Apple iPod_shuffle_3rdGen_UG_F.pdf Apple sur FNAC.COM - Pour voir la liste complète des manuels APPLE, cliquez ici

 

 

TELECHARGER LE PDF : http://manuals.info.apple.com/fr_FR/iPod_shuffle_3rdGen_UG_F.pdf

 

 

Voir également d'autres Guides APPLE :

Apple-Logic_Pro_8.0_lbn_j.pdf

Apple-PowerBookG4_15inch1.67-1.5GHzUserGuide.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2010_CH.pdf

Apple-LED_Cinema_Display_27-inch_UG.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009_RS.pdf

Apple-macbook_pro_13inch_early2011_f.pdf

Apple-iMac_Mid2010_UG_BR.pdf

Apple-iMac_Late2009_UG_J.pdf

Apple-iphone_user_guide-For-iOS-6-Software

Apple-iDVD5_Getting_Started.pdf

Apple-guide_des_fonctionnalites_de_l_ipod_touch.pdf

Apple_iPod_touch_User_Guide

Apple_macbook_pro_13inch_early2011_f

Apple_Guide_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_RAID

Apple_Time_Capsule_Early2009_Setup_F

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_rs

Apple_iphone_upute_za_uporabu

Apple_ipad_user_guide_ta

Apple_iPod_touch_User_Guide

apple_earpods_user_guide

apple_iphone_gebruikershandleiding

apple_iphone_5_info

apple_iphone_brukerhandbok

apple_apple_tv_3rd_gen_setup_tw

apple_macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_ch

apple_Macintosh-User-s-Guide-for-Macintosh-PowerBook-145

Apple_ipod_touch_user_guide_ta

Apple_TV_2nd_gen_Setup_Guide_h

Apple_ipod_touch_manual_del_usuario

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_tu

Apple_macbook_pro_retina_qs_th

Apple-Manuel_de_l'utilisateur_de_Final_Cut_Server

Apple-iMac_G5_de_lutilisateur

Apple-Cinema_Tools_4.0_User_Manual_F

Apple-Personal-LaserWriter300-User-s-Guide

Apple-QuickTake-100-User-s-Guide-for-Macintosh

Apple-User-s-Guide-Macintosh-LC-630-DOS-Compatible

Apple-iPhone_iOS3.1_User_Guide

Apple-iphone_4s_important_product_information_guide

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_F

Liste-documentation-apple

Apple-Premiers_contacts_avec_iMovie_08

Apple-macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_br

Apple-macbook_pro-13-inch-mid-2012-important_product_info

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_br

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_MainStage

Apple-Compressor_3_User_Manual_F

Apple-Color_1.0_User_Manual_F

Apple-guide_de_configuration_airport_express_4.2

Apple-TimeCapsule_SetupGuide

Apple-Instruments_et_effets_Logic_Express_8

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_WaveBurner

Apple-Macmini_Guide_de_l'utilisateur

Apple-PowerMacG5_UserGuide

Disque dur, ATA parallèle Instructions de remplacement

Apple-final_cut_pro_x_logic_effects_ref_f

Apple-Leopard_Installationshandbok

Manuale Utente PowerBookG4

Apple-thunderbolt_display_getting_started_1e

Apple-Compressor-4-Benutzerhandbuch

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug

Apple-macbook_air-mid-2012-important_product_info_j

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_de_reponse_d_impulsion

Apple-Aperture_2_Raccourcis_clavier

AppleTV_Setup-Guide

Apple-livetype_2_user_manual_f

Apple-imacG5_17inch_harddrive

Apple-macbook_air_guide_de_l_utilisateur

Apple-MacBook_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Keynote-2-Guide-de-l-utilisateur

Apple-PowerBook-User-s-Guide-for-PowerBook-computers

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide-5200CD-and-5300CD

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide

Apple-Workgroup-Server-Guide

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPad-User-Guide-For-iOS-5-1-Software

Apple-Boot-Camp-Guide-d-installation-et-de-configuration

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 5.1

PowerBook G4 Premiers Contacts APPLE

Guide de l'Utilisateur iphone pour le logiciel ios 5.1 APPLE

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 4,3

Guide de l’utilisateur iPod nano 5ème génération

Guide de l'utilisateur iPod Touch 2.2 APPLE

Guide de l’utilisateur QuickTime 7  Mac OS X 10.3.9 et ultérieur Windows XP et Windows 2000

Guide de l'utilisateur MacBook 13 pouces Mi 2010

Guide de l’utilisateur iPhone (Pour les logiciels iOS 4.2 et 4.3)

Guide-de-l-utilisateur-iPod-touch-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-iPad-2-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide de déploiement en entreprise iPhone OS

Guide-de-l-administrateur-Apple-Remote-Desktop-3-1

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Xserve-Diagnostics-Version-3X103

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802.11n-5e-Generation

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802-11n-5e-Generation

Guide-de-l-utilisateur-Capteur-Nike-iPod

Guide-de-l-utilisateur-iMac-21-5-pouces-et-27-pouces-mi-2011-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Qadministrator-4

