Apple macbook_pro-15-inch_mid-2012-quick_start_guide Apple sur FNAC.COM

 

 

 

 

TELECHARGER LE PDF :

http://manuals.info.apple.com/en_US/macbook_pro-15-inch_mid-2012-quick_start_guide.pdf

 

 

Voir également d'autres Guides APPLE :

Apple-Power-Macintosh-User-s-Guide-8500-series-computers

Apple-MacBook_Pro_17inch_Early2011_F

Apple-nikeipod_guide_benutzerhandbuch

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_fr

Apple-ipad_2_manual_do_usuario-Para-o-Software-iOS-4-3

Apple-iPhone_Deux_doigts_d_astuces

Apple-MacBook_13inch_UsersGuide

Apple-iPodshuffledelutilisateur

Apple-Guide_de_l_utilisateur_des_formules_et_des_fonctions

Apple-iPhone-User-Guide-For-iOS-6-Software

Apple-iPhone-Manual-del-usuario-Para-el-software-iOS-5-1

Apple-iPhone-Benutzerhandbuch-Fur-iOS-5-1-Software

Apple-Enterprise_Deployment_Guide_CH

Apple-iphone_manuali_i_perdoruesit

Apple-iphone_user_guide_bg

Apple-iphone_manual_do_usuario

Apple-iPhone_Anvandarhandbok

Apple-iphone_user_guide_ta

Apple-iphone_4s_il_mondo_tra_le_dita

Apple-iPhone-OS-Enterprise-Deployment-Guide-Second-Edition-for-Version-3-2-or-later

Apple-iPhone_Bluetooth_Headset_Manual_del_usuario

Apple-iPhone_3G_Important_Product_Information_Guide_en_US

Apple-iphone_4s_informations_importantes_sur_le_produit

Apple-Case-Design-Guidelines

Apple-ipad_brugerhandbog

Apple-ipod_touch_user_guide_ta

Apple-macbook_air-13-inch_mid-2012-qs_br

Apple-iphone_4s_podstawy

Apple-ipad_user_guide_ch

Apple-ipod_touch_user_guide_cn

Apple-Manuel_de_l'utilisateur_de_Final_Cut_Server

Apple-iMac_G5_de_lutilisateur

Apple-Cinema_Tools_4.0_User_Manual_F

Apple-Personal-LaserWriter300-User-s-Guide

Apple-QuickTake-100-User-s-Guide-for-Macintosh

Apple-User-s-Guide-Macintosh-LC-630-DOS-Compatible

Apple-iPhone_iOS3.1_User_Guide

Apple-iphone_4s_important_product_information_guide

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_F

Liste-documentation-apple

Apple-Premiers_contacts_avec_iMovie_08

Apple-macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_br

Apple-macbook_pro-13-inch-mid-2012-important_product_info

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_br

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_MainStage

Apple-Compressor_3_User_Manual_F

Apple-Color_1.0_User_Manual_F

Apple-guide_de_configuration_airport_express_4.2

Apple-TimeCapsule_SetupGuide

Apple-Instruments_et_effets_Logic_Express_8

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_WaveBurner

Apple-Macmini_Guide_de_l'utilisateur

Apple-PowerMacG5_UserGuide

Disque dur, ATA parallèle Instructions de remplacement

Apple-final_cut_pro_x_logic_effects_ref_f

Apple-Leopard_Installationshandbok

Manuale Utente PowerBookG4

Apple-thunderbolt_display_getting_started_1e

Apple-Compressor-4-Benutzerhandbuch

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug

Apple-macbook_air-mid-2012-important_product_info_j

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_de_reponse_d_impulsion

Apple-Aperture_2_Raccourcis_clavier

AppleTV_Setup-Guide

Apple-livetype_2_user_manual_f

Apple-imacG5_17inch_harddrive

Apple-macbook_air_guide_de_l_utilisateur

Apple-MacBook_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Keynote-2-Guide-de-l-utilisateur

Apple-PowerBook-User-s-Guide-for-PowerBook-computers

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide-5200CD-and-5300CD

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide

Apple-Workgroup-Server-Guide

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPad-User-Guide-For-iOS-5-1-Software

Apple-Boot-Camp-Guide-d-installation-et-de-configuration

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 5.1

PowerBook G4 Premiers Contacts APPLE

Guide de l'Utilisateur iphone pour le logiciel ios 5.1 APPLE

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 4,3

Guide de l’utilisateur iPod nano 5ème génération

Guide de l'utilisateur iPod Touch 2.2 APPLE

Guide de l’utilisateur QuickTime 7  Mac OS X 10.3.9 et ultérieur Windows XP et Windows 2000

Guide de l'utilisateur MacBook 13 pouces Mi 2010

Guide de l’utilisateur iPhone (Pour les logiciels iOS 4.2 et 4.3)

Guide-de-l-utilisateur-iPod-touch-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-iPad-2-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide de déploiement en entreprise iPhone OS

Guide-de-l-administrateur-Apple-Remote-Desktop-3-1

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Xserve-Diagnostics-Version-3X103

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802.11n-5e-Generation

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802-11n-5e-Generation

Guide-de-l-utilisateur-Capteur-Nike-iPod

Guide-de-l-utilisateur-iMac-21-5-pouces-et-27-pouces-mi-2011-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Qadministrator-4

