Apple Mac OS X Server Premiers contacts avec la version 10.4 ou ultérieure Deuxième édition Apple sur FNAC.COM - Pour voir la liste complète des manuels APPLE, cliquez ici

 

 

TELECHARGER LE PDF sur : http://manuals.info.apple.com/fr/premiers_contacts_2e_ed_10.4.pdf

 

 

Voir également d'autres Guides APPLE :

Apple-Keynote2_UserGuide.pdf-Japon

Apple-Welcome_to_Tiger.pdf-Japon

Apple-XsanAdminGuide_j.pdf-Japon

Apple-PowerBookG4_UG_15GE.PDF-Japon

Apple-Xsan_Migration.pdf-Japon

Apple-Xserve_Intel_DIY_TopCover_JA.pdf-Japon

Apple-iPod_nano_6thgen_User_Guide_J.pdf-Japon

Apple-Aperture_Photography_Fundamentals.pdf-Japon

Apple-nikeipod_users_guide.pdf-Japon

Apple-QuickTime71_UsersGuide.pdf-Japon

Apple-iMacG5_iSight_UG.pdf-Japon

Apple-Aperture_Performing_Adjustments_j.pdf-Japon

Apple-iMacG5_17inch_HardDrive.pdf-Japon

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_J.pdf-Japon

Apple-MacBook_Air_User_Guide.pdf-Japon

Apple-MacBook_UsersGuide.pdf-Japon

Apple-iPad_iOS4_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Apple_AirPort_Networks_Early2009_H.pd-Norge-Norvege

Apple-iPod_classic_120GB_no.pdf-Norge-Norvege

Apple-StoreKitGuide.pdf-Japon

Apple-Xserve_Intel_DIY_ExpansionCardRiser_JA.pdf-Japon

Apple-iMacG5_Battery.pdf-Japon

Apple-Logic_Pro_8_Getting_Started.pdf-Japon

Apple-PowerBook-handbok-Norge-Norveg

Apple-iWork09_formler_og_funksjoner.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2010_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacPro_HardDrive_DIY.pdf-Japon

Apple-iPod_Fifth_Gen_Funksjonsoversikt.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_white_Early2009_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-GarageBand_09_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-imac_mid2011_ug_h.pdf-Norge-Norvege

Apple-iDVD_08_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_11inch_Late2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iMac_Mid2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Mid2009_H.pdf-Norge-Norvege

/Apple-iPhone_3G_Viktig_produktinformasjon_H-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Mid2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-macbook_air_13inch_mid2011_ug_no.pdf-Norge-Norvege

Apple-Mac_mini_Early2009_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-ipad2_brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhoto_08_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_Brukerhandbok_Late2008.pdf-Norge-Norvege

Apple-Pages09_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Late2009_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhone_3GS_Viktig_produktinformasjon.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_13inch_Aluminum_Late2008_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-Wireless_Keyboard_Aluminum_2007_H-Norge-Norvege

Apple-NiPod_photo_Brukerhandbok_N0190269.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_13inch_Mid2010_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_17inch_Mid2010_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-Velkommen_til_Snow_Leopard.pdf-Norge-Norvege.htm

Apple-TimeCapsule_Klargjoringsoversikt.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhone_3GS_Hurtigstart.pdf-Norge-Norvege

Apple-Snow_Leopard_Installeringsinstruksjoner.pdf-Norge-Norvege

Apple-iMacG5_iSight_UG.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_Handbok_S0342141.pdf-Norge-Norvege

Apple-ipad_brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-GE_Money_Bank_Handlekonto.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_11inch_Late2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_nano_6thgen_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_touch_iOS4_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Air_13inch_Late2010_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacBook_Pro_15inch_Early2011_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-Numbers09_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Welcome_to_Leopard.pdf-Japon

Apple-PowerMacG5_UserGuide.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_touch_2.1_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Boot_Camp_Installering-klargjoring.pdf-Norge-Norvege

Apple-MacOSX10.3_Welcome.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_shuffle_3rdGen_UG_H.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPhone_4_Viktig_produktinformasjon.pdf-Norge-Norvege

Apple_TV_Klargjoringsoversikt.pdf-Norge-Norvege

Apple-iMovie_08_Komme_i_gang.pdf-Norge-Norvege

Apple-iPod_classic_160GB_Brukerhandbok.pdf-Norge-Norvege

Apple-Boot_Camp_Installering_10.6.pdf-Norge-Norvege

Apple-Network-Services-Location-Manager-Veiledning-for-nettverksadministratorer-Norge-Norvege

Apple-iOS_Business_Mar12_FR.pdf

Apple-PCIDualAttachedFDDICard.pdf

Apple-Aperture_Installing_Your_Software_f.pdf

Apple-User_Management_Admin_v10.4.pdf

Apple-Compressor-4-ユーザーズマニュアル Japon

Apple-Network_Services_v10.4.pdf

Apple-iPod_2ndGen_USB_Power_Adapter-DE

Apple-Mail_Service_v10.4.pdf

Apple-AirPort_Express_Opstillingsvejledning_5.1.pdf

Apple-MagSafe_Airline_Adapter.pdf

Apple-L-Apple-Multiple-Scan-20-Display

Apple-Administration_du_service_de_messagerie_10.5.pdf

Apple-System_Image_Admin.pdf

Apple-iMac_Intel-based_Late2006.pdf-Japon

Apple-iPhone_3GS_Finger_Tips_J.pdf-Japon

Apple-Power-Mac-G4-Mirrored-Drive-Doors-Japon

Apple-AirMac-カード取り付け手順-Japon

Apple-iPhone開発ガイド-Japon

Apple-atadrive_pmg4mdd.j.pdf-Japon

Apple-iPod_touch_2.2_User_Guide_J.pdf-Japon

Apple-Mac_OS_X_Server_v10.2.pdf

Apple-AppleCare_Protection_Plan_for_Apple_TV.pdf

Apple_Component_AV_Cable.pdf

Apple-DVD_Studio_Pro_4_Installation_de_votre_logiciel

Apple-Windows_Services

Apple-Motion_3_New_Features_F

Apple-g4mdd-fw800-lowerfan

Apple-MacOSX10.3_Welcome

Apple-Print_Service

Apple-Xserve_Setup_Guide_F

Apple-PowerBookG4_17inch1.67GHzUG

Apple-iMac_Intel-based_Late2006

Apple-Installation_de_votre_logiciel

Apple-guide_des_fonctions_de_l_iPod_nano

Apple-Administration_de_serveur_v10.5

Apple-Mac-OS-X-Server-Premiers-contacts-Pour-la-version-10.3-ou-ulterieure

Apple-boot_camp_install-setup

Apple-iBookG3_14inchUserGuideMultilingual

Apple-mac_pro_server_mid2010_ug_f

Apple-Motion_Supplemental_Documentation

Apple-imac_mid2011_ug_f

Apple-iphone_guide_de_l_utilisateur

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug_fr

Apple-NouvellesfonctionnalitesdeLogicExpress7.2

Apple-QT_Streaming_Server

Apple-Web_Technologies_Admin

Apple-Mac_Pro_Early2009_4707_UG

Apple-guide_de_l_utilisateur_de_Numbers08

Apple-Decouverte_d_Aperture_2

Apple-Guide_de_configuration_et_d'administration

Apple-mac_integration_basics_fr_106.

Apple-iPod_shuffle_4thgen_Guide_de_l_utilisateur

Apple-ARA_Japan

Apple-081811_APP_iPhone_Japanese_v5.4.pdf-Japan

Apple-Recycle_Contract120919.pdf-Japan

Apple-World_Travel_Adapter_Kit_UG

Apple-iPod_nano_6thgen_User_Guide

Apple-RemoteSupportJP

Apple-Mac_mini_Early2009_UG_F.pdf-Manuel-de-l-utilisateur

Apple-Compressor_3_Batch_Monitor_User_Manual_F.pdf-Manuel-de-l-utilisateur

Apple-Premiers__contacts_avec_iDVD_08

Apple-Mac_mini_Intel_User_Guide.pdf

Apple-Prise_en_charge_des_surfaces_de_controle_Logic_Express_8

Apple-mac_integration_basics_fr_107.pdf

Apple-Final-Cut-Pro-7-Niveau-1-Guide-de-preparation-a-l-examen

Apple-Logic9-examen-prep-fr.pdf-Logic-Pro-9-Niveau-1-Guide-de-preparation-a-l-examen

Apple-aperture_photography_fundamentals.pdf-Manuel-de-l-utilisateu

Apple-emac-memory.pdf-Manuel-de-l-utilisateur

Apple-Apple-Installation-et-configuration-de-votre-Power-Mac-G4

Apple-Guide_de_l_administrateur_d_Xsan_2.pdf

Apple-premiers_contacts_avec_imovie6.pdf

Apple-Tiger_Guide_Installation_et_de_configuration.pdf

Apple-Final-Cut-Pro-7-Level-One-Exam-Preparation-Guide-and-Practice-Exam

Apple-Open_Directory.pdf

Apple-Nike_+_iPod_User_guide

Apple-ard_admin_guide_2.2_fr.pdf

Apple-systemoverviewj.pdf-Japon

Apple-Xserve_TO_J070411.pdf-Japon

Apple-Mac_Pro_User_Guide.pdf

Apple-iMacG5_iSight_UG.pdf

Apple-premiers_contacts_avec_iwork_08.pdf

Apple-services_de_collaboration_2e_ed_10.4.pdf

Apple-iPhone_Bluetooth_Headset_Benutzerhandbuch.pdf

Apple-Guide_de_l_utilisateur_de_Keynote08.pdf

APPLE/Apple-Logic-Pro-9-Effectsrfr.pdf

Apple-Logic-Pro-9-Effectsrfr.pdf

Apple-iPod_shuffle_3rdGen_UG_F.pdf

Apple-iPod_classic_160Go_Guide_de_l_utilisateur.pdf

Apple-iBookG4GettingStarted.pdf

Apple-Administration_de_technologies_web_10.5.pdf

Apple-Compressor-4-User-Manual-fr

Apple-MainStage-User-Manual-fr.pdf

Apple-Logic_Pro_8.0_lbn_j.pdf

Apple-PowerBookG4_15inch1.67-1.5GHzUserGuide.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2010_CH.pdf

Apple-LED_Cinema_Display_27-inch_UG.pdf

Apple-MacBook_Pro_15inch_Mid2009_RS.pdf

Apple-macbook_pro_13inch_early2011_f.pdf

Apple-iMac_Mid2010_UG_BR.pdf

Apple-iMac_Late2009_UG_J.pdf

Apple-iphone_user_guide-For-iOS-6-Software

Apple-iDVD5_Getting_Started.pdf

Apple-guide_des_fonctionnalites_de_l_ipod_touch.pdf

Apple_iPod_touch_User_Guide

Apple_macbook_pro_13inch_early2011_f

Apple_Guide_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_RAID

Apple_Time_Capsule_Early2009_Setup_F

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_rs

Apple_iphone_upute_za_uporabu

Apple_ipad_user_guide_ta

Apple_iPod_touch_User_Guide

apple_earpods_user_guide

apple_iphone_gebruikershandleiding

apple_iphone_5_info

apple_iphone_brukerhandbok

apple_apple_tv_3rd_gen_setup_tw

apple_macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_ch

apple_Macintosh-User-s-Guide-for-Macintosh-PowerBook-145

Apple_ipod_touch_user_guide_ta

Apple_TV_2nd_gen_Setup_Guide_h

Apple_ipod_touch_manual_del_usuario

Apple_iphone_4s_finger_tips_guide_tu

Apple_macbook_pro_retina_qs_th

Apple-Manuel_de_l'utilisateur_de_Final_Cut_Server

Apple-iMac_G5_de_lutilisateur

Apple-Cinema_Tools_4.0_User_Manual_F

Apple-Personal-LaserWriter300-User-s-Guide

Apple-QuickTake-100-User-s-Guide-for-Macintosh

Apple-User-s-Guide-Macintosh-LC-630-DOS-Compatible

Apple-iPhone_iOS3.1_User_Guide

Apple-iphone_4s_important_product_information_guide

Apple-iPod_shuffle_Features_Guide_F

Liste-documentation-apple

Apple-Premiers_contacts_avec_iMovie_08

Apple-macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_br

Apple-macbook_pro-13-inch-mid-2012-important_product_info

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_br

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_MainStage

Apple-Compressor_3_User_Manual_F

Apple-Color_1.0_User_Manual_F

Apple-guide_de_configuration_airport_express_4.2

Apple-TimeCapsule_SetupGuide

Apple-Instruments_et_effets_Logic_Express_8

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_WaveBurner

Apple-Macmini_Guide_de_l'utilisateur

Apple-PowerMacG5_UserGuide

Disque dur, ATA parallèle Instructions de remplacement

Apple-final_cut_pro_x_logic_effects_ref_f

Apple-Leopard_Installationshandbok

Manuale Utente PowerBookG4

Apple-thunderbolt_display_getting_started_1e

Apple-Compressor-4-Benutzerhandbuch

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug

Apple-macbook_air-mid-2012-important_product_info_j

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_de_reponse_d_impulsion

Apple-Aperture_2_Raccourcis_clavier

AppleTV_Setup-Guide

Apple-livetype_2_user_manual_f

Apple-imacG5_17inch_harddrive

Apple-macbook_air_guide_de_l_utilisateur

Apple-MacBook_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Keynote-2-Guide-de-l-utilisateur

Apple-PowerBook-User-s-Guide-for-PowerBook-computers

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide-5200CD-and-5300CD

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide

Apple-Workgroup-Server-Guide

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPad-User-Guide-For-iOS-5-1-Software

Apple-Boot-Camp-Guide-d-installation-et-de-configuration

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 5.1

PowerBook G4 Premiers Contacts APPLE

Guide de l'Utilisateur iphone pour le logiciel ios 5.1 APPLE

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 4,3

Guide de l’utilisateur iPod nano 5ème génération

Guide de l'utilisateur iPod Touch 2.2 APPLE

Guide de l’utilisateur QuickTime 7  Mac OS X 10.3.9 et ultérieur Windows XP et Windows 2000

Guide de l'utilisateur MacBook 13 pouces Mi 2010

Guide de l’utilisateur iPhone (Pour les logiciels iOS 4.2 et 4.3)

Guide-de-l-utilisateur-iPod-touch-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-iPad-2-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide de déploiement en entreprise iPhone OS

Guide-de-l-administrateur-Apple-Remote-Desktop-3-1

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Xserve-Diagnostics-Version-3X103

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802.11n-5e-Generation

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802-11n-5e-Generation

Guide-de-l-utilisateur-Capteur-Nike-iPod

Guide-de-l-utilisateur-iMac-21-5-pouces-et-27-pouces-mi-2011-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Qadministrator-4

