supprimer un enregistrement : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Sélectionnez la zone dans laquelle cet enregistrement va être supprimé. 5 Sélectionnez l’enregistrement à supprimer. 6 Cliquez sur le bouton Supprimer sous la liste Enregistrements. 7 Cliquez sur Enregistrer pour confirmer la suppression.Chapitre 2 Service DNS 29 Contrôle du DNS Il est conseillé de contrôler l’état du DNS pour régler les problèmes de résolution de noms, vérifier la fréquence d’utilisation du service DNS ou encore vérifier que le service DNS n’est pas utilisé de façon malveillante ou illicite. Cette section traite des tâches de contrôle courantes du service DNS. Affichage de l’état du service DNS Vous pouvez consulter la fenêtre État du DNS pour voir : • Si le service est actif. • La version de BIND (le logiciel sous-jacent du DNS) utilisée. • L’heure de démarrage et d’arrêt du service. • Le nombre de zones affectées. Pour afficher l’état du service DNS : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur le bouton Vue d’ensemble pour consulter des informations générales sur le service DNS. Affichage de l’activité du service DNS Vous pouvez consulter la fenêtre État du DNS pour voir : • Le nombre de transferts en cours et reportés. • Si le service charge le fichier de configuration. • Si le service s’amorce. • Si la consignation de requêtes est ou non activée. • Le nombre de requêtes SOA (Start of Authority) en cours. Pour afficher l’activité du service DNS : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Activité pour visualiser les opérations en cours d’exécution. Affichage des entrées d’historique DNS Le service DNS crée des entrées dans l’historique système pour les messages d’erreur et d’alerte. Pour afficher des entrées d’historique DNS : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Historique. Modification du niveau de détail de l’historique DNS Vous pouvez changer le niveau de détail de l’historique du service DNS. Vous pouvez utiliser soit un historique très détaillé pour le débogage, soit un historique moins détaillé n’affichant que les avertissements critiques.30 Chapitre 2 Service DNS Pour modifier le niveau de détail de l’historique : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Choisissez le niveau de détail voulu dans le menu local Niv. d’historique. Les niveaux d’historique disponibles sont : • Critique (le moins détaillé) • Erreur • Avertissement • Note • Information • Déboguer (le plus détaillé) Modification de l’emplacement du fichier d’historique DNS Vous pouvez changer l’emplacement de l’historique du service DNS. Il est conseillé de le placer à un autre emplacement que le chemin par défaut. Pour changer le niveau de détail de l’historique : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Saisissez le nouveau chemin du fichier d’historique du service DNS, ou sélectionnez-le en utilisant le bouton Parcourir. Si aucun chemin n’est saisi, l’emplacement par défaut est /var/logs/. Affichage des statistiques d’utilisation du service DNS Vous pouvez consulter la fenêtre Statistiques DNS pour connaître les statistiques sur les requêtes DNS courantes. Certaines requêtes DNS courantes commencent par : • Serveur de noms (NS) : demande le serveur de noms de référence pour une zone donnée. • Adresse (A) : demande l’adresse IP associée à un nom de domaine. • Nom canonique (CName) : sollicite le “nom réel” d’un serveur en cas d’introduction d’un “surnom” ou d’un alias. Le serveur “courrier.apple.com”, par exemple, peut avoir comme nom canonique “SrvCourrier473.apple.com”. • Pointeur (PTR) : demande le nom de domaine pour une adresse IP donnée (recherche inverse). • Échangeur de courrier (MX) : demande l’ordinateur utilisé pour le courrier dans une zone.Chapitre 2 Service DNS 31 • Source d’autorité (SOA) : demande des informations sur le serveur de noms partagées avec d’autres serveurs de noms et, éventuellement, l’adresse électronique du contact technique pour ce serveur de noms. • Texte (TXT) : demande les enregistrements texte utilisés par l’administrateur. Pour afficher les statistiques d’utilisation du service DNS : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Activité pour afficher les opérations en cours d’exécution et les statistiques d’utilisation. Sécurisation du serveur DNS Les serveurs DNS sont non seulement sollicités par d’autres serveurs Internet légitimes, mais sont également la cible d’utilisateurs malveillants (couramment appelés “pirates”). Les serveurs DNS sont exposés à des attaques de différentes sortes. En prenant des précautions supplémentaires, vous pouvez prévenir les problèmes et l’immobilisation engendrés par ces utilisateurs malveillants. Il existe plusieurs sortes de détournements de la sécurité associées au service DNS. Ces attaques sont : • DNS Spoofing. • “Server Mining”. • Profilage du service DNS. • Déni de service (DoS, Denial of Service). • “Service Piggybacking”. DNS Spoofing Le “DNS spoofing” consiste à ajouter de fausses données dans le cache du serveur DNS. Cela permet aux pirates d’effectuer les opérations suivantes : • Rediriger les requêtes d’un nom de domaine réel vers d’autres adresses IP. Par exemple, un enregistrement A falsifié pour une banque peut diriger le navigateur d’un utilisateur vers une autre adresse IP contrôlée par le pirate. Sur le site dupliqué, l’utilisateur révélera donc, sans le savoir, son numéro de compte et son mot de passe au pirate. De même, un enregistrement de courrier falsifié peut permettre à un pirate d’intercepter les messages envoyés depuis et vers un domaine. Si le pirate réexpédie ces messages vers le bon serveur de courrier après les avoir copiés, cela peut passer inaperçu indéfiniment. • Entraver la résolution des noms de domaine et l’accès à Internet. Il s’agit de l’attaque DNS par spoofing la plus bénigne. Elle provoque un dysfonctionnement du serveur DNS à peine perceptible.32 Chapitre 2 Service DNS La méthode la plus efficace pour se prémunir contre ces attaques est la vigilance. Cela comprend la mise à jour des logiciels et le contrôle régulier des enregistrements DNS. Des exploits ont été trouvés dans la version actuelle de BIND. Ces exploits ont donc été corrigés et une mise à jour de sécurité est disponible pour Mac OS X Server. Appliquez tous les correctifs de ce type. Un contrôle régulier de vos enregistrements DNS peut également être utile pour prévenir ces attaques. “Server Mining” Le “server mining” est une pratique qui consiste à obtenir une copie de la totalité d’une zone maîtresse en demandant un transfert de zone. Dans ce cas, le pirate se fait passer pour une zone esclave d’une autre zone maîtresse et demande une copie de tous les enregistrements de votre zone maîtresse. Avec une copie de votre zone maîtresse, le pirate peut voir le type de services qu’offre le domaine, ainsi que l’adresse IP des serveurs qui fournissent ces services. Il peut alors intenter des attaques spécifiques en fonction de ces services. C’est une reconnaissance avant une autre attaque. Pour contrer ce type d’attaque, vous devez indiquer les adresses IP qui sont autorisées à demander des transferts de zone (vos serveurs de zone esclaves) et rejeter toutes les autres. Les transferts de zone s’effectuent avec TCP sur le port 53. La méthode de limitation des transferts de zone bloque toutes les demandes de transfert sauf celles provenant de vos serveurs DNS esclaves. Pour indiquer les adresses IP autorisées à demander un transfert de zone : m Créez un filtre coupe-feu qui autorise uniquement les adresses IP situées à l’intérieur de votre coupe-feu à accéder au port TCP 53. Suivez les instructions de la section “Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP” au chapitre 3, “Service de coupe-feu IP”. Utilisez les réglages suivants : • Autoriser le paquet. • Port 53. • Protocole TCP. • L’IP source correspond à l’adresse IP de votre serveur DNS esclave. • L’IP destinataire correspond à l’adresse IP de votre serveur DNS maître. Profilage du service DNS Une autre technique de reconnaissance couramment employée par les utilisateurs malveillants consiste à profiler (ou personnaliser) votre service DNS. Le pirate commence par effectuer une requête de la version de BIND. Le serveur lui indique la version de BIND en cours d’exécution. Le pirate compare ensuite la réponse aux exploits et failles connus de cette version de BIND. Pour vous prémunir contre cette attaque, vous pouvez configurer BIND pour qu’il réponde en utilisant de fausses informations.Chapitre 2 Service DNS 33 Pour fausser la réponse de la version de BIND : 1 Lancez un éditeur de texte à ligne de commande (tel que vi, emacs ou pico). 2 Ouvrez named.conf pour le modifier. 3 Ajoutez le texte suivant dans les crochets “options” du fichier de configuration. version “[votre texte, par exemple ’non communiqué !’]” ; 4 Enregistrez le fichier de configuration. Déni de service (DoS, Denial of Service) Ce type d’attaque est très courant et très facile à lancer. Un pirate envoie un nombre si important de demandes et de requêtes de service que le serveur doit utiliser toute sa puissance de traitement et la bande passante réseau pour essayer d’y répondre. Le pirate bloque ainsi l’utilisation normale du service en le saturant. Il est difficile de prévenir ce type d’attaque avant son apparition. Un contrôle permanent du service DNS et de la charge du serveur peut permettre à l’administrateur de détecter l’attaque rapidement et d’en limiter ainsi les effets néfastes. Le moyen le plus aisé de se prémunir contre cette attaque est de bloquer l’adresse IP responsable avec votre coupe-feu. Consultez la section “Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP” à la page 54. Malheureusement, cela signifie que l’attaque est déjà en cours, que les requêtes du pirate sont prises en compte et que l’activité a déjà été consignée. “Service Piggybacking” Cette attaque est rarement l’oeuvre de pirates, mais plutôt d’utilisateurs Internet ordinaires. Ils estiment que leur temps de réponse DNS par leur propre fournisseur d’accès à Internet est trop lent. Ils apprennent cette astuce auprès d’autres utilisateurs. Les utilisateurs d’Internet vont configurer leur ordinateur pour qu’il interroge un autre serveur DNS plutôt que celui de leur FAI. En conséquence, beaucoup plus d’utilisateurs que prévu accéderont au serveur DNS. Vous pouvez vous prémunir contre cela en limitant ou en désactivant la récursion DNS. Si vous prévoyez d’offrir le service DNS aux utilisateurs de votre LAN, ils auront besoin de la récursion pour résoudre les noms de domaine, mais il est préférable de ne pas offrir ce service à n’importe quel utilisateur d’Internet. Pour bloquer totalement la récursion, consultez la section “Activation ou désactivation de la récursion” à la page 22.34 Chapitre 2 Service DNS La meilleure solution est d’autoriser la récursion pour les requêtes provenant des adresses IP de votre plage, mais de refuser la récursion aux adresses externes. BIND vous permet de spécifier cette option dans le fichier de configuration named.conf. Modifiez votre fichier named.conf en ajoutant : options { ... allow-recursion{ 127.0.0.0/8; [votre plage d’adresses IP internes, telle que 192.168.1.0/27]; }; }; Pour plus d’informations, reportez-vous à la documentation de BIND. Tâches courantes d’administration du réseau utilisant le service DNS Les sections suivantes décrivent certaines tâches courantes d’administration du réseau nécessitant le service DNS. Configuration des enregistrements MX Si vous envisagez de proposer un service de courrier sur votre réseau, vous devez configurer le service DNS afin que le courrier entrant soit envoyé à l’hôte de courrier approprié. Lors de la configuration du service de courrier, vous déterminez une série d’hôtes nommés échangeurs de courrier ou hôtes MX avec des priorités variables. L’hôte possédant la plus haute priorité recevra le courrier en premier. S’il n’est pas disponible, celui avec une priorité un peu plus basse reçoit le courrier, etc. Par exemple, supposons que le nom d’hôte du serveur de courrier soit “fiable” dans le domaine “exemple.com”. Sans enregistrement MX, les adresses électroniques des utilisateurs incluraient le nom du serveur de courrier, par exemple : nom@fiable.exemple.com Si vous voulez modifier le serveur de courrier ou rediriger le courrier, vous devez informer les expéditeurs potentiels du changement d’adresse de vos utilisateurs. Vous avez également la possibilité de créer un enregistrement MX pour chaque domaine pris en charge par votre serveur de courrier, puis d’acheminer le courrier vers l’ordinateur approprié. Chapitre 2 Service DNS 35 Lorsque vous établissez un enregistrement MX, vous devez inclure une liste de tous les ordinateurs susceptibles de recevoir du courrier pour un domaine. Ainsi, si le serveur est occupé ou hors service, le courrier sera envoyé à un autre ordinateur. Un numéro de priorité est affecté à chaque ordinateur de la liste . L’ordinateur dont le numéro est le plus petit est essayé en premier. Si cet ordinateur n’est pas disponible, le système consulte le numéro suivant, etc. Lorsqu’un ordinateur est disponible, il récupère le courrier et l’envoie au serveur de courrier principal une fois que celui-ci est accessible pour qu’il se charge de la distribution du courrier. Voici un exemple de liste : exemple.com 10 fiable.exemple.com 20 sauvegarde.exemple.com 30 dernier-ressort.exemple.com Les enregistrements MX sont également utilisés pour le courrier sortant. Lorsque votre serveur envoie du courrier, il examine les enregistrements MX pour savoir si la destination est locale ou située sur Internet. Le même processus se répète ensuite en sens inverse. Si le serveur principal de destination n’est pas disponible, votre serveur de courrier essaie de contacter tous les ordinateurs de la liste MX de destination, jusqu’à ce que l’un d’entre eux accepte le courrier. Remarque : si vous ne saisissez pas correctement les informations MX dans votre serveur DNS, le service de courrier ne fonctionnera pas. Configuration du DNS pour le service de courrier Configurer le DNS pour le service de courrier revient à activer les enregistrements de l’échangeur de courrier (MX, Mail Exchanger) avec votre propre serveur DNS. Si vous utilisez le service DNS de votre fournisseur d’accès à Internet (FAI), vous devez prendre contact avec ce dernier pour qu’il active vos enregistrements MX. N’effectuez les étapes suivantes que si vous fournissez votre propre service DNS. Pour activer les enregistrements MX : 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Sélectionnez la Zone à utiliser. 5 Cliquez sur le bouton Ajouter sous la fenêtre Enregistrements. 6 Choisissez MX dans le menu local Type. 7 Saisissez le nom de domaine (comme ‘exemple.com.’) dans le champ De. 8 Saisissez le nom du serveur de courrier (comme ‘courrier.exemple.com.’) dans le champ Vers. 9 Saisissez un numéro d’ordre de priorité.36 Chapitre 2 Service DNS 10 Cliquez sur OK. Activation des serveurs de courrier redondants Vous devrez peut-être configurer plusieurs serveurs pour la redondance. Si tel est le cas, il vous faudra ajouter des informations supplémentaires à chaque enregistrement MX. Créez un enregistrement pour chaque serveur auxiliaire. Cette action se décompose en deux étapes : Ces instructions supposent que vous possédiez un enregistrement MX existant pour un serveur de courrier principal. Si ce n’est pas le cas, reportez-vous à la section “Configuration du DNS pour le service de courrier” à la page 35. Étape 1 : Modification de l’enregistrement MX du serveur de courrier principal 1 Dans Admin Serveur, choisissez DNS dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Sélectionnez la Zone à utiliser. 5 Cliquez sur l’enregistrement MX du serveur de courrier principal dans la fenêtre Enregistrements. 6 Cliquez sur le bouton Modifier sous la fenêtre Enregistrements. 7 Saisissez un numéro d’ordre peu élevé pour ce serveur. Un numéro peu élevé indique que le serveur sera choisi en priorité, s’il est disponible, pour recevoir le courrier. 8 Cliquez sur OK. 9 Passez à l’étape 2. Étape 2 : Création d’enregistrements et de priorités pour les serveurs de courrier auxiliaires Ces instructions présupposent que vous ayez modifié l’enregistrement MX d’origine. Si ce n’est pas le cas, veuillez le corriger avant de continuer. Ces instructions présupposent également que vous ayez déjà installé et configuré un ou plusieurs serveurs de courrier auxiliaires. Pour activer les serveurs de courrier de sauvegarde ou redondants : 1 Dans Admin Serveur, sélectionnez DNS dans la fenêtre Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Zones. 4 Sélectionnez la Zone à utiliser. 5 Cliquez sur le bouton Ajouter sous la fenêtre Enregistrements.Chapitre 2 Service DNS 37 6 Choisissez MX dans le menu local Type. 7 Saisissez le nom de domaine (comme ‘exemple.com.’) dans le champ De. 8 Saisissez le nom du serveur de courrier (par exemple, “sauvegarde.exemple.com.”) dans le champ Vers. 9 Saisissez un numéro d’ordre qui doit être plus élevé pour ce serveur que celui du serveur principal. Un numéro plus élevé indique qu’il sera choisi si le serveur principal est indisponible. 10 Cliquez sur OK. Configuration d’un espace de noms derrière un routeur NAT Si vous vous trouvez derrière un routeur de traduction d’adresses réseau (NAT, Network Address Translation), vous disposez d’un jeu spécial d’adresses IP qui ne sont utilisables qu’au sein de l’environnement NAT. Si vous deviez affecter un nom de domaine à ces adresses en dehors du routeur NAT, aucun nom de domaine ne serait résolu sur le bon ordinateur. Reportez-vous au chapitre 4, “Service NAT”, à la page 71 pour plus d’informations sur le NAT. Vous pouvez toutefois faire fonctionner un service DNS derrière le routeur, en affectant des noms d’hôte aux adresses IP du NAT. Ainsi, si vous vous trouvez derrière le routeur NAT, vous pouvez saisir des noms de domaine au lieu des adresses IP pour accéder aux serveurs, aux services et aux stations de travail. Votre serveur DNS doit également disposer d’une zone de réexpédition pour envoyer les requêtes DNS à l’extérieur du routeur NAT, afin de permettre la résolution des noms en dehors de la zone couverte par le routeur. Les réglages réseau de vos clients doivent mentionner le serveur DNS situé derrière le routeur NAT. Le processus de configuration de l’un de ces réseaux est identique à celui d’un réseau privé. Pour plus de détails, consultez la section “Configuration d’un réseau TCP/IP privé” à la page 38. Si vous choisissez de le faire, les noms saisis par les utilisateurs se trouvant en dehors du routeur NAT ne seront pas résolus en adresses derrière celui-ci. Vous devez paramétrer les enregistrements DNS situés en dehors de la zone couverte par le routeur NAT pour qu’ils soient dirigés vers le routeur NAT, et utiliser la réexpédition vers le port NAT pour accéder aux ordinateurs situés derrière le routeur NAT. Pour plus d’informations sur la réexpédition de port, reportez-vous au chapitre 4, “Service NAT”, à la page 71. La fonction Rendezvous de Mac OS X vous permet d’utiliser les noms d’hôte de votre sous-réseau local se terminant par le suffixe “.local” sans avoir à activer le DNS. Tous les services ou périphériques qui gèrent Rendezvous permettent d’utiliser un espace de noms défini par l’utilisateur sur le sous-réseau local sans avoir besoin d’installer et de configurer le DNS.38 Chapitre 2 Service DNS Répartition de la charge du réseau (ou permutation circulaire) BIND permet de répartir la charge simplement en utilisant une méthode de permutation d’adresses appelée permutation circulaire. Vous établissez un pool d’adresses IP pour plusieurs hôtes possédant le même contenu et BIND fait tourner l’ordre des adresses pour répondre aux requêtes. Cette permutation circulaire ne permet pas de contrôler la charge du serveur et la puissance de traitement. Elle permet simplement de faire tourner l’ordre d’une liste d’adresses pour un nom d’hôte donné. Vous activez la permutation circulaire en ajoutant plusieurs entrées d’adresses dans votre fichier de données de zones pour un hôte donné. Par exemple, imaginons que vous vouliez répartir le trafic du serveur Web entre trois serveurs de votre réseau possédant le même contenu. Supposons que ces serveurs possèdent les adresses IP 192.168.12.12, 192.168.12.13 et 192.168.12.14. Il vous faudrait ajouter les lignes suivantes dans le fichier des données de zone db.exemple.com : www.exemple.com 60 IN A 192.168.12.12 www.exemple.com 60 IN A 192.168.12.13 www.exemple.com 60 IN A 192.168.12.14 Lorsque BIND détecte plusieurs entrées pour un hôte, son comportement par défaut consiste à répondre aux requêtes en envoyant cette liste dans un ordre cyclique. La première requête obtient les adresses dans l’ordre A, B, C. La requête suivante les obtient dans l’ordre B, C, A, celle d’après dans l’ordre C, A, B, etc. Vous remarquerez que la durée de vie (TTL) de la deuxième colonne est définie pour être assez courte pour atténuer les effets de la mise en cache locale. Configuration d’un réseau TCP/IP privé Si votre réseau local dispose d’une connexion à Internet, vous devez configurer votre serveur et vos ordinateurs clients avec des adresses IP et d’autres informations propres à Internet. Ces adresses IP vous sont attribuées par votre fournisseur d’accès à Internet (FAI). S’il est peu probable que votre réseau local soit un jour connecté à Internet et si vous souhaitez recourir au protocole TCP/IP pour transmettre des informations sur votre réseau, vous pouvez configurer un réseau TCP/IP “privé”. Lorsque vous configurez un réseau privé, vous devez choisir vos adresses IP parmi les blocs d’adresses que l’IANA (Internet Assigned Numbers Authority) réserve aux réseaux privés (Intranets) : • 10.0.0.0 à –10.255.255.255 (préfixe 10/8) • 172.16.0.0 à –172.31.255.255 (préfixe 172.16/12) • 192.168.0.0–192.168.255.255 (préfixe 192.168/16)Chapitre 2 Service DNS 39 Lorsque vous configurez un réseau TCP/IP privé, vous pouvez également fournir le service DNS. Si vous configurez le protocole TCP/IP et le service DNS sur votre réseau local, vos utilisateurs pourront accéder facilement aux fichiers, au Web, au courrier et aux autres services de votre réseau. Hébergement de plusieurs services Internet à une seule adresse IP Un seul serveur doit fournir tous vos services Internet (tels que courrier, Web). Tous ces services peuvent en effet fonctionner sur un seul ordinateur avec une même adresse IP. Par exemple, vous voulez que le nom de domaine www.exemple.com soit résolu vers la même adresse IP que ftp.exemple.com ou courrier.exemple.com. La configuration des enregistrements DNS pour ce service est simple. Vous aurez toujours besoin d’un jeu complet d’enregistrements DNS, un pour chaque nom que vous souhaitez résoudre. • Configurez les enregistrements MX pour le courrier électronique, afin que courrier.exemple.com soit résolu vers l’adresse IP de votre serveur. • Configurez les enregistrements A pour chaque service fourni par votre serveur, afin que web.exemple.com soit résolu vers l’adresse IP de votre serveur. • Faites la même chose pour tous les services que vous fournissez (ftp.apple.com, partagedefichiers.apple.com ou tout autre service). Pour suivre l’évolution de vos besoins, vous pouvez ajouter d’autres ordinateurs au réseau afin de prendre en charge ces services. Il vous suffit ensuite de mettre à jour l’enregistrement DNS, sans avoir à modifier les réglages de votre client. Configuration de BIND à l’aide de la ligne de commande Afin de pouvoir configurer et utiliser le service DNS sur Mac OS X Server, vous pouvez configurer BIND avec la ligne de commande. Cette configuration implique des modifications dans les fichiers de configuration UNIX de l’application Terminal. Pour configurer BIND, vous devez maîtriser les commandes UNIX et utiliser un éditeur de texte UNIX. Ne manipulez ces réglages que si vous connaissez parfaitement DNS et BIND, de préférence en tant qu’administrateur expérimenté du service DNS. Important : si vous pensez devoir vous connecter à l’avenir à Internet, vous devez vous enregistrer avec un registre Internet et utiliser les adresses IP fournies par le registre lors de la configuration de votre réseau privé. Sinon, vous devrez reconfigurer chaque ordinateur en réseau au moment de vous connecter à Internet. Avertissement : les configurations incorrectes de BIND peuvent provoquer de graves incidents réseau.40 Chapitre 2 Service DNS Qu’est-ce que BIND ? BIND est l’acronyme de Berkeley Internet Name Domain. BIND s’exécute sur des systèmes d’exploitation basés UNIX et est distribué comme logiciel open source. BIND est actuellement employé sur la majorité des serveurs de noms sur Internet. BIND se configure en modifiant les fichiers texte contenant des informations sur son comportement et sur les serveurs de votre réseau. Pour en savoir plus sur DNS et BIND, vous trouverez une liste de ressources en fin de chapitre. BIND sur Mac OS X Server Mac OS X Server utilise la version 9.2.2 de BIND. Vous pouvez démarrer et arrêter le service DNS sur Mac OS X Server en utilisant l’application Admin Serveur. Vous pouvez également utiliser Admin Serveur pour afficher l’état du DNS et les statistiques d’utilisation. Fichier de configuration BIND Par défaut, BIND recherche un fichier de configuration nommé “named.conf” dans le répertoire /etc. Ce fichier contient des commandes que vous pouvez utiliser pour configurer de nombreuses options de BIND. Il indique également le répertoire à utiliser pour les fichiers de données de zones. Fichiers de données de zones Les fichiers de données de zones correspondent à des couples de fichiers d’adresses et de fichiers de recherche inversée. Les enregistrements d’adresses relient des noms d’hôtes (hôte1.exemple.com) à des adresses IP. Les enregistrements de recherche inverse font le contraire, c’est-à-dire relient des adresses IP à des noms d’hôtes. Les fichiers des enregistrements d’adresses sont nommés à partir du nom de domaine – par exemple, exemple.com. Le nom des enregistrements de recherche inverse ressemble à une adresse IP partielle, comme db.192.168.12. Par défaut, les fichiers des données de zones se trouvent dans /var/named/. Exemple pratique L’exemple suivant vous permet de créer, à l’aide de BIND, une configuration DNS de base pour un réseau ordinaire, à l’arrière d’un périphérique NAT (Network Address Translation) connecté à un fournisseur d’accès. Le port (câble modem/DSL/connexion téléphonique/etc.) connecté à votre FAI est appelé ici interface WAN. Le port connecté à votre réseau interne est quant à lui appelé interface LAN. Les fichiers exemples dont vous avez besoin sont installés avec Mac OS X Server dans les répertoires indiqués ciaprès. Cet exemple suppose également ce qui suit : • L’adresse IP de l’interface WAN est déterminée par votre FAI. • L’adresse IP de l’interface LAN est 10.0.1.1. • L’adresse IP de l’ordinateur sous Mac OS X ou Mac OS X Server qui sera utilisé en tant que serveur DNS est 10.0.1.2. • Les adresses IP des ordinateurs clients sont comprises entre 10.0.1.3 et 10.0.1.254.Chapitre 2 Service DNS 41 Si les adresses IP sont affectées par le périphérique NAT via DHCP, elles doivent être configurées avec les informations ci-dessus. Reportez-vous à la documentation de votre routeur ou de votre passerelle pour obtenir des instructions de configuration du serveur DHCP. Si votre périphérique NAT se connecte à Internet, vous devez également connaître les adresses du serveur DNS affectées par votre fournisseur d’accès. Installation des fichiers de configuration exemples Les fichiers exemples se trouvent dans /usr/share/named/examples. Ils supposent le nom de domaine exemple.com derrière le périphérique NAT. Ceci peut être changé, mais vous devez alors procéder dans tous les fichiers de configuration modifiés. Cela implique également de renommer /var/named/exemple.com.zone avec le nom de domaine donné, par exemple, /var/named/foo.org.zone Pour installer les fichiers exemples : 1 Dans Terminal, connectez-vous comme root. 2 Saisissez la commande suivante : cp /etc/named.conf /etc/named.conf.OLD Cela enregistre une copie du fichier de configuration du processus. 3 Saisissez ensuite la commande suivante : cp /usr/share/named/examples/db.10.0.1.sample /var/named/10.0.1.zone Cela copie le fichier exemple pour la zone NAT. 4 Saisissez la commande suivante : cp /usr/share/named/examples/example.com.sample /var/named/example.com.zone Cela copie le fichier exemple pour votre domaine. 5 À présent, saisissez la commande suivante : cp /usr/share/named/examples/named.conf.sample /etc/named.conf Cela permet d’effectuer une copie dans le fichier de configuration exemple du processus named. 6 En utilisant un éditeur de texte à ligne de commande (tel que pico ou emacs), ouvrez / etc/named.conf pour le modifier. 7 Suivez les instructions du fichier exemple pour appliquer les modifications adaptées à votre installation. 8 Enregistrez les modifications apportées à named.conf. 9 Utilisez Admin Serveur pour démarrer le service DNS.42 Chapitre 2 Service DNS 10 Dans la fenêtre Réseau des Préférences Système, modifiez les serveurs de noms de domaines pour que figure uniquement l’adresse IP du nouveau serveur DNS, 10.0.1.2. Configuration des clients Si les adresses IP de vos ordinateurs clients sont affectées de manière statique, changez les serveurs de noms de domaines dans chaque volet Préférences réseau pour répertorier uniquement l’adresse IP du nouveau serveur, 10.0.1.2. Si vous utilisez Mac OS X Server comme serveur DHCP : 1 Dans Réglages du serveur, cliquez sur l’onglet Réseau, cliquez sur DHCP/NetBoot et choisissez Configurer DHCP/NetBoot. 2 Dans l’onglet Sous-réseau, sélectionnez le sous-réseau sur le port Ethernet intégré et cliquez sur Modifier. 3 Dans l’onglet Général, entrez les informations suivantes : Début : 10.0.1.3 Fin : 10.0.1.254 Masque de sous-réseau : 255.255.255.0 Routeur : 10.0.1.1 4 Cliquez sur l’onglet DNS et saisissez les informations suivantes : Domaine par défaut : exemple.com Serveurs DNS : 10.0.1.2 5 Cliquez sur le bouton Enregistrer et quittez les Réglages du serveur. Remarque : les ordinateurs clients ne reçoivent pas immédiatement les nouvelles informations de configuration IP. Le délai dépend de la date d’expiration de leur bail DHCP. Vous devez éventuellement redémarrer les ordinateurs clients pour que les changements soient effectifs. Vérification de votre configuration Pour vérifier que les étapes ont été configurées avec succès, ouvrez Terminal, situé dans /Applications/Utilitaires et saisissez les commandes suivantes (en remplaçant “serveur.exemple.com” par le nom de domaine local, le cas échéant) : dig serveur.exemple.com dig -x 10.0.1.2 Remarque : si cet exemple de configuration standard ne répond pas à vos besoins, Apple vous recommande de ne pas essayer de configurer DNS par vous-même et de recourir aux services d’un consultant professionnel ou de rechercher d’autres informations.Chapitre 2 Service DNS 43 Utilisation de DNS avec des adresses IP affectées dynamiquement Le DNS dynamique est un mécanisme qui vous autorise à modifier la liste Adresses IP/ Noms de domaine sans avoir à demander au serveur de noms de recharger la liste modifiée. Cela signifie que vous pouvez mettre à jour le serveur de noms à distance et modifier facilement les données DNS. Vous pouvez utiliser le DNS dynamique avec le service DHCP. Un serveur DHCP affecte une adresse IP dynamique à chaque ordinateur client au démarrage de l’ordinateur. Étant donné qu’un serveur DHCP peut affecter des adresses IP au hasard, il peut être utile d’affecter rapidement des noms DNS significatifs à ces adresses. Par exemple, si “Paul” démarre son ordinateur en arrivant au travail le matin et que le serveur DHCP lui affecte une adresse IP dynamique, une entrée DNS “paul.exemple.com” peut être associée à cette adresse IP. Même si l’adresse IP de Paul change chaque fois qu’il démarre son ordinateur, son nom DNS reste identique. Cela permet aux utilisateurs de communiquer avec l’ordinateur de Paul sans connaître son adresse IP. Vous pouvez également utiliser un DNS dynamique pour fournir des noms d’hôtes statiques aux utilisateurs qui se connectent à Internet via un modem. Un FAI peut configurer un DNS dynamique afin qu’un ordinateur familial garde le même nom d’hôte à chaque nouvelle connexion. Autres sources d’informations Pour plus d’informations sur DNS et BIND, consultez : • DNS and BIND, 4ème édition, de Paul Albitz et Cricket Liu (O’Reilly and Associates, 2001) • Le site Web de l’International Software Consortium : www.isc.org et www.isc.org/products/BIND/ (en anglais) • Le DNSRD (DNS Resources Directory) www.dns.net/dnsrd/ (en anglais) Les documents RFC Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site Web www.faqs.org/rfcs • A, PTR, CNAME, MX -Pour plus d’informations, consultez le RFC 1035 • AAAA- Pour plus d’informations, consultez le RFC 1886.3 45 3 Service de coupe-feu IP Le service de coupe-feu est un logiciel qui protège les applications de réseau exécutées sur votre Mac OS X Server. L’activation du service de coupe-feu est similaire à la construction d’un mur afin de limiter l’accès à votre serveur. Le service de coupe-feu IP examine les paquets IP entrants et les refuse ou les accepte en fonction des filtres que vous avez créés. Vous pouvez limiter l’accès à un service IP quelconque fonctionnant sur le serveur et personnaliser les filtres pour tous les clients entrants ou pour une plage d’adresses IP clientes. L’illustration ci-dessous montre un exemple de service coupe-feu. Y a-t-il un filtre pour le port 80 ? Localisez le filtre N'importe quel port dans la plage la plus spécifique comprenant l'adresse 10.221.41.33. Un ordinateur dont l’adresse IP est 10.221.41.33 tente de se connecter au serveur via Internet (port 80). Le serveur commence à rechercher les filtres. Y a-t-il un filtre contenant des adresses IP 10.221.41.33 ? Oui Connexion refusée Oui Que spécifie le filtre ? Connexion établie Autoriser Non Refuser46 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Les services tels que Web et FTP sont identifiés sur votre serveur par un numéro de port TCP (Transmission Control Protocol) ou UDP (User Datagram Protocol). Lorsqu’un ordinateur essaie de se connecter à un service, le service de coupe-feu examine la liste des filtres pour y rechercher un numéro de port correspondant. • Si le numéro de port se trouve sur la liste, le filtre appliqué est celui dont la plage d’adresses est la plus spécifique. • Si le numéro de port ne se trouve pas sur la liste, le filtre par défaut contenant la plage d’adresses la plus spécifique est utilisé. Les filtres de ports que vous créez sont appliqués aux paquets TCP et éventuellement aux paquets UDP. Vous pouvez par ailleurs configurer des filtres afin de limiter le protocole ICMP (Internet Control Message Protocol), le protocole IGMP (Internet Group Management Protocol) et les données NetInfo. Si vous prévoyez de partager des données sur Internet et que vous n’avez pas de routeur ou de coupe-feu spécifique pour protéger vos données contre les accès non autorisés, vous avez intérêt à utiliser le service de coupe-feu. Ce service fonctionne bien dans le cadre des petites et moyennes entreprises, des écoles et des petits bureaux ou bureaux à domicile. Les organisations de taille importante disposant d’un coupe-feu peuvent utiliser le service de coupe-feu pour contrôler leurs serveurs de manière plus précise. Par exemple, des groupes de travail individuels au sein d’une entreprise ou des écoles faisant partie d’un réseau scolaire, peuvent utiliser le service de coupe-feu pour contrôler l’accès à leurs serveurs. Le coupe-feu IP assure également un filtrage dynamique des paquets qui détermine si un paquet entrant constitue une réponse légitime à une requête sortante ou fait partie d’une session en cours, autorisant de cette manière des paquets qui auraient normalement été refusés. Mac OS X Server utilise l’application ipfw comme service de coupe-feu. Important : lorsque vous démarrez le service de coupe-feu pour la première fois, presque tous les paquets TCP entrants sont refusés jusqu’à ce que vous modifiiez les filtres afin de les accepter. Par défaut, seuls les ports nécessaires à l’administration à distance sont disponibles. Cela concerne l’accès par Accès au répertoire distant (625), l’administration de serveur via Admin Serveur (687) et Shell sécurisé (22). Pour tout autre service de réseau, vous devez créer des filtres pour permettre l’accès à votre serveur. Si vous désactivez le service de coupe-feu, toutes les adresses auront accès à votre ordinateur.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 47 Comprendre les filtres de coupe-feu Lorsque vous démarrez le service de coupe-feu, la configuration par défaut refuse l’accès à tous les paquets entrants provenant d’ordinateurs distants, à l’exception des ports nécessaires à la configuration à distance. Ceci garantit une sécurité élevée. Ajoutez ensuite de nouveaux filtres IP pour permettre aux clients ayant besoin d’utiliser les services d’accéder au serveur. Pour connaître le mode de fonctionnement des filtres IP, lisez la section suivante. Pour apprendre à créer des filtres IP, consultez la section “Gestion du service de coupe-feu” à la page 51. Qu’est-ce qu’un filtre ? Un filtre est constitué d’une adresse IP, d’un masque de sous-réseau et parfois d’un numéro de port et d’un type d’accès. L’adresse IP et le masque de sous-réseau ensemble déterminent la plage d’adresses IP à laquelle s’applique le filtre, qui peut être configuré de façon s’appliquer à toutes les adresses. Adresse IP Les adresses IP sont composées de quatre segments de valeurs comprises entre 0 et 255 (l’étendue d’un numéro de 8 bits), séparés par des points (par exemple, 192.168.12.12). Les segments des adresses IP vont de général à spécifique (par exemple, le premier segment pourra appartenir à tous les ordinateurs de l’ensemble d’une entreprise, tandis que le dernier segment à un ordinateur spécifique situé à un étage donné d’un bâtiment). Masque de sous-réseau Un masque de sous-réseau indique quels sont les segments de l’adresse IP spécifiée qui peuvent varier sur un réseau donné et dans quelle mesure. Le masque de sous-réseau est donné en notation CIDR (Classless Inter Domain Routing). Elle comprend l’adresse IP suivie d’une barre oblique (/) et d’un numéro compris entre 1 et 32, appelé préfixe IP. Un préfixe IP identifie le nombre de bits significatifs utilisés pour identifier un réseau. Par exemple, 192.168.2.1 /16 signifie que les 16 premiers bits (les deux premiers numéros séparés par un point) servent à représenter le réseau (toutes les machines du réseau commencent donc par 192.168) et les 16 bits restants (les deux derniers numéros séparés par un point) servent à identifier les hôtes (chaque machine possède un groupe de numéros unique).48 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Les adresses comportant des masques de sous-réseaux en notation CIDR correspondent aux masques de sous-réseaux en notation d’adresse. CIDR Correspond au masque réseau Nombre d’adresses dans la plage /1 128.0.0.0 4.29x109 /2 192.0.0.0 2.14x109 /3 224.0.0.0 1.07x109 /4 240.0.0.0 5.36x108 /5 248.0.0.0 1.34x108 /6 252.0.0.0 6.71x107 /7 254.0.0.0 3.35x107 /8 255.0.0.0 1.67x107 /9 255.128.0.0 8.38x106 /10 255.192.0.0 4.19x106 /11 255.224.0.0 2.09x106 /12 255.240.0.0 1.04x106 /13 255.248.0.0 5.24x105 /14 255.252.0.0 2.62x105 /15 255.255.0.0 1.31x105 /16 255.255.255.0 65536 /17 255.255.128.0 32768 /18 255.255.192.0 16384 /19 255.255.224.0 8192 /20 255.255.240.0 4096 /21 255.255.248.0 2048 /22 255.255.252.0 1024 /23 255.255.254.0 512 /24 255.255.255.0 256 /25 255.255.255.128 128 /26 255.255.255.192 64 /27 255.255.255.224 32 /28 255.255.255.240 16 /29 255.255.255.248 8 /30 255.255.255.252 4 /31 255.255.255.254 2 /32 255.255.255.255 1Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 49 Utilisation de plages d’adresses Lorsque vous créez des filtres à l’aide d’Admin Serveur, vous saisissez une adresse IP et le masque de sous-réseau au format CIDR. Admin Serveur affiche la plage d’adresses obtenue que vous pouvez changer en modifiant le masque de sous-réseau. Lorsque vous indiquez une plage de valeurs possibles pour un segment d’adresse quelconque, ce dernier est appelé wildcard. Le tableau suivant donne des exemples de plages d’adresses créées pour atteindre des objectifs spécifiques. Mécanisme et ordre de priorité des règles Les règles de filtrage de la fenêtre Général agissent conjointement avec les règles affichées dans la fenêtre Avancé. Généralement, les règles étendues de la fenêtre Avancé bloquent l’accès à tous les ports. Il s’agit de règles ayant une priorité plus faible et prenant effet après les règles de la fenêtre Général. Les règles créées avec la fenêtre Général ouvrent l’accès à des services spécifiques et ont une priorité plus élevée. Elles sont prioritaires sur celles créées dans la fenêtre Avancé. Si vous créez plusieurs filtres dans la fenêtre Avancé, l’ordre des filtres est déterminé par le numéro de règle qui correspond à l’ordre des règles dans la fenêtre Avancé. L’ordre des règles dans la fenêtre Avancé peut être modifié en faisant glisser la règle dans la liste. Pour la plupart des utilisations normales, l’ouverture d’accès aux services désignés dans la fenêtre Avancé est suffisant. Si nécessaire, vous pouvez ajouter d’autres règles à l’aide de la fenêtre Avancé, en les créant et en les classant selon vos besoins. Adresses IP multiples Un serveur peut gérer plusieurs adresses IP simultanées, mais le service de coupe-feu n’applique qu’un seul ensemble de filtres à toutes les adresses IP du serveur. Si vous créez plusieurs alias d’adresses IP, les filtres que vous créez s’appliquent à toutes ces adresses IP. Objectif Exemple Adresse IP À saisir dans le champ d’adresse : Plage d’adresses affectée Créer un filtre qui spécifie une adresse IP unique. 10.221.41.33 10.221.41.33 ou 10.221.41.33/32 10.221.41.33 (adresse unique) Créer un filtre qui laisse le quatrième segment comme wildcard. 10.221.41.33 10.221.41.33/24 10.221.41.0 à 10.221.41.255 Créer un filtre qui laisse une partie du troisième segment et tout le quatrième segment comme wildcard. 10.221.41.33 10.221.41.33/22 10.221.40.0 à 10.221.43.255 Créer un filtre qui s’applique à toutes les adresses entrantes. Sélectionnez “N’importe quel” Toutes les adresses IP50 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Configuration initiale du service de coupe-feu Une fois que vous avez décidé quels sont les filtres à créer, suivez les étapes d’ensemble ci-après pour configurer le service de coupe-feu. Pour obtenir de l’aide supplémentaire sur l’exécution de l’une ou l’autre de ces étapes, consultez la section “Gestion du service de coupe-feu” à la page 51 et les autres rubriques mentionnées au cours de ces étapes. Étape 1 : Formation et planification Si c’est la première fois que vous travaillez avec le coupe-feu IP, vous devez apprendre et comprendre les concepts, les outils et les fonctions de coupe-feu de Mac OS X Server et de BIND. Pour plus de détails, consultez la section “Comprendre les filtres de coupefeu” à la page 47. Planifiez ensuite votre service de coupe-feu IP en prévoyant les services auxquels vous voulez fournir un accès. Les services de courrier, Web et FTP nécessitent généralement l’accès à partir d’ordinateurs sur Internet. Les services de fichiers et d’impression seront très probablement limités à votre sous-réseau local. Après avoir décidé quels services vous souhaitiez protéger à l’aide du service de coupefeu, vous devez déterminer les adresses IP que vous autorisez à accéder à votre serveur et celles auxquelles vous en refusez l’accès. Ensuite, vous pouvez créer les filtres appropriés. Étape 2 : Démarrage du service de coupe-feu Dans Admin Serveur, sélectionnez Coupe-feu et cliquez sur Démarrer le service. Par défaut, cela bloque tous les ports entrants, à l’exception de ceux utilisés pour configurer le serveur à distance. Si vous configurez le serveur localement, désactivez l’accès externe immédiatement. Étape 3 : Créez un groupe d’adresses IP auxquelles les filtres vont s’appliquer. Par défaut, un groupe d’adresses est créé pour toutes les adresses IP entrantes. Les filtres appliqués à ce groupe traiteront tout le trafic entrant du réseau. Vous pouvez créer d’autres groupes à partir du numéro IP source ou du numéro IP de destination. Pour plus de détails, consultez la section “Création d’un groupe d’adresses” à la page 53. Important : si vous ajoutez ou modifiez un filtre après avoir démarré le service de coupe-feu, ce nouveau filtre affectera les connexions déjà établies avec le serveur. Si vous refusez par exemple tout accès à votre serveur FTP après le démarrage du service de coupe-feu, les ordinateurs déjà connectés à votre serveur FTP seront déconnectés. Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 51 Étape 4 : Ajout de filtres à la liste des filtres IP Lisez “Comprendre les filtres de coupe-feu” à la page 47 pour savoir comment fonctionnent les filtres IP et comment en créer. Utilisez ces informations pour approfondir tous les autres services, renforcer la sécurité de votre réseau et gérer le trafic de celui-ci à travers un coupe-feu. Pour plus d’informations sur la création d’un nouveau filtre, consultez la section “Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP” à la page 54. Étape 5 : Enregistrement des modifications du service de coupe-feu Après avoir configuré vos filtres et déterminé les services à autoriser, enregistrez vos modifications afin que les nouveaux réglages prennent effet. Gestion du service de coupe-feu Cette section explique étape par étape comment démarrer, arrêter et configurer des groupes d’adresses et des filtres de coupe-feu. Démarrage et arrêt du service de coupe-feu Le service de coupe-feu est réglé par défaut pour bloquer toutes les connexions TCP entrantes et accepter toutes les connexions UDP. Avant d’activer le service de coupefeu, assurez-vous que vous avez configuré des filtres pour autoriser l’accès aux adresses IP sélectionnées. Faute de quoi, aucune adresse ne pourra accéder à votre serveur. Pour démarrer ou arrêter le service de coupe-feu : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Démarrer le coupe-feu. Une fois que le service a démarré, le bouton Arrêter le service devient disponible. Important : si vous ajoutez ou modifiez un filtre après avoir démarré le service de coupe-feu, ce nouveau filtre affectera les connexions établies avec le serveur. Par exemple, si vous refusez tout accès à votre serveur FTP après le lancement du service de coupe-feu, les ordinateurs connectés à votre serveur FTP seront déconnectés. Important : si vous ajoutez ou modifiez un filtre après avoir démarré le service de coupe-feu, ce nouveau filtre affectera les connexions déjà établies avec le serveur. Par exemple, si vous refusez tout accès à votre serveur FTP après le démarrage du service de coupe-feu, les ordinateurs déjà connectés à votre serveur FTP seront déconnectés.52 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Ouverture du coupe-feu pour les services standard Le service de coupe-feu est réglé par défaut pour bloquer toutes les connexions TCP entrantes et accepter toutes les connexions UDP. Avant d’activer le service de coupefeu, assurez-vous d’avoir configuré des filtres autorisant l’accès à partir des adresses IP que vous avez choisies, sinon aucune d’entre elles ne sera acceptée par votre serveur. L’ouverture du coupe-feu pour les services standard est simple et ne nécessite aucune configuration avancée ou compliquée. Les services standard comprennent (mais ne se limitent pas à ceux-ci) : • Service Web • Service de fichiers Apple • Service de fichiers Windows • Service FTP • Partage d’imprimante • DNS/Rendezvous • Réponse Écho ICMP (pings entrants) • IGMP (Internet Gateway Multicast Protocol) • VPN PPTP • VPN L2TP • Diffusion média QTSS • Partage de musique iTunes Pour ouvrir le coupe-feu pour les services standard : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez N’importe quel groupe d’adresses. Si vous voulez désigner des adresses IP ou limiter leur utilisation pour un service standard, il est préférable de créer un groupe d’adresses plutôt que d’utiliser l’option N’importe quel groupe d’adresses. Pour plus d’informations, consultez la section “Création d’un groupe d’adresses” à la page 53. 5 Sélectionnez les services que vous souhaitez autoriser. 6 Cliquez sur Enregistrer. Important : si vous ajoutez ou modifiez un filtre après avoir démarré le service de coupe-feu, ce nouveau filtre affectera les connexions établies avec le serveur. Par exemple, si vous refusez tout accès à votre serveur FTP après le démarrage du service de coupe-feu, les ordinateurs déjà connectés à votre serveur FTP seront déconnectés.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 53 Création d’un groupe d’adresses Vous pouvez définir des groupes d’adresses IP pour vos filtres de coupe-feu. Ces groupes servent à organiser et à cibler les filtres. Le groupe d’adresses par défaut correspond à toutes les adresses. Les adresses peuvent être listées sous forme d’adresse individuelle (192.168.2.2) ou d’adresse IP suivie d’un masque de réseau au format CIDR (192.168.2.0/24). Pour créer un groupe d’adresses : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Cliquez sur Ajouter sous la fenêtre Groupe d’adresses. 5 Saisissez le nom du groupe. 6 Saisissez les adresses et le masque de sous-réseau auxquels vous voulez que les filtres s’appliquent. 7 Cliquez sur OK. Modification ou suppression d’un groupe d’adresses Vous pouvez modifier vos groupes d’adresses pour changer la plage d’adresses IP prise en compte. Le groupe d’adresses par défaut correspond à toutes les adresses. Vous pouvez supprimer des groupes d’adresses de votre liste de filtres de coupe-feu. Les filtres associés à ces adresses seront également supprimés. Les adresses peuvent être répertoriées comme des adresses individuelles (192.168.2.2) ou avec l’adresse IP et le masque de réseau au format CIDR (192.168.2.0/24). Pour modifier ou supprimer un groupe d’adresses : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez le nom du groupe dans la fenêtre Groupe d’adresses. 5 Pour le modifier, cliquez sur le bouton Modifier sous la fenêtre Groupe d’adresses. Pour le supprimer, cliquez sur le bouton Supprimer sous la fenêtre Groupe d’adresses. 6 Modifiez le nom du groupe ou les adresses, selon le cas. 7 Cliquez sur OK. 8 Cliquez sur Enregistrer.54 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Duplication d’un groupe d’adresses Vous pouvez dupliquer des groupes d’adresses de votre liste de filtres de coupe-feu. Cela peut permettre d’accélérer la configuration de groupes d’adresses similaires. Pour dupliquer un groupe d’adresses : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez le nom du groupe dans la fenêtre Groupe d’adresses. 5 Cliquez sur le bouton Dupliquer sous la fenêtre Groupe d’adresses. Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP Vous pouvez utiliser la fenêtre des réglages avancés pour configurer des filtres très spécifiques pour les ports TCP. Les filtres IP contiennent une adresse IP et un masque de sous-réseau. Vous pouvez appliquer un filtre à toutes les adresses IP, à une adresse en particulier ou à une plage d’adresses IP. Les adresses peuvent être répertoriées comme des adresses individuelles (192.168.2.2) ou comme une adresse IP et un masque de réseau CIDR (192.168.2.0/24). Pour créer un filtre IP pour les ports TCP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Avancé. 4 Cliquez sur le bouton Nouveau. Vous pouvez également sélectionner une règle similaire à celle que vous voulez créer et cliquer sur Dupliquer puis sur Modifier. 5 Choisissez si ce filtre doit autoriser ou refuser l’accès en sélectionnant l’option correspondante dans le menu local Action. 6 Choisissez TCP dans le menu local Protocole. 7 Choisissez un service TCP dans le menu local. Pour sélectionner un port de service non standard, choisissez Autre. 8 Si vous le souhaitez, choisissez de consigner les paquets qui correspondent au filtre. 9 Saisissez la plage d’adresses IP source que vous souhaitez filtrer. Si vous voulez que le filtre s’applique à toutes les adresses, choisissez N’importe quel dans le menu local. Si vous avez sélectionné un port de service non standard, saisissez le numéro de port source. 