Guide-d-installation-Apple-TV-3-eme-generation

User-Guide-iPad-For-ios-5-1-Software

Let’s get started When you start your MacBook Pro for the first time, Setup Assistant launches to get you going. Follow a few simple steps to connect to your Wi-Fi network, transfer your stuff from another Mac or a PC, create a user account for your Mac, and log in with your Apple ID. Your Apple ID lets you download apps from the App Store, shop the iTunes Store and the Apple Online Store, access iCloud, and communicate using FaceTime. If you don’t have an Apple ID, creating one is easy and free. Multi-Touch gestures Many functions on your MacBook Pro can be performed using simple gestures on the trackpad. Here are some of the most popular Multi-Touch gestures for the Mac. Get to know your desktop Welcome to your new home base. The desktop contains the Dock, where icons of your frequently used apps appear. To customize your desktop and other settings on your Mac, click the System Preferences icon in the Dock. To access your files and folders, click the Finder icon. To check the status of your wireless Internet connection, click the Wi-Fi status icon in the menu bar. Your Mac automatically connects to the network you chose during setup. Hello. Multi-Touch trackpad MagSafe power connector Power adapter AC power cord Power button Click Press down anywhere on the trackpad to click. Or, with Tap to Click enabled, simply tap the surface. Secondary click (right click) Click with two fingers to open shortcut menus. Or, with Tap to Click enabled, tap two fingers anywhere. Swipe to navigate Swipe with two fingers to flip through web pages, documents, and more. Double click Press down two times anywhere on the trackpad. Or, with Tap to Click enabled, double-tap the surface. Two-finger scroll Brush two fingers along the trackpad to scroll in any direction—up, down, or sideways. Smart zoom Double-tap the trackpad with two fingers to quickly magnify a web page. Pinch to zoom Zoom in and out of photos and web pages more precisely by pinching your thumb and finger. Switch between full-screen apps Swipe with three fingers to move from one full-screen app to another. View Launchpad Pinch with four fingers to view all your apps in Launchpad. Rotate Turn your thumb and finger clockwise or counterclockwise to rotate an image. View Mission Control Swipe up with three fingers to see every open window on your Mac. Learn more Choose System Preferences from the Apple menu and click Trackpad to learn more about gestures. iCloud iCloud stores your music, photos, mail, and more and wirelessly pushes them to your Mac, iPhone, iPad, iPod touch, and even your PC. All without docking or syncing. So when you buy a song on one device, it’s automatically downloaded to all your others. And with Photo Stream, your latest photos appear everywhere you want to see them. To customize your iCloud settings, open the Apple menu, select System Preferences, then click iCloud. Sign in with your Apple ID and choose the iCloud features you want to enable or disable. Important Read this document and the safety information in the Important Product Information Guide carefully before you first use your computer. Learn more You can find more information, watch demos, and learn even more about MacBook Pro features at www.apple.com/macbookpro. Help You can often find answers to your questions, as well as instructions and troubleshooting information, in Help Center. Click the Finder icon, click Help in the menu bar, and choose Help Center. Mac OS X Utilities If you have a problem with your Mac, Mac OS X Utilities can help you repair your computer’s drive, restore your software and data from a Time Machine backup, or erase your hard drive and reinstall OS X Lion and Apple applications. You can also use Safari to get online help. If your Mac detects a problem, it opens Mac OS X Utilities automatically. Or you can open it manually by restarting your computer while holding down the Command and R keys. Support Your MacBook Pro comes with 90 days of technical support and one year of hardware repair warranty coverage at an Apple Retail Store or an Apple Authorized Service Provider. Visit www.apple.com/support/macbookpro for technical support on MacBook Pro. Or call 1-800-275-2273. In Canada, call 1-800-263-3394. Not all features are available in all areas. TM and © 2012 Apple Inc. All rights reserved. Designed by Apple in California. Printed in XXXX. 034-6352-B AC plug Help menu Menu bar Finder Dock System Preferences Quick Start Guide Let’s get moving It’s easy to move files like documents, email, photos, music, and movies to your new Mac from another Mac or a PC. The first time you start your new Mac, it will walk you through the transfer process. All you have to do is follow the onscreen instructions. Welcome to your new MacBook Pro. We’d like to show you around. Battery indicator lights Audio in/out FireWire 800 Thunderbolt SDXC slot MagSafe power FaceTime HD camera Security slot Gigabit USB 3 SuperDrive Ethernet Wi-Fi status Click the icon in the Dock to open Safari, and surf the web using Multi-Touch gestures. Scroll up or down with two fingers on the trackpad. Swipe with two fingers on the trackpad to go back and Safari web browser Mail Top Sites Get a quick overview of the sites you visit most often. One-stop email View all your accounts in Mail for one-click access. Conversation view See all the email messages from a conversation thread. Search Quickly narrow search results to find exactly what you want. Mail lets you manage all your email accounts from a single, ad-free inbox, even when you’re not connected to the Internet. It works with most email standards— including POP3 and IMAP—and forth between pages. Double-tap with two fingers to magnify a page, then double-tap again to return to the original size. Or pinch to zoom in and out. popular email services such as Gmail, Yahoo! Mail, and AOL Mail. The first time you open Mail, Setup Assistant will help you get started. You can also manage your mail from iCloud. Launchpad Open Launchpad Click the Launchpad icon in the Dock. Folders Group apps in folders by dragging one app on top of another. Launchpad is the home for all the apps on your Mac. Just click the Launchpad icon in the Dock. Your open windows are replaced by a full-screen display of all your apps. Arrange apps any way you want, group them together in folders, or delete them from your Mac. When you download an app from the Mac App Store, it automatically appears in Launchpad. Mission Control Mission Control gives you a bird’s-eye view of everything running on your Mac. Click the Mission Control icon in the Dock, and your desktop zooms out to display all the open windows in every application, all your full-screen apps, and Dashboard, the home of mini-apps called widgets. Click anything to zoom in on it. Think of Mission Control as the hub of your system—view everything and go anywhere with just a click. Open Mission Control Click the Mission Control icon in the Dock. Add desktop spaces Click the + button to the right of the top row to add a new space. Dashboard Located at the top left for easy access. Reading List Click the glasses icon to save pages to read later. Mac App Store The Mac App Store is the best way to find and download thousands of apps for your Mac, from games and social networking to productivity apps and more. New apps install in one step to Launchpad. You can install apps on every Mac authorized for your personal use and even download them again. The Mac App Store lets you know when app updates are available, so you always have the latest versions. Open the Mac App Store by clicking its icon in the Dock. iTunes iTunes organizes and plays your digital music and video on your Mac. The iTunes Store lets you buy new music, movies, TV shows, books, and more. iTunes is also where you’ll find the App Store for iPad, iPhone, and iPod touch. iTunes Store Discover and buy new music, movies, and more. Genius Mixes Let iTunes search your music library and group songs that go great together. iCal Multiple calendars Access all your calendars from one place. Keep track of your busy schedule with iCal. You can create separate calendars—one for home, another for school, a third for work. See all your calendars in a single window or choose to see only the calendars you want. Create and send invitations using contact information from your Address Book, then see who has responded. Use iCloud to update calendars on all your devices automatically or share calendars with other iCloud users. iPhoto Create Create books, cards, and calendars. Faces iPhoto can even organize your photos based on who’s in them. Events Double-click any Event to browse photos. iPhoto is the best way to organize, browse, edit, and share your photos on your Mac. You can organize your photo library by Faces, Places, and Events. To send photos by email or publish them to Facebook, just select the photo and click Share in the bottom right of your screen. Or click Create to turn your favorite shots into photo books, calendars, and cards. iMovie Event browser Your imported videos appear here so you can access all your clips. Project browser Simply drop your selection in a project to create a great movie. iMovie puts all your video clips in one place so you can quickly turn them into great-looking movies or even Hollywood-style movie trailers in just a few clicks. It has all the editing tools, themes, and special effects you need to turn your photos and videos into something amazing. And iMovie lets you import video from most popular digital video cameras, your iPhone, iPad, or iPod touch, or the FaceTime camera on your Mac. FaceTime FaceTime for Mac lets you talk face to face with anyone on an iPad, iPhone, iPod touch, or Mac—from your Mac.* To set up FaceTime on your Mac, all you need is your Apple ID and email address. To start a video call, click an entry in your Address Book contacts list. Favorites Add your frequent contacts to Favorites for easy access. *Requires FaceTime-enabled device for both caller and recipient. Not available in all areas. Calendar view Select the view you prefer—day, week, month, or year. Full-screen view Click the full-screen button to go full screen. Always up to date Updates to your purchased apps appear automatically. Add an event Double-click to create a new event. Discover new apps Browse thousands of apps and download them straight to Launchpad. iWork Guide de l’utilisateur des formules et des fonctionsKApple Inc. © 2009 Apple Inc. Tous droits réservés. Ce manuel est soumis aux lois sur le droit d’auteur et ne peut être copié, totalement ou partiellement, sans le consentement écrit d’Apple. Vos droits concernant le logiciel sont régis par le contrat de licence qui l’accompagne. Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation à des fins commerciales du logo Apple via le clavier (Option + Maj + K) sans l’accord écrit préalable d’Apple peut constituer une contrefaçon de marque commerciale et un acte de concurrence déloyale contraires aux lois en vigueur dans les états et au niveau fédéral. Tous les efforts ont été déployés afin de garantir l’exactitude des informations de ce manuel. Apple n’est pas responsable des erreurs d’impression ou de rédaction. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, iWork, Keynote, Mac, Mac OS, Numbers et Pages sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Adobe et Acrobat sont des marques ou des marques déposées d’Adobe Systems Incorporated, aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés dans ce document sont des marques de leurs propriétaires respectifs. La mention de produits tiers est indiquée à titre informatif exclusivement et ne constitue ni une approbation, ni une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité quant aux performances ou à l’utilisation de ces produits. F019-1588 08/200913 Préface : Bienvenue dans les formules et les fonctions d’iWork 15 Chapitre 1 : Utilisation de formules dans des tableaux 15 Éléments des formules 17 Calculs instantanés dans Numbers 18 Utilisation de formules rapides prédéfinies 19 Création de formules personnalisées 20 Ajouter et modifier des formules à l’aide de l’éditeur de formules 21 Ajouter et modifier des formules à l’aide de la barre des formules 22 Ajout de fonctions à des formules 25 Gestion des erreurs et des avertissements dans les formules 25 Suppression de formules 26 Référencement de cellules dans des formules 28 Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules 29 Distinction entre références absolues et relatives à des cellules 30 Utilisation d’opérateurs dans les formules 30 Opérateurs arithmétiques 31 Opérateurs de comparaison 31 Opérateur de chaîne et jokers 32 Copie ou déplacement de formules et de leurs valeurs calculées 33 Affichage de toute les formules d’une feuille de calcul 33 Recherche et remplacement d’éléments de formule 35 Chapitre 2 : Vue d’ensemble des fonctions d’iWork 35 Introduction aux fonctions 36 Informations sur les fonctions 36 Les éléments de syntaxe et les termes utilisés dans la définition des fonctions 38 Types de valeur 44 Liste des catégories de fonctions 44 Collage d’exemples de l’aide 46 Chapitre 3 : Fonctions date et heure 46 Liste des fonctions date et heure 48 ANNÉE 3 Table des matières4 Table des matières 49 AUJOURDHUI 50 DATE 50 DATEDIF 52 DATEVAL 53 EDATE 54 FIN.MOIS 55 FRACTION.ANNEE 56 HEURE 57 JOUR 57 JOURS360 58 JOURSEM 59 MAINTENANT 60 MINUTE 60 MOIS 61 NB.JOURS.OUVRES 62 NOMDUMOIS 63 NOMJOUR 64 NO.SEMAINE 64 SECONDE 65 SERIE.JOUR.OUVRE 66 TEMPS 67 TEMPSVAL 68 Chapitre 4 : Fonctions de durée 68 Liste des fonctions de durée 69 DUREE 70 DUREE.SUPPRESSION 70 DURHEURES 71 DURJOURS 72 DURMILLISECONDES 73 DURMINUTES 73 DURSECONDES 74 DURSEMAINES 76 Chapitre 5 : Fonctions d’ingénierie 76 Liste des fonctions d’ingénierie 77 BASE10 78 BASEN 79 BESSELJ 80 BESSELY 81 BINDEC 81 BINHEX 82 BINOCTTable des matières 5 83 CONVERT 84 Unités de conversion prises en charge 84 Poids et masse 85 Distance 85 Durée 85 Vitesse 86 Pression 86 Force 86 Énergie 86 Puissance 87 Magnétisme 87 Température 87 Volume liquide 87 Préfixes métriques 88 DECBIN 89 DECHEX 90 DECOCT 91 DELTA 91 ERF 92 ERFC 93 HEXBIN 94 HEXDEC 94 HEXOCT 95 OCTBIN 96 OCTDEC 97 OCTHEX 98 SUP.SEUIL 100 Chapitre 6 : Fonctions financières 100 Liste des fonctions financières 104 AMORLIN 105 CUMUL.INTER 107 CUMUL.PRINCPER 109 DB 111 DDB 112 DUREE.M.OBLIGATION 114 DUREE.OBLIGATION 115 INTERET.ACC 117 INTERET.ACC.MAT 119 INTPER 120 ISPMT 122 NB.COUPONS 123 NB.JOURS.COUPON6 Table des matières 124 NB.JOURS.COUPON.SUIV 125 NB.JOURS.COUPON.SUIV 127 NPM 129 PRINCPER 130 PRIX.TITRE 132 PRIX.TITRE.ECHEANCE 133 RENDEMENT.SIMPLE 135 RENDEMENT.TITRE 136 RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE 138 SYD 139 TAUX 141 TAUX.EFFECTIF 142 TAUX.ESCOMPTE 143 TAUX.INTERET 144 TAUX.NOMINAL 145 TRI 147 TRIM 149 VA 151 VALEUR.ENCAISSEMENT 152 VALEUR.NOMINALE 154 VAN 155 VC 157 VDB 159 VPM 161 Chapitre 7 : Fonctions logiques et d’information 161 Liste des fonctions logiques et d’information 162 ESTERREUR 163 EST.IMPAIR 163 EST.PAIR 164 ESTVIDE 165 ET 166 FAUX 167 NON 168 OU 169 SI 170 SI.ERREUR 171 VRAI 173 Chapitre 8 : Fonctions numériques 173 Liste des fonctions numériques 176 ABS 176 ALEATable des matières 7 177 ALEA.ENTRE.BORNES 178 ARRONDI 179 ARRONDI.AU.MULTIPLE 180 ARRONDI.INF 181 ARRONDI.SUP 182 COMBIN 183 ENT 184 EXP 185 FACT 186 FACTDOUBLE 187 IMPAIR 188 LN 188 LOG 189 LOG10 190 MOD 191 MULTINOMIALE 192 PAIR 193 PGCD 193 PI 194 PLAFOND 195 PLANCHER 196 PPCM 197 PRODUIT 198 PUISSANCE 198 QUOTIENT 199 RACINE 200 RACINE.PI 200 ROMAIN 202 SIGNE 202 SOMME 203 SOMME.CARRES 204 SOMMEPROD 205 SOMME.SI 206 SOMME.SIS 208 SOMME.X2MY2 208 SOMME.X2PY2 209 SOMME.XMY2 210 TRONQUE 212 Chapitre 9 : Fonctions de référencement 212 Liste des fonctions de référencement 213 ADRESSE 215 CHOISIR8 Table des matières 215 COLONNE 216 COLONNES 217 DECALER 218 EQUIV 220 INDEX 222 INDIRECT 223 LIEN_HYPERTEXTE 224 LIGNE 224 LIGNES 225 RECHERCHE 226 RECHERCHEH 228 RECHERCHEV 230 TRANSPOSE 231 ZONES 232 Chapitre 10 : Fonctions statistiques 232 Liste des fonctions statistiques 237 AVERAGEA 239 BETA.INVERSE 239 CENTILE 241 CENTREE.REDUITE 241 COEFFICIENT.CORRELATION 243 COVARIANCE 244 CRITERE.LOI.BINOMIALE 245 DROITEREG 247 Statistiques supplémentaires 248 ECART.MOYEN 249 ECARTYPE 251 ECARTYPEP 252 FRÉQUENCE 254 GRANDE.VALEUR 255 INTERVALLE.CONFIANCE 256 INVERSE.LOI.F 256 KHIDEUX.INVERSE 257 LNGAMMA 258 LOI.BETA 259 LOI.BINOMIALE 260 LOI.BINOMIALE.NEG 261 LOI.EXPONENTIELLE 261 LOI.F 262 LOI.GAMMA 263 LOI.GAMMA.INVERSE 264 LOI.KHIDEUXTable des matières 9 264 LOI.LOGNORMALE 265 LOI.LOGNORMALE.INVERSE 266 LOI.NORMALE 267 LOI.NORMALE.INVERSE 268 LOI.NORMALE.STANDARD 268 LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE 269 LOI.POISSON 270 LOI.STUDENT 271 LOI.STUDENT.INVERSE 271 MAX 272 MAXA 273 MEDIANE 274 MIN 275 MINA 276 MODE 276 MOYENNE 277 MOYENNE.GEOMETRIQUE 278 MOYENNE.HARMONIQUE 279 MOYENNE.SI 281 MOYENNE.SIS 283 NB 284 NB.SI 285 NB.SIS 287 NBVAL 289 NB.VIDE 290 ORDONNEE.ORIGINE 291 PENTE 292 PERMUTATION 293 PETITE.VALEUR 294 PREVISION 295 PROBABILITE 297 QUARTILE 298 RANG 299 RANG.POURCENTAGE 300 SOMME.CARRES.ECARTS 301 STDEVA 303 STDEVPA 305 TEST.KHIDEUX 306 TEST.STUDENT 307 VAR 309 VARA 311 VAR.P 312 VARPA10 Table des matières 314 ZTEST 316 Chapitre 11 : Fonctions de texte 316 Liste des fonctions de texte 318 CAR 319 CHERCHE 320 CNUM 321 CODE 322 CONCATENER 323 CTXT 324 DEVISE 325 DROITE 325 EPURAGE 326 EXACT 327 GAUCHE 328 MAJUSCULE 328 MINUSCULE 329 NBCAR 330 NOMPROPRE 331 REMPLACER 331 REPT 332 STXT 333 SUBSTITUE 334 SUPPRESPACE 335 T 335 TROUVE 337 Chapitre 12 : Fonctions trigonométriques 337 Liste des fonctions trigonométriques 338 ACOS 339 ACOSH 339 ASIN 340 ASINH 341 ATAN 342 ATAN2 343 ATANH 343 COS 344 COSH 345 DEGRES 346 RADIANS 347 SIN 348 SINH 348 TANTable des matières 11 349 TANH 351 Chapitre 13 : Exemples et rubriques supplémentaires 351 Exemples et rubriques supplémentaires inclus 352 Arguments communs utilisés dans les fonctions financières 361 Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire 362 Flux de trésorerie et durées réguliers 363 Flux de trésorerie et durées irréguliers 365 Choix d’une fonction pour résoudre des questions courantes d’ordre financier 367 Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt 369 En savoir plus sur les arrondis 372 Association de fonctions logiques et de fonctions d’information 373 Ajout de commentaires d’après le contenu de cellules 374 Interception de division par zéro 375 Usage de conditions et de jokers 377 Exemple de résultats d’une étude13 iWork comporte plus de 250 fonctions permettant de simplifier les calculs statistiques, financiers, d’ingénierie et autres. Le navigateur des fonctions intégré permet de vous familiariser rapidement avec les fonctions et d’apprendre comment les ajouter à une formule. Pour commencer, tapez simplement le signe égal dans une cellule de tableau vide pour ouvrir l’éditeur de formules. Choisissez ensuite Insérer > Fonction > Afficher le navigateur des fonctions. Le présent guide de l’utilisateur contient des instructions détaillées destinées à vous aider à écrire des formules et à utiliser des fonctions. D’autres ressources viennent en outre compléter ce manuel. Préface Bienvenue dans les formules et les fonctions d’iWork14 Préface Bienvenue dans les formules et les fonctions d’iWork Aide à l’écran L’aide à l’écran contient toutes les informations qui figurent dans ce manuel dans un format facilitant la recherche, toujours disponible sur votre ordinateur. Vous pouvez ouvrir l’aide sur les formules et fonctions d’iWork à partir du menu Aide de toute application iWork. Lorsque Numbers, Pages ou Keynote est ouvert, choisissez Aide > Aide sur les formules et fonctions d’iWork. Site web d’iWork Consultez les dernières actualités et informations concernant iWork à l’adresse www.apple.com/fr/iwork. Site web d’assistance Vous trouverez des informations détaillées sur la résolution de problèmes à l’adresse www.apple.com/fr/support/iwork. Bulles d’aide Les applications iWork disposent de bulles d’aide, de courtes descriptions, pour la plupart des éléments qui apparaissent à l’écran. Pour afficher une bulle d’aide, maintenez le pointeur sur un élément pendant quelques secondes. Guides d’initiation vidéo en ligne Les guides d’initiation vidéo en ligne que vous pouvez visionner à l’adresse www.apple.com/fr/iwork/tutorials expliquent comment réaliser certaines tâches dans Keynote, Numbers et Pages. La première fois que vous ouvrez une application iWork, un message reprenant un lien vers ces guides d’initiation sur le web apparaît. Vous pouvez visionner ces guides d’initiation vidéo à tout moment en choisissant, dans Keynote, Numbers et Pages, les menus Aide > Guides d’initiation vidéo.15 Le présent chapitre explique comment réaliser des calculs dans des cellules de tableau à l’aide de formules. Éléments des formules Une formule réalise un calcul et affiche le résultat dans la cellule où vous avez placé la formule. Les cellules contenant des formules sont appelées cellules de formule. Par exemple, dans la dernière cellule d’une colonne, vous pouvez insérer une formule qui additionne les nombres des cellules situées au-dessus. En cas de modification de l’une des valeurs des cellules situées au-dessus de la cellule de formule, la somme affichée dans cette dernière est automatiquement actualisée. Une formule réalise des calculs d’après les valeurs que vous indiquez. Ces valeurs peuvent correspondre à des nombres ou du texte (des constantes) que vous tapez dans la formule. Il peut aussi s’agir de valeurs qui figurent dans des cellules de tableau que vous identifiez dans la formule à l’aide de références à des cellules. Les formules utilisent des opérateurs et des fonctions pour réaliser les calculs sur les valeurs que vous indiquez :  Les opérateurs sont des symboles qui permettent de réaliser des opérations arithmétiques, de comparaison ou sur des chaînes. Dans les formules, les symboles servent à indiquer l’opération à réaliser. Par exemple, le symbole + additionne des valeurs, tandis que le symbole = compare deux valeurs pour déterminer si elles sont égales. =A2 + 16 : formule qui utilise un opérateur pour additionner deux valeurs. = : précède toujours une formule. A2 : référence à une cellule. A2 fait référence à la seconde cellule de la première colonne. + : opérateur arithmétique qui additionne la valeur qui le précède et celle qui le suit. 16 : constante numérique. 1 Utilisation de formules dans des tableaux Tandis que les fonctions sont des opérations nommées et prédéfinies, telles que SOMME et MOYENNE. Pour utiliser une fonction, vous devez taper son nom puis les arguments dont la fonction a besoin entre parenthèses. Les arguments indiquent les valeurs que la fonction doit utiliser pour réaliser l’opération. =SOMME(A2:A10) : formule qui utilise la fonction SOMME pour additionner les valeurs d’une plage de cellules (neuf cellules de la première colonne). A2:A10 : référence aux valeurs des cellules A2 à A10. Pour savoir comment Aller à Afficher instantanément la somme, la moyenne, la valeur minimale, la valeur maximale et le compte des valeurs appartenant à une sélection de cellules et, facultativement, enregistrer la formule utilisée pour obtenir ces valeurs dans Numbers « Calculs instantanés dans Numbers » (page 17) Ajouter rapidement une formule permettant d’afficher la somme, la moyenne, la valeur minimale, la valeur maximale, le compte ou le produit des valeurs d’une sélection de cellules « Utilisation de formules rapides prédéfinies » (page 18) Utiliser des outils et des techniques pour créer et modifier des formules dans Numbers « Ajouter et modifier des formules à l’aide de l’éditeur de formules » (page 20) « Ajouter et modifier des formules à l’aide de la barre des formules » (page 21) « Ajout de fonctions à des formules » (page 22) « Suppression de formules » (page 25) Utiliser des outils et des techniques pour créer et modifier des formules dans Pages et Keynote « Ajouter et modifier des formules à l’aide de l’éditeur de formules » (page 20) Utiliser des centaines de fonctions iWork et consulter les exemples illustrant l’usage des fonctions dans le domaine financier, l’ingénierie, les statistiques et dans d’autres domaines Aide > Aide sur les formules et fonctions d’iWork Aide > Guide de l’utilisateur des formules et fonctions d’iWork Ajouter des références de cellules de différents types à une formule dans Numbers « Référencement de cellules dans des formules » (page 26) « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » (page 28) « Distinction entre références absolues et relatives à des cellules » (page 29) 16 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 17 Pour savoir comment Aller à Utiliser des opérateurs dans des formules « Opérateurs arithmétiques » (page 30) « Opérateurs de comparaison » (page 31) « Opérateur de chaîne et jokers » (page 32) Copier ou déplacer des formules ou la valeur qu’elles calculent entre les cellules d’un tableau « Copie ou déplacement de formules et de leurs valeurs calculées » (page 32) Rechercher des formules et des éléments de formule dans Numbers « Affichage de toute les formules d’une feuille de calcul » (page 33) « Recherche et remplacement d’éléments de formule » (page 34) Calculs instantanés dans Numbers Les résultats des calculs les plus courants utilisant la valeur d’au moins deux cellules sélectionnées s’affichent dans la partie inférieure gauche de la fenêtre de Numbers. Pour réaliser des calculs instantanés : 1 Sélectionnez au moins deux cellules du tableau. Elles ne doivent pas nécessairement être adjacentes. Le résultat des calculs des valeurs de ces cellules s’affiche instantanément dans le coin inférieur gauche de la fenêtre. Les résultats apparaissant en bas à gauche s’appuient sur les valeurs des deux cellules sélectionnées. Somme : affiche la somme des valeurs numériques d’une sélection de cellules. moy : affiche la moyenne des valeurs numériques d’une sélection de cellules. min : affiche la plus petite valeur numérique d’une sélection de cellules. max : affiche la plus grande valeur numérique d’une sélection de cellules. Compte : affiche le nombre de valeurs numériques ou de valeurs temporelles (date/ heure) d’une sélection de cellules. Les cellules vides et celles qui contiennent des valeurs de types non répertoriés cidessus ne sont pas utilisées pour les calculs. 2 Pour réaliser une autre série de calculs instantanés, sélectionnez d’autres cellules.Si un calcul particulier s’avère très utile et que vous souhaitez l’intégrer dans un tableau, vous pouvez l’ajouter comme formule dans une cellule vide du tableau. Il suffit de faire glisser vers une cellule vide la somme, la moyenne ou tout autre élément se trouvant dans la partie inférieure gauche de la fenêtre. La cellule ne doit pas nécessairement se trouver dans le même tableau que les cellules utilisées dans les calculs. Utilisation de formules rapides prédéfinies Un moyen simple de réaliser un calcul de base de valeurs, situées dans un intervalle de cellules adjacentes dans un tableau, consiste à sélectionner les cellules puis à créer une formule rapide. Vous pouvez procéder simplement dans Numbers par le biais du menu local Fonction accessible dans la barre d’outils. Dans Keynote et Pages, ouvrez l’inspecteur Tableau, cliquez sur la sous-fenêtre Format, puis choisissez une formule dans le menu local Fonction. Somme : calcule la somme des valeurs numériques des cellules sélectionnées. Moyenne : calcule la moyenne des valeurs numériques des cellules sélectionnées. Minimum : détermine la plus petite valeur numérique des cellules sélectionnées. Maximum : détermine la plus grande valeur numérique des cellules sélectionnées. Compte : détermine le nombre de valeurs numériques ou de valeurs temporelles (date/heure) d’une sélection de cellules. Produit : multiplie toutes les valeurs numériques des cellules sélectionnées. Vous pouvez également choisir Insertion > Fonction et utiliser le sous-menu qui apparaît. Les cellules vides et celles qui contiennent des types de valeurs non répertoriés sont ignorées. Voici quelques méthodes permettant d’ajouter une formule rapide : m Utilisation de valeurs sélectionnées dans une colonne ou une rangée et sélection des cellules Dans Numbers, cliquez sur Fonction dans la barre d’outils et choisissez un calcul dans le menu local. Dans Keynote ou Pages, choisissez Insertion > Fonction et utilisez le sous-menu qui apparaît. 18 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 19 Si les cellules se trouvent dans la même colonne, le résultat se voit placé dans la première cellule vide située sous les cellules sélectionnées. Si aucune cellule n’est vide, un rang où le résultat doit apparaître est ajouté. Vous pouvez cliquer sur la cellule pour afficher la formule. Si les cellules se trouvent dans la même rangée, le résultat se voit placé dans la première cellule vide située à droite des cellules sélectionnées. Si aucune cellule n’est vide, une colonne où le résultat doit apparaître est ajoutée. Vous pouvez cliquer sur la cellule pour afficher la formule. m Pour utiliser toutes les valeurs issues des cellules du corps d’une colonne, cliquez tout d’abord sur la cellule d’en-tête ou sur l’onglet de référence de la colonne. Dans Numbers, cliquez ensuite sur Fonction dans la barre d’outils et choisissez un calcul dans le menu local. Dans Keynote ou Pages, choisissez Insertion > Fonction et utilisez le sous-menu qui apparaît. Le résultat se voit alors placé dans un rang de bas de tableau. Si le rang de bas de tableau n’existe pas, un est alors ajouté. Vous pouvez cliquer sur la cellule pour afficher la formule. m Pour utiliser toutes les valeurs d’un rang, cliquez tout d’abord sur la cellule d’en-tête ou sur l’onglet de référence de ce rang. Dans Numbers, cliquez ensuite sur Fonction dans la barre d’outils et choisissez un calcul dans le menu local. Dans Keynote ou Pages, choisissez Insertion > Fonction et utilisez le sous-menu qui apparaît. Le résultat se voit alors placé dans une nouvelle colonne. Vous pouvez cliquer sur la cellule pour afficher la formule. Création de formules personnalisées Bien qu’il soit possible d’utiliser plusieurs techniques rapides pour ajouter des formules permettant d’effectuer des calculs simples (voir « Calculs instantanés dans Numbers » à la page 17 et « Utilisation de formules rapides prédéfinies » à la page 18), les outils consacrés aux formules vous procurent plus de contrôle pour insérer vos formules. Pour savoir comment Aller à Utiliser l’éditeur de formules pour manipuler une formule « Ajouter et modifier des formules à l’aide de l’éditeur de formules » (page 20) Utiliser la barre de formules redimensionnable pour manipuler des formules dans Numbers « Ajouter et modifier des formules à l’aide de la barre des formules » (page 21) Utiliser le navigateur des fonctions pour ajouter rapidement des fonctions à des formules lors de l’utilisation de l’éditeur de formules ou de la barre des formules « Ajout de fonctions à des formules » (page 22) Détecter une formule erronée « Gestion des erreurs et des avertissements dans les formules » (page 25)Ajouter et modifier des formules à l’aide de l’éditeur de formules Vous pouvez également faire appel à l’éditeur de formules pour modifier une formule directement depuis la barre des formules (reportez-vous à la rubrique « Ajouter et modifier des formules à l’aide de la barre des formules » à la page 21). L’éditeur de formules possède un champ de texte contenant votre formule. Au fur et à mesure que vous ajoutez des références à des cellules, des opérateurs, des fonctions ou des constantes à une formule, ces éléments apparaissent de la manière suivante dans l’éditeur de formules. Toutes les formules doivent commencer par le signe égal. Fonction Somme. Références aux cellules d’après leur nom. Référence à une plage de trois cellules. Opérateur de soustraction. Voici plusieurs manières d’utiliser l’éditeur de formules : m Pour ouvrir l’éditeur de formules, effectuez l’une des opérations suivantes :  Sélectionnez une cellule du tableau, puis saisissez le signe égal (=).  Dans Numbers, double-cliquez sur une cellule contenant une formule. Dans Keynote et Pages, sélectionnez le tableau, puis double-cliquez sur une cellule contenant une formule.  Dans Numbers uniquement, sélectionnez une cellule d’un tableau, cliquez sur Fonction dans la barre d’outils, puis choisissez Éditeur de formules dans le menu local.  Uniquement proposé dans Numbers, sélectionnez une cellule, puis choisissez Insérer > Fonction > Éditeur de formules. Dans Keynote et Pages, activez l’inspecteur des tableaux, choisissez la sous-fenêtre Format, puis sélectionnez Éditeur de formules dans le menu local Fonction.  Sélectionnez une cellule contenant une formule et appuyez sur Option + Retour. L’éditeur de formules s’ouvre en avant-plan de la cellule sélectionnée, mais vous pouvez le déplacer. m Pour déplacer l’éditeur de formules, maintenez le pointeur au-dessus du côté gauche de l’éditeur de formules jusqu’à ce qu’une main soit représentée, puis faites-le glisser l’éditeur. m Pour élaborer votre formule, procédez comme suit :  Pour ajouter un opérateur ou une constante au champ, placez le point d’insertion et tapez. Vous pouvez utiliser les touches fléchées pour déplacer le point d’insertion dans le champ de texte. Pour découvrir quels sont les opérateurs que vous pouvez utiliser, consultez la rubrique « Utilisation d’opérateurs dans les formules » à la page 30. 20 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 21 Remarque : Lorsque votre formule ne comprenant pas d’opérateur en nécessite un, l’opérateur + est inséré automatiquement. Sélectionnez-le et tapez-en un autre au besoin.  Pour ajouter des références de cellule au champ de texte, placez le point d’insertion, puis suivez les instructions données à la rubrique « Référencement de cellules dans des formules » à la page 26.  Pour ajouter des fonctions au champ de texte, placez le point d’insertion, puis suivez les instructions données à la rubrique « Ajout de fonctions à des formules » à la page 22. m Pour supprimer un élément du champ, sélectionnez-le, puis appuyez sur la touche Suppr. m Pour accepter les modifications, appuyez sur Retour, appuyez sur Entrée ou cliquez sur le bouton Accepter de l’éditeur de formules. Vous pouvez aussi cliquer à l’extérieur du tableau. Pour fermer l’éditeur de formules sans confirmer les modifications effectuées, appuyez sur la touche Échap ou cliquez sur le bouton Annuler dans l’éditeur de formules. Ajouter et modifier des formules à l’aide de la barre des formules Dans Numbers, la barre des formules située sous la barre des formats vous permet de créer et de modifier des formules pour la cellule sélectionnée. Les références de cellule, les opérateurs, les fonctions et les constantes que vous ajoutez à une formule apparaissent comme suit. Référence à une Opérateur de soustraction. plage de trois cellules. Références aux cellules Fonction Somme. d’après leur nom. Toutes les formules doivent commencer par le signe égal. Voici plusieurs manières d’utiliser la barre des formules : m Pour ajouter ou modifier une formule, sélectionnez la cellule et ajoutez ou modifiez des éléments de la formule à partir de la barre des formules. m Pour ajouter des éléments à votre formule, procédez comme suit :  Pour ajouter un opérateur ou une constante, placez le point d’insertion dans la barre des formules et tapez. Vous pouvez utiliser les touches fléchées pour déplacer le point d’insertion. Pour découvrir quels sont les opérateurs que vous pouvez utiliser, consultez la rubrique « Utilisation d’opérateurs dans les formules » à la page 30. Lorsque votre formule ne comprenant pas d’opérateur en nécessite un, l’opérateur + est inséré automatiquement. Sélectionnez-le et tapez-en un autre au besoin. Pour ajouter des références de cellule à la formule, placez le point d’insertion, puis suivez les instructions données à la rubrique « Référencement de cellules dans des formules » à la page 26.  Pour ajouter des fonctions à la formule, placez le point d’insertion, puis suivez les instructions données à la rubrique « Ajout de fonctions à des formules » à la page 22. m Pour augmenter ou réduire la taille d’affichage des éléments dans la barre des formules, choisissez une option dans le menu local Taille du texte des formules situé au-dessus de la barre des formules. Pour augmenter ou réduire la hauteur de la barre des formules, faites glisser verticalement le contrôle de redimensionnement complètement à droite de la barre des formules, ou double-cliquez sur ce contrôle pour qu’il adapte automatiquement ses dimensions à la formule. m Pour supprimer un élément de la formule, sélectionnez-le, puis appuyez sur la touche Suppr. m Pour enregistrer les modifications, appuyez sur Retour, appuyez sur Entrée ou cliquez sur le bouton Accepter situé au-dessus de la barre des formules. Vous pouvez aussi cliquer à l’extérieur de la barre des formules. Pour ne pas enregistrer les modifications, cliquez sur le bouton Annuler situé audessus de la barre des formules. Ajout de fonctions à des formules Une fonction est une opération prédéfinie qui porte un nom (comme SOMME et MOYENNE) qui permet de réaliser un calcul. Une fonction peut constituer soit l’un des éléments d’une formule, soit le seul élément d’une formule. Il existe plusieurs catégories de fonctions, allant des fonctions financières permettant de calculer des taux d’intérêt, des valeurs pour l’investissement et autres données, aux fonctions statistiques qui calculent des moyennes, des probabilités, des écartstypes, etc. Pour en savoir plus sur toutes les catégories de fonctions d’iWork et pour consulter de nombreux exemples illustrant leur utilisation, choisissez Aide > Aide sur les formules et fonctions d’iWork ou Aide > Guide de l’utilisateur des formules et fonctions d’iWork.« Introduction aux fonctions » : 22 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 23 Bien que vous puissiez taper une fonction dans le champ de texte de l’éditeur de formules ou dans la barre des formules (dans Numbers uniquement), le navigateur des fonctions constitue un moyen plus pratique d’ajouter une fonction à une formule. Sélectionnez une fonction pour consulter les informations qui s’y rapportent. Recherchez une fonction. Insérez la fonction sélectionnée. Sélectionnez une catégorie pour retrouver les fonctions qui en font partie. Sous-fenêtre de gauche : répertorie les catégories de fonctions. Sélectionnez une catégorie pour connaître les fonctions qu’elle regroupe. La plupart des catégories représentent des familles de fonctions connexes. La catégorie Tous reprend toutes les fonctions par ordre alphabétique. La catégorie Récent affiche la liste des dix dernières fonctions insérées à l’aide du navigateur des fonctions. Sous-fenêtre de droite : affiche les différentes fonctions. Sélectionnez une fonction pour afficher des informations sur cette dernière et, le cas échéant, pour l’ajouter à une formule. Sous-fenêtre du bas : affiche des informations détaillées sur la fonction sélectionnée. Pour ajouter une fonction à l’aide du navigateur des fonctions : 1 Dans l’éditeur de formules ou la barre de formules (disponible dans Numbers seulement), placez le point d’insertion à l’endroit où vous souhaitez ajouter la fonction. Remarque : Lorsque votre formule ne comprenant pas d’opérateur avant ou après une fonction en nécessite un, l’opérateur + est inséré automatiquement. Sélectionnez-le et tapez-en un autre au besoin. 2 Dans Pages ou Keynote, choisissez Insérer > Fonction > Afficher le navigateur des fonctions, pour ouvrir le navigateur des fonctions. Dans Numbers, ouvrez le navigateur des fonctions en effectuant l’une des opérations suivantes :  Cliquez sur le bouton Navigateur des fonctions dans la barre des formules.  Cliquez sur le bouton Fonction sur la barre d’outils, puis choisissez Afficher le navigateur des fonctions.  Sélectionnez Insérer > Fonction > Afficher le navigateur des fonctions.  Choisissez Présentation > Afficher le navigateur des fonctions. 3 Sélectionnez une catégorie de fonctions. 4 Indiquez la fonction de votre choix en double-cliquant dessus ou en la sélectionnant puis en cliquant sur Insérer une fonction. 5 Dans l’éditeur de formules ou la barre des formules (disponible dans Numbers uniquement), remplacez chaque paramètre fictif de la fonction insérée par une valeur. Aide relative à l’argument « émission » qui s’affiche lorsque le pointeur de la souris est placé sur le paramètre fictif. Les paramètres fictifs correspondant aux arguments facultatifs sont en gris clair. Cliquez ici pour retrouver la liste des valeurs possibles. Pour afficher une brève description de la valeur d’un argument : Maintenez le pointeur sur le paramètre fictif de l’argument. Vous pouvez aussi faire référence à des informations sur l’argument dans la fenêtre Navigateur des fonctions. Pour indiquer la valeur devant remplacer le paramètre fictif d’un argument : Cliquez sur l’argument fictif, puis saisissez une constante ou insérez une référence de cellule (pour obtenir des instructions, consultez la rubrique « Référencement de cellules dans des formules » à la page 26). Si l’endroit réservé à l’argument est affiché en gris clair, la saisie d’une valeur est facultative. Pour indiquer la valeur remplaçant le paramètre fictif d’un argument doté d’un triangle d’affichage : Cliquez sur le triangle d’affichage, puis choisissez une valeur dans le menu local. Pour consulter les informations sur une valeur du menu local, maintenez le pointeur sur la valeur. Pour accéder à l’aide sur la fonction, sélectionnez Aide Fonction. 24 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 25 Gestion des erreurs et des avertissements dans les formules Lorsque la formule d’une cellule de tableau est incomplète, qu’elle reprend des références des cellules non valides ou contient toute autre erreur, ou lorsqu’une opération d’importation génère une erreur de condition dans une cellule, Number ou Pages affiche une icône dans la cellule. Un triangle bleu dans la partie supérieure gauche d’une cellule affiche des alertes. Un triangle rouge au milieu d’une cellule indique une erreur provoquée par une formule. Pour afficher les messages des avertissements et des erreurs : m Cliquez sur l’icône. Un message récapitule chaque erreur et chaque avertissement associés à la cellule. Pour que Numbers génère un avertissement lorsqu’une cellule référencée dans une formule est vide, cliquez sur Numbers > Préférences, puis sélectionnez « Afficher les avertissements lorsque les formules réfèrent à des cellules vides » dans la sous-fenêtre Général. Cette option n’est pas proposée ni dans Keynote, ni dans Pages. Suppression de formules Si vous souhaitez ne plus utiliser de formule associée à une cellule, vous pouvez la supprimer rapidement. Pour supprimer une formule d’une cellule : 1 Sélectionnez la cellule. 2 Appuyez ensuite sur la touche Suppr. Dans Numbers, si vous voulez passer en revue les formules d’une feuille de calcul et choisir celles à supprimer, sélectionnez Présentation > Afficher la liste des formules.Référencement de cellules dans des formules Tous les tableaux possèdent des onglets de référence. Ceux-ci correspondent au numéro des rangs et à l’en-tête des colonnes. Dans Numbers, ils sont visibles à tout moment lorsque le tableau est actif, par exemple, quand une cellule du tableau est sélectionnée. Dans Keynote et Pages, les onglets de référence apparaissent seulement lorsque la formule d’une cellule est sélectionnée. Dans Numbers, les onglets de référence ressemblent à ce qui suit : Un onglet de référence se représente sous forme d’une zone grise située au-dessus de chaque colonne ou à gauche de chaque rangée, contenant respectivement la lettre de la colonne (par exemple, « A ») ou le numéro de la rangée (par exemple, « 3 »). L’apparence des onglets de référence dans Keynote et Pages est semblable à celle dans Numbers. Vous pouvez faire appel aux références à des cellules pour identifier dont vous voulez utiliser les valeurs dans des formules. Dans Numbers, les cellules peuvent se trouver dans le même tableau que la cellule de la formule, dans un autre tableau situé sur la même feuille ou sur une autre feuille. Les références de cellule présentent des formats différents selon que le tableau de la cellule possède des en-têtes, selon que vous faites référence à une seule cellule ou à un intervalle de cellules, etc. Voici un résumé des formats que vous pouvez utiliser pour les références de cellule. Pour faire référence à Utilisez le format Exemple Une cellule du tableau qui contient la formule La lettre de l’onglet de référence suivie par le numéro de l’onglet de référence de la cellule C55 fait référence au 55 ème rang de la troisième colonne. Une cellule pourvu d’un entête de rang et d’un en-tête de colonne Le nom de la colonne suivi du nom du rang Produits 2006 fait référence à une cellule dont l’en-tête de rang contient Produits et dont l’en-tête de colonne contient 2006. Une cellule pourvue de plusieurs en-têtes de rang ou de colonne Le nom de l’en-tête dont vous voulez faire référence aux colonnes ou aux rangs Si 2006 correspond à un en-tête qui court sur deux colonnes (Produits et Charges), 2006 fait référence à toutes les cellules des colonnes Produits et Charges. 26 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 27 Pour faire référence à Utilisez le format Exemple Un intervalle de cellules Un signe deux-points (:) entre la première et la dernière cellule de l’intervalle en utilisant la notation des onglets de référence pour identifier les cellules B2:B5 fait référence à quatre cellules de la seconde colonne. Toutes les cellules d’un rang Le nom du rang, ou numéro-durang:numéro-du-rang 1:1 fait référence à toutes les cellules du premier rang. Toutes les cellules d’une colonne La lettre ou le nom de la colonne C fait référence à toutes les cellules de la troisième colonne. Toutes les cellules d’un intervalle de rangs Un signe deux-points (:) entre le numéro ou le nom des premier et dernier rangs de l’intervalle 2:6 fait référence à toutes les cellules de cinq rangs. Toutes les cellules d’un intervalle de colonnes Un signe deux-points (:) entre la lettre ou le nom des première et dernière colonnes de l’intervalle B:C fait référence à toutes les cellules des seconde et troisième colonnes. Dans Numbers, une cellule située dans un autre tableau de la même feuille Si le nom de la cellule est unique dans la feuille de calcul, seul le nom est requis ; dans le cas contraire, le nom du tableau suivi de deux symboles deuxpoints (::) puis de l’identifiant de la cellule doivent être précisés Tableau 2::B5 fait référence à la cellule B5 du tableau intitulé Tableau 2. Tableau 2::Inscriptions 2006 fait référence à une cellule par son nom. Dans Numbers, une cellule située dans un tableau qui se trouve dans une autre feuille Si le nom de la cellule est unique dans la feuille de calcul, seul le nom est requis ; dans le cas contraire, le nom de la feuille suivi de deux symboles deux-points (::), puis du nom du tableau, de deux symboles deux-points supplémentaires et enfin de l’identifiant de la cellule doivent être précisés Feuille 2::Tableau 2::Droit d’inscription 2006 fait référence à une cellule située dans un tableau intitulé Tableau 2 qui se trouve dans la feuille portant le nom de Feuille 2. Dans Numbers, vous pouvez ignorer le nom d’un tableau ou d’une feuille si les cellules référencées ont des noms uniques dans la feuille de calcul. Dans Numbers, en faisant référence à une cellule dans un en-tête couvrant plusieurs rangs ou plusieurs colonnes, le comportement suivant s’applique :  Le nom dans la cellule d’en-tête la plus proche de la cellule qui y fait référence est utilisé. Par exemple, si un tableau possède deux rangs d’en-tête, que B1 contient « Chien » et B2 contient « Chat », lorsque vous enregistrez une formule utilisant « Chien », « Chat » est enregistré à la place de « Chien ».  Toutefois, si « Chat » apparaît dans une autre cellule d’en-tête de la feuille de calcul, c’est « Chien » qui est retenu.Pour savoir comment insérer des références de cellule dans une formule, reportez-vous à la rubrique suivante « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules ». Pour en savoir plus sur la différence entre références de cellule absolues et relatives, éléments importants si vous souhaitez copier ou déplacer des formules, consultez la rubrique « Distinction entre références absolues et relatives à des cellules » à la page 29. Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules Vous pouvez saisir manuellement des références de cellule dans une formule ou les insérer à l’aide de la souris ou de raccourcis clavier. Il existe plusieurs manières d’insérer des références à des cellules : m Pour utiliser un raccourci clavier pour saisir la référence à une cellule, placez le point d’insertion dans l’éditeur de formules ou la barre des formules (Numbers uniquement) et effectuez l’une des opérations suivantes :  Pour faire référence à une seule cellule, appuyez sur la touche Option et les touches fléchées simultanément pour sélectionner la cellule.  Pour faire référence à un intervalle de cellules, appuyez sur les touches Maj + Option et maintenez-les enfoncées après avoir sélectionné la première cellule de l’intervalle jusqu’à ce que la dernière cellule de l’intervalle soit atteinte.  Pour faire référence dans Numbers à des cellules situées dans un autre tableau d’une feuille quelconque, sélectionnez le tableau en appuyant sur les touches Option + Commande + Pg suiv pour descendre dans les tableaux ou sur Option + Commande + Pg préc pour monter. Le tableau voulu sélectionné, maintenez toujours la touche Option enfoncée, relâchez seulement la touche Commande, puis utilisez les touches fléchées pour sélectionner la cellule ou l’intervalle de cellules voulu (dans le cas d’un intervalle, l’utilisez Maj + Option).  Pour indiquer des attributs absolus et relatifs pour la référence à une cellule après l’avoir insérée, cliquez sur cette dernière et appuyez sur Commande + K pour passer d’option à l’autre. Consultez la rubrique « Distinction entre références absolues et relatives à des cellules » à la page 29 pour en savoir plus. m Pour utiliser la souris pour saisir la référence à une cellule, placez le point d’insertion dans l’éditeur de formules ou la barre des formules (Numbers uniquement) et effectuez l’une des opérations suivantes dans le même tableau que la cellule de formule ou, dans Numbers uniquement, dans un tableau d’une feuille quelconque :  Pour faire référence à une seule cellule, cliquez sur la cellule.  Pour faire référence à toutes les cellules d’une colonne ou d’un rang, cliquez sur l’onglet de référence de la colonne ou du rang.  Pour faire référence à un intervalle de cellules, cliquez sur une cellule de l’intervalle, puis faites glisser le curseur pour délimiter l’intervalle des cellules. 28 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 29  Pour spécifier des attributs absolus et relatifs d'une référence de cellule, cliquez sur le triangle d'affichage de la référence saisie et sélectionnez une option dans le menu local. Consultez la rubrique « Distinction entre références absolues et relatives à des cellules » à la page 29 pour en savoir plus. Dans Numbers, la référence insérée utilise des noms plutôt que la notation par onglets de référence sauf si la case « Utiliser les noms des cellules d’en-tête comme références » est décochée dans la sous-fenêtre Général des préférences de Numbers. Dans Keynote et Pages, la référence insérée utilise des noms plutôt que la notation par onglets de référence si les cellules référencées possèdent des en-têtes. m Pour taper la référence à une cellule, placez le point d’insertion dans l’éditeur de formules ou la barre des formules (Numbers uniquement), puis saisissez la référence en suivant l’un des formats cités dans « Référencement de cellules dans des formules » à la page 26. Lorsque vous tapez la référence d’une cellule contenant le nom d’une cellule d’entête (technique commune à toutes les applications), le nom d’un tableau (Numbers uniquement) ou d’une feuille (Numbers uniquement), et ce à partir du troisième caractère, une liste de suggestions apparaît si les caractères que vous avez tapés correspondent à un ou plusieurs des noms qui figurent dans votre feuille de calcul. Vous pouvez sélectionner une suggestion de la liste ou continuer à taper au clavier. Pour désactiver la suggestion de noms dans Numbers, choisissez Numbers > Préférences, puis décochez la case « Utiliser les noms des cellules d’en-tête comme références » dans la sous-fenêtre Général. Distinction entre références absolues et relatives à des cellules Utilisez des formes absolues et relatives de référence de cellule pour indiquer la cellule vers laquelle la référence doit renvoyer si vous copiez ou déplacez sa formule. Si une référence est relative (A1) : Elle ne change pas lorsque sa formule est déplacée. Par contre, si la formule est coupée ou copiée, puis collée, la référence de cellule change afin de conserver la même position relative par rapport à la cellule contenant la formule. Par exemple, si une formule contient A1 dans la cellule C4 et que vous copiez la formule et la collez en C5, la référence à la cellule dans C5 devient A2. Si les composants de rang et de colonne d’une référence sont absolus ($A$1) : La référence à la cellule ne change pas lorsque la formule est copiée. Utilisez le signe dollar ($) pour rendre un composant de rang ou de colonne absolu. Par exemple, si une formule contenant $A$1 se trouve dans C4 et si vous copiez la formule et la collez dans la cellule C5 ou dans D5, la référence indiquée dans C5 ou D5 reste $A$1. Si le composant de rang d’une référence est absolu (A$1) : Le composant de colonne est relatif et peut changer pour conserver sa position par rapport à la cellule de la formule. Par exemple, si une formule contenant A$1 se trouve dans C4 et si vous copiez la formule et la collez dans D5, la référence change en B$1.Si le composant de colonne d’une référence est absolu ($A1) : Le composant de rang est relatif et peut changer pour conserver sa position par rapport à la cellule de la formule. Par exemple, si une formule contenant $A1 se trouve dans C4 et si vous copiez la formule et la collez dans la cellule C5 ou dans D5, la référence indiquée dans C5 ou D5 devient $A2. Voici plusieurs manières d’indiquer que des composants de référence sont absolus : m Tapez la référence à la cellule à l’aide d’une des conventions décrites ci-avant. m Cliquez sur le triangle d’affichage de la référence à une cellule, puis choisissez une option dans le menu local. m Sélectionnez la référence à une cellule et appuyez sur Commande + K pour passer d’une option à l’autre. Utilisation d’opérateurs dans les formules Faites appel aux formules pour réaliser des opérations arithmétiques et pour comparer des valeurs.  Les opérateurs arithmétiques effectuent des opérations arithmétiques, telles que l’addition ou la soustraction, et donnent des résultats numériques. Consultez la rubrique « Opérateurs arithmétiques » à la page 30 pour en savoir plus.  Les opérateurs de comparaison comparent deux valeurs et donnent uniquement la valeur VRAI ou FAUX. Reportez-vous à la rubrique « Opérateurs de comparaison » à la page 31 pour en savoir plus. Opérateurs arithmétiques Vous pouvez utiliser des opérateurs arithmétiques pour effectuer des calculs arithmétiques dans des formules. Si vous voulez Utilisez l’opérateur arithmétique Par exemple, si A2 contient 20 et B2 contient 2, la formule Additionner deux valeurs + (signe plus) A2 + B2 donne 22. Soustraire deux valeurs – (signe moins) A2 – B2 donne 18. Multiplier deux valeurs * (astérisque) A2 * B2 donne 40. Diviser une valeur par une autre / (barre oblique) A2 / B2 donne 10. Élever une valeur à une puissance donnée ^ (accent circonflexe) A2 ^ B2 donne 400. Calculer un pourcentage % (signe pourcentage) A2% donne 0,2 formaté pour l’affichage en 20 %. L’utilisation d’une chaîne avec un opérateur arithmétique donne une erreur. Par exemple, 3 + "bonjour" n’est pas une opération arithmétique correcte. 30 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 31 Opérateurs de comparaison Vous pouvez faire appel aux opérateurs de comparaison entre deux valeurs dans des formules. Les opérations de comparaison ne renvoient que la valeur VRAI ou FAUX. Ils permettent également d’élaborer des conditions s’illustrant dans certaines fonctions. Voir « condition » dans le tableau « Les éléments de syntaxe et les termes utilisés dans la définition des fonctions » à la page 36 Si vous voulez déterminer si Utilisez l’opérateur de comparaison Par exemple, si A2 contient 20 et B2 contient 2, la formule Deux valeurs sont égales = A2 = B2 donne FAUX. Deux valeurs sont différentes <> A2 <> B2 donne VRAI. La première valeur est plus grande que la seconde > A2 > B2 donne VRAI. La première valeur est plus petite que la seconde < A2 < B2 donne FAUX. La première valeur est plus grande ou égale à la seconde valeur >= A2 >= B2 donne VRAI. La première valeur est plus petite ou égale à la seconde valeur <= A2 <= B2 donne FAUX. Les chaînes sont considérées comme supérieures aux nombres. Ainsi, "bonjour" > 5 donne VRAI. VRAI et FAUX peuvent être comparés mutuellement mais ne peuvent pas être comparés avec des nombres ou des chaînes. VRAI > FAUX et FAUX < VRAI, car VRAI est interprété comme 1 et FAUX est interprété comme 0. VRAI = 1 donne FAUX, et VRAI = "DuTexte" donne FAUX. Les opérations de comparaison sont principalement utilisées dans des fonctions telles que SI qui permettent de comparer deux valeurs, puis d’effectuer d’autres opérations selon que la comparaison renvoie le résultat VRAI ou FAUX. Pour en savoir plus sur ce sujet, choisissez Aide > « Aide sur les formules et fonctions d’iWork » ou Aide > « Guide de l’utilisateur des formules et fonctions d’iWork ».Opérateur de chaîne et jokers L’opérateur de chaîne s’illustre dans les formules ; les jokers s’utilisent pour leur part dans les conditions. Si vous voulez Utilisez cet opérateur de chaîne ou ce joker Par exemple Concaténez les chaînes ou le contenu de cellules & "abc"&"def" renvoie « abcdef » "abc"&A1 renvoie « abc2 » si la cellule A1 contient 2. A1&A2 renvoie « 12 » si la cellule A1 contient 1 et la cellule A2 contient 2. Remplacement d’un seul caractère ? “ea?” se substitue à n’importe quelle chaîne commençant par « ea » et contenant exactement un caractère de plus. Remplacement d’un nombre quelconque de caractères * "*ed" correspond à une chaîne d’une longueur quelconque et terminant par « ed ». Indication d’un caractère servant de joker ~ "~?" représente le point d’interrogation en tant que tel plutôt qu’un caractère quelconque de substitution. Pour en savoir plus sur l’utilisation de jokers dans des conditions, reportez-vous à la rubrique « Usage de conditions et de jokers » à la page 389. Copie ou déplacement de formules et de leurs valeurs calculées Les techniques ci-dessous permettent de copier et de déplacer des cellules associées à une formule : m Pour copier la valeur calculée d’une cellule de formule sans copier la formule ellemême, sélectionnez la cellule, choisissez Édition > Copier, sélectionnez la cellule destinataire de la valeur, puis choisissez Édition > Coller les valeurs. m Pour copier ou déplacer une formule dans une cellule ou une cellule faisant l’objet d’une référence dans une formule, suivez les instructions reprises dans la rubrique « Copie et déplacement de cellules » dans l’Aide Numbers ou dans le Guide de l’utilisateur de Numbers. 32 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableauxChapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux 33 Dans Numbers, si le tableau est volumineux et si vous voulez déplacer la formule sur une cellule non visible à l’écran, sélectionnez la cellule, choisissez Édition > Signaler pour être déplacé, sélectionnez la nouvelle cellule, puis Édition > Déplacer. Par exemple, si la formule =A1 se trouve dans la cellule D1 et que vous souhaitez déplacer cette formule dans la cellule X1, sélectionnez D1, cliquez sur Édition > Signaler pour être déplacé, puis sélectionnez X1 et cliquez sur Édition > Déplacer. La formule =A1 s’affiche désormais dans la cellule X1. Si vous copiez ou déplacez une cellule de formule : Modifiez si nécessaire les références de cellule en vous référant aux instructions de la rubrique « Distinction entre références absolues et relatives à des cellules » à la page 29. Si vous déplacez une cellule à laquelle une formule fait référence : La référence dans la formule s’actualise alors automatiquement. Par exemple, si une référence à A1 se trouve dans une formule et si vous déplacez A1 sur D95, la référence dans la formule reste D95. Affichage de toute les formules d’une feuille de calcul Dans Numbers, pour accéder à la liste de toutes les formules d’une feuille de calcul, choisissez Présentation > Afficher la liste des formules, ou cliquez sur le bouton de la liste des formules situé dans la barre d’outils. Emplacement : identifie la feuille et le tableau dans lesquels la formule se trouve. Résultats : affiche la valeur calculée par la formule. Formule : affiche la formule. Voici plusieurs manières d’utiliser la fenêtre de la liste des formules : m Pour identifier la cellule contenant une formule, cliquez sur cette dernière. Le tableau s’affiche au-dessus de la fenêtre de la liste des formules, où la cellule de la formule y est sélectionnée. m Pour modifier la formule, double-cliquez dessus. m Pour changer la taille de la fenêtre de la liste des formules, faites glisser verticalement la poignée de sélection située dans le coin supérieur droit. m Pour rechercher des formules qui contiennent un élément en particulier, tapez l’élément dans le champ de recherche et appuyez sur Retour.Recherche et remplacement d’éléments de formule Dans Numbers, la fenêtre Rechercher et remplacer vous permet de faire une recherche parmi toutes les formules d’une feuille de calcul afin de retrouver certains éléments et de les modifier si vous le souhaitez. Voici plusieurs manières d’ouvrir la fenêtre Rechercher et remplacer : m Choisissez Édition > Rechercher > Afficher Rechercher, puis cliquez sur Rechercher et remplacer. m Choisissez Présentation > Afficher la liste des formules, puis cliquez sur Rechercher et remplacer. Rechercher : tapez l’élément de formule (référence à une cellule, opérateur, fonction, etc.) à rechercher. Dans : choisissez « formules uniquement » dans ce menu local. Respecter la casse : cochez cette case pour ne rechercher que les éléments dont les lettres majuscules et minuscules correspondent exactement à ce qui est indiqué dans le champ Rechercher. Mots entiers : cochez cette case pour ne rechercher que les éléments dont l’intégralité du contenu correspond à ce qui est indiqué dans le champ Rechercher. Remplacer : le cas échéant, tapez par quoi vous voulez remplacer ce qui est précisé dans le champ Rechercher. Répéter la recherche (en boucle) : cochez cette case pour rechercher ce qui est indiqué dans le champ Rechercher même après que la recherche ait été effectuée dans l’ensemble de la feuille de calcul. Suivant ou Précédent : cliquez sur le bouton pour rechercher l’occurrence précédente ou suivante de ce qui est précisé dans le champ Rechercher. Une fois l’élément trouvé, l’éditeur de formules s’ouvre et affiche la formule contenant l’occurrence de l’élément. Tout remplacer : cliquez pour remplacer toutes les occurrences de ce qui se trouve dans le champ Rechercher par ce qui est indiqué dans le champ Remplacer. Remplacer : cliquez pour remplacer l’occurrence active de ce qui se trouve dans le champ Rechercher par ce qui est indiqué dans le champ Remplacer. Remplacer et rechercher : cliquez pour remplacer l’occurrence active de ce qui se trouve dans le champ Rechercher et pour rechercher la suivante. 34 Chapitre 1 Utilisation de formules dans des tableaux35 Le présent chapitre constitue une introduction aux fonctions proposées dans iWork. Introduction aux fonctions Une fonction est une opération nommée que vous pouvez inclure dans une formule pour effectuer un calcul dans une cellule de tableau. iWork contient des fonctions permettant de réaliser des opérations mathématiques ou financières, d’extraire des valeurs en s’appuyant sur une recherche, de manipuler des chaînes de texte ou d’obtenir la date et l’heure. Chaque fonction possède un nom suivi d’arguments entre parenthèses. Les arguments permettent de fournir les valeurs dont a besoin la fonction pour effectuer le traitement. Par exemple, la formule suivante contient la fonction SOMME avec un argument unique (un intervalle de cellules) qui ajoute les valeurs de la colonne A, de la ligne 2 à la ligne 10 : =SOMME(A2:A10) Le nombre et les types d’arguments diffèrent pour chaque fonction. Le nombre d’arguments et leur description sont indiqués dans la description de la fonction sousjacente, organisés en liste alphabétique dans la rubrique « Liste des catégories de fonctions » à la page 44. Les descriptions contiennent aussi des informations et des exemples complémentaires pour chacune des fonctions. 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWorkInformations sur les fonctions Pour en savoir plus sur Allez à La syntaxe utilisée dans la définition des fonctions « Les éléments de syntaxe et les termes utilisés dans la définition des fonctions » à la page 36 Les types d’arguments utilisés par les fonctions « Types de valeur » à la page 39 Les catégories de fonctions, par exemple les fonctions de durée et statistiques « Liste des catégories de fonctions » à la page 44. Les fonctions sont triées par ordre alphabétique dans chaque catégorie. Les arguments communs à plusieurs fonctions financières « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 Exemples et rubriques supplémentaires « Exemples et rubriques supplémentaires inclus » à la page 365 Les éléments de syntaxe et les termes utilisés dans la définition des fonctions Les fonctions sont décrites à l’aide d’éléments de syntaxe et de termes spécifiques. Terme ou symbole Signification texte en majuscules Le nom des fonctions est représenté en lettres majuscules. Le nom d’une fonction peut toutefois être saisi en associant des lettres majuscules et minuscules. parenthèses Les arguments des fonctions sont écrits entre parenthèses. Ces dernières sont obligatoires, bien que, dans quelques cas, iWork puisse insérer automatiquement la parenthèse fermante finale. texte en italique Le texte en italique indique que vous devez remplacer le nom de l’argument par la valeur que la fonction doit utiliser pour calculer le résultat. Les arguments possèdent un type de valeur, par exemple « nombre », « date/heure » ou « chaîne ». Les types sont décrits dans « Types de valeur » à la page 39. 36 Chapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWorkChapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWork 37 Terme ou symbole Signification virgules et points-virgules La syntaxe des fonctions utilise le point-virgule pour séparer les arguments. Si vos préférences Langue et texte (Mac OS X 10.6 ou ultérieur) ou les préférences International (versions antérieures de Max OS X) sont configurées de façon à utiliser la virgule comme séparateur décimal, séparez les arguments à l’aide d’un point-virgule plutôt que la virgule. points de suspension (…) Un argument suivi de points de suspension peut être répété autant de fois que nécessaire. Les éventuelles limitations sont décrites dans la définition de l’argument. tableau Un tableau (ne pas confondre avec le tableau d’un tableur, tel que Numbers) est une séquence de valeurs utilisées ou renvoyées par une fonction. constante de tableau Une constante de tableau est un ensemble de valeurs entourées d’accolades ({}). Elle doit être tapée directement dans la fonction. Par exemple, {1; 2; 5; 7} ou {"12/31/2008"; "15/3/2009"; "20/8/2010"}. fonction de tableau Un nombre réduit de fonctions sont appelées « fonctions de tableau » parce qu’elles renvoient un tableau de valeurs et non une seule valeur. Ces fonctions servent généralement à fournir des valeurs à une autre fonction. expression booléenne Une expression booléenne est une expression qui a pour résultat la valeur booléenne VRAI ou FAUX.Terme ou symbole Signification constante Une constante constitue une valeur précisée directement dans la formule qui ne contient aucun appel et aucune référence à une fonction. Par exemple, dans la formule =CONCATENER("chat"; "s"), « chat » et « s » représentent des constantes. argument modal Un argument modal est un argument pouvant adopter une valeur parmi celles indiquées. Généralement, les arguments modaux apportent des informations sur le type de calcul que la fonction doit réaliser ou sur le type de données que la fonction doit renvoyer. Si un argument modal possède une valeur par défaut, celle-ci est indiquée dans la description de l’argument. condition Une condition est une expression pouvant comprendre des opérateurs de comparaison, des constantes, l’opérateur de chaîne et commercial ainsi que des références. Le contenu d’une condition doit être présenté de sorte que le résultat de sa comparaison à une autre valeur génère la valeur booléenne VRAI ou FAUX. Vous trouverez d’autres informations et des exemples dans « Usage de conditions et de jokers » à la page 389. 38 Chapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWorkChapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWork 39 Types de valeur Un argument de fonction possède un type qui indique le type d’information que l’argument peut contenir. Les fonctions renvoient aussi une valeur d’un type donné. Type de valeur Description quelconque Si un argument est spécifié sous la forme « quelconque », il peut correspondre à une valeur booléenne, une date/heure, une durée, un nombre ou une chaîne. booléenne Une valeur booléenne correspond à la valeur VRAI (1) ou FAUX (0) logique ou une référence à une cellule contenant ou ayant pour résultat la valeur VRAI ou FAUX logique. Elle est généralement le résultat de l’évaluation d’une expression booléenne, mais une valeur booléenne peut être indiquée directement comme argument d’une fonction ou comme contenu d’une cellule. On utilise souvent les valeurs booléennes pour déterminer quelle expression doit être renvoyée par la fonction SI. collection Un argument indiqué sous la forme d’une collection peut correspondre à une référence à un seul intervalle de cellules, à une constante de tableau ou à un tableau renvoyé par une fonction de tableau. Un argument spécifié sous la forme d’une collection possède un attribut supplémentaire définissant le type de valeurs qu’il peut contenir.Type de valeur Description date/heure Il s’agit d’une valeur de date/heure ou d’une référence à une cellule contenant une valeur de date/heure dans un des formats pris en charge par iWork. Si vous tapez dans la fonction une valeur correspondant à une valeur de date/heure, vous devez l’indiquer entre guillemets. Vous pouvez n’afficher qu’une date ou une heure dans une cellule, mais toutes les valeurs de date/heure contiennent une date et une heure. Bien qu’il soit généralement possible de taper directement des dates sous forme de chaînes (par exemple, « 31/12/2010 »), la fonction DATE permet de s’assurer que la date est interprétée correctement indépendamment du format des dates choisi dans les Préférences Système (recherchez « format de date » dans la fenêtre des Préférences Système). 40 Chapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWorkChapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWork 41 Type de valeur Description durée Une durée est une période de temps ou une référence à une cellule contenant une période de temps. Les valeurs de durée peuvent être exprimées en semaines (sem. ou semaines), en jours (j ou jours), en heures (h ou heures), en minutes (m ou minutes), en secondes (s ou secondes) ou en millisecondes (ms ou millisecondes). Une durée peut être saisie dans deux formats différents. Le premier format consiste en un nombre suivi d’une période de temps (comme h pour heures) éventuellement suivie d’un espace et est répété pour d’autres périodes de temps. Pour préciser une période de temps, vous pouvez soit utiliser l’abréviation, comme « h », soit le nom complet, comme « heures ». Par exemple, 12h 5j 3m représente une durée de 12 heures, 5 jours et 3 minutes. Les périodes de temps ne doivent pas être saisies dans l’ordre et les espaces ne sont pas obligatoires. 5j 5h est équivalent à 5h5j. Si elle est tapée directement dans une formule, la chaîne doit être entourée de guillemets, comme dans « 12h 5j 3m ». Une durée peut aussi être saisie sous la forme d’une série de nombres séparés par des deuxpoints. Si vous utilisez ce format, vous devez préciser l’argument des secondes et ce dernier doit se terminer par une virgule suivie des millisecondes, lesquelles peuvent être égales à 0, si la valeur de durée risque d’être prise pour une valeur de date/heure. Par exemple, 12:15:30,0 représente une durée de 12 heures, 15 minutes et 30 secondes, alors que 12:15:30 représente l’heure 12:15:30. 5:00,0 représente une durée d’exactement 5 minutes. Si vous le tapez directement dans une fonction, la chaîne doit être entourée de guillemets, par exemple « 12:15:30,0 » ou « 5:00,0 ». Si la cellule est formatée pour afficher une durée sous un format en particulier, les unités s’affichent comme prévu et il n’est pas nécessaire d’indiquer les millisecondes. liste Une liste constitue une séquence de valeurs d’un autre type, séparées par des points-virgules. Par exemple, =CHOISIR(3; "1er"; "deuxième"; 7; "dernier"). Dans certains cas, la liste est délimitée par des parenthèses supplémentaires. Par exemple, =ZONES((B1:B5; C10:C12)).Type de valeur Description modale Une valeur modale est une simple valeur, souvent un nombre, représentant un mode donné pour un argument modal. Le terme « argument modal » est défini dans la rubrique « Les éléments de syntaxe et les termes utilisés dans la définition des fonctions » à la page 36. nombre Un nombre est une valeur numérique, une expression numérique ou une référence à une cellule contenant une expression numérique. Si les valeurs acceptables d’un nombre sont limitées (par exemple, si le nombre doit être plus grand que 0), cela est inclus dans la description des arguments. valeur d’intervalle Une valeur d’intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules (il peut s’agir d’une seule cellule). Une valeur d’intervalle possède un attribut supplémentaire définissant le type de valeurs que l’intervalle doit contenir. Cet attribut figure dans la description des arguments. 42 Chapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWorkChapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWork 43 Type de valeur Description référence Il s’agit de la référence à une seule cellule ou à un intervalle de cellules. Si l’intervalle contient plus d’une cellule, les cellules de début et de fin sont séparées par un seul deux-points. Par exemple, =NB(A3:D7) À moins que le nom de la cellule soit unique entre tous les tableaux, la référence doit mentionner le nom du tableau si elle se rapporte à une cellule d’un autre tableau. Par exemple, =Tableau 2::B2. Notez que le nom du tableau et la référence de cellule sont séparés par un double signe deux-points (::). Si le tableau se trouve sur une autre feuille, il convient de préciser également le nom de cette dernière, sauf si le nom de la cellule est unique entre les tableaux de toutes les feuilles. Par exemple, =SOMME(Feuille 2::Tableau 1::C2:G2). Le nom de la feuille, le nom du tableau et la référence de la cellule sont séparés par un double deux-points. Certaines fonctions qui acceptent les intervalles peuvent agir sur des intervalles qui couvrent plusieurs tableaux. Imaginons que vous avez ouvert un fichier qui possède une feuille contenant trois tableaux (Tableau 1, Tableau 2, Tableau 3). Imaginons encore que la cellule C2 de chaque tableau contienne le nombre 1. La formule couvrant plusieurs tableaux =SOMME(Tableau 1:Tableau 2 :: C2) additionne la cellule C2 dans tous les tableaux entre Tableau 1 et Tableau 2. Le résultat correspond donc à 2. Si vous faites glisser Tableau 3 entre Tableau 1 et Tableau 2 dans la barre latérale, la fonction renverra 3, puisqu’elle additionne maintenant la cellule C2 des trois tableaux (Tableau 3 se trouve entre Tableau 1 et Tableau 2). chaîne Une chaîne se réfère à toute valeur alphanumérique ou à une référence à une cellule contenant un ou plusieurs caractères. Les caractères peuvent correspondre à n’importe quel caractère imprimable, y compris les nombres. Si vous tapez dans la formule une valeur correspondant à une chaîne, vous devez l’indiquer entre guillemets. Si la valeur de chaîne est limitée (par exemple, si la chaîne doit représenter une date), la description des arguments mentionne cette limite.Liste des catégories de fonctions Il existe plusieurs catégories de fonctions. Par exemple, certaines fonctions réalisent des calculs sur des valeurs de date/heure, des fonctions logiques donnent un résultat booléen (VRAI ou FAUX), tandis que d’autres fonctions réalisent des calculs financiers. Chacune des catégories de fonctions est décrite dans un chapitre séparé. « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 Collage d’exemples de l’aide De nombreux exemples de l’aide peuvent être collés directement dans un tableau ou dans un document Numbers vierge. Deux groupes d’exemples peuvent être copiés depuis l’aide et collés dans un tableau. Le premier correspond à des exemples simples inclus dans l’aide. Tous ces exemples commencent par le signe égal (=). Dans l’aide relative à la fonction HEURE, deux exemples de ce type vous sont proposés. Pour utiliser l’un de ces exemples, sélectionnez le texte commençant par le signe égal jusqu’à la fin de l’exemple. 44 Chapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWorkChapitre 2 Vue d’ensemble des fonctions d’iWork 45 Une fois que ce texte est mis en surbrillance, vous pouvez le copier, puis le coller dans n’importe quelle cellule d’un tableau. Une autre méthode consiste à faire glisser la sélection de l’exemple et à le déposer dans n’importe quelle cellule d’un tableau. Le second type d’exemples représente des tableaux à copier, intégrés à l’aide. Voici le tableau illustrant la fonction INTERET.ACC. Pour réutiliser un tableau, sélectionnez toutes les cellules du tableau, y compris le premier rang. Lorsque le texte est en surbrillance, vous pouvez le copier puis le coller dans n’importe quelle cellule d’un tableau ou sur un document Numbers vierge. Faire glisser un élément reste impossible pour ce deuxième type d’exemples.46 Les fonctions de date d’et heure sont prévues pour simplifier vos manipulation de dates et d’heures et vous aident à résoudre certains problèmes se rapportant à ce type de ressources. Elles vous permettent, par exemple, de trouver le nombre de jours ouvrés entre deux dates ou de savoir le jour de la semaine pour une date donnée. Liste des fonctions date et heure iWork intégre ces fonctions de date et heure pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « ANNÉE » (page 48) La fonction ANNÉE renvoie l’année pour une valeur de date/heure donnée. « AUJOURDHUI » (page 49) La fonction AUJOURDHUI renvoie la date système actuelle. L’heure est définie à 12 h 00. « DATE » (page 50) La fonction DATE combine des valeurs distinctes correspondant à l’année, au mois et au jour et renvoie une valeur de date/heure. Bien qu’il soit généralement possible de taper directement des dates sous forme de chaînes (par exemple, « 31/12/2010 »), la fonction DATE permet de s’assurer que la date est interprétée correctement indépendamment du format des dates indiqué dans les Préférences Système (recherchez « format de date » dans la fenêtre des Préférences Système). 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 47 Fonction Description « DATEDIF » (page 51) La fonction DATEDIF renvoie le nombre de jours, de mois ou d’années entre deux dates. « DATEVAL » (page 53) La fonction DATEVAL convertit une chaîne de texte correspondant à une date et renvoie une valeur de date/heure. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableurs plus anciens. « EDATE » (page 54) La fonction EDATE renvoie une date antérieure ou postérieure d’un ou de plusieurs mois à une date donnée. « FIN.MOIS » (page 54) La fonction FIN.MOIS renvoie une date qui est le dernier jour du mois antérieur ou postérieur d’un ou de plusieurs mois à une date donnée. « FRACTION.ANNEE » (page 55) La fonction FRACTION.ANNEE trouve la fraction d’une année représentée par le nombre de jours entiers entre deux dates. « HEURE » (page 56) La fonction HEURE renvoie l’heure pour une valeur de date/heure donnée. « JOUR » (page 57) La fonction JOUR renvoie le jour du mois pour une valeur de date/heure donnée. « JOURS360 » (page 58) La fonction JOURS360 renvoie le nombre de jours entre deux dates sur la base de douze mois de 30 jours et d’une année de 360 jours. « JOURSEM » (page 59) La fonction JOURSEM renvoie un numéro qui est le jour de la semaine pour une date donnée. « MAINTENANT » (page 60) La fonction MAINTENANT renvoie la valeur de date/heure actuelle telle qu’elle est indiquée par l’horloge système. « MINUTE » (page 60) La fonction MINUTE renvoie les minutes pour une valeur de date/heure donnée. « MOIS » (page 61) La fonction MOIS renvoie le mois pour une valeur de date/heure donnée. « NB.JOURS.OUVRES » (page 62) La fonction NB.JOURS.OUVRES renvoie le nombre de jours ouvrés entre deux dates. Les jours ouvrés excluent les week-ends et les dates indiquées de façon explicite. « NOMDUMOIS » (page 63) La fonction NOMDUMOIS renvoie le nom du mois à partir d’un numéro. Le mois 1 correspond à janvier. « NOMJOUR » (page 63) La fonction NOMJOUR renvoie le nom du jour de la semaine à partir d’une valeur de date/heure ou d’un numéro. Le jour 1 est dimanche.Fonction Description « NO.SEMAINE » (page 65) La fonction NO.SEMAINE renvoie le numéro de la semaine dans l’année pour une date donnée. « SECONDE » (page 66) La fonction SECONDE renvoie les secondes pour une valeur de date/heure donnée. « SERIE.JOUR.OUVRE » (page 66) La fonction SERIE.JOUR.OUVRE renvoie la date qui correspond au nombre donné de jours ouvrés avant ou après une date donnée. Les jours ouvrés excluent les week-ends et toutes les autres dates prévues en tant que telles. « TEMPS » (page 67) La fonction TEMPS convertit des valeurs distinctes correspondant à des heures, des minutes et des secondes en une valeur de date/heure. « TEMPSVAL » (page 68) La fonction TEMPSVAL renvoie l’heure, sous la forme d’une fraction décimale d’une journée de 24 heures, d’après une valeur de date/heure donnée ou à partir d’une chaîne de texte. ANNÉE La fonction ANNÉE renvoie l’année pour une valeur de date/heure donnée. ANNÉE(date)  date : date à utiliser dans la fonction. date correspond à une valeur de date/heure. La partie correspondant à l’heure est ignorée par cette fonction. Exemples =ANNÉE("6 avril 2008") renvoie 2008. =ANNÉE(MAINTENANT()) renvoie 2009 si le calcul est effectué le 4 juin 2009. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 « HEURE » à la page 56 « MINUTE » à la page 60 « MOIS » à la page 61 « SECONDE » à la page 66 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 48 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 49 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 AUJOURDHUI La fonction AUJOURDHUI renvoie la date système actuelle. L’heure est définie à 12 h 00. AUJOURDHUI() Remarques d’usage  La fonction AUJOURDHUI ne comprend aucun argument. Toutefois, vous devez inclure les parenthèses : =AUJOURDHUI().  La date affichée est mise à jour chaque fois que vous ouvrez ou modifiez votre fichier.  Vous pouvez vous servir de la fonction MAINTENANT pour obtenir la date et l’heure actuelles et pour mettre en forme la cellule de sorte qu’elle affiche ces deux valeurs. Exemple =AUJOURDHUI() renvoie 6 avril 2008 lorsque le calcul est effectué le 6 avril 2008. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MAINTENANT » à la page 60 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44DATE La fonction DATE combine des valeurs distinctes correspondant à l’année, au mois et au jour et renvoie une valeur de date/heure. Bien qu’il soit généralement possible de taper directement des dates sous forme de chaînes (par exemple, « 31/12/2010 »), la fonction DATE permet de s’assurer que la date est interprétée correctement indépendamment du format des dates indiqué dans les Préférences Système (recherchez « format de date » dans la fenêtre des Préférences Système). DATE(année; mois; jour)  année : année à inclure dans la valeur renvoyée. année correspond à un nombre. La valeur n’est pas convertie. Si vous indiquez 10, c’est l’année 10 qui est utilisée, et non pas l’année 1910 ou 2010.  mois : mois à inclure dans la valeur renvoyée. mois correspond à un nombre compris entre 1 et 12.  jour : jour à inclure dans la valeur renvoyée. jour correspond à un nombre compris entre 1 et le nombre de jours dans le mois. Exemples Si A1 contient 2014, A2 contient 11 et A3 contient 10 : =DATE(A1; A2; A3) renvoie « 10 nov. 2014 » en s’adaptant au format de la cellule. =DATE(A1; A3; A2) renvoie « 11 oct. 2014 ». =DATE(2012; 2; 14) renvoie « 14 fév. 2012 ». Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DUREE » à la page 71 « TEMPS » à la page 67 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 50 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 51 DATEDIF La fonction DATEDIF renvoie le nombre de jours, de mois ou d’années entre deux dates. DATEDIF(date-début; date-fin; méthode-calc)  date de début : date de début de la période à calculer. date-début correspond à une valeur de date/heure.  date de fin : date de fin de la période à calculer. date-fin correspond à une valeur de date/heure.  méthode-calc : indique comment exprimer la différence temporelle et comment gérer les dates pour des années ou des mois différents. "J" : compte les jours entre les dates de début et de fin. "M" : compte les mois entre les dates de début et de fin. "A" : compte les années entre les dates de début et de fin. "MJ" : compte les jours entre les dates de début et de fin en ignorant les mois et les années. Le mois de date-fin est considéré comme étant le mois de date-début. Si la date de début est postérieure à la date de fin, le compte commence à la date de fin comme si celle-ci appartenait au mois précédent. L’année de la date-fin sert à vérifier s’il s’agit d’une année bissextile. "AM" : compte le nombre de mois entiers entre les dates de début et de fin en ignorant l’année. Si le mois/jour de début est antérieur au mois/jour de fin, les dates sont traitées comme s’ils appartenaient à la même année. Si le mois/jour de début est postérieur au mois/jour de fin, les dates sont traitées comme s’ils appartenaient à des années consécutives. "AJ" : compte le nombre de jours entre les dates de début et de fin en ignorant l’année. Si le mois/jour de début est antérieur au mois/jour de fin, les dates sont traitées comme s’ils appartenaient à la même année. Si le mois/jour de début est postérieur au mois/jour de fin, les dates sont traitées comme s’ils appartenaient à des années consécutives.Exemples Si A1 contient la valeur de date/heure 6/4/88 et A2 contient la valeur de date/heure 30/10/06 : =DATEDIF(A1; A2; "J") renvoie 6781, le nombre de jours entre le 6 avril 1988 et le 30 octobre 2006. =DATEDIF(A1; A2; "M") renvoie 222, le nombre de mois entiers entre le 6 avril 1988 et le 30 octobre 2006. =DATEDIF(A1; A2; "A") renvoie 18, le nombre d’années entières entre le 6 avril 1988 et le 30 octobre 2006. =DATEDIF(A1; A2; "MJ") renvoie 24, le nombre de jours entre le sixième jour d’un mois et le trentième jour du même mois. =DATEDIF(A1; A2; "AM") renvoie 6, le nombre de mois entre avril et le mois d’octobre suivant de n’importe quelle année. =DATEDIF(A1; A2; "AJ") renvoie 207, le nombre de jours entre le 6 avril et le 31 octobre suivant de n’importe quelle année. =DATEDIF("6/4/1988"; MAINTENANT(); "A") & " années, " & DATEDIF("6/4/1988"; MAINTENANT(); "AM") & " mois et " & DATEDIF(A1; MAINTENANT(); "AJ") & " jours" renvoie l’âge d’une personne née le 6 avril 1988. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOURS360 » à la page 58 « NB.JOURS.OUVRES » à la page 62 « MAINTENANT » à la page 60 « FRACTION.ANNEE » à la page 55 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 52 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 53 DATEVAL La fonction DATEVAL convertit une chaîne de texte correspondant à une date et renvoie une valeur de date/heure. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableurs plus anciens. DATEVAL(date-texte)  date-texte : chaîne de caractères de la date à convertir. date-texte est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Ce doit être une date indiquée entre guillemets ou une valeur de date/heure. Si date-texte n’est pas une date valide, une erreur est renvoyée. Exemples Si la cellule B1 contient la valeur de date/heure 2 août 1979 06 h 30’ 00’’ et que la cellule C1 contient la chaîne 16/10/2008 : =DATEVAL(B1) renvoie le 2 août 1979, laquelle date est considérée comme une valeur de date si elle fait l’objet d’une référence dans d’autres formules. La valeur renvoyée est mise en forme en fonction du format de la cellule active. Une cellule adoptant le format Automatique utilise le format de date indiqué dans les Préférences Système (recherchez « format de date » dans la fenêtre des Préférences Système). =DATEVAL(C1) renvoie « 16 oct. 2008 ». =DATEVAL(29/12/1974) renvoie « 29 déc. 1979 ». Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DATE » à la page 50 « TEMPS » à la page 67 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44EDATE La fonction EDATE renvoie une date antérieure ou postérieure d’un ou de plusieurs mois à une date donnée. EDATE(date-début; décalage-mois)  date de début : date de début de la période à calculer. date-début correspond à une valeur de date/heure.  décalage-mois : nombre de mois avant ou après la date de début. décalage-mois correspond à un nombre. Une valeur de décalage-mois négative permet d’indiquer le nombre de mois avant la date de début ; à l’inverse une valeur de décalage-mois positive permet d’indiquer les mois après la date de début. Exemples =EDATE("15/1/2000"; 1) renvoie 15/2/2000, la même date mais un mois plus tard. =EDATE("15/1/2000"; –24) renvoie 15/1/1998, la même date, 24 mois plus tôt. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FIN.MOIS » à la page 54 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 FIN.MOIS La fonction FIN.MOIS renvoie une date qui est le dernier jour du mois un certain nombre de mois avant ou après une date donnée. FIN.MOIS(date-début; décalage-mois)  date de début : date de début de la période à calculer. date-début correspond à une valeur de date/heure.  décalage-mois : nombre de mois avant ou après la date de début. décalage-mois correspond à un nombre. Une valeur de décalage-mois négative permet d’indiquer le nombre de mois avant la date de début ; à l’inverse une valeur de décalage-mois positive permet d’indiquer les mois après la date de début. 54 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 55 Exemples =FIN.MOIS("15/5/2010"; 5) renvoie « 31 oct. 2010 », c’est-à-dire le dernier jour du mois postérieur de cinq mois à mai 2010. =FIN.MOIS("15/5/2010"; –5) renvoie « 31 déc. 2009 », c’est-à-dire le dernier jour du mois antérieur de cinq mois à mai 2010. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « EDATE » à la page 54 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 FRACTION.ANNEE La fonction FRACTION.ANNEE trouve la fraction d’une année représentée par le nombre de jours entiers entre deux dates. FRACTION.ANNEE(date-début; date-fin; base-journalière)  date de début : date de début de la période à calculer. date-début correspond à une valeur de date/heure.  date de fin : date de fin de la période à calculer. date-fin correspond à une valeur de date/heure.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360).Exemples =FRACTION.ANNEE("15/12/2009"; "30/6/2010"; 0) renvoie 0,541666667. =FRACTION.ANNEE("15/12/2009"; "30/6/2010"; 1) renvoie 0,539726027. =FRACTION.ANNEE("15/12/2009"; "30/6/2010"; 2) renvoie 0,547222222. =FRACTION.ANNEE("15/12/2009"; "30/6/2010"; 3) renvoie 0,539726027. =FRACTION.ANNEE("15/12/2009"; "30/6/2010"; 4) renvoie 0,541666667. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DATEDIF » à la page 51 « JOURS360 » à la page 58 « NB.JOURS.OUVRES » à la page 62 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 HEURE La fonction HEURE renvoie l’heure pour une valeur de date/heure donnée. HEURE(instant)  instant : heure à utiliser dans la fonction. instant correspond à une valeur de date/ heure. La partie correspondant à la date est ignorée par cette fonction. Remarques d’usage  L’heure renvoyée est au format 24 heures (0 correspond à minuit, 23 correspond à 11 h 00 du soir). Exemples =HEURE(MAINTENANT()) renvoie l’heure actuelle du jour. =HEURE("6/4/88 11 h 59’ 22") renvoie 11. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 56 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 57 « MINUTE » à la page 60 « MOIS » à la page 61 « SECONDE » à la page 66 « ANNÉE » à la page 48 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 JOUR La fonction JOUR renvoie le jour du mois pour une valeur de date/heure donnée. JOUR(date)  date : date à utiliser dans la fonction. date correspond à une valeur de date/heure. La partie correspondant à l’heure est ignorée par cette fonction. Exemples =JOUR("6/4/88 23 h 59’ 22’’) renvoie 6. =JOUR("12/5/2009") renvoie 12. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NOMJOUR » à la page 63 « HEURE » à la page 56 « MINUTE » à la page 60 « MOIS » à la page 61 « SECONDE » à la page 66 « ANNÉE » à la page 48 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15« Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 JOURS360 La fonction JOURS360 renvoie le nombre de jours entre deux dates sur la base de douze mois de 30 jours et d’une année de 360 jours. JOURS360(date-début; date-fin; utiliser-méthode-européenne)  date de début : date de début de la période à calculer. date-début correspond à une valeur de date/heure.  date de fin : date de fin de la période à calculer. date-fin correspond à une valeur de date/heure.  utiliser-méthode-européenne : valeur facultative indiquant si la méthode NASD ou la méthode européenne doit être utilisée pour les dates tombant le 31 d’un mois. méthode NASD (0, FAUX ou omis): méthode NASD utilisée pour les dates qui tombent le 31 d’un mois. méthode DEVISE (1 ou VRAI): méthode européenne utilisée pour les dates qui tombent le 31 d’un mois. Exemples =JOURS360("20/12/2008"; "3/31/2009") renvoie 101d. =JOURS360("27/2/2008"; "31/3/2009"; 0) renvoie 394d. =JOURS360("27/2/2008"; "31/3/2009"; 1) renvoie 393d lorsque la méthode de calcul européenne est utilisée. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DATEDIF » à la page 51 « NB.JOURS.OUVRES » à la page 62 « FRACTION.ANNEE » à la page 55 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 58 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 59 JOURSEM La fonction JOURSEM renvoie un numéro qui est le jour de la semaine pour une date donnée. JOURSEM(date; premier-jour)  date : date à utiliser dans la fonction. date correspond à une valeur de date/heure. La partie correspondant à l’heure est ignorée par cette fonction.  premier-jour : valeur facultative qui précise le mode de numérotation des jours. Dimanche correspond au jour numéro 1 (1 ou omis): dimanche est le premier jour (jour 1) de la semaine et samedi est le septième jour. Lundi correspond au jour numéro 1 (2): lundi est le premier jour (jour 1) de la semaine et dimanche est le septième jour. Lundi correspond au jour numéro 0 (3): lundi est le premier jour (jour 0) de la semaine et dimanche est le sixième jour. Exemples =JOURSEM("6 avr. 1988"; 1) renvoie 4 (mercredi correspondant au quatrième jour si vous considérez que la semaine commence le dimanche). =JOURSEM("6 avr. 1988") renvoie la même valeur que dans l’exemple précédent (car le système de numérotation démarrant à 1 est utilisé si aucun argument numérotation n’est indiqué). =JOURSEM("6 avr. 1988"; 2) renvoie 3 (mercredi correspondant au troisième jour si vous considérez que la semaine commence le lundi). =JOURSEM("6 avr. 1988"; 3) renvoie 2 (mercredi considéré le jour 2 si lundi sert de base commençant à 0). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NOMJOUR » à la page 63 « NOMDUMOIS » à la page 63 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44MAINTENANT La fonction MAINTENANT renvoie la valeur de date/heure actuelle telle qu’elle est indiquée par l’horloge système. MAINTENANT() Remarques d’usage  La fonction MAINTENANT ne comprend aucun argument. Toutefois, vous devez inclure les parenthèses : =MAINTENANT(). Exemple =MAINTENANT() renvoie « 4 oct. 2008 10 h 47 » si votre fichier est mis à jour le 4 octobre 2008 à 10 h 47. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « AUJOURDHUI » à la page 49 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MINUTE La fonction MINUTE renvoie les minutes pour une valeur de date/heure donnée. MINUTE(instant)  instant : heure à utiliser dans la fonction. instant correspond à une valeur de date/ heure. La partie correspondant à la date est ignorée par cette fonction. Exemple =MINUTE("6/4/88 11 h 59’ 22") renvoie 59. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 « HEURE » à la page 56 60 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 61 « MOIS » à la page 61 « SECONDE » à la page 66 « ANNÉE » à la page 48 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MOIS La fonction MOIS renvoie le mois pour une valeur de date/heure donnée. MOIS(date)  date : date à utiliser dans la fonction. date correspond à une valeur de date/heure. La partie correspondant à l’heure est ignorée par cette fonction. Exemple =MOIS("6 avril 1988 11 h 59’ 22") renvoie 4. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 « HEURE » à la page 56 « MINUTE » à la page 60 « NOMDUMOIS » à la page 63 « SECONDE » à la page 66 « ANNÉE » à la page 48 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28« Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NB.JOURS.OUVRES La fonction NB.JOURS.OUVRES renvoie le nombre de jours ouvrés entre deux dates. Les jours ouvrés excluent les week-ends et les dates indiquées de façon explicite. NB.JOURS.OUVRES(date-début; date-fin; dates-exclues)  date de début : date de début de la période à calculer. date-début correspond à une valeur de date/heure.  date de fin : date de fin de la période à calculer. date-fin correspond à une valeur de date/heure.  dates-exclues : collection facultative de dates devant être exclues du calcul. datesexclues correspond à une collection comprenant des valeurs de date/heure. Exemple =NB.JOURS.OUVRES("01/11/2009"; "30/11/2009"; {"11/11/2009"; "26/11/2009"}) renvoie 19d, c’est-à-dire le nombre de jours ouvrés en novembre 2009 qui exclut les week-ends et les deux jours chômés précisés. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DATEDIF » à la page 51 « JOURS360 » à la page 58 « SERIE.JOUR.OUVRE » à la page 66 « FRACTION.ANNEE » à la page 55 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 62 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 63 NOMDUMOIS La fonction NOMDUMOIS renvoie le nom du mois à partir d’un numéro. Le mois 1 correspond à janvier. NOMDUMOIS(mois-nbre)  mois-nbre : mois désiré. mois-nbre correspond à un nombre compris entre 1 et 12. Si la valeur de mois-nbre contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. Exemples =NOMDUMOIS(9) renvoie « septembre ». =NOMDUMOIS(6) renvoie « juin ». Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NOMJOUR » à la page 63 « MOIS » à la page 61 « JOURSEM » à la page 59 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NOMJOUR La fonction NOMJOUR renvoie le nom du jour de la semaine à partir d’une valeur de date/heure ou d’un numéro. Le jour 1 est dimanche. NOMJOUR(nbre-jour)  nbre-jour : jour souhaité de la semaine. nbre-jour correspond à une valeur de date/ heure ou à un chiffre compris entre 1 et 7. Si la valeur de nbre-jour contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée.Exemples Si B1 contient la valeur de date/heure 2 août 1979 06 h 30’ 00’’, que C1 contient la chaîne 16/10/2008 et que D1 contient 6 : =NOMJOUR(B1) renvoie « jeudi ». =NOMJOUR(C1) renvoie « jeudi ». =NOMJOUR(D1) renvoie « vendredi ». =NOMJOUR("29/12/1974") renvoie « dimanche ». Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 « NOMDUMOIS » à la page 63 « JOURSEM » à la page 59 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 64 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 65 NO.SEMAINE La fonction NO.SEMAINE renvoie le numéro de la semaine dans l’année pour une date donnée. NO.SEMAINE(date; premier-jour)  date : date à utiliser dans la fonction. date correspond à une valeur de date/heure. La partie correspondant à l’heure est ignorée par cette fonction.  premier-jour : valeur facultative indiquant si les semaines doivent commencer le dimanche ou le lundi. Dimanche correspond au jour numéro 1 (1 ou omis): dimanche est le premier jour (jour 1) de la semaine et samedi est le septième jour. Lundi correspond au jour numéro 1 (2): lundi est le premier jour (jour 1) de la semaine et dimanche est le septième jour. Exemple =NO.SEMAINE("12/7/2009"; 1) renvoie 29. =NO.SEMAINE("12/7/2009"; 2) renvoie 28. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 « HEURE » à la page 56 « MINUTE » à la page 60 « MOIS » à la page 61 « SECONDE » à la page 66 « ANNÉE » à la page 48 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44SECONDE La fonction SECONDE renvoie les secondes pour une valeur de date/heure donnée. SECONDE(instant)  instant : heure à utiliser dans la fonction. instant correspond à une valeur de date/ heure. La partie correspondant à la date est ignorée par cette fonction. Exemple =SECONDE("6/4/88 11 h 59’ 22") renvoie 22. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « JOUR » à la page 57 « HEURE » à la page 56 « MINUTE » à la page 60 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SERIE.JOUR.OUVRE La fonction SERIE.JOUR.OUVRE renvoie la date qui correspond au nombre donné de jours ouvrés avant ou après une date donnée. Les jours ouvrés excluent les week-ends et toutes les autres dates prévues en tant que telles. SERIE.JOUR.OUVRE(date; jours-ouvrés; dates-exclues)  date : date à utiliser dans la fonction. date correspond à une valeur de date/heure. La partie correspondant à l’heure est ignorée par cette fonction.  jours-ouvrés : nombre de jours ouvrés avant ou après la date donnée. jours-ouvrés correspond à un nombre. Elle est positive si la date souhaitée est postérieure à la valeur de date et négative si la date souhaitée est antérieure à la valeur de date.  dates-exclues : collection facultative de dates devant être exclues du calcul. datesexclues correspond à une collection comprenant des valeurs de date/heure. 66 Chapitre 3 Fonctions date et heureChapitre 3 Fonctions date et heure 67 Exemple =SERIE.JOUR.OUVRE("01/11/2009"; 20; {"11/11/2009"; "26/11/2009"}) renvoie « 1 déc. 2009 », c’est-à-dire le jour ouvré qui vient 20 jours ouvré après le 01/11/2009 si l’on ne compte pas les week-ends et les deux jours chômés précisés. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB.JOURS.OUVRES » à la page 62 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TEMPS La fonction TEMPS convertit des valeurs distinctes correspondant à des heures, des minutes et des secondes en une valeur de date/heure. TEMPS(heures; minutes; secondes)  heures : nombre d’heures à inclure dans la valeur renvoyée. heures correspond à un nombre. Si la valeur d’heures contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée.  minutes : nombre de minutes à inclure dans la valeur renvoyée. minutes correspond à un nombre. Si la valeur de minutes contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée.  secondes : nombre de secondes à inclure dans la valeur renvoyée. secondes correspond à un nombre. Si la valeur de secondes contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. Remarques d’usage  Vous pouvez indiquer des valeurs d’heure, de minute et de seconde respectivement supérieures à 24, 60 et 60. Si la somme des heures, des minutes et des secondes est une valeur supérieure à 24 heures, des tranches de 24 heures lui sont soustraites autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que la valeur soit inférieure à 24 heures.68 Chapitre 3 Fonctions date et heure Exemples =TEMPS(12; 0; 0) renvoie 00 h 00. =TEMPS(16; 45; 30) renvoie 16 h 45. =TEMPS(0; 900; 0) renvoie 15 h 00. =TEMPS(60; 0; 0) renvoie 00 h 00. =TEMPS(4,25; 0; 0) renvoie 4 h 00. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DATE » à la page 50 « DATEVAL » à la page 53 « DUREE » à la page 71 « Liste des fonctions date et heure » à la page 46 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TEMPSVAL La fonction TEMPSVAL renvoie l’heure, sous la forme d’une fraction décimale d’une journée de 24 heures, à partir d’une valeur de date/heure donnée ou à partir d’une chaîne de texte. TEMPSVAL(instant)  instant : heure à utiliser dans la fonction. instant correspond à une valeur de date/ heure. La partie correspondant à la date est ignorée par cette fonction. Exemples =TEMPSVAL("6/4/88 12 h 00") renvoie 0,5 (midi représente en effet la moitié de la journée). =TEMPSVAL("12 h 00’ 59") renvoie 0,5007 (arrondi à quatre décimales après la virgule). =TEMPSVAL("21 h 00") renvoie 0,875 (21 heures ou 9 h 00 du soir, divisé par 24). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions date et heure » à la page 46« Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 Chapitre 3 Fonctions date et heure 6970 Les fonctions de durée vous permettent de convertir différentes périodes dans le temps, comme des heures, des jours et des semaines. Liste des fonctions de durée Ces fonctions de manipulation de durées ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « DUREE » (page 71) La fonction DUREE associe différentes valeurs représentant des semaines, des jours, des heures, des minutes, des secondes et des millisecondes, et renvoie une durée. « DUREE.SUPPRESSION » (page 72) La fonction DUREE.SUPPRESSION évalue une valeur donnée et renvoie soit le nombre de jours représentés, s’il s’agit d’une durée, soit la valeur donnée. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableurs plus anciens. « DURHEURES » (page 73) La fonction DURHEURES exprime une durée en heures. « DURJOURS » (page 74) La fonction DURJOURS exprime une durée en jours. « DURMILLISECONDES » (page 74) La fonction DURMILLISECONDES exprime une durée en millisecondes. « DURMINUTES » (page 75) La fonction DURMINUTES exprime une durée en minutes. « DURSECONDES » (page 76) La fonction DURSECONDES exprime une durée en secondes. « DURSEMAINES » (page 77) La fonction DURSEMAINES exprime une durée en semaines. 4 Fonctions de duréeChapitre 4 Fonctions de durée 71 DUREE La fonction DUREE combine plusieurs valeurs pour des semaines, des jours, des heures, des minutes, des secondes et des millisecondes et renvoie une durée. DUREE(semaines; jours; heures; minutes; secondes; millisecondes)  semaines : valeur représentant le nombre de semaines. semaines correspond à un nombre.  jours : valeur facultative représentant le nombre de jours. jours correspond à un nombre.  heures : valeur facultative représentant le nombre d’heures. heures correspond à un nombre.  minutes : valeur facultative représentant le nombre de minutes. minutes correspond à un nombre.  secondes : valeur facultative représentant le nombre de secondes. secondes correspond à un nombre.  millisecondes : valeur facultative représentant le nombre de millisecondes. millisecondes correspond à un nombre. Remarques d’usage  Un argument égal à 0 peut être omis, mais la virgule doit être insérée si d’autres valeurs sont indiquées. Par exemple, DUREE(; ;12; 3) renvoie une durée de 12 h 3 m (12 heures et 3 minutes).  Les valeurs négatives sont autorisées. Par exemple, DUREE(0; 2; –24) renvoie une durée de 1 jour (2 jours moins 24 heures). Exemples =DUREE(1) donne 1sem (1 semaine). =DUREE(;;1) donne 1h (1 heure). =DUREE(1;5) donne 1sem 3j 12h (1 semaine, 3 jours, 12 heures ou 1,5 semaines). =DUREE(3; 2; 7; 10; 15,3505) donne 3sem 2j 7h 10m 15s 350ms (3 semaines, 2 jours, 7 heures, 10 minutes, 15 secondes, 350 millisecondes). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DATE » à la page 50 « TEMPS » à la page 67 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15« Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DUREE.SUPPRESSION La fonction DUREE.SUPPRESSION évalue une valeur donnée et renvoie soit le nombre de jours représentés, s’il s’agit d’une durée, soit la valeur donnée. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableurs plus anciens. DUREE.SUPPRESSION(valeur-quelconque)  valeur-quelconque : valeur quelconque. valeur-quelconque peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. Remarques d’usage  Si valeur-quelconque est une durée, le résultat est identique à DURJOURS. À défaut, valeur-quelconque est renvoyé tel quel.  Cette fonction peut être automatiquement insérée si un document Numbers ’08 est mis à niveau ou si un document Excel ou Appleworks est importé. Elle est supprimée si le fichier est enregistré sous le format Numbers ‘08 ou Excel. Exemples =DUREE.SUPPRESSION("1sem") donne 7, l’équivalent d’une semaine en jours. =DUREE.SUPPRESSION(12) donne 12, car, comme il ne s’agissait pas d’une durée, elle est renvoyée telle quelle. =DUREE.SUPPRESSION ("abc") donne « abc ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 72 Chapitre 4 Fonctions de duréeChapitre 4 Fonctions de durée 73 DURHEURES La fonction DURHEURES convertit une valeur de durée en un nombre d’heures. DURHEURES(durée)  durée : période temporelle à convertir. durée correspond à une valeur de durée. Exemples =DURHEURES("2sem 3j 2h 10m 0s 5ms") donne 410,1666681. =DURHEURES("10:0:13:00:05,500") donne 1693,001528. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DURJOURS » à la page 74 « DURMILLISECONDES » à la page 74 « DURMINUTES » à la page 75 « DURSECONDES » à la page 76 « DURSEMAINES » à la page 77 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44DURJOURS La fonction DURJOURS convertit une valeur de durée en un nombre de jours. DURJOURS(durée)  durée : période temporelle à convertir. durée correspond à une valeur de durée. Exemples =DURJOURS("2sem 3j 2h 10m 0s 5ms") donne 17,09027784. =DURJOURS("10:0:13:00:05,500") donne 70,5417302. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DURHEURES » à la page 73 « DURMILLISECONDES » à la page 74 « DURMINUTES » à la page 75 « DURSECONDES » à la page 76 « DURSEMAINES » à la page 77 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DURMILLISECONDES La fonction DURMILLISECONDES convertit une valeur de durée en un nombre de millisecondes. DURMILLISECONDES(durée)  durée : période temporelle à convertir. durée correspond à une valeur de durée. Exemples =DURMILLISECONDES("2sem 3j 2h 10m 0s 5ms") donne « 1 476 600 005 ». =DURMILLISECONDES("10:0:13:00:05,500") donne « 6 094 805 500 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ 74 Chapitre 4 Fonctions de duréeChapitre 4 Fonctions de durée 75 « DURJOURS » à la page 74 « DURHEURES » à la page 73 « DURMINUTES » à la page 75 « DURSECONDES » à la page 76 « DURSEMAINES » à la page 77 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DURMINUTES La fonction DURMINUTES convertit une valeur de durée en un nombre de minutes. DURMINUTES(durée)  durée : période temporelle à convertir. durée correspond à une valeur de durée. Exemples =DURMINUTES("2sem 3j 2h 10m 0s 5ms") donne « 24 610,0000833333 ». =DURMINUTES("10:0:13:00:05,500") donne « 101 580,091666667 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DURJOURS » à la page 74 « DURHEURES » à la page 73 « DURMILLISECONDES » à la page 74 « DURSECONDES » à la page 76 « DURSEMAINES » à la page 77 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15« Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DURSECONDES La fonction DURSECONDES convertit une valeur de durée en un nombre de secondes. DURSECONDES(durée)  durée : période temporelle à convertir. durée correspond à une valeur de durée. Exemples =DURSECONDES("2sem 3j 2h 10m 0s 5ms") donne « 1 476 600,005 ». =DURSECONDES("10:0:13:00:05,500") donne « 6 094 805,5 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DURJOURS » à la page 74 « DURHEURES » à la page 73 « DURMILLISECONDES » à la page 74 « DURMINUTES » à la page 75 « DURSEMAINES » à la page 77 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 76 Chapitre 4 Fonctions de duréeChapitre 4 Fonctions de durée 77 DURSEMAINES La fonction DURSEMAINES convertit une valeur de durée en un nombre de semaines. DURSEMAINES(durée)  durée : période temporelle à convertir. durée correspond à une valeur de durée. Exemples =DURSEMAINES("2sem 3j 2h 10m 0s 5ms") donne 2,44146826223545. =DURSEMAINES("10:0:13:00:05,500") donne 10,0773900462963. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DURJOURS » à la page 74 « DURHEURES » à la page 73 « DURMILLISECONDES » à la page 74 « DURMINUTES » à la page 75 « DURSECONDES » à la page 76 « Liste des fonctions de durée » à la page 70 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 4478 Les fonctions d’ingénierie vous aident à calculer certaines valeurs d’ingénierie courantes et à effectuer des conversions entre différentes bases numériques. Liste des fonctions d’ingénierie Ces fonctions d’ingénierie ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « BASE10 » (page 79) La fonction BASE10 convertit un nombre de la base indiquée en un nombre en base 10. « BASEN » (page 80) La fonction BASEN convertit un nombre en base 10 en un nombre correspondant dans la base indiquée. « BESSELJ » (page 81) La fonction BESSELJ renvoie la fonction de Bessel d’ordre entier J n (x). « BESSELY » (page 82) La fonction BESSELY renvoie la fonction de Bessel d’ordre entier Y n (x). « BINDEC » (page 83) La fonction BINDEC convertit un nombre binaire en un nombre décimal correspondant. « BINHEX » (page 84) La fonction BINHEX convertit un nombre binaire en un nombre hexadécimal correspondant. « BINOCT » (page 85) La fonction BINOCT convertit un nombre binaire en un nombre octal correspondant. « CONVERT » (page 86) La fonction CONVERT convertit un nombre d’un système de mesure en une valeur correspondante dans un autre système de mesure. « DECBIN » (page 90) La fonction DECBIN convertit un nombre décimal en un nombre binaire correspondant. 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 79 Fonction Description « DECHEX » (page 91) La fonction DECHEX convertit un nombre décimal en un nombre hexadécimal correspondant. « DECOCT » (page 92) La fonction DECOCT convertit un nombre décimal en un nombre octal correspondant. « DELTA » (page 93) La fonction DELTA détermine si deux valeurs sont exactement égales. « ERF » (page 94) La fonction ERF renvoie la fonction d’erreur intégrée entre deux valeurs. « ERFC » (page 94) La fonction ERFC renvoie la fonction ERF complémentaire intégrée entre une limite inférieure donnée et l’infini. « HEXBIN » (page 95) La fonction HEXBIN convertit un nombre hexadécimal en un nombre binaire correspondant. « HEXDEC » (page 96) La fonction HEXDEC convertit un nombre hexadécimal en un nombre décimal correspondant. « HEXOCT » (page 97) La fonction HEXOCT convertit un nombre hexadécimal en un nombre octal correspondant. « OCTBIN » (page 98) La fonction OCTBIN convertit un nombre octal en un nombre binaire correspondant. « OCTDEC » (page 99) La fonction OCTDEC convertit un nombre octal en un nombre décimal correspondant. « OCTHEX » (page 100) La fonction OCTHEX convertit un nombre octal en un nombre hexadécimal correspondant. « SUP.SEUIL » (page 101) La fonction SUP.SEUIL détermine si une valeur est supérieure ou exactement égale à une autre valeur. BASE10 La fonction BASE10 convertit un nombre de la base indiquée en un nombre correspondant en base 10. BASE10(convertir-chaîne; base)  convertir-chaîne : chaîne représentant le nombre à convertir. convertir-chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit comprendre que des nombres et des lettres valides dans la base du nombre qui est converti.  base : base actuelle du nombre à convertir. base correspond à un nombre compris entre 1 et 36.Remarques d’usage  Cette fonction renvoie une valeur numérique. Elle peut être utilisée sans problème dans une formule contenant d’autres valeurs numériques. Certains autres tableurs renvoient une valeur de chaîne de caractères. Exemples =BASE10("3f"; 16) renvoie 63. =BASE10(1000100; 2) renvoie 68. =BASETONUM("7279"; 8) génère une erreur puisque le chiffre « 9 » n’est pas valide en base 8. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINDEC » à la page 83 « HEXDEC » à la page 96 « BASEN » à la page 80 « OCTDEC » à la page 99 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 BASEN La fonction BASEN convertit un nombre en base 10 en un nombre correspondant dans la base indiquée. BASEN(chaîne-décimale; base; longueur-conversion)  chaîne-décimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-décimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres.  base : base du nombre converti. base correspond à un nombre compris entre 1 et 36.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. 80 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 81 Exemples =BASEN(16; 16) renvoie 10. =BASEN(100; 32; 4) renvoie 0034. =BASEN(100; 2) renvoie « 1 100 100 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BASE10 » à la page 79 « DECBIN » à la page 90 « DECHEX » à la page 91 « DECOCT » à la page 92 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 BESSELJ La fonction BESSELJ renvoie la fonction de Bessel d’ordre entier J n (x). BESSELJ(valeur-x-quelconque; valeur-n)  valeur-x-quelconque : valeur x à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. valeur-x-quelconque correspond à un nombre.  valeur-n : ordre de la fonction. valeur-n correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Si la valeur de valeur-n contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. Exemples =BESSELJ(25; 3) renvoie 0,108343081061509. =BESSELJ(25; 3,9) renvoie également 0,108343081061509 puisque toute fraction décimale de valeur-n est ignorée. =BESSELJ(–25; 3) renvoie « – 0,108343081061509 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BESSELY » à la page 82« Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 BESSELY La fonction BESSELY renvoie la fonction de Bessel d’ordre entier Y n (x). BESSELY(valeur-pos-x; valeur-n)  valeur-pos-x : valeur x positive à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. valeur-pos-x correspond à un nombre supérieur à 0.  valeur-n : ordre de la fonction. valeur-n correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Si la valeur de valeur-n contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. Remarques d’usage  Cette forme de la fonction de Bessel est aussi appelée fonction de Neumann. Exemples =BESSELY(25; 3) renvoie 0,117924850396893. =BESSELY(25; 3,9) renvoie également 0,117924850396893 puisque toute fraction décimale de valeur-n est ignorée. =BESSELY(–25; 3) génère une erreur puisque les valeurs négatives ou égales à zéro ne sont pas autorisées. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BESSELJ » à la page 81 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 82 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 83 BINDEC La fonction BINDEC convertit un nombre binaire en un nombre décimal correspondant. BINDEC(chaîne-binaire; longueur-conversion)  chaîne-binaire : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-binaire est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que les chiffres 0 et 1.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Exemples =BINDEC("1001") renvoie 9. =BINDEC("100111"; 3) renvoie 039. =BINDEC(101101) renvoie 45. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINHEX » à la page 84 « BINOCT » à la page 85 « DECBIN » à la page 90 « HEXDEC » à la page 96 « OCTDEC » à la page 99 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44BINHEX La fonction BINHEX convertit un nombre binaire en un nombre hexadécimal correspondant. BINHEX(chaîne-binaire; longueur-conversion)  chaîne-binaire : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-binaire est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que les chiffres 0 et 1.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Remarques d’usage  Cette fonction s’appuie sur la notation de complément de deux, sur 32 bits. Par conséquent, les nombres négatifs se limitent toujours à 8 chiffres. Exemples =BINHEX("100101") renvoie 25. =BINHEX("100111"; 3) renvoie 027. =BINHEX(101101) renvoie 2D. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINDEC » à la page 83 « BINOCT » à la page 85 « DECHEX » à la page 91 « HEXBIN » à la page 95 « OCTHEX » à la page 100 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 84 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 85 BINOCT La fonction BINOCT convertit un nombre binaire en un nombre octal correspondant. BINOCT(chaîne-binaire; longueur-conversion)  chaîne-binaire : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-binaire est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que les chiffres 0 et 1.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Remarques d’usage  Cette fonction s’appuie sur la notation de complément de deux, sur 32 bits. Par conséquent, les nombres négatifs se limitent toujours à 11 chiffres. Exemples =BINOCT("10011") renvoie 23. =BINOCT("100111"; 3) renvoie 047. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINHEX » à la page 84 « DECOCT » à la page 92 « HEXOCT » à la page 97 « OCTBIN » à la page 98 « BINDEC » à la page 83 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44CONVERT La fonction CONVERT convertit un nombre d’un système de mesure en une valeur correspondante dans un autre système de mesure. CONVERT(convertir-nbre; unité-initiale; unité-finale)  convertir-nbre : nombre à convertir. convertir-nbre correspond à un nombre.  unité-initiale : unité actuelle du nombre à convertir. unité-initiale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle doit correspondre à l’une des constantes mentionnées.  unité-finale : unité du nombre converti. unité-finale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle doit correspondre à l’une des constantes mentionnées. Remarques d’usage  Les valeurs possibles d’unité-initiale et d’unité-finale sont indiquées dans les tableaux qui suivent les exemples (« Unités de conversion prises en charge » à la page 87). Ces tableaux sont organisés en catégories. Si la valeur est saisie dans une cellule référencée, au lieu d’être tapée directement dans la fonction, les guillemets qui apparaissent dans les tableaux ne sont pas requis. La casse est importante. Elle doit être scrupuleusement respectée. Exemples =CONVERT(9; "lbm"; "kg") renvoie 4,08233133 (9 livres équivalent à environ 4,08 kilogrammes). =CONVERT (26,2; "mi"; "m") renvoie 42164,8128 (26,2 miles équivalent à environ 42 164,8 mètres). =CONVERT(1; "tsp"; "ml") renvoie 4,92892159375 (1 cuillère à café équivaut à environ 4,9 millilitres). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 86 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 87 Unités de conversion prises en charge Poids et masse Mesure Constante Gramme « g » (utilisable avec des préfixes métriques) Slug « sg » Livre (unité de masse du système avoirdupois) « lbm » U (unité de masse atomique) « u » (utilisable avec des préfixes métriques) Once (unité de masse du système avoirdupois) « ozm » Distance Mesure Constante Mètre « m » (utilisable avec des préfixes métriques) Mile terrestre « mi » Mille nautique « Nmi » Pouce « in » Pied « ft » Yard « yd » Angström « ang » (utilisable avec des préfixes métriques) Pica (1/6 po, Postscript Pica) « Pica » Durée Mesure Constante Année « yr » Semaine « wk » Jour « day » Heure « hr » Minute « mn » Seconde « sec » (can be used with metric prefixes)Vitesse Mesure Constante Miles par heure « mi/h » Miles par minute « mi/mn » Mètres par heure « m/h » (utilisable avec des préfixes métriques) Mètres par minute « m/mn » (utilisable avec des préfixes métriques) Mètres par seconde « m/s » (utilisable avec des préfixes métriques) Pieds par minute « ft/mn » Pieds par seconde « ft/s » Nœud « kt » Pression Mesure Constante Pascal « Pa » (utilisable avec des préfixes métriques) Atmosphère « atm » (utilisable avec des préfixes métriques) Millimètres de mercure « mmHg » (utilisable avec des préfixes métriques) Force Mesure Constante Newton « N » (utilisable avec des préfixes métriques) Dyne « dyn » (utilisable avec des préfixes métriques) Livre « lbf » Énergie Mesure Constante Joule « J » (utilisable avec des préfixes métriques) Erg « e » (utilisable avec des préfixes métriques) Calorie thermodynamique « c » (utilisable avec des préfixes métriques) Calorie IT « cal » (utilisable avec des préfixes métriques) Électronvolt « eV » (utilisable avec des préfixes métriques) Cheval-heure « HPh » 88 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 89 Mesure Constante Watt-heure « Wh » (utilisable avec des préfixes métriques) Livre-pied « flb » BTU (Unité thermique britannique) « BTU » Puissance Mesure Constante Cheval « HP » Watt « W » (utilisable avec des préfixes métriques) Magnétisme Mesure Constante Tesla « T » (utilisable avec des préfixes métriques) Gauss « ga » (utilisable avec des préfixes métriques) Température Mesure Constante Degrés Celsius « C » Degrés Fahrenheit « F » Kelvins « K » (utilisable avec des préfixes métriques) Volume liquide Mesure Constante Cuillère à café « tsp » Cuillère à soupe « tbs » Once liquide « oz » Tasse « cup » Pinte américaine « pt » Pinte britannique « uk_pt » Quart « qt » Gallon « gal » Litre « l » (utilisable avec des préfixes métriques)Préfixes métriques Mesure Constante Facteur Exa « E » 1E+18 Péta « P » 1E+15 Téra « T » 1E+12 Giga « G » 1E+09 Méga « M » 1E+06 Kilo « k » 1E+03 Hecto « h » 1E+02 Déca « e » 1E+01 déci « d » 1E-01 centi « c » 1E-02 milli « m » 1E-03 micro « u » ou « µ » 1E-06 nano « n » 1E-09 pico « p » 1E–12 femto « f » 1E–15 atto « a » 1E–18 Remarques d’usage  Ces préfixes ne peuvent être utilisés qu’avec les constantes métriques g, u, m, ang, sec, m/h, m/mn, m/s, Pa, atm, mmHg, N, dyn, J, e, c, cal, eV, Wh, W, T, ga, K et l. DECBIN La fonction DECBIN convertit un nombre décimal en un nombre binaire correspondant. DECBIN(chaîne-décimale; longueur-conversion)  chaîne-décimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-décimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. 