Guide-d-installation-Apple-TV-3-eme-generation

User-Guide-iPad-For-ios-5-1-Software

Mac OS X Server Premiers contacts avec la version 10.4 ou ultérieure Deuxième éditionK Apple Computer, Inc. © 2006 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’un exemplaire enregistré du logiciel Mac OS X Server peut reproduire cette publication aux fins d’apprentissage du logiciel. Cette publication ne peut être reproduite ou transmise en tout ou partie à des fins commerciales, comme la vente de copies de cette publication ou la fourniture d’un service d’assistance payant. Tous les efforts ont été mis en œuvre pour garantir l’exactitude des informations de ce manuel. Apple Computer, Inc., n’est pas responsable des erreurs d’impression ou de typographie. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Apple, le logo Apple, AirPort, AppleShare, AppleTalk, FireWire, iBook, iMac, iPod, Keychain, LaserWriter, Mac, Mac OS, Macintosh, Power Mac, Power Macintosh, Quartz, QuickTime, WebObjects et Xserve sont des marques d’Apple Computer, Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Apple Remote Desktop, Disk First Aid, eMac, Finder, le logo FireWire, Xcode et Xgrid sont des marques d’Apple Computer Inc. Adobe et PostScript sont des marques d’Adobe Systems Incorporated. Intel et Intel Core sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. Java et tous les logos et marques dérivés de Java sont des marques ou des marques déposées de Sun Microsystems, Inc. aux États-Unis et dans d’autres pays. PowerPC™ et le logo PowerPC™ sont des marques d’International Business Machines Corporation utilisées sous licence. UNIX est une marque déposée aux États-Unis et dans d’autres pays, sous licence exclusive de X/Open Company Ltd. Les autres noms de sociétés et de produits mentionnés sont des marques de leurs détenteurs respectifs. Les produits de tierce partie ne sont mentionnés qu’à titre indicatif, et aucunement à des fins publicitaires ou de recommandation. Apple ne se porte pas garant de ces produits et décline toute responsabilité quant à leur utilisation et à leur fonctionnement. F019-0740-A/21-7-063 Table des matières 9 À propos de ce guide 9 Nouveautés de la version 10.4 10 Informatique hautes performances 10 Gestion de l’accès des utilisateurs 13 Administration de serveur 14 Services de collaboration 15 Contenu de ce guide 17 Utilisation de l’aide à l’écran 18 La suite Mac OS X Server 21 Obtenir des mises à jour de documentation 22 Informations complémentaires 23 Chapitre 1 : Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 23 Planification 24 Installation du logiciel serveur 25 Mise à niveau et migration 26 Installation locale à partir du disque d’installation du serveur 26 Installation à distance à partir du disque d’installation du serveur 30 Automatisation de l’installation de serveurs avec une image disque4 Table des matières 31 Configuration initiale du serveur 32 Réglages établis au cours de la configuration initiale du serveur 34 Configuration interactive des serveurs 36 Automatisation de la configuration du serveur 41 Configuration des services 42 Rester à jour 43 Chapitre 2 : Avant de commencer 44 Mise en place d’une équipe de planification 45 Identification des serveurs à mettre en place 46 Choix des services à héberger sur chaque serveur 48 Définition d’une stratégie de migration 48 Mise à niveau et migration à partir d’une version antérieure de Mac OS X Server 49 Migration à partir de Windows NT 49 Définition d’une stratégie d’intégration 50 Définition de la configuration de l’infrastructure matérielle 51 Définition de l’infrastructure minimale pour la configuration du serveur 53 Vérification de la disponibilité du matériel nécessaire pour le serveur 53 Limitation de la nécessité de déplacer des serveurs après la configuration 55 Modification du nom d’hôte du serveur après la configuration 56 Modification de l’adresse IP du serveur après la configuration 56 Définition de la stratégie d’installation et de configuration à utiliser 56 Recherche et organisation des informationsTable des matières 5 57 Chapitre 3 : Installation du logiciel serveur 58 Configuration requise pour l’installation de Mac OS X Server 59 Informations nécessaires 59 Utilisation du disque d’installation du serveur 60 Mise à niveau et migration 62 Préparation des disques pour l’installation de Mac OS X Server 64 Instructions matérielles pour l’installation de Mac OS X Server 64 Identification du serveur distant lors de l’installation de Mac OS X Server 65 Installation du logiciel serveur de manière interactive à partir du disque d’installation 65 Connexion au réseau au cours de l’installation 65 Installation du logiciel serveur sur un ordinateur en réseau 66 Utilisation d’un visualiseur VNC pour préparer un disque avant l’installation 68 Utilisation du programme d’installation pour une installation locale à partir du disque d’installation 70 Utilisation de l’application Assistant du serveur pour une installation à distance depuis le disque d’installation 74 Utilisation d’un visualiseur VNC pour effectuer une installation à distance depuis le DVD d’installation 77 Mise à niveau d’un ordinateur de Mac OS X à Mac OS X Server 78 Automatisation de l’installation du logiciel serveur avec une image disque 79 Installation du logiciel serveur à l’aide de l’outil de ligne de commande installer 84 Installation de plusieurs serveurs6 Table des matières 85 Chapitre 4 : Configuration initiale du serveur 86 Informations nécessaires 87 Enregistrement des données de configuration 94 Spécification de l’utilisation initiale d’Open Directory 100 Connexion au réseau lors de la configuration initiale du serveur 101 Configuration de serveurs avec plusieurs ports Ethernet 101 Utilisation de la configuration interactive de serveur 102 Configuration interactive d’un serveur local 103 Report de la configuration de serveur local après l’installation 103 Configuration interactive d’un serveur distant 105 Configuration interactive d’un lot de serveurs distants 107 Configuration interactive de plusieurs serveurs distants tour à tour 110 Utilisation de la configuration automatique de serveur 111 Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un fichier 115 Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un répertoire 121 Détermination de l’état des configurations 121 Utilisation de la sous-fenêtre Destination pour les informations d’état de configuration 121 Gestion des échecs de configuration 122 Gestion des avertissements de configuration 123 Obtention d’informations d’état sur l’installation de la mise à niveau 123 Configuration des services 124 Configuration d’Open Directory 124 Configuration de la gestion des utilisateursTable des matières 7 125 Configuration des services de fichiers 126 Configuration du service d’impression 127 Configuration de service web 128 Configuration du service de courrier 129 Configuration de services réseau 129 Configuration de services d’images de système et de services de mise à jour de logiciels 130 Configuration de l’enchaînement et de la diffusion de données 130 Configuration d’un serveur d’applications 131 Configuration d’un serveur WebObjects 131 Configuration du service de collaboration 133 Chapitre 5 : Administration du serveur 134 Utilisation des outils d’administration 136 Ordinateurs permettant d’administrer un serveur 136 Configuration d’un ordinateur administrateur 138 Administration au moyen d’un ordinateur non Mac OS X 138 Programme d’installation 139 Assistant du serveur 139 Format de répertoire 140 Gestionnaire de groupe de travail 141 Ouverture du Gestionnaire de groupe de travail et authentification 142 Administration de comptes 144 Définition des préférences gérées8 Table des matières 146 Utilisation de données de répertoire 147 Gestion du partage 148 Configuration des présentations de réseau gérées 149 Personnalisation de l’environnement du Gestionnaire de groupe de travail 150 Admin Serveur 150 Ouverture de l’application Admin Serveur et authentification 151 Utilisation de serveurs spécifiques 154 Administration des services 157 Contrôle de l’accès aux services 158 Utilisation de SSL pour l’administration à distance des serveurs 159 Personnalisation de l’environnement d’Admin Serveur 159 Assistant réglages de passerelle 160 Gestion des images de système 161 Contrôle de serveur 163 Gestion de l’enchaînement de données 164 Apple Remote Desktop 165 Outils de ligne de commande 166 Xgrid Admin 166 Utilisation d’ordinateurs de versions antérieures à la 10.4 à partir de serveurs de version 10.4 167 Index9 Préface À propos de ce guide Ce guide vous permet de vous orienter parmi les étapes de la configuration initiale de Mac OS X Server et son administration. Il a pour but de vous aider à préparer votre serveur à répondre aux besoins de vos utilisateurs et de votre entreprise. Nouveautés de la version 10.4 Mac OS X Server version 10.4 offre des améliorations majeures dans les domaines suivants :  Informatique hautes performances.  Gestion de l’accès des utilisateurs.  Administration de serveur.  Services de collaboration. La version 10.4.7 permet de prendre en charge les ordinateurs Macintosh de serveur et de bureau à processeur Intel.10 Préface À propos de ce guide Informatique hautes performances Mac OS X Server offre une approche hautes performances et rentable des activités impliquant de nombreux calculs :  Service Xgrid. Le service de calcul Xgrid vous permet d’obtenir des performances de type super-ordinateur via la distribution des calculs sur des ensembles d’ordinateurs Mac OS X dédiés ou partagés. Le contrôleur de cluster Xgrid fournit un accès centralisé au pool de calcul distribué, appelé cluster de calcul.  Traitement 64 bits. La prise en charge du traitement 64 bits inclut une mémoire adressable sur 64 bits et la possibilité d’exécuter simultanément des applications 64 bits et 32 bits.  Mise en réseau accélérée. L’agrégation de liens permet de configurer plusieurs liaisons réseau physiques en une liaison logique unique afin d’améliorer la capacité et la disponibilité des connexions réseau. Vous pouvez également tirer parti de trames jumbo et du protocole IP sur FireWire afin d’optimiser les transmissions réseau. Gestion de l’accès des utilisateurs De nombreuses nouvelles fonctionnalités de la version 10.4 vous permettent de faciliter et de gérer l’accès des utilisateurs aux services :  Listes de contrôle d’accès (ACL). Les ACL vous permettent de créer des autorisations d’accès aux points de partage, dossiers et fichiers avec un degré élevé de précision. Un large éventail d’autorisations peut être affecté à des utilisateurs et groupes individuels, et ces autorisations peuvent être imbriquées. En outre, vous pouvez utiliser l’héritage pour propager des autorisations via une hiérarchie de systèmes de fichiers.Préface À propos de ce guide 11  Groupes imbriqués. Un groupe imbriqué est un groupe membre d’un autre groupe. Les groupes imbriqués vous permettent de gérer des groupes d’utilisateurs à un niveau global (lorsque vous souhaitez agir sur tous les membres d’un groupe) et à un niveau plus détaillé (lorsque vous souhaitez agir uniquement sur certains membres d’un groupe).  Verrouillage unifié. Mac OS X Server unifie le verrouillage des fichiers entre les protocoles AFP et SMB/CIFS. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs travaillant simultanément sur plusieurs plates-formes de partager des fichiers sans se soucier de la corruption des fichiers.  Accès aux services. Vous pouvez spécifier les utilisateurs et groupes qui peuvent utiliser les services hébergés par un serveur.  Prise en charge générale de Kerberos. Les services suivants de Mac OS X Server prennent désormais en charge l’authentification Kerberos : AFP, le courrier, FTP (File Transfer Protocol), SSH (Secure Shell), la fenêtre d’ouverture de session, LDAPv3, VPN (Virtual Private Network), l’économiseur d’écran et Apache (via le protocole SPNEGO).  Exploration réseau. Vous pouvez configurer les présentations de réseau gérées, qui sont des vues personnalisées que les utilisateurs voient lorsqu’ils sélectionnent l’icône Réseau dans la barre latérale d’une fenêtre du Finder. Une présentation de réseau gérée est constituée d’un ou plusieurs voisinages réseau, qui apparaissent dans le Finder sous forme de dossiers. Chaque dossier contient une liste de ressources qu’un administrateur a associé à la présentation. Les présentations de réseau gérées offrent un moyen efficace de présenter les ressources réseau. Vous pouvez créer plusieurs présentations pour différents ordinateurs clients. Étant donné que les présentations sont stockées avec Open Directory, la présentation de réseau d’un ordinateur est automatiquement disponible lorsqu’un utilisateur ouvre une session.12 Préface À propos de ce guide  VPN site à site. Un VPN site à site relie deux réseaux. Il offre une connexion sécurisée qu’il est facile d’établir en cas de besoin, pour configurer un réseau sur un autre site, par exemple lors du développement d’une entreprise. Un VPN site à site fait apparaî- tre les deux réseaux comme un seul pour les utilisateurs des deux sites.  Mobilité. Les utilisateurs équipés d’ordinateurs portables peuvent utiliser la liaison sécurisée afin de s’assurer que les services auxquels ils accèdent lors de leurs déplacements sont sûrs. Une liaison sécurisée offre à un ordinateur client un moyen de s’authentifier auprès d’un serveur LDAP et au serveur LDAP un moyen de s’authentifier auprès du client.  Liaison sécurisée de répertoire. La liaison sécurisée de répertoire, également appelée liaison authentifiée de répertoire, permet d’établir une connexion authentifiée entre un ordinateur client et un répertoire LDAP sur Mac OS X Server. Étant donné que l’ordinateur client authentifie le serveur LDAP avant de s’y connecter, un utilisateur malveillant ne peut pas contrôler l’ordinateur client en interposant un faux serveur LDAP non authentifié.  Importation de comptes. Les performances de l’importation de comptes dans un répertoire LDAPv3 ont été considérablement améliorées. En outre, vous pouvez désormais importer des réglages de politique de mot de passe, contrôler si des réglages prédéfinis sont appliqués lors de l’importation, ou encore spécifier la quantité d’informations journalisées.Préface À propos de ce guide 13 Administration de serveur La gestion de Mac OS X Server devient toujours plus simple et plus efficace :  Réplication de schéma Open Directory. Vous pouvez désormais stocker un schéma LDAP dans le répertoire, ce qui vous permet d’ajouter un nouveau schéma sans avoir à copier manuellement les fichiers de configuration. Les modifications sont automatiquement propagées du maître Open Directory vers tous les répliques.  Éditeur de préférences. Si vous souhaitez contrôler avec précision les réglages de préférences, vous pouvez utiliser des manifestes de préférences via le nouvel éditeur de préférences du Gestionnaire de groupe de travail. Les manifestes de préférences sont des fichiers qui décrivent la structure et les valeurs des préférences d’une application ou d’un utilitaire. L’éditeur de préférences vous permet d’utiliser des manifestes pour les préférences prédéfinies, ou d’ajouter de nouveaux manifestes pour les applications et utilitaires souhaités.  Filtrage du courrier indésirable et des virus. Le service de courrier protège les utilisateurs contre le courrier indésirable et les autres messages non autorisés. Vous pouvez définir des filtres qui permettent de réduire le courrier indésirable et les virus, filtrer le courrier commercial non sollicité, ou encore détecter les messages avec un contenu particulier. Le filtrage du courrier indésirable, basé sur le puissant outil SpamAssassin, inclut une option d’auto-apprentissage.  Configuration de passerelle réseau. Une nouvelle application, Assistant réglages de passerelle, automatise la configuration d’une passerelle simple entre le réseau local et Internet. Une passerelle vous permet de partager la connexion Internet d’un serveur entre les différents ordinateurs du réseau local. L’Assistant réglages de passerelle configure automatiquement les services DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol), NAT (Network Address Translation), coupe-feu, DNS et VPN. 14 Préface À propos de ce guide  Gestion des certificats SSL (Secure Sockets Layer). Admin Serveur facilite la gestion des certificats SSL pouvant être utilisés par le courrier, le web, Open Directory et les autres services qui les prennent en charge. Vous pouvez créer un certificat à signature automatique et générer une demande de signature de certificat (CSR, Certificate Signing Request) afin d’obtenir un certificat SSL auprès d’une autorité émettrice et de l’installer. Services de collaboration Les services de collaboration assurent la promotion des interactions entre les utilisateurs, en facilitant le travail d’équipe et la productivité. Mac OS X Server continue de fournir la prise en charge de la collaboration via la gestion des listes d’envoi, la gestion des comptes et dossiers de groupes, ainsi que le partage de fichiers multiplateformes. Deux nouveaux services de collaboration ont été ajoutés pour la version 10.4 :  Service de journal web. Mac OS X Server fournit un serveur de journal web multiutilisateur, conforme aux normes XML RSS et Atom. Le service de journal web gère l’authentification Open Directory. Pour plus de sécurité, les utilisateurs peuvent accé- der au service de journal web via un site web compatible SSL.  Service iChat. Mac OS X Server fournit une messagerie instantanée pour les utilisateurs Macintosh, Windows et Linux. L’authentification d’utilisateur est intégrée à Open Directory, et la configuration et l’administration du service iChat sont effectuées à l’aide de l’application graphique Admin Serveur. Préface À propos de ce guide 15 Contenu de ce guide Il est constitué de cinq chapitres.  Le chapitre 1, « Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration », est une synthèse des informations contenues dans les chapitres suivants. Il passe en revue les étapes de l’installation et de la configuration initiale du serveur, ainsi que les options dont vous disposez à chaque étape.  Le chapitre 2, « Avant de commencer », vous aide à optimiser les bénéfices que peut apporter Mac OS X Server à votre environnement. Il vous permet également de répondre aux besoins à la fois de l’administrateur et de l’utilisateur du serveur, mais aussi d’identifier quelles sont les conditions préalables nécessaires au serveur et aux services qui peuvent affecter l’installation et la configuration initiale.  Le chapitre 3, « Installation du logiciel serveur », présente les différentes méthodes d’installation de Mac OS X Server et vous les expose en détail.  Le chapitre 4, « Configuration initiale du serveur », vous explique comment configurer les fonctions élémentaires de Mac OS X Server de manière interactive ou automatique. Il vous indique également les étapes à suivre après la configuration initiale.  Le chapitre 5, « Administration du serveur », offre une description des applications graphiques que vous pouvez utiliser pour administrer Mac OS X Server localement sur le serveur ou à distance depuis un autre serveur ou un ordinateur administrateur.16 Préface À propos de ce guide Les chapitres et annexes supplémentaires qui figuraient dans la première édition du manuel Premiers contacts se trouvent désormais dans un document séparé, intitulé « Supplément à la deuxième édition du guide Premiers contacts avec la version 10.4 ou ultérieure de Mac OS X Server ». Lisez-le pour vous familiariser avec des scénarios type d’utilisation de Mac OS X S, ses services et sa terminologie. L’exemple de configuration inclus vous expose en détails une méthode pour installer Mac OS X Server et effectuer la configuration initiale du serveur dans une petite entreprise. Vous pouvez utiliser la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) fournie pour noter les informations dont vous aurez besoin lorsque vous installerez et configurerez Mac OS X Server. La feuille d’opérations est également disponible individuellement. Vous trouverez le supplément au guide Premiers contacts et la feuille d’opérations sous forme de fichiers PDF dans le dossier Documentation du disque d’installation de Mac OS X Server et sur le CD Mac OS X Server Admin Tools. Ces documents sont également disponibles sur le site web de la documentation relative au serveur : www.apple.com/fr/server/documentation. Remarque : étant donné qu’Apple publie régulièrement de nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels, les illustrations de ce document peuvent être différentes de celles qui s’affichent à l’écran.Préface À propos de ce guide 17 Utilisation de l’aide à l’écran Vous pouvez afficher des instructions et d’autres informations utiles sur la suite serveur en utilisant l’aide à l’écran. Sur un ordinateur qui exécute Mac OS X Server, vous pouvez accéder à l’aide à l’écran après avoir ouvert le Gestionnaire de groupe de travail ou Admin Serveur. À partir du menu d’aide, sélectionnez l’une des options :  Aide Gestionnaire de groupe de travail ou Aide Admin Serveur affiche des informations sur l’application.  Aide Mac OS X Server affiche la page d’aide principale du serveur, à partir de laquelle vous pouvez rechercher des informations sur le serveur.  Documentation vous permet d’accéder au site www.apple.com/fr/server/documentation, à partir duquel vous pouvez télécharger la documentation concernant le serveur. Vous pouvez également accéder à l’aide à l’écran à partir du Finder ou d’autres applications d’un serveur ou d’un ordinateur administrateur. Un ordinateur administrateur est un ordinateur Mac OS X sur lequel est installé un logiciel d’administration de serveur. Utilisez le menu Aide afin d’ouvrir Visualisation Aide, puis choisissez Bibliothèque > Aide Mac OS X Server. Pour consulter les toutes dernières rubriques d’aide, assurez-vous que l’ordinateur serveur ou administrateur est connecté à Internet lorsque vous utilisez Visualisation Aide. Visualisation Aide extrait et met en cache automatiquement les toutes dernières rubriques d’aide sur Internet concernant le serveur. Lorsque vous n’êtes pas connecté à Internet, Visualisation Aide affiche les rubriques d’aide mises en cache.18 Préface À propos de ce guide La suite Mac OS X Server La documentation de Mac OS X Server comprend une série de guides présentant les services offerts ainsi que les instructions relatives à leur configuration, leur gestion et leur dépannage. Tous les guides sont disponibles au format PDF via : www.apple.com/fr/server/documentation. Ce guide ... explique comment : Premiers contacts, Supplément au guide Premiers contacts, et Feuille d’opérations de Mac OS X Server Installer Mac OS X Server et le configurer pour la première fois. Administration des services de collaboration Configurer et gérer les services de journal web, de chat et autres qui facilitent les interactions entre utilisateurs. Administration par ligne de commande Utiliser les commandes et les fichiers de configuration pour exécuter les tâches d’administration du serveur via l’interpré- teur de commandes UNIX. Utilisation d’ordinateurs Mac OS X dans l’enseignement primaire et secondaire (Deploying Mac OS X Computers for K-12 Education) Configurer et déployer Mac OS X Server ainsi qu’un ensemble d’ordinateurs Mac OS X et les utiliser dans l’enseignement primaire et secondaire (professeurs, élèves et personnel). Utilisation de Mac OS X Server pour un environnement informatique hautes performances (Deploying Mac OS X Server for High Performance Computing) Configurer et gérer Mac OS X Server et les ordinateurs en grappe de serveurs Apple afin d’accélérer le traitement des opérations informatiques complexes.Préface À propos de ce guide 19 Administration du service de fichiers Partager des volumes ou dossiers de serveur sélectionnés parmi les clients du serveur via les protocoles suivants : AFP, NFS, FTP et SMB/CIFS. Administration de la haute disponibilité Gérer les basculements IP, l’agrégation des liens, l’équilibrage de charge et d’autres configurations matérielles et logicielles pour garantir la haute disponibilité des services Mac OS X Server. Guide du serveur d’applications Java (Java Application Server Guide) Configurer et administrer un serveur d’applications JBoss sur Mac OS X Server. Configuration de la sécurité pour Mac OS X (Mac OS X Security Configuration) Sécuriser les ordinateurs client Mac OS X. Configuration de la sécurité pour Mac OS X Server (Mac OS X Server Security Configuration) Sécuriser les ordinateurs Mac OS X Server. Administration du service de courrier Installer, configurer et administrer les services de courrier sur le serveur. Migration à partir de Windows NT vers Mac OS X Server Déplacer des comptes, des dossiers partagés et des services à partir de serveurs Windows NT vers Mac OS X Server. Administration des services réseau Installer, configurer et administrer DHCP, DNS, VPN, NTP, coupe-feu IP et services NAT sur le serveur. Administration d’Open Directory Gérer les services de répertoires et d’authentification. Administration du service d’impression Héberger les imprimantes partagées et gérer les files d’attente et travaux d’impression associés. Ce guide ... explique comment :20 Préface À propos de ce guide Administration de QuickTime Streaming Server 5.5 Configurer et gérer les services d’enchaînement QuickTime. Administration de mises à jour de logiciels et d’images de système Utiliser NetBoot et Installation en réseau pour créer des images disque à partir desquelles les ordinateurs Macintosh peuvent démarrer sur le réseau. Configurer un serveur de mise à jour de logiciels pour la mise à jour d’ordinateurs clients via le réseau. Mise à niveau et migration Utiliser les données et les réglages des services actuellement utilisés sur les versions antérieures du logiciel serveur. Gestion des utilisateurs Créer et gérer des comptes d’utilisateur, groupes et listes d’ordinateurs. Configurer les préférences gérées des clients Mac OS X. Administration des technologies web Configurer et gérer un serveur web, dont WebDAV, WebMail, et les modules web. Administration des services Windows Configurer et gérer des services tels que PDC, BDC, fichiers et impression pour les utilisateurs d’ordinateurs Windows. Administration d’Xgrid Gérer des clusters de calcul Xserve à l’aide de l’application Xgrid. Mac OS X Server Glossaire Savoir à quoi correspondent les termes utilisés pour les produits de serveur et les produits de stockage. Ce guide ... explique comment :Préface À propos de ce guide 21 Obtenir des mises à jour de documentation Apple publie régulièrement de nouvelles rubriques d’aide à l’écran, des guides révisés et des documents de solutions. Les nouvelles rubriques d’aide incluent des mises à jour des guides les plus récents.  Pour afficher de nouvelles rubriques d’aide à l’écran, assurez-vous que votre ordinateur serveur ou administrateur est connecté à Internet et cliquez sur le lien Informations de dernière minute dans la page d’aide principale de Mac OS X Server.  Pour télécharger les guides et documents de solutions les plus récents au format PDF, rendez-vous à la page web de documentation de Mac OS X Server : www.apple.com/fr/server/documentation.22 Préface À propos de ce guide Informations complémentaires Pour plus d’informations, consultez les ressources suivantes :  Documents Ouvrez-moi : mises à jour importantes et informations spécifiques ; recherchez-les sur les disques du serveur.  Site web de Mac OS X Server (www.apple.com/fr/macosx/server) : une passerelle vers de plus amples informations sur divers produits et technologies.  Site web de service et d’assistance Apple (www.apple.com/fr/support) : un accès à des centaines d’articles concernant le service d’assistance Apple.  Formation des clients Apple (train.apple.com) : cours en salle et autoformations pour développer vos compétences en termes d’administration de serveur.  Groupes de discussion Apple (discussions.info.apple.com) : un moyen de partager questions, connaissances et conseils avec d’autres administrateurs.  Répertoire de liste d’envoi Apple (www.lists.apple.com) : abonnez-vous à des listes d’envoi afin de pouvoir communiquer par courrier électronique avec d’autres administrateurs.1 23 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Avant d’installer et de configurer Mac OS X Server, prenez le temps de planifier l’opération et de vous familiariser avec les options. Ce chapitre est une synthèse des informations contenues dans les chapitres suivants. Il passe en revue les étapes de l’installation et de la configuration initiale du serveur, ainsi que les options dont vous disposez à chaque étape. Planification Lors de la phase de planification, vous déterminez de quelle manière vous prévoyez d’utiliser Mac OS X Server et si des opérations s’avèrent nécessaires avant son installation. Installez le logiciel serveur Programmez Configurez le serveur Configurez les services Restez à jour24 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Il se peut par exemple que vous souhaitiez passer un serveur existant à la version 10.4 tout en continuant à héberger des services de répertoires, de fichiers et de courrier pour les clients de votre réseau. Avant d’installer votre logiciel serveur, vous devrez peut-être préparer les données à faire migrer vers votre nouveau serveur, et vous demander si le moment est opportun pour mettre en œuvre une nouvelle solution de services de répertoires. Le chapitre 2, « Avant de commencer », à la page 43 vous aidera à comprendre ce que vous devez faire en premier lieu et ce que vous pouvez remettre à plus tard. Lors de la phase de planification, vous décidez également quelles options d’installation et de configuration du serveur sont les plus adaptées à vos besoins. Le supplément au guide Premiers contacts présente un exemple illustrant l’installation et la configuration d’un serveur dans le contexte d’une petite entreprise. Installation du logiciel serveur Sur certains ordinateurs, Mac OS X Server version 10.4 est installé d’office. Toutefois, vous serez parfois amené à installer le logiciel serveur, par exemple pour effectuer une mise à niveau à partir d’un serveur 10.2 ou 10.3, pour transformer en serveur un ordinateur équipé de Mac OS X version 10.4, ou pour restaurer entièrement votre environnement serveur. Vous pouvez installer le logiciel serveur :  à partir du disque d’installation du serveur ;  à partir d’une image d’installation que vous configurez et stockez sur le disque (installation automatisée). Le chapitre 3, « Installation du logiciel serveur », à la page 57 fournit des instructions détaillées sur toutes les options d’installation résumées dans les sections suivantes.Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 25 Mise à niveau et migration Si vous utilisez actuellement une version de Mac OS X Server antérieure à la version 10.4 et que vous souhaitez conserver les données et réglages, vous pouvez procéder à une mise à niveau ou à une migration vers la version 10.4. Si vous utilisez Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8 et que vous n’avez pas besoin de changer de matériel, vous pouvez effectuer une installation de mise à niveau. La mise à niveau est simple, car elle préserve les données et réglages existants. Vous pouvez effectuer une mise à niveau à l’aide de n’importe lequel des scénarios d’installation décrits dans les sections suivantes. Si vous ne pouvez pas procéder à une installation de mise à niveau, comme par exemple lorsque vous devez formater le disque du système ou mettre à niveau le matériel du serveur, vous pouvez faire migrer les données et réglages vers un ordinateur sur lequel vous avez installé Mac OS X Server version 10.4. La migration à partir des versions 10.3.9, 10.2.8, 10.1.4, 10.1.5 et 1.2 de Mac OS X Server et de la version 6.3.3 d’AppleShare IP est prise en charge. Le guide de mise à niveau et de migration fournit des instructions complètes pour la réutilisation de données et de réglages dans ces deux scénarios. Remarque : vous ne pouvez pas effectuer de mise à jour à une version ultérieure à 10.4 en utilisant un disque d’installation de Mac OS X Server. Par exemple, vous ne pouvez pas utiliser le DVD d’installation de la version 10.4.7 pour mettre à jour une version antérieure. Pour savoir comment mettre à jour à la dernière version en date, consultez « Rester à jour » à la page 42.26 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Installation locale à partir du disque d’installation du serveur Si le serveur cible dispose d’un clavier et d’un écran ainsi que d’un lecteur optique, vous pouvez lancer l’installation de Mac OS X Server localement en démarrant le serveur à partir d’un disque d’installation. Le programme d’installation, automatiquement lancé après le démarrage, permet d’installer le logiciel serveur en se laissant guider par une interface graphique. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Utilisation du programme d’installation pour une installation locale à partir du disque d’installation » à la page 68. Si vous préférez utiliser la ligne de commande, lancez l’application Terminal à partir du menu du programme d’installation et suivez les instructions dans « Installation du logiciel serveur à l’aide de l’outil de ligne de commande installer » à la page 79. Installation à distance à partir du disque d’installation du serveur Si le serveur cible ne dispose pas d’un clavier ou d’un écran ou s’il ne s’agit pas de l’ordinateur que vous utilisez, vous pouvez utiliser un ordinateur administrateur pour installer le logiciel serveur à partir du disque d’installation du serveur. Programme d’installation ou outil installer dans l’application TerminalChapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 27 Un ordinateur administrateur est un ordinateur Mac OS X Server version 10.4 ou Mac OS X version 10.4 sur lequel vous avez installé les logiciels de gestion de serveur. La section « Configuration d’un ordinateur administrateur » à la page 136 vous indique comment installer un ordinateur administrateur Mac OS X. Le serveur cible peut se trouver sur le même sous-réseau que l’ordinateur administrateur ou sur un autre. Vous pouvez également contrôler l’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur depuis un autre ordinateur à l’aide d’un visualiseur VNC. Ce type de logiciel est disponible en open-source, et Apple Remote Desktop (décrit à la page 164) est doté d’une fonctionnalité de visualiseur VNC. Si le serveur cible dispose d’un lecteur optique capable de lire votre disque d’installation, démarrez le serveur à l’aide d’un disque d’installation du serveur, comme illustré à la page suivante. Utilisez alors l’Assistant du serveur depuis l’ordinateur administrateur pour démarrer le processus d’installation. Vous pouvez également utiliser un visualiseur VNC pour contrôler l’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur. Si vous souhaitez installer le logiciel serveur sur plusieurs serveurs, initialisez chacun d’entre eux à partir d’un disque d’installation. Ouvrez ensuite une fenêtre de l’Assistant du serveur pour chaque installation à effectuer ou bien utilisez un visualiseur VNC pour établir une connexion à chaque serveur démarré à partir d’un disque d’installation pour version 10.4.7 ou ulté- rieure. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Utilisation de l’application Assistant du serveur pour une installation à distance depuis le disque d’installation » à la page 70 ou « Utilisation d’un visualiseur VNC pour effectuer une installation à distance depuis le DVD d’installation » à la page 74. 28 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Vous pouvez également utiliser la ligne de commande. Après l’avoir initialisé, connectez-vous au serveur cible via SSH à partir d’un ordinateur administrateur et suivez les instructions exposées à la section « Installation du logiciel serveur à l’aide de l’outil de ligne de commande installer » à la page 79. Si vous souhaitez installer le logiciel serveur sur plusieurs serveurs, démarrez-les à partir d’un disque d’installation, puis ouvrez une fenêtre de Terminal pour chaque installation. Ordinateur administrateur Sous-réseau 1 Sous-réseau 2 Bienvenue >programme d’installation >programme d’installationChapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 29 Si le serveur cible ne dispose pas d’un clavier, d’un écran et d’un lecteur optique capable de lire votre disque d’installation, vous pouvez utiliser le lecteur optique d’un ordinateur administrateur connecté au serveur cible via un câble FireWire. Démarrez le serveur en mode disque cible, ce qui fait apparaître le serveur cible sous la forme d’un disque dur FireWire sur l’ordinateur administrateur. (Lorsque vous utilisez ce mode, une icône de disque pour chaque partition du disque dur du serveur s’affiche sur le bureau de l’ordinateur administrateur.) Sur l’ordinateur administrateur, procédez à l’installation sur l’un des volumes de serveur cible montés depuis un disque d’installation. Dans ce cas, vous devez terminer une installation avant d’en commencer une autre. Il existe d’autres façons de travailler avec un serveur cible ne disposant pas de lecteur optique capable de lire votre disque d’installation. Vous pouvez par exemple démarrer le serveur à partir d’un lecteur optique externe relié au serveur cible via un câble FireWire. Vous pouvez aussi utiliser le lecteur optique d’un autre ordinateur connecté au serveur cible via un câble FireWire. Démarrer l’autre ordinateur en mode disque cible rend son lecteur optique disponible comme lecteur optique externe sur le serveur cible. Ordinateur administrateur30 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Après avoir démarré le serveur cible depuis un lecteur optique externe, utilisez un ordinateur administrateur pour lancer l’installation du logiciel serveur. Vous pouvez également utiliser un visualiseur VNC pour contrôler l’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur. Vous pouvez également installer le logiciel serveur sur un système Xserve sans lecteur optique en déplaçant son module de disque vers un autre système Xserve doté, lui, d’un tel lecteur. Vous trouverez des instructions relatives à l’utilisation du mode disque cible et des lecteurs optiques externes dans les documents Présentation, Premiers contacts, ou Guide de l’utilisateur qui accompagnent les systèmes Xserve et les ordinateurs Macintosh. Automatisation de l’installation de serveurs avec une image disque Si vous devez installer le logiciel serveur sur un grand nombre de serveurs ou le réinstaller fréquemment, vous pouvez accélérer l’installation via une image d’installation qui demeurera sur le disque dur plutôt que sur le disque d’installation. Cette technique est illustrée à la page suivante. Reportez-vous au guide d’administration de mises à jour de logiciels et d’images de système pour des instructions relatives à la création et au déploiement d’images d’Installation en réseau créées à partir d’un CD, d’un DVD ou bien d’un volume ou d’une partition existant(e). Reportez-vous à la section « Automatisation de l’installation du logiciel serveur avec une image disque » à la page 78 pour en savoir plus sur l’utilisation de ces images pour installer le serveur. Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 31 Configuration initiale du serveur Après avoir installé le logiciel serveur, l’étape suivante consiste à configurer le serveur. Il y a plusieurs manières de configurer un serveur :  en configurant un ou plusieurs serveurs de manière interactive ;  en automatisant la configuration des serveurs en enregistrant les données de configuration dans un fichier ou dans un répertoire. Les serveurs à configurer sont ensuite paramétrés de manière à accéder à ces données. Serveurs cible Serveurs cible NetBoot Serveur Mac OS X Lancement de l’installation du serveur Ordinateur administrateur Destination32 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Le chapitre 4, « Configuration initiale du serveur », à la page 85 fournit des instructions détaillées pour tous les scénarios de configuration du serveur, résumées ci-dessous après une explication de ce qui se passe au cours de la configuration initiale du serveur. Réglages établis au cours de la configuration initiale du serveur Au cours de la configuration du serveur, des réglages de base sont établis :  Le choix de la langue utilisée pour l’administration du serveur et le clavier de l’ordinateur est défini.  Le numéro de série du logiciel serveur est défini.  Un utilisateur administrateur de serveur est défini et le répertoire de départ de l’utilisateur est créé. Si vous configurez le serveur en tant que maître Open Directory, un administrateur de domaine est également défini pour le répertoire LDAP.  La définition des points de partage AFP et FTP par défaut, tels que Éléments partagés, Utilisateurs et Groupes.  La configuration de base des informations Open Directory. Au moins un domaine local NetInfo est créé. Vous pouvez également configurer un répertoire LDAP pouvant être utilisé par d’autres ordinateurs, ou configurer le serveur afin d’obtenir les informations de répertoire à partir d’autres serveurs.  Le nom d’hôte, le nom d’ordinateur et le nom d’hôte local sont définis. Vous pouvez spécifier le nom de l’ordinateur et le nom d’hôte local, mais l’Assistant du serveur configure automatiquement le nom d’hôte sur AUTOMATIC dans /etc/hostconfig. Avec ce réglage, le nom d’hôte du serveur est le premier nom qui est vrai dans cette liste :  Le nom fourni par le serveur DHCP ou BootP pour l’adresse IP principale.  Le premier nom renvoyé par une requête DNS inversé (adresse-vers-nom) pour l’adresse IP principale.Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 33  Le nom d’hôte local.  Le nom « localhost ».  Les interfaces réseau (ports) sont configurées. Les réglages TCP/IP et Ethernet sont définis pour chaque port que vous souhaitez activer.  La configuration éventuelle du service d’horloge réseau.  L’activation éventuelle de services ne nécessitant pas de configuration supplémentaire. Par défaut, pour renforcer la sécurité, les seuls processus du serveur en service sont ceux indispensables aux fonctions de base du système. Les services accessibles depuis l’extérieur, tels que courrier, web et services de fichiers, sont désactivés par défaut et les ports correspondants fermés. Si vous procédez à la mise à niveau, les réglages de base actuels s’affichent au cours du processus de configuration, mais vous pouvez les modifier. D’autres réglages, tels que les points de partage que vous avez définis et les services que vous avez configurés, sont préservés. Reportez-vous au guide de mise à niveau et de migration pour une description complète des éléments mis à niveau et des actions que vous pouvez entreprendre à la suite de la configuration du serveur. Vous ne pouvez réaliser qu’une seule fois la configuration initiale du serveur sans réinstaller celui-ci. Si vous avez besoin de modifier l’un des réglages établis lors de la configuration, il existe d’autres moyens de le faire. Vous pouvez par exemple utiliser Admin Serveur ou Format de répertoire pour gérer les réglages Open Directory.34 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Configuration interactive des serveurs Le moyen le plus simple de configurer un petit nombre de serveurs est de faire appel au processus de l’Assistant du serveur, après avoir établi une connexion avec chacun des serveurs tour à tour. Fournissez alors les données de configuration des serveurs de manière interactive et démarrez ensuite immédiatement la configuration. Il s’agit de la technique utilisée pour configurer un serveur local, comme décrit à la section « Configuration interactive d’un serveur local » à la page 102. Vous pouvez également utiliser cette méthode interactive pour configurer un serveur distant à partir d’un ordinateur administrateur. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Configuration interactive d’un serveur distant » à la page 103.Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 35 Lorsque plusieurs serveurs distants peuvent utiliser les mêmes données de configuration, vous pouvez indiquer celles-ci, puis lancer la configuration simultanée de tous les serveurs : il est alors question d’une configuration par lot. Pour cette technique, représentée à gauche dans l’illustration ci-dessous, les identifiants réseau de tous les serveurs cible doivent être définis à l’aide de DHCP ou de BootP. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Configuration interactive d’un lot de serveurs distants » à la page 105. Sous-réseau 1 Sous-réseau 2 Bienvenue Bienvenue Bienvenue36 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Si vous souhaitez personnaliser la configuration des serveurs, vous pouvez gérer chacune d’elles séparément à partir d’une fenêtre distincte de l’Assistant du serveur. Cette manière de procéder est représentée à droite dans l’illustration ci-dessus. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Configuration interactive de plusieurs serveurs distants tour à tour » à la page 107. Bien que l’illustration précédente montre des serveurs cible se trouvant sur le même sous-réseau que l’ordinateur administrateur dans un cas et sur un sous-réseau diffé- rent dans l’autre, les deux méthodes de configuration peuvent être employées indiffé- remment. Si le serveur cible est sur un sous-réseau différent, vous devez fournir son adresse IP. Les serveurs se trouvant sur le même sous-réseau sont indiqués par l’Assistant du serveur ; il suffit dans ce cas de sélectionner un ou plusieurs serveurs dans la liste. Automatisation de la configuration du serveur Si vous devez configurer un nombre plus important de serveurs, la configuration automatisée peut être la bonne solution. Cette méthode permet également d’enregistrer les données de configuration afin de les réutiliser pour réinstaller par la suite un logiciel serveur.Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 37 Utilisez l’Assistant du serveur pour spécifier les données de configuration, puis enregistrez ces données dans un fichier ou un répertoire. Par défaut, les données de configuration enregistrées sont cryptées pour plus de sécurité. Utilisation des données de configuration stockées sur un fichier Lorsque vous placez un fichier de configuration sur un volume (CD, DVD, iPod, clé USB, partition de disque) monté localement sur un serveur installé mais pas configuré, ce dernier détecte le fichier et l’utilise automatiquement pour se configurer. Données de configuration Ordinateur administrateur dans un répertoire Données de configuration dans un fichier38 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Vous pouvez par exemple stocker plusieurs fichiers de configuration sur un iPod, puis connecter l’iPod au premier serveur pour lequel existe un fichier de configuration, avant de le connecter au serveur suivant, et ainsi de suite. iPod iPodChapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 39 Chaque serveur reconnaît son propre fichier puisqu’il a été nommé en utilisant l’un de ses identifiants et que son emplacement est connu. Ainsi, un serveur dont les huit premiers caractères du numéro de série seraient WXYZ1234 utiliserait le fichier suivant pour s’autoconfigurer : /Volumes/MyIPod/Auto Server Setup/ WXYZ1234.plist. Une autre solution consiste à utiliser l’adresse IP d’un serveur comme identifiant. Un serveur avec l’adresse IP 10.0.0.4 utiliserait le fichier suivant : /Volumes/MyIPod/Auto Server Setup/10.0.0.4.plist. Vous pouvez également utiliser un seul fichier nommé « generique.plist » par exemple, pour configurer plusieurs serveurs si les données de configuration n’ont pas besoin d’être individualisées et que les identités réseau des serveurs sont fournies via DHCP. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un fichier » à la page 111. Utilisation de données de configuration stockées dans un répertoire Le serveur cible peut également se configurer à l’aide de données de configuration stockées dans un répertoire. Il doit alors être configuré pour accéder à ce dossier. Bien que le stockage de données de configuration dans un dossier soit la manière la plus automatisée de configurer plusieurs serveurs, cette approche suppose au préalable une infrastructure afin que les serveurs cibles puissent trouver les données de configuration stockées dans le répertoire. 40 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Les composants essentiels de l’infrastructure sont les services DHCP et Open Directory, comme le montre l’illustration ci-dessous. Le serveur Open Directory de cet exemple héberge un répertoire LDAP dans lequel ont été enregistrées des données de configuration. L’adresse du serveur Open Directory est abonnée au service DHCP, exécuté sur un autre serveur dans le cas présent. Le service DHCP fournit l’adresse du serveur Open Directory aux serveurs cibles lorsqu’il affecte des adresses IP à ces serveurs. Les serveurs cibles détectent automatiquement les données de configuration qui ont été stockées à leur intention dans le répertoire LDAP et les utilisent pour s’autoconfigurer. Vous pouvez enregistrer les données de configuration dans un répertoire Apple OpenLDAP ou dans tout autre répertoire gérant le système d’extensions Apple pour les données de configuration enregistrées. Ce système d’extensions est documenté dans le guide d’administration Open Directory. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un répertoire » à la page 115. Serveur Open Directory Serveur DHCPChapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration 41 Utilisation du cryptage Par défaut, les données de configuration enregistrées sont cryptées pour plus de sécurité. Avant qu’un serveur puisse s’autoconfigurer en utilisant des données cryptées, il doit pouvoir accéder à la phrase secrète employée lors du cryptage des données. La phrase secrète peut être fournie soit de manière interactive (en utilisant l’Assistant du serveur), soit à partir d’un fichier sur un volume local du serveur cible. Vous pouvez par exemple stocker le fichier avec la phrase secrète sur un iPod, puis connecter ce dernier à chacun des serveurs ayant besoin de la phrase secrète. Un serveur dont l’adresse IP serait 10.0.0.4 utiliserait ainsi le fichier /Volumes/MyIPod/Auto Server Setup/10.0.0.4.pass. Configuration des services Au terme de la configuration initiale du serveur, vous pouvez :  Faites migrer les données et réglages à partir d’un serveur antérieur. Reportez-vous au guide de mise à niveau et de migration pour savoir comment procéder.  Configurez les services individuels que vous souhaitez fournir. Consultez les guides d’administration des différents services afin de connaître les options propres à chaque service. Lorsque vous configurez des services, utilisez les outils d’administration du serveur décrits dans le chapitre 5, « Administration du serveur », à la page 133. 42 Chapitre 1 Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration Rester à jour Une fois que vous avez configuré le serveur, vous pouvez le mettre à jour lorsque Apple publie des mises à jour de logiciels serveur. Il existe différentes façons d’accéder aux mises à jour de Mac OS X Server :  Utilisez la sous-fenêtre Mise à jour de logiciels dans les Préférences Système.  Utilisez l’outil de ligne de commande softwareupdate.  Dans Admin Serveur, sélectionnez un serveur dans la liste Ordinateurs et services, puis cliquez sur le bouton Mettre à jour.  Utilisez le service de mise à jour de logiciels de serveur.  Téléchargez une image disque de la mise à jour du logiciel depuis le site www.apple.com/fr/support/downloads.2 43 2 Avant de commencer Avant d’installer et de configurer Mac OS X Server, prenez le temps d’effectuer un minimum de planification. Les principaux objectifs de la phase de planification sont de s’assurer que :  les serveurs que vous déployez répondent aux besoins des utilisateurs et administrateurs ;  les conditions préalables en matière de serveur et de services et qui affectent l’installation et la configuration initiale ont été identifiées. La planification de l’installation est particulièrement importante si vous intégrez Mac OS X Server dans un réseau existant, si vous migrez à partir de versions antérieures de Mac OS X Server ou si vous prévoyez de mettre en place plusieurs serveurs. Mais même dans un environnement à un serveur unique, il est préférable d’évaluer rapidement les besoins auxquels répondra le serveur. Ce chapitre pourra servir de base à votre réflexion. Il ne présente pas un algorithme de planification rigoureux. Il ne fournit pas non plus les détails nécessaires pour déterminer s’il faut implémenter un service donné ou évaluer les ressources qu’il nécessite. Considérez simplement ce chapitre comme une occasion de faire une pause et de réfléchir à la manière d’optimiser les avantages que présente Mac OS X Server dans votre environnement.44 Chapitre 2 Avant de commencer Comme la conception, la planification n’est pas non plus forcément un processus linéaire. Sachez que l’ordre des sections de ce chapitre n’est en rien obligatoire. Différentes sections offrent des suggestions qui peuvent être mises en œuvre de manière simultanée ou itérative. Mise en place d’une équipe de planification Impliquez dans le processus de planification de l’installation des personnes représentant différents points de vue :  Quels sont les besoins au jour le jour que doit satisfaire un serveur ? Pour quelles activités les utilisateurs et les groupes de travail dépendront-ils du serveur ? Si le serveur doit être employé dans une salle de cours, veillez à ce que le formateur qui gérera ses services et l’administrera au quotidien soit consulté.  Quels besoins devront être satisfaits en matière de gestion des utilisateurs ? L’initialisation des ordinateurs doit-elle se faire à l’aide de NetBoot ? Sera-t-il nécessaire de mettre en place une gestion des clients Macintosh et des répertoires de départ du réseau ? Les personnes ayant de l’expérience dans le domaine de l’administration de serveurs doivent discuter avec les utilisateurs du serveur n’ayant pas de compé- tences techniques particulières afin que ces derniers comprennent mieux l’intérêt de certains services.  Quels services existants non Apple, tel qu’Active Directory, le serveur devra-t-il intégrer ? Si vous avez prévu de remplacer un ordinateur Windows NT, envisagez d’utiliser pour cela Mac OS X Server, qui gère de manière complète les clients Windows. Assurez-vous que les administrateurs qui connaissent ces autres systèmes participent au processus de planification.Chapitre 2 Avant de commencer 45  Quelles sont les caractéristiques du réseau dans lequel le serveur sera installé ? Devrez-vous mettre à jour les alimentations électriques, les commutateurs ou d’autres composants réseau ? Le moment est-il venu de réorganiser les infrastructures où sont hébergés vos serveurs ? Une personne ayant des connaissances en matière de systèmes et de réseaux pourra contribuer à la prise de décision et remplir la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure). Identification des serveurs à mettre en place Effectuez un inventaire des serveurs :  De combien de serveurs disposez-vous actuellement ?  Comment sont-ils utilisés ?  Comment optimiser l’utilisation des serveurs que vous souhaitez garder ?  Y a-t-il des serveurs que vous souhaitez supprimer ? Lesquels peuvent être remplacés par Mac OS X Server?  Avec quels serveurs non Apple faudra-t-il intégrer Mac OS X Server ? Pourquoi ?  Y a-t-il des serveurs Mac OS X Server devant être passés à la version 10.4 ?  Combien de nouveaux ordinateurs Mac OS X devront être mis en place ?46 Chapitre 2 Avant de commencer Choix des services à héberger sur chaque serveur Identifiez quels services vous voulez héberger sur chaque Mac OS X Server et sur chaque serveur non Apple que vous choisissez d’utiliser. Pour distribuer des services entre serveurs, vous devez connaître à la fois les utilisateurs et les services. Voici quelques exemples d’influence des options de services et des configurations matérielles et logicielles requises sur ce qui est installé sur chacun des serveurs :  Les implémentations de services de répertoire peuvent aller de l’utilisation des répertoires existants et de l’authentification Kerberos hébergée sur des serveurs non Apple à des répertoires Open Directory sur des serveurs disséminés partout dans le monde. Les services de répertoire nécessitent une analyse et une planification approfondies. Le guide d’administration Open Directory peut vous aider à comprendre les options et les possibilités.  