Guide-d-installation-Apple-TV-3-eme-generation

User-Guide-iPad-For-ios-5-1-Software

iPod shuffle Guide de l’utilisateur2 1 Table des matières Chapitre 1 3 À propos de l’iPod shuffle Chapitre 2 5 Notions élémentaires de l’iPod shuffle 5 Vue d’ensemble de l’iPod shuffle 6 Utilisation des commandes de l’iPod shuffle 7 Connexion et déconnexion de l’iPod shuffle 9 Recharge de la batterie Chapitre 3 12 Configuration de l’iPod shuffle 12 À propos d’iTunes 13 Importation de musique dans votre bibliothèque iTunes 17 Organisation de votre musique 19 Ajout de musique à l’iPod shuffle Chapitre 4 25 Écoute de musique 25 Lecture de musique 28 Utilisation de la fonctionnalité VoiceOver Chapitre 5 33 Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle 33 Utilisation de l’iPod shuffle en tant que disque externe Chapitre 6 35 Astuces et dépannage 39 Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle Chapitre 7 40 Sécurité et manipulation 40 Informations importantes relatives à la sécurité 42 Informations importantes sur la manipulation Chapitre 8 44 En savoir plus, réparation et assistance 1 3 1 À propos de l’iPod shuffle Apple vous félicite pour l’acquisition de votre iPod shuffle. Lisez ce chapitre pour en savoir plus sur les fonctionnalités de l’iPod shuffle et sur la manière d’utiliser ses commandes, entre autres informations. Pour utiliser l’iPod shuffle, vous devez au préalable charger des morceaux et autres fichiers audio de votre ordinateur sur l’iPod shuffle. Vous pouvez utiliser l’iPod shuffle pour :  synchroniser des morceaux et des listes de lecture en vue de les écouter lorsque vous êtes en déplacement ;  écouter des podcasts, sorte d’émissions téléchargeables de type radiophoniques, proposés sur Internet ;  écouter des livres audio achetés sur l’iTunes Store ou audible.com ;  stocker ou sauvegarder des fichiers et autres données en utilisant l’iPod shuffle comme disque externe. ± AVERTISSEMENT : pour éviter toute lésion ou blessure, lisez l’intégralité des instructions relatives au fonctionnement reprises dans le présent guide ainsi que les informations sur la sécurité en « Sécurité et manipulation » à la page 40 avant tout usage de l’iPod shuffle. 4 Chapitre 1 À propos de l’iPod shuffle Nouveautés de l’iPod shuffle  écouteurs Apple Earphones dotés d’une télécommande pour contrôler en toute simplicité l’iPod shuffle lors de vos déplacements ;  prise en charge de plusieurs listes de lecture et livres audio ;  nouvelle fonctionnalité VoiceOver permettant d’annoncer le titre du morceau et le nom de l’interprète, un menu reprenant vos listes de lecture, vos livres audio et vos podcasts, ainsi que l’état de la batterie et autres messages complémentaires ;  souplesse améliorée lors de la synchronisation de musique et autre contenu dans iTunes.2 5 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle Lisez ce chapitre pour en savoir plus sur les fonctionnalités de l’iPod shuffle, sur la manière d’utiliser ses commandes et plus encore. Le coffret de votre iPod shuffle comprend l’iPod shuffle en tant que tel, les écouteurs Apple Earphones avec sa télécommande et un câble USB 2.0 pour brancher l’iPod shuffle sur votre ordinateur. Vue d’ensemble de l’iPod shuffle Attache (arrière) Hausse du volume Bouton central Baisse du volume Port écouteurs Voyant d’état Interrupteur trois positions6 Chapitre 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle Pour utiliser les écouteurs Apple Earphones avec la télécommande : m Branchez les écouteurs sur le port écouteurs de l’iPod shuffle. Placez ensuite les écouteurs dans les oreilles comme sur l’illustration. Utilisez les boutons situés sur la télécommande pour piloter la lecture. Vous avez la possibilité d’acheter d’autres accessoires, tels que les écouteurs intra-auriculaires Apple avec télécommande et micro, et les écouteurs Apple Earphones avec télécommande et micro, à l’adresse www.apple.com/fr/ipodstore. Les fonctionnalités du micro ne sont pas prises en charge sur l’iPod shuffle. Utilisation des commandes de l’iPod shuffle L’interrupteur trois positions (éteint, lecture séquentielle ⁄ ou lecture aléatoire ¡) de l’iPod shuffle et les boutons situés sur la télécommande des écouteurs simplifient la lecture de morceaux, de livres audio et de podcasts audio sur l’iPod shuffle, tel qu’il est décrit ci-dessous. AVERTISSEMENT : avant d’utiliser les écouteurs, lisez les consignes de sécurité à la page 41 pour savoir comment éviter la perte d’audition liée à l’usage du produit. Le cordon de l’écouteur est réglable. Télécommande Pour Procédez ainsi sur l’iPod shuffle Allumer ou éteindre l’iPod shuffle Faites glisser l’interrupteur trois positions (le voyant vert de l’interrupteur indique que l’iPod shuffle est allumé). Définir l’ordre de lecture des morceaux Faites glisser l’interrupteur trois positions pour lancer la lecture séquentielle (⁄) ou aléatoire (¡). Réinitialiser l’iPod shuffle (si l’iPod shuffle ne répond pas ou si le voyant d’état rouge s’allume) Débranchez l’iPod shuffle de l’ordinateur. Éteignez l’iPod shuffle, attendez 10 secondes puis rallumez-le. Rechercher le numéro de série de l’iPod shuffle Regardez sous l’attache de l’iPod shuffle ou bien sélectionnez l’iPod shuffle dans la sous-fenêtre Appareils dans iTunes (lorsque l’iPod shuffle est relié à l’ordinateur) et cliquez sur l’onglet Résumé.Chapitre 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle 7 Connexion et déconnexion de l’iPod shuffle Branchez l’iPod shuffle sur votre ordinateur pour synchroniser des morceaux et autres fichiers audio mais aussi pour recharger sa batterie. Déconnectez l’iPod shuffle lorsque vous avez terminé. Important : n’utilisez que le câble USB 2.0 fourni avec l’iPod shuffle pour relier ce dernier à votre ordinateur. Connexion de l’iPod shuffle Pour connecter l’iPod shuffle à votre ordinateur : m Branchez une extrémité du câble USB fourni dans le port écouteurs de l’iPod shuffle et l’autre extrémité dans un port USB 2.0 de votre ordinateur. Remarque : la phase de recharge ou la synchronisation de l’iPod shuffle s’avère plus rapide si vous branchez l’appareil sur un port USB 2.0 à haut rendement. Sur la plupart des claviers, le port USB ne fournit pas une puissance suffisante pour recharger la batterie à un débit optimal. Pour Procédez comme suit sur la télécommande des écouteurs Lecture ou pause Cliquez sur le bouton central. Régler le volume Cliquez sur les boutons Augmenter le volume (∂) ou Baisser le volume (D). Passer à la piste suivante Double-cliquez sur le bouton central. Avancer rapidement Double-cliquez et maintenez enfoncé le bouton central. Revenir à la piste précédente Triple-cliquez sur le bouton central dans les 6 premières secondes de la piste en cours de lecture. Triple-cliquez après le délai de 6 secondes pour recommencer la piste en cours de lecture. Rembobiner Triple-cliquez et maintenez le bouton central appuyé. Entendre le titre des morceaux, le nom des interprètes et celui des listes de lecture Pour entendre le titre et le nom de l’interprète du morceau en cours de lecture, cliquez et maintenez le bouton central enfoncé. Pour écouter le nom de vos listes de lecture, maintenez le bouton enfoncé puis relâchez-le lorsque vous entendez le signal sonore ; cliquez ensuite pour sélectionner la liste de lecture de votre choix. Pour en savoir plus, consultez « Utilisation de la fonctionnalité VoiceOver » à la page 28.8 Chapitre 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle Un câble USB plus long est disponible à part à l’adresse www.apple.com/fr/ipodstore. La première fois que vous branchez l’iPod shuffle sur l’ordinateur, iTunes vous aide à configurer l’iPod shuffle et à le synchroniser avec votre bibliothèque iTunes. Par défaut, iTunes synchronise automatiquement les morceaux sur l’iPod shuffle quand vous le branchez sur votre ordinateur. Lorsqu’iTunes a terminé le processus, vous pouvez débrancher l’iPod shuffle. Vous pouvez synchroniser des morceaux pendant que la batterie se recharge. Si vous connectez l’iPod shuffle sur un autre ordinateur et que l’iPod shuffle est configuré de sorte à synchroniser de la musique automatiquement, iTunes ouvre alors une zone de dialogue avant de procéder à la synchronisation de tout morceau. Si vous cliquez sur Oui, les morceaux et autres fichiers audio se trouvant déjà sur l’iPod shuffle sont alors effacés et remplacés par les morceaux et les fichiers audio de l’ordinateur auquel est relié l’iPod shuffle. Pour en savoir plus sur l’ajout de musique sur l’iPod shuffle et l’utilisation de l’iPod shuffle avec plusieurs ordinateurs, reportez-vous au chapitre 4, « Écoute de musique », à la page 25. Déconnexion de l’iPod shuffle Il est important de ne pas débrancher l’iPod shuffle de votre ordinateur lorsque des fichiers audio sont en cours de synchronisation ou lorsque l’iPod shuffle est utilisé en tant que disque externe. Vous pouvez débrancher l’iPod shuffle si le voyant d’état orange ne clignote pas ou si le message « Déconnexion autorisée » s’affiche en haut de la fenêtre iTunes. Important : si le message « Ne pas déconnecter » s’affiche dans iTunes ou si le voyant d’état orange de l’iPod shuffle clignote, vous devez éjecter l’iPod shuffle avant de le débrancher. Ne pas suivre ces indications peut entraîner la détérioration de fichiers sur l’iPod shuffle et vous obliger à restaurer l’iPod shuffle dans iTunes. Pour en savoir plus sur la restauration, reportez-vous à la rubrique « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle » à la page 39. Si vous activez le mode disque de l’iPod shuffle (voir la page 33), vous devrez toujours éjecter l’iPod shuffle avant de le débrancher. Pour éjecter l’iPod shuffle : m Cliquez sur le bouton d’éjection (C) représentant l’iPod shuffle dans la liste des appareils dans iTunes. Si vous utilisez un Mac, pour éjecter l’iPod shuffle, vous pouvez également faire glisser l’icône iPod shuffle du bureau vers la Corbeille. Si votre ordinateur est un PC sous Windows, vous pouvez aussi éjecter l’iPod shuffle dans « Poste de travail » ou en cliquant sur l’icône « Supprimer le périphérique en toute sécurité » située dans la zone de notification du PC puis en sélectionnant votre iPod shuffle.Chapitre 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle 9 Pour débrancher l’iPod shuffle : m Débranchez le câble USB de l’iPod shuffle et de l’ordinateur. Recharge de la batterie iPod shuffle est doté d’une batterie interne rechargeable que l’utilisateur ne doit pas remplacer le cas échéant par ses propres moyens. Pour obtenir des résultats optimum, à la première utilisation de l’iPod shuffle, rechargez entièrement sa batterie, laquelle opé- ration prend environ trois heures. Il faut environ deux heures pour recharger la batterie à 80 %, et trois heures pour la recharger complètement. Si l’iPod shuffle n’a pas été utilisé pendant un moment, il est possible qu’une recharge de sa batterie soit nécessaire. Vous pouvez synchroniser de la musique pendant que la batterie se recharge. Vous pouvez en outre déconnecter et utiliser l’iPod shuffle avant qu’il ne soit complètement rechargé. Dans iTunes, l’icône représentant une batterie en regard du nom de votre iPod shuffle indique son état. Cette icône signale un boulon s’éclaircissant lorsque la batterie est en phase de recharge et une prise de courant une fois la batterie entièrement rechargée. Il vous est possible de recharger la batterie de l’iPod shuffle de deux façons :  Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur.  Utilisez l’adaptateur secteur USB Apple, vendu séparément. Pour recharger la batterie par le biais de votre ordinateur : m Branchez l’iPod shuffle sur un port USB 2.0 à haut rendement de votre ordinateur à l’aide du câble USB fourni. L’ordinateur doit alors être sous tension et non en mode veille. Le voyant d’état orange sur l’iPod shuffle s’allume lorsque la batterie se recharge. Une fois la batterie complètement rechargée, le voyant passe au vert. Si vous utilisez l’iPod shuffle en tant que disque dur ou que vous procédez à sa synchronisation avec iTunes, le voyant d’état orange clignote pour vous indiquer qu’il convient d’éjecter l’iPod shuffle avant de le débrancher. Dans ce cas, votre batterie peut soit toujours être en phase de recharge ou être entièrement rechargée. Vous pouvez vérifier son état en vous reportant dans iTunes sur l’icône représentant une batterie en regard du nom de votre iPod shuffle dans la liste des appareils.10 Chapitre 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle Si le voyant d’état ne s’allume pas, il est possible que l’iPod shuffle ne soit pas connecté à un port USB 2.0 à haut rendement. Essayez de le brancher sur un autre port USB de votre ordinateur. Si vous comptez recharger la batterie sans disposer de votre ordinateur, vous pouvez connecter l’iPod shuffle à un adaptateur secteur USB Apple. Pour acheter des accessoires iPod shuffle, rendez-vous sur www.apple.com/fr/ipodstore. Pour recharger la batterie par le biais de l’adaptateur secteur USB Apple : 1 Connectez l’adaptateur CA à une prise électrique (si nécessaire). 2 Branchez le connecteur du câble USB sur l’adaptateur secteur. 3 Branchez l’autre extrémité du câble USB sur l’iPod shuffle. 4 Branchez l’adaptateur secteur sur une prise de courant standard. Les batteries rechargeables ont un nombre limité de cycles de recharge. La durée de vie de la batterie et le nombre de cycles de recharge varient en fonction de l’utilisation et des réglages du matériel. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.apple.com/fr/batteries. Vérification de la batterie état Vous avez la possibilité de vérifier l’état de la batterie de l’iPod shuffle, qu’il soit branché sur votre ordinateur ou déconnecté. Le voyant d’état vous indique approximativement le niveau de charge de la batterie. AVERTISSEMENT : assurez-vous que l’adaptateur secteur est en une seule pièce avant de le brancher sur une prise de courant. Prenez connaissance de l’intégralité des consignes de sécurité spécifiques à l’utilisation de l’adaptateur secteur USB Apple à la page 41 avant tout usage. Adaptateur secteur USB Apple (votre adaptateur peut se présenter sous une autre forme) Câble USB pour l’iPod shuffle Voyant d’état une fois branché Vert continu Entièrement rechargé Orange continu En cours de recharge Orange clignotant Ne pas débrancher (iTunes est en cours de synchronisation ou l’iPod shuffle est activé en mode disque) ; il se peut que l’appareil soit toujours en phase de recharge ou peut être entièrement rechargéChapitre 2 Notions élémentaires de l’iPod shuffle 11 Si l’iPod shuffle est allumé mais non relié à un ordinateur, il est possible de vérifier l’état de la batterie sans interrompre la lecture en cours en éteignant puis en rallumant rapidement l’iPod shuffle.Vous pouvez aussi passer par VoiceOver pour entendre les renseignements sur l’état de la batterie. Voyant d’état une fois débranché VoiceOver Vert continu Charge correcte « Batterie pleine » « Batterie à 75 % » « Batterie à 50 % » Orange continu Charge faible « Batterie à 25 % » Rouge continu Charge très faible « Batterie vide »3 12 3 Configuration de l’iPod shuffle Pour configurer l’iPod shuffle, vous devez utiliser iTunes sur votre ordinateur pour importer, acheter et organiser votre musique, vos podcasts audio et vos livres audio. Connectez ensuite l’iPod shuffle à votre ordinateur et lancez sa synchronisation avec votre bibliothèque iTunes. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur les étapes de ce processus, notamment sur :  le transfert de musique à partir de votre collection de CD, votre disque dur ou l’iTunes Store (qui fait partie d’iTunes et n’est disponible que dans certains pays) vers l’application iTunes de votre ordinateur ;  l’organisation de votre musique et des autres fichiers audio en liste de lectures ;  la synchronisation de morceaux, de livres audio et de podcasts (programmes de type radiophonique, téléchargeables gratuitement) de votre bibliothèque iTunes avec l’iPod shuffle ;  l’écoute de musique ou de tout autre fichier audio lorsque vous êtes en déplacement. À propos d’iTunes Vous devez passer par iTunes pour synchroniser de la musique, des livres audio et des podcasts audio avec l’iPod shuffle. Pour télécharger iTunes 8.1 ou ultérieur (nécessaire à l’iPod shuffle), rendez-vous à l’adresse www.apple.com/fr/ipod/start. Après avoir installé iTunes, l’application s’ouvre automatiquement quand vous connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. Le présent chapitre vous explique comment utiliser iTunes pour télécharger des morceaux et autres fichiers audio sur votre ordinateur, créer des compilations personnalisées de vos morceaux préférés (appelées listes de lecture), synchroniser l’iPod shuffle et définir les réglages de l’iPod shuffle.Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 13 iTunes dispose également d’une fonctionnalité appelée Genius, laquelle crée instantané- ment des listes de lecture compilant des morceaux issus de votre bibliothèque iTunes et qui semblent se combiner. Vous pouvez créer des listes de lecture Genius dans iTunes et les synchroniser sur l’iPod shuffle. Pour savoir comment configurer Genius dans iTunes, consultez « Fonction Genius dans iTunes » à la page 18. iTunes possède bien d’autres fonctionnalités. Il vous est possible, entre autres, de graver vos propres CD lisibles sur des lecteurs CD standard (si votre ordinateur dispose d’un lecteur-enregistreur de CD), d’écouter de la radio Internet diffusée en continu, regarder des vidéos et des programmes télévisés et noter des morceaux en fonction de vos goûts. Pour en savoir plus sur ces fonctionnalités, ouvrez iTunes puis choisissez Aide > Aide iTunes. Si vous disposez déjà d’iTunes sur votre ordinateur et que vous avez configuré votre bibliothèque iTunes, vous pouvez passer à la rubrique suivante, « Ajout de musique à l’iPod shuffle » à la page 19. Importation de musique dans votre bibliothèque iTunes Pour écouter de la musique sur l’iPod shuffle, il vous faut tout d’abord la transférer depuis la bibliothèque iTunes de votre ordinateur. Il existe trois façons d’importer de la musique et autres supports audio dans la bibliothèque iTunes :  en achetant de la musique et des livres audio, ou en téléchargeant des podcasts en ligne à partir de l’iTunes Store ;  en important de la musique et autres fichiers audio extraits de CD audio ;  en y ajoutant de la musique et des données audio déjà stockées sur votre ordinateur.14 Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle Achat de musique et téléchargement de podcasts via l’iTunes Store Si vous disposez d’une connexion à Internet, vous pouvez facilement acheter et télé- charger des morceaux, des albums et des livres audio en ligne via l’iTunes Store. Vous pouvez également vous abonner à des podcasts, sortes d’émissions radiophoniques gratuites, et les télécharger. Les podcasts vidéo ne peuvent pas se synchroniser sur l’iPod shuffle. Pour acheter de la musique en ligne via l’iTunes Store, vous devez configurer un compte Apple dans iTunes, rechercher les morceaux voulus, puis les acheter. Si vous disposez déjà d’un compte Apple ou d’un compte America Online (AOL, disponible uniquement dans certains pays), vous pouvez vous en servir pour vous inscrire à l’iTunes Store et acheter des morceaux. Vous n’avez pas besoin d’un compte iTunes Store pour télécharger ou vous abonner à des podcasts. Pour accéder à l’iTunes Store : m Ouvrez iTunes, puis :  Si vous disposez déjà d’un compte iTunes, choisissez Store > Ouvrir une session, puis entrez vos données d’identification.  Si vous n’avez pas encore de compte iTunes, choisissez Store > Créer un compte. Suivez alors les instructions à l’écran pour configurer un compte Apple ou bien saisissez les données de votre compte Apple ou AOL existant. Vous pouvez parcourir l’iTunes Store ou y faire une recherche pour trouver un album, un morceau ou un artiste. Ouvrez iTunes puis cliquez sur iTunes Store dans la liste de gauche.  Pour parcourir l’iTunes Store, choisissez une catégorie (par exemple, Musique) sur la partie de gauche de la page d’accueil d’iTunes Store. Vous pouvez y choisir le genre, consulter les nouveautés, cliquer sur l’un des morceaux en vedette, connaître le classement des meilleurs morceaux, etc. L’option Parcourir vous est en outre proposée dans la fenêtre principale de l’iTunes Store, sous la section Liens rapides.  Pour rechercher des podcasts, cliquez sur le lien Podcasts situé à gauche dans la page d’accueil de l’iTunes Store.  Pour lancer une recherche dans l’iTunes Store, tapez le nom d’un album, d’un morceau, d’un interprète ou d’un compositeur dans le champ de recherche. Appuyez sur Retour ou choisissez un élément dans la liste qui s’affiche.  Pour affiner les résultats de votre recherche, choisissez un élément dans le menu local situé en haut à gauche (la valeur par défaut correspond à Tous les résultats). Par exemple, pour limiter la recherche aux morceaux et aux albums, choisissez Musique dans le menu local.  Pour rechercher une combinaison d’éléments, cliquez sur Recherche avancée dans la page des résultats de recherche.Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 15  Pour revenir à la page d’accueil de l’iTunes Store, cliquez sur le bouton Accueil dans la ligne d’état située en haut de la page. Pour acheter un morceau, un album ou un livre audio : 1 Sélectionnez iTunes Store puis recherchez l’élément que vous souhaitez acheter. Vous pouvez double-cliquer sur un morceau ou un autre élément pour en écouter un extrait et vous assurer que c’est bien celui que vous voulez. (Si votre connexion réseau s’avère plus lente que 128 kbps, sélectionnez les préférences iTunes, puis, dans la sousfenêtre Store, cochez « Charger l’extrait complet avant lecture ».) 2 Cliquez sur Acheter le morceau, Acheter l’album ou Acheter le livre. L’élément est alors téléchargé sur votre ordinateur et le prix est débité de la carte de crédit indiquée sur votre compte Apple ou AOL. Pour télécharger un podcast ou vous y abonner : 1 Sélectionnez iTunes Store. 2 Cliquez sur le lien Podcasts dans la partie gauche de la page d’accueil de l’iTunes Store. 3 Recherchez le podcast que vous souhaitez télécharger.  Pour télécharger un seul épisode de podcast, cliquez sur le bouton Obtenir l’épisode situé à côté de l’épisode.  Pour vous abonner à un podcast, cliquez sur le bouton S’abonner situé à côté de l’image du podcast. iTunes télécharge l’épisode le plus récent. Les nouveaux épisodes disponibles sont alors automatiquement téléchargés dans iTunes lorsque vous vous connectez à Internet. Ajout de morceaux stockés sur votre ordinateur à la bibliothèque iTunes Si vous possédez des morceaux sur votre ordinateur, encodés sous des formats de fichier qu’iTunes prend en charge, vous pouvez ajouter en toute simplicité ces morceaux dans iTunes. Pour ajouter des morceaux stockés sur votre ordinateur à la bibliothèque iTunes : m Faites glisser le dossier ou l’unité contenant les fichiers audio sur votre bibliothèque iTunes (ou choisissez Fichier > Ajouter à la bibliothèque, puis sélectionnez le dossier ou l’unité). Si iTunes prend en charge le format de fichier des morceaux, ceux-ci sont automatiquement ajoutés à la bibliothèque iTunes. Vous pouvez également faire glisser individuellement des fichiers audio dans iTunes. Remarque : si vous utilisez iTunes pour Windows, vous pouvez convertir les fichiers WMA non protégés en fichiers au format AAC ou MP3. Cela peut s’avérer utile si vous disposez d’une bibliothèque de musique encodée au format WMA. Pour en savoir plus, ouvrez iTunes puis choisissez Aide > Aide iTunes.16 Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle Importation de musique dans iTunes à partir de CD audio Suivez ces instructions pour importer de la musique de vos CD dans iTunes. Pour importer de la musique dans iTunes à partir d’un CD audio : 1 Insérez un CD dans votre ordinateur puis ouvrez iTunes. Si vous disposez d’une connexion à Internet, iTunes obtient le nom des morceaux sur Internet (s’ils sont disponibles) et les affiche dans la fenêtre. Si vous ne disposez pas de connexion à Internet, vous pouvez dans un premier temps importer vos CD et ultérieurement, lorsque l’ordinateur est connecté à Internet, sélectionner les morceaux dans iTunes puis choisir Avancé > Obtenir le nom des pistes du CD. iTunes récupère alors le nom des pistes des CD importés. Si le nom des pistes du CD n’est pas disponible en ligne, vous pouvez les saisir manuellement. Reportez-vous à la rubrique suivante, « Saisie du nom des morceaux et autres informations. » Une fois les données des morceaux saisies, vous pouvez parcourir les morceaux dans iTunes par titre, artiste, album ou autre critère. 2 Cliquez sur la coche située en regard des morceaux que vous ne souhaitez pas importer, pour la supprimer. 3 Cliquez sur le bouton Importer. La zone d’affichage située en haut de la page d’iTunes indique le temps nécessaire à l’importation des différents morceaux. Par défaut, iTunes lit les morceaux à mesure qu’ils sont importés. Si vous importez un grand nombre de morceaux, il est possible que vous souhaitiez arrêter la lecture des morceaux afin d’améliorer les performances. 4 Pour éjecter le CD, cliquez sur le bouton d’éjection (C). Vous ne pouvez pas éjecter le CD tant que l’importation n’est pas terminée. 5 Répétez ces opérations pour tout autre CD contenant des morceaux que vous souhaitez importer. Saisie du nom des morceaux et autres informations Il est possible de saisir manuellement les titres et d’autres informations (y compris des commentaires) pour les morceaux et les autres éléments de votre bibliothèque iTunes. Pour saisir le nom des morceaux d’un CD et autres informations manuellement : 1 Sélectionnez le premier morceau du CD, puis choisissez Fichier > Obtenir des informations. 2 Cliquez sur Infos. 3 Saisissez les informations concernant le morceau. 4 Cliquez sur Suivant pour saisir les informations concernant la piste suivante. 5 Cliquez sur OK une fois terminé.Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 17 Organisation de votre musique Grâce à iTunes, vous pouvez organiser à votre guise des morceaux et d’autres éléments dans des listes appelées listes de lecture. Vous pouvez par exemple créer des listes de lecture qui accompagnent votre séance d’exercice physique ou qui correspondent à une humeur particulière. Vous pouvez également élaborer des listes de lecture intelligentes qui se mettent automatiquement à jour selon les règles que vous aurez établies. Lorsque vous ajoutez à iTunes des morceaux qui satisfont à ces règles, ils sont alors ajoutés automatiquement à la liste de lecture intelligente. Vous avez également la possibilité de choisir un morceau et faire appel à la fonctionnalité Genius pour créer automatiquement une liste de lecture (reportez-vous à la rubrique suivante pour en savoir plus). Vous ne pouvez pas créer de liste de lecture sur l’iPod shuffle lorsque ce dernier est déconnecté d’iTunes. Vous pouvez créer autant de listes de lecture que vous le souhaitez, incluant n’importe lequel des morceaux de la bibliothèque iTunes. Les modifications que vous apportez à l’une de vos listes de lecture dans iTunes, telles que l’ajout ou la suppression de morceaux, n’affecte en rien le contenu de votre bibliothèque iTunes. Les listes de lecture que vous écoutez sur l’iPod shuffle, créées dans iTunes, se comportent de façon identique. Vous pouvez toujours les choisir par nom sur votre iPod shuffle. Pour créer une liste de lecture dans iTunes : 1 Cliquez sur le bouton Ajouter (∂) ou bien choisissez Fichier > Nouvelle liste de lecture. 2 Tapez le nom de la liste de lecture. 3 Cliquez sur Musique dans la liste Bibliothèque, puis faites glisser un morceau ou un autre élément vers la liste de lecture. Pour sélectionner plusieurs morceaux, lorsque vous cliquez sur chaque morceau, maintenez la touche Maj ou Commande (x) enfoncée s’il s’agit d’un Mac, ou la touche Maj ou Contrôle s’il s’agit d’un PC sous Windows. Pour créer une liste de lecture intelligente : m Sélectionnez Fichier > « Nouvelle liste de lecture intelligente » puis définissez les règles de votre liste de lecture. Les listes de lecture intelligentes créées dans iTunes sont synchronisables sur l’iPod shuffle comme toute autre liste de lecture iTunes.18 Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle Fonction Genius dans iTunes Genius crée automatiquement des listes de lecture reprenant les morceaux issus de votre bibliothèque et qui semblent s’associer entre eux. Pour lire des listes de lecture Genius sur l’iPod shuffle, vous devez au préalable configurer Genius dans iTunes. Genius constitue un service gratuit, mais vous devez posséder un compte iTunes Store pour l’utiliser (si vous n’en disposez pas d’un, vous pouvez en configurer un au moment où vous activez Genius). Pour configurer Genius : 1 Dans iTunes, choisissez Store > Activer Genius. 2 Suivez les instructions à l’écran. 3 Branchez l’iPod shuffle et procédez à sa synchronisation. Vous pouvez à présent utiliser la fonction Genius pour créer une liste de lecture Genius synchronisable sur l’iPod shuffle. Pour créer une liste de lecture Genius dans iTunes : 1 Cliquez sur Musique dans la bibliothèque ou sélectionnez une liste de lecture. 2 Sélectionnez un morceau. 3 Cliquez sur le bouton Genius situé en bas de la fenêtre d’iTunes. 4 Pour modifier le nombre maximal de morceaux inclus dans la liste de lecture, indiquez un nombre dans le menu local. 5 Pour enregistrer la liste de lecture, cliquez sur Enregistrer la liste. Vous avez la possibilité de modifier une liste de lecture enregistrée en y ajoutant ou en y supprimant des élé- ments. Vous pouvez aussi cliquer sur Actualiser pour créer une liste de lecture reprenant un morceau donné. Les listes de lecture Genius créées dans iTunes sont synchronisables sur l’iPod shuffle comme toute autre liste de lecture iTunes.Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 19 Ajout de musique à l’iPod shuffle Une fois votre musique importée et organisée dans iTunes, vous pouvez facilement l’ajouter à l’iPod shuffle. Pour indiquer le mode d’ajout de la musique depuis iTunes sur votre ordinateur à l’iPod shuffle, vous devez brancher l’iPod shuffle sur votre ordinateur, puis utilisez les préférences iTunes pour sélectionner les réglages de l’iPod shuffle. Vous pouvez configurer iTunes, pour ajouter de la musique à l’iPod shuffle, de trois façons :  Synchronisation des morceaux et des listes de lecture : lorsque vous branchez l’iPod shuffle, l’appareil s’actualise automatiquement en fonction des morceaux et autres éléments se trouvant dans votre bibliothèque iTunes. Il vous est possible de synchroniser les morceaux et listes de lecture dans leur intégralité, ou vous limiter seulement aux listes de lecture choisies. Tout autre morceau se trouvant sur l’iPod shuffle est alors supprimé. Reportez-vous à la rubrique suivante pour en savoir plus.  Ajout manuel de musique sur l’iPod shuffle : si vous branchez l’iPod shuffle, il vous est possible de faire glisser des morceaux et listes de lecture un par un sur l’iPod shuffle et en supprimer de l’iPod shuffle de la même façon. Grâce à cette option, vous pouvez ajouter des morceaux de plusieurs ordinateurs sans pour autant effacer ceux qui se trouvent sur l’iPod shuffle. Si vous gérez la musique manuellement, vous devez toujours éjecter l’iPod shuffle d’iTunes avant de pouvoir le débrancher. Reportez-vous à la rubrique « Gestion manuelle de l’iPod shuffle » à la page 21.  Remplissage automatique de l’iPod shuffle : si vous optez pour manipuler manuellement le contenu de votre iPod shuffle, vous avez la possibilité de configurer iTunes pour combler automatiquement la mémoire de l’iPod shuffle par une sélection de morceaux et autre contenu audio de votre choix. Reportez-vous à la rubrique « Remplissage automatique de l’iPod shuffle » à la page 23.20 Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle Synchronisation automatique de musique Par défaut, l’iPod shuffle est configuré pour la synchronisation de tous les morceaux et listes de lecture dès que vous le branchez sur votre ordinateur. C’est là le moyen le plus simple d’ajouter de la musique à l’iPod shuffle. Il vous suffit pour cela de brancher l’iPod shuffle sur votre ordinateur, laisser l’ajout de morceaux, de livres audio et de podcasts audio se faire automatiquement, puis de le débrancher et l’emporter avec vous. Tout morceau que vous aurez ajouté à iTunes depuis la dernière connexion de l’iPod shuffle se synchronise alors sur l’iPod shuffle. Si vous avez supprimé des morceaux d’iTunes, ceux-ci sont alors également supprimés de l’iPod shuffle. Pour synchroniser de la musique avec l’iPod shuffle : m Branchez simplement l’iPod shuffle sur votre ordinateur. Si l’iPod shuffle est configuré de sorte à effectuer la synchronisation automatiquement, la mise à jour se lance à ce moment. Important : la première fois où vous branchez l’iPod shuffle sur un ordinateur, un message vous invite à indiquer si vous comptez synchroniser automatiquement les morceaux. Si vous acceptez, tous les morceaux, livres audio et podcasts sont alors effacés de l’iPod shuffle et remplacés par ceux de l’ordinateur. Si vous refusez, vous avez toujours la possibilité d’ajouter manuellement les morceaux voulus sur l’iPod shuffle sans effacer ceux déjà présents sur l’iPod shuffle. Au cours de la synchronisation de la musique de votre ordinateur avec l’iPod shuffle, la fenêtre d’état d’iTunes indique la progression de l’opération et une icône de synchronisation s’affiche en regard de l’iPod shuffle dans la liste des appareils. Une fois la mise à jour terminée, le message « L’iPod est à jour » apparaît dans iTunes. Si, pendant la configuration de l’iPod shuffle, vous n’avez pas indiqué de synchroniser automatiquement la musique sur l’iPod shuffle, vous pouvez toujours le faire ultérieurement. Il vous est possible de synchroniser les morceaux et listes de lecture dans leur intégralité, ou vous limiter seulement aux listes de lecture choisies. Pour configurer iTunes de sorte à synchroniser automatiquement la musique avec l’iPod shuffle : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Musique. 3 Sélectionnez « Synchroniser la musique ». 4 Choisissez entre « tous les morceaux et listes de lecture » et « listes de lecture sélectionnées », puis sélectionnez les listes de lecture à synchroniser. Vous pouvez synchroniser les livres audio en même temps que la musique. Les livres audio apparaissent dans la liste répertoriant les listes de lecture sélectionnées. Indiquez si vous comptez synchroniser tous les livres audio de votre bibliothèque iTunes ou aucun.Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 21 5 Cliquez sur Appliquer. La mise à jour se lance automatiquement. Si « Ne synchroniser que les morceaux cochés » est sélectionné dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes se limite à ne synchroniser que les éléments cochés dans vos bibliothè- ques musicale et autres. Synchronisation automatique de podcasts Les réglages d’ajout de podcasts sur l’iPod shuffle sont indépendants de ceux portant sur les morceaux. Les réglages relatifs aux podcasts n’influent donc en rien sur les morceaux, et inversement. Vous pouvez configurer iTunes pour synchroniser automatiquement tous les podcasts ou seulement les podcasts sélectionnés. Vous pouvez en outre ajouter manuellement des podcasts à l’iPod shuffle. Il ne vous est pas possible de synchroniser de podcasts vidéo sur l’iPod shuffle. Pour configurer iTunes de façon à mettre automatiquement à jour les podcasts sur l’iPod shuffle : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Podcasts. 3 Sélectionnez « Synchroniser les épisodes » puis choisissez le nombre d’épisodes voulu dans le menu local. 4 Choisissez entre « Tous les podcasts » et « Podcasts sélectionnés ». Si vous cliquez sur « Podcasts sélectionnés », vous devez alors sélectionner ceux à synchroniser. 5 Cliquez sur Appliquer. Si vous configurez iTunes de façon à synchroniser les podcasts automatiquement, l’iPod shuffle se met à jour chaque fois que vous le branchez sur votre ordinateur. Gestion manuelle de l’iPod shuffle Configurer iTunes pour vous laisser gérer manuellement votre iPod shuffle vous offre la plus grande souplesse pour la gestion de votre musique et autre contenu sur l’iPod shuffle. Vous pouvez ainsi ajouter et supprimer des morceaux, des listes de lecture, des podcasts et des livres audio spécifiques à loisir. De même, vous pouvez ajouter de la musique et autre contenu audio de plusieurs ordinateurs sur l’iPod shuffle, sans pour autant effacer d’élé- ment stocké sur l’iPod shuffle.22 Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle Pour configurer iTunes afin de vous permettre la gestion manuelle du contenu audio sur votre iPod shuffle : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 2 Dans la section Options, sélectionnez « Gérer manuellement la musique ». 3 Cliquez sur Appliquer. Au moment de manipuler manuellement le contenu de l’iPod shuffle, vous devez toujours éjecter l’iPod shuffle d’iTunes avant de le débrancher. Pour ajouter un morceau ou un autre élément de l’iPod shuffle : 1 Cliquez sur Musique ou sur un autre élément Bibliothèque dans iTunes. 2 Faites glisser un morceau ou un autre élément de l’iPod shuffle. Vous pouvez également faire glisser des listes de lecture entières afin de les synchroniser avec l’iPod shuffle.Vous pouvez sélectionner plusieurs éléments et les faire tous glisser en une seule fois sur l’iPod shuffle. Pour supprimer un morceau ou un autre élément de l’iPod shuffle : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils. 2 Sélectionnez Musique, Livres audio ou Podcasts sous la section iPod shuffle. 3 Sélectionnez un morceau ou autre élément et appuyez sur la touche Suppr ou Arrière de votre clavier. Pour créer une liste de lecture sur l’iPod shuffle par le biais d’iTunes : 1 Dans iTunes, dans la liste des appareils, sélectionnez iPod shuffle, puis cliquez sur le bouton Ajouter (∂), ou choisissez Fichier > Nouvelle liste de lecture. 2 Tapez le nom de la liste de lecture. 3 Cliquez sur un élément, tel que Musique, dans la liste Bibliothèque, puis faites glisser des morceaux ou d’autres éléments sur la liste de lecture. Pour ajouter des morceaux ou pour en retirer d’une liste de lecture sur l’iPod shuffle : m Faites glisser un morceau sur une liste de lecture de l’iPod shuffle pour l’y ajouter. Sélectionnez un morceau d’une liste de lecture et appuyez sur la touche Suppr de votre clavier pour supprimer le morceau. Gardez bien les points suivants à l’esprit si vous gérez manuellement votre contenu sur l’iPod shuffle :  Si vous apportez des modifications à une de vos listes de lecture, n’oubliez pas de faire glisser la liste de lecture modifiée sur l’iPod shuffle lorsqu’il est connecté à iTunes.  Si vous supprimez un morceau ou un autre élément de l’iPod shuffle, celui-ci n’est pas pour autant supprimé de votre bibliothèque iTunes.Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 23  Si vous configurez iTunes de sorte à gérer la musique manuellement, vous pouvez reparamétrer l’application ultérieurement pour assurer à nouveau la synchronisation automatiquement. Pour en savoir plus, reportez-vous à la page 20. Remplissage automatique de l’iPod shuffle Si vous gérez manuellement la musique, vous pouvez configurer iTunes pour synchroniser automatiquement une sélection de vos morceaux sur l’iPod shuffle lorsque vous cliquez sur le bouton Remplissage automatique. Vous pouvez opter pour récupérer les morceaux repris dans la totalité de la bibliothèque ou bien dans une seule liste de lecture, ou encore définir d’autres options pour la fonction de remplissage automatique. La fonction de remplissage automatique vous offre un contrôle supérieur sur le contenu que vous ajoutez à l’iPod shuffle par rapport à la synchronisation automatique, et vous permet de « combler » en toute simplicité la mémoire de votre iPod shuffle lorsque vous gérez manuellement son contenu. Pour charger automatiquement de la musique sur l’iPod shuffle : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans la liste des appareils, sous iPod shuffle, sélectionnez Musique. 3 Choisissez la liste de lecture que vous souhaitez charger automatiquement sur l’iPod dans le menu local « Remplissage automatique ». Pour charger automatiquement les morceaux de la totalité de votre bibliothèque, sélectionnez Musique. 4 Cliquez sur le bouton Réglages pour sélectionner les options parmi les suivantes : Remplacer tous les éléments lors du remplissage automatique : iTunes remplace les morceaux présents sur l’iPod shuffle par les nouveaux morceaux sélectionnés. Si cette option n’est pas sélectionnée, les morceaux déjà synchronisés avec l’iPod shuffle y demeurent et iTunes sélectionne d’autres morceaux pour combler l’espace encore disponible. Choisir les éléments aléatoirement : iTunes modifie l’ordre des morceaux au cours de leur synchronisation avec l’iPod shuffle. Si cette option n’est pas sélectionnée, iTunes télé- charge les morceaux dans l’ordre où ils apparaissent dans la liste de lecture sélectionnée ou dans la bibliothèque. Favoriser les éléments les mieux cotés: iTunes charge l’iPod shuffle en donnant la préfé- rence aux morceaux que vous avez classés le mieux (c’est-à-dire avec un nombre d’étoiles supérieur en priorité). 5 Pour réserver de l’espace pour un usage en tant que disque, réglez le curseur afin de définir l’espace à réserver au contenu iTunes d’une part et celui dédié aux données d’autre part. Pour en savoir plus sur l’utilisation de l’iPod shuffle en tant que disque dur, reportez-vous à la rubrique « Utilisation de l’iPod shuffle en tant que disque externe » à la page 33.24 Chapitre 3 Configuration de l’iPod shuffle 6 Cliquez sur OK dans la zone de dialogue « Réglages de remplissage auto », puis cliquez sur Remplissage automatique dans la fenêtre d’iTunes. Au cours de la synchronisation de la musique d’iTunes vers l’iPod shuffle, la fenêtre d’état d’iTunes affiche sa progression. Une fois le « remplissage automatique » terminé, le message « L’iPod est à jour » apparaît dans iTunes. Comment faire tenir davantage de morceaux sur l’iPod shuffle Si vous avez importé des morceaux dans iTunes dans un format au débit plus élevé, tel que le format iTunes Plus, Apple Lossless ou WAV, vous pouvez faire en sorte qu’iTunes convertisse automatiquement les morceaux en fichiers AAC à 128 kbps lors de leur synchronisation vers l’iPod shuffle. Cela n’influe pas sur la qualité et sur la durée des morceaux dans iTunes. Remarque : les morceaux aux formats non pris en charge par l’iPod shuffle doivent obligatoirement être convertis pour pouvoir être synchronisés avec l’iPod shuffle. Pour en savoir plus sur les formats pris en charge par l’iPod shuffle, consultez la section « Si vous ne parvenez pas à synchroniser un morceau ou un autre élément sur l’iPod shuffle » à la page 37. Pour convertir des morceaux au débit plus élevé en fichiers AAC : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils. 3 Cliquez sur l’onglet Résumé. 4 Sélectionnez « Convertir en AAC 128 kbps les morceaux dont le débit est supérieur ». 5 Cliquez sur Appliquer.4 25 4 Écoute de musique Après avoir configuré l’iPod shuffle, vous êtes en mesure d’écouter des morceaux, des livres audio et des podcasts. Lisez ce chapitre pour savoir comment utiliser votre iPod shuffle en déplacement. Après avoir déconnecté l’iPod shuffle de votre ordinateur, vous pouvez emporter avec vous l’iPod shuffle en le clipsant à votre ceinture ou vos vêtements. Vous pouvez alors continuer à écouter de la musique, un livre audio ou un podcast, tout en contrôlant la lecture à l’aide de la télécommande attachée aux écouteurs. VoiceOver vous permet d’entendre le nom du morceau en cours de lecture, de choisir parmi un menu vocal récapitulant les listes de lecture ou de connaître l’état de charge de la batterie. Lecture de musique Vous pouvez écouter de la musique et autres contenus audio après les avoir synchronisés au préalable sur votre iPod shuffle. Pour écouter des morceaux et autres éléments audio avec l’iPod shuffle : 1 Branchez les écouteurs sur l’iPod shuffle et placez-les dans vos oreilles. 2 Faites glisser l’interrupteur de l’iPod shuffle de la position OFF à celle de la lecture séquentielle (⁄) ou aléatoire (¡). La lecture commence dès lors. Si l’iPod shuffle est allumé au moment où vous y branchez les écouteurs, la lecture ne se lance pas automatiquement. Cliquez sur le bouton central de la télécommande ou éteignez puis rallumez l’interrupteur trois positions en le faisant glisser, pour lancer la lecture. Pour préserver la durée de vie de la batterie si vous n’utilisez pas l’iPod shuffle, faites glisser l’interrupteur trois positions sur OFF (éteint).26 Chapitre 4 Écoute de musique Si vous branchez les écouteurs, attendez que le voyant d’état vert s’éteigne avant de cliquer sur les boutons de la télécommande. Reportez-vous au tableau qui suit pour en savoir plus sur les commandes de lecture à travers la télécommande attachée aux écouteurs. Le voyant d’état de l’iPod shuffle clignote en réponse aux clics que vous effectuez sur les boutons de la télécommande attachée aux écouteurs. AVERTISSEMENT : avant d’utiliser les écouteurs, lisez les consignes de sécurité à la page 41 pour savoir comment éviter la perte d’audition liée à l’usage du produit. Pour Procédez ainsi Réponse du voyant d’état Lancer la lecture d’un morceau (ou autre) Cliquez une fois sur le bouton central. Le voyant vert clignote une fois Mettre un morceau en pause Cliquez une fois sur le bouton central. Le voyant vert clignote pendant 30 secondes Régler le volume Cliquez sur Augmenter le volume (∂) ou Baisser le volume (D) pour régler le volume sonore. Un signal sonore indique chaque changement de volume lorsque l’iPod shuffle est en pause. Le voyant vert clignote une fois à chaque pas de volume Le voyant orange clignote trois fois lorsque la limite inférieure ou supérieure du volume est atteinte Passer à la piste suivante (ou au chapitre suivant dans le cas d’un livre audio) Double-cliquez sur le bouton central. Le voyant vert clignote une fois Passer à la piste précé- dente (ou au chapitre précédent dans le cas d’un livre audio) Triple-cliquez sur le bouton central dans les 6 premières secondes de la piste en cours de lecture. Pour recommencer la lecture de la piste active, triple-cliquez une fois passé le délai des 6 premières secondes. Le voyant vert clignote une fois Avance rapide Double-cliquez et maintenez enfoncé le bouton central. Le voyant vert clignote une fois Rembobinage Triple-cliquez et maintenez le bouton central appuyé. Le voyant vert clignote une fois Entendre le titre du morceau et le nom des interprètes Cliquez et maintenez le bouton central appuyé. Le voyant vert clignote une foisChapitre 4 Écoute de musique 27 Réglage de l’iPod shuffle pour la lecture séquentielle ou aléatoire de morceaux Vous pouvez configurer l’iPod shuffle pour lire les morceaux de façon aléatoire ou selon l’ordre dans lequel ils sont organisés dans iTunes. Un signal sonore indique chaque changement de l’interrupteur trois positions. Pour que l’iPod shuffle lise les morceaux dans l’ordre : m Faites glisser l’interrupteur trois positions pour lancer la lecture séquentielle (⁄). À l’issue de la lecture du dernier morceau, l’iPod shuffle recommence au premier morceau. Important : si vous écoutez un livre audio ou un podcast, activez le mode de lecture séquentielle à l’aide de l’interrupteur trois positions, de sorte que les chapitres ou les épisodes se lisent dans l’ordre de leur enregistrement. Pour que l’iPod shuffle lise les morceaux dans un ordre aléatoire : m Faites glisser l’interrupteur trois positions sur le mode de lecture aléatoire (¡). Pour réinitialiser l’ordre de lecture aléatoire des morceaux, faites glisser l’interrupteur trois positions du mode de lecture aléatoire (¡) à celui de lecture en ordre séquentiel (⁄), puis à nouveau sur la lecture aléatoire. Entendre le menu des listes de lecture Cliquez sur le bouton central jusqu’à ce que vous entendiez un signal sonore, puis relâchez le bouton pour obtenir le menu vocal de la liste de lecture. À l’écoute du nom de la liste de lecture voulue, cliquez sur le bouton central pour la sélectionner. Vous pouvez cliquer sur ∂ ou sur D pour passer rapidement d’une option à l’autre dans le menu des listes de lecture. Le voyant vert clignote une fois Quitter le menu des listes de lecture Cliquez et maintenez le bouton central appuyé. Le voyant vert clignote une fois Pour Procédez ainsi Réponse du voyant d’état28 Chapitre 4 Écoute de musique Utilisation de la fonctionnalité VoiceOver L’iPod shuffle offre un contrôle supplémentaire sur vos options de lecture, en disant à voix haute le titre des morceaux et le nom des interprètes, et vous propose l’annonce d’un menu récapitulant vos listes de lecture parmi lesquelles effectuer vos choix. VoiceOver vous indique également l’état de la batterie et d’autres messages. VoiceOver est disponible dans plusieurs langues. Pour écouter ces annonces, installez le kit VoiceOver et activez la fonctionnalité VoiceOver dans iTunes. Vous pouvez activer VoiceOver lors de la première configuration de l’iPod shuffle ou ultérieurement. Les options de VoiceOver se définissent dans iTunes, sous l’onglet Résumé. Les rubriques suivantes décrivent l’activation et la personnalisation de cette fonctionnalité. Pour activer VoiceOver au moment où vous configurez l’iPod shuffle : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Suivez les instructions à l’écran dans iTunes. Activer VoiceOver est sélectionné par défaut. 3 Cliquez sur Continuer, puis suivez les instructions à l’écran pour télécharger et installer le kit VoiceOver. 4 Dans l’onglet Résumé, sous la section Synthèse vocale, choisissez la langue dans le menu local. La langue est à présent définie pour vos messages système vocaux et le nom de vos listes de lecture, ainsi que pour de nombreux titres de morceaux et noms d’interprètes. Remarque : pour choisir une autre langue pour des morceaux donnés, sélectionnez-les dans iTunes, choisissez Fichier > Lire les informations, choisissez une langue pour VoiceOver dans le menu local au niveau de l’onglet Options, puis cliquez sur OK. 5 Cliquez sur Appliquer. Une fois la configuration terminée, VoiceOver est activé sur l’iPod shuffle. Pour activer VoiceOver ultérieurement : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 3 Sous la rubrique Synthèse vocale, sélectionnez Activer VoiceOver. 4 Cliquez sur Appliquer. 5 Suivez les instructions à l’écran pour télécharger puis installer le kit VoiceOver. 6 Choisissez la langue voulue dans le menu local Synthèse vocale. 7 Cliquez sur Appliquer. Une fois la synchronisation terminée, VoiceOver est activé.Chapitre 4 Écoute de musique 29 Pour désactiver VoiceOver : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 2 Sous Synthèse vocale, décochez la case Activer VoiceOver. 3 Cliquez sur Appliquer. Une fois la synchronisation terminée, VoiceOver est désactivé. Vous entendrez néanmoins quelques annonces système en anglais sur l’iPod shuffle, telles que l’état de la batterie, les messages d’erreur et le menu générique des listes de lecture numérotées. Vous n’entendrez plus cependant le titre des morceaux et le nom des interprètes. Annonces des morceaux La fonctionnalité VoiceOver permet de dire le titre et le nom de l’interprète du morceau en cours de lecture sur l’iPod shuffle. Si vous ne voulez pas entendre le titre des morceaux et le nom des interprètes, vous avez la possibilité de désactiver VoiceOver dans iTunes (reportez-vous à la rubrique « Utilisation de la fonctionnalité VoiceOver » à la page 28). Pour activer l’annonce du morceau en cours de lecture : m Cliquez et maintenez le bouton central enfoncé, situé sur la télécommande. Vous entendez alors le titre du morceau en cours de lecture et le nom de son interprète. Si vous écoutez un livre audio, c’est alors le titre de l’ouvrage qui est dit. VoiceOver vous permet d’accéder à un autre morceau si vous avez activé l’annonce des morceaux. Pour l’accès par l’annonce de morceaux :  Si la lecture est en cours sur l’iPod shuffle, cliquez et maintenez le bouton central enfoncé pour entendre l’annonce du morceau en cours de lecture ; double-cliquez pour entendre l’annonce du morceau suivant ; triple-cliquez pour l’annonce du morceau précédent.  Si la lecture est en pause sur l’iPod shuffle, cliquez et maintenez le bouton central enfoncé pour entendre l’annonce du morceau en cours de lectureffi ; double-cliquez pour entendre l’annonce du morceau suivant ; triple-cliquez pour l’annonce du morceau précédent. Appuyez sur le bouton central pour écouter le morceau annoncé. Utilisation du menu des listes de lecture Lorsque VoiceOver est activé, vous avez le choix parmi un menu vocal pour écouter n’importe quelle liste de lecture que vous aurez synchronisée d’iTunes, avec l’iPod shuffle. Si des livres audio et des podcasts audio sont synchronisés sur l’iPod shuffle, leur titre est également lu dans le menu des listes de lecture. Si VoiceOver est désactivé dans iTunes, vous entendez alors un menu abrégé de listes de lecture numérotées, sans connaître leur nom (en d’autres termes, « Liste de lecture 1, liste de lecture 2 », et ainsi de suite).30 Chapitre 4 Écoute de musique Le menu des listes de lecture annonce les éléments dans l’ordre suivant :  la liste de lecture en cours de lecture (le cas échéant) ;  « Tous les morceaux » (liste de lecture par défaut reprenant tous les morceaux de l’iPod shuffle) ;  les autres listes de lecture dans leur ordre ;  « Podcasts » (si vous choisissez cette option, vous accédez alors au premier podcast se trouvant dans la liste ; de là, vous pouvez accéder aux autres podcasts) ;  les livres audio (chaque titre de livre audio fait l’objet d’une annonce de liste de lecture à part). Pour choisir un élément dans le menu des listes de lecture : 1 Cliquez et maintenez le bouton central enfoncé, situé sur la télécommande. 2 Maintenez enfoncé le bouton après l’annonce du morceau en cours de lecture, jusqu’à ce qu’un signal sonore retentisse. 3 Relâchez le bouton central lorsque le son se fait entendre. Le nom de vos listes de lecture est alors émit. Tout en écoutant le menu des listes de lecture, vous avez la possibilité de cliquer sur le bouton Augmenter le volume (∂) ou Baisser le volume (D) pour respectivement avancer ou reculer dans le menu des listes de lecture. 4 À l’écoute du nom de la liste de lecture voulue, cliquez sur le bouton central pour la sélectionner. Un signal se fait entendre, puis le premier élément de votre liste de lecture se lit. Pour recommencer une liste de lecture, suivez ces étapes pour sélectionner la liste de lecture voulue. Pour fermer le menu des listes de lecture : m Cliquez et maintenez le bouton central enfoncé, situé sur la télécommande. Lecture de morceaux au même volume L’intensité sonore de morceaux et autres supports audio peut varier en fonction du moyen d’enregistrement ou du mode d’encodage audio. Vous pouvez configurer iTunes de sorte à adapter automatiquement le volume des morceaux de façon à les lire au même volume relatif, et pouvez configurer l’iPod shuffle de sorte à reprendre les mêmes réglages de volume issus d’iTunes. Pour régler iTunes de sorte que les morceaux se reproduisent au même volume : 1 Dans iTunes, sélectionnez iTunes > Préférences si vous utilisez un Mac, ou Édition > Préférences si votre ordinateur correspond à un PC sous Windows. 2 Cliquez sur Lecture puis choisissez Égaliseur de volume.Chapitre 4 Écoute de musique 31 Pour régler l’iPod shuffle de manière à ce qu’il utilise les réglages de volume d’iTunes : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils. 3 Cliquez sur l’onglet Résumé. 4 Sélectionnez « Activer l’Égaliseur de volume ». 5 Cliquez sur Appliquer. Si vous n’avez pas activé l’option Égaliseur de volume dans iTunes, la configurer sur l’iPod shuffle n’a aucun effet. Activation du volume maximum Vous avez la possibilité d’établir un volume maximum sur l’iPod shuffle, mais aussi de définir un mot de passe dans iTunes afin d’empêcher toute autre personne de modifier ce réglage. Si vous avez mis en place un volume maximum sur l’iPod shuffle, le voyant d’état passe à l’orange et clignote trois fois si vous essayez de monter le son au-delà de la limite établie. Pour activer le volume maximum sur votre iPod shuffle : 1 Réglez le son sur l’iPod shuffle sur le niveau que vous souhaitez établir comme volume maximum. 2 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 3 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 4 Sélectionnez « Limiter le volume maximum ». 5 Faites alors glisser le curseur pour définir le niveau sonore maximum. Il faut savoir que l’emplacement initial du curseur représente le volume établi sur l’iPod shuffle au moment où la case « Limiter le volume maximum » aura été cochée. 6 Pour qu’un mot de passe soit demandé avant de modifier ce réglage, cliquez sur le verrou puis saisissez et confirmez par un mot de passe. Si vous définissez un mot de passe, vous devez alors le saisir avant de modifier le volume maximum ou de le retirer. Remarque : le niveau sonore peut varier selon le type d’écouteurs ou de casque utilisé.32 Chapitre 4 Écoute de musique Pour retirer le volume maximum : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils. 3 Cliquez sur l’onglet Résumé. 4 Désélectionnez « Limiter le volume maximum ». Au besoin, saisissez le mot de passe. Si vous avez oublié le mot de passe, vous avez la possibilité de restaurer l’iPod shuffle. Consultez « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle » à la page 39.5 33 5 Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle L’iPod shuffle vous permet de transportez votre musique ainsi que vos données. Lisez ce chapitre pour savoir comment utiliser l’iPod shuffle en tant que disque externe. Utilisation de l’iPod shuffle en tant que disque externe Vous pouvez utiliser l’iPod shuffle comme disque externe pour y stocker des fichiers de données. Pour synchroniser de la musique et autres supports audio à écouter sur l’iPod shuffle, vous devez passer par l’application iTunes. L’iPod shuffle ne peut pas lire les fichiers audio copiés à travers le Finder de Macintosh ou l’explorateur Windows. Pour utiliser l’iPod shuffle comme disque externe : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils. 3 Cliquez sur l’onglet Résumé. 4 Dans la section Options, sélectionnez « Activer l’utilisation comme disque dur ». Il vous sera peut-être nécessaire de faire défiler les éléments pour arriver aux réglages concernant le disque. 5 Cliquez sur Appliquer. Lorsque vous paramétrez iTunes pour occuper automatiquement l’espace de l’iPod shuffle, vous avez la possibilité de réserver de l’espace dédié à un usage en tant que disque. Consultez « Remplissage automatique de l’iPod shuffle » à la page 23. Si vous utilisez l’iPod shuffle en tant que disque externe, l’icône de disque de l’iPod shuffle apparaît sur le bureau dans le cas d’un ordinateur Macintosh ou sous la lettre d’unité suivante disponible dans l’explorateur Windows dans le cas d’un PC sous Windows.34 Chapitre 5 Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle Quand l’iPod shuffle est activé en tant que disque dur et que vous le branchez sur votre ordinateur, le voyant d’état orange clignote de façon continue. Il est important d’éjecter l’iPod shuffle dans iTunes avant de le débrancher de votre ordinateur. Transfert de fichiers entre ordinateurs Lorsque l’utilisation de l’iPod shuffle en tant que disque dur est activée, vous pouvez transférer des fichiers d’un ordinateur à un autre. L’iPod shuffle est formaté en FAT-32, système pris en charge par les ordinateurs Mac et les PC sous Windows. De cette manière, vous pouvez utiliser l’iPod shuffle pour transférer des fichiers entre ordinateurs fonctionnant sous systèmes d’exploitation différents. Pour transférer des fichiers entre ordinateurs : 1 Après avoir activé la fonction d’utilisation de l’iPod shuffle en tant que disque dur, branchez-le sur l’ordinateur qui contient les fichiers que vous souhaitez copier. Important : si l’iPod shuffle est configuré de façon à assurer sa synchronisation automatiquement, en connectant l’iPod shuffle à un autre ordinateur ou compte utilisateur, un message vous demande si vous souhaitez effacer l’iPod shuffle et le synchroniser avec la nouvelle bibliothèque iTunes. Cliquez sur Annuler si vous ne voulez pas effacer ce qui se trouve sur l’iPod shuffle. 2 Faites glisser les fichiers désirés sur votre iPod shuffle à travers le système de fichiers de l’ordinateur (le Finder sur un Mac ou l’explorateur Windows sur un PC). 3 Débranchez ensuite l’iPod shuffle puis branchez-le sur l’autre ordinateur. Là encore, cliquez sur Annuler si vous ne voulez pas effacer ce qui se trouve sur l’iPod shuffle. 4 Faites glisser les fichiers de l’iPod shuffle sur un des dossiers situés sur l’autre ordinateur. Comment empêcher l’ouverture automatique d’iTunes Il est possible d’empêcher iTunes de s’ouvrir automatiquement quand vous connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. Pour empêcher iTunes de s’ouvrir automatiquement : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils. 3 Cliquez sur l’onglet Résumé. 4 Dans la section Options, désélectionnez « Ouvrir iTunes à la connexion de cet iPod ». 5 Cliquez sur Appliquer.6 35 6 Astuces et dépannage La plupart des problèmes de l’iPod shuffle peuvent être rapidement résolus si vous suivez les conseils de ce chapitre. Si le voyant d’état reste rouge ou si le message d’erreur vocal « Utilisez iTunes pour restaurer » retentit Branchez l’iPod shuffle sur votre ordinateur et procédez à sa restauration dans iTunes. Consultez « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle » à la page 39. Si l’iPod shuffle ne s’allume ou ne répond pas  Branchez l’iPod shuffle sur un port USB 2.0 à haut rendement sur votre ordinateur. Il se peut que la batterie de votre iPod shuffle ait à être rechargée.  Éteignez l’iPod shuffle, attendez 10 secondes puis rallumez-le.  Il est possible que le logiciel de l’iPod shuffle ait besoin d’être restauré. Consultez « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle » à la page 39. Les 5 R : Réinitialiser, Réessayer, Redémarrer, Réinstaller, Restaurer Souvenez-vous de ces conseils élémentaires si un problème survient avec l’iPod shuffle. Essayez de réaliser ces opérations l’une après l’autre jusqu’à ce que le problème soit résolu. Si l’une des suggestions suivantes ne permet pas de résoudre le problème, continuez à lire et consultez les solutions aux problèmes spécifiques.  Réinitialisez l’iPod shuffle en l’éteignant, en attendant 10 secondes, puis en le rallumant.  Réessayez sur un autre port USB 2.0 si l’iPod shuffle n’apparaît pas dans iTunes.  Redémarrez votre ordinateur et assurez-vous que les mises à jour de logiciels les plus récentes sont installées.  Réinstallez le logiciel d’iTunes à partir de la dernière version disponible sur le web.  Restaurez l’iPod shuffle. Consultez « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle » à la page 39.36 Chapitre 6 Astuces et dépannage Si l’iPod shuffle ne lit pas de musique  L’iPod shuffle peut ne pas inclure de musique. Si le message vocal « Utilisez iTunes pour restaurer » se fait entendre, branchez l’iPod shuffle sur votre ordinateur pour y synchroniser de la musique.  Faites glisser l’interrupteur trois positions sur OFF, puis rallumez le dispositif.  Assurez-vous que le connecteur du casque ou des écouteurs est complètement enfoncée dans la prise casque.  Assurez-vous que le volume est correctement réglé. Il est possible qu’un niveau de volume maximum ait été mis en place. Consultez « Activation du volume maximum » à la page 31.  Il se peut que l’iPod shuffle soit en pause. Réessayez en cliquant sur le bouton central situé sur la télécommande des écouteurs. Si rien ne se produit lorsque vous branchez l’iPod shuffle sur votre ordinateur  Branchez l’iPod shuffle sur un port USB 2.0 à haut rendement sur votre ordinateur. La batterie de votre iPod shuffle peut avoir besoin d’être rechargée.  Assurez-vous que vous avez installé la dernière version d’iTunes disponible à l’adresse www.apple.com/fr/ipod/start.  Réessayez en branchant le câble USB sur un autre port USB 2.0 de votre ordinateur. Assurez-vous que le câble USB est bien enfiché sur l’iPod shuffle et correctement relié à l’ordinateur. Vérifiez que le connecteur USB est orienté correctement. Il ne peut être inséré que dans un sens.  L’iPod shuffle a peut-être besoin d’être réinitialisé. Éteignez l’iPod shuffle, attendez 10 secondes puis rallumez-le.  Si l’iPod shuffle n’apparaît pas dans iTunes ou dans le Finder, il se peut que batterie soit complètement déchargée. Laissez l’iPod shuffle se recharger pendant plusieurs minutes pour voir si cela lui permet de se réactiver.  Assurez-vous que vous disposez de l’ordinateur et du logiciel requis. Consultez « Si vous souhaitez revérifier la configuration requise » à la page 38.  Essayez de redémarrer votre ordinateur.  Il est possible que vous deviez restaurer le logiciel de l’iPod. Consultez « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle » à la page 39.  L’iPod shuffle a peut-être besoin d’une réparation. Vous pouvez obtenir des services en consultant le site web de service et d’assistance de l’iPod shuffle à l’adresse www.apple.com/fr/support/ipodshuffle/service.Chapitre 6 Astuces et dépannage 37 Si vous ne parvenez pas à synchroniser un morceau ou un autre élément sur l’iPod shuffle Le morceau peut être encodé dans un format que l’iPod shuffle ne prend pas en charge. Les formats de fichiers audio suivants sont pris en charge par l’iPod shuffle. Ils comprennent les formats des livres audio et des podcasts :  AAC (M4A, M4B, M4P) (jusqu’à 320 kbps)  Apple Lossless (format compressé haute qualité)  MP3 (jusqu’à 320 kbps)  MP3 Variable Bit Rate (VBR)  WAV  AA (texte lu audible.com, formats 2, 3 et 4)  AIFF Un morceau encodé au format Apple Lossless présente une qualité sonore très proche de celle d’un CD tout en occupant deux fois moins d’espace qu’un morceau encodé au format AIFF ou WAV. Le même morceau encodé au format AAC ou MP3 utilise encore moins de place. Quand vous importez de la musique depuis un CD à l’aide d’iTunes, elle est convertie par défaut au format AAC. Vous pouvez configurer l’iPod shuffle pour qu’il convertisse automatiquement les fichiers encodés à un débit plus élevé en fichiers AAC de 128 kbps au cours de leur synchronisation avec l’iPod shuffle. Consultez « Comment faire tenir davantage de morceaux sur l’iPod shuffle » à la page 24. Si vous utilisez iTunes pour Windows, vous pouvez convertir les fichiers WMA non protégés en fichiers AAC ou MP3. Cela peut être utile si vous disposez d’une collection de musique encodée au format WMA. L’iPod shuffle ne prend pas en charge les fichiers audio WMA, MPEG Layer 1, MPEG Layer 2 et le format 1 d’audible.com. Si vous possédez dans iTunes un morceau qui n’est pas pris en charge par l’iPod shuffle, vous pouvez le convertir en un format que l’iPod shuffle prend en charge. Pour en savoir plus, consultez l’Aide iTunes. Si vos podcasts ou vos livres audio ne se lisent pas correctement  Assurez-vous que l’interrupteur trois positions de l’iPod shuffle est réglé sur le mode de lecture séquentiel (⁄). Si une liste de lecture inclut des pistes mixtes (par exemple, des morceaux, des podcasts et des livres audio), les livres audio et les podcasts ne peuvent pas se lire si l’iPod shuffle est en mode de lecture aléatoire (¡).  Si les chapitres d’un livre audio n’ont pas été ajoutés à l’iPod shuffle dans l’ordre, branchez l’iPod shuffle à votre ordinateur puis réorganisez les pistes par le biais d’iTunes. 38 Chapitre 6 Astuces et dépannage Si vous souhaitez revérifier la configuration requise Pour utiliser l’iPod shuffle, vous devez disposer des éléments suivants :  Une des configurations informatiques suivantes :  Un ordinateur Macintosh doté d’un port USB 2.0  Un PC sous Windows doté d’un port USB 2.0 ou d’une carte USB 2.0  Un des systèmes d’exploitation suivants : Mac OS X 10.4.11 ou ultérieur, Windows Vista ou Windows XP Édition Familiale ou Professionnel avec Service Pack Service Pack 3 ou ultérieur  Un accès à Internet (une connexion à haut débit est recommandée)  iTunes 8.1 ou ultérieur (vous pouvez télécharger iTunes depuis l’adresse www.apple.com/fr/ipod/start) Si votre PC sous Windows n’est pas doté de port USB 2.0 à haut rendement, vous pouvez acheter et mettre en place une carte d’extension USB 2.0. Si vous souhaitez utiliser l’iPod shuffle avec un Mac et un PC sous Windows Si votre iPod shuffle est configuré de sorte à vous laisser gérer manuellement la musique, vous avez la possibilité d’y ajouter du contenu à partir de plusieurs bibliothèques iTunes, indépendamment du système d’exploitation de l’ordinateur. Si votre iPod shuffle est configuré de façon à assurer sa synchronisation automatiquement, en connectant l’iPod shuffle à un autre ordinateur ou compte utilisateur, un message vous demande si vous souhaitez effacer l’iPod shuffle et le synchroniser avec la nouvelle bibliothèque iTunes. Si vous voulez conserver le contenu audio sur l’iPod shuffle, cliquez sur Annuler. Il est possible d’utiliser l’iPod shuffle comme disque externe aussi bien avec un ordinateur Macintosh qu’avec un PC sous Windows, ce qui vous permet de transférer des fichiers d’un système d’exploitation à l’autre. Consultez le chapitre 5, « Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle », à la page 33. Port USB 2.0 à haut rendementChapitre 6 Astuces et dépannage 39 Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle Vous pouvez utiliser iTunes pour mettre à jour ou restaurer le logiciel de l’iPod shuffle. Il est recommandé de mettre à jour l’iPod shuffle et d’utiliser le logiciel le plus récent. Vous pouvez également restaurer le logiciel et rétablir ainsi l’iPod shuffle à son état d’origine.  Si vous optez pour la mise à jour, le logiciel conserve vos réglages, vos morceaux et toute autre donnée.  Si vous choisissez de restaurer, toutes les données sont effacées de l’iPod shuffle, y compris les morceaux et toutes les autres données. Tous les réglages d’origine de l’iPod shuffle seront rétablis. Pour mettre à jour ou restaurer l’iPod shuffle : 1 Assurez-vous que vous disposez d’une connexion à Internet et que vous avez installé la dernière version d’iTunes disponible sur www.apple.com/fr/ipod/start. 2 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 3 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils, puis cliquez sur l’onglet Résumé. La section Version indique si l’iPod shuffle est à jour ou nécessite une version plus récente du logiciel. 4 Procédez de l’une des manières suivantes :  Pour installer la toute dernière version du logiciel, cliquez sur Mettre à jour.  Pour restaurer l’iPod shuffle et rétablir ses réglages d’origine, cliquez sur Restaurer. Cette opération efface toutes les données de l’iPod shuffle. Suivez les instructions à l’écran pour terminer la restauration.7 40 7 Sécurité et manipulation Ce chapitre contient des informations importantes sur la sécurité et la manipulation de l’iPod shuffle. Conservez ce Guide de l’utilisateur de l’iPod shuffle à portée de main pour pouvoir vous y reporter facilement. Informations importantes relatives à la sécurité Manipulation de l’iPod shuffle L’iPod shuffle est un appareil fragile : ne le laissez pas tomber, ne le démontez, l’ouvrez, l’écrasez, le tordez, le déformez, le percez, le broyez ou ne le peignez pas. Ne le mettez pas dans un four à micro-ondes ou au feu et ne lui insérez pas d’objets étrangers. Utilisation près de l’eau et dans des endroits humides N’utilisez pas l’iPod shuffle sous la pluie ou à proximité d’un lavabo ou de tout autre endroit humide. Veillez à ne pas renverser d’aliments ou de liquides sur l’iPod shuffle. Si l’iPod shuffle venait à être en contact avec de l’humidité, débranchez tous les câbles, puis éteignez l’iPod shuffle (en faisant glisser l’interrupteur trois positions sur OFF) avant de procéder au nettoyage. Laissez-le ensuite sécher complètement avant de le rallumer. N’essayez pas de sécher l’iPod shuffle à l’aide d’une source de chaleur externe, telle qu’un four à micro-ondes ou un sèche-cheveux. ± Pour éviter toute blessure, lisez toutes les informations relatives à la sécurité exposées ci-dessous, ainsi que le mode d’emploi, avant d’utiliser l’iPod shuffle. AVERTISSEMENT : ne pas suivre les présentes instructions en matière de sécurité peut provoquer un départ de feu, une électrocution ou toute autre blessure ou tout autre dommage.Chapitre 7 Sécurité et manipulation 41 Réparation de l’iPod shuffle N’essayez jamais de réparer ou de faire évoluer l’iPod shuffle vous-même. L’iPod shuffle ne contient aucune pièce démontable par l’utilisateur. Si l’iPod shuffle a été immergé, perforé ou sujet à une chute, ne l’utilisez pas tant que vous ne l’avez pas fait examiner par un fournisseur de services agréé Apple. Pour des informations sur le service, choisissez Aide iPod dans le menu Aide d’iTunes ou allez sur www.apple.com/fr/support/ipod/service. La batterie rechargeable de l’iPod shuffle ne doit être remplacée que par un fournisseur de service agréé Apple. Pour plus d’informations sur les batteries, rendez-vous à l’adresse www.apple.com/fr/batteries. Utilisation de l’adaptateur secteur USB Apple (vendu séparément) Si vous utilisez l’adaptateur secteur USB Apple (vendu séparément à l’adresse www.apple.com/fr/ipodstore) pour recharger l’iPod shuffle, assurez-vous que l’adaptateur secteur est en une seule pièce avant de le brancher sur une prise de courant. Insérez ensuite fermement l’adaptateur dans la prise de courant. Ne branchez ou ne débranchez pas l’adaptateur en ayant les mains mouillées. N’utilisez aucun adaptateur secteur autre que celui d’Apple pour recharger votre iPod shuffle. Il se peut que l’adaptateur secteur USB Apple chauffe dans des conditions d’usage normal. Laissez toujours un espace adéquat pour assurer la circulation de l’air autour de l’adaptateur secteur USB Apple et manipulez-le avec soin. Débranchez l’adaptateur secteur USB Apple si l’une des conditions suivantes se présente :  Le câble d’alimentation ou la prise est effiloché ou endommagé.  L’adaptateur est exposé à la pluie, à des liquides ou à une humidité excessive.  Le boîtier de l’adaptateur est endommagé.  Vous pensez que l’adaptateur doit être réparé.  Vous voulez nettoyer l’adaptateur. Prévention de la diminution de l’acuité auditive Vous risquez une perte d’audition irréparable si vous utilisez un casque ou des écouteurs à volume sonore élevé. Réglez le volume à un niveau raisonnable. Vous pouvez vous habituer petit à petit à un volume de son plus élevé qui peut vous paraître normal mais entraîner une détérioration de votre audition. Si vos oreilles bourdonnent ou si les sons vous semblent sourds, arrêtez l’écoute et rendez-vous chez votre médecin pour vérifier votre audition. Plus le volume est élevé, plus vous risquez d’abîmer rapidement votre audition. Les spécialistes de l’audition suggèrent de protéger votre audition de la façon suivante :  Évitez au maximum d’écouter de la musique via des écouteurs ou un casque à un volume élevé.  Évitez de monter le son pour filtrer les bruits extérieurs.  Baissez le son si vous n’entendez pas ce que disent les gens à côté de vous. Pour en savoir plus sur la manière de définir un volume maximum sur l’iPod shuffle, reportez-vous à la rubrique « Activation du volume maximum » à la page 31.42 Chapitre 7 Sécurité et manipulation Déclaration de Conformité Utiliser cet iPod avec les écouteurs inclus ou les écouteurs actuellement commercialisés sous la marque Apple, sous la marque iPod ou revêtus du logo Apple permet d’assurer le respect de la puissance sonore maximale fixée par l’article L 5232-1 du Code de la Santé Publique français. Pour en savoir plus sur l’écoute sans risque, consultez les directives de sécurité dans la documentation de l’iPod. Conduite prudente N’utilisez pas l’iPod shuffle seul ou avec ses écouteurs (même sur une seule oreille) pendant la conduite d’un véhicule ; ce comportement est fortement déconseillé, voire illégal aux yeux de certaines lois locales. Soyez prudent et attentif au volant. Cessez d’utiliser l’iPod shuffle si vous vous rendez compte que cela vous distrait ou vous dérange lorsque vous conduisez ou lorsque vous réalisez toute autre activité nécessitant toute votre attention. Informations importantes sur la manipulation Transport de l’iPod shuffle Les composants de l’iPod shuffle sont délicats. Ne tordez, n’écrasez ni ne laissez pas tomber l’iPod shuffle. Utilisation des connecteurs et des ports Ne forcez jamais un connecteur à entrer dans un port. Vérifiez que rien ne bloque l’entrée au port. Si le connecteur et le port ne s’assemblent pas facilement, c’est probablement parce qu’ils ne sont pas compatibles. Assurez-vous que le connecteur est compatible avec le port et que vous l’avez positionné correctement par rapport à ce dernier. Conservation de l’iPod shuffle à température normale Utilisez toujours l’iPod shuffle dans des endroits où la température se situe entre 0º et 35º C. Sous de faibles températures, l’autonomie de l’iPod shuffle peut diminuer temporairement. Rangez l’iPod shuffle dans un endroit où la température est toujours comprise entre -20º et 45˚ C. La température dans les voitures en stationnement pouvant dépasser cette fourchette, ne laissez pas l’iPod shuffle dans votre voiture. Lorsque vous utilisez l’iPod shuffle ou rechargez sa batterie, il est normal que l’iPod shuffle chauffe. L’extérieur de l’iPod shuffle sert en effet de surface de refroidissement et transfère la chaleur de l’intérieur de l’appareil vers l’extérieur, où l’air est moins chaud. A pleine puissance, l’écoute prolongée du baladeur peut endommager l’oreille de l’utilisateur. AVIS : ne pas suivre les présentes instructions sur la manipulation peut provoquer des dommages à l’iPod shuffle ou à d’autres objets.8 43 8 En savoir plus, réparation et assistance Vous trouverez plus d’informations sur l’utilisation de l’iPod shuffle dans l’aide à l’écran et sur le web. Le tableau suivant décrit à quel endroit trouver des informations sur les services et les logiciels de l’iPod. Pour en savoir plus sur : procédez ainsi : Les services et l’assistance, les forums de discussion, les guides d’initiation et les téléchargements de logiciels Apple Allez sur www.apple.com/fr/support/ipodshuffle L’utilisation d’iTunes Ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes. Pour obtenir le guide d’initiation d’iTunes en ligne (uniquement disponible dans certains pays), rendez-vous à l’adresse : www.apple.com/fr/itunes/tutorials Les toutes dernières informations sur l’iPod shuffle Allez sur www.apple.com/fr/ipodshuffle L’enregistrement de l’iPod shuffle Pour enregistrer l’iPod shuffle, installez iTunes sur votre ordinateur et branchez-y l’iPod shuffle. L’emplacement du numéro de série de l’iPod shuffle Regardez sous l’attache de l’iPod shuffle ou bien sélectionnez l’iPod shuffle dans la liste des appareils dans iTunes (lorsque l’iPod shuffle est relié à l’ordinateur) et cliquez sur l’onglet Résumé. Les services assurés dans le cadre de la garantie Suivez d’abord les conseils qui figurent dans le présent fascicule, l’aide à l’écran et les ressources en ligne, puis allez sur www.apple.com/fr/support/ipodshuffle/service44 Regulatory Compliance Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product was tested for EMC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple Authorized Reseller. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc. Corporate Compliance 1 Infinite Loop, MS 26-A Cupertino, CA 95014-2084 Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. VCCI Class B Statement Korea Class B Statement 45 Russia Communauté Européenne Conforme aux directives européennes 2006/95/EEC et 89/336/EEC. Informations sur l’élimination et le recyclage Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque votre produit n’est plus utilisable, contactez Apple ou les autorités locales afin de connaître les possibilités de recyclage. Pour en savoir plus sur le programme de recyclage d’Apple, consultez le site www.apple.com/fr/environment/recycling. Remplacement de la batterie La batterie rechargeable de l’iPod shuffle ne doit être remplacée que par un fournisseur de service agréé. Pour retrouver toutes les informations relatives aux services de remplacement de batterie, rendez-vous à l’adresse : www.apple.com/fr/batteries/replacements.html Informations concernant l’élimination de la batterie Votre iPod shuffle contient une batterie. Jetez votre iPod shuffle en conformité avec les lois et dispositions légales environnementales de votre pays ou région. Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerätes am Ende seines Lebenszyklus entsprechend der maßgeblichen gesetzlichen Regelungen. China: Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Taiwan: Union Européenne-informations sur l’élimination : Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains. Apple et l’environnement Chez Apple, nous sommes conscients de la responsabilité qui nous incombe de réduire les impacts écologiques de nos activités et de nos produits. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site : www.apple.com/fr/environment. © 2009 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPod, iTunes, Mac, Macintosh et Mac OS sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder et Shuffle sont des marques d’Apple Inc. Apple Store et iTunes Store sont des marques de service d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres noms de produits et de sociétés peuvent être la propriété de leurs détenteurs respectifs. La mention de produits tierces est réservée à des fins d’information et n’équivaut pas à une approbation ou à une recommandation. La responsabilité d’Apple n’est pas engagée concernant les performances ou l’utilisation de ces produits. Tous les accords ou garanties éventuels sont directement évoqués entre le fournisseur et les éventuels utilisateurs. Apple s’est attaché à fournir aux utilisateurs les informations les plus justes possible dans ce manuel. Apple n’est pas responsable des erreurs d’impression ou d’écriture. F019-1531/07-2009 iPod classic Guide de l’utilisateur2 2 Table des matières Chapitre 1 4 Notions élémentaires de l’iPod classic 5 Vue d’ensemble de l’iPod classic 5 Utilisation des commandes de l’iPod classic 7 Désactivation des commandes de l’iPod classic 8 Utilisation des menus de l’iPod classic 11 Connexion et déconnexion de l’iPod classic 14 À propos de la batterie de l’iPod classic Chapitre 2 17 Configuration de l’iPod classic 17 À propos d’iTunes 18 Configuration de votre bibliothèque iTunes 19 Ajout d’informations supplémentaires dans votre bibliothèque iTunes 21 Organisation de votre musique 22 Import de vidéos dans iTunes 23 Ajout de musique, de vidéos et d’autres contenus à l’iPod classic 24 Première connexion de l’iPod classic à un ordinateur 25 Synchronisation automatique de la musique 27 Ajout de vidéos à l’iPod classic 28 Ajout de podcasts à l’iPod classic 29 Ajout de contenu iTunes U à l’iPod classic 29 Ajout de livres audio à l’iPod classic 30 Ajout d’autre contenu à l’iPod classic 30 Gestion manuelle de l’iPod classic Chapitre 3 33 Écoute musique 33 Lecture de musique et d’autres fichiers audio 37 Utilisation de la fonction Genius sur l’iPod classic 46 Lecture de podcasts 46 Lecture de contenu iTunes U 47 Écoute de livres audio 47 Écoute d’émissions de radio FM Chapitre 4 48 Visionnement de vidéos 48 Visionnement de vidéos sur l’iPod classicTable des matières 3 49 Visionnement de vidéos sur un téléviseur connecté à l’iPod classic Chapitre 5 51 Ajout et visionnement de photos 51 Importation de photos 52 Ajout de photos provenant de votre ordinateur à l’iPod classic 53 Visionnage de photos 56 Ajout de photos provenant de l’iPod classic à un ordinateur Chapitre 6 58 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 58 Utilisation de l’iPod classic en tant que disque externe 59 Utilisation des réglages supplémentaires 63 Synchronisation des contacts, des calendriers et des listes de tâches 66 Stockage et lecture de notes 66 Enregistrement de mémos vocaux 68 À propos des accessoires de l’iPod classic Chapitre 7 70 Astuces et dépannage 70 Quelques suggestions 78 Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod Chapitre 8 79 Sécurité et entretien 79 Informations importantes relatives à la sécurité 81 Informations importantes sur le maniement Chapitre 9 83 Informations complémentaires, service et assistance 1 4 1 Notions élémentaires de l’iPod classic Lisez ce chapitre pour découvrir entre autres les fonctionnalités de l’iPod classic et la manière d’utiliser ses commandes. Pour utiliser l’iPod classic, vous devez mettre de la musique, des vidéos, des photos et d’autres fichiers sur votre ordinateur, puis les ajouter à l’iPod classic. L’iPod classic est un lecteur de musique et bien plus encore. Utilisez l’iPod classic pour :  synchroniser des morceaux, des vidéos et des photos numériques pour les écouter et les visionner partout où vous allez ;  écouter des podcasts, des émissions audio et vidéo téléchargeables sur Internet ;  regarder des vidéo sur votre iPod classic ou un téléviseur à l’aide d’un câble facultatif ;  afficher des photos sous forme de diaporama en musique sur votre iPod classic ou un téléviseur à l’aide d’un câble facultatif ;  écouter des livres audio achetés sur l’iTunes Store ou audible.com ;  stocker ou sauvegarder des fichiers et d’autres données en utilisant l’iPod classic en tant que disque externe ;  synchroniser des contacts, calendriers et listes de tâches avec votre ordinateur ;  jouer à des jeux, stocker des notes texte, régler une alarme et plus encore.Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 5 Vue d’ensemble de l’iPod classic Apprenez à utiliser les commandes de l’iPod classic : Utilisation des commandes de l’iPod classic Les commandes de l’iPod classic sont faciles à trouver et à utiliser. Appuyez sur n’importe quel bouton pour activer l’iPod classic. Lorsque vous allumez l’iPod classic pour la première fois, vous voyez apparaître le menu des langues. Utilisez la molette cliquable pour faire défiler la liste des langues, puis appuyez sur le bouton central pour sélectionner la vôtre. Le menu principal apparaît alors dans votre langue. Utilisez la molette cliquable et le bouton central pour naviguer dans les menus à l’écran, écouter des morceaux, modifier des réglages et afficher des informations. Bouton de verrouillage (Hold) Menu Précédent/ Retour rapide Lecture/Pause Connecteur Dock Port de sortie casque Molette cliquable Suivant/ Avance rapide Bouton central6 Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic Déplacez légèrement votre pouce autour de la molette cliquable pour sélectionner un élément du menu. Pour sélectionner l’élément, appuyez sur le bouton central. Pour revenir au menu précédent, cliquez sur le bouton Menu de la molette cliquable. Voici ce que vous pouvez faire avec les commandes de l’iPod classic. Pour Procédez comme suit : Allumer l’iPod classic Appuyez sur un bouton quelconque. Éteindre l’iPod classic Maintenez enfoncé le bouton Lecture/Pause (’). Activer le rétro-éclairage Appuyez sur un bouton quelconque ou utilisez la molette cliquable. Désactiver les commandes de l’iPod classic (pour ne pas les activer par mégarde) Faites glisser le bouton de verrouillage en position HOLD (une barre orange apparaît). Réinitialiser l’iPod classic (s’il ne répond pas) Faites glisser le bouton de verrouillage en position HOLD, puis replacez-le en position normale. Appuyez simultané- ment sur le bouton central et Menu pendant environ 6 secondes jusqu’à l’apparition du logo Apple. Choisir un élément du menu Utilisez la molette cliquable pour faire défiler les éléments du menu, puis appuyez sur le bouton central pour sélectionner l’élément désiré. Revenir au menu précédent Appuyez sur Menu. Aller directement au menu principal Maintenez enfoncé le bouton Menu. Accès à des options supplémentaires Maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse. Rechercher un morceau Dans le menu principal, sélectionnez Musique. Rechercher une vidéo Dans le menu principal, choisissez Musique. Lire un morceau ou une vidéo Sélectionnez le morceau ou la vidéo souhaité, puis appuyez sur le bouton central ou sur Lecture/Pause (’). L’iPod classic doit être éjecté de votre ordinateur pour lire des morceaux et des vidéos. Suspendre la lecture d’un morceau ou d’une vidéo Appuyez sur Lecture/Pause (’) ou débranchez vos écouteurs. Régler le volume Dans l’écran En lecture, servez-vous de la molette cliquable. Lire tous les morceaux d’une liste de lecture ou d’un album Sélectionnez la liste de lecture ou l’album souhaité, puis appuyez sur le bouton Lecture/Pause (’). Lire tous les morceaux dans un ordre aléatoire Sélectionnez l’option Mix de morceaux dans le menu principal. Vous pouvez aussi lire les morceaux dans un ordre aléatoire à partir de l’écran En lecture. Sauter directement à un endroit pré- cis d’un morceau ou d’une vidéo Dans l’écran En lecture, appuyez sur le bouton central pour afficher le défileur (la tête de lecture indique l’emplacement actuel), puis déplacer la tête de lecture à l’endroit souhaité dans le morceau ou la vidéo.Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 7 Désactivation des commandes de l’iPod classic Grâce au bouton de verrouillage, vous pouvez éviter d’activer l’iPod classic ou des commandes sans le vouloir. Passer au morceau ou chapitre de livre audio ou de podcast suivant Appuyez sur Suivant/Avance rapide (‘). Recommencer la lecture d’un morceau ou d’une vidéo Appuyez sur Précédent/Retour rapide (]). Avance rapide ou rembobinage d’un morceau ou d’une vidéo Maintenez enfoncé Suivant/Avance rapide (‘) ou Précé- dent/Retour rapide (]). Ajouter un morceau à la liste de lecture On-The-Go Lisez ou sélectionnez un morceau, puis maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse. Sélectionnez « Ajouter à On-the-Go », puis appuyez sur le bouton central. Lire le morceau ou le chapitre de livre audio ou de podcast précédent Appuyez deux fois sur Précédent/Retour rapide (]). Créer une liste de lecture Genius Lisez ou sélectionnez un morceau, puis maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse. Choisissez Démarrer Genius, puis appuyez sur le bouton central (Démarrer Genius apparaît dans l’écran En lecture uniquement si des données Genius existent pour le morceau sélectionné). Enregistrer une liste de lecture Genius Créez une liste de lecture Genius, sélectionnez Enregistrer la liste, puis appuyez sur le bouton central. Lire une liste de lecture Genius enregistrée Dans le menu Liste de lecture, sélectionnez une liste de lecture Genius, puis appuyez sur Lecture/Pause (’). Lire un mix Genius Dans le menu Musique, choisissez Listes Genius. Sélectionnez un mix, puis appuyez sur Lecture/Pause (’). Rechercher le numéro de série de l’iPod classic Dans le menu principal, choisissez Réglages > Informations, puis appuyez sur le bouton central jusqu’à obtenir le numéro de série ou regardez au dos de l’iPod classic. Pour Procédez comme suit :8 Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic Pour désactiver les commandes de l’iPod classic : m Faites glisser le bouton de verrouillage en position HOLD (une barre orange apparaît). Si vous désactivez les commandes alors que vous utilisez l’iPod classic, la reproduction du morceau, de la liste de lecture, du podcast ou de la vidéo en cours se poursuit. Pour arrêter ou interrompre la lecture, faites glisser le bouton Hold afin de réactiver les commandes. Utilisation des menus de l’iPod classic Lorsque vous allumez l’iPod classic, vous voyez apparaître le menu principal. Sélectionnez des éléments du menu pour effectuer des actions ou accéder à d’autres menus. Les icônes du haut de l’écran indiquent l’état de l’iPod classic. Élément affiché Fonction Intitulé du menu Affiche l’intitulé du menu actuel. Icône de verrouillage L’icône de verrouillage (le cadenas) s’affiche lorsque le bouton de verrouillage est en position HOLD. Cela indique que les commandes de l’iPod classic sont désactivées. Intitulé du menu Éléments de menu Icône de la batterie Icône de lecture Icône de verrouillageChapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 9 Ajout ou suppression d’éléments dans le menu principal Il se peut que vous souhaitiez ajouter les éléments que vous utilisez le plus fréquemment au menu principal de l’iPod classic. Par exemple, vous pouvez ajouter un élément Morceaux au menu principal pour ne pas devoir choisir Musique avant de choisir Morceaux. Pour ajouter ou supprimer des éléments dans le menu principal : 1 Choisissez Réglages > Menu principal. 2 Choisissez les différents éléments qui doivent apparaître dans le menu principal. Une coche identifie les éléments qui ont été ajoutés. Icône de lecture L’icône Lecture («) apparaît lorsqu’un morceau, une vidéo ou tout autre élément est en cours de lecture. L’icône Pause (1) apparaît lorsque la lecture de l’élément est interrompue temporairement. Icône de la batterie L’icône de la batterie indique la charge restante approximative. Éléments de menu Utilisez la molette cliquable pour faire défiler les éléments de menu. Appuyez sur le bouton central pour sélectionner un élé- ment. Une flèche en regard d’un élément de menu indique qu’en le sélectionnant vous accédez à un autre menu ou écran. Élément affiché Fonction10 Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic Réglage de la langue L’iPod classic peut être utilisé dans différentes langues. Pour sélectionner la langue : m Choisissez Réglages > Langue, puis sélectionnez une langue. Réglage de la minuterie du rétroéclairage Vous pouvez configurer l’activation du rétroéclairage afin que l’écran s’illumine pendant une durée déterminée lorsque vous cliquez sur un bouton ou utilisez la molette cliquable. Cette durée est configurée par défaut sur 10 secondes. Pour configurer la minuterie du rétro-éclairage : m Sélectionnez Réglages > Rétroéclairage, puis choisissez la durée de rétroéclairage. Sélectionnez « Toujours activé » pour éviter que le rétroéclairage s’éteigne (cette option diminue les performances de la batterie). Réglage de la luminosité de l’écran Vous pouvez régler la luminosité de l’écran de votre iPod classic. Pour définir la luminosité de l’écran : m Choisissez Réglages > Luminosité, puis utilisez la molette cliquable ajuster la luminosité. Vous pouvez également régler la luminosité au cours d’un diaporama ou d’une vidéo. Appuyez sur le bouton central jusqu’à ce que le curseur de luminosité apparaisse, puis utilisez la molette cliquable pour régler la luminosité. Remarque : Votre réglage de la luminosité peut avoir une incidence sur les performances de la batterie. Désactivation du son de la molette cliquable Lorsque vous faites défiler les éléments de menu, le haut-parleur interne de l’iPod classic émet de petits cliquetis égalements audibles dans vos écouteurs ou votre casque. Si vous le souhaitez, vous pouvez désactiver le son de la molette cliquable. Pour désactiver le son de la molette cliquable : m Choisissez Réglages et réglez le cliqueur sur Non. Pour réactiver le son de la molette cliquable, réglez le cliqueur sur Oui. Défilement rapide dans une longue liste Vous pouvez faire défiler rapidement une longue liste de morceaux, de vidéos ou d’autres éléments en déplaçant rapidement votre pouce sur la molette cliquable. Remarque : Toutes les langues ne sont pas prises en charge.Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 11 Pour défiler rapidement parmi la liste : 1 Déplacez rapidement votre pouce sur la molette cliquable afin d’afficher à l’écran une lettre de l’alphabet. 2 Utilisez la molette cliquable pour naviguer dans l’alphabet jusqu’à trouver la première lettre de l’élément que vous cherchez. Les éléments commençant par un symbole ou un numéro apparaissent après la lettre « Z ». 3 Levez temporairement votre pouce pour revenir à un défilement normal. 4 Utilisez la molette cliquable pour atteindre l’élément souhaité. Obtention d’information sur l’iPod classic Vous pouvez obtenir des informations sur votre iPod classic, comme l’espace disponible, le nombre de morceaux, de vidéos, de photos et d’autres éléments qu’il contient, ainsi que le numéro de série, le modèle et la version du logiciel. Pour obtenir des informations sur l’iPod classic : m Choisissez Réglages > Informations, puis appuyez sur le bouton central pour faire défiler tous les écrans d’information. Réinitialisation de tous les réglages Vous pouvez rétablir les valeurs par défaut de tous les éléments du menu Réglages. Pour ce faire : m Choisissez Réglages > Réinitialiser réglages, puis Réinitialiser. Connexion et déconnexion de l’iPod classic Connectez l’iPod classic à votre ordinateur pour ajouter de la musique, des vidéos, des photos et des fichiers, ainsi que pour recharger sa batterie. Déconnectez l’iPod classic une fois que vous avez fini. Connexion de l’iPod classic Pour connecter l’iPod classic à votre ordinateur : m Branchez le câble iPod Dock Connector vers USB qui vous a été fourni sur un port USB 2.0 de votre ordinateur, puis connectez l’autre extrémité à l’iPod classic. Si vous disposez d’une station d’accueil iPod, vous pouvez connecter le câble à un port USB 2.0 de votre ordinateur, connecter l’autre extrémité à la station d’accueil, puis placer l’iPod classic sur celle-ci.12 Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic Remarque : Le port USB de la majorité des claviers ne fournit pas une alimentation suffisante pour recharger l’ iPod classic.Connectez l’iPod classic à un port USB 2.0 de votre ordinateur sauf si votre clavier dispose d’un port USB 2.0 suffisamment alimenté. Par défaut, iTunes synchronise automatiquement les morceaux avec votre iPod classic lorsque vous connectez ce dernier à l’ordinateur. Lorsqu’iTunes a terminé, vous pouvez alors déconnecter l’iPod classic. Vous pouvez synchroniser des morceaux pendant que la batterie se recharge. Si vous connectez l’iPod classic à un autre ordinateur et qu’il est configuré de manière à synchroniser automatiquement la musique, iTunes vous demande avant de synchroniser de la musique si vous voulez effectuer une synchronisation. Si vous cliquez sur Oui, les morceaux et autres fichier audio qui se trouvent déjà sur l’iPod classic sont effacés et remplacés par des morceaux et autres fichiers qui se trouvent sur l’ordinateur auquel l’iPod classic est connecté. Pour en savoir plus sur l’ajout de musique à l’iPod classic et sur l’utilisation de l’iPod classic avec plus d’un ordinateur, consultez le chapitre 3, « Écoute musique, » à la page 33. Déconnexion de l’iPod classic Il est important de ne pas débrancher l’iPod classic lorsqu’il est en cours de synchronisation. Vous pouvez facilement voir si vous pouvez déconnecter l’iPod classic sur l’écran de l’iPod classic. Ne déconnecter pas votre iPod classic si vous voyez le message « Connecté » ou « Synchronisation en cours » affiché, vous risqueriez d’endommager des fichiers contenus sur votre iPod classic. Si un de ces message est affiché, vous devez éjecter l’iPod classic avant de le déconnecter : Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 13 Si vous voyez le menu principal ou une grande icône de grande batterie, vous pouvez déconnecter l’iPod classic. Si vous avez configuré l’iPod classic pour qu’il gère manuellement la musique ou activé l’utilisation de l’iPod classic en tant que disque, vous devez toujours éjecter l’iPod classic avant de le déconnecter. Voir « Gestion manuelle de l’iPod classic » à la page 30 et « Utilisation de l’iPod classic en tant que disque externe » à la page 58. Si vous déconnectez l’iPod classic par mégarde sans l’avoir éjecté auparavant, reconnectez l’ iPod classic à votre ordinateur et procéder une nouvelle fois à la synchronisation Pour éjecter l’iPod classic : m Dans iTunes, cliquez sur le bouton Éjecter (C) en regard de l’iPod classic dans la liste des sources. Vous pouvez déconnecter l’iPod classic en toute sécurité lorsqu’un de ces messages s’affiche : Si vous utilisez un Mac, vous pouvez également éjecter l’iPod classic en faisant glisser l’icône de l’iPod classic du bureau vers la Corbeille. Si vous utilisez un PC Windows, vous pouvez également éjecter l’iPod classic dans Poste de travail ou en cliquant sur l’icône « Supprimer le périphérique en toute sécurité » située dans la zone de notification Windows, puis en sélectionnant votre iPod classic.14 Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic Pour déconnecter l’iPod classic : m Débranchez le câble de l’iPod classic. Si l’iPod classic se trouve dans la station d’accueil Dock, il vous suffit de le retirer. À propos de la batterie de l’iPod classic L’iPod classic dispose d’une batterie interne, que l’utilisateur ne peut remplacer luimême. Pour de meilleurs résultats, la première fois que vous utilisez l’iPod classic, laissez-le recharger pendant environ quatre heures ou jusqu’à ce que l’icône de batterie qui se trouve dans la zone d’état de l’écran indique que la batterie est entièrement rechargée. Si l’iPod classic n’a pas été utilisé pendant un certain temps, il se peut que la batterie doive être rechargée. La batterie de l’iPod classic est rechargée à 80 pour cent en environ deux heures et entièrement rechargée en environ quatre heures. Si vous rechargez l’iPod classic pendant que vous ajoutez des fichiers, écoutez de la musique, visionnez des vidéos ou un diaporama, l’opération peut durer plus longtemps. Chargement de la batterie de l’iPod classic Vous pouvez recharger la batterie de l’iPod classic de deux façons :  Connectez l’iPod classic à votre ordinateur.  Utilisez l’adaptateur secteur USB Apple, vendu séparément. Pour recharger la batterie via votre ordinateur : m Connectez l’iPod classic à un port USB 2.0 de votre ordinateur. L’ordinateur doit être allumé et ne peut être en mode de suspension d’activité (certains modèles Mac peuvent toutefois recharger l’iPod classic en mode de suspension d’activité). Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 15 Si l’icône de batterie affichée sur l’écran de l’iPod classic présente l’écran En charge, la batterie se recharge. Si l’écran Chargé s’affiche, cela signifie que la batterie est entièrement rechargée. Si l’écran de charge n’est pas visible, il se peut que l’iPod classic ne soit pas connecté à un port USB suffisamment alimenté. Essayez de le connecter à un autre port USB de votre ordinateur. Important : Si le message « En charge, veuillez patienter » ou « Connectez à une prise d’alimentation » est affiché à l’écran de l’iPod classic, la batterie doit être rechargée pour que l’iPod classic puisse communiquer avec votre ordinateur. reportez-vous à la section « Si l’iPod classic affiche le message « Branchez la batterie » » à la page 72. Si vous voulez recharger l’iPod classic lorsque vous n’êtes pas à votre ordinateur, vous pouvez acheter l’adaptateur secteur Apple USB Power Adapter. Pour recharger la batterie à l’aide de l’adaptateur secteur USB Apple : 1 Connectez le câble iPod Dock Connector vers USB 2.0 à l’adaptateur secteur et connectez l’autre extrémité du câble à l’iPod classic. 16 Chapitre 1 Notions élémentaires de l’iPod classic 2 Connectez l’adaptateur secteur à une prise de courant en état de fonctionnement. Description des états de la batterie Lorsque l’iPod classic n’est pas connecté à une source électrique, une icône de batterie située dans le coin supérieur droit de l’écran de l’iPod classic affiche la charge restante approximative. Lorsque l’iPod classic est connecté à une source électrique, l’icône de batterie change pour indiquer que la batterie est en charge ou entièrement chargée. Vous pouvez déconnecter et utiliser l’iPod classic même si la batterie n’est pas entièrement rechargée. Remarque : Les batteries rechargeables ont un nombre de cycles de recharge limité et il peut s’avérer nécessaire de les remplacer. La durée de vie de la batterie et le nombre de cycles de recharge varient en fonction de l’utilisation et des réglages de l’iPod. Pour plus d’informations, rendez-vous au site web www.apple.com/fr/batteries. Avertissement : Assurez-vous que l’adaptateur secteur est complètement assemblé avant de le brancher sur la prise. Adaptateur secteur USB Apple (il se peut que votre adaptateur soit différent) Câble USB iPod Batterie rechargée à moins de 20 % Batterie environ à moitié rechargée Batterie entièrement rechargée Batterie en cours de recharge (éclair) Batterie entièrement rechargée (prise)2 17 2 Configuration de l’iPod classic La configuration de votre iPod classic afin qu’il puisse reproduire de la musique, des vidéos et d’autres contenus multimédia, se fait depuis votre ordinateur au moyen d’iTunes. Vous pouvez utiliser l’iPod classic pour importer des morceaux, des livres audio, des films, des séries TV, des clips vidéo et des podcasts dans votre ordinateur, puis les transférer sur votre iPod classic. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur les étapes de ce processus, notamment sur :  le transfert de musique à partir de votre collection de CD, votre disque dur ou l’iTunes Store (qui fait partie d’iTunes et n’est disponible que dans certains pays) vers l’application iTunes de votre ordinateur ;  l’organisation, si vous le souhaitez, de votre musique et des autres fichiers audio en liste de lectures ;  Synchronisation de listes de lecture, de morceaux, de livres audio, de vidéos et de podcasts avec l’iPod classic ; À propos d’iTunes iTunes est l’application gratuite que vous pouvez utiliser pour configurer, organiser et gérer le contenu de votre iPod classic.Elle vous permet de synchroniser de la musique, des livres audio, des podcasts et bien plus encore avec l’iPod classic. Si vous iTunes n’est pas encore installé sur votre ordinateur, vous pouvez télécharger l’application sur : www.apple.com/fr/downloads. L’iPod classic requiert iTunes 9 ou ultérieur. Vous pouvez utiliser iTunes pour importer de la musique depuis des CD ou depuis Internet, acheter des morceaux et d’autres contenus audio et vidéo sur iTunes Store, créer des compilations personnelles de vos morceaux favoris (listes de lecture) que vous synchronisez avec l’.iPod classic18 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic iTunes dispose également d’une fonction nommée Genius pour créer des listes de lecture et des mix à partir des morceaux de votre bibliothèque iTunes qui vont bien ensemble. Vous pouvez synchroniser les listes de lecture Genius que vous créez dans iTunes avec l’iPod classic ou créer des listes de lecture Genius et écouter des Mix Genius sur l’iPod classic. Pour utiliser la fonction Genius, vous devez disposer d’un compte iTunes Store. iTunes possède bien d’autres fonctionnalités. Vous pouvez créer vos propres CD lisibles sur des lecteurs CD standard (si votre ordinateur possède un lecteur-graveur de CD), écouter la radio diffusée sur Internet, visionner des vidéos et des séries TV, évaluer les morceaux selon vos préférences et bien plus encore. Pour obtenir plus d’informations sur l’utilisation de ces fonctionnalités d’iTunes, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Si iTunes 9 ou ultérieur est installé sur votre ordinateur et que vous avez déjà configuré votre bibliothèque iTunes, vous pouvez vous rendre à la section « Ajout de musique, de vidéos et d’autres contenus à l’iPod classic » à la page 23. Configuration de votre bibliothèque iTunes Pour écouter de la musique sur l’iPod classic, vous devez d’abord importer cette musique dans iTunes sur votre ordinateur. Il y a trois façons d’importer de la musique et d’autres données audio dans iTunes :  Acheter de la musique, des livres audio et des vidéos ou télécharger des podcasts en ligne sur l’iTunes Store.  Importer de la musique et d’autres données audio à partir de CD audio.  Ajouter de la musique et d’autres données audio qui se trouvent déjà sur votre ordinateur à votre bibliothèque iTunes. Achat de musique et téléchargement de podcasts via l’iTunes Store Si vous disposez d’une connexion à Internet, vous pouvez facilement acheter et télé- charger des morceaux, des albums, et des livres audio en ligne sur l’iTunes Store. Vous pouvez également vous abonner à des podcasts et télécharger du contenu éducatif gratuit sur iTunes U.Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 19 Pour acheter de la musique en ligne via l’iTunes Store, vous devez configurer un compte gratuit dans iTunes, rechercher les morceaux que vous désirez, puis les acheter. Si vous possédez déjà un compte iTunes, vous pouvez l’utiliser pour vous connecter à l’iTunes Store et acheter des morceaux. Il n’est pas nécessaire de disposer d’un compte iTunes Store pour télécharger des podcasts ou s’y abonner. Pour entrer dans l’iTunes Store, ouvrez iTunes et cliquez sur iTunes Store (sous Store) dans la partie gauche de la fenêtre d’iTunes. Ajout de morceaux stockés sur votre ordinateur à votre bibliothèque iTunes Si votre ordinateur contient des morceaux encodés dans des formats de fichier pris en charge par iTunes, vous pouvez facilement les ajouter à iTunes. Pour apprendre comment importer de la musique de votre ordinateur dans iTunes, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Si vous utilisez iTunes pour Windows, vous pouvez convertir les fichiers WMA non protégés au format AAC ou MP3. Cela peut être utile si vous disposez d’une bibliothèque de musique encodée au format WMA. Pour en savoir plus, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Importation de musique dans iTunes à partir de CD audio iTunes permet d’Importer de la musique et d’autres données audio à partir de CD audio. Si vous disposez d’une connexion à Internet, iTunes obtient le nom des morceaux sur Internet (s’ils sont disponibles) et les affiche dans la fenêtre. Lorsque vous ajoutez des morceaux à l’iPod classic, les informations liées à ces morceaux sont également enregistrées.Pour apprendre comment importer de la musique depuis vos CD dans iTunes, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Ajout d’informations supplémentaires dans votre bibliothè- que iTunes Après avoir importé votre musique dans iTunes, vous pouvez ajouter des informations supplémentaires à propos des morceaux et des albums dans votre bibliothèque iTunes. La plupart de ces informations apparaissent dans l’iPod classic lorsque vous ajouter des morceaux.20 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic Saisie du nom des morceaux et d’autres informations Si vous ne disposez pas d’une connexion à Internet, si les informations liées aux morceaux ne sont pas disponibles pour la musique que vous importez ou si vous souhaitez ajouter d’autres informations (tels que le nom des compositeurs), vous pouvez saisir ces informations manuellement. Pour découvrir comment saisir les informations liées aux morceaux, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Ajout de paroles Vous pouvez saisir les paroles des morceaux au format texte dans iTunes pour pouvoir les afficher sur l’iPod classic en cours de lecture. Pour découvrir comment ajouter des paroles, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Pour en savoir plus, consultez la section « Visualisation des paroles sur l’iPod classic » à la page 36. Ajout des illustrations d’album La musique que vous achetez sur l’iTunes Store est accompagné de l’illustration de l’album, que votre iPod classic peut afficher. Vous pouvez ajouter automatiquement des illustrations d’album pour la musique que vous avez importée à partir de CD, si ces CD sont disponibles sur l’iTunes Store.Vous pouvez ajouter manuellement des illustrations d’album si vous les possédez sur votre ordinateur. Pour en savoir plus à ce sujet, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Pour en savoir plus, consultez la section « Affichage des illustrations d’albums sur l’iPod classic » à la page 36.Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 21 Organisation de votre musique Dans iTunes, vous pouvez organiser à votre guise les morceaux et d’autres éléments dans des listes appelées listes de lecture. Vous pouvez par exemple créer des listes de lecture à écouter lors de votre séance d’exercice physique ou qui correspondent à une ambiance particulière. Vous pouvez aussi créer des listes de lecture intelligente qui se mettent à jour automatiquement en fonction de règles que vous définissez. Lorsque vous ajoutez à iTunes des morceaux qui correspondent à ces règles, ils seront automatiquement ajoutés à la liste de lecture intelligente. Vous pouvez activer Genius dans iTunes et créer des listes de lecture de morceaux qui vont bien ensemble. Genius peut également organiser votre bibliothèque musicale automatiquement pour trier et regrouper les morceaux en collections appelées Mix Genius. Vous pouvez créer autant de listes de lecture avec n’importe quels morceaux de votre bibliothèque iTunes. Le fait d’ajouter un morceau à une liste de lecture ou de l’en supprimer ne le supprime pas de votre bibliothèque. Pour découvrir comment créer des listes de lectures dans iTunes, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Remarque : Pour créer des listes de lecture sur l’iPod classic lorsque l’iPod classic n’est pas connecté à un ordinateur, consultez la section « Création de listes de lecture OnThe-Go sur l’iPod classic » à la page 38. Activation de Genius dans iTunes Genius recherche les morceaux de votre bibliothèque qui vont bien ensemble et les utilise pour créer des listes de lecture et des Mix Genius. Une liste de lecture Genius se base sur un morceau que vous sélectionnez. iTunes compile ensuite une liste de lecture à partir des morceaux qui vont bien avec celui que vous avez sélectionné. Les Mix Genius sont des compilations présélectionnées de morceaux qui vont bien ensemble. Ils sont créés pour vous par iTunes, à l’aide des morceaux de votre bibliothè- que. Chaque Mix Genius est conçu pour vous fournir une expérience d’écoute diffé- rente à chaque fois. iTunes peut créer jusqu’à 12 Mix Genius, selon la variété de musique contenue dans votre bibliothèque iTunes. Pour créer des listes de lecture et des Mix Genius sur l’iPod classic, vous devez d’abord activer Genius dans iTunes. Pour en savoir plus, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes.22 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic Les listes de lecture et les Mix Genius créés dans iTunes peuvent être synchronisés avec l’iPod classic comme toute autre liste de lecture iTunes. Vous ne pouvez pas ajouter manuellement de Mix Genius à l’iPod classic. Consultez la section « Synchronisation des listes Genius et des Mix Genius avec l’iPod classic » à la page 26. Genius est un service gratuit qui requiert cependant un compte iTunes Store. Si vous n’avez pas de compte, vous pouvez en configurer un lorsque vous activez Genius. Import de vidéos dans iTunes Il existe plusieurs façons d’importer des vidéos dans iTunes, comme décrit ci-dessous. Acheter ou louer des vidéos et télécharger des podcasts vidéo sur l’iTunes Store Pour acheter des vidéos, c’est-à-dire des films, des séries TV et des clips vidéo, ou louer des films en ligne sur l’iTunes Store (partie d’iTunes qui n’est disponible que dans certains pays), vous devez vous connecter avec votre compte iTunes Store, rechercher les vidéos souhaitées et les acheter ou les louer. Un film loué expire 30 jours après la date de location ou 24 heures après le début du visionnement, quelle que soit la condition remplie en premier (les conditions de location peuvent être différentes à l’extérieur des États-Unis). Les films loués arrivés à expiration sont automatiquement supprimés. Ces conditions s’appliquent pour les locations aux États-Unis. Elles peuvent varier en fonction des pays. Pour entrer dans l’iTunes Store, ouvrez iTunes et cliquez sur iTunes Store (sous Store) dans la partie gauche de la fenêtre d’iTunes. Vous pouvez visionnez la bande-annonce d’un film ou l’aperçu d’une série TV en cliquant sur le bouton à côté de son nom. Les vidéos que vous avez achetées s’affichent lorsque vous sélectionnez Films, série TV (dans Bibliothèque) ou Achats (dans Store) dans la liste se trouvant dans la partie gauche de la fenêtre d’iTunes. Les vidéos louées apparaissent lorsque vous sélectionnez Films en location (sous Bibliothèque). Certains éléments disposent d’autres options, comme, par exemple, les séries TV, qui vous permettent d’acheter une carte pour la saison complète et tous les épisodes. Les podcasts vidéo apparaissent parmi les autres podcasts sur l’iTunes Store. Vous pouvez vous y abonner et les télécharger comme n’importe quel autre podcast. Il n’est pas nécessaire de disposer d’un compte iTunes Store pour télécharger des podcasts. Consultez la section « Achat de musique et téléchargement de podcasts via l’iTunes Store » à la page 18.Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 23 Créer des versions de vos propres vidéos pour qu’elles fonctionnent sur l’iPod classic Vous pouvez regarder d’autres types de fichiers vidéo sur l’iPod classic, comme les vidéos que vous avez créées dans iMovie sur un Mac ou les vidéos que vous avez télé- chargées sur Internet. Importez la vidéo dans iTunes, convertissez-la vers un format compatible avec l’iPod classic, si nécessaire, puis ajoutez-la à l’iPod classic. iTunes prend en charge beaucoup de formats vidéo que QuickTime prend en charge. Pour en savoir plus, consultez la section « Si vous ne parvenez pas à ajouter un morceau ou un autre élément à l’iPod classic » à la page 73. Il se peut que certaines vidéos soient déjà dans un format compatible avec l’iPod classic une fois que vous les avez importées dans iTunes. Si vous essayez d’ajouter une vidéo à l’iPod classic (voir « Synchronisation automatique de vidéos » à la page 27) et qu’un message indique que la vidéo ne peut pas être lue sur l’iPod classic, vous devez la convertir pour qu’elle puisse être vue sur l’iPod classic. Selon la longueur et le contenu de la vidéo, la conversion vers un format compatible avec l’iPod classic peut prendre de quelques minutes à plusieurs heures. Lorsque vous créez une vidéo pour la lire avec l’iPod classic, la vidéo originale reste dans votre bibliothèque iTunes. Pour en savoir plus sur la conversion de vidéos vers un format compatible avec l’iPod classic, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes ou lisez le document à l’adresse http://support.apple.com/kb/HT2729?viewlocale=fr_FR. Ajout de musique, de vidéos et d’autres contenus à l’iPod classic Une fois que vous avez importé votre musique dans iTunes et l’y avez organisée, vous pouvez facilement l’ajouter à l’iPod classic. Pour gérer la manière dont les morceaux, les vidéos, les photos et d’autres contenus sont ajoutés à l’iPod classic depuis votre ordinateur, connectez l’iPod classic à votre ordinateur, puis utilisez les préférences d’iTunes pour définir les réglages de l’iPod classic.24 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic Première connexion de l’iPod classic à un ordinateur La première fois que vous connecteu l’iPod classic à votre ordinateur après avoir installé iTunes, iTunes s’ouvre automatiquement et l’Assistant réglages de l’iPod classic apparaît. Pour utiliser l’Assistant réglages de l’iPod classic : 1 Saisissez un nom pour l’iPod classic. Ce nom est celui qui s’affichera dans la liste d’appareils de la partie gauche de la fenêtre d’iTunes. 2 Sélectionnez vos réglages. La synchronisation automatiques est activée par défaut. Pour plus d’informations concernant la synchronisation automatique et manuelle, réfé- rez-vous à la section suivante. 3 Cliquez sur Terminé. Vous pouvez modifier le nom de l’appareil ou les réglages à tout moment, si l’iPod classic est connecté à votre ordinateur. Quand vous cliquez sur Terminé, la sous-fenêtre Résumé apparaît. Si vous choisissez la synchronisation automatique, la synchronisation avec l’iPod classic démarre.. Ajout automatique ou manuel de contenu Il existe deux façons d’ajouter du contenu à l’iPod classic :  la synchronisation automatique : lorsque vous connectez l’iPod classic à votre ordinateur, l’iPod classic est automatiquement mis à jour avec votre bibliothèque iTunes. Vous pouvez synchroniser tous vos morceaux, vos listes de lecture, vos vidéos et vos podcasts, ou, si l’intégralité de votre bibliothèque iTunes ne tient pas sur l’iPod classic, vous pouvez synchroniser uniquement certains éléments.Vous pouvez synchroniser l’iPod classic automatiquement avec un seul ordinateur à la fois.  Gestion manuelle de l’iPod classic : lorsque vous connectez l’iPod classic, vous pouvez faire glisser des morceaux et des listes de lecture individuels vers l’iPod classic et supprimer des morceaux et des listes de lecture individuels de l’iPod classic. Avec cette option, vous pouvez ajouter des morceaux à partir de plusieurs ordinateurs sans effacer ceux qui se trouvent sur l’iPod classic. Lorsque vous générez la musique vousmême, vous devez toujours éjecter l’iPod classic d’iTunes avant de le déconnecter. Pour consultez directement la section relative à la gestion manuelle du contenu, réfé- rez-vous à « Gestion manuelle de l’iPod classic » à la page 30.Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 25 Synchronisation automatique de la musique L’iPod classic est configuré par défaut pour être synchronisé avec tous les morceaux et toutes les listes de lecture des votre ordinateur dès que vous le connectez à ce dernier. C’est la façon la plus simple d’ajouter de la musique à l’iPod classic. Pour cela, connectez l’iPod classic à votre ordinateur, laissez-le ajouter automatiquement des morceaux, des livres audio, des vidéos et d’autres éléments, puis déconnectez-le. Si vous avez ajouté des morceaux à iTunes depuis la dernière connexion de l’iPod classic, ils seront ajoutés à l’iPod classic. Si vous avec supprimé des morceaux d’iTunes, ils seront aussi supprimés de l’iPod classic. Pour synchroniser de la musique avec l’iPod classic : m Connectez l’iPod classic à votre ordinateur. Si l’iPod classic est configuré pour une synchronisation automatique, la mise à jour commence. Important : La première fois que vous connectez l’iPod classic à un ordinateur avec lequel il n’est pas synchronisé, un message vous demande si vous voulez synchroniser automatiquement les morceaux. Si vous acceptez, tous les morceaux, les livres audio, les vidéos et autres éléments sont supprimés de l’iPod classic et remplacés par ceux de l’ordinateur en question. Pendant la synchronisation de la musique de votre ordinateur avec l’iPod classic, la fenêtre d’état d’iTunes indique la progression et une icône de synchronisation s’affiche à côté de l’iPod classic dans la liste des sources. Une fois la mise à jour terminée, le message « La sychronisation de l’iPo a réussi » apparaît dans iTunes. En bas de la fenêtre d’iTunes, une barre indique l’espace disque utilisé par les différents types de contenu. S’il n’y a pas assez d’espace disponible sur l’iPod classic pour toute votre musique, vous pouvez configurer iTunes pour que le programme synchronise que certains morceaux et listes de lecture. Dans ce cas, seuls les morceaux et les listes de lecture que vous sélectionnez sont synchronisés avec l’iPod classic. Synchronisation de musique en fonction des listes de lectures, des artistes et des genres avec l’iPod classic Vous pouvez configurer iTunes de sorte qu’il synchronise les listes de lecture, les artistes ou les genres spécifiés avec l’iPod classic si la musique qui se trouve sur votre bibliothèque iTunes ne tient pas sur l’iPod classic. Dans ce cas, seule la musique des listes de lecture, des artistes et des genres que vous avez sélectionnés est synchronisée avec l’iPod classic. Pour configurer iTunes afin qu’il synchronise la musique des listes de lecture, des artistes et de genres spécifiés avec l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Musique. 26 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 2 Sélectionnez Synchroniser la musique, puis choisissez « Listes de lecture, artistes et genres sélectionnés ». 3 Sélectionnez les listes de lectures, les artistes ou les genres à synchroniser. 4 Pour inclure les clips vidéo, sélectionnez « Inclure les clips vidéo ». 5 Pour configurer iTunes afin qu’il remplisse automatiquement tout espace disponible sur l’iPod classic, sélectionnez « Remplir automatiquement l’espace libre avec des morceaux ». 6 Cliquez sur Appliquer. Remarque : Si la case « Ne synchroniser que les morceaux et vidéos sélectionnés » est cochée dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes ne synchronise que les éléments sélectionnés. Synchronisation des listes Genius et des Mix Genius avec l’iPod classic Vous pouvez régler iTunes pour qu’il synchronise les listes de lecture Genius et les Mix Genius avec l’iPod classic. Les listes Genius peuvent être ajoutées manuellement à l’iPod classic. Les Mix Genius ne peuvent être synchronisés qu’automatiquement. Vous ne pouvez pas ajouter de Mix Genius à l’iPod classic si vous gérez votre contenu manuellement. Si vous sélectionnez des Mix Genius à synchroniser, iTunes peut sélectionner et synchroniser d’autres morceaux de votre bibliothèque que vous n’avez pas sélectionnés. Pour régler iTunes afin qu’il synchronise les listes Genius et les Mix Genius sélectionnés avec l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Musique. 2 Sélectionnez « Synchroniser la musique », puis choisissez « Listes de lecture, artistes et genres sélectionnés ». 3 Sous Listes de lecture, sélectionnez les listes et les Mix Genius souhaités. 4 Cliquez sur Appliquer. Si vous choisissez de synchroniser l’ensemble de votre bibliothèque musicale, iTunes synchronise toutes vos listes de lecture Genius et tous vos Mix Genius. Si la case « Ne synchroniser que les morceaux et vidéos sélectionnés » est cochée dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes ne synchronise que les éléments sélectionnés.Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 27 Ajout de vidéos à l’iPod classic Vous pouvez ajouter des films et des séries TV à l’iPod classic de la même façon que vous ajoutez des morceaux. Vous pouvez configurer iTunes de sorte qu’il synchronise automatiquement tous les films et toutes les séries TV vers l’iPod classic lorsque vous connectez l’iPod classic ou configurer iTunes de sorte qu’il ne synchronise que les listes de lecture sélectionnées. Si cela ne vous convient pas, vous pouvez gérer manuellement les films et les séries TV. Cette option permet d’ajouter des vidéos à partir de plusieurs ordinateurs sans effacer celles qui se trouvent sur l’iPod classic. Remarque : Les clips vidéo sont gérés avec les morceaux, dans l’onglet Musique d’iTunes. reportez-vous à la section « Ajout de musique, de vidéos et d’autres contenus à l’iPod classic » à la page 23. Important : Vous ne pouvez visionner un film loué que sur un appareil à la fois. Par exemple, si vous louez un film sur l’iTunes Store et que vous l’ajoutez à votre iPod classic, vous ne pouvez le visionner que sur l’iPod classic. Si vous retransférez le film dans iTunes, vous ne pouvez le visionner que dans iTunes et plus sur votre iPod classic. Pensez à la date d’expiration des locations. Synchronisation automatique de vidéos Par défaut, l’iPod classic est configuré pour synchroniser toutes les vidéos de votre ordinateur lorsque vous le connectez à ce dernier. C’est la façon la plus simple d’ajouter des vidéos à l’iPod classic. Pour cela, connectez l’iPod classic à votre ordinateur, laissez-le ajouter automatiquement des vidéos et d’autres éléments, puis déconnectez-le. Si vous avez ajouté des vidéos à iTunes depuis la dernière connexion de l’iPod classic, elles seront ajoutées à l’iPod classic. Si vous avec supprimé des vidéos d’iTunes, elles seront aussi supprimées de l’iPod classic. S’il n’y a pas assez d’espace disponible sur l’iPod classic pour toute vos vidéos, vous pouvez configurer iTunes pour qu’il synchronise que les vidéos que vous spécifiez.Vous pouvez synchroniser les vidéos sélectionnées ou les listes de lecture sélectionnées qui contiennent des vidéos. Les réglages concernant la synchronisation des films et celle des séries TV sont diffé- rents. Les réglages de synchronisation des films n’auront aucune incidence sur ceux des séries TV et inversement. Pour configurer dans iTunes la synchronisation des films avec l’ iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Films. 2 Sélectionnez « Synchroniser les films ». 3 Sélectionnez les films ou listes de lecture souhaités. Tous les films, les récents ou les non-visionnés : Sélectionnez « Inclure automatiquement… films » et choisissez les options souhaitées dans le menu local.28 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic Films sélectionnés ou Listes de lecture sélectionnées :Sélectionnez les films ou listes de lecture souhaités. 4 Cliquez sur Appliquer. Si la case « Ne synchroniser que les morceaux et vidéos sélectionnés » est cochée dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes ne synchronise que les éléments sélectionnés. Pour configurer dans iTunes la synchronisation de séries TV avec l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Séries TV. 2 Sélectionnez « Synchroniser les séries TV ». Tous les épisodes, les récents ou les non-visionnés : Sélectionnez « Inclure automatiquement… épisodes… » et choisissez les options souhaitées dans les menus locaux. Épisodes des listes de lecture sélectionnées :Sélectionnez les listes de lecture voulues. 3 Cliquez sur Appliquer. Si la case « Ne synchroniser que les morceaux et vidéos sélectionnés » est cochée dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes ne synchronise que les éléments sélectionnés. Ajout de podcasts à l’iPod classic Les réglages relatifs à l’ajout de podcasts à l’iPod classic ne sont pas liés aux réglages relatifs à l’ajout de morceaux et de vidéos. Les réglages relatifs aux podcasts n’influent pas sur ceux de des morceaux et des vidéos, et inversement. Vous pouvez configurer iTunes de sorte qu’il synchronise automatiquement tous les podcasts ou uniquement les podcasts sélectionnés, ou ajouter manuellement des podcasts à l’iPod classic. Pour configurer iTunes de sorte qu’il mette automatiquement à jour les podcasts de l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Podcasts. 2 Dans la sous-fenêtre Podcasts, sélectionnez Synchroniser les podcasts. 3 Sélectionnez les podcasts, les épisodes et les listes de lecture désirés et définissez les options de synchronisation. 4 Cliquez sur Appliquer. Lorsque vous configurez iTunes de sorte qu’il synchronise automatiquement les podcasts de l’iPod classic, l’iPod classic est mis à jour chaque fois que vous le connectez à votre ordinateur. Si la case « Ne synchroniser que les morceaux et vidéos sélectionnés » est cochée dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes ne synchronise que les éléments sélectionnés.Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 29 Ajout de podcasts vidéo à l’iPod classic Vous pouvez ajouter des podcasts vidéo à l’iPod classic de la même façon que vous ajoutez d’autres podcasts (voir « Ajout de podcasts à l’iPod classic » à la page 28). Si un podcast inclut une vidéo, la vidéo est lue lorsque vous le sélectionnez dans le menu Podcasts. Ajout de contenu iTunes U à l’iPod classic Les réglages relatifs à l’ajout de contenu iTunes U à l’iPod classic ne sont pas liés aux réglages relatif à l’ajout d’autre contenu. Les réglages relatifs à iTunes U n’ont pas d’incidence sur d’autres réglages, et inversement. Vous pouvez configurer iTunes de sorte qu’il synchronise automatiquement tous le contenu iTunes U ou uniquement le contenu iTunes U sélectionné, ou ajouter manuellement du contenu iTunes U à l’iPod classic. Pour configurer iTunes de sorte qu’il mette automatiquement à jour le contenu iTunes U de l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des phériphériques, puis cliquez sur l’onglet iTunes U. 2 Dans la sous-fenêtre iTunes U, sélectionnez Synchroniser iTunes U. 3 Sélectionnez les collections, les éléments et les listes de lecture désirés et définissez les options de synchronisation. 4 Cliquez sur Appliquer. Lorsque vous configurez iTunes de sorte qu’il synchronise automatiquement le contenu iTunes U, l’iPod classic est mis à jour chaque fois que vous le connectez à votre ordinateur. Si l’option « Ne synchroniser que les morceaux et vidéos cochés » est sélectionnée dans la sous-fenêtre Résumé, iTunes ne synchronise que les éléments cochés dans votre bibliothèque iTunes U et dans les autres bibliothèques. Ajout de livres audio à l’iPod classic Vous pouvez acheter et télécharger des livres audio depuis l’iTunes Store ou à l’adresse audible.com ou encore en importer depuis des CD et les écouter sur l’iPod classic. Utilisez iTunes pour ajouter des livres audio à l’iPod classic. Si vous synchronisez automatiquement l’iPod classic, tous les livres audio contenus dans votre bibliothèque iTunes sont ajoutés à la liste de lecture appelée Livres audio, que vous pouvez synchronisez avec l’iPod classic. Si vous gérez le contenu de votre iPod classic manuellement, vous pouvez ajouter des livres audio un par un.30 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic Pour synchroniser des livres audio avec l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Musique. 2 Sélectionnez Synchroniser la musique, puis à choix :  Sélectionnez « Toute la biblothèque musicale ».  Sélectionnez « Listes de lecture, artistes et genres sélectionnés », puis sélectionnez Livres audio (dans Listes de lecture). 3 Cliquez sur Appliquer. La mise à jour commence automatiquement. Ajout d’autre contenu à l’iPod classic Vous pouvez aussi utiliser iTunes pour synchroniser des photos, des jeux, des contacts et bien plus encore avec votre . iPod classicVous pouvez configurer iTunes afin que le contenu soit synchronisé automatiquement ou gérer manuellement le contenu de votre iPod classic. Pour plus d’informations sur la manière d’ajouter d’autres types de contenu à l’iPod classic, voir :  « Ajout de photos provenant de votre ordinateur à l’iPod classic » à la page 52  « Pour synchroniser automatiquement les jeux sur l’iPod classic : » à la page 62  « Synchronisation des contacts, des calendriers et des listes de tâches » à la page 63 Gestion manuelle de l’iPod classic Si vous gérer le contenu de l’iPod classic manuellement, vous pouvez ajouter et supprimer des morceaux (y compris des clips vidéo) et des vidéos (y compris des films et des séries TV) à votre guise. Vous pouvez aussi ajouter de la musique et des vidéos de plusieurs ordinateurs à l’iPod classic sans supprimer les éléments qui se trouvent déjà sur l’iPod classic. Vous ne pouvez pas ajouter de Mix Genius à l’iPod classic manuellement, mais vous pouvez ajouter des listes de lecture Genius manuellement. Régler l’iPod classic de manière à pouvoir gérer manuellement la musique et la vidéo désactive les options de synchronisation automatique dans les sous-fenêtres Musique, Films, Séries TV, Podcasts, iTunes U, Photos, Contacts et Jeux. Vous ne pouvez pas gérer manuellement les uns et synchroniser automatiquement les autres. Si vous avez configuré iTunes pour la gestion manuelle, vous pouvez régler l’application plus tard afin de mettre en place la synchronisation automatique. Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic 31 Pour configurer iTunes de manière à pouvoir gérer manuellement le contenu de l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 2 Dans la section Options, sélectionnez « Gérer manuellement la musique et les clips vidéo ». 