10 Saisissez la plage d’adresses IP de destination que vous souhaitez filtrer.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 55 Si vous voulez que le filtre s’applique à toutes les adresses, choisissez N’importe quel dans le menu local. Si vous avez sélectionné un port de service non standard, saisissez le numéro de port source. 11 Choisissez l’interface réseau à laquelle s’applique ce filtre. 12 Cliquez sur OK. 13 Cliquez sur Enregistrer pour appliquer le filtre immédiatement. Création d’un filtre IP avancé pour les ports UDP Vous pouvez utiliser la fenêtre Réglages avancés pour configurer des filtres très spécifiques pour les ports UDP. De nombreux services utilisent le protocole UDP (User Datagram Protocol) pour communiquer avec le serveur. Par défaut, toutes les connexions UDP sont autorisées. Il est conseillé de n’appliquer que quelques filtres aux ports UDP, voire aucun, car les filtres de refus peuvent entraîner un encombrement important du serveur. Si vous filtrez les ports UDP, ne sélectionnez pas l’option “Consigner tous les paquets acceptés” dans les fenêtres de configuration de filtres d’Admin Serveur. Étant donné que l’UDP est un protocole “sans connexion”, tous les paquets envoyés vers un port UDP seront consignés si vous sélectionnez cette option. Vous devez également autoriser l’accès aux ports UDP à des services spécifiques, tels que : • DNS • DHCP • SLP • Navigation dans le service de noms Windows • Remote Desktop • NFS • NetInfo Les ports UDP supérieurs à 1023 étant affectés de manière dynamique par certains services, il est impossible de déterminer à l’avance leurs numéros de ports précis. Les adresses peuvent être répertoriées comme des adresses individuelles (192.168.2.2) ou comme une adresse IP et un masque de réseau CIDR (192.168.2.0/24). Pour configurer facilement l’accès UDP pour ces ports, reportez-vous à la section “Ouverture du coupe-feu pour les services standard” à la page 52. Si vous avez besoin de réglages de coupe-feu plus avancés pour ces services UDP de base, utilisez les instructions suivantes pour les créer.56 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Pour créer un filtre IP pour les ports UDP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Avancé. 4 Cliquez sur le bouton Nouveau. Vous pouvez également sélectionner une règle similaire à celle que vous voulez créer et cliquer sur Dupliquer puis Modifier. 5 Choisissez si ce filtre doit autoriser ou refuser l’accès en sélectionnant l’option correspondante dans le menu local Action. 6 Choisissez UDP dans le menu local Protocole. 7 Choisissez un service UDP dans le menu local. Pour sélectionner un port de service non standard, choisissez Autre. 8 Si vous le souhaitez, choisissez de consigner les paquets qui correspondent au filtre. 9 Saisissez la plage d’adresses IP source que vous souhaitez filtrer. Si vous voulez que le filtre s’applique à toutes les adresses, choisissez N’importe quel dans le menu local. Si vous avez sélectionné un port de service non standard, saisissez le numéro de port source. 10 Saisissez la plage d’adresses IP de destination que vous souhaitez filtrer. Si vous voulez que le filtre s’applique à toutes les adresses, choisissez N’importe quel dans le menu local. Si vous avez sélectionné un port de service non standard, saisissez le numéro de port source. 11 Choisissez l’interface réseau à laquelle s’applique ce filtre. 12 Cliquez sur OK. 13 Cliquez sur Enregistrer pour appliquer le filtre immédiatement. Modification de filtres IP avancés Si vous modifiez un filtre après avoir activé le service de coupe-feu, vos modifications affecteront les connexions établies avec le serveur. Par exemple, si des ordinateurs sont connectés à votre serveur Web et que vous modifiez le filtre pour refuser tout accès au serveur, les ordinateurs connectés seront déconnectés. Pour modifier des filtres IP avancés : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Avancé.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 57 4 Sélectionnez un filtre et cliquez sur Dupliquer, Modifier ou Supprimer. Si vous supprimez un filtre, vous avez terminé. 5 Modifiez les réglages et cliquez sur Enregistrer. Modification du filtre par défaut Si le serveur reçoit un paquet en utilisant un port ou une adresse IP auquel aucun de vos filtres ne s’applique, le service de coupe-feu utilisera le filtre par défaut. Vous pouvez paramétrer le filtre par défaut pour qu’il refuse ou autorise ces paquets pour des adresses IP spécifiques. Par défaut, le filtre Par défaut refuse l’accès. Vous avez la possibilité, si vous le souhaitez, de modifier le filtre par défaut pour qu’il autorise l’accès. Toutefois, vous ne devez pas prendre cette action à la légère. Si vous changez la valeur par défaut en autorisant l’accès, vous devez refuser de manière explicite tout accès à vos services en configurant des filtres de ports spécifiques pour tous les services nécessitant une protection. Il est recommandé de ne pas modifier le filtre par défaut et d’utiliser la fenêtre Général pour créer des règles avec un degré de priorité plus élevé autorisant l’accès aux services désignés. Pour modifier le filtre par défaut : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez Par défaut et cliquez sur Modifier. 5 Modifiez les réglages et cliquez sur Enregistrer.58 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Contrôle du service de coupe-feu Les coupe-feu sont la première ligne de défense d’un réseau contre les utilisateurs d’ordinateur malveillants (couramment appelés “pirates”). Pour préserver la sécurité de vos ordinateurs et de vos utilisateurs, vous devez contrôler l’activité des coupe-feu et prévenir les éventuelles menaces. Cette section explique comment consigner et contrôler votre coupe-feu. Affichage de la vue d’ensemble de l’état du coupe-feu La vue d’ensemble de l’état affiche un récapitulatif sommaire du service de coupe-feu. Il indique si le service est actif ou non et quelles sont les règles de filtres activées. Pour afficher la vue d’ensemble : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur le bouton Vue d’ensemble. Configuration des historiques du service de coupe-feu Vous pouvez consigner les paquets dont l’accès est refusé par les filtres configurés, les paquets autorisés par ces mêmes filtres, ou les deux à la fois. Les deux options de consignation peuvent générer un grand nombre d’entrées d’historique, risquant de surcharger l’espace disque et de dégrader les performances du serveur. Vous ne devez utiliser l’option “Consigner tous les paquets acceptés” que pour des périodes de temps limitées. Vous pouvez choisir de consigner les paquets autorisés, les paquets refusés et un nombre déterminé de paquets. Pour configurer des historiques : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Sélectionnez les options de consignation voulues. 5 Cliquez sur Enregistrer pour démarrer la consignation. Affichage de l’historique du coupe-feu Chaque filtre que vous créez dans Admin Serveur correspond à une ou plusieurs règles du logiciel de coupe-feu sous-jacent. Les entrées d’historique font apparaître la règle appliquée, les adresses IP du client et du serveur et d’autres types d’informations. Pour consulter l’historique du service de coupe-feu : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Historique.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 59 Voici quelques exemples d’entrées d’historique de coupe-feu et la manière de les interpréter. Exemple d’historique nº1 Dec 12 13:08:16 ballch5 mach_kernel: ipfw: 65000 Unreach TCP 10.221.41.33:2190 192.168.12.12:80 in via en0 Cette entrée indique que le service de coupe-feu a utilisé la règle 65000 pour refuser (unreach) que le client distant de l’adresse 10.221.41.33:2190 n’accède au serveur 192.168.12.12 sur le port Web 80 via le port Ethernet 0. Exemple d’historique nº2 Dec 12 13:20:15 mayalu6 mach_kernel: ipfw: 100 Accept TCP 10.221.41.33:721 192.168.12.12:515 in via en0 Cette entrée indique que le service de coupe-feu a utilisé la règle 100 pour autoriser le client distant 10.221.41.33:721 à accéder au serveur 192.168.12.12 sur le port d’impression LPR 515 via le port Ethernet 0. Exemple d’historique nº3 Dec 12 13:33:15 smithy2 mach_kernel: ipfw: 10 Accept TCP 192.168.12.12:49152 192.168.12.12:660 out via lo0 Cette entrée indique que le service de coupe-feu a utilisé la règle 10 pour s’envoyer un paquet sur le port 660 via le périphérique de bouclage 0. Affichage des paquets refusés L’examen des paquets refusés peut vous aider à identifier les problèmes du service de coupe-feu et à les résoudre. Pour afficher les paquets refusés : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Assurez-vous que la case “Consigner tous les paquets refusés” est cochée. 5 Affichez les entrées d’historique dans Admin Serveur en cliquant sur Historique. Affichage des paquets consignés par règle de filtre L’examen des paquets filtrés peut vous aider à identifier les problèmes du service de coupe-feu et à les résoudre. Pour afficher les paquets filtrés : 1 Activez la consignation des paquets filtrés dans la fenêtre de modification des filtres. Consultez la section “Modification de filtres IP avancés” à la page 56 si vous n’avez pas activé la consignation pour un filtre particulier.60 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 2 Pour afficher les entrées d’historique dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 3 Cliquez sur Historique. Exemples pratiques Les filtres IP que vous créez opèrent ensemble de façon à assurer la sécurité au sein de votre réseau. Les exemples ci-après montrent comment utiliser les filtres pour atteindre certains objectifs spécifiques. Interdiction de l’accès aux utilisateurs Internet Cette section vous montre, à l’aide d’un exemple, comment autoriser l’accès au service Web de votre serveur aux utilisateurs de votre sous-réseau, tout en interdisant son accès au grand public sur Internet. Pour cela : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez N’importe quel groupe d’adresses. 5 Assurez-vous que Service Web est désactivé dans la fenêtre de droite. 6 Cliquez sur le bouton Ajouter pour créer une plage d’adresses. 7 Nommez le groupe d’adresses. 8 Ajoutez la plage d’adresses du réseau local. Pour ce faire, utilisez une adresse exemple du réseau avec son masque de réseau en notation CIDR. Par exemple, si un utilisateur a pour adresse 192.168.1.20 et que le masque de réseau est 255.255.255.0, saisissez alors 192.168.1.20/24. 9 Cliquez sur OK. 10 Sélectionnez le groupe d’adresses nouvellement créé. 11 Sélectionnez “Service Web” dans la fenêtre de droite pour permettre l’accès au Web. 12 Cliquez sur Enregistrer. Blocage du courrier indésirable Cette section vous montre, à l’aide d’un exemple, comment rejeter le courrier d’un expéditeur de courrier indésirable possédant l’adresse IP 17.128.100.0, tout en acceptant tous les autres messages électroniques Internet :Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 61 Pour cela : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez N’importe quel groupe d’adresses. 5 Activez “Courrier SMTP” dans la fenêtre de droite. 6 Cliquez sur le bouton Ajouter pour créer une plage d’adresses. 7 Nommez le groupe d’adresses. 8 Saisissez 17.128.100.0 dans la plage d’adresses pour indiquer l’adresse de l’expéditeur du courrier indésirable. 9 Cliquez sur OK. 10 Sélectionnez le groupe d’adresses nouvellement créé. 11 Désélectionnez “Courrier SMTP” dans la fenêtre de droite pour désactiver le transfert de courrier. 12 Cliquez sur Enregistrer. Client autorisé à accéder au serveur de fichiers Apple Cette section vous montre, sous forme d’exemple, comment autoriser un client possédant l’adresse IP 10.221.41.33 à accéder au serveur de fichiers Apple. Pour cela : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez N’importe quel groupe d’adresses. 5 Désactivez “Service de fichiers Apple” dans la fenêtre de droite. 6 Cliquez sur le bouton Ajouter pour créer une plage d’adresses. 7 Nommez le groupe d’adresses. 8 Saisissez 10.221.41.33 dans la plage d’adresses pour indiquer l’adresse du client. 9 Cliquez sur OK. 10 Sélectionnez le groupe d’adresses nouvellement créé. Important : configurez dans les filtres que vous créez des plages d’adresses très spécifiques pour bloquer le courrier SMTP entrant. Par exemple, si vous définissez un filtre sur le port 25 destiné à refuser le courrier provenant de n’importe quelle adresse, vous empêcherez la distribution du courrier de vos utilisateurs.62 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 11 Sélectionnez “Service de fichiers Apple” dans la fenêtre de droite pour autoriser l’accès aux fichiers. 12 Cliquez sur Enregistrer. Tâches courantes d’administration réseau utilisant le service de coupe-feu Votre coupe-feu est la première ligne de défense contre les intrus non autorisés sur votre réseau, les utilisateurs malveillants et les attaques de virus contre les réseaux. De bien des façons, ces attaques peuvent endommager vos données ou utiliser les ressources de votre réseau. Cette section présente quelques-unes des utilisations courantes du service de coupe-feu dans l’administration réseau. Prévention des attaques par déni de service (DoS) Lorsque le serveur reçoit une requête de connexion TCP d’un client pour lequel l’accès est refusé, il renvoie par défaut une réponse spécifiant que la connexion a été refusée. Cela empêche le client refusé de renvoyer sans cesse sa demande. Un utilisateur malveillant peut toutefois générer une série de requêtes de connexion TCP à partir de l’adresse IP d’un client refusé et forcer le serveur à lui répondre continuellement, bloquant ainsi toutes les autres connexions au serveur. Il s’agit d’un type d’attaque par déni de service. Pour prévenir ce type d’attaque par déni de service : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez N’importe quel groupe d’adresses. 5 Désélectionnez la case “Réponse (ping) à l’écho ICMP”. 6 Cliquez sur Enregistrer. Contrôle ou autorisation de l’utilisation du réseau en peer-to-peer Les administrateurs réseau ont parfois besoin de contrôler l’utilisation des applications de partage de fichiers peer-to-peer (P2P). Ces applications pourraient en effet utiliser la bande passante et les ressources du réseau de façon inappropriée ou disproportionnée. Le partage de fichiers en P2P peut également exposer une entreprise à des risques en termes de sécurité ou de propriété intellectuelle. Important : les attaques par déni de service sont plutôt rares. N’effectuez ces réglages que si vous estimez que votre serveur peut être la cible d’une attaque. Si vous refusez les réponses à l’écho ICMP, les services utilisant le ping pour localiser les services réseau seront incapables de détecter votre serveur.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 63 Vous pouvez couper la mise en réseau P2P en bloquant tout le trafic entrant et sortant sur le numéro de port utilisé par l’application P2P. Il vous faudra déterminer le port utilisé pour chaque réseau P2P dont il est question. Par défaut, le coupe-feu de Mac OS X Server bloque tous les ports non spécifiquement ouverts. Vous pouvez choisir de limiter l’utilisation du réseau P2P aux adresses IP se trouvant derrière le coupe-feu. Pour ce faire, vous devez ouvrir le port P2P pour votre interface LAN, mais continuer de bloquer le port sur l’interface connectée à Internet (interface WAN). Pour apprendre à créer un filtre de coupe-feu, consultez la section “Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP” à la page 54. Contrôle ou activation de l’utilisation des jeux en réseau Les administrateurs réseau ont parfois besoin de contrôler l’utilisation des jeux en réseau. Ces jeux pourraient en effet utiliser la bande passante et les ressources du réseau de façon inappropriée ou disproportionnée. Vous pouvez couper les jeux en réseau en bloquant tout le trafic entrant et sortant sur le numéro de port utilisé par le jeu. Il vous faudra déterminer le port utilisé pour chaque jeu en réseau dont il est question. Par défaut, le coupe-feu de Mac OS X Server bloque tous les ports non spécifiquement ouverts. Vous pouvez choisir de limiter l’utilisation des jeux en réseau aux adresses IP situées derrière le coupe-feu. Pour ce faire, vous devez ouvrir le port approprié sur votre interface LAN, mais continuer de bloquer le port sur l’interface connectée à Internet (interface WAN). Certains jeux ont besoin d’une connexion à un service de jeux, ce qui ne fonctionnera peut-être plus. Pour apprendre à créer un filtre de coupe-feu, consultez la rubrique “Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP” à la page 54. Vous pouvez ouvrir le coupe-feu pour certains jeux en réseau afin que ceux-ci puissent se connecter aux autres joueurs et services de jeux se trouvant en dehors du coupe-feu. Pour cela, vous devez ouvrir le port adéquat sur vos interfaces LAN et WAN. Certains jeux nécessitent l’ouverture de plusieurs ports. Consultez la documentation du jeu pour plus de détails sur la mise en réseau. Pour apprendre à créer un filtre de coupe-feu, consultez la section “Création d’un filtre IP avancé pour les ports TCP” à la page 54. Configuration avancée Vous préférez peut-être utiliser une interface de ligne de commande et un fichier de configuration classique pour configurer le service de coupe-feu de Mac OS X Server. Par exemple, vous disposez peut-être d’un fichier de configuration ipfw existant que vous voulez migrer vers une nouvelle installation Mac OS X Server. Ou vous avez tout simplement besoin de mieux contrôler le coupe-feu pour le dépannage et la détection des intrusions.64 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Contexte Lorsque vous cliquez sur le bouton Enregistrer dans Admin Serveur, toutes les anciennes règles sont purgées afin que les nouvelles règles soient chargées et s’appliquent immédiatement. Cette opération a lieu que le service de coupe-feu IP soit lancé ou arrêté. Si le service de coupe-feu IP est actif, il s’arrête le temps de recharger les règles et redémarre automatiquement. Les nouvelles règles sont chargées depuis trois sources : • Les règles des fenêtres Général et Avancé (stockées dans /etc/ipfilter/ ip_address_groups.plist). • Les règles ipfw configurées manuellement, si elles existent (stockées dans /etc/ ipfilter/ipfw.conf). • La règle de détournement NAT, si le service NAT est actif. Si vous souhaitez insérer vos propres règles dans le fichier ipfw.conf, vous pouvez utiliser un modèle installé sur /etc/ipfilter/ipfw.conf.default. Dupliquez le fichier, renommez-le et modifiez-le en suivant les indications du modèle. Précautions En utilisant la fenêtre Avancé ou en créant vos propres règles, vous pouvez couper le serveur de tout accès réseau. Il peut être nécessaire de redémarrer en mode monoutilisateur pour rétablir l’accès réseau. Pour éviter cela, envisagez de créer une tâche cron pour désactiver périodiquement le coupe-feu pendant que vous testez les règles. N’oubliez pas de désactiver la tâche cron lorsque la machine est mise en production. La commande suivante désactive le coupe-feu : sudo sysctl -w net.inet.ip.fw.enable=0 Et celle-ci l’active : sudo sysctl -w net.inet.ip.fw.enable=1 Ni l’une ni l’autre de ces opérations ne change les règles chargées dans le coupe-feu, elles déterminent juste si ces règles sont appliquées. Création de règles de filtres IP via ipfw La commande ipfw peut-être utilisée conjointement avec le module Coupe-feu d’Admin Serveur lorsque vous souhaitez : • Afficher les règles créées par le module Coupe-feu. Chaque filtre se traduit par une ou plusieurs règles. • Créer des filtres avec des caractéristiques qui ne peuvent pas être définies à l’aide du module Coupe-feu. Il est par exemple conseillé d’utiliser des règles propres à un type particulier de protocole IP, ou bien, de filtrer ou de bloquer les paquets sortants. • Compter le nombre de fois où les règles sont appliquées.Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 65 Si vous utilisez ipfw, veillez à ne pas modifier les règles créées avec le module Coupe-feu. Les modifications apportées aux règles du module Coupe-feu ne sont pas définitives. Le service de coupe-feu recrée toute règle définie à l’aide du module Coupe-feu à chaque redémarrage du service. Voici un récapitulatif du mode d’affectation des numéros de règles par le module de coupe-feu : Révision des règles de filtres IP La commande d’affichage “ipfw show” utilisée dans l’application Terminal permet d’examiner les règles définies pour votre serveur. La commande “show” sert à afficher quatre colonnes d’informations : Lorsque vous tapez : ipfw show Numéro de règle Utilisée par le module Coupe-feu pour 10 Bouclage. 20 Rejet de tout paquet provenant de ou destiné à 127.0.0.0/8 (diffusion). 30 Rejet de tout paquet provenant de 224.0.0.0/3 (diffusion). 40 Rejet des paquets TCP destinés à 224.0.0.0/3 (diffusion). 100–64000 Filtres pour ports spécifiques, définis par l’utilisateur. 63200 Refus des réponses écho “icmp”. Créé lorsque l’option “Refuser la réponse écho ICMP” est sélectionnée dans l’onglet Avancé de la fenêtre de configuration du service de coupe-feu. 63300 Refus du protocole igmp. Créé lorsque l’option “Refuser le protocole IGMP” est sélectionnée dans l’onglet Avancé de la fenêtre Configuration le coupe-feu. 63400 Autorisation de l’accès au port 111 pour tout paquet TCP ou UDP (nécessaire pour NetInfo). Créée lorsqu’un domaine NetInfo partagé est trouvé sur le serveur. 63500 Autorisation de l’accès aux ports des domaines partagés NetInfo pour les paquets TCP et UDP spécifiés par l’utilisateur. Vous pouvez configurer NetInfo pour utiliser un port statique ou pour sélectionner dynamiquement un port de la plage 600 à 1023, puis utiliser la fenêtre de configuration du coupe-feu pour autoriser tous les clients ou certains d’entre eux à accéder à ces ports. 64000–65000 Filtres définis par l’utilisateur comme valeurs par défaut. Colonne Informations 1 Le numéro de la règle. Le degré de priorité de la règle est inversement proportionnel à son numéro. 2 Le nombre d’applications du filtre depuis sa création. 3 Le nombre d’octets auxquels le filtre a été appliqué. 4 Une description de la règle.66 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP Vous verrez des informations similaires à celles-ci : 0010 260 32688 allow log ip from any to any via lo* 0020 0 0 deny log ip from 127.0.0.0/8 to any in 0020 0 0 deny log ip from any to 127.0.0.0/8 in 0030 0 0 deny log ip from 224.0.0.0/3 to any in 0040 0 0 deny log tcp from any to 224.0.0.0/3 in 00100 1 52 allow log tcp from 111.222.33.3 to 111.222.31.3 660 in ... Création de règles de filtres IP Pour créer des règles, utilisez la commande “ipfw add”. L’exemple suivant illustre la création de la règle 200, un filtre qui empêche les paquets TCP provenant d’un client dont l’adresse IP est 10.123.123.123 d’accéder au port 80 du système dont l’adresse IP est 17.123.123.123 : ipfw add 200 deny tcp from 10.123.123.123 to 17.123.123.123 80 Suppression de règles de filtres IP Pour supprimer une règle, utilisez la commande “ipfw delete”. Cet exemple permet de supprimer la règle 200 : ipfw delete 200 Pour plus d’informations, consultez les pages man concernant ipfw. Références de ports Les tableaux suivants répertorient les numéros de ports TCP et UDP généralement utilisés par les ordinateurs Mac OS X et Mac OS X Server. Ces ports peuvent être utilisés lors de la configuration de vos filtres IP. Consultez le site Web www.faqs.org/rfcs pour obtenir la liste des documents RFC référencés dans les tableaux. Port TCP Utilisé pour Référence 7 écho RFC 792 20 Données FTP RFC 959 21 Contrôle FTP RFC 959 22 ssh (shell sécurisé) 23 Telnet RFC 854 25 SMTP (courrier) RFC 821 53 DNS RFC 1034 79 Finger RFC 1288 80 HTTP (Web) RFC 2068 88 Kerberos RFC 1510 106 Serveur de mots de passe Open Directory (avec 3659)Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 67 110 POP3 (courrier) RFC 1081 111 Appel de procédure à distance (RPC) RFC 1057 113 AUTH RFC 931 115 sftp 119 NNTP (nouvelles) RFC 977 123 Synchronisation du serveur horloge de réseau (NTP) RFC 1305 137 Noms Windows 138 Explorateur Windows 139 Fichiers et impression Windows (SMB) RFC 100 143 IMAP (accès au courrier) RFC 2060 311 Administration Web à distance AppleShare IP, Contrôle de serveur, Admin Serveur (servermgrd), Gestionnaire de groupe de travail (DirectoryService) 389 LDAP (annuaires) Recherche LDAP Sherlock 2 RFC 2251 427 SLP (localisation de services) 443 SSL (HTTPS) 514 shell 515 LPR (impression) RFC 1179 532 netnews 548 AFP (AppleShare) 554 RTSP, protocole de diffusion en temps réel (QTSS) RFC 2326 600–1023 Services RPC pour Mac OS X (par exemple, NetInfo) 625 Accès au répertoire distant 626 Administration IMAP (service de courrier Mac OS X et courrier AppleShare IP 6.x) 636 LDAP SSL 660 Réglages de serveur, Gestionnaire de serveur Port TCP Utilisé pour Référence68 Chapitre 3 Service de coupe-feu IP 687 Utilisateurs et groupes partagés AppleShare IP, Contrôle de serveur, Admin Serveur (servermgrd) 749 Administration Kerberos à l’aide de l’outil à ligne de commande kadmind 1220 Admin QTSS 1694 Basculement IP 1723 VPN PPTP RFC 2637 2049 NFS 2236 Gestionnaire Macintosh 3031 Lien entre les applications 3659 Serveur de mots de passe Open Directory (avec 106) 7070 RTSP, protocole de diffusion en temps réel (QTSS) 8000–8999 Service Web 16080 Service Web avec cache performances Port UDP Utilisé pour Référence 7 écho 53 DNS 67 Serveur DHCP (BootP) 68 Client DHCP 69 Protocole de transfert de fichiers TFTP 111 Appel de procédure à distance (RPC) 123 Protocole de synchronisation d’horloge (NTP) RFC 1305 137 Service WINS (Windows Name Service) 138 Windows Datagram Service 161 Protocole SNMP (Simple Network Management Protocol) 427 SLP (localisation de services) 497 Retrospect 513 who Port TCP Utilisé pour RéférenceChapitre 3 Service de coupe-feu IP 69 Autres sources d’informations Pour plus d’informations sur ipfw : Vous trouverez plus d’informations sur ipfw, le processus qui contrôle le service de coupe-feu IP, en accédant à sa page man. Elle explique comment accéder à ses fonctions et les implémenter. Pour accéder à la page man, utilisez l’application Terminal pour saisir : man ipfw Les documents RFC Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site Web www.faqs.org/rfcs. La section “Références de ports” contient plusieurs numéros de RFC pour divers protocoles. Vous trouverez également de la documentation sur les adresses de multidiffusion importantes dans le document RFC le plus récent sur l’affectation de numéros, actuellement RFC 1700. 514 Syslog 554 RTSP, protocole de diffusion en temps réel (QTSS) 600–1023 Services RPC pour Mac OS X (par exemple, NetInfo) 985 NetInfo (lors de la création d’un domaine partagé à l’aide de Configuration de domaine NetInfo) 2049 Network File System (NFS) 3031 Lien entre les applications 3283 Assistant réseau Apple, Remote Desktop Apple 5353 Rendezvous (mDNSResponder) 6970 et supérieurs QTSS (Serveur Enchaînement QuickTime) 7070 Protocole RTSP alternatif (QTSS) Port UDP Utilisé pour Référence4 71 4 Service NAT La traduction d’adresse de réseau (NAT) est plus couramment appelée masquage d’adresses IP. Le système NAT est utilisé pour autoriser plusieurs ordinateurs à accéder à Internet en leur affectant une seule adresse IP. Il vous permet de créer un réseau privé qui accède à Internet via un routeur ou une passerelle NAT. Le routeur NAT reçoit tout le trafic provenant de votre réseau privé et mémorise les adresses internes qui ont effectué les requêtes. Lorsque le routeur NAT reçoit la réponse à la requête, il la fait suivre à l’ordinateur à partir duquel elle a été émise. Le trafic provenant d’Internet n’atteint donc aucun ordinateur situé derrière le routeur NAT, sauf si l’option de réexpédition de port est activée. L’activation de NAT sur Mac OS X Server nécessite un contrôle détaillé de DHCP, qui est donc configuré séparément dans Admin Serveur. Pour en savoir plus sur DHCP, reportez-vous au chapitre 1, “Service DHCP”, à la page 7. L’activation de NAT crée aussi automatiquement une règle de détournement de la configuration de coupe-feu. Démarrage et arrêt du service NAT Admin Serveur vous permet de démarrer et d’arrêter le service NAT sur votre interface réseau par défaut. Le démarrage du service NAT provoque également le démarrage de DHCP pour l’interface par défaut. Pour démarrer le service NAT : 1 Dans Admin Serveur, sélectionnez NAT dans la fenêtre Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Démarrer le service. Une fois le service lancé, l’option Arrêter le service devient disponible.72 Chapitre 4 Service NAT Configuration du service NAT Admin Serveur vous permet d’indiquer l’interface réseau connectée à Internet ou à un autre réseau externe. Pour configurer le service NAT : 1 Dans Admin Serveur, sélectionnez NAT dans la fenêtre Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Choisissez l’interface réseau voulue dans le menu local “Partagez votre connexion depuis : Cette interface doit correspondre à celle qui est connectée à Internet ou à un réseau externe. 4 Cliquez sur Enregistrer. Contrôle du service NAT Il peut s’avérer utile de contrôler le service NAT pour le dépannage et la sécurité. Cette section décrit la vue d’ensemble de l’état du NAT et le contrôle de l’activité de détournement du NAT. Affichage de la vue d’ensemble de l’état du NAT La vue d’ensemble de l’état du NAT vous permet de voir si le service fonctionne et combien de liens de protocoles sont actifs. Pour afficher la vue d’ensemble : 1 Dans Admin Serveur, choisissez Service NAT dans la liste Ordinateurs et service . 2 Cliquez sur le bouton Vue d’ensemble. Affichage de l’activité NAT Lorsque le service NAT est activé, il crée un filtre de détournement de paquets dans le service Coupe-feu IP. Vous pouvez afficher les événements de détournement de paquets NAT qui ont été consignés par le service de coupe-feu. Les historiques sont utiles pour le dépannage et la configuration du réseau. Pour résoudre les problèmes liés au NAT, vous devez créer la règle manuellement et activer la consignation des paquets autorisés par la règle.Chapitre 4 Service NAT 73 Pour afficher l’historique de détournement NAT : 1 Dans l’application Terminal, saisissez : ipfw add 10 divert natd all from any to any via correspond à l’interface réseau sélectionnée dans la section NAT d’Admin Serveur. 2 Dans Admin Serveur, choisissez Coupe-feu dans la liste Ordinateurs et services. 3 Cliquez sur Réglages. 4 Cliquez sur l’onglet Avancé. 5 Sélectionnez la règle que vous venez de créer. 6 Cliquez sur le bouton Modifier. 7 Choisissez de consigner les paquets qui correspondent au filtre. 8 Cliquez sur OK. 9 Dans Admin Serveur, choisissez Service NAT dans la liste Ordinateurs et services. 10 Cliquez sur Réglages. 11 Cliquez sur Consignation. 12 Activez la consignation. 13 Cliquez sur Enregistrer. 14 Cliquez sur le bouton Historique pour afficher l’historique. Autres sources d’informations Pour plus d’informations sur natd : Vous trouverez plus d’informations sur natd, le démon qui contrôle le service NAT, en accédant à sa page man. Elle explique comment accéder à ses fonctions et les implémenter. Pour accéder à la page man, utilisez l’application Terminal pour saisir : man natd Les documents RFC Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site Web www.faqs.org/rfcs Pour les descriptions du NAT, consultez les documents RFC 1631 et RFC 3022.5 75 5 Service VPN Un réseau privé virtuel (VPN) correspond à deux ou plusieurs ordinateurs ou réseaux (noeuds) connectés par un lien privé de données cryptées. Ce lien simule une connexion locale, comme si l’ordinateur distant était relié au réseau local (LAN). Les VPN permettent aux utilisateurs travaillant depuis leur domicile ou en dehors du réseau LAN de s’y connecter en toute sécurité à l’aide de n’importe quelle connexion réseau, comme Internet. Du point de vue de l’utilisateur, la connexion VPN apparaît comme un lien privé dédié. La technologie VPN permet également aux filiales d’une organisation de se connecter à Internet, tout en conservant des communications sécurisées. La connexion VPN via Internet joue le rôle d’un lien WAN (Wide Area Network) entre les sites. Les VPN présentent aussi de nombreux avantages pour les organisations dont les ressources d’ordinateurs sont physiquement séparées. Par exemple, chaque utilisateur ou noeud distant utilise les ressources réseau de son fournisseur d’accès à Internet (FAI) au lieu d’être relié directement, par câble, à l’emplacement principal. Les VPN permettent également aux utilisateurs de portables vérifiés d’accéder aux ressources d’ordinateurs privés (serveurs de fichiers, etc.) depuis n’importe quelle connexion Internet. Enfin, le VPN peut permettre de relier plusieurs réseaux LAN entre eux sur de grandes distances en utilisant l’infrastructure Internet existante. Ce chapitre explique la méthode d’authentification VPN, les protocoles de transport et les modes de configuration, de gestion et de contrôle du service VPN. Il ne contient pas d’instructions sur la configuration des clients VPN devant utiliser votre serveur VPN.76 Chapitre 5 Service VPN VPN et sécurité Les VPN assurent la confidentialité et l’inaltérabilité des données grâce à une authentification stricte de l’identité et au transport de données cryptées entre les noeuds. La section suivante contient des informations sur toutes les méthodes de transport et d’authentification gérées. Méthode d’authentification Le VPN Mac OS X Server utilise le protocole MS-CHAPv2 (Challenge Handshake Authentication Protocol version 2) de Microsoft pour l’authentification. Il s’agit également du système d’authentification standard de Windows pour les VPN. Cette méthode d’authentification encode les mots de passe lorsqu’ils sont envoyés sur le réseau et les stocke sous une forme brouillée sur le serveur pour garantir un bon niveau de sécurité lors de la transmission réseau. Cette méthode d’authentification est la méthode par défaut disponible pour les deux protocoles de transport décrits dans la section suivante. Mac OS X Server gère plusieurs méthodes d’authentification. Chacune d’elles possède ses propres avantages et ses exigences. Il est impossible de choisir votre méthode d’authentification à l’aide d’Admin Serveur. Si vous voulez configurer un système d’authentification différent de celui défini par défaut (pour utiliser par exemple le système d’authentification SecurID de RSA Security), il vous faudra modifier manuellement le fichier de configuration du VPN. Ce fichier de configuration se trouve dans : /Bibliothèque/Preferences/SystemConfiguration/com.apple.RemoteAccessServers.plist Protocoles de transport Vous avez la possibilité d’activer l’un ou l’autre, ou les deux protocoles de transport crypté. Chacun d’eux possède ses avantages propres et ses conditions requises. Protocole PPTP (Point to Point Tunneling) PPTP est le protocole VPN standard de Windows. PPTP offre un bon cryptage et gère plusieurs systèmes d’authentification. Il utilise le mot de passe fourni par l’utilisateur pour produire une clé de cryptage. Vous pouvez également autoriser un cryptage de sécurité 40 bits (faible) en plus du cryptage par défaut 128 bits (fort) si vos clients VPN en ont besoin. PPTP est nécessaire si vous disposez de clients Windows ou Mac OS X 10.2.x.Chapitre 5 Service VPN 77 Protocole L2TP/IPSec (Layer Two Tunnelling Protocol, Secure Internet Protocol) Le protocole L2TP/IPSec utilise un cryptage de sécurité IP (IPSec) fort pour la “tunnelisation” des données depuis et vers les noeuds réseau. Il s’agit ni plus ni moins d’une combinaison du protocole L2F de Cisco et du protocole PPTP. IPSec requiert des certificats de sécurité émis par une autorité de certification telle que Verisign, ou un secret partagé prédéfini entre les noeuds connectés. Le secret partagé doit être saisi sur le serveur et sur un client. Il ne s’agit pas d’un mot de passe d’authentification, mais plutôt d’un code utilisé pour générer les clés de cryptage afin d’établir des tunnels sécurisés entre les noeuds. Avant de configurer le service VPN Avant de configurer le service VPN (Virtual Private Network), vous devez choisir le protocole de transport à utiliser. Le tableau ci-dessous présente les protocoles gérés par les différentes plate-formes. Si vous utilisez le protocole L2TP, vous devez posséder un certificat de sécurité émis par une autorité de certification telle que Verisign, ou un secret partagé prédéfini entre les noeuds connectés. Si vous optez pour le secret partagé, sachez qu’il doit également être sécurisé (8-12+ caractères alphanumériques avec ponctuation) et gardé secret par les utilisateurs. Si vous utilisez le protocole PPTP, vous devez vous assurer que tous vos clients gèrent les connexions PPTP 128 bits, pour une sécurité optimale du transport. Sachez qu’en activant une sécurité de transport 40 bits, vous vous exposez à des risques importants en matière de sécurité. Gestion du service VPN Cette section décrit les tâches associées à la gestion du service VPN. Ces tâches incluent le démarrage, l’arrêt et la configuration du service. Démarrage ou arrêt du service VPN Vous utilisez Admin Serveur pour démarrer ou arrêter le service VPN. Pour démarrer ou arrêter le service VPN : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Assurez-vous qu’au moins un protocole de transport est activé et configuré. Si vous avez des... vous pouvez utiliser L2TP/IPSec. vous pouvez utiliser PPTP. Clients Mac OS X 10.3.x X X Clients Mac OS X 10.2.x X Clients Windows X (sous Windows XP) X Clients Linux ou Unix X X78 Chapitre 5 Service VPN 3 Cliquez sur Démarrer le service ou Arrêter le service. Lorsque le service est activé, le bouton Arrêter le service est disponible. Activation et configuration du protocole de transport L2TP Utilisez Admin Serveur pour désigner L2TP comme protocole de transport. En activant ce protocole, vous devez également configurer les réglages des connexions. Vous devez définir un secret partagé IPSec (sauf si vous détenez un certificat de sécurité d’une autorité de certification), la plage d’affectation d’adresses IP à fournir à vos clients et le groupe destiné à recevoir les autorisations VPN (si nécessaire). Si les protocoles L2TP et PPTP sont utilisés ensemble, chaque protocole devra disposer d’une plage d’adresses distincte et ces plages ne pourront pas se chevaucher. Pour activer le protocole L2TP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez L2TP. 5 Saisissez le secret partagé. 6 Définissez la première adresse IP de la plage d’affectation. 7 Définissez la dernière adresse IP de la plage d’affectation. 8 Saisissez le groupe ayant accès à l’ouverture de session VPN. Vous pouvez utiliser le bouton Utilisateurs et groupes pour rechercher un groupe. Si vous laissez ce champ vide, tous les groupes de travail auront accès à l’ouverture de session VPN. 9 Cliquez sur Enregistrer. Activation et configuration du protocole de transport PPTP Utilisez Admin Serveur pour désigner PPTP comme protocole de transport. En activant ce protocole, vous devez également configurer les réglages des connexions.Vous devez indiquer la longueur de la clé de cryptage (40 bits en plus de 128 bits), la plage d’affectation des adresses IP à donner à vos clients et le groupe destiné à recevoir les autorisations VPN (si nécessaire).Si les protocoles L2TP et PPTP sont utilisés ensemble, chaque protocole devra disposer d’une plage d’adresses distincte et ces plages ne pourront pas se chevaucher. Pour activer le protocole PPTP : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Général. 4 Sélectionnez PPTP.Chapitre 5 Service VPN 79 5 Si vous le souhaitez, sélectionnez “Autoriser les clés de cryptage 40 bits” pour autoriser ces clés à être utilisées en plus des clés 128 bits. 6 Définissez l’adresse de départ et les adresses IP de la plage d’affectation. 7 Saisissez le groupe ayant accès à l’ouverture de session VPN. Vous pouvez utiliser le bouton Utilisateurs et groupes pour rechercher un groupe. Si vous laissez ce champ vide, tous les groupes de travail auront accès à l’ouverture de session VPN. 8 Cliquez sur Enregistrer. Configuration de réglages réseau supplémentaires pour les clients VPN Lorsqu’un utilisateur se connecte à votre serveur via le service VPN, il reçoit une adresse IP tirée de votre plage d’adresses affectées. Si cette plage n’est pas desservie par un serveur DHCP, vous allez devoir configurer des réglages réseau supplémentaires. Ces réglages incluent le masque de réseau, l’adresse du DNS et les domaines de recherche. Pour configurer des réglages réseau supplémentaires : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet d’informations sur les clients. 4 Saisissez le masque de réseau de votre plage d’adresses IP affectées. 5 Saisissez l’adresse IP du serveur DNS. 6 Saisissez si nécessaire les domaines de recherche. 7 Cliquez sur Enregistrer. Configuration des définitions de routage réseau VPN Les définitions de routage réseau VPN vous permettent d’acheminer des données provenant d’une adresse spécifique via le tunnel VPN ou un réseau non sécurisé. Vous pouvez par exemple décider que tout le trafic destiné à la plage d’adresses IP du réseau LAN passe par le tunnel sécurisé avant d’arriver au LAN, mais que le trafic en direction des autres adresses soit acheminé via la connexion Internet normale, non sécurisée, de l’utilisateur. Cela peut vous aider à mieux contrôler le trafic du tunnel VPN. Les définitions suivantes ne sont pas classées dans l’ordre ; elles appliquent uniquement la description qui correspond le mieux au paquet acheminé. Avertissement : les clés de cryptage 40 bits sont moins sûres, mais il peut être nécessaire de les autoriser pour certaines applications clients VPN.80 Chapitre 5 Service VPN Pour créer les définitions de routage : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Informations sur les clients. 4 Cliquez sur le bouton Ajouter sous la liste des définitions de routage. 5 Saisissez la plage d’adresses des paquets à acheminer. 6 Saisissez le masque de réseau de la plage d’adresses à acheminer. 7 Sélectionnez la destination de routage dans le menu local. Privé signifie un acheminement via le tunnel VPN. Public signifie utiliser l’interface normale, sans tunnel. Contrôle du service VPN Cette section décrit les tâches associées au contrôle d’un service VPN en cours de fonctionnement. Cela comprend l’accès aux rapports d’état, le réglage des options de consignation, l’affichage des historiques et le contrôle des connexions. Affichage de la vue d’ensemble de l’état du VPN La vue d’ensemble VPN vous fournit un bref rapport d’état sur vos services VPN actifs. Elle vous indique le nombre de clients L2TP et PPTP connectés, la méthode d’authentification sélectionnée et l’heure de démarrage du service. Pour afficher la vue d’ensemble : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur le bouton Vue d’ensemble. Configuration du niveau de détail de l’historique du service VPN Vous pouvez choisir le niveau de détail de l’historique du service VPN. • La consignation non maximale ne signale que les cas nécessitant une action immédiate (par exemple, si le service VPN ne démarre pas). • La consignation maximale enregistre toute l’activité du service VPN, y compris les fonctions de routine. La consignation non maximale est définie par défaut. Pour définir le niveau de détail de l’historique VPN : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Sélectionnez Maximale pour activer la consignation maximale, si vous le souhaitez. 5 Cliquez sur Enregistrer.Chapitre 5 Service VPN 81 Configuration de l’intervalle d’archivage de l’historique VPN Mac OS X Server peut archiver automatiquement les historiques du service VPN après une certaine durée. Chaque historique archivé est compressé afin qu’il utilise moins d’espace disque que le fichier d’historique d’origine. Vous pouvez personnaliser la fréquence d’archivage des historiques en choisissant des intervalles réguliers, mesuré en jours. Pour configurer l’intervalle d’archivage des historiques : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Réglages. 3 Sélectionnez l’onglet Consignation. 4 Sélectionnez “Archiver l’historique tous les ___ jours”. 5 Saisissez l’intervalle de renouvellement de l’archivage d’historique souhaité. 6 Cliquez sur Enregistrer. Affichage de l’historique du VPN Vous allez devoir contrôler les historiques VPN pour garantir le bon fonctionnement de votre réseau privé virtuel. Les historiques VPN peuvent vous aider à résoudre les problèmes. Pour afficher l’historique : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Historiques. Affichage des connexions client VPN Vous pouvez contrôler les connexions client VPN pour garantir un accès sécurisé au réseau privé virtuel (VPN). L’écran des connexions client vous permet de voir l’utilisateur qui est connecté, l’adresse IP à partir de laquelle il s’est connecté, l’adresse IP affectée par votre réseau, ainsi que le type et la durée de la connexion. Vous pouvez trier la liste en cliquant sur les en-têtes de colonne. Pour afficher les connexions client : 1 Dans Admin Serveur, choisissez le service VPN dans la liste Ordinateurs et services. 2 Cliquez sur Connexions. Autres sources d’informations Pour plus d’informations sur le protocole L2TP/IPSec : L’IETF (Internet Engineering Task Force) travaille à la création de normes standard formelles pour le système d’authentification d’utilisateur L2TP/IPsec. Consultez le site Web www.ietf.org/ids.by.wg/ipsec.html (en anglais) pour obtenir des informations supplémentaires.82 Chapitre 5 Service VPN Les documents RFC Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site Web www.faqs.org/rfcs • Pour une description du protocole L2TP, consultez le document RFC 2661. • Pour une description du protocole PPTP, consultez le document RFC 2637.6 83 6 Service NTP Le protocole NTP (Network Time Protocol) est un protocole réseau utilisé pour synchroniser les horloges des ordinateurs de votre réseau sur l’heure d’une horloge de référence. Le protocole NTP est utilisé pour garantir que tous les ordinateurs du réseau affichent la même heure. Si un réseau isolé, voire un seul ordinateur, fonctionne avec la mauvaise heure, les services utilisant l’horodatage (comme le service de courrier ou le service Web utilisant des cookies horodatés) enverront des dates et des heures erronées et ne seront donc plus synchronisés avec les autres ordinateurs sur Internet. Par exemple, un message électronique pourrait arriver plusieurs minutes ou années avant son envoi (d’après l’horodatage) et la réponse à ce message pourrait arriver avant que l’original n’ait été envoyé. Fonctionnement du service NTP NTP utilise le temps universel coordonné UTC, (Universal Time Coordinated) comme heure de référence. L’heure UTC se fonde sur une résonance atomique, c’est pourquoi les horloges qui affichent l’heure UTC sont souvent appelées “horloges atomiques”. Les serveurs NTP officiels sur Internet (appelés serveurs de Strate 1) donnent l’heure UTC exacte, d’autres serveurs subordonnés (appelés serveurs de Strate 2 et 3) interrogent régulièrement les serveurs de strate 1 et estiment le temps nécessaire pour envoyer et recevoir la requête sur le réseau. Ils combinent ensuite cette estimation avec le résultat de la requête pour synchroniser l’heure des serveurs de strate 2 ou 3. La précision des estimations est de l’ordre de la nanoseconde. Votre réseau local peut alors synchroniser son horloge sur les serveurs de strate 3. Le processus se répète ainsi de suite. Un ordinateur client NTP de votre réseau prend pour référence l’heure UTC et la convertit en heure locale d’après ses propres réglages de fuseau horaire et règle son horloge interne en conséquence.84 Chapitre 6 Service NTP Utilisation du service NTP sur votre réseau Mac OS X Server peut servir non seulement de client NTP, recevant l’heure officielle d’un serveur de temps sur Internet, mais aussi de serveur de temps de référence pour un réseau. Vos clients locaux peuvent interroger votre serveur pour synchroniser leur horloge. Si vous définissez votre serveur pour qu’il réponde aux requêtes de temps, il est conseillé de le configurer également pour qu’il se synchronise sur un serveur de référence sur Internet. Configuration du service NTP Si vous choisissez d’exécuter le service NTP sur votre réseau, assurez-vous que votre serveur désigné peut accéder à un serveur de temps de référence plus élevé. Apple fournit un serveur de temps de strate 2 à ses clients sur le site time.apple.com. En outre, vous devez vous assurer que votre coupe-feu autorise les requêtes NTP vers un serveur de temps de référence sur le port UDP 123, ainsi que les requêtes entrantes provenant des clients locaux sur le même port. Pour plus d’informations sur la configuration de votre coupe-feu, consultez le chapitre 3, “Service de coupe-feu IP”, à la page 45. Pour configurer le service NTP : 1 Assurez-vous que votre serveur est bien configuré pour “Régler automatiquement la date et l’heure”. Ce réglage s’effectue dans la fenêtre Date et heure des Préférences Système, ou dans la fenêtre Réglages d’Admin Serveur sur le serveur. 2 Ouvrez Admin Serveur et sélectionnez le serveur que vous souhaitez utiliser comme serveur de temps. 3 Cliquez sur Réglages. 4 Cliquez sur l’onglet Avancé. 5 Sélectionnez Activer NTP. 6 Cliquez sur Enregistrer.Chapitre 6 Service NTP 85 Configuration du service NTP sur les ordinateurs clients Si vous avez configuré un serveur de temps local, vous pouvez configurer vos clients pour qu’ils interrogent ce serveur de temps afin d’obtenir la date et l’heure du réseau. Par défaut, les clients peuvent se synchroniser sur le serveur de temps Apple. Ces instructions vous permettent de configurer vos ordinateurs clients pour qu’ils interrogent votre serveur de temps. Pour configurer le service NTP sur vos ordinateurs clients : 1 Ouvrez les Préférences Système. 2 Cliquez sur Date et heure. 3 Sélectionnez l’onglet Horloge de réseau. 4 Sélectionnez “Régler automatiquement la date et l’heure”. 5 Sélectionnez et supprimez le texte qui se trouve dans le champ au lieu d’utiliser le menu local. 