Les répertoires de départ pour les utilisateurs du réseau peuvent être regroupés sur un seul serveur ou distribués sur plusieurs. Ils peuvent être déplacés en cas de besoin, mais vous risquez alors de devoir modifier un grand nombre de fiches d’utilisateurs et de points de partage. Par conséquent, développez une stratégie valable pendant une durée raisonnablement longue. Consultez le guide de gestion des utilisateurs pour plus d’informations sur les répertoires de départ.  Certains services permettent de limiter l’espace disque sollicité par chaque utilisateur. Vous pouvez par exemple mettre en place des quotas à la fois pour les répertoires de départ et pour le courrier des utilisateurs. Pensez aux quotas en tant que moyen d’augmenter l’espace disque disponible sur un serveur qui stocke des répertoires de départ et des bases de données de courrier. Les guides de gestion des utilisateurs et d’administration du service de courrier décrivent les quotas de répertoires de départ et de courrier, respectivement.Chapitre 2 Avant de commencer 47  Les besoins en matière d’espace disque dépendent également des types de fichiers hébergés par le serveur. Pour les environnements créatifs, il est nécessaire de prévoir de très importantes capacités de stockage du fait du volume important des fichiers d’images, vidéo etc., alors qu’une école primaire aura des besoins beaucoup plus modestes. Le guide d’administration des services de fichiers décrit le partage de fichiers.  Si vous prévoyez de mettre en place un serveur d’enchaînement de données, vous devrez allouer un espace disque suffisant pour un certain nombre d’heures de diffusion en continu de vidéo ou de son. Reportez-vous au guide d’administration de QuickTime Streaming Server pour connaître les configurations matérielles requises et obtenir un exemple de configuration.  Le nombre d’ordinateurs client NetBoot que vous pouvez connecter à un serveur dépend du nombre de connexions Ethernet du serveur, du nombre d’utilisateurs, de la quantité de RAM et d’espace disque disponible, ainsi que d’autres facteurs. Le service DHCP doit être disponible. Reportez-vous au guide d’imagerie système et d’administration des mises à jour logicielles pour connaître les règles de planification de capacité NetBoot.  Mac OS X Server offre une gestion complète des utilisateurs Windows. Vous pouvez regrouper les tâches de gestion sur des serveurs fournissant des services de contrôleur principal de domaine ou bien répartir les services sur différents serveurs. Le guide d’administration des services Windows décrit les options disponibles.  Si vous voulez utiliser un RAID logiciel pour segmenter des disques ou les mettre en miroir, vous aurez besoin de deux lecteurs non Firewire ou plus sur un serveur. Consultez l’aide en ligne d’Utilitaire de disque pour plus d’informations. Avant de prendre des décisions définitives quant à l’hébergement des services par les différents serveurs, familiarisez-vous avec les guides d’administration de chacun des services que vous souhaitez déployer. 48 Chapitre 2 Avant de commencer Définition d’une stratégie de migration Si vous utilisez un serveur Mac OS X Server antérieur à la version 10.4 ou un serveur Windows NT, examinez les opportunités de déplacement des données et réglages vers un serveur Mac OS X Server version 10.4. Mise à niveau et migration à partir d’une version antérieure de Mac OS X Server Si vous utilisez des ordinateurs équipés de versions de Mac OS X Server antérieures à la version 10.4, envisagez leur mise à niveau vers la version 10.4. Si vous utilisez la version 10.3.9 ou 10.2.8 et que vous n’avez pas besoin de changer de matériel, vous pouvez effectuer une installation de mise à niveau. La mise à niveau est simple, car elle préserve les données et réglages existants. Si vous utilisiez le Gestionnaire Macintosh pour gérer les ordinateurs client Mac OS 9, vous pouvez continuer ainsi, option qui n’est pas possible lorsque vous procédez à une migration. Reportez-vous à la documentation de votre serveur de version 10.2 ou 10.3 pour plus d’informations sur le Gestionnaire Macintosh. Lorsque cette approche est impossible, vous pouvez migrer les données et les réglages. Vous devrez procéder à une migration, et non à une mise à niveau, dans les cas suivants :  Le disque dur d’un serveur version 10.2.8 ou 10.3 doit être formaté ou ne satisfait pas à la configuration minimale requise par la version 10.4. La section « Configuration requise pour l’installation de Mac OS X Server » à la page 58 décrit la configuration minimale.  Vous souhaitez transférer sur un autre serveur les données et les réglages que vous utilisiez sur un serveur de version 10.2.8 ou 10.3.  Vous utilisiez un serveur d’une version antérieure à 10.2.8.Chapitre 2 Avant de commencer 49 La migration à partir des versions 10.3.9, 10.2.8, 10.1.4, 10.1.5 et 1.2 et de la version 6.3.3 d’AppleShare IP est prise en charge. Lorsque vous procédez à une migration, vous installez et configurez un serveur de version 10.4, vous y restaurez les fichiers à partir du serveur antérieur et vous apportez les modifications manuelles nécessaires. Lisez le guide de mise à niveau et de migration pour en savoir plus. Remarque : vous ne pouvez pas effectuer de mise à jour à une version ultérieure à 10.4 en utilisant un disque d’installation de Mac OS X Server. Par exemple, vous ne pouvez pas utiliser le DVD d’installation de la version 10.4.7 pour mettre à jour une version antérieure. Pour savoir comment mettre à jour à la dernière version en date, consultez « Rester à jour » à la page 42. Migration à partir de Windows NT Mac OS X Server peut offrir divers services aux utilisateurs d’ordinateurs Microsoft Windows 95, 98, ME, XP, NT 4 et 2000. En fournissant ces services, Mac OS X Server peut remplacer les serveurs Windows NT dans les petits groupes de travail. Le guide de migration à partir de Windows NT fournit des instructions pour la migration des utilisateurs, groupes, fichiers, etc. à partir d’un serveur Windows NT vers Mac OS X Server. Définition d’une stratégie d’intégration Il y a deux aspects à prendre en compte lorsque vous intégrez Mac OS X Server à un environnement hétérogène :  la configuration de Mac OS X Server de manière à exploiter les services existants ;  la configuration d’ordinateurs non Apple pour l’utilisation de Mac OS X Server.50 Chapitre 2 Avant de commencer Le premier aspect concerne principalement l’intégration des services de répertoire. Déterminez quels ordinateurs Mac OS X Server utiliseront des répertoires existants (tels qu’Active Directory, LDAPv3 et NIS) et des services d’authentification existants (tels que Kerberos). Reportez-vous au guide d’administration Open Directory pour les options disponibles et plus d’instructions. L’intégration peut simplement consister à activer une option dans Format de répertoire ou supposer la reconfiguration des services existants et des réglages de Mac OS X Server. Le deuxième aspect dépend largement du niveau de prise en charge que Mac OS X Server doit offrir aux utilisateurs d’ordinateurs Windows. Le guide des services Windows vous dira quelles options sont disponibles. Définition de la configuration de l’infrastructure matérielle Déterminez s’il est nécessaire d’apporter des modifications au site ou à la topologie du réseau avant d’installer et de configurer les serveurs.  Qui administrera le serveur, et de quel type d’accès au serveur auront besoin les administrateurs ? Les serveurs de salles de classes doivent être facilement accessibles aux instructeurs alors que ceux qui hébergent des informations de répertoire pour tout le réseau doivent être sécurisés par un accès protégé dans des locaux. Les outils d’administration de Mac OS X Server offrant une solution complète d’administration du serveur à distance, il est rare qu’un administrateur ait besoin d’accéder physiquement au serveur.  Certaines conditions de climatisation ou d’alimentation électriques doivent-elles être remplies ? Voyez la documentation livrée avec le serveur pour plus d’informations.Chapitre 2 Avant de commencer 51  Avez-vous pensé à mettre à jour des éléments tels que câbles, commutateurs et alimentations électriques ? Le moment est peut-être adéquat pour le faire.  Votre réseau et vos sous-réseaux TCP/IP sont-ils configurés pour gérer les services et les serveurs que vous prévoyez de déployer ? Définition de l’infrastructure minimale pour la configuration du serveur Les infrastructures de configuration du serveur sont les services et les serveurs qui doivent être installés en premier car d’autres en dépendent. Par exemple, si vous souhaitez utiliser Mac OS X Server pour fournir des services DHCP, une horloge de réseau et BootP à d’autres serveurs que vous allez configurer par la suite, vous devez configurer et activer le ou les serveurs fournissant ces services avant de configurer ceux qui en dépendent. Par ailleurs, si vous voulez automatiser la configuration des serveurs en utilisant des données de configuration stockées dans un répertoire, les serveurs DHCP et de répertoires doivent être configurés au préalable. Le travail d’infrastructure de configuration requis dépend de la complexité de votre site et de vos objectifs. En général, les services DHCP, DNS et de répertoires sont souhaitables ou obligatoires pour un réseau moyen ou de grande taille :  La couche d’infrastructure la plus essentielle comprend des services de réseau tels que DHCP et DNS. Tous les services fonctionnent mieux si un service DNS est disponible sur le réseau, et de nombreux services requièrent son bon fonctionnement. Si vous n’hébergez pas de service DNS, consultez l’administrateur responsable du serveur DNS lorsque vous configurez vos propres serveurs. Les conditions de DNS requises pour les services individuels sont indiquées dans les guides d’administration propres à chaque service.52 Chapitre 2 Avant de commencer La configuration de DHCP doit se faire en fonction de la topologie physique de votre réseau.  Autre composant d’infrastructure essentiel : les services de répertoire, qui sont nécessaires pour le partage des données entre services, serveurs et ordinateurs. Le type de données le plus couramment partagé est celui employé par les utilisateurs et les groupes, même si les informations de configuration telles que les enregistrements de montage et les autres données de répertoires sont également partagées. Les infrastructures de services de répertoire sont nécessaires lorsque vous souhaitez héberger des services d’authentification multi-plateformes ou que plusieurs services doivent utiliser les mêmes noms et mots de passe. Voici un exemple d’ordre possible d’installation des infrastructures de serveur comprenant DNS, DHCP et services de répertoire ; ces services peuvent être installés sur un ou plusieurs serveurs : 1 Installez le serveur DNS. 2 Installez DHCP. 3 Configurez DHCP pour indiquer l’adresse du serveur DNS et que celui-ci offre ses services aux clients DHCP. 4 Installez un serveur de répertoires comprenant si besoin est un service de contrôleur principal de domaine Windows. 5 Ajoutez au répertoire des données sur les utilisateurs, groupes et répertoires de départ. Ce processus implique par exemple d’importer des utilisateurs et des groupes, de configurer des points de partage et des préférences gérées. 6 Configurez DHCP pour indiquer l’adresse du serveur de répertoires et que celui-ci offre ses services aux clients DHCP.Chapitre 2 Avant de commencer 53 Vos besoins particuliers peuvent modifier cette séquence. Ainsi, si vous souhaitez utiliser des services tels que VPN, NAT ou coupe-feu IP, leur installation devra être prise en compte lors de la configuration de DNS et de DHCP. Le supplément au guide Premiers contacts illustre les étapes d’une éventuelle configuration des infrastructures de répertoires et de réseau Mac OS X Server pour une petite entreprise. Le supplément se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements du supplément. Vérification de la disponibilité du matériel nécessaire pour le serveur Il peut être préférable d’attendre que tout le matériel soit en place avant de commencer la configuration du serveur. Ainsi, évitez de configurer un serveur dont vous souhaitez stocker les données en miroir tant que tous les disques sur lesquels vous devez configurer la mise en miroir ne sont pas disponibles. Il est également préférable d’attendre que le sous-système RAID soit en place avant d’installer un serveur de répertoires de départ ou tout serveur qui y fera appel. Limitation de la nécessité de déplacer des serveurs après la configuration Essayez de placer un serveur dans son emplacement réseau final (sous-réseau) avant de le configurer pour la première fois. Si vous souhaitez éviter tout accès non autorisé ou prématuré au cours du démarrage, vous pouvez configurer un coupe-feu afin de protéger le serveur lors de la finalisation de sa configuration.54 Chapitre 2 Avant de commencer Si vous ne pouvez pas éviter de déplacer un serveur après la configuration initiale, vous devez commencer par modifier les réglages qui dépendent de l’emplacement réseau. Par exemple, l’adresse IP et le nom d’hôte du serveur, stockés dans les deux répertoires et fichiers de configuration du serveur, doivent être mis à jour. Lorsque vous déplacez un serveur, tenez compte des règles suivantes :  Limitez la durée pendant laquelle le serveur se trouve dans son emplacement temporaire, de façon à limiter la quantité d’informations à modifier.  Reportez la configuration des services qui dépendent des réglages réseau, jusqu’à ce que le serveur se trouve à son emplacement final. Ces services incluent la réplication Open Directory, les réglages Apache (tels que les hôtes virtuels), DHCP et d’autres réglages d’infrastructure réseau dont dépendent d’autres ordinateurs.  Attendez avant d’importer les comptes d’utilisateur finaux. Limitez-vous aux comptes de test afin de limiter les informations réseau propres à l’utilisateur (telles que l’emplacement du répertoire de départ) qui devront être modifiées après le déplacement.  Après avoir déplacé le serveur, utilisez l’outil changeip pour changer les adresses IP, noms d’hôte et autres données stockées dans les répertoires Open Directory NetInfo et LDAP sur le serveur. Vous pouvez être amené à ajuster manuellement certaines configurations réseau, telles que la base de données DNS locale, après l’utilisation de l’outil. Étant donné que la commande changeip ne change pas réellement l’adresse IP du serveur, utilisez la commande networksetup (ou les préférences Réseau) pour changer l’adresse IP du serveur dans ses réglages de réseau. Pour plus d’informations, reportez-vous au guide d’administration de la ligne de commande ou à la page man de changeip.Chapitre 2 Avant de commencer 55  Reconfigurez la stratégie de recherche des ordinateurs (tels que les ordinateurs des utilisateurs et les serveurs DHCP) qui ont été configurés pour utiliser le serveur dans son emplacement d’origine. Modification du nom d’hôte du serveur après la configuration Lorsque vous procédez à la configuration initiale du serveur pour les nouvelles installations, l’Assistant du serveur définit la valeur du nom d’hôte en affectant la valeur AUTOMATIC au paramètre de nom d’hôte dans /etc/hostname. Avec ce réglage, le nom d’hôte du serveur est le premier nom qui est vrai dans cette liste :  Le nom fourni par le serveur DHCP ou BootP pour l’adresse IP principale.  Le premier nom renvoyé par une requête DNS inversé (adresse-vers-nom) pour l’adresse IP principale.  Le nom d’hôte local.  Le nom « localhost ». Si vous souhaitez modifier le nom d’hôte après la configuration initiale, n’utilisez pas la sous-fenêtre Partage des Préférences Système pour modifier le nom d’ordinateur du serveur ; utilisez l’outil de ligne de commande changeip. Pour plus d’informations, reportez-vous au guide d’administration de la ligne de commande ou à la page man de changeip.56 Chapitre 2 Avant de commencer Modification de l’adresse IP du serveur après la configuration Pour changer l’adresse IP d’un serveur après la configuration initiale, utilisez l’outil changeip. Étant donné que la commande changeip ne change pas réellement l’adresse IP du serveur, utilisez la commande networksetup (ou les préférences Réseau) pour changer l’adresse IP du serveur dans ses réglages de réseau. Pour plus d’informations, reportezvous au guide d’administration de la ligne de commande ou à la page man de changeip. Définition de la stratégie d’installation et de configuration à utiliser Examinez les options d’installation et de configuration du serveur (voir le chapitre 1, « Vue d’ensemble de l’installation et de la configuration », à la page 23). Choisissez les options que vous souhaitez utiliser, puis reportez-vous à la page 59 pour les conditions préliminaires à l’installation, et à la page 86 pour la configuration initiale du serveur. Recherche et organisation des informations Pour chaque serveur que vous configurez, complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure). Celle-ci vous permet de noter toutes les données dont vous avez besoin pour parcourir rapidement les options d’installation et de configuration à utiliser. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations.3 57 3 Installation du logiciel serveur Vous pouvez procéder à la mise à niveau vers Mac OS X Server version 10.4 à partir de la version 10.3 ou 10.2, ou installer une version complète de Mac OS X Server version 10.4. Consultez les informations sur la configuration requise ci-dessous et notez celles correspondant à chaque serveur que vous souhaitez installer sur la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) (située sur le disque d’installation de Mac OS X Server). Utilisez ensuite les instructions détaillées d’installation auxquelles renvoie le tableau suivant. Les instructions concernant le sujet suivant Se trouvent à la « Utilisation du disque d’installation du serveur » page 59 « Mise à niveau et migration » page 60 « Préparation des disques pour l’installation de Mac OS X Server » page 62 « Instructions matérielles pour l’installation de Mac OS X Server » page 64 « Identification du serveur distant lors de l’installation de Mac OS X Server » page 64 « Connexion au réseau au cours de l’installation » page 65 « Installation du logiciel serveur sur un ordinateur en réseau » page 65 « Utilisation d’un visualiseur VNC pour préparer un disque avant l’installation » page 6658 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Configuration requise pour l’installation de Mac OS X Server L’ordinateur de bureau ou le serveur sur lequel vous installez Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur doit être doté des éléments suivants :  Un processeur Intel, PowerPC G4 ou PowerPC G5.  FireWire intégré.  512 Mo minimum de mémoire vive (RAM).  10 Go minimum d’espace disque disponible. Si vous disposez d’un disque d’installation pour une version de Mac OS X Server antérieure à la version 10.4.7, vous ne pouvez l’utiliser que pour installer le logiciel serveur sur un serveur ou un ordinateur de bureau Macintosh équipé d’un processeur PowerPC G3, G4 ou G5. « Utilisation du programme d’installation pour une installation locale à partir du disque d’installation » page 68 « Utilisation de l’application Assistant du serveur pour une installation à distance depuis le disque d’installation » page 70 « Utilisation d’un visualiseur VNC pour effectuer une installation à distance depuis le DVD d’installation » page 74 « Mise à niveau d’un ordinateur de Mac OS X à Mac OS X Server » page 77 « Automatisation de l’installation du logiciel serveur avec une image disque » page 78 « Installation du logiciel serveur à l’aide de l’outil de ligne de commande installer » page 79 « Installation de plusieurs serveurs » page 84 Les instructions concernant le sujet suivant Se trouvent à laChapitre 3 Installation du logiciel serveur 59 Les moniteurs et claviers sont optionnels. Vous pouvez installer le logiciel serveur sur un ordinateur sans moniteur ni clavier à l’aide d’un ordinateur administrateur. La section « Configuration d’un ordinateur administrateur » à la page 136 décrit la configuration de ce type d’ordinateur. Si vous utilisez un disque d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, vous pouvez contrôler l’installation depuis un autre ordinateur avec le visualiseur VNC. Ce type de logiciel est disponible en open-source, et Apple Remote Desktop (décrit à la page 164) est doté d’une fonctionnalité de visualiseur VNC. Informations nécessaires Utilisez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) pour noter les informations relatives à chacun des serveurs que vous souhaitez installer. Les paragraphes suivants fournissent des explications complémentaires sur les éléments de la feuille d’opérations. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. Utilisation du disque d’installation du serveur Vous pouvez installer le logiciel serveur à l’aide d’un DVD d’installation. Si vous installez une version de Mac OS X Server antérieure à la version 10.4.7, vous pouvez aussi utiliser un ensemble de CD d’installation. Le DVD d’installation contient tout ce dont vous avez besoin pour installer le logiciel serveur, ainsi que le logiciel d’installation d’Xcode Tools (dans le dossier Other Installs).60 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Si vous disposez de CD d’installation (non disponibles pour la version 10.4.7 ou ultérieure), vous n’avez besoin que des deux premiers. Utilisez le troisième CD si vous souhaitez installer des gestionnaires d’impression facultatifs. Le DVD d’installation contient aussi des utilitaires tels que Disk First Aid, Firmware Updates et Startup Disk. Ces utilitaires figurent aussi sur le premier CD d’installation (s’il est disponible). En plus des CD et DVD d’installation, Mac OS X Server inclut le CD Mac OS X Server Admin Tools qui sert à la configuration d’un ordinateur administrateur. Mise à niveau et migration Si vous utilisez des ordinateurs équipés de versions de Mac OS X Server antérieures à la version 10.4, envisagez leur mise à niveau vers la version 10.4. Si vous utilisez la version 10.3.9 ou 10.2.8 et que vous n’avez pas besoin de changer de matériel, vous pouvez effectuer une installation de mise à niveau. La mise à niveau est simple, car elle préserve les données et réglages existants. Si vous utilisiez le Gestionnaire Macintosh pour gérer les ordinateurs client Mac OS 9, vous pouvez continuer ainsi, option qui n’est pas possible lorsque vous procédez à une migration. Reportez-vous à la documentation de votre serveur de version 10.2 ou 10.3 pour plus d’informations sur le Gestionnaire Macintosh.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 61 Lorsque cette approche est impossible, vous pouvez migrer les données et les réglages. Vous devrez procéder à une migration, et non à une mise à niveau, dans les cas suivants :  Le disque dur d’un serveur de version 10.2.8 ou 10.3 doit être reformaté ou ne satisfait pas à la configuration minimale pour la version 10.4. Consultez la section « Configuration requise pour l’installation de Mac OS X Server » à la page 58.  Vous souhaitez transférer sur un autre serveur les données et les réglages que vous utilisiez sur un serveur de version 10.2.8 ou 10.3.  vous utilisiez un serveur d’une version antérieure à 10.2.8. La migration à partir des versions 10.3.9, 10.2.8, 10.1.4, 10.1.5 et 1.2 de Mac OS X Server et à partir de la version 6.3.3 d’AppleShare IP est prise en charge. Lorsque vous procédez à une migration, vous installez et configurez un serveur de version 10.4, vous y restaurez les fichiers à partir du serveur antérieur et vous apportez les modifications manuelles nécessaires. Lisez le guide de mise à niveau et de migration pour en savoir plus. Remarque : vous ne pouvez pas effectuer de mise à jour à une version ultérieure à 10.4 en utilisant un disque d’installation de Mac OS X Server. Par exemple, vous ne pouvez pas utiliser de DVD d’installation de la version 10.4.7 pour mettre à jour depuis une version antérieure. Pour savoir comment mettre à jour à la dernière version en date, consultez « Rester à jour » à la page 42.62 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Préparation des disques pour l’installation de Mac OS X Server Avant de réaliser une installation spéciale de Mac OS X Server, vous pouvez partitionner le disque dur de l’ordinateur serveur en plusieurs volumes, créer un ensemble RAID ou bien effacer le disque ou la partition cible. Si vous utilisez un disque d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, vous pouvez réaliser ces tâches depuis un autre ordinateur en réseau en utilisant un visualiseur VNC comme, par exemple, Apple Remote Desktop, avant de lancer une installation spéciale. Les instructions fournies plus loin dans ce chapitre vous indiquent à quel moment effectuer les tâches de préparation des disques décrites aux paragraphes suivants. Partitionnement d’un disque dur Partitionner le disque dur permet de créer un volume destiné au logiciel système du serveur et un ou plusieurs autres pour les données et les autres logiciels. Le volume minimum recommandé pour une telle partition est de 10 Go. Important : ne stockez pas de logiciels supplémentaires ou de données d’utilisateur sur le disque dur ou la partition où est installé le système d’exploitation. De cette façon, vous évitez la perte de fichiers dans l’éventualité d’une réinstallation ou d’une mise à niveau du logiciel système. Si vous devez stocker des logiciels ou données supplémentaires sur la partition système, envisagez une mise en miroir du disque. Avertissement : avant de partitionner un disque, de créer un ensemble RAID ou d’effacer un disque ou une partition d’un serveur existant, conservez toutes les données de l’utilisateur que vous souhaitez sauvegarder en les copiant sur un autre disque ou une autre partition.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 63 Création d’un ensemble RAID Si le serveur cible est équipé d’un deuxième disque physique, vous pouvez configurer le disque cible pour la mise en miroir RAID. La mise en miroir RAID configure deux disques, de sorte que le deuxième est utilisé automatiquement si le premier n’est pas disponible. Les deux disques doivent comporter une partition unique. Pour utiliser toute la capacité du disque, les deux doivent présenter la même taille. Si le disque cible comporte une partition unique et que le deuxième disque physique comporte une partition unique sans aucune donnée, vous pouvez configurer la mise en miroir RAID après l’installation. Pour éviter toute perte de données, il est cependant préférable de configurer la mise en miroir RAID le plus tôt possible. Effacement d’un disque ou d’une partition Vous avez la possibilité d’effacer un disque ou une partition lorsque vous utilisez le programme d’installation de Mac OS X Server. Lorsque vous sélectionnez le volume cible dans le programme d’installation, vous pouvez aussi sélectionner une option permettant d’effacer le disque ou la partition cible lors de l’installation à l’aide du format Mac OS Étendu (journalisé). Il s’agit du format le plus courant pour un volume de démarrage Mac OS X Server. Vous pouvez aussi utiliser le programme d’installation pour ouvrir l’application Utilitaire de disque, puis utiliser cette dernière pour effacer le volume cible ou toute autre volume. Vous pouvez effacer le volume cible à l’aide du format Mac OS Étendu ou Mac OS Étendu (journalisé). Vous pouvez effacer d’autres volumes à l’aide du format Mac OS Étendu (sensible à la casse), du format Mac OS Étendu (journalisé, sensible à la casse) ou du format Système de fichiers UNIX (UFS). Il est recommandé de ne pas utiliser le format UFS ni aucun des formats sensible à la casse pour un volume de démarrage Mac OS X Server.64 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Instructions matérielles pour l’installation de Mac OS X Server Lors de l’installation du logiciel serveur sur un système Xserve, la procédure à suivre pour démarrer l’ordinateur en vue de l’installation dépend du type de matériel Xserve. Les procédures sont décrites dans le Guide de l’utilisateur Xserve ou dans le guide Présentation fourni avec le système Xserve. Identification du serveur distant lors de l’installation de Mac OS X Server Pour les installations de serveurs distants, vous devez connaître les informations suivantes concernant le serveur cible :  Son identité du serveur cible. Lorsque vous utilisez l’Assistant du serveur, vous devez pouvoir reconnaître le serveur cible parmi une liste de serveurs sur votre sous-réseau local, ou saisir l’adresse IP du serveur (au format IPv4 : 000.000.000.000) s’il réside sur un sous-réseau différent. Les informations relatives aux serveurs répertoriés incluent l’adresse IP, le nom d’hôte et l’adresse MAC (Media Access Control), également appelée adresse matérielle ou adresse Ethernet. Si vous utilisez un visualiseur VNC pour contrôler à distance l’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, il est possible qu’il vous permette de sélectionner le serveur cible parmi une liste de serveurs VNC disponibles. Si ce n’est pas le cas, vous devrez alors saisir l’adresse IP du serveur (au format IPv4 : 000.000.000.000). L’adresse IP du serveur cible est attribuée par un serveur DHCP sur le réseau ; s’il n’y a pas de serveur DHCP, le serveur cible utilise une adresse 169.xxx.xxx.xxx, différente de celle des serveurs, sur le sous-réseau local. Vous pouvez modifier l’adresse IP ultérieurement, lors de la configuration du serveur.  Le mot de passe prédéfini. Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 65 Le mot de passe est constitué des huit premiers chiffres du numéro de série de maté- riel incorporé au serveur. Pour rechercher le numéro de série, cherchez une étiquette sur le serveur. Les ordinateurs plus anciens ne possèdent pas de numéro de série incorporé ; pour ces systèmes, utilisez la suite de chiffres 12345678. Installation du logiciel serveur de manière interactive à partir du disque d’installation Vous pouvez utiliser le disque d’installation pour installer le logiciel serveur de manière interactive sur un serveur local ou un serveur distant, ou sur un ordinateur sur lequel Mac OS X est préinstallé. Connexion au réseau au cours de l’installation Si vous souhaitez utiliser un serveur en tant que maître Open Directory, assurez-vous qu’il dispose d’une connexion Ethernet active à un réseau sécurisé avant de procéder à l’installation et la configuration initiale. Installation du logiciel serveur sur un ordinateur en réseau Lorsque vous démarrez un ordinateur depuis un disque d’installation du serveur, le protocole SSH démarre automatiquement afin que les installations à distance puissent être réalisées. Important : assurez-vous que le réseau est sécurisé avant d’installer ou de réinstaller Mac OS X Server. En effet, SSH donne à d’autres personnes l’accès à l’ordinateur par le réseau. Définissez, par exemple, la topologie du réseau de façon à ce que seuls les utilisateurs de confiance puissent accéder au sous-réseau de l’ordinateur serveur.66 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Utilisation d’un visualiseur VNC pour préparer un disque avant l’installation Avant de lancer une installation spéciale de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, vous pouvez préparer le disque dur de l’ordinateur cible depuis un autre ordinateur en réseau en utilisant un visualiseur VNC. Vous pouvez partitionner le disque dur en plusieurs volumes, créer un ensemble RAID ou bien effacer le disque ou la partition cible. Pour en savoir plus sur ces tâches, consultez « Préparation des disques pour l’installation de Mac OS X Server » à la page 62. Pour préparer le disque cible avant d’installer Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur : 1 Démarrez l’ordinateur cible à partir du DVD d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur. La procédure à suivre dépend du type de matériel cible. Si le serveur cible est muni d’un clavier et d’un lecteur de DVD-ROM, insérez le DVD d’installation dans le lecteur. Redémarrez ensuite l’ordinateur en maintenant appuyée la touche C de votre clavier. Si le serveur cible est un système Xserve équipé d’un lecteur de DVD-ROM intégré, démarrez le serveur à partir du DVD d’installation en suivant les instructions du Guide de l’utilisateur Xserve relatives au démarrage à partir d’un disque système. Si le serveur cible ne dispose pas de lecteur de DVD-ROM intégré, vous pouvez utiliser un lecteur de DVD-ROM FireWire externe. Vous pouvez également installer le logiciel serveur sur un système Xserve sans lecteur de DVD-ROM en déplaçant son module de disque vers un autre système Xserve doté, lui, d’un tel lecteur. Avertissement : avant de partitionner un disque, de créer un ensemble RAID ou d’effacer un disque ou une partition d’un serveur existant, conservez toutes les données de l’utilisateur que vous souhaitez sauvegarder en les copiant sur un autre disque ou une autre partition.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 67 2 Utilisez votre visualiseur VNC pour établir une connexion au serveur cible. 3 Identifiez le serveur cible. Si le serveur cible fait partie d’une liste de serveurs disponibles fournie par le visualiseur VNC, sélectionnez-le dans cette liste. Sinon, vous devrez saisir une adresse IP au format IPv4 (000.000.000.000). 4 Lorsque vous êtes invité à fournir un mot de passe, saisissez les huit premiers chiffres du numéro de série de matériel intégré au serveur. Pour rechercher le numéro de série, cherchez une étiquette sur le serveur. Si vous effectuez l’installation sur un vieil ordinateur qui ne dispose pas de numéro de série de matériel intégré, tapez le mot de passe 12345678. Si vous utilisez Apple Remote Desktop comme visualiseur VNC, saisissez le mot de passe sans préciser de nom d’utilisateur. 5 Lorsque le programme d’installation s’ouvre, choisissez Utilitaires > Utilitaire de disque. Servez-vous alors de cet utilitaire pour préparer le disque cible. Vous trouverez dans l’Aide Utilitaire de disque des instructions sur le partitionnement du disque dur en plusieurs volumes, sur la création d’un ensemble RAID et sur l’effacement du disque ou de la partition cible. Pour afficher cette aide, ouvrez Utilitaire de disque sur un autre ordinateur Macintosh doté de Mac OS X 10.4 et choisissez Aide > Aide Utilitaire de disque. 6 Une fois la préparation du disque cible terminée, quittez Utilitaire de disque. Vous pouvez alors continuer à utiliser le visualiseur VNC pour effectuer l’installation spéciale, selon les instructions décrites à la section « Utilisation d’un visualiseur VNC pour effectuer une installation à distance depuis le DVD d’installation » à la page 74, ou vous pouvez quitter le programme d’installation et utiliser une autre méthode.68 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Utilisation du programme d’installation pour une installation locale à partir du disque d’installation Mac OS X Server peut être installé directement sur un ordinateur muni d’un moniteur, d’un clavier et d’un lecteur de disque optique. Si vous disposez d’un DVD d’installation, le lecteur optique doit être en mesure de lire les supports DVD. Vous pouvez aussi procéder à l’installation directement sur un ordinateur sans écran, clavier ni lecteur optique capable de lire votre disque d’installation. Dans ce cas, démarrez l’ordinateur cible en mode disque cible et reliez-le à un ordinateur administrateur à l’aide d’un câble FireWire. Utilisez l’ordinateur administrateur pour installer le logiciel serveur sur le disque ou sur une partition de l’ordinateur cible (qui apparaît sous la forme d’une icône de disque sur l’ordinateur administrateur). Pour installer le logiciel serveur localement : 1 Si vous installez la version complète du logiciel plutôt que la mise à jour, sauvegardez au préalable toute information stockée sur le disque ou la partition sur lequel sera installé le logiciel serveur. 2 Allumez l’ordinateur et insérez le premier disque d’installation de Mac OS X Server dans le lecteur de disque optique. 3 Redémarrez l’ordinateur en maintenant appuyée la touche C de votre clavier. L’initialisation de l’ordinateur s’effectue depuis le disque d’installation. Vous pouvez relâcher la touche C lorsque le logo Apple s’affiche. 4 Après le redémarrage de l’ordinateur, choisissez la langue que le serveur doit utiliser, puis cliquez sur Continuer.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 69 5 Lorsque le programme d’installation s’ouvre, si vous souhaitez effectuer une installation spéciale, vous pouvez si vous le souhaitez utiliser le menu Utilitaires pour ouvrir l’application Utilitaire de disque et préparer le disque ou la partition cible. Avec Utilitaire de disque, vous pouvez partitionner le disque cible ou créer un ensemble RAID. Vous pouvez aussi utiliser Utilitaire de disque pour effacer le disque à l’aide du format Mac OS Étendu. Important : ne stockez pas de logiciels supplémentaires ou de données d’utilisateur sur le disque dur ou la partition où est installé le système d’exploitation. De cette façon, vous évitez la perte de fichiers dans l’éventualité d’une réinstallation ou d’une mise à niveau du logiciel système. Si vous devez stocker des logiciels ou données supplémentaires sur la partition système, envisagez une mise en miroir du disque. 6 Avancez dans les sous-fenêtres du programme d’installation en suivant les instructions affichées. 7 Lorsque la sous-fenêtre Sélectionner une destination apparaît, choisissez un disque ou un volume (partition) cible en vous assurant que celui-ci se trouve à l’état adéquat. Si vous effectuez une installation spéciale, vous pouvez choisir Utilitaires > « Ouvrir Utilitaire de disque » pour suivre une dernière fois les étapes de préparation du disque avant de sélectionner le volume cible et de cliquer sur Continuer. Vous pouvez également cliquer sur Options pour formater le disque ou volume de destination au format Mac OS Étendu (journalisé) ; sélectionnez alors Effacer afin de formater le disque, puis cliquez sur OK. En cas d’installation de la mise à niveau sur un volume équipé de Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8, cliquez sur Options, puis sélectionnez Ne pas effacer. Cliquez sur OK.70 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Important : lorsque vous effectuez une mise à niveau, assurez-vous que les données de configuration enregistrées ne sont pas détectées par inadvertance et utilisées par le serveur. Si les données de configuration enregistrées sont utilisées, les réglages existants du serveur seront remplacés par les réglages enregistrés. Pour plus d’informations, consultez la section « Procédure de recherche par un serveur de données de configuration enregistrées » à la page 87. 8 Au cours de l’installation, l’état d’avancement des opérations est affiché. Insérez le disque d’installation suivant lorsqu’un message vous y invite. 9 Lorsque l’installation est terminée, l’ordinateur redémarre automatiquement et vous pouvez procéder à la configuration initiale du serveur. Si vous utilisez un ordinateur administrateur pour procéder à l’installation sur un serveur en mode disque cible et connecté à l’aide d’un câble FireWire, fermez l’Assistant du serveur lorsqu’il démarre automatiquement sur l’ordinateur administrateur. Éteignez l’ordinateur administrateur et le serveur. Démarrez ensuite l’ordinateur administrateur et le serveur normalement (pas en mode disque cible). Vous pouvez maintenant utiliser l’Assistant du serveur à partir de l’ordinateur administrateur et configurer le serveur à distance. Le chapitre 4, « Configuration initiale du serveur », à la page 85 explique comment configurer un serveur localement ou à distance. Utilisation de l’application Assistant du serveur pour une installation à distance depuis le disque d’installation L’installation de Mac OS X Server sur un serveur distant depuis le disque d’installation requiert l’accès à l’ordinateur cible, ainsi qu’un ordinateur administrateur depuis lequel gérer l’installation.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 71 Si vous disposez d’un DVD d’installation de Mac OS X Server 10.4.7, une solution alternative est expliquée à la section « Utilisation d’un visualiseur VNC pour effectuer une installation à distance depuis le DVD d’installation » à la page 74. Pour installer le logiciel sur un serveur distant à l’aide de l’Assistant du serveur : 1 Si vous installez la version complète du logiciel plutôt que la mise à jour, sauvegardez au préalable toute information stockée sur le disque ou la partition de destination que vous souhaitez conserver, et utilisez si vous le souhaitez Utilitaire de disque pour pré- parer le disque cible. Avec Utilitaire de disque, vous pouvez partitionner le disque cible ou créer un ensemble RAID. Vous pouvez également utiliser Utilitaire de disque pour effacer le disque à l’aide du format Mac OS Étendu ou Mac OS Étendu (journalisé). Si le serveur cible est doté d’un clavier et d’un écran, vous pouvez utiliser Utilitaire de disque en ouvrant cet utilitaire sur le serveur (dans /Applications/Utilitaires/). Vous trouverez dans l’Aide Utilitaire de disque des instructions sur les tâches de préparation du disque. Si vous installez Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, vous pouvez également contrôler Utilitaire de disque à distance depuis un autre ordinateur grâce au visualiseur VNC. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Utilisation d’un visualiseur VNC pour préparer un disque avant l’installation » à la page 66. Important : ne stockez pas de logiciels supplémentaires ou de données d’utilisateur sur le disque dur ou la partition où est installé le système d’exploitation. De cette façon, vous évitez la perte de fichiers dans l’éventualité d’une réinstallation ou d’une mise à niveau du logiciel système. Si vous devez stocker des logiciels ou données supplémentaires sur la partition système, envisagez une mise en miroir du disque.72 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 2 Démarrez l’ordinateur cible à partir du disque d’installation. La procédure à utiliser varie selon que le serveur cible dispose d’un lecteur optique capable de lire votre ou vos disques d’installation ou pas. Si vous disposez d’un DVD d’installation, le lecteur optique doit être en mesure de lire les supports DVD. Si le serveur cible dispose d’un clavier et d’un lecteur optique capable de lire votre disque d’installation, insérez le premier disque d’installation dans le lecteur optique. Redémarrez ensuite l’ordinateur en maintenant appuyée la touche C de votre clavier. Si le serveur cible est un système Xserve équipé d’un lecteur de disque optique intégré capable de lire votre disque d’installation, démarrez le serveur à partir du premier disque d’installation en suivant les instructions du Guide de l’utilisateur Xserve relatives au démarrage à partir d’un disque système. Si le serveur cible ne dispose pas d’un tel lecteur optique, vous pouvez démarrer celui-ci en mode disque cible et insérer le disque d’installation dans le lecteur optique de votre ordinateur administrateur. Vous pouvez également utiliser un lecteur optique FireWire externe. Si le serveur cible est un serveur Xserve, vous pouvez déplacer son module de disque vers un autre système Xserve doté d’un lecteur optique capable de lire votre disque d’installation. Vous trouverez des instructions relatives à l’utilisation du mode disque cible et des lecteurs optiques externes dans les documents Présentation , Premiers contacts ou Guide de l’utilisateur qui accompagnent votre système Xserve ou votre ordinateur Macintosh. 3 Sur un ordinateur administrateur, accédez à /Applications/Server/ et ouvrez l’Assistant du serveur (vous n’avez pas besoin d’être administrateur de l’ordinateur local pour utiliser l’Assistant du serveur). Sélectionnez l’option Installer le logiciel sur un serveur distant.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 73 4 Identifiez le serveur cible. Si celui-ci se trouve sur le sous-réseau local, sélectionnez-le dans la liste. Sinon, cliquez sur Serveur à l’adresse IP puis saisissez une adresse IP au format IPv4 (000.000.000.000). 5 Lorsque vous êtes invité à fournir un mot de passe, saisissez les huit premiers chiffres du numéro de série de matériel intégré au serveur. Pour rechercher le numéro de série, cherchez une étiquette sur le serveur. Si vous effectuez l’installation sur un vieil ordinateur qui ne dispose pas de numéro de série de matériel intégré, tapez le mot de passe 12345678. 6 Avancez dans les écrans d’installation en suivant les instructions affichées. 7 Lorsque la sous-fenêtre Volumes apparaît, choisissez un disque ou un volume (partition) cible en vous assurant que celui-ci se trouve dans l’état adéquat. Puis sélectionnez-le et cliquez sur Continuer. En cas d’installation de la mise à niveau sur un volume équipé de Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8, sélectionnez Ne pas effacer. Sinon, sélectionnez Effacer pour formater le disque au format Mac OS Étendu (journalisé). Cliquez sur OK. Important : lorsque vous effectuez une mise à niveau, assurez-vous que les données de configuration enregistrées ne sont pas détectées par inadvertance et utilisées par le serveur. Si les données de configuration enregistrées sont utilisées, les réglages existants du serveur seront remplacés par les réglages enregistrés. Pour plus d’informations, consultez la section « Procédure de recherche par un serveur de données de configuration enregistrées » à la page 87. 8 Au cours de l’installation, l’état d’avancement des opérations est affiché. Insérez le disque d’installation suivant lorsqu’un message vous y invite.74 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Tandis que l’installation progresse, vous pouvez ouvrir une autre fenêtre de l’Assistant du serveur pour installer le logiciel serveur sur un autre ordinateur ; choisissez pour cela Fichier > Nouvelle fenêtre. Lorsque l’installation est terminée, le serveur cible redémarre automatiquement et vous pouvez procéder à la configuration initiale du serveur. Le chapitre 4, « Configuration initiale du serveur », à la page 85 vous indique comment procéder. Utilisation d’un visualiseur VNC pour effectuer une installation à distance depuis le DVD d’installation Si vous utilisez un disque d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, vous pouvez contrôler l’installation depuis un autre ordinateur en utilisant un visualiseur VNC open-source ou Apple Remote Desktop. De cette façon, vous pouvez contrôler à distance la préparation du disque ou de la partition cible avant de procéder à l’installation. Vous pouvez partitionner le disque dur en plusieurs volumes, créer un ensemble RAID ou bien effacer le disque ou la partition cible. Pour installer le logiciel sur un serveur distant à l’aide d’un visualiseur VNC : 1 Si vous installez la version complète du logiciel plutôt que la mise à jour, sauvegardez au préalable toute information stockée sur le disque ou la partition sur lequel sera installé le logiciel serveur. 2 Démarrez l’ordinateur cible à partir du DVD d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur. La procédure à suivre dépend du type de matériel cible. Si le serveur cible est muni d’un clavier et d’un lecteur de DVD-ROM, insérez le DVD d’installation dans le lecteur. Redémarrez ensuite l’ordinateur en maintenant appuyée la touche C de votre clavier.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 75 Si le serveur cible est un système Xserve équipé d’un lecteur de DVD-ROM intégré, démarrez le serveur à partir du DVD d’installation en suivant les instructions du Guide de l’utilisateur Xserve relatives au démarrage à partir d’un disque système. Si le serveur cible ne dispose pas de lecteur de DVD-ROM intégré, vous pouvez utiliser un lecteur de DVD-ROM FireWire externe. Vous pouvez également installer le logiciel serveur sur un système Xserve sans lecteur de DVD-ROM en déplaçant son module de disque vers un autre système Xserve doté, lui, d’un tel lecteur. Vous trouverez des instructions relatives à l’utilisation de disques FireWire externes dans les documents Présentation , Premiers contacts ou Guide de l’utilisateur qui accompagnent votre système Xserve ou votre ordinateur Macintosh. 3 Utilisez votre visualiseur VNC pour établir une connexion au serveur cible. 4 Identifiez le serveur cible. Si le serveur cible fait partie d’une liste de serveurs disponibles fournie par le visualiseur VNC, sélectionnez-le dans cette liste. Sinon, vous devrez saisir une adresse IP au format IPv4 (000.000.000.000). 5 Lorsque vous êtes invité à fournir un mot de passe, saisissez les huit premiers chiffres du numéro de série de matériel intégré au serveur. Pour rechercher le numéro de série, cherchez une étiquette sur le serveur. Si vous effectuez l’installation sur un vieil ordinateur qui ne dispose pas de numéro de série de matériel intégré, tapez le mot de passe 12345678. Si vous utilisez Apple Remote Desktop comme visualiseur VNC, saisissez le mot de passe sans préciser de nom d’utilisateur.76 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 6 Lorsque le programme d’installation s’ouvre, si vous souhaitez effectuer une installation spéciale, vous pouvez si vous le souhaitez utiliser le menu Utilitaires pour ouvrir l’application Utilitaire de disque et préparer le disque ou la partition cible. Vous trouverez dans l’Aide Utilitaire de disque des instructions sur le partitionnement du disque dur en plusieurs volumes, sur la création d’un ensemble RAID et sur l’effacement du disque ou de la partition cible. Pour afficher cette aide, ouvrez Utilitaire de disque sur un autre ordinateur Macintosh doté de Mac OS X 10.4 et choisissez Aide > Aide Utilitaire de disque. Important : ne stockez pas de logiciels supplémentaires ou de données d’utilisateur sur le disque dur ou la partition où est installé le système d’exploitation. De cette façon, vous évitez la perte de fichiers dans l’éventualité d’une réinstallation ou d’une mise à niveau du logiciel système. Si vous devez stocker des logiciels ou données supplémentaires sur la partition système, envisagez une mise en miroir du disque. 7 Une fois la préparation du disque cible terminée, quittez Utilitaire de disque. 8 Avancez dans les sous-fenêtres du programme d’installation en suivant les instructions affichées. 9 Lorsque la sous-fenêtre Sélectionner une destination apparaît, choisissez un disque ou un volume (partition) cible en vous assurant que celui-ci se trouve à l’état adéquat. Si vous effectuez une installation spéciale, vous pouvez choisir Utilitaires > Ouvrir Utilitaire de disque pour suivre une dernière fois les étapes de préparation du disque avant de sélectionner le volume cible et de cliquer sur Continuer. Vous pouvez aussi cliquer sur Options pour formater le disque ou le volume de destination au format Mac OS Étendu (journalisé) : sélectionnez Effacer pour formater le disque au format Mac OS Étendu (journalisé), puis cliquez sur OK.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 77 En cas d’installation de la mise à niveau sur un volume équipé de Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8, cliquez sur Options, puis sélectionnez Ne pas effacer. Cliquez sur OK. Important : lorsque vous effectuez une mise à niveau, assurez-vous que les données de configuration enregistrées ne sont pas détectées par inadvertance et utilisées par le serveur. Si les données de configuration enregistrées sont utilisées, les réglages existants du serveur seront remplacés par les réglages enregistrés. Pour plus d’informations, consultez la section « Procédure de recherche par un serveur de données de configuration enregistrées » à la page 87. 10 Au cours de l’installation, l’état d’avancement des opérations est affiché. Tandis que l’installation se poursuit, vous pouvez utiliser le visualiseur VNC pour établir une connexion à un autre ordinateur et y installer Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur. Lorsque l’installation est terminée, le serveur redémarre et déconnecte automatiquement le visualiseur VNC. Vous pouvez réaliser la configuration initiale du serveur de manière interactive ou automatique. Le chapitre 4, « Configuration initiale du serveur », à la page 85 vous indique comment procéder. Mise à niveau d’un ordinateur de Mac OS X à Mac OS X Server Vous pouvez utiliser le DVD d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 pour mettre à niveau un ordinateur de bureau :  sur lequel Mac OS X 10.4.7 ou ultérieur est déjà installé ;  disposant d’un processeur Intel ;  ayant été introduit pendant l’été 2006 ou plus tard ;  disposant de la configuration requise décrite dans « Configuration requise pour l’installation de Mac OS X Server » à la page 58.78 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Pour mettre à niveau un ordinateur de Mac OS X à Mac OS X Server : 1 Démarrez l’ordinateur depuis le disque dur, selon la procédure habituelle. N’utilisez pas de disque d’installation. 2 Introduisez le DVD d’installation, ouvrez le dossiers Other Installs, puis double-cliquez sur MacOSXServerInstall.mpkg pour exécuter le programme d’installation. 3 Lorsque l’installation est terminée, votre ordinateur redémarre automatiquement et l’Assistant du serveur s’ouvre pour vous permettre de configurer le serveur. 4 Après redémarrage du serveur, installez toute mise à jour du logiciel serveur à l’aide de Mise à jour de logiciels. Automatisation de l’installation du logiciel serveur avec une image disque Si vous devez installer le logiciel serveur sur un grand nombre de serveurs ou le réinstaller fréquemment, vous pouvez automatiser l’installation à l’aide d’une image d’installation qui demeurera sur le disque dur plutôt que sur le disque d’installation. Pour installer le logiciel serveur à l’aide d’une image disque : 1 Sur un serveur Mac OS X Server version 10.4, ouvrez Utilitaire d’images de système. 2 Créez une image d’Installation en réseau à partir du DVD (ou des CD, le cas échéant) d’installation du serveur ou à partir d’un serveur « modèle » de version 10.4 que vous avez déjà configuré. 3 Utilisez Admin Serveur pour démarrer le service NetBoot et activer l’image disque. 4 Configurez chaque ordinateur cible de manière à ce qu’il démarre via l’image d’Installation en réseau.Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 79 5 Initialisez l’installation à distance en ouvrant l’Assistant du serveur sur un ordinateur administrateur ou à l’aide d’un visualiseur VNC sur un ordinateur en réseau. Si vous utilisez l’Assistant du serveur, choisissez « Installer les logiciels sur un serveur distant ». Lorsque vous vous trouvez dans la sous-fenêtre Destination, identifiez les ordinateurs qui ont démarré à l’aide de l’image d’Installation en réseau. Si vous utilisez le visualiseur VNC, connectez-vous à chaque ordinateur ayant démarré à l’aide d’une image d’Installation en réseau de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur, puis contrôlez à distance la préparation du disque et l’installation. 6 Poursuivez comme vous le feriez pour installer le logiciel serveur sur n’importe quel ordinateur distant. Le guide d’administration des images disque et des mises à jour logicielles décrit la façon de créer et de déployer des images disque. Installation du logiciel serveur à l’aide de l’outil de ligne de commande installer L’outil installer permet d’installer le logiciel serveur sur un ordinateur local ou distant à partir de la ligne de commande. Pour plus d’informations sur installer :  Reportez-vous au guide d’administration de la ligne de commande.  Ouvrez l’application Terminal et saisissez installer, installer -help, ou man installer.80 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Pour installer le logiciel serveur à l’aide de la commande installer : 1 Démarrez l’ordinateur cible à partir du disque d’installation. La procédure à utiliser varie selon que le serveur cible dispose d’un lecteur optique capable de lire votre ou vos disques d’installation ou pas. Si vous disposez d’un DVD d’installation, le lecteur optique doit être en mesure de lire les supports DVD. Si le serveur cible dispose d’un clavier et d’un lecteur optique capable de lire votre disque d’installation, insérez le premier disque d’installation dans le lecteur optique. Redémarrez ensuite l’ordinateur en maintenant appuyée la touche C de votre clavier. Si le serveur cible est un système Xserve équipé d’un lecteur de disque optique inté- gré capable de lire votre disque d’installation, démarrez le serveur à partir du premier disque d’installation en suivant les instructions du Guide de l’utilisateur Xserve relatives au démarrage à partir d’un disque système. Si le serveur cible ne dispose pas d’un tel lecteur optique, vous pouvez démarrer celui-ci en mode disque cible et insérer le disque d’installation dans le lecteur optique de votre ordinateur administrateur. Vous pouvez également utiliser un lecteur optique FireWire externe. Si le serveur cible est un serveur Xserve, vous pouvez déplacer son module de disque vers un autre système Xserve doté d’un lecteur optique capable de lire votre disque d’installation. Vous trouverez des instructions relatives à l’utilisation du mode disque cible et des lecteurs optiques externes dans les documents Présentation , Premiers contacts ou Guide de l’utilisateur qui accompagnent votre système Xserve ou votre ordinateur Macintosh. 