3 Cliquez sur Appliquer. Lorsque vous gérez manuellement le contenu de l’iPod classic, vous devez toujours éjecter l’iPod classic d’iTunes avant de le déconnecter. Lorsque vous connectez un iPod classic géré manuellement à un ordinateur, il apparaît dans la liste de phériphériques située dans la partie gauche de la fenêtre d’iTunes. Pour ajouter un morceau, une vidéo ou tout autre élément à l’iPod classic : 1 Dans iTunes, cliquez sur Musique ou sur un autre élément dans la liste Bibliothèque à gauche. 2 Faites glisser un morceau ou tout autre élément vers l’icône de l’iPod classic dans la liste des phériphériques. Pour supprimer un morceau, une vidéo ou tout autre élément de l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources. 2 Sélectionnez un morceau ou tout autre élément sur l’iPod classic, puis appuyez sur la touche Supprimer ou Arrière de votre clavier. Si vous supprimez manuellement un morceau ou tout autre élément de l’iPod classic, il n’est pas supprimé de votre bibliothèque iTunes. Pour créer une nouvelle liste de lecture sur l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur le bouton Ajouter (+) ou choisissez Fichier > « Nouvelle liste de lecture ». 2 Tapez le nom de la liste de lecture. 3 Cliquez sur un élément, comme par exemple Musique, dans la liste Bibliothèque, puis faites glisser un morceau ou un autre élément vers la liste de lecture. Pour ajouter des morceaux à ou supprimer des morceaux d’une liste de lecture sur l’iPod classic : m Faites glisser un morceau vers une liste de lecture de l’iPod classic pour ajouter le morceau à celle-ci. Sélectionnez un morceau dans une liste de lecture et appuyez sur la touche Supprimer du clavier pour supprimer le morceau.32 Chapitre 2 Configuration de l’iPod classic Pour configurer iTunes de manière à synchroniser automatiquement la musique, la vidéo et les podcasts de l’ : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur |l’onglet Résumé. 2 Desélectionnez « Gérer manuellement la musique et les clips vidéo ». 3 Cliquez sur Appliquer. La mise à jour commence automatiquement.3 33 3 Écoute musique Lisez ce chapitre pour savoir comment utiliser votre iPod classic à votre guise. Une fois votre iPod classic configuré, vous pouvez écouter des morceaux, des podcasts, des livres audio et bien plus encore. Lecture de musique et d’autres fichiers audio Lorsqu’un morceau est en cours de lecture, l’écran En lecture apparaît. Le tableau suivant décrit les éléments qui apparaissent dans l’écran En lecture de l’iPod classic. Élément de l’écran En lecture Fonction Icône Aléatoire (¡) Apparaît lorsque l’iPod classic est configuré pour lire de façon aléatoire des morceaux ou des albums. Icône Répéter (⁄) Apparaît lorsque l’iPod classic est configuré pour répéter tous les morceaux. L’icône Répéter une fois (!) apparaît lorsque l’iPod classic est configuré pour ne répéter qu’un seul morceau. Icône de lecture S’affiche lorsqu’un morceau est en cours de lecture. L’icône Pause (1) apparaît lorsque la lecture de l’élément est interrompue temporairement. Icône de la batterie Elle indique la charge restante approximative. Pochette d’album Affiche l’illustration de l’album, si elle est disponible. Icône Aléatoire Icône Répéter Barre de progression Informations sur le morceau, classement et numéro de séquence Pochette d’album Icône de la batterie Icône de lecture34 Chapitre 3 Écoute musique Lorsque l’écran En lecture est affiché, cliquez sur le bouton central pour naviguer parmi ces éléments supplémentaires. Utilisez la molette cliquable et le bouton central pour sélectionner un morceau ou un clip vidéo. Lorsque vous lisez des clips vidéo depuis le menu Musique, vous n’entendez que la musique. Par contre, lorsque vous les lisez depuis le menu Vidéos, vous voyez aussi la vidéo. Pour sélectionner un morceau et le lire : m sélectionnez Musique, recherchez un morceau ou un clip vidéo et appuyez sur le bouton Lecture/Pause. Pour régler le volume : m lorsque la barre de progression est affichée, vous pouvez utiliser la molette cliquable pour régler le volume. Si celle-ci n’est pas affichée, cliquez sur le bouton central jusqu’à ce qu’elle apparaisse. Pour écouter une partie différente du morceau : 1 appuyez sur le bouton central jusqu’à l’apparition du défileur ; 2 utilisez la molette cliquable pour déplacer la tête de lecture à l’endroit souhaité sur le défileur. Informations du morceau Affiche le titre du morceau, le nom de l’artiste et le titre de l’album. Si vous notez le morceau, les étoiles de classement s’affichent.Affiche le numéro du morceau en cours de lecture dans la séquence de morceaux actuelle. Barre de progression Affiche le temps écoulé et le temps restant du morceau en cours de lecture. Élément de l’écran En lecture Fonction Élément de l’écran Fonction défileur Vous permet de vous rendre rapidement à un endroit différent de la piste. Curseur Genius Crée une liste de lecture Genius basée sur le morceau en cours de lecture. Le curseur Genius n’apparaît pas si aucune information Genius est disponible pour le morceau en cours de lecture. Curseur de lecture aléatoire Vous permet de lire des morceaux ou des albums dans un ordre aléatoire directement depuis l’écran En lecture. Classement du morceau Vous permet de notez le morceau. lyrics Affiche les paroles du morceau en cours de lecture.Les paroles ne peuvent pas s’afficher si vous ne les avez pas ajoutées dans iTunes.Chapitre 3 Écoute musique 35 Pour créer une liste de lecture Genius à partir du morceau en cours de lecture : 1 appuyez sur le bouton central jusqu’à l’apparition du curseur Genius ; 2 utilisez la molette cliquable pour déplacer le curseur au début. Le curseur Genius n’apparaît pas si aucune information Genius est disponible pour le morceau en cours de lecture. Pour régler la lecture aléatoire à partir de l’écran En lecture : 1 appuyez sur le bouton central jusqu’à l’apparition du curseur de lecture aléatoire ; 2 utilisez la molette cliquable pour déplacer le curseur sur Morceaux ou sur Albums.  Choisissez Morceaux pour lire tous les morceaux de votre iPod classic en lecture aléatoire.  Choisissez Albums pour lire les morceaux de l’album en cours de lecture dans l’ordre,iPod classic, puis choisir de manière aléatoire le prochain album à reproduire. Pour simplement écouter un clip vidéo : m choisissez Musique, puis sélectionnez le clip vidéo souhaité. Lorsque vous lisez la vidéo, vous l’entendez mais vous ne voyez pas l’image. Il en va de même pour les podcasts vidéo. Pour revenir au menu précédent : m depuis n’importe quel écran, appuyez sur Menu. Classement des morceaux Vous pouvez attribuer à un morceau une note d’évaluation (de 1 à 5 étoiles) pour indiquer à quel point il vous plaît. Vous pouvez créer automatiquement des listes de lecture intelligentes dans iTunes grâce à ce classement. Pour attribuer une note à un morceau : 1 lancez la lecture du morceau ; 2 à partir de l’écran En lecture, appuyez sur le bouton central jusqu’à ce que les cinq pastilles de classement apparaissent ; 3 utilisez la molette cliquable pour noter un morceau (la note est représentée par des étoiles). Le classement des morceaux que vous effectuez sur votre iPod classic est transféré sur iTunes lors de la synchronisation. Remarque : Il est impossible d’attribuer une note à un podcast vidéo.36 Chapitre 3 Écoute musique Visualisation des paroles sur l’iPod classic Si vous ajoutez des paroles à un morceau dans iTunes (voir la section « Ajout de paroles » à la page 20), puis ajoutez ce morceau à l’iPod classic, vous pouvez afficher les paroles sur l’iPod classic. Les paroles ne peuvent pas s’afficher si vous ne les avez pas ajoutées dans iTunes. Pour afficher les paroles sur l’iPod classic lorsqu’un morceau est en cours de lecture : m lorsque l’écran En lecture est affiché, cliquez sur le bouton central jusqu’à ce que les paroles apparaissent. Vous pouvezfaire défiler les paroles au fur et à mesure de la lecture du morceau. Affichage des illustrations d’albums sur l’iPod classic iTunes affiche les illustrations d’albums sur votre iPod classic, si celles-ci sont disponibles. Les illustrations apparaissent sur votre iPod classic dans la liste d’albums, lorsque vous lisez un morceau et en mode Cover Flow (référez-vous à la section suivante pour plus d’informations concernant le mode Cover Flow). Pour afficher les illustrations d’album sur l’iPod classic : m lorsque vous lisez un morceau qui comprend une illustration d’album, celle-ci s’affiche dans l’écran En lecture. Pour en savoir plus à ce sujet, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Exploration de la musique à l’aide de Cover Flow Vous pouvez naviguer dans votre collection de musique à l’aide de Cover Flow, un moyen visuel de passer en revue le contenu de votre bibliothèque. Cover Flow affiche vos albums par ordre alphabétique du nom des artistes. Vous pouvez voir l’illustration de l’album, le titre de celui-ci et le nom de l’artiste. Pour utiliser Cover Flow : 1 dans le menu Musique, choisissez Cover Flow ; 2 utilisez la molette cliquable (ou appuyez sur les boutons Suivant/Avance rapide et Pré- cédent/Retour rapide) pour naviguer parmi les illustrations d’albums ; 3 sélectionnez un album, puis appuyez sur le bouton central ; 4 utilisez la molette cliquable pour sélectionner un morceau, puis appuyez sur le bouton central pour le lire. Accès aux commandes supplémentaires Il est possible d’accéder à certaines commandes supplémentaires de l’iPod classic directement depuis l’écran En lecture et depuis certains menus. Pour accéder aux commandes supplémentaires : m maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse, sélectionnez une commande, puis appuyez à nouveau sur le bouton central.Chapitre 3 Écoute musique 37 Si aucun menu apparaît, cela signifie qu’il n’y a pas de commande supplémentaires disponibles. Utilisation de la fonction Genius sur l’iPod classic La fonction Genius peut créer automatiquement des listes de lecture composées de morceaux qui vont bien ensemble, même lorsque l’iPod classic n’est pas connecté à votre ordinateur. Vous pouvez également lire des Mix Genius, qui sont des compilations présélectionnées de morceaux qui vont bien ensemble. Vous pouvez créer des listes Genius dans iTunes et les ajouter à l’iPod classic ou synchroniser des Mix Genius avec l’iPod classic. Pour pouvoir utiliser la fonction Genius, vous devez la configurer sur l’iTunes Store, puis synchroniser l’iPod classic avec iTunes (voir « Activation de Genius dans iTunes » à la page 21). Pour créer une liste de lecture Genius sur l’iPod classic : 1 sélectionnez un morceau, puis maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse. (Vous pouvez sélectionner un morceau à partir d’un menu ou d’une liste de lecture ou vous pouvez commencer à partir de l’écran En lecture) ; 2 choisissez Lancer Genius ; Lancer Genius n’apparaît pas dans le menu des commandes supplémentaires si :  vous n’avez pas configuré Genius dans iTunes, puis synchronisé l’iPod classic avec iTunes ;  Genius ne reconnaît pas le morceau sélectionné ;  Genius reconnaît le morceau, mais qu’il y a au moins dix morceaux similaires dans votre bibliothèque. 3 appuyez sur le bouton central ;La nouvelle liste de lecture apparaît. 4 Pour garder cette liste de lecture, choisissez Enregistrer la liste. La liste de lecture est enregistrée sous le nom du morceau et l’artiste du morceau utilisé pour la créer. 5 Pour changer la liste de lecture en une nouvelle liste basée sur le même morceau, choisissez Actualiser. Lorsque vous actualisez une liste de lecture enregistrée, la nouvelle liste remplace l’ancienne. Vous ne pouvez plus récupérer la liste de lecture précédente. Vous pouvez également lancer Genius depuis l’écran En lecture en appuyant sur le bouton central jusqu’à ce que le curseur Genius apparaisse, puis en utilisant la molette cliquable pour déplacer le curseur sur la droite.Le curseur de Genius n’apparaît pas si aucune information Genius est disponible pour le morceau en cours de lecture.38 Chapitre 3 Écoute musique Les listes de lecture Genius enregistrées sur l’iPod classic sont synchronisées dans iTunes lorsque vous connectez l’iPod classic à votre ordinateur. Pour lire une liste de lecture Genius : m choisissez Musique > Listes de lecture > et sélectionnez une liste de lecture Genius. Écoute de Mix Genius iTunes crée pour vous des Mix Genius composés de morceaux de votre bibliothèque qui vont bien ensemble. Les Mix Genius sont différentes à chaque écoute. iTunes peut créer jusqu’à 12 Mix Genius en fonction de la diversité de musique de votre bibliothè- que iTunes. Pour apprendre à synchroniser les Mix Genius avec l’iPod classic, voir « Synchronisation des listes Genius et des Mix Genius avec l’iPod classic » à la page 26. Pour écouter un Mix Genius : 1 Choisissez Musique > Mix Genius. 2 Utilisez la molette cliquable (ou appuyez sur Suivant/Avance rapide ou Précédent/ Retour rapide) pour parcourir les Mix Genius. Les points situés en bas de l’écran indiquent le nombre de Mix Genius synchronisés avec l’iPod classic. 3 Pour lancer la lecture d’un Mix Genius, appuyez sur le bouton central ou sur Lecture/ Pause lorsque vous voyez cet écran. Création de listes de lecture On-The-Go sur l’iPod classic Vous pouvez créer des listes de lecture On-The-Go sur l’iPod classic lorsque l’iPod classic n’est pas connecté à votre ordinateur.. Pour créer une liste de lecture On-The-Go : 1 sélectionnez un morceau, puis maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse ; 2 choisissez « Ajouter à On-the-Go », puis appuyez sur le bouton central. 3 Pour ajouter d’autres morceaux, répétez les étapes 1 et 2. 4 Sélectionnez Musique > Listes de lecture > On-The-Go pour afficher et lire votre liste de morceaux. L’icône de haut-parleur apparaît lorsque le Mix Genius sélectionné est en cours de lecture. ❋Chapitre 3 Écoute musique 39 Vous pouvez également ajouter une liste de morceaux. Par exemple, pour ajouter un album, sélectionnez le titre de l’album, puis maintenez le bouton central enfoncé jusqu’à ce qu’un menu apparaisse et sélectionnez « Ajouter à On-The-Go ». Pour lire les morceaux d’une liste de lecture On-The-Go : m sélectionnez Musique > Listes de lecture > On-The-Go, puis choisissez un morceau. Pour supprimer un morceau d’une liste de lecture On-The-Go : 1 sélectionnez un morceau dans la liste de lecture, puis maintenez enfoncé le bouton central jusqu’à ce qu’un menu apparaisse ; 2 choisissez « Supprimer de On-the-Go », puis appuyez sur le bouton central. Pour effacer tout le contenu de la liste de lecture On-The-Go : m Choisissez Musique > Listes de lecture > On-The-Go > Effacer la liste de lecture, puis cliquez sur Effacer. Pour enregistrer la liste de lecture On-The-Go sur l’iPod classic : m Choisissez Musique > Listes de lecture > On-The-Go > Enregistrer liste. La première liste de lecture est enregistrée sous l’intitulé « Nouvelle liste 1 » dans le menu Listes de lecture. La liste de lecture On-The-Go est effacée. Vous pouvez enregistrer autant de listes de lecture que vous le souhaitez. Après avoir enregistré une liste de lecture, vous ne pouvez plus en supprimer des morceaux. Pour copier les listes de lecture On-The-Go sur votre ordinateur : m Si l’iPod classic est configuré de manière à mettre automatiquement à jour les morceaux (voir la section « Synchronisation automatique de la musique » à la page 25) et vous créez une liste de lecture On-The-Go, la liste de lecture est copiée automatiquement vers iTunes lorsque vous connectez l’iPod classic. La nouvelle liste de lecture OnThe-Go apparaît dans la liste des listes de lecture d’iTunes. Vous pouvez renommer, modifier ou supprimer la nouvelle liste de lecture, comme n’importe quelle autre liste de lecture. Exploration des morceaux par artiste ou album Lorsque vous écoutez un morceau, vous pouvez explorer les morceaux du même artiste ou tous les morceaux de l’album actuel. Pour explorer les morceaux par artiste : 1 Dans l’écran En lecture, maintenez le bouton central enfoncé jusqu’à ce qu’un menu apparaisse. 2 Choisissez Explorer l’artiste, puis appuyez sur le bouton central. Vous voyez apparaître les autres morceaux de cet artiste qui figurent sur votre iPod classic. Vous pouvez sélectionner un autre morceau ou revenir à l’écran En lecture.40 Chapitre 3 Écoute musique Pour explorer les morceaux par album : 1 Dans l’écran En lecture, maintenez le bouton central enfoncé jusqu’à ce qu’un menu apparaisse. 2 Choisissez Explorer l’album, puis appuyez sur le bouton central. Vous voyez apparaître les autres morceaux de l’album qui figurent sur votre iPod classic. Vous pouvez sélectionner un autre morceau ou revenir à l’écran En lecture. Réglage de l’iPod classic pour la lecture de morceaux dans un ordre aléatoire Vous pouvez configurer l’iPod classic de sorte qu’il lise des morceaux, des albums ou l’ensemble de votre bibliothèque dans un ordre aléatoire. Pour configurer l’iPod classic de manière qu’il lise tous vos morceaux dans un ordre aléatoire : m Choisissez Mix de morceaux dans le menu principal de l’iPod classic. L’iPod classic commence à lire des morceaux de l’ensemble de votre bibliothèque de musique dans un ordre aléatoire, en ignorant les livres audio et les podcasts. Pour configurer l’iPod classic de sorte qu’il lise toujours les morceaux ou les albums dans un ordre aléatoire : 1 Choisissez Réglages dans le menu principal de l’iPod classic. 2 Réglez l’élément du menu Aléatoire sur Morceaux ou Albums. Lorsque vous configurez l’iPod classic pour lire les morceaux dans un ordre aléatoire, l’iPod classic reproduit dans un ordre aléatoire les morceaux de la liste (par exemple l’album ou la liste de lecture) que vous avez choisi de lire. Lorsque vous configurez l’iPod classic pour lire les albums dans un ordre aléatoire, il lit tous les morceaux d’un album dans l’ordre, puis sélectionne de façon aléatoire un autre album et lit également les morceaux qu’il contient dans l’odrdre. Vous pouvez aussi configurer l’iPod classic pour lire des morceaux dans un ordre aléatoire directement depuis l’écran En lecture. Pour configurer l’iPod classic pour lire les morceaux dans un ordre aléatoire depuis l’écran En lecture : 1 Dans l’écran En lecture, cliquez sur le bouton central jusqu’à ce que le curseur de lecture aléatoire apparaisse. 2 Utilisez la molette cliquable pour configurez l’iPod classic pour lire les morceaux ou les albums dans un ordre aléatoire. Réglage de l’iPod classic pour la répétition des morceaux Vous pouvez régler l’iPod classic de sorte qu’il répète un morceau indéfiniment ou bien qu’il répète les morceaux d’une liste particulière.Chapitre 3 Écoute musique 41 Pour régler l’iPod classic de sorte qu’il répète les morceaux : m Choisissez Réglages dans le menu principal de l’iPod classic.  Pour répéter tous les morceaux de la liste, réglez l’élément du menu Répéter sur Tous.  Pour lire un morceau en boucle, réglez l’élément du menu Répéter sur Un.42 Chapitre 3 Écoute musique Recherche de musique Vous pouvez rechercher sur l’iPod classic des morceaux, des listes de lecture, des titres d’album, des noms d’artiste, des podcasts audio et des livres audio. La recherche ne porte pas sur les vidéos, les notes, les éléments de calendrier, les contacts ni les paroles. Remarque : Toutes les langues ne sont pas prises en charge. Pour rechercher de la musique : 1 Choisissez Rechercher dans le menu Musique. 2 Saisissez une chaîne de recherche. Pour cela, utilisez la molette cliquable pour parcourir l’alphabet et choisissez les caractères un par un en appuyant sur le bouton central. iPod classic lance la recherche dès que vous saisissez le premier caractère et affiche les résultats sur l’écran de recherche. Par exemple, si vous saisissez « b », l’ iPod classic affiche tous les éléments de musique qui contiennent la lettre « b ». si vous saisissez « ab », l’iPod classic affiche tous les éléments qui contiennent cette suite de lettres. Pour saisir un espace, appuyez sur le bouton Suivant/Avance rapide. Pour supprimer le caractère précédent, appuyez sur le bouton Précédent/Retour rapide. 3 Appuyez sur Menu pour afficher la liste des résultats dans laquelle vous pouvez naviguez à l’aide de la molette cliquable. Les éléments apparaissent dans la liste des résultats avec des icônes identifiant leur type : morceau, vidéo, artiste, album, livre audio, podcast ou iTunes U. Pour revenir à Recherche (si l’élément Recherche est sélectionné dans le menu), appuyez sur le bouton central. Personnalisation du menu Musique Vous pouvez ajouter ou supprimer des éléments du menu Musique comme dans le menu principal. Vous pouvez par exemple ajouter un élément Compilations au menu Musique pour pouvoir choisir facilement des compilations constituées à partir de plusieurs sources. Pour ajouter ou supprimer des éléments dans le menu Musique : 1 Choisissez Réglages > Menu Musique. 2 Choisissez les différents éléments qui doivent apparaître dans le menu Musique. Une coche identifie les éléments qui ont été ajoutés. Pour revenir aux réglages du menu Musique, choisissez Réinitialiser le menu.Chapitre 3 Écoute musique 43 Réglage de la limite de volume maximum Vous pouvez définir une limite de volume maximum sur l’iPod classic et assigner un code pour empêcher quiconque de modifier ce réglage. Pour définir le volume maximum de l’iPod classic : 1 Sélectionnez Réglages > Volume maximum. La commande de volume affiche le volume actuel. 2 Utilisez la molette cliquable pour sélectionner le niveau sonore que vous souhaitez établir en tant que volume maximum. Vous pouvez appuyez sur Lire afin d’écouter le morceau en cours de sélection lorsque vous choisissez le niveau sonore. 3 Appuyez sur le bouton central pour définir le volume maximum. Dans la barre de volume, un triangle indique le volume maximum. 4 Appuyez sur le bouton Menu pour valider le volume maximum défini sans exiger de code pour le modifier. Vous pouvez également définir, dans l’écran Saisir le code, le code nécessaire pour modifier le volume maximum. 5 Pour saisir un code :  Utilisez la molette cliquable pour sélectionner un chiffre à entrer dans la case du premier chiffre. Appuyez sur le bouton central pour confirmer votre choix et passer à la case suivante.  Utilisez la même méthode pour définir les autres chiffres du code (ou combinaison). Vous pouvez utiliser le bouton Suivant/Avance rapide pour passer à la case suivante ou le bouton Précédent/Retour rapide pour revenir à la case précédente. Appuyez sur le bouton central lorsque vous vous trouvez sur la dernière position pour confirmer le code entier. Si vous avez défini une combinaison, vous devez alors la saisir avant de modifier ou de supprimer le volume maximum. Le volume des morceaux et des autres fichiers audio peut varier selon leur mode d’enregistrement ou d’encodage. Consultez la section « Activation de la lecture de tous les morceaux au même volume » à la page 44 pour obtenir des informations sur la manière de mettre en place un niveau sonore relatif dans iTunes et sur l’iPod classic. Le niveau sonore peut également varier selon le type d’écouteurs ou de casque utilisés. À l’exception de l’iPod Radio Remote, les accessoires qui se branchent via le connecteur iPod Dock Connector de l’iPod ne prennent pas en charge le volume maximum. Pour modifier le volume maximum : 1 Sélectionnez Réglages > Volume maximum. 44 Chapitre 3 Écoute musique 2 Si vous avez établi une combinaison, saisissez-la en utilisant la molette cliquable pour sélectionner les chiffres et en appuyant sur le bouton central pour les valider. 3 Utilisez la molette cliquable pour modifier le niveau sonore établi en tant que volume maximum. 4 Appuyez sur le bouton Lecture/Pause pour accepter la modification. Pour supprimer le volume maximum : 1 Si vous êtes en train d’écouter l’iPod classic, appuyez sur Pause. 2 Sélectionnez Réglages > Volume maximum. 3 Si vous avez établi une combinaison, saisissez-la en utilisant la molette cliquable pour sélectionner les chiffres et en appuyant sur le bouton central pour les valider. 4 Utilisez la molette cliquable pour déplacer la limite établie jusqu’au niveau le plus élevé sur la barre de volume. Cela annule toute restriction quant au volume. 5 Appuyez sur le bouton Lecture/Pause pour accepter la modification. Si vous avez oublié le code, vous pouvez toujours restaurer l’iPod classic. Consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78 pour en savoir plus. Activation de la lecture de tous les morceaux au même volume iTunes peut régler automatiquement le volume des morceaux, de manière qu’ils soient lus au même volume relatif. Vous pouvez configurer l’iPod classic de sorte qu’il utilise les réglages de volume d’iTunes. Pour régler iTunes de sorte qu’il lise les morceaux au même niveau sonore : 1 Dans iTunes, sélectionnez iTunes > Préférences si vous utilisez un Mac ou sélectionnez Édition > Préférences si vous utilisez un PC Windows. 2 Cliquez sur Lecture, cochez la case Égaliseur de volume, puis cliquez sur OK. Pour configurer l’iPod classic de sorte qu’il utilise les réglages de volume d’iTunes : m Choisissez Réglages, puis réglez Égaliseur de volume sur Oui. Si vous n’avez pas activé l’égaliseur de volume dans iTunes, l’activer sur l’iPod classic n’a aucun effet. Utilisation de l’égaliseur Vous pouvez utiliser des préréglages d’égaliseur pour adapter le son de l’iPod classic à un genre ou style musical particulier. Par exemple, pour améliorer l’acoustique d’un morceau rock, réglez l’égaliseur sur Rock. Pour utiliser l’égaliseur pour modifier le son de l’iPod classic : m Sélectionnez Réglages > Égaliseur, puis choisissez un préréglage d’égaliseur. Chapitre 3 Écoute musique 45 Si vous avez assigné un préréglage d’égaliseur à un morceau dans iTunes et que l’égaliseur de l’iPod classic est désactivé, le morceau est lu avec les réglages d’iTunes. Pour en savoir plus, consultez l’Aide iTunes.46 Chapitre 3 Écoute musique Lecture de podcasts Les podcasts sont des émissions téléchargeables gratuites que vous pouvez vous procurer sur l’iTunes Store. Les podcasts s’organisent par émissions, épisodes (inclus dans les séries) et chapitres (inclus dans les épisodes). Si vous interrompez la lecture d’un podcast sur l’iPod et que vous la reprenez plus tard, elle recommencera à l’endroit où vous vous étiez arrêté. Pour écouter un podcast : 1 Dans le menu principal, sélectionnez Podcasts, puis choisissez une émission. Les émissions s’affichent dans l’ordre chronologique inverse pour que vous puissiez commencer par la plus récente. Un point bleu apparaît à côté des émissions et des épisodes que vous n’avez pas encore regardés ou écoutés. 2 Choisissez un épisode à écouter. Pour les podcasts audio, l’écran En lecture affiche les informations sur l’émission et l’épisode, mais aussi sur le temps écoulé et le temps restant. Appuyez sur le bouton central pour faire afficher le défileur, les étoiles de classement et d’autres informations sur le podcast. Les podcasts vidéo sont manipulables comme toute autre vidéol. Si le podcast comporte des chapitres, vous pouvez appuyer sur le bouton Suivant/ Avance rapide pour passer au chapitre suivant et Précédent/Retour rapide pour revenir au début du chapitre courant. Si le podcast inclut des illustrations, vous pourrez également les visualiser. Les illustrations d’un podcast peuvent changer au cours d’un épisode. Pour en savoir plus sur les podcasts, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Recherchez alors « podcasts ». Lecture de contenu iTunes U iTunes U est une partie de l’iTunes Store qui contient des conférences, des leçons de langue, des livres audio et d’autres éléments gratuits, que vous pouvez télécharger et reproduire sur votre iPod classic. Le contenu iTunes U est organisé en collections, selon les éléments, les auteurs et les fournisseurs. Si vous interrompez la lecture d’un contenu iTunes U, celle-ci reprendra à l’endroit où vous l’avez interrompue lorsque vous y reviendrez. Pour lire du contenu iTunes U : 1 Dans le menu principal, sélectionnez iTunes U, puis choisissez une collection. Les éléments d’une collection s’affichent dans l’ordre chronologique inverse pour que vous puissiez commencer par écouter la plus récente. Un point bleu apparaît à côté des collections et des éléments que vous n’avez pas encore lus.Chapitre 3 Écoute musique 47 2 Choisissez un élément à lire. Pour en savoir plus sur iTunes U, ouvrez iTunes, puis choisissez Aide > Aide iTunes. Recherchez alors « iTunes U ». Écoute de livres audio Pour écouter des livres audio sur l’iPod classic, sélectionnez Livres audios dans le menu Musique. Choisissez un livre audio, puis appuyez sur Lecture/Pause. Si vous arrêtez la lecture d’un livre audio sur l’iPod classic et la reprenez plus tard, la lecture du livre audio reprend à l’endroit où vous l’avez interrompue. L’iPod classic ignore les livres audio lorsqu’il est en mode aléatoire. Si le livre audio que vous écoutez comporte des chapitres, vous pouvez appuyer sur le bouton Suivant/Avance rapide pour passer au chapitre suivant et Précédent/Retour rapide pour revenir au début du chapitre en cours de lecture. Vous pouvez également sélectionner le livre audio dans le menu Livres audio, puis choisir un chapitre ou Reprendre si vous souhaitez démarrer la lecture où vous vous étiez arrêté. Vous pouvez lire des livres audio à des vitesses inférieures ou supérieures à la normale. Le choix d’une vitesse de lecture ne concerne que les livres audio achetés sur l’iTunes Store ou sur audible.com. Pour régler la vitesse de lecture d’un livre audio : m Sélectionnez Réglages > Livres audio, puis choisissez une vitesse. Écoute d’émissions de radio FM Vous pouvez écouter la radio avec l’accessoire facultatif iPod Radio Remote pour iPod classic. L’iPod Radio Remote se connecte à l’iPod classic au moyen du connecteur Dock. Lorsque vous utilisez la télécommande iPod Radio Remote, une commande de menu Radio apparaît dans le menu principal de l’iPod classic. Pour en savoir plus, consultez la documentation concernant l’iPod Radio Remote.4 48 4 Visionnement de vidéos Vous pouvez regarder des films, des séries TV, des podcasts vidéo et bien d’autres choses avec votre iPod classic. Lisez ce chapitre pour apprendre comment regarder des vidéos sur votre iPod classic et sur votre téléviseur. Vous pouvez visionner et écouter des vidéos sur l’iPod classic. Si vous disposez d’un câble AV compatible (vendu séparément sur www.apple.com/fr/ipodstore ou dans votre magasin Apple), vous pouvez visionner les vidéos de votre iPod classic sur un téléviseur. Visionnement de vidéos sur l’iPod classic Les vidéos que vous ajoutez à l’iPod classic apparaissent dans les menus Vidéos. Les clips vidéo apparaissent aussi dans les menus Musique. Pour visionner une vidéo sur l’iPod classic : 1 Choisissez Vidéos, puis sélectionnez la vidéo souhaitée. 2 Sélectionnez une vidéo, puis appuyez sur Lecture/Pause. Lorsque vous lisez la vidéo, vous voyez les images et entendez le son. Visionnement de podcasts vidéo Pour visionner un podcast vidéo : m Dans le menu principal, sélectionnez Podcasts, puis choisissez un podcast vidéo. Pour en savoir plus, consultez la section « Lecture de podcasts » à la page 46. Visionnement de vidéos téléchargées sur iTunes U Pour visionner une vidéo d’iTunes U : m Dans le menu principal, sélectionnez iTunes U, puis choisissez une vidéo. Pour en savoir plus, consultez la section « Lecture de contenu iTunes U » à la page 46.Chapitre 4 Visionnement de vidéos 49 Visionnement de vidéos sur un téléviseur connecté à l’iPod classic Si vous disposez d’un câble AV Apple, vous pouvez visionner des vidéos sur un téléviseur connecté à votre iPod classic. Vous devez d’abord configurer l’iPod classic de sorte qu’il affiche les vidéos sur un téléviseur, puis connecter l’iPod classic à votre téléviseur et enfin lire la vidéo. Utilisez le câble AV composante Apple, le câble AV composite Apple ou le kit de connexion AV Apple. Il se peut que des câbles RCA similaires ne fonctionnent pas. Vous pouvez acheter ces câbles sur www.apple.com/fr/ipodstore ou dans votre magasin Apple. Pour configurer l’iPod classic de sorte qu’il affiche les vidéos sur un téléviseur : m Choisissez Vidéos > Réglages, puis réglez Sortie télévision sur Demander ou Activé. Si vous avez réglé Sortie télévision sur Activé, l’iPod classic vous demande si vous souhaitez afficher les vidéos sur un téléviseur ou sur l’iPod classic chaque fois que vous lisez une vidéo. Si vous réglez Sortie télévision sur Activé, l’iPod classic affichent les vidéos uniquement sur le téléviseur. Si vous essayez de lire une vidéo lorsque l’iPod classic n’est pas connecté à un téléviseur, l’iPod classic affiche un message vous demandant de le connecter à un téléviseur. Vous pouvez également choisir entre la lecture des vidéos en mode écran large ou plein écran et entre la lecture sur des appareils PAL ou NTSC. Pour définir les réglage du téléviseur : m Choisissez Vidéos > Réglages, puis suivez les instructions ci-dessous. Pour activer : Procédez comme suit : Vidéo à visionner sur un téléviseur Réglez Sortie télévision sur Demander ou Oui. Vidéos à visionner sur téléviseurs PAL ou NTSC Réglez Signal télévision sur NTSC ou PAL. NTSC et PAL font réfé- rence à des normes de diffusion TV. Votre téléviseur utilise probablement l’une de ces deux normes, selon la région du monde dans laquelle il a été acheté. Si vous ne savez pas laquelle de ces normes votre téléviseur utilise, consultez la documentation que accompagne votre téléviseur. Format de votre téléviseur externe Réglez l’écran du téléviseur sur Écran large pour le format 16/9 ou Standard pour le format 4/3. Adaptation de la vidéo à votre écran Réglez « Adapter à l’écran » sur Oui. Si vous réglez « Adapter à l’écran » sur Non, les vidées pour écran large s’affichent au format letterbox sur l’iPod classic ou sur les téléviseurs standard (4:3). La lecture de l’audio alternatif Réglez Audio alternatif sur Oui. L’affichage des légendes Réglez Légendes sur Oui. L’affichage des sous-titres Réglez Sous-titres sur Oui.50 Chapitre 4 Visionnement de vidéos Pour utiliser le câble AV composante Apple afin de connecter l’iPod classic à votre téléviseur : 1 Branchez les connecteurs vidéo rouge, vert et bleu dans les ports d’entrée vidéo composante (Y, Pb et Pr) de votre téléviseur. Vous pouvez également utiliser le câble AV composite Apple. Dans ce cas, connectez le connecteur vidéo jaune dans le port d’entrée vidéo de votre téléviseur. Votre téléviseur doit être équipé de ports audio et vidéo RCA. 2 Branchez respectivement les connecteurs audio blanc et rouge dans les port d’entrée audio analogique gauche et droit de votre téléviseur. 3 Branchez le connecteur iPod Dock Connector sur votre iPod classic ou sur une station d’accueil Universal Dock. 4 Branchez le connecteur USB à votre adaptateur secteur USB Power Adapter ou votre ordinateur, de manière à garder votre iPod classic chargé. 5 Mettez votre iPod classic et votre téléviseur ou récepteur sous tension pour lancer la lecture. Assurez-vous d’activer l’option Sortie télévision de votre iPod classic. Remarque : Les ports de votre téléviseur ou récepteur peuvent différer de ceux qui sont illustrés. Pour visionner une vidéo sur votre téléviseur : 1 Connectez l’iPod classic à votre téléviseur (voir ci-avant). 2 Allumez votre téléviseur et réglez-le de sorte qu’il affiche le signal provenant des ports d’entrée connectés à l’iPod classic. Consultez la documentation qui accompagne votre téléviseur pour plus d’informations. 3 Sur l’iPod classic, choisissez Vidéos, puis sélectionnez la vidéo souhaitée. Adaptateur secteur USB Connecteur USB iPod Audio gauche (blanc) Connecteur Dock Télévision Vidéo in (Y, Pb, Pr) Audio droit (rouge)5 51 5 Ajout et visionnement de photos Lisez ce chapitre pour apprendre comment importer et visionner des photos. Vous pouvez importer des photos numériques dans votre ordinateur, puis les ajouter à l’iPod classic. Vous pouvez visionner vos photos sur l’iPod classic ou sous la forme d’un diaporama sur votre téléviseur. Importation de photos Si votre ordinateur est un Mac, vous pouvez importer des photos provenant d’un appareil photo numérique sur votre ordinateur en utilisant iPhoto. Vous pouvez importer d’autres images numériques, comme des images téléchargées sur Internet, dans iPhoto. Pour en savoir plus sur l’importation, l’organisation et l’édition de photos et d’autres images, ouvrez iPhoto, puis choisissez Aide > Aide iPhoto. iPhoto fait partie d’une suite d’applications appelée iLife, en vente sur le site web www.apple.com/fr/ilife ou dans votre magasin Apple. Il est possible qu’iPhoto soit déjà installé sur votre Mac, dans le dossier Applications. Pour importer des photos sur un PC sous Windows, suivez les indications fournies avec votre appareil photo numérique ou avec votre logiciel de photo.52 Chapitre 5 Ajout et visionnement de photos Ajout de photos provenant de votre ordinateur à l’iPod classic Si vous possédez un Mac et iPhoto 7.1.5 ou ultérieur, vous pouvez synchroniser les albums iPhoto automatiquement (pour Mac OS X 10.4.11, iPhoto 6.0.6 ou ultérieur est requis). Si vous possédez un PC ou un Mac, vous pouvez ajouter des photos sur l’iPod classic depuis un fichier de votre disque dur. L’ajout de photos à l’iPod classic la première fois peut durer un certain temps si votre photothèque contient un grand nombre de photos. Pour synchroniser des photos depuis un Mac avec l’iPod classic en utilisant iPhoto : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Photos. 2 Sélectionnez « Synchroniser les photos à partir de : Puis, choisissez iPhoto dans le menu local. 3 Sélectionnez vos options de synchronisation :  Pour ajouter toutes vos photos, sélectionnez « Tous les albums, photos, événements et visages ».  Pour ajouter certaines photos uniquement, sélectionnez « Albums, événements et visages sélectionnés, et inclure automatiquement… », puis choisir une option dans le menu local. Sélectionnez alors les albums, les événements et les visages que vous souhaitez ajouter. (l’option relative aux visages est prise en charge seulement par iPhoto 8.1 ou ultérieur) ;  pour ajouter des vidéos depuis iPhoto, sélectionnez « Inclure les vidéos ». 4 Cliquez sur Appliquer. Pour ajouter des photos à partir d’un dossier de votre disque dur à l’iPod classic : 1 Faites glisser les images dans un dossier de votre ordinateur. Si vous souhaitez que les images apparaissent dans différents albums photo sur l’iPod classic, créez des dossiers à l’intérieur du dossier d’images principal et faites glisser les images dans les nouveaux dossiers. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Photos. 3 Sélectionnez « Synchroniser les photos à partir de : … »… ». Chapitre 5 Ajout et visionnement de photos 53 4 Sélectionnez « Choisir un dossier » dans le menu local, puis choisissez votre dossier d’images. 5 Cliquez sur Appliquer. Ajout de fichiers d’image en pleine résolution à l’iPod classic Lorsque vous ajoutez des photos à l’iPod classic, iTunes optimise les photos pour l’affichage. Par défaut, les fichiers d’image en pleine résolution ne sont pas transférés. L’ajout de fichiers d’image en pleine résolution est utile si vous souhaitez, par exemple, les déplacer d’un ordinateur à un autre, mais il n’est pas nécessaire pour afficher les images en haute qualité sur l’iPod classic. Pour ajouter des fichiers d’image en pleine résolution à l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Photos. 2 Sélectionnez « Inclure les photos en pleine résolution ». 3 Cliquez sur Appliquer. iTunes copie les versions en pleine résolution des photos dans le dossier Photos de l’iPod classic. Pour supprimer des photos de l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Photos. 2 Sélectionnez « Synchroniser les photos à partir de : … ».  Sur un Mac, choisissez iPhoto dans le menu local.  Sur un PC Windows, choisissez Photoshop Album ou Photoshop Elements dans le menu contextuel. 3 Choisissez « Albums sélectionnés », puis désélectionnez les albums que vous souhaitez supprimer de l’iPod classic. 4 Cliquez sur Appliquer. Visionnage de photos Vous pouvez visionner des photos sur l’iPod classic manuellement, ou sous la forme d’un diaporama. Si vous disposez d’un câble AV Apple optionnel (un câble AV composante par exemple), vous pouvez connecter l’iPod classic à un téléviseur et afficher vos photos sous forme de diaporama accompagné de musique.54 Chapitre 5 Ajout et visionnement de photos Visionnage de photos sur l’iPod classic Pour visionner des photos sur l’iPod classic : 1 Sur l’iPod classic, choisissez Photos > Toutes les photos. Vous pouvez aussi sélectionner Photos, puis un album photo pour afficher uniquement les photos de cet album. L’affichage des vignettes des photos peut prendre un moment. 2 Sélectionnez la photo de votre choix, puis appuyez sur le bouton central pour afficher une version en plein écran. À partir de n’importe quel écran d’affichage de photos, utilisez la molette cliquable pour faire défiler les photos. Pour passer à l’écran de photos suivant ou précédent, appuyez sur le bouton Suivant/Avance rapide ou Précédent/Retour rapide. Maintenez enfoncé le bouton Suivant/Avance rapide ou Précédent/Retour rapide pour sauter à la première ou à la dernière photo de la photothèque ou de l’album. Visionnage de diaporamas Vous pouvez visionner un diaporama, avec la musique et les transitions de votre choix, sur l’iPod classic. Si vous disposez d’un câble AV facultatif d’Apple, vous pouvez visionner le diaporama sur un téléviseur. Pour configurer les réglages d’un diaporama : m Choisissez Photos > Réglages, puis suivez les instructions ci-dessous : Pour activer : Procédez comme suit : La durée d’affichage de chaque diapositive Sélectionnez Temps par diapo, puis choisissez une durée. La musique d’accompagnement des diaporamas Sélectionnez Musique, puis choisissez une liste de lecture. Si vous utilisez iPhoto, vous pouvez choisir l’option D’iPhoto pour copier le réglage de musique d’iPhoto. Seuls les morceaux que vous avez ajouté à l’iPod classic sont lus. Les diapositives à répéter Réglez Répéter sur Oui. Les diapositives à afficher dans un ordre aléatoire Réglez Mix de photos sur Oui. Les diapositives à afficher avec des transitions Sélectionnez Transitions, puis choisissez le type de transition. Les diaporamas à afficher sur l’iPod classic Réglez Sortie télévision sur Demander ou Non.Chapitre 5 Ajout et visionnement de photos 55 Pour visionner un diaporama sur l’iPod classic : m Choisissez une photo, un album ou un rouleau, puis appuyez sur le bouton Lecture/ Pause ou bien sélectionnez une photo en plein écran et appuyez sur le bouton central. Pour faire une pause, appuyez sur le bouton Lecture/Pause. Pour passer à la photo suivante ou précédente, appuyez sur le bouton Suivant/Avance rapide ou Précédent/ Retour rapide. Lorsque vous visionnez un diaporama, vous pouvez utiliser la molette cliquable pour régler le volume et la luminosité. Vous pouvez utiliser la molette cliquable pour faire défiler les photos d’un diaporama. Si vous visionnez un diaporama d’un album qui contient des vidéos, le diaporama s’interrompt lorsqu’il atteint une vidéo. Si de la musique est en cours de lecture, celle-ci se poursuit. Si vous lisez une vidéo, la musique s’interrompt le temps de la vidéo, puis reprend une fois celle-ci terminée. Pour lire la vidéo, appuyez sur Lecture/Pause. Pour reprendre le diaporama, appuyez sur Suivant/Avance rapide. Les diaporamas à afficher sur un téléviseur Réglez Sortie télévision sur Demander ou Oui. Si vous avez réglé Sortie télévision sur Oui, l’iPod classic vous demande si vous souhaitez afficher des diaporamas sur un téléviseur ou sur l’iPod classic chaque fois que vous lancez un diaporama. Les diapositives à afficher sur des téléviseurs PAL ou NTSC Réglez Signal télévision sur PAL ou NTSC. PAL et NTSC font référence à des normes de diffusion TV. Votre télé- viseur utilise probablement l’une de ces deux normes, selon la région du monde dans laquelle il a été acheté. Si vous ne savez pas laquelle de ces normes votre téléviseur utilise, consultez la documentation que accompagne votre téléviseur. Pour activer : Procédez comme suit :56 Chapitre 5 Ajout et visionnement de photos Pour régler la luminosité lors d’un diaporama : 1 Appuyez sur le bouton central jusqu’à ce que l’indicateur de luminosité apparaisse. 2 Réglez la luminosité à l’aide de la molette cliquable. Pour connecter l’iPod classic à votre téléviseur : 1 Connectez le câble optionnel AV composante ou composite Apple à l’iPod classic. Utilisez le câble AV composante Apple, le câble AV composite Apple ou le kit de connexion AV Apple. Les câbles RCA similaires ne fonctionnent pas. Vous pouvez acheter ces câbles sur www.apple.com/fr/ipodstore ou dans votre magasin Apple. 2 Branchez les connecteurs vidéo et audio sur les ports de votre téléviseur (voir l’illustration en page 50). Assurez-vous de régler l’option Sortie télévision de votre iPod classic sur Oui. Votre téléviseur doit être équipé de ports audio et vidéo RCA. Les ports de votre téléviseur ou récepteur peuvent différer de ceux qui sont illustrés. Pour visionner un diaporama sur un téléviseur : 1 Connectez l’iPod classic à votre téléviseur (voir ci-avant). 2 Allumez votre téléviseur et réglez-le de sorte qu’il affiche le signal provenant des ports d’entrée connectés à l’iPod classic. Consultez la documentation qui accompagne votre téléviseur pour plus d’informations. 3 Utilisez l’iPod classic pour lire et contrôler votre diaporama. Ajout de photos provenant de l’iPod classic à un ordinateur Si vous ajoutez des photos en pleine résolution de votre ordinateur à l’iPod classic en suivant les étapes précédentes, elles sont stockées sur l’iPod classic dans un dossier intitulé Photos. Vous pouvez connecter l’iPod classic à un ordinateur et mettre ces photos sur l’ordinateur. L’utilisation de l’iPod classic en tant que disque dur doit être activée (voir la section « Utilisation de l’iPod classic en tant que disque externe » à la page 58). Pour ajouter des photos de l’iPod classic à un ordinateur : 1 Connectez l’iPod classic à l’ordinateur.Chapitre 5 Ajout et visionnement de photos 57 2 Faites glisser des fichiers d’images du dossier Photos ou DCIM de l’iPod classic vers le bureau ou une application de retouche de photos sur l’ordinateur. Remarque : Vous pouvez aussi utiliser une application de retouche de photos, comme, par exemple, iPhoto, pour ajouter des photos stockées dans le dossier Photos. Consultez la documentation qui accompagne l’application pour plus d’informations. Pour supprimer des photos du dossier Photos de l’iPod classic : 1 Connectez l’iPod classic à l’ordinateur. 2 Naviguez jusqu’au dossier Photos de l’iPod classic et supprimez les photos dont vous ne voulez plus.6 58 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires Votre iPod classic peut faire bien plus que lire des morceaux et avec lui, vous pouvez faire bien plus qu’écouter de la musique. Consultez ce chapitre pour en savoir plus sur les fonctions supplémentaires de l’iPod classic, notamment utilisation en tant que disque externe, alarme, minuterie de mise en veille, horloges affichant l’heure dans d’autres régions du monde, affichage de notes et fonction de synchronisation de contacts, de calendriers et de listes de tâches. Apprenez comment utiliser l’iPod classic en tant que chronomètre et comment verrouiller l’écran, et découvrez quelques uns des accessoires disponibles pour l’iPod classic. Utilisation de l’iPod classic en tant que disque externe Vous pouvez utiliser l’iPod classic en tant que disque externe pour y stocker des fichiers de données. Remarque : Pour ajouter de la musique et d’autres données audio ou des fichiers vidéo à l’iPod classic, vous devez utiliser iTunes. Par exemple, vous ne voyez pas les morceaux ajoutés à l’aide d’iTunes dans le Finder du Mac ni dans l’explorateur Windows. De la même façon, si vous copiez des fichiers de musique sur l’ iPod classic dans le Finder du Mac ou dans l’explorateur Windows, vous ne pourrez pas les lire sur l’iPod classic. Pour activer l’iPod classic en tant que disque externe : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 2 Dans la section Options, sélectionnez « Activer l’utilisation comme disque dur ». 3 Cliquez sur Appliquer. Lorsque vous utilisez l’iPod classic en tant que disque externe, l’icône de disque iPod classic apparaît sur le bureau du Mac ou sous la lettre d’unité disponible suivante dans l’explorateur Windows sur un PC Windows.Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 59 Remarque : Vous pouvez également cliquer sur Résumé, puis cocher la case « Gérer manuellement la musique et les clips vidéo » dans la section Options pour activer l’utilisation de l’iPod classic en tant que disque externe. Faites glisser des fichiers sur et à partir de l’iPod classic pour les copier. Si vous utilisez principalement l’iPod classic en tant que disque, vous souhaiterez probablement qu’iTunes ne s’ouvre pas automatiquement lorsque vous connectez l’iPod classic à votre ordinateur. Pour empêcher iTunes de s’ouvrir automatiquement lorsque vous connectez l’ iPod classic à votre ordinateur : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Résumé. 2 Dans la section Options, desélectionnez « Ouvrir iTunes à la connexion de cet iPod ». 3 Cliquez sur Appliquer. Utilisation des réglages supplémentaires Vous pouvez régler la date et l’heure, définir des horloges dans différents fuseaux horaires et définir des fonctionnalités d’alarme et de suspension de l’activité sur l’iPod classic. Vous pouvez utiliser l’iPod classic en tant que chronomètre ou comme console de jeu et verrouiller l’écran de l’iPod classic. Réglage et affichage de la date et de l’heure La date et l’heure sont réglées automatiquement à partir de l’horloge de votre ordinateur lorsque vous connectez l’iPod classic, mais vous pouvez les modifier. Pour régler les options de date et d’heure : 1 Choisissez Réglages > Date et Heure. 2 Choisissez une ou plusieurs des options suivantes : Pour Procédez comme suit : Régler la date Choisissez Date. Utilisez la molette cliquable pour modifier la valeur sélectionnée. Appuyez sur le bouton central pour passer à la valeur suivante. Régler l’heure Choisissez Heure. Utilisez la molette cliquable pour modifier la valeur sélectionnée. Appuyez sur le bouton central pour passer à la valeur suivante. Indiquer le fuseau horaire Choisissez Fuseau horaire, puis utilisez la molette cliquable pour sélectionner une ville se trouvant dans un autre fuseau horaire. Afficher l’heure au format 24 heures Choisissez Horloge 24 heures, puis appuyez sur le bouton central pour activer ou désactiver le format 24 heures. Afficher l’heure dans la barre de titre Choisissez Heure dans titre, puis appuyez sur le bouton central pour activer ou désactiver cette option. 60 Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires Ajout d’horloges d’autres fuseaux horaires Pour ajouter des horloges d’autres fuseaux horaires : 1 Choisissez Extras > Horloge monde. 2 Dans l’écran Horloge monde, appuyez sur le bouton central, puis choisissez Ajouter. 3 Choisissez une région, puis une ville. Les horloges ajoutées s’affichent dans une liste. La dernière horloge ajoutée s’affiche à la fin. Pour supprimer une horloge : 1 Choisissez Extras > Horloge monde. 2 Choisir l’horloge. 3 Choisissez Supprimer. Réglage de l’alarme Vous pouvez régler une alarme pour n’importe quelle horloge sur l’iPod classic. Pour utiliser l’iPod classic comme une horloge d’alarme : 1 Choisissez Extras > Alarmes. 2 Choisissez Créer nouvelle, puis configurez une ou plusieurs des options suivantes : Pour supprimer une alarme : 1 Choisissez Extras > Alarmes. 2 Choisissez l’alarme, puis Supprimer. Pour Procédez comme suit : Activer l’alarme Choisissez Alarme, puis Active. Régler la date Choisissez Date. Utilisez la molette cliquable pour modifier la valeur sélectionnée. Appuyez sur le bouton central pour passer à la valeur suivante. Régler l’heure Choisissez Heure. Utilisez la molette cliquable pour modifier la valeur sélectionnée. Appuyez sur le bouton central pour passer à la valeur suivante. Définir une option de répétition Choisissez Répétition, puis choisissez une option (par exemple, « du lundi au vendredi »). Choisir un son Choisissez Tonalités ou une liste de lecture. Si vous avez choisi Tonalités, sélectionnez Bip pour que le haut-parleur interne diffuse l’alarme. Si vous avez choisi une liste de lecture, vous devez connecter l’iPod classic à des haut-parleurs ou à des écouteurs pour entendre l’alarme. Nommer l’alarme Choisissez Étiquette, puis choisissez une option (par exemple, « Réveil »).Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 61 Réglage de la minuterie de mise en veille Vous pouvez configurer l’iPod classic de façon qu’il s’éteigne automatiquement après avoir lu un morceau ou tout autre contenu pendant un temps déterminé. Pour configurer la minuterie de mise en veille : 1 Choisissez Extras > Alarmes. 2 Choisissez Mise en veille, puis choisissez pendant combien de temps l’iPod classic doit être actif. Utilisation du chronomètre Vous pouvez utiliser le chronomètre pendant que vous faites de l’exercice pour connaî- tre votre temps total et, si vous courrez sur une piste, vos temps de passage. Vous pouvez écouter de la musique tout en utilisant le chronomètre. Pour utiliser le chronomètre : 1 Sélectionnez Extras > Chronomètre. 2 Appuyez sur le bouton Lecture/Pause pour lancer le chronomètre. 3 Appuyez sur le bouton central pour enregistrer des temps au tour. Jusqu’à trois temps au tour s’affichent sous le temps total. 4 Appuyez sur le bouton Lecture/Pause pour arrêter le chronomètre général, ou choisissez Reprendre pour reprendre le chronométrage. 5 Choisissez Nouvelle minuterie pour lancer une nouvelle session de chronométrage. Remarque : Une fois lancé, le chronomètre continue à compter le temps tant que vous gardez l’écran Minuterie affiché. Si vous lancez le chronomètre, puis changez de menu et que l’iPod classic n’est pas en train de lire de musique ou de vidéo, le chronomètre s’arrête et l’iPod classic s’éteint automatiquement après quelques minutes. Pour consulter ou supprimer une session de chronométrage mémorisée : 1 Sélectionnez Extras > Chronomètre. L’historique courant et la liste des sessions de chronométrage enregistrées apparaissent. 2 Choisissez une session de chronométrage pour la consulter. L’iPod classic enregistre des statistiques concernant la date, l’heure et les temps au tour pour chaque session de chronométrage. Vous pouvez voir la date et l’heure auxquelles la session a commencé, le temps total de la session, le plus petit temps au tour, le plus grand temps au tour et le temps au tour moyen ainsi que les derniers temps au tour. 3 Appuyez sur le bouton central, puis choisissez Supprimer l’historique pour supprimer l’historique sélectionné ou Effacer les historiques pour supprimer tous les historiques. Jeux iPod classic est fourni avec trois jeux : iQuiz, Klondike et Vortex. 62 Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires Pour jouer à un jeu : m Sélectionnez Extras > Jeux, puis choisissez un jeu. Vous pouvez acheter des jeux supplémentaires sur l’iTunes Store (dans certains pays) pour jouer sur l’iPod classic. Une fois que vous avez acheté des jeux sur iTunes, vous pouvez les ajouter à l’iPod classic en les synchronisant automatiquement ou en les gérant manuellement. Pour acheter à un jeu : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iTunes Store dans la liste à gauche de la fenêtre iTunes. 2 Choisissez Jeux iPod dans la liste de l’iTunes Store. 3 Sélectionnez le jeu souhaité, puis cliquez sur Ajouter ce jeu. Pour synchroniser automatiquement les jeux sur l’iPod classic : 1 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Jeux. 2 Cochez « Synchroniser les jeux ». 3 Cliquez sur « Tous les jeux » ou « Jeux sélectionnés ». Si vous cliquez sur « Jeux sélectionnés », sélectionnez les jeux à synchroniser. 4 Cliquez sur Appliquer. Verrouillage de l’écran de l’iPod classic Vous pouvez définir un code d’accès pour empêcher que l’iPod classic ne soit utilisé sans votre autorisation. Lorsque vous verrouillez un iPod classic qui n’est pas connecté à un ordinateur, vous devez entrer un code d’accès pour le déverrouiller et l’utiliser. Remarque : Cela n’a rien à voir avec le bouton de verrouillage qui empêche l’utilisateur d’appuyer par erreur sur des boutons de l’iPod classic de s’allumer accidentellement. Le code d’accès empêche les autres personnes d’utiliser l’iPod classic. Pour définir un code d’accès pour l’iPod classic : 1 Choisissez Extras > Verr. écran. 2 Dans l’écran Nouveau code d’accès, tapez un code d’accès :  Utilisez la molette cliquable pour sélectionner un chiffre à entrer dans la case du premier chiffre. Appuyez sur le bouton central pour confirmer votre choix et passer à la case suivante.  Utilisez la même méthode pour définir les autres chiffres du code (ou combinaison). Vous pouvez utiliser le bouton Suivant/Avance rapide pour passer à la case suivante ou le bouton Précédent/Retour rapide pour revenir à la case précédente. Appuyez sur le bouton central sur la dernière position. 3 Dans l’écran Confirmer le code d’accès, tapez le code d’accès pour le confirmer, ou appuyez sur Menu pour terminer sans verrouiller l’écran.Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 63 Lorsque vous avez fini, vous revenez à l’écran Verr. écran, où vous pouvez verrouiller l’écran ou réinitialiser le code d’accès. Appuyez sur le bouton Menu pour terminer sans verrouiller l’écran. Pour verrouiller l’écran de l’iPod classic : m Choisissez Extras > Verr. écran > Verrouiller. Si vous venez de définir votre combinaison, l’élément Verrouiller sera déjà sélectionné à l’écran. Il suffit alors d’appuyer sur le bouton central pour verrouiller l’iPod classic. Lorsque l’écran est verrouillé, un cadenas apparaît. Remarque : vous pouvez ajouter la commande de menu Verr. écran au menu principal pour pouvoir verrouiller rapidement l’écran de l’iPod classic. Consultez la section « Ajout ou suppression d’éléments dans le menu principal » à la page 9. Lorsque le cadenas apparaît à l’écran, vous pouvez déverrouiller l’écran de l’iPod classic de deux manières :  Appuyez sur le bouton central pour entrer le code d’accès sur l’iPod classic. Utilisez la molette cliquable pour sélectionner les chiffres, puis appuyez sur le bouton central pour les confirmer. Si vous tapez un code d’accès incorrect, le verrouillage n’est pas levé. Essayez à nouveau.  Connectez l’iPod classic à l’ordinateur avec lequel vous l’utilisez généralement. L’iPod classic se déverrouille automatiquement. Remarque : Si, après avoir essayé ces méthodes, vous ne pouvez toujours pas déverrouiller l’iPod classic, vous pouvez restaurer l’iPod classic. Consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78. Pour modifier une combinaison déjà définie : 1 Choisissez Extras > Verr. écran > Réinitialiser. 2 Dans l’écran Saisir le code d’accès, tapez le code d’accès actuel. 3 Dans l’écran Nouveau code d’accès, tapez et confirmez un nouveau code d’accès. Remarque : Si vous avez oublié la combinaison actuelle, la seule façon de l’effacer et d’en entrer une nouvelle est de restaurer le logiciel de l’iPod classic. Consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78. Synchronisation des contacts, des calendriers et des listes de tâches L’iPod classic peut mémoriser des contacts, des événements de votre calendrier et des listes de tâches qui vous accompagneront partout. 64 Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires Si vous utilisez Mac OS X 10.4 ou ultérieur, vous pouvez utiliser iTunes pour synchroniser les informations relatives aux contacts et aux calendriers de l’iPod classic avec Carnet d’adresses et iCal. Si vous utilisez une version de Mac OS X antérieure à 10.4, vous pouvez utiliser iSync pour synchroniser vos informations. Cela requiert les applications iSync 1.1 ou ultérieur et iCal 1.0.1 ou ultérieur. Si vous utilisez Windows XP et le carnet d’adresses Windows ou Microsoft Outlook 2003 ou ultérieur pour stocker des informations sur vos contacts, vous pouvez utiliser iTunes pour synchroniser les informations de carnet d’adresses sur l’iPod classic. Si vous utilisez Microsoft Outlook 2003 ou ultérieur pour tenir à jour un calendrier, vous pouvez également synchroniser ce dernier. Pour synchroniser les informations de contacts ou de calendrier à l’aide de Mac OS X 10.4 ou ultérieur : 1 Connectez l’iPod classic à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Contacts. 3 Procédez de l’une des manières suivantes :  Pour synchroniser les contacts, sélectionnez « Synchroniser les contacts de Carnet d’adresses » dans la section Contacts, puis sélectionnez l’une des options suivantes :  Pour synchroniser automatiquement tous les contacts, sélectionnez « Tous les contacts ».  Pour synchroniser automatiquement les groupes de contacts sélectionnés, sélectionnez « Groupes sélectionnés », puis sélectionnez les groupes à synchroniser.  Pour copier les photos des contacts sur l’iPod classic lorsqu’elles sont disponibles, sélectionnez « Inclure les photos des contacts » Lorsque vous cliquez sur Appliquer, iTunes met à jour l’iPod classic avec les informations relatives aux contacts de Carnet d’adresses que vous avez indiquées.  Pour synchroniser des calendriers, dans la section Calendriers, sélectionnez « Synchroniser les calendriers iCal », puis choisissez l’une des options suivantes :  Pour synchroniser automatiquement tous les calendriers, sélectionnez « Tous les calendriers ».  Pour synchroniser automatiquement les calendriers sélectionnés, sélectionnez « Calendriers sélectionnés », puis sélectionnez les calendriers à synchroniser. Lorsque vous cliquez sur Appliquer, iTunes met à jour l’ iPod classic avec les informations de calendrier que vous avez indiquées. Pour synchroniser les contacts et les calendriers avec iSync et un ordinateur doté d’une version de Mac OS X antérieure à v10.4 : 1 Connectez l’iPod classic à votre ordinateur.Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 65 2 Ouvrez iSync, puis choisissez Appareils > Ajouter un appareil. Vous ne devez effectuer cette étape que la première fois que vous utilisez iSync avec l’iPod classic. 3 Sélectionnez l’iPod classic, puis cliquez sur Synchroniser. iSync copie les informations d’iCal et de Carnet d’adresses sur l’iPod classic. La prochaine fois que vous synchroniserez l’iPod classic, il suffira d’ouvrir iSync et de cliquer sur Synchroniser. Vous pouvez aussi configurer l’iPod classic de sorte qu’il se synchronise automatiquement lorsque vous le connectez. Remarque : iSync synchronise les informations de votre ordinateur vers l’iPod classic. Vous ne pouvez pas utiliser iSync pour synchroniser des informations de l’iPod classic vers votre ordinateur. Pour synchroniser des contacts ou des calendriers à l’aide du Carnet d’adresses de Windows ou de Microsoft Outlook pour Windows : 1 Connectez l’iPod classic à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Contacts. 3 Procédez de l’une des manières suivantes :  Pour synchroniser des contacts, dans la section Contacts, sélectionnez « Synchroniser les contacts de », puis choisissez le Carnet d’adresses Windows ou Microsoft Outlook dans le menu local. Sélectionnez ensuite les informations à synchroniser.  Pour synchroniser des calendriers de Microsoft Outlook, sélectionnez « Synchroniser les calendriers de Microsoft Outlook » dans la section Calendriers. 4 Cliquez sur Appliquer. Vous pouvez aussi ajouter manuellement des informations de contact et de calendrier à l’iPod classic. L’iPod classic doit être activé en tant que disque externe (consultez la section « Utilisation de l’iPod classic en tant que disque externe » à la page 58). Pour ajouter manuellement des informations de contact : 1 Connectez l’iPod classic et ouvrez votre application de courrier électronique ou de gestion de contacts préférée. Vous pouvez ajouter des contacts à l’aide de Palm Desktop, Microsoft Outlook, Microsoft Entourage et Eudora, entre autres. 2 Faites glisser des contacts du carnet d’adresses de l’application dans le dossier Contacts de l’iPod classic. Dans certains cas, il peut être nécessaire d’exporter des contacts, puis de faire glisser le ou les fichiers exportés dans le dossier Contacts. Consultez la documentation de votre application de courrier électronique ou de contacts.66 Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires Pour ajouter manuellement des rendez-vous et autres événements de calendrier : 1 Exportez des événements de calendrier à partir de n’importe quelle application de gestion de calendriers utilisant le format iCal standard (les noms des fichiers se terminent en .ics) ou le format vCal (les noms des fichiers se terminent en .vcs). 2 Faites glisser les fichiers dans le dossier Calendriers de l’iPod classic. Remarque : Pour ajouter manuellement des listes de tâches à l’iPod classic, enregistrezles dans un fichier de calendrier portant l’extension .ics ou .vcs. Pour afficher des contacts sur l’iPod classic : m Sélectionnez Extras > Contacts. Pour trier les contacts selon le nom ou le nom de famille : m Choisissez Réglages > Trier par, puis appuyez sur le bouton central pour choisir Pré- nom ou Nom de famille. Pour afficher les événements du calendrier : m Choisissez Extras > Calendriers. Pour afficher les listes de tâches : m Choisissez Extras > Calendriers > Tâches. Stockage et lecture de notes Vous pouvez stocker et lire des notes de texte sur l’iPod classic si ce dernier est activé en tant que disque externe (voir page 58). 1 Enregistrez un document en tant que fichier texte (.txt) à l’aide de n’importe quel programme de traitement de texte. 2 Placez le fichier dans le dossier Notes de l’iPod classic. Pour afficher les notes : m Sélectionnez Extras > Notes. Enregistrement de mémos vocaux Vous pouvez enregistrer des mémos vocaux à l’aide des écouteurs avec télécommande et micro « Apple Earphones with Remote and Mic » ou d’un micro compatible avec l’iPod classic (en vente sur www.apple.com/fr/ipodstore ou dans un magasin Apple proche de chez vous). Vous pouvez stocker des mémos vocaux sur l’iPod classic pour ensuite les synchroniser avec votre ordinateur. Vous pouvez régler la qualité des mémos vocaux sur Faible ou Élevé.Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 67 Remarque : Les mémos vocaux ne peuvent pas durer plus de deux heures. Si vous enregistrez pendant plus de deux heures, l’iPod classic commence automatiquement un nouveau mémo vocal pour poursuivre l’enregistrement. Pour enregistrer un mémo vocal : 1 Connectez les écouteurs avec télécommande et micro « Apple Earphones with Remote and Mic » à l’iPod classic ou branchez un micro sur le port de connexion Dock de l’iPod classic. La commande Mémos vocaux apparaît dans le menu principal. 2 Pour commencer l’enregistrement, choisissez Mémos vocaux > Commencer l’enregistrement. 3 Parlez en portant les écouteurs avec télécommande et micro « Apple Earphones with Remote and Mic » ou tenez le micro à quelques centimètres de votre bouche et parlez. Pour faire une pause dans l’enregistrement, appuyez sur le bouton Lecture/Pause. Choisissez Reprendre pour poursuivre l’enregistrement. 4 Une fois que vous avez fini, choisissez Arrêter et enregistrer. Votre enregistrement est affiché dans la liste des enregistrements par date et heure. Pour écouter un enregistrement : m Choisissez Extras > Mémos vocaux, puis sélectionnez l’enregistrement. Remarque : Vous ne verrez pas apparaître la commande de menu Mémos vocaux si vous n’avez jamais connecté de micro ou d’écouteurs avec télécommande et micro « Apple Earphones with Remote and Mic » à l’iPod classic. Pour synchroniser des mémos vocaux avec votre ordinateur : Les mémos vocaux sont enregistrés dans l’application Mémos vocaux de l’iPod classic au format de fichier WAV. Si vous avez activé l’iPod classic en tant que disque externe, vous pouvez faire glisser des mémos vocaux à partir du dossier pour les copier. Si l’iPod classic est réglé pour synchroniser automatiquement la musique (voir « Synchronisation automatique de la musique » à la page 25) et que vous enregistrez des mémos vocaux, ces derniers sont automatiquement synchronisés vers une liste de lecture dans iTunes (et supprimés de l’iPod classic) lorsque vous connectez l’iPod classic. La nouvelle liste de lecture Mémos vocaux s’affiche dans la liste des listes de lecture à gauche de la fenêtre iTunes.68 Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires À propos des accessoires de l’iPod classic L’iPod classic est fourni avec quelques-uns des nombreux accessoires disponibles. Pour acheter des accessoires pour l’iPod classic, visitez www.apple.com/fr/ipodstore. Parmi les accessoires disponibles, citons :  la télécommande iPod Radio Remote ;  la station d’accueil Apple Universal Dock ;  le câble AV composante Apple ;  le câble AV composite Apple ;  l’adaptateur secteur USB Apple ;  les écouteurs avec télécommande et micro « Apple Earphones with Remote and Mic » ;  les écouteurs intra-auriculaires avec télécommande et micro « Apple In-Ear Headphones with Remote and Mic » ;  les chaussettes iPod Socks ;Chapitre 6 Réglages et fonctionnalités supplémentaires, accessoires 69 Pour utiliser les écouteurs fournis avec votre iPod classic : m Connectez les écouteurs au port de sortie casque. Placez ensuite les écouteurs dans vos oreilles. Avertissement : Vous risquez une perte auditive irréparable si vous écoutez de la musique avec vos écouteurs ou votre casque à un volume trop élevé. Vous pouvez vous habituer petit à petit à un volume de son plus élevé qui peut vous paraître normal mais entraîner une détérioration de votre audition. Si vos oreilles bourdonnent ou si les sons vous semblent sourds, arrêtez l’écoute et rendez-vous chez votre médecin pour vérifier votre audition. Plus le volume est élevé, plus vous risquez d’abîmer rapidement votre audition. Pour protéger votre audition, les experts donnent les conseils suivants :  Limitez la durée d’utilisation d’un casque à volume sonore élevé.  Évitez d’augmenter le volume pour bloquer le bruit ambiant.  Diminuez le volume si vous ne pouvez plus entendre les personnes parler autour de vous. Pour en savoir plus sur la mise en place d’un volume maximum sur l’iPod classic, consultez la section « Réglage de la limite de volume maximum » à la page 43. Le fil des écouteu est réglable.7 70 7 Astuces et dépannage Vous pourrez résoudre rapidement la plupart des problèmes de l’iPod classic en suivant les conseils qui figurent dans le présent chapitre. Quelques suggestions La plupart des problèmes de l’iPod classic peuvent être résolus en réinitialisant l’appareil. Assurez-vous d’abord que l’iPod classic est chargé. Pour réinitialiser l’iPod classic : 1 Mettez le commutateur Hold sur HOLD, puis désactivez-le à nouveau. 2 Maintenez enfoncés les boutons Menu et central pendant au moins 6 secondes jusqu’à l’apparition du logo Apple. Si l’iPod classic ne s’allume pas ou ne répond pas  Assurez-vous que le commutateur Hold n’est pas sur HOLD. Les 5 R : réinitialiser, réessayer, redémarrer, réinstaller, restaurer Souvenez-vous de ces cinq conseils de base si vous rencontrez un problème avec votre iPod classic. Essayez une de ces solutions à la fois jusqu’à ce que votre problème soit résolu. Si les solutions suivantes ne suffisent pas, lisez plus loin pour apprendre à résoudre des problèmes spécifiques.  Réinitialiser l’ iPod classic. Consultez la section « Quelques suggestions, » ci-dessous.  Réessayez sur un autre port USB si vous ne voyez pas l’iPod classic dans iTunes.  Redémarrez votre ordinateur et assurez-vous que les mises à jour de logiciels les plus récentes sont installées.  Réinstallez le logiciel d’iTunes à partir de la dernière version disponible sur le web.  Restaurez l’ iPod classic. Consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78.Chapitre 7 Astuces et dépannage 71  Il se peut que la batterie de l’iPod classic doive être rechargée. Connectez l’iPod classic à votre ordinateur ou à un adaptateur secteur Apple USB Power Adapter et laissez la batterie se recharger. Assurez-vous à la présence de l’éclair sur l’écran de l’iPod classic que l’iPod classic reçoit bien du courant. Pour charger la batterie, connectez l’iPod classic à un port USB 2.0 de votre ordinateur. La connexion de l’iPod classic à un port USB de votre clavier ne permet pas de charger la batterie, sauf si le clavier dispose d’un port USB 2.0 à haute intensité.  Essayez la méthode des 5 R, un par un, jusqu’à ce que l’iPod classic réponde. Pour déconnecter l’iPod classic alors que le message « Connecté » ou « Synchronisation en cours » est affiché  Si l’iPod classic synchronise de la musique, attendez que la synchronisation soit terminée.  Sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur le bouton Éjecter (C).  Si l’iPod classic disparaît de la liste des sources, mais que le message « Connecté » ou « Synchronisation en cours » est toujours affiché sur l’écran de l’iPod classic, déconnectez l’iPod classic.  Si l’iPod classic ne disparaît pas de la liste des sources, faites glisser l’icône de l’iPod classic du bureau dans la Corbeille (si vous utilisez un Mac) ou bien, si vous utilisez un PC Windows, éjectez l’appareil à partir du Poste de travail ou cliquez sur l’icône « Retirer le périphérique en toute sécurité » dans la zone de notification, puis sélectionnez l’iPod classic. Si le message « Connecté » ou « Synchronisation en cours » est toujours affiché, redémarrez votre ordinateur, puis éjectez à nouveau l’iPod classic. Si l’iPod classic ne parvient pas à lire la musique  Assurez-vous que le commutateur Hold n’est pas sur HOLD.  Assurez-vous que la fiche du casque est complètement enfoncée dans la prise casque.  Assurez-vous que le volume soit correctement réglé. Il est possible qu’une limite de volume maximum ait été définie. Vous pouvez la modifier ou la supprimer en choisissant Réglages > Volume maximum. Consultez la section « Réglage de la limite de volume maximum » à la page 43.  Il se peut que l’iPod classic soit en pause. Essayez d’appuyer sur le bouton Lecture/Pause.  Assurez-vous que vous utilisez iTunes 9.0 ou ultérieur (visitez www.apple.com/fr). Les morceaux achetés sur l’iTunes Store à l’aide des versions antérieures d’iTunes ne peuvent pas être lus sur l’iPod classic tant que vous n’avez par mis à niveau iTunes.  Si vous utilisez la station d’accueil iPod Universal Dock, assurez-vous que l’iPod classic y repose correctement et que tous les câbles sont bien connectés. 72 Chapitre 7 Astuces et dépannage Si vous connectez l’iPod classic à votre ordinateur et que rien ne se passe  Assurez-vous que vous avez installé la dernière version d’iTunes sur www.apple.com/fr/ipod/start.  Essayez la connexion à un autre port USB de votre ordinateur. Remarque : Un port USB 2.0 est recommandé pour connecter l’iPod classic. USB 1.1 est beaucoup plus lent que USB 2.0. Si votre PC Windows n’est pas équipé d’un port USB 2.0, vous pouvez dans certains cas acheter et installer une carte USB 2.0. Pour plus d’informations, visitez www.apple.com/fr/ipod.  Une réinitialisation de votre iPod classic est peut-être nécessaire (voir page 70).  Si vous connectez l’iPod classic à un ordinateur portable à l’aide du câble iPod Dock Connector vers USB 2.0, branchez l’ordinateur sur une source d’alimentation avant de connecter l’iPod classic.  Assurez-vous que vous disposez de l’ordinateur et du logiciel requis. Consultez la section « Si vous souhaitez effectuer une double vérification de la configuration requise » à la page 76.  Vérifiez la connexion des câbles. Débranchez le câble aux deux extrémités et assurezvous que rien ne s’est glissé dans les ports USB. Rebranchez alors le câble avec précaution. Assurez-vous que les connecteurs des câbles sont correctement orientés. Ils ne peuvent être insérés que dans un sens.  Essayez de redémarrer votre ordinateur.  Si aucune des suggestions ci-avant ne résout votre problème, il se peut que vous deviez restaurer le logiciel de l’iPod classic. Consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78. Si l’iPod classic affiche le message « Branchez la batterie » Il se peut que ce message apparaisse si la charge de l’iPod classic est exceptionnellement basse et que la batterie doit être rechargée pour que l’iPod classic puisse communiquer avec votre ordinateur. Pour charger la batterie, connectez l’iPod classic à un port USB 2.0 de votre ordinateur. Laissez l’iPod classic connecté à votre ordinateur jusqu’à ce que le message disparaisse et que l’iPod classic apparaisse dans iTunes ou le Finder. Si le niveau de charge de la batterie est vraiment très bas, il se peut que vous deviez recharger l’iPod classic pendant une trentaine de minutes avant qu’il ne démarre. Pour charger l’iPod classic plus rapidement, utilisez l’adaptateur section Apple USB Power Adapter facultatif. Remarque : La connexion de l’iPod classic à un port USB de votre clavier ne permet pas de charger la batterie, sauf si votre clavier dispose d’un port USB 2.0 à forte alimentation. Chapitre 7 Astuces et dépannage 73 Si l’iPod classic affiche le message « Utilisez iTunes pour restaurer »  Assurez-vous que vous disposez de la dernière version d’iTunes sur votre ordinateur (à défaut, téléchargez-la depuis www.apple.com/fr/ipod/start).  Connectez l’iPod classic à votre ordinateur. Lorsqu’iTunes s’ouvre, suivez les instructions à l’écran pour restaurer l’iPod classic.  Si la restauration de l’iPod classic ne résout pas le problème, il se peut que l’iPod classic doive être réparé. Vous pouvez obtenir le service sur le site web de service et d’assistance de l’iPod : www.apple.com/fr/support/ipod Si les morceaux ou les données sont synchronisés plus lentement via USB 2.0  Si vous synchronisez un grand nombre de morceaux ou une grande quantité de données par USB 2.0 et que la charge de la batterie de l’iPod classic est basse, l’iPod classic synchronise les informations à vitesse réduite pour économiser la puissance de la batterie.  Pour synchroniser plus rapidement, vous pouvez arrêter la synchronisation et laisser l’iPod classic connecté pour qu’il puisse se recharger ou le connecter à l’adaptateur secteur USB 2.0 pour iPod facultatif. Laissez l’iPod classic se recharger pendant une heure environ, puis reprenez la synchronisation de la musique ou des données. Si vous ne parvenez pas à ajouter un morceau ou un autre élément à l’iPod classic Il se peut que le morceau ait été encodé dans un format que l’iPod classic ne prend pas en charge. Les formats de fichier audio suivants sont pris en charge par l’iPod classic. Ils comprennent les formats des livres audio et des podcasts :  AAC (M4A, M4B, M4P, jusqu’à 320 Kbit/s)  Apple Lossless (format de compression haute qualité)  HE-AAC  MP3 (jusqu’à 320 Kbit/s)  MP3 Variable Bit Rate (VBR)  WAV  AA (texte lu audible.com, formats 2, 3 et 4)  AIFF Un morceau encodé au format Apple Lossless possède la même qualité sonore qu’un CD tout en occupant deux fois moins d’espace qu’un morceau encodé au format AIFF ou WAV. Le même morceau encodé au format AAC ou MP3 utilise encore moins de place. Lorsque vous importez de la musique depuis un CD à l’aide d’iTunes, elle est convertie par défaut au format AAC. Si vous utilisez iTunes pour Windows, vous pouvez convertir les fichiers WMA non protégés en format AAC ou MP3. Cela peut être utile si vous disposez d’une bibliothèque de musique encodée au format WMA. 74 Chapitre 7 Astuces et dépannage L’iPod classic ne prend pas en charge les fichiers audio WMA, MPEG Layer 1 et MPEG Layer 2, ni le format 1 d’audible.com. Si un des morceaux dans iTunes n’est pas pris en charge par l’iPod classic, vous pouvez le convertir dans un format que l’iPod classic prend en charge. Pour en savoir plus, consultez l’Aide iTunes. Si l’iPod classic affiche le message « Connectez-vous à iTunes pour activer Genius » Vous n’avez pas activé Genius dans iTunes ou vous n’avez pas synchronisé votre iPod classic depuis l’activation de Genius dans iTunes. Pour en savoir plus, consultez la page 21 ou l’Aide iTunes. Si l’iPod classic affiche un message du type « Genius est indisponible pour le morceau sélectionné » Genius est activé mais ne reconnaît pas le morceau que vous avez sélectionné pour commencer la liste Genius. De nouveaux morceaux sont ajoutés à la base de données Genius de l’iTunes Store régulièrement. Réessayez donc ultérieurement. Si vous avez configuré accidentellement l’iPod classic de sorte qu’il utilise une langue que vous ne comprenez pas Vous pouvez réinitialiser le choix de la langue. 1 Maintenez enfoncé le bouton Menu jusqu’à ce que le menu principal apparaisse. 2 Choisissez le sixième élément du menu (Réglages). 3 Choisissez le dernier élément du menu (Réinitialiser les réglages). 4 Choisissez l’élément de gauche (Réinitialiser) et sélectionnez une langue. D’autres réglages de l’iPod classic, comme, par exemple, la répétition des morceaux, sont aussi réinitialisés. Remarque : Si vous avez ajouté ou supprimé des éléments dans le menu principal de l’iPod classic (voir « Ajout ou suppression d’éléments dans le menu principal » à la page 9), il se peut que la commande de menu Réglages se trouve à un autre endroit. Si vous ne trouvez pas la commande de menu Réinitialiser les réglages, vous pouvez restaurer l’iPod classic à son état d’origine et sélectionner une langue que vous comprenez. Consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78. Si vous ne pouvez pas visionner de vidéos ou de photos sur votre téléviseur  Vous devez utiliser des câbles RCA fabriqués spécialement pour l’iPod classic tels que les câbles AV composant Apple et AV composite Apple pour connecter l’iPod classic à votre téléviseur. Les câbles RCA similaires ne fonctionnent pas.  Assurez-vous que votre téléviseur est réglé de sorte qu’il affiche les images provenant de la bonne source d’entrée (consultez la documentation qui accompagnait votre téléviseur pour en savoir plus).Chapitre 7 Astuces et dépannage 75  Assurez-vous que tous les câbles sont connecté correctement (voir la section « Visionnement de vidéos sur un téléviseur connecté à l’iPod classic » à la page 49).  Assurez-vous que la fiche jaune du câble AV composite Apple est connectée au port vidéo de votre téléviseur.  Si vous essayez de visionner une vidéo, choisissez Vidéos > Réglages et réglez Sortie télévision sur Oui, puis réessayez. Si vous essayez de visionner un diaporama, choisissez Photos > Réglages de diaporama et réglez Sortie télévision sur Oui, puis réessayez.  Si cela ne fonctionne pas, choisissez Vidéos > Réglages (pour la vidéo) ou Photos > Réglages (pour un diaporama) et réglez Signal TV sur PAL ou NTSC, selon le type de téléviseur que vous avez. Essayez les deux réglages.76 Chapitre 7 Astuces et dépannage Si vous souhaitez effectuer une double vérification de la configuration requise Pour utiliser l’iPod classic, vous devez disposer des éléments suivants :  Une des configurations d’ordinateur suivantes :  Un Mac équipé d’un port USB 2.0  Un PC Windows équipé d’un port USB 2.0 ou d’une carte USB 2.0  Un des systèmes d’exploitation suivants :  Mac OS X 10.4.11 ou ultérieur  Windows Vista  Windows XP (Édition familiale ou Professionnel) avec Service Pack 3 ou ultérieur  iTunes 9.0 ou ultérieur (vous pouvez télécharger iTunes sur www.apple.com/fr/ipod/start). Si votre PC Windows n’est pas équipé d’un port USB 2.0 , vous pouvez acheter et installer une carte USB 2.0. Pour en savoir plus sur les câbles et les cartes USB compatibles, consultez www.apple.com/fr/ipod. Sur le Mac, iPhoto 4.0.3 ou ultérieur est recommandé pour l’ajout de photos et d’albums à l’iPod classic. Ce logiciel est facultatif. iPhoto est peut-être déjà installé sur votre Mac. Vérifiez dans le dossier Applications. Si vous disposez d’iPhoto 4, vous pouvez le mettre à jour en choisissant menu Pomme () > « Mise à jour de logiciels ». Sur un PC Windows, l’iPod classic peut synchroniser automatiquement des collections de photos provenant d’Adobe Photoshop Album 2.0 ou ultérieur et d’Adobe Photoshop Elements 3.0 ou ultérieur (disponibles sur www.adobe.com). Ce logiciel est facultatif. Sur les Mac et les PC Windows, l’iPod classic peut synchroniser des photos numériques à partir de dossiers du disque dur de votre ordinateur. Si vous voulez utiliser l’iPod classic avec un Mac et un PC Windows Si vous utilisez l’iPod classic avec un Mac et souhaitez l’utiliser avec un PC Windows, vous devez restaurer le logiciel de l’iPod pour pouvoir l’utiliser avec le PC (consultez la section « Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod » à la page 78 ci-dessous). La restauration du logiciel de l’iPod efface toutes les données de l’iPod classic, y compris tous les morceaux de musique. Vous ne pouvez pas passer de l’utilisation de l’iPod classic avec un Mac à l’utilisation de ce dernier avec un PC Windows sans effacer toutes les données qui se trouvent sur l’iPod classic.Chapitre 7 Astuces et dépannage 77 Si vous avez verrouillé l’écran de l’iPod classic et que vous ne parvenez plus à le déverrouiller En règle générale, si vous pouvez connecter l’iPod classic à l’ordinateur avec lequel il est autorisé à travailler, l’iPod classic se déverrouille automatiquement. Si l’ordinateur autorisé à travailler avec l’iPod classic est indisponible, vous pouvez connecter l’iPod classic à un autre ordinateur et utiliser iTunes pour restaurer le logiciel de l’iPod. Consultez la section suivante pour en savoir plus. Si vous souhaitez modifier la combinaison de verrouillage de l’écran mais que vous ne vous souvenez pas de la combinaison actuelle, une restauration du logiciel de l’iPod sera nécessaire avant de pouvoir définir une nouvelle combinaison.78 Chapitre 7 Astuces et dépannage Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod Vous pouvez utiliser iTunes pour mettre à jour ou restaurer le logiciel de l’iPod. Il est recommandé de mettre à jour l’iPod classic pour utiliser la dernière version du logiciel. Vous pouvez aussi restaurer le logiciel, ce qui remet l’iPod classic dans son état d’origine.  Si vous choisissez de mettre à jour, le logiciel sera mis à jour, mais vos réglages et morceaux seront conservés.  Si vous optez pour la restauration, toutes les données sont effacées de l’iPod classic, y compris les morceaux, les vidéos, les fichiers, les contacts, les photos, les informations de calendrier et toutes les autres données. Tous les réglages de l’iPod classic sont restaurés à leur état d’origine. Pour mettre à jour ou restaurer l’iPod classic: 1 Assurez-vous que vous disposez d’une connexion à Internet et que vous avez installé la dernière version d’iTunes disponible sur www.apple.com/fr/ipod/start. 2 Connectez l’iPod classic à votre ordinateur. 3 Dans iTunes, sélectionnez l’iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Résumé. La section Version vous indique si votre iPod classic est à jour ou a besoin d’une version plus récente du logiciel. 4 Cliquez sur Mettre à jour pour installer la toute dernière version du logiciel. 5 Si nécessaire, cliquez sur Restaurer pour restaurer l’iPod classic à son état d’origine (cela efface toutes les données de l’iPod classic). Suivez les instructions à l’écran pour terminer la restauration.8 79 8 Sécurité et entretien Lisez attentivement les informations importantes ci-dessous concernant la sécurité et le maniement des iPod Apple. Gardez le Guide de l’utilisateur de l’ iPod classic à portée de main pour répondre aux questions que vous pourriez vous poser plus tard. Informations importantes relatives à la sécurité Maniement correct Veillez à ne jamais tordre, écraser, perforer, incinérer, ouvrir ou laisser tomber l’iPod classic. Utilisation près de l’eau et dans des endroits humides N’utilisez jamais l’iPod classic sous la pluie ni à proximité d’un lavabo ou de tout autre endroit humide. Veillez à ne pas renverser d’aliments ou de liquides sur l’iPod classic. Si l’iPod classic est mouillé, débranchez tous les câbles, éteignez l’iPod classic et faites glisser le bouton de verrouillage en position HOLD avant de procéder au nettoyage. Laissez-le ensuite sécher entièrement avant de le rallumer. ± Pour éviter toute blessure, lisez toutes les informations relatives à la sécurité exposées ci-dessous, ainsi que le mode d’emploi, avant d’utiliser l’. iPod classic Avertissement : Ne pas suivre les présentes instructions relatives à la sécurité pourrait provoquer un incendie, un choc électrique ou un autre dommage.80 Chapitre 8 Sécurité et entretien Réparation de l’iPod classic N’essayez jamais de réparer l’iPod classic vous-même. Si l’ iPod classic est tombé dans l’eau, a été perforé ou a fait une chute importante, ne l’utilisez pas avant de l’avoir ammené à un fournisseur de services agréé Apple. L’iPod classic ne contient aucune pièce manipulable par l’utilisateur. Pour des informations concernant le service, choisissez Aide iPod dans le menu Aide d’iTunes ou consultez la page www.apple.com/fr/support/ipod. La batterie rechargeable de l’iPod classic ne doit être remplacée que dans un Centre de maintenance agréé Apple. Pour en savoir plus sur le service de remplacement des batteries, rendez-vous sur www.apple.com/fr/support/ipod/service/battery. Adaptateur secteur Apple USB Power Adapter (disponible séparément) Si vous utilisez l’adaptateur secteur Apple USB Power Adapter (vendu séparément sur www.apple.com/fr/ipodstore) pour recharger l’iPod classic, assurez-vous que l’adaptateur secteur est correctement assemblé avant de le brancher sur une prise de courant. Insérez ensuite fermement l’adaptateur secteur Apple USB Power Adapter dans la prise de courant. Ne branchez ni ne débranchez en aucun cas l’adaptateur secteur Apple USB Power Adapter lorsque vous avez les mains mouillées. N’utilisez pas d’adaptateur secteur autre qu’un adaptateur secteur iPod Power Adapter d’Apple pour recharger votre iPod classic. Il se peut que l’adaptateur secteur iPod USB Power Adapter chauffe pendant une utilisation normale. Veillez à toujours assurer une ventilation correcte autour de lui et à toujours le manipuler avec précaution. Débranchez l’adaptateur secteur iPod USB Power Adapter si l’une des conditions suivantes se présente :  Le câble d’alimentation ou la prise est effiloché ou endommagé.  L’adaptateur est exposé à la pluie, à des liquides ou à une humidité excessive.  Le boîtier de l’adaptateur est endommagé.  Vous pensez que l’adaptateur doit être réparé.  Vous voulez nettoyer l’adaptateur. Perte d’acuité auditive Vous risquez une perte auditive irréversible si vous réglez votre casque ou vos écouteurs sur un volume sonore trop élevé. Réglez le volume sur un niveau raisonnable. Vous pouvez vous habituer petit à petit à un volume de son plus élevé qui peut vous paraître normal mais entraîner une détérioration de votre audition. Si vos oreilles bourdonnent ou si les sons vous semblent sourds, arrêtez l’écoute et rendez-vous chez votre médecin pour vérifier votre audition. Plus le volume est élevé, plus vous risquez d’abîmer rapidement votre audition. Pour protéger votre audition, les experts donnent les conseils suivants :  Limitez la durée d’utilisation d’un casque à volume sonore élevé.  Évitez d’augmenter le volume pour bloquer le bruit ambiant.Chapitre 8 Sécurité et entretien 81  Diminuez le volume si vous ne pouvez plus entendre les personnes parler autour de vous. Pour en savoir plus sur la manière de définir un volume maximum sur l’iPod classic, consultez la section « Réglage de la limite de volume maximum » à la page 43. Casque d’écoute et sécurité L’utilisation d’écouteurs est vivement déconseillée lorsque vous conduisez et constitue même une infraction au code de la route dans certains endroits. Consultez et respectez les lois et réglementations en vigueur concernant l’utilisation d’écouteurs lors de la conduite d’un véhicule. Soyez prudent et attentif au volant. Cessez d’écouter votre appareil audio si vous vous rendez compte que cela vous distrait ou vous dérange lorsque vous conduisez un véhicule ou lorsque vous réalisez n’importe quelle autre activité nécessitant toute votre attention. Crises, évanouissements et fatigue visuelle Un petit pourcentage de personnes sont susceptibles de subir des évanouissements ou des crises (même si elles n’en avaient jamais eues auparavant) en cas d’exposition aux flashes de lumière ou aux signaux lumineux que l’on trouve dans certains jeux ou films vidéo. Si vous avez déjà eu des attaqies ou des évanouissements ou si vous avez des antécédents familiaux à ce sujet, vous devriez consulter un médecin avant de jouer à des jeux vidéo ou de regarder des vidéos sur votre iPod classic. Arrêter de l’utiliser et consultez un médecin si vous souffrez des symptômes suivants : convulsions, contractions des muscles ou des yeux, perte de conscience, mouvements involontaires ou désorientation. Pour réduire les risques d’évanouissements, de crises et de fatigue visuelle, évitez toute utilisation prolongée, tenez l’iPod classic à une certaine distance de vos yeux, utilisez l’iPod classic dans une pièce bien éclairée et faites des pauses fréquentes. Mouvements répétitifs Lorsque vous effectuez des activités répétitives, comme jouer à des jeux sur l’iPod classic, il se peut que vous ressentiez une gêne occasionnelle dans vos mains, vos bras, vos épaules, votre nuque ou d’autres parties de votre corps. Faites des pauses fréquentes et, si vous ressentez une gêne pendant ou après l’utilisation, arrêtez et allez consulter un médecin. Informations importantes sur le maniement Port de l’iPod classic L’iPod classic est doté de composants fragiles, notamment, dans certains cas, d’un disque dur. Ne tordez, n’écrasez ni ne laissez pas tomber l’iPod classic. Si vous avez peur de griffer l’iPod classic, vous pouvez utiliser une des nombreuses housses vendues séparément. NOTICE: Ne pas suivre les présentes instructions sur le maniement peut provoquer des dommages à l’iPod classic ou à d’autres objets.82 Chapitre 8 Sécurité et entretien Utilisation des connecteurs et des ports Ne forcez jamais un connecteur à entrer dans un port. Vérifiez que rien ne bloque l’entrée au port. Si le connecteur et le port ne s’assemblent pas facilement, c’est probablement parce qu’ils ne sont pas compatibles. Assurez-vous que le connecteur est compatible avec le port et que vous l’avez positionné correctement par rapport à ce dernier. Conservation de l’iPod classic à température normale Utilisez toujours l’iPod classic dans des endroits où la température se situe entre 0º et 35º C. Dans des conditions de basses températures, l’autonomie de l’ iPod classic peut diminuer temporairement. Rangez l’iPod classic dans un endroit où la température est toujours comprise entre - 20º et 45º C. La température dans les voitures en stationnement pouvant dépasser cette fourchette, ne laissez pas l’iPod classic dans votre voiture. Lorsque vous utilisez l’iPod classic ou rechargez sa batterie, il est normal que l’iPod classic chauffe. L’extérieur de l’iPod classic sert en effet de surface de refroidissement et transfère la chaleur de l’intérieur de l’appareil vers l’extérieur, où l’air est moins chaud. Nettoyage des parties externes de l’iPod classic Pour nettoyer l’iPod classic, débranchez tous les câbles, éteignez l’iPod classic et faites glisser le bouton de verrouillage en position HOLD. Utilisez ensuite un chiffon doux, légèrement humide et non pelucheux. Évitez toute pénétration d’humidité dans les orifices de l’appareil. N’utilisez pas de produits pour le nettoyage des vitres, de produits d’entretien ménager, d’aérosols, de solvants, d’alcool, d’ammoniac ni d’abrasifs pour nettoyer l’iPod classic. Respect des consignes en matière d’élimination pour l’iPod classic Pour obtenir des informations sur la mise au rebut de l’iPod classic, y compris d’importantes informations sur le respect des normes en vigueur, consultez « Regulatory Compliance Information » à la page 84.9 83 9 Informations complémentaires, service et assistance Vous trouverez plus d’informations sur l’utilisation de l’iPod classic dans l’aide à l’écran et sur le web. Le tableau suivant décrit à quel endroit trouver de plus amples informations sur les services et les logiciels de l’iPod. Pour en savoir plus sur : Procédez comme suit : Le service et l’assistance, les discussions, les guides d’initiation et les téléchargements de logiciels Apple accédez àwww.apple.com/fr/support/ipod L’utilisation d’iTunes Ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes. Pour accéder à un guide d’initiation iTunes en ligne (disponible uniquement dans certains pays), rendez-vous sur :www.apple.com/fr/support/itunes L’utilisation d’iPhoto (sous Mac OS X) Ouvrez iPhoto et sélectionnez Aide > Aide iPhoto. L’utilisation d’iSync (sous Mac OS X) Ouvrez iSync et sélectionnez Aide > Aide iSync. L’utilisation d’iCal (sous Mac OS X) Ouvrez iCal et sélectionnez Aide > Aide iCal. Les dernières informations sur l’iPod classic accédez à www.apple.com/ipodclassic L’enregistrement de l’iPod classic Pour enregistrer l’iPod classic, installez iTunes sur votre ordinateur et connectez l’iPod classic. La localisation du numéro de série de l’iPod classic Regardez au dos de l’iPod classic ou choisissez Réglages > Informations et appuyez sur le bouton central. Dans iTunes (lorsque l’iPod classic est connecté à votre ordinateur), sélectionnez iPod classic dans la liste des sources, puis cliquez sur l’onglet Réglages. Les services couverts par la garantie Suivez d’abord les conseils qui figurent dans le présent fascicule, l’aide à l’écran et les ressources en ligne. Allez ensuite sur www.apple.com/fr/support/ipod/service84 Regulatory Compliance Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or TV reception is suspected. Radio and TV Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and TV reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or TV reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the TV or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the TV or radio.  Move the computer farther away from the TV or radio.  Plug the computer in to an outlet that is on a different circuit from the TV or radio. (That is, make certain the computer and the TV or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/TV technician for additional suggestions. IMPORTANT Changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product was tested for EMC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, TV sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple Authorized Reseller. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc. Corporate Compliance 1 Infinite Loop, MS 26-A Cupertino, CA 95014 Industrie Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. VCCI Class B Statement Korea Class B Statement 85 Russia European Community Informations concernant l’élimination et le recyclage Vous devez respecter les lois et réglementations locales lors de l’élimination de votre iPod. Étant donné que ce produit contient une batterie, il doit être éliminé séparément des déchets ménagers. Lorsque votre iPod atteint la fin de sa vie, contactez Apple ou les autorités locales pour en savoir plus à propos des options de recyclage. Pour plus d’informations sur le programme de recyclage d’Apple, consultez la page : www.apple.com/fr/environment/recycling Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerätes am Ende seines Lebenszyklus entsprechend der maßgeblichen gesetzlichen Regelungen. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. China: Taiwan: European Union—Disposal Information: This symbol means that according to local laws and regulations your product should be disposed of separately from household waste. When this product reaches its end of life, take it to a collection point designated by local authorities. Some collection points accept products for free. The separate collection and recycling of your product at the time of disposal will help conserve natural resources and ensure that it is recycled in a manner that protects human health and the environment. Union Européenne—informations sur l’élimination Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains. Europäische Union—Informationen zur Entsorgung Das Symbol oben bedeutet, dass dieses Produkt entsprechend den geltenden gesetzlichen Vorschriften und getrennt vom Hausmüll entsorgt werden muss. Geben Sie dieses Produkt zur Entsorgung bei einer offiziellen Sammelstelle ab. Bei einigen Sammelstellen können Produkte zur Entsorgung unentgeltlich abgegeben werden. Durch das separate Sammeln und Recycling werden die natürlichen Ressourcen geschont und es ist sichergestellt, dass beim Recycling des Produkts alle Bestimmungen zum Schutz von Gesundheit und Umwelt beachtet werden.86 Unione Europea—informazioni per l’eliminazione Questo simbolo significa che, in base alle leggi e alle norme locali, il prodotto dovrebbe essere eliminato separatamente dai rifiuti casalinghi. Quando il prodotto diventa inutilizzabile, portarlo nel punto di raccolta stabilito dalle autorità locali. Alcuni punti di raccolta accettano i prodotti gratuitamente. La raccolta separata e il riciclaggio del prodotto al momento dell’eliminazione aiutano a conservare le risorse naturali e assicurano che venga riciclato in maniera tale da salvaguardare la salute umana e l’ambiente. Europeiska unionen—uttjänta produkter Symbolen ovan betyder att produkten enligt lokala lagar och bestämmelser inte får kastas tillsammans med hushållsavfallet. När produkten har tjänat ut måste den tas till en återvinningsstation som utsetts av lokala myndigheter. Vissa återvinningsstationer tar kostnadsfritt hand om uttjänta produkter. Genom att låta den uttjänta produkten tas om hand för återvinning hjälper du till att spara naturresurser och skydda hälsa och miljö. Remplacement et élimination de la batterie d’un iPod classic La batterie rechargeable de l’iPod classic ne doit être remplacée que par un Centre de maintenance agréé Apple. Pour les services de remplacement de batterie, consultez l’adresse suivante : www.apple.com/fr/support/ipod/service/battery Lorsque l’iPod classic est arrivé en fin de vie, contactez les autorités locales pour connaître les possibilités d’élimination et de recyclage, rapportez simplement la batterie chez votre détaillant Apple local ou renvoyez-la à Apple. Elle sera démontée et recyclée dans le respect de l’environnement. Pour en savoir plus, consultez : www.apple.com/fr/environment/recycling Apple et l’environment À Apple, nous reconnaissons nos responsabilités en matière de réduction des eff ets de nos actions et de nos produits sur l’environnement. Pour en savoir plus, consultez : www.apple.com/fr/environment © 2009 Apple Inc. All rights reserved. Apple, le logo Apple, iCal, iLife, iPhoto, iPod, iPod classic, iPod Socks, iTunes, Mac, Macintosh et Mac OS sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder et Shuffle sont des marques d’Apple Inc. iTunes Store est une marque de service d’Apple Inc. déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés ci-dessus peuvent être des marques de leurs détenteurs respectifs. La mention de produits tiers n’est effectuée qu’à des fins informatives et ne constitue en aucun cas une approbation ni une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité vis-à-vis des performances ou de l’utilisation de ces produits. Tout arrangement, accord ou garantie, le cas échéant, s’applique directement entre le revendeur et les utilisateurs potentiels. Tous les efforts nécessaires ont été mis en oeuvre pour que les informations contenues dans ce manuel soient les plus exactes possibles. Apple n’est pas responsable des erreurs typographiques. F019-1734/2009-12 iBook G4 Premiers contacts Contient des informations de configuration, d’extension et de dépannage concernant votre ordinateur iBook G4K Apple Computer Inc. © 2004 Apple Computer Inc. Tous droits réservés. Ce manuel est protégé par la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique, complétée par la loi du 3 juillet 1985 et par toutes les conventions internationales applicables aux droits d’auteurs. En vertu de ces lois et conventions, aucune reproduction totale ni partielle de ce manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations présentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, Apple Store, AppleTalk, Final Cut Pro, FireWire, iBook, iCal, iMovie, iTunes, Mac, Macintosh et Mac OS sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder, iDVD, iPhoto, Panther, Rendezvous et Safari sont des marques d’Apple Computer, Inc. AppleCare est une marque de service d’Apple Computer, Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. .Mac est une marque de service d’Apple Computer, Inc. ENERGY STAR® est une marque déposée aux États-Unis. La marque et les logos Bluetooth® sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple Computer, Inc. PowerPC est une marque d’International Business Machines Corporation, utilisée sous licence. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur ellesmêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n° 4,631,603, 4,577,216, 4,819,098 et 4,907,093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. 3 1 Table des matières Chapitre 1 5 Premiers contacts 6 Fonctionnalités élémentaires de votre iBook G4 8 Autres fonctionnalités de votre iBook G4 10 Configuration 15 Comment éteindre mon iBook G4 ? 17 Étalonnage de votre nouvelle batterie 17 Et ensuite ? Chapitre 2 19 Notions élémentaires 19 Premiers contacts avec votre iBook G4 20 Réglage de votre moniteur 21 Utilisation de votre adaptateur secteur 22 Utilisation du trackpad 23 Utilisation du clavier 23 Utilisation d’une souris 24 À propos de Mac OS X 24 Personnalisation du bureau et réglage des préférences 25 Connexion à une imprimante 27 Lecture d’un CD et connexion d’un casque d’écoute 27 Maintien à jour de votre logiciel 28 Connexion d’un appareil photo ou de tout autre périphérique via le port FireWire ou USB 28 Connexion à un réseau 28 Utilisation d’Internet 28 Transfert de fichiers vers un autre ordinateur 30 Lorsqu’une application se fige Chapitre 3 31 Utilisation de votre ordinateur 32 USB (Universal Serial Bus) 34 FireWire 36 Accès sans fil à Internet et à votre réseau local via AirPort Extreme 38 Utilisation de périphériques Bluetooth 39 Ethernet (10/100Base-T)4 Table des matières 40 Utilisation de votre modem 40 Gestion vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo) 42 Utilisation de votre lecteur optique 46 Connexion de haut-parleurs et de périphériques audio 46 Batterie 50 Logement de sécurité Chapitre 4 51 Amélioration des performances de votre ordinateur 51 Installation d’une carte AirPort Extreme ou de mémoire supplémentaire Chapitre 5 61 Dépannage 62 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur 64 Autres problèmes 66 Restauration des logiciels de votre ordinateur 67 Localisation du numéro de série de votre produit Annexe A 69 Caractéristiques Annexe B 71 Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 71 Nettoyage de votre iBook G4 71 Transport de votre iBook G4 72 Rangement de votre iBook G4 72 Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre ordinateur 73 Consignes générales de sécurité 74 Batterie 74 Connecteurs et ports 75 Prévention des dommages auditifs 75 Apple et l’environnement 75 Ergonomie Annexe C 77 Connexion à Internet 79 Collecte des informations nécessaires 80 Saisie de vos informations 81 Modem téléphonique avec connexions PPP (Point-To-Point Protocol) 83 Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN 89 Connexion sans fil AirPort Extreme 92 Dépannage de votre connexion Annexe D 95 Les dix questions principales 99 Communications Regulation Information1 5 1 Premiers contacts Votre iBook G4 est un ordinateur portable complet. Important : lisez attentivement toutes les instructions d’installation et consignes de sécurité (voir la page 71) avant de brancher votre ordinateur sur une prise de courant. Adaptateur pour moniteur VGA Apple Adaptateur secteur Câble CA Connecteur CA Câble téléphonique6 Chapitre 1 Premiers contacts Fonctionnalités élémentaires de votre iBook G4 ® Haut-parleur intégré ® Bouton d’alimentation Antenne AirPort Extreme Antenne AirPort Extreme Microphone Touche de fonction (Fn) Témoin lumineux de suspension d’activité Bouton Trackpad d'ouverture de l’écran Bouton du trackpad Lecteur de disque optique à chargement frontal Touches de réglage du volume ¤ Touches de réglage de la luminosité Touche de verrouillage numérique - Touches de fonction — Touche silence Touche d’éjection de disque Haut-parleur intégré (sous la grille du haut-parleur) ¯ Port de l’adaptateur secteurChapitre 1 Premiers contacts 7 Pour plus d’informations sur AirPort Extreme ou sur le lecteur de disque optique, consultez le chapitre 3, “Utilisation de votre ordinateur”, à la page 31. ¤ Boutons de réglage de la luminosité Augmentent ou diminuent la luminosité de l’écran de votre iBook G4. - Boutons de réglage du volume Augmentent ou diminuent le volume du son provenant des haut-parleurs intégrés et du port casque. Touche de verrouillage numérique Active le pavé numérique incorporé au clavier du iBook G4. Lorsque le pavé numérique est activé, un lumière verte éclaire la touche. Touche d’éjection de disque Maintenez cette touche enfoncée pour éjecter un disque. Il est également possible d’éjecter un disque en faisant glisser son icône dans la corbeille. Microphone Enregistrez des sons directement sur le disque dur de votre iBook G4 grâce à ce microphone intégré (situé en haut à droite de l’écran). Haut-parleurs stéréo intégrés (2) Écoutez de la musique, le son de vos films, jeux et fichiers multimédia. Touche de fonction (Fn) Maintenez cette touche enfoncée pour activer les touches de fonction (F1 à F12). Témoin lumineux de suspension d’activité Une lumière blanche clignote lorsque le iBook G4 est en suspension d’activité. Bouton d’ouverture de l’écran Appuyez sur ce bouton pour relever l’écran et ouvrir votre iBook G4. Trackpad Permet de déplacer le pointeur sur l’écran du iBook G4. Lecteur de disque optique à chargement frontal Votre lecteur de disque optique peut lire les CD-ROM, les CD de photos et les disques audio. Si vous disposez d’un lecteur Combo (en option), il peut également lire les DVD-ROM et les disques DVD-R, les films DVD et autres types de support. Il permet aussi de graver de la musique, des documents et d’autres fichiers numériques sur des disques CD-R et CD-RW. Si vous disposez également d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez également graver des disques DVD-R. ® Bouton d’alimentation Allume, éteint ou suspend l’activité de votre iBook G4. ¯ Port d’adaptateur secteur Branchez l’adaptateur secteur portable Apple fourni pour recharger la batterie de votre iBook G4. Antenne AirPort Extreme Connectez-vous à Internet sans fil à l’aide d’une carte AirPort Extreme optionnelle et d’une borne d’accès AirPort Extreme ou via tout autre concentrateur sans fil.8 Chapitre 1 Premiers contacts Autres fonctionnalités de votre iBook G4 ® W Port du modem interne Port du casque d’écoute Batterie Port Ethernet (10/100Base-T) G f Ports USB 2.0 Port FireWire 400 Port de sortie vidéo Dispositif de sécuritéChapitre 1 Premiers contacts 9 Pour des informations supplémentaires sur ces caractéristiques, consultez le chapitre 3, “Utilisation de votre ordinateur”, à la page 31. W Port de modem interne Permet de relier une ligne téléphonique standard directement au modem interne. G Port Ethernet (10/100Base-T) Permet de se connecter à un réseau Ethernet 10/100Base-T haut débit ou à un autre ordinateur afin d’échanger des fichiers. La fonction de détection automatique du port Ethernet détecte les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé Ethernet. Port FireWire 400 Permet de connecter des périphériques à haute vitesse tels que les caméras vidéo et les périphériques de stockage externes. Pour plus d’informations, consultez la page 34. Deux ports USB 2.0 (Universal Serial Bus) Grâce à la technologie USB, vous pouvez connecter des périphériques supplémentaires à votre iBook G4, tels qu’une imprimante, des unités de stockage externes, un appareil photo numérique, un modem, un clavier ou une manette de jeu. Port de sortie vidéo (moniteur externe) Permet de se connecter à un moniteur externe ou à un appareil de projection utilisant un connecteur VGA avec l’adaptateur Moniteur VGA Apple fourni. Vous pouvez également utiliser un adaptateur vidéo Apple (vendu séparément) pour connecter un téléviseur, un magnétoscope ou autre appareil vidéo. f Port du casque d’écoute (sortie ligne audio) Permet de connecter des haut-parleurs externes, un casque d’écoute ou tout autre périphérique de sortie audio. Ç Dispositif de sécurité Protégez votre iBook G4 contre le vol en y reliant un câble de sécurité.10 Chapitre 1 Premiers contacts Configuration Votre iBook G4 est conçu pour être configuré rapidement et utilisé immédiatement. Étape 1 : Branchement de l’adaptateur secteur m Branchez la fiche CA de votre adaptateur secteur dans la prise de courant et branchez la fiche de l’adaptateur secteur dans le port adaptateur secteur de votre iBook G4. Important : si vous utilisez la fiche CA avec votre adaptateur secteur, assurez-vous que les deux broches sont totalement déployées avant de brancher l’adaptateur sur la prise. Pour étendre la portée de votre adaptateur secteur, vous pouvez joindre le câble CA si vous le souhaitez. Voir la section “Utilisation de votre adaptateur secteur” à la page 21. Connecteur CA Câble CA ¯ Port de l’adaptateur secteur Fiche de l’adaptateur secteur Connecteur CAChapitre 1 Premiers contacts 11 Étape 2 : Connectez vos câbles Ensuite, connectez votre iBook G4 à une ligne téléphonique, à un modem DSL, à un modem par câble ou à un réseau Ethernet. Si vous vous connectez à un réseau sans fil AirPort Extreme, vous n’avez pas besoin de câbles. Pour se connecter à une ligne téléphonique : m Connectez le câble téléphonique relié à la prise murale au port modem interne pour une connexion commutée. Veillez à connecter le modem interne à une ligne téléphonique analogique (type le plus répandu chez les particuliers). Le modem ne fonctionnera pas avec une ligne téléphonique numérique. Pour plus d’informations sur votre modem, consultez “Utilisation de votre modem” à la page 40. Pour plus d’informations sur d’autres types de connexions, voir l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 77. Câble téléphonique W Port modem interne ® Avertissement : ne connectez jamais une ligne téléphonique numérique au modem ; un type de ligne inapproprié risquerait en effet de l’endommager. Contactez votre opérateur téléphonique si vous n’êtes pas certain(e) de votre type de ligne téléphonique.12 Chapitre 1 Premiers contacts Pour se connecter à un modem DSL ou câble ou à un réseau Ethernet : m Connectez le câble à votre modem DSL ou modem câble comme indiqué dans les instructions du modem, ou connectez le câble Ethernet à un concentrateur ou une prise Ethernet. Connectez ensuite l’autre extrémité du câble au port Ethernet de l’ordinateur. Étape 3 : Mise sous tension de votre iBook G4 La première fois que vous démarrez votre ordinateur, un assistant réglages vous accueille et vous guide dans le processus d’enregistrement. Il vous aide aussi à configurer votre ordinateur et votre connexion Internet. Cet accès requiert généralement l’ouverture d’un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (payant dans certains cas). La configuration de la connexion Internet requiert que vous fournissiez des informations telles que le nom de compte donné par votre FAI. Si vous connaissez ces informations, gardez-les à portée de main lors du démarrage de votre iBook G4. Si vous n’êtes pas encore prêt à configurer votre connexion ou si vous ne connaissez pas ces informations, vous pouvez passer cette procédure et y revenir plus tard. Consultez l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 77 pour plus d’informations sur comment la configurer plus tard. ® Câble Ethernet GPort Ethernet (10/100Base-T)Chapitre 1 Premiers contacts 13 1 Pour mettre l’ordinateur sous tension, appuyez sur le bouton d’alimentation (®). Lorsque vous allumez l’ordinateur, il émet normalement un signal sonore. Sa mise en route prend quelques instants. L’assistant réglages se lance automatiquement pour vous aider. Remarque : lorsque vous appuyez sur le bouton d’alimentation pour démarrer votre ordinateur, effectuez une seule pression brève (maximum 1 seconde). Relâchez le bouton d’alimentation dès que vous entendez le signal sonore indiquant le démarrage, sinon vous risquez d’éteindre l’ordinateur. ® ® Bouton d’alimentation14 Chapitre 1 Premiers contacts 2 Le trackpad de votre iBook G4 permet de sélectionner et de déplacer des éléments à l’écran de la même façon que la souris d’un ordinateur de bureau. • Pour déplacer le pointeur à l’écran, glissez votre index sur le trackpad. • Pour sélectionner un élément, cliquer ou faire un double-clic, utilisez le bouton du trackpad. Pour obtenir des conseils sur l’utilisation du trackpad, voir “Conseils d’utilisation du trackpad” à la page 22. ® Trackpad Bouton du trackpadChapitre 1 Premiers contacts 15 Félicitations, vous maîtrisez votre PowerBook ! Comment éteindre mon iBook G4 ? Lorsque vous avez fini d’utiliser votre iBook G4, vous pouvez suspendre son activité ou l’éteindre. Suspension de l’activité de votre iBook G4 Si vous n’utilisez pas votre iBook G4 pendant une courte période, suspendez son activité. Cela permet de réactiver votre ordinateur sans avoir à le redémarrer. Pour suspendre l’activité de votre ordinateur, procédez de l’une des manières suivantes : • Rabattez l’écran. • Choisissez Pomme (K) > Suspendre l’activité dans la barre des menus. Problèmes de mise sous tension de l’ordinateur Rien ne se produit lorsque vous appuyez sur le bouton d’alimentation • La batterie est peut-être déchargée. Assurez-vous que l’adaptateur secteur est correctement connecté à l’ordinateur et relié à une prise électrique. La prise doit s’éclairer lorsque que vous la branchez à l’ordinateur. • Si l’ordinateur ne démarre toujours pas, consultez “Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur” à la page 62. Un point d’interrogation clignote à l’écran sur une icône de disque ou de dossier. • Cette icône signifie généralement que l’ordinateur ne parvient pas à localiser le logiciel système sur le disque dur interne ou sur tout disque externe relié à l’ordinateur. Essayez de redémarrer. Appuyez sur le Bouton d’alimentation pendant 4 à 5 secondes jusqu’à l’arrêt de votre ordinateur. Appuyez ensuite de nouveau sur le bouton d’alimentation. Si le problème persiste, vous devrez peut-être réinstaller votre logiciel système. Voir “Restauration des logiciels de votre ordinateur” à la page 66.16 Chapitre 1 Premiers contacts • Appuyez sur le bouton d’alimentation (®), puis cliquez sur Suspendre dans la zone de dialogue qui s’affiche. Pour réactiver l’ordinateur : • Si l’écran est rabattu, ouvrez-le. Votre iBook G4 reprend automatiquement son activité lorsque vous ouvrez l’écran. • Si l’écran est déjà ouvert, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) ou sur n’importe quelle touche du clavier. Mise hors tension de votre iBook G4 Si vous ne comptez pas utiliser votre iBook G4 pendant un jour ou deux, éteignez-le. Pour éteindre votre ordinateur, procédez de l’une des manières suivantes : • Choisissez Pomme (K) > Éteindre dans la barre des menus. • Appuyez sur le bouton d’alimentation (®), puis cliquez sur Éteindre dans la zone de dialogue qui s’affiche. Si vous prévoyez de ranger votre iBook G4 pendant une durée prolongée, consultez la section “Rangement de votre iBook G4” à la page 72 pour obtenir plus d’informations sur les moyens d’éviter que votre batterie se décharge complètement. Avertissement : patientez quelques secondes jusqu’à ce que le voyant blanc de suspension d’activité clignote près du loquet de l’écran (signalant que l’activité de l’ordinateur est suspendue et que le disque dur a cessé de tourner) avant de déplacer votre iBook G4. Tout déplacement de votre ordinateur lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur.Chapitre 1 Premiers contacts 17 Étalonnage de votre nouvelle batterie Pour garantir à votre batterie une durée de vie optimale, respectez les étapes suivantes pendant la première semaine d’utilisation de votre iBook G4. Pour procéder à l’étalonnage initial de votre batterie, procédez comme suit : 1 Branchez l’adaptateur secteur et rechargez complètement la batterie de votre iBook G4 jusqu’à ce que le voyant de l’adaptateur passe au vert et que l’indicateur à l’écran dans la barre des menus indique que la batterie est complètement chargée. 2 Débranchez l’adaptateur secteur et utilisez votre iBook G4. Lorsque votre batterie est presque déchargée, un message d’avertissement apparaît à l’écran. Continuez à utiliser votre iBook G4 jusqu’à ce qu’il suspende automatiquement son activité. Votre batterie sera alors suffisamment déchargée en vue de son étalonnage. 3 Connectez l’adaptateur secteur jusqu’à ce que la batterie soit complètement rechargée. Important : pour étalonner votre batterie, vous devez la vider complètement, puis la recharger en une seule fois. Après cela, vous pouvez connecter et déconnecter l’adaptateur secteur, quel que soit le niveau de charge de la batterie. Si vous avez acheté des batteries supplémentaires, répétez la procédure d’étalonnage avec ces dernières. Pour plus d’informations sur votre adaptateur secteur et votre batterie, consultez “Utilisation de votre adaptateur secteur” à la page 21 et “Batterie” à la page 46. Et ensuite ? • Découvrez les notions élémentaires importantes concernant votre iBook G4. Consultez le chapitre 2, “Notions élémentaires”, à la page 19. • Amusez-vous en testant les applications et les fonctionnalités Internet offertes par votre ordinateur. Parcourez le livret Bienvenue sur Panther fourni avec votre ordinateur. • Si vous n’êtes pas familiarisé avec Mac OS X, ouvrez l’Aide Mac OS et parcourez les informations. • Passage d’un autre ordinateur ? Ouvrez l’Aide Mac OS et lisez la section “Nouveautés deMac OS X”. Elle vous permettra de faire appel à vos connaissances informatiques en vue de vous familiariser avec Mac.18 Chapitre 1 Premiers contacts Davantage de questions ? Aide Mac OS La plupart des informations sur l’utilisation de votre Macintosh sont disponibles directement sur votre ordinateur. 1 Cliquez sur l’icône Finder dans le Dock (la barre des icônes au bas de l’écran). 2 Sélectionnez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide dans la barre des menus, puis choisissez Aide Mac). 3 Cliquez dans le champ Rechercher, tapez votre question, puis appuyez sur la touche Retour du clavier. Autre assistance • Si un problème vous empêche d’utiliser votre ordinateur, consultez le chapitre 5, “Dépannage”, à la page 61. • Consultez les dix questions les plus fréquemment posées. Consultez l’annexe D, “Les dix questions principales”, à la page 95. • Pour plus d’information sur l’assistance, les groupes de discussion et les dernières nouveautés logicielles Apple à télécharger, visitez le site www.apple.com/support. • Si vous ne trouvez pas de réponse à votre problème, consultez les documents AppleCare livrés avec votre ordinateur pour savoir comment contacter Apple.2 19 2 Notions élémentaires Ce chapitre présente les notions élémentaires sur votre iBook G4. Premiers contacts avec votre iBook G4 La légèreté et la finesse de votre iBook G4 vous permettent de l’emporter partout, que ce soit au bureau, à la bibliothèque, en classe ou dans tout autre endroit pour travailler ou jouer. Chaque fois que vous cessez d’utiliser votre iBook G4, patientez quelques instants pour laisser le temps au disque dur ou à un disque optique dans votre lecteur d’arrêter de tourner avant de transporter l’ordinateur. Évitez de bousculer ou de heurter votre iBook G4 lorsque les disques tournent. Lorsque vous utilisez votre iBook G4 ou que vous rechargez la batterie, il est normal que la température de la partie inférieure du boîtier s’élève. En prévision d’une utilisation prolongée, placez votre iBook G4 sur une surface plane et stable. Le dessous du boîtier est légèrement surélevé pour permettre la circulation d’air et assurer ainsi à l’équipement une température de fonctionnement normale. À mesure que vous vous familiarisez avec votre nouvel ordinateur, vous entendrez parfois de petits bruits émis au démarrage ou lorsque le lecteur de disque dur et le lecteur optique sont sollicités. Ainsi, vous pouvez entendre comme un ronronnement ou de petits clics lorsque ces lecteurs accèdent aux informations ou lorsque vous chargez ou éjectez un disque. De même, il arrive qu’après une certaine période de fonctionnement un petit ventilateur se mette en marche pour refroidir le système, ce qui peut produire un léger bruit. Ces petits bruits font partie du fonctionnement normal de l’ordinateur. Pour plus d’instructions de sécurité sur la manipulation et l’utilisation de votre iBook G4 dans d’autres emplacements, veillez à consulter l’annexe B, “Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité”, à la page 71.20 Chapitre 2 Notions élémentaires Réglage de votre moniteur Lorsque vous travaillez pour la première fois sur votre ordinateur iBook G4, réglez si nécessaire l’affichage de l’écran pour un meilleur confort visuel. Utilisez les touches portant le symbole ¤ pour régler la luminosité de l’écran. Vous pouvez agrandir ou réduire la taille des images affichées à l’écran en changeant la résolution. Vous pouvez choisir une résolution dans la fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Si vous le souhaitez, vous pouvez changer la résolution pour que les éléments apparaissent plus grands à l’écran et soient donc plus faciles à visualiser. Il se peut toutefois que certaines résolutions ne permettent pas d’afficher aussi nettement les éléments que la résolution par défaut de l’écran. Pour régler la résolution de votre écran : m Dans la barre des menus, sélectionnez le menu Pomme (K) > Préférences Système. Ouvrez la fenêtre Moniteurs des Préférences système. Pour contrôler vos réglages d’écran via l’icône Moniteurs de la barre des menus, cliquez sur l’option Ouvrir Moniteurs dans la barre des menus. ® ¤ Boutons de réglage de la luminositéChapitre 2 Notions élémentaires 21 Utilisation de votre adaptateur secteur Le branchement de l’adaptateur secteur fournit à l’ordinateur du courant alternatif (CA) et recharge sa batterie. Important : pour obtenir des performances optimales, utilisez uniquement l’adaptateur secteur fourni avec votre ordinateur. La première fois que vous connectez votre adaptateur secteur à votre ordinateur, un témoin lumineux s’allume. La lumière orange indique que la batterie est en train de se recharger. La lumière verte indique qu’elle est rechargée complètement. Vous pouvez contrôler le niveau de la batterie soit à l’aide de l’icône de batterie de la barre des menus, soit en vérifiant les témoins lumineux de niveau de la batterie situés sur la partie inférieure de la batterie (voir la page 46). Pour étendre la portée de votre adaptateur secteur, retirez la fiche CA de votre adaptateur. Reliez le câble CA à l’adaptateur et insérez l’autre extrémité dans la prise de courant murale. Utilisez uniquement le câble pour courant alternatif fourni avec votre adaptateur secteur. Veillez à ce que le connecteur soit fermement engagé dans le port de l’adaptateur secteur de l’ordinateur afin de garantir l’arrivée du courant à l’ordinateur. Lorsque vous déconnectez l’adaptateur secteur d’une prise de courant ou de l’ordinateur, débranchez bien la prise et non le câble. Pour des consignes de sécurité sur l’utilisation de votre adaptateur secteur, voir “Branchement de l’adaptateur secteur” à la page 72. Avertissement : assurez-vous que l’adaptateur secteur est complètement assemblé avant de le brancher sur une prise de courant. Si vous utilisez la fiche CA avec votre adaptateur secteur, assurez-vous que les deux broches sont complètement déployées avant de brancher l’adaptateur. Câble CA Connecteur CA22 Chapitre 2 Notions élémentaires Utilisation du trackpad Le trackpad est sensible à la vitesse de déplacement de votre doigt. Pour déplacer le pointeur sur une courte distance, faites glisser l’index lentement sur le trackpad. Plus le déplacement du doigt est rapide, plus la distance parcourue par le pointeur est grande. Plutôt que d’utiliser le bouton du trackpad, utilisez votre doigt pour cliquer ou doublecliquer directement sur le trackpad. Les options du trackpad doivent être activées via la fenêtre Clavier et souris des Préférences Système. Remarque : si vous avez effleuré le trackpad par inadvertance et que le pointeur se déplace lorsque vous saisissez des informations, activez l’option “Ignorer les utilisations accidentelles du trackpad” dans la fenêtre Clavier et souris des Préférences Système, afin d’éviter ce problème. Conseils d’utilisation du trackpad Pour une utilisation efficace du trackpad, tenez compte de ces conseils : • N’utilisez qu’un seul doigt, • N’utilisez pas de stylo ou tout autre objet. • Veillez à ce que votre doigt et le trackpad soient secs. Si l’humidité ou la condensation provoque une accumulation de buée sur le trackpad, essuyez-le avec un chiffon propre avant de l’utiliser. • N’utilisez jamais de produit nettoyant sur le trackpad. Pour plus d’informations sur l’utilisation du trackpad, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, en haut de l’écran.Chapitre 2 Notions élémentaires 23 Utilisation du clavier Le clavier de votre iBook G4 est doté d’un pavé numérique incorporé aux touches standard. Les touches utilisées par le pavé numérique sont pourvues d’une mention secondaire plus petite. Pour utiliser le pavé numérique, appuyez sur la touche de verrouillage numérique. Un voyant vert s’allume pour indiquer que le pavé est activé. Une fois que vous avez terminé, appuyez à nouveau sur la touche de verrouillage numérique pour la désactiver. Important : si vous avez l’impression que votre clavier ne fonctionne pas normalement, c’est peut-être parce que le pavé numérique est verrouillé. Lorsque le pavé numérique est activé, les autres touches et raccourcis clavier correspondant à des commandes de menu (comme x-Q pour quitter) sont désactivés. Si vous souhaitez utiliser les raccourcis clavier pour travailler de manière plus efficace, ouvrez l’Aide Mac OS et recherchez “raccourcis.” Vous trouverez une liste de raccourcis clavier pour un grand nombre de procédures et d’applications courantes. Utilisation d’une souris Si vous disposez d’une souris Apple Mouse dotée d’un connecteur USB, insérez ce dernier dans le port USB 2.0 et utilisez-la sans avoir à redémarrer l’ordinateur. Vous pouvez vous procurer une souris USB auprès d’un revendeur agréé Apple ou sur le site Web Apple Store : www.apple.com/store. ® Pavé numérique Touche Verrouillage num24 Chapitre 2 Notions élémentaires À propos de Mac OS X L’ordinateur vous est fourni avec le système d’exploitation Mac OS X et l’environnement Classic, permettant d’utiliser les applications de Mac OS 9 sur un ordinateur exécutant Mac OS X. Remarque : Mac OS 9 ne peut pas être installé comme système d’exploitation principal de votre iBook G4. Si vous souhaitez en savoir plus sur Mac OS X et les applications Apple, consultez le livret Bienvenue dans Panther fourni avec votre iBook G4. Vous pouvez également ouvrir l’Aide Mac OS et parcourir les informations qu’elle contient. Vous trouverez un grand volume d’informations pour les utilisateurs novices et expérimentés, et pour ceux qui passent au Mac. Pour avoir des informations sur la compatibilité des applications logicielles avec Mac OS X, ou pour en savoir plus sur Mac OS X, visitez le site Web d’Apple : www.apple.com/macosx. Personnalisation du bureau et réglage des préférences Au moyen des Préférences Système, vous pouvez donner à votre bureau l’apparence souhaitée sans perdre de temps. Dans la barre des menus, sélectionnez le menu Pomme (K) > Préférences Système. Chapitre 2 Notions élémentaires 25 N’hésitez pas à changer et essayer ce qui suit : • Apparence : sélectionnez ce panneau de préférences pour changer entre autres les couleurs des boutons, menus, fenêtres et la couleur de contraste. • Bureau et économiseur d’écran : sélectionnez ce panneau de préférences pour changer la couleur et le motif du bureau ou pour le remplacer par la photo ou l’image de votre choix. Vous pouvez également choisir un effet d’écran accrocheur qui apparaîtra lorsque l’ordinateur reste inactif. • Dock : sélectionnez ce panneau de préférences pour changer l’apparence, l’emplacement et le comportement de votre Dock. Tout en vous familiarisant avec votre ordinateur, découvrez progressivement les autres Préférences Système. C’est le poste de commande qui vous permet d’effectuer la plupart des réglages de votre iBook G4. Pour plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac OS et cherchez “Préférences Système” ou directement la fenêtre de préférence que vous souhaitez modifier. Connexion à une imprimante Pour utiliser une imprimante avec votre iBook G4, suivez les instructions fournies pour installer les logiciels requis et connecter l’imprimante. De nombreuses imprimantes se connectent via un câble USB tandis que d’autres sont accessibles via une connexion réseau de type Ethernet, par exemple. Pour plus d’informations sur les ports USB, consultez la section “USB (Universal Serial Bus)” à la page 32. Pour plus d’informations sur un réseau ou une connexion sans fil, consultez les sections “Ethernet (10/100Base-T)” à la page 39 et “Accès sans fil à Internet et à votre réseau local via AirPort Extreme” à la page 36. Une fois votre imprimante connectée et réglée, ouvrez le panneau Imprimer et faxer des Préférences Système pour sélectionner l’imprimante que vous voulez utiliser. Si vous vous connectez à une imprimante via un réseau, il vous faudra peut-être savoir le nom de réseau ou l’adresse de l’imprimante pour la sélectionner. Si une imprimante USB est connectée à une borne d’accès AirPort Extreme et que votre iBook G4 est équipé d’une carte AirPort Extreme, vous pouvez vous connecter à cette imprimante et imprimer sans fil.26 Chapitre 2 Notions élémentaires Pour configurer une imprimante : 1 Ouvrez Préférences Système et cliquez sur l’icône Imprimer et faxer. 2 Cliquez sur le bouton Réglage des imprimantes. 3 Cliquez sur le bouton Ajouter. 4 Sélectionnez le type de connexion de votre imprimante dans le menu contextuel (par exemple, USB, AppleTalk, etc.). Pour ajouter une imprimante USB connectée à une borne d’accès AirPort Extreme, sélectionnez Rendezvous dans le menu local. 5 Sélectionnez ou saisissez les informations de l’imprimante et cliquez sur Ajouter. Contrôle de l’impression Lorsque vous avez envoyé un document à l’impression, vous pouvez contrôler l’impression et l’arrêter ou la mettre en attente temporairement. Pour contrôle l’impression : m Cliquez sur l’icône de l’imprimante dans le Dock pour ouvrir la fenêtre Liste des imprimantes. Vous voyez alors la liste des travaux d’impression et la file d’attente sur lesquelles vous pouvez intervenir. Pour plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac OS et cherchez “impression”.Chapitre 2 Notions élémentaires 27 Lecture d’un CD et connexion d’un casque d’écoute Pour écouter de la musique lorsque vous travaillez, insérez un CD dans votre lecteur optique. iTunes, un lecteur de musique facile à utiliser, apparaît automatiquement à l’écran. Vous pouvez également brancher vos écouteurs au port casque de votre iBook G4 pour une écoute discrète et immédiate. Pour en savoir plus sur iTunes, ouvrez l’Aide Mac OS et choisissez Bibliothèque > Aide iTunes et Music Store. Pour en savoir plus sur votre lecteur optique, consultez la section “Utilisation de votre lecteur optique” à la page 42. Maintien à jour de votre logiciel Vous pouvez vous connecter à Internet et télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournies par Apple. Une fois connecté à Internet, l’application Mise à jour de logiciels recherche dans les serveurs Internet d’Apple les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre Mac afin qu’il recherche régulièrement dans le serveur Apple des mises à jour de logiciels, puis qu’il les télécharge et les installe sur votre ordinateur. Pour rechercher les logiciels mis à jour : 1 Ouvrez les Préférences Système. 