6 Saisissez le nom d’hôte de votre serveur de temps. Le nom d’hôte peut correspondre à un nom de domaine (tel que “temps.exemple.com”) ou à une adresse IP. 7 Quittez Préférences Système. Autres sources d’informations Vous trouverez le groupe de travail, la documentation et un F.A.Q. concernant le service NTP sur le site Web www.ntp.org (en anglais). Les documents RFC Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site Web www.faqs.org/rfcs La spécification officielle de la version 3 du service NTP correspond au document RFC 1305.7 87 7 Gestion de IPv6 IPv6 est l’abréviation de “Internet Protocol Version 6”. IPv6 est le protocole Internet nouvelle génération conçu pour remplacer le protocole Internet actuel, IP Version 4 (IPv4, ou simplement IP). Le protocole Internet actuel commence à être confronté à des problèmes liés à la croissance et à la popularité d’Internet. Les principaux problèmes liés à IPv4 sont : • Les limites de l’adressage IP. Les adresses IPv4 sont de 32 bits, ce qui signifie qu’il ne peut exister que 4 300 000 000 adresses réseau. • Le poids accru de la configuration et du routage. À mesure que le nombre d’ordinateurs connectés à Internet augmente, la charge sur le réseau, la mémoire et le temps nécessaires à l’acheminement des informations IPv4 s’accroissent rapidement. • La communication de bout en bout est couramment contournée. Cela est en réalité une conséquence du problème d’adressage d’IPv4. À mesure que le nombre d’ordinateurs augmente et que le manque d’adresses s’accentue, un autre service d’adressage et de routage, le service de traduction d’adresses réseau ou NAT (Network Address Translation), s’est développé pour servir d’intermédiaire et séparer les deux points finaux du réseau. Cela s’avère restrictif et freine un certain nombre de services réseau. IPv6 permet de résoudre certains de ces problèmes et d’en réduire d’autres. Il apporte des améliorations dans des domaines tels que le routage et la configuration automatique de réseau. Il a permis d’augmenter le nombre d’adresses réseau, pour atteindre plus de 3 x1038 , et de supprimer le recours au protocole NAT. Il est prévu qu’IPv6 remplace progressivement IPv4 lors des prochaines années et que les deux protocoles coexistent pendant la transition. Ce chapitre répertorie les services compatibles IPv6 utilisés par Mac OS X Server, donne les lignes directrices pour l’utilisation des adresses IPv6 dans ces services et explique les types d’adresse IPv6 et leur notation.88 Chapitre 7 Gestion de IPv6 Services compatibles IPv6 Les services suivants de Mac OS X Server gèrent IPv6 pour l’adressage : • DNS (BIND) • Coupe-feu IP • Courrier (POP/IMAP/SMTP) • SMB • Web (Apache 2) De plus, certains outils à ligne de commande installés dans Mac OS X Server gèrent IPv6 (par exemple, ping6 et traceroute6). Adresses IPv6 dans Admin Serveur Les services ci-dessus ne gèrent pas les adresses IPv6 dans l’interface utilisateur. Ils peuvent être configurés à l’aide d’outils à ligne de commande de façon pour ajouter des adresses IPv6, mais ces mêmes adresses ne donneront rien si elles sont saisies dans les champs d’adresse d’Admin Serveur. Adresses IPv6 Les adresses IPv6 sont différentes des adresses IPv4. À la modification des adresses s’ajoute la modification de la notation d’adresse, des adresses réservées, du modèle d’adresse et des types d’adresse. Notation Alors que les adresses IPv4 ont une longueur de 4 octets et sont exprimées en décimales, les adresses IPv6 ont une longueur de 16 octets et peuvent être exprimées de multiples façons. Les adresses IPv6 s’écrivent généralement de la façon suivante : xxxx:xxxx:xxxx:xxxx:xxxx:xxxx:xxxx:xxxx Les groupes d’octets IPv6 sont séparés par le caractère deux-points et chaque octet est représenté par une paire de nombres hexadécimaux, comme le montre l’exemple suivant : E3C5:0000:0000:0000:0000:4AC8:C0A8:6420 ou E3C5:0:0:0:0:4AC8:C0A8:6420Chapitre 7 Gestion de IPv6 89 Les adresses IPv6 contiennent souvent plusieurs octets de valeur zéro, une notation abrégée est donc autorisée. Cette notation abrégée permet d’omettre l’écriture des zéros et de les remplacer par un double deux-points, comme suit : E3C5::4AC8:C0A8:6420 Le dernier type de notation comprend les adresses IPv4. Comme beaucoup d’adresses IPv6 sont des extensions d’adresses IPv4, le groupe de quatre octets situé le plus à droite de l’adresse IPv6 peut être réécrit en notation IPv4. Cette notation mixte (à partir de l’exemple ci-dessus) pourrait être exprimée de la façon suivante : E3C5:4AC8:192.168.100.32 Adresses réservées IPv6 IPv6 réserve deux adresses que les noeuds de réseau ne peuvent pas utiliser pour leurs besoins de communication : 0:0:0:0:0:0:0:0 (adresse non spécifiée, interne au protocole) 0:0:0:0:0:0:0:1. (adresse de bouclage, comme 127.0.0.1 dans IPv4) Modèle d’adressage IPv6 Les adresses IPv6 sont affectées aux interfaces (votre carte Ethernet, par exemple) et non aux noeuds (votre ordinateur, par exemple). Plusieurs adresses IPv6 peuvent être affectées à une même interface. En outre, une même adresse IPv6 peut être affectée à plusieurs interfaces pour le partage de charge. Enfin, les routeurs n’ont pas besoin d’adresse IPv6, ce qui évite d’avoir à les configurer pour les monodiffusions point à point. De plus, IPv6 n’utilise pas les classes d’adresses IPv4. Types d’adresse IPv6 IPv6 gère les trois types d’adresse IP suivants : • Unicast (communication un à un) • Multicast (communication un à plusieurs) • Anycast Vous remarquerez que le protocole IPv6 ne gère plus les adresses broadcast. La préférence a été accordée au multicast pour les diffusions réseau. Sinon, les adresses unicast et multicast dans IPv6 sont les mêmes que dans IPv4. Avec IPV6, les adresses multidiffusions (multicast) commencent par “FF” (255). Anycast est une variante du multicast. Tandis que les adresses multicast distribuent les messages à tous les noeuds du groupe multicast, les adresses anycast ne les distribuent qu’à un seul noeud du groupe.90 Chapitre 7 Gestion de IPv6 Autres sources d’informations Le site Web (en anglais) du groupe de travail sur le protocole IPv6 (Internet Protocol Version 6) se trouve à l’adresse : www.ipv6.org Un groupe de passionnés d’IPv6 tient à jour la liste des applications compatibles IPv6 sur le site Web (en anglais) www.ipv6forum.com/navbar/links/v6apps.htm Les documents RFC Les documents RFC (Request for Comments) offrent un aperçu d’un protocole ou service et présentent de manière détaillée comment le protocole doit se comporter. Si vous êtes administrateur serveur débutant, vous trouverez probablement certaines informations utiles dans les RFC. Si vous êtes administrateur serveur expérimenté, vous trouverez tous les détails techniques sur un protocole particulier dans le document RFC correspondant. Vous pouvez rechercher les documents RFC par numéro sur le site Web www.faqs.org/rfcs Il existe plus de 29 documents RFC relatifs à IPv6. Vous trouverez cette liste sur le site (en anglais) http://www.ipv6.org/specs.html 91 Glossaire Glossaire Ce glossaire définit les termes et explique les abréviations que vous pouvez rencontrer en utilisant l’aide en ligne ou en lisant le manuel Mac OS X Server Administration des services réseau pour la version 10.3 ou ultérieure. Les références à des termes définis ailleurs dans ce glossaire apparaissent en italiques. adresse IP Adresse numérique unique qui identifie un ordinateur sur Internet. adresse IP dynamique Adresse IP attribuée pour une durée limitée ou jusqu’à ce que l’ordinateur client n’en ait plus besoin. adresse IP statique Adresse IP affectée de manière permanente à un ordinateur ou un périphérique. Attaque DoS (déni de service) Attaque Internet qui utilise de milliers de pings réseau dans le but d’empêcher l’utilisation légitime d’un serveur. bit Unité élémentaire d’information ayant pour valeur 0 ou 1. chemin de recherche Voir politique de recherche. coupe-feu Logiciel destiné à protéger les applications réseau exécutées sur votre serveur. Le service de coupe-feu IP, inclus dans le logiciel Mac OS X Server, examine les paquets IP entrants et les rejette ou les accepte en fonction d’un jeu de filtres que vous créez. délai de bail Période limitée durant laquelle les adresses IP sont affectées. En utilisant des délais courts, le protocole DHCP peut réaffecter des adresses IP sur les réseaux ayant plus d’ordinateurs que d’adresses IP. DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) Protocole utilisé pour la répartition d’adresses IP entre les ordinateurs clients. Chaque fois qu’un ordinateur client démarre, le protocole recherche un serveur DHCP et demande une adresse IP au serveur DHCP rencontré. Le serveur DHCP cherche une adresse IP disponible et l’envoie à l’ordinateur client accompagnée d’un délai de bail (période pendant laquelle l’ordinateur client est autorisé à utiliser l’adresse). diffusion La transmission d’une copie d’un flux sur l’ensemble du réseau. 92 Glossaire DNS (Domain Name System) Base de données distribuée qui fait correspondre des adresses IP à des noms de domaines. Un serveur DNS, appelé également “serveur de noms”, conserve une liste des noms et des adresses IP associées à chaque nom. domaine local Domaine de répertoires accessible uniquement à partir de l’ordinateur sur lequel il réside. enregistrement MX (mail exchange) Entrée d’un tableau DNS qui détermine l’ordinateur gérant le courrier pour un domaine Internet. Lorsqu’un serveur de courrier doit remettre des messages à un domaine Internet, il demande l’enregistrement MX du domaine concerné. Le serveur envoie les messages à l’ordinateur spécifié dans l’enregistrement MX. enregistrement PTR (pointeur) Type d’enregistrement DNS qui traduit les adresses IP (IPv4) en noms de domaine. Utilisé dans les recherches DNS inverses. enregistrement TXT (texte) Type d’enregistrement DNS qui stocke une chaîne de texte en réponse à une requête DNS. étendue Groupe de services. Une étendue peut correspondre à un regroupement logique d’ordinateurs (tous les ordinateurs utilisés par le département de production, par exemple) ou à un regroupement physique (tous les ordinateurs situés au premier étage d’un bâtiment, par exemple). Vous pouvez définir une étendue en tant que simple partie ou en tant qu’ensemble de votre réseau. FAI (Fournisseur d’accès à Internet) Entreprise qui commercialise l’accès à Internet et fournit généralement un service d’hébergement de sites Web pour le commerce électronique, ainsi que des services de courrier. filtre Méthode de “filtrage” utilisée pour contrôler l’accès à votre serveur. Un filtre est constitué d’une adresse IP, d’un masque de sous-réseau et parfois d’un numéro de port et d’un type d’accès. L’adresse IP et le masque de sous-réseau déterminent la plage d’adresses IP à laquelle s’applique le filtre. FTP (File Transfer Protocol) Protocole permettant aux ordinateurs de transférer des fichiers sur un réseau. Les clients FTP dont le système d’exploitation gère le protocole FTP peuvent se connecter à un serveur de fichiers et télécharger des fichiers, en fonction des autorisations d’accès dont ils bénéficient. La plupart des navigateurs Internet et bon nombre d’applications gratuites (“freeware”) peuvent être utilisés pour accéder à un serveur FTP. hôte de courrier Ordinateur qui fournit le service de courrier. HTTP (Hypertext Transfer Protocol) Protocole client/serveur pour le World Wide Web. Le protocole HTTP permet à un navigateur Web d’accéder à un serveur Web et de demander des documents hypermédia créés en HTML.Glossaire 93 IANA (Internet Assigned Numbers Authority) Organisation chargée d’attribuer des adresses IP et des paramètres de protocole, ainsi que de gérer des noms de domaines. ICMP (Internet Control Message Protocol) Protocole dédié au contrôle des messages et à la génération de rapports d’erreurs, utilisé entre serveurs hôtes et passerelles. Certaines applications Internet, par exemple, utilisent le protocole ICMP pour envoyer un paquet en aller-retour entre deux hôtes afin de déterminer la durée nécessaire pour effectuer l’aller-retour et découvrir ainsi d’éventuels problèmes sur le réseau. IGMP (Internet Group Management Protocol) Protocole Internet utilisé par les hôtes et les routeurs pour envoyer des paquets à des listes d’hôtes volontaires, dans le cadre d’un processus appelé multidiffusion. Le serveur d’enchaînement QuickTime (QTSS) utilise l’adressage multidiffusion, de même que le protocole SLP (Service Location Protocol). interface réseau Connexion du matériel de votre ordinateur à un réseau. Cela comprend, entre autres, les connexions Ethernet, les cartes Airport et les connexions FireWire. IP (Internet Protocol) Également appelé IPv4. Méthode utilisée conjointement avec le protocole TCP (Transmission Control Protocol) pour envoyer des données d’un ordinateur à un autre via un réseau local ou via Internet. Le protocole IP envoie les paquets de données, alors que le protocole TCP se charge du suivi de ces paquets. IPSec Complément de sécurité au protocole IP. Protocole qui assure la sécurité de la transmission des données pour les connexions VPN L2TP. IPSec intervient au niveau de la couche réseau, en protégeant et en authentifiant les paquets IP qui circulent entre les noeudsIP participants. IPv6 (Internet Protocol Version 6) Protocole de communication nouvelle génération destiné à remplacer le protocole IP appelé également IPv4. IPv6 permet d’affecter un plus grand nombre d’adresses réseau et de réduire les charges de routage sur Internet. L2TP (Layer Two Tunnelling Protocol) Protocole de transport réseau utilisé pour les connexions VPN. Il s’agit essentiellement d’une combinaison du protocole L2F de Cisco et du protocole PPTP. L2TP lui-même n’est pas un protocole de cryptage, c’est pourquoi il utilise IPSec pour crypter les paquets. LAN (local area network) Réseau local géré au sein d’une infrastructure donnée, contrairement au réseau étendu WAN (Wide Area Network), qui relie des infrastructures séparées géographiquement. LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) Protocole client-serveur standard pour accéder à un domaine de répertoires. Mac OS X Version la plus récente du système d’exploitation Apple. Mac OS X associe la fiabilité d’UNIX à la facilité d’utilisation de Macintosh. 94 Glossaire Mac OS X Server Plate-forme de serveur puissante qui permet de gérer les clients Mac, Windows, UNIX et Linux sans préparation préalable et vous offre toute une gamme de services réseau et de groupes de travail évolutifs, ainsi que des outils de gestion à distance avancés. MS-CHAPv2 (Challenge Handshake Authentication Protocol version 2 de Microsoft) Système d’authentification standard de Windows pour le VPN. Cette méthode d’authentification permet d’encoder les mots de passe lorsqu’ils sont envoyés à travers le réseau et de les stocker sous une forme cryptée sur le serveur. Elle offre un bon niveau de sécurité au cours de la transmission réseau. multi-adressage Capacité à gérer plusieurs connexions réseau. Lorsque plusieurs connexions sont disponibles, Mac OS X sélectionne la connexion adéquate en fonction de l’ordre spécifié dans les préférences Réseau. multicast Moyen efficace de diffusion d’un message en direction de plusieurs destinataires. Les utilisateurs peuvent rejoindre ou quitter le multicast mais ils ne peuvent interagir avec ce dernier. NAT (Network Address Translation) Méthode permettant de connecter plusieurs ordinateurs à Internet (ou à tout autre réseau IP) à l’aide d’une adresse IP. NAT convertit les adresses IP que vous affectez aux ordinateurs de votre réseau interne privé en adresses IP officielles pour les communications Internet. noeud Emplacement de traitement. Un noeud peut correspondre à un ordinateur ou autre périphérique, tel qu’une imprimante. Chaque noeud possède une adresse réseau unique. NTP (network time protocol) Protocole réseau utilisé pour synchroniser les horloges des ordinateurs d’un réseau avec une horloge de référence. Le protocole NTP est utilisé pour garantir que tous les ordinateurs du réseau affichent la même heure. octet Huit bits. Open Directory Architecture des services de répertoires Apple, qui peut accéder à des informations de référence sur les utilisateurs et les ressources réseau à partir de domaines de répertoires utilisant les protocoles LDAP, NetInfo ou Active Directory ; les fichiers de configuration BSD et les services de réseau. paquet Unité de données composée d’enregistrements d’en-tête, d’informations, de détection d’erreurs et complémentaires. QTSS utilise des paquets TCP, UDP et IP pour communiquer avec des clients de diffusion. politique de recherche Liste des domaines de répertoires parmi lesquels un ordinateur Mac OS X effectue ses recherches lorsqu’il a besoin d’informations de configuration. Désigne également l’ordre dans lequel les domaines sont pris en compte lors de la recherche. Parfois appelé “chemin de recherche”.Glossaire 95 port Sorte de boîte à lettres virtuelle. Un serveur utilise les numéros de port pour déterminer quelle application doit recevoir les paquets de données. Les coupe-feu utilisent des numéros de port pour déterminer si les paquets de données sont autorisés ou non à traverser un réseau local. “Port” fait généralement référence à un port TCP ou UDP. protocole Ensemble de règles qui déterminent la manière dont les données sont envoyées et reçues entre deux applications. QTSS (serveur d’enchaînement QuickTime) Technologie permettant de diffuser des données en temps réel sur Internet. récursion Procédé de résolution complète des noms de domaines en adresses IP. Une requête DNS non-récursive permet d’interroger d’autres serveurs DNS pour résoudre l’adresse. En général, les applications d’utilisateur dépendent du serveur DNS pour exécuter cette fonction, mais les autres serveurs DNS n’ont pas à effectuer de requête récursive. relais ouvert Serveur recevant et transférant automatiquement le courrier vers un autre serveur. Les expéditeurs de courrier indésirable exploitent les serveurs de relais ouverts, afin d’éviter que leurs propres serveurs de courrier ne figurent pas sur une liste noire comme sources de pourriel. Rendezvous Protocole développé par Apple pour la détection automatique d’ordinateurs, de périphériques et de services sur les réseaux IP. Cette proposition de protocole Internet standard est parfois appelé “ZeroConf” ou “DNS multicast”. Pour en savoir plus, visitez les sites www.apple.com ou www.zeroconf.org (en anglais). répartition de la charge Procédure de répartition entre plusieurs serveurs des demandes de services réseau provenant d’ordinateurs clients, dans le but d’optimiser les performances en utilisant la capacité globale de tous les serveurs disponibles. secret partagé Valeur définie à chaque noeud d’une connexion VPN L2TP et servant de clé de cryptage pour négocier les connexions du transport des données et de l’authentification. serveur de noms Voir DNS (Domain Name System). services de répertoire Services fournissant au logiciel système et aux applications un accès uniforme aux domaines de répertoires et autres sources d’informations sur les utilisateurs et les ressources. SLP (Service Location Protocol) DA (Directory Agent) Protocole utilisé pour répertorier les services disponibles sur un réseau, afin de permettre aux utilisateurs d’y accéder facilement. Lorsqu’un service est ajouté au réseau, il utilise le protocole SLP pour s’enregistrer sur le réseau. SLP/DA conserve les services de réseau enregistrés dans un emplacement centralisé.96 Glossaire SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) Protocole utilisé pour envoyer et transférer le courrier. Sa capacité à placer les messages entrants en file d’attente est limitée, il n’est donc généralement utilisé que pour envoyer les messages, POP ou IMAP étant utilisés pour les recevoir. sous-réseau Regroupement d’ordinateurs clients faisant partie du même réseau, structuré en fonction de l’emplacement physique (les différents étages d’un bâtiment, par exemple) ou de l’utilisation (tous les élèves d’une même classe par exemple). L’utilisation de sous-réseaux permet de simplifier les tâches d’administration. sous-réseau IP Portion d’un réseau IP, qui peut être un segment de réseau physiquement indépendant, partageant une adresse réseau avec d’autres portions du réseau et identifiée par un numéro de sous-réseau. spam courrier non sollicité ; courrier indésirable. SSL (Secure Sockets Layer) Protocole Internet permettant d’envoyer sur Internet des informations cryptées et authentifiées. Strate 1 Serveur Internet NTP (Network Time Protocol) de référence qui donne l’heure UTC actuelle. Il existe d’autres strates (2, 3, etc.), chacune synchronisant son horloge sur un serveur de strate moins élevée. TCP (Transmission Control Protocol) Méthode utilisée avec le protocole IP (Internet Protocol) pour envoyer, via Internet, des données sous forme d’unités de messages entre ordinateurs. Le protocole IP se charge de gérer le transfert des données, alors que le protocole TCP effectue le suivi individuel des unités de données (appelées “paquets”). Chaque message est fractionné en plusieurs unités afin d’assurer un routage efficace à travers Internet. transfert de zone Méthode utilisée pour copier des données de zone sur des serveurs DNS de référence. Les serveurs DNS esclaves demandent des transferts de zones à leur serveur maître pour acquérir leurs données. TTL (time-to-live) Durée spécifiée pendant laquelle les informations DNS sont stockées dans la mémoire cache. Lorsqu’une paire nom de domaine/adresse IP se trouve en mémoire cache depuis plus longtemps que la durée TTL spécifiée, l’entrée est supprimée du cache du serveur de noms (mais pas du serveur DNS principal). type d’enregistrement Catégorie spécifique d’enregistrements, comme les enregistrements d’utilisateurs, d’ordinateurs et de montage. Pour chaque type d’enregistrement, un domaine de répertoire peut contenir un nombre quelconque d’enregistrements. UCE (courrier électronique commercial non sollicité) Voir spam.Glossaire 97 UDP (User Datagram Protocol) Méthode de communication utilisant le protocole IP pour envoyer une unité de données (appelée datagramme) d’un ordinateur à un autre sur un réseau. Les applications réseau qui ont de toutes petites unités de données à échanger peuvent utiliser le protocole UDP à la place du TCP. unicast Forme de diffusion individuelle. Si le protocole de diffusion en temps réel (RTSP) est fourni, l’utilisateur peut accéder à n’importe quelle séquence d’un film à la carte. unicast manuel Méthode de transmission en direct d’un flux vers un unique client QuickTime Player ou un ordinateur exécutant QTSS. Un fichier SDP est généralement créé par l’application de diffusion et doit ensuite être envoyé manuellement au spectateur ou au serveur d’enchaînement. UTC (temps universel coordonné) Heure de référence standard. L’heure universelle se fonde sur une résonance atomique, c’est pourquoi les horloges qui affichent l’heure universelle sont souvent appelées “horloges atomiques”. VPN (Virtual Private Network) Réseau privé virtuel utilisant le cryptage ainsi que d’autres technologies pour fournir des communications sécurisées sur un réseau public, en général Internet. Ces réseaux sont généralement moins onéreux que de vrais réseaux privés qui recourent à lignes privées, mais requièrent le même système de cryptage aux deux extrémités de la ligne. Le cryptage peut être réalisé par des logiciels de coupe-feu ou par des routeurs. WAN (wide area network) Réseau établi entre des installations géographiquement séparées, contrairement au réseau LAN (local area network) qui est établi au sein d’une infrastructure. Votre interface WAN est généralement celle qui est connectée à Internet. wildcard Plage de valeurs possibles pour tout segment d’une adresse IP. WINS (Windows Internet Naming Service) Service de résolution de noms utilisé par les ordinateurs Windows pour faire correspondre les noms des clients avec des adresses IP. Un serveur WINS peut se trouver soit sur le réseau local, soit sur Internet. zone esclave Enregistrements de zones du DNS détenus par un serveur DNS secondaire. Une zone esclave reçoit ses données par transferts de zone depuis la zone maîtresse située sur le serveur DNS principal. zone maîtresse Enregistrements de zones du DNS détenus par un serveur DNS principal. Une zone maîtresse est dupliquée par transferts de zones sur des zones esclaves situées sur des serveurs DNS secondaires.99 Index Index A Admin 11, 16, 60, 61, 73 adresses IP affectation 9 affectation dynamique 8 DHCP et 7 durée de bail et DHCP 7 durée du bail DHCP, modification 12 dynamiques 8 multiples 49 notation IPv6 88 ordre des filtres 49 plages 49 réservées 9 statiques 8 adresses IP dynamiques 8 adresses IP statiques 8 aide 6 aide en ligne 6 application Terminal 65 attaques par déni de service (DoS) prévention 62 B BIND 17, 18, 20, 39–42 à propos de 39 configuration 39–42 définition 40 exemple 40–42 fichier de configuration 40 fichiers de données de zones 40 répartition de la charge 38 bornes d'accès AirPort service DHCP et 9 C commande ipfw 64–66 coupe-feu IP démarrage et arrêt 15 courrier redirection 34 D DNS dynamique 43 Dynamic Host Configuration Protocol Voir DHCP E échangeurs de courrier 34 éléments de l'historique activité DHCP 10 enregistrement IANA 19 enregistrements MX (Mail Exchange) 21, 35 F fichier named.conf 40 filtres exemples 60–61 modification 56 filtres, IP ajout 51 description 47 H historiques DHCP 15 service de coupe-feu IP 58–59 service DNS 29 hôtes MX 34 I Internet Gateway Multicast Protocol Voir IGMP Internet Protocol Version 6 Voir IPv6 IPv6 adressage 88–89 dans Admin Serveur 88 informations supplémentaires 90 notation d'adresses 88 services disponibles 88 M Mac OS X Server configuration 6 ports utilisés par 66–69100 Index Mail Exchange. Voir MX masques de sous-réseaux 47 module du filtre IP 64–66 N NAT à propos de 71 configuration 72 contrôle 72 contrôle de l'activité 72 démarrage, arrêt 71 dépannage 72 détournement de paquets 72 informations supplémentaires 73 vue d'ensemble de l'état 72 NetBoot visualisation des listes de clients 16 noms de domaine enregistrement 19 notation CIDR des masques de réseaux 47, 49 NTP à propos de 83 configuration 84 configuration des clients 85 informations supplémentaires 85 système de temps 83 P permutation circulaire 38 ports ordinateurs sous Mac OS X 66–69 ports TCP 66–67 ports UDP 68 ports TCP 66–68 ports UDP 68 Premiers contacts avec Mac OS X Server 6 R règles de filtres IP 64, 64–66 répartition de la charge 38 réseaux privés 38–39 réseaux TCP/IP 38–39 S serveurs serveurs de noms 18 serveurs DHCP 43 serveurs de courrier 34 serveurs de noms 18 serveurs de temps strate 83 serveurs de temps de strate 83 serveurs DHCP 9, 43 emplacement du réseau 9 interactions 9 service de coupe-feu IP 45–46 adresses IP multiples 49 affichage des historiques 58 ajout de filtres 51 à propos de 45 avantages 46 configuration 50–51, 52–62 contexte 47 création de filtres 54 démarrage, arrêt 51 description 45 détournement de paquets NAT 72 filtre n'importe quel port 57 filtre par défaut 57 filtres 47–49 filtres exemples 60–61 gestion 51–62 historiques, configuration 58–59 informations supplémentaires 69 modification des filtres 56 planification 50 préparation de la configuration 47–49 prévention des attaques par déni de service (DoS) 62 référence des ports 66–69 règles de filtres IP 64–66 utilisations 46 service de courrier utilisation du service DNS avec 34 service DHCP 7–16 bornes d'accès AirPort 9 configuration 10 configuration automatique LDAP 9 démarrage et arrêt 10 désactivation de sous-réseaux 14 description 7 durée de bail des adresses IP d'un sous-réseau, modification 12 durée du bail des adresses IP d'un sous-réseau, modification 12 gestion 10–14 historiques 15 historiques pour 10 informations supplémentaires 16 modification des sous-réseaux 11 options DNS 13 options LDAP pour les sous-réseaux 13 options WINS pour les sous-réseaux 14 préparation de la configuration 7–9 réglages du sous-réseau 11 serveur DNS pour clients DHCP 12 sous-réseaux 8 sous-réseaux, création 11 suppression des sous-réseaux 12 utilisations pour 7101 Index visualisation des listes de clients 16 visualisation du bail, liste des clients 16 service DNS 17–43 adresses IP dynamiques 43 arrêt 21 avec service de courrier 34 configuration 19 configuration de BIND 39–42 démarrage 21 description 17 gestion 21–31 informations supplémentaires 43 options des sous-réseaux DHCP 13 planification 18 préparation de la configuration 18 présentation générale de la configuration 19–21 répartition de la charge 38 serveurs 18 statistiques d'utilisation 30 stratégies 18–21 utilisations 17 sous-réseaux 8 création 8, 11 Systèmes Mac OS X 66–69 T TCP/IP réseaux privés 38–39 Temps universel coordonné (UTC) 83 U User Datagram Protocol Voir UDP V VPN affichage de l'état 80 affichage des historiques 81 connexions client 81 consignation 80, 81 définitions de routage 80 Aperture Programme d’ajustement d’imageK Apple Computer, Inc. © 2006 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’un exemplaire valide d’Aperture est autorisé à reproduire cet ouvrage dans le but d’apprendre à utiliser le logiciel décrit. En revanche, il est interdit de reproduire ou de transférer tout ou partie de cet ouvrage à des fins commerciales, notamment pour en vendre des copies ou pour fournir un service d’assistance payant. Tout a été mis en œuvre pour que les informations pré- sentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des coquilles ou des erreurs d’impression. Étant donné qu’Apple publie régulièrement de nouvelles versions et des mises à jour de son logiciel système, de ses applications et de ses sites Internet, les copies d’écran reproduites dans cet ouvrage peuvent être légè- rement différentes de ce qui s’affiche réellement sur votre écran. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Apple et le logo Apple sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Aperture est une marque d’Apple Computer, Inc. 3 1 Table des matières Chapitre 1 5 Vue d’ensemble des ajustements d’image 6 Vue d’ensemble des ajustements dans Aperture 9 Utilisation des commandes d’ajustement 11 Utilisation des outils de la barre d’outils 12 Ajustements en mode Plein écran 13 Application d’ajustements à un groupe d’images 15 Utilisation des préréglages d’ajustement 19 Commande Supprimer tous les ajustements de la sélection 19 Utilisation du colorimètre 22 Utilisation d’un éditeur externe 23 Comment lire les histogrammes Chapitre 2 29 Ajustements d’image 30 Utilisation des ajustements automatiques 31 Utilisation du bouton Exposition automatique 33 Utilisation du bouton Niveaux automatiques combinés 34 Utilisation du bouton Niveaux automatiques séparés 35 Réglage des options de Niveaux automatiques 36 Réinitialisation des ajustements de Niveaux automatiques 37 Utilisation des commandes de correction des yeux rouges 37 Réduction des yeux rouges à l’aide de l’outil Yeux rouges 38 Ajustement de la taille des repères Yeux rouges 41 Ajustement de la sensibilité des repères Yeux rouges 42 Affichage de l’image corrigée sans les repères Yeux rouges 43 Déplacement des repères Yeux rouges 44 Suppression des repères Yeux rouges 45 Utilisation des commandes Retoucher et corriger 46 Retouche de vos images 48 Correction de vos images 51 Utilisation des commandes Retoucher et corriger 56 Affichage de l’image corrigée sans les repères Retoucher et corriger 56 Déplacement des repères Retoucher et corriger 57 Suppression des repères Retoucher et corriger4 Table des matières 58 Utilisation des commandes de redressement 58 Rotation des images à l’aide de l’outil Redresser 59 Rotation des images à l’aide des commandes Redresser 60 Utilisation des commandes de rognage 61 Rognage des images à l’aide de l’outil Rogner 64 Affichage de l’image rognée sans le repère de rognage 64 Rognage d’images à l’aide des commandes Rogner 65 Utilisation des commandes d’exposition 66 Correction de l’exposition de l’image 67 Ajustement de la saturation de l’image 68 Ajustement de la luminosité de l’image 70 Ajustement du contraste de l’image 71 Ajustement de la teinte des valeurs de noir, de gris et de blanc de l’image 78 Utilisation des commandes de niveaux 79 Ajustement des niveaux de luminance d’une image 82 Affichage des commandes de niveaux de quart de ton 82 Ajustement de la luminosité d’une image à l’aide des curseurs de niveaux de luminosité 83 Utilisation des niveaux pour la correction colorimétrique 86 Utilisation des commandes « Tons clairs et tons foncés » 87 Ajustement des valeurs de luminosité dans les zones de tons clairs de l’image 88 Ajustement des valeurs de luminosité dans les zones de tons foncés de l’image 89 Utilisation des réglages avancés « Tons clairs et tons foncés » 96 Utilisation des commandes de Balance des blancs 97 Ajustement de la balance des blancs de l’image à l’aide de la pipette de point blanc 98 Ajustement de la couleur de température de l’image à l’aide des commandes Température 99 Ajustement de la teinte de l’image à l’aide des commandes Teinte 100 Utilisation des commandes de couleur 106 Utilisation des commandes du Mélangeur monochrome 106 Choix d’un préréglage de Mélangeur monochrome 107 Utilisation des commandes du Mélangeur monochrome 109 Utilisation des commandes de Monochromie couleur 110 Utilisation des commandes de Tons sépia 111 Utilisation des commandes de Réduction du bruit 113 Utilisation des commandes Netteté et Renforcement de la netteté des contours 114 Utilisation des commandes Renforcement de la netteté des contours 116 Utilisation des commandes de Netteté Index 1191 5 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Aperture comprend des commandes d’ajustement destinées à vous aider à améliorer l’aspect de vos images. Vous pouvez effectuer ces ajustements d’image en utilisant l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements. Ce chapitre contient des informations élémentaires sur les ajustements d’image tels que l’élimination des yeux rouges, ainsi que les ajustements de l’exposition, des niveaux et de la balance des blancs. Ce chapitre traite des sujets suivants :  Vue d’ensemble des ajustements dans Aperture (p. 6)  Utilisation des commandes d’ajustement (p. 9)  Utilisation des outils de la barre d’outils (p. 11)  Ajustements en mode Plein écran (p. 12)  Application d’ajustements à un groupe d’images (p. 13)  Utilisation des préréglages d’ajustement (p. 15)  Commande Supprimer tous les ajustements de la sélection (p. 19)  Utilisation du colorimètre (p. 19)  Utilisation d’un éditeur externe (p. 22)  Comment lire les histogrammes (p. 23)6 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Vue d’ensemble des ajustements dans Aperture Les commandes d’ajustement se trouvent dans l’inspecteur des ajustements et la palette d’ajustements. Ce sont les mêmes commandes que l’on retrouve sur ces deux éléments d’interface utilisateur. L’inspecteur des ajustements est affiché du côté droit de l’écran. La palette d’ajustements est une version flottante de l’inspecteur des ajustements qui peut être placée n’importe où à l’écran, ce qui vous confère une grande souplesse dans l’utilisation de votre espace de travail. Aperture permet d’effectuer les ajustements suivants sur vos images : Ajustement Fonction Correction de l’effet yeux rouges Réduit le rouge des yeux des personnes présentes sur vos images. S’utilise en conjonction avec l’outil Yeux rouges. Retoucher et corriger Permet de retoucher les imperfections d’une image, dues par exemple à la présence de poussière sur le capteur. S’utilise en conjonction avec l’outil Retoucher et corriger. Redresser Redresse l’horizon de l’image. S’utilise en conjonction avec l’outil Redresser. Rogner Permet de recadrer l’image. S’utilise en conjonction avec l’outil Rogner. Exposition Permet d’ajuster l’exposition, la saturation, la luminosité et le contraste, ainsi que les noirs, les gris et les blancs. Niveaux Permet d’ajuster de façon sélective la palette tonale d’une image. Tons clairs et tons foncés Permet d’ajuster de façon différenciée l’exposition des tons clairs et sombres d’une image. Balance des blancs Permet de définir la balance des blancs d’une image en ajustant sa température de couleur et sa teinte. Couleur Permet d’ajuster la teinte, la saturation et la luminance, couleur par couleur, ainsi que la gamme chromatique. Mélangeur monochrome Permet de commander de façon sélective les canaux de couleur source rouge, vert et bleu lors de la conversion d’une image couleur en niveaux de gris. Monochromie couleur Permet de désaturer l’image et d’appliquer la teinte de couleur que vous choisissez aux tons moyens. Sépia Transforme une image couleur en image sépia. Cela permet de désaturer l’image couleur au niveau de sépia voulu. Réduction du bruit Permet de réduire le bruit numérique d’une image. Netteté Augmente la netteté de l’image. Renforcement de la netteté des contours Augmente la netteté de l’image en fonction de la luminance à l’aide de plusieurs phases de renforcement de la netteté.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 7 Affichage des commandes d’ajustement Pour afficher et masquer l’inspecteur des ajustements, vous pouvez utiliser les commandes de menu, les raccourcis clavier ou les boutons situés dans la partie droite de la barre d’outils. Pour afficher l’inspecteur des ajustements, effectuez l’une des opérations suivantes : m Choisissez Fenêtre > Afficher les ajustements (ou appuyez sur Ctrl + A). m Cliquez sur le bouton Inspecteur des ajustements dans la barre d’outils. À chaque ajustement correspondent des propriétés spécifiques appelées paramètres, pour lesquels vous pouvez spécifier une plage de valeurs. Cliquez sur le triangle d’affichage d’un ajustement ou double-cliquez dans sa partie supérieure pour afficher les paramètres correspondants ainsi que les commandes à utiliser pour modifier les valeurs de ces paramètres. Pour en savoir plus sur l’utilisation des commandes d’ajustement pour modifier les valeurs de paramètre, consultez la section « Utilisation des commandes d’ajustement » à la page 9. Vous pouvez utiliser les commandes de menu et les boutons de la barre d’outils du mode Plein écran pour afficher ou masquer la palette d’ajustements. Bouton Inspecteur des ajustements Ajustements disponibles (cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher les commandes d’un ajustement) Histogramme (réglé pour afficher la luminance) Menu local Action d’ajustement Menu local Ajouter des ajustements Double-cliquez dans la partie supé- rieure de l’ajustement pour afficher et masquer ses commandes.8 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Pour afficher la palette d’ajustements, procédez de l’une des manières suivantes : m Choisissez Fenêtre > Afficher la palette d’ajustements (ou appuyez sur H). m Cliquez sur le bouton palette d’ajustements dans la barre d’outils du mode Plein écran. Pour en savoir plus sur le mode Plein écran, consultez la section « Ajustements en mode Plein écran » à la page 12. Choix d’un type d’histogramme d’ajustement Lorsque vous affichez l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, un histogramme représentant la luminance et les canaux de couleur de l’image sélectionnée est affiché. Cet histogramme présente une vue graphique des valeurs de luminosité de l’image, du point le plus noir au point le plus blanc. Vous pouvez ajuster l’histogramme pour qu’il présente la luminance et les canaux rouge, vert, bleu (RVB) affichés ensemble ou séparément. Pour choisir un type d’histogramme : m Choisissez une option de présentation dans la partie Options d’histogramme du menu local Action d’ajustement. Remarque : l’histogramme est actualisé en temps réel dans le Visualiseur et en mode Plein écran, mais son actualisation est légèrement retardée dans l’Éditeur de modèles de livres, l’Éditeur de pages web et la Table lumineuse. Pour en savoir plus sur la manière d’interpré- ter un histogramme, consultez la section « Comment lire les histogrammes » à la page 23. Ajustements disponibles Histogramme (réglé sur les canaux rouge, vert et bleu) Menu local Action d’ajustement Menu local Ajouter des ajustementsChapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 9 Affichage d’autres commandes d’ajustement La première fois que vous affichez l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, seuls les ajustements d’exposition, de niveaux, de tons clairs et tons foncés, de balance des blancs et de couleur sont visibles. Pour ajouter d’autres ajustements : m Choisissez un type d’ajustement dans le menu local Ajouter des ajustements qui se trouve en haut de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements. Le nouvel ajustement apparaît en surbrillance à la fois dans l’inspecteur des ajustements et dans la palette d’ajustements s’ils sont tous deux affichés. Utilisation des commandes d’ajustement Chaque fois qu’une image est sélectionnée et affichée dans le Visualiseur ou en mode Plein écran, vous pouvez la modifier à l’aide des commandes d’ajustement disponibles dans l’inspecteur des ajustements et la palette d’ajustements. Vous pouvez aussi retoucher des images dans l’Éditeur de modèles de livres, dans l’Éditeur de pages web et sur la Table lumineuse. Remarque : les outils Rogner, Redresser, Retoucher et corriger, ainsi que les commandes d’ajustement, ne sont pas disponibles dans l’Éditeur de modèles de livres, l’Éditeur de pages web et la Table lumineuse, mais il est possible d’accéder aisément au Visualiseur pour effectuer vos modifications. Menu local Ajouter des ajustements10 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Pour accéder au Visualiseur depuis l’Éditeur de modèles de livres, l’Éditeur de pages web ou la Table lumineuse, procédez de l’une des manières suivantes : m Cliquez sur le bouton Afficher le visualiseur, situé dans la partie supérieure du Navigateur. Une fois votre ajustement terminé, cliquez à nouveau sur le bouton Afficher le visualiseur pour revenir au mode de présentation précédent. m Si vous disposez d’un système équipé de plusieurs écrans, choisissez Alterner dans le menu local Mode d’affichage qui se trouve dans la barre des commandes, puis effectuez les ajustements sur le deuxième écran. Pour en savoir plus sur le bouton Afficher le visualiseur et le menu local Mode d’affichage, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. Utilisation des curseurs Il existe deux types de commandes permettant de modifier des valeurs de paramètre : les curseurs ordinaires et les cases de valeur. Ces commandes possèdent différentes plages de valeurs en fonction du paramètre concerné.  Curseurs ordinaires : faites glisser le curseur à gauche ou à droite pour définir une valeur.  Cases de valeur : double-cliquez sur la valeur et tapez-en une autre, cliquez sur la flèche gauche ou droite, ou faites glisser le pointeur à l’intérieur du champ pour modifier la valeur. La case de valeur permet de saisir un chiffre beaucoup plus élevé que le curseur normal. Lorsque vous utilisez les cases de valeur, vous pouvez appuyer sur une touche de modification pour rendre la variation de valeur plus petite ou grande. Pour apporter des modifications de faible amplitude à la valeur : m Faites glisser le pointeur dans le champ de valeur tout en appuyant sur la touche Option. Pour apporter des modifications de grande amplitude à la valeur : m Faites glisser le pointeur dans le champ de valeur tout en appuyant sur la touche Maj. Bouton Afficher le visualiseur Faites glisser ce curseur pour modifier la valeur du paramètre Exposition. Utilisez cette case de valeur pour modifier la valeur du paramètre Contraste.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 11 Réinitialisation des valeurs de paramètre Vous pouvez rétablir les valeurs par défaut de tous les paramètres d’un ajustement. Pour réinitialiser toutes les valeurs de paramètre d’un ajustement : m Cliquez sur le bouton de réinitialisation situé à droite du nom de l’ajustement. Activation et désactivation des ajustements Utilisez les cases à cocher pour activer et désactiver les ajustements. L’activation et la désactivation des ajustements permettent de vérifier l’effet cumulé des ajustements sur une image. Utilisation des outils de la barre d’outils La partie centre-droit de la barre d’outils contient des outils pour travailler sur vos images dans le Visualiseur ou le Navigateur. De nombreux outils fonctionnent aussi en conjonction avec des commandes d’ajustement. Pour en savoir plus sur chaque outil, consultez le chapitre 2, « Ajustements d’image » Bouton Réinitialiser Vous pouvez activer ou désactiver un ajustement en sélectionnant ou en désélectionnant la case correspondante. Sélection Appliquer Faire pivoter vers la gauche Rogner Prélever Faire pivoter vers la droite Retoucher et corriger Redresser Yeux rouges12 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Ajustements en mode Plein écran Le mode Plein écran d’Aperture constitue le meilleur environnement pour ajuster les couleurs. En mode Plein écran, l’image est affichée sur un fond noir et n’est accompagnée que de très peu d’éléments d’interface utilisateur. Nous vous recommandons d’effectuer vos ajustements en mode Plein écran pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Pour en savoir plus sur le mode Plein écran, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. Pour passer en mode plein écran, procédez de l’une des manières suivantes : m Choisissez Présentation > Plein écran (ou appuyez sur F). m Cliquez sur le bouton Plein écran de la barre des commandes. Pour revenir à la fenêtre principale d’Aperture, procédez de l’une des manières suivantes : m Cliquez sur le bouton « Quitter le mode Plein écran » de la pellicule (ou appuyez sur la touche F ou Échap). En mode Plein écran, vous avez accès à tous les outils dont vous avez besoin pour ajuster vos images. Pour afficher la palette d’ajustements lorsque vous êtes en mode Plein écran : m Appuyez sur H. Pour accéder à un outil en mode Plein écran : m Amenez le pointeur de la souris en haut de l’écran ; la barre d’outils du mode Plein écran s’affiche et sélectionnez-y un outil. Par défaut, la barre d’outils ne s’affiche pas en mode Plein écran tant que le pointeur n’est pas amené en haut de l’écran. Vous pouvez paramétrer la barre d’outils pour qu’elle reste affichée à l’écran. Pour que la barre d’outils reste affichée en permanence en mode Plein écran : m Amenez le pointeur en haut de l’écran puis cliquez sur le bouton « Toujours afficher la barre d’outils » de la barre d’outils. Barre d’outils affichée en haut de l’écran en mode Plein écran. Bouton « Toujours afficher la barre d’outils »Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 13 Application d’ajustements à un groupe d’images Vous pouvez appliquer un ajustement (ou un groupe d’ajustements) à une série d’images en appliquant tout d’abord ces ajustements à une image, puis en prélevant les ajustements de la première image et en les appliquant sur les autres images à l’aide des outils de prélè- vement et d’application ou de la palette Prélever et appliquer. Pour prélever les ajustements d’une image et les appliquer à un groupe d’images : 1 Sélectionnez l’outil Prélever (ou appuyez sur la touche O) dans la barre d’outils. Le pointeur en forme d’outil de sélection se transforme en outil Prélever. 2 Cliquez sur l’image contenant les ajustements à copier. La palette Prélever et appliquer s’affiche et présente les ajustements, les métadonnées IPTC et les mots-clés appliqués à l’image. 3 Désélectionnez les cases IPTC et Mots-clés pour empêcher Aperture de copier les métadonnées IPTC et les mots-clés de l’image sélectionnée. Cliquez sur l’image à l’aide de l’outil Prélever. La palette Prélever et appliquer apparaît. Désélectionner une case empêche Aperture de copier l’élément correspondant de l’image sélectionnée.14 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 4 Vous pouvez, si nécessaire, supprimer les ajustements indésirables : cliquez sur le triangle d’affichage Ajustements dans la palette Prélever et appliquer, sélectionnez les ajustements indésirables, puis appuyez sur la touche de suppression. 5 Choisissez l’outil Sélection dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche A), puis effectuez l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur pour tracer un rectangle de sélection autour des images auxquelles vous voulez appliquer les ajustements.  Pour sélectionner les images auxquelles vous voulez appliquer les ajustements, cliquez sur chaque image en maintenant soit la touche Maj enfoncée pour sélectionner une plage d’images adjacentes, soit la touche Commande enfoncée pour sélectionner des images non adjacentes. Remarque : les ajustements ne sont pas appliqués aux images appartenant à des piles fermées. Pour appliquer des ajustements à des images faisant partie d’une pile, vous devez d’abord ouvrir cette dernière en choisissant Piles > Ouvrir la pile (ou en utilisant la combinaison de touches Maj + K). 6 Dans la barre d’outils, sélectionnez l’outil Appliquer, puis cliquez sur le bouton « Appliquer sur les images sélectionnées » dans la palette Prélever et appliquer. Les ajustements copiés de la première image sont appliqués aux images sélectionnées. Pour en savoir plus sur l’utilisation de la palette Prélever et appliquer, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. Pour supprimer un ajustement, sélectionnez-le, puis appuyez sur la touche de suppression. Cliquez sur le bouton « Appliquer sur les images sélectionnées » pour appliquer les ajustements aux images sélectionnées.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 15 Utilisation des préréglages d’ajustement Si vous vous servez souvent des mêmes paramètres d’ajustement, Aperture vous donne la possibilité de les enregistrer en tant que préréglages d’ajustement. Vous pouvez créer, renommer, réordonner et supprimer vos préréglages d’ajustement. Lorsque vous supprimez un préréglage d’ajustement, les ajustements que vous avez déjà appliqués à vos images ne s’en trouvent pas affectés. Chaque ajustement possède son propre ensemble de préréglages, accessible via son menu local Action de préréglage (les préréglages d’ajustement ne sont pas fournis avec Aperture ; ils n’apparaissent pas dans le menu local Action de préréglage tant que vous ne les avez pas créés). Création de préréglages d’ajustement Créer un préréglage d’ajustement revient à enregistrer des paramètres d’ajustement et à les nommer à l’aide du menu local Action de préréglage. Pour créer un préréglage d’ajustement : 1 Sélectionnez une image dotée des paramètres d’ajustement que vous souhaitez enregistrer. 2 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Enregistrer comme préréglage dans le menu local Action de préréglage de l’ajustement. Remarque : chaque ajustement a son propre menu local Action de préréglage. À titre d’exemple, si vous souhaitez enregistrer un paramètre Balance des blancs en tant que préréglage, utilisez le menu local Action de préréglage correspondant. Menu local Action de préréglage Choisissez Enregistrer comme préréglage dans le menu local Action de préréglage.16 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 3 Dans la zone de dialogue Préréglages d’ajustement, donnez un nom au nouveau préréglage d’ajustement, puis cliquez sur OK. Les paramètres d’ajustement sont enregistrés sous la forme d’un préréglage d’ajustement qui est maintenant disponible dans le menu local Action de préréglage de l’ajustement. Application de préréglages d’ajustement Appliquer un préréglage d’ajustement à une image revient à sélectionner une image et à choisir un préréglage d’ajustement dans le menu local Action de préréglage. Lorsque vous appliquez un préréglage d’ajustement à une image, les commandes et les valeurs des paramètres d’ajustement sont mis à jour en fonction des réglages enregistrés dans le préréglage d’ajustement. Si vous le préférez, vous pouvez utiliser un préréglage d’ajustement pour commencer à ajuster une image, puis peaufiner votre ajustement après son application dans l’image. Pour appliquer un préréglage d’ajustement à une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez le préréglage que vous souhaitez appliquer à l’image dans le menu local Action de préréglage de l’ajustement. Donnez ici un nom au préréglage. Les paramètres sont affichés dans la colonne Résumé. Choisissez un préréglage d’ajustement dans le menu local Action de préréglage.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 17 Le préréglage d’ajustement est appliqué à l’image et une coche le précède dans le menu local Action de préréglage. Attribution de nouveau nom aux préréglages d’ajustement Vous pouvez à tout moment renommer un préréglage d’ajustement. Pour renommer un préréglage d’ajustement : 1 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Gérer les préréglages dans le menu local Action de préréglage de l’ajustement. 2 Dans la zone de dialogue Préréglages d’ajustement, double-cliquez sur le nom de préréglage d’ajustement que vous souhaitez modifier. Le nom du préréglage d’ajustement apparaît en surbrillance. 3 Saisissez un nouveau nom puis appuyez sur la touche Retour. Le préréglage d’ajustement est renommé. 4 Répétez les étapes 2 et 3 jusqu’à ce que tous les préréglages à renommer l’aient été, puis cliquez sur OK. Vous pouvez, par exemple, renommer un préré- glage d’ajustement pour corriger une erreur d’orthographe. Double-cliquez sur le nom d’un préréglage d’ajustement pour le renommer.18 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Organisation des préréglages d’ajustement À chaque fois que vous créez un préréglage d’ajustement, il est ajouté au bas de la liste des préréglages de la zone de dialogue Préréglages d’ajustement et du menu local Action de préréglage. Il peut devenir difficile de localiser un préréglage d’ajustement spécifique au fur et à mesure que la liste s’allonge. C’est pourquoi l’application vous offre la possibilité d’ordonner les préréglages dans la zone de dialogue Préréglages d’ajustement. Pour modifier l’ordre de préréglages d’ajustement : 1 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Gérer les préréglages dans le menu local Action de préréglage de l’ajustement. 2 Dans la zone de dialogue Préréglages d’ajustement, faites glisser les préréglages d’ajustement vers les emplacements voulus. Une ligne noire indique l’endroit où le préréglage d’ajustement sera placé. 