2 Si vous installez un serveur local, choisissez Utilitaires > « Ouvrir Terminal » à l’ouverture du programme d’installation afin de lancer l’application Terminal. Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 81 Si vous installez un serveur distant, à partir de l’application Terminal sur un ordinateur administrateur ou à partir d’une station de travail Unix, établissez une session SSH avec le serveur comme utilisateur root, en spécifiant pour le paramètre l’adresse IP du serveur cible : ssh root@ Si vous ignorez l’adresse IP et que le serveur distant réside dans le sous-réseau local, utilisez la commande sa_srchr pour identifier les ordinateurs du sous-réseau local sur lesquels vous pouvez installer le logiciel serveur : /system/library/serversetup/sa_srchr 224.0.0.1 monordinateur.exemple.com#PowerMac4,4###Mac OS X Server 10.4#RDY4PkgInstall#2.0#512 Vous pouvez également utiliser l’Assistant du serveur pour générer les informations relatives aux ordinateurs sur le sous-réseau local. Ouvrez l’Assistant du serveur, sélectionnez « Installer le logiciel sur un ordinateur distant », puis cliquez sur Continuer pour accéder à la sous-fenêtre Destination et générer une liste de serveurs en attente d’installation. 3 Lorsque vous êtes invité à fournir un mot de passe, saisissez les huit premiers chiffres du numéro de série de matériel intégré au serveur. Pour rechercher le numéro de série, cherchez une étiquette sur le serveur. Si l’ordinateur cible a été configuré en tant que serveur, vous trouverez également le numéro de série du matériel dans /Système/Bibliothèque/ServerSetup/SerialNumber. Si vous effectuez l’installation sur un vieil ordinateur qui ne dispose pas de numéro de série de matériel intégré, tapez le mot de passe 12345678. 4 Identifiez le volume du serveur cible sur lequel vous souhaitez installer le logiciel serveur.82 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Pour répertorier les volumes disponibles pour l’installation du logiciel serveur à partir du disque d’installation, tapez la commande suivante : /usr/sbin/installer -volinfo -pkg /System/Installation/Packages/ OSInstall.mpkg Vous pouvez également identifier une image d’Installation en réseau que vous avez créée et montée : /usr/sbin/installer -volinfo -pkg /Volumes/ServerNetworkImage10.4/ System/Installation/Packages/OSInstall.mpkg La liste affichée dépend de votre environnement ; l’exemple ci-dessous présente trois volumes disponibles : /Volumes/Mount 01 /Volumes/Mount1 /Volumes/Mount02 5 Si Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8 est installé sur le volume cible, lorsque vous exécutez installer, ce dernier va mettre à niveau le serveur à la version 10.4 en conservant les fichiers des utilisateurs. Si vous n’effectuez pas de mise à niveau mais que vous effectuez une installation spéciale, sauvegardez les fichiers d’utilisateur à conserver, puis utilisez la commande diskutil pour effacer le volume, le formater et autoriser la journalisation : /usr/sbin/diskutil eraseVolume HFS+ "Mount 01" "/Volumes/Mount 01" /usr/sbin/diskutil enableJournal "/Volumes/Mount 01" Vous pouvez également utiliser diskutil pour partitionner le volume et configurer la mise en miroir. Reportez-vous à la page man de diskutil pour plus d’informations sur cette commande. Chapitre 3 Installation du logiciel serveur 83 Important : ne stockez pas de données sur le disque dur ou la partition où est installé le système d’exploitation. De cette façon, vous évitez la perte de données dans l’éventualité d’une réinstallation ou d’une mise à niveau du logiciel système. Si vous devez stocker des logiciels ou données supplémentaires sur la partition système, envisagez une mise en miroir du disque. 6 Installez le système d’exploitation sur un volume de la liste obtenue à l’étape 4. Par exemple, pour utiliser Mount 01 pour l’installation à partir d’un disque d’installation du serveur, saisissez : /usr/sbin/installer -verboseR -lang en -pkg /System/Installation/ Packages/OSInstall.mpkg -target "/Volumes/Mount 01" Si vous utilisez une image d’Installation en réseau, la commande l’identifie comme indiqué à l’étape 4. Lorsque vous tapez le paramètre -lang, utilisez l’une des valeurs suivantes : en (pour anglais), de (pour allemand), fr (pour français) ou ja (pour japonais). 7 Au cours de l’installation, l’état d’avancement des opérations est affiché. Tandis que l’installation progresse, vous pouvez ouvrir une autre fenêtre Terminal pour installer le logiciel serveur sur un autre ordinateur . 8 Lorsque l’installation est terminée, redémarrez le serveur. Saisissez pour cela : /sbin/reboot ou /sbin/shutdown -r Lorsque l’installation est terminée, l’Assistant du serveur s’ouvre automatiquement.84 Chapitre 3 Installation du logiciel serveur Si vous disposez de CD d’installation (ils ne sont pas disponibles pour la version 10.4.7 ou ultérieure), utilisez les instructions suivantes pour installer les logiciels restants à partir des CD d’installation restants. Pour utiliser le disque d’installation suivant, tapez la commande sa_srchr afin de localiser le serveur en attente. Spécifiez pour le paramètre l’adresse utilisée à l’étape 2 : /system/library/serversetup/sa_srchr Lorsque la réponse sa_srchr inclut la chaîne « #InstallInProgress », insérez le disque d’installation suivant : monordinateur.exemple.com#PowerMac4,4## #Mac OS X Server 10.4#InstallInProgress#2.0#2080 Installation de plusieurs serveurs Vous pouvez utiliser l’Assistant du serveur, le visualiseur VNC ou l’outil installer pour lancer les multiples installations du logiciel serveur. Après avoir utilisé l’Assistant du serveur pour lancer l’installation du logiciel serveur sur un ordinateur distant, choisissez Fichier > Nouvelle fenêtre pour installer le logiciel sur un autre ordinateur. Après avoir utilisé un visualiseur VNC pour contrôler l’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur sur un ordinateur distant, vous pouvez utiliser ce même visualiseur VNC pour établir une connexion à un autre ordinateur distant et contrôler l’installation réalisée sur ce dernier. Vous pouvez également ouvrir l’application Terminal et utiliser l’outil installer pour lancer une autre installation de logiciel serveur.4 85 4 Configuration initiale du serveur Les caractéristiques élémentaires de Mac OS X Server sont définies lors de la configuration initiale du serveur. Voici une référence rapide des sujets traités dans ce chapitre. Pour en savoir plus sur Consultez Emplacement Options et configuration requise « Enregistrement des données de configuration » « Spécification de l’utilisation initiale d’Open Directory » « Connexion au réseau lors de la configuration initiale du serveur » « Configuration de serveurs avec plusieurs ports Ethernet » page 87 page 94 page 100 page 101 Collecte d’informations La Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) disque d’installation Configuration interactive de serveurs « Utilisation de la configuration interactive de serveur » « Configuration interactive d’un serveur local » « Report de la configuration de serveur local après l’installation » « Configuration interactive d’un serveur distant » « Configuration interactive d’un lot de serveurs distants » « Configuration interactive de plusieurs serveurs distants tour à tour » page 101 page 102 page 103 page 103 page 105 page 10786 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Informations nécessaires Reportez-vous à la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) pour comprendre et noter les informations concernant chaque serveur à configurer. Les paragraphes suivants fournissent des explications complémentaires sur certains des éléments de la feuille d’opérations. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. Si vous effectuez une mise à niveau depuis Mac OS X Server version 10.3.9 ou 10.2.8, l’Assistant du serveur affiche les réglages de serveur existants, mais vous pouvez les modifier. Prenez note, dans la feuille d’opérations, des réglages à utiliser par le serveur version 10.4. Configuration automatique de serveurs « Utilisation de la configuration automatique de serveur » « Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un fichier » « Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un répertoire » page 110 page 111 page 115 Contrôle et dépannage « Détermination de l’état des configurations » page 121 Que faire après la configuration initiale « Configuration des services » page 123 Pour en savoir plus sur Consultez EmplacementChapitre 4 Configuration initiale du serveur 87 Enregistrement des données de configuration Pour travailler à partir de données de configuration enregistrées, établissez une stratégie pour nommer, crypter et stocker les données. Procédure de recherche par un serveur de données de configuration enregistrées Un serveur récemment installé se règle lui-même en se basant sur les données de configuration enregistrées via la séquence de recherche ci-après. Lorsque le serveur trouve des données de configuration correspondant aux critères décrits, il interrompt la recherche et utilise ces données pour opérer ses réglages. 1 Le serveur recherche ensuite des fichiers de configuration sur les volumes montés localement, dans /Volumes/*/Auto Server Setup/, où * est un nom de système de fichiers. Il effectue une recherche alphabétique dans les volumes par nom de périphérique, en recherchant un fichier portant l’extension « .plist » et nommé à l’aide de son adresse MAC, son adresse IP, son nom DNS partiel, son numéro de série de matériel intégré, son nom DNS complet, son adresse IP partielle ou generic.plist, dans cet ordre. 2 Le serveur recherche ensuite dans un répertoire, pour lequel il est configuré, un enregistrement de configuration, dans un chemin d’accès nommé « AutoServerSetup ». Il recherche les enregistrements nommés à l’aide de son adresse MAC, son adresse IP, son nom DNS partiel (monserveur), son numéro de série de matériel intégré, son nom DNS complet (monserveur.exemple.com), son adresse IP partielle ou « generic », dans cet ordre.88 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Si les données de configuration sont cryptées, le serveur a besoin de la phrase secrète correcte avant de pouvoir effectuer ses réglages. Vous pouvez employer l’Assistant du serveur pour fournir la phrase secrète de manière interactive ou bien vous pouvez la fournir dans un fichier texte stocké dans /Volumes/*/Auto Server Setup/. Le serveur cible effectue une recherche alphabétique dans les volumes par nom de système de fichiers, en recherchant un fichier portant l’extension « .pass » et nommé à l’aide de son adresse MAC, son adresse IP, son nom DNS partiel, son numéro de série de matériel intégré, son nom DNS complet, son adresse IP partielle ou generic.plist, dans cet ordre. Important : lorsque vous effectuez une mise à niveau, assurez-vous que les données de configuration enregistrées ne sont pas détectées par inadvertance et utilisées par le serveur que vous mettez à niveau. Si les données de configuration enregistrées sont utilisées, les réglages existants du serveur seront remplacés par les réglages enregistrés. Les deux sections suivantes fournissent plus de détails sur l’emploi des données de configuration enregistrées. Utilisation de données de configuration enregistrées dans un fichier Lorsque vous enregistrez des données de configuration dans un fichier, un serveur cible détecte automatiquement celui-ci et l’utilise si :  Les données de configuration détectées par le serveur cible ne se trouvent pas dans un répertoire que le serveur peut exploiter. Reportez-vous à la section « Utilisation de données de configuration enregistrées dans un répertoire » à la page 91 pour plus d’informations sur la détection et l’utilisation de données de répertoire par un serveur pour se régler lui-même.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 89  Le fichier de configuration se trouve sur un volume monté localement dans /Volumes/*/ Auto Server Setup/, où * correspond à tout périphérique monté sous /Volumes. Un serveur cible recherche dans les volumes par ordre alphabétique des noms de périphériques. Le périphérique monté en tant que système de fichiers peut être le disque dur du serveur ou un iPod, un DVD, un CD, un disque FireWire, un disque USB ou tout autre périphérique connecté au serveur. Par exemple, /Volumes/AdminiPod/Auto Server Setup/monserveur.exemple.com.plist.  Le nom du fichier de configuration est l’un de ceux qui suivent (lors de la recherche de fichiers de configuration, les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : .plist (insérez les zéros à gauche mais omettez les deux-points). Par exemple, 0030654dbcef.plist. .plist. Par exemple, 10.0.0.4.plist. .plist. Par exemple, monserveur.plist. .plist (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234.plist. .plist. Par exemple, monserveur.exemple.com.plist. .plist. Par exemple, 10.0.plist (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique.plist (fichier que tout serveur reconnaîtra, utilisé pour configurer les serveurs qui nécessitent les mêmes valeurs de configuration). Si le numéro de série spécifié dans le fichier n’est pas associé à une licence de site, vous devrez le définir manuellement après l’installation. Utilisez Admin Serveur ou la commande suivante dans l’application Terminal : serversetup -setServerSerialNumber.90 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur  La phrase secrète correcte est fournie au serveur si les données de configuration sont cryptées. Vous pouvez employer l’Assistant du serveur pour fournir une phrase secrète de manière interactive ou dans un fichier texte. Placez le fichier de phrase secrète sur un volume monté localement sur le serveur cible, dans /Volumes/*/Auto Server Setup/ . Le fichier de phrase secrète peut porter l’un des noms ci-après (les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : .pass (insérez les zéros à gauche mais omettez les deuxpoints). Par exemple, 0030654dbcef.pass. .pass. Par exemple, 10.0.0.4.pass. .pass. Par exemple, monserveur.pass. .pass (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234.pass. .pass. Par exemple, monserveur.exemple.com.pass. .pass. Par exemple, 10.0.pass (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique.pass (un fichier que tout serveur reconnaîtra). Si le numéro de série du logiciel serveur n’est pas associé à une licence de site, vous devrez le définir manuellement après l’installation. Utilisez Admin Serveur ou la commande suivante dans Terminal : serversetup -setServerSerialNumber.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 91 Si vous souhaitez réutiliser les données de configuration enregistrées après réinstallation d’un serveur, vous pouvez stocker le ou les fichiers de configuration du serveur dans une petite partition locale qui ne sera pas effacée lorsque vous réinstallerez le serveur. Les fichiers de configuration sont automatiquement détectés et réutilisés après chaque réinstallation. Utilisation de données de configuration enregistrées dans un répertoire Cette démarche permet le moins d’intervention possible pour configurer plusieurs serveurs mais requiert une infrastructure DHCP et de répertoires. À l’aide de l’Assistant du serveur, enregistrez les données de configuration dans un répertoire existant, pour lequel l’ordinateur que vous utilisez est configuré et où les serveurs récemment installés doivent lire les données de configuration. Le système du répertoire doit accepter les données de configuration enregistrées. Open Directory offre une prise en charge intégrée des données de configuration stockées. Pour stocker des données de configuration dans un répertoire non Apple, vous devez d’abord étendre son système, comme décrit dans le guide d’administration Open Directory. Lorsque vous enregistrez des données de configuration dans un répertoire, un serveur cible les détecte automatiquement et les utilise si :  Le serveur cible obtient ses noms de réseau (nom d’hôte, nom d’ordinateur et nom d’hôte local) ainsi que sa configuration de port à partir d’un serveur DHCP.  Le serveur DHCP est configuré pour identifier l’adresse IP du serveur de répertoire où sont stockées les données de configuration. Reportez-vous au guide d’administration des services réseau pour des instructions de configuration de serveur DHCP.  Les serveurs de répertoire et DHCP sont en cours d’exécution.92 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur  Les données de configuration sont stockées dans le répertoire, dans le chemin d’accès /AutoServerSetup/ et un enregistrement portant l’un de ces noms (les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : (insérez les zéros à gauche mais omettez les deux-points). Par exemple, 0030654dbcef. . Par exemple, 10.0.0.4. . Par exemple, monserveur. (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234. . Par exemple, monserveur.exemple.com. . Par exemple, 10.0 (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique (enregistrement que tout serveur reconnaîtra, utilisé pour configurer les serveurs qui nécessitent les mêmes valeurs de configuration). Si le numéro de série spécifié dans le fichier n’est pas associé à une licence de site, vous devrez le définir manuellement après l’installation. Utilisez Admin Serveur ou la commande suivante dans l’application Terminal : serversetup -setServerSerialNumber.  La phrase secrète correcte est fournie au serveur (les données de configuration stockées dans un répertoire doivent toujours être cryptées). Vous pouvez employer l’Assistant du serveur pour fournir une phrase secrète de manière interactive ou dans un fichier texte. Placez le fichier de phrase secrète sur un volume monté localement sur le serveur cible, dans /Volumes/*/Auto Server Setup/ , où * correspond à tout périphérique monté sous /Volumes. Un serveur cible recherche dans les volumes par ordre alphabétique des noms de périphériques.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 93 Le fichier de phrase secrète peut porter l’un des noms ci-après (les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : .pass (insérez les zéros à gauche mais omettez les deuxpoints). Par exemple, 0030654dbcef.pass. .pass. Par exemple, 10.0.0.4.pass. .pass. Par exemple, monserveur.pass. .pass (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234.pass. .pass. Par exemple, monserveur.exemple.com.pass. .pass. Par exemple, 10.0.pass (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique.pass (un fichier que tout serveur reconnaîtra). Si le numéro de série du logiciel serveur n’est pas associé à une licence de site, vous devrez le définir manuellement après l’installation. Utilisez Admin Serveur ou la commande suivante dans Terminal : serversetup -setServerSerialNumber. Stockage de copies de sauvegarde des données de configuration enregistrées Les données de configuration enregistrées ne servent pas uniquement à l’automatisation de la configuration de plusieurs serveurs. Elles permettent également de reconfigurer les serveurs si vous avez besoin d’y réinstaller le logiciel serveur. Il est possible de conserver des copies de sauvegarde des fichiers de données de configuration sur un serveur de fichiers du réseau. De la même façon, vous pouvez stocker les fichiers de données de configuration dans une partition locale qui ne sera pas effacée lorsque vous réinstallerez le logiciel serveur. 94 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Spécification de l’utilisation initiale d’Open Directory Lors de la configuration initiale d’un serveur, vous spécifiez sa configuration de services de répertoire. Les options sont les suivantes :  Aucune modification, option disponible uniquement lors de la mise à niveau à partir de Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8.  Serveur autonome, option utilisée pour configurer uniquement un domaine de répertoire NetInfo local sur le serveur.  Maître Open Directory, option utilisée pour configurer un répertoire LDAP sur le serveur, en vue du partage avec d’autres ordinateurs.  Connecté à un système de répertoire, option utilisée pour configurer le serveur pour obtenir les informations de répertoire d’un domaine de répertoire partagé déjà configuré sur un autre serveur. Dans toutes ces situations, l’authentification Open Directory est configurée sur le serveur et utilisée par défaut pour tout nouvel utilisateur ajouté aux domaines résidant sur le serveur. Si vous configurez plusieurs serveurs et qu’un ou plusieurs d’entre eux hébergent un répertoire partagé, configurez-les avant les serveurs qui utiliseront ces répertoires partagés.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 95 Remarque : si vous connectez Mac OS X Server version 10.4 à un domaine de répertoire de Mac OS X Server version 10.2 ou antérieure, soyez conscient que les utilisateurs définis dans l’ancien domaine de répertoire ne peuvent pas être authentifiés avec la méthode MS-CHAPv2. Cette méthode peut être nécessaire pour authentifier de manière sécurisée les utilisateurs pour le service VPN de Mac OS X Server version 10.4. Open Directory dans Mac OS X Server 10.4 prend en charge l’authentification MS-CHAPv2, mais le serveur de mot de passe dans Mac OS X Server 10.2 ne prend pas en charge cette authentification. Après configuration, utilisez si nécessaire les applications Format de répertoire ou Admin Serveur pour affiner la configuration de répertoire du serveur . Format de répertoire permet de configurer des connexions à plusieurs répertoires, y compris Active Directory et d’autres systèmes de répertoires non Apple, et de spécifier une stratégie de recherche (l’ordre dans lequel le serveur doit effectuer la recherche dans les domaines). Admin Serveur permet de configurer des répliques d’un maître Open Directory et de gérer les autres aspects de la configuration du service de répertoires d’un serveur. Le guide d’administration Open Directory vous aidera à choisir les options adéquates de configuration d’utilisation de répertoire. S’il s’agit d’une mise à niveau, le meilleur choix est habituellement Aucune modification. Si vous configurez un nouveau serveur, le choix le plus simple est Serveur autonome. Après la configuration initiale du serveur, vous pouvez employer Format de répertoire ou Admin Serveur pour ajuster et finaliser la configuration de répertoire.96 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Mise à jour sans changer l’utilisation de répertoire Lorsque vous configurez un serveur mis à niveau depuis la version 10.3.9 ou 10.2.8 vers la version 10.4 et que vous souhaitez qu’il exploite la même configuration de répertoire qu’auparavant, choisissez Aucune modification dans la sous-fenêtre Utilisation du répertoire de l’Assistant du serveur. Même lorsque vous souhaitez changer la configuration de répertoire du serveur, le choix le plus sûr reste Aucune modification, en particulier si vous envisagez de modifier la configuration de répertoire partagé d’un serveur. Par exemple, vous pouvez passer de l’hébergement d’un répertoire à l’utilisation d’un répertoire partagé d’un autre serveur et vice versa ou migrez d’un domaine NetInfo partagé vers LDAP. Ces opérations sont à réaliser après la configuration serveur, de façon à préserver l’accès aux informations sur les répertoires en réseau. Reportez-vous au guide d’administration Open Directory pour en savoir plus sur les options d’utilisation de répertoire et l’emploi de Format de répertoire et d’Admin Serveur afin de modifier des répertoires. Reportez-vous au guide de mise à niveau et de migration pour plus d’informations sur l’emploi de données de répertoire existantes lorsque vous changez les réglages de service de répertoire. Si vous choisissez l’option « Aucune modification » et que le serveur n’utilisait pas de serveur de mot de passe, l’authentification Open Directory est configurée. Lorsque vous ajoutez des utilisateurs à un domaine de répertoire Apple résidant sur le serveur, les mots de passe sont validés par défaut en utilisant l’authentification Open Directory.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 97 Configuration d’un serveur comme serveur autonome Lorsque vous ne souhaitez pas que le serveur que vous configurez héberge ou utilise des informations de répertoire partagé, choisissez l’option d’utilisation de répertoire Serveur autonome dans l’Assistant du serveur. Cette option concerne uniquement un domaine NetInfo local. S’agissant d’un domaine local, les données qui y sont stockées ne sont accessibles que par le serveur que vous configurez. L’authentification Open Directory est également configurée sur le serveur. Par défaut, elle est utilisée lorsqu’un utilisateur est ajouté au domaine local. Lorsqu’un utilisateur tente de se connecter au serveur ou d’utiliser l’un des services réclamant une authentification, le serveur authentifie l’utilisateur en consultant la base de données locale. Si l’utilisateur a un compte sur le système et fournit le mot de passe correct, l’authentification aboutit. Configuration d’un serveur en tant que maître Open Directory Lorsque vous souhaitez qu’un serveur que vous configurez héberge un répertoire LDAP pour une utilisation par lui-même et par d’autres ordinateurs, assurez-vous que le serveur est connecté au réseau lorsque vous le configurez, et choisissez l’option d’utilisation de répertoire Maître Open Directory dans l’Assistant du serveur. Cette option :  Configure un répertoire LDAP sur le serveur.  Crée un administrateur de domaine pour le répertoire. Il s’agit de l’administrateur qui dispose des autorisations nécessaires pour modifier les informations stockées dans le répertoire, telles que les comptes et les présentations de réseau gérées.  Active l’authentification Open Directory pour la validation de tous les utilisateurs définis dans le domaine NetInfo local et le répertoire LDAP.98 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur  Configure un KDC Kerberos sur le serveur. Pour qu’un maître Open Directory puisse fournir l’authentification Kerberos et par signature unique, il est nécessaire de configurer le DNS de manière appropriée. Le service DNS doit transformer les noms DNS complets de tous les serveurs (y compris celui du maître Open Directory proprement dit) en adresses IP et permettre les recherches inverses correspondantes.  Il active éventuellement un contrôleur de domaine principal Windows sur le serveur, ce qui permet à votre serveur d’authentifier et de fournir des répertoires de départ aux utilisateurs d’ordinateurs sous Windows NT4.x, Windows 9x et Windows XP. Pour configurer un autre serveur en tant que réplique Open Directory et contrôleur de domaine secondaire (BDC) facultatif pour un PDC, utilisez Admin Serveur une fois la configuration terminée. Pour définir des connexions de répertoire supplémentaires, utilisez Format de répertoire. Reportez-vous au guide d’administration Open Directory pour plus d’informations sur la configuration de répertoire. L’authentification Open Directory est configurée sur le serveur et utilisée par défaut pour tous les utilisateurs ajoutés aux domaines qui résident sur le serveur.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 99 Configuration d’un serveur pour la connexion à un système de répertoire Si vous souhaitez que le serveur que vous configurez emploie un répertoire partagé sur un autre ordinateur, choisissez l’option d’utilisation de répertoire Connecté à un système de répertoire dans l’Assistant du serveur. Choisissez ensuite l’une des options suivantes :  « Tel que spécifié par le serveur DHCP », pour configurer un serveur afin d’utiliser un serveur DHCP pour obtenir des informations de connexion à un système de répertoire. Le serveur DHCP doit être configuré pour fournir l’adresse et la base de recherche d’un serveur LDAP (DHCP option 95) ou l’adresse et la balise d’un serveur NetInfo hérité. Le service de répertoire et le service DHCP sont indépendants. Ils ne doivent donc pas nécessairement être fournis par le même serveur.  Serveur Open Directory, afin d’indiquer que l’adresse du serveur Mac OS X Server hébergeant le répertoire LDAP doit être obtenue via DHCP, ou pour spécifier l’adresse IP ou le nom DNS du serveur.  Serveur NetInfo, afin d’indiquer comment le serveur en cours de configuration doit localiser le serveur hébergeant un domaine partagé. Choisissez l’une de ces options : Broadcast, DHCP, Adresse IP statique. Cette dernière suppose que vous fournissiez l’adresse IP du serveur NetInfo et la balise NetInfo du domaine de répertoire, habituellement « network ».  « Autre serveur de répertoire », option à choisir lorsque vous souhaitez configurer l’accès à des répertoires non Apple, tels qu’Active Directory, Novell eDirectory ou un domaine NIS. Après configuration du serveur, utilisez Format de répertoire pour spé- cifier la configuration de répertoire du serveur. Reportez-vous au guide d’administration Open Directory pour plus d’informations.100 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Vous pouvez configurer un serveur pour qu’il se connecte à un répertoire NetInfo partagé sur Mac OS X Server version 10.0 et ultérieure ou à un répertoire LDAP sur la version 10.2 ou 10.3. Cependant, il est possible que vous ne bénéficiez pas de certaines fonctionnalités :  Le service VPN sur la version 10.3 ou ultérieure nécessite l’authentification MS-CHAP2, qui n’est pas disponible avec les versions 10.2 et antérieures.  La réplication n’est pas prise en charge par les versions 10.2 et antérieures.  La configuration Kerberos est beaucoup plus complexe dans la version 10.2. En outre, la synchronisation automatique de Kerberos et du serveur de mot de passe requiert la version 10.3 ou ultérieure.  Dans la version 10.3 et les versions antérieures, la liaison sécurisée de répertoires, la prise en charge des sous-domaines LDAP et les contrôles d’accès aux répertoires ne sont pas disponibles. Connexion au réseau lors de la configuration initiale du serveur Essayez de placer un serveur dans son emplacement réseau final (sous-réseau) avant de le configurer pour la première fois. Si vous souhaitez éviter tout accès non autorisé ou prématuré au cours du démarrage, vous pouvez configurer un coupe-feu afin de protéger le serveur lors de la finalisation de sa configuration. Si vous ne pouvez pas éviter de déplacer un serveur après la configuration initiale, vous devez commencer par modifier les réglages qui dépendent de l’emplacement réseau. Par exemple, l’adresse IP et le nom d’hôte du serveur, stockés dans les deux répertoires et fichiers de configuration du serveur, doivent être mis à jour. Pour plus d’informations, consultez la section « Modification du nom d’hôte du serveur après la configuration » à la page 55.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 101 Configuration de serveurs avec plusieurs ports Ethernet Votre serveur est équipé d’un port Ethernet intégré et éventuellement d’autres ports intégrés ou ajoutés. Lorsque vous utilisez l’Assistant du serveur pour configurer de manière interactive un ou plusieurs serveurs, tous les ports Ethernet disponibles d’un serveur sont répertoriés ; sélectionnez-en un ou plusieurs à activer et à configurer. Lorsque vous travaillez avec l’Assistant du serveur en mode hors connexion, cliquez sur un bouton Ajouter afin de créer manuellement une liste de ports à configurer. Si vous activez plusieurs ports, indiquez l’ordre dans lequel les ports doivent être utilisés par le serveur lors du routage du trafic vers le réseau. Lorsque le serveur reçoit le trafic réseau sur un port actif quelconque, le trafic réseau initié par le serveur est acheminé via le premier port actif. Reportez-vous à la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) pour obtenir une description des attributs de configuration des ports. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. Utilisation de la configuration interactive de serveur La solution interactive est intéressante lorsque vous avez peu de serveurs à configurer. Pour exploiter cette démarche, ouvrez l’Assistant du serveur, connectez-vous à un ou plusieurs serveurs cibles, fournissez les données de configuration, puis démarrez immédiatement la configuration. La méthode interactive permet de configurer un serveur local ou un ou plusieurs serveurs distants.102 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Configuration interactive d’un serveur local Une fois le logiciel serveur installé sur un serveur, la méthode interactive permet de le configurer en local si vous avez possibilité d’accéder physiquement à l’ordinateur. Pour configurer de manière interactive un serveur local : 1 Complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure). La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Pour des informations supplémentaires, reportez-vous à la section « Informations nécessaires » à la page 86. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. 2 Au redémarrage du serveur, l’Assistant du serveur est automatiquement ouvert. 3 Tapez les données de configuration notées sur la feuille d’opérations au fur et à mesure de votre progression dans les sous-fenêtres de l’Assistant, en suivant les instructions à l’écran. Vérifiez que tout serveur DHCP ou DNS que doit employer le serveur que vous configurez est bien en cours d’exécution. 4 Une fois entrées les données de configuration, l’Assistant du serveur affiche un résumé des données. 5 Vérifiez les données de configuration que vous avez entrées. Cliquez éventuellement sur Revenir pour les modifier. 6 Pour enregistrer les données de configuration sous forme de fichier texte ou dans un format utilisable pour une configuration automatique du serveur (un fichier de configuration ou une fiche de répertoire enregistré), cliquez sur Enregistrer sous. Pour crypter le fichier ou la fiche, sélectionnez « Enregistrer au format crypté », puis tapez et confirmez une phrase secrète. Vous devez fournir la phrase secrète avant qu’un fichier de configuration crypté puisse être utilisé par un serveur cible.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 103 7 Pour lancer la configuration du serveur local, cliquez sur Appliquer. Au terme de la configuration du serveur, cliquez sur Redémarrer. Vous pouvez maintenant ouvrir une session sous l’identité de l’administrateur créé pendant la configuration, afin de configurer les services. Report de la configuration de serveur local après l’installation Une fois terminée l’installation du logiciel serveur sur un ordinateur local, l’ordinateur redémarre et l’Assistant du serveur s’ouvre automatiquement. Si vous désirez reporter la configuration du serveur à plus tard, appuyez sur les touches Commande + Q. L’ordinateur s’éteint. À son prochain démarrage, l’Assistant du serveur s’ouvrira automatiquement. Configuration interactive d’un serveur distant Une fois le logiciel serveur installé sur un serveur, la méthode interactive permet de le configurer à distance à partir d’un ordinateur administrateur capable de se connecter au serveur cible. Pour configurer de manière interactive un serveur distant : 1 Complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure). La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Pour des informations supplémentaires, reportez-vous à la section « Informations nécessaires » à la page 86. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. 2 Assurez-vous que le serveur cible est en cours d’exécution.104 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 3 Sur un ordinateur administrateur, ouvrez l’Assistant du serveur dans /Applications/Server/. Vous n’avez pas besoin d’être administrateur sur l’ordinateur administrateur pour utiliser l’Assistant du serveur. 4 Dans la sous-fenêtre Bienvenue, sélectionnez « Configurer un serveur distant » et cliquez sur Continuer. 5 Dans la sous-fenêtre Destination, placez une coche dans la colonne Appliquer du serveur distant à configurer, puis tapez son mot de passe de préréglage dans la case Mot de passe et cliquez sur Continuer pour vous connecter au serveur. Si le serveur cible n’apparaît pas dans la liste, cliquez sur Ajouter pour l’ajouter ou Actualiser pour voir s’il est disponible. 6 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez la langue à employer pour administrer le serveur cible. 7 Suivez l’étape 8 si vous voulez utiliser des données de configuration enregistrées. Sinon, passez à l’étape 9. 8 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez Fichier > « Ouvrir le fichier de configuration » ou Fichier > « Ouvrir la fiche de répertoire » pour charger les données de configuration enregistrées à employer. Si les données de configuration enregistrées sont cryptées, tapez la phrase secrète lorsque nécessaire. Choisissez éventuellement Présentation > Aller à Revoir pour vérifier les données de configuration, puis Revenir pour les modifier. 9 Cliquez sur Continuer et saisissez les données de configuration au fur et à mesure de votre progression dans les sous-fenêtres de l’Assistant, en suivant les instructions affichées. Vérifiez que tout serveur DHCP ou DNS que doit employer le serveur que vous configurez est bien en cours d’exécution.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 105 10 Une fois toutes les données de configuration spécifiées, vérifiez le résumé affiché par l’Assistant du serveur et cliquez éventuellement sur Revenir pour modifier les données. 11 Pour enregistrer les données de configuration sous forme de fichier texte ou dans un format utilisable pour une configuration automatique du serveur (un fichier de configuration ou une fiche de répertoire enregistré), cliquez sur Enregistrer sous. Pour crypter le fichier ou la fiche, sélectionnez « Enregistrer au format crypté », puis tapez et confirmez une phrase secrète. Vous devez fournir la phrase secrète avant qu’un fichier de configuration crypté puisse être utilisé par un serveur cible. 12 Pour lancer la configuration du serveur cible distant, cliquez sur Appliquer. Au terme de la configuration du serveur, cliquez sur Continuer. Le serveur cible redémarre automatiquement et vous pouvez ouvrir une session sous l’identité de l’administrateur de serveur créé pendant la configuration, afin de configurer les services. Configuration interactive d’un lot de serveurs distants Vous pouvez employer la méthode interactive pour configurer un lot de serveurs si :  tous les serveurs sont accessibles à partir d’un ordinateur administrateur ;  tous les serveurs utilisent les même données de configuration, à l’exception du numéro de série du logiciel serveur et des identités réseau (nom d’hôte, nom d’ordinateur et nom d’hôte local) ;  les identités réseau sont fournies par un serveur DHCP ou BootP. Pour configurer plusieurs serveurs distants de manière interactive, par lot : 1 Complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) avec les réglages à utiliser pour tous les serveurs que vous souhaitez configurer. 106 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Pour des informations supplémentaires, reportez-vous à la section « Informations nécessaires » à la page 86. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. 2 Assurez-vous que les serveurs cibles et tous serveurs DHCP ou DNS qu’ils doivent employer sont en cours d’exécution. 3 Sur un ordinateur administrateur capable de se connecter à tous les serveurs cibles, ouvrez l’Assistant du serveur dans /Applications/Server/. Vous n’avez pas besoin d’être administrateur sur l’ordinateur administrateur pour utiliser l’Assistant du serveur. 4 Dans la sous-fenêtre Bienvenue, sélectionnez « Configurer un serveur distant » et cliquez sur Continuer. 5 Dans la sous-fenêtre Destination, placez une coche dans la colonne Appliquer de chaque serveur distant à configurer. Tapez ensuite le mot de passe de préréglage dans la case Mot de passe de chaque serveur et cliquez sur Continuer pour vous connecter aux serveurs. Si un serveur cible à configurer n’est pas dans la liste, cliquez sur Ajouter pour l’y ajouter. 6 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez la langue à employer pour administrer les serveurs cible. 7 Suivez l’étape 8 si vous voulez utiliser des données de configuration enregistrées. Sinon, passez à l’étape 9. 8 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez Fichier > « Ouvrir le fichier de configuration » ou Fichier > « Ouvrir la fiche de répertoire » pour charger les données de configuration enregistrées à employer. Si les données de configuration enregistrées sont cryptées, tapez la phrase secrète lorsque nécessaire.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 107 Choisissez éventuellement Présentation > Aller à Revoir pour vérifier les données de configuration, puis Revenir pour les modifier. 9 Cliquez sur Continuer et saisissez les données de configuration au fur et à mesure de votre progression dans les sous-fenêtres de l’Assistant, en suivant les instructions affichées. Lorsque vous y êtes invité, tapez le numéro de série du logiciel serveur de chaque serveur cible. 10 Une fois toutes les données de configuration spécifiées, vérifiez le résumé affiché par l’Assistant du serveur et cliquez éventuellement sur Revenir pour modifier les données. 11 Pour enregistrer les données de configuration sous forme de fichier texte ou dans un format utilisable pour une configuration automatique du serveur (un fichier de configuration ou une fiche de répertoire enregistré), cliquez sur Enregistrer sous. Pour crypter le fichier ou la fiche, sélectionnez « Enregistrer au format crypté », puis tapez et confirmez une phrase secrète. Vous devez fournir la phrase secrète avant qu’un fichier de configuration crypté puisse être utilisé par un serveur cible. 12 Pour démarrer la configuration du serveur, cliquez sur Appliquer. Au terme de la configuration du serveur, cliquez sur Continuer. Les serveurs cible redé- marrent automatiquement et vous pouvez ouvrir une session sous l’identité de l’administrateur de serveur créé pendant la configuration, afin de configurer leurs services. Configuration interactive de plusieurs serveurs distants tour à tour Vous pouvez employer la méthode interactive pour configurer plusieurs serveurs en utilisant plusieurs fenêtres de l’Assistant du serveur sur un ordinateur administrateur.108 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Pour configurer de manière interactive plusieurs serveurs distants tour à tour : 1 Complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) pour chaque serveur à configurer. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Pour des informations supplémentaires, reportez-vous à la section « Informations nécessaires » à la page 86. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. 2 Assurez-vous que les serveurs cibles et tous serveurs DHCP ou DNS qu’ils doivent employer sont en cours d’exécution. 3 Sur un ordinateur administrateur capable de se connecter à tous les serveurs cibles, ouvrez l’Assistant du serveur dans /Applications/Server/. Vous n’avez pas besoin d’être administrateur sur l’ordinateur administrateur pour utiliser l’Assistant du serveur. 4 Dans la sous-fenêtre Bienvenue, sélectionnez « Configurer un serveur distant » et cliquez sur Continuer. 5 Dans la sous-fenêtre Destination, cochez l’un des serveurs distants à configurer. Tapez ensuite le mot de passe de préréglage dans la case Mot de passe du serveur et cliquez sur Continuer pour vous connecter au serveur. Si le serveur à configurer n’est pas dans la liste, cliquez sur Ajouter pour l’y ajouter. 6 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez la langue à employer pour administrer le serveur cible. 7 Suivez l’étape 8 si vous voulez utiliser des données de configuration enregistrées. Sinon, passez à l’étape 9.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 109 8 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez Fichier > « Ouvrir le fichier de configuration » ou Fichier > « Ouvrir la fiche de répertoire » pour charger les données de configuration enregistrées à employer. Si les données de configuration enregistrées sont cryptées, tapez la phrase secrète lorsque nécessaire. Choisissez éventuellement Présentation > Aller à Revoir pour vérifier les données de configuration, puis Revenir pour les modifier. 9 Cliquez sur Continuer et saisissez les données de configuration au fur et à mesure de votre progression dans les sous-fenêtres de l’Assistant, en suivant les instructions affichées. 10 Une fois toutes les données de configuration spécifiées, vérifiez le résumé affiché par l’Assistant du serveur et cliquez éventuellement sur Revenir pour modifier les données. 11 Pour enregistrer les données de configuration sous forme de fichier texte ou dans un format utilisable pour une configuration automatique du serveur (un fichier de configuration ou une fiche de répertoire enregistré), cliquez sur Enregistrer sous. Pour crypter le fichier ou la fiche, sélectionnez « Enregistrer au format crypté », puis tapez et confirmez une phrase secrète. Vous devez fournir la phrase secrète avant qu’un fichier de configuration crypté puisse être utilisé par un serveur cible. 12 Pour démarrer la configuration du serveur, cliquez sur Appliquer. 13 Pour travailler sur la configuration d’un autre serveur avant la fin de celle en cours, choisissez Fichier > Nouvelle fenêtre et répétez les étapes 4 à 12. Lorsque sa configuration est achevée, le serveur cible redémarre automatiquement et vous pouvez ouvrir une session sous l’identité de l’administrateur de serveur créé pendant la configuration, afin de configurer ses services.110 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Utilisation de la configuration automatique de serveur La méthode automatique est utile lorsque :  vous avez un nombre plus important de serveurs à configurer,  vous souhaitez préparer la configuration de serveurs pas encore disponibles,  vous souhaitez enregistrer des données de configuration à des fins de sauvegarde,  vous devez réinstaller fréquemment des serveurs. Une manière d’employer cette méthode est d’utiliser le mode hors connexion de l’Assistant du serveur et travailler sur les données de configuration sans vous connecter à des serveurs particuliers. Spécifiez les données de configuration, puis enregistrezles dans un fichier ou dans un répertoire accessible à partir de serveurs cible, comme indiqué dans les deux sections qui suivent. Ceux sur lesquels le logiciel Mac OS X Server version 10.4 a été installé détectent automatiquement la présence des données de configuration enregistrées et les utilisent pour se configurer eux-mêmes. Vous pouvez définir des données de configuration génériques. Celles-ci peuvent être utilisées pour configurer n’importe quel serveur. Par exemple, vous pouvez définir des données de configuration génériques pour un serveur en commande, ou configurer 50 ordinateurs Xserve qui doivent être configurés de manière identique. Vous pouvez également enregistrer des données de configuration adaptées à un serveur en particulier.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 111 Important : lorsque vous effectuez une mise à niveau, assurez-vous que les données de configuration enregistrées ne sont pas détectées par inadvertance et utilisées par le serveur. Si les données de configuration enregistrées sont utilisées, les réglages existants du serveur seront remplacés par les réglages enregistrés. Pour plus d’informations, reportez-vous à la section « Procédure de recherche par un serveur de données de configuration enregistrées » à la page 87. Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un fichier Une fois le logiciel serveur installé sur un serveur, vous pouvez le configurer automatiquement en utilisant des données enregistrées dans un fichier. Pour enregistrer et appliquer les données de configuration d’un fichier : 1 Complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) pour chaque serveur à configurer. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Pour des informations supplémentaires, reportez-vous à la section « Informations nécessaires » à la page 86. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. 2 Sur un ordinateur administrateur, ouvrez l’Assistant du serveur dans /Applications/Server/. Vous n’avez pas besoin d’être administrateur sur l’ordinateur administrateur pour utiliser l’Assistant du serveur. 3 Dans la sous-fenêtre Bienvenue, sélectionnez « Enregistrer la configuration dans une fiche de répertoires ou fichiers » pour travailler en mode hors connexion (connexion serveur inutile).112 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 4 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez la langue à employer pour administrer le ou les serveurs cible. 5 Si vous voulez créer un nouveau fichier de configuration, suivez l’étape 6. Pour travailler avec un fichier de configuration existant, passez à l’étape 7. Si vous prévoyez de créer un fichier de configuration générique pour configurer plusieurs serveurs, prenez soin de ne pas spécifier de noms de réseau (nom d’ordinateur et nom d’hôte local) et vérifiez que chaque interface réseau (port) est définie pour être configurée Via DHCP ou Via BootP. 6 Cliquez sur Continuer et saisissez les données de configuration au fur et à mesure de votre progression dans les sous-fenêtres de l’Assistant, en suivant les instructions affichées. 7 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez Fichier > « Ouvrir le fichier de configuration » ou Fichier > « Ouvrir la fiche de répertoire » pour charger les données de configuration enregistrées sur lesquelles vous voulez travailler. Si les données de configuration enregistrées sont cryptées, tapez la phrase secrète lorsque nécessaire. Choisissez éventuellement Présentation > Aller à Revoir pour vérifier les données de configuration, puis Revenir pour les modifier. 8 Dans la sous-fenêtre Interfaces de réseau, cliquez sur Ajouter pour spécifier les interfaces de réseau. 9 Une fois spécifiées toutes les données de configuration, vérifiez le résumé affiché par l’Assistant du serveur et cliquez éventuellement sur Revenir pour modifier les données. 10 Cliquez sur Enregistrer sous, puis sélectionnez Fichier de configuration. 11 Pour crypter le fichier, sélectionnez « Enregistrer au format crypté », puis tapez et vérifiez une phrase secrète.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 113 Vous devez fournir la phrase secrète avant qu’un fichier de configuration crypté puisse être utilisé par un serveur cible. 12 Cliquez sur OK, accédez à l’emplacement où vous voulez enregistrer le fichier, nommez celui-ci en utilisant l’une des options suivantes et cliquez sur Enregistrer (lors de la recherche de fichiers de configuration, les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : .plist (insérez les zéros à gauche mais omettez les deux-points). Par exemple, 0030654dbcef.plist. .plist. Par exemple, 10.0.0.4.plist. .plist. Par exemple, monserveur.plist. .plist (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234.plist. .plist. Par exemple, monserveur.exemple.com.plist. .plist. Par exemple, 10.0.plist (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique.plist (fichier que tout serveur reconnaîtra, utilisé pour configurer les serveurs qui nécessitent les mêmes valeurs de configuration). 13 Placez le fichier à un emplacement où le ou les serveurs cibles peuvent le détecter. Un serveur peut détecter un fichier de configuration s’il réside sur un volume monté localement dans /Volumes/*/Auto Server Setup/, où * correspond à tout périphérique monté sous /Volumes. Il peut s’agir du disque dur du serveur ou d’un iPod, d’un DVD, d’un CD, d’un disque FireWire, d’un disque USB ou de tout autre périphérique connecté au serveur. Par exemple, si vous possédez un iPod nommé AdminiPod, le chemin d’accès utilisé sera /Volumes/AdminiPod/Auto Server Setup/.114 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 14 Si les données de configuration sont cryptées, rendez accessible la phrase secrète au(x) serveur(s) cible(s). Vous pouvez fournir la phrase secrète de manière interactive, à l’aide de l’Assistant du serveur ou dans un fichier texte. Pour fournir la phrase secrète dans un fichier, suivez l’étape 15. Pour la fournir de manière interactive, passez à l’étape 16. 15 Pour fournir une phrase secrète dans un fichier, créez un fichier texte et tapez à la première ligne la phrase secrète du fichier de configuration enregistré. Sauvegardez le fichier en utilisant l’un des noms suivants (les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : .pass (insérez les zéros à gauche mais omettez les deux-points). Par exemple, 0030654dbcef.pass. .pass. Par exemple, 10.0.0.4.pass. .pass. Par exemple, monserveur.pass. .pass (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234.pass. .pass. Par exemple, monserveur.exemple.com.pass. .pass. Par exemple, 10.0.pass (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique.pass (un fichier que tout serveur reconnaîtra). Placez le fichier de phrase secrète sur un volume monté localement sur le serveur cible, dans /Volumes/*/Auto Server Setup/, où * correspond à tout périphérique monté sous /Volumes.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 115 16 Pour fournir de manière interactive une phrase secrète, utilisez l’Assistant du serveur sur un ordinateur administrateur capable de se connecter au serveur cible. Dans la sous-fenêtre Bienvenue ou Destination, choisissez Fichier > Fournir la phrase secrète. Dans la zone de dialogue, tapez l’adresse IP, le mot de passe et la phrase secrète du serveur cible. Cliquez sur Envoyer. 17 Si vous utilisez un fichier de configuration générique et que le numéro de série ne correspond pas à une licence de site, vous devrez saisir le numéro de série du serveur à l’aide d’Admin Serveur ou de la ligne de commande après l’installation. Dans Admin Serveur, sélectionnez le serveur, cliquez sur Réglages, puis sur Général. Vous pouvez également utiliser ssh dans l’application Terminal afin de vous connecter au serveur et saisir la commande serversetup -setServerSerialNumber. Consultez le guide d’administration de la ligne de commande pour une description de la disposition d’un fichier de configuration enregistré et pour en savoir plus sur la commande serversetup. Configuration automatique de serveurs avec des données enregistrées dans un répertoire Une fois le logiciel serveur installé sur un serveur, vous pouvez le configurer automatiquement en utilisant des données enregistrées dans un répertoire. Cette méthode nécessite un répertoire et une infrastructure DHCP préexistants, comme décrit ci-dessous.116 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Pour enregistrer et appliquer des données de configuration dans une fiche de répertoire : 1 Vérifiez que le répertoire dans lequel vous souhaitez enregistrer les données de configuration existe, que son système accepte les données de configuration enregistrées et qu’il est accessible à partir de votre ordinateur administrateur. Le guide d’administration Open Directory décrit comment configurer et accéder aux répertoires. Il présente également le système pour les données de configuration enregistrées. La gestion des données de configuration enregistrées est intégrée aux répertoires Apple OpenLDAP mais le système des autres répertoires doit être étendu pour accepter ce type de données. 2 Complétez la Feuille d’opérations de Mac OS X Server (pour version 10.4 ou ultérieure) pour chaque serveur à configurer. La feuille d’opérations se trouve sur le disque d’installation de Mac OS X Server, dans le dossier Documentation. Pour des informations supplémentaires, reportez-vous à la section « Informations nécessaires » à la page 86. Dans la Préface sont indiqués les autres emplacements de la feuille d’opérations. 3 Sur un ordinateur administrateur, ouvrez l’Assistant du serveur dans /Applications/Server/. Vous n’avez pas besoin d’être administrateur sur l’ordinateur administrateur pour utiliser l’Assistant du serveur. 