2 Cliquez sur l’icône Mise à jour de logiciels et suivez les instructions sur l’écran. • Pour plus d’informations, recherchez “Mise à jour de logiciels” dans l’Aide Mac OS. • Pour obtenir les dernières informations concernant Mac OS, rendez-vous sur le site Web Mac OS à l’adresse www.apple.com/macos. Avertissement : écouter de manière prolongée de la musique à un volume excessif peut endommager votre ouïe.28 Chapitre 2 Notions élémentaires Connexion d’un appareil photo ou de tout autre périphérique via le port FireWire ou USB Vous pouvez connecter un appareil photo numérique, un caméscope, un scanneur ou tout autre périphérique doté d’un connecteur FireWire ou USB à votre iBook G4. Suivez les instructions d’installation fournies avec votre appareil. Pour plus d’informations à propos de FireWire, consultez “FireWire” à la page 34. Pour plus d’informations concernant les connexions USB, consultez “USB (Universal Serial Bus)” à la page 32. Connexion à un réseau Si vous souhaitez connecter votre iBook G4 à un réseau Ethernet ou sans fil, consultez “Ethernet (10/100Base-T)” à la page 39 et “Accès sans fil à Internet et à votre réseau local via AirPort Extreme” à la page 36 pour en savoir plus sur la configuration d’une connexion Ethernet ou AirPort. Ouvrez également l’Aide Mac OS et cherchez “Ethernet” ou “AirPort” pour obtenir de l’aide supplémentaire. Utilisation d’Internet Au cours des étapes de configuration initiale, vous avez appris comment vous connecter à Internet. Pour changer de connexion telle que DSL, modem câble, réseau local (LAN) Ethernet ou réseau AirPort Extreme, vous trouverez plus d’informations dans l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 77. Transfert de fichiers vers un autre ordinateur Différentes méthodes s’offrent à vous si vous souhaitez transférer des fichiers ou des documents à partir de ou vers votre iBook G4. • Si vous possédez un lecteur de disque dur externe, un lecteur Zip ou tout autre périphérique de stockage de données qui se connecte via un câble USB ou FireWire, vous pouvez l’utiliser pour transférer des fichiers. • Si vous disposez d’une connexion de courrier électronique, vous pouvez envoyer vos fichiers par courrier électronique vers un autre ordinateur. • Vous pouvez également vous connecter à un autre Mac via un câble FireWire (vendu séparément). Lorsque vous démarrez votre iBook G4 en mode disque cible FireWire, votre iBook G4 apparaît comme un disque dur sur l’autre ordinateur et vous pouvez alors transférer vos fichiers. Pour plus d’informations sur l’utilisation de FireWire pour le transfert de fichiers, consultez la section “Connexion de votre iBook G4 à un autre ordinateur via FireWire” à la page 35. Chapitre 2 Notions élémentaires 29 • Si vous disposez d’un compte .Mac, vous pouvez l’utiliser pour transférer des fichiers. Un compte .Mac vous offre l’accès à Internet et iDisk, qui vous fournit un espace de stockage disponible sur Internet pour partager des fichiers. Vous pouvez demander l’ouverture d’un compte .Mac auprès d’Apple (payant). Vous pouvez ensuite transférer des fichiers sur votre compte iDisk où d’autres ordinateurs pourront y avoir accès. • Si vous connectez votre ordinateur à un réseau via Ethernet, vous pouvez transférer des fichiers vers un autre ordinateur du réseau. Vous pouvez accéder à un serveur ou à un autre ordinateur en cliquant sur Réseau dans le volet de sélection de gauche du Finder ou en choisissant Aller > “Se connecter au serveur” dans la barre des menus du Finder. • Vous pouvez créer un petit réseau Ethernet en connectant un câble Ethernet de votre iBook G4 au port Ethernet d’un autre ordinateur. Une fois connecté à l’autre ordinateur, vous pouvez transférer les fichiers directement d’un ordinateur à l’autre. Pour plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac OS et cherchez “Connexion de deux ordinateurs”. • Si votre ordinateur est équipé d’une carte AirPort Extreme, vous pouvez vous connecter à un réseau sans fil AirPort Extreme pour transférer les fichiers. Pour plus d’informations, consultez la section “Accès sans fil à Internet et à votre réseau local via AirPort Extreme” à la page 36. • Si vous avez fait l’acquisition du module optionnel Bluetooth® en même temps que votre iBook G4 et que vous disposez d’appareils qui communiquent via la technologie sans fil Bluetooth, vous pouvez transférer des fichiers vers d’autres appareils équipés du système Bluetooth. Pour plus d’informations, consultez la section “Utilisation de périphériques Bluetooth” à la page 38. Pour des informations générales sur le transfert de fichiers et de documents, ouvrez l’Aide Mac OS et cherchez “transfert” ou le type de connexion dont vous avez besoin.30 Chapitre 2 Notions élémentaires Lorsqu’une application se fige Il est possible que, quelques rares fois, une application se fige à l’écran. Mac OS X permet de quitter une application figée sans redémarrer votre ordinateur, ce qui permet d’enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à se fermer : 1 Appuyez sur Commande (x) + Option + Échap ou sélectionnez Forcer à quitter dans le menu Pomme (K). La zone de dialogue Forcer à quitter des applications apparaît avec l’application sélectionnée. 2 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application quitte, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Si nécessaire, vous pouvez forcer la fermeture de l’environnement Classic, ce qui provoque la fermeture de toutes les applications Classic. Vous pouvez également redémarrer le Finder à partir de cette boîte de dialogue. Si vous rencontrez d’autres difficultés, consultez le chapitre 5, “Dépannage”, à la page 61.3 31 3 Utilisation de votre ordinateur Votre iBook G4 comporte de nombreuses fonctions et capacités de connexion intégrées. En voici la liste : • Des ports USB 2.0 pour la connexion de matériel supplémentaire à votre iBook G4 : imprimantes, scanneurs, etc. Voir la page 32. • Un port FireWire (400) pour la connexion de matériel à haute vitesse tel que les caméras vidéo numériques et les disques durs externes. Voir la page 34. • Le système facultatif AirPort Extreme de réseau sans fil et la connectivité sans fil Bluetooth optionnelle. Voir la page 36. • La fonctionnalité de mise en réseau Ethernet et un modem 56K pour la mise en réseau et les communications. Voir la page 39. • Un port de sortie vidéo associé à un adaptateur pour écran VGA Apple inclus vous offre la possibilité d’utiliser votre iBook G4 avec un moniteur ou un écran externe. Utilisez un adaptateur vidéo Apple (vendu séparément) pour relier un téléviseur, un magnétoscope ou autre appareil vidéo. Voir la page 40. • Un lecteur optique permettant de lire des CD. Si vous disposez d’un lecteur Combo (en option), vous pouvez également lire des DVD et graver des CD. Si vous disposez d’un graveur SuperDrive, vous pouvez également graver des DVD. Voir la page 42. • Un port de casque pour relier des écouteurs, des haut-parleurs et autre équipement audio. Voir la page 46. • Une batterie iBook G4 qui permet de connaître en un clin d’oeil l’état de la charge. Voir la page 46. • Une rainure de sécurité pour protéger votre iBook G4 contre le vol. Voir “Logement de sécurité” à la page 50.32 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur USB (Universal Serial Bus) Votre iBook G4 est doté de deux ports USB 2.0 ( ), ou ports USB haute vitesse, que vous pouvez utiliser pour connecter de nombreux périphériques externes : imprimantes, scanneurs, appareils photo numériques, manettes de jeu, claviers ou lecteurs de disquettes. Ces ports USB 2.0 sont compatibles avec les anciens modèles de périphériques USB. Dans la plupart des cas, vous pouvez connecter et déconnecter un périphérique USB pendant que l’ordinateur fonctionne. Vous pouvez utiliser les périphériques dès leur branchement, Il n’est pas nécessaire de redémarrer ni de reconfigurer votre ordinateur. Utilisation de périphériques USB Pour utiliser un périphérique USB avec votre ordinateur, il suffit de connecter le périphérique à l’ordinateur. Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques USB. Votre ordinateur détecte automatiquement les nouveaux périphériques connectés. Remarque : si vous avez connecté un périphérique USB et que votre iBook G4 ne trouve pas le logiciel approprié, vous pouvez soit installer le logiciel fourni avec le périphérique, soit suivre les instructions affichées à l’écran pour utiliser Internet afin de trouver, télécharger et installer le logiciel approprié. ®Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 33 Périphériques USB et alimentation par batterie Les périphériques USB, tels que les manettes de jeu ou les claviers, alimentés via le port USB plutôt qu’à l’aide d’un adaptateur secteur séparé peuvent être utilisés avec votre iBook G4. Toutefois, ces types de périphériques USB peuvent provoquer un déchargement plus rapide de la batterie de votre iBook G4. Si vous utilisez le périphérique pendant une durée prolongée, il est recommandé de brancher votre iBook G4 à son adaptateur secteur. Utilisation simultanée de plusieurs périphériques USB Vous pouvez vous procurer un concentrateur USB pour connecter plusieurs périphériques USB à votre ordinateur. Ce dernier se connecte à un port USB disponible de votre ordinateur et vous permet de disposer de ports USB supplémentaires (en général quatre ou sept). Les concentrateurs haute vitesse peuvent gérer les périphériques USB 2.0 haute vitesse, ainsi que les périphériques compatibles USB 1.1. Les concentrateurs USB 1.1 ne permettent pas aux périphériques USB haute vitesse de fonctionner à leur vitesse maximale. La plupart des concentrateurs USB disposent d’un adaptateur secteur et doivent être branchés sur une prise électrique. Informations supplémentaires sur la technologie USB Des informations supplémentaires sur USB sont disponibles dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide puis Aide Mac dans la barre des menus et recherchez “USB.” Vous trouverez d’autres informations sur le site Web USB d’Apple, à l’adresse www.apple.com/usb. Pour obtenir des informations sur les périphériques USB disponibles pour votre ordinateur, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/guide. ® Concentrateur USB34 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur FireWire Votre ordinateur est équipé d’un port FireWire 400 ( ). Avec FireWire, vous pouvez facilement connecter et déconnecter des périphériques externes à haute vitesse (tels que caméras numériques DV, imprimantes, scanneurs et disques durs) sans avoir à redémarrer votre ordinateur. La liste ci-dessous répertorie certaines des opérations possibles avec FireWire : • Connecter une caméra vidéo numérique pour capturer, transférer et monter de la vidéo de haute qualité directement sur votre ordinateur à l’aide de logiciels de montage vidéo tels qu’iMovie ou Final Cut Pro. • Connecter un disque dur FireWire externe et l’utiliser pour sauvegarder des données ou transférer des fichiers. • Démarrer à partir d’un disque dur externe FireWire. Connecter un disque dur FireWire externe (sur lequel un système d’exploitation valide est installé), ouvrir la fenêtre Démarrage des Préférences Système, puis cliquer sur le disque dur FireWire. Redémarrer votre ordinateur. • Transférer des fichiers entre votre iBook G4 et un autre ordinateur équipé de la technologie FireWire en utilisant le mode disque cible FireWire. Utilisation de périphériques FireWire Pour utiliser un périphérique FireWire avec votre ordinateur, reliez le périphérique à l’ordinateur. Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques FireWire. Votre ordinateur détecte automatiquement les nouveaux périphériques connectés. ®Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 35 Remarque : si vous avez connecté un périphérique FireWire et que votre iBook G4 ne trouve pas le logiciel approprié, vous pouvez soit installer le logiciel fourni avec le périphérique, soit suivre les instructions affichées à l’écran pour utiliser Internet afin de trouver, télécharger et installer le logiciel approprié. Périphériques FireWire et alimentation par batterie Les périphériques FireWire, tels que certains disques durs externes, peuvent être alimentés par le port FireWire de l’iBook G4 plutôt que par un adaptateur secteur distinct. Toutefois, ces types de périphériques FireWire peuvent provoquer un déchargement plus rapide de la batterie de votre iBook G4. Si vous comptez connecter un périphérique pendant une longue période, il est recommandé de brancher le iBook G4 sur son adaptateur secteur. Remarque : le port FireWire est conçu pour gérer l’alimentation des périphériques FireWire (jusqu’à un maximum de 7 watts). Il est possible de connecter plusieurs périphériques entre eux puis de connecter les périphériques “en chaîne” au port FireWire de votre ordinateur. Apple recommande qu’un seul d’entre eux soit alimenté par l’ordinateur. Les autres périphériques de la chaîne doivent alors être alimentés par des adaptateurs secteur distincts. La connexion de plusieurs périphériques FireWire alimentés par le port peut poser des problèmes. En cas de problème, éteignez l’ordinateur, déconnectez les périphériques FireWire, puis redémarrez l’ordinateur. Connexion de votre iBook G4 à un autre ordinateur via FireWire Vous avez la possibilité de relier deux ordinateurs équipés de la technologie FireWire avec un câble FireWire pour transférer des fichiers. De même, si vous êtes confronté à un problème qui empêche le démarrage de votre ordinateur, vous pouvez utiliser la technologie FireWire pour vous connecter à un autre ordinateur et accéder à vos fichiers. Lorsque vous démarrez votre iBook G4 en mode disque cible FireWire, il apparaît comme un disque dur sur l’autre ordinateur et vous pouvez alors transférer vos fichiers. Remarque : lorsque vous utilisez le mode disque cible FireWire, il est conseillé de connecter l’adaptateur secteur à votre iBook G4. Pour connecter votre iBook G4 à un autre ordinateur en mode disque cible FireWire : 1 Assurez-vous que votre iBook G4 est éteint. 2 Utilisez un câble FireWire pour connecter votre iBook G4 à un autre ordinateur équipé de FireWire. 3 Démarrez votre iBook G4, puis maintenez immédiatement la touche T enfoncée. L’écran de votre iBook G4 affiche alors le logo FireWire. L’écran de l’autre ordinateur affiche l’icône du disque dur interne de votre iBook G4. Vous pouvez maintenant glisserdéposer des fichiers entre les deux systèmes.36 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 4 Lorsque vous avez terminé de transférer les fichiers, glissez l’icône du disque dur du iBook G4 dans la corbeille. 5 Appuyez sur le bouton d’alimentation du iBook G4 pour l’éteindre, puis déconnectez le câble FireWire. Informations supplémentaires sur la technologie FireWire Des informations supplémentaires sur FireWire sont disponibles dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus du Finder et cherchez “FireWire”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web FireWire d’Apple, à l’adresse www.apple.com/firewire. Accès sans fil à Internet et à votre réseau local via AirPort Extreme Votre iBook G4 peut utiliser la technologie sans fil AirPort. AirPort Extreme permet d’accéder sans fil à Internet en toute simplicité et sans se ruiner n’importe où, que ce soit chez soi, au bureau ou dans un établissement scolaire par exemple. Au lieu de faire appel à des câbles classiques, AirPort Extreme utilise la technologie de réseau local (LAN) sans fil permettant une communication sans fil entre plusieurs ordinateurs. Utilisez un réseau sans fil pour configurer l’accès à Internet, transférer des fichiers, jouer à plusieurs en réseau et bien d’autres choses encore. Si vous avez commandé une carte AirPort Extreme lors de l’achat de votre iBook G4, une carte est déjà installée. Si vous ne disposez pas d’une carte AirPort Extreme et souhaitez en installer une, lisez la section “Installation d’une carte AirPort Extreme ou de mémoire supplémentaire” à la page 51. La carte AirPort Extreme est compatible avec la borne d’accès AirPort Extreme Apple et la borne d’accès originale Apple, ainsi qu’avec tous les produits conformes aux normes 802.11b ou 802.11g. Remarque : l’Internet sans fil requiert une carte AirPort Extreme, une borne d’accès AirPort Extreme ou une borne d’accès AirPort et une connexion à Internet (ce service peut être payant). Certains fournisseurs d’accès à Internet ne sont pas encore compatibles avec AirPort. La portée varie en fonction des conditions d’emplacement. Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 37 Mode d’accès sans fil à Internet via AirPort Extreme La technologie AirPort Extreme permet d’établir une connexion sans fil via une borne d’accès, que vous branchez à votre ligne de téléphone, à votre modem ou à votre réseau Internet. La technologie AirPort Extreme fonctionne comme un téléphone sans fil. La carte AirPort Extreme de votre ordinateur permet d’effectuer une connexion sans fil avec la borne d’accès, elle-même connectée à la ligne téléphonique, DSL ou un modem par câble. Pour plus d’informations sur AirPort Extreme Pour acheter une borne d’accès AirPort Extreme, adressez-vous à votre vendeur agréé Apple ou rendez-vous sur le site Web Apple Store, à l’adresse www.apple.com/store. Des informations supplémentaires sur AirPort Extreme sont disponibles dans l’Aide AirPort. Choisissez Aide > Aide Mac, puis Bibliothèque > Aide AirPort dans la barre des menus Visualisation Aide. Vous trouverez également des informations sur le site Web AirPort d’Apple, à l’adresse www.apple.com/airport, ou sur www.apple.com/support. Borne d’accès AirPort Extreme Connexion à Internet Prise CA ®38 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Utilisation de périphériques Bluetooth Si vous avez acheté un module Bluetooth® , votre iBook G4 peut se connecter sans fil à des appareils utilisant la technologie Bluetooth, tels qu’un téléphone portable ou un ordinateur de poche (PDA), et transférer des fichiers vers ces appareils. La technologie Bluetooth permet d’éliminer les câbles reliant normalement les appareils. Il est possible de connecter sans fil des appareils utilisant la technologie Bluetooth dans un rayon de 10 mètres. Les appareils utilisant la technologie sans fil Bluetooth comprennent des : • Ordinateurs • Téléphones portables • Périphériques (claviers, souris, etc.) • Ordinateurs de poche (PDA) Avec la technologie sans fil Bluetooth, vous pouvez : • Utiliser votre iBook G4 pour communiquer avec un téléphone portable équipé de la technologie sans fil Bluetooth. Votre téléphone peut servir de modem pour vous connecter à un fournisseur de services sans fil, à un débit de 56 kilobits par seconde (Kbps) suffisant pour vous connecter à Internet. • Communiquer avec votre assistant personnel (PDA). À l’aide d’iSync, vous pouvez exécuter une opération HotSync sans fil ou transmettre votre carte de visite ou encore des événements de calendrier directement sur le PDA d’un collègue. • Transférer de petits fichiers entre ordinateurs, même de Mac à PC, en utilisant l’utilitaire de transfert. Apple recommande l’utilisation du réseau sans fil AirPort Extreme pour le transfert de tous vos fichiers à l’exception des plus petits. Pour plus d’informations sur la technologie sans fil Bluetooth Pour accéder à l’aide Bluetooth, ouvrez l’applications Échange de fichiers Bluetooth (dans le dossier Utilitaires du dossier Applications) et sélectionnez Aide > Aide Bluetooth. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web Bluetooth d’Apple, à l’adresse www.apple.com/bluetooth.Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 39 Ethernet (10/100Base-T) Votre ordinateur est fourni avec la fonctionnalité de mise en réseau Ethernet intégrée, qui permet de vous connecter à un réseau ou à un modem DSL ou par câble. La connexion à un réseau vous donne accès à d’autres ordinateurs et vous permet de stocker et de récupérer des informations, d’utiliser les imprimantes d’un réseau, des modems et une messagerie électronique ou de vous connecter à Internet. Vous pouvez utiliser Ethernet pour partager des fichiers entre deux ordinateurs ou établir un petit réseau. Vous pouvez également connecter des modems par câble et DSL à votre port Ethernet pour accéder à Internet via un fournisseur d’accès à Internet (FAI). Le port Ethernet de votre iBook G4 détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé Ethernet. Informations supplémentaires sur l’utilisation d’Ethernet Des informations supplémentaires, y compris sur la configuration d’un réseau Ethernet et le transfert de fichiers via Ethernet, sont disponibles dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus et recherchez “Ethernet” ou “réseau”. Pour obtenir des informations sur les produits de mise en réseau que vous pouvez utiliser avec votre iBook G4, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/guide. ®40 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Utilisation de votre modem Votre iBook G4 est équipé d’un modem interne Apple 56K (conforme à la norme V.92). Pour connecter le modem interne, branchez l’une des extrémités du câble téléphonique ou câble RJ-11 dans le port de modem de votre ordinateur et l’autre extrémité sur une prise téléphonique murale standard RJ-11. Veillez à connecter le modem interne à une ligne téléphonique analogique (type le plus répandu chez les particuliers). Le modem ne fonctionne pas avec une ligne téléphonique numérique. Pour obtenir des informations sur la manière d’établir une connexion à Internet, consultez l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 77. Des informations supplémentaires sur le modem interne sont également disponibles dans l’Aide Mac OS. Gestion vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo) Votre ordinateur est équipé d’un port de sortie vidéo et d’un adaptateur qui vous permettent de connecter un moniteur ou un projecteur doté d’un connecteur VGA. Utilisez l’adaptateur d’écran VGA Apple fourni pour connecter votre iBook G4 aux moniteurs et projecteurs dotés d’une sortie VGA. Avertissement : pour éviter tout risque d’endommagement du modem, ne connectez jamais une ligne téléphonique numérique à ce dernier. Contactez votre opérateur téléphonique si vous n’êtes pas certain(e) de votre type de ligne téléphonique. ® Adaptateur pour moniteur VGA Apple fChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 41 Vous pouvez également afficher et enregistrer les images issues de l’ordinateur en connectant un téléviseur, un projecteur vidéo, un magnétoscope, ou lire des DVD vidéo sur votre téléviseur, en utilisant un adaptateur vidéo Apple (vendu séparément). L’adaptateur vidéo Apple fournit des connecteurs composites et S-vidéo pour les téléviseurs et autres appareils. Lorsqu’un moniteur externe ou un téléviseur est connecté, la même image apparaît à la fois sur l’écran de l’ordinateur et sur le moniteur externe (recopie vidéo). Pour que le son soit diffusé via l’écran externe (un projecteur ou un téléviseur par exemple), vous devez relier le port de casque de l’ordinateur (sortie de ligne audio) et cet écran externe à l’aide d’un câble audio. Remarque : en raison des limites d’affichage de la plupart des téléviseurs, les images apparaissent avec une qualité inférieure à celle de l’écran intégré ou d’un moniteur externe. Connexion d’un écran externe ou d’un projecteur Pour connecter à votre ordinateur un écran externe ou un projecteur via un connecteur VGA : 1 Allumez l’écran externe ou le projecteur. 2 Connectez le câble du moniteur VGA à l’adaptateur d’écran VGA Apple, puis connectez l’adaptateur à votre iBook G4. Votre iBook G4 détecte automatiquement le moniteur externe. Important : pour être sûr que votre iBook G4 détecte automatiquement le moniteur externe ou le projecteur, vérifiez que l’adaptateur d’écran VGA Apple est d’abord branché au moniteur externe ou au projecteur. Mac OS X règle automatiquement la résolution et la fréquence de l’écran en fonction du périphérique. Vous pouvez régler la résolution du moniteur externe via l’onglet Moniteur de la fenêtre Moniteurs des Préférences Système ou via l’icône Moniteurs située dans la barre des menus. Remarque : votre iBook G4 ne gère pas les résolutions de moniteur externe supérieures à 1024 X 768.42 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Connexion d’un téléviseur, d’un magnétoscope ou de tout autre appareil vidéo Pour connecter un téléviseur, un magnétoscope ou tout autre appareil vidéo au iBook G4 : 1 Connectez un adaptateur vidéo Apple (vendu séparément) au connecteur composite ou S-vidéo du téléviseur ou autre appareil, puis connectez l’adaptateur à votre iBook G4. 2 Si vous voulez envoyer le son de votre iBook G4 vers l’appareil, connectez un câble miniprise/RCA (non fourni) du port du casque d’écoute (f) de votre iBook G4 aux ports d’entrée audio de votre appareil. 3 Allumez l’appareil. Pour régler l’apparence des images affichées à l’écran, ouvrez le fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Informations supplémentaires sur l’utilisation d’un moniteur externe ou d’un téléviseur Vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur la configuration et l’utilisation d’un moniteur externe dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis recherchez “moniteur”. Utilisation de votre lecteur optique Vous pouvez installer ou utiliser des logiciels sur CD à l’aide de votre lecteur optique et sur DVD si votre ordinateur est équipé d’un lecteur Combo. Vous pouvez également lire des CD multimédia et écouter de la musique sur CD audio. Si votre iBook G4 est équipé d’un lecteur Combo, votre lecteur optique vous permet également de graver de la musique, des documents et autres fichiers numériques sur des disques CD-R et CD-RW et de lire des films DVD et d’utiliser la plupart des disques DVD. Si vous disposez d’un lecteur SuperDrive optionnel, vous pouvez enregistrer des films DVD ou des données sur des disques DVD-R. Important : le lecteur optique de votre iBook G4 gère les disques circulaires standard de 12 cm de diamètre. Les disques de forme irrégulière et les disques de moins de 12 cm ne peuvent pas être lus. Les disques non circulaires risquent de se bloquer dans le lecteur.Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 43 Insertion d’un CD ou d’un DVD Pour installer ou utiliser des programmes à partir d’un CD ou d’un DVD : 1 L’ordinateur étant allumé, introduisez le disque (étiquette vers le haut) dans la fente du lecteur jusqu’à ce le CD soit happé. Il se peut qu’il faille insérer le disque presque entièrement avant que le lecteur ne le prenne en charge. Cela est normal. Remarque : certains disques DVD sont double-face. Pour utiliser la seconde face, il faut retourner le disque. 2 Dès que son icône apparaît sur le bureau, le disque peut être utilisé. Éjection d’un disque Pour éjecter un disque, procédez comme suit : • Glissez l’icône du disque dans la corbeille. • Appuyez sur la touche d’éjection de disque ( ) située sur le clavier et maintenez-la enfoncée jusqu’à l’éjection du disque. Attendez que le disque soit complètement éjecté avant de le retirer ou réinsérer. Si vous ne parvenez pas à éjecter le disque, fermez toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton du trackpad enfoncé. ®44 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Lecture de disques DVD vidéo Si votre iBook G4 est équipé d’un lecteur Combo ou d’un lecteur SuperDrive optionnel, il peut lire les disques DVD vidéo. Insérez le disque DVD vidéo dans le lecteur et ouvrez Lecteur DVD. Vous pouvez constater que Lecteur DVD offre des commandes simples d’utilisation pour lancer, interrompre et visionner des DVD. Si votre iBook G4 est relié à un téléviseur, vous pouvez regarder un DVD Vidéo sur l’écran du téléviseur. Vous pouvez également connecter votre iBook G4 à votre chaîne stéréo. Utilisez un câble miniprise/RCA (non fourni) pour connecter le port du casque d’écoute (f) de votre iBook G4 aux ports d’entrée audio de votre chaîne stéréo. Enregistrement de disques CD-R et CD-RW Si votre iBook G4 est équipé d’un lecteur Combo, vous pouvez enregistrer des données sur des disques CD-R et CD-RW. Pour graver des données sur un disque CD-R ou CD-RW : 1 Insérez un disque vierge dans le lecteur optique. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque. Une icône correspondant au disque apparaît sur le bureau. 3 Glissez des fichiers et dossiers sur l’icône du disque. 4 Cliquez sur l’icône Graver le disque située à droite du nom du disque dans la barre latérale du Finder. Vous pouvez également enregistrer des disques CD-R ou CD-RW directement à partir de votre bibliothèque iTunes. Pour enregistrer de la musique issue de votre bibliothèque iTunes : 1 Cliquez sur l’icône d’iTunes dans le Dock. 2 Sélectionnez la liste de lecture à enregistrer. 3 Insérez un disque vierge CD-R ou CD-RW. 4 En haut de la fenêtre iTunes, cliquez sur l’option Graver le CD. Pour plus d’informations • Pour obtenir des instructions sur l’utilisation du Lecteur DVD, sélectionnez Aide > Aide Lecteur DVD dans la barre des menus en haut de la fenêtre. • Pour obtenir des informations sur l’enregistrement sur disques CD-R ou CD-RW de fichiers musicaux issus d’iTunes, consultez l’aide à l’écran iTunes dans le Centre d’aide.Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 45 Enregistrement d’informations sur un DVD Si vous disposez d’un graveur SuperDrive optionnel, vous pouvez enregistrer vos films numériques sur des disques DVD enregistrables vierges. Vous pouvez également enregistrer d’autres types de données numériques. Il est possible par exemple de sauvegarder vos fichiers sur des DVD enregistrables vierges. Les applications telles qu’iDVD vous permettent de créer vos propres projets numériques multimédias, de les graver sur des DVD enregistrables vierges, puis de les lire sur la plupart des lecteurs DVD standard. Pour graver un projet iDVD sur un disque DVD-R vierge : 1 Ouvrez iDVD puis votre projet iDVD final. 2 Cliquez sur le bouton Graver. 3 À l’invite, insérez un DVD enregistrable vierge dans le graveur. 4 Cliquez de nouveau sur le bouton Graver le CD. Pour enregistrer des données sur des disques DVD-R : 1 Insérez un disque DVD-R vierge dans le graveur. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque et sélectionnez le format souhaité. Une icône représentant le DVD apparaît sur le bureau. 3 Double-cliquez sur l’icône du DVD, puis glissez-y des fichiers et des dossiers. 4 Cliquez sur l’icône Graver le disque située à droite du nom du disque dans la barre latérale du Finder. Pour plus d’informations sur l’utilisation d’iDVD, ouvrez iDVD et consultez-en l’aide en ligne. Important : si votre batterie vient à s’épuiser lors de la gravure d’un DVD, il se peut que cette dernière échoue et que le disque DVD devienne inutilisable. Pour éviter ce problème, veillez à toujours utiliser l’adaptateur secteur lorsque vous gravez un DVD.46 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Connexion de haut-parleurs et de périphériques audio Votre iBook G4 est doté de deux haut-parleurs intégrés, d’un micro intégré et d’un port de casque d’écoute/sortie audio. Vous pouvez connecter des haut-parleurs externes, un casque et d’autres périphériques de sortie audio au port de casque. Le port de casque est constitué d’une prise mini-jack de 3,5 mm. Grâce au microphone intégré, vous pouvez enregistrer du son directement sur votre disque dur. Vous avez également la possibilité de connecter des micros USB externes ou autre appareil audio sur le port USB. Avec les applications permettant d’enregistrer des sons, iMovie par exemple, utilisez la fenêtre Son des Préférences Système pour sélectionner le périphérique d’entrée audio à utiliser (y compris des micros connectés via USB). Les commandes de volume de votre clavier vous permettent de régler facilement le volume. Vous pouvez également accéder à ces commandes via la fenêtre Son des Préférences Système. Pour plus d’informations sur l’utilisation ou le dépannage du son de votre ordinateur, ouvrez l’Aide Mac OS et cherchez “son”. Batterie Lorsque l’adaptateur secteur externe n’est pas connecté, votre ordinateur est alimenté par sa batterie. En fonction des applications utilisées et des périphériques externes connectés à votre iBook G4, l’autonomie de la batterie de l’ordinateur peut varier de manière significative. Pour éviter que la batterie ne se décharge trop vite, vous pouvez désactiver certaines fonctionnalités, telles qu’AirPort Extreme ou Bluetooth®. Pour plus d’informations sur l’utilisation de la batterie, consultez la section “Recharge d’une batterie” à la page 49. Pour connaître le niveau de charge de votre batterie, vous pouvez observer les témoins de niveau de charge dont elle est dotée. Appuyez sur le bouton en regard de chaque témoin lumineux pour connaître le niveau de charge de la batterie. Les témoins restent allumés pendant quelques secondes après que vous avez appuyé sur les boutons correspondants. Vous pouvez vérifier le niveau de charge, que la batterie soit ou non insérée dans votre iBook G4. Si votre batterie devient faible pendant que vous travaillez, branchez l’adaptateur secteur et laissez la batterie se recharger. Si vous préférez remplacer la batterie par une batterie rechargée, branchez l’adaptateur secteur, éteignez votre iBook G4 et changez la batterie. Si vous changez la batterie sans avoir branché l’adaptateur secteur, vous risquez de perdre des informations et des réglages tels que la date et l’heure. Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 47 Important : si un seul témoin clignote, le niveau de charge est très faible. Si aucun témoin n’est allumé, c’est que la batterie est complètement vide, auquel cas l’ordinateur ne pourra démarrer sans l’adaptateur secteur. Branchez l’adaptateur secteur et laissez la batterie se recharger pendant plusieurs heures ou remplacez la batterie à plat par une batterie complètement rechargée (voir la section suivante). Si l’icône de batterie de la barre des menus du Finder affiche le pourcentage de charge, vous remarquerez parfois que la batterie n’indique pas 100 % même si l’adaptateur secteur est branché. Dès que le niveau de la batterie passe en dessous de 95 %, elle est automatiquement rechargée jusqu’à 100 %. Cela permet de prolonger la durée de vie de la batterie car cette dernière n’est pas continuellement chargée puis déchargée. Batterie Témoins DEL de la batterie48 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Retrait et remplacement de la batterie Pour retirer la batterie : m Éteignez votre iBook G4. Retournez-le et repérez l’emplacement du loquet de la batterie. Utilisez une pièce de monnaie pour faire tourner le loquet d’un quart de tour dans le sens des aiguilles d’une montre afin de débloquer la batterie, puis retirez cette dernière avec précaution. Pour remettre la batterie en place : m Placez la partie gauche de la batterie dans son compartiment. Appuyez doucement sur la partie droite de la batterie jusqu’à ce que le loquet soit bloqué. Remarque : débarrassez-vous de la batterie conformément aux directives d’environnement locales en vigueur. Pour plus d’informations, consultez la section “Informations sur l’élimination des piles usagées” à la page 100. Batterie LoquetChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 49 Recharge d’une batterie Lorsque l’adaptateur secteur fourni avec votre ordinateur est connecté, la batterie se recharge, que l’ordinateur soit éteint, allumé ou en mode suspension d’activité. La recharge sera toutefois plus rapide si l’ordinateur est éteint ou en mode suspension d’activité. Lorsque l’ordinateur est allumé, vous pouvez contrôler le niveau de charge de la batterie au moyen de l’icône d’état Batterie dans la barre des menus. Le niveau affiché dépend de la quantité d’énergie restant dans la batterie mais aussi des applications et des périphériques en cours d’utilisation et des réglages de votre système (luminosité de l’écran, réglages de l’économiseur d’énergie, etc.). Pour disposer de plus d’énergie, fermez des applications, déconnectez les périphériques non utilisés et réglez votre économiseur d’énergie (consultez la section suivante). Conseils d’économie de la batterie L’autonomie assurée par la batterie de votre iBook G4 avant qu’il soit nécessaire de la recharger dépend des applications et des périphériques utilisés, ainsi que des mesures prises pour économiser l’énergie. Pour économiser l’énergie de la batterie de façon optimale, procédez comme suit : • Déconnectez tout périphérique USB ou FireWire alimenté par bus dès qu’ils ne sont pas utilisés. • Quittez les applications ouvertes non utilisées. • Si une carte AirPort Extreme ou un module Bluetooth est installé, désactivez AirPort ou Bluetooth dès qu’ils ne sont pas utilisés. (Utilisez les icônes d’état AirPort et Bluetooth dans la barre des menus. Si ces icônes n’apparaissent pas dans la barre des menus, vous pouvez les activer dans les fenêtres AirPort et Bluetooth des Préférences Système). • Retirez les CD et les DVD non utilisés. • Réduisez la luminosité de l’écran à l’aide des boutons prévus à cet effet et situés sur le clavier du iBook G4. • Configurez le disque dur afin qu’il réduise sa vitesse de rotation après un bref délai. Dans la fenêtre Économiseur d’énergie des Préférences Système, sélectionnez l’option “Suspendre l’activité du/des disque(s) dur(s) chaque fois que possible”. • Configurez votre iBook G4 de façon qu’il suspende son activité après un maximum de cinq minutes.50 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Pour économiser davantage l’énergie de la batterie, sélectionnez les options suivantes dans la fenêtre Économiseur d’énergie des Préférences Système : • Configurez votre ordinateur de sorte qu’il modifie la vitesse de son processeur en fonction du niveau d’activité de traitement requis. Dans la fenêtre Économiseur d’énergie des Préférences Système, cliquez sur Afficher les détails pour afficher les Réglages. Choisissez “La batterie” dans le menu local “Réglages de”, cliquez sur l’onglet Options, puis choisissez Automatique dans le menu local Performance du processeur. (Pour configurer votre ordinateur de sorte qu’il utilise toujours sa vitesse de traitement la plus élevée, choisissez Maximale dans le menu local Performance du processeur). • Pour prolonger au maximum la durée de vie de la batterie, choisissez Longévité maximale de la batterie dans le menu local Optimisation des réglages. Informations supplémentaires sur la batterie de votre iBook G4 Des informations supplémentaires sont disponibles dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis recherchez “batterie”. Logement de sécurité Afin de protéger votre iBook G4 contre le vol, vous pouvez vous procurer un câble de sécurité pour attacher votre ordinateur à un bureau ou une table. Informations supplémentaires sur les options de sécurité Des informations supplémentaires sur les fonctionnalités logicielles de sécurité de votre iBook G4, y compris les mots de passe d’utilisateurs multiples et le cryptage des fichiers, sont disponibles dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide puis Aide Mac dans la barre des menus et tapez “sécurité” ou “utilisateurs multiples.” ® Dispositif de verrouillage avec câble de sécurité Logement de sécurité4 51 4 Amélioration des performances de votre ordinateur Vous pouvez augmenter la mémoire de votre ordinateur et installer une carte AirPort Extreme. Ce chapitre fournit des instructions pour l’installation d’une carte AirPort Extreme et l’ajout de mémoire. Installation d’une carte AirPort Extreme ou de mémoire supplémentaire Vous pouvez installer vous-même une carte AirPort Extreme sur votre iBook G4 ou la faire installer par un technicien agréé Apple. Si votre ordinateur n’est pas équipé d’une carte AirPort Extreme, vous pouvez en acheter une auprès de votre revendeur agréé Apple ou sur le site Web Apple Store à l’adresse www.apple.com/store. Remarque : votre iBook G4 n’est pas compatible avec les anciennes cartes AirPort. N’utilisez que les cartes AirPort Extreme. Votre ordinateur est doté d’un logement de mémoire auquel vous accédez en retirant le clavier de l’ordinateur. Votre ordinateur est également livré avec 256 mégaoctets (Mo) de mémoire SDRAM (Synchronous Dynamic Random-Access Memory) DDR (Double Data Rate) préinstallée sur la carte logique. Avertissement : Apple vous recommande de confier l’installation de mémoire à un technicien agréé Apple. Consultez les informations sur l’assistance technique fournies avec l’ordinateur pour savoir comment joindre la société Apple. Tout dommage causé à votre matériel en tentant d’installer vous-même de la mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre ordinateur.52 Chapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur Le logement de mémoire peut accueillir un module SDRAM conforme aux spécifications suivantes : • Format DDR SO-DIMM (Double Data Rate Small Outline Dual Inline Memory Module) • Taille inférieure à 3,8 cm • 128, 256, 512 Mo ou 1 Go • 200 broches • Mémoire RAM de type PC 2100 DDR 266 La quantité maximale de mémoire recommandée que vous pouvez installer sur votre iBook G4 est de 1,256 Go via une barrette DIMM de 1 Go insérée dans le connecteur de mémoire. Pour installer une carte AirPort Extreme ou ajouter de la mémoire, vous devez d’abord retirer la batterie et le clavier. Suivez les étapes de la section ci-après, puis continuez avec “Installation d’une carte AirPort Extreme” à la page 54 ou “Installation de mémoire supplémentaire” à la page 55. Retrait de la batterie et du clavier 1 Éteignez votre ordinateur. Débranchez l’adaptateur secteur, le câble téléphonique et tous les autres câbles connectés à l’ordinateur pour éviter toute détérioration. Retournez l’ordinateur et retirez la batterie en donnant un quart de tour au loquet. Avertissement : les composants internes de votre iBook G4 peuvent être chauds. Si vous venez d’utiliser votre iBook G4, attendez 30 minutes après l’extinction, afin de laisser aux composants internes le temps de se refroidir. Batterie LoquetChapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur 53 2 Dégagez le clavier en glissant les deux clips en plastique vers l’avant. Soulevez ensuite le clavier, basculez-le et faites-le reposer sur le repose-poignets. Si le clavier ne s’extrait pas, il se peut qu’il soit verrouillé. Localisez la languette en plastique située près de la touche Verr. num. Utilisez un petit tournevis à tête plate pour donner un demi-tour à la vis. 3 Touchez la surface métallique de l’intérieur de l’ordinateur afin de décharger toute électricité statique que vous pouvez avoir emmagasinée. • Si vous installez une carte AirPort Extreme, continuez à la section suivante. • Si vous installez de la mémoire, accédez directement à “Installation de mémoire supplémentaire” à la page 55.54 Chapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur Installation d’une carte AirPort Extreme Assurez-vous que vous avez effectué toutes les étapes de la section “Retrait de la batterie et du clavier” à la page 52. Pour installer une carte AirPort Extreme : 1 Soulevez la tige métallique et reliez le bout de l’antenne à la carte AirPort Extreme. Glissez la carte AirPort Extreme (logo vers le haut) dans la fente jusqu’à ce que vous entendiez un clic. Assurez-vous qu’elle est complètement installée. 2 Appuyez sur la tige métallique pour fixer la carte. L’installation de votre carte AirPort Extreme est désormais terminée, passez directement à “Remise en place du clavier et de la batterie” à la page 57.Chapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur 55 Installation de mémoire supplémentaire Assurez-vous que vous avez effectué toutes les étapes de la section “Retrait de la batterie et du clavier” à la page 52. Pour installer de la mémoire supplémentaire : 1 Si une carte AirPort Extreme est installée, retirez-la. Soulevez la tige métallique qui maintient la carte, sortez la carte du logement et détachez l’antenne. Pour éviter les rayures, ne posez pas votre carte AirPort Extreme sur votre iBook G4 à moins que vous ne preniez soin de glisser un tissu doux entre les deux. 2 Retirez les quatre vis qui maintiennent le bouclier de protection de la RAM, pour soulevez-le délicatement pour le retirer. Tige métallique56 Chapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur 3 Si une carte mémoire est installée dans le logement, retirez-la. Écartez les languettes du logement des encoches de la carte mémoire. de sorte que cette dernière se dégage légèrement. 4 Insérez la nouvelle carte mémoire, inclinée à 30º, dans le logement. Poussez la carte pour la placer entièrement dans le logement. 5 Appuyez sur la carte pour la fixer en place. Si la carte mémoire ne se bloque, n’essayez pas de l’enfoncer par la force. Essayez de réinsérer la carte pour vous assurer qu’elle est placée entièrement. 6 Replacez le bouclier de la RAM et la carte AirPort Extreme, le cas échéant. 30 OChapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur 57 L’installation de la carte mémoire est désormais terminée, passez à la section suivante et à “Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre ordinateur” à la page 59. Remise en place du clavier et de la batterie 1 Pour remettre le clavier en place, tenez-le incliné et insérez-le en l’abaissant doucement pour le fixer.58 Chapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur 2 Pour prévenir les accès non autorisés à votre carte AirPort Extreme ou à votre module de mémoire, vous pouvez verrouiller le clavier en donnant un demi-tour à la vis du clavier. 3 Remettez la batterie en place. Placez la partie gauche de la batterie dans son compartiment. Appuyez doucement sur la partie droite de la batterie jusqu’à ce que le loquet soit bloqué. ®Chapitre 4 Amélioration des performances de votre ordinateur 59 4 Reconnectez l’adaptateur secteur et tout autre câble connecté auparavant à l’ordinateur. Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre ordinateur Après l’ajout de mémoire sur votre iBook G4, vérifiez que l’ordinateur détecte correctement la nouvelle mémoire. 1 Démarrez votre ordinateur. 2 Lorsque que vous voyez le bureau Mac OS, choisissez Pomme (K) > À propos de ce Mac dans la barre des menus. Une zone de dialogue indique la quantité totale de mémoire installée dans votre ordinateur. Pour avoir une analyse plus détaillée de la quantité de mémoire installée sur votre ordinateur, cliquez sur le bouton Plus d’infos ou ouvrez Informations Système, situé dans le dossier Utilitaires, se trouvant lui-même dans le dossier Applications. Si la mémoire n’est pas reconnue ou que votre ordinateur ne démarre pas correctement, éteignez votre iBook G4 et relisez les instructions afin d’être sûr que la mémoire est correctement installée et compatible avec cet iBook G4. Si les problèmes persistent, retirez la mémoire et consultez les informations d’assistance technique fournies avec la mémoire ou contactez le fournisseur de la mémoire. 5 61 5 Dépannage Si vous rencontrez un problème lors de l’utilisation de votre iBook G4, commencez par consulter cette section pour obtenir des solutions et des conseils. Généralement, il existe toujours une solution simple et rapide pour le régler. Ayez en tête les conditions qui entraîné l’apparition de ce problème. Ce récapitulatif de la totalité des opérations effectuées avant que le problème ne survienne permet de restreindre ses possible causes et de trouver la solution. Les éléments à noter comprennent : • Les applications que vous étiez en train d’utiliser quand le problème est apparu. Les problèmes qui n’apparaissent qu’avec une application spécifique peuvent indiquer que cette application n’est pas compatible avec la version de Mac OS installée sur votre ordinateur. • Les logiciels que vous avez installés récemment, notamment ceux qui ont ajouté des éléments à votre dossier Système. (Certaines applications installent des extensions qui peuvent ne pas être compatibles avec l’environnement Classic). • Tout nouveau composant matériel installé, mémoire supplémentaire ou périphérique par exemple. Pour plus d’informations sur le dépannage, consultez également l’Aide Mac OS sur le site Web d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/support, ainsi que la base de données AppleCare Knowledge à l’adresse kbase.info.apple.com.62 Chapitre 5 Dépannage Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur Si l’ordinateur ne répond pas ou que le pointeur se fige • Appuyez simultanément sur les touches Commande (x), Option et Échap pour forcer une application bloquée à quitter. Si une zone de dialogue apparaît, sélectionnez l’application que vous désirez quitter et cliquez sur Forcer à quitter. Si vous travaillez avec Classic, maintenez enfoncées les touches Option et Commande (x), puis appuyez sur Échap. Enregistrez ensuite le travail de toute application ouverte, puis redémarrez l’ordinateur afin de vous assurer que le problème est entièrement réglé. • Si vous ne parvenez pas à forcer la fermeture de l’application, maintenez le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant quelques secondes pour éteindre l’ordinateur. • Si l’ordinateur ne répond toujours pas, essayez de le redémarrer en appuyant simultanément sur les touches Commande (x) et Contrôle de votre clavier et sur le bouton d’alimentation (®). Si le problème survient fréquemment, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus située en haut de l’écran. Recherchez le mot “blocage” pour savoir ce que vous pouvez faire lorsque l’ordinateur ne répond plus. Si le problème ne survient que lorsque vous utilisez un programme en particulier, vérifiez auprès de son fabricant s’il est compatible avec votre ordinateur. Si vous découvrez que l’application est compatible, vous devrez peut-être réinstaller le logiciel système de l’ordinateur ou, si vous utilisez Classic, vérifiez la compatibilité des extensions système. Consultez le sujet suivant pour les instructions. Si l’ordinateur se bloque lors du démarrage ou qu’un point d’interrogation clignote à l’écran 1 Essayez d’utiliser Utilitaire de disque pour réparer le disque. • Si vous possédez le CD n° 1 d’installation de Mac OS X pour votre iBook G4, insérez-le dans le lecteur de votre ordinateur. Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche C enfoncée lors du démarrage. • Si vous possédez deux DVD d’installation et de restauration pour iBook G4, insérez le premier disque dans le lecteur de votre ordinateur. Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche C enfoncée lors du démarrage. 2 Sélectionnez Installation > Ouvrir Utilitaire de disque. Lorsque l’Utilitaire de disque s’ouvre, suivez les instructions de la fenêtre Réparateur de disques pour voir si vous pouvez réparer votre disque. Si l’utilisation de l’Utilitaire de disque ne résout rien, vous devrez peut-être réinstaller le logiciel système de votre ordinateur. Pour obtenir des instructions, consultez la page 66. • Si vous utilisez l’environnement Classic de Mac OS X, il se peut que le problème soit dû à une extension incompatible. (Mac OS X n’emploie pas d’extensions système). Chapitre 5 Dépannage 63 Essayez de désactiver vos extensions système pour voir si cela résout le problème. Pour désactiver les extensions de Classic, ouvrez Préférences Système, cliquez sur Classic, Options avancées, puis choisissez “Désactiver les extensions” dans le menu local. Cliquez ensuite sur Redémarrer Classic. Si la désactivation des extensions semble résoudre le problème, il se peut que vous ayez besoin d’identifier, éliminer ou réinstaller l’extension qui provoque le problème. Ouvrez le tableau de bord Gestionnaire d’extensions et désactivez les extensions que vous pensez être à l’origine du problème. Puis, redémarrez Classic en réactivant les extensions. Si l’ordinateur ne s’allume pas ou ne démarre pas • Assurez-vous que l’adaptateur secteur est connecté à l’ordinateur et branché sur une prise électrique en état de marche. Veillez à utiliser l’adaptateur secteur fourni avec votre ordinateur. • Vérifiez si votre batterie à besoin d’être rechargée. Appuyez sur le bouton situé sur la batterie (consultez la page 46). Vous devriez voir apparaître un à quatre voyants indiquant le niveau de charge de la batterie. Si un seul témoin de niveau de batterie clignote, branchez l’adaptateur secteur pour recharger la batterie jusqu’à ce qu’au moins un témoin reste allumé continuellement. • En cas d’échec, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et maintenez immédiatement enfoncées les touches Commande (x), Option, P et R jusqu’à ce que le signal sonore de démarrage retentisse une deuxième fois. • Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, assurez-vous qu’elle est correctement installée et compatible avec votre ordinateur. Vérifiez si son retrait permet à l’ordinateur de démarrer (voir la page 51). • Si vous ne réussissez toujours pas à démarrer votre ordinateur, consultez les informations sur les options de services et d’assistance fournies avec votre iBook G4 pour savoir comment contacter Apple. Si l’écran devient soudainement noir ou que votre système se bloque Essayez de redémarrer votre système. 1 Débranchez tout appareil connecté à votre iBook G4 à l’exception de l’adaptateur secteur. 2 Maintenez les touches Commande (x) et Contrôle enfoncées et appuyez sur le bouton d’alimentation (®) pour redémarrer le système. 3 Le niveau de charge de la batterie nécessaire à la connexion d’un périphérique et la reprise du travail doit atteindre au moins 10 pour cent. Pour vérifier le niveau de charge de la batterie, regardez l’icône d’état de la batterie dans la barre des menus.64 Chapitre 5 Dépannage Autres problèmes Si vous avez oublié votre mot de passe Vous pouvez réinitialiser le mot de passe d’administrateur. 1 Insérez le disque d’installation dans le lecteur. • Si vous possédez le CD d’installation Mac OS X pour votre iBook G4, insérez-le dans le lecteur de votre ordinateur. Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche C enfoncée lors du démarrage. • Si vous possédez deux DVD d’installation et de restauration pour votre iBook G4, insérez le premier disque dans le lecteur de votre ordinateur. Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche C enfoncée lors du démarrage. 2 Sélectionnez Installation > Réinitialiser le mot de passe dans la barre des menus. Suivez les instructions à l’écran. En cas de problème avec une application • Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Les fabricants de logiciels fournissent souvent des mises à jour logicielles sur leurs sites Web. • Vous pouvez configurer votre iBook G4 pour qu’il cherche et installe automatiquement les dernières mises à jour Apple via la fenêtre Mise à jour de logiciels des Préférences Système. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac, dans la barre des menus, puis recherchez “mise à jour de logiciels”. En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort Extreme • Vérifiez que vous avez correctement configuré le logiciel en respectant les instructions fournies avec la carte AirPort Extreme ou la borne d’accès AirPort. • Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil. • Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’ordinateur. • Vérifiez le niveau du signal AirPort Extreme. Vérifiez l’icône d’état AirPort dans la barre des menus. Jusqu’à quatre barres de mesure apparaissent pour afficher la puissance du signal. • Pour plus d’informations, consultez l’Aide AirPort (choisissez Aide > Aide Mac, puis Bibliothèque > Aide AirPort dans la barre des menus), ainsi que les instructions fournies avec votre périphérique sans fil.Chapitre 5 Dépannage 65 En cas de problèmes avec l’éjection d’un disque m Quittez toute application susceptible d’utiliser le disque, puis réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton du trackpad enfoncé. Si vous suspectez un problème matériel m Vous pouvez utiliser l’application Apple Hardware Test pour vous aider à déterminer si le problème est lié à l’un des composants de votre ordinateur, tels que la mémoire ou le processeur. Si votre iBook G4 a été livré avec deux DVD d’installation et de restauration de logiciels, Apple Hardware Test se trouve sur le premier DVD d’installation et de restauration de logiciels. Si votre iBook G4 a été livré avec une série de CD d’installation de logiciels et une autre série de CD de restauration de logiciels, Apple Hardware Test se trouve sur un CD Apple Hardware Test séparé. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Déconnectez tous les périphériques de votre ordinateur sauf le clavier et la souris. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Démarrez votre ordinateur à l’aide d’Apple Hardware Test : • Si vous possédez le CD Apple Hardware Test, insérez-le dans votre ordinateur. Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche C enfoncée lors du démarrage. • Si vous possédez deux DVD d’installation et de restauration pour votre iBook G4, insérez le premier disque dans le lecteur de votre ordinateur. Redémarrez ensuite ce dernier en maintenant la touche Option enfoncée lors du démarrage. Une liste de volumes de démarrage disponibles apparaît alors. Cliquez sur Apple Hardware Test, puis sur la flèche droite. 3 Lorsque l’écran principal Apple Hardware Test apparaît, suivez les instructions à l’écran. 4 En cas de détection d’un problème, Apple Hardware Test affiche un code d’erreur. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne de matériel, il est probable que le problème soit lié aux logiciels. Pour en savoir plus à propos d’Apple Hardware Test, consultez le fichier Ouvrez-moi Apple Hardware Test situé sur le CD Apple Hardware Test ou sur le premier DVD d’installation et de restauration de logiciels. En cas de problèmes de connexion à Internet • Assurez-vous que votre ligne téléphonique ou que votre câble réseau est connecté et qu’il fonctionne correctement. • Si vous utilisez une connexion Internet par ligne commutée, vérifiez que le câble téléphonique est bien relié au port de modem (signalé par le symbole W) et non au port Ethernet (signalé par le symbole G ) de l’ordinateur.66 Chapitre 5 Dépannage • Ouvrez la fenêtre Réseau des Préférences Système, puis vérifiez la validité des informations saisies dans cette fenêtre auprès de votre Fournisseur d’Accès Internet (FAI) ou de votre administrateur réseau. En cas de problèmes de fonctionnement de votre ordinateur ou de Mac OS • Si les réponses à vos questions ne figurent pas dans ce manuel, recherchez des instructions et des informations de dépannage dans l’Aide Mac OS. • Pour obtenir les dernières informations de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site Web d’assistance Apple, à l’adresse www.apple.com/support. Restauration des logiciels de votre ordinateur Utilisez les disques d’installation et de restauration de logiciels fournis avec votre ordinateur pour installer Mac OS X, les applications et la gestion de l’environnement Classic. Pour installer Mac OS X : 1 Si possible, sauvegardez les fichiers essentiels. 2 Insérez le disque d’installation et de restauration de logiciels fourni avec votre ordinateur. • Si vous possédez le CD d’installation Mac OS X pour votre iBook G4, insérez-le dans le lecteur de votre ordinateur. • Si vous possédez deux DVD d’installation et de restauration pour votre iBook G4, insérez le premier disque dans le lecteur de votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur l’icône “Install Mac OS X”. 4 Suivez les instructions à l’écran. Remarque : si vous rencontrez des problèmes et que l’ordinateur ne démarre pas, essayez d’utiliser le mode Disque cible FireWire pour transférer vos fichiers sur un autre ordinateur (voir la page 35). Redémarrez ensuite l’ordinateur après avoir inséré le disque d’installation et de restauration dans le lecteur optique.Chapitre 5 Dépannage 67 Pour installer des applications et la Gestion de Classic : 1 Si possible, sauvegardez les fichiers essentiels. 2 Insérez le disque d’installation et de restauration de logiciels fourni avec votre ordinateur. • Si vous possédez des CD de restauration de logiciels pour l’iBook G4, insérez le premier disque de restauration dans le lecteur de votre ordinateur. • Si vous possédez deux DVD d’installation et de restauration pour votre iBook G4, insérez le premier disque dans le lecteur de votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur l’icône “Installer appli/gestion Classic”. 4 Suivez les instructions à l’écran. Remarque : iCal, iChat, iMovie, iPhoto, iSync, iTunes et Safari font partie intégrante de Mac OS X. Pour installer ces applications, vous devez suivre les instructions d’installation de Mac OS X. Localisation du numéro de série de votre produit Pour connaître le numéro de série de votre ordinateur, choisissez À propos de ce Mac dans le Menu Pomme (K), puis cliquez sur le bouton Plus d’infos ou ouvrez Informations Système (dans le dossier Applications/Utilitaires), puis cliquez sur Matériel. Le numéro de série de votre iBook G4 se trouve également sous le clavier et dans la baie de la batterie. Pour obtenir des instructions sur le retrait du clavier ou de la batterie, consultez la section “Retrait de la batterie et du clavier” à la page 52. 69 A Annexe A Caractéristiques Vous pouvez utiliser Informations Système pour rechercher des informations détaillées sur votre iBook G4, telle que la quantité de mémoire intégrée, la taille du disque dur, les périphériques connectés et le numéro de série du produit. Pour accéder à ces informations dans Informations Système, choisissez Pomme (K) > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos ou ouvrez Informations Système, situé dans Applications/Utilitaires. Conditions ambiantes • Température de fonctionnement : 10° C à 35° C • Altitude : 3 048 m maximum • Humidité relative : de 20 % à 80 % sans condensation Adaptateur secteur : • Entrée : 100-240 volts (V) CA, 50/60 hertz (Hz) • Sortie : 24,5 V CC et 1,875 A Dans la fenêtre apparaissant, cliquez sur les triangles pour afficher ou cacher le contenu des différentes catégories.70 Annexe A Caractéristiques Batterie • Sortie : 10,8 V CC pour un iBook G4 12 pouces, 14,4 V pour un iBook G4 14 pouces • Capacité : 50 Wh pour un iBook G4 12 pouces, 62 Wh pour un iBook G4 14 pouces Des informations supplémentaires sont disponibles sur les sites Internet www.apple.com/ibook et www.apple.com/support. 71 B Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Lisez ces informations importantes sur la sécurité et l’entretien de votre iBook G4. Nettoyage de votre iBook G4 Respectez les règles suivantes lors du nettoyage de votre ordinateur et de ses accessoires : • Éteignez votre iBook G4, débranchez l’adaptateur secteur et le câble du modem et retirez la batterie. • Pour nettoyer le boîtier de l’ordinateur, utilisez un chiffon doux, humide et non pelucheux. Évitez les infiltrations d’humidité par quelque ouverture que ce soit. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’ordinateur. • N’utilisez ni aérosols, ni dissolvant, ni abrasifs. Nettoyage de l’écran de votre iBook G4 Pour nettoyer l’écran de votre iBook G4, procédez comme suit : • Éteignez votre iBook G4, débranchez l’adaptateur secteur et le câble du modem et retirez la batterie. • Humidifiez, à l’eau seulement, un chiffon propre, doux et non pelucheux et essuyez l’écran. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’écran. Transport de votre iBook G4 Si vous transportez votre iBook G4 dans un sac ou dans un attaché-case, assurez-vous que ce dernier ne contient pas d’objets non attachés (tels que des trombones ou des pièces de monnaie) qui pourraient pénétrer accidentellement dans l’ordinateur par une ouverture telle que la fente du lecteur optique.72 Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Rangement de votre iBook G4 Si vous comptez ranger votre iBook G4 pendant un délai prolongé, effectuez l’une des opérations suivantes pour éviter que la batterie du iBook G4 ne se décharge complètement : • Laissez l’adaptateur secteur branché. • Rechargez complètement la batterie de votre iBook G4 avant de ranger l’ordinateur. • Rechargez complètement la batterie du iBook G4, puis retirez-la avant de ranger l’ordinateur (en particulier si la période en question est supérieure à 5 mois). Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre ordinateur Branchement de l’adaptateur secteur Veillez à toujours laisser suffisamment d’espace autour de votre adaptateur secteur. N’utilisez pas ce matériel dans un endroit où l’air ne circule pas près de l’adaptateur secteur ou près de l’ordinateur. Veillez à toujours débrancher l’adaptateur secteur et à retirer la batterie avant d’ouvrir l’ordinateur en vue d’opérations telles que l’installation de mémoire ou le retrait du disque dur. Connexion du modem interne à la ligne téléphonique Veillez à toujours débrancher le câble téléphonique avant d’ouvrir l’ordinateur en vue d’opérations telles que l’installation de mémoire ou l’extraction du disque dur. Avertissement : utilisez uniquement l’adaptateur secteur livré avec votre ordinateur iBook G4. Les adaptateurs destinés à tout autre appareil électronique (y compris à d’autres modèles de iBook G4 et d’ordinateurs portables) peuvent paraître similaires, mais risquent d’avoir une incidence sur les performances de votre ordinateur, voire de l’endommager. Avertissement : ne branchez pas le modem à une ligne numérique car cela pourrait l’endommager.Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 73 Utilisation de votre iBook G4 Lorsque vous utilisez votre iBook G4 ou que vous rechargez la batterie, il est normal que la température de la partie inférieure du boîtier s’élève. En prévision d’une utilisation prolongée, placez votre iBook G4 sur une surface plane et stable. La partie inférieure du boîtier de l’iBook G4 sert de surface de refroidissement et permet d’évacuer la chaleur de l’ordinateur vers l’extérieur. Le dessous du boîtier est légèrement surélevé pour permettre la circulation d’air et assurer ainsi à l’équipement une température de fonctionnement normale. De plus, l’ordinateur dégage de l’air chaud à l’arrière du boîtier. Consignes générales de sécurité Pour votre propre sécurité et celle de votre matériel, respectez toujours les consignes suivantes. Débranchez le cordon d’alimentation (en tirant sur la prise plutôt que sur le cordon), retirez la batterie et débranchez le câble téléphonique si l’un des cas suivants se présente : • Vous voulez retirer un ou plusieurs composants. • Le câble d’alimentation ou la prise est endommagé(e). • Un liquide a été renversé dans le boîtier. • Votre ordinateur est exposé à la pluie ou à une humidité excessive. • Votre ordinateur a subi une chute ou le boîtier a été endommagé de quelque autre façon. • Vous pensez que votre ordinateur a besoin d’être inspecté ou réparé. • Vous voulez nettoyer le boîtier (pour ce faire, suivez à la lettre les instructions exposées précédemment). Avertissement : ne posez pas votre iBook G4 allumé sur un oreiller ou toute autre surface dans laquelle il pourrait s’enfoncer, car cela risque de bloquer les conduits d’air, en particulier les conduits arrière, et d’entraîner une surchauffe de l’ordinateur. Évitez également de laisser des objets sur le clavier avant de rabattre l’écran. Cela risque de provoquer une succession d’arrêts et de mises en marche de votre ordinateur, entraînant une surchauffe et la décharge de la batterie. N’allumez jamais l’ordinateur tant que tous ses composants internes ou externes ne sont pas en place. L’utilisation de l’ordinateur lorsque son boîtier est ouvert ou que certains composants ont été démontés peut s’avérer dangereuse et risque de l’endommager.74 Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Important : la seule manière de couper complètement l’alimentation de l’ordinateur consiste à débrancher le cordon d’alimentation et le câble téléphonique, et à retirer la batterie. Assurez-vous qu’au moins une extrémité du cordon d’alimentation se trouve à portée de main afin de pouvoir débrancher l’ordinateur si nécessaire. Observez toujours les consignes ci-dessous : • Évitez de placer votre ordinateur à proximité d’un évier, d’un lavabo, d’une baignoire, d’une douche, etc. • Protégez votre ordinateur de l’humidité et des intempéries (neige, pluie...). • Lisez soigneusement les instructions d’installation avant de brancher votre ordinateur sur une prise murale. • Gardez ces instructions dans un endroit facile d’accès pour vous et pour les utilisateurs éventuels. • Suivez toutes les instructions et mises en garde concernant votre système. Important : le matériel électrique peut s’avérer dangereux s’il n’est pas utilisé correctement. L’utilisation de ce produit ou de tout produit similaire doit toujours être supervisée par un adulte. Ne permettez pas aux enfants de toucher les composants internes de tout appareil électrique, ni de manipuler des câbles électriques. Batterie Connecteurs et ports Ne forcez jamais un connecteur dans un port. Si vous ne parvenez pas à brancher sans forcer le connecteur sur le port, c’est qu’ils ne sont pas adaptés. Assurez-vous que le connecteur est adapté au port et que vous l’avez positionné correctement par rapport à ce dernier. Avertissement : votre cordon d’alimentation CA est livré avec une fiche de terre à trois broches (fiche équipée d’une troisième broche de mise à la terre). Cette fiche ne peut être branchée que sur une prise CA reliée à la terre. Si vous ne pouvez pas brancher la fiche car la prise n’est pas reliée à la terre, utilisez la fiche CA livrée avec l’adaptateur ou adressez-vous à un électricien agréé pour qu’il la remplace par une prise de terre appropriée. Ne dérogez en aucun cas à cette consigne. Avertissement : n’introduisez jamais d’objets d’aucune sorte dans les ouvertures du boîtier. Cela peut être dangereux et provoquer un incendie ou un choc électrique. Avertissement : il existe un risque d’explosion si la batterie est remplacée par une autre de type incorrect. Disposez des batteries usagées conformément aux directives d’environnement locales en vigueur. Veillez à ne pas percer ni incinérer la batterie.Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 75 Prévention des dommages auditifs Apple et l’environnement Apple Computer reconnaît sa responsabilité en matière de réduction de l’impact qu’ont ses produits et ses activités sur l’environnement. Pour plus d’informations Rendez-vous sur le site Web www.apple.com/about/environment. Ergonomie Voici quelques conseils pour la mise en place d’un environnement de travail sain. Clavier et trackpad Lorsque vous tapez au clavier ou que vous vous servez du trackpad, vos épaules doivent être détendues. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, la main étant placée dans le prolongement du poignet. Avertissement : l’utilisation d’écouteurs ou de casques d’écoute réglés sur un niveau de volume trop élevé peut entraîner une perte durable de l’acuité auditive. Il est possible de supporter petit à petit des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux à la longue, mais qui risquent néanmoins d’endommager votre ouïe. De manière préventive, réglez le volume de votre iBook G4 à un niveau normal. Si vous éprouvez une sensation de sifflement dans les oreilles, réduisez le volume ou arrêtez d’utiliser des écouteurs ou un casque d’écoute avec votre iBook G4. Position recommandée Position à éviter76 Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Vous devez avoir les mains et les doigts détendus lorsque vous tapez au clavier ou que vous utilisez le trackpad. Évitez de replier les pouces à l’intérieur des paumes. Modifiez fréquemment la position de vos mains pour éviter la fatigue. Après un effort continu et intensif, certains utilisateurs ressentent des douleurs aux mains, aux poignets ou aux bras. Si ces douleurs persistent, consultez un spécialiste. Siège Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de sorte que vos cuisses reposent à l’horizontale et vos pieds à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie. Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Vous pouvez également abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le poste de saisie est situé plus bas que le plan de travail. Souris externe Si vous utilisez une souris externe, veillez à ce qu’elle se trouve à hauteur du clavier. Ménagez un espace suffisant pour la manipuler avec aisance. Écran intégré Orientez l’écran de manière à réduire le plus possible les reflets de l’éclairage électrique et de la lumière du jour. Ne forcez pas l’écran si vous rencontrez une résistance. L’angle d’ouverture maximal de l’écran ne peut dépasser 140 degrés. Réglez la luminosité et le contraste de l’écran chaque fois que vous déplacez l’ordinateur ou que l’éclairage ambiant change. Pour plus d’informations Rendez-vous sur le site Web www.apple.com/about/ergonomics. Position recommandée Position à éviter 77 C Annexe C Connexion à Internet Votre ordinateur vous permet de naviguer sur le Web, d’échanger du courrier électronique avec vos amis et votre famille ou de dialoguer en temps réel via Internet. Suivez les instructions de ce guide détaillé pour vous connecter à Internet. Pour utiliser Internet, vous avez besoin d’un compte auprès d’un FAI. L’Assistant réglages peut en configurer un pour vous. Dans certains pays, l’Assistant réglages ne peut pas vous configurer un compte auprès d’un FAI. Vous devez donc contacter un FAI pour obtenir un compte. Utilisez ensuite les informations contenues dans cette annexe pour configurer votre connexion. Si vous n’avez pas utilisé l’Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet, vous pouvez l’utiliser maintenant. Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Réseau. Cliquez sur le bouton “Assistez-moi” pour ouvrir l’Assistant réglages de réseau. Si vous ne souhaitez pas utiliser l’Assistant réglages de réseau, vous pouvez utiliser les informations figurant dans cette annexe pour configurer votre connexion manuellement. Il existe quatre types de connexion à Internet : • Connexion par ligne téléphonique : l’ordinateur est relié à une prise téléphonique murale via un câble téléphonique (pour les ordinateurs comprenant un modem). • Connexion à haut débit via un modem câble ou DSL : l’ordinateur est relié via un câble Ethernet à un modem spécial fourni par un FAI. • Connexion sans fil AirPort Extreme : votre ordinateur est connecté sans fil à Internet via une borne d’accès AirPort Extreme. • Réseau local (LAN) : l’ordinateur est connecté à un réseau local via un câble Ethernet. C’est le type de connexion habituellement utilisé dans les entreprises.78 Annexe C Connexion à Internet Avant de vous connecter à Internet : 1 Procurez-vous les informations de connexion auprès de votre FAI ou de votre administrateur réseau. Consultez la section suivante, “Collecte des informations nécessaires”, pour savoir quelles sont les informations dont vous avez besoin pour chaque type de connexion. Si un autre ordinateur se trouvant au même emplacement est déjà connecté à Internet, vous pouvez probablement utiliser ses réglages. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS X : • Ouvrez la fenêtre Réseau des Préférences Système. • Dans le menu local Afficher, sélectionnez votre mode de connexion. • Copiez les informations concernant votre connexion. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS 9 : • Ouvrez le tableau de bord TCP/IP. • Recherchez le mode de connexion dans le menu local “Connexion”. • Recherchez la configuration dans le menu local Configurer. • Notez l’adresse IP, le masque de sous-réseau et l’adresse du routeur figurant dans les champs correspondants. Pour accéder aux réglages sur un PC Windows : Les informations de connexion d’un PC Windows se trouvent à deux endroits. • Pour trouver l’adresse IP et le masque de sous-réseau, ouvrez le tableau de bord “Connexions réseau et Internet”. • Pour accéder aux informations relatives aux comptes d’utilisateurs, ouvrez le tableau de bord Comptes d’utilisateurs. Vous pouvez écrire ces informations directement sur les pages suivantes, puis les saisir dans l’Assistant réglages. 2 Si vous utilisez un modem téléphonique, branchez un câble téléphonique (inclus avec la plupart des ordinateurs Macintosh) sur le port modem de votre ordinateur et sur une prise téléphonique murale. Si vous disposez d’un modem DSL ou câble, connectez-le à votre ordinateur en suivant les instructions incluses.Annexe C Connexion à Internet 79 Collecte des informations nécessaires Vous pouvez noter sur ces pages les informations obtenues auprès de votre Fournisseur d’Accès à Internet (FAI), de votre administrateur réseau ou de votre autre ordinateur, puis les saisir dans l’Assistant réglages de réseau. Pour configurer une connexion téléphonique classique, procurez-vous les informations suivantes : • Nom du fournisseur d’accès • Nom d’utilisateur ou de compte • Mot de passe • Numéro de téléphone du FAI • Numéro de téléphone de remplacement • Préfixe pour obtenir une ligne extérieure Pour configurer une connexion DSL, modem câble, LAN ou sans fil AirPort Extreme : m Choisissez d’abord votre méthode de connexion (en cas de doute, consultez votre administrateur système ou votre FAI) : • Manuellement • Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle • Via DHCP • Via BootP • PPP Si vous ne savez pas quelle méthode utiliser, il est recommandé d’activer l’option “Via DHCP”, car le réseau fournit alors la plupart des informations requises automatiquement. Si vous avez sélectionné “Manuellement” ou “Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle”, regroupez les informations suivantes : • Adresse IP • Masque de sous-réseau • Adresse du routeur Remarque : si vous avez sélectionné “Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle”, vous n’avez pas besoin d’un masque de sous-réseau ni d’adresse de routeur. Si vous avez sélectionné “Via DHCP”, regroupez les informations facultatives suivantes (consultez votre FAI si nécessaire) : • ID client DHCP • Serveurs DNS80 Annexe C Connexion à Internet Si vous avez sélectionné “PPP”” (pour des connexions PPPoE), procurez-vous les informations suivantes : • Fournisseur d’accès • Nom du compte • Mot de passe • Nom du service PPPoE Les informations ci-dessous sont facultatives. Consultez votre FAI ou votre administrateur système si nécessaire. • Serveurs DNS • Nom de domaine • Serveur proxy Saisie de vos informations Après vous être procuré les informations de configuration spécifiques auprès de votre FAI ou de votre administrateur réseau, vous pouvez soit cliquer sur le bouton “Assistezmoi” dans la fenêtre des préférences Réseau pour ouvrir l’Assistant réglages de réseau, soit saisir les informations manuellement. Pour saisir vos informations manuellement, suivez les étapes correspondant à votre mode de connexion. • Modem téléphonique avec connexion PPP (Point-to-Point Protocol) (voir la page 81) • Connexion via modem câble, DSL ou réseau LAN avec les configurations suivantes : • Manuelle (voir la page 85) • DHCP (voir la page 86) • PPPoE (voir la page 87) • Connexion sans fil AirPort Extreme (voir la page 89)Annexe C Connexion à Internet 81 Modem téléphonique avec connexions PPP (Point-ToPoint Protocol) Le modem téléphonique constitue la manière la plus courante de se connecter à Internet. Votre modem utilise une méthode appelée PPP (Point-to-Point Protocol) pour se connecter à un FAI. Assurez-vous que votre modem est branché sur une ligne téléphonique et que vous disposez des informations fournies par votre FAI (voir la page 79). Pour configurer l’utilisation du port de modem interne dans les préférences Réseau : 1 Dans la barre des menus, sélectionnez le menu Pomme (K) > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Choisissez Configuration des ports réseau dans le menu local Afficher, puis cochez la case Activé à côté de Modem interne. 4 Faites glisser Modem interne en haut de la liste Configurations de port pour en faire l’interface réseau préférée ou principale.82 Annexe C Connexion à Internet 5 Choisissez Modem interne dans le menu local Afficher et cliquez sur PPP. 6 Saisissez les informations fournies par votre FAI, puis cliquez sur Appliquer. Pour tester votre configuration Internet : 1 Ouvrez l’application Connexion à Internet (dans le dossier Applications). 2 Cliquez sur l’icône Modem interne si nécessaire. 3 Tapez le numéro de téléphone de connexion de votre FAI, votre nom de compte et votre mot de passe, si nécessaire. 4 Cliquez sur Se connecter. L’application Connexion à Internet compose le numéro de votre FAI et établit une connexion.Annexe C Connexion à Internet 83 Pour vous connecter automatiquement dès que vous ouvrez une application TCP/IP, telle qu’un navigateur Web ou une messagerie électronique, procédez de la manière suivante : 1 Cliquez sur Options PPP (dans la fenêtre PPP des préférences Réseau). 2 Cochez la case “Se connecter automatiquement si nécessaire”. 3 Cliquez sur OK, puis sur Appliquer. Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN Si vous vous connectez à Internet soit à l’aide d’un modem DSL ou câble, soit via un réseau LAN Ethernet, demandez à votre FAI ou à votre administrateur réseau comment vous devriez configurer votre connexion à Internet : • Manuellement : dans le cas d’une configuration manuelle, votre FAI ou administrateur réseau vous indique une adresse IP statique et d’autres informations que vous devez saisir dans les préférences Réseau. • Via le protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) : avec une configuration DHCP, le serveur DHCP saisit automatiquement les informations à votre place. • Via le protocole PPPoE (Point-to-Point Protocol over Ethernet) : si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, vous devrez éventuellement configurer votre réseau pour qu’il utilise le protocole PPPoE. Lors de la configuration de votre réseau, veillez à garder les informations fournies par votre FAI à portée de main (voir la page 79).84 Annexe C Connexion à Internet Pour configurer les Préférences réseau pour le port Ethernet intégré : 1 Dans la barre des menus, sélectionnez le menu Pomme (K) > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configuration de ports réseau. 4 Cochez la case Activé à côté d’Ethernet intégré. 5 Faites glisser Ethernet intégré en haut de la liste Configurations de port pour en faire l’interface réseau préférée ou principale. Suivez ensuite les instructions de configuration manuelle de votre réseau, via DHCP ou PPPoE, selon les recommandations de votre FAI ou de votre administrateur réseau.Annexe C Connexion à Internet 85 Configuration manuelle Ayez à portée de main votre adresse IP statique, l’adresse du routeur et le masque de sous-réseau fournis par votre FAI (voir la page 79). Pour effectuer une configuration manuelle : 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 3 Dans le menu local Configurer IPv4, choisissez Manuellement. 4 Remplissez le reste des champs. 5 Cliquez sur Appliquer. Votre connexion est prête dès que vous avez configuré votre réseau. Ouvrez votre navigateur Web (ou une autre application TCP/IP) afin de tester votre connexion à Internet.86 Annexe C Connexion à Internet Configuration DHCP Une fois la configuration DHCP effectuée, le serveur DHCP saisit automatiquement vos informations réseau. Pour configurer DHCP : 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 3 Choisissez Via DHCP dans le menu local Configurer IPv4. 4 Cliquez sur Appliquer. Ouvrez votre navigateur Web (ou une autre application TCP/IP) afin de tester votre connexion à Internet. Remarque : sauf instructions contraires de votre FAI, ignorez les champs Client DHCP et Domaines de recherche.Annexe C Connexion à Internet 87 Configuration PPPoE Certains FAI s’appuyant sur la technologie DSL utilisent le protocole PPPoE (Point-toPoint Protocol over Ethernet). Si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, contactez votre FAI pour savoir si vous devez vous connecter via PPPoE. Pour configurer une connexion PPPoE : Ayez à portée de main le nom d’utilisateur, le mot de passe et, si cela est nécessaire, l’adresse du serveur DNS fournis par votre FAI (voir la page 79). 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur PPPoE et sélectionnez “Se connecter via PPPoE”. 3 Remplissez le reste des champs. Si vous souhaitez que tous les utilisateurs de votre ordinateur utilisent la même méthode de connexion, sélectionnez “Enregistrer le mot de passe”. Remarque : pour vous connecter automatiquement au démarrage d’une application TCP/IP, telle qu’un navigateur Web ou une application de courrier électronique, cliquez sur Options PPPoE, puis sélectionnez “Se connecter automatiquement si nécessaire”.88 Annexe C Connexion à Internet 4 Cliquez sur TCP/IP et sélectionnez Via PPP ou Manuellement dans le menu local Configurer IPv4, selon les instructions de votre FAI. Si votre FAI vous a communiqué une adresse IP statique, choisissez Manuellement et tapez l’adresse dans le champ Adresse IP. 5 Saisissez les adresses des serveurs de noms de domaine (DNS) dans le champ Serveurs DNS. 6 Cliquez sur Appliquer. Votre connexion à Internet est prête dès que vous avez configuré votre réseau. Vous pouvez alors ouvrir votre navigateur Web ou une autre application TCP/IP afin de tester votre connexion. Important : si vous n’avez pas sélectionné l’option de connexion automatique, vous devez ouvrir l’application Connexion à Internet, choisir la configuration adéquate, puis cliquer sur Se connecter. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Connexion à Internet dans la barre des menus située en haut de l’écran. Annexe C Connexion à Internet 89 Connexion sans fil AirPort Extreme Vous pouvez configurer votre réseau AirPort Extreme et votre connexion Internet à l’aide de l’Assistant réglages AirPort, situé dans le dossier Utilitaires de votre dossier Applications. L’assistant vous aide à configurer votre borne d’accès AirPort Extreme et à régler votre ordinateur pour qu’il utilise AirPort Extreme. Pour en savoir plus sur votre borne d’accès AirPort Extreme, consultez le Guide de configuration de la borne d’accès AirPort Extreme livré avec votre borne d’accès. Si votre borne d’accès AirPort Extreme est déjà configurée, votre carte AirPort Extreme peut dans la plupart des cas y accéder immédiatement. Pour vérifier si vous avez accès à un réseau AirPort Extreme : m Cliquez sur l’icône d’état AirPort dans la barre des menus et choisissez un réseau AirPort dans la liste. Si aucun réseau AirPort n’y figure, vous pouvez utiliser l’Assistant réglages AirPort pour vérifier ou modifier vos réglages ou bien les changer via la fenêtre Réseau des Préférences Système. Configuration manuelle d’une connexion AirPort Extreme Pour configurer une connexion manuelle utilisant des adresses spécifiques affectées par avance pour vos serveurs et votre ordinateur, procurez-vous les informations suivantes auprès de votre administrateur de système. Si vous vous connectez via DHCP, la plupart de ces informations sont automatiquement transmises à votre ordinateur via le réseau. Consultez votre administrateur de système pour obtenir les renseignements nécessaires. • Adresses des serveurs de noms de domaine (DNS), si nécessaire • Configuration d’adresse IP manuelle ou via DHCP • Adresse IP • Adresse du routeur • Masque de sous-réseau • Mot de passe, si nécessaire90 Annexe C Connexion à Internet Assurez-vous ensuite que les options de connexion AirPort sont activées dans les préférences Réseau. Pour configurer les Préférences réseau pour une connexion AirPort Extreme : 1 Dans la barre des menus, sélectionnez le menu Pomme (K) > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Cochez la case Activé à côté d’AirPort. Suivez ensuite les instructions fournies par votre FAI ou votre administrateur réseau pour configurer votre réseau manuellement ou via DHCP. Si vous configurez vousmême votre réseau, il est peut-être plus simple d’utiliser DHCP car le serveur attribue automatiquement les adresses IP.Annexe C Connexion à Internet 91 5 Choisissez AirPort dans le menu local Afficher. 6 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 7 Dans le menu local Configurer IPv4, choisissez Manuellement ou Via DHCP. • Si vous choisissez Manuellement, saisissez les autres informations dans les champs correspondants. • Si vous choisissez Via DHCP, il est inutile de saisir d’autres informations, sauf instructions contraires de votre administrateur de système. 8 Cliquez sur AirPort et sélectionnez les options requises pour vous connecter à un réseau AirPort Extreme après le redémarrage ou lors de la réactivation de l’ordinateur après une suspension d’activité. 9 Cliquez sur Appliquer. Une fois les réglages AirPort configurés, vous êtes prêt à vous connecter. Pour tester votre connexion AirPort Extreme : m Cliquez sur l’icône d’état AirPort dans la barre des menus et choisissez Activer AirPort. Tout réseau AirPort Extreme situé dans la zone de couverture doit apparaître dans le menu.92 Annexe C Connexion à Internet Dépannage de votre connexion Connexion à Internet par modem câble, ligne DSL et réseau LAN Si vous ne parvenez pas à vous connecter à Internet à l’aide de votre modem câble ou DSL ou via votre réseau local (LAN), suivez les étapes ci-après. Important : les instructions relatives aux modems ne concernent pas les utilisateurs de réseau LAN. Contrairement aux utilisateurs de modems câble et DSL, les utilisateurs de réseau LAN peuvent disposer de concentrateurs, de commutateurs, de routeurs et autres dispositifs de connexion. Ils doivent faire appel à leur administrateur réseau plutôt qu’à un FAI. Vérifiez les câbles et les sources d’alimentation Assurez-vous que tous les câbles du modem sont correctement branchés, y compris le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble raccordant le modem à la prise murale. Vérifiez les câbles et l’alimentation des routeurs et des concentrateurs Ethernet. Éteignez puis rallumez le modem et réinitialisez les composants matériels du modem. Éteignez votre modem DSL ou votre modem câble pendant quelques minutes puis rallumez-le. Certains FAI conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant ou après avoir éteint puis rallumé le modem. Connexions PPPoE Si vous n’arrivez pas à vous connecter à votre FAI via PPPoE, commencez par vérifier les câbles et l’alimentation, puis éteignez le modem et rallumez-le et réinitialisez le matériel modem. Vérifiez les réglages de Préférences Système 1 Dans la barre des menus, sélectionnez le menu Pomme (K) > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Sélectionnez Ethernet intégré, puis faites glisser cette configuration en haut de la liste des configurations de ports. 5 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Ethernet intégré. 6 Cliquez sur PPPoE. 7 Sélectionnez Se connecter via PPPoE. 8 Vérifiez le champ Nom de compte pour vous assurer d’avoir tapé les informations correctes fournies par votre FAI. Annexe C Connexion à Internet 93 9 Si vous avez choisi d’enregistrer votre mot de passe, saisissez-le à nouveau afin d’être sûr(e) qu’il est correct. 10 Cliquez sur TCP/IP. Assurez-vous d’avoir saisi dans cette fenêtre les informations correctes fournies par votre FAI. 11 Cliquez sur Appliquer. Connexions au réseau Si vous disposez de plusieurs ordinateurs tentant de partager une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre FAI fournit une seule ou plusieurs adresses IP, autrement dit, une pour chaque ordinateur. Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresse réseau (NAT) ou de masquage d’adresses IP). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. La borne d’accès AirPort Extreme peut être utilisée pour que plusieurs ordinateurs partagent une adresse IP. Pour plus d’informations sur l’utilisation de la borne d’accès AirPort Extreme, consultez l’aide à l’écran ou rendez-vous sur le site Web AirPort, à l’adresse www.apple.com/airport. Si ces instructions s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, contactez votre FAI. 95 D Annexe D Les dix questions principales Une question ? Voici les dix questions les plus fréquemment posées par les nouveaux utilisateurs iBook G4. Ma connexion Internet ne semble pas fonctionner. Comment la configurer ? Il y a différents types de connexions Internet. Vous pouvez, par exemple, vous connectez via un modem, une connexion DSL, une connexion sans fil AirPort ou via un réseau Ethernet. Vous devrez fournir à Mac OS X des informations spécifiques sur votre type de connexion, votre fournisseur d’accès Internet ou votre réseau. La première étape de configuration de votre connexion consiste à regrouper les informations requises pour votre type de connexion. Pour connaître les informations requise et savoir comment configurer votre type de connexion, consultez l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 77. Votre ordinateur dispose également d’une application Assistant réglages de réseau pour vous aider à configurer votre connexion Internet. Comment configurer mon imprimante ? Est-elle compatible avec mon iBook G4 ? Commencez par connecter votre imprimante et installer tous les logiciels en suivant les instructions fournies avec. Ensuite, ouvrez les Préférences Système puis cliquez sur l’icône Imprimer et faxer. Utilisez la fenêtre Imprimer et faxer pour configurer votre iBook G4 afin qu’il accède à l’imprimante. Vous trouverez un grand nombre d’informations sur la configuration des imprimantes dans l’Aide Mac OS (cherchez “imprimante”). Consultez également “Connexion à une imprimante” à la page 25 de ce manuel. Si votre imprimante ne semble pas fonctionner comme prévu, consultez le site Web du fabricant pour obtenir les pilotes d’impression mis à jour. La dernière version du logiciel d’imprimante est souvent disponible en téléchargement.96 Annexe D Les dix questions principales Si une tâche d’impression envoyée à votre imprimante ne s’imprime pas, cliquez sur l’icône de l’imprimante dans le Dock pour vérifier si la tâche est interrompue ou suspendue. (Si aucune icône d’imprimante ne se trouve dans le Dock, ouvrez Configuration d’imprimante dans le dossier Applications/Utilitaires, puis double-cliquez sur le nom de l’imprimante.) Si la fenêtre de l’imprimante annonce “Tâche suspendue” , cliquez sur le bouton Démarrer tâches. Si “Pause” apparaît à côté du nom de la tâche, reprenez l’impression en cliquant sur le nom de la tâche, puis sur Reprendre. Si l’impression d’une tâche a été interrompue à la suite d’une erreur technique, effacez la tâche défectueuse en la sélectionnant et en cliquant sur Effacer. Essayer ensuite d’imprimer la tâche à nouveau. Comment fonctionne l’interface Mac OS X ? Les nouveaux utilisateurs de Mac OS X se demandent souvent comment exécuter certaines tâches. Votre meilleure source d’informations sur Mac OS X est l’Aide Mac OS. S’y trouvent des explications préliminaires destinées aux nouveaux utilisateurs, aux utilisateurs Windows s’initiant à Mac OS X ainsi qu’aux utilisateurs ayant effectué une mise à niveau de Mac OS 9. Ouvrez l’Aide Mac OS en choisissant Aide Mac dans le menu Aide de la barre des menus du Finder, en haut de votre écran, et parcourez les informations destinées aux nouveaux utilisateurs. Parmi les principales tâches élémentaires recherchées par l’utilisateur figure le Finder, essayez donc de rechercher “Finder” également. Comment prolonger l’autonomie de la batterie de mon iBook G4 ? N’oubliez pas de calibrer votre batterie lors de la première utilisation (voir la page 17). Vous pouvez économiser l’énergie de la batterie en spécifiant, via la fenêtre des préférences Économiseur d’énergie, le délai qui doit s’écouler avant que l’ordinateur ne suspende son activité ou que l’écran ne s’obscurcisse. Ouvrez Préférences système et cliquez sur l’icône Économiseur d’énergie. Choisissez les réglages les mieux adaptés à votre mode d’utilisation. Les périphériques tels que les lecteurs de disques durs, qui sont alimentés par votre ordinateur, peuvent également contribuer à diminuer l’autonomie de votre batterie. Vous pouvez économiser l’énergie de la batterie en déconnectant ces appareils. Vous pouvez également vous procurer une batterie supplémentaire et la brancher à votre ordinateur lorsque la batterie est faible. Pour plus d’informations sur les moyens d’économiser l’énergie de la batterie, voir “Conseils d’économie de la batterie” à la page 49. J’ai inséré un disque dans le lecteur optique, mais rien ne se passe. Comment savoir si le disque est compatible avec mon lecteur optique ? Appuyez sur la touche d’éjection de disque ( ) pour éjecter le disque. Les lecteurs optiques Apple à chargement par fente ne gèrent que les disques ronds de 12 cm de diamètre. Les disques non standards n’ayant pas une forme circulaire ne fonctionnent pas avec le lecteur optique. Pour plus d’informations sur les disques non standards, consultez la base de données AppleCare Knowledge Base à l’adresse www.apple.com/support. Avertissement : l’insertion d’un disque non standard risque d’endommager le lecteur.Annexe D Les dix questions principales 97 Comment connecter un moniteur ou un téléviseur à mon iBook G4 ? Votre iBook G4 est équipé d’un port moniteur externe et d’un adaptateur pour connecter des périphériques disposant de connecteurs VGA. Vous pouvez également vous procurer un adaptateur vidéo Apple afin de connecter les moniteurs, téléviseurs et écrans vidéo les plus courants utilisés. Si votre périphérique possède un connecteur différent de l’adaptateur fourni avec votre iBook G4, vous devez vous procurer un autre adaptateur pour pouvoir le connecter au iBook G4. Pour connaître l’adaptateur fourni avec votre iBook G4, voir la page 5. Pour plus d’informations sur la connexion d’écrans et autres périphériques, consultez “Gestion vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo)” à la page 40. J’ai oublié mon mot de passe. Comment le réinitialiser ? Vous pouvez réinitialiser le mot de passe d’administrateur. Pour savoir comment réinitialiser votre mot de passe, voir la page 64. J’entends un ventilateur se mettre en marche et mon iBook G4 me paraît chaud. Est-ce normal ? Lorsque le iBook G4 fonctionne, il est conçu pour réguler lui-même la température à ne pas dépasser. Le ventilateur se met en marche pour que le iBook G4 puisse fonctionner à des températures normales. La partie inférieure de votre iBook G4 est susceptible de chauffer car cette dernière a été conçue pour évacuer la chaleur générée via son boîtier. Cela est normal. Pour plus d’informations, consultez la section “Utilisation de votre iBook G4” à la page 73. Mon application ou Mac OS X ne semblent pas fonctionner correctement. Dois-je réinstaller Mac OS X ? Le processus de dépannage d’un problème exige que vous déterminiez un certain nombre de choses, comme savoir si un problème arrive toujours avec une application spécifique, s’il est lié au système d’exploitation ou s’il est dû à un matériel défectueux. Avant de réinstaller, consultez “Dépannage” à la page 61 pour vous aider à analyser le problème. Apple vous fournit également un grand nombre d’explications et de conseils techniques pour résoudre vos problèmes dans la base de données AppleCare Knowledge Base. Pour accéder à cette base de données en ligne, allez sur www.apple.com/support. Si vous constatez qu’une réinstallation de Mac OS X s’impose, vous trouverez des instructions dans “Restauration des logiciels de votre ordinateur” à la page 66. J’ai installé une application sur mon iBook G4, mais elle ne semble pas fonctionner. Où trouver de l’aide ? Vérifiez la documentation fournie avec l’application pour obtenir des instructions sur l’assistance. Les fabricants sont souvent conscients des problèmes courants susceptibles de survenir avec leurs applications et fournissent des solutions et des mises à jours à usage immédiat. Si votre programme n’est pas un produit Apple, contactez directement l’éditeur pour obtenir une meilleure assistance. 99 Communications Regulation Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures: • Turn the television or radio antenna until the interference stops. • Move the computer to one side or the other of the television or radio. • Move the computer farther away from the television or radio. • Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product was tested for EMC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple-authorized dealer. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Computer, Inc. Product Compliance, 1 Infinite Loop M/S 26-A, Cupertino, CA 95014-2084, 408-974-2000. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. VCCI Class B Statement Communauté Européenne Conforme aux directives européennes 72/23/CEE, 89/336/CEE et 99/5/CEE.100 Laser Information Making adjustments or performing procedures other than those specified in your equipment’s manual may result in hazardous radiation exposure. Do not attempt to disassemble the cabinet containing the laser. The laser beam used in this product is harmful to the eyes. The use of optical instruments, such as magnifying lenses, with this product increases the potential hazard to your eyes. For your safety, have this equipment serviced only by an Apple-authorized service provider. If you have an internal Apple CD-ROM, DVD-ROM, or DVD-RAM drive in your computer, your computer is a Class 1 laser product. The Class 1 label, located in a user-accessible area, indicates that the drive meets minimum safety requirements. A service warning label is located in a service-accessible area. The labels on your product may differ slightly from the ones shown here. Laser Specifications for Combo Drive Laser on pickup unit when reading a DVD: • Type: Semiconductor laser GaAs/In(GaAI)P/InGaP • Wavelength: 655 ± 15 nm • Power out of objective lens: 0.33 mW • Beam divergence: 20º ~ 35º (Typical 27º) Laser on pickup unit when reading a CD: • Type: Semiconductor laser AIGaAs/GaAs • Wavelength: 784 ± 8 nm • Power out of objective lens: Read = 1.0 mW, Write = 80.0 mW • Beam divergence: 14.5º ~ 17.5º (Typical 16º) Laser Specifications for CD Laser on pickup unit when reading a CD: • Type: Semiconductor laser AIGaAs • Wavelength: 78 ~ 800 nm (Typical 790 nm) • Power out of objective lens: Read = .11 mW, • Beam divergence: 14º ~ 20º (Typical 17º) Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the optional AirPort Extreme Card is far below the FCC radio frequency exposure limits. Nevertheless, it is advised to use the wireless equipment in such a manner that the potential for human contact during normal operation is minimized. Mouse and Keyboard Information La souris optique d’Apple est un appareil à diode électroluminescente de catégorie 1. Ce produit est conforme aux exigences des directives européennes 72/23/CEE et 89/336/CEE. It also complies with the Canadian ICES-003 Class B Specification. Avertissement relatif aux activités à haut risque Cet ordinateur n’est pas conçu pour être utilisé dans des installations nucléaires, pour la navigation ou la communication aérienne, pour le contrôle du trafic aérien, ni dans aucune autre situation où une panne du système informatique pourrait entraîner la mort, des blessures ou de graves dommages écologiques. Conformité ENERGY STAR® En tant que partenaire ENERGY STAR® Apple a configuré ce produit de telle sorte qu’il respecte les recommandations d’économie d’énergie d’ENERGY STAR® . Le programme ENERGY STAR® est un partenariat avec les fabricants de matériel de bureau visant à promouvoir une consommation efficace de l’énergie. La réduction de la consommation d’énergie des appareils de bureau permet de réaliser des économies et contribue à réduire la pollution en éliminant le gaspillage d’énergie. Informations sur l’élimination des piles usagées Les batteries usagées doivent être recyclées ou traitées conformément aux normes d’environnement locales. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Informations relatives au téléphone et au modem Apple 56K Class 1 label Étiquette de mise en garde 101 Informez votre opérateur téléphonique Certains opérateurs téléphoniques exigent que vous informiez votre agence locale lorsque vous raccordez un modem à leur réseau. Information You Need in the United States The internal modem complies with Part 68 of the FCC rules. On the back of this equipment is a label that contains, among other information, the FCC registration number and ringer equivalence number (REN). If requested, provide this information to your telephone company. • Ringer equivalence number (REN) : 0.1B The REN is useful to determine the quantity of devices you may connect to your telephone lines and still have all those devices ring when your telephone number is called. In most, but not all areas, the sum of the RENs of all devices connected to one line should not exceed five (5.0). To be certain of the number of devices you may connect to your line, as determined by the REN, you should contact your local telephone company to determine the maximum REN for your calling area. • Telephone jack type: USOC, RJ-11 An FCC-compliant telephone cord and modular plug are provided with this equipment. This equipment is designed to be connected to the telephone network or premises wiring using a compatible modular jack that complies with Part 68 rules. See the installation instructions for details. Telephone Line Problems If your telephone doesn’t work, there may be a problem with your telephone line. Disconnect the modem to see if the problem goes away. If it doesn’t, report the problem either to your local telephone company or to your company’s telecommunications people. If disconnecting the modem eliminates the problem, the modem itself may need service. See the service and support information that came with your Apple product for instructions on how to contact Apple or an Apple-authorized service provider for assistance. If you do not disconnect your modem when it is adversely affecting the telephone line, the telephone company has the right to disconnect your service temporarily until you correct the problem. The telephone company will notify you as soon as possible. Also, you will be informed of your right to file a complaint with the FCC. The telephone company may make changes in its facilities, equipment, operations, or procedures that could affect the operation of your equipment. If this happens, the telephone company will provide advance notice in order for you to make the necessary modifications to maintain uninterrupted service. The internal modem will not work with party lines, cannot be connected to a coin-operated telephone, and may not work with a private branch exchange (PBX). Telephone Consumer Protection Act The Telephone Consumer Protection Act of 1991 makes it unlawful for any person to use a computer or other electronic device to send any message via a telephone fax machine unless such message clearly contains, in a margin at the top or bottom of each transmitted page or on the first page of the transmission, the date and time it was sent and an identification of the business or other entity, or individual sending the message and the telephone number of the sending machine of such business, entity, or individual. Information You Need in Canada The Industry Canada (IC) label identifies certified equipment. This certification means that the equipment meets certain telecommunications network protective, operational, and safety requirements. The Department does not guarantee the equipment will operate to a user’s satisfaction. Before installing this equipment, make sure that you are permitted to connect to the facilities of the local telecommunications company. Be sure you use an acceptable method of connection to install the equipment. In some cases, you may extend the company’s internal wiring for single-line individual service by means of a certified telephone extension cord. Be aware, however, that compliance with these conditions may not prevent degradation of service in some situations. Repairs to certified equipment should be made by an authorized Canadian maintenance facility designated by the supplier. Any equipment malfunctions or repairs or alterations that you make to this equipment may cause the telecommunications company to request that you disconnect the equipment. In Canada, contact Apple at: 7495 Birchmount Road, Markham, Ontario, L3R 5G2, 800-263-3394 Warning: Users should ensure for their own protection that the electrical ground connections of the power utility, telephone lines, and internal metallic water pipe system, if present, are connected together. This precaution may be particularly important in rural areas. 102 Users should not attempt to make such connections themselves, but should contact the appropriate electric inspection authority or electrician. • Load number:0.1 The load number (LN) assigned to each terminal device denotes the percentage of the total load to be connected to the telephone loop that is used by the device, to prevent overloading. The termination of a loop may consist of any combination of devices, subject only to the requirement that the sum of the load numbers of all devices does not exceed 100. • Telephone jack type: CA-11 Informations destinées aux utilisateurs canadiens L’étiquette d’Industrie Canada identifie un matériel homologué. Cette étiquette certifie que le matériel est conforme à certaines normes de protection, d’exploitation et de sécurité des réseaux de télécommunications. Le Ministère n’assure toutefois pas que le matériel fonctionnera à la satisfaction de l’utilisateur. Avant d’installer ce matériel, l’utilisateur doit s’assurer qu’il est permis de le raccorder au réseau de l’entreprise locale de télécommunication. Le matériel doit également être installé en suivant une méthode acceptée de raccordement. Dans certains cas, le câblage appartenant à l’entreprise utilisé pour un service individuel à ligne unique peut être prolongé au moyen d’un dispositif homologué de raccordement (cordon prolongateur téléphonique). L’abonné ne doit pas oublier qu’il est possible que la conformité aux conditions énoncées ci-dessus n’empêche pas la dégradation du service dans certaines situations. De fait, les entreprises de télécommunication ne permettent pas que l’on raccorde un matériel aux prises d’abonnés, sauf dans les cas précis prévus par les tarifs particuliers de ces entreprises. Les réparations de matériel homologué doivent être effectuées par un centre d’entretien canadien autorisé désigné par le fournisseur. La compagnie de télécommunications peut demander à l’utilisateur de débrancher un appareil suite à des réparations ou à des modifications effectuées par l’utilisateur ou en raison d’un mauvais fonctionnement. Veuillez contacter Apple pour des informations supplémentaires : Apple Canada, Inc. 7495 Birchmount Road Markham, Ontario Canada L3R 5G2 Service clientèle d’Apple Canada : 800-263-3394 L’utilisateur ne doit pas tenter de faire ces raccordements lui-même ; il doit avoir recours à un service d’inspection des installations électriques ou à un électricien, selon le cas. • Numéro de charge : 0,1 L’indice de charge (IC) assigné à chaque dispositif terminal indique, pour éviter toute surcharge, le pourcentage de la charge totale qui sera raccordée à un circuit téléphonique bouclé utilisé par ce dispositif. La terminaison du circuit bouclé peut être constituée de n’importe quelle combinaison de dispositifs pourvu que la somme des indices de charge de l’ensemble des dispositifs ne dépasse pas 100. • Type de prise téléphonique : CA-11 Information You Need in the United Kingdom This terminal equipment is intended for direct connection to the analogue Public Switched Telecommunications Network and is approved for use within the United Kingdom with the following features: • Modem facility • Autocalling facility • Autoanswer facility • DTMF signaling Operation in the absence of proceed indication or upon detection of proceed indication This product is in conformity with relevant regulatory standards following the provisions of European Council Directives 73/23/EEC (Low Voltage Directive) and 89/336/EEC amended by 92/31/EEC (EMC Directive). Informationen für Deutschland Diese Modem-Karte ist als Endeinrichtung vorgesehen und muss an ein TAE mit F-Kodierung angeschlossen werden. Diese Endeinrichtung ist in Konformität gemäss Niederspannungsrichtlinie 73 / 23 / EWG sowie EMC-Richtlinien 89 / 336 / EWG und 92 / 31 / EWG. Avertissement : Pour sa propre sécurité, l’utilisateur doit s’assurer que tout les fils de mise à la terre du secteur, des lignes téléphoniques et les canalisations d’eau métalliques, s’il y en a, soient raccordés ensemble. Cette précaution est particulièrement importante dans les régions rurales. 103 Informations pour la France Ce matériel est conforme aux normes applicables de sécurité électrique d’après la directive 73/23/CEE et aux normes applicables de comptabilité électromagnétique d’après la directive 89/336/CEE, modifiée par la directive 92/31/CEE. Information You Need in Australia All telecommunications devices are required to be labelled as complying to the Australian telecommunications standards, ensuring the health and safety of the operator and the integrity of the Australian telecommunications network. To provide compliance with the Australian Communications Authority’s technical standards, please ensure that the following AT commands are maintained: • ATB0 (ITU/CCITT operation) • AT&G0 (no guard tone) • AT&P1 (33/66 pulse dial make/break ratio) • ATS0 = 0 or ATS0 = 1 (no answer or answer greater than one ring) • ATS6 = 95 (DTMF period between 70–255 ms) • ATS11 = 95 (DTMF period between 70–255 ms) For calls that are automatically generated, a total of three call attempts are allowed to a telephone number, with a minimum period between calls of 2 seconds. If the call does not connect after three attempts, 30 minutes must expire before automatic redialing may be initiated. Failure to set the modem (and any associated communications software) to the above settings may result in the modem being non-compliant with Australian telecommunications standards. Under these circumstances a user could be subject to significant penalties under the Telecommunications Act 1997. This modem must be properly secured in order for you to use it. Telecommunications network voltages exist inside the computer and the telecommunications line connection must be removed before opening the computer. Information You Need in New Zealand This modem is fully approved to operate on the New Zealand telecommunications network under Telepermit number PTC 211/04/002. All telecommunications devices are required to hold a Telepermit and be labelled accordingly with the approved Telepermit number to comply with the New Zealand telecommunications standards, ensuring the health and safety of the operator and the integrity of the New Zealand telecommunications network. To ensure compliance, all calls that are automatically generated should not make more than 10 call attempts to the same number within any 30 minute period with a minimum period between calls of 30 seconds. Failure to adhere to these standards may result in the modem being non-compliant with New Zealand Telecom standards. Under these circumstances a user could be subject to significant penalties. Important: The grant of a Telepermit for any item of terminal equipment indicates that only Telecom has accepted that the item complies with minimum conditions for connection to its network. It indicates no endorsement of the product by Telecom, nor does it provide any sort of warranty. Above all, it provides no assurance that any item will work correctly in all respects with another item of Telepermitted equipment of a different make or model, nor does it imply that any product is compatible with all of Telecom’s network services. Mac OS X Server Administration de technologies web Pour Leopard version 10.5K Apple Inc. © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’un exemplaire enregistré du logiciel Mac OS X Server peut reproduire cette publication à des fins d’apprentissage du logiciel. Cette publication ne peut être reproduite ou transmise en tout ou partie à des fins commerciales, comme la vente de copies de cette publication ou la fourniture d’un service d’assistance payant. Tous les efforts nécessaires ont été mis en œuvre pour que les informations contenues dans ce manuel soient les plus exactes possibles. Apple n’est pas responsable des erreurs d’écriture et d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation de ce logo à des fins commerciales via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Apple, le logo Apple, ColorSync, Final Cut Pro, Mac, Macintosh, Mac OS, QuickTime, Xgrid et Xserve sont des marques d’Apple, Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder et Safari sont des marques d’Apple Inc. Adobe et PostScript sont des marques d’Adobe Systems Incorporated. UNIX est une marque de The Open Group. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés ici sont des marques de leurs détenteurs respectifs. La mention de produits tiers n’est effectuée qu’à des fins informatives et ne constitue en aucun cas une approbation ni une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité vis-à-vis des performances ou de l’utilisation de ces produits. F019-0945/01-09-2007 3 1 Table des matières Préface 9 À propos de ce guide 9 Nouveautés de la version 10.5 9 Contenu de ce guide 10 Utilisation du guide 10 Utilisation de l’aide à l’écran 11 Guides d’administration de Mac OS X Server 12 Visualisation de guides PDF à l’écran 13 Impression des guides PDF 13 Obtenir des mises à jour de documentation 14 Pour obtenir des informations supplémentaires Chapitre 1 15 Vue d’ensemble des technologies web 15 Vue d’ensemble des technologies web 16 Principales fonctionnalités web 16 Serveur web Apache 16 WebDAV 16 Prise en charge CGI 17 Prise en charge SSL 17 Contenu dynamique avec SSI (Server Side Includes) 17 Blogs et prise en charge du format RSS 17 Avant de commencer 17 Sélection d’une version d’Apache 18 Configuration de votre serveur web 18 Garantie de la sécurité des transactions 18 Configuration de sites web 18 Hébergement de plusieurs sites 19 À propos du protocole WebDAV 19 Définition des autorisations WebDAV 19 À propos de la sécurité WebDAV 20 Définition de royaumes 21 À propos du standard MIME (Multipurpose Internet Mail Extension) 21 Extensions MIME 21 Réponses du serveur web (gestionnaires de contenu)4 Table des matières Chapitre 2 23 Utilisation du service web 23 Présentation générale de la configuration 24 Activation du service web 24 Configuration de service web 25 Configuration des réglages généraux 26 Configuration des réglages Types MIME 27 Configuration des réglages Proxy 29 Configuration des réglages Modules 29 Configuration des réglages Services web 30 Démarrage du service web 31 Gestion du service web 31 Vérification de l’état d’un service web 32 Affichage des historiques de service web 32 Affichage des graphiques web 33 Arrêt du service web 33 Réglage des performances 33 Réglage du nombre de connexions simultanées pour le serveur web 34 Réglage du nombre de connexions persistantes pour le serveur web 35 Définition d’un délai de déconnexion Chapitre 3 37 Création et gestion de sites web 37 Vue d’ensemble de la configuration d’un site web 40 Configuration d’un site web 40 Configuration du dossier web 40 Création d’un site web 41 Définition de la page web par défaut 42 Configuration des options Apache du site web 43 Utilisation de royaumes pour le contrôle d’accès 45 Activation des historiques d’accès et d’erreurs pour un site web 46 Activation du protocole SSL 48 Gestion de l’accès aux sites à l’aide d’alias 50 Configuration d’un proxy inversé 51 Activation de services web facultatifs 52 Connexion au site web 53 Gestion de site web 53 Affichage des réglages du site web 54 Modification du dossier web d’un site 54 Modification du port d’accès d’un site web 55 Activation d’un script CGI (Common Gateway Interface) 55 Activation des SSI (Server Side Includes) 56 Création d’index permettant d’effectuer des recherches dans le contenu d’un site web 57 Contrôle de l’activité d’un site webTable des matières 5 57 Utilisation d’une phrase clé avec des certificats SSL 58 Utilisation de WebDAV pour gérer le contenu d’un site web 58 Activation de WebDAV sur des sites web 59 Utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers 60 Configuration des autorisations relatives aux fichiers et aux dossiers de contenu web 60 Gestion de plusieurs sites sur un seul serveur 61 Utilisation d’alias pour qu’un site réponde à plusieurs noms 61 Sites web et interfaces réseau multiples 62 Contenu d’utilisateur sur les sites web 62 Configuration du service web 62 Contenu par défaut 63 Accès au contenu web 63 Sécurisation du contenu web sur des systèmes de fichiers insensibles à la casse Chapitre 4 65 Création et gestion de wikis et de blogs 65 Vue d’ensemble des wikis 66 À propos des pages de wiki 66 À propos de la sécurité des wikis 67 À propos de la hiérarchie des fichiers et des dossiers de wiki 67 Vue d’ensemble de la configuration d’un wiki 68 Configuration d’un wiki 68 Activation des services web de wiki pour un site web 70 Connexion à un wiki 70 Modification des réglages de wiki 71 Gestion des pages de wiki 71 Ajout de pages de documents 71 Modification de pages de document 71 Suppression de pages de document 72 Ajout d’un lien à une page de wiki 72 Insertion d’un tableau dans une page de wiki 73 Ajout de balises aux pages de wiki 73 Suppression de balises des pages de wiki 73 Ajout de fichiers aux pages de wiki 74 Recherche de pages de wiki comportant des balises 74 Recherche dans les pages de wiki 75 Affichage ou remplacement de pages de wiki anciennes ou supprimées 75 Restauration de pages de wiki supprimées 76 Personnalisation des wikis 76 Sélection de styles et de formats de police 76 Personnalisation des présentations et des thèmes de wiki 77 Sources d’aide lors de l’utilisation d’un wiki 77 Configuration d’un calendrier web 77 Activation du service Calendrier web pour un site web6 Table des matières 78 Navigation dans le Calendrier web 79 Création d’événements de calendrier programmés à certaines heures 79 Modification d’événements de calendrier 80 Suppression d’événements de calendrier web 80 Utilisation du Calendrier web avec iCal 81 Configuration de blogs d’utilisateurs et de groupes 81 Activation du service Blog pour un site web 81 Ajout d’une page de blog 82 Définition d’autorisations SACL de blog pour les utilisateurs Chapitre 5 83 Configuration et gestion de WebMail 83 Vue d’ensemble de WebMail 83 Services d’utilisateur WebMail 84 WebMail et votre serveur de messagerie 84 Protocoles WebMail 85 Activation de WebMail 85 Configuration de WebMail 87 Configuration d’archives web de liste d’envoi Chapitre 6 89 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 89 Utilisation du service WebObjects 90 Vue d’ensemble de WebObjects 90 Activation du service WebObjects 90 Configuration du service WebObjects 91 Démarrage du service WebObjects 92 Vérification de l’état du service WebObjects 92 Arrêt du service WebObjects 92 Ouverture de Contrôle 93 Utilisation d’Apache 94 Modification des fichiers de configuration d’Apache 94 Restauration de la configuration par défaut 95 Utilisation du script apachectl 96 À propos de l’enregistrement Multicast DNS d’Apache 96 Utilisation d’Apache Axis 97 Utilisation de Tomcat 98 Définition de Tomcat en tant que conteneur d’application 98 Utilisation de MySQL 99 Activation du service MySQL 99 Configuration du service MySQL 99 Lancement du service MySQL 100 Vérification de l’état du service MySQL 100 Affichage et gestion des historiques de service et Admin de MySQL 101 Arrêt du service MySQLTable des matières 7 101 Mise à niveau de MySQL 102 Utilisation de Ruby on Rails 102 Gestion du déploiement des applications Ruby on Rails Chapitre 7 107 Gestion des modules web 107 Vue d’ensemble des modules web Apache 107 Utilisation des modules web 108 Affichage des modules web 108 Ajout de modules web 109 Activation des modules web 109 Modification de modules web 110 Suppression de modules web 110 Modules propres à Macintosh 110 mod_macbinary_apple 110 mod_spotlight_apple 111 mod_auth_apple 111 mod_hfs_apple 111 mod_digest_apple 111 mod_auth_digest_apple 111 mod_spnego 111 mod_encoding 111 mod_bonjour 112 Modules Open Source 112 Tomcat 112 PHP 112 mod_perl 112 mod_encoding Chapitre 8 115 Résolution des problèmes de service web 115 Les utilisateurs ne parviennent pas à se connecter à un site web sur votre serveur 116 Un module web ne fonctionne pas comme prévu 116 Un script CGI ne fonctionne pas Index 121 9 Préface À propos de ce guide Ce guide explique comment configurer et gérer un serveur web et des sites web et comment utiliser des technologies web open source. Mac OS X Server 10.5 comprend un service web constitué de plusieurs technologies web. Le service web est préinstallé sur le matériel de serveur Apple et offre un environnement intégré et souple permettant la mise en place et la gestion des technologies web. Nouveautés de la version 10.5 Mac OS X Server 10.5 apporte les améliorations suivantes au service web :  nouveau serveur Apache 2.2 amélioré,  wikis et blogs de groupe,  gestion aisée des certificats dans Admin Serveur,  contrôle des proxy conventionnels (directs) et back-end (inversés),  compensateur de proxy back-end permettant un déploiement simple d’applications Ruby on Rails ou WebObject. Contenu de ce guide Ce guide comprend les chapitres suivants :  Le chapitre 1, « Vue d’ensemble des technologies web » explique les concepts essentiels et fournit des informations de base sur la configuration d’un serveur, la configuration de sites web et les composants web spécialisés.  Le chapitre 2, « Utilisation du service web » décrit comment configurer votre serveur web pour la première fois et comment gérer des réglages et des composants web.  Le chapitre 3, « Création et gestion de sites web » fournit des instructions sur la configuration et la gestion de sites web.  Le chapitre 4, « Création et gestion de wikis et de blogs » décrit comment utiliser Admin Serveur pour configurer et gérer des wikis et des blogs.10 PréfaceÀ propos de ce guide  Le chapitre 5, « Configuration et gestion de WebMail » explique comment activer et utiliser Webmail sur votre serveur web.  Le chapitre 6, « Utilisation de WebObjects et d’applications open source » fournit des informations et des instructions relatives au service WebObjects et aux composants open source Apache, Tomcat et MySQL.  Le chapitre 7, « Gestion des modules web » décrit les modules inclus dans Mac OS X Server et explique comment installer, activer et visualiser ces modules.  Le chapitre 8, « Résolution des problèmes de service web » vous aide à résoudre les problèmes liés aux technologies et aux sites web. Le glossaire définit les termes que vous rencontrerez lors de la lecture de ce guide. Remarque :étant donné qu’Apple publie régulièrement de nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels, les illustrations de ce document peuvent être différentes de celles qui s’affichent à l’écran. Utilisation du guide La liste ci-dessous contient des suggestions à propos de l’utilisation de ce guide :  Lisez le guide en entier. Certaines sections peuvent faire appel à des informations et des recommandations abordées dans les sections qui précèdent.  Les instructions qui figurent dans ce guide doivent toujours être testées dans un environnement non opérationnel avant le déploiement. Cet environnement non opérationnel doit simuler autant que possible l’environnement dans lequel l’ordinateur sera déployé. Utilisation de l’aide à l’écran Tout en gérant Mac OS X Server, vous pouvez obtenir à l’écran des instructions sur les tâches, dans Visualisation Aide. L’aide peut être affichée sur un serveur ou sur un ordinateur administrateur (Un ordinateur administrateur est un ordinateur Mac OS X sur lequel un logiciel d’administration Mac OS X Server est installé.) Pour obtenir de l’aide dans le cas d’une configuration avancée de Leopard Server : m Ouvrez Admin Serveur ou Gestionnaire de groupe de travail, puis :  Utilisez le menu Aide pour rechercher une tâche à exécuter.  Choisissez Aide > Aide Admin Serveur ou Aide > Gestionnaire de groupe de travail pour explorer les rubriques d’aide et effectuer des recherches sur ces rubriques. L’aide à l’écran contient des instructions issues de Administration du serveur et d’autres guides d’administration avancés décrits dans « Guides d’administration de Mac OS X Server ».Préface À propos de ce guide 11 Pour visualiser les rubriques d’aide les plus récentes concernant les serveurs : m Assurez-vous que le serveur ou l’ordinateur administrateur est connecté à Internet pendant que vous consultez l’Aide. Visualisation Aide extrait automatiquement les rubriques d’aide les plus récentes depuis Internet et les stocke en mémoire cache. Lorsque vous n’êtes pas connecté à Internet, Visualisation Aide affiche les rubriques d’aide mises en cache. Guides d’administration de Mac OS X Server Premiers contacts traite de l’installation et de la configuration des configurations standard et de groupe de travail de Mac OS X Server. Pour les configurations avancées, consultez Administration du serveur, qui regroupe la planification, l’installation, la configuration et l’administration du serveur en général. Une série de guides supplémentaires, énumérés ci-dessous, décrit la planification, la configuration, ainsi que la gestion avancée des services individuels. Vous pouvez obtenir ces guides au format PDF sur le site web sur la documentation de Mac OS X Server à l’adresse : www.apple.com/fr/server/documentation Ce guide ... explique comment : Premiers contacts et Feuille d’opération d’installation et de configuration Installer Mac OS X Server et le configurer pour la première fois. Administration de ligne de commande Installer, configurer et gérer Mac OS X Server à l’aide de fichiers de configuration et d’outils en ligne de commande UNIX. Administration des services de fichier Partager certains volumes ou dossiers de serveur entre les clients du serveur, à l’aide des protocoles AFP, NFS, FTP et SMB. Administration du service iCal Configurer et gérer le service de calendrier partagé d’iCal. Administration du service iChat Configurer et gérer le service de messagerie instantanée d’iChat. Configuration de la sécurité de Mac OS X Renforcer la sécurité des ordinateurs (clients) Mac OS X, comme l’exigent les entreprises et les organismes publics. Configuration de la sécurité de Mac OS X Server Renforcer la sécurité de Mac OS X Server et de l’ordinateur sur lequel il est installé, comme l’exigent les entreprises et les organismes publics. Administration du service de messagerie Configurer et gérer les services de messagerie IMAP, POP et SMTP sur le serveur. Administration des services de réseau Installer, configurer et administrer les services DHCP, DNS, VPN, NTP, coupe-feu IP, NAT et RADIUS sur le serveur. Administration d’Open Directory Configurer et gérer les services d’annuaire et d’authentification et configurer les clients autorisés à accéder aux services d’annuaire. Administration de Podcast Producer Configurer et gérer le service Podcast Producer destiné à enregistrer, traiter et distribuer des podcasts. Administration du service d’impression Héberger les imprimantes partagées et gérer les files d’attente et travaux d’impression associés.12 PréfaceÀ propos de ce guide Visualisation de guides PDF à l’écran Lorsque vous lisez la version PDF d’un guide à l’écran, vous pouvez :  Afficher les signets pour visualiser le plan du guide et cliquer sur un signet pour accéder directement à la section correspondante.  Rechercher un mot ou une phrase pour afficher une liste des endroits où ce mot ou cette phrase apparaît dans le document. Cliquez sur un de ces endroits pour afficher la page correspondante.  Cliquer sur une référence croisée pour accéder directement à la rubrique référencée. Cliquer sur un lien pour visiter le site web à partir de votre navigateur. Administration de QuickTime Streaming et Broadcasting Capturer et encoder du contenu QuickTime. Configurer et gérer le service QuickTime Streaming en vue de diffuser des données multimédias en temps réel ou à la demande. Administration du serveur Mettre en place l’installation et la configuration avancées du logiciel serveur et gérer des options qui s’appliquent à plusieurs services ou à l’intégralité du serveur. Administration de Mise à jour de logiciels et d’Imagerie système Utiliser NetBoot, NetInstall et Mise à jour de logiciels pour automatiser la gestion du système d’exploitation et des autres logiciels utilisés par les ordinateurs clients. Mise à niveau et migration Utiliser des réglages de données et de services correspondant à une version antérieure de Mac OS X Server ou de Windows NT. Gestion des utilisateurs Créer et gérer des comptes utilisateur, des groupes et des ordinateurs. Configurer les préférences gérées des clients Mac OS X. Administration des technologies web Configurer et gérer des technologies web telles que les blogs, WebMail, wiki, MySQL, PHP, Ruby on Rails (RoR) et WebDAV. Informatique à haute performance et administration Xgrid Configurer et gérer des grappes de calcul de systèmes Xserve et d’ordinateurs Mac. Glossaire Mac OS X Server Savoir à quoi correspondent les termes utilisés pour les produits de serveur et les produits de stockage. Ce guide ... explique comment :Préface À propos de ce guide 13 Impression des guides PDF Si vous devez imprimer un guide procédez comme suit pour économiser du papier et de l’encre :  Économisez de l’encre ou du toner en évitant d’imprimer la couverture.  Si vous disposez d’une imprimante couleur, économisez de l’encre en choisissant une option d’impression en niveaux de gris ou en noir et blanc dans une des sections de la zone de dialogue Imprimer.  Réduisez le volume du document imprimé et économisez du papier en imprimant plusieurs pages par feuille.Dans la zone de dialogue Imprimer, réglez Échelle sur 115 % (155 % pour Premiers contacts). Choisissez ensuite Mise en page dans le menu local sans titre. Si votre imprimante prend en charge l’impression recto verso (duplex),sélectionnez l’une des options proposées. Sinon, choisissez 2 dans le menu local Pages par feuille et,si vous le souhaitez, Simple extra fine dans le menu Bordure. (Si vous utilisez Mac OS X 10.4 ou antérieur, le réglage Échelle se trouve dans la zone de dialogue Format d’impression et les réglages relatifs à la mise en page dans la zone de dialogue Imprimer.) Il peut s’avérer utile d’agrandir les pages imprimées même si vous n’imprimez pas en recto verso, car la taille des pages PDF est inférieure à celle du papier d’imprimante standard. Dans la zone de dialogue Imprimer ou dans la zone de dialogue Format d’impression, essayez de régler Échelle sur 115 % (155 % pour Premiers contacts qui possède des pages de la taille d’un CD). Obtenir des mises à jour de documentation Apple publie régulièrement des pages d’aide révisées ainsi que de nouvelles éditions de ses guides. Certaines pages d’aide révisées sont des mises à jour des dernières éditions de ces guides.  Pour afficher les nouvelles rubriques d’aide à l’écran d’une application de serveur, assurez-vous que votre serveur ou votre ordinateur administrateur est connecté à Internet et cliquez sur le lien des dernières rubriques d’aide ou de mise à jour dans la page d’aide principale de l’application.  