90 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 91 Exemples =DECBIN(100) renvoie 01100100. =DECBIN("1001"; 12) renvoie 001111101001. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINDEC » à la page 83 « DECHEX » à la page 91 « DECOCT » à la page 92 « HEXBIN » à la page 95 « OCTBIN » à la page 98 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DECHEX La fonction DECHEX convertit un nombre décimal en un nombre hexadécimal correspondant. DECHEX(chaîne-décimale; longueur-conversion)  chaîne-décimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-décimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Exemples =DECHEX(100) renvoie 64. =DECHEX("1001"; 4) renvoie 03E9.Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINHEX » à la page 84 « DECBIN » à la page 90 « DECOCT » à la page 92 « HEXDEC » à la page 96 « OCTHEX » à la page 100 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DECOCT La fonction DECOCT convertit un nombre décimal en un nombre octal correspondant. DECOCT(chaîne-décimale; longueur-conversion)  chaîne-décimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-décimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Exemples =DECOCT(100) renvoie 144. =DECOCT("1001"; 4) renvoie 1751. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINOCT » à la page 85 « DECBIN » à la page 90 « DECHEX » à la page 91 92 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 93 « HEXOCT » à la page 97 « OCTDEC » à la page 99 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DELTA La fonction DELTA détermine si deux valeurs sont exactement égales. Cette fonction s’appuie sur une égalité exacte. À titre de comparaison, l’opérateur = s’appuie sur une égalité de chaîne. DELTA(comparer-de; comparer-à)  comparer-de : valeur numérique. comparer-de correspond à un nombre.  comparer-à : valeur numérique. comparer-à correspond à un nombre. Remarques d’usage  DELTA renvoie 1 (VRAI) si la valeur comparer-de est exactement égale à la valeur comparer-à ; sinon, la fonction renvoie 0 (FAUX). Exemples =DELTA(5; 5) renvoie 1 (VRAI). =DELTA(5; –5) renvoie 0 (FAUX). =DELTA(5; 5000) renvoie 1 (VRAI). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SUP.SEUIL » à la page 101 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44ERF La fonction ERF renvoie la fonction d’erreur intégrée entre deux valeurs. ERF(inférieur; supérieur)  inférieur : limite inférieure. inférieur correspond à un nombre.  supérieur : argument facultatif représentant la limite supérieure. supérieur correspond à un nombre. Si supérieur est omis, la valeur supposée par défaut correspond à 0. Remarques d’usage  Cette fonction est aussi appelée la fonction d’erreur de Gauss. Exemples =ERF(0; 1) renvoie 0,842700792949715. =ERF(–1; 1) renvoie 1,68540158589943. =ERF(1; 8) renvoie 0,157299207050285. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ERFC » à la page 94 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ERFC La fonction ERFC renvoie la fonction ERF complémentaire intégrée entre une limite inférieure donnée et l’infini. ERFC(inférieur)  inférieur : limite inférieure. inférieur correspond à un nombre. Exemples =ERFC(-1) renvoie 1,84270079294971. =ERFC(1) renvoie 0,157299207050285. =ERFC(12) renvoie 1,3562611692059E–64. 94 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 95 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ERF » à la page 94 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 HEXBIN La fonction HEXBIN convertit un nombre hexadécimal en un nombre binaire correspondant. HEXBIN(chaîne-hexadécimale; longueur-conversion)  chaîne-hexadécimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaînehexadécimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres et des lettres se limitant à A à F.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Remarques d’usage  Cette fonction s’appuie sur la notation de complément de deux, sur 32 bits. Par conséquent, les nombres négatifs se limitent toujours à 32 chiffres. Exemples =HEXBIN("F"; 8) renvoie « 00 001 111 ». =HEXBIN("3F") renvoie « 0 111 111 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINHEX » à la page 84 « HEXDEC » à la page 96 « HEXOCT » à la page 97« OCTBIN » à la page 98 « DECBIN » à la page 90 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 HEXDEC La fonction HEXDEC convertit un nombre hexadécimal en un nombre décimal correspondant. HEXDEC(chaîne-hexadécimale; longueur-conversion)  chaîne-hexadécimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaînehexadécimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres et des lettres se limitant à A à F.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Exemples =HEXDEC("F"; 3) renvoie 015. =HEXDEC("3F") renvoie 63. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINDEC » à la page 83 « DECHEX » à la page 91 « HEXBIN » à la page 95 « HEXOCT » à la page 97 « OCTDEC » à la page 99 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 96 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 97 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 HEXOCT La fonction HEXOCT convertit un nombre hexadécimal en un nombre octal correspondant. HEXOCT(chaîne-hexadécimale; longueur-conversion)  chaîne-hexadécimale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaînehexadécimale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que des chiffres et des lettres se limitant à A à F.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Remarques d’usage  Cette fonction s’appuie sur la notation de complément de deux, sur 32 bits. Par conséquent, les nombres négatifs se limitent toujours à 11 chiffres. Exemples =HEXOCT("F"; 3) renvoie 017. =HEXOCT("4E") renvoie 116. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINOCT » à la page 85 « DECOCT » à la page 92 « HEXBIN » à la page 95 « HEXDEC » à la page 96 « OCTHEX » à la page 100 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39« Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 OCTBIN La fonction OCTBIN convertit un nombre octal en un nombre binaire correspondant. OCTBIN(chaîne-octale; longueur-conversion)  chaîne-octale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-octale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que les chiffres 0 à 7.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Remarques d’usage  Cette fonction s’appuie sur la notation de complément de deux, sur 32 bits. Par conséquent, les nombres négatifs se limitent toujours à 32 chiffres. Exemples =OCTBIN(127; 8) renvoie 01 010 111. =OCTBIN(15) renvoie 01 101. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINOCT » à la page 85 « DECBIN » à la page 90 « HEXBIN » à la page 95 « OCTDEC » à la page 99 « OCTHEX » à la page 100 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 98 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 99 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 OCTDEC La fonction OCTDEC convertit un nombre octal en un nombre décimal correspondant. OCTDEC(chaîne-octale; longueur-conversion)  chaîne-octale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-octale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que les chiffres 0 à 7.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Exemples =OCTDEC(127; 4) renvoie 0087. =OCTDEC(15) renvoie 13. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINDEC » à la page 83 « DECOCT » à la page 92 « OCTBIN » à la page 98 « OCTHEX » à la page 100 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44OCTHEX La fonction OCTHEX convertit un nombre octal en un nombre hexadécimal correspondant. OCTHEX(chaîne-octale; longueur-conversion)  chaîne-octale : chaîne représentant le nombre à convertir. chaîne-octale est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit contenir que les chiffres 0 à 7.  longueur-conversion : valeur facultative représentant la longueur minimale du nombre renvoyé. longueur-conversion correspond à un nombre compris entre 1 et 32. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 1. Si elle est incluse, au besoin, des zéros sont ajoutés en tête de la valeur de convertir-chaîne de sorte que sa longueur atteigne au moins celle indiquée par longueur-conversion. Remarques d’usage  Cette fonction s’appuie sur la notation de complément de deux, sur 32 bits. Par conséquent, les nombres négatifs se limitent toujours à 8 chiffres. Exemples =OCTHEX(127; 4) renvoie 0057. =OCTHEX(15) renvoie 0D. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BINHEX » à la page 84 « DECHEX » à la page 91 « HEXOCT » à la page 97 « OCTBIN » à la page 98 « OCTDEC » à la page 99 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 100 Chapitre 5 Fonctions d’ingénierieChapitre 5 Fonctions d’ingénierie 101 SUP.SEUIL La fonction SUP.SEUIL détermine si une valeur est supérieure ou exactement égale à une autre valeur. Cette fonction s’appuie sur une égalité exacte. À titre de comparaison, l’opérateur = s’appuie sur une égalité de chaîne. SUP.SEUIL(nbre-à-comparer; écart-nombre)  nbre-à-comparer : nombre à comparer. nbre-à-comparer correspond à un nombre.  écart-nombre : valeur du pas. écart-nombre correspond à un nombre. Remarques d’usage  SUP.SEUIL renvoie 1 (VRAI) si la valeur nbre-à-comparer est supérieure ou égale à la valeur écart-nombre ; sinon, la fonction renvoie 0 (FAUX). Exemples =SUP.SEUIL(–4, –5) renvoie 1 (VRAI) puisque – 4 est supérieur à – 5. =SUP.SEUIL(4, 5) renvoie 0 (FAUX) puisque 4 est inférieur à 5. =SUP.SEUIL(5; 4) renvoie 1 (VRAI) puisque 5 est supérieur à 4. =GESTEP(20; 20) renvoie 1 (VRAI) puisque 20 est exactement égal à 20. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DELTA » à la page 93 « Liste des fonctions d’ingénierie » à la page 78 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44102 L’aide sur les fonctions financières vous aide à travailler avec des flux de trésorerie, des actifs amortissables, des annuités et des investissements en résolvant des problèmes comme le calcul de l’amortissement annuel d’un actif, les intérêts gagnés sur un investissement et le prix du marché courant d’une obligation. Liste des fonctions financières Ces fonctions financières ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « AMORLIN » (page 106) La fonction AMORLIN renvoie le montant de l’amortissement d’un actif par période en faisant appel à la méthode de l’amortissement linéaire. « CUMUL.INTER » (page 107) La fonction CUMUL.INTER renvoie les intérêts totaux inclus dans des paiements de rente ou de remboursement d’un prêt dans un intervalle de temps donné en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. « CUMUL.PRINCPER » (page 109) La fonction CUMUL.PRINCPER renvoie le principal total inclus dans des paiements de rente ou de remboursement d’un prêt dans un intervalle de temps donné en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 103 Fonction Description « DB » (page 111) La fonction DB renvoie le montant d’amortissement d’un actif pour une période indiquée à l’aide de la méthode de l’amortissement dégressif à taux constant. « DDB » (page 113) La fonction DDB renvoie le montant d’amortissement d’un actif en s’appuyant sur le taux d’amortissement indiqué. « DUREE.M.OBLIGATION » (page 115) La fonction DUREE.M.OBLIGATION calcule la moyenne pondérée modifiée de la valeur actualisée des flux de trésorerie pour une valeur nominale de 100 €. « DUREE.OBLIGATION » (page 116) La fonction DUREE.OBLIGATION calcule la moyenne pondérée de la valeur actualisée des flux de trésorerie pour une valeur nominale de 100 €. « INTERET.ACC » (page 118) La fonction INTERET.ACC calcule les intérêts courus totaux ajoutés au prix d’achat d’un titre et payés au vendeur lorsque le titre verse des intérêts périodiques. « INTERET.ACC.MAT » (page 120) La fonction INTERET.ACC.MAT calcule les intérêts courus totaux ajoutés au prix d’achat d’un titre et payés au vendeur lorsque le titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. « INTPER » (page 121) La fonction INTPER renvoie la part des intérêts de paiement d’une rente ou de remboursement d’un prêt en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. « ISPMT » (page 123) La fonction ISPMT renvoie la part des intérêts de paiement d’une rente ou de remboursement d’un prêt en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. « NB.COUPONS » (page 124) La fonction NB.COUPONS renvoie le nombre de coupons restant à payer entre la date de règlement et l’échéance.Fonction Description « NB.JOURS.COUPON » (page 125) La fonction NB.JOURS.COUPON renvoie le nombre de jours dans la période de coupon dans laquelle le règlement a lieu. « NB.JOURS.COUPON.SUIV » (page 126) La fonction NB.JOURS.COUPON.PREC renvoie le nombre de jours entre le début de la période de coupon dans laquelle le règlement a lieu et la date de règlement. « NB.JOURS.COUPON.SUIV » (page 128) La fonction NB.JOURS.COUPON.SUIV renvoie le nombre de jours entre la date de règlement et la fin de la période de coupon dans laquelle le règlement a lieu. « NPM » (page 129) La fonction NPM renvoie le nombre de périodes de paiement pour un prêt ou une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. « PRINCPER » (page 131) La fonction PRINCPER renvoie la part du principal du paiement d’une rente ou du remboursement d’un prêt en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. « PRIX.TITRE » (page 133) La fonction PRIX.TITRE renvoie le prix d’un titre qui verse des intérêts périodiques par tranche de 100 € de valeur de remboursement (nominale). « PRIX.TITRE.ECHEANCE » (page 134) La fonction PRIX.TITRE.ECHEANCE renvoie le prix d’un titre qui verse des intérêts périodiques par tranche de 100 € de valeur de remboursement (nominale). « RENDEMENT.SIMPLE » (page 136) La fonction RENDEMENT.SIMPLE renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui est vendu avec un escompte par rapport à son prix de remboursement et qui ne verse pas d’intérêts. « RENDEMENT.TITRE » (page 137) La fonction RENDEMENT.TITRE renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui verse des intérêts périodiques réguliers. « RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE » (page 139) La fonction RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. 104 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 105 Fonction Description « SYD » (page 140) La fonction SYD renvoie le montant de l’amortissement d’un actif sur une période indiquée en s’appuyant sur la méthode de l’amortissement proportionnel à l’ordre numérique inversé des années. « TAUX » (page 141) La fonction TAUX renvoie le taux d’intérêt d’un investissement, d’un prêt ou d’une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. « TAUX.EFFECTIF » (page 144) La fonction TAUX.EFFECTIF renvoie le taux d’intérêt effectif annuel à partir du taux d’intérêt annuel nominal en s’appuyant sur le nombre de périodes par année de calcul de l’intérêt composé. « TAUX.ESCOMPTE » (page 145) La fonction TAUX.ESCOMPTE renvoie le taux d’escompte annuel d’un titre qui ne paie pas d’intérêts et qui est vendu avec un escompte par rapport à son prix de remboursement. « TAUX.INTERET » (page 146) La fonction TAUX.INTERET renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. « TAUX.NOMINAL » (page 147) La fonction TAUX.NOMINAL renvoie le taux d’intérêt nominal annuel à partir du taux d’intérêt annuel effectif en s’appuyant sur le nombre de périodes par année de calcul de l’intérêt composé. « TRI » (page 148) La fonction TRI renvoie le taux de rendement interne d’un investissement qui s’appuie sur une série de flux de trésorerie pouvant être irréguliers mais réalisés à intervalles réguliers. « TRIM » (page 150) La fonction TRIM renvoie le taux de rendement interne modifié pour un investissement qui est basé sur une série de flux de trésorerie potentiellement irréguliers réalisés à des intervalles réguliers. Le taux gagné sur les flux de trésorerie positifs et le taux payé pour financer les flux de trésorerie négatifs peuvent différer. « VA » (page 152) La fonction VA renvoie la valeur actualisée d’un investissement ou d’une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe.Fonction Description « VALEUR.ENCAISSEMENT » (page 154) La fonction VALEUR.ENCAISSEMENT renvoie le prix d’un titre qui est vendu avec un escompte par rapport au prix de remboursement et qui ne verse pas d’intérêts par tranche de 100 € de valeur de remboursement (valeur nominale). « VALEUR.NOMINALE » (page 156) La fonction VALEUR.NOMINALE renvoie la valeur à l’échéance d’un titre qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. « VAN » (page 157) La fonction VAN renvoie la valeur actualisée nette pour un investissement qui s’appuie sur une série de flux de trésorerie pouvant être irréguliers mais réalisés à intervalles réguliers. « VC » (page 159) La fonction VC renvoie la valeur future d’un investissement en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. « VDB » (page 161) La fonction VDB renvoie le montant d’amortissement d’un actif sur un intervalle de temps choisi en s’appuyant sur un taux d’amortissement indiqué. « VPM » (page 163) La fonction VPM renvoie le paiement périodique pour un prêt ou une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. AMORLIN La fonction AMORLIN renvoie le montant de l’amortissement d’un actif par période en faisant appel à la méthode de l’amortissement linéaire. AMORLIN(montant; amortissement comptable; vie)  coût : coût initial de l’actif. montant correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  récupération : valeur de récupération de l’actif. amortissement comptable correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  vie : nombre de périodes d’amortissement de l’actif. vie correspond à un nombre supérieur à 0. Une partie décimale (fraction) de vie est autorisée (par exemple, une durée d’amortissement de 5,5 années). 106 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 107 Exemple =AMORLIN(10000; 1000; 6) renvoie 1 500 €, l’amortissement par année en euros d’un actif qui a coûté à l’origine 10 000 € et qui présente une valeur résiduelle estimée de 1 000 € après 6 années. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DB » à la page 111 « DDB » à la page 113 « SYD » à la page 140 « VDB » à la page 161 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CUMUL.INTER La fonction CUMUL.INTER renvoie les intérêts totaux inclus dans des paiements de rente ou de remboursement d’un prêt dans un intervalle de temps donné en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. CUMUL.INTER(taux-périodique; nbre-périodes; valeur-actualisée; période-initiale; périodefinale; échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif). période-initiale : période de départ à inclure dans le calcul. période-initiale correspond à un nombre.  période-finale : période de fin à inclure dans le calcul. période-finale correspond à un nombre supérieur à 0 et à période-initiale.  échéance : indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. fin (0): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. Remarques d’usage  Si règlement est antérieur à premier, la fonction renvoie les intérêts courus depuis émission. Si règlement est postérieur à premier, la fonction renvoie les intérêts courus depuis la date de paiement du coupon immédiatement antérieure à règlement.  Utilisez INTERET.ACC.MAT pour un titre qui ne paie des intérêts qu’à l’échéance. Exemples En général, le montant des intérêts payés sur un prêt est plus élevé dans les premières années que dans les dernières années. Cet exemple montre à quel point les premières années peuvent être plus élevées. Imaginons un prêt hypothécaire avec un prêt initial de 550 000 €, un taux d’intérêt de 6 % et une échéance à 30 ans. La fonction CUMUL.INTER peut être utilisée pour déterminer les intérêts pour n’importe quelle période. Dans le tableau qui suit, CUMIPMT a été utilisé pour déterminer les intérêts payés la première année (paiements 1à 12) et la dernière année (paiements 349 à 360) du terme du prêt. La fonction renvoie respectivement les valeurs 32 816,27 € et 1 256,58 €. Le montant des intérêts payés la première année est plus de 26 fois supérieur au montant des intérêts payés la dernière année. tauxpériodique nbre-périodes valeuractualisée période-initiale période-finale échéance =CUMUL.INTER (B2; C2; D2; E2; F2; G2) =0,06/12 360 =550000 1 12 0 =CUMUL.INTER (B2; C2; D2; E3; F3; G2) 349 360 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CUMUL.PRINCPER » à la page 109 « INTPER » à la page 121 « VPM » à la page 163 « PRINCPER » à la page 131 108 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 109 « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CUMUL.PRINCPER La fonction CUMUL.PRINCPER renvoie le principal total inclus dans des paiements de rente ou de remboursement d’un prêt dans un intervalle de temps donné en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. CUMUL.PRINCPER(taux-périodique; nbre-périodes; valeur-actualisée; période-initiale; période-finale; échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  période-initiale : période de départ à inclure dans le calcul. période-initiale correspond à un nombre.  période-finale : période de fin à inclure dans le calcul. période-finale correspond à un nombre supérieur à 0 et à période-initiale.  échéance : indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. fin (0): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période.Exemples En général, le montant de la réduction de principal sur un prêt est plus élevé dans les dernières années que dans les premières années. Cet exemple montre à quel point les dernières années peuvent être plus élevées. Imaginons un prêt hypothécaire avec un prêt initial de 550 000 €, un taux d’intérêt de 6 % et une échéance à 30 ans. La fonction CUMUL.PRINCPER peut être utilisée pour déterminer les intérêts pour n’importe quelle période. Dans le tableau qui suit, CUMUL.PRINCPER a été utilisé pour déterminer le principal remboursé la première année (paiements 1à 12) et la dernière année (paiements 349 à 360) du terme du prêt. La fonction renvoie respectivement les valeurs 6 754,06 € et 38 313,75 €. Le montant de principal payé la première année ne représente que 18 % du montant de principal payé la dernière année. tauxpériodique nbre-périodes valeuractualisée période-initiale période-finale échéance =CUMUL. PRINCPER (B2; C2; D2; E2; F2; G2) =0,06/12 360 =550000 1 12 0 =CUMUL. PRINCPER (B2; C2; D2; E3; F3; G2) 349 360 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CUMUL.INTER » à la page 107 « INTPER » à la page 121 « VPM » à la page 163 « PRINCPER » à la page 131 « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 110 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 111 DB La fonction DB renvoie le montant d’amortissement d’un actif pour une période indiquée à l’aide de la méthode de l’amortissement dégressif à taux constant. DB(montant; amortissement comptable; vie; période-amort; première-année-mois)  coût : coût initial de l’actif. montant correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  récupération : valeur de récupération de l’actif. amortissement comptable correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  vie : nombre de périodes d’amortissement de l’actif. vie correspond à un nombre supérieur à 0. Une partie décimale (fraction) de vie est autorisée (par exemple, une durée d’amortissement de 5,5 années).  période-amort : période sur laquelle vous cherchez à calculer l’amortissement. période-amort correspond à un nombre supérieur à 0. Toute partie décimale (fraction) de période-amort est ignorée.  mois de la première année : argument facultatif représentant le nombre de mois de la première année d’amortissement. première-année-mois correspond à un nombre compris entre 1 et 12. Toute partie décimale (fraction) de première-annéemois est ignorée. Exemple 1 Construction d’un plan d’amortissement Imaginons que vous venez d’acquérir un actif d’une valeur de 1 000 €, une valeur résiduelle de 100 € et une durée de vie utile estimée à 4 ans. L’actif peut s’amortir sur 12 mois au cours de la première année. Avec la fonction DB, vous pouvez construire un tableau d’amortissement indiquant l’amortissement pour chaque année. montant amortissement comptable vie période-amort première-annéemois 1 000 100 4 12 Première année (renvoie 438 €) =DB(B2; C2; D2; E3; F2) 1 Deuxième année (renvoie 246,16 €) =DB(B2; C2; D2; E4; F2) 2 Troisième année (renvoie 138,74 €) =DB(B2; C2; D2; E5; F2) 3 Quatrième année (renvoie 77,75 €) =DB(B2; C2; D2; E6; F2) 4 Exemple 2 Amortissement pour la première année partielle Prenons les mêmes faits que dans l’exemple 1, mais imaginons que l’actif soit amorti pendant mois de 12 mois la première année. montant amortissement comptable vie période-amort première-annéemois 1 000 100 4 1 Amortir pendant 9 mois (renvoie 328,50 €) =DB(B2; C2; D2; E2; F3) 9 Amortir pendant 6 mois (renvoie 219 €) =DB(B2; C2; D2; E2; F4) 3 Amortir pendant 3 mois (renvoie 109,50 €) =DB(B2; C2; D2; E2; F5) 6 Amortir pendant 1 mois (renvoie 36,50 €) =DB(B2; C2; D2; E2; F6) 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DDB » à la page 113 « AMORLIN » à la page 106 « SYD » à la page 140 « VDB » à la page 161 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 112 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 113 DDB La fonction DDB renvoie le montant d’amortissement d’un actif en s’appuyant sur le taux d’amortissement indiqué. DDB(montant; amortissement comptable; vie; période-amort; facteur-amort)  coût : coût initial de l’actif. montant correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  récupération : valeur de récupération de l’actif. amortissement comptable correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  vie : nombre de périodes d’amortissement de l’actif. vie correspond à un nombre supérieur à 0. Une partie décimale (fraction) de vie est autorisée (par exemple, une durée d’amortissement de 5,5 années).  période-amort : période sur laquelle vous cherchez à calculer l’amortissement. période-amort correspond à un nombre supérieur à 0. Toute partie décimale (fraction) de période-amort est ignorée.  facteur-amort : nombre facultatif qui détermine le taux d’amortissement. facteuramort correspond à un nombre. En cas d’omission, cette valeur est considérée comme étant égale à 2 (200 % pour un amortissement décroissant à taux double). Plus le nombre est élevé, plus l’amortissement est rapide. Par exemple, si vous voulez obtenir un taux d’amortissement d’une fois et demie l’amortissement linéaire, utilisez 1,5 ou 150 %. Exemples Imaginons que vous venez d’acquérir un actif d’une valeur de 1 000 €, une valeur résiduelle de 100 € et une durée de vie utile estimée à 4 ans. Avec la fonction DDB, vous pouvez déterminer l’amortissement pour différentes périodes et différents taux d’amortissement. montant amortissement comptable vie période-amort facteur-amort 1 000 100 4 Première année, amortissement décroissant à taux double (renvoie 500 €) =DDB(B2; C2; D2; E3; F3) 1 2 Deuxième année, amortissement décroissant à taux double (renvoie 250 €) =DDB(B2; C2; D2; E4; F4) 2 2 montant amortissement comptable vie période-amort facteur-amort Troisième année, amortissement décroissant à taux double (renvoie 125 €) =DDB(B2; C2; D2; E5; F5) 3 2 Quatrième année, amortissement décroissant à taux double (renvoie 25 €) =DDB(B2; C2; D2; E6; F6) 4 2 Première année, amortissement linéaire (renvoie 250 €) =DDB(B2; C2; D2; E7; F7) 1 1 Première année, amortissement décroissant à taux triple (renvoie 750 €) =DDB(B2; C2; D2; E8; F8) 3 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DB » à la page 111 « AMORLIN » à la page 106 « SYD » à la page 140 « VDB » à la page 161 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 114 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 115 DUREE.M.OBLIGATION La fonction DUREE.M.OBLIGATION calcule la moyenne pondérée modifiée de la valeur actualisée des flux de trésorerie pour une valeur nominale de 100 €. DUREE.M.OBLIGATION(règlement; échéance; taux-annuel; rendement-annuel; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  rendement-annuel : rendement annuel du titre. rendement-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Remarques d’usage  Cette fonction renvoie une valeur connue sous le nom de « durée Macauley ».Exemple Supposons que vous étudiez la pertinence d’un investissement dans un titre. Le règlement final de l’investissement doit se faire le 2 avril 2010 et l’échéance tombe le 31 décembre 2015. Le taux du coupon est de 5 %, ce qui donne un rendement d’approximativement 5,284 % (le rendement se calcule par la fonction RENDEMENT.TITRE). Le bon verse un intérêt tous les trimestres, en s’appuyant sur le nombre de jours effectifs. =DUREE.M.OBLIGATION("2/4/2010"; "31/12/2015"; 0,05; 0,05284; 4; 1) renvoie la valeur approximative de 4,9554, à savoir la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs (la durée du bon), selon la durée de Macauley. Les flux de trésorerie sont constitués du prix payé, des intérêts perçus et du principal perçu à l’échéance. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DUREE.OBLIGATION » à la page 116 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DUREE.OBLIGATION La fonction DUREE.OBLIGATION calcule la moyenne pondérée de la valeur actualisée des flux de trésorerie pour une valeur nominale de 100 €. DUREE.OBLIGATION(règlement; échéance; taux-annuel; rendement-annuel; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  rendement-annuel : rendement annuel du titre. rendement-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %). 116 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 117  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Remarques d’usage  Cette fonction renvoie une valeur connue sous le nom de « durée Macauley ». Exemple Supposons que vous étudiez la pertinence d’un investissement dans un titre. Le règlement final de l’investissement doit se faire le 2 avril 2010 et l’échéance tombe le 31 décembre 2015. Le taux du coupon est de 5 %, ce qui donne un rendement d’approximativement 5,284 % (le rendement se calcule par la fonction RENDEMENT.TITRE). Le bon verse un intérêt tous les trimestres, en s’appuyant sur le nombre de jours effectifs. =DUREE.OBLIGATION("2/4/2010"; "31/12/2015"; 0,05; 0,05284; 4; 1) renvoie la valeur approximative de 5,0208, à savoir la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs (la durée du bon), selon la durée de Macauley. Les flux de trésorerie sont constitués du prix payé, des intérêts perçus et du principal perçu à l’échéance. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DUREE.M.OBLIGATION » à la page 115 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44INTERET.ACC La fonction INTERET.ACC calcule les intérêts courus totaux ajoutés au prix d’achat d’un titre et payés au vendeur lorsque le titre verse des intérêts périodiques. INTERET.ACC(émission; premier; règlement; taux-annuel; valeur-nominale; fréquence; base-journalière)  émission : date à laquelle le titre a été émis à l’origine. émission correspond à une valeur de date/heure, la plus ancienne des dates précisées.  premier ordre : date du premier paiement des intérêts. premier correspond à une valeur de date/heure et doit être postérieure à émission.  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  prix : valeur faciale (valeur nominale) ou valeur à l’échéance du titre. valeurnominale correspond à un nombre. En cas d’omission (point-virgule sans autre valeur indiquée), la valeur de 1 000 est attribuée par défaut à valeur-nominale.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Remarques d’usage  Si règlement est antérieur à premier, la fonction renvoie les intérêts courus depuis émission. Si règlement est postérieur à premier, la fonction renvoie les intérêts courus depuis la date de paiement du coupon immédiatement antérieure à règlement.  Utilisez INTERET.ACC.MAT pour un titre qui ne paie des intérêts qu’à l’échéance. 118 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 119 Exemple 1 Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. La date de règlement est considérée comme étant antérieure à la date du premier coupon. Vous pouvez utiliser la fonction INTERET.ACC pour déterminer le montant des intérêts courus qui sont à ajouter au prix d’achat/vente. La fonction donne 38,06 €, ce qui représente les intérêts courus entre la date d’émission et la date de règlement. émission premier règlement taux-annuel valeurnominale fréquence basejournalière =INTERET. ACC (B2; C2; D2; E2; F2; G2; H2) 14/12/2008 01/07/2009 01/05/2009 0,10 1 000 2 0 Exemple 2 Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. La date de règlement est considérée comme étant ultérieure à la date du premier coupon. Vous pouvez utiliser la fonction INTERET.ACC pour déterminer le montant des intérêts courus qui sont à ajouter au prix d’achat/vente. La fonction donne approximativement 20,56 €, ce qui représente les intérêts courus entre la date de paiement du coupon immédiatement antérieure et la date de règlement. émission premier règlement taux-annuel valeurnominale fréquence basejournalière =INTERET. ACC (B2; C2; D2; E2; F2; G2; H2) 14/12/2008 01/07/2009 15/09/2009 0,10 1 000 2 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « INTERET.ACC.MAT » à la page 120 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44INTERET.ACC.MAT La fonction INTERET.ACC.MAT calcule les intérêts courus totaux ajoutés au prix d’achat d’un titre et payés au vendeur lorsque le titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. INTERET.ACC.MAT(émission; règlement; taux-annuel; valeur-nominale; base-journalière)  émission : date à laquelle le titre a été émis à l’origine. émission correspond à une valeur de date/heure, la plus ancienne des dates précisées.  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  prix : valeur faciale (valeur nominale) ou valeur à l’échéance du titre. valeurnominale correspond à un nombre. En cas d’omission (point-virgule sans autre valeur indiquée), la valeur de 1 000 est attribuée par défaut à valeur-nominale.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Remarques d’usage  Utilisez INTERET.ACC pour un titre qui verse des intérêts périodiques. Exemple Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Ce titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. Vous pouvez utiliser la fonction INTERET.ACC.MAT pour déterminer le montant des intérêts courus qui sont à ajouter au prix d’achat/vente. La fonction donne approximativement 138,06 €, ce qui représente les intérêts courus entre la date d’émission et la date de règlement. émission règlement taux-annuel valeur-nominale base-journalière =INTERET.ACC. MAT(B2; C2; D2; E2; F2) 14/12/2007 01/05/2009 0,10 1 000 0 120 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 121 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « INTERET.ACC » à la page 118 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 INTPER La fonction INTPER renvoie la part des intérêts de paiement d’une rente ou de remboursement d’un prêt en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. INTPER(taux-périodique, période, nbre-périodes, valeur-actualisée, valeur-future, échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  période : période de paiement pour laquelle vous souhaitez calculer le montant du principal ou des intérêts. période correspond à un nombre supérieur à 0.  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  valeur capitalisée : argument facultatif représentant la valeur de l’investissement ou la valeur résiduelle de la rente (montant positif), ou du solde restant dû d’un prêt (montant négatif) à l’issue du dernier paiement. valeur-future correspond à un nombre. À la fin de la période d’investissement, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement gonflé sur un prêt (négatif) ou de la valeur résiduelle d’un contrat à annuités (positif). En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 0. échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. Exemple Dans cet exemple, INTPER sert déterminer la part des intérêts du premier paiement de la troisième année du terme du prêt (paiement 25) d’après les informations sur le prêt présentées. La fonction donne approximativement – 922,41 €, ce qui représente la part des intérêts du remboursement du prêt 25. tauxpériodique période nbre-périodes valeuractualisée valeur-future échéance =INTPER(B2; C2; D2; E2; F2; G2) =0,06/12 25 =10*12 200000 –100000 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CUMUL.INTER » à la page 107 « CUMUL.PRINCPER » à la page 109 « VPM » à la page 163 « PRINCPER » à la page 131 « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 122 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 123 ISPMT La fonction ISPMT renvoie la part des intérêts de paiement d’une rente ou de remboursement d’un prêt en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. ISPMT(taux-annuel; période; nbre-périodes; valeur-actualisée)  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  période : période de paiement pour laquelle vous souhaitez calculer le montant du principal ou des intérêts. période correspond à un nombre supérieur à 0.  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif). Remarques d’usage  La fonction INTPER présente des fonctionnalités supplémentaires et reste à utiliser à la place d’ISPMT. Exemple Dans cet exemple, ISPMT sert déterminer la part des intérêts du premier paiement de la troisième année du terme du prêt (paiement 25) d’après les informations sur le prêt présentées. La fonction donne approximativement – 791,67 €, ce qui représente la part des intérêts du remboursement du prêt 25. taux-périodique période nbre-périodes valeur-actualisée =ISPMT(B2; C2; D2; E2) =0,06/12 25 =10*12 200000 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « INTPER » à la page 121 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39« Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NB.COUPONS La fonction NB.COUPONS renvoie le nombre de coupons restant à payer entre la date de règlement et l’échéance. NB.COUPONS(règlement; échéance; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Vous pouvez utiliser la fonction NB.COUPONS pour déterminer le nombre de coupons pouvant être perçus entre la date de règlement et l’échéance du titre. La fonction renvoie 23 car 23 dates de paiement de coupon trimestrielles marquent la période allant du 2 avril 2010 et le 31 décembre 2015, la première date correspondant au 30 juin 2010. 124 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 125 règlement échéance fréquence base-journalière =NB.COUPONS(B2; C2; D2; E2; F2; G2) 4/2/2010 12/31/2015 4 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NB.JOURS.COUPON La fonction NB.JOURS.COUPON renvoie le nombre de jours dans la période de coupon dans laquelle le règlement a lieu. NB.JOURS.COUPON(règlement; échéance; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année.30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Vous pouvez utiliser la fonction NB.JOURS.COUPON pour déterminer le nombre de jours que compte la période de coupon de la date de règlement. La fonction renvoie 91 car 91 jours séparent le début et la fin de la période de paiement du coupon, commençant et se terminant respectivement le 1er avril 2010 et le 30 juin 2010. règlement échéance fréquence base-journalière =NB.JOURS. COUPON(B2; C2; D2; E2; F2; G2) 4/2/2010 12/31/2015 4 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB.JOURS.COUPON.SUIV » à la page 126 « NB.JOURS.COUPON.SUIV » à la page 128 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NB.JOURS.COUPON.SUIV La fonction NB.JOURS.COUPON.PREC renvoie le nombre de jours entre le début de la période de coupon dans laquelle le règlement a lieu et la date de règlement. NB.JOURS.COUPON.SUIV(règlement; échéance; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année 126 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 127 annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Vous pouvez utiliser la fonction NB.JOURS.COUPON.PREC pour déterminer le nombre de jours jusqu’à la date de paiement du dernier coupon jusqu’à la date de règlement. Il s’agit dans ce cas du nombre de jours intervenant dans le calcul des intérêts courus censé s’ajouter au prix d’achat de l’obligation. La fonction renvoie 2 car 2 jours séparent la date de paiement du dernier coupon, à savoir le 31 mars 2010, et la date de règlement du 2 avril 2010. règlement échéance fréquence base-journalière =NB.JOURS.COUPON. PREC(B2; C2; D2; E2; F2; G2) 4/2/2010 12/31/2015 4 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB.JOURS.COUPON » à la page 125 « NB.JOURS.COUPON.SUIV » à la page 128 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44NB.JOURS.COUPON.SUIV La fonction NB.JOURS.COUPON.SUIV renvoie le nombre de jours entre la date de règlement et la fin de la période de coupon dans laquelle le règlement a lieu. NB.JOURS.COUPON.SUIV(règlement; échéance; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Imaginons que vous envisagiez l’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Vous pouvez utiliser la fonction NB.JOURS.COUPON.SUIV pour déterminer le nombre de jours jusqu’à la date de paiement du coupon suivant. Il s’agit du nombre de jours jusqu’au premier paiement de coupon à recevoir. La fonction renvoie 89 car 89 jours séparent la date de règlement, à savoir le 2 avril 2010, et la date de paiement du coupon suivant. règlement échéance fréquence base-journalière =NB.JOURS.COUPON. SUIV(B2; C2; D2; E2; F2; G2) 4/2/2010 12/31/2015 4 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB.JOURS.COUPON » à la page 125 128 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 129 « NB.JOURS.COUPON.SUIV » à la page 126 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NPM La fonction NPM renvoie le nombre de périodes de paiement pour un prêt ou une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. NPM(taux-périodique; paiement; valeur-actualisée; valeur-future; échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  versement : montant payé ou perçu à chaque période. paiement correspond à un nombre. À chaque période, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement mensuel (négatif) ou d’un paiement périodique perçu sur une annuité (positif).  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de la rente indiqué sous la forme d’un nombre négatif. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  valeur capitalisée : argument facultatif représentant la valeur de l’investissement ou la valeur résiduelle de la rente (montant positif), ou du solde restant dû d’un prêt (montant négatif) à l’issue du dernier paiement. valeur-future correspond à un nombre. À la fin de la période d’investissement, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement gonflé sur un prêt (négatif) ou de la valeur résiduelle d’un contrat à annuités (positif). échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. Exemple 1 Imaginons que vous planifiez une épargne destinée à financer les études supérieures de votre fille lorsqu’elle atteindra l’âge. Vous disposez de 50 000 € à placer sur un compte d’épargne et pouvez verser 200 € sur ce compte à la fin de chaque mois. Ce compte d’épargne devrait être rémunéré à un taux d’intérêt annuel de 4,5 % et rapporter des intérêts mensuels. Vous estimez qu’il sera nécessaire d’avoir économisé 150 000 € quand votre fille ira à l’université. Avec la fonction NPM, vous pouvez déterminer le nombre de périodes dont vous avez besoin pour les paiements de 200 €. S’appuyant sur ce nos suppositions de départ, il devrait s’agir approximativement de 181 périodes, soit 15 ans et 1 mois. taux-périodique paiement valeur-actualisée valeur-future échéance =NPM(B2; C2; D2; E2; F2) =0,045/12 –200 –50000 150000 1 Exemple 2 Imaginons que vous prévoyez de racheter la maison de vacances de votre oncle. Vous disposez de 30 000 € que vous pouvez utiliser comme acompte immédiat et vous pouvez faire face à des mensualités de 1 500 €. Votre oncle vous dit qu’il veut bien vous prêter la différence entre le prix de vente de sa maison de vacances, de 200 000 €, et votre acompte (soit 170 000 €) au taux annuel de 7 %. Avec la fonction NPM, vous pouvez déterminer le nombre de mois nécessaires pour rembourser le prêt de votre oncle. S’appuyant sur ce nos suppositions de départ, il devrait s’agir approximativement de 184 mois, soit 15 ans et 4 mois. taux-périodique paiement valeur-actualisée valeur-future échéance =NPM(B2; C2; D2; E2; F2) =0,07/12 –1500 170000 0 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VC » à la page 159 « VPM » à la page 163 « VA » à la page 152 130 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 131 « TAUX » à la page 141 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PRINCPER La fonction PRINCPER renvoie la part du principal du paiement d’une rente ou du remboursement d’un prêt en s’appuyant sur des paiements périodiques fixes et sur un taux d’intérêt fixe. PRINCPER(taux-périodique, période, nbre-périodes, valeur-actualisée, valeur-future, échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  période : période de paiement pour laquelle vous souhaitez calculer le montant du principal ou des intérêts. période correspond à un nombre supérieur à 0.  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  valeur capitalisée : argument facultatif représentant la valeur de l’investissement ou la valeur résiduelle de la rente (montant positif), ou du solde restant dû d’un prêt (montant négatif) à l’issue du dernier paiement. valeur-future correspond à un nombre. À la fin de la période d’investissement, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement gonflé sur un prêt (négatif) ou de la valeur résiduelle d’un contrat à annuités (positif). En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 0. échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. Exemple Dans cet exemple, PRINCPER sert déterminer la part du principal du premier paiement de la troisième année du terme du prêt (paiement 25) d’après les informations sur le prêt présentées. La fonction donne approximativement – 687,80 €, ce qui représente la part du principal du paiement 25. tauxpériodique période nbre-périodes valeuractualisée valeur-future échéance =PRINCPER(B2; C2; D2; E2; F2; G2) =0,06/12 25 =10*12 200000 –100000 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CUMUL.INTER » à la page 107 « CUMUL.PRINCPER » à la page 109 « INTPER » à la page 121 « VPM » à la page 163 « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 132 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 133 PRIX.TITRE La fonction PRIX.TITRE renvoie le prix d’un titre qui verse des intérêts périodiques par tranche de 100 € de valeur de remboursement (nominale). PRIX.TITRE(règlement; échéance; taux-annuel; rendement-annuel; remboursement; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  rendement-annuel : rendement annuel du titre. rendement-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  remboursement : prix de remboursement par tranche de 100 € de valeur nominale. remboursement correspond à un nombre positif. remboursement est le montant qui sera perçu par tranche de 100 € de la valeur nominale. Il s’agit souvent de 100, ce qui signifie que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360).Exemple Dans cet exemple, la fonction PRIX.TITRE sert à déterminer le prix d’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Le titre verse des intérêts périodiques. La fonction renvoie la valeur 106,50 € ce qui représente le prix par tranche de 100 € de valeur nominale. règlement échéance taux-annuel rendementannuel remboursement fréquence basejournalière =PRIX.TITRE (B2; C2; D2; E2; F2; G2; H2) 01/05/2009 30/06/2015 0,065 0,0525 100 2 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VALEUR.ENCAISSEMENT » à la page 154 « PRIX.TITRE.ECHEANCE » à la page 134 « RENDEMENT.TITRE » à la page 137 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PRIX.TITRE.ECHEANCE La fonction PRIX.TITRE.ECHEANCE renvoie le prix d’un titre qui verse des intérêts périodiques par tranche de 100 € de valeur de remboursement (nominale). PRIX.TITRE.ECHEANCE(règlement; échéance; émission; taux-annuel; rendement-annuel; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement. 134 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 135  émission : date à laquelle le titre a été émis à l’origine. émission correspond à une valeur de date/heure, la plus ancienne des dates précisées.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  rendement-annuel : rendement annuel du titre. rendement-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction PRIX.TITRE.ECHEANCE sert à déterminer le prix d’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Ce titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. La fonction renvoie la valeur 99,002 € ce qui représente le prix par tranche de 100 € de valeur nominale. règlement échéance émission taux-annuel rendementannuel basejournalière =PRIX.TITRE. ECHEANCE (B2; C2; D2; E2; F2; G2) 01/05/2009 30/06/2015 14/12/2008 0,065 0.06565 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PRIX.TITRE » à la page 133 « VALEUR.ENCAISSEMENT » à la page 154 « RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE » à la page 139 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102« Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RENDEMENT.SIMPLE La fonction RENDEMENT.SIMPLE renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui est vendu avec un escompte par rapport à son prix de remboursement et qui ne verse pas d’intérêts. RENDEMENT.SIMPLE(règlement; échéance; prix; remboursement; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  prix : coût du titre par tranche de 100 € de valeur nominale. prix correspond à un nombre.  remboursement : prix de remboursement par tranche de 100 € de valeur nominale. remboursement correspond à un nombre positif. remboursement est le montant qui sera perçu par tranche de 100 € de la valeur nominale. Il s’agit souvent de 100, ce qui signifie que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction RENDEMENT.SIMPLE sert à déterminer le rendement annuel effectif du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Le titre ne rapporte aucun intérêt et est vendu avec un escompte. La fonction renvoie la valeur approximative de 8,37 %, ce qui représente le rendement annuel à un prix approximatif 65,98 € par tranche de 100 € de valeur nominale. 136 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 137 règlement échéance prix remboursement base-journalière =RENDEMENT. SIMPLE(B2; C2; D2; E2; F2) 01/05/2009 30/06/2015 65,98 100 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VALEUR.ENCAISSEMENT » à la page 154 « RENDEMENT.TITRE » à la page 137 « RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE » à la page 139 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RENDEMENT.TITRE La fonction RENDEMENT.TITRE renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui verse des intérêts périodiques réguliers. RENDEMENT.TITRE(règlement; échéance; taux-annuel; prix; remboursement; fréquence; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  prix : coût du titre par tranche de 100 € de valeur nominale. prix correspond à un nombre. remboursement : prix de remboursement par tranche de 100 € de valeur nominale. remboursement correspond à un nombre positif. remboursement est le montant qui sera perçu par tranche de 100 € de la valeur nominale. Il s’agit souvent de 100, ce qui signifie que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale.  fréquence : nombre de règlements de coupons par année annuel (1): un paiement par an. semestriel (2): deux paiements par an. trimestriel (4): quatre paiements par an.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction RENDEMENT.TITRE sert à déterminer le rendement annuel du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Le titre verse des intérêts périodiques. La fonction renvoie la valeur approximative de 5,25 %. règlement échéance taux-annuel prix remboursement fréquence basejournalière =RENDEMENT. TITRE(B2; C2; D2; E2; F2; G2; H2) 01/05/2009 30/06/2015 0,065 106,50 100 2 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PRIX.TITRE » à la page 133 « RENDEMENT.SIMPLE » à la page 136 « RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE » à la page 139 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 138 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 139 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE La fonction RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE(règlement; échéance; émission; taux-annuel; prix; basejournalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  émission : date à laquelle le titre a été émis à l’origine. émission correspond à une valeur de date/heure, la plus ancienne des dates précisées.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  prix : coût du titre par tranche de 100 € de valeur nominale. prix correspond à un nombre.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction RENDEMENT.TITRE.ECHEANCE sert à déterminer le rendement annuel effectif du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Ce titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. La fonction renvoie la valeur approximative de 6,565 %.règlement échéance émission taux-annuel prix basejournalière =RENDEMENT. TITRE. ECHEANCE (B2; C2; D2; E2; F2; G2) 01/05/2009 30/06/2015 14/12/2008 0,065 99,002 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PRIX.TITRE.ECHEANCE » à la page 134 « RENDEMENT.TITRE » à la page 137 « RENDEMENT.SIMPLE » à la page 136 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SYD La fonction SYD renvoie le montant de l’amortissement d’un actif sur une période indiquée en s’appuyant sur la méthode de l’amortissement proportionnel à l’ordre numérique inversé des années. SYD(montant; amortissement comptable; vie; période-amort)  coût : coût initial de l’actif. montant correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  récupération : valeur de récupération de l’actif. amortissement comptable correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  vie : nombre de périodes d’amortissement de l’actif. vie correspond à un nombre supérieur à 0. Une partie décimale (fraction) de vie est autorisée (par exemple, une durée d’amortissement de 5,5 années).  période-amort : période sur laquelle vous cherchez à calculer l’amortissement. période-amort correspond à un nombre supérieur à 0. Toute partie décimale (fraction) de période-amort est ignorée. 140 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 141 Exemples =SYD(10000; 1000; 9; 1) renvoie 1 800 €, le montant de l’amortissement de la première année pour un actif ayant un coût initial de 10 000 € et un valeur de récupération de 1 000 € après une vie de 9 années. =SYD(10000; 1000; 9; 2) renvoie 1 600 €, le montant de l’amortissement pour la seconde année. =SYD(10000; 1000; 9; 8) renvoie 400 €, le montant de l’amortissement pour la huitième année. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DB » à la page 111 « DDB » à la page 113 « AMORLIN » à la page 106 « VDB » à la page 161 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TAUX La fonction TAUX renvoie le taux d’intérêt d’un investissement, d’un prêt ou d’une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. TAUX(nbre-périodes; paiement; valeur-actualisée; valeur-future; échéance; estimation)  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  versement : montant payé ou perçu à chaque période. paiement correspond à un nombre. À chaque période, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement mensuel (négatif) ou d’un paiement périodique perçu sur une annuité (positif). valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  valeur capitalisée : argument facultatif représentant la valeur de l’investissement ou la valeur résiduelle de la rente (montant positif), ou du solde restant dû d’un prêt (montant négatif) à l’issue du dernier paiement. valeur-future correspond à un nombre. À la fin de la période d’investissement, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement gonflé sur un prêt (négatif) ou de la valeur résiduelle d’un contrat à annuités (positif).  échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période.  estimation : argument facultatif indiquant l’estimation initiale du taux de rendement. estimation correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %). En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est de 10 %. Si la valeur par défaut ne donne pas de solution, essayez d’abord une valeur positive plus grande. Si cela ne donne rien, essayez une valeur négative inférieure. La valeur minimum autorisée est – 1. 142 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 143 Exemple Imaginons que vous planifiez une épargne destinée à financer les études supérieures de votre fille lorsqu’elle atteindra l’âge. Elle vient d’avoir 3 ans et vous partez de l’hypothèse qu’elle entrerait à l’université dans 15 ans. Vous estimez qu’il sera nécessaire d’avoir économisé 150 000 € sur un compte d’épargne au début de son cursus d’enseignement supérieur. Vous disposez de 50 000 € et versez 200 € sur le compte à la fin de chaque mois. Pendant les 15 prochaines années, ce compte d’épargne devrait être rémunéré à un taux d’intérêt annuel de 4,5 % et rapporter des intérêts mensuels. Avec la fonction TAUX, vous pouvez déterminer le taux de rémunération nécessaire du compte d’épargne afin que son montant atteigne 150 000 € au moment où votre fille est censée entrer à l’université. En s’appuyant sur nos suppositions, le taux renvoyé par la fonction est d’approximativement 0,377 % et correspond à un taux mensuel car nbre-périodes est mensuel, soit 4,52 % l’an. nbre-périodes paiement valeuractualisée valeur-future échéance estimation =TAUX(B2; C2; D2; E2; F2; G2) =15*12 –200 –50000 150000 1 =0,1/12 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VC » à la page 159 « TRI » à la page 148 « NPM » à la page 129 « VPM » à la page 163 « VA » à la page 152 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44TAUX.EFFECTIF La fonction TAUX.EFFECTIF renvoie le taux d’intérêt effectif annuel à partir du taux d’intérêt annuel nominal en s’appuyant sur le nombre de périodes par année de calcul de l’intérêt composé. TAUX.EFFECTIF(taux-nominal; nbre-périodes-année)  taux-nominal : taux d’intérêt nominal d’un titre. taux-nominal correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes-année : nombre de périodes par année d’intégration des intérêts. nbre-périodes-année correspond à un nombre supérieur à 0. Exemples =TAUX.EFFECTIF(0,05; 365) renvoie approximativement 5,13 %, le taux d’intérêt annuel effectif si le taux de 5 % s’appuie sur une capitalisation quotidienne. =TAUX.EFFECTIF(0,05; 12) renvoie approximativement 5,12 %, le taux d’intérêt annuel effectif si le taux de 5 % s’appuie sur une capitalisation mensuelle. =TAUX.EFFECTIF(0,05; 4) renvoie approximativement 5,09 %, le taux d’intérêt annuel effectif si le taux de 5 % s’appuie sur une capitalisation trimestrielle. =TAUX.EFFECTIF(0,05; 2) renvoie approximativement 5,06 %, le taux d’intérêt annuel effectif si le taux de 5 % s’appuie sur une capitalisation semestrielle. =TAUX.EFFECTIF(0,05; 1) renvoie approximativement 5,00 %, le taux d’intérêt annuel effectif si le taux de 5 % s’appuie sur une capitalisation annuelle. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TAUX.NOMINAL » à la page 147 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 144 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 145 TAUX.ESCOMPTE La fonction TAUX.ESCOMPTE renvoie le taux d’escompte annuel d’un titre qui ne paie pas d’intérêts et qui est vendu avec un escompte par rapport à son prix de remboursement. TAUX.ESCOMPTE(règlement; échéance; prix; remboursement; base-journalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  prix : coût du titre par tranche de 100 € de valeur nominale. prix correspond à un nombre.  remboursement : prix de remboursement par tranche de 100 € de valeur nominale. remboursement correspond à un nombre positif. remboursement est le montant qui sera perçu par tranche de 100 € de la valeur nominale. Il s’agit souvent de 100, ce qui signifie que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction TAUX.ESCOMPTE sert à déterminer le taux d’escompte annuel du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. La fonction donné 5,25 %, le taux d’escompte annuel. règlement échéance prix remboursement base-journalière =TAUX. ESCOMPTE(B2; C2; D2; E2; F2) 01/05/2009 30/06/2015 67.64 100 0Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VALEUR.ENCAISSEMENT » à la page 154 « RENDEMENT.SIMPLE » à la page 136 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TAUX.INTERET La fonction TAUX.INTERET renvoie le taux d’intérêt annuel effectif d’un titre qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. TAUX.INTERET(règlement; échéance; montant-investissements; remboursement; basejournalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  montant-investissements : montant investi dans le titre. montant-investissements correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  remboursement : prix de remboursement par tranche de 100 € de valeur nominale. remboursement correspond à un nombre positif. remboursement est le montant qui sera perçu par tranche de 100 € de la valeur nominale. Il s’agit souvent de 100, ce qui signifie que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 146 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 147 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction TAUX.INTERET sert à déterminer le taux d’intérêt annuel effectif du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Ce titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. La fonction renvoie la valeur approximative de 10,85 %. règlement échéance montantinvestissements valeur-nominale base-journalière =TAUX.INTERET(B2; C2; D2; E2; F2) 01/05/2009 30/06/2015 990.02 1651.83 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VALEUR.NOMINALE » à la page 156 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TAUX.NOMINAL La fonction TAUX.NOMINAL renvoie le taux d’intérêt annuel nominal à partir du taux d’intérêt effectif annuel en s’appuyant sur le nombre de périodes par année de calcul de l’intérêt composé. TAUX.NOMINAL(taux-int-effectif; nbre-périodes-année)  taux-int-effectif : taux d’intérêt effectif d’un titre. taux-int-effectif correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes-année : nombre de périodes par année d’intégration des intérêts. nbre-périodes-année correspond à un nombre supérieur à 0.Exemples =TAUX.NOMINAL(0,0513; 365) renvoie approximativement 5,00 %, le taux d’intérêt annuel nominal si le taux effectif de 5,13 % s’appuie sur une capitalisation quotidienne. =TAUX.NOMINAL(0,0512; 12) renvoie approximativement 5,00 %, le taux d’intérêt annuel nominal si le taux effectif de 5,12 % s’appuie sur une capitalisation mensuelle. =TAUX.NOMINAL(0,0509; 4) renvoie approximativement 5,00 %, le taux d’intérêt annuel nominal si le taux effectif de 5,09 % s’appuie sur une capitalisation trimestrielle. =TAUX.NOMINAL(0,0506; 2) renvoie approximativement 5,00 %, le taux d’intérêt annuel nominal si le taux effectif de 5,06 % s’appuie sur une capitalisation semestrielle. =TAUX.NOMINAL(0,0500; 1) renvoie approximativement 5,00 %, le taux d’intérêt annuel nominal si le taux effectif de 5,00 % s’appuie sur une capitalisation annuelle. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TAUX.EFFECTIF » à la page 144 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TRI La fonction TRI renvoie le taux de rendement interne d’un investissement qui s’appuie sur une série de flux de trésorerie pouvant être irréguliers (paiements d’un montant non obligatoirement constant) réalisés à intervalles réguliers. TRI(flux-intervalle; estimation)  intervalle des mouvements : collection comprenant les valeurs de flux de trésorerie. flux-intervalle correspond à une collection incluant des nombres. Un produit (un encaissement) doit être indiqué sous la forme d’un nombre positif, tandis qu’une dépense (un décaissement), un nombre négatif. La collection doit contenir au moins une valeur positive et une valeur négative. Les flux de trésorerie doivent être indiqués dans l’ordre chronologique et avec les mêmes intervalles dans le temps (par exemple, tous les mois). Si une période n’a pas de flux de trésorerie, utilisez 0 pour cette période. 148 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 149  estimation : argument facultatif indiquant l’estimation initiale du taux de rendement. estimation correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %). En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est de 10 %. Si la valeur par défaut ne donne pas de solution, essayez d’abord une valeur positive plus grande. Si cela ne donne rien, essayez une valeur négative inférieure. La valeur minimum autorisée est – 1. Remarques d’usage  Si les flux de trésorerie périodiques sont identiques, vous pouvez utiliser la fonction VAN. Exemple 1 Imaginons que vous planifiez une épargne destinée à financer les études supérieures de votre fille lorsqu’elle atteindra l’âge. Elle vient d’avoir 13 ans et vous partez de l’hypothèse qu’elle entrerait à l’université dans 5 ans. Vous disposez de 75 000 € à placer sur un compte d’épargne le jour même et vous comptez y ajouter le bonus que vous octroie votre employeur à la fin de chaque année. Comme votre bonus devrait augmenter chaque année, vous espérez pouvoir économiser respectivement 5 000 €, 7 000 €, 8 000 €, 9 000 € et 10 000 € à la fin de chacune des 5 années à venir. Vous estimez qu’il sera nécessaire d’avoir économisé 150 000 € pour les études de votre fille quand elle atteindra l’âge d’entrée à l’université. Avec la fonction TRI, vous pouvez déterminer le taux à appliquer sur les sommes investies pour disposer à terme d’un capital de 150 000 €. En s’appuyant sur nos suppositions, le taux correspond à 5,70 %. Versement initial Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Montant nécessaire =TRI(B2:H2) –75000 –5000 –7000 –8000 –9000 – 10 000 150000 Exemple 2 Imaginons que vous ayez l’occasion d’investir dans une société. L’investissement initial nécessaire est de 50 000 €. Comme la société développe toujours son produit, 25 000 € et 10 000 € supplémentaires doivent être investis respectivement à la fin de la première et de la seconde années. La troisième année, la société s’autofinance, mais sans rémunérer les investisseurs. Les quatrième et cinquième années, les investisseurs perçoivent respectivement 10 000 € et 30 000 €. À la fin de la sixième année, la société est vendue et les investisseurs doivent recevoir 100 000 €. Avec la fonction TRI, vous pouvez déterminer le taux de rendement attendu sur cet investissement. En s’appuyant sur nos suppositions, le taux correspond à 10,24 %. Versement initial Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Produit des ventes =TRI(B2:H2) –50000 – 25 000 – 10 000 0 10 000 30 000 100 000Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TRIM » à la page 150 « VAN » à la page 157 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TRIM La fonction TRIM renvoie le taux de rendement interne d’un investissement qui s’appuie sur une série de flux de trésorerie pouvant être irréguliers (paiements d’un montant non obligatoirement constant) réalisés à intervalles réguliers. Le taux gagné sur les flux de trésorerie positifs et le taux payé pour financer les flux de trésorerie négatifs peuvent différer. TRIM(flux-intervalle, taux-finance, taux-réinvestissement)  intervalle des mouvements : collection comprenant les valeurs de flux de trésorerie. flux-intervalle correspond à une collection incluant des nombres. Un produit (un encaissement) doit être indiqué sous la forme d’un nombre positif, tandis qu’une dépense (un décaissement), un nombre négatif. La collection doit contenir au moins une valeur positive et une valeur négative. Les flux de trésorerie doivent être indiqués dans l’ordre chronologique et avec les mêmes intervalles dans le temps (par exemple, tous les mois). Si une période n’a pas de flux de trésorerie, utilisez 0 pour cette période.  taux de financement : taux d’intérêt payé sur les flux de trésorerie négatifs (sorties). taux-finance correspond à un nombre, doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %) et représente le taux auquel les sommes investies (les flux de trésorerie négatifs) peuvent être financées. Par exemple, il est possible d’utiliser le coût du financement d’une société. 150 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 151  taux-réinvestissement : taux auquel les flux de trésorerie positifs (entrées) peuvent être réinvestis. taux-réinvestissement correspond à un nombre, doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %) et représente le taux auquel les sommes perçues (les flux de trésorerie positifs) peuvent être réinvesties. Par exemple, il est possible d’utiliser le taux d’investissement à court terme d’une société. Remarques d’usage  Les flux de trésorerie doivent être répartis équitablement dans le temps. Si aucun flux de trésorerie n’est apporté pendant une période de temps donnée, utilisez 0. Exemple 1 Imaginons que vous ayez l’occasion d’investir dans une société. L’investissement initial nécessaire est de 50 000 €. Comme la société développe toujours son produit, 25 000 € et 10 000 € supplémentaires doivent être investis respectivement à la fin de la première et de la seconde années. La troisième année, la société s’autofinance, mais sans rémunérer les investisseurs. Les quatrième et cinquième années, les investisseurs perçoivent respectivement 10 000 € et 30 000 €. À la fin de la sixième année, la société est vendue et les investisseurs doivent recevoir 100 000 €. Supposons que vous puissiez emprunter au taux de 9,00 % (taux-finance) et puissiez obtenir 4,25 % sur des économies à court terme (taux-réinvestissement) Avec la fonction TRI, vous pouvez déterminer le taux de rendement attendu sur cet investissement. En s’appuyant sur nos suppositions, le taux correspond approximativement à 9,75 %. Versement initial Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Produit des ventes =TRIM (B2:H2; 0,09; 0,0425) –50000 – 25 000 – 10 000 0 10 000 30 000 100 000 Exemple 2 Prenons les mêmes informations que dans l’exemple 1, mais plutôt que de mettre les flux de trésorerie dans des cellules distinctes, précisons les flux de trésorerie sous la forme d’une constante de tableau. La fonction TRIM se présente alors comme suit. =TRIM({–50000; –25000; –10000; 0; 10000; 30000; 100000}; 0,09; 0,0425) renvoie approximativement 9,75 %. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TRI » à la page 148 « VAN » à la page 157 « VA » à la page 152 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375« Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VA La fonction VA renvoie la valeur actualisée d’un investissement ou d’une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. VA(taux-périodique; nbre-périodes; paiement; valeur-future; échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  versement : montant payé ou perçu à chaque période. paiement correspond à un nombre. À chaque période, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement mensuel (négatif) ou d’un paiement périodique perçu sur une annuité (positif).  valeur capitalisée : argument facultatif représentant la valeur de l’investissement ou la valeur résiduelle de la rente (montant positif), ou du solde restant dû d’un prêt (montant négatif) à l’issue du dernier paiement. valeur-future correspond à un nombre. À la fin de la période d’investissement, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement gonflé sur un prêt (négatif) ou de la valeur résiduelle d’un contrat à annuités (positif).  échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. 152 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 153 Remarques d’usage  taux-périodique doit être indiqué en s’appuyant sur la même durée que nbrepériodes. Par exemple, si nbre-périodes représente des mois et le taux d’intérêt annuel est de 8 %, taux-périodique doit être spécifié sous la forme de 0,00667 ou 0.667 % (0,08 divisé par 12).  Si paiement est indiqué sans valeur d’investissement, de valeur au comptant ou de solde restant dû, le paramètre valeur-future peut être omis.  Si paiement est omis, vous devez indiquer valeur-future. Exemple 1 Imaginons que vous planifiez une épargne destinée à financer les études supérieures de votre fille lorsqu’elle atteindra l’âge. Elle vient d’avoir 3 ans et vous partez de l’hypothèse qu’elle entrerait à l’université dans 15 ans. Vous estimez qu’il sera nécessaire d’avoir économisé 150 000 € sur un compte d’épargne au début de son cursus d’enseignement supérieur. Vous êtes en mesure de verser 200 € sur le compte à la fin de chaque mois. Pendant les 15 prochaines années, ce compte d’épargne devrait être rémunéré à un taux d’intérêt annuel de 4,5 % et rapporter des intérêts mensuels. Avec la fonction VA, vous pouvez déterminer le montant à déposer sur ce compte d’épargne afin que le montant de l’épargne atteigne 150 000 € au moment où votre fille est censée entrer à l’université. En s’appuyant sur nos suppositions, la fonction renvoie « – 50 227,88 € », correspondant au montant qu’il convient de déposer aujourd’hui sur le compte (la fonction renvoie un nombre négatif parce que le dépôt sur le compte d’épargne constitue un décaissement). taux-périodique nbre-périodes paiement valeur-future échéance =VA(B2; C2; D2; E2; F2) =0,045/12 =15*12 –200 150000 1 Exemple 2 Dans cet exemple, vous avez l’occasion de réaliser un investissement. Il s’agit d’investir dans un titre escompté net, ne nécessitant aucun apport supplémentaire et ne bénéficiant d’aucun versement jusqu’à l’échéance du titre. Ce titre escompté arrive à échéance au bout de 14 années et son prix de remboursement est de 100 000 €. Une autre option consiste à laisser cette somme sur votre compte d’épargne, où ce dernier vous assure un rendement annuel de 5,25 %. La fonction VA vous permet de déterminer le montant maximal à verser pour le titre escompté, en partant du principe que vous cherchez à obtenir un taux d’intérêt au moins égal à celui de votre compte de placement sur le marché monétaire. En s’appuyant sur nos suppositions, il s’agit de – 48 852,92 € (la fonction renvoie un montant négatif parce qu’il s’agit d’un décaissement). taux-périodique nbre-périodes paiement valeur-future échéance =VA(B2; C2; D2; E2; F2) 0,0525 14 0 100 000 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VC » à la page 159« TRI » à la page 148 « NPM » à la page 129 « VPM » à la page 163 « TAUX » à la page 141 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VALEUR.ENCAISSEMENT La fonction VALEUR.ENCAISSEMENT renvoie le prix d’un titre qui est vendu avec un escompte par rapport au prix de remboursement et qui ne verse pas d’intérêts par tranche de 100 € de valeur de remboursement (valeur nominale). VALEUR.ENCAISSEMENT(règlement; échéance; rendement-annuel; remboursement; basejournalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  rendement-annuel : rendement annuel du titre. rendement-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  remboursement : prix de remboursement par tranche de 100 € de valeur nominale. remboursement correspond à un nombre positif. remboursement est le montant qui sera perçu par tranche de 100 € de la valeur nominale. Il s’agit souvent de 100, ce qui signifie que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale.  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. 154 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 155 réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction VALEUR.ENCAISSEMENT sert à déterminer le prix d’achat du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Le titre ne rapporte aucun intérêt et est vendu avec un escompte. La fonction renvoie la valeur approximative de 65,98 € ce qui représente le prix par tranche de 100 € de valeur nominale. règlement échéance escompte remboursement base-journalière =VALEUR. ENCAISSEMENT (B2; C2; D2; E2; F2) 01/05/2009 30/06/2015 0.0552 100 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PRIX.TITRE » à la page 133 « PRIX.TITRE.ECHEANCE » à la page 134 « RENDEMENT.SIMPLE » à la page 136 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44VALEUR.NOMINALE La fonction VALEUR.NOMINALE renvoie la valeur à l’échéance d’un titre qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. VALEUR.NOMINALE(règlement; échéance; montant-investissements; taux-annuel; basejournalière)  règlement : date de règlement de la transaction. règlement correspond à une valeur de date/heure. La date de règlement de la transaction est généralement postérieure d’un ou de plusieurs jours à la date de la transaction.  échéance : date à laquelle le titre arrive à échéance. échéance correspond à une valeur de date/heure. Elle doit être postérieure à règlement.  montant-investissements : montant investi dans le titre. montant-investissements correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  taux-annuel : taux de coupon annuel ou taux d’intérêt annuel du titre. taux-annuel correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  base-journalière : argument facultatif indiquant le nombre de jours par mois et de jours par année servant aux calculs. 30/360 (0 ou omis): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode NASD pour les dates tombant le 31 du mois. réels/réels (1): jours naturels pour chaque mois, jours naturels pour chaque année. réels/360 (2): jours naturels pour chaque mois, 360 jours par année. réels/365 (3): jours naturels pour chaque mois, 365 jours par année. 30E/360 (4): 30 jours pour chaque mois, 360 jours pour chaque année, méthode européenne pour les dates tombant le 31 du mois (format européen 30/360). Exemple Dans cet exemple, la fonction VALEUR.NOMINALE sert à déterminer le montant reçu à l’échéance du titre fictif décrit par les valeurs indiquées. Ce titre ne verse d’intérêts qu’à l’échéance. La fonction donne 1 651,83 €, le montant se composant du principal et des intérêts à percevoir à l’échéance. règlement échéance montantinvestissements taux-annuel base-journalière =VALEUR. NOMINALE(B2; C2; D2; E2; F2) 01/05/2009 30/06/2015 990.02 0,065 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TAUX.INTERET » à la page 146 156 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 157 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VAN La fonction VAN renvoie la valeur actualisée nette pour un investissement qui s’appuie sur une série de flux de trésorerie pouvant être irréguliers mais réalisés à intervalles réguliers. VAN(taux-actualisation-périodique; flux-trésorerie; flux-trésorerie;…)  taux-actualisation-périodique : taux d’escompte par période. taux-actualisationpériodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %). tauxactualisation-périodique correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  mouvement : flux de trésorerie. flux-trésorerie correspond à un nombre. Une valeur positive représente une rentrée (un encaissement). Une valeur négative représente une dépense (un décaissement). Les flux de trésorerie doivent être répartis équitablement dans le temps.  flux-trésorerie;… : vous pouvez ajouter un ou plusieurs flux de trésorerie supplémentaires. Remarques d’usage  taux-actualisation-périodique doit être indiqué en s’appuyant sur la même périodicité que pour les flux de trésorerie. Par exemple, si les flux de trésorerie sont mensuels et le taux d’escompte annuel souhaité est de 8 %, taux-actualisationpériodique doit être indiqué sous la forme de 0,00667 ou 0,667 % (0,08 divisé par 12).  Si les flux de trésorerie sont irréguliers, utilisez la fonction TRI.Exemple Imaginons que vous ayez l’occasion d’investir dans une société. Comme la société développe toujours son produit, 25 000 € et 10 000 € supplémentaires doivent être investis respectivement à la fin de la première et de la seconde années. La troisième année, la société s’autofinance, mais sans rémunérer les investisseurs. Les quatrième et cinquième années, les investisseurs perçoivent respectivement 10 000 € et 30 000 €. À la fin de la sixième année, la société est vendue et les investisseurs doivent recevoir 100 000 €. Pour investir, vous vous souhaitez un rendement annuel d’au moins 10 %. Avec la fonction VAN, vous pouvez déterminer le montant maximum que vous devez investir initialement. En s’appuyant sur nos suppositions, la valeur actualisée nette correspond à 50 913,43 €. C’est pourquoi, si l’investissement initial nécessaire est égal à ce montant ou moins, cet investissement répond à votre objectif de 10 %. tauxpériodique Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Produit des ventes =VAN(B2; C2:H2) 0,10 – 25 000 – 10 000 0 10 000 30 000 100 000 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TRI » à la page 148 « VA » à la page 152 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 158 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 159 VC La fonction VC renvoie la valeur future d’un investissement en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. VC(taux-périodique; nbre-périodes; paiement; valeur-actualisée; échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  versement : montant payé ou perçu à chaque période. paiement correspond à un nombre. À chaque période, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement mensuel (négatif) ou d’un paiement périodique perçu sur une annuité (positif).  valeur-actualisée : argument facultatif précisant la valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de la rente. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. Remarques d’usage  Si paiement est indiqué et qu’investissement initial n’est apporté, le paramètre valeur-actualisée peut être omis.Exemple 1 Imaginons que vous planifiez une épargne destinée à financer les études supérieures de votre fille lorsqu’elle atteindra l’âge. Elle vient d’avoir 3 ans et vous partez de l’hypothèse qu’elle entrerait à l’université dans 15 ans. Vous disposez de 50 000 € à placer sur un compte d’épargne et pouvez verser 200 € sur ce compte à la fin de chaque mois. Pendant les 15 prochaines années, ce compte d’épargne devrait être rémunéré à un taux d’intérêt annuel de 4,5 % et rapporter des intérêts mensuels. À l’aide de la fonction VC, vous pouvez déterminer la valeur attendue du compte d’épargne au moment où votre fille entrera à l’université. En s’appuyant sur nos suppositions, il s’agit de 149,553.00 €. taux-périodique nbre-périodes paiement valeur-actualisée échéance =VC(B2; C2; D2; E2; F2) =0,045/12 =15*12 –200 –50000 1 Exemple 2 Partons du principe que vous avez l’occasion de réaliser un investissement. Vous devez investir 50 000 € nets dans un titre escompté. Ce titre escompté arrive à échéance au bout de 14 années et son prix de remboursement est de 100 000 €. Une autre option consiste à laisser cette somme sur votre compte d’épargne, où ce dernier vous assure un rendement annuel de 5,25 %. Une des manières d’évaluer le bien-fondé de ce placement consiste à estimer combien ces 50 000 € devraient valoir à la fin de la période d’investissement et de comparer ce résultat au prix de remboursement du titre. Avec la fonction VC, vous pouvez déterminer la valeur future attendue du compte de placement sur le marché. En s’appuyant sur nos suppositions, il s’agit de 102 348,03 €. Si nos suppositions se vérifient, il est par conséquent plus intéressant de garder l’argent sur le compte de placement sur le marché monétaire car sa valeur au bout de 14 ans (à savoir, 102 348,03 €) est supérieure à celle du remboursement du titre (soit 100 000 €). taux-périodique nbre-périodes paiement valeur-actualisée échéance =VC(B2; C2; D2; E2; F2) 0,0525 14 0 –50000 1 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NPM » à la page 129 « VAN » à la page 157 « VPM » à la page 163 « VA » à la page 152 « TAUX » à la page 141 160 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 161 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VDB La fonction VDB (de l’anglais « Variable Declining Balance », pour Amortissement dégressif à taux variable) renvoie le montant d’amortissement d’un actif sur un intervalle de temps choisi en s’appuyant sur un taux d’amortissement indiqué. VDB(montant; amortissement comptable; vie; période-initiale; période-finale; facteuramort; pas-de-bascule)  coût : coût initial de l’actif. montant correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  récupération : valeur de récupération de l’actif. amortissement comptable correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  vie : nombre de périodes d’amortissement de l’actif. vie correspond à un nombre supérieur à 0. Une partie décimale (fraction) de vie est autorisée (par exemple, une durée d’amortissement de 5,5 années).  période-initiale : période de départ à inclure dans le calcul. période-initiale correspond à un nombre.  période-finale : période de fin à inclure dans le calcul. période-finale correspond à un nombre supérieur à 0 et à période-initiale.  facteur-amort : nombre facultatif qui détermine le taux d’amortissement. facteuramort correspond à un nombre. En cas d’omission, cette valeur est considérée comme étant égale à 2 (200 % pour un amortissement décroissant à taux double). Plus le nombre est élevé, plus l’amortissement est rapide. Par exemple, si vous voulez obtenir un taux d’amortissement d’une fois et demie l’amortissement linéaire, utilisez 1,5 ou 150 %.  non-échange : valeur facultative indiquant si l’amortissement doit passer à la méthode linéaire. basculer (0, FAUX ou omis): basculer vers la méthode d’amortissement linéaire l’année ou l’amortissement linéaire est supérieur à l’amortissement dégressif. pas de bascule (1 ou VRAI): ne pas basculer vers la méthode de l’amortissement linéaire.Remarques d’usage  période-initiale doit être indiqué comme la période antérieure à la première période que vous voulez inclure dans le calcul. Si vous voulez inclure la première période, utilisez 0 pour période-initiale.  Si vous voulez un amortissement qui n’inclut que la première période, indiquez la valeur 1 pour période-finale. Exemples Imaginons que vous venez d’acheter un actif ayant un coût de 11 000,00 €, une valeur de récupération de 1 000,00 € et une durée de vie utile estimée de 5 ans. Vous comptez amortir l’actif selon la méthode de l’amortissement dégressif de 1,5 (150 %). =VDB(11000; 1000; 5; 0; 1; 1,5; 0) renvoie 3 300 €, l’amortissement pour la première année. =VDB(11000; 1000; 5; 4; 5; 1,5; 0) renvoie 1 386,50 €, l’amortissement pour la cinquième (et dernière) année, en utilisant l’amortissement linéaire lorsque ce dernier est supérieur à l’amortissement dégressif. =VDB(11000; 1000; 5; 4; 5; 1,5; 1) renvoie 792,33 €, l’amortissement pour la cinquième (et dernière) année, en utilisant tout le temps l’amortissement dégressif (pas-de-bascule est VRAI). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DB » à la page 111 « DDB » à la page 113 « AMORLIN » à la page 106 « SYD » à la page 140 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 162 Chapitre 6 Fonctions financièresChapitre 6 Fonctions financières 163 VPM La fonction VPM renvoie le paiement périodique pour un prêt ou une annuité en s’appuyant sur une série de flux de trésorerie périodiques réguliers (paiements d’un montant constant et tous les flux de trésorerie à intervalles constants) et d’un taux d’intérêt fixe. VPM(taux-périodique, nbre-périodes, valeur-actualisée, valeur-future, échéance)  taux-périodique : taux d’intérêt par période. taux-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %).  nbre-périodes : nombre de périodes. nbre-périodes correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  valeur-actualisée : valeur de l’investissement initial ou le montant du prêt ou de l’annuité. valeur-actualisée correspond à un nombre. Au moment 0, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un montant emprunté (positif) ou du règlement de départ fait sur un contrat à annuités (négatif).  valeur capitalisée : argument facultatif représentant la valeur de l’investissement ou la valeur résiduelle de la rente (montant positif), ou du solde restant dû d’un prêt (montant négatif) à l’issue du dernier paiement. valeur-future correspond à un nombre. À la fin de la période d’investissement, un montant perçu est un montant positif et un montant investi est un montant négatif. Il peut s’agir par exemple d’un remboursement gonflé sur un prêt (négatif) ou de la valeur résiduelle d’un contrat à annuités (positif). En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut correspond à 0.  échéance : argument facultatif qui indique si les paiements sont dus au début ou à la fin de chaque période. Pour la plupart des crédits hypothécaires et autres prêts, le premier paiement doit être effectué à la fin de la première période (0), ce qui est la valeur par défaut. Par contre, la plupart des paiements dans le cadre d’un créditbail ou d’une location et certains autres types de paiements sont dus au début de la période (1). fin (0 ou omis): paiements dus à la fin de chaque période. début (1): paiements dus au début de chaque période. Exemple Dans cet exemple, VPM permet de déterminer le paiement fixe en s’appuyant sur les modalités indiqués pour un prêt. La fonction renvoie la valeur – 1 610,21 €, ce qui représente le paiement fixe que vous devez effectuer (négative parce qu’il s’agit d’un décaissement) pour ce prêt.164 Chapitre 6 Fonctions financières taux-périodique nbre-périodes valeur-actualisée valeur-future échéance =VPM(B2; C2; D2; E2; F2) =0,06/12 =10*12 200000 –100000 0 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VC » à la page 159 « INTPER » à la page 121 « NPM » à la page 129 « PRINCPER » à la page 131 « VA » à la page 152 « TAUX » à la page 141 « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381 « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44165 Les fonctions logiques et d’information vous aident à évaluer le contenu de cellules et à déterminer comment évaluer des contenus de cellule ou des résultats de formule et comment travailler avec ces derniers. Liste des fonctions logiques et d’information iWork intégre ces fonctions logiques et d’information pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « ESTERREUR » (page 166) La fonction ESTERREUR renvoie VRAI si une expression donnée donne une erreur et FAUX dans le cas contraire. « EST.IMPAIR » (page 167) La fonction EST.IMPAIR renvoie VRAI si la valeur est impaire (présente un reste en cas de division par 2). Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. « EST.PAIR » (page 168) La fonction EST.PAIR renvoie VRAI si la valeur est paire (n’a pas de reste en cas de division par 2). Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. « ESTVIDE » (page 168) La fonction ESTVIDE renvoie VRAI si la cellule indiquée est vide et FAUX dans le cas contraire. « ET » (page 169) La fonction ET renvoie VRAI si tous les arguments sont vrais et FAUX dans le cas contraire. « FAUX » (page 171) La fonction FAUX renvoie la valeur booléenne FAUX. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. 7 Fonctions logiques et d’informationFonction Description « NON » (page 172) La fonction NON renvoie l’opposé de la valeur booléenne d’une expression indiquée. « OU » (page 173) La fonction OU renvoie VRAI si l’un des arguments est vrai. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. « SI » (page ###) La fonction SI renvoie la valeur booléenne VRAI ou FAUX selon que l’expression indiquée est vraie ou fausse. « SI.ERREUR » (page 176) La fonction SI.ERREUR renvoie la valeur que vous précisez si une valeur donnée donne une erreur. Dans le cas contraire, elle renvoie la valeur donnée. « VRAI » (page 177) La fonction VRAI renvoie la valeur booléenne VRAI. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. ESTERREUR La fonction ESTERREUR renvoie VRAI si une expression donnée donne une erreur et FAUX dans le cas contraire. ESTERREUR(expression-quelconque)  expression-quelconque : expression à évaluer. expression-quelconque peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. Remarques d’usage  Il est souvent préférable d’utiliser la fonction SI.ERREUR. La fonction SI.ERREUR a toutes les fonctionnalités d’ESTERREUR, mais permet également de piéger l’erreur, pas seulement de l’identifier. Exemples Si B1 correspond à un nombre et D1 renvoie la valeur 0, alors : =SI(ESTERREUR(B1/D1); 0; B1/D1) renvoie 0 car la division par zéro donne une erreur. =SI.ERREUR(B1/D1; 0) est équivalent à l’exemple précédent, mais ne nécessite qu’une seule fonction. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SI.ERREUR » à la page 176 « ESTVIDE » à la page 168 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 166 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’informationChapitre 7 Fonctions logiques et d’information 167 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 EST.IMPAIR La fonction EST.IMPAIR renvoie VRAI si le nombre en question est impair (présente un reste en cas de division par 2). Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. EST.IMPAIR(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Remarques d’usage  Si nbre correspond à du texte, la fonction génère une erreur. Si nbre est la valeur booléenne VRAI (valeur 1), la fonction renvoie VRAI. Si nbre est la valeur booléenne FAUX(valeur 0), la fonction renvoie FAUX. Exemples =EST.IMPAIR(3) renvoie VRAI. =EST.IMPAIR(3,75) renvoie VRAI. =EST.IMPAIR(2) renvoie FAUX. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « EST.PAIR » à la page 168 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44EST.PAIR La fonction EST.PAIR renvoie VRAI si le nombre en question est pair (n’a pas de reste en cas de division par 2). Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. EST.PAIR(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Remarques d’usage  Si nbre correspond à du texte, la fonction génère une erreur. Si nbre est la valeur booléenne VRAI (valeur 1), la fonction renvoie FAUX. Si nbre est la valeur booléenne FAUX (valeur 0), la fonction renvoie VRAI. Exemples =EST.PAIR(2) renvoie VRAI. =EST.PAIR(2,75) renvoie VRAI. =EST.PAIR(3) renvoie FAUX. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « EST.IMPAIR » à la page 167 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ESTVIDE La fonction ESTVIDE renvoie VRAI si la cellule spécifiée est vide, et FAUX dans le cas contraire. ESTVIDE(cellule)  cellule : référence à une seule cellule de tableau. cellule est une valeur de référence à une seule cellule pouvant contenir n’importe quelle valeur ou être vide. Remarques d’usage  Si la cellule est entièrement vide, la fonction renvoie VRAI, dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. Si la cellule contient un espace ou un caractère non imprimable, la fonction renvoie FAUX, même si la cellule semble être vide. 168 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’informationChapitre 7 Fonctions logiques et d’information 169 Exemples Si la cellule de tableau A1 est vide et la cellule B2 contient 100 : =ISBLANK(A1) renvoie VRAI. =ESTVIDE(B2) renvoie FAUX. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SI.ERREUR » à la page 176 « ESTERREUR » à la page 166 « Ajout de commentaires d’après le contenu de cellules » à la page 387 « Association de fonctions logiques et de fonctions d’information » à la page 386 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ET La fonction ET renvoie VRAI si tous les arguments sont vrais et FAUX dans le cas contraire. ET(expression-test; expression-test; …)  expression-test : expression quelconque. expression-test accepte tout type de donnée pour autant que l’expression du résultat corresponde à une valeur booléenne. Si l’expression renvoie un nombre, la valeur 0 est interprétée comme la valeur FAUX, alors que toute autre valeur est interprétée comme VRAI.  expression-test;… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs expressions. Remarques d’usage  La fonction ET est équivalente à l’opérateur de conjonction logique utilisé dans les mathématiques ou en logique. Elle évalue d’abord chaque expression-test. Si toutes les expressions en question sont vraies, la fonction ET renvoie VRAI. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX.Exemples =ET(VRAI; VRAI) renvoie VRAI parce que les deux arguments sont vrais. =ET(1; 0; 1; 1) renvoie FAUX car l’un des arguments correspond au chiffre 0, ce qui est considéré comme faux. =ET(A5>60; A5<=100) renvoie VRAI si la cellule A5 contient un nombre et 61 et 100. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. Les deux fonctions SI suivantes renvoient la même valeur : =SI(B2>60; SI(B2<=100; VRAI, FAUX); FAUX) =SI(ET(B2>60; B2<=100); VRAI; FAUX) Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SI » à la page ### « NON » à la page 172 « OU » à la page 173 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Ajout de commentaires d’après le contenu de cellules » à la page 387 « Association de fonctions logiques et de fonctions d’information » à la page 386 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 170 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’informationChapitre 7 Fonctions logiques et d’information 171 FAUX La fonction FAUX renvoie la valeur booléenne FAUX. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. FAUX() Remarques d’usage  La fonction FAUX n’a pas d’argument. Toutefois, vous devez inclure les parenthèses : =FAUX().  Au lieu d’utiliser la fonction FAUX, vous pouvez indiquer la valeur booléenne FAUX (en majuscules ou en minuscules) dans une cellule ou comme argument de fonction. Exemples =FAUX() renvoie la valeur booléenne FAUX. =ET(1; FAUX()) renvoie la valeur booléenne FAUX. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « VRAI » à la page 177 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44NON La fonction NON renvoie l’opposé de la valeur booléenne d’une expression indiquée. NON(expression-quelconque)  expression-quelconque : expression à évaluer. expression-quelconque accepte tout type de donnée pour autant que l’expression du résultat corresponde à une valeur booléenne. Si l’expression renvoie un nombre, la valeur 0 est interprétée comme la valeur FAUX, alors que toute autre valeur est interprétée comme VRAI. Exemples =NON(0) renvoie VRAI car 0 est interprété comme FAUX. =OU(A9; NON(A9)) renvoie toujours VRAI car A9 ou son opposé est toujours vrai. =NON(OU(FAUX; FAUX)) renvoie VRAI car aucun des arguments du OU logique n’est vrai. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ET » à la page 169 « SI » à la page ### « OU » à la page 173 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 172 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’informationChapitre 7 Fonctions logiques et d’information 173 OU La fonction OU renvoie VRAI si l’un des arguments est vrai. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. OU(expression-quelconque; expression-quelconque; …)  expression-quelconque : expression à évaluer. expression-quelconque accepte tout type de donnée pour autant que l’expression du résultat corresponde à une valeur booléenne. Si l’expression renvoie un nombre, la valeur 0 est interprétée comme la valeur FAUX, alors que toute autre valeur est interprétée comme VRAI.  expression-quelconque; … : vous pouvez ajouter une ou plusieurs expressions à évaluer. Remarques d’usage  La fonction OU est équivalente à la disjonction logique ou à la disjonction inclusive utilisée dans les mathématiques ou en logique. Elle évalue d’abord chaque expression. Si l’une des expressions en question est vraie, la fonction OU renvoie VRAI. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX.  Si une expression est numérique, la valeur 0 est interprétée comme FAUX, alors que toute valeur différente de zéro est interprétée comme VRAI.  OU est souvent utilisée avec la fonction SI lorsque plus d’une condition doivent être considérées. Exemples =OU(A1+A2<100; B1+B2<100) renvoie FAUX si les sommes des cellules indiquées sont plus grandes ou égales à 100 et VRAI si au moins une des sommes est plus petite que 100. =OU(5; 0; 6) renvoie VRAI car au moins un argument est différent de zéro. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ET » à la page 169 « SI » à la page ### « NON » à la page 172 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Ajout de commentaires d’après le contenu de cellules » à la page 387 « Association de fonctions logiques et de fonctions d’information » à la page 386 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39« Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SI La fonction SI renvoie la valeur booléenne VRAI ou FAUX selon que l’expression indiquée est vraie ou fausse. SI(expression-si; si-vrai; si-faux)  expression-si : expression logique. expression-si accepte tout type de donnée pour autant que l’expression du résultat corresponde à une valeur booléenne. Si l’expression renvoie un nombre, la valeur 0 est interprétée comme la valeur FAUX, alors que toute autre valeur est interprétée comme VRAI.  si-vrai : valeur renvoyée si l’expression est avérée. si-vrai peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. En cas d’omission (une virgule sans valeur), SI renvoie 0.  si faux : argument facultatif représentant la valeur renvoyée si l’expression correspond à FAUX. si-faux peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. En cas d’omission (une virgule sans valeur), SI renvoie 0. En cas d’omission complète (aucune virgule après si-faux) et si expression-si donne FAUX, SI renvoie FAUX. Remarques d’usage  Si la valeur booléenne d’expression-si est VRAI, la fonction renvoie l’expression si-vrai, dans le cas contraire elle renvoie l’expression si-faux.  Tant si-vrai que si-faux peuvent contenir des fonctions SI supplémentaires (imbriquées). 174 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’informationChapitre 7 Fonctions logiques et d’information 175 Exemples =SI(A5>=0; "Non négatif"; "Négatif") renvoie le texte « Non négatif » si la cellule A5 contient un nombre plus grand ou égal à zéro ou une valeur non numérique. Si la cellule A5 contient une valeur plus petite que 0, la fonction renvoie « Négatif ». =SI(SI.ERREUR(OU(EST.PAIR(B4+B5); EST.IMPAIR(B4+B5); FAUX); ); "Tous des nombres"; "Pas tous des nombres") renvoie le texte « Tous des nombres » si les cellules B4 et B5 contiennent des nombres, le texte « Pas tous des nombres » dans le cas contraire. Pour les besoins du résultat, un test détermine si la somme des deux cellules est paire ou impaire. Si la cellule n’est pas un nombre, les fonctions EST. PAIR et EST.IMPAIR renvoient une erreur et la fonction SI.ERREUR renvoie FAUX, dans le cas contraire, elle renvoie VRAI car soit EST.PAIR soit EST.IMPAIR donne VRAI. Donc, si B4 ou B5 n’est ni un nombre ni une valeur booléenne, l’expression SI renverra l’expression si-faux, c’est-à-dire « Pas tous des nombres ». À défaut, elle reverra l’expression si-vrai, c’est-à-dire « Tous des nombres ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ET » à la page 169 « NON » à la page 172 « OU » à la page 173 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Interception de division par zéro » à la page 388 « Ajout de commentaires d’après le contenu de cellules » à la page 387 « Association de fonctions logiques et de fonctions d’information » à la page 386 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44SI.ERREUR La fonction SI.ERREUR renvoie la valeur que vous indiquez si une valeur donnée donne une erreur. Dans le cas contraire, elle renvoie la valeur donnée. SI.ERREUR(expression-quelconque; erreur-si)  expression-quelconque : expression à évaluer. expression-quelconque peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  erreur-si : valeur renvoyée si expression-quelconque entraîne une erreur. si-erreur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. Remarques d’usage  Utilisez SI.ERREUR pour gérer les erreurs dans une formule. Par exemple, si la cellule D1 a pour valeur 0, qui est pourtant une valeur valide, la formule =B1/D1 génère une erreur (division par zéro). Cette erreur peut être évitée en utilisant une formule comme =SI.ERREUR(B1/D1; 0) qui renvoie le résultat de la division si D1 est différent de zéro, mais 0 dans le cas contraire. Exemples Si B1 correspond à un nombre et D1 renvoie la valeur 0, alors : =SI.ERREUR(B1/D1; 0) renvoie 0 car la division par zéro donne une erreur. =SI(ESTERREUR(B1/D1); 0; B1/D1) est équivalent à l’exemple SI.ERREUR ci-avant, mais nécessite l’utilisation de SI et de ESTERREUR. =SI(SI.ERREUR(OU(EST.PAIR(B4+B5); EST.IMPAIR(B4+B5); FAUX); ); "Tous des nombres"; "Pas tous des nombres") renvoie le texte « Tous des nombres » si les cellules B4 et B5 contiennent des nombres, le texte « Pas tous des nombres » dans le cas contraire. Pour les besoins du résultat, un test détermine si la somme des deux cellules est paire ou impaire. Si la cellule n’est pas un nombre, les fonctions EST. PAIR et EST.IMPAIR renvoient une erreur et la fonction SI.ERREUR renvoie FAUX, dans le cas contraire, elle renvoie VRAI car soit EST.PAIR soit EST.IMPAIR donne VRAI. Donc, si B4 ou B5 n’est ni un nombre ni une valeur booléenne, l’expression SI renverra l’expression si-faux, c’est-à-dire « Pas tous des nombres ». À défaut, elle reverra l’expression si-vrai, c’est-à-dire « Tous des nombres ». 176 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’informationChapitre 7 Fonctions logiques et d’information 177 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ESTVIDE » à la page 168 « ESTERREUR » à la page 166 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VRAI La fonction VRAI renvoie la valeur booléenne VRAI. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. VRAI() Remarques d’usage  La fonction VRAI n’a pas d’argument. Toutefois, vous devez inclure les parenthèses : =VRAI().  Au lieu d’utiliser la fonction VRAI, vous pouvez indiquer la valeur booléenne VRAI en tapant simplement VRAI (ou vrai) dans une cellule ou comme argument de fonction. Exemples =VRAI() renvoie la valeur booléenne VRAI. =ET(1; VRAI()) renvoie la valeur booléenne VRAI. =ET(1; VRAI) fonctionne exactement comme dans l’exemple précédent.178 Chapitre 7 Fonctions logiques et d’information Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FAUX » à la page 171 « Liste des fonctions logiques et d’information » à la page 165 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44179 Les fonctions numériques vous aident à calculer des valeurs mathématiques souvent utilisées. Liste des fonctions numériques Ces fonctions de manipulation de nombres ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « ABS » (page 182) La fonction ABS renvoie la valeur absolue d’un nombre ou d’une durée. « ALEA » (page 183) La fonction ALEA renvoie un nombre aléatoire plus grand ou égal à 0 et plus petit que 1. « ALEA.ENTRE.BORNES » (page 183) La fonction ALEA.ENTRE.BORNES renvoie un entier aléatoire pris dans l’intervalle indiqué. « ARRONDI » (page 184) La fonction ARRONDI renvoie un nombre arrondi au nombre de chiffres indiqué. « ARRONDI.AU.MULTIPLE » (page 185) La fonction ARRONDI.AU.MULTIPLE arrondit un nombre au plus petit multiple supérieur d’un facteur donné. « ARRONDI.INF » (page 186) La fonction ARRONDI.INF renvoie un nombre arrondi vers le bas (en se rapprochant de zéro) au nombre de chiffres indiqué. 8 Fonctions numériquesFonction Description « ARRONDI.SUP » (page 187) La fonction ARRONDI.SUP renvoie un nombre arrondi vers le haut (en s’éloignant de zéro) au nombre de chiffres indiqué. « COMBIN » (page 189) La fonction COMBIN renvoie le nombre de manières qu’il y a de combiner un nombre d’éléments pour former des groupes d’une taille donnée sans tenir compte de l’ordre dans les groupes. « ENT » (page 190) La fonction ENT renvoie le nombre entier inférieur ou égal le plus proche du nombre. « EXP » (page 191) La fonction EXP renvoie e (la base des logarithmes népériens) élevé à la puissance spécifiée. « FACT » (page 192) La fonction FACT renvoie la factorielle d’un nombre. « FACTDOUBLE » (page 192) La fonction FACTDOUBLE renvoie la factorielle double d’un nombre. « IMPAIR » (page 193) La fonction IMPAIR arrondit un nombre au nombre impair supérieur. « LN » (page 194) La fonction LN renvoie le logarithme népérien d’un nombre, la puissance à laquelle e doit être élevé pour donner le nombre. « LOG » (page 195) La fonction LOG renvoie le logarithme d’un nombre en s’appuyant sur la base indiquée. « LOG10 » (page 196) La fonction LOG10 renvoie le logarithme en base 10 d’un nombre. « MOD » (page 197) La fonction MOD renvoie le reste d’une division. « MULTINOMIALE » (page 198) La fonction MULTINOMIALE renvoie la forme la plus proche du coefficient multinomial des nombres précisés. « PAIR » (page 199) La fonction PAIR arrondit un nombre au nombre pair supérieur. « PGCD » (page 200) La fonction PGCD renvoie le plus grand commun dénominateur (PGCD) des nombres indiqués. « PI » (page 200) La fonction PI renvoie la valeur approximative de p (pi), le rapport entre la circonférence d’un cercle et son diamètre. « PLAFOND » (page 201) La fonction PLAFOND arrondit un nombre au plus petit multiple supérieur du facteur donné. 180 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 181 Fonction Description « PLANCHER » (page 202) La fonction PLANCHER arrondit un nombre au plus petit multiple inférieur du facteur donné. « PPCM » (page 203) La fonction PPCM renvoie le plus petit commun multiple (PPCM) des nombres indiqués. « PRODUIT » (page 204) La fonction PRODUIT renvoie le produit d’un ou plusieurs nombres. « PUISSANCE » (page 205) La fonction PUISSANCE renvoie un nombre élevé à une puissance. « QUOTIENT » (page 206) La fonction QUOTIENT renvoie le quotient entier de deux nombres. « RACINE » (page 207) La fonction RACINE renvoie la racine carrée d’un nombre. « RACINE.PI » (page 207) La fonction RACINE.PI renvoie la racine carrée d’un nombre multiplié par p (pi). « ROMAIN » (page 208) La fonction ROMAIN convertit un nombre en chiffres romains. « SIGNE » (page 209) La fonction SIGNE renvoie 1 si le nombre en question est positif, – 1 s’il est négatif et 0 s’il est nul. « SOMME » (page 209) La fonction SOMME renvoie la somme d’une collection de nombres. « SOMME.CARRES » (page 211) La fonction SOMME.CARRES renvoie la somme des carrés d’une collection de nombres. « SOMMEPROD » (page 212) La fonction SOMMEPROD renvoie la somme des produits des nombres correspondants dans un ou plusieurs intervalles. « SOMME.SI » (page 213) La fonction SOMME.SI renvoie la somme d’une collection de nombres, y compris seuls les nombres qui répondent à la condition indiquée. « SOMME.SIS » (page 215) La fonction SOMME.SIS renvoie la somme des cellules d’une collection dans laquelle les valeurs testées répondent aux conditions données. « SOMME.X2MY2 » (page 217) La fonction SOMME.X2MY2 renvoie la somme de la différence des carrés des valeurs correspondantes dans deux collections.Fonction Description « SOMME.X2PY2 » (page 218) La fonction SOMME.X2PY2 renvoie la somme des carrés des valeurs correspondantes dans deux collections. « SOMME.XMY2 » (page 219) La fonction SOMME.XMY2 renvoie la somme des carrés des différences entre les valeurs correspondantes dans deux collections. « TRONQUE » (page 220) La fonction TRONQUE scinde un nombre au chiffre indiqué. ABS La fonction ABS renvoie la valeur absolue d’un nombre ou d’une durée. ABS(nbre-dur)  nbre-dur : nombre ou valeur de durée. nbre-dur correspond à un nombre ou à une durée. Remarques d’usage  Le résultat renvoyé par ABS est soit un nombre positif soit 0. Exemples =ABS(A1) renvoie 5, si la cellule A1 contient 5. =ABS(8–5) renvoie 3. =ABS(5–8) renvoie 3. =ABS(0) renvoie 0. =ABS(A1) renvoie 0, si la cellule A1 est vide. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 182 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 183 ALEA La fonction ALEA renvoie un nombre aléatoire plus grand ou égal à 0 et plus petit que 1. ALEA() Remarques d’usage  La fonction ALEA n’a pas d’argument. Toutefois, vous devez inclure les parenthèses : =ALEA().  Chaque fois que vous modifiez une valeur dans le tableau, un nouveau nombre plus grand ou égal à 0 et plus petit que 1 est généré. Exemple =ALEA() renvoie, par exemple, 0,217538648284972, 0,6137690856, 0,0296026556752622 et 0,4684193600 dans le cas de quatre nouveaux calculs. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ALEA.ENTRE.BORNES » à la page 183 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ALEA.ENTRE.BORNES La fonction ALEA.ENTRE.BORNES renvoie un entier aléatoire pris dans l’intervalle indiqué. ALEA.ENTRE.BORNES(inférieur; supérieur)  inférieur : limite inférieure. inférieur correspond à un nombre.  supérieur : limite supérieure. supérieur correspond à un nombre. Remarques d’usage  Chaque fois que vous modifiez une valeur dans le tableau, un nouveau nombre aléatoire compris entre les limites inférieure et supérieure est généré. Exemple =ALEA.ENTRE.BORNES(1; 10) renvoie, par exemple, 8, 6, 2, 3 et 5 dans le cas de cinq nouveaux calculs.Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ALEA » à la page 183 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ARRONDI La fonction ARRONDI renvoie un nombre arrondi au nombre de chiffres indiqué. ARRONDI(nbre-à-arrondir; décimales)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre.  décimales : nombre de décimales à conserver après la virgule. décimales correspond à un nombre. Un nombre positif représente le nombre de décimales (chiffres après la virgule) à droite. Un nombre négatif représente le nombre de chiffres à gauche de la virgule décimale à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Exemples =ARRONDI(1,49; 0) renvoie 1. =ARRONDI(1,50; 0) renvoie 2. =ARRONDI(1,23456; 3) renvoie 1,235. =ARRONDI(1111,222; –2) renvoie 1100. =ARRONDI(–2,2; 0) renvoie « – 2 ». =ARRONDI(–2,8; 0) renvoie « – 3 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 184 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ARRONDI.AU.MULTIPLE La fonction ARRONDI.AU.MULTIPLE arrondit un nombre au plus petit multiple supérieur d’un facteur donné. ARRONDI.AU.MULTIPLE(nbre-à-arrondir; facteur)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre.  facteur : nombre à utiliser pour déterminer le multiple le plus proche. facteur correspond à un nombre. La valeur doit présenter le même signe que nbre-à- arrondir. Exemples =ARRONDI.AU.MULTIPLE(2; 3) renvoie 3. =ARRONDI.AU.MULTIPLE(4; 3) renvoie 3. =ARRONDI.AU.MULTIPLE(4,4999; 3) renvoie 3. =ARRONDI.AU.MULTIPLE(4,5; 3) renvoie 6. =ARRONDI.AU.MULTIPLE(–4,5; 3) génère une erreur. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202« ENT » à la page 190 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ARRONDI.INF La fonction ARRONDI.INF renvoie un nombre arrondi vers le bas (en se rapprochant de zéro) au nombre de chiffres indiqué. ARRONDI.INF(nbre-à-arrondir; décimales)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre.  décimales : nombre de décimales à conserver après la virgule. décimales correspond à un nombre. Un nombre positif représente le nombre de décimales (chiffres après la virgule) à droite. Un nombre négatif représente le nombre de chiffres à gauche de la virgule décimale à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Exemples =ARRONDI.INF(1,49; 0) renvoie 1. =ARRONDI.INF(1,50; 0) renvoie 1. =ARRONDI.INF(1,23456; 3) renvoie 1,234. =ARRONDI.INF(1111,222; –2) renvoie 1100. =ARRONDI.INF(–2,2; 0) renvoie « – 2 ». =ARRONDI.INF(–2,8; 0) renvoie « – 2 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ 186 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 187 « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ARRONDI.SUP La fonction ARRONDI.SUP renvoie un nombre arrondi vers le haut (en s’éloignant de zéro) au nombre de chiffres indiqué. ARRONDI.SUP(nbre-à-arrondir; décimales)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre.  décimales : nombre de décimales à conserver après la virgule. décimales correspond à un nombre. Un nombre positif représente le nombre de décimales (chiffres après la virgule) à droite. Un nombre négatif représente le nombre de chiffres à gauche de la virgule décimale à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre).Exemples =ARRONDI.SUP(1,49; 0) renvoie 2. =ARRONDI.SUP(1,50; 0) renvoie 2. =ARRONDI.SUP(1,23456; 3) renvoie 1,235. =ARRONDI.SUP(1111,222; –2) renvoie 1200. =ARRONDI.SUP(–2,2; 0) renvoie « – 3 ». =ARRONDI.SUP(–2,8; 0) renvoie « – 3 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 188 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 189 COMBIN La fonction COMBIN renvoie le nombre de manières qu’il y a de combiner un nombre d’éléments pour former des groupes d’une taille donnée sans tenir compte de l’ordre dans les groupes. COMBIN(total-éléments; taille-groupe)  total-éléments : nombre d’éléments. total-éléments correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Si total-éléments présente une partie décimale (fraction), celleci est ignorée.  taille-groupe : nombre d’éléments combinés dans chaque groupe. taille-groupe correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Si taille-groupe présente une partie décimale (fraction), celle-ci est ignorée. Remarques d’usage  Les combinaisons se distinguent des permutations. L’ordre des éléments d’un groupe est ignoré pour les combinaisons mais il est pris en compte pour les permutations. Par exemple, (1; 2; 3) et (3; 2; 1) constituent la même combinaison mais deux permutations uniques. Si vous voulez le nombre de permutations plutôt que le nombre de combinaisons, utilisez la fonction PERMUT. Exemples =COMBIN(3; 2) renvoie 3, le nombre de groupes uniques que l’on peut former en commençant par 3 éléments et en les groupant par 2. =COMBIN(3,2; 2,3) renvoie 3. La partie décimale des nombres est omise. =COMBIN(5; 2) et =COMBIN(5; 3) renvoient tous deux 10. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PERMUTATION » à la page 306 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44ENT La fonction ENT renvoie le nombre entier, inférieur ou égal, le plus proche du nombre. ENT(nbre-à-arrondir)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre. Exemples =ENT(1,49) renvoie 1. =ENT(1,50) renvoie 1. =ENT(1,23456) renvoie 1. =ENT(1111,222) renvoie 1 111. =ENT(–2,2) renvoie « – 3 ». =ENT(–2,8) renvoie « – 3 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 190 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 191 EXP La fonction EXP renvoie e (la base des logarithmes népériens) élevé à la puissance indiquée. EXP(exposant)  exposant : puissance à laquelle vous souhaitez élever e. exposant correspond à un nombre. Remarques d’usage  EXP et LN sont mathématiquement parlant l’inverse l’un de l’autre, à la différence où LN est défini mais où, de par l’arrondi en virgule flottante, EXP(LN(x)) peut ne pas donner exactement x. Exemple =EXP(1) renvoie 2,71828182845905, une approximation de e. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LN » à la page 194 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44FACT La fonction FACT renvoie la factorielle d’un nombre. FACT(fact-nbre)  fact-nbre : valeur numérique. fact-nbre correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Toute partie décimale (fraction) de fact-nbre est ignorée. Exemples =FACT(5) renvoie 120, c’est-à-dire 1 * 2 * 3 * 4 * 5. =FACT(0) renvoie 1. =FACT(4,5) renvoie 24. La fraction est ignorée et la factorielle de 4 est calculée. =FACT(–1) génère une erreur car le nombre ne peut pas être négatif. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FACTDOUBLE » à la page 192 « MULTINOMIALE » à la page 198 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 FACTDOUBLE La fonction FACTDOUBLE renvoie la factorielle double d’un nombre. FACTDOUBLE(fact-nbre)  fact-nbre : valeur numérique. fact-nbre correspond à un nombre supérieur ou égal à – 1. Les valeurs de l’intervalle – 1 à 1 renvoient 1. Toute partie décimale (fraction) de fact-nbre est ignorée. Remarques d’usage  Pour un entier pair, la factorielle double est le produit de tous les entiers pairs plus petits ou égaux à l’entier donné et plus grands ou égaux à 2. Pour un entier impair, la factorielle double est le produit de tous les entiers impairs plus petits ou égaux à l’entier donné et plus grands ou égaux à 1. 192 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 193 Exemples =FACTDOUBLE(4) renvoie 8, le produit de 2 et 4. =FACTDOUBLE(4,7) renvoie 8, le produit de 2 et 4. La partie décimale est ignorée. =FACTDOUBLE (10) renvoie 3 840, le produit de 2, 4, 6, 8 et 10. =FACTDOUBLE(1) renvoie 1 car tous les nombres entre – 1 et 1 renvoient 1. =FACTDOUBLE(–1) renvoie 1 car tous les nombres entre – 1 et 1 renvoient 1. =FACTDOUBLE (7) renvoie 105, le produit de 1, 3, 5 et 7. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FACT » à la page 192 « MULTINOMIALE » à la page 198 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 IMPAIR La fonction IMPAIR arrondit un nombre au nombre impair supérieur. IMPAIR(nbre-à-arrondir)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre. Remarques d’usage  Pour arrondir à un nombre pair, utilisez la fonction PAIR. Exemples =IMPAIR(1) renvoie 1. =IMPAIR(2) renvoie 3. =IMPAIR(2,5) renvoie 3. =IMPAIR(–2,5) renvoie « – 3 ». =IMPAIR(0) renvoie 1. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’« PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LN La fonction LN renvoie le logarithme népérien d’un nombre, la puissance à laquelle e doit être élevé pour donner le nombre. LN(nbre-pos)  nbre-pos : nombre positif. nbre-pos correspond à un nombre supérieur à 0. Remarques d’usage  EXP et LN sont mathématiquement parlant l’inverse l’un de l’autre, à la différence où LN est défini mais où, de par l’arrondi en virgule flottante, =LN(EXP(x)) peut ne pas donner exactement x. Exemple =LN(2,71828) renvoie approximativement 1, la puissance à laquelle il faut élever e pour donner 2,71828. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ 194 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 195 « EXP » à la page 191 « LOG » à la page 195 « LOI.LOGNORMALE.INVERSE » à la page 278 « LOI.LOGNORMALE » à la page 277 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOG La fonction LOG renvoie le logarithme d’un nombre en s’appuyant sur la base indiquée. LOG(nbre-pos; base)  nbre-pos : nombre positif. nbre-pos correspond à un nombre supérieur à 0.  base : valeur facultative représentant la base du logarithme. base correspond à un nombre supérieur à 0. Si base est égal à 1, cela revient à effectuer une division par zéro et la fonction génère une erreur. Si base est omis, la valeur supposée par défaut correspond à 10. Exemples =LOG(8; 2) renvoie 3. =LOG(100; 10) et LOG(100) renvoient tous deux 2. =LOG(5,0625; 1,5) renvoie 4. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOG10 » à la page 196 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28« Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOG10 La fonction LOG10 renvoie le logarithme en base 10 d’un nombre. LOG10(nbre-pos)  nbre-pos : nombre positif. nbre-pos correspond à un nombre supérieur à 0. Remarques d’usage  Pour trouver le logarithme dans une base autre que la base 10, utilisez la fonction LOG. Exemples =LOG10(1) renvoie 0. =LOG10(10) renvoie 1. =LOG10(100) renvoie 2. =LOG10(1000) renvoie 3. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LN » à la page 194 « LOG » à la page 195 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 196 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 197 MOD La fonction MOD renvoie le reste d’une division. MOD(dividende; diviseur)  dividende : nombre à diviser par un autre nombre. dividende correspond à un nombre.  diviseur : nombre servant à diviser un autre nombre. diviseur correspond à un nombre. Si « diviseur » est égal à 0, cela revient à effectuer une division par zéro et la fonction génère une erreur. Remarques d’usage  Le signe du résultat est identique à celui du diviseur.  Lors du calcul de MOD(a; b), la fonction renvoie un nombre r tel que a = bk + r, où r est compris entre 0 et b, et k est un entier.  MOD(a; b) équivaut à a-b*ENT(a/b). Exemples =MOD(6; 3) renvoie 0. =MOD(7; 3) renvoie 1. =MOD(8; 3) renvoie 2. =MOD(–8; 3) renvoie 1. =MOD(4,5; 2) renvoie 0,5. =MOD(7; 0,75) renvoie 0,25. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « QUOTIENT » à la page 206 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44MULTINOMIALE La fonction MULTINOMIALE renvoie le coefficient multinomial des nombres précisés. Pour ce faire, la fonction détermine le rapport de la factorielle de la somme des nombres en question sur le produit des factorielles des nombres en question. MULTINOMIALE(nbre-non-nég; nbre-non-nég; …)  nbre-non-nég : valeur numérique. nbre-non-nég correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  nbre-non-nég; … : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres. Exemples =MULTINOMIALE(2) renvoie 1. La factorielle de 2 est égale à 2. Le produit de 1 et 2 est égal à 2. Le rapport de 2:2 est égal à 1. =MULTINOMIALE(1; 2; 3) renvoie 60. La factorielle de la somme de 1, 2 et 3 est égale à 720. Le produit des factorielles de 1, 2 et 3 est égal à 12. Le rapport de 720:12 est égal à 60. =MULTINOMIALE(4; 5; 6) renvoie 630630. La factorielle de la somme de 4, 5 et 6 est égale à 1,30767E+12 Le produit des factorielles de 4, 5 et 6 est égal à « 2 073 600 ». Le rapport de 1,30767E+12:2073600 est égal à « 630 630 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FACT » à la page 192 « FACTDOUBLE » à la page 192 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 198 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 199 PAIR La fonction PAIR arrondit un nombre au nombre pair supérieur. PAIR(nbre-à-arrondir)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre. Remarques d’usage  Pour arrondir à un nombre impair, utilisez la fonction IMPAIR. Exemples =PAIR(1) renvoie 2. =PAIR(2) renvoie 2. =PAIR(2,5) renvoie 4. =PAIR(–2,5) renvoie « – 4 ». =PAIR(0) renvoie 0. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44PGCD La fonction PGCD renvoie le plus grand commun dénominateur (PGCD) des nombres indiqués. PGCD(valeur-num; valeur-nbre; …)  valeur-num : valeur numérique. valeur-num correspond à un nombre. Si elle contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée.  valeur-nbre; … : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres. Remarques d’usage  Parfois appelé le plus grand facteur commun, le plus grand commun dénominateur est le plus grand entier qui divise chacun des nombres sans reste. Exemples =PGCD(8; 10) renvoie 2. =PGCD(99; 102; 105) renvoie 3. =PGCD(34; 51) renvoie 17. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PPCM » à la page 203 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PI La fonction PI renvoie la valeur approximative de p (pi), le rapport entre la circonférence d’un cercle et son diamètre. PI() Remarques d’usage  La fonction PI n’a pas d’argument. Toutefois, vous devez inclure les parenthèses : =PI().  PI a une précision de l’ordre de 15 chiffres après la virgule. 200 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 201 Exemples =PI() renvoie 3,14159265358979. =SIN(PI()/2) renvoie 1, le sinus de p/2 radians ou 90 degrés. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COS » à la page 358 « SIN » à la page 361 « TAN » à la page 363 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PLAFOND La fonction PLAFOND arrondit un nombre au plus petit multiple supérieur du facteur donné. PLAFOND(nbre-à-arrondir; facteur-multiple)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre.  facteur-multiple : nombre servant à déterminer le multiple le plus proche. facteurmultiple correspond à un nombre de même signe que nbre-à-arrondir. Exemples =PLAFOND(0,25; 1) renvoie 1. =PLAFOND(1,25; 1) renvoie 2. =PLAFOND(–1,25; –1) renvoie « – 2 ». =PLAFOND(5; 2) renvoie 6. =PLAFOND(73; 10) renvoie 80. =PLAFOND(7; 2.5) renvoie 7,5. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PAIR » à la page 199« PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PLANCHER La fonction PLANCHER arrondit un nombre au plus petit multiple inférieur du facteur donné. PLANCHER(nbre-à-arrondir; facteur)  nbre-à-arrondir : nombre à arrondir. nbre-à-arrondir correspond à un nombre.  facteur : nombre à utiliser pour déterminer le multiple le plus proche. facteur correspond à un nombre. La valeur doit présenter le même signe que nbre-à- arrondir. Exemples =PLANCHER(0,25; 1) renvoie 0. =PLANCHER(1,25; 1) renvoie 1. =PLANCHER(5; 2) renvoie 4. =PLANCHER(73; 10) renvoie 70. =PLANCHER(–0,25; –1) renvoie 0. =PLANCHER(9; 2,5) renvoie 7.5. 202 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 203 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « TRONQUE » à la page 220 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PPCM La fonction PPCM renvoie le plus petit commun multiple (PPCM) des nombres indiqués. PPCM(valeur-num; valeur-nbre; …)  valeur-num : valeur numérique. valeur-num correspond à un nombre.  valeur-nbre; … : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres. Remarques d’usage  Le plus petit commun multiple est le plus petit entier qui est multiple des nombres indiqués.Exemples =LCM(2; 3) renvoie 6. =PPCM(34; 68) renvoie 68. =PPCM(30; 40; 60) renvoie 120. =PPCM(30,25; 40,333; 60,5) renvoie 120 (les parties fractionnelles sont ignorées). =PPCM(2; –3) affiche une erreur (les nombres négatifs ne sont pas autorisés). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PGCD » à la page 200 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PRODUIT La fonction PRODUIT renvoie le produit d’un ou de plusieurs nombres. PRODUIT(valeur-num; valeur-nbre; …)  valeur-num : valeur numérique. valeur-num correspond à un nombre.  valeur-nbre; … : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres. Remarques d’usage  Les cellules vides entre les valeurs sont ignorées et n’affectent pas le résultat. Exemples =PRODUIT(2; 4) renvoie 8. =PRODUIT(0,5; 5; 4; 5) renvoie 50. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SOMME » à la page 209 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 204 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 205 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PUISSANCE La fonction PUISSANCE renvoie un nombre élevé à une puissance. PUISSANCE(nombre; exposant)  nombre : valeur numérique. nombre correspond à un nombre.  exposant : puissance à laquelle vous souhaitez élever le nombre indiqué. exposant correspond à un nombre. Remarques d’usage  La fonction PUISSANCE donne le même résultat que l’opérateur ^ : =PUISSANCE(x; y) renvoie le même résultat que =x^y. Exemples =PUISSANCE(2; 3) renvoie 8. =PUISSANCE(2; 10) renvoie 1024. =PUISSANCE(0,5; 3) renvoie 0,125. =PUISSANCE(100; 0,5) renvoie 10. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44QUOTIENT La fonction QUOTIENT renvoie le quotient entier de deux nombres. QUOTIENT(dividende; diviseur)  dividende : nombre à diviser par un autre nombre. dividende correspond à un nombre.  diviseur : nombre servant à diviser un autre nombre. diviseur correspond à un nombre. Si « diviseur » est égal à 0, cela revient à effectuer une division par zéro et la fonction génère une erreur. Remarques d’usage  Si le dividende ou le diviseur est négatif, mais pas les deux, le résultat est alors également négatif. Si le signe du dividende et du diviseur est identique pour les deux, le résultat est alors toujours positif.  Seule la partie entière du quotient est renvoyée. La partie fractionnelle (ou reste) est ignoré. Exemples =QUOTIENT(5; 2) renvoie 2. =QUOTIENT(5,99; 2) renvoie 2. =QUOTIENT(–5; 2) renvoie « –2 ». =QUOTIENT(6; 2) renvoie 3. =QUOTIENT(5; 6) renvoie 0. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOD » à la page 197 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 206 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 207 RACINE La fonction RACINE renvoie la racine carrée d’un nombre. RACINE(nbre)  nbre : valeur numérique. nombre correspond à un nombre. Exemples =RACINE(16) renvoie 4. =RACINE(12,25) renvoie 3,5, la racine carrée de 12,25. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RACINE.PI La fonction RACINE.PI renvoie la racine carrée d’un nombre après l’avoir multiplié par p (pi). RACINE.PI(nombre-non-nég)  nombre-non-nég : nombre non négatif. nbre-non-nég correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Exemples =RACINE.PI(5) renvoie 3,96332729760601. =RACINE.PI(8) renvoie 5,013256549262. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28« Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ROMAIN La fonction ROMAIN convertit un nombre en chiffres romains. ROMAIN(nbre-arabe; style-romain)  nbre-arabe : nombre arabe à convertir. nbre-arabe correspond à un nombre compris entre 0 et 3999.  style-romain : valeur facultative qui détermine avec quelle rigueur les règles classiques de formation des chiffres romains doivent être appliquées. strict (0, VRAI ou omis): utiliser les règles classiques les plus strictes. Quand un chiffre précède un autre supérieur pour indiquer qu’il y a soustraction, le premier chiffre doit correspondre à une puissance de 10 et peut précéder un nombre qui n’excède pas 10 fois sa taille. Par exemple, 999 est représenté par CMXCIX, et non par LMVLIV. relâcher d’un degré (1): relâcher les règles classiques strictes d’un degré. Quand un nombre plus petit précède un nombre plus grand, il n’est pas nécessaire que le nombre plus petit soit une puissance de 10 et la règle de taille relative est étendue d’un chiffre. Par exemple, 999 peut être représenté par LMVLIV, et non par XMIX. relâcher de deux degrés (2): relâcher les règles classiques strictes de deux degrés. Quand un nombre plus petit précède un plus grand, la règle de taille relative est étendue de deux chiffres. Par exemple, 999 peut être représenté par XMIX, et non par VMIV. relâcher de trois degrés (3): relâcher les règles classiques strictes de trois degrés. Quand un nombre précède un autre, la règle de taille relative est étendue de trois chiffres. Par exemple, 999 peut être représenté par VMIV, et non par IM. relâcher de quatre degrés (4 ou FAUX): relâcher les règles classiques strictes de quatre degrés. Quand un nombre plus petit précède un plus grand, la règle de taille relative est étendue de quatre chiffres. Par exemple, 999 peut être représenté par IM. Exemples =ROMAIN(12) renvoie XII. =ROMAIN(999) renvoie CMXCIX. =ROMAIN(999; 1) renvoie LMVLIV. =ROMAIN(999; 2) renvoie XMIX. =ROMAIN(999; 3) renvoie VMIV. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ 208 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 209 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SIGNE La fonction SIGNE renvoie 1 si le numéro d’argument est positif, – 1 s’il est négatif et 0 s’il est nul. SIGNE(nbre)  nbre : valeur numérique. nombre correspond à un nombre. Exemples =SIGNE(2) renvoie 1. =SIGNE(0) renvoie 0. =SIGNE(–2) renvoie « – 1 ». =SIGNE(A4) renvoie – 1, si la cellule A4 contient – 2. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SOMME La fonction SOMME renvoie la somme d’une collection de nombres. SOMME(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée. nbre-date-dur…: vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  Il existe toutefois un cas selon lequel toutes les valeurs ne doivent pas nécessairement être du même type. Si une seule valeur de date/heure est indiquée, toutes les valeurs numériques sont considérées comme étant des nombres de jours et toutes les valeurs numériques et de durée sont ajoutées à la valeur de date/heure.  Les valeurs de date/heure ne pouvant pas être additionnées (comme expliqué ciavant), une seule valeur de date/heure est donc autorisée.  Les valeurs peuvent se trouver dans des cellules distinctes, dans des intervalles de cellules ou dans les arguments de la fonction. Exemples =SOMME(A1:A4) additionne les nombres de quatre cellules. =SOMME(A1:D4) additionne les nombres qui se trouvent dans un tableau carré de seize cellules. =SOMME(A1:A4; 100) additionne les nombres de quatre cellules plus 100. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PRODUIT » à la page 204 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 210 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 211 SOMME.CARRES La fonction SOMME.CARRES renvoie la somme des carrés d’une collection de nombres. SOMME.CARRES(valeur-num; valeur-nbre; …)  valeur-num : valeur numérique. valeur-num correspond à un nombre.  valeur-nbre; … : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres. Remarques d’usage  Les nombres peuvent se trouver dans des cellules distinctes, dans des intervalles de cellules ou dans les arguments de la fonction. Exemples =SOMME.CARRES(3; 4) renvoie 25. =SOMME.CARRES(A1:A4) additionne les carrés de la liste de quatre nombres. =SOMME.CARRES(A1:D4) additionne les carrés des 16 nombres qui figurent dans un tableau carré de cellules. =SOMME.CARRES(A1:A4; 100) additionne les carrés des nombres qui figurent dans quatre cellules plus 100. =RACINE(SOMME.CARRES(3; 4)) renvoie 5, en utilisant le théorème de Pythagore pour calculer la longueur de l’hypoténuse d’un triangle dont les côtés mesurent 3 et 4 unités. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44SOMMEPROD La fonction SOMMEPROD renvoie la somme des produits des nombres correspondants dans un intervalle ou plus. SOMMEPROD(intervalle; intervalle;…)  intervalle : intervalle incluant les cellules. intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules pouvant contenir des valeurs de n’importe quel type. Si des valeurs de chaîne ou booléennes figurent dans intervalle, elles sont ignorées.  intervalle;… : vous pouvez ajouter un ou plusieurs intervalles de cellules. Les intervalles doivent tous avoir les mêmes dimensions. Remarques d’usage  La fonction SOMMEPROD multiplie les nombres correspondants dans chaque intervalle, puis additionne chacun des produits. Si un seul intervalle est indiqué, SOMMEPROD renvoie la somme de l’intervalle. Exemples =SOMMEPROD(3; 4) renvoie 12. =SOMMEPROD({1; 2}; {3; 4}) = 3 + 8 = 11. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 212 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 213 SOMME.SI La fonction SOMME.SI renvoie la somme d’une collection de nombres, en ne comptant que les nombres qui répondent à la condition indiquée. SOMME.SI(valeurs-test; condition; valeurs-somme)  valeurs-test : collection comprenant les valeurs à tester. valeurs-test correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur.  condition : expression qui entraîne un résultat logique VRAI ou FAUX. condition est une expression pouvant englober tout type de valeur pour autant que le résultat de la comparaison de condition et d’une valeur incluse dans valeurs-test puisse correspondre à une valeur booléenne (VRAI ou FAUX).  valeurs-somme : collection facultative contenant les nombres à additionner. valeurs-somme correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Elle doit avoir les mêmes dimensions que valeurs-test. Remarques d’usage  Si valeurs-somme est omis, la valeur par défaut valeurs-test est utilisée.  Bien que valeurs-test puisse contenir des valeurs de n’importe quel type, toutes ces valeurs doivent généralement correspondre au même type.  Si valeurs-somme est omis, valeurs-test ne doit contenir que des nombres ou des durées. Exemples Prenons le tableau suivant : =SOMME.SI(A1:A8; "<5") renvoie 10. =SOMME.SI(A1:A8; "<5"; B1:B8) renvoie 100. =SOMME.SI(D1:F3; "=c"; D5:F7) renvoie 27. =SOMME.SI(B1:D1; 1) ou SOMME.SI(B1:D1; SOMME(1)) totalisent tous deux toutes les occurrences de 1 dans l’intervalle. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE.SI » à la page 292« MOYENNE.SIS » à la page 294 « NB.SI » à la page 297 « NB.SIS » à la page 299 « SOMME.SIS » à la page 215 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 214 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 215 SOMME.SIS La fonction SOMME.SIS renvoie la somme des cellules d’une collection dans laquelle les valeurs testées répondent aux conditions données. SOMME.SIS(valeurs-somme; valeurs-test; condition; valeurs-test;… ; condition;…)  valeurs-somme : collection comprenant les valeurs à additionner. valeurs-somme correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées.  valeurs-test : collection comprenant les valeurs à tester. valeurs-test correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur.  condition : expression qui entraîne un résultat logique VRAI ou FAUX. condition est une expression pouvant englober tout type de valeur pour autant que le résultat de la comparaison de condition et d’une valeur incluse dans valeurs-test puisse correspondre à une valeur booléenne (VRAI ou FAUX).  valeurs-test;… : vous pouvez également ajouter une ou plusieurs collections contenant des valeurs à évaluer. Chaque collection de valeurs-test doit être immédiatement suivie d’une expression de condition. Cette succession valeurs-test, condition peut être répétée autant de fois que nécessaire.  condition;… : expression logique VRAI ou FAUX, si la collection facultative de valeurs-test est précisée. une condition doit obligatoirement être placée après chaque argument valeurs-test ; par conséquent, cette fonction présente toujours un nombre impair d’arguments. Remarques d’usage  Pour chaque paire de valeurs de test et de condition, la cellule ou valeur correspondante (même position dans l’intervalle ou le tableau) est comparée à la condition. Si toutes les conditions sont remplies, la cellule ou sa valeur correspondante dans valeurs-somme est intégrée au calcul de la somme.  Tous les tableaux doivent présenter les mêmes dimensions.Exemples Le tableau qui suit montre un extrait d’un journal des livraisons d’une certaine marchandise. Chaque chargement est pesé, noté 1 ou 2 et la date de la livraison est indiquée. =SOMME.SIS(A2:A13; B2:B13; "=1"; C2:C13; ">=13/12/2010"; C2:C13; "<=17/12/2010") renvoie 23, le nombre de tonnes de la marchandise livrées au cours de la semaine du 17 décembre et notées « 1 ». =SOMME.SIS(A2:A13; B2:B13; "=2"; C2:C13; ">=13/12/2010"; C2:C13; "<=17/12/2010") renvoie 34, le nombre de tonnes de la marchandise livrées au cours de la même semaine et notées « 2 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE.SI » à la page 292 « MOYENNE.SIS » à la page 294 « NB.SI » à la page 297 « NB.SIS » à la page 299 « SOMME.SI » à la page 213 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 216 Chapitre 8 Fonctions numériquesChapitre 8 Fonctions numériques 217 SOMME.X2MY2 La fonction SOMME.X2MY2 renvoie la somme de la différence des carrés des valeurs correspondantes dans deux collections. SOMME.X2MY2(valeurs-collec-1; valeurs-collec-2)  valeurs-collec-1 : première collection de valeurs. valeurs-collec-1 correspond à une collection incluant des nombres.  valeurs-collec-2 : seconde collection de valeurs. valeurs-collec-2 correspond à une collection incluant des nombres. Exemple Prenons le tableau suivant : =SOMME.X2MY2(A1:A6;B1:B6) renvoie « – 158 », la somme des différences des carrés des valeurs de la colonne A et les carrés des valeurs de la colonne B. La formule pour la première de ces différences est A1 2 – B1 2 . Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44218 Chapitre 8 Fonctions numériques SOMME.X2PY2 La fonction SOMME.X2PY2 renvoie la somme des carrés des valeurs correspondantes dans deux collections. SOMME.X2PY2(valeurs-collec-1; valeurs-collec-2)  valeurs-collec-1 : première collection de valeurs. valeurs-collec-1 correspond à une collection incluant des nombres.  valeurs-collec-2 : seconde collection de valeurs. valeurs-collec-2 correspond à une collection incluant des nombres. Exemple Prenons le tableau suivant : =SOMME.X2PY2(A1:A6;B1:B6) renvoie 640, la somme des carrés des valeurs de la colonne A et des carrés des valeurs de la colonne B. La formule pour la première de ces sommes est A1 2 + B1 2 . Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44SOMME.XMY2 La fonction SOMME.XMY2 renvoie la somme des carrés des différences entre les valeurs correspondantes dans deux collections. SOMME.XMY2(valeurs-collec-1; valeurs-collec-2)  valeurs-collec-1 : première collection de valeurs. valeurs-collec-1 correspond à une collection incluant des nombres.  valeurs-collec-2 : seconde collection de valeurs. valeurs-collec-2 correspond à une collection incluant des nombres. Exemple Prenons le tableau suivant : =SOMME.XMY2(A1:A6;B1:B6) renvoie 196, la somme des carrés des valeurs de la colonne A et des carrés des valeurs de la colonne B. La formule pour la première de ces sommes est (A1 – B1) 2 . Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions numériques » à la page 179 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 Chapitre 8 Fonctions numériques 219220 Chapitre 8 Fonctions numériques TRONQUE La fonction TRONQUE scinde un nombre au chiffre indiqué. TRONQUE(nombre; décimales)  nombre : valeur numérique. nombre correspond à un nombre.  décimales : valeur facultative indiquant le nombre de décimales à conserver par rapport à la virgule décimale. décimales correspond à un nombre. Un nombre positif représente le nombre de décimales (chiffres après la virgule) à droite. Un nombre négatif représente le nombre de chiffres à gauche de la virgule décimale à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Remarques d’usage  Si le paramètre décimales est omis, la valeur supposée par défaut correspond à 0. Exemples =TRONQUE(1,49; 0) renvoie 1. =TRONQUE(1,50; 0) renvoie 1. =TRONQUE(1,23456; 3) renvoie 1,234. =TRONQUE(1111,222; –2) renvoie 1100. =TRONQUE(–2,2; 0) renvoie « – 2 ». =TRONQUE(–2,8; 0) renvoie « – 2 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PLAFOND » à la page 201 « PAIR » à la page 199 « PLANCHER » à la page 202 « ENT » à la page 190 « ARRONDI.AU.MULTIPLE » à la page 185 « IMPAIR » à la page 193 « ARRONDI » à la page 184 « ARRONDI.INF » à la page 186 « ARRONDI.SUP » à la page 187 « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 « Liste des fonctions numériques » à la page 179« Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 Chapitre 8 Fonctions numériques 221222 Les fonctions de référencement vous aident à rechercher des données dans des tableaux et à extraire des données de cellules. Liste des fonctions de référencement Ces fonctions de référencement ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « ADRESSE » (page 224) La fonction ADRESSE élabore une chaîne d’adresse dans une cellule d’après les différents identifiants de rangs, de colonnes et de tableaux. « CHOISIR » (page 225) La fonction CHOISIR renvoie une valeur provenant d’une collection d’après la valeur d’index indiquée. « COLONNE » (page 226) La fonction COLONNE renvoie le numéro de la colonne contenant la cellule indiquée. « COLONNES » (page 226) La fonction COLONNES renvoie le nombre de colonnes qui se trouvent dans l’intervalle de cellules indiquée. « DECALER » (page 227) La fonction DECALER renvoie l’intervalle de cellules qui se trouve aux nombres de rangs et de colonnes spécifiés de la cellule de base indiquée. « EQUIV » (page 229) La fonction EQUIV renvoie la position d’une valeur dans un intervalle. 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 223 Fonction Description « INDEX » (page 231) La fonction INDEX renvoie la valeur de la cellule située à l’intersection du rang et de la colonne indiquées dans un intervalle de cellules. « INDIRECT » (page 233) La fonction INDIRECT renvoie le contenu d’une cellule ou d’un intervalle référencé par une adresse indiquée sous la forme d’une chaîne. « LIEN_HYPERTEXTE » (page 234) La fonction LIEN_HYPERTEXTE crée un lien cliquable qui ouvre une page web ou un nouveau message électronique. « LIGNE » (page 235) La fonction LIGNE renvoie le numéro du rang contenant la cellule indiquée. « LIGNES » (page 236) La fonction LIGNES renvoie le nombre de rangs qui se trouvent dans l’intervalle de cellules indiquée. « RECHERCHE » (page 236) La fonction RECHERCHE détermine une correspondance à une valeur donnée dans un intervalle, puis renvoie la valeur dans la cellule se trouvant à une position relative identique dans un second intervalle. « RECHERCHEH » (page 238) La fonction RECHERCHEH renvoie une valeur provenant d’un intervalle de rangs en s’appuyant sur la rangée supérieure de valeurs pour déterminer la colonne et sur le numéro de rang pour indiquer la ligne. « RECHERCHEV » (page 240) La fonction RECHERCHEV renvoie une valeur provenant d’un intervalle de colonnes en s’appuyant sur la colonne de valeurs le plus à gauche pour déterminer le rang et sur le numéro de colonne pour indiquer la colonne. « TRANSPOSE » (page 242) La fonction de transposition transforme un intervalle vertical de cellules sous forme d’intervalle horizontal de cellules et vice versa. « ZONES » (page 243) La fonction ZONES renvoie le nombre d’intervalles auxquels la fonction fait référence.ADRESSE La fonction ADRESSE élabore une chaîne d’adresse dans une cellule d’après les différents identifiants de rangs, de colonnes et de tableaux. ADRESSE(rang; colonne; type-adresse; style-adresse; tableau)  rangée : numéro de rangée de l’adresse. rang correspond à un nombre compris entre 1 et 65 535.  colonne : numéro de colonne de l’adresse. colonne correspond à un nombre compris entre 1 et 256.  type-adresse : valeur facultative indiquant si les numéros de rang et de colonne sont relatifs ou absolus. toutes absolues (1 ou omis): références de rang et de colonne absolues. rang absolu, colonne relative (2): références de rang absolues et références de colonne relatives. rang relatif, colonne absolue (3): références de rang relatives et références de colonne absolues. toutes relatives (4): références de rang et de colonne relatives.  style-adresse : valeur facultative représentant le nom de l’adresse. A1 (VRAI, 1 ou omis): le format de l’adresse doit utiliser des lettres pour les colonnes et des nombres pour les rangs. R1C1 (FAUX): le format de l’adresse n’est pas pris en charge, ce qui génère une erreur.  table: valeur facultative représentant le nom du tableau. table est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Si le tableau se trouve sur une autre feuille, vous devez également inclure le nom de cette dernière. En cas d’omission, tableau est considéré comme étant le tableau actif sur la feuille en cours (c’est-à-dire le tableau dans lequel la fonction d’adresse se trouve). Remarques d’usage  Le style d’adresse R1C1 n’est pas pris en charge et cet argument modal n’est fourni qu’à des fins de compatibilité avec d’autres tableurs. Exemples =ADRESSE(3; 5) crée l’adresse $E$3. =ADRESSE(3; 5; 2) crée l’adresse E$3. =ADRESSE(3; 5; 3) crée l’adresse $E3. =ADRESSE(3; 5; 4) crée l’adresse E3. =ADRESSE(3; 3; ;; "Feuille 2 :: Tableau 1") crée l’adresse « Feuille 2 :: Tableau 1 :: $C$3 ». 224 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 225 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CHOISIR La fonction CHOISIR renvoie une valeur provenant d’une collection d’après la valeur d’index indiquée. CHOISIR(index; valeur; valeur;…)  index : index de la valeur à renvoyer. index correspond à un nombre supérieur à 0.  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Exemples =CHOISIR(4; "lundi"; "mardi"; "mercredi"; "jeudi"; "vendredi"; "samedi"; "dimanche") renvoie « jeudi », la quatrième valeur de la liste. =CHOISIR(3; "1er"; "second"; 7; "dernier") renvoie 7, la troisième valeur de la liste. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44COLONNE La fonction COLONNE renvoie le numéro de la colonne contenant la cellule indiquée. COLONNE(cellule)  cellule : référence facultative à une cellule donnée dans un tableau. cellule est une valeur de référence à une seule cellule pouvant contenir n’importe quelle valeur ou être vide. Si cellule est omis, comme dans =COLONNE(), la fonction renvoie le numéro de colonne de la cellule qui contient la formule. Exemples =COLONNE(B7) renvoie 2, le numéro de colonne absolu de la colonne B. =COLONNE() renvoie le numéro de colonne de la cellule qui contient la fonction. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « INDEX » à la page 231 « LIGNE » à la page 235 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 COLONNES La fonction COLONNES renvoie le nombre de colonnes qui se trouvent dans l’intervalle de cellules indiquée. COLONNES(intervalle)  intervalle : intervalle incluant les cellules. intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules pouvant contenir des valeurs de n’importe quel type. Remarques d’usage  Si vous sélectionnez un rang de tableau entier pour l’argument intervalle, COLONNES renvoie le nombre total de colonnes du rang et ce nombre est mis à jour si vous redimensionnez le tableau. 226 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 227 Exemples =COLONNES(B3:D10) renvoie 3, le nombre de colonnes de l’intervalle (colonnes B, C et D). =COLONNES(5:5) renvoie le nombre total de colonnes dans le rang 5. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LIGNES » à la page 236 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DECALER La fonction DECALER renvoie l’intervalle de cellules qui se trouve aux nombres de rangs et de colonnes indiqués de la cellule de base spécifiée. DECALER(base; décalage-rang; décalage-colonne; rangs; colonnes)  base : adresse de la cellule à partir de laquelle les décalages sont mesurés. base correspond à une référence.  décalage-rangée : nombre de rangées à partir de la cellule de base jusqu’à la cellule cible. décalage-rang correspond à un nombre. 0 signifie que la cellule cible se trouve sur le même rang que la cellule de base. Un nombre négatif signifie que la cible se trouve dans un rang situé au-dessus de la base.  décalage-colonne : nombre de colonnes à partir de la cellule de base jusqu’à la cellule cible. décalage-colonne correspond à un nombre. 0 signifie que la cellule cible se trouve sur la même colonne que la cellule de base. Un nombre négatif signifie que la cible se trouve dans une colonne située à gauche de la base.  rangées : valeur facultative représentant le nombre de rangs à renvoyer en partant de l’origine décalée.rangs correspond à un nombre.  colonnes : valeur facultative représentant le nombre de colonnes à renvoyer en partant de l’origine décalée.colonnes correspond à un nombre.Remarques d’usage  DECALER peut renvoyer un tableau pouvant être utilisé par une autre fonction. Par exemple, imaginons que vous avez saisi dans A1, A2 et A3, la cellule de base, le nombre de rangs et le nombre de colonnes, respectivement, que vous voulez additionner. La somme peut se calculer par =SOMME(DECALER(INDIRECT(A1); 0; 0; A2; A3)). Exemples =DECALER(A1; 5; 5) renvoie la valeur de la cellule F6, la cellule située cinq colonnes à droite et cinq rangs au-dessous de la cellule A1. =DECALER(G33; 0; –1) renvoie la valeur de la cellule à gauche de G33, la valeur dans F33. =SOMME(DECALER(A7; 2; 3; 5; 5)) renvoie la somme des valeurs des cellules D9 à H13, les cinq rangs et cinq colonnes situés en commençant deux rangs à droite et trois colonnes au-dessous de la cellule A7. Supposons que vous ayez saisi 1 dans la cellule D7, 2 dans la cellule D8, 3 dans la cellule D9, 4 dans la cellule E7, 5 dans la cellule E8 et 6 dans la cellule E9. =DECALER(D7; 0; 0; 3; 1) dans la cellule B6 génère une erreur car 3 rangs et 1 colonne renvoyés (soit l’intervalle D7:D9) ne présente aucune intersection avec B6 (en d’autres termes, ils ne présentent pas une seule intersection). =DECALER(D7; 0; 0; 3; 1) dans la cellule D4 génère une erreur car 3 rangs et 1 colonne renvoyés (soit l’intervalle D7:D9) ne présente pas une seule intersection avec B6 (plus précisément, ils en présentent trois). =DECALER(D7; 0; 0; 3; 1) dans la cellule B8 renvoie 2 car 3 rangs et 1 colonne renvoyés (soit l’intervalle D7:D9) présente une seule intersection avec B8 (la cellule D8 contient en effet la valeur 2). =DECALER(D7:D9; 0; 1; 3; 1) dans la cellule B7 renvoie 4 car 3 rangs et 1 colonne renvoyés (soit l’intervalle E7:E9) présente une seule intersection avec B7 (la cellule E7 contient en effet la valeur 4). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COLONNE » à la page 226 « LIGNE » à la page 235 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 228 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 229 EQUIV La fonction EQUIV renvoie la position d’une valeur dans un intervalle. EQUIV(rechercher; rechercher-où; méthode-correspondance)  rechercher : valeur à retrouver. rechercher peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  rechercher-où : collection comprenant les valeurs à rechercher. rechercher-où correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur.  méthode-correspondance : valeur facultative représentant le mode de mise en correspondance des valeurs. rechercher la valeur la plus élevée (1 ou omis): recherche la cellule contenant la plus grande valeur inférieure ou égale à rechercher. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. rechercher la valeur (0): recherche la première cellule contenant une valeur satifaisant le critère rechercher. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. rechercher la valeur la plus basse (–1): recherche la cellule contenant la plus petite valeur supérieure ou égale à rechercher. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. Remarques d’usage  EQUIV ne fonctionne que sur un intervalle faisant partie d’un seul rang ou colonne. Vous ne pouvez pas utiliser cette fonction pour effectuer une recherche dans un ensemble à deux dimensions.  La numérotation des cellules commence à 1 pour la cellule supérieure ou la cellule gauche dans l’intervalle vertical et l’intervalle horizontal, respectivement. Les recherches sont toujours effectuées du haut vers le bas et de gauche à droite.  Lors de la recherche de texte, la casse n’est pas différenciée.Exemples Prenons le tableau suivant : =EQUIV(40; A1:A5) renvoie 4. =EQUIV(40; E1:E5) renvoie 1. =EQUIV(35; E1:E5; 1) renvoie 3 (30 est la plus grande valeur plus petite ou égale à 35). =EQUIV(35; E1:E5; –1) renvoie 1 (40 est la plus petite valeur plus grande ou égale à 35). =EQUIV(35; E1:E5; 0) affiche une erreur (il n’y a pas de correspondance exacte). =EQUIV("lorem"; C1:C5) renvoie 1 (« lorem » apparaît dans la première cellule de l’intervalle). =EQUIV("*x"; C1:C5; 0) renvoie 3 (« lorex », se terminant par un x, apparaît dans la troisième cellule de l’intervalle). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « RECHERCHE » à la page 236 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 230 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 231 INDEX La fonction INDEX renvoie la valeur de la cellule située à l’intersection du rang et de la colonne indiqués dans un intervalle de cellules ou un tableau. INDEX(intervalle; index-rang; index-colonne; index-zone)  intervalle : intervalle incluant les cellules. intervalle peut contenir des valeurs de n’importe quel type. intervalle est soit un seul intervalle soit plusieurs intervalles séparées par des points-virgules et entourés d’un jeu de parenthèses supplémentaire. Par exemple, INDEX((B1:B5; C10:C12)).  index-rang : numéro de rang de la valeur à renvoyer. index-rang correspond à un nombre supérieur ou égal à 0 et inférieur ou égal au nombre de rangs dans intervalle.  index-colonne : valeur facultative représentant le numéro de colonne de la valeur à renvoyer. index-colonne correspond à un nombre supérieur ou égal à 0 et inférieur ou égal au nombre de colonnes dans intervalle.  index-zone : valeur facultative représentant le numéro de zone de la valeur à renvoyer. index-zone correspond à un nombre supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal au nombre de zones dans intervalle. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est 1. Remarques d’usage  INDEX peut renvoyer la valeur à l’intersection indiquée d’un intervalle de valeurs à deux dimensions. Par exemple, imaginons que les cellules B2:E7 contiennent les valeurs. =INDEX(B2:D7; 2, 3) renvoie la valeur qui se trouve à l’intersection du second rang et de la troisième colonne (la valeur de la cellule D3).  Il est possible de préciser plus d’un intervalle en entourant les intervalles de parenthèses supplémentaires. Par exemple, =INDEX((B2:D5;B7:D10); 2; 3; 2) renvoie la valeur qui se trouve à l’intersection de la seconde colonne et du troisième rang de la seconde zone (la valeur de la cellule D8).  INDEX peut renvoyer un tableau à un rang ou à une colonne pour une autre fonction. Dans cette forme, soit index-rang soit index-colonne est obligatoire, mais l’autre argument peut être omis. Par exemple =SOMME(INDEX(B2:D5; ; 3)) renvoie la somme des valeurs de la troisième colonne (cellules D2 à D5). De même, =MOYENNE(INDEX(B2:D5; 2)) renvoie la moyenne des valeurs du second rang (cellules B3 à D3).  INDEX peut renvoyer (ou « lire ») la valeur d’un tableau renvoyé par une fonction de tableau (une fonction qui renvoie un tableau de valeurs plutôt qu’une seule valeur). La fonction FRÉQUENCE renvoie un tableau de valeurs s’appuyant sur des intervalles précisés. =INDEX(FRÉQUENCE($A$1:$F$5; $B$8:$E$8);, 1) renvoie la première valeur du tableau indiquée par la fonction FRÉQUENCE. De même =INDEX(FRÉQUENCE($A$1:$F$5; $B$8:$E$8); 5) renvoie la cinquième valeur du tableau. L’emplacement dans l’intervalle ou le tableau est spécifié en indiquant le nombre de rangs vers le bas et le nombre de colonnes vers la droite par rapport à la cellule située dans le coin supérieur gauche de l’intervalle ou du tableau.  Sauf quand INDEX est spécifié comme illustré dans la troisième case ci-dessus, indexrang ne peut pas être omis. Si index-colonne est omis, la valeur supposée par défaut correspond à 1. Exemples Prenons le tableau suivant : =INDEX(B2:D5;2;3) renvoie 22, la valeur du second rang et de la troisième colonne (cellule D3). =INDEX((B2:D5;B7:D10); 2; 3; 2) renvoie « f », la valeur du second rang et de la troisième colonne de la seconde zone (cellule D8). =SOMME(INDEX(B2:D5; ; 3)) renvoie 90, la somme des valeurs de la troisième colonne (cellules D2 à D5). =MOYENNE(INDEX(B2:D5;2)) renvoie 12, la moyenne des valeurs du second rang (cellules B3 à D3). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COLONNE » à la page 226 « INDIRECT » à la page 233 « DECALER » à la page 227 « LIGNE » à la page 235 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 232 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 233 INDIRECT La fonction INDIRECT renvoie le contenu d’une cellule ou d’un intervalle référencé par une adresse indiquée sous la forme d’une chaîne. INDIRECT(chaîne-adresse; style-adresse)  chaîne-adresse : chaîne représentant une adresse de cellule. nouvelle-adresse est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  style-adresse : valeur facultative représentant le nom de l’adresse. A1 (VRAI, 1 ou omis): le format de l’adresse doit utiliser des lettres pour les colonnes et des nombres pour les rangs. R1C1 (FAUX): le format de l’adresse n’est pas pris en charge, ce qui génère une erreur. Remarques d’usage  L’adresse en question peut être une référence d’intervalle, comme « A1:C5 », plutôt que la référence à une seule cellule. Si la fonction INDIRECT est utilisée de cette manière, elle renvoie un tableau pouvant être utilisé comme argument d’une autre fonction ou directement lu à l’aide de la fonction INDEX. Par exemple, =SOMME(INDIRECT(A1:C5; 1)) renvoie la somme des valeurs des cellules référencées par l’adresse des cellules A1 à C5.  Le style d’adresse R1C1 n’est pas pris en charge et cet argument modal n’est fourni qu’à des fins de compatibilité avec d’autres tableurs. Exemple Si la cellule A1 contient 99 et la cellule A20 contient A1 : =INDIRECT(A20) renvoie 99, le contenu de la cellule A1. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « INDEX » à la page 231 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44LIEN_HYPERTEXTE La fonction LIEN_HYPERTEXTE crée un lien cliquable qui ouvre une page web ou un nouveau message électronique. LIEN_HYPERTEXTE(url; texte-lien)  url : adresse URL standard. url est une valeur exprimée sous forme de chaîne qui doit contenir une chaîne d’adresse de site web dont le format est valide.  texte-lien : valeur facultative qui indique le texte qui apparaît comme lien cliquable dans la cellule. texte-lien est une valeur exprimée sous forme de chaîne. En cas d’omission, url est repris pour texte-lien. Exemples =LIEN_HYPERTEXTE("http://www.apple.com/fr/"; "Apple") crée un lien avec le texte Apple qui ouvre le navigateur web par défaut et accède au site web d’Apple. =LIEN_HYPERTEXTE("mailto:jdupont@exemple.com?subject=Demande de devis"; "Demander un devis") crée un lien avec le texte Demander un devis qui ouvre l’application de courrier électronique par défaut et adresse un nouveau message à jdupont@exemple.com avec comme sujet Demande de devis. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 234 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 235 LIGNE La fonction LIGNE renvoie le numéro du rang contenant la cellule indiquée. LIGNE(cellule)  cellule : référence facultative à une cellule donnée dans un tableau. cellule est une valeur de référence à une seule cellule pouvant contenir n’importe quelle valeur ou être vide. Si cellule est omis, comme dans =LIGNE(), la fonction renvoie le numéro de rang de la cellule qui contient la formule. Exemples =LIGNE(B7) renvoie 7, le numéro de rang 7. =LIGNE() renvoie le numéro de rang absolu de la cellule qui contient la fonction. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COLONNE » à la page 226 « INDEX » à la page 231 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44LIGNES La fonction LIGNES renvoie le nombre de rangs qui se trouvent dans l’intervalle de cellules indiquée. LIGNES(intervalle)  intervalle : intervalle incluant les cellules. intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules pouvant contenir des valeurs de n’importe quel type. Remarques d’usage  Si vous sélectionnez une colonne de tableau entière pour l’argument intervalle, LIGNES renvoie le nombre total de rangs de la colonne et ce nombre est mis à jour si vous redimensionnez le tableau. Exemples =LIGNES(A11:D20) renvoie 10, le nombre de rangs de 11 à 20. =LIGNES(D:D) renvoie le nombre total de rangs dans la colonne D. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COLONNES » à la page 226 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RECHERCHE La fonction RECHERCHE recherche une occurrence d’une valeur donnée dans un intervalle, puis renvoie la valeur dans la cellule se trouvant à une position relative identique dans un second intervalle. RECHERCHE(rechercher; rechercher-où; valeurs-résultats)  rechercher : valeur à retrouver. rechercher peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  rechercher-où : collection comprenant les valeurs à rechercher. rechercher-où correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur. 236 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 237  valeurs-résultats : collection facultative comprenant la valeur à renvoyer au terme de la recherche. valeurs-résultats correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur. Remarques d’usage  rechercher-où et valeurs-résultats sont généralement indiqués sous la forme de colonnes ou de rangs multiples, mais pas les deux (une seule dimension). Toutefois, à des fins de compatibilité avec d’autres tableurs, rechercher-où peut se référer à des colonnes et de rangs multiples (deux dimensions) et le paramètre valeurs-résultats peut être omis.  Si rechercher-où s’étend sur deux dimensions et valeurs-résultats est indiqué, c’est celui du rang supérieur ou de la colonne la plus à gauche qui contient le plus de cellules qui fait l’objet de la recherche et la valeur correspondante de valeursrésultats est celle renvoyée.  Si rechercher-où s’étend sur deux dimensions et valeurs-résultats est omis, c’est la valeur correspondante du dernier rang (si le nombre de colonnes de l’intervalle est plus grand) ou de la dernière colonne (si le nombre de rangs de l’intervalle est plus grand) qui est renvoyée. Exemples Prenons le tableau suivant : =RECHERCHE("C"; A1:F1; A2:F2) renvoie 30. =RECHERCHE(40; A2:F2; A1:F1) renvoie D. =RECHERCHE("B"; A1:C1; D2:F2) renvoie 50. =RECHERCHE("D"; A1:F2) renvoie 40, c’est-à-dire la valeur du dernier rang correspondant à « D ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « RECHERCHEH » à la page 238 « EQUIV » à la page 229 « RECHERCHEV » à la page 240 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15« Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RECHERCHEH La fonction RECHERCHEH renvoie une valeur provenant d’un intervalle de rangs en s’appuyant sur la rangée supérieure de valeurs pour déterminer la colonne et sur le numéro de rang pour indiquer la ligne. RECHERCHEH(rechercher; rangs-intervalle; rang-à-renvoyer; correspondance-proche)  rechercher : valeur à retrouver. rechercher peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  rangs-intervalle : intervalle incluant les cellules. intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules pouvant contenir des valeurs de n’importe quel type.  rang-à-renvoyer : numéro du rang dont il faut renvoyer la valeur. rang-à-renvoyer correspond à un nombre supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal au nombre de rangs constituant l’intervalle indiqué.  correspondance-proche : valeur facultative qui indique si une correspondance exacte est exigée. correspondance-proche : (VRAI, 1 ou omis): s’il n’y a pas de correspondance exacte, sélectionne la colonne incluant la plus grande valeur présente sur le rang supérieur, mais laquelle valeur restant inférieure à la valeur recherchée. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. correspondance exacte (FAUX ou 0): s’il n’y a pas de correspondance exacte, génère une erreur. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. Remarques d’usage  RECHERCHEH compare une valeur recherchée aux valeurs du rang supérieur d’un intervalle indiqué. À moins qu’une correspondance exacte ne soit exigée, la colonne incluant la plus grande valeur présente sur le rang supérieur, mais laquelle valeur restant inférieure à la valeur recherchée, est sélectionnée. Ensuite, la valeur du rang indiqué dans cette colonne est renvoyée par la fonction. Si une correspondance exacte est exigée et si aucune des valeurs du rang supérieur ne correspond à la valeur recherchée, la fonction génère une erreur. 238 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 239 Exemples Prenons le tableau suivant : =RECHERCHEH(20; A1:E4; 2) renvoie « E ». =RECHERCHEH(39; A1:E4; 2) renvoie « E ». =RECHERCHEH("M"; A2:E4; 2) renvoie « dolor ». =RECHERCHEH("C"; A2:E3; 2) renvoie « lorem ». =RECHERCHEH("blandit"; A3:E4; 2) renvoie « 5 ». =RECHERCHEH("C"; A2:E4; 3; VRAI) renvoie « 1 ». =RECHERCHEH("C"; A2:E4; 3; FAUX) génère une erreur car la valeur n’a pas été trouvée (il n’y a en effet pas de correspondance exacte). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « RECHERCHE » à la page 236 « EQUIV » à la page 229 « RECHERCHEV » à la page 240 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44RECHERCHEV La fonction RECHERCHEV renvoie une valeur provenant d’un intervalle de colonnes en s’appuyant sur la colonne de valeurs le plus à gauche pour déterminer le rang et sur le numéro de colonne pour indiquer la colonne. RECHERCHEV(rechercher; intervalle-colonnes; rechercher; correspondance-proche)  rechercher : valeur à retrouver. rechercher peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  intervalle-colonnes : intervalle incluant les cellules. intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules pouvant contenir des valeurs de n’importe quel type.  renvoyer-colonne : nombre représentant le numéro de colonne relatif de la cellule dont la valeur doit être renvoyée. renvoyer-colonne correspond à un nombre. La colonne le plus à gauche dans l’intervalle est la colonne 1.  correspondance-proche : valeur facultative qui indique si une correspondance exacte est exigée. correspondance-proche : (VRAI, 1 ou omis): s’il n’y a pas de correspondance exacte, sélectionne la colonne incluant la plus grande valeur présente sur le rang supérieur, mais laquelle valeur restant inférieure à la valeur recherchée. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. correspondance exacte (FAUX ou 0): s’il n’y a pas de correspondance exacte, génère une erreur. Les jokers ne sont pas utilisés dans rechercher. Remarques d’usage  RECHERCHEV compare une valeur recherchée aux valeurs de la colonne le plus à gauche d’un intervalle indiqué. À moins qu’une correspondance exacte ne soit exigée, le rang contenant la plus grande valeur de colonne le plus à gauche qui est plus petite que la valeur recherchée est sélectionné. Ensuite, la valeur de la colonne indiquée dans ce rang est renvoyée par la fonction. Si une correspondance exacte est exigée et si aucune des valeurs de la colonne le plus à gauche ne correspond à la valeur recherchée, la fonction génère une erreur. 240 Chapitre 9 Fonctions de référencementChapitre 9 Fonctions de référencement 241 Exemples Prenons le tableau suivant : =RECHERCHEV(20; B2:E6; 2) renvoie E. =RECHERCHEV(21; B2:E6; 2) renvoie E. =RECHERCHEV("M"; C2:E6; 2) renvoie dolor. =RECHERCHEV("blandit"; D2:E6; 2) renvoie 5. =RECHERCHEV(21; B2:E6; 2; FAUX) génère une erreur car aucune valeur, dans la colonne de gauche, ne correspond exactement à 21. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « RECHERCHEH » à la page 238 « RECHERCHE » à la page 236 « EQUIV » à la page 229 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44242 Chapitre 9 Fonctions de référencement TRANSPOSE La fonction de transposition transforme un intervalle vertical de cellules sous forme d’intervalle horizontal de cellules et vice versa. TRANSPOSE(intervalle-tableau)  intervalle-tableau : collection comprenant les valeurs à transposer. intervalletableau correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur. Remarques d’usage  TRANSPOSE renvoie un tableau contenant les valeurs transposées. Ce tableau contient un nombre de rangs égal au nombre de colonnes de l’intervalle original et un nombre de colonnes égal au nombre de rangs de l’intervalle original. Les valeurs de ce tableau peuvent être déterminées (« lues ») à l’aide de la fonction INDEX. Exemples Prenons le tableau suivant : Rang/Colonne A B C D E 1 5 15 10 9 7 2 11 96 29 11 23 3 37 56 23 1 12 =INDEX(TRANSPOSE($A$1:$E$3); 1; 1) renvoie 5, à savoir la valeur à l’intersection du rang 1 et de la colonne 1 de l’intervalle transposé (auparavant, le rang 1 et la colonne A du tableau d’origine). =INDEX(TRANSPOSE($A$1:$E$3); 1; 2) renvoie 11, à savoir la valeur à l’intersection du rang 1 et de la colonne 2 de l’intervalle transposé (auparavant, le rang 2 et la colonne A de l’intervalle d’origine). =INDEX(TRANSPOSE($A$1:$E$3); 1; 3) renvoie 37, à savoir la valeur à l’intersection du rang 1 et de la colonne 3 de l’intervalle transposé (auparavant, le rang 3 et la colonne A de l’intervalle d’origine). =INDEX(TRANSPOSE($A$1:$E$3); 2; 1) renvoie 15, à savoir la valeur à l’intersection du rang 2 et de la colonne 1 de l’intervalle transposé (auparavant, le rang 1 et la colonne 2 de l’intervalle d’origine). =INDEX(TRANSPOSE($A$1:$E$3); 3; 2) renvoie 29, à savoir la valeur à l’intersection du rang 3 et de la colonne 2 de l’intervalle transposé (auparavant, le rang 2 et la colonne C de l’intervalle d’origine). =INDEX(TRANSPOSE($A$1:$E$3); 4; 3) renvoie 1, à savoir la valeur à l’intersection du rang 4 et de la colonne 3 de l’intervalle transposé (auparavant, le rang 3 et la colonne D de l’intervalle d’origine).Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ZONES La fonction ZONES renvoie le nombre d’intervalles auxquels la fonction fait référence. ZONES(zones)  zones : zones à compter. zones est une valeur exprimée sous forme de liste. Il s’agit soit d’un seul intervalle soit de plusieurs intervalles séparés par des points-virgules et entourés par un jeu de parenthèses supplémentaire. Par exemple, ZONES((B1:B5; C10:C12)). Exemples =ZONES(A1:F8) renvoie 1. =ZONES(C2:C8; B6:E6) renvoie 1. =ZONES((A1:F8; A10:F18)) renvoie 2. =ZONES((A1:C1; A3:C3; A5:C5)) renvoie 3. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de référencement » à la page 222 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 Chapitre 9 Fonctions de référencement 243244 Les fonctions statistiques vous aident à manipuler et à analyser des collections de données à l’aide de diverses mesures et techniques statistiques. Liste des fonctions statistiques Ces fonctions statistiques ont été intégrées à iWork que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « AVERAGEA » (page 250) La fonction AVERAGEA renvoie la moyenne (arithmétique) d’une collection de valeurs en incluant les valeurs texte et les valeurs booléennes. « BETA.INVERSE » (page 251) La fonction BETA.INVERSE renvoie l’inverse de la probabilité donnée de la fonction de répartition de la distribution bêta. « CENTILE » (page 252) La fonction CENTILE renvoie la valeur d’une collection, qui correspond à un centile en particulier. « CENTREE.REDUITE » (page 253) La fonction CENTREE.REDUITE renvoie une valeur normalisée à partir d’une distribution caractérisée par une moyenne donnée et un écart-type. « COEFFICIENT.CORRELATION » (page 254) La fonction COEFFICIENT.CORRELATION renvoie le coefficient de corrélation entre deux collections à l’aide de l’analyse de régression linéaire. « COVARIANCE » (page 255) La fonction COVARIANCE renvoie la covariance de deux collections. 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 245 Fonction Description « CRITERE.LOI.BINOMIALE » (page 256) La fonction CRITERE.LOI.BINOMIALE renvoie la plus petite valeur pour laquelle la distribution binomiale cumulée est supérieure ou égale à une valeur donnée. « DROITEREG » (page 257) La fonction DROITEREG renvoie un tableau des statistiques pour la droite de régression des données indiquées en faisant appel à la méthode des moindres carrés. « ECART.MOYEN » (page 260) La fonction ECART.MOYEN renvoie la moyenne des écarts d’une collection de nombres par rapport à leur moyenne (arithmétique). « ECARTYPE » (page 261) La fonction ECARTYPE renvoie l’écart-type, c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en fonction de leur variance empirique (non biaisée). « ECARTYPEP » (page 263) La fonction ECARTYPEP renvoie l’écart-type, c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en fonction de la variance théorique (vraie). « FRÉQUENCE » (page 264) La fonction FRÉQUENCE renvoie un tableau indiquant la fréquence d’apparition de valeurs de données dans une plage de valeurs d’intervalle. « GRANDE.VALEUR » (page 266) La fonction GRANDE.VALEUR renvoie la énième plus grande valeur de la collection. La plus grande valeur est classée en numéro 1. « INTERVALLE.CONFIANCE » (page 267) La fonction INTERVALLE.CONFIANCE renvoie une valeur permettant de créer un intervalle de confiance statistique pour un échantillon de population dont l’écart-type est connu. « INVERSE.LOI.F » (page 268) La fonction INVERSE.LOI.F renvoie l’inverse de la distribution de probabilité F. « KHIDEUX.INVERSE » (page 269) La fonction KHIDEUX.INVERSE renvoie l’inverse de la probabilité unilatérale de la distribution khi-deux. « LNGAMMA » (page 270) La fonction LNGAMMA renvoie le logarithme népérien de la fonction gamma, G(x). « LOI.BETA » (page 270) La fonction LOI.BETA renvoie la probabilité de la fonction de répartition de la distribution bêta.Fonction Description « LOI.BINOMIALE » (page 271) La fonction LOI.BINOMIALE renvoie la probabilité de la distribution binomiale de chaque terme sous la forme indiquée. « LOI.BINOMIALE.NEG » (page 272) La fonction LOI.BINOMIALE.NEG renvoie la distribution binomiale négative. « LOI.EXPONENTIELLE » (page 273) La fonction LOI.EXPONENTIELLE renvoie la distribution exponentielle sous la forme indiquée. « LOI.F » (page 274) La fonction LOI.F renvoie la distribution de probabilité F. « LOI.GAMMA » (page 275) La fonction LOI.GAMMA renvoie la distribution gamma sous la forme indiquée. « LOI.GAMMA.INVERSE » (page 276) La fonction LOI.GAMMA.INVERSE renvoie la distribution gamma cumulée inverse. « LOI.KHIDEUX » (page 276) La fonction LOI.KHIDEUX renvoie la probabilité unilatérale de la distribution khi-deux. « LOI.LOGNORMALE » (page 277) La fonction LOI.LOGNORMALE renvoie la distribution log-normale. « LOI.LOGNORMALE.INVERSE » (page 278) La fonction LOI.LOGNORMALE.INVERSE renvoie l’inverse de la fonction de distribution lognormale cumulée de x. « LOI.NORMALE » (page 279) La fonction LOI.NORMALE renvoie la distribution normale sous la forme de fonction indiquée. « LOI.NORMALE.INVERSE » (page 280) La fonction LOI.NORMALE.INVERSE renvoie l’inverse de la distribution normale cumulée. « LOI.NORMALE.STANDARD » (page 280) La fonction LOI.NORMALE.STANDARD renvoie la distribution normale standard. « LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE » (page 281) La fonction LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE renvoie l’inverse de la distribution normale standard cumulée. « LOI.POISSON » (page 282) La fonction LOI.POISSON renvoie la probabilité d’apparition d’un nombre particulier d’événements, en s’appuyant sur la loi de distribution de Poisson. « LOI.STUDENT » (page 283) La fonction LOI.STUDENT renvoie la probabilité à partir de la distribution T de Student. « LOI.STUDENT.INVERSE » (page 283) La fonction LOI.STUDENT.INVERSE renvoie la valeur T (qui est une fonction de la probabilité et des degrés de liberté) à partir de la distribution T de Student. 246 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 247 Fonction Description « MAX » (page 284) La fonction MAX renvoie le plus grand nombre d’une collection. « MAXA » (page 285) La fonction MAXA renvoie le plus grand nombre d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes. « MEDIANE » (page 286) La fonction MEDIANE renvoie la valeur médiane d’une collection de nombres. La valeur médiane est la valeur à laquelle la moitié des nombres de la collection sont inférieurs et l’autre moitié, supérieurs. « MIN » (page 287) La fonction MIN renvoie le plus petit nombre d’une collection. « MINA » (page 287) La fonction MINA renvoie le plus petit nombre d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes. « MODE » (page 288) La fonction MODE renvoie la valeur qui apparaît le plus souvent dans une collection de nombres. « MOYENNE » (page 289) La fonction MOYENNE renvoie la moyenne (arithmétique) d’une collection de nombres. « MOYENNE.GEOMETRIQUE » (page 290) La fonction MOYENNE.GEOMETRIQUE renvoie la moyenne géométrique. « MOYENNE.HARMONIQUE » (page 291) La fonction MOYENNE.HARMONIQUE renvoie la moyenne harmonique. « MOYENNE.SI » (page 292) La fonction MOYENNE.SI renvoie la moyenne (arithmétique) des cellules d’un intervalle qui remplissent une condition donnée. « MOYENNE.SIS » (page 294) La fonction MOYENNE.SIS renvoie la moyenne (arithmétique) des cellules d’une collection qui remplissent toutes les conditions données. « NB » (page 296) La fonction NB renvoie le nombre de ses arguments qui contiennent des nombres, des expressions numériques ou des dates. « NB.SI » (page 297) La fonction NB.SI renvoie le nombre de cellules d’un intervalle qui remplissent une condition donnée.Fonction Description « NB.SIS » (page 299) La fonction NB.SIS renvoie le nombre de cellules d’un ou plusieurs intervalles qui remplissent des conditions données (une condition par intervalle). « NBVAL » (page 301) La fonction NBVAL renvoie le nombre de ses arguments qui ne sont pas vides. « NB.VIDE » (page 302) La fonction NB.VIDE renvoie le nombre de cellules d’un intervalle qui ne sont pas vides. « ORDONNEE.ORIGINE » (page 303) La fonction ORDONNEE.ORIGINE renvoie l’ordonnée à l’origine de la droite de régression correspondant à la collection en faisant appel à l’analyse de régression linéaire. « PENTE » (page 304) La fonction PENTE renvoie la pente de la droite de régression correspondant à la collection en faisant appel à l’analyse de régression linéaire. « PERMUTATION » (page 306) La fonction PERMUTATION renvoie le nombre de permutations pour un nombre donné d’objets pouvant être sélectionnés parmi un nombre total d’objets. « PETITE.VALEUR » (page 307) La fonction PETITE.VALEUR renvoie la énième plus petite valeur d’un intervalle. La plus faible valeur est classée en numéro 1. « PREVISION » (page 308) La fonction PREVISION renvoie la valeur y prévisionnelle pour une valeur x donnée en s’appuyant sur des valeurs empiriques, par le biais de l’analyse de régression linéaire. « PROBABILITE » (page 309) La fonction PROBABILITE renvoie la probabilité d’un intervalle de valeurs si la probabilité de chaque valeur est connue. « QUARTILE » (page 311) La fonction QUARTILE renvoie la valeur correspondant au quartile indiqué d’une collection donnée. « RANG » (page 312) La fonction RANG renvoie le rang d’un nombre dans un intervalle de nombres. 248 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 249 Fonction Description « RANG.POURCENTAGE » (page 314) La fonction RANG.POURCENTAGE renvoie le rang d’une valeur dans une collection sous la forme d’un pourcentage de la collection. « SOMME.CARRES.ECARTS » (page 315) La fonction SOMME.CARRES.ECARTS renvoie la somme des carrés des écarts d’une collection de nombres par rapport à leur moyenne (arithmétique). « STDEVA » (page 315) La fonction STDEVA renvoie l’écart-type, c’est-à- dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes, en fonction de la variance empirique (non biaisée). « STDEVPA » (page 317) La fonction STDEVPA renvoie l’écart-type, c’est-à- dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes, en fonction de la variance théorique (vraie). « TEST.KHIDEUX » (page 319) La fonction TEST.KHIDEUX renvoie la valeur à partir de la distribution khi-deux pour la valeur donnée. « TEST.STUDENT » (page 320) La fonction TEST.STUDENT renvoie la probabilité associée à un test T de Student selon la fonction de distribution T. « VAR » (page 321) La fonction VAR renvoie la variance empirique (non biaisée), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs. « VARA » (page 323) La fonction VARA renvoie la variance empirique (non biaisée), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en incluant les valeurs texte et les valeurs booléennes. « VAR.P » (page 325) La fonction VAR.P renvoie la variance théorique (vraie), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs. « VARPA » (page 326) La fonction VARPA renvoie la variance empirique (non biaisée), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en incluant les valeurs texte et les valeurs booléennes. « ZTEST » (page 328) La fonction ZTEST renvoie la probabilité unilatérale du test Z.AVERAGEA La fonction AVERAGEA renvoie la moyenne (arithmétique) d’une collection de valeurs en incluant les valeurs texte et les valeurs booléennes. AVERAGEA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée. Remarques d’usage  Les valeurs de chaîne qui apparaissent dans les cellules référencées se voient attribuer la valeur 0. La valeur 0 est attribuée aux valeurs booléennes FAUX et la valeur 1 est attribuée aux valeurs booléennes VRAI.  Les références utilisées comme arguments pour cette fonction peuvent être des références à une seule cellule ou à un intervalle de cellules.  Dans le cas d’un ensemble qui ne comprend que des nombres, AVERAGEA renvoie le même résultat que la fonction MOYENNE qui, elle, ignore les cellules qui ne contiennent pas de nombres. Exemples =AVERAGEA(A1:A4) renvoie 2,5 si les cellules A1 à A4 contiennent 4, a, 6, b. Les valeurs texte sont comptées en tant que zéro dans la somme de 10 et incluses dans le compte de valeurs (4). Faites la comparaison avec =MOYENNE(A1:A4) qui ignore totalement les valeurs texte, auquel cas la somme est 10, le nombre d’arguments 2 et la moyenne 5. =AVERAGEA(A1:A4) renvoie 4 si les cellules A1 à A4 contiennent 5, a, VRAI, 10. La valeur texte compte zéro et VRAI compte 1 pour une somme de 16 et un compte de 4. =AVERAGEA(A1:A4) renvoie 0,25 si les cellules A1 à A4 contiennent FAUX, FAUX, FAUX, VRAI. Chaque FAUX compte zéro et VRAI compte 1 pour une somme de 1 et un compte de 4. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « MOYENNE.SI » à la page 292 « MOYENNE.SIS » à la page 294 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 250 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 251 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 BETA.INVERSE La fonction BETA.INVERSE renvoie l’inverse de la probabilité donnée de la fonction de répartition de la distribution bêta. BETA.INVERSE(probabilité; alpha; bêta; x-inf; x-sup)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1.  alpha : l’un des paramètres de forme de la distribution. alpha correspond à un nombre supérieur à 0.  bêta : l’un des paramètres de forme de la distribution. bêta correspond à un nombre supérieur à 0.  x-inf : limite inférieure facultative pour la probabilité ou la valeur x indiquée. x-inf correspond à un nombre inférieur ou égal à la probabilité ou à la valeur x même indiquée. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est 0.  x-sup : limite supérieure facultative pour la probabilité ou la valeur x indiquée. x-sup correspond à un nombre supérieur ou égal à la probabilité ou à la valeur x même indiquée. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est 1. Exemples =BETA.INVERSE(0,5; 1; 2; 0,3; 2) renvoie 0,797918471982869. =BETA.INVERSE(0,99; 1; 2; 0; 1) renvoie 0,9. =BETA.INVERSE(0,1; 2; 2; 0; 2) renvoie 0,391600211318183. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.BETA » à la page 270 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44CENTILE La fonction CENTILE renvoie la valeur d’une collection, qui correspond à un centile en particulier. CENTILE(nbre-date-dur-collec; valeur-centile)  nbre-date-dur-collec : collection de valeurs. nbre-date-dur-collec correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  valeur-centile : centile à rechercher, entre 0 et 1. valeur-centile correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,25), soit d’un pourcentage (par exemple, 25 %). Le paramètre correspond à un nombre supérieur ou égal à 0 et inférieur ou égal à 1. Remarques d’usage  Les valeurs de même taille incluses dans le tableau sont classées au même rang, mais elles ont chacune une incidence sur le résultat. Exemples Supposons que le tableau suivant contienne les notes cumulées aux examens du trimestre actuel de vos 20 élèves (sur un total de 100 points possibles). (Les données ont été organisées de cette manière pour les besoins de l’exemple, mais il y a tout lieu de penser qu’elles seraient, au départ, réparties entre 20 rangées distinctes.) =CENTILE(A1:E4; 0,90) renvoie 92, c’est-à-dire la note cumulée minimale nécessaire pour faire partie des meilleurs 10% de la classe (90 e centile). =CENTILE(A1:E4; 2/3) renvoie 85, c’est-à-dire la note cumulée minimale nécessaire pour faire partie du tiers de la classe qui a obtenu les meilleurs notes (2/3, soit environ le 67 e centile). =CENTILE(A1:E4; 0,50) renvoie 83, c’est-à-dire la note cumulée minimale nécessaire pour faire partie de la moitié de la classe qui a obtenu les meilleurs notes (50 e centile). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FRÉQUENCE » à la page 264 « RANG.POURCENTAGE » à la page 314 « QUARTILE » à la page 311 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 252 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 253 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CENTREE.REDUITE La fonction CENTREE.REDUITE renvoie une valeur normalisée à partir d’une distribution caractérisée par une moyenne donnée et un écart-type. CENTREE.REDUITE(nbre; moyenne; écart-type)  nbre : nombre à évaluer. nbre correspond à un nombre.  moyenne : moyenne de la distribution. moyenne correspond à un nombre qui représente la fréquence moyenne (moyenne arithmétique) connue à laquelle des événements se produisent.  écart-type : écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0. Exemple =CENTREE.REDUITE(6; 15; 2,1) renvoie – 4,28571428571429. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.NORMALE » à la page 279 « LOI.NORMALE.INVERSE » à la page 280 « LOI.NORMALE.STANDARD » à la page 280 « LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE » à la page 281 « ZTEST » à la page 328 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44COEFFICIENT.CORRELATION La fonction COEFFICIENT.CORRELATION renvoie le coefficient de corrélation entre deux collections à l’aide de l’analyse de régression linéaire. COEFFICIENT.CORRELATION(valeurs-y; valeurs-x)  valeurs y : collection comprenant les valeurs y (dépendantes). valeurs-y correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  valeurs x : collection comprenant les valeurs x (indépendantes). valeurs-x correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type. Remarques d’usage  valeurs-y et valeur-x doivent présenter les mêmes dimensions.  Si ces collections comprennent du texte ou des valeurs booléennes, ceux-ci sont ignorés. Exemple Dans cet exemple, la fonction COEFFICIENT.CORRELATION sert à déterminer l’étroitesse de la relation entre le prix du fioul (colonne A) et la température réglée sur le thermostat du logement d’un propriétaire. =COEFFICIENT.CORRELATION(A2:A11; B2:B11) renvoie environ - 0,9076, ce qui indique une corrélation étroite (à mesure que les prix montent, le thermostat est baissé). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COVARIANCE » à la page 255 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 254 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 255 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 COVARIANCE La fonction COVARIANCE renvoie la covariance de deux collections. COVARIANCE(valeurs-échantillon-1; valeurs-échantillon-2)  valeurs-échantillon-1 : collection comprenant la première collection de valeurs empiriques. valeurs-échantillon-1 correspond à une collection qui comprend des valeurs numériques.  valeurs-échantillon-2 : collection comprenant la seconde collection de valeurs empiriques. valeurs-échantillon-2 correspond à une collection qui comprend des valeurs numériques. Remarques d’usage  Les deux tableaux doivent présenter les mêmes dimensions.  Si ces tableaux contiennent du texte ou des valeurs booléennes, ceux-ci sont ignorés.  Si les deux collections sont identiques, la covariance est égale à la variance théorique. Exemple Dans cet exemple, la fonction COVARIANCE sert à déterminer l’étroitesse de la relation entre le prix du fioul (colonne A) et la température réglée sur le thermostat du logement d’un propriétaire. =COVARIANCE(A2:A11; B2:B11) renvoie environ – 1,6202, ce qui indique une corrélation étroite (à mesure que les prix montent, le thermostat est baissé).Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « COEFFICIENT.CORRELATION » à la page 254 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CRITERE.LOI.BINOMIALE La fonction CRITERE.LOI.BINOMIALE renvoie la plus petite valeur pour laquelle la distribution binomiale cumulée est supérieure ou égale à une valeur donnée. CRITERE.LOI.BINOMIALE(essais; prob-succès; alpha)  essais : nombre total d’essais ou tests. essais correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  prob-succès : probabilité de succès pour chaque essai ou test. prob-succès correspond à un nombre compris entre 0 et 1 inclus.  alpha : probabilité que la valeur réelle de la population se trouve en dehors de l’intervalle. alpha correspond à un nombre inférieur ou égal à 1. La valeur alpha est obtenue en soustrayant l’intervalle de confiance à 1. Exemple =CRITERE.LOI.BINOMIALE(97; 0,05; 0,05) renvoie 2 sur 97 essais, chaque essai ayant une probabilité de succès de 5 % et un intervalle de confiance de 95 % (valeur alpha de 5 %). =CRITERE.LOI.BINOMIALE(97; 0,25; 0,1) renvoie 19 sur 97 essais, chaque essai ayant une probabilité de succès de 25 % et un intervalle de confiance de 90 % (valeur alpha de 10 %). =CRITERE.LOI.BINOMIALE(97; 0,25; 0,05) renvoie 17 sur 97 essais, chaque essai ayant une probabilité de succès de 25 % et un intervalle de confiance de 95 % (valeur alpha de 5 %). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.BINOMIALE » à la page 271 « LOI.BINOMIALE.NEG » à la page 272 « PERMUTATION » à la page 306 256 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 257 « PROBABILITE » à la page 309 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DROITEREG La fonction DROITEREG renvoie un tableau des statistiques pour la droite de régression des données indiquées en faisant appel à la méthode des moindres carrés. DROITEREG(valeurs-y-connues; valeurs x connues; ordonnée-origine; statistiques-plus)  valeurs-y-connues : collection comprenant les valeurs y connues. valeurs-y-connues correspond à une collection incluant des nombres. S’il n’y a qu’une seule collection de valeurs x connues, valeurs-y-connues peut adopter n’importe quelle taille. Si plusieurs collections de valeurs x connues sont présentes, valeurs-y-connues peut correspondre soit à une colonne, soit à une rangée comprenant les valeurs, mais pas les deux à la fois.  valeurs-x-connues : collection facultative comportant les valeurs x connues. valeursx-connues correspond à une collection incluant des nombres. En cas d’omission, la fonction suppose que cette collection est l’ensemble {1; 2; 3…} de la même taille que valeurs-y-connues. Si une seule collection de valeurs x connues est présente et si la collection valeurs-x-connues est indiquée, cette dernière doit être de la même taille que valeurs-y-connues. Si plusieurs collections de valeurs x connues sont présentes, chaque rangée/colonne de valeurs-x-connues est considérée comme une collection et la taille de chaque rangée/colonne doit être identique à celle de valeurs-y-connues.  ordonnée-origine : valeur facultative déterminant le mode de calcul de l’ordonnée à l’origine (constante b). normalement (1, VRAI ou omis): valeur de l’ordonnée à l’origine (constante b) devant être calculée normalement. forcer la valeur à 0 (0 ou FAUX): valeur de l’ordonnée à l’origine (constante b) devant être forcée à zéro.  statistiques-plus : valeur facultative indiquant si des informations statistiques supplémentaires doivent être renvoyées. aucune statistique supplémentaire (0, FAUX ou omis): ne pas renvoyer de statistiques de régression supplémentaires dans le tableau renvoyé.statistiques supplémentaires (1 ou VRAI): renvoyer des statistiques de régression supplémentaires dans le tableau renvoyé. Remarques d’usage  Les valeurs renvoyées par la fonction sont présentées dans un tableau. Pour lire les valeurs du tableau, on peut se servir de la fonction INDEX. Vous pouvez insérer la fonction DROITEREG dans la fonction INDEX : =INDEX(DROITEREG(valeurs-y-connues; valeurs x connues; ordonnée-origine; statistiques-plus); y; x) où y et x sont les index de colonne et de rangée de la valeur souhaitée. Si aucune statistique supplémentaire n’est renvoyée (autrement dit, si la valeur de statistiques-plus est FAUX), le tableau renvoyé ne contient qu’une seule rangée. Il contient un nombre de colonnes égal au nombre de collections valeurs x connues plus 1. Il indique aussi les pentes des droites (une valeur pour chaque rangée/ colonne de valeurs x), qui apparaissent en ordre inverse (la première valeur correspond à la dernière rangée/colonne de valeurs x), et la valeur de la constante b, c’est-à-dire l’ordonnée à l’origine. Si des statistiques supplémentaires sont retournées (autrement dit, si la valeur de statistiques-plus est VRAI), le tableau contient cinq rangées. Pour en savoir plus sur le contenu du tableau, consultez « Statistiques supplémentaires » à la page 259. Exemples Supposons que le tableau suivant contienne les notes de 30 élèves qui ont récemment passé un examen à votre charge. Supposons par ailleurs que cet examen soit noté sur 100 points, qu’il en faille 65 pour le réussir, que suivant le nombre de points obtenus les élèves se voient attribuer une note sous la forme d’une lettre (allant de A à F, chaque lettre englobant une tranche de points obtenus) et que le nombre minimal de points pour obtenir chaque note soit indiqué dans le tableau. Pour simplifier l’élaboration des formules, la note « F » est représentée par un 1 et la note « A » correspond à 5. =INDEX(DROITEREG(A2:A6; C2:C6; 1; 0); 1) renvoie 0,752707581227437, qui est la pente de la droite de régression. =INDEX(DROITEREG(A2:A6; C2:C6; 1; 0); 2) renvoie 0,0342960288808646, soit b, l’ordonnée à l’origine. 258 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 259 Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 Statistiques supplémentaires Cette section traite des statistiques supplémentaires qui peuvent être renvoyées par la fonction DROITEREG. La fonction DROITEREG peut inclure des informations statistiques supplémentaires dans le tableau retourné par la fonction. Pour les besoins de l’explication, prenons cinq ensembles (ou collections) de valeurs x connues, en plus des valeurs y connues. Supposons par ailleurs que les valeurs x connues soient réparties entre cinq rangées ou entre cinq colonnes de tableau. Le tableau renvoyé par la fonction DROITEREG suivant ces hypothèses doit alors avoir la forme suivante (le nombre qui apparaît immédiatement après un x indique l’ensemble de valeurs x auquel se rapporte l’élément) : Rang/Colonne 1 2 3 4 5 6 1 pente x5 pente x4 pente x3 pente x2 pente x1 b (ordonnée à l’origine) 2 err-std x1 err-std x2 err-std x3 err-std x4 err-std x5 err-std b 3 coef-dét err-std y 4 F-stat degrés-liberté 5 sc-rég sc-résiduel Définitions des arguments pente x : pente de la droite liée à cette collection de valeurs x connues. Les valeurs sont renvoyées en ordre inverse, c’est-à-dire que cinq ensembles de valeurs x connues sont présents, la valeur du cinquième ensemble apparaît en premier dans le tableau renvoyé. b : ordonnée à l’origine pour les valeurs x connues.err-std x : erreur standard pour le coefficient associé à cet ensemble de valeurs x connues. Les valeurs sont renvoyées dans l’ordre, c’est-à-dire que cinq ensembles de valeurs x connues sont présents, la valeur du premier ensemble est renvoyé en premier dans le tableau. Cette présentation est donc le contraire de celle qui s’applique lorsque les valeurs de pente sont renvoyées. err-std b : erreur standard associée à la valeur de l’ordonnée origine (b). coef-dét : coefficient de détermination. Cette statistique compare la valeur y estimée et la valeur y réelle. Si le coefficient de détermination correspond à 1, aucune différence entre ces deux valeurs n’est constatée. C’est ce que l’on appelle une corrélation parfaite. Si le coefficient de détermination est 0, cela signifie qu’il n’existe aucune corrélation et que l’équation de régression donnée ne permet pas de prédire la valeur y. err-std y : erreur standard associée à l’estimation de la valeur y. F-stat : valeur F observée. La valeur F observée peut contribuer à déterminer si la relation observée entre la variable dépendante et la variable indépendante est le fruit du hasard. degrés-liberté : degrés de liberté. Servez-vous de la statistique « degrés de liberté » pour déterminer le niveau de confiance. sc-rég : somme de régression des carrés. sc-résiduel : somme résiduelle des carrés. Remarques d’usage  Peu importe que les valeurs x connues et les valeurs y connues se trouvent dans des rangées ou dans des colonnes. Dans les deux cas, le tableau renvoyé est ordonné par rangées comme on peut le voir dans l’exemple.  Cet exemple repose sur l’hypothèse selon laquelle cinq ensembles de valeurs x connues sont présents. S’il en existe plus de cinq ou moins, le nombre de colonnes du tableau renvoyé s’en voit alors modifié (il est en effet toujours égal au nombre des ensembles de valeurs x connues plus 1), mais le nombre de colonnes reste le même.  Si les arguments de la fonction DROITEREG ne spécifient pas que des statistiques supplémentaires doivent être renvoyées, le tableau renvoyé ne contient que la première rangée. ECART.MOYEN La fonction MOYENNE renvoie la moyenne (arithmétique) d’une collection de nombres. ECART.MOYEN(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée. 260 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 261  nbre-date-dur : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  ECART.MOYEN divise la somme des nombres par le nombre de nombres pour obtenir la moyenne. Les différences (valeurs absolues) entre la moyenne et chaque nombre sont ajoutées, puis la somme obtenue est divisée par le nombre des nombres.  Si nbre-date-dur comprend des valeurs de date/heure, la fonction renvoie une durée. Exemples =ECART.MOYEN(2; 2; 2; 4; 4; 4) renvoie 1. =ECART.MOYEN(2; 2; 2; 2; 3; 3; 3; 3; 4; 4; 4; 4) renvoie 0,6666667. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ECARTYPE La fonction ECARTYPE renvoie l’écart-type, c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en fonction de leur variance empirique (non biaisée). ECARTYPE(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  nbre-date-dur : valeurs supplémentaires (au moins deux valeurs). Toutes les valeurs nbre-date-dur doivent être du même type. Remarques d’usage  L’utilisation de la fonction ECARTYPE est appropriée lorsque les valeurs indiquées ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante. Si les valeurs que vous analysez correspondent à l’intégralité de la collection ou de la population, servez-vous de la fonction ECARTYPEP. Si vous souhaitez inclure des valeurs texte ou des valeurs booléennes dans le calcul, utilisez la fonction STDEVA.  L’écart-type est la racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VAR. Exemple Supposons que vous ayez fait passer cinq examens à un groupe d’élèves. Vous avez choisi de façon arbitraire cinq élèves pour représenter l’ensemble de ce groupe (remarquez que ceci n’est qu’un exemple et que cette manière de procéder ne serait probablement pas valide sur le plan statistique). Vous pouvez vous servir de la fonction ECARTYPE avec les données de l’échantillon pour déterminer l’examen pour lequel la dispersion des notes a été la plus importante. Les résultats renvoyés par les fonctions ECARTYPE sont environ 22,8035, 24,5357, 9,5026, 8,0747 et 3,3466. Ainsi, la dispersion a été la plus importante pour l’examen numéro 2, qui est suivi de près par l’examen numéro 1. Pour les trois autres examens, la dispersion a été faible. Examen 1 Examen 2 Examen 3 Examen 4 Examen 5 Élève 1 75 82 90 78 84 Élève 2 100 90 95 88 90 Élève 3 40 80 78 90 85 Élève 4 80 35 95 98 92 Élève 5 90 98 75 97 88 =ECARTYPE(B2:B6) =ECARTYPE(C2:C6) =ECARTYPE(D2:D6) =ECARTYPE(E2:E6) =ECARTYPE(F2:F6) Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « STDEVA » à la page 315 « ECARTYPEP » à la page 263 « STDEVPA » à la page 317 « VAR » à la page 321 « VARA » à la page 323 « VAR.P » à la page 325 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 262 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 263 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ECARTYPEP La fonction ECARTYPEP renvoie l’écart-type, c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en fonction de la variance théorique (vraie). ECARTYPEP(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  nbre-date-dur : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  L’utilisation de la fonction ECARTYPEP est appropriée lorsque les valeurs indiquées représentent l’intégralité de la collection ou de la population. Si les valeurs que vous analysez ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante, servez-vous de la fonction ECARTYPE.  Si vous souhaitez inclure des valeurs texte ou des valeurs booléennes dans le calcul, utilisez la fonction STDEVPA.  L’écart-type est la racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VAR.P. Exemple Supposons que vous ayez fait passer cinq examens à un groupe d’élèves. Votre classe est très réduite et représente la population totale de vos élèves. Vous pouvez vous servir de la fonction ECARTYPEP avec les données de cette population pour déterminer l’examen pour lequel la dispersion des notes a été la plus importante. Les résultats renvoyés par les fonctions ECARTYPEP sont environ 20,3961, 21,9454, 8,49994, 7,2222 et 2,9933. Ainsi, la dispersion a été la plus importante pour l’examen numéro 2, qui est suivi de près par l’examen numéro 1. Pour les trois autres examens, la dispersion a été faible. Examen 1 Examen 2 Examen 3 Examen 4 Examen 5 Élève 1 75 82 90 78 84 Élève 2 100 90 95 88 90 Élève 3 40 80 78 90 85 Élève 4 80 35 95 98 92 Élève 5 75 82 90 78 84 =ECARTYPEP(B2:B6) =ECARTYPEP(C2:C6) =ECARTYPEP(D2:D6) =ECARTYPEP(E2:E6) =ECARTYPEP(F2:F6)Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « STDEVA » à la page 315 « STDEVPA » à la page 317 « VAR » à la page 321 « VARA » à la page 323 « VAR.P » à la page 325 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 FRÉQUENCE La fonction FRÉQUENCE renvoie un tableau indiquant la fréquence d’apparition de valeurs de données dans une plage de valeurs d’intervalle. FRÉQUENCE(données-valeurs; intervalle-valeurs)  données-valeurs : collection comprenant les valeurs à évaluer. données-valeurs correspond à une collection qui comprend des nombres ou des valeurs de date/ heure. Toutes les valeurs doivent être du même type.  intervalle-valeurs : collection comprenant les valeurs de l’intervalle. intervallevaleurs correspond à une collection qui comprend des nombres ou des valeurs de date/heure. Toutes les valeurs doivent être du même type que celles qui se trouvent dans la collection données-valeurs. 264 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 265 Remarques d’usage  FRÉQUENCE détermine le nombre de valeurs de la collection données-valeurs qui tombent dans chaque intervalle. Le tableau d’intervalles est plus facile à comprendre s’il est organisé en ordre ascendant. La première fréquence est le nombre des valeurs qui sont inférieures ou égales à la plus petite valeur d’intervalle. Toutes les autres valeurs de fréquence, excepté la dernière, indiquent le nombre des valeurs qui sont supérieures à la valeur d’intervalle immédiatement inférieure et inférieures ou égales à la valeur d’intervalle actuelle. La valeur de fréquence finale correspond au nombre des valeurs de données qui sont supérieures à la valeur d’intervalle la plus grande.  Les valeurs renvoyées par la fonction sont présentées dans un tableau. Pour lire les valeurs du tableau, on peut se servir de la fonction INDEX. Vous pouvez insérer la fonction FRÉQUENCE dans la fonction INDEX : =INDEX(FRÉQUENCE(données-valeurs; intervalle-valeurs); x) où x est l’intervalle souhaité. N’oubliez pas que le résultat indique un intervalle de plus qu’il n’y a de collections intervalle-valeurs. Exemple Supposons que le tableau suivant contienne les notes de 30 élèves qui ont récemment passé un examen à votre charge. Supposons par ailleurs que cet examen soit noté sur 100 points, qu’il en faille 65 pour le réussir, que suivant le nombre de points obtenus les élèves se voient attribuer une note sous la forme d’une lettre (allant de A à F, chaque lettre englobant une tranche de points obtenus), et que le nombre minimal de points pour obtenir chaque note soit indiqué dans le tableau. Pour simplifier l’élaboration des formules, la note « F » est représentée par un 1 et la note « A » correspond à 5. =INDEX(FRÉQUENCE($A$1:$F$5; $B$8:$E$8); B9) renvoie 5, c’est-à-dire le nombre d’élèves qui ont obtenu un « F » (65 points obtenus ou moins). Vous pouvez saisir cette formule dans la cellule B10, puis l’étendre aux cellules de la rangée jusqu’à la cellule F10. Les valeurs obtenues qui sont renvoyées par la fonction pour les notes allant de « D » à « A » sont respectivement 3, 8, 8 et 6. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « INDEX » à la page 231 « CENTILE » à la page 252 « RANG.POURCENTAGE » à la page 314 « QUARTILE » à la page 311 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 GRANDE.VALEUR La fonction GRANDE.VALEUR renvoie la énième plus grande valeur de la collection. La plus grande valeur est classée en numéro 1. GRANDE.VALEUR(nbre-date-dur-collec; classement)  nbre-date-dur-collec : collection de valeurs. nbre-date-dur-collec correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  classement : nombre représentant le classement par taille de la valeur à récupérer. classement correspond à un nombre compris entre 1 et le nombre des valeurs composant la collection. Remarques d’usage  Si la valeur du classement est 1, la fonction renvoie le nombre le plus grand de la collection. Si la valeur du classement est 2, c’est le deuxième nombre le plus grand qui est renvoyé, et ainsi de suite. Les valeurs de même taille incluses dans le tableau sont classées au même rang, mais elles ont chacune une incidence sur le résultat. 266 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 267 Exemples Supposons que le tableau suivant contienne les notes cumulées aux examens du trimestre actuel de vos 20 élèves (sur un total de 100 points possibles). (Les données ont été organisées de cette manière pour les besoins de l’exemple, mais il y a tout lieu de penser qu’elles seraient, au départ, réparties entre 20 rangées distinctes.) =GRANDE.VALEUR(A1:E4; 1) renvoie 100, c’est-à dire la plus haute note cumulée aux examens (cellule B2). =GRANDE.VALEUR(A1:E4; 2) renvoie 92, c’est-à dire la deuxième plus haute note cumulée aux examens (cellule B2 ou cellule C2). =GRANDE.VALEUR(A1:E4; 3) renvoie 92, c’est-à dire là aussi la troisième plus haute note cumulée aux examens, puisqu’elle apparaît deux fois (cellules B2 et C2). =GRANDE.VALEUR(A1:E4; 6) renvoie 86, la sixième plus haute note cumulée aux examens (l’ordre étant 100, 92, 92, 91, 90 et enfin 86). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « RANG » à la page 312 « PETITE.VALEUR » à la page 307 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 INTERVALLE.CONFIANCE La fonction INTERVALLE.CONFIANCE renvoie une valeur permettant de créer un intervalle de confiance statistique pour un échantillon de population dont l’écart-type est connu. INTERVALLE.CONFIANCE(alpha; écart-type; taille-échantillon)  alpha : probabilité que la valeur réelle de la population se trouve en dehors de l’intervalle. alpha correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. La valeur alpha est obtenue en soustrayant l’intervalle de confiance à 1. écart-type : écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0.  taille-échantillon : taille de l’échantillon. taille-échantillon correspond à un nombre supérieur à 0. Remarques d’usage  Elle suppose que les valeurs sont réparties normalement dans l’échantillon. Exemples =INTERVALLE.CONFIANCE(0,05; 1; 10) renvoie 0,62. Si la moyenne des valeurs de l’échantillon est 100, alors, la moyenne de la population tombe dans la plage 99,38–100,62 avec une confiance de 95 %. =INTERVALLE.CONFIANCE(0,1; 1; 10) renvoie 0,52. Si la moyenne des valeurs de l’échantillon est 100, alors, la moyenne de la population tombe dans la plage 99,48–100,52 avec une confiance de 90 %. =INTERVALLE.CONFIANCE(0,05; 1; 20) renvoie 0,44. =INTERVALLE.CONFIANCE(0,05; 1; 30) renvoie 0,36. =INTERVALLE.CONFIANCE(0,05; 1; 40) renvoie 0,31. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 INVERSE.LOI.F La fonction INVERSE.LOI.F renvoie l’inverse de la distribution de probabilité F. INVERSE.LOI.F(prob; numérateur-d-l; dénominateur-d-l)  prob : probabilité associée à la distribution. prob correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur ou égal à 1.  numérateur-d-l : degrés de liberté à inclure en tant que numérateur. numérateurd-l correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Si elle contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée.  dénominateur-d-l : degrés de liberté à inclure en tant que dénominateur. dénominateur-d-l correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Si elle contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. 268 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 269 Exemples =INVERSE.LOI.F(0,77; 1; 2) renvoie 0,111709428782599. =INVERSE.LOI.F(0,77; 1; 1) renvoie 0,142784612191674. =INVERSE.LOI.F(0,77; 2; 1) renvoie 0,34331253162422. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.F » à la page 274 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 KHIDEUX.INVERSE La fonction KHIDEUX.INVERSE renvoie l’inverse de la probabilité unilatérale de la distribution khi-deux. KHIDEUX.INVERSE(probabilité; degrés-liberté)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1.  degrés-liberté : degrés de liberté. degrés-liberté correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Exemples =KHIDEUX.INVERSE(0,5; 2) renvoie 1,38629436111989. =KHIDEUX.INVERSE(0,1; 10) renvoie 15,9871791721053. =KHIDEUX.INVERSE(0,5; 1) renvoie 0,454936423119572. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.KHIDEUX » à la page 276 « TEST.KHIDEUX » à la page 319 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39« Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LNGAMMA La fonction LNGAMMA renvoie le logarithme népérien de la fonction gamma, G(x). LNGAMMA(valeur-pos-x)  valeur-pos-x : valeur x positive à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. valeur-pos-x correspond à un nombre supérieur à 0. Exemples =LNGAMMA(0,92) renvoie 0,051658003497744. =LNGAMMA(0,29) renvoie 1,13144836880416. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.GAMMA » à la page 275 « LOI.GAMMA.INVERSE » à la page 276 « LN » à la page 194 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.BETA La fonction LOI.BETA renvoie la probabilité de la fonction de répartition de la distribution bêta. LOI.BETA(valeur-x; alpha; bêta; x-min; x-sup)  valeur-x : valeur x à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. valeur-x correspond à un nombre compris entre 0 et 1.  alpha : l’un des paramètres de forme de la distribution. alpha correspond à un nombre supérieur à 0. 270 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 271  bêta : l’un des paramètres de forme de la distribution. bêta correspond à un nombre supérieur à 0.  x-inf : limite inférieure facultative pour la probabilité ou la valeur x indiquée. x-inf correspond à un nombre inférieur ou égal à la probabilité ou à la valeur x même indiquée. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est 0.  x-sup : limite supérieure facultative pour la probabilité ou la valeur x indiquée. x-sup correspond à un nombre supérieur ou égal à la probabilité ou à la valeur x même indiquée. En l’absence de valeur explicite, la valeur par défaut est 1. Exemples =LOI.BETA(0,5; 1; 2; 0,3; 2) renvoie 0,221453287197232. =LOI.BETA(1; 1; 2; 0; 1) renvoie 1. =LOI.BETA(0,1; 2; 2; 0; 2) renvoie 0,00725. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « BETA.INVERSE » à la page 251 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.BINOMIALE La fonction LOI.BINOMIALE renvoie la probabilité de la distribution binomiale de chaque terme sous la forme indiquée. LOI.BINOMIALE(nbre-succès; essais; prob-succès; type-forme)  nbre-succès : nombre total d’essais ou de tests probants. nbre-succès correspond à un nombre compris entre 1 et essais inclus.  essais : nombre total d’essais ou tests. essais correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  prob-succès : probabilité de succès pour chaque essai ou test. prob-succès correspond à un nombre compris entre 0 et 1 inclus.  type-forme : valeur indiquant quelle forme de la fonction exponentielle fournir.forme de répartition (VRAI ou 1): renvoie la valeur sous la forme de la fonction de répartition (si le nombre indiqué ou un nombre inférieur de succès ou d’événements se produisent). forme de probabilité de masse (FAUX ou 0): renvoie la valeur sous la forme de la fonction de probabilité de masse (si le nombre de succès ou d’événements qui se produisent est exactement égal au nombre indiqué). Remarques d’usage  La fonction LOI.BINOMIALE convient aux problèmes impliquant un nombre fixe d’essais indépendants qui ont une probabilité de succès constante et pour lesquels le résultat ne peut être qu’un succès ou un échec. Exemples =LOI.BINOMIALE(3; 98; 0,04; 1) renvoie 0,445507210083272 (forme de la fonction de répartition). =LOI.BINOMIALE(3; 98; 0,04; 0) renvoie 0,201402522366024 (forme de probabilité de masse). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CRITERE.LOI.BINOMIALE » à la page 256 « LOI.BINOMIALE.NEG » à la page 272 « PERMUTATION » à la page 306 « PROBABILITE » à la page 309 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.BINOMIALE.NEG La fonction LOI.BINOMIALE.NEG renvoie la distribution binomiale négative. LOI.BINOMIALE.NEG(nbre-échecs; nbre-succès; prob-succès)  nbre-échecs : nombre d’échecs. nbre-échecs correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  nbre-succès : nombre total d’essais ou de tests probants. nbre-succès correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. 272 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 273  prob-succès : probabilité de succès pour chaque essai ou test. prob-succès correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1. Remarques d’usage  La fonction LOI.BINOMIALE.NEG renvoie la probabilité qu’un nombre indiqué d’échecs, nbre-échecs, se produise avant que le nombre spécifié de succès, nbresuccès ne soit atteint. La probabilité constante d’un succès est prob-succès. Exemple =LOI.BINOMIALE.NEG(3; 68; 0,95) renvoie 0,20913174716192. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.BINOMIALE » à la page 271 « CRITERE.LOI.BINOMIALE » à la page 256 « PERMUTATION » à la page 306 « PROBABILITE » à la page 309 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.EXPONENTIELLE La fonction LOI.EXPONENTIELLE renvoie la distribution exponentielle sous la forme indiquée. LOI.EXPONENTIELLE(non-nég-valeur-x; lambda; type-forme)  non-nég-valeur-x : valeur à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. non-négvaleur-x correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  lambda : valeur du paramètre. lambda correspond à un nombre supérieur à 0.  type-forme : valeur indiquant quelle forme de la fonction exponentielle fournir. forme de répartition (VRAI ou 1): renvoie la valeur sous forme de fonction de répartition. forme de densité de probabilité (FAUX ou 0): renvoyer la valeur sous la forme de la fonction de densité de probabilité.Exemples =LOI.EXPONENTIELLE(4; 2; 1) renvoie 0,999664537372097 (sous forme de fonction de répartition). =LOI.EXPONENTIELLE(4; 2; 0) renvoie 0,000670925255805024 (sous forme de densité de probabilité). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.LOGNORMALE » à la page 277 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.F La fonction LOI.F renvoie la distribution de probabilité F. LOI.F(non-nég-valeur-x; numérateur-d-l; dénominateur-d-l)  non-nég-valeur-x : valeur à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. non-négvaleur-x correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  numérateur-d-l : degrés de liberté à inclure en tant que numérateur. numérateurd-l correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Si elle contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée.  dénominateur-d-l : degrés de liberté à inclure en tant que dénominateur. dénominateur-d-l correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Si elle contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. Remarques d’usage  La distribution F est aussi appelée distribution F de Snedecor ou distribution de Fisher-Snedecor. Exemples =LOI.F(0,77; 1; 2) renvoie 0,472763488223567. =LOI.F(0,77; 1; 1) renvoie 0,541479597634413. =LOI.F(0,77; 2; 1) renvoie 0,627455805138159. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ 274 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 275 « INVERSE.LOI.F » à la page 268 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.GAMMA La fonction LOI.GAMMA renvoie la distribution gamma sous la forme indiquée. LOI.GAMMA(non-nég-valeur-x; alpha; bêta; type-forme)  non-nég-valeur-x : valeur à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. non-négvaleur-x correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  alpha : l’un des paramètres de forme de la distribution. alpha correspond à un nombre supérieur à 0.  bêta : l’un des paramètres de forme de la distribution. bêta correspond à un nombre supérieur à 0.  type-forme : valeur indiquant quelle forme de la fonction exponentielle fournir. forme de répartition (VRAI ou 1): renvoie la valeur sous forme de fonction de répartition. forme de densité de probabilité (FAUX ou 0): renvoyer la valeur sous la forme de la fonction de densité de probabilité. Exemples =LOI.GAMMA(0,8; 1; 2; 1) renvoie 0,329679953964361 (forme de la fonction de répartition). =LOI.GAMMA(0,8; 1; 2; 0) renvoie 0,33516002301782 (forme de densité de probabilité). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.GAMMA.INVERSE » à la page 276 « LNGAMMA » à la page 270 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15« Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.GAMMA.INVERSE La fonction LOI.GAMMA.INVERSE renvoie la distribution gamma cumulée inverse. LOI.GAMMA.INVERSE(probabilité; alpha; bêta)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1.  alpha : l’un des paramètres de forme de la distribution. alpha correspond à un nombre supérieur à 0.  bêta : l’un des paramètres de forme de la distribution. bêta correspond à un nombre supérieur à 0. Exemples =LOI.GAMMA.INVERSE(0,8; 1; 2) renvoie 3,2188758248682. =LOI.GAMMA.INVERSE(0,8; 2; 1) renvoie 2,99430834700212. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.GAMMA » à la page 275 « LNGAMMA » à la page 270 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.KHIDEUX La fonction LOI.KHIDEUX renvoie la probabilité unilatérale de la distribution khi-deux. LOI.KHIDEUX(non-nég-valeur-x; degrés-liberté)  non-nég-valeur-x : valeur à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. non-négvaleur-x correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  degrés-liberté : degrés de liberté. degrés-liberté correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. 276 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 277 Exemples =LOI.KHIDEUX(5; 2) renvoie 0,0820849986238988. =LOI.KHIDEUX(10; 10) renvoie 0,440493285065212. =LOI.KHIDEUX(5; 1) renvoie 0,0253473186774683. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « KHIDEUX.INVERSE » à la page 269 « TEST.KHIDEUX » à la page 319 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.LOGNORMALE La fonction LOI.LOGNORMALE renvoie la distribution log-normale. LOI.LOGNORMALE(valeur-pos-x; moyenne; écart-type)  valeur-pos-x : valeur x positive à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. valeur-pos-x correspond à un nombre supérieur à 0.  moyenne : moyenne du logarithme népérien, c’est-à-dire, ln (x) . moyenne correspond à un nombre égal à la moyenne (arithmétique) de ln (x) , le logarithme népérien de x.  écart-type : écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0. Exemple =LOI.LOGNORMALE(0,78; 1,7; 2,2) renvoie 0,187899237956868. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LN » à la page 194 « LOI.LOGNORMALE.INVERSE » à la page 278 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244« Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.LOGNORMALE.INVERSE La fonction LOI.LOGNORMALE.INVERSE renvoie l’inverse de la fonction de distribution log-normale cumulée de x. LOI.LOGNORMALE.INVERSE(probabilité; moyenne; écart-type)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1.  moyenne : moyenne du logarithme népérien, c’est-à-dire, ln (x) . moyenne correspond à un nombre égal à la moyenne (arithmétique) de ln (x) , le logarithme népérien de x.  écart-type : écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0. Remarques d’usage  La fonction LOI.LOGNORMALE.INVERSE est appropriée si la distribution du logarithme de x est normale. Exemple =LOI.LOGNORMALE.INVERSE(0,78; 1,7; 2,2) renvoie 29,9289150377259. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LN » à la page 194 « LOI.LOGNORMALE » à la page 277 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 278 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 279 LOI.NORMALE La fonction LOI.NORMALE renvoie la distribution normale sous la forme de fonction indiquée. LOI.NORMALE(nbre; moyenne; écart-type; type-forme)  nbre : nombre à évaluer. nbre correspond à un nombre.  moyenne : moyenne de la distribution. moyenne correspond à un nombre qui représente la fréquence moyenne (moyenne arithmétique) connue à laquelle des événements se produisent.  écart-type : écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0.  type-forme : valeur indiquant quelle forme de la fonction exponentielle fournir. forme de répartition (VRAI ou 1): renvoie la valeur sous forme de fonction de répartition. forme de densité de probabilité (FAUX ou 0): renvoyer la valeur sous la forme de la fonction de densité de probabilité. Remarques d’usage  Si moyenne est 0, écart-type 1 et type-forme VRAI, la fonction LOI.NORMALE renvoie une valeur identique à la distribution normale standard cumulée renvoyée par la fonction LOI.NORMALE.STANDARD. Exemples =LOI.NORMALE(22; 15; 2,5; 1) renvoie 0,997444869669572, c’est-à-dire la forme de la fonction de répartition. =LOI.NORMALE(22; 15; 2,5; 0) renvoie 0,00316618063319199, c’est-à-dire la forme de densité de probabilité. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.NORMALE.INVERSE » à la page 280 « LOI.NORMALE.STANDARD » à la page 280 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44LOI.NORMALE.INVERSE La fonction LOI.NORMALE.INVERSE renvoie l’inverse de la distribution normale cumulée. LOI.NORMALE.INVERSE(probabilité, moyenne, écart-type)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1.  moyenne : moyenne de la distribution. moyenne correspond à un nombre qui représente la fréquence moyenne (moyenne arithmétique) connue à laquelle des événements se produisent.  écart-type : écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0. Remarques d’usage  Si moyenne est 0 et écart-type 1, la fonction LOI.NORMALE.INVERSE renvoie une valeur identique à l’inverse de la distribution normale standard cumulée renvoyée par la fonction LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE. Exemple =LOI.NORMALE.INVERSE(0,89; 15; 2,5) renvoie 18,0663203000915. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.NORMALE » à la page 279 « LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE » à la page 281 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.NORMALE.STANDARD La fonction LOI.NORMALE.STANDARD renvoie la distribution normale standard. LOI.NORMALE.STANDARD(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. 280 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 281 Remarques d’usage  Pour une distribution normale standard, la moyenne (arithmétique) correspond à 0 et l’écart-type 1. Exemple =LOI.NORMALE.STANDARD(4,3) renvoie 0,999991460094529. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.NORMALE » à la page 279 « LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE » à la page 281 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE La fonction LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE renvoie l’inverse de la distribution normale standard cumulée. LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE(probabilité)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1. Remarques d’usage  Pour une distribution normale standard, la moyenne (arithmétique) correspond à 0 et l’écart-type 1. Exemple =LOI.NORMALE.STANDARD.INVERSE(0,89) renvoie 1,22652812003661. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.NORMALE.INVERSE » à la page 280 « LOI.NORMALE.STANDARD » à la page 280« Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.POISSON La fonction LOI.POISSON renvoie la probabilité d’apparition d’un nombre particulier d’événements, en s’appuyant sur la loi de répartition de Poisson. LOI.POISSON(événements; moyenne; type-forme)  événements : nombre d’événements pour lequel vous souhaitez calculer la probabilité. événements correspond à un nombre.  moyenne : moyenne de la distribution. moyenne correspond à un nombre qui représente la fréquence moyenne (moyenne arithmétique) connue à laquelle des événements se produisent.  type-forme : valeur indiquant quelle forme de la fonction exponentielle fournir. forme de répartition (VRAI ou 1): renvoie la valeur sous la forme de la fonction de répartition (si le nombre indiqué ou un nombre inférieur de succès ou d’événements se produisent). forme de probabilité de masse (FAUX ou 0): renvoie la valeur sous la forme de la fonction de probabilité de masse (si le nombre de succès ou d’événements qui se produisent est exactement égal au nombre indiqué). Exemple Pour une moyenne de 10 et un taux des arrivées de 8 : =LOI.POISSON(8; 10; FAUX) renvoie 0,112599. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.EXPONENTIELLE » à la page 273 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 282 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 283 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.STUDENT La fonction LOI.STUDENT renvoie la probabilité à partir de la distribution T de Student. LOI.STUDENT(non-nég-valeur-x; degrés-liberté; queues)  non-nég-valeur-x : valeur à laquelle vous cherchez à évaluer la fonction. non-négvaleur-x correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  degrés-liberté : degrés de liberté. degrés-liberté correspond à un nombre supérieur ou égal à 1.  queues : nombre de queues à renvoyer. une queue (1): renvoie la valeur pour une distribution unilatérale. deux queues (2): renvoie la valeur pour une distribution bilatérale. Exemples =LOI.STUDENT(4; 2; 1) renvoie 0,0285954792089682 pour la distribution unilatérale. =LOI.STUDENT(4; 2; 2) renvoie 0,0571909584179364 pour la distribution bilatérale. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.STUDENT.INVERSE » à la page 283 « TEST.STUDENT » à la page 320 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 LOI.STUDENT.INVERSE La fonction LOI.STUDENT.INVERSE renvoie la valeur T (qui est une fonction de la probabilité et des degrés de liberté) à partir de la distribution T de Student. LOI.STUDENT.INVERSE(probabilité; degrés-liberté)  probabilité : probabilité associée à la distribution. probabilité correspond à un nombre supérieur à 0 et inférieur à 1. degrés-liberté : degrés de liberté. degrés-liberté correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Exemple =LOI.STUDENT.INVERSE(0,88; 2) renvoie 0,170940864689457. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.STUDENT » à la page 283 « TEST.STUDENT » à la page 320 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MAX La fonction MAX renvoie le plus grand nombre d’une collection. MAX(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Remarques d’usage  Si l’argument valeur n’est ni une date ni un nombre, il n’est pas pris en compte dans le résultat.  Pour déterminer la plus grande de toutes les valeurs d’une collection, quel que soit leur type, servez-vous de la fonction MAXA. Exemples =MAX(5; 5; 5; 5; 6) renvoie 6. =MAX(1; 2; 3; 4; 5) renvoie 5. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « GRANDE.VALEUR » à la page 266 284 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 285 « MAXA » à la page 285 « MIN » à la page 287 « PETITE.VALEUR » à la page 307 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MAXA La fonction MAXA renvoie le plus grand nombre d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes. MAXA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée. Remarques d’usage  Les valeurs texte et la valeur logique FAUX se voient attribuer la valeur 0 et la valeur logique VRAI se voit attribuer la valeur 1.  Pour déterminer la plus grande des valeurs d’une collection qui ne comprend que des nombres ou des dates, servez-vous de la fonction MAX. Exemples =MAXA(1; 2; 3; 4) renvoie 4. =MAXA(A1:C1), si les cellules A1 à C1 contiennent « –1 », « –10 » et « bonjour », renvoie 0. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MAX » à la page 284 « MINA » à la page 287 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244« Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MEDIANE La fonction MEDIANE renvoie la valeur médiane d’une collection de nombres. La valeur médiane est la valeur à laquelle la moitié des nombres de l’ensemble (ou « collection ») sont inférieurs et l’autre moitié, supérieurs. MEDIANE(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  nbre-date-dur : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  Si la série comporte un nombre pair de valeurs, la fonction MEDIANE renvoie la moyenne des deux valeurs du milieu. Exemples =MEDIANE(1; 2; 3; 4; 5) renvoie 3. =MEDIANE(1; 2; 3; 4; 5; 6) renvoie 3,5. =MEDIANE(5; 5; 5; 5; 6) renvoie 5. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « MODE » à la page 288 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 286 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 287 MIN La fonction MIN renvoie le plus petit nombre d’une collection. MIN(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Remarques d’usage  Si l’argument valeur n’est ni une date ni un nombre, il n’est pas pris en compte dans le résultat.  Pour déterminer la plus petite de toutes les valeurs d’une collection, quel que soit leur type, servez-vous de la fonction MINA. Exemples =MIN(5; 5; 5; 5; 6) renvoie 5. =MIN(1; 2; 3; 4; 5) renvoie 1. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « GRANDE.VALEUR » à la page 266 « MAX » à la page 284 « MINA » à la page 287 « PETITE.VALEUR » à la page 307 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MINA La fonction MINA renvoie le plus petit nombre d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes. MINA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée. Remarques d’usage  Les valeurs texte et la valeur logique FAUX se voient attribuer la valeur 0 et la valeur logique VRAI se voit attribuer la valeur 1.  Pour déterminer la plus petite des valeurs d’une collection qui ne comprend que des nombres ou des dates, servez-vous de la fonction MIN. Exemples =MINA(1; 2; 3; 4) renvoie 1. =MINA(A1:C1), si les cellules A1 à C1 contiennent « –1 », « –10 » et « bonjour », renvoie « – 10 ». =MINA(A1:C1), si les cellules A1 à C1 contiennent « 1 », « 10 » et « bonjour », renvoie 0. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MAXA » à la page 285 « MIN » à la page 287 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MODE La fonction MODE renvoie la valeur qui apparaît le plus souvent dans une collection de nombres. MODE(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  nbre-date-dur : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. 288 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 289 Remarques d’usage  Si plusieurs nombres ont la même fréquence maximale d’apparition dans les arguments, la fonction MODE renvoie le premier de ces nombres.  Si aucune valeur n’apparaît plusieurs fois, la fonction génère une erreur. Exemples =MODE(5; 5; 5; 5; 6) renvoie 5. =MODE(1; 2; 3; 4; 5) génère une erreur. =MODE(2; 2; 4; 6; 6) renvoie 2. =MODE(6; 6; 4; 2; 2) renvoie 6. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « MEDIANE » à la page 286 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MOYENNE La fonction MOYENNE renvoie la moyenne (arithmétique) d’une collection de nombres. MOYENNE(nbre-date-dur; nbre-date-dur…)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  nbre-date-dur : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  MOYENNE divise la somme des valeurs numériques par le nombre de valeurs numériques . Les chaînes ou les valeurs booléennes qui se trouvent dans la cellule référencée sont ignorées. Si vous souhaitez inclure une chaîne et des valeurs booléennes dans la moyenne, servez-vous de la fonction AVERAGEA.  Les références utilisées comme arguments pour cette fonction peuvent être des références à une seule cellule ou à un intervalle de cellules. Exemples =MOYENNE(4; 4; 4; 6; 6; 6) renvoie 5. =MOYENNE(2; 2; 2; 2; 3; 3; 3; 3; 4; 4; 4; 4) renvoie 3. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « AVERAGEA » à la page 250 « MOYENNE.SI » à la page 292 « MOYENNE.SIS » à la page 294 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MOYENNE.GEOMETRIQUE La fonction MOYENNE.GEOMETRIQUE renvoie la moyenne géométrique. MOYENNE.GEOMETRIQUE(nbre-pos; nbre-pos…)  nbre-pos : nombre positif. nbre-pos correspond à un nombre supérieur à 0.  nbre-pos… : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres positifs supplémentaires. Remarques d’usage  MOYENNE.GEOMETRIQUE multiplie les arguments pour parvenir à un produit, puis prend la racine de ce produit qui est égale au nombre d’arguments. Exemple =MOYENNE.GEOMETRIQUE(5; 7; 3; 2; 6; 22) renvoie 5,50130264578853. 290 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 291 Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « MOYENNE.HARMONIQUE » à la page 291 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MOYENNE.HARMONIQUE La fonction MOYENNE.HARMONIQUE renvoie la moyenne harmonique. MOYENNE.HARMONIQUE(nbre-pos; nbre-pos…)  nbre-pos : nombre positif. nbre-pos correspond à un nombre supérieur à 0.  nbre-pos… : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres positifs supplémentaires. Remarques d’usage  La moyenne harmonique est l’inverse de la moyenne arithmétique des inverses. Exemple =MOYENNE.HARMONIQUE(5; 7; 3; 2; 6; 22) renvoie 4,32179607109448. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « MOYENNE.GEOMETRIQUE » à la page 290 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44MOYENNE.SI La fonction MOYENNE.SI renvoie la moyenne (arithmétique) des cellules d’un intervalle qui remplissent une condition donnée. MOYENNE.SI(valeurs-test; condition; moyenne-valeurs)  valeurs-test : collection comprenant les valeurs à tester. valeurs-test correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur.  condition : expression qui entraîne un résultat logique VRAI ou FAUX. condition est une expression pouvant englober tout type de valeur pour autant que le résultat de la comparaison de condition et d’une valeur incluse dans valeurs-test puisse correspondre à une valeur booléenne (VRAI ou FAUX).  moyenne-valeurs : collection facultative comprenant les valeurs dont on souhaite établir la moyenne. moyenne-valeurs est une référence à un seul intervalle de cellules ou à un tableau, qui ne peut contenir que des nombres, des expressions numériques ou des valeurs booléennes. Remarques d’usage  Chaque valeur est comparée à la condition. Si la valeur satisfait au test conditionnel, la valeur correspondante dans moyenne-valeurs est prise en compte dans la moyenne.  moyenne-valeurs et valeurs-test (si cet argument est indiqué) doivent présenter les mêmes dimensions.  En cas d’omission de moyenne-valeurs, valeurs-test est utilisée à sa place.  Si moyenne-valeurs est omise ou identique à valeurs-test, valeurs-test ne peut comprendre que des nombres, des expressions numériques ou des valeurs booléennes. 292 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 293 Exemples Prenons le tableau suivant : =MOYENNE.SI(A2:A13; "<40"; D2:D13) renvoie environ « 57 429 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes qui ont moins de 40 ans. =MOYENNE.SI(B2:B13; "=F"; D2:D13) renvoie « 62 200 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes de sexe féminin (celui-ci étant indiqué par un « F » dans la colonne B). =MOYENNE.SI(C2:C13; "C"; D2:D13) renvoie « 55 800 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes célibataires (indiqué par un « C » dans la colonne C). =MOYENNE.SI(A2:A13; ">=40"; D2:D13) renvoie « 75 200 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes qui ont 40 ans ou plus. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « AVERAGEA » à la page 250 « MOYENNE.SIS » à la page 294 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44MOYENNE.SIS La fonction MOYENNE.SIS renvoie la moyenne (arithmétique) des cellules d’un intervalle donné lorsqu’un ou plusieurs intervalles remplissent une ou plusieurs conditions qui y sont liées. MOYENNE.SIS(moyenne-valeurs; valeurs-test; condition; valeurs-test…; condition… )  moyenne-valeurs : collection comprenant les valeurs dont on souhaite établir la moyenne.. moyenne-valeurs est une référence à un seul intervalle de cellules ou à un tableau, qui ne peut contenir que des nombres, des expressions numériques ou des valeurs booléennes.  valeurs-test : collection comprenant les valeurs à tester. valeurs-test correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur.  condition : expression qui entraîne un résultat logique VRAI ou FAUX. condition est une expression pouvant englober tout type de valeur pour autant que le résultat de la comparaison de condition et d’une valeur incluse dans valeurs-test puisse correspondre à une valeur booléenne (VRAI ou FAUX).  valeurs-test;… : vous pouvez également ajouter une ou plusieurs collections contenant des valeurs à évaluer. Chaque collection de valeurs-test doit être immédiatement suivie d’une expression de condition. Cette succession valeurs-test, condition peut être répétée autant de fois que nécessaire.  condition;… : expression logique VRAI ou FAUX, si la collection facultative de valeurs-test est précisée. une condition doit obligatoirement être placée après chaque argument valeurs-test ; par conséquent, cette fonction présente toujours un nombre impair d’arguments. Remarques d’usage  Pour chacune des paires formées par valeurs-test et condition, la valeur correspondante (même position à l’intérieur de l’intervalle ou du tableau) est comparée au test conditionnel. Si tous les tests conditionnels sont satisfaits, la valeur correspondante dans moyenne-valeurs est prise en compte dans la moyenne.  Les collections moyenne-valeurs et toutes celles de valeurs-test doivent présenter les mêmes dimensions. 294 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 295 Exemples Prenons le tableau suivant : =MOYENNE.SIS (D2:D13;A2:A13;"<40";B2:B13;"=M") renvoie « 56 000 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes de sexe masculin (indiqué par un « M » dans la colonne B) qui ont moins de 40 ans. =MOYENNE.SIS(D2:D13;A2:A13;"<40";B2:B13;"=M";C2:C13;"=C") renvoie « 57 000 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes de sexe masculin célibataires (indiqué par un « C » dans la colonne C) qui ont moins de 40 ans. =MOYENNE.SIS(D2:D13;A2:A13;"<40";B2:B13;"=M";C2:C13;"=M") renvoie « 55 000 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes de sexe masculin mariées (indiqué par un « M » dans la colonne C) qui ont moins de 40 ans. =MOYENNE.SIS(D2:D13;A2:A13;"<40";B2:B13;"=F") renvoie environ « 59 333 », c’est-à-dire le revenu moyen des personnes de sexe féminin (indiqué par un « F » dans la colonne B) qui ont moins de 40 ans. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MOYENNE » à la page 289 « AVERAGEA » à la page 250 « MOYENNE.SI » à la page 292 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44NB La fonction NB renvoie le nombre de ses arguments qui contiennent des nombres, des expressions numériques ou des dates. NB(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Remarques d’usage  Pour compter toute cellule contenant n’importe quel type de valeur (c’est-à-dire compter toute cellule non vide), utilisez la fonction NBVAL. Exemples Le tableau de cet exemple sert à illustrer toutes les variations de la fonction NB. Les informations qu’il contient ne sont pas significatives, mais elles illustrent le type d’arguments que chaque variation de NB inclut dans le résultat de la fonction. =NB(A1:E1) renvoie 5 puisque tous les arguments correspondent à des valeurs numériques. =NB(A2:E2) renvoie 0 puisqu’aucun des arguments ne correspond à un nombre. =NB(A3:E3) renvoie 3 puisque les deux dernières cellules ne correspondent pas à des valeurs numériques. =NB(A4:E4) renvoie 0 puisque les arguments sont des valeurs logiques VRAI ou FAUX qui ne sont pas comptées en tant que valeurs numériques. =NB(A5:E5) renvoie 2 puisque trois cellules sont vides. =NB(2; 3; A5:E5; SOMME(A1:E1); "A"; "b") renvoie 5 puisque les arguments 2 et 3 correspondent à des nombres, que deux nombres se trouvent dans l’intervalle A5:E5, que la fonction SOMME renvoie le nombre 1 et que les deux derniers arguments correspondent à du texte et non à des valeurs numériques (cinq arguments numériques en tout). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NBVAL » à la page 301 « NB.VIDE » à la page 302 « NB.SI » à la page 297 « NB.SIS » à la page 299 296 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 297 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NB.SI La fonction NB.SI renvoie le nombre de cellules d’un intervalle qui remplissent une condition donnée. NB.SI(tableau-test; condition)  tableau-test : collection comprenant les valeurs à tester. tableau-test est une collection qui peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  condition : expression qui entraîne un résultat logique VRAI ou FAUX. condition est une expression pouvant englober tout type de valeur pour autant que le résultat de la comparaison de condition et d’une valeur incluse dans tableau-test puisse correspondre à une valeur booléenne (VRAI ou FAUX). Remarques d’usage  Chaque valeur tableau-test est comparée à la condition. Si elle satisfait au test conditionnel, la valeur est prise en compte pour la détermination du nombre renvoyé par la fonction.Exemples Le tableau de cet exemple sert à illustrer toutes les variations de la fonction NB, dont NB.SI. Les informations qu’il contient ne sont pas significatives, mais elles illustrent le type d’arguments que chaque variation de NB inclut dans le résultat de la fonction. =NB.SI(A1:E1; ">0") renvoie 5 puisque toutes les cellules de l’intervalle ont une valeur supérieure à zéro. =NB.SI(A3:E3; ">=100") renvoie 3 puisque les trois nombres ont tous une valeur supérieure à 100 et que les deux valeurs texte sont ignorées pour la comparaison. =NB.SI(A1:E5; "=amet") renvoie 2 puisque la chaîne de test « amet » apparaît deux fois dans l’intervalle. =NB.SI(A1:E5; "=*t") renvoie 4 puisque quatre chaînes se terminent par la lettre « t » dans l’intervalle. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB » à la page 296 « NBVAL » à la page 301 « NB.VIDE » à la page 302 « NB.SIS » à la page 299 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 298 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 299 NB.SIS La fonction NB.SIS renvoie le nombre de cellules d’un ou plusieurs intervalles qui remplissent des conditions données (une condition par intervalle). NB.SIS(valeurs-test; condition; valeurs-test…; condition…)  valeurs-test : collection comprenant les valeurs à tester. valeurs-test correspond à une collection pouvant contenir tout type de valeur.  condition : expression qui entraîne un résultat logique VRAI ou FAUX. condition est une expression pouvant englober tout type de valeur pour autant que le résultat de la comparaison de condition et d’une valeur incluse dans valeurs-test puisse correspondre à une valeur booléenne (VRAI ou FAUX).  valeurs-test;… : vous pouvez également ajouter une ou plusieurs collections contenant des valeurs à évaluer. Chaque collection de valeurs-test doit être immédiatement suivie d’une expression de condition. Cette succession valeurs-test, condition peut être répétée autant de fois que nécessaire.  condition;… : expression logique VRAI ou FAUX, si la collection facultative de valeurs-test est précisée. une condition doit obligatoirement être placée après chaque argument valeurs-test ; par conséquent, cette fonction présente toujours un nombre impair d’arguments. Remarques d’usage  Chaque valeur de valeurs-test est comparée à la condition correspondante. Si les valeurs correspondantes de chaque collection satisfont aux tests conditionnels correspondants, le nombre est augmenté de 1.Exemples Prenons le tableau suivant : =NB.SIS(A2:A13;"<40";B2:B13;"=M") renvoie 4, c’est-à-dire le nombre de personnes de sexe masculin (celui-ci étant indiqué par un « M » dans la colonne B) qui ont moins de 40 ans. =NB.SIS(A2:A13;"<40";B2:B13;"=M";C2:C13;"=C") renvoie 2, c’est-à-dire le nombre de personnes de sexe masculin qui sont célibataires (indiqué par un « C » dans la colonne C) et qui ont moins de 40 ans. =NB.SIS(A2:A13;"<40";B2:B13;"=M";C2:C13;"=M") renvoie 2, c’est-à-dire le nombre de personnes de sexe masculin qui sont mariées (indiqué par un « M » dans la colonne C) et qui ont moins de 40 ans. =NB.SIS(A2:A13;"<40";B2:B13;"=F") renvoie 3, c’est-à-dire le nombre de personnes de sexe féminin (indiqué par un « F » dans la colonne B) qui ont moins de 40 ans. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB » à la page 296 « NBVAL » à la page 301 « NB.VIDE » à la page 302 « NB.SI » à la page 297 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 300 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 301 NBVAL La fonction NBVAL renvoie le nombre des arguments non vides de la fonction. NBVAL(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Remarques d’usage  Pour compter uniquement les cellules ou les arguments comportant des nombres ou des dates, utilisez la fonction NB. Exemples Le tableau de cet exemple sert à illustrer toutes les variations de la fonction NB, dont NBVAL. Les informations qu’il contient ne sont pas significatives, mais elles illustrent le type d’arguments que chaque variation de NB inclut dans le résultat de la fonction. =NBVAL(A1:E1) renvoie 5 puisque toutes les cellules contiennent un argument (ces arguments sont tous des valeurs numériques). =NBVAL(A2:E2) renvoie 5 puisque toutes les cellules contiennent un argument (ces arguments correspondent tous à du texte). =NBVAL(A3:E3) renvoie 5 puisque toutes les cellules contiennent un argument (ces arguments correspondant tous à un mélange de textes et des nombres). =NBVAL(A4:E4) renvoie 5 puisque toutes les cellules contiennent un argument (VRAI ou FAUX). =NBVAL(A5:E5) renvoie 2 puisque trois cellules sont vides. =NBVAL(2; 3; A5:E5; SOMME(A1:E1); "A"; "b") renvoie 7 puisque les arguments 2 et 3 correspondent à des nombres, que deux cellules non vides se trouvent dans l’intervalle A5:E5, que la fonction SOMME renvoie le nombre 1 et que « A » et « b » correspondent à des expressions texte (soit sept arguments en tout). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB » à la page 296 « NB.VIDE » à la page 302 « NB.SI » à la page 297 « NB.SIS » à la page 299« Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NB.VIDE La fonction NB.VIDE renvoie le nombre de cellules non vides d’un intervalle. NB.VIDE(intervalle)  intervalle : intervalle incluant les cellules. intervalle correspond à la référence à un seul intervalle de cellules pouvant contenir des valeurs de n’importe quel type. Exemples Le tableau de cet exemple sert à illustrer toutes les variations de la fonction NB, dont NB.VIDE. Les informations qu’il contient ne sont pas significatives, mais elles illustrent le type d’arguments que chaque variation de NB inclut dans le résultat de la fonction. =NB.VIDE(A1:E1) renvoie 0 puisqu’aucune cellule vide ne se trouve dans l’intervalle. =NB.VIDE(A2:E2) renvoie 0 puisqu’aucune cellule vide ne se trouve dans l’intervalle. =NB.VIDE(A5:E5) renvoie 3 puisque trois cellules vides se trouvent dans l’intervalle. =NB.VIDE(A6:E6) renvoie 5 puisqu’il n’y a que des cellules vides dans l’intervalle. =NB.VIDE(A1:E6) renvoie 8 puisque huit cellules vides se trouvent dans l’intervalle. =NB.VIDE(A1:E1; A5:E5) génère une erreur puisque la fonction NB.VIDE n’accepte qu’un seul intervalle comme argument. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NB » à la page 296 « NBVAL » à la page 301 « NB.SI » à la page 297 302 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 303 « NB.SIS » à la page 299 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ORDONNEE.ORIGINE La fonction ORDONNEE.ORIGINE renvoie l’ordonnée à l’origine de la droite de régression correspondant à la collection en faisant appel à l’analyse de régression linéaire. ORDONNEE.ORIGINE(valeurs-y; nombres-x)  valeurs y : collection comprenant les valeurs y (dépendantes). valeurs-y correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  nombres-x : collection comprenant les valeurs x (indépendantes). nombres-x correspond à une collection incluant des nombres. Remarques d’usage  Les deux tableaux doivent présenter les mêmes dimensions.  Pour trouver la pente de la droite de régression, utilisez la fonction PENTE.Exemple Dans cet exemple, la fonction ORDONNEE.ORIGINE sert à déterminer l’ordonnée à l’origine de la droite de régression pour la température (variable dépendante) qu’un propriétaire règle sur le thermostat de son logement en fonction du prix du fioul (variable indépendante). =ORDONNEE.ORIGINE(B2:B11; A2:A11) renvoie environ 78, c’est-à-dire une valeur supérieure à la valeur hypothétique la plus élevée puisque la pente de la droite de régression est descendante (à mesure que les prix montent, le thermostat est baissé). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « PENTE » à la page 304 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PENTE La fonction PENTE renvoie la pente de la droite de régression correspondant à la collection en faisant appel à l’analyse de régression linéaire. PENTE(valeurs-y; valeurs-x)  valeurs y : collection comprenant les valeurs y (dépendantes). valeurs-y correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  valeurs x : collection comprenant les valeurs x (indépendantes). valeurs-x correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type. 304 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 305 Remarques d’usage  Les deux collections doivent avoir la même taille. Dans le cas contraire, la fonction génère une erreur.  Si, par exemple, vous disposez de données sur les différentes vitesses de conduite d’un véhicule et sur l’efficacité du carburant pour chaque vitesse, l’efficacité du carburant correspond à la variable dépendante, et la vitesse correspond à la variable indépendante.  Pour trouver l’ordonnée d’origine y de la droite de régression, utilisez la fonction ORDONNEE.ORIGINE. Exemple Dans cet exemple, la fonction PENTE sert à déterminer la pente de la droite de régression pour la température (variable dépendante) qu’un propriétaire règle sur le thermostat de son logement en fonction du prix du fioul (variable indépendante). =PENTE(B2:B11; A2:A11) renvoie environ – 3,2337, ce qui indique que la pente de la droite de régression descend (à mesure que les prix montent, le thermostat est baissé). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ORDONNEE.ORIGINE » à la page 303 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44PERMUTATION La fonction PERMUTATION renvoie le nombre de permutations pour un nombre donné d’objets pouvant être sélectionnés parmi un nombre total d’objets. PERMUTATION(nbre-objets; nbre-éléments)  nbre-objets : nombre d’objets. nbre-objets correspond à un nombre supérieur ou égal à 0.  nbre-éléments : nombre d’objets à sélectionner parmi tous les objets pour chaque permutation. nbre-éléments correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Exemples =PERMUTATION(25; 5) renvoie 6 375 600. =PERMUTATION(10; 3) renvoie 720. =PERMUTATION(5; 2) renvoie 20. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.BINOMIALE » à la page 271 « CRITERE.LOI.BINOMIALE » à la page 256 « LOI.BINOMIALE.NEG » à la page 272 « PROBABILITE » à la page 309 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 306 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 307 PETITE.VALEUR La fonction PETITE.VALEUR renvoie la énième plus petite valeur d’un intervalle. La plus faible valeur est classée en numéro 1. PETITE.VALEUR(nbre-date-dur-collec; classement)  nbre-date-dur-collec : collection de valeurs. nbre-date-dur-collec correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  classement : nombre représentant le classement par taille de la valeur à récupérer. classement correspond à un nombre compris entre 1 et le nombre des valeurs composant la collection. Remarques d’usage  Un classement de 1 renvoie le plus petit nombre de la collection, un classement de 2 renvoie le deuxième plus petit nombre de la collection, et ainsi de suite. Les valeurs de même taille à l’intérieur de la collection sont classées au même rang, mais elles ont chacune une incidence sur le résultat. Exemples Supposons que le tableau suivant contienne les notes cumulées aux examens du trimestre actuel de vos 20 élèves (sur un total de 100 points possibles). (Les données ont été organisées de cette manière pour les besoins de l’exemple, mais il y a tout lieu de penser qu’elles seraient, au départ, réparties entre 20 rangées distinctes.) =PETITE.VALEUR(A1:E4; 1) renvoie 30, c’est-à-dire la note cumulée la plus basse (cellule A1). =PETITE.VALEUR(A1:E4; 2) renvoie 51, c’est-à-dire la deuxième note cumulée la plus basse (cellule E1). =PETITE.VALEUR(A1:E4; 6) renvoie 75, c’est-à-dire la sixième note cumulée la plus basse (l’ordre est 30, 51, 68, 70, 75 puis à nouveau 75, de sorte que 75 est à la fois la cinquième et la sixième note cumulée la plus basse). Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « GRANDE.VALEUR » à la page 266 « RANG » à la page 312 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39« Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PREVISION La fonction PREVISION renvoie la valeur y prévisionnelle pour une valeur x donnée en s’appuyant sur des valeurs empiriques, par le biais de l’analyse de régression linéaire. PREVISION(nbre-date-dur-x; valeurs-y; valeur-x)  nbre-date-dur-x : valeur x pour laquelle la fonction doit renvoyer une valeur y prévue. nbre-date-dur-x correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  valeurs y : collection comprenant les valeurs y (dépendantes). valeurs-y correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  valeurs x : collection comprenant les valeurs x (indépendantes). valeurs-x correspond à une collection qui peut comprendre des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type. Remarques d’usage  Tous les arguments doivent être du même type.  Les deux tableaux doivent présenter les mêmes dimensions.  Si, par exemple, vous disposez de données sur les différentes vitesses de conduite d’un véhicule et sur l’efficacité du carburant pour chaque vitesse, l’efficacité du carburant correspond à la variable (y) dépendante, et la vitesse correspond à la variable (x) indépendante.  Les fonctions PENTE et ORDONNÉE.ORIGINE permettent de trouver l’équation utilisée pour le calcul des valeurs de prévision. Exemple Prenons le tableau suivant : =PREVISION(9; A3:F3; A2:F2) renvoie 19. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ 308 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 309 « COEFFICIENT.CORRELATION » à la page 254 « COVARIANCE » à la page 255 « ORDONNEE.ORIGINE » à la page 303 « PENTE » à la page 304 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 PROBABILITE La fonction PROBABILITE renvoie la probabilité d’un intervalle de valeurs si la probabilité de chaque valeur est connue. PROBABILITE(nbre-collec; probabilité-valeurs; inférieur; supérieur)  nbre-collec : collection de nombres. nbre-collec correspond à une collection incluant des nombres.  probabilité-valeurs : collection comprenant les valeurs de probabilité. valeursprobabilité correspond à une collection incluant des nombres. La somme des probabilités doit donner 1 au maximum. Toutes les valeurs qui sont des chaînes de caractères sont ignorées.  inférieur : limite inférieure. inférieur correspond à un nombre.  supérieur : limite supérieure facultative. supérieur correspond à un nombre supérieur ou égal à la valeur d’inférieur. Remarques d’usage  La fonction PROBABILITE établit la somme des probabilités associées à toutes les valeurs de la collection qui sont supérieures ou égales à la valeur indiquée pour la limite inférieure et inférieures ou égales à la valeur spécifiée pour la limite supérieure. Si l’argument supérieur est omis, la fonction PROBABILITE renvoie la probabilité du seul nombre égal à la limite inférieure indiquée.  Les deux tableaux doivent présenter les mêmes dimensions. Si un tableau contient du texte, ce dernier est ignoré.Exemples Supposons que vous deviez penser à un nombre compris entre 1 et 10 et qu’une autre personne doive le deviner. La plupart des gens seraient prêts à affirmer que la probabilité que vous pensiez à un nombre donné est de 0,1 (10 %), soit la valeur répertoriée dans la colonne C, puisque dix choix sont possibles. Toutefois, des études ont montré que les gens ne choisissent pas les nombres au hasard. Supposons qu’une étude ait montré que certaines personnes comme vous ont davantage de possibilités de choisir certains nombres plutôt que d’autres. Ces probabilités révisées figurent dans la colonne E. =PROBABILITE(A1:A10; C1:C10; 4; 6) renvoie 0,30, c’est-à-dire la probabilité que la valeur soit 4, 5 ou 6, si on suppose que les choix sont complètement aléatoires. =PROBABILITE(A1:A10; E1:E10; 7) renvoie 0,28, c’est-à-dire la probabilité que la valeur soit 4, 5 ou 6, si on se fie à l’étude qui montre que les nombres ne sont pas choisis au hasard. =PROBABILITE(A1:A10; E1:E10; 4; 6) renvoie 0,20, c’est-à-dire la probabilité que la valeur soit 7, si on se fie à l’étude qui montre que les nombres ne sont pas choisis au hasard. =PROBABILITE(A1:A10; C1:C10; 6; 10) renvoie 0,50, c’est-à-dire la probabilité que la valeur soit supérieure à 5 (de 6 à 10), si on suppose que les choix sont complètement aléatoires. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.BINOMIALE » à la page 271 « CRITERE.LOI.BINOMIALE » à la page 256 « LOI.BINOMIALE.NEG » à la page 272 « PERMUTATION » à la page 306 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 310 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 311 QUARTILE La fonction QUARTILE renvoie la valeur correspondant au quartile indiqué d’une collection donnée. QUARTILE(nbre-collec; quartile-nbre)  nbre-collec : collection de nombres. nbre-collec correspond à une collection incluant des nombres.  quartile-nbre : indique le quartile souhaité. plus petit (0): renvoie la valeur la plus petite. premier (1): renvoie le premier quartile (25 e centile). seconde (2): renvoie le deuxième quartile (50 e centile). troisième (3): renvoie le troisième quartile (75 e centile). plus grande valeur (4): renvoie la valeur la plus grande. Remarques d’usage  Les fonctions MIN, MEDIANE et MAX renvoient la même valeur que la fonction QUARTILE lorsque quartile-nbre est égal à 0, 2 et 4, respectivement. Exemples =QUARTILE({5; 6; 9; 3; 7; 11; 8; 2; 14}; 0) renvoie 2, c’est-à-dire la plus petite valeur. =QUARTILE({5; 6; 9; 3; 7; 11; 8; 2; 14}; 1) renvoie 5, c’est-à-dire le 25 e centile ou premier quartile. =QUARTILE({5; 6; 9; 3; 7; 11; 8; 2; 14}; 2) renvoie 7, c’est-à-dire le 50 e centile ou deuxième quartile. =QUARTILE({5; 6; 9; 3; 7; 11; 8; 2; 14}; 3) renvoie 9, c’est-à-dire le 75 e centile ou troisième quartile. =QUARTILE({5; 6; 9; 3; 7; 11; 8; 2; 14}; 0) renvoie 14, c’est-à-dire la plus grande valeur value. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FRÉQUENCE » à la page 264 « MAX » à la page 284 « MEDIANE » à la page 286 « MIN » à la page 287 « CENTILE » à la page 252 « RANG.POURCENTAGE » à la page 314 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39« Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RANG La fonction RANG renvoie le rang d’un nombre dans un intervalle de nombres. RANG(nbre-date-dur; nbre-date-dur-collec; plus-grande-valeur-supérieure)  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  nbre-date-dur-collec : collection de valeurs. nbre-date-dur-collec correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  plus-grande-valeur-supérieure : valeur facultative indiquant si le rang 1 est attribué à la valeur la plus petite de la collection ou à la plus grande. plus grande valeur inférieure (0, FAUX ou omis): attribue le rang 1 à la plus grande valeur de la collection. plus grande valeur supérieure (1 ou VRAI): attribue le rang 1 à la plus petite valeur de la collection. Remarques d’usage  Les valeurs identiques à l’intérieur de la collection se voient attribuer le même rang, mais elles ont chacune une incidence sur le résultat.  Si la valeur indiquée ne correspond à aucune des valeurs de la collection, la fonction génère une erreur. 312 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 313 Exemples Supposons que le tableau suivant contienne les notes cumulées aux examens du trimestre actuel de vos 20 élèves (sur un total de 100 points possibles). (Les données ont été organisées de cette manière pour les besoins de l’exemple, mais il y a tout lieu de penser qu’elles seraient, au départ, réparties entre 20 rangées distinctes.) =RANG(30; A1:E4; 1) renvoie 1 puisque 30 correspond à la note cumulée la plus basse et que nous avons choisi d’attribuer le rang numéro 1 à la plus petite valeur. =RANG(92; A1:E4; 0) renvoie 2 puisque 92 est la deuxième note cumulée la plus haute et que nous avons choisi d’attribuer le rang numéro 1 à la plus grande valeur. =RANG(91; A1:E4; 1) renvoie 4 puisque deux élèves ont obtenu ex-æquo la deuxième meilleure note. L’ordre est 100, 92, 92 et 91 et les rangs, 1, 2, 2 et 4. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « GRANDE.VALEUR » à la page 266 « PETITE.VALEUR » à la page 307 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44RANG.POURCENTAGE La fonction RANG.POURCENTAGE renvoie le rang d’une valeur dans une collection sous la forme d’un pourcentage de la collection. RANG.POURCENTAGE(nbre-date-dur-collec; nbre-date-dur; significatif)  nbre-date-dur-collec : collection de valeurs. nbre-date-dur-collec correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.  significatif : valeur facultative indiquant le nombre de chiffres après la virgule. significatif correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. En cas d’omission, la valeur 3 est utilisée par défaut (x,xxx %). Remarques d’usage  La fonction RANG.POURCENTAGE peut être utilisée pour évaluer le rang d’une valeur au sein de la collection par rapport aux autres valeurs. Elle est calculée en déterminant la position d’un nombre indiqué dans la collection. Par exemple, si une collection donnée contient dix valeurs inférieures à un nombre indiqué et dix valeurs qui lui sont supérieures, la fonction RANG.POURCENTAGE de ce nombre est 50%. Exemple =RANG.POURCENTAGE({5; 6; 9; 3; 7; 11; 8; 2; 14}; 10) renvoie 0,813, puisque sept valeurs s’avèrent plus petites que 10 et seulement deux sont plus grandes. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « FRÉQUENCE » à la page 264 « CENTILE » à la page 252 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 314 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 315 SOMME.CARRES.ECARTS La fonction SOMME.CARRES.ECARTS renvoie la somme des carrés des écarts d’une collection de nombres par rapport à leur moyenne (arithmétique). SOMME.CARRES.ECARTS(valeur-nbre; valeur-nbre; …)  valeur-nbre : valeur numérique. valeur-nbre correspond à un nombre.  valeur-nbre; … : vous pouvez ajouter un ou plusieurs nombres. Remarques d’usage  SOMME.CARRES.ECARTS divise la somme des nombres par le nombre de nombres pour obtenir la moyenne (arithmétique). Les différences (valeurs absolues) entre la moyenne et chaque nombre sont élevées au carré puis ajoutées, et la fonction renvoie la somme totale. Exemple =SOMME.CARRES.ECARTS(1; 7; 19; 8; 3; 9) renvoie 196,833333333333. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 STDEVA La fonction STDEVA renvoie l’écart-type, c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes, en fonction de la variance empirique (non biaisée). STDEVA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée.  valeur… : valeurs supplémentaires (au moins deux valeurs). Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée.Remarques d’usage  L’utilisation de la fonction STDEVA est appropriée lorsque les valeurs indiquées ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante. Si les valeurs que vous analysez correspondent à l’intégralité de la collection ou de la population, servez-vous de la fonction STDEVPA.  La fonction STDEVA attribue une valeur de 0 à toute valeur texte, une valeur de 0 à la valeur booléenne FAUX et une valeur de 1 à la valeur booléenne VRAI, et elle en tient compte dans le calcul. Les cellules vides sont ignorées. Si vous ne souhaitez pas inclure de valeurs texte ou de valeurs booléennes dans le calcul, servez-vous de la fonction ECARTYPE.  L’écart-type est la racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VARA. Exemple Supposons que vous ayez installé un capteur de température à Cupertino en Californie. Ce capteur enregistre la température maximale et la température minimale de chaque journée. Par ailleurs, vous avez noté tous les jours au cours desquels vous avez allumé la climatisation de votre appartement. Les données correspondant aux premiers jours figurent dans le tableau ci-dessous et sont utilisées comme échantillon de la population formée par les températures extrêmes (remarquez que ceci n’est qu’un exemple et que cette façon de procéder ne serait pas valide sur le plan statistique). =STDEVA(B2:B13) renvoie 24,8271, c’est-à-dire la dispersion, telle qu’elle est mesurée par la fonction STDEVA, de l’échantillon de températures quotidiennes les plus hautes. Elle dépasse de 15 degrés l’intervalle réel des températures les plus hautes parce que la température « non disponible » se voit attribuer une valeur de zéro. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « ECARTYPEP » à la page 263 « STDEVPA » à la page 317 « VAR » à la page 321 316 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 317 « VARA » à la page 323 « VAR.P » à la page 325 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 STDEVPA La fonction STDEVPA renvoie l’écart-type, c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs pouvant comprendre du texte et des valeurs booléennes, en fonction de la variance théorique (vraie). STDEVPA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée. Remarques d’usage  L’utilisation de la fonction STDEVPA est appropriée lorsque les valeurs indiquées représentent l’intégralité de la collection ou de la population. Si les valeurs que vous analysez ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante, servez-vous de la fonction STDEVA.  La fonction STDEVPA attribue une valeur de 0 à toute valeur texte, une valeur de 0 à la valeur booléenne FAUX et une valeur de 1 à la valeur booléenne VRAI, et elle en tient compte dans le calcul. Les cellules vides sont ignorées. Si vous ne souhaitez pas inclure de valeurs texte ou de valeurs booléennes dans le calcul, servez-vous de la fonction ECARTYPEP.  L’écart-type est la racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VARPA.Exemple Supposons que vous ayez installé un capteur de température à Cupertino en Californie. Ce capteur enregistre la température maximale et la température minimale de chaque journée. Par ailleurs, vous avez noté tous les jours au cours desquels vous avez allumé la climatisation de votre appartement. Le capteur a cessé de fonctionner après quelques jours, de sorte que le tableau ci-dessous contient la population des températures les plus hautes et les plus basses. =STDEVPA(B2:B13) renvoie 23,7702, c’est-à-dire la dispersion, telle qu’elle est mesurée par la fonction STDEVPA, de l’échantillon de températures quotidiennes les plus hautes. Elle dépasse de 15 degrés l’intervalle réel des températures les plus hautes parce que la température « non disponible » se voit attribuer une valeur de zéro. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « STDEVA » à la page 315 « ECARTYPEP » à la page 263 « VAR » à la page 321 « VARA » à la page 323 « VAR.P » à la page 325 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 318 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 319 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TEST.KHIDEUX La fonction TEST.KHIDEUX renvoie la valeur à partir de la distribution khi-deux pour la valeur donnée. TEST.KHIDEUX(valeurs-réelles; valeurs-attendues)  valeurs-réelles : collection comprenant les valeurs déterminées. valeurs-réelles correspond à une collection incluant des nombres.  valeurs-attendues : collection comprenant les valeurs attendues. valeurs-attendues correspond à une collection incluant des nombres. Remarques d’usage  Les degrés de liberté correspondant à la valeur renvoyée sont le nombre de rangs de valeurs-réelles moins 1.  Chaque valeur attendue est calculée en multipliant la somme du rang par la somme de la colonne, puis en divisant le résultat obtenu par le total général. Exemple Prenons le tableau suivant : =TEST.KHIDEUX(A2:B6;A9:B13) renvoie 5,91020074984668E–236. Chaque valeur attendue est calculée en multipliant la somme du rang par la somme de la colonne, puis en divisant le résultat obtenu par le total général. La formule pour la première valeur attendue (cellule A9) est =SOMME(A$2:B$2)*SOMME($A2:$A6)/SOMME($A$2:$B$6). Il est possible d’étendre cette formule à la cellule B9, puis A9:B9 à A13:B13 pour compléter les valeurs attendues. La formule ainsi obtenue pour la valeur attendue finale (cellule B13) est =SOMME(B$2:C$2)*SOMME($A6:$A11)/ SOMME($A$2:$B$6).Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.KHIDEUX » à la page 276 « KHIDEUX.INVERSE » à la page 269 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TEST.STUDENT La fonction TEST.STUDENT renvoie la probabilité associée à un test T de Student selon la fonction de distribution T. TEST.STUDENT(valeurs-échantillon-1; valeurs-échantillon-2; queues; type-test)  valeurs-échantillon-1 : collection comprenant la première collection de valeurs empiriques. valeurs-échantillon-1 correspond à une collection qui comprend des nombres.  valeurs-échantillon-2 : collection comprenant la seconde collection de valeurs empiriques. valeurs-échantillon-2 correspond à une collection qui comprend des valeurs numériques.  queues : nombre de queues à renvoyer. une queue (1): renvoie la valeur pour une distribution unilatérale. deux queues (2): renvoie la valeur pour une distribution bilatérale.  type-test : type de test T de Student à effectuer. apparié (1): effectue un test apparié. deux échantillons de variance égale (2): effectue un test sur deux échantillons de variance égale (homoscédastique). deux échantillons de variance différente (3): effectue un test sur deux échantillons de variance différente (hétéroscédastique). 320 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 321 Exemples =TEST.STUDENT({57; 75; 66; 98; 92; 80}; {87; 65; 45; 95; 88; 79}; 1; 1) renvoie 0,418946725989974 pour le test unilatéral apparié. =TEST.STUDENT({57; 75; 66; 98; 92; 80}; {87; 65; 45; 95; 88; 79}; 2; 1) renvoie 0,837893451979947 pour le test bilatéral apparié. =TEST.STUDENT({57; 75; 66; 98; 92; 80}; {87; 65; 45; 95; 88; 79}; 1; 2) renvoie 0,440983897602811 pour le test unilatéral sur deux échantillons de variance égale. =TEST.STUDENT({57; 75; 66; 98; 92; 80}; {87; 65; 45; 95; 88; 79}; 2; 2) renvoie 0,881967795205622 pour le test bilatéral sur deux échantillons de variance égale. =TEST.STUDENT({57; 75; 66; 98; 92; 80}; {87; 65; 45; 95; 88; 79}; 1; 3) renvoie 0,441031763311189 pour le test unilatéral sur deux échantillons de variance différente. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « LOI.STUDENT » à la page 283 « LOI.STUDENT.INVERSE » à la page 283 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VAR La fonction VAR renvoie la variance empirique (non biaisée), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs. VAR(nbre-date; nbre-date-dur…)  nbre-date : valeur quelconque. nbre-date correspond à un nombre ou à une valeur de date/heure.  nbre-date-dur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date-dur sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  La fonction VAR trouve la variance empirique (non biaisée) en divisant la somme des carrés des écarts des points de données par le nombre des valeurs moins 1. L’utilisation de la fonction VAR est appropriée lorsque les valeurs indiquées ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante. Si les valeurs que vous analysez correspondent à l’intégralité de la collection ou de la population, servez-vous de la fonction VAR.P.  Si vous souhaitez inclure des valeurs texte ou des valeurs booléennes dans le calcul, utilisez la fonction VARA.  La racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VAR est renvoyée par la fonction ECARTYPE. Exemples Supposons que vous ayez fait passer cinq examens à un groupe d’élèves. Vous avez choisi de façon arbitraire cinq élèves pour représenter l’ensemble de ce groupe (remarquez que ceci n’est qu’un exemple et que cette manière de procéder ne serait probablement pas valide sur le plan statistique). Vous pouvez vous servir de la fonction VAR avec les données de l’échantillon pour déterminer l’examen pour lequel la dispersion des notes a été la plus importante. Les résultats renvoyés par les fonctions VAR sont environ 520,00, 602,00, 90,30, 65,20 et 11,20. Ainsi, la dispersion a été la plus importante pour l’examen numéro 2, qui est suivi de près par l’examen numéro 1. Pour les trois autres examens, la dispersion a été faible. Examen 1 Examen 2 Examen 3 Examen 4 Examen 5 Élève 1 75 82 90 78 84 Élève 2 100 90 95 88 90 Élève 3 40 80 78 90 85 Élève 4 80 35 95 98 92 Élève 5 75 82 90 78 84 =VAR(B2:B6) =VAR(C2:C6) =VAR(D2:D6) =VAR(E2:E6) =VAR(F2:F6) Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « STDEVA » à la page 315 « ECARTYPEP » à la page 263 « STDEVPA » à la page 317 « VARA » à la page 323 « VAR.P » à la page 325 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 322 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 323 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VARA La fonction VARA renvoie la variance empirique (non biaisée), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en incluant les valeurs texte et les valeurs booléennes. VARA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée. Remarques d’usage  La fonction VARA trouve la variance empirique (non biaisée) en divisant la somme des carrés des écarts des points de données par le nombre des valeurs moins 1.  L’utilisation de la fonction VARA est appropriée lorsque les valeurs indiquées ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante. Si les valeurs que vous analysez correspondent à l’intégralité de la collection ou de la population, servez-vous de la fonction VARPA.  La fonction VARA attribue une valeur de 0 à toute valeur texte, une valeur de 0 à la valeur booléenne FAUX et une valeur de 1 à la valeur booléenne VRAI, et elle en tient compte dans le calcul. Les cellules vides sont ignorées. Si vous ne souhaitez pas inclure de valeurs texte ou de valeurs booléennes dans le calcul, servez-vous de la fonction VAR.  La racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VARA est renvoyée par la fonction STDEVA.Exemple Supposons que vous ayez installé un capteur de température à Cupertino en Californie. Ce capteur enregistre la température maximale et la température minimale de chaque journée. Par ailleurs, vous avez noté tous les jours au cours desquels vous avez allumé la climatisation de votre appartement. Les données correspondant aux premiers jours figurent dans le tableau ci-dessous et sont utilisées comme échantillon de la population formée par les températures extrêmes (remarquez que ceci n’est qu’un exemple et que cette façon de procéder ne serait pas valide sur le plan statistique). =VARA(B2:B13) renvoie 616,3864, c’est-à-dire la dispersion, telle qu’elle est mesurée par la fonction VARA, de l’échantillon de températures quotidiennes les plus hautes. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « STDEVA » à la page 315 « ECARTYPEP » à la page 263 « STDEVPA » à la page 317 « VAR » à la page 321 « VAR.P » à la page 325 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 324 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 325 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VAR.P La fonction VAR.P renvoie la variance théorique (vraie), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs. VAR.P(nbre-date; nbre-date-dur…)  nbre-date : valeur quelconque. nbre-date correspond à un nombre ou à une valeur de date/heure.  nbre-date-dur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Si plusieurs valeurs nbre-date sont précisées, elles doivent toutes être du même type. Remarques d’usage  La fonction VAR.P trouve la variance théorique, aussi appelée variance vraie, (par opposition à la variance empirique, aussi appelée variance non biaisée) en divisant la somme des carrés des écarts des points de données par le nombre des valeurs.  L’utilisation de la fonction VAR.P est appropriée lorsque les valeurs indiquées représentent l’intégralité de la collection ou de la population. Si les valeurs que vous analysez ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante, servez-vous de la fonction VAR.  Si vous souhaitez inclure des valeurs texte ou des valeurs booléennes dans le calcul, utilisez la fonction VARPA.  La racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VAR.P est renvoyée par la fonction ECARTYPEP. Exemple Supposons que vous ayez fait passer cinq examens à un groupe d’élèves. Votre classe est très réduite et représente la population totale de vos élèves. Vous pouvez vous servir de la fonction VAR.P avec les données de cette population pour déterminer l’examen pour lequel la dispersion des notes a été la plus importante. Les résultats renvoyés par les fonctions VAR.P sont environ 416,00, 481;60, 72;24, 52,16 et 8;96. Ainsi, la dispersion a été la plus importante pour l’examen numéro 2, qui est suivi de près par l’examen numéro 1. Pour les trois autres examens, la dispersion a été faible. Examen 1 Examen 2 Examen 3 Examen 4 Examen 5 Élève 1 75 82 90 78 84 Élève 2 100 90 95 88 90 Élève 3 40 80 78 90 85 Élève 4 80 35 95 98 92 Élève 5 75 82 90 78 84 =VAR.P(B2:B6) =VAR.P(C2:C6) =VAR.P(D2:D6) =VAR.P(E2:E6) =VAR.P(F2:F6)Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « STDEVA » à la page 315 « ECARTYPEP » à la page 263 « STDEVPA » à la page 317 « VAR » à la page 321 « VARA » à la page 323 « VARPA » à la page 326 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 VARPA La fonction VARPA renvoie la variance empirique (non biaisée), c’est-à-dire une mesure de la dispersion, d’une collection de valeurs en incluant les valeurs texte et les valeurs booléennes. VARPA(valeur; valeur…)  valeur : valeur quelconque. valeur peut correspondre à une valeur de n’importe quel type.  valeur… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs valeurs supplémentaires. Toutes les valeurs numériques doivent être du même type. Vous ne pouvez pas mélanger des nombres, des dates et des valeurs de durée. Remarques d’usage  La fonction VARPA trouve la variance théorique, aussi appelée variance vraie, (par opposition à la variance empirique, aussi appelée variance non biaisée) en divisant la somme des carrés des écarts des points de données. 326 Chapitre 10 Fonctions statistiquesChapitre 10 Fonctions statistiques 327  L’utilisation de la fonction VARPA est appropriée lorsque les valeurs indiquées représentent l’intégralité de la collection ou de la population. Si les valeurs que vous analysez ne représentent qu’un échantillon d’une population plus importante, servez-vous de la fonction VARA.  La fonction VARPA attribue une valeur de 0 à toute valeur texte, une valeur de 0 à la valeur booléenne FAUX et une valeur de 1 à la valeur booléenne VRAI, et elle en tient compte dans le calcul. Les cellules vides sont ignorées. Si vous ne souhaitez pas inclure de valeurs texte ou de valeurs booléennes dans le calcul, servez-vous de la fonction VAR.  La racine carrée de la variance renvoyée par la fonction VARPA est renvoyée par la fonction STDEVPA. Exemple Supposons que vous ayez installé un capteur de température à Cupertino en Californie. Ce capteur enregistre la température maximale et la température minimale de chaque journée. Par ailleurs, vous avez noté tous les jours au cours desquels vous avez allumé la climatisation de votre appartement. Le capteur a cessé de fonctionner après quelques jours, de sorte que le tableau ci-dessous contient la population des températures les plus hautes et les plus basses. =VARPA(B2:B13) renvoie 565,0208, c’est-à-dire la dispersion, telle qu’elle est mesurée par la fonction VARPA, de l’échantillon de températures quotidiennes les plus hautes. Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ECARTYPE » à la page 261 « STDEVA » à la page 315 « ECARTYPEP » à la page 263 « STDEVPA » à la page 317 « VAR » à la page 321328 Chapitre 10 Fonctions statistiques « VARA » à la page 323 « VAR.P » à la page 325 « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ZTEST La fonction ZTEST renvoie la probabilité unilatérale du test Z. ZTEST(nbre-date-dur-collec; nbre-date-dur; écart-type)  nbre-date-dur-collec : collection de valeurs. nbre-date-dur-collec correspond à une collection qui comprend des nombres, des valeurs de date/heure ou des durées. Toutes les valeurs doivent être du même type.  nbre-date-dur : valeur quelconque. nbre-date-dur correspond à un nombre, une valeur de date/heure ou une durée.nbre-date-dur correspond à la valeur à tester.  écart-type : valeur facultative relative à l’écart-type de la population. écart-type correspond à un nombre supérieur à 0. Remarques d’usage  Le test Z est un test statistique qui permet de déterminer si la différence entre une moyenne empirique et la moyenne théorique est suffisamment importante pour être significative sur le plan statistique. Le test Z est principalement utilisé avec les tests normalisés.  Si l’argument écart-type est omis, l’écart-type supposé de l’échantillon est utilisé. Exemple =ZTEST({57; 75; 66; 98; 92; 80}; 70; 9) renvoie 0,0147281928162857.Rubriques associées : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CENTREE.REDUITE » à la page 253 « Liste des fonctions statistiques » à la page 244 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 Chapitre 10 Fonctions statistiques 329330 Les fonctions de texte permettent d’utiliser des chaînes de caractères. Liste des fonctions de texte Ces fonctions de manipulation de texte ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « CAR » (page 332) La fonction CAR renvoie le caractère qui correspond à un code de caractère Unicode décimal. « CHERCHE » (page 333) La fonction CHERCHE renvoie la position de départ d’une chaîne à l’intérieur d’une autre sans tenir compte de la casse et en autorisant les jokers. « CNUM » (page 334) La fonction CNUM renvoie une valeur numérique même si l’argument se présente sous la forme de texte. « CODE » (page 335) La fonction CODE renvoie le code numérique Unicode décimal du premier caractère d’une chaîne indiquée. « CONCATENER » (page 336) La fonction CONCATENER réunit (l’on dit qu’elle « concatène ») des chaînes. « CTXT » (page 337) La fonction CTXT arrondit un nombre conformément au nombre indiqué de chiffres après la virgule, puis renvoie le résultat sous forme de chaîne. 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 331 Fonction Description « DEVISE » (page 338) La fonction DEVISE renvoie une chaîne qui a la forme d’une somme en euros à partir d’un nombre donné. « DROITE » (page 339) La fonction DROITE renvoie une chaîne qui comprend un nombre indiqué de caractères à partir de l’extrémité droite d’une chaîne donnée. « EPURAGE » (page 340) La fonction EPURAGE supprime du texte la plupart des caractères non imprimables les plus courants (codes caractères Unicode allant de 0 à 31). « EXACT » (page 341) La fonction EXACT renvoie VRAI si les chaînes d’arguments sont identiques du point de vue de leur casse et de leur contenu. « GAUCHE » (page 341) La fonction GAUCHE renvoie une chaîne qui comprend un nombre indiqué de caractères à partir de l’extrémité gauche d’une chaîne donnée. « MAJUSCULE » (page 342) La fonction MAJUSCULE renvoie une chaîne qui est entièrement en majuscules, quelle que soit la casse des caractères de la chaîne indiquée. « MINUSCULE » (page 343) La fonction MINUSCULE renvoie une chaîne qui est entièrement en minuscules, quelle que soit la casse des caractères de la chaîne indiquée. « NBCAR » (page 343) La fonction NBCAR renvoie le nombre de caractères d’une chaîne. « NOMPROPRE » (page 344) La fonction NOMPROPRE renvoie une chaîne dans laquelle la première lettre de chaque mot est en majuscules et tous les autres caractères en minuscules, quelle que soit la casse des caractères de la chaîne indiquée. « REMPLACER » (page 345) La fonction REMPLACER renvoie une chaîne dans laquelle un nombre indiqué de caractères dans une chaîne donnée a été remplacé par une nouvelle chaîne. « REPT » (page 346) La fonction REPT renvoie une chaîne qui contient une chaîne donnée répétée un nombre indiqué de fois. « STXT » (page 346) La fonction STXT renvoie une chaîne qui comprend un nombre donné de caractères d’une chaîne à partir d’une position indiquée.Fonction Description « SUBSTITUE » (page 347) La fonction SUBSTITUE renvoie une chaîne dans laquelle les caractères indiqués d’une chaîne donnée ont été remplacés par une autre chaîne. « SUPPRESPACE » (page 348) La fonction SUPPRESPACE renvoie une chaîne donnée dont les espaces supplémentaires ont été supprimés. « T » (page 349) La fonction T renvoie le texte qui se trouve dans une cellule. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. « TROUVE » (page 349) La fonction RECHERCHER renvoie la position de départ d’une chaîne à l’intérieur d’une autre. CAR La fonction CAR renvoie le caractère qui correspond à un code de caractère Unicode décimal. CAR(code-du-nombre)  code-du-nombre : nombre pour lequel vous souhaitez renvoyer le caractère Unicode correspondant. code-du-nombre correspond à un nombre supérieur ou égal à 32, inférieur ou égal à 65 535 et différent de 127. Si elle contient une fraction décimale, celle-ci est ignorée. Remarquez que le caractère 32 est le caractère correspondant à l’espace. Remarques d’usage  Les codes numériques Unicode ne sont pas tous associés à un caractère imprimable.  La fenêtre Caractères spéciaux, accessible depuis le menu Édition, vous permet d’afficher des jeux de caractères complets et les codes qui correspondent à ces derniers.  La fonction CODE renvoie le code numérique correspondant à un caractère indiqué. Exemples =CAR(98,6) renvoie « b » qui est représenté par le code 98. La fraction décimale du nombre est ignorée. =CODE("b") renvoie 98. 332 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 333 Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CODE » à la page 335 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CHERCHE La fonction CHERCHE renvoie la position de départ d’une chaîne à l’intérieur d’une autre sans tenir compte de la casse et en autorisant les jokers. CHERCHE(rechercher-chaîne; chaîne-source; position-départ)  rechercher-chaîne : chaîne à retrouver. rechercher-chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  position-départ : argument facultatif représentant la position, dans la chaîne indiquée, à laquelle l’action doit commencer. position-départ correspond à un nombre supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal au nombre de caractères présents dans la valeur chaîne-source. Remarques d’usage  Les jokers sont autorisés dans rechercher-chaîne. Vous pouvez utiliser un astérisque (*) dans rechercher-chaîne pour indiquer que ce caractère peut correspondre à plusieurs caractères ou bien vous pouvez vous servir d’un point d’interrogation (?) pour indiquer que ce caractère peut correspondre à un seul caractère quelconque de la chaîne-source, au moment de la recherche.  Indiquer position-départ permet de commencer la recherche de la chaîne à rechercher ( rechercher-chaîne) à l’intérieur plutôt qu’au début de la chaîne-source. Cela s’avère particulièrement utile si la chaîne-source peut contenir plusieurs fois la chaîne à rechercher et que vous souhaitez déterminer la position de départ d’une occurrence autre que la première. Si le paramètre position-départ est omis, la valeur supposée par défaut correspond à 1.  Pour que la recherche tienne compte de la casse, utilisez la fonction RECHERCHER.Exemples =CHERCHE("ra"; "abracadabra") renvoie 3 ; la première occurrence de la chaîne « ra » commence au troisième caractère de « abracadabra ». =CHERCHE("ra"; "abracadabra"; 5) renvoie 10, c’est-à-dire la position de la première occurrence de la chaîne « ra » à partir de la position 5. =CHERCHE("*placement"; "Remplacement") renvoie 1 puisque l’astérisque au début de la chaîne à rechercher correspond à tous les caractères qui précèdent « placement ». =CHERCHE("*placement"; "joker") génère une erreur puisque la chaîne « placement » n’existe pas. =CHERCHE("?placement"; "Remplacement") renvoie 3 puisque le point d’interrogation correspond uniquement au caractère qui se trouve juste avant « placement ». =CHERCHE("p*t"; "Remplacement") renvoie 4 puisque l’astérisque correspond à tous les caractères qui se trouvent entre « p » et « t ». =CHERCHE("~?"; "Remplacement ? Non.") renvoie 14 puisque le tilde signifie que le caractère qui le suit (le point d’interrogation dans le cas présent) doit être interprété littéralement, c’est-à-dire non pas comme un joker, et le point d’interrogation étant le 14 e caractère. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « EXACT » à la page 341 « TROUVE » à la page 349 « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CNUM La fonction CNUM renvoie une valeur numérique même si l’argument se présente sous la forme de texte. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. CNUM(chaîne-source)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. 334 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 335 Remarques d’usage  Vous n’aurez jamais à utiliser la fonction CNUM dans un nouveau tableau puisque les nombres qui apparaissent dans du texte sont automatiquement convertis.  Seul le texte formaté est converti. Par exemple, si vous saisissez la chaîne « 100,001 € » dans une cellule, le format par défaut affiche uniquement deux chiffres (100,00 €). Si elle utilise cette cellule comme référence, la fonction CNUM renvoie 100, c’est-à-dire la valeur du texte formaté, et non pas 100,001.  S’il n’est pas possible de renvoyer l’argument sous la forme d’une valeur numérique (parce qu’il ne contient aucun nombre), la fonction génère une erreur. Exemples =CNUM("22") renvoie le nombre 22. =CNUM(DROITE("L’année 1953"; 2)) renvoie le nombre 53. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CODE La fonction CODE renvoie le code numérique Unicode décimal du premier caractère d’une chaîne indiquée. CODE(code-de-chaîne)  code-de-chaîne : chaîne de caractères pour laquelle il faut renvoyer la valeur Unicode. code-de-chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Seul le premier caractère est utilisé. Remarques d’usage  La fenêtre Caractères spéciaux, accessible depuis le menu Édition, vous permet d’afficher des jeux de caractères complets et les codes qui correspondent à ces derniers.  Vous pouvez utiliser la fonction CAR pour faire l’inverse de la fonction CODE, c’est-à- dire convertir un code numérique en caractère texte.Exemples =CODE("A") renvoie 65, c’est-à-dire le code de caractère pour la lettre « A » majuscule. =CODE("abc") renvoie 97, qui correspond à la lettre « a » minuscule. =CAR(97) renvoie « a ». =CODE(A3) renvoie 102, qui correspond à la lettre « f » minuscule. =CODE("???") renvoie « 19 977 », c’est-à-dire la valeur Unicode décimale du premier caractère . Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CAR » à la page 332 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CONCATENER La fonction CONCATENER réunit (concatène) des chaînes. CONCATENER(chaîne; chaîne…)  chaîne : chaîne quelconque. chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  chaîne… : vous pouvez ajouter une ou plusieurs chaînes supplémentaires. Remarques d’usage  Pour concaténer des chaînes, vous pouvez aussi vous servir de l’opérateur de chaîne & à la place de la fonction CONCATENER. Exemples Si la cellule A1 contient Lorem et que la cellule B1 contient Ipsum, =CONCATENER(B1; " "; A1) renvoie « Ipsum Lorem ». =CONCATENER("a"; "b"; "c") renvoie « abc ». ="a"&"b"&"c" renvoie « abc ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de texte » à la page 330 336 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 337 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 CTXT La fonction CTXT arrondit un nombre conformément au nombre indiqué de chiffres après la virgule, puis renvoie le résultat sous forme de chaîne. CTXT(nbre; chiffres; aucune-virgule)  nbre : nombre à utiliser. nbre correspond à un nombre.  chiffres : argument facultatif représentant le nombre de chiffres après, ou avant, la virgule auquel il faut arrondir. décimales correspond à un nombre. Au moment du calcul, les nombres à mi-unités sont arrondis à l’unité supérieure. Ainsi, si 0,5 doit être arrondi à l’entier, le résultat donne 1. De même, si le nombre 10,005 doit être arrondi au centième le plus proche, le résultat 10,01 est renvoyé. Un nombre négatif indique qu’il faut arrondir à gauche de la virgule (par exemple, arrondir aux centaines ou aux milliers).  aucune-virgule : argument facultatif indiquant si des séparateurs de positions doivent être utilisés à gauche de la virgule dans le nombre obtenu. utilise des virgules (FAUX, 0 ou omis): inclut des séparateurs de positions dans le résultat. aucune-virgule (VRAI ou 1): n’inclut pas de séparateurs de positions dans le résultat. Exemples =CTXT(6789,123; 2) renvoie « 6 789,12 ». =CTXT(6789,123; 1; 1) renvoie « 6789,1 ». =CTXT(6789,123; –2) renvoie « 6 800 ». =CTXT(12,4; 0) renvoie « 12 ». =CTXT(12,5; 0) renvoie « 13 ». =CTXT(4; –1) renvoie « 0 ». =CTXT(5; –1) renvoie « 10 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « DEVISE » à la page 338« Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DEVISE La fonction DEVISE renvoie une chaîne qui a la forme d’une somme en euros à partir d’un nombre donné. DEVISE(nbre; chiffres)  nbre : nombre à utiliser. nbre correspond à un nombre.  chiffres : argument facultatif représentant le nombre de chiffres après, ou avant, la virgule auquel il faut arrondir. décimales correspond à un nombre. Lorsqu’on arrondit au nombre indiqué de chiffres avant ou après la virgule, les règles standard de l’arithmétique s’appliquent, à savoir : si le chiffre supprimé le plus important est 5 ou un chiffre plus élevé, le résultat doit être arrondi au chiffre supérieur. Un nombre négatif indique qu’il faut arrondir à gauche de la virgule (par exemple, arrondir aux centaines ou aux milliers). Exemples =DEVISE(2323;124) renvoie « 2 323,12 € ». =DEVISE(2323;125) renvoie « 2 323,13 € ». =DEVISE(99,554; 0) renvoie « 100 € ». =DEVISE(12; 3) renvoie « 12 000 € ». =DEVISE(–12; 3) renvoie « (12 000 €) », les parenthèses indiquant qu’il s’agit d’une somme négative . =DEVISE(123; –1) renvoie « 120 € ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « CTXT » à la page 337 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 338 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 339 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DROITE La fonction DROITE renvoie une chaîne qui comprend un nombre indiqué de caractères à partir de l’extrémité droite d’une chaîne donnée. DROITE(chaîne-source; longueur-chaîne)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  longueur-chaîne : argument facultatif représentant la longueur voulue de la chaîne renvoyée. longueur-chaîne correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Remarques d’usage  Si la valeur longueur-chaîne est supérieure ou égale à la longueur de chaîne-source, la chaîne renvoyée est égale à chaîne-source. Exemples =DROITE("un deux trois"; 2) renvoie « is ». =DROITE("abc") renvoie « c ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « GAUCHE » à la page 341 « STXT » à la page 346 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44EPURAGE La fonction EPURAGE supprime du texte la plupart des caractères non imprimables les plus courants (codes caractères Unicode allant de 0 à 31). EPURAGE(texte)  texte : texte duquel vous souhaitez supprimer des caractères qui ne s’impriment pas. texte peut correspondre à une valeur de n’importe quel type. Remarques d’usage  Elle peut être utile si vous collez du texte à partir d’une autre application contenant des points d’interrogation, espaces, carrés et autres caractères indésirables ou inattendus.  Il existe certains caractères non imprimables moins courants qui ne peuvent être supprimés à l’aide de la fonction EPURAGE (il s’agit des codes caractère 127, 129, 141, 143, 144 et 157). Pour les supprimer, vous pour utiliser la fonction SUBSTITUE afin de les remplacer par un code compris entre 0 et 31 avant d’exécuter la fonction EPURAGE.  Vous pouvez utiliser la fonction SUPPRESPACE pour supprimer les espaces en trop dans du texte. Exemple Imaginons que vous copiez ce que vous pensez être le texte « a b c d e f » dans une autre application et que vous le colliez dans la cellule A1, mais que le texte qui apparaît à l’écran correspond à « a b c ? ?d e f ». Vous pouvez tenter d’utiliser la fonction EPURAGE pour supprimer les caractères non voulus : =EPURAGE(A1) renvoie « a b c d e f ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SUBSTITUE » à la page 347 « SUPPRESPACE » à la page 348 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 340 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 341 EXACT La fonction EXACT renvoie VRAI si les chaînes d’arguments sont identiques du point de vue de leur casse et de leur contenu. EXACT(chaîne-1; chaîne-2)  chaîne-1 : première chaîne. chaîne-1 est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  chaîne-2 : seconde chaîne. chaîne-2 est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Exemples =EXACT("toledo"; "toledo") renvoie VRAI puisque tous les caractères et les majuscules sont identiques. =EXACT("Toledo"; "toledo") renvoie FAUX puisque les majuscules des deux chaînes ne sont pas identiques. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « TROUVE » à la page 349 « CHERCHE » à la page 333 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 GAUCHE La fonction GAUCHE renvoie une chaîne qui comprend un nombre indiqué de caractères à partir de l’extrémité gauche d’une chaîne donnée. GAUCHE(chaîne-source; longueur-chaîne)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  longueur-chaîne : argument facultatif représentant la longueur voulue de la chaîne renvoyée. longueur-chaîne correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Remarques d’usage  Si la valeur longueur-chaîne est supérieure ou égale à la longueur de chaîne-source, la chaîne renvoyée est égale à chaîne-source.Exemples =GAUCHE("trois quatre cinq"; 2) renvoie « tr ». =GAUCHE("abc") renvoie « a ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « STXT » à la page 346 « DROITE » à la page 339 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MAJUSCULE La fonction MAJUSCULE renvoie une chaîne qui est entièrement en majuscules, quelle que soit la casse des caractères de la chaîne indiquée. MAJUSCULE(chaîne-source)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Exemples =MAJUSCULE("a b c") renvoie « A B C ». =MAJUSCULE("Premier") renvoie « PREMIER ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MINUSCULE » à la page 343 « NOMPROPRE » à la page 344 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 342 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 343 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 MINUSCULE La fonction MINUSCULE renvoie une chaîne qui est entièrement en minuscules, quelle que soit la casse des caractères de la chaîne indiquée. MINUSCULE(chaîne-source)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Exemples =MINUSCULE("MAJUSCULE") renvoie « majuscule ». =MINUSCULE("Minuscule") renvoie « minuscule ». =MINUSCULE("MIXtE") renvoie « mixte ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « NOMPROPRE » à la page 344 « MAJUSCULE » à la page 342 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NBCAR La fonction NBCAR renvoie le nombre de caractères d’une chaîne. NBCAR(chaîne-source)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Remarques d’usage  L’opération inclut tous les espaces, nombres et caractères.Exemples =NBCAR("12345") renvoie 5. =NBCAR(" abc def ") renvoie 9, la somme des six lettres plus les espaces avant, après et séparant les caractères indiqués. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 NOMPROPRE La fonction NOMPROPRE renvoie une chaîne dans laquelle la première lettre de chaque mot est en majuscules et tous les autres caractères en minuscules, quelle que soit la casse des caractères de la chaîne indiquée. NOMPROPRE(chaîne-source)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Remarques d’usage  Tout caractère venant juste après un caractère non alphabétique, excepté l’apostrophe (’), est traité comme la première lettre d’un mot. Par exemple, tout caractère figurant après un trait d’union est converti en majuscules. Exemples =NOMPROPRE("lorem ipsum") renvoie « Lorem Ipsum ». =NOMPROPRE("lorem’s ip-sum") renvoie « Lorem’s Ip-Sum ». =NOMPROPRE("1a23 b456") renvoie « 1A23 B456 ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « MINUSCULE » à la page 343 « MAJUSCULE » à la page 342 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 344 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 345 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 REMPLACER La fonction REMPLACER renvoie une chaîne dans laquelle un nombre indiqué de caractères dans une chaîne donnée a été remplacé par une nouvelle chaîne. REMPLACER(chaîne-source; position-départ; remplacer-longeur; nouvelle-chaîne)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  position-départ : position dans la chaîne indiquée à laquelle l’action doit commencer. position-départ correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Si l’argument position-départ est supérieur au nombre de caractères de chaîne-source, nouvelle-chaîne est ajouté à la fin de chaîne-source.  remplacer-longeur : nombre de caractères à remplacer. remplacer-longeur correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Si la valeur remplacer-longeur est supérieure ou égale à la longueur de chaîne-source, la chaîne renvoyée est égale à nouvelle-chaîne.  nouvelle-chaîne : texte qui se substitue à la partie à remplacer de la chaîne donnée. nouvelle-chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit pas obligatoirement être de la même longueur que le texte remplacé. Exemple =REMPLACER("formulaires de candidat reçus"; 16; 8; "François") renvoie « formulaires de François reçus ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « SUBSTITUE » à la page 347 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44REPT La fonction REPT renvoie une chaîne qui contient une chaîne donnée répétée un nombre indiqué de fois. REPT(chaîne-source; répétition-nbre)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  répétition-nbre : nombre de répétitions de la chaîne donnée. répétition-nbre correspond à un nombre supérieur ou égal à 0. Exemples =REPT("*"; 5) renvoie « ***** ». =REPT("ah"; 3) renvoie « ahahah ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 STXT La fonction STXT renvoie une chaîne qui comprend un nombre donné de caractères d’une chaîne à partir d’une position indiquée. STXT(chaîne-source; position-départ; longueur-chaîne)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  position-départ : position dans la chaîne indiquée à laquelle l’action doit commencer. position-départ correspond à un nombre supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal au nombre de caractères présents dans la valeur chaîne-source.  longueur-chaîne : longueur de la chaîne de caractères renvoyée. longueur-chaîne correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Remarques d’usage  Si la valeur longueur-chaîne est supérieure ou égale à la longueur de chaîne-source, la chaîne renvoyée est égale à chaîne-source, à partir de position-départ. 346 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 347 Exemples =STXT("lorem ipsum dolor sit amet"; 7; 5) renvoie « ipsum ». =STXT("1234567890"; 4; 3) renvoie « 456 ». =STXT("raccourcir"; 5; 20) renvoie « ourcir ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « GAUCHE » à la page 341 « DROITE » à la page 339 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SUBSTITUE La fonction SUBSTITUE renvoie une chaîne dans laquelle les caractères indiqués d’une chaîne donnée ont été remplacés par une autre chaîne. SUBSTITUE(chaîne-source; chaîne-existante; nouvelle-chaîne; occurrence)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  chaîne-existante : chaîne à remplacer à l’intérieur de la chaîne indiquée. chaîneexistante est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  nouvelle-chaîne : texte qui se substitue à la partie à remplacer de la chaîne donnée. nouvelle-chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Elle ne doit pas obligatoirement être de la même longueur que le texte remplacé.  occurrence : valeur facultative indiquant l’occurrence à remplacer. occurrence correspond à un nombre facultatif, supérieur ou égal à 1. Si cette valeur est supérieure au nombre de fois où la chaîne-existante apparaît dans la chaîne-source, aucun remplacement n’a lieu. Si elle est omise, toutes les occurrences de la chaîneexistante à l’intérieur de la chaîne-source sont alors remplacées par la nouvelle-chaîne. Remarques d’usage  Vous pouvez remplacer des caractères individuels, des mots entiers ou des chaînes de caractères à l’intérieur de mots.Exemples =SUBSTITUE("a b c d e f"; "b"; "B") renvoie « a B c d e f ». =SUBSTITUE("a a b b b c"; "a"; "A"; 2) renvoie « a A b b b c ». =SUBSTITUE("a a b b b c"; "b"; "B") renvoie « a a B B B c ». =SUBSTITUE("aaabbccc"; "bc"; "BC"; 2) renvoie « aaabbccc ». Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « REMPLACER » à la page 345 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SUPPRESPACE La fonction SUPPRESPACE renvoie une chaîne donnée dont les espaces supplémentaires ont été supprimés. SUPPRESPACE(chaîne-source)  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. Remarques d’usage  Elle supprime tous les espaces avant le premier caractère, tous les espaces après le dernier caractère et tous les espaces en double entre les caractères pour ne conserver que des espaces simples entre les mots. Exemple =SUPPRESPACE(" espaces espaces espaces ") renvoie “espaces espaces espaces” (les espaces de début et de fin ont été supprimés). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 348 Chapitre 11 Fonctions de texteChapitre 11 Fonctions de texte 349 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 T La fonction T renvoie le texte qui se trouve dans une cellule. Cette fonction a été incluse afin d’assurer la compatibilité avec les tableaux importés d’autres tableurs. T(cellule)  cellule : référence à une seule cellule de tableau. cellule est une valeur de référence à une seule cellule pouvant contenir n’importe quelle valeur ou être vide. Remarques d’usage  Si la cellule ne contient aucune chaîne de caractères, T renvoie une chaîne vide. Exemples Si la cellule A1 contient « texte » alors que la cellule B1 est vide : =T(A1) renvoie « texte » =T(B1) ne renvoie rien. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 TROUVE La fonction TROUVE renvoie la position de départ d’une chaîne à l’intérieur d’une autre. TROUVE(rechercher-chaîne; chaîne-source; position-départ)  rechercher-chaîne : chaîne à retrouver. rechercher-chaîne est une valeur exprimée sous forme de chaîne.  chaîne-source : chaîne quelconque. chaîne-source est une valeur exprimée sous forme de chaîne. position-départ : argument facultatif représentant la position, dans la chaîne indiquée, à laquelle l’action doit commencer. position-départ correspond à un nombre supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal au nombre de caractères présents dans la valeur chaîne-source. Remarques  La casse est différenciée et les espaces sont comptés lors de la recherche. Les jokers ne sont pas autorisés. Pour utiliser des jokers ou ignorer la casse dans votre recherche, servez-vous de la fonction CHERCHE.  Indiquer position-départ permet de commencer la recherche de la chaîne à rechercher ( rechercher-chaîne) à l’intérieur plutôt qu’au début de la chaîne-source. Cela s’avère particulièrement utile si la chaîne-source peut contenir plusieurs fois la chaîne à rechercher et que vous souhaitez déterminer la position de départ d’une occurrence autre que la première. Si le paramètre position-départ est omis, la valeur supposée par défaut correspond à 1. Exemples =TROUVE("e"; "bien sûr que oui") renvoie 3 (« e » est le troisième caractère de la chaîne « bien sûr que oui »). =TROUVE("e"; "bien sûr que oui"; 8) renvoie 12 (le « e » de « que » est le premier « e » trouvé à partir du caractère 8, qui est le « r » de « sûr »). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « EXACT » à la page 341 « CHERCHE » à la page 333 « Liste des fonctions de texte » à la page 330 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 350 Chapitre 11 Fonctions de texte351 Les fonctions trigonométriques vous aident à travailler avec des angles et leurs composants. Liste des fonctions trigonométriques Ces fonctions trigonométriques ont été intégrées à iWork pour que vous puissiez les utiliser dans des tableaux. Fonction Description « ACOS » (page 352) La fonction ACOS renvoie le cosinus inverse (l’arccosinus) d’un nombre. « ACOSH » (page 353) La fonction ACOSH renvoie le cosinus hyperbolique inverse (l’arc-cosinus hyperbolique) d’un nombre. « ASIN » (page 354) La fonction ASIN renvoie l’arc-sinus (le sinus inversé) d’un nombre. « ASINH » (page 355) La fonction ASINH renvoie le sinus hyperbolique inverse d’un nombre. « ATAN » (page 355) La fonction ATAN renvoie la tangente inverse (l’arc-tangente) d’un nombre. « ATAN2 » (page 356) La fonction ATAN2 renvoie l’angle, par rapport à l’axe des x positifs, de la ligne passant par l’origine et le point indiqué. « ATANH » (page 357) La fonction ATANH renvoie la tangente hyperbolique inverse d’un nombre. « COS » (page 358) La fonction COS renvoie le cosinus d’un angle exprimé en radians. « COSH » (page 359) La fonction COSH renvoie le cosinus hyperbolique d’un nombre. 12 Fonctions trigonométriquesFonction Description « DEGRES » (page 359) La fonction DEGRES renvoie le nombre de degrés dans un angle exprimé en radians. « RADIANS » (page 360) La fonction RADIANS renvoie le nombre de radians dans un angle exprimé en degrés. « SIN » (page 361) La fonction SIN renvoie le sinus d’un angle exprimé en radians. « SINH » (page 362) La fonction SINH renvoie le sinus hyperbolique d’un nombre. « TAN » (page 363) La fonction TAN renvoie la tangente d’un angle exprimé en radians. « TANH » (page 364) La fonction TANH renvoie la tangente hyperbolique d’un nombre. ACOS La fonction ACOS renvoie le cosinus inverse (l’arc-cosinus) d’un nombre. ACOS(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre compris entre – 1 et 1. Remarques d’usage  La fonction ACOS nécessite une valeur de cosinus et renvoie l’angle correspondant. L’angle résultant est une valeur en radians comprise entre 0 et p (pi). Pour voir l’angle résultant en degrés plutôt qu’en radians, enveloppez cette fonction dans la fonction DEGRES comme ceci =DEGRES(ACOS(nbre)). Exemples =ACOS(RACINE(2)/2) renvoie 0,785398163397448, qui est approximativement égal à p/4. =ACOS(0,54030230586814) renvoie 1. =DEGRES(ACOS(,5)) renvoie 60, la mesure en degrés d’un angle ayant un cosinus de 0,5. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ACOSH » à la page 353 « COS » à la page 358 « COSH » à la page 359 « DEGRES » à la page 359 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 352 Chapitre 12 Fonctions trigonométriquesChapitre 12 Fonctions trigonométriques 353 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ACOSH La fonction ACOSH renvoie le cosinus hyperbolique inverse (l’arc-cosinus hyperbolique) d’un nombre. ACOSH(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Exemples =ACOSH(10,0676619957778) renvoie 3. =ACOSH(COSH(5)) renvoie 5. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ACOS » à la page 352 « COS » à la page 358 « COSH » à la page 359 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44ASIN La fonction ASIN renvoie l’arc-cosinus (cosinus inversé) d’un nombre. ASIN(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre supérieur ou égal à 1. Remarques d’usage  La fonction ASIN nécessite un sinus et renvoie l’angle correspondant. Le résultat est exprimé en radians, dans la plage de – pi/2 à + pi/2. Pour voir l’angle résultant en degrés plutôt qu’en radians, enveloppez cette fonction dans la fonction DEGRES comme ceci =DEGRES(ASIN(nbre)). Exemples =ASIN(0,841470985) renvoie 1, la mesure en radians (approximativement 57,3 degrés) de l’angle ayant un sinus de 0,8411470984807897. =DEGRES(ASIN(0,5)) renvoie 30, la mesure en degrés de l’angle ayant un sinus de 0,5. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ASINH » à la page 355 « DEGRES » à la page 359 « SIN » à la page 361 « SINH » à la page 362 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 354 Chapitre 12 Fonctions trigonométriquesChapitre 12 Fonctions trigonométriques 355 ASINH La fonction ASINH renvoie le sinus hyperbolique inverse d’un nombre. ASINH(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Exemples =ASINH(27,2899171971277) renvoie 4. =ASINH(SINH(1)) renvoie 1. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ASIN » à la page 354 « SIN » à la page 361 « SINH » à la page 362 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ATAN La fonction ATAN renvoie la tangente inverse (l’arc-tangente) d’un nombre. ATAN(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Remarques d’usage  La fonction ATAN nécessite une tangente et renvoie l’angle correspondant, exprimé en radians dans la plage de -pi/2 à +pi/2. Pour voir l’angle résultant en degrés plutôt qu’en radians, enveloppez cette fonction dans la fonction DEGRES comme ceci =DEGRES(ATAN(nbre)). Exemples =ATAN(1) renvoie la mesure d’angle 0,785398163 radians (45 degrés), qui a une tangente de 1. =DEGRES(ATAN(1)) renvoie 45.Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ATAN2 » à la page 356 « ATANH » à la page 357 « DEGRES » à la page 359 « TAN » à la page 363 « TANH » à la page 364 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ATAN2 La fonction ATAN2 renvoie l’angle, par rapport à l’axe des x positifs, de la ligne passant par l’origine et le point indiqué. ATAN2(point-x; point-y)  point-x : coordonnée x du point passant par la ligne. point-x correspond à un nombre.  point-y : coordonnée y du point passant par la ligne. point-y correspond à un nombre. Remarques d’usage  L’angle représente une valeur exprimée en radians comprise entre – pi et + pi. Pour voir l’angle résultant en degrés plutôt qu’en radians, enveloppez cette fonction dans la fonction DEGRES comme ceci =DEGRES(ATAN2(point-x; point-y)). Exemples =ATAN2(1; 1) renvoie 0,78539816 radians (45 degrés), l’angle du segment de ligne de l’origine au point (1, 1). =DEGRES(ATAN2(5; 5)) renvoie 45. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ATAN » à la page 355 356 Chapitre 12 Fonctions trigonométriquesChapitre 12 Fonctions trigonométriques 357 « ATANH » à la page 357 « DEGRES » à la page 359 « TAN » à la page 363 « TANH » à la page 364 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 ATANH La fonction ATANH renvoie la tangente hyperbolique inverse d’un nombre. ATANH(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre supérieur à – 1 et inférieur à 1. Exemples =ATANH(0,995054753686731) renvoie 3. =ATANH(TANH(2)) renvoie 2. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ATAN » à la page 355 « ATAN2 » à la page 356 « TAN » à la page 363 « TANH » à la page 364 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44COS La fonction COS renvoie le cosinus d’un angle exprimé en radians. COS(radian-angle)  radian-angle : angle exprimé en radians. radian-angle correspond à un nombre. Bien qu’il puisse s’agir de n’importe quelle valeur, cette valeur se situe généralement dans la plage de – p à + p. Remarques d’usage  Pour renvoyer un angle en degrés, utilisez la fonction DEGRES (pour convertir les radians en degrés) avec cette fonction, comme ceci =DEGRES(COS(radian-angle)). Exemples =COS(1) renvoie 0,540302306, le cosinus d’1 radian (approximativement 57,3 degrés). =COS(RADIANS(60)) renvoie 0,5, le cosinus de 60 degrés. =COS(PI()/3) renvoie 0,5, p/3 radians (60 degrés). =COS(PI()) renvoie – 1, le cosinus de p radians (180 degrés). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ACOS » à la page 352 « ACOSH » à la page 353 « COSH » à la page 359 « DEGRES » à la page 359 « SIN » à la page 361 « TAN » à la page 363 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 358 Chapitre 12 Fonctions trigonométriquesChapitre 12 Fonctions trigonométriques 359 COSH La fonction COSH renvoie le cosinus hyperbolique d’un nombre. COSH(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Exemples =COSH(0) renvoie 1. =COSH(1) renvoie 1,543. =COSH(5) renvoie 74,21. =COSH(10) renvoie 11 013,233. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ACOS » à la page 352 « ACOSH » à la page 353 « COS » à la page 358 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 DEGRES La fonction DEGRES renvoie le nombre de degrés dans un angle exprimé en radians. DEGRES(radian-angle)  radian-angle : angle exprimé en radians. radian-angle correspond à un nombre. Bien qu’il puisse s’agir de n’importe quelle valeur, cette valeur se situe généralement dans la plage de – 2 p à + 2 p. Exemples =DEGRES(PI()) renvoie 180 (p radians = 180 degrés). =DEGRES(1) renvoie 57,2957795130823, qui est approximativement le nombre de degrés par radian. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’« ACOS » à la page 352 « ASIN » à la page 354 « ATAN » à la page 355 « ATAN2 » à la page 356 « COS » à la page 358 « SIN » à la page 361 « TAN » à la page 363 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 RADIANS La fonction RADIANS renvoie le nombre de radians dans un angle exprimé en degrés. RADIANS(degré-angle)  degré-angle : angle exprimé en degrés. degré-angle correspond à un nombre. Bien qu’il puisse s’agir de n’importe quelle valeur, cette valeur se situe généralement dans la plage de – 360 à + 360. Remarques d’usage  Cette fonction est pratique si vous voulez utiliser un angle exprimé en degrés avec l’une des fonctions géométriques standard car ces dernières attendent un angle exprimé en radians. Enveloppez l’argument, exprimé en degrés, dans cette fonction, comme ceci, par exemple, =COS(RADIANS(degré-angle). Exemples =RADIANS(90) renvoie 1,5708 (90 degrés est approximativement égal à 1,5708 radians). =RADIANS(57,2957795130823) renvoie 1 (1 radian est approximativement égal à 57,296 degrés). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ACOS » à la page 352 360 Chapitre 12 Fonctions trigonométriquesChapitre 12 Fonctions trigonométriques 361 « ASIN » à la page 354 « ATAN » à la page 355 « ATAN2 » à la page 356 « COS » à la page 358 « SIN » à la page 361 « TAN » à la page 363 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SIN La fonction SIN renvoie le sinus d’un angle exprimé en radians. SIN(radian-angle)  radian-angle : angle exprimé en radians. radian-angle correspond à un nombre. Bien qu’il puisse s’agir de n’importe quelle valeur, cette valeur se situe généralement dans la plage de – p à + p. Remarques d’usage  Pour renvoyer un angle en degrés, utilisez la fonction DEGRES (pour convertir les radians en degrés) avec cette fonction, comme ceci =DEGRES(SIN(radian-angle)). Exemples =SIN(1) renvoie 0,841470985, le sinus de 1 radian (approximativement 57,3 degrés). =SIN(RADIANS(30)) renvoie 0,5, le sinus de 30 degrés. =SIN(PI()/2) renvoie 1, le sinus de p/2 radians (90 degrés). Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ASIN » à la page 354 « ASINH » à la page 355 « COS » à la page 358« DEGRES » à la page 359 « SINH » à la page 362 « TAN » à la page 363 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 SINH La fonction SINH renvoie le sinus hyperbolique d’un nombre. SINH(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Exemples =SINH(0) renvoie 0. =SINH(1) renvoie 1,175. =SINH(5) renvoie 74,203. =SINH(10) renvoie 11 013,233. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ASIN » à la page 354 « ASINH » à la page 355 « SIN » à la page 361 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 362 Chapitre 12 Fonctions trigonométriquesChapitre 12 Fonctions trigonométriques 363 TAN La fonction TAN renvoie la tangente d’un angle exprimé en radians. TAN(radian-angle)  radian-angle : angle exprimé en radians. radian-angle correspond à un nombre. Bien qu’il puisse s’agir de n’importe quelle valeur, cette valeur se situe généralement dans la plage de –pi à +pi. Remarques d’usage  La tangente est le rapport entre le sinus et le cosinus.  Pour renvoyer un angle en degrés, utilisez la fonction DEGRES (pour convertir les radians en degrés) avec cette fonction, comme ceci =DEGRES(TAN(radian-angle)). Exemples =TAN(1) renvoie 1,557407725, la tangente de 1 radian (approximativement 57,3 degrés). =TAN(RADIANS(45)) renvoie 1, la tangente d’un angle de 45 degrés. =TAN(3*PI()/4) renvoie –1. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ATAN » à la page 355 « ATAN2 » à la page 356 « ATANH » à la page 357 « COS » à la page 358 « DEGRES » à la page 359 « SIN » à la page 361 « TANH » à la page 364 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44TANH La fonction TANH renvoie la tangente hyperbolique d’un nombre. TANH(nbre)  nbre : valeur numérique. nbre correspond à un nombre. Exemples =TANH(0) renvoie 0. =TANH(1) renvoie 0,762. =TANH(5) renvoie 0,999909. =TANH(10) renvoie 0,999999996. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « ATAN » à la page 355 « ATAN2 » à la page 356 « ATANH » à la page 357 « TAN » à la page 363 « Liste des fonctions trigonométriques » à la page 351 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 « Collage d’exemples de l’aide » à la page 44 364 Chapitre 12 Fonctions trigonométriques365 Exemples détaillés et rubriques complémentaires illustrant l’utilisation de certaines fonctions parmi les plus complexes. Exemples et rubriques supplémentaires inclus Le tableau suivant vous indique où retrouver les exemples détaillés et des rubriques complémentaires illustrant certaines fonctions parmi les plus complexes en s’appuyant sur des exemples concrets. Si vous désirez consulter un exemple ou en savoir plus sur Consultez cette rubrique Les définitions et les détails des arguments s’illustrant dans les fonctions financières « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 Les fonctions sur les valeurs temporelles monétaires (VTM) « Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire » à la page 375 Les fonctions VTM s’articulant autour de flux de trésorerie périodiques fixés et de taux d’intérêt fixés « Flux de trésorerie et durées réguliers » à la page 376 Les fonctions VTM pouvant calculer des valeurs relatives à des flux de trésorerie irréguliers (périodiques variables) « Flux de trésorerie et durées irréguliers » à la page 377 La fonction pouvant être la plus utile pour répondre à des doutes sur le plan financier courant « Choix d’une fonction pour résoudre des questions courantes d’ordre financier » à la page 379 L’utilisation de fonctions financières pour créer un tableau d’amortissement d’un prêt « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381 13 Exemples et rubriques supplémentairesSi vous désirez consulter un exemple ou en savoir plus sur Consultez cette rubrique Les différentes fonctions pour arrondir des nombres « En savoir plus sur les arrondis » à la page 383 L’association de fonctions logiques et manipulant des informations pour élaborer une formule plus puissante « Association de fonctions logiques et de fonctions d’information » à la page 386 Mécanisme des conditions et usage de jokers avec les conditions « Usage de conditions et de jokers » à la page 389 L’utilisation de fonctions statistiques pour analyser les résultats d’une étude « Exemple de résultats d’une étude » à la page 391 Arguments communs utilisés dans les fonctions financières De nombreux arguments sont communs entre les fonctions financières apparentées. Cette rubrique fournit des informations concernant ces arguments. Les arguments de date (tels que l’émission, l’échéance et le règlement) ne sont pas inclus. Ceux ne s’illustrant que dans une seule fonction financière ne sont également pas inclus. 366 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 367 taux-annuel Les bons et autres titres de créance à taux fixe et générant des intérêts, présentent un coupon fixé ou un taux d’intérêt annuel servant à déterminer les versements des intérêts périodiques. taux-annuel sert à représenter le taux d’intérêt annuel, qu’il soit appelé taux d’intérêt nominal ou taux d’intérêt annuel. taux-intérêt-nominal est indiqué en tant que nombre décimal représentant le taux d’intérêt nominal annuel. Dans certaines fonctions, taux-intérêt-nominal peut adopter la valeur 0 (si le titre ne verse aucun intérêt périodique), mais taux-intérêt-nominal ne peut pas être négatif. Supposons que vous possédez un titre dont la valeur nominale est de 1 000 000 € et qu’il vous rapporte un intérêt annuel de 4,5 % de sa valeur nominale. taux-intérêt-nominal correspond alors à 0,045. La fréquence de versement n’importe pas. rendement-annuel Les bons et autres titres de créance à l’escompte et générant des d’intérêts présentent un rendement calculé sur le taux d’intérêt du coupon et sur le cours du bon. rendement-annuel est indiqué en tant que nombre décimal représentant le rendement annuel du titre, généralement fixé en pourcentage. rendement-annuel doit être supérieur à 0. Supposons que vous étudiez la possibilité d’acheter un bon donné. Lorsque le cours d’un bon descend, son rendement augmente. À l’inverse, lorsque son cours monte, son rendement décroît. Votre courtier vérifie l’état du cours et vous informe que le bon qui vous intéresse présente d’après son cours un taux d’intérêt nominal de 3,25 % et un rendement annuel de 4,5 % (le bon se négocie à un prix réduit). La valeur de l’argument rendement-annuel correspond alors à 0,045. flux-trésorerie Les annuités, les prêts et les investissements présentent des flux de trésorerie. Un des flux de trésorerie constitue la somme de départ versée ou reçue, le cas échéant. D’autres flux de trésorerie correspondent aux autres encaissements ou paiements réalisés à un moment donné. L’argument flux-de-trésorerie est indiqué sous forme de nombre, adoptant généralement le format d’une devise. Les montants perçus s’expriment sous forme de nombres positifs, alors que les montants payés, de nombres négatifs. Supposons que vous envisagiez d’acquérir une maison en ville, la louer pour un certain temps, puis la revendre. Le versement de départ pour l’achat (lequel peut consister en un acompte et au paiement des frais), les remboursements du prêt, les frais de réparation et de maintenance, la publication des annonces et autres frais associés, constituent des paiements (c’est-à-dire des flux de trésorerie négatifs). Le montant des locations perçus des occupants, les crédits de taxes et d’impôts variés et le montant perçu au moment de la revente, constituent des encaissements (c’est-à-dire des flux de trésorerie positifs). montant Le coût de départ de l’actif à amortir correspond habituellement au prix d’achat, taxes, livraison et mise en service comprises. Il se peut que certains crédits d’impôt puissent venir en déduction de ce montant. L’argument montant est indiqué sous forme de nombre, généralement formaté en tant que devise. montant doit être supérieur à 0. Supposons que vous achetiez une nouvelle photocopieuse numérique pour votre office. Le prix d’achat de la photocopieuse s’élève à 2 625 €, taxes comprises. Le vendeur vous facture 100 € pour la livrer et la mettre en service. La photocopieuse est prévue de fonctionner pour une période de 4 ans, à l’issue de laquelle sa valeur résiduelle est estimée à 400 €. Le paramètre montant correspond alors à 2 725 €.échéance Voir rubrique abordée sur échéance. La seule différence réside dans le fait que les fonctions utilisant échéance nécessitent l’indication de l’argument et ne considèrent aucune valeur par défaut s’il n’est pas renseigné. base-journalière Plusieurs usages permettent de compter le nombre de jours dans un mois et dans une année servant de base au calcul d’un intérêt sur un prêt ou un investissement. L’argument base-journalière sert à indiquer le mode de décompte des jours pour un investissement ou un prêt donné. base-journalière est souvent influencé par les usages sur le marché auquel l’investissement ou le prêt se rapporte et le type de ce dernier. En outre, base-journalière peut être indiqué dans des documents faisant référence à un prêt. base-journalière correspond à un argument modal. Il s’exprime sous la forme du chiffre 0, 1, 2, 3 ou 4.  La valeur 0 indique que, pour les besoins du calcul de l’intérêt, chaque mois complet compte 30 jours et que chaque année pleine compte 360 jours, en s’appuyant sur la méthode NASD pour les mois comptant un 31 e jour. Cette méthode est communément appelée convention 30/360. 0 (selon la convention 30/360) constitue la valeur par défaut. Selon la méthode NASD, si la date de départ (par exemple, la date de règlement) tombe le 31, elle est alors considérée comme si elle tombait le 30. Si la date en question tombe le dernier jour de février, elle n’est alors pas ajustée puisque le mois de février compte moins de 30 jours. Si la date de fin (par exemple, l’échéance) tombe le 31 et que la date de départ est antérieure au 30 du même mois, cette première est alors vue comme le premier jour du mois suivant. Dans le cas contraire, elle est considérée comme étant le 30 du même mois, entraînant une base de calcul de 0 jour.  La valeur 1 indique que le nombre de jours réels sert de base à chaque mois complet et chaque année. Cette méthode est généralement connue sous le nom de convention réels/réels.  La valeur 2 stipule que le nombre de jours réels sert de base à chaque mois complet mais que chaque année compte 360 jours. Cette méthode est communément appelée convention réels/360.  La valeur 3 spécifie que le nombre de jours réels sert de base à chaque mois complet et que chaque année compte 365 jours. Cette méthode est généralement connue sous le nom de convention réels/365.  Enfin, la valeur 4 indique que chaque mois complet compte 30 jours et que chaque année pleine compte 360 jours, en s’appuyant sur la méthode européenne pour les mois comptant un 31 e jour. Cette méthode est communément appelée convention 30E/360. Dans le cadre de la méthode européenne, le 31 du mois est toujours vu comme étant le 30 du mois en question. Février compte toujours 30 jours de sorte que si le dernier jour de février tombe vraiment le 28, il est néanmoins pris en compte comme le 30 du mois. Supposons que vous cherchiez à déterminer l’intérêt d’un bon émis par une société américaine. La plupart des bons de ce type s’appuient sur la méthode des 30/360 pour calculer les intérêts, de sorte que l’argument base-journalière correspond à la valeur 0, à savoir la valeur par défaut. Supposons à présent que vous vouliez calculer l’intérêt d’un bon du trésor américain. Ces bons versent généralement un intérêt d’après le nombre de jours naturels de chaque mois et de chaque année ; l’argument base-journalière prend alors la valeur de 1. facteur-amort Pour certaines formules, vous pouvez indiquer le taux d’amortissement accéléré (en plus de l’amortissement linéaire). Le paramètre facteur-amort est alors utilisé pour préciser le taux annuel voulu d’amortissement. facteur-amort s’exprime sous forme de nombre décimal ou de pourcentage (à l’aide du signe pourcentage). Supposons que vous achetiez un nouvel ordinateur. Votre fiscaliste vous apprend qu’il est possible de l’amortir selon le mode de calcul accéléré. Vous décidez par conséquent de faire appel au taux d’amortissement de 150 % en amortissement linéaire ; l’argument facteur-amort équivaut donc à 1,5. 368 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 369 période-amort Certaines fonctions renvoient le montant de l’amortissement sur une période précise. C’est l’argument période-amort qui permet d’indiquer cette période. période-amort s’exprime sous forme de nombre représentant la période d’amortissement voulue en s’appuyant sur la même périodicité (par exemple, mensuelle, trimestrielle ou annuelle) pour l’argument vie. Supposons que vous achetiez une nouvelle photocopieuse numérique pour votre office. Le prix d’achat de la photocopieuse s’élève à 2 625 €, taxes comprises. Le vendeur vous facture 100 € pour la livrer et la mettre en service. La photocopieuse est prévue de fonctionner pour une période de 4 ans, à l’issue de laquelle sa valeur résiduelle est estimée à 400 €. Si vous cherchez à déterminer l’amortissement relatif à la troisième année, vous devez indiquer la valeur 3 pour l’argument périodeamort. taux-int-effectif Les annuités et les investissements présentent un taux d’intérêt effectif, lequel se calcule à partir du taux nominal (fixe ou coupon) et le nombre de paiements des intérêts par an. taux-int-effectif s’exprime sous forme de nombre décimal supérieur à 0. Supposons que vous possédiez un titre dont la valeur nominale est de 1,000,000 € et qu’il vous rapporte un intérêt annuel de 4,5 % de sa valeur nominale, tous les trimestres, soit un taux effectif d’environ 4,58 %. L’argument taux-int-effectif correspond alors à 0,0458. Voir aussi la description de taux-nominal et de nbre-périodes-année. pér-fin Certaines fonctions renvoient le principal ou l’intérêt pour une série de paiements donnée. C’est dans ce cas l’argument pér-fin qui permet d’indiquer le dernier versement à inclure à la valeur renvoyée. Voir aussi la rubrique traitant de pér-début. pér-fin s’exprime sous forme de nombre supérieur à 0. Supposons que vous achetiez une maison. L’hypothécaire vous propose un prêt sur 10 ans dont le solde de départ est de 200 000 €, un taux d’intérêt annuel de 6,0 %, des versements mensuels fixés à 1 070,45 € et un solde à refinancer à l’échéance de 100 000 €. Si vous cherchez à connaître le montant total des intérêts versés la troisième année, vous devez indiquer la valeur 25 pour pér-début et 36 pour pér-fin. estimation Il est nécessaire d’indiquer une estimation du résultat attendu dans le cas de certaines fonctions financières. Pour cela, l’argument estimation s’exprime sous forme de nombre décimal. Par exemple, 13 % s’indique sous la forme 0,13. Si une perte est prévue, estimation peut prendre une valeur négative. Au cas où estimation est omis, la valeur par défaut correspond à 0,10. Si vous n’êtes pas en mesure d’évaluer le résultat attendu et que la valeur par défaut n’entraîne pas de résultat probant, retentez avec une estimation positive supérieure. Si cela ne donne toujours rien, réessayez avec une estimation négative inférieure.fréquence Un investissement peut verser parfois un intérêt périodique. L’argument fréquence permet dans ce cas d’indiquer la périodicité du paiement de l’intérêt. fréquence correspond au nombre 1, 2 ou 4.  La valeur 1 indique que l’investissement verse un intérêt annuel.  La valeur 2 indique que l’investissement verse un intérêt semestriel.  Enfin, la valeur 4 indique que l’investissement verse un intérêt trimestriel. Si vous évaluez un bon d’une entreprise privée et qui verse un intérêt trimestriel, vous devez indiquer la valeur 4 pour l’argument fréquence. Si vous évaluez un bon du Trésor et qui verse un intérêt semestriel, l’argument fréquence doit alors correspondre à 2. valeur-future Une valeur capitalisée constitue un flux de trésorerie versé à la fin de la période d’investissement ou du prêt ou correspondant au montant résiduel à l’issue du dernier versement. L’argument valeur-future est indiqué sous forme de nombre, adoptant généralement le format d’une devise. valeur-future correspondant à un flux de trésorerie, les sommes perçues s’expriment sous forme de nombres positifs et celles payées, des nombres négatifs. Supposons que vous envisagiez d’acquérir une maison en ville, la louer pour un certain temps, puis la revendre. Le prix de vente estimé constitue une valeur-future positive. Dans le cas d’une location à bail d’un véhicule, prévoyant l’option de l’acquérir à un prix indiqué au terme du bail, le montant du paiement correspond à une valeur-future négative. Enfin, en ce qui concerne un prêt sur 10 ans à la fin duquel un versement résiduel reste dû, ce paiement résiduel correspond également à une valeurfuture négative. montant-investissements Le montant de départ investi dans un bon s’exprime à l’aide d’montant-investissements. L’argument montant-investissements est indiqué sous forme de nombre, généralement formaté en tant que devise. montant-investissements doit être supérieur à 0. Supposons que vous achetiez un bon d’un montant de 800 €. La valeur d’montant-investissements correspond alors à 800 €. 370 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 371 vie Les ressources s’amortissent sur une période donnée, connue sous le nom de « durée d’amortissement » ou de « durée de vie utile attendue ». Dans un but purement comptable, la durée de vie utile attendue d’un actif est généralement celle utilisée pour l’amortissement, alors que, pour d’autres fins (telles que le calcul d’un crédit d’impôt), la durée d’amortissement peut être dictée par des règles ou des pratiques. vie s’exprime sous forme de nombre supérieur à 0. Supposons que vous achetiez une nouvelle photocopieuse numérique pour votre office. Le prix d’achat de la photocopieuse s’élève à 2 625 €, taxes comprises. Le vendeur vous facture 100 € pour la livrer et la mettre en service. La photocopieuse est prévue de fonctionner pour une période de 4 ans, à l’issue de laquelle sa valeur résiduelle est estimée à 400 €. Le paramètre vie correspond alors à 4. taux-nominal Les annuités et les investissements présentent un taux d’intérêt, lequel se calcule à partir du taux nominal effectif et le nombre de périodes par an pour le calcul de l’intérêt composé. taux-nominal s’exprime sous forme de nombre décimal supérieur à 0. Supposons que vous possédiez un titre dont la valeur nominale est de 1,000,000 € et qu’il vous rapporte un intérêt annuel de 4,5 % de sa valeur nominale, tous les trimestres, soit un taux effectif d’environ 4,58 %. La valeur de l’argument taux-nominal correspond alors à 0,045. Voir aussi la description de taux-int-effectif et de nbre-périodes-année. nbre-périodes Le nombre de période (à savoir, l’argument nbre-périodes) correspond aux périodes totales pour un flux de trésorerie répétitif ou la durée d’un prêt ou de la période d’investissement. nbre-périodes s’exprime sous forme de nombre en s’appuyant sur la même périodicité (par exemple, mensuelle, trimestrielle ou annuelle) que celle des arguments associés utilisés par la fonction. Supposons que vous achetiez une maison. L’hypothécaire vous propose un prêt sur 10 ans dont le solde de départ est de 200 000 €, un taux d’intérêt annuel de 6,0 %, des versements mensuels fixes et un solde à refinancer à l’échéance de 100 000 €. nbre-périodes revient alors à 120 (soit 12 paiements mensuels sur 10 ans). Si vous investissez à présent vos économies dans un certificat de dépôt dont le terme est à 5 ans et dont les intérêts sont composés tous les trimestres, indiquez la valeur 20 pour l’argument nbre-périodes (en d’autres termes, 4 périodes trimestrielles composées pendant 5 ans).nbre-périodes-année Le calcul des taux d’intérêt effectif et nominal dépend du nombre de périodes composées par an. L’argument nbre-périodes-année permet d’indiquer ce nombre de périodes. nbre-périodes-année correspond à un nombre supérieur à 0. Supposons que vous ayez acheté un certificat de dépôt, versant un intérêt composé trimestriel tous les ans. Si vous cherchez à déterminer le taux d’intérêt effectif, vous devez indiquer la valeur 4 pour l’argument nbre-périodes-année. Voir aussi la description de taux-int-effectif et de taux-nominal. valeur-nominale La valeur nominale d’un titre constitue habituellement sa valeur faciale ou à échéance. L’argument valeur-nominale est indiqué sous forme de nombre, adoptant généralement le format d’une devise. valeur-nominale correspond souvent à un nombre tel que 100, 1 000 ou 1 000 000. Supposons que vous étudiez la possibilité d’acheter un bon d’une entreprise privée. La brochure du bon mentionne que chaque bon émis présente une valeur faciale à l’échéance de 1 000 €. Ce sont ces 1 000 € qui correspondent donc à la valeur nominale du bon. paiement Un paiement constitue un flux de trésorerie périodique fixe, perçu ou payé, sur la durée d’un investissement ou d’un prêt. L’argument paiement est indiqué sous forme de nombre, adoptant généralement le format d’une devise. paiement correspondant à un flux de trésorerie, les sommes perçues s’expriment sous forme de nombres positifs et celles payées, des nombres négatifs. paiement comprend souvent les éléments appelés principal et intérêt, mais n’inclut généralement pas d’autres montants. Supposons que vous envisagiez d’acquérir une maison en ville, la louer pour un certain temps, puis la revendre. Le montant du paiement mensuel d’une hypothèque correspond à un paiement négatif. Le montant d’une rente versée chaque mois correspond également à un paiement mais de valeur positive. période Certaines fonctions renvoient la valeur d’un principal ou d’un intérêt sur une période précise. C’est l’argument période qui permet d’indiquer la période voulue. période s’exprime sous forme de nombre supérieur à 0. Supposons que vous achetiez une maison. L’hypothécaire vous propose un prêt sur 10 ans dont le solde de départ est de 200 000 €, un taux d’intérêt annuel de 6,0 %, des versements mensuels fixés à 1 070,45 € et un solde à refinancer à l’échéance de 100 000 €. Si vous désirez connaître le montant de l’intérêt du premier paiement la troisième année, vous devez passer la valeur 25 à l’argument période, les versements s’effectuant tous les mois. 372 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 373 taux-actualisation-périodique Le taux d’escompte constitue le taux d’intérêt représentant le rendement recherché pour déterminer la valeur (ou l’escompte) d’une série de flux de trésorerie. taux-actualisation-périodique correspond à un nombre et doit être saisi soit sous la forme d’un nombre décimal (par exemple 0,08), soit d’un pourcentage (par exemple, 8 %). Il doit être indiqué en s’appuyant sur la même périodicité que pour les flux de trésorerie. Par exemple, si les flux de trésorerie sont mensuels et le taux d’escompte annuel souhaité est de 8 %, taux-actualisationpériodique doit être indiqué sous la forme de 0,00667 ou 0,667 % (0,08 divisé par 12). Supposons que vous étudiez la possibilité d’acquérir une activité commerciale. Dans le cadre de votre évaluation, vous cherchez à déterminer les flux de trésorerie attendus tous les mois par l’activité commerciale ainsi que le prix d’achat demandé et le prix de revente futur estimé. Vous décidez, en comparant l’étude à d’autres options d’opportunités d’investissement et de prises de risques, que vous n’investirez que si le rendement annuel des flux de trésorerie nets s’élève au moins à 18 %. Vous devez dans ce cas informer l’argument taux-actualisation-périodique par la valeur 0,015 (c’est-à-dire 0,18/12, puisque les flux de trésorerie sont mensuels). taux-périodique Dans certains cas, en étudiant une série de flux de trésorerie, un investissement ou un prêt, il peut s’avérer nécessaire de connaître le taux d’intérêt de chaque période. Ce taux correspond au tauxpériodique. taux-périodique s’exprime sous forme de nombre décimal en s’appuyant sur la même périodicité (par exemple, mensuelle, trimestrielle ou annuelle) que d’autres arguments (nbre-périodes ou paiement). Supposons que vous achetiez une maison. L’hypothécaire vous propose un prêt sur 10 ans dont le solde de départ est de 200 000 €, un taux d’intérêt annuel de 6,0 %, des versements mensuels fixes et un solde à refinancer à l’échéance de 100 000 €. taux-périodique revient alors à 0,005 (soit le taux annuel divisé par 12 paiements mensuels). Si vous investissez à présent vos économies dans un certificat de dépôt dont le terme est à 5 ans, dont le taux d’intérêt annuel nominal est de 4,5 % et dont les intérêts sont composés tous les trimestres, indiquez la valeur 0,0125 pour l’argument tauxpériodique (en d’autres termes le taux annuel divisé par 4 périodes trimestrielles composées). valeur-actualisée Une valeur actualisée constitue un flux de trésorerie perçu ou payé en début de période d’investissement ou de prêt. L’argument valeur-actualisée est indiqué sous forme de nombre, adoptant généralement le format d’une devise. valeur-actualisée correspondant à un flux de trésorerie, les sommes perçues s’expriment sous forme de nombres positifs et celles payées, des nombres négatifs. Supposons que vous envisagiez d’acquérir une maison en ville, la louer pour un certain temps, puis la revendre. Le versement de départ pour l’achat (lequel peut consister en un acompte et en l’acquittement de frais) constitue une valeur-actualisée de valeur négative. Le montant principal de départ d’un prêt hypothécaire sur une maison représente également une valeur-actualisée mais cette fois positive.prix Le prix d’achat constitue le montant réglé pour acquérir un bon ou tout autre titre productif d’intérêts ou titre de créance. Le prix d’achat n’inclut pas les intérêts courus achetés avec le titre. L’argument prix s’exprime sous forme de nombre représentant le montant payé pour 100 € de valeur nominale (prix d’achat/valeur nominale x 100). prix doit être supérieur à 0. Supposons que vous possédiez un titre possédant une valeur nominale de 1 000 000 €. Si vous versez 965 000 € au moment de l’achat du titre, à l’exception des intérêts courus le cas échéant, vous devez indiquer la valeur 96,50 pour l’argument prix (c’est-à-dire 965 000 €/1 000 000 € x 100). remboursement Les bons et autres titres de créance productifs d’intérêts présentent généralement un prix de remboursement fixé. Ce prix correspond au montant à recevoir à l’échéance du titre de créance. L’argument remboursement s’exprime sous forme de nombre représentant le montant à recevoir pour 100 € de valeur nominale (prix de remboursement/valeur nominale x 100). Souvent, remboursement correspond à 100, c’est-à-dire que le prix de remboursement du titre est égal à sa valeur nominale. valeur doit être supérieur à 0. Supposons que vous possédiez un titre présentant une valeur nominale de 1 000 000 € et pour lequel vous devez recevoir 1 000 000 € à l’échéance. remboursement doit donc prendre la valeur 100 (à savoir, 1 000 000 €/1 000 000 x 100) car la valeur nominale et le prix de remboursement sont identiques, lequel cas s’avère courant. Supposons en outre que l’émetteur de ce titre propose de vous rembourser le titre avant qu’il arrive à échéance et vous offre 1 025 000 € en cas de remboursement anticipé d’un an. vous devez alors indiquer la valeur 102,50 à l’argument remboursement (c’est-à-dire 1 025 000 €/1 000 000 € x 100). amortissement comptable Les actifs possèdent souvent une valeur résiduelle à la fin de leur durée d’amortissement ou de leur durée de vie utile attendue. C’est la valeur de l’amortissement comptable. L’argument amortissement comptable est indiqué sous forme de nombre, généralement formaté en tant que devise. amortissement comptable peut avoir une valeur nulle, mais jamais négative. Supposons que vous achetiez une nouvelle photocopieuse numérique pour votre office. Le prix d’achat de la photocopieuse s’élève à 2 625 €, taxes comprises. Le vendeur vous facture 100 € pour la livrer et la mettre en service. La photocopieuse est prévue de fonctionner pour une période de 4 ans, à l’issue de laquelle sa valeur résiduelle est estimée à 400 €. Le paramètre amortissement comptable correspond alors à 400 €. 374 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 375 pér-début Certaines fonctions renvoient le principal ou l’intérêt pour une série de paiements donnée. C’est dans ce cas l’argument pér-début qui permet d’indiquer le premier versement à inclure à la valeur renvoyée. Voir aussi la rubrique traitant de pér-fin. pér-début s’exprime sous forme de nombre supérieur à 0. Supposons que vous achetiez une maison. L’hypothécaire vous propose un prêt sur 10 ans dont le solde de départ est de 200 000 €, un taux d’intérêt annuel de 6,0 %, des versements mensuels fixés à 1 070,45 € et un solde à refinancer à l’échéance de 100 000 €. Si vous cherchez à connaître le montant total des intérêts versés la troisième année, vous devez indiquer la valeur 25 pour pér-début et 36 pour pér-fin. échéance Les paiements peuvent être planifiés pour tous se réaliser en début ou en fin de période. C’est l’argument échéance qui indique le moment du versement au cours de la période. échéance correspond à un argument modal. Il peut prendre la valeur numérique 0 ou 1.  La valeur 0 précise que le règlement est considéré comme étant effectué en fin de chaque période. 0 constitue d’ailleurs la valeur par défaut.  La valeur 1 indique pour sa part que le règlement est considéré comme étant réalisé en début de période. Supposons que vous achetiez une maison. L’hypothécaire vous propose un prêt sur 10 ans dont le solde de départ est de 200,000 €, un taux d’intérêt annuel de 6,0 %, des versements mensuels fixes et un solde à refinancer à l’échéance de 100,000 €. échéance revient alors à 0 (soit la valeur par défaut) puisque les règlements sont effectués à la fin de chaque mois. Si vous possédez un appartement que vous louez et que le loyer est versé le premier de chaque mois, la valeur d’échéance correspond alors à 1, indiquant ainsi un paiement en début de période mensuelle. Choix de la valeur temporelle à utiliser pour une fonction monétaire Cette rubrique compile des informations complémentaires concernant les fonctions utilisées pour résoudre les problèmes de valeurs temporelles monétaires. Les problèmes de valeurs temporelles monétaires, ou de VTM, impliquent des flux de trésorerie en plus de la durée et des taux d’intérêt. Cette rubrique contient plusieurs parties. « Flux de trésorerie et durées réguliers » à la page 376 aborde les fonctions VTM utilisées en association avec des flux de trésorerie réguliers, des durées et des taux d’intérêt fixes. « Flux de trésorerie et durées irréguliers » à la page 377 concerne les fonctions VTM faisant appel à des flux de trésorerie irréguliers ou des intervalles de temps non linéaires, ou encore les deux.« Choix d’une fonction pour résoudre des questions courantes d’ordre financier » à la page 379 traite d’un certain nombre de problèmes de VTM courants (tels que le choix de la fonction à utiliser pour le calcul d’un intérêt sur un compte d’épargne) ainsi que les fonctions en œuvre pour résoudre le problème. Flux de trésorerie et durées réguliers Les fonctions principales en œuvre avec des flux de trésorerie périodiques réguliers (tels que les paiements d’un montant fixe et les flux de trésorerie à intervalles constants) et les taux d’intérêt fixes sont interconnectés. Fonction et objectif Arguments utilisés par la fonction La fonction « VC » (page 159) vous permet de déterminer la valeur capitalisée (c’est-à-dire la valeur d’un élément dans le futur) qu’une série de flux de trésorerie aura, en prenant en compte certains autres facteurs tels que le taux d’intérêt. La fonction résout la valeur de l’argument valeurfuture. taux-périodique; nbre-périodes; paiement; valeuractualisée; échéance La fonction « NPM » (page 129) est prévue pour calculer le nombre de périodes nécessaires pour rembourser un prêt ou pour recevoir une annuité, en tenant compte d’autres facteurs tels que le taux d’intérêt. La fonction résout la valeur de l’argument nbre-périodes. taux-périodique; paiement; valeur-actualisée; valeur-future; échéance La fonction « VPM » (page 163) sert à déterminer le montant nécessaire pour le paiement d’un prêt ou le versement d’une annuité, en tenant compte d’autres facteurs tels que le taux d’intérêt. La fonction résout la valeur de l’argument paiement. taux-périodique, nbre-périodes, valeur-actualisée, valeur-future, échéance La fonction « VA » (page 152) vous permet de déterminer la valeur actualisée (c’est-à-dire la valeur actuelle) qu’une série de flux de trésorerie représente, en prenant en compte certains autres facteurs tels que le taux d’intérêt. La fonction résout la valeur de l’argument valeur-actualisée. taux-périodique; nbre-périodes; paiement; valeurfuture; échéance La fonction « TAUX » (page 141) sert à déterminer le taux d’intérêt périodique d’un prêt ou d’une annuité, en s’appuyant sur d’autres facteurs tels que le nombre de périodes composant le prêt ou l’annuité. La fonction résout la valeur de l’argument taux-périodique. nbre-périodes; paiement; valeur-actualisée; valeurfuture; échéance; estimation 376 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 377 Tel qu’il est illustré dans le présent tableau, ces fonctions VTM résolvent chacune, et renvoient la valeur de, l’un des cinq principaux arguments lorsque le problème à résoudre implique des flux de trésorerie périodiques réguliers et des taux d’intérêt fixes. En outre, les fonctions « INTPER » (page 121) et « PRINCPER » (page 131) permettent de résoudre les composants des intérêts et principal relatifs au paiement d’un prêt donné ou d’une annuité indiquée, et les fonctions « CUMUL. INTER » (page 107) et « CUMUL.PRINCPER » (page 109) servent à déterminer l’intérêt et le principal d’une série de paiements consécutifs pour un prêt ou une annuité. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Flux de trésorerie et durées irréguliers » à la page 377 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 Flux de trésorerie et durées irréguliers Certains problèmes de VTM font état de flux de trésorerie périodiques irréguliers, où ces flux se constatent régulièrement mais dont le montant varie. D’autres problèmes impliquent néanmoins des flux de trésorerie irréguliers dans leur fréquence.Fonction et objectif Arguments utilisés par la fonction La fonction « TRI » (page 148) permet de déterminer un taux périodique de sorte que la valeur actualisée nette d’une série de flux de trésorerie potentiellement irréguliers, réalisés à des intervalles de temps réguliers, est égale à 0. Cet élément de calcul est communément appelé le taux de retour interne (TRI). Le TRI résout la valeur de l’argument taux-périodique. flux-intervalle; estimation flux-intervalle correspond à un ensemble indiqué de flux de trésorerie pouvant inclure implicitement un paiement, une valeur-actualisée et une valeur-future. La fonction « TRIM » (page 150) permet de déterminer un taux périodique de sorte que la valeur actualisée nette d’une série de flux de trésorerie potentiellement irréguliers, réalisés à des intervalles de temps réguliers, est égale à 0. TRIM diffère de TRI dans le sens qu’elle autorise des flux de trésorerie positifs et négatifs à s’escompter à un taux différent. Cet élément de calcul est communément appelé le taux de retour interne modifié (TRIM). TRIM résout la valeur de l’argument taux-périodique. flux-intervalle, taux-finance, taux-réinvestissement flux-intervalle correspond à un ensemble indiqué de flux de trésorerie pouvant inclure implicitement un paiement, une valeur-actualisée et une valeur-future. taux-finance et taux-réinvestissement sont des cas spécifiques à taux-périodique. La fonction « VAN » permet de déterminer la valeur actualisée d’une série de flux de trésorerie pouvant être irréguliers mais réalisés à intervalles réguliers. Celle-ci est communément appelée la valeur actualisée nette. VAN résout la valeur de l’argument valeur-actualisée. taux-périodique; flux-trésorerie; flux-trésorerie;… flux-trésorerie, flux-trésorerie… correspond à une série donnée d’une ou de plusieurs flux de trésorerie pouvant inclure implicitement un paiement, une valeur-actualisée et une valeurfuture. Rubriques connexes : Pour connaître les fonctions connexes et pour en savoir plus, reportez-vous à l’ « Flux de trésorerie et durées réguliers » à la page 376 « Arguments communs utilisés dans les fonctions financières » à la page 366 « Liste des fonctions financières » à la page 102 « Types de valeur » à la page 39 « Éléments des formules » à la page 15 « Utilisation du clavier et de la souris pour créer et modifier des formules » à la page 28 378 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 379 Choix d’une fonction pour résoudre des questions courantes d’ordre financier Cette rubrique décrit certaines des questions courantes qu’il peut être intéressant de se poser. Elle répertorie en outre les différentes fonctions financières qui peuvent s’avérer utiles. Voici donc les questions d’ordre financier que vous pouvez vous poser et les fonctions prévues pour y répondre. Des usages plus complexes des fonctions financières sont décrits dans les rubriques « Flux de trésorerie et durées réguliers » à la page 376, « Flux de trésorerie et durées irréguliers » à la page 377 et « Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt » à la page 381. Si vous voulez savoir Cette fonction peut vous être utile Épargne Le taux d’intérêt effectif d’un investissement ou d’un compte d’épargne versant un intérêt régulièrement « TAUX.EFFECTIF » (page 144) Combien un CD peut valoir à l’échéance « VC » (page 159). Notez que le paiement prend la valeur 0. Le taux d’intérêt nominal d’un CD où l’émetteur aura indiqué le « taux effectif » « TAUX.NOMINAL » (page 147) Combien d’années sont nécessaires pour économiser un montant donné, en connaissant les dépôts mensuels effectués sur un compte d’épargne « NPM » (page 129). Notez que la valeur-actualisée correspond alors au montant déposé au début et qu’elle peut être 0. Quel montant est nécessaire chaque mois pour atteindre un objectif d’épargne à l’issue d’un nombre d’années donné « VPM » (page 163). Notez que la valeur-actualisée correspond alors au montant déposé au début et qu’elle peut être 0. Prêts L’intérêt payé sur un prêt pendant la troisième année « CUMUL.INTER » (page 107) Le principal payé sur un prêt pendant la troisième année « CUMUL.PRINCPER » (page 109) L’intérêt inclus dans le 36 e remboursement d’un prêt « INTPER » (page 121) Le principal inclus dans le 36 e remboursement « PRINCPER » (page 131) Investissement sur des bons Si vous voulez savoir Cette fonction peut vous être utile Le montant de l’intérêt à ajouter au prix d’achat d’un bon « INTERET.ACC » (page 118) ou « INTERET.ACC. MAT » (page 120) Le nombre de coupons payés entre l’achat d’un bon et son échéance « NB.COUPONS » (page 124) Le taux d’escompte annuel d’un bon vendu avec un escompte par rapport à son prix de remboursement et qui ne verse aucun intérêt (souvent connu sous le nom de « bon à coupon zéro » « TAUX.ESCOMPTE » (page 145) Le taux d’intérêt effectif annuel d’un bon qui ne verse d’intérêts qu’à échéance (pas de paiement périodique, mais le bon présente bel et bien un taux d’intérêt nominal) « TAUX.INTERET » (page 146) Le prix d’achat attendu d’un bon versant un intérêt périodique, un bon vendu à un prix réduit et qui ne verse aucun intérêt ou un bon qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance « PRIX.TITRE » (page 133), « VALEUR. ENCAISSEMENT » (page 154) et « PRIX.TITRE. ECHEANCE » (page 134) Le montant reçu sur un bon qui ne verse d’intérêts qu’à échéance (aucun paiement périodique mais présentant bel et bien un taux d’intérêt nominal), intérêts compris « VALEUR.NOMINALE » (page 156) Le taux d’intérêt effectif annuel d’un bon versant un intérêt périodique, un bon vendu à un prix réduit et qui ne verse aucun intérêt ou un bon qui ne verse d’intérêts qu’à l’échéance « RENDEMENT.TITRE » (page 137), « RENDEMENT. SIMPLE » (page 136) et « RENDEMENT.TITRE. ECHEANCE » (page 139) Amortissement Le montant d’amortissement périodique d’un actif en faisant appel à la méthode du solde dégressif linéaire « DB » (page 111) L’amortissement périodique d’un actif à l’aide de la méthode du solde dégressif, telle que celle du « double solde dégressif » « DDB » (page 113) L’amortissement périodique d’un actif par le biais de la méthode linéaire « AMORLIN » (page 106) Le montant d’amortissement périodique d’un actif en s’appuyant sur la méthode de l’amortissement proportionnel à l’ordre numérique inversé des années « SYD » (page 140) L’amortissement total sur une période donnée pour un actif amorti à l’aide de la méthode du solde dégressif « VDB » (page 161) 380 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 381 Exemple de tableau d’amortissement pour un prêt L’exemple présent utilise les fonctions INTPER, PRINCPER et VPM pour établir un tableau d’amortissement d’un prêt. Les informations renvoyées par INTPER, PRINCPER et VPM s’apparentent. Elles sont illustrées dans l’exemple.Élaboration du tableau d’amortissement Supposons que vous cherchiez à établir un tableau d’amortissement retraçant toutes les périodes d’un prêt dont le montant principal de départ est de 50 000 €, sa durée de 2 ans, un taux d’intérêt annuel de 7 % et un solde dû à la fin du terme de 30 000 €. La première partie de votre tableau d’amortissement (dont les formules sont reprises ici) peut se présenter comme suit : Explications du contenu des cellules La cellule B6 utilise la fonction VPM pour calculer le montant de chaque paiement mensuel. Notez que son résultat correspond alors au total de l’intérêt et du principal pour chaque mois (par exemple, C9 + D9) tel qu’illustré pour la cellule F9. Les cellules C9 et D9 s’appuient sur INTPER et PRINCPER pour calculer la part de chaque paiement mensuel correspondant respectivement à l’intérêt et au principal. Notez qu’INTPER revient à soustraire PRINCPER de VPM et que, à l’inverse, PRINCPER revient à soustraire INTPER de VPM. 382 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 383 Tableau d’amortissement rempli Pour achever l’élaboration du tableau, il suffit de sélectionner les cellules A10:A11 et d’étendre la sélection à A32 pour inclure les 24 périodes constituant la simulation du prêt. Sélectionnez C9:F9 puis étendez la sélection à C32:F32 pour terminer l’établissement des formules. Voici le tableau complet reprenant l’intégralité de l’amortissement avec les formules indiquées dans le tableau précédent. Commentaires finaux Notez que les valeurs renvoyées par INTPER (en colonne C) et de PRINCPER (en colonne D) s’ajoute tous les mois au VPM calculé dans la cellule B6 (tel qu’indiqué dans la colonne F). Il est également important de noter que le principal final résiduel, repris dans la cellule E32, correspond à 30 000 €, tel qu’il est indiqué par l’argument résiduel de la cellule B4. En savoir plus sur les arrondis iWork prend en charge de nombreuses fonctions différentes servant à arrondir les nombres. Cette rubrique compare ces fonctions.Pour Utilisez cette fonction Commentaires Arrondir un nombre en s’éloignant de zéro, au multiple le plus proche « PLAFOND » (page 201) L’arrondi s’effectue par pas, par exemple l’arrondi à un multiple de 10 le plus proche. Ces arrondis se font en « s’éloignant » de zéro, c’est- à-dire que =PLAFOND(0,4; 1) donne 1 et =PLAFOND(–0,4; –1) renvoie – 1. Arrondir un nombre en s’éloignant de zéro, au nombre pair le plus proche « PAIR » (page 199) L’arrondi correspond au nombre le plus proche, de sorte que le résultat est divisible par deux sans obtenir de reste. L’arrondi se fait en « s’éloignant » de zéro, de sorte que =PAIR(0,4) renvoie 2 et =PAIR(–0,4) renvoie – 2. Arrondir un nombre vers zéro, au multiple le plus proche « PLANCHER » (page 202) L’arrondi s’effectue par pas, par exemple l’arrondi à un multiple de 10 le plus proche. L’arrondi se fait vers zéro, c’est-à-dire que =PLANCHER(0,4; 1) donne 0 et =PLANCHER(–0,4; –1) renvoie 0. Arrondir un nombre à l’entier inférieur ou égal le plus proche « ENT » (page 190) L’arrondi se calcule au nombre entier inférieur ou égal le plus proche. Par conséquent, =INT(0,4) renvoie 0 et =INT(–0,4) renvoie – 1. Arrondir un nombre au multiple le plus proche « ARRONDI. AU.MULTIPLE » (page 185) L’arrondi correspond au multiple le plus proche . PLAFOND, laquelle arrondit au multiple le plus proche. Par conséquent, =ARRONDI.AU.MULTIPLE(4, 3) renvoie 3, 4 étant plus proche de 3 que du multiple de 3 suivant, à savoir 6. =PLAFOND(4, 3) renvoie 6, c’est- à-dire le multiple de 3 le plus proche en arrondissant. Arrondir un nombre en s’éloignant de zéro, au nombre impair le plus proche « IMPAIR » (page 193) L’arrondi correspond au nombre le plus proche, de sorte que le résultat n’est pas divisible par deux sans obtenir de reste. L’arrondi se fait en « s’éloignant » de zéro, de sorte que =IMPAIR(1,4) renvoie 3 et =IMPAIR(–1,4) renvoie – 3. 384 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 385 Pour Utilisez cette fonction Commentaires Arrondir un nombre au nombre de décimales indiqué « ARRONDI » (page 184) Un nombre positif représente le nombre de chiffres à droite du séparateur décimal (c’est-à- dire le nombre de décimales) à inclure dans le nombre arrondi. Un nombre négatif indique le nombre de chiffres à gauche du séparateur décimal à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Le nombre est arrondi d’après ce schéma. Ainsi, =ARRONDI(1125; –2) renvoie « 1 100 » et =ARRONDI(1155; –2) renvoie « 1 200 ». Le calcul de l’arrondi se fait en « s’éloignant » de zéro, c’est-à- dire que =ARRONDI(–1125; –2) renvoie « – 1 100 » et =ARRONDI(–1155; –2) renvoie « – 1 200 ». Arrondir un nombre vers zéro au nombre de décimales indiqué « ARRONDI.INF » (page 186) Un nombre positif représente le nombre de chiffres à droite du séparateur décimal (c’est-à- dire le nombre de décimales) à inclure dans le nombre arrondi. Un nombre négatif indique le nombre de chiffres à gauche du séparateur décimal à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Le nombre est arrondi d’après ce schéma. Ainsi, =ARRONDI(–1125; –2) renvoie « 1 100 » et =ARRONDI(–1155; –2) renvoie « 1 100 ». Dans le même ordre d’esprit, =ARRONDI(–1125; –2) renvoie « –1 100 » et =ARRONDI(–1155; –2) renvoie également « –1 100 ».Pour Utilisez cette fonction Commentaires Arrondir un nombre en s’éloignant de zéro au nombre de décimales indiqué « ARRONDI.SUP » (page 187) Un nombre positif représente le nombre de chiffres à droite du séparateur décimal (c’est-à- dire le nombre de décimales) à inclure dans le nombre arrondi. Un nombre négatif indique le nombre de chiffres à gauche du séparateur décimal à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Le nombre est arrondi d’après ce schéma. Ainsi, =ARRONDI(1125; –2) renvoie « 1 200 » et =ARRONDI(–1155; –2) renvoie « 1 200 ». Dans le même ordre d’esprit, =ARRONDI(–1125; –2) renvoie « – 1 200 » et =ARRONDI(–1155; –2) renvoie également « – 1 200 ». Tronquer un nombre au nombre de décimales indiqué « TRONQUE » (page 220) Un nombre positif représente le nombre de chiffres à droite du séparateur décimal (c’est-à- dire le nombre de décimales) à inclure dans le nombre. Un nombre négatif indique le nombre de chiffres à gauche du séparateur décimal à remplacer par des zéros (le nombre de zéro à la fin du nombre). Les chiffres en trop sont retirés du nombre de départ. Ainsi, =TRONQUE(1125; –2) renvoie « 1 100 » et =TRONQUE(1155; –2) renvoie également « 1 100 ». Association de fonctions logiques et de fonctions d’information Les fonctions logiques et les fonctions d’information sont souvent utilisées ensemble dans une formule. Bien que les fonctions logiques sont utilisées seules, cela reste rare pour une fonction d’information. Cette rubrique inclut des exemples plus complexes pour illustrer l’utilisation de plusieurs fonctions logiques et d’information dans une même formule, lesquels cas peuvent s’avérer très efficaces. 386 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 387 Ajout de commentaires d’après le contenu de cellules L’exemple présent s’appuie sur les fonctions SI, ET, OU et ESTVIDE pour ajouter des commentaires à un tableau d’après le contenu de cellules. La fonction SI s’avère puissante, particulièrement lorsqu’elle est associée à d’autres fonctions logiques telles que OU et ET. Supposons que vous soyez un professeur de lycée et que l’un des assistants gradués vous ait rendu un tableau contenant le nom des étudiants et leurs résultats au dernier examen. Vous cherchez à identifier rapidement les cas suivants :  L’étudiant a la moyenne, mais est invité à un cours particulier de maintien (notes entre 61 et 75).  L’évaluation est impossible (par exemple, une note négative à l’examen, supérieure à 100 ou pas de note).  L’élève a échoué à l’examen (note de 60 ou inférieure). En scindant les notes en parties, les fonctions ci-dessous déterminent chacun des éléments que vous voulez connaître. Une fois réunis, vous êtes en mesure de parcourir rapidement le tableau et consulter les renseignements voulus. Dans le cadre des expressions ci-dessous, partons du principe que le nom du premier étudiant se trouve en cellule A2, et que la première note se situe dans la cellule B2. Expression 1 =ET(B2>60; B2<=75) évalue l’éventualité d’une note faible. Si la note se situe entre 61 et 75, la fonction ET renvoie VRAI, c’est-à-dire que l’étudiant doit venir au cours particulier de soutien. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX. Expression 2 =OU(ESTVIDE(B2); B2<0; B2>100) évalue si les données ne sont pas valides. La première expression dans la fonction OU, « NONVIDE(B2) », donne la valeur VRAI si aucune note n’est indiquée. Le deuxième argument renvoie VRAI si la note est négative. Quant à la troisième expression, elle renvoie VRAI si la note dépasse 100. OU renvoie ainsi VRAI si n’importe laquelle des conditions évaluées correspond à VRAI, indiquant que les données ne sont pas valides d’une façon ou d’une autre. La fonction OU renvoie FAUX si aucune des conditions n’est VRAIE ; les données sont donc valides. Expression 3 =B2<=60 évalue si la note n’atteint pas la moyenne. Cette expression renvoie VRAI si la note se trouve à 60 ou en-dessous, une note entraînant le recalage de l’étudiant. Dans le cas contraire, elle renvoie FAUX.Association au sein d’une fonction SI =SI(ET(B2>60; B2<=75); "Cours de soutien"; SI(OU(ESTVIDE(B2); B2<0; B2>100); "Données non valides"; SI(B2<=60; "Examen échoué"; ""))) Si l’expression de test (identique à l’expression 1 citée ci-dessus) dans la première fonction SI renvoie la valeur VRAI, la fonction globale renvoie « Cours de soutien ». Dans le cas contraire, elle passe à l’argument FAUX, à savoir la deuxième fonction SI. Si l’expression de test (identique à l’expression 2 ci-dessus) de la seconde fonction SI renvoie la valeur VRAI, la fonction globale renvoie « Données non valides ». Dans le cas contraire, elle passe à l’argument FAUX, à savoir la troisième fonction SI. Enfin, si l’expression de test (identique à l’expression 3) de la troisième fonction SI renvoie la valeur VRAI, la fonction globale renvoie « Examen échoué ». Dans le cas contraire, l’expression renvoie une valeur vide (""). Le résultat peut ressembler au tableau suivant. Interception de division par zéro Il n’est pas toujours possible d’élaborer un tableau de sorte à éviter une opération de division par zéro. Cependant, si le cas se présente, le résultat renvoie alors une valeur d’erreur dans la cellule, ce qui s’avère généralement peu désirable. L’exemple suivant propose trois méthodes pour éviter ce type d’erreur. Exemples Supposons que les cellules D2 et E2 contiennent chacune un nombre. E2 peut éventuellement contenir 0. Vous pouvez chercher à diviser D2 par E2, mais voulez éviter une erreur de division par zéro. Chacune des trois méthodes suivantes renvoient 0 si la cellule E2 est égale à zéro ; dans le cas contraire, chacune d’entre elles renvoie le résultat de D2/E2. =SI(E2=0; 0; D2/E2) fonctionne en testant directement la cellule E2 pour savoir si elle correspond à 0. =SI.ERREUR(D2/E2; 0) permet de renvoyer 0 si une erreur survient. Une division par zéro constitue une erreur. =SI(SI.ERREUR(D2/E2); 0; D2/E2) sert à effectuer un test logique sur l’opération D2/E2 pour savoir si le résultat renvoie VRAI. 388 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 389 Usage de conditions et de jokers Certaines fonctions, telles que SOMME, s’appliquent à des intervalles entiers. D’autres fonctions, telles que SOMME.SI, ne s’appliquent qu’à des cellules de l’intervalle répondant à une condition. Il peut s’avérer judicieux d’additionner, entre autres, tous les nombres inférieurs à 5 de la colonne B. Pour ce faire, utilisez par exemple =SOMME. SI(B; "<5"). Le second argument de SOMME.SI correspond à une condition car elle dicte à la fonction s’il convient d’ignorer des cellules ne répondant pas aux critères indiqués. Il existe deux types de fonctions qui acceptent des conditions. Le premier type englobe les fonctions dont le nom se termine par .SI ou .SIS (sauf la fonction SI qui ne reçoit pas de condition mais une expression à évaluer par la valeur VRAI ou FAUX). Ces fonctions peuvent réaliser des comparaisons de nombres au sein de leurs conditions, par exemple « >5 », « <=7 » ou « <>2 ». Elles acceptent également des jokers dans leurs conditions. Par exemple, pour compter le nombre de cellules de la colonne B, commençant par la lettre « a », vous pouvez utiliser =SOMME.SI(B; "a*"). Le second groupe de fonctions acceptent les conditions, telles que RECHERCHEH, mais ne peuvent pas évaluer les conditions incluant les nombres. Ces fonctions autorisent parfois l’usage de jokers. Fonction Autorise les comparaisons de nombres Accepte les jokers MOYENNE.SI Oui Oui MOYENNE.SIS Oui Oui NB.SI Oui Oui NB.SIS Oui Oui SOMME.SI Oui Oui SOMME.SIS Oui Oui RECHERCHEH Non Si la correspondance exacte est précisée EQUIV Non Si la correspondance exacte est précisée RECHERCHEV Non Si la correspondance exacte est précisée Des exemples de conditions, avec ou sans joker, sont illustrés dans la présente rubrique.Expression Exemple ">4" désigne toute valeur correspondant à tout nombre supérieur à 4. =NB.SI(B2:E7; “>4") renvoie le nombre de valeurs, issues des cellules incluses dans l’intervalle B2:E7, supérieures à 4. ">7" désigne toute valeur correspondant à tout nombre supérieur ou égal à 7. =SOMME.SI(B; ">=7") additionne les cellules de la colonne B et qui contiennent une valeur supérieure ou égale à 7. "<=5" en association avec ">=15" se rapporte à l’équivalence à tout nombre inférieur ou égal à 5 ou supérieur ou égal à 15. Les nombres de 6 à 14 inclus ne sont alors pas pris en compte. =SOMME.SI(A3:B12; "<=5")+SOMME.SI(A3:B12; ">=15") additionne les cellules incluses dans l’intervalle A3:B12 contenant une valeur inférieure ou égale à 5 ou supérieure ou égale à 15. "*it" désigne toute valeur se terminant par « it ». L’astérisque (*) correspond à n’importe quelle séquence de caractères. =NB.SI(B2:E7; "*it") renvoie le nombre de valeurs, issues des cellules incluses dans l’intervalle B2:E7, terminant par « it » telles que « bit » ou « cockpit ». Elle ne renvoie pas de valeur telle que « termite ». "~*" se rapporte à l’astérisque en tant que tel (*). Le caractère tilde (~) indique à l’application de prendre le caractère suivant dans sa forme littérale plutôt que de l’utiliser en tant que joker. =NB.SI(E; "~*") renvoie le nombre de valeurs, issues des cellules de la colonne E, et qui contiennent le caractère astérisque. B2 & ", " & E2 renvoie le contenu des cellules B2 et E2 séparé par une virgule et un espace. =B2&", "&E2 renvoie « Dernier, Premier » si B2 contient « Dernier » et si E2 reprend « Premier ». « ?ip » signifie toute valeur commençant par un seul caractère suivi de « ip ». =NB.SI(B2:E7; "?ip") renvoie le nombre de valeurs, issues des cellules incluses dans l’intervalle B2:E7, commençant par un caractère suivi de « ip » telles que « bip » ou « VIP ». Elle ne renvoie pas de valeur telle que « VOIP » ou « fripe ». "~?" se rapporte au point d’interrogation en tant que tel (?). Le caractère tilde (~) indique à l’application de prendre le caractère suivant dans sa forme littérale plutôt que de l’utiliser en tant que joker. =CHERCHE("~?"; B2) renvoie 19 si la cellule B2 contient « Quelle question poser ? Celle-ci, tout simplement. », puisque le point d’interrogation correspond au 23 e caractère dans la chaîne. "*in?" revient à indiquer toute valeur commençant par n’importe quel nombre de caractères suivis de « in » puis un seul caractère final. =NB.SI(B2:E7; "*in?") renvoie le nombre de valeurs, issues des cellules incluses dans l’intervalle B2:E7, commençant par n’importe quel nombre de caractères (y compris aucun) suivis de « in » puis d’un seul caractère final. Cela peut correspondre à des mots tels que « usine », « opina » ou « peint ». En seraient exclus des mots tels que « teinte » (ayant deux caractères après « in ») ou « loin » (ne possédant aucun caractère après « in »). 390 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 391 Exemple de résultats d’une étude Cet exemple compile les illustrations utilisées dans les fonctions statistiques. Il s’appuie sur une étude fictive. Cette étude est courte (seulement cinq questions) et prévoit un nombre très limité de sondés (10). Chaque question peut être répondue d’après une échelle de 1 à 5 (pouvant se présenter sous la forme de réponses allant de « jamais » à « toujours ») ou peuvent être laissées sans réponse. Chaque copie se voit attribuée un numéro avant leur envoi par courrier. Le tableau suivant reprend les résultats. Les questions dont la réponse n’est pas prévue à l’avance (incorrecte) ou non répondues sont indiquées d’une cellule vide dans le tableau. Pour illustrer des fonctions précises, supposons que le numéro de contrôle de l’étude inclut un préfixe alphabétique allant de A à E au lieu de 1 à 5. Le tableau ressemble alors à ce qui suit : À l’aide du présent tableau de données et de quelques unes des fonctions statistiques proposées dans iWork, vous pouvez rassembler des informations relatives aux résultats de l’étude. Gardez simplement à l’esprit que l’exemple reste volontairement réduit et les résultats peuvent paraître évidents. Cependant, si vous disposez de 50 sondés, 100 ou plus encore, et de plus de questions, les résultats peuvent alors ne plus être aussi évidents.Fonction et arguments Description du résultat =COEFFICIENT.CORRELATION(B2:B11; C2:C11) Détermine la corrélation de la question 1 et de la question 2 à l’aide de l’analyse par régression linéaire. La corrélation constitue une mesure du degré de changement simultané de deux variables (dans notre cas, les réponses aux questions de l’étude). Plus précisément, cela revient à se poser la question suivante : si un sondé répond à la question 1 dont la valeur est supérieure (ou inférieure) à la moyenne de cette question, le sondé répond-il aussi à la question 2 avec une valeur supérieure (ou inférieure) à la moyenne de la question 2 ? Dans le cas présent, les réponses ne sont pas particulièrement corrélées (–0,1732) =NB(A2:A11) ou =NBVAL(A2:A11) Détermine le nombre total de questionnaires renvoyés (10). Notez que si l’identifiant de contrôle de l’étude ne correspond pas à un nombre, vous devez faire appel à NBVAL plutôt qu’à NB. =NB(B2:B11) ou =NBVAL(B2:B11) Détermine le nombre total de réponses à la première question (9). En étendant cette formule sur la rangée, vous pouvez déterminer le nombre total de réponses à chaque question. Dans la mesure où toutes les données sont des nombres, NBVAL renvoie les mêmes résultats. Cependant, si l’étude utilise des réponses de A à E plutôt que de 1 à 5, vous devez faire appel à NBVAL pour additionner les résultats. 392 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentairesChapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires 393 Fonction et arguments Description du résultat =NB.VIDE(B2:B11) Détermine le nombre de cellules vides, représentant des réponses non valides ou aucune réponse du tout. Si vous étendez cette formule à toute la rangée, vous pouvez remarquer que la question 3 (colonne D) présente 3 réponses non valides ou sans réponse. Cela peut vous obliger à regarder de plus près la question dans l’étude pour savoir si sa formulation s’avère controversée ou imprécise, si d’autres questions ne dépassent pas 1 seule réponse incorrecte ou aucune réponse. =NB.SI(B2:B11; "=5") Détermine le nombre de sondés ayant attribué un 5 à une question donnée (dans notre cas, la question 1). Si vous étendez cette formule à toute la rangée, vous pouvez remarquer que seules les questions 3 et 4 ont vu un nombre quelconque de sondés leur attribuer un 5. En cas d’utilisation des notes de A à E pour la plage de données, vous devez alors utiliser =NB.SI(B2:B11; "=E") =COVARIANCE(B2:B11; C2:C11) Détermine la covariance des questions 1 et 2. La covariance constitue une mesure du degré de changement simultané de deux variables (dans notre cas, les réponses aux questions de l’étude). Plus précisément, cela revient à se poser la question suivante : si un sondé répond à la question 1 dont la valeur est supérieure (ou inférieure) à la moyenne de cette question, le sondé répond-il aussi à la question 2 avec une valeur supérieure (ou inférieure) à la moyenne de la question 2 ? Remarque : COVARIANCE ne fonctionne pas si le tableau fait appel à une échelle de A à E, puisqu’elle impose l’usage d’arguments exprimés sous forme de nombres.Fonction et arguments Description du résultat =ECARTYPE(B2:B11) ou =ECARTYPEP(B2:B11) Détermine l’écart-type, à savoir une mesure de dispersion, des réponses à la question 1. Si vous étendez cette formule à toute la rangée, vous pouvez remarquer que les réponses à la question 3 présentent l’écart-type le plus élevé. Si les résultats représentent les réponses de l’intégralité de la population étudiée, par opposition à un simple échantillon représentatif, la fonction ECARTYPEP est alors à utiliser plutôt qu’ECARTYPE. Notez qu’ECARTYPE correspond à la racine carrée de VAR. =VAR(B2:B11) ou =VARP(B2:B11) Détermine la variance, à savoir une mesure de dispersion, des réponses à la question 1. Si vous étendez cette formule à toute la rangée, vous pouvez remarquer que les réponses à la question 5 présentent la variance la plus faible. Si les résultats représentent les réponses de l’intégralité de la population étudiée, par opposition à un simple échantillon représentatif, la fonction VAR.P est alors à utiliser plutôt que VAR. Notez que VAR correspond au carré de ECARTYPE. 394 Chapitre 13 Exemples et rubriques supplémentaires iPod shuffle Guide de l’utilisateur2 Table des matières 3 Premiers contacts 4 Configuration requise 6 Quatre étapes pour écouter de la musique sur votre iPod shuffle 9 Transfert et lecture de votre musique 9 Utilisation d’iTunes pour organiser votre musique sur votre ordinateur 10 Transfert de musique vers l’iPod shuffle 15 Utilisation des commandes de l’iPod shuffle 18 Recharge de la batterie 20 Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle 23 Accessoires de l’iPod shuffle 25 Astuces et dépannage 29 En savoir plus, service et assistance 31 Sécurité et entretien3 1 Premiers contacts Apple vous félicite pour l’acquisition de votre iPod shuffle. Lisez cette rubrique afin de vous familiariser rapidement avec l’iPod shuffle. L’iPod shuffle fonctionne avec votre ordinateur. Importez des morceaux à partir de votre collection de musique sur CD ou de l’iTunes Music Store (disponible dans certains pays uniquement) vers votre ordinateur, puis connectez l’iPod shuffle pour transférer des morceaux choisis à écouter partout où vous allez.4 Premiers contacts Configuration requise Pour utiliser l’iPod shuffle avec un Macintosh, vous devez disposer des éléments suivants : • Un Macintosh avec port USB intégré. Pour recharger l’iPod shuffle, connectez-le à un port USB à forte alimentation. Pour optimiser la rapidité des transferts, connectez-le à un port USB 2.0. • Mac OS X 10.2.8, Mac OS X 10.3.4 ou ultérieur. Pour utiliser des ports USB à faible alimentation, vous devez disposer de Mac OS X 10.3.6 ou ultérieur. • iTunes 4.7.1 ou ultérieur (iTunes étant disponible sur le CD de l’iPod). Pour vérifier que vous disposez de la dernière version d’iTunes, allez à l’adresse www.apple.com/fr/itunes. • Le logiciel de l’iPod (inclus sur le CD de l’iPod). Pour utiliser l’iPod shuffle avec un PC sous Windows, vous devez disposer des éléments suivants : • Un PC sous Windows avec un port USB intégré ou une carte USB. Pour recharger l’iPod shuffle, connectez-le à un port USB à forte alimentation. Pour effectuer des transferts rapides, connectez-le à un port USB 2.0. • Windows 2000 avec le Service Pack 4 ou ultérieur ; Windows XP Édition Familiale ou Professionnel avec le Service Pack 2 ou ultérieur • iTunes 4.7.1 ou ultérieur (iTunes étant disponible sur le CD de l’iPod). Pour vérifier que vous disposez de la dernière version d’iTunes, allez à l’adresse www.apple.com/fr/itunes. • Le logiciel de l’iPod (inclus sur le CD de l’iPod).Premiers contacts 5 Important : si l’iPod shuffle ne s’adapte pas aux ports USB de votre ordinateur, vous pouvez utiliser un socle iPod shuffle Dock ou un câble d’extension USB. Ces accessoires sont disponibles sur www.apple.com/francestore. Votre iPod shuffle comprend les éléments suivants : iPod shuffle Capuchon USB Cordon Écouteurs Apple Earphones6 Premiers contacts Quatre étapes pour écouter de la musique sur votre iPod shuffle Pour configurer l’iPod shuffle, installez le logiciel se trouvant sur le CD de l’iPod et importez des morceaux à partir de votre collection de musique sur CD ou de l’iTunes Music Store (disponible dans certains pays uniquement). Transférez ensuite les morceaux vers l’iPod shuffle pour les écouter partout où vous allez. Étape 1 : Installation du logiciel Insérez le CD de l’iPod dans votre ordinateur, puis installez iTunes et le logiciel de l’iPod. Étape 2 : Importation de musique sur votre ordinateur Terminez cette étape si vous n’avez pas encore transféré de la musique sur votre ordinateur. Vous pouvez soit importer de la musique provenant de vos CD audio, soit (si vous disposez d’une connexion à Internet) acheter de la musique en ligne et la télécharger sur votre ordinateur via la boutique iTunes Music Store. Vous pouvez faire votre choix parmi un million de morceaux et écouter un extrait de 30 secondes de n’importe quelle chanson. Pour importer la musique de vos CD audio dans votre ordinateur : 1 Insérez un CD dans votre ordinateur. iTunes s’ouvre automatiquement et le CD est sélectionné dans la liste Source d’iTunes. 2 Désélectionnez les morceaux que vous ne souhaitez pas transférer puis cliquez sur Importer. 3 Répétez l’opération pour tout autre CD avec des morceaux que vous voulez importer. Pour acheter de la musique en ligne : 1 Ouvrez iTunes, puis cliquez sur Music Store dans la liste Source.Premiers contacts 7 2 Cliquez sur le bouton Compte puis suivez les instructions à l’écran pour créer un compte ou saisir les informations de votre compte Apple ou AOL (America Online) ; cette option est disponible dans certains pays uniquement. Étape 3 : Connectez l’iPod shuffle pour recharger la batterie et transférer de la musique Retirez le cache USB de l’iPod shuffle et connectez l’iPod shuffle à un port USB à forte alimentation sur votre ordinateur. Pour optimiser la rapidité des transferts, connectez l’iPod shuffle à un port USB 2.0. Important : si l’iPod shuffle ne s’adapte pas aux ports USB de votre ordinateur, vous pouvez utiliser un socle iPod shuffle Dock ou un câble d’extension USB, disponibles sur www.apple.com/francestore. Insérez l’iPod shuffle dans un port USB 2.0 à forte alimentation de votre ordinateur8 Premiers contacts Pour recharger la batterie de l’iPod shuffle : Lorsque l’iPod shuffle est connecté à un port USB à forte alimentation sur votre ordinateur, la batterie se recharge. Le voyant d’état de la batterie, au dos de l’iPod shuffle (voir la page 15), s’allume en jaune lorsque la batterie se recharge et en vert lorsqu’elle est complètement rechargée. Si le voyant ne s’allume pas, connectez l’iPod shuffle à un autre port USB. La première fois que vous connectez l’iPod shuffle, laissez-le branché pendant environ une heure afin de charger complètement la batterie. Pour transférer des morceaux sur l’iPod shuffle : Lorsque vous connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur, iTunes s’ouvre automatiquement et transfère les morceaux sélectionnés vers l’iPod shuffle. Au terme du transfert des morceaux, un message d’iTunes apparaît indiquant que l’iPod est à jour et que la déconnexion est autorisée. Étape 4 : Écoute de morceaux Une fois que vous avez rechargé la batterie de l’iPod shuffle et transféré des morceaux, vous pouvez écouter votre musique. Déconnectez l’iPod shuffle de votre ordinateur et réglez le bouton (au dos de l’iPod shuffle) pour écouter les morceaux dans l’ordre ( ) ou bien dans un ordre aléatoire (¡). Connectez ensuite les écouteurs Apple Earphones, appuyez sur le bouton Lire de l’iPod shuffle et profitez de votre musique !9 1 Transfert et lecture de votre musique Lisez cette rubrique pour en savoir plus sur le transfert de musique vers l’iPod shuffle et la lecture de vos morceaux. Une fois que vous possédez de la musique sur votre ordinateur (voir la page 6), vous pouvez connecter l’iPod shuffle et configurer iTunes pour transférer de la musique vers l’iPod shuffle comme vous le souhaitez. Puis, chaque fois que vous connectez l’iPod shuffle, iTunes transfère de la musique en fonction des réglages que vous avez effectués. Utilisation d’iTunes pour organiser votre musique sur votre ordinateur En utilisant iTunes, vous pouvez rechercher, lire et organiser la musique qui se trouve sur votre ordinateur. Vous pouvez organiser votre musique par listes de morceaux, appelées listes de lecture. Vous pouvez configurer iTunes pour transférer de la musique à partir d’une de ces listes de lecture vers l’iPod shuffle.10 Transfert et lecture de votre musique Pour créer une liste de lecture dans iTunes : n Dans iTunes, cliquez sur le bouton plus Ajouter (+) et attribuez un nom à la liste de lecture, puis faites glisser les morceaux depuis la bibliothèque ou une autre liste de lecture vers la nouvelle liste de lecture. Remarque : iTunes dispose de nombreuses autres fonctionnalités. Vous pouvez créer des CD pouvant être lus par des lecteurs de CD standard (si votre ordinateur dispose d’un graveur de CD), créer des listes de lecture actualisées de manière dynamique, appelées Listes de lecture intelligentes, écouter la radio via Internet, coter des morceaux selon vos préférences et bien plus encore. Ce manuel contient des informationssur le transfert de musique vers l’iPod shuffle via iTunes. Pour plus d’informations sur l’utilisation des fonctionnalités d’iTunes, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. Transfert de musique vers l’iPod shuffle Vous pouvez connecter l’iPod shuffle à n’importe quel port USB de votre ordinateur afin de transférer des morceaux provenant d’iTunes. Pour effectuer des transferts encore plus rapides, connectez l’ iPod shuffle à un port USB 2.0. Vous pouvez transférer des morceaux automatiquement ou manuellement.Transfert et lecture de votre musique 11 Pour transférer des morceaux automatiquement vers l’iPod shuffle : n Retirez simplement le cache USB et connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. iTunes s’ouvre et transfère de la musique vers l’iPod shuffle en fonction des réglages que vous avez effectués dans iTunes (voir la page 12). n Si l’iPod shuffle est déjà connecté et si vous avez modifié les réglages, cliquez sur Remplissage auto pour sélectionner et transférer les nouveaux morceaux suivant les nouveaux réglages. Remarque : avec les versions de Mac OS X antérieures à Mac OS X 10.3.6, un port USB à forte alimentation est nécessaire. Pour transférer manuellement des morceaux vers l’iPod shuffle : n Connectez l’iPod shuffle et faites-y glisser les morceaux dans la liste Source. Pour supprimer manuellement des morceaux de l’iPod shuffle : 1 Connectez l’iPod shuffle et sélectionnez-le dans la liste Source. 2 Choisissez un morceau et appuyez sur la touche Suppr. du clavier. Pour configurer iTunes de telle sorte que l’iPod shuffle soit maintenu dans la liste Source lorsqu’il n’est pas connecté : Vous pouvez configurer iTunes de manière à maintenir l’iPod shuffle dans la liste Source même lorsqu’il est déconnecté. Vous avez également la possiblité de modifier les réglages ou d’ajouter et de supprimer des morceaux dans la liste de l’iPod shuffle. Si vous connectez à nouveau l’iPod shuffle, les morceaux sont transférés suivant vos modifications. 1 Dans iTunes, selectionnez iPod shuffle dans la liste Source puis cliquez sur le bouton Options.12 Transfert et lecture de votre musique 2 Sélectionnez l’option “Conserver cet iPod dans la liste Source.” Configuration d’iTunes pour transférer de la musique vers l’iPod shuffle Vous pouvez configurer iTunes pour transférer des morceaux choisis dans toute votre bibliothèque musicale ou dans une liste de lecture d’iTunes en particulier. Vous pouvez configurer l’application pour choisir des morceaux dans l’ordre ou de manière aléatoire. Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur et sélectionnez iPod shuffle dans la liste Source d’iTunes. Suivez ensuite les instructions ci-dessous. Pour sélectionner la source à partir de laquelle iTunes transfère des morceaux vers l’iPod shuffle : n Sélectionnez une liste de lecture dans le menu local “Remplissage auto depuis”. Pour transférer des morceaux à partir de votre bibliothèque tout entière, sélectionnez Bibliothèque. Pour configurer iTunes pour sélectionner des morceaux au hasard à partir de la source sélectionnée : n Choisissez “Sélectionner les morceaux de manière aléatoire.” Si cette option n’est pas sélectionnée, iTunes transférera les morceaux dans l’ordre où ils apparaissent dans la liste de lecture sélectionnée ou dans la Bibliothèque. Bouton OptionsTransfert et lecture de votre musique 13 Pour configurer iTunes de sorte à sélectionner plus souvent les morceaux les mieux cotés pour le transfert : n Sélectionnez “Choisir plus souvent les morceaux les mieux classés.” Pour configurer iTunes de sorte à laisser des morceaux déjà sélectionnés sur l’iPod shuffle lorsque vous cliquez sur Remplissage auto : n Désélectionnez l’option “Remplacer tous les morceaux lors du remplissage auto.” En cliquant sur Remplissage auto, les morceaux que vous avez déjà sélectionnés ne sont pas effacés et iTunes sélectionne de nouveaux morceaux pour remplir l’espace disponible sur l’iPod shuffle. Conversion de morceaux pour économiser de l’espace sur l’iPod shuffle Les morceaux encodés n’utilisant pas le format AAC peuvent occuper plus d’espace. Vous pouvez configurer iTunes pour convertir les morceaux à débit supérieur lors de leur transfert, afin qu’ils occupent moins d’espace sur l’iPod shuffle. Pour configurer iTunes afin de convertir au format AAC à 128 kbps les morceaux à débit supérieur lors de leur transfert : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, sélectionnez iPod shuffle dans la liste Source et cliquez sur le bouton Options. Bouton Options14 Transfert et lecture de votre musique 3 Sélectionnez “Convertir en AAC de 128 kbps les morceaux à débit supérieur”. Remarque : en sélectionnant cette option, les morceaux encodés aux formats AIFF ou Apple Lossless sont convertis à 128 kbps lors de leur transfert vers l’iPod shuffle (les fichiers des morceaux dans iTunes ne sont pas affectés). Dans le cas contraire, iPod shuffle ne lit pas les morceaux dans ces formats d’encodage. Formats de fichiers audio pris en charge par l’iPod shuffle • AAC (M4A, M4B, M4P) (jusqu’à 320 Kb/s) • MP3 (jusqu’à 320 Kb/s) • MP3 Variable Bit Rate (VBR) • WAV • AA (texte lu audible.com, formats 2, 3 et 4) Un morceau encodé au format AAC ou MP3 possède la même qualité qu’un CD tout en occupant deux fois moins d’espace qu’un morceau encodé au format AIFF ou WAV. Quand vous importez de la musique depuis un CD à l’aide d’iTunes, elle est convertie par défaut au format AAC. Si vous utilisez iTunes pour Windows, vous pouvez convertir les fichiers WMA non protégés au format AAC ou MP3. Cela peut être utile si vous disposez d’une bibliothèque de musique encodée au format WMA. Pour plus d’informations, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. L’iPod shuffle ne prend pas en charge les fichiers audio AIFF, Apple Lossless, MPEG Layer 1, MPEG Layer 2, WMA ni le format 1 d’audible.com. Transfert et lecture de votre musique 15 Utilisation des commandes de l’iPod shuffle Utilisez les commandes de l’iPod shuffle pour lire et interrompre des morceaux mais aussi modifier le volume. Utilisez le bouton situé au dos de l’iPod shuffle pour configurer l’iPod shuffle afin de lire les morceaux dans l’ordre ou dans le désordre. Réglage du volume (+) Voyant d’état Port pour les écouteurs Bouton Lecture/Pause Précédent/Rembobiner Réglage du volume (-) Suivant/Avance rapide Position Éteint Lecture dans l'ordre Lecture aléatoire Voyant/bouton d’état de la batterie Connecteur USB16 Transfert et lecture de votre musique Commandes de l’iPod shuffle Configurer l’iPod shuffle pour lire les morceaux dans l’ordre Réglez le bouton pour lire les morceaux dans l’ordre(/). ConfigureriPod shuffle pour mélanger les morceaux Réglez le bouton pour mélanger (¡). Aller au début de la liste de lecture Appuyez trios fois rapidement sur les boutons Lecture/Pause (’). Éteindre l’iPod shuffle Réglez le bouton sur Off. Lire ou interrompre un morceau Appuyez sur le bouton Lecture/Pause (’). Lorsque l'iPod shuffle est mis sur pause, le voyant d'état est vert et clignote pendant une minute. Réglage du volume Appuyez sur le bouton (?) pour augmenter le volume ou (D) pour le baisser. Saut au morceau suivant Appuyez sur le bouton Suivant/Avance rapide (‘).Transfert et lecture de votre musique 17 Réécouter le morceau ou lire le morceau précédent Appuyez une fois sur le bouton Précédent/ Rembobiner (]) pour réécouter un morceau. Appuyez deux fois dessus pour lire le morceau précédent. Avance rapide ou rembobiner Maintenez enfoncé le bouton Suivant/Avance rapide (‘) ou Précédent/Rembobiner (]). Désactivation des boutons de l’iPod shuffle (Pour ne pas les utiliser accidentellement) Maintenez enfoncé le bouton Lecture/Pause (’) pendant 3 secondes environ. Le voyant d'état est orange et clignote trois fois. Maintenez à nouveau le bouton Lecture/Pause enfoncé pour activer les boutons. Vérification du niveau de la batterie Appuyez sur le bouton d’état de la batterie. Voir page 19. Commandes de l’iPod shuffle18 1 Recharge de la batterie Lisez cette rubrique pour en savoir plus sur la recharge de la batterie de l’iPod shuffle. L’iPod shuffle possède une batterie rechargeable, interne et que vous ne pouvez pas remplacer vous-même. Pour recharger la batterie de l’iPod shuffle : Retirez le cache USB et connectez l’iPod shuffle à un port USB à forte alimentation sur votre ordinateur. Le voyant d’état de la batterie qui se trouve sur le dos de l’iPod shuffle s’allume. Il faut environ 2 heures pour recharger la batterie de l’iPod shuffle à 80 % et 4 heures pour la recharger complètement. Lorsque la batterie se recharge, son voyant d’état de l’iPod shuffle s’allume en jaune. Une fois la batterie complètement rechargée, le voyant devient vert jusqu’à ce que vous déconnectiez l’iPod shuffle. Si le voyant d'état ne s'allume pas, essayez d’utiliser un autre port USB de votre ordinateur. Remarque : si l'iPod shuffle est utilisé en tant que disque (voir page 20), le voyant d'état clignote de couleur jaune de façon continue.Recharge de la batterie 19 Remarque : les batteries rechargeables ont un nombre limité de cycles de recharge. La durée de vie de la batterie et le nombre de cycles de recharge varient en fonction de l’utilisation et des réglages de l’iPod. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.apple.com/fr/batteries. Pour vérifier l’état de la batterie : Appuyez sur le bouton d’état de la batterie, au dos de l’iPod shuffle. Le voyant d’état de la batterie indique le niveau de la recharge. Si le voyant d'état de la batterie et vert lorsque vous appuyez sur le bouton d'état de la batterie, l'iPod shuffle est suffisamment rechargé. Si le voyant est jaune, l'iPod shuffle est faiblement rechargé ; s'il est rouge, l'iPod shuffle est pratiquement déchargé et vous devez le recharger rapidement. Si aucun voyant ne s'allume, la batterie est complètement déchargée : rechargez l'iPod shuffle pour pouvoir l'utiliser. Bouton d’état de la batterie Voyant d’état de la batterie20 1 Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle Lisez cette rubrique pour en savoir plus sur l’utilisation de l’iPod shuffle comme disque dur externe. Vous pouvez stocker des données sur l’iPod shuffle, et connecter celui-ci à un autre ordinateur pour transférer ces données. Pour utiliser l’iPod shuffle comme disque dur : 1 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur. 2 Dans iTunes, selectionnez iPod shuffle dans la liste Source puis cliquez sur le bouton Options. 3 Sélectionnez Activer l’utilisation du disque. 4 Si vous souhaitez réserver une certaine quantité d’espace au stockage de vos fichiers, utilisez le curseur d’allocation de stockage. Bouton OptionsStockage de fichiers sur l’iPod shuffle 21 Remarque : pour faire de la place aux morceaux, vous devez supprimer des fichiers de l’iPod shuffle. Lorsque vous utilisez l’iPod shuffle comme disque dur, le voyant d'état sur la face avant de l'iPod est orange et clignote de façon continue et l’icône du disque dur de l’iPod shuffle apparaît sur le bureau si vous utilisez un Mac, ou bien la lettre de lecteur suivante disponible dans l’Explorateur Windows si vous utilisez un PC sous Windows. Faites glisser des fichiers à partir de et en direction de l’iPod shuffle afin de les copier. Éjection de l’iPod shuffle Important : si le voyant d'état de l'ipod shuffle est orange et clignote, éjectez l'iPod shuffle avant de le déconnecter de l'ordinateur. Si vous n’éjectez pas l’iPod shuffle avant de le déconnecter, vous risquez d’endommager les fichiers qui s’y trouvent. Pour éjecter l’iPod shuffle : n Cliquez sur le bouton d’éjection (C) à côté de l’iPod shuffle dans la liste Source d’iTunes. Si vous utilisez un Mac, vous pouvez également éjecter l’iPod shuffle en faisant glisser son icône sur le bureau jusque dans la Corbeille. Si vous utilisez un PC sous Windows, vous pouvez éjecter l’iPod shuffle en cliquant sur l’icône Supprimer le périphérique en toute sécurité de la barre des tâches Windows puis en le sélectionnant. Prévention de l’ouverture automatique d’iTunes Si vous utilisez l’iPod shuffle principalement comme disque dur, il est recommandé d’empêcher l’ouverture automatique d’iTunes lorsque vous connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur.22 Stockage de fichiers sur l’iPod shuffle Pour empêcher iTunes de s’ouvrir automatiquement quand vous connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur : 1 Dans iTunes, selectionnez iPod shuffle dans la liste Source puis cliquez sur le bouton Options. 2 Désélectionnez l’option “Ouvrir iTunes à la connexion de cet iPod”.23 1 Accessoires de l’iPod shuffle L’iPod shuffle est accompagné d’un certain nombre d’accessoires mais bien d’autres sont disponibles sur www.apple.com/francestore. Écouteurs Apple Earphones L’iPod shuffle est livré avec une paire d’écouteurs de grande qualité. Pour utiliser ces écouteurs : n Branchez-les écouteurs sur le port correspondant, puis placez-les dans vos oreilles comme illustré. Le cordon des écouteurs est réglable24 Accessoires de l’iPod shuffle Cordon de l’iPod shuffle Retirez le cache USB de l’iPod shuffle, puis attachez fermement l’iPod shuffle au cordon. Pour détacher l’iPod shuffle, retirez simplement le cordon. Accessoires disponibles Vous pouvez acheter des accessoires de l’iPod shuffle sur www.apple.com/francestore. Parmi les accessoires disponibles, citons : • Le socle iPod shuffle Dock • Le brassard de l’iPod shuffle • L’adaptateur secteur USB iPod Power Adapter • Des accessoires supplémentaires comme par exemple haut-parleurs, casques d’écoute, adaptateurs stéréo pour votre voiture et bien d’autres encore Avertissement : faites attention lorsque vous transportez l’iPod shuffle avec le cordon. Certaines activités peuvent comporter un risque de blessure, surtout si le cordon se coince quelque part (par exemple si vous courez, si vous faites du vélo ou bien si vous travaillez avec des machines). Enclenchez l’iPod shuffle au cordon.25 1 Astuces et dépannage La plupart des problèmes de l’iPod shuffle peuvent être rapidement résolus en suivant les conseils de ce chapitre. Votre iPod shuffle ne s’allume pas ou ne répond plus • Si le voyant d'état est orange et clignote lorsque vous appuyez sur un bouton, cela signifie que les boutons de l'iPod shuffle sont désactivés. Maintenez le bouton Lecture/Pause enfoncé pendant environ trois secondes, jusqu'à ce que le voyant d'état vert clignote. • Si vous n'obtenez aucun résultat, connectez l'iPod shuffle à un port USB à forte alimentation sur votre ordinateur. Votre iPod shuffle a peut-être besoin d'être rechargé. • Éteignez l'iPod shuffle, patientez cinq secondes puis rallumez-le. • Si le problème persiste, il se peut que vous deviez restaurer le logiciel de l’iPod shuffle. Consultez “Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle” à la page 27. Votre iPod shuffle ne lit plus la musique • Assurez-vous que les écouteurs sont correctement connectés. • Assurez-vous que le volume est correctement réglé. 26 Astuces et dépannage • Si le problème persiste, appuyez sur le bouton Lecture/Pause. Votre iPod shuffle est peut-être en mode pause. Rien ne se produit si vous connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur • Connectez l’iPod shuffle à un port USB à forte alimentation de votre ordinateur. Il a peut-être besoin d’être rechargé. Remarque : avec les versions de Mac OS X antérieures à Mac OS X 10.3.6, vous ne pouvez utiliser l’iPod shuffle qu’avec un port USB à forte alimentation. • Assurez-vous que l’iPod shuffle est bien connecté à votre ordinateur. Assurez-vous que le connecteur est orienté correctement. Il ne peut être inséré que dans un sens. • Éteignez l’iPod shuffle, patientez cinq secondes puis rallumez-le. • Assurez-vous que vous avez installé le logiciel situé sur le CD de l’iPod. • Assurez-vous que vous disposez de l’ordinateur et du logiciel requis. Consultez “Configuration requise” à la page 4. • Si le problème persiste, il se peut que vous deviez restaurer le logiciel de l’iPod shuffle. Consultez la rubrique “Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle” ci-dessous. Si l’iPod shuffle s’adapte pas au port USB • Vous pouvez le connecter à l’aide d’un socle iPod shuffle Dock ou d’un câble d’extension USB, disponibles sur www.apple.com/francestore. Si le transfert des morceaux est lent • Connectez l’iPod shuffle à un port USB 2.0 de votre ordinateur pour réaliser des transferts plus rapides. Une connexion USB 2.0 permet de transférer des morceaux et des données beaucoup vite qu’une connexion USB 1.1.Astuces et dépannage 27 Mise à jour et restauration du logiciel de l’iPod shuffle Apple met régulièrement à jour le logiciel de l’iPod shuffle pour améliorer ses performances ou lui ajouter des fonctionnalités. Il vous est recommandé de mettre à jour votre iPod shuffle pour utiliser le logiciel le plus récent. Vous pouvez soit mettre à jour, soit restaurer le logiciel de l’iPod shuffle • Si vous choisissez de mettre à jour, le logiciel sera mis à jour, mais vos réglages et morceaux seront conservés. • Si vous choisissez de restaurer, tous les morceaux et données seront effacés de votre iPod shuffle. Tous les réglages d’origine de l’iPod shuffle seront rétablis. Pour mettre à jour ou restaurer l’iPod shuffle avec le logiciel le plus récent : 1 Allez à l’adresse www.apple.com/fr/support/ipod et téléchargez la dernière mise à jour de l’iPod. La mise à jour comprend le logiciel le plus récent pour tous les modèles d’iPod. 2 Double-cliquez sur le fichier d’installation du logiciel et suivez les instructions à l’écran pour installer la mise à jour de l’iPod shuffle. 3 Connectez l’iPod shuffle à votre ordinateur et ouvrez iTunes. L’application de mise à jour de l’iPod s’ouvre. Si vous utilisez un PC sous Windows et que l’application de mise à jour de l’iPod ne s’ouvre pas automatiquement, vous pouvez la lancer en sélectionnant Démarrer > Programmes > iPod. 4 Suivez les instructions à l’écran pour mettre à jour ou restaurer le logiciel de l’iPod shuffle. Si vous utilisez l’application de mise à jour de l’iPod et qu’elle ne détecte pas que l’iPod shuffle est connecté à votre ordinateur, réinitialisez l’iPod shuffle.28 Astuces et dépannage Si vous souhaitez restaurer le logiciel de l’iPod shuffle et que vous ne disposez pas d’une connexion à Internet, vous pouvez utiliser l’application de mise à jour de l’iPod installée sur votre ordinateur en même temps que le logiciel à partir du CD de l’iPod. Pour restaurer le logiciel de l’iPod shuffle à l’aide du programme de mise à jour de l’iPod fourni sur le CD de l’iPod : • Si vous possédez un Mac, vous pouvez trouver le programme de mise à jour de l’iPod dans Applications/Utilitaires/Logiciel iPod. • Si vous possédez un PC sous Windows, vous pouvez le trouver en sélectionnant Démarrer > Programmes > iPod.29 1 En savoir plus, service et assistance Vous trouverez plus d’informations sur l’utilisation de l’iPod shuffle dans l’aide à l’écran et sur le Web. Aide à l’écran Pour en savoir plus sur l’utilisation d’iTunes, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. Ressources en ligne Pour obtenir les toutes dernières informations sur l’iPod shuffle, consultez le site Web www.apple.com/fr/ipod. Pour consulter l’initiation en ligne de l’iPod shuffle, les informations sur les services et l’assistance concernant l’iPod shuffle, ainsi que les téléchargements de logiciels Apple les plus récents, rendez-vous sur www.apple.com/fr/support/ipod. Pour enregistrer l’iPod shuffle, rendez-vous sur www.apple.com/register.30 En savoir plus, service et assistance Obtention du service assuré par garantie Si, malgré tout, le périphérique continue à ne pas fonctionner, rendez-vous sur www.apple.com/fr/support pour en savoir sur la manière d'obtenir un service dans le cadre de la garantie. Emplacement du numéro de série de votre iPod shuffle Le numéro de série est imprimé au dos de votre iPod shuffle, à côté du connecteur USB.31 1 Sécurité et entretien Lisez cette rubrique pour en savoir plus sur la sécurité d’utilisation et l’entretien de l’iPod shuffle. Nettoyage Respectez les règles générales suivantes lorsque vous nettoyez l’extérieur de votre iPod shuffle et ses composants : • Assurez-vous que votre iPod shuffle est débranché. • Utilisez un chiffon doux, humide et non pelucheux. Évitez toute pénétration d’humidité dans les orifices de l’appareil. • N’utilisez ni vaporisateur aérosol, ni dissolvant, ni alcool, ni abrasif. À propos de la manipulation Une manipulation ou un rangement inappropriés peuvent endommager votre iPod shuffle. Veillez à ne pas faire tomber votre iPod shuffle lorsque vous l’utilisez ou le transportez. Remettez le cache USB sur l’iPod shuffle lorsque celui-ci n’est pas connecté à votre ordinateur.32 Sécurité et entretien Instructions de sécurité importantes Lorsque vous installez et utilisez votre iPod shuffle, ne perdez pas de vue les points suivants : • Respectez toutes les instructions et les avertissements concernant votre iPod shuffle. • Conservez ces instructions à portée de main pour que vous ou d’autres personnes puissiez vous y reporter. Connecteurs et Ports N’essayez jamais de brancher un connecteur dans un port. Si le connecteur et le port ne s’assemblent pas avec une relative facilité, c’est probablement parce qu’ils ne sont pas compatibles. Assurez-vous que le connecteur est compatible avec le port et que vous l’avez positionné correctement par rapport à ce dernier. Avertissement : les appareils électriques peuvent s’avérer dangereux s’ils ne sont pas utilisés correctement. L’utilisation de ce produit ou de produits analogues doit toujours être supervisée par un adulte. Ne laissez jamais les enfants accéder à la partie interne de tout produit électrique ni manipuler aucun câble.Sécurité et entretien 33 N’utilisez jamais les écouteurs au volant Important : l’utilisation des écouteurs n’est pas recommandée lorsque vous conduisez et constitue d’ailleurs une infraction au code de la route dans certains endroits. Soyez prudent et attentif au volant. Cessez d’utiliser votre iPod shuffle si vous vous rendez compte que cela vous distrait ou vous dérange lorsque vous conduisez un véhicule ou lorsque vous réalisez quelque autre activité nécessitant toute votre attention. À propos des températures d’utilisation et de stockage • Utilisez votre iPod shuffle dans un endroit où la température est toujours comprise entre 0 et 35 ºC. • Rangez votre iPod shuffle dans un endroit où la température est toujours comprise entre -20º et 45 ºC. Ne laissez pas l’iPod shuffle dans votre voiture car la température dans les voitures en stationnement peut dépasser cette fourchette. • L’autonomie de l’iPod shuffle peut diminuer temporairement dans des conditions de basses températures. Avertissement : vous risquez une perte d’audition irréparable si vous écoutez de la musique à très haut volume avec un casque ou des écouteurs. Vous pouvez vous habituer petit à petit à un volume de son plus élevé qui peut vous paraître normal mais entraîner une détérioration de votre audition. Pour vous éviter ce risque, réglez le volume de votre iPod shuffle à un niveau raisonnable. Si vous entendez un sifflement, diminuez le volume ou pensez à interrompre régulièrement l’utilisation de votre iPod shuffle.34 Sécurité et entretien Éviter les endroits humides • Gardez votre iPod shuffle à l’écart de toute source de liquide telle que boissons, lavabos, baignoires, cabines de douche, pluie, etc. S’il vous arrive de renverser un liquide sur votre iPod, il se peut que vous deviez le renvoyer à Apple pour une réparation. Reportez-vous à la section “En savoir plus, service et assistance” à la page 29. N’effectuez aucune réparation vous-même Pour toute réparation, reportez-vous à la section “En savoir plus, service et assistance” à la page 29. Avertissement : pour réduire les risques d’électrocution ou d’accident, n’utilisez pas votre iPod shuffle dans l’eau, près de l’eau ou dans des endroits humides. Avertissement : n’essayez pas d’ouvrir votre iPod shuffle, de le démonter ou de retirer la batterie. Vous courez le risque de recevoir une décharge électrique et d’annuler la garantie limitée. L’appareil ne contient pas de pièces qui puissent être réparées par l’utilisateur.35 Communications Regulation Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures: • Turn the television or radio antenna until the interference stops. • Move the computer to one side or the other of the television or radio. • Move the computer farther away from the television or radio. • Plug the computer in to an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/ television technician for additional suggestions.36 Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product was tested for EMC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple Authorized Reseller. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Computer, Inc. Product Compliance, 1 Infinite Loop M/S 26-A, Cupertino, CA 95014-2084, 408-974-2000. Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. VCCI Class B Statement Caractéristiques électriques 5 V C.C. 1 A maximum Batterie Votre iPod shuffle renferme une batterie. Si vous rencontrez des problèmes avec celle-ci, assurezvous d’actualiser l’iPod shuffle avec le logiciel le plus récent. Si les problèmes persistent, vous trouverez plus d’informations sur www.apple.com/fr/support/ipod. Débarrassezvous de l’iPod shuffle en respectant les lois et les directives environnementales locales.37 Taïwan : Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Communauté Européenne Conforme aux directives européennes 72/23/ EEC et 89/336/EEC. Apple et l’environnement Chez Apple, nous sommes conscients de la responsabilité qui nous incombe de réduire les impacts écologiques de nos activités et de nos produits. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.apple.com/environment/summary.html. © 2005 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, iPod, iTunes, Mac, Macintosh et Mac OS sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder est une marque d’Apple Computer, Inc. Apple Store et iTunes Music Store sont des marques de service d’Apple Computer, Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays.www.apple.com/fr/ipod www.apple.com/fr/support/ipod F019-0342-A MacBook Guide de l’utilisateur Contient des informations sur la configuration, l’extension et le dépannage de votre MacBook F3626M42.book Page 1 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMK Apple Computer, Inc © 2006 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. En application des lois et conventions en vigueur, aucune reproduction totale ni partielle du manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Tout a été mis en œuvre pour que les informations pré- sentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, AppleTalk, Final Cut, FireWire, iCal, iDVD, iLife, iMac, iMovie, iPhoto, iPod, iTunes, Mac, le logo Mac, Mac OS, Macintosh et QuickTime sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. AirPort Express, Exposé, FileVault, Finder, le logo FireWire, iSight, MacBook, Guide des Produits Macintosh, MagSafe, Safari, Spotlight, SuperDrive et Tiger sont des marques d’Apple Computer Inc. AppleCare, Apple Store et iTunes Music Store sont des marques de service d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. .Mac est une marque de service d’Apple Computer, Inc. ENERGY STAR® est une marque déposée aux États-Unis. Intel et Intel Core sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. La marque et les logos Bluetooth® sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple Computer, Inc. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. «Dolby», «Pro Logic» et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Travaux confidentiels inédits. © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. F3626M42.book Page 2 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMLe produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur ellesmêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets nos 4 631 603, 4 577 216, 4 819 098 et 4 907 093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. F3626M42.book Page 3 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMF3626M42.book Page 4 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM5 Table des matières 9 Chapitre 1 : Premiers contacts 10 Configuration de votre MacBook 18 Composants de base de votre MacBook 20 Fonctionnalités du clavier de votre MacBook 22 Composants supplémentaires de votre MacBook 24 Extinction ou suspension d’activité de votre MacBook 26 Étalonnage de la batterie 27 Informations supplémentaires 28 Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac 29 Chapitre 2 : Familiarisation avec votre MacBook 30 Réglage de l’écran 32 Utilisation de l’adaptateur secteur 34 Utilisation du trackpad 35 Utilisation du clavier 36 Utilisation d’une souris 37 Utilisation de la télécommande Apple Remote et de Front Row 43 Utilisation de la caméra vidéo iSight intégrée F3626M42.book Page 5 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM6 Table des matières 48 À propos de Mac OS X 49 Personnalisation du bureau et réglage des préférences 50 Utilisation des applications 51 Lorsqu’une application ne répond plus 51 Maintien à jour de vos logiciels 52 Connexion à une imprimante 53 Lecture d’un CD et connexion d’un casque d’écoute 54 Connexion d’un appareil photo ou de tout autre périphérique FireWire ou USB 54 Transfert de fichiers depuis ou vers un autre ordinateur 57 Chapitre 3 : Utilisation de votre MacBook 58 Utilisation de périphériques USB (Universal Serial Bus) 62 Connexion via FireWire 66 Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort 67 Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth 69 Connexion via Ethernet 71 Gestion de la vidéo externe 75 Connexion de haut-parleurs et autres périphériques audio 76 Utilisation du lecteur optique 81 Technologie Sudden Motion Sensor 81 Utilisation de la batterie 87 Protection de votre MacBook F3626M42.book Page 6 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMTable des matières 7 89 Chapitre 4 : Ajout de mémoire à votre MacBook 90 Installation de mémoire supplémentaire 97 Reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre MacBook 99 Chapitre 5 : Dépannage 100 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur 103 Autres problèmes 106 Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur 108 Utilisation d’Apple Hardware Test 109 Localisation du numéro de série de votre produit 111 Annexe A : Caractéristiques 113 Annexe B : Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 113 Consignes générales de sécurité 115 Configuration de votre MacBook et de l’adaptateur secteur 116 Utilisation de votre MacBook 118 Comment éviter les problèmes auditifs 120 Ergonomie 122 À propos d’Apple et de l’environnement 123 Annexe C : Connexion à Internet 125 Regroupement des informations nécessaires 127 Saisie de vos informations F3626M42.book Page 7 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM8 Table des matières 129 Dépannage de votre connexion 133 Annexe D : Les dix questions principales 139 Communications Regulation Information F3626M42.book Page 8 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM9 1 1 Premiers contacts Votre MacBook comprend les composants suivants : Important : lisez attentivement toutes les instructions d’installation (et les consignes de sécurité de l’annexe B, «Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien», à la page 113) avant de brancher votre ordinateur sur une prise secteur. Câble secteur Télécommande Apple Remote Fiche secteur Adaptateur secteur MagSafe de 60 W MENU F3626M42.book Page 9 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM10 Chapitre 1 Premiers contacts Configuration de votre MacBook Votre MacBook est conçu pour être configuré rapidement et utilisé immédiatement. Les pages suivantes contiennent des informations qui vous guident tout au long du processus de configuration, notamment :  branchement de l’adaptateur secteur Apple MagSafe de 60 W ;  connexion des câbles ;  mise sous tension de votre MacBook ;  configuration d’un compte d’utilisateur et d’autres paramètres via Assistant réglages. Étape 1 : branchez l’adaptateur secteur Apple MagSafe de 60 W Si l’adaptateur secteur est entouré d’un film protecteur, retirez ce dernier avant de configurer votre MacBook. m Branchez la fiche secteur de votre adaptateur sur une prise secteur. Branchez ensuite la fiche de l’adaptateur secteur sur le port d’adaptateur secteur du MacBook. Lorsque vous rapprochez la fiche du port, vous ressentirez la force d’un aimant attirant la fiche de l’adaptateur secteur. Fiche secteur F3626M42.book Page 10 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 11 Pour étendre la portée de votre adaptateur, vous pouvez y connecter le câble d’alimentation secteur. Tirez d’abord sur la fiche secteur pour la retirer de l’adaptateur, puis connectez-y le câble d’alimentation secteur inclus. Branchez l’autre extrémité sur une prise secteur. Une illustration de cette opération se trouve à la page 33. Étape 2 : connectez vos câbles Pour obtenir une connexion Internet, connectez votre MacBook à un modem DSL, un modem câble, un modem externe ou un réseau Ethernet. Si vous vous connectez à un réseau sans fil tel qu’AirPort Extreme, vous n’avez pas besoin de câbles. Pour obtenir des informations sur les types de connexions, consultez l’annexe C, «Connexion à Internet», à la page 123. Avertissement : assurez-vous que la fiche secteur est complètement insérée dans l’adaptateur et que les broches de votre fiche secteur sont complètement déployées avant de brancher l’adaptateur sur la prise secteur. ¯ Câble secteur Fiche secteur Fiche de l’adaptateur Port de l’adaptateur secteur secteur F3626M42.book Page 11 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM12 Chapitre 1 Premiers contacts Remarque : pour une connexion par ligne téléphonique, vous aurez besoin du modem USB externe d’Apple, disponible sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore ou auprès des revendeurs agréés Apple. Branchez le modem USB d’Apple dans un port USB du MacBook, puis connectez un câble téléphonique (non inclus) entre le modem et une prise téléphonique. Pour se connecter à un modem DSL ou câble ou à un réseau Ethernet : m Connectez le câble à votre modem DSL ou modem câble comme indiqué dans les instructions du modem ou bien connectez le câble Ethernet à un concentrateur ou une prise Ethernet. Branchez ensuite l’autre extrémité du câble au port Ethernet de l’ordinateur. Remarque : si vous souhaitez utiliser AirPort pour vous connecter sans fil, les réseaux sans fil disponibles sont détectés lorsque vous allumez votre ordinateur. Si nécessaire, choisissez «Activer AirPort» dans le menu d’état AirPort (Z) de la barre des menus, puis choisissez votre réseau. G Câble Ethernet Port Ethernet Gigabit (10/100/1000Base-T) F3626M42.book Page 12 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 13 Étape 3 : allumez votre MacBook 1 Pour allumer votre MacBook, appuyez rapidement (jusqu’à une seconde) sur le bouton d’alimentation (®). Votre ordinateur émet un signal sonore lorsque vous l’allumez. Après avoir entendu ce signal, n’appuyez pas sur le bouton d’alimentation, car vous risqueriez d’éteindre l’ordinateur. Sa mise en route prend quelques instants. Après le démarrage, Assistant réglages s’ouvre automatiquement. ® Bouton d’alimentation Lampe témoin de suspension d’activité F3626M42.book Page 13 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM14 Chapitre 1 Premiers contacts 2 Le trackpad de votre MacBook permet de sélectionner et de déplacer des éléments à l’écran de la même façon que la souris d’un ordinateur de bureau.  Pour déplacer le pointeur à l’écran, glissez votre index sur le trackpad. Important : n’utilisez qu’un seul doigt sur le trackpad pour déplacer le pointeur. Le trackpad vous permet de faire défiler en déplaçant deux doigts. Cette fonction est activée par défaut. Pour toute information supplémentaire, consultez la section «Utilisation du trackpad» à la page 34.  Utilisez le bouton du trackpad pour sélectionner un élément, cliquer ou faire un double-clic. Trackpad Bouton du trackpad F3626M42.book Page 14 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 15 Étape 4 : configurez votre MacBook à l’aide d’Assistant réglages La première fois que vous démarrez votre ordinateur, Assistant réglages se met en route. Il vous aide à saisir les informations concernant la configuration Internet et le courrier électronique et à configurer un compte d’utilisateur sur votre ordinateur. Si vous possédez déjà un ordinateur Macintosh, l’Assistant réglages peut vous aider à transférer automatiquement les fichiers, les applications et d’autres informations depuis votre ancien ordinateur vers votre nouveau MacBook. Problèmes de mise sous tension de l’ordinateur Rien ne se produit lorsque vous appuyez sur le bouton d’alimentation (®).  La batterie est peut-être déchargée. Assurez-vous que l’adaptateur secteur est fermement connecté à l’ordinateur et relié à une prise secteur. La prise de l’adaptateur secteur doit s’éclairer lorsque que vous la branchez sur l’ordinateur.  Si l’ordinateur ne démarre toujours pas, consultez la section «Problèmes vous empê- chant d’utiliser votre ordinateur» à la page 100. Un point d’interrogation clignotant sur une icône de disque ou de dossier apparaît à l’écran. Cette icône signifie généralement que l’ordinateur ne parvient pas à localiser le logiciel système sur le disque dur interne ou sur tout disque externe relié à l’ordinateur. Déconnectez tous les périphériques externes puis essayez de redémarrer. Maintenez enfoncé le bouton d’alimentation (®) de 8 à 10 secondes jusqu’à l’arrêt de l’ordinateur. Appuyez ensuite de nouveau sur le bouton d’alimentation. Si le problème persiste, vous devrez peut-être réinstaller le logiciel système. Voir «Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur» à la page 106. F3626M42.book Page 15 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM16 Chapitre 1 Premiers contacts Pour transférer des informations, vérifiez les éléments suivants :  Votre autre ordinateur Mac dispose d’un port FireWire intégré et prend en charge le mode disque cible FireWire.  Votre autre ordinateur Mac fonctionne sous Mac OS X version 10.1 ou ultérieure.  Vous disposez d’un câble FireWire standard 6 broches vers 6 broches. Assistant réglages vous guide tout au long du processus de transfert d’informations ; il vous suffit de suivre les instructions à l’écran. Le transfert des informations vers votre MacBook n’a aucune conséquence sur les informations qui se trouvent sur l’autre Mac (si vous avez partitionné le disque dur du nouveau MacBook, toutes les informations présentes sur l’autre Mac seront transférées vers une seule partition). Assistant réglages vous permet de transférer :  les comptes d’utilisateur, y compris les préférences et le courrier électronique ;  les réglages de réseau, pour que votre nouveau MacBook soit automatiquement configuré avec les mêmes réglages de réseau que votre autre Mac ;  les fichiers et dossiers qui se trouvent sur votre disque dur et sur vos partitions. Cela vous permet d’accéder facilement aux fichiers et dossiers que vous utilisiez sur votre autre Mac ;  le dossier Applications, pour que la plupart des applications que vous utilisiez sur votre autre Mac soient installées sur votre nouveau MacBook (vous devrez peut-être réinstaller certaines applications transférées). Important : veillez à ne pas écraser des versions plus récentes d’applications déjà installées sur votre MacBook lors du transfert de ces applications. F3626M42.book Page 16 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 17 Si vous ne comptez pas conserver ou utiliser votre autre Mac, il est préférable de lui retirer son autorisation de lecture de musique, de clips vidéo ou de livres audio achetés sur le magasin de musique en ligne iTunes Music Store. Le retrait d’autorisation d’accès à un ordinateur empêche toute autre personne de lire la musique, les clips vidéo et les livres audio que vous avez achetés et permet de libérer une autre autorisation (un compte iTunes vous permet d’autoriser jusqu’à cinq ordinateurs seulement). Pour plus d’informations sur le retrait d’autorisation, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. Si vous n’utilisez pas l’Assistant réglages pour transférer vos informations lors du démarrage initial de votre MacBook, vous pouvez le faire ultérieurement. Allez dans le dossier Applications, ouvrez le dossier Utilitaires, puis double-cliquez sur Assistant migration. Remarque : si vous avez utilisé Assistant réglages pour transférer vos informations à partir de votre autre Macintosh et que vous souhaitez utiliser l’Assistant migration pour transférer à nouveau des informations, assurez-vous que FileVault est désactivé sur l’autre Macintosh. Pour désactiver FileVault, ouvrez la fenêtre Sécurité des Préférences Système et cliquez sur Désactiver FileVault. Suivez les instructions à l’écran. Assistant réglages peut également vous aider à configurer la connexion à Internet de votre ordinateur. Pour les particuliers, l’accès à Internet requiert généralement l’ouverture d’un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (éventuellement payant). Si vous disposez déjà d’un compte Internet, consultez l’annexe C, «Connexion à Internet», à la page 123 pour savoir quelles sont les informations à saisir. Félicitations, votre ordinateur est prêt ! F3626M42.book Page 17 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM18 Chapitre 1 Premiers contacts Composants de base de votre MacBook ®? ® Bouton d’alimentation Lampe témoin de la caméra Caméra iSight Microphone Haut-parleurs stéréo Lampe témoin de suspension d’activité Récepteur à infrarouge Trackpad Bouton du trackpad Lecteur optique à chargement par fente F3626M42.book Page 18 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 19 Microphone Permet de capturer des sons directement avec ce microphone intégré (situé à gauche de la caméra iSight). Caméra iSight intégrée et lampe témoin de la caméra Participez à une vidéoconférence avec d’autres via l’application iChat AV incluse. La lampe témoin de la caméra brille lorsque la caméra capture et affiche des données vidéo. Haut-parleurs stéréo intégrés (3) Permettent d’écouter de la musique, des films, des jeux et d’autres types de données multimédia. Trackpad Permet de déplacer le pointeur sur l’écran du MacBook en utilisant un doigt ; inclut également une fonction de défilement en utilisant deux doigts sur le trackpad. Lampe témoin de suspension d’activité Une lumière blanche clignote lorsque le MacBook est en suspension d’activité. Récepteur à infrarouge intégré Utilisez votre télécommande Apple Remote et le récepteur infrarouge intégré pour contrôler votre MacBook à distance. Lecteur de disque optique à chargement par fente Votre disque optique peut lire des disques CD et DVD et écrire sur des CD. Si vous disposez d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez également écrire sur des disques DVD. Consultez «Utilisation du lecteur optique» à la page 76 pour obtenir plus de détails. ® Bouton d’alimentation Permet d’allumer ou d’éteindre votre MacBook ou d’en suspendre l’activité. F3626M42.book Page 19 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM20 Chapitre 1 Premiers contacts Fonctionnalités du clavier de votre MacBook esc num F1 F2 F3 F4 F5 F6 F7 F8 F9 F10 F11 F12 lock — i C - Touche de fonction (Fn) Touches de réglage du volume Touches de réglage de la luminosité Touche de verrouillage numérique Touche d’éjection de disques Touche Silence Touches de fonction standard Touche de bascule du mode vidéo F3626M42.book Page 20 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 21 Touche de fonction (Fn) Maintenez cette touche enfoncée pour activer les actions personnalisées affectées aux touches de fonction (F1 à F12). Pour apprendre comment personnaliser les touches de fonction, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis recherchez «touches de fonction». Touches de réglage de la luminosité Permettent d’augmenter ( ) ou de diminuer ( ) la luminosité de l’écran de votre MacBook. — Commande Silence Permet de désactiver le son provenant des haut-parleurs intégrés et du port de sortie casque. - Touches de réglage du volume Permettent d’augmenter (-) ou de diminuer (–) le volume du son provenant des haut-parleurs intégrés et du port de sortie casque. Touche de verrouillage numérique Permet d’activer et de désactiver le pavé numérique intégré au clavier du MacBook. Lorsque le pavé numérique est activé, une lumière verte brille sur la touche de verouillage numérique. i Touche de bascule du mode vidéo Permet de passer du mode double-écran (affichage de votre bureau sur l’écran intégré et sur un écran externe) au mode de recopie vidéo (affichage des mêmes informations sur les deux écrans) et vice versa. F11, F12 Par défaut, la touche F11 ouvre Exposé et la touche F12 ouvre Dashboard. C Touche d’éjection de disque Maintenez cette touche enfoncée pour éjecter un disque. Il est également possible d’éjecter un disque en faisant glisser son icône dans la Corbeille. F3626M42.book Page 21 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM22 Chapitre 1 Premiers contacts Composants supplémentaires de votre MacBook ¯ Port Ethernet Gigabit (10/100/ 1000 Base-T) G Logement de sécurité Port de sortie casque/audio numérique optique f Port d’entrée de ligne audio/ audio numérique optique , Port Mini-DVI £ Port FireWire 400 H Ports USB 2.0 Port d d’adaptateur secteur MagSafe F3626M42.book Page 22 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 23 ¯ Port de l’adaptateur secteur Apple MagSafe Branchez-y l’adaptateur secteur Apple MagSafe 60 W fourni pour recharger la batterie de votre MacBook. G Port Ethernet Gigabit (10/100/1000Base-T) Permet de se connecter soit à un réseau Ethernet haute vitesse, soit à un autre ordinateur et de transférer des fichiers. La fonction de détection automatique du port Ethernet détecte d’autres périphériques Ethernet sans avoir besoin de câble croisé Ethernet pour établir la connexion. £ Port Mini-DVI (sortie vidéo) Permet de se connecter à un affichage externe ou à un appareil de projection utilisant un connecteur DVI, VGA, composite ou S-Vidéo. Selon le type de périphérique externe auquel vous connectez votre ordinateur, utilisez un adaptateur Mini-DVI vers DVI, Mini-DVI vers VGA ou Mini-DVI vers Vidéo, tous vendus séparément à l’adresse www.apple.com/francestore. H Port FireWire 400 Permettent de connecter des périphériques à haute vitesse tels que des caméras vidéo numériques et des périphériques de stockage externes. d Deux ports haute vitesse USB 2.0 (Universal Serial Bus) Permettent de connecter des périphériques supplémentaires à votre MacBook, notamment imprimantes, unités de stockage externes, appareils photo numériques, modems, claviers ou manettes de jeu. , Port d’entrée de ligne audio/audio numérique optique Permet de connecter un micro ou un appareil audio numérique à votre MacBook. f Port de sortie casque/audio numérique optique Il permet de connecter des haut-parleurs externes, un casque ou des appareils audio numériques. Logement de sécurité Permet de protéger votre MacBook contre le vol en l’attachant à l’aide d’un câble de sécurité (vendu séparément). F3626M42.book Page 23 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM24 Chapitre 1 Premiers contacts Pour des informations supplémentaires sur ces fonctionnalités, consultez le chapitre 3, «Utilisation de votre MacBook», à la page 57. Extinction ou suspension d’activité de votre MacBook Une fois que vous avez fini d’utiliser votre MacBook, vous pouvez suspendre son activité ou l’éteindre. Suspension de l’activité de votre MacBook Suspendez l’activité de votre MacBook si vous ne comptez vous en éloigner que quelques instants. Vous pourrez ensuite le réactiver sans avoir à le redémarrer. Pour suspendre l’activité de votre ordinateur, procédez de l’une des manières suivantes :  Rabattez l’écran.  Choisissez Pomme (?) > Suspendre l’activité, dans la barre des menus.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et cliquez sur Suspendre l’activité dans la zone de dialogue qui apparaît.  Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système, cliquez sur Économiseur d’énergie et définissez un délai pour la minuterie de mise en veille. F3626M42.book Page 24 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 25  Maintenez enfoncé le bouton Lecture/Pause (’) de la télécommande Apple Remote pendant 3 secondes. Pour réactiver l’ordinateur :  Si l’écran est fermé, il suffit de l’ouvrir pour réactiver votre MacBook.  Si l’écran est déjà ouvert, appuyez sur le bouton d’alimentation (®), sur l’une des touches du clavier ou sur un bouton de la télécommande Apple Remote. Extinction de votre MacBook Si vous ne comptez pas utiliser votre MacBook pendant un jour ou deux, il est préférable de l’éteindre. La lampe témoin de suspension d’activité reste allumée quelques instants au moment de l’extinction. Pour éteindre votre ordinateur, procédez de l’une des manières suivantes :  Choisissez Pomme (?) > Éteindre, dans la barre des menus.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et cliquez sur Éteindre dans la zone de dialogue qui apparaît. Si vous comptez ranger votre MacBook pour une durée prolongée, consultez la section «Rangement de votre MacBook» à la page 117 afin d’obtenir des informations sur les mesures à prendre pour éviter que votre batterie ne se décharge complètement. Avertissement : patientez quelques secondes jusqu’à ce que la lampe témoin de suspension d’activité clignote (signalant que l’activité de l’ordinateur est suspendue et que le disque dur a cessé de tourner) avant de déplacer votre MacBook. Tout déplacement de votre ordinateur lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur. F3626M42.book Page 25 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM26 Chapitre 1 Premiers contacts Étalonnage de la batterie Pour obtenir une autonomie optimale de votre batterie, effectuez son étalonnage durant la première semaine d’utilisation de votre MacBook et répétez régulièrement cette procédure afin que votre batterie fonctionne à pleine capacité. Pour étalonner votre batterie : 1 Branchez votre adaptateur secteur et chargez complètement la batterie de votre MacBook jusqu’à ce que le témoin lumineux de l’adaptateur passe au vert et que l’icône de la batterie dans la barre des menus indique que la batterie est complètement chargée. 2 Laissez la batterie complètement rechargée pendant deux heures ou plus. Vous pouvez utiliser votre ordinateur durant cette période à condition de brancher l’adaptateur secteur. 3 Débranchez l’adaptateur secteur en gardant le MacBook allumé et commencez à l’utiliser avec la batterie. Vous pouvez utiliser votre ordinateur durant cette période. Lorsque votre batterie est presque déchargée, un message d’avertissement apparaît à l’écran. 4 Gardez votre ordinateur allumé jusqu’à ce qu’il suspende son activité. Enregistrez votre travail et fermez toutes les applications lorsque la batterie est presque déchargée et avant que le système ne suspende son activité. 5 Éteignez l’ordinateur ou mettez-le en mode de suspension d’activité pendant cinq heures ou plus. 6 Connectez l’adaptateur secteur jusqu’à ce que la batterie soit complètement rechargée. Important : recommencez la procédure d’étalonnage environ tous les deux mois afin de maintenir votre batterie dans un état optimal. Si vous n’utilisez pas fréquemment votre MacBook, il est préférable d’étalonner à nouveau la batterie au moins une fois par mois. F3626M42.book Page 26 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 1 Premiers contacts 27 Si vous avez acheté des batteries supplémentaires, appliquez-leur également la procédure d’étalonnage. Pour plus d’informations, consultez la section «Utilisation de la batterie» à la page 81. Informations supplémentaires Pour en savoir plus sur votre MacBook, consultez les ressources suivantes :  Consultez le chapitre 2, «Familiarisation avec votre MacBook», à la page 29, pour découvrir les notions importantes élémentaires.  Si vous n’êtes pas familiarisé avec Mac OS X, lisez le fascicule Bienvenue sur Tiger livré avec votre ordinateur et ouvrez l’Aide Mac pour y explorer les informations disponibles. Pour plus d’informations, consultez la section «Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac» à la page 28.  Si un problème vous empêche d’utiliser votre ordinateur, consultez le chapitre 5, «Dépannage», à la page 99.  Consultez les questions les plus fréquemment posées dans «Les dix questions principales» à la page 133 .  Pour plus d’information sur l’assistance, les groupes de discussion et les dernières nouveautés logicielles Apple à télécharger, visitez le site www.apple.com/fr/support.  Si vous ne trouvez pas de réponse à votre problème, consultez le Guide de service et support AppleCare qui accompagne votre ordinateur pour savoir comment joindre Apple. F3626M42.book Page 27 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM28 Chapitre 1 Premiers contacts Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac La plupart des informations sur l’utilisation de votre Macintosh sont disponibles directement sur votre ordinateur, dans l’Aide Mac. Pour faire apparaître l’Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône Finder dans le Dock (barre d’icônes située au bas de l’écran). 2 Choisissez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide dans la barre des menus puis sélectionnez Aide Mac). 3 Cliquez dans le champ Rechercher, tapez votre question et appuyez sur la touche Retour du clavier. Champ Rechercher F3626M42.book Page 28 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM29 2 2 Familiarisation avec votre MacBook Ce chapitre présente des notions élémentaires importantes concernant votre MacBook. Lorsque vous cessez d’utiliser votre MacBook, patientez quelques instants avant de transporter l’ordinateur afin de laisser le temps au disque dur ou à tout disque optique situé dans votre lecteur (CD ou DVD) d’arrêter de tourner. Évitez de bousculer ou de heurter votre MacBook pendant que des disques sont en train de tourner. Remarque : votre MacBook utilise la technologie Sudden Motion Sensor qui contribue à protéger le disque dur en cas de chute ou de vibrations subies par l’ordinateur. Pour plus de détails, consultez la section «Technologie Sudden Motion Sensor» à la page 81. Lorsque vous utilisez votre MacBook ou que vous rechargez sa batterie, il est normal de constater une augmentation de la température de la partie inférieure du boîtier. En cas d’utilisation prolongée, placez votre MacBook sur une surface plane et stable. Le dessous du boîtier est légèrement surélevé pour permettre la circulation d’air et assurer ainsi à l’équipement une température de fonctionnement normale. F3626M42.book Page 29 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM30 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Vous entendrez parfois de petits bruits émis par le système au démarrage ou lorsque le lecteur de disque dur et le lecteur optique sont utilisés. De même, il arrive qu’après une certaine période de fonctionnement du MacBook, un petit ventilateur se mette en marche pour refroidir le système, ce qui peut produire un léger bruit. Ce genre de sons, qu’émet le système, font partie du fonctionnement normal de votre ordinateur. Pour obtenir plus de consignes de sécurité sur la manipulation et l’utilisation de votre MacBook dans différents lieux, veuillez consulter l’annexe B, «Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien», à la page 113. Le reste du présent chapitre comprend des sections concernant l’utilisation des composants de votre MacBook, notamment l’affichage, l’adaptateur secteur, le trackpad, le clavier, la caméra iSight intégrée et la télécommande Apple Remote. Vous trouverez également des informations sur Mac OS X, l’Aide Mac, les applications et la connexion de périphériques. Réglage de l’écran Après avoir commencé à travailler sur votre nouvel MacBook, réglez si nécessaire la luminosité de l’écran pour un meilleur confort visuel. Utilisez les touches F1 et F2 portant l’icône de luminosité (¤) pour régler la luminosité de l’écran. Pour régler les préférences de votre écran dans le but d’optimiser la durée de vie de la batterie : 1 Ouvrez Préférences Système puis cliquez sur Économiseur d’énergie. 2 Dans le menu local «Réglages de», choisissez Batterie puis cliquez sur Options. F3626M42.book Page 30 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 31 3 Décochez la case «Réduire la luminosité de l’écran lors de l’utilisation de cette source d’énergie» si vous ne souhaitez pas que votre écran s’assombrisse pour réduire la consommation de la batterie. Lorsque cette fonction est activée, votre écran s’assombrit légèrement lorsque vous passez de l’utilisation de l’adaptateur secteur à celle de la batterie. Lorsque vous branchez à nouveau l’adaptateur secteur, votre écran revient à son niveau précédent de luminosité. Décochez la case «Réduire automatiquement la luminosité de l’écran avant sa mise en veille» si vous ne souhaitez pas que l’écran s’assombrisse avant que le MacBook ne suspende son activité. Modification de la taille des images à l’écran Votre MacBook est équipé d’un écran large de 13,3 pouces doté d’une résolution par défaut de 1280 x 800. Vous pouvez modifier la taille des images affichées en réglant la résolution de l’écran. Vous pouvez choisir une résolution inférieure dans la fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Lorsque vous diminuez la résolution, les éléments apparaissent plus grands à l’écran et sont par conséquent plus faciles à visualiser. Les résolutions réduites ne sont cependant pas toujours aussi nettes que la résolution d’écran par défaut. Lorsque vous employez certaines résolutions, deux bandes noires apparaissent des deux côtés de l’écran. Si vous souhaitez supprimer ces bandes, vous pouvez choisir une version «étirée» de la résolution, afin que l’image couvre l’ensemble de l’écran et les bandes. Pour changer la résolution de votre écran : m Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système dans la barre des menus. Ouvrez la fenêtre Moniteurs des Préférences Système. F3626M42.book Page 31 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM32 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Pour changer la résolution de votre écran via le menu d’état Moniteurs de la barre des menus, cliquez sur l’option «Ouvrir Moniteurs dans la barre des menus». Utilisation de l’adaptateur secteur Le branchement de l’adaptateur secteur alimente le MacBook et recharge sa batterie. Important : pour des performances optimales, n’utilisez que l’adaptateur secteur livré avec votre ordinateur ou procurez-vous un adaptateur secteur MagSafe Apple de 60 W supplémentaire. La première fois que vous connectez l’adaptateur secteur à votre ordinateur, une lampe témoin placée sur la fiche de l’adaptateur s’illumine. Une lumière orange indique que la batterie est alimentée. Une lumière verte indique que la batterie n’est pas alimentée, ce qui peut signifier que la batterie est complètement rechargée, n’est pas installée ou présente un problème. Si vous ne voyez pas de lampe témoin, votre fiche n’est probablement pas branchée correctement. Si des débris sont présents, enlevez-les. Vous pouvez contrôler le niveau de la batterie soit à l’aide du menu d’état Batterie de la barre des menus, soit en vérifiant les lampes témoins de niveau de la batterie situés sur la partie inférieure de la batterie (voir la page 81). Avertissement : le port d’adaptateur secteur du MacBook contient un aimant qui peut effacer les données d’une carte de crédit, d’un iPod ou d’autres périphériques. Pour préserver vos données, maintenez-les, ainsi que les autres supports magnétiques, à distance du port d’adaptateur secteur. F3626M42.book Page 32 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 33 Pour rallonger le câble de l’adaptateur secteur, tirez d’abord sur la fiche secteur pour la retirer de l’adaptateur. Connectez le câble secteur inclus à l’adaptateur, en vous assurant qu’il est fermement connecté. Branchez l’autre extrémité sur une prise secteur. Le câble d’alimentation secteur fournit une connexion avec mise à la terre. Utilisez le câble d’alimentation secteur et connectez-le à une prise secteur de terre chaque fois que cela est possible. Utilisez uniquement le câble d’alimentation secteur fourni avec votre adaptateur secteur. Veillez à ce que le connecteur soit fermement engagé dans le port de l’adaptateur secteur de l’ordinateur afin de garantir l’arrivée de courant à l’ordinateur. Si le câble est correctement branché, une lampe témoin s’allume à l’extrémité du câble branché sur votre MacBook . Lorsque vous déconnectez l’adaptateur secteur d’une prise de courant ou de l’ordinateur, débranchez la prise et non le câble. Pour obtenir des consignes de sécurité concernant l’utilisation de votre adaptateur secteur, consultez la section «Configuration de votre MacBook et de l’adaptateur secteur» à la page 115. Câble secteur Fiche secteur F3626M42.book Page 33 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM34 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Utilisation du trackpad La distance de déplacement du pointeur à l’écran dépend de la vitesse à laquelle vous déplacez votre doigt sur le trackpad. Pour déplacer le pointeur sur une courte distance à l’écran, faites glisser l’index lentement sur le trackpad ; plus le déplacement du doigt est rapide, plus la distance parcourue par le pointeur à l’écran est grande. Vous pouvez également régler la vitesse de déplacement dans la fenêtre Clavier et souris des Préférences Système. Vous pouvez faire défiler verticalement ou horizontalement une fenêtre munie de barres de défilement en déplaçant deux doigts sur le trackpad. Vous pouvez activer ou désactiver cette option dans la fenêtre Clavier et souris des Préférences Système. Conseils d’utilisation du trackpad Pour optimiser votre utilisation du trackpad :  N’utilisez qu’un seul doigt, sauf si la fonction de défilement est activée et que vous souhaitez l’utiliser.  N’utilisez pas de stylo ou tout autre objet.  Veillez à ce que votre doigt et le trackpad soient secs. Si l’humidité ou la condensation provoque une accumulation de buée sur le trackpad, essuyez-le avec un chiffon propre avant de l’utiliser.  N’utilisez jamais de produit nettoyant sur le trackpad. Pour en savoir plus sur l’utilisation du trackpad, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, en haut de l’écran. F3626M42.book Page 34 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 35 En plus d’utiliser le bouton du trackpad, vous pouvez utiliser votre doigt pour cliquer ou double-cliquer directement sur le trackpad. Les options du trackpad peuvent être activées via la fenêtre Clavier et souris des Préférences Système. Remarque : s’il vous arrive souvent que le pointeur bouge lorsque vous tapez parce que vous effleurez le trackpad par inadvertance, sélectionnez l’option «Ignorer les utilisations accidentelles du trackpad» dans la fenêtre Clavier et souris des Préférences Système. Utilisation du clavier Votre MacBook est équipé d’un pavé numérique intégré au sein des touches normales du clavier. Les touches utilisées par le pavé numérique sont pourvues d’une indication secondaire. Touche de verrouillage numérique Pavé numérique F3626M42.book Page 35 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM36 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Pour utiliser le pavé numérique, appuyez sur la touche de verrouillage numérique. Lorsque le pavé numérique est actif, l’indicateur de la touche de verrouillage numérique brille. Lorsque vous avez fini de l’utiliser, appuyez à nouveau sur la touche de verrouillage numérique pour le désactiver. Important : si votre clavier ne semble pas fonctionner correctement, vérifiez la touche de verrouillage numérique. Lorsque le pavé numérique est activé, les autres touches et raccourcis clavier correspondant à des commandes de menu (comme x + Q pour quitter l’application en cours) sont désactivées. Vous pouvez utiliser votre clavier ou la télécommande Apple Remote pour contrôler l’application Front Row. (Voir «Utilisation du clavier pour contrôler Front Row» à la page 42.) Si vous souhaitez utiliser les raccourcis clavier pour travailler de manière plus efficace, ouvrez l’Aide Mac et recherchez «raccourcis de clavier». Vous y trouverez une liste complète de raccourcis clavier pour un grand nombre de procédures et d’applications courantes. Utilisation d’une souris Si vous disposez d’une souris Apple dotée d’un connecteur USB, insérez celui-ci dans le port USB 2.0 pour l’utiliser immédiatement. Si vous possédez une souris Apple Wireless Mouse, consultez la section «Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth» à la page 67 pour obtenir des informations sur son utilisation. Vous pouvez vous procurer une souris sans fil ou USB sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore ou chez un revendeur agréé Apple. F3626M42.book Page 36 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 37 Utilisation de la télécommande Apple Remote et de Front Row Votre télécommande Apple Remote fonctionne avec l’interface de Front Row et le récepteur infrarouge intégré, situé en bas et à droit de la face avant de votre MacBook. Utilisez la télécommande Apple Remote pour ouvrir Front Row et interagir à distance avec entre autres iTunes, iPhoto, iMovie et Lecteur DVD. Utilisez votre télécommande Apple Remote pour :  ouvrir Front Row et parcourir les menus Musique, Photos, Clips vidéo et DVD ;  régler le volume d’un morceau, lire ou mettre en pause un morceau ou passer à la piste suivante ou précédente dans iTunes ;  visualiser un diaporama à partir d’un album photo dans iPhoto ;  lire des séquences dans votre dossier Séquences ou regarder des bandes-annonces QuickTime en ligne ;  lire un disque DVD dans votre lecteur optique avec Lecteur DVD ;  parcourir les présentations Keynote ;  suspendre l’activité de votre MacBook ou le réactiver. Pour utiliser votre télécommande Apple Remote avec Front Row, dirigez-la vers l’avant du MacBook et :  appuyez sur le bouton Menu (») pour ouvrir ou fermer Front Row ou pour revenir au menu précédent lorsque vous explorez Front Row ;  appuyez sur le bouton Suivant/Avance rapide (‘) ou sur le bouton Précédent/ Retour rapide (]) pour passer d’une application à l’autre dans Front Row ;  appuyez sur les boutons Augmenter le volume/Élément de menu précédent (?) et Baisser le volume/Élément de menu suivant (D) pour vous déplacer parmi les options d’un menu ou régler le volume ; F3626M42.book Page 37 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM38 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook  appuyez sur le bouton Sélection/Lecture/Pause (’) pour sélectionner un élément de menu ou pour lire ou mettre en pause un morceau, un diaporama ou un DVD ;  appuyez sur le bouton Suivant/Avance rapide (‘) ou sur le bouton Précédent/Retour rapide (]) pour explorer votre contenu multimédia (maintenez les boutons enfoncés pour accélérer le défilement) ;  maintenez le bouton Sélection/Lecture/Pause (’) enfoncé pendant 3 secondes pour suspendre l’activité de votre MacBook. Bouton Suivant/Avance rapide Bouton Sélection/Lecture/Pause Compartiment de la pile Bouton Augmenter le volume/Élément de menu précédent Fenêtre infrarouge Bouton Baisser le volume/ Élément de menu suivant Bouton Précédent/ Retour rapide Bouton Menu F3626M42.book Page 38 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 39 Utilisation de la télécommande Apple Remote avec Keynote Si Keynote est installé sur votre ordinateur, vous pouvez contrôler vos présentations avec la télécommande Apple Remote. Une fois Keynote ouvert, appuyez sur le bouton Sélection/Lecture/Pause (’) pour lancer une présentation. Ensuite, selon l’endroit de l’application où vous souhaitez travailler (dans une présentation ou dans le classeur de diapositives), dirigez la télécommande Apple Remote vers votre MacBook et appuyez sur ses boutons pour contrôler Keynote suivant les indications du tableau suivant. Appuyez sur le bouton... dans une présentation dans le classeur de diapositives ’ (Sélection/Lecture/Pause) pour interrompre/reprendre la présentation pour passer à la diapositive sélectionnée » (Menu) pour lancer le classeur de diapositives pour quitter le classeur de diapositives » et maintenez-le enfoncé pour quitter l’application pour quitter la présentation ] (Précédent/Retour rapide) pour passer à la diapositive précédente pour sélectionner la diapositive précédente ] et maintenez-le enfoncé pour passer à la première diapositive ‘ (Suivant/avance rapide) pour passer à la diapositive suivante pour sélectionner la diapositive suivante ‘ et maintenez-le enfoncé pour passer à la dernière diapositive ? (Augmenter le volume/ Élément de menu précédent) pour augmenter le volume pour augmenter le volume D (Baisser le volume/ Élément de menu suivant) pour baisser le volume pour baisser le volume F3626M42.book Page 39 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM40 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Jumelage de votre télécommande Apple Remote Si vous possédez dans une pièce plusieurs ordinateurs ou autres appareils dotés de récepteurs à infrarouge intégrés (par exemple, plusieurs MacBook ou iMac dans un bureau personnel ou un laboratoire), vous avez la possibilité de «jumeler» votre télé- commande Apple Remote avec un ordinateur ou un appareil précis. Le jumelage permet de configurer l’ordinateur ou l’appareil récepteur de façon à ce qu’il ne soit contrôlé que par une télécommande Apple Remote spécifique. Pour jumeler votre télécommande Apple Remote avec votre MacBook : 1 Mettez la télécommande Apple Remote à 8 à 10 centimètres du récepteur infrarouge de votre MacBook. 2 Maintenez simultanément enfoncés les boutons Menu (») et Suivant/Avance rapide (‘) de votre télécommande Apple Remote pendant 5 secondes. Lorsque vous avez correctement jumelé votre télécommande Apple Remote avec votre MacBook, le symbole d’un maillon de chaîne ( ) apparaît à l’écran. Pour annuler le jumelage de la télécommande Apple Remote et du MacBook : 1 Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Sécurité puis sur Désactiver le jumelage. F3626M42.book Page 40 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 41 Remplacement de la batterie La télécommande Apple Remote inclut une pile non rechargeable. Si nécessaire, remplacez la pile par une pile CR 2032. N’essayez pas de recharger la pile. Pour remettre la pile en place : 1 Ouvrez le logement de la pile en appuyant sur le bouton (illustré ci-dessus) avec un petit objet, tel que l’extrémité d’un trombone. 2 Ôtez le compartiment de la pile et retirez-la. 3 Insérez la nouvelle pile, son côté positif (+) tourné vers le haut. 4 Refermez le logement de la pile. Appuyez sur ce bouton à l’aide d’un petit objet arrondi pour éjecter partiellement le logement de la pile. Face positive (+) vers le haut. Tirez afin de libérer le logement de la pile. MENU F3626M42.book Page 41 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM42 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Désactivation de la réception infrarouge Vous pouvez utiliser les préférences Sécurité pour activer ou désactiver la réception infrarouge sur votre MacBook. Pour désactiver la réception infrarouge :  Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système dans la barre des menus et cliquez sur Sécurité.  Cochez la case «Désactiver le récepteur à infrarouge de la télécommande». Utilisation du clavier pour contrôler Front Row Vous pouvez utiliser votre clavier au lieu de la télécommande Apple Remote pour contrôler Front Row. Les touches suivantes correspondent aux boutons de la télécommande Apple Remote : Équivalent clavier Bouton de la télécommande Apple Remote Commande (x) - Échap Ouvrir menu (») Échap Quitter menu (») Espace ou Retour Sélection/Lecture/Pause (’) Flèche vers le haut (Ò) Augmenter le volume/Élément de menu précédent (?) Flèche vers la bas (¬) Baisser le volume/Élément de menu suivant (D) Flèche vers la droite (°) Suivant/avance rapide (‘) Flèche vers la gauche (k) Précédent/Retour rapide (]) F3626M42.book Page 42 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 43 En savoir plus sur la télécommande Apple Remote L’Aide Mac fournit des informations supplémentaires sur la télécommande Apple Remote. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis recherchez «Apple Remote». Utilisation de la caméra vidéo iSight intégrée À l’aide de la caméra iSight intégrée, vous pouvez prendre des photos avec Photo Booth ou participer à des conférences vidéo avec d’autres utilisateurs d’iChat AV. Prise de photos avec Photo Booth Utilisez Photo Booth pour prendre des photos et ajouter des effets visuels amusants tels que sépia, noir et blanc, éclat, crayon de couleur et plus encore. Caméra iSight Lampe témoin de la caméra Microphone F3626M42.book Page 43 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM44 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Pour prendre une photo avec Photo Booth : 1 Cliquez sur l’icône de Photo Booth dans le Dock pour ouvrir Photo Booth, puis allumez la caméra iSight intégrée. La lampe témoin située à côté de la caméra brille lorsque celle-ci est allumée. 2 Vous pouvez sélectionner un effet à appliquer à votre photo. 3 Cliquez sur l’icône de caméra sous l’image pour prendre une photo. Enregistrez l’image comme photo de contact iChat, envoyez-la par courrier électronique à vos amis ou enregistrez-la dans votre photothèque iPhoto. Pour utiliser une photo comme photo de contact ou de compte : 1 Ouvrez Photo Booth et prenez une photo. 2 Sélectionnez la photo que vous souhaitez utiliser comme photo de contact ou photo de compte. 3 Cliquez sur l’icône de photo de contact ou de compte pour automatiquement mettre à jour votre photo. Pour plus d’informations sur Photo Booth, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis sélectionnez Centre d’aide > Aide Photo Booth. Utilisation de votre caméra iSight avec iMovie HD Vous pouvez capturer de la vidéo en direct de votre caméra iSight, directement dans iMovie HD. Pour capturer de la vidéo en direct : 1 Ouvrez iMovie HD en cliquant sur son icône dans le Dock. F3626M42.book Page 44 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 45 2 Cliquez sur l’option de changement de mode pour régler iMovie HD sur le mode caméra intégrée. 3 Cliquez sur l’icône de caméra à gauche de l’option de changement de mode puis choisissez iSight intégrée dans le menu local. 4 Cliquez sur le bouton «Enregistrer avec iSight» dans le moniteur iMovie pour commencer à enregistrer. La vidéo que vous voyez dans le moniteur iMovie est enregistrée comme clip dans le panneau des clips iMovie. 5 Cliquez à nouveau sur le bouton «Enregistrer avec iSight» pour arrêter l’enregistrement. Vous pouvez enregistrer de la vidéo tant que votre MacBook possède suffisamment d’espace libre. L’Aide Mac fournit des informations supplémentaires sur iMovie HD. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre de menus, puis choisissez Centre d’aide > Aide iMovie HD. Vidéoconférences avec iChat AV Lorsque vous ouvrez iChat AV, la lampe témoin de la caméra s’allume. Cliquez sur l’icône vidéo d’un contact pour participer avec lui à une vidéoconférence iChat AV, en temps réel avec animation vidéo intégrale. Votre MacBook est également doté d’un micro intégré, ce qui vous permet de profiter à la fois du son et de l’image durant vos vidéoconférences iChat AV. Option de changement de mode F3626M42.book Page 45 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM46 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Pour utiliser la caméra iSight intégrée en vue de lancer une vidéoconférence, vous avez besoin des éléments suivants :  un compte .Mac, America Online (AOL) ou AOL Instant Messenger (AIM) (requis pour iChat AV) ;  une connexion à Internet à haut débit via câble modem ou DSL ou un réseau local (LAN). Veuillez notez que les vidéoconférences ne sont pas possibles sous une connexion à Internet par ligne commutée. Pour débuter une vidéoconférence : 1 Ouvrez iChat AV. 2 Cliquez sur le bouton représentant une caméra situé à côté d’un contact dans votre liste de contacts. Pour en savoir plus sur l’ajout de contacts à votre liste, choisissez Aide > Aide iChat AV. Lorsque vous cliquez sur un bouton représentant une caméra dans la liste des contacts, la lampe témoin de la caméra brille pour indiquer que vous affichez de la vidéo. Cela enverra également une invitation à votre contact et vous permettra de voir de quoi vous avez l’air à la caméra. Lorsqu’un contact accepte votre invitation, vous pouvez le voir apparaître sur votre écran, ainsi que vous-même. F3626M42.book Page 46 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 47 Vidéoconférence avec plusieurs contacts Il est possible de réaliser des vidéoconférences en compagnie de deux, et jusqu’à trois, contacts à la fois. Un des contacts accueille la vidéoconférence et les autres y participent. Pour débuter une vidéoconférence avec plusieurs contacts : 1 Ouvrez iChat AV. 2 Maintenez enfoncée la touche Commande tout en sélectionnant les contacts que vous souhaitez inviter. 3 Cliquez sur le bouton représentant une caméra situé au bas de votre liste de contacts. Extinction de la caméra iSight Pour éteindre la caméra iSight, fermez la fenêtre active iChat. La lampe témoin de la caméra s’éteint, ce qui indique que la caméra iSight est éteinte et que l’enregistrement a été interrompu. Utilisation de votre photo en tant qu’image de contact Vous avez la possibilité de vous prendre en photo à l’aide de la caméra iSight et d’utiliser cette photo comme image de contact. Elle apparaîtra dans la liste de contacts des autres utilisateurs, si vous en faites partie. Pour définir votre image de contact : 1 Ouvrez iChat AV. 2 Choisissez Contacts > Changer ma photo. 3 Cliquez sur le bouton représentant une caméra. F3626M42.book Page 47 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM48 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook À propos de Mac OS X Votre ordinateur est doté de Mac OS X version 10.4 Tiger qui comprend entre autres Spotlight (un moteur de recherche qui répertorie automatiquement l’ensemble de vos fichiers), Dashboard (qui vous permet de garder à portée de mains des «widgets», ou mini-applications, très pratiques) et Exposé (qui dispose et affiche de manière élégante toutes les fenêtres des applications ouvertes). Lorsque vous serez prêt à en apprendre davantage sur Mac OS X et les applications iLife maintes fois primées qui accompagnent votre ordinateur, consultez le livret Bienvenue sur Tiger fourni avec votre MacBook ou consultez les informations dans l’Aide Mac. En cas de problèmes lors de l’utilisation de Mac OS X, consultez le chapitre 5, «Dépannage», ou l’Aide Mac. Pour obtenir des informations sur les applications qui sont compatibles avec Mac OS X ou pour en savoir plus sur Mac OS X en général, consultez le site web d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/macosx. F3626M42.book Page 48 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 49 Personnalisation du bureau et réglage des préférences Grâce aux Préférences Système, vous pouvez donner à votre bureau l’apparence souhaitée sans perdre de temps. Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système dans la barre des menus. N’hésitez pas à expérimenter avec les réglages apparaissant dans les fenêtres suivantes :  Apparence : sélectionnez cette fenêtre de préférences pour changer entre autres la couleur des boutons, menus et fenêtres, ainsi que celle de mise en surbrillance.  Dashboard et Exposé : sélectionnez cette fenêtre des Préférences pour définir les coins d’écran actifs et les raccourcis de Dashboard, de votre bureau, des fenêtres de l’application ainsi que de toutes les fenêtres. F3626M42.book Page 49 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM50 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook  Bureau et économiseur d’écran : sélectionnez cette fenêtre de préférences pour changer la couleur et le motif du bureau ou pour le remplacer par la photo ou l’image de votre choix. Vous pouvez également choisir un effet d’écran accrocheur qui apparaîtra lorsque l’ordinateur reste inactif.  Dock : sélectionnez cette fenêtre de préférences pour modifier la taille, l’emplacement et le comportement de votre Dock (c’est-à-dire, la barre d’icônes au bas de votre écran). Tout en vous familiarisant avec votre ordinateur, découvrez progressivement les autres Préférences Système. Préférences Système constitue le poste de commande qui vous permet d’effectuer la plupart des réglages de votre MacBook. Pour en savoir plus, ouvrez l’Aide Mac et recherchez «Préférences Système» ou la fenêtre de préférences spécifique que vous souhaitez modifier. Remarque : Apple publiant régulièrement de nouvelles versions et mises à jour de son logiciel système, ses applications et ses sites Internet, il est possible que les illustrations figurant dans ce manuel diffèrent légèrement de celles qui apparaissent sur votre écran. Utilisation des applications Votre MacBook est accompagné d’applications logicielles vous permettant d’envoyer des messages électroniques, de naviguer sur Internet et de bavarder en ligne. Il inclut également la suite d’applications iLife, utile par exemple pour l’organisation de votre musique et de vos photos numériques, la création de séquences et de sites web. Pour en savoir plus sur ces applications, consultez le livret Bienvenue sur Tiger fourni avec votre ordinateur. F3626M42.book Page 50 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 51 Lorsqu’une application ne répond plus Il peut arriver, très rarement, qu’une application se «fige» à l’écran. Mac OS X permet de quitter une application figée sans redémarrer votre ordinateur. Vous pouvez ainsi enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à se fermer : 1 Appuyez sur les touches Commande (x) + Option + Échap ou choisissez Pomme (?) > Forcer à quitter dans la barre des menus. La boîte de dialogue Forcer à quitter des applications apparaît. L’application est sélectionnée. 2 Dans la zone de confirmation, cliquez sur Forcer à quitter. L’application se ferme, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Si nécessaire, vous pouvez également redémarrer le Finder à partir de cette zone de dialogue. Si vous rencontrez d’autres difficultés avec une application, consultez le chapitre 5, «Dépannage», à la page 99. Maintien à jour de vos logiciels Vous pouvez vous connecter à Internet pour télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournies par Apple. Chaque fois que vous vous connectez à Internet, «Mise à jour de logiciels» consulte les serveurs Internet d’Apple pour rechercher les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre Mac pour qu’il recherche régulièrement dans les serveurs Apple des mises à jour de logiciels, puis les télécharge et les installe. F3626M42.book Page 51 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM52 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Pour rechercher des logiciels mis à jour : 1 Ouvrez les Préférences Système. 2 Cliquez sur l’icône «Mise à jour de logiciels» et suivez les instructions à l’écran.  Pour plus d’informations, recherchez «Mise à jour de logiciels» dans l’Aide Mac.  Pour obtenir les toutes dernières informations concernant Mac OS X, accédez au site web Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx. Connexion à une imprimante Suivez les instructions fournies avec votre imprimante pour installer les logiciels requis et connecter l’imprimante. Mac OS X intègre la plupart des gestionnaires d’imprimantes. Vous pouvez connecter la plupart des imprimantes au moyen d’un câble USB ; d’autres peuvent requérir une connexion en réseau, par exemple via Ethernet. Si vous possédez une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme, vous pouvez connecter une imprimante USB à la borne d’accès (plutôt qu’à l’ordinateur) pour effectuer des tâches d’impression sans fil. Pour en savoir plus sur les ports USB, consultez la section «Utilisation de périphériques USB (Universal Serial Bus)» à la page 58. Pour en savoir plus sur les connexions réseau ou sans fil, consultez la section «Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort» à la page 66 et «Connexion via Ethernet» à la page 69. Lorsque vous connectez une imprimante USB, elle est normalement automatiquement détectée par votre ordinateur qui l’ajoute alors à la liste des imprimantes disponibles. Il se peut que vous ayez besoin du nom réseau ou de l’adresse des imprimantes connectées à un réseau pour pouvoir imprimer. Utilisez la fenêtre Imprimantes et fax des Préférences Système pour sélectionner votre imprimante. F3626M42.book Page 52 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 53 Remarque : si votre imprimante ne fonctionne pas, il sera peut-être nécessaire de consulter le site web de son fabricant pour obtenir le logiciel de gestionnaire d’imprimante compatible à installer. Pour configurer une imprimante : 1 Ouvrez Préférences Système et cliquez sur l’icône Imprimantes et fax. 2 Cliquez sur Impression puis sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter une imprimante. 3 Sélectionnez l’imprimante que vous souhaitez utiliser, puis cliquez sur Ajouter. 4 Utilisez les boutons Ajouter (+) et Supprimer (–) pour choisir les imprimantes que vous souhaitez voir apparaître dans la liste des imprimantes. Contrôle de l’impression Après avoir envoyé un document à une imprimante, vous pouvez contrôler l’impression, interrompre votre tâche d’impression ou la placer temporairement en attente. Cliquez sur l’icône Imprimante dans le Dock pour ouvrir la fenêtre Imprimante. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac et recherchez «impression». Lecture d’un CD et connexion d’un casque d’écoute Vous pouvez utiliser iTunes, un juke-box numérique et magasin facile à utiliser, d’où vous pouvez télécharger de la musique, des clips vidéos, des podcasts et des livres audio et écouter votre musique iTunes et des CD tout en utilisant votre ordinateur. Insérez un CD de musique dans votre lecteur optique et iTunes apparaîtra automatiquement à l’écran. Vous pouvez écouter de la musique soit via les haut-parleurs internes du MacBook, soit en branchant un casque d’écoute sur le port de sortie casque de votre MacBook. Pour en savoir plus sur iTunes : m Ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. F3626M42.book Page 53 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM54 Chapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook Connexion d’un appareil photo ou de tout autre périphérique FireWire ou USB Vous pouvez connecter un iPod, un appareil photo numérique, une caméra vidéo, un scanneur ou tout autre appareil doté d’un connecteur FireWire ou USB à votre MacBook. Suivez les instructions d’installation fournies avec votre appareil. Pour obtenir des informations sur FireWire, consultez la section «Connexion via FireWire» à la page 62. Pour obtenir des informations sur les connexions USB, consultez la section «Utilisation de périphériques USB (Universal Serial Bus)» à la page 58. Transfert de fichiers depuis ou vers un autre ordinateur Si vous souhaitez transférer des fichiers ou des documents depuis ou vers un autre ordinateur, vous pouvez procéder de différentes manières.  Vous pouvez facilement transférer tous vos fichiers à l’aide d’Assistant migration et d’un câble FireWire (vendu séparément).  Vous pouvez également vous connecter à un autre Mac à l’aide d’un câble FireWire et démarrer votre MacBook en mode disque cible FireWire. Votre MacBook apparaît alors en tant que disque dur sur l’autre ordinateur et vous pouvez y faire glisser des fichiers. Pour plus d’informations sur l’utilisation de FireWire pour transférer des fichiers, consultez la section «Connexion de votre MacBook à un autre ordinateur via FireWire» à la page 64.  Si vous possédez un lecteur de disque dur externe, un iPod, un lecteur flash ou tout autre périphérique de stockage de données qui se connecte via un câble USB ou FireWire, vous pouvez l’utiliser pour transférer des fichiers.  Si vous disposez d’un compte de messagerie, vous pouvez envoyer vos fichiers par courrier électronique vers un autre ordinateur. F3626M42.book Page 54 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 2 Familiarisation avec votre MacBook 55  Si vous souscrivez un compte .Mac (payant) auprès d’Apple, vous pouvez l’utiliser pour transférer des fichiers. Avec un compte .Mac, vous obtenez un iDisk qui vous fournit un espace Internet pour la sauvegarde et le stockage de fichiers, afin que d’autres ordinateurs puissent accéder aux fichiers que vous y transférez.  À l’aide d’un lecteur optique enregistrable, vous pouvez enregistrer des fichiers pour les transférer sur CD ou DVD.  Si vous connectez votre ordinateur à un réseau via Ethernet, vous pouvez échanger des fichiers avec d’autres ordinateurs du réseau. Vous pouvez accéder à un serveur ou à un autre ordinateur en cliquant sur Réseau dans la barre latérale du Finder ou en choisissant Aller > «Se connecter au serveur» dans la barre des menus du Finder.  Vous pouvez créer un petit réseau Ethernet en connectant un câble Ethernet depuis votre MacBook jusqu’au port Ethernet d’un autre ordinateur. Après vous être connecté à l’autre ordinateur, vous pouvez transférer des fichiers directement d’un ordinateur à l’autre. Pour plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac et recherchez «Connexion de deux ordinateurs».  Vous pouvez vous connecter à un réseau sans fil AirPort Extreme pour transférer des fichiers. Pour plus d’informations, consultez la section «Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort» à la page 66.  Si vous avez accès à des appareils qui communiquent via la technologie sans fil Bluetooth®, vous pouvez transférer des fichiers vers d’autres appareils équipés de cette technologie. Pour plus d’informations, consultez la section «Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth» à la page 67. Pour obtenir des informations générales sur le transfert de fichiers et de documents, ouvrez l’Aide Mac et recherchez «transfert» ou le type de connexion dont vous avez besoin. F3626M42.book Page 55 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMF3626M42.book Page 56 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM57 3 3 Utilisation de votre MacBook Votre MacBook comporte de nombreuses fonctions et capacités de connexion intégrées. En voici la liste :  des ports USB 2.0 (Universal Serial Bus) pour la connexion d’appareils, notamment iPod, imprimantes ou scanneurs (voir «Utilisation de périphériques USB (Universal Serial Bus)» à la page 58) ;  un port FireWire 400 pour connecter des périphériques à haute vitesse, tels que caméras vidéo numériques et disques durs externes (voir «Connexion via FireWire» à la page 62) ;  la connectivité sans fil Bluetooth, la capacité réseau sans fil AirPort Extreme et la capacité réseau Ethernet Gigabit. (voir «Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort» à la page 66 et «Connexion via Ethernet» à la page 69) ;  un port d’entrée de ligne audio/audio numérique optique et un port de sortie casque/ audio numérique optique pour connecter un casque, des haut-parleurs et des appareils audio numériques (voir «Connexion de haut-parleurs et autres périphériques audio» à la page 75) ; F3626M42.book Page 57 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM58 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook  un port vidéo mini-DVI pour connecter votre MacBook à un moniteur externe via un adaptateur Mini-DVI vers DVI ou Mini-DVI vers VGA : utilisez un adaptateur Mini-DVI vers Vidéo pour connecter tout appareil vidéo nécessitant une connexion composite ou S-Vidéo ; tous les adaptateurs sont vendus séparément (voir «Gestion de la vidéo externe» à la page 71) ;  un lecteur optique à chargement par fente pour la lecture de CD et de DVD et pour la gravure de CD ; si vous disposez d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez également graver des DVD (voir «Utilisation du lecteur optique» à la page 76) ;  la technologie Sudden Motion Sensor qui contribue à protéger le disque dur en cas de chute ou de vibrations subies par votre MacBook (voir «Technologie Sudden Motion Sensor» à la page 81) ;  une batterie MacBook dont vous pouvez facilement consulter l’état de charge (voir «Utilisation de la batterie» à la page 81) ;  un logement de sécurité pour éviter que votre MacBook ne disparaisse (voir «Protection de votre MacBook» à la page 87). Utilisation de périphériques USB (Universal Serial Bus) Votre MacBook est livré avec deux ports USB 2.0 (d), ou ports USB haute vitesse, à utiliser pour connecter de nombreux périphériques externes, notamment iPod, imprimantes, scanneurs, appareils photo numériques, manettes de jeu, claviers ou lecteurs de disquette. Ces ports USB 2.0 sont compatibles avec les anciens modèles de périphériques USB. Vous pouvez, dans la plupart des cas connecter et déconnecter un périphérique USB pendant que l’ordinateur est allumé. Vous pouvez utiliser les périphériques dès leur branchement. Il n’est pas nécessaire de redémarrer ni de reconfigurer votre ordinateur. F3626M42.book Page 58 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 59 Pour utiliser un périphérique USB avec votre ordinateur, connectez-le. Votre ordinateur détecte automatiquement tout nouveau périphérique connecté et ouvre le logiciel adéquat. Remarque : si vous avez connecté un périphérique USB et que votre MacBook ne trouve pas le gestionnaire approprié, vous pouvez installer le gestionnaire fourni avec le périphérique ou consulter le site web du fabricant du périphérique afin de trouver et installer le gestionnaire approprié. Périphériques USB et énergie de la batterie Vous pouvez utiliser des périphériques USB, tels qu’une manette de jeu ou un clavier, qui sont alimentés via le port USB de votre MacBook plutôt que via un adaptateur secteur distinct. Ce type de périphérique USB peut toutefois provoquer un déchargement plus rapide de la batterie du MacBook. Si vous comptez connecter le périphérique pendant une longue période, il est recommandé de brancher le MacBook à son adaptateur secteur. F3626M42.book Page 59 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM60 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Utilisation simultanée de plusieurs périphériques USB Vous pouvez vous procurer un concentrateur USB pour connecter plusieurs périphériques USB à votre ordinateur. Vous pouvez connecter le concentrateur à un port USB disponible de votre ordinateur pour disposer de ports USB supplémentaires (en général quatre ou sept). Les concentrateurs haute vitesse prennent en charge les périphériques USB 2.0 haute vitesse, ainsi que les périphériques compatibles USB 1.1. Les concentrateurs USB 1.1 ne permettent pas aux périphériques USB haute vitesse de fonctionner à leur vitesse maximale. La plupart des concentrateurs USB disposent d’un adaptateur secteur et doivent être branchés sur une prise secteur. Remarque : si vous utilisez une chaîne de périphériques et de concentrateurs USB, certains d’entre eux risquent de ne pas fonctionner s’ils sont connectés via une combinaison de concentrateurs USB 2.0 haute vitesse et de concentrateurs USB 1.1 à vitesse normale ou faible. Il se peut, par exemple, qu’aucun disque dur externe USB ne s’affiche sur votre bureau. Pour éviter ce problème, ne connectez pas ensemble des périphériques USB pré- sentant des vitesses différentes. Connectez directement votre concentrateur à haut débit à votre ordinateur, puis connectez-y des périphériques à haut débit. Connectez directement un concentrateur à vitesse normale ou faible à votre ordinateur, puis connectez-y des périphériques de vitesse similaire. F3626M42.book Page 60 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 61 Pour en savoir plus à propos de la technologie USB L’Aide Mac contient des informations supplémentaires sur la technologie USB. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus et recherchez «USB». Vous trouverez d’autres informations sur le site web USB d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/usb. Pour obtenir des informations sur les périphériques USB disponibles pour votre ordinateur, consultez le Guide des Produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Concentrateur USB F3626M42.book Page 61 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM62 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Connexion via FireWire Votre ordinateur est équipé d’un port FireWire 400 (H). La technologie FireWire vous permet de connecter et de déconnecter aisément des périphériques haute vitesse, tels que des caméras haute définition HDV ou numériques DV et des disques durs, sans redémarrer votre ordinateur. Vous pouvez connecter un périphérique FireWire standard à 6 broches directement au port FireWire 400 (H). Le port fournit en alimentation les périphériques connectés (ces derniers n’ont donc pas besoin de prise d’alimentation séparée). F3626M42.book Page 62 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 63 La technologie FireWire vous permet notamment de :  connecter une caméra HDV ou DV pour capturer, transférer et faire des montages vidéo de grande qualité directement sur votre ordinateur au moyen de logiciels de montage vidéo tels qu’iMovie HD, Final Cut Express ou Final Cut Studio (vendus séparément) ;  connecter un disque dur FireWire externe et l’utiliser pour sauvegarder des données ou transférer des fichiers ;  démarrer à partir d’un disque dur externe FireWire : connectez un disque dur FireWire externe (doté de Mac OS X version 10.4.6 ou ultérieure), ouvrez la fenêtre Démarrage des Préférences Système, puis cliquez sur l’icône de disque dur FireWire et redémarrez votre ordinateur) ;  transférer des fichiers entre votre MacBook et un autre ordinateur FireWire via le mode disque cible FireWire : pour toute information supplémentaire, consultez la section «Connexion de votre MacBook à un autre ordinateur via FireWire» à la page 64. Utilisation de périphériques FireWire Pour utiliser un périphérique FireWire avec votre ordinateur, connectez-le à l’ordinateur et installez tout logiciel fourni avec le périphérique en question. Votre ordinateur détecte automatiquement les nouveaux périphériques connectés. Remarque : si vous avez connecté un périphérique FireWire et que votre MacBook ne trouve pas le gestionnaire approprié, vous pouvez installer le gestionnaire fourni avec le périphérique ou consulter le site web du fabricant du périphérique afin de trouver et installer le gestionnaire approprié. F3626M42.book Page 63 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM64 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Périphériques FireWire et énergie de la batterie Vous pouvez utiliser des périphériques FireWire (comme certains disques durs externes) alimentés par la connexion FireWire du MacBook plutôt que par un adaptateur secteur séparé. Ce type de périphérique FireWire peut toutefois provoquer un déchargement plus rapide de la batterie du MacBook. Si vous comptez connecter un périphérique pendant une longue période, il est recommandé de brancher le MacBook sur son adaptateur secteur. Remarque : le port FireWire (H) est conçu pour prendre en charge l’alimentation des périphériques FireWire (7 watts maximum). Il est possible de connecter plusieurs périphériques entre eux, puis de connecter cette chaîne de périphériques au port FireWire de votre ordinateur, à condition que seul l’un d’eux soit alimenté directement par l’ordinateur. Les autres périphériques de la chaîne doivent alors être alimentés par des adaptateurs secteur distincts. La connexion de plusieurs périphériques FireWire alimentés par le port peut poser des problèmes. En cas de problème, éteignez l’ordinateur, déconnectez les périphériques FireWire, puis redémarrez l’ordinateur. Connexion de votre MacBook à un autre ordinateur via FireWire Si vous souhaitez transférer des fichiers de votre MacBook à un autre ordinateur Macintosh équipé de la technologie FireWire ou que vous êtes confronté à un problème qui empêche le démarrage de votre ordinateur, utilisez le mode disque cible FireWire pour vous connecter à l’autre ordinateur. Lorsque vous démarrez votre ordinateur en mode disque cible FireWire, l’autre ordinateur peut accéder à votre MacBook comme s’il s’agissait d’un disque dur externe. Remarque : lorsque vous utilisez le mode disque cible FireWire, il est conseillé de connecter l’adaptateur secteur à votre MacBook. F3626M42.book Page 64 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 65 Pour connecter votre MacBook avec un autre ordinateur en mode disque cible FireWire : 1 Assurez-vous que votre MacBook est éteint. 2 Utilisez un câble FireWire pour connecter votre MacBook à un autre ordinateur équipé de FireWire. 3 Démarrez votre MacBook, puis maintenez immédiatement la touche T enfoncée. L’écran de votre MacBook affiche alors le logo FireWire. L’écran de l’autre ordinateur affiche l’icône du disque dur interne de votre MacBook. Vous pouvez maintenant glisser-déposer des fichiers entre les deux ordinateurs. 4 Une fois que vous avez terminé de transférer les fichiers, faites glissez l’icône du disque dur du MacBook dans la corbeille (icône d’éjection). 5 Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) de votre MacBook pour l’éteindre, puis débranchez le câble FireWire. Pour en savoir plus à propos de FireWire L’Aide Mac fournit des informations supplémentaires sur FireWire. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus du Finder et cherchez «FireWire». Vous trouverez d’autres informations sur le site web FireWire d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/firewire. F3626M42.book Page 65 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM66 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort Grâce à la technologie AirPort Extreme, votre MacBook établit une connexion sans fil à une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme ou à tout produit compatible 802.11b ou 802.11g, qui est connecté à Internet via une ligne téléphonique, un modem DSL ou câble ou un réseau local (LAN). Pour en savoir plus sur AirPort Extreme Pour acheter une borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express, accédez à l’Apple Store en ligne, à l’adresse www.apple.com/francestore ou adressez-vous à votre revendeur agréé Apple. Connexion à Internet AirPort Express Prise secteur Modem câble ou DSL F3626M42.book Page 66 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 67 Des informations complémentaires sur AirPort Extreme et AirPort Express sont disponibles dans l’Aide AirPort. Sélectionnez Aide > Aide Mac, puis Centre d’aide > Aide AirPort. Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site AirPort d’Apple aux pages www.apple.com/fr/airportexpress et www.apple.com/fr/airportextreme. Utilisation de la technologie sans fil Bluetooth La technologie sans fil Bluetooth est intégrée à votre MacBook. Elle vous permet d’établir des connexions sans fil de faible portée entre ordinateurs de bureau ou portables, assistants personnels (PDA), téléphones portables, téléphones appareils photo, imprimantes, appareils photo numériques et périphériques sans fil tels que le clavier Apple Wireless Keyboard ou la souris Apple Wireless Mouse (disponibles sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore). La technologie sans fil Bluetooth permet d’éliminer les câbles reliant normalement les périphériques. Les périphériques équipés de la technologie Bluetooth peuvent se connecter l’un à l’autre sans besoin de liaison physique, dans la mesure où ils sont séparés d’une distance égale ou inférieure à 10 mètres. Grâce à la technologie sans fil Bluetooth, vous pouvez :  utiliser votre MacBook pour communiquer avec un téléphone portable compatible Bluetooth : votre téléphone peut servir de modem pour vous connecter à un fournisseur d’accès sans fil, à un débit égal ou inférieur à 56 kilobits par seconde (kbps), suffisant pour vous connecter à Internet ; F3626M42.book Page 67 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM68 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook  synchroniser votre ordinateur avec votre organiseur de poche équipé de la technologie Bluetooth : à l’aide d’iSync, vous pouvez exécuter une opération HotSync sans fil ou transmettre votre carte de visite ou encore des événements de calendrier directement sur le PDA d’un collègue ;  échanger des fichiers entre ordinateurs et périphériques équipés de la technologie Bluetooth, même entre Mac et PC ;  utiliser une imprimante, un clavier, une souris ou un casque d’écoute sans fil Bluetooth. Configuration d’un périphérique Bluetooth Avant de pouvoir utiliser un périphérique Bluetooth avec votre MacBook, vous devez configurer le périphérique de manière à ce qu’il puisse fonctionner avec votre ordinateur. Une fois que vous avez configuré le périphérique, celui-ci est jumelé avec votre ordinateur et apparaît dans la fenêtre Périphériques des Préférences Bluetooth. Le jumelage du périphérique avec votre ordinateur ne doit être effectué qu’une seule fois. Il demeure activé aussi longtemps que vous ne le supprimer pas de manière explicite. Pour configurer un périphérique Bluetooth : 1 Choisissez Configurer l’appareil Bluetooth dans le menu d’état Bluetooth (?). 2 Suivez les instructions affichées à l’écran pour le type de périphérique que vous souhaitez configurer. Si le menu d’état Bluetooth (?) n’apparaît pas dans la barre des menus, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Bluetooth. Cliquez sur Réglages, puis sélectionnez «Afficher l’état Bluetooth dans la barre des menus». Pour supprimer un jumelage avec un autre périphérique : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. F3626M42.book Page 68 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 69 2 Cliquez sur Périphériques et choisissez le périphérique dans la liste. 3 Cliquez sur Supprimer. Pour en savoir plus sur la technologie sans fil Bluetooth Pour plus d’informations sur Bluetooth, ouvrez l’application Échange de fichiers Bluetooth (dans le dossier Utilitaires du dossier Applications) et sélectionnez Aide > Aide Bluetooth. Vous trouverez d’autres informations sur le site web Bluetooth d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/bluetooth. Connexion via Ethernet Votre ordinateur est fourni avec des capacités de mise en réseau Ethernet Gigabit (G) intégrées, qui permettent de vous connecter à un réseau, à un modem DSL ou à un modem câble. F3626M42.book Page 69 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM70 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook La connexion à un réseau permet d’accéder à d’autres ordinateurs et potentiellement à des imprimantes réseau, des modems, le courrier électronique et Internet. Vous pouvez utiliser Ethernet pour partager des fichiers entre deux ordinateurs ou établir un petit réseau. Le port Ethernet de votre MacBook détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé Ethernet. Pour en savoir plus sur l’utilisation d’Ethernet Des informations supplémentaires, y compris sur la configuration d’un réseau Ethernet et le transfert de fichiers via Ethernet, sont disponibles dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez «Ethernet» ou «réseau». Pour obtenir des informations sur les produits de mise en réseau que vous pouvez utiliser avec votre MacBook, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide/. F3626M42.book Page 70 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 71 Gestion de la vidéo externe Votre ordinateur est équipé d’un port de moniteur externe (mini DVI) permettant une connexion directe à un écran ou à un projecteur muni d’un port DVI ou VGA. Utilisez l’adaptateur Mini-DVI vers DVI d’Apple (vendu séparément) pour connecter votre MacBook à un moniteur ou projecteur DVI. Utilisez l’adaptateur Mini-DVI vers VGA d’Apple (vendu séparément) pour connecter votre MacBook à un moniteur ou projecteur VGA. Vous pouvez également afficher des images sur un téléviseur, enregistrer des images numériques sur un magnétoscope ou lire des DVD sur votre téléviseur à l’aide d’un adaptateur Mini-DVI vers Vidéo d’Apple à utiliser avec des connecteurs composite ou S-Vidéo. Vous pouvez vous procurer les adaptateurs chez un revendeur agréé Apple, dans un magasin Apple Store ou sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/francestore. F3626M42.book Page 71 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM72 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Lorsqu’un moniteur externe ou un téléviseur est connecté, vous pouvez soit faire en sorte que la même image s’affiche sur l’écran intégré et le moniteur externe (c’est ce que l’on appelle la recopie vidéo), soit utiliser le moniteur externe pour étendre la taille du bureau Mac OS (on parle dans ce cas de mode double-écran ou de bureau étendu). Par défaut, votre MacBook démarre en mode double-écran. Appuyez sur la touche F7 (i) pour alterner entre les modes double-écran et recopie vidéo. Si vous souhaitez que le son soit émis par un écran externe (un projecteur ou un téléviseur, par exemple), vous devez relier le port de sortie casque (f) de l’ordinateur à ce périphérique via un câble audio (non inclus). Remarque : en raison des limites d’affichage de la plupart des téléviseurs, les images apparaissent avec une qualité inférieure à celle de l’écran intégré ou du moniteur externe. Connexion d’un écran externe ou d’un projecteur Pour connecter à votre ordinateur un écran externe ou un projecteur via un connecteur DVI ou VGA : 1 Allumez l’écran externe ou le projecteur. 2 Vérifiez que le câble de l’écran est bien relié au projecteur ou à l’écran externe. 3 Connectez le câble de l’écran à votre MacBook à l’aide de l’adaptateur adéquat (adaptateur Mini-DVI vers DVI ou Mini-DVI vers VGA d’Apple). Votre MacBook détecte automatiquement l’écran externe ou le projecteur. 4 Réglez la résolution d’un écran externe via la fenêtre Moniteurs des Préférences Système ou l’icône Moniteurs de la barre de menus. Remarque : votre MacBook gère les résolutions de moniteurs externes jusqu’à 1920 x 1200 (moniteurs DVI d’Apple) ou 1600 x 1200 (moniteurs VGA). F3626M42.book Page 72 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 73 Utilisation de votre MacBook écran rabattu Vous pouvez utiliser votre MacBook en gardant l’écran rabattu si l’ordinateur est connecté à un moniteur, un clavier et une souris externes. Important : pour utiliser votre MacBook écran rabattu, branchez-le sur une prise secteur. Pour utiliser votre ordinateur écran rabattu avec un moniteur externe connecté : 1 Connectez un clavier et une souris USB à votre MacBook. 2 Connectez l’adaptateur secteur à votre MacBook et à une prise secteur. Vérifiez que la lampe de l’adaptateur secteur est allumée. 3 Rabattez l’écran du MacBook afin d’en suspendre l’activité. 4 Connectez votre MacBook à un écran externe en suivant les étapes décrites dans la section précédente. 5 Attendez quelques secondes, puis appuyez sur n’importe quelle touche du clavier externe pour réactiver le MacBook. F3626M42.book Page 73 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM74 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Connexion d’un téléviseur, d’un magnétoscope ou de tout autre appareil vidéo Pour connecter un téléviseur ou tout autre appareil vidéo nécessitant une connexion composite ou S-Vidéo : 1 Connectez l’adaptateur Mini-DVI vers vidéo d’Apple (vendu séparément) au port Mini-DVI de votre MacBook. 2 Connectez le périphérique à l’adaptateur. 3 Si vous souhaitez que le son de votre MacBook soit restitué sur le périphérique, connectez le port de sortie casque (f) de votre MacBook aux ports d’entrée audio du périphérique via un câble mini-jack vers RCA (non inclus). 4 Allumez l’appareil. 5 Pour détecter le téléviseur ou tout autre périphérique externe, maintenez la touche Commande (x) enfoncée et appuyez sur la touche F2. Vous pouvez également ouvrir la fenêtre Moniteurs des Préférences Système et cliquez sur le bouton Détecter les moniteurs. 6 Pour régler l’apparence de l’image affichée à l’écran, ouvrez la fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Pour en savoir plus sur l’utilisation d’un moniteur externe ou d’un téléviseur Vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur la configuration et l’utilisation d’un moniteur externe dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis recherchez «moniteur externe». F3626M42.book Page 74 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 75 Connexion de haut-parleurs et autres périphériques audio Votre MacBook est équipé de trois haut-parleurs intégrés, d’un microphone intégré, d’un port d’entrée ligne audio/audio numérique optique et d’un port de sortie casque/ audio numérique optique (f). Vous pouvez connecter des haut-parleurs externes, des écouteurs et d’autres périphériques de sortie audio au port de sortie casque (f). Ce port de sortie constitue également une prise mini-phono stéréo S/PDIF de 3,5 mm. Les haut-parleurs intégrés n’émettent aucun son lorsque des périphériques sont branchés sur l’ordinateur. Pour que le son soit émis de ces haut-parleurs, débranchez le casque ou les haut-parleurs externes éventuellement connectés à l’ordinateur. Vous pouvez enregistrer des sons sur votre disque dur à l’aide du micro intégré situé à côté de la caméra iSight intégrée. Vous avez également la possibilité de connecter des micros externes ou tout autre appareil audio sur le port d’entrée de ligne audio. Le port d’entrée de ligne audio constitue également une prise mini-phono stéréo S/PDIF de 3,5 mm. Étant donné que cette prise ne permet pas d’alimenter les périphériques connectés, ces derniers doivent être auto-alimentés. Si vous disposez d’un adaptateur Toslink prise vers mini-jack, vous pouvez utiliser un câble Toslink pour connecter un lecteur Digital Audio Tape (DAT) ou des instruments numériques afin d’enregistrer et de mixer votre propre musique. Pour les applications capables d’enregistrement audio, telles qu’iMovie HD, utilisez la fenêtre Son des Préférences Système pour sélectionner le périphérique d’entrée audio à utiliser (y compris des micros connectés via USB). F3626M42.book Page 75 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM76 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Les commandes de volume de votre clavier vous permettent de régler facilement le volume de sortie. Vous pouvez également régler le volume d’entrée et de sortie dans la fenêtre Son des Préférences Système. Pour plus d’informations sur l’utilisation ou le dépannage du son de votre ordinateur, choisissez Aide > Aide Mac, puis effectuez une recherche à l’aide du mot son. Utilisation du lecteur optique Votre MacBook comprend un lecteur optique, Combo ou SuperDrive. Avec votre lecteur optique, vous pouvez :  installer ou utiliser des logiciels à partir de CD et de DVD ;  lire de la musique et des fichiers multimédia à partir de CD ;  écrire des fichiers musicaux, des documents et d’autres fichiers numériques sur CD-R ou CD-RW ;  lire des films DVD ainsi que la plupart des disques DVD. Si vous disposez d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez également enregistrer des données sur des disques DVD±R ou DVD±RW vierges. Important : le lecteur optique de votre MacBook gère les disques standard circulaires de 12 cm de diamètre. Les disques de forme irrégulière et les disques de moins de 12 cm ne peuvent pas être lus. Les disques de ce type risquent de se bloquer dans le lecteur. F3626M42.book Page 76 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 77 Insertion d’un CD ou DVD Pour installer ou utiliser des logiciels à partir d’un CD ou d’un DVD : 1 L’ordinateur étant allumé, introduisez le disque (étiquette vers le haut) dans la fente du lecteur jusqu’à ce que le lecteur le saisisse. Il se peut qu’il faille insérer le disque presque entièrement avant que cela ne se produise. Cela est normal. 2 Dès que son icône apparaît sur le bureau, le disque peut être utilisé. Éjection d’un disque Pour éjecter un disque, procédez comme suit :  Glissez l’icône du disque dans la Corbeille (icône d’éjection).  Maintenez enfoncée la touche d’éjection de disque (C) du clavier jusqu’à ce que le disque soit éjecté. Attendez que le disque soit complètement éjecté avant de le retirer ou de le réinsérer. ®? F3626M42.book Page 77 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM78 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Si vous ne parvenez pas à éjecter le disque, fermez toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton du trackpad enfoncé. Lecture de DVD Pour lire un disque vidéo DVD sur votre MacBook, insérez le DVD. Lecteur DVD s’ouvre automatiquement. Vous pouvez constater que Lecteur DVD offre des commandes simples d’utilisation pour lancer, interrompre et visionner les DVD. Si vous avez connecté votre MacBook à un téléviseur afin de pouvoir regarder le DVD sur l’écran du téléviseur, sélectionnez 720 x 480 NTSC (aux États-Unis) ou 720 x 576 PAL (en Europe et dans d’autres régions) dans la fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Il est très facile de connecter votre MacBook à une chaîne stéréo. Utilisez un câble mini-jack vers RCA (non inclus) pour relier le port de sortie casque (f) de votre MacBook aux ports d’entrée audio de votre chaîne stéréo. Enregistrement de disques CD-R ou CD-RW Votre MacBook peut enregistrer des données sur des disques CD-R ou CD-RW. Si vous disposez d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez également enregistrer vos propres films numériques sur des disques DVD±R ou DVD±RW enregistrables vierges. Vous pouvez également enregistrer d’autres types de données numériques, telles que des sauvegardes de fichiers, sur un DVD enregistrable. F3626M42.book Page 78 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 79 Pour enregistrer des données sur des disques CD-R, CD-RW, DVD±R ou DVD+RW : 1 Insérez un disque CD ou DVD (SuperDrive seulement) enregistrable vierge dans le lecteur optique. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque et sélectionnez le format que vous souhaitez utiliser. 3 Double-cliquez sur l’icône du disque qui apparaît sur votre bureau, puis faites-y glisser des fichiers et des dossiers. 4 Cliquez sur l’icône Graver le disque située à côté du nom du disque dans la barre latérale du Finder. Vous pouvez également enregistrer de la musique sur des disques CD ou DVD directement à partir de votre bibliothèque iTunes. Pour enregistrer de la musique depuis votre bibliothèque iTunes : 1 Cliquez sur l’icône iTunes dans le Dock. 2 Sélectionnez la liste de lecture ou les morceaux à enregistrer. 3 Insérez un disque CD ou DVD (SuperDrive seulement) vierge. 4 En haut de la fenêtre iTunes, cliquez sur l’option Graver le CD. Important : si votre batterie se décharge lors de la gravure d’un CD, il se peut que la gravure échoue et que le CD devienne inutilisable. Pour éviter cela, utilisez toujours votre adaptateur secteur lorsque vous gravez un CD. F3626M42.book Page 79 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM80 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Si vous disposez d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez enregistrer vos films numériques sur des disques DVD enregistrables vierges. Vous pouvez également enregistrer d’autres types de données numériques. Vous pouvez, par exemple, sauvegarder des fichiers sur des DVD enregistrables. Les applications telles qu’iDVD vous permettent de créer vos propres projets multimédias numériques, de les graver sur des disques DVD enregistrables vierges, puis de les lire sur la plupart des lecteurs DVD standard. Pour graver un projet iDVD sur un disque vierge DVD±R ou DVD±RW : 1 Ouvrez iDVD puis votre projet iDVD. 2 Cliquez sur le bouton Graver. 3 À l’invite, insérez un disque DVD enregistrable vierge dans le lecteur. 4 Cliquez de nouveau sur le bouton Graver. Pour en savoir plus, ouvrez iDVD puis choisissez Aide > Aide iDVD. Important : si votre batterie se décharge lors de la gravure d’un DVD, il se peut que la gravure échoue et que le DVD devienne inutilisable. Pour éviter cela, utilisez toujours votre adaptateur secteur lorsque vous gravez un DVD. Pour en savoir plus Pour obtenir davantage d’informations sur Lecteur DVD et iTunes, consultez les sources suivantes :  Pour plus d’informations sur l’utilisation de l’application Lecteur DVD, choisissez Aide > Aide Lecteur DVD au sein de Lecteur DVD.  Pour obtenir des informations sur la manière d’utiliser iTunes afin d’enregistrer des fichiers de musique sur disque CD ou DVD, choisissez Aide > «Aide iTunes et Music Store» dans l’application iTunes. F3626M42.book Page 80 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 81 Technologie Sudden Motion Sensor Votre MacBook utilise la technologie Sudden Motion Sensor qui contribue à protéger le disque dur contre tout dommage en cas de chute ou de vibrations subies par l’ordinateur. En règle générale, la protection Sudden Motion Sensor ne modifie en rien les performances du disque dur au cours du fonctionnement normal du MacBook. Il peut arriver que des vibrations anormalement fortes activent le capteur Sudden Motion Sensor pendant que votre MacBook est en cours d’écriture ou de lecture intense (comme lors de la lecture ou de l’enregistrement vidéo ou audio). Si vous constatez des pertes d’images ou d’éléments sonores, assurez-vous que votre MacBook se trouve dans un environnement stable protégé contre les vibrations et les mouvements brusques. Utilisation de la batterie Lorsque l’adaptateur secteur externe n’est pas connecté, votre ordinateur est alimenté par sa batterie. L’autonomie de votre MacBook varie en fonction des applications utilisées et des périphériques externes connectés. La désactivation de fonctions telles qu’AirPort Extreme ou Bluetooth contribue à économiser l’énergie de votre batterie. Pour plus d’informations sur l’utilisation de la batterie, lisez la section «Conseils pour économiser la batterie» à la page 85. Pour connaître le niveau de charge de votre batterie, vous pouvez observer les lampes témoins de niveau de charge dont elle est dotée. Appuyez sur le bouton situé en regard des témoin lumineux afin que ces derniers brillent brièvement pour indiquer le niveau de charge de la batterie. Vous pouvez vérifier le niveau de charge, que la batterie soit ou non insérée dans votre MacBook. F3626M42.book Page 81 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM82 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Si votre batterie faiblit pendant que vous travaillez, branchez l’adaptateur secteur et laissez la batterie se recharger. Pour remplacer une batterie presque déchargée par une batterie chargée lorsque votre ordinateur n’est pas connecté à un adaptateur secteur, éteignez l’ordinateur. Important : si un seul témoin est allumé, le niveau restant est très faible. Si aucun témoin n’est allumé, c’est que la batterie est complètement vide et que l’ordinateur ne pourra démarrer sans l’adaptateur secteur. Branchez l’adaptateur secteur et laissez la batterie se recharger ou remplacez la batterie à plat par une batterie complètement rechargée (voir «retrait de la batterie» à la page 90). Batterie Témoins LED de la batterie Bouton ¥ Á F3626M42.book Page 82 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 83 Si l’icône de la batterie (dans la barre des menus du Finder) est réglée pour afficher le pourcentage de charge, vous constaterez parfois que la batterie n’indique pas un niveau de charge de 100 pour cent alors que l’adaptateur secteur est branché. Cela est tout à fait normal : le niveau de la batterie est maximisé lorsque le chargement n’est pas continu, et cette fonction est désactivée lorsque la capacité de charge de la batterie est située entre 95 et 100 pour cent. Dès que le niveau de la batterie passe en dessous de 95 pour cent, elle est automatiquement rechargée jusqu’à 100 pour cent. Retrait et remise en place de la batterie Pour obtenir des instructions sur le retrait et la remise en place de la batterie, consultez les sections «retrait de la batterie» à la page 90 et «remplacement de la batterie» à la page 96. Remarque : jetez vos batteries usagées en respectant les lois et les consignes environnementales locales. Pour plus d’informations, consultez la section «Informations sur l’enlèvement de la batterie» à la page 142. F3626M42.book Page 83 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM84 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook Recharge d’une batterie Lorsque l’adaptateur secteur est connecté à votre ordinateur, la batterie se recharge, que l’ordinateur soit éteint, allumé ou en mode de suspension d’activité. La recharge sera toutefois plus rapide si l’ordinateur est éteint ou en mode de suspension d’activité. Lorsque l’ordinateur est allumé, vous pouvez contrôler le niveau de charge de la batterie au moyen de l’icône d’état Batterie dans la barre des menus. Le niveau affiché dépend de la quantité d’énergie restant dans la batterie, mais aussi des applications et des périphériques en cours d’utilisation, ainsi que des réglages de votre système (luminosité de l’écran, réglages d’Économiseur d’énergie, etc.). Pour disposer de plus d’énergie, fermez des applications, déconnectez les périphériques non utilisés et réglez Économiseur d’énergie (voir section suivante). F3626M42.book Page 84 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 85 Conseils pour économiser la batterie L’autonomie assurée par la batterie de votre MacBook avant qu’il soit nécessaire de la recharger dépend des applications et des périphériques utilisés, ainsi que des mesures prises pour économiser l’énergie. Pour économiser l’énergie de la batterie, procédez comme suit :  Déconnectez les périphériques USB ou FireWire alimentés par bus lorsqu’ils ne sont pas utilisés.  Quittez les applications ouvertes non utilisées.  Désactivez AirPort et Bluetooth quand vous ne les utilisez pas : utilisez les icônes d’état AirPort et Bluetooth dans la barre des menus. Si ces icônes n’apparaissent pas dans la barre des menus, vous pouvez les activer dans les fenêtres Réseau et Bluetooth des Préférences Système.  Éjectez les CD ou DVD non utilisés.  Réduisez la luminosité de l’écran à l’aide des boutons de réglage de luminosité situés sur le clavier du MacBook.  Réglez le disque dur afin qu’il réduise sa vitesse de rotation après un bref délai. Dans la fenêtre Économiseur d’énergie des Préférences Système, sélectionnez l’option «Suspendre l’activité du/des disque(s) dur(s) chaque fois que possible».  Réglez votre MacBook afin qu’il suspende son activité après un maximum de cinq minutes. F3626M42.book Page 85 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM86 Chapitre 3 Utilisation de votre MacBook  Votre MacBook est préréglé pour réduire automatiquement sa vitesse de traitement durant les périodes de faible activité, lorsqu’il est alimenté via la batterie, afin d’économiser de l’énergie. Vous pouvez déterminez cela via l’option Normal du menu local Optimisation des réglages (situé dans la fenêtre Économiseur d’énergie des Préférences Système). Pendant les périodes de grande activité, votre ordinateur passera automatiquement à une vitesse de traitement plus élevée. Pour prolonger au maximum la durée de vie de la batterie, choisissez «Meilleure autonomie de la batterie» dans le menu local Optimisation des réglages. Cette option risque toutefois de diminuer les performances de votre ordinateur. Pour régler votre ordinateur afin qu’il utilise sa vitesse de traitement maximale en permanence, choisissez Meilleures performances. Informations supplémentaires concernant la batterie de votre MacBook De plus amples informations sont disponibles dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac, puis effectuez une recherche sur le terme «batterie». Vous trouverez également des informations sur la manière de prolonger la durée de vie de votre batterie sur le site www.apple.com/fr/batteries/notebooks.html. F3626M42.book Page 86 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 3 Utilisation de votre MacBook 87 Protection de votre MacBook Vous pouvez vous procurer un câble de sécurité pour protéger votre MacBook. Ce câble vous permet d’attacher votre ordinateur à un bureau ou une table. Pour en savoir plus sur les options de sécurité L’Aide Mac contient des informations supplémentaires concernant les fonctions de sécurité logicielles de votre MacBook, y compris les mots de passe pour plusieurs utilisateurs et le chiffrement de fichiers. Choisissez Aide > Aide Mac, puis effectuez une recherche sur les termes «sécurité» ou «utilisateurs multiples». Dispositif de verrouillage avec câble de sécurité Logement de sécurité F3626M42.book Page 87 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMF3626M42.book Page 88 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM89 4 4 Ajout de mémoire à votre MacBook Ce chapitre fournit des informations et des instructions pour installer de la mémoire supplémentaire et pour retirer et remettre en place la batterie de votre MacBook. Votre ordinateur est doté de deux logements de mémoire auxquels vous pouvez accéder en retirant sa batterie. Votre MacBook est fourni avec un minimum de 512 mégaoctets (Mo) de mémoire DDR2 (Double Data Rate) 667 MHz SDRAM (Synchronous Dynamic Random-Access Memory). Les deux logements de mémoire peuvent accueillir un module SDRAM conforme aux spécifications suivantes :  format DDR2 SO-DIMM (Double Data Rate Small Outline Dual Inline Memory Module) ;  taille inférieure à 3,8 cm ;  256 Mo, 512 Mo ou 1 Go ; Avertissement : Apple vous recommande de confier l’installation de mémoire à un technicien agréé Apple. Consultez les informations sur l’assistance technique fournies avec l’ordinateur pour savoir comment joindre la société Apple. Tout dommage causé à votre matériel en tentant d’installer vous-même de la mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre ordinateur. F3626M42.book Page 89 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM90 Chapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook  200 broches ;  mémoire RAM de type PC2-5300 DDR2 667 MHz. Pour optimiser les performances, installez des modules mémoire de même type dans chaque logement. La quantité maximale de mémoire que vous pouvez installer sur votre MacBook est de 2 Go, en insérant une barrette DIMM de 1 Go dans chaque logement. Installation de mémoire supplémentaire Pour installer de la mémoire, il faut enlever et remettre en place la batterie. La procédure suivante inclut des instructions sur l’ajout de mémoire et la remise en place de la batterie. Étape 1 : retrait de la batterie 1 Éteignez votre MacBook. Débranchez l’adaptateur secteur, le câble Ethernet et tous les autres câbles connectés au MacBook afin d’éviter toute détérioration. F3626M42.book Page 90 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook 91 2 Retournez le MacBook et repérez l’emplacement du verrou de la batterie. Utilisez une pièce de monnaie pour faire tourner le verrou d’un quart de tour vers la droite afin de débloquer la batterie, puis retirez cette dernière avec précaution. Avertissement : les composants internes de votre MacBook risquent d’être chauds. Si vous venez d’utiliser votre MacBook, attendez 10 minutes après l’extinction, afin de laisser aux composants internes le temps de se refroidir. ¥ Á ¥ Á F3626M42.book Page 91 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM92 Chapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook Étape 2 : installation de mémoire 1 Desserrez les trois vis imperdables maintenant le support en L, tirez sur la barre la plus longue pour retirer le support et écartez celui-ci. Les leviers situés dans les logements de mémoire se soulèvent automatiquement lorsque vous retirez le support. 2 Touchez la surface métallique de l’intérieur de l’ordinateur afin de décharger toute électricité statique que vous pouvez avoir emmagasinée. Desserrez les trois vis Tirez sur cette barre ¥ Á F3626M42.book Page 92 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook 93 3 Pour retirer un module de mémoire installé dans un logement, placez le levier correspondant complètement vers la gauche jusqu’à ce que le bord du module de mémoire se soulève. Retirez le module de mémoire. Répétez l’opération avec l’autre module de mémoire. Leviers ¥ Á F3626M42.book Page 93 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM94 Chapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook 4 Insérez les nouveaux modules de mémoire dans les logements : a Commencez par insérer le bord doré, avec l’encoche sur le côté gauche. b Poussez fermement avec deux doigts sur les modules de mémoire pour les mettre en place. Vous devriez entendre un clic lorsque la mémoire s’enclenche. c Si les leviers ne reviennent pas en position fermée, déplacez-les vers la droite pour les fermer. Encoches ¥ Á F3626M42.book Page 94 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook 95 5 Replacez le support en L en insérant d’abord le bras le plus court, puis resserrez les vis. Insérez Resserrez les trois vis d’abord ce bras ¥ Á F3626M42.book Page 95 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM96 Chapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook Étape 3 : remplacement de la batterie 1 Placez le bord droit de la batterie dans son compartiment. Appuyez doucement sur le bord gauche de la batterie jusqu’à ce que le loquet soit bloqué. 2 Reconnectez l’adaptateur secteur et tout autre câble connecté auparavant à l’ordinateur. ¥ Á ¥ Á F3626M42.book Page 96 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 4 Ajout de mémoire à votre MacBook 97 Reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre MacBook Après avoir ajouté de la mémoire dans votre MacBook, vérifiez si elle est reconnue. Pour vérifier la mémoire de votre ordinateur : 1 Démarrez votre MacBook. 2 Lorsque le bureau Mac OS s’affiche, choisissez le menu Pomme (?) > À propos de ce Mac. Pour plus de détails sur la mémoire installée sur votre ordinateur, ouvrez Informations Système en cliquant sur Plus d’infos puis sur Mémoire. Si votre ordinateur ne reconnaît pas la mémoire ou qu’il ne démarre pas correctement, éteignez-le et relisez les instructions afin de vous assurer que la mémoire est correctement installée et compatible avec votre MacBook. Si les problèmes persistent, retirez la mémoire et consultez les informations d’assistance technique fournies avec la mémoire ou contactez le fournisseur de la mémoire. Mémoire totale installée sur votre MacBook F3626M42.book Page 97 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMF3626M42.book Page 98 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM99 5 5 Dépannage Si vous rencontrez un problème avec votre MacBook, commencez par rechercher ici des solutions et des conseils. Il existe généralement une solution simple et rapide aux problèmes que vous pourriez rencontrer au cours de l’utilisation de votre MacBook. Réfléchissez aux conditions qui ont entraîné l’apparition de ce problème. Ce récapitulatif de la totalité des opérations effectuées avant que le problème ne survienne permet de restreindre les causes possible et de trouver la solution. Notez les choses suivantes :  les applications que vous étiez en train d’utiliser quand le problème est apparu ; les problèmes qui n’apparaissent qu’avec une application spécifique peuvent indiquer que cette application n’est pas compatible avec la version de Mac OS installée sur votre ordinateur ;  les logiciels que vous avez installés récemment, notamment ceux qui ont ajouté des éléments à votre Dossier Système ;  tout composant matériel installé (mémoire supplémentaire ou périphérique, par exemple). F3626M42.book Page 99 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM100 Chapitre 5 Dépannage Vous trouverez des informations supplémentaires concernant le dépannage dans l’Aide Mac et sur le site web de service et d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur Si l’ordinateur ne répond plus ou que le pointeur se fige  Appuyez sur Commande (x) + Option + Échap pour forcer la fermeture d’une application figée. Sélectionnez l’application que vous souhaitez quitter dans le zone de dialogue qui apparaît, puis cliquez sur Forcer à quitter. Enregistrez ensuite votre travail dans les applications ouvertes, puis redémarrez l’ordinateur afin de vous assurer que le problème est entièrement réglé.  Si vous ne parvenez pas à forcer la fermeture d’une application, maintenez enfoncé le bouton d’alimentation (®) durant quelques secondes pour éteindre l’ordinateur.  Si l’ordinateur ne répond toujours pas, essayez de le redémarrer en appuyant simultanément sur le bouton d’alimentation (®) et les touches Commande (x) et Contrôle. Si le problème survient fréquemment, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus en haut de l’écran. Recherchez le mot «bloquer» pour obtenir de l’aide en cas de blocage de l’ordinateur ou s’il ne répond pas. Si le problème ne survient que lorsque vous utilisez une application particulière, vérifiez auprès de son éditeur si elle est compatible avec votre ordinateur. Si vous savez qu’une application est compatible, vous devrez peut-être réinstaller le logiciel système de votre ordinateur. F3626M42.book Page 100 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 5 Dépannage 101 Si l’ordinateur se bloque au démarrage, un point d’interrogation clignotant apparaît ou l’écran est éteint et la lampe témoin de suspension d’activité reste allumée (pas en mode de suspension d’activité)  Patientez quelques secondes. Si l’ordinateur ne démarre pas après un court instant, éteignez-le en maintenant le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant 5 secondes environ, jusqu’à ce qu’il s’éteigne complètement. Maintenez ensuite la touche Option enfoncée puis appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour démarrer votre ordinateur. Lorsque votre ordinateur démarre, cliquez sur l’icône du disque dur, puis sur la flèche droite. Une fois que l’ordinateur a démarré, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Démarrage. Sélectionnez un dossier Système Mac OS X.  Si cela ne donne pas de résultats, essayez d’utiliser Utilitaire de disque pour réparer le disque. Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X dans votre ordinateur. Redé- marrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche C enfoncée lors du démarrage. Choisissez Installation > Ouvrir Utilitaire de disque. Lorsque Utilitaire de disque s’ouvre, suivez les instructions dans la fenêtre S.O.S pour tenter de le réparer. Si Utilitaire de disque ne résout pas le problème, vous devrez peut-être réinstaller le logiciel système de votre ordinateur. Pour obtenir des instructions, consultez la section «Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur» à la page 106. Si l’ordinateur ne s’allume ou ne démarre pas  Assurez-vous que l’adaptateur secteur est connecté à l’ordinateur et branché sur une prise secteur en état de marche. Veillez à utiliser l’adaptateur secteur fourni avec votre ordinateur. Si l’adaptateur secteur ne recharge plus l’ordinateur et que la lampe témoin de l’adaptateur secteur ne s’allume pas lorsque vous branchez le câble d’alimentation, essayez de le débrancher puis de le brancher à nouveau afin de le réinitialiser. F3626M42.book Page 101 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM102 Chapitre 5 Dépannage  Vérifiez si votre batterie à besoin d’être rechargée. Appuyez sur le petit bouton situé sur la batterie. Vous devriez voir apparaître un à quatre voyants indiquant le niveau de charge de la batterie. Si une seule lampe témoin de niveau de la batterie clignote, branchez l’adaptateur secteur pour charger la batterie jusqu’à ce qu’au moins une lampe témoin reste allumée en permanence.  Si vous avez suivi les deux premiers conseils sans succès, rétablissez les réglages par défaut de l’ordinateur en débranchant l’adaptateur secteur, en retirant la batterie et en maintenant le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant au moins 5 secondes.  Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, assurez-vous qu’elle est correctement installée et compatible avec votre ordinateur. Vérifiez si son retrait permet à l’ordinateur de démarrer (voir «installation de mémoire» à la page 92).  Si cela ne fonctionne pas, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et maintenez immédiatement les touches Commande (x), Option, P et R enfoncées jusqu’à ce que vous entendiez une deuxième fois le signal sonore de démarrage.  Si vous ne parvenez toujours pas à démarrer votre MacBook, consultez les informations sur service après-vente fournies avec votre MacBook pour savoir comment contacter Apple. Si l’écran devient soudainement noir ou que votre système se bloque Essayez de redémarrer votre ordinateur. 1 Débranchez tout périphérique connecté à votre MacBook excepté l’adaptateur secteur. 2 Maintenez les touches Commande (x) et Contrôle enfoncées, puis appuyez sur le bouton d’alimentation (®) pour redémarrer le système. 3 Le niveau de charge de la batterie doit atteindre au moins 10 pour cent avant la connexion d’un périphérique et la reprise du travail. F3626M42.book Page 102 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 5 Dépannage 103 Pour vérifier le niveau de charge de la batterie, observez le menu d’état Batterie dans la barre des menus. Votre écran pourrait également s’assombrir si les fonctions d’économie d’énergie sont réglées pour l’utilisation de la batterie. Pour plus d’informations, consultez la section «Réglage de l’écran» à la page 30. Autres problèmes Si vous avez oublié votre mot de passe Vous pouvez réinitialiser votre mot de passe d’administrateur et les mots de passe de tous les autres comptes. 1 Insérez le CD «Mac OS X Install Disc 1». Ensuite, redémarrez votre ordinateur et maintenez la touche C enfoncée pendant le démarrage. 2 Choisissez Installation > Réinitialiser le mot de passe dans la barre des menus. Suivez les instructions à l’écran. En cas de problème avec une application  Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Les éditeurs de logiciels fournissent souvent des mises à jour logicielles sur leurs sites web.  Vous pouvez configurer votre MacBook pour qu’il cherche et installe automatiquement les dernières mises à jour Apple via la fenêtre Mise à jour de logiciels des Préférences Système. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez «mise à jour de logiciels». Remarque : les applications Classic (ou Mac OS 9) ne sont pas compatibles avec votre ordinateur et ne s’ouvriront pas. F3626M42.book Page 103 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM104 Chapitre 5 Dépannage En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort Extreme  Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que vous êtes bien dans la zone de couverture de l’antenne de l’autre ordinateur ou du point d’accès du réseau en vérifiant le menu d’état AirPort (Z) dans la barre des menus. Jusqu’à quatre barres de mesure apparaissent pour indiquer la puissance du signal. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en tournant et en réorientant l’ordinateur.  Assurez-vous que le logiciel est correctement configuré conformément aux instructions incluses avec votre borne d’accès ou point d‘accès.  Pour plus d’informations, consultez l’Aide AirPort (choisissez Aide > Aide Mac, puis Bibliothèque > Aide AirPort dans la barre des menus), ainsi que les instructions fournies avec votre appareil sans fil. Si le disque dur de votre ordinateur n’enregistre pas les données correctement  Il peut arriver, dans certains cas très rares, qu’en raison de vibrations anormalement fortes subies par le disque dur, le capteur Sudden Motion Sensor s’active et provoque des pertes d’images ou des portions de son ou de données non enregistrées lorsque le disque est en train d’enregistrer de manière intensive. Si cela se produit, assurez-vous que votre MacBook est dans un environnement stable sans vibrations ni mouvements brusques.  Si les vibrations ne sont pas la source du problème, ouvrez Utilitaire de disque (dans /Applications/Utilitaires) pour vérifier le lecteur. F3626M42.book Page 104 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 5 Dépannage 105 En cas de problème à l’éjection d’un disque m Fermez toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et essayez à nouveau. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton du trackpad enfoncé. Si vous suspectez un problème matériel  Vous pouvez utiliser l’application «Apple Hardware Test» pour déterminer s’il existe un problème dû à l’un des composants de votre ordinateur, tels que la mémoire ou le processeur. Pour plus d’informations sur Apple Hardware Test, consultez la section «Utilisation d’Apple Hardware Test» à la page 108. En cas de problèmes de connexion à Internet  Assurez-vous que votre ligne téléphonique ou que votre câble réseau est connecté et qu’il fonctionne correctement.  Si vous utilisez une connexion à Internet par ligne commutée, veillez à ce que votre câble téléphonique soit bien branché sur le modem USB d’Apple (vendu séparément) et non au port Ethernet (G) de l’ordinateur.  Ouvrez la fenêtre Réseau des Préférences Système et vérifiez auprès de votre Fournisseur d’Accès Internet (FAI) ou de votre administrateur réseau les informations qui y sont saisies. En cas de problèmes de fonctionnement de votre ordinateur ou de Mac OS  Si les réponses à vos questions ne figurent pas dans ce manuel, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus et recherchez des instructions et des informations sur le dépannage.  Pour obtenir les dernières informations de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site web d’assistance Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support. F3626M42.book Page 105 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM106 Chapitre 5 Dépannage Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur Les disques d’installation de logiciels fournis avec votre ordinateur permettent de réinstaller Mac OS X et les applications livrées avec votre ordinateur. Important : Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de procéder à la restauration du logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données. Installation de Mac OS X et des applications Pour installer Mac OS X et les applications qui accompagnent votre ordinateur : 1 Sauvegardez vos fichiers essentiels. Nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers essentiels avant d’installer Mac OS X et d’autres applications car l’option Effacer et installer efface votre disque de destination. 2 Assurez-vous que l’adaptateur secteur est correctement branché. 3 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X livré avec votre ordinateur. 4 Double-cliquez sur «Install Mac OS X and Bundled Software». 5 Suivez les instructions à l’écran. 6 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous invite à insérer le disque d’installation Mac OS X suivant. Remarque : pour rétablir les réglages d’origine de Mac OS X sur votre ordinateur, cliquez sur Options dans la fenêtre Sélectionner une destination du programme d’installation, puis choisissez Effacer et installer. F3626M42.book Page 106 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 5 Dépannage 107 Après avoir sélectionné le disque de destination de l’installation, continuez à suivre les instructions à l’écran pour effectuer une installation de base de Mac OS X. Pour personnaliser l’installation des applications, cliquez sur Personnaliser, cliquez sur le triangle en regard de l’application et sélectionnez la version que vous souhaitez installer. Installation des applications Pour installer uniquement les applications fournies avec votre ordinateur, veuillez procéder comme suit. Mac OS X doit déjà être installé sur votre ordinateur. 1 Sauvegardez vos fichiers essentiels. 2 Assurez-vous que l’adaptateur secteur est correctement branché. 3 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X livré avec votre ordinateur. 4 Double-cliquez sur «Install Bundled Software Only». 5 Suivez les instructions à l’écran. 6 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous invite à insérer le disque d’installation Mac OS X suivant. Remarque : pour installer iCal, iChat AV, iSync, Safari et les applications iLife, suivez les instructions exposées dans «Installation de Mac OS X et des applications» à la page 106. Il est possible que vous deviez insérer le disque 2 d’installation de Mac OS X, selon les applications que vous souhaitez installer. F3626M42.book Page 107 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM108 Chapitre 5 Dépannage Utilisation d’Apple Hardware Test Apple Hardware Test vous aide à déterminer s’il existe un problème matériel sur votre ordinateur. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Déconnectez tous les périphériques externes de votre ordinateur, sauf l’adaptateur secteur. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X livré avec votre ordinateur. 3 Redémarrez ensuite votre ordinateur en maintenant la touche D enfoncée lors du démarrage. 4 Lorsque l’écran principal d’Apple Hardware Test s’affiche, suivez les instructions à l’écran. 5 En cas de détection d’un problème, Apple Hardware Test affiche un code d’erreur. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne matérielle, il est probable que le problème soit lié aux logiciels. Pour en savoir plus sur Apple Hardware Test, consultez le fichier «À propos d’AHT» sur le disque «Mac OS X Install Disc 1». F3626M42.book Page 108 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMChapitre 5 Dépannage 109 Localisation du numéro de série de votre produit Utilisez l’une des méthodes suivantes pour trouver le numéro de série de votre ordinateur :  Choisissez Apple (?) > À propos de ce Mac puis cliquez sur le numéro de version au-dessous des mots «Mac OS X». Cliquez pour afficher l’un après l’autre la version de Mac OS X, le numéro de sous-version et le numéro de série.  Ouvrez Informations Système (dans /Applications/Utilitaires/), et cliquez sur Matériel. Vous pouvez également ouvrir Informations Système en cliquant sur le bouton Plus d’infos dans la zone de dialogue À propos de ce Mac.  Retirez la batterie. Le numéro de série de votre MacBook se trouve dans la baie de la batterie. Pour en savoir plus sur l’extraction de la batterie, consultez la section «retrait de la batterie» à la page 90 . F3626M42.book Page 109 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMF3626M42.book Page 110 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM111 A Annexe A Caractéristiques Vous pouvez utiliser Informations Système pour obtenir des informations détaillées sur votre MacBook. Vous y trouverez entre autres la quantité de mémoire vive, la taille du disque dur, les périphériques connectés et le numéro de série du produit. Pour accéder au contenu des Informations Système, sélectionnez le menu Pomme (?) > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos ou ouvrez Informations Système, situé dans /Applications/Utilitaires. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur les triangles pour afficher ou cacher le contenu des différentes catégories. F3626M42.book Page 111 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM112 Annexe A Caractéristiques Conditions de fonctionnement  Température de fonctionnement : 10° C à 35° C  Altitude : 3 048 m maximum  Humidité relative : de 0 % à 90 % sans condensation Adaptateur secteur  Entrée : 100 à 240 Volts (V), 50/60 Hertz (Hz)  Sortie : 16,5 V à 3,65 A Batterie  Sortie : 10,8 V  Capacité : 55 Wh Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site d’Apple aux pages www.apple.com/fr/macbook et www.apple.com/fr/support. F3626M42.book Page 112 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM113 B Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Veuillez lire attentivement les consignes de sécurité et d’entretien suivantes concernant votre MacBook. Les produits Apple sont conçus et évalués selon les standards de sécurité les plus récents de l’équipement des technologies de l’information. Cependant, pour assurer une utilisation sûre, il est important de suivre les consignes de sécurité indiquées sur le produit et dans la documentation. Consignes générales de sécurité Lisez et suivez toutes les consignes indiquées sur le produit et dans ce manuel avant d’utiliser votre MacBook. Gardez ces instructions dans un endroit facile d’accès pour vous et pour les utilisateurs éventuels.  Installez votre MacBook sur un plan de travail stable.  Évitez de placer votre ordinateur à proximité d’un évier, d’un lavabo, d’une baignoire ou d’une douche, par exemple.  Protégez votre ordinateur de l’humidité et des intempéries (neige, pluie, brouillard par exemple). F3626M42.book Page 113 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM114 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien  Pour votre propre sécurité et celle de votre matériel, veillez à toujours prendre les précautions ci-après. Débranchez le cordon d’alimentation (en tirant sur la prise plutôt que sur le cordon), retirez la batterie et débranchez tous les autres câbles si l’un des cas suivants se présente :  Vous souhaitez installer de la mémoire.  Vous voulez retirer un ou plusieurs composants.  La prise ou le câble d’alimentation est endommagé.  Un liquide a été renversé dans le boîtier.  Votre ordinateur est exposé à la pluie ou à une humidité excessive.  Votre ordinateur a subi une chute ou le boîtier a été endommagé de quelque autre façon.  Vous pensez que votre ordinateur a besoin d’être inspecté ou réparé.  Vous souhaitez nettoyer le boîtier (pour ce faire, suivez à la lettre les instructions fournies plus bas).  Le port d’adaptateur secteur du MacBook contient un aimant. Ne mettez pas des matériaux ou des appareils à sensibilité magnétique à 25 mm ou moins de ce port.  N’introduisez jamais d’objets d’aucune sorte dans les ouvertures de ventilation de le MacBook.  La batterie du MacBook peut présenter un risque d’incendie ou de brûlure en cas de mauvais traitement. Ne la désassemblez pas, ne la chauffez pas au-delà de 100 º C et ne l’incinérez pas. Ne remplacez la batterie que par une batterie certifiée par Apple pour ce produit. L’utilisation de toute autre batterie peut présenter un risque d’incendie ou d’explosion. Éliminez rapidement les batteries usagées conformément aux directives d’environnement locales en vigueur. F3626M42.book Page 114 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 115 Configuration de votre MacBook et de l’adaptateur secteur Assurez-vous que la fiche ou le câble d’alimentation CA est complètement inséré dans l’adaptateur secteur avant de brancher l’adaptateur sur la prise secteur. Pour un fonctionnement optimal, veillez à connecter l’adaptateur via le câble d’alimentation CA et à utiliser une prise secteur de terre. Utilisez uniquement l’adaptateur secteur fourni avec votre MacBook. Les adaptateurs destinés à d’autres appareils électroniques (y compris à d’autres modèles de MacBook Pro et d’ordinateurs portables) peuvent sembler similaires, mais risquent d’avoir une incidence négative sur les performances de votre ordinateur, voire de l’endommager. L’adaptateur secteur peut chauffer pendant l’utilisation normale de votre MacBook. Faites toujours en sorte que l’adaptateur soit correctement ventilé et soyez prudent lorsque vous le manipulez pendant ou immédiatement après l’avoir utilisé. Si possible, placez l’adaptateur secteur sur une surface plane et dure pour dissiper la chaleur. Ne forcez jamais l’insertion d’un connecteur dans un port. Vérifiez la présence d’obstructions sur le port. Si le connecteur ne se raccorde pas facilement au port, c’est qu’ils sont probablement incompatibles. Assurez-vous que le connecteur correspond bien au port et que vous l’avez correctement positionné par rapport à ce dernier. La présence de débris dans le port d’adaptateur secteur peut empêcher l’adaptateur secteur de se brancher correctement. Nettoyez doucement les débris avec une tige de coton ouaté. F3626M42.book Page 115 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM116 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Utilisation de votre MacBook Lorsque vous utilisez votre MacBook ou que vous rechargez la batterie, il est normal que la température du dessous du boîtier s’élève. En cas d’utilisation prolongée, placez votre MacBook sur une surface plane et stable. Ne laissez pas la partie inférieure de votre MacBook au contact de vos genoux ou de toute autre surface de votre corps de manière prolongée. Un contact étendu avec votre corps pourrait provoquer des douleurs et éventuellement des brûlures. Cette partie du boîtier du MacBook sert de surface de refroidissement et permet d’évacuer la chaleur de l’ordinateur vers l’extérieur. Le dessous du boîtier est légèrement suré- levé pour permettre la circulation d’air et assurer ainsi à l’équipement une température de fonctionnement normale. De plus, l’ordinateur dégage de l’air chaud des logements à l’arrière du boîtier. Avertissement : ne posez pas votre MacBook allumé sur un oreiller ou toute autre surface dans laquelle il pourrait s’enfoncer, car cela pourrait bloquer les conduites d’aération, en particulier les conduites arrière, et entraîner une surchauffe de l’ordinateur. Évitez également de placer des objets sur le clavier lors de l’utilisation avec écran rabattu. Cela risque de provoquer une succession d’arrêts et de mises en marche de votre ordinateur, entraînant une surchauffe et la décharge de la batterie. N’allumez jamais l’ordinateur tant que tous ses composants internes ou externes ne sont pas en place. L’utilisation de l’ordinateur lorsque son boîtier est ouvert ou que certains composants ont été démontés peut s’avérer dangereuse et risque de l’endommager. F3626M42.book Page 116 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 117 Transport de votre MacBook Si vous transportez votre MacBook dans un sac ou dans un attaché-case, assurez-vous que ce dernier ne contient pas d’objets non attachés (tels que des trombones ou des pièces de monnaie) qui pourraient pénétrer accidentellement dans l’ordinateur par une ouverture telle que la fente du lecteur optique ou se coincer à l’intérieur d’un port. Maintenez également à l’écart du port de l’adaptateur secteur tout objet magnétiquement sensible. Rangement de votre MacBook Si vous décidez de ranger votre MacBook pendant une période de temps prolongée, placez-le dans un endroit frais (idéalement à 22 ° C) et prenez l’une des mesures suivantes afin de préserver la durée de vie de la batterie :  Déchargez la batterie à 50 pour cent avant de ranger votre MacBook.  Avant de ranger votre ordinateur pour une période de temps supérieure à cinq mois, déchargez la batterie jusqu’à environ 50 pour cent, puis retirez-la du MacBook. Si vous décidez de ranger votre ordinateur pour une période prolongée, pensez à recharger la batterie de 50 pour cent tous les six mois environ. Nettoyage de votre MacBook Respectez les consignes suivantes lors du nettoyage de votre ordinateur et de ses accessoires :  Éteignez votre MacBook, débranchez l’adaptateur secteur et retirez la batterie.  Pour nettoyer le boîtier de l’ordinateur, utilisez un chiffon doux, humide et non pelucheux. Évitez les infiltrations d’humidité par quelque ouverture que ce soit. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’ordinateur.  N’utilisez ni aérosols, ni dissolvants, ni abrasifs qui pourraient endommager le fini. F3626M42.book Page 117 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM118 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Nettoyage de l’écran de votre MacBook Pour nettoyer l’écran de votre MacBook, procédez comme suit :  Éteignez votre MacBook, débranchez l’adaptateur secteur et retirez la batterie.  Humidifiez, à l’eau seulement, un chiffon propre, doux et non pelucheux et essuyez l’écran. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’écran. Comment éviter les problèmes auditifs Informations se rapportant au laser Avertissement : l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque d’écoute à un niveau de volume trop élevé peut provoquer une perte d’acuité auditive permanente. L’oreille peut s’adapter petit à petit à des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux, mais qui risquent à la longue d’endommager votre système auditif. En cas de sifflements ou de perte d’acuité auditive, arrêtez d’utiliser le casque ou les écouteurs et consultez un médecin. Plus le volume est élevé, plus votre audition risque d’être affectée rapidement. Pour protéger votre système auditif, les spécialistes conseillent de prendre les mesures suivantes :  Limitez la durée d’utilisation à volume élevé de vos écouteurs ou de votre casque d’écoute.  Évitez d’augmenter le volume afin de bloquer les bruits environnants.  Baissez le volume si vous ne parvenez pas à entendre une personne qui parle à côté de vous. Avertissement : l’exécution de réglages ou d’opérations qui ne sont pas spécifiés dans la manuel de votre équipement risque de vous exposer à des rayonnements dangereux. F3626M42.book Page 118 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 119 N’essayez pas de démonter le boîtier qui contient le laser. Le faisceau laser utilisé dans ce produit est nocif pour les yeux. L’utilisation d’instruments optiques, tels que les loupes grossissantes, avec ce produit augmente les risques potentiels pour vos yeux. Afin d’assurer votre sécurité, cet équipement ne doit être réparé que par un fournisseur de services agréé Apple. Votre ordinateur est classé comme produit laser de Catégorie 1 à cause de son lecteur optique. L’étiquette de Catégorie 1, située dans un emplacement accessible à l’utilisateur, indique que le lecteur obéit aux exigences minimales de sécurité. Une étiquette de mise en garde destinée au réparateur est située dans un emplacement qui lui est accessible. Les étiquettes placées sur votre produit peuvent être légèrement différentes de celles qui sont affichées ici. Avertissement relatif aux activités à haut risque Cet ordinateur n’est pas conçu pour être utilisé dans des installations nucléaires, pour la navigation ou la communication aérienne, pour le contrôle du trafic aérien, ni dans aucune autre situation où une panne du système informatique pourrait entraîner la mort, des blessures ou de graves dommages écologiques. Étiquette «Catégorie 1» Étiquette de mise en garde destinée au réparateur F3626M42.book Page 119 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM120 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Ergonomie Voici quelques conseils sur la mise en place d’un environnement de travail sain. Clavier et trackpad Lorsque vous tapez au clavier ou que vous vous servez du trackpad, vos épaules doivent être détendues. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, la main étant placée dans le prolongement du poignet. Vous devez avoir les mains et les doigts détendus lorsque vous tapez au clavier ou que vous utilisez le trackpad. Évitez de replier les pouces à l’intérieur des paumes. Position à éviter Position recommandée F3626M42.book Page 120 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien 121 Modifiez fréquemment la position de vos mains pour éviter la fatigue. Après un travail continu et intensif sur ordinateur, certains utilisateurs peuvent ressentir des douleurs aux mains, aux poignets ou aux bras. Si ces douleurs persistent, consultez un spécialiste. Siège Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de telle sorte que vos cuisses reposent à l’horizontale et vos pieds à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie. Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Si vous disposez d’un bureau modulaire, vous pouvez abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le clavier est situé plus bas que le plan de travail. Position à éviter Position recommandée F3626M42.book Page 121 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM122 Annexe B Consignes de sécurité, d’utilisation et d’entretien Souris externe Si vous utilisez une souris externe, veillez à ce qu’elle se trouve à hauteur du clavier. Ménagez un espace suffisant pour la manipuler avec aisance. Écran intégré Orientez l’écran de manière à réduire le plus possible les reflets de l’éclairage électrique et de la lumière du jour. Ne forcez pas l’écran si vous rencontrez une résistance. L’angle d’ouverture maximal de l’écran ne peut dépasser 130 degrés. Réglez la luminosité et le contraste de l’écran chaque fois que vous déplacez l’ordinateur ou que l’éclairage ambiant change. Pour en savoir plus Accédez au site web www.apple.com/about/ergonomics. À propos d’Apple et de l’environnement Apple Computer, Inc. reconnaît sa responsabilité en matière de réduction de l’impact de ses produits et de ses activités sur l’environnement. Pour en savoir plus, consultez la page www.apple.com/environment/summary.html. F3626M42.book Page 122 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM123 C Annexe C Connexion à Internet Votre ordinateur vous permet de naviguer sur le Web, d’échanger du courrier électronique avec vos amis et votre famille ou de dialoguer en temps réel via Internet. Utilisez ces informations pour vous aider à vous connecter à Internet. Lors du premier démarrage de Mac OS X, Assistant réglages vous aide à saisir vos informations concernant la configuration Internet. Si vous n’avez pas utiliser Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet, vous pouvez utiliser Assistant réglages de Réseau plus tard (consultez «Utilisation d’Assistant réglages de réseau pour se connecter» à la page 127 ). Si vous choisissez de ne pas utiliser Assistant réglages de réseau, vous pouvez utiliser les informations figurant dans cette annexe pour configurer votre connexion manuellement. Il existe quatre types de connexion à Internet :  connexion via un modem câble ou DSL à haut débit : l’ordinateur est relié via un câble Ethernet à un modem spécial fourni par un FAI ;  connexion sans fil : l’ordinateur est connecté sans fil via une borne d’accès AirPort Extreme, AirPort Express ou un autre point d’accès 802.11ou 802.11 ; F3626M42.book Page 123 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM124 Annexe C Connexion à Internet  réseau local (LAN) : l’ordinateur est connecté à un réseau local via un câble Ethernet. C’est le type de connexion habituellement utilisé dans les entreprises.  connexion par ligne téléphonique : l’ordinateur est connecté à un modem externe branché sur une prise téléphonique murale via un câble téléphonique. Avant de vous connecter à Internet : 1 Ouvrez un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (FAI). 2 Procurez-vous les informations concernant la connexion auprès de votre fournisseur d’accès à Internet ou de votre administrateur réseau. Consultez la section suivante «Regroupement des informations nécessaires», pour savoir quelles sont les informations dont vous avez besoin pour chaque type de connexion. Vous pouvez écrire ces informations directement sur les pages suivantes, puis les saisir dans Assistant réglages. Si un autre ordinateur se trouvant au même emplacement est déjà connecté à Internet, vous pouvez probablement utiliser ses réglages. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS X :  Ouvrez la fenêtre Réseau des Préférences Système.  Dans le menu local Afficher, sélectionnez votre mode de connexion.  Copiez les informations concernant votre connexion. Pour accéder aux réglages d’un ordinateur Windows : Les informations d’un PC Windows concernant la connexion se trouvent à deux endroits.  Pour rechercher l’adresse IP et le masque de sous-réseau, ouvrez le tableau de bord «Connexions Réseau et Internet».  Pour accéder aux informations relatives aux comptes d’utilisateurs, ouvrez le tableau de bord Comptes d’utilisateurs. F3626M42.book Page 124 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe C Connexion à Internet 125 3 Si vous utilisez un modem externe, tel que le modem USB d’Apple (vendu séparément), branchez-le dans un port USB de votre MacBook, puis utilisez un câble téléphonique (non inclus) pour connecter le modem à une prise téléphonique murale. Si vous disposez d’un modem DSL ou câble, connectez-le à votre ordinateur en suivant les instructions incluses. 4 Allumez votre ordinateur et saisissez les informations dans Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet. Remarque : si vous avez déjà démarré votre ordinateur sans utiliser Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet, consultez «Utilisation d’Assistant réglages de réseau pour se connecter» à la page 127 . Regroupement des informations nécessaires Vous pouvez noter sur ces pages les informations obtenues auprès de votre FAI, de votre administrateur réseau ou récupérées sur un autre ordinateur, puis les saisir dans Assistant réglages de réseau. Pour configurer une connexion téléphonique classique, procurez-vous les informations suivantes :  nom du fournisseur d’accès ;  nom d’utilisateur ou de compte ;  mot de passe ;  numéro de téléphone du FAI ;  autre numéro de téléphone ;  préfixe pour obtenir la ligne externe. F3626M42.book Page 125 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM126 Annexe C Connexion à Internet Pour configurer un modem DSL, un modem câble, un réseau local (LAN) ou une connexion AirPort Extreme sans fil, choisissez votre méthode de connexion (en cas de doute, adressez-vous à votre administrateur système ou à votre FAI) :  manuellement ;  utilisation de DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol, protocole de configuration dynamique d’hôte) avec une adresse manuelle ;  via DHCP ;  via BootP ;  PPP (Point-to-Point Protocol, protocole point à point). En cas de doute sur la méthode à utiliser, l’option «Via DHCP» peut s’avérer un bon choix car le réseau fournit automatiquement la plupart des informations requises. Si vous sélectionnez «Manuellement» ou «Via DHCP avec une adresse manuelle», rassemblez les informations suivantes :  adresse IP ;  masque de sous-réseau ;  adresse du routeur. Remarque : si vous sélectionnez «Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle», vous n’avez pas besoin d’un masque de sous-réseau ou d’une adresse de routeur. Si vous sélectionnez «Via DHCP», rassemblez les informations facultatives suivantes (demandez à votre FAI si c’est nécessaire) :  numéro de client DHCP ;  serveurs DNS. F3626M42.book Page 126 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe C Connexion à Internet 127 Si vous sélectionnez «PPPoE» (pour les connexions via PPP sur Ethernet ), rassemblez les informations suivantes :  fournisseur d’accès ;  nom de compte ;  mot de passe ;  nom de service PPPoE. Les informations ci-dessous sont facultatives. Demandez à votre fournisseur d’accès à Internet ou à votre administrateur système si elles sont requises.  serveurs DNS ;  nom de domaine ;  serveur proxy. Saisie de vos informations Après vous être procuré les informations spécifiques concernant la configuration auprès de votre FAI ou de votre administrateur réseau, vous pouvez utiliser Assistant réglages de réseau pour vous connecter ou pour saisir les informations manuellement. Utilisation d’Assistant réglages de réseau pour se connecter Si vous n’avez pas utilisé l’Assistant réglages pour configurer vos réglages Internet au premier démarrage de votre MacBook, vous pouvez utiliser l’Assistant réglages de réseau à tout moment pour configurer votre connexion à Internet ou pour modifier vos réglages. F3626M42.book Page 127 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM128 Annexe C Connexion à Internet Pour utiliser Assistant réglages de réseau : 1 Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau puis cliquez sur «Assistant». 3 Cliquez sur Assistant pour lancer Assistant réglages de réseau. 4 Suivez les instructions à l’écran. Pour plus d’informations sur la configuration d’une connexion à Internet, consultez l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac puis recherchez «connexion à Internet». Saisie manuelle de vos informations Pour saisir vos informations manuellement : 1 Ouvrez Préférences Système > Réseau. 2 Faites votre sélection dans le menu local Afficher et réglez les options selon le type de connexion souhaité :  connexion par modem câble, modem DSL ou LAN en utilisant l’une de ces configurations :  manuellement : dans le cas d’une configuration manuelle, votre FAI ou administrateur réseau vous indique une adresse IP statique et d’autres informations que vous devez saisir dans les Préférences réseau ;  utilisation du protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) : avec une configuration DHCP, le serveur DHCP saisit automatiquement les informations à votre place ;  utilisation du protocole PPPoE (Point-to-Point Protocol over Ethernet) : si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, contactez votre FAI pour savoir si vous devez vous connecter via PPPoE ; F3626M42.book Page 128 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe C Connexion à Internet 129  modem téléphonique externe avec connexion PPP (Point-to-Point Protocol) : saisissez le nom et le mot de passe de votre compte, votre numéro de téléphone et les autres informations requises ;  connexion sans fil AirPort Extreme : vous pouvez configurer votre réseau AirPort Extreme et votre connexion Internet via Assistant réglages AirPort, situé dans le dossier /Applications/Utilitaires. 3 Cliquez sur «Assistant» pour obtenir une assistance supplémentaire. Dépannage de votre connexion En cas de problèmes avec votre connexion à Internet, vous pouvez essayer les méthodes de cette section pour votre type de connexion ou vous pouvez utiliser Diagnostic réseau. Pour utiliser Diagnostic réseau : 1 Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau puis cliquez sur «Assistant». 3 Cliquez sur Diagnostic pour lancer Diagnostic réseau. 4 Suivez les instructions à l’écran. Si Diagnostic réseau n’est pas en mesure de résoudre le problème, celui-ci se situe peut-être au niveau du fournisseur d’accès à Internet auquel vous essayez de vous connecter, du périphérique externe utilisé pour la connexion au fournisseur d’accès à Internet ou du serveur auquel vous essayez d’accéder. Vous pouvez également essayer les méthodes suivantes. F3626M42.book Page 129 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM130 Annexe C Connexion à Internet Connexions à Internet par modem câble, modem DSL ou réseau local (LAN) Si vous ne parvenez pas à vous connecter à Internet à l’aide de votre modem câble ou DSL ou via votre réseau local (LAN), suivez les instructions ci-après. Important : les instructions relatives aux modems ne concernent pas les utilisateurs de réseau LAN. Contrairement aux utilisateurs de modems câble et de modems DSL, les utilisateurs de réseau LAN peuvent disposer de concentrateurs, commutateurs, routeurs et autres dispositifs de connexion. Ils doivent faire appel à leur administrateur réseau plutôt qu’à un FAI. Vérifiez les câbles et les sources d’alimentation Assurez-vous que tous les câbles du modem sont correctement branchés, y compris le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble raccordant le modem à la prise murale. Vérifiez les câbles et l’alimentation des routeurs et des concentrateurs Ethernet. Éteignez puis rallumez le modem et réinitialisez les composants matériels du modem. Éteignez votre modem DSL ou votre modem câble pendant quelques minutes, puis rallumez-le. Certains fournisseurs d’accès à Internet conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant ou après avoir éteint puis rallumé le modem. F3626M42.book Page 130 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe C Connexion à Internet 131 Connexions PPPoE Si vous n’arrivez pas à vous connecter à votre fournisseur d’accès à Internet via PPPoE, commencez par vérifier les câbles et l’alimentation, puis éteignez le modem et rallumez-le et réinitialisez le matériel modem. Vérifiez ensuite vos réglages dans la fenêtre Réseau des Préférences Système. Pour vérifier les réglages des Préférences Système : 1 Choisissez le menu Pomme (?) > Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Sélectionnez Ethernet intégré, puis faites glisser cette configuration en haut de la liste des configurations de ports. 5 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Ethernet intégré. 6 Cliquez sur PPPoE. 7 Sélectionnez Se connecter via PPPoE. 8 Vérifiez le champ Nom de compte pour vous assurer d’avoir tapé les informations correctes fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 9 Si vous avez choisi d’enregistrer votre mot de passe, saisissez-le à nouveau afin d’être sûr qu’il est correct. 10 Cliquez sur TCP/IP. Assurez-vous d’avoir saisi dans cette fenêtre les informations correctes fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 11 Cliquez sur Appliquer. F3626M42.book Page 131 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM132 Annexe C Connexion à Internet Connexions au réseau Si vous disposez de plusieurs ordinateurs tentant de partager une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre fournisseur d’accès à Internet fournit une adresse IP ou plusieurs (une pour chaque ordinateur). Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresse réseau (NAT) ou de masquage d’adresses IP). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. La borne d’accès AirPort Extreme peut être utilisée pour que plusieurs ordinateurs partagent une adresse IP. Pour obtenir plus d’informations sur l’utilisation de la borne d’accès AirPort Extreme, consultez l’aide à l’écran ou le site web AirPort, à l’adresse www.apple.com/fr/airportextreme. Si ces instructions s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, contactez votre fournisseur d’accès à Internet. F3626M42.book Page 132 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM133 D Annexe D Les dix questions principales Une question ? Les dix questions les plus fréquemment posées par les nouveaux utilisateurs du MacBook sont les suivantes : Ma connexion Internet ne semble pas fonctionner. Comment la configurer ? Il y a différents types de connexions Internet. Vous pouvez, par exemple, vous connecter via un modem, une connexion DSL, une connexion sans fil AirPort ou un réseau Ethernet. Vous devez saisir sous Mac OS X des informations spécifiques sur votre type de connexion, votre fournisseur d’accès Internet ou votre réseau. La première étape de configuration de votre connexion consiste à regrouper les informations requises pour votre type de connexion. Pour connaître les informations requises et savoir comment configurer votre type de connexion, consultez l’annexe C, «Connexion à Internet», à la page 123 . Votre ordinateur dispose également de l’application Assistant réglages pour vous aider à configurer votre connexion Internet. Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Réseau. Cliquez sur le bouton d’assistance pour ouvrir Assistant réglages de réseau. F3626M42.book Page 133 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM134 Annexe D Les dix questions principales Comment configurer mon imprimante ? Est-elle compatible avec mon MacBook ? Commencez par connecter votre imprimante et installer tous les logiciels en suivant les instructions incluses avec l’imprimante. Ensuite, ouvrez les Préférences Système, puis cliquez sur l’icône Imprimantes et fax. Utilisez la fenêtre Imprimantes et fax pour configurer votre MacBook de façon qu’il puisse utiliser l’imprimante. Vous trouverez de plus amples informations sur la configuration des imprimantes dans l’Aide Mac (choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus, puis recherchez «imprimante»). Consultez également «Connexion à une imprimante» à la page 52. Si votre imprimante ne fonctionne pas comme prévu, consultez le site web du fabricant pour obtenir les gestionnaires d’imprimante mis à jour. La dernière version du logiciel d’imprimante est souvent disponible en téléchargement. Si vous envoyez une tâche à votre imprimante et que celle-ci n’imprime pas, cliquez sur l’icône de l’imprimante dans le Dock pour vérifier si l’impression est interrompue ou si la tâche est en pause. (Si aucune icône n’apparaît dans le Dock, ouvrez Configuration d’imprimante dans le dossier /Applications/Utilitaires et double-cliquez sur le nom de l’imprimante.) Si la fenêtre de l’imprimante annonce «Tâche suspendue», cliquez sur le bouton Démarrer tâches. Si «Pause» apparaît à côté du nom de la tâche, reprenez l’impression en sélectionnant le nom de la tâche, puis en cliquant sur Reprendre. Si l’impression d’une tâche a été interrompue à la suite d’une erreur technique, effacez la tâche défectueuse en la sélectionnant et en cliquant sur Effacer. Essayer ensuite d’imprimer à nouveau la tâche. F3626M42.book Page 134 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe D Les dix questions principales 135 Comment fonctionne l’interface Mac OS X ? Les utilisateurs qui découvrent Mac OS X se demandent souvent comment exécuter certaines tâches. L’ Aide Mac constitue la meilleure source d’informations sur Mac OS X. Elle comprend des explications préliminaires destinées aux nouveaux utilisateurs, aux utilisateurs Windows s’initiant à Mac OS X, ainsi qu’aux utilisateurs ayant effectué une mise à niveau de Mac OS 9. Ouvrez l’Aide Mac en choisissant Aide > Aide Mac dans la barre des menus du Finder, en haut de votre écran. Explorez les informations destinées aux nouveaux utilisateurs Mac OS X. La plupart des tâches élémentaires recherchées par l’utilisateur impliquent le Finder, essayez donc de rechercher «Finder» également. Comment prolonger la longévité de la batterie de mon MacBook ? N’oubliez pas d’étalonner votre batterie lors de la première utilisation (voir «Étalonnage de la batterie» à la page 26). Vous pouvez économiser l’énergie de la batterie en utilisant les options de la fenêtre des préférences Économiseur d’énergie pour spécifier quand l’ordinateur doit suspendre son activité et quand l’écran doit s’éteindre. Ouvrez Préférences Système et cliquez sur l’icône Économiseur d’énergie. Choisissez les réglages les mieux adaptés à votre mode d’utilisation. L’utilisation de périphériques, tels que les disques durs, qui tirent leur énergie de votre ordinateur, peut aussi contribuer à diminuer l’autonomie de votre batterie. Vous pouvez économiser l’énergie de la batterie en déconnectant ces appareils. Vous pouvez également vous procurer une batterie supplémentaire et la brancher sur votre ordinateur lorsque la batterie est faible. Pour obtenir plus d’informations sur les moyens d’économiser l’énergie de la batterie, consultez la section «Conseils pour économiser la batterie» à la page 85. F3626M42.book Page 135 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM136 Annexe D Les dix questions principales J’ai inséré un disque dans le lecteur optique, mais rien ne se passe. Comment savoir si le disque est compatible avec mon lecteur optique ? Appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) pour éjecter le disque. Les lecteurs optiques à chargement par fente Apple ne prennent en charge que des disques circulaires de 12 cm. Les disques non standard et les disques n’ayant pas une forme circulaire ne fonctionnent pas avec le lecteur optique. Pour plus d’informations sur les disques non standard, accédez au site d’assistance et de service Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support, puis recherchez «disques non standard». Comment connecter un moniteur externe, un téléviseur ou un projecteur à mon MacBook ? 1 Allumez l’écran externe ou le projecteur. 2 Vérifiez que le câble de l’écran est bien relié au projecteur ou à l’écran externe. 3 Connectez le câble du moniteur à votre MacBook à l’aide du câble adéquat. a Si vous connectez un périphérique externe via une connexion DVI, utilisez l’adaptateur Mini-DVI vers DVI d’Apple (vendu séparément). b Si vous connectez un périphérique externe via une connexion VGA, utilisez l’adaptateur Mini-DVI vers VGA d’Apple (vendu séparément). c Si vous connectez un périphérique externe via une connexion S-vidéo, utilisez l’adaptateur Mini-DVI vers Vidéo Apple (vendu séparément). Votre MacBook détecte automatiquement le moniteur externe, le téléviseur ou le projecteur. Avertissement : l’insertion d’un disque non standard peut endommager le lecteur. F3626M42.book Page 136 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PMAnnexe D Les dix questions principales 137 4 Réglez la résolution de l’écran externe via la fenêtre Moniteurs des Préférences Système ou le menu d’état Moniteurs de la barre de menus. Pour obtenir plus d’informations sur la connexion d’écrans et autres périphériques, consultez «Gestion de la vidéo externe» à la page 71. J’ai oublié mon mot de passe. Comment le réinitialiser ? Pour réinitialiser votre mot de passe, démarrez à partir du disque d’installation de logiciels fourni avec votre ordinateur. Une fois le programme d’installation ouvert, sélectionnez Installation > «Réinitialiser le mot de passe» dans la barre des menus. Suivez les instructions à l’écran. J’entends un ventilateur se déclencher et la température de mon MacBook semble augmenter. Est-ce normal ? Votre MacBook est conçu pour fonctionner dans le cadre de limites thermiques sûres. Le ventilateur se déclenche et fonctionne pour maintenir le MacBook à des températures normales lorsqu’il est en activité. La partie inférieure de votre MacBook peut s’échauffer car elle sert à évacuer la chaleur du boîtier. Il s’agit d’un comportement tout à fait normal. Pour plus d’informations, consultez la section «Utilisation de votre MacBook» à la page 116. F3626M42.book Page 137 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM138 Annexe D Les dix questions principales Une application ou Mac OS X semble ne pas fonctionner correctement. Dois-je réinstaller Mac OS X ? Le processus de dépannage d’un problème demande que vous répondiez à plusieurs questions, notamment si le problème survient toujours avec une application spécifique, s’il est lié au système d’exploitation ou s’il est dû à un matériel défectueux. Avant de réinstaller, consultez la section «Dépannage» à la page 99 pour vous aider à analyser le problème. Apple fournit également de nombreuses explications et des conseils techniques de résolution de problèmes sur le site d’assistance et de service Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support. Si vous constatez qu’une réinstallation de Mac OS X s’impose, vous trouverez toutes les instructions nécessaires dans la section «Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur» à la page 106. J’ai installé une application sur mon MacBook, mais elle ne semble pas fonctionner. Où trouver de l’aide ? Vérifiez la documentation fournie avec l’application pour savoir comment obtenir de l’assistance. Les fabricants sont souvent conscients des problèmes courants susceptibles de survenir avec leurs applications et fournissent des solutions et des mises à jours à usage immédiat. Si votre application n’est pas un produit Apple, contactez directement l’éditeur concerné afin d’obtenir une assistance adaptée. F3626M42.book Page 138 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM139 Communications Regulation Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. L’utilisation de ce dispositif est autorisée seulement aux conditions suivantes : (1) il ne doit pas produire de brouillage et (2) l’utilisateur du dispositif doit étre prêt à accepter tout brouillage radioélectrique reçu, même si ce brouillage est susceptible de compromettre le fonctionnement du dispositif. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer in to an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. F3626M42.book Page 139 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM140 Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Computer, Inc. Product Compliance, 1 Infinite Loop M/S 26-A, Cupertino, CA 95014-2084, 408-974-2000. Wireless Radio Use This device is restricted to indoor use due to its operation in the 5.15 to 5.25 GHz frequency range to reduce the potential for harmful interference to cochannel Mobile Satellite systems. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the AirPort Extreme technology is below the FCC radio frequency exposure limits. Nevertheless, it is advised to use the wireless equipment in such a manner that the potential for human contact during normal operation is minimized. FCC Bluetooth Wireless Compliance The antenna used with this transmitter must not be collocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. Bluetooth Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. This device complies with RSS 210 of Industry Canada. Bluetooth Europe–EU Declaration of Conformity This wireless device complies with the specifications EN 300 328, EN 301-489, and EN 60950 following the provisions of the R&TTE Directive. Europe - EU Declaration of Conformity The equipment complies with the RF Exposure Requirement 1999/519/EC, Council Recommendation of 12 July 1999 on the limitation of exposure of the general public to electromagnetic fields (0 Hz to 300 GHz). This equipment meets the following conformance standards: EN300 328, EN301 893, EN301 489-17, EN60950 Par la présente Apple Computer, Inc. déclare que l’appareil 802.11a/b/g Mini-PCIe card est conforme aux exigences essentielles et aux autres dispositions pertinentes de la directive 1999/5/CE. Complies with European Directives 72/23/EEC, 89/336/EEC, 1999/5/EC See http://www.apple.com/euro/compliance F3626M42.book Page 140 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM141 Korea Statements Singapore Wireless Certification Taiwan Wireless Statements Taiwan Class B Statement VCCI Class B Statement Informations sur les modems USB externes Si vous connectez votre MacBook à une ligne téléphonique par le biais d’un modem USB externe, veuillez vous reporter aux informations fournies par l’agence de télécommunications mentionnées dans la documentation livrée avec votre modem. ENERGY STAR® Compliance As an ENERGY STAR® partner, Apple has determined that standard configurations of this product meet the ENERGY STAR® guidelines for energy efficiency. The ENERGY STAR® program is a partnership with office product equipment manufacturers to promote energyefficiency. Reducing energy consumption of office products saves money and reduces pollution by eliminating wasted energy. F3626M42.book Page 141 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM142 Informations sur l’élimination et le recyclage La lampe du rétro-éclairage interne à ce produit contient du mercure. Elle doit être recyclée ou traitée conformément à la législation locale, nationale et fédérale. Pour vous informer sur le programme de recyclage d’Apple, rendez-vous sur le site www.apple.com/environment/summary.html Informations sur l’enlèvement de la batterie Disposez des batteries conformément aux directives d’environnement locales en vigueur. Deutschland: Das Gerät enthält Batterien. Diese gehören nicht in den Hausmüll. Sie können verbrauchte Batterien beim Handel oder bei den Kommunen unentgeltlich abgeben. Um Kurzschlüsse zu vermeiden, kleben Sie die Pole der Batterien vorsorglich mit einem Klebestreifen ab. Nederlands:Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Taïwan: Union européenne—instructions concernant l’élimination des déchets : Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains. F3626M42.book Page 142 Wednesday, April 5, 2006 2:17 PM File Name: Job Number: Description: F034-4989-A_N82REV_inbox_sm_alt_v3.indd PKG-09-0194 N82REV In-box alternate template Trim: Version: Live: Bleed: Scale: Fonts: 630mm x 116mm flat n/a n/a 1:1 (output at 100%) Myriad Set NOTES: •keylines/fold marks do NOT print •built at 100% •cyan type: 100% Cyan •red rings: 100% Magenta and 100% Yellow •black type: 100K •art: 4/c; hires 3 Inks: 4/0 CMYK Studio Designer: Buddy Check (QC): Graphic Designer: GD Editor: Writer: Dan Talbert Leslie Brugal Yoo Lee Teri Thomas Project Manager: Traffic Manager: Production Manager: Creative Director: Caelan Stack Dan Cohen Kay Maston Jamie Roberts Project Manager: Product Manager: Marcom Editor: Legal: Evelyn Seto Teri Thomas Printout Scale: 100% Apple Computer 1 In?nite Loop Cupertino, CA 95014 phone: 408 974-1361 Date: 4/10/9 Marcom Date Initials OK ’s Date Initials OK ’s Date Initials OK ’s Apple Con?dential Deux doigts d’astuces Démarrage Bienvenue dans l’univers iPhone. Ce guide de démarrage rapide vous présente comment con?gurer votre iPhone et utiliser ses fonctionnalités principales. Une fois prêt à pro?ter de votre iPhone, vous pouvez obtenir plus d’informations à son sujet en visitant la page web www.apple.com/fr/iphone. À vos marques, configurez, partez ! 1. Téléchargement d’iTunes. Rendez-vous sur www.apple.com/fr/itunes/download et téléchargez la dernière version d’iTunes à installer sur votre Mac ou PC. 2. Connexion à votre ordinateur. Connectez votre iPhone au port USB de votre ordinateur. 3. Synchronisation. Lorsque l’iPhone est connecté, iTunes s’ouvre et vous guide dans l’installation. Sélectionnez les contacts, les calendriers, la musique, les vidéos et les photos que vous souhaitez synchroniser, puis cliquez sur Appliquer dans l’angle droit inférieur. Si vous n’avez jamais utilisé iTunes ou que vous souhaitez vous informer sur la synchronisation, vous pouvez consulter un guide d’initiation rapide disponible sur www.apple.com/fr/itunes/tutorials. Effectuer un appel. Pour effectuer un appel, touchez un numéro de téléphone dans Contacts, Favoris, une adresse électronique, un message écrit ou tapotez sur n’importe quelle zone de l’iPhone. Ou touchez le bouton du clavier numérique pour marquer un numéro manuellement. Pour répondre à un appel alors que vous utilisez les écouteurs de l’iPhone, appuyez une fois sur le bouton central. Appuyez à nouveau dessus pour mettre ?n à l’appel. Agrandir pour modifier le texte. Touchez le texte que vous voulez modi?er. Pour replacer le point d’insertion, touchez le mot et maintenez votre doigt dessus pour afficher la loupe. Faites glisser votre doigt pour déplacer le point d’insertion puis modi?ez ce dernier en utilisant le clavier. Envoi de messages. Touchez l’icône Messages. Écrivez un nom ou un numéro de téléphone dans le champ À ou sélectionnez une personne dans vos contacts. Écrivez votre message puis tapotez sur Envoyer. Pour envoyer des photos, touchez le bouton Appareil photo. Pour effacer ou réexpédier l’ensemble ou une partie d’un message, touchez Modi?er. Pour supprimer une conversation entière dans votre liste de messages, tapotez dessus avec votre doigt puis touchez Supprimer. Configuration d’un compte de messagerie. Pour con?gurer un compte de messagerie directement depuis votre iPhone, touchez Ajouter un compte dans les réglages de messagerie. Puis, tapotez sur le type de compte que vous souhaitez ou touchez Autre pour procéder à la con?guration de la plupart des comptes POP3 ou IMAP. Les réglages de compte de messagerie peuvent aussi être synchronisés avec votre Mac ou PC par le biais d’iTunes. Bouton Marche/Veille. Pour allumer l’iPhone, appuyez fermement sur le bouton Marche/Veille. Pour éteindre ou redémarrer l’iPhone, maintenez le bouton Marche/Veille enfoncé, puis faites glisser pour con?rmer. Pour mettre l’iPhone en mode veille, appuyez une fois sur le bouton Marche/Veille. Cela a pour effet d’éteindre l’écran tout en permettant à l’iPhone de recevoir des appels. Pour mettre en silence un appel entrant, appuyez une fois. Pour renvoyer un appel vers la messagerie vocale, appuyez deux fois. Accueil. Lorsque vous utilisez une application, appuyez sur le bouton principal pour fermer celle-ci et revenir à l’écran d’accueil. Appuyez à nouveau sur le bouton principal pour revenir à votre écran d’accueil principal. Durant un appel, vous pouvez accéder à votre courrier électronique, votre calendrier ou aux autres applications et même naviguer sur le web, dans la mesure où vous êtes connecté via Wi-Fi ou 3G. Double-cliquez sur le bouton principal chaque fois que vous voulez accéder à vos Favoris. Double-cliquez sur le mode veille pour afficher les contrôles de l’iPod. Clavier intelligent. L’iPhone corrige et suggère des mots automatiquement au fur et à mesure que vous écrivez. Donc, si vous saisissez une lettre erronée, continuez à écrire. Pour accepter le mot suggéré, touchez la barre d’espace. Touchez le « x » pour refuser le mot suggéré. Le clavier apprend les mots que vous écrivez. Il insère également les apostrophes dans les contractions à votre place. Pour activer le clavier numérique et celui des symboles, tapotez la touche « .?123 ». Touchez deux fois la barre d’espace pour ajouter un point. Couper, copier et coller. Lors de la saisie, tapotez deux fois sur un mot pour le sélectionner. Faites glisser les points de capture pour sélectionner plus ou moins de texte, puis tapotez sur couper, copier ou coller. Pour copier un texte depuis des pages web, courriers électroniques ou messages de texte, touchez et maintenez votre doigt sur le texte sélectionné. Pour annuler une modi?cation, remuez l’iPhone puis tapotez sur le bouton Annuler. Sonnerie/ Silencieux Volume Augmenter/ Diminuer Marche/ Veille Suspendre/ Réactiver Barre d’état Accueil 182321 Apple C_xx034-4989 04.10.09 HW 1 DIE INDESIGN CS3 181988_C1_F034-4989_N82Rev_inbox_sm_alt.indd 1 5/12/09 10:45:22 AMFile Name: Job Number: Description: F034-4989-A_N82REV_inbox_sm_alt_v3.indd PKG-09-0194 N82REV In-box alternate template Trim: Version: Live: Bleed: Scale: Fonts: 630mm x 116mm flat n/a n/a 1:1 (output at 100%) Myriad Set NOTES: •keylines/fold marks do NOT print •built at 100% •cyan type: 100% Cyan •red rings: 100% Magenta and 100% Yellow •black type: 100K •art: 4/c; hires 3 Inks: 4/0 CMYK Studio Designer: Buddy Check (QC): Graphic Designer: GD Editor: Writer: Dan Talbert Leslie Brugal Yoo Lee Teri Thomas Project Manager: Traffic Manager: Production Manager: Creative Director: Caelan Stack Dan Cohen Kay Maston Jamie Roberts Project Manager: Product Manager: Marcom Editor: Legal: Evelyn Seto Teri Thomas Printout Scale: 100% Apple Computer 1 In?nite Loop Cupertino, CA 95014 phone: 408 974-1361 Date: 4/10/9 Marcom Date Initials OK ’s Date Initials OK ’s Date Initials OK ’s Apple Con?dential Google, le logo Google et Google Maps sont des marques de Google Inc. Lovers in Japan de Coldplay est disponible sur iTunes. Tele Atlas® Map data © 2009. Tous droits réservés. Google, le logo Google et Google Maps sont des marques de Google Inc. Tele Atlas® Map data © 2009. Tous droits réservés. L’App Store est disponible dans certains pays. *La messagerie vocale visuelle et les MMS peuvent ne pas être disponibles dans toutes les régions. Pour en savoir plus, contactez votre fournisseur de service sans ?l. Certaines fonctionnalités peuvent ne pas être disponibles dans toutes les régions. © 2009 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, Cover Flow, iPod, iTunes, Mac et Safari sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. iPhone et Spotlight sont des marques déposées d’Apple Inc. App Store est une marque de service d’Apple Inc. Les autres noms de produits et de sociétés mentionnés ici peuvent être des marques de leurs détenteurs respectifs. Conçu par Apple en Californie. Printed in China. F034-4989-A Voir une page web de plus près. Tapotez deux fois sur un élément d’une page web (image ou texte) pour l’agrandir. Tapotez à nouveau deux fois pour revenir à la taille normale. Touchez le bouton Multi-page pour feuilleter plusieurs pages web ou en ouvrir une nouvelle. Faites pivoter l’iPhone pour visualiser la page web au format grand écran. Rechercher un lieu. Effectuer des recherches dans les environs. Pour situer où vous vous trouvez sur une carte, touchez le bouton Localisation. Un cercle bleu ou un point apparaît, signalant votre position à cet instant. Recherchez des lieux précis dans les alentours en écrivant des mots comme « Starbucks » ou « pizza » dans le champ de recherche. Tapotez deux fois pour activer le zoom. Tapotez une fois avec deux doigts pour désactiver le zoom. Contrôles de vidéo et de morceaux. Touchez l’écran pour afficher les contrôles à l’écran. Touchez-le à nouveau pour les masquer. Le fait de tapoter deux fois sur une vidéo permet de passer d’un affichage grand écran à un affichage plein écran. Lors de l’écoute de morceaux de musique avec les écouteurs sans ?l, appuyez sur le bouton central une fois pour mettre en pause ou en lecture, et appuyez rapidement deux fois pour passer au morceau suivant. Perfectionner ses connaissances. Vous pouvez regarder des démonstrations et perfectionner vos connaissances sur les fonctionnalités de l’iPhone en vous rendant sur la page web www.apple.com/fr/iphone. Pour lire le Guide de l’utilisateur de l’iPhone sur votre iPhone, rendez-vous sur help.apple.com/iphone ou dans les signets de Safari. Pour obtenir des versions téléchargeables du Guide de l’utilisateur de l’iPhone et du Guide d’informations importantes sur le produit, visitez www.apple.com/fr/support/iphone. Obtenir de l’assistance. Contactez votre fournisseur de service sans ?l pour obtenir une assistance sur les services liés au réseau, y compris la messagerie vocale visuelle et la facturation.* Rendez-vous sur www.apple.com/fr/support/iphone pour obtenir une assistance technique sur l’iPhone et iTunes. Parcours de votre musique dans Cover Flow. Faites pivoter votre iPhone pour faire dé?ler vos pochettes d'albums dans Cover Flow. Tapotez sur n’importe quel album pour visualiser sa liste de pistes, puis touchez-en une pour l’écouter. Tapotez à l’extérieur de la liste de pistes pour revenir à la pochette de l’album. Recherche avec Spotlight. Pour utiliser la recherche Spotlight, allez à l’écran d’accueil et appuyez sur le bouton Accueil ou passez le doigt sur l’écran de gauche à droite. Écrivez ce que vous voulez rechercher (un nom, un mot clé, une chanson, un artiste ou le titre d’un ?lm). L’iPhone vous propose des suggestions au fur et à mesure que vous écrivez pour accélerer encore plus votre recherche. Pour lancer des recherches depuis une application comme Mail, Contacts ou iPod, touchez la barre d’état. Obtenir des itinéraires. Dans Plans, tapotez sur Itinéraires puis saisissez les points de départ et d’arrivée. Vous pouvez utiliser votre lieu actuel, saisir une adresse ou en sélectionner une depuis vos contacts ou des emplacements placés dans les signets. Touchez Itinéraire pour afficher les itinéraires de conduite. Touchez le bouton Marche pour obtenir les itinéraires à pied, ou Bus pour afficher les itinéraires et horaires des bus. L’iPhone peut suivre et afficher votre progression le long de n’importe quel itinéraire que vous suivez. Voir des photos. Chargez vos photos favorites dans l’iPhone depuis votre ordinateur en utilisant iTunes, ou utilisez l’appareil photo intégré pour prendre des photos. Passez le doigt sur l’écran vers la droite ou la gauche pour vous déplacer entre les images. Tapotez deux fois pour activer le zoom. Tapotez une fois pour afficher les contrôles à l’écran. Tapotez sur le bouton Action pour envoyer une photo dans un MMS ou un courrier électronique, pour l'utiliser comme fond d’écran ou pour l’assigner à un contact. Accéder à l’App Store. Tapotez sur l’icône App Store pour naviguer sans ?l parmi des dizaines de milliers d’applications pouvant être regroupées sous les catégories jeux, travail, voyage, réseaux sociaux, etc. Parcourez-les par Sélection, Genres ou Top 25, ou lancez une recherche par nom. Pour acheter et télécharger une application directement sur votre iPhone, touchez Acheter. Beaucoup d’applications sont gratuites. 182321 Apple D_xx034-4989 04.10.09 HW 1 DIE INDESIGN CS3 181988_D1_F034-4989_N82Rev_inbox_sm_alt.indd 1 5/6/09 3:25:48 PM iPad Manual do Usuário Para o Software iOS 4.39 Capítulo 1: Visão Geral 9 Visão Geral do 10 Botões 12 Bandeja do cartão Micro-SIM 12 Tela de Início 17 Tela Multi-Touch 18 Teclado da Tela 24 Capítulo 2: Introdução 24 Requisitos 24 Como Configurar o iPad 25 Como Sincronizar com o iTunes 30 Como Conectar-se à Internet 32 Como adicionar Mail, Contatos e Contas do Calendário 34 Como desconectar o iPad de seu computador 34 Como visualizar o Manual do Usuário do iPad 34 Bateria 36 Utilização e Limpeza do iPad 38 Capítulo 3: Noções básicas 38 Como Utilizar os Apps 42 Impressão 45 Como fazer uma busca 46 Como usar os dispositivos Bluetooth 47 Compartilhamento de Arquivos 48 Como usar o AirPlay 48 Recursos de segurança 50 Capítulo 4: Safari 50 Sobre o Safari 50 Como Visualizar Páginas Web 54 Como Buscar na Web 54 Favoritos 55 Web Clips 2 ConteúdoConteúdo 3 56 Capítulo 5: Mail 56 Sobre o Mail 56 Como Configurar Contas de E-mail 57 Como Enviar um e-mail 58 Como Verificar e Ler E-mails 62 Como Buscar E-mails 62 Para imprimir mensagens e anexos 63 Como Organizar os E-mails 64 Capítulo 6: Câmera 64 Sobre a Câmera 65 Como tirar fotos e gravar vídeos 66 Como visualizar e compartilhar fotos e vídeos 66 Como recortar vídeos 67 Para carregar fotos e vídeos em seu computador 68 Capítulo 7: FaceTime 68 Sobre o FaceTime 69 Como iniciar a sessão 70 Como realizar uma videoconferência do FaceTime 70 Enquanto você está falando 71 Capítulo 8: Photo Booth 71 Sobre o Photo Booth 71 Como selecionar um efeito 72 Como tirar uma foto 73 Como visualizar e compartilhar fotos 73 Como carregar fotos para o seu computador 74 Capítulo 9: Fotos 74 Sobre as fotos 74 Como sincronizar fotos e vídeos com o seu computador 75 Como importar fotos e vídeos do iPhone ou de uma câmera digital 76 Como visualizar fotos e vídeos 78 Compartilhamento de Fotos 80 Como Atribuir uma Foto a um Contato 81 Como imprimir fotos 81 Fotos de Imagem de Fundo e da Tela de Bloqueio 81 Utilização de Porta-Retrato 83 Capítulo 10: Vídeos 83 Sobre Vídeos 84 Como Reproduzir Vídeos 85 Como Controlar a Reprodução do Vídeo4 Conteúdo 86 Sincronização de Vídeos 86 Como Assistir a Filmes Alugados 87 Como Assistir Vídeos em uma TV 87 Como apagar vídeos do iPad 88 Capítulo 11: YouTube 88 Como Buscar e Visualizar Vídeos 89 Como Controlar a Reprodução do Vídeo 91 Como gerenciar os vídeos 91 Como Assistir o YouTube em uma TV 92 Capítulo 12: Calendário 92 Sobre o Calendário 92 Como Sincronizar Calendários 93 Como adicionar, editar e apagar eventos do calendário 93 Como Visualizar seus Calendários 95 Como buscar nos calendários 95 Como Assinar Calendários 96 Como Responder a Convites de Reuniões 97 Como importar arquivos do Calendário a partir do Mail 97 Alertas 98 Capítulo 13: Contatos 98 Sobre os Contatos 99 Como Sincronizar e Adicionar Contatos 99 Como Buscar Contatos 100 Como gerenciar contatos 100 Como Utilizar as Informações de um Contato 101 Contatos Unificados 102 Capítulo 14: Notas 102 Como Escrever e Ler Notas 103 Como buscar notas 103 Como Enviar Notas por E-Mail 103 Para sincronizar as notas 104 Capítulo 15: Mapas 104 Sobre os Mapas 105 Como Buscar e Visualizar Localizações 110 Como Obter Itinerários 111 Como Mostrar as Condições de Tráfego 111 Como Buscar e Contatar Empresas 113 Como Compartilhar Informações de LocalizaçãoConteúdo 5 114 Capítulo 16: iPod 114 Como adicionar música e mais ao iPad 114 Reprodução de Música e Outros Áudios 119 Utilização de Listas 121 Compartilhamento Familiar 122 Transferência de Conteúdo 123 Capítulo 17: iTunes Store 123 Sobre a iTunes Store 123 Transferência de Conteúdo 124 Como buscar músicas, vídeos e muito mais 124 Como Seguir Artistas e Amigos 126 Como comprar música ou audiolivros 127 Como comprar e alugar vídeos 127 Como Ouvir ou Assistir Podcasts 128 Como verificar o estado de uma transferência 128 Sincronização de Conteúdo 129 Como verificar as informações do ID da Apple 129 Como Verificar suas Compras 130 Capítulo 18: App Store 130 Sobre a App Store 130 Como Navegar e Buscar 131 Como Obter Mais Informações 131 Como comprar aplicativos 132 Como Utilizar os Apps 133 Como Atualizar Apps 133 Como escrever opiniões 134 Como Apagar Apps 134 Como Sincronizar Compras 135 Capítulo 19: iBooks 135 Sobre o iBooks 136 Como Sincronizar Livros e PDFs 137 Como Utilizar a iBookstore 137 Como Ler Livros 138 Como ler PDFs 139 Como Alterar a Aparência de um Livro 139 Como sincronizar livros e PDFs 140 Como Procurar a Definição de uma Palavra 140 Como fazer para que o livro seja lido 140 Como imprimir ou enviar um PDF por e-mail 140 Para organizar a estante de livros6 Conteúdo 142 Capítulo 20: Game Center 142 Sobre o Game Center 142 Como configurar o Game Center 144 Jogos 147 Amigos 148 Seu estado e as informações da conta 149 Controles Parentais 150 Capítulo 21: Acessibilidade 150 Recursos de Acesso Universal 151 VoiceOver 162 Zoom 163 Texto Grande 163 Branco sobre Preto 164 Áudio Mono 164 Falar texto automático 164 Clique Triplo em Início 164 Legendas Ocultas e Outros Recursos Úteis 166 Capítulo 22: Ajustes 166 Sobre os Ajustes 166 Modo Avião 167 VPN 167 Wi-Fi 168 Notificações 169 Serviços de Localização 169 Operadora 170 Dados do Celular 170 Brilho e Imagem de Fundo 170 Porta-retrato 171 Geral 179 Mail, Contatos, Calendários 183 Safari 184 iPod 185 Vídeo 186 Fotos 186 FaceTime 186 Notas 187 Loja 188 Apêndice A: O iPad na Empresa 188 O iPad no Trabalho 188 Utilização de Perfis de ConfiguraçãoConteúdo 7 189 Como Configurar Contas do Microsoft Exchange 189 Acesso VPN 190 Contas LDAP e CardDAV 191 Apêndice B: Teclados Internacionais 191 Como adicionar teclados 191 Como alternar teclados 192 Chinês 194 Japonês 194 Coreano 195 Vietnamita 195 Como criar dicionários 196 Apêndice C: Dicas e Solução de Problemas 196 Dicas e Solução de Problemas 198 iTunes e Sincronização 198 Backup do iPad 199 Como atualizar e restaurar o software do iPad 201 Safari, Mail e Contatos 203 Som, Música e Vídeo 205 FaceTime 205 iTunes Store e App Store 206 Como reiniciar e redefinir o iPad 206 Se o iPad não responder mesmo depois de ser reiniciado 207 Informações Sobre Segurança, Serviços e Softwares 207 Informações sobre descarte e reciclagem 208 A Apple e o meio ambiente 9 Leia este capítulo para obter informações sobre os recursos do iPad, sobre como usar os controles e outros temas. Visão Geral do Tela Multi-Touch Barra de estado Início Câmera frontal Ícones de  aplicativos Alto-falante Bandeja Micro-SIM (em alguns modelos) Microfone Tomada do fone  de ouvido Botões  de volume Interruptor  Lateral Repouso/ Despertar Conector Dock Câmera posterior 1 Visão Geral Acessórios Adaptador de alimentação Cabo de Conector Dock a USB USB de 10 W Item O que você pode fazer com ele Adaptador de alimentação USB de 10 W Use o adaptador de alimentação USB de 10 W para ligar o iPad à corrente elétrica e carregar a bateria. Cabo de Conector Dock a USB Use este cabo para conectar o iPad ao seu computador para sincronizar, ou ao adaptador de alimentação USB de 10 W para carregá-lo. Use o cabo com o Dock opcional do iPad ou conecte-o diretamente ao iPad. Botões Alguns botões simples facilitam a ativação e desativação do iPad e o ajuste do volume. Botão Repousar/Despertar Você pode bloquear o iPad colocando-o no modo de repouso quando não o estiver usando. Quando você bloqueia o iPad, não acontece nada ao tocar a tela, mas a música continua tocando e você pode usar os botões de volume. Botão Repousar/ Despertar Bloquear a tela do iPad Pressione o botão Repousar/Despertar. Para desbloquear o iPad Pressione o botão Início ou o botão Repousar/ Despertar e depois arraste o controle deslizante. Para desligar o iPad Mantenha pressionado o botão Repousar/ Despertar por alguns segundos até que o controle deslizante vermelho apareça, depois arraste o controle. Ligar o iPad Mantenha pressionado o botão Repousar/ Despertar até que o logotipo da Apple apareça. 10 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 11 Se você não tocar na tela por um minuto, o iPad se bloqueia automaticamente. Para alterar este ajuste, consulte “Bloqueio Automático” na página 173. Se você deseja utilizar uma senha para desbloquear o iPad, consulte “Bloqueio por Código” na página 173. Você pode usar o Smart Cover do iPad, disponível separadamente, para desbloquear automaticamente o iPad 2 quando abrir a capa e bloquear o iPad 2 quando fechá-la. Consulte “Bloqueio/Desbloqueio da capa do iPad” na página 174. Botões de Volume Use os botões de volume para ajustar o volume de áudio das músicas e de outras mí- dias, e dos avisos e efeitos sonoros. Botões de volume Interruptor Lateral Para aumentar o volume Pressione o botão Aumentar Volume. Para definir um limite de volume para música e outras mídias, escolha iPod > Limite de Volume. Para diminuir o volume Pressione o botão Diminuir Volume. Para silenciar o som Mantenha pressionado o botão Diminuir Volume para silenciar o áudio ou a reprodução de vídeo. Suprimir notificações e efeitos sonoros Deslize o interruptor lateral para baixo para silenciar as notificações e efeitos sonoros. Este interruptor não silencia o áudio ou a reprodução de vídeo. Consulte “Sons” na página 171. Você também pode usar o interruptor lateral para bloquear a rotação da tela. Em Ajustes, escolha Geral > Usar Interruptor Lateral… e, em seguida, toque em Bloquear Rotação. Consulte “Interruptor Lateral” na página 176. ADVERTÊNCIA: Para obter informações importantes sobre como evitar a perda de audição, consulte o Manual de Informações Importantes do Produto iPad no site support.apple.com/pt_BR/manuals/ipad. Bandeja do cartão Micro-SIM O cartão micro-SIM em alguns modelos do iPad Wi-Fi + 3G é usado para dados de celular. Também é conhecido como um SIM 3FF (third form factor). Se o seu cartão micro-SIM não tiver sido pré-instalado ou se você mudar de provedor de dados de celular, talvez tenha que instalar ou substituir o cartão micro-SIM. Ferramenta de ejeção do SIM Cartão Micro-SIM Bandeja SIM Para abrir a bandeja do SIM: 1 Introduza a ponta da ferramenta de ejeção do SIM no orifício da bandeja do SIM. Pressione com firmeza, empurrando para dentro até que a bandeja salte para fora. Se você não tiver uma ferramenta de ejeção do SIM, use a ponta de um clipe de papel. 2 Puxe a bandeja do SIM para instalar ou substituir o cartão micro-SIM. Para obter mais informações, consulte “Como conectar-se a uma Rede de Dados de Celular ” na página 31. Tela de Início Pressione o botão Início a qualquer momento para ir para a tela Início, que contém os aplicativos do seu iPad. Toque em qualquer ícone para abrir o aplicativo. Ícones de Estado Os ícones da barra de estado situada na parte superior da tela fornecem informações sobre o iPad: 12 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 13 Ícone de estado O que significa Modo Avião Mostra que o modo avião está ativado—você não pode acessar a Internet, ou utilizar dispositivos Bluetooth®. Os recursos que não utilizam uma conexão sem fio estão disponíveis. Consulte “Modo Avião” na página 166. 3G Mostra que a rede 3G da sua operadora (iPad Wi-Fi + 3G) está disponível e que você pode conectar-se à Internet via 3G. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. EDGE Mostra que a rede EDGE da sua operadora (em alguns modelos do iPad Wi-Fi + 3G) está disponível e que você pode conectar-se à Internet via EDGE. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. GPRS Mostra que a rede GPRS da sua operadora (em alguns modelos do iPad Wi-Fi + 3G) está disponível e que você pode conectar-se à Internet via GPRS. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. Wi-Fi Mostra que o iPad possui uma conexão à Internet Wi-Fi. Quanto mais barras, melhor a conexão. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. Atividade Mostra a rede e outras atividades. Talvez alguns aplicativos de outros fabricantes também utilizem este ícone para indicar um processo ativo. VPN Mostra que você está conectado a uma rede usando VPN. Consulte “VPN” na página 167. Cadeado Mostra que o iPad está bloqueado. Consulte “Botão Repousar/Despertar” na página 10. Bloqueio de orientação da tela Mostra que a orientação da tela está bloqueada. Consulte “Visualização na Vertical ou Horizontal” na página 16. Reproduzir Mostra que uma música, audiolivro ou podcast está sendo reproduzido. Consulte “Reprodução de Músicas” na página 115. Bluetooth Ícone branco: o Bluetooth está ativado e há um dispositivo, como um headset ou um teclado, conectado. Ícone cinza: o Bluetooth está ativado, mas nenhum dispositivo está conectado. Sem ícone: o Bluetooth está desativado. Bateria Mostra o nível da bateria ou o estado da carga. Consulte “Como Carregar a Bateria” na página 35.Aplicativos do iPad Os seguintes aplicativos estão incluídos no iPad: Safari Navegue por sites na Internet. Gire o iPad de lado para visualizar em formato panorâ- mico. Toque duas vezes para ampliar ou reduzir—o Safari ajusta automaticamente a coluna da página web na tela. Abra várias páginas. Sincronize favoritos com o Safari ou com o Microsoft Internet Explorer em seu computador. Adicione web clipes do Safari à tela Início para acesso rápido aos sites favoritos. Salve imagens de sites na sua Fototeca. Imprima as páginas web usando o AirPrint. Consulte Capítulo 4,“Safari,” na página 50. Mail Envie e receba o correio usando vários dos serviços de e-mails mais populares, Microsoft Exchange ou serviços de correio POP3 e IMAP padrão da indústria. Envie e salve fotos. Visualize arquivos PDF e outros anexos, ou abra-os em outros aplicativos. Imprima mensagens e anexos usando o AirPrint. Consulte Capítulo 5,“Mail,” na página 56. Fotos Organize as suas fotos e vídeos favoritos em álbuns. Assista uma apresentação de slides. Amplie para obter uma visão mais de perto. Compartilhe fotos e vídeos usando o correio ou o MobileMe (vendido separadamente), ou imprima fotos usando o AirPrint. Consulte Capítulo 9,“Fotos,” na página 74. iPod Sincronize com a biblioteca do seu iTunes e ouça suas músicas, audiolivros e podcasts no iPad. Crie e gerencie listas ou use o Genius para criar listas para você. Escute Seleções do Genius a partir de músicas da sua biblioteca. Use o Compartilhamento Familiar para reproduzir música do seu computador. Transmita a sua música ou vídeos sem fio para um Apple TV ou sistema de áudio compatível usando o AirPlay. Consulte Capítulo 16,“iPod,” na página 114. Calendário Mantenha o seu calendário atual no iPad ou sincronize-o com o seu Mac OS X ou calendário do Windows. Inscreva-se em calendários de terceiros. Sincronize pela Internet com os servidores do Microsoft Exchange ou CalDAV. Consulte Capítulo 12,“Calendário,” na página 92. Contatos Organize a sua agenda e mantenha-a atualizada no iPad, ou sincronize-a com o seu Mac OS X ou agenda do Windows. Sincronize sem fio com o MobileMe (vendido separadamente), Contatos do Google, Yahoo! Agenda e Microsoft Exchange. Consulte Capítulo 13,“Contatos,” na página 98. Notas Faça notas breves—lembretes, lista de compras, ideias brilhantes. Envie-as por e-mail. Sincronize as notas com o Mail, com o Microsoft Outlook ou com o Outlook Express. Consulte Capítulo 14,“Notas,” na página 102. Mapas Consulte uma visualização clássica, de satélite, de terreno ou híbrida de locais ao redor do mundo. Amplie para dar uma olhada mais de perto ou verifique o Google Street View. Encontre a sua localização atual. Obtenha itinerários detalhados para dirigir, itinerários para ir a pé, informações sobre transporte público e veja as condições atuais de tráfego nas autoestradas. Para buscar empresas na área: Consulte Capítulo 15,“Mapas,” na página 104. 14 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 15 Vídeos Reproduza filmes, programas de TV, podcasts e vídeos da biblioteca do seu iTunes ou da sua coleção de filme. Compre ou alugue filmes no iPad usando a iTunes Store. Transfira podcasts de vídeo. Consulte Capítulo 10,“Vídeos,” na página 83. YouTube Reproduza vídeos da coleção on-line do YouTube. Procure qualquer vídeo ou navegue pelos vídeos mais visualizados, mais recentemente atualizados e melhor classificados. Configure e inicie a sessão na sua conta do YouTube e depois classifique vídeos, sincronize seus favoritos, mostre assinaturas e muito mais. Consulte Capítulo 11,“YouTube,” na página 88. iTunes Busque músicas, audiolivros, programas de TV, vídeos de música e filmes na iTunes Store. Explore, visualize, compre e transfira novos lançamentos, itens mais vendidos e muito mais. Compre ou alugue filmes e programas de TV para assistir no iPad. Transfira podcasts. Leia opiniões ou escreva suas próprias opiniões sobre seus itens favoritos da loja. Consulte Capítulo 17,“iTunes Store,” na página 123. App Store Busque na App Store aplicativos para comprar ou transferir. Leia ou escreva suas pró- prias opiniões sobre seus aplicativos favoritos. Transfira e instale o aplicativo na sua tela de Início. Consulte Capítulo 18,“App Store,” na página 130. Game Center Descubra novos jogos e compartilhe suas experiências com eles com seus amigos. Convide um amigo ou comece uma partida com outro oponente. Consulte os rankings do jogador nos quadros de classificação. Ganhe pontos extras para cada proeza do jogo. Consulte Capítulo 20,“Game Center,” na página 142. FaceTime Realize videoconferências para outros usuários do FaceTime através de Wi-Fi. Use a câmera frontal para conversar cara a cara ou a câmera posterior para compartilhar o que você está vendo. Consulte Capítulo 7,“FaceTime,” na página 68. Câmera Tire fotos e grave vídeos. Veja-os no iPad, envie-os por e-mail ou carregue-os no seu computador, ou Internet. Toque para definir a exposição. Recorte e salve videoclipes. Envie vídeos diretamente ao YouTube ou MobileMe. Consulte Capítulo 6,“Câmera,” na página 64. Photo Booth Use a câmera frontal ou posterior para tirar uma instantânea. Adicione um efeito especial, como um giro ou estiramento, antes de tirar uma instantânea. As instantâneas são salvas em um álbum no aplicativo de Fotos. Consulte Capítulo 8,“Photo Booth,” na página 71. Ajustes Personalize os ajustes do iPad em um lugar prático — rede, correio, web, música, vídeo, fotos e outros. Configure a moldura, contas de correio, contatos e calendários. Gerencie a sua conta de dados celular (iPad Wi-Fi + 3G). Defina um bloqueio automático e um código de segurança. Consulte Capítulo 22,“Ajustes,” na página 166. Adicionalmente, você pode obter os seguintes aplicativos da App Store no iPad:iBooks Transfira o aplicativo iBooks gratuito da App Store. Toque no botão da loja e navegue por milhares de livros ePub e PDF—muitos deles grátis. Imprima PDFs usando o AirPrint. Use favoritos e destaques para salvar o seu lugar e anotar suas passagens favoritas. Consulte Capítulo 19,“iBooks,” na página 135. Pages Use os gestos Multi-Touch para criar e compartilhar documentos no iPad. Crie cartas, folhetos, brochuras, relatórios e muito mais. Inicie um documento no iPad e termine-o no seu computador. Você pode comprar o aplicativo Pages na App Store. Numbers Crie planilhas com tabelas, gráficos, fotos e texto. Com poucos toques, você pode organizar dados, executar cálculos e gerenciar listas. O Numbers oferece modelos ou você pode escolher o modelo em branco para criar uma planilha única. Você pode comprar o aplicativo Numbers na App Store. Keynote Escolha os temas do Keynote para criar uma apresentação. Adicione fotos e vídeos do aplicativo Photos; organize dados com tabelas e gráficos; e quando a sua apresentação estiver pronta, use a visualização em tela cheia para reproduzi-la no iPad. Importe as apresentações do Keynote que você criar no seu computador. Você pode comprar o aplicativo Keynote na App Store. Nota: A funcionalidade e disponibilidade dos aplicativos pode variar dependendo de onde você comprou e vai utilizar o iPad. Visualização na Vertical ou Horizontal Você pode visualizar os aplicativos integrados ao iPad tanto na orientação vertical como na horizontal. Gire o iPad e a tela gira também, ajustando-se automaticamente para se encaixar na nova orientação. Talvez você prefira a orientação paisagem para visualizar as páginas da web no Safari, por exemplo, ou ao digitar texto. As páginas da web são automaticamente dimensionadas para a tela maior, deixando o texto e as imagens maiores. O teclado na tela também se torna maior, o que pode ajudar a aumentar sua velocidade e precisão de digitação. Bloqueie a orientação da tela se desejar impedir que ela gire. Para bloquear a tela do na orientação vertical ou horizontal: Clique duas vezes no botão Início para visualizar a barra de estado do multi-tarefas e, em seguida, passe o dedo da esquerda para a direita. Toque no para bloquear a orientação da tela. 16 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 17 Você também pode configurar o Interruptor Lateral para bloquear a orientação da tela em vez de silenciar os efeitos sonoros e notificações. Vá para Ajustes > Geral. Tela Multi-Touch Os controles da tela Multi-Touch mudam dinamicamente dependendo da tarefa que você está executando. Para controlar o iPad, use os seus dedos executar o toque, toque-duplo e deslizar. Como ajustar o brilho Para ajustar o brilho da tela, clique duas vezes no botão Início para visualizar a barra de estado de multi-tarefas. Passe o dedo da esquerda para a direita e, em seguida, arraste o controle de brilho. Brilho Você pode usar a opção Brilho Automático para ajustar automaticamente o brilho da tela. Nos Ajustes, escolha Brilho e Imagem de Fundo e, sem seguida, ative ou desative a opção Brilho Automático. Consulte “Brilho e Imagem de Fundo” na página 170. Como usar listas Algumas listas possuem um índice na parte lateral, o qual ajuda você a navegar rapidamente. ÍndicePara buscar itens em uma lista indexada: Toque em uma letra para ir para os itens que começam por essa letra. Arraste o seu dedo ao longo do índice para rolar rapidamente pela lista. Para escolher um item: Toque em um item da lista. Dependendo da lista, ao tocar em um item você pode realizar coisas diferentes—por exemplo, pode abrir uma nova lista, reproduzir uma música, abrir uma mensagem de e-mail ou mostrar a informação de contato de alguém para que você possa ligar para aquela pessoa. Para retornar para uma lista anterior: Toque no botão Voltar no canto superior esquerdo. Como Ampliar ou Reduzir Ao visualizar fotos, páginas web, e-mail ou mapas, você pode usar o zoom para ampliar ou reduzir. Toque a tela com dois dedos e separe-os ou aproxime-os. Para fotos e páginas web, você pode realizar um toque duplo (tocar duas vezes rapidamente) para ampliar e depois dar novamente um toque duplo para reduzir. Para mapas, realize um toque duplo para ampliar e toque uma vez com dois dedos para reduzir. O zoom também é um recurso de acessibilidade que permite ampliar a tela de qualquer aplicativo que você estiver utilizando e o ajuda a ver o que há nessa tela. Consulte “Zoom” na página 162. Teclado da Tela O teclado na tela aparece automaticamente sempre que você precise digitar. Use o teclado para digitar textos, como informações de contato, e-mail e endereços da web. O teclado corrige erros de digitação, antecipa o que você está digitando e aprende a medida em que você o usa. 18 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 19 Você também pode usar um teclado Apple Wireless Keyboard para digitar. Quando você utiliza um teclado externo, o teclado na tela não aparece. Consulte “Como Utilizar um Teclado Apple Wireless Keyboard” na página 20. Como Digitar Dependendo do app que você estiver usando, o teclado inteligente pode sugerir automaticamente correções enquanto você digita para ajudá-lo a evitar palavras com erro de digitação. Para digitar texto: 1 Toque em um campo de texto, como em uma nota ou um novo contato, para mostrar o teclado. 2 Toque nas teclas do teclado. Se tocar na tecla errada, você pode deslizar seu dedo para a tecla certa. A letra não é digitada até que você retire o dedo da tecla. Para usar a tecla Retroceder para apagar o caractere anterior Toque na . Digitar rapidamente um ponto final e espaço Toque duas vezes na barra de espaço. Você pode ativar ou desativar esse recurso em Configurações > Geral > Teclado. Digitar em letras maiúsculas Toque na tecla Maiúsculas antes de tocar uma letra. Ou toque e mantenha a tecla Maiúsculas pressionada e deslize para uma letra.Ativar o comando fixar maiúsculas Toque duas vezes na tecla Maiúsculas . A tecla Maiúsculas fica azul e todas as letras que digitar ficarão em letras maiúsculas. Toque a tecla Maiúsculas para desativar o comando fixar maiúsculas. Você pode ativar ou desativar esse recurso em Configurações > Geral > Teclado. Mostrar números, sinais de pontuação ou símbolos Toque na tecla de Números . Toque na tecla Symbol para visualizar pontuação e símbolos adicionais. Para usar um teclado internacional Mantenha o toque sobre a tecla Próximo Teclado para exibir um menu de idiomas e depois toque no idioma. Consulte Apêndice B,“Teclados Internacionais,” na página 191. Você pode adicionar ou remover teclados internacionais em Ajustes > Geral > Teclado. Digite letras ou símbolos que não estão no teclado Toque e mantenha pressionada a letra ou símbolo relacionado, depois deslize para escolher uma variação. Para ocultar o teclado na tela Toque na tecla Teclado para ocultar o teclado na tela. Como Utilizar um Teclado Apple Wireless Keyboard Para facilitar a digitação, você pode utilizar o Apple Wireless Keyboard com o iPad. O teclado Apple Wireless Keyboard conecta-se através do Bluetooth e, para isso, você deverá emparelhar o teclado com o iPad. Consulte “Como Emparelhar Dispositivos Bluetooth” na página 46. Uma vez que o teclado esteja emparelhado com o iPad, ele se conecta sempre que o teclado estiver no raio de alcance (até 10 metros). Você poderá saber que o teclado está conectado se o teclado da tela não aparecer quando você tocar em um campo de texto. Para alternar o idioma ao utilizar um teclado de hardware:Mantenha pressionada a tecla Comando e, em seguida, toque na barra de espaços para exibir uma lista de idiomas disponíveis. Toque na barra de espaço novamente para selecionar um idioma diferente. Para desconectar um teclado sem fio do iPad: Mantenha pressionado o botão de for- ça do teclado até que a luz verde se apague. O iPad desconecta o teclado quando ele estiver fora de alcance. Para desemparelhar um teclado sem fio do iPad: Em Ajustes, selecione Geral > Bluetooth, toque ao lado do nome do dispositivo e, em seguida, toque em "Esquecer este Dispositivo". 