3 Répétez l’étape 2 jusqu’à ce que votre liste de préréglages d’ajustement soit ordonnée comme vous l’entendez, puis cliquez sur OK. La liste des préréglages d’ajustement du menu local Action de préréglage se met automatiquement à jour afin d’être ordonnée de la même façon que les préréglages de la zone de dialogue Préréglages d’ajustement. Vous pouvez par exemple changer l’ordre des préréglages d’ajustement pour regrouper des paramètres similaires (des valeurs de teinte, par exemple). Faites glisser le préré- glage vers le nouvel emplacement souhaité. Une ligne noire indique l’endroit où il sera placé.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 19 Suppression de préréglages d’ajustement Vous pouvez à tout moment supprimer des préréglages d’ajustement. Tous les ajustements préalablement appliqués à des images à l’aide des préréglages supprimés ne s’en trouveront pas affectés. Pour supprimer un préréglage d’ajustement : 1 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Gérer les préréglages dans le menu local Action de préréglage de l’ajustement. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, sélectionnez le préréglage d’ajustement à supprimer, puis appuyez sur la touche Supprimer. Le préréglage d’ajustement est alors supprimé. 3 Répétez l’étape 2 jusqu’à ce que tous les préréglages à effacer l’aient été, puis cliquez sur OK. Commande Supprimer tous les ajustements de la sélection Dans Aperture, vous avez la possibilité d’annuler tous les ajustements appliqués à une sélection d’images. Remarque : la commande « Supprimer tous les ajustements » du menu local Action d’ajustement de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements n’annule que les ajustements d’une seule image. Pour supprimer tous les ajustements d’une sélection d’images : 1 Sélectionnez un groupe d’images. 2 Choisissez Images > Supprimer tous les ajustements de la sélection. Tous les ajustements ayant été appliqués aux images sélectionnées sont annulés. Utilisation du colorimètre Aperture est doté d’un colorimètre intégré dont vous pouvez vous servir pour visualiser les valeurs des couleurs d’une image selon les modèles RVB, Lab, CMJN, HSL ou HSB. Lorsque vous faites passer le pointeur sur une image ou une vignette, les valeurs des couleurs s’affichent dans l’inspecteur des ajustements ou sur la palette des ajustements. Vous pouvez aussi recourir à la loupe pour réaliser une sélection plus précise des pixels et voir s’afficher les valeurs des couleurs de la zone agrandie par la loupe.20 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Prélèvement des valeurs des couleurs Le colorimètre présente les valeurs des couleurs des pixels de la portion d’image se trouvant sous le pointeur ou dans la zone agrandie de la loupe. Pour utiliser le pointeur afin de prélever les valeurs de couleur d’une image : m Placez le pointeur sur la portion d’image dont vous voulez prélever les valeurs des couleurs ; ces dernières apparaissent en haut de l’inspecteur ou de la palette des ajustements. Remarque : lorsque vous sélectionnez une grande image à laquelle de nombreux ajustements ont été appliqués, il est possible que des points de suspension s’affichent dans le colorimètre à la place des valeurs numériques. Dès qu’Aperture a fini d’effectuer le rendu de l’image, les valeurs numériques adéquates apparaissent. Pour utiliser la loupe afin de prélever les valeurs de couleur d’une image : 1 Cliquez sur le bouton de loupe de la barre d’outils (ou appuyez sur @). 2 Choisissez Présentation > Afficher les valeurs de couleur dans la loupe. 3 Placez la zone d’agrandissement de la loupe sur la portion d’image dont vous voulez prélever les valeurs des couleurs ; ces dernières apparaissent dans la zone agrandie. Colorimètre R : 169 V : 67 B : 104 L : 118Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 21 Choix d’un modèle de valeurs de couleurs Dans Aperture, vous pouvez paramétrer le colorimètre pour qu’il affiche les valeurs des couleurs selon les modèles RVB, Lab, CMJN, HSL ou HSB. Pour choisir un modèle de valeurs de couleurs pour le colorimètre : m Dans l’inspecteur ou la palette d’ajustements, choisissez un modèle colorimétrique dans le menu local Action d’ajustement. Choisissez ici un modèle colorimétrique.22 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Choix d’une taille d’échantillon de valeur de couleur Vous pouvez aussi définir la taille (en pixels) de la zone utilisée par Aperture pour calculer les valeurs des couleurs. Pour choisir une taille d’échantillon de valeur de couleur pour le colorimètre : m Dans l’inspecteur ou la palette d’ajustements, choisissez une taille d’échantillon de valeur de couleur appropriée dans le menu local Action d’ajustement. Utilisation d’un éditeur externe Si vous avez besoin d’appliquer des opérations de retouche plus avancées à vos images, vous pouvez définir un éditeur externe auquel Aperture pourra faire appel pour cela. Vous devez d’abord indiquer l’application qu’Aperture doit utiliser et préciser le format de fichier 16 bits (TIFF ou PSD). Cette opération ne doit être réalisée qu’une seule fois. Sélectionnez ensuite une image et choisissez une commande de menu permettant d’ouvrir l’image dans l’application désignée comme éditeur externe. Pour définir un éditeur externe dans Aperture : 1 Choisissez Aperture > Préférences ou appuyez sur Commande + virgule (,). 2 Cliquez sur le bouton Sééctionner situé sous le champ « Éditeur d’images externe », accédez à l’application voulue via la zone de dialogue Sélectionner une application, puis cliquez sur Sélectionner. Le nom de l’application apparaît dans le champ « Éditeur d’images externe ». 3 Choisissez le format de fichier 16 bits approprié (TIFF ou PSD) via le menu local « Format de fichier de l’éditeur externe ». Il s’agit du format de fichier utilisé par Aperture lorsqu’il ouvre des fichiers dans des éditeurs externes. Choisissez ici une taille d’échantillon de valeur de couleur.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 23 Pour utiliser un éditeur externe dans Aperture : 1 Sélectionnez une image dans le Navigateur. 2 Choisissez Images > « Ouvrir avec un éditeur externe » (ou appuyez sur Commande + Maj + O). Aperture crée un nouveau fichier d’image de base (en laissant l’original intact), le convertit au format de fichier choisi, puis ouvre le fichier d’image dans l’éditeur externe sélectionné. Le fichier est alors considéré comme un nouveau fichier de base, empilé avec le fichier de base original. 3 Une fois vos modifications effectuées dans l’application externe, enregistrez l’image. Le fichier d’image enregistré est automatiquement mis à jour dans Aperture. Comment lire les histogrammes L’histogramme est un graphique qui représente la luminosité relative d’une image, du noir pur au blanc pur. La zone sous le graphique représente tous les pixels de l’image. De gauche à droite, l’histogramme décrit la plage de pixels noirs (tons foncés), de pixels gris (tons moyens) et de pixels clairs (tons clairs) de l’image. La forme du graphique de l’histogramme dépend de la tonalité de la scène et de son exposition. Les pixels augmentent Tons foncés Tons moyens Tons clairs La luminosité s’accentue24 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Évaluation de l’exposition Les histogrammes constituent d’excellents outils pour évaluer l’exposition. Une série de pics dans la partie la plus sombre de l’histogramme, par exemple, indique une image sous-exposée constituée principalement de pixels noirs. Une série de pics au centre de l’histogramme indique la plupart du temps une exposition équilibrée, car une majorité de pixels est concentrée dans les tons moyens de l’histogramme. Ils ne sont ni trop foncés, ni trop clairs. Par contre, une série de pics dans la partie la plus claire de l’histogramme est souvent le signe d’une image surexposée, car la plupart des pixels de l’image sont trop clairs.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 25 Évaluation de la tonalité et du contraste Bien que les histogrammes soient de bons instruments pour évaluer l’exposition d’une image, leur interprétation ne devrait pas se limiter aux informations d’exposition, car la forme de l’histogramme dépend également de la tonalité de la scène. Il est important de tenir également compte du sujet photographié lorsque l’on évalue un histogramme. Les images prises de nuit, par exemple, contiennent naturellement une majorité de pics dans la partie la plus sombre de l’histogramme. De même, les images contenant des scènes très lumineuses, comme la neige ou la lumière réfléchie par l’océan, ont une majorité de pixels concentrée dans la partie la plus claire de l’histogramme. 26 Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image Les histogrammes permettent également de décrire le contraste d’une image. Cette silhouette d’un homme couché dans un hamac avec un coucher de soleil en arrière-plan, par exemple, comprend une combinaison relativement équilibrée de tonalités claires et foncées et très peu de tons moyens. Dans ce cas, l’histogramme adopte la forme d’une vallée avec deux pics de chaque côté correspondant aux parties foncées et claires. Les histogrammes peuvent, de la même manière, décrire le manque de contraste d’une image. Un arc-en-ciel dans le brouillard constitue un exemple typique d’image dénuée de contraste. Sans éclairage directionnel, l’image est dépourvue de tons clairs ou de tons foncés. Dans ce cas, les pics de l’histogramme sont concentrés au centre et demeurent éloignés des parties claires ou foncées. Utilisation d’histogrammes pour corriger des images Les histogrammes peuvent servir d’outils pour déterminer si une image comprend suffisamment de données dans les tons foncés, les tons moyens et les tons clairs. Aperture propose deux histogrammes dans l’inspecteur des ajustements et la palette d’ajustements. L’histogramme situé au-dessus des commandes d’ajustement indique l’état actuel de l’image. L’histogramme de niveaux, inclus avec les commandes d’ajustement Niveaux, fournit un moyen d’ajuster les valeurs de luminosité de l’image en fonction de l’histogramme affiché. Utilisez les commandes Niveaux pour ajuster les valeurs de tons foncés, de quart de tons foncés, de tons moyens, de quart de tons clairs et de tons clairs indé- pendamment les uns des autres sans affecter les autres parties de l’image. Pour en savoir plus sur les ajustements de niveaux, consultez la section « Utilisation des commandes de niveaux » à la page 78.Chapitre 1 Vue d’ensemble des ajustements d’image 27 À propos des ajustements effectués à l’écran L’œil humain perçoit les couleurs de manière subjective. Il est très difficile pour l’œil humain de modifier les couleurs d’une image de manière objective, car le cerveau est tellement sophistiqué qu’il déforme la perception des couleurs afin qu’elles nous paraissent aussi naturelles que possible. C’est pour cela qu’il est extrêmement important pour vous de créer le meilleur environnement de travail possible pour effectuer des ajustements de couleur. Un tel environnement permet d’éliminer les couleurs parasites qui risquent de perturber votre perception visuelle. Création d’un bon environnement de travail Avant de vous lancer dans la correction des couleurs de vos images, il est essentiel de prendre les mesures suivantes :  Réglez votre écran sur sa résolution maximale. Cela vous permettra d’avoir une vue optimale de vos images.  Veillez à utiliser un bon outil de gestion des couleurs. Vos écrans et vos imprimantes seront ainsi parfaitement étalonnés et disposeront de profils à jour. Pour en savoir plus sur l’étalonnage et le profilage de votre système Aperture, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture.  Diminuez la lumière ambiante de la pièce dans laquelle vous travaillez afin qu’elle ne vienne pas perturber votre perception des couleurs à l’écran et assurez-vous que vos écrans sont réglés sur leur niveau maximal de luminosité.  Si possible, peignez en gris neutre les murs de cette pièce. Débarrassez la pièce de tout objet inutile de couleur vive afin que votre perception des couleurs à l’écran ne soit pas influencée par les couleurs du reste de la pièce.2 29 2 Ajustements d’image Les commandes d’ajustement vous permettent d’améliorer vos images. Le type de commande d’ajustement à utiliser dépend de l’aspect initial de l’image que vous souhaitez modifier. Ce chapitre contient des informations détaillées sur l’utilisation des commandes d’ajustement pour améliorer vos images. Ce chapitre traite des sujets suivants :  Utilisation des ajustements automatiques (p. 30)  Utilisation des commandes de correction des yeux rouges (p. 37)  Utilisation des commandes Retoucher et corriger (p. 45)  Utilisation des commandes de redressement (p. 58)  Utilisation des commandes de rognage (p. 60)  Utilisation des commandes d’exposition (p. 65)  Utilisation des commandes de niveaux (p. 78)  Utilisation des commandes « Tons clairs et tons foncés » (p. 86)  Utilisation des commandes de Balance des blancs (p. 96)  Utilisation des commandes de couleur (p. 100)  Utilisation des commandes du Mélangeur monochrome (p. 106)  Utilisation des commandes de Monochromie couleur (p. 109)  Utilisation des commandes de Tons sépia (p. 110)  Utilisation des commandes de Réduction du bruit (p. 111)  Utilisation des commandes Netteté et Renforcement de la netteté des contours (p. 113)30 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation des ajustements automatiques Aperture est livré avec un ensemble de commandes d’ajustement automatique. Ces commandes analysent l’image, puis lui appliquent un ajustement en fonction de cette analyse. Il s’agit là d’un moyen pratique de réaliser rapidement des corrections avant de peaufiner l’ajustement à l’aide de commandes d’ajustement manuel. Les commandes d’ajustement automatique comprennent :  Le bouton Exposition automatique : cliquez dessus pour qu’Aperture règle automatiquement l’exposition de l’image RAW sélectionnée.  Le bouton Niveaux automatiques combinés : cliquez dessus pour qu’Aperture règle automatiquement les niveaux de l’image sélectionnée en fonction des valeurs de luminance combinées des trois canaux de couleur.  Le bouton Niveaux automatiques séparés : cliquez dessus pour qu’Aperture règle automatiquement les niveaux de l’image RAW en fonction de chaque canal de couleur. Exposition automatique Niveaux automatiques séparés Niveaux automatiques combinésChapitre 2 Ajustements d’image 31 Utilisation du bouton Exposition automatique Lorsque vous voulez ajuster rapidement l’exposition d’une image RAW, utilisez le bouton Exposition automatique. Vous pourrez toujours ensuite utiliser les commandes d’Exposition pour peaufiner le réglage d’exposition de l’image en fonction du niveau d’exposition défini par Aperture. Pour en savoir plus sur l’ajustement manuel de l’exposition d’une image, consultez la section « Utilisation des commandes d’exposition » à la page 65. Remarque : l’ajustement de l’exposition automatique n’est disponible que pour les images RAW prises en charge par Aperture. Pour ajuster l’exposition d’autres types de fichiers tels que JPEG ou TIFF, consultez la section « Utilisation des commandes d’exposition » à la page 65. Pour obtenir une liste de types de fichiers RAW pris en charge, rendez-vous sur le site web d’Apple, à l’adresse http://www.apple.com/fr/aperture/raw . Avant l’ajustement d’Exposition automatique Après l’ajustement d’Exposition automatique32 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour corriger automatiquement l’exposition d’une image RAW : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, cliquez sur le bouton Exposition automatique. L’exposition de l’image est automatiquement corrigée. Pour obtenir un réglage d’exposition plus fin, consultez la section « Utilisation des commandes d’exposition » à la page 65. Vous pouvez toujours rétablir l’exposition initiale de l’image. Pour rétablir la valeur d’exposition initiale d’une image : m Assurez-vous que l’image est sélectionnée, puis cliquez sur le bouton Réinitialiser (flèche incurvée) situé à droite du bouton Exposition automatique. Cliquez sur le bouton Exposition automatique pour régler automatiquement l’exposition de l’image. Cliquez sur le bouton Réinitialiser pour rétablir la valeur d’exposition originale de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 33 Utilisation du bouton Niveaux automatiques combinés Pour ajuster rapidement les niveaux d’une image en fonction des valeurs de luminance totales (canaux rouge, vert et bleu combinés), utilisez le bouton Niveaux automatiques combinés. Les canaux rouge, vert et bleu sont ajustés à l’aide de la même valeur, en fonction de la luminance totale. Le bouton Niveaux automatiques combinés permet de corriger le contraste de l’image sans modifier sa dominante de couleur. Pour ajuster automatiquement les niveaux d’une image en fonction de la luminance totale : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, cliquez sur le bouton Niveaux automatiques combinés. Les niveaux de l’image sont automatiquement ajustés. Pour obtenir un ajustement de niveaux plus fin, consultez la section « Utilisation des commandes de niveaux » à la page 78. Avant l’ajustement de Niveaux automatiques combinés Après l’ajustement de Niveaux automatiques combinés Cliquez sur le bouton Niveaux automatiques combinés pour définir automatiquement les niveaux de l’image en fonction de la luminance combinée des trois canaux de couleur. L’histogramme de luminance s’affiche sous la forme d’un graphique gris.34 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation du bouton Niveaux automatiques séparés Pour ajuster automatiquement les niveaux d’une image en fonction de chaque valeurs de luminance des canaux rouge, vert et bleu, utilisez le bouton Niveaux automatiques séparés. Les canaux rouge, vert et bleu sont ajustés en fonction de l’évaluation de chaque canal. Le bouton Niveaux automatiques séparés permet de corriger la dominante de couleur de l’image et son contraste. Pour ajuster automatiquement les niveaux d’une image en fonction d’une évaluation de chaque canal de couleur : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, cliquez sur le bouton Niveaux automatiques séparés. Les niveaux de l’image sont automatiquement ajustés pour chaque canal de couleur. Pour obtenir un ajustement de niveaux plus fin, consultez la section « Utilisation des commandes de niveaux » à la page 78. Avant l’ajustement de Niveaux automatiques séparés Après l’ajustement de Niveaux automatiques séparés Cliquez sur le bouton Niveaux automatiques séparés pour définir automatiquement les niveaux de l’image en fonction de l’évaluation des valeurs de luminance de chaque canal de couleur.Chapitre 2 Ajustements d’image 35 Réglage des options de Niveaux automatiques Aperture comporte une option permettant de définir les paramètres de points d’écrê- tage noir et blanc pour les ajustements de Niveaux automatiques. Modifier les points d’écrêtage noir et blanc par rapport à leur valeur par défaut (0 %) permet d’étendre la plage tonale de l’image. Le fait d’étendre la plage tonale d’une image permet, entre autres, de conserver les détails des tons foncés et des tons clairs au tirage. Remarque : il vous faudra peut-être procéder à quelques tirages d’essai pour déterminer les caractéristiques de sortie de votre imprimante avant de définir les valeurs finales de points d’écrêtage noir et blanc. Pour ajuster le paramètre Écrêtage noir : 1 Dans le menu local Action d’ajustement de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, choisissez « Afficher les options d’ajustement automatique ».  Le curseur Écrêtage noir est placé par défaut à l’extrême gauche de la réglette. Faites glisser le curseur soit vers la droite pour augmenter la tolérance des ajustements de Niveaux automatiques sur les couleurs situées au-delà du point noir analysé dans l’image, soit vers la gauche pour réduire cette tolérance.  La case de valeur Écrêtage noir est réglée par défaut sur 0 %. Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur, tapez une valeur de 0 % à 10% et appuyez sur la touche Retour.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur pour modifier la tolérance des ajustements de Niveaux automatiques sur les couleurs situées au-delà du point noir analysé dans l’image ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire la tolérance et la flèche droite permet de l’augmenter. 2 Une fois que vous avez ajusté le paramètre Écrêtage noir, cliquez sur le bouton Niveaux automatiques combinés ou Niveaux automatiques séparés pour visualiser le résultat sur l’image. Choisissez « Afficher les options d’ajustement automatique » dans le menu local Action d’ajustement. Utilisez le curseur et la case de valeur Écrêtage noir pour ajouter de la tolérance aux ajustements de Niveaux automatiques lors de l’évaluation des couleurs situées au-delà du noir.36 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour ajuster le paramètre Écrêtage blanc : 1 Si besoin est, choisissez « Afficher les options d’ajustement automatique » dans le menu local Action d’ajustement de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, puis effectuez l’une des opérations suivantes :  Le curseur Écrêtage blanc est placé par défaut à l’extrême gauche de la réglette. Faites glisser le curseur soit vers la droite pour augmenter la tolérance des ajustements de Niveaux automatiques sur les couleurs situées au-delà du point blanc analysé dans l’image, soit vers la gauche pour réduire cette tolérance.  La case de valeur Écrêtage blanc est réglée par défaut sur 0 %. Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur, tapez une valeur de 0 % à 10% et appuyez sur la touche Retour.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur pour modifier la tolérance des ajustements de Niveaux automatiques sur les couleurs situées au-delà du point blanc analysé dans l’image ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire la tolérance et la flèche droite permet de l’augmenter. 2 Une fois que vous avez ajusté le paramètre Écrêtage blanc, cliquez sur le bouton Niveaux automatiques combinés ou Niveaux automatiques séparés pour visualiser le résultat sur l’image. Réinitialisation des ajustements de Niveaux automatiques Vous disposez toujours de la possibilité de rétablir les valeurs de niveaux initiales de votre image. Pour rétablir les niveaux d’une image : m Cliquez sur le bouton Réinitialiser situé à droite du bouton Niveaux automatiques séparés. Utilisez le curseur et la case de valeur Écrê- tage blanc pour ajouter de la tolérance aux ajustements de Niveaux automatiques lors de l’évaluation des couleurs situées au-delà du blanc. Cliquez sur le bouton Réinitialiser pour rétablir les valeurs de niveaux initiales de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 37 Utilisation des commandes de correction des yeux rouges L’outil et les commandes d’ajustement Yeux rouges permettent de réduire l’effet « yeux rouges » que l’on constate parfois dans les yeux des sujets d’une photo. Utilisez d’abord l’outil Yeux rouges pour placer des repères sur les yeux rouges de vos sujets. Les commandes d’ajustement Yeux rouges permettent ensuite d’ajuster le rayon et la sensibilité des repères. Aperture désature les pixels rouges qui se trouvent dans la zone délimitée par le repère, réduisant ainsi l’effet « yeux rouges ». Réduction des yeux rouges à l’aide de l’outil Yeux rouges La réduction des yeux rouges est une opération très simple qui se résume à placer, à l’aide de l’outil Yeux rouges, un repère sur les yeux des sujets de vos images. Pour supprimer les yeux rouges à l’aide de l’outil Yeux rouges : 1 Sélectionnez une image. 2 Il est recommandé de régler l’affichage de l’image en taille réelle (100 pour cent) afin d’éviter la perte de détails due à la réduction de l’image. Pour afficher des images en taille réelle, cliquez sur le bouton « Réduire/agrandir le visualiseur » dans la barre des commandes (ou appuyez sur la touche Z). 3 Sélectionnez l’outil Yeux rouges dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche E). Avant l’ajustement de correction des Yeux rouges Après l’ajustement de correction des Yeux rouges38 Chapitre 2 Ajustements d’image Le pointeur se transforme en réticule (symbole de cible) et la palette Yeux rouges est affichée. 4 Cliquez sur un œil rouge dans l’image pour placer un repère Yeux rouges dessus. Le repère Yeux rouges est placé sur l’œil rouge et les pixels rouges qui se trouvent à l’intérieur du repère Yeux rouges sont désaturés. 5 Recommencez l’étape 4 jusqu’à ce que tous les yeux rouges de votre image soient supprimés. Ajustement de la taille des repères Yeux rouges Aperture corrige l’effet yeux rouges dans vos images en désaturant les pixels rouges situés à l’intérieur de la zone délimitée par le repère Yeux rouges. Il est recommandé d’adapter chaque repère Yeux rouges à la taille des yeux qu’il recouvre. Cela permet d’éviter que d’éventuels pixels rouges situés sur la peau ou sur un vêtement (une écharpe ou un chapeau, par exemple) autour des yeux de votre sujet ne soient affectés par la correction des yeux rouges. Il peut être également nécessaire d’augmenter la taille du repère Yeux rouges pour englober la totalité de l’œil à traiter si l’image concernée est un gros plan. Vous pouvez adapter la taille d’un repère Yeux rouges avant ou après l’avoir placé sur l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 39 Pour modifier la taille de la cible de l’outil Yeux rouges, effectuez l’une des opérations suivantes : m Faites glisser le curseur Rayon situé dans la palette Yeux rouges. m Si vous disposez d’une souris à molette, faites-la tourner. La taille de la cible de l’outil Yeux rouges est modifiée. Vous pouvez également modifier la taille de n’importe quel repère Yeux rouges que vous avez placé sur une image. Pour modifier la taille d’un repère Yeux rouges : 1 Affichez l’image en taille réelle (100 pour cent) en cliquant sur le bouton « Réduire/agrandir le visualiseur » dans la barre des commandes (ou appuyez sur la touche Z). 2 Cliquez sur le repère Yeux rouges pour le sélectionner. Une icône de main apparaît pour indiquer que vous pouvez sélectionner le repère Yeux rouges. Faites glisser le curseur Rayon, situé dans la palette Yeux rouges, afin d’ajuster la taille du repère Yeux rouge placé sur l’image. L’outil Yeux rouges se transforme en icône de main pour indiquer que vous pouvez sélectionner le repère Yeux rouges.40 Chapitre 2 Ajustements d’image 3 Si nécessaire, cliquez soit sur le bouton Inspecteurs (ou appuyez sur la touche I) pour afficher l’inspecteur des ajustements, soit sur le bouton Palette d’ajustements (ou appuyez sur la touche H) pour afficher la palette d’ajustements. 4 Dans la zone « Correction de l’effet yeux rouges » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Rayon en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Rayon.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Rayon pour modifier la taille du repère Yeux rouges en procédant par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Rayon, puis tapez une valeur comprise entre 3,00 et 400,00. La taille du repère Yeux rouges augmente à mesure que la valeur du paramètre augmente. Faites glisser le curseur Rayon pour ajuster la taille du repère Yeux rouges.Chapitre 2 Ajustements d’image 41 Ajustement de la sensibilité des repères Yeux rouges Lorsque vous sélectionnez un œil rouge sur une photo, Aperture choisit automatiquement la zone du repère à laquelle la désaturation sera appliquée. Il arrive parfois que la zone choisie par Aperture soit légèrement trop grande ou trop petite (cela se traduit généralement par quelques pixels de paupière inclus dans la zone ou quelques pixels rouges de pupille oubliés). Dans ces situations plus difficiles, vous pouvez ajuster le paramètre Sensibilité afin de modifier la zone de désaturation. Vous pouvez, par exemple, faire glisser le curseur Sensibilité d’un cran vers la gauche pour réduire d’un pixel la taille de la zone active au sein du repère Yeux rouges ou d’un cran vers la droite pour l’agrandir d’un pixel. Pour ajuster la sensibilité d’un repère Yeux rouges : 1 Cliquez sur le repère Yeux rouges pour le sélectionner. 2 Dans la zone « Correction de l’effet yeux rouges » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Sensibilité en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Sensibilité. Avant l’ajustement de la Sensibilité (les paupières sont désatuées) Après l’ajustement de la Sensiilité Utilisez le curseur et la case de valeur Sensibilité pour délimiter précisément la zone du repère Yeux rouges à laquelle est appliquée la désaturation.42 Chapitre 2 Ajustements d’image  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Sensibilité pour modifier la sensibilité du repère Yeux rouges en procédant par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur Sensibilité, tapez une valeur comprise entre -10,00 et 10,00, puis appuyez sur la touche Retour. La zone de désaturation délimitée par le repère Yeux rouges augmente à mesure que la valeur du paramètre augmente. Affichage de l’image corrigée sans les repères Yeux rouges Une fois que vous avez corrigé les yeux rouges de votre image, vous pouvez afficher l’image corrigée après avoir désactivé les repères Yeux rouges. Pour afficher l’image corrigée en ayant désactivé les repères Yeux rouges : m Sélectionnez l’outil Sélection dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche A). Les repères Yeux rouges disparaissent, mais l’effet de la correction des yeux rouges demeure visible. Remarque : la désactivation des repères ne vous empêche pas de poursuivre la correction de l’effet Yeux rouges dans la zone précédemment ciblée et l’image est automatiquement actualisée pour refléter les modifications. Pour activer à nouveau les repères Yeux rouges : m Sélectionnez l’outil Yeux rouges dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche E). Les repères Yeux rouges sont de nouveau affichés.Chapitre 2 Ajustements d’image 43 Déplacement des repères Yeux rouges Une fois qu’ils ont été mis en place, il est toujours possible de déplacer les repères Yeux rouges. Pour déplacer un repère Yeux rouges : 1 Assurez-vous que l’outil Yeux rouges est sélectionné, puis placez le pointeur sur le repère Yeux rouges à déplacer jusqu’à ce que la cible se transforme en icône de main. L’icône de main signale que vous pouvez faire glisser le repère plutôt que d’en placer un nouveau. 2 Faites glisser le repère Yeux rouges afin de le placer à l’endroit approprié sur l’œil du sujet. Faites glisser le repère sur l’œil rouge.44 Chapitre 2 Ajustements d’image Suppression des repères Yeux rouges Vous pouvez supprimer un repère Yeux rouges à tout moment. Pour supprimer un repère Yeux rouges, procédez de l’une des manières suivantes : m Sélectionnez un repère Yeux rouges dans l’image, puis cliquez sur le bouton Supprimer dans la zone « Correction de l’effet yeux rouges » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements. m Cliquez sur un repère Yeux rouges en maintenant la touche Commande enfoncée. Le repère Yeux rouges disparaît. Cliquez sur le bouton Supprimer pour supprimer un repère Yeux rouges. Cliquez sur un repère Yeux rouges en maintenant la touche Commande enfoncée pour le supprimer.Chapitre 2 Ajustements d’image 45 Utilisation des commandes Retoucher et corriger L’outil et les commandes d’ajustement Retoucher et corriger permettent de retoucher les imperfections d’image provoquées par la présence de poussière sur le capteur de l’appareil photo et par d’autres facteurs ambiants. Aperture propose deux méthodes pour corriger ces imperfections. La méthode utilisée dépend de la zone entourant l’imperfection à corriger dans l’image. Si cette zone est relativement similaire à la zone à problème (si elle est de la même couleur uniforme par exemple), utilisez la méthode de « retouche ». Aperture copie alors les pixels entourant l’imperfection et remplace les pixels à corriger par les pixels copiés. La seconde méthode est utilisée lorsque les pixels environnants ont une texture distincte ou se trouvent dans une zone de fort contraste, mais qu’une zone d’apparence similaire à la zone à traiter existe ailleurs dans l’image. Cette méthode de « correction » consiste à copier les pixels provenant d’une zone similaire et à les coller sur la zone à problème.46 Chapitre 2 Ajustements d’image Retouche de vos images Lorsque la zone autour de l’imperfection est continue (d’une couleur uniforme par exemple) et ne contient pas de textures distinctes, vous pouvez utiliser la méthode de retouche pour masquer l’imperfection en y intégrant des pixels environnants. Pour effacer une imperfection, placez sur cette dernière un repère Retoucher et corriger, puis ajustez la taille du repère afin qu’il ne couvre que l’imperfection. Le fait de réduire au maximum la taille du repère permet de minimiser la probabilité de créer une aberration visuelle dans l’image finale. Aperture contient des commandes de paramètres supplé- mentaires qui permettent d’ajuster le niveau d’adoucissement, d’opacité et la quantité de détails présents dans les pixels clonés, afin que la zone traitée semble aussi naturelle que possible. Pour retoucher une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Il est recommandé de régler l’affichage de l’image en taille réelle (100 pour cent) afin d’éviter la perte de détails due à la réduction de l’image. Pour afficher une image en taille réelle, cliquez sur le bouton « Réduire/agrandir le visualiseur » dans la barre des commandes (ou appuyez sur la touche Z). 3 Sélectionnez l’outil Retoucher et corriger dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche X). Le pointeur se transforme en cible et la palette Retoucher et corriger est affichée. Avant l’ajustement Retoucher et corriger (retouche) Après l’ajustement Retoucher et corriger (retouche)Chapitre 2 Ajustements d’image 47 4 Cliquez sur la zone à traiter afin d’y placer le repère Retoucher et corriger. Le repère Retoucher et corriger jaune est placé sur l’imperfection et cette dernière disparaît. Remarque : vous pouvez toujours modifier la taille et d’autres paramètres relatifs au repère. Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation des commandes Retoucher et corriger » à la page 51. 5 Recommencez l’étape 4 jusqu’à ce que toutes les imperfections de votre image soient supprimées. Cliquez sur une zone à traiter afin d’y placer un repère Retoucher et corriger.48 Chapitre 2 Ajustements d’image Correction de vos images Si vous devez cloner des pixels provenant d’une zone d’image différente de celle qui contient les imperfections à traiter, utilisez la méthode de « correction ». La correction est une opération similaire à la retouche, à ceci près qu’elle implique quelques étapes supplémentaires. Vous devez d’abord placer un repère Retoucher et corriger (jaune) sur le défaut à corriger, puis un repère source (blanc) sur la zone à cloner. Les pixels du repère Retoucher et corriger sont alors remplacés par les pixels copiés à partir du repère source. Aperture contient des commandes de paramètres supplémentaires qui permettent d’ajuster la taille des repères, ainsi que le niveau d’adoucissement, d’opacité et la quantité de détails présents dans les pixels clonés, afin que la zone traitée semble aussi naturelle que possible. Pour corriger une imperfection sur une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Il est recommandé de régler l’affichage de l’image en taille réelle (100 pour cent) afin d’éviter la perte de détails due à la réduction de l’image. Pour afficher une image en taille réelle, cliquez sur le bouton « Réduire/agrandir le visualiseur » dans la barre des commandes (ou appuyez sur la touche Z). 3 Sélectionnez l’outil Retoucher et corriger dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche X). Le pointeur se transforme en cible et la palette Retoucher et corriger est affichée. Avant l’ajustement Retoucher et corriger (correction) Après l’ajustement Retoucher et corriger (correction) Chapitre 2 Ajustements d’image 49 4 Cliquez sur la zone à traiter afin d’y placer un repère Retoucher et corriger. Un repère jaune est placé sur l’imperfection et cette dernière est remplacée par les pixels environnants. Ce repère jaune est le repère de destination. 5 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Cochez la case Corriger, dans la section Retoucher et corriger de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, puis faites glisser le repère source blanc sur la zone à cloner (la zone source).  Cliquez sur la zone à cloner en maintenant la touche Option enfoncée. Un repère source blanc apparaît sur la zone source. Les pixels à l’intérieur du repère source sont copiés et viennent remplacer les pixels situés au sein du repère. L’imperfection est corrigée. Remarque : vous pouvez toujours modifier la taille et d’autres paramètres relatifs au repère. Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation des commandes Retoucher et corriger » à la page 51. 6 Recommencez les étapes 4 et 5 jusqu’à ce que toutes les imperfections soient supprimées de votre image. Cliquez sur une imperfection afin d’y placer un repère Retoucher et corriger. Cliquez sur la zone à cloner en maintenant la touche Option enfoncée afin d’y placer un repère source.50 Chapitre 2 Ajustements d’image Vous pouvez ajuster l’angle des pixels clonés au sein du repère. L’ajustement de l’angle permet de faire pivoter les pixels clonés au-dessus de la zone cible. Cela s’avère particuliè- rement utile si vous clonez une zone contenant des éléments visuels, tels qu’un motif ou une ligne, qui sont orientés selon un angle différent de celui des éléments de la zone cible. L’ajustement de l’angle permet d’adopter le même angle que celui des pixels situés à l’intérieur de la zone délimitée par le repère. Pour ajuster l’angle des pixels clonés au sein d’un repère : m Dans la zone « Retoucher et corriger » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Angle en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Angle vers la gauche pour faire pivoter les pixels clonés dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ou vers la droite pour les faire pivoter dans le sens des aiguilles d’une montre.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Angle ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Angle, tapez une valeur comprise entre -180,00 et 180,00, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur négative permet de faire pivoter les pixels clonés vers la gauche, une valeur positive permet de les faire pivoter vers la droite. Vous pouvez ajuster l’angle des pixels clonés. Utilisez le curseur et la case de valeur Angle pour ajuster l’angle des pixels situés dans la zone délimitée par le repère.Chapitre 2 Ajustements d’image 51 Utilisation des commandes Retoucher et corriger Lorsque vous utilisez l’outil Retoucher et corriger pour retoucher ou corriger vos images, vous pouvez utiliser les commandes d’ajustement Retoucher et corriger pour modifier l’apparence des pixels situés dans la zone délimitée par les repères. Vous pouvez également ajuster la taille des repères Retoucher et corriger. Ajustement de la taille des repères Retoucher et corriger Vous pouvez modifier la taille d’un repère Retoucher et corriger avant ou après l’avoir placé sur une image. Il est recommandé d’ajuster la taille du repère afin qu’il délimite d’aussi près que possible la zone située autour de l’imperfection à traiter. Cela permet de réduire au maximum le risque d’aberrations visuelles. Pour modifier la taille de la cible de l’outil Retoucher et corriger, effectuez l’une des opérations suivantes : m Faites glisser le curseur Rayon situé dans la palette Retoucher et corriger. m Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Rayon ou faites glisser le pointeur dans la case de valeur. m Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Rayon, tapez une valeur comprise entre 3,00 et 400,00, puis appuyez sur la touche Retour. m Si vous disposez d’une souris à molette, faites-la tourner. La taille de la cible de l’outil Retoucher et corriger est modifiée. Vous pouvez également modifier la taille de n’importe quel repère Retoucher et corriger que vous avez placé sur une image. Faites glisser le curseur Rayon, situé dans la palette Retoucher et corriger, afin d’ajuster la taille du repère Retoucher et corriger Yeux placé sur l’image.52 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour modifier la taille d’un repère Retoucher et corriger : 1 Affichez l’image en taille réelle (100 pour cent) en cliquant sur le bouton « Réduire/agrandir le visualiseur » dans la barre des commandes (ou appuyez sur la touche Z). 2 Cliquez sur un repère Retoucher et corriger afin de le sélectionner. Une icône de main apparaît pour indiquer que vous pouvez sélectionner le repère Retoucher et plutôt que d’en placer un autre. 3 Dans la zone Retoucher et corriger de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Rayon en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Rayon.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Rayon pour modifier le rayon du repère Retoucher et corriger en procédant par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Rayon, tapez une valeur comprise entre 3,00 et 400,00, puis appuyez sur la touche Retour. La taille du repère Retoucher et corriger augmente à mesure que la valeur du paramètre augmente. Une icône de main apparaît pour indiquer que vous pouvez sélectionner le repère Retoucher et corriger. Utilisez le curseur et la case de valeur Rayon pour ajuster la taille des repères Retoucher et corriger placés précédemment.Chapitre 2 Ajustements d’image 53 Ajustement du niveau d’adoucissement à l’intérieur de la zone délimitée par les repères Retoucher et corriger Vous pouvez modifier le niveau « d’adoucissement » des pixels clonés à l’intérieur de la zone délimitée par les repères Retoucher et corriger. L’adoucissement est le facteur qui détermine la manière dont la zone délimitée par les repères se fond dans la zone d’image environnante. Le paramètre Adoucissement permet de contrôler la fusion des pixels entre le centre d’un repère Retoucher et corriger et sa circonférence. Plus la valeur du paramètre Adoucissement est élevée, plus la fusion des pixels se rapproche du centre. Plus la valeur du paramètre est faible, moins il y a de fusion de pixels, ce qui provoque un effet de « contour net ». Pour ajuster le niveau d’adoucissement des pixels clonés au sein d’un repère Retoucher et corriger : m Dans la zone « Retoucher et corriger » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Adoucissement en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Adoucissement.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Adoucissement ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Adoucissement, tapez une valeur comprise entre 0 % et 100 %, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur faible diminue l’adoucissement des pixels situés dans la zone délimitée par le repère Retoucher et corriger et une valeur élevée l’augmente. Vous pouvez ajuster le niveau d’adoucissement des pixels clonés. Utilisez le curseur et la case de valeur Adoucissement pour que les contours de la zone délimitée par le repère Retoucher et corriger se fondent dans la zone d’image environnante.54 Chapitre 2 Ajustements d’image Ajustement du niveau d’opacité à l’intérieur de la zone délimitée par les repères Retoucher et corriger Une autre méthode de modification des repères Retoucher et corriger afin de mieux fusionner les pixels clonés avec les pixels environnants consiste à ajuster l’opacité des pixels situés dans la zone délimitée par le repère. Plus la valeur du paramètre Opacité est élevée, plus les pixels clonés masquent les pixels originaux qu’ils recouvrent. Pour ajuster l’opacité des pixels clonés au sein d’un repère Retoucher et corriger : m Dans la zone Retoucher et corriger de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Opacité en effectuant l’une des opérations suivantes :  Déplacez le curseur d’opacité.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Opacité ou faites glisser le pointeur dans la case de valeur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Opacité, tapez une valeur comprise entre 0 % et 100 %, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur faible diminue l’opacité des pixels clonés situés dans la zone délimitée par le repère Retoucher et corriger et une valeur élevée l’augmente. Vous pouvez ajuster l’opacité des pixels clonés. Utilisez le curseur et la case de valeur Opacité pour définir le niveau d’opacité des pixels clonés situés dans la zone délimitée par le repère.Chapitre 2 Ajustements d’image 55 Ajustement du niveau de détails au sein de la zone délimitée par les repères Retoucher et corriger Outre le niveau d’adoucissement ou d’opacité au sein de la zone délimitée par les repères Retoucher et corriger, vous pouvez également ajuster la quantité de détails, comme la texture ou le grain, préservés dans les pixels clonés. Pour ajuster la quantité de détails des pixels clonés au sein d’un repère Retoucher et corriger : m Dans la zone Retoucher et corriger de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Détails en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Détails.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Détails ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Détails, tapez une valeur comprise entre 0 % et 100 %, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur faible diminue la quantité de détails, de texture ou de grain par exemple, conservée dans les pixels clonés et une valeur élevée l’augmente. Vous pouvez ajuster la quantité de détails des pixels clonés. Utilisez le curseur et la case de valeur Détails pour définir la quantité de détails des pixels clonés situés dans la zone délimitée par le repère.56 Chapitre 2 Ajustements d’image Affichage de l’image corrigée sans les repères Retoucher et corriger Après avoir retouché les imperfections de votre image, vous pouvez afficher l’image retouchée en ayant désactivé les repères Retoucher et corriger. Pour afficher l’image corrigée en ayant désactivé les repères Retoucher et corriger : m Sélectionnez l’outil Sélection dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche A). Les repères Retoucher et corriger disparaissent, mais les effets des retouches et des corrections demeurent visibles. Pour activer à nouveau les repères Retoucher et corriger : m Sélectionnez l’outil Retoucher et corriger dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche X). Les repères Retoucher et corriger apparaissent à nouveau. Déplacement des repères Retoucher et corriger Une fois qu’ils ont été mis en place, il est toujours possible de déplacer les repères Retoucher et corriger. Pour déplacer un repère Retoucher et corriger : 1 Assurez-vous que l’outil Retoucher et corriger est sélectionné, puis placez le pointeur sur le repère Retoucher et corriger à déplacer jusqu’à ce que la cible se transforme en icône de main. L’icône de main signale que vous pouvez faire glisser le repère plutôt que d’en placer un nouveau. 2 Faites glisser le repère Retoucher et corriger pour le placer à l’endroit approprié sur l’image. L’outil Retoucher et corriger se transforme en icône de main pour indiquer que vous pouvez sélectionner le repère.Chapitre 2 Ajustements d’image 57 Suppression des repères Retoucher et corriger Vous pouvez supprimer à tout moment un repère Retoucher et corriger. Pour supprimer un repère Retoucher et corriger : m Sélectionnez un repère Retoucher et corriger dans l’image, puis cliquez sur le bouton Supprimer dans la zone Retoucher et corriger de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements. m Cliquez sur un repère Retoucher et corriger en maintenant la touche Commande enfoncée. Le repère Retoucher et corriger disparaît. Cliquez sur le bouton Supprimer pour supprimer un repère Retoucher et corriger. Pour supprimer un repère Retoucher et corriger, cliquez dessus en maintenant la touche Commande enfoncée.58 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation des commandes de redressement Lorsque vous prenez des photos, il arrive souvent que les conditions ambiantes rendent plus difficile le cadrage d’une image parfaitement alignée sur l’horizon réel ou virtuel. Aperture permet de redresser une image afin que l’horizon de l’image soit parallèle à ses bords inférieur et supérieur. Vous disposez de deux méthodes pour redresser vos images. Vous pouvez utiliser l’outil Redresser ou les commandes d’ajustement Redresser. Il se peut toutefois que l’outil Redresser s’avère plus pratique pour effectuer un premier redressement sommaire d’une image avant d’utiliser les commandes de redressement pour bénéficier de plus de précision. Rotation des images à l’aide de l’outil Redresser La rotation des images au moyen de l’outil Redresser revient tout simplement à sélectionner l’outil, puis à le faire glisser dans l’image pour la redresser. Il est néanmoins important de comprendre que bien que l’image semble s’agrandir à mesure que vous la faites pivoter, Aperture rogne cette image afin qu’elle tienne dans son cadre rectangulaire sans présenter de bordures blanches sur les côtés. Pour redresser votre image à l’aide de l’outil Redresser : 1 Sélectionnez une image. 2 Sélectionnez l’outil Redresser dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche G). L’outil de sélection se transforme en outil Redresser. Avant le redressement Après le redressementChapitre 2 Ajustements d’image 59 3 L’outil Redresser étant sélectionné, faites glisser le pointeur dans l’image pour la faire pivoter dans l’un ou l’autre sens. Pendant que vous faites pivoter l’image, une grille jaune s’affiche pour vous aider à aligner parfaitement l’image sur l’horizon et l’image est rognée pour éviter l’apparition de vides dans les angles. Remarque : il est recommandé de désactiver le zoom lorsque vous redressez une image, afin que la totalité de cette dernière tienne dans le Visualiseur. Si une image est réduite/agrandie pour être affichée en taille réelle, vous pouvez désactiver le zoom en cliquant sur le bouton Réduire/agrandir dans la barre des commandes (ou en appuyant sur la touche Z). Rotation des images à l’aide des commandes Redresser Vous pouvez également redresser une image au moyen des commandes d’ajustement Redresser. Ces commandes permettent un ajustement plus précis de l’image. Pour redresser une image à l’aide des commandes Redresser : 1 Sélectionnez l’image concernée. 2 Si les commandes Redresser ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Redresser dans le menu local Ajouter des ajustements. 3 Modifiez la valeur du paramètre Rotation en procédant de l’une des manières suivantes :  Faites glisser le curseur Rotation. Faites glisser le pointeur dans l’image pour la faire pivoter. Utilisez le curseur et la case de valeur Rotation pour redresser l’image.60 Chapitre 2 Ajustements d’image  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Rotation ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Rotation, tapez une valeur comprise entre -20 et 20 degrés, puis appuyez sur la touche Retour. Le fait de diminuer cette valeur permet de faire pivoter l’image dans le sens des aiguilles d’une montre, alors que si vous l’augmentez, l’image pivote dans le sens inverse. Pendant que vous faites pivoter l’image, une grille jaune s’affiche pour vous aider à aligner parfaitement l’image sur l’horizon et l’image est rognée pour éviter l’apparition de vides dans les angles. Remarque : il est recommandé de désactiver le zoom lorsque vous redressez une image, afin que la totalité de cette dernière tienne dans le Visualiseur. Si une image est réduite/agrandie pour être affichée en taille réelle, vous pouvez désactiver le zoom en cliquant sur le bouton Réduire/agrandir dans la barre des commandes (ou en appuyant sur la touche Z). Utilisation des commandes de rognage L’outil et les commandes d’ajustement Rogner permettent d’améliorer la composition de votre image en éliminant les bords superflus ou de modifier les proportions de l’image. Vous pouvez par exemple modifier les proportions d’une image en passant de 4 x 6 à 3 x 5 (pouces). Avant le rognage Après le rognageChapitre 2 Ajustements d’image 61 Il existe deux méthodes de rognage d’image : vous pouvez soit utiliser l’outil Rogner pour rogner manuellement une image, soit utiliser les commandes d’ajustement Rogner. La méthode choisie dépend du niveau de précision requis. L’outil Rogner permet de rogner rapidement une image à la main et fonctionne conjointement avec une palette de rognage contenant des commandes permettant de régler les proportions du rognage. La précision supplémentaire apportée par les commandes Rogner est très utile pour spécifier les dimensions exactes de l’image rognée. Rognage des images à l’aide de l’outil Rogner L’outil Rogner est la méthode la plus simple pour rogner une image. Il suffit de sélectionner l’outil Rogner et de faire glisser le pointeur sur l’image afin de tracer un rectangle excluant les parties superflues. La palette de rognage s’affiche pour vous proposer des commandes supplémentaires d’ajustement des proportions de l’image. Pour rogner une image à l’aide de l’outil Rogner : 1 Sélectionnez une image. 2 Sélectionnez l’outil Rogner dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche C). L’outil de sélection se transforme en outil Rogner et la palette de rognage s’affiche. 3 L’outil Rogner étant sélectionné, faites glisser le pointeur pour tracer un rectangle sur l’image afin d’exclure les parties à éliminer. Faites glisser l’outil Rogner sur l’image pour la rogner. Un repère noir est placé sur les parties éliminées.62 Chapitre 2 Ajustements d’image Un repère de rognage noir doté de poignées de redimensionnement est affiché sur l’image et les bords éliminés sont estompés. L’image est rognée dès que vous relâchez le bouton de la souris. Pour obtenir des instructions sur l’affichage de l’image rognée sans le repère de rognage, consultez la section « Affichage de l’image rognée sans le repère de rognage » à la page 64. Après avoir ajouté un repère de rognage à une image, vous pouvez toujours en modifier la taille et la forme. Pour modifier la taille et la forme d’un repère de rognage : m Faites glisser l’une des poignées de redimensionnement du repère de rognage pour modifier la taille du rognage. Vous pouvez modifier le placement du rognage en déplaçant le repère de rognage sur l’image. Faites glisser une poignée de redimensionnement pour redimensionner le repère de rognage.Chapitre 2 Ajustements d’image 63 Pour modifier le placement du rognage : m Faites glisser le repère de rognage pour le placer à l’endroit voulu. Vous pouvez également spécifier les proportions du repère de rognage à l’aide de la palette de rognage. Pour définir les proportions du repère de rognage : 1 Dans la palette de rognage, choisissez des proportions dans le menu local Tailles courantes. Le repère de rognage est actualisé pour refléter les proportions choisies. La case « Contraindre l’outil de rognage à » de la palette de rognage est automatiquement sélectionnée. 2 Vous pouvez, si vous le souhaitez, cliquer sur le bouton Changer de proportions pour changer l’orientation du repère de rognage en passant du mode portrait au mode paysage. Faites glisser le repère de rognage pour modifier sa position. Utilisez le menu local Tailles courantes pour sélectionner des proportions standard pour votre rognage. Cliquez sur le bouton Changer de proportions pour modifier l’orientation en passant du mode portrait au mode paysage.64 Chapitre 2 Ajustements d’image Les valeurs des champs Largeur et Hauteur sont inversées et le repère de rognage est actualisé pour refléter la nouvelle orientation. (Si la valeur saisie dans le champ Largeur est inférieure à celle du champ Hauteur, vous obtenez une orientation en portrait. Une valeur de champ Largeur supérieure à celle du champ Hauteur donne une orientation en paysage.) Affichage de l’image rognée sans le repère de rognage Lorsque l’outil Rogner est sélectionné, la totalité de l’image s’affiche et les bords éliminés sont estompés. Aperture peut également afficher l’image rognée sans les bords éliminés. Pour afficher l’image rognée sans les bords éliminés : m Sélectionnez un autre outil, tel que l’outil de sélection, dans la barre d’outils (ou appuyez sur la touche A). Sélectionnez l’outil Rogner (ou appuyez sur la touche C) pour rendre à nouveau les bords éliminés visibles dans le Visualiseur. Rognage d’images à l’aide des commandes Rogner Les commandes d’ajustement Rogner vous offrent un niveau de précision supérieur. Utilisez-les si, par exemple, un client vous demande une image rognée selon des dimensions précises ne correspondant pas aux proportions standard. Aperture utilise un système de coordonnées élémentaire pour positionner le repère de rognage sur l’image. Il suffit de définir des coordonnées X et Y pour spécifier la position de l’angle inférieur gauche du rognage. La coordonnée X permet de déplacer l’angle inférieur gauche du rognage horizontalement, tandis que la coordonnée Y le déplace verticalement. Vous devez ensuite spécifier la largeur et la hauteur qui détermineront la zone de rognage. Pour spécifier des dimensions de rognage à l’aide des commandes Rogner : 1 Sélectionnez une image. 2 Vous pouvez éventuellement utiliser l’outil Rogner pour placer une zone de rognage approximative sur l’image. 3 Si les commandes Rogner ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Rogner dans le menu local Ajouter des ajustements.Chapitre 2 Ajustements d’image 65 4 Dans la section Rogner de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur X ou double-cliquez sur la valeur et tapez un nouveau chiffre pour définir la position horizontale de l’angle inférieur gauche du rognage. La valeur X est exprimée en pixels et, à mesure qu’elle augmente, la zone de rognage se déplace vers la droite. 5 Spécifiez la position verticale de l’angle inférieur gauche du rognage à l’aide de la case de valeur Y. La valeur Y est exprimée en pixels et, à mesure qu’elle augmente, la zone de rognage se déplace vers le haut. 6 Spécifiez la largeur du rognage à l’aide de la case de valeur Largeur. La largeur est mesurée en pixels et la mesure est effectuée à partir de l’angle inférieur gauche, en progressant de la gauche vers la droite. 7 Spécifiez la hauteur du rognage à l’aide de la case de valeur Hauteur. La hauteur est mesurée en pixels et la mesure est effectuée à partir de l’angle inférieur gauche, en progressant du bas vers le haut. Utilisation des commandes d’exposition Les commandes d’ajustement Exposition permettent de régler l’exposition, la saturation, le contraste et la luminosité, ainsi que les valeurs de teinte noire, grise et blanche. Les curseurs de valeur X et Y permettent de contrôler la position de l’angle inférieur gauche du rognage sur l’image originale. Les curseurs de valeurs Largeur et Hauteur permettent d’ajuster les dimensions de la zone de rognage.66 Chapitre 2 Ajustements d’image Correction de l’exposition de l’image Si vous avez sur ou sous-exposé une image, il est possible de la corriger en ajustant le paramètre Exposition. Le degré de latitude dont vous disposez (la plage visuellement acceptable d’ouvertures f) dépend du type de fichiers et de la profondeur de bits de l’image. Le fichiers RAW offrent généralement un peu plus de latitude que les fichiers JPEG. Remarque : le degré de latitude dépend de l’appareil photo, de la profondeur de bits, du format de fichier et du niveau de compression appliqué lors de la capture. Pour des résultats optimaux, il est préférable de photographier en respectant une fourchette de 1,5 valeur d’ouverture autour de la valeur d’exposition équilibrée. Pour en savoir plus sur la profondeur de bits, les ouvertures f et les fichiers RAW, consultez le document intitulé Digital Photography Fundamentals, disponible via le menu Aide Aperture. Pour corriger l’exposition d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Exposition en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Exposition. Avant l’ajustement de l’exposition Après l’ajustement de l’exposition Utilisez le curseur et la case de valeur Exposition pour corriger l’exposition de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 67  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Exposition pour modifier l’exposition de l’image par incréments d’un dixième d’ouverture f ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Exposition, tapez une valeur comprise entre -9,99 et 9,99, puis appuyez sur la touche Retour. Les valeurs négatives permettent de diminuer l’exposition (assombrissent l’image) et les valeurs positives permettent d’augmenter l’exposition (éclaircissent l’image). L’exposition de l’image est actualisée à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Ajustement de la saturation de l’image Vous pouvez modifier la valeur du paramètre Saturation pour donner à votre image un supplément de couleurs ou atténuer sa palette de couleurs en la désaturant. Pour modifier la saturation d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Saturation en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Saturation.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Saturation pour modifier la saturation de l’image par incréments de 10 pour cent ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Saturation, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 400,00, puis appuyez sur la touche Retour. Avant l’ajustement de la saturation Après l’ajustement de la saturation Utilisez le curseur et la case de valeur saturation pour définir le niveau de saturation des couleurs de l’image.68 Chapitre 2 Ajustements d’image Les valeurs inférieures à 1,00 réduisent le niveau de saturation des couleurs de l’image, tandis que les valeurs supérieures à 1,00 augmentent la saturation. Une valeur égale à 0,00 supprime toutes les couleurs de l’image et les remplace par une échelle de gris. Une valeur égale à 4,00 augmente la saturation de 400 pour cent. La saturation de l’image est actualisée à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Ajustement de la luminosité de l’image Vous pouvez ajuster le paramètre Luminosité pour éclaircir ou assombrir votre image. L’ajustement de la luminosité affecte davantage les valeurs de luminosité des pixels de ton moyen de l’image. Vous pouvez modifier temporairement la luminosité de l’image afin de voir comment l’ajustement affecte les détails dans les tons foncés, les tons moyens et les tons clairs. Pour un contrôle plus précis de la plage tonale de l’image, vous pouvez utiliser les commandes d’ajustement Niveaux. Pour en savoir plus sur l’ajustement des niveaux, consultez la section « Utilisation des commandes de niveaux » à la page 78. Un peu de saturation peut s’avérer très utile L’augmentation de la saturation d’une image peut donner aux couleurs un aspect plus pur et de nombreuses personnes préfèrent les images un peu plus saturées qu’elles n’apparaissent naturellement. Il est toutefois très facile de sursaturer une image. L’utilisation abusive de la saturation en vue de rendre les couleurs plus pures risque de faire disparaître les subtilités des différentes nuances de couleurs et de générer une image moins riche en détails. Pour être sûr de ne pas perdre inutilement certains éléments visuels, surveillez attentivement les détails de votre image pendant que vous en augmentez la saturation. Avant l’ajustement de la luminosité Après l’ajustement de la luminositéChapitre 2 Ajustements d’image 69 Pour ajuster la luminosité d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Luminosité en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Luminosité.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Luminosité pour modifier la luminosité de l’image par incréments de 5 pour cent ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Luminosité, tapez une valeur comprise entre -2,00 et 2,00, puis appuyez sur la touche Retour. Les valeurs inférieures à 0,0 permettent de diminuer la luminosité de l’image. Les valeurs supérieures à 0,0 permettent d’augmenter la luminosité de l’image. La luminosité de l’image est actualisée à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Utilisez le curseur et la case de valeur Luminosité pour éclaircir ou assombrir l’image.70 Chapitre 2 Ajustements d’image Ajustement du contraste de l’image La modification du paramètre Contraste permet d’ajuster la différence entre les parties sombres et claires de votre image. Les images ayant très peu de tonalité dans les tons moyens offrent beaucoup de contraste, tandis que les images ayant beaucoup de tonalité dans les tons moyens offrent un contraste minimal. Les images à forte tonalité dans les tons moyens paraissent souvent plates. L’ajout de contraste à une image permet de lui donner plus de profondeur. Néanmoins, plus vous ajoutez du contraste, plus vous perdez des détails dans les tons moyens. Un petit peu de contraste suffit dans la plupart des cas. Pour ajuster le contraste d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Contraste en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Contraste.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Contraste pour modifier le contraste de l’image par incréments de 5 pour cent ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Contraste, tapez une valeur comprise entre -1,00 et 1,00, puis appuyez sur la touche Retour. Avant l’ajustement du contraste Après l’ajustement du contraste Utilisez le curseur et la case de valeur Contraste pour modifier le contraste entre les couleur claires et foncées de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 71 Les valeurs inférieures à 0,0 permettent de diminuer le contraste de l’image. Les valeurs supérieures à 0,0 permettent d’augmenter le contraste de l’image. Le contraste de l’image est actualisé à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Remarque : pour récupérer des détails dans une image à fort contraste, utilisez les commandes Tons clairs et tons foncés. Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation des commandes « Tons clairs et tons foncés » » à la page 86. Ajustement de la teinte des valeurs de noir, de gris et de blanc de l’image Les roues des couleurs de teinte noire, grise et blanche permettent de supprimer de manière sélective des dominantes de couleur dans les tons foncés, moyens et clairs de l’image. Les dominantes de couleur apparaissent souvent lorsque des images ont été prises sous une lumière mixte et dans des situations d’éclairage artificiel, où la différence entre les couleurs provenant du mélange des types de source lumineuse peut produire une variance de couleur dans une plage tonale spécifique de l’image. Lors des prises de vue réalisées en intérieur, par exemple, un éclairage à incandescence (ampoules électriques classiques) produit souvent une dominante de couleur jaune dans les couleurs blanches de l’image. L’utilisation de la pipette de teinte blanche dans Aperture permet d’isoler les tons clairs et d’ajouter du bleu aux valeurs de blanc, réduisant ainsi la dominante de couleur jaune et ramenant les blancs à des valeurs neutres. Il existe deux méthodes d’ajustement sélectif des valeurs de teinte d’une image : vous pouvez soit utiliser les pipettes de teinte noire, grise et blanche pour qu’Aperture règle automatiquement la teinte sur des valeurs de couleur neutres, soit utiliser les roues des couleurs de teinte noire, grise et blanche pour ajuster manuellement les valeurs de teinte. La méthode choisie dépend du niveau de précision requis. Les pipettes fournissent un moyen précis d’identifier la dominante de couleur dans la plage tonale de chaque pipette et de ramener les couleurs à des valeurs neutres. En fonction du sujet photographié, il est parfois préférable de ne pas supprimer complètement la dominante de couleur présente dans une plage tonale spécifique. Vous pouvez alors ajuster manuellement les valeurs de teinte dans les tons foncés, moyens et clairs à l’aide des roues des couleurs de teinte noire, grise et blanche.72 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation des pipettes pour définir la teinte des tons foncés, moyens et clairs d’une image Si vous souhaitez qu’Aperture modifie automatiquement et de manière sélective les teintes des tons foncés, moyens et clairs d’une image, utilisez les pipettes de teinte noire, grise et blanche. Alors que les commandes de Balance des blancs permettent d’ajuster les teintes de toutes les valeurs tonales de l’image de manière uniforme, les pipettes de teinte noire, grise et blanche permettent de neutraliser sélectivement les dominantes de couleur qui affectent uniquement les tons foncés, moyens ou clairs. Dans les cas particulièrement difficiles, vous pouvez combiner les pipettes de teinte noire, grise et blanche avec les commandes Balance des blancs pour neutraliser d’abord une teinte dans une plage tonale particulière, puis supprimer de manière uniforme la teinte du reste de l’image. Pour en savoir plus sur l’ajustement de la balance des blancs, consultez la section « Utilisation des commandes de Balance des blancs » à la page 96. Correction de la teinte des tons foncés à l’aide de la pipette de teinte noire La pipette de teinte noire permet de supprimer les dominantes de couleur des tons foncés de vos images. Avant l’ajustement de la teinte noire Après l’ajustement de la teinte noireChapitre 2 Ajustements d’image 73 Pour définir la teinte des tons foncés d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Si besoin, cliquez sur le triangle d’affichage de Teinte dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements afin de faire apparaître les roues des couleurs relatives à la teinte. Sélectionnez alors la pipette de teinte noire. Le pointeur se transforme en loupe qui permet d’afficher une vue agrandie de la zone ciblée. La loupe est réglée par défaut pour agrandir l’image à 100 pour cent (taille réelle). Vous pouvez, si nécessaire, augmenter le facteur d’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + tiret bas (_). Pour en savoir plus sur la loupe, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. 3 Centrez la loupe sur les pixels les plus foncés de l’image et cliquez. La teinte (teinte et saturation) des valeurs de noir de l’image est réglée afin que la dominante de couleur soit supprimée des tons foncés. Important : assurez-vous qu’aucun pixel clair n’est présent dans la zone ciblée par la loupe. La présence de pixels clairs risque de biaiser le calcul de la teinte noire, produisant une image différente du résultat escompté. Un moyen simple d’éviter la présence de pixels clairs erratiques consiste à augmenter l’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + tiret bas (_). Sélectionnez la pipette de teinte noire pour activer la loupe. Cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher les roues des couleurs relatives à la teinte.74 Chapitre 2 Ajustements d’image Correction de la teinte des tons moyens à l’aide de la pipette de teinte grise La pipette de teinte grise permet de supprimer les dominantes de couleur des tons moyens de vos images. Pour définir la teinte des valeurs de tons moyens d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Si besoin, cliquez sur le triangle d’affichage de Teinte dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements afin de faire apparaître les roues des couleurs relatives à la teinte. Sélectionnez alors la pipette de teinte grise. Le pointeur se transforme en loupe qui permet d’afficher une vue agrandie de la zone ciblée. La loupe est réglée par défaut pour agrandir l’image à 100 pour cent (taille réelle). Vous pouvez, si nécessaire, augmenter le facteur d’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + tiret bas (_). Pour en savoir plus sur la loupe, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. Avant l’ajustement de la teinte grise Après l’ajustement de la teinte grise Sélectionnez la pipette de teinte grise pour activer la loupe. Cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher les roues des couleurs relatives à la teinte.Chapitre 2 Ajustements d’image 75 3 Centrez la loupe sur une couleur de gamme moyenne aussi proche que possible du gris moyen et cliquez. La teinte (teinte et saturation) des valeurs de gris de l’image est réglée afin que la dominante de couleur soit supprimée des tons moyens. Correction de la teinte des tons clairs à l’aide de la pipette de teinte blanche La pipette de teinte blanche permet de supprimer les dominantes de couleur des tons clairs de vos images. Avant l’ajustement de la teinte blanche Après l’ajustement de la teinte blanche76 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour définir la teinte des valeurs de tons clairs d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Si besoin, cliquez sur le triangle d’affichage de Teinte dans la zone Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements afin de faire apparaître les roues des couleurs relatives à la teinte. Sélectionnez alors la pipette de teinte blanche. Le pointeur se transforme en loupe qui permet d’afficher une vue agrandie de la zone ciblée. La loupe est réglée par défaut pour agrandir l’image à 100 pour cent (taille réelle). Vous pouvez, si nécessaire, augmenter le facteur d’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + _. Pour en savoir plus sur la loupe, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. 3 Centrez la loupe sur les pixels les plus clairs (blancs) de l’image et cliquez. La teinte (teinte et saturation) des valeurs de blanc de l’image est réglée afin que la dominante de couleur soit supprimée des tons clairs. Sélectionnez la pipette de teinte blanche pour activer la loupe. Cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher les roues des couleurs relatives à la teinte.Chapitre 2 Ajustements d’image 77 Important : assurez-vous qu’aucun pixel foncé n’est présent dans la zone ciblée par la loupe. La présence de pixels foncés risque de biaiser le calcul de la teinte blanche, produisant une image différente du résultat escompté. Un moyen simple d’éviter la présence de pixels foncés erratiques consiste à augmenter l’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + _. Réglage manuel de la teinte des tons foncés, moyens et clairs d’une image Vous pouvez également ajuster manuellement la teinte des valeurs de tons foncés, moyens et clairs de l’image à l’aide des roues des couleurs de teinte noire, grise et blanche. Pour ajuster manuellement la teinte des valeurs de tons foncés, moyens et clairs d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la section Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, procédez comme suit :  Faites glisser le point Noir dans la roue des couleurs pour ajuster la teinte des tons foncés.  Faites glisser le point Gris dans la roue des couleurs pour ajuster la teinte des tons moyens.  Faites glisser le point Blanc dans la roue des couleurs pour ajuster la teinte des tons clairs. Pour supprimer une dominante de couleurs dans une plage tonale, faites glisser le point dans la roue des couleurs vers la couleur opposée. Par exemple, pour supprimer une dominante de couleur bleue, faites glisser le point vers le jaune dans la roue des couleurs jusqu’à ce que la dominante de couleur soit neutralisée. Faites glisser les points Noir, Gris et Blanc (cercles blancs) pour ajuster la teinte de l’image de manière sélective.78 Chapitre 2 Ajustements d’image Réinitialisation des roue des couleurs Teinte Vous pouvez réinitialiser individuellement les roue des couleurs Teinte sans affecter les autres paramètres de la section Exposition de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements. Pour réinitialiser une roue des couleurs Teinte : m Double-cliquez sur la roue des couleurs. Utilisation des commandes de niveaux Les commandes d’ajustement Niveaux permettent de régler manuellement les valeurs des tons foncés, moyens et clairs d’une image. Aperture définit par défaut la valeur 0 comme noir absolu et la valeur 1 comme blanc absolu. La contrainte des valeurs de point noir et de point blanc permet de redistribuer la plage tonale des pixels entre le noir et le blanc. La redistribution des valeurs de luminance augmente la plage tonale et le contraste de l’image. Toutefois, si vous coupez trop loin dans les valeurs tonales noires ou blanches, les valeurs qui étaient à l’origine presque du noir ou du blanc absolu deviennent du blanc ou du noir absolu, ce qui provoque une perte de détails dans l’image. Outre l’ajustement des valeurs tonales d’ensemble des tons foncés, moyens et clairs d’une image, vous pouvez également corriger des images en ajustant indépendamment les niveaux des canaux rouge, vert et bleu. Aperture fournit un moyen d’ajuster les niveaux de chaque canal de couleur, vous permettant ainsi de contrôler la tonalité des couleurs d’une image. Double-cliquez sur une roue des couleurs pour rétablir ses valeurs par défaut.Chapitre 2 Ajustements d’image 79 Ajustement des niveaux de luminance d’une image Pour ajuster la tonalité d’ensemble d’une image, utilisez les commandes d’ajustement Niveaux en fonction d’un histogramme affichant la luminance. Lorsque l’histogramme est réglé pour montrer la luminance, il affiche les valeurs de luminosité cumulées des trois canaux de couleur de chaque pixel. La présentation de luminance de l’histogramme permet d’ajuster les valeurs tonales d’une image sans affecter la dominante de couleur. Pour ajuster les niveaux d’une image en fonction de la luminance : 1 Sélectionnez une image. 2 Affichez l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements. 3 L’histogramme Niveaux est désactivé par défaut. Activez-le en désélectionnant la case Niveaux. L’histogramme Niveaux est affiché. 4 Choisissez Luminance dans le menu local Canal. Avant l’ajustement des niveaux Après l’ajustement des niveaux Curseur de niveaux de blanc Curseur de niveaux de noir80 Chapitre 2 Ajustements d’image 5 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Faites glisser les curseurs de niveaux de noir et de blanc jusqu’à ce qu’ils touchent les bords extérieurs du graphique de l’histogramme, en imposant ainsi à l’image de nouveaux points noir et blanc.  Sélectionnez les chiffres indiqués dans les champs Noir (N) et Blanc (B), puis tapez une valeur allant de 0 à 1,00. Le point noir est réglé par défaut sur 0,00 et le point blanc est réglé sur 1,00. Les valeurs tonales des tons foncés et des tons clairs de l’image sont actualisées, ce qui permet d’obtenir des valeurs de noirs et de tons clairs plus marquées et un contraste général plus prononcé. Faites glisser les curseurs de niveaux de noir et de blanc jusqu’à ce qu’ils touchent les bords du graphique de l’histogramme.Chapitre 2 Ajustements d’image 81 Vous pouvez en outre utiliser le curseur de niveaux de gris pour ajuster les valeurs de luminosité des tons moyens, tout en limitant l’effet d’éclaircissement dans les points noir et blanc. Les zones plus claires des tons foncés et les zones plus sombres des tons clairs sont affectés, mais l’effet s’estompe à mesure qu’il se rapproche des noirs foncés et des blancs clairs. Pour ajuster les niveaux de tons moyens d’une image, procédez de l’une des façons suivantes : m Faites glisser le curseur des niveaux de gris jusqu’à ce que les valeurs de luminosité des tons moyens de l’image soient corrects. m Le point gris est réglé par défaut sur 0,50. Sélectionnez le chiffre indiqué dans le champ Gris (G), puis tapez une valeur comprise entre 0 et 1,00 jusqu’à ce que les valeurs de luminosité des tons moyens de l’image soient corrects. Avant l’ajustement des niveaux de gris Après l’ajustement des niveaux de gris Curseur des niveaux de gris82 Chapitre 2 Ajustements d’image Affichage des commandes de niveaux de quart de ton Pour obtenir davantage de contrôle sur les valeurs tonales situées entre les tons moyens et les tons foncés et entre les tons moyens et les tons clairs, utilisez les commandes Quart de ton. Si vous devez, par exemple, ajouter du contraste aux valeurs de tons moyens indépendamment des réglages de point noir et de point blanc, utilisez les curseurs de niveaux de quart de ton. Contrairement aux curseurs de niveaux de noir et de blanc, les curseurs de niveaux de quart de ton sont indépendants et n’affectent que la plage tonale des pixels qu’ils représentent : des tons foncés aux tons moyens ou des tons moyens aux tons clairs. Pour afficher les commandes de quart de ton : m Cliquez sur le bouton Commandes de quart de ton. Ajustement de la luminosité d’une image à l’aide des curseurs de niveaux de luminosité Les commandes d’ajustement des niveaux permettent également d’ajuster la luminosité d’une image. Lorsque vous ajustez la luminosité de l’image, les curseurs de niveaux de noir, de gris et de blanc modifient la tonalité de l’image en fonction de la nouvelle valeur de luminosité. Ajustement uniforme de la luminosité d’une image à l’aide des curseurs de niveaux de luminosité Le curseur central de niveaux de luminosité, situé en haut de l’histogramme Niveaux, permet d’ajuster uniformément la luminosité de l’image. Cliquez sur le bouton « Commandes de quart de ton » pour afficher les curseurs de niveaux de quart de ton.Chapitre 2 Ajustements d’image 83 Pour ajuster uniformément la luminosité de l’image : m Faites glisser le curseur de niveaux de luminosité jusqu’à ce que la luminosité de toute l’image soit correcte. Ajustement sélectif de la luminosité d’une image à l’aide des curseurs de niveaux de luminosité des tons foncés et des tons clairs Vous pouvez ajuster de manière sélective la luminosité des tons foncés et des tons clairs de l’image à l’aide des curseurs de niveaux de luminosité de tons foncés et de tons clairs. Pour ajuster de manière sélective la luminosité des tons clairs et des tons foncés d’une image : m Faites glisser les curseurs de niveaux de luminosité des tons foncés et des tons clairs jusqu’à ce que les valeurs de luminosité des tons foncés et des tons clairs de l’image soient corrects. Utilisation des niveaux pour la correction colorimétrique Un moyen très performant pour corriger les couleurs d’une image consiste à ajuster les niveaux de chaque canal de couleur de l’image. L’ajustement des niveaux de chaque canal de couleur s’avère très utile pour supprimer les dominantes de couleur des images. Il est important de comprendre que l’ajustement des couleurs de l’image est effectué au sein du spectre RVB, ce qui signifie que toute augmentation de bleu réduit le jaune, que toute augmentation de vert réduit le magenta, etc. Faites glisser le curseur de niveaux de luminosité pour ajuster uniformément la luminosité d’une image. Faites glisser les curseurs de niveaux de luminosité des tons foncés (à gauche) et des tons clairs pour ajuster de manière sélective la luminosité d’une image.84 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour ajuster les niveaux d’un seul canal de couleur dans une image : 1 Dans la section Niveaux de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, choisissez un canal de couleur dans le menu local Canal. 2 Faites glisser les curseurs de niveaux de noir, de gris et de blanc (ou saisissez des valeurs dans les champs correspondants) pour créer l’effet souhaité. Pour en savoir plus sur la manière d’effectuer des ajustements particuliers sur les niveaux de chaque canal de couleur, consultez les sections suivantes. Ajustement des niveaux du canal de couleur rouge L’ajustement des niveaux du canal de couleur rouge permet de supprimer les dominantes de couleur rouge et cyan de l’image. Choisissez un canal de couleur dans le menu local Canal. Ajustement du canal Rouge Effet Déplacer le curseur de niveaux de noir vers la droite Ajoute du cyan aux tons foncés, supprime le rouge. Déplacer le curseur de niveaux de gris vers la gauche Ajoute du rouge aux tons moyens, supprime le cyan. Déplacer le curseur de niveaux de gris vers la droite Ajoute du cyan aux tons moyens, supprime le rouge. Déplacer le curseur de niveaux de blanc vers la gauche Ajoute du rouge aux tons clairs, supprime le cyan. Avant l’ajustement des niveaux de rouge Après l’ajustement des niveaux de rouge (déplacement du curseur de niveaux de gris vers la droite)Chapitre 2 Ajustements d’image 85 Ajustement des niveaux du canal de couleur vert L’ajustement des niveaux du canal de couleur vert permet de supprimer les dominantes de couleur verte et magenta de l’image. Ajustement du canal vert Effet Déplacer le curseur de niveaux de noir vers la droite Ajoute du magenta aux tons foncés, supprime le vert. Déplacer le curseur de niveaux de gris vers la gauche Ajoute du vert aux tons moyens, supprime le magenta. Déplacer le curseur de niveaux de gris vers la droite Ajoute du magenta aux tons moyens, supprime le vert. Déplacer le curseur de niveaux de blanc vers la gauche Ajoute du vert aux tons clairs, supprime le magenta. Avant l’ajustement des niveaux de vert Après l’ajustement des niveaux de vert (déplacement du curseur de niveaux de gris vers la droite)86 Chapitre 2 Ajustements d’image Ajustement des niveaux du canal de couleur bleu L’ajustement des niveaux du canal de couleur bleu permet de supprimer les dominantes de couleur bleue et jaune de l’image. Utilisation des commandes « Tons clairs et tons foncés » Les commandes « Tons clairs et tons foncés » permettent de corriger l’exposition des images prises dans des conditions d’éclairage complexes. Vous pouvez, par exemple, utiliser les commandes « Tons clairs et tons foncés » pour corriger l’exposition des zones les plus sombres (tons foncés) d’une image correctement exposée afin de créer un effet de silhouette. Vous pouvez également utiliser ces commandes pour récupérer des détails dans les zones extrêmement claires d’une image. Cette méthode est particulièrement utile si vous traitez des images de nuages ou de neige ou des images correctement exposées dans les zones de tons foncés. L’utilisation des commandes « Tons clairs et tons foncés » constitue le meilleur moyen d’optimiser l’exposition de vos images dans les tons clairs, moyens ou foncés, sans affecter les détails des autres zones de tonalité. Ajustement du canal bleu Effet Déplacer le curseur de niveaux de noir vers la droite Ajoute du jaune aux tons foncés, supprime le bleu. Déplacer le curseur de niveaux de gris vers la gauche Ajoute du bleu aux tons moyens, supprime le jaune. Déplacer le curseur de niveaux de gris vers la droite Ajoute du jaune aux tons moyens, supprime le bleu. Déplacer le curseur de niveaux de blanc vers la gauche Ajoute du bleu aux tons clairs, supprime le jaune. Avant l’ajustement des niveaux de bleu Après l’ajustement des niveaux de bleu (curseurs de niveaux de blanc et de gris déplacés vers la gauche)Chapitre 2 Ajustements d’image 87 Ajustement des valeurs de luminosité dans les zones de tons clairs de l’image Pour ajuster les valeurs de luminosité dans les zones de tons clairs de l’image, sans affecter les tons moyens et les tons foncés, vous pouvez modifier le paramètre Tons clairs. Bien que notre œil soit plus sensible aux détails des zones de tons foncés qu’à ceux des zones de tons clairs (comme la neige), il est toujours possible de récupérer une quantité non négligeable d’informations visuelles dans les tons clairs à l’aide des commandes d’ajustement Tons clairs. Les commandes Tons clairs sont également utiles dans les situations où l’arrière-plan de votre image est correctement exposé et le premier plan est légèrement surexposé. Dans ce cas, vous devez utiliser les commandes Tons clairs pour traiter le premier plan surexposé afin que son niveau d’exposition corresponde à celui de l’arrière-plan correctement exposé. Pour ajuster les tons clairs d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone « Tons clairs et tons foncés » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, réglez le paramètre Tons clairs en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Tons clairs est placé par défaut à l’extrême gauche de la réglette. Faites glisser le curseur vers la droite pour assombrir les zones de tons clairs de l’image ou vers la gauche pour réduire l’effet d’assombrissement dans les tons clairs. Avant l’ajustement des tons clairs Après l’ajustement des tons clairs Utilisez le curseur et la case de valeur Tons clairs pour ajuster les valeurs de luminosité des tons clairs de l’image.88 Chapitre 2 Ajustements d’image  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Tons clairs pour modifier la luminosité des tons clairs de l’image par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire l’effet d’assombrissement dans les tons clairs en les rendant plus clairs. La flèche droite permet d’augmenter l’effet d’assombrissement dans les tons clairs en les rendant plus sombres.  La case de valeur Tons clairs est réglée par défaut sur 0,0 . Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur, tapez une valeur de 0,0 à 100,0 et appuyez sur la touche Retour. Aperture isole les zones d’image contenant des tons clairs et les actualise au fur et à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Ajustement des valeurs de luminosité dans les zones de tons foncés de l’image L’ajustement des zones de tons foncés est nécessaire lorsque les zones de tons foncés d’une image sont sous-exposées. Ce type de situation se présente, par exemple, lorsqu’un sujet est photographié dans l’embrasure d’une porte et que l’arrière-plan est correctement exposé alors que le sujet lui-même, au premier plan, est légèrement sous-exposé. L’ajustement des tons foncés permet de n’éclaircir que les pixels des zones de tons foncés pour faire apparaître des détails qui seraient, sinon, perdus dans des nuances de noir ou de gris foncé. Avant l’ajustement des tons foncés Après l’ajustement des tons foncésChapitre 2 Ajustements d’image 89 Pour ajuster les tons foncés d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone « Tons clairs et tons foncés » de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, réglez le paramètre Tons foncés en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Tons foncés est placé par défaut à l’extrême gauche de la réglette. Faites glisser le curseur vers la droite pour éclaircir les zones de tons foncés de l’image ou vers la gauche pour réduire l’effet d’éclaircissement dans les tons foncés.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Tons foncés pour modifier la luminosité des tons foncés de l’image par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire l’effet d’éclaircissement dans les tons foncés en les rendant plus sombres. La flèche droite permet d’augmenter l’effet d’éclaircissement dans les tons foncés en les rendant plus clairs.  La case de valeur Tons foncés est réglée par défaut sur 0,0. Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur, tapez une valeur de 0,0 à 100,0 et appuyez sur la touche Retour. Aperture isole les zones d’image contenant des tons foncés et les actualise au fur et à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Utilisation des réglages avancés « Tons clairs et tons foncés » L’ajustement des « Tons clairs et tons foncés » comprend les paramètres avancés suivants :  Rayon : définit la zone utilisée par Aperture pour déterminer la tonalité de chaque pixel.  Correction colorimétrique : définit le niveau de saturation appliqué lors du réglage des tons foncés ou des tons clairs.  Largeur tonale + : définit la gamme des tons modifiés dans les tons clairs. Utilisez le curseur et la case de valeur Tons foncés pour ajuster les valeurs de luminosité des tons foncés de l’image. Cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher les commandes « Tons clairs et tons foncés » avancées.90 Chapitre 2 Ajustements d’image  Contraste moyen : définit le niveau de contraste dans les tons moyens.  Largeur tonale - : définit la gamme des tons modifiés dans les tons foncés. Ajustement du rayon des commandes « Tons clairs et tons foncés » Les commandes du paramètre Rayon permettent de définir la zone entourant chaque pixel utilisée par Aperture pour évaluer la zone tonale occupée par le pixel. Plus la valeur du rayon est élevée, plus la zone utilisée pour déterminer la tonalité de chaque pixel est étendue. Les commandes Rayon peuvent avoir un impact important sur le comportement des commandes « Tons clairs et tons foncés », car elles permettent d’augmenter ou de diminuer la plage de pixels utilisée pour déterminer le niveau d’éclaircissement ou d’assombrissement de chaque pixel. Pour ajuster le rayon des commandes « Tons clairs et tons foncés » : 1 Si nécessaire, cliquez sur le triangle d’affichage Avancé pour afficher les commandes avancées « Tons clairs et tons foncés ». 2 Ajustez le paramètre Rayon en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Rayon est placé par défaut à l’extrême gauche de la réglette. Faites glisser le curseur vers la droite pour augmenter le rayon de la zone utilisée par Aperture pour évaluer si le pixel requiert un ajustement de tons clairs ou de tons foncés et faites glisser curseur vers la gauche pour réduire le rayon.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Rayon pour modifier le rayon par incréments d’un pixel ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire le rayon de la zone de pixels et la flèche droite permet de l’augmenter.  La case de valeur Rayon est réglée par défaut sur 200,00. Double-cliquez sur le chiffre inscrit dans la case de valeur Rayon, tapez une valeur comprise entre 1,0 et 1000,0, puis appuyez sur la touche Retour. Aperture utilise le nouveau réglage de Rayon pour déterminer la tonalité de chaque pixel en fonction des pixels environnants. Utilisez le curseur et la case de valeur Rayon pour ajuster la zone utilisée pour déterminer la tonalité d’un pixel.Chapitre 2 Ajustements d’image 91 Ajustement de la correction colorimétrique des commandes « Tons clairs et tons foncés » Les commandes de paramètre Correction colorimétrique permettent d’ajuster le niveau de saturation appliqué durant les réglages de tons foncés et de tons clairs. L’ajustement de la saturation est toutefois plus marqué dans les tons foncés. Pour ajuster la saturation appliquée durant les réglages de tons clairs et de tons foncés : 1 Si nécessaire, cliquez sur le triangle d’affichage Avancé pour afficher les commandes avancées « Tons clairs et tons foncés ». 2 Ajustez le paramètre Correction colorimétrique en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Correction colorimétrique vers la droite pour augmenter le niveau de saturation appliqué lors des ajustements de tons clairs et de tons foncés et faites glisser curseur vers la gauche pour réduire la saturation.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Correction colorimétrique ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire la saturation et la flèche droite permet de l’augmenter. Avant l’ajustement de correction colorimétrique « Tons clairs et tons foncés » Après l’ajustement de correction colorimétrique « Tons clairs et tons foncés » (augmentation de la correction colorimétrique) Utilisez le curseur et la case de valeur Correction colorimétrique pour ajuster le niveau de saturation appliqué lors des ajustements de tons foncés et de tons clairs.92 Chapitre 2 Ajustements d’image  La case de valeur Correction colorimétrique est réglée par défaut sur 0,0. Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Correction colorimétrique, tapez une valeur comprise entre -100,0 et 100,0, puis appuyez sur la touche Retour. Le nouveau réglage de Correction colorimétrique détermine le niveau de saturation appliqué aux tons clairs et aux tons foncés lors d’un ajustement de tons clairs et de tons foncés. Ajustement de la « Largeur tonale + » des commandes « Tons clairs et tons foncés » Les commandes de paramètre « Largeur tonale + » permettent de définir la gamme des tons clairs qu’Aperture règle à l’aide des commandes Tons clairs. L’augmentation de la valeur du paramètre « Largeur tonale + » élargit la gamme des valeurs tonales de tons clairs qui sont ajustées vers les tons moyens. Pour limiter l’ajustement des tons clairs à une gamme de valeurs de tons clairs plus proches du blanc, vous devez diminuer la valeur du paramètre « Largeur tonale + ». Avant l’ajustement de la « Largeur tonale + » Après l’ajustement de la « Largeur tonale + » (augmentation de la « Largeur tonale + »)Chapitre 2 Ajustements d’image 93 Pour ajuster la « Largeur tonale + » des commandes « Tons clairs et tons foncés » : 1 Si nécessaire, cliquez sur le triangle d’affichage Avancé pour afficher les commandes avancées « Tons clairs et tons foncés ». 2 Ajustez le paramètre « Largeur tonale + » en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur « Largeur tonale + » vers la droite pour augmenter la plage tonale du réglage de tons clairs ou vers la gauche pour la réduire.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur « Largeur tonale + » pour modifier la plage tonale des tons clairs par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire la plage tonale et la flèche droite permet de l’augmenter.  La case de valeur « Largeur tonale + » est réglée par défaut sur 40,0. Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur « Largeur tonale + », tapez une valeur comprise entre 0,0 et 100,00, puis appuyez sur la touche Retour. Aperture utilise le nouveau réglage de « Largeur tonale + » pour déterminer la plage tonale de valeurs de tons clairs prises en compte lors des ajustements de tons clairs. La plage tonale part du blanc absolu et l’augmentation de la valeur du paramètre « Largeur tonale + » a pour effet d’élargir la plage tonale pour inclure des valeurs plus proches des tons moyens. Utilisez le curseur et la case de valeur « Largeur tonale + » pour ajuster la gamme de valeurs tonales des tons clairs affectés par un ajustement des tons clairs.94 Chapitre 2 Ajustements d’image Ajustement du contraste des tons moyens des commandes « Tons clairs et tons foncés » Les commandes du paramètre Contraste moyen permettent d’ajuster le contraste des tons moyens. Pour ajuster le contraste des tons moyens des commandes « Tons clairs et tons foncés » : 1 Si nécessaire, cliquez sur le triangle d’affichage Avancé pour afficher les commandes avancées « Tons clairs et tons foncés ». 2 Ajustez le paramètre Contraste moyen en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Contraste moyen vers la droite pour augmenter le contraste appliqué par Aperture aux tons moyens de l’image et vers la gauche pour réduire ce contraste.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite dans la case de valeur Contraste moyen ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire le contraste dans les tons moyens et la flèche droite permet de l’augmenter.  La case de valeur Contraste moyen est réglée par défaut sur 0,0 . Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Contraste moyen, tapez une valeur comprise entre -100,0 et 100,0, puis appuyez sur la touche Retour. Le contraste dans les tons moyens est actualisé à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Utilisez le curseur et la case de valeur Contraste moyen pour ajuster le contraste des valeurs de tons moyens de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 95 Ajustement de la « Largeur tonale - » des commandes « Tons clairs et tons foncés » Les commandes de paramètre « Largeur tonale - » permettent de définir la gamme des tons foncés qu’Aperture règle à l’aide des commandes Tons foncés. L’augmentation de la valeur du paramètre « Largeur tonale - » élargit la gamme des valeurs tonales de tons foncés qui sont ajustées vers les tons moyens. Pour limiter l’ajustement des tons foncés à une gamme de valeurs de tons foncés plus proches du noir, vous devez diminuer la valeur du paramètre « Largeur tonale - ». Pour ajuster la « Largeur tonale - » des commandes « Tons clairs et tons foncés » : 1 Si nécessaire, cliquez sur le triangle d’affichage Avancé pour afficher les commandes avancées « Tons clairs et tons foncés ». 2 Ajustez le paramètre « Largeur tonale - » en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur « Largeur tonale - » vers la droite pour augmenter la plage tonale du réglage de tons foncés ou vers la gauche pour la réduire.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur « Largeur tonale - » pour modifier la plage tonale des tons foncés par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire la plage tonale et la flèche droite permet de l’augmenter. Avant l’ajustement de la « Largeur tonale - » Après l’ajustement de la « Largeur tonale - » (augmentation de la « largeur tonale - ») Utilisez le curseur et la case de valeur « Largeur tonale - » pour ajuster la gamme de valeurs tonales des tons foncés affectés par un ajustement des tons foncés.96 Chapitre 2 Ajustements d’image  La case de valeur « Largeur tonale - » est réglée par défaut sur 40,0. Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur « Largeur tonale - », tapez une valeur comprise entre 0,0 et 100,00, puis appuyez sur la touche Retour. Aperture utilise le nouveau réglage de « Largeur tonale - » pour déterminer la plage tonale de valeurs de tons foncés prises en compte lors des ajustements de tons foncés. La plage tonale part du noir absolu et l’augmentation de la valeur du paramètre « Largeur tonale - » a pour effet d’élargir la plage tonale pour inclure des valeurs plus proches des tons moyens. Utilisation des commandes de Balance des blancs Les commandes d’ajustement Balance des blancs permettent de modifier la température de couleur et la teinte de couleur des images. Si une image possède des pixels censés être blancs absolus, vous pouvez utiliser la pipette de point blanc pour ajuster automatiquement la température et la teinte de couleur ou ajuster manuellement ces paramètres. L’ajustement automatique permet, dans la plupart des cas, de supprimer la dominante de couleur d’une image. Si vous ne parvenez pas à supprimer complètement la dominante de couleur d’une image à l’aide de la pipette de point blanc, utilisez les commandes d’ajustement Température et Teinte pour corriger l’image de manière plus précise. Bien qu’Aperture puisse définir la balance des blancs de l’image de manière très précise, il arrive parfois que vous deviez utiliser une combinaison de ces deux méthodes pour donner à l’image la tonalité chaude ou froide recherchée. Avant l’ajustement de la Balance des blancs Après l’ajustement de la Balance des blancChapitre 2 Ajustements d’image 97 Ajustement de la balance des blancs de l’image à l’aide de la pipette de point blanc Si votre image contient des pixels de blanc absolu, utilisez la pipette de point blanc pour régler automatiquement la température et la teinte de couleur de l’image. Pour ce faire, sélectionnez une portion de l’image contenant des pixels gris neutre à l’aide de la pipette de point blanc, Aperture effectue instantanément l’ajustement de la balance des blancs. Pour ajuster la température et la teinte de couleur à l’aide de la pipette de point blanc : 1 Sélectionnez une image. 2 Sélectionnez la pipette de point blanc dans la section Balance des blancs de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements. Le pointeur se transforme en loupe qui permet d’afficher une vue agrandie de la zone ciblée. La loupe est réglée par défaut pour agrandir l’image à 100 pour cent (taille réelle). Vous pouvez, si nécessaire, augmenter le facteur d’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + signe plus (+). Pour en savoir plus sur la loupe, consultez le Manuel de l’utilisateur d’Aperture, disponible via le menu Aide Aperture. 3 Centrez la loupe sur les pixels gris clair de l’image et cliquez. Cliquez sur la pipette de point blanc pour activer la loupe.98 Chapitre 2 Ajustements d’image La balance des blancs de l’image est automatiquement réglée. La tonalité des couleurs de l’image est décalée pour devenir plus froide ou plus chaude, en fonction du réglage de balance des blancs. Important : veillez à placer la loupe sur une zone contenant aussi peu de bruit numérique que possible. Le bruit numérique peut biaiser les résultats du calcul de balance des blancs en introduisant une dominante de couleur qui n’était pas présente dans l’image auparavant. Un moyen simple d’éviter la présence de pixels erratiques consiste à augmenter l’agrandissement de la loupe en appuyant sur les touches Commande + Maj + _. Ajustement de la couleur de température de l’image à l’aide des commandes Température Les commandes de paramètre Température permettent de régler manuellement la température de couleur d’une image. Le terme température de couleur est utilisé pour décrire la couleur de la lumière émise au moment de la prise de vue. Remarque : la température de couleur fait référence à la valeur de couleur de la lumière plutôt qu’à sa valeur calorifique. La température de couleur de la lumière se mesure en unités appelées kelvins (K). L’ajustement de la température de couleur de l’image modifie la manière dont Aperture interprète les couleurs de l’image en fonction de la température affectée à la lumière. Le but du réglage de la température de couleur d’une image est de donner aux couleurs un aspect aussi naturel que possible. Pour en savoir plus sur la température de couleur, consultez le document Digital Photography Fundamentals, disponible via le menu Aide Aperture. Pour ajuster manuellement la température de couleur d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Balance des blancs de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Température en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Température vers la gauche pour « refroidir » la tonalité de l’image ou faites-le glisser vers la droite pour donner plus de chaleur à la tonalité.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Température pour modifier la luminosité de l’image par incréments de 10 K ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire la température de couleur de l’image et la flèche droite permet de l’augmenter.  Double-cliquez sur le chiffre inscrit dans la case de valeur Température, tapez une valeur comprise entre 2 000 K et 50 000 K, puis appuyez sur la touche Retour. Utilisez le curseur et la case de valeur Température pour ajuster la température de couleur de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 99 La température de couleur de l’image est actualisée à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Ajustement de la teinte de l’image à l’aide des commandes Teinte Vous pouvez ajuster manuellement la teinte d’une image à l’aide des commandes de paramètre Teinte. Les commandes de paramètre Teinte permettent d’ajuster de manière précise la balance des blancs en neutralisant la teinte verte ou magenta restante. Pour ajuster manuellement la teinte de votre image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Balance des blancs de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, ajustez le paramètre Teinte en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Teinte vers la gauche pour ajouter une teinte verte à l’image ou faites-le glisser vers la droite pour ajouter une teinte magenta.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Teinte pour modifier la teinte de l’image par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet d’ajouter une teinte verte à l’image et la flèche droite ajoute une teinte magenta.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Teinte, tapez une valeur comprise entre – 150 et 150, puis appuyez sur la touche Retour. La teinte de l’image est actualisée à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre. Utilisez le curseur et la case de valeur Teinte pour ajuster la teinte de l’image.100 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation des commandes de couleur Les commandes de couleur de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements permettent d’ajuster de façon précise les couleurs rouge, verte, bleue, cyan, magenta et jaune des images. À chaque couleur correspondent des commandes de teinte, de saturation et de luminance. Si le fait de segmenter ces commandes pour chaque couleur peut à première vue sembler compliqué, cela a l’avantage de limiter l’application des ajustements à des couleurs spécifiques et ainsi corriger et améliorer les couleurs voulues sans affecter les autres. De plus, Aperture offre une commande Gamme servant à définir l’étendue des couleurs affectées par les ajustements de teinte, de saturation et de luminance, appelée gamme des couleurs. La commande Gamme vous permet de peaufiner les ajustements de vos couleurs. Avant l’ajustement des couleurs Après l’ajustement des couleurs (la teinte et la saturation du bleu ont été modifiés)Chapitre 2 Ajustements d’image 101 À propos de la teinte, de la saturation et de la luminance La teinte fait référence à la couleur elle-même. Elle se mesure par une portion de la roue des couleurs. Déplacer un curseur de teinte dans Aperture a pour effet de remapper la couleur à partir de sa position d’origine dans la roue des couleurs vers la nouvelle position indiquée par le curseur. Les ajustements de teinte sont souvent effectués pour faire correspondre les couleurs d’un même sujet sur plusieurs images. Pouvoir ajuster la teinte d’une image est particulièrement utile lorsque le sujet photographié s’est déplacé et s’est trouvé dans des conditions d’éclairage distinctes. L’ajustement de la teinte des images est aussi un avantage quand on sait qu’il est rare que les modèles d’appareil photo de types ou de fabricants différents capturent et rendent les couleurs exactement de la même façon. Vous pouvez utiliser les commandes de teinte pour faire concorder la couleur des images d’un sujet photographié par deux appareils différents. La saturation définit l’intensité d’une teinte en particulier. Une teinte saturée donne de l’éclat et de la pureté aux couleurs. Une teinte moins saturée paraît plus terne et plus grise. Une teinte complètement désaturée donne une nuance de gris. La luminance est la luminosité de la couleur sélectionnée. Une augmentation de la luminance éclaire la valeur de la couleur sélectionnée. Si l’ajustement de la luminance est poussé à son maximum, il donne un blanc absolu. À l’inverse, réduire la luminance obscurcit la couleur sélectionnée. Si l’ajustement de la luminance est au minimum, il donne un noir absolu. L S H102 Chapitre 2 Ajustements d’image Lorsque vous désirez ajuster les valeurs des couleurs d’une image, vous devez d’abord identifier les couleurs qui ont le plus d’impact sur celles que vous souhaitez modifier. Il est important de comprendre que l’ajustement des couleurs de l’image est effectué au sein du spectre RVB, ce qui signifie que toute augmentation de bleu réduit le jaune, que toute augmentation de vert réduit le magenta, etc. Si vous souhaitez isoler une couleur et ajuster sa teinte, il convient d’identifier la position de cette couleur dans la roue des couleurs. Par exemple, si la valeur de la couleur est plus proche du cyan que du bleu, il sera peut-être préférable d’ajuster la valeur de la teinte cyan sans toucher à la valeur de la teinte bleue. Mais en fonction de l’image et des valeurs de couleur que vous recherchez, vous pourrez aussi décider d’ajuster les deux valeurs, cyan et bleu. Il y a plusieurs manières d’améliorer les couleurs d’une image. Laissez-vous guider par le sujet de l’image et par l’esthétique générale que vous souhaitez obtenir. Pour ajuster la valeur d’une couleur dans une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Dans la zone Couleur de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, cliquez sur le bouton coloré qui correspond à la couleur que vous souhaitez ajuster afin d’afficher ses commandes de teinte, de saturation, de luminance et de gamme. Jaunes –180˚ 180˚ Rouges Cyans Cyan remappé 4˚ Verts Bleus Magentas Rouges 0˚Chapitre 2 Ajustements d’image 103 Remarque : vous pouvez aussi cliquer sur le bouton de présentation développée pour que la zone Couleur affiche les commandes de toutes les couleurs à la fois. 3 Si besoin, ajustez le paramètre Teinte en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Teinte est placé par défaut en son centre. Faites glisser le curseur Teinte vers la gauche ou vers la droite pour modifier la teinte de la couleur sélectionnée.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Teinte pour modifier la teinte de la couleur sélectionnée dans l’image par incréments d’une unité ou bien faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de remapper la teinte comme suit :  La teinte rouge tire vers le magenta.  La teinte jaune tire vers le rouge.  La teinte verte tire vers le jaune.  La teinte cyan tire vers le vert.  La teinte bleue tire vers le cyan.  La teinte magenta tire vers le bleu. Cliquez sur le bouton de présentation développée pour afficher les commandes de toutes les couleurs à la fois. Utilisez le curseur et la case de valeur Teinte pour remapper la teinte de la couleur sélectionnée.104 Chapitre 2 Ajustements d’image La flèche droite permet de remapper la teinte comme suit :  La teinte rouge tire vers le jaune.  La teinte jaune tire vers le vert.  La teinte verte tire vers le cyan.  La teinte cyan tire vers le bleu.  La teinte bleue tire vers le magenta.  La teinte magenta tire vers le rouge.  La case de valeur Teinte est réglé pare défaut sur 0. Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur, tapez une valeur comprise entre -180,0 et 180,0 et appuyez sur la touche Retour. 4 Si besoin, ajustez le paramètre Saturation en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Teinte est placé par défaut en son centre. Faites glisser le curseur vers la gauche pour diminuer la saturation de la couleur sélectionnée ou faites-le glisser vers la droite pour l’augmenter.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Saturation pour modifier la saturation de la couleur sélectionnée dans l’image par incréments d’une unité ou bien faites glisser le curseur.  La case de valeur Teinte est réglée par défaut sur 0. Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur, tapez une valeur comprise entre -100,0 et 100,0 et appuyez sur la touche Retour. 5 Si besoin, ajustez le paramètre Luminance en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Luminance est placé par défaut en son centre. Faites glisser le curseur vers la gauche pour réduire la luminosité de la couleur sélectionnée ou faites-le glisser vers la droite pour l’augmenter. Utilisez le curseur et la case de valeur Saturation pour corriger l’intensité de la teinte de la couleur sélectionnée. Utilisez le curseur et la case de valeur Luminance pour corriger la luminosité de la teinte de la couleur sélectionnée.Chapitre 2 Ajustements d’image 105  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Luminance pour modifier la luminosité de la couleur sélectionnée dans l’image par incréments d’une unité ou bien faites glisser le curseur.  La case de valeur Luminance est réglée par défaut sur 0. Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur, tapez une valeur comprise entre -100,0 et 100,0 et appuyez sur la touche Retour. 6 Le paramètre Gamme limite ou étend la gamme des couleurs de l’ajustement. Ajustez le paramètre Gamme en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Gamme est placé par défaut en son centre. Faites glisser le curseur vers la gauche pour réduire la gamme de la couleur sélectionnée ou faites-le glisser vers la droite pour l’augmenter.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Gamme pour modifier la gamme chromatique de la couleur sélectionnée par incréments d’une unité ou bien faites glisser le curseur.  La case de valeur Gamme est réglée par défaut sur 1,00. Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur, tapez une valeur de 0,00 à 20,00 et appuyez sur la touche Retour. 7 Répétez les étapes 3 à 7 jusqu’à ce que vous soyez satisfait de l’aspect des couleurs de votre image. Utilisez le curseur et la case de valeur Gamme pour régler la gamme des couleurs de l’ajustement de la couleur. Rouges Jaunes Cyans 10 10 Vous pouvez ajuster la gamme chromatique jusqu’à 20. La valeur par défaut est de 1. Verts Bleus Magentas Rouges 1106 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation des commandes du Mélangeur monochrome Les commandes d’ajustement Mélangeur monochrome vous procurent plus de contrôle sur la conversion de votre image en noir et blanc que la simple désaturation des couleurs. Le Mélangeur monochrome permet d’ajuster les liens entre les tons et le contraste d’une image en réglant indépendamment les canaux rouge, vert et bleu. Les effets du réglage monochrome sont équivalents à ceux que l’on obtiendrait en plaçant un filtre de couleur sur l’objectif d’un appareil photo et en utilisant un film noir et blanc. Le Mélangeur monochrome comporte un ensemble de préréglages qui simulent la prise de vue en noir et blanc à travers un filtre de couleur. Choix d’un préréglage de Mélangeur monochrome Aperture comporte un ensemble de préréglages de Mélangeur monochrome qui simulent les résultats obtenus en photographiant sur film noir et blanc à travers un filtre de couleur (rouge, par exemple). Vous pouvez utiliser l’un de ces préréglages ou appliquer un préré- glage comme point de départ avant de peaufiner le mélange des couleurs. Pour convertir une image couleur en noir et blanc à l’aide d’un préréglage de Mélangeur monochrome : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes du Mélangeur monochrome ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Mélangeur monochrome dans le menu local Ajouter des ajustements (ou appuyez sur Ctrl + M). Avant l’ajustement du Mélangeur monochrome Après l’ajustement du Mélangeur monochrome (préréglage Filtre jaune) Chapitre 2 Ajustements d’image 107 3 Choisissez un préréglage de Mélangeur monochrome dans le menu local Préréglages. L’image est actualisée pour refléter les effets du préréglage sélectionné. Le tableau ci-dessous présente la liste des préréglages de Mélangeur monochrome ainsi que leurs effets sur les images. Utilisation des commandes du Mélangeur monochrome Les commandes des paramètres Rouge, Vert et Bleu du Mélangeur monochrome s’avèrent utiles lorsqu’un préréglage de Mélangeur monochrome ne produit pas l’effet attendu ou requiert un réglage plus fin pour convenir à votre image. Pour utiliser le Mélangeur monochrome avec succès, n’hésitez pas à essayer différentes valeurs de paramètres Rouge, Vert et Bleu jusqu’à ce que vous obteniez l’effet voulu sur votre image. Remarque : une bonne manière de procéder consiste à maintenir le pourcentage total des canaux rouge, vert et bleu sous la limite de 100 pour cent afin d’éviter de surexposer les tons clairs de votre image. Préréglage Effet Monochrome Désature l’image. Monochrome avec filtre rouge Assombrit les zones bleues telles que les ciels et récupère les détails des zones de tons clairs telles que les nuages blancs, ce qui rend ce préréglage très utile pour les paysages. Monochrome avec filtre orange Produit plus de contraste dans les ciels que les filtres jaunes et verts, ce qui rend ce préréglage très utile pour les paysages. Monochrome avec filtre jaune Applique une correction tonale naturelle et améliore le contraste. Augmente le vert du mélange de couleurs afin de conserver les tons chair. Monochrome avec filtre vert Assombrit les pixels rouges et éclaircit les pixels verts. Monochrome avec filtre bleu Élimine la définition du ciel en conservant les détails dans les rouges et les verts. Monochrome avec filtre personnalisé Désature l’image en fonction de vos réglages personnalisés.108 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour convertir une image couleur en noir et blanc à l’aide des commandes de Mélangeur monochrome : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes de Mélangeur monochrome ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Mélangeur monochrome dans le menu local Ajouter des ajustements. 3 Ajustez le mélange de canaux rouge, vert et bleu en procédant de l’une des manières suivantes :  Faites glisser un curseur de couleur vers la gauche pour diminuer le pourcentage de la couleur correspondante ou vers la droite pour l’augmenter.  Cliquez sur les flèches gauche ou droite des cases de valeur pour modifier le pourcentage par incréments d’une unité ou faites glisser le curseur. Les flèches gauche permettent de réduire le pourcentage et les flèches droite permettent de l’augmenter.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans une case de valeur, tapez une valeur comprise entre 0 % et 100 %, puis appuyez sur la touche Retour. Les valeurs de tons et de contraste de votre image noir et blanc sont alors définies. Utilisez les curseurs et les cases de valeur Rouge, Vert et Bleu pour ajuster manuellement le mélange des canaux de couleur.Chapitre 2 Ajustements d’image 109 Utilisation des commandes de Monochromie couleur Les commandes d’ajustement Monochromie couleur sont utiles pour convertir de manière élémentaire une image couleur en image noir et blanc, tout en appliquant une teinte aux tons moyens de l’image. Pour convertir une image couleur en image noir et blanc avec teinte de couleur : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes de Monochromie couleur ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Monochromie couleur dans le menu local Ajouter des ajustements. 3 Cliquez dans le champ Couleur pour sélectionner une couleur dans la palette de Couleurs. La couleur sélectionnée apparaît dans le champ Couleur et est utilisée comme teinte pour les tons moyens de l’image. 4 L’intensité de la couleur est réglée par défaut sur la valeur maximale de 1,0. Ajustez l’intensité de la teinte de couleur en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Intensité vers la gauche pour réduire l’intensité de la couleur dans les tons moyens de l’image ou vers la droite pour augmenter l’intensité.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Intensité pour modifier l’intensité par incréments de 10 pour cent ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire l’intensité et la flèche droite permet de l’augmenter. Avant l’ajustement de la Monochromie couleur Après l’ajustement de la Monochromie couleur (application d’une teinte bleue) Utilisez le curseur et la case de valeur Intensité pour ajuster l’intensité de la teinte de couleur appliquée à l’image.110 Chapitre 2 Ajustements d’image  Double-cliquez sur le chiffre inscrit dans la case de valeur Intensité, tapez une valeur comprise entre 0,0 et 1,0, puis appuyez sur la touche Retour. L’image est convertie en noir et blanc et la teinte de couleur sélectionnée est appliquée aux tons moyens. Utilisation des commandes de Tons sépia Les commandes d’ajustement Tons sépia ont un comportement similaire à celui des commandes de Monochromie couleur, à ceci près que la couleur sépia est déjà sélectionnée. Pour appliquer des tons sépia à une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes Tons sépia ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Tons sépia dans le menu local Ajouter des ajustements. 3 L’intensité de la couleur sépia est réglée par défaut sur la valeur maximale de 1,0. Ajustez l’intensité de la couleur sépia en effectuant l’une des opérations suivantes :  Faites glisser le curseur Intensité vers la gauche pour réduire l’intensité de la couleur sépia dans les tons moyens de l’image ou vers la droite pour augmenter l’intensité.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Intensité pour modifier l’intensité par incréments de 10 pour cent ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de réduire l’intensité et la flèche droite permet de l’augmenter. Avant l’ajustement des Tons sépia Après l’ajustement des Tons sépia Utilisez le curseur et la case de valeur Intensité pour ajuster l’intensité de la teinte sépia appliquée à l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 111  Double-cliquez sur le chiffre inscrit dans la case de valeur Intensité, tapez une valeur comprise entre 0,0 et 1,0, puis appuyez sur la touche Retour. L’image est convertie en noir et blanc et la teinte de couleur sépia est appliquée aux tons moyens. Utilisation des commandes de Réduction du bruit Les commandes d’ajustement Réduction du bruit permettent de réduire le bruit numé- rique d’une image. Celui-ci est généralement présent dans les images prises dans des conditions d’éclairage faible avec des réglages de valeurs ISO élevées. Lorsque le bruit numérique d’une image a été réduit, il est souvent nécessaire d’augmenter la netteté de l’image pour éviter les contours flous et la perte de détails. Pour en savoir plus sur le bruit numérique, consultez le document Digital Photography Fundamentals, disponible via le menu Aide Aperture. Pour en savoir plus sur l’augmentation de la netteté de vos images, consultez la section « Utilisation des commandes Renforcement de la netteté des contours » à la page 114. Après l’ajustement de Réduction du bruit Avant l’ajustement de Réduction du bruit112 Chapitre 2 Ajustements d’image Pour réduire le bruit numérique d’une image : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes de Réduction du bruit ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Réduction du bruit dans le menu local Ajouter des ajustements. 3 Dans la zone Réduction du bruit de l’inspecteur des ajustements ou de la palette d’ajustements, réduisez le bruit numérique de l’image en effectuant l’une des opérations suivantes :  Le curseur Rayon est placé par défaut à l’extrême gauche de la réglette. Faites glisser le curseur Rayon vers la droite pour réduire le bruit numérique de l’image ou vers la gauche pour atténuer l’effet de la réduction de bruit numérique.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Rayon pour ajuster la réduction de bruit par incréments de 2 pour cent ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de diminuer la réduction de bruit dans l’image et la flèche droite permet de l’augmenter.  Double-cliquez sur le chiffre inscrit dans la case de valeur Rayon, tapez une valeur comprise entre 0,10 et 4,00, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur égale à 0,10 ne procure aucun effet de réduction de bruit numérique sur l’image. Une valeur supérieure à 0,10 permet de réduire le bruit numérique de l’image. 4 Pour conserver les détails dans les zones de fort contraste de l’image, procédez de l’une des manières suivantes :  Faites glisser le curseur Détail de contour vers la droite pour augmenter la netteté de l’image dans les zones à fort contraste ou vers la gauche pour atténuer l’effet de netteté.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Détail de contour pour modifier le détail des contours par incréments de 2 pour cent ou faites glisser le curseur dans la case de valeur. La flèche gauche permet de diminuer la netteté du détail des contours de l’image et la flèche droite permet de l’augmenter.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Détail de contour, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 6,00, puis appuyez sur la touche Retour. Au fur et à mesure que vous modifiez la valeur du paramètre, l’image est actualisée pour refléter le niveau d’augmentation de la netteté du détail des contours qui lui a été appliqué. Utilisez le curseur et la case de valeur Détail de contour pour conserver les détails dans les zones de contraste. Utilisez le curseur et la case de valeur Rayon pour réduire le bruit numérique de l’image.Chapitre 2 Ajustements d’image 113 Utilisation des commandes Netteté et Renforcement de la netteté des contours Aperture fournit deux outils d’ajustement de la netteté que vous pouvez utiliser pour augmenter la netteté des détails de vos images : Netteté et Renforcement de la netteté des contours. Quel outil de netteté utiliser ? Si vous avez déjà appliqué de la netteté dans une version précédente d’Aperture avec les commandes d’ajustement Netteté, sachez que ces commandes sont toujours présentes afin de garantir l’intégrité de vos ajustements. En revanche, pour renforcer la netteté de nouvelles images, nous vous recommandons d’utiliser les commandes d’ajustement Renforcement de la netteté des contours, qui offrent généralement un meilleur contrôle de l’application de la netteté. Pour plus d’informations sur les commandes d’ajustement Renforcement de la netteté des contours, voir la section « Utilisation des commandes Renforcement de la netteté des contours, » plus bas.114 Chapitre 2 Ajustements d’image Utilisation des commandes Renforcement de la netteté des contours Les commandes Renforcement de la netteté des contours permettent d’augmenter la netteté des détails de vos images. Elles ajustent les valeurs de luminance des images, en augmentant le contraste entre les pixels clairs et les pixels foncés adjacents afin de créer un « contour ». L’augmentation du contraste entre ces pixels clairs et foncés adjacents donne à l’image plus de piqué. Les images prises à l’aide d’appareils photo numériques sont souvent légèrement plus floues en raison du filtre de réduction de l’effet mosaïque (« demosaic ») appliqué par le processeur de l’appareil. Vous pouvez également utiliser les commandes Renforcement de la netteté des contours pour effectuer des ajustements de réduction de bruit, afin que l’image conserve ses détails et ses contours nets qui pourraient, sinon, être atténués par les effets de l’ajustement de réduction de bruit. Important : les commandes Renforcement de la netteté des contours ne sont pas con- çues pour corriger les images prises avec un mauvais réglage de mise au point. Elles sont destinées à atténuer les effets du filtre « demosaic » des appareils photo et à conserver les détails de l’image après la réduction du bruit. Les ajustements Renforcement de la netteté des contours permettent également de compenser l’effet d’adoucissement dû à certains processus d’impression. Avant utilisation de l’ajustement Renforcement de la netteté des contours Après utilisation de l’ajustement Renforcement de la netteté des contoursChapitre 2 Ajustements d’image 115 Pour augmenter la netteté d’une image à l’aide des commandes Renforcement de la netteté des contours : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes Renforcement de la netteté des contours ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez « Renforcement de la netteté des contours » dans le menu local Ajouter des ajustements (ou appuyez sur Ctrl + S). 3 Rendez l’image plus nette en procédant de l’une des manières suivantes :  Faites glisser le curseur Intensité vers la droite pour augmenter la quantité de netteté appliquée à l’image ou vers la gauche pour la diminuer.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Intensité pour modifier l’intensité de l’augmentation de netteté par incréments de 2 pour cent ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de diminuer l’augmentation de netteté de l’image et la flèche droite permet de la renforcer.  Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur Intensité, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 1,00, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur égale à 0,00 ne procure aucun effet d’augmentation de netteté sur l’image. Une valeur supérieure à 0,00 permet de renforcer l’augmentation de netteté appliquée à l’image. 4 En procédant de l’une des manières suivantes, ajustez le seuil permettant de distinguer les pixels de bord des autres pixels :  Faites glisser le curseur Bords vers la droite pour augmenter la zone d’application de la netteté ou vers la gauche pour la diminuer.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Bords pour ajuster la zone d’application de la netteté par incréments de 2 pour cent ou bien faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur Bords, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 1,00, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur égale à 0,00 ne procure aucun effet d’augmentation de netteté sur l’image. Une valeur supérieure à 0,00 permet d’augmenter le nombre de pixels considérés comme pixels de bord. Utilisez le curseur et la case de valeur Intensité pour ajuster l’intensité de l’augmentation de netteté. Utilisez le curseur et la case de valeur Bords pour ajuster le seuil de l’augmentation de netteté.Remarque : si vous remarquez que le bruit numérique commence à augmenter dans les zones « plates » (zones avec peu ou pas de contraste), réduisez le paramètre Bords. 5 Pour une précision maximale, l’ajustement Renforcement de la netteté des contours augmente la netteté de l’image au cours de trois phases qui semblent se produire simultanément : une phase de netteté initiale où l’essentiel de l’augmentation de la netteté a lieu, suivi de deux autres phases. Ces deux dernières phases sont appelés atténuation. Ajustez la quantité de netteté appliquée à ces deux phases en procédant de l’une des manières suivantes :  Faites glisser le curseur Atténuation vers la droite pour augmenter le pourcentage de la netteté appliquée à l’origine durant les deux dernières phases de netteté, ou vers la gauche pour diminuer ce pourcentage.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Atténuation pour ajuster le pourcentage d’atténuation par incréments de 2 pour cent ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre de la case de valeur Atténuation, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 1,00, puis appuyez sur la touche Retour. Le pourcentage d’atténuation est appliqué proportionnellement à la deuxième et à la troisième phases de netteté. Par exemple, si 0,69 (69 pour cent) est défini comme la valeur du paramètre Atténuation, 69 pour cent de la quantité de netteté d’origine sont appliqués durant la deuxième phase de netteté et 69 pour cent de la quantité de netteté de cette deuxième phase sont appliqués au cours de la troisième. Autrement dit, seuls 47,6 pour cent de la quantité de netteté d’origine sont appliqués lors de la troisième phase. Utilisation des commandes de Netteté Utilisez les commandes Netteté lorsque vous voulez modifier des paramètres de commande Netteté qui ont été appliqués à une image dans une version précédente d’Aperture. Pour augmenter la netteté d’une image à l’aide des commandes Netteté : 1 Sélectionnez une image. 2 Si les commandes Netteté ne sont pas affichées dans l’inspecteur des ajustements ou la palette d’ajustements, choisissez Netteté dans le menu local Ajouter des ajustements. Utilisez le curseur et la case de valeur Atténuation pour ajuster l’intensité des deux dernières phases de netteté.Chapitre 2 Ajustements d’image 117 3 Rendez l’image plus nette en procédant de l’une des manières suivantes :  Le curseur Intensité est réglé par défaut sur 0,50. Faites glisser le curseur Intensité vers la droite pour augmenter l’intensité de l’augmentation de netteté sur l’image ou vers la droite pour la diminuer.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Intensité pour modifier l’intensité de l’augmentation de netteté par incréments de 2 pour cent ou faites glisser le curseur. La flèche gauche permet de diminuer l’augmentation de netteté de l’image et la flèche droite permet de la renforcer.  Double-cliquez sur le chiffre inscrit dans la case de valeur Intensité, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 2,00, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur égale à 0,00 ne procure aucun effet d’augmentation de netteté sur l’image. Une valeur supérieure à 0,00 permet de renforcer l’augmentation de netteté de l’image. 4 Déterminez la zone à rendre plus nette (en spécifiant le rayon, en pixels, de la zone autour de chaque pixel qui sera utilisée par Aperture pour évaluer la netteté) en procédant de l’une des manières suivantes :  Le curseur Rayon est réglé par défaut sur 1,00 pixels. Faites glisser le curseur Rayon vers la droite pour augmenter la zone d’augmentation de netteté ou vers la droite pour la diminuer.  Cliquez sur la flèche gauche ou droite de la case de valeur Rayon pour déterminer la distance en pixels du rayon par incréments de 2 pour cent ou faites glisser le curseur.  Double-cliquez sur le chiffre indiqué dans la case de valeur Rayon, tapez une valeur comprise entre 0,00 et 200,00, puis appuyez sur la touche Retour. Une valeur égale à 0,00 ne procure aucun effet d’augmentation de netteté sur l’image. Une valeur supérieure à 0,00 permet d’agrandir la zone d’augmentation de la netteté. L’image est actualisée au fur et à mesure que vous modifiez les valeurs du paramètre, afin de refléter l’effet d’augmentation de netteté. Utilisez le curseur et la case de valeur Rayon pour déterminer la zone à rendre plus nette. Utilisez le curseur et la case de valeur Intensité pour ajuster l’intensité de l’augmentation de netteté. 119 Index Index A activation mode Plein écran 12 actualisation des histogrammes 8 adoucissement Retoucher et corriger, ajustements 53 Adoucissement, curseur 53 affichage barre d’outils 12 commandes d’ajustement 7 images sans repères 42 mode Plein écran 12 repères Retoucher et corriger 56 repères Yeux rouges 42 ajustement de Correction de l’effet yeux rouges affichage des images sans repères 42 déplacement des repères 43 redimensionnement des repères 38 sensibilité des repères 41 suppression des repères 44 ajustement de l’exposition histogrammes 24 ajustement de la luminance ajustement des niveaux 78, 79 bouton Niveaux automatiques combinés 33 ajustement des niveaux ajustement de tous les canaux 33 ajustement séparé des canaux 34 correction colorimétrique 83 niveaux de gris 81 niveaux de luminance 79 ajustement des niveaux de gris 81 ajustement des tons clairs ajustement des niveaux 78 ajustement des niveaux de quart de ton 82 contraste des tons moyens 94 correction colorimétrique et saturation 91 dans les histogrammes 23, 26 pipette de teinte blanche 75 rayon des zones de pixels 90 réglage de la gamme des tons clairs 92 réglages avancés 89 suppression des dominantes de couleur 71, 77 valeurs de luminosité 68, 87 ajustement des tons foncés 86–96 ajustement de la luminosité et 68, 88 ajustement des niveaux 78 ajustement des niveaux de quart de ton 82 contraste des tons moyens 94 correction colorimétrique et saturation 91 définition de la plage des ajustements 95 dans les histogrammes 23, 26 rayon des zones de pixels 90 suppression des dominantes de couleur 71, 77 teinte 72 ajustement du contraste affichage du contraste dans les histogrammes 25 ajustement des tons moyens 90, 94 bouton Niveaux automatiques combinés 33 ajustements à l’écran 27 ajustements automatiques 30–36 bouton Exposition automatique 31 bouton Niveaux automatiques combinés 33 bouton Niveaux automatiques séparés 34 points d’écrêtage noir et blanc 35 réinitialisation 36 ajustements d’exposition 65–78 ajustements d’image affichage des commandes 7 ajout de commandes 9 ajustement de Correction de l’effet yeux rouges 44 ajustement des niveaux 78–86 ajustement des tons clairs et des tons foncés 86 ajustements à l’écran 27 ajustements automatiques 30–36 ajustements de rognage 60–65 application à des images empilées 14 application à plusieurs images 13 boutons et outils 11 cases à cocher 11 Correction de l’effet yeux rouges, ajustements 37 corriger, ajustements 45–57 curseurs 10 désélection des ajustements indésirables 14 édition à l’aide d’éditeurs externes 22120 Index exposition 65–78 histogrammes 26 en mode Plein écran 12 redressement 58–60 réglages de Balance des blancs 96 réinitialisation des commandes 11 retouche d’image avec une autre application 22 Retoucher et corriger, ajustements 45–57 utilisation des commandes d’ajustement 9 vue d’ensemble 6 ajustements de rognage 60–65 commandes d’ajustement Rogner 64 masquage des repères de rognage 64 proportions 63 ajustements des niveaux 78–86 ajustements des tons clairs 86–96 ampoule à incandescence 71 angles des pixels 50 appareils photo, exposition 66 application d’ajustements d’image 13 Appliquer, outil 13 assombrissement des images 67 B balance des blancs comparaison avec les pipettes 72 Balance des blancs, ajustements 6 barre d’outils ajustements d’image 11 en mode Plein écran 12 blanc absolu et noir absolu 78 bouton Exposition automatique 31 bouton Niveaux automatiques séparés 34 boutons 11 bruit, réglages de balance des blancs 98 bruit numérique réduction du bruit, ajustements 6, 111 réglages de balance des blancs 98 C canal bleu conversion en échelle de gris 6 dans les histogrammes 8 canal rouge conversion en échelle de gris 6 dans les histogrammes 8 canal vert conversion en échelle de gris 6 dans les histogrammes 8 canaux ajustement des niveaux de correction colorimétrique 83 ajustements 6 bouton Niveaux automatiques combinés 33 bouton Niveaux automatiques séparés 34 dans les histogrammes 8 Voir aussi canal bleu, canal vert, canal rouge canaux bleus ajustement des niveaux de correction colorimétrique 78, 83, 86 ajustement séparé 34, 106 dans la luminance 33 réglages de Mélangeur monochrome 108 canaux rouges ajustement des niveaux de correction colorimétrique 78, 83 ajustement séparé 34, 106 dans la luminance 33 réglages de Mélangeur monochrome 108 canaux verts ajustement des niveaux de correction colorimétrique 78, 83, 85 ajustement séparé 34, 106 dans la luminance 33 réglages de Mélangeur monochrome 108 case de valeur X 65 case de valeur Y 65 cases à cocher 11 cases de valeur 10, 11 champ Couleur 109 changement proportions 63 Changer de proportions, bouton 63 clonage de pixels 45, 48, 50 collage de pixels 45 commandes d’ajustement affichage 7 ajout aux palettes ou aux inspecteurs 9 réinitialisation 11 commandes d’ajustement Redresser 59 commandes d’ajustement Rogner 64 commandes de couleur 100 commandes Netteté 116 commandes Niveaux 26 commandes Renforcement de la netteté des contours 114 commandes Température 98 compression, exposition 66 contraste curseur Contraste 70 images à fort contraste 71 contraste, ajustements commandes d’exposition 6 copie des ajustements d’image 13 pixels 45 correction, ajustements 6 Correction de l’effet yeux rouges, ajustements 6, 37–44 outil Yeux rouges 37 correction des couleursIndex 121 ajustement des niveaux 83 curseur Correction colorimétrique 89, 91 tons clairs et tons foncés 91 Voir également dominantes de couleur corriger, ajustements 6, 45–57 Adoucissement, ajustements 53 angle de correction 50 commandes d’ajustement Retoucher et corriger 51 définition 48 déplacement des repères 56 masquage des repères 56 opacité 54 quantité de détails conservés 55 redimensionnement des repères 51 suppression des repères 57 couleur ajustement des niveaux 78 conversion en noir et blanc 106, 108, 109 conversion en tons sépia 110 correction. Voir dominantes de couleur, correction des couleurs désaturation 6 dans l’environnement de travail 27 étalonnage 27 mode Plein écran 12 température. Voir température de couleur curseur Angle 50 curseur Bleu 108 curseur Contraste moyen 90, 94 curseur Correction colorimétrique 89, 91 curseur d’opacité 54 Curseur de Contraste 70 curseur de niveaux de blanc 80 curseur de niveaux de noir 80 curseur des niveaux de gris 81 curseur Détail de contour 112 curseur Détails 55 curseur Écrêtage blanc 36 curseur Écrêtage noir 35 curseur Exposition 66 curseur Intensité 109, 110, 117 curseur Largeur tonale - 90, 95 curseur Largeur tonale + 89, 92, 93 curseur Luminosité 69 curseur Rayon 39, 52, 89, 90, 112, 117 curseur Rotation 59 curseur Rouge 108 curseurs 10, 11 curseur Saturation 67 curseurs de niveaux de quart de ton 82 curseur Sensibilité 41 curseur Teinte 99 curseur Température 98 curseur Tons clairs 87 curseur Tons foncés 89 curseur Vert 108 D déplacement repères Retoucher et corriger 56 repères Yeux rouges 43 désaturation ajustement de la saturation 6, 67 préréglages de Mélangeur monochrome 107 sensibilité des repères Yeux rouges 41 désélection des ajustements indésirables 14 détails conservation après les ajustements Retoucher et corriger 55 conservation après réduction du bruit 112 dans les images à fort contraste 71 préréglages de Mélangeur monochrome 107 dimensions d’image précises 64 dominantes de couleur ajustement des niveaux 83 bruit numérique 98 correction 34 dans les images noir et blanc 109 pipette de teinte grise 74 pipette de teinte noire 72 réglage manuel à l’aide des roue des couleurs 77 réinitialisation des roues des couleurs 78 suppression 71 suppression du bleu ou du jaune 86 suppression du rouge ou du cyan 84 suppression du vert ou du magenta 85 dans les tons clairs et les tons foncés 75, 91 double écran 10 E éclairage, dominantes de couleur 71 éclairage à incandescence 71 éclairage d’intérieur 71 éclairage mixte 71 éclairages source 71 éclaircissement des images 67 écran écrans multiples 10 écrans conseils pour l’environnement de travail 27 résolution 27 Éditeur de modèles de livres 10 Éditeur de pages web 10 éditeurs externes 22 édition d’images à l’aide d’éditeurs externes 22 élimination des bordures d’image. Voir ajustements de rognage étalonnage 27 exposition contraste 70122 Index luminosité 68 paramètre Exposition automatique 66 saturation 67 valeurs de noir, de gris et de blanc 71 exposition, ajustements 6 bouton Exposition automatique 31 F fichiers JPEG 66 filtre bleu, préréglage 107 filtre personnalisé, préréglage 107 filtre pour ciels, préréglages 107 filtre pour nuages, préréglages 107 filtre pour paysages, préréglages 107 filtre rouge, préréglage 107 filtres filtres de préréglage de Mélangeur monochrome 107 simulation 106 filtre vert, préréglage 107 formats de fichiers 66 fusion des ajustements Retoucher et corriger 53 G gestion des couleurs 27 grain dans les images 55 groupes d’images, ajustement 13 H Hauteur, case de valeur 65 hauteur des images 64, 65 histogramme Niveaux 79 histogrammes actualisation 8 contraste dans les 25 correction d’image 26 définition 8 exposition 24 histogramme Niveaux 79 niveaux de luminance 79 tonalité dans les 25 vue d’ensemble 23 I images à fort contraste 71 images en noir et blanc conversion d’images couleur 106, 108, 109 réglages de Mélangeur monochrome 106 réglages Tons sépia 110 images noir et blanc teinte 109 images plates 70 images RAW ajustements d’Exposition automatique 31 exposition 66 images sous-exposées 24, 88 images surexposées 24, 87 imperfections sur les images 45 inspecteur des ajustements ajout de commandes 9 commandes d’ajustement 6 K K (kelvin) 98 L Largeur, case de valeur 65 largeur des images 64, 65 Loupe, outil 73 lumière ambiante 27 luminance, ajustements dans les histogrammes 8 luminosité ajustement 6, 68 dans les ajustements des tons clairs 87 histogrammes 23 pixels clairs dans le calcul de teinte noire 73 dans les réglages de tons foncés 88 M masquage repères Retoucher et corriger 56 repères Yeux rouges 42 Mélangeur monochrome, ajustements 6 menu local Ajouter des ajustements 9 menu local Tailles courantes 63 mode plein écran 12 N Navigateur 10 Netteté, ajustements 6, 112 niveaux ajustement des niveaux de quart de ton 82 niveaux, ajustements 6 O opacité des ajustements Retoucher et corriger 54 options d’ajustement des Niveaux automatiques 35 outils ajustements d’image 11 en mode Plein écran 12 ouverture éditeur externe 22 palette d’ajustements 8 piles 14 Ouvrir avec un éditeur externe, commande 22 P palette d’ajustements affichage en mode Plein écran 12Index 123 ajout de commandes 9 commandes d’ajustement 6 ouverture 8 palette Prélever et appliquer 13 paramètre d’Écrêtage blanc 36 paramètre d’Écrêtage noir 35 paramètre Exposition 66 paramètres de point d’écrêtage 35 piles, ouverture 14 pipette 72 pipette de point blanc 96, 97 pipette de teinte blanche 72, 75 pipette de teinte grise 72, 74 pipette de teinte noire 72 pixels angles 50 bruit numérique et réglages 98 pixels clairs dans le calcul de teinte noire 73 pixels foncés dans le calcul de teinte blanche 77 rayon des zones de pixels pour les réglages 90 pixels foncés dans les calculs de teinte blanche 77 plusieurs images, application d’ajustements à 13 poussière sur le capteur 6, 45 poussière sur les images 45 prélèvement d’ajustements d’image 13 Prélever, outil 13 préréglage de filtre jaune 107 préréglage de filtre orange 107 préréglages de Mélangeur monochrome 106, 107 profondeur de bits 66 proportions 63 Q quart de tons dans les histogrammes 26 quarts de ton niveaux 82 R redimensionnement repères 38, 51, 62 rognage des images 61 tailles courantes d’images 63 redressement 58–60 Redresser, ajustements 6, 10 Redresser, outil 10, 58 Réduction du bruit, ajustements 6 réglages d’image ajustement des tons clairs et des tons foncés 96 Monochromie couleur 109 réglages de Balance des blancs 99 réglages de Mélangeur monochrome 106–108 réglages de Monochromie couleur 110 réglages de Réduction du bruit 111–112 réglages Tons sépia 110–111 réglages de Balance des blancs 96–99 commandes Température 98 pipette de point blanc 97 réglages de teinte 99 réglages de Mélangeur monochrome 106–108 commandes 107 préréglages 106, 107 réglages de Monochromie couleur 109–110 réglages de Réduction du bruit 111–112 réglages du contraste préréglages de Mélangeur monochrome 107 réglages Tons Sépia 110–111 réinitialisation ajustements automatiques 36 ajustements d’exposition 32 commandes d’ajustement 11 roue des couleurs 78 repères affichage des images sans repères 42 déplacement 43, 56 masquage 64 opacité 54 redressement d’images 60 repères de rognage 62, 64 repères Retoucher et corriger 46, 48, 51 repères Yeux rouges 38, 41 suppression 44, 57 repères source 48, 49 résolution 27 retouche, ajustements 6 retoucher, ajustements 45–57 Adoucissement, ajustements 53 commandes d’ajustement Retoucher et corriger 51 définition 46 déplacement des repères 56 masquage des repères 56 opacité 54 quantité de détails conservés 55 redimensionnement des repères 51 suppression des repères 57 Retoucher et corriger, outil 45–57 adoucissement 53 commandes 51 correction d’image 48 déplacement des repères 56 masquage des repères 56 opacité 54 passage au Visualiseur 10 quantité de détails retenus 55 redimensionnement des repères 51 retouche d’image 46 retrait repères Retoucher et corriger 57 Rognage, outil 10, 61 rogner, ajustements124 Index élimination des bordures d’images 6 outil Rogner 10, 61 rotation des pixels lors des corrections 50 redressement des images 58 roue des couleurs 77 roue des couleurs de teinte blanche 71, 77 roue des couleurs de teinte grise 71, 77 roue des couleurs de teinte noire 71, 77 S saturation 6 ajustement 67 effets 68 tons clairs 89, 91 tons foncés 89, 91 saturation des couleurs. Voir saturation sensibilité des repères 41 suppression bruit 111 couleurs. Voir désaturation dominantes de couleur 71 dominantes de couleur bleue ou jaune 71, 86 dominantes de couleur verte ou magenta 85, 99 dominantes rouges ou cyan 84 repères Yeux rouges 44 yeux rouges 37 suppression. Voir suppression suppression de poussière, ajustements 6 sursaturation 68 T Table lumineuse 10 teintes application 6, 109 correction des tons foncés 72 paramètre Teinte 99 pipette de point blanc 97 pipette de teinte blanche 75 réglage manuel à l’aide des roue des couleurs 77 réglages de Balance des blancs 96 réinitialisation des roues des couleurs 78 suppression 71 dans les tons moyens 74 application aux taux moyens 109 température, couleur 96, 97, 98 température de couleur 96, 97, 98 texture dans les images 55 tonalité ajustement de la luminance 80 ajustement des tons foncés 89, 95 chaud ou froid 98 extension de la plage tonale 35 dans les histogrammes 23, 25 plage incluse dans les réglages 90 réglages des tons clairs 89, 92 tonalité chaude 98 tonalité froide 98 tons bleus ajout 86 assombrissement 107 suppression 86 tons chair 107 tons clairs, ajustements 6 tons cyan 84 tons foncés, ajustements 6 tons jaunes 71, 86 tons magenta ajout 85 neutralisation 99 suppression 85 tons moyens ajustement de la luminosité et 68 ajustement de luminance 81 ajustement des niveaux 78 ajustement des niveaux de quart de ton 82 application de teinte 6, 74, 109 contraste 70, 90, 94 dans les histogrammes 23, 26 images noir et blanc 109 suppression des dominantes de couleur 71, 77 tons rouges ajout 84 assombrissement 107 suppression 84 Tons Sépia, ajustements 6 tons verts augmentation 85, 107 éclaircissement 107 suppression 85, 99 transparence des ajustements Retoucher et corriger 54 V valeurs de point blanc 6, 78 valeurs de point gris 81 valeurs de point noir 6, 78 ouvertures f 66 Visualiseur 10 Y Yeux rouges, outil 37 Mac OS X Server Premiers contacts Pour version 10.4 ou ultérieure Supplément à la deuxième éditionK Apple Computer, Inc. © 2006 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’un exemplaire enregistré du logiciel Mac OS X Server peut reproduire cette publication aux fins d’apprentissage du logiciel. Cette publication ne peut être reproduite ou transmise en tout ou partie à des fins commerciales, comme la vente de copies de cette publication ou la fourniture d’un service d’assistance payant. Tous les efforts ont été mis en œuvre pour garantir l’exactitude des informations de ce manuel. Apple Computer, Inc., n’est pas responsable des erreurs d’impression ou de typographie. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Apple, le logo Apple, AirPort, AppleShare, AppleTalk, FireWire, iBook, iMac, iPod, Keychain, LaserWriter, Mac, Mac OS, Macintosh, Power Mac, Power Macintosh, Quartz, QuickTime, WebObjects et Xserve sont des marques d’Apple Computer, Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Apple Remote Desktop, eMac, Finder, Xcode et Xgrid sont des marques d’Apple Computer Inc. Adobe et PostScript sont des marques d’Adobe Systems Incorporated. Java et tous les logos et marques dérivés de Java sont des marques ou des marques déposées de Sun Microsystems, Inc. aux États-Unis et dans d’autres pays. UNIX est une marque déposée aux États-Unis et dans d’autres pays, sous licence exclusive de X/Open Company Ltd. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés sont des marques de leurs détenteurs respectifs. Les produits de tierce partie ne sont mentionnés qu’à titre indicatif, et aucunement à des fins publicitaires ou de recommandation. Apple ne se porte pas garant de ces produits et décline toute responsabilité quant à leur utilisation et à leur fonctionnement. F019-0741/21-7-06 3 1 Table des matières Préface 7 À propos de ce supplément 7 Nouveautés de la version 10.4 7 Informatique hautes performances 8 Gestion de l’accès des utilisateurs 9 Administration de serveur 10 Services de collaboration 10 Contenu de ce supplément 11 Utilisation de l’aide à l’écran 12 La suite Mac OS X Server 14 Obtenir des mises à jour de documentation 14 Informations complémentaires Chapitre 1 15 Fonctionnement de Mac OS X Server 16 Départements et groupes de travail 19 PME/PMI 21 Établissements d’enseignement supérieur 22 Ateliers et classes de primaire et secondaire 25 Clusters informatiques 26 Centres de données Chapitre 2 29 Services de Mac OS X Server 29 Services du noyau 30 Open Directory 30 Utilisation de répertoires Mac OS X Server 31 Utilisation de répertoires non Apple 31 Gestion des répertoires 32 Politiques de recherche 33 Authentification 34 Signature unique 34 Détection de services de réseau 34 Gestion des utilisateurs 34 Comptes d’utilisateur 35 Comptes de groupe4 Table des matières 35 Listes d’ordinateurs 35 Répertoires de départ 36 Gestion des utilisateurs Macintosh 37 Gestion des utilisateurs Windows 38 Services d’images du système 38 NetBoot 39 Installation en réseau 39 Service de mise à jour de logiciels 40 Services de fichiers 40 Partage 41 Service de fichiers Apple 42 Services Windows 42 Service NFS 43 FTP (File Transfer Protocol) 43 WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning) 44 Service d’impression 45 Service web 46 Service de courrier 47 Services de réseau 47 DHCP 47 DNS 48 Coupe-feu 48 NAT 49 VPN 49 Assistant réglages de passerelle 50 Basculement IP 50 Diffusion de contenu multimédia 51 Gestion des serveurs d’applications 51 Apache Tomcat 51 JBoss 52 WebObjects 52 Services de collaboration 53 Intégration dans des environnements existants 54 Haute disponibilité 54 Informatique hautes performances 55 Administration de serveur 55 Migration et mise à niveau Annexe A 57 Feuille d’opérations de Mac OS X Server Annexe B 71 Exemple de configuration 71 Mac OS X Server dans une petite entreprise 72 Configuration du serveurTable des matières 5 Glossaire 81 Index 93 7 Préface À propos de ce supplément Ce document permet de vous orienter parmi les fonctionnalités de Mac OS X Server 10.4, vous offre une feuille d’opérations pour l’installation et la configuration et vous présente un exemple de configuration. Supplément au guide Premiers contacts, il vous aidera à comprendre de quelle manière votre serveur peut servir à ses utilisateurs et répondre aux besoins de votre entreprise. Nouveautés de la version 10.4 Mac OS X Server version 10.4 offre des améliorations majeures dans les domaines suivants :  Informatique hautes performances.  Gestion de l’accès des utilisateurs.  Administration de serveur.  Services de collaboration. La version 10.4.7 permet de prendre en charge les ordinateurs Macintosh de serveur et de bureau à processeur Intel. Informatique hautes performances Mac OS X Server offre une approche hautes performances et rentable des activités impliquant de nombreux calculs :  Service Xgrid. Le service de calcul Xgrid vous permet d’obtenir des performances de type super-ordinateur via la distribution des calculs sur des ensembles d’ordinateurs Mac OS X dédiés ou partagés. Le contrôleur de cluster Xgrid fournit un accès centralisé au pool de calcul distribué, appelé cluster de calcul.  Traitement 64 bits. La prise en charge du traitement 64 bits inclut une mémoire adressable sur 64 bits et la possibilité d’exécuter simultanément des applications 64 bits et 32 bits.  Mise en réseau accélérée. L’agrégation de liens permet de configurer plusieurs liaisons réseau physiques en une liaison logique unique afin d’améliorer la capacité et la disponibilité des connexions réseau. Vous pouvez également tirer parti de trames jumbo et du protocole IP sur FireWire afin d’optimiser les transmissions réseau.8 Preface À propos de ce supplément Gestion de l’accès des utilisateurs De nombreuses nouvelles fonctionnalités de la version 10.4 vous permettent de faciliter et de gérer l’accès des utilisateurs aux services :  Listes de contrôle d’accès (ACL). Les ACL vous permettent de créer des autorisations d’accès aux points de partage, dossiers et fichiers avec un degré élevé de précision. Un large éventail d’autorisations peut être affecté à des utilisateurs et groupes individuels, et ces autorisations peuvent être imbriquées. En outre, vous pouvez utiliser l’héritage pour propager des autorisations via une hiérarchie de systèmes de fichiers.  Groupes imbriqués. Un groupe imbriqué est un groupe membre d’un autre groupe. Les groupes imbriqués vous permettent de gérer des groupes d’utilisateurs à un niveau global (lorsque vous souhaitez agir sur tous les membres d’un groupe) et à un niveau plus détaillé (lorsque vous souhaitez agir uniquement sur certains membres d’un groupe).  Verrouillage unifié. Mac OS X Server unifie le verrouillage des fichiers entre les protocoles AFP et SMB/CIFS. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs travaillant simultanément sur plusieurs plates-formes de partager des fichiers sans se soucier de la corruption des fichiers.  Accès aux services. Vous pouvez spécifier les utilisateurs et groupes qui peuvent utiliser les services hébergés par un serveur.  Prise en charge générale de Kerberos. Les services suivants de Mac OS X Server prennent désormais en charge l’authentification Kerberos : AFP, le courrier, FTP (File Transfer Protocol), SSH (Secure Shell), la fenêtre d’ouverture de session, LDAPv3, VPN (Virtual Private Network), l’économiseur d’écran et Apache (via le protocole SPNEGO).  Exploration réseau. Vous pouvez configurer les présentations de réseau gérées, qui sont des vues personnalisées que les utilisateurs voient lorsqu’ils sélectionnent l’icône Réseau dans la barre latérale d’une fenêtre du Finder. Une présentation de réseau gérée est constituée d’un ou plusieurs voisinages réseau, qui apparaissent dans le Finder sous forme de dossiers. Chaque dossier contient une liste de ressources qu’un administrateur a associé à la présentation. Les présentations de réseau gérées offrent un moyen efficace de présenter les ressources réseau. Vous pouvez créer plusieurs présentations pour différents ordinateurs clients. Étant donné que les présentations sont stockées avec Open Directory, la présentation de réseau d’un ordinateur est automatiquement disponible lorsqu’un utilisateur ouvre une session.  VPN site à site. Un VPN site à site relie deux réseaux. Il offre une connexion sécurisée qu’il est facile d’établir en cas de besoin, pour configurer un réseau sur un autre site, par exemple lors du développement d’une entreprise. Un VPN site à site fait apparaître les deux réseaux comme un seul pour les utilisateurs des deux sites.  Mobilité. Les utilisateurs équipés d’ordinateurs portables peuvent utiliser la liaison sécurisée afin de s’assurer que les services auxquels ils accèdent lors de leurs déplacements sont sûrs. Une liaison sécurisée offre à un ordinateur client un moyen de s’authentifier auprès d’un serveur LDAP et au serveur LDAP un moyen de s’authentifier auprès du client.Préface À propos de ce supplément 9  Liaison sécurisée de répertoire. La liaison sécurisée de répertoire, également appelée liaison authentifiée de répertoire, permet d’établir une connexion authentifiée entre un ordinateur client et un répertoire LDAP sur Mac OS X Server. Étant donné que l’ordinateur client authentifie le serveur LDAP avant de s’y connecter, un utilisateur malveillant ne peut pas contrôler l’ordinateur client en interposant un faux serveur LDAP non authentifié.  Importation de comptes. Les performances de l’importation de comptes dans un répertoire LDAPv3 ont été considérablement améliorées. En outre, vous pouvez désormais importer des réglages de politique de mot de passe, contrôler si des réglages prédéfinis sont appliqués lors de l’importation, ou encore spécifier la quantité d’informations journalisées. Administration de serveur La gestion de Mac OS X Server devient toujours plus simple et plus efficace :  Réplication de schéma Open Directory. Vous pouvez désormais stocker un schéma LDAP dans le répertoire, ce qui vous permet d’ajouter un nouveau schéma sans avoir à copier manuellement les fichiers de configuration. Les modifications sont automatiquement propagées du maître Open Directory vers tous les répliques.  Éditeur de préférences. Si vous souhaitez contrôler avec précision les réglages de préférences, vous pouvez utiliser des manifestes de préférences via le nouvel éditeur de préférences du Gestionnaire de groupe de travail. Les manifestes de préférences sont des fichiers qui décrivent la structure et les valeurs des préférences d’une application ou d’un utilitaire. L’éditeur de préférences vous permet d’utiliser des manifestes pour les préférences prédéfinies, ou d’ajouter de nouveaux manifestes pour les applications et utilitaires souhaités.  Filtrage du courrier indésirable et des virus. Le service de courrier protège les utilisateurs contre le courrier indésirable et les autres messages non autorisés. Vous pouvez définir des filtres qui permettent de réduire le courrier indésirable et les virus, filtrer le courrier commercial non sollicité, ou encore détecter les messages avec un contenu particulier. Le filtrage du courrier indésirable, basé sur le puissant outil SpamAssassin, inclut une option d’auto-apprentissage.  Configuration de passerelle réseau. Une nouvelle application, Assistant réglages de passerelle, automatise la configuration d’une passerelle simple entre le réseau local et Internet. Une passerelle vous permet de partager la connexion Internet d’un serveur entre les différents ordinateurs du réseau local. L’Assistant réglages de passerelle configure automatiquement les services DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), NAT (Network Address Translation), coupe-feu, DNS et VPN.  Gestion des certificats SSL (Secure Sockets Layer). Admin Serveur facilite la gestion des certificats SSL pouvant être utilisés par le courrier, le web, Open Directory et les autres services qui les prennent en charge. Vous pouvez créer un certificat à signature automatique et générer une demande de signature de certificat (CSR, Certificate Signing Request) afin d’obtenir un certificat SSL auprès d’une autorité émettrice et de l’installer.10 Preface À propos de ce supplément Services de collaboration Les services de collaboration assurent la promotion des interactions entre les utilisateurs, en facilitant le travail d’équipe et la productivité. Mac OS X Server continue de fournir la prise en charge de la collaboration via la gestion des listes d’envoi, la gestion des comptes et dossiers de groupes, ainsi que le partage de fichiers multiplateformes. Deux nouveaux services de collaboration ont été ajoutés pour la version 10.4 :  Service de journal web. Mac OS X Server fournit un serveur de journal web multiutilisateur, conforme aux normes XML RSS et Atom. Le service de journal web gère l’authentification Open Directory. Pour plus de sécurité, les utilisateurs peuvent accéder au service de journal web via un site web compatible SSL.  Service iChat. Mac OS X Server fournit une messagerie instantanée pour les utilisateurs Macintosh, Windows et Linux. L’authentification d’utilisateur est intégrée à Open Directory, et la configuration et l’administration du service iChat sont effectuées à l’aide de l’application graphique Admin Serveur. Contenu de ce supplément Ce supplément au guide Premiers contacts est composé de deux chapitres, deux annexes et un glossaire.  le chapitre 1, « Fonctionnement de Mac OS X Server » offre une rapide visite guidée des services et configurations de certains scénarios courants d’utilisation ;  le chapitre 2, « Services de Mac OS X Server » présente les services offerts par Mac OS X Server et vous indique comment trouver davantage d’informations à leur sujet ;  l’annexe A, « Feuille d’opérations de Mac OS X Server » est un formulaire sur lequel vous pouvez noter les informations dont vous aurez besoin lors de l’installation de Mac OS X Server et de sa configuration ;  l’annexe B, « Exemple de configuration » vous expose une méthode d’installation de Mac OS X Server et de configuration initiale du serveur dans une petite entreprise ;  le glossaire offre une brève définition des termes utilisés dans le guide Premiers contacts et dans ce document. Ce document complète la deuxième édition du manuel Premiers contacts avec la version 10.4 ou ultérieure de Mac OS X Server, qui met l’accent sur les instructions concernant l’installation et la configuration du logiciel serveur. La première édition du guide Premiers contacts contenait à la fois ces instructions et les informations présentes dans ce document. Le guide Premiers contacts est fourni avec Mac OS X Server à la fois sous forme de livre imprimé et au format PDF dans le dossier Documentation du disque d’installation du serveur et sur le CD Mac OS X Server Admin Tools. Il est également téléchargeable depuis le site web de la documentation relative au serveur : www.apple.com/fr/server/documentation/Préface À propos de ce supplément 11 Remarque : étant donné qu’Apple publie régulièrement de nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels, les illustrations de ce document peuvent être différentes de celles qui s’affichent à l’écran. Utilisation de l’aide à l’écran Vous pouvez afficher des instructions et d’autres informations utiles sur la suite serveur en utilisant l’aide à l’écran. Sur un ordinateur qui exécute Mac OS X Server, vous pouvez accéder à l’aide à l’écran après avoir ouvert le Gestionnaire de groupe de travail ou Admin Serveur. À partir du menu d’aide, sélectionnez l’une des options :  Aide Gestionnaire de groupe de travail ou Aide Admin Serveur affiche des informations sur l’application.  Aide Mac OS X Server affiche la page d’aide principale du serveur, à partir de laquelle vous pouvez rechercher des informations sur le serveur.  Documentation vous permet d’accéder au site www.apple.com/fr/server/documentation/, à partir duquel vous pouvez télécharger la documentation relative au serveur. Vous pouvez également accéder à l’aide à l’écran à partir du Finder ou d’autres applications d’un serveur ou d’un ordinateur administrateur. Un ordinateur administrateur est un ordinateur Mac OS X sur lequel est installé un logiciel d’administration de serveur. Utilisez le menu Aide afin d’ouvrir Visualisation Aide, puis choisissez Bibliothèque > Aide Mac OS X Server. Pour consulter les toutes dernières rubriques d’aide, assurez-vous que l’ordinateur serveur ou administrateur est connecté à Internet lorsque vous utilisez Visualisation Aide. Visualisation Aide extrait et met en cache automatiquement les toutes dernières rubriques d’aide sur Internet concernant le serveur. Lorsque vous n’êtes pas connecté à Internet, Visualisation Aide affiche les rubriques d’aide mises en cache.12 Preface À propos de ce supplément La suite Mac OS X Server La documentation de Mac OS X Server comprend une série de guides présentant les services offerts ainsi que les instructions relatives à leur configuration, leur gestion et leur dépannage. Tous les guides sont disponibles au format PDF via : www.apple.com/fr/server/documentation/ Ce guide ... explique comment : Premiers contacts, Supplément au guide Premiers contacts, et Feuille d’opérations de Mac OS X Server Installer Mac OS X Server et le configurer pour la première fois. Administration des services de collaboration Configurer et gérer les services de journal web, de chat et autres qui facilitent les interactions entre utilisateurs. Administration par ligne de commande Utiliser les commandes et les fichiers de configuration pour exécuter les tâches d’administration du serveur via l’interpréteur de commandes UNIX. Utilisation d’ordinateurs Mac OS X dans l’enseignement primaire et secondaire (Deploying Mac OS X Computers for K-12 Education) Configurer et déployer Mac OS X Server ainsi qu’un ensemble d’ordinateurs Mac OS X et les utiliser dans l’enseignement primaire et secondaire (professeurs, élèves et personnel). Utilisation de Mac OS X Server pour un environnement informatique hautes performances (Deploying Mac OS X Server for High Performance Computing) Configurer et gérer Mac OS X Server et les ordinateurs en grappe de serveurs Apple afin d’accélérer le traitement des opérations informatiques complexes. Administration du service de fichiers Partager des volumes ou dossiers de serveur sélectionnés parmi les clients du serveur via les protocoles suivants : AFP, NFS, FTP et SMB/CIFS. Administration de la haute disponibilité Gérer les basculements IP, l’agrégation des liens, l’équilibrage de charge et d’autres configurations matérielles et logicielles pour garantir la haute disponibilité des services Mac OS X Server. Guide du serveur d’applications Java (Java Application Server Guide) Configurer et administrer un serveur d’applications JBoss sur Mac OS X Server. Configuration de la sécurité pour Mac OS X (Mac OS X Security Configuration) Sécuriser les ordinateurs client Mac OS X. Configuration de la sécurité pour Mac OS X Server (Mac OS X Server Security Configuration) Sécuriser les ordinateurs Mac OS X Server. Administration du service de courrier Installer, configurer et administrer les services de courrier sur le serveur. Migration à partir de Windows NT vers Mac OS X Server Déplacer des comptes, des dossiers partagés et des services à partir de serveurs Windows NT vers Mac OS X Server.Préface À propos de ce supplément 13 Administration des services réseau Installer, configurer et administrer DHCP, DNS, VPN, NTP, coupe-feu IP et services NAT sur le serveur. Administration d’Open Directory Gérer les services de répertoires et d’authentification. Administration du service d’impression Héberger les imprimantes partagées et gérer les files d’attente et tâches d’impression associées. Administration de QuickTime Streaming Server 5.5 Configurer et gérer les services QuickTime Streaming. Administration de mises à jour de logiciels et d’ images de système Utiliser NetBoot et Installation en réseau pour créer des images disque à partir desquelles les ordinateurs Macintosh peuvent démarrer sur le réseau. Configurer un serveur de mise à jour de logiciels pour la mise à jour d’ordinateurs clients via le réseau. Mise à niveau et migration Utiliser les données et les réglages des services actuellement utilisés sur les versions antérieures du logiciel serveur. Gestion des utilisateurs Créer et gérer des comptes d’utilisateur, groupes et listes d’ordinateurs. Configurer les préférences gérées des clients Mac OS X. Administration des technologies web Configurer et gérer un serveur web, dont WebDAV, WebMail, et les modules web. Administration des services Windows Configurer et gérer des services tels que PDC, BDC, fichiers et impression pour les utilisateurs d’ordinateurs Windows. Administration d’Xgrid Gérer des clusters de calcul Xserve à l’aide de l’application Xgrid. Mac OS X Server Glossaire Savoir à quoi correspondent les termes utilisés pour les produits de serveur et les produits de stockage. Ce guide ... explique comment :14 Preface À propos de ce supplément Obtenir des mises à jour de documentation Apple publie régulièrement de nouvelles rubriques d’aide à l’écran, des guides révisés et des documents de solutions. Les nouvelles rubriques d’aide incluent des mises à jour des guides les plus récents.  Pour afficher de nouvelles rubriques d’aide à l’écran, assurez-vous que votre ordinateur serveur ou administrateur est connecté à Internet et cliquez sur le lien Informations de dernière minute dans la page d’aide principale de Mac OS X Server.  Pour télécharger les guides et documents de solutions les plus récents au format PDF, rendez-vous à la page web de documentation de Mac OS X Server : www.apple.com/fr/server/documentation/. Informations complémentaires Pour plus d’informations, consultez les ressources suivantes : Documents Ouvrez-moi : mises à jour importantes et informations spécifiques ; recherchez-les sur les disques du serveur. Site web de Mac OS X Server (www.apple.com/fr/macosx/server/) : une passerelle vers de plus amples informations sur divers produits et technologies. Site web de service et d’assistance Apple (www.apple.com/fr/support/) : un accès à des centaines d’articles concernant le service d’assistance Apple. Formation des clients Apple, (train.apple.com/) : cours dirigés et autoformations pour développer vos compétences en termes d’administration de serveur. Groupes de discussion Apple, (discussions.info.apple.com/) : un moyen de partager questions, connaissances et conseils avec d’autres administrateurs. Répertoire de liste d’envoi Apple, (www.lists.apple.com/) : abonnez-vous à des listes d’envoi afin de pouvoir communiquer par courrier électronique avec d’autres administrateurs.1 15 1 Fonctionnement de Mac OS X Server Mac OS X Server répond aux besoins de nombreux environnements. Ce chapitre offre une brève visite guidée des services et configurations présentant un intérêt particulier dans certains scénarios courants :  Départements et groupes de travail.  PME/PMI.  Établissements d’enseignement supérieur.  Ateliers et classes de primaire et secondaire.  Clusters informatiques.  Centres de données.16 Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server Départements et groupes de travail Dans les grandes entreprises, Mac OS X Server permet de prendre en charge les besoins spéciaux des départements et des groupes de travail tout en centralisant les services d’entreprise. Service de courrier Services web et QuickTime Streaming Répertoires de départ AFP Services de mise à jour de logiciels, VPN, DNS et DHCP Services de collaboration et Open Directory Active Directory Intranet Répliques Open Directory Services d’impression et de fichiers Images système Serveurs back-office Serveurs de groupe de travail Coupe-feu InternetChapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server 17 Les serveurs et services back-office répondent à des besoins à l’échelle de l’entreprise :  Open Directory vous permet de gérer les données de répertoire depuis un emplacement centralisé, tout en les répartissant de façon géographique au moyen de réplications.  Les services de collaboration aident les employés à interagir entre eux tout en proté- geant le contenu qu’ils échangent. Par exemple, le serveur iChat fournit aux employés une messagerie instantanée sécurisée et cryptée.  Le service Mise à jour de logiciels vous permet de contrôler quels logiciels Apple mis à jour doivent être mis à la disposition de certains employés.  D’autres services au niveau de l’entreprise peuvent inclure DNS, DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), VPN (Virtual Private Network), courrier électronique, web et diffusion en continu.  Le célèbre serveur web HTTP Apache open-source est intégré à Mac OS X Server.  Mac OS X Server s’intègre parfaitement aux services d’entreprise existants, des systèmes de répertoire tels qu’Active Directory aux implémentations SNMP (Simple Network Management Protocol). Les serveurs de groupe de travail prennent en charge les besoins uniques des départements individuels.  Les serveurs des départements hébergent fréquemment des services répliqués d’information, de fichier et d’impression Open Directory qui reflètent les besoins et les services d’imagerie système du groupe de travail. L’imagerie système vous permet d’automatiser la configuration des ordinateurs Mac OS X via les images d’installation et de démarrage qui résident sur le serveur.  Pour les départements qui utilisent des ordinateurs Windows, vous pouvez mettre à disposition la prise en charge de VPN et le partage de fichiers et d’imprimantes, l’intégration de l’authentification Active Directory, ainsi que la prise en charge d’Open Directory pour la gestion des préférences d’ordinateur et de groupe. Vous pouvez également utiliser un serveur Windows NT et un serveur de fichiers Windows NT pour les répertoires de départ Windows.18 Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server Voici un exemple de serveur de département fournissant quelques-uns de ces services pour les professionnels de la création qui conçoivent et produisent des projets vidéo et audio.  L’utilisation d’Xserve comme ordinateur de département fournit la bande passante requise pour les transferts de fichiers volumineux. Xserve prend en charge les paquets Ethernet de trames jumbo et peut utiliser les deux interfaces Ethernet intégrées.  La technologie WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning), intégrée au service web de Mac OS X Server, vous permet d’utiliser un serveur web comme serveur de fichiers Internet. Les utilisateurs peuvent créer et accéder aux documents sur le web à partir d’ordinateurs Mac OS X. WebDAV prend en charge la gestion des fichiers et les modifications en équipe, y compris pendant l’exécution du site web.  Le service QuickTime Streaming vous permet de diffuser en temps réel des données vidéo sur des ordinateurs clients au moyen de protocoles de diffusion standard.  Mac OS X Server vous permet de configurer des comptes mobiles pour les employés des départements qui se déplacent chez les clients avec leur ordinateur portable. Les comptes mobiles permettent aux utilisateurs de bénéficier d’un environnement de travail similaire sur le réseau et en dehors du réseau. Services QuickTime Streaming, impression et web Borne d’accès AirPort Services de fichiers et WebDAV Clients Windows Clients Mac OS X Serveur Windows NT InternetChapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server 19 PME/PMI Les petites (moins de 100 employés) et moyennes (de 100 à 500 employés) entreprises tirent parti de nombreux services multiplateformes, tels que le partage de fichiers et d’imprimantes, les services réseau, les services de courrier, le web et les services de collaboration. La figure suivante illustre une entreprise dotée de deux petits réseaux, reliés par une connexion VPN. Appelée « réseau VPN site à site », ce type de connexion sécurisée est facile à établir en cas de besoin, par exemple lorsqu’une entreprise doit ouvrir un nouveau bureau. Elle offre l’avantage supplémentaire de faire apparaître les deux réseaux comme un seul pour les employés qui travaillent sur l’un ou l’autre des sites. Le service VPN permet également aux employés d’accéder hors du bureau au réseau intranet de l’entreprise pour utiliser les services de courrier, de fichiers, etc. Client Mac OS X Internet VPN VPN DSL/câble/T1 DSL/câble/T1 Clients Mac OS X Clients Mac OS X Services de courrier, Clients Windows de fichiers, d’impression, de collaboration et web Services de courrier, de fichiers, d’impression, de collaboration et web Services Open Directory, DNS, DHCP, VPN et NAT Services Open Directory, DNS, DHCP, VPN et NAT Serveur DNS du FAI20 Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server  Les services de répertoire et de réseau de chaque réseau résident sur un serveur Mac OS X Server, tandis que ceux de courrier, web et autres services de productivité des employés sont hébergés sur un autre serveur. Dans les petites entreprises toutefois, tous les services peuvent résider sur un seul et même serveur.  La configuration des services réseau élémentaires, tels que la traduction d’adresse réseau (NAT, Network Address Translation), les coupe-feu (filtres IP), DHCP et les services DNS de ce scénario est simple, grâce à l’Assistant réglages de passerelle. Cet outil configure un serveur en tant que passerelle, en liant un réseau local (LAN) à l’Internet externe et en vous permettant de partager la connexion Internet d’un serveur entre les différents ordinateurs du réseau.  Le coupe-feu entre Mac OS X Server et Internet protège le réseau intranet de l’entreprise contre tout accès non autorisé.  Un serveur DNS faisant autorité, hébergé par une autre entreprise, fournit la résolution de nom de domaine (exemple.com). Les services DNS sur Mac OS X Server fournissent des noms pour les périphériques intranet (tels que les imprimantes et les ordinateurs clients) qui présentent des adresses IP statiques et des recherches DNS dans le cache pour une résolution plus rapide des noms.  Les services DHCP fournissent des adresses IP dynamiques à certains clients Macintosh et Windows.  À l’instar des autres services décrits, VPN prend en charge les clients Macintosh et Windows. Si l’organisation utilise de nombreux ordinateurs Windows, vous pouvez configurer Mac OS X Server comme contrôleur de domaine principal (PDC) afin de pouvoir héberger les répertoires de départ Windows.  Le service NAT permet aux employés de partager une même connexion Internet. Ce protocole convertit toutes les adresses IP des clients en une adresse IP pour les communications sur Internet.  La mise en cache proxy du service web accélère les temps de réponse et réduit le trafic réseau en stockant dans un cache sur le serveur web les fichiers ayant fait l’objet d’un accès récent, afin qu’ils puissent être extraits rapidement lorsqu’ils sont une nouvelle fois demandés.  Vous pouvez personnaliser ce que les utilisateurs voient dans le Finder lorsqu’ils sélectionnent l’icône Réseau dans la barre latérale d’une fenêtre du Finder, en définissant les présentations de réseau gérées. Les présentations de réseau gérées simplifient la recherche des fichiers et dossiers qui résident sur les serveurs réseau lorsqu’elles sont utilisées pour répertorier les ressources réseau de manière cohé- rente pour les utilisateurs.Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server 21 Établissements d’enseignement supérieur Les hautes écoles et les universités ont des environnements informatiques hétérogènes étant donné la diversité d’étudiants et de systèmes informatiques qu’ils utilisent. Mac OS X Server convient parfaitement à ce type d’environnement grâce à sa capacité d’intégration aux infrastructures variées de services, protocoles et répertoires existantes.  La grande diversité d’ordinateurs clients (Macintosh, Windows, UNIX, Linux) exige la prise en charge d’un accès flexible aux fichiers. Les services de fichiers basés sur IP de Mac OS X Server, très flexibles, prennent en charge l’accès aux fichiers n’importe où sur le réseau, via AFP, NFS, FTP et SMB/CIFS.  Mac OS X Server peut héberger les répertoires de départ des utilisateurs de tous les ordinateurs clients.  Les informations relatives aux utilisateurs et aux ressources réseau peuvent être récupérées par Mac OS X Server à partir des systèmes de répertoire existants, comme les serveurs LDAP (Lightweight Directory Access Protocol), Active Directory et NIS (Network Information Service). Services d’images système, de mise à jour de logiciels et de répertoires de départ Services de fichiers, d’impression, Open Directory et de réseau Serveur LDAP Service de fichiers NFS Serveur KDC Serveur Windows NT Services de courrier et web Borne d’accès AirPort Clients Mac OS X Clients Windows Clients UNIX Internet22 Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server  Mac OS X Server peut également utiliser un système de répertoire existant, tel que LDAP ou KDC (Key Distribution Center) Kerberos, pour authentifier les utilisateurs.  L’outil Installation en réseau facilite la modification illimitée des configurations logicielles (à partir du réseau) de centaines d’ordinateurs clients Macintosh. Il automatise la configuration des ordinateurs d’ateliers et de facultés, facilite la mise à niveau des logiciels et rétablit rapidement l’état préconfiguré d’origine des ordinateurs.  Mac OS X Server intègre un service compatible avec PostScript de comptabilité et de mise en attente des travaux d’impression via le protocole LPR (Line Printer Remote), le protocole standard TCP (Transmission Control Protocol), le protocole Windows SMB/CIFS, ainsi qu’AppleTalk. Le serveur prend en charge la mise en attente des travaux d’impression PostScript et non PostScript via le protocole IPP (Internet Printing Protocol).  Étant donné la complexité des réseaux des établissements d’enseignement supé- rieur, les services réseau sont stratégiques. Les services DNS et DHCP peuvent être configurés sur Mac OS X Server pour aider les services et les ordinateurs clients à rechercher des ressources en réseau. Le filtrage IP permet de protéger les données sensibles à l’aide d’un coupe-feu de sécurité. Ateliers et classes de primaire et secondaire Dans les scénarios pédagogiques destinés à l’enseignement primaire et secondaire, les élèves doivent pouvoir accéder à leurs propres fichiers et se plonger dans leurs devoirs par voie électronique ou sur papier. Ils doivent également avoir accès aux applications (telles qu’iLife) qui facilitent l’apprentissage, sans pour autant pouvoir en utiliser d’autres, non pédagogiques (telles qu’iChat AV).Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server 23 Les enseignants requièrent la prise en charge des services de fichiers pour pouvoir placer en ligne les plans de cours et les documents pédagogiques. Ils doivent également pouvoir récupérer et mettre à jour les dossiers des élèves et autres informations administratives, le tout de manière centralisée sur un serveur distant.  Le service de gestion des clients Mac OS X Server permet de contrôler les environnements de travail Macintosh des élèves. De nombreuses préférences, telles que celles du Dock et du Finder, sont utilisées pour personnaliser l’apparence du bureau des élèves. Par exemple, vous pouvez configurer les préférences du Dock et du Finder de sorte que l’environnement de travail des élèves les plus jeunes soit très simplifié. Services de répertoires de départ, Open Directory, de gestion de clients, de mise à jour de logiciels et d’images système Bureaux Salle de classe ou laboratoire Services de fichiers, d’impression et web Serveur de répertoires Imprimante locale Borne d’accès AirPort Ordinateur Mac OS X de l’enseignant Ordinateurs Mac OS X des élèves Internet24 Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server D’autres préférences sont utilisées pour gérer les éléments auxquels un élève peut accéder et les éléments qu’il peut contrôler. Par exemple, vous pouvez configurer les préférences Accès aux supports afin d’empêcher les élèves de graver des CD et des DVD, ou d’apporter des modifications au disque interne d’un ordinateur. Vous pouvez également contrôler les élèves qui peuvent accéder à Internet.  Tous les secteurs scolaires ont un serveur LDAP ou Active Directory configuré en tant que serveur de répertoire. Mac OS X Server peut utiliser ces référentiels centralisés pour accéder aux informations sur les élèves et enseignants, mais l’hébergement des autres services, comme le partage de fichiers et d’imprimantes, se fait sur le serveur d’un atelier ou d’une classe.  Les comptes mobiles prennent en charge les élèves qui utilisent des ordinateurs Macintosh portables, tels que l’iBook. Ils leur permettent de travailler sur des devoirs à la maison dans un environnement semblable à celui de la classe.  Le service d’impression Mac OS X Server permet aux enseignants de gérer l’utilisation des imprimantes de la classe, y compris celles non PostScript (à jet d’encre).  Les images NetBoot et celles d’Installation en réseau permettent la configuration initiale rapide des ordinateurs des élèves et l’actualisation rapide des ordinateurs de la classe. Pour maintenir à jour les systèmes d’exploitation et applications des élèves, vous pouvez utiliser des images d’Installation en réseau ou le service de mise à jour de logiciels du serveur.  L’Assistant réglages de passerelle permet la configuration rapide et facile des réglages réseau élémentaires et vous permet de partager la connexion Internet d’un serveur entre les différents ordinateurs d’un réseau LAN.Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server 25 Clusters informatiques Les clusters d’ordinateurs Xserve offrent une méthode rentable et efficace pour le traitement informatique intensif nécessaire à la recherche génétique, à la production vidéo et à d’autres applications sollicitant une bande passante importante.  Un serveur Xserve dans une baie de serveurs est généralement configuré comme un ordinateur maître, appelé noeud de tête. Le noeud de tête exécute NetBoot et le programme d’installation réseau, et héberge les services de répertoire et autres périphériques partagés pour le reste des ordinateurs dans la baie, servant au traitement des données et aux calculs numériques.  Le noeud de tête peut également être configuré en tant que serveur de fichiers AFP et NFS et implémenter un coupe-feu IP protégeant le cluster contre tout accès non autorisé.  Le noeud principal peut également être configuré en tant que contrôleur de cluster Xgrid. Le service de calcul Xgrid vous permet d’obtenir des performances de type super-ordinateur via la distribution des calculs sur des ensembles d’ordinateurs dédiés ou partagés. Le contrôleur de cluster Xgrid fournit un accès centralisé au pool de calcul distribué, appelé cluster de calcul.  Entre autres utilisateurs, les scientifiques et les vidéastes peuvent configurer et contrôler à distance, à partir d’ordinateurs Mac OS X, des applications et des bases de données résidant sur les ordinateurs Xserve. Administration Applications du serveur Bases de données des applications et moteurs de calcul NetBoot, Installation en réseau, services de fichiers et de répertoires, service de coupe-feu et services de calcul Xgrid26 Chapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server  Mac OS X Server offre aux scientifiques et aux chercheurs des shells, des langages de script, des compilateurs et des utilitaires UNIX courants pour développer des logiciels spécialisés. Une suite complète d’outils de développement est fournie avec Mac OS X Server, notamment le compilateur de ligne de commande gcc et un environnement de développement appelé Xcode Tools. Vous pouvez écrire, compiler et déboguer au moyen des langages C, C++, Objective-C ou Java. Xcode Tools permet de transférer des applications de ligne de commande vers Mac OS X et Mac OS X Server ou de les améliorer via une interface utilisateur Mac OS X.  Un ordinateur administrateur, tel qu’un iBook exécutant des applications d’administration Mac OS X Server, peut être utilisé pour gérer le réseau entier. Centres de données Mac OS X Server offre la gamme de services complète pour héberger des sites de commerce électronique ou fournir d’autres services Internet exigeant disponibilité et évolutivité. Services de fichiers Service VPN Service DHCP Service DNS Service de coupe-feu Service de mise à jour de logiciels JBoss Open Directory Service de courrier Service web Service WebDAV Service FTP Service QuickTime Streaming Ordinateur Mac OS X pour QuickTime Broadcaster Ordinateur Mac OS X pour l’administration d’un parc de serveurs Xserve RAID Services dédiés de courrier et web InternetChapitre 1 Fonctionnement de Mac OS X Server 27  La prise en charge haute disponibilité inclut le redémarrage automatique suite à la défaillance d’un service ou à une panne de courant, le RAID logiciel, la surveillance de l’espace disque, la journalisation du système de fichiers et la réplication Open Directory. En outre, le basculement IP peut être configuré via IP sur FireWire, qui vous permet d’interconnecter des serveurs redondants sans utiliser de ports Ethernet Gigabit.  Sur certains ordinateurs, vous pouvez améliorer la disponibilité de la connexion physique en utilisant l’agrégation de liaisons. Celle-ci configure plusieurs liaisons réseau physiques en une liaison logique unique afin d’améliorer la capacité et la disponibilité des connexions réseau.  Un seul serveur peut héberger de nombreux sites web. Vous pouvez héberger chaque site avec sa propre adresse IP (multi-hébergement) ou configurer plusieurs sites avec une adresse IP unique (hébergement virtuel).  Le service web Mac OS X Server vous permet de configurer une protection SSL (Secure Sockets Layer) pour des connexions sécurisées à Internet.  Mac OS X Server intègre la prise en charge de Perl, Java Servlets, JavaServer Pages et PHP Hypertext Preprocessor (PHP).  Vous pouvez déployer des applications Java d’entreprise à l’aide du serveur d’applications JBoss. JBoss, qui s’exécute sur Java 1.4.2, implémente les technologies J2EE (Enterprise Edition). L’implémentation de Mac OS X Server comprend des outils d’administration faciles à utiliser pour configurer et contrôler les serveurs d’applications. Grâce à ses fonctionnalités de cluster, JBoss peut s’exécuter sur plusieurs ordinateurs Xserve.  Le serveur QuickTime Streaming Server vous permet de diffuser des données multimédia en temps réel, dont les diffusions QuickTime Broadcaster en direct.  Xserve RAID offre des capacités de stockage étendues.2 29 2 Services de Mac OS X Server Mac OS X Server combine une base UNIX robuste avec des standards libres et la simplicité d’emploi du Macintosh. Ce chapitre présente les services offerts par Mac OS X et vous indique comment trouver plus d’informations à leur sujet. Services du noyau Mac OS X Server est basé sur Darwin, le noyau du système d’exploitation Mac OS X. Darwin intègre les services de système d’exploitation Mach 3.0, basés sur FreeBSD (Berkeley Software Distribution) 4.8 et les tout derniers avantages de FreeBSD 5.0. Il inclut des fonctions de mise en réseau très performantes, et prend en charge plusieurs systèmes de fichiers intégrés, le multitraitement symétrique BSD avec verrouillage fin, ainsi que les applications 64 bits. Les fonctions avancées de mise en réseau gèrent IPv6, IPSec et l’agrégation de liens. Le système avancé de protection et de gestion de la mémoire de Darwin est l’un des facteurs clés de la stabilité du système. Darwin garantit la fiabilité en allouant aux applications et processus un espace d’adressage propre. Le micronoyau Mach 3 prend en charge le fonctionnement multitâche et le multitraitement, la gestion de la mémoire, la programmation en temps réel, le cache tampon unifié, les gestionnaires à installation à chaud, ou encore la gestion de l’alimentation. Mac OS X se distingue par sa simplicité d’emploi. Il offre des performances élevées en matière d’affichage, grâce aux technologies OpenGL, Quartz et QuickTime. Mac OS X Server exploite ces possibilités en fournissant aux administrateurs des applications sécurisées de gestion de serveur puissantes mais qui restent simples d’emploi. Les administrateurs peuvent également choisir de travailler à partir de lignes de commande. Un environnement shell complet comprenant de nombreux utilitaires UNIX courants offre une gamme complète de techniques d’administration à partir de la ligne de commande. Dans ce qui suit, vous apprendrez quels services sont fournis par Mac OS X Server pour étendre son noyau Mac OS X et prendre en charge des clients réseau Macintosh, Windows, UNIX et Linux. Pour en savoir plus sur les outils d’administration de serveur, consultez le guide Premiers contacts. La Préface vous explique comment vous le procurer.30 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Open Directory Open Directory est l’architecture utilisée par les services de répertoire de Mac OS X. Elle inclut les services de répertoire, l’authentification et la détection des services pour Mac OS X et Mac OS X Server. Les services de répertoire permettent au serveur et ses clients (utilisateurs et services) de trouver et de récupérer les informations nécessaires pour l’authentification, la détection de ressources réseau, entre autres activités système essentielles. Les informations sur les utilisateurs et les groupes sont nécessaires pour authentifier les utilisateurs lorsqu’ils ouvrent une session et les autoriser à accéder aux services et fichiers. Les informations sur les ressources réseau permettent de rendre visibles les imprimantes, ordinateurs et autres périphériques réseau. Les services de répertoire récupèrent ces informations à partir de répertoires (référentiels d’informations sur les utilisateurs et les ressources informatiques). Open Directory permet à votre serveur de récupérer des informations à partir :  De répertoires sur des ordinateurs Mac OS X Server.  De répertoires sur des serveurs non Apple.  De fichiers de configuration sur des serveurs Mac OS X Server ou autres. Open Directory est également compatible avec plusieurs autres protocoles pour la détection de ressources réseau :  Multicast DNS.  SMB (Server Message Block)/CIFS (Common Internet File System).  AppleTalk.  Service Location Protocol (SLP). Le guide d’administration Open Directory fournit des informations complètes sur la configuration et l’utilisation d’Open Directory. Vous trouverez plus de détails sur quelques-unes des nombreuses fonctions d’Open Directory. Utilisation de répertoires Mac OS X Server Mac OS X Server peut héberger des répertoires LDAP (Lightweight Directory Access Protocol). Il s’agit de répertoires LDAPv3 qui stockent les données de répertoire partagé qui doivent être utilisées par d’autres ordinateurs. Les répertoires LDAP sont faciles à gérer, peuvent être répliqués pour les besoins de la sauvegarde ou l’amélioration des performances, acceptent un volume très élevé d’informations, et vous confèrent un contrôle en lecture/écriture sur les données de répertoire.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 31 Utilisation de répertoires non Apple Open Directory vous permet d’exploiter les informations que vous avez définies dans des répertoires non Apple et dans des fichiers à plat :  Sur d’autres serveurs LDAPv3.  Sur des serveurs Active Directory.  Dans les fichiers de configuration BSD.  Dans des fichiers Network Information System (NIS) Sun Microsystems. Mac OS X Server offre une prise en charge complète des communications SSL (Secure Sockets Layer) et la lecture/écriture pour les répertoires LDAPv3. Gestion des répertoires Plusieurs fonctions Open Directory vous permettent de gérer efficacement les données de vos répertoires :  Réplication automatique des schémas LDAP. Vous pouvez stocker un schéma LDAP dans le répertoire, ce qui vous permet d’ajouter un nouveau schéma sans avoir à copier manuellement les fichiers de configuration. Les modifications sont automatiquement propagées du maître Open Directory vers tous les répliques. Cette fonctionnalité vous permet de propager efficacement les changements de stratégie administrative sans pour autant mettre à jour manuellement les serveurs sur lesquels résident les répliques de répertoires.  Contrôles d’accès aux répertoires. Vous pouvez stocker dans un répertoire les données qui définissent l’accès des utilisateurs aux informations des répertoires.  Sauvegarde des données des services de répertoire. Vous pouvez sauvegarder les données d’authentification Open Directory et les données de répertoire LDAP en cliquant sur un bouton dans l’application Admin Serveur. 32 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Politiques de recherche Pour qu’un utilisateur puisse se connecter à (ou ouvrir une session sur) un client ou un serveur Mac OS X, il doit taper un nom et un mot de passe associés à un compte d’utilisateur connu de l’ordinateur. Les ordinateurs Mac OS X peuvent trouver les comptes d’utilisateur situés dans un répertoire de leur politique de recherche. Une politique de recherche se réduit à une liste de répertoires que l’ordinateur parcourt lorsqu’il a besoin de données de configuration. Vous pouvez configurer la politique de recherche des ordinateurs Mac OS X sur les ordinateurs eux-mêmes en utilisant l’application Format de répertoire.  Vous pouvez automatiser la configuration des répertoires d’un client Mac OS X en utilisant la prise en charge de l’Option 95 du protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), intégrée à Mac OS X Server. Avec cette approche, un serveur DHCP identifie le serveur à partir duquel un ordinateur Mac OS X doit obtenir des données de répertoire au moment où le serveur DHCP fournit une adresse IP à l’ordinateur client. Cette approche est destinée aux ordinateurs connectés directement à un réseau filaire.  Pour les ordinateurs portables, fréquemment utilisés dans un environnement sans fil, une liaison sécurisée d’accès aux répertoires est disponible. Une liaison sécurisée offre à un ordinateur client un moyen de s’authentifier auprès d’un serveur LDAP et au serveur LDAP un moyen de s’authentifier auprès du client. Cette authentification mutuelle constitue le moyen le plus sûr de configurer des connexions de serveurs de répertoires dans un environnement sans fil. Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 33 Authentification Il existe plusieurs options pour authentifier les utilisateurs :  Authentification Open Directory. Basée sur le protocole SASL (Simple Authentication and Security Layer) standard, l’authentification Open Directory gère de nombreuses méthodes d’authentification, parmi lesquelles CRAM-MD5, APOP, WebDAV, SHA-1, LAN Manager, NTLMv1 et NTLMv2. Il s’agit de la méthode recommandée pour l’authentification d’utilisateurs Windows. Les méthodes d’authentification peuvent être désactivées de manière sélective afin de rendre plus sûr le stockage des mots de passe sur le serveur. Par exemple, si aucun client n’utilise les services Windows, vous pouvez désactiver les méthodes d’authentification NTLMv1 et LAN Manager afin d’empêcher le stockage de mots de passe sur le serveur à l’aide de ces méthodes. Ainsi, toute personne accédant à votre base de données de mots de passe ne peut exploiter la vulnérabilité de ces méthodes d’authentification pour trouver les mots de passe. L’authentification Open Directory vous permet de définir des politiques de mot de passe pour un ou tous les utilisateurs dont les fiches sont stockées dans un répertoire donné, avec des exceptions si nécessaire. L’authentification Open Directory vous permet aussi de définir des politiques de mot de passe pour chaque réplique de répertoire. Vous pouvez par exemple spécifier une longueur de mot de passe minimum ou obliger un utilisateur à changer de mot de passe lors de sa prochaine ouverture de session. Vous pouvez également désactiver l’ouverture de session pour les comptes inactifs ou après un nombre défini de tentatives de connexion infructueuses.  Authentification Kerberos v5. L’authentification Kerberos permet l’intégration dans des environnements Kerberos existants. Le KDC (Key Distribution Center) sur Mac OS X Server offre une prise en charge complète des stratégies de mot de passe configurées sur le serveur. L’utilisation de Kerberos offre également une fonction de signature unique, décrite à la section suivante. Les services suivants de Mac OS X Server gèrent l’authentification Kerberos : AFP (Apple Filing Protocol), courrier électronique, FTP (File Transfer Protocol), SSH (Secure Shell), fenêtre d’ouverture de session, LDAPv3, VPN (Virtual Private Network), économiseur d’écran et Apache, via le protocole SPNEGO (Simple and Protected GSS-API Negotiation Mechanism).  Stockage de mots de passe dans les comptes d’utilisateur. Cette approche peut être utile lors de la migration de comptes d’utilisateur à partir de versions antérieures du serveur. Toutefois, elle ne sera peut-être pas compatible avec des clients nécessitant des protocoles d’authentification sécurisés au niveau réseau, tels qu’APOP.  Authentification LDAPv3 non Apple. Cette approche est disponible pour les environnements dans lesquels un serveur LDAPv3 est déjà configuré pour l’authentification des utilisateurs.34 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Signature unique Lorsqu’un utilisateur Mac OS X est authentifié avec Kerberos, il n’a pas besoin de saisir un nom d’utilisateur et un mot de passe chaque fois qu’un service gérant l’authentification Kerberos est utilisé. L’utilisateur saisit le nom et le mot de passe Kerberos lors de l’ouverture de session, mais il n’a pas besoin de le saisir de nouveau lorsqu’il utilise des services prenant en charge l’authentification Kerberos. Détection de services de réseau Les informations concernant les serveurs de fichiers et les autres services ont tendance à changer beaucoup plus souvent que les informations sur les utilisateurs ; de ce fait, elles ne sont généralement pas stockées dans des répertoires, mais détectées en fonction des besoins. Open Directory peut détecter des services de réseau, afin de faire connaître leur existence et leur emplacement. Pour leur part, les services s’identifient au moyen de protocoles standard. Open Directory accepte les protocoles de détection de services suivants :  Multicast DNS, utilisé pour la découverte de fichiers et les services d’impression sur le réseau local.  SMB/CIFS, le protocole utilisé par Microsoft Windows.  AppleTalk, le protocole Mac OS pour les services de fichiers, également utilisé pour les services d’impression via PAP (Printer Access Protocol).  SLP, standard libre pour la détection de services de fichiers et d’impression. Pour faciliter la navigation réseau pour les utilisateurs, vous pouvez utiliser des présentations de réseau gérées. Pour plus d’informations, consultez la section « Présentations de réseau gérées » à la page 37. Gestion des utilisateurs Mac OS X Server facilite la gestion de l’accès des utilisateurs Macintosh, Windows, UNIX et Linux aux ressources réseau, aux fichiers et aux services. Le guide de gestion des utilisateurs comprend une description complète des fonctions de gestion des utilisateurs du serveur. Voici quelques-unes de ces fonctions. Comptes d’utilisateur Les comptes d’utilisateur contiennent les informations requises pour prouver l’identité d’un utilisateur : nom d’utilisateur, mot de passe et identifiant d’utilisateur. D’autres informations de compte d’utilisateur sont requises par plusieurs services afin de déterminer ce que l’utilisateur a le droit de faire et de personnaliser éventuellement son environnement.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 35 Comptes de groupe Les comptes de groupe permettent de gérer facilement un ensemble d’utilisateurs aux besoins similaires. Les comptes de groupe stockent les identités des utilisateurs qui appartiennent à un groupe ainsi que des informations vous permettant de personnaliser l’environnement de travail des membres de ce groupe. Vous pouvez également utiliser des groupes imbriqués et des dossiers de groupes :  Un groupe imbriqué est un groupe membre d’un autre groupe. Les groupes imbriqués vous permettent de mettre en place des autorisations d’accès aux dossiers destinées à des groupes d’utilisateurs à un niveau global (lorsque vous souhaitez agir sur tous les membres d’un groupe) et à un niveau plus détaillé (lorsque vous souhaitez agir uniquement sur certains membres d’un groupe).  Un dossier de groupe est un emplacement permettant aux membres d’un groupe d’échanger des idées et de recevoir des informations concernant le groupe. Par défaut, les dossiers de groupe contiennent trois dossiers : Documents, Bibliothèque et Public (le dossier Public contient en outre un dossier Boîte de dépôt). Si nécessaire, vous pouvez personnaliser ces dossiers et les monter automatiquement sur le bureau des membres du groupe lors de l’ouverture de session. Listes d’ordinateurs Les listes d’ordinateurs vous permettent de gérer des ensembles d’ordinateurs. Par exemple, vous pouvez utiliser une liste d’ordinateurs pour réserver les ordinateurs les plus performants à l’usage des étudiants en cinéma. Configurez ainsi une liste constituée d’ordinateurs performants, affectez les étudiants concernés à un groupe, puis accordez l’accès à la liste d’ordinateurs uniquement à ce groupe. Un étudiant qui n’est pas en section cinéma ne peut donc pas se connecter à l’un de ces ordinateurs. Répertoires de départ Un répertoire de départ est un dossier servant à stocker les fichiers et préférences d’un utilisateur. Les autres utilisateurs peuvent voir le répertoire de départ d’un utilisateur et lire des fichiers dans son dossier Public mais ils ne peuvent pas (par défaut) accéder à autre chose dans ce répertoire. Mac OS X Server peut héberger des répertoires de départ pour des utilisateurs Macintosh, UNIX et Windows. Avec un répertoire de départ, ces utilisateurs ont accès à leurs applications, documents et réglages individuels, quel que soit l’ordinateur sur lequel ils ont ouvert une session. Vous pouvez imposer des quotas de disque sur les répertoires de départ afin de réguler l’utilisation du disque du serveur par les utilisateurs dotés de répertoires de départ.36 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Gestion des utilisateurs Macintosh Mac OS X Server permet de personnaliser l’environnement de travail afin de permettre aux utilisateurs d’ordinateurs Mac OS X d’effectuer les opérations suivantes :  Gérer les préférences et configurer des comptes mobiles et des présentations de réseau gérées (fonctionnalités décrites plus loin).  Automatiser les images du système d’exploitation utilisées par les ordinateurs clients Macintosh, comme indiqué dans la section « Services d’images du système » à la page 38. Gestion des préférences Vous pouvez utiliser Mac OS X Server pour gérer les environnements de travail des utilisateurs Mac OS X en définissant des préférences. Les préférences sont des réglages qui personnalisent et contrôlent l’environnement informatique d’un utilisateur.  Les préférences peuvent être utilisées pour modifier l’apparence du bureau d’un utilisateur. Par exemple, vous pouvez simplifier de manière significative l’apparence du Dock et du Finder pour les élèves les plus jeunes.  Les préférences peuvent être utilisées pour gérer les éléments auxquels un utilisateur peut accéder et ceux qu’il peut contrôler. Par exemple, vous pouvez configurer les préférences Accès aux supports afin d’empêcher les élèves de graver des CD ou des DVD, ou d’apporter des modifications au disque interne d’un ordinateur. Vous pouvez également contrôler les préférences système qu’un utilisateur peut modifier.  Les préférences peuvent être utilisées pour configurer le comportement réseau d’un ordinateur. Par exemple, vous pouvez activer ou désactiver le partage Internet, ou configurer les réglages de proxy réseau pour l’ordinateur d’un utilisateur en définissant une liste d’ordinateurs et des préférences pour la liste.  Les préférences peuvent être utilisées pour monter automatiquement les répertoires de départ réseau et dossiers de groupe, ou pour ouvrir des applications lors de l’ouverture de session. Elles peuvent également être utilisées pour contrôler les options visibles dans la fenêtre d’ouverture de session d’un ordinateur. L’application Gestionnaire de groupe de travail vous permet de définir les préférences qui affectent les utilisateurs, les groupes et les ordinateurs. Une interface graphique offre un moyen rapide et facile de gérer les préférences prédéfinies. Si vous souhaitez contrôler davantage les préférences, vous pouvez utiliser des manifestes de préférences à l’aide de l’éditeur de préférences du Gestionnaire de groupe de travail. Les manifestes de préférences sont des fichiers qui décrivent la structure et les valeurs des préférences d’une application ou d’un utilitaire. L’éditeur de préférences vous permet d’utiliser des manifestes pour les préférences prédéfinies, ou d’ajouter de nouveaux manifestes pour les applications et utilitaires souhaités. Vous pouvez utiliser DHCP Option 95 pour identifier un serveur à partir duquel un ordinateur client extrait les informations de répertoire lors de l’ouverture de session, de sorte que les réglages de préférences soient automatiquement téléchargés à partir du réseau sans qu’il soit nécessaire de configurer directement l’ordinateur client.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 37 Comptes mobiles Vous pouvez définir des comptes mobiles pour gérer les utilisateurs Mac OS X se servant de leur ordinateur à la fois sur le réseau et en dehors du réseau. Les comptes mobiles permettent à un utilisateur d’ouvrir une session localement ou d’utiliser le réseau avec les mêmes nom et mot de passe. Ils permettent en outre à l’utilisateur de bénéficier du même environnement de travail sur le réseau et en dehors du réseau. Bien que les comptes mobiles soient particulièrement utiles pour les utilisateurs d’ordinateurs portables, ils s’avèrent intéressants pour tout utilisateur n’ayant qu’occasionnellement besoin d’accéder aux ressources réseau. Lorsque la majeure partie du travail peut être effectuée localement, l’utilisation d’un compte mobile réduit le trafic réseau. Présentations de réseau gérées Vous pouvez configurer des présentations de réseau gérées, qui sont des présentations personnalisées que les utilisateurs voient lorsqu’ils sélectionnent l’icône Réseau dans la barre latérale d’une fenêtre du Finder. Une présentation de réseau gérée est constituée d’un ou plusieurs voisinages réseau, qui apparaissent dans le Finder sous forme de dossiers. Chaque dossier contient une liste de ressources qu’un administrateur a associé au dossier. Les présentations de réseau gérées offrent un moyen efficace de présenter les ressources réseau. Vous pouvez créer plusieurs présentations pour différents ordinateurs clients. Étant donné que les présentations sont stockées avec Open Directory, le voisinage réseau d’un ordinateur est automatiquement disponible lorsqu’un utilisateur ouvre une session. Gestion des utilisateurs Windows Vous pouvez offrir plus de fonctions aux utilisateurs Windows en installant un contrôleur de domaine principal (Primary Domain Controller ou PDC) sur Mac OS X Server et en définissant des réglages. Le serveur peut alors :  fournir une authentification de domaine Open Directory pour les clients Windows NT 4.x, Windows 2000 et Windows XP,  héberger des répertoires de départ pour les utilisateurs Windows du domaine,  gérer les transferts de profils d’utilisateur pour les répertoires de départ. Si vous disposez de plusieurs systèmes Mac OS X Server, vous pouvez faire d’un serveur un PDC et des autres serveurs des BDC (contrôleurs de domaine secondaires). Les BDC offrent le basculement automatique et une solution de secours pour le PDC. Le PDC et les BDC possèdent des copies synchronisées des données de répertoire et d’authentification, et ils partagent les demandes de clients pour ces données. Si le PDC devient indisponible, les BDC prennent automatiquement le relais.38 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Un compte d’utilisateur peut comprendre des attributs à la fois Macintosh et Windows. Les utilisateurs peuvent donc ouvrir des sessions à partir des deux types d’ordinateurs. Les utilisateurs Windows peuvent utiliser les services de fichiers, d’impression et VPN de Mac OS X Server, comme décrit ultérieurement dans ce chapitre. Le guide d’administration des services Windows explique comment configurer les nombreuses options spécifiques à Windows et gérées par Mac OS X Server. Services d’images du système Vous pouvez créer des images disque et configurer Mac OS X Server pour les héberger afin que les ordinateurs Mac OS X puissent démarrer à partir de ces images ou installer ces images via le réseau. Les images NetBoot sont utilisées pour le démarrage à distance et les images d’installation en réseau sont utilisées pour les installations à distance. La source de l’image peut être un CD, un DVD ou un DMG (image disque). Vous pouvez également créer l’image d’un système dont la configuration est celle souhaitée pour les ordinateurs clients. Dans ce cas, la source de l’image est un volume ou une partition. Le guide d’administration des images de système fournit des informations complètes sur Netboot et l’Installation en réseau. NetBoot NetBoot permet aux clients Macintosh, y compris les clients Mac OS X sans disque dur local, de démarrer à partir d’une image disque système située sur un serveur Mac OS X plutôt que sur le disque de l’ordinateur client :  NetBoot simplifie l’administration de déploiements à grande échelle de systèmes Macintosh en réseau ou de baies d’ordinateurs Xserve. Il est particulièrement utile pour les entreprises où des ordinateurs doivent être configurés de manière identique ; il permettra par exemple à un fournisseur de services web de configurer simultanément plusieurs serveurs web.  NetBoot permet également d’installer plusieurs images disque afin de pouvoir démarrer les clients sous Mac OS X, voire de personnaliser l’environnement Macintosh pour diffé- rents groupes d’ordinateurs.  NetBoot permet aux administrateurs de configurer et de mettre à jour instantanément les ordinateurs clients en actualisant une image de démarrage stockée sur le serveur. Toutes les modifications apportées au serveur sont automatiquement reportées sur les clients lorsqu’ils redémarrent. Les systèmes endommagés ou altérés de quelque autre façon peuvent être restaurés de manière instantanée par simple redémarrage.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 39 Installation en réseau L’installation en réseau est un service d’installation géré de façon centrale qui permet aux administrateurs d’installer, restaurer ou mettre à niveau des ordinateurs Macintosh de manière sélective. Inutile d’insérer une série de CD pour installer un système : toutes les données d’installation se trouvent sur le serveur. Voici quelques-uns des avantages de l’installation en réseau :  L’Installation en réseau est une solution pour les migrations du système d’exploitation et l’installation de mises à jour logicielles.  Vous pouvez installer des applications avec licence de site ou personnalisées, restaurer des classes et ateliers d’ordinateurs, ou encore recréer l’image d’ordinateurs de bureau ou portables.  Dans une structure, vous pouvez définir des images d’installation personnalisées pour divers départements : marketing, ingénierie et ventes par exemple.  Vous pouvez établir des scripts post-installation qui lancent des actions après l’installation d’un logiciel ou d’une image de système.  Vous pouvez créer une image à installation automatique. Ce type d’image comprend les réponses à toutes les questions habituelles du programme d’installation. Ainsi, lorsque le client démarre à partir de l’image, celle-ci installe son contenu sur l’ordinateur client sans intervention de l’utilisateur. Service de mise à jour de logiciels Vous pouvez distribuer les mises à jour logicielles Apple aux utilisateurs en configurant un serveur de mises à jour de logiciels sur Mac OS X Server. L’utilisation d’un serveur de mise à jour de logiciels vous permet d’économiser la bande passante Internet. Plutôt que de télécharger les nouveaux logiciels à partir du site d’Apple, les utilisateurs peuvent les télécharger à partir d’un serveur sur votre propre réseau. Les utilisateurs choisissent parmi les mises à jour que vous mettez à leur disposition. Vous pouvez empêcher le téléchargement de certaines mises à jour en particulier par les utilisateurs jusqu’à ce que vous les ayez évaluées ou jusqu’à ce que votre organisation soit prête à les installer. Reportez-vous au guide d’administration des images de système et des mises à jour logicielles pour en savoir plus sur le service de mise à jour de logiciels.40 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Services de fichiers Mac OS X Server facilite le partage de fichiers à l’aide de protocoles natifs de différents types d’ordinateurs clients. Mac OS X Server inclut les services de fichiers suivants :  Le service de fichiers Apple, qui utilise le protocole AFP (Apple Filing Protocol), vous permet de partager des ressources entre des clients Macintosh.  Les services Windows utilisent le protocole SMB/CIFS pour vous permettre de partager des ressources avec des clients Windows et pour fournir le service de résolution de noms aux clients Windows. Ces services gèrent les utilisateurs de Microsoft Windows 95, 98, ME, XP, NT 4.0 et 2000.  Le service FTP (File Transfer Protocol) permet de partager des fichiers avec quiconque via FTP.  Le service NFS (Network File System) vous permet de partager des fichiers et des dossiers avec les utilisateurs disposant du logiciel client NFS (utilisateurs UNIX).  WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning) vous permet d’utiliser un serveur web comme s’il s’agissait d’un serveur de fichiers. Le guide d’administration des services de fichiers décrit comment configurer et gérer les services de fichiers AFP, SMB/CIFS/ FTP et NFS. Le guide d’administration des services Windows fournit des informations complémentaires sur le partage de fichiers avec les utilisateurs Windows. Le guide d’administration des technologies web traite de WebDAV. Partage Vous devez désigner des points de partage pour permettre le partage de fichiers entre divers utilisateurs. Un point de partage correspond à un dossier, un disque dur (ou partition) ou encore à un CD que vous rendez accessible sur le réseau. Il s’agit du point d’accès au premier niveau d’un groupe d’éléments partagés. Vous pouvez utiliser un point de partage avec plusieurs protocoles : AFP, SMB/CIFS, NFS et FTP. Sur les ordinateurs clients Mac OS X, vous trouverez les points de partage dans le répertoire /Network et à l’aide de la commande Se connecter au serveur du Finder. Sur les ordinateurs Windows, les utilisateurs emploient le « voisinage de réseau ».Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 41 Partage offre plusieurs fonctionnalités qui rendent votre environnement de partage de fichiers plus sûr et plus efficace :  Listes de contrôle d’accès (ACL). Les listes de contrôle d’accès permettent de définir les autorisations d’accès aux points de partage, aux dossiers et aux fichiers avec un degré élevé de précision. Vous pouvez affecter aux utilisateurs individuels et aux groupes un large éventail d’autorisations, notamment le droit de modifier les autorisations d’accès, le droit de créer, de supprimer ou de modifier des fichiers, le droit de lire les autorisations, etc. Ces autorisations peuvent être imbriquées. En outre, vous pouvez utiliser l’héritage pour propager des autorisations via une hiérarchie de systèmes de fichiers.  Verrouillage de fichiers unifié. Mac OS X Server unifie le verrouillage des fichiers pour les protocoles AFP et SMB/CIFS. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs travaillant simultanément sur plusieurs plates-formes de partager des fichiers sans se soucier de la corruption des fichiers.  Options d’authentification. Le protocole Kerberos de Mac OS X Server prend en charge l’authentification AFP et FTP. Pour les utilisateurs Windows, le serveur prend en charge l’authentification Kerberos d’Active Directory. Service de fichiers Apple Le protocole AFP (Apple Filing Protocol) permet aux utilisateurs clients Macintosh de se connecter à leur serveur et d’accéder aux dossiers et aux fichiers comme si ces derniers se trouvaient sur leur propre ordinateur. AFP offre :  le partage des fichiers via TCP/IP pour les clients Macintosh ;  une reconnexion automatique lorsque la connexion au serveur de fichiers est interrompue ;  le partage de fichiers cryptés (AFP via SSH) ;  la création automatique de répertoires de départ utilisateurs ;  l’authentification Kerberos v5 pour les clients Mac OS X version 10.2 et ultérieures ;  des contrôles d’accès méticuleux pour gérer les connexions client et l’accès en invité ;  la déconnexion automatique des clients inactifs ;  la gestion d’IPv6 pour les clients et le serveur AFP ;  les listes de contrôle d’accès. AFP vous permet également de partager à nouveau les montages NFS à l’aide de AFP. Cette fonction est une façon pour les clients qui ne se trouvent pas sur le réseau local d’accéder aux volumes NFS via une connexion AFP sûre et authentifiée.42 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Services Windows Le service de fichiers Windows de Mac OS X Server permet aux clients Windows de se connecter à Mac OS X Server avec le protocole SMB/CIFS via TCP/IP. Lorsque vous activez le service de fichiers Windows, vous pouvez également activer plusieurs autres services natifs Windows :  WINS (Windows Internet Naming Service), grâce auquel les clients de plusieurs sous-réseaux peuvent exécuter des résolutions nom/adresse,  la navigation, qui permet aux clients de naviguer afin de trouver des serveurs disponibles dans les sous-réseaux. Vous pouvez configurer (et répliquer) les services d’un contrôleur de domaine principal (PDC), qui :  Fournissent l’authentification de domaine Windows à partir de la fenêtre d’ouverture de session de Windows.  Prennent en charge les profils itinérants Windows sur Mac OS X Server. Mac OS X Server permet le verrouillage unifié des fichiers pour les protocoles AFP et SMB/CIFS, en permettant aux utilisateurs Windows de partager des fichiers avec des utilisateurs sur d’autres ordinateurs sans conflit ni corruption. SMB/CIFS prend également en charge les listes de contrôle d’accès. Service NFS NFS (Network File System) est le protocole utilisé pour les services de fichiers sur les ordinateurs UNIX. Le terme NFS désignant le partage est exportation. Vous pouvez exporter un élément partagé soit vers un ensemble d’ordinateurs clients, soit vers le « monde ». L’exportation d’un volume NFS vers le « monde » permet à toute personne accédant à votre serveur d’accéder également à ce volume. NFS ne gère pas l’authentification nom/mot de passe. Il se base sur les adresses IP clients pour authentifier les utilisateurs ainsi que sur les autorisations clients, ce qui n’est pas une méthode sûre pour la plupart des réseaux. Pour cette raison, n’utilisez NFS que si vous vous trouvez sur un réseau local (LAN), avec des ordinateurs clients de confiance, ou si vous travaillez dans un environnement qui ne peut pas utiliser le partage de fichiers Apple ou le partage de fichiers Windows. Si vous disposez d’un accès Internet et pensez effectuer des exportations sur Monde, il est préférable que votre serveur soit protégé par un pare-feu. Vous pouvez partager à nouveau les montages NFS en utilisant AFP, Windows et FTP de manière à ce que les utilisateurs puissent accéder aux volumes NFS d’une manière plus restreinte.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 43 FTP (File Transfer Protocol) Le service FTP permet aux ordinateurs de transférer des fichiers via Internet. Les clients utilisant tout système d’exploitation gérant FTP peuvent se connecter à votre serveur de fichiers FTP et télécharger des fichiers, en fonction des autorisations que vous avez définies. La plupart des navigateurs Internet et bon nombre d’applications gratuites peuvent être utilisés pour accéder à votre serveur FTP. Dans Mac OS X Server, le service FTP gère l’authentification Kerberos v5 et, pour la majorité des clients FTP, la reprise des transferts de fichiers interrompus. Mac OS X Server gère également la conversion de fichiers dynamiques, ce qui permet aux utilisateurs de demander des versions d’informations compressées ou décompressées sur le serveur. Mac OS X Server gère le protocole FTP anonyme et empêche par défaut les utilisateurs FTP d’effacer, de renommer et d’écraser des fichiers, et de modifier des autorisations de fichier. L’administrateur doit autoriser de façon explicite les téléchargements par les utilisateurs FTP anonymes, et ce dans un point de partage spécifique. WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning) Mac OS X Server prend en charge le partage de fichiers Internet WebDAV dans le cadre du serveur web intégré Apache et des services web de Mac OS X Server. Conçue à l’origine pour la publication web par collaboration, cette amélioration du protocole HTTP convertit un site web en base de données de documents, permettant la création collaborative, la modification et la recherche à partir d’emplacements distants. Lorsque WebDAV est activé, tout client WebDAV autorisé, sur n’importe quelle plate-forme, peut ouvrir des fichiers, apporter des modifications ou effectuer des ajouts, ou répercuter ces modifications sur le serveur web. Étant donné qu’il utilise le protocole HTTP (port 80), WebDAV peut prendre en charge le partage de fichiers par l’intermédiaire de coupe-feu qui n’autorisent pas le partage FTP. 44 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Service d’impression Le service d’impression de Mac OS X Server permet le partage d’imprimantes en réseau et en connexion directe entre clients d’un réseau. Ce service permet également une gestion des files, le contrôle des tâches d’impression, une consignation complet et l’utilisation de quotas. Le service d’impression vous permet de :  Partager des imprimantes réseau PostScript avec des clients Mac OS 9 (PAP, LaserWriter 8), Mac OS X (IPP, IP/LPR), Windows (SMB/CIFS) et UNIX (IP/LPR).  Partager des imprimantes PostScript ou non directement connectées à un serveur Mac OS X à partir de clients Mac OS X version 10.2 et ultérieures.  Partager des imprimantes non PostScript connectées directement, en tant qu’imprimantes PostScript génériques via LPR, SMB/CIFS et AppleTalk.  Vous connecter à des imprimantes réseau à l’aide d’AppleTalk, LPR et IPP, ainsi qu’à des imprimantes Direct-Connect (TWAIN) à l’aide d’USB.  Faciliter la détection d’imprimantes pour les utilisateurs via Open Directory.  Imposer des quotas d’impression par utilisateur afin de limiter l’utilisation des imprimantes (vous pouvez également définir un quota sur des imprimantes individuelles).  Définir des groupes d’imprimantes pour l’équilibrage de charge. un groupe d’imprimantes peut être désigné pour gérer les travaux d’impression envoyés vers plusieurs files d’attente d’impression. Un travail est imprimé par la première imprimante disponible du groupe.  Définir des pages de garde pour les travaux d’impression d’une file d’attente en particulier. Le guide d’administration du service d’impression fournit les informations nécessaires pour les tâches d’installation et d’administration.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 45 Service web Le service web de Mac OS X Server est basé sur Apache, un serveur web HTTP opensource. Le serveur est livré avec Apache 1.3 et Apache 2.0, mais Apache 2.0 n’est inclus qu’à des fins d’évaluation. Admin Serveur prend en charge Apache 1.3. Les logiciels open-source autorisent quiconque à consulter et éditer le code source afin d’y apporter modifications et améliorations. Cette caractéristique a contribué à populariser Apache qui est aujourd’hui le serveur web le plus utilisé sur Internet. Le service web comporte un cache frontal hautes performances qui améliore les performances des sites web utilisant des pages HTML statiques. Ce cache évite au serveur d’avoir à accéder à chaque requête aux fichiers de données statiques. Le service web gère également le protocole WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning). Avec WebDAV, vos utilisateurs clients peuvent consulter des pages web, apporter des modifications, puis enregistrer les pages lorsque le site est en cours d’exécution. De plus, les utilisateurs Mac OS X peuvent utiliser un serveur web WebDAV comme s’il s’agissait d’un serveur de fichiers. La gestion SSL du service web permet un cryptage et une authentification sûrs pour les sites web d’e-commerce et les documents confidentiels. Un certificat numérique simple d’emploi fournit une preuve infalsifiable de l’identité de votre site web. Le service web prend également en charge l’authentification Kerberos v5 (via le protocole SPNEGO). Mac OS X Server offre une gestion complète des sites web dynamiques :  Le service web gère les servlets Java, JavaServer Pages, MySQL, PHP, Perl ainsi que les scripts ou programmes CGI.  Mac OS X Server comprend un serveur JBoss ainsi que des outils d’administration de haut niveau pour sa gestion. Voir « Gestion des serveurs d’applications » à la page 51 pour plus d’informations sur JBoss. Le guide d’administration des technologies web fournit des informations sur la configuration et la gestion des services web.46 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Service de courrier Mac OS X Server fournit un serveur de courrier robuste et complet gérant les protocoles SMTP, POP et IMAP et permettant de choisir une solution de stockage du courrier soit locale, soit basée sur un serveur. Les fonctions pour le courrier sortant (SMTP) sont les suivantes :  L’agent de transfert de courrier SMTP est basé sur Postfix. Pour obtenir des informations détaillées sur cet agent open-source, rendez-vous à l’adresse www.postfix.org/.  Pour l’authentification, les méthodes suivantes sont disponibles : PLAIN, LOGIN, CRAM-MD5 et Kerberos v5. Les principales caractéristiques pour le courrier entrant (POP et IMAP) sont les suivantes :  L’agent d’accès au courrier est un serveur Cyrus POP et IMAP. Voir asg.web.cmu.edu/cyrus/ pour plus d’informations sur cet agent.  Pour IMAP, les types d’authentification disponibles sont texte en clair, PLAIN, LOGIN, CRAM-MD5 et Kerberos v5. Pour POP, il s’agit de texte en clair, APOP et Kerberos v5.  La base de données du courrier est extrêmement rapide.  Il est possible d’établir des règles d’absence et des quotas pour chaque utilisateur.  Mailman permet de créer et de gérer des listes de diffusion. Le service de courrier protège les utilisateurs contre le courrier indésirable et les autres messages ennuyeux ou non autorisés. Vous pouvez définir des filtres qui permettent de réduire le courrier indésirable et les virus, filtrer le courrier commercial non sollicité, ou encore détecter les messages avec un contenu particulier. Le filtrage du courrier indésirable, basé sur le puissant outil SpamAssassin, inclut une option d’auto-apprentissage. Des quotas flexibles vous permettent de définir des niveaux d’avertissement personnalisés pour la consommation d’espace disque pour le courrier d’utilisateur et des messages d’avertissement personnalisés. Vous pouvez configurer trois niveaux d’avertissement différents, selon le pourcentage de quota consommé. Lorsqu’un utilisateur a dépassé un certain quota, le système envoie un avertissement avec soit un message par défaut, soit un message personnalisé. Vous pouvez éventuellement appliquer des quotas d’utilisateur en refusant la distribution de nouveau courrier pour les utilisateurs ayant dépassé leur quota. La prise en charge des hôtes virtuels permet à un serveur unique d’héberger différents domaines de courrier électronique. Par exemple, votre serveur peut héberger des comptes de courrier électronique pour postmaster@votrehote.com et postmaster@monhote.com. Mac OS X Server inclut également SquirrelMail pour l’extraction de courrier basée sur le web. Pour obtenir des informations sur SquirrelMail, rendez-vous sur le site www.squirrelmail.org. Le guide d’administration du service de courrier vous indique comment installer et configurer le service de courrier. Le guide d’administration des technologies web décrit comment activer WebMail, l’implémentation Mac OS X Server de SquirrelMail.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 47 Services de réseau Mac OS X Server permet la gestion des communications réseau via :  Service DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol).  Service DNS (Domain Name System).  Service de coupe-feu.  Service NAT (Network Address Translation).  Service VPN (Virtual Private Network).  service d’horloge réseau.  Assistant réglages de passerelle.  Fonction de reprise IP. Le guide d’administration des services de réseau fournit des informations sur les services de réseau. DHCP Le protocole DHCP s’avère particulièrement utile lorsqu’une organisation dispose d’un nombre de clients supérieur à celui de ses adresses IP. Les adresses IP ne sont attribuées que dans la mesure où elles sont nécessaires, et lorsqu’elles ne sont pas utilisées, elles sont disponibles pour d’autres clients. Le protocole DHCP vous aide à gérer et à distribuer des adresses IP aux ordinateurs clients du serveur, et ce de façon dynamique. À partir d’un bloc d’adresses IP défini par vos soins, votre serveur localise une adresse non utilisée et la « loue » aux ordinateurs clients en fonction des besoins. Le service DHCP du serveur prend également en charge l’attribution d’adresses IP statiques aux ordinateurs munis d’une adresse Ethernet (MAC) spécifique. Comme vous l’avez appris dans la section « Politiques de recherche » à la page 32, vous pouvez automatiser la configuration des services de répertoire des clients Mac OS X en utilisant l’Option 95 de votre serveur DHCP. Cette option permet aux ordinateurs clients de connaître leurs réglages de répertoires par l’intermédiaire d’un serveur DHCP. DNS Grâce au service DNS, les utilisateurs peuvent se connecter à une ressource réseau, telle qu’un serveur web ou un serveur de fichiers, en spécifiant un nom (par exemple, serveur.exemple.com) plutôt qu’une adresse IP (telle que « 192.168.11.12 »). DNS est une base de données distribuée qui affecte les adresses IP aux noms de domaine. Un serveur fournissant le service DNS conserve une liste de noms ainsi que les adresses IP qui leur sont associées. Lorsqu’un ordinateur a besoin de l’adresse IP correspondant à un nom, il envoie un message au serveur DNS (également appelé serveur de noms). Le serveur de noms cherche l’adresse IP et la renvoie à l’ordinateur. Si le serveur de noms ne trouve pas l’adresse IP en local, il envoie des messages à d’autres serveurs de noms sur Internet pour l’obtenir.48 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Si vous ne disposez pas d’un fournisseur d’accès à Internet (FAI) gérant le service DNS pour votre réseau, vous pouvez configurer un serveur DNS pour Mac OS X Server. Reportez-vous aux guides d’administration de chaque service pour plus d’informations sur les dépendances DNS des services. Mac OS X Server fournit des outils d’administration pour la gestion de la configuration des services, le contrôle des zones et la surveillance. Il offre une interface graphique pour :  activer les transferts de zone et la récursion,  travailler avec les fichiers d’historique,  gérer les zones et enregistrements pour les ordinateurs de ces zones. Coupe-feu Le service de coupe-feu protège le serveur et son contenu des intrus. Il assure un parefeu logiciel, en scrutant les paquets IP entrants et en les acceptant ou en les refusant en fonction des filtres que vous avez définis. Vous pouvez définir des restrictions sur l’ensemble du serveur pour les paquets provenant d’adresses IP spécifiques. Vous pouvez également limiter l’accès à chacun des services (tels que web, courrier et FTP) en définissant des filtres pour les ports utilisés par ces derniers. Le coupe-feu IP peut être employé pour bloquer l’accès aux ports de certains services ou pour ne permettre l’accès qu’à certains ports. De plus, le coupe-feu IP est muni d’un mécanisme sophistiqué, l’inspection des paquets, permettant de s’assurer qu’un paquet entrant est bien une réponse légitime à une requête sortante ou qu’il fait partie d’une session en cours, ce qui permet d’accepter des paquets qui seraient autrement refusés. NAT NAT est une méthode de connexion de plusieurs ordinateurs à Internet (ou tout autre réseau IP) en utilisant une seule adresse IP. NAT convertit les différentes adresses IP attribuées aux ordinateurs sur le réseau privé interne en une adresse IP commune pour les communications Internet. Ainsi, la borne d’accès AirPort utilise le service NAT. Par défaut, une borne affecte à l’aide du service DHCP des adresses IP aux ordinateurs du réseau Ethernet. Le service NAT convertit ensuite ces adresses lorsque l’un de ces ordinateurs cherche à accéder à Internet. Le service NAT est de plus en plus répandu parce qu’il permet de réduire le nombre d’adresses IP utilisées. Il augmente aussi la sécurité de l’accès Internet en n’acceptant que des connexions provenant du réseau interne. NAT est étroitement lié au coupe-feu IP. Le coupe-feu dirige les paquets réseau vers le processus NAT afin qu’ils puissent être convertis.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 49 VPN Vous pouvez configurer un VPN à l’aide de Mac OS X Server. Le protocole VPN est un protocole de transmission réseau utilisant le cryptage ainsi que d’autres technologies pour fournir des communications sécurisées sur un réseau public. En général, ce réseau public est l’Internet, mais les VPN sont également employés pour les connexions entre plusieurs intranets d’une même entreprise ou pour relier les réseaux de deux entreprises et former un extranet. Un VPN site à site relie deux réseaux. Il offre une connexion sécurisée qu’il est facile d’établir en cas de besoin, pour configurer un réseau sur un autre site, par exemple lors du développement d’une entreprise. Un VPN site à site fait apparaître les deux réseaux comme un seul pour les utilisateurs des deux sites. Les VPN transmettent des paquets IP cryptés de telle manière que seuls les destinataires légitimes puissent les interpréter, protégeant ainsi le contenu des messages en cas d’interception des paquets. Mac OS X Server vous permet de définir et de gérer des politiques VPN qui acceptent différentes options d’authentification et d’autorisation et divers paramètres de connexion réseau. Le service VPN de Mac OS X Server dessert les clients Mac OS X, Windows et UNIX, et prend en charge l’authentification renforcée via MS-CHAP, IPSec et Kerberos v5. Assistant réglages de passerelle L’Assistant réglages de passerelle automatise la configuration d’une passerelle simple entre le réseau local et Internet. Une passerelle vous permet de partager la connexion Internet de votre serveur entre les différents ordinateurs de votre réseau local. L’Assistant réglages de passerelle configure automatiquement DHCP, NAT, le coupe-feu, DNS et VPN, ainsi que la configuration réseau du serveur. Par exemple :  Certaines adresses 192.168.x.x sont réservées pour DHCP et VPN.  Un serveur DHCP est activé et configuré afin de fournir des adresses aux ordinateurs du réseau local.  NAT et les services de réseau sont activés de sorte que tous les paquets provenant d’Internet soient bloqués, à l’exception de ceux qui sont nécessaires pour les connexions au serveur.  Un serveur DNS est configuré en tant que serveur de mise en cache.  Un serveur VPN est activé de manière facultative pour L2TP. Si vous souhaitez ajuster les réglages automatiques après avoir exécuté l’Assistant réglages de passerelle, vous pouvez le faire via l’application Admin Serveur. « Exemple de configuration » à la page 71 décrit comment utiliser l’Assistant réglages de passerelle dans une petite entreprise.50 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Basculement IP Vous pouvez configurer la fonction IP failover pour augmenter la disponibilité du serveur. Il s’agit d’un système qui permet de configurer un serveur de secours destiné à remplacer le serveur principal en cas de panne de ce dernier. Le serveur de secours prend en charge l’adresse IP du serveur en panne qui la récupère à son tour dès qu’il est de nouveau en ligne. Le système IP failover s’avère très utile pour les serveurs DNS, les serveurs web hébergeant des sites web, les serveurs de diffusion de données et d’autres serveurs demandant une faible duplication de données. Diffusion de contenu multimédia QuickTime Streaming Server (QTSS), vous permet de diffuser du contenu multimédia en temps réel à l’aide des protocoles standard RTSP/RTP. QTSS gère les formats de fichier MPEG-4, MP3 et QuickTime. Vous pouvez envoyer sur Internet des données, en direct ou préenregistrées, aux utilisateurs Macintosh et Windows, ou retransmettre des données à d’autres serveurs d’enchaînement. Vous pouvez proposer le flux monodiffusion, qui permet d’envoyer un flux à chaque client en particulier, ou la multidiffusion, qui envoie le flux à un groupe de clients.  Pour en savoir plus sur QTSS, consultez le site web de QuickTime (www.apple.com/fr/quicktime/products/qtss/).  Pour plus d’informations sur la gestion des services de diffusion en temps réel sur Mac OS X Server, reportez-vous au guide d’administration de QuickTime Streaming Server. Deux applications QuickTime livrées avec Mac OS X Server permettent de préparer les contenus à diffuser :  QTSS Publisher permet d’envoyer le contenu au serveur de diffusion et de le préparer pour sa diffusion. Ses fonctions principales sont les suivantes : création et gestion de listes de lecture, génération de sites web basés sur des répertoires de contenu et modification des annotations de contenu. Le guide d’administration de QuickTime Streaming Server décrit comment utiliser QTSS Publisher.  Quicktime Broadcaster permet une diffusion en direct. QuickTime Broadcaster vous permet de diffuser des données audio et vidéo sur Internet. et est fourni avec des réglages de diffusion prédéfinis, tout en autorisant la création de réglages personnalisés. Construit en haut de l’architecture QuickTime, QuickTime Broadcaster vous permet de diffuser des données en direct au moyen de la majorité des codecs gérés par QuickTime. Pour en savoir plus sur QuickTime Broadcaster, rendez-vous sur le site www.apple.com/fr/quicktime/ puis naviguez jusqu’à la page concernant QuickTime Broadcaster.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 51 Gestion des serveurs d’applications Un serveur d’application est un logiciel qui exécute et gère d’autres applications, géné- ralement des applications web, auxquelles les utilisateurs accèdent via un navigateur web. Les applications gérées par le serveur résident sur le même ordinateur que celui-ci. L’une des fonctions du serveur d’applications est de s’assurer que les applications qu’il gère sont toujours disponibles. Par exemple, si une application échoue ou ne répond plus, le serveur d’applications la redémarre. Certains serveurs d’applications offrent un équilibrage des charges, en les répartissant entre deux ou plusieurs ordinateurs. Cette section traite de trois technologies serveur intégrées proposées par Mac OS X Serveur : Apache Tomcat, JBoss et WebObjects. Toutes trois sont préinstallées avec le serveur et peuvent être employées avec Apache Axis, également préinstallé. Axis est une plate-forme open-source Java permettant la mise en œuvre de services web via SOAP (Simple Object Access Protocol), un protocole basé sur XML. Pour plus d’informations sur SOAP, accédez à : www.w3.org/TR/SOAP/ Le guide d’administration des technologies web fournit plus d’informations sur les applications open-source et les modules livrés avec Mac OS X Server. Apache Tomcat Tomcat est un conteneur JSP (JavaServer Pages)/servlet open-source utilisé dans l’implémentation de référence officielle des technologies Java Servlet et JavaServer Pages.  Les spécifications de Java Servlet se trouvent à l’adresse java.sun.com/products/servlets/.  Les spécifications de JavaServer Pages se trouvent à l’adresse java.sun.com/products/jsp/. JBoss JBoss est un serveur d’applications Java complet couramment employé. Il fournit une plate-forme J2EE complète (Java 2 Enterprise Edition, avec des fonctions telles que :  un conteneur Enterprise Java Bean (EJB),  Java Management Extensions (JMX),  Java Connector Architecture (JCA). Mac OS X Server fournit des outils visuels simples d’emploi pour configurer et contrôler JBoss et pour simplifier le déploiement d’applications JBoss. Le guide relatif au serveur d’applications Java vous explique comment gérer le serveur JBoss de Mac OS X Server. Il est disponible à l’adresse www.apple.com/fr/server/documentation/.  Pour en savoir plus sur J2EE, rendez-vous sur le site java.sun.com/j2ee/.  Pour en savoir plus sur JBoss, rendez-vous sur le site www.jboss.org/. Par défaut, JBoss utilise Tomcat en tant que conteneur d’applications web, mais vous pouvez en utiliser d’autres, tels que Jetty.52 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server WebObjects WebObjects est la solution Apple pour le développement et le déploiement rapide d’applications e-commerce et d’autres applications Internet. Les applications WebObjects peuvent se connecter à plusieurs bases de données et générer des codes HTML de manière dynamique. WebObjects offre un ensemble complet d’outils et de bibliothèques d’exécution qui facilitent le développement de services web basés sur les standards et d’applications serveur Java. Mac OS X Server est fourni avec les bibliothèques d’exécution WebObjects et une licence de déploiement illimitée, ce qui en fait la plate-forme idéale pour vos applications WebObjects compatibles J2EE. Des outils graphiques simples à utiliser sont également fournis pour la configuration et la surveillance de WebObjects à partir de l’application Admin Serveur. Vous pouvez acquérir, si vous le souhaitez, les outils de développement WebObjects en vous rendant sur l’Apple Store (www.apple.com/francestore), dans les magasins de vente au détail Apple et chez les revendeurs Apple agréés. Pour plus d’informations et de documentation sur WebObjects, visitez les sites suivants : www.apple.com/fr/webobjects/ ou developer.apple.com/referencelibrary/WebObjects/ Services de collaboration Les services de collaboration assurent la promotion des interactions entre les utilisateurs, en facilitant le travail d’équipe et la productivité. Voici les services de collaboration sur Mac OS X Server :  Service de journal web. Mac OS X Server fournit un serveur de journal web multiutilisateur (basé sur Blojsom), conforme aux normes XML RSS et Atom. Le service de journal web gère l’authentification Open Directory. Pour plus de sécurité, les utilisateurs peuvent accéder au service de journal web via un site web compatible SSL.  Service iChat. La messagerie instantanée pour les utilisateurs Macintosh, Linux et Windows est fournie par un serveur Jabber/XMPP (Extensible Messaging and Presence Protocol). L’authentification d’utilisateur est intégrée à Open Directory. La configuration et l’administration du service iChat sont effectuées à l’aide de l’application graphique Admin Serveur.  Service de courrier. Outre les fonctionnalités résumées dans « Service de courrier » à la page 46, Mac OS X Server fournit une interface graphique pour Mailman, l’un des gestionnaires de liste les plus couramment déployés. Vous pouvez facilement créer et gérer des listes, ainsi que tirer parti du filtrage de contenu, de la distribution Digest et d’autres options. Consultez le site www.list.org pour obtenir des informations sur Mailman.  Comptes, préférences et dossiers de groupes. Voir « Comptes de groupe » à la page 35 pour plus d’informations.  Partage de fichiers. Voir « Services de fichiers » à la page 40 pour un résumé des options de partage de fichiers.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 53 Intégration dans des environnements existants Il existe de nombreux moyens d’intégrer Mac OS X Server à un environnement existant. Open Directory offre plusieurs options pour utiliser des informations de répertoires :  Vous pouvez utiliser un KDC Kerberos existant ou Active Directory (y compris le service Kerberos d’Active Directory) pour authentifier les utilisateurs.  Vous pouvez intégrer les services de fichiers AFP et SMB/CIFS à un environnement Kerberos Active Directory.  Vous pouvez partager les informations stockées dans un système de répertoires LDAPv3 accessible à partir de votre serveur.  Vous pouvez récupérer des informations de configuration à partir de fichiers de configuration Berkeley Software Distribution (BSD) ou de fichiers Network Information System (NIS) Sun Microsystems. Pour les utilisateurs Windows, votre serveur peut :  Fournir le service VPN.  Fournir le partage d’imprimantes.  Fournir l’authentification Open Directory.  Agir en tant que contrôleur de domaine pour permettre l’ouverture de session sur un domaine Windows et la signature unique.  Héberger des répertoires de départ (si le serveur du répertoire de départ est un PDC, un membre d’un autre domaine Windows de Mac OS X Server ou un membre d’un domaine Active Directory).  Fournir le service de résolution de noms WINS. Plusieurs guides vous fourniront des instructions pour paramétrer un serveur afin qu’il fonctionne avec les produits d’autres éditeurs :  Le guide d’administration Open Directory fournit des instructions pour l’intégration dans des systèmes de répertoires existants.  Le guide d’administration des services Windows décrit comment configurer le service d’impression et les services de fichiers pour les utilisateurs d’ordinateurs Windows, comment configurer les options Windows pour des utilisateurs individuels, ainsi que comment configurer la gestion PDC pour les utilisateurs Windows.  Le guide de migration Windows NT décrit comment déplacer des comptes, des données d’utilisateur et des réglages de service à partir de serveurs Windows NT vers Mac OS X Server.54 Chapitre 2 Services de Mac OS X Server Haute disponibilité Les fonctions de Mac OS X Server qui favorisent une haute disponibilité sont les suivantes :  La réplication LDAP Open Directory, y compris les services d’authentification du serveur de mots de passe Open Directory et du KDC Kerberos (reportez-vous au guide d’administration d’Open Directory).  Le redémarrage automatique après la défaillance d’une application ou du système, ou à la suite d’une panne de courant.  Le contrôle de l’espace disque (voir le guide d’administration par ligne de commande pour obtenir des informations sur les scripts de défilement et l’outil diskspacemonitor).  Un RAID logiciel, ou mise en miroir (voir l’aide en ligne d’Utilitaire de disque).  Des disques HFS journalisés (voir le guide d’administration de la ligne de commande pour savoir comment utiliser la journalisation des disques).  Le contrôle du serveur à distance (consultez le guide Premiers contacts pour en savoir plus sur les outils d’administration du serveur)  L’agrégation de liens (voir le guide d’administration de la haute disponibilité). Sur certains ordinateurs, vous pouvez améliorer la disponibilité de la connexion physique en utilisant l’agrégation de liens. Celle-ci configure plusieurs liaisons réseau physiques en une liaison logique unique afin d’améliorer la capacité et la disponibilité des connexions réseau. Informatique hautes performances Mac OS X Server offre une méthode rentable et efficace pour le traitement informatique intensif nécessaire à la recherche génétique, la production vidéo et les autres applications sollicitant énormément de bande passante. Par exemple, le service de calcul Xgrid vous permet d’obtenir des performances de type super-ordinateur via la distribution des calculs sur des ensembles d’ordinateurs Mac OS X dédiés ou partagés. Le contrôleur de cluster Xgrid fournit un accès centralisé au pool de calcul distribué, appelé cluster de calcul. Le guide d’administration Xgrid décrit comment configurer et gérer les clusters de calcul. « Clusters informatiques » à la page 25 fournit d’autres exemples de la gestion par Mac OS X Server de l’informatique hautes performances.Chapitre 2 Services de Mac OS X Server 55 Administration de serveur Mac OS X Server fournit une gamme complète d’outils et d’applications pour la gestion de vos serveurs. Les administrateurs peuvent utiliser des applications graphiques ou des outils de ligne de commande pour la configuration initiale du serveur, la configuration des services et la gestion quotidienne du serveur. L’administration des serveurs peut être effectuée à partir d’un serveur ou d’un ordinateur Mac OS X sur lequel sont installées des applications d’administration. Dans le guide Premiers contacts, vous trouverez de plus amples informations concernant les outils et applications de Mac OS X Server. La Préface vous explique comment vous le procurer. Migration et mise à niveau Vous pouvez réutiliser les données et réglages que vous avez utilisés sur des serveurs Macintosh antérieurs à la version 10.4 ou sur des serveurs Windows NT :  Si vous utilisez Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8 et que vous n’avez pas besoin de changer de matériel, vous pouvez effectuer une installation de mise à niveau. La mise à niveau est simple, car elle préserve les données et réglages existants.  Si vous ne pouvez pas procéder à une installation de mise à niveau, comme par exemple lorsque vous devez formater le disque système ou mettre à niveau le maté- riel du serveur, vous pouvez faire migrer les données et réglages vers un ordinateur sur lequel vous avez installé Mac OS X Server version 10.4. La migration à partir des versions 10.3.9, 10.2.8, 10.1.4, 10.1.5 et 1.2 de Mac OS X Server et de la version 6.3.3 d’AppleShare IP est prise en charge.  Si vous souhaitez remplacer un ordinateur Windows NT par Mac OS X Server, vous pouvez faire migrer les utilisateurs, les groupes, les fichiers ainsi que d’autres éléments. Le guide de mise à niveau et de migration fournit des instructions pour la réutilisation des données et réglages Macintosh. Le guide de migration de Windows NT fournit des instructions pour la migration à partir d’un serveur Windows NT. Vous ne pouvez pas effectuer de mise à jour à une version ultérieure à 10.4 en utilisant un disque d’installation de Mac OS X Server. Grâce au guide Premiers contacts, vous saurez comment vous maintenir informé et disposer toujours de la dernière version de Mac OS X Server. La Préface vous explique comment vous le procurer. 57 A Annexe A Feuille d’opérations de Mac OS X Server Les réglages du serveur suivant sont indiqués dans les tableaux ci-dessous : Serveur : Élément Description Vos informations Identité du serveur distant pour l’installation et la configuration Pour l’installation et la configuration interactives d’un serveur distant sur le sous-réseau local, l’une de ces valeurs du serveur : - Adresse IP au format IPv4 (000.000.000.000). - Nom d’hôte (serveur.exemple.com). - Adresse MAC (00:03:93:71:26:52). Pour les installations et configurations à partir de la ligne de commande ou d’un sous-réseau distant, l’adresse IP du serveur cible au format IPv4. Mot de passe prédé- fini (pour l’installation et la configuration à distance) Les 8 premiers chiffres du numéro de série du serveur cible, imprimé sur l’étiquette collée sur l’ordinateur. Pour les anciens ordinateurs ne portant pas ce type de numéro, tapez 12345678. Type d’installation Mise à niveau à partir de la version 10.3.9 ou 10.2.8, installation complète sans formatage de disque ou installation spéciale. Le volume (partition) cible est effacé lorsque vous effectuez une nouvelle installation. Disque ou partition cible Nom du disque ou de la partition (volume) cible. Format de disque (lorsque l’effacement du disque est validé) Format du disque cible. Dans la plupart des cas, utilisez Mac OS Étendu (journalisé). Vous pouvez également utiliser Mac OS Étendu. N’utilisez pas système de fichiers UNIX ou tout autre format sensible à la casse. Partitionnement de disque (lorsque l’effacement du disque est validé) Indiquez si vous souhaitez partitionner le disque cible. La taille minimum recommandée d’une partition de disque cible est de 10 Go.58 Annexe A Feuille d’opérations de Mac OS X Server Mise en miroir RAID (lorsque l’effacement du disque est validé et que vous disposez d’un deuxième disque physique sur le serveur cible) Indiquez si vous souhaitez configurer la mise en miroir RAID. Le deuxième disque est utilisé automatiquement si le disque principal n’est pas disponible. Si le disque cible comporte une partition unique et que le deuxième disque physique comporte une partition unique sans aucune donnée, vous pouvez configurer la mise en miroir RAID après l’installation. Cependant, afin d’éviter toute perte de données, configurez la mise en miroir RAID le plus tôt possible. Utilisation de données de configuration enregistrées Si vous voulez utiliser les données de configuration enregistrées pour configurer ce serveur, identifiez le fichier ou le répertoire dans lequel elles sont stockées . Si les données sont cryptées, identifiez également la phrase secrète. Si vous souhaitez enregistrer des réglages dans un fichier ou un répertoire, utilisez l’une des deux lignes suivantes. Enregistrement des données de configuratio