Pour télécharger les guides les plus récents au format PDF, rendez-vous sur le site web de documentation sur Mac OS X Server à l’adresse : www.apple.com/fr/server/documentation/.14 PréfaceÀ propos de ce guide Pour obtenir des informations supplémentaires Pour plus d’informations, consultez les ressources suivantes :  Documents Ouvrez-moi : mises à jour importantes et informations spécifiques. Recherchez-les sur les disques du serveur.  Site web de Mac OS X Server (www.apple.com/fr/server/macosx) : passerelle vers des informations détaillées sur de nombreux produits et technologies.  Site web de service et d’assistance Mac OS X Server (www.apple.com/fr/support/ macosxserver) : accès à des centaines d’articles du service d’assistance d’Apple.  Groupe de discussions Apple, en anglais (discussions.apple.com) : un moyen de partager questions, connaissances et conseils avec d’autres administrateurs.  Site web des listes d’envoi Apple, en anglais (www.lists.apple.com) : abonnez-vous à des listes d’envoi pour pouvoir communiquer par courrier électronique avec d’autres administrateurs.1 15 1 Vue d’ensemble des technologies web Ce chapitre vous aide à vous familiariser avec les technologies web et à en comprendre les principaux composants avant de configurer vos services et vos sites. Le service web consiste en une série complexe d’outils permettant de configurer et de gérer le serveur web Apache, de développer des sites web et d’intégrer un serveur d’application à un certain nombre de composants Open Source. Avant de continuer, nous vous conseillons de vous familiariser avec les complexités de votre système. Vue d’ensemble des technologies web Les technologies web offrent une solution de serveur Internet intégrée. Ces technologies (également désignées par l’expression « service web » dans ce guide) peuvent par ailleurs être facilement configurées et gérées. Inutile d’être un administrateur web expérimenté pour créer des sites web, configurer et contrôler votre serveur web. Le service web repose sur Apache, un serveur web HTTP Open Source. Un serveur web permet de répondre aux requêtes concernant les pages web HTML stockées sur votre site. Les logiciels Open Source permettent à quiconque de consulter et de modifier leur code source pour les modifier et les améliorer. Cette particularité a contribué à populariser Apache, qui est de nos jours le serveur web le plus utilisé sur Internet. Les administrateurs web peuvent utiliser Admin Serveur pour administrer le service web sans avoir une connaissance préalable des réglages avancés ni des fichiers de configuration. Les administrateurs web spécialistes d’Apache peuvent également administrer des technologies web à l’aide des fonctions avancées d’Apache. Comme le service web de Mac OS X Server repose sur Apache, vous pouvez lui ajouter des fonctionnalités avancées à l’aide de simples modules d’extension. Ces modules Apache vous permettent d’ajouter la prise en charge du protocole SOAP (Simple Object Access Protocol), de Java et de langages CGI tels que Python.16 Chapitre 1Vue d’ensemble des technologies web Principales fonctionnalités web Le service web est constitué des principaux composants suivants (technologies web) offrant un environnement serveur flexible et évolutif.  Serveur web Apache.  WebDAV.  Prise en charge CGI.  Prise en charge SSL.  Contenu dynamique avec SSI (Server Side Includes).  Blogs et prise en charge du format RSS. Serveur web Apache Apache est un serveur web HTTP Open Source que les administrateurs peuvent configurer à l’aide de l’application Admin Serveur. Apache possède une structure modulaire et le jeu de modules activé par défaut convient à la plupart des utilisations. Admin Serveur peut prendre en charge quelques modules optionnels. Les utilisateurs Apache expérimentés peuvent ajouter et supprimer des modules ou modifier le code du serveur. Pour en savoir plus sur les modules, consultez la section « Vue d’ensemble des modules web Apache » à la page 107. Apache 1.3 est installé sur les versions antérieures de Mac OS X Server. Si vous effectuez une installation spéciale, utilisez Apache 2. La migration automatique d’Apache 1 vers Apache 2 est prise en charge par Mac OS X Server 10.5. WebDAV WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning) est particulièrement utile pour la mise à jour de contenu sur un site web. Les utilisateurs qui disposent d’un accès WebDAV au serveur peuvent ouvrir des fichiers, apporter des modifications ou effectuer des ajouts, puis enregistrer ces modifications. Sous Mac OS X, les utilisateurs peuvent monter des volumes WebDAV et y accéder facilement à partir du Finder. Pour en savoir plus sur l’utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers, consultez la section « Utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers » à la page 59. Prise en charge CGI Les scripts CGI (Common Gateway Interface) représentent l’interface de communication entre le serveur et les clients. Ils peuvent, par exemple, être utilisés pour permettre aux utilisateurs de commander un produit sur un site web ou de répondre à des demandes d’informations. AVERTISSEMENT : il se peut que l’exécution du script de conversion d’Apache 1 en Apache 2 ait des effets secondaires, notamment sur les réglages de sécurité, ce qui peut avoir des répercussions sur la sécurité de votre mise à niveau.Chapitre 1 Vue d’ensemble des technologies web 17 Vous pouvez écrire des scripts CGI dans plusieurs langages, notamment Perl et Python. Le dossier /Bibliothèque/WebServer/CGI-Executable constitue l’emplacement par défaut des scripts CGI. Prise en charge SSL Le service web prend en charge le protocole SSL (Secure Sockets Layer) qui chiffre les informations échangées entre le client et le serveur. SSL utilise un certificat numérique permettant de certifier l’identité du serveur en établissant un échange d’informations sécurisé et chiffré. Contenu dynamique avec SSI (Server Side Includes) SSI (Server Side Includes) permet d’utiliser le même contenu sur plusieurs pages d’un site. Il peut également indiquer au serveur d’exécuter un script ou d’insérer des données spé- cifiques dans une page. Cette fonction simplifie la mise à jour du contenu, puisque vous modifiez les informations à un seul endroit et que la commande SSI affiche vos informations modifiées sur plusieurs pages. Pour en savoir plus sur SSI, consultez la section « Activation des SSI (Server Side Includes) » à la page 55. Blogs et prise en charge du format RSS Le serveur web fournit des blogs comme option pour chaque site web. Ces blogs respectent les normes XML RSS et Atom et permettent l’authentification Open Directory. Les utilisateurs de ces blogs ont le choix entre plusieurs techniques de manipulation de modèles et de feuilles de style. Important :pour modifier la liste SACL d’un service Blog, vous devez utiliser l’interface serveur plutôt que l’interface web. Pour en savoir plus sur la configuration du contrôle d’accès aux blogs à l’aide de listes SACL, consultez la section « Définition d’autorisations SACL de blog pour les utilisateurs » à la page 82. Avant de commencer Cette section fournit les informations nécessaires pour la configuration initiale de votre serveur web. Nous vous conseillons de lire ce chapitre, même si vous êtes un administrateur web expérimenté. En effet, certaines fonctions et certains comportements peuvent différer de ce que vous connaissez. Sélection d’une version d’Apache Apache 2.2.4 est installé si vous effectuez une installation spéciale. En cas de mise à niveau, c’est la version 1.3 qui est d’abord utilisée, mais vous pouvez passer à la version 2.2.4 dès que vous le souhaitez.18 Chapitre 1Vue d’ensemble des technologies web Configuration de votre serveur web Vous devez utiliser Admin Serveur pour configurer la plupart des fonctions de votre serveur web. Si vous êtes un administrateur Apache expérimenté et que vous avez besoin de fonctions du serveur web Apache qui ne sont pas incluses dans Admin Serveur, modifiez les fichiers de configuration appropriés. Apple ne fournit toutefois aucune assistance technique en cas de modification des fichiers de configuration Apache. Si vous devez modifier un fichier, effectuez d’abord une copie de sauvegarde de ce fichier.Vous pourrez revenir à cette copie en cas de problème. Garantie de la sécurité des transactions Pour garantir la sécurité des transactions sur votre serveur, vous devez configurer la protection SSL (Secure Sockets Layer). Le protocole SSL vous permet d’envoyer sur Internet des informations chiffrées et authentifiées. Si vous souhaitez, par exemple, autoriser des transactions par carte de crédit sur votre site web, utilisez le protocole SSL pour protéger les informations qui transitent sur votre site. Important :vous ne pouvez faire bénéficier un site web du cache performances si le protocole SSL est activé pour ce site. Pour en savoir plus sur la configuration de transactions sécurisées, consultez la section « Activation du protocole SSL » à la page 46. Configuration de sites web Avant d’héberger un site web, vous devez :  Enregistrer votre nom de domaine auprès d’une autorité compétente.  Créer sur le serveur un dossier destiné à votre site web.  Créer dans ce dossier une page par défaut que les utilisateurs visualiseront lors de leur connexion.  Vérifier que le service DNS est correctement configuré si vous souhaitez que les clients accèdent à votre site web par l’intermédiaire de son nom. Une fois prêt à publier, ou activer, votre site, utilisez Admin Serveur. La sous-fenêtre Sites, située dans le service web, vous permet d’ajouter un nouveau site et de sélectionner un ensemble de réglages pour chacun des sites hébergés. Pour en savoir plus sur l’utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers, consultez la section « Gestion de site web » à la page 53. Hébergement de plusieurs sites Vous pouvez héberger simultanément plusieurs sites sur votre serveur web. Selon la manière dont vos sites sont configurés, il se peut qu’ils possèdent les mêmes nom de domaine, adresse IP ou port. La combinaison unique d’un nom de domaine, d’une adresse IP et d’un port permet d’identifier chacun des sites.Chapitre 1 Vue d’ensemble des technologies web 19 Vos noms de domaine doivent être enregistrés auprès d’une autorité compétente telle que le service InterNIC. Sinon, le site web associé au domaine ne sera pas visible sur Internet. (Chaque nouvelle inscription est payante.) Pour en savoir plus sur l’hébergement de plusieurs sites, consultez la section « Gestion de plusieurs sites sur un seul serveur » à la page 60. Pour en savoir plus sur WebDAV, consultez la section « À propos du protocole WebDAV » à la page 19. Pour en savoir plus sur les formats MIME, consultez la section « À propos du standard MIME (Multipurpose Internet Mail Extension) » à la page 21. À propos du protocole WebDAV Si vous utilisez WebDAV pour la création dynamique de contenu sur votre site web, vous devez créer des royaumes et définir des autorisations d’accès pour les utilisateurs. Chaque site que vous hébergez peut être divisé en plusieurs royaumes, disposant chacun de ses propres utilisateurs et groupes dotés d’autorisations de navigation ou de création. Définition des autorisations WebDAV Le processus Apache exécuté sur le serveur doit avoir accès aux fichiers et aux dossiers du site web. Pour ce faire, Mac OS X Server installe un utilisateur nommé « www » et un groupe nommé « www » dans la liste des utilisateurs et des groupes du serveur. Les processus Apache qui servent les pages web sont exécutés en tant qu’utilisateur « www » et membres du groupe « www ». Vous devez attribuer au groupe « www » l’accès en lecture aux fichiers des sites web, afin que le serveur puisse envoyer ces fichiers aux navigateurs lorsque des utilisateurs se connectent aux sites. Le processus Apache est exécuté avec un ID utilisateur et un ID de groupe « www » effectifs et requiert l’accès aux fichiers et aux répertoires du royaume WebDAV, ainsi qu’au dossier /var/run/davlocks/. À propos de la sécurité WebDAV Dans Mac OS X Server 10.5, WebDAV vous permet d’utiliser un serveur web comme serveur de fichiers. Les clients utilisent leur navigateur à partir de toutes sortes d’emplacements et sur de nombreux types d’ordinateurs pour accéder aux fichiers du serveur et les partager. Pour en savoir plus sur l’utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers, consultez la section « Utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers » à la page 59. WebDAV permet également aux utilisateurs de mettre à jour des fichiers sur un site web pendant que celui-ci est actif. Lorsque le protocole WebDAV est activé, le serveur web doit disposer d’un accès en écriture aux fichiers et aux dossiers du site que les utilisateurs sont en train de mettre à jour.20 Chapitre 1Vue d’ensemble des technologies web Les deux fonctionnalités de WebDAV (à savoir, fourniture d’un serveur de fichiers avec accès via un navigateur et mise à jour de sites web) ont une incidence en matière de sécurité lorsque d’autres sites sont exécutés sur le serveur. En effet, les personnes responsables d’un site peuvent alors en modifier d’autres. Vous pouvez éviter ce problème en définissant avec soin les autorisations d’accès aux fichiers du site via la sous-fenêtre Partage de fichiers d’Admin Serveur. Mac OS X Server utilise un groupe prédéfini, nommé « www », qui contient les processus Apache. Vous devez accorder au groupe « www » l’accès en lecture et en écriture aux fichiers du site web. Vous devez également attribuer à l’administrateur du site web (propriétaire) l’accès en lecture et en écriture à ces fichiers et n’attribuer aucun accès à tous les autres utilisateurs. Pour en savoir plus, consultez la section Administration des services de fichier. Définition de royaumes Lorsque vous définissez un royaume, généralement sous forme de dossier (ou de système de fichiers), les autorisations d’accès définies pour le royaume s’appliquent à l’ensemble du contenu de ce dossier. Si un nouveau royaume est défini pour l’un des dossiers du royaume existant,seules les autorisations du nouveau royaume s’appliqueront à ce dossier et à son contenu. Pour en savoir plus sur la création de royaumes et la définition d’autorisations d’accès, consultez la section « Utilisation de royaumes pour le contrôle d’accès » à la page 43. Remarque :lorsqu’un groupe ou un utilisateur assigné dispose d’un nombre moins important d’autorisations que le nombre attribué à l’utilisateur Tous, cet utilisateur ou ce groupe est supprimé lors d’une actualisation. En effet, les droits d’accès attribués à l’utilisateur Tous sont prioritaires par rapport à ceux qui sont attribués à des utilisateurs ou groupes spécifiques disposant de moins d’autorisations. Les autorisations les plus importantes sont toujours prioritaires. Par conséquent, la liste des utilisateurs et groupes assignés dotés d’autorisations moins importantes n’est pas enregistrée dans la sous-fenêtre Royaumes lors de l’actualisation si leurs autorisations sont considé- rées comme inférieures à celles qui ont été attribuées à Tous. Après l’actualisation, les noms ne figurent plus dans la liste située sur la droite de la sous-fenêtre Royaumes. Par ailleurs, la mention « Aucun utilisateur » est affichée pendant un cours moment à la place de « Tous ».Chapitre 1 Vue d’ensemble des technologies web 21 À propos du standard MIME (Multipurpose Internet Mail Extension) Le standard MIME (Multipurpose Internet Mail Extension) est une norme Internet permettant de spécifier ce qui se produit lorsqu’un navigateur web demande un certain type de fichier. Vous pouvez définir la réponse de l’utilisateur en fonction de l’extension du fichier. Vos choix dépendent en partie des modules que vous avez installés sur votre serveur web. Chaque combinaison incluant une extension de fichier et une réponse correspondante constitue un mappage MIME. Extensions MIME Une extension décrit le type de données d’un fichier. Voici quelques exemples :  « txt » pour les fichiers texte,  « cgi » pour les fichiers Common Gateway Interface,  « gif » pour les fichiers GIF (graphiques),  « php » pour les fichiers PHP :Hypertext Preprocessor (scripts HTML intégrés) utilisé pour Webmail, etc.,  « tiff » pour les fichiers TIFF (images). Mac OS X Server comprend un ensemble d’extensions MIME par défaut. Cet ensemble inclut toutes les extensions du fichier mime.types distribué avec Apache plus quelques ajouts. Si une extension dont vous avez besoin n’est pas répertoriée ou ne présente pas le comportement souhaité, utilisez Admin Serveur pour ajouter l’extension à l’ensemble ou pour modifier son comportement. Remarque :évitez d’ajouter ou de modifier des extensions MIME en modifiant des fichiers de configuration. Réponses du serveur web (gestionnaires de contenu) Lorsqu’un fichier est demandé, le serveur web traite le fichier en fonction de la réponse spécifiée pour l’extension de fichier. Ces réponses, également appelées « gestionnaires de contenu », peuvent correspondre à une action ou à un mappage MIME.Voici quelquesunes des réponses possibles :  Renvoyer le fichier comme type MIME (saisissez le mappage que vous souhaitez renvoyer).  Send-as-is (envoyer le fichier tel quel).  Script cgi (exécuter un script CGI de votre choix).  Fichier Imap (générer un message électronique IMAP).  Mac-binary (télécharger un fichier compressé au format MacBinary). Les mappages MIME sont divisés en deux champs subalternes séparés par une barre oblique, par exemple « text/plain ». Mac OS X Server comprend une liste de mappages MIME par défaut. Vous pouvez les modifier ou en ajouter d’autres à l’aide d’Admin Serveur.22 Chapitre 1Vue d’ensemble des technologies web Lorsque vous spécifiez un type MIME comme réponse, le serveur identifie le type de données sollicitées et envoie la réponse spécifiée. Par exemple,si le serveur demande un fichier avec l’extension « jpg » et que le mappage MIME correspondant est image/jpeg, le serveur sait qu’il doit envoyer un fichier d’image dont le format est JPEG. Le serveur se contente de transférer les données demandées. Le traitement des opérations est différent. Si vous avez associé une opération à une extension, votre serveur exécute un programme ou un script et le résultat est transmis au navigateur à l’origine de la requête. Par exemple,si un navigateur demande un fichier portant l’extension « cgi » et que la réponse associée est l’action cgi-script, votre serveur exécute le script et renvoie les données résultantes au navigateur demandeur.2 23 2 Utilisation du service web Ce chapitre indique comment utiliser Admin Serveur pour configurer un service web et gérer des réglages et des composants web. Mac OS X Server combine les plus récents services Internet open source basés sur des normes standard, afin de constituer une solution d’hébergement web complète et facile à utiliser. Utilisez Admin Serveur pour configurer le service web et installer les composants web en fonction des besoins de votre organisation. Présentation générale de la configuration Voici un aperçu des principales étapes nécessaires pour configurer le service web. Étape 1 :Lisez la section intitulée « Avant de commencer » Pour connaître les éléments à prendre en considération avant de configurer le service web sur votre réseau, consultez la section « Avant de commencer » à la page 17. Étape 2 :Activez le service web Avant de procéder à la configuration du service web, vous devez l’activer. Consultez la section « Activation du service web » à la page 24. Étape 3 :Configurez les réglages web généraux Configurez les réglages généraux pour définir les réglages de connexion et activer Tomcat. Consultez la section « Configuration des réglages généraux » à la page 25. Étape 4 :Configurez les types MIME web Les types MIME permettent de définir la façon dont votre serveur web répond lorsque votre navigateur demande certains types de fichiers. Consultez la section « Configuration des réglages Types MIME » à la page 26. Étape 5 :Configurez les réglages proxy web Les réglages proxy permettent d’activer un proxy qui envoie les demandes au serveur web et transmet les données depuis ce dernier. Consultez la section « Configuration des réglages Proxy » à la page 27.24 Chapitre 2Utilisation du service web Étape 6 :Configurez les modules web Les réglages de modules permettent de sélectionner ou de désélectionner les modules web disponibles pour le serveur web. Consultez la section « Configuration des réglages Modules » à la page 29. Étape 7 :Configurez les services web Les réglages du service web permettent de configurer des réglages communs partagés entre les wikis, les blogs, les calendriers web et les archives de liste d’envoi basées sur le web pour les groupes. Consultez la section « Configuration des réglages Services web » à la page 29. Étape 8 :Démarrez le service web Après avoir configuré le service web, vous devez le démarrer pour qu’il soit disponible. Consultez la section « Démarrage du service web » à la page 30. Activation du service web Avant de configurer les réglages web, vous devez activer le service web dans Admin Serveur. Pour activer le service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur Réglages, puis sur Services. 3 Cochez la case Web. 4 Cliquez sur Enregistrer. Configuration de service web Utilisez Admin Serveur pour modifier les réglages du service web. Les sections suivantes décrivent les tâches de configuration et de démarrage du service web. Il existe cinq groupes de réglages dans la sous-fenêtre Réglages du service web d’Admin Serveur :  Général. Définition des réglages de connexion au service web et de serveur de réserve.  Types MIME. Configuration des types MIME (Multipurpose Internet Mail Extension) et des gestionnaires de contenu.  Proxy. Configuration des réglages proxy du serveur web.  Modules. Sélection des modules web disponibles pour le service web.  Services web. Configuration des réglages des services web communs hébergés sur un site. Les sections suivantes décrivent comment configurer ces réglages et la dernière section indique comment démarrer un service web lorsque vous avez terminé.Chapitre 2 Utilisation du service web 25 Configuration des réglages généraux La sous-fenêtre de réglages généraux de service web permet de configurer les réglages de connexion au serveur web, les réglages du serveur de réserve et d’activer ou de désactiver Tomcat. Pour plus d’informations sur les réglages de connexion au serveur web, reportez-vous à la section « Réglage des performances » à la page 33. Pour configurer les réglages généraux d’un service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Général. 5 Saisissez le nombre maximal de connexions simultanées. Le réglage par défaut est de 1024 connexions. Il s’agit du nombre de connexions simultanées autorisées à accéder à votre serveur web. 6 Saisissez la durée en secondes du délai de déconnexion. Le réglage par défaut est de 300 secondes. Il s’agit du temps écoulé avant qu’une connexion à votre serveur web ne dépasse la durée d’inactivité autorisée. Cette inactivité se produit quand un utilisateur consulte des pages web mais n’interagit pas avec le site. 7 Saisissez le nombre minimal et maximal de serveurs de réserve. Les réglages de serveur de réserve régulent la création de processus de serveur de réserve inactifs. Pour le nombre maximal de serveurs de réserve, si le nombre de serveurs de réserve inactifs dépasse le nombre maximal spécifié, le serveur arrête d’ajouter des serveurs de réserve au-delà de la limite maximale. Pour le nombre minimal de serveurs de réserve, si le nombre de serveurs de réserve est inférieur au nombre minimal requis, le serveur en ajoute un par seconde. 8 Saisissez le nombre de serveurs à démarrer. Il s’agit du nombre de serveurs de réserve créés au démarrage. 9 Pour que votre site autorise les connexions persistantes, cochez la case « Autoriser les connexions persistantes » et configurez les réglages correspondants : Définissez le nombre maximal de connexions persistantes. Le nombre par défaut est 500 connexions. Définissez la valeur du « Délai d’attente de connexion persistante » en secondes. Le délai par défaut est de 15 secondes.26 Chapitre 2Utilisation du service web 10 Cochez Activer Tomcat pour activer Tomcat. 11 Cliquez sur Enregistrer. Configuration des réglages Types MIME MIME désigne une norme Internet utilisée pour spécifier ce qui se produit quand un navigateur web demande un fichier ayant des caractéristiques particulières. La sous-fenêtre Types MIME d’Admin Serveur permet de configurer la façon dont votre serveur web répond lorsqu’un navigateur demande certains types de fichiers. Les gestionnaires de contenu sont similaires et utilisent également des extensions (suffixes) pour déterminer le mode de traitement d’un fichier. Le suffixe de fichier décrit le type de données du fichier. Chaque suffixe et sa réponse associée (comme text/plain et text/ richtext) sont appelés mappage de type MIME ou mappage de gestionnaire de contenu. Le serveur inclut le type MIME dans sa réponse à un navigateur pour décrire les informations envoyées. Le navigateur peut alors utiliser sa liste de préférences MIME pour déterminer comment traiter les informations. Le type MIME par défaut du serveur est text/html, qui spécifie qu’un fichier contient du texte HTML. Le serveur web est configuré pour gérer les types MIME et les gestionnaires de contenu les plus courants. Vous pouvez ajouter, modifier ou supprimer des mappages de type MIME et de gestionnaire de contenu.Dans Admin Serveur, ces fichiers sont affichés dans deux listes :Types MIME et Gestionnaires de contenu. Vous pouvez modifier, ajouter et supprimer des éléments dans chaque liste. Pour configurer les réglages de Types MIME : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Types MIME. 5 Ajoutez, supprimez ou modifiez des mappages de types MIME. Cliquez sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter un mappage à la liste Types MIME. Saisissez chaque partie du nom (en les séparant par une barre oblique), double-cliquez sur « Nouveau » dans la liste Suffixes, puis saisissez un nom de suffixe. Utilisez le bouton Ajouter (+) ou Supprimer (–) (en regard de la liste Suffixes) pour ajouter ou supprimer des suffixes dans la liste Suffixes. Cliquez ensuite sur OK. Pour supprimer un mappage Type MIME, sélectionnez-le dans la liste Types MIME et cliquez sur le bouton Supprimer (–).Chapitre 2 Utilisation du service web 27 Pour modifier un mappage Type MIME, sélectionnez le mappage dans la liste Types MIME et cliquez sur le bouton Modifier (/). Modifiez le mappage, puis cliquez sur OK. 6 Ajoutez, supprimez ou modifiez les mappages Gestionnaires de contenu. Cliquez sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter un mappage à la liste Gestionnaires de contenu. Saisissez le nom, puis double-cliquez sur « Nouveau » dans la liste Suffixes et saisissez un nom de suffixe. Utilisez le bouton Ajouter (+) ou Supprimer (–) (en regard de la liste Suffixes) pour ajouter ou supprimer des suffixes dans la liste Suffixes. Cliquez ensuite sur OK. Pour supprimer un mappage Gestionnaires de contenu, sélectionnez-le dans la liste Gestionnaires de contenu et cliquez sur le bouton Supprimer (–). Pour modifier un mappage Gestionnaires de contenu, sélectionnez-le dans la liste Gestionnaires de contenu et cliquez sur le bouton Modifier (/). Modifiez le mappage, puis cliquez sur OK. Remarque :si vous ajoutez ou modifiez un gestionnaire ayant un script CGI (Common Gateway Interface), assurez-vous que vous avez activé l’exécution de scripts CGI pour votre site dans la section Options de la sous-fenêtre Sites. 7 Cliquez sur Enregistrer. Configuration des réglages Proxy La sous-fenêtre de réglages Proxy du service web permet de configurer un proxy direct. Un proxy direct est placé entre le serveur web et les navigateurs clients pour transmettre les demandes d’informations entre les clients et le serveur. Le client doit être configuré pour utiliser le proxy direct afin d’accéder à d’autres sites. Un proxy direct est généralement utilisé pour fournir un accès Internet aux ordinateurs clients internes limités par un coupe-feu. Un proxy direct permet aux utilisateurs de rechercher des fichiers fréquemment utilisés sur un serveur local. Il peut être utilisé pour empê- cher les clients internes d’accéder à des sites particuliers et peut améliorer les performances. Vous pouvez aussi utiliser un proxy direct pour accélérer les temps de réponse et réduire le trafic réseau. Le proxy stocke les fichiers récemment consultés dans la mémoire cache de votre serveur web. Les navigateurs utilisés sur votre réseau vérifient d’abord la mémoire cache avant d’aller récupérer des fichiers sur des serveurs plus éloignés. Pour plus de sécurité, vous devez limiter l’accès à votre serveur en configurant ce proxy direct. Cela est particulièrement utile si votre serveur héberge des sites web internes et externes. Si votre serveur web est configuré pour agir comme proxy, vous pouvez l’empêcher de placer des sites web indésirables en mémoire cache. Important :pour tirer parti de cette fonction, les ordinateurs clients doivent désigner votre serveur web comme serveur proxy dans leurs préférences de navigateur.28 Chapitre 2Utilisation du service web Lorsque vous configurez un proxy direct, assurez-vous que vous créez et activez un site web pour le proxy. Il peut s’avérer utile de désactiver la journalisation sur le site du proxy ou de configurer le site pour qu’il enregistre l’historique des accès dans un fichier distinct des historiques d’accès de vos autres sites. Il n’est pas indispensable que le site soit sur le port 80, mais cela simplifie la configuration des clients web, car les navigateurs utilisent le port 80 par défaut. Mac OS X Server 10.5 fournit un proxy direct et un proxy inversé. Le proxy inversé est configuré dans la sous-fenêtre Sites du service web. Pour plus d’informations sur la configuration d’un proxy inversé, reportez-vous à la section « Configuration d’un proxy inversé » à la page 50. Pour configurer les réglages de proxy direct de service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Proxy. 5 Cochez la case « Activer le proxy direct ». Si un serveur proxy direct est activé, chaque site du serveur peut être utilisé comme proxy. 6 Cochez la case « Contrôler l’accès au proxy » pour limiter l’accès, puis saisissez le nom de domaine dont l’accès est autorisé dans le champ « Domaine autorisé ». En règle générale, lorsque vous souhaitez restreindre le nombre de personnes autorisées à utiliser votre serveur web comme proxy, limitez l’accès à un domaine particulier. Seuls les utilisateurs de ce domaine bénéficient de l’accès. 7 Dans le champ Dossier cache, saisissez le nom du chemin d’accès au dossier cache. Vous pouvez aussi cliquer sur le bouton Parcourir et rechercher le dossier à utiliser. Si vous administrez un serveur distant, le service de fichiers doit être activé sur le serveur distant pour que le bouton Parcourir soit utilisable. Si vous choisissez un emplacement de dossier autre que l’emplacement par défaut, vous devez sélectionner le nouveau dossier dans le Finder. Choisissez Fichier > Lire les informations, puis remplacez le propriétaire et le groupe par www. 8 Déterminez la taille cible du fichier cache sur disque et définissez un intervalle de vidage de la mémoire cache. Quand la mémoire cache atteint cette taille, les fichiers les plus anciens sont supprimés du dossier cache. 9 Pour ajouter un hôte à bloquer, cliquez sur le bouton Ajouter (+) et saisissez son adresse URL. Ajoutez les noms de tous les hôtes à bloquer.Chapitre 2 Utilisation du service web 29 Vous pouvez importer une liste de sites web en la faisant glisser dans la liste des hôtes bloqués. Cette liste doit consister en un fichier texte dont les noms d’hôtes sont séparés par des virgules ou des tabulations (chaînes csv et tsv). Assurez-vous que la dernière entrée du fichier est suivie d’un retour de chariot ou d’un saut de ligne,sinon elle est ignorée. 10 Cliquez sur Enregistrer. Configuration des réglages Modules La sous-fenêtre contenant les réglages des modules du service web permet de configurer les modules web qui seront utilisés par votre serveur. Le service web fourni dans Mac OS X Server est modulaire. Cela signifie que les administrateurs bénéficient d’une plus grande souplesse en ce qui concerne l’ajout de technologies web au service. Pour plus d’informations sur les modules web, reportez-vous à la section « Utilisation des modules web » à la page 107. Pour configurer les réglages des modules de service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Modules. 5 Cochez la case Activer en regard de chaque module que doit utiliser le serveur. Pour plus d’informations sur l’ajout, la modification ou la suppression de modules, reportez-vous à la section « Utilisation des modules web » à la page 107. 6 Cliquez sur Enregistrer. Configuration des réglages Services web La sous-fenêtre de réglages Services web du service web permet de configurer les réglages communs des serveurs web hébergés sur un site. Les services web comprennent les wikis, les blogs, les calendriers web et les archives de listes d’envoi basées sur le web pour les groupes. Ces services sont activés indépendamment pour chaque site web que vous hébergez. Pour configurer les réglages de services web sur votre serveur : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Services web.30 Chapitre 2Utilisation du service web 5 Dans le champ Stockage des données, saisissez le dossier dans lequel le service web va stocker des informations. Le dossier par défaut est /Bibliothèque/Collaboration/. Cliquez sur Choisir pour sélectionner un autre dossier. 6 Dans le champ « Taille maximum des pièces jointes », saisissez la taille maximum des pièces jointes pour les fichiers pouvant être joints aux services web. La taille de fichier par défaut est de 50 Mo. 7 Dans le menu local « Thème de wiki et de blog par défaut », choisissez un thème pour votre wiki. Les thèmes permettent de contrôler l’apparence des wikis et des blogs. Ils déterminent la couleur, la taille, l’emplacement et d’autres attributs des éléments de wiki ou de blog. Chaque thème est implémenté au moyen d’une feuille de style. Le thème par défaut est utilisé à la création d’un wiki ou d’un blog, mais les propriétaires du blog ou du wiki peuvent modifier ce thème. Pour en savoir plus, consultez la section « Personnalisation des présentations et des thèmes de wiki » à la page 76. 8 Cliquez sur Enregistrer. Démarrage du service web Le démarrage du service web s’effectue depuis Admin Serveur. Lorsque vous modifiez la configuration du service web et que vous enregistrez vos modifications, le serveur web redémarre afin que les modifications soient reconnues par le processus httpd. Pour démarrer un service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Démarrer Web (sous la liste Serveurs). Le service fonctionne jusqu’à ce que vous l’arrêtiez et il redémarre si votre serveur est redémarré. À partir de la ligne de commande Vous pouvez aussi démarrer un service web via la commande serveradmin dans Terminal. Pour plus d’informations,reportez-vous au chapitre consacré au service web dansle manuel intitulé Administration de ligne de commande.Chapitre 2 Utilisation du service web 31 Gestion du service web Cette section décrit les tâches quotidiennes classiques que vous pourrez être amené à effectuer après avoir configuré un service web sur votre serveur. Vous trouverez les informations relatives à la configuration initiale à la section « Configuration de service web » à la page 24. Pour plus d’informations sur la gestion d’un site web, reportez-vous à la section « Gestion de site web » à la page 53. Vérification de l’état d’un service web Utilisez Admin Serveur pour vérifier l’état d’un service web. Pour afficher l’état du service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Pour savoir, par exemple, si le service fonctionne, quand il a démarré, pour connaître la version du serveur Apache, le nombre de demandes par seconde et le débit du serveur, cliquez sur Vue d’ensemble. 5 Pour voir les historiques des accès et ceux des erreurs, cliquez sur Historiques. Pour choisir l’historique à afficher, sélectionnez-le dans la liste. L’historique correspondant apparaît en dessous. 6 Pour afficher les graphiques des utilisateurs connectés ou du débit, cliquez sur Graphiques. Utilisez les menus locaux pour choisir le graphique à afficher et l’intervalle de représentation graphique des données. 7 Pour afficher une liste de sites web, cliquez sur Sites. Cette liste inclut le nom de domaine, l’adresse et le port. Elle indique également si le site est activé. À partir de la ligne de commande Vous pouvez aussi afficher l’état du service web en utilisant la commande ps ou top dans Terminal, ou en consultant les fichiers d’historique dans le dossier /Bibliothèque/ Logs/wikid/ ou /var/log/apache2/ via la commande cat ou tail. Pour plus d’informations, consultez le chapitre concernant les services de fichiers dans le manuel intitulé Administration de ligne de commande.32 Chapitre 2Utilisation du service web Affichage des historiques de service web Utilisez Admin Serveur pour afficher les historiques d’erreurs et d’accès du service web, si vous les avez activés. Le service web de Mac OS X Server utilise le format d’historique Apache standard, afin que vous puissiez utiliser un outil d’analyse d’historique tiers pour interpréter les données de l’historique. Pour afficher les historiques, procédez de la manière suivante : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Historiques, puis choisissez un historique d’erreurs ou d’accès en le sélectionnant dans la liste. Pour rechercher des entrées spécifiques, utilisez le champ Filtre en bas à droite. À partir de la ligne de commande Vous pouvez aussi consulter les historiques de service web dans le dossier /Bibliothèque/ Logs/wikid/ ou /var/log/apache2/ en utilisant la commande cat ou tail dans Terminal. Pour plus d’informations, reportez-vous au chapitre concernant le service web dans le manuel intitulé Administration de ligne de commande. Affichage des graphiques web Utilisez Admin Serveur pour afficher les graphiques de service Web. Pour afficher des graphiques web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Pour afficher les graphiques des utilisateurs connectés ou du débit, cliquez sur Graphiques. Pour choisir quel graphique afficher et la durée correspondant au graphique des données, utilisez les menus locaux. 5 Pour mettre à jour les données du graphique, cliquez sur le bouton Actualiser (situé sous la liste Serveurs).Chapitre 2 Utilisation du service web 33 Arrêt du service web Utilisez Admin Serveur pour arrêter le service web. Cela déconnecte tous les utilisateurs ; les utilisateurs connectés risquent alors de perdre les modifications non enregistrées dans les fichiers ouverts. Pour arrêter le service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Arrêter Web (sous la liste Serveurs). À partir de la ligne de commande Vous pouvez aussi arrêter un service Web immédiatement via la commande serveradmin dans Terminal. Pour plus d’informations, reportez-vous au chapitre concernant les services web dans le manuel intitulé Administration de ligne de commande. Réglage des performances Vous pouvez limiter la durée de connexion des utilisateurs au serveur. Vous pouvez aussi indiquer le nombre de connexions simultanées aux sites web du serveur. Réglage du nombre de connexions simultanées pour le serveur web Vous pouvez spécifier le nombre de connexions simultanées à votre serveur web. Quand le nombre maximal de connexions est atteint, les nouvelles demandes reçoivent un message indiquant que le serveur est occupé. Les connexions simultanées sont des connexions clientes HTTP simultanées. Les navigateurs demandent souvent plusieurs parties d’une page web à la fois et chaque demande crée une connexion. Par conséquent, un nombre élevé de connexions simultanées peut être atteint si le site comprend des pages dotées de plusieurs éléments et si un grand nombre d’utilisateurs essaient d’accéder au serveur en même temps. Pour spécifier le nombre maximal de connexions à votre serveur web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Général. 5 Saisissez un nombre dans le champ « Maximum de connexions simultanées ».34 Chapitre 2Utilisation du service web La plage de valeurs admises pour le nombre maximal de connexions simultanées va de 1 à 1024. La valeur par défaut est 500, mais vous pouvez choisir un nombre plus élevé ou plus faible, selon le niveau de performances souhaité pour votre serveur. 6 Saisissez la durée en secondes du délai de déconnexion. La valeur par défaut est 300 secondes. Il s’agit du temps écoulé avant qu’une connexion à votre serveur web ne dépasse la durée d’inactivité autorisée. Cette inactivité se produit quand un utilisateur consulte des pages web mais n’interagit pas avec le site. 7 Saisissez le nombre minimal et maximal de serveurs de réserve. Les réglages de serveur de réserve régulent la création de processus de serveur de réserve inactifs. Pour le nombre maximal de serveurs de réserve, si le nombre de serveurs de réserve inactifs dépasse le nombre maximal spécifié, le serveur arrête d’ajouter des serveurs de réserve au-delà de la limite maximale. Pour le nombre minimal de serveurs de réserve, si le nombre de serveurs de réserve est inférieur au nombre minimal requis, le serveur en ajoute un par seconde. 8 Saisissez le nombre de serveurs à démarrer. Il s’agit du nombre de serveurs de réserve créés au démarrage. 9 Cliquez sur Enregistrer. Réglage du nombre de connexions persistantes pour le serveur web Vous pouvez configurer votre serveur web afin qu’il réponde à plusieurs demandes d’un ordinateur client sans fermer la connexion à chaque fois. L’ouverture et la fermeture répétées des connexions est inefficace et réduit les performances. La plupart des navigateurs demandent une connexion persistante au serveur et ce dernier laisse la connexion ouverte jusqu’à ce que le navigateur la ferme. Cela signifie que la connexion utilisée par le navigateur demeure ouverte même si aucune information n’est transférée. Dans la documentation Apache, les connexions persistantes sont appelées connexions « Keep-Alive ». Vous pouvez autoriser un plus grand nombre de connexions persistantes (et ainsi éviter de devoir envoyer aux autres utilisateurs un message signalant que le serveur est occupé), en augmentant le nombre de connexions persistantes autorisées. Important :les connexions persistantes ne sont pas compatibles avec le cache performances.Chapitre 2 Utilisation du service web 35 Pour définir le nombre de connexions persistantes : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Général. 5 Sélectionnez « Autoriser les connexions persistantes » si ce n’est pas déjà fait. 6 Saisissez un nombre dans le champ « Maximum de connexions persistantes ». La plage de valeurs admises pour le nombre maximal de connexions persistantes va de 1 à 2048. 7 Cliquez sur Enregistrer. Le service web redémarre quand vous enregistrez les modifications. Définition d’un délai de déconnexion Vous pouvez spécifier un délai au-delà duquel le serveur peut fermer une connexion inactive. Pour définir le délai de déconnexion : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Général. 5 Dans le champ « Délai d’attente de connexion persistante », saisissez un nombre indiquant la durée autorisée entre les demandes avant que la session soit déconnectée par le serveur web. La plage de valeurs du délai va de 0 à 9999 secondes. 6 Cliquez sur Enregistrer.3 37 3 Création et gestion de sites web Ce chapitre explique comment créer et gérer des sites web hébergés sur un serveur web. Une fois que le service web est configuré et que le serveur web est en service, vous pouvez créer des sites web. Pour créer et modifier des sites web sur le serveur, utilisez l’application Admin Serveur. La création d’un site web détermine la structure utilisée pour fournir du contenu web sous différents formats. Vue d’ensemble de la configuration d’un site web Voici une vue d’ensemble des étapes élémentaires permettant de configurer un site web. Étape 1 :Configuration du serveur web La configuration par défaut convient à la plupart des serveurs web hébergeant un seul site, mais vous pouvez configurer toutes les fonctions de base du service et des sites web à l’aide de l’application Admin Serveur. Pour en savoir plus, consultez le chapitre 2, « Utilisation du service web ». Pour des options de configuration plus avancées, consultez le chapitre 6, « Utilisation de WebObjects et d’applications open source ». Pour héberger des sites web d’utilisateurs, vous devez en configurer au moins un. Étape 2 :Configuration du dossier web Lors de l’installation du logiciel serveur, un dossier situé dans le répertoire /Bibliothèque/ WebServer/Documents/ est créé dans le système de fichiers. Placez dans ce dossier tous les éléments que vous souhaitez mettre à disposition via un site web. Vous pouvez organiser vos données en créant des sous-dossiers à l’intérieur du dossier web. Il est généralement recommandé de procéder de cette manière si vous créez d’autres hôtes virtuels. En outre, chaque utilisateur enregistré dispose d’un dossier Sites à l’intérieur de son dossier de départ. Les images et les pages HTML stockées dans le dossier Sites de l’utilisateur proviennent de l’adresse http://serveur.exemple.com/~nom_utilisateur/. Pour en savoir plus, consultez la section « Configuration du dossier web » à la page 40.38 Chapitre 3Création et gestion de sites web Étape 3 :Attribution d’autorisations pour un site web Les processus Apache qui fournissent des pages web doivent disposer d’un accès en lecture pour les fichiers et d’un accès en écriture/exécution pour les dossiers. (Dans le cas d’un dossier, les droits d’exécution impliquent la possibilité de lire les noms des fichiers et des dossiers contenus dans ce dossier.) Ces processus Apache s’exécutent en tant qu’utilisateur www, un utilisateur spécial créé pour Apache lors de l’installation de Mac OS X Server. L’utilisateur www est membre du groupe www, ce qui signifie que pour que les processus Apache puissent accéder au contenu du site web, les fichiers et dossiers doivent pouvoir être lus par l’utilisateur www. Vous devez au minimum attribuer au groupe www l’accès en lecture seule aux fichiers de votre site web, de façon à ce qu’il puisse transférer ces fichiers aux navigateurs lorsque des utilisateurs se connectent au site. Cela s’applique également à tous les dossiers parents. Autrement dit, le dossier dans lequel figure votre contenu web, le dossier parent contenant ce dossier, et ainsi de suite, doivent pouvoir être lus et consultés par l’utilisateur ou le groupe www. Pour ce faire, procédez de la manière suivante :  Attribuez des autorisations de lecture et de recherche sur ces fichiers et dossiers à tous les utilisateurs, quels qu’ils soient et quel que soit leur groupe.  Définissez le groupe www comme propriétaire des fichiers et des dossiers et assurezvous que ces derniers sont lisibles et interrogeables par le propriétaire.  Définissez le groupe www comme propriétaire des fichiers et des dossiers et assurezvous que ces derniers sont lisibles et interrogeables par le groupe.  Attribuez des autorisations de lecture et de recherche sur ces fichiers et dossiers à tous (monde), indépendamment des réglages de propriété et de groupe. Il s’agit de la situation par défaut. Pour en savoir plus sur l’attribution d’autorisations, consultez le guide intitulé Administration desservices de fichier. Étape 4 :Création du site web Servez-vous de l’application Admin Serveur pour créer un site web. Une fois le site créé, configurez les réglages de l’environnement réseau et déterminez la configuration web requise. Pour plus de détails, consultez la section « Création d’un site web » à la page 40. Étape 5 :Définition de la page par défaut Lorsqu’un utilisateur se connecte à votre site web, il voit la page par défaut. Quand vous installez le logiciel pour la première fois, le fichier index.html, qui se trouve dans le dossier Documents, constitue la page par défaut. Remplacez ce fichier par la première page de votre site web et nommez-le index.html.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 39 Pour attribuer un nom différent au fichier, ajoutez ce nom à la liste des fichiers d’index par défaut et placez-le en haut de la liste, dans la sous-fenêtre Général de la fenêtre des réglages d’Admin Serveur. Pour obtenir des instructions sur la définition de noms de fichiers d’index par défaut, consultez la section « Définition de la page web par défaut » à la page 41. Étape 6 :(Facultatif ) Configuration des options Apache du site web Utilisez la section Options de la sous-fenêtre Sites pour configurer les options web d’Apache. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration des options Apache du site web » à la page 42. Étape 7 :(Facultatif ) Création de royaumes pour contrôler l’accès à un site web Vous pouvez créer un royaume afin de contrôler l’accès aux emplacements ou aux dossiers d’un site web. Utilisez la section Royaumes de la sous-fenêtre Sites pour configurer les royaumes de votre site web. Pour plus de détails, consultez la section « Utilisation de royaumes pour le contrôle d’accès » à la page 43. Étape 8 :Activation de l’accès au site web et des historiques d’erreurs Utilisez la section Journalisation de la sous-fenêtre Sites pour activer les historiques d’accès et d’erreurs de votre site web. Pour plus de détails, consultez la section « Activation des historiques d’accès et d’erreurs pour un site web » à la page 45. Étape 9 :(Facultatif ) Activation du protocole SSL Utilisez la section Sécurité de la sous-fenêtre Sites, afin d’activer le protocole SSL pour votre site web. Pour plus de détails, consultez la section « Activation du protocole SSL » à la page 46. Étape 10 :(Facultatif ) Création d’alias de site web et de redirections Utilisez la section Alias de la sous-fenêtre Sites afin de configurer des alias et des redirections pour votre site web. Pour plus de détails, consultez la section « Gestion de l’accès aux sites à l’aide d’alias » à la page 48. Étape 11 :(Facultatif ) Configuration d’un proxy inversé Utilisez la section Proxy de la sous-fenêtre Sites afin de configurer un proxy inversé pour votre site web. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration d’un proxy inversé » à la page 50. Étape 12 :(Facultatif ) Activation de fonctions de site web facultatives Utilisez la section Services web de la sous-fenêtre Sites pour activer des services web facultatifs. Pour plus de détails, consultez la section « Activation de services web facultatifs » à la page 51. Étape 13 :Connexion au site web Pour vérifier si votre site web fonctionne correctement, ouvrez votre navigateur et essayez de vous connecter au site via Internet. Si le site ne fonctionne pas correctement, consultez le chapitre 8, « Résolution des problèmes de service web, » à la page 115.40 Chapitre 3Création et gestion de sites web Configuration d’un site web Les sections suivantes expliquent comment configurer un site web. Configuration du dossier web Pour rendre des fichiers disponibles via un site web, placez-les dans le dossier web du site en question. Vous pouvez créer des sous-dossiers à l’intérieur de ce dossier web afin de classer les informations. Le dossier se trouve dans le répertoire /Bibliothèque/ WebServer/Documents/. En outre, chaque utilisateur enregistré dispose d’un dossier Sites dans son dossier de départ. Les images et les pages HTML stockées dans ce dossier proviennent de l’adresse http://serveur.exemple.com/~nom_utilisateur/. Pour configurer le dossier web de votre site : 1 Ouvrez le dossier web sur le serveur web. Par défaut, le dossier Documents se trouve dans /Bibliothèque/WebServer/Documents/. 2 Remplacez le fichier index.html par la page principale de votre site web. Assurez-vous que le nom de votre page principale correspond au nom de document par défaut défini dans la section Général de la sous-fenêtre Sites. Pour plus de détails, consultez la section « Définition de la page web par défaut » à la page 41. 3 Dans le dossier web, copiez les fichiers que vous souhaitez rendre disponibles sur votre site web. Création d’un site web Servez-vous de l’application Admin Serveur pour créer une structure de site web. Le contenu du dossier web pourra ainsi être hébergé par votre serveur web. Pour pouvoir créer un site web, vous devez produire son contenu et configurer ses dossiers. Pour créer un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter un nouveau site. 5 Dans la section Général de la sous-fenêtre Sites, tapez le nom DNS complet du site web dans le champ Nom de domaine. Remarque :vous pouvez laisser le nom de domaine vide et utiliser l’adresse IP « Quelconque », cela n’affectera pas le fonctionnement du site.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 41 6 Saisissez l’adresse IP et le numéro de port du site. Le numéro de port par défaut est 80. Si vous utilisez le protocole SSL, le numéro de port est 443. Veillez à ne pas sélectionner un numéro de port utilisé par un autre service sur le serveur. Pour que votre site web puisse être activé sur le serveur, il doit posséder un nom, une adresse IP et un numéro de port constituant une combinaison unique. Pour en savoir plus, consultez la section « Hébergement de plusieurs sites » à la page 18. 7 Saisissez le chemin du dossier configuré pour ce site web. Vous pouvez également cliquer sur le bouton Choisir et sélectionner le dossier à utiliser. 8 Dans le champ Document d’erreurs, indiquez la page à afficher en cas d’erreur de page web. 9 (Facultatif) Dans le champ « Adresse de l’admin. », indiquez l’adresse électronique de l’administrateur. Le serveur envoie les messages relatifs aux erreurs de site web à cette adresse. 10 Cliquez sur Enregistrer. Définition de la page web par défaut La page par défaut est affichée lorsqu’un utilisateur se connecte à votre site web en spécifiant un nom d’hôte ou de dossier plutôt qu’un nom de fichier. Il est possible de définir plusieurs pages par défaut (appelées fichiers d’index par défaut dans Admin Serveur) pour un site web. Si plusieurs fichiers d’index sont répertoriés pour un même site, le serveur web utilise le premier figurant dans le dossier web du site. Pour définir la page web par défaut : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Général en dessous de la liste de sites web. 6 À droite de la liste « Fichiers d’index par défaut », cliquez sur le bouton Ajouter (+) et saisissez un nom (sans espace). Un fichier portant ce nom doit se trouver dans le dossier web. AVERTISSEMENT : n’essayez pas d’accéder au serveur via les ports directs. Optez plutôt pour un accès par proxy via Apache lors de la configuration. Admin Serveur, par exemple, ne fournit aucun moyen direct pour configurer des wikis et renvoie l’erreur xmlrpc. N’accédez pas au serveur de wikis sur les ports 8086 ou 8087.42 Chapitre 3Création et gestion de sites web 7 Pour définir le fichier comme page affichée par défaut par le serveur, faites-le glisser en haut de la liste. 8 Cliquez sur Enregistrer. Remarque :si vous prévoyez de n’utiliser qu’une seule page d’index par site, vous pouvez conserver le fichier index.html comme fichier d’index par défaut en modifiant simplement son contenu dans le répertoire /Bibliothèque/WebServer/Documents/. Configuration des options Apache du site web La page par défaut est affichée lorsqu’un utilisateur se connecte à votre site web en spécifiant un nom d’hôte ou de dossier plutôt qu’un nom de fichier. Pour configurer les options Apache du site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Options en dessous de la liste de sites web. 6 Parmi les options Apache suivantes, sélectionnez celles requises par le site web : Liste des dossiers : affiche la liste des dossiers lorsqu’un utilisateur spécifie l’adresse URL et qu’il n’existe aucune page web par défaut (index.html, par exemple). Au lieu d’afficher une page web par défaut, le serveur affiche la liste du contenu du dossier web. Les listes de dossiers n’apparaissent que si aucun document par défaut n’est détecté. WebDAV : active WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning), ce qui permet aux utilisateurs de modifier des sites web sans interrompre leur fonctionnement. Si vous activez WebDAV, vous devez également définir des autorisations d’accès pour les sites et les dossiers web. Exécution CGI : permet l’exécution des programmes et des scripts CGI (Common Gateway Interface) sur votre serveur web. Les programmes et scripts CGI définissent le mode d’interaction entre un serveur web et les programmes externes de génération de contenu. Pour en savoir plus, consultez la section « Activation d’un script CGI (Common Gateway Interface) » à la page 55. Server Side Includes (SSI) : permet d’évaluer sur le serveur les directives SSI placées dans les pages web pendant que le site web est actif. Vous pouvez ajouter du contenu généré de façon dynamique à vos pages web même si les fichiers sont en cours de consultation par des utilisateurs. Pour en savoir plus, consultez la section « Activation des SSI (Server Side Includes) » à la page 55. Autoriser toutes les dérogations : indique au service web de rechercher des fichiers de configuration supplémentaires dans le dossier web pour chaque requête.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 43 Recherche Spotlight : permet aux navigateurs web d’effectuer des recherches dans le contenu de votre site web. Pour obtenir des détails sur la configuration de l’indexation d’un site web, consultez la section « Création d’index permettant d’effectuer des recherches dans le contenu d’un site web » à la page 56. 7 Cliquez sur Enregistrer. Utilisation de royaumes pour le contrôle d’accès Vous pouvez utiliser des royaumes pour contrôler l’accès et garantir la sécurité des emplacements ou dossiers d’un site web. Il s’agit d’emplacements associés à l’adresse URL ou bien de fichiers figurant dans un dossier accessible par les utilisateurs. Si WebDAV est activé, les utilisateurs disposant d’autorisations de création peuvent également modifier le contenu du royaume. Vous devez configurer les royaumes et spécifier quels utilisateurs et groupes y ont accès. Lorsqu’un groupe ou un utilisateur assigné dispose d’un nombre moins important d’autorisations que le nombre attribué à l’utilisateur Tous, cet utilisateur ou ce groupe est supprimé lors d’une actualisation. En effet, les droits d’accès attribués à l’utilisateur Tous sont prioritaires par rapport à ceux qui sont attribués à des utilisateurs ou groupes spécifiques disposant d’autorisations inférieures. Les autorisations les plus importantes sont toujours prioritaires. Par conséquent, la liste des utilisateurs et groupes assignés dotés d’autorisations moins importantes n’est pas enregistrée dans la sous-fenêtre Royaumes lors de l’actualisation si leurs autorisations sont considérées comme inférieures à celles qui ont été attribuées à Tous. Après l’actualisation, les noms ne figurent plus dans la liste située sur la droite de la sous-fenêtre Royaumes. Par ailleurs, la mention « Aucun utilisateur » est affichée pendant un cours moment à la place de « Tous ». Pour utiliser un royaume afin de contrôler l’accès à un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Royaumes en dessous de la liste de sites web. 6 Cliquez sur le bouton Ajouter (+) pour créer un royaume. Le royaume constitue la partie du site à laquelle les utilisateurs peuvent accéder. 7 Dans le champ Nom de royaume, saisissez le nom du royaume. Il s’agit du nom que les utilisateurs voient lorsqu’ils se connectent au site web.44 Chapitre 3Création et gestion de sites web 8 Dans le menu local Authentification, sélectionnez une méthode d’authentification. L’authentification de base est activée par défaut. N’utilisez pas ce type d’authentification pour les données sensibles, car votre mot de passe est transmis en clair au serveur. L’authentification Digest est plus sécurisée que l’authentification de base, car elle utilise un hachage chiffré de votre mot de passe. L’authentification Kerberos est la méthode la plus sûre : elle implémente des certificats de serveur pour l’authentification. Si vous souhaitez appliquer l’authentification Kerberos à un royaume, vous devez relier le serveur à un domaine Kerberos. 9 Indiquez l’emplacement ou le dossier du royaume dont vous limitez l’accès : Sélectionnez Emplacement dans le menu local et saisissez l’adresse URL pointant vers l’emplacement du site web dont vous souhaitez restreindre l’accès. Sélectionnez Dossier dans le menu local et saisissez le chemin du dossier dont vous souhaitez restreindre l’accès. Vous pouvez également cliquer sur le bouton Explorer pour accéder au dossier à utiliser. 10 Cliquez sur OK. 11 Sélectionnez le nouveau royaume et cliquez sur Ajouter (+) pour ouvrir le panneau Utilisateurs et groupes. Pour passer de la liste Utilisateurs à la liste Groupes (et vice versa), cliquez sur Utilisateurs ou Groupes dans le panneau. 12 Pour ajouter des utilisateurs ou des groupes à un royaume, faites-les glisser dans la liste située sur la droite de la sous-fenêtre Royaumes. Lorsque les utilisateurs ou les membres d’un groupe que vous avez ajouté au royaume se connectent au site, ils doivent indiquer leur nom d’utilisateur et leur mot de passe. 13 Pour restreindre l’accès à un royaume à des utilisateurs et groupes spécifiques, définissez les autorisations ci-dessous à l’aide des flèches vers le haut et vers le bas dans la colonne Autorisations. Navigation uniquement : permet aux utilisateurs ou groupes de parcourir le site web. Navigation et lecture WebDAV : permet aux utilisateurs ou groupes de parcourir le site web et de lire les fichiers du site à l’aide du protocole WebDAV. Navigation et lecture/écriture WebDAV : permet aux utilisateurs ou groupes de parcourir le site web, mais également d’accéder en lecture et en écriture aux fichiers du site via le protocole WebDAV. Aucun : empêche les utilisateurs ou les groupes de bénéficier de la moindre autorisation. 14 Cliquez sur Enregistrer. Pour supprimer un utilisateur ou un groupe,sélectionnez son nom et cliquez sur le bouton Supprimer (–) dans la sous-fenêtre Royaumes.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 45 Activation des historiques d’accès et d’erreurs pour un site web Lorsque cette fonction est activée, le service web conserve les historiques d’accès et d’erreurs correspondant à votre site web. Vous pouvez configurer ces historiques pour chaque site web hébergé sur votre serveur. Cette activation risque toutefois de réduire les performances du serveur. L’historique des accès contient une entrée pour chaque accès au site web. Chaque entrée précise la page affichée et l’utilisateur concerné, indique si l’accès a abouti et fournit d’autres détails. L’historique des erreurs contient des informations relatives aux accès ayant échoué, ainsi que diverses informations susceptibles d’intéresser l’administrateur. Cet historique établit un ordre de priorité entre les messages à l’aide de niveaux de gravité allant de Déboguer à Critique. L’application Admin Serveur peut limiter les messages consignés en fonction de leur niveau de gravité. Par défaut, les messages sont consignés avec le seuil de niveau Avertissement. Outre les historiques propres à chaque site, il existe un historique d’accès et un historique d’erreurs pour le processus wikid, dans lesquels sont consignés les éléments relatifs aux wikis. Pour finir, si vous avez effectué une mise à niveau de Mac OS X Server 10.3 ou 10.4 vers Mac OS X Server 10.5 et remplacé le mode Apache 1 par Apache 2, un historique de migration du service web est créé, dans lequel figurent les détails des opérations effectuées par le script de conversion Apache 1.3 -> 2.2. Pour activer les historiques d’accès et d’erreurs pour un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Journalisation en dessous de la liste de sites web. 6 Sélectionnez « Activer l’historique des accès » pour activer l’historique correspondant. 7 Définissez la fréquence à laquelle vous souhaitez que l’historique des accès soit archivé en cochant la case « Archiver tous les __ jours » et en tapant le nombre de jours voulu. 8 Dans le champ Emplacement, indiquez le chemin du dossier dans lequel vous souhaitez stocker les historiques d’accès. Si vous utilisez plusieurs sites web, vous pouvez nommer des historiques distincts pour chacun d’eux. Afin de les reconnaître plus facilement, vous pouvez inclure le nom de domaine du site dans le nom de l’historique. Si vous n’avez que deux sites web, il est préférable d’utiliser un seul historique (en conservant le nom par défaut utilisé par le serveur).46 Chapitre 3Création et gestion de sites web Vous pouvez également cliquer sur le bouton Explorer pour accéder au dossier à utiliser. Si vous administrez un serveur distant, le service de fichiers doit être en cours d’exécution sur ce dernier pour que le bouton Explorer soit disponible. 9 Dans le menu local Format, sélectionnez un format d’historique. 10 Si nécessaire, modifiez la chaîne de format. Remarque :le bouton Aide situé en regard de la chaîne de format permet d’ouvrir la page web de documentation Apache (http://httpd.apache.org/docs/mod/mod_log_config.html), dans laquelle sont expliqués les paramètres des chaînes de format. 11 Définissez la fréquence à laquelle vous souhaitez que l’historique des erreurs soit archivé en cochant la case « Archiver tous les __ jours » et en tapant le nombre de jours voulu. 12 Dans le champ « Emplacement du fichier d’erreurs », indiquez le chemin du dossier dans lequel vous souhaitez stocker les historiques d’erreurs. Vous pouvez également cliquer sur le bouton Explorer pour accéder au dossier à utiliser. 13 Sélectionnez un niveau d’erreur dans le menu local Niveau, afin de déterminer le niveau de priorité entraînant une journalisation des messages d’erreur. 14 Cliquez sur Enregistrer. Activation du protocole SSL Le protocole SSL (Secure Sockets Layer) garantit la sécurité d’un site et de ses utilisateurs en authentifiant le serveur, en chiffrant les informations et en assurant l’intégrité des messages. Le protocole SSL est un réglage propre à chaque site qui vous permet d’envoyer des données authentifiées et chiffrées sur Internet. Vous pouvez, par exemple, utiliser ce protocole pour protéger les informations transitant sur votre site web si vous décidez d’autoriser les transactions par carte de crédit. La couche SSL se trouve en dessous des protocoles d’application (HTTP par exemple) et audessus du protocole TCP/IP. Cela signifie que lorsque le protocole SSL est actif sur le serveur et sur l’ordinateur client, toutes les informations sont chiffrées avant d’être envoyées. Le serveur web Apache de Mac OS X Server utilise une combinaison comprenant une clé publique et une clé privée pour protéger les informations. Les navigateurs chiffrent les informations à l’aide d’une clé publique fournie par le serveur. Seul ce serveur possède la clé privée capable de déchiffrer ces informations. Le serveur web prend en charge les protocoles SSLv2, SSLv3 et TLSv1. Pour en savoir plus sur ces versions de protocoles, consultez le site www.modssl.org. Lorsque le protocole SSL est implémenté sur un serveur, les navigateur s’y connectent en utilisant le préfixe https plutôt que http dans l’adresse URL. Le « s » indique que le serveur est sécurisé.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 47 Lorsqu’un navigateur tente d’établir une connexion avec un serveur protégé par SSL, il se connecte à un port spécifique (443) et envoie un message décrivant les codes de chiffrement qu’il reconnaît. Le serveur répond avec son code le plus fort et continue d’échanger des messages avec le navigateur jusqu’à ce qu’il identifie le code le plus fort que lui-même et le navigateur sont capables de reconnaître. Le serveur envoie alors son certificat (de type ISO X.509) au navigateur. Ce certificat identifie le serveur et s’en sert pour créer une clé de chiffrement utilisable par le navigateur. Une connexion sécurisée est alors établie et le navigateur et le serveur peuvent échanger des informations chiffrées. L’activation de la protection SSL sur un site web requiert l’obtention préalable des certificats appropriés. Pour obtenir des informations détaillées sur les certificats et leur gestion, consultez la section Administration du serveur. Pour configurer le protocole SSL sur un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Sécurité en dessous de la liste de sites web. 6 Dans la sous-fenêtre Sécurité, sélectionnez l’option Activer SSL (Secure Sockets Layer). Lorsque vous activez SSL, un message s’affiche pour signaler que le port 443 est désormais utilisé. 7 Dans le menu local Certificat, sélectionnez le certificat souhaité. S’il s’agit d’un certificat protégé par une phrase clé, son nom doit correspondre à celui de l’hôte virtuel. Si les noms ne sont pas identiques, le service web ne démarre pas. 8 Si vous sélectionnez l’option « Config. personnalisée » ou que vous souhaitez modifier un certificat, vous devrez probablement effectuer les opérations suivantes : a Cliquez sur le bouton Modifier (/) et saisissez les informations appropriées dans chaque champ du certificat. b Si l’autorité de certificat vous a envoyé un fichier ca.crt, cliquez sur le bouton Modifier (/) et collez le texte de ce fichier dans le champ « Fichier d’autorité de certificat ». Remarque :le fichier ca.crt peut être obligatoire, mais il ne vous est pas forcément envoyé directement. Il doit être disponible sur le site web de l’autorité de certificat. c Dans le champ « Phrase secrète de la clé privée »,saisissez une phrase clé et cliquez sur OK. 9 Cliquez sur Enregistrer.48 Chapitre 3Création et gestion de sites web 10 Confirmez que vous souhaitez redémarrer le service web. Admin Serveur vous permet d’activer le protocole SSL avec ou sans enregistrement de la phrase clé SSL. Si vous n’avez pas enregistré la phrase clé avec les données de certificat SSL, le serveur vous la demande à chaque redémarrage, mais il n’accepte toutefois pas les phrases tapées manuellement. Utilisez la sous-fenêtre Sécurité correspondant au site dans Admin Serveur pour enregistrer la phrase clé avec les données de certificat SSL. Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation d’une phrase clé avec des certificats SSL » à la page 57. Gestion de l’accès aux sites à l’aide d’alias Il est possible de gérer l’accès aux sites web au moyen d’alias et de commandes de redirection. Un alias est un nom de rechange attribué à un site web, qui permet notamment de simplifier le nom à taper pour se connecter au site. Un même site peut être associé à plusieurs alias. Ainsi, pour un hôte nommé exemple.com, vous pouvez fournir un alias de serveur appelé www.exemple.com. La section Alias de la sous-fenêtre Sites de l’application Admin Serveur combine deux types d’alias.  Dans la partie supérieure sont regroupés les alias de serveur web qui constituent un nom de rechange pour le site web ou l’hôte virtuel.  La partie inférieure du panneau est réservée aux commandes de redirection et aux alias d’URL, qui sont beaucoup plus spécifiques. Par défaut, le panneau Alias de sites contient une directive de type Alias de serveur web * (caractère générique). Pour effectuer un hébergement virtuel basé sur les noms,supprimez le caractère générique. Si vous ne le faites pas, les navigateurs qui tentent d’accéder à vos hôtes virtuels accéderont à chaque fois à l’hôte par défaut. Remarque :les alias de site web et les hôtes virtuels doivent correspondre à des noms DNS et être convertis en adresse IP du site web. Une commande de redirection spécifie que, lorsqu’un utilisateur demande un fichier ou un dossier spécifique sur un site, son navigateur est renvoyé vers un autre emplacement défini par vous-même. Vous pouvez par exemple configurer une redirection fonctionnant de telle sorte que si l’utilisateur tape une URL du type www.exemple.com/images/bateaux.jpg et que le site possède un dossier d’images contenant le fichier bateaux.jpg, le navigateur est renvoyé vers la page www.apple.com.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 49 Par défaut, le panneau Alias de sites répertorie les redirections suivantes :  /collaboration : permet de fournir les codes CSS requis par les pages de blog et de wiki Apple, ainsi que le fichier index.html par défaut et les affichages Spotlight.  /icons/ : permet de renvoyer les navigateurs vers la collection standard d’icônes fournies avec Apache.  /error/ :permet de renvoyer les navigateurs vers la collection standard de pages d’erreurs fournies avec Apache. Les exemples ci-dessous présentent les alias et les redirections. Des informations complémentaires et d’autres exemples d’alias et de redirections sont disponibles sur le site http://httpd.apache.org/docs/mod/mod_alias.html. Pour créer ou modifier les alias auxquels le site répond : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Alias en dessous de la liste de sites web. Type Motif Chemin Description Alias /images /Volumes/Data/imgs Si vous effectuez une modification au niveau du système de fichiers, mais que vous ne souhaitez pas mettre à jour toutes les URL d’image dans vos fichiers HTML, cet alias indique à l’adresse www.exemple.com/images/bateau.jpg de récupérer le fichier dans le dossier /Volumes/Data/imgs/bateau.jpg. Correspondance d’alias ^/(.*)\.gif /Bibliothèque/WebServer/Documents/ gifs$1.jpg Si vous stockez tous les fichiers gif dans un dossier spécifique, mais que ceux-ci doivent être référencés depuis la racine du serveur web, cet élément indique à l’alias www.exemple.com/logo.gif d’utiliser le fichier /Bibliothèque/WebServer/ Documents/gifs/logo.gif. Redirection /webstore https://secure.exemple.com/webstore Cet élément redirige toutes les requêtes relatives au magasin web vers le serveur sécurisé. Correspondance de redirection (.*)\.jpg http://imageserver.exemple.com$1.jpg Si vous hébergez du contenu statique (tel que des images) sur un nouveau serveur, cet élément redirige toutes les requêtes relatives aux fichiers se terminant par .jpg vers cet autre serveur.50 Chapitre 3Création et gestion de sites web 6 Pour créer des alias, cliquez sur le bouton Ajouter (+) sous la liste « Alias de serveur web » ou bien sélectionnez un alias et cliquez sur le bouton Modifier. 7 Dans le champ Alias du serveur, saisissez un alias, puis cliquez sur OK. 8 Pour créer une redirection, cliquez sur le bouton Ajouter (+) sous la liste « Alias et redirections d’URL » ou bien sélectionnez une redirection et cliquez sur le bouton Modifier (/). 9 Choisissez l’une des options ci-dessous dans le menu local Type. Alias : associe le terme de l’URL à un emplacement du système de fichiers. Correspondance d’alias : associe un motif d’expression rationnelle de chemin à un emplacement du système de fichiers. Redirection : associe un terme de l’URL à rediriger à un autre serveur. Correspondance de redirection : associe un motif d’expression rationnelle de chemin à rediriger à un autre serveur. 10 Dans le champ Motif, saisissez le motif de l’alias ou de la redirection. Il s’agit de l’entrée de motif provenant de l’URL entrante. 11 Dans le champ Chemin,saisissez le chemin de l’alias ou de la redirection, puis cliquez sur OK. Il s’agit de la redirection ou du chemin d’accès qui est renvoyé au demandeur. 12 Cliquez sur Enregistrer. Configuration d’un proxy inversé Pour configurer un proxy inversé, utilisez la section Proxy de la sous-fenêtre Sites d’Admin Serveur. Un proxy inversé est différent d’un proxy direct, car il apparaît comme un serveur web normal pour les ordinateurs clients. Ces derniers envoient leurs requê- tes au serveur web. Le proxy inversé détermine alors l’emplacement vers lequel il doit envoyer les requêtes et renvoie le contenu web comme s’il était le serveur web. Il n’est pas nécessaire de modifier la configuration des ordinateurs clients pour qu’ils utilisent un proxy inversé. Vous pouvez utiliser un proxy inversé pour permettre aux internautes d’accéder à un serveur situé derrière un coupe-feu. Un proxy inversé permet également d’équilibrer le trafic réseau entre plusieurs serveurs back-end ou de fournir une mise en cache pour un serveur back-end plus lent. Les administrateurs peuvent également utiliser un proxy inversé pour regrouper plusieurs serveurs au sein du même espace URL. Mac OS X Server 10.5 fournit à la fois un proxy direct et un proxy inversé. Le proxy direct est configuré dans la sous-fenêtre Réglages du service web. Pour en savoir plus sur la configuration d’un proxy direct, consultez la section « Configuration des réglages Proxy » à la page 27. Pour activer un proxy inversé : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 51 La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Proxy en dessous de la liste de sites web. 6 Cochez la case « Activer le proxy inversé ». 7 Dans le champ « Chemin d’accès au proxy », saisissez le chemin du proxy. 8 Dans le champ « Identifiant de session permanent », saisissez un identifiant de session permanent ou sélectionnez-en un dans le menu local. Un identifiant de session permanent permet de lier un utilisateur visitant votre site au serveur sur lequel la session a été ouverte. Ainsi, les utilisateurs qui consultent un site web pris en charge par plusieurs serveurs web restent connectés au serveur sur lequel ils ont débuté leur session. 9 Pour ajouter des membres compensateurs, cliquez sur le bouton Ajouter (+) sous la liste Membres compensateurs, tapez une URL de serveur (URL travailleur), définissez sa route et son facteur de charge, puis cliquez sur OK. Un membre compensateur est un serveur (désigné par son URL travailleur) qui partage le trafic réseau généré par les sessions de site web. Plusieurs compensateurs partagent le trafic des sites web en liant et en acheminant une charge prédéterminée vers chaque serveur. Cela permet, d’une part, d’éviter que le trafic web ne submerge un seul serveur et, d’autre part, d’améliorer les performances. La route de l’URL travailleur correspond à une valeur ajoutée à l’identifiant de session permanent. Le facteur de charge correspond à un nombre compris entre 1 et 100 définissant la charge que le travailleur est capable de traiter. 10 Ajoutez autant de membres compensateurs que nécessaire, en fonction des exigences de votre réseau. 11 Cliquez sur Enregistrer. Activation de services web facultatifs Vous pouvez activer des services web supplémentaires tels que des wikis, des blogs ou un service webmail. Pour activer des services web facultatifs : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste.52 Chapitre 3Création et gestion de sites web 5 Cliquez sur Services web en dessous de la liste de sites web. 6 Cochez la case WebMail pour activer le service WebMail sur votre site web. Ce service fournit à chaque utilisateur du site web des fonctions de messagerie électronique. Pour en savoir plus sur la configuration de WebMail, consultez la section « Configuration de WebMail » à la page 85. 7 Cochez la case Blog pour activer les blogs sur votre site web. Un blog est un journal chronologique publié sur le site web et mis à jour à l’aide du contenu ajouté par les utilisateurs. Pour en savoir plus, consultez la section « Configuration de blogs d’utilisateurs et de groupes » à la page 81. 8 Cochez la case Wiki pour activer les fonctionnalités de site web de groupe. Ces fonctionnalités permettent aux groupes de créer et de diffuser des informations sur leurs propres sites web partagés. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration d’un wiki » à la page 68. 9 Cochez la case Calendrier web pour ajouter une fonctionnalité de calendrier à votre site web. Les utilisateurs peuvent accéder au calendrier d’un groupe pour se tenir informés des réunions prévues et des échéances à respecter. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration d’un calendrier web » à la page 77. 10 Cochez la case « Archive web de la liste d’envoi » pour ajouter la fonctionnalité de liste d’envoi à votre site web. Une liste d’envoi est un groupe de discussion qui utilise la messagerie de masse pour faciliter les communications. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration d’archives web de liste d’envoi » à la page 87. 11 Cliquez sur le bouton Ajouter (+) sous la liste Utilisateurs/Groupe pour ajouter des utilisateurs et des groupes, qui créeront ensuite des wikis sur votre site. Cochez la case Modérateur pour chaque utilisateur ou groupe que vous souhaitez nommer comme modérateur. Si la liste est vide, tous les utilisateurs peuvent créer des wikis. 12 Cliquez sur Enregistrer. Connexion au site web Une fois votre site web configuré, ouvrez-le dans un navigateur web pour vérifier sque tout s’affiche correctement. Pour vous connecter à votre site web : 1 Ouvrez un navigateur web et saisissez l’adresse web de votre serveur. Vous pouvez utiliser l’adresse IP ou le nom DNS du serveur. Si le protocole SSL est activé, tapez « https » au lieu de « http » dans l’URL.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 53 2 Si vous n’utilisez pas le port par défaut, indiquez le numéro de port approprié. 3 Si vous avez restreint l’accès à des utilisateurs spécifiques, saisissez un nom d’utilisateur et un mot de passe valides. 4 Vérifiez que la page d’index par défaut du site web s’affiche. Gestion de site web Cette rubrique décrit les tâches courantes à effectuer une fois le site web créé sur le serveur. Vous trouverez les informations relatives à la configuration initiale du site web à la section « Configuration d’un site web » à la page 40. Affichage des réglages du site web Vous pouvez utiliser la sous-fenêtre Sites de l’application Admin Serveur pour consulter la liste de vos sites web. La sous-fenêtre Sites répertorie les informations de configuration de chaque site, notamment :  l’état du site (activé ou non),  le nom DNS et l’adresse IP du site,  le port utilisé par le site. Pour afficher les réglages d’un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. Vous pouvez consulter ou modifier les réglages d’un site en le sélectionnant dans la liste de la sous-fenêtre Sites et en cliquant sur un réglage. AVERTISSEMENT : n’essayez pas d’accéder au serveur via les ports directs. Optez plutôt pour un accès par proxy via Apache lors de la configuration. Admin Serveur, par exemple, ne fournit aucun moyen direct pour configurer des wikis et renvoie l’erreur xmlrpc. N’accédez pas au serveur de wikis sur les ports 8086 ou 8087.54 Chapitre 3Création et gestion de sites web Modification du dossier web d’un site Le dossier web est utilisé comme racine du site (il est appelé DocumentRoot dans Apache). Autrement dit, le dossier par défaut constitue le niveau le plus élevé de la structure du système de fichiers d’un site. Pour modifier le dossier web d’un site hébergé sur votre serveur : 1 Connectez-vous au serveur à administrer. Vous devez avoir accès au système de fichiers du serveur. 2 Faites glisser le contenu de l’ancien dossier web dans le nouveau. 3 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 4 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 5 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 6 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 7 Dans la sous-fenêtre Général du site web,saisissez le chemin du dossier web dans le champ Dossier web ou bien cliquez sur le bouton Explorer pour accéder à l’emplacement du nouveau dossier. 8 Cliquez sur Enregistrer. Modification du port d’accès d’un site web Par défaut, le serveur utilise le port 80 pour les connexions aux sites web de votre serveur. Il est parfois nécessaire de changer le port utilisé par un site web particulier (par exemple, si vous souhaitez configurer un serveur de diffusion en continu sur le port 80). Veillez à ce que le numéro que vous sélectionnez n’entre pas en conflit avec les ports utilisés sur le serveur (pour FTP, le service de fichiers Apple, SMTP, etc.). Si vous changez le numéro de port d’un site web, vous devez modifier toutes les adresses URL qui pointent sur le serveur web de façon à inclure le numéro de port choisi. Remarque :si vous activez SSL sur un site, celui-ci adopte automatiquement le port 443. Si vous désactivez SSL, le port 80 est utilisé, quels que soient les ports précédemment utilisés. Un message s’affiche à l’écran pour vous avertir de ce changement de port lorsque vous désactivez SSL. Pour définir le port d’un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 55 5 Dans la sous-fenêtre Général, tapez le numéro de port dans le champ Port. 6 Cliquez sur Enregistrer. Activation d’un script CGI (Common Gateway Interface) Les scripts (ou programmes CGI) transfèrent des informations entre votre site web et diverses applications fournissant des services sur le site. Si un script CGI est réservé à un site spécifique, installez l’interface CGI dans le dossier Documents associé au site. Le nom CGI doit porter l’extension .cgi. Si un script CGI est destiné à tous les sites du serveur, installez-le dans le dossier /Bibliothè- que/WebServer/CGI-Executable.Dans ce cas, les clients doivent ajouter /cgi-bin/ à l’adresse URL du site (par exemple, http://www.exemple.com/cgi-bin/test.cgi). Assurez-vous que les autorisations de fichier du script CGI permettent l’exécution de ce dernier par l’utilisateur www. Comme le script n’appartient généralement pas à l’utilisateur www, l’utilisateur Tous doit pouvoir l’exécuter. Pour activer une interface CGI sur un site : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Dans la sous-fenêtre Options, sélectionnez Exécution CGI. 6 Cliquez sur Enregistrer. Remarque :la désactivation des CGI d’un site ne désactive pas les CGI figurant dans le dossier CGI-Executables. Activation des SSI (Server Side Includes) L’activation des SSI (Server Side Includes) permet à plusieurs pages web de votre site de partager un bloc de code HTML ou d’autres informations. Les SSI peuvent également fonctionner comme des CGI et exécuter des commandes ou des scripts sur le serveur. Pour activer les SSI dans Admin Serveur : 1 Dans Admin Serveur, cliquez sur Web dans la liste correspondant au serveur souhaité. 2 Cliquez sur Sites dans la barre de boutons. AVERTISSEMENT : n’essayez pas d’accéder au serveur via les ports directs. Optez plutôt pour un accès par proxy via Apache lors de la configuration. Admin Serveur, par exemple, ne fournit aucun moyen direct pour configurer des wikis et renvoie l’erreur xmlrpc. N’accédez pas au serveur de wikis sur les ports 8086 ou 8087.56 Chapitre 3Création et gestion de sites web 3 Dans la sous-fenêtre Sites, sélectionnez le site dans la liste. 4 Dans la sous-fenêtre Options, sélectionnez « Server Side Includes (SSI) ». 5 Cliquez sur Enregistrer. Création d’index permettant d’effectuer des recherches dans le contenu d’un site web Utilisez la section Options de la sous-fenêtre Sites d’Admin Serveur pour activer la recherche Spotlight sur votre site web. Le module Apache mod_spotlight_apple Apache est ainsi activé, ce qui permet aux navigateurs d’effectuer leurs recherches en consultant un index du contenu de votre site. Le mécanisme d’indexation de Spotlight est désactivé par défaut sous Mac OS X Server 10.5. La fonction de recherche Spotlight demeure disponible, mais vous devez activer l’indexation pour que le service web bénéficie des fonctionnalités de recherche basées sur Spotlight. Pour créer un index pour votre site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Dans la sous-fenêtre Options, cochez la case Recherche Spotlight. Le module mod_spotlight est alors activé et les processus Spotlight créent un index pour le dossier DocumentRoot du site web. Quelques minutes après avoir activé pour la première fois l’indexation, l’index est disponible et la recherche possible. 6 Cliquez sur Enregistrer. 7 Copiez le fichier template.spotlight du répertoire /Bibliothèque/WebServer/Document dans le dossier DocumentRoot de chaque hôte virtuel sur lequel vous souhaitez activer la recherche Spotlight. Vous pouvez personnaliser le titre, le nombre maximal de résultats affichés, ainsi que d’autres aspects de la présentation en modifiant un exemplaire de ce fichier. 8 Indiquez à vos clients qu’ils doivent ajouter la mention « .spotlight » à l’URL des sites web. Exemple d’URL : httpd://vhost1.exemple.com/.spotlight. Une page de recherche simple est alors proposée ; elle permet d’effectuer des recherches dans le contenu du dossier DocumentRoot du site web. Les résultats sont triés par ordre de pertinence (même si aucun pourcentage n’est indiqué).Chapitre 3 Création et gestion de sites web 57 Contrôle de l’activité d’un site web Les historiques du site web permettent de contrôler son activité et les événements du serveur. Les historiques peuvent être configurés pour enregistrer les événements sous forme de messages correspondant à une activité de site web particulière. Ils permettent d’assurer le suivi des utilisateurs ayant accédé à un site et des erreurs survenues sur le site. Ces informations sont particulièrement utiles pour résoudre des problèmes ou détecter des activités nuisibles. Pour en savoir plus sur la configuration des historiques, consultez la section « Activation des historiques d’accès et d’erreurs pour un site web » à la page 45. Pour afficher les historiques d’un site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Historiques, puis sélectionnez l’historique de votre site web dans la liste. Les messages d’historique enregistrés s’affichent sous la liste des historiques. Passez d’un historique à un autre en sélectionnant l’élément souhaité dans la liste. 5 Pour faire une recherche dans un historique,saisissez un terme à rechercher dans le champ Filtre situé dans l’angle inférieur droit,sous l’historique. Utilisation d’une phrase clé avec des certificats SSL Si vous gérez des certificats SSL à l’aide d’Admin Serveur et que vous les associez à une phrase clé, Admin Serveur s’assure que la phrase clé est stockée dans le trousseau du système. Lorsqu’un site web est configuré pour utiliser un certificat et que le serveur web est en service, l’utilitaire getsslpassphrase(8) extrait la phrase clé du trousseau et la transmet au serveur web, à condition que le nom du certificat corresponde à celui de l’hôte virtuel. (Si vous ne souhaitez pas faire appel à ce mécanisme, configurez le serveur web Apache pour qu’il vous demande la phrase clé à chaque démarrage. Servez-vous de l’outil de ligne de commande serveradmin pour définir cette option.) Pour configurer Apache de façon à ce qu’il demande une phrase clé au démarrage : 1 Ouvrez Terminal et saisissez la commande suivante : $ sudo serveradmin settings web:IfModule:_array_id:mod_ssl.c:SSL PassPhraseDialog=builtin 2 Démarrez Apache à l’aide de la commande suivante : $ sudo serveradmin start web 3 À l’invite, saisissez la phrase clé du certificat.58 Chapitre 3Création et gestion de sites web Utilisation de WebDAV pour gérer le contenu d’un site web Le protocole WebDAV vous permet, à vous comme à vos utilisateurs, d’apporter des modifications aux sites web alors que ceux-ci sont en cours d’exécution. Ainsi, les utilisateurs ou groupes peuvent gérer de façon collaborative les fichiers et les dossiers d’un site. Pour en savoir plus sur le fonctionnement de WebDAV, consultez la section « À propos du protocole WebDAV » à la page 19. Utilisez le protocole WebDAV en suivant les indications des sections ci-dessous :  « Activation de WebDAV sur des sites web » à la page 58.  « Utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers » à la page 59.  « Configuration des autorisations relatives aux fichiers et aux dossiers de contenu web » à la page 60. Activation de WebDAV sur des sites web Si vous activez WebDAV, vous devez également définir des autorisations d’accès pour les sites et les dossiers web. Pour activer WebDAV sur un site : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Options en dessous de la liste de sites web. 6 Cochez la case WebDAV. Cette option active le protocole WebDAV et permet donc aux utilisateurs de modifier des sites web alors que ceux-ci sont en cours d’exécution. Si vous activez WebDAV, vous devez également définir des autorisations d’accès pour les sites et les dossiers web. Remarque :si vous avez désactivé le module WebDAV dans la sous-fenêtre Modules d’Admin Serveur, vous devez le réactiver pour qu’il prenne effet sur un site, même si l’option WebDAV est sélectionnée dans la sous-fenêtre Options correspondant au site. Pour en savoir plus sur l’activation des modules, consultez la section « Vue d’ensemble des modules web Apache » à la page 107. 7 Cliquez sur Enregistrer. Une fois le module WebDAV activé, vous pouvez utiliser des royaumes pour contrôler l’accès au site web. Pour en savoir plus sur la configuration de royaumes, consultez la section « Utilisation de royaumes pour le contrôle d’accès » à la page 43.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 59 Utilisation de WebDAV pour le partage de fichiers Le protocole WebDAV permet aux utilisateurs autorisés de se connecter à un site web pour y partager des fichiers. La procédure ci-dessous fournit un bref exemple de configuration et de partage de fichiers à l’aide de WebDAV.  Utilisez Admin Serveur pour activer WebDAV sur le site. Consultez la section « Activation de WebDAV sur des sites web » à la page 58.  Configurez des royaumes dans Admin Serveur, afin de contrôler l’accès au site. Consultez la section « Utilisation de royaumes pour le contrôle d’accès » à la page 43. Vous pouvez, par exemple, créer un dossier destiné aux documents partagés dans le dossier du site web, puis attribuer à des utilisateurs spécifiques des droits de navigation et de lecture/écriture sur ce dossier.  Indiquez aux utilisateurs autorisés comment se connecter au site à partir du client WebDAV intégré à Mac OS X (ou Mac OS X Server). Les utilisateurs peuvent se connecter au site web au moyen d’une application compatible WebDAV, telle que le Finder de Mac OS X, Adobe GoLive, Adobe Dreamweaver ou Microsoft Internet Explorer. Les navigateurs ne sont généralement pas compatibles avec WebDAV. En revanche, un navigateur peut accéder à un site compatible WebDAV et y effectuer des opérations de lecture (dans la limite des autorisations de royaume configurées sur le serveur web), car WebDAV est une extension du protocole HTTP. Les opérations d’écriture ne peuvent pas être effectuées à l’aide d’un navigateur web. Elles requièrent un client WebDAV, tel que Goliath, ou bien le client intégré au système de fichiers Mac OS X et généralement utilisé via le Finder. Pour en savoir plus sur Goliath, consultez le site www.webdav.org/goliath. Pour utiliser le Finder afin de se connecter à un site web utilisant WebDAV : 1 Ouvrez le Finder. 2 Cliquez sur Aller > Se connecter au serveur. 3 Dans le champ Adresse du serveur, saisissez l’URL HTTP. L’adresse URL permettant de se connecter est http://:/ . 4 Cliquez sur Se connecter. Remarque :pour vous connecter à partir d’une autre plateforme, reportez-vous à la documentation propre à la plateforme concernée pour connaître le client WebDAV approprié. Les plateformes Microsoft utilisent un dispositif d’authentification pouvant compliquer, voire rendre impossible, le montage de volumes WebDAV à partir de Mac OS X.60 Chapitre 3Création et gestion de sites web Configuration des autorisations relatives aux fichiers et aux dossiers de contenu web Vous pouvez utiliser des autorisations d’accès aux fichiers et aux dossiers pour contrôler l’accès WebDAV au contenu du site web situé par défaut dans le répertoire /Bibliothèque/ WebServer/Documents/. Mac OS X Server impose les contraintes suivantes sur les fichiers et les dossiers de contenu web :  Pour des raisons de sécurité, les fichiers et dossiers de contenu web ne doivent pas être accessibles en écriture par l’utilisateur Tous.  Ils appartiennent par défaut à l’utilisateur Root et au groupe Admin, ce qui les rend modifiables par un administrateur, mais non par l’utilisateur ou le groupe www.  Pour utiliser WebDAV, les fichiers de contenu web doivent être accessibles en lecture et en écriture par l’utilisateur ou le groupe www et les dossiers doivent être accessibles en lecture, écriture et exécution par ce même utilisateur ou groupe.  Si vous devez modifier des fichiers ou des dossiers de contenu web alors que vous êtes connecté en tant qu’administrateur, ils doivent être modifiables par l’administrateur. Pour utiliser le protocole WebDAV, vous devez l’activer dans Admin Serveur. Une fois activé, Admin Serveur affecte le dossier WebDAV au groupe www. Si vous utilisez WebDAV et que vous souhaitez modifier des fichiers ou des dossiers de contenu web en étant connecté en tant qu’administrateur, vous devez régler les autorisations associées à ces fichiers ou dossiers sur admin, apporter les modifications souhaitées, puis rétablir les autorisations en choisissant www. Pour ajouter des sites à votre serveur web tout en utilisant WebDAV : 1 Modifiez les autorisations de groupe du dossier contenant les sites web en les réglant sur admin. L’emplacement par défaut du dossier est /Bibliothèque/Webserver/Documents/. 2 Ajoutez le nouveau dossier de site. 3 Modifiez les autorisations de groupe du dossier contenant vos sites web en les réglant à nouveau sur www. Gestion de plusieurs sites sur un seul serveur Il est possible de créer plusieurs sites sur un même serveur web, soit à la même adresse IP (ils sont alors également appelés hôtes virtuels), soit à des adresses IP secondaires distinctes (on parle alors de multi-adressage).Chapitre 3 Création et gestion de sites web 61 L’appellation « hôtes virtuels » fait référence à plusieurs sites hébergés sur un même serveur. Ces sites peuvent reposer sur un nom (de type www.exemple.com) ou bien utiliser des adresses IP (telles que 10.201.42.73). Dans les deux cas, vous pouvez utiliser Admin Serveur pour gérer ces sites web. Si vous configurez plusieurs sites sur votre serveur à l’aide de la sous-fenêtre Sites d’Admin Serveur, chacun de ces sites est considéré comme un hôte virtuel. Pour en savoir plus sur la configuration d’un site, consultez la section « Création d’un site web » à la page 40. Un site de type multi-adressage possède plusieurs connexions à Internet. Le multi-adressage est généralement adopté pour améliorer la fiabilité et augmenter les performances. Ces connexions multiples peuvent transiter par le même fournisseur d’accès à Internet ou par différents fournisseurs et impliquer une ou plusieurs adresses IP. Utilisation d’alias pour qu’un site réponde à plusieurs noms Si vous souhaitez qu’un site web réponde à plusieurs noms, choisissez-en un comme nom principal et ajoutez les autres comme alias. Pour configurer un site web de cette façon, utilisez le nom principal comme nom du site dans Admin Serveur ; pour cela, sélectionnez le site et tapez le nom principal dans la sous-fenêtre Général correspondante, puis ajoutez les autres noms dans la sous-fenê- tre Alias. Pour connaître la procédure, consultez la section « Gestion de l’accès aux sites à l’aide d’alias » à la page 48. Par exemple, si vous voulez que votre site web réponde aux noms exemple.com, www.exemple.com et widget.exemple.com, vous pouvez le configurer de la façon suivante (les noms et adresses IP utilisés ne sont que des exemples) : Nom principal : www.exemple.com (saisi dans la sous-fenêtre Général du site) Noms secondaires : exemple.com et widget.exemple.com (saisis dans la liste Alias de serveur web du site) Assurez-vous que le serveur DNS relie votre adresse de serveur web aux trois noms de domaine. Sites web et interfaces réseau multiples Par défaut, le serveur web est configuré avec un seul site web ou hôte virtuel générique. Ce type de site est utile pour les raisons suivantes :  Il répond sur toutes les interfaces réseau et toutes les adresses IP figurantsur ces interfaces.  Il répond au nom DNS associé à l’une de ces adresses. D’autres sites web peuvent être ajoutés à partir de la sous-fenêtre Sites d’Admin Serveur. Dans ce cas, l’administrateur peut associer une adresse IP spécifique ou une adresse générique à chacun de ces sites.62 Chapitre 3Création et gestion de sites web Si le serveur web est doté de plusieurs interfaces et de plusieurs adresses, configurer Apache pour qu’il les utilise équivaut à configurer des sites web pour qu’ils utilisent les adresses souhaitées. Le scénario le plus simple consiste à laisser le site web générique répondre à toutes les adresses, ce qui est le cas par défaut. Contenu d’utilisateur sur les sites web Le client Mac OS X dispose d’une fonctionnalité de partage web qui permet à un utilisateur de placer du contenu dans le dossier Sites de son dossier de départ et de le rendre disponible sur le web. Mac OS X Server bénéficie également d’une capacité de service web beaucoup plus étendue, qui peut inclure une forme de partage web personnel, mais les divergences entre le client Mac OS X et Mac OS X Server sont très importantes. Configuration du service web Sous Mac OS X Server, le service web ignore par défaut les fichiers se trouvant dans le répertoire /etc/httpd/users/ et les listes de dossiers ne sont pas activées pour les utilisateurs. Toutes les listes de dossiers du service web utilisent la directive FancyIndexing d’Apache, qui facilite leur lecture. Dans Admin Serveur, la section Options de la sous-fenêtre Sites dispose d’une case Liste des dossiers pour chacun des sites référencés. Ce réglage active les listes de dossiers d’un hôte virtuel spécifique en ajoutant un indicateur « +Indexes » à la directive Options d’Apache correspondant à l’hôte virtuel en question. Si les listes de dossiers ne sont pas explicitement activées pour chaque site (hôte virtuel), les index de fichiers ne sont pas affichés. Les réglages propres à chaque site ne s’appliquent pas en dehors du site concerné ; ils ne s’appliquent donc pas aux répertoires de départ. Si vous souhaitez que les utilisateurs bénéficient d’une capacité d’indexation de dossiers dans leur répertoire de départ, vous devez ajouter les directives appropriées aux fichiers de configuration d’Apache. Pour un utilisateur spécifique, ajoutez les directives suivantes au bloc du fichier httpd.conf : Options Indexes MultiViews AllowOverride None Order allow,deny Allow from all Contenu par défaut Le contenu par défaut du dossier Sites de l’utilisateur est un fichier index.html, accompagné de quelques images. Ce fichier comprend un texte décrivant la fonctionnalité Partage web personnel du client Mac OS X. L’utilisateur doit remplacer le fichier index.html par un fichier adapté au contenu de son dossier Sites.Chapitre 3 Création et gestion de sites web 63 Accès au contenu web Une fois le dossier de départ créé, le contenu du dossier Sites figurant dans le dossier de départ de l’utilisateur est visible dès que le service web est en cours d’exécution. Ainsi, si votre serveur s’intitule « exemple.com » et que le nom abrégé de l’utilisateur est « utilref », le contenu du dossier Sites est disponible à l’adresse http://exemple.com/~utilref. Si l’utilisateur est associé à plusieurs noms abrégés, l’un d’eux peut également être ajouté après le tilde (~) pour accéder au même contenu. Si l’utilisateur place un fichier de contenu nommé foo.html dans son dossier Sites, ce fichier doit être disponible à l’adresse http://exemple.com/~utilref/foo.html. Si l’utilisateur place plusieurs fichiers de contenu dans son dossier Sites et ne parvient pas à modifier le fichier index.html pour y inclure des liens vers ces fichiers, il peut utiliser la fonction d’indexation automatique de dossier décrite précédemment. Si le réglage « Activer la liste de dossiers » est activé, une liste d’index des noms de fichiers est visible dans les navigateurs à l’adresse http://exemple.com/~utilref. Les réglages d’indexation s’appliquent également aux sous-dossiers figurant dans le dossier Sites d’un utilisateur. Si l’utilisateur place un sous-dossier de contenu nommé Exemple dans le dossier Sites et qu’un fichier index.html figure dans ce dossier Exemple ou que l’indexation de dossier est activée pour le site de cet utilisateur, le dossier est mis à la disposition des navigateurs à l’adresse http://exemple.com/~utilref/Exemple. Sécurisation du contenu web sur des systèmes de fichiers insensibles à la casse La méthode recommandée pour servir du contenu web dont l’accès est contrôlé au moyen de royaumes consiste à servir ce contenu à partir de volumes sensibles à la casse, tels les volumes UFS ou HFSX, dans lesquels un dossier nommé « Protégé » est différent d’un dossier nommé « PrOTéGé ». Si vous utilisez HFS,système de fichiers par défaut insensible à la casse, pour servir du contenu web dont l’accès est contrôlé, il est préférable d’utiliser des royaumes basés sur les emplacements plutôt que sur les dossiers. Toutefois, si vous devez utiliser des royaumes basés sur les dossiers sur un système de fichiers insensible à la casse, Apple utilise mod_hfs_apple pour fournir un niveau de protection correspondant à ce scénario, à la fois pour Apache 1.3 et Apache 2.2. Le format de volume HFS étendu, fréquemment utilisé pour Mac OS X Server, conserve la casse des noms de fichiers, mais ne fait pas la distinction entre les noms de fichier, ou de dossier, « Exemple » et « eXeMpLe ». Sans mod_hfs_apple, cette insensibilité peut poser problème lorsque votre contenu web réside sur ce type de volume et que vous tentez d’y restreindre entièrement ou partiellement l’accès à l’aide de royaumes de sécurité.64 Chapitre 3Création et gestion de sites web Si vous configurez un royaume de sécurité requérant que les navigateurs utilisent un nom et un mot de passe pour accéder en lecture seule au contenu d’un dossier nommé « Protégé », ces navigateurs doivent s’authentifier pour accéder aux URL suivantes :  http://exemple.com/Protégé  http://exemple.com/Protégé/secret  http://exemple.com/Protégé/sECreT Toutefois, ils peuvent contourner l’obstacle en utilisant des URL telles que :  http://exemple.com/Protégé  http://exemple.com/PrOTéGé/secret  http://exemple.com/PrOTéGé/sECreT Heureusement, le module mod_hfs_apple, qui est activé par défaut, empêche ce type de tentative de contournement du royaume de sécurité. Remarque :le module mod_hfs_apple s’applique aux dossiers ; il n’est pas conçu pour empêcher l’accès aux fichiers individuels. Un fichier nommé « secret » reste accessible sous le nom « seCREt ». Il s’agit là d’un comportement normal qui ne permet pas de contourner les royaumes de sécurité.4 65 4 Création et gestion de wikis et de blogs Ce chapitre vous indique comment utiliser Admin Serveur afin de créer et de gérer un wiki et un blog sur votre site web. Mac OS X 10.5 permet aux groupes de collaborer et de communiquer facilement grâce à leur propre site web intranet reposant sur un wiki et assorti d’un calendrier, de blogs et de listes d’envoi. Par simple glisser-déposer, les utilisateurs peuvent créer et modifier des pages de wiki, baliser et référencer des éléments, télécharger des fichiers et des images, ajouter des commentaires et effectuer des recherches. Vue d’ensemble des wikis Les wikis vous permettent de créer des sites web propres à un projet et destinés à tout un groupe. Ces groupes peuvent alors collaborer et communiquer via des sites web intranet reposant sur un wiki et assortis d’un calendrier, d’un blog et d’une liste de diffusion. Vous disposez d’un choix de plus de vingt thèmes intégrés, dotés de leur propre palette de couleurs, de polices et de styles de mise en page.Vous pouvez personnaliser ces modè- les en ajoutant votre propre bannière et un titre de barre latérale personnalisé affichant les pages avec une balise définie par l’utilisateur lors de sa première connexion. Une fois votre wiki configuré, il est facile d’ajouter, de supprimer et de modifier le contenu. Aucune connaissance en syntaxe ou en langage de balisage n’est requise ; le wiki prend totalement en charge la fonction glisser-déposer. Vous pouvez ajouter des liens hypertexte, créer des liens entre des pages, insérer des images, joindre des fichiers et modifier la mise en page. Comme les wikis prennent en charge les flux RSS, les membres du groupe peuvent être automatiquement informés de l’ajout ou de la modification du contenu. Le wiki dispose d’un historique complet qui vous donne la possibilité de revenir à tout moment à une version antérieure de votre document.66 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs Une fois que vous avez créé un wiki sur votre site web et que vous en avez accordé l’accès aux membres du groupe, chacun peut y apporter sa contribution. Le propriétaire et l’administrateur du groupe peuvent accorder des autorisations d’accès en lecture et en écriture. Les utilisateurs peuvent accéder au calendrier du groupe pour consulter les dates de réunion et les échéances importantes ou envoyer des messages à une liste d’envoi pour informer les autres membres. La fonction de blog est idéale pour l’échange d’idées ou de commentaires sur un projet. À propos des pages de wiki Voici la liste des pages de wiki accompagnées de leur description :  Page Groupes :page qui relie tous les groupes hébergés par le site web wiki.  Page d’accueil de wiki :page d’accueil du wiki d’un groupe. Cette page contient des liens vers d’autres pages, un calendrier de groupe, un blog de groupe et une fonction de recherche. Elle comprend également des liens vers les barres latérales par défaut (par exemple, « Actualités » et « Dernières modifications »).  Pages Document :pages créées par les membres du groupe. Elles sont reliées de façon dynamique à d’autres pages web et sont accessibles lorsque vous effectuez des recherches ou que vous utilisez des étiquettes.  Pages Calendrier :pages contenant un calendrier de groupe qui utilise le service iCal pour fournir une fonction de calendrier partagé aux membres du groupe. Pour en savoir plus sur le service iCal, consultez le guide intitulé Administration du service iCal.  Pages Liste d’envoi :pages servant d’archives web pour tous les messages de la liste d’envoi d’un groupe. Pour en savoir plus sur Webmail, consultez le chapitre 5, « Configuration et gestion de WebMail »  Pages Blog :pages présentant le blog d’un utilisateur ou d’un groupe. Les blogs sont créés et mis à jour au fur et à mesure que les utilisateurs ou les membres du groupe (disposant d’autorisations d’accès en lecture et en écriture à un blog de groupe) y ajoutent des commentaires. Pour en savoir plus sur les blogs, consultez la section « Configuration de blogs d’utilisateurs et de groupes » à la page 81. À propos de la sécurité des wikis Le niveau de sécurité du site web détermine le niveau de sécurité des wikis. La sécurité des wikis est établie lorsque le site web sur lequel le wiki est configuré est sécurisé. Voici différentes méthodes que vous pouvez utiliser pour sécuriser le transfert de données vers et à partir de votre wiki :  Configurez le protocole SSL pour le site web sur lequel le wiki est en service. Ce protocole permet de sécuriser un site et ses utilisateurs en authentifiant le serveur, en chiffrant les informations et en assurant l’intégrité des messages. Pour en savoir plus, consultez la section « Activation du protocole SSL » à la page 46.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 67  Limitez le nombre d’utilisateurs et de groupes autorisés à créer des pages de wiki sur votre site web. Pour ce faire, ajoutez les utilisateurs et les groupes à la liste des services web. Pour en savoir plus, consultez la section « Activation du service Calendrier web pour un site web » à la page 77. À propos de la hiérarchie des fichiers et des dossiers de wiki Par défaut, le contenu d’un wiki est stocké dans le dossier /Bibliothèque/Collaboration/. Vous pouvez modifier ce dossier dans la sous-fenêtre Services web de la fenêtre des réglages de service web d’Admin Serveur. La liste suivante présente la hiérarchie par défaut des fichiers et des dossiers de wiki. Cette liste inclut l’emplacement de stockage des fichiers de wiki, ainsi que la structure des dossiers destinés au contenu du wiki. Dans la liste, nom_groupe correspond au nom du groupe, nom_page correspond au nom de la page de wiki et page désigne le nom de la page web.  /Bibliothèque/Collaboration/ contient tous les fichiers du wiki.  /Bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/ contient tous les fichiers des services d’un groupe.  /Bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/wiki/nom_page.page/ contient les fichiers de composant d’une page de wiki.  /Bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/wiki/nom_page.page/page.html contient le texte principal du wiki (son contenu html).  /Bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/wiki/nom_page.page/page.plist contient les métadonnées de la page de wiki.  /Bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/wiki/nom_page.page/revisions.db contient la base de données de l’historique des versions de la page de wiki concernée.  /Bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/nom_page.page/images/ contient les images de la page de wiki concernée.  /bibliothèque/Collaboration/Groups/nom_groupe/nom_page.page/attachments/ contient toutes les pièces jointes de la page de wiki concernée. Vue d’ensemble de la configuration d’un wiki Voici un aperçu des étapes élémentaires de configuration d’un wiki. Étape 1 :Configurez votre serveur web La configuration par défaut convient à la plupart des serveurs web hébergeant un seul site web, mais vous pouvez utiliser Admin Serveur pour configurer toutes les fonctions de base du service web et des sites web. Pour en savoir plus, consultez le chapitre 2, « Utilisation du service web »68 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs Avant de créer et de configurer des wikis ou des blogs, sélectionnez les réglages par défaut des services web. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration des réglages Services web » à la page 29. Étape 2 :Configurez votre site web Vous pouvez créer des sites web une fois que votre service web a été configuré et qu’il est en cours de fonctionnement. Créer un site web permet d’établir le cadre dans lequel vous allez fournir du contenu web dans différents formats, y compris sous forme de wikis et de blogs. Pour plus de détails, consultez le chapitre 3, « Création et gestion de sites web » Étape 3 :Activez les services web de wiki pour votre site web Pour créer un wiki, vous devez d’abord activer le service web de wiki sur votre site web. Pour plus de détails, consultez la section « Activation du service Calendrier web pour un site web » à la page 77. Étape 4 :Créez des groupes pour le wiki Une fois le service web de wiki activé sur votre site web, vous devez créer des groupes dans Gestionnaire de groupe de travail ou Répertoire et leur accorder l’accès au service web de wiki du site wiki. Pour en savoir plus sur l’utilisation de Répertoire, consultez l’aide de cette application. Les wikis sont dimensionnés en fonction des groupes créés et activés pour les services web dans Gestionnaire de groupe de travail.Vous pouvez modifier les autorisations d’accès (en lecture et en écriture) aux pages de wiki des utilisateurs figurant dans le groupe. Pour plus de détails, consultez le guide intitulé Gestion des utilisateurs. Étape 5 :Connectez-vous à votre wiki Pour vous assurer que le wiki fonctionne correctement, ouvrez votre navigateur et essayez de vous connecter à Internet. Pour plus de détails, consultez la section « Connexion à un wiki » à la page 70. Configuration d’un wiki Les sections suivantes expliquent comment configurer un wiki sur votre site web. Activation des services web de wiki pour un site web Vous pouvez activer des services web de wiki sur votre site web. Les services web de blog, de calendrier et de liste d’envoi sont également disponibles pour votre site. Les wikis ne peuvent pas fonctionner sans maître Open Directory local. Votre serveur peut être connecté simultanément à un autre serveur d’annuaire, mais il doit être un maître Open Directory pour que votre wiki puissent fonctionner. Pour en savoir plus, consultez le guide intitulé Administration d’Open Directory.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 69 Pour activer les services de wiki sur votre site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 5 Cliquez sur Services web sous la liste des sites web. 6 Cochez la case Blog pour activer les blogs d’utilisateur pour votre site web. Les utilisateurs pourront ainsi créer et conserver des pages de blog personnel. Un blog est un journal chronologique publié sur le site web et mis à jour à l’aide du contenu ajouté par les utilisateurs. Pour en savoir plus, consultez la section « Configuration de blogs d’utilisateurs et de groupes » à la page 81. 7 Cochez la case « Wiki et blog » pour activer la fonctionnalité de site web de groupe. Cette fonctionnalité permet à des groupes d’utilisateurs de créer et de diffuser facilement des informations sur leurs propres sites web partagés. Elle permet également d’activer des blogs de groupe sur vos pages de wiki. 8 Si vous souhaitez que votre site web dispose de la fonctionnalité de calendrier, cochez la case Calendrier web. Les utilisateurs peuvent accéder à un calendrier de groupe pour se tenir au courant des réunions et des échéances importantes. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration d’un calendrier web » à la page 77. 9 Si vous souhaitez que votre site web dispose de la fonctionnalité de liste d’envoi, cochez la case « Archive web de la liste d’envoi ». Une liste d’envoi est un groupe de discussion qui exploite les possibilités d’envoi de messages électroniques en masse pour faciliter la communication. Pour plus de détails, consultez la section « Configuration d’archives web de liste d’envoi » à la page 87. 10 Cliquez sur le bouton Ajouter (+) situé sous la liste des utilisateurs et des groupes pour ajouter des utilisateurs et des groupes qui créeront des wikis sur votre site. Cochez ensuite la case Modérateur pour chaque utilisateur ou groupe de la liste que vous voulez désigner comme modérateur. Si vous laissez la liste vide, tous les utilisateurs peuvent créer des wikis. 11 Cliquez sur Enregistrer.70 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs Connexion à un wiki Si le service web de wiki est activé sur votre site web, vous pouvez vous connecter au wiki. Pour vous connecter à votre wiki : 1 Ouvrez un navigateur web et accédez au site web. 2 Pour accéder au wiki, cliquez sur Groupes en haut de la page web. Les wikis de groupe disponibles sont présentés sur la page. Ils sont affichés sur cette page au fur et à mesure de la création et de l’activation des groupes. 3 Sélectionnez le wiki auquel vous souhaitez vous connecter. La page de wiki du groupe s’ouvre. Modification des réglages de wiki Si vous êtes propriétaire du groupe ou administrateur du serveur, vous pouvez modifier les réglages de wiki, notamment l’apparence des pages de wiki, et définir si les lecteurs peuvent ajouter des commentaires aux pages. Vous pouvez également ajouter une barre latérale à la page d’accueil pour y afficher du contenu particulier. Pour modifier les réglages de wiki : 1 Ouvrez la page d’accueil de votre wiki. Ouvrez une session en tant qu’administrateur ou propriétaire du groupe. 2 Dans la barre latérale Fonctions d’administrateur, cliquez sur Réglages. 3 Dans la barre d’outils, cliquez sur le bouton Modifier (/) pour modifier les options suivantes. Titre :nom de votre site. Thème :thème de votre site. Cliquez sur Choisir pour modifier l’apparence de votre site. Le thème est appliqué de façon dynamique au fur et à mesure que les pages sont servies aux utilisateurs. Si le thème utilise une image de bannière, vous pouvez télé- charger une image JPEG ou PNG vers le serveur. Barre latérale personnalisée :titre de barre latérale personnalisée sur la page d’accueil et balise permettant aux éléments de s’afficher dans la liste de la barre latérale. Commentaires :les utilisateurs éventuels peuvent publier des commentairessur les pages de wiki.Vous pouvez également activer la fonction de modération des commentaires, pour que toute publication d’un commentaire soit préalablementsoumise à l’avis d’un modérateur. Podcast :permet d’indiquer si les podcasts sont autorisés sur le blog, ainsi que la catégorie sous laquelle ils doivent figurer lorsqu’un utilisateur s’abonne au podcast via l’iTunes Music Store (magasin de musique en ligne). 4 Cliquez sur Enregistrer.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 71 Gestion des pages de wiki Cette section décrit les tâches quotidiennes classiques que vous pourrez effectuer après avoir configuré un wiki sur votre site web. Vous trouverez des informations concernant la configuration initiale des wikis à la section « Configuration d’un wiki » à la page 68. Ajout de pages de documents Vous pouvez ajouter des pages de documents à votre wiki à partir de votre navigateur Internet. Pour créer une page de wiki : 1 Cliquez sur Wiki si vous ne vous trouvez pas déjà sur une page de wiki. Autrement, accédez à la page de wiki à laquelle vous souhaitez ajouter une nouvelle page. 2 Cliquez sur le bouton Nouvelle page (+) dans la barre d’outils. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche,saisissez le titre de la page, puis cliquez sur Créer. La barre d’outils d’édition s’affiche et une nouvelle page est créée. 4 Supprimez l’exemple de texte et saisissez votre propre contenu. 5 Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Enregistrer dans la barre d’outils d’édition. Il est possible d’insérer, dans le champ consacré aux commentaires, une remarque concernant les modifications que vous avez effectuées. Ce commentaire s’affiche dans l’historique de la page. Modification de pages de document Vous pouvez modifier des pages de wiki à partir de votre navigateur Internet. Pour modifier une page de wiki : 1 Accédez à la page que vous souhaitez modifier. 2 Cliquez sur le bouton Modifier (/) dans la barre d’outils. 3 Lorsque le contenu s’affiche, modifiez-le à l’aide des outils de la barre d’outils d’édition. 4 Dans cette barre, cliquez sur Enregistrer pour enregistrer vos modifications. Lorsque vous enregistrez vos modifications dans une page de wiki, vous pouvez également saisir un commentaire qui sera affiché dans l’historique de la page. Votre nouveau contenu remplace le contenu précédent. Suppression de pages de document Vous pouvez supprimer des pages de wiki à partir de votre navigateur Internet. Pour supprimer une page de wiki : 1 Accédez à la page que vous souhaitez supprimer. 2 Cliquez sur le bouton Supprimer la page (–) dans la barre d’outils. 3 Cliquez sur Supprimer pour confirmer.72 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs La page disparaît, mais son contenu est conservé, ce qui vous permet de restaurer cette page au besoin. Les administrateurs et les propriétaires de groupe peuvent supprimer la page de manière définitive. Ajout d’un lien à une page de wiki Vous pouvez ajouter des liens hypertexte vers d’autres pages de wiki ou d’autres sites web. Pour ajouter un lien à une page de wiki : 1 Naviguez jusqu’à la page à laquelle vous souhaitez ajouter un lien. 2 Cliquez sur le bouton Modifier (/) dans la barre d’outils. 3 Sélectionnez le texte à utiliser comme texte de lien. 4 Cliquez sur le bouton Lien dans la barre d’outils d’édition, puis choisissez une option dans le menu local qui s’affiche : Nouvelle page :établit un lien vers une page de wiki qui n’existe pas encore (vous serez invité à créer la page). Rechercher :recherche une page de wiki contenant le texte de lien que vous avez sélectionné ou vous permet de saisir une autre expression à rechercher. Saisir URL :établit un lien vers une page d’un autre site web. Saisissez une adresse URL complète. Délier :supprime le lien si le texte que vous avez sélectionné possède déjà un lien. 5 Pour créer un lien permettant de rédiger un message électronique, sélectionnez Saisir URL dans le menu local Lien, puis saisissez un lien similaire à celui-ci : mailto:annedubois@exemple.com. 6 Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Enregistrer dans la barre d’outils d’édition. Insertion d’un tableau dans une page de wiki Utilisez l’éditeur de tableaux pour insérer ou supprimer un tableau sur une page de wiki. Vous pouvez également ajouter ou supprimer des colonnes, des lignes, des colonnes d’en-tête et des lignes d’en-tête dans le tableau, ou encore saisir des données dans les cellules du tableau. Pour insérer un tableau dans une page de wiki : 1 Naviguez jusqu’à la page dans laquelle vous souhaitez insérer un tableau. 2 Cliquez sur le bouton Modifier (/) dans la barre d’outils pour passer en mode d’édition. 3 Placez le point d’insertion à l’endroit où vous souhaitez insérer le tableau, puis cliquez sur Insérer un tableau dans la barre d’outils pour afficher l’éditeur de tableaux. 4 Cliquez sur OK pour ajouter le tableau à la page. Appuyez sur la touche de tabulation pour passer d’une cellule à l’autre. 5 Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Enregistrer dans la barre d’outils d’édition.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 73 Ajout de balises aux pages de wiki Les balises vous permettent d’identifier, de classer et de retrouver rapidement des pages de wiki et de blog associées. Utilisez des balises pour regrouper et identifier des éléments associés et offrir un système organisationnel simple à utiliser. Toute personne contribuant au wiki pourra ainsi être informée des dernières modifications et informations. Vous pouvez, par exemple, ajouter une balise à chaque page pour indiquer le service ou le projet concerné. Tout utilisateur autorisé à modifier le contenu du site peut ajouter ou supprimer des balises. Vous pouvez rechercher des éléments comportant des balises, afin de trouver rapidement l’objet de votre recherche. Pour ajouter une balise à une page : 1 Naviguez jusqu’à la page à laquelle vous souhaitez ajouter une balise. 2 Cliquez sur le bouton Ajouter une balise (+). Un champ de texte s’affiche. 3 Saisissez la balise à insérer, puis appuyez sur la touche Retour. Si la balise existe déjà, sélectionnez-la lorsqu’elle s’affiche, puis appuyez sur Retour. 4 Ajoutez autant de balises que nécessaire. Vous pouvez également ajouter des balises lors de la modification d’une page et supprimer les balises devenues inutiles. Suppression de balises des pages de wiki Vous pouvez supprimer les balises ajoutées par mégarde ou de façon erronée à une page. Pour supprimer une balise d’une page : 1 Affichez la page. Il est impossible de supprimer des balises dans les résultats de recherche, l’affichage des balises ou la liste d’historique. 2 Faites glisser la balise à supprimer hors de la barre des balises, puis relâchez le bouton de la souris. Un petit nuage de fumée apparaît à l’écran pour indiquer que la balise a été supprimée. Pour supprimer une balise lors de la modification d’une page, cliquez sur le petit x qui s’affiche lorsque vous déplacez le pointeur à proximité de la balise. Ajout de fichiers aux pages de wiki Le meilleur moyen de joindre un fichier à télécharger consiste à créer une archive (zip) du fichier avant de le télécharger vers le serveur. Il est essentiel de procéder pour ajouter un dossier de fichiers ou des fichiers complexes tels que des présentations Keynote.74 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs Pour joindre un fichier à une page afin que d’autres utilisateurs puissent le télécharger : 1 Accédez à la page à laquelle vous souhaitez joindre un fichier. 2 Cliquez sur le bouton Modifier (/) dans la barre d’outils. 3 Placez le point d’insertion à l’endroit où vous souhaitez que le fichier joint s’affiche sur la page. 4 Cliquez sur le bouton Joindre fichier (trombone) dans la barre d’outils d’édition. 5 Cliquez sur Choisir et sélectionnez le fichier à joindre. 6 Cliquez sur Joindre pour télécharger le fichier vers le serveur. Une fois le téléchargement vers le serveur terminé, un bouton de téléchargement de fichier est affiché sur la page avec le nom du fichier. 7 Après avoir terminé de modifier la page, cliquez sur Enregistrer dans la barre d’outils d’édition. Il suffira aux utilisateurs de cliquer sur le nom du fichier pour le télécharger sur leur ordinateur. Si vous avez joint un fichier multimédia, une image par exemple, et que vous souhaitez que les utilisateurs puissent l’afficher sans avoir à le télécharger, utilisez le bouton Insérer un support plutôt que le bouton Joindre fichier. Le bouton Insérer un support permet de télécharger des fichiers audio ou des images QuickTime. Recherche de pages de wiki comportant des balises Il existe deux méthodes permettant de trouver rapidement des pages de wiki comportant des balises :  Si la page que vous consultez comprend la balise que vous recherchez, cliquez sur la balise pour rechercher d’autres pages.  Si la page que vous consultez ne possède pas la balise recherchée, cliquez sur le bouton Rechercher (icône en forme de loupe), puis choisissez une balise dans le menu local ou sélectionnez Toutes les balises pour bénéficier d’un plus grand choix. Recherche dans les pages de wiki Utilisez la fonction de recherche pour trouver des éléments dans votre wiki. Pour rechercher des éléments dans votre wiki : 1 Cliquez sur le bouton Rechercher (loupe). 2 Saisissez un mot ou une expression dans le champ de texte qui s’affiche. La fonction de recherche rapide (affichage des résultats en cours de frappe) affiche la liste des pages comportant le ou les termes saisis au fur et à mesure de la saisie. 3 Si votre recherche est infructueuse, appuyez sur la touche Retour pour rechercher parmi les titres et le contenu.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 75 La liste des pages et des événements de calendrier comprenant l’expression saisie est alors affichée. Une fois les résultats affichés, vous pouvez affiner votre recherche en choisissant d’afficher uniquement les pages de wiki ou de blogs contenant les balises que vous avez sélectionnées. Utilisez les cases de balise situées à droite la page. Pour afficher les résultats de recherche dans un autre ordre, utilisez les menus locaux pour définir un nouvel ordre de tri. Vous pouvez étendre votre recherche à toutes les pages ou limiter la recherche aux blogs, aux wikis, aux événements de calendrier (seuls le nom et l’emplacement sont recherchés) ou aux messages électroniques. Affichage ou remplacement de pages de wiki anciennes ou supprimées À chaque fois qu’une page de wiki est mise à jour, la version précédente est conservée, ce qui vous permet d’annuler les modifications ou de réactiver une ancienne version. Pour consulter les versions précédentes d’une page de wiki : 1 Accédez à la page dont vous souhaitez consulter des versions antérieures. 2 Cliquez sur le bouton « Voir l’historique du document » (>). Ce bouton n’est visible que lorsque vous consultez une page, pas lorsque vous la modifiez. 3 Sélectionnez une version dans la liste pour afficher son contenu. 4 Cliquez sur le bouton Comparer pour comparer la version sélectionnée à sa version précédente. 5 Cliquez sur le bouton Voir uniquement pour arrêter de comparer les versions. 6 Pour remplacer la version actuelle d’une page par une version antérieure, sélectionnez cette dernière, puis cliquez sur Restaurer. L’ancienne version remplace la nouvelle. Les pièces jointes et les médias associés à la version antérieure sont également restaurés. 7 Pour quitter la page sans modifier la version actuelle, cliquez sur le bouton « Masquer l’historique du document » (V). Restauration de pages de wiki supprimées Comme les fichiers de wiki sont stockés dans un système de fichiers, ils peuvent être sauvegardés de la même manière que des fichiers ordinaires. Les fichiers par défaut sont stockés dans le dossier /Bibliothèque/Collaboration/Groups//. Chaque wiki conserve son propre historique. Vous pouvez restaurer une page de façon individuelle à l’aide de la fonction d’historique de wiki.76 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs Pour restaurer une page de wiki supprimée : 1 Effectuez une recherche, puis choisissez Entrées supprimées dans la zone « Rechercher dans le sommaire » de la page de résultats. 2 Cliquez sur le titre d’une page supprimée. 3 Cliquez sur « Annuler l’effacement de la page » pour restaurer la page supprimée. Personnalisation des wikis Vous pouvez personnaliser vos pages de wiki afin de leur donner un aspect qui leur soit propre. Vous pouvez, par exemple, inclure des logos de votre société ou les photos des employés dans vos wikis. Sélection de styles et de formats de police Utilisez la barre d’outils d’édition pour appliquer un style et un format au texte lorsque vous modifiez une page. Les outils suivants sont disponibles :  Style de paragraphe :pour modifier le style du paragraphe actuel ou des paragraphes sélectionnés, cliquez sur le bouton Style de paragraphe et choisissez un nouveau style dans le menu local.  Style de texte :pour modifier le style d’un mot ou de quelques caractères, sélectionnez le texte à modifier, puis choisissez un style dans le menu Style de texte.  Style de la liste :ce menu local permet de déplacer vers l’intérieur ou l’extérieur la marge de gauche du paragraphe actuel ou des paragraphes sélectionnés ou d’appliquer un style de liste numérotée ou de liste à puces. Pour numéroter plusieurs lignes ou paragraphes de façon séquentielle,sélectionnez-les tous avant de choisir Liste triée. Pour modifier le style de texte : 1 Accédez à la page à modifier. 2 Cliquez sur le bouton Modifier (/) dans la barre d’outils pour passer en mode d’édition. 3 Sélectionnez le texte à modifier. 4 Utilisez les outils de style de texte dans la barre d’outils d’édition pour modifier le texte. 5 Cliquez sur Enregistrer dans la barre d’outils d’édition. Personnalisation des présentations et des thèmes de wiki Les administrateurs de wiki peuvent créer des thèmes à l’aide de feuilles CSS (Cascading Style Sheets) et ajouter des modèles XSL personnalisés pour modifier le contenu des pages. Ne modifiez pas les modèles par défaut, car ils peuvent être modifiés ou remplacés lors d’une mise à jour de logiciel.Vous pouvez utiliser les modèles par défaut comme exemples.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 77 Nous vous conseillons d’utiliser le thème Fil de fer comme point de départ. Ce thème se trouve dans le dossier /Bibliothèque/Application/Support/Apple/WikiServer/Themes/ wireframe.wikitheme/. À chaque dossier de thème correspond un fichier .plist. Vous pouvez modifier les caractéristiques des thèmes, notamment les images de bannière et de la barre latérale, dans le fichier .plist. Vous pouvez également inclure des scripts Java pour exécuter vos pages de wiki. Dans le fichier CSS, vous pouvez spécifier l’affichage de variables telles que des définitions de polices et des couleurs de liens. Sources d’aide lors de l’utilisation d’un wiki Un lien est mis à votre disposition pour accéder à l’aide en ligne dans le wiki. Pour accéder à l’aide en ligne à partir de votre wiki : 1 Ouvrez une page de wiki. 2 Cliquez sur le bouton Aide en bas de la page. 3 Sélectionnez la rubrique de service web pour obtenir la liste des sujets proposés dans la fonction de recherche rapide. 4 Pour obtenir une aide plus spécifique, cliquez sur le bouton Rechercher (loupe), saisissez un sujet, puis appuyez sur la touche Retour. Une liste de sujets est alors affichée. Configuration d’un calendrier web Les sections suivantes expliquent comment configurer un calendrier web sur votre site web. Le calendrier web est un service web destiné aux groupes et qui permet aux utilisateurs d’accéder à un calendrier de groupe pur se tenir aux courant des réunions et des échéances à venir. Le calendrier web utilise le service iCal de Mac OS X Server 10.5. Ce service doit être configuré et en cours d’exécution pour qu’un wiki puisse utiliser le calendrier de groupe. Pour en savoir plus, voir Administration du service iCal. Activation du service Calendrier web pour un site web Vous pouvez activer le service Calendrier web sur votre site web. Vous devez activer les services web de groupe de blogs et de wiki avant de pouvoir activer le service Calendrier web.78 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs Pour activer le calendrier web sur votre site web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites. 5 Dans la liste des sites, cliquez sur le site pour lequel vous souhaitez activer le service de calendrier web. 6 Cliquez sur Services web. 7 Dans la section « Services pour les groupes », cochez la case Calendrier web. 8 Cliquez sur Enregistrer. Navigation dans le Calendrier web Le calendrier comprend plusieurs boutons de navigation qui permettent de faire défiler les mois ou les semaines ou de revenir à la date du jour. Le calendrier comprend deux types de présentations :la présentation par semaine et la présentation par mois.  Dans la présentation par semaine, tous les événements programmés pour une semaine donnée sont affichés, y compris les événements occupant une journée entière et ceux qui se déroulent à des heures précises. Vous disposez en outre d’options permettant de créer rapidement ces types d’événements.  Dans la présentation par mois, seuls les événements occupant une journée entière sont indiqués et vous ne disposez par défaut que de l’option de création de ce type d’événements. Pour passer d’une présentation par semaine à une présentation par mois et vice versa, cliquez sur Semaine ou Mois dans le calendrier. Pour naviguer à travers le calendrier : 1 Ouvrez le calendrier web. 2 Cliquez sur Mois pour passer à la présentation par mois ou sur Semaine pour passer à la présentation par semaine. 3 Dans la présentation par mois, cliquez sur Précédent (<) pour afficher le mois précédent ou sur Suivant (>) pour afficher le mois suivant. Pour afficher un autre mois (en présentation par mois), cliquez sur le nom du mois (situé entre les boutons Précédent et Suivant), puis choisissez le mois à afficher. 4 Dans la présentation par semaine, cliquez sur Précédent (<) pour afficher la semaine précédente ou sur Suivant (>) pour afficher la semaine suivante.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 79 5 Pour ouvrir un mini-calendrier en présentation par semaine, cliquez sur le nom de la semaine, puis accédez à un mois ou à une semaine particulière : Pour accéder au mois précédent dans le mini-calendrier, cliquez sur Précédent (flèche vers le haut). Pour accéder au mois suivant dans le mini-calendrier, cliquez sur Suivant (flèche vers le bas). 6 Pour afficher la semaine comportant la date du jour, cliquez sur Aujourd’hui (losange). 7 Pour afficher une semaine particulière, cliquez sur l’un des jours de cette semaine. 8 Pour afficher un mois particulier, cliquez sur le nom du mois. Création d’événements de calendrier programmés à certaines heures Les événements programmés à certaines heures correspondent à des événements tels que des réunions ou des rendez-vous. Vous pouvez créer ce type d’événements en présentation par semaine ou par mois,mais il est plus facile d’utiliser la présentation par semaine. Pour créer un événement programmé à une certaine heure dans le calendrier web : 1 Accédez au calendrier web. 2 En présentation par semaine, faites glisser le curseur de l’heure de début à l’heure de fin de l’événement. 3 Saisissez le nom de l’événement dans la zone Résumé et le lieu dans la zone Emplacement. Pour changer la date de début de l’événement, cliquez sur la date, puis cliquez sur une date dans le calendrier qui s’affiche. Pour remplacer la date de début par la date du jour, cliquez sur Aujourd’hui (losange) ; pour afficher le mois précédent, cliquez sur Précédent (flèche vers le haut) ; pour afficher le mois suivant, cliquez sur Suivant (flèche vers le bas). Pour changer l’heure de début, utilisez les menus locaux Heure de début. 4 Désactivez la case « Événement du jour (bannière) ». 5 Pour modifier la durée de l’événement, utilisez les menus locaux Durée. Si la durée est supérieure à 24 heures, saisissez un nombre dans le champ Jours. 6 Cliquez sur OK. Modification d’événements de calendrier Lorsque vous modifiez un événement dans le calendrier, vous pouvez modifier toutes les informations relatives à l’événement, notamment le nom, le lieu, la date ainsi que la durée. Vous pouvez également transformer un événement occupant un jour entier en événement se déroulant à une heure précise et vice versa. Pour modifier un événement de calendrier web : 1 Accédez au calendrier web. 2 En présentation par mois ou par semaine, cliquez sur l’événement. 3 Pour modifier le nom de l’événement, tapez le nouveau nom dans le champ Résumé.80 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs 4 Pour modifier le lieu de l’événement, tapez un nouveau lieu dans le champ Emplacement. 5 Pour changer la date de début de l’événement, cliquez sur la date, puis cliquez sur la date souhaitée dans le calendrier qui s’affiche. Pour remplacer la date de début par la date du jour, cliquez sur Aujourd’hui (losange) ; pour afficher le mois précédent, cliquez sur Précédent (flèche vers le haut) ; pour afficher le mois suivant, cliquez sur Suivant (flèche vers le bas). 6 Pour modifier l’heure de début de l’événement, utilisez les menus locaux en regard de la date. Les menus locaux respectent le format HH:MM. 7 Pour transformer un événement occupant une journée entière en événement se déroulant à une heure particulière et vice versa, cochez ou désactivez la case « Événement du jour (bannière) ». 8 Pour modifier la durée de l’événement, utilisez les menus locaux Durée. S’il s’agit d’un événement d’un jour ou si la durée est supérieure à 24 heures, saisissez un nombre dans le champ Jours. 9 Cliquez sur OK pour enregistrer vos réglages. Suppression d’événements de calendrier web Lorsque vous supprimez un événement du calendrier, l’événement est supprimé de façon permanente et l’opération est irréversible. Vous pouvez néanmoins créer à nouveau cet événement. Pour supprimer un événement du calendrier web : 1 Accédez au calendrier web. 2 En présentation par mois ou par semaine, cliquez sur l’événement. 3 Cliquez sur Supprimer. 4 Cliquez sur OK. Utilisation du Calendrier web avec iCal Vous pouvez vous abonner à un calendrier web dans iCal et configurer votre calendrier iCal pour récupérer les mises à jour du calendrier web. Le calendrier web est présenté en lecture seule dans iCal. Vous ne pouvez donc pas le modifier. Le coupe-feu du serveur web doit autoriser le trafic via le port 8008. Pour vous abonner à un calendrier web dans iCal : 5 Dans iCal, choisissez Calendrier > S’abonner. 6 Tapez http://url_serveur:8008/calendars/groups/nom_groupe/calendar/. Remplacez url_serveur par l’URL de votre serveur web, comme « www.exemple.com » par exemple. Remplacez nom_groupe par le nom de votre groupe.Chapitre 4 Création et gestion de wikis et de blogs 81 7 Cliquez sur S’abonner. 8 Authentifiez-vous à l’aide de votre mot de passe et de votre nom web, puis cliquez sur OK. 9 Dans le champ Titre, saisissez un nom pour votre calendrier. 10 Pour activer la mise à jour automatique de votre calendrier iCal,sélectionnez Actualiser, puis sélectionnez la fréquence de mise à jour. 11 Cliquez sur OK. Configuration de blogs d’utilisateurs et de groupes Les blogs sont similaires à des journaux et comprennent des entrées figurant dans l’ordre dans lequel elles ont été créées. Les wikis, par contre, comportent un contenu partagé qui n’est pas affiché dans l’ordre chronologique. Le type d’informations que vous comptez placer sur votre site permet de déterminer s’il s’affiche dans un wiki ou dans un blog. Les sections suivantes fournissent des instructions relatives à la configuration de blogs d’utilisateurs et de groupes sur votre site web. Activation du service Blog pour un site web Vous pouvez activer un service blog d’utilisateurs ou de groupes sur votre site web. Mac OS X Server inclut un wiki de groupe et un blog de groupe. Ils sont activés ensemble. Les blogs de groupes permettent aux utilisateurs d’un groupe d’accéder et de publier des entrées sur le même blog. Les utilisateurs peuvent également publier leurs propres blogs à l’aide des services web associés à leur compte de serveur. Cela leur permet de conserver leurs blogs personnels dans leurs propres pages. Pour en savoir plus, consultez la section « Activation du service Calendrier web pour un site web » à la page 77. Ajout d’une page de blog Les entrées s’affichent dans l’ordre dans lequel elles ont été créées, l’entrée la plus récente figurant en tête de liste. Seules les entrées les plus récentes s’affichent sur la page principale du blog. Les entrées les plus anciennes sont toujours disponibles.Vous pouvez les retrouver et les consulter en les recherchant ou en les explorant à l’aide des commandes de date. Pour ajouter une page de blog : 1 Cliquez sur Blog si vous n’êtes pas déjà en train de consulter une page de blog. 2 Cliquez sur le bouton Nouvelle page (+) dans la barre d’outils. 3 Saisissez un titre dans la zone de dialogue Nouvelle entrée qui s’affiche. 4 Si le blog est configuré pour le podcasting et que vous disposez d’un fichier audio ou vidéo pour cette entrée, sélectionnez Podcast et choisissez le fichier.82 Chapitre 4Création et gestion de wikis et de blogs 5 Cliquez sur Créer. La barre d’outils d’édition s’affiche et une nouvelle page est créée. 6 Supprimez l’exemple de texte et saisissez votre propre contenu. 7 Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Enregistrer dans la barre d’outils d’édition. Définition d’autorisations SACL de blog pour les utilisateurs Les administrateurs de services web peuvent utiliser des listes SACL (Service access control lists) pour spécifier les utilisateurs ayant accès aux blogs. Utilisez Admin Serveur pour définir des autorisations SACL. Important :pour modifier les réglages SACL de blogs, vous devez utiliser l’interface serveur plutôt que l’interface web. Pour définir des autorisations SACL de blog : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Sélectionnez le serveur. La liste des services apparaît. 3 Cliquez sur Réglages. 4 Cliquez sur Accès. 5 Cliquez sur Services, si cette option n’est pas déjà affichée. 6 Sélectionnez le niveau de restriction souhaité pour les services. Pour restreindre l’accès à tous les services, sélectionnez « Pour tous les services ». Pour définir des autorisations d’accès aux blogs, sélectionnez « Pour les services sélectionnés », puis choisissez Blog dans la liste des services. 7 Sélectionnez le niveau de restriction à appliquer aux utilisateurs et aux groupes. Pour accorder un accès sans restriction, cliquez sur « Autoriser tous les utilisateurs et groupes ». Pour restreindre l’accès à certains utilisateurs et groupes,sélectionnez « Autoriser les utilisateurs et groupes ci-dessous », cliquez sur le bouton Ajouter (+) pour ouvrir la sous-fenê- tre Utilisateurs et groupes, puis faites glisser des utilisateurs et des groupes de cette sousfenêtre dans la liste. 8 Cliquez sur Enregistrer.5 83 5 Configuration et gestion de WebMail Ce chapitre explique comment activer WebMail sur les sites web de votre serveur, afin d’avoir accès aux opérations de messagerie classiques via une connexion web. WebMail vous permet d’ajouter des fonctions de messagerie élémentaires à votre site web. Si votre service web héberge plusieurs sites,WebMail permet d’accéder au service de messagerie sur chacun d’entre eux. Le service de messagerie se présente de la même façon sur tous les sites. Vue d’ensemble de WebMail Le logiciel WebMail, inclus avec Mac OS X Server, est désactivé par défaut. Le logiciel WebMail est basé sur SquirrelMail (v1.4.9a), un ensemble de scripts open source exécutés par le serveur Apache. Pour en savoir plus sur SquirrelMail, consultez le site www.squirrelmail.org. Services d’utilisateur WebMail Si vous activez WebMail, les utilisateurs peuvent effectuer les opérations suivantes :  composer et envoyer des messages,  recevoir des messages,  réexpédier des messages reçus ou y répondre,  gérer une signature ajoutée à chaque message envoyé,  créer,supprimer et renommer des dossiers, déplacer des messages d’un dossier à l’autre,  joindre des fichiers aux messages sortants,  extraire les pièces jointes des messages entrants,  gérer un carnet d’adresses personnel,  définir les préférencesWebMail, notamment les couleurs affichées dans le navigateur web. Les utilisateurs accèdent à la page WebMail de votre site web en ajoutant « /webmail » à son adresse URL (par exemple, http://monsite.exemple.com/webmail/).84 Chapitre 5Configuration et gestion de WebMail Pour pouvoir utiliser votre serviceWebMail, un utilisateur doit posséder un compte sur votre serveur de messagerie. Par conséquent, le service de messagerie doit être configuré pour que vous puissiez proposer les fonctions WebMail sur vos sites web. Les utilisateurs se connectent à WebMail avec le nom et le mot de passe qu’ils utilisent pour ouvrir une session sur leur service de messagerie habituel.WebMail ne dispose pas de son propre service d’authentification. Pour en savoir plus sur les utilisateurs du service de messagerie, consultez le guide intitulé Administration du service de messagerie. Lorsqu’un utilisateur se connecte à WebMail, son mot de passe est transmis sur Internet sous forme de texte en clair (non chiffré), sauf si le site web est configuré pour utiliser le protocole SSL. Pour obtenir des instructions sur la configuration du protocole SSL pour un site web, consultez la section « Activation du protocole SSL » à la page 46. Vous trouverez des informations complémentaires sur WebMail dans le manuel d’utilisation de SquirrelMail, disponible à l’adresse http://squirrelmail.org/wiki/DocumentationHome. WebMail et votre serveur de messagerie WebMail s’appuie sur votre serveur de messagerie pour fournir le service de messagerie. En fait,WebMail permet simplement d’accéder au service de messagerie par le biais d’un navigateur web. Il est incapable de fournir de manière autonome le service de messagerie sans se baser sur un serveur de messagerie. Par défaut, WebMail utilise le service de messagerie de Mac OS X Server. Vous pouvez désigner un serveur de messagerie différent à l’aide des outils de ligne de commande Terminal et UNIX. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Configuration de WebMail » à la page 85. Protocoles WebMail WebMail fait appel aux protocoles de messagerie standard suivants, qui doivent donc être pris en charge par votre serveur de messagerie :  Protocole IMAP (Internet Message Access Protocol), pour la récupération des messages entrants  Protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol), pour l’échange de messages avec d’autres serveurs de messagerie (envoi de messages sortants et réception de messages entrants) Le script de configuration de SquirrelMail permet de définir le type de serveur IMAP :  Le réglage macosx = Mac OS X MailServer renvoie à l’ancien logiciel Apple MailServer de Mac OS X Server 10.2.  Sous Mac OS X 10.3, 10.4 et 10.5, le réglage approprié (utilisé par défaut) est cyrus = Cyrus IMAP Server. WebMail ne prend pas en charge la récupération de messages entrants via le protocole POP (Post Office Protocol), même si votre serveur de messagerie prend en charge le protocole POP.Chapitre 5 Configuration et gestion de WebMail 85 Activation de WebMail Utilisez Admin Serveur pour activer WebMail sur les sites hébergés sur votre serveur web. Les modifications effectuées ne prennent effet qu’après le redémarrage du service web. Important :WebMail ne fonctionne pas si les protocoles de messagerie et le service de messagerie ne sont pas configurés et démarrés. Pour activer WebMail sur un site : 1 Assurez-vous que votre service de messagerie est en cours d’exécution et configuré de façon à fournir des services IMAP et SMTP. 2 Vérifiez que le service de messagerie IMAP est activé pour les comptes d’utilisateur devant avoir accès à WebMail. Pour obtenir des détails sur les réglages de messagerie dans les comptes d’utilisateur, consultez le guide intitulé Gestion des utilisateurs. 3 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 4 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 5 Développez la liste Serveurs, puis sélectionnez Web. 6 Cliquez sur Sites. 7 Dans la liste Sites, cliquez sur le site pour lequel vous souhaitez activer WebMail. 8 Cliquez sur Services web. 9 Dans la section « Services pour les utilisateurs », cochez la case WebMail. 10 Cliquez sur Enregistrer. L’activation de WebMail entraîne celle du module PHP (si ce n’était pas déjà le cas). Le module PHP demeure en service,même si vous désactivez WebMail.Vous devez désactiver ce module manuellement. Pour en savoir plus, consultez la section « PHP » à la page 112. Configuration de WebMail Après avoir activé WebMail pour ajouter des fonctions de messagerie élémentaires à votre site web, vous pouvez modifier les réglages de façon à intégrer complètement WebMail à votre site. Pour cela, modifiez le fichier de configuration de SquirrelMail, /etc/ squirrelmail/config/config.php, ou utilisez l’application Terminal avec des autorisations root afin d’exécuter le script de configuration actif. Ce script Perl a pour effet de lire les valeurs d’origine du fichier config.php et de les remplacer par les nouvelles valeurs. Vous pouvez configurer les options SquirrelMail suivantes pour intégrerWebMail à votre site :  Organization Name : nom qui figure sur la page WebMail principale lorsqu’un utilisateur se connecte. La valeur par défaut est Mac OS X Server WebMail.86 Chapitre 5Configuration et gestion de WebMail  Organization Logo : chemin d’accès relatif ou absolu à un fichier d’image.  Organization Title :titre de la fenêtre de navigateur web, affiché lors de la consultation d’une page WebMail. La valeur par défaut est Mac OS X Server WebMail.  Trash Folder : nom du dossier IMAP dans lequel le service de messagerie place les messages supprimés par l’utilisateur. La valeur par défaut est « Deleted Messages ».  Sent Folder : nom du dossier IMAP dans lequel le service de messagerie place les messages envoyés. La valeur par défaut est « Sent Messages ».  Draft Folder : nom du dossier IMAP dans lequel le service de messagerie place les brouillons rédigés par l’utilisateur. La valeur par défaut est « Drafts ». Important :si vous utilisez le script de configuration interactif pour modifier les réglages de SquirrelMail, vous devez également l’utiliser pour indiquer le nom de domaine de votre serveur. Dans le cas contraire,WebMail ne peut envoyer aucun message. Les réglages de configuration de WebMail s’appliquent à tous les sites hébergés par votre service web. Pour configurer les options WebMail à l’aide d’un script de configuration Perl : 1 Ouvrez Terminal et saisissez la commande suivante : $ sudo /etc/squirrelmail/config/conf.pl 2 Accédez aux réglages SquirrelMail et modifiez-les en fonction de vos besoins à l’aide des options de menu interactives. 3 Remplacez le nom de domaine par celui de votre serveur (exemple.com, par exemple). Le nom de domaine est le premier élément figurant dans le menu Server Settings du script SquirrelMail. Si vous ne tapez pas correctement le nom de domaine du serveur, le script interactif remplace la valeur d’origine, getenv(NOM_SERVEUR), par la même valeur, mais en la plaçant entre des guillemets simples. Cette valeur ne fonctionne alors plus comme un appel de fonction permettant de récupérer le nom de domaine et WebMail ne peut donc envoyer aucun message. 4 Une fois les changements de configuration effectués, enregistrez vos données. 5 Fermez le script interactif. La modification de configuration de WebMail n’exige pas le redémarrage du service Web, sauf si des utilisateurs sont connectés à WebMail. Pour personnaliser davantage l’apparence de WebMail (pour donner un aspect spécifique à chaque site Web, par exemple), vous devez savoir écrire des scripts PHP. Par ailleurs, vous devez connaître l’architecture de module SquirrelMail et écrire vos propres modules SquirrelMail.Chapitre 5 Configuration et gestion de WebMail 87 Configuration d’archives web de liste d’envoi Les listes d’envoi sont des groupes de discussion faisant appel à la diffusion de messages électroniques pour faciliter la communication entre utilisateurs. Une liste d’envoi permet de diffuser un même message à plusieurs destinataires et ne doit pas nécessairement être gérée par l’administrateur du groupe de travail ou du serveur. De plus, les abonnés aux listes d’envoi n’ont pas besoin de posséder un compte (accès au courrier ou aux fichiers) sur le serveur de la liste ; n’importe quelle adresse électronique peut être ajoutée à la liste. Vous pouvez créer et gérer des listes d’envoi par le biais d’une interface web destinée aux utilisateurs. Vous pouvez également configurer des archives de liste d’envoi, des réglages de filtrage de contenu et des options de diffusion en mode résumé pour les listes d’envoi. Pour en savoir plus sur les listes d’envoi, consultez la section Administration du service de messagerie. Les messages transmis à une liste d’envoi peuvent être archivés et consultés ultérieurement depuis votre site web. Les messages sont regroupés par volumes d’archives classés par heure et par date. Vous devez activer le service d’archives web de liste d’envoi sur votre site web pour accéder aux archives correspondantes via votre serveur web. Pour activer l’archivage de liste d’envoi sur votre site web, procédez comme suit : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Développez la liste Serveurs, puis sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Sites. 5 Dans la liste Sites, sélectionnez le site pour lequel vous souhaitez activer le service d’archivage de liste d’envoi. 6 Cliquez sur Services web. 7 Dans la section « Services pour les groupes », cochez la case « Archive web de la liste d’envoi ». 8 Cliquez sur Enregistrer.6 89 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source Ce chapitre vous aidera à vous familiariser avec WebObjects et les applications open source que Mac OS X Server utilise pour administrer et fournir des services web. Le service WebObjects est le composant de serveur d’application de Mac OS X Server. WebObjects propose des outils de développement web polyvalents qui vous permettent d’étendre votre serveur web de multiples façons. En outre, plusieurs applications open source proposent des fonctions essentielles pour le service web. Ces applications sont les suivantes :  Serveur web Apache.  Conteneur de servlets Tomcat.  Base de données MySQL.  Ruby on Rails. Utilisation du service WebObjects WebObjects est la solution Apple pour le développement et le déploiement rapides d’applications de commerce électronique et d’autres applications Internet. Les applications WebObjects peuvent se connecter à plusieurs bases de données et générer des codes HTML de manière dynamique. Les sections suivantes traitent de l’administration de WebObjects :  « Vue d’ensemble de WebObjects » à la page 90.  « Activation du service WebObjects » à la page 90.  « Configuration du service WebObjects » à la page 90.  « Démarrage du service WebObjects » à la page 91.  « Vérification de l’état du service WebObjects » à la page 92.  « Arrêt du service WebObjects » à la page 92.  « Ouverture de Contrôle » à la page 92.90 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source Vue d’ensemble de WebObjects Mac OS X Server inclut des bibliothèques d’exécution WebObjects, ainsi qu’une licence de déploiement illimitée, afin de faciliter le développement de services web et d’applications de serveur Java basés sur des normes standard.Vous disposez également de la possibilité d’acquérir des outils de développementWebObjects sur Apple Store (store.apple.com), ainsi que dans les boutiques et chez les revendeurs Apple. Vous pouvez programmer le lancement automatique de WebObjects au démarrage du serveur. Cela permet de garantir que les modules WebObjects démarrent après une panne électrique ou l’arrêt du serveur. Pour en savoir plus sur WebObjects, visitez le site web www.apple.com/fr/webobjects ou developer.apple.com/documentation/WebObjects. Activation du service WebObjects Pour configurer le serveur d’applications, vous devez d’abord activer le service WebObjects dans Admin Serveur. Pour activer le service WebObjects : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur Réglages, puis sur Services. 3 Cochez la case WebObjects. 4 Cliquez sur Enregistrer. Configuration du service WebObjects Utilisez les réglages du service WebObjects dans Admin Serveur pour définir un port WebObjects Task Daemon (wotaskd), activer le contrôle Java et définir le port de contrôle. Le déploiement WebObjects utilise wotaskd pour gérer les instances d’application exécutées sur votre serveur d’applications. La tâche principale de wotaskd consiste à lancer des instances d’application après le redémarrage du serveur. Pour cela, wotaskd doit être relancé au démarrage du serveur. Vous devez donc configurer wotaskd en tant que service lancé au démarrage de l’ordinateur. Par défaut, un processus wotaskd exécuté sur le port 1085 est configuré en tant que service sur toutes les plateformes prises en charge. AVERTISSEMENT : afin d’éviter tout problème de sécurité, les ordinateurs qui exécutent JavaMonitor et wotaskd doivent être systématiquement placés derrière un coupe-feu. En outre, pour chaque sous-réseau, il ne doit y avoir à tout moment qu’un seul serveur qui exécute JavaMonitor.Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 91 Pour configurer les réglages du service WebObjects : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Cliquez sur WebObjects. 4 Cliquez sur Réglages. 5 Spécifiez le port wotaskd ou Contrôle selon vos besoins. Contrôle et wotaskd font partie de la stratégie de déploiement de WebObjects. Chaque ordinateur qui exécute une application WebObjects doit aussi exécuter wotaskd. Pour configurer ces applications en vue du déploiement, exécutez l’application Contrôle. Une fois que WebObjects est configuré, seul wotaskd doit continuer à fonctionner. Chaque instance de wotaskd est uniquement responsable des applications WebObjects exécutées sur le même hôte. L’adaptateur du serveur web (ou l’adaptateur HTTP WebObjects) communique avec l’instance wotaskds sur chaque hôte pour détecter les applications WebObjects disponibles. Les instances de WebObjects communiquent leur état à wotaskd à l’aide de messages d’état TCP ; wotaskd contrôle les instances au moyen d’appels DirectActions spéciaux. 6 Au besoin, activez Contrôle en cochant la case Activer Contrôle. Vous devez lancer Contrôle depuis un ordinateur qui exécute wotaskd et qui est un serveur géré.N’exécutez jamais plus d’une instance de Contrôle pour un ensemble de serveurs. Exécutez toujours Contrôle et wotaskd derrière un coupe-feu. 7 Cliquez sur Enregistrer. Démarrage du service WebObjects Vous devez lancer le service WebObjects depuis Admin Serveur. Pour démarrer le service WebObjects : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez WebObjects. 4 Cliquez sur Démarrer WebObjects (sous la liste Serveurs). Le service fonctionne jusqu’à ce que vous l’arrêtiez et il redémarre si votre serveur est redémarré.92 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source À partir de la ligne de commande Vous pouvez également démarrer ou arrêter WebObjects à l’aide de la commande serveradmin dans Terminal, en saisissant ce qui suit : $ serveradmin start webobjects $ serveradmin stop webobjects Vérification de l’état du service WebObjects Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour surveiller le service WebObjects. Pour vérifier l’état du service WebObjects : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez WebObjects. 4 Cliquez sur Vue d’ensemble pour vérifier si le service WebObjects est en cours d’exécution, connaître l’heure à laquelle il a démarré et savoir si Contrôle est également en cours d’exécution. Arrêt du service WebObjects Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour arrêter le service WebObjects. Pour arrêter le service WebObjects : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez WebObjects. 4 Cliquez sur Arrêter WebObjects (sous la liste Serveurs). Ouverture de Contrôle Contrôle est un outil basé sur le web qui vous permet de gérer et de surveiller les applications exécutées sur le service WebObjects. Vous pouvez utiliser cet outil pour configurer des applications destinées au déploiement via votre serveur web et pour surveiller la répartition de la charge sur plusieurs serveurs web. Pour en savoir plus, ouvrez Contrôle et sélectionnez Aide. Pour ouvrir Contrôle : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez WebObjects.Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 93 4 Cliquez sur Réglages, puis cochez la case Activer Contrôle. 5 Cliquez sur Enregistrer. 6 Ouvrez un navigateur web, puis tapez l’adresse de Contrôle : http://localhost: Utilisation d’Apache Apache est le serveur web HTTP open source intégré à Mac OS X Server.Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour gérer la plupart des opérations de serveur web, mais il est parfois nécessaire d’ajouter ou de modifier des portions du serveur Apache. Vous devez alors modifier les fichiers de configuration Apache et changer ou ajouter des modules Apache. Mac OS X Server 10.5 prend en charge deux versions du serveur web Apache : Apache 1.3 et Apache 2.2.Apache 1.3 et Apache 2.2 sont pris en charge par Admin Serveur. Apache 2.2 s’exécute en tant que processus 64 bits si le matériel est adéquat, mais Apache 1.3 ne fonctionne qu’en 32 bits. Vous pouvez configurer manuellement ces deux versions afin qu’elles s’exécutent en parallèle, à condition qu’elles n’essaient pas toutes les deux d’écouter la même combinaison d’adresses IP et de port de service. Seule une version est gérée par Admin Serveur ; leur exécution simultanée n’est pas prise en charge. Admin Serveur ne peut gérer qu’une seule version d’Apache à la fois. En cas d’installation spéciale, il s’agit toujours d’Apache 2.2. En cas de mise à niveau, il s’agit d’Apache 1.3, jusqu’à ce que vous passiez à la version Apache 2.2. Les emplacements desfichiers essentiels d’Apache sont répertoriés dansle tableau ci-dessous. Description des fichiers Emplacement dans Apache 1.3 Emplacement dans Apache 2.2 Fichier de configuration du service web Dossier /etc/httpd/ Dossier /etc/apache2/ Fichiers de configuration de site Dossier /etc/httpd/sites/ Dossier /etc/apache2/sites/ Fichier exécutable /usr/sbin/httpd-1.3 /usr/sbin/httpd Modules web Dossier /usr/libexec/httpd/ Dossier /usr/libexec/apache2/ Historique des erreurs Dossier /var/log/httpd/ Dossier /var/log/apache2/ (avec un lien symbolique qui permet d’afficher un dossiersousla forme /Bibliothèque/Logs/WebServer/) Hôtes virtuels temporairement désactivés Dossier /etc/httpd/ sites_disabled/ Dossier /etc/apache2/ sites_disabled/ Par défaut, le contenu statique des deux versions Apache pointe vers /Bibliothèque/WebServer/Documents/ Par défaut, les CGI des deux versions Apache pointent vers /Bibliothèque/WebServer/CGI-Executables/94 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source Tous les fichiers des dossiers /etc/httpd/sites/ (Apache 1.3) et /etc/apache2/sites/ (Apache 2.2) sont lus et traités par Apache lorsque l’application réalise un redémarrage à froid ou à chaud. Chaque fois que vous enregistrez des changements, le serveur effectue un redémarrage à chaud. Si vous modifiez un fichier à l’aide d’un éditeur de texte qui crée une copie temporaire ou de sauvegarde, le redémarrage du serveur peut échouer, car il existe alors deux fichiers portant des noms quasi identiques. Pour éviter ce problème,supprimez les fichiers temporaires ou de sauvegarde créés lors de la modification des fichiers dans ce dossier. Modification des fichiers de configuration d’Apache Vous pouvez modifier les fichiers de configuration d’Apache si vous avez besoin d’utiliser des fonctionnalités de serveur web Apache qui ne font pas partie d’Admin Serveur. Pour modifier les fichiers de configuration, vous devez être un administrateur Apache expérimenté et maîtriser les outils d’édition de texte. Prenez soin de réaliser une copie du fichier de configuration original avant de le modifier. Le fichier de configuration httpd.conf gère toutes les directives contrôlées par Admin Serveur. Vous pouvez modifier ce fichier à condition de respecter les conventions relatives au texte et les commentaires. Ce fichier dispose également d’une directive pour inclure le dossier .../sites/. Ce dossier contient tous les hôtes virtuels de ce serveur. Les fichiers portent le nom de l’identificateur unique de l’hôte virtuel (par exemple, 0000_17.221.43.127_80_www.exemple.com.conf). Pour désactiver des sites spécifiques, placez-les dans le dossier sites_disabled, puis redémarrez le service web.Vous pouvez aussi modifier les fichiers de site à condition d’en respecter les conventions. L’un des fichiers masqués du dossier sites_disabled se nomme default_default.conf. Il sert de modèle à tous les nouveaux hôtes virtuels créés dans Admin Serveur. Les administrateurs peuvent modifier le fichier de modèle afin de le personnaliser, en veillant à respecter les conventions établies dans le fichier. Pour en savoir plus sur Apache et sur ses modules, consultez la section « Vue d’ensemble des modules web Apache » à la page 107. Restauration de la configuration par défaut Vous pouvez restaurer un réglage d’usine ou une configuration par défaut d’Apache sans réinstaller Mac OS X Server. Les différents fichiers .default qui se trouvent dans les répertoires de configuration d’Apache sont prévus à cet effet et sont en lecture seule pour éviter que les administrateurs ne soient tentés de les modifier.Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 95 Pour restaurer la configuration par défaut : 1 Ouvrez Terminal. 2 Tapez la commande suivante : $ sudo serveradmin web:command=writeSettings \web:variant=withDefaults Il existe un fichier ReadMe.txt qui décrit la configuration d’Apache :  Le fichier readme.txt d’Apache 2.2 est installé dans le dossier /etc/apache2/.  Le fichier readme.txt d’Apache 1.3 est installé dans le dossier /etc/httpd/. Ce fichier contient des instructions permettant de passer manuellement d’Apache 2.2 à 1.3, si cela s’avère nécessaire. Utilisation du script apachectl Le moyen par défaut permettant de démarrer et d’arrêter Apache sur Mac OS X Server consiste à utiliser Admin Serveur. Il existe deux versions des commandes apachectl :  Commandes apachectl pour Apache 2.2. Apache 2.2 est exécuté en tant que processus 64 bits sur le matériel approprié.  Commandes apachectl-1.3 pour Apache 1.3. Apache 1.3 est exécuté en 32 bits uniquement. Si vous voulez utiliser le script apachectl plutôt qu’Admin Serveur pour démarrer et arrêter le service web, prenez note de ce qui suit :  Le cache performances web est activé par défaut sous Mac OS X Server 10.5. Pour les installations de mise à niveau, avec Apache 1.3, le cache performances web est activé dans la version 10.5 uniquement s’il l’a été avant la mise à niveau. Lorsque le service web démarre, le processus de service web principal (httpd) et le processus webperfcache sont également lancés. (Le processus webperfcache transfère du contenu statique depuis une mémoire cache et relaie les requêtes vers httpd lorsque cela est nécessaire.) Le script apachectl fourni avec Mac OS X Server ignore la présence de webperfcache ; ainsi, si vous n’avez pas désactivé le cache performances, vous devez aussi utiliser le script webperfcachectl pour démarrer et arrêter webperfcache.  Si Apache est lancé à l’aide du script apachectl, la limite de processus soft est égale à 100, c’est-à-dire la limite par défaut. Lorsque vous utilisez des scripts CGI, cette limite peut s’avérer trop basse. Dans ce cas, vous pouvez démarrer le service web à l’aide d’Admin Serveur, qui fixe la limite de processus soft à 2048. Vous pouvez aussi saisir ulimit -u 2048 avant d’utiliser apachectl.  Le script apachectl ne lance pas Apache lorsque le serveur redémarre. En raison des problèmes évoqués plus haut, si vous devez contrôler Apache à partir d’un script, il est recommandé d’utiliser l’outil de ligne de commande serveradmin.96 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source Pour démarrer Apache à partir d’un script : 1 Ouvrez votre script. 2 Tapez la commande suivante : serveradmin start web Cela permet de démarrer Apache et le cache performances (si nécessaire) et d’indiquer à /etc/hostconfig de lancer le service web au redémarrage. 3 Enregistrez et exécutez votre script. Pour arrêter Apache depuis la ligne de commande : 1 Ouvrez votre script. 2 Tapez la commande suivante : serveradmin stop web Cela permet d’arrêter Apache et le cache performances (si nécessaire) et d’indiquer à /etc/hostconfig de ne pas lancer le service web au redémarrage. 3 Enregistrez et exécutez votre script. À propos de l’enregistrement Multicast DNS d’Apache N’utilisez pas l’enregistrement Multicast DNS d’Apache avec le serveur. Important :ne tentez pas d’activer l’enregistrement Multicast DNS (mdns) d’Apache pour le serveur. Cet enregistrement ne prend pas en charge les hôtes virtuels, alors que le serveur en utilise. Utilisation d’Apache Axis Axis (Apache Extensible Interaction System) est une implémentation du protocole SOAP (Simple Object Access Protocol). Pour en savoir plus sur le protocole SOAP, visitez le site web www.w3.org/TR/SOAP. Pour en savoir plus sur Axis, visitez le site web ws.apache.org/axis. Vous pouvez utiliser Apache Axis en créant des applications web qui utilisent les bibliothè- ques Axis, puis déployer ces applications dans Tomcat. Contrairement à Tomcat, Axis n’est généralement pas utilisé en tant que serveur d’applications. Mac OS X Server 10.5 inclut une version préinstallée d’Apache Axis (v1.1), qui fonctionne avec la version préinstallée de Tomcat (v4.1.x). Les bibliothèques Axis sont installées dans le dossier /Système/Bibliothèque/Axis/. Par défaut, Apple installe un exemple d’application web Axis dans Tomcat. Cette application web, connue sous le nom d’Axis,se trouve dans /Bibliothèque/Tomcat/webapps/axis/. Après avoir activé Tomcat dansla sous-fenêtre desréglages du service web d’Admin Serveur, vous pouvez valider la version préinstallée d’Apache Axis en accédant au site web suivant : http://exemple.com:9006/axis/Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 97 Remplacez « exemple.com » par votre nom d’hôte. Notez le port Tomcat non standard. La première fois que vous utilisez la version préinstallée d’Axis en accédant à http://exemple.com:9006/axis/ et en sélectionnant le lien « Validate the local installation’s configuration » (Valider la configuration de l’installation locale), vous recevez les messages d’erreur suivants :  Warning : could not find class javax.mail.internet.MimeMessage from file mail.jar Attachments will not work. (Classe javax.mail.internet.MimeMessage introuvable dans le fichier mail.jar. Les pièces jointes seront inopérantes.) See java.sun.com/products/javamail.  Warning : could not find class org.apache.xml.security.Init from file xmlsec.jar XML Security is not supported (Classe org.apache.xml.security.Init introuvable dans le fichier xmlsec.jar. XML Security n’est pas pris en charge.) See xml.apache.org/security. Suivez les instructions qui accompagnent les messages d’avertissement si vous avez besoin de ces composants facultatifs. Consultez le manuel Axis User’s Guide pour en savoir plus sur l’utilisation d’Axis dans vos applications web. Ce guide est disponible sur le site ws.apache.org/axis/java/user-guide.html. Utilisation de Tomcat Tomcat ajoute desfonctionnalités de servlet Java et JSP (JavaServer Pages) à Mac OS X Server. LesservletsJava sont des applications baséessur Java quisont exécutéessur votre serveur, par opposition aux appletsJava, quisont exécutéssur l’ordinateur de l’utilisateur.JavaServer Pages vous permet d’incorporer desservletsJava dans vos pages web HTML. Les spécifications de servlet Java et de JavaServer Pages sont développées par Sun Microsystems dans le cadre de Java Community Process. La série en cours de production est Tomcat 4.1.x, qui intègre les spécifications Java Servlet 2.3 et JavaServer Pages 1.2. Pour en savoir plus sur Tomcat, visitez le site web http://tomcat.apache.org/. Pour en savoir plus sur les servlets Java que vous pouvez utiliser sur votre serveur web, consultez les sites suivants :  java.sun.com/products/servlet  java.sun.com/products/jsp98 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source Par défaut, la console de gestion et le service d’état de Tomcat sont désactivés. Consultez la documentation Apache Tomcat (http://tomcat.apache.org/tomcat-6.0-doc/index.html) pour activer etsécuriser correctement ce service dans votre environnement de déploiement. Il est recommandé de sécuriser ce service web derrière un coupe-feu. Pour en savoir plus, consultez le guide Tomcat the Definitive Guide paru chez O’Reilly (www.oreilly.com). Définition de Tomcat en tant que conteneur d’application Vous devez utiliser Admin Serveur pour travailler avec Tomcat. Vous pouvez programmer le lancement automatique de Tomcat au démarrage du serveur. Cela permet de garantir que les modules Tomcat démarrent après une panne électrique ou l’arrêt du serveur. Vous pouvez utiliser Admin Serveur ou Terminal pour activer Tomcat. Pour démarrer Tomcat à l’aide d’Admin Serveur : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Général. 5 Cochez la case Activer Tomcat. 6 Cliquez sur Enregistrer. À partir de la ligne de commande Vous pouvez aussi démarrer Tomcat dans Terminal en saisissant les commandes suivantes : $ cd /Library/Tomcat/bin $ ./startup.sh start Pour vous assurer que Tomcat est en cours d’exécution, utilisez un navigateur pour accé- der au port 9006 sur votre serveur de sites web en saisissant l’adresse URL de votre site, suivie de :9006. Si Tomcat est en cours d’exécution, cette adresse URL permet d’accéder à la page d’accueil de Tomcat. Utilisation de MySQL MySQL propose une solution de gestion des bases de données relationnelles pour votre serveur web. Grâce à ce logiciel open source, vous pouvez relier les données de différents tableaux ou bases de données et fournir les informations sur votre site web. L’application MySQL Manager est remplacée par le service MySQL dans Admin Serveur.Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 99 Activation du service MySQL Pour configurer votre gestionnaire de base de données, vous devez d’abord activer le service MySQL dans Admin Serveur. Pour activer le service MySQL : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur Réglages, puis sur Services. 3 Cochez la case MySQL. 4 Cliquez sur Enregistrer. Configuration du service MySQL Utilisez les réglages du service MySQL dans Admin Serveur pour définir l’emplacement de la base de données, activer les connexions réseau et définir le mot de passe root de MySQL. Pour configurer le service MySQL : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Cliquez sur MySQL. 4 Cliquez sur Réglages. 5 Cochez la case « Autoriser les connexions réseau », afin de permettre aux utilisateurs d’accéder au service MySQL. Cette options accorde aux utilisateurs l’accès aux informations de la base de données via le serveur web. 6 Saisissez le chemin d’accès à l’emplacement de votre base de données dans le champ « Emplacement de la base de données ». Vous pouvez également cliquer sur le bouton Choisir et rechercher le dossier à utiliser. 7 Cliquez sur Enregistrer. Lancement du service MySQL Le lancement du service MySQL s’effectue à partir d’Admin Serveur. Pour démarrer le service MySQL : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez MySQL.100 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source 4 Cliquez sur Démarrer MySQL (sous la liste Serveurs). Le service fonctionne jusqu’à ce que vous l’arrêtiez et il redémarre si votre serveur est redémarré. Vérification de l’état du service MySQL Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour surveiller le service MySQL. Pour vérifier l’état du service MySQL : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez MySQL. 4 Cliquez sur Vue d’ensemble pour vérifier si le service MySQL est en cours d’exécution, connaître l’heure à laquelle il a démarré et savoir si les connexions réseau sont autorisées. Affichage et gestion des historiques de service et Admin de MySQL Le service MySQL conserve deux types d’historique, un historique de service et des historiques Admin :  L’historique de service MySQL enregistre l’heure des événements tels que le démarrage et l’arrêt du service MySQL.  L’historique Admin MySQL enregistre des informations telles que la connexion et la déconnexion des clients, ainsi que chaque instruction SQL reçue par les clients. Cet historique est situé dans /Bibliothèque/Logs/MySQL.log. Vous pouvez afficher les historiques de service MySQL à l’aide d’Admin Serveur. Pour afficher les historiques de service MySQL : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Cliquez sur MySQL. 4 Cliquez sur Historiques. Utilisez le champ Filtre pour rechercher des entrées particulières.Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 101 Arrêt du service MySQL Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour arrêter le service MySQL. Pour arrêter le service MySQL : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez MySQL. 4 Cliquez sur Arrêter MySQL (sous la liste Serveurs). Mise à niveau de MySQL Mac OS X Server 10.5 inclut la dernière version de MySQL, à savoir la version 5.0. Comme elle est préinstallée, elle ne se trouve pas dans /usr/local/mysql. En effet,ses éléments sont répartis dans le système de fichiers selon la disposition standard des fichiers UNIX :  Les fichiers exécutables de MySQL sont situés dans les dossiers /usr/sbin/ et /usr/bin/.  Les pages man de MySQL sont situées dans le dossier /usr/share/man/.  Les autres composants MySQL sont situés dans le dossier /usr/share/mysql/. Une fois installée, la base de données MySQL réside dans le dossier /var/mysql/. Une version plus récente de MySQL sera disponible sur www.mysql.com. Vous pourrez alors en télécharger la source et l’assembler (si vous avez installé les paquets de développeur) ou télécharger la distribution binaire appropriée et l’installer, en suivant les instructions publiées sur ce site web. Par défaut, ces installations résident dans le dossier /usr/local/mysql/. Si vous installez votre propre version de MySQL, vous disposerez de deux versions de MySQL sur votre système. Cela ne pose aucun problème, à condition de ne pas tenter de les exécuter en même temps. Assurez-vous que vous utilisez les commandes destinées à la nouvelle version en indiquant le chemin d’accès complet (qui commence par /usr/local/mysql/) ou que la variable du chemin d’accès au shell est définie pour consulter d’abord votre dossier local.102 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source Utilisation de Ruby on Rails Ruby on Rails est un cadre d’applications web qui rencontre un fort engouement en raison de sa facilité de développement, de son extensibilité, du fait qu’il prend en charge l’architecture « Model-View-Controller » (Modèle-Vue-Contrôleur) et aussi parce qu’il utilise Ajax via les bibliothèques Prototype et Script.aculo.us. Pour en savoir plus, visitez le site web www.rubyonrails.org. Dans Mac OS X Server 10.5, Ruby on Rails est préinstallé avec plusieurs paquets de composants très utiles, y compris le serveur web Mongrel. Le serveur Mongrel est fourni avec l’outil mongrel_rails pour en assurer la gestion. Mac OS X Server 10.5 prend en charge le déploiement des applications Ruby on Rails des différentes manières suivantes :  Il inclut une version améliorée de l’outil mongrel_rails appelée mongrel_rails_persist, qui crée un fichier plist launchd pour exécuter Mongrel de façon continue (d’un redémarrage à l’autre) et entraîne son enregistrement auprès de Bonjour. Cette fonctionnalité s’avère pratique, car elle permet à la sous-fenêtre Proxy de site web d’Admin Serveur de détecter les instances de Mongrel en cours d’exécution sur le même ordinateur et de présenter leurs adresses URL dans le menu local Membres compensateurs. Pour en savoir plus sur mongrel_rails_persist, reportez-vous à sa page principale.  Il permet d’administrer le module mod_proxy_balancer d’Apache 2.2 dans la sousfenêtre Proxy de site web d’Admin Serveur. Cela permet d’accéder à plusieurs instances de Mongrel (ou d’un autre serveur http back-end) à l’aide d’une seule adresse URL. Apache peut ainsi répartir sa charge sur ces services dans une proportion configurée.  Il inclut le module mod_fastcgi pour les clients qui l’ont utilisé pour résoudre des problè- mes de configuration et qui le préfèrent à mod_proxy_balancer. Ce module est désactivé par défaut. Gestion du déploiement des applications Ruby on Rails Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour gérer le déploiement des applications Ruby on Rails avec le module mod_proxy_balancer d’Apache 2.2. Vous pouvez dédier votre site web (hôte virtuel) à Ruby on Rails ou vous pouvez le partager avec Ruby on Rails. Les scénarios suivants décrivent différentes façons de procéder :  Dans le premier scénario, le site web est dédié à l’application web Ruby on Rails.  Dans le second scénario, le site web est partagé avec l’application Ruby on Rails. Dans ces scénarios, nous utilisons le site web générique par défaut,signalé par un astérisque dans la colonne des adresses de la liste de sites web, en tant qu’exemple. Il existe d’autres variations selon la façon dont vous organisez vos sites web et vos applications Ruby on Rails, mais ces deux scénarios illustrent le mécanisme général. Vous pouvez consulter la base de connaissances pour découvrir d’autres techniques.Chapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 103 Scénario 1 - Dédier un site web (hôte virtuel) à l’application web qui passe par le proxy 1 Ouvrez Terminal et saisissez les commandes suivantes pour créer votre application Ruby on Rails à l’extérieur de la racine de document de n’importe quel hôte virtuel web existant (par exemple dans /Bibliothèque/WebServer/MonAppWeb, où MonAppWeb correspond au nom de votre application Rails). $ cd /Library/WebServer $ rails MonAppWeb $ ... 2 Démarrez le serveur web Mongrel à l’aide de la commande mongrel_rails_persist : $ sudo mongrel_rails_persist start -p 3001 -c /Library/WebServer/MonAppWeb Cette enveloppe de la commande mongrel_rails enregistre l’instance de Mongrel avec Bonjour et fournit un fichier plist launchd de sorte que l’instance de Mongrel soit relancée au démarrage du serveur. 3 Utilisez Safari pour accéder à l’adresse URL Rails locale afin de confirmer que l’application web répond : http://127.0.0.1:3001 Si vous avez défini un modèle ou un schéma dans votre application Rails, l’adresse URL peut ressembler à ce qui suit : http://127.0.0.1:3001/NomDuModèle La page de bienvenue « Welcome Aboard / You’re riding the rails » (Bienvenue. Vous naviguez à présent sur Rails) devrait s’afficher. 4 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 5 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 6 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 7 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 8 Cliquez sur Proxy sous la liste des sites web. 9 Cochez la case « Activer le proxy inversé ». 10 Assurez-vous que le champ « Chemin d’accès au proxy » est « / ». Pour cela, toutes les adresses URL contenues dans le site web doivent passer par un proxy pour accéder au groupe compensateur. 11 Laissez le champ « Identifiant de session permanent » vide, sauf si vous avez une raison de spécifier une valeur. 12 Pour ajouter un membre compensateur, cliquez sur le bouton Ajouter (+) sous la liste Membres compensateurs.104 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source 13 Dans le menu local URL du serveur, indiquez l’adresse URL du membre compensateur de charge. Chaque instance de Mongrel exécutée localement voit s’afficher son adresse URL dans le menu local, vous devriez donc pouvoir en sélectionner une. Créez d’autres membres compensateurs si vous disposez de plusieurs instances de Mongrel qui servent votre application web sur cet hôte ou d’autres hôtes accessibles. Chaque membre compensateur correspond à une instance de Mongrel, exécutée sur l’hôte local ou les autres hôtes. 14 S’il n’existe qu’un seul membre compensateur, réglez l’option Facteur de charge sur 100. Utilisez le champ Facteur de charge pour répartir la charge entre les membres compensateurs. 15 Laissez le champ Route vide,sauf si vous avez une raison spécifique de saisir une valeur. 16 Cliquez sur OK. 17 Cliquez sur Enregistrer. 18 Démarrez le service web s’il n’est pas déjà en cours d’exécution. 19 Utilisez Safari pour accéder à l’adresse URL du proxy afin de confirmer que l’application web répond : http://127.0.0.1 Si vous avez défini un modèle ou un schéma dans votre application Rails, l’adresse URL peut ressembler à ce qui suit : http://127.0.0.1/NomDuModèle Il n’est pas nécessaire de saisir une barre oblique de fin. Scénario 2 - Partager un site web (hôte virtuel) avec l’application web passant par le proxy 1 Ouvrez Terminal et saisissez les commandes suivantes pour créer votre application Ruby on Rails à l’extérieur de la racine de document de n’importe quel hôte virtuel web existant (par exemple dans /Bibliothèque/WebServer/MonAppWeb, où MonAppWeb correspond au nom de votre application Rails). $ cd /Library/WebServer $ rails MonAppWeb $ ... 2 Démarrez le serveur web Mongrel à l’aide de la commande mongrel_rails_persist et de l’argument --prefix : $ sudo mongrel_rails_persist start -p 3001 --prefix /rails -c /Library/ WebServer/MonAppWebChapitre 6 Utilisation de WebObjects et d’applications open source 105 3 Utilisez Safari pour accéder à l’adresse URL Rails locale afin de confirmer que l’application web répond : http://127.0.0.1:3001/rails/ Si vous avez défini un modèle ou un schéma dans votre application Rails, l’adresse URL peut ressembler à ce qui suit : http://127.0.0.1/rails/NomDuModèle La page de bienvenue « Welcome Aboard / You’re riding the rails » (Bienvenue.Vous naviguez à présent sur Rails) devrait s’afficher. 4 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 5 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 6 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 7 Cliquez sur Sites, puis sélectionnez le site web dans la liste. 8 Cliquez sur Proxy sous la liste des sites web. 9 Cochez la case « Activer le proxy inversé ». 10 Dans le champ « Chemin d’accès au proxy », saisissez le préfixe que vous avez défini sur mongrel_rails_persist, mais en ajoutant une barre oblique inverse de début et de fin. Dans notre exemple, cela correspondrait à /rails/. 11 Laissez le champ « Identifiant de session permanent » vide, sauf si vous avez une raison de spécifier une valeur. 12 Pour ajouter un membre compensateur, cliquez sur le bouton Ajouter (+) sous la liste Membres compensateurs. 13 Dans le menu local URL du serveur, indiquez l’adresse URL du membre compensateur de charge. Chaque instance de Mongrel exécutée localement voit s’afficher son adresse URL dans le menu local, vous devriez donc pouvoir en sélectionner une (par exemple, http://127.0.0.1:3001/rails). 14 S’il n’existe qu’un seul membre compensateur, réglez l’option Facteur de charge sur 100. Utilisez le champ Facteur de charge pour répartir la charge entre les membres compensateurs. 15 Laissez le champ Route vide, sauf si vous avez une raison spécifique de saisir une valeur. 16 Cliquez sur OK. 17 Cliquez sur Enregistrer.106 Chapitre 6Utilisation de WebObjects et d’applications open source 18 Démarrez le service web s’il n’est pas déjà en cours d’exécution. 19 Utilisez Safari pour accéder à l’adresse URL du proxy afin de confirmer que l’application web répond : http://127.0.0.1/rails/ Si vous avez défini un modèle ou un schéma dans votre application Rails, l’adresse URL peut ressembler à ce qui suit : http://127.0.0.1/rail/NomDuModèle Si vous constatez qu’une barre oblique de fin est nécessaire, vous pouvez utiliser la section Alias de la sous-fenêtre Web d’Admin Serveur correspondant au site, puis ajouter une entrée RedirectMatch établissant une correspondance entre /rails et /rails/. 20 Utilisez Safari pour accéder à l’adresse URL locale et vous assurer que le contenu ajouté est disponible dans d’autres emplacements sur le site web : http://127.0.0.17 107 7 Gestion des modules web Ce chapitre vous permet de vous familiariser avec les modules web Apache qui offrent des commandes et des fonctions importantes pour le service web. Le serveur web Apache comprend plusieurs modules permettant de contrôler le fonctionnement du serveur. Mac OS X Server fournit en outre des modules dotés de fonctions spéciales pour Macintosh. Vue d’ensemble des modules web Apache Les modules se connectent au serveur web Apache pour ajouter des fonctionnalités à votre site web. Apache est livré avec plusieurs modules standard et vous pouvez en acquérir d’autres auprès d’un vendeur de logiciels ou en télécharger sur Internet. Vous trouverez des informations sur les différents modules Apache disponibles sur le site www.apache.org/docs/mod. Remarque :Rails n’est pas basé sur un module web distinct. Les explications concernant Rails font référence à mod_proxy_balancer, qui est un module Apache 2.2 standard. Utilisation des modules web Le serveur web Apache repose sur un concept modulaire qui vous permet d’étendre les fonctions de base de votre serveur web en activant des modules supplémentaires. Admin Serveur permet d’activer ou de désactiver les différents modules. Même si les opérations d’activation et de désactivation des modules web Apache sont simples à réaliser dans Admin Serveur, il est généralement recommandé d’avoir un objectif précis quant aux fonctions recherchées et de bien comprendre les implications de ces opérations. Certains modules web s’excluent mutuellement, d’autres sont interdépendants. Voici quelques exemples :  auth_digest_module et digest_module ne doivent jamais être activés en même temps.108 Chapitre 7Gestion des modules web  proxy_module doit être activé si proxy_connect_module, proxy_ftp_module, proxy_http_module, proxy_ajp_module ou proxy_balancer_module sont activés.  dav_module et dav_fs_module doivent présenter le même état.  encoding_module requiert l’activation de headers_module, dav_module et dav_fs_module.  cache_module est nécessaire pour mem_cache_module et disk_cache_module. Important :les modules web utilisés avec Apache 1.3 ne sont pas les mêmes que ceux utilisés avec Apache 2.2. Affichage des modules web Vous pouvez afficher la liste des modules en cours d’utilisation ou disponibles sur le serveur. Pour afficher les modules web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Modules. 5 Faites défiler la liste des modules pour voir ceux qui sont en cours d’utilisation ou disponibles sur le serveur web. Ajout de modules web Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour ajouter des modules web à votre serveur web. Avant de pouvoir ajouter un module web au serveur, vous devez d’abord l’installer. Pour installer un module, suivez les instructions fournies avec le logiciel du module. Le serveur web charge les modules à partir du dossier /usr/libexec/httpd/. Pour ajouter des modules web au serveur : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Modules. 5 Cliquez sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter un module à la liste des modules disponibles. 6 Dans le champ Nom du module, saisissez le nom du module. 7 Pour activer le module, cochez la case Activé. 8 Dans le champ Chemin du module, saisissez le chemin d’accès au module installé ou cliquez sur le bouton Parcourir pour sélectionner le dossier correspondant.Chapitre 7 Gestion des modules web 109 9 Cliquez sur OK. 10 Cliquez sur Enregistrer. Activation des modules web Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour activer des modules pour votre serveur web. Pour activer des modules de service web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Modules. 5 Faites défiler la liste des modules pour voir ceux qui sont en cours d’utilisation ou disponibles sur le serveur web. 6 Cochez la case Activer en regard du module à activer. 7 Cliquez sur Enregistrer. Modification de modules web Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour modifier des modules web sur votre serveur. Pour modifier les réglages d’un module web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Modules. 5 Faites défiler la liste des modules pour voir ceux qui sont en cours d’utilisation ou disponibles sur le serveur web. 6 Sélectionnez le module à modifier et cliquez sur le bouton Modifier (/). Vous pouvez également dupliquer un module existant et en modifier les réglages. Pour ce faire, sélectionnez le module et cliquez sur le bouton Dupliquer, puis modifiez les réglages du module dupliqué. 7 Dans le champ Nom du module, saisissez le nom du module. 8 Cochez ou décochez la case Activé, selon que vous souhaitez activer le module pour votre serveur web ou pas. 9 Dans le champ Chemin du module,saisissez le chemin d’accès au module installé ou cliquez sur le bouton Parcourir pour sélectionner le dossier correspondant.110 Chapitre 7Gestion des modules web 10 Cliquez sur OK. 11 Cliquez sur Enregistrer. Suppression de modules web Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour supprimer des modules web de votre serveur. Pour supprimer des modules web : 1 Ouvrez Admin Serveur et connectez-vous au serveur. 2 Cliquez sur le triangle situé à gauche du serveur. La liste des services apparaît. 3 Dans la liste Serveurs développée, sélectionnez Web. 4 Cliquez sur Réglages, puis sur Modules. 5 Faites défiler la liste des modules pour voir ceux qui sont en cours d’utilisation ou disponibles sur le serveur web. 6 Sélectionnez le module à supprimer et cliquez sur le bouton Supprimer (–). 7 Cliquez sur Enregistrer. Modules propres à Macintosh Les modules propres à Macintosh sont installés par le service web dans Mac OS X Server. Ces modules sont décrits dans cette section. mod_macbinary_apple Ce module permet d’assembler des fichiers en paquets au format MacBinary, afin de permettre le téléchargement de fichiers Macintosh directement à partir de votre site web. Les utilisateurs peuvent télécharger ces fichiers MacBinary à l’aide d’un navigateur web standard en ajoutant l’extension « .bin » à l’adresse URL utilisée pour accéder au fichier. Cette fonction n’est disponible que dans Apache 1.3. mod_spotlight_apple Ce module permet à Apache d’utiliser Spotlight pour effectuer des recherches sur votre site web et de classer les résultats en fonction de leur pertinence. Une fois votre site indexé, vous pouvez proposer un champ de recherche aux utilisateurs. Les clients doivent ajouter l’extension .spotlight à l’adresse URL de votre site (par exemple, http://www.example.com/.spotlight) pour accéder à une page permettant d’effectuer des recherches sur votre site web.Chapitre 7 Gestion des modules web 111 mod_auth_apple Ce module permet à un site web d’authentifier les utilisateurs en consultant les domaines de service du système de fichiers spécifiés par les règles de recherche du serveur. Une fois l’authentification activée, les visiteurs du site sont invités à saisir un nom d’utilisateur et un mot de passe pour accéder aux informations relatives au site. mod_hfs_apple Ce module, qui nécessite que les utilisateurs saisissent l’adresse URL des volumes HFS en utilisant la casse correcte (minuscules ou majuscules), permet d’ajouter un niveau de sécurité supplémentaire aux volumes qui ne sont pas sensibles à la casse. mod_digest_apple Ce module permet d’activer l’authentification digest d’un royaume WebDAV. Il s’agit du plus ancien module d’authentification digest par défaut basé sur le module Apache mod_digest, mais modifié pour utiliser Open Directory plutôt que des fichiers htdigest. C’est le module digest par défaut, car il fonctionne avec les maîtres Open Directory exécutant Mac OS X Server v10.4. Il est conseillé d’utiliser ce type de recommandation plutôt que l’authentification de base, car il évite l’envoi des mots de passe en clair. mod_auth_digest_apple Ce module permet d’activer l’authentification digest d’un royaume WebDAV. Il s’agit du module d’authentification digest le plus récent basé sur le module Apache mod_auth_digest, mais modifié pour utiliser Open Directory plutôt que des fichiers htdigest. Il est désactivé par défaut, car il requiert que le maître Open Directory utilise Mac OS X 10.5. mod_spnego Ce module fournit l’authentification Kerberos aux utilisateurs Open Directory via le protocole SPNEGO/Negotiate. mod_encoding Ce module open source, personnalisé par Apple et accompagné d’une modification du module WebDAV mod_dav, permet d’inclure des caractères japonais dans le nom des fichiers WebDAV. mod_bonjour Ce module permet aux administrateurs de contrôler la façon dont les sites web sont enregistrés avec la multidiffusion DNS.112 Chapitre 7Gestion des modules web Modules Open Source Mac OS X Server comprend plusieurs modules web open source très répandus tels que Tomcat et PHP. Tomcat Ce module, qui utilise un langage de scripts de type Java, constitue l’implémentation de référence officielle de Java Servlet et JavaServer Pages développée sous Java Community Process. Tomcat doit être activé pour pouvoir être utilisé. Pour en savoir plus sur Tomcat et sur son activation, reportez-vous à la section « Utilisation de Tomcat » à la page 97. PHP PHP (PHP Hypertext Preprocessor) désigne un langage de scripts côté serveur, intégré au code HTML et semblable au langage C, qui vous permet de gérer des contenus web dynamiques. Les développeurs web incorporent le code PHP au code HTML, permettant ainsi aux programmeurs d’intégrer une logique dynamique directement dans un script HTML, plutôt que d’écrire un programme générant du code HTML. Le langage PHP offre des fonctions similaires à celles des scripts CGI, mais prend également en charge plusieurs formats de bases de données et peut communiquer sur plusieurs réseaux grâce à de nombreux protocoles. Les bibliothèques PHP sont incluses dans Mac OS X Server, mais sont désactivées par défaut. Contrairement au code JavaScript exécuté côté client, le code PHP est exécuté sur le serveur. Il est également utilisé pour l’implémentation de Webmail sur Mac OS X Server. Pour en savoir plus sur ce module, consultez le site www.php.net. Important :si vous procédez à une mise à niveau sur votre serveur et que vous conservez Apache 1.3 avec PHP 4.4.x, vous devrez passer à Apache 2.2 avec PHP 5.x avant le 8 août 2008, date à laquelle PHP cessera de prendre en charge PHP 4.4. mod_perl Ce module intègre l’interpréteur Perl au serveur web, ce qui permet aux scripts Perl CGI existants d’être exécutés sans subir de modifications. Cette intégration permet une exé- cution plus rapide des scripts et une moindre consommation des ressources système. Pour en savoir plus sur ce module, visitez le site perl.apache.org. mod_encoding Le service web inclut le module open source Apache mod_encoding, afin d’améliorer l’interopérabilité de WebDAV avec les noms de fichiers non-ASCII.Chapitre 7 Gestion des modules web 113 Le module mod_encoding est désactivé par défaut. Ce module est installé et les directives de configuration se trouvent dans le fichier Apache config, mais elles ne sont pas activées car les directives LoadModule et AddModule qui permettent d’informer Apache sur le module mod_encoding sont désactivées. Pour prendre en charge les noms de fichiers non-ASCII, vous devez activer le module mod_encoding. Assurez-vous que le module dav_module est également activé. Le module mod_encoding permet d’étendre les fonctionnalités d’Apache. Il est contrôlé par plusieurs directives de configuration. Le fichier de configuration Apache fourni avec le service web contient un certain nombre de directives qui sont normalement suffisantes pour répondre à la plupart des besoins. Pour modifier ces directives, vous devez éditer le fichier /etc/httpd/httpd.conf à l’aide d’un éditeur de texte. Vous trouverez ci-dessous la description des directives prises en charge par le module mod_encoding. Directive EncodingEngine : permet d’activer et de désactiver le module mod_encoding. Pour que ce module fonctionne correctement, la version spéciale des modules mod_dav et mod_dav_encoding doit également être activée. Directive AddClientEncoding :bien que les clients WebDAV soient censés envoyer leurs données en respectant le codage UTF-8 ou tout autre style aisément détectable, certains les envoient en codage propre à une plateforme particulière et non détectable automatiquement. Cette situation nécessite l’utilisation de cette directive qui établit une correspondance entre les noms de codage et les types de clients. Cette directive spécifie les codages attendus de chaque type de client. Les clients sont identifiés par leur nom d’agent qui peut être spécifié sous la forme d’un modèle à l’aide d’une expression rationnelle étendue.N’utilisez jamais « .* » comme nom d’agent. Utilisez DefaultClientEncoding. Ce module utilise la chaîne CFString CoreFoundation et prend en charge tous les codages pris en charge par cette chaîne. Les noms de codage enregistrés IANA sont généralement pris en charge. Syntaxe Valeurpar défaut Contexte Compatibilité EncodingEngine [ on | off ] Désactivé Config. serveur Apache 1.3.x ; Mac OS X Server uniquement Syntaxe Valeurpar défaut Contexte Compatibilité AddClientEncoding agent-name encoding [ encoding...] Aucun Config. serveur Apache 1.3.x ; Mac OS X Server uniquement114 Chapitre 7Gestion des modules web Directive DefaultClientEncoding :cette directive indique à l’ensemble de codages par défaut ce à quoi s’attendre des différents clients en général. Vous n’avez pas besoin de spécifier UTF-8, car il s’agit du codage par défaut. Directive NormalizeUsername :cette directive est introduite pour prendre en charge le comportement de Microsoft Windows XP lors de l’accès à une ressource protégée par un mot de passe. Les clients Windows XP doivent ajouter « hostname\ » devant le nom d’utilisateur réel. L’activation de cette option supprime la partie « hostname\ », afin que seul le nom d’utilisateur « réel » soit transmis au module d’authentification interne. Pour en savoir plus sur le module mod_encoding, téléchargez votre propre version et consultez la documentation complémentaire fournie avec la distribution source, à l’adresse suivante : www.denpa.org/~go/denpa/200302/mod_encoding+mod_dav-macosx.tar.gz Syntaxe Valeurpar défaut Contexte Compatibilité DefaultClientEncoding encoding [ encoding...] UTF-8 Config. serveur Apache 1.3.x ; Mac OS X et Mac OS X Server uniquement Syntaxe Valeurpar défaut Contexte Compatibilité NormalizeUsername [ on | off ] Désactivé Config. serveur Apache 1.3.x ; Mac OS X et Mac OS X Server uniquement8 115 8 Résolution des problèmes de service web En cas de problèmes avec le service web ou l’un de ses composants, référez-vous aux astuces et stratégies proposées dans ce chapitre. Il est possible que vous rencontriez de temps en temps un problème lors de la configuration ou de la gestion des services web. Certaines situations susceptibles d’entraîner un problème pour l’administration du service web ou pour les connexions clientes sont décrites dans ce chapitre. Les utilisateurs ne parviennent pas à se connecter à un site web sur votre serveur Essayez d’appliquer les stratégies suivantes pour identifier le problème :  Assurez-vous que le service web est en cours de fonctionnement et que le site est activé.  Consultez la fenêtre Vue d’ensemble du service web pour vous assurer que le serveur fonctionne.  Vérifiez l’accès à Apache et les historiques d’erreurs. (Si vous n’êtes pas certain de la signification des messages, vous trouverez des explications sur le site web Apache, à l’adresse www.apache.org.)  Assurez-vous que les utilisateurs saisissent l’URL appropriée pour se connecter au serveur web.  Assurez-vous que le dossier correct est sélectionné comme dossier web par défaut. Assurez-vous que le fichier HTML correct est sélectionné comme page par défaut.  Si votre site web est limité à des utilisateurs particuliers, assurez-vous que ces utilisateurs disposent d’autorisations d’accès à votre site web.  Assurez-vous que les ordinateurs des utilisateurs sont correctement configurés pour le protocole TCP/IP. Si les réglages TCP/IP sont corrects, utilisez un utilitaire ping pour vérifier les connexions réseau.  Vérifiez qu’il ne s’agit pas d’un problème de DNS. Essayez d’utiliser l’adresse IP du serveur au lieu de son nom DNS pour vous connecter.  Assurez-vous que l’entrée de votre serveur DNS est correcte en ce qui concerne l’adresse IP et le nom de domaine du site web.116 Chapitre 8Résolution des problèmes de service web Un module web ne fonctionne pas comme prévu Essayez d’appliquer les stratégies suivantes pour identifier le problème :  Examinez l’historique des erreurs dans Admin Serveur, afin de déterminer la cause du mauvais fonctionnement du module.  Si ce module était fourni avec votre serveur web, consultez la documentation Apache concernant ce module et assurez-vous que la fonction indiquée de ce module correspond à vos attentes.  Si vous avez installé ce module, consultez la documentation fournie avec le module web pour vous assurer qu’il est correctement installé et compatible avec votre logiciel de serveur. Pour en savoir plus sur les modules Apache pris en charge pour Mac OS X Server, consultez la section « Utilisation des modules web » à la page 107 ansi que le site web Apache à l’adresse www.apache.org/docs/mod. Un script CGI ne fonctionne pas Essayez d’appliquer cette stratégie pour identifier le problème. Vérifiez les autorisations du fichier de scripts CGI pour vous assurer qu’il s’agit d’un script exécutable par www. Si tel n’est pas le cas, le script ne peut fonctionner sur votre serveur, même si vous avez activé l’exécution CGI dans Admin Serveur. 117 Glossaire Glossaire Adresse IPAdresse numérique unique qui identifie un ordinateur sur Internet. ApacheServeur HTTP open source intégré à Mac OS X Server. Le site (en anglais) www.apache.org contient des informations détaillées sur Apache. blogPage web présentant des entrées dans un ordre chronologique. Un blog est souvent utilisé comme journal ou lettre d’informations électronique. BlojsomLe projet open source sur lequel repose le service de journal web de Mac OS X Server 10.4. certificatParfois appelé « certificat d’identité » ou « certificat de clé publique ». Fichier de format spécifique (Mac OS X Server utilise le format X.509) contenant la clé publique d’une paire de clés publique et privée, les informations d’identification de l’utilisateur, par exemple son nom et ses coordonnées, ainsi que la signature numérique émise par une Autorité de certificat ou l’utilisateur de la clé. CGICommon Gateway Interface. Script ou programme permettant d’ajouter des fonctions dynamiques à un site web. Un script CGI transmet les informations entre un site Web et une application au service du site. Common Gateway InterfaceVoir CGI. HTMLInitiales de « Hypertext Markup Language » (langage de structuration hypertexte). Ensemble de symboles ou de codes insérés dans un fichier afin d’être affiché sous forme de page dans un navigateur web. La structure indique au navigateur web la manière d’afficher à l’utilisateur les mots et les images d’une page web. HTTPHypertext Transfer Protocol. Protocole client/serveur pour le web. Le protocole HTTP permet aux navigateurs web d’accéder à un serveur web et de demander des documents hypermédias créés avec du code HTML. Internet ProtocolVoir IP.118 Glossaire IPInternet Protocol. Également désigné par IPv4. Méthode utilisée conjointement avec le protocole TCP (Transmission Control Protocol) pour envoyer des données d’un ordinateur à un autre via un réseau local ou via Internet. Le protocole IP envoie les paquets de données, alors que le protocole TCP se charge de leur suivi. JavaScriptLangage de pilotage par script utilisé pour ajouter une certaine interactivité aux pages web. JBossServeur d’applications Java gérant les applications Java 2 Platform, Enterprise Edition (J2EE). journal webVoir blog. multicast DNSProtocole développé par Apple pour la découverte automatique d’ordinateurs, de périphériques et de services sur les réseaux IP. Appelé « Bonjour » (auparavant « Rendezvous ») par Apple, ce protocole, proposé comme standard Internet, est parfois appelé ZeroConf ou multicast DNS. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.apple.com/fr/ ou www.zeroconf.org (en anglais). Pour savoir comment ce protocole est utilisé sous Mac OS X Server, reportez-vous à nom d’hôte local. MySQLOutil de gestion de base de données relationnelles open source fréquemment utilisé par les serveurs web. nom d’hôte localNom qui désigne un ordinateur sur un sous-réseau local. Il peut être utilisé sans système DNS global pour convertir les noms en adresses IP. Il est constitué de lettres minuscules, de nombres ou de tirets (sauf pour le dernier caractère) et se termine par « .local » (par exemple, ordinateur-jean.local). Bien que le nom par défaut soit dérivé du nom d’ordinateur, un utilisateur peut reprendre ce nom dans la sous-fenêtre Partage des Préférences Système. Il peut aussi être aisément modifié et utilisé dans tous les cas où un nom DNS ou un nom de domaine complet est utilisé. Il ne peut être converti que sur le même sous-réseau que l’ordinateur qui l’utilise. nom d’utilisateurNom complet d’un utilisateur, parfois appelé nom réel de l’utilisateur. Open SourceTerme désignant le développement coopératif de logiciels par la communauté Internet. Le principe de base consiste à impliquer le maximum de personnes dans l’écriture et la mise au point du code en publiant le code source et en encourageant la formation d’une large communauté de développeurs qui feront part de leurs modifications et améliorations. PHPInitiales de « PHP Hypertext Preprocessor » (à l’origine, acronyme de « Personal Home Page », page d’accueil personnelle). Langage de script incorporé à HTML et utilisé pour créer des pages web dynamiques.Glossaire 119 portSorte d’emplacement de messagerie virtuel. Un serveur utilise des numéros de port pour déterminer quelle application doit recevoir les paquets de données. Les coupe-feu utilisent des numéros de port pour déterminer si les paquets de données sont autorisés à transiter par un réseau local. Le terme « port » fait généralement référence à un port TCP ou UDP. protocoleEnsemble de règles qui déterminent la manière dont les données sont échangées entre deux applications. royaumeTerme général utilisé pour plusieurs applications. Voir royaume WebDAV, royaume Kerberos. royaume KerberosDomaine d’authentification comprenant les utilisateurs et les services enregistrés auprès du même serveur Kerberos. Les utilisateurs et services enregistrés délè- guent au serveur Kerberos la vérification de l’identité de chacun. royaume WebDAVPartie d’un site web, généralement un dossier ou un répertoire, défini pour fournir l’accès à des utilisateurs et des groupes WebDAV. Serveur d’applicationsLogiciel qui exécute et gère d’autres applications, généralement des applications web accessibles à l’aide d’un navigateur web. Les applications gérées résident sur le même ordinateur que le serveur d’applications. serveur proxyServeur placé entre une application cliente, telle qu’un navigateur web, et un serveur réel. Le serveur proxy intercepte toutes les requêtes envoyées au serveur réel pour vérifier s’il peut y répondre lui-même. Si ce n’est pas le cas, il transmet la requête au serveur réel. SSLInitiales de « Secure Sockets Layer » (couche sécurisée pour sockets réseau). Protocole Internet permettant d’envoyer des informations authentifiées et chiffrées à travers Internet. Les versions les plus récentes de SSL sont connues sous le nom de TLS (Transport Level Security). TCPInitiales de « Transmission Control Protocol » (protocole de contrôle des transmissions). Méthode utilisée conjointement avec le protocole IP (Internet Protocol) pour envoyer des données, sous la forme d’unités de message, d’un ordinateur à un autre à travers Internet. Le protocole IP gère la livraison effective des données, tandis que le protocole TCP assure le suivi des unités de données (chaque message est divisé en unités, appelées « paquets », qui permettent leur acheminement efficace sur Internet). TomcatImplémentation de référence officielle de Java Servlet 2.2 et JavaServer Pages 1.1, deux technologies complémentaires développées dans le cadre de Java Community Process. tousTout utilisateur pouvant ouvrir une session sur un serveur de fichiers : un utilisateur enregistré ou un invité, un utilisateur FTP anonyme ou encore un visiteur de site web.120 Glossaire URLInitiales de « Uniform Resource Locator » (localisateur uniforme de ressources). Adresse d’un ordinateur, d’un fichier ou d’une ressource, accessible à travers un réseau local ou Internet. L’URL se compose du nom du protocole nécessaire pour accéder à la ressource, d’un nom de domaine identifiant un ordinateur particulier sur Internet et d’une description hiérarchique de l’emplacement d’un fichier sur l’ordinateur. WebDAVWeb-based Distributed Authoring and Versioning. Environnement de création en direct permettant à des utilisateurs clients de prendre des pages web, de les modifier, puis de les rendre à leur site d’origine sans interruption de ce dernier. 121 Index Index A access ACLs62 and aliases45 and Apache Axis90 blog service17, 76 CGI script permissions51 client connections32, 33 proxy server27 securing web content59 user20, 40 WebDAV19, 54, 55, 104 webmail78 website36, 40, 45 accounts, webmail78 ACLs (access control lists)62 AddClientEncoding directive105 addresses. See IP addresses aliases, website45, 56 Apache Axis90 apachectl controls88 Apache web server command-line tools88 configuration86, 87, 88 file locations87 installation16, 86 migration log42 multicast DNS registration89 overview15, 16, 17, 87 privilege assignments36 and Ruby on Rails94 website options39 See also modules, web authentication passwords45, 53, 78 users on websites102 WebDAV41, 103 B balancer member47 blog service access control17, 76 definition48 enabling75 entries75 overview17 themes29 and wikis62, 64 browsers, WebDAV access55 C cache performance18, 32, 89 proxy27 cache module100 calendar, website48, 72, 73, 74 Cascading Style Sheets. See CSS case-insensitive file systems, securing59, 103 cat tool30 certificates44, 53 CGI (Common Gateway Interface) scripts and content handlers26 enabling40, 51 overview16 Perl104 troubleshooting108 clear text password78 clients connections32, 33 encoding module for WebDAV105 NormalizeUsername directive105 proxy server27, 47 Spotlight searching52 See also users command-line tools Apache script88 log viewing31 Ruby on Rails95 Server Admin30, 32, 89 web service process30 Common Gateway Interface scripts. See CGI configuration Apache86, 87 overview17 webmail79122 Index web server17 web service23, 24, 28, 29 websites18, 19, 35, 36, 49, 57 wikis63 content handlers21, 25 CSS (Cascading Style Sheets)71 D dav_fs module99 dav module99 decryption43 DefaultClientEncoding directive105 digest authentication, WebDAV41, 103 digest module99 disk_cache module100 DNS (Domain Name System) service45, 56, 89 documentation11, 12, 13 Domain Name System. See DNS E email. See webmail EncodingEngine directive105 encoding module100 encryption17, 43 error messages. See troubleshooting Everyone user category20 F files Apache87 permissions55 and WebDAV access19, 104 wiki62, 68, 69 file sharing19, 55 file systems case-insensitive59 defining realms20 finding. See searching folders Apache87 defining realms20 home folders57 permissions55 webmail79 website35, 36, 37, 40, 49 wiki62 fonts, customizing wiki70 forward proxy27 G graphs, web31 groups blog service75 permissions20 wiki48, 64 H headers module100 help, using10 home folders57 hosts. See servers HTTP (Hypertext Transfer Protocol)43 See also Apache web server hyperlinks, inserting wiki67 Hypertext Transfer Protocol. See HTTP I iCal service72, 73, 74 See also calendar, website IMAP (Internet Message Access Protocol)78 indexes, website52, 57, 58 installation, Apache web server16, 86 Internet Message Access Protocol. See IMAP intranets. See wikis IP addresses45, 56 J Java84, 90, 103 JSP (JavaServer Pages)90, 103 K Kerberos41 L Leopard server. See Mac OS X Server load factor47 logs Apache migration42 MySQL service93 web service30, 31 website42, 53 wiki42 M MacBinary format102 Mac OS X user content57 WebDAV access problem55 Mac OS X Server Apache server installation16, 86 user content57 mailing lists80 mail service20, 25, 78 See also webmail mem_cache module100 migration16, 42 MIME (Multipurpose Internet Mail Extensions)20, 25 mod_auth_apple module102 mod_auth_digest_apple module103 mod_bonjour module103 mod_digest_apple module103Index 123 mod_encoding module103 mod_fastcgi module95 mod_hfs_apple module59, 103 mod_macbinary_apple module102 mod_perl module104 mod_proxy_balancer module95 mod_spnego module103 mod_spotlight_apple module102 modules, web adding100 enabling101 Macinstoch-specific59, 102, 103 modifying101 overview99 PHP103 Ruby on Rails95 setup28 Tomcat90, 91, 103 troubleshooting107 viewing100 mongrel_rails tool95 Mongrel web server94 Monitor, WebObjects86 multicast DNS registration89, 103 multihoming56 multiple websites on server, managing18, 56, 57 Multipurpose Internet Mail Extensions. See MIME MySQL service92, 93, 94 N network interfaces, multiple57 network services DNS45, 57, 89 IP addresses45, 56, 57 NormalizeUsername directive105 O off_digest module99 Open Directory103 open source modules41, 103, 104 See also modules, web P passwords45, 53, 78 performance cache18, 32, 89 Perl scripting80, 104 permissions blog service76 CGI scripts51 user19, 20, 40, 53, 55, 56 WebDAV19, 40, 55 website access36 Personal Web Sharing57 PHP (PHP Hypertext Preprocessor)104 plist files71 POP (Post Office Protocol78 ports and SSL43 WebObjects service84 website38, 48, 50 Post Office Protocol. See POP private key cryptography43 privileges. See permissions problems. See troubleshooting protocols HTTP43 mail78 Soap90 SPNEGO/Negotiate103 proxy_ajp module99 proxy_connect module99 proxy_ftp module99 proxy_http module99 proxy server settings27, 38, 47 ps tool30 public key cryptography43 R Rails. See mod_proxy_balancer module Really Simple Syndication. See RSS realms20, 40 See also Kerberos; WebDAV; websites redirect, website45 reverse proxy47 RSS (Really Simple Syndication)17 Ruby on Rails web framework94 S SACLs (service access control lists)17, 76 searching Spotlight40, 52 websites50, 52, 59, 102 wiki pages68, 69 Secure Sockets Layer. See SSL security and file case sensitivity59 SSL17, 18, 43 WebDAV19 webmail78 websites43, 53 wiki62 See also access; authentication; permissions Server Admin15, 23 serveradmin tool30, 32, 89 servers balancer member47 content handlers21 mail78 MIME types26 Mongrel94124 Index proxy27, 38, 47 setup for web17 Tomcat90, 91, 103 See also Apache web server; websites server side includes. See SSI service access control lists. See SACLs setup procedures. See configuration; installation shared files. See file sharing short name58 SMTP (Simple Mail Transfer Protocol)78 Soap (Simple Object Access Protocol)90 SPNEGO/Negotiate protocol103 Spotlight searching40, 52 SquirrelMail. See webmail SSI (server side includes)17, 40, 52 SSL (Secure Sockets Layer)17, 18, 43 sticky session identifier47 T tables, inserting wiki67 tags, wiki page68 tail tool30 themes, blog and wiki29, 71 timeout, connection33 Tomcat application server90, 91, 103 top tool30 troubleshooting42, 107, 108 U upgrading Apache web server16 logs42 MySQL94 and PHP versions104 user accounts, webmail78 users access control20, 40 and blog service17, 75 home folders57 mailing lists80 permissions19, 20, 40, 53, 55, 56 webmail77, 78 websites39, 57, 59, 107 wikis48, 64 See also clients; groups V virtual hosts56, 89 W Web-Based Distributed Authoring and Versioning. See WebDAV webblog service. See blog service web browsers and WebDAV access55 WebDAV (Web-Based Distributed Authoring and Versioning) access control19, 54, 55, 56, 104 authentication41, 103 enabling40, 54 encoding module103 files and folders56 file sharing55 non-ASCII file names104 overview16, 19 permissions19, 40, 56 realm definitions20, 40 security19 starting40 website management54, 55, 56 webmail access control78 archives80 enabling48, 78 overview77, 78 and PHP104 security78 setup48, 79 wikis62 WebObjects service83, 84, 85, 86 web service connections32, 33 graphs31 logs30, 31 setup23, 24, 28, 29 starting24, 29 status checking30 stopping31 troubleshooting107, 108 See also blog service; modules, web; webmail; websites; wikis websites access control36, 40, 45 aliases56 Apache options39 authentication of users102 browsers55 calendar feature48, 72, 73, 74 connections48, 50, 107 creating38, 39 folders35, 36, 40, 49 logs42, 53 multiple sites on one server18, 56, 57 ports38, 48, 50 proxy server27, 47 searching50, 52, 59, 102 security43, 54, 62 services settings48 setup18, 19, 35, 37, 49, 57 SSI50 troubleshooting107Index 125 user content39, 57, 59, 107 viewing31 See also blog service; WebDAV; wikis web technologies overview9, 15, 16, 17 wikis and blog service62, 64 calendar feature72, 73, 74 connections65 customizing70, 71 definition48 enabling64 file organization62, 68, 69 help resources71 logs42 overview61, 62 page management66, 67, 68, 69, 70 security62 settings65 setup overview63, 64 themes29, 71 wildcard, website aliases45 wireframe theme, wiki71 wotaskd daemon84 Compressor 4 Manuel de l’utilisateurCopyright © 2012 Apple Inc. Tous droits réservés. Vos droits sur le logiciel sont régis par l’accord de licence qui l’accompagne. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’une copie valide du logiciel Compressor peut reproduire la présente publication dans le but d’apprendre à utiliser ce logiciel. Aucune parte de la présente publication ne peut être reproduite ni transmise à des fins commerciales, comme, par exemple, la vente de copies de la présente publication ou pour la fourniture de services d’assistance payants. Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation du logo Apple sur un clavier (Option + 1) à des fins commerciales sans l’autorisation préalable écrite d’Apple Computer, Inc. peut constituer une contrefaçon de la marque et une concurrence déloyale en violation des lois fédérales et nationales. Tous les efforts nécessaires ont été mis en œuvre pour que les informations contenues dans ce manuel soient les plus exactes possibles. Apple n’est pas responsable des erreurs d’écriture et d’impression. Remarque : comme Apple publie souvent de nouvelles versions et des mises à jour de son logiciel d’exploitation, de ses applications et de ses sites Internet, les images qui figurent dans le présent manuel peuvent varier légèrement de ce que vous voyez à l’écran. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AppleScript, Apple TV, Bonjour, DVD Studio Pro, Final Cut, Final Cut Pro, Finder, FireWire, iPhone, iPod, iTunes, Mac, Mac OS, QuickTime, Shake et Xsan sont des marques d’Apple Inc., déposées aux ÉtatsUnis et dans d’autres pays. iPad et NetInfo sont des marques d’Apple Inc. AppleCare est une marque de service d’Apple Inc. déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. « Dolby », « Pro Logic » et le symbole double D sont des marques de Dolby Laboratories. Document confidentiel non publié, © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. UNIX est une marque déposée de The Open Group. Le logo YouTube est une marque de Google Inc. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés dans ce manuel sont les marques de leur société respective. La mention de produits tiers n’est effectuée qu’à des fins informatives et ne constitue en aucun cas une approbation ni une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité vis-à-vis des performances ou de l’utilisation de ces produits. Photos de plateau du film « Koffee House Mayhem » reproduites avec l’aimable autorisation de Jean-Paul Bonjour. « Koffee House Mayhem » © 2004 Jean-Paul Bonjour. Tous droits réservés. http://www.jeanpaulbonjour.com Photos de plateau du film « A Sus Ordenes » reproduites avec l’aimable autorisation de Eric Escobar. « A Sus Ordenes » © 2004 Eric Escobar. Tous droits réservés. http://www.kontentfilms.comPréface 9 Bienvenue dans Compressor 9 À propos de Compressor 10 À propos de la documentation de Compressor 10 Ressources supplémentaires Chapitre 1 11 Premiers contacts rapides 11 Terminologie utilisée par Compressor 12 Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot 17 Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle 24 Tâches optionnelles disponibles avant l’envoi d’un lot Chapitre 2 27 Méthodes d’utilisation de Compressor 28 Scénarios standard de Compressor 29 Fonctions de Compressor Chapitre 3 33 Flux de production de transcodage de base 33 Concepts et terminologie de Compressor 36 Préparation de Compressor au transcodage à l’aide de réglages personnalisés 38 Choix d’un format de sortie 39 Création d’un lot Compressor 42 Visualisation de l’état du transcodage 42 Raccourcis optionnels de Compressor Chapitre 4 45 Interface de Compressor 46 Les fenêtres Compressor et le flux de transcodage 47 Création et gestion des modèles Compressor 50 Utilisation des fenêtres de Compressor 53 Fenêtre Lot 57 Onglet Réglages 58 Onglet Destinations 58 Fenêtre Inspecteur 68 Fenêtre Historique 69 Fenêtre Aperçu 71 Fenêtre Apple Qmaster Sharing 3 Sommaire72 Share Monitor 73 Fenêtres Droplet 74 À propos du changement des valeurs et des entrées de timecode 76 Raccourcis clavier Chapitre 5 77 Configuration des préférences de Compressor 77 À propos des préférences de Compressor 80 Utilisation des préférences de Compressor Chapitre 6 83 Importation de fichiers multimédias sources 84 À propos de la fenêtre Lot 87 Ajout de fichiers multimédias sources à un lot pour créer des tâches 97 Utilisation de l’Inspecteur avec des fichiers multimédias sources 100 Astuces pour l’importation de fichiers multimédias sources Chapitre 7 103 Création, aperçu et modification des réglages 104 À propos de l’onglet Réglages 108 Utilisation de l’Inspecteur avec les réglages 109 Duplication des réglages 110 Création d’un réglage entièrement nouveau 112 Recherche d’un réglage 112 Aperçu d’un réglage 114 Suppression de réglages 115 Création de groupes de réglages 116 Distribution et partage de réglages 117 Exemple : Création de réglages et de groupes personnalisés pour un DVD Chapitre 8 121 Finalisation de tâches et soumission de lots 121 Affectation de réglages 126 Attribution de destinations 128 Informations générales sur les cibles et les tâches 131 Généralités sur les lots 138 Utilisation de Final Cut Pro et Motion avec Compressor 140 Utilisation du traitement distribué avec Compressor Chapitre 9 143 Création de fichiers AIFF 143 Création de fichiers de sortie AIFF 144 À propos de la sous-fenêtre AIFF Encoder 144 À propos de la zone de dialogue Réglages audio 145 Tailles et fréquences d’échantillonnage audio QuickTime 146 Choix d’un codec audio pour la distribution 146 Configuration des réglages AIFF 4 SommaireChapitre 10 147 Création de fichiers de formats audio courants 147 Création de fichiers de formats audio courants 148 À propos de la sousfenêtre Formats audio courants 148 Configuration des réglages Formats audio courants Chapitre 11 151 Création de fichiers de sortie pour flux DV 151 À propos de la sous-fenêtre Encodeur DV 152 Processus de transcodage DV Chapitre 12 153 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 154 À propos de la sous-fenêtre Encodeur Dolby Digital Professional 160 Informations générales sur la création de fichiers Dolby Digital Professional 161 Conversion de fichiers audio stéréo au format Dolby Digital Professional 162 Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode manuelle) 165 Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthodes automatiques) 167 Affectation de fichiers à des canaux audio Surround à l’aide de droplets 167 Options de mixage spatial Chapitre 13 171 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple 172 À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour appareils Apple 175 Marqueurs de chapitre et de podcast pour les appareils Apple 176 Proportions pour les appareils Apple 177 Flux de production H.264 pour appareils Apple 177 Configuration des réglages pour fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple Chapitre 14 179 Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray 180 À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour disque Blu-ray 182 Flux de production H.264 pour disque optique Chapitre 15 185 Création de fichiers de séquence d’images 185 Création de fichiers de sortie de séquence d’images 186 À propos de la sous-fenêtre Encodeur de séquence d’images 187 Définition de réglages de séquence d’images Chapitre 16 191 Création de fichiers de sortie MP3 191 Utilisations courantes du format MP3 192 À propos de la sous-fenêtre Encodeur MP3 194 Processus de transcodage MP3 Chapitre 17 195 Création de fichiers de sortie MPEG-1 195 Utilisations courantes de MPEG-1 196 Spécifications de la norme MPEG-1 197 À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 Sommaire 5198 À propos de l’onglet Vidéo MPEG-1 200 À propos de l’onglet Audio MPEG-1 200 À propos des flux système et élémentaires 201 Flux de production de transcodage MPEG-1 202 Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation Web 204 Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation DVD 204 Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD 206 Création du réglage Audio MPEG-1 pour DVD 208 Facultatif : création d’un groupe et d’une destination MPEG-1 pour DVD Chapitre 18 209 Création de fichiers de sortie MPEG-2 209 À propos du format MPEG-2 en définition standard 210 À propos des sources haute définition et de MPEG-2 211 À propos des flux élémentaires, des flux de transport et des flux de programme 212 À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-2 223 Informations de référence MPEG-2 228 Flux de production de transcodage MPEG-2 234 Exemples de paramètres MPEG-2 Chapitre 19 237 Création de fichiers de sortie MPEG-4 238 À propos de MPEG-4 Partie 2 239 À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-4 Partie 2 243 Utilisation des réglages par défaut du format MPEG-4 Partie 2 244 Personnalisation des réglages du format MPEG-4 Partie 2 247 Processus de podcasting audio 250 Ajout de réglages et préréglages supplémentaires Chapitre 20 251 Création de fichiers de sortie d’exportation QuickTime 251 Création de fichiers de sortie d’exportation QuickTime 252 Installation des modules de composant d’exportation QuickTime 252 À propos du module iPod 253 À propos de la sous-fenêtre Encodeur Composants d’exportation au format QuickTime 253 Configuration des réglages de composant d’exportation Chapitre 21 255 Création de fichiers de sortie QuickTime 255 Création de fichiers de sortie QuickTime 256 À propos de la sous-fenêtre AIFF Encoder QuickTime 263 Flux de production de transcodage QuickTime 267 Compréhension des codecs 267 Codecs vidéo QuickTime 268 Codecs audio QuickTime Chapitre 22 271 Ajout de filtres à un réglage 271 Utilisation des filtres 6 Sommaire273 À propos de la sous-fenêtre Filtres 274 Onglet Filtres vidéo 281 Onglet Filtres audio 284 Onglet Couleur 285 Ajout de filtres à un réglage Chapitre 23 287 Utilisation des contrôles d’images 287 À propos de la sous-fenêtre Contrôles d’images 293 Ajout de contrôles d’images à un réglage 294 À propos du désentrelacement 295 À propos du télécinéma inverse 298 Utilisation des contrôles de resynchronisation Chapitre 24 301 Ajout de réglages de géométrie 301 Utilisation du rognage, de la mise à l’échelle et du remplissage 303 À propos de la sous-fenêtre Géométrie 308 Ajustements de géométrie pour un réglage Chapitre 25 311 Ajout d’actions 311 Utilisation des actions de post-transcodage 311 Ajout d’actions de réglage 313 Ajout d’actions de tâche Chapitre 26 329 Utilisation de la fenêtre Aperçu 329 À propos de la fenêtre Aperçu 336 Prévisualisation d’un plan 342 Transcodage d’une section du plan à l’aide de la fenêtre Aperçu 343 Utilisation de marqueurs et d’affiches 350 À propos des raccourcis clavier de la fenêtre Aperçu Chapitre 27 351 Création et changement de destinations 352 À propos de l’onglet Destinations 353 Utilisation de l’Inspecteur avec l’onglet Destinations 354 Création d’une destination 355 Triangles d’avertissement 356 Suppression et duplication d’une destination Chapitre 28 359 Utilisation de droplets 360 Création de droplets 362 À propos de la fenêtre Droplet 364 Contrôle des réglages de droplet 366 Utilisation d’un droplet pour transcoder des fichiers multimédias sources 368 Utilisation de droplets pour créer des tâches et des réglages dans Compressor 369 Conseils à propos des droplet Sommaire 7Chapitre 29 371 Apple Qmaster et le traitement distribué 371 Notions élémentaires sur le traitement distribué 373 Composants élémentaires du système de traitement distribué Apple Qmaster 381 Premiers contacts rapides avec Cet ordinateur plus 382 Premiers contacts rapides avec QuickClusters 385 Interfaces du système de traitement distribué Apple Qmaster 392 Fenêtre Apple Qmaster Sharing de Compressor 397 Informations générales sur les clusters 409 Création de clusters avec Apple Qadministrator 412 Configuration d’un système de traitement distribué à temps partiel avec Shake Annexe A 415 Raccourcis clavier 415 Raccourcis clavier généraux de Compressor 416 Raccourcis clavier de la fenêtre Aperçu Annexe B 419 Résolution des problèmes 419 Ressources pour la résolution des problèmes 419 Solutions aux problèmes courants 421 Contacter l’assistance AppleCare Annexe C 423 Utilisation de la ligne de commande 423 Commandes de shell pour l’envoi de tâches Compressor 8 SommaireCompressor constitue une partie essentielle du processus de compression vidéo. Il rend la compression rapide, efficace et pratique et vous offre des options supplémentaires pour les paramètres et formats de sortie de compression. Cette préface traite des sujets suivants : • À propos de Compressor (p 9) • À propos de la documentation de Compressor (p 10) • Ressources supplémentaires (p 10) À propos de Compressor Compressor cible les professionnels de la postproduction et de la compression vidéo, qui requièrent de hautes performances et un contrôle maximum du contenu numérique final pour la création de DVD, les serveurs de contenu multimédia et les dispositifs sans fil. Outre les possibilités de redimensionnement, de rognage, de traitement des images, d’encodage et de distribution, Compressor offre des fonctions de traitement de lot, des options VBR et la fonction d’encodage H.264. Vous pouvez également utiliser des droplets et AppleScript, spécifier et enregistrer des réglages de transcodage, utiliser des filtres, indiquer des destinations, entre autres. Compressor offre aussi un grand nombre de formats de sortie pour les appareils Apple, les DVD, le web, les CD et les bornes interactives. Important : Compressor 4 est conçu pour travailler en collaboration étroite avec Final Cut Pro X et Motion 5 (et versions ultérieures). Cette application est nécessaire au fonctionnement de la commande Envoyer à Compressor. Toutes les mentions de Final Cut Pro et de Motion dans le présent document se rapportent à ces versions. 9 Bienvenue dans Compressor PréfaceÀ propos de la documentation de Compressor Compressor est fourni avec un certain nombre de documents pour vous aider à démarrer avec l’application et apporter des informations détaillées sur celle-ci. (Pour accéder à l’aide en ligne de Compressor, ouvrez Compressor, puis choisissez Aide > Aide Compressor.) • Manuel de l’utilisateur de Compressor : il s’agit d’un document complet qui décrit l’interface, les commandes et les menus de Compressor et qui fournit des instructions détaillées sur l’utilisation de Compressor et la réalisation de tâches spécifiques. Il contient également des informations sur la configuration d’un système de traitement distribué Apple Qmaster pour un transcodage et un rendu optimisés. Ce document s’adresse aux utilisateurs de tous niveaux. • Manuel de l’utilisateur d’Apple Qadministrator : ce document explique la configuration et la gestion manuelles des clusters à utiliser dans un système de traitement distribué Apple Qmaster. • Manuel de l’utilisateur Apple Qmaster : ce document décrit l’utilisation d’Apple Qmaster comme client pour la soumission de tâches de rendu depuis Shake, Maya et d’autres applications vers un système de traitement distribué. • Manuel de l’utilisateur de Share Monitor : ce document relativement court explique comment utiliser Share Monitor pour surveiller l’état d’avancement du transcodage de lots et de tâches. Ressources supplémentaires Outre la documentation de Compressor, vous pouvez en savoir plus en consultant les nombreuses ressources disponibles. Site web de Compressor Pour obtenir des informations générales et des mises à jour et pour consulter les dernières actualités concernant Compressor, allez à : • http://www.apple.com/fr/finalcutpro/Compressor Sites web de service et d’assistance Apple Pour obtenir des mises à jour logicielles et trouver les réponses que vous cherchez dans la foire aux questions, allez à la page web de l’assistance Apple. Vous pourrez aussi y consulter les spécifications des produits, des documents de référence et des articles techniques sur des produits Apple et tiers. • http://www.apple.com/fr/support Pour obtenir des mises à jour logicielles et trouver les réponses que vous cherchez dans la foire aux questions consacrée à Compressor, allez à : • http://www.apple.com/fr/support/Compressor 10 Préface Bienvenue dans CompressorCompressor est fourni avec un certain nombre de réglages prédéfinis qui permettent de commencer immédiatement le transcodage. Si vous disposez d’un ou de plusieurs fichiers multimédias sources et que les destinations, les réglages ou les modèles de lots existants de Compressor répondent à vos besoins, vous pouvez commencer le transcodage de vos fichiers dès l’installation de Compressor. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Terminologie utilisée par Compressor (p 11) • Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot (p 12) • Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle (p 17) • Tâches optionnelles disponibles avant l’envoi d’un lot (p 24) Terminologie utilisée par Compressor Compressor utilise quelques termes avec lesquels vous devriez vous familiariser avant de commencer à vous servir de l’application. Un lot est l’élément central du processus de transcodage. Il contient un ou plusieurs fichiers multimédias sources, qui sont les fichiers que vous souhaitez transcoder, c’est-à-dire convertir, dans un autre format. Chaque fichier multimédia source crée sa propre tâche. Cela signifie qu’un lot peut contenir plusieurs tâches et que chacune de ces tâches repose sur le fichier multimédia source auquel elle est associée. Chaque tâche possède également au moins une cible. Les cibles déterminent le type et l’emplacement du fichier de sortie qui doit être créé par le processus de transcodage. Vous avez la possibilité d’affecter plusieurs cibles à une tâche, ce qui signifie que vous pouvez facilement créer plusieurs fichiers de sortie ayant chacun un format différent. Chaque cible est formée de trois parties. • Le réglage : la partie réglage d’une cible définit le processus de transcodage, comprenant le format d’encodage ainsi que divers filtres et attributs de géométrie. 11 Premiers contacts rapides 1• La destination : la partie destination d’une cible détermine l’endroit où le fichier de sortie est enregistré. Elle définit également les règles utilisées pour créer le nom du fichier de sortie. Compressor comprend un réglage de préférence qui vous permet de spécifier une destination par défaut. • Le nom du fichier de sortie : vous pouvez modifier la partie de la cible relative au nom du fichier de sortie si, pour une raison ou une autre, vous ne souhaitez pas utiliser le nom créé automatiquement en fonction de la destination. Remarque : vous ne pouvez transcoder une tâche que si au moins un réglage lui a été affecté. Si vous devez créer vos propres réglages ou modifier ceux qui sont fournis avec Compressor, voir Flux de production de transcodage de base et Création, aperçu et modification des réglages. Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot Les modèles de lot simplifient et accélèrent votre flux de travaux de transcodage. La procédure suivante est un moyen rapide et aisé d’utiliser Compressor avec des modèles de lot. • Étape 1 : Choix d’un modèle de lot • Étape 2 : Ajout d’un fichier multimédia source • Étape 3 : Soumission du lot • Étape 4 : Utilisation d’actions de post-transcodage • Étape 5 : Enregistrement de modèles de lot personnalisés (facultatif) Étape 1 : Choix d’un modèle de lot Pour utiliser Compressor avec cette procédure, vous devez choisir un modèle de lot. Pour ouvrir Compressor et choisir un modèle de lot 1 Double-cliquez sur l’icône Compressor dans le dossier Applications. Compressor s’ouvre en affichant le sélecteur de modèle de lot et un lot vide sans titre contenant une tâche de repère d’emplacement. 12 Chapitre 1 Premiers contacts rapidesRemarque : le sélecteur de modèle de lot ne s’affiche pas si vous avez précédemment coché la case « Ne plus afficher ce message » ou que vous avez sélectionné « Utiliser un modèle vide » dans les Préférences de Compressor. Sélectionnez Afficher le sélecteur de modèles dans les préférences de Compressor pour que le sélecteur s’affiche lorsque vous créez des lots. Vous pouvez aussi choisir Fichier > « Nouveau lot à partir du modèle » pour créer un nouveau lot et ouvrir le sélecteur de modèle de lots. Le sélecteur de modèle de lot propose des options pour les modèles de lot Apple standard (décrits à l’étape 2). Vous pouvez également ajouter des modèles de lot personnalisés. Pour plus d’informations, voir Création d’un modèle de lot personnalisé. Remarque : pour que l’interface de Compressor ressemble à l’illustration de ce document, choisissez une présentation Standard dans le sous-menu Présentations du menu Fenêtre. Chapitre 1 Premiers contacts rapides 132 Cliquez sur l’une des options du sélecteur de modèle de lot pour la sélectionner. Les modèles de lot Apple standard sont répertoriés ci-dessous. • Créer un podcast audio : ce modèle permet de créer un fichier audio AAC adapté à la diffusion de podcast et de l’ajouter à la bibliothèque iTunes. • Créer un disque Blu-ray : ce modèle permet de créer des fichiers vidéo BD H.264 et audio Dolby Digital Professional (.ac3), puis de les créer automatiquement sur un disque Blu-ray ou AVCHD (les disques AVCHD sont lisibles par les lecteurs Blu-ray compatibles avec le format AVCHD). • Créer un DVD : ce modèle permet de créer un DVD de définition standard à l’aide du format vidéo MPEG-2 (.m2v) et du format audio Dolby Digital Professional (.ac3), et de le graver automatiquement sur un disque. • Diffusion HTTP en direct : utilisez ce modèle pour créer un groupe de fichiers que vous pouvez utiliser pour diffuser une séquence sur iPhone, iPad, iPod touch et Mac à l’aide d’un serveur ordinaire. • Publier sur Apple TV : ce modèle permet de créer un fichier vidéo conçu pour Apple TV et de l’ajouter à la bibliothèque iTunes. • Publier dans YouTube : ce modèle permet de créer un fichier vidéo adapté à l’affichage dans YouTube et de le télécharger vers un compte YouTube. Remarque : le choix d’un modèle doit être basé sur l’utilisation souhaitée du fichier multimédia de sortie que vous créez. S’il n’existe pas de modèle adapté à vos besoins, vous pouvez opter pour la méthode manuelle. Pour en savoir plus, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle. Pour en savoir plus sur la création de modèles personnalisés, voir Création d’un modèle de lot personnalisé. 3 Cliquez sur Choisir. 14 Chapitre 1 Premiers contacts rapidesCompressor applique une cible à une tâche fictive. La cible contient le réglage de transcodage approprié (basé sur le modèle que vous avez choisi), la destination par défaut (source) et le nom de fichier de sortie suggéré, basé sur le nom de fichier source et le nom du réglage appliqué. Par défaut, les modèles de lots utilisent l’emplacement Source (même dossier d’origine que les fichiers multimédias sources) comme destination des fichiers encodés. Pour en savoir plus sur le choix d’autres destinations, consultez Création et changement de destinations. Étape 2 : Ajout d’un fichier multimédia source Faites glisser un fichier source du Finder ou du bureau vers la tâche de repère d’emplacement dans la fenêtre Lot. Remarque : vous pouvez effectuer ce glissement dans un seul fichier source car les modèles de lot contiennent une seule tâche. Si vous faites glisser plusieurs fichiers vers la tâche, seul le dernier est ajouté à la tâche et tous les autres sont ignorés. Étape 3 : Soumission du lot La tâche est prête quand elle contient un fichier multimédia source, un réglage et un nom de fichier de sortie. Pour envoyer le lot en vue de son traitement µ Cliquez sur le bouton Soumettre pour envoyer le lot contenant la tâche. Chapitre 1 Premiers contacts rapides 15Une zone de dialogue est affichée pour vous permettre d’attribuer un nom à cette soumission, de définir sa priorité et de spécifier si le traitement distribué doit être utilisé. Dans la plupart des cas, vous pouvez laisser les réglages tels qu’ils sont et vous contenter de cliquer sur Soumettre. Pour en savoir plus sur cette zone de dialogue Soumettre, voir Soumission d’un lot. Après avoir soumis un lot, vous pouvez ouvrir la fenêtre Historique de Compressor ou l’application Share Monitor pour visualiser l’état d’avancement du transcodage de votre lot. Vous pouvez également définir les préférences de Compressor pour ouvrir automatiquement Share Monitor. Étape 4 : Utilisation d’actions de post-transcodage Presque tous les modèles de lot comportent une action de post-transcodage automatique. Lorsqu’il a terminé le transcodage de l’une des tâches de modèles de lot, Compressor exécute une action automatique correspondante, telle que le téléchargement du fichier vers un compte YouTube, l’exécution d’un flux de travaux Automator ou la gravure d’un DVD. Pour en savoir plus sur ces actions, voir Onglet Action de tâche et Ajout d’actions. La liste suivante indique l’action de tâche de transcodage par défaut pour chaque modèle de lot Compressor. • Créer un podcast audio : ajouter à la bibliothèque iTunes • Créer un disque Blu-ray : créer un disque Blu-ray. • Créer un DVD : créer un DVD. • Diffusion HTTP en direct : préparer la diffusion HTTP en direct. • Publier sur Apple TV : ajouter à la bibliothèque iTunes • Publier dans YouTube : publier dans YouTube. 16 Chapitre 1 Premiers contacts rapidesÉtape 5 : Enregistrement de modèles de lot personnalisés (facultatif) Pour en savoir plus sur la procédure facultative de création de modèles personnalisés, voirCréation d’un modèle de lot personnalisé. Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle La procédure suivante propose un moyen aisé de concevoir et de traiter manuellement un lot dans Compressor. • Étape 1 : Ajout de fichiers multimédias sources • Étape 2 : Affectation de réglages et de destinations • Étape 3 : Soumission du lot Étape 1 : Ajout de fichiers multimédias sources Pour utiliser Compressor, vous devez d’abord ajouter des fichiers multimédias sources à la fenêtre Lot. Pour ouvrir Compressor et ajouter des fichiers multimédias sources à la fenêtre Lot 1 Double-cliquez sur l’icône Compressor dans le dossier Applications. Compressor s’ouvre en affichant le sélecteur de modèle de lot et un lot vide sans titre contenant une tâche de repère d’emplacement. 2 Comme cette procédure met l’accent sur la méthode manuelle plutôt que sur la méthode de modèle de lot, cliquez sur Annuler dans le sélecteur de modèle de lot pour le refermer. Pour que le sélecteur de modèle de lot reste fermé à l’avenir, cochez la case « Ne plus afficher ce message » ou choisissez « Utiliser un modèle vide » dans les préférences de Compressor. Chapitre 1 Premiers contacts rapides 17Pour en savoir plus sur la méthode de modèle de lot, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot. L’illustration ci-dessous représente les fenêtres restantes de l’interface de Compressor. Remarque : pour que l’interface de Compressor ressemble à l’illustration ci-dessus, choisissez un modèle standard dans le sous-menu Modèles du menu Fenêtre. 3 Faites glisser un ou plusieurs fichiers sources du Finder ou du bureau jusque dans une zone vide de la fenêtre Lot (dans cet exemple, juste sous la tâche vide). Remarque : si vous faites glisser plusieurs fichiers vers la tâche vide, seul le dernier est ajouté à cette tâche, tous les autres sont ignorés. 18 Chapitre 1 Premiers contacts rapidesDe nouvelles tâches sont créées chaque fois que vous faites glisser un fichier source sur le lot. Chaque fichier source crée une tâche dans le lot. Zone cible (vide dans ce cas) d’une tâche Consultez la rubrique À propos de la fenêtre Lot pour plus d’informations sur les contrôles de la fenêtre globale. Étape 2 : Affectation de réglages et de destinations Vous devez affecter au moins un réglage à chaque tâche de fichier multimédia source avant de pouvoir envoyer le lot à traiter, mais vous pouvez également ajouter plusieurs réglages à une même tâche afin de transcoder plusieurs versions du fichier multimédia. Dans Compressor, chaque paire formée par un réglage et une destination est qualifiée de cible. Chapitre 1 Premiers contacts rapides 19Pour affecter un réglage et une destination à une tâche 1 Sélectionnez un réglage pour vos tâches de fichier multimédia source de l’une des façons suivantes. • Pour affecter différents réglages à différentes tâches : faites glisser les réglages de l’onglet Réglages sur chaque tâche concernée dans la fenêtre Lot. Sélectionnez un ou plusieurs réglages (deux dans ce cas) à appliquer à la tâche. Tâche avec fichier multimédia source dans la fenêtre Lot. • Pour affecter un seul réglage à plusieurs tâches sélectionnées : sélectionnez les tâches (fichiers multimédias sources) dans la fenêtre Lot, puis choisissez Cible > Nouvelle cible avec réglage. Une zone de dialogue de sélection de réglages est affichée par-dessus la fenêtre Lot. 20 Chapitre 1 Premiers contacts rapidesCliquez sur Ajouter pour affecter les réglages aux tâches sélectionnées. Sélectionnez les réglages à appliquer aux tâches sélectionnées. Dans la fenêtre Lot, sélectionnez les tâches concernées. Choisissez un ou plusieurs réglages, en utilisant le triangle d’affichage pour faire apparaître chacun d’entre eux, puis cliquez sur Ajouter. Les réglages choisis sont affectés à toutes les tâches sélectionnées. De nouvelles cibles sont ajoutées pour chaque réglage que vous faites glisser sur la tâche. Vous pouvez aussi choisir Édition > Tout sélectionner pour sélectionner toutes les tâches avant d’appliquer les réglages. Voir Création, aperçu et modification des réglages pour en savoir plus sur les réglages, et Finalisation de tâches et soumission de lots pour en savoir plus sur l’utilisation de tâches et de cibles. L’étape suivante consiste à définir la destination. Cette destination est réglée par défaut sur Source, ce qui signifie que les fichiers de sortie sont stockés dans le dossier d’origine des fichiers source. Vous pouvez, pour des raisons de classement ou pour tirer parti de disques durs plus grands ou plus rapides, changer la destination. Chapitre 1 Premiers contacts rapides 21Remarque : vous pouvez choisir une destination par défaut dans la fenêtre Préférences de Compressor. Consultez la rubrique Configuration des préférences de Compressor pour obtenir plus d’informations. Vous pouvez définir la destination de chaque cible ou d’un groupe sélectionné de cibles. 2 Choisissez une destination pour les cibles de votre tâche de l’une des façons suivantes. • Ne faites rien : acceptez la destination par défaut nommée Source (le même dossier que celui dans lequel ont été créés les fichiers multimédias sources), indiquée dans la colonne Destination. • Utilisez le menu contextuel de la cible pour modifier un réglage à la fois. : cliquez sur la cible que vous souhaitez modifier tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis choisissez l’une des destinations préexistantes disponibles dans le sous-menu Destination . Utilisez le menu contextuel de la cible pour changer la destination descibles sélectionnées. Vous pouvez aussi sélectionner Autre dans le menu contextuel, afin d’ouvrir une zone de dialogue permettant de choisir comme destination tout emplacement accessible depuis votre ordinateur. Remarque : si vous sélectionnez l’option Autre, vous pouvez choisir n’importe quel emplacement accessible depuis votre ordinateur, y compris un volume monté ouvert. Toutefois, ce disque doit rester ouvert jusqu’à l’achèvement du transcodage du lot. La même méthode permet également de sélectionner plusieurs cibles et de changer toutes leurs destinations d’un seul coup. Vous pouvez également utiliser le sous-menu Destination du menu contextuel de la cible pour choisir une destination, ou faire glisser une destination de l’onglet Destinations jusque sur la cible. Voir Création et changement de destinations pour en savoir plus sur les destinations. 3 Vous pouvez attribuer un nom au lot, puis l’enregistrer en choisissant Fichier > Enregistrer. Étape 3 : Soumission du lot Lorsqu’au moins un réglage et une destination sont associés à chaque fichier multimédia, ce dernier devient une tâche et votre lot est prêt à être soumis. 22 Chapitre 1 Premiers contacts rapidesPour envoyer un lot en vue de son traitement : µ Cliquez sur Soumettre. Une zone de dialogue est affichée pour vous permettre d’attribuer un nom à cette soumission, de définir sa priorité et de spécifier si le traitement distribué doit être utilisé. Dans la plupart des cas, vous pouvez laisser les réglages tels qu’ils sont et vous contenter de cliquer sur Soumettre. Pour en savoir plus sur cette zone de dialogue Soumettre, voir Soumission d’un lot. Après avoir envoyé un lot, vous pouvez ouvrir Share Monitor pour visualiser l’état d’avancement du transcodage de votre lot. Vous pouvez également configurer l’ouverture automatique de Share Monitor via la fenêtre Préférences de Compressor. Remarque : il sera toujours possible ensuite d’ouvrir Share Monitor soit en double-cliquant sur son icône dans le Dock, soit en cliquant sur son icône dans la fenêtre Lot. Chapitre 1 Premiers contacts rapides 23Il est possible de surveiller la progression de l’encodage depuis la fenêtre Historique. Voir Finalisation de tâches et soumission de lots pour en savoir plus sur les tâches et les lots. Tâches optionnelles disponibles avant l’envoi d’un lot Les trois étapes décrites dans la section précédente montrent le moyen le plus rapide de transcoder des fichiers multimédia. Bien que vous ayez la possibilité de modifier les réglages existants, vous ne pouvez pas prévisualiser vos fichiers ou optimiser les différents réglages. Les chapitres suivants décrivent les modifications optionnelles que vous pouvez apporter au réglage de n’importe quelle tâche avant son envoi : • Création, aperçu et modification des réglages • Finalisation de tâches et soumission de lots • Ajout de filtres à un réglage • Utilisation des contrôles d’images • Ajout de réglages de géométrie • Ajout d’actions • Utilisation de la fenêtre Aperçu • Création et changement de destinations Les chapitres suivants décrivent plus en détail les paramètres des formats de sortie et les différentes options de transcodage : • Création de fichiers AIFF • Création de fichiers de formats audio courants • Création de fichiers de sortie pour flux DV • Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional • Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple • Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray • Création de fichiers de séquence d’images 24 Chapitre 1 Premiers contacts rapides• Création de fichiers de sortie MP3 • Création de fichiers de sortie MPEG-1 • Création de fichiers de sortie MPEG-2 • Création de fichiers de sortie MPEG-4 • Création de fichiers de sortie d’exportation QuickTime • Création de fichiers de sortie QuickTime Chapitre 1 Premiers contacts rapides 25Compressor est un outil puissant, souple et polyvalent qui vous permet d’obtenir les résultats souhaités. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Scénarios standard de Compressor (p 28) • Fonctions de Compressor (p 29) 27 Méthodes d’utilisation de Compressor 2Scénarios standard de Compressor Voici quelques scénarios pouvant généralement être mis en œuvre avec Compressor. • Conversion d’un fichier multimédia source en un ou plusieurs formats de sortie différents : vous pouvez utiliser Compressor pour convertir un ou plusieurs fichiers multimédias sources en un ou plusieurs formats de sortie de fichiers multimédias différents. Pour en savoir plus, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle. Apple TV DVD vidéo CD-ROM iPhone iPad iPod iTunes H.264 MP3 AC-3 MP3 MPEG-1 MPEG-4 QuickTime AC-3 AIFF H.264 MPEG-1 MPEG-2 AIFF MP3 QuickTime Disque Blu-ray H.264 AC-3 Données sources ou projet Final Cut Pro Sur le web Séquence QuickTime (pour connexion haut et faible débit) • Exportation de séquences ou de plans vers un ou plusieurs formats directement à partir d’autres applications : vous pouvez utiliser Compressor pour convertir des séquences ou des plans vers un ou plusieurs formats de fichier à partir d’autres applications telles que Final Cut Pro. Ce flux de production est identique à celui décrit en détail dans Envoi d’un projet pour transcodage. 28 Chapitre 2 Méthodes d’utilisation de CompressorCette intégration dans Final Cut Pro et Motion accélère et simplifie le transcodage (processus de conversion de fichiers de leur format d’origine en fichiers de sortie à distribuer dans un autre format). L’intégration permet également de gagner de l’espace disque en évitant de devoir exporter les fichiers multimédias intermédiaires avant de les traiter. Compressor tire aussi parti de la technologie de traitement vidéo des autres applications pour dépasser les limites des tâches qui lui sont confiées (et donc optimiser la qualité des images encodées) et éviter les dégradations pouvant survenir après les multiples étapes de compression et de décompression. • Création de fichiers compatibles avec les DVD : avant de pouvoir convertir vos fichiers multimédias existants en projets DVD, vous devez convertir la vidéo en fichiers MPEG-1 (projets SD uniquement), MPEG-2 (projets SD et HD) ou H.264 (projets HD uniquement). Compressor peut encoder l’audio au format Dolby Digital Professional (également appelé AC-3). Dolby Digital Professional est un format audio compressé très courant pour les disques DVD-Vidéo. Compressor gère également deux situations spécialisées : • Lorsque vous éditez des sources haute définition (HD) dans Final Cut Pro et souhaitez créer un DVD en définition standard (DS) à partir de ces sources, Compressor offre une fonctionnalité de conversion. Les sources HD qui utilisent des résolutions de 1080i ou 720p utilisent un processus de transcodage haute qualité pour créer des fichiers de sortie vidéo DS MPEG-2. • Si vous devez faire tenir un maximum de vidéo sur un DVD et que vous n’avez pas besoin de la qualité de diffusion, Compressor permet d’exporter les fichiers au format MPEG-1 compatible DVD-Vidéo. Fonctions de Compressor Compressor peut fonctionner en tant qu’application autonome et être intégré au flux de production d’autres applications telles que Final Cut Pro. Pour cela, Compressor accepte le même éventail de types de fichiers multimédias que Final Cut Pro. Compressor propose les fonctions suivantes. • Traitement par lot : ce processus simplifié permet de créer plusieurs fichiers de sortie à partir d’un seul fichier multimédia source. • Options VBR : à l’aide de l’encodeur MPEG-2, vous pouvez définir pour vos fichiers de sortie un encodage VBR (Variable Bit Rate - débit variable) en une seule ou en deux passes, ce qui a une incidence sur la qualité de l’image des fichiers vidéo. • Encodage H.264 : le format H.264 génère de la vidéo de qualité supérieure à des débits inférieurs, pour tout type de périphériques allant des téléphones portables à la haute définition (HD). Le format H.264 est particulièrement bien adapté au lecteur Apple QuickTime. Compressor inclut les formats H.264 conçus particulièrement pour les disques Blu-ray, iTunes, iPhone, iPad, iPod et Apple TV. Chapitre 2 Méthodes d’utilisation de Compressor 29• droplets : ces applications autonomes peuvent être utilisées pour des opérations de transcodage par glisser-déposer, directement depuis le bureau. Après leur création, les Droplets simplifient et automatisent le processus de transcodage et peuvent être utilisées sans que Compressor ne soit lancé. • Réglages : les réglages contiennent tous les outils nécessaires au transcodage (format de fichier, filtre et réglages géométriques). Vous pouvez personnaliser et modifier les réglages fournis par Apple ou en créer de nouveaux et développer une bibliothèque de réglages spécialisés pouvant être réutilisés. • Des filtres : la sélection de filtres Compressor disponibles vous confère un contrôle artistique dynamique pendant la conversion de vos fichiers multimédias sources dans d’autres formats et vous permet de créer un produit final conforme à vos spécifications. Les filtres disponibles sont les suivants : fondu entrant/sortant, incrustations de timecode, correction gamma, suppression du bruit, letterbox, filigranes, ajustement de couleur, etc. Il existe en outre des filtres audio permettant de contrôler la plage dynamique, les niveaux de pics, l’égalisation et le fondu entrant/sortant. • Prévisualisation : vous pouvez prévisualiser vos réglages de filtres en temps réel dans la fenêtre Aperçu tout en les modifiant dans la fenêtre Inspecteur. Cela vous permet de modifier légèrement les paramètres à votre convenance avant le transcodage du fichier multimédia source. • Destinations : vous pouvez créer et enregistrer différentes destinations pour vos fichiers de sortie, qui peuvent ensuite être associées à la cible de chaque fichier de sortie. Ces destinations peuvent être des sites FTP ou des emplacements iDisk. Une destination peut également spécifier la convention d’appellation de fichier à utiliser. • Géométrie : vous pouvez régler les dimensions de l’image à l’aide des contrôles de géométrie de la fenêtre Inspecteur et des contrôles graphiques de la fenêtre Aperçu. Ces fonctionnalités permettent de rogner les zones des images que vous souhaitez supprimer de votre fichier multimédia source, et de réduire ainsi la taille du fichier. Compressor permet aussi de redimensionner l’image aux proportions suivantes : 4:3, 16:9 et 2,35:1 pour une utilisation sur d’autres plateformes, comme le DVD ou iPod. • Publication : vous pouvez utiliser Compressor pour télécharger vos fichiers de sortie sur un serveur de contenu multimédia, de type QuickTime Streaming Server, ou sur d’autres supports pour la création de DVD. • Utilisation d’AppleScript : vous pouvez ajouter des informations AppleScript spécialisées à n’importe quel fichier de sortie, ce qui vous confère la souplesse nécessaire pour automatiser et personnaliser les opérations de post-encodage. • Interopérabilité : Compressor est un élément fondamental des applications vidéo professionnelles Apple comme Final Cut Pro et Motion. Vous pouvez par exemple exporter des séquences directement de Final Cut Pro vers Compressor en vue de leur transcodage. 30 Chapitre 2 Méthodes d’utilisation de Compressor• Activité de transcodage en arrière-plan : grâce à Compressor, il est possible de commencer le transcodage d’un lot, puis de laisser celui-ci se dérouler en arrière-plan, ce qui vous permet d’exécuter d’autres tâches en même temps. • Notification par message électronique : Compressor peut être configuré de manière à vous envoyer des notifications par message électronique pour vous avertir de la fin du transcodage d’un lot, quelle que soit l’adresse électronique spécifiée. • Traitement distribué : Compressor fournit le traitement distribué qui répartit le travail sur plusieurs ordinateurs choisis pour offrir une puissance de traitement supplémentaire. La fonction de traitement distribué est limitée aux ordinateurs sur lesquels Compressor est installé. Pour en savoir plus, consultez Apple Qmaster et le traitement distribué. • Fonctionnalités de ligne de commande : Compressor comporte désormais un certain nombre d’options de ligne de commande pour l’envoi de tâches, l’activation et la désactivation des services de contrôle de nœuds et de clusters, ainsi que la surveillance des lots. Pour en savoir plus, consultez Utilisation de la ligne de commande. Chapitre 2 Méthodes d’utilisation de Compressor 31Avec Compressor, le transcodage de médias en de multiples formats est d’une grande facilité. En outre, Compressor est intégré à Final Cut Pro et Motion. Pour les flux de travaux simples ou répétitifs, vous pouvez également utiliser le traitement distribué avec la fonction de partage de Final Cut Pro et de Motion. La fonction de partage est un moyen aisé d’envoyer votre travail, en un clic de souris, aux clients, amis et autres destinataires sans qu’il soit nécessaire d’avoir des connaissances approfondies du transcodage, des formats de fichier de distribution ou des protocoles FTP. Depuis la fenêtre Partager de Final Cut Pro et Motion, vous pouvez rapidement créer et diffuser des fichiers multimédias de sortie sur iPhone, iPad, iPod, Apple TV, DVD, disque Blu-ray et YouTube, sans devoir ouvrir d’autres applications. Pour en savoir plus sur la fonction de partage, voir le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro et le Manuel de l’utilisateur de Motion. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Concepts et terminologie de Compressor (p 33) • Préparation de Compressor au transcodage à l’aide de réglages personnalisés (p 36) • Choix d’un format de sortie (p 38) • Création d’un lot Compressor (p 39) • Visualisation de l’état du transcodage (p 42) • Raccourcis optionnels de Compressor (p 42) Concepts et terminologie de Compressor Cette section couvre certains termes courants que vous pouvez rencontrer lors de l’utilisation de Compressor. 33 Flux de production de transcodage de base 3Le diagramme suivant illustre le mode de fonctionnement du processus de transcodage standard de Compressor. Le principal élément du transcodage est le lot. Un lot représente tous les composants nécessaires au transcodage d’un média. Il doit contenir une ou plusieurs tâches. Une tâche se compose d’au moins un fichier multimédia source avec une ou plusieurs cibles, chacune étant associée à un réglage et une destination. Quand le processus de transcodage est terminé, le fichier résultant est connu sous le nom de fichier multimédia de sortie. Chaque réglage attribué à un fichier multimédia source donne lieu à la création d’un fichier multimédia de sortie. Dans l’illustration ci-dessous, le lot contient deux fichiers multimédia sources, chacun d’eux constituant une tâche contenant deux cibles (comprenant un réglage et une destination). Les fichiers de sortie créés par le transcodage de ce lot seront au nombre total de quatre. Tâche 1 donnera lieu à la création de deux fichiers multimédia de sortie, tout comme Tâche 2. Tâche 2 Tâche 1 Un fichier multimédia de sortie (Tâche 1, Cible 1) Un fichier multimédia de sortie (Tâche 1, Cible 2) Un fichier multimédia de sortie (Tâche 2, Cible 1) Un fichier multimédia de sortie (Tâche 2, Cible 2) Source fichier de données 1 Source fichier de données 2 Cible 1 Réglage Destination Cible2 Réglage Destination Cible 1 Réglage Destination Cible2 Réglage Destination Un lot Vous devez vous familiariser avec les termes courants suivants : • Codec : contraction de COmpression/DECompression. modèle mathématique de réduction des données d’un fichier multimédia source. • Format de fichier : format de sortie utilisé pour transcoder le fichier multimédia source. • Groupe : contient des réglages définis placés dans un dossier de l’onglet Réglages. Les groupes vous permettent d’organiser vos réglages et de simplifier le processus de création de tâches. • Transcodage : processus de conversion de fichiers dans leur format d’origine en fichiers de sortie prêts à être distribués dans un autre format. Parmi les termes étroitement liés, la compression fait référence à la réduction des données ; l’encodage est un synonyme de transcodage, sauf qu’il ne met pas l’accent sur l’aspect de conversion. 34 Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base• Un fichier multimédia source : le processus de transcodage commence toujours par un fichier multimédia source, qui est le fichier destiné à être transcodé dans sa forme d’origine. Les fichiers multimédia sources sont toujours du type suivant. • Un film : contenant des données audio, vidéo et autres (des marqueurs par exemple). • Des images fixes : utilisées comme partie d’une séquence d’images fixes pour certaines productions vidéo. • QuickTime : QuickTime est une technologie multimédia multiplateforme, qui permet aux applications Mac OS et Windows de capturer et de lire des fichiers vidéo et audio, ainsi que des fichiers d’images fixes. Les fichiers QuickTime peuvent contenir un grand nombre de données et de codecs différents. Les codecs fournissent des instructions de lecture des données à QuickTime. Dans Compressor, un processus de transcodage typique inclut les composants suivants. • Réglage : une fois que vous avez importé votre fichier multimédia source, vous devez lui affecter un ou plusieurs réglages. Un réglage est une combinaison d’attributs de transcodage, comme le format de sortie, les filtres et les réglages de géométrie, qui vont être appliqués au fichier multimédia source pendant le processus de transcodage. • Format (du fichier) de sortie : dépend de l’encodeur que vous choisissez pour convertir votre fichier source. Choisissez l’un des formats suivants selon l’environnement et la méthode de lecture visés pour vos fichiers multimédia transcodés : AIFF, Dolby Digital Professional, Flux DV, H.264 pour appareils Apple (contient des réglages pour iPhone, iPad, iPod ou Apple TV), Séquence d’images (prend en charge les images TIFF et TARGA), MPEG-1, MPEG-2, MPEG-4, Séquence QuickTime ou Composants d’exportation au format QuickTime. • Des filtres : ils vous permettent de paramétrer différentes caractéristiques de votre vidéo, comme la couleur, la luminosité et la résolution dans le but d’optimiser à la fois la qualité et la compression du fichier. Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base 35• Des paramètres géométriques : permet de rogner l’image et d’ajuster sa taille. • Des paramètres d’action : permettent de créer des actions de post-transcodage automatique et de les appliquer à des tâches et des réglages. Créez et distribuez aisément des fichiers multimédias de sortie, envoyez des notifications par courrier électronique et exécutez des tâches de post-transcodage à l’aide d’Automator. • Destination : un fichier multimédia source doit aussi être associé à une destination. Il s’agit de l’emplacement de stockage de votre fichier multimédia transcodé. Vous pouvez soit utiliser la destination par défaut, nommée Source (dossier de stockage identique à celui du fichier multimédia source), soit désigner un autre emplacement auquel vous avec un accès total. Vous pouvez également modifier la destination par défaut dans les Préférences Compressor. La destination détermine également la manière dont le fichier multimédia transcodé est nommé. • Cible : sorte de plan permettant de créer un fichier multimédia de sortie contenant un réglage, une destination et un nom de fichier de sortie. • Tâche : une fois que vous avez attribué une ou plusieurs cibles au fichier multimédia source, il devient une tâche prête à être transcodée. • Un lot : un lot se compose d’une ou de plusieurs tâches qui sont traitées simultanément. Toutes les tâches du lot sont envoyées simultanément lorsque vous cliquez sur le bouton Soumettre. • Un fichier multimédia de sortie : les fichiers multimédia transcodés créés après l’envoi et le traitement d’un lot sont appelés des fichiers multimédia de sortie. Un fichier multimédia de sortie est le résultat du transcodage réussi d’un fichier multimédia source (associé à un réglage et une destination). Il y a autant de fichiers multimédia de sortie créés que de réglages appliqués aux différents fichiers multimédia sources du lot. Préparation de Compressor au transcodage à l’aide de réglages personnalisés Compressor est fourni avec un certain nombre de réglages préconfigurés qui permettent de commencer immédiatement le transcodage. Si vous souhaitez transcoder immédiatement des fichiers multimédias sources et que vous n’avez pas besoin de créer de réglages, suivez plutôt les étapes décrites dans Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot. Si vous souhaitez lancer immédiatement le transcodage, mais que votre flux de travaux ne peut être traité par aucun modèle de lot, vous pouvez consulter la procédure décrite dans Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle. 36 Chapitre 3 Flux de production de transcodage de baseCependant, si vous souhaitez créer vos réglages et destinations, et personnaliser d’autres attributs, comme les filtres, le rognage, le redimensionnement des images et les actions, veuillez suivre les étapes décrites ci-après. Si les réglages personnalisés que vous créez ici peuvent être utilisés pour tous vos besoins de transcodage, vous n’aurez plus à utiliser cette procédure. En revanche, si vous devez créer des réglages et des destinations pour chaque projet de transcodage, vous devez répéter chaque fois ces étapes. Étape 1 : Création d’un réglage Si vous n’utilisez pas un réglage préexistant ou un modèle de lot fourni avec Compressor, vous devez créer vos réglages. Pour cela, utilisez l’onglet Réglages et commencez par choisir un format de sortie dans le menu Format de fichier qui s’ouvre lorsque vous cliquez sur le bouton Ajouter (+). Consultez la section Choix d’un format de sortie pour obtenir plus d’informations. Vous avez aussi la possibilité d’ajouter des filtres, des réglages géométriques et des actions de post-transcodage, puis de prévisualiser le réglage pour être sûr du résultat. Consultez la section Création d’un réglage entièrement nouveau pour obtenir plus d’informations. Vous pouvez également rationaliser le flux de production en plaçant vos réglages dans des groupes. Consultez la section Création de groupes de réglages pour obtenir plus d’informations. Après avoir créé un réglage, vous pouvez le personnaliser en lui apportant des modifications supplémentaires telles que des filtres (pour régler la qualité de l’image ou ajouter des effets comme le « letterboxing »), une taille de pixel donnée (valeurs géométriques) et des actions de post-transcodage. Ces ajustements supplémentaires sont tous gérés dans la fenêtre Inspecteur. Pour en savoir plus, voir Ajout de filtres à un réglage, Utilisation des contrôles d’images, Ajout de réglages de géométrie et Ajout d’actions. Étape 2 : Aperçu du réglage La prévisualisation de votre réglage avant l’envoi du lot est un bon moyen pour gagner du temps. Pour cela, utilisez la fenêtre Aperçu et assurez-vous que la qualité du fichier multimédia de sortie vous convient. La fenêtre Aperçu consiste en un écran divisé en deux, qui affiche à gauche le fichier multimédia source sous sa forme originale, et à droite le contenu du fichier multimédia de sortie. La fenêtre Aperçu vous permet d’effectuer différentes opérations : • Lire le fichier multimédia. • Prévisualiser de manière dynamique les effets (en temps réel). • Modifier les effets des filtres et des réglages de géométrie de votre réglage. • Comparer les versions source ou les versions de sortie. • Rogner la taille d’image du fichier de sortie. • Changer les proportions. Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base 37• Ajouter divers marqueurs (de compression, de chapitre ou de podcast). Remarque : il n’est pas possible de prévisualiser les réglages Contrôles d’images dans la fenêtre Aperçu. Pour prévisualiser ces derniers, lancez un transcodage de test sur une petite section de votre fichier multimédia source (Pour plus d’informations, reportez-vous à la section Transcodage d’une section du plan à l’aide de la fenêtre Aperçu.) Consultez la section Aperçu d’un réglage ou Utilisation de la fenêtre Aperçu pour plus d’informations. Étape 3 : Création d’une destination Par défaut, le fichier transcodé est enregistré dans le même dossier que celui du fichier multimédia source (dossier Source). Cependant, si vous souhaitez enregistrer les fichiers transcodés dans un autre emplacement, vous pouvez créer une destination sous l’onglet Destinations. À l’aide de cet onglet, vous pouvez définir comme destination un dossier, un volume ou un serveur distant dont vous avez les autorisations et les accès, et ajouter d’utiles identificateurs à votre fichier de sortie transcodé. Une fois que vous avez créé suffisamment de destinations, il n’est plus nécessaire d’ouvrir l’onglet Destinations. Consultez la section Création et changement de destinations pour obtenir plus d’informations. Choix d’un format de sortie La sélection de la plate-forme de lecture appropriée (dispositifs Apple, web, CD, DVD et borne interactive) est le premier choix à faire avant de compresser un fichier multimédia source dans un format de sortie différent. Après avoir sélectionné une plate-forme, vous pouvez choisir le format de sortie qui lui convient le mieux. Les nombreux encodeurs fournis avec Compressor vous permettent de transcoder votre fichier multimédia source quel qu’en soit le format, notamment les formats industriels standards ci-dessous comportant tous leurs propres attributs particuliers : • AIFF : destiné aux contenus audio (y compris création de DVD ou de CD) nécessitant des réglages personnalisés. Pour plus de détails sur le format AIFF, consultez Création de fichiers AIFF. • Formats audio courants : destiné à fournir un accès aisé à la plupart des formats audio courants, y compris les fichiers AIFF, Apple CAF et WAVE. Pour en savoir plus, consultez Création de fichiers de formats audio courants. • Flux DV : format courant utilisé pour les projets SD. Consultez Création de fichiers de sortie pour flux DV pour obtenir plus d’informations. • Dolby Digital Professional : également appelé AC-3. Format généralement destiné à la création de DVD. Pour plus de détails sur le format AC-3, consultez Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional. 38 Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base• H.264 pour périphériques Apple : destiné à la création de fichiers vidéo adaptés à la lecture via iTunes, un iPhone, un iPad, un iPod et Apple TV. Pour plus de détails sur le format H.264 pour les dispositifs Apple, consultez Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple. • H.264 pour Blu-ray : destiné à la création de réglages H.264 spécialement configurés pour disque Blu-ray. Pour en savoir plus sur le format H.264 pour disque Blu-ray, consultez Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray. • Séquence d’images : compatible avec une grande variété d’applications de composition et de traitement d’images. Pour plus de détails, consultez Création de fichiers de séquence d’images. • MP3 : destiné à la compression audio. Le format MP3 crée des fichiers audio compatibles avec une grande variété de dispositifs de lecture. Pour plus de détails sur le format MP3, consultez Création de fichiers de sortie MP3. • MPEG-1 : destiné à une utilisation sur Internet, CD-ROM ou DVD. Pour plus de détails sur le format MPEG-1, consultez Création de fichiers de sortie MPEG-1. • MPEG-2 : destiné à une utilisation DVD standard et haute définition. Pour plus de détails sur le format MPEG-2, consultez Création de fichiers de sortie MPEG-2. • MPEG-4, Partie 2 : destiné à un large éventail d’utilisations, notamment le web ou les périphériques sans fil. Pour plus de détails sur le format MPEG-4, consultez Création de fichiers de sortie MPEG-4. • Composants d’exportation au format QuickTime : exploitant l’architecture de modules de QuickTime, Compressor peut désormais générer un large éventail d’options de codec et de formats de tierce partie, tels que Windows Media, RealPlayer, 3G et AVI. La fonctionnalité Composants d’exportation QuickTime vous permet de contrôler le moteur d’encodage tiers sans avoir à ouvrir une autre application. Pour plus de détails sur les composants d’exportation QuickTime, voir Création de fichiers de sortie d’exportation QuickTime. • Séquence QuickTime : destiné à être utilisé avec QuickTime dans une grande variété d’environnements de lecture. Étant donné que QuickTime est une technologie multimédia multiplateforme, elle permet aux applications Mac OS et Windows de capturer et de lire des fichiers vidéo et audio, ainsi que des fichiers d’images fixes. Pour plus de détails sur le format QuickTime, voir Création de fichiers de sortie QuickTime. Création d’un lot Compressor Cette section décrit la procédure complète de création manuelle et de soumission d’un lot Compressor complet. Pour découvrir une méthode plus rapide, plus simple, mais également plus restrictive, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot. Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base 39Une fois que les réglages et les destinations nécessaires sont disponibles, vous pouvez commencer à créer un lot pour transcodage. Un lot contient une ou plusieurs tâches, Une tâche se compose d’au moins un fichier multimédia de sortie associé à une ou plusieurs cibles contenant les réglages et les destinations. Vous ne pouvez soumettre un lot au transcodage qu’après avoir affecté au moins une cible (réglage et destination) à chaque tâche (fichier multimédia source) du lot. Toutes les tâches du lot sont soumises simultanément au transcodage. Les lots sont similaires à des documents qu’il est possible d’enregistrer, de fermer et de rouvrir. À l’instar d’un projet Final Cut Pro, un onglet séparé (qu’il est possible de désactiver) contient chaque lot Compressor. Étape 1 : Importation de fichiers multimédias sources dans Compressor Pour importer des fichiers multimédias sources dans un lot, vous pouvez utiliser la zone de dialogue de sélection de fichiers ou faire glisser les fichiers du Finder vers la fenêtre Lot de Compressor. Vous pouvez importer des fichiers multimédias sources de n’importe quel dossier dont vous avez les droits d’accès. Consultez la section Importation de fichiers multimédias sources pour obtenir plus d’informations. Étape 2 : Affectation d’un réglage Après l’importation de votre fichier multimédia source dans la fenêtre Lot, vous devez lui attribuer un ou plusieurs réglages. Ce processus le convertit alors en tâche. Un fichier multimédia source ne peut être transcodé que s’il est associé à au moins un réglage, ce qui est uniquement possible si vous avez sélectionné un réglage préexistant ou en avez créé un. Un format de fichier de sortie doit être associé à votre réglage. • Si vous choisissez un réglage préexistant : le format de fichier de sortie a déjà été affecté. • Si vous créez votre propre réglage : vous devez choisir un format de fichier de sortie dans le menu Format de fichier qui apparaît lorsque vous cliquez sur le bouton Ajouter (+) dans l’onglet Réglages. Vous pouvez ajouter un réglage à plusieurs tâches en une seule étape, soit en sélectionnant les tâches dans la fenêtre Lot et en choisissant un réglage dans la zone de dialogue qui apparaît lorsque vous choisissez Cible > « Nouvelle cible avec réglage », soit en cliquant sur l’une des tâches tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et en choisissant un réglage dans le sous-menu « Nouvelle cible avec réglage » du menu contextuel qui apparaît. Si vous avez un réglage favori (existant ou personnalisé), vous pouvez simplifier votre flux de production en créant une application autonome, appelée droplet, contenant plusieurs réglages et servant à envoyer des lots sans ouvrir Compressor. Consultez Création d’un droplet à partir de l’onglet Réglages pour obtenir plus d’informations. 40 Chapitre 3 Flux de production de transcodage de baseRemarque : vous pouvez également créer des groupes de réglages, une manière simple et efficace d’associer plusieurs réglages à un fichier multimédia source. Consultez la section Création de groupes de réglages pour obtenir plus d’informations. Étape 3 : Prévisualisation du réglage à l’aide de la fenêtre Aperçu Vous pouvez soit prévisualiser un fichier multimédia seul, soit le prévisualiser avec les réglages qui lui ont été associés. La fenêtre Aperçu permet de prévisualiser dynamiquement (en temps réel) votre réglage et de modifier les effets des filtres et des ajustements géométriques, de lire le fichier multimédia, de visualiser les versions sources ou de sortie, de rogner le cadre de l’image du fichier de sortie, de changer ses proportions et d’ajouter divers marqueurs correspondant aux formats de fichier MPEG-1, MPEG-2 et H.264 pour appareils Apple. Consultez la section Aperçu d’un réglage ou Prévisualisation d’un plan pour plus d’informations. Étape 4 : Affectation d’une destination Vous pouvez choisir l’emplacement de destination des fichiers multimédia de sortie en affectant une destination à chaque cible. La destination définit également divers aspects de nommage du fichier multimédia de sortie. L’onglet Destination propose plusieurs destinations, mais vous pouvez également créer vos propres destinations personnalisées. Pour affecter une destination existante à une tâche, vous pouvez soit faire glisser une destination de l’onglet Destinations vers la cible d’une tâche, soit sélectionner Destination dans le menu Cible ou dans le menu contextuel qui apparaît lorsque vous cliquez sur une cible tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée. Vous avez également la possibilité de choisir un emplacement qui n’a pas été défini comme destination, en choisissant l’option Autre dans l’un des deux menus ci-dessus. Consultez la section Affectation de destinations aux fichiers multimédias sources pour obtenir plus d’informations. Étape 5 : Soumission du lot pour transcodage Dès que le lot contient toutes les tâches que vous souhaitiez créer et que vous êtes satisfait des réglages et de la qualité des fichiers de sortie (grâce à leur prévisualisation), son envoi est prêt à être effectué. Pour cela, cliquez sur le bouton Soumettre dans la fenêtre Lot. Remarque : si vous souhaitez transcoder un lot volumineux, il est conseillé de désactiver l’écran de veille de votre ordinateur. Ceci augmente la vitesse du transcodage, car aucune ressource n’est réservée à l’écran de veille. Consultez la section Soumission d’un lot pour obtenir plus d’informations. Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base 41Visualisation de l’état du transcodage Utilisez Share Monitor et la fenêtre Historique pour afficher l’état actuel d’un lot envoyé et de toutes les tâches qu’il comporte. Share Monitor est une application autonome qui peut donc fonctionner avec Compressor et les droplets, que Compressor soit ouvert ou fermé, indépendamment du fait que vous ayez ou non soumis un élément. Consultez Création d’un droplet à partir de l’onglet Réglages pour plus d’informations sur les droplets. Étape 1 : Visualisation de l’état de transcodage d’un lot Après avoir soumis un lot, vous pouvez ouvrir Share Monitor pour visualiser l’état de transcodage de votre lot. Cette possibilité s’avère utile pour savoir quand le transcodage de votre lot est terminé et surveiller l’apparition d’éventuels problèmes pendant toute la durée du processus. Vous pouvez régler l’ouverture automatique de Share Monitor via les préférences de Compressor. Consultez Configuration des préférences de Compressor et le Manuel de l’utilisateur de Share Monitor pour plus de détails. Sinon, vous pouvez consulter la fenêtre Historique de Compressor. Elle contient une barre de progression et, à l’instar de Share Monitor, vous indique si une tâche soumise a été correctement transcodée. Étape 2 : Confirmation de la fin du transcodage Une fois le transcodage terminé, il est conseillé d’ouvrir le dossier de destination du fichier multimédia transcodé afin de vous assurer que celui-ci a été transcodé avec succès et enregistré au bon endroit. Raccourcis optionnels de Compressor Compressor a été conçu en tenant compte du flux de production. Suivant vos besoins, plusieurs méthodes vous permettent d’accélérer le flux de production de transcodage de Compressor. Utilisation des réglages existants Compressor comprend un certain nombre de réglages préexistants qui vous permettent de commencer à transcoder immédiatement. Si ceux-ci répondent à vos besoins, vous pouvez immédiatement procéder au transcodage de vos fichiers multimédia sources. Pour en savoir plus, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle. Même si vous devez créer des réglages personnalisés, vous pouvez les regrouper pour les appliquer plus facilement aux cibles. Consultez la section Création, aperçu et modification des réglages pour obtenir plus d’informations. 42 Chapitre 3 Flux de production de transcodage de baseUtilisation des réglages et des destinations par défaut Si vous découvrez que vous appliquez toujours les mêmes réglages et destinations à chaque fichier multimédia source, vous pouvez configurer les Préférences de Compressor pour qu’il applique automatiquement ces réglages et destinations. Consultez la section Configuration des préférences de Compressor pour obtenir plus d’informations. Utilisation de droplets Les droplets constituent un moyen de transcodage rapide et pratique qui ne nécessite pas l’ouverture de Compressor. La création d’une droplet consiste à enregistrer un réglage ou un groupe de réglages et des destinations sous forme d’une icône active. Lorsque vous faites glisser un ou plusieurs fichiers multimédia sur cette icône, la droplet lance automatiquement le processus de transcodage. Consultez Création d’un droplet à partir de l’onglet Réglages pour obtenir plus d’informations. Chapitre 3 Flux de production de transcodage de base 43L’interface de Compressor consiste en une série de fenêtres de base qui vous permettent d’effectuer la majeure partie du travail de préparation du transcodage. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Les fenêtres Compressor et le flux de transcodage (p 46) • Création et gestion des modèles Compressor (p 47) • Utilisation des fenêtres de Compressor (p 50) • Fenêtre Lot (p 53) • Onglet Réglages (p 57) • Onglet Destinations (p 58) • Fenêtre Inspecteur (p 58) • Fenêtre Historique (p 68) • Fenêtre Aperçu (p 69) • Fenêtre Apple Qmaster Sharing (p 71) • Share Monitor (p 72) • Fenêtres Droplet (p 73) • À propos du changement des valeurs et des entrées de timecode (p 74) • Raccourcis clavier (p 76) 45 Interface de Compressor 4Les fenêtres Compressor et le flux de transcodage Chaque fenêtre Compressor représente une étape du flux de transcodage. Onglets Réglages et Destinations Fenêtre Lot Fenêtre Preview Fenêtre Historique Fenêtre Inspecteur • Fenêtre Lot : cette fenêtre vous permet d’importer des fichiers multimédias sources, d’ajouter des réglages et des destinations et de donner un nom au lot. • Onglets Réglages et Destinations : l’onglet Réglages vous permet de centraliser la gestion des réglages personnalisés et Apple. L’onglet Destinations permet de créer, de modifier ou de supprimer vos réglages de destination, de définir une destination par défaut et d’ajouter des identificateurs aux noms de vos fichiers de média de sortie. • Fenêtre Inspecteur : permet d’accéder facilement aux contrôles de transcodage courants, et à une table de résumé complète contenant tous les détails de chaque réglage. Vous pouvez également utiliser la fenêtre Inspecteur afin de collecter des informations sur les plans source, ainsi que pour apporter des modifications dynamiques avec la fenêtre Aperçu. • Fenêtre Aperçu : vous permet de lire votre fichier multimédia source dans son format original ou de le prévisualiser avec les réglages qui lui ont été attribués. Vous pouvez voir les effets des réglages comme les filtres et le redimensionnement d’images, et faire des ajustements à ces attributs pendant la prévisualisation en temps réel du fichier média. Vous pouvez également utiliser la fenêtre Aperçu pour ajouter et visualiser plusieurs sortes de marqueurs. • Fenêtre Historique : la fenêtre Historique vous permet de voir l’historique complet de tous les lots soumis depuis votre ordinateur, ainsi que les barres de progression de ceux qui sont encore en cours de transcodage. Vous pouvez également faire une pause et soumettre à nouveau n’importe quel lot répertorié dans l’historique. 46 Chapitre 4 Interface de Compressor• Fenêtre Droplet (non représentée) : permet d’enregistrer un ou plusieurs réglages ou groupes de réglages dans une Droplet, un préréglage autonome intégré dans une application glisser-déposer et enregistré en tant qu’icône. • Share Monitor (non représentée) : permet d’afficher l’état de tous les lots traités. (Pour en savoir plus, consultez le Manuel de l’utilisateur de Share Monitor.) Création et gestion des modèles Compressor À l’usage de Compressor, vous remarquerez qu’en fonction de la tâche d’encodage que vous configurez, la façon dont sont disposées les différentes fenêtres de Compressor peut jouer sur sa simplicité d’utilisation. Pour vous faciliter la tâche, Compressor permet de configurer et de sauvegarder des modèles. Ils définissent les fenêtres visibles, leur taille, leur position et les icônes présentes dans la barre d’outils de la fenêtre Lot. Compressor propose deux modèles que vous pouvez utiliser comme point de départ à la création de vos propres modèles. Remarque : chaque modèle existe en plusieurs tailles, ce qui vous permet de choisir celle qui convient le mieux à votre moniteur. Vous pouvez modifier n’importe lequel de ces modèles et les sauvegarder comme modèles personnalisés. Modèle standard Dans le modèle standard, toutes les fenêtres de Compressor sont affichées et les onglets Réglages et Destinations partagent la même fenêtre. Ce modèle est optimisé pour le transcodage d’un seul fichier multimédia source. Chapitre 4 Interface de Compressor 47Modèle Lot Ce modèle met l’accent sur la fenêtre Lot. Il est optimisé pour le transcodage de plusieurs fichiers multimédias source similaires. Choix, enregistrement et gestion des modèles Compressor vous permet de choisir aisément un modèle. Pour choisir un modèle µ Choisissez Fenêtre > Modèles, puis sélectionnez un modèle dans la liste affichée. Une que vous avez choisi votre modèle, l’interface de Compressor change pour refléter ce choix. Vous pouvez également créer et enregistrer vos propres modèles. Pour enregistrer un modèle 1 Configurez l’interface de Compressor comme vous souhaitez qu’elle soit enregistrée. Reportez-vous à la rubrique Utilisation des fenêtres de Compressor pour de plus amples informations sur la manière de travailler avec les différentes fenêtres. 2 Sélectionnez Fenêtre > Enregistrer comme modèle. 3 Dans la zone de dialogue qui apparaît, saisissez un nom pour le modèle et cliquez sur Enregistrer. La présentation est enregistrée et apparaît dans Fenêtre > Liste des présentations. Vous pouvez organiser la liste des modèles en supprimant ou en renommant des modèles existants. Pour organiser vos modèles 1 Choisissez Fenêtre > Organiser les modèles. 48 Chapitre 4 Interface de CompressorLa zone de dialogue d’organisation des modèles est alors affichée. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Pour renommer un modèle : double-cliquez dessus et tapez un nouveau nom. • Pour supprimer un modèle : sélectionnez-le et cliquez sur le bouton Supprimer (–). • Pour enregistrer la configuration d’interface en cours en tant que nouveau modèle : cliquez sur le bouton Ajouter (+), puis saisissez un nom pour le modèle. • Pour choisir un modèle et l’appliquer à l’interface de Compressor actuelle : choisissez le modèle, puis cliquez sur le bouton Appliquer. 3 Cliquez sur Terminé lorsque vous avez fini d’organiser vos modèles. Le gestionnaire de présentations se ferme et l’interface de Compressor est modifiée pour refléter le réglage de présentation sélectionné. Remarque : la liste des modèles est divisée en deux parties : les modèles fournis par Apple et ceux que vous avez créés. Vous ne pouvez pas renommer ou supprimer les présentations Apple. Les modèles que vous avez créés sont rangés par ordre alphabétique. Pensez-y lorsque vous donnez un nom à un modèle afin de pouvoir le retrouver facilement. À propos des fichiers de modèle Si vous disposez de plusieurs stations de travail utilisant Compressor, il est conseillé d’avoir les mêmes modèles sur l’ensemble des ordinateurs. Pour cela, vous pouvez copier les fichiers de modèle d’un système à l’autre, en prenant garde de les placer dans l’emplacement adéquat. Les modèles sont stockés dans l’emplacement suivant : Utilisateurs/nom d’utilisateur/Bibliothèque/Application Support/Compressor/Layouts. Toutes les présentations ont la même extension « .moduleLayout ». Important : n’ajoutez ou ne retirez jamais de fichiers de modèle manuellement tant que Compressor est ouvert. Compressor vérifie les modèles disponibles dans cet emplacement lors de son processus de démarrage. Vous devez donc redémarrer Compressor pour qu’il reconnaisse les modifications effectuées sur ces fichiers. Chapitre 4 Interface de Compressor 49Utilisation des fenêtres de Compressor Bien que les modèles Standard et Lot présentent l’interface de Compressor comme un seul grand élément, cette interface est en fait composée de plusieurs fenêtres que vous pouvez repositionner ou redimensionner suivant vos besoins. Pourquoi certaines fenêtres sont-elles cachées ? L’interface de Compressor étant composée de plusieurs fenêtres indépendantes, lorsque vous passez de Compressor à une autre application, puis que vous cliquez de nouveau sur une fenêtre de Compressor, seule cette dernière s’affiche et les autres restent cachées par les fenêtres ouvertes d’autres applications. Pour afficher toutes les fenêtres de Compressor au premier plan Procédez de l’une des manières suivantes : µ Lorsque vous passez d’une application à l’autre, utilisez la fonctionnalité de basculement intégrée à Mac OS X. Appuyez sur la touche de tabulation en maintenant la touche Commande enfoncée pour faire apparaître une zone de dialogue de sélection d’applications. Tant que vous maintenez la touche Commande enfoncée, vous pouvez appuyer sur la touche de tabulation pour parcourir les différentes applications en cours d’exécution, puis relâcher la touche Commande lorsque vous avez sélectionné l’icône de Compressor. Ceci permet de s’assurer que toutes les fenêtres de Compressor sont visibles. µ Choisissez Fenêtre > Tout ramener au premier plan. µ Cliquez sur l’icône de l’application Compressor dans le Dock. Remarque : la barre d’outils de Compressor, située dans la partie supérieure de la fenêtre Lot, facilite la navigation dans les fenêtres principales de Compressor et dans Share Monitor. Redimensionnement des fenêtres de Compressor Vous pouvez redimensionner toutes les fenêtres de Compressor à l’exception de celle de l’Inspecteur qui a une taille fixe. Chaque fenêtre possède une taille minimum, horizontalement ou verticalement, qui influence le redimensionnement. 50 Chapitre 4 Interface de CompressorPour redimensionner une fenêtre µ Faites glisser le coin inférieur droit de la fenêtre pour l’agrandir ou la réduire horizontalement ou verticalement. Faites glisser ce coin pour redimensionner la fenêtre. Remarque : lorsque vous repositionnez une fenêtre ou que vous la redimensionnez, elle se colle à la fenêtre la plus proche. Cela permet d’avoir une présentation de fenêtres nette, sans interstices ni chevauchements. À propos des onglets La fenêtre Lot et la fenêtre Réglages et destinations peuvent comporter plusieurs onglets. • La fenêtre Lot : lorsque vous travaillez sur grand écran et que plusieurs lots sont ouverts, il est parfois utile d’afficher chacun d’eux dans sa propre fenêtre. • Les onglets Réglages et Destinations : par défaut, les onglets Réglages et Destinations se trouvent dans la même fenêtre. Vous pouvez néanmoins choisir de leur attribuer une fenêtre chacun ou de fermer l’un de ces onglets. Vous pouvez même y ajouter n’importe quelle autre fenêtre (à l’exception de la fenêtre Lot) sous forme d’onglet supplémentaire. Dans tous les cas, vous avez la possibilité de contrôler l’ordre des onglets. Pour placer un onglet dans sa propre fenêtre par glissement 1 Faites glisser l’onglet hors de son emplacement actuel. Chapitre 4 Interface de Compressor 512 Relâchez l’onglet pour le faire apparaître dans sa propre fenêtre. Pour placer un onglet dans sa propre fenêtre à l’aide du menu contextuel µ Cliquez sur l’onglet tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et sélectionnez Extraire l’onglet dans le menu contextuel. Il s’ouvre alors dans sa propre fenêtre. Pour ajouter un onglet d’une fenêtre à une autre par glissement 1 Faites glisser l’onglet dans la zone d’onglet de la fenêtre à laquelle vous voulez l’ajouter. La zone d’onglet apparaît alors en surbrillance. 52 Chapitre 4 Interface de Compressor2 Relâchez l’onglet. Il se place automatiquement dans la zone d’onglet et sa fenêtre d’origine se referme. Pour ajouter un onglet d’une fenêtre à une autre à l’aide du menu contextuel µ Cliquez sur la zone d’onglet tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée à l’endroit où vous voulez voir apparaître la fenêtre et choisissez l’onglet dans la liste proposée par le menu contextuel. Remarque : c’est la seule méthode qui permette d’ajouter les onglets Historique, Aperçu ou Inspecteur à la fenêtre. Pou modifier l’ordre des onglets dans leur fenêtre actuelle µ Faites glisser l’onglet vers la gauche ou la droite suivant l’emplacement souhaité. Les autres onglets sont déplacés pour lui laisser une place. Lorsque vous avez configuré l’interface de Compressor selon vos besoins, vous pouvez l’enregistrer en tant que modèle. Cela vous permet de facilement restaurer un modèle ou de passer de l’un à l’autre. Consultez la section Création et gestion des modèles Compressor pour obtenir plus d’informations. Fenêtre Lot Quand vous ouvrez Compressor pour la première fois, la fenêtre Lot apparaît. Cette dernière vous permet d’importer des fichiers média source à compresser, d’ajouter des réglages et des destinations, de nommer le lot et de choisir le dossier dans lequel vous souhaitez l’enregistrer. C’est là que vous devez placer vos fichiers multimédias sources en préparation du transcodage. Remarque : en général, la fenêtre Lot est toujours visible. Si vous la fermez, elle s’ouvre de nouveau lorsque vous créez un nouveau lot (Fichier > Nouveau lot) ou que vous ouvrez un lot existant (Fichier > Ouvrir). Chapitre 4 Interface de Compressor 53Vous pouvez utiliser la barre de menus de Compressor ou la barre d’outils située en haut de la fenêtre Lot pour ouvrir toutes les autres fenêtres. Si la barre d’outils n’est pas visible lorsque vous ouvrez Compressor, cliquez sur le bouton dans l’angle supérieur droit de la fenêtre Lot afin de l’ouvrir. Zone Tâche Barre d’outils Onglets Lot État du lot Bouton Afficher/Masquer la barre d’outils Bouton d’envoi de lot En plus de la barre d’outils Compressor et du bouton Soumettre, la fenêtre Lot comprend des onglets représentant les lots ouverts et une zone permettant d’afficher et de configurer les tâches d’un lot. Pour plus d’informations sur l’ajout de fichiers multimédias sources à un lot, consultez la section Ajout de fichiers multimédias sources à un lot pour créer des tâches. Pour savoir comment utiliser les tâches et les cibles, reportez-vous au Finalisation de tâches et soumission de lots. Personnalisation de la barre d’outils La fenêtre Lot contient une barre d’outils que vous pouvez personnaliser pour répondre au mieux à vos besoins. Remarque : si la barre d’outils n’est pas visible lorsque vous ouvrez Compressor, cliquez sur le bouton dans l’angle supérieur droit de la fenêtre Lot afin de l’ouvrir. Pour personnaliser la barre d’outils de la fenêtre Lot 1 Utilisez l’une des étapes suivantes pour ouvrir la palette de personnalisation de la barre d’outils : • Choisissez Présentation > Personnaliser la barre d’outils. • Cliquez dans la barre d’outils tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez « Personnaliser la barre d’outils » dans le menu contextuel. • Cliquez sur l’icône « Personnaliser la barre d’outils » (si elle est présente). 54 Chapitre 4 Interface de CompressorLa palette de la barre d’outils s’ouvre. 2 Pour personnaliser la barre d’outils, effectuez l’une des opérations suivantes : • Pour supprimer les éléments qui se trouvent dans la barre d’outils : faites-les sortir de la barre d’outils par glisser-déplacer. • Pour ajouter des éléments dans la barre d’outils : faites-les glisser de la palette vers la barre d’outils en les plaçant à l’endroit souhaité. • Pour réorganiser des éléments dans la barre d’outils : faites-les glisser de l’emplacement actuel vers un nouvel emplacement. • Pour restaurer la configuration par défaut de la barre d’outils : faites glisser le jeu par défaut (situé sur le bas de la palette) dans la barre d’outils. • Pour configurer le nombre d’éléments de la barre d’outils : choisissez un réglage dans le menu local Afficher. Vous pouvez choisir d’afficher l’icône et le texte, uniquement l’icône ou uniquement le texte. 3 Cliquez sur Terminé lorsque vous avez fini. Remarque : la configuration de la barre d’outils est enregistrée comme élément d’un modèle. Consultez la section Création et gestion des modèles Compressor pour de plus amples informations sur les modèles. Chapitre 4 Interface de Compressor 55Il est possible d’ajouter plus d’éléments à la barre d’outils qu’elle ne peut en contenir. Lorsque cela arrive, une double flèche, sur laquelle vous pouvez cliquer pour accéder aux icônes non affichées, apparaît sur le bord droit de la barre. Cliquez sur cette flèche pour afficher les éléments qui ne tiennent pas dans la barre d’outils visible. À propos des éléments de la barre d’outils La plupart des éléments ne peuvent être ajoutés qu’une seule fois à la barre d’outils. Certains, comme le séparateur, l’espace ou l’espace flexible peuvent être ajoutés plusieurs fois. • Nouveau lot : crée un nouveau lot sans nom. • Lot ouvert : ouvre une zone de dialogue permettant de localiser et de sélectionner un lot enregistré pour l’ouvrir. • Fermer : ferme le lot sélectionné. Remarque : vous ne pouvez pas fermer un lot s’il est le seul ouvert. • Ajouter un fichier : ouvre une zone de dialogue permettant de localiser et de sélectionner un ou plusieurs fichiers multimédias sources à importer dans le lot actuel. • Ajouter un son Surround : ouvre la zone de dialogue d’affectation de fichier audio permettant d’affecter manuellement des fichiers à chaque canal audio d’une configuration Surround. • Ajouter une séquence d’images : ouvre une zone de dialogue permettant de sélectionner le dossier contenant les fichiers de séquence d’images sources. • Soumettre avec les réglages précédents : soumet le lot en utilisant les réglages utilisés lors des dernières soumissions de lot, sans ouvrir la zone de dialogue de soumission. • Historique : ouvre la fenêtre Historique. • Inspecteur : ouvre la fenêtre Inspecteur. • Réglages : ouvre l’onglet Réglages. • Destinations : ouvre l’onglet Destinations. • Aperçu : ouvre la fenêtre Aperçu. • Share Monitor : ouvre l’application Share Monitor. 56 Chapitre 4 Interface de Compressor• Créer des droplets : ouvre une zone de dialogue permettant de sélectionner les réglages de ce droplet. • Séparateur : ajoute une ligne verticale à la barre d’outils permettant ainsi de regrouper divers éléments. • Espace : ajoute un espace à largeur fixe à la barre d’outils. • Espace ajustable : ajoute un espace à largeur flexible à la barre d’outils. Cet espace permet de forcer le placement d’éléments sur les bords gauche et droit de la barre d’outils en agrandissant cette dernière de façon à remplir les zones inutilisées. • Personnaliser : ouvre la palette de personnalisation de la barre d’outils. Onglet Réglages l’onglet Réglages vous permet de centraliser la gestion des réglages personnalisés et Apple. Utilisez l’onglet Réglages avec la fenêtre Inspecteur pour créer et modifier des réglages, décider exactement des réglages à utiliser pour transcoder votre fichier multimédia source et choisir le format de sortie dans lequel vous voulez convertir le fichier transcodé. Pour ouvrir l’onglet Réglages Procédez de l’une des manières suivantes : µ Choisissez Fenêtre > Réglages (ou appuyez sur Commande + 3). µ Cliquez sur l’icône Réglages dans la barre d’outils de la fenêtre Lot (si elle s’y trouve). µ Cliquez sur l’onglet Réglages (s’il est présent). L’onglet Réglages contient la liste des réglages existants et les boutons nécessaires à l’ajout, à la suppression et à la duplication d’un réglage, ainsi qu’à la création de groupes et de droplets. Chapitre 4 Interface de Compressor 57Pour plus de détails sur l’utilisation de l’onglet Réglages pour créer, organiser et choisir des réglages, voir Création, aperçu et modification des réglages. Onglet Destinations L’onglet Destinations permet de créer, de modifier ou de supprimer vos réglages de destination, de définir une destination par défaut et d’ajouter des identificateurs aux noms de vos fichiers de média de sortie. Pour ouvrir l’onglet Destinations Procédez de l’une des manières suivantes : µ Choisissez Fenêtre > Destinations (ou appuyez sur Commande + 4). µ Cliquez sur l’icône Destinations dans la barre d’outils de la fenêtre Lot (si elle s’y trouve). µ Cliquez sur l’onglet Destinations (s’il s’y trouve). Voir Création et changement de destinations pour en savoir plus sur la configuration de destinations afin de simplifier votre flux de production Compressor. Fenêtre Inspecteur La fenêtre Inspecteur permet d’accéder facilement aux commandes de transcodage courantes (pour créer et modifier des réglages et des destinations) et propose un tableau de résumé complet contenant tous les détails de chaque réglage, ainsi que des informations sur les fichiers multimédias sources, y compris les attributs A/N, les données de sous-titres codés, les annotations et les actions de tâche. 58 Chapitre 4 Interface de CompressorPour ouvrir la fenêtre Inspecteur Procédez de l’une des manières suivantes : µ Sélectionnez Fenêtre > Afficher l’inspecteur. µ Cliquez sur l’icône Inspecteur dans la barre d’outils de la fenêtre Lot. Remarque : contrairement aux autres fenêtres Compressor, la fenêtre Inspecteur ne peut pas être redimensionnée. À propos des réglages automatiques Plusieurs éléments des sous-fenêtres de réglages proposent un mode automatique facultatif. Lorsque ce mode est activé, Compressor détermine la valeur optimale pour le réglage. Le bouton automatique est noir lorsqu’il est activé et l’élément correspondant est estompé. Le bouton automatique est estompé lorsqu’il est désactivé et l’élément correspondant peut alors être sélectionné. De façon générale, lorsque le mode automatique est activé, l’élément correspondant est estompé et ne peut pas être modifié. • Si le réglage n’a pas été affecté à un fichier multimédia source : l’élément indique « Automatique ». La sous-fenêtre Contrôles d’image de la fenêtre Inspecteur constitue toutefois une exception, puisque son état reste indéterminé tant que vous n’avez pas appliqué le réglage à un fichier multimédia source. • Si le réglage a été affecté à un fichier multimédia source : l’élément reste grisé mais indique la valeur qui va être utilisée. Lorsque le mode automatique est désactivé, son bouton est estompé et vous pouvez choisir des valeurs pour les éléments. Vous pouvez activer le bouton Automatique (le bouton s’obscurcit) ou le désactiver (le bouton s’éclaircit). Chapitre 4 Interface de Compressor 59Astuce : il peut être intéressant de vérifier dans les Inspecteurs les valeurs des réglages automatiques. Compressor peut généralement déterminer correctement les valeurs appropriées, mais il se peut que dans certains cas le fichier multimédia source ne contienne pas suffisamment d’informations pour cela. Par exemple, certaines séquences QuickTime peuvent ne pas comporter les bonnes métadonnées ou peuvent être incorrectes. De plus, si le fichier multimédia source utilise des réglages non standard (pour les dimensions d’image ou la fréquence d’images), Compressor choisit la valeur standard la plus proche. Fichiers multimédias sources et fenêtre Inspecteur Lorsque vous sélectionnez la fenêtre Lot, la fenêtre Inspecteur comporte les informations sur le fichier multimédia source de la tâche et permet d’ajouter des annotations, des fichiers de sous-titres codés et des actions de tâche. La fenêtre Inspecteur comprend trois onglets : Attributs A/N, Informations supplémentaires et Action de tâche. Onglet Attributs A/N L’onglet Attributs A/N contient des informations générales sur le fichier multimédia source et se divise en trois parties. • Informations de fichier : cette section indique le nom du fichier, son emplacement et son format. • Informations vidéo : cette partie affiche, s’il y a lieu, toutes les informations vidéo du fichier. Cela comprend les dimensions de l’image, la fréquence d’images et les informations de timecode. • Informations audio : cette partie affiche, s’il y a lieu, toutes les informations audio du fichier. Cela comprend la taille d’échantillon et la fréquence d’échantillonnage. 60 Chapitre 4 Interface de CompressorOnglet Informations supplémentaires L’onglet Informations supplémentaires vous permet de visualiser et de modifier divers éléments de métadonnées ayant pu être ajoutés dans d’autres applications telles que Final Cut Pro ou QuickTime. Vous pouvez également ajouter des éléments de métadonnées au fichier multimédia de sortie. Cela inclut la possibilité d’associer un fichier de sous-titres codés au fichier. Consultez Onglet Informations supplémentaires pour en savoir plus sur la gestion des annotations et des fichiers de sous-titres codés. • Champ Fichier de soustitres codés : affiche le nom du fichier de sous-titres codés actuellement associé au fichier média source. • Bouton Choisir (sous-titres codés) : ce bouton permet d’ouvrir la zone de dialogue et d’accéder au fichier de sous-titres codés à associer au fichier multimédia source. • Bouton Effacer : ce bouton permet de supprimer le fichier de soustitre codé associé. • Tableau d’annotations : affiche les types d’annotation actuels et le texte d’annotation correspondant. • Menu local Ajouter une annotation : ce menu permet de choisir le type d’annotation à ajouter au fichier multimédia source. • Bouton Supprimer (annotation) : ce bouton permet de supprimer l’annotation sélectionnée. Chapitre 4 Interface de Compressor 61Onglet Action de tâche L’onglet Action de tâche permet d’appliquer des actions de post-transcodage à des tâches entières et de les ajuster. Consultez la section Ajout d’actions pour obtenir plus d’informations. • Menu local Fin de la tâche : utilisez ce menu local pour sélectionner et appliquer une action de post-transcodage pour une tâche sélectionnée dans la fenêtre Lot. À propos des sous-fenêtres Réglages Lorsque vous sélectionnez un réglage dans l’onglet Réglages ou une cible dans une tâche par lot, l’Inspecteur affiche une des six sous-fenêtres. 62 Chapitre 4 Interface de CompressorSous-fenêtre Résumé La sous-fenêtre Résumé contient le tableau Résumé, qui décrit tous les réglages (audio, vidéo, géométrie et filtrage) associés au réglage sélectionné sous l’onglet Réglages. Les informations du tableau Résumé sont automatiquement mises à jour à chaque modification d’un réglage. Le tableau Résumé inclut les renseignements suivants. • Nom : nom du réglage sélectionné sous l’onglet Réglages. • Description : description du réglage sélectionné sous l’onglet Réglages. • Extension de fichier : l’extension attribuée au fichier multimédia transcodé. Cette extension identifie le format dans lequel est converti votre fichier multimédia source. • Taille estimée du fichier : lorsqu’on attribue cette option au fichier multimédia source, elle affiche une estimation de la taille totale du fichier. Si vous ne l’attribuez pas à un fichier multimédia source, elle affiche une estimation de taille par heure de données sources. Remarque : la taille totale estimée du fichier n’est pas disponible pour tous les formats de sortie. • Encodeur audio : indique le format du fichier de sortie audio et d’autres réglages de transcodage, comme la fréquence d’échantillonnage, les canaux, le nombre de bits par échantillon et le type de codec. • Encodeur vidéo : fournit des détails sur le format de fichier de sortie vidéo et d’autres réglages de transcodage tels que la largeur et la hauteur d’image, le rognage (en pixels), la fréquence d’images, les proportions, le type de codec, la profondeur de pixel, la qualité spatiale, la qualité spatiale minimale, l’intervalle entre les images clés, la qualité temporelle, la qualité temporelle minimale et le débit des données (en bits par seconde). Chapitre 4 Interface de Compressor 63• Filtre : détaille le ou les filtres (selon le nombre de filtres sélectionnés dans la sous-fenêtre Filtres) sélectionnés parmi ceux disponibles dans Compressor. Sous-fenêtre Encodeur Utilisez la sous-fenêtre Encodeur pour sélectionner et configurer le format du fichier de sortie et les autres réglages. Les options et attributs du format de fichier sont différents pour chaque format. • Format de fichier : utilisez ce menu local pour choisir un format de fichier de sortie. Pour plus d’informations sur les formats de sortie disponibles, consultez la section Choix d’un format de sortie. • Champ Extension de fichier : les extensions de fichier suivantes apparaissent automatiquement dans ce champ en fonction du format que vous choisissez dans le menu local Format de fichier, et si les pistes vidéo et audio sont activées. Ne modifiez pas ce champ sans bonne raison, car le fichier pourrait alors ne pas être reconnu. • aiff : représente le format AIFF. • ac3 : représente Dolby Digital Professional. • caf : représente les fichiers Apple CAF. • dv : représente la vidéo au format Digital Video (DV). • mpg : représente le flux MPEG-1 multiplexé (vidéo et audio). • m1v : représente le flux élémentaire vidéo MPEG-1. • m1a : représente le flux élémentaire audio MPEG-1. • m2v : représente le flux vidéo élémentaire MPEG-2. • m2t : représente le flux de transport MPEG-2. • mpeg : représente le flux de programme MPEG-2. 64 Chapitre 4 Interface de Compressor• m4v : représente le format H.264 pour appareils Apple. • mp4 : représente le format MPEG-4. • mov : représente les fichiers QuickTime. • tga : représente le format TARGA. • tiff : représente le format TIFF. • Autoriser la segmentation des tâches : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Elle n’est pertinente que si vous utilisez Compressor avec le traitement distribué et un encodage à deux ou plusieurs passes. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. Sous-fenêtre Contrôles d’images Cette sous-fenêtre de l’Inspecteur propose des réglages automatiques et personnalisés pour l’analyse d’image avancée et la resynchronisation d’image. Le redimensionnement d’image peut s’avérer nécessaire lorsque vous transcodez d’un format haute définition tel que le 1080i vers un format de définition standard comme le DV-NTSC. La resynchronisation d’image quant à elle est nécessaire lorsque vous transcodez entre formats vidéo de fréquences d’images différentes comme le NTSC (29,97 images par seconde) et PAL (25 images par seconde). Pour plus d’informations sur la sous-fenêtre Contrôles d’images, consultez la section À propos de la sous-fenêtre Contrôles d’images. Chapitre 4 Interface de Compressor 65Sous-fenêtre Filtres Utilisez la sous-fenêtre Filtres pour ajouter des filtres à votre réglage. Parmi les tâches disponibles, vous pouvez effectuer une correction gamma et supprimer le bruit. Cochez la case située en regard du filtre que vous souhaitez associer à un réglage donné. Utilisez les curseurs de défilement ou les flèches de contrôle pour ajuster les paramètres de filtrage selon vos besoins. Les filtres sont appliqués au fichier multimédia source en fonction de leur ordre d’organisation dans la liste des filtres. Vous pouvez réorganiser les filtres en les déplaçant vers le bas ou le haut dans la liste. Pour de plus amples informations sur la sous-fenêtre Filtres, consultez la section À propos de la sous-fenêtre Filtres. 66 Chapitre 4 Interface de CompressorSous-fenêtre Géométrie Vous devez utiliser la sous-fenêtre Géométrie pour rogner et dimensionner le fichier multimédia à compresser et définir ses proportions. La sous-fenêtre Géométrie comporte trois parties : • Cadre de source (rognage) : utilisez l’un des quatre champs pour saisir le nombre de pixels par lequel vous souhaitez réduire la taille du fichier multimédia source ou choisissez un réglage dans le menu local Rogner sur, afin que Compressor choisisse des valeurs de rognage en fonction du contenu vidéo du fichier multimédia source. • Dimensions (pixels encodés) : utilisez le menu local Dimension de l’image ou ces champs pour créer une dimension d’image et des proportions de sortie correspondant à votre fichier multimédia source. Utilisez le menu local Aspect des pixels pour définir les valeurs de largeur et de hauteur, afin qu’elles soient conformes à des proportions déterminées. • Cadre d’image de sortie (remplissage) : utilisez le menu local Remplissage pour calculer les valeurs de hauteur et de largeur de sortie. Si vous sélectionnez Personnaliser, vous pouvez saisir des valeurs dans les champs. Pour de plus amples informations sur la sous-fenêtre Géométrie, consultez Ajout de réglages de géométrie. Chapitre 4 Interface de Compressor 67Sous-fenêtre Actions Utilisez la sous-fenêtre Actions pour activer l’envoi de messages de notification de fin de transcodage par courrier électronique et attribuer une destination par défaut à ce réglage. • Case à cocher et champ « Notification par courrier électronique à » : utilisez ce champ pour introduire l’adresse électronique à laquelle vous souhaitez que la notification soit envoyée après le transcodage du fichier multimédia ou en cas d’erreur. • Destination par défaut : choisissez dans ce menu local la destination que ce réglage doit utiliser par défaut. Pour de plus amples informations sur la sous-fenêtre Actions, consultez Ajout d’actions. Fenêtre Historique La fenêtre Historique vous donne rapidement accès aux lots soumis précédemment, ainsi qu’aux informations qui les concernent. Vous pouvez utiliser cette fenêtre pour mettre en pause une opération de transcodage, soumettre à nouveau des lots en les faisant glisser dans la fenêtre Lot ou visualiser les détails de la soumission de lots particuliers. Vous pouvez également l’utiliser pour localiser les fichiers multimédias de sortie des lots préalablement envoyés. La fenêtre Historique contient également une barre de progression que vous pouvez utiliser pour contrôler l’état des lots soumis au préalable. Pour ouvrir et fermer la fenêtre Historique Procédez de l’une des manières suivantes : µ Choisissez Fenêtre > Historique (ou appuyez sur Commande + 1). 68 Chapitre 4 Interface de Compressorµ Cliquez sur le bouton Historique dans la barre d’outils de la fenêtre Lot. Remarque : la fenêtre Historique s’ouvre automatiquement si elle est fermée lorsque vous envoyez un lot en vue de le transcoder. La fenêtre Historique contient des entrées qui affichent des informations sur le nom du lot et la date et l’heure auxquelles il a été transcodé au départ. Les entrées sont classées par date, en commençant par la plus ancienne. Lorsque vous faites glisser un lot dans une fenêtre Lot pour une nouvelle soumission, un nouveau lot sans nom est créé à cet effet (les lots existants ne s’en trouvent pas affectés). Pour plus d’informations sur les commandes et réglages dans la fenêtre Historique, consultez la section À propos de la fenêtre Historique. Fenêtre Aperçu La fenêtre Aperçu consiste en un écran partagé en deux, qui affiche à gauche le fichier multimédia source sous sa forme originale, et à droite ce à quoi ressemblerait votre fichier de média de sortie. Cela vous permet de comparer l’original et la version transcodée et, le cas échéant, d’ajuster vos réglages. En utilisant les options de cette fenêtre, vous pouvez rogner l’image, ajouter des images clés et modifier les proportions. Pour ouvrir la fenêtre Aperçu Procédez de l’une des manières suivantes : µ Choisissez Fenêtre > Aperçu (ou appuyez sur Commande + 2). Chapitre 4 Interface de Compressor 69µ Cliquez sur le bouton Aperçu dans la barre d’outils de la fenêtre Lot. Bouton de menu local Marqueur La fenêtre Aperçu propose d’autres fonctionnalités, notamment un menu local Marqueur. Ce menu local Marqueur permet d’importer des listes de chapitres ou d’ajouter manuellement des marqueurs de chapitres (et de podcasts), ainsi que des marqueurs de compression (pour améliorer la qualité de la compression de votre fichier multimédia). Pour plus d’informations sur les contrôles et les paramètres de la fenêtre Aperçu, consultez la section À propos de la fenêtre Aperçu. 70 Chapitre 4 Interface de CompressorFenêtre Apple Qmaster Sharing Compressor inclut une fonctionnalité de traitement distribué que vous pouvez utiliser pour accélérer vos tâches de transcodage. Elle vous permet d’exploiter la puissance de plusieurs ordinateurs de votre réseau local pour répartir le travail. La fenêtre Apple Qmaster Sharing, ouverte en choisissant Apple Qmaster > Partager cet ordinateur, fournit la plupart des commandes nécessaires à la configuration d’un système de traitement distribué. Pour en savoir plus sur sa configuration, consultez Apple Qmaster et le traitement distribué. Chapitre 4 Interface de Compressor 71Share Monitor Utilisez Share Monitor pour surveiller la progression des lots de transcodage et bénéficier d’informations telles que des estimations du temps de transcodage restant pour l’ensemble des tâches. Share Monitor est une application distincte que vous pouvez utiliser sans ouvrir Compressor. Pour en savoir plus sur Share Monitor, consultez le Manuel de l’utilisateur de Share Monitor. Pour ouvrir Share Monitor µ Cliquez sur le bouton Share Monitor dans la barre d’outils de la fenêtre Lot. Vous pouvez également régler les préférences de Compressor de façon à ce que Share Monitor s’ouvre automatiquement lorsque vous soumettez un lot. Consultez la section Configuration des préférences de Compressor pour obtenir plus d’informations. Share Monitor affiche l’état de tous les lots soumis, notamment leur nom et d’autres informations. Vous pouvez consulter des rapports sur les tâches (réussies ou non) dans Share Monitor ou dans la fenêtre Historique. Pour plus d’informations sur les contrôles et les réglages de Share Monitor, consultez le Manuel de l’utilisateur de Share Monitor. 72 Chapitre 4 Interface de CompressorFenêtres Droplet Vous pouvez enregistrer un ou plusieurs réglages ou groupes de réglages dans une fenêtre Droplet, un préréglage autonome intégré dans une application glisser-déposer et enregistré en tant qu’icône. Vous pouvez ensuite transcoder les fichiers multimédias sources (sans même ouvrir Compressor) en les faisant tout simplement glisser sur une icône Droplet. Voir Utilisation de droplets pour en savoir plus sur la création et l’utilisation de droplets. Faites glisser les fichiers multimédia sources sélectionnés dans une Droplet pour les transcoder. Vous pouvez ouvrir n’importe quelle Droplet et afficher sa fenêtre pour voir tous les détails la concernant. Pour ouvrir une fenêtre de Droplet µ Double-cliquez sur une icône de Droplet. Pour plus d’informations sur les contrôles et réglages de la fenêtre Droplet, consultez la section À propos de la fenêtre Droplet. Chapitre 4 Interface de Compressor 73À propos du changement des valeurs et des entrées de timecode Compressor propose plusieurs types de méthodes de saisie de valeurs. La plupart ont des fonctions permettant de simplifier la modification des champs de valeur ou de timecode. Utilisation des curseurs de valeur Deux méthodes sont utilisées pour saisir des valeurs numériques générales : les curseurs traditionnels avec champs d’entrée numérique séparés, qui allient le curseur et le champ d’entrée numérique. Curseur de valeur avec curseur et champ d’entrée numérique combinés Curseur et champ d’entrée numérique séparés Les curseurs de valeur permettent de saisir un nombre spécifique dans le champ de valeur ou de faire glisser le pointeur dans le champ pour définir une valeur. Vous pouvez les utiliser en même temps qu’une touche de modification pour procéder à des modifications de valeurs importantes, réduites ou normales. Faire glisser le pointeur dans la partie centrale (où se trouve le nombre) fonctionne de la même façon qu’un curseur ordinaire : faire glisser vers la droite augmente la valeur et faire glisser vers la gauche réduit la valeur. De plus, vous pouvez cliquer sur la flèche gauche ou droite pour modifier la valeur d’un cran à la fois. Vous pouvez également double-cliquer sur le nombre lui-même et saisir une nouvelle valeur dans le champ de valeur. Pour changer les valeurs en incréments normaux Procédez de l’une des manières suivantes : µ Faites glisser le pointeur vers la gauche ou la droite dans le champ de valeur. µ Cliquez sur la flèche de gauche pour réduire la valeur et sur la flèche de droite pour l’augmenter. µ Si vous disposez d’une souris à trois boutons avec molette de défilement, cliquez dans le champ de valeur et utilisez la molette de la souris. Pour changer les valeurs en incréments fins Procédez de l’une des manières suivantes : µ Faites glisser le champ de valeur en maintenant la touche Option enfoncée. µ Maintenez la touche Option enfoncée et cliquez sur la flèche de gauche pour réduire la valeur et sur la flèche de droite pour l’augmenter. µ Si vous disposez d’une souris à molette de défilement, utilisez-la dans le champ de valeur tout en maintenant la touche Option enfoncée. 74 Chapitre 4 Interface de CompressorPour changer les valeurs en incréments moins précis Procédez de l’une des manières suivantes : µ Faites glisser le champ de valeur en maintenant la touche Maj enfoncée. µ Maintenez la touche Maj enfoncée et cliquez sur la flèche de gauche pour réduire la valeur et sur la flèche de droite pour l’augmenter. µ Si vous disposez d’une souris à molette de défilement, utilisez-la dans le champ valeur tout en maintenant la touche Maj enfoncée. Lorsqu’un curseur ou un champ de valeur est actif (mis en surbrillance), appuyez sur la touche Tab pour passer au champ suivant. Utilisation des curseurs de valeur de timecode Compressor utilise des curseurs de valeur de timecode pour tous les champs de timecode. Outre la possibilité de saisir directement des valeurs de timecode, vous pouvez « faire défiler » le timecode par glissement. Si vous positionnez le pointeur sur un segment de timecode, de petites flèches apparaissent au-dessus et en dessous de ce segment. Vous pouvez faire glisser le pointeur vers le haut ou vers la droite pour augmenter la valeur de ce segment (les valeurs des segments de gauche augmentent également si votre glissement dépasse la valeur maximale). En faisant glisser le curseur vers la gauche, la valeur est réduite. Vous pouvez maintenir la touche Option enfoncée pour faire des modifications de valeur plus lentes ou utiliser la touche Maj pour des modifications plus rapides. Vous pouvez également cliquer sur les flèches haut et bas de chaque côté de la valeur de timecode ou appuyer sur les touches Flèche vers le haut et Flèche vers le bas du clavier pour augmenter ou réduire la valeur de timecode. Vous pouvez contrôler le segment affecté par les flèches haut et bas en sélectionnant un segment, afin de faire apparaître un signe d’insertion en dessous du segment. Vous pouvez également utiliser les flèches gauche et droite du clavier pour sélectionner d’autres segments. Chapitre 4 Interface de Compressor 75Raccourcis clavier Pour consulter les listes complètes de raccourcis clavier de Compressor, voir Raccourcis clavier généraux de Compressor et Raccourcis clavier de la fenêtre Aperçu. 76 Chapitre 4 Interface de CompressorVous pouvez utiliser la fenêtre Préférences de Compressor pour configurer de nombreux aspects de Compressor. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos des préférences de Compressor (p 77) • Utilisation des préférences de Compressor (p 80) À propos des préférences de Compressor La fenêtre Préférences de Compressor permet de configurer un grand nombre de contrôles de Compressor. La fenêtre Préférences de Compressor contient les contrôles suivants. 77 Configuration des préférences de Compressor 5Détails des préférences de Compressor • Adresse électronique : ce champ permet de saisir l’adresse électronique par défaut à utiliser pour la notification par courrier électronique. • Serveur de courrier sortant : pour plus d’informations sur la notification par courrier électronique, consultez Utilisation des actions de post-transcodage. • Lancer automatiquement Share Monitor : cette case permet de déterminer si Share Monitor s’ouvre automatiquement lorsque vous soumettez un lot. • Afficher les vignettes des tâches : cette option permet de définir si des vignettes s’affichent pour les tâches d’un lot. • Options de clusters : choisissez l’une des options suivantes afin de contrôler les options de cluster (pour les réglages du stockage de travail du traitement distribué) • Copier la source vers le cluster si nécessaire : ordonne à Compressor de copier les fichiers sources vers l’emplacement de stockage de travail d’un cluster, si nécessaire. • Toujours copier la source vers le cluster : ordonne à Compressor de toujours copier les fichiers sources vers l’emplacement de stockage de travail d’un cluster. • Ne jamais copier la source vers le cluster : empêche Compressor de copier les fichiers sources. • Ne jamais copier de fichiers vers/depuis le cluster : empêche Compressor de copier les fichiers. Le lot échoue si certains fichiers ne figurent pas aux emplacements appropriés. • Copier lors de la soumission (haute priorité) : cette option définit si Compressor transfère immédiatement les fichiers source vers le cluster de traitement. • Réglage par défaut : utilisez le menu local Réglage par défaut pour choisir un réglage dans la liste. • Destination par défaut : utilisez le menu local Destination par défaut pour choisir une destination dans la liste. • Pour les nouveaux lots : choisissez l’une des options suivantes de définition de l’écran de démarrage de Compressor. • Afficher le sélecteur de modèle : le sélecteur de modèle s’affiche lors du démarrage de Compressor. • Utiliser un modèle vide : Compressor s’ouvre en affichant un lot vide sans titre contenant une tâche fictive. • Autoriser les connexions depuis d’autres ordinateurs : cochez cette case pour déterminer si les ordinateurs à distance exécutant Share Monitor peuvent afficher l’état de la tâche de cet ordinateur. L’application Share Monitor installée sur l’ordinateur à distance doit uniquement connaître l’adresse IP ou le nom d’hôte. (Il n’y a aucun mot de passe à saisir.) • Saisir une adresse ou un rang IP pour les ordinateurs sélectionnés manuellement : ce tableau affiche des informations sur les ordinateurs hôtes distants. 78 Chapitre 5 Configuration des préférences de Compressor• Bouton Ajouter/Supprimer : ce bouton permet d’ajouter ou de supprimer des informations sur les ordinateurs hôtes distants. Zone de dialogue Adresse de l’ordinateur distant La zone de dialogue d’adresse de l’ordinateur à distance s’affiche lorsque vous cliquez sur le bouton Ajouter/Supprimer dans la fenêtre principale des préférences de Compressor. Utilisez cette fenêtre pour saisir des adresses ou des rangs IP pour les ordinateurs sélectionnés manuellement. La zone de dialogue contient les contrôles suivants : • Boutons Hôte/Intervalle d’adresses IP hôte : ces boutons déterminent si cette zone de dialogue se trouve en mode Adresse IP (dans lequel vous entrez une adresse spécifique) ou Intervalle d’adresses IP (dans lequel vous entrez un intervalle d’adresses). • Hôte : ce mode permet de saisir un nom d’hôte et une adresse IP pour un ordinateur distant en particulier. • Intervalle d’adresses IP hôte : ce mode permet de saisir un nom et un ensemble de numéros (De, À) pour définir une plage d’adresses IP distantes. Chapitre 5 Configuration des préférences de Compressor 79Utilisation des préférences de Compressor Pour définir les préférences de Compressor, suivez les instructions ci-dessous. Pour ouvrir les préférences de Compressor µ Choisissez Compressor > Préférences ou appuyez sur Commande+virgule (,). La fenêtre Préférences s’ouvre. Pour configurer les préférences de notification par courrier électronique 1 Saisissez l’adresse électronique par défaut à utiliser lors de l’activation de la notification par courrier électronique. Vous pouvez modifier cette adresse dans la sous-fenêtre Actions de la fenêtre Inspecteur. 2 Saisissez le nom du serveur de messagerie utilisé par cet ordinateur pour les messages sortants. Pour plus d’informations sur la notification par courrier électronique, consultez Utilisation des actions de post-transcodage. Pour déterminer si Share Monitor s’ouvre automatiquement Procédez de l’une des manières suivantes : µ Cochez la case « Lancer automatiquement Share Monitor » pour que Share Monitor s’ouvre automatiquement lorsque vous soumettez un lot. µ Désactivez la case « Lancer automatiquement Share Monitor » pour empêcher l’ouverture automatique de Share Monitor. Vous pouvez toujours ouvrir Share Monitor manuellement à partir de la fenêtre Lot. 80 Chapitre 5 Configuration des préférences de CompressorPour définir si des vignettes s’affichent pour chacune des tâches d’un lot. µ Sélectionnez « Afficher les vignettes des tâches » pour que Compressor affiche les images. µ Désélectionnez « Afficher les vignettes des tâches » pour que Compressor n’affiche pas les images. Pour contrôler les options de cluster (pour les réglages du stockage de travail du traitement distribué) µ Choisissez une option dans le menu local Options de clusters. • Copier la source vers le cluster si nécessaire : Ordonne à Compressor de copier les fichiers sources vers l’emplacement de stockage de travail d’un cluster, si nécessaire. • Toujours copier la source vers le cluster : ordonne à Compressor de toujours copier les fichiers sources vers l’emplacement de stockage de travail d’un cluster. • Ne jamais copier la source vers le cluster : empêche Compressor de copier les fichiers sources. • Ne jamais copier de fichiers vers/depuis le cluster : empêche Compressor de copier les fichiers. Le lot échoue si certains fichiers ne figurent pas aux emplacements appropriés. Pour définir si Compressor transfère immédiatement les fichiers sources vers le cluster de traitement Procédez de l’une des manières suivantes : µ Sélectionnez « Copier lors de la soumission (haute priorité) » pour que Compressor transfère immédiatement les fichiers source. µ Désélectionnez « Copier lors de la soumission (haute priorité) » pour éviter que Compressor ne transfère immédiatement les fichiers source. Pour contrôler le réglage par défaut µ Utilisez le menu local Réglage par défaut pour choisir un réglage dans la liste. Le réglage que vous choisissez apparaît en tant que réglage par défaut lorsque vous importez un nouveau fichier source dans la fenêtre Lot. Pour changer de destination par défaut µ Utilisez le menu local Destination par défaut pour choisir une destination dans la liste. La destination que vous choisissez apparaît en tant que destination par défaut lorsque vous importez un nouveau fichier source dans la fenêtre Lot. Pour définir si Compressor affiche le sélecteur de modèle au démarrage µ Sélectionnez « Afficher le sélecteur de modèles » pour que le sélecteur de modèles s’affiche au démarrage. µ Sélectionnez « Utiliser un modèle vide » pour que le sélecteur de modèles ne s’affiche pas au démarrage. Chapitre 5 Configuration des préférences de Compressor 81Pour déterminer si d’autres ordinateurs exécutant Share Monitor peuvent afficher l’état de la tâche de cet ordinateur µ Sélectionnez « Autoriser les connexions depuis d’autres ordinateurs » pour autoriser les ordinateurs distants exécutant Share Monitor à surveiller l’état de la tâche de cet ordinateur. L’ordinateur distant doit connaître l’adresse IP ou le nom d’hôte de cet ordinateur. (Aucun mot de passe n’est à saisir.) Pour saisir des adresses ou des intervalles IP pour les ordinateurs hôtes distants 1 Cliquez sur le bouton Ajouter (+) dans le bas de la fenêtre Préférences de Compressor. La zone de dialogue de l’adresse de l’hôte apparaît. 2 Dans la zone de dialogue de l’adresse de l’hôte, effectuez l’une des opérations suivantes : • Sélectionnez Hôte, remplissez les champs Nom d’hôte et Adresse IP, puis cliquez sur Ajouter hôte. Remarque : vous pouvez aussi saisir uniquement le nom d’hôte ou l’adresse IP et appuyer sur la touche de tabulation. Si le nom d’hôte ou l’adresse IP sont trouvés, les informations s’affichent automatiquement dans le champ. • Sélectionnez « Intervalle d’adresses IP hôte », complétez les champs Intervalle, puis cliquez sur Ajouter intervalle. Les hôtes ou les intervalles d’hôtes s’affichent dans le tableau Hôte de la zone de dialogue principale Préférences. Important : toute modification apportée aux réglages de Préférences de Compressor ne prend effet que lorsque vous cliquez sur OK. Si vous apportez des modifications, mais que vous décidez finalement de ne pas les utiliser, cliquez sur Annuler. 82 Chapitre 5 Configuration des préférences de CompressorLa première étape du processus de transcodage traditionnel dans Compressor consiste à importer au moins un fichier multimédia source dans la fenêtre Lot. Remarque : si vous utilisez un flux de travaux de modèle de lot, la première étape consiste à choisir un modèle de lot. Pour en savoir plus sur le processus de modèle de lot simple, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos de la fenêtre Lot (p 84) • Ajout de fichiers multimédias sources à un lot pour créer des tâches (p 87) • Utilisation de l’Inspecteur avec des fichiers multimédias sources (p 97) • Astuces pour l’importation de fichiers multimédias sources (p 100) 83 Importation de fichiers multimédias sources 6À propos de la fenêtre Lot La fenêtre Lot permet de centraliser l’organisation des tâches de transcodage et d’attribuer rapidement des réglages. Lorsque vous ouvrez Compressor pour la première fois, une fenêtre Lot sans nom apparaît. Les lots sont similaires à des documents qu’il est possible d’enregistrer, de fermer et de rouvrir. Utilisez la barre de menus située en haut de la fenêtre Lot pour ouvrir toutes les autres fenêtres de tâche. Zone Tâche Barre d’outils Onglets Lot État du lot Bouton Afficher/Masquer la barre d’outils Bouton d’envoi de lot Informations générales sur la fenêtre Lot Les lots sont le cœur même de votre flux de production Compressor et c’est dans la fenêtre Lot que vous traitez les lots. Cette fenêtre prend en charge l’ouverture de plusieurs lots à la fois et les affiche dans des onglets séparés. Pour créer un nouveau lot µ Choisissez Fichier > Nouveau lot (ou appuyez sur Commande + N). Un nouveau lot sans nom est ajouté à la fenêtre. En fonction de la manière dont l’option Pour de nouveaux lots est configurée dans les Préférences de Compressor, le sélecteur de modèle de lot s’affiche. Remarque : pour créer un nouveau lot et s’assurer que le sélecteur de modèle de lot s’affiche, choisissez Fichier > Nouveau lot du modèle (ou appuyez sur Commande + Maj + N). Chaque onglet correspond à un lot distinct. L’onglet du nouveau lot 84 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesConsultez la section Enregistrement et ouverture d’un lot pour en savoir plus sur les fichiers de lot. Pour en savoir plus sur le sélecteur de modèle de lot, consultez À propos du sélecteur de modèle de lot. Vous pouvez même ouvrir plusieurs fenêtres Lot, contenant chacune un lot différent en faisant glisser un onglet de lot dans un nouvel emplacement. Consultez la section À propos des onglets pour en savoir plus sur le déplacement d’onglets par glisser-déposer pour ouvrir ou fermer des fenêtres de lot. La fenêtre Lot comprend un bouton Soumettre, situé dans le coin inférieur droit, que vous pouvez utiliser pour commencer le transcodage du lot actuellement sélectionné. Le coin inférieur gauche affiche l’état du lot actuel (le nombre de tâches qu’il contient et s’il a été soumis). À propos du sélecteur de modèle de lot Pour simplifier les processus courants, Compressor inclut un sélecteur de modèle de lot qui peut s’afficher chaque fois que vous créez un nouveau lot. Le réglage Pour de nouveaux lots, disponible dans les Préférences du Compressor, permet de contrôler l’affichage du sélecteur de modèle de lot. Pour en savoir plus sur ce réglage, consultez À propos des préférences de Compressor. Le sélecteur de modèle de lot vous propose plusieurs options de configuration de nouveau lot. La sélection d’un modèle ajoute un ou plusieurs réglages au lot, ainsi qu’une action de tâche à exécuter une fois la sortie de lot terminée. Les modèles de lot Apple standard sont répertoriés ci-dessous. • Créer un podcast audio : ce modèle permet de créer un fichier audio AAC adapté à la diffusion de podcast et de l’ajouter à la bibliothèque iTunes. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 85• Créer un disque Blu-ray : ce modèle permet de créer des fichiers vidéo BD H.264 et audio Dolby Digital Professional (.ac3), puis de les créer automatiquement sur un disque Blu-ray ou AVCHD (les disques AVCHD sont lisibles par les lecteurs Blu-ray compatibles avec le format AVCHD). • Créer un DVD : ce modèle permet de créer un DVD de définition standard à l’aide du format vidéo MPEG-2 (.m2v) et du format audio Dolby Digital Professional (.ac3), et de le graver automatiquement sur un disque. • Diffusion HTTP en direct : utilisez ce modèle pour créer un groupe de fichiers à utiliser afin de diffuser un film sur un iPhone, un iPad, un iPod touch ou un Mac à l’aide d’un serveur ordinaire. • Publier sur Apple TV : ce modèle permet de créer un fichier vidéo conçu pour Apple TV et de l’ajouter à la bibliothèque iTunes. • Publier dans YouTube : ce modèle permet de créer un fichier vidéo adapté à l’affichage dans YouTube et de le télécharger vers un compte YouTube. Remarque : le choix d’un modèle doit être basé sur l’utilisation souhaitée du fichier multimédia de sortie que vous créez. S’il n’existe pas de modèle adapté à vos besoins, vous pouvez opter pour la méthode manuelle. Pour en savoir plus, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode manuelle. Pour en savoir plus sur la création de modèles personnalisés, voir Création d’un modèle de lot personnalisé. Création d’un modèle de lot personnalisé Vous pouvez enregistrer un lot en tant que modèle de lot personnalisé. Dans le sélecteur de modèle de lot, les modèles de lot personnalisés s’affichent en tant qu’options avec les modèles de lot Apple par défaut. Les modèles de lot personnalisés permettent de gagner du temps, en particulier lors de procédures qui se répètent souvent. Pour créer un modèle de lot personnalisé 1 Dans la fenêtre Lot, effectuez l’une des opérations suivantes pour ouvrir un lot avec les caractéristiques (tâches, réglages, actions de tâche, etc.) souhaitées pour le modèle de lot : • Créez un lot et apportez-lui les ajustements nécessaires. Pour en savoir plus, voir Flux de production de transcodage de base, Affectation de réglages, Attribution de destinations et Ajout d’actions. • Ouvrez un lot enregistré avec les caractéristiques souhaitées pour le modèle de lot. Pour plus d’informations, consultez la section Enregistrement et ouverture d’un lot. 2 Choisissez Fichier > Enregistrer comme modèle. 3 Dans la zone de dialogue qui apparaît, saisissez un nom et une description, puis cliquez sur OK. Le modèle de lot personnalisé est enregistré. 86 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesLe cas échéant, choisissez Fichier > « Nouveau lot à partir du modèle » pour ouvrir le sélecteur de modèle de lot et confirmer votre nouveau modèle de lot personnalisé ou l’utiliser. À propos de la barre d’outils de la fenêtre Lot Dans la partie supérieure de la fenêtre Lot se trouve une barre d’outils personnalisable. Vous pouvez choisir de l’afficher ou de la masquer en cliquant sur le bouton situé dans le coin supérieur droit de la fenêtre. Bouton Afficher/Masquer la barre d’outils (la barre d’outils est cachée dans cet exemple) Vous disposez d’un large choix d’éléments à intégrer à la barre d’outils, tels que des éléments permettant d’ouvrir, d’enregistrer et de fermer un lot. Pour plus de détails sur les éléments que vous pouvez ajouter et la façon de procéder, consultez la section Personnalisation de la barre d’outils. Ajout de fichiers multimédias sources à un lot pour créer des tâches Vous devez importer les fichiers multimédias sources dans le lot de la fenêtre Lot avant de pouvoir leur ajouter tout réglage de transcodage. Lorsqu’ils sont importés dans un lot, les fichiers multimédias sources créent une tâche (première étape pour le transcodage des fichiers). Il existe quelques méthodes spéciales à utiliser lors de l’importation des fichiers multimédias sources avec son Surround. Ajout de fichiers multimédias sources standards aux lots Vous trouverez ci-après les instructions d’ajout de fichiers multimédias sources standards (n’utilisant pas le son Surround ou une séquence d’images) à un lot. Pour ajouter des fichiers multimédias sources à un lot 1 Ouvrez Compressor. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 87La fenêtre Lot s’ouvre avec un onglet de lot vide intitulé Sans titre. Onglet lot sans titre Zone de lot vide contenant une tâche fictive Remarque : si le sélecteur de modèle de lot s’ouvre automatiquement, cliquez sur Annuler pour le refermer. Pour que le sélecteur de modèle de lot reste fermé lorsque vous ouvrez Compressor, cochez la case « Ne plus afficher ce message » ou, dans les Préférences de Compressor, choisissez « Pour les nouveaux lots : Utiliser un modèle vide. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Choisissez Tâche > « Nouvelle tâche avec fichier » (ou appuyez sur Commande + I), naviguez jusqu’au dossier de fichiers multimédias souhaité, sélectionnez un ou plusieurs fichiers multimédias sources, puis cliquez sur Ouvrir. • Cliquez sur le bouton Ajouter fichier (dans la barre d’outils Lot, s’il est visible), naviguez jusqu’au dossier de fichiers multimédias souhaité, sélectionnez un ou plusieurs fichiers multimédias sources, puis cliquez sur Ouvrir. • Cliquez sur une tâche tout en maintenant la touche ctrl enfoncée et choisissez Source > Fichier dans le menu contextuel. • Cliquez sur une zone vide du lot tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez « Nouvelle tâche avec fichier » dans le menu contextuel. Vous pouvez alors naviguer vers le dossier de fichiers multimédias souhaité, sélectionner un ou plusieurs fichiers multimédias sources, puis cliquer sur Ouvrir. 88 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources• Ouvrez votre dossier de fichiers multimédias sources et faites glisser un ou plusieurs fichiers dans le lot. Remarque : vous pouvez combiner les étapes précédentes en sélectionnant tous les fichiers multimédias sources que vous souhaitez transcoder avant d’ouvrir Compressor, puis en les faisant glisser sur l’icône de l’application Compressor. Compressor s’ouvre alors et ajoute en même temps les fichiers multimédias au lot sans titre par défaut. 3 Enregistrez le lot en choisissant Fichier > Enregistrer sous (ou en appuyant sur Commande + Maj + S). 4 Saisissez un nom pour le lot et choisissez, dans la zone de dialogue qui apparaît, l’emplacement dans lequel vous voulez l’enregistrer. 5 Cliquez sur Enregistrer une fois terminé. L’onglet de la fenêtre Lot change pour correspondre au nom du fichier. Remarque : si vos préférences de Finder sont définies pour afficher les extensions, l’extension .Compressor apparaît dans l’onglet à côté du nom. Vous n’avez aucune obligation de nommer et d’enregistrer vos lots ; il est parfois préférable de ne pas le faire par souci de rapidité. Cependant, lorsque vous nommez et enregistrez un lot, il est plus facile par la suite d’y revenir et de le soumettre à nouveau si les fichiers de sortie ne correspondent pas à vos attentes ou si vos besoins ont changé. Cela permet également de savoir plus facilement ce qui se trouve dans la fenêtre Historique et dans Share Monitor si vous soumettez plusieurs lots en peu de temps. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 89Le lot contient maintenant vos fichiers multimédias sélectionnés, chacun dans sa propre tâche. Les fichiers multimédias sources à contenu vidéo comprennent également une vignette et un curseur que vous pouvez utiliser pour parcourir la vidéo. Faites glisser le curseur pour défiler dans les fichiers vidéo. Cliquez à n’importe quel endroit de la tâche pour voir les attributs du fichier dans la fenêtre Inspecteur. Chaque fichier multimédia source crée une tâche. Les cibles de cette tâche apparaissent à cet endroit. Vous pouvez modifier le fichier multimédia source affecté à une tâche. Pour modifier le fichier multimédia source affecté à une tâche 1 Sélectionnez la tâche dont vous souhaitez modifier le fichier multimédia source. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Choisissez Tâche > Source > Fichier, naviguez jusqu’au dossier de fichiers multimédias souhaité, sélectionnez un ou plusieurs fichiers multimédias sources, puis cliquez sur Ouvrir. • Cliquez sur la tâche tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Source dans le menu contextuel. Vous pouvez alors naviguer vers le dossier de fichiers multimédias souhaité, sélectionner un ou plusieurs fichiers multimédias sources, puis cliquer sur Ouvrir. • Faites glisser un nouveau fichier multimédia source dans la tâche. Toutes les cibles déjà configurées sont conservées et appliquées au nouveau fichier multimédia source. Vous pouvez également supprimer un fichier multimédia source d’une tâche si nécessaire. Pour supprimer fichier multimédia source d’une tâche µ Cliquez sur la tâche tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Effacer la source dans le menu contextuel. 90 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesPour supprimer une tâche d’un lot Procédez de l’une des manières suivantes : µ Sélectionnez la tâche et appuyez sur la touche de suppression. µ Cliquez sur une partie vide du lot tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez « Supprimer toutes les tâches » dans le menu contextuel. Ces tâches sont maintenant prêtes à recevoir une nouvelle cible. Ajout de fichiers multimédias sources avec son Surround aux lots Il existe deux méthodes permettant d’ajouter des fichiers audio à un lot pour créer une tâche avec son Surround : la méthode automatique, qui s’appuie sur le nom de fichier pour mapper les fichiers audio sur les canaux audio appropriés, et la méthode manuelle qui vous permet d’affecter manuellement les fichiers audio aux canaux. Chaque méthode produit une tâche à laquelle vous pouvez ajouter un réglage prenant en charge les sorties audio Surround, comme Dolby Digital Professional, AIFF et d’autres codecs audio au format de sortie de séquence QuickTime. Important : certains formats de sortie ont plusieurs configurations pour les canaux audio Surround. Veillez à connaître la configuration requise par le périphérique de lecture souhaité. Par exemple, le format de sortie AIFF propose quatre configurations différentes pour les sorties audio 5.1 (6 canaux), la différence tenant à l’ordre des canaux. Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode automatique) Compressor offre des techniques rationalisées d’affectation de canaux, qui vous permettent de gagner du temps. Pour afficher des fichiers à des canaux Surround avec des codes d’identificateur de canal 1 Ajoutez le code d’identificateur du canal Surround cible au nom de chaque fichier audio source. (La liste des codes d’identificateur de canal appropriés est disponible ci-dessous). • -G : canal avant gauche • -D : canal avant droit • -C : canal avant central • -Gs : canal Surround gauche • -Ds : canal Surround droit • -S : canal Surround central • -LFE : canal basse fréquence (subwoofer, LFE) Par exemple, pour affecter un fichier AIFF au canal Surround gauche, renommez le fichier comme suit : nomdefichier-Gs.aiff (où nomdefichier est le nom de votre fichier). (Un code d’identificateur de canal doit comporter un tiret, comme indiqué.) Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 91Remarque : il se peut que Mac OS X ajoute une extension de fichier telle que .aiff. Cela n’interfère pas avec la méthode d’affectation de ce canal. Cette procédure ne fonctionne que lorsque vous glissez-déposez des fichiers dans la fenêtre Lot. Si vous faites glisser les fichiers sur l’icône de l’application Compressor, il apparaîtront en tant que fichiers sources distincts, chacun dans sa tâche. Remarque : si vous créez des flux audio Surround Dolby Digital Professional (AC-3), vous n’utiliserez pas immédiatement tous les canaux répertoriés dans le tableau. Consultez la section Réglages de l’onglet Audio pour un schéma des modes de codage audio Dolby. 2 Faites glisser vers la fenêtre Lot les fichiers audio sources renommés. Si les conditions suivantes sont réunies, Compressor réduit automatiquement le groupe entier de fichiers en ce qui apparaît comme un fichier multimédia source Surround unique dans la fenêtre Lot : • Les fichiers du groupe doivent être nommés correctement (Consultez la liste à l’étape précédente.) • Le nombre total de fichiers du groupe doit être inférieur à sept. Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode manuelle) Suivez ces étapes pour utiliser la méthode manuelle d’affectation de fichiers audio individuels aux canaux audio Surround. Par ailleurs, vous pouvez ajouter un fichier vidéo affecté à une tâche Surround. Pour affecter manuellement des fichiers audio sources aux canaux d’un flux audio Surround 1 Pour importer les fichiers audio sources, effectuez l’une des opérations suivantes : • Choisissez Tâche > Nouvelle tâche avec groupe de sons Surround (ou appuyez sur Commande + ctrl + I). • Cliquez sur le bouton Ajouter son Surround dans la fenêtre Lot. • Cliquez dans le lot tout en maintenant la touche ctrl enfoncée et choisissez « Nouvelle tâche avec groupe de sons Surround » dans le menu contextuel. L’interface d’affectation des canaux s’ouvre. 2 Effectuez l’une des opérations suivantes pour affecter un fichier audio source à un canal particulier : • Faites glisser le fichier audio source du Finder vers l’icône d’un canal spécifique (par exemple « G »). • Cliquez sur l’icône d’un canal spécifique (par exemple « G ») et utilisez la zone de dialogue Ouvrir afin de localiser le fichier audio source destiné à ce canal. 92 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesLe fichier est désormais affecté au canal « G » (avant gauche). 3 Répétez l’étape 2 pour chacun des fichiers audio sources que vous prévoyez d’inclure dans le flux Surround. Remarque : si vous créez des flux audio Surround Dolby Digital Professional (AC-3), vous n’utiliserez pas immédiatement tous les canaux répertoriés dans le tableau. Consultez la section Réglages de l’onglet Audio pour un schéma des modes de codage audio Dolby. 4 Le cas échéant, cliquez sur le bouton Ajouter une vidéo pour sélectionner un fichier vidéo à inclure à la tâche de sons Surround. 5 Une fois que vous avez terminé l’ajout des fichiers audio et vidéo sources à l’interface d’affectation des canaux, cliquez sur OK. Le groupe de fichiers Surround apparaît comme une tâche unique de fichier multimédia source Surround dans la fenêtre Lot. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 93À propos des tâches audio Surround Lorsque vous avez créé une tâche audio Surround, la fenêtre Lot affiche l’icône de son Surround dans la vignette du fichier multimédia source (à moins qu’un fichier vidéo ait été ajouté à la tâche) et la fenêtre de l’inspecteur affiche les canaux et les fichiers correspondants. Cliquez sur l’icône d’un canal pour changer le fichier qui lui est affecté. Vous pouvez modifier n’importe quelle affectation de fichier dans la fenêtre Inspecteur. Pour modifier l’affectation d’un fichier audio Surround 1 Cliquez sur l’icône de haut-parleur du canal que vous voulez modifier. Une zone de dialogue de sélection de fichiers s’ouvre. 2 Localisez le fichier à affecter à ce canal et cliquez sur Ouvrir. 3 Vous pouvez également cliquer sur Ajouter une vidéo pour ajouter un fichier vidéo à la tâche ou supprimer le fichier vidéo déjà affecté, puis cliquer sur Ajouter une vidéo pour choisir un autre fichier vidéo. Voir Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional pour en savoir plus sur la création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional. 94 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesAjout de séquences d’images à des lots Vous pouvez importer une séquence d’images fixes dans Compressor en tant de tâche de séquence d’images, puis appliquer une fréquence d’images de sortie et un fichier audio à la tâche. Vous pouvez alors traiter la tâche comme n’importe quel autre fichier multimédia source Compressor, ajouter des réglages, des destinations, des filtres et des actions de post-transcodage en vue de créer un fichier multimédia de sortie ayant les formats et les propriétés vidéo et audio souhaités. Pour ajouter une tâche de séquence d’images fixes à un lot 1 Ouvrez Compressor. La fenêtre Lot s’ouvre avec un onglet de lot vide intitulé Sans titre. Onglet lot sans titre Zone de lot vide contenant une tâche fictive Remarque : si le sélecteur de modèle de lot s’ouvre automatiquement, cliquez sur Annuler pour le refermer. Pour que le sélecteur de modèle de lot reste fermé lorsque vous ouvrez Compressor, cochez la case « Ne plus afficher ce message » ou, dans les Préférences de Compressor, choisissez « Pour les nouveaux lots : Utiliser un modèle vide. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Cliquez sur le bouton « Ajouter une séquence d’images » pour accéder au dossier contenant les fichiers de séquence d’images à importer. • Choisissez Tâche > « Nouvelle tâche avec séquence d’images » (ou appuyez sur Commande + Option + I) et accédez au dossier contenant les fichiers de séquence d’images à importer. 3 Sélectionnez le dossier contenant les fichiers de séquence d’images à importer. 4 Cliquez sur Ouvrir. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 95La nouvelle tâche apparaît dans la fenêtre Lot. 5 Sélectionnez la tâche dans la fenêtre Lot. Dans la fenêtre Inspecteur, l’onglet Attributs A/V contient les informations et les commandes de la nouvelle tâche de séquence d’images. 6 Procédez de l’une des façons suivantes : • Confirmez les fichiers de séquence d’images sélectionnés. (Cliquez sur le bouton Info (i) pour accéder à la liste complète de fichiers.) • Confirmez les informations de format vidéo dans la section Vidéo. • Utilisez le menu local « Priorité de trame native » pour ajuster la priorité de trame des fichiers source. (Les choix disponibles sont Progressive, Première supérieure et Première inférieure.) • Utilisez le menu Fréquence d’images pour ajuster la fréquence d’images des fichiers source à partir de la liste de fréquences d’images standard. • Cliquez sur Audio pour localiser, sélectionner et ajouter un fichier audio à la tâche de séquence d’images. 96 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesRemarque : Compressor prend en charge les types de fichiers audio suivants pour les séquences d’images : AIFF, MP3, MPEG-4 audio (.m4a) et séquence QuickTime (.mov). Remarque : Compressor permet également de générer une séquence d’images. Pour plus d’informations, consultez la section Création de fichiers de sortie de séquence d’images. Utilisation de l’Inspecteur avec des fichiers multimédias sources Lorsque vous sélectionnez une tâche de lot, la fenêtre Inspecteur affiche des informations au sujet du fichier multimédia source de la tâche. La fenêtre Inspecteur comprend trois onglets : Attributs A/N, Informations supplémentaires et Action de tâche. Onglet Attributs A/N L’onglet Attributs A/N contient des informations générales sur le fichier multimédia source et se divise en trois parties. • Informations de fichier : cette section indique le nom du fichier, son emplacement et son format. • Informations vidéo : cette partie affiche, s’il y a lieu, toutes les informations vidéo du fichier. Cela comprend les dimensions de l’image, la fréquence d’images et les informations de timecode. • Informations audio : cette partie affiche, s’il y a lieu, toutes les informations audio du fichier. Cela comprend la taille d’échantillon et la fréquence d’échantillonnage. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 97Onglet Informations supplémentaires L’onglet Informations supplémentaires vous permet de visualiser et de modifier divers éléments de métadonnées ayant pu être ajoutés dans d’autres applications telles que Final Cut Pro ou QuickTime. Cela inclut la possibilité d’associer un fichier de sous-titres codés au fichier. Pour associer un fichier de sous-titres codés à un fichier multimédia source 1 Cliquez sur la tâche pour afficher les attributs du fichier dans la fenêtre de l’Inspecteur. 2 Cliquez sur l’onglet Informations supplémentaires. 3 Cliquez sur Choisir, localisez le fichier de sous-titres codés (un fichier au format de sous-titres codés Scenarist portant généralement l’extension .scc), puis cliquez sur Ouvrir. Remarque : les données de sous-titres codés sont prises en charge par les formats de sortie H.264 pour appareils Apple, MPEG-2 et séquence QuickTime. Suivant le format de sortie de la cible de la tâche, Compressor applique le fichier de sous-titres codés aux fichiers multimédias de sortie. • Pour les sorties QuickTime : Compressor ajoute le fichier de sous-titres codés comme piste de sous-titres codés au fichier de sortie QuickTime. Vous pouvez visualiser les sous-titres codés à l’aide du lecteur QuickTime (version 7.2 ou ultérieure). • Pour les sorties de flux élémentaire MPEG-2 : Compressor incorpore les données de sous-titres codés à un flux vidéo élémentaire MPEG-2 pour qu’elles puissent être utilisées pour la création de DVD. • Pour les sorties de flux de transport et de programmation MPEG-2 : Compressor incorpore les données de sous-titres codés aux flux de programmation et de transport MPEG-2 à l’aide du protocole EIA-708 ATSC. 98 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesImportant : les valeurs de timecode du fichier de sous-titres codés doivent être directement liées au timecode du fichier multimédia source. Vous pouvez ouvrir le fichier de sous-titres codés dans TextEdit pour voir les valeurs de timecode qu’il contient (le texte proprement dit est codé et n’est pas lisible de cette façon). Pour ajouter une annotation 1 Cliquez sur la tâche pour afficher les attributs du fichier dans la fenêtre de l’Inspecteur. 2 Cliquez sur l’onglet Informations supplémentaires. 3 Utilisez le menu local Ajouter annotation pour choisir le type d’annotation. 4 Double-cliquez sur le champ de valeur correspondant et saisissez le texte d’annotation. 5 Cliquez sur Enregistrer. Remarque : cette fonction d’ajout d’annotation est prise en charge par les formats de sortie H.264 pour appareils Apple, MP3 et séquence QuickTime. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 99Onglet Action de tâche L’onglet Action de tâche permet d’appliquer et d’ajuster les actions de post-transcodage à des tâches entières. Pour en savoir plus sur l’utilisation de l’onglet Action de tâche, consultez Ajout d’actions de tâche. Astuces pour l’importation de fichiers multimédias sources Voici quelques astuces complémentaires pour l’importation de fichiers multimédias sources. Fichiers sources hautement compressés Il est fortement recommandé de ne pas utiliser de fichiers sources hautement compressés, comme les fichiers MPEG, en guise de fichiers sources, car ils peuvent engendrer des artefacts indésirables dans la vidéo encodée. Séquences de référence QuickTime Si vous soumettez une séquence de référence en vue d’un traitement distribué, le système de traitement distribué Apple Qmaster copie automatiquement les fichiers multimédias appropriés sur le cluster de traitement. Pour des performances optimales, vous pouvez éviter ce transfert de fichiers en vous assurant que les fichiers multimédias spécifiés dans la séquence de référence sont disponibles pour chaque nœud du cluster Apple Qmaster. Pour en savoir plus, consultez Distribution des lots par le système Apple Qmaster. 100 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesImportation de fichiers MPEG-2 Lorsque vous importez un fichier MPEG-2, Compressor doit analyser le fichier avant que vous ne puissiez le lire dans la fenêtre Aperçu. L’analyse du fichier implique la détermination de sa structure d’images et d’autres informations nécessaires le concernant. Comme la structure d’images peut varier à travers le fichier, Compressor doit analyser l’intégralité du fichier, ce qui peut prendre plusieurs minutes pour les fichiers les plus longs. Cela n’arrive pas avec les fichiers élémentaires MPEG-2 encodés à l’aide de Compressor lorsque la case « Ajouter les métadonnées DVD Studio Pro » est cochée. Consultez la section Onglet Compléments pour obtenir plus d’informations. À propos des fichiers multimédias sources Dolby Digital Professional Vous pouvez utiliser des fichiers audio AC-3 Dolby Digital Professional comme fichiers multimédias sources pour vos tâches. Il peut y avoir deux raisons à cela. • Pour tester un fichier que vous venez d’encoder : puisque vous ne pouvez pas prévisualiser les réglages de sortie Dolby Digital Professional, l’importation d’un fichier encodé dans une tâche vous permet de le lire et d’en vérifier les réglages. • Pour convertir un fichier audio Dolby Digital dans un autre format : puisque tous les lecteurs multimédia ne sont pas équipés de décodeurs Dolby Digital, vous pouvez avoir besoin de transcoder le fichier dans un autre format. Compressor comprend un décodeur Dolby Digital qu’il utilise chaque fois que vous lisez ou transcodez des fichiers audio Dolby Digital. Cela vous permet de vérifier les réglages de sortie Dolby Digital Professional d’un fichier préalablement encodé sur votre système sans devoir recourir à un décodeur Dolby Digital externe. Pour entendre le son Surround, il vous faut un périphérique audio Surround connecté à la sortie USB ou FireWire de votre ordinateur. L’audio est sous-mixé dans deux canaux si vous le lisez à l’aide des haut-parleurs stéréo de votre système. Important : la sortie audio étant déjà décodée sans être au format Dolby Digital, il est impossible d’utiliser la sortie optique pour lire les fichiers Dolby Digital à partir de Compressor. Astuce : ajoutez une extension .ac3 au nom de fichier si Compressor ne vous permet pas de l’ajouter à une tâche. Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sources 101Valeurs automatiques et fichiers QuickTime non standard Compressor utilise plusieurs tactiques pour déterminer les valeurs appropriées des réglages en mode Automatique. Dans la plupart des cas, les fichiers QuickTime contiennent des métadonnées qui spécifient les nombreux attributs du fichier, comme la fréquence d’images et la dimension de l’image. Dans certains cas, les métadonnées ne sont pas présentes, ce qui oblige Compressor à essayer de déterminer ces informations. Il arrive également que ces métadonnées soient incorrectes et entraînent Compressor à générer des valeurs incorrectes pour les réglages en mode Automatique. De plus, certains fichiers QuickTime utilisent des réglages non standard qui obligent Compressor à choisir une valeur automatique qui n’est pas forcément appropriée. C’est pour toutes ces raisons qu’il vaut mieux utiliser les Inspecteurs pour vérifier les valeurs des réglages en mode Automatique. Consultez la section À propos des réglages automatiques pour obtenir plus d’informations. 102 Chapitre 6 Importation de fichiers multimédias sourcesUn réglage est une combinaison d’attributs de transcodage, comme le format de sortie, les filtres et les paramètres géométriques, que vous appliquez au fichier multimédia source pendant le processus de transcodage. Avant de pouvoir transcoder un fichier multimédia source, vous devez au moins lui associer un réglage. Lorsqu’un fichier multimédia source se trouve dans la fenêtre Lot, vous pouvez soit sélectionner un réglage préexistant, soit créer un réglage personnalisé à l’aide de l’onglet Réglages. Une fois que vous disposez de tous les réglages dont vous pensez avoir besoin, il n’est pas nécessaire d’ouvrir à nouveau l’onglet Réglages. Vous pouvez en effet sélectionner les réglages directement dans la fenêtre Lot. Remarque : un réglage est simplement un type de préréglage Compressor. Vous pouvez également créer, modifier, enregistrer ou supprimer des préréglages de destination. Pour en savoir plus sur les destinations, reportez-vous à la section Création et changement de destinations. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos de l’onglet Réglages (p 104) • Utilisation de l’Inspecteur avec les réglages (p 108) • Duplication des réglages (p 109) • Création d’un réglage entièrement nouveau (p 110) • Recherche d’un réglage (p 112) • Aperçu d’un réglage (p 112) • Suppression de réglages (p 114) • Création de groupes de réglages (p 115) • Distribution et partage de réglages (p 116) • Exemple : Création de réglages et de groupes personnalisés pour un DVD (p 117) 103 Création, aperçu et modification des réglages 7À propos de l’onglet Réglages L’onglet Réglages vous permet de gérer vos réglages. Conjointement avec la fenêtre Inspecteur, l’onglet Réglages fournit également des détails concernant tous les réglages, ainsi qu’un accès facile aux commandes de transcodage courantes. L’onglet Réglages (utilisé conjointement avec la fenêtre Inspecteur) sert à créer, modifier ou supprimer des réglages et à créer des dossiers de groupe destinés aux réglages multiples. Il permet également de créer des droplets. L’onglet Réglages contient la liste des réglages existants et les boutons nécessaires à l’ajout, à la suppression et à la duplication d’un réglage, ainsi qu’à la création de groupes et de droplets. Bouton Dupliquer le réglage sélectionné Liste Réglages Bouton « Créer un groupe de réglage » Exemple de réglage Cliquez sur les triangles d’affichage pour afficher ou masquer le contenu d’un groupe de réglages Bouton « Enregistrer la sélection comme droplet » Bouton Supprimer les réglages sélectionnés Bouton Créer un réglage Boutons de l’onglet Réglages Les boutons suivants sont situés dans le haut de l’onglet Réglages. • Créer un nouveau groupe de réglages : cette option crée un dossier pour grouper des réglages existants. Utilisez ce bouton comme un moyen d’organiser vos réglages dans un certain ordre logique, afin de conserver un onglet Réglages facile à parcourir. Une fois les réglages créés, vous pouvez affecter un groupe entier de réglages à un fichier multimédia source (en le faisant glisser sur le fichier source dans la fenêtre Lot), ou vous pouvez créer une droplet contenant plusieurs réglages. Consultez la section Création de groupes de réglages pour obtenir plus d’informations. 104 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages• Enregistrer la sélection comme droplet : cliquez pour créer une droplet à partir d’un réglage ou d’un groupe de réglages existant. Les droplets permettent de transcoder un fichier de données en faisant glisser un ou plusieurs fichiers de données source sur l’icône de la droplet. Une fois que vous avez sélectionné votre réglage ou votre groupe de réglages et cliqué sur le bouton « Enregistrer la sélection comme droplet », la zone de dialogue Enregistrer vous invite à attribuer un nom à votre droplet, à choisir un emplacement où l’enregistrer, ainsi qu’un dossier de destination pour les fichiers multimédias de sortie pertinents. Lorsque toutes ces opérations ont été effectuées, votre droplet est prête et vous pouvez faire glisser sur son icône autant de fichiers que vous le souhaitez. Consultez le Utilisation de droplets pour plus d’informations sur les droplets. • Dupliquer le réglage sélectionné : cliquez sur cette option pour dupliquer un réglage sélectionné dans l’onglet Réglages. Le bouton Dupliquer copie dans l’onglet Réglages exactement les paramètres du réglage actuellement sélectionné. Au lieu de créer un réglage à partir d’un brouillon, utilisez cette fonction pour en créer un à partir d’un réglage préexistant, que vous pouvez ensuite paramétrer selon vos besoins. • Champ Rechercher : saisissez du texte pour rechercher certains attributs dans les réglages. Vous pouvez saisir « iPod », par exemple, pour afficher une liste de réglages spécifiquement conçus pour un iPod. • Créer un nouveau réglage (+) : cette option ajoute un nouveau réglage à l’onglet Réglages. Lorsque vous cliquez sur ce bouton, une zone de dialogue apparaît pour vous permettre de choisir le format du fichier de sortie (H.264 pour les appareils Apple, MPEG-2, MPEG-4, etc.). • Supprimer les réglages sélectionnés ( – ) : cette option supprime un réglage de l’onglet Réglages. Aucune confirmation ne vous est demandée, soyez donc sûr de vouloir supprimer le réglage avant de cliquer sur ce bouton. Remarque : il n’est pas possible de supprimer les réglages Apple. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 105Liste Réglages Lorsque vous ouvrez l’onglet Réglages pour la première fois, il contient un jeu de réglages (Apple) préexistants fournis avec Compressor. L’onglet Réglages affiche le nom et la description de tous les réglages et groupes existants stockés sur votre ordinateur. Groupe de réglages Apple et ses sous-groupes Nouveau réglage « Sans titre » De nouveaux réglages apparaissent dans le dossier de groupe Personnalisé avec le nom par défaut « Sans titre [Format de fichier] » où « [Format de fichier] » correspond au format de fichier que vous avez choisi dans le menu local (+). Il est judicieux de remplacer le nom du réglage par une appellation plus significative, par exemple le nom du réglage ou de la méthode de distribution associée au réglage. Cliquez sur le réglage dans l’onglet Réglages pour l’ouvrir dans la fenêtre Inspecteur. Cliquez sur un réglage pour l’afficher dans la fenêtre Inspecteur. Saisissez le nom du réglage sélectionné et sa description dans la fenêtre Inspecteur. 106 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglagesSaisissez un nom dans le champ Nom de la fenêtre Inspecteur. Utilisez le champ Description pour saisir plus d’informations sur chaque réglage. Ces informations apparaissent uniquement dans l’onglet Réglages et peuvent vous aider à identifier vos fichiers lorsque vous disposez de nombreux réglages. L’organisation des réglages dans des dossiers de groupe est une autre des possibilités qui vous sont offertes. Pour cela, après avoir créé et nommé un dossier de groupe, faites-y glisser n’importe quel réglage personnalisé existant. Lorsque vous faites glisser un réglage sur un groupe, vous le supprimez de son emplacement courant. Vous pouvez également sélectionner des réglages individuels d’un groupe, puis les faire glisser sur un fichier multimédia source. Consultez la section Création de groupes de réglages pour obtenir plus d’informations. Sélection d’une cible Lorsque vous sélectionnez la cible d’un lot, son réglage apparaît immédiatement dans la fenêtre Inspecteur et le champ Nom indique « Cible sélectionnée ». Il s’agit d’une copie temporaire du réglage, mais pas du réglage en soi, ce qui vous permet d’y apporter des modifications temporaires, uniquement pour cet envoi du lot. Sélectionnez une cible dans la fenêtre Lot pour afficher ses réglages dans la fenêtre Inspecteur. Le nom du réglage s’affiche sous la forme « Cible sélectionnée ». Cliquez sur le bouton Enregistrer sous pour l’enregistrer comme nouveau réglage avec les modifications que vous avez effectuées. Lorsque vous modifiez le réglage de la cible, le bouton Enregistrer sous en bas de la fenêtre Inspecteur devient actif. Cliquez sur Enregistrer sous afin d’attribuer un nouveau nom au réglage modifié. La copie enregistrée s’affiche dans l’onglet Réglages sous le nom Nom du réglage-Copie et devient immédiatement le réglage sélectionné dans l’onglet Réglages. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 107Utilisation de l’Inspecteur avec les réglages La fenêtre Inspecteur contient les sous-fenêtres suivantes, lesquelles permettent de créer et de modifier tous les réglages liés à votre fichier de données multimédia de sortie, comme les filtres, la géométrie ou le format de sortie. La fenêtre Inspecteur permet aussi d’attribuer un nom à vos réglages et d’ajouter des descriptions qui vous permettront ultérieurement de vous rappeler plus facilement des modifications personnalisées que vous avez effectuées. • Sous-fenêtre Résumé : offre un résumé détaillé d’un réglage sélectionné. Consultez la section Sous-fenêtre Résumé pour de plus amples informations sur cette sous-fenêtre. • Sous-fenêtre Encodeur : permet de sélectionner un format de sortie de sortie et d’autres réglages audio et vidéo connexes. Voir les sections spécifiques ci-dessous pour de plus amples informations sur les différentes sous-fenêtres Encodeur. • À propos de la sous-fenêtre AIFF Encoder • Création de fichiers de formats audio courants • À propos de la sous-fenêtre Encodeur DV • À propos de la sous-fenêtre Encodeur Dolby Digital Professional • À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour appareils Apple • Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray • À propos de la sous-fenêtre Encodeur de séquence d’images • Création de fichiers de sortie MP3 • À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 • À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-2 • À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-4 Partie 2 • À propos de la sous-fenêtre Encodeur Composants d’exportation au format QuickTime • À propos de la sous-fenêtre AIFF Encoder QuickTime • Sous-fenêtre Contrôles d’images : permet de personnaliser les modifications relatives à la taille des images, à leur fréquence ou à la priorité de trame. (Pour plus d’informations, reportez-vous à la section Utilisation des contrôles d’images.) • Sous-fenêtre Filtres : permet d’ajouter des filtres aux réglages afin d’améliorer la qualité des fichiers de sortie. (Pour plus d’informations, reportez-vous à la section À propos de la sous-fenêtre Filtres.) • Sous-fenêtre Géométrie : permet de rogner et de définir la taille du cadre du fichier de données multimédias de sortie. (Pour plus d’informations, reportez-vous à la section Ajout de réglages de géométrie.) 108 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages• Sous-fenêtre Actions : vous pouvez envoyer des notifications par courrier électronique et attribuer une destination par défaut au réglage. (Pour plus d’informations, reportez-vous à la section Ajout d’actions.) Duplication des réglages S’il existe un réglage qui contient des attributs que vous souhaitez utiliser dans un autre réglage, au lieu de créer un nouveau réglage, vous pouvez dupliquer le réglage existant et apporter les modifications nécessaires à la copie. La méthode la plus pratique pour créer des réglages personnalisés consiste à dupliquer un réglage prédéfini Apple et à adapter la copie de sorte qu’elle réponde à vos besoins. Pour dupliquer un réglage 1 Sélectionnez sous l’onglet Réglages le réglage que vous souhaitez dupliquer. 2 Cliquez sur le bouton Dupliquer le réglage sélectionné. Sélectionnez le réglage à dupliquer. Cliquez sur le bouton Dupliquer le réglage sélectionné pour dupliquer le réglage sélectionné. Un nouveau réglage apparaît dans le dossier Personnalisé et la mention Sans titre est ajoutée au début du nom original. 3 Sélectionnez le nouveau réglage dans le dossier Personnalisé. 4 Ouvrez les sous-fenêtres Inspecteur suivantes afin de modifier les éléments suivants : • Nom et description du réglage : permet de modifier le nom et la description du réglage de sorte que vous puissiez vous rappeler plus facilement pourquoi vous avez créé ce réglage personnalisé. • Sous-fenêtre Encodeur : permet de modifier le format de sortie et les codecs vidéo et audio, ainsi que les attributs qui y sont associés. • Sous-fenêtre Contrôles d’images : permet de changer les attributs souhaités dans la sous-fenêtre Contrôles d’images. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 109• Sous-fenêtre Filtres : permet la modification des attributs des filtres. Pour ajouter ou supprimer un filtre d’un réglage, cochez ou décochez respectivement la case située en regard du filtre concerné. • sous-fenêtre Géométrie : permet de modifier n’importe quel attribut de la sous-fenêtre Géométrie. • Sous-fenêtre Actions : permet de modifier n’importe quel attribut de la sous-fenêtre Actions. 5 Si vous avez modifié le réglage d’une façon ou d’une autre, vous pouvez effectuer l’une des opérations suivantes pour enregistrer les modifications : • Cliquez sur le bouton Enregistrer en bas de la fenêtre de l’Inspecteur afin d’enregistrer les modifications. • Essayez de sélectionner n’importe quel autre réglage. Une zone de dialogue vous demande si vous souhaitez enregistrer les attributs modifiés. 6 Cliquez sur OK pour enregistrer les modifications, ou sur Revenir pour annuler les modifications et retourner à l’Inspecteur. Consultez la section Affectation de réglages à des fichiers multimédias sources pour plus d’informations sur l’attribution de réglages. Création d’un réglage entièrement nouveau Si les réglages préexistants ne répondent pas à vos besoins en matière de transcodage ou si vous souhaitez simplement en ajouter de nouveaux, vous pouvez créer vos propres réglages. Remarque : la procédure recommandée pour créer des réglages personnalisés consiste à dupliquer un réglage prédéfini Apple, puis à adapter la copie de sorte qu’elle réponde à vos besoins. Pour en savoir plus sur la duplication de réglages, reportez-vous à la section Duplication des réglages. 110 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglagesPour créer un réglage 1 Dans l’onglet Réglages, cliquez sur le bouton Ajouter (+), puis choisissez un format de sortie dans le menu local. Choisissez un format de sortie pour le nouveau réglage Un nouveau réglage nommé Sans titre suivi du format de fichier de sortie (par exemple, Sans titre MPEG-2) apparaît dans le dossier Personnalisé de l’onglet Réglages. Nouveau réglage sans titre La fenêtre Inspecteur change également pour afficher les paramètres de ce réglage. Remarque : vous pouvez toujours changer le format du fichier de sortie de ce réglage dans la sous-fenêtre Encodeur de l’Inspecteur, mais prenez soin de changer le nom du réglage afin de refléter son format de fichier de sortie. 2 Ouvrez les sous-fenêtres Inspecteur suivantes afin de modifier les éléments suivants : • Nom et description du réglage : permet de modifier le nom et la description du réglage de sorte que vous puissiez vous rappeler plus facilement pourquoi vous avez créé ce réglage personnalisé. • Sous-fenêtre Encodeur : permet de modifier le format de sortie et les codecs vidéo et audio, ainsi que les attributs qui y sont associés. • Sous-fenêtre Contrôles d’images : permet de changer les attributs souhaités dans la sous-fenêtre Contrôles d’images. • Sous-fenêtre Filtres : permet la modification des attributs des filtres. Pour ajouter ou supprimer un filtre d’un réglage, cochez ou décochez respectivement la case située en regard du filtre concerné. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 111• sous-fenêtre Géométrie : permet de modifier n’importe quel attribut de la sous-fenêtre Géométrie. • Sous-fenêtre Actions : permet de modifier n’importe quel attribut de la sous-fenêtre Actions. 3 Cliquez sur Enregistrer pour enregistrer le réglage. Consultez la section Affectation de réglages à des fichiers multimédias sources pour plus d’informations sur l’attribution de réglages. Remarque : il est possible de créer des groupes de réglages, que vous pouvez ensuite appliquer à un fichier de données multimédias en une seule étape. Consultez la section Création de groupes de réglages pour obtenir plus d’informations. Recherche d’un réglage L’onglet Réglages comprend un champ de recherche permettant de trouver rapidement le réglage dont vous avez besoin. Vous pouvez saisir « iPhone », par exemple, pour afficher une liste de réglages comprenant le terme iPhone. Pour rechercher un réglage µ Cliquez dans le champ de recherche et saisissez le texte à rechercher. La recherche est effectuée parmi les noms et les descriptions des réglages pour déterminer s’ils contiennent le texte saisi. Cliquez sur le « X » à droite du champ de recherche pour effacer le texte saisi et revenir à l’affichage normal des réglages. Aperçu d’un réglage La fenêtre d’aperçu de Compressor permet de voir les effets de votre réglage (par exemple, les filtres et le redimensionnement du cadre) et d’ajuster ces attributs pendant la prévisualisation du fichier de données multimédia en temps réel. Remarque : il n’est pas possible de prévisualiser un réglage seul. Il faut tout d’abord qu’il ait été affecté à une tâche avec un fichier multimédia source. En outre, il n’est pas possible de prévisualiser les réglages des sous-fenêtres Contrôles d’images et Encodeur. Si vous souhaitez voir les effets de vos réglages dans ces deux sous-fenêtres, vous pouvez utiliser la fenêtre Aperçu pour sélectionner une petite partie du fichier multimédia source à transcoder, puis afficher le fichier de sortie pour voir les résultats. Pour en savoir plus, consultez Astuce relative au test du transcodage. Pour visualiser votre réglage dans la fenêtre Aperçu 1 Appliquez le réglage à une tâche faisant partie d’un lot. Consultez la section Affectation de réglages à des fichiers multimédias sources pour obtenir plus d’informations. 112 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages2 Sélectionnez la cible avec le réglage que vous souhaitez prévisualiser dans la fenêtre Lot. Remarque : vous devrez peut-être cliquer sur le bouton Aperçu de la fenêtre Lot (ou appuyer sur Commande + 2) pour afficher la fenêtre d’aperçu. La première image du fichier multimédia source sélectionné s’affiche dans la fenêtre Aperçu, et le titre du réglage sélectionné apparaît dans le menu local Élément de lot. La moitié gauche de l’écran affiche le fichier multimédia source sous sa forme originale (vue Source), alors que la moitié droite affiche l’image de sortie telle qu’elle apparaîtrait en lui appliquant les filtres et les paramètres de réglage sélectionnés (vue Sortie). Vue Sortie Boutons de sélection d’éléments Vue Source Menu local Élément Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 1133 Le cas échéant, ajustez tous les paramètres de votre réglage pendant la prévisualisation du fichier de données multimédia dans la fenêtre Aperçu. Cette moitié de la fenêtre Preview montre les effets des modifications apportées dans la fenêtre Inspecteur. Apportez les modifications pendant la prévisualisation du fichier de données multimédias dans la fenêtre Preview. Sélectionnez l’élément que vous souhaitez modifier. Remarque : pour prévisualiser les effets de vos filtres sur votre fichier multimédia, prenez soin de sélectionner les filtres que vous souhaitez appliquer en cochant leur case respective dans la liste Filtres. Dans le cas contraire, les filtres non sélectionnés ne sont pas reconnus par la fenêtre Aperçu et ils n’entrent pas en compte dans les paramètres de transcodage de cette tâche. Voir Utilisation de la fenêtre Aperçu pour en savoir plus sur la prévisualisation de vos réglages, et À propos de la sous-fenêtre Filtrespour en savoir plus sur les filtres. Suppression de réglages Pour supprimer des réglages personnalisés, cliquez sur le bouton Supprimer le réglage sélectionné. Remarque : il n’est pas possible de supprimer les réglages Apple. Pour supprimer un réglage 1 Sélectionnez le réglage que vous souhaitez supprimer. 2 Cliquez sur le bouton « Supprimer le réglage sélectionné (–) » ou appuyez sur la touche Suppr de votre clavier. 114 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglagesAvertissement : Aucun avertissement n’est affiché si vous supprimez un réglage, et cette opération est irréversible. Création de groupes de réglages La création d’un groupe de réglages permet d’associer rapidement plusieurs réglages à un fichier multimédia source. Pour créer un groupe de réglages 1 Cliquez sur le bouton Grouper de l’onglet Réglages. Un dossier nommé Sans titre apparaît sous l’onglet Réglages et la colonne Description indique 0 réglages. Vous ne pouvez pas modifier ce champ, qui affiche le nombre de réglages que le groupe contient. Un nouveau groupe intitulé « Sans titre » et contenant 0 réglages est créé. Tapez un nom pour le nouveau groupe. Cliquez sur le bouton Grouper. 2 Saisissez un nom de groupe pertinent dans le champ Nom de l’Inspecteur. 3 Sous l’onglet Réglages, faites glisser les réglages appropriés dans le dossier de groupe. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 115Remarque : vous pouvez aussi créer des hiérarchies de groupes (c’est-à-dire d’autres groupes à l’intérieur des groupes). Pour ce faire, il suffit de faire glisser un dossier de groupe dans un autre dossier de groupe. Ce groupe personnalisé contient trois autres groupes personnalisés disposant chacun de leurs propres réglages. Le champ Description indique le nombre de réglages contenus par le groupe. Après avoir placé au moins un réglage dans le dossier de groupe, cliquez sur le triangle situé à gauche du dossier pour afficher ou cacher les détails concernant le groupe de réglages. Enfin, pour connaître en détail les réglages que contient chaque groupe, sélectionnez-en un, puis consultez la sous-fenêtre Résumé de la fenêtre Inspecteur. Remarque : vous pouvez également faire glisser les réglages d’un groupe vers un autre. Pour ajouter le même réglage à plusieurs groupes 1 Sélectionnez le réglage. 2 Cliquez sur le bouton Dupliquer pour créer une copie. 3 Faites glisser le réglage dupliqué dans le dossier d’un autre groupe. Vous pouvez choisir de renommer le réglage en y supprimant le terme « copie » , par exemple. Distribution et partage de réglages Les réglages créés récemment sont stockés en tant que fichiers XML dans le dossier de départ /Utilisateurs/nom d’utilisateur/Bibliothèque/Application Support/Compressor/Réglages et portent l’extension de fichier .setting. Vous pouvez distribuer et partager vos réglages personnalisés en les plaçant dans le même emplacement, à l’intérieur du dossier de départ de l’ordinateur destinataire. Vous pouvez aussi transférer ces fichiers au moyen de la méthode que vous utiliseriez pour distribuer tout autre fichier, c’est-à-dire en les envoyant par message électronique comme pièce jointe ou en les téléchargeant sur un serveur. 116 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglagesRemarque : les réglages créés avec Compressor 4 ou une version ultérieure ne sont pas compatibles avec les versions plus anciennes de Compressor. Pour copier rapidement et aisément un fichier de réglages, il suffit de faire glisser le réglage de l’onglet Réglages vers votre bureau ou une fenêtre du Finder. Vous pouvez ensuite le joindre à un message électronique ou le copier à un autre dossier ou volume. Pour copier un réglage directement depuis Compressor µ Faites-le glisser de l’onglet Réglages vers le Finder (le Bureau, par exemple). À l’inverse, vous pouvez ajouter un réglage à Compressor en faisant glisser son fichier depuis le Finder. Pour appliquer ou ajouter un réglage à Compressor à partir du Finder Procédez de l’une des manières suivantes : µ Faites-le glisser du Finder vers le groupe Personnalisé dans l’onglet Réglages. Les réglages s’affichent dans le groupe Personnalisé de l’onglet Réglages. µ Faites glisser un ou plusieurs réglages du Finder vers un emplacement vacant de la fenêtre Lot. Un nouveau travail s’affiche, ses réglages figurant dans une ou plusieurs lignes cibles. µ Faites glisser un ou plusieurs réglages du Finder vers un emplacement vacant sur l’icône de travail de la fenêtre Lot. Une ou plusieurs lignes cibles s’affichent sur le travail qui comprend les réglages. Vous pouvez également utiliser des droplets pour ajouter des réglages à Compressor. Pour plus d’informations, consultez la section Utilisation de droplets pour créer des tâches et des réglages dans Compressor. Exemple : Création de réglages et de groupes personnalisés pour un DVD Dans cet exemple, vous travaillez sur un projet HD qui sera finalement enregistré sur un DVD HD et sur un DVD SD. Vous devez pour cela fournir d’abord les DVD SD contenant les rushes. Une méthode simple pour ce faire consiste à créer deux groupes de réglages. • Réglages pour les rushes : ces réglages devraient comprendre un encodeur audio AIFF (étant donné que vous souhaitez une réalisation rapide et que l’espace disque ne posera probablement aucun problème) et un encodeur MPEG-2 dont la taille d’image SD utilise les réglages les plus rapides (puisque la qualité n’est pas votre préoccupation première). Il pourrait aussi s’agir d’un encodeur HD si vous disposez d’un appareil vous permettant de lire facilement les DVD HD. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 117• Réglages pour le disque final : ces réglages devraient comprendre un encodeur audio AC-3, un encodeur vidéo HD H.264 pour DVD et un encodeur MPEG-2 utilisant les contrôles d’images pour garantir une vidéo de sortie HD de qualité supérieure. Vous devrez très probablement créer un troisième groupe de réglages portant le même nom que ce projet et contenant les deux groupes ci-dessus. Pour créer les groupes destinés aux rushes et aux sorties finales 1 Dans l’onglet Réglages, cliquez trois fois sur le bouton Grouper pour créer trois nouveaux groupes sans titre. 2 Sélectionnez le premier des nouveaux groupes et, à l’aide de la fenêtre Inspecteur, attribuez-lui le même nom que le projet. 3 Sélectionnez le deuxième des nouveaux groupes et nommez-le Rushes. 4 Sélectionnez le troisième des nouveaux groupes et nommez-le Disques finaux. 5 Dans l’onglet Réglages, faites glisser les groupes Rushes et Disques finaux vers le haut jusqu’à ce qu’une zone de couleur noire entoure le groupe portant le même nom que le projet, puis relâchez-les. Remarque : il est possible de sélectionner plusieurs groupes ou réglages en appuyant sur la touche Maj et en la maintenant enfoncée lorsque vous cliquez sur ces éléments. 6 Recherchez parmi les réglages Apple ceux dont la fonction correspond le mieux à la fonction souhaitée de chaque réglage au sein des nouveaux groupes. 7 Faites une copie de chaque réglage en cliquant sur le bouton Dupliquer le réglage sélectionné. 8 Sélectionnez chaque réglage copié, renommez-le, puis faites-le glisser jusque dans le dossier approprié. Ce groupe personnalisé contient les réglages utilisés pour créer les rushes. Ce groupe personnalisé contient les réglages utilisés pour créer ledisque final. Ce groupe personnalisé contient les autres groupes personnalisés qui disposent chacun de leurs propres réglages. 118 Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglagesVous pouvez ensuite sélectionner chaque réglage et lui apporter toute modification nécessaire. Une fois les fichiers multimédias sources importés et leurs tâches créées, il vous suffit d’affecter le groupe approprié (Rushes ou Disques finaux) pour que tous les réglages appropriés soient appliqués aux cibles. Chapitre 7 Création, aperçu et modification des réglages 119Une tâche se compose d’un fichier multimédia source et d’au moins une cible (constituée d’un réglage et d’une destination) qui lui est affectée. Vous avez créé les tâches en important des fichiers multimédias sources. Pour qu’une tâche soit terminée et prête à être soumise au transcodage, vous devez lui ajouter une ou plusieurs cibles. Chaque cible contient un réglage qui détermine toutes les informations concernant ce que doit devenir le fichier une fois transcodé, ainsi qu’une destination déterminant l’emplacement d’enregistrement du fichier transcodé et le mode de création de son nom. Chaque cible permet également de saisir manuellement le nom du fichier de sortie. Compressor vous propose toute une gamme d’options destinées à affecter des réglages et des destinations à vos cibles et à soumettre des lots. Remarque : consultez les sections À propos de l’onglet Réglages et À propos de l’onglet Destinations pour plus d’informations sur la création de préréglages dans ces fenêtres. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Affectation de réglages (p 121) • Attribution de destinations (p 126) • Informations générales sur les cibles et les tâches (p 128) • Généralités sur les lots (p 131) • Utilisation de Final Cut Pro et Motion avec Compressor (p 138) • Utilisation du traitement distribué avec Compressor (p 140) Affectation de réglages Cette section décrit la façon d’affecter des réglages à des fichiers multimédias sources et de remplacer ou de modifier ces réglages. 121 Finalisation de tâches et soumission de lots 8Affectation de réglages à des fichiers multimédias sources Il existe de nombreuses méthodes permettant d’affecter des réglages à une tâche. Certaines méthodes, telles que la technique de glisser-déplacer du réglage à partir de l’onglet Réglages, sont mieux adaptées à l’utilisation d’une seule tâche. D’autres méthodes, comme l’utilisation du menu local, conviennent mieux à l’affectation des mêmes réglages à un groupe de tâches. Vous pouvez même affecter des réglages en faisant glisser des réglages ou des droplets à partir du Finder. Remarque : les étapes suivantes impliquent que vous avez déjà ajouté des fichiers multimédias sources à un lot, créant ainsi les tâches auxquelles vous ajoutez les réglages. Voir Importation de fichiers multimédias sources pour plus de détails sur l’importation de fichiers multimédias sources. Astuce : vous pouvez cliquer sur le triangle d’affichage d’un groupe de réglages tout en maintenant la touche Option enfoncée pour développer ce groupe (et tous ses sous-groupes) et afficher tous les réglages qu’il contient. Pour affecter un réglage à une tâche par glissement 1 Sélectionnez un ou plusieurs réglages ou groupes de réglages dans l’onglet Réglages. 2 Faites glisser les réglages sur la tâche dans la fenêtre Lot. Sélectionnez un ou plusieurs réglages (deux dans ce cas) à appliquer à la tâche. Tâche avec fichier multimédia source dans la fenêtre Lot. 122 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsUne nouvelle cible est créée pour chaque réglage ajouté à la tâche du lot. De nouvelles cibles sont ajoutées pour chaque réglage que vous faites glisser sur la tâche. Remarque : vous ne pouvez appliquer les réglages qu’à une seule tâche si vous procédez par glisser-déposer. Pour affecter un réglage à une tâche à l’aide du menu Cible 1 Sélectionnez une ou plusieurs tâches dans le lot actuel de la fenêtre Lot. 2 Choisissez Cible > Ajouter une cible avec réglage. La zone de dialogue de sélection de réglages apparaît par-dessus la fenêtre Lot. Cliquez sur Ajouter pour affecter les réglages aux tâches sélectionnées. Sélectionnez les réglages à appliquer aux tâches sélectionnées. Dans la fenêtre Lot, sélectionnez les tâches concernées. 3 Choisissez un ou plusieurs réglages ou groupes de réglages à affecter aux tâches et cliquez sur Ajouter. Les réglages sont affectés à chacune des tâches sélectionnées. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 123Pour affecter un réglage à une tâche à l’aide du menu contextuel 1 Sélectionnez une ou plusieurs tâches dans le lot actuel de la fenêtre Lot. 2 Cliquez sur l’une des tâches sélectionnées en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez « Nouvelle cible avec réglage » dans le menu contextuel. Le menu contextuel affiche la liste des réglages en fonction de leurs groupes. Vous ne pouvez pas choisir directement un groupe à affecter, mais chacun dispose d’un élément « Tous » qui sélectionne tous les réglages du groupe. Remarque : cette méthode ne permet pas de sélectionner plusieurs réglages individuels. 3 Choisissez soit un réglage, soit Tous pour choisir tous les réglages d’un groupe. Les réglages s’appliquent à toutes les tâches sélectionnées. Pour affecter un réglage à partir du Finder Procédez de l’une des manières suivantes : µ Faites glisser un ou plusieurs réglages du Finder vers un emplacement vacant de la fenêtre Lot. Une nouvelle tâche s’affiche, ses réglages figurant dans une ou plusieurs lignes cibles. µ Faites glisser un ou plusieurs réglages du Finder vers un emplacement vacant sur l’icône de travail de la fenêtre Lot. Une ou plusieurs lignes cibles s’affichent sur le travail qui comprend les réglages. Pour en savoir plus, voir Distribution et partage de réglages Vous pouvez également utiliser des droplets pour ajouter des réglages à Compressor. Pour plus d’informations, consultez la section Utilisation de droplets pour créer des tâches et des réglages dans Compressor. Remplacement d’un réglage affecté par un autre réglage Lorsque vous avez affecté un réglage à une tâche, vous pouvez trouver un réglage plus adéquat et décider de remplacer le réglage de la cible par un autre. Plusieurs méthodes permettent de modifier les réglages d’une cible. Elles conservent toutes les réglages de destination et le nom de fichier de sortie tels quels. Pour remplacer un réglage déjà affecté à une cible par un autre Procédez de l’une des manières suivantes : µ Choisissez Cible > Modifier le réglage. La zone de dialogue de sélection de réglages s’ouvre pour vous permettre de choisir un nouveau réglage et de cliquer sur Ajouter pour l’affecter à la cible sélectionnée. 124 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsµ Cliquez sur la tâche tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Modifier le réglage dans le menu contextuel. La zone de dialogue de sélection de réglages s’ouvre pour vous permettre de choisir un nouveau réglage et de cliquer sur Ajouter pour l’affecter à la cible sélectionnée. µ Sélectionnez le nouveau réglage dans l’onglet Réglages et faites-le glisser sur la cible. Remarque : avec toutes les méthodes ci-dessus, si vous sélectionnez plusieurs réglages, seul celui du haut est affecté à la cible. Modification d’un réglage affecté Vous pouvez modifier ou changer tout composant d’un réglage ayant déjà été affecté à un fichier multimédia source dans la fenêtre Lot (identifié comme Cible sélectionnée dans la fenêtre Inspecteur). Pour modifier un réglage associé à un fichier multimédia source dans la fenêtre Lot 1 Sélectionnez la cible dans le lot avec le réglage que vous souhaitez changer. Le réglage apparaît dans la fenêtre Inspecteur avec « Cible sélectionnée » dans le champ Nom. Il s’agit d’une copie temporaire du réglage, mais pas du réglage en soi, ce qui vous permet d’y apporter des modifications temporaires, uniquement pour cet envoi du lot. Sélectionnez une cible dans la fenêtre Lot pour afficher ses réglages dans la fenêtre Inspecteur. Le nom du réglage s’affiche sous la forme « Cible sélectionnée ». Cliquez sur le bouton Enregistrer sous pour l’enregistrer comme nouveau réglage avec les modifications que vous avez effectuées. 2 Procédez aux modifications du réglage. Lorsque vous modifiez le réglage, le bouton Enregistrer sous en bas de la fenêtre Inspecteur devient actif. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 1253 Cliquez sur Enregistrer sous afin d’attribuer un nouveau nom au réglage modifié. La copie enregistrée s’affiche dans l’onglet Réglages sous le nom Copie de Nom du réglage et devient immédiatement le réglage sélectionné dans l’onglet Réglages. Remarque : il n’est pas nécessaire de l’enregistrer, mais cela peut s’avérer utile au cas où vous devriez le réutiliser plus tard. Attribution de destinations Cette section décrit la façon de définir des destinations de sortie et des noms de fichier de sortie. Affectation de destinations aux fichiers multimédias sources Lorsque vous affectez des réglages à vos cibles, la destination par défaut est également affectée automatiquement. Vous pouvez définir la destination par défaut dans les préférences de Compressor. Sélectionnez Compressor > Préférences. Il peut s’agir d’une destination fournie avec Compressor ou d’une destination personnalisée que vous avez créée. Consultez la section Création d’une destination pour plus d’informations sur l’utilisation des destinations. Vous pouvez remplacer la destination par défaut par une autre ou même modifier manuellement un emplacement dans lequel enregistrer le fichier de sortie. Il existe différents moyens permettant d’affecter une destination à un fichier source. Comme pour l’affectation de réglages, les différentes méthodes ont toutes leurs avantages. Pour affecter une destination en procédant par glisser-déposer 1 Sélectionnez une destination dans l’onglet Destinations. 126 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots2 Faites glisser la destination sur la cible dans la fenêtre Lot. Faites glisser la destination sur une tâche avec cible dans la fenêtre Lot. Sélectionnez une destination à appliquer à la cible. La partie destination de la cible pointe vers la nouvelle destination. Remarque : vous ne pouvez appliquer la destination qu’à une seule tâche si vous procédez par glisser-déposer. De plus, vous ne pouvez pas créer de destination temporaire avec cette méthode. La méthode glisser-déposer permet également de créer une nouvelle cible (avec un réglage vide) en faisant glisser la destination vers une partie vide de la tâche. Pour affecter une destination à l’aide du menu contextuel ou du menu Cible 1 Sélectionnez toutes les cibles sur lesquelles vous voulez régler la destination. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Choisissez Cible > Destination > [Destination]. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 127• Cliquez sur l’une des cibles tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Destination > [Destination] dans le menu contextuel. Utilisez le menu contextuel de la cible pour changer la destination descibles sélectionnées. La destination que vous avez sélectionnée s’affiche dans chaque section Destination de la cible. Remarque : vous pouvez également attribuer une destination temporaire en choisissant Autre. Cela entraîne l’ouverture de la zone de dialogue Sélection de fichier, qui vous permet de créer une nouvelle destination exclusivement destinée à l’envoi de ce lot. Elle n’est pas enregistrée et ne s’applique qu’au lot soumis. Réglage du nom de fichier de sortie En plus de définir l’emplacement du fichier de sortie, les destinations déterminent la manière de créer le nom du fichier de sortie. Lorsque vous avez affecté une destination, le nom du fichier de sortie est complet. Vous pouvez choisir de l’utiliser tel quel, de le modifier manuellement ou de saisir un nouveau nom. Pour modifier ou saisir un nouveau nom de fichier de sortie µ Cliquez dans la zone du nom de fichier de sortie et modifiez le nom existant ou triple-cliquez sur le nom du fichier pour en saisir un nouveau. Le nom du fichier de sortie Informations générales sur les cibles et les tâches Cette section propose des informations générales sur les tâches et les cibles. 128 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsÀ propos des cibles Les cibles contiennent trois éléments : • Le réglage • La destination • Le nom du fichier de sortie Le réglage La destination Le nom du fichier de sortie Faites glisser les séparateurs pour agrandir la section d’une cible et rendre l’entrée plus visible. Les boutons Ajouter et Supprimer de la cible Vous pouvez utiliser diverses méthodes pour ajouter des réglages à une tâche. La plus courante consiste à ajouter un réglage ou une destination à la tâche. Vous pouvez également utiliser une des méthodes suivantes. Pour ajouter une cible vide à une tâche Procédez de l’une des manières suivantes : µ Sélectionnez une ou plusieurs tâches et choisissez Cible > Ajouter une cible. Cela ajoute une cible vide aux tâches. µ Sélectionnez une ou plusieurs tâches, cliquez sur une de ses zones vides en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis choisissez Cible > Ajouter une cible. Cela ajoute une cible vide aux tâches. µ Cliquez sur le bouton Ajouter (+) d’une cible existante. Vous pouvez également copier une ou plusieurs cibles d’une tâche à l’autre. Pour copier des cibles dans une autre tâche par glisser-déposer 1 Sélectionnez les cibles à copier. 2 Appuyez sur la touche Option, puis faites glisser les cibles sur la nouvelle tâche. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 129Pour supprimer des cibles Procédez de l’une des manières suivantes : µ Sélectionnez une ou plusieurs cibles et appuyez sur Supprimer. µ Cliquez sur le bouton Supprimer (–) dans une cible. À propos de l’ajout et de la copie de tâches Les tâches sont créées, la plupart du temps, en ajoutant des fichiers multimédias sources à un lot. Il existe plusieurs méthodes pour ajouter des tâches à un lot. De plus, vous pouvez enchaîner des tâches dans un lot pour définir l’ordre dans lequel les fichiers sont transcodés lorsqu’ils ont été soumis. Pour ajouter une tâche vide à un lot µ Choisissez Tâches > Nouvelle tâche. Pour supprimer une tâche d’un lot µ Sélectionnez la tâche et appuyez sur la touche Supprimer. Pour copier des tâches d’un lot vers un autre Procédez de l’une des manières suivantes : µ Ouvrez chaque lot dans sa propre fenêtre et faites glisser les tâches d’une fenêtre à l’autre. µ Sélectionnez les tâches à copier, appuyez sur Commande + C, sélectionnez le lot dans lequel copier et appuyez sur Commande + V. À propos de l’enchaînement de tâches L’enchaînement de tâches est utile lorsque vous devez appliquer plusieurs réglages à un fichier multimédia source mais que vous ne pouvez appliquer chaque réglage qu’une fois que le précédent est terminé. Cela vous permet de contrôler l’ordre dans lequel les réglages peuvent modifier le fichier multimédia source. Pour enchaîner des cibles sélectionnées à d’autres tâches 1 Sélectionnez les tâches dont vous voulez enchaîner les sorties à d’autres tâches. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Choisissez Tâches > Nouvelle tâche avec sortie cible. • Cliquez sur l’une des cibles sélectionnées en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez « Nouvelle tâche avec sortie cible » dans le menu contextuel. 130 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsDe nouvelles tâches sont ajoutées au lot avec un symbole de chaîne et le nom du fichier de sortie des cibles auxquelles est enchaîné. Le nom source de la tâche enchaînée est le fichier de sortie de la cible à laquelle il est enchaîné. Ce logo de chaîne constitue la vignette de la tâche enchaînée. Vous pouvez enchaîner des tâches multiples si vous le désirez. Consultez la section Autres remarques sur la fonction de télécinéma inverse pour voir un exemple d’enchaînement de deux tâches. Généralités sur les lots Cette section propose des informations d’ordre général sur la soumission, l’enregistrement et l’ouverture de lots. Soumission d’un lot Lorsque vous avez configuré les tâches et leurs cibles dans un lot, vous êtes prêt à soumettre le lot pour le traitement. Pour envoyer un lot 1 Assurez-vous que le lot à envoyer est sélectionné dans la fenêtre Lot. 2 Procédez de l’une des façons suivantes : • Choisissez Fichier > Soumettre. • Cliquez sur le bouton Soumettre dans la fenêtre Lot. La zone de dialogue correspondante est affichée. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 1313 Vérifiez le champ Nom pour confirmer le nom du lot. Vous pouvez le modifier afin qu’il reflète mieux le contenu du lot. Ce nom sera utilisé pour cette soumission dans Share Monitor et dans la fenêtre Historique. 4 Utilisez le menu local Cluster pour choisir l’une des options suivantes : Utilisez le menu local Cluster pour choisir l’ordinateur ou le cluster qui doit traiter le lot. • Choisissez Cet ordinateur : Compressor n’implique aucun autre ordinateur dans la réalisation du lot, à moins que vous ne sélectionnez Cet ordinateur plus, ce qui crée un cluster ad hoc comprenant Cet ordinateur et tous les nœuds de service disponibles. Pour en savoir plus, consultez À propos de Cet ordinateur plus et des services non gérés pour obtenir plus d’informations. • Choisir un cluster : Compressor soumet le lot à un cluster en vue du traitement (Cet ordinateur plus n’est pas disponible). Authentifiezvous en fonction du choix effectué. Pour en savoir plus, consultez la section Apple Qmaster et le traitement distribué. 5 Utilisez le menu local Priorité pour choisir le niveau de priorité du lot. 6 Cliquez sur Soumettre ou appuyez sur Entrée pour soumettre le lot au traitement. La fenêtre Historique affiche la progression du lot. Consultez la section À propos de la fenêtre Historique pour obtenir plus d’informations. Remarque : la fenêtre Historique s’ouvre automatiquement si elle n’est pas encore ouverte. Vous pouvez également surveiller la progression du transcodage à l’aide de Share Monitor en cliquant sur son icône dans la fenêtre Lot. Pour en savoir plus sur Share Monitor, consultez le Manuel de l’utilisateur de Share Monitor, disponible via le menu Aide Share Monitor. Vous pouvez régler l’ouverture automatique de Share Monitor via les préférences de Compressor. Consultez la section Configuration des préférences de Compressor pour obtenir plus d’informations. Remarque : lors du traitement d’un lot volumineux (par exemple, neuf fichiers multimédias sources associés chacun à trois réglages), l’envoi est suivi d’un délai d’environ dix secondes pendant lequel rien ne se passe. Soyez patient ! Compressor profite de ce délai pour préparer le lot en question afin de pouvoir l’envoyer dans les meilleures conditions pour traitement. si vous souhaitez transcoder un lot volumineux, il est conseillé de désactiver l’écran de veille de votre ordinateur. Ceci augmente la vitesse du transcodage, car aucune ressource n’est réservée à l’écran de veille. 132 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsLorsque le lot a été soumis, un triangle jaune avec un point d’exclamation apparaît dans le lot. Cliquez sur le symbole d’avertissement pour recevoir des explications sur sa présence. Compressor utilise ces symboles chaque fois qu’il y a un problème dans un lot. Vous pouvez placer le pointeur au-dessus du symbole pour afficher une bulle d’aide expliquant sa présence ou cliquer dessus pour ouvrir une zone de dialogue le concernant. Dans la case du dessus, lorsque le lot a été soumis, cet avertissement vous permet de savoir qu’un fichier portant ce nom existe désormais dans cet emplacement et qu’il sera écrasé si vous soumettez à nouveau le lot. Vous pouvez éviter la zone de dialogue de soumission de lots lorsque vous soumettez un lot. Le lot soumis pour traitement utilise automatiquement les réglages du lot précédent. Pour envoyer un lot utilisant des réglages précédents Procédez de l’une des manières suivantes : µ Choisissez Fichier > « Soumettre avec les réglages précédents ». µ Cliquez sur l’élément « Soumettre avec les réglages précédents » dans la barre d’outils de la fenêtre Lot (s’il s’y trouve). Consultez la section À propos de la fenêtre Lot pour plus d’informations sur l’utilisation de la fenêtre Lot. Astuce relative au test du transcodage Avant de vous lancer dans une longue session de transcodage, faites un test rapide en utilisant un petit passage du fichier de données source. S’il y a un problème (comme, par exemple, un réglage incorrect ou un fichier de référence qui ne trouve pas les fichiers auxquels il fait référence), vous pourrez procéder à la correction sans perdre trop de temps. De tels tests vous permettent aussi de prévisualiser les résultats de la sous-fenêtre Encodeur et Contrôles d’image qui ne sont pas visibles dans la fenêtre Aperçu. Pour sélectionner rapidement une petite partie d’un fichier multimédia source, consultez la section Transcodage d’une section du plan à l’aide de la fenêtre Aperçu. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 133Assurez-vous que la partie test est propre au type de réglages appliqués. Par exemple, sélectionnez une scène d’action rapide si vous effectuez une conversion de la fréquence d’images ou de l’ordre de trame avec Contrôles d’images. À propos de la fenêtre Historique La fenêtre Historique propose un accès rapide à tous les lots préalablement soumis, ce qui vous permet de soumettre à nouveau des lots en les faisant glisser dans la fenêtre Lot et de consulter des informations concernant la date de soumission de certains lots depuis votre ordinateur. Cliquez sur le triangle d’affichage pour afficher le détail des soumissions de la journée. Le contenu de la fenêtre Historique est organisé par date de soumission. Vous pouvez modifier l’ordre de tri du contenu en cliquant sur le bouton « Inverser l’ordre de tri » en bas de la fenêtre. Vous pouvez également effacer le contenu de la fenêtre Historique en cliquant sur le bouton Effacer ou en supprimant les éléments sélectionnés avec la touche Suppr. La fenêtre Historique peut également afficher la progression d’un lot en cours de transcodage. Cliquez sur le triangle d’affichage pour voir les détails concernant chaque cible de cette soumission. Cliquez sur le bouton Pause pour mettre en pause le transcodage. Cliquez une nouvelle fois pour reprendre le transcodage. Nom de la soumission Cliquez sur le bouton Annuler pour mettre fin au processus de transcodage. 134 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsRemarque : si elle est fermée, la fenêtre Historique s’ouvre automatiquement lorsque vous envoyez un lot. Lorsque le transcodage est terminé, un nouveau bouton apparaît dans la fenêtre Historique pour faciliter la recherche des fichiers encodés. Cible appartenant au lot envoyé Cliquez sur le bouton « Révéler dans le Finder » pour afficher le fichier encodé dans une fenêtre du Finder. En cliquant sur le triangle d’affichage, vous pouvez afficher les détails de la soumission. Nouvelle soumission d’un lot Toutes les informations concernant la soumission de lots sont stockées dans la fenêtre Historique. Vous y trouverez des détails sur toutes les tâches et cibles du lot et notamment les fichiers multimédias sources qui leur ont été affectés. Vous pouvez utiliser ces informations pour envoyer à nouveau un lot en faisant tout simplement glisser une entrée spécifique de la fenêtre Historique vers la fenêtre Lot. Pour soumettre à nouveau un lot à partir de la fenêtre Historique 1 Utilisez les triangles d’affichage pour localiser le lot à soumettre de nouveau. Remarque : c’est dans ce cas que l’on comprend l’utilité de donner à la soumission un nom reconnaissable. 2 Faites glisser la soumission de la fenêtre Historique dans la fenêtre Lot. Lorsque vous faites glisser un lot de la fenêtre Historique vers la fenêtre Lot, Compressor crée un nouvel onglet sans titre dans la fenêtre Lot correspondante. Le lot apparaît dans le nouvel onglet avec tous les détails originaux (fichiers multimédias sources, cibles, réglages affectés, destinations, format de sortie et nom du lot). Vous pouvez modifier le lot avant de le soumettre à nouveau. Enregistrement et ouverture d’un lot Il peut arriver que vous ne puissiez pas envoyer immédiatement un lot que vous venez de configurer. Dans ce cas, il peut être utile d’enregistrer les paramètres du lot afin d’y faire référence ultérieurement. Pour enregistrer un lot 1 Choisissez Fichier > Enregistrer sous (ou appuyez sur Commande + Maj + S). Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 135Une zone de dialogue s’ouvre pour vous permettre de nommer le fichier et de sélectionner sa destination. 2 Saisissez un nom pour le fichier si vous ne souhaitez pas utiliser le nom par défaut. 3 Choisissez la destination du fichier. 4 Cliquez sur Enregistrer. L’extension .Compressor est ajoutée au nom des fichiers de lot. Remarque : l’extension .Compressor apparaît dans les onglets de la fenêtre Lot si vous avez choisi d’afficher les extensions dans les préférences du Finder. Pour ouvrir un fichier de lot dans Compressor 1 Choisissez Fichier > Ouvrir (ou appuyez sur Commande + O). Une zone de dialogue s’ouvre pour vous permettre de sélectionner le fichier de lot à ouvrir. 2 Localisez et sélectionnez le fichier de lot à ouvrir. 3 Cliquez sur Ouvrir. Vous pouvez également ouvrir un fichier de lot en double-cliquant dessus dans le Finder ou en le faisant glisser vers l’icône de l’application Compressor. Remarque : un message d’erreur apparaît si Compressor ne parvient pas à localiser les fichiers source répertoriés dans le fichier de lot ; seuls les fichiers source trouvés seront affichés. Transcodage de différents plans à partir d’un fichier multimédia source Si vous avez un fichier multimédia source volumineux dont vous ne souhaitez transcoder que quelques sections, vous pouvez le faire en un seul envoi de lot. Pour transcoder différents plans à partir d’un seul fichier multimédia source 1 Ouvrez la fenêtre Lot. 2 Importez le fichier multimédia dans un lot autant de fois que c’est nécessaire pour créer le nombre de plans voulu. Une nouvelle tâche est créée à chaque importation. 3 Ajout de réglages à chaque tâche. 136 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsUn identificateur unique est automatiquement appliqué au nom des fichiers de sortie, de manière à pouvoir facilement identifier chaque plan après son transcodage. Des identificateurs de fichier uniques sont automatiquement appliqués à chaque tâche. 4 Pour ouvrir la fenêtre Aperçu, procédez comme suit : • Choisissez Fenêtre > Aperçu (ou appuyez sur Commande + 2). • Cliquez sur le bouton Aperçu dans la fenêtre Lot. La fenêtre Aperçu s’ouvre. 5 Utilisez les boutons ou le menu local de sélection de lot pour accéder aux fichiers que vous souhaitez transcoder. 6 Spécifiez le plan que vous voulez transcoder dans le premier fichier multimédia en plaçant des points d’entrée et de sortie, puis répétez l’opération pour chaque fichier multimédia suivant en définissant les plans à transcoder à l’aide de ces points. Vous pouvez aussi utiliser les touches I (pour entrée) et O (pour sortie) du clavier pour positionner les marqueurs là où se trouve la tête de lecture. Point d’entrée Point de sortie 7 Retournez à la fenêtre Lot et cliquez sur le bouton Soumettre. Consultez la section À propos de la fenêtre Aperçu pour obtenir plus d’informations. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 137Utilisation de Final Cut Pro et Motion avec Compressor Final Cut Pro et Motion contiennent un menu Partager proposant plusieurs options de transcodage courantes déjà configurées. Toutefois, si vous avez besoin d’une option de transcodage non couverte par les éléments préconfigurés Partager ou que vous devez personnaliser une de ces options, utilisez les options Envoyer à Compressor pour ouvrir le projet dans Compressor en vue de le configurer en fonction de vos besoins. Important : Compressor 4 doit être installé sur le même ordinateur que Final Cut Pro X et Motion 5 pour que ces options fonctionnent. Envoi d’un projet pour transcodage Vous pouvez envoyer un projet Final Cut Pro ou Motion à Compressor avec ou sans réglage déjà appliqué. Dans les deux cas, le projet s’affiche dans un lot que vous pouvez configurer comme tout autre lot. Pour transcoder un projet Final Cut Pro ou Motion 1 Ouvrez et sélectionnez le projet à transcoder dans Final Cut Pro ou Motion. 2 Dans le menu Partager de Final Cut Pro ou de Motion, choisissez et configurez une option de sortie. Consultez l’Aide Final Cut Pro ou Motion pour en savoir plus sur les options disponibles et leurs configurations. 3 Procédez de l’une des façons suivantes : • Si vous avez choisi l’option Envoyer à Compressor dans le menu Partager, Compressor s’ouvre et le projet s’affiche comme une tâche dans un nouveau lot sans réglages. • Si vous choisissez l’une des autres options, cliquez sur Avancé, puis choisissez Envoyer à Compressor. Compressor s’ouvre et le projet s’affiche comme une tâche dans un nouveau lot configuré avec l’option du menu Partager que vous avez sélectionnée. Le nom de la nouvelle tâche reprend celui du projet Final Cut Pro. 4 Affectez des réglages et des destinations à la tâche comme il convient. Consultez les sections suivantes pour plus d’informations : • Affectation de réglages à des fichiers multimédias sources 138 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots• Affectation de destinations aux fichiers multimédias sources 5 Cliquez sur le bouton Soumettre dans la fenêtre Lot. Compressor lance alors le transcodage du projet Final Cut Pro. Remarque : une fois le projet Final Cut Pro ou Motion ouvert dans Compressor, vous pouvez continuer à travailler sur ce projet ou sur un autre dans Final Cut Pro ou Motion. Renvoi d’un projet Vous pouvez utiliser la fenêtre Historique pour soumettre à nouveau un projet Final Cut Pro ou Motion, comme vous le feriez pour n’importe quel autre lot. Compressor soumet à nouveau le projet tel qu’il était lors de sa soumission d’origine ; toutes les modifications apportées au projet depuis la soumission d’origine sont ignorées. Consultez la section Nouvelle soumission d’un lot pour plus de détails sur les étapes de ce processus. Optimisation du traitement distribué pour Final Cut Pro et Motion Deux situations courantes peuvent influencer le traitement distribué de vos données Final Cut Pro et Motion : • Les données se trouvent sur le disque de démarrage de Final Cut Pro ou de Motion : c’est la méthode par défaut de traitement des données. Dans ce cas, la seule option de traitement distribué dont vous disposez est Cet ordinateur plus. Apple Qmaster doit d’abord copier les données sources sur les ordinateurs de service de traitement distribué, ce qui ralentit le processus. • Les données se trouvent sur un disque montable non démarrable : le stockage de vos données Final Cut Pro et Motion sur un disque autre que le disque de démarrage de l’ordinateur signifie que tous les ordinateurs de service de traitement distribué peuvent accéder directement aux données sources. Apple Qmaster ne doit plus copier les données sur les ordinateurs de service et vous pouvez choisir de soumettre le projet sur l’un des clusters disponibles. Ce disque peut être un deuxième disque interne installé dans l’ordinateur, un disque externe ou un disque situé sur un ordinateur du réseau local. Pour optimiser le traitement distribué pour Final Cut Pro et Motion 1 Assurez-vous que tous les Événements utilisés dans votre projet Final Cut Pro soient stockés sur un disque montable configuré pour le partage de fichiers. Pour en savoir plus sur le stockage de vos données Final Cut Pro ou Motion sur des disques qui ne sont pas des disques par défaut, consultez l’ Aide Final Cut Pro et l’Aide Motion. 2 Sur chacun des ordinateurs du cluster Apple Qmaster, montez le disque dur sur l’emplacement où se trouvent les événements et les autres fichiers multimédias Final Cut Pro. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 1393 Dans les préférences de Compressor, choisissez « Ne jamais copier la source vers le cluster » dans le menu local Options de cluster. Il ne sera plus nécessaire, pour les projets Final Cut Pro et Motion qui utilisent directement un cluster Apple Qmaster ou l’option Envoyer à Compressor et choisissent un cluster, de copier les fichiers sources sur les ordinateurs de cluster, ce qui permet un processus de transcodage plus efficace. Utilisation du traitement distribué avec Compressor La distribution de traitement entre ordinateurs permet d’accroître la vitesse et la productivité. Les fonctions Apple Qmaster de Compressor subdivise le travail pour accélérer le traitement, dirige le travail vers les ordinateurs avec la puissance de calcul la plus disponible et dirige le traitement vers les ordinateurs désignés. Pour obtenir des instructions complètes sur la configuration et la gestion d’un réseau de traitement distribué Apple Qmaster, consultez Apple Qmaster et le traitement distribué. Cette section aborde deux sujets qu’il est essentiel de connaître lors de l’utilisation du système de traitement distribué Apple Qmaster avec Compressor. Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes Si vous choisissez le mode deux passes ou multipasse et que le traitement distribué est activé, vous devrez peut-être faire un choix entre rapidité de traitement et garantie de la meilleure qualité possible. Le système Apple Qmaster de traitement distribué accélère le traitement en distribuant le travail sur plusieurs nœuds de traitement (ordinateurs). L’un des moyens pour y parvenir consiste à diviser la quantité totale d’images d’un travail en segments plus petits. Chacun des ordinateurs de traitement opère alors sur un segment différent. Étant donné que les nœuds fonctionnent en parallèle, le travail est terminé plus vite qu’il ne le serait sur un ordinateur unique. Mais avec l’encodage VBR 2 passes et multipasse, chaque segment est traité de manière individuelle, ainsi l’allocation de débit généré dans la première passe pour n’importe quel segment ne comprend pas d’informations sur les segments traités sur d’autres ordinateurs. Commencez par évaluer la difficulté d’encodage (complexité) de vos données source. Ensuite décidez si vous souhaitez ou non autoriser la segmentation des tâches (à l’aide de la case « Autoriser la segmentation de la tâche » en haut de la sous-fenêtre Encodeur). Si la répartition des zones simples et complexes des données est similaire à travers tout le fichier multimédia source, vous pouvez obtenir la même qualité, que la segmentation soit activée ou non. Dans ce cas, il est utile d’autoriser la segmentation afin de réduire le temps de traitement. 140 Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lotsCependant, il se peut qu’un fichier multimédia source présente une distribution inégale des scènes complexes. Par exemple, un programme sportif dans lequel la première heure correspond à l’entraînement, avec des présentateurs relativement statiques, et la deuxième heure correspondant à l’action sportive. Si ces données sources sont fractionnées en deux segments, le plan d’allocation de débit du premier segment ne pourra pas « donner » certains de ses bits au deuxième segment, car les segments seront traités sur des ordinateurs distincts. La qualité du métrage d’action plus complexe du second segment en pâtira. Dans ce cas, si votre objectif est de garantir la meilleure qualité possible sur les deux heures de programme, il serait judicieux de ne pas autoriser la segmentation des travaux, en désactivant la case en haut de la sous-fenêtre de l’encodeur. Ceci a pour effet de forcer le traitement du travail (et donc l’allocation de débit) sur un ordinateur unique. Remarque : la case « Autoriser la segmentation de la tâche » n’affecte que la segmentation des tâches individuelles (fichiers sources). Si vous envoyez des lots avec plusieurs tâches, le système de traitement distribué continue d’accélérer le traitement en distribuant les tâches (non segmentées), même lorsque la segmentation des tâches est désactivée. Pour en savoir plus sur l’encodage à débit variable (VBR), voir Onglet Qualité. Pour en savoir plus sur le système de traitement distribué Apple Qmaster, consultez Apple Qmaster et le traitement distribué. À propos de Cet ordinateur plus et des services non gérés Compressor comporte une fonction nommée Cet ordinateur Plus qui permet de bénéficier facilement des capacités de traitement distribué offertes par Apple Qmaster sans nécessairement être spécialiste de la configuration des clusters, de la configuration du partage de fichiers, etc. L’utilisation de Cet ordinateur plus se fait en deux étapes : • Installation de Compressor, configuré pour offrir des services de traitement distribué, sur chaque ordinateur à inclure dans le cluster Cet ordinateur plus. • Cochez la case Cet ordinateur plus lorsque vous soumettez un lot Compressor à traiter. Remarque : il se peut que vous deviez vous authentifier. Pour en savoir plus, consultez la section Apple Qmaster et le traitement distribué. Ces deux étapes permettent de maîtriser la puissance de traitement d’un nombre quelconque d’ordinateurs sur votre réseau sans effort ni connaissances supplémentaires de votre part. Pour en savoir plus, consultez Premiers contacts rapides avec Cet ordinateur plus. Chapitre 8 Finalisation de tâches et soumission de lots 141Vous pouvez utiliser Compressor pour produire de l’audio au format AIFF. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Création de fichiers de sortie AIFF (p 143) • À propos de la sous-fenêtre AIFF Encoder (p 144) • À propos de la zone de dialogue Réglages audio (p 144) • Tailles et fréquences d’échantillonnage audio QuickTime (p 145) • Choix d’un codec audio pour la distribution (p 146) • Configuration des réglages AIFF (p 146) Création de fichiers de sortie AIFF Le format de fichier AIFF (Audio Interchange File Format) a été développé par Apple pour le stockage de données audio de haute qualité. Le format était destiné à la création de DVD et de CD et est désormais l’un des formats de fichier audio les plus couramment utilisés pour Mac OS. Remarque : choisissez l’option AIFF dans le menu local Format de fichier uniquement si vous devez créer un fichier AIFF spécialisé. Si vous créez un fichier AIFF standard, choisissez l’option Formats audio courants. 143 Création de fichiers AIFF 9À propos de la sous-fenêtre AIFF Encoder Les options suivantes apparaissent lorsque vous choisissez le format de sortie AIFF dans le menu local Format de fichier de la sous-fenêtre Encodeur de la fenêtre Inspecteur. Champ Extension de fichier Tableau Résumé AIFF QuickTime Cliquez sur ce bouton pour ouvrir lazone de dialogue Réglages audio. Choisissez AIFF. • Extension de fichier : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier AIFF (.aiff) une fois le format de sortie AIFF sélectionné dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages. Ne modifiez pas ce champ. • Autoriser la segmentation de la tâche : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Comme la segmentation des tâches n’est pas utilisée pour les encodages purement audio, cette case n’est pas activée avec le format de fichier AIFF. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Réglages : ce bouton ouvre la zone de dialogue Réglages audio QuickTime. Utilisez cette zone de dialogue pour sélectionner les codecs audio appropriés et modifier les autres paramètres de compression audio. Consultez À propos de la zone de dialogue Réglages audio pour obtenir plus d’informations. • Résumé AIFF QuickTime : ce tableau affiche des détails complets pour ce réglage. À propos de la zone de dialogue Réglages audio Utilisez la zone de dialogue Réglages audio pour modifier les réglages de compression audio des formats de sortie QuickTime et AIFF. Pour ouvrir cette zone de dialogue, cliquez sur le bouton Réglages audio dans la sous-fenêtre Encodeur Séquence QuickTime ou AIFF. 144 Chapitre 9 Création de fichiers AIFFLes éventuels réglages audio qui ne peuvent pas être modifiés restent inactifs. Certains codecs audio vous permettent de configurer des réglages supplémentaires, qui apparaissent dans la moitié inférieure de la zone de dialogue Réglages audio. Dans certains cas, un bouton Option devient accessible. Cliquez dessus pour effectuer des ajustements auxiliaires. Choisissez le nombre de canaux (la sélection varie en fonction du codec). Choisissez un débit garantissant la qualité et la taille de fichier requises. Choisissez un codec audio. Réglages propres au format en fonction du codec La zone de dialogue Réglages audio contient les éléments suivants, avec différents choix pour chacun, en fonction du codec audio que vous choisissez dans le menu local Format. • Format : choisissez le codec audio à ajouter à votre réglage. • Canaux : choisissez le type de sortie de canal (mono ou stéréo) ou un type de sortie multicanal, en fonction du codec. • Débit : choisissez le taux d’échantillonnage à appliquer à votre fichier multimédia. Plus le taux d’échantillonnage est important, meilleure est la qualité, mais plus le fichier est volumineux. Or, le téléchargement de fichiers volumineux est plus long et requiert une bande passante plus large. • Afficher les réglages avancés : ce bouton demeure estompé, sauf si le codec sélectionné dans le menu local Format de fichier offre des options. Contactez directement les fabricants de ces codecs pour obtenir plus d’informations sur les options supplémentaires offertes. Tailles et fréquences d’échantillonnage audio QuickTime Si vous disposez de l’espace disque et de la bande passante suffisants, il est préférable de ne pas compresser les données audio. Les données audio non compressées utilisent normalement des échantillons 8 bits (qualité téléphone) ou 16 bits (qualité CD). Compressor prend en charge un maximum de 64 bits par échantillon en virgule flottante et une fréquence d’échantillonnage maximale de 192 kHz. Chapitre 9 Création de fichiers AIFF 145Choix d’un codec audio pour la distribution MPEG-4 Audio (AAC) est un bon codec de diffusion audio polyvalent, compatible avec un large éventail de périphériques de lecture. Concernant les ordinateurs plus lents, les formats IMA (à moindre compression) ou AIFF (sans compression) sont de meilleures options car ils sollicitent moins les ressources de l’ordinateur, ce qui permet à ce dernier de se dédier au flux vidéo, plus exigeant. Configuration des réglages AIFF Lorsque vous choisissez le format de fichier de sortie AIFF, vous ne pouvez créer que des réglages audio, car il s’agit d’un format exclusivement audio. Si vous souhaitez ajouter un codec audio à votre préréglage AIFF, ouvrez la zone de dialogue Réglages audio, puis choisissez les paramètres de votre codec audio. Pour créer un réglage de codec audio AIFF 1 Dans l’onglet Réglages, effectuez l’une des opérations suivantes : • Assurez-vous que le réglage correct est sélectionné. • Créez un réglage en choisissant AIFF dans le menu local Créer un réglage (+). 2 Cliquez sur le bouton Réglages dans la sous-fenêtre Encodeur AIFF. La zone de dialogue Réglages audio s’ouvre. Choisissez un codec audio dans le menu local Format. 3 Choisissez un codec audio dans le menu local Format, puis acceptez ses paramètres par défaut ou personnalisez les autres réglages du codec audio (le format, les canaux, la fréquence d’échantillonnage et, si possible, les options). Consultez À propos de la zone de dialogue Réglages audio pour obtenir plus d’informations. Remarque : vous pouvez consulter les détails complets des paramètres de votre préréglage dans le tableau Résumé AIFF QuickTime de la sous-fenêtre Encodeur. 4 Cliquez sur OK pour enregistrer vos réglages et fermer la zone de dialogue. 146 Chapitre 9 Création de fichiers AIFFVous pouvez utiliser ce réglage pour produire facilement du contenu dans plusieurs formats audio courants. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Création de fichiers de formats audio courants (p 147) • À propos de la sousfenêtre Formats audio courants (p 148) • Configuration des réglages Formats audio courants (p 148) Création de fichiers de formats audio courants Le réglage Formats audio courants simplifie la création de fichiers audio dans les formats suivants : • AIFF : le format de fichier AIFF (Audio Interchange File Format) a été développé par Apple pour le stockage de données audio de haute qualité. Le format était destiné à la création de DVD et de CD et est désormais l’un des formats de fichier audio les plus couramment utilisés pour Mac OS. Remarque : utilisez cette option pour créer des fichiers AIFF standard. Choisissez l’option AIFF dans le menu local Format de fichier si vous devez créer des fichiers AIFF spécialisés. • Fichier Apple CAF : Apple CAF (Core Audio Format), développé par Apple, offre des performances et une flexibilité optimales. Ce format évolutif pourra s’adapter aux futurs outils d’enregistrement, de montage et de lecture audio à très haute résolution. Sa taille de fichier est illimitée et il prend en charge une grande variété de métadonnées. • WAVE : le format WAVE (format de fichier audio WAVEform) est principalement utilisé sur les ordinateurs Windows. 147 Création de fichiers de formats audio courants 10À propos de la sousfenêtre Formats audio courants Les options suivantes apparaissent lorsque vous choisissez le format de sortie Formats audio courants dans le menu local Format de fichier, dans la sous-fenêtre Encodeur de la fenêtre Inspecteur. Bouton Automatique • Extension : ce champ indique l’extension de fichier correspondant au format audio sélectionné dans le menu local Type de fichier. • Autoriser la segmentation de la tâche : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Étant donné que la segmentation n’est pas utilisée pour l’encodage purement audio, cette case est désactivée pour le format de fichier Formats audio courants. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Type de fichier : choisissez le type de fichier audio à créer. • Automatique : si l’option Automatique est activée, Compressor détermine le nombre de canaux, la fréquence d’échantillonnage et la taille d’échantillon en se basant sur le fichier source et les menus locaux Disposition des canaux, Fréquence d’échantillonnage et Taille d’échantillon sont désactivés. Si le bouton Automatique est désactivé, configurez manuellement ces réglages. • Disposition des canaux : choisissez le nombre de canaux (Mono, Stéréo ou 5.1). • Taux d’échantillonnage : choisissez les fréquences d’échantillonnage disponibles (32 000, 44 100, 48 000 ou 96 000). • Taille d’échantillon : choisissez les tailles d’échantillon disponibles (16, 24 ou 32). Configuration des réglages Formats audio courants Lorsque vous choisissez le format de fichier de sortie Formats audio courants, vous ne pouvez créer que des réglages audio, car il s’agit d’un format exclusivement audio. 148 Chapitre 10 Création de fichiers de formats audio courantsPour créer un réglage Formats audio courants 1 Dans l’onglet Réglages, effectuez l’une des opérations suivantes : • Assurez-vous que le réglage correct est sélectionné. • Créez un réglage en choisissant Formats audio courants dans le menu local « Créer un réglage » (+). 2 Choisissez un format audio dans le menu local Type de fichier de la sousfenêtre Encodeur de formats audio courants. 3 Procédez de l’une des façons suivantes : • Cliquez pour activer le bouton Automatique et laissez Compressor configurer les réglages des menus locaux Disposition des canaux, Fréquence d’échantillonnage et Taille d’échantillonnage. • Cliquez pour désactiver le bouton Automatique et configurez manuellement les réglages des menus locaux Disposition des canaux, Fréquence d’échantillonnage et Taille d’échantillonnage. Chapitre 10 Création de fichiers de formats audio courants 149Compressor comprend les outils dont vous avez besoin pour créer des fichiers DV. Parce qu’il est peu coûteux et très répandu, le format vidéo DV est très apprécié pour la capture et la distribution de vidéo en définition standard (SD). Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos de la sous-fenêtre Encodeur DV (p 151) • Processus de transcodage DV (p 152) À propos de la sous-fenêtre Encodeur DV Cette section contient des informations détaillées sur les divers réglages qui se trouvent à l’intérieur de la sous-fenêtre Encodeur DV de la fenêtre Inspecteur. Vous devez définir vos réglages DV en modifiant un réglage existant ou en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages. Les boutons Automatique pour les valeurs Format, Proportions et Ordre de trame 151 Création de fichiers de sortie pour flux DV 11La sous-fenêtre Encodeur de flux DV contient les réglages suivants. • Extension : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier DV (.dv) une fois le format de sortie Flux DV sélectionné dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages. • Autoriser la segmentation des tâches : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Pour plus d’informations, consultez la section Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Format : vous avez le choix entre NTSC et PAL pour le format vidéo de sortie. • Proportions : vous avez le choix entre 16:9 et 4:3 pour les proportions de la vidéo de sortie. Remarque : le format 16:9 utilise la vidéo anamorphosée. • Ordre de trame : sélectionnez le champ Première inférieure (obligatoire pour la vidéo DV entrelacée) avec des sources entrelacées ou Progressive avec des sources progressives. Processus de transcodage DV La méthode utilisée pour transcoder votre vidéo en fichiers au format Flux DV à l’aide de Compressor dépend de l’utilisation que vous comptez faire de ces fichiers. Les étapes de base sont répertoriées ci-dessous. Étape 1 : Création d’un lot Comme pour tout processus de transcodage, vous devez commencer par créer un lot. Consultez Préparation de Compressor au transcodage à l’aide de réglages personnalisés pour obtenir plus d’informations. Étape 2 : Création de tâches avec les fichiers vidéo sources Importez les fichiers vidéo sources soit en les faisant glisser depuis le Finder jusque dans le lot, soit en choisissant Tâche > Nouvelle tâche avec fichier. Étape 3 : Ajout de cibles avec réglage DV à chacune des tâches Chacune des tâches requiert au moins une cible ; dans ce cas, les tâches nécessitent des cibles avec réglage Flux DV. S’il existe plusieurs tâches, il est plus facile de toutes les sélectionner, de choisir Édition > Tout sélectionner, puis Cible > « Nouvelle cible avec réglage », afin d’appliquer le même réglage à toutes les tâches. Étape 4 : Soumission du lot pour transcodage Cliquez sur le bouton Soumettre pour lancer le processus de transcodage. Consultez la section Soumission d’un lot pour obtenir plus d’informations. 152 Chapitre 11 Création de fichiers de sortie pour flux DVCompressor offre les outils dont vous avez besoin pour encoder (par lot ou pas) les fichiers audio AC-3 (Dolby Digital Professional). Le format Dolby Digital Professional (également appelé AC-3) est un format audio comprimé très répandu pour les disques DVD-vidéo. Compressor accepte les fichiers audio multicanaux dans différents formats et vous donne le contrôle complet sur le processus d’encodage AC-3. Les programmes Dolby Digital peuvent diffuser du son Surround 5.1 avec cinq canaux discrets (gauche, centre, droite, gauche Surround et droite Surround), plus un sixième canal pour les effets basse fréquence (LFE), parfois appelé « subwoofer ». Dolby Surround est une autre option Surround, avec quatre canaux (gauche, centre, droite, Surround). Cependant, tous les fichiers audio AC-3 ne sont pas au format audio Surround 5.1. Dolby Digital Professional est couramment utilisé pour encoder des fichiers stéréo afin de réduire fortement leur taille. Pour en savoir plus sur la création de fichiers audio Surround à l’aide d’autres formats de sortie, consultez Ajout de fichiers multimédias sources avec son Surround aux lots. Remarque : il est important de comprendre que Compressor ne peut pas utiliser des fichiers stéréo pour générer du son Surround 5.1. Si vous souhaitez créer un fichier audio AC-3 Surround 5.1, vous devez d’abord créer les six canaux audio dont il a besoin. Pour ce faire, vous devez utiliser d’autres applications que Compressor. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos de la sous-fenêtre Encodeur Dolby Digital Professional (p 154) • Informations générales sur la création de fichiers Dolby Digital Professional (p 160) • Conversion de fichiers audio stéréo au format Dolby Digital Professional (p 161) • Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode manuelle) (p 162) • Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthodes automatiques) (p 165) • Affectation de fichiers à des canaux audio Surround à l’aide de droplets (p 167) • Options de mixage spatial (p 167) 153 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 12À propos de la sous-fenêtre Encodeur Dolby Digital Professional Cette section contient des informations détaillées sur les différents onglets de la sous-fenêtre Encodeur Dolby Digital Professional (AC-3) de la fenêtre Inspecteur. Vous devez définir vos réglages Dolby Digital Professional à l’aide des onglets décrits ci-dessous, en modifiant un réglage existant ou en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages. La sous-fenêtre Dolby Digital Professional s’ouvre avec l’onglet Audio par défaut situé en haut. La sous-fenêtre Dolby Digital Professional contient les éléments suivants : réglages de base, réglages de l’onglet Audio, réglages de l’onglet Bitstream et réglages de l’onglet Prétraitement. Réglages de base Utilisez les réglages de bases suivants pour définir une tâche ou un lot Dolby Digital Professional (AC-3). • Extension de fichier : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier Dolby Digital Professional (.ac3) une fois que vous avez sélectionné le format de sortie Dolby Digital Professional dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages. • Autoriser la segmentation de la tâche : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Étant donné que la segmentation de la tâche n’est pas utilisée pour l’encodage purement audio, cette case est désactivée pour le format de fichier Dolby Digital Professional. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Audio, Bitstream et prétraitement : ces boutons permettent d’ouvrir les onglets Audio, Bitstream et Prétraitement décrits ci-après. 154 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital ProfessionalRéglages de l’onglet Audio L’onglet Audio permet d’accéder aux réglages Dolby Digital Professional les plus importants. • Système cible : Compressor limite les réglages disponibles à ceux qui sont appropriés pour le système cible. Si vous procédez à l’encodage pour une utilisation avec DVD Studio Pro, choisissez DVD Vidéo. Si vous procédez à un encodage destiné à une application de création DVD Audio, choisissez DVD audio uniquement. Pour supprimer les limites des réglages, choisissez AC-3 générique. • Mode de codage audio : spécifie les canaux audio du flux encodé. Ce réglage dispose également d’un bouton Automatique. Bouton Automatique du mode de codage audio Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 155Par exemple, « 3/2 (G, C, D, Gs, Ds) » signifie trois canaux avant (gauche, centre, droite) et deux canaux arrière (Surround). « 2/0 (G, D) » est essentiellement un fichier stéréo standard. Le mode de codage audio a une incidence sur les réglages tels que la bande passante disponible et le prétraitement des canaux Surround. Si vous cliquez sur le bouton Automatique (en regard du menu local « Mode de codage audio »), Compressor détermine au mieux le mode de codage audio souhaité en fonction des fichiers audio sources disponibles. Canaux 3/1 Canaux 3/0 Canaux 2/2 Canaux 2/1 Canaux 2/0 Canaux 1/0 (Option LFE non disponible) (Option LFE non disponible) Canaux 3/2 G C LFE LFE LFE LFE LFE LFE LFE D Gs Ds G D Gs Ds G D G D S G C D S G C C D Remarque : dans le menu local Mode de codage audio, « S » désigne un canal « Surround » arrière unique, et dans cette illustration, « LFE » signifie Low Frequency Effects (effets basse fréquence, également appelé « subwoofer »). Pour plus d’informations, consultez les sections Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode manuelle) et Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthodes automatiques). • Activer les effets de basse fréquence : cochez cette case pour inclure le canal LFE dans le flux encodé (indisponible pour la monophonie 1/0 ou la stéréophonie 2/0). • Échantillonnage : cette option permet de spécifier la fréquence d’échantillonnage. Tous les fichiers destinés à la création de DVD vidéo et audio doivent être réglés sur une fréquence d’échantillonnage de 48 kHz conformément aux spécifications du DVD. Les fréquences d’échantillonnage de 32 kHz et 44,1 kHz ne sont disponibles que lorsque AC-3 générique est le système cible. 156 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional• Débit de données : les choix dépendent du mode d’encodage et du système cible. Plus le débit est élevé, meilleure est la qualité. Le débit des flux AC-3 est stable. À 448 kbps, la valeur par défaut pour l’encodage 5.1, une minute d’audio AC-3 nécessite environ 3,3 Mo d’espace de stockage. Pour l’encodage stéréo, les fréquences de 192 kbps et 224 kbps sont standard et donnent de bons résultats. • Mode BitStream : détermine la finalité des données audio encodées. Les informations figurent dans le flux final et peuvent être lues par certains systèmes de décodage. • Normalisation des dialogues : cette option permet de spécifier le volume moyen du dialogue, mesuré en décibels pleine échelle (dBFS, de l’anglais « Decibels of Full Scale »), de vos fichiers audio par rapport à la modulation maximale. Le périphérique de lecture utilise cette information pour maintenir un volume similaire sur différents flux AC-3. L’objectif recherché est que le niveau d’écoute soit le même pour tous les fichiers audio encodés en AC-3, quel que soit le fichier source. Cela est particulièrement important pour assurer une utilisation correcte de la fonction Normalisation des dialogues lorsque vous enregistrez des fichiers audio différents (avec des niveaux de volume différents) sur un DVD. Si vous connaissez le niveau moyen de chaque fichier, tapez sa valeur dans le champ Normalisation des dialogues pour chaque fichier. Par exemple, si le VU-mètre indique que le niveau moyen du dialogue de votre séquence Final Cut Pro se situe autour de –12 dB, tapez –12 dans le champ Normalisation des dialogues. Remarque : cette normalisation s’effectue entre les flux audio du DVD. Elle n’a aucun effet à l’intérieur de chaque flux audio. Pour ce type de normalisation, utilisez un outil de montage audio. Vous pouvez saisir des valeurs comprises entre –1 dBFS et –31 dBFS. La différence entre la valeur que vous tapez et 31 dBFS (qui représente le niveau d’écoute normal des dialogues) constitue l’ampleur de l’atténuation du volume audio source. • Si vous tapez –31 dBFS : l’atténuation sera de 0 dB (31 dBFS–31 dBFS), ce qui est sans incidence sur les niveaux audio sources. • Si vous tapez –27 dBFS : l’atténuation sera de 4 dB (31 dBFS–27 dBFS). • Si vous tapez –12 dBFS : l’atténuation sera de 19 dB (31 dBFS–12 dBFS). Plus le volume du fichier source est élevé, plus la valeur que vous saisissez est réduite et plus le volume du fichier encodé est atténué au cours de la lecture. Si vous ignorez le niveau sonore du fichier source ou si, pour une raison ou une autre, vous souhaitez vous assurer que l’encodeur Dolby Digital Professional n’a aucune incidence sur vos niveaux sonores, saisissez –31 dans le champ Normalisation des dialogues, puis choisissez Aucun dans le menu local Préréglage de compression (situé dans l’onglet Prétraitement). Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 157Important : si vous avez l’intention d’utiliser l’un des préréglages de compression, il est crucial de définir correctement le réglage Normalisation des dialogues. Les préréglages de compression considèrent qu’une fois le dialogue normalisé, le volume est réglé sur un niveau d’écoute normal de 31 dBFS. Les niveaux constamment situés au dessus de cette valeur entraînent des distorsions du son et des niveaux inégaux. Réglages de l’onglet Bitstream Ces réglages sont stockés dans le flux terminé en vue d’une utilisation par le périphérique de lecture. Conservez leur valeur par défaut, si vous avez une raison technique spécifique pour les modifier. • Downmix du canal central, Downmix de Surround : si l’audio encodé dispose de ces trois canaux, mais pas le lecteur, les canaux sont mixés dans la sortie stéréo au niveau indiqué. • Mode Dolby Surround : lors de l’encodage en mode 2/0 (stéréo), indique si le signal utilise Dolby Surround (Pro Logic). • Protégé par Copyright : cochez cette case pour spécifier que ces données audio sont protégées par un copyright. • Contenu original : cochez cette case pour spécifier que ces données audio proviennent de la source originale et non d’une copie. • Informations de production audio : cochez cette case et remplissez les champs en dessous afin de spécifier la façon dont le contenu audio encodé a été mixé. Les périphériques de lecture peuvent utiliser ces informations pour ajuster les réglages de sortie. • Niveau de mixage des pics : spécifie le niveau du pic de pression sonore (SPL) (entre 80 dB et 111 dB) dans l’environnement de production où ce mixage a été masterisé. • Type de pièce : permet d’indiquer des informations relatives au studio de mixage. 158 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital ProfessionalRéglages de l’onglet Prétraitement Les options de prétraitement sont appliquées aux données audio avant l’encodage. À l’exception du réglage Préréglage de compression, conservez les valeurs par défaut de ces réglages, sauf si vous avez une raison technique de les modifier. Préréglage de compression • Préréglage de compression : spécifie l’un des modes de traitement de plage dynamique intégré au format AC-3. La valeur par défaut « Compression standard pour films » doit uniquement être utilisée lorsque vous encodez un mixage original destiné au cinéma. Dans la plupart des cas, vous devez choisir Aucun. Important : si vous avez l’intention d’utiliser l’un de ces préréglages de compression, il est crucial de définir correctement le réglage Normalisation des dialogues dans l’onglet Audio. Les préréglages de compression considèrent qu’une fois le dialogue normalisé, le volume est réglé sur un niveau d’écoute normal de 31 dBFS. Les niveaux constamment situés au dessus de cette valeur entraînent des distorsions du son et des niveaux inégaux. Remarque : si vous créez un DVD avec un son Dolby Digital Professional Surround 5.1 canaux, vous utiliserez « Compression standard pour films ». Général • Désaccentuation numérique : permet de préciser si les données audio d’entrée ont été accentuées au préalable et s’il est nécessaire d’annuler cette accentuation avant l’encodage. Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 159Canal LFE • Filtre passebas : cochez cette case pour appliquer un filtre passe-bas 120 Hz au canal LFE (Low Frequency Effects). Désactivez ce filtre si le signal numérique sur l’entrée LFE ne contient pas d’informations au-delà de 120 Hz. Canal bande pass.compl. • Filtre passebas : cochez cette case pour activer un filtre passe-bas avec une coupe près de la bande passante audio disponible qui est appliquée aux principaux canaux d’entrée. Si le signal numérique sur les principaux canaux d’entrée ne contient pas d’informations au-delà de la bande passante audio, vous pouvez désactiver ce filtre. Compressor détermine automatiquement la bande passante disponible. • Filtre CN : cochez cette case afin d’activer un filtre passe-haut CN pour tous les canaux d’entrée, comme un moyen simple de supprimer les décalages CN. La plupart des éléments audio mixés est déjà libre de décalages CN. Canaux Surround • Augmentation de phase de 90º : cochez cette case pour générer des flux AC-3 multicanaux pouvant être sous-mixés avec un décodeur externe à deux canaux afin de créer une sortie compatible Dolby Surround. • Atténuation du son de 3 dB : cochez cette case afin d’appliquer une atténuation de 3 dB aux canaux Surround d’une piste audio cinéma multicanal transférée vers un format home cinéma grand public. Les canaux Surround cinéma sont mixés à 3 dB de plus que les canaux avant afin de tenir compte des gains des amplificateurs cinéma. Informations générales sur la création de fichiers Dolby Digital Professional Vous trouverez ci-dessous certains éléments dont il convient de tenir compte lors de la configuration et de l’encodage de fichiers Dolby Digital Professional AC-3. À propos des fichiers multimédias sources Il est important de tenir compte de quelques directives lors de l’encodage de fichiers de sortie Dolby Digital Professional à partir de fichiers multimédias sources. En fonction du format, un fichier peut contenir un canal unique (mono), des canaux doubles (stéréo) ou plusieurs canaux. Compressor prend en charge Dolby Digital Professional dans toutes ces configurations. Les fichiers audio destinés à l’encodage Dolby Digital Professional doivent respecter les règles suivantes : • Tous les fichiers sources doivent être de longueur identique. Dans le cas contraire Compressor définit la longueur du flux AC-3 pour qu’elle corresponde à celle du fichier le plus long. 160 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional• Tous les fichiers doivent présenter une fréquence d’échantillonnage de 48 kHz (requise pour les DVD). • Les flux AC-3 doivent comporter un multiple de 1536 échantillons. Si ce n’est pas le cas des fichiers d’entrée sélectionnés, Compressor ajoute du silence numérique à la fin des fichiers. Remarque : Compressor peut prendre en charge tout type de fichier source pouvant contenir du son Surround et de l’audio haute résolution jusqu’à 64 bits par échantillon (virgule flottante), ainsi que des fréquences d’échantillonnage jusqu’à 192 kHz. À propos de la prévisualisation des réglages de l’encodeur Il n’est pas possible de prévisualiser les réglages définis dans la sous-fenêtre de l’encodeur Dolby Digital Professional. Si un appareil capable de reproduire le son Surround est connecté à un port USB ou FireWire de votre ordinateur ou à une autre sortie de ce dernier, vous serez en mesure d’entendre le son affecté aux différent canaux, mais il ne tiendra pas compte des réglages tels que ceux définis dans Normalisation des dialogues ou Préréglage de compression. Important : étant donné que la sortie audio n’est pas une sortie Dolby Digital, la sortie optique ne peut pas être utilisée pour vérifier le son affecté à chaque canal. La seule méthode permettant de vérifier les réglages consiste à soumettre le lot et à écouter les résultats. Si vous n’êtes pas sûr des réglages, utilisez la fenêtre Aperçu pour faire un essai en encodant une partie relativement courte de la source. Vous pouvez importer un fichier AC-3 en tant que fichier multimédia source dans un lot Compressor. Compressor dispose d’un décodeur Dolby Digital intégré qu’il utilise pour décoder les fichiers AC-3. Ce décodeur applique correctement tout réglage défini dans la sous-fenêtre de l’encodeur Dolby Digital Professional, ce qui vous permet d’entendre les effets même si vous ne disposez pas d’un décodeur Dolby Digital externe. Vous pouvez aussi transcoder les fichiers AC-3 dans un autre format. Remarque : les fichiers AC-3 avec son Surround sont sous-mixés en stéréo si aucun système externe reproduisant le son Surround n’est connecté à l’ordinateur. Conversion de fichiers audio stéréo au format Dolby Digital Professional Suivez ces étapes pour encoder un flux Dolby Digital Professional (AC-3) stéréo (2/0 D,G) à partir d’un fichier multimédia source stéréo. Pour encoder un flux AC-3 1 Ajoutez des fichiers audio sources dans la fenêtre Lot (pour des informations détaillées, voir Importation de fichiers multimédias sources). Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 1612 Enregistrez le lot en choisissant Fichier > Enregistrer sous (ou en appuyant sur Commande + Maj + S), en saisissant un nom pour le lot, en sélectionnant un emplacement et en cliquant sur Enregistrer. 3 Effectuez l’une des opérations suivantes pour appliquer le réglage Apple approprié de la catégorie Dolby Digital Professional au fichier audio source : • Choisissez Cible > Nouvelle cible avec réglage, sélectionnez un réglage et cliquez sur Ajouter. • Dans la fenêtre Lot, cliquez sur un espace vide de la tâche tout en maintenant la touche ctrl enfoncée, choisissez « Nouvelle cible avec réglage » dans le menu contextuel, sélectionnez un réglage, puis cliquez sur Ajouter. • Faites glisser un réglage de l’onglet Réglages jusque sur la tâche du fichier audio source dans la fenêtre Lot. 4 Au besoin, effectuez les réglages nécessaires dans la sous-fenêtre Encodage de la fenêtre Inspecteur (pour en savoir plus, voir À propos de la sous-fenêtre Encodeur Dolby Digital Professional). Remarque : Compressor associe les canaux de manière intelligente. Voici quelques exemples : • Si vous importez un fichier source stéréo et lui appliquez un mode de codage audio mono 1/0 (C) : le fichier est sousmixé. • Si vous appliquez un mode de codage audio Surround au fichier stéréo : le canal gauche est associé au canal frontal gauche (L) et le canal droit est associé au canal frontal droit (R), les autres canaux restant en mode de codage silencieux. • Si vous affectez un fichier stéréo au canal frontal gauche ou au canal Surround gauche (arrière) : Compressor choisit le canal gauche et ignore le canal droit. 5 Cliquez sur Soumettre. Pour des informations sur l’encodage des fichiers audio Surround, voir Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode manuelle) et Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthodes automatiques). Voir aussi également la rubrique À propos de la prévisualisation des réglages de l’encodeur pour en savoir plus sur la lecture des fichiers audio AC-3 avec Compressor. Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthode manuelle) Suivez ces étapes pour utiliser la méthode manuelle d’affectation de fichiers audio individuels aux canaux audio Surround. 162 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital ProfessionalPour affecter manuellement des fichiers audio sources aux canaux d’un flux audio Surround 1 Pour importer les fichiers audio sources, effectuez l’une des opérations suivantes : • Choisissez Tâche > Nouvelle tâche avec groupe de sons Surround (ou appuyez sur Commande + ctrl + I). • Cliquez sur le bouton Ajouter son Surround dans la fenêtre Lot. • Cliquez dans le lot tout en maintenant la touche ctrl enfoncée et choisissez « Nouvelle tâche avec groupe Surround » dans le menu contextuel. L’interface d’affectation des canaux s’ouvre. 2 Effectuez l’une des opérations suivantes pour affecter un fichier audio source à un canal particulier. • Faites glisser le fichier audio source du Finder vers l’icône d’un canal spécifique (par exemple « G »). • Cliquez sur l’icône d’un canal spécifique (par exemple « G ») et utilisez la zone de dialogue Ouvrir afin de localiser le fichier audio source destiné à ce canal. Le fichier est désormais affecté au canal « G » (avant gauche). 3 Répétez l’étape 2 pour chacun des fichiers audio sources que vous prévoyez d’inclure dans le flux Surround. Remarque : si vous créez des flux audio Surround Dolby Digital Professional (AC-3), vous n’utiliserez pas immédiatement tous les canaux répertoriés dans le tableau. Consultez Réglages de l’onglet Audio pour un schéma des modes de codage audio Dolby. 4 Une fois que vous avez terminé l’ajout des fichiers audio sources à l’interface d’affectation des canaux, cliquez sur OK. Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 163Le groupe de fichiers Surround apparaît comme un seul fichier multimédia source Surround dans la fenêtre Lot, et les icônes s’affichent également dans la fenêtre Inspecteur. Cliquez sur l’icône d’un canal pour changer le fichier qui lui est affecté. Remarque : vous pouvez cliquer sur l’icône d’un canal dans la fenêtre Inspecteur pour changer le fichier qui lui est affecté. 5 Effectuez l’une des opérations suivantes pour appliquer le réglage Apple approprié de la catégorie Dolby Digital Professional au fichier audio source : • Choisissez Cible > Nouvelle cible avec réglage, sélectionnez un réglage et cliquez sur Ajouter. • Dans la fenêtre Lot, cliquez sur un espace vide de la tâche tout en maintenant la touche ctrl enfoncée, choisissez « Nouvelle cible avec réglage » dans le menu local, sélectionnez un réglage, puis cliquez sur Ajouter. • Faites glisser un réglage de l’onglet Réglages jusque sur la tâche du fichier audio source dans la fenêtre Lot. 6 Apportez les ajustements nécessaires dans la fenêtre Inspecteur, puis cliquez sur Soumettre. Compressor crée un flux audio Surround AC-3. Voir À propos de la prévisualisation des réglages de l’encodeur pour en savoir plus sur la lecture des fichiers audio AC-3 avec Compressor. 164 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital ProfessionalVous pouvez également combiner des fichiers sources audio Surround avec un fichier vidéo pour créer une seule tâche Compressor. Cela s’avère utile dans les processus de postproduction audio où les hampes de pistes audio (sousmix) sont créées séparément du montage final. Compressor traitera les fichiers vidéo et jusqu’à six fichiers audio comme une seule ressource virtuelle. Cela vous permet, par exemple, d’appliquer l’action de tâche Créer un DVD pour créer un DVD avec un son Surround 5.1 canaux. Pour combiner un fichier vidéo avec des fichiers audio Surround, afin de créer un seul fichier multimédia source 1 Suivez les étapes 1 à 5 cidessus pour affecter manuellement des fichiers audio sources aux canaux d’un flux audio Surround. 2 Cliquez sur le bouton Ajouter une vidéo et utilisez la fenêtre Ouvrir pour choisir le fichier vidéo. Remarque : cette fonctionnalité ne prend en charge que les fichiers multimédias sources QuickTime. Les séquences d’images ne sont pas prises en charge. 3 Apportez les ajustements nécessaires dans la fenêtre Inspecteur, puis cliquez sur Soumettre. Affectation de fichiers à des canaux audio Surround (méthodes automatiques) Compressor offre des techniques rationalisées d’affectation de canaux, qui vous permettent de gagner du temps. Pour afficher des fichiers à des canaux Surround avec des codes d’identificateur de canal 1 Ajoutez le code d’identificateur du canal Surround cible au nom de chaque fichier audio source. (Voir ci-dessous la liste des codes d’identificateur de canal appropriés). • -G : canal avant gauche • -D : canal avant droit • -C : canal avant central • -Gs : canal Surround gauche • -Ds : canal Surround droit • -S : canal Surround central • -LFE : canal basse fréquence (subwoofer, LFE) Par exemple, pour affecter un fichier AIFF au canal Surround gauche, renommez le fichier comme suit : nomdefichier-Gs.aiff (où nomdefichier est le nom de votre fichier). Remarque : il se peut que Mac OS X ajoute une extension de fichier telle que .aiff. Cela n’interfère pas avec la méthode d’affectation de ce canal. Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 165Cette procédure ne fonctionne que lorsque vous glissez-déposez des fichiers dans la fenêtre Lot. Si vous faites glisser les fichiers sur l’icône de l’application Compressor, il apparaîtront en tant que fichiers sources distincts, chacun dans sa tâche. Remarque : si vous créez des flux audio Surround Dolby Digital Professional (AC-3), vous n’utiliserez pas immédiatement tous les canaux répertoriés dans le tableau. Consultez Réglages de l’onglet Audio pour un schéma des modes de codage audio Dolby. 2 Faites glisser vers la fenêtre Lot les fichiers audio sources renommés. Si les conditions suivantes sont réunies, Compressor réduit automatiquement le groupe entier de fichiers en ce qui apparaît comme un fichier multimédia source Surround unique dans la fenêtre Lot : • Les fichiers du groupe doivent être nommés correctement (Voir la liste des codes d’identificateur de canal ci-dessus). • Le nombre total de fichiers du groupe doit être inférieur à sept. Les fichiers audio affectés à chaque canal sont affichés dans la fenêtre Inspecteur. Cliquez sur l’icône d’un canal pour changer le fichier qui lui est affecté. Remarque : vous pouvez cliquer sur l’icône d’un canal dans la fenêtre Inspecteur pour changer le fichier qui lui est affecté. 3 Effectuez l’une des opérations suivantes pour appliquer le réglage Apple approprié de la catégorie Dolby Digital Professional à la tâche du fichier audio source : • Choisissez Cible > Nouvelle cible avec réglage, sélectionnez un réglage et cliquez sur Ajouter. 166 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional• Dans la fenêtre Lot, cliquez sur un espace vide de la tâche tout en maintenant la touche ctrl enfoncée, choisissez « Nouvelle cible avec réglage » dans le menu contextuel, sélectionnez un réglage, puis cliquez sur Ajouter. • Faites glisser un réglage de l’onglet Réglages jusque sur la tâche du fichier audio source dans la fenêtre Lot. 4 Apportez les ajustements nécessaires dans la fenêtre Inspecteur, puis cliquez sur Soumettre. Compressor crée un flux audio Surround AC-3. Voir À propos de la prévisualisation des réglages de l’encodeur pour en savoir plus sur la lecture des fichiers audio AC-3 avec Compressor. Affectation de fichiers à des canaux audio Surround à l’aide de droplets Vous pouvez rationaliser davantage le processus d’affectation des canaux en encapsulant dans un droplet la méthode « automatique » décrite ci-dessus. Pour en savoir plus sur les droplets, reportez-vous à la section Utilisation de droplets. Options de mixage spatial Cette section contient des perspectives et suggestions supplémentaires pour l’utilisation des canaux dans un programme Dolby Digital Professional. Utilisation du canal central Dans un système multicanal, il existe trois moyens de centrer une image audio. • Créer un « centre fantôme » (mixer le son à gauche et à droite de façon équilibrée, comme pour la stéréo). : cette méthode est couramment utilisée, mais elle suppose que l’auditeur soit assis juste entre les haut-parleurs (ce qui est impossible dans une voiture et pas toujours le cas dans une maison). Le timbre du son n’est pas le même qu’en provenance d’un haut-parleur direct, en raison des effets d’annulation croisée. • Utiliser le canal central seul : il en résulte une image centrale stable pour les auditeurs, quelle que soit leur position. Pour éviter que l’audio ne soit trop nette ou trop étriquée, sa réverbération peut être étalée sur les canaux de gauche et de droite. Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 167• Utiliser les trois canaux frontaux de manière égale ou dans des proportions différentes : cette méthode permet davantage de contrôle de la plage de largeur et de profondeur spatiale. Le centre fantôme peut être renforcé par des signaux supplémentaires dans le canal central, opération qui peut être améliorée par l’étalement des signaux dans la paire gauche/droite. Cette méthode présente toutefois un inconvénient : le son issu des trois haut-parleurs peut ne pas être fluide ou ne pas parvenir à l’auditeur en même temps, ce qui entraîne un filtrage en peigne, des variations de tonalité ou autres irrégularités. Pour pallier ces problèmes, des signaux supplémentaires peuvent d’abord être traités pour en changer le caractère spatial, le timbre ou l’intensité par rapport au signal central principal. Utilisation de canaux Surround De subtils effets Surround permettent d’améliorer de façon notoire la sensation de profondeur pour l’auditeur, par rapport à la stéréo conventionnelle. La musique populaire tire souvent parti de l’utilisation créative du son Surround. N’en abusez pas toutefois. Le principe de l’industrie cinématographique (ne pas utiliser les effets Surround comme distraction par rapport à l’histoire) s’applique également au monde de la musique. Limitations du canal LFE Le canal LFE (basse fréquence) est un signal distinct avec une plage de fréquences limitée ; il est créé par l’ingénieur de mixage et diffusé en plus des canaux principaux dans le mixage. Un filtre « anti-repliement » à 120 Hz dans l’encodeur Dolby Digital Professional limite son utilisation aux deux octaves audibles inférieures. Dolby recommande de limiter le signal à 80 Hz lors du mixage de votre son. Dans la plupart des productions musicales (à quelques exceptions près, notamment les fameux coups de canon dans l’ouverture 1812 de Tchaikovsky), le canal LFE n’est pas nécessaire. Le signal LFE est également ignoré dans le processus de sous-mixage Dolby Digital Professional, de sorte que les signaux de basse intense ne provoquent pas de dégâts sur les petits systèmes stéréo. Prenez soin de ne pas inclure dans le canal LFE des informations vitales qui seraient manquantes lors d’une lecture mono, stéréo ou Pro Logic. Étant donné que le canal LFE est distinct des autres canaux, sa capacité à fusionner avec les fréquences plus élevées peut être modifiée par les filtres utilisés pour générer le signal LFE. Pour garantir un signal audio cohérent, conservez le signal entier dans les canaux principaux. Évitez de créer un canal LFE pour les documents créés à l’origine sans ce canal. Les cinq canaux principaux du format Dolby Digital Professional sont tous complets et le canal LFE n’accroît pas la réponse en fréquence. Les décodeurs Dolby Digital Professional permettent une gestion des basses en dirigeant les fréquences faibles vers un caisson de sous-basses ou d’autres haut-parleurs adaptés. Une piste LFE peut gêner la gestion des basses. 168 Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital ProfessionalAdaptation de la lecture stéréo Malgré la popularité des systèmes 5.1, il est conseillé de toujours effectuer une reproduction stéréo. Vous pouvez procéder de trois façons différentes : • Préparez un nouveau mixage stéréo à partir des éléments multipistes d’origine (à l’aide des sessions de mixage stéréo standard). • Préparez un sous-mixage ajusté en studio à partir du mixage multicanal. Cette méthode tire parti du travail de mixage de la version 5.1. Elle reste flexible dans les proportions exactes de chaque canal représenté dans le mixage stéréo final. • Laissez le décodeur générer un sous-mixage stéréo, à partir des formules prédéfinies du décodeur. Les options de sous-mixage et les effets de contrôle de plage dynamique peuvent être prévisualisés et ajustés dans le studio de production, et une plage d’ajustements est possible. Vérifiez toujours le mixage sur un système audio bas de gamme afin d’évaluer sa qualité sur les systèmes de lecture les plus modestes. Remarque : pour en savoir plus sur Dolby Digital Professional, voir les questions fréquentes sur le site web de Dolby Laboratories Inc. à l’adresse http://www.dolby.com. Chapitre 12 Création de fichiers de sortie Dolby Digital Professional 169Compressor permet de créer des fichiers H.264 compatibles avec iTunes. Ces fichiers peuvent être lus dans iTunes sur un iPhone, un iPad, un iPod ou Apple TV. L’efficacité de l’encodeur H.264 le rend particulièrement approprié pour la création de fichiers multimédias destinés à être utilisés avec iTunes et les appareils qui y sont associés. Compressor comprend des réglages prédéfinis qui, grâce à la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour appareils Apple, facilitent la création de fichiers de média compatibles. Pour en savoir plus sur la création de fichiers H.264 en vue d’une utilisation dans un autre contexte que la création de DVD (la vidéo web par exemple), consultez Création de fichiers de sortie QuickTime. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour appareils Apple (p 172) • Marqueurs de chapitre et de podcast pour les appareils Apple (p 175) • Proportions pour les appareils Apple (p 176) • Flux de production H.264 pour appareils Apple (p 177) • Configuration des réglages pour fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple (p 177) 171 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple 13À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour appareils Apple Cette section comprend des informations détaillées sur les éléments de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour appareils Apple de la fenêtre Inspecteur. Vous devez définir vos réglages H.264 à l’aide de cette sous-fenêtre, soit en modifiant un réglage existant, soit en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages. Définissez vos réglages H.264 pour appareils Apple à l’aide des contrôles décrits ci-après, soit en dupliquant puis en modifiant un réglage existant, soit en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages de la fenêtre Réglages. La sous-fenêtre « Encodeur H.264 pour appareils Apple » contient les éléments suivants. • Extension : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier H.264 pour appareils Apple (.m4v) une fois le format de sortie H.264 pour appareils Apple sélectionné dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages qui se trouve dans la fenêtre Réglages. • Autoriser la segmentation de la tâche : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Elle n’est utile que si vous utilisez Compressor avec le traitement distribué et l’encodage multipasse. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Appareil : ce menu local vous permet de sélectionner l’une les options d’appareil suivantes : • iPod/iPhone (VGA) : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 640 pixels. • iPod/iPhone (anamorphosé) : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 640 pixels (anamorphosés). 172 Chapitre 13 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple• iPod/iPhone (QVGA) : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 320 pixels. • Apple TV SD : cette option permet de créer des fichiers vidéo de sortie d’une largeur d’image de 640 pixels avec une plage de débit supérieure à celle de l’option iPod/iPhone 640 (VGA). • Apple TV SD (anamorphosé) : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 720 pixels (anamorphosés). • Apple TV HD : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 1 280 pixels, sauf lorsque les proportions sont définies sur 4/3. Dans ce cas, les fichiers de sortie vidéo ont une résolution d’image de 960 x 720 pixels (anamorphosés) pour des fréquences d’images supérieures à 24 ips et 1280 x 720 pixels (carrés) pour des fréquences d’images inférieures. • Apple TV 3e génération : cette option, disponible pour l’Apple TV et l’iPad de 3e génération, créé des fichiers de sortie vidéo avec une bordure de 1080 pixels de large. • iPhone (Local/WiFi) : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 480 pixels. • iPhone (téléphone) : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 176 pixels. • iPad/iPhone avec affichage Retina : cette option permet de créer des fichiers de sortie vidéo d’une largeur d’image de 1280 pixels. • Proportions : utilisez ce menu local pour choisir la taille de pixel exacte du fichier de données de sortie. Les options disponibles dépendent de l’option d’appareil sélectionnée. Consultez la section Proportions pour les appareils Apple pour obtenir plus d’informations. Le réglage Proportions dispose également d’un bouton Automatique. Si vous cliquez sur ce bouton, l’encodeur choisit les proportions qui correspondent au fichier vidéo source. Important : le mode automatique du réglage Proportions est capable de choisir parmi une grande variété de valeurs pour mieux correspondre à la vidéo source (avec les valeurs déterminées et affichées lorsque ce format de sortie est appliqué à un fichier multimédia source). Pour les meilleurs résultats, il est recommandé d’utiliser le mode automatique pour le réglage Proportions. Bouton Automatique des proportions Chapitre 13 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple 173Remarque : par défaut, la fonctionnalité Contrôles d’images est réglée sur « Automatique ». Le contrôle de resynchronisation des contrôles d’images n’est activé que si le fichier source est entrelacé. • Fréquence d’images : utilisez ce menu local pour choisir une option parmi les options répertoriées ci-dessous. Le réglage Fréquence d’images dispose également d’un bouton Automatique. Si vous cliquez sur ce bouton, l’encodeur choisit la fréquence d’images qui correspond au fichier vidéo source. Bouton Automatique de la fréquence d’images • 29.97 : utilisé pour la vidéo NTSC • 25 : utilisé pour la vidéo PAL • 24 : utilisé pour la vidéo PAL • 23.98 : utilisé pour la vidéo NTSC • 15 : utilisé pour la vidéo diffusée sur le web • Débit : utilisez ce curseur pour choisir le débit à utiliser pour la vidéo de sortie ou saisissez une valeur dans le champ de texte. Les plages disponibles dépendent du réglage Appareil. Le réglage à choisir dépend de l’utilisation que vous souhaitez faire du fichier de sortie. Les débits élevés donnent des images de meilleure qualité, mais les fichiers de sortie sont plus volumineux. • Audio : utilisez ce menu local pour choisir une option parmi les quatre options de débit audio répertoriées ci-dessous. • Aucun : cette option permet d’exclure l’audio du fichier multimédia de sortie. • 24 Kbps : crée un bitstream audio à 24 Kbps pour l’option d’appareil iPhone (téléphone). • 128 Kbps : crée un bitstream audio à 128 Kbps. 174 Chapitre 13 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple• 256 Kbps : crée un bitstream audio à 256 Kbps. • Synchronisation des images : Également appelée intervalle entre les images clés, la valeur Synchronisation des images représente la fréquence d’insertion d’images clés dans le flux H.264. Plus cette valeur est faible, plus la vidéo peut être manipulée (par défilement) de manière fluide durant la lecture (les images clés sont plus fréquentes). Plus cette valeur est élevée, plus la compression est efficace (les images clés sont moins fréquentes). La plage disponible va de 2 à 10 secondes ; la valeur par défaut est de 5 secondes. Le réglage Synchronisation des images dispose également d’une case Automatique. Si vous sélectionnez cette case, l’encodeur choisit une fréquence de synchronisation des images appropriée pour le fichier vidéo source. • Multipasse : semblable à l’encodage MPEG-2 à deux passes, l’encodage multipasse offre la meilleure qualité possible. Si vous souhaitez un encodage plus rapide (passe unique), désélectionnez cette case. Remarque : si vous utilisez aussi le traitement distribué, il peut être également utile de désactiver la segmentation des tâches Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Inclure Dolby 5.1 : sélectionnez cette case pour ajouter une piste audio Surround Dolby Digital Professional 5.1, en plus de la piste audio standard AAC, à la séquence de sortie. Cette fonction a été imaginée pour la création de fichiers de sortie à partir de fichiers sources comprenant un son Surround. La piste audio Dolby Digital Professional est reproduite par l’Apple TV uniquement lorsque celui-ci est connecté à un système possédant un décodeur Dolby Digital. Si ce n’est pas le cas, la piste audio AAC est reproduite. Remarque : si vous sélectionnez la case Inclure Dolby 5.1, une piste audio Surround Dolby Digital Professional 5.1 est créée, mais uniquement si l’audio source comprend un son Surround 5.1. Si l’audio source ne comprend que du son stéréo, la piste audio Surround Dolby Digital Professional 5.1 ne comprend que deux canaux audio réels. Marqueurs de chapitre et de podcast pour les appareils Apple Les marqueurs de chapitre créés dans Final Cut Pro sont transférés dans d’autres fichiers de sortie reconnaissables par QuickTime Player, iTunes (fichiers .m4v) et Final Cut Pro. Chapitre 13 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple 175Vous pouvez aussi ajouter des marqueurs de podcast au fichier de sortie. Les marqueurs de podcast sont similaires aux marqueurs de chapitre (il est possible de leur affecter une URL et une illustration), mais il n’est pas possible d’y accéder directement avec le visualiseur. Ils sont destinés à fournir une fonction de diaporama à des podcasts audio. Pour en savoir plus sur l’ajout de marqueurs de chapitre et de podcast, consultez Utilisation de marqueurs et d’affiches. Proportions pour les appareils Apple L’option que vous choisissez dans le menu local Appareil détermine la largeur du fichier encodé. Celle que vous sélectionnez dans le menu local Proportions détermine sa hauteur. Compressor redimensionne verticalement la vidéo source pour qu’elle soit adaptée à la hauteur. Cela signifie que la vidéo source doit être anamorphosée (les objets semblent étirés verticalement) en prévision d’un redimensionnement destiné à l’adapter aux proportions souhaitées. Si une vidéo qui n’est pas anamorphosée est réglée sur des proportions autres que ses proportions d’origine, l’image du fichier encodé apparaît déformée à l’écran. Important : si votre vidéo source est au format Letterbox, utilisez les proportions qui correspondent à l’intégralité de l’image vidéo, bandes noires comprises, sinon vous obtiendrez des fichiers de sortie déformés. Vous pouvez éliminer les bandes du format Letterbox à l’aide de la fonction de rognage automatique. Consultez la section Ajout de réglages de géométrie pour obtenir plus d’informations. Pour chaque option d’appareil, le menu local Proportions vous propose les options suivantes : • 4/3 • 16/9 • 1,85:1 • 2,35:1 Chaque option donne une hauteur différente pour le fichier multimédia de sortie. Par exemple, avec le réglage iPod/iPhone (VGA), l’option 4/3 donne un fichier de 640 x 480, tandis que l’option 16/9 génère un fichier 640 x 360. Si le fichier de média source est un fichier NTSC DV ou HDV et que vous n’êtes pas sûr de ses proportions, cliquez sur le bouton Automatique. Cette option analyse les proportions du fichier multimédia source pour déterminer les proportions idéales en pixels. 176 Chapitre 13 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils AppleFlux de production H.264 pour appareils Apple L’efficacité et la qualité du format H.264 offrent un certain nombre d’options aux créateurs de vidéo pour iPhone, iPad, iPod et Apple TV. Lorsque vous sélectionnez une option Appareil, vous pouvez choisir soit de créer un fichier compatible avec une grande variété d’appareils, soit de créer un fichier destiné à un appareil spécifique tel qu’un iPhone 4. • Les options compatibles avec tous les appareils ne produisent pas de résultats optimaux sur des appareils à résolution plus élevée comme l’Apple TV. Ces options produisent toutefois des fichiers plus petits, ce qui peut constituer un avantage. • Les options destinées à des appareils à résolution plus élevée produisent de bons résultats sur ces appareils, mais génèrent des fichiers plus volumineux. Vous devez choisir des options qui tiennent compte des appareils sur lesquels la vidéo sera lue et du format de livraison du fichier. Vous pouvez également affecter une affiche de plan à l’aide de la fenêtre Aperçu. Pour en savoir plus, consultez Réglage de l’affiche. Vous pouvez, si nécessaire, changer d’affiche dans iTunes. Pour en savoir plus, consultez l’aide iTunes. Configuration des réglages pour fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple Assurez-vous que vos fichiers de sortie sont compatibles avec l’iPhone, l’iPad, l’iPod ou l’Apple TV. Nous vous recommandons d’utiliser les réglages standard fournis dans le groupe Appareils Apple de l’onglet Réglages. Pour en savoir plus sur l’application des réglages, voir Affectation de réglages à des fichiers multimédias sources. Il est également possible de créer des fichiers multimédias compatibles avec l’iPhone, l’iPad, l’iPod et l’Apple TV à l’aide de modèles de lot. Pour en savoir plus, consultez Flux de travaux Compressor rapide et facile : méthode Modèle de lot. Remarque : les fichiers créés à l’aide des réglages iPod ou iPhone peuvent être lus sur Apple TV. Chapitre 13 Création de fichiers de sortie H.264 pour appareils Apple 177Compressor permet de créer facilement des réglages H.264 spécialement configurés pour disque Blu-ray ou AVCHD. Blu-ray, également appelé disque Blu-ray(BD), est un format qui a été développé pour permettre l’enregistrement, la réécriture et la lecture de vidéos haute définition (HD). Le format offre cinq fois plus de capacité de stockage qu’un DVD traditionnel : il peut atteindre jusqu’à 25 Go sur un disque simple couche et 50 Go sur un double couche. Un disque AVCHD peut être considéré comme un disque HD plus simple gravé à l’aide du rayon laser rouge. Le disque obtenu peut être lu avec les lecteurs Blu-ray compatibles avec le format AVCHD. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour disque Blu-ray (p 180) • Flux de production H.264 pour disque optique (p 182) 179 Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray 14À propos de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour disque Blu-ray Cette rubrique comprend des informations détaillées sur les éléments de la sous-fenêtre Encodeur H.264 pour disque Blu-ray de la fenêtre Inspecteur. Vous devez définir vos réglages H.264 pour disque Blu-ray à l’aide de cette sous-fenêtre, soit en modifiant un réglage existant, soit en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages. La sous-fenêtre H.264 pour disque Blu-ray contient les éléments suivants. • Champ Extension de fichier : affiche automatiquement l’extension de fichier H.264 pour Blu-ray (.264) une fois le format de sortie H.264 pour Blu-ray sélectionné dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages. • Autoriser la segmentation de la tâche : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Elle n’est utile que si vous utilisez Compressor avec le traitement distribué et l’encodage multipasse. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Utilisation de flux : ce menu local permet de choisir l’utilisation du flux H.264. Compressor modifie les réglages de la plage de débits en fonction de l’utilisation que vous choisissez dans ce menu local. • Blu-ray : ce menu local permet de choisir l’utilisation du flux pour créer un disque Blu-ray standard. • AVCHD : choisissez cette option pour utiliser le flux et l’action « Créer un disque Blu-ray » afin de graver un disque AVCHD à l’aide d’un graveur standard. Le disque obtenu peut être lu avec les lecteurs Blu-ray compatibles avec le format AVCHD. Les disques AVCHD peuvent contenir 50 marqueurs de chapitre maximum. • Format vidéo : dans ce menu local, choisissez l’une des quatre options répertoriées ci-dessous. Toutes sont des formats progressifs HD. 180 Chapitre 14 Création de fichiers H.264 pour disque Blu-rayLe réglage Format vidéo dispose également d’un bouton Automatique. Si vous cliquez sur ce bouton, l’encodeur choisit le format vidéo qui correspond au fichier vidéo source. Bouton Automatique du format vidéo • NTSC : ce format, également appelé 480p, utilise une taille d’image de 720 x 480 et un format 16x9 anamorphosé à 59.94 ips. • PAL : ce format, également appelé 576p, utilise une taille d’image de 720 x 576 et un format 16x9 anamorphosé à 50 ips. • 720p : ce format utilise une taille d’image de 1280 x 720 et un format 16x9 à 59.94 ips pour le NTSC ou 50 ips pour le PAL. • 1 920 x 1 080 : ce format, également appelé 1080p, utilise une taille d’image de 1920 x 1080 et un format 16x9 à 59.94 ips pour le NTSC ou 50 ips pour le PAL. • Fréquence d’images : dans ce menu local, choisissez une fréquence d’images pour le fichier multimédia de sortie. Le réglage Fréquence d’images dispose également d’un bouton Automatique. Si vous cliquez sur ce bouton, l’encodeur choisit la fréquence d’images qui correspond au fichier vidéo source. La fréquence dimages Bouton Automatique Remarque : si vous choisissez un format dans le menu Format vidéo, le menu Fréquence d’images est rempli automatiquement. choisissez l’une des options suivantes dans ce menu local : • 23.98 : utilisé pour la vidéo NTSC • 25 : utilisé pour la vidéo PAL • 29.97 : utilisé pour la vidéo NTSC • 50 : utilisé pour la vidéo PAL • 59.94 : utilisé pour la vidéo NTSC Chapitre 14 Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray 181• Curseur et champ Débit moyen : choisissez le débit moyen à utiliser pour la vidéo de sortie à l’aide du curseur ou saisissez directement une valeur. Bien que la plage disponible soit comprise entre 5 Mbps et 30 Mbps pour un disque Blu-ray, les débits vidéo se situent habituellement entre 7 Mbps et 15 Mbps pour le format H.264 et dépendent du nombre de bits de votre DVD et de la nature de vos fichiers multimédias sources. La plage disponible est comprise entre 5 Mbps et 15 Mbps pour les disques AVCHD. • Curseur et champ Débit maximum : choisissez un débit maximal entre 6 Mbps et 35 Mbps pour un disque Blu-ray, ou entre 6 Mbps et 17 Mbps pour un disque AVCHD. Vous pouvez aussi saisir tout nombre situé entre ces deux valeurs dans le champ à proximité du curseur. Le réglage Débit maximum ne peut pas être placé sur une valeur inférieure au réglage Débit moyen. En règle générale, introduisez un débit maximum supérieur d’au moins 1 Mbps au débit moyen, afin d’autoriser les variations de débit et d’être ainsi conforme aux objectifs de qualité constante. • Multipasse : cochez cette case pour activer l’encodage multipasse. semblable à l’encodage MPEG-2 à deux passes, l’encodage multipasse offre la meilleure qualité possible. Pour des encodages plus rapides (une seule passe), désactivez cette case. Consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes pour obtenir plus d’informations. Flux de production H.264 pour disque optique L’efficacité et la qualité du format H.264 offrent un certain nombre d’options aux créateurs de disques optiques : • Les résolutions vidéo prises en charge par les DVD SD le sont également par les disques Blu-ray. Cela signifie qu’un disque Blu-ray peut utiliser un fichier de résolution vidéo HD pour son contenu principal, comme un long métrage, puis utiliser des fichiers de résolution vidéo SD pour les fonctionnalités supplémentaires, telles que les génériques et les documentaires sur les tournages. • L’action de tâche « Créer un disque Blu-ray » permet de créer un disque AVCHD à l’aide d’un support laser rouge. Un disque AVCHD permet de lire de la vidéo H.264 sur un lecteur Blu-ray compatible avec le format AVCHD. Consultez la section Créer un disque Blu-ray pour obtenir plus d’informations. 182 Chapitre 14 Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray• Étant donné que le format H.264 est capable de produire une vidéo haute définition (HD) à un débit de définition standard (SD), vous pouvez enregistrer plus de contenu HD sur un disque DVD-5 ordinaire que sur un disque AVCHD. Chapitre 14 Création de fichiers H.264 pour disque Blu-ray 183Vous pouvez utiliser Compressor pour produire une séquence d’images destinée aux applications de compositing. Ce chapitre décrit les séquences d’images que Compressor peut produire à partir de vos fichiers multimédias sources. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Création de fichiers de sortie de séquence d’images (p 185) • À propos de la sous-fenêtre Encodeur de séquence d’images (p 186) • Définition de réglages de séquence d’images (p 187) Création de fichiers de sortie de séquence d’images Le format de sortie Séquence d’images produit un ensemble de fichiers d’images fixes représentant les images vidéo sources. Utilisez cet encodeur pour convertir un plan vidéo en une séquence d’images à utiliser avec des applications de composition incompatibles avec QuickTime. Remarque : Compressor permet également d’importer une séquence d’images. Pour plus d’informations, consultez la section Ajout de séquences d’images à des lots. Le format de sortie Séquence d’images prend en charge les formats d’images fixes suivants. • TIFF (Tagged Image File Format) : le format d’image fixe TIFF est l’un des plus courants et des plus flexibles et a été développé pour créer un format de fichier standard pour le stockage et l’échange d’images numériques utilisés dans la publication assistée par ordinateur. Il est compatible avec une grande variété d’applications de composition et de traitement d’images. • TARGA (Truevision Advanced Raster Graphics Adapter) : le format TARGA, souvent appelé simplement TGA, est un format d’infographie par quadrillage principalement utilisé par les applications d’animation et vidéo. • DPX : norme ANSI/SMPTE (268M-2003), le format DPX est utilisé couramment pour les échanges et les effets visuels numériques. 185 Création de fichiers de séquence d’images 15• IFF (Interchange File Format) : le format IFF est un format de fichier générique développé en 1985 par la société Electronic Arts (en collaboration avec Commodore-Amiga) pour faciliter les transferts de données entre logiciels de sociétés différentes. • JPEG (Joint Photographic Experts Group) : JPEG est un format d’image fixe courant. • OpenEXR : le format OpenEXR est un format de fichier d’image HDR (pour « high dynamic-range », large gamme dynamique) développé par Industrial Light & Magic pour les applications d’imagerie informatique. À propos de la sous-fenêtre Encodeur de séquence d’images Cette section comporte des informations détaillées sur les éléments de la sous-fenêtre « Encodeur de séquence d’images » de la fenêtre Inspecteur. Vous devez définir vos réglages de séquence d’images à l’aide de cette sous-fenêtre, soit en modifiant un réglage existant, soit en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages. Choisissez Séquence d’images. Choisissez un type d’image. Choisissez une fréquence d’images dans le menu local Fréquence d’images ou cliquez sur le bouton Automatique. La sous-fenêtre « Encodeur de séquence d’images » contient les éléments suivants pour vous aider à créer des fichiers de sortie de séquence d’images : • Extension de fichier : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier TIFF (.tiff) une fois le format de sortie Séquence d’images sélectionné dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages. Ne modifiez pas ce champ. Vous pouvez modifier le format de sortie à partir du menu local Type d’image. Ce champ est mis à jour automatiquement en fonction de votre choix de format de sortie. • Autoriser la segmentation des tâches : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Elle n’est utile que si vous utilisez Compressor avec le traitement distribué et l’encodage multipasse. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. 186 Chapitre 15 Création de fichiers de séquence d’images• Type d’image : utilisez ce menu local pour choisir l’un des six types de séquence d’images pour les données de sortie. Pour en savoir plus sur ces types de sortie, voir Création de fichiers de sortie de séquence d’images. • Fréquence d’images (images par seconde) : utilisez ce champ et le menu local pour saisir la fréquence d’images à laquelle vous souhaitez que les images fixes soient créées. Plus cette fréquence est élevée, plus le nombre d’images créées est important et plus le fichier de sortie est gros. Par exemple, si vous choisissez 30 images par seconde, Compressor crée 30 images pour chaque seconde de plan en cours de transcodage. Si vous choisissez 8 images par seconde, Compressor ne crée que 8 images fixes par seconde. • Créer un répertoire de sortie unique : cochez cette case pour créer un dossier de stockage des fichiers de sortie. Le nom attribué au dossier est celui du fichier multimédia et les fichiers sont stockés dans ce dossier sous le nom image-nnn. Par exemple, si le nom du fichier de sortie est test,, le chemin d’accès est destination/test/image-nnn. Si vous ne cochez pas cette case, les fichiers sont stockés au niveau supérieur de votre dossier de destination et nommés nom_fichier-nnn au lieu de image-nnn. N’oubliez pas que même à un faible débit de 8 images par seconde, un grand nombre de fichiers est créé lors du transcodage dans ce format de sortie ; la création d’un répertoire de sortie s’avère donc être une bonne solution pour que vos fichiers restent organisés. • Ajouter des zéros en tête des numéros d’image : cochez cette case pour ajouter des zéros non significatifs aux numéros des images. Quand vous choisissez cette méthode, tous les noms des fichiers TIFF comprennent plusieurs chiffres, comme image-000001 (ou nom_de_fichier-000001 si ces fichiers ne sont pas stockés dans un répertoire de sortie unique). Inversement, les fichiers TIFF adoptent des noms standard, tels que cadre-1 (ou nom_de_fichier-1 si ces fichiers ne sont pas stockés dans un répertoire de sortie unique). • Mettre l’image à l’échelle pour conserver les proportions : n’affecte que les supports vidéos qui n’utilisent pas des pixels carrés comme les formats NTSC et PAL et uniquement lorsque vous modifiez la dimension d’image vidéo par inadvertance. Cochez cette case pour mettre l’image des fichiers de sortie à l’échelle avec des pixels carrés et ainsi conserver les proportions (ce qui augmente ou diminue le nombre de pixels horizontaux et verticaux). Si vous ne cochez pas la case (réglage par défaut), les fichiers de sortie utilisent les mêmes proportions pixel et conservent le nombre de pixels verticaux et horizontaux de l’image d’origine. Définition de réglages de séquence d’images Utilisez le format de sortie Séquence d’images pour transcoder un plan vidéo en une série d’images fixes. Chapitre 15 Création de fichiers de séquence d’images 187Pour créer un réglage de séquence d’images 1 Dans l’onglet Réglages, effectuez l’une des opérations suivantes : • Assurez-vous que le réglage correct est sélectionné. • Créez un réglage en choisissant Séquence d’images dans le menu local Créer un réglage (+). 2 Appliquez le réglage à une tâche dans la fenêtre Lot. 3 Assurez-vous que la séquence d’images ciblée résultante est sélectionnée. 4 Dans l’inspecteur, cliquez sur l’onglet Encodeur, puis choisissez Séquence d’images dans le menu local Format de fichier. La sous-fenêtre « Encodeur de séquence d’images » apparaît. 5 Utilisez le menu local Type d’image pour choisir l’un des types de séquence d’images suivant pour les données de sortie. Pour en savoir plus sur ces types de sortie, voir Création de fichiers de sortie de séquence d’images. • tiff • TARGA • DPX • IFF • JPEG • OpenEXR 6 Saisissez une valeur dans le champ Fréquence d’images (ips) ou choisissez une fréquence d’images dans le menu local ou cliquez sur le bouton Automatique. 7 Cochez la case « Créer un répertoire de sortie unique » pour que vos fichiers de séquence d’images soient stockés dans leur propre dossier à l’intérieur du dossier de destination. 8 Cochez la case « Ajouter des zéros en tête des numéros d’image » pour que les noms de fichiers de sortie de séquence d’images soient au format 0000nn. Important : Use FTP software to upload the image sequence to remote servers. Comme tous les types d’images fixes nécessitent des pixels carrés (proportions pixel de 1), il se peut que Compressor modifie les dimensions en pixels d’une tâche de séquence d’images. Pour afficher ou ajuster ces paramètres, sélectionnez la cible dans la fenêtre Lot et cliquez sur l’onglet Géométrie de l’inspecteur. Si vous utilisez la séquence d’images dans une application qui peut être réglée sur une taille et des proportions pixel spécifiques (comme Motion), effectuez les modifications appropriées dans la sous fenêtre Géométrie avant l’encodage. Pour ajuster les proportions pixel d’une tâche de séquence d’images avant le transcodage 1 Dans la fenêtre de lot, sélectionnez la séquence d’images ciblée. 188 Chapitre 15 Création de fichiers de séquence d’images2 Dans la sousfenêtre Géométrie de la fenêtre de l’inspecteur, utilisez le menu local Dimension image pour choisir des dimensions de sortie appropriées (telles que 720 x 480, 1920 x 1080, etc.) pour la séquence d’images. Le menu local Aspect des pixels devient actif. 3 Dans le menu local Aspect des pixels de la sousfenêtre Géométrie, choisissez des proportions pixel appropriées pour votre séquence d’images. Consultez la section À propos de la sous-fenêtre Encodeur de séquence d’images pour plus d’informations sur la sous-fenêtre Encodeur de séquence d’images. Pour en savoir plus sur la sousfenêtre Géométrie, consultez À propos de la sous-fenêtre Géométrie. Remarque : vous pouvez consulter le contenu actuel de votre réglage dans la sous-fenêtre Résumé de la fenêtre Inspecteur. Chapitre 15 Création de fichiers de séquence d’images 189Compressor fournit les outils nécessaires pour créer des fichiers MP3 exceptionnels. MP3 est un type d’encodage MPEG spécifique officiellement nommé MPEG audio layer 3. MP3 utilise le codage audio perceptif et la compression psychoacoustique pour éliminer toutes les informations superflues (et notamment les parties de signal sonore redondantes et inutiles que l’oreille humaine ne peut de toute façon pas entendre). Le codage MP3 permet donc de réduire les données audio originales d’un CD (dont le débit de données s’élève à 1411,2 kilobits par seconde de musique stéréo) d’un facteur de 12 (jusqu’à 112 – 128 Kbps) sans trop sacrifier la qualité sonore. Les partisans du format MP3 prétendent que la qualité sonore n’est pas sacrifiée, toutefois les professionnels audio peuvent entendre la différence sur des équipements de qualité. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Utilisations courantes du format MP3 (p 191) • À propos de la sous-fenêtre Encodeur MP3 (p 192) • Processus de transcodage MP3 (p 194) Utilisations courantes du format MP3 MP3 est une norme de fichiers audio compressés largement adoptée et qui peut être utilisée de différentes manières, notamment pour la musique et les podcasts. Musique Presque tous les lecteurs de musique portables prennent en charge le format audio MP3. En utilisant des débits plus élevés (256 Kbps, par exemple), vous pouvez créer un fichier audio d’excellente qualité et de taille largement inférieure au format audio non compressé. Vous pouvez également ajouter des métadonnées au fichier, afin de pouvoir afficher, lors de l’ouverture du fichier multimédia source sur de nombreux lecteurs (y compris iTunes), les informations courantes telles que le nom de l’artiste, de l’album, etc. 191 Création de fichiers de sortie MP3 16Podcasts Le large éventail de débits pris en charge par le MP3 en font le format idéal pour diffuser des podcasts de niveaux de qualité variés, permettant ainsi aux utilisateurs de choisir la taille du fichier et le niveau de qualité qui leur convient. Remarque : pour profiter du plus grand nombre d’options lors de la création de podcasts audio améliorés, utilisez le format de sortie MPEG-4. Vous pouvez ajouter des marqueurs de chapitre et de podcast contenant des URL et des illustrations au fichier de sortie. Consultez la section Création de fichiers de sortie MPEG-4 pour obtenir plus d’informations. À propos de la sous-fenêtre Encodeur MP3 Cette section contient des informations détaillées sur les différents réglages de la sous-fenêtre Encodeur MP3 de la fenêtre Inspecteur. La configuration des réglages MP3 s’effectue par l’intermédiaire de ces réglages, soit en modifiant un réglage, soit en créant un sous l’onglet Réglages. La sous-fenêtre Encodeur MP3 contient les réglages suivants. • Extension : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier MP3 (.mp3) une fois le format de sortie MP3 sélectionné dans le menu local Format du fichier ou dans le menu local (+) de l’onglet Réglages. • Autoriser la segmentation des tâches : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Elle n’est utile que si vous utilisez Compressor avec le traitement distribué et l’encodage multipasse. Pour plus d’informations, consultez Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. 192 Chapitre 16 Création de fichiers de sortie MP3• Menu local Débit stéréo : plus le nombre de kilobits par seconde (Kbps) en mono ou en stéréo est élevé, plus la qualité des données audio est élevée et plus le fichier est volumineux. Les débits les plus courants pour les fichiers MP3 stéréo se situent entre 128 Kbps et 192 Kbps. Les débits plus faibles sont plus adaptés aux fichiers sonores contenant des enregistrements vocaux (plutôt que de la musique). Voici quelques exemples de réglages et de leur utilisation : • 32 Kbps : qualité de radio AM, réglage adapté à un discours de qualité moyenne • 96 Kbps : qualité de radio FM, réglage adapté à un discours de haute qualité ou à de la musique de qualité moyenne • 128 Kbps : adapté à de la musique de bonne qualité • 256 Kbps et 320 Kbps : adapté à de la musique proche de la qualité d’un CD • Utiliser le Variable Bit Rate Encoding (VBR) : ce réglage fait varier le nombre de bits utilisés pour stocker la musique en fonction de la complexité de celle-ci. Il permet de maintenir la taille du fichier à un minimum. • Menu local Fréquence d’échantillonnage : nombre de fois par seconde où les formes d’onde de la musique sont capturées numériquement. Plus le taux d’échantillonnage est important, meilleure est la qualité, mais plus le fichier est volumineux. Ne sélectionnez pas un taux d’échantillonnage supérieur à celui utilisé à l’origine pour stocker la musique, pour ne pas risquer de perdre de l’espace. Par exemple, la qualité CD s’élève à 44,100 kHz ; il est donc inutile de sélectionner un taux d’échantillonnage supérieur lorsque vous effectuez un encodage à partir d’un CD. • Menu local Canaux : si vous ne disposez pas de haut-parleurs stéréo ou si vos fichiers audio sont monophoniques, choisissez Mono (les fichiers mono sont près de deux fois plus petits que les fichiers stéréo). Si vous envisagez d’écouter vos fichiers MP3 sur un système stéréo, choisissez Stéréo. • Stéréo joint : lorsque cette case est désactivée, vos fichiers MP3 contiennent une piste pour le canal stéréo de droite et une piste pour le canal de gauche. Dans de nombreux cas, les deux canaux contiennent des informations connexes. Lorsque la case Stéréo jointe est cochée, un canal porte les informations qui sont identiques sur les deux canaux, tandis que l’autre canal véhicule les informations uniques. À des débits inférieurs ou égaux à 160 Kbps, cela peut améliorer la qualité sonore de vos données audio converties. • Réglages d’encodage avancés : sélectionnez cette option pour que Compressor analyse vos réglages d’encodage et la source musicale, afin d’ajuster les réglages pour maximiser la qualité. • Filtrer les fréquences inférieures à 10 Hz : le filtrage des fréquences inaudibles permet de générer des fichiers moins volumineux, plus efficaces et sans perte de qualité perceptible. Chapitre 16 Création de fichiers de sortie MP3 193Processus de transcodage MP3 La manière d’utiliser Compressor pour transcoder vos données audio en fichiers MP3 dépend de l’utilisation que vous souhaitez en faire. Les étapes de base sont décrites ci-dessous. Étape 1 : Création d’un lot Comme pour tout processus de transcodage, vous devez commencer par créer un lot. Consultez Préparation de Compressor au transcodage à l’aide de réglages personnalisés pour obtenir plus d’informations. Étape 2 : Création de tâches avec les fichiers audio sources Importez les fichiers audio source en les faisant glisser depuis le Finder jusque sur le lot ou en choisissant Tâche > Nouvelle tâche avec fichier. Étape 3 : Ajout d’annotations (si nécessaire) Si vous avez l’intention de lire les fichiers MP3 à l’aide d’un appareil ou d’une application telle qu’iTunes, vous pouvez ajouter diverses annotations, comme le nom de l’artiste, le nom de l’album, le titre et d’autres, qui peuvent être lues et affichées. Pour en savoir plus, consultez Onglet Informations supplémentaires. Étape 4 : Ajout de cibles avec un réglage MP3 pour chacune des tâches Chacune des tâches nécessite au moins une cible ; dans ce cas, les tâches ont besoin de cibles avec un réglage MP3. S’il existe plusieurs tâches, il est plus facile de sélectionner toutes les tâches, de choisir Édition > Tout sélectionner, puis Cible > « Nouvelle cible avec réglage », afin d’appliquer le même réglage à toutes les tâches. Étape 5 : Soumission du lot pour transcodage Cliquez sur le bouton Soumettre pour lancer le processus de transcodage. Consultez la section Soumission d’un lot pour obtenir plus d’informations. 194 Chapitre 16 Création de fichiers de sortie MP3Compressor fournit les outils dont vous avez besoin pour créer des fichiers transcodés MPEG-1 exceptionnels. MPEG-1 est une norme de compression internationale, développée par le groupe MPEG (Motion Picture Experts Group). Elle permet de créer des fichiers vidéo de qualité VHS et a été conçue pour prendre en charge la vidéo non entrelacée (progressive) de résolution SIF (Standard Interface Format) en utilisant des débits relativement faibles (Compressor prend en charge des débits allant de 0,5 Mbps à 2 Mbps. Elle permet également de créer des séquences audio compressées à un ou deux canaux. Le présent chapitre couvre les aspects suivants : • Utilisations courantes de MPEG-1 (p 195) • Spécifications de la norme MPEG-1 (p 196) • À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 (p 197) • À propos de l’onglet Vidéo MPEG-1 (p 198) • À propos de l’onglet Audio MPEG-1 (p 200) • À propos des flux système et élémentaires (p 200) • Flux de production de transcodage MPEG-1 (p 201) • Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation Web (p 202) • Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation DVD (p 204) • Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD (p 204) • Création du réglage Audio MPEG-1 pour DVD (p 206) • Facultatif : création d’un groupe et d’une destination MPEG-1 pour DVD (p 208) Utilisations courantes de MPEG-1 MPEG-1 est une norme largement adoptée, ce qui permet de nombreuses méthodes de distribution, telles que les disques optiques, le web et les fichiers audio uniquement. 195 Création de fichiers de sortie MPEG-1 17DVD, VCD et CD-ROM MPEG-1 est le format de compression vidéo utilisé pour les titres vidéo CD (VCD) et est compatible avec les titres DVD, car tous les lecteurs de DVD contiennent le matériel requis pour lire les séquences MPEG-1. MPEG-1 est couramment utilisé pour la vidéo distribuée sur CD-ROM. Son faible débit et la taille réduite de ses fichiers sont utiles lorsque vous devez faire tenir plusieurs heures de vidéo sur un DVD et que vous n’avez pas besoin de la qualité de diffusion fournie par le codage MPEG-2. Un DVD peut contenir un mélange de vidéo aux formats MPEG-2 et MPEG-1. Sur le Web Dans la mesure où MPEG-1 a été l’une des premières normes de compression standard largement répandue, elle présente l’avantage d’être compatible avec la plupart des lecteurs. Cela rend cette norme intéressante pour une utilisation sur le Web où il est nécessaire d’associer une compatibilité maximale avec une qualité relativement élevée. Audio seulement Vous pouvez utiliser la compression audio MPEG-1 couche 2 comme alternative à la compression Dolby Digital Professional ou DTS. Bien qu’il n’y ait pas de réglage Apple pour les fichiers MPEG-1 audio seulement, dans cette version de Compressor, vous pouvez toujours en créer un au besoin. Pour plus d’informations, consultez la section Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation DVD. Spécifications de la norme MPEG-1 Compressor prend en charge toutes les spécifications MPEG-1 pour la taille d’image, la fréquence d’images, l’encodage vidéo et l’encodage audio. Tailles d’images et fréquences d’images MPEG-1 Compressor peut générer de la vidéo au débit maximal (25 ips et 29,97 ips pour les DVD ; 23,976 ips, 25 ips et 29,97 ips pour le Web) avec des résolutions SIF qui dépendent de l’utilisation. • Web : 320 x 240 • NTSC : 352 x 240 • PAL : 352 x 288 Bien que les résolutions NTSC et PAL correspondent à environ la moitié de la résolution maximale de la vidéo MPEG-2, l’image remplit automatiquement la totalité de l’écran lorsqu’elle est lue sur un lecteur de DVD. 196 Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1Spécifications du format de fichier MPEG-1 L’encodage vidéo MPEG-1 utilise un processus très similaire à celui de l’encodage MPEG2 ; il applique des termes et réglages identiques. Dans Compressor, les paramètres de codage sont définis de la façon suivante. • Mode de codage : une passe • Structure GOP : ouverte • Motif GOP : bBIBBP • Longueur GOP : 15 images pour NTSC ; 12 images pour PAL Ces paramètres sont fixes et s’appliquent à tous les fichiers de sortie vidéo MPEG-1 de Compressor. Consultez la section Onglet GOP pour plus d’informations sur les paramètres GOP (Group of Pictures). Consultez la section Onglet Qualité pour plus d’informations sur le mode de codage. Les fichiers de sortie MPEG-1 peuvent contenir des images I qui ont été forcées sur des images spécifiques en plaçant des marqueurs de compression dessus. Ces marqueurs peuvent être soit ajoutés au fichier source à l’aide de Final Cut Pro, soit ajoutés manuellement dans la fenêtre Aperçu. Pour en savoir plus, consultez Utilisation de marqueurs et d’affiches. Le format MPEG-1 ne gère pas les marqueurs de chapitre nommés. À propos de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 Cette section contient des informations détaillées sur les différents onglets de la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 de la fenêtre Inspecteur. Vous pouvez faire vos réglages MPEG-1 avec ces onglets, en modifiant un réglage existant ou en créant un nouveau réglage dans l’onglet Réglages. Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1 197La sous-fenêtre de l’encodeur MPEG-1 s’ouvre avec l’onglet Vidéo par défaut en haut ; elle contient les éléments suivants. • Extension : ce champ affiche automatiquement l’extension de fichier MPEG-1 (.mpg) lorsque le format de sortie MPEG-1 a été sélectionné dans le menu local Format de fichier ou le menu local (+) de l’onglet Réglages. L’extension est remplacée par .m1v (vidéo seulement) si l’onglet Audio est désactivé, ou par .m1a (audio seulement) si l’onglet Vidéo est désactivé. • Autoriser la segmentation des tâches : cette case permet de désactiver la segmentation des tâches. Elle n’est utile que si vous utilisez Compressor avec le traitement distribué et l’encodage multipasse. Pour plus d’informations, consultez la section Segmentation des tâches et encodage multipasse ou à 2 passes. • Onglets Vidéo et Audio : ces boutons ouvrent les onglets Vidéo et Audio décrits ci-après. À propos de l’onglet Vidéo MPEG-1 Vous pouvez utiliser l’onglet Vidéo pour définir des réglages liés au format vidéo. Bouton Automatique • Case Activé : assurez-vous que cette case est cochée si vous souhaitez que le format de sortie MPEG-1 tienne compte des réglages de l’onglet Vidéo. • Menu local Fréquence d’image : choisissez la vitesse de défilement de la vidéo que vous êtes en train de coder. • Avec l’option Web : vous avez le choix entre : 23,976 ou 25 ips (vitesse PAL), 29,97 ips (vitesse NTSC) et Automatique. • Avec l’option DVD : vous avez le choix entre : 25 ips (vitesse PAL), 29,97 ips (vitesse NTSC) et Automatique. 198 Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1• Bouton Automatique : cliquez sur le bouton Automatique pour forcer l’encodeur à déterminer la fréquence appropriée en choisissant celle qui est la plus proche de la source. Remarque : l’utilisation de l’option Automatique avec des vitesses de défilement source non standard peut entraîner des vitesses de sortie qui ne correspondent pas à la vitesse de défilement vidéo prévue. Par exemple, une vitesse de défilement source de 15 ips avec l’option DVD entraîne la sélection automatique de 25 ips (PAL). Si vous prévoyez d’utiliser la sortie sur un DVD NTSC, vous devez choisir 29,97 ips comme vitesse de défilement. • Boutons But : choisissez le but prévu pour les fichiers de sortie. • Web : force la résolution sur 320 x 240, indépendamment de l’option Fréquence d’images sélectionnée. • DVD : permet à la fréquence sélectionnée de déterminer la résolution. Avec une vitesse de défilement de 29,97 ips, la résolution est de 352 x 240. Avec une vitesse de 25 ips, la résolution est de 352 x 288. • Débit : utilisez ce curseur pour choisir le débit à utiliser pour la vidéo de sortie ou saisissez une valeur directement dans le champ. La plage disponible étant comprise entre 0,5 Mbps et 2,0 Mbps, la valeur à utiliser dépend de la façon dont la sortie doit être utilisée. Les débits élevés donnent des images de meilleure qualité, mais les fichiers de sortie sont plus volumineux. • Pour les projets web : choisissez le meilleur compromis entre qualité de l’image, taille du fichier et temps de téléchargement. • Pour les projets VCD : le débit vidéo recommandé est de 1,15 Mbps, avec un débit de flux système (vidéo et audio multiplexées dans le même fichier) inférieur à 1,3944 Mbps. • Pour les projets DVD : le débit vidéo standard est de 1,15 Mbps, le maximum autorisé étant de 1,856 Mbps. Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1 199À propos de l’onglet Audio MPEG-1 Vous pouvez utiliser l’onglet Audio pour associer des réglages au format audio. • Case Activé : assurez-vous que cette case est cochée si vous souhaitez que le format de sortie MPEG-1 tienne compte des réglages de l’onglet Audio. • Menu local Fréquence d’échantillonnage : choisissez la fréquence d’échantillonnage de l’audio de sortie. • 48 kHz : requis pour une utilisation sur des DVD. • 44,1 kHz. : utilisé sur les CD audio. Il s’agit de la fréquence d’échantillonnage la plus répandue. • Boutons Canaux : choisissez Stéréo ou Mono pour le fichier multimédia de sortie. • stéréo. : sélectionnez ce bouton pour créer un fichier audio stéréo. • Mono : sélectionnez ce bouton pour créer un fichier audio mono. • Menu local Débit : sélectionnez le débit à utiliser pour l’audio de sortie. Les options proposées sont les suivantes : 64 kbps, 128 kbps, 192 kbps, 224 kbps et 384 kbps. Les débits supérieurs offrent une meilleure qualité audio mais ils génèrent également des fichiers de sortie plus volumineux. Remarque : les valeurs 224 Kbps et 384 Kbps ne sont pas disponibles lorsque l’option Canaux est réglée sur Mono. À propos des flux système et élémentaires Vous pouvez utiliser Compressor pour créer des flux MPEG-1 système ou élémentaires. 200 Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1Flux système Les flux système, également appelés flux multiplexés, associent les composants vidéo et audio dans un même fichier. Ce type de flux est le plus souvent utilisé dans les applications Web. Compressor crée automatiquement un flux système lorsque vous activez les onglets Vidéo et Audio dans le même réglage. Flux élémentaires Dans les flux élémentaires, des fichiers distincts sont utilisés pour les composants vidéo et audio. Certaines applications requièrent des flux élémentaires. Compressor crée automatiquement un flux élémentaire si seul l’onglet Vidéo ou Audio est activé. Pour créer des flux élémentaires à partir de la vidéo et de l’audio, vous devez utiliser deux réglages, un avec l’onglet Vidéo activé utilisant l’extension de fichier .m1v, l’autre avec l’onglet Audio activé utilisant l’extension de fichier .m1a. Flux de production de transcodage MPEG-1 Cette section vous propose des instructions de configuration de vos attributs MPEG-1 étape par étape, avant la création de fichiers de sortie MPEG-1 avec Compressor. Configurez vos réglages MPEG-1 à partir de la sous-fenêtre Encodeur MPEG1, soit en modifiant un réglage existant, soit en en créant un autre. Suivez les étapes ci-après pour effectuer les réglages élémentaires du format de fichier de sortie MPEG-1. Codage pour le Web Utilisez les paramètres suivants lors du codage de flux système MPEG-1 pour le Web. Onglet Vidéo : • Vitesse : automatique • Utilisation : Web • Débit : le plus faible possible, tout en conservant une qualité d’image acceptable. Onglet Audio : • Taux d’échantillonnage : 44,1 kHz. • Canaux : stéréo avec les sources à deux canaux, mono avec les sources à un seul canal • Débit : le plus faible possible, tout en conservant une qualité audio acceptable ; utilisez des débits plus élevés lors de l’encodage audio stéréo. Codage pour un DVD Utilisez les réglages suivants pour configurer deux réglages lorsque vous encodez des flux élémentaires MPEG-1 destinés à la création de DVD. Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1 201Réglage de flux vidéo élémentaire (onglet Vidéo) : • Vitesse : 29,97 pour NTSC ou 25 pour PAL • Utilisation : dVD • Débit : 1,15 Mbps Réglage de flux vidéo élémentaire (onglet Audio) : • Case Activé : non cochée Réglage de flux audio élémentaire (onglet Vidéo) : • Case Activé : non cochée Réglage de flux audio élémentaire (onglet Audio) : • Taux d’échantillonnage : 48 kHz • Canaux : stéréo avec les sources à deux canaux, mono avec les sources à un seul canal • Débit : 192 Kbps ou 224 Kbps Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation Web La procédure qui suit vous guide à travers la configuration du format de fichier de sortie MPEG-1 pour une utilisation web. Ce processus crée un flux système MPEG-1 unique. • Étape 1 : Choix des réglages vidéo • Étape 2 : Choix des réglages audio Étape 1 : Choix des réglages vidéo Cette rubrique décrit la création de réglages vidéo MPEG-1 pour une utilisation web. Pour ouvrir la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 et choisir les réglages vidéo 1 Ouvrez l’onglet Réglages, puis choisissez MPEG-1 dans le menu local « Créer un réglage (+) ». La sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 s’ouvre dans l’Inspecteur, avec l’onglet Vidéo qui s’affiche par défaut. 202 Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-12 Nommez le nouveau réglage « MPEG-1 pour le web ». Cliquez sur le bouton Automatique ou choisissez une fréquence d’images. Sélectionnez Web pour régler la résolution sur 320 x 240. Sélectionnez le débit. Activez l’onglet Vidéo. 3 Cochez la case Activé. 4 Cliquez sur le bouton Automatique à côté du menu local Fréquence d’images. Vous pouvez aussi choisir 23,976, 29,97 ou 25 dans le menu local Fréquence d’images de la vidéo source. 5 Sélectionnez le bouton Web. Cela permet de régler la résolution de sortie sur 320 x 240. 6 Utilisez le curseur Débit pour choisir le débit à utiliser ou saisissez directement une valeur. Étape 2 : Choix des réglages audio Cette rubrique décrit la création de réglages audio MPEG-1 pour une utilisation web. Pour ouvrir l’onglet Audio et choisir les réglages audio 1 Cliquez sur le bouton Audio dans la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 pour ouvrir l’onglet correspondant. Activez l’onglet Audio. Choisissez la fréquence d'échantillonnage. Sélectionnez le nombre de canaux audio. Sélectionnez le débit. Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1 2032 Cochez la case Activé. 3 Choisissez 44,1 kHz dans le menu local Fréquence d’échantillonnage. 4 Sélectionnez Stéréo si vous utilisez des sources audio à deux canaux et Mono pour les sources audio à un seul canal. 5 Choisissez le débit à utiliser dans le menu local correspondant. 6 Cliquez sur le bouton Enregistrer (dans le coin inférieur droit de l’Inspecteur) pour enregistrer ce réglage. Configuration du format de fichier MPEG-1 pour une utilisation DVD La procédure qui suit vous guide à travers la configuration du format de fichier de sortie MPEG-1 pour DVD. Ce processus crée deux réglages, un pour la vidéo et l’autre pour l’audio, en créant des flux élémentaires. Étape 1 : Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD Créez le réglage pour un fichier de sortie vidéo MPEG-1 élémentaire adapté aux DVD. Consultez la section Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD pour obtenir plus d’informations. Étape 2 : Création du réglage Audio MPEG-1 pour DVD Créez le réglage pour un fichier de sortie audio MPEG-1 élémentaire adapté aux DVD. Consultez la section Création du réglage Audio MPEG-1 pour DVD pour obtenir plus d’informations. Étape 3 : Création d’un groupe et d’une destination « MPEG-1 pour DVD » (facultatif) Le cas échéant, vous pouvez « intégrer » vos nouveaux réglages à un groupe et une destination « MPEG-1 pour DVD » personnalisés. Consultez la section Facultatif : création d’un groupe et d’une destination MPEG-1 pour DVD pour obtenir plus d’informations. Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD Pour créer le réglage d’un fichier de sortie vidéo élémentaire MPEG-1 adapté aux DVD, voir les rubriques suivantes. • Étape 1 : Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD • Étape 2 : Configuration des réglages vidéo • Étape 3 : Création d’un flux vidéo élémentaire Étape 1 : Création du réglage Vidéo MPEG-1 pour DVD Cette rubrique décrit la création de réglages vidéo MPEG-1 pour DVD. 204 Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1Pour ouvrir l’onglet Réglages et créer un réglage 1 Ouvrez l’onglet Réglages, puis choisissez MPEG-1 dans le menu local « Créer un réglage (+) ». Un nouveau réglage est ajouté à la liste. 2 Nommez le nouveau réglage « Vidéo MPEG-1 pour DVD ». Consultez la section Création d’un réglage entièrement nouveau pour obtenir plus d’informations. Étape 2 : Configuration des réglages vidéo Cette rubrique décrit la configuration de réglages vidéo MPEG-1 pour DVD. Pour ouvrir la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 et configurer les réglages vidéo pour DVD 1 Cliquez sur l’onglet Encodeur, puis choisissez MPEG-1 dans le menu local Format de fichier. 2 Cliquez sur le bouton Vidéo dans la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 pour ouvrir l’onglet Vidéo. Activez l’onglet Vidéo. Sélectionnez la vitesse de défilement. L’extension de fichier devient .m1v dès que l’onglet Audio est désactivé. Sélectionnez le débit. Sélectionnez DVD pour que la résolution corresponde à la vitesse de défilement. 3 Cochez la case Activé. 4 Choisissez la fréquence d’échantillonnage correspondant à votre vidéo source (29,97 ou 25) dans le menu local Fréquence d’échantillonnage. 5 Sélectionnez le bouton DVD. La résolution de sortie correspond ainsi à la vitesse de défilement sélectionnée. 6 Utilisez le curseur Débit pour choisir le débit à utiliser ou saisissez directement une valeur. Pour les projets DVD, la valeur standard est de 1,15 Mbps, le maximum autorisé étant de 1,856 Mbps. Chapitre 17 Création de fichiers de sortie MPEG-1 205Étape 3 : Création d’un flux vidéo élémentaire Pour transformer le fichier multimédia de sortie en flux vidéo élémentaire, vous devez désactiver le réglage audio. Pour désactiver l’audio pour le réglage vidéo 1 Cliquez sur le bouton Audio dans la sous-fenêtre Encodeur MPEG-1 pour ouvrir l’onglet correspondant. 2 Désactivez la case à cocher Activé. Ceci permet de définir l’extension de fichier à .m1v et de garantir que ce préréglage crée uniquement un flux vidéo élémentaire. Désactivez l’onglet Audio. 3 Cliquez sur le bouton Enregistrer (dans le coin inférieur droit de l’Inspecteur) pour enregistrer ce réglage. Le réglage « Vidéo MPEG-1 pour DVD » est enregistré. Création du réglage Audio MPEG-1 pour DVD Pour créer le réglage d’un fichier de sortie audio élémentaire MPEG-1 adapté aux DVD, voir les rubriques suivantes. • Étape 1 : Création du réglage Audio MPEG-1 pour DVD • Étape 2 : Création d’un flux audio él