20 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 21 É possível aplicar leiautes diferentes a um teclado sem fio. Consulte Apêndice B,“Teclados Internacionais,” na página 191 e “Leiautes de Teclado” na página 23. Dicionário Para vários idiomas, o iPad possui dicionários que podem ajudá-lo a digitar. O dicionário adequado é ativado automaticamente quando você seleciona um teclado compatível. Para ver uma lista de idiomas compatíveis, nos Ajustes, escolha Geral > Internacional > Teclados. O iPad usa o dicionário ativo para sugerir correções ou para completar a palavra que você está digitando. Você não precisa interromper a digitação para aceitar a palavra sugerida. Para aceitar ou rejeitar as sugestões do dicionário: m Para rejeitar a palavra sugerida, termine a digitação da palavra como desejar e depois toque na sugestão para descartá-la antes de digitar qualquer outra coisa. Cada vez que você rejeitar uma sugestão para a mesma palavra, o iPad fica mais propenso a aceitar a sua palavra. m Para usar a palavra sugerida, digite um espaço, um sinal de pontuação ou a tecla retorno. Para redefinir sugestões do dicionário: Nos Ajustes, escolha Geral > Redefinir > Redefinir Dicionário do Teclado. Isso redefine todas as sugestões que você tenha feito ao dicionário. Para ativar ou desativar a Correção Automática: Nos Ajustes, escolha Geral > Teclado e depois ative ou desative a opção Correção Automática. Normalmente, a Correção Automática está ativada.Para ativar ou desativar o recurso “Falar texto automático”: Nos Ajustes, escolha Geral > Acessibilidade e depois ative ou desative a opção Falar Texto Automático. A opção Falar Texto Automático fala as sugestões de texto. Nota: Se você estiver digitando caracteres em Chinês ou Japonês, toque em uma das alternativas que o dicionário sugere. Como Editar—Cortar, Copiar e Colar A tela Multi-Touch facilita a alteração do texto digitado. Uma lente de aumento na tela ajuda a posicionar o ponto de inserção exatamente onde você necessita. Os pontos de captura do texto selecionado permitem selecionar rapidamente mais ou menos textos. Também é possível cortar, copiar e colar textos e fotos com aplicativos, ou em múltiplos aplicativos. Para posicionar o ponto de inserção: Toque e mantenha o dedo na tela para fazer a lente de aumento aparecer e então arraste para posicionar o ponto de inserção. Para selecionar texto: Toque no ponto de inserção para exibir os botões de seleção. Toque em Selecionar para selecionar a palavra adjacente ou toque em Selecionar Tudo para selecionar o texto inteiro. Você também pode tocar duas vezes em uma palavra para selecioná-la. Em documentos somente para leitura tais como páginas web, mantenha o toque sobre a palavra para selecioná-la. Arraste os pontos de seleção para selecionar mais ou menos texto. Para cortar ou copiar texto: Selecione o texto e toque em Cortar ou Copiar. Para colar texto: Toque no ponto de inserção depois toque em Colar para inserir o último texto que você cortou ou copiou. Ou, selecione o texto, depois toque em Colar para substituir o texto. Para desfazer a última edição: Agite o iPad ou toque em Desfazer no teclado. 22 Capítulo 1 Visão GeralCapítulo 1 Visão Geral 23 Leiautes de Teclado Você pode utilizar os Ajustes para definir os leiautes do teclado de software da tela e para quaisquer teclados de hardware. Os leiautes disponíveis dependem do idioma do teclado. Para selecionar um leiaute de teclado: Em Ajustes, escolha Geral > Teclado > Teclados Internacionais e, em seguida, selecione um teclado. Para cada idioma é possível fazer seleções separadas tanto para os teclados de software na tela quanto para os teclados de hardware externos. O leiaute do teclado do software determina o leiaute do teclado da tela do iPad . O leiaute do teclado do hardware determina o leiaute de um Teclado Apple Wireless Keyboard conectado ao iPad.24 Conecte o iPad ao seu computador e use o iTunes para configurar, registrar e sincronizar conteúdo. Requisitos · ADVERTÊNCIA: Para evitar danos, leia todas as instruções de funcionamento deste manual e as informações de segurança do iPad Manual de Informações Importantes do Produto no site support.apple.com/pt_BR/manuals/ipad antes de usar o iPad. Para usar o iPad, você precisa de:  Um Mac ou PC com uma porta USB 2.0 e um dos seguintes sistemas operacionais:  Mac OS X versão 10.5.8 ou posterior  Windows 7, Windows Vista, ou Windows XP Home ou Profissional com Service Pack 3 ou posterior  iTunes 10.2 ou posterior, disponível no site www.itunes.com/br/download/  Um ID Apple  Acesso de Internet de banda larga Como Configurar o iPad Antes de poder usar o iPad, você deve usar o iTunes para configurá-lo. Você também pode registrar o iPad e criar um ID Apple (não disponível em alguns países) se ainda não tiver um. Para configurar o iPad: 1 Transfira e instale a última versão do iTunes do site www.itunes.com/br/download/. 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 25 2 Conecte o iPad à uma porta USB 2.0 do seu Mac ou PC usando o cabo que acompanha o iPad. 3 Siga as instruções do iTunes na tela para registrar o iPad e sincronizar o iPad com mú- sica, vídeo e outros conteúdos da biblioteca do seu iTunes, e com os contatos, calendá- rios e favoritos no seu computador. Na tela Como Configurar Seu iPad, selecione “Sincronizar automaticamente contatos, calendários e favoritos” para sincronizar estes itens automaticamente quando conectar o iPad ao seu computador. Como Sincronizar com o iTunes Use o iTunes para sincronizar sua música, vídeos, aplicativos transferidos e outros conteúdos da sua biblioteca do iTunes do seu computador. Você também pode sincronizar os seus contatos, calendários e favoritos do navegador. O iTunes permite que você escolha as informações e conteúdo que você deseja sincronizar com o iPad. Por padrão, o iTunes sincroniza-se automaticamente sempre que você conecta o iPad ao seu computador. Quando você sincroniza, você também pode transferir informações criadas ou compradas no seu iPad para o seu computador. Como configurar a sincronização Você pode configurar o iTunes para sincronizar o seguinte:  Música  Filmes  Programas de TV  Jogos e aplicativos transferidos da App Store  Vídeos musicais  Podcasts  Livros e audiolivros  Coleções do iTunes U  Fotos e vídeos (na pasta ou app de fotos do seu computador)  Contatos—nomes, números de telefone, endereços, endereços de e-mail e mais Calendários—compromissos e eventos  Notas  Ajustes da conta de e-mail  Favoritos de página web Você pode configurar os ajustes de sincronização sempre que conectar o iPad ao seu computador. Sincronize suas músicas, audiolivros, podcasts, coleções do iTunes U, vídeos, livros e aplicativos da sua biblioteca do iTunes. Se você ainda não tem conteúdo no iTunes, vá para a iTunes Store (disponível em alguns países) para pré-visualizar e transferir conte- údo para o iTunes. Você também pode adicionar as músicas dos seus CDs à sua biblioteca do iTunes. Para saber mais sobre o iTunes e a iTunes Store, abra o iTunes e escolha Ajuda > Ajuda iTunes. Os contatos, calendários, notas e páginas web favoritas são sincronizados com aplicativos no seu computador. Novas entradas ou modificações que você fizer no iPad serão sincronizadas em seu computador e vice-versa. O iTunes também permite que você sincronize fotos e vídeos de um aplicativo ou de uma pasta. Os ajustes das contas de e-mail são sincronizados apenas em uma direção, do app de e-mail do seu computador para o iPad. Isso permite personalizar suas contas de e-mail no iPad sem afetar os ajustes de contas de e-mail do seu computador. Nota: Você pode também configurar contas de e-mail diretamente no iPad. Consulte “Como adicionar Mail, Contatos e Contas do Calendário” na página 32. As compras da iTunes Store e da App Store que você faz com o iPad são sincronizadas com a biblioteca do iTunes no seu computador quando você conecta. Você também pode comprar ou transferir conteúdo e aplicativos da iTunes Store para o seu computador e depois sincronizá-los no iPad. 26 Capítulo 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 27 Também é possível ajustar o iPad para sincronizar uma parte do que está em seu computador. Por exemplo, talvez você queira sincronizar somente algumas listas musicais ou somente podcasts de vídeo que não foram vistos ainda. Importante: Você deve iniciar a sessão com sua própria conta de usuário em seu computador antes de conectar o iPad. Para configurar a sincronização do iTunes: 1 Conecte o iPad ao seu computador e abra o iTunes (se ele não abrir automaticamente). 2 No iTunes, selecione iPad na barra lateral. 3 Configure os ajustes de sincronização em cada um dos painéis de ajuste. Consulte a seguinte seção para obter uma descrição de cada painel. 4 Clique em Aplicar no canto inferior direito da tela. Por padrão, a opção “Abrir o iTunes quando este iPad estiver conectado" está selecionada. Painéis de ajuste do iPad no iTunes As seguintes seções fornecem uma visão geral de cada um dos painéis de ajuste do iPad. Para obter mais informações, abra o iTunes e escolha Ajuda > Ajuda iTunes. Painel Resumo Selecione “Abrir iTunes quando este iPad é conectado” para que o iTunes seja aberto e sincronize o iPad automaticamente sempre que for conectado ao seu computador. Desmarque esta opção se deseja sincronizar somente ao clicar no botão Sincronizar do iTunes. Para obter mais informações sobre como evitar a sincronização automática, consulte “Como Impedir a Sincronização Automática” na página 30.Selecione “Sincronizar somente músicas e vídeos selecionados” se deseja que o iTunes ignore os itens desmarcados da sua biblioteca do iTunes ao sincronizar. Selecione “Gerenciar músicas e vídeos manualmente” para desativar a sincronização automática dos painéis de ajustes Música e Vídeo. Selecione “Criptografar backup do iPad>" se quiser criptografar as informações armazenadas em seu computador quando o iTunes fizer um backup. Backups criptografados são mostrados com um ícone de cadeado , e requerem uma senha para restaurar as informações do iPad. Consulte “Como atualizar e restaurar o software do iPad” na página 199. Para ativar os recursos de acessibilidade, clique em Configurar Acesso Universal Para obter mais informações, consulte “Recursos de Acesso Universal” na página 150. Painel Informações O painel Informações permite configurar os ajustes de sincronização para seus contatos, calendários, contas de e-mail e navegador.  Contatos Você pode sincronizar contatos com aplicativos como a Agenda do Mac OS X, o "Yahoo! Listas de Endereços" e Contatos do Google em um Mac, ou com a Agenda do Yahoo! Agenda, os Contatos do Google, o Catálogo de Endereços do Windows (Microsoft Outlook Express), o Catálogo de Endereços do Windows Vista ou do Microsoft Outlook 2003, 2007 ou 2010 em um PC. (No Mac, você pode sincronizar contatos com vários aplicativos. Em um PC, você pode sincronizar contatos somente com um aplicativo de cada vez.) Se você sincronizar com Agenda do Yahoo! você só precisa clicar em Configurar para digitar a sua nova informação de início de sessão quando alterar o seu Identificador ou senha do Yahoo! após configurar a sincronização.  Calendários Você pode sincronizar os calendários de aplicativos como o iCal no Mac ou do Microsoft Outlook 2003, 2007 ou 2010 no PC. (No Mac, você pode sincronizar calendários com vários aplicativos. No PC, você pode sincronizar os calendários com apenas um aplicativo de cada vez.)  Contas do Mail Você pode sincronizar os ajustes das contas de e-mail do Mail em um Mac e do Microsoft Outlook 2003, 2007, 2010 ou do Microsoft Outlook Express em um PC. Os ajustes das contas são transferidos somente do seu computador para o iPad. As alterações realizadas em uma conta de e-mail no iPad não afetam a conta no seu computador. Nota: A senha da sua conta de e-mail do Yahoo! não é salva no seu computador, por isso não pode ser sincronizada e deve ser digitada no iPad. Em Ajustes, escolha “Mail, Contatos, Calendários”, toque em sua conta Yahoo! e digite a senha. 28 Capítulo 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 29  Outra Sincronize favoritos do Safari em um Mac, ou do Safari ou Microsoft Internet Explorer em um PC. Sincronize notas do aplicativo Notas do iPad com notas do Mail em um Mac ou com o Microsoft Outlook 2003 ou 2007 em um PC.  Avançado Selecione uma ou mais destas opções se deseja substituir as informações do iPad pelas informações do seu computador durante a próxima sincronização. Painel Apps Utilize o Painel Apps para sincronizar aplicativos da App Store, organizar aplicativos na tela Início do iPad ou copiar documentos entre o iPad e seu computador. Selecione "Sincronizar automaticamente novos aplicativos" para sincronizar novos aplicativos para o iPad que foram transferidos ou sincronizados de outro dispositivo. Se você apagar um app do iPad, poderá reinstalá-lo a partir do painel Apps, se ele tiver sido previamente sincronizado. Você pode criar documentos no iPad e, em seguida, copiá-los no seu computador. Você também pode copiar documentos do seu computador para o iPad e utilizá-los com aplicativos compatíveis com o compartilhamento de arquivos. Os aplicativos compatíveis com o compartilhamento de arquivo são mostrados na lista Aplicativos de Compartilhamento de Arquivos Para obter mais informações sobre o compartilhamento de arquivos, consulte “Compartilhamento de Arquivos” na página 47. Painéis Música, Filmes, Programas de TV, Podcasts e iTunes U Utilize estes painéis para especificar a mídia que deseja sincronizar. Você pode sincronizar todas as coleções de músicas, filmes, programas de TV, podcasts, iTunes U ou então selecionar o conteúdo que deseja no iPad. Para assistir a filmes alugados na sua biblioteca do iTunes no iPad, transfira-os para o iPad usando o painel Filmes do iTunes. Painel Livros Você pode sincronizar livros transferidos da iBookstore, e muitos livros ePub grátis de outras fontes. Você também pode sincronizar audiolivros e se o livro tiver mais de uma parte, sincronizar somente a parte que desejar. Painel Fotos Você pode sincronizar fotos e vídeos com o iPhoto 6.0.6 ou superior, ou com o Aperture 3.0.2 ou superior no Mac; ou com o Adobe Photoshop Elements 8.0 ou posterior em um PC. Você também pode sincronizar fotos e vídeos em qualquer pasta do seu computador que contenha imagens ou vídeos.Como Impedir a Sincronização Automática Você pode impedir que o iPad sincronize automaticamente quando conectar o iPad a um computador diferente. Para evitar a sincronização automática para todos os iPad s: No iTunes escolha iTunes > Preferências (em um Mac) ou Editar > Preferências (em um PC), clique em Dispositivos e selecione “Impedir que iPods, iPhones e iPad sincronizem automaticamente”. Se esta opção estiver selecionada, o iPad não sincroniza automaticamente, mesmo se a opção “Abrir o iTunes quando este iPad é conectado” estiver selecionada no painel Resumo. Para evitar a sincronização automática uma vez, sem alterar os ajustes: Abra o iTunes, conecte o iPad ao seu computador, mantenha pressionadas as teclas ComandoOpção (em um Mac) ou Maiúsculas-Controle (em um PC) até que iPad apareça na barra lateral. Para sincronizar manualmente: No iTunes, selecione iPad na barra lateral e clique em Sincronizar no canto inferior direito da janela. Ou, se você alterou algum ajuste de sincronização, clique em Aplicar. Como Conectar-se à Internet O iPad pode unir-se à AirPort e outras redes Wi-Fi em casa, no trabalho ou em pontos de acesso Wi-Fi pelo mundo. Ao unir-se a uma rede Wi-Fi que está conectada à Internet, o iPad se conecta à Internet automaticamente sempre que você usar o Mail, Safari, YouTube, a App Store ou a iTunes Store. o iPad se conecta à Internet usando uma rede Wi-Fi. O iPad Wi-Fi + 3G também pode se conectar à Internet usando uma rede de dados celular. O serviço de dados é vendido separadamente. Como conectar-se a uma Rede Wi-Fi Use os ajustes Wi-Fi para ativar a Wi-Fi e conectar a redes Wi-Fi. Para ativar a Wi-Fi: Escolha Ajustes > Wi-Fi e ative a opção Wi-Fi. Para conectar-se a uma rede Wi-Fi: Escolha Ajustes > Wi-Fi, espere um momento enquanto o iPad detecta as redes que estão no raio de alcance e depois selecione uma rede (talvez o acesso a algumas redes Wi-Fi não seja gratuito). Se necessário, digite uma senha e toque em Conectar (as redes que requerem uma senha aparecem com um ícone de cadeado). Uma vez que você tenha se conectado a uma rede Wi-Fi, o iPad se conecta a ela automaticamente sempre que a rede estiver no raio de alcance. Se houver mais de uma rede usada anteriormente dentro do raio de alcance, o iPad se conecta à última utilizada. 30 Capítulo 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 31 Quando o iPad se conecta a uma rede Wi-Fi, o ícone Wi-Fi situado na barra de estado mostra a intensidade do sinal. Quanto mais barras você vir, melhor a conexão. Para obter mais informações sobre como ajustar as configurações Wi-Fi, consulte “WiFi” na página 167. Como conectar-se a uma Rede de Dados de Celular Antes de que você possa unir-se a uma rede de dados celular no iPad Wi-Fi + 3G, você deve inscrever-se em um plano de dados celular com um provedor de serviços do iPad na sua área. Com alguns provedores, você pode escolher um plano de dados, controlar o uso de seus dados e alterar ou cancelar o seu plano no iPad. Em alguns modelos, 3G, EDGE e GPRS permitem conectividade à Internet através da rede celular disponível mediante o serviço sem fio da sua operadora. Verifique a cobertura da rede da operadora na sua área para ver a disponibilidade. Se o iPad estiver conectado à Internet usando uma rede de dados celular, você vê o ícone de estado do 3G ( ), EDGE ( ) ou GPRS ( ) na barra de estado. Para ativar o Roaming de Dados: Se você estiver fora da rede da sua operadora, talvez você possa usar uma rede de dados de celular de outra operadora. Em Ajustes, escolha Dados de Celular e ative o Roaming de Dados. Importante: Podem ser aplicadas taxas sobre o Roaming. Para evitar taxas de roaming de dados, certifique-se de que o Roaming de Dados esteja desativado. Para monitorar o uso da sua rede de dados celular: Em Ajustes, escolha Dados de Celular > Ver Conta. Para configurar um plano de dados de celular no iPad: Na tela de Início do iPad, toque em Ajustes e escolha Dados de Celular. Toque em Visualizar Conta e depois siga as instruções na tela. Os ajustes de dados de celular podem variar dependendo da operadora. O iPad está desbloqueado, então você pode escolher sua operadora preferida. Os ajustes de dados de celular variam dependendo da operadora. Se o seu iPad Wi-Fi + 3G não veio fornecido com um cartão micro-SIM, entre em contato com o seu provedor para configurar uma conta e obter um cartão micro-SIM compatível. Nem todos os provedores fornecem planos de dados 3G. Acesso à Internet em um Avião O modo avião no iPad Wi-Fi + 3G desativa os transmissores de rádio do iPad para cumprir com as normas das empresas aéreas. Em algumas regiões - quando permitido pelo piloto da aeronave e pelas leis e normas aplicáveis - você pode ativar a Wi-Fi enquanto o modo avião está ativado, para:  Enviar e receber e-mail  Navegar na Internet Sincronizar seus contatos e calendários com a tecnologia over the air  Transmitir vídeos do YouTube em tempo real  Comprar músicas e aplicativos Para obter mais informações, consulte “Modo Avião” na página 166. Como adicionar Mail, Contatos e Contas do Calendário O iPad funciona com MobileMe, Microsoft Exchange e com muitos dos e-mails, contatos e servidores de serviço calendários mais conhecidos baseados em Internet. Se você ainda não tem uma conta de e-mail, pode obter uma conta gratuita on-line no site br.yahoo.com/, www.google.com.br/ ou www.aol.com. Para experimentar um período de teste grátis do MobileMe, vá para www.apple.com/br/mobileme. Para obter mais informações sobre como configurar uma conta Microsoft Exchange em um ambiente empresarial, consulte “Como Configurar Contas do Microsoft Exchange” na página 189. Como Configurar Contas MobileMe Para usar o MobileMe no iPad, você pode configurar uma conta gratuita do MobileMe ou uma assinatura paga do MobileMe. Uma conta gratuita do MobileMe permite que você use o Buscar Meu iPad; um recurso que o ajuda a localizar o iPad caso for perdido ou roubado, e proteger as informações nele contidas (não disponível em todos os países ou regiões). Consulte “Recursos de segurança” na página 48. Uma conta gratuita do MobileMe está disponível para qualquer cliente que possua um iPad com o iOS 4.2 ou posterior. Se você já criou um ID da Apple para a App Store ou para o Game Center, pode usar o mesmo ID da Apple para configurar a sua conta do MobileMe. Crie uma nova conta se você ainda não tiver uma. Para configurar uma conta gratuita do MobileMe: 1 Em Ajustes, toque em “Mail, Contatos, Calendários”. 2 Toque em Adicionar Conta e, em seguida, toque MobileMe. 3 Insira o seu ID e senha da Apple ou toque em Criar ID Apple Gratuito. 4 Siga as instruções da tela. Verifique o seu endereço de e-mail, se necessário. 5 Certifique-se de que Buscar Meu iPad está ativado. Para configurar uma Assinatura paga do MobileMe: 1 Em Ajustes, toque em “Mail, Contatos, Calendários”. 2 Toque em Adicionar Conta e, em seguida, toque MobileMe. 32 Capítulo 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 33 3 Insira o seu ID Apple e senha, ou escolha criar uma nova conta. 4 Ative os serviços que deseja usar no iPad. Uma assinatura paga do MobileMe permite que você use Buscar Meu iPad, mais os seguintes recursos:  Conta do Mail em me.com  Sincronização over-the-air para os contatos, calendários, favoritos e notas  Galeria do MobileMe para o compartilhamento de fotos e vídeos  O MobileMe iDisk para armazenamento e compartilhamento de arquivos Você pode experimentar esses recursos com uma avaliação grátis de 60 dias em www. apple.com/br/mobileme. Os serviços que ativar são sincronizados automaticamente através da tecnologia over the air, sem ter que conectar o iPad ao seu computador. Consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25. Você pode definir múltiplas contas MobileMe; no entanto, apenas uma conta MobileMe poderá ser utilizada de cada vez para o Buscar Meu iPad e para contatos de sincronização, calendários, favoritos e notas. Para usar Galeria, iDisk e Buscar Meu iPad em iPad, transfira os aplicativos gratuitos Galeria do MobileMe, MobileMe iDisk e Buscar Meu iPhone a partir da App Store. Como Configurar Contas do Google, Yahoo! e AOL Para diversas contas conhecidas (Google, Yahoo!, AOL), o iPad digita a maioria dos ajustes para você. Ao configurar a conta, você pode escolher quais serviços de conta deseja utilizar com o iPad. Os serviços ativados são sincronizados automaticamente com o sistema over the air. Consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25. Para configurar uma conta: 1 Em Ajustes, toque em “Mail, Contatos, Calendários”. 2 Toque em Adicionar Conta e, em seguida, toque Google, Yahoo! ou AOL 3 Digite seu nome, endereço de e-mail, senha e uma descrição. 4 Toque nos itens que deseja utilizar no iPad. Os itens disponíveis dependem do servidor. Como Configurar Outras Contas Selecione Outras Contas para configurar outras contas para e-mail (como POP), contatos (como LDAP ou CardDAV), ou calendários (como CalDAV). Contate seu servidor ou administrador de sistema para obter os ajustes de conta que necessita. Para configurar uma conta: 1 Em Ajustes, toque em “Mail, Contatos, Calendários”.2 Toque em Adicionar Conta e, em seguida, toque em Outras. 3 Selecione o tipo de conta que deseja adicionar (Mail, Contatos ou Calendários). 4 Digite as informações da sua conta e toque em Salvar. Como desconectar o iPad de seu computador A menos que o iPad esteja sincronizando com o computador, você pode desconectá- lo a qualquer momento. Quando o iPad está sincronizando com seu computador, a tela de Início do iPad mostra a mensagem “Sincronização em andamento.” Se você desconectar o iPad antes de finalizar a sincronização, alguns dados podem não ser transferidos. Quando o iPad terminar a sincronização, o iTunes mostra “A sincronização do iPad está concluída”. Para cancelar uma sincronização: Arraste o controle deslizante do iPad. Como visualizar o Manual do Usuário do iPad O Manual do Usuário do iPad pode ser visto iPad no Safari, ou através da instalação do aplicativo gratuito iBooks e de sua transferência a partir da iBookstore. Para visualizar o Manual do Usuário no Safari: No Safari, toque no , em seguida toque no favorito Manual do Usuário do iPad. Ou vá para http://help.apple.com/br/ipad. Para adicionar um ícone para o manual do usuário na tela Início: Toque no e toque em “Adicionar à Tela Início.” Visualize o Manual do Usuário no iBooks 1 Se você não tiver instalado o iBooks, abra a App Store, procure por “iBooks” e, em seguida, toque nele na lista de resultados. Toque em Grátis e, em seguida, toque em Instalar. 2 Abra o iBooks e toque em Loja. 3 Procure pelo “iPad Manual do Usuário” e toque no manual do usuário na lista de resultados. 4 Toque em Grátis e, em seguida, toque em Obter Livro. Para obter mais informações sobre o iBooks, consulte Capítulo 19,“iBooks,” na página 135. Bateria O iPad possui uma bateria interna recarregável. A bateria do não pode ser acessada pelo usuário e deve ser substituída por um Fornecedor de Serviço Autorizado Apple. Para obter mais informações sobre as baterias do iPad, visite o site www.apple.com/br/ batteries/ipad.html. 34 Capítulo 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 35 Como Carregar a Bateria ADVERTÊNCIA: Para obter informações de segurança importantes sobre o carregamento do iPad, consulte o Manual de Informações Importantes do Produto iPad no site support.apple.com/pt_BR/manuals/ipad. O ícone da bateria no canto superior direito da barra de estado mostra o nível de bateria ou o estado do carregamento. Carregando Carregado Para carregar a bateria: A melhor maneira de carregar a bateria do iPad é conectar o iPad a uma tomada elétrica usando o Cabo Conector Dock para USB e o adaptador de alimentação USB de 10 W. Quando você conecta o iPad a uma porta USB 2.0 em um Mac com o Cabo Conector Dock para USB, o iPad pode carregar lentamente enquanto sincroniza. Importante: A bateria do iPad pode gastar em lugar de carregar se o iPad for conectado a um PC, a um computador desligado ou em modo Repouso ou Espera, a um hub USB, ou à porta USB em um teclado. Se o seu Mac ou PC não fornecerem energia suficiente para carregar o seu iPad, uma mensagem Não está carregando aparecerá na barra de estado. Para carregar o iPad, desconecte-o do seu computador e conecte-o em uma tomada usando o Cabo Conector Dock para USB e o Adaptador de Alimentação USB de 10W.Importante: Se a carga da bateria do iPad estiver muito baixa, ele pode exibir uma das seguintes imagens, indicando que o iPad precisa ser carregado por pelo menos dez minutos antes de você poder usá-lo. Se a carga da bateria do iPad estiver extremamente baixa, a tela poderá ficar em branco por até dois minutos antes que uma das imagens indicando pouca bateria apareça. ou Como Maximizar a Autonomia da Bateria O iPad usa uma bateria de lítio-íon. Para obter informações sobre como maximizar a vida útil da bateria do seu iPad, visite o site www.apple.com/br/batteries/ipad.html. Como Trocar a Bateria As baterias recarregáveis possuem um número limitado de ciclos de carregamento e talvez necessitem ser trocadas com o passar do tempo. A bateria do iPad não pode ser substituída pelo usuário; ela só pode ser substituída por um Fornecedor de Serviço Autorizado Apple (AASP). Os AASPs também reciclam as baterias do iPad de acordo com leis e normas locais. Para obter mais informações, visite www.apple.com/br/ batteries/replacements.html. Utilização e Limpeza do iPad Manipule o seu iPad com cuidado para conservar seu aspecto. Se estiver preocupado com arranhões ou desgaste da tela, você pode usar um estojo ou uma capa, vendidos separadamente. Como usar o iPad confortavelmente É importante encontrar uma postura confortável para usar o iPad e fazer intervalos frequentes. Use o seu colo, uma mesa, um estojo ou o acessório dock para sustentar o iPad durante o uso. 36 Capítulo 2 IntroduçãoCapítulo 2 Introdução 37 Como limpar o iPad Para limpar o iPad, desconecte todos os cabos e desligue o iPad (mantenha pressionado o botão Repousar/Despertar e depois deslize o controle da tela). Use um pano macio, levemente umedecido e sem fiapos. Evite que entre umidade nas aberturas. Não utilize limpadores de vidro, produtos de limpeza caseiros, aerossóis, solventes, álcool, amônia ou abrasivos para limpar o iPad. A tela do iPad possui um revestimento oleofó- bico; limpe a tela simplesmente com um pano macio que não solte fiapos para remover o óleo deixado pelas suas mãos. A capacidade deste revestimento de repelir óleo diminui com o uso ao longo do tempo; esfregar a tela com material abrasivo diminuirá ainda mais o seu efeito e poderá arranhar sua tela. Para obter mais informações sobre como utilizar o iPad, consulte o Manual de Informações Importantes do Produto do iPad em support.apple.com/pt_BR/manuals/ ipad.38 Leia este capítulo para informar-se como usar os aplicativos no iPad, e para buscar, imprimir, compartilhar arquivos e mais. Como Utilizar os Apps A tela de alta resolução Multi-Touch e os simples gestos dos seus dedos facilitam a utilização dos aplicativos do iPad. Abra um aplicativo tocando no seu ícone. Você pode alternar entre aplicativos, reorganizar aplicativos e organizá-los em pastas. Como Abrir e Alternar Apps Para abrir um app: Toque no seu ícone na tela de Início. Para voltar à tela Início:Pressione o botão Início . O multi-tarefas permite que certos aplicativos sejam executados no fundo, para que você possa alternar rapidamente entre os aplicativos que estiver usando. Para visualizar os aplicativos utilizados mais recentemente:Clique duas vezes no botão Início. Os aplicativos usados mais recentemente aparecem na lista de "recentes" na parte inferior da tela. Passe o dedo para a esquerda para ver mais aplicativos. 3 Noções básicasCapítulo 3 Noções básicas 39 Para remover um aplicativo da lista de aplicativos recentes:Toque e mantenha pressionado o ícone do aplicativo até que ele comece a tremular; em seguida, toque em . O aplicativo será adicionado à lista de recentes novamente da próxima vez que for aberto. Para bloquear a orientação da tela ou usar os controles do iPod: Clique duas vezes do botão Início e, em seguida, passe o dedo na parte inferior da tela da esquerda para a direita. O bloqueio de orientação da tela, o controle de brilho e os controles do iPod aparecem. Bloqueio de orientação de tela Controles iPod Brilho Para apagar um aplicativo da tela de Início: Toque e mantenha o ícone até que ele fique trêmulo e um apareça. Toque em para apagar o aplicativo. Importante: Apagar um aplicativo do iPad também apaga os documentos e os dados criados pelo aplicativo. Rolagem Arraste para cima ou para baixo para rolar. Você também pode rolar para as laterais nos aplicativos como o Safari, Fotos e Mapas. Arrastando o seu dedo para rolar não irá selecionar ou ativar nada na tela.Passe o dedo para rolar rapidamente. Você pode esperar até que a rolagem pare ou tocar em qualquer lugar da tela para para-la imediatamente. Tocar a tela para parar a rolagem não irá selecionar ou ativar nada na tela. Para rapidamente rolar para o início de uma lista, página web ou mensagem de e-mail, toque na barra de estado na parte superior da tela. Como reorganizar os ícones dos aplicativos Você pode personalizar o leiaute dos ícones dos aplicativos na tela de Início— incluindo os ícones no Dock junto aos botões da tela. Se desejar, organize-os em várias telas de Início. Para reorganizar os ícones: 1 Mantenha o toque qualquer ícone até que ele comece a tremular. 2 Organize os ícones, arrastando-os. 3 Pressione o botão Início para salvar sua ordenação. Você também pode organizar os ícones dos aplicativos na tela Início, assim como a ordem das telas, quando conectar o iPad ao seu computador. Selecione iPad na barra lateral do iTunes e depois clique na aba Apps. 40 Capítulo 3 Noções básicasCapítulo 3 Noções básicas 41 Para criar telas de Início adicionais: Enquanto você organiza os ícones, arraste um ícone para o canto direito da tela até que apareça uma nova tela. Você pode retornar à tela anterior e arrastar mais ícones para a nova tela. Você pode ter até onze telas. O pontos acima do Dock mostram o número de telas que você possui e indica qual tela você está visualizando. Para ir para uma tela de Início diferente: Passe o dedo para a direita ou esquerda, ou toque à esquerda ou à direita da linha de pontos. Para ir para a primeira tela de Início: Pressione o botão Início . Redefina a sua tela de Início para o leiaute original: Escolha Ajustes > Geral > Redefinir e depois toque em Redefinir Leiaute de Tela de Início. Como Organizar com Pastas As pastas permitem organizar os ícones na tela Início. Você pode colocar até 20 ícones em uma pasta. O iPad nomeia automaticamente uma pasta quando ela é criada, com base nos ícones que você usou para criá-la. Entretanto, você pode alterar o nome. Reorganize as pastas arrastando-as na tela de Início ou movendo-as para uma nova tela de Início ou para o Dock. Para criar uma pasta:Toque e mantenha pressionado um ícone até que os ícones da tela Início comecem a tremular e, em seguida, arraste o ícone para dentro de outro ícone. O iPad cria uma nova pasta incluindo os dois ícones e mostra o nome da pasta. Você pode tocar no campo do nome para digitar um nome diferente. Você pode também criar pastas do iPad usando o iTunes. Para criar uma pasta usando o iTunes:Com o iPad conectado ao seu computador, selecione o ícone do iPad na lista Dispositivos do iTunes. Clique em Aplicativos na parte superior da tela e, na tela Início próxima a parte superior da janela, arraste um aplicativo sobre outro.Adicionar um ícone à uma pasta Enquanto ordena ícones, arraste o ícone para dentro de uma pasta. Remover um ícone de uma pasta Enquanto ordena ícones, toque para abrir a pasta e, em seguida, arraste o ícone para fora da pasta. Abrir uma pasta Toque em uma pasta. Você pode tocar no ícone de um app para abrir o app. Fechar uma pasta Toque fora da pasta ou pressione o botão Início. Apagar uma pasta Remova todos os ícones da pasta. A pasta é apagada automaticamente quando vazia. Renomear uma pasta Enquanto ordena ícones, toque para abrir a pasta e, em seguida, toque no nome da parte superior e utilize o teclado para digitar um novo nome. Pressione o botão Início para salvar suas alterações. Ao terminar a organização da sua tela de Início, pressione o botão Início para salvar suas alterações. Vários aplicativos, como o Mail e a App Store, exibem um indicador no seu ícone da tela de Início com um número (para indicar os itens recebidos) ou um ponto de exclamação (para indicar um problema). Se o aplicativo estiver em uma pasta, o símbolo também aparece na pasta. Um indicador numerado mostra o número total de itens não atendidos, como mensagens de e-mail recebidas e aplicativos atualizados para transferir. Um símbolo de alerta indica um problema com o aplicativo. Impressão O AirPrint permite que você imprima sem fio para impressoras com compatibilidade para AirPrint. Você pode imprimir a partir dos seguintes aplicativos do iPad:  Mail—mensagens de e-mail e anexos visíveis  Fotos—fotos  Safari—páginas web, arquivos PDF e anexos visíveis  iBooks—arquivos PDF Outros aplicativos disponíveis da App Store também podem ser compatíveis com o AirPrint. 42 Capítulo 3 Noções básicasCapítulo 3 Noções básicas 43 As impressoras compatíveis com o AirPrint não necessitam um software de impressão; elas apenas precisam estar conectadas à mesma rede Wi-Fi que o iPad. Se você não tem certeza de que sua impressora é compatível com o AirPrint, consulte sua documentação. Para obter informações adicionais, visite o site support.apple.com/kb/ HT4356?viewlocale=pt_BR. Como imprimir um documento O AirPrint usa a sua rede Wi-Fi para enviar trabalhos de impressão sem fio para a sua impressora. O iPad deve estar conectado à mesma rede sem fio que a impressora AirPrint. Para imprimir um documento: 1 Toque no ou no (dependendo do aplicativo que estiver usando) e, em seguida, toque em Imprimir. 2 Toque em Selecionar Impressora para selecionar uma impressora. 3 Defina as opções da impressora como a quantidade de cópias e saída frente e verso (se for compatível com a impressora). Alguns aplicativos também permitem que você defina um intervalo de páginas a serem impressas. 4 Toque em Imprimir.Se você clicar duas vezes no botão de Início durante a impressão de um documento, o aplicativo Impressão aparece como o aplicativo mais recente. Um símbolo com o ícone mostra quantos documentos estão prontos para impressão, incluindo o documento sendo impresso no momento. Para obter o estado de um trabalho de impressão: Clique duas vezes no botão de Início, toque no ícone Impressão e, em seguida, selecione um trabalho de impressão. Para cancelar um trabalho de impressão: Clique duas vezes no botão de Início, toque no ícone Impressão, selecione o trabalho de impressão e, em seguida, toque em Cancelar Impressão. 44 Capítulo 3 Noções básicasCapítulo 3 Noções básicas 45 Como fazer uma busca Você pode fazer buscas em muitos aplicativos integrados do iPad incluindo o Mail, o Calendário, o iPod, o Vídeo, o Notas e os Contatos. Faça buscas em um aplicativo individual ou em todos os aplicativos de uma só vez utilizando o Spotlight. Para abrir o Spotlight: Na página principal da tela de Início, passe o dedo para a direita ou pressione no botão de Início. Na página do Spotlight, você pode pressionar o botão Início para voltar à página principal da tela Início. Como buscar no iPad: Na página do Spotlight, digite o texto no campo de busca. Os resultados da busca aparecem automaticamente à medida que você digita. Toque em Buscar para que o teclado desapareça e você possa ver mais resultados. Toque em um item na lista de resultados para abri-lo. Os ícones à esquerda dos resultados da busca permitem saber de qual app os resultados vieram. No topo da lista, o iPad mostra os seus resultados mais relevantes baseado em buscas anteriores. Na parte inferior da lista, os resultados de pesquisa também incluem op- ções de busca na web ou na Wikipedia. App O que está sendo buscado Contatos Nome, sobrenome e nomes de empresas Mail Campos Para, De e Assunto de todas as contas (o texto das mensagens não é buscado) Calendário Títulos de eventos, convidados e locaisApp O que está sendo buscado iPod Música (nomes de músicas, artistas e álbuns) e os títulos de podcasts e audiolivros Notas Texto das notas O Spotlight também busca os nomes de aplicativos integrados e instalados no iPad. Se você tiver muitos aplicativos, você pode usar o Spotlight para localizá-los e abri-los. Para abrir um aplicativo do Spotlight: Digite o nome do aplicativo e depois toque para abri-lo. Você pode escolher em quais aplicativos é realizada a busca e a ordem na qual eles são buscados. Em Ajustes, selecione Geral > Busca do Spotlight. Como usar os dispositivos Bluetooth Você pode usar o iPad com o teclado Apple Wireless Keyboard e com outros dispositivos Bluetooth, como fones de ouvido Bluetooth. Para os perfis compatíveis Bluetooth, consulte o site support.apple.com/kb/HT3647?viewlocale=pt_BR. Como Emparelhar Dispositivos Bluetooth Primeiro você deve emparelhar os dispositivos Bluethooth (como o teclado ou os fones de ouvido) com o iPad, antes de poder usá-los. Como emparelhar um dispositivo Bluetooth com o iPad: 1 Siga as instruções fornecidas com o dispositivo para torná-lo visível. 2 Nos Ajustes, escolha Geral > Bluetooth e ative a opção Bluetooth. 3 Selecione o dispositivo e, caso solicitado, digite o código de acesso ou o número PIN. Consulte as instruções sobre o código de acesso ou PIN que acompanham o dispositivo. Nota: Antes de emparelhar um teclado Apple Wireless Keyboard, pressione o botão de alimentação para ligar o teclado. Você apenas pode emparelhar um teclado Apple Wireless Keyboard de cada vez com o iPad. Para emparelhar um teclado diferente, primeiro você deve desemparelhar o atual. Depois de emparelhar seu teclado com o iPad, o nome do produto e um ícone Bluetooth aparecem na tela. Depois de emparelhar seus fones de ouvido com o iPad, o nome do produto e um ícone de áudio Bluetooth aparecem na tela quando você estiver visualizando os controles de reprodução de áudio ou vídeo. Toque no para mudar para uma saída de áudio diferente, como o alto-falante interno. Para usar o teclado na tela novamente, desative o Bluetooth (Ajustes > Geral > Bluetooth), ou pressione a tecla Ejetar no teclado Bluetooth. 46 Capítulo 3 Noções básicasCapítulo 3 Noções básicas 47 Estado do Bluetooth O ícone do Bluetooth aparece na barra de estado do iPad, que está situada na parte superior da tela:  (branco): O Bluetooth está ativado e o dispositivo está conectado ao iPad.  (cinza): O Bluetooth está ativado mas não há nenhum dispositivo conectado. Se você emparelhou um dispositivo com o iPad, talvez ele esteja fora do raio de alcance ou desligado.  Nenhum ícone Bluetooth: O Bluetooth está desativado. Como Desemparelhar um Dispositivo do iPad Se você emparelhar o iPad com um dispositivo Bluetooth e depois quiser usar outro dispositivo do mesmo tipo no lugar, você deve desemparelhar o primeiro dispositivo. Para desemparelhar um dispositivo Bluetooth: 1 Nos Ajustes, escolha Geral > Bluetooth e depois ative a opção Bluetooth. 2 Escolha o dispositivo, depois toque em “Esquecer este Dispositivo”. Compartilhamento de Arquivos O Compartilhamento de Arquivos permite transferir arquivos entre o iPad e o seu computador. É possível compartilhar arquivos criados com um aplicativo compatível salvo no formato compatível. Os aplicativos compatíveis com o compartilhamento de arquivos aparecem na lista Apps de Compartilhamento de Arquivos no iTunes. Para cada app, a lista exibe os documentos que estão no iPad. Consulte a documentação do aplicativo para saber como ele compartilha os arquivos; nem todos os aplicativos são compatíveis com este recurso. Para transferir um arquivo do iPad ao seu computador: 1 Conecte o iPad ao seu computador. 2 No iTunes, selecione o iPad na lista Dispositivos e clique em Aplicativos, na parte superior da tela. 3 Na seção Compartilhamento de Arquivos, selecione um aplicativo da lista à esquerda. 4 À direita, selecione o arquivo que deseja transferir e, em seguida, clique em "Salvar para" e selecione um destino do seu computador. Para transferir um arquivo do seu computador ao iPad: 1 Conecte o iPad ao seu computador. 2 No iTunes, selecione o iPad na lista Dispositivos e clique em Aplicativos, na parte superior da tela. 3 Na seção Compartilhamento de Arquivos, clique em Adicionar.4 Selecione um arquivo e, em seguida, clique em Selecionar (Mac) ou OK (PC). O arquivo é transferido para seu dispositivo e pode ser aberto utilizando um aplicativo compatível com o tipo de arquivo. Para transferir mais de um arquivo, selecione cada arquivo adicional. Para apagar um arquivo do iPad: Selecione o arquivo na lista Arquivos e, em seguida, toque em Apagar. Como usar o AirPlay Você pode transmitir música, fotos e vídeo sem fio para a sua HDTV e alto-falantes usando o AirPlay e o Apple TV. Você também pode usar o AirPlay para transmitir áudio para uma estação base Airport Express ou AirPort Extreme. Outros receptores compatíveis com o AirPlay estão disponíveis através de terceiros, consulte a Apple Store para obter mais detalhes. Para iniciar a transmissão para um dispositivo compatível com o AirPlay: 1 Certifique-se de que o iPad e o dispositivo (como um Apple TV) estão conectados à mesma rede Wi-Fi. 2 Inicie o vídeo, apresentação de slides ou música e, em seguida toque no e escolha o dispositivo AirPlay que deseja usar. Alguns dispositivos podem solicitar um código de acesso. Uma vez que a transmissão é iniciada, você pode sair do aplicativo. Para parar a transmissão para um dispositivo compatível com o AirPlay: 1 Abra o aplicativo (como Vídeos) a partir do qual está transmitindo. 2 Toque em e escolha iPad da lista. Para solução de problemas, consulte “Sem vídeo ou som ao utilizar o AirPlay” na página 204. Recursos de segurança Os recursos de segurança ajudam a proteger as informações do iPad, impedindo que sejam acessadas por outras pessoas. Códigos de acesso e Proteção de Dados Por segurança, você pode configurar um código que precisará ser digitado sempre que você ativar ou interromper o repouso do iPad. Para definir um código: Escolha Ajustes > Geral > Bloqueio por Código > Ativar Código. Insira um código de 4 dígitos e, em seguida, insira-o novamente para comprová-lo. O iPad solicitará que você insira o código para desbloqueá-lo ou para exibir os ajustes de bloqueio do código. 48 Capítulo 3 Noções básicasCapítulo 3 Noções básicas 49 A configuração de um código ativa a proteção de dados, a qual utiliza o código de acesso como chave para criptografar mensagens de e-mail e seus anexos armazenados no iPad. (Talvez a proteção de dados também possa ser utilizada por alguns aplicativos disponíveis na App Store). Um aviso na parte inferior da tela Bloqueio por Código, em Ajustes, mostra quando a proteção de dados está ativada. Para aumentar a segurança, desative o Código Simples (um número de quatro dígitos) e utilize um código mais complexo que contenha uma combinação de números, letras, pontuação e caracteres especiais. Para obter mais informações, consulte “Bloqueio por Código” na página 173. Buscar Meu iPad Buscar Meu iPad ajuda a localizar um iPad perdido ou mal posicionado usando um outro iPhone, iPad ou iPod touch com o aplicativo gratuito Buscar Meu iPhone, ou um Mac ou PC com um navegador da web. O recurso Buscar Meu iPad inclui:  Buscar:Localiza seu iPad em um mapa em tela cheia do seu computador  Exibir uma Mensagem ou Reproduzir um Som:Permite que você especifique uma mensagem a ser exibida ou um som a ser reproduzido no seu iPad  Bloqueio de Código Remoto:Permite bloquear remotamente seu iPad e criar um código de acesso de 4 dígitos, se você não tiver definido um anteriormente  Limpeza Remota:Elimina todas as informações e mídia no seu iPad e restaura-o iPad para os seus ajustes originais de fábrica Para usar o recurso Buscar Meu iPad: Ative Buscar Meu iPad nos seus ajustes de conta MobileMe. Consulte “Como Configurar Contas MobileMe” na página 32. Localize o seu iPad perdido: Transfira e use o aplicativo Buscar Meu iPhone a partir da App Store em um dispositivo iOS diferente, ou inscreva-se ao www.me.com em um navegador web em um Mac ou PC. Nota: O recurso Buscar Meu iPad requer uma conta do MobileMe. O MobileMe é um serviço on-line que fornece Buscar Meu iPad gratuitamente para clientes de 4ª geração do iPad, iPhone e iPod touch. O MobileMe fornece recursos adicionais com uma assinatura paga. O MobileMe pode não estar disponível em todos os países ou regiões. Para obter mais informações, visite o site www.apple.com/br/mobileme.50 Sobre o Safari Use o Safari no iPad para navegar pela web e visitar os seus sites favoritos. Use o AirPrint para imprimir as páginas web e PDFs. Abra múltiplas páginas e adicione web clips à tela de Início para acesso rápido. Crie favoritos no iPad e sincronize-os com seu computador. Para usar o Safari, o iPad deve ter uma conexão à Internet. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. Como Visualizar Páginas Web Você pode visualizar páginas web na vertical ou na horizontal. Gire o iPad e a página web girará, ajustando-se automaticamente para ajustar-se à página. 4 SafariCapítulo 4 Safari 51 Como Abrir Páginas Web Para abrir uma página web: Toque no campo de endereço (na barra de título) para que apareça o teclado na tela, digite o endereço web e depois toque em Ir. Se o campo de endereço não estiver visível, toque na barra de estado situada na parte superior da tela para rolar rapidamente para o campo de endereço. À medida que você digita, aparecem os endereços web que começam com aquela letra. São as suas páginas favoritas ou as que você abriu recentemente. Toque em um endereço para ir para aquela página. Continue digitando se deseja inserir um endere- ço web que não está na lista. Para apagar o texto no campo de endereço: Toque no campo endereço e, em seguida, toque em . Como Realizar o Zoom e a Rolagem Para ampliar e reduzir: Toque duas vezes em uma coluna de uma página web para ampliá-la. Toque duas vezes novamente para reduzi-la.. Você pode também separar ou juntar os dedos para ampliar ou reduzir. Para rolar por uma página web Arraste para cima, para baixo ou para os lados. Ao rolar, você pode tocar e arrastar em qualquer lugar da página sem ativar nenhum link. Para rolar dentro de um quadro em uma página web Use dois dedos para rolar dentro de um quadro de uma página web. Use um dedo para rolar a página web inteira. Para rolar rapidamente para o topo de uma página web Toque na barra de estado na parte superior da tela do iPad. Como Navegar por Páginas Web Os links de uma página web normalmente o levam a um lugar diferente na web. Para seguir um link em uma página web: Toque no link.Links no iPad também podem exibir uma localização nos Mapas ou criar uma mensagem do Mail com endereço predefinido. Para voltar ao Safari após um link abrir outro aplicativo, clique duas vezes no botão Início e toque em Safari. Para ver o endereço de destino de um link Mantenha pressionado o link. O endereço aparece em uma janela próxima ao seu dedo. Você pode abrir o link na página ativa, em uma nova página ou copiar o endereço. Para interromper o carregamento de uma pá- gina web Toque . Para recarregar uma página web Toque no . Para ir para a página anterior ou seguinte Toque na ou na parte superior da tela. Como colocar uma página nos favoritos Toque no e, em seguida, toque em Favorito. Como adicionar um clipe de uma página web à tela Início Toque no e toque em “Adicionar à Tela Início.” Para retornar a uma página visualizada recentemente Toque no e toque em Histórico. Para limpar a lista do histórico, toque em Limpar. Como enviar um endereço de página web em um e-mail Toque no e toque em “Enviar Link por e-mail". Como salvar uma imagem ou foto na sua Fototeca Mantenha pressionada a imagem e, em seguida, toque em Salvar Imagem. Como Abrir Várias Páginas Você pode abrir até nove páginas ao mesmo tempo. Alguns links abrem automaticamente uma nova página ao invés de substituir a página atual. Para abrir uma nova página: Toque no e toque em Nova Página. Para ir para uma página diferente:Toque no e, em seguida, toque na página que deseja visualizar. Para fechar uma página: Toque no e toque no . 52 Capítulo 4 SafariCapítulo 4 Safari 53 Como Digitar Texto e Preencher Formulários Algumas páginas web possuem campos de texto e formulários para preencher. Você pode configurar o Safari para que memorize nomes e senhas de sites que visitar e para preencher campos de texto automaticamente com as informações dos Contatos. Como fazer o teclado aparecer Toque dentro de um campo de texto. Para mover para outro campo de texto Toque em outro campo de texto ou nos botões Próximo ou Anterior acima do teclado na tela. Para enviar um formulário Depois de preencher o formulário, toque em Ir ou Buscar. A maioria das páginas também possuem um link que você pode tocar para enviar o formulário. Para fechar o teclado sem enviar o formulário Toque na tecla Teclado para ocultar o teclado na tela. Para ativar o Preenchimento Automático para ajudá-lo a preencher formulários da web: Em Ajustes, escolha Safari > Preenchimento Automático e, em seguida, siga um destes procedimentos:  Para utilizar as informações dos contatos, ative Dados de Contato; em seguida, escolha Meus Dados e selecione o contato que deseja utilizar. O Safari utiliza as informações dos Contatos para preencher os campos de contato nos formulários da web.  Para utilizar as informações dos nomes e senhas, ative Nomes e Senhas. Quando esse recurso está ativado, o Safari se lembra dos nomes e senhas dos sites que você visitou e automaticamente preenche as informações quando você visita o site novamente.  Para remover todas as informações do Preenchimento Automático, toque em Limpar Tudo. Como imprimir páginas web e arquivos PDF Use o AirPrint para imprimir as páginas web e PDFs do Safari. Para imprimir uma página web ou PDF: Toque em na parte superior da tela e, em seguida, toque em Imprimir. Toque em Selecionar Impressora para selecionar uma impressora e definir as opções da impressora. Em seguida, toque em Imprimir. Para obter mais informações sobre impressão a partir do iPad, consulte “Impressão” na página 42.Como Buscar na Web Insira palavras ou frases no campo de busca para pesquisar pela web e página web atual. Conforme você digita, aparecem buscas recentes e sugeridas. Para buscar na web: 1 Toque no campo de busca (do lado direito da barra de título). 2 Digite uma palavra ou frase que descreva o que você está procurando, depois toque em Buscar. 3 Toque em um link da lista de resultados da busca para abrir uma página web. Para obter dicas sobre como buscar na Internet efetivamente, visite o site www.google. com/help/features.html ou help.yahoo.com/us/yahoo/search/basics. Para procurar uma palavra ou frase na página web atual: No final da lista de resultados, toque na entrada embaixo de Nesta Página para localizar a primeira ocorrência de uma palavra ou frase. Para localizar ocorrências subsequentes, toque em Seguinte na parte inferior da tela. Por padrão, o Safari realiza buscas utilizando o Google. Para alterar o padrão para um mecanismo de pesquisa diferente, em Ajustes, escolha Safari > Motor de Busca e escolha um motor de busca. Favoritos Você pode marcar uma página web que deseja ver mais tarde como favorita. Como marcar uma página web como favorito: Abra a página e toque em . Depois toque em Adicionar Favorito. Quando você salva um favorito, pode editar o seu título. Por padrão, os favoritos são salvos na parte superior dos Favoritos. Toque em Favoritos para escolher uma pasta diferente. Se você usa o Safari em um Mac, ou o Safari ou o Microsoft Internet Explorer em um PC, você pode sincronizar os favoritos com o navegador do seu computador. Para sincronizar os favoritos com o seu computador: 1 Conecte o iPad ao seu computador. 2 No iTunes, selecione iPad na barra lateral. 3 Clique na aba de Informações, selecione “Sincronizar favoritos do Safari" em Outros e depois clique em Aplicar. Para obter mais informações, consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25. Para sincronizar os favoritos com o MobileMe: Nos Ajustes do iPad, selecione Favoritos em sua conta do MobileMe. Consulte “Como Configurar Contas MobileMe” na página 32. 54 Capítulo 4 SafariCapítulo 4 Safari 55 Para abrir uma página web guardada como favorito: Toque no ; depois, escolha um favorito ou toque em uma pasta para ver os favoritos dentro dela. Para editar um favorito ou uma pasta de favoritos:Toque no , escolha a pasta que possui o favorito ou a pasta que deseja editar e toque em Editar. Em seguida, realize uma das seguintes ações:  Para criar uma nova pasta, toque em Nova Pasta.  Para apagar um favorito ou pasta, toque no e, em seguida, toque em Apagar.  Para reposicionar um favorito ou pasta, arraste .  Para editar o nome ou endereço, ou para colocá-lo em uma pasta diferente, toque no favorito ou na pasta. Quando acabar, pressione OK. Web Clips Adicione web clips à tela de Início para obter acesso rápido as suas páginas web marcadas como favoritas. Os web clips aparecem como ícones na tela de Início, e você pode organizá-los junto com os outros ícones de aplicativos. Consulte “Como reorganizar os ícones dos aplicativos” na página 40. Para adicionar um clip da web: Abra a página web e toque em . Em seguida, toque em “Adicionar à Tela Início”. Ao abrir um web clip, o Safari amplia e rola automaticamente para a área da página web que foi exibida quando você salvou o web clip. A área exibida é também usada para criar o ícone do web clip na sua tela de Início, a menos que a página web tenha o seu próprio ícone personalizado. Quando você adiciona um web clip, você pode editar o nome dele. Se o nome for muito longo (mais de 10 caracteres), ele pode aparecer abreviado na tela de Início. Os web clips não são sincronizados pelo MobileMe ou iTunes, mas são copiados como backup pelo iTunes. Para apagar um clip da web: 1 Mantenha pressionado qualquer ícone na tela de Início até que os ícones comecem a tremular. 2 Toque no no canto do web clip que deseja apagar. 3 Toque em Apagar; depois, pressione o botão Início para salvar sua ordenação.56 Sobre o Mail Leia este capítulo para aprender como usar o Mail para ler suas mensagens de e-mail e compor novas mensagens. Você pode visualizar as mensagens de todas as suas contas de e-mail de uma vez, e o Mail exibe os encadeamentos de mensagens para que seja fácil seguir uma conversa. Você pode enviar ou receber fotos e gráficos integrados e visualizar PDFs e outros anexos. Use o AirPrint para imprimir mensagens e seus anexos. O Mail funciona com o MobileMe, Microsoft Exchange e com muitos dos serviços de correio mais populares, incluindo o Yahoo! Mail, o e-mail do Google e AOL—assim como com outros serviços de e-mail padrão POP3 e IMAPs. Para enviar ou receber mensagens no Mail, o iPad deve possuir uma conexão à Internet. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. Como Configurar Contas de E-mail Você pode configurar contas de e-mail no iPad de uma das seguintes formas:  Configure suma conta diretamente no iPad. Consulte “Como adicionar Mail, Contatos e Contas do Calendário” na página 32.  No iTunes, utilize os painéis de ajustes do iPad para sincronizar ajustes de contas de e-mail a partir do seu computador. Consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25. 5 MailCapítulo 5 Mail 57 Como Enviar um e-mail Você pode enviar uma mensagem de e-mail a qualquer pessoa que possua um endereço de e-mail. Para escrever e enviar uma mensagem: 1 Toque no na parte superior da tela. 2 Digite um nome ou um endereço de e-mail no campo Para ou toque no para adicionar um nome dos seus contatos. À medida em que você digita um endereço de e-mail, os endereços de e-mail coincidentes da sua lista de contatos vão aparecendo. Toque em um endereço para adicioná-lo. Para adicionar mais nomes, toque no . Nota: Se você estiver redigindo uma mensagem da sua conta Microsoft Exchange e possuir acesso à lista GAL (Global Address List) da sua empresa, os endereços coincidentes dos contatos do iPad aparecerão primeiro e depois aparecerão os endereços GAL coincidentes. 3 Toque em Cc/Cco/De se você deseja enviar a mensagem com cópia ou com cópia oculta a outras pessoas, ou se deseja alterar a conta a partir da qual você envia a mensagem. Se tiver mais de uma conta de e-mail, você pode tocar no campo De para alterar a conta de onde a está enviando. 4 Digite um assunto e depois digite sua mensagem. Você pode tocar em Retornar para mover-se do campo Título para o corpo da mensagem. 5 Toque em Enviar. Como enviar uma foto em uma mensagem de e-mail Em Fotos, escolha uma foto, toque em , depois toque em Enviar Foto por E-mail. Para enviar várias fotos na mesma mensagem, toque em quando estiver visualizando miniaturas em um álbum. Você também pode copiar e colar fotos. A foto é enviada usando a sua conta de e-mail padrão. Para alterar a conta de envio padrão, consulte “Mail, Contatos, Calendários” na página 179. Como salvar um rascunho de uma mensagem para completá-la mais tarde Toque em Cancelar e depois toque em Salvar. A mensagem é salva na caixa Rascunhos. Para abrir rapidamente o rascunho salvo mais recentemente, toque e mantenha o . Para responder uma mensagem Abra uma mensagem e toque em . Toque em Responder para responder somente ao remetente ou em Responder a Todos para responder ao remetente e a todos os destinatários. Digite a sua resposta e depois toque em Enviar. As imagens ou arquivos anexos da mensagem original não são incluídos na resposta.Para encaminhar uma mensagem Abra uma mensagem e toque em e, em seguida, toque em Encaminhar. Adicione um ou mais endereços de e-mail, digite a sua mensagem e depois toque em Enviar. Ao encaminhar uma mensagem, você pode incluir as imagens ou arquivos anexos da mensagem original. Para compartilhar informações de contatos Nos Contatos, escolha um contato, depois toque em Compartilhar. Adicione um ou mais endere- ços de e-mail, digite a sua mensagem e depois toque em Enviar. Como Verificar e Ler E-mails O ícone do Mail mostra o número total de mensagens que ainda não foram lidas em todas as suas caixas de entrada. Você pode ter outras mensagens não lidas em outras caixas de correio. Quantidade de mensagens não lidas nas suas caixas de entrada Para verificar se há novas mensagens: Escolha uma caixa de correio, toque em Caixa de Entrada ou em . Na tela de cada conta, você pode ver o número de mensagens não lidas em cada caixa de correio. Toque em uma caixa de correio para ver as mensagens. As mensagens não lidas possuem um ponto azul ao lado delas. Se você tiver mais de uma conta de correio, toque em Caixas de Correio para alternar entre contas. Para visualizar todas as suas mensagens em uma caixa de entrada unificada, toque em Todas as Caixas de Correio. Quantidade de mensagens não lidas Mensagens não lidas 58 Capítulo 5 MailCapítulo 5 Mail 59 As mensagens relacionadas são agrupadas em um encadeamento. Somente a primeira mensagem é exibida na caixa de entrada e a quantidade de mensagens relacionadas é indicada. Para visualizar o encadeamento, toque-o. Para desativar o encadeamento de mensagens, vá para Ajustes > “Mail, Contatos, Calendários” e desative “Organizar Por Encadeamento”. Ao abrir uma caixa de correio, o Mail carrega a quantidade de mensagens especificadas nas configurações do Mail, caso as mensagens ainda não tenham sido carregadas automaticamente. Consulte “Mail, Contatos, Calendários” na página 179. Para carregar mensagens adicionais: Role para o final da lista de mensagens e toque em Carregar Mais Mensagens. Para ler uma mensagem: Toque em uma caixa de correio e depois toque em uma mensagem. Dentro de uma mensagem, toque na ou para ver a próxima mensagem ou a mensagem anterior.Girar o iPad entre as orientações vertical e horizontal permite que você enfoque em uma única mensagem, ou veja todas as mensagens para que possa rapidamente verificar e visualizar aquelas que lhe interessam mais. Como ampliar uma parte de uma mensagem Toque duas vezes na área para ampliá-la. Toque duas vezes novamente para reduzi-la. Como redimensionar qualquer coluna de texto para que se ajuste à tela Toque duas vezes no texto. Para redimensionar uma mensagem Toque a mensagem com dois dedos e separe-os ou aproxime-os para ampliar ou reduzir. Como abrir um link Toque no link. Os textos dos links normalmente aparecem sublinhados em azul. Muitas imagens também são links. Um link pode levá-lo uma página web, abrir um mapa, ou abrir uma mensagem de e-mail com o campo de endereço já preenchido. Os links de web e mapas abrem o Safari ou o Mapas no iPad. Para voltar ao Mail, pressione o botão Início e pressione Mail. Para ver o endereço de destino de um link Mantenha pressionado o link. Você pode abrir o link no Safari ou copiar o endereço do link para a área de transferência. O iPad mostra os anexos de imagem nos formatos usados mais frequentemente (JPEG, GIF e TIFF) alinhados com o texto das mensagens de e-mail. O iPad pode reproduzir vários anexos de áudio, como MP3, AAC, WAV e AIFF. Você pode transferir e visualizar arquivos (como PDF, páginas web, textos, arquivos do Pages, Keynote, Numbers e documentos do Microsoft Word, Excel e PowerPoint) que estejam anexos às mensagens que receber. Para abrir um arquivo anexo: Toque no anexo para transferi-lo para o iPad e, em seguida, abra-o. Se o iPad não for compatível com o formato de uma arquivo em anexo, você pode ver o nome do arquivo, mas não pode abri-lo. 60 Capítulo 5 MailCapítulo 5 Mail 61 Para abrir um arquivo anexo com um aplicativo diferente: Toque e mantenha pressionado o anexo e, em seguida, escolha um aplicativo. Se você não tiver nenhum aplicativo que possa abrir o anexo, você pode vê-lo, desde que seja um tipo de arquivo que compatível com o iPad. Para obter uma lista de formatos de documento compatíveis, consulte “Se os anexos do e-mail não abrirem” na página 202. Para salvar uma foto anexa no seu álbum Fotos Salvas: Toque na foto e depois toque em Salvar Imagem. Como ver todos os destinatários de uma mensagem Toque em Detalhes na parte superior da tela. Pressione o nome ou o endereço de e-mail para ver as informações de contato do destinatário. Toque no endereço de e-mail para contatar a pessoa. Toque em Ocultar para ocultar os destinatários. Para adicionar um destinatário de e-mail a sua lista de contatos Toque na mensagem e toque em Detalhes para ver os destinatários. Depois toque em um nome ou endereço de e-mail e toque em Criar Novo Contato ou "Adicionar a Contato”. Para marcar uma mensagem como não lida Abra a mensagem e toque em “Marcar como Não Lida” próximo à linha do título. Um ponto azul aparecerá ao lado da mensagem na lista de caixas de correio até que você a abra novamente. Para abrir um convite de uma reunião: Toque no convite. Você pode obter as informações de contato do organizador e dos convidados, definir um alerta, adicionar notas ao evento e adicionar comentários que serão incluídos na sua resposta e enviados por e-mail ao organizador. Você pode aceitar, aceitar provisoriamente ou recusar o convite. Consulte “Como Responder a Convites de Reuniões” na página 96. Para salvar uma foto anexada no Fotos: Toque na foto e depois toque em Salvar Imagem. Como Buscar E-mails Você pode buscar nos campos Para, De e Assunto das mensagens de e-mail. O Mail busca as mensagens transferidas na caixa de correio aberta no momento. Para o MobileMe, Exchange e algumas contas de e-mail IMAP, você pode também buscar mensagens do servidor. Para buscar mensagens de e-mail: Abra uma caixa de correio, role até o topo e digite o texto no campo Buscar. Toque em De, Para, Assunto ou Tudo (De, Para e Assunto) para escolher os campos nos quais deseja buscar. (Toque na barra de estado para rolar rapidamente para o topo da lista e revelar o campo de busca.) Os resultados da busca nas mensagens já transferidas para o iPad aparecem automaticamente conforme você digita. Toque em Buscar para que o teclado desapareça e você possa ver mais resultados. Para apagar ou mover mensagens encontradas: Após concluir a pesquisa, toque em Editar e, em seguida, selecione as mensagens que deseja apagar ou mover. Uma marca aparece ao lado de cada mensagem selecionada. Para apagar as mensagens, toque em Apagar. Para mover as mensagens, toque em Mover e, em seguida, toque em uma pasta de destino. Para buscar mensagens no servidor: Toque em “Continuar Busca no Servidor” no final dos resultados da busca. Nota: Os resultados de pesquisa de mensagens nos servidores podem variar porque alguns servidores procuram somente palavras completas. Para imprimir mensagens e anexos Você pode usar o AirPrint para imprimir as mensagens de e-mail e anexos que o iPad pode visualizar. Para imprimir Receber uma mensagem de e-mail:Toque no e, em seguida, toque em Imprimir. Selecione as opções de impressão que deseja e, em seguida, toque em Imprimir. Para imprimir uma imagem sem o restante da mensagem de e-mail, salve a imagem (toque na imagem e toque em Salvar Imagem) e, em seguida, abra Fotos e imprima a imagem do seu álbum Fotos Salvas. Para imprimir um anexo: Toque no anexo para visualizá-lo e, em seguida, toque em e toque em Imprimir. Selecione as opções que deseja e, em seguida, toque em Imprimir. 62 Capítulo 5 MailCapítulo 5 Mail 63 Para obter mais informações sobre a utilização de impressoras AirPrinter, consulte “Impressão” na página 42. Como Organizar os E-mails Você pode apagar mensagens uma de cada vez ou selecionar um grupo para apagar todas de uma vez. Você também pode mover mensagens de uma caixa de correio ou pasta para outra. Para apagar uma mensagem: Abra a mensagem e toque em . Ou, passe o dedo para a esquerda ou para a direita sobre o título da mensagem na lista de mensagens e depois toque em Apagar. Para apagar várias mensagens: Ao visualizar uma lista de mensagens, toque em Editar, selecione as mensagens que você deseja apagar e depois toque em Apagar. Você também pode pesquisar as mensagens e escolher aquelas que deseja apagar. Consulte “Como Buscar E-mails” na página 62. Para mover uma mensagem para outra caixa de correio ou pasta: Ao visualizar uma mensagem, toque no e depois escolha uma caixa de correio ou pasta. Para mover várias mensagens: Quando visualizar uma lista de mensagens, pressione Editar, selecione as mensagens que deseja mover, toque em Mover e selecione uma caixa de correio ou pasta. Você também pode pesquisar as mensagens e escolher aquelas que deseja mover. Consulte “Como Buscar E-mails” na página 62.64 Sobre a Câmera Com o iPad, você tem uma ótima câmera fotográfica e uma câmera de vídeo para levar a qualquer lugar. O iPad possui uma câmera posterior que tira fotos e realiza vídeos de alta definição. Além disso, possui uma câmera frontal que permite que você faça liga- ções de vídeo do FaceTime e que você realize fotos e vídeos próprios. Use a tela para controlar a câmera posterior e para ver a foto ou o vídeo que está realizando. Você pode tocar em qualquer lugar da tela para selecionar um objeto ou área especifica, e ajustar automaticamente a exposição baseada naquela parte da imagem. O recurso de autofoco (máximo de 10 cm) e um zoom digital de 5x permitem tirar ótimos close-ups. Se você possui uma conexão de Internet e os serviços de localização estão ativados, as fotos e vídeos são etiquetados com dados de localização. Você pode usar os dados de localização com alguns aplicativos e sites de compartilhamento de fotos para controlar e publicar onde você tirou as fotos. Por exemplo, o aplicativo Fotos organiza fotos de acordo com lugares. Nota: Se os serviços de localização estiverem desativados quando abrir a Câmera pela primeira vez, talvez seja solicitado que você ative estes serviços. Se você não quiser incluir os dados da localização em suas fotos e vídeos, poderá utilizar a Câmera sem ativar os serviços de localização. Consulte “Serviços de Localização” na página 169. 6 CâmeraCapítulo 6 Câmera 65 Como tirar fotos e gravar vídeos Tirar fotos e gravar vídeos com o iPad é tão fácil como apontar e tocar. Certifique-se de que o botão Câmera/Vídeo esteja ajustado para . Para tirar uma foto: Direcione o iPad e toque . Ao tirar uma foto ou iniciar uma gravação de vídeo, o iPad emite um som de obturador. Você pode usar os botões de volume para controlar o volume do som do obturador. O som não será emitido se você ajustar o botão Interruptor Lateral para silencioso. Consulte “Botões” na página 10. Nota: Em algumas regiões, os efeitos de som da Câmera são reproduzidos, mesmo se o botão Interruptor Lateral estiver ajustado para o modo silencioso. Para gravar um vídeo: Deslize o interruptor Câmera/Vídeo para , depois toque em para iniciar a gravação. O botão de gravação pisca enquanto você grava. Toque em novamente para parar a gravação. Para alterar a área de foco e ajustar a exposição: Toque no local onde deseja definir a exposição. A câmera ajusta a exposição para a área selecionada da imagem. Para ampliar e reduzir: Toque na tela e, em seguida, arraste o controle deslizante da parte inferior da tela para ampliar ou reduzir (câmera principal, somente no modo câmera). Para alternar entre as câmeras frontal e posterior:Toque em no canto superior direito da tela. Para rever uma foto ou vídeo que você acabou de fazer: Toque na miniatura de sua última foto, no canto inferior esquerdo da tela. Utilize as flechas esquerda e direita na parte inferior da tela para rever outras fotos e vídeos no Rolo da Câmera, ou apenas passe o dedo para a esquerda ou para a direita. Toque OK para voltar ao modo câmera ou vídeo. Se você não estiver visualizando os controles, toque na tela para exibi-los.Para apagar uma foto ou vídeo: Toque em . Se não estiver visualizando o , toque na tela para exibir os controles. Para tirar uma foto: Pressione e solte rapidamente os botões Repousar/Despertar e o botão Início. A tela pisca quando uma captura de tela é tirada e a captura de tela é adicionada ao álbum Rolo da Câmera. Como visualizar e compartilhar fotos e vídeos As fotos e vídeos criados com a câmera são salvos no álbum Rolo da Câmera do iPad. Você pode visualizar o álbum Rolo da Câmera tanto em Câmera como em Fotos. Para visualizar fotos e vídeos do álbum Rolo da Câmera: Na Câmera, toque na imagem em miniatura do canto inferior esquerdo da tela. Em Fotos, toque no álbum Rolo da Câmera. Toque no botão esquerdo ou direito ou passe o dedo para a esquerda ou para a direita para navegar pelas fotos e vídeos. Ao visualizar uma foto ou vídeo no álbum Rolo da Câmera, toque na tela para exibir os controles. Para obter mais informações sobre visualização e compartilhamento de fotos e vídeos, consulte:  “Como visualizar fotos e vídeos” na página 76  “Compartilhamento de Fotos” na página 78 Como recortar vídeos É possível recortar os fotogramas do começo e fim de um vídeo que acabou de gravar ou de qualquer outro vídeo no álbum Rolo de Câmera. Você pode substituir o vídeo original ou salvar a versão recortada como um novo videoclipe. Para recortar um vídeo: 1 Enquanto visualiza um vídeo, toque na tela para exibir os controles. 2 Arraste as duas extremidades do visualizador de fotogramas que fica na parte superior do vídeo e toque em Recortar. 3 Toque em Recortar Original ou em "Salvar como Novo Clipe”. Importante: Se selecionou Recortar Original, os fotogramas recortados são apagados permanentemente do vídeo original. Se selecionou "Salvar como Novo Clipe", um novo videoclipe recortado é salvo no álbum Rolo da Câmera e o vídeo original fica inalterado. 66 Capítulo 6 CâmeraCapítulo 6 Câmera 67 Para carregar fotos e vídeos em seu computador Você pode carregar as fotos e vídeos criados com sua câmera para os aplicativos de fotos de seu computador, como o iPhoto em um Mac. Para carregar fotos e vídeos em seu computador:Conecte o iPad ao seu computador.  Mac: Selecione as fotos e vídeos desejados e clique no botão Importar ou Transferir do iPhoto ou em outro aplicativo de foto compatível do seu computador.  PC: Siga as instruções fornecidas com seu aplicativo de foto. Se apagar as fotos e os vídeos do iPad quando transferi-los para o seu computador, eles serão removidos do álbum Rolo de Câmera. Você pode utilizar o painel de ajustes Fotos do iTunes para sincronizar fotos e vídeos (os vídeos apenas podem ser sincronizados com Macs) com o aplicativo Fotos do iPad. 68 Sobre o FaceTime O FaceTime permite que você faça videoconferências através de Wi-Fi. Use a câmera frontal para conversar cara a cara ou a câmera posterior para compartilhar o que você está vendo ao redor. Para usar o FaceTime, você precisa de um iPad 2 e uma conexão Wi-Fi com a Internet. A pessoa para a qual você ligar também deve ter um dispositivo ou computador que funcione com o FaceTime. Para obter mais informações, consulte “FaceTime” na página 186. Nota: Talvez o FaceTime não esteja disponível em todos os países ou regiões. 7 FaceTimeCapítulo 7 FaceTime 69 Como iniciar a sessão Para usar o FaceTime, você necessita um ID da Apple. Se você possui uma conta da iTunes Store, da MobileMe ou outra conta da Apple, você pode usar esse ID da Apple com o FaceTime. Se você não tiver um ID da Apple, poderá criar um quando abrir o FaceTime. Você não precisa iniciar ou finalizar a sessão cada vez que utilizar o FaceTime. Uma vez que iniciar a sessão, você pode iniciar uma videoconferência do FaceTime imediatamente. Para iniciar a sessão no FaceTime: 1 Abra o FaceTime, digite o seu ID e senha da Apple e depois toque em Iniciar a Sessão. Caso você ainda não tenha uma conta da Apple, você pode tocar em Criar Nova Conta e configurar uma nesse momento. 2 Na tela FaceTime, digite o e-mail que outras pessoas utilizarão para ligar para você no FaceTime e toque em Seguinte. Se é a primeira vez que você usou este e-mail para o FaceTime, talvez você tenha que verificar se recebeu novos e-mails nesta conta e responder a mensagem de confirmação da Apple. (Se você já adicionou a conta ao Mail no seu iPad, a verificação é automática.) Agora você pode escolher um contato para iniciar uma ligação do FaceTime e outras pessoas podem ligar para você utilizando o e-mail que você forneceu. Caso utilize mais de um e-mail, você pode adicionar outros, como descrito abaixo. Para criar uma nova conta: 1 Abra o FaceTime e digite Criar Nova Conta. 2 Siga as instruções da tela. O e-mail que você digitar será o ID da Apple da nova conta. 3 Na tela FaceTime, digite o e-mail que você deseja que as pessoas utilizem para conectar com você. Este endereço não necessita ser o mesmo que você digitou para o ID da Apple, mas deve ser um e-mail que funcione. 4 Responda o e-mail de confirmação enviado da Apple ao e-mail que você digitou no passo anterior. Caso possua mais de um endereço de e-mail, você pode permitir que as pessoas liguem para você usando qualquer um deles. Para adicionar e-mails:Escolha Ajustes > FaceTime e depois clique em Adic. Outro E-mail. Para finalizar a sessão:Normalmente não é necessário finalizar a sessão do FaceTime— basta apenas iniciar a sessão uma vez e abrir o FaceTime posteriormente, sem receber nenhuma solicitação de início de sessão novamente. Você não pode receber ligações do FaceTime quando a sessão não está iniciada. Mas, se precisar finalizar a sessão, escolha Ajustes > FaceTime e, em seguida, toque em Conta. Para desativar o FaceTime: Se você não desejar receber ligações do FaceTime, escolha Ajustes > FaceTime e desative o FaceTime. Como realizar uma videoconferência do FaceTime Para realizar uma ligação do FaceTime, escolha o aplicativo FaceTime e, em seguida, alguém dos seus contatos, favoritos ou da lista de ligações recentes. Para ligar para um contato:Toque em Contatos, escolha um nome e, em seguida, toque no endereço de e-mail ou número de telefone usado com o FaceTime. Para adicionar um contato: Toque em Contatos, toque em e depois digite o nome da pessoa e seu e-mail ou número de telefone. Para um contato fora da sua região, certifique-se de inserir o número completo, incluindo o código do país e o código de área—por exemplo, +1 (408) 555-1234 nos Estados Unidos. Para reiniciar uma ligação recente:Toque em Recentes e escolha o nome ou número. Para ligar para um favorito:Toque em Favoritos e, em seguida, toque em um nome ou número da lista. Enquanto você está falando Enquanto você está falando com alguém no FaceTime, você pode alternar entre as câ- meras, mudar a orientação da câmera, silenciar o microfone, mover sua tela imagem a imagem, abrir outro aplicativo e finalmente, finalizar a sua ligação. Para alternar entre as câmeras frontal e posterior:Toque em . Para alterar a orientação da câmera:Gire o iPad. A imagem que seu amigo vê se altera para coincidir com a tela. Para evitar a rotação da tela quando você mover a câmera, ative o bloqueio de orienta- ção. Consulte “Visualização na Vertical ou Horizontal” na página 16. Para silenciar o microfone:Toque em . Seu amigo poderá apenas vê-lo e você poderá ver e ouvir seu amigo. Para mover sua tela imagem a imagem:Arraste a janela pequena para qualquer canto. Para usar outros aplicativos durante uma ligação: Pressione o botão Início , depois toque no ícone de um aplicativo. Você ainda poderá falar com o seu amigo, mas vocês não estarão visíveis. Para retornar ao vídeo, toque na barra verde da parte superior da tela. Para finalizar a ligação: Toque em . 70 Capítulo 7 FaceTime71 Sobre o Photo Booth É fácil tirar uma foto usando o Photo Booth. Torne a sua foto mais interessante aplicando um efeito ao tirá-la. O Photo Booth funciona com ambas as câmeras frontal e posterior. Como selecionar um efeito Antes de tirar uma foto, você pode selecionar um efeito a ser aplicado na imagem. Para selecionar um efeito:Toque no e, em seguida, toque no efeito que deseja usar. 8 Photo BoothPara distorcer uma imagem: Se você selecionar um efeito de distorção, arraste o seu dedo pela tela para alterar a distorção. Você também pode juntar, passar ou girar os dedos na imagem para alterar a distorção. Como tirar uma foto Para tirar uma foto no Photo Booth, simplesmente direcione o iPad e toque. Para tirar uma foto: Direcione o iPad e toque . Quando você tira uma foto, o iPad reproduz o som de um obturador. Você pode utilizar os botões de volume da lateral do iPad para controlar o volume do som do obturador. O som não será emitido se você ajustar o botão Interruptor Lateral para silencioso. Consulte “Botões” na página 10. Nota: Em algumas regiões, os efeitos de som são reproduzidos mesmo se o botão Interruptor Lateral estiver ajustado para o modo silencioso. Para alternar entre as câmeras frontal e posterior: Toque no na parte inferior da tela. Para rever a foto que acabou de tirar: Toque na miniatura da sua última captura. Passe os dedos para a esquerda ou para a direita para visualizar mais miniaturas. Se você não estiver visualizando os controles, toque na tela para exibi-los. Para apagar uma foto: Selecione uma miniatura e, em seguida, toque no . Para gerenciar fotos:Toque na miniatura da foto—você pode selecionar mais que uma. Toque no e, em seguida, toque em E-mail, Copiar ou Apagar. 72 Capítulo 8 Photo BoothCapítulo 8 Photo Booth 73 Como visualizar e compartilhar fotos As fotos tiradas com o Photo Booth são salvas no álbum Rolo da Câmera no iPad. Você pode visualizar o álbum Rolo da Câmera no aplicativos Fotos. Para visualizar fotos no álbum Rolo da Câmera: Em Fotos, toque no álbum Rolo da Câmera. Para navegar pelas fotos, toque no botão esquerdo ou direito, ou passe os dedos para a esquerda ou para a direita. Você pode usar o Mail para enviar um foto do Photo Booth em uma mensagem de e-mail. Para enviar uma foto: Toque em uma miniatura para selecionar a foto ou toque novamente para selecionar mais de uma foto. Toque no e, em seguida toque no botão E-mail na parte inferior da tela. O Mail é aberto e cria ma nova mensagem com a foto anexada. Como carregar fotos para o seu computador Carregue as fotos tiradas com o Photo Booth para os aplicativos de fotos de seu computador, como o iPhoto em um Mac. Para carregar as fotos para o seu computador: Conecte o iPad ao seu computador.  Mac: Selecione as fotos que deseja carregar e clique no botão Importar ou Transferir no iPhoto ou em outro aplicativo de fotos compatível do seu computador.  PC: Siga as instruções fornecidas com seu aplicativo de foto. Se você apagar as fotos do iPad quando transferi-las para o seu computador, elas serão removidas do álbum Rolo de Câmera. Você pode usar o painel de ajustes de Fotos no iTunes para sincronizar fotos para o aplicativo Fotos em iPad.74 Sobre as fotos O iPad permite que você carregue fotos e vídeo com você para que possa usufruí-los onde estiver. Você pode compartilhá-los facilmente com amigos e familiares, diretamente no iPad ou em um HDTV usando o AirPlay e o Apple TV. Você pode até imprimir fotos do iPad usando o AirPrint. Se o seu iPad possuir uma câmera, você poderá visualizar fotos e vídeos à medida que os vai criando. Você pode sincronizar fotos e vídeos no seu computador, importá-las de uma câmera digital ou do iPhone, ou salvá-las de um e-mail ou da web. Use-os em aplicativos, envie-os em mensagens de e-mail ou transfira-os para a sua Galeria do MobileMe. Você pode usar o iPad como porta-retrato que exibe uma apresentação de slides animada das suas fotos. Como sincronizar fotos e vídeos com o seu computador O iPad é compatível com formatos de foto padrão como JPEG, TIFF, GIF e PNG. Use o iTunes para sincronizar fotos para iPad. Ao sincronizar fotos para o iPad, o iTunes automaticamente cria um tamanho otimizado para o iPad, se necessário. Consulte “Como configurar a sincronização” na página 25. O iPad é compatível com os formatos de vídeo H.264 e MPEG-4, com áudio AAC. Você usa o iTunes para sincronizar vídeos gravados com uma câmera digital, iPhone ou iPod touch (4ª geração) para iPad. 9 FotosCapítulo 9 Fotos 75 Como importar fotos e vídeos do iPhone ou de uma câmera digital Com o Kit de Conexão de Câmera para iPad (vendido separadamente), você pode importar fotos e vídeos diretamente de uma câmera digital ou iPhone, ou de um cartão de memória SD. Para importar fotos: 1 Insira o Leitor de Cartão SD ou o Conector de Câmera, incluídos com o Kit de Conexão de Câmera para iPad, no conector de dock do iPad.  Para conectar uma câmera ou iPhone, use o cabo USB que acompanha a câmera ou o iPhone, e conecte-o à porta USB do Conector da Câmera. Se estiver usando o iPhone, certifique-se de que esteja ligado e desbloqueado. Para conectar uma câ- mera, certifique-se de que a câmera esteja ligada e no modo de transferência. Para obter ajuda, consulte a documentação que acompanha a câmera.  Para usar um cartão de memória SD, insira-o no slot do Leitor de Cartões SD. Não force o cartão no slot; ele se encaixa somente de uma maneira. Para obter mais informações sobre os conectores, consulte a documentação do Kit de Conexão de Câmera para iPad. 2 Desbloqueie o iPad. 3 O aplicativo Fotos se abre e exibe as fotos e vídeos que estão disponíveis para importação. 4 Selecione as fotos e vídeos que deseja importar.  Para importar todos itens, toque em Importar Tudo.  Para importar somente alguns itens, toque naqueles que deseja incluir (deve aparecer um sinal em cada uma deles), depois toque em Importar e selecione Importar Selecionado. 5 Depois que as fotos foram importadas, você pode escolher manter ou apagar as fotos e vídeos do cartão, da câmera ou do iPhone. 6 Desconecte o Leitor de Cartão SD ou o Conector de Câmera. Para visualizar as fotos, procure no álbum Última Importação. Um novo Evento contém todas as fotos que foram selecionadas para importar. Para transferir as fotos do iPad para o seu computador, conecte o iPad ao seu computador e importe as imagens com um aplicativo de fotos como o iPhoto ou o Adobe Elements.Como visualizar fotos e vídeos O aplicativo Fotos permite que você visualize fotos sincronizadas do aplicativo de fotos do seu computador, importadas de uma câmera digital ou iPhone, ou salvas de uma mensagem de e-mail ou página web. O aplicativo Fotos organiza coleções por Álbuns, Eventos, Faces e Lugares. O Lugares usa as informações de local codificadas nas fotos, mas pode ser que nem todas as fotos tenham essas informações—é necessário uma câmera compatível com "geotagging". Os Eventos e Rostos devem primeiro ser configurados no iPhoto ou no Aperture em um Mac, depois sincronizados para o iPad. Para visualizar fotos: 1 No Fotos, toque em Álbuns de Fotos, Eventos, Rostos ou Lugares. Para abrir uma coleção, toque nela. Ou toque a coleção com dois dedos e afaste-os para obter uma pré-visualização das fotos, depois tire os dedos para abri-la. As fotos são ordenadas pela data de criação. 76 Capítulo 9 FotosCapítulo 9 Fotos 77 Quando você está visualizando Lugares, toque em um pino no mapa para exibir a localização, depois toque com dois dedos e afaste-os para ampliar e mostrar todas as fotos tiradas nesta localização. 2 Toque em uma miniatura para visualizar a foto em tela cheia. Você também pode unir ou afastar os dedos para ampliar ou reduzir a foto. Para mostrar ou ocultar os controles: Toque na foto para mostrar os controles. Toque novamente para ocultar os controles. Para visualizar uma foto na orientação horizontal: Vire o iPad de lado. A foto ou o vídeo são redimensionados automaticamente para se ajustar à tela.Para ampliar uma parte de uma foto: Toque duas vezes onde desejar para ampliar. Toque novamente duas vezes para reduzir. Você também pode separar ou aproximar dois dedos para ampliar ou reduzir. Para girar uma foto: Arraste a foto. Para ver a foto anterior ou a próxima foto: Passe o dedo para a esquerda ou para a direita Ou toque na tela para mostrar a miniatura na parte inferior e depois toque ou arraste para visualizar uma foto diferente. Para apagar uma foto: Você pode apagar fotos do álbum Fotos Salvas, que contém fotos salvas de e-mails ou da web. Para fotos sincronizadas do seu computador, você necessita apagar a foto do álbum no seu computador e depois sincronizar o iPad novamente. Para girar uma foto: Toque no . Para girá-la mais, toque novamente. Para visualizar as fotos ou vídeos em um televisor usando o AirPlay e o Apple TV: Certifique-se de que o iPad está na mesma rede sem fio que o Apple TV e, em seguida, toque no e escolha o Apple TV da lista. Quando você passa os dedos pelas fotos no seu iPad, o vídeo no televisor é atualizado enquanto você pausa. Consulte o “Como usar o AirPlay” na página 48 para obter mais informações. Compartilhamento de Fotos Você pode compartilhar suas fotos como apresentação de slides, completar com música e transições. Com o AirPlay e o Apple TV, você pode transmitir sem fio as suas fotos para um televisor. Você pode enviar fotos e vídeos em mensagens de e-mail, e adicionar fotos a sua Galeria MobileMe. Você também pode copiar e colar fotos, salvar fotos de e-mails nas Fotos e salvar imagens de páginas web em um álbum. 78 Capítulo 9 FotosCapítulo 9 Fotos 79 Apresentação de Slides Você pode criar e visualizar uma apresentação de slides que mostre suas fotos com transições e música. Você pode visualizar uma apresentação de slides no iPad, ou transmiti-la sem fio para um Apple TV. Você também pode usar o iPad para visualizar uma apresentação de slides em um exibidor externo, como um projetor. Para visualizar uma apresentação de slides: 1 Toque em um álbum para abri-lo. Você pode selecionar um álbum que contém fotos, vídeos, ou ambos. Se o seu iPad possuir uma câmera, as fotos ou vídeos criados aparecerão no álbum Rolo da Câmera. 2 Toque no botão apresentação de slides e, na lista que aparecer, selecione as opções da apresentação. Você pode:  Selecionar uma música da sua biblioteca de música durante uma apresentação de slides.  Selecionar um efeito de transição que seja reproduzido entre uma foto e outra. Para definir por quanto tempo cada foto deve ser exibida, abra Geral > Ajustes > Fotos. Você também pode definir se a apresentação de slides deve ser repetida, ou deve ocorrer seguindo uma sequência aleatória. As transições disponíveis são determinadas pela forma que você visualiza a apresentação de slides. Se você estiver conectado a um Apple TV, escolha uma das transi- ções disponíveis. Se você conectar o iPad a uma TV ou projetor usando um cabo de vídeo, escolha a transição Dissolver. Para obter informações sobre a conexão a um monitor externo, consulte Capítulo 10,“Vídeos,” na página 83. 3 Toque em Iniciar Apresentação de Slides. Para parar a apresentação de slides, toque na tela. Se você estiver usando o AirPlay para transmitir fotos para um Apple TV, toque no e selecione o Apple TV da lista. Consulte o “Como usar o AirPlay” na página 48 para obter mais informações. Como enviar uma foto ou vídeo em uma mensagem de e-mail Para enviar uma foto ou vídeo: Toque em uma foto ou vídeo e toque no , depois toque em Enviar Foto por E-mail. Se você não vir , toque na tela para mostrar os controles. Para enviar várias fotos ou vídeos: Toque em um álbum e depois toque no . Toque em cada foto ou vídeo que deseja enviar (aparece uma marca em cada miniatura), depois toque em E-mail. Se o botão E-mail não estiver disponível, selecione menos itens. Para copiar uma foto ou vídeo: 1 Toque em . 2 Toque para selecionar a foto ou vídeo que você deseja copiar.3 Toque em Copiar. Para colar uma foto ou vídeo: Toque para colocar o ponto de inserção onde você deseja colar a foto ou o vídeo; em seguida, toque no ponto de inserção e em Colar. Como adicionar uma foto ou vídeo a uma Galeria do MobileMe Se você é um assinante do MobileMe, você pode adicionar fotos e vídeos do seu iPad para a sua Galeria MobileMe. Você também pode adicionar itens para as Galerias MobileMe de outras pessoas se eles permitirem contribuições por e-mail. Antes de poder adicionar fotos a uma galeria de sua conta MobileMe, você precisa:  Configure a sua conta MobileMe no iPad Se você não possui uma conta MobileMe, vá ao site www.apple.com/br/mobileme/setup/ipad.html.  Publique uma galeria MobileMe e permita a adição de fotos via e-mail ou iPad Para adicionar uma foto ou vídeo à sua galeria: Escolha uma foto ou vídeo e toque em ; em seguida, toque em “Enviar ao MobileMe”. Digite um título e uma descrição, se desejar; selecione o álbum ao qual adicionar a foto e em seguida, toque em Publicar. Se você não vir , toque na tela para mostrar os controles. O iPad diz a você quando a foto foi publicada e dá opções para visualizá-los no MobileMe ou para enviar um link a um amigo por e-mail. Para adicionar uma foto à galeria de outra pessoa: Escolha uma foto e toque em e, em seguida, toque em Enviar Foto por E-mail. Digite o endereço de e-mail do álbum e clique em Enviar. Como Salvar Fotos de Mensagens de E-mail ou Páginas Web Para salvar uma foto de uma mensagem de e-mail no seu álbum Fotos Salvas: Toque na foto e depois toque em Salvar Imagem. Se a foto não tiver sido transferida, toque no ícone transferência primeiro. Para salvar uma foto de uma página web no seu álbum Fotos Salvas: Toque na foto e mantenha-a pressionada; depois, toque em Salvar a Imagem. Para copiar fotos do álbum Fotos Salvas para seu computador: Conecte o iPad à porta USB do seu computador e depois use um aplicativo de foto, como o iPhoto em um Mac, para copiar as imagens. Como Atribuir uma Foto a um Contato Você pode atribuir uma foto a um contato. Para atribuir uma foto a um contato: 1 Escolha uma foto no iPad, em seguida toque em . 2 Toque em “Atribuir a Contato” e depois escolha um contato. 80 Capítulo 9 FotosCapítulo 9 Fotos 81 3 Arraste a foto para girá-la e una ou afaste os dedos na foto para ampliá-la ou reduzi-la, até que fique do jeito que deseja. 4 Toque em Definir Foto. Nos Contatos, você pode atribuir uma foto a um contato tocando em Editar e depois tocando no ícone da foto. Como imprimir fotos Você pode usar o AirPrint para imprimir fotos do iPad. Para imprimir uma foto: Toque no e, em seguida, toque em Imprimir. Toque em Selecionar Impressora para selecionar uma impressora e defina as opções de impressão, como a quantidade de cópias e, em seguida toque em Imprimir. Se a sua impressora tiver uma bandeja para papel de foto, pode ser que ela alterne automaticamente para essa bandeja quando você imprime uma foto. Para obter mais informações, consulte “Impressão” na página 42. Fotos de Imagem de Fundo e da Tela de Bloqueio Você pode mostrar uma foto como imagem de fundo da tela de Bloqueio e da tela de Início. Você pode escolher de várias fotos de imagem de fundo incluídas com o iPad, ou pode usar uma foto sua. Para definir uma foto como imagem de fundo: 1 Escolha qualquer foto e toque em , depois, toque em Imagem de Fundo 2 Arraste para girar a foto ou una ou afaste os dedos na foto para ampliá-la ou reduzi-la, até que fique do jeito que deseja. Uma foto que tem pelo menos 1024 x 1024 pixels preenche a tela quando o iPad é girado. 3 Toque em Definir Imagem de Fundo. Depois toque para usar a imagem como imagem de fundo da tela Início, da tela Bloqueio, ou ambas. Para escolher entre várias fotos de imagem de fundo incluídas com o iPad, vá para Ajustes > Brilho e Imagem de Fundo. Utilização de Porta-Retrato Quando o iPad está bloqueado, você pode exibir um álbum de fotos. Esta é uma excelente maneira de aproveitar o iPad enquanto o carrega em um Dock para iPad. Para alterar os ajustes de Porta-Retrato, vá para Ajustes > Porta-Retrato e depois ajuste qualquer uma das seguintes opções:  A transição selecionada é reproduzida entre fotos. A duração da apresentação de slides não pode ser alterada. O Porta-Retrato pode ampliar a imagem para focar nos rostos que estão nas imagens. Ele também pode selecionar aleatoriamente um dos rostos como o centro do foco, se houver mais de um rosto. O Porta-Retrato usa as informações de identifica- ção de rostos em fotos importadas do iPhoto ou do Aperture em um Mac. Ampliar os rostos não é uma opção com a transição Origami.  O Porta-Retrato pode exibir todas as fotos, ou apenas aquelas em uma categoria do Álbum, Rostos ou Evento. Selecione uma opção, depois refine sua seleção na lista que aparece. As seleções de Rostos, Álbuns e Eventos são as mesmas que as do aplicativo Fotos. Para iniciar ou parar o Porta-Retrato: 1 Pressione o botão Repousar/Despertar para bloquear o iPad. 2 Na tela de Bloqueio, toque no . 3 Toque na tela para parar a apresentação de slides, depois toque no para retornar à tela de Bloqueio ou deslize o controle para desbloquear o iPad. Para desativar o recurso Moldura, vá para Ajustes > Geral > Bloqueio por Código. 82 Capítulo 9 Fotos83 Sobre Vídeos Você pode usar o iPad para visualizar filmes, vídeos musicais, podcasts de vídeo e, se houver disponibilidade na sua área, programas de TV. O iPad também suporta recursos especiais tais como capítulos, legendas, áudio alternado e legendas ocultas. Você pode alugar ou comprar vídeos da iTunes Store e você pode usar um cabo de adaptador de vídeo para assistir vídeos em uma TV ou projetor. Se você tiver um Apple TV, você pode usar o AirPlay para assistir vídeos em um televisor. 10 VídeosComo Reproduzir Vídeos Para reproduzir um vídeo: Toque em Vídeos e depois toque em uma categoria de vídeos, tal como Filmes. Toque no vídeo que deseja visualizar. Se o vídeo possui capítulos, toque no título de um capítulo ou simplesmente toque no . Para exibir os controles de reprodução: Enquanto um vídeo está sendo reproduzido, toque na tela para mostrar os controles. Toque novamente para ocultá-los. 84 Capítulo 10 VídeosCapítulo 10 Vídeos 85 Como Controlar a Reprodução do Vídeo Gire o iPad para reproduzir vídeos em formato panorâmico e aproveitar ao máximo a tela. Arraste o cursor de reprodução pela barra de progressão para saltar para qualquer ponto do vídeo. Para ajustar a velocidade da progressão de rápido a lento, deslize o dedo para baixo à medida que arrasta o cursor de reprodução ao longo da barra de progressão. Pausar um vídeo Toque no ou pressione o botão central (ou botão equivalente) em um headset compatível. Retomar reprodução Toque no ou pressione o botão central (ou botão equivalente) em um headset compatível. Aumentar ou diminuir o volume Arraste o controle de volume ou use os botões de volume do iPad ou os botões em um headset compatível. Reiniciar um vídeo Arraste o cursor de reprodução da barra de progressão totalmente para a esquerda, ou toque em se o vídeo não contiver capítulos. Passar para o próximo capítulo (se disponível) Toque no ou pressione duas vezes rapidamente o botão central (ou botão equivalente) em um headset compatível. Voltar ao capítulo anterior (se disponível) Toque no ou pressione três vezes rapidamente o botão central (ou botão equivalente) em um headset compatível. Começar a reproduzir a partir de um capítulo específico (se disponível) Toque em e depois escolha um capítulo da lista. Avançar ou retroceder Toque e mantenha o toque ou no .Saltar para qualquer ponto de um vídeo Arraste o cursor de reprodução pela barra de progressão. Deslize seu dedo para baixo para ajustar a velocidade de progressão de rápido para lento. Interromper a visualização de um vídeo antes que a reprodução termine Toque em OK ou pressione o botão Início . Como redimensionar um vídeo para preencher ou ajustar à tela Toque no para que o vídeo preencha a tela ou toque no para que ele se ajuste à tela. Você também pode tocar duas vezes no vídeo para alternar visualizações. Quando você redimensiona um vídeo para que ele preencha a tela, talvez as laterais ou a parte superior sejam recortadas. Quando você redimensiona o vídeo para que ele se ajuste à tela, talvez você veja barras negras nas laterais ou acima e abaixo do vídeo. Reproduzir um vídeo no Apple TV usando AirPlay Toque em e escolha um Apple TV. Consulte “Como Assistir Vídeos em uma TV” na página 87. Como selecionar um idioma de áudio diferente (se disponível) Toque no e, em seguida, selecione um idioma da lista de Áudio. Mostrar ou ocultar as legendas (se disponível) Toque no e, em seguida selecione um idioma, ou Desative a partir da lista Legendas. Como mostrar ou ocultar legendas ocultas (se disponível) Toque no para mostrar ou ocultar as legendas, se houver. Sincronização de Vídeos Use o iTunes para sincronizar vídeos para o iPad. Com o iPad conectado ao seu computador, use os painéis Filmes, Programas de TV, Podcasts e iTunes U para selecionar quais vídeos sincronizar. Como Assistir a Filmes Alugados Você pode alugar filmes em formato de definição padrão ou alta definição na iTunes Store e assisti-los no iPad. Também é possível transferir filmes alugados ao iPad ou transferi-los do iTunes de seu computador para o iPad. (Os filmes alugados não estão disponíveis em todas as regiões.) Os filmes devem ter sido completamente transferidos antes de que você possa assistilos. Você pode fazer uma pausa na transferência e continuar mais tarde. Os filmes alugados vencem após um certo número de dias e, uma vez que você comece a assisti-lo, terá um tempo limitado para terminar de assistir. Os filmes são automaticamente apagados quando expiram. Antes de alugar um filme, verifique na iTunes Store o prazo do vencimento. 86 Capítulo 10 VídeosCapítulo 10 Vídeos 87 Para ver um filme alugado: Escolha Vídeos, toque na categoria Filmes e depois toque no filme que deseja assistir. Selecione um capítulo ou simplesmente toque no . Para transferir filmes alugados para o iPad: Conecte o iPad ao seu computador. Em seguida, selecione iPad na barra lateral do iTunes, clique em Filmes, e selecione os filmes alugados que você deseja transferir. O seu computador deve estar conectado à Internet. Filmes alugados no iPad não podem ser transferidos a um computador. Como Assistir Vídeos em uma TV Para assistir vídeos em uma TV, você pode conectar o iPad usando o AirPlay e o Apple TV, ou usar um cabo para conectar o iPad diretamente a seu televisor ou receptor AV. Para obter informações sobre como conectar o iPad com um televisor ou projetor, consulte “Vídeo” na página 185. Para conectar usando o AirPlay: Inicie a reprodução de vídeo e, em seguida, toque em e escolha o seu Apple TV da lista de dispositivos AirPlay. Consulte o “Como usar o AirPlay” na página 48 para obter mais informações. Enquanto o vídeo está sendo reproduzido, você pode sair do Vídeo e usar outros aplicativos. Para retornar a reprodução para o iPad: Abra Vídeos e, em seguida toque em e escolha o seu iPad da lista. Como apagar vídeos do iPad Para economizar espaço, você pode apagar vídeos do iPad. Para apagar um vídeo: Na lista de vídeos , mantenha o toque em um filme até aparecer o botão apagar e depois toque no . Toque em Cancelar ou Início quando terminar de apagar vídeos. Quando você apaga um vídeo (que não sejam filmes alugados) do iPad, ele não é eliminado da sua biblioteca do iTunes no seu computador e você pode sincronizar o vídeo de volta para o iPad mais tarde. Se você não quiser sincronizar o vídeo de volta para o iPad, ajuste o iTunes para que ele não sincronize o vídeo. Consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25. Importante: Se você apagar um filme alugado do iPad, ele será apagado permanentemente e não poderá ser transferido de volta para o seu computador.88 Como Buscar e Visualizar Vídeos O YouTube apresenta vídeos curtos enviados por pessoas do mundo inteiro. Você pode assistir os últimos e mais populares vídeos, buscar por vídeos pelos temas de interesse, marcar seus favoritos e rapidamente acessar vídeos que você transferiu para o YouTube do seu computador. Para usar certos recursos no iPad, é preciso iniciar sessão em uma conta do YouTube quando solicitado. Para obter mais informações sobre os requisitos e sobre como obter uma conta do YouTube, visite o site www.youtube.com. Nota: O YouTube não está disponível em todos os idiomas e localizações. Para usar o YouTube, o iPad deve ter uma conexão à Internet. Consulte “Como Conectar-se à Internet” na página 30. Para navegar pelos vídeos: Toque em um botão na barra de ferramentas para selecionar uma categoria.  Em Destaque: Vídeos revisados e destacados pela equipe do YouTube.  Melhores: Vídeos melhor avaliados pelos usuários do YouTube. Você pode classificar vídeos no iPad se possuir uma conta no YouTube.  Mais Vistos: Vídeos mais vistos pelos usuários do YouTube. Toque em Tudo para ver Todos para os vídeos mais vistos de todos os tempos ou em Hoje ou Esta Semana para os vídeos mais vistos do dia ou da semana.  Favoritos: Vídeos que você adicionou aos Favoritos. Quando você inicia sessão com uma conta do YouTube, aparece os favoritos da conta.  Mais Recentes: Vídeos enviados recentemente ao YouTube.  Assinaturas: Vídeos de contas do YouTube que você assina. Para usar este recurso, é preciso iniciar sessão em uma conta do YouTube. 11 YouTubeCapítulo 11 YouTube 89  Listas: Vídeos que você adiciona às listas. Para usar este recurso, é preciso iniciar sessão em uma conta do YouTube.  Meus Vídeos: Vídeos que você transferiu para o YouTube. Para usar este recurso, é preciso iniciar sessão em uma conta do YouTube.  Histórico: Vídeos que você viu recentemente. Para buscar um vídeo: 1 Toque no campo de busca do YouTube. 2 Digite uma palavra ou frase e depois toque em Buscar. O YouTube mostra os resultados baseado na busca de títulos de vídeo, descrições, etiquetas e nomes de usuário. Cada resultado de busca mostra o título, a classificação, o número de visualizações, o comprimento e o nome da conta de onde o vídeo foi colocado. Para reproduzir um vídeo: Toque no vídeo. O vídeo começa a ser transferido para o iPad e aparece uma barra de progresso. Quando tiver sido transferida uma parte suficiente do vídeo, ele começa a ser reproduzido. Você também pode tocar no para iniciar o vídeo. Como Controlar a Reprodução do Vídeo Gire o iPad para orientação horizontal para visualizar o vídeo no seu tamanho máximo. Quando um vídeo está sendo reproduzido, os controles desaparecem para não ficarem na frente do vídeo. Para mostrar ou ocultar os controles de vídeo: Toque na tela.Reproduzir ou Colocar um Vídeo em Pausa Toque no ou no . Você também pode pressionar o botão central (ou botão equivalente) em um headset compatível. Ajustar o volume Arraste o controle de volume ou use os botões de volume do iPad ou os botões de volume de um headset compatível. Reiniciar um vídeo Toque em . Para passar para o próximo vídeo ou para o vídeo anterior de uma lista Toque em duas vezes para saltar para o vídeo anterior. Toque no para saltar para o próximo vídeo. Avançar ou retroceder Toque e mantenha o toque ou no . Saltar para qualquer ponto de um vídeo Arraste o cursor de reprodução pela barra de progressão. Para parar de assistir um vídeo Toque em OK ou pressione o botão Início . Alternar entre os modos padrão e tela cheia Toque duas vezes no vídeo. Você também pode tocar no para que o vídeo preencha a tela ou tocar no para que ele se ajuste à tela. Para adicionar um vídeo aos Favoritos Comece a reproduzir um vídeo e toque no . Enviar um link do vídeo por e-mail Comece a reproduzir um vídeo e toque no . Reproduzir um vídeo no Apple TV usando AirPlay Toque em e escolha um Apple TV. Para obter informações, consulte “Como usar o AirPlay” na página 48. Para visualizar informação sobre um vídeo Toque em para sair do modo tela cheia e visualizar vídeos, comentários e outros controles relacionados. 90 Capítulo 11 YouTubeCapítulo 11 YouTube 91 Como gerenciar os vídeos Quando estiver assistindo um vídeo em tela cheia, toque para mostrar o controlador e depois toque no para ver vídeos relacionados e opções para gerenciar vídeos. Para classificar ou adicionar um comentário a um vídeo Toque no vídeo para exibir a barra de ferramentas e depois toque em Classificar e selecione uma classificação.. Você deve ter iniciado sessão em uma conta do YouTube. Para ver mais vídeos deste usuário do YouTube Na barra lateral, toque em “Mais De”. Você deve ter iniciado sessão em uma conta do YouTube. Para ver vídeos similares a este Na barra lateral, toque em “Relacionado(a)”. Para assinar vídeos deste usuário do YouTube Na tela Mais Informações, toque em Mais Vídeos; em seguida, toque em “Assinar ” no final da lista de vídeos. Você deve ter iniciado sessão em uma conta do YouTube. Para adicionar um vídeo aos Favoritos ou a uma lista Toque em Adicionar e depois selecione Favoritos ou uma lista. Para enviar um link de um vídeo por e-mail Toque em Compartilhar. Para marcar um vídeo Toque no filme para exibir a barra de ferramentas e depois toque no . Como Assistir o YouTube em uma TV Se você tiver um Apple TV, você pode usar o AirPlay para assistir vídeos do YouTube em um televisor. Consulte “Como Controlar a Reprodução do Vídeo” na página 89. Você pode conectar o iPad diretamente a sua TV ou a um projetor e assistir o YouTube na tela grande. Para obter mais informações sobre como usar o iPad com uma TV ou projetor, consulte “Vídeo” na página 185.92 Sobre o Calendário O iPad facilita seguir uma agenda de horários. Você pode visualizar calendários individualmente ou vários calendários ao mesmo tempo. Você pode visualizar seus eventos por dia, semana ou mês, ou em uma lista. Você também pode buscar eventos por título, convidados ou localização. Também é possível sincronizar o iPad com os calendários do seu computador. Você pode também criar, editar ou cancelar eventos no iPad e sincronizá-los com o seu computador. Também é possível assinar calendários do Google, Yahoo! ou iCal. Também é possível assinar calendários iCalendar (.ics) somente para leitura ou importar arquivos .ics do e-mail. Se possuir uma conta Microsoft Exchange ou uma conta CaIDAV compatível, você poderá receber e responder aos convites de reuniões de outras pessoas e convidar pessoas para eventos que agendou. Como Sincronizar Calendários Você pode sincronizar seus calendários das seguintes formas:  No iTunes, use o painel Ajustes do iPad para sincronizar com o iCal ou Microsoft Entourage no Mac, ou com Microsoft Outlook em um PC ao conectar o iPad ao seu computador. Consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25.  Nos Ajustes do iPad, ative a opção Calendários na sua conta MobileMe, Google, Yahoo! ou Microsoft Exchange para sincronizar sem fios as informações de seu calendário. Se a sua empresa ou organização for compatível com ele, você também pode configurar uma conta CalDAV. Consulte “Como adicionar Mail, Contatos e Contas do Calendário” na página 32. Para sincronizar os calendários com o método over the air, o iPad deve estar conectado à Internet. 12 CalendárioCapítulo 12 Calendário 93 Como adicionar, editar e apagar eventos do calendário Você pode criar e editar eventos do calendário diretamente no iPad. Se você possui uma conta Microsoft Exchange com os calendários ativados ou uma conta CaIDAV compatível, poderá convidar outras pessoas para o seu evento ou reunião. Para adicionar um evento: Toque no e digite uma informação de evento e, em seguida, toque em OK. Você pode digitar o seguinte:  Título  Local  Hora de início e finalização (ou ativar Dia inteiro se for um evento que dura o dia inteiro)  Repetições—nenhuma, ou a cada dia, a cada semana, a cada duas semanas, a cada mês ou a cada ano  Hora do Alerta—de cinco minutos até dois dias antes do evento Quando você define um alerta, aparece a opção para definir um segundo alerta. Quando ocorre um alerta, o iPad exibe uma mensagem. Para ajustar o iPad para reproduzir um som, consulte “Alertas” na página 97. Importante: Quando você viaja, o iPad pode não alertar você na hora local correta. Para ajustar a hora correta manualmente, consulte “Data e Hora” na página 176. Para obter informações sobre como ajustar o fuso horário do calendário, consulte “Como Visualizar seus Calendários” na página 93.  Notas Se você tiver mais de um calendário, você pode selecionar em qual calendário adicionar o evento. Calendários apenas para leitura não aparecem na lista. Como editar um evento Toque em o evento e depois em Editar. Como apagar um evento Toque no evento, toque em Editar, depois role para baixo e toque em Apagar Evento. Como Visualizar seus Calendários Você pode visualizar um único calendário, calendários selecionados, ou todos os calendários de uma vez. Isso facilita o gerenciamento dos calendários de trabalho e da família ao mesmo tempo. Para visualizar um calendário diferente: Toque em Calendários e, em seguida, selecione os calendários que deseja visualizar. Para visualizar os aniversários dos seus contatos, como definido em Contatos, selecione o calendários de Aniversários.Você pode visualizar calendários em uma lista, ou por dia, semana ou mês. Os eventos de todos os calendários selecionados aparecem no iPad. Para alternar visualizações: Toque em Lista, Dia, Semana ou Mês.  Visualização em lista: Todos os seus compromissos e eventos aparecem em uma lista navegável, próxima ao dia selecionado. Para visualizar outro dia, toque em ou ou selecione um dia no controle de tempo abaixo do calendário.  Visualização por Dia: Role para cima e para baixo para ver os eventos daquele dia. Toque em ou para ver os eventos do dia anterior ou do próximo dia, ou selecionar um dia no controle de tempo abaixo do calendário.  Visualização por semana: Role para cima ou para baixo para ver os eventos da semana. Toque em ou para ver a semana anterior ou próxima, ou selecionar uma semana no controle de tempo abaixo do calendário. 94 Capítulo 12 CalendárioCapítulo 12 Calendário 95  Visualização mensal: Toque num dia para visualizar seus eventos. Toque em ou para ver o mês anterior ou próximo, ou selecionar um mês no controle de tempo abaixo do calendário. Para ver os detalhes de um evento: Toque no evento. Para ver os eventos ajustados para um fuso horário: Em Ajustes, vá para “Mail, Contatos, Calendários”. Em Calendários, toque em Gestão Fuso Horário. Ative a Gestão Fuso Horário e selecione uma cidade principal para o fuso horário que deseja usar. Quando a Gestão Fuso Horário está desativada, o iPad Wi-Fi + 3G exibe os eventos no fuso horário da sua localização atual, conforme determinada pela hora da rede celular. Como buscar nos calendários Em seus calendários, você pode buscar por títulos, convidados, notas e localizações dos eventos. O Calendário busca apenas o calendário ou calendários que você está visualizando no momento. Para buscar eventos: Digite texto no campo de busca. Os resultados da busca aparecem à medida que você digita. Toque em um resultado para visualizar o evento. Toque no calendário para fechar a lista dos resultados da busca. Como Assinar Calendários Você pode assinar calendários que utilizem formato iCalendar (.ics). Muitos serviços com base no calendário, incluindo Yahoo!, Google e iCal no Mac, são compatíveis com as inscrições de calendários. Os calendários assinados são somente para leitura. Você pode ler os eventos dos calendários assinados no iPad, mas não pode editá-los nem criar novos eventos. Para assinar um calendário CalDAV ou .ics: 1 Em Ajustes, escolha “Mail, Contatos, Calendários” e toque em Adicionar Conta. 2 Selecione Outros e, em seguida, selecione Adicionar Calendário Assinado. 3 Digite as informações da conta e toque em Próximo para verificar a inscrição. 4 Toque em Salvar. A Apple fornece links a vários calendários iCal gratuitos—para feriados nacionais ou eventos esportivos, por exemplo—os quais talvez você queira assinar. Você também pode assinar um calendário iCal (ou outro calendário .ics) publicado na web tocando em um link do calendário que você tenha recebido por uma mensagem de e-mail no iPad. Como Responder a Convites de Reuniões Se você possui uma conta do Microsoft Exchange no iPad com os calendários ativados, ou uma conta CalDAV compatível, ou um calendário MobileMe, você pode receber e responder aos convites de reuniões de pessoas da sua empresa. Quando você recebe um convite, a reunião aparece no seu calendário com uma linha pontilhada ao seu redor. O ícone no canto inferior direito da tela mostra a quantidade de novos convites que você possui. Para receber e responder aos convites de reuniões, o iPad deve possuir uma conexão à Internet. Para responder a um convite do Calendário: 1 Toque em um convite de reunião do calendário, ou toque em para exibir a tela Evento e toque em convite.  Toque em "Convite de” para obter as informações de contato do organizador da reunião. Toque no endereço de e-mail para enviar uma mensagem ao organizador.  Toque em Convidados para ver quem foi convidado para a reunião. Toque em um nome para ver as informações de contato dos participantes. Toque em um endereço de e-mail para enviar uma mensagem ao participante.  Toque em Alerta para que o iPad reproduza um alerta sonoro antes da reunião.  Toque em Adicionar Comentários para adicionar comentários para o organizador da reunião. Seus comentários também aparecerão na tela Informações da reunião As notas são criadas pelo organizador da reunião. 2 Toque em Aceitar, Talvez ou Recusar. Quando você toca nas opções aceitar, talvez ou recusar o convite, um e-mail de resposta que inclui todos os comentários que você adicionou é enviado ao organizador. Você pode alterar sua resposta depois, a não ser que recusar o convite. Toque em Adicionar Comentários para alterar ou adicionar comentários. 96 Capítulo 12 CalendárioCapítulo 12 Calendário 97 Como importar arquivos do Calendário a partir do Mail Você pode adicionar eventos a um calendário importando um arquivo de calendário de uma mensagem de e-mail. Você pode importar qualquer arquivo de calendário .ics padrão. Para importar eventos de um arquivo de calendário: No Mail, abra a mensagem e toque no arquivo de calendário. Quando a lista de eventos aparece, toque em Adicionar Tudo, escolha o calendário ao qual deseja adicionar os eventos e toque em OK. Alertas Para definir alertas de calendário: Em Ajustes, escolha Geral > Sons, depois ative a opção Alertas de Calendário. Se a opção Alertas de Calendário estiver desativada quando ocorrer um evento, o iPad exibe uma mensagem mas não emite som. Para emitir os alertas de convites: Nos Ajustes, escolha “Mail, Contatos, Calendários”. Abaixo de Calendários, toque em Alerta de Novo Convite para ativá-lo.98 Sobre os Contatos O iPad permite que você acesse e edite facilmente suas listas de contato das suas contas pessoais, empresariais e organizacionais. Você pode buscar por todos os seus grupos, e as informações dos Contatos são automaticamente acessadas para que o endereçamento de e-mails seja rápido e fácil. Você pode adicionar contatos diretamente no iPad ou sincronizar contatos a partir dos aplicativos do seu computador. Se você tiver uma conta MobileMe ou Microsoft Exchange com Contatos ativada, ou uma conta CardDAV compatível, você pode sincronizar seus contatos sem conectar o iPad ao seu computador. 13 ContatosCapítulo 13 Contatos 99 Como Sincronizar e Adicionar Contatos Você pode adicionar contatos ao iPad das seguintes formas:  Digite contatos no iPad  No iTunes, sincronize contatos do Google ou Yahoo! ou sincronize com aplicativos do seu computador (consulte “Como Sincronizar com o iTunes” na página 25)  Configure uma conta do MobileMe ou do Microsoft Exchange no iPad com os Contatos ativados (consulte “Como adicionar Mail, Contatos e Contas do Calendário” na página 32)  Instale um perfil que configure uma conta Exchange com os Contatos ativados (consulte “Como Configurar Contas do Microsoft Exchange” na página 189)  Configure uma conta LDAP ou CardDAV no iPad para acessar diretórios do trabalho ou da escola (consulte “Contas LDAP e CardDAV” na página 190) Como Buscar Contatos Você pode buscar nomes, sobrenomes e nomes de empresas nos seus contatos do iPad. Se você possui uma conta Microsoft Exchange no iPad, talvez também consiga buscar os contatos na lista GAL (Global Address List) da sua empresa. Se tiver uma conta LDAP no iPad, poderá buscar contatos no servidor LDAP de sua organização. Se possuir uma conta CardDAV, você pode buscar contatos sincronizados ao iPad ou contatos que permitem buscas em um servidor CardDAV disponível. Quando você digita as informações de busca, os contatos com as informações coincidentes aparecem à medida que digita. Para buscar contatos: Em Contatos, toque no campo de busca no topo da tela e insira um nome, sobrenome ou nome de empresa. Para rolar rapidamente até o topo da lista, toque na barra de estado. Para buscar em uma GAL: Toque em Grupos, toque no nome do servidor Exchange, depois digite um nome, um sobrenome ou um nome de empresa. Você não pode editar contatos GAL ou salvá-los no iPad. Para buscar em um servidor LDAP: Toque em Grupos, toque no nome do servidor LDAP e digite um nome, um sobrenome ou um nome de empresa. Você não pode editar contatos LDAP ou salvá-los no iPad. Buscar um servidor CardDAV:Toque em Grupos, toque no grupo CardDAV que permite buscas na parte inferior da lista e, em seguida, digite sua busca. Você não pode editar contatos CardDAV que permitem buscas a partir do servidor, mas pode editar contatos CardDAV sincronizados no iPad.Como gerenciar contatos Você pode editar os seus contatos e marcar aqueles que você usa frequentemente com o FaceTime como favorito Para adicionar um contato ao iPad: Toque Contatos e, em seguida, toque em . Apagar um contato Em Contatos, escolha um contato, depois toque em Editar. Role para baixo e toque em Apagar Contato. Adicionar um contato nos Favoritos do FaceTime Nos Contatos, escolha um contato, depois toque em Favoritos. Editar os Favoritos do FaceTime No FaceTime, toque em Favoritos e, em seguida, toque em Editar. Para apagar um item, toque o . Editar informações de contato Em Contatos, escolha um contato, depois toque em Editar. Para adicionar um item, toque o . Para apagar um item, toque o . Para atribuir uma foto a um contato: 1 Toque em Contatos e depois escolha um contato. 2 Toque em Editar e toque em Adicionar Foto, ou toque na foto existente. 3 Toque em um álbum, depois toque e uma foto.. 4 Arraste e redimensione a foto. 5 Toque em Escolher. Como Utilizar as Informações de um Contato Você pode utilizar as informações da tela Informações de um contato para:  Criar uma mensagem de e-mail no Mail, endereçada ao contato  Abrir a página Inicial do contato no Safari  Buscar a localização do endereço do contato nos Mapas e obter instruções  Compartilhar as informações do contato com outras pessoas  Ligar para um contato usando o FaceTime Para usar a tela de informações de um contato: Toque em Contatos e escolha um contato, em seguida toque em um item. Para realizar uma videoconferência do FaceTime: Toque em Contatos e escolha um contato e, em seguida, toque em FaceTime e escolha um endereço de e-mail ou nú- mero de telefone a ser usado para a ligação. Se não estiver conseguindo ver o botão FaceTime, ative o FaceTime em Ajustes > FaceTime. 100 Capítulo 13 ContatosCapítulo 13 Contatos 101 Contatos Unificados Ao sincronizar contatos com várias contas, talvez você tenha entradas para a mesma pessoa em mais de uma conta. Para impedir que os contatos redundantes apareçam na lista Todos os Contatos, você pode vincular os contatos que possuem os mesmos nomes e sobrenomes (mas não um prefixo, sufixo ou segundo nome diferente) e exibi-los como um único contato unificado. Ao visualizar um contato unificado, o título Informação Unificada aparece na parte inferior da entrada do contato. Os contatos unificados somente aparecem quando você visualiza a lista Todos os Contatos. Para vincular contatos: Encontre o primeiro contato que você deseja vincular e, em seguida, toque em Editar. Toque em e selecione o outro contato e, em seguida, toque em Vincular. Quando um contato estiver vinculado, toque no ícone da silhueta para visualizar, adicionar ou apagar entradas vinculadas. Os contatos vinculados não são combinados. A menos que você edite um contato unificado, o contato em cada conta de origem permanecerá separado. Se você alterar as informações em um contato unificado, as alterações são copiadas para cada conta de origem onde já existem informações. Se você adicionar informações a um contato unificado, as informações são adicionadas ao contato em cada conta de origem.102 Como Escrever e Ler Notas Com a sua tela ampla e o teclado na tela, o iPad torna fácil realizar notas. Você pode visualizar notas na vertical ou na horizontal. Na vertical, toque em Notas para visualizar uma lista das suas notas. Na horizontal, a lista de notas aparece na esquerda, e a nota atual é circundada em vermelho. As notas são listadas pela última data modificada, com a nota mais recente no topo. A lista mostra as primeiras palavras de cada nota. Toque em uma nota na lista para visualizá-la ou editá-la. Para adicionar uma nota: Toque no , digite a nota, depois toque em OK. Para ler uma nota: Toque na nota. Toque na ou na para ver a nota seguinte ou o anterior. Para editar uma nota: Toque em qualquer lugar da nota para que apareça o teclado. Edite a nota, depois toque em OK. 14 NotasCapítulo 14 Notas 103 Para apagar uma nota: Toque na nota, depois toque no . Para alterar a fonte usada para exibir as notas: Nos Ajustes, escolha Notas e selecione uma fonte da lista. Como buscar notas Você pode buscar pelo texto das notas para encontrar uma nota em particular. Como buscar notas: Digite texto no campo de busca que aparece na parte superior da lista de notas. (Na vertical, toque em Notas para exibir a lista das notas.) Os resultados da busca aparecem automaticamente à medida que você digita. Toque no botão do teclado para que o teclado desapareça e você possa ver mais resultados. Para visualizar uma nota, toque nela na lista de resultados da busca. Como Enviar Notas por E-Mail Para enviar uma nota por e-mail: Toque na nota e, em seguida toque no . Para enviar uma nota por e-mail, o iPad deve estar configurado para e-mail. Consulte “Como Configurar Contas de E-mail” na página 56. Para sincronizar as notas Você pode ajustar o iTunes para sincronizar automaticamente as suas notas com alguns aplicativos de e-mail. Consulte “Como configurar a sincronização” na página 25. Você também pode sincronizar as notas com o método over the air, quando o iPad possuir uma conexão com a Internet. Vá para Ajustes > Notas e, em seguida, selecione a conta de correio padrão para sincronização das notas. As nova