4 Dans la sous-fenêtre Bienvenue, sélectionnez « Enregistrer la configuration dans une fiche de répertoires ou fichiers » pour travailler en mode hors connexion (connexion serveur inutile). 5 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez la langue à employer pour administrer le ou les serveurs cible.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 117 6 Si vous voulez créer une nouvelle configuration, suivez l’étape 7. Pour travailler avec une configuration existante, passez à l’étape 8. Si vous créez des données de configuration génériques, prenez soin de ne pas spécifier de noms de réseau (nom d’ordinateur et nom d’hôte local) et vérifiez que l’interface de réseau (port) est définie pour être configurée Via DHCP ou Via BootP. 7 Cliquez sur Continuer et saisissez les données de configuration au fur et à mesure de votre progression dans les sous-fenêtres de l’Assistant, en suivant les instructions affichées. 8 Dans la sous-fenêtre Langue, choisissez Fichier > « Ouvrir le fichier de configuration » ou Fichier > « Ouvrir la fiche de répertoire » pour charger les données de configuration enregistrées sur lesquelles vous voulez travailler. Si les données de configuration enregistrées sont cryptées, tapez la phrase secrète lorsque nécessaire. Choisissez éventuellement Présentation > Aller à Revoir pour vérifier les données de configuration, puis Revenir pour les modifier. 9 Dans la sous-fenêtre Interfaces de réseau, cliquez sur Ajouter pour spécifier les interfaces de réseau. 10 Une fois spécifiées toutes les données de configuration, vérifiez le résumé affiché par l’Assistant du serveur et cliquez éventuellement sur Revenir pour modifier les données. 11 Cliquez sur Enregistrer sous, puis sélectionnez Fiche de répertoire. 12 Pour crypter le fichier, sélectionnez « Enregistrer au format crypté », puis tapez et vérifiez une phrase secrète. Avant qu’un enregistrement de répertoire crypté soit utilisable par un serveur cible, vous devez fournir la phrase secrète.118 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 13 Spécifiez le répertoire dans lequel vous souhaitez enregistrer la configuration, nommez la fiche de configuration, puis cliquez sur OK. Lorsque vous y êtes invité, tapez les informations requises pour vous authentifier comme administrateur de domaine de répertoire. Les réglages sont enregistrés dans le répertoire dans AutoServerSetup. Les serveurs cibles recherchent les noms d’enregistrement dans l’ordre suivant : (insérez les zéros à gauche mais omettez les deux-points). Par exemple, 0030654dbcef. . Par exemple, 10.0.0.4. . Par exemple, monserveur. (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234. . Par exemple, monserveur.exemple.com. . Par exemple, 10.0 (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique (enregistrement que tout serveur reconnaîtra, utilisé pour configurer les serveurs qui nécessitent les mêmes valeurs de configuration). 14 Assurez-vous que l’infrastructure correcte est en place de façon à ce que les serveurs devant employer l’enregistrement de configuration stockée puissent le trouver. Le serveur de répertoire stockant l’enregistrement de configuration doit être en cours d’exécution. Le DHCP doit être configuré pour identifier le serveur de répertoire auprès des serveurs cible via l’Option 95. De plus, il faudra éventuellement configurer le DNS si vos données de répertoire comportent des noms DNS. Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 119 Reportez-vous à la section « Définition de l’infrastructure minimale pour la configuration du serveur » à la page 51 pour des informations supplémentaires sur l’infrastructure. Les guides d’administration Open Directory et des services de réseau fournissent des instructions pour configurer les répertoires et DHCP. 15 Si les données de configuration sont cryptées, rendez accessible la phrase secrète au(x) serveur(s) cible(s). Vous pouvez fournir la phrase secrète de manière interactive, à l’aide de l’Assistant du serveur ou dans un fichier texte. Pour fournir la phrase secrète dans un fichier, suivez l’étape 16. Pour la fournir de manière interactive, passez à l’étape 17. 16 Pour fournir une phrase secrète dans un fichier, créez un fichier texte et tapez à la première ligne la phrase secrète du fichier de configuration enregistré. Sauvegardez le fichier en utilisant l’un des noms suivants (les serveurs cibles recherchent les noms dans l’ordre indiqué) : .pass (insérez les zéros à gauche mais omettez les deux-points). Par exemple, 0030654dbcef.pass. .pass. Par exemple, 10.0.0.4.pass. .pass. Par exemple, monserveur.pass. .pass (8 premiers caractères seulement). Par exemple, ABCD1234.pass. .pass. Par exemple, monserveur.exemple.com.pass. .pass. Par exemple, 10.0.pass (trouve 10.0.0.4 et 10.0.1.2). generique.pass (un fichier que tout serveur reconnaîtra).120 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Placez le fichier de phrase secrète sur un volume monté localement sur le serveur cible, dans /Volumes/*/Auto Server Setup/, où * correspond à tout périphérique monté sous le répertoire /Volumes. 17 Pour fournir de manière interactive une phrase secrète, utilisez l’Assistant du serveur sur un ordinateur administrateur capable de se connecter au serveur cible. Dans la sous-fenêtre Bienvenue ou Destination, choisissez Fichier > Fournir la phrase secrète. Dans la zone de dialogue, tapez l’adresse IP, le mot de passe et la phrase secrète du serveur cible. Cliquez sur Envoyer. 18 Si vous utilisez une fiche de configuration générique et que le numéro de série du serveur ne correspond pas à une licence de site, vous devrez saisir le numéro de série du serveur à l’aide d’Admin Serveur ou de la ligne de commande à l’issue de la configuration. Dans Admin Serveur, sélectionnez le serveur, cliquez sur Réglages, puis sur Général. Pour utiliser la ligne de commande, utilisez ssh dans l’application Terminal afin de vous connecter au serveur et saisissez la commande serversetup -setServerSerialNumber. Reportez-vous au guide d’administration Open Directory pour une description du système de données de configuration enregistrées dans un répertoire. Pour plus d’informations sur serversetup, reportez-vous au guide d’administration de la ligne de commande.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 121 Détermination de l’état des configurations Si la configuration échoue, vous en serez informé de plusieurs façons. Utilisation de la sous-fenêtre Destination pour les informations d’état de configuration L’Assistant du serveur affiche les informations d’erreurs dans sa sous-fenêtre Destination. Pour y accéder, dans la sous-fenêtre Bienvenue, sélectionnez « Configurer un serveur distant » et cliquez sur Continuer. Si le serveur qui vous intéresse n’est pas répertorié, cliquez sur Ajouter. Sélectionnez le serveur et examinez les informations affichées. Vous pouvez enregistrer une liste de serveurs à contrôler dans la sous-fenêtre Destination, en choisissant Fichier > Enregistrer la liste de serveurs. Lorsque vous souhaitez surveiller l’état de ces serveurs, utilisez Fichier > Charger la liste de serveur. Gestion des échecs de configuration Lorsqu’une configuration de serveur échoue, un historique d’erreurs est créé dans /Système/Bibliothèque/ServerSetup/Configured/POR.err sur le serveur cible. Le contenu de cet historique peut être affiché et le fichier d’historique effacé sur un ordinateur administrateur distant. Double-cliquez sur l’icône d’erreur d’un serveur dans la sous-fenêtre Destination de l’Assistant du serveur. Si vous y êtes invité, fournissez le mot de passe de préréglage et cliquez sur Envoyer. Le contenu de l’historique est affiché et vous pouvez cliquer sur Supprimer pour effacer le fichier d’historique. La configuration ne peut pas être redémarrée tant que ce fichier n’a pas été effacé. 122 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Si la configuration échoue parce qu’un fichier de phrase secrète est introuvable lors de l’utilisation de données de configuration enregistrées dans un fichier ou une fiche de répertoire, vous pouvez :  Utiliser l’Assistant du serveur pour indiquer de manière interactive une phrase secrète. Dans la sous-fenêtre Destination, choisissez Fichier > Fournir la phrase secrète.  Indiquer la phrase secrète dans un fichier texte. Placez le fichier de phrase secrète sur un volume monté localement sur le serveur cible, dans /Volumes/*/Auto Server Setup/, où * correspond à tout périphérique monté sous /Volumes. Un serveur cible recherche dans les volumes par ordre alphabétique des noms de périphériques. Si la configuration d’un serveur distant échoue pour toute autre raison, vous devez réinstaller le logiciel serveur et reprendre la configuration initiale. Si la configuration d’un serveur local échoue, vous pouvez redémarrer l’ordinateur, exécuter de nouveau l’Assistant du serveur, puis redémarrer la configuration. Vous pouvez également réinstaller le logiciel serveur. Gestion des avertissements de configuration Lorsque la configuration est terminée, mais qu’il existe une condition nécessitant votre attention, un historique d’avertissement est créé dans /Bibliothèque/Logs/ ServerAssistant.POR.status sur le serveur cible. Cliquez sur le lien ServerAssistant.status sur le bureau du serveur cible afin d’ouvrir ce fichier.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 123 Voici quelques-uns des messages que vous pouvez rencontrer dans l’historique :  Le numéro de série du logiciel serveur n’est pas valide. Ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Réglages, puis sur Général. Tapez le numéro de série correct, puis cliquez sur Enregistrer.  Étant donné que ce serveur a été configuré avec un fichier ou un enregistrement de répertoire générique et que le numéro de série ne correspond pas à une licence de site, vous devez saisir le numéro de série du logiciel serveur à l’aide d’Admin Serveur. Ouvrez Admin Serveur, sélectionnez le serveur dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Réglages, puis sur Général. Tapez le numéro de série correct, puis cliquez sur Enregistrer.  L’administrateur de serveur défini dans les données de configuration existe déjà sur le serveur que vous avez mis à niveau. Obtention d’informations d’état sur l’installation de la mise à niveau Lorsque vous effectuez une installation de mise à niveau, des fichiers d’historique peuvent être créés sur le serveur cible. Pour en savoir plus sur les historiques de mise à niveau, reportez-vous aux informations sur la mise à niveau dans le guide de mise à niveau et de migration. Configuration des services Les sections suivantes abordent la configuration initiale de services individuels et vous indiquent où trouver des instructions complètes pour personnaliser les services en fonction des besoins.124 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Configuration d’Open Directory À moins que votre serveur ne doive être intégré au système de répertoire d’un autre fabricant ou que l’architecture de répertoire d’un serveur que vous mettez à jour doive être immédiatement modifiée, vous pouvez tout de suite commencer à utiliser les répertoires que vous avez configurés pendant la configuration du serveur. Le guide d’administration Open Directory contient des instructions sur tous les aspects de la configuration de domaine Open Directory et de l’authentification :  configuration de l’accès d’un ordinateur client à des données de répertoire partagé ;  réplique de répertoires LDAP et des informations d’authentification de maîtres Open Directory ;  intégration avec Active Directory et autres répertoires non Apple ;  configuration de la signature unique ;  utilisation de Kerberos et autres techniques d’authentification. Configuration de la gestion des utilisateurs À moins d’utiliser un serveur exclusivement pour héberger du contenu Internet (comme des pages web) ou pour créer un cluster de calcul, vous serez probablement amené à configurer des comptes d’utilisateur en plus du ou des comptes d’administrateur créés pendant la configuration du serveur. Pour configurer un compte utilisateur : 1 Ouvrez le Gestionnaire de groupe de travail. 2 Cliquez sur le petit globe en haut de la fenêtre d’application pour sélectionner le répertoire auquel ajouter des utilisateurs. 3 Cliquez sur le bouton Nouvel utilisateur.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 125 4 Spécifiez les réglages d’utilisateur dans les différentes sous-fenêtres. Vous pouvez configurer des comptes d’utilisateur en utilisant le Gestionnaire de groupe de travail pour importer les réglages à partir d’un fichier. Le guide de gestion des utilisateurs explique comment définir les réglages d’utilisateur, configurer des comptes de groupe et des listes d’ordinateurs, définir des préférences gérées, ou encore importer des comptes. Configuration des services de fichiers Lorsque vous activez les services de partage de fichiers, les utilisateurs peuvent partager des éléments dans les dossiers sélectionnés. Si vous activez le service de fichiers Apple pendant la configuration du serveur, les utilisateurs en possession de comptes peuvent partager des éléments en les plaçant dans le dossier Public de leur répertoire de départ ou en copiant ces éléments dans le dossier Boîte de dépôt d’un dossier Public d’un autre utilisateur. Si vous n’avez pas encore activé le service de fichiers Apple ou d’autres services de fichiers disponibles, vous pouvez le faire à présent. Pour configurer le partage de fichiers : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Dans la liste sous le serveur concerné, cliquez sur chaque service de fichiers à activer, puis sur le bouton Démarrer le service dans la barre d’outils. Pour partager des fichiers avec des ordinateurs Macintosh, activez le service de fichiers Apple (service AFP). Pour partager des fichiers avec des ordinateurs disposant de Windows, activez les services Windows.126 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Pour fournir l’accès File Transfer Protocol (FTP), activez le service FTP. Pour un partage avec des ordinateurs UNIX, activez le service NFS. 3 Ouvrez le Gestionnaire de groupe de travail et cliquez sur Partage pour configurer un point de partage. 4 Sélectionnez un volume ou un dossier à partager dans l’onglet Tous. 5 Cliquez sur Général, puis sélectionnez Partager cet élément et son contenu. 6 Cliquez sur les autres onglets afin de spécifier des attributs pour le point de partage. Le guide d’administration des services de fichiers contient des instructions pour la gestion des points de partage et la configuration du partage de fichiers avec tous les protocoles. Configuration du service d’impression Lorsque vous activez le service d’impression, les utilisateurs de serveurs peuvent partager des imprimantes réseau PostScript ou des imprimantes PostScript et non PostScript connectées directement au serveur. Une file d’attente est configurée automatiquement pour toute imprimante USB connectée au serveur. Aucune file d’imprimante n’est automatiquement configurée pour les imprimantes réseau, mais il est facile d’en ajouter. Pour configurer une file d’imprimante partagée : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Dans la liste sous le serveur en question, cliquez sur le bouton du service d’impression. 3 Cliquez sur le bouton Réglages en bas de la fenêtre de l’application, puis sur Files d’attente. 4 Cliquez sur le bouton Ajouter (+).Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 127 5 Choisissez un protocole de connexion, identifiez une imprimante, puis cliquez sur OK. 6 Si le service n’est pas en cours d’exécution, cliquez sur le bouton Démarrer le service dans la barre d’outils. Les utilisateurs d’ordinateurs Mac OS X peuvent à présent ajouter l’imprimante à l’aide de Configuration d’imprimante. Pour plus d’informations sur la configuration des services d’impression, reportez-vous au guide d’administration du service d’impression. Configuration de service web Vous pouvez utiliser le serveur HTTP Apache fourni avec Mac OS X Server pour héberger des sites web d’utilisateurs individuels ou de serveur. Si vous avez activé le service web dans l’Assistant du serveur, votre serveur est prêt à fournir des pages HTML à partir des dossiers des sites du serveur et des utilisateurs individuels.  Pour visualiser le site de serveur principal, ouvrez un navigateur web sur un ordinateur ayant accès au serveur et tapez l’adresse IP ou le nom de domaine du serveur.  Pour visualiser le site d’un utilisateur, ajoutez une barre oblique (/), un tilde (~) et le diminutif de l’utilisateur après l’adresse du serveur. Par exemple, tapez http://192.268.2.1/~utilisateur Pour activer le service web s’il n’est pas en cours d’exécution : 1 Si vous disposez des fichiers HTML de votre site principal, copiez-les dans le dossier Documents du répertoire /Bibliothèque/WebServer. Si les fichiers de votre site sont organisés en dossiers, copiez la structure des dossiers entière dans le dossier Documents.128 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Dans le cas d’un site utilisateur, les fichiers se placent dans le dossier Sites du répertoire de départ de l’utilisateur. Assurez-vous que les fichiers et dossiers que le service web doit présenter sont lisibles par l’utilisateur www. Si vous prévoyez d’activer WebDAV, assurez-vous que les fichiers et dossiers appropriés peuvent faire l’objet d’une écriture par l’utilisateur www. Si vous ne disposez pas encore de vos fichiers HTML, vous pouvez toujours activer le service web pour voir comment il fonctionne à l’aide des pages de démarrage par défaut fournies avec Mac OS X Server. 2 Ouvrez Admin Serveur. 3 Dans la liste sous le serveur en question, cliquez sur le bouton du service web. 4 Si le service n’est pas en cours d’exécution, cliquez sur le bouton Démarrer le service dans la barre d’outils. Le guide d’administration des technologies web décrit les nombreuses fonctions de service web, notamment comment configurer SSL sur un site, activer WebMail et utiliser WebDAV pour le partage de fichiers. Configuration du service de courrier Si vous n’avez pas activé le service de courrier dans l’Assistant du serveur, vous pouvez le démarrer à l’aide d’Admin Serveur, comme décrit ci-dessus pour les autres services. Pour que vos utilisateurs puissent utiliser la totalité des services de courrier disponibles, vous devez définir d’autres réglages. Le guide d’administration du service de courrier fournit des instructions détaillées pour configurer et gérer un serveur de courrier.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 129 Configuration de services réseau Si vous voulez qu’un serveur héberge l’un des services réseau suivants, recherchez les instructions de configuration dans le guide d’administration des services réseau :  service DHCP ;  DNS ;  Service de coupe-feu ;  NAT (Network Address Translation) ;  VPN ;  service d’horloge réseau. Configuration de services d’images de système et de services de mise à jour de logiciels Pour en savoir plus sur l’utilisation de NetBoot et de l’installation en réseau afin de simplifier la gestion et l’installation de systèmes d’exploitation clients et autres logiciels, reportez-vous au guide d’administration de l’imagerie système et des mises à jour de logiciels. Il indique comment créer des images disque et configurer Mac OS X Server de façon que d’autres ordinateurs Macintosh puissent démarrer ou installer via le réseau, à partir de ces images. Le même guide décrit comment configurer le service de mise à jour de logiciels, lequel vous permet de personnaliser les mises à jour des logiciels Apple sur les ordinateurs clients.130 Chapitre 4 Configuration initiale du serveur Configuration de l’enchaînement et de la diffusion de données Pour en savoir plus sur le mode d’administration d’un serveur d’enchaînement diffusant des flux de données en temps réel ou à la demande vers des ordinateurs clients, reportez-vous au guide d’administration de QuickTime Streaming Server. Configuration d’un serveur d’applications Pour configurer un serveur d’applications Java, reportez-vous au guide du serveur d’applications Java. Il indique comment développer et déployer des servlets, des beans et des applications d’entreprise, mais aussi comment configurer et administrer un serveur d’applications Java. Utilisez Admin Serveur pour administrer JBoss et Tomcat. Pour activer JBoss s’il n’est pas en cours d’exécution : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Dans la liste sous le serveur en question, cliquez sur Serveur d’applications. 3 Cliquez sur Démarrer le service.Chapitre 4 Configuration initiale du serveur 131 Configuration d’un serveur WebObjects Si vous souhaitez développer des applications WebObjects, reportez-vous à la bibliothèque de référence WebObjects, disponible sur le site developer.apple.com/ referencelibrary/WebObjects/. Si vous souhaitez configurer un serveur d’applications WebObjects, reportez-vous à la section Déploiement de la bibliothèque de référence WebObjects. Pour activer WebObjects s’il n’est pas en cours d’exécution : 1 Ouvrez Admin Serveur. 2 Dans la liste sous le serveur en question, cliquez sur WebObjects. 3 Cliquez sur Démarrer le service. Configuration du service de collaboration Outre les services déjà décrits, qui permettent aux utilisateurs de communiquer (par exemple les services de courrier et de fichiers, ou encore les comptes et préférences de groupe), vous pouvez configurer un serveur iChat et un serveur de journal web. L’utilisation d’Admin Serveur pour configurer les services iChat et de journal web est décrite dans le guide d’administration des services de collaboration.5 133 5 Administration du serveur Administrez Mac OS X Server au moyen d’applications graphiques ou d’utilitaires de ligne de commande. Ces outils offrent diverses approches d’administration de serveur :  Vous pouvez administrer les serveurs en local (directement sur le serveur utilisé) ou à distance à partir d’un autre serveur, d’un ordinateur Mac OS X ou d’un poste de travail UNIX.  Les applications graphiques, comme Admin Serveur et Gestionnaire de groupe de travail, facilitent l’administration du serveur et sécurisent les communications pour l’administration du serveur à distance. Vous pouvez utiliser ces applications sur un ordinateur Mac OS X Server (elles se trouvent dans le répertoire /Applications/Server/) ou sur un ordinateur Mac OS X où vous les avez installées comme décrit dans « Configuration d’un ordinateur administrateur » à la page 136.134 Chapitre 5 Administration du serveur  Des utilitaires de ligne de commande sont accessibles pour les administrateurs qui préfèrent administrer le serveur à l’aide de commandes. Pour l’administration du serveur à distance, vous pouvez soumettre les commandes dans une session SSH (Secure Shell). Vous pouvez taper les commandes sur les ordinateurs Mac OS X Server et Mac OS X au moyen de l’application Terminal, qui se trouve dans le dossier /Applications/Utilitaires/. Vous pouvez également les exécuter à partir d’un ordinateur non Macintosh, comme décrit dans la rubrique « Administration au moyen d’un ordinateur non Mac OS X » à la page 138. Utilisation des outils d’administration Les informations relatives à chaque outil d’administration sont disponibles aux pages indiquées dans le tableau ci-dessous. Utilisez cette application ou cet outil Pour Pour plus d’informations, voir la Programme d’installation Installer le logiciel serveur ou mettre à niveau la version 10.2 ou 10.3 page 138 Assistant du serveur Configurer un serveur en version 10.4 page 139 Format de répertoire Configurer l’accès aux données dans les répertoires, définir une politique de recherche et activer les protocoles de détection de services page 139Chapitre 5 Administration du serveur 135 La section suivante décrit comment configurer un ordinateur sur lequel utiliser ces applications et outils. Gestionnaire de groupe de travail Administrer des comptes et leurs préférences gérées, configurer des points de partage, ou encore configurer des présentations de réseau gérées. page 140 Admin Serveur Configurer et contrôler des services Configurer et administrer l’enchaînement de données QuickTime page 150 page 163 Assistant réglages de passerelle Configurer une passerelle simple entre deux réseaux page 159 Outils d’image de système Gérer les images de disque NetBoot et d’installation en réseau page 160 Contrôle de serveur Contrôler l’équipement Xserve page 161 QTSS Publisher Gérer les données et les préparer pour la diffusion en continu ou le téléchargement progressif page 163 Apple Remote Desktop (facultatif) Surveiller et contrôler d’autres ordinateurs Macintosh page 164 Utilitaires de ligne de commande Administrer un serveur au moyen d’un shell de commande UNIX page 165 Xgrid Admin Surveiller les contrôleurs, grilles et travaux Xgrid locaux ou distants page 166 Utilisez cette application ou cet outil Pour Pour plus d’informations, voir la 136 Chapitre 5 Administration du serveur Ordinateurs permettant d’administrer un serveur Pour administrer un serveur localement au moyen des applications graphiques d’administration (disponibles dans le répertoire /Applications/Server/), ouvrez une session sur le serveur en tant qu’administrateur, puis démarrez l’application. Pour administrer un serveur distant, ouvrez les applications sur un ordinateur administrateur. Un ordinateur administrateur est un ordinateur Mac OS X Server ou Mac OS X version 10.4 ou ultérieure quelconque, sur lequel les outils d’administration ont été installés à partir du CD Mac OS X Server Admin Tools. Consultez la section « Configuration d’un ordinateur administrateur » à la page 136. Vous pouvez exécuter les outils de ligne de commande à partir de l’application Terminal (dans le répertoire /Applications/Utilitaires/) et sur n’importe quel ordinateur Mac OS X Server ou Mac OS X. Vous pouvez également exécuter les utilitaires de ligne de commande depuis un poste de travail UNIX. Configuration d’un ordinateur administrateur Un ordinateur administrateur est équipé de Mac OS X ou Mac OS X Server version 10.4 ou supérieure, qui vous permet d’administrer les serveurs distants. Chapitre 5 Administration du serveur 137 Dans la figure ci-dessous, les flèches vont des ordinateurs administrateurs vers les serveurs qu’ils permettent d’administrer. Dès que vous avez installé et configuré un ordinateur Mac OS X Server doté d’un moniteur, d’un clavier et d’un lecteur optique, celui-ci est un ordinateur administrateur. Pour définir un ordinateur équipé de Mac OS X comme ordinateur administrateur, vous devez installer un autre logiciel. Pour activer l’administration à distance de Mac OS X Server à partir d’un ordinateur Mac OS X : 1 Assurez-vous que l’ordinateur Mac OS X possède la version 10.4 ou supérieure. Ordinateur administrateur Mac OS X Serveurs Mac OS X Server138 Chapitre 5 Administration du serveur En outre, vérifiez que l’ordinateur a au moins 128 Mo de RAM et 1 Go d’espace disque disponible. 2 Insérez le CD Mac OS X Server Admin Tools. 3 Ouvrez le dossier du programme d’installation. 4 Démarrez le programme d’installation (ServerAdministrationSoftware.mpkg) et suivez les instructions à l’écran. Administration au moyen d’un ordinateur non Mac OS X Vous pouvez utiliser un ordinateur non Mac OS X prenant en charge SSH (comme un poste de travail UNIX) pour administrer Mac OS X Server à l’aide des utilitaires de ligne de commande. Pour plus d’informations, consultez le guide d’administration de la ligne de commande. Programme d’installation Utilisez le programme d’installation pour installer le logiciel serveur sur un serveur local à partir du disque d’installation de Mac OS X Server. Ce programme permet d’effectuer les tâches suivantes :  Une installation spéciale de Mac OS X Server, qui installe la version 10.4 après avoir effacé et formaté un disque cible.  Une installation de mise à niveau, qui met à niveau Mac OS X Server 10.3.9 ou 10.2.8 à la version 10.4 sans effacer aucune donnée.  Une nouvelle installation de Mac OS X Server sur un volume ne comportant aucun fichier système Mac OS X.Chapitre 5 Administration du serveur 139 Pour des informations sur l’utilisation du programme d’installation, voir le chapitre 3, « Installation du logiciel serveur ». Assistant du serveur L’Assistant du serveur (situé dans /Applications/Server/) est utilisé pour :  Les installations du serveur à distance.  La configuration initiale d’un serveur local.  La configuration initiale d’un ou plusieurs serveurs distants.  La préparation des données pour la configuration automatique du serveur. Voir le chapitre 4, « Configuration initiale du serveur », pour des informations sur l’utilisation de l’Assistant du serveur. Vous pouvez également cliquer sur le bouton En savoir plus dans l’Assistant du serveur pour obtenir des informations d’utilisation. Format de répertoire Format de répertoire est la principale application permettant de configurer les connexions d’un ordinateur Mac OS X vers Open Directory, Active Directory et d’autres domaines de répertoire, ainsi que pour définir la stratégie de recherche et les protocoles de détection de services de l’ordinateur. L’application Format de répertoire est installée sur les ordinateurs Mac OS X Server et Mac OS X dans le répertoire /Applications/Utilitaires. Pour plus d’informations sur l’utilisation de Format de répertoire, reportez-vous au guide d’administration d’Open Directory ou à l’aide de Format de répertoire.140 Chapitre 5 Administration du serveur Gestionnaire de groupe de travail Utilisez le Gestionnaire de groupe de travail pour administrer des comptes : comptes d’utilisateur, comptes de groupe et listes d’ordinateurs. Vous pouvez également l’utiliser pour définir les préférences des utilisateurs Mac OS X, gérer le partage, configurer les présentations de réseau gérées et accéder à l’Inspecteur, une fonctionnalité avancée qui permet la modification des entrées Open Directory. Les informations relatives au Gestionnaire de groupe de travail sont disponibles dans de nombreux documents :  Le guide de gestion des utilisateurs décrit l’utilisation du Gestionnaire de groupe de travail pour l’administration des comptes et des préférences. Ce guide explique également comment configurer les présentations de réseau gérées, et comment importer et exporter des comptes.  Le guide d’administration du service de fichiers décrit l’administration des points partagés à l’aide de la fonction de partage du Gestionnaire de groupe de travail.  Le guide d’administration d’Open Directory décrit l’utilisation de l’Inspecteur.  Le guide d’administration des services Windows décrit l’administration des utilisateurs de postes de travail Windows à l’aide du Gestionnaire de groupe de travail.  Le guide d’administration d’ impression décrit la définition des quotas d’impression de chaque utilisateur à l’aide du Gestionnaire de groupe de travail.  Pour récupérer des informations en ligne, utilisez le menu Aide. Vous y obtiendrez de l’aide sur les tâches d’administration que le Gestionnaire de groupe de travail permet d’effectuer, ainsi que d’autres rubriques relatives à Mac OS X Server.Chapitre 5 Administration du serveur 141 Ouverture du Gestionnaire de groupe de travail et authentification Le Gestionnaire de groupe de travail est installé dans le dossier /Applications/Server/, à partir duquel vous pouvez l’ouvrir dans le Finder. Vous pouvez également ouvrir le Gestionnaire de groupe de travail en cliquant sur l’icône correspondante dans le Dock ou dans la barre d’outils d’Admin Serveur :  Pour ouvrir le Gestionnaire de groupe de travail sur le serveur que vous utilisez sans authentification, choisissez Afficher les répertoires dans le menu du serveur lorsque la zone de dialogue d’ouverture de session du Gestionnaire de groupe de travail s’affiche. Vous avez un accès en lecture seule aux informations qu’il contient. Pour apporter des modifications, cliquez sur l’icône représentant un cadenas afin de vous authentifier en tant qu’administrateur de serveur. Cette procédure est la plus indiquée lorsque vous administrez différents serveurs et que vous travaillez avec divers domaines de répertoire.  Pour vous authentifier en tant qu’administrateur d’un serveur particulier, qu’il soit local ou distant, tapez l’adresse IP du serveur ou son nom DNS dans la fenêtre d’ouverture de session ou cliquez sur Parcourir pour effectuer votre sélection dans une liste de serveurs. Tapez le nom d’utilisateur et le mot de passe d’un administrateur du serveur, puis cliquez sur Se connecter Procédez de cette manière si vous travaillez la plupart du temps avec le même serveur. Après avoir ouvert le Gestionnaire de groupe de travail, vous pouvez ouvrir l’une de ses fenêtres pour un autre ordinateur en cliquant sur Se connecter dans la barre d’outils ou en choisissant Serveur > Se connecter. Important : lorsque vous vous connectez à un serveur dans le Gestionnaire de groupe de travail, veillez à ce que l’utilisation des majuscules et minuscules pour le nom d’utilisateur complet ou abrégé soit la même que dans le compte d’utilisateur.142 Chapitre 5 Administration du serveur Administration de comptes Une fois que vous avez ouvert une session dans le Gestionnaire de groupe de travail, la fenêtre du compte apparaît, affichant une liste de comptes d’utilisateur. Il s’agit initialement des comptes stockés dans le dernier noeud de répertoire figurant dans le chemin de recherche du serveur. Lorsque vous utilisez d’autres fenêtres du Gestionnaire de groupe de travail, telles que Préférences ou Partage, cliquez sur Comptes dans la barre d’outils afin de revenir à la fenêtre des comptes. Pour spécifier le ou les répertoires dans lesquels sont stockés les comptes que vous souhaitez utiliser, cliquez sur l’icône en forme de globe. Pour utiliser différents comptes dans différentes fenêtres du Gestionnaire de groupe de travail, cliquez sur Nouvelle fenêtre dans la barre d’outils. Pour administrer les comptes répertoriés, cliquez sur le bouton Utilisateurs, Groupes ou Listes d’ordinateurs sur le côté gauche de la fenêtre. Vous pouvez filtrer les comptes répertoriés en utilisant la liste de recherche au-dessus de la liste des comptes. Pour actualiser la liste des comptes, cliquez sur le bouton Actualiser dans la barre d’outils. Pour simplifier la définition des attributs initiaux d’un compte à sa création, vous pouvez utiliser des préréglages. Un compte préréglé est un modèle de compte. Pour créer un préréglage, sélectionnez un compte, configurez toutes les valeurs à votre convenance, puis choisissez Enregistrer le préréglage dans le menu local Préréglages, au bas de la fenêtre. Si vous souhaitez travailler uniquement avec les comptes qui satisfont à certains critères très spécifiques, cliquez sur Rechercher dans la barre d’outils. Les fonctions Rechercher incluent l’option permettant la modification simultanée des comptes sélectionnés.Chapitre 5 Administration du serveur 143 Pour importer ou exporter des comptes, sélectionnez ceux qui vous intéressent, puis choisissez Serveur > Importer ou Serveur > Exporter.144 Chapitre 5 Administration du serveur Définition des préférences gérées Pour utiliser des préférences gérées pour les comptes d’utilisateur, les comptes de groupe ou les listes d’ordinateurs, cliquez sur l’icône Préférences dans la barre d’outils du Gestionnaire de groupe de travail. Chapitre 5 Administration du serveur 145 Cliquez sur Détails pour utiliser l’éditeur de préférences afin d’utiliser des manifestes de préférences. 146 Chapitre 5 Administration du serveur Utilisation de données de répertoire Si vous souhaitez utiliser des données de répertoire brutes, utilisez l’Inspecteur du Gestionnaire de groupe de travail. Pour afficher l’Inspecteur, choisissez Gestionnaire de groupe de travail > Préférences. Activez « Afficher l’onglet « Toutes les fiches » et l’inspecteur », puis cliquez sur OK. Ensuite, cliquez sur le bouton Tous les enregistrements (qui ressemble à un oeil de boeuf) pour accéder à l’Inspecteur. Utilisez le menu local situé au-dessus de la liste Nom afin de sélectionner les fiches qui vous intéressent. Par exemple, vous pouvez utiliser les utilisateurs, les groupes, les ordinateurs, les points de partage et beaucoup d’autres objets de répertoire.Chapitre 5 Administration du serveur 147 Gestion du partage Pour utiliser des points de partage et des listes de contrôle d’accès, cliquez sur l’icône Partage dans la barre d’outils du Gestionnaire de groupe de travail.148 Chapitre 5 Administration du serveur Configuration des présentations de réseau gérées Pour configurer la façon dont les ressources sont répertoriées lorsqu’un utilisateur sélectionne l’icône Réseau dans la barre latérale d’une fenêtre du Finder, définissez une présentation de réseau gérée. Cliquez sur Réseau dans la barre d’outils du Gestionnaire de groupe de travail, puis sur Présentation afin de spécifier les objets dans la hiérarchie d’affichage.Chapitre 5 Administration du serveur 149 Cliquez sur Réglages afin de spécifier les ordinateurs qui doivent utiliser une présentation particulière. Personnalisation de l’environnement du Gestionnaire de groupe de travail Il existe plusieurs moyens d’adapter l’environnement du Gestionnaire de groupe de travail :  Pour contrôler l’affichage des comptes dans le Gestionnaire de groupe de travail, l’utilisation ou non de transactions SSL pour le partage, ainsi que d’autres comportements, choisissez Gestionnaire de groupe de travail > Préférences.  Pour personnaliser la barre d’outils, choisissez Affichage > Personnaliser la barre d’outils.150 Chapitre 5 Administration du serveur  Pour inclure des utilisateurs et groupes prédéfinis dans les listes d’utilisateurs et de groupes, choisissez Affichage > Afficher les utilisateurs et groupes du système.  Pour ouvrir Admin Serveur afin de contrôler et utiliser des services sur des serveurs particuliers, cliquez sur l’icône Admin dans la barre d’outils. Admin Serveur L’application Admin Serveur vous permet d’administrer des services sur un ou plusieurs ordinateurs Mac OS X Server. Admin Serveur vous permet également de spécifier des réglages qui prennent en charge plusieurs services, tels que la création et la gestion de certificats SSL, ainsi que la définition des utilisateurs et groupes autorisés à accéder aux services. Les informations sur l’utilisation d’Admin Serveur pour gérer les services apparaissent dans les guides d’administration individuels et dans les informations à l’écran, accessibles via le menu Aide d’Admin Serveur. Ouverture de l’application Admin Serveur et authentification Admin Serveur est installé dans le dossier /Applications/Server/, à partir duquel vous pouvez l’ouvrir dans le Finder. Vous pouvez également ouvrir Admin Serveur en cliquant sur l’icône correspondante dans le Dock ou sur le bouton Admin dans la barre d’outils du Gestionnaire de groupe de travail. Pour sélectionner un serveur à utiliser, tapez son adresse IP ou son nom DNS dans la zone de dialogue d’ouverture de session ou cliquez sur Parcourir pour le choisir dans une liste de serveurs. Tapez le nom d’utilisateur et le mot de passe d’un administrateur, puis cliquez sur Se connecterChapitre 5 Administration du serveur 151 Utilisation de serveurs spécifiques Les serveurs que vous pouvez administrer avec Admin Serveur apparaissent dans la liste Ordinateurs et services, sur le côté gauche de la fenêtre de l’application. Pour ajouter un serveur à la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Ajouter un serveur dans la barre d’outils et ouvrez une session sur le serveur. La prochaine fois que vous ouvrez Admin Serveur, les serveurs ajoutés s’affichent dans la liste. Pour supprimer un serveur de la liste Ordinateurs et services, sélectionnez-le, choisissez Serveur > Se déconnecter, puis Serveur > Supprimer le serveur.152 Chapitre 5 Administration du serveur Pour restreindre les éléments affichés dans la liste, utilisez le menu local situé au-dessus de la liste pour sélectionner ceux que vous souhaitez afficher. Pour modifier l’ordre des serveurs dans la liste, glissez-les à la nouvelle position de votre choix. Si un serveur de la liste Ordinateurs et services s’affiche en gris, double-cliquez sur le serveur ou cliquez sur le bouton Se connecter dans la barre d’outils afin d’ouvrir une nouvelle session. Cochez la case Ajouter au trousseau lorsque vous ouvrez la session afin d’activer la reconnexion automatique à la prochaine ouverture d’Admin Serveur. Pour utiliser les réglages généraux du serveur, sélectionnez un serveur dans la liste Ordinateurs et services.  Cliquez sur Vue d’ensemble pour afficher les informations relatives au serveur.  Cliquez sur Historiques afin d’afficher des informations sur les ports et volumes utilisés par le serveur.  Cliquez sur Système pour afficher les informations relatives aux ports et aux volumes utilisés par le serveur.  Cliquez sur Graph. afin d’afficher un historique de l’activité du serveur.  Cliquez sur MÀJ pour mettre à jour le logiciel serveur à l’aide de Mise à jour de logiciels.  Cliquez sur Réglages afin d’afficher ou de modifier les réglages de réseau du serveur, le numéro de série du logiciel serveur, les certificats SSL, les contrôles d’accès aux services, ainsi que d’autres informations. Lorsque vous cliquez sur Réglages, vous avez accès à différentes sous-fenêtres :  Cliquez sur Général afin d’utiliser le numéro de série du serveur ou pour activer SNMP, NTP, Macintosh Manager ou SSH.Chapitre 5 Administration du serveur 153 SNMP est l’abréviation de Simple Network Management Protocol, une norme qui facilite la surveillance et la gestion de l’ordinateur. Le serveur utilise le projet open source net-snmp pour son implémentation de SNMP. Bien qu’aucun des outils d’administration du serveur n’utilise ou ne nécessite SNMP, son activation permet la surveillance et la gestion du serveur à partir de logiciels tiers, tels que HP OpenView. Utilisez la case NTP (Network Time Protocol) pour activer le service NTP. Pour plus d’informations sur NTP, reportez-vous au guide d’administration des services de réseau. Le Gestionnaire Macintosh n’est activé que si une installation de mise à niveau a été utilisée pour mettre à niveau un serveur de version 10.2 ou 10.3 vers la version 10.4. Reportez-vous à la section « Mise à niveau et migration à partir d’une version anté- rieure de Mac OS X Server » à la page 48 pour plus d’informations sur les installations de mise à niveau. SSH est l’abréviation de Secure Shell. Le serveur utilise le projet open-source OpenSSH pour son implémentation de SSH. Lorsque vous activez SSH, vous pouvez utiliser des outils de ligne de commande pour administrer le serveur à distance. SSH est également utilisé pour d’autres tâches d’administration à distance de serveurs, telles que la configuration initiale du serveur, la gestion du partage, ou encore l’affichage des chemins du système de fichiers et du contenu des dossiers dans les outils d’administration du serveur. SSH doit être activé lors de la création d’un réplique Open Directory, mais il peut ensuite être désactivé.  Cliquez sur Réseau afin d’afficher ou de modifier le nom d’ordinateur ou le nom d’hôte local du serveur. Le nom d’ordinateur est le nom qu’un utilisateur voit lors de l’exploration du réseau (/Réseau). Le nom d’hôte local est généralement dérivé du nom d’ordinateur, mais il peut être modifié.154 Chapitre 5 Administration du serveur  Cliquez sur Date et heure afin de définir la date et l’heure du serveur.  Cliquez sur Certificats afin de gérer les certificats SSL du serveur. Pour plus d’informations, consultez la section « Utilisation de SSL pour l’administration à distance des serveurs » à la page 158.  Cliquez sur Accès afin de contrôler l’accès des utilisateurs à certains services. Vous pouvez configurer le même accès à tous les services, ou bien sélectionner un service et personnaliser ses réglages d’accès. Les contrôles d’accès sont simples. Choisissez entre autoriser tous les utilisateurs et groupes à utiliser les services, ou autoriser uniquement certains utilisateurs et groupes à utiliser les services. Administration des services Pour utiliser un service particulier sur un serveur sélectionné dans la liste Ordinateurs et services d’Admin Serveur, cliquez sur le service dans la liste sous le serveur. Vous pouvez afficher les informations relatives à un service (historiques, graphiques, etc.) et gérer ses réglages. Pour démarrer ou arrêter un service, sélectionnez-le, puis cliquez sur Démarrer le service ou Arrêter le service dans la barre d’outils.Chapitre 5 Administration du serveur 155 Pour copier les réglages du service d’un serveur vers un autre ou pour les enregistrer dans un fichier de liste de propriétés en vue de leur réutilisation ultérieure, cliquez sur l’icône de glisser-déposer lorsqu’elle est visible dans l’angle inférieur droit de la fenêtre d’Admin Serveur. Sélectionnez le service dont vous voulez copier les réglages, puis cliquez sur Réglages pour les afficher. Cliquez ensuite sur l’icône glisser-déposer. L’icône prend alors la forme d’une version miniature de la fenêtre Réglages. Pour enregistrer les réglages dans un fichier de liste des propriétés, faites glisser la fenê- tre miniature sur votre Bureau ou dans un dossier. Pour appliquer les réglages à un autre serveur, ouvrez une autre fenêtre Admin Serveur, puis faites glisser la fenêtre miniature des réglages vers le service qui doit hériter de ses valeurs.156 Chapitre 5 Administration du serveur Vous pouvez désactiver les modifications des réglages des services par les utilisateurs non autorisés via les options de verrouillage de présentation d’Admin Serveur.  Pour désactiver les modifications apportées aux réglages d’un service au-delà d’un certain délai d’inactivité, choisissez Admin Serveur > Préférences. Sélectionnez « Bloquer autom. la présentation après » et indiquez la durée, par défaut de 60 minutes.  Pour désactiver les modifications à la demande, choisissez Présentation > Bloquer la présentation. Pour activer de nouveau les modifications, choisissez Présentation > Débloquer la présentation et authentifiez-vous à nouveau en tapant le nom d’utilisateur et le mot de passe utilisés pour ouvrir la session. Important : pour vous assurer que le verrouillage de présentation persiste après l’arrêt, puis le redémarrage d’Admin Serveur, ne stockez pas de mot de passe dans le trousseau. Si vous le faites quand même, prenez soin de verrouiller le trousseau à l’aide de l’application Trousseau d’accès.Chapitre 5 Administration du serveur 157 Contrôle de l’accès aux services Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour configurer les utilisateurs et groupes qui peuvent utiliser les services hébergés par un serveur. Sélectionnez un serveur dans la liste Ordinateurs et services, cliquez sur Réglages, puis sur Accès. Vous pouvez spécifier séparément les contrôles d’accès des services individuels, ou définir un ensemble de contrôles qui s’appliquent à tous les services hébergés par le serveur.158 Chapitre 5 Administration du serveur Utilisation de SSL pour l’administration à distance des serveurs Vous pouvez définir le niveau de sécurité des communications entre Admin Serveur et les serveurs distants en choisissant Admin Serveur > Préférences. Par défaut, l’option Utiliser des connexions sécurisées (SSL) est activée et toutes les communications avec les serveurs distants sont cryptées à l’aide de SSL. Cette option utilise un certificat auto-signé de 128 bits dans le répertoire /etc/servermgrd/ssl.crt/ à l’installation du serveur. Les communications utilisent le protocole HTTPS (port 311). Si cette option n’est pas activée, le protocole HTTP (port 687) est utilisé et du texte clair est échangé entre Admin Serveur et le serveur distant. Pour renforcer la sécurité, cochez également la case « Exiger une signature numérique valide ». Cette option utilise un certificat SSL installé sur un serveur distant afin de garantir que le serveur distant est un serveur valide. Avant d’activer cette option, suivez les instructions décrites dans le guide d’administration du courrier, relatives à la création d’une demande de signature des certificats (CSR, Certificate Signing Request), l’obtention d’un certificat SSL auprès d’une autorité de certification et l’installation de celui-ci sur chaque serveur distant. Au lieu de placer les fichiers dans le répertoire / etc/httpd/, stockez-les dans /etc/servermgrd/. Vous pouvez également générer un certificat avec signature automatique et l’installer sur le serveur distant. Vous pouvez utiliser Admin Serveur pour configurer et gérer les certificats SSL avec signature automatique ou émis, utilisés par le courrier, le web, Open Directory et d’autres services qui les prennent en charge. Le guide d’administration du service de courrier fournit des instructions pour l’utilisation d’Admin Serveur pour créer, organiser et utiliser des certificats numériques pour les services compatibles SSL. Les guides d’administration des services individuels décrivent comment configurer des services spécifiques pour l’utilisation de SSL.Chapitre 5 Administration du serveur 159 Si vous souhaitez définir des niveaux d’authentification SSL supérieurs, visitez le site www.modssl.org. Personnalisation de l’environnement d’Admin Serveur Pour contrôler l’environnement d’administration, vous avez le choix entre plusieurs options.  Pour contrôler l’apparence des listes d’Admin Serveur, la fréquence d’actualisation et d’autres comportements, choisissez Admin Serveur > Préférences.  Pour personnaliser la barre d’outils, choisissez Affichage > Personnaliser la barre d’outils.  Pour ajouter dans la barre d’outils un raccourci vers une présentation particulière d’Admin Serveur, accédez à la sous-fenêtre de votre choix, puis choisissez Présentation > Ajouter un raccourci vers la présentation. Les informations affichées dans la fenêtre Admin Serveur lors de l’ajout du raccourci s’affichent chaque fois que vous cliquez sur la présentation dans la barre d’outils. Assistant réglages de passerelle L’Assistant réglages de passerelle automatise la configuration d’une passerelle simple entre un réseau local et Internet. Une passerelle vous permet de partager la connexion Internet d’un serveur entre les différents ordinateurs de votre réseau local. L’Assistant réglages de passerelle configure automatiquement DHCP, NAT, le coupe-feu, DNS et VPN. Exécutez l’Assistant réglages de passerelle à partir de /Applications/Server/. Vous pouvez également l’exécuter à partir d’Admin Serveur en choisissant Présentation > Assistant réglages de passerelle. Reportez-vous au guide d’administration des services de réseau pour plus d’informations sur l’Assistant réglages de passerelle.160 Chapitre 5 Administration du serveur Gestion des images de système Vous pouvez utiliser les applications Mac OS X Server suivantes pour configurer et gérer les images NetBoot et les images d’Installation en réseau :  L’Utilitaire d’images de système crée des images disque Mac OS X. Il est installé avec le logiciel Mac OS X Server dans le dossier /Applications/Server/.  Admin Serveur active et configure le service NetBoot et les services sous-jacents. Il est installé avec le logiciel Mac OS X Server dans le dossier /Applications/Server.  PackageMaker crée des fichiers que vous pouvez utiliser pour ajouter des logiciels supplémentaires à des images disque. Accédez à PackageMaker à partir d’Xcode Tools. Vous trouverez un programme d’installation d’Xcode Tools sur le DVD d’installation du serveur, dans le dossier Other Installs.  L’application Property List Editor permet de modifier des listes de propriétés telles que NBImageInfo.plist. Vous pouvez également y accéder à partir d’Xcode Tools. Le guide d’administration des images de système et des mises à jour logicielles fournit des instructions pour l’utilisation de toutes ces applications.Chapitre 5 Administration du serveur 161 Contrôle de serveur Utilisez Contrôle de serveur pour surveiller le matériel Xserve local ou distant et pour déclencher des notifications par courrier électronique lorsque les circonstances l’imposent. Contrôle de serveur vous donne des informations à propos du système d’exploitation, des lecteurs, de l’alimentation, de la température de la carcasse et du processeur, des ventilateurs, de la sécurité et du réseau. Contrôle de serveur est installé dans le répertoire /Applications/Server/ lorsque vous installez votre serveur ou configurez un ordinateur administrateur. Pour ouvrir Contrôle de serveur, cliquez sur l’icône de l’application dans le Dock ou double-cliquez sur son icône dans le répertoire /Applications/Server/. Dans Admin Serveur, choisissez Présentation > Contrôle de serveur.162 Chapitre 5 Administration du serveur Pour identifier le serveur Xserve à contrôler, cliquez sur Ajouter un serveur, identifiez le serveur qui vous intéresse et tapez le nom d’utilisateur et le mot de passe d’un administrateur du serveur. Sélectionnez la fréquence d’actualisation des données dans le menu local « Mettre à jour tous les », dans la sous-fenêtre Infos. Choisissez Fichier > Exporter ou Fichier > Importer pour gérer les différentes listes de serveurs Xserve à contrôler. Choisissez Fichier > Fusionner pour regrouper toutes les listes en une. Les témoins LED du système figurant sur les parties avant et arrière d’un serveur Xserve s’allument lorsque le service est requis. Utilisez Contrôle de serveur pour savoir plus exactement pourquoi les témoins s’allument. Vous pouvez également allumer les témoins d’un serveur Xserve afin de l’identifier dans une baie de serveurs. Pour cela, sélectionnez le serveur et cliquez sur Témoin système dans la sous-fenêtre Infos. Cliquez sur Modifier les notifications pour configurer l’application Contrôle de serveur de sorte qu’elle vous avertisse par courrier électronique de tout changement de l’état du serveur Xserve. Pour chaque serveur, configurez les conditions dont vous souhaitez être averti. Le message électronique peut provenir de Contrôle de serveur ou du serveur lui-même. Contrôle de serveur conserve des historiques de l’activité sur chaque serveur Xserve. Cliquez sur Afficher l’historique pour afficher un journal. L’historique indique par exemple le nombre de fois où Contrôle de serveur a tenté de contacter le serveur et quelles connexions ont réussi. Les historiques indiquent également les modifications de l’état du serveur. Ces historiques n’incluent pas l’activité système sur le serveur. Pour plus d’informations, reportez-vous à l’aide de Contrôle de serveur.Chapitre 5 Administration du serveur 163 Gestion de l’enchaînement de données Le guide d’administration de QuickTime Streaming Server 5.5 fournit des instructions pour l’administration de du serveur QuickTime Streaming Server (QTSS) via Admin Serveur. Le guide d’administration de QuickTime Streaming Server 5.5 présente également QTSS Publisher, une application facile à utiliser pour la gestion des données et leur préparation pour la diffusion en continu ou le téléchargement progressif. QTSS Publisher est installé avec Mac OS X Server dans /Applications/Server/. Pour plus d’informations, ouvrez QTSS Publisher et choisissez Aide > Aide de QTSS Publisher.164 Chapitre 5 Administration du serveur Apple Remote Desktop Apple Remote Desktop (ARD), que vous pouvez acheter séparément, est une application de gestion des ordinateurs en réseau, facile à utiliser. Elle simplifie la configuration, la surveillance et la maintenance des ordinateurs distants et vous permet d’interagir avec les utilisateurs.Chapitre 5 Administration du serveur 165 Vous pouvez utiliser ARD pour contrôler et observer des écran d’ordinateurs, configurer des ordinateurs et installer des logiciels. Vous pouvez effectuer des interactions d’utilisateur de un à un et de un à plusieurs afin de fournir une aide ou une assistance. Vous pouvez effectuer des opérations élémentaires de dépannage des problèmes de réseau. Vous pouvez également générer des rapports d’audit des caractéristiques du matériel et des logiciels installés. Vous pouvez également utiliser ARD pour contrôler l’installation sur un serveur démarré au préalable à partir d’un disque d’installation de Mac OS X Server 10.4.7 ou ultérieur car cette application inclut une fonctionnalité de visualiseur VNC. Pour plus d’informations sur Apple Remote Desktop, accédez au site suivant : www.apple.com/fr/remotedesktop Outils de ligne de commande Si vous êtes administrateur et préférez travailler dans un environnement de ligne de commande, Mac OS X Server s’y prête aisément. À partir de l’application Terminal dans Mac OS X, vous pouvez utiliser les shells UNIX intégrés (sh, csh, tsh, zsh, bash) afin d’utiliser les outils d’installation et de configuration du logiciel serveur, ainsi que configurer et contrôler des services. Vous pouvez également soumettre des commandes à partir d’un ordinateur non Mac OS X. Lorsque vous administrez des serveurs distants, vous travaillez de façon sécurisée dans une session SSH (Secure Shell). Le guide d’administration par ligne de commande décrit les commandes et les fichiers de configuration des applications Terminal, SSH et Admin Serveur.166 Chapitre 5 Administration du serveur Xgrid Admin Vous pouvez utiliser Xgrid Admin pour surveiller des contrôleurs, grilles et travaux Xgrid locaux ou distants. Vous pouvez ajouter des contrôleurs et des agents afin de surveiller et de spécifier les agents qui n’ont pas encore rejoint de grille. Vous pouvez également utiliser Xgrid Admin pour interrompre, arrêter ou redémarrer des travaux. Xgrid Admin est installé dans /Applications/Server/ lors de l’installation du serveur ou de la configuration d’un ordinateur administrateur. Pour ouvrir Xgrid Admin, double-cliquez sur l’icône Xgrid Admin dans /Applications/Server/. Pour plus d’informations, reportez-vous à l’aide de Xgrid Admin. Utilisation d’ordinateurs de versions antérieures à la 10.4 à partir de serveurs de version 10.4 Les serveurs de versions 10.3 et 10.2 peuvent être administrés à l’aide d’outils d’administration installés sur un serveur de version 10.4. Le Gestionnaire de groupe de travail sur un serveur de version 10.4 peut être utilisé pour gérer les clients Mac OS X qui exé- cutent Mac OS X 10.2.4 ou ultérieur. Une fois que vous avez modifié une fiche d’utilisateur à l’aide du Gestionnaire de groupe de travail en version 10.4, elle n’est accessible que par le Gestionnaire de groupe de travail en version 10.4. Les préférences des clients Mac OS 9 peuvent être gérées à partir d’un serveur de version 10.4 via le Gestionnaire Macintosh uniquement lorsque vous procédez à une mise à niveau à la version 10.4 ; vous pouvez utiliser une installation de mise à niveau pour installer la version 10.4 sur un serveur de version 10.3.9 ou 10.2.8.167 Index Index A administration d’un serveur version 10.3 166 Admin Serveur 150 administration de services 154 contrôle de l’accès aux services 157 ouverture et authentification 150 personnalisation de l’environnement 159 utilisation de serveurs 151 utilisation de SSL pour l’administration à distance de serveurs 158 Apple Remote Desktop (ARD) 164 Assistant du serveur 139 Assistant réglages de passerelle 159 automatisation de l’installation du logiciel serveur 78 automatisation de la configuration de serveur 111 C configuration de service 123 configuration du serveur 23 configuration automatique utilisant des données d’un fichier 111 configuration automatisée avec des données de répertoire 115 configuration interactive de plusieurs serveurs distants 107 configuration interactive locale 102, 103 configuration interactive locale par lot 105 réglages de base établis 32 configuration serveur contrôle de l’état 121 enregistrement des données de configuration dans un fichier 88 enregistrement des données de configuration dans un répertoire 91 informations nécessaires 86 mode hors connexion 110 stockage de copies de sauvegarde des données de configuration enregistrées 93 utilisation Open Directory 94 configurer l’ordinateur administrateur 136 configurer un poste de travail non Mac OS X 138 Contrôle de serveur 161 D documentation 18 E exportation d’utilisateurs et de groupes 143 F Format de répertoire 139168 Index G Gestionnaire de groupe de travail 140 administration de comptes 142 configuration de présentations de réseau gérées 148 définition de préférences gérées 144 gestion du partage 147 personnalisation de l’environnement du Gestionnaire de groupe de travail 149 utilisation de données de répertoire 146 guides d’administration du serveur 18 I importation de comptes 143 installation 23 installation du logiciel serveur automatisation de l’installation 78 configuration système requise 58 informations préalables 59 installation interactive à distance 70 instructions matérielles 64 mot de passe prédéfini 64 sur un ordinateur équipé de Mac OS X version 10.4 77 utilisation de l’application Installation pour une installation locale 68 utilisation de l’outil installer 79 M migration 48, 60 mise à niveau à partir d’une version antérieure du serveur 48 O ouverture du Gestionnaire de groupe de travail et authentification 141 P PackageMaker 160 planification de l’installation définir une stratégie 56 définition d’une stratégie d’intégration 49 définition d’une stratégie de migration 48, 60 définition de l’infrastructure matérielle 50 déterminer les services à héberger 46 disponibilité du matériel 53 identification des serveurs à mettre en place 45 infrastructures de configuration du serveur 51 limitation de la nécessité de déplacer des serveurs après la configuration 53 mise en place d’une équipe 44 modification du nom d’hôte du serveur après la configuration 55 objectifs 43 recherche et organisation des informations 56 POR.err 121 POR.status 122 préréglage 142 programme d’installation 138 Property List Editor 160Index 169 S shells UNIX 165 SSH 165 T Terminal 165 U utilitaire d’images de système 160 utilitaires de ligne de commande 165 W Windows migration à partir de 49 X Xgrid Admin 166 eMac Guide de l’utilisateur Contient des informations relatives au réglage, à l’extension et au dépannage de votre ordinateur eMac F298586J.book Page 1 Friday, April 1, 2005 1:10 PMK Apple Computer, Inc. © 2005 Apple Computer Inc. Tous droits réservés. En vertu des lois et conventions, aucune reproduction totale ni partielle de ce manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations présentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, AppleTalk, Final Cut, Final Cut Pro, FireWire, iCal, iLife, iMovie, iPod, iTunes, Mac, Macintosh, Mac OS et QuickTime sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. AirPort Express, eMac, Finder, iDVD, iPhoto, iSight, Safari et SuperDrive sont des marques d’Apple Computer, Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. .Mac est une marque de service d’Apple Computer, Inc. La marque et les logos Bluetooth sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple Computer, Inc. ENERGY STAR® est une marque déposée aux États-Unis. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. “Dolby”, “Pro Logic” et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Travaux confidentiels inédits. © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur elles-mêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n° 4,631,603, 4,577,216, 4,819,098 et 4,907,093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. F298586J.book Page 2 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 3 1 Table des matières Chapitre 1 5 Premiers contacts 6 Réglage de l’eMac 8 Et ensuite ? 10 Étapes à suivre lorsque vous avez fini d’utiliser votre eMac Chapitre 2 11 Découverte de votre eMac 12 eMac : vue de face 14 eMac : vue de profil 16 À propos de Mac OS X 17 Personnalisation du bureau et réglage des préférences 18 Connexion à une imprimante 18 Lecture d’un CD et connexion d’écouteurs 19 Mise à jour constante de vos logiciels 19 Connexion d’une caméra vidéo numérique ou d’autres périphériques FireWire 19 Connexion à un réseau 20 Connexion à Internet 20 Transfert de fichiers vers un autre ordinateur 21 Utilisation des applications Mac OS 9 21 Lorsqu’une application se fige 22 Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac 22 Utilisation des applications Chapitre 3 23 Utilisation de votre ordinateur 24 USB (Universal Serial Bus) 26 FireWire 28 Internet et réseau sans fil AirPort Extreme 29 Technologie sans fil Bluetooth 32 Ethernet 33 Gestion vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo) 35 Utilisation de votre lecteur optique 38 Commandes du clavier 39 Protection de votre ordinateur F298586J.book Page 3 Friday, April 1, 2005 1:10 PM4 Table des matières Chapitre 4 41 Extension des capacités de votre ordinateur 41 Ajout de mémoire 45 Installation d’une carte AirPort Extreme 48 Remplacement de la pile interne Chapitre 5 53 Dépannage 54 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur 55 Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur 56 Autres problèmes 58 Utilisation d’Apple Hardware Test 58 Localisation du numéro de série de votre produit Annexe A 59 Caractéristiques Annexe B 61 Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 61 Entretien de votre eMac 62 Transport de votre eMac 62 Consignes de sécurité concernant l’utilisation de votre ordinateur 63 Connecteurs et ports 64 Prévention des dommages auditifs 64 Apple et l’environnement 64 Ergonomie Annexe C 67 Connexion à Internet 69 Fiche technique Assistant réglages 71 Configuration manuelle de votre connexion à Internet 71 Connexion commutée 74 Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN 79 Connexion sans fil AirPort 82 Dépannage de votre connexion 85 Communications Regulation Information F298586J.book Page 4 Friday, April 1, 2005 1:10 PM1 5 1 Premiers contacts Votre ordinateur eMac a été conçu pour être configuré rapidement et utilisé immédiatement. Si vous n’avez jamais utilisé d’eMac ou que vous n’êtes pas familiarisé avec les ordinateurs Macintosh, vous trouverez dans ce chapitre des instructions qui vous permettront de débuter. Si vous êtes un utilisateur expérimenté, peut-être êtes-vous déjà en mesure d’utiliser votre nouvel ordinateur. Veillez à prendre connaissance des informations contenues dans le chapitre 2, “Découverte de votre eMac” pour découvrir les nouvelles caractéristiques de cet eMac. Câble CA Clavier Souris Câble téléphonique F298586J.book Page 5 Friday, April 1, 2005 1:10 PM6 Chapitre 1 Premiers contacts Réglage de l’eMac 1 Branchez fermement l’une des extrémités du cordon d’alimentation sur la prise d’alimentation et l’autre extrémité sur une prise électrique reliée à la terre ou sur une multiprise. Vous trouverez les indications de tension électrique à l’intérieur du clapet du lecteur optique. Important : l’alimentation de votre eMac n’est pas universelle. Vérifiez bien les indications de tension électrique à l’intérieur du clapet du lecteur optique de votre ordinateur. Pour ouvrir le clapet du lecteur optique, appuyez sur la touche d’éjection (C) de votre clavier Apple. Indications de tension électrique à l'intérieur du clapet du lecteur optique F298586J.book Page 6 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 1 Premiers contacts 7 2 Pour permettre la connexion à Internet, reliez le port Ethernet (G) de votre ordinateur à un réseau Ethernet ou à un modem câble ou DSL au moyen d’un câble Ethernet. Vous pouvez également connecter le port modem de l’ordinateur (W) (inclus sur certains modèles) à une ligne téléphonique au moyen du câble téléphonique inclus (reportez-vous au schéma). 3 Branchez le câble du clavier à l’un des ports USB (d) de votre ordinateur. Branchez le câble de la souris sur l’un des ports USB du clavier. WPort Modem Câble CA Câble téléphonique GPort Ethernet d d F298586J.book Page 7 Friday, April 1, 2005 1:10 PM8 Chapitre 1 Premiers contacts 4 Allumez votre ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation (®) situé sur le côté de l’ordinateur. Réglage de votre moniteur Pour régler les paramètres de l’écran, choisissez menu Pomme () > Préférences Système (cliquez sur le menu Pomme et choisissez Préférences Système), puis cliquez sur Moniteurs. Pour augmenter le contraste de l’écran, appuyez sur la touche F15 de votre clavier. Pour diminuer le contraste, appuyez sur la touche F14. Utilisation d’une souris et d’un clavier sans fil Si vous avez acquis un clavier Apple Wireless Keyboard, une souris Apple Wireless Mouse et le module Bluetooth optionnel avec votre eMac, reportez-vous aux instructions fournies avec le clavier et la souris pour les configurer sur l’ordinateur. Et ensuite ? Vous avez à présent accompli les étapes permettant de rendre votre eMac opérationnel. L’Assistant réglages se lance lorsque vous allumez votre ordinateur pour la première fois. Il vous aide à saisir les informations nécessaires concernant Internet et votre messagerie et à configurer un utilisateur sur votre ordinateur. Si vous possédez déjà un ordinateur Mac, l’Assistant réglages peut également vous aider à transférer automatiquement des fichiers, des applications et d’autres informations de cet ancien ordinateur vers votre nouvel eMac. ® Bouton d’alimentation F298586J.book Page 8 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 1 Premiers contacts 9 Transfert d’informations vers votre eMac Vous pouvez utiliser l’Assistant réglages pour transférer automatiquement des informations d’un autre Mac sur votre nouvel eMac. Pour transférer des informations, assurez-vous des points suivants :  Votre autre ordinateur Mac doit disposer d’un port FireWire intégré et prendre en charge le mode disque cible FireWire.  Mac OS X v10.1 ou ultérieur doit être installé sur votre autre Mac.  Vous devez être en possession d’un câble FireWire standard 6 broches vers 6 broches. L’Assistant réglages vous guide tout au long du processus de transfert d’informations ; il vous suffit de suivre les instructions à l’écran. Le transfert d’informations sur votre eMac n’affecte pas les informations se trouvant sur votre autre Mac. Avec l’Assistant réglages, vous pouvez transférer :  les comptes d’utilisateur, y compris les préférences et le courrier électronique ;  les réglages de réseau, pour que votre nouvel ordinateur soit automatiquement configuré avec les mêmes réglages de réseau que votre autre Mac ;  le dossier Applications, pour que les applications que vous utilisez sur votre autre Mac se trouvent à présent sur votre nouvel eMac (certaines des applications transfé- rées devront peut-être être réinstallées) ;  les fichiers et dossiers qui se trouvent sur le disque dur et les partitions. Si vous n’utilisez pas l’Assistant réglages pour transférer vos informations lors du premier démarrage de votre eMac, vous pouvez le faire ultérieurement. Ouvrez le dossier Applications, ouvrez Utilitaires et double-cliquez sur l’icône Assistant migration. (Lorsque vous effectuez la configuration initiale de votre ordinateur, l’Assistant réglages est renommé en Assistant migration.) Remarque : si vous transférez par la suite des informations à l’aide de l’Assistant migration, assurez-vous que le File Vault soit éteint sur l’ancien ordinateur. Pour éteindre le File Vault, dans le menu Pomme ( ) > Préférences Système, cliquez sur Sécurité et suivez les instructions à l’écran. Configuration de votre eMac pour Internet Si vous n’avez pas transféré vos réglages réseau, l’Assistant réglages peut également vous guider tout au long de la configuration de votre ordinateur en vue de sa connexion à Internet. Pour les particuliers, l’accès à Internet requiert généralement l’ouverture d’un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (FAI) (payant dans certains cas). Si vous disposez déjà d’un compte Internet, consultez l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 67 pour savoir quelles sont les informations à saisir. F298586J.book Page 9 Friday, April 1, 2005 1:10 PM10 Chapitre 1 Premiers contacts Informations supplémentaires Pour obtenir davantage d’informations, consultez les sections suivantes : Étapes à suivre lorsque vous avez fini d’utiliser votre eMac Deux options s’offrent à vous : Suspension de l’activité de votre eMac. Si vous envisagez de ne pas utiliser votre eMac pendant un période inférieure à quelques jours, suspendez-en l’activité. Lorsque l’activité d’un ordinateur est suspendue, son écran s’éteint et un témoin lumineux blanc, situé à droite du lecteur optique, clignote lentement. Vous pouvez rapidement réactiver l’ordinateur. Ceci est beaucoup plus rapide que le processus de démarrage. Pour suspendre rapidement l’activité de votre ordinateur, choisissez l’une des méthodes suivantes :  Choisissez Pomme () > Suspendre l’activité.  Appuyez sur le bouton d’alimentation. Pour réactiver votre ordinateur, appuyez sur une touche quelconque du clavier ou cliquez avec la souris. Extinction de l’eMac Si vous ne comptez pas utiliser votre eMac pendant quelques jours, éteignez-le.  Choisissez Pomme () > Éteindre. Pour en savoir plus sur... Consultez la section... L’extinction ou la suspension d’activité de votre ordinateur “Étapes à suivre lorsque vous avez fini d’utiliser votre eMac” à la page 10 L’utilisation des fonctionnalités matérielles et logicielles de votre eMac “Découverte de votre eMac” à la page 11 Les informations supplémentaires disponibles dans l’aide en ligne “Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac” à la page 22 L’utilisation d’une fonctionnalité spécifique de l’eMac ou la connexion d’un périphérique numé- rique tel que l’iPod “Utilisation de votre ordinateur” à la page 23 L’installation de mémoire ou d’une carte AirPort Extreme “Extension des capacités de votre ordinateur” à la page 41 Les mesures à prendre en cas de problèmes avec votre eMac “Dépannage” à la page 53 Avertissement : eteignez votre eMac avant de le déplacer. Tout déplacement de votre ordinateur lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur. F298586J.book Page 10 Friday, April 1, 2005 1:10 PM2 11 2 Découverte de votre eMac Dans ce chapitre, vous trouverez des informations élémentaires sur l’eMac. La lecture de ce chapitre vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les différents éléments de votre ordinateur et Mac OS X, et des informations sommaires sur les tâches basiques telles que personnaliser l’apparence du bureau, se connecter à une imprimante, lire un CD, connecter un appareil photo numérique, utiliser Internet, obtenir des réponses lorsque vous avez besoin d’aide, etc. Pour obtenir les informations les plus récentes Apple publiant fréquemment des nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels système, il est possible que les images de ce manuel soient légèrement différentes de ce que vous voyez à l’écran. Le site Web d’Apple, www.apple.com, vous donne accès aux informations, téléchargements gratuits et catalogues en ligne de logiciels et de matériels Apple les plus récents destinés à votre eMac. Vous trouverez également les manuels de nombreux produits Apple, ainsi que l’assistance technique pour tous les produits Apple, sur le site Web de service et d’assistance AppleCare, à l’adresse www.apple.com/fr/support. F298586J.book Page 11 Friday, April 1, 2005 1:10 PM12 Chapitre 2 Découverte de votre eMac eMac : vue de face Microphone Lecteur de disque optique Haut-parleurs stéréo Ports USB Logement de la carte AirPort Extreme (à l’intérieur) Témoin lumineux d’alimentation Touche d’éjection de disque Clavier Apple Keyboard Souris Apple Mouse - Boutons de réglage du volume d C F298586J.book Page 12 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 2 Découverte de votre eMac 13 Microphone Enregistrez des sons directement sur votre eMac ou parlez avec des amis en direct au moyen de l’application iChat. Lecteur de disque optique Votre ordinateur est équipé d’un lecteur CD-ROM, d’un lecteur Combo DVD-ROM/CD-RW ou d’un lecteur SuperDrive DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW. Tous ces lecteurs peuvent lire les CD-ROM, les CD de photos, les disques audio ordinaires et autres types de supports. Le lecteur Combo peut également lire les DVD et les DVD vidéo, graver de la musique, des documents et autres fichiers numériques sur des disques CD-R et CD-RW. De plus, le lecteur SuperDrive vous permet de lire et graver des DVD-R, DVD-RW, DVD+R, DVD+RW et des DVD+R double couche (DL). Pour ouvrir le lecteur, appuyez sur la touche d’éjection (C) de votre clavier Apple. Haut-parleurs stéréo Écoutez de la musique, le son de vos films, jeux et fichiers multimédia. d Deux ports USB (Universal Serial Bus) 1.1 sur le clavier Branchez les périphériques USB 1.1 à faible consommation, tels que les souris, les appareils photo numé- riques et les manettes de jeu sur le clavier de votre eMac. Connectez votre souris Apple à l’un des ports USB du clavier. (Trois ports USB 2.0 haute vitesse se trouvent sur le côté de votre ordinateur.) Z Logement de la carte AirPort Extreme La carte AirPort Extreme installée sur l’ordinateur vous permet de vous connecter à un réseau sans fil. Votre eMac est peut-être déjà équipé d’une carte AirPort Extreme. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous en procurer une et l’installer vous-même. Consultez la section “Installation d’une carte AirPort Extreme” à la page 45. ◊ Technologie sans fil Bluetooth® intégrée Avec le module Bluetooth intégré (en option), vous pouvez vous connecter sans fil aux périphériques tels que les téléphones portables, les assistants personnels, les imprimantes, le clavier Apple Wireless Keyboard et la souris Apple Wireless Mouse (en vente sur le site www.apple.com/francestore). Témoin lumineux d’alimentation Un témoin blanc indique que l’ordinateur est allumé. Un témoin clignotant lentement indique que l’ordinateur est en veille. - Boutons de réglage du volume Ces boutons permettent d’augmenter ou de baisser le volume du son provenant des haut-parleurs intégrés et du port de sortie audio. C Touche d’éjection de disque Maintenez cette touche enfoncée pour éjecter un CD ou un DVD. Il est également possible d’éjecter un disque en faisant glisser son icône dans la corbeille. Souris Apple Mouse Cette souris optique de précision peut être utilisée sans tapis de souris sur la plupart des surfaces. F298586J.book Page 13 Friday, April 1, 2005 1:10 PM14 Chapitre 2 Découverte de votre eMac eMac : vue de profil ® Bouton d’alimentation Prise d’alimentation Accès à la mémoire (à l’intérieur) Rainure de sécurité Prise casque Port d’entrée audio Ports USB 2.0 Ports FireWire 400 Port Modem Port Ethernet Port de sortie vidéo f , d H W G £ ¥ F298586J.book Page 14 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 2 Découverte de votre eMac 15 Accès à la mémoire (à l’intérieur) Votre eMac contient au moins 256 Mo de mémoire DDR-SDRAM (Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access). Il dispose de deux logements mémoire, dont l’un est généralement libre en vue d’éventuelles extensions. La quantité maximale de mémoire que vous pouvez installer sur votre eMac est de 1 Go réparti sur deux modules de 512 Mo. Pour obtenir des instructions, consultez la section “Ajout de mémoire” à la page 41. f Prise casque Ce port permet de connecter des haut-parleurs externes, un casque d’écoute ou tout autre périphé- rique de sortie audio. , Port d’entrée audio Ce port permet de connecter un microphone ou tout autre appareil audio à votre eMac. d Trois ports USB (Universal Serial Bus) 2.0 Ces ports vous permettent de raccorder des imprimantes, des lecteurs Zip ou autres, des appareils photo numériques, des manettes de jeu, etc. Vous pouvez brancher des appareils USB 1.1 d’origine et USB 2.0 à haute vitesse. (Votre clavier est également équipé de deux ports USB 1.1.) H Deux ports FireWire 400 Ces ports permettent de connecter des périphériques externes à haute vitesse tels qu’un iPod, des caméras vidéo numériques, des imprimantes et des unités de stockage externes. W Port Modem (selon le modèle) Il permet de connecter une ligne téléphonique standard directement au modem interne 56K v.92. G Ethernetport Connectez-vous à un réseau Ethernet 10/100 Base-T à grande vitesse ou à un modem câble, ou bien connectez-vous à un autre ordinateur et transférez les fichiers. La fonction de détection automatique du port Ethernet détecte les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé Ethernet. £ Port de sortie vidéo La carte VGA Apple facultative (disponible sur www.apple.com/francestore) vous permet de connecter à votre ordinateur un moniteur externe ou un projecteur utilisant un port VGA. La carte vidéo Apple facultative (disponible sur www.apple.com/francestore) vous permet de connecter l’eMac à un téléviseur, un magnétoscope ou tout autre périphérique vidéo utilisant un connecteur S-vidéo ou composite. ® Bouton d’alimentation Il permet d’allumer votre eMac ou d’en suspendre l’activité. Maintenez ce bouton enfoncé pour réinitialiser l’ordinateur lors des procédures de dépannage. ≤ Prise d’alimentation Branchez-y le câble d’alimentation de l’ordinateur. ¥ Rainure de sécurité Elle permet de protéger votre eMac contre le vol en y reliant un câble de sécurité. F298586J.book Page 15 Friday, April 1, 2005 1:10 PM16 Chapitre 2 Découverte de votre eMac À propos de Mac OS X Votre ordinateur est livré avec Mac OS X. Doté d’une interface utilisateur élégante et de capacités graphiques ultramodernes, ce système d’exploitation offre une stabilité et des performances système excellentes. Pour en savoir plus sur Mac OS X et les applications iLife, récompensées par des prix, installées sur votre ordinateur, consultez le livret Bienvenue dans Tiger inclus avec votre eMac. Vous pouvez également ouvrir l’Aide Mac et parcourir les informations qu’elle contient. Vous trouverez un grand volume d’informations pour les utilisateurs novices et expérimentés, et pour ceux qui passent au Mac. Si vous rencontrez des problèmes lors de l’utilisation de Mac OS X, reportez-vous aux informations de dépannage au dos de ce manuel ou allez dans la barre des menus en haut de l’écran et sélectionnez Aide > Aide Mac. Pour avoir des informations sur la compatibilité des applications logicielles avec Mac OS X, ou pour en savoir plus sur Mac OS X, visitez le site Web d’Apple : www.apple.com/fr/macosx. Remarque : si vous voulez utiliser les applications Mac OS 9 avec votre ordinateur, vous devez installer Mac OS 9 (reportez-vous à la rubrique à la page 21). Mac OS 9 ne peut pas être installé comme système d’exploitation principal de votre eMac et vous ne pouvez pas démarrer votre ordinateur sous Mac OS 9. F298586J.book Page 16 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 2 Découverte de votre eMac 17 Personnalisation du bureau et réglage des préférences Au moyen des Préférences Système, vous pouvez donner à votre bureau l’apparence souhaitée sans perdre de temps. Choisissez le menu Pomme (), puis Préférences Système dans la barre des menus. N’hésitez pas à changer et essayer ce qui suit :  Bureau et économiseur d’écran : ouvrez cette sous-fenêtre de préférences pour changer la couleur et le motif du bureau ou pour la remplacer par la photo ou l’image de votre choix. Vous pouvez également choisir un effet d’écran accrocheur à faire apparaître lorsque l’ordinateur reste inactif.  Dock : ouvrez cette sous-fenêtre de préférences pour changer l’apparence, l’emplacement et le comportement de votre Dock.  Apparence : ouvrez ce panneau de préférences pour changer entre autres les couleurs des boutons, des menus, des fenêtres et la couleur de contraste. Tout en vous familiarisant avec votre ordinateur, découvrez progressivement les autres Préférences Système. Cette application constitue le centre de contrôle de la plupart des réglages de votre eMac. Pour plus d’informations, sélectionnez Aide > Aide Mac et recherchez “Préférences Système” ou la sous-fenêtre spécifique que vous souhaitez modifier. F298586J.book Page 17 Friday, April 1, 2005 1:10 PM18 Chapitre 2 Découverte de votre eMac Connexion à une imprimante Lorsque vous branchez une imprimante sur le port USB ou FireWire, votre ordinateur peut la détecter automatiquement et l’ajouter à la liste des imprimantes utilisables. Il se peut que vous deviez configurer les imprimantes connectées à un réseau avant de pouvoir les utiliser. Pour configurer une imprimante, ouvrez les Préférences Système, cliquez sur Imprimantes et fax, cliquez sur Impression puis sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter une imprimante. Utilisez les boutons Ajouter (+) et Supprimer (–) pour choisir les imprimantes que vous voulez voir apparaître dans la Liste des imprimantes. Remarque : si une carte AirPort Extreme est installée sur votre eMac et que vous possédez une borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express, vous pouvez raccorder une imprimante USB à la borne d’accès (au lieu de la raccorder à votre ordinateur) et imprimer sans fil. Si vous vous connectez à une imprimante via un réseau, il vous faudra peut-être savoir le nom de réseau ou l’adresse de l’imprimante pour la sélectionner. Reportez-vous à la documentation fournie avec votre imprimante ou adressez-vous à votre administrateur réseau. Pour plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac et faites un recherche sur “impression”. Pour réaliser une installation spécifique ou connaître les instructions de configuration, vous pouvez également vous reporter au manuel fourni avec votre imprimante. Contrôle de l’impression Lorsque vous avez envoyé un document à l’impression, vous pouvez contrôler l’impression et l’arrêter ou la mettre en attente temporairement. Pour contrôler l’impression : m Cliquez sur l’icône de l’imprimante dans le Dock. Dans la fenêtre qui s’ouvre alors, vous pouvez voir les travaux d’impression dans la file d’attente sur lesquels vous pouvez intervenir. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac (reportez-vous à la rubrique à la page 22) et faites une recherche sur “impression”. Lecture d’un CD et connexion d’écouteurs Pour écouter de la musique lorsque vous travaillez sur votre eMac, insérez un CD dans votre lecteur optique. iTunes, un lecteur de musique souple d’emploi, apparaît automatiquement. Pour écouter votre musique en privé, connectez la prise minijack de votre casque d’écoute à la prise casque (f) de votre eMac. Pour en savoir plus sur iTunes : m Ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. Pour en savoir plus sur votre lecteur optique, consultez la section “Utilisation de votre lecteur optique” à la page 35. F298586J.book Page 18 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 2 Découverte de votre eMac 19 Mise à jour constante de vos logiciels Vous pouvez vous connecter à Internet et télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournies par Apple. Chaque fois que vous vous connectez à Internet, l’application Mise à jour de logiciels consulte les serveurs Internet d’Apple pour rechercher les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre eMac afin qu’il recherche régulièrement dans le serveur Apple des mises à jour de logiciels, puis qu’il les télécharge et les installe sur votre ordinateur. Pour rechercher des logiciels mis à jour : 1 Choisissez Pomme () > Mise à jour de logiciels. La fenêtre Mise à jour de logiciels s’ouvre. Les mises à jour disponibles apparaissent dans une liste. 2 Cochez les cases situées en regard des éléments à installer, puis cliquez sur Installer. Saisissez un nom et un mot de passe d’administrateur (utilisés lors de la configuration initiale de votre ordinateur). Lorsque vous installez certaines mises à jour, votre ordinateur peut par la suite accepter des mises à jours plus récentes. Une fois les premières mises à jour terminées, l’application Mise à jour de logiciels recherche à nouveau des mises à jour. Pour plus d’informations, effectuez une recherche sur “Mise à jour de logiciels” dans l’Aide Mac OS (consultez la section à la page 22). Connexion d’une caméra vidéo numérique ou d’autres périphériques FireWire Si vous disposez d’un iPod ou iPod mini, d’une caméra iSight, d’une caméra numérique ou d’autres périphériques dotés d’un connecteur FireWire, vous pouvez les connecter à l’eMac. Suivez les instructions d’installation fournies avec votre appareil. Pour plus d’informations à propos de FireWire, consultez “FireWire” à la page 26. Connexion à un réseau Si vous souhaitez connecter votre eMac à un réseau Ethernet, à un modem câble ou DSL ou à un réseau sans fil, consultez “Ethernet” à la page 32 et “Internet et réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 28 pour plus d’informations sur la configuration d’une connexion Ethernet ou AirPort. Vous pouvez également sélectionner Aide > Aide Mac (reportez-vous à la rubrique à la page 22) et faire une recherche sur “Ethernet” ou “AirPort” pour trouver plus d’informations. F298586J.book Page 19 Friday, April 1, 2005 1:10 PM20 Chapitre 2 Découverte de votre eMac Connexion à Internet Lors du réglage initial de votre eMac, des instructions vous ont été données sur la manière de vous connecter à Internet. Si vous adoptez un type de connexion différent, tel que DSL, modem câble, réseau local Ethernet (LAN) ou réseau AirPort Extreme, vous trouverez des informations supplémentaires sous la rubrique à l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 67. Transfert de fichiers vers un autre ordinateur Si vous souhaitez transférer des fichiers ou des documents sur ou à partir de votre eMac, il existe plusieurs manières de le faire.  Vous pouvez facilement transférer des fichiers à l’aide de l’Assistant réglages ou de l’Assistant migration. Pour plus d’informations, consultez la section “Transfert d’informations vers votre eMac” à la page 9.  Si vous disposez d’un iPod ou d’un mini iPod, vous pouvez transférer des fichiers vers l’iPod, puis connecter l’iPod à l’autre ordinateur pour transférer les fichiers vers ce dernier. Pour en savoir plus, consultez le manuel inclus avec votre iPod.  Vous pouvez transférer des fichiers via Internet en utilisant .Mac ou d’autres comptes Internet.  Vous pouvez transférer des fichiers à un autre ordinateur à travers d’un réseau. Pour accéder à un autre serveur ou ordinateur, sélectionnez Aller > “Se connecter à un serveur” dans la barre de menus du Finder.  Vous pouvez créer un petit réseau Ethernet en branchant un câble Ethernet à votre eMac sur le port Ethernet d’un autre ordinateur. Pour en savoir plus, choisissez Aide > Aide Mac puis faites une recherche sur “Création d’un petit réseau Ethernet”.  Vous pouvez également vous connecter à un autre Mac au moyen d’un câble FireWire. Votre eMac apparaît comme un lecteur de disque sur l’autre ordinateur. Vous pouvez alors transférer les fichiers. Pour plus d’informations sur comment utiliser FireWire pour transférer des fichiers, consultez “Mode disque cible FireWire” à la page 27.  Si votre ordinateur est équipé d’une carte AirPort Extreme, vous pouvez vous connecter à un réseau sans fil AirPort Extreme pour transférer les fichiers. Pour plus d’informations, consultez la section “Internet et réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 28. Pour plus d’informations sur le transfert de fichiers et de documents, sélectionnez Aide > Aide Mac et faites une recherche sur “transfert de fichiers”. F298586J.book Page 20 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 2 Découverte de votre eMac 21 Utilisation des applications Mac OS 9 Mac OS 9 n’est pas initialement installé sur votre eMac. Si vous devez utiliser les applications Mac OS 9, il vous faut tout d’abord installer Mac OS 9 à l’aide du disque “Mac OS X Install Disc 2 “. Pour installer Mac OS 9 : 1 Sauvegardez vos fichiers essentiels si cela est possible. 2 Insérez le disque “Mac OS X Install Disc 2” livré avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur “Install Mac OS 9 System Support”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Une fois Mac OS 9 installé, vous pouvez ouvrir les applications Mac OS 9 d’un double-clic sur l’icône correspondante. Lorsqu’une application se fige Même si c’est assez rare, il se peut qu’une application se fige à l’écran. Mac OS X permet de quitter une application qui ne répond plus sans redémarrer votre ordinateur, ce qui permet d’enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à quitter : 1 Appuyez sur Commande (x) + Option + Échap ou choisissez Forcer à quitter dans le menu Pomme (). La boîte de dialogue Forcer à quitter des applications apparaît avec l’application sélectionnée. 2 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application quitte, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Si besoin est, vous pouvez forcer la fermeture de l’environnement Classic, ce qui ferme alors toutes les applications Mac OS 9. Vous pouvez également redémarrer le Finder à partir de cette boîte de dialogue. Si vous rencontrez d’autres problèmes, consultez le chapitre 5, “Dépannage”, à la page 53. F298586J.book Page 21 Friday, April 1, 2005 1:10 PM22 Chapitre 2 Découverte de votre eMac Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac En utilisant l’Aide à l’écran, vous trouverez une réponse à la plupart de vos questions relatives à l’utilisation de votre ordinateur et de Mac OS X. (L’Aide Mac est aussi parfois appelée Aide Mac OS.) Pour utiliser l’Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône du Finder dans le Dock. 2 Sélectionnez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide et sélectionnez Aide Mac). 3 Tapez une question dans le champ “Posez une question”, puis appuyez sur la touche Retour du clavier. 4 Double-cliquez sur l’un des éléments apparaissant dans la liste des rubriques d’aide. Utilisation des applications Votre eMac est fourni avec des logiciels, dont la suite iLife, qui vous permettront d’envoyer des messages électroniques, de naviguer sur Internet, de discuter en ligne, d’organiser vos morceaux de musique et vos photos numériques, de créer des vidéos et bien plus encore. Pour plus d’informations sur ces applications, consultez le livret Bienvenue dans Tiger fourni avec votre ordinateur. Pour plus d’informations sur l’utilisation d’une application, ouvrez cette dernière puis ouvrez l’Aide correspondante. La rubrique “À propos de” contient des informations utiles pour les débutants. F298586J.book Page 22 Friday, April 1, 2005 1:10 PM3 23 3 Utilisation de votre ordinateur Votre eMac comporte de nombreuses fonctionnalités et capacités d’extension intégrées permettant de le personnaliser et de le faire évoluer selon vos besoins. Voici quelques-unes des fonctionnalités et capacités de votre ordinateur :  Ports USB 2.0 pour la connexion de matériel supplémentaire, notamment des imprimantes, scanners, manettes de jeu, claviers, appareils photo numériques et lecteurs de disquettes.  Ports FireWire pour la connexion de périphériques à haute vitesse, tels que l’iPod ou l’iPod mini, la caméra iSight, les caméras numériques et les disques durs externes.  Module Bluetooth facultatif pour se connecter sans fil à des périphériques numériques.  Les toutes dernières technologies de communication, telles qu’un modem 56K v.92 (sur certains modèles), une carte Ethernet 10/100 Base-T et une connexion facultative à Internet ou à un réseau sans fil AirPort Extreme.  La sortie VGA et l’adaptateur VGA (disponibles sur www.apple.com/francestore) vous permettent de connecter votre eMac à un moniteur externe ou à un appareil de projection. Utilisez le port vidéo de votre eMac et l’adaptateur vidéo Apple (disponible sur www.apple.com/francestore) pour afficher l’écran de votre ordinateur sur n’importe quel téléviseur gérant le format composite ou S-vidéo.  Port d’entrée audio, port de casque d’écoute, etc. Pour en savoir davantage sur les capacités de votre eMac, commencez par prendre connaissance des informations de ce chapitre. Vous pourrez trouver plus d’informations dans l’Aide Mac (reportez-vous à la rubrique à la page 22) et sur les nombreux sites Web d’Apple. F298586J.book Page 23 Friday, April 1, 2005 1:10 PM24 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur USB (Universal Serial Bus) Votre eMac est muni de cinq ports USB (d) (trois ports à haute vitesse USB 2.0 sur l’ordinateur et deux ports USB 1.1 sur le clavier) que vous pouvez utiliser pour connecter de nombreux types de périphériques tels que les imprimantes, scanners, appareils photo numériques, manettes de jeu, claviers et lecteurs de disquette. La technologie USB facilite la connexion de périphériques externes. Dans la plupart des cas, vous pouvez connecter et déconnecter un périphérique USB pendant que l’ordinateur fonctionne. Vous pouvez utiliser les périphériques dès leur branchement, Utilisation de périphériques USB Pour utiliser un périphérique USB avec votre ordinateur, il suffit de connecter le périphérique à l’ordinateur. L’ordinateur charge le logiciel adéquat chaque fois que vous connectez un nouveau périphérique. Les ports USB 2.0 situés sur le côté de votre ordinateur vous permettent de brancher des périphériques USB 1.1 d’origine et des périphériques USB 2.0 à haute vitesse. Les périphériques USB 1.1 ne bénéficieront pas du taux de transfert plus rapide de l’USB 2.0. De même, vous pouvez brancher des périphériques USB 2.0 sur les ports USB 1.1 du clavier, mais ils fonctionneront à des vitesses moins élevées. Remarque : Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques USB. Si votre eMac ne parvient pas à trouver le logiciel adéquat pour un périphérique USB que vous venez de connecter, vous pouvez installer le logiciel fourni avec le périphérique ou consulter le site Web du fabricant pour chercher les dernières versions. d F298586J.book Page 24 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 25 Utilisation simultanée de plusieurs périphériques USB Si tous vos ports USB sont occupés et que vous souhaitez connecter davantage de périphériques USB, vous pouvez vous procurer un concentrateur USB. Ce dernier se connecte à un port USB disponible de votre ordinateur et vous permet de disposer de ports USB supplémentaires (en général quatre ou sept). La plupart des concentrateurs USB disposent d’un adaptateur secteur et doivent être branchés sur une prise électrique. Remarque : si vous utilisez une chaîne de périphériques et de concentrateurs USB, certains d’entre eux risquent de ne pas fonctionner s’ils sont connectés via une combinaison de concentrateurs USB 2.0 haute vitesse et de concentrateurs USB 1.1 à vitesse normale ou faible. Il se peut, par exemple, qu’aucun disque dur externe USB ne s’affiche sur votre bureau. Pour éviter ce problème, ne connectez pas ensemble des périphériques USB présentant des vitesses différentes. Connectez directement votre concentrateur haute vitesse à votre ordinateur, puis connectez-y les périphériques haute vitesse. Connectez les concentrateurs à vitesse normale ou faible directement à votre ordinateur, puis connectez-y les périphériques de vitesse similaire. Informations supplémentaires sur la technologie USB Des informations supplémentaires sur USB sont disponibles dans l’Aide Mac (consultez la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “USB”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web USB d’Apple, à l’adresse www.apple.com/usb. Pour obtenir des informations sur les périphériques USB disponibles pour votre ordinateur, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Concentrateur USB F298586J.book Page 25 Friday, April 1, 2005 1:10 PM26 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur FireWire Votre ordinateur est muni de deux ports FireWire 400 (H). Le FireWire facilite la connexion et déconnexion des périphériques haute vitesse, tels que l’iPod ou l’iPod mini, la caméra iSight, les caméras numériques, les imprimantes, les scanners et les disques durs. Vous pouvez connecter et déconnecter des périphériques FireWire sans redémarrer votre ordinateur. La liste ci-dessous répertorie certaines des opérations possibles avec FireWire :  Connectez un iPod ou un iPod mini et transférez des milliers de chansons provenant d’iTunes ou synchronisez vos adresses et les données de votre agenda grâce à iSync. Vous pouvez également utiliser l’iPod comme disque dur externe pour le transfert de fichiers.  Connecter une caméra iSight Apple et utiliser l’application iChat fournie pour participer à une vidéoconférence avec vos amis ou votre famille via une connexion Internet à haut débit.  Connecter un caméscope numérique pour capturer, transférer et monter de la vidéo haute qualité directement sur votre ordinateur à l’aide de logiciels de montage vidéo tels qu’iMovie, Final Cut Pro ou Final Cut Express.  Connecter un disque dur FireWire externe sur le port FireWire et l’utiliser pour sauvegarder des données ou transférer des fichiers. Une icône de disque dur FireWire s’affiche sur le bureau dès que vous connectez le disque dur votre eMac.  Démarrer à partir d’un disque dur externe FireWire. Connectez un disque FireWire externe (équipé d’un système d’exploitation valide), ouvrez la fenêtre Démarrage des Préférences Système, et cliquez sur le disque FireWire. Redémarrez votre ordinateur. H F298586J.book Page 26 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 27 Utilisation de périphériques FireWire Pour utiliser un périphérique FireWire avec votre ordinateur, il suffit de connecter ce périphérique à l’ordinateur. Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques FireWire. Si votre eMac ne parvient pas à trouver le logiciel adéquat pour un périphérique FireWire que vous venez de connecter, vous pouvez installer le logiciel fourni avec le périphérique ou consulter le site Web du fabricant pour les dernières versions. Remarque : le port FireWire est conçu pour alimenter les périphériques FireWire (8 watts maximum). Vous pouvez connecter plusieurs périphériques entre eux et relier en chaîne les périphériques (“guirlande”) au port FireWire de votre ordinateur. Dans la plupart des cas, l’ordinateur ne doit pas alimenter plus de deux périphériques. Si vous connectez plus de deux périphériques, les autres périphériques de la guirlande doivent être alimentés au travers d’adaptateurs électriques séparés. La connexion de plus de deux périphériques FireWire alimentés par l’ordinateur peut provoquer des problèmes. En cas de problème, éteignez l’ordinateur, déconnectez les périphériques FireWire, puis redémarrez l’ordinateur. Mode disque cible FireWire Si vous souhaitez transférer des fichiers de votre eMac vers un autre ordinateur équipé de la technologie FireWire ou que vous êtes confronté à un problème qui empêche le démarrage de votre ordinateur, utilisez le mode disque cible FireWire pour vous connecter à un autre ordinateur. Pour connecter votre eMac en mode disque cible FireWire : 1 Assurez-vous que votre eMac est éteint. 2 Utilisez un câble FireWire muni d’un connecteur standard à 6 broches à chaque extrémité pour connecter votre eMac à un autre ordinateur équipé de FireWire. 3 Démarrez votre eMac, puis maintenez immédiatement la touche T enfoncée. L’écran de votre eMac affiche alors le logo FireWire. L’écran de l’autre ordinateur affiche l’icône du disque dur interne et l’icône d’un CD ou d’un DVD inséré dans le lecteur optique. 4 Lorsque vous avez terminé de transférer les fichiers, faites glisser l’icône du disque dur de l’eMac et l’icône du CD ou DVD dans la Corbeille. 5 Pour éteindre l’eMac, appuyez sur le bouton d’alimentation, puis déconnectez le câble FireWire. Informations supplémentaires sur la technologie FireWire Des informations supplémentaires sur FireWire sont disponibles dans l’Aide Mac (consultez la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “FireWire”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web FireWire d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/firewire. F298586J.book Page 27 Friday, April 1, 2005 1:10 PM28 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Internet et réseau sans fil AirPort Extreme Votre eMac est prêt à fonctionner avec AirPort Extreme. Si vous avez commandé une carte AirPort Extreme au moment de l’achat de votre eMac, la carte est déjà installée. Si vous ne disposez pas d’une carte AirPort préinstallée et que vous souhaitez en installer une, consultez la page 45 pour obtenir plus d’informations. AirPort permet d’accéder sans fil à Internet en toute simplicité et sans vous ruiner n’importe où, que ce soit chez vous, au bureau ou dans un établissement scolaire. Au lieu de faire appel à des câbles classiques, AirPort utilise la technologie de réseau local (LAN) sans fil permettant une communication sans fil entre plusieurs ordinateurs. Utilisez un réseau sans fil pour configurer l’accès à Internet, transférer des fichiers, jouer à plusieurs en réseau et bien d’autres choses encore. Remarque : l’accès sans fil à Internet requiert une carte AirPort Extreme. Votre ordinateur n’est pas compatible avec les anciens modèles de carte AirPort. Il requiert également une borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express ainsi qu’un accès à Internet (éventuellement payant). Certains fournisseurs d’accès à Internet ne sont pas encore compatibles avec AirPort. La portée varie en fonction des conditions d’emplacement. Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort Le système AirPort permet d’établir une connexion sans fil avec un appareil appelé borne d’accès qui dispose, lui, d’une connexion physique à Internet. La technologie AirPort fonctionne comme un téléphone sans fil. La carte AirPort Extreme installée sur l’ordinateur permet d’effectuer une connexion sans fil à une borne d’accès, elle-même connectée à Internet via une ligne téléphonique ou un modem DSL ou câble. Connexion à Internet Borne d'accès Prise AC AirPort Express Modem câble ou DSL F298586J.book Page 28 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 29 Bornes d’accès AirPort Express et AirPort Extreme Si vous possédez un AirPort Express, vous pouvez vous connecter à Internet sans fil, mais aussi y connecter votre chaîne stéréo ou des hauts-parleurs branchés sur l’alimentation et ainsi lire de la musique sans fil à partir de votre ordinateur. Si vous avez un modem câble ou DSL ou une connexion réseau local (LAN), vous pouvez utiliser une borne d’accès AirPort Express (reportez-vous à l’illustration ci-dessus) ou une borne d’accès AirPort Extreme. Si vous avez une connexion par appel commuté et que vous souhaitez vous connecter sans fil, vous devez utiliser une borne d’accès AirPort Extreme. Informations complémentaires à propos d’AirPort Pour acheter AirPort Express ou une borne d’accès AirPort Extreme, contactez votre fournisseur agréé Apple ou rendez-vous sur le site Web Apple Store, à l’adresse www.apple.com/francestore. Des informations supplémentaires sur AirPort sont disponibles dans l’Aide AirPort. Sélectionnez Aide > Aide Mac, puis Centre d’aide > Aide AirPort. Vous trouverez également des informations sur le site Web AirPort d’Apple, à l’adresse http://www.apple.com/fr/airport et sur le site de Service et Support d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support. Technologie sans fil Bluetooth Si votre ordinateur est équipé du module Bluetooth facultatif, vous pouvez vous connecter à des périphériques utilisant la technologie sans fil Bluetooth. Cette dernière vous permet de créer des connexions sans fil de faible portée entre des ordinateurs de bureaux et portables, des assistants personnels, des téléphones portables, des télépho-nes appareils photo, des imprimantes, des appareils photo numériques et des périphériques d’entrée sans fil tels que le clavier Apple Wireless Keyboard ou la souris Apple Wireless Mouse (disponibles à la vente sur le site www.apple.com/francestore). Avec la technologie sans fil Bluetooth vous n’avez plus besoin des multiples câbles qui relient habituellement les périphériques entre eux. Chacun des périphériques dotés de la technologie sans fil Bluetooth peuvent être interconnectés dans un rayon de 10 mètres. Avec la technologie sans fil Bluetooth, vous pouvez :  Relier votre ordinateur aux téléphones compatibles Bluetooth. Votre téléphone peut servir de modem pour vous connecter à un fournisseur de services sans fil, à un débit de 56 kilobits par seconde (Kbps) suffisant pour vous connecter à Internet.  Échanger des fichiers entre des ordinateurs et périphériques compatibles Bluetooth et même entre Mac ou PC. Apple recommande l’utilisation du réseau sans fil AirPort Extreme pour le transfert de tous vos fichiers à l’exception des plus petits. F298586J.book Page 29 Friday, April 1, 2005 1:10 PM30 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur  Synchroniser des données entre votre ordinateur et un assistant personnel compatible Bluetooth. À l’aide d’iSync, vous pouvez exécuter une opération HotSync sans fil ou transmettre votre carte de visite ou encore des événements de calendrier directement sur le PDA d’un collègue.  Utiliser un clavier ou une souris sans fil Bluetooth.  Imprimer sur une imprimante Bluetooth.  Utiliser un casque Bluetooth. Configuration d’un périphérique Bluetooth Avant de pouvoir utiliser un téléphone portable pour vous connecter à Internet ou échanger des informations de contact, d’échanger des fichiers avec d’autres périphériques ou d’utiliser un clavier ou une souris Bluetooth, vous devez configurer votre périphérique afin qu’il fonctionne avec votre ordinateur. Lorsque vous avez configuré le périphérique, il est alors “jumelé” avec votre ordinateur et vous pouvez le voir dans la sous-fenêtre des Appareils des Préférences Bluetooth. Vous n’avez à jumeler l’ordinateur et le périphérique qu’une seule fois et les deux appareils restent alors jumelés jusqu’à ce que vous en décidiez autrement. Pour configurer un périphérique Bluetooth : 1 Choisissez “Configurer un appareil Bluetooth” dans le menu d’état Bluetooth de la barre des menus. 2 Suivez les instructions qui s’affichent à l’écran pour le type de périphérique que vous voulez configurer. Important : si le menu d’état Bluetooth ne se trouve pas dans la barre des menus, ouvrez les Préférences Système et cliquez sur Bluetooth. Cliquez sur Réglages et sélectionnez “Afficher l’état Bluetooth dans la barre des menus”. Pour supprimer le jumelage d’un périphérique : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Cliquez sur Appareils et choisissez le périphérique dans la liste. 3 Cliquez alors sur Supprimer le jumelage. Configuration de l’échange de fichiers Bluetooth Vous pouvez contrôler la manière dont l’ordinateur gère les fichiers échangés avec d’autres appareils Bluetooth. Vous pouvez choisir d’accepter ou de refuser les fichiers envoyés vers votre ordinateur, le dossier à utiliser pour les fichiers en provenance d’autres appareils, un dossier que les autres appareils peuvent consulter et décider des applications à utiliser pour ouvrir les fichiers que vous acceptez. F298586J.book Page 30 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 31 Pour configurer un échange de fichiers Bluetooth : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Cliquez sur Partage. 3 Cochez la case permettant d’activer “Échange de fichiers Bluetooth” puis utilisez les menu locaux pour ajuster les réglages. Remarque : cochez la case “Exiger un jumelage pour la sécurité” pour sécuriser les échanges de fichiers et exiger une authentification par mot de passe avant le transfert des fichiers. Envoi d’un fichier à un appareil Bluetooth Votre ordinateur peut envoyer des fichiers à d’autres appareils Bluetooth à portée de votre ordinateur. S’il n’y a pas de jumelage avec l’appareil, il se peut que vous deviez vous authentifier auprès de ce dernier avant de pouvoir envoyer le fichier. Si vous avez déjà jumelé l’ordinateur à l’appareil, vous n’aurez peut-être pas à vous authentifier. Pour envoyer un fichier à un appareil Bluetooth : 1 Choisissez Envoyer un fichier dans le menu d’état Bluetooth de la barre des menus. 2 Sélectionnez le fichier que vous souhaitez envoyer puis cliquez sur Envoyer. 3 Choisissez un appareil dans la liste de périphériques, puis cliquez sur Envoyer. 4 Si l’appareil ne se trouve pas dans la liste, cliquez sur Rechercher. Une fois l’appareil détecté, vous pouvez ajouter ce dernier à votre liste de favoris. Pour plus d’informations sur la technologie sans fil Bluetooth Pour accéder à l’aide Bluetooth, ouvrez l’application “Échange de fichiers Bluetooth” (dans le dossier Utilitaires du dossier Applications) et sélectionnez Aide > Aide Bluetooth. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/bluetooth. Remarque : le module Bluetooth facultatif ne peut être installé qu’au moment de l’achat de votre eMac. F298586J.book Page 31 Friday, April 1, 2005 1:10 PM32 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Ethernet Votre ordinateur est doté de la technologie de mise en réseau Ethernet 10/100 mégabits par seconde (Mbps) Base-T (paire torsadée), qui permet de vous connecter à un réseau ou à un modem câble ou DSL. La connexion à un réseau vous donne accès à d’autres ordinateurs et vous permet de stocker et de récupérer des informations, d’utiliser les imprimantes d’un réseau, des modems et une messagerie électronique ou de vous connecter à Internet. Vous pouvez également utiliser Ethernet pour partager des fichiers entre deux ordinateurs ou établir un petit réseau. Le port Ethernet de l’eMac détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé Ethernet.  Utilisez un câble Ethernet de catégorie 3 (Cat 3) à quatre paires pour vous connecter à un réseau Ethernet 10 Base-T.  Utilisez un câble Ethernet de catégorie 5 (Cat 5) à deux paires pour vous connecter à un réseau Ethernet 10 Base-T ou 100 Base-T. Informations supplémentaires sur l’utilisation d’Ethernet Des informations supplémentaires, expliquant notamment comment établir un réseau Ethernet et transférer des fichiers via Ethernet, sont disponibles dans l’Aide Mac (reportez-vous à la rubrique la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “Ethernet” ou “réseau”. Pour obtenir des informations sur les produits en réseau que vous pouvez utiliser avec votre eMac, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide. G F298586J.book Page 32 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 33 Gestion vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo) Votre ordinateur dispose d’un port de sortie vidéo qui vous permet de le connecter à un moniteur (écran) externe ou à un projecteur VGA à l’aide de l’adaptateur VGA (disponible sur www.apple.com/francestore). Vous pouvez également afficher ou enregistrer des images issues de l’ordinateur en connectant un téléviseur, un vidéo-projecteur ou un magnétoscope, à l’aide de l’adaptateur vidéo Apple (disponibles sur www.apple.com/francestore). Remarque : l’adaptateur vidéo Apple n’est pas compatible avec les modèles précédents d’eMac Lorsque votre eMac est connecté à un moniteur externe ou à un téléviseur, la même image apparaît sur son écran et sur le moniteur externe (mode appelé recopie vidéo). Remarque : en raison des limitations d’affichage de la plupart des téléviseurs, la qualité des images affichées sur un téléviseur sera inférieure à celle des images affichées par l’écran intégré ou le moniteur externe. Adaptateur VGA Apple Port de vidéo composite Port de sortie S-vidéo Adaptateur vidéo Apple £ Æ Æ F298586J.book Page 33 Friday, April 1, 2005 1:10 PM34 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Connexion d’un écran externe ou d’un projecteur Pour connecter un écran externe ou un projecteur à votre ordinateur à l’aide d’une connexion VGA : 1 Allumez l’écran externe ou le projecteur. 2 Connectez l’adaptateur VGA Apple au port VGA du moniteur externe ou du projecteur. 3 Connectez l’adaptateur VGA Apple à votre eMac. Votre eMac détecte automatiquement l’écran externe ou le projecteur. Important : pour être sûr que votre eMac détecte automatiquement le moniteur externe ou le projecteur, vérifiez que l’adaptateur VGA est d’abord branché à ce moniteur externe ou projecteur. 4 Utilisez la fenêtre Moniteurs des Préférences Système pour régler la résolution du moniteur externe ou du projecteur. Connexion d’un téléviseur, d’un magnétoscope ou de tout autre appareil vidéo Pour connecter un téléviseur, un magnétoscope ou tout autre appareil vidéo à votre eMac : 1 Connectez l’extrémité munie d’une seule fiche de l’adaptateur vidéo d’Apple inclus au port de sortie vidéo de votre eMac. 2 Connectez l’autre extrémité de l’adaptateur au port vidéo composite ou S-Vidéo du téléviseur ou du magnétoscope à l’aide d’un câble S-Vidéo ou composite. 3 Allumez l’appareil. 4 Pour régler l’apparence des images affichées à l’écran, ouvrez la fenêtre Moniteurs des Préférences Système. L’image apparaît alors à la fois sur l’eMac et sur le téléviseur. Informations supplémentaires sur l’utilisation d’un moniteur externe ou d’un téléviseur Vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur la configuration et l’utilisation d’un moniteur externe dans l’Aide Mac OS. Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “moniteur”. F298586J.book Page 34 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 35 Utilisation de votre lecteur optique Votre lecteur optique permet d’installer ou d’exécuter des applications à partir de CD. Il peut lire des éléments multimédia (des vidéos QuickTime par exemple) provenant de CD et des morceaux de musique provenant de CD audio. Si votre eMac est équipé d’un lecteur Combo ou d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez graver des CD musicaux et enregistrer des documents et autres fichiers numériques sur des disques CD-R et CD-RW. Vous pouvez également lire des films DVD et utiliser la plupart des disques DVD. Si vous avez un lecteur SuperDrive, vous pouvez également graver vos vidéo personnelles sur des DVD lisibles par la plupart des lecteurs DVD, ou enregistrer des documents ou autres fichiers numériques sur des DVD-R, DVD-RW, DVD+R, DVD+RW et DVD DL (double couche) vierges à l’aide du Finder ou d’iDVD. Comme indiqué plus haut, le lecteur SuperDrive grave des DVD+R DL (double couche) sur lesquels peuvent être stockées jusqu’à 8,5 Gigaoctets (Go) d’informations. Remarque : si vous possédez des logiciels anciens fournis sur disquettes, demandez à l’éditeur s’ils sont disponibles sur CD ou en ligne, ou achetez un lecteur de disquettes externe USB pour votre eMac chez un distributeur Apple ou à l’Apple Store sur le site multilingue www.apple.com/francestore. Insertion d’un CD ou d’un DVD Pour installer ou utiliser des logiciels à partir d’un disque CD-ROM ou DVDROM, procédez comme suit : 1 L’ordinateur étant allumé, ouvrez le lecteur en appuyant sur la touche d’éjection de disque (C) située sur votre clavier. 2 Posez le disque à l’horizontale sur le plateau, étiquette vers le haut, puis appuyez à nouveau sur la touche d’éjection de disque pour refermer le plateau. F298586J.book Page 35 Friday, April 1, 2005 1:10 PM36 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Remarque : certains disques DVD comportent deux faces sans aucune étiquette. Dès que son icône apparaît sur le bureau, le disque peut être utilisé. Éjection d’un disque Pour éjecter un disque, procédez comme suit :  Glissez l’icône du disque dans la corbeille.  Maintenez enfoncée la touche d’éjection de disque (C) sur le clavier jusqu’à ce que le disque soit éjecté. Si vous ne parvenez pas à éjecter le disque, fermez toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. F298586J.book Page 36 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 37 Lecture de DVD Avec un lecteur combiné DVD/CD-RW ou un graveur SuperDrive, votre eMac pourra lire des DVD-vidéo. Insérez le DVD que vous voulez lire. L’application Lecteur DVD s’ouvre automatiquement et lance la lecture du disque. Si vous avez connecté l’eMac à un téléviseur pour voir le DVD sur l’écran du téléviseur, sélectionnez 720 x 480 NTSC (aux États-Unis) ou 720 x 576 PAL (en Europe et dans d’autres régions) dans la fenêtre Moniteur des Préférences Système. Il est très facile de connecter votre eMac à une chaîne stéréo. Connectez le port de casque d’écoute de votre eMac aux ports d’entrée audio de votre chaîne stéréo ( f) à l’aide d’un câble mini-prise/RCA de 3,5 millimètres (non inclus). Enregistrement de disques CD-R et CD-RW Avec un lecteur Combo DVD/CD-RW ou un graveur SuperDrive, vous pouvez enregistrer de la musique sur des CD-R ou CD-RW à partir de la bibliothèque d’iTunes. Pour enregistrer de la musique sur un CD-R ou CD-RW : 1 Cliquez sur l’icône d’iTunes dans le Dock. 2 Sélectionnez la liste de lecture à enregistrer. 3 Insérez un disque vierge CD-R ou CD-RW. (Pour une compatibilité optimale avec les lecteurs CD, utilisez un CD-R.) 4 En haut de la fenêtre iTunes, cliquez sur l’option Graver le CD. Vous pouvez également enregistrer des données sur les CD-R et CD-RW : 1 Insérez un disque vierge dans le lecteur optique. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque. Une icône correspondant au CD apparaît sur le bureau. 3 Glissez des fichiers et dossiers sur l’icône du disque. 4 Choisissez Fichier > Graver le disque ou sélectionnez le disque, puis glissez-le sur l’icône “Graver le disque“ située dans le Dock. Pour plus d’informations  Pour obtenir des informations sur l’enregistrement de fichiers de musique sur un CD-R à l’aide d’iTunes, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store.  Pour obtenir des instructions sur l’utilisation de l’application Lecteur DVD, ouvrez Lecteur DVD et choisissez Aide > Aide Lecteur DVD. F298586J.book Page 37 Friday, April 1, 2005 1:10 PM38 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Enregistrement d’informations sur un DVD Si votre eMac est équipé d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez graver vos propres vidéo numériques sur DVD-R, DVD-RW, DV+R, VD+RW ou DVD+R DL (double couche) vierges. Vous pouvez également enregistrer d’autres types de données numériques sur ces disques et ainsi sauvegarder vos fichiers sur des DVD, par exemple. Pour enregistrer des données sur un DVD vierge : 1 Insérez un DVD-R, DVD-RW, DVD+R, DVD+RW ou DVD+R DL (double couche) vierge dans le lecteur. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque et sélectionnez le format souhaité. Une icône représentant le DVD apparaît sur le bureau. 3 Double-cliquez sur l’icône du DVD, puis glissez-y des fichiers et des dossiers. 4 Choisissez Fichier > Graver le disque ou sélectionnez le disque, puis glissez-le sur l’icône “Graver le disque“ située dans le Dock. Avec iDVD, vous pouvez aussi créer un projet de DVD personnalisé, le graver sur un disque DVD vierge et le lire ensuite sur la plupart des lecteurs DVD. Pour plus d’informations sur l’utilisation d’iDVD, ouvrez iDVD et choisissez Aide > Aide iDVD. Commandes du clavier Les commandes clavier vous permettent de régler rapidement le volume ou d’éjecter un CD ou un DVD. Pour augmenter le contraste de l’écran, appuyez sur la touche F15 de votre clavier. Pour diminuer le contraste, appuyez sur la touche F14. Avec Exposé, vous pouvez facilement gérer les fenêtres sur l’écran. Pour voir toutes les fenêtres ouvertes d’un seul coup d’œil, appuyez sur F9. Pour voir toutes les fenêtres ouvertes dans l’application active, appuyez sur F10. Pour masquer toutes les fenêtres ouvertes pour pouvoir visualiser le bureau, appuyez sur F11. Diminution du volume Augmentation du volume Touche de mode silencieux Touche d’éjection de disque F298586J.book Page 38 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 39 Protection de votre ordinateur Utilisez un câble de sécurité et le verrou antivol intégré pour attacher votre eMac à un meuble ou objet fixe. Des informations supplémentaires sur les fonctionnalités logicielles de sécurité de votre eMac, y compris les mots de passe d’utilisateurs multiples et le cryptage des fichiers, sont disponibles dans l’Aide Mac (consultez la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “sécurité” ou “utilisateurs multiples”. ¥ Dispositif type de verrouillage avec câble de sécurité F298586J.book Page 39 Friday, April 1, 2005 1:10 PMF298586J.book Page 40 Friday, April 1, 2005 1:10 PM4 41 4 Extension des capacités de votre ordinateur Ce chapitre fournit des informations et des instructions pour l’extension des capacités de votre ordinateur. Vous y trouverez des instructions sur les opérations suivantes :  “Ajout de mémoire” à la page 41  “Installation d’une carte AirPort Extreme” à la page 45 Ajout de mémoire Votre eMac contient au moins 256 Mo de mémoire DDR-SDRAM (Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access). Il dispose de deux logements mémoire, dont l’un est généralement libre en vue d’éventuelles extensions. Chaque logement accepte les modules de mémoire correspondant aux spécifications suivantes :  DDR-SDRAM (Double Data Rate-Synchronous Dynamic Random Access Memory)  PC-2700 (plus communément appelée DDR-333) ou PC-3200 (plus communément appelée DDR-400), Remarque : vous pouvez aussi bien utiliser de la DDR-333 que de la DDR-400 pour réaliser une extension de mémoire. Sachez toutefois que si vous utilisez de la DDR-400, elle ne pourra fonctionner qu’à la vitesse maximale d’une DDR-333. L’usage de DDR-400 n’est donc d’aucune utilité en matière de performance.  Modules DIMM à 184 broches  +2,5 V  Sans tampon/Non enregistrée La quantité maximale de mémoire RAM que vous pouvez installer dans votre eMac est de 1 Go réparti sur deux modules de 512 Mo. Avertissement : consultez les informations sur l’assistance technique fournies avec l’ordinateur pour savoir comment joindre la société Apple. Tout dommage causé à votre matériel en tentant d’installer vous-même de la mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre ordinateur. F298586J.book Page 41 Friday, April 1, 2005 1:10 PM42 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur Pour installer de la mémoire supplémentaire : 1 Éteignez votre ordinateur en choisissant menu Pomme () > Éteindre. Débranchez tous les câbles de l’ordinateur, excepté le câble d’alimentation. 2 Placez un linge ou un chiffon propre et doux sur le bureau ou la table. Soulevez doucement l’ordinateur et retournez-le de sorte que la surface de son écran repose sur le chiffon. 3 À l’aide d’un tournevis cruciforme (Phillips) N°1, dévissez la vis imperdable du panneau d’accès à la mémoire. Retirez ensuite délicatement le panneau d’accès. F298586J.book Page 42 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 43 4 Touchez le métal à l’intérieur de l’ordinateur afin de protéger ce dernier contre toute décharge d’électricité statique. Important : déchargez-vous toujours de l’électricité statique que vous êtes susceptible d’avoir accumulé avant de toucher ou d’installer tout composant à l’intérieur de l’ordinateur. Pour éviter de générer de l’électricité statique, ne vous déplacez pas dans la pièce avant d’avoir achevé l’installation de la mémoire et d’avoir refermé l’ordinateur. 5 Débranchez le câble d’alimentation de l’ordinateur. 6 Insérez la barrette de mémoire dans son logement. Le module ne s’insère dans le logement que dans un seul sens. Veillez à aligner l’encoche du module sur celle qui se trouve à l’intérieur du logement. Assurez-vous que les éjecteurs sont bien ouverts et poussez le module de mémoire jusqu’à ce qu’il s’enclenche pour se mettre en place. Les éjecteurs se refermeront automatiquement. F298586J.book Page 43 Friday, April 1, 2005 1:10 PM44 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 7 Maintenez le panneau d’accès contre la base de l’ordinateur et resserrez la vis. 8 Remettez doucement l’ordinateur à l’endroit. Rebranchez ensuite tous les câbles que vous avez débranchés de votre ordinateur. 9 Allumez l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation. Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre ordinateur Après avoir installé de la mémoire supplémentaire dans votre eMac, assurez-vous qu’elle est reconnue par l’ordinateur. Procédez de la manière suivante : 1 Démarrez votre ordinateur. 2 Lorsque vous voyez apparaître le bureau Mac OS, choisissez menu Pomme () > À propos de ce Mac. Avertissement : faire fonctionner l’ordinateur lorsqu’il est ouvert ou que certains de ses composants ont été enlevés peut s’avérer dangereux ou l’endommager. Mémoire totale installée dans votre eMac F298586J.book Page 44 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 45 Ce total inclut la quantité de mémoire installée d’origine plus la quantité que vous avez ajoutée. Pour obtenir une répartition plus détaillée de la quantité de mémoire installée dans votre ordinateur, ouvrez l’application Informations Système Apple en cliquant sur Plus d’infos. Si votre ordinateur ne reconnaît pas la mémoire ou ne démarre pas correctement, éteignez-le et vérifiez à nouveau les instructions d’installation afin de vous assurer que la mémoire est correctement installée et qu’elle est compatible avec votre eMac. Si les problèmes persistent, retirez la mémoire et consultez les informations d’assistance technique fournies avec la mémoire ou contactez le fournisseur de la mémoire. Installation d’une carte AirPort Extreme Si votre ordinateur n’est pas équipé d’une carte AirPort Extreme, vous pouvez en acheter une soit auprès de votre fournisseur agréé Apple, soit sur le site Web Apple Store, à l’adresse www.apple.com/francestore, puis l’installer vous-même ou la faire installer par un technicien agréé Apple. Remarque : votre eMac n’est pas compatible avec les anciennes cartes AirPort. N’utilisez que les cartes AirPort Extreme. Pour installer une carte AirPort Extreme dans votre eMac : 1 Appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) située sur le clavier pour ouvrir le clapet du lecteur. Maintenez ensuite le clapet ouvert et appuyez à nouveau sur la touche d’éjection pour remettre le plateau en place. 2 Maintenez le clapet ouvert et éteignez votre ordinateur en sélectionnant menu Pomme ( ) > Éteindre. F298586J.book Page 45 Friday, April 1, 2005 1:10 PM46 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 3 Dévissez les vis imperdables du panneau d’accès à l’AirPort à l’aide d’un tournevis cruciforme (Phillips) N°1. Retirez le panneau et décrochez l’antenne qui s’y trouve. 4 Insérez partiellement la carte AirPort Extreme dans son logement, le logo orienté vers le bas (le code-barre vers le haut), puis connectez solidement l’antenne à la carte. F298586J.book Page 46 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 47 5 Enfoncez fermement la carte AirPort Extreme dans le logement et rentrez l’antenne dans l’ordinateur. Il se peut que vous deviez soulever légèrement la carte pour pouvoir l’insérer. Important : veillez à enfoncer complètement la carte AirPort Extreme dans son logement. 6 Rentrez la languette de la carte AirPort Extreme dans l’ordinateur. F298586J.book Page 47 Friday, April 1, 2005 1:10 PM48 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 7 Remettez le panneau d’accès AirPort en place. 8 Allumez l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation (®) se trouvant sur le côté. Si vous vous trouvez dans la zone de couverture d’un réseau AirPort, vous pouvez sélectionner ce réseau au moyen de l’icône État Airport de la barre des menus. L’Assistant réglages AirPort, situé dans Applications/Utilitaires, vous permet de configurer une borne d’accès AirPort Express ou AirPort Extreme. Remplacement de la pile interne La pile de secours de l’ordinateur permet de conserver certains réglages, comme l’heure et la date, quand l’ordinateur est éteint. Si vous constatez des problèmes intermittents au démarrage de l’ordinateur ou des changements aléatoires de la date et de l’heure, il est possible qu’il faille changer la pile de secours. Vous pouvez vous procurer une pile au lithium sans plomb de 3,6 V 1/2 AA auprès de la plupart des revendeurs de matériel électronique ou informatique. Remarque : si votre ordinateur est branché sur un bloc multiprise, Apple vous recommande de laisser ce bloc allumé pour préserver la longévité de votre pile. F298586J.book Page 48 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 49 Pour remplacer la pile interne : 1 Éteignez votre ordinateur en choisissant menu Pomme () > Éteindre. Débranchez tous les câbles de l’ordinateur, excepté le câble d’alimentation. 2 Placez un linge ou un chiffon propre et doux sur le bureau ou la table. Soulevez doucement l’ordinateur et retournez-le de sorte que la surface de son écran repose sur le chiffon. 3 À l’aide d’un tournevis cruciforme (Phillips) N°1, dévissez la vis imperdable du panneau d’accès à la mémoire. Retirez ensuite délicatement le panneau d’accès. F298586J.book Page 49 Friday, April 1, 2005 1:10 PM50 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 4 Touchez le métal à l’intérieur de l’ordinateur afin de protéger ce dernier contre toute décharge d’électricité statique. Important : déchargez-vous toujours de l’électricité statique que vous êtes susceptible d’avoir accumulé avant de toucher ou d’installer tout composant à l’intérieur de l’ordinateur. Pour éviter de générer de l’électricité statique, ne vous déplacez pas dans la pièce avant d’avoir achevé l’installation de la mémoire et d’avoir refermé l’ordinateur. 5 Débranchez le câble d’alimentation de l’ordinateur. 6 Retirez la pile interne et remplacez-la. Veillez à aligner le signe + de la pile sur celui qui se trouve à l’intérieur de l’ordinateur. F298586J.book Page 50 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 51 7 Trouvez le bouton de réinitialisation de l’unité de gestion de l’alimentation situé à l’intérieur de l’ordinateur. Maintenez ce bouton enfoncé durant une seconde à l’aide d’un crayon ou d’un stylo. 8 Maintenez le panneau d’accès contre la base de l’ordinateur et resserrez la vis. 9 Remettez doucement l’ordinateur à l’endroit. Rebranchez ensuite tous les câbles que vous avez débranchés de votre ordinateur. F298586J.book Page 51 Friday, April 1, 2005 1:10 PM52 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 10 Allumez l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation (®) situé sur le côté. 11 Débarrassez-vous de la pile usagée conformément aux instructions du fabricant et aux directives sur l’environnement en vigueur dans votre pays. Le remplacement de la pile peut provoquer le rétablissement des valeurs par défaut de certains réglages tels que la date et l’heure. Vous devrez peut-être également restaurer les réglages de modem dans les applications de communication que vous utilisez. Avertissement : faire fonctionner l’ordinateur lorsqu’il est ouvert ou que certains de ses composants ont été enlevés peut s’avérer dangereux ou l’endommager. F298586J.book Page 52 Friday, April 1, 2005 1:10 PM5 53 5 Dépannage Il arrive parfois que vous rencontriez des problèmes en utilisant votre eMac. Dans ce chapitre, vous trouverez des suggestions pour résoudre ces problèmes. La plupart des problèmes sont dus à une mauvaise configuration du logiciel ou à l’incompatibilité du logiciel utilisé avec la version du Mac OS (logiciel de base) installée sur votre ordinateur. Il est également possible (mais moins probable) que le problème vienne de Mac OS ou du matériel informatique de votre ordinateur, notamment la mémoire ou le disque dur. En cas de problème avec votre ordinateur, n’oubliez pas qu’il existe souvent une solution simple et rapide. Lorsqu’un problème survient, récapitulez les circonstances qui y ont abouti. Ce récapitulatif des opérations effectuées avant que le problème ne se produise contribue à restreindre les causes possibles et à trouver une solution. Les éléments à noter comprennent :  Les applications que vous étiez en train d’utiliser quand le problème est apparu. Les problèmes qui n’apparaissent qu’avec une application spécifique peuvent indiquer que cette application n’est pas compatible avec la version de Mac OS installée sur votre ordinateur.  Tout logiciel installé récemment. Certaines applications installent des extensions qui peuvent ne pas être compatibles avec l’environnement Classic.  Tout nouveau composant matériel connecté ou installé (mémoire supplémentaire ou périphérique, par exemple). F298586J.book Page 53 Friday, April 1, 2005 1:10 PM54 Chapitre 5 Dépannage Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur Si l’ordinateur ne répond pas ou si le pointeur se fige  Assurez-vous tout d’abord que la souris et le clavier sont connectés. Débranchez puis rebranchez les connecteurs et vérifiez qu’ils sont correctement mis en place.  Si cela ne donne pas de résultats, essayez de forcer la fermeture des applications posant problème. Maintenez les touches Option et Commande (x) enfoncées, puis appuyez sur Échap. Si une zone de dialogue apparaît, sélectionnez-y l’application et cliquez sur Forcer à quitter. Ensuite, enregistrez le travail de toute application ouverte, puis redémarrez l’ordinateur afin de vous assurer que le problème est entiè- rement réglé.  Si vous ne parvenez pas à forcer la fermeture de l’application, maintenez le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant quelques secondes pour éteindre l’ordinateur.  Si cela reste sans effets, débranchez le câble d’alimentation de la prise secteur. Rebranchez-le, puis appuyez sur le bouton d’alimentation (®) de l’ordinateur pour le rallumer. Si le problème survient fréquemment lorsque vous utilisez une application particulière, consultez le fabricant de cette dernière pour vérifier si elle est compatible avec votre ordinateur. Pour l’assistance et les informations de contact relatives aux logiciels fournis avec votre ordinateur, rendez-vous sur www.apple.com/fr/guide. Si le problème survient fréquemment, vous devrez peut-être réinstaller votre logiciel système (reportez-vous à la rubrique “Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur” à la page 55). Si l’ordinateur se bloque lors du démarrage ou si un point d’interrogation clignote à l’écran  Patientez quelques secondes. Si l’ordinateur ne démarre pas après un certain temps, éteignez-le en maintenant le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant 5 secondes, jusqu’à ce qu’il s’éteigne complètement. Maintenez ensuite la touche Option enfoncée, puis appuyez de nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour démarrer votre ordinateur. Lorsque votre ordinateur démarre, cliquez sur l’icône du disque dur, puis sur la flèche droite.  Une fois que l’ordinateur a démarré, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Démarrage. Sélectionnez un dossier Système Mac OS X.  Si le problème survient fréquemment, vous devrez peut-être réinstaller votre logiciel système (reportez-vous à la rubrique “Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur” à la page 55). F298586J.book Page 54 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 5 Dépannage 55 Si l’ordinateur ne s’allume pas ou ne démarre pas  Assurez-vous que le câble d’alimentation est connecté à l’ordinateur et branché sur une prise électrique en état de marche.  Si le problème persiste, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et maintenez enfoncées les touches Commande (x), Option, P et R jusqu’à entendre une seconde fois le signal de démarrage.  Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, assurez-vous qu’elle est correctement installée et compatible avec votre ordinateur. Vérifiez si son retrait permet à l’ordinateur de démarrer (reportez-vous à la rubrique à la page 41).  Si vous ne réussissez toujours pas à démarrer, consultez les informations sur les options de services et d’assistance fournies avec votre eMac pour savoir comment contacter Apple. Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur Utilisez les disques d’installation de logiciels fournis avec votre ordinateur pour réinstaller Mac OS X et les applications. Important : Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de procéder à la restauration du logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données. Installation de Mac OS X Pour installer Mac OS X, procédez de la manière suivante : 1 Sauvegardez vos fichiers essentiels si cela est possible. 2 Insérez le disque “Mac OS X Install Disc 1” livré avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur “Install Mac OS X and Bundled Software”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous demande d’insérer le prochain disque d’installation de Mac OS X. Avertissement : nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers essentiels avant d’installer Mac OS X et les autres applications car l’option “Effacer et installer” efface votre disque de destination. F298586J.book Page 55 Friday, April 1, 2005 1:10 PM56 Chapitre 5 Dépannage Installation des applications Pour installer les applications fournies avec votre ordinateur, veuillez procéder comme suit. Mac OS X doit déjà être installé sur votre ordinateur. 1 Sauvegardez vos fichiers essentiels si cela est possible. 2 Insérez le disque “Mac OS X Install Disc 1” livré avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur “Bundled Software”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous demande d’insérer d’autres disques d’installation. Remarque : pour installer iCal, iChat, iSync, iTunes et Safari, suivez les instructions reprises plus haut dans “Installation de Mac OS X”. Réinstallation de Mac OS 9 Pour installer ou réinstaller Mac OS 9, suivez les instructions d’installation de Mac OS 9, à la page 21. Autres problèmes En cas de problème avec une application  Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Les éditeurs de logiciels proposent souvent des mises à jour de leurs produits sur leurs sites Web. Vous pouvez utiliser la fenêtre Mise à jour de logiciels des Préférences Système pour configurer votre eMac afin qu’il recherche et installe automatiquement les dernières mises à jour fournies par Apple. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “mise à jour de logiciels”. En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort  Vérifiez que vous avez correctement configuré le logiciel en respectant les instructions fournies avec la carte AirPort Extreme ou la borne d’accès AirPort.  Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’ordinateur.  Vérifiez la puissance du signal AirPort. L’icône d’état AirPort de la barre des menus affiche jusqu’à quatre barres. F298586J.book Page 56 Friday, April 1, 2005 1:10 PMChapitre 5 Dépannage 57  Des problèmes de fonctionnement de réseau peuvent survenir si votre borne d’accès est fréquemment utilisée à proximité d’un four micro-ondes, d’un téléphone sans fil ou autres sources d’interférences. Pour minimiser les interférences, placez votre borne d’accès loin de ces appareils.  Pour plus d’informations sur l’utilisation et le dépannage d’AirPort, sélectionnez Aide > Aide Mac, puis choisissez Centre d’aide > Aide AirPort. En cas de problème avec l’éjection d’un disque  Quittez toute application susceptible d’utiliser le disque, puis réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé.  Si cela ne fonctionne pas, ouvrez une fenêtre du Finder et cliquez sur l’icône d’éjection à côté de celle de disque dans la barre latérale ou faites glisser l’icône du disque du bureau jusqu’à la Corbeille.  Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. En cas de problème de connexion à Internet  Assurez-vous que votre ligne téléphonique ou que votre câble réseau est connecté et qu’il fonctionne correctement.  Si vous utilisez une connexion Internet par appel commuté, vérifiez que votre câble téléphonique est relié au port modem (indiqué par le symbole W) et non au port Ethernet (indiqué par le symbole G).  Consultez “Connexion à Internet” à la page 67 pour en savoir plus sur la configuration de votre ordinateur en vue de la connexion à Internet. Vous y découvrirez comment localiser vos réglages Internet ainsi que les coordonnées de votre fournisseur d’accès à Internet (si vous vous êtes servi de l’Assistant réglages pour établir votre compte Internet).  Consultez “Dépannage de votre connexion” à la page 82 en cas de problème de connexion à Internet. En cas de problèmes de fonctionnement de votre ordinateur ou de Mac OS  Si les réponses à vos questions ne figurent pas dans ce manuel, recherchez des instructions et des informations de dépannage dans l’Aide Mac.  Pour obtenir les dernières informations de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site Web d’assistance Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support. Si vos réglages de date et heure disparaissent régulièrement  Vous devrez peut-être remplacer la pile interne de votre ordinateur : Pour toute information supplémentaire, consultez la section “Remplacement de la pile interne” à la page 48. F298586J.book Page 57 Friday, April 1, 2005 1:10 PM58 Chapitre 5 Dépannage Utilisation d’Apple Hardware Test Apple Hardware Test vous aide à déterminer s’il existe un problème matériel sur votre ordinateur. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Déconnectez tous les périphériques de votre ordinateur sauf le clavier et la souris. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Insérez le disque “Mac OS X Install Disc 1” livré avec votre ordinateur. 3 Puis redémarrez votre ordinateur en maintenant la touche Option enfoncée lors du démarrage. Une liste de volumes de démarrage disponibles apparaît alors. Cliquez sur Apple Hardware Test, puis sur la flèche droite. 4 Lorsque l’écran principal Apple Hardware Test apparaît (environ 45 secondes plus tard), suivez les instructions affichées à l’écran. 5 En cas de détection d’un problème, Apple Hardware Test affiche un code d’erreur. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne de matériel, il est probable que le problème soit lié aux logiciels. Pour en savoir plus sur Apple Hardware Test, consultez le fichier Ouvrez-moi d’Apple Hardware Test sur le disque “Mac OS X Install Disc 1” fourni avec votre ordinateur. Localisation du numéro de série de votre produit Le numéro de série de votre eMac est apposé sur la face intérieure de la porte d’accès au lecteur optique. Appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) située sur le clavier pour ouvrir le clapet du lecteur. Maintenez-le ensuite ouvert et appuyez à nouveau sur la touche d’éjection pour remettre le plateau en place. Si vous ne parvenez pas à allumer votre ordinateur, vous pouvez ouvrir le clapet du lecteur avec votre ongle. F298586J.book Page 58 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 59 A Annexe A Caractéristiques Vous pouvez utiliser les Informations Système pour rechercher des informations détaillées sur votre eMac, notamment la quantité de mémoire intégrée, la taille du disque dur, les périphériques connectés, et le numéro de série. Pour accéder au contenu des Informations Système, sélectionnez le menu Pomme () > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos ou ouvrez Informations Système, situé dans Applications/Utilitaires. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les sites Web www.apple.com/fr/emac et www.apple.com/fr/support. Dans la fenêtre apparaissant, cliquez sur les triangles pour afficher ou cacher le contenu des différentes catégories. F298586J.book Page 59 Friday, April 1, 2005 1:10 PMF298586J.book Page 60 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 61 B Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Afin d’assurer votre propre sécurité et de préserver votre matériel, veillez à observer les consignes exposées dans cette annexe pour le nettoyage et la manipulation de votre ordinateur, ainsi que l’aménagement d’un espace de travail confortable. Entretien de votre eMac Respectez les règles suivantes lors du nettoyage de votre ordinateur et de ses accessoires : • Éteignez votre eMac et débranchez tous ses câbles. • Pour nettoyer le boîtier de l’ordinateur, utilisez un chiffon doux, humide et non pelucheux. Évitez les infiltrations d’humidité par quelque ouverture que ce soit. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’ordinateur. • N’utilisez ni aérosols, ni dissolvants, ni abrasifs. Entretien de l’écran de votre eMac Pour nettoyer l’écran, procédez comme suit : • Éteignez votre eMac et débranchez tous ses câbles. • Humidifiez, à l’eau seulement, un chiffon propre, doux et non pelucheux et essuyez l’écran. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’écran. F298586J.book Page 61 Friday, April 1, 2005 1:10 PM62 Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Transport de votre eMac Votre eMac pèse 22,7 kg environ. Essayez toujours de vous faire aider par une deuxième personne pour le soulever. Si vous transportez seul votre eMac, placez-vous face à l’écran et saisissez le bas de l’ordinateur à deux mains. Pour soulever, utilisez la force de vos jambes et non celle de votre dos. Consignes de sécurité concernant l’utilisation de votre ordinateur Pour votre propre sécurité et celle de votre matériel, respectez toujours les consignes suivantes. Débranchez le câble d’alimentation (en tirant sur la fiche plutôt que sur le câble) et le câble téléphonique si l’un des cas suivants se présente : • vous souhaitez retirer un composant quelconque ; • le câble ou la fiche d’alimentation est usé(e) ou endommagé(e) ; • vous avez renversé quelque chose dans le boîtier de l’ordinateur ; • votre ordinateur est exposé à la pluie ou à une humidité excessive ; • votre ordinateur est tombé ou son boîtier a été endommagé de quelque autre façon ; • votre ordinateur doit être inspecté ou réparé ; • vous devez nettoyer le boîtier (pour ce faire, suivez à la lettre les instructions fournies précédemment). Important : la seule manière de couper complètement l’alimentation de l’ordinateur consiste à débrancher le câble d’alimentation et le câble téléphonique. Assurez-vous qu’au moins une extrémité du câble d’alimentation se trouve à portée de main afin de pouvoir débrancher l’ordinateur si nécessaire. F298586J.book Page 62 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 63 Important : si votre ordinateur est exposé à la pluie, aux éclaboussures ou à toute autre humidité excessive, une révision est nécessaire. Ne le mettez pas en marche, même après séchage. Observez toujours les consignes ci-dessous : • Évitez de placer votre ordinateur à proximité d’un évier, d’un lavabo, d’une baignoire, d’une douche, etc. • Protégez votre ordinateur de l’humidité et des intempéries (neige, pluie...). • Lisez soigneusement les instructions d’installation avant de brancher votre ordinateur sur une prise murale. • Gardez ces instructions dans un endroit facile d’accès pour vous et pour les utilisateurs éventuels. • Suivez toutes les instructions et mises en garde concernant votre système. Important : le matériel électrique peut s’avérer dangereux s’il n’est pas utilisé correctement. L’utilisation de ce produit ou de tout produit similaire doit toujours être supervisée par un adulte. Ne permettez pas aux enfants de toucher les composants internes de tout appareil électrique, ni de manipuler des câbles électriques. Connecteurs et ports Ne forcez jamais un connecteur dans un port. Si vous ne parvenez pas à brancher sans forcer le connecteur sur le port, c’est qu’ils ne sont pas adaptés. Assurez-vous que le connecteur est adapté au port et que vous l’avez positionné correctement par rapport à ce dernier. Avertissement : votre cordon d’alimentation CA est livré avec une fiche de terre à trois broches (fiche équipée d’une troisième broche de mise à la terre). Cette fiche ne peut être branchée que sur une prise CA reliée à la terre. Si vous ne pouvez pas brancher la fiche car la prise n’est pas reliée à la terre, contactez un électricien agréé pour qu’il remplace cette prise par une prise reliée à la terre. Ne dérogez en aucun cas à cette consigne. Avertissement : n’introduisez jamais d’objets d’aucune sorte dans les ouvertures du boîtier. Cela peut être dangereux et provoquer un incendie ou un choc électrique. F298586J.book Page 63 Friday, April 1, 2005 1:10 PM64 Annexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité Prévention des dommages auditifs Apple et l’environnement Apple Computer, Inc. reconnaît sa responsabilité en matière de réduction de l’impact de ses produits et de ses activités sur l’environnement. Conformité ENERGY STAR® En tant que partenaire ENERGY STAR® Apple a configuré ce produit de telle sorte qu’il respecte les recommandations d’économie d’énergie d’ENERGY STAR® . Le programme ENERGY STAR® est un partenariat avec les fabricants de matériel de bureau visant à promouvoir une consommation efficace de l’énergie. La réduction de la consommation d’énergie des appareils de bureau permet de réaliser des économies et contribue à réduire la pollution en éliminant le gaspillage d’énergie. Pour plus d’informations Rendez-vous sur le site www.apple.com/environment/summary.html. Ergonomie Clavier Veillez à maintenir vos épaules relâchées lorsque vous utilisez le clavier. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, la main étant placée dans le prolongement du poignet. Adoptez un frappe légère, mains et doigts détendus. Évitez de replier les pouces à l’intérieur des paumes. Modifiez fréquemment la position de vos mains pour éviter la fatigue. Après un effort continu et intensif, certains utilisateurs ressentent des douleurs aux mains, aux poignets ou aux bras. Si ces douleurs persistent, consultez un spécialiste. Avertissement : l’utilisation d’écouteurs ou de casques d’écoute réglés sur un niveau de volume trop élevé peut entraîner une perte durable de l’acuité auditive. Il est possible de supporter petit à petit des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux à la longue, mais qui risquent néanmoins d’endommager votre ouïe. Par mesure de précaution, réglez dès le départ le volume sonore de votre eMac sur un niveau sans danger. Si vous éprouvez une sensation de sifflement dans les oreilles, réduisez le volume ou arrêtez d’utiliser des écouteurs ou un casque d’écoute avec votre eMac. F298586J.book Page 64 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe B Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 65 Siège Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de sorte que vos cuisses reposent à l’horizontale et vos pieds à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie. Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Vous pouvez également abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le poste de saisie est situé plus bas que le plan de travail. Souris Veillez à ce que la souris se trouve à hauteur du clavier. Ménagez un espace suffisant pour la manipuler avec aisance. Ordinateur Placez l’ordinateur de manière à ce que le haut de l’écran soit légèrement en dessous du niveau de vos yeux quand vous êtes installé devant le clavier. Il vous appartient de juger de la meilleure distance entre vos yeux et l’écran. Elle se situe en général entre 45 et 70 cm. Positionnez l’écran de manière à ce qu’il reflète le moins possible la lumière provenant de l’éclairage et des fenêtres. Pour plus d’informations Rendez-vous sur le site Web www.apple.com/about/ergonomics. F298586J.book Page 65 Friday, April 1, 2005 1:10 PMF298586J.book Page 66 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 67 C Annexe C Connexion à Internet Votre ordinateur vous permet de naviguer sur le Web, d’échanger du courrier électronique avec vos amis et votre famille ou de dialoguer en temps réel via Internet. Suivez les instructions de ce guide détaillé pour vous connecter à Internet. Lors du premier démarrage de Mac OS X, l’Assistant réglages vous aide à saisir vos informations de configuration Internet. Si vous n’avez pas utilisé l’Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet, vous pouvez l’utiliser maintenant. Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Réseau. Cliquez sur le bouton “Assistant” pour ouvrir l’Assistant réglages de réseau. Si vous ne souhaitez pas utiliser l’Assistant réglages de réseau, vous pouvez utiliser les informations figurant dans cette annexe pour configurer votre connexion manuellement. Il existe quatre types de connexion à Internet : • Connexion par ligne téléphonique : l’ordinateur est relié à une prise téléphonique murale via un câble téléphonique (pour les ordinateurs comprenant un modem). • Connexion à haut débit via un modem câble ou DSL : l’ordinateur est relié via un câble Ethernet à un modem spécial fourni par un FAI. • Connexion sans fil AirPort Extreme : l’ordinateur est connecté sans fil à Internet via une borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express. • Réseau local (LAN) : l’ordinateur est connecté à un réseau local via un câble Ethernet. C’est le type de connexion habituellement utilisé dans les entreprises. Avant de vous connecter à Internet : 1 Procurez-vous un compte auprès d’un FAI si vous n’en possédez pas encore. Vous trouverez en principe les coordonnées d’un FAI dans votre annuaire téléphonique, à la rubrique consacrée aux fournisseurs d’accès à Internet. Consultez les rubriques “accès Internet”, “services Internet” ou “en ligne”. Remarque : si vous choisissez America Online, sautez l’étape Réglages Internet de l’Assistant réglages. Il vous faut alors le programme d’installation AOL. Ouvrez-le, puis suivez les instructions à l’écran pour configurer AOL. F298586J.book Page 67 Friday, April 1, 2005 1:10 PM68 Annexe C Connexion à Internet 2 Procurez-vous les informations de connexion auprès de votre FAI ou de votre administrateur réseau. Consultez la section suivante, “Fiche technique Assistant réglages” à la page 69, pour savoir quelles sont les informations dont vous avez besoin pour chaque type de connexion. Dans certains cas, si un autre ordinateur se trouvant au même emplacement est déjà connecté à Internet, vous pouvez probablement utiliser ses réglages. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS X : • Ouvrez la fenêtre Réseau des Préférences Système. • Dans le menu local Afficher, sélectionnez votre mode de connexion. • Copiez les informations concernant votre connexion. Pour accéder aux réglages sur un ordinateur Mac OS 9 : • Ouvrez le tableau de bord TCP/IP. • Rechercher le mode de connexion dans le menu local “Connexion”. • Recherchez la configuration dans le menu local Configurer. • Notez l’adresse IP, le masque de sous-réseau et l’adresse du routeur figurant dans les champs correspondants. Pour accéder aux réglages sur un PC Windows : Les informations de connexion d’un PC Windows se trouvent à deux endroits. • Pour trouver l’adresse IP et le masque de sous-réseau, ouvrez le tableau de bord “Connexions réseau et Internet”. • Pour accéder aux informations relatives aux comptes d’utilisateurs, ouvrez le tableau de bord Comptes d’utilisateurs. Vous pouvez écrire ces informations directement sur les pages suivantes, puis les saisir dans l’Assistant réglages. 3 Si vous utilisez un modem téléphonique, branchez un câble téléphonique (inclus avec la plupart des ordinateurs Macintosh) sur le port modem de votre ordinateur et sur une prise téléphonique murale. Si vous disposez d’un modem DSL ou câble, connectez-le à votre ordinateur en suivant les instructions incluses. 4 Allumez votre ordinateur et saisissez les informations dans l’Assistant réglages pour configurer votre connexion à Internet. Remarque : si vous avez déjà démarré votre ordinateur et configuré votre connexion à Internet sans utiliser l’Assistant réglages, sélectionnez Pomme () > Préférences Système et cliquez sur Réseau. Puis cliquez sur “Assistant”. L’Assistant réglages s’ouvre. F298586J.book Page 68 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 69 Fiche technique Assistant réglages Vous pouvez noter sur ces pages les informations obtenues auprès de votre Fournisseur d’Accès à Internet (FAI), de votre administrateur réseau ou de votre autre ordinateur, puis les saisir dans l’Assistant réglages de réseau. Sélectionnez la méthode utilisée par votre ordinateur pour se connecter à Internet. Pour configurer une connexion par ligne téléphonique, saisissez les informations suivantes : Pour configurer une connexion par modem câble ou DSL ou via un réseau local : 1 Choisissez votre type de connexion. Renseignez-vous auprès de votre FAI. Modem téléphonique Modem câble Modem DSL Réseau local (Ethernet) Sans fil Nom d’utilisateur Mot de passe Numéro de téléphone FAI Préfixe pour obtenir la ligne externe Manuellement Manuellement via le routeur DHCP Via DHCP Via BootP PPP F298586J.book Page 69 Friday, April 1, 2005 1:10 PM70 Annexe C Connexion à Internet 2 Saisissez les informations fournies par votre FAI : Si vous avez sélectionné “Manuellement” ou “Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle”*, saisissez les informations suivantes : * Si vous avez sélectionné “Utilisation de DHCP avec une adresse manuelle”, il n’est pas nécessaire de saisir un masque de réseau ou une adresse de routeur. Si vous avez sélectionné “Via DHCP”, saisissez : Remarque : le numéro de client DHCP est facultatif et il est possible qu’il ne soit pas nécessaire. Demandez conseil à votre FAI. Si vous avez sélectionné “PPP (pour les connexions PPPoE)”, saisissez : Adresse IP Masque de sous-réseau Adresse du routeur Numéro de client DHCP Fournisseur d’accès (facultatif) Nom de service PPPoE (facultatif) Nom de compte Mot de passe F298586J.book Page 70 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 71 Les informations ci-après sont facultatives. Demandez à votre FAI s’il est nécessaire de les saisir. Configuration manuelle de votre connexion à Internet Lorsque vous avez accompli, à l’aide de l’Assistant réglages, les instructions des pages précédentes, vous avez terminé la configuration de votre connexion à Internet. Si vous ne souhaitez pas utiliser l’Assistant réglages ou si vous souhaitez simplement modifier des parties spécifiques de votre configuration Internet, suivez les instructions suivantes pour configurer manuellement votre connexion. Pour saisir vos informations manuellement, suivez les étapes correspondant à votre mode de connexion. • Modem téléphonique avec connexion PPP (Point-to-Point Protocol) (reportez-vous à la rubrique à la page 71) • Connexion via modem câble, DSL ou réseau LAN avec les configurations suivantes : • Manuelle (reportez-vous à la rubrique à la page 75) • DHCP (reportez-vous à la rubrique à la page 76) • PPPoE (reportez-vous à la rubrique à la page 77) • Connexion sans fil AirPort (reportez-vous à la rubrique à la page 79) Connexion commutée Le modem téléphonique constitue la manière la plus courante de se connecter à Internet. Votre modem utilise une méthode appelée PPP (Point-to-Point Protocol) pour se connecter à un FAI. Assurez-vous que votre modem est branché sur une ligne téléphonique et que vous disposez des informations fournies par votre FAI (reportez-vous à la rubrique à la page 69). Pour configurer les préférences Réseau pour le port modem interne : 1 Choisissez le menu Pomme (), puis Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. Hôtes DNS (facultatif pour DHCP et BootP) Nom de domaine (facultatif) Serveur proxy (facultatif) F298586J.book Page 71 Friday, April 1, 2005 1:10 PM72 Annexe C Connexion à Internet 3 Choisissez Configuration des ports réseau dans le menu local Afficher, puis cochez la case Activé à côté de Modem interne. 4 Faites glisser Modem interne en haut de la liste Configurations de port pour en faire l’interface réseau préférée ou principale. 5 Choisissez Modem interne dans le menu local Afficher et cliquez sur PPP. 6 Saisissez les informations fournies par votre FAI, puis cliquez sur Appliquer. F298586J.book Page 72 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 73 Pour tester votre configuration Internet : 1 Ouvrez l’application Connexion à Internet (dans le dossier Applications). 2 Cliquez sur l’icône Modem interne si nécessaire. 3 Tapez le numéro de téléphone de connexion de votre FAI, votre nom de compte et votre mot de passe, si nécessaire. 4 Cliquez sur Se connecter. L’application Connexion à Internet compose le numéro de votre FAI et établit une connexion. Pour vous connecter automatiquement au démarrage d’une application Internet, telle qu’un navigateur Web ou une application de courrier électronique : 1 Cliquez sur Options PPP (dans la fenêtre PPP des préférences Réseau). 2 Cochez la case “Se connecter automatiquement si nécessaire”. 3 Cliquez sur OK, puis sur Appliquer. F298586J.book Page 73 Friday, April 1, 2005 1:10 PM74 Annexe C Connexion à Internet Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN Si vous vous connectez à Internet soit à l’aide d’un modem DSL ou câble, soit via un réseau LAN Ethernet, demandez à votre FAI ou à votre administrateur réseau comment vous devriez configurer votre connexion à Internet : • Manuellement : avec une configuration manuelle, votre FAI ou votre administrateur réseau vous communique une adresse IP statique et d’autres informations à saisir dans les préférences Réseau. • Utilisation du protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) : avec une configuration DHCP, le serveur DHCP saisit automatiquement les informations à votre place. • Utilisation du protocole PPPoE (Point-to-Point Protocol over Ethernet) : si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, vous devrez éventuellement configurer votre réseau pour qu’il utilise le protocole PPPoE. Lors de la configuration de votre réseau, veillez à garder les informations fournies par votre FAI à portée de main (reportez-vous à la rubrique à la page 69). Pour configurer les préférences Réseau pour le port Ethernet intégré : 1 Choisissez le menu Pomme (), puis Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Cochez la case Activé à côté d’Ethernet intégré. F298586J.book Page 74 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 75 5 Faites glisser Ethernet intégré en haut de la liste Configurations de port pour en faire l’interface réseau préférée ou principale. Suivez ensuite les instructions de configuration manuelle de votre réseau, via DHCP ou PPPoE, selon les recommandations de votre FAI ou de votre administrateur réseau. Configuration manuelle Ayez à portée de main votre adresse IP statique, l’adresse du routeur et le masque de sous-réseau fournis par votre FAI (reportez-vous à la rubrique à la page 69). Pour effectuer une configuration manuelle : 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 3 Dans le menu local Configurer IPv4, choisissez Manuellement. 4 Remplissez le reste des champs. 5 Cliquez sur Appliquer. Votre connexion est prête dès que vous avez configuré votre réseau. Ouvrez votre navigateur Web (ou une autre application TCP/IP) afin de tester votre connexion à Internet. F298586J.book Page 75 Friday, April 1, 2005 1:10 PM76 Annexe C Connexion à Internet Configuration DHCP Une fois la configuration DHCP effectuée, le serveur DHCP saisit automatiquement vos informations réseau. Pour effectuer une configuration DHCP : 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 3 Choisissez Via DHCP dans le menu local Configurer IPv4. 4 Cliquez sur Appliquer. Ouvrez votre navigateur Web (ou une autre application TCP/IP) afin de tester votre connexion à Internet. Remarque : sauf instructions contraires de votre FAI, ignorez les champs Client DHCP et Domaines de recherche. F298586J.book Page 76 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 77 Configuration PPPoE Certains FAI s’appuyant sur la technologie DSL utilisent le protocole PPPoE (Point-toPoint Protocol over Ethernet). Si vous utilisez un modem DSL et que vous avez besoin d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe pour vous connecter à Internet, contactez votre FAI pour savoir si vous devez vous connecter via PPPoE. Pour configurer une connexion PPPoE : Pour configurer votre réseau, ayez à portée de main votre nom d’utilisateur, votre mot de passe et, si cela est nécessaire, l’adresse du serveur de noms de domaine (DNS) fournis par votre FAI (reportez-vous à la rubrique à la page 69). 1 Dans préférence Réseau, sélectionnez Ethernet intégré dans le menu local Afficher. 2 Cliquez sur PPPoE et sélectionnez “Se connecter via PPPoE”. 3 Remplissez le reste des champs. Si vous souhaitez que tous les utilisateurs de votre ordinateur utilisent la même méthode de connexion, sélectionnez “Enregistrer le mot de passe”. F298586J.book Page 77 Friday, April 1, 2005 1:10 PM78 Annexe C Connexion à Internet Remarque : pour vous connecter automatiquement au démarrage d’une application TCP/IP, telle qu’un navigateur Web ou une application de messagerie, cliquez sur Options PPPoE, puis sélectionnez “Se connecter automatiquement si nécessaire” puis cliquez sur OK. 4 Cliquez sur TCP/IP et sélectionnez Via PPP ou Manuellement dans le menu local Configurer IPv4, selon les instructions de votre FAI. Si votre FAI vous a communiqué une adresse IP statique, choisissez Manuellement et tapez l’adresse dans le champ Adresse IP. 5 Saisissez les adresses des serveurs de noms de domaine (DNS) dans le champ Serveurs DNS. 6 Cliquez sur Appliquer. F298586J.book Page 78 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 79 Votre connexion à Internet est prête dès que vous avez configuré votre réseau. Vous pouvez alors ouvrir votre navigateur Web ou une autre application TCP/IP afin de tester votre connexion. Important : si vous n’avez pas sélectionné l’option de connexion automatique, vous devez ouvrir l’application Connexion à Internet, choisir la configuration adéquate, puis cliquer sur Se connecter. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Connexion à Internet dans la barre des menus située en haut de l’écran. Connexion sans fil AirPort Si une carte AirPort Extreme est installée sur votre eMac, vous pouvez configurer votre réseau AirPort et votre connexion à Internet à l’aide de l’Assistant réglages AirPort qui se trouve dans le dossier Applications/Utilitaires. L’assistant vous aide à configurer votre borne d’accès AirPort et à régler votre ordinateur pour qu’il utilise AirPort. Pour en savoir plus sur votre borne d’accès AirPort, consultez le Guide de configuration de la borne d’accès AirPort livré avec votre borne d’accès. Remarque : un eMac sur lequel est installée une carte AirPort Extreme peut se connecter à une borne d’accès AirPort Extreme, AirPort, ou AirPort Express. Votre eMac peut également se connecter aux autres modèles Mac sur lesquels sont installées des cartes AirPort Extreme. Si votre borne d’accès AirPort est déjà configurée, votre carte AirPort Extreme peut dans la plupart des cas y accéder immédiatement. Pour vérifier si vous avez accès à un réseau AirPort : m Cliquez sur l’icône d’état AirPort dans la barre des menus et choisissez un réseau AirPort dans la liste. Si aucun réseau AirPort n’y figure, vous pouvez utiliser l’Assistant réglages AirPort pour vérifier ou modifier vos réglages ou bien les changer via la fenêtre Réseau des Préférences Système. F298586J.book Page 79 Friday, April 1, 2005 1:10 PM80 Annexe C Connexion à Internet Configuration manuelle d’une connexion AirPort Demandez les informations suivantes à votre administrateur système si vous prévoyez d’effectuer une connexion manuelle. Si vous vous connectez via DHCP, la plupart de ces informations sont automatiquement transmises à votre ordinateur via le réseau. Consultez votre administrateur de système pour obtenir les renseignements nécessaires. • Adresses des serveurs de noms de domaine (DNS), si nécessaire • Configuration d’adresse IP manuelle ou via DHCP • Adresse IP • Adresse du routeur • Masque de sous-réseau • Mot de passe, si nécessaire Assurez-vous ensuite que les options de connexion AirPort sont activées dans les préférences Réseau. Pour configurer les Préférences réseau pour une connexion AirPort : 1 Choisissez le menu Pomme (), puis Préférences Système dans la barre des menus. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Cochez la case Activé à côté d’AirPort. F298586J.book Page 80 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 81 Suivez ensuite les instructions fournies par votre FAI ou votre administrateur réseau pour configurer votre réseau manuellement ou via DHCP. Si vous configurez vousmême votre réseau, il est peut-être plus simple d’utiliser DHCP car le serveur attribue automatiquement les adresses IP. 5 Choisissez AirPort dans le menu local Afficher. 6 Cliquez sur TCP/IP, si nécessaire. 7 Dans le menu local Configurer IPv4, choisissez Manuellement ou Via DHCP. • Si vous choisissez Manuellement, saisissez les autres informations dans les champs correspondants. • Si vous choisissez Via DHCP, il est inutile de saisir d’autres informations, sauf instructions contraires de votre administrateur de système. 8 Cliquez sur AirPort et sélectionnez les options requises pour vous connecter à un réseau AirPort Extreme après le redémarrage ou lors de la réactivation de l’ordinateur après une suspension d’activité. 9 Cliquez sur Appliquer. Une fois les réglages AirPort configurés, vous êtes prêt à vous connecter. Pour tester votre connexion AirPort : m Cliquez sur l’icône d’état AirPort dans la barre des menus et choisissez Activer AirPort. Tout réseau AirPort Extreme situé dans la zone de couverture doit apparaître dans le menu. F298586J.book Page 81 Friday, April 1, 2005 1:10 PM82 Annexe C Connexion à Internet Dépannage de votre connexion Connexion à Internet par modem câble, ligne DSL et réseau LAN Si vous ne pouvez pas vous connecter à Internet via l’AirPort, le port Ethernet ou modem intégré, vous pouvez utiliser le Diagnostic réseau pour détecter les problèmes de connexion. Dans la sous-fenêtre Réseau des Préférences Système, cliquez sur Assistant..., puis sur Diagnostic pour ouvrir le Diagnostic réseau puis suivez les instructions. Si le Diagnostic réseau ne peut pas résoudre le problème, il se peut que le problème vienne du fournisseur d’accès Internet (FAI) auquel vous essayez de vous connecter, du périphérique externe que vous utilisez pour vous connecter au FAI, ou du serveur auquel vous essayez d’accéder. Vous pouvez également tenter de suivre les étapes suivantes. Vérifiez les câbles et les sources d’alimentation Assurez-vous que tous les câbles du modem sont correctement branchés, y compris le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble raccordant le modem à la prise murale. Vérifiez les câbles et l’alimentation des routeurs et des concentrateurs Ethernet. Allumez et éteignez le modem puis réinitialisez-le. Éteignez le modem câble ou DSL, puis rallumez-le après quelques minutes. Certains FAI conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant ou après avoir éteint puis rallumé le modem. Connexions PPPoE Si vous ne parvenez pas à vous connecter à votre fournisseur d’accès Internet via PPPoE, vérifiez d’abord les câbles et l’alimentation, éteignez et rallumez le modem, puis réinitialisez-le. Vérifiez les réglages des Préférences Système : 1 Choisissez Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Sélectionnez Ethernet intégré, puis faites glisser cette configuration en haut de la liste des configurations de ports. 5 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Ethernet intégré. 6 Cliquez sur PPPoE. 7 Sélectionnez Se connecter via PPPoE. 8 Vérifiez le champ Nom de compte pour vous assurer d’avoir tapé les informations correctes fournies par votre FAI. F298586J.book Page 82 Friday, April 1, 2005 1:10 PMAnnexe C Connexion à Internet 83 9 Si vous avez choisi d’enregistrer votre mot de passe, tapez-le à nouveau afin d’être sûr qu’il est correct. 10 Cliquez sur TCP/IP. Assurez-vous d’avoir saisi dans cette fenêtre les informations correctes fournies par votre FAI. 11 Cliquez sur Appliquer. Connexions au réseau Si vous disposez de plusieurs ordinateurs tentant de partager une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre FAI fournit une seule ou plusieurs adresses IP, autrement dit, une pour chaque ordinateur. Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresse réseau (NAT) ou de “masquage d’adresse IP”). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. La borne d’accès AirPort Extreme peut être utilisée pour que plusieurs ordinateurs partagent une adresse IP. Pour plus d’informations sur l’utilisation de la borne d’accès AirPort Extreme, consultez l’aide à l’écran ou rendez-vous sur le site Web AirPort, à l’adresse www.apple.com/fr/airport. Si ces instructions s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, contactez votre FAI. F298586J.book Page 83 Friday, April 1, 2005 1:10 PMF298586J.book Page 84 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 85 Communications Regulation Information FCC Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables (including Ethernet network cables) between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. Responsable (uniquement pour les questions relatives à la conformité FCC) : Apple Computer Inc. Product Compliance 1 Infinite Loop M/S 26-A Cupertino, CA 95014-2084 408-974-2000 Bluetooth Information FCC Bluetooth Wireless Compliance The antenna used with this transmitter must not be colocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. Bluetooth Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. Bluetooth Europe—EU Declaration of Conformity This wireless device complies with the specifications EN 300 328, EN 301-489, and EN 60950 following the provisions of the R&TTE Directive. Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la classe B respecte toutes les exigences du Reglement sur le matériel brouilleur du Canada. Déclaration VCCI Classe B F298586J.book Page 85 Friday, April 1, 2005 1:10 PM86 Europe—UE Déclaration de conformité Ce produit est conforme aux directives européennes 72/23/CEE et 99/5/CE. Laser Information Do not attempt to disassemble the cabinet containing the laser. The laser beam used in this product is harmful to the eyes. The use of optical instruments, such as magnifying lenses, with this product increases the potential hazard to your eyes. For your safety, have this equipment serviced only by an Apple-authorized service provider. Because of the optical disc drive in your computer, your computer is a Class 1 laser product. The Class 1 label, located in a user-accessible area, indicates that the drive meets minimum safety requirements. A service warning label is located in a serviceaccessible area. The labels on your product may differ slightly from the ones shown here. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the optional AirPort Extreme Card is far below the FCC radio frequency exposure limits. Nevertheless, it is advised to use the wireless equipment in such a manner that the potential for human contact during normal operation is minimized. Souris à diode électroluminescente (DEL) de Catégorie 1 La souris optique Apple est un produit à DEL de Catégorie 1 répondant aux normes IEC 60825-1 A1 A2. Ce produit est conforme aux exigences des directives européennes 72/23/CEE et 89/336/CEE. It also complies with the Canadian ICES-003 Class B Specification. Taiwan Statement Korea Statement Avertissement relatif aux activités à haut risque Cet ordinateur n’est pas conçu pour être utilisé dans des installations nucléaires, pour la navigation ou la communication aérienne, pour le contrôle du trafic aérien, ni dans aucune autre situation où une panne du système informatique pourrait entraîner la mort, des blessures ou de graves dommages écologiques. ENERGY STAR ® Compliance As an ENERGY STAR® partner, Apple has determined that standard configurations of this product meet the ENERGY STAR® guidelines for energy efficiency. The ENERGY STAR® program is a partnership with office product equipment manufacturers to promote energy-efficiency. Reducing energy consumption of office products saves money and reduces pollution by eliminating wasted energy. Computer Disposal Recycle or dispose of your eMac according to your local environmental laws, regulations, and guidelines for electrical and electronic equipment. For information about Apple’s recycling program, go to www.apple.com/environment/summary.html Élimination de la pile Les batteries usagées doivent être recyclées ou traitées conformément aux normes d’environnement locales. Nederlands:Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Deutschland: Das Gerät enthält Batterien. Diese gehören nicht in den Hausmüll. Sie können verbrauchte Batterien beim Handel oder bei den Kommunen unentgeltlich abgeben. Um Kurzschlüsse zu vermeiden, kleben Sie die Pole der Batterien vorsorglich mit einem Klebestreifen ab. Warning: Making adjustments or performing procedures other than those specified in your equipment’s manual may result in hazardous radiation exposure. Étiquette Catégorie Étiquette de mise en garde F298586J.book Page 86 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 87 Taïwan: Informations relatives au téléphone et au modem Apple 56K Informez votre opérateur téléphonique Certains opérateurs téléphoniques exigent que vous informiez votre agence locale lorsque vous raccordez un modem à leur réseau. Information You Need in the United States The internal modem complies with Part 68 of the FCC rules. On the back of this equipment is a label that contains, among other information, the FCC registration number and ringer equivalence number (REN). If requested, provide this information to your telephone company.  Ringer equivalence number (REN) : 0.1B The REN is useful to determine the quantity of devices you may connect to your telephone lines and still have all those devices ring when your telephone number is called. In most, but not all areas, the sum of the RENs of all devices connected to one line should not exceed five (5.0). To be certain of the number of devices you may connect to your line, as determined by the REN, you should contact your local telephone company to determine the maximum REN for your calling area.  Telephone jack type: USOC, RJ-11 An FCC-compliant telephone cord and modular plug are provided with this equipment. This equipment is designed to be connected to the telephone network or premises wiring using a compatible modular jack that complies with Part 68 rules. See the installation instructions for details. Telephone Line Problems If your telephone doesn’t work, there may be a problem with your telephone line. Disconnect the modem to see if the problem goes away. If it doesn’t, report the problem either to your local telephone company or to your company’s telecommunications people. If disconnecting the modem eliminates the problem, the modem itself may need service. See the service and support information that came with your Apple product for instructions on how to contact Apple or an Apple-authorized service provider for assistance. If you do not disconnect your modem when it is adversely affecting the telephone line, the telephone company has the right to disconnect your service temporarily until you correct the problem. The telephone company will notify you as soon as possible. Also, you will be informed of your right to file a complaint with the FCC. The telephone company may make changes in its facilities, equipment, operations, or procedures that could affect the operation of your equipment. If this happens, the telephone company will provide advance notice in order for you to make the necessary modifications to maintain uninterrupted service. The internal modem will not work with party lines, cannot be connected to a coin-operated telephone, and may not work with a private branch exchange (PBX). Telephone Consumer Protection Act The Telephone Consumer Protection Act of 1991 makes it unlawful for any person to use a computer or other electronic device to send any message via a telephone fax machine unless such message clearly contains, in a margin at the top or bottom of each transmitted page or on the first page of the transmission, the date and time it was sent and an identification of the business or other entity, or individual sending the message and the telephone number of the sending machine of such business, entity, or individual. Information You Need in Canada The Industry Canada (IC) label identifies certified equipment. This certification means that the equipment meets certain telecommunications network protective, operational, and safety requirements. The Department does not guarantee the equipment will operate to a user’s satisfaction. Before installing this equipment, make sure that you are permitted to connect to the facilities of the local telecommunications company. Be sure you use an acceptable method of connection to install the equipment. In some cases, you may extend the company’s internal wiring for single-line individual service by means of a certified telephone extension cord. Be aware, however, that compliance with these conditions may not prevent degradation of service in some situations. Repairs to certified equipment should be made by an authorized Canadian maintenance facility designated by the supplier. Any equipment malfunctions or repairs or alterations that you make to this equipment may cause the telecommunications company to request that you disconnect the equipment. F298586J.book Page 87 Friday, April 1, 2005 1:10 PM88 In Canada, contact Apple at: 7495 Birchmount Road, Markham, Ontario, L3R 5G2, 800-263-3394 Users should not attempt to make such connections themselves, but should contact the appropriate electric inspection authority or electrician.  Load number:0.1 The load number (LN) assigned to each terminal device denotes the percentage of the total load to be connected to the telephone loop that is used by the device, to prevent overloading. The termination of a loop may consist of any combination of devices, subject only to the requirement that the sum of the load numbers of all devices does not exceed 100.  Telephone jack type: CA-11 Informations destinées aux utilisateurs canadiens L’étiquette d’Industrie Canada identifie un matériel homologué. Cette étiquette certifie que le matériel est conforme à certaines normes de protection, d’exploitation et de sécurité des réseaux de télécommunications. Le Ministère n’assure toutefois pas que le matériel fonctionnera à la satisfaction de l’utilisateur. Avant d’installer ce matériel, l’utilisateur doit s’assurer qu’il est permis de le raccorder au réseau de l’entreprise locale de télécommunication. Le matériel doit également être installé en suivant une méthode acceptée de raccordement. Dans certains cas, le câblage appartenant à l’entreprise utilisé pour un service individuel à ligne unique peut être prolongé au moyen d’un dispositif homologué de raccordement (cordon prolongateur téléphonique). L’abonné ne doit pas oublier qu’il est possible que la conformité aux conditions énoncées ci-dessus n’empêche pas la dégradation du service dans certaines situations. De fait, les entreprises de télécommunication ne permettent pas que l’on raccorde un matériel aux prises d’abonnés, sauf dans les cas précis prévus par les tarifs particuliers de ces entreprises. Les réparations de matériel homologué doivent être effectuées par un centre d’entretien canadien autorisé désigné par le fournisseur. La compagnie de télécommunications peut demander à l’utilisateur de débrancher un appareil suite à des réparations ou à des modifications effectuées par l’utilisateur ou en raison d’un mauvais fonctionnement. Veuillez contacter Apple pour des informations supplémentaires : Apple Canada, Inc. 7495 Birchmount Road Markham, Ontario Canada L3R 5G2 Service clientèle d’Apple Canada : 800-263-3394 L’utilisateur ne doit pas tenter de faire ces raccordements lui-même ; il doit avoir recours à un service d’inspection des installations électriques ou à un électricien, selon le cas.  Numéro de charge : 0,1 L’indice de charge (IC) assigné à chaque dispositif terminal indique, pour éviter toute surcharge, le pourcentage de la charge totale qui sera raccordée à un circuit téléphonique bouclé utilisé par ce dispositif. La terminaison du circuit bouclé peut être constituée de n’importe quelle combinaison de dispositifs pourvu que la somme des indices de charge de l’ensemble des dispositifs ne dépasse pas 100.  Type de prise téléphonique : CA-11 Information You Need in the United Kingdom This terminal equipment is intended for direct connection to the analogue Public Switched Telecommunications Network and is approved for use within the United Kingdom with the following features:  Modem facility  Autocalling facility  Autoanswer facility  DTMF signaling Operation in the absence of proceed indication or upon detection of proceed indication This product is in conformity with relevant regulatory standards following the provisions of European Council Directives 73/23/EEC (Low Voltage Directive) and 89/336/EEC amended by 92/31/EEC (EMC Directive). Informationen für Deutschland Diese Modem-Karte ist als Endeinrichtung vorgesehen und muss an ein TAE mit F-Kodierung angeschlossen werden. Diese Endeinrichtung ist in Konformität gemäss Niederspannungsrichtlinie 73 / 23 / EWG sowie EMC-Richtlinien 89 / 336 / EWG und 92 / 31 / EWG. Warning : Users should ensure for their own protection that the electrical ground connections of the power utility, telephone lines, and internal metallic water pipe system, if present, are connected together. This precaution may be particularly important in rural areas. Avertissement : pour sa propre sécurité, l’utilisateur doit s’assurer que tout les fils de mise à la terre du secteur, des lignes téléphoniques et les canalisations d’eau métalliques, s’il y en a, soient raccordés ensemble. Cette précaution est particulièrement importante dans les régions rurales. F298586J.book Page 88 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 89 Informations pour la France Ce matériel est conforme aux normes applicables de sécurité électrique d’après la directive 73/23/CEE et aux normes applicables de comptabilité électromagnétique d’après la directive 89/336/CEE, modifiée par la directive 92/31/CEE. Information You Need in Australia All telecommunications devices are required to be labelled as complying to the Australian telecommunications standards, ensuring the health and safety of the operator and the integrity of the Australian telecommunications network. To provide compliance with the Australian Communications Authority’s technical standards, please ensure that the following AT commands are maintained:  ATB0 (ITU/CCITT operation)  AT&G0 (no guard tone)  AT&P1 (33/66 pulse dial make/break ratio)  ATS0 = 0 or ATS0 = 1 (no answer or answer greater than one ring)  ATS6 = 95 (DTMF period between 70–255 ms)  ATS11 = 95 (DTMF period between 70–255 ms) For calls that are automatically generated, a total of three call attempts are allowed to a telephone number, with a minimum period between calls of 2 seconds. If the call does not connect after three attempts, 30 minutes must expire before automatic redialing may be initiated. Failure to set the modem (and any associated communications software) to the above settings may result in the modem being non-compliant with Australian telecommunications standards. Under these circumstances a user could be subject to significant penalties under the Telecommunications Act 1997. This modem must be properly secured in order for you to use it. Telecommunications network voltages exist inside the computer and the telecommunications line connection must be removed before opening the computer. Information You Need in New Zealand This modem is fully approved to operate on the New Zealand telecommunications network under Telepermit number PTC 211/04/002. All telecommunications devices are required to hold a Telepermit and be labelled accordingly with the approved Telepermit number to comply with the New Zealand telecommunications standards, ensuring the health and safety of the operator and the integrity of the New Zealand telecommunications network. To ensure compliance, all calls that are automatically generated should not make more than 10 call attempts to the same number within any 30 minute period with a minimum period between calls of 30 seconds. Failure to adhere to these standards may result in the modem being non-compliant with New Zealand Telecom standards. Under these circumstances a user could be subject to significant penalties. Important: The grant of a Telepermit for any item of terminal equipment indicates that only Telecom has accepted that the item complies with minimum conditions for connection to its network. It indicates no endorsement of the product by Telecom, nor does it provide any sort of warranty. Above all, it provides no assurance that any item will work correctly in all respects with another item of Telepermitted equipment of a different make or model, nor does it imply that any product is compatible with all of Telecom’s network services. F298586J.book Page 89 Friday, April 1, 2005 1:10 PMF298586J.book Page 90 Friday, April 1, 2005 1:10 PM 033-2501 Rev. E  iMac G5 Inverseur, 20 pouces Instructions de remplacement Suivez attentivement les instructions contenues dans ce document. Dans le cas contraire, vous prenez le risque d’endommager votre équipement et d’annuler sa garantie. Outils nécessaires • Servez-vous de l’outil fourni ou d’un tournevis cruciforme n˚ 2, de préférence avec embout magnétisé • Des pinces à bec effilé • Un bac à vis ou équivalent pour contenir les vis • Un tournevis plat Emplacement de la pièce Important : Retirez soigneusement l’inverseur pour éviter de briser les connecteurs DIMM.2 - Inverseur iMac G5, 20 pouces À savoir 1. Toutes les vis pouvant être retirées par l’utilisateur sont de couleur laiton. Veillez à ne pas retirer de vis d’une autre couleur, sous peine d’annulation de la garantie. 2. Un tournevis cruciforme coudé en forme de « L » est fourni avec la pièce de rechange. 3. Retirez le couvercle de l’inverseur en plastique gris avant de renvoyer l’inverseur à Apple. Cette opération est décrite au sein de la procédure. 4. Veillez à vous relier à la terre lorsque vous travaillez sur l’ordinateur. Cette opération est décrite au sein de la procédure. 5. Pour débrancher un élément, ne tirez pas sur les fils mais sur le connecteur. 6. Évitez la présence de boissons et autres liquides à proximité tandis que vous travaillez sur l’iMac.Inverseur iMac G5, 20 pouces - 3 Ouverture de l’ordinateur Remarque : Ces instructions concernent les modèles iMac G5 (20 pouces). Les modèles peuvent être légèrement différents de leur représentation dans l’illustration ; la procédure suivante s’applique cependant aux deux modèles. 1. Éteignez votre ordinateur en choisissant l’option Éteindre dans le menu Pomme (K). 2. Débranchez tous les câbles de l’ordinateur, y compris le cordon d’alimentation. 3. Placez une serviette ou un chiffon doux et propre sur votre bureau ou toute autre surface plane. Inclinez doucement l’ordinateur en le prenant par les bords et posez-le sur son écran, comme indiqué.4 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 4. Repérez les trois vis argentées du boîtier (entourées ci-dessous). Vous risquez de devoir soulever le socle pour repérer celle du milieu. Remarque : Ces vis sont des vis imperdables, ce qui signifie qu’elles font partie de l’ensemble écran/cadre et ne peuvent pas être retirées. À l’aide de l’outil fourni ou d’un tournevis cruciforme n˚ 2, dévissez les trois vis imperdables. Faites-les tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre jusqu’à ce qu’elles cessent de tourner. N’essayez pas de les dévisser au-delà du point d’arrêt. 5. En tenant le capot arrière par le pied métallique, soulevez-le et détachez-le de l’ordinateur. Posez-le à part.Inverseur iMac G5, 20 pouces - 5 Remplacement de l’inverseur 1. Pour accéder à l’inverseur, vous devez retirer d’autres modules de service. Cette procédure explique comment retirer et remplacer chacun d’entre eux. Chaque fois que vous retirez un module, posez-le à part ainsi que les vis correspondantes. 2. Reliez-vous à la terre. Touchez la surface métallique (illustrée ci-dessous) située à l’intérieur de l’ordinateur pour décharger toute électricité statique éventuelle. Avertissement : déchargez-vous toujours de l’électricité statique éventuelle avant de toucher ou d’installer tout composant à l’intérieur de l’ordinateur. Pour éviter la génération d’électricité statique, ne marchez pas dans la pièce avant d’avoir terminé l’installation de la pièce et refermé l’ordinateur.6 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 3. Repérez le ou les modules de mémoire dans le coin inférieur droit. Vous devez retirer la mémoire pour accéder à l’inverseur. 4. Faites pivoter l’ordinateur vers la gauche de telle sorte que la mémoire se trouve dans la position illustrée ci-dessous. 5. Pour la libérer de son logement, appuyez vers le bas sur les deux loquets latéraux (entourés ci-dessous). Retirez la mémoire de son logement. Répétez cette étape si vous disposez d’un second module de mémoire. Inverseur iMac G5, 20 pouces - 7 6. Repérez le module en plastique gris situé sur le côté droit de l’ordinateur. Il s’agit de l’inverseur. 7. Retirez les trois vis de l’inverseur (entourées ci-dessous).8 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 8. Retirez l’inverseur en le faisant glisser tout en l’inclinant. Repérez les câbles de couleur connectés au côté droit de l’inverseur. Important : retirez l’inverseur en prêtant soin à ce qu’il n’entre pas en contact avec les loquets des connecteurs DIMM. 9. Déconnectez les deux câbles de l’inverseur en tirant sur les connecteurs et non sur les câbles. Commencez par déconnecter le plus gros connecteur. Inverseur iMac G5, 20 pouces - 9 10. Levez l’inverseur hors de l’ordinateur. Tirez doucement sur le câble noir (entouré) connecté sous (voir photo suivante) le câble gris du ventilateur. 11. Cette image représente un agrandissement du connecteur de l’étape 10. Le câble noir (de l’étape précédente) est connecté aux broches indiquées ci-dessous.10 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 12. Repérez dans le coin supérieur droit le petit couvercle gris des câbles de l’inverseur. 13. Tirez sur le couvercle gris dans le sens de la flèche. Inverseur iMac G5, 20 pouces - 11 14. Déconnectez les deux connecteurs blancs situés sous le couvercle. Tirez sur les connecteurs et non sur les câbles. Libérez les câbles des attaches situées à l’intérieur du couvercle. Posez l’inverseur et le couvercle à part. 15. Retournez l’inverseur comme illustré. À l’aide de vos doigts ou d’un tournevis plat, retirez le couvercle de l’inverseur en plastique gris en écartant les languettes (entourées ci-dessous) de la carte. Posez le couvercle à part. 12 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 16. Retournez la carte de l’inverseur. Déconnectez le câble noir et transférez-le à l’inverseur de remplacement.Inverseur iMac G5, 20 pouces - 13 Installation de l’inverseur de remplacement 1. Retirez l’inverseur de remplacement de son emballage. Connectez le câble noir de l’inverseur que vous avez retiré à l’étape précédente. 2. Repérez le couvercle en plastique gris fourni avec l’inverseur.14 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 3. Installez le couvercle en plastique sur la carte de l’inverseur de remplacement. Appuyez doucement sur la carte à proximité de chaque languette (entourée) jusqu’à ce que les six languettes appuient sur la carte. 4. Retournez l’inverseur. Tirez les câbles de l’inverseur dans le logement du couvercle de l’inverseur, comme illustré.Inverseur iMac G5, 20 pouces - 15 5. Faites partiellement glisser l’inverseur en place. Remarque : Le câble noir en excès se range sous les logements de mémoire. Important : faites attention aux loquets de DIMM lorsque vous installez la carte de l’inverseur, car ils sont très fragiles. Avant d’installer la carte de l’inverseur, poussez sur les loquets de DIMM pour les placer en position fermée. 6. Faites passer le câble noir de l’inverseur le long du côté du disque dur. À l’aide de pinces à bec effilé ou d’un autre petit outil, poussez le câble de l’inverseur dans le connecteur (en plaçant les dents du connecteur vers le haut).16 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 7. Connectez les câbles de l’inverseur, en commençant par le petit connecteur. Remarque : Les connecteurs ne sont pas symétriques : ils ne s’enfichent que dans un sens. 8. Mettez l’inverseur en place. Revissez les trois vis de l’inverseur. .Inverseur iMac G5, 20 pouces - 17 9. Repérez le couvercle gris du câble de l’inverseur Connectez les câbles de l’inverseur comme illustré, en vous assurant que les connecteurs reposent à plat à l’intérieur du boîtier de câbles. 10. Replacez le couvercle des câbles en appuyant vers le bas jusqu’à ce que les languettes du boîtier verrouillent celui-ci sur la carte mère. 18 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 11. Glissez les câbles de l’inverseur le long du bord du disque dur et à proximité des languettes de la mémoire. 12. Replacez le ou les modules de mémoire en alignant le repère du module avec celui du logement. Appuyez fermement sur le module de mémoire jusqu’à ce qu’il s’enclenche. Utilisez votre pouce et votre index pour pousser le module dans le logement. Inverseur iMac G5, 20 pouces - 19 Fermeture de l’ordinateur 1. Replacez le capot de telle façon que les fentes situées dans sa partie supérieure coïncident avec les languettes du dessus de l’écran 2. Fixez le capot en place en appuyant jusqu’à ce qu’il s’enclenche sur l’ordinateur. 20 - Inverseur iMac G5, 20 pouces 3. Revissez les trois vis imperdables en les faisant tourner dans le sens des aiguilles d’une montre. 4. Rebranchez le cordon d’alimentation tant que l’ordinateur est tourné avec l’écran vers le bas.Inverseur iMac G5, 20 pouces - 21 5. Remettez l'ordinateur en position verticale. Allumez l’ordinateur. 22 - Inverseur iMac G5, 20 pouces  Apple Computer, Inc. © 2005 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Ce document est protégé par la loi américaine relative aux droits d’auteurs et des traités internationaux. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation écrite d’Apple. Apple ne saurait être tenue responsable des erreurs typographiques éventuelles. Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 USA + 1 408 996 1010 http://www.apple.com Apple, le logo Apple, Mac, Macintosh et le logo Mac sont des marques d’Apple Computer, Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Power Mac est une marque d’Apple Computer, Inc. Félicitations, vous et votre Mac Pro êtes faits l’un pour l’autre.www.apple.com/fr/macosx Aide Mac time machine Time Machine Sauvegardez automatiquement vos fichiers surun disque dur externe. Spaces Disposez les fenêtres à différents endroits pour désencombrer votre bureau. www.apple.com/fr/macosx Aide Mac spaces Finder Parcourez le contenu de votre ordinateur à l’aide de Cover Flow. www.apple.com/fr/macosx Aide Mac finder www.apple.com/fr/macosx Aide Mac .mac Retour vers Mon Mac Accédez aux fichiers du Mac de votre domicile via Internet, de n’importe où.GarageBand Créez de la musique en ajoutant des musiciens sur une scène virtuelle. Améliorez vos chansons pour jouer comme un pro. www.apple.com/fr/ilife/garageband Aide GarageBand enregistrement Aide Help photo www.apple.com/fr/ilife/iphoto iWeb Créez de magnifiques sites web avec photos, films, blogs, podcasts et widgets web dynamiques. www.apple.com/fr/ilife/iweb Aide iWeb site web iPhoto Organisez toutes vos photos par événements. Publiez-les sur une galerie web en un seul clic. iMovie Rassemblez toutes vos vidéos dans une seule vidéothèque. Créez et partagez vos films en quelques minutes. Aide iMovie film www.apple.com/fr/ilife/imovieTable des matières 5 Table des matières Chapitre 1: À vos marques, prêts, partez 9 Configuration de votre Mac Pro 17 Extinction ou suspension d’activité de votre Mac Pro Chapitre 2: La vie avec votre Mac Pro 22 Éléments principaux se trouvant à l’avant de votre Mac Pro 24 Fonctionnalités de votre clavier Apple Keyboard 27 Ports et connecteurs situés à l’arrière de votre Mac Pro 29 Autres ports et connecteurs à l’arrière 31 Options d’extension interne 33 Obtenir des réponses Chapitre 3: Améliorations possibles 39 Ouverture du Mac Pro 43 Installation de la mémoire 52 Installation d’unités de stockage internes 63 Ajout de cartes PCI Express 68 Remplacement de la pile de secours interne6 Table des matières Chapitre 4: À tout problème, une solution 72 Problèmes du Mac Pro 75 Problèmes liés au logiciel 76 Maintien à jour de vos logiciels 77 Problèmes de communication sans fil AirPort Wireless 77 Problèmes de moniteur 80 Problèmes de connexion à Internet 83 Utilisation d’Apple Hardware Test 84 Réinstallation du logiciel fourni avec votre ordinateur 86 Optimisation des performances Ethernet 87 En savoir plus, service et assistance technique 89 Localisation du numéro de série Chapitre 5: Sous le capot 92 Spécifications Chapitre 6: Enfin et surtout 104 Informations importantes sur la sécurité 105 Entretien général 108 Comprendre l’ergonomie 110 Prévention des dommages auditifs 110 Apple et l’environnement 111 Regulatory Compliance Information1 1 À vos marques, prêts, partez Aide Mac Assistant migration www.apple.com/fr/macpro8 Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez Votre Mac Pro est équipé de composants de pointe, notamment un processeur multicœur 64 bits, de la mémoire FB-DIMM rapide, une carte graphique PCI Express et des logements d’extension ainsi que des périphériques de stockage interne, le tout réuni dans un châssis en aluminium anodisé avec accès facile aux éléments internes. Important : veuillez lire attentivement toutes les instructions d’installation (ainsi que les informations sur la sécurité, relatives aux précautions à prendre, commençant en page 103) avant d’utiliser pour la première fois votre Mac Pro. Avant de commencer, retirez tout film protecteur à l’extérieur de votre Mac Pro et à l’intérieur du panneau latéral. Vous trouverez des renseignements pour ouvrir le panneau latéral à la section « Ouverture du Mac Pro » à la page 39. Prenez connaissance des informations qui figurent dans le chapitre 2, « La vie avec votre Mac Pro, » pour découvrir les nouvelles fonctionnalités de ce Mac Pro. Vous trouverez des réponses à de nombreuses questions dans l’Aide Mac de votre Mac Pro. Pour en savoir plus sur l’Aide Mac, consultez la rubrique « Obtenir des réponses » à la page 33. Apple peut publier de nouvelles versions et des mises à jour de son logiciel système. Il se peut donc que les illustrations de ce livre soient légèrement différentes de ce que vous voyez à l’écran.Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez 9 Configuration de votre Mac Pro Votre Mac Pro est conçu pour être configuré rapidement et utilisé immédiatement. Suivez les instructions présentées aux pages suivantes en guise d’introduction. Étape 1 : positionnez votre Mac Pro et votre écran Soulevez le Mac Pro par ses deux poignées en utilisant des techniques de levage adaptées. Si votre moniteur est lourd, veillez à utiliser également des techniques de levage correctes lorsque vous le mettez en place. Positionnez votre Mac Pro et votre écran de sorte que :  ils reposent chacun sur une surface plane et robuste ;  les fiches des câbles d’alimentation ne soient coincées ni contre un mur ni contre tout autre objet ;  le flux d’air devant, derrière et sous votre Mac Pro et celui autour votre écran ne soit pas entravé ;  les plateaux des lecteurs optiques aient suffisamment d’espace pour s’ouvrir. La seule façon de couper tout à fait le courant de votre Mac Pro et de votre écran consiste à débrancher les prises de courant. Assurez-vous que les câbles d’alimentation de votre Mac Pro et de votre écran sont faciles d’accès afin que vous puissiez les débrancher facilement.10 Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez Étape 2 : branchez le câble d’alimentation Enfoncez complètement le câble d’alimentation dans la prise encastrée au dos du Mac Pro et branchez l’autre extrémité dans une prise secteur avec mise à la terre ou une multiprise avec mise à la terre. Prise du câble d’alimentation Fiche du câble d’alimentationChapitre 1 À vos marques, prêts, partez 11 Étape 3 : connectez le moniteur Connectez votre moniteur comme illustré ci-dessous. En fonction de votre moniteur, vous devrez connecter un seul ou plusieurs câbles. Vérifiez les instructions fournies avec le moniteur pour d’autres informations sur sa configuration. Vous pouvez connecter deux moniteurs équipés de connecteurs DVI (Digital Visual Interface) aux ports d’affichage situés à l’arrière de votre Mac Pro. Port USB Port FireWire 400 Câble de l’écran Ports d’écran12 Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez Vous pouvez connecter un moniteur Apple Cinema Display à chacun des ports. Vous pouvez également connecter des moniteurs équipés d’un connecteur ADC (Apple Display Connector) ou VGA (Video Graphics Array) à l’aide d’un des adaptateurs suivants :  Pour connecter un moniteur VGA au port DVI, utilisez l’adaptateur de moniteur DVI vers VGA d’Apple fourni avec votre Mac Pro.  Pour connecter un moniteur ADC au port DVI, utilisez un adaptateur de moniteur DVI vers ADC d’Apple (non fourni) pour relier le moniteur au port DVI. Vous pouvez vous procurer un adaptateur DVI vers moniteur ADC d’Apple auprès d’un revendeur agréé Apple, d’un magasin Apple Store ou de l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/fr/store. Ports de moniteur DVI Adaptateur DVI vers moniteur VGA Connecteur VGA du câble du moniteur Port de moniteur DVIChapitre 1 À vos marques, prêts, partez 13 Étape 4 : connectez un câble Ethernet Pour accéder à Internet ou à un réseau, connectez l’extrémité d’un câble Ethernet à l’un des ports Gigabit Ethernet situés à l’arrière de votre Mac Pro. Connectez l’autre extrémité à un modem DSL, un modem câble ou un réseau Ethernet. Ports Gigabit Ethernet14 Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez Étape 5 : connectez le clavier et la souris Connectez le câble du clavier à l’un des ports USB (d) de votre Mac Pro ou de votre écran. Branchez le câble de la souris Mighty Mouse sur l’un des ports USB du clavier. Clavier Souris Branchez la souris sur l’un des ports USB du clavier.Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez 15 Si le câble du clavier n’est pas assez long, utilisez la rallonge de câble de clavier fournie avec votre Mac Pro. Utilisation d’un clavier et d’une souris sans fil Si vous avez fait l’acquisition d’un clavier Apple Wireless Keyboard et d’une souris Apple Wireless Mouse avec votre Mac Pro, consultez les instructions fournies avec ces périphériques pour les configurer et les utiliser avec votre ordinateur. Étape 6 : allumez votre Mac Pro Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) à l’avant de votre Mac Pro pour le mettre sous tension. Si votre moniteur doit être allumé séparément, appuyez sur son bouton d’alimentation. Étape 7 : utilisez Assistant Réglages La première fois que vous allumez votre Mac Pro, l’Assistant réglages démarre. Il vous aide à saisir les informations concernant la configuration Internet et le courrier électronique et à configurer un compte d’utilisateur sur votre Mac Pro. Si vous possédez déjà un Mac, Assistant réglages peut vous aider à transférer automatiquement les fichiers, les applications et d’autres informations depuis votre ordinateur existant vers votre nouveau Mac Pro. Câble d’extension de clavier Apple16 Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez Étape 8 : personnalisez votre bureau et réglez vos préférences Vous pouvez rapidement personnaliser l’apparence de votre bureau à l’aide des Préférences Système. Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. Une fois que vous serez familiarisé avec votre Mac Pro, étudiez les Préférences Système : c’est en effet votre poste de contrôle pour la plupart des réglages relatifs à votre ordinateur et à votre écran. Pour en savoir plus, ouvrez l’Aide Mac et recherchez « Préférences Système » ou les préférences spécifiques que vous souhaitez modifier. Vous avez besoin d’aide pour configurer votre ordinateur ? Si vous ne voyez rien à l’écran ou si vous pensez que votre Mac Pro ne s’est pas démarré correctement, vérifiez les points suivants :  Est-ce que votre Mac Pro est bien branché à une source électrique ? S’il est connecté à une multiprise munie d’un interrupteur, est-elle allumée ?  Est-ce que le câble d’alimentation est bien branché à l’arrière de votre Mac Pro ?  Les câbles du clavier et du moniteur sont-ils correctement connectés ?  Le moniteur est-il allumé ? La luminosité et le contraste du moniteur sont-ils correctement réglés ? Si l’écran dispose de commandes de luminosité, réglez-les.  Si vous ne voyez toujours rien à l’écran, redémarrez votre Mac Pro. Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) de votre Mac Pro et maintenez-le enfoncé pendant 5 ou 6 secondes, jusqu’à ce qu’il s’éteigne. Appuyez de nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour redémarrer.  Si un point d’interrogation clignote à l’écran ou si le voyant d’état émet une série de clignotements, consultez le chapitre 4, « À tout problème, une solution, » à la page 71.Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez 17 Extinction ou suspension d’activité de votre Mac Pro Une fois que vous avez fini d’utiliser votre Mac Pro, vous pouvez suspendre son activité ou l’éteindre. Suspension de l’activité de votre Mac Pro Si vous n’allez pas utiliser votre Mac Pro pendant un court instant, suspendez son activité. Lorsque l’activité de votre Mac Pro est suspendue, l’écran est noir. Vous pouvez alors réactiver rapidement votre Mac Pro et court-circuiter le processus de démarrage. Pour suspendre l’activité de votre Mac Pro effectuez l’une des opérations suivantes :  Choisissez le menu Pomme () > Suspendre l’activité.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) situé à l’avant de votre Mac Pro et cliquez sur Suspendre l’activité dans la zone de dialogue qui s’affiche.  Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système, cliquez sur Économiseur d’énergie et définissez un délai pour la minuterie de mise en veille. Pour réactiver votre Mac Pro après une suspension d’activité, effectuez l’une des opérations suivantes :  Appuyez sur n’importe quelle touche du clavier.  Cliquez avec la souris.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) situé à l’avant de votre Mac Pro.18 Chapitre 1 À vos marques, prêts, partez Extinction de votre Mac Pro Cette option est préférable si vous ne comptez pas utiliser votre Mac Pro pendant un jour ou plus. Pour éteindre votre Mac Pro, effectuez l’une des opérations suivantes :  Choisissez le menu Pomme () > Éteindre.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) situé à l’avant de votre Mac Pro et cliquez sur Éteindre dans la zone de dialogue qui s’affiche. AVIS : n’éteignez pas votre Mac Pro en basculant l’interrupteur d’une prise multiple ou en débranchant le câble d’alimentation de votre Mac Pro (à moins que vous ne puissiez plus éteindre votre Mac Pro autrement). Toute extinction incorrecte de votre Mac Pro risque d’endommager vos fichiers ou le logiciel système. AVIS : éteignez votre Mac Pro avant de le déplacer. Tout déplacement de votre ordinateur lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur.2 2 La vie avec votre Mac Pro Aide Mac ports www.apple.com/fr/macproChapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 21 Lisez ce qui suit pour découvrir les fonctionnalités et les ports de votre Mac Pro. Le site web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr, vous donne accès aux renseignements, aux téléchargements gratuits et aux catalogues en ligne des logiciels et matériels Apple les plus récents destinés à votre Mac Pro. Vous trouverez également les manuels de nombreux produits Apple, ainsi que l’assistance technique pour tous les produits Apple, sur le site web de service et d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support.22 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro Éléments principaux se trouvant à l’avant de votre Mac Pro Lecteur optique Prise pour casque d’écoute Voyant d’état f ® Bouton d’alimentation Port FireWire 800 FireWire 400 port Deuxième lecteur optique (facultatif) Port FireWire 400Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 23 Lecteur optique Votre Mac Pro est équipé d’un lecteur SuperDrive DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW qui peut lire les disques CD-ROM, CD de photos, disques audio et disques DVD. Le lecteur vous permet également de graver de la musique, des documents et d’autres fichiers sur des disques CD-R, CD-RW, DVD±R, DVD±RW et DVD+R double couche. Pour ouvrir le lecteur, appuyez sur la touche d’éjection (C) située sur votre clavier Apple. Si votre Mac Pro est équipé d’une deuxième lecteur optique, appuyez sur le touches Option et Éjection (C) pour l’ouvrir. ® Bouton d’alimentation Appuyez sur ce bouton pour allumer votre Mac Pro, suspendre son activité ou la lui faire reprendre. Pour redémarrer, maintenez ce bouton enfoncé pendant 5 ou 6 secondes jusqu’à l’extinction du Mac Pro, puis appuyez dessus une nouvelle fois pour le rallumer. H Ports FireWire 400 et 800 Connectez votre Mac Pro à des caméras vidéo numériques, des scanners ou des disques durs externes FireWire. Connectez et déconnectez les périphériques FireWire sans redémarrer. Le port FireWire 400 prend en charge des débits de données pouvant aller jusqu’à 400 Mbit/s. Le port FireWire 800 prend en charge des débits de données pouvant aller jusqu’à 800 Mbit/s. d Ports USB 2.0 Connectez votre Mac Pro à des claviers, souris, imprimantes, scanners, iPod, haut-parleurs, microphones et concentrateurs USB. Il est également possible que votre moniteur soit doté de ports USB. f Prise pour casque d’écoute Connectez des écouteurs à votre Mac Pro via la prise casque mini-jack. Voyant d’état Un témoin lumineux blanc indique que votre Mac Pro est allumé ; un témoin clignotant indique que son activité est suspendue.24 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro Fonctionnalités de votre clavier Apple Keyboard Échap Dashboard Exposé Verrouillage majuscules Augmentation du volume Diminution du volume Activation/ désactivation du son Avance rapide Fonction Lecture/Pause Retour Port USB (des deux côtés) Diminution de la luminosité Augmentation de la luminosité Éjection de disqueChapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 25 Touche d’échappement (Échap) Appuyez simultanément sur les touches d’échappement (Échap) et Commande (x) pour ouvrir Front Row. Appuyez sur la touche d’échappement (Échap) pour quitter Front Row. Touches de réglage de la luminosité (F1, F2) Augmentez ( ) ou diminuez ( ) la luminosité de votre écran Apple. Touche Toutes les fenêtres dans Exposé (F3) Ouvrez Exposé pour accéder rapidement à toutes les fenêtres ouvertes. Touche Dashboard (F4) Ouvrez Dashboard pour accéder à vos widgets. — Touche Muet (F10) Coupez le son des haut-parleurs intégrés et du port de sortie casque. - Touches de volume (F11, F12) Diminuez (–) ou augmentez (-) le volume du son des haut-parleurs ou du port de sortie casque de votre Mac Pro. C Touche d’éjection de disque Appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) et maintenez-la enfoncée pour éjecter un disque.26 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro Touches de fonction (fn) Appuyez sur ces touches pour exécuter des actions personnalisées assignées aux touches de fonction (F1 à F19). Pour apprendre à personnaliser les touches de fonction, choisissez Aide > Aide Mac dans la barre des menus et recherchez « touches de fonction ». ’ Touches multimédia (F7, F8, F9) Faites avancer rapidement (‘), lisez ou mettez en pause (’), ou encore rembobinez (]) un morceau, une séquence vidéo ou un diaporama. Touche Verrouillage Majuscules Appuyez sur la touche Verrouillage Majuscules pour verrouiller la frappe sur les majuscules. d Deux ports USB 2.0 Connectez une souris et synchronisez votre iPhone, iPod ou appareil photo numérique. Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 27 Ports et connecteurs situés à l’arrière de votre Mac Pro Prise d’alimentation Loquet de verrouillage Ports USB 2.0 (3) Port FireWire 400 G d ¥ H H Port FireWire 800 Ports Gigabit Ethernet (2)28 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro Prise d’alimentation Connectez le câble d’alimentation fourni avec votre Mac Pro. N’utilisez pas de câble ou de rallonge du commerce. ¥ Loquet de verrouillage Soulevez le loquet pour ouvrir le panneau latéral et accéder aux éléments internes du Mac Pro. Si vous travaillez à l’intérieur de votre Mac Pro et que le loquet est abaissé, les disques optiques et les disques durs sont verrouillés en place. Il est possible de placer un verrou sur ce loquet pour empêcher l’accès aux éléments internes et les sécuriser. Il est également possible de fixer un câble de sûreté au loquet ou de le passer à travers les poignées afin de protéger votre Mac Pro d Ports USB 2.0 Connectez votre Mac Pro à des périphériques USB tels que claviers, souris, imprimantes, scanners, haut-parleurs, microphones USB et concentrateurs USB. Il est également possible que votre moniteur soit doté de ports USB. H Ports FireWire 400 et 800 Le port FireWire 400 prend en charge des débits de données pouvant aller jusqu’à 400 Mbit/s. Le port FireWire 800 prend en charge des débits de données pouvant aller jusqu’à 800 Mbit/s. G Ports Gigabit Ethernet doubles avec prise en charge de cadre de grande taille Connectez votre Mac Pro à un réseau Ethernet grande vitesse pour accéder à Internet ou à des ressources du réseau telles que des imprimantes ou des serveurs et partager des informations à travers le réseau à l’aide d’un câble CAT 5e.Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 29 Autres ports et connecteurs à l’arrière Logements d’extension PCI Express Port de moniteur DVI 1 - , Port optique de sortie audio numérique Port optique d’entrée Port optique de sortie Port optique d’entrée audio numérique Port de moniteur DVI 2 £ £30 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro Logements d’extension PCI Express (3) Étendez les capacités de votre Mac Pro en installant jusqu’à 3 cartes PCI (Peripheral Component Interconnect) Express dans les logements couverts numérotés 2, 3 et 4. £ Ports de moniteur DVI Branchez sur les ports d’affichage DVI des moniteurs qui utilisent un connecteur Digital Visual Interface (DVI). Connectez sur l’un des ports un moniteur Apple, par exemple un moniteur Cinema Display d’Apple de 20, 23 ou 30 pouces. Vous pouvez aussi brancher des écrans exploitant le connecteur Video Graphics Array (VGA) à l’aide de l’adaptateur pour écran Apple DVI-VGA livré avec votre Mac Pro. Ports d’entrée et de sortie audio numériques optiques Connectez platines, récepteurs, instruments numériques et chaînes Surround 5.1 à l’aide de câbles Toslink standard ou fibre optique avec des prises optiques en plastique ou nylon de 3,5 mm. Vous pouvez transférer de l’audio stéréo ou encodée en Surround 5.1 à travers le protocole S/PDIF (Sony/Philips Digital Interface) et à des câbles Toslink. , Port d’entrée audio analogique Connectez microphones auto-alimentés, lecteurs MP3 et CD et autres périphériques à capacité analogique. - Port de sortie audio analogique Connectez des haut-parleurs analogiques auto-alimentés et d’autres périphérique analogiques. Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 31 Options d’extension interne Supports de disque dur (4) Support de lecteur optique Logement 1 : carte graphique PCI Express à double largeur (installée) Carte de mémoire supérieure Carte de mémoire inférieure Logements 2 à 4 : PCI Express Pile32 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro Lecteurs optiques Votre Mac Pro est fourni avec un ou deux lecteurs SuperDrive DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW installés dans le support de lecteurs optiques. Pour remplacer un disque optique, consultez la section « Remplacement du lecteur optique » à la page 57. Disque dur Votre Mac Pro est fourni avec jusqu’à quatre disques durs installés dans les supports de disque dur. Pour installer ou remplacer les disques durs, consultez la section « Installation d’unités de stockage internes » à la page 52. Logements PCI Express Votre Mac Pro est doté de trois logements d’extension PCI Express. Pour installer des cartes PCI dans les logements 2 à 4 pour étendre les capacités de votre Mac Pro, consultez la section « Ajout de cartes PCI Express » à la page 63. Pile Votre Mac Pro utilise une pile interne de secours. Si votre Mac Pro présente des problèmes au démarrage ou que la date et l’heure du système sont souvent incorrectes, vous devez peut-être remplacer la pile. (Voir « Remplacement de la pile de secours interne » à la page 68). Logement graphique PCI Express à double largeur Connectez jusqu’à deux moniteurs à la carte graphique insérée dans le logement graphique PCI Express (logement 1). Vous pouvez remplacer la carte qui se trouve dans ce logement et installer des cartes graphiques supplémentaires dans les logements PCI 2 à 4. Voir « Ajout de cartes PCI Express » à la page 63. Cartes de mémoire Votre Mac Pro contient deux cartes mémoire. Chaque carte contient jusqu’à quatre FBDIMM pour un total de huit DIMM. Pour ajouter plus de mémoire, installez des barrettes FB-DIMM à 800 MHz par paires associées sur les cartes mémoire. Consultez la section « Installation de la mémoire » à la page 43 pour en savoir plus sur le type spécifique de mémoire utilisé dans le Mac Pro.Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 33 Obtenir des réponses Vous trouverez bien plus d’informations sur l’utilisation de votre Mac Pro dans l’Aide Mac et sur Internet à l’adresse www.apple.com/fr/support/macpro. Pour ouvrir Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône Finder dans le Dock (la barre d’icônes située au bord de l’écran). 2 Cliquez sur le menu Aide dans la barre des menus et tapez une question ou un terme dans le champ Recherche. 3 Choisissez une rubrique dans la liste ou choisissez Afficher tous les résultats pour voir toutes les rubriques. Renseignements supplémentaires Pour plus de renseignements sur l’utilisation de votre Mac Pro, consultez les sections suivantes : Pour en savoir plus sur Consultez l’installation de disques durs, de lecteurs, de mémoire et de cartes d’extension ou le remplacement de la pile le chapitre 3, « Améliorations possibles, » à la page 37. le dépannage de votre Mac Pro si rencontrez un problème le chapitre 4, « À tout problème, une solution, » à la page 71. le service et l’assistance technique pour votre Mac Pro « En savoir plus, service et assistance technique » à la page 87. Mais aussi le site web d’assistance Mac Pro à l’adresse www.apple.com/fr/support/macpro. l’utilisation de Mac OS X le site web de Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx. Ou recherchez « Mac OS X » dans l’Aide Mac.34 Chapitre 2 La vie avec votre Mac Pro le passage d’un PC à un Mac « How to move to Mac » (en anglais) à l’adresse www.apple.com/getamac/movetomac. l’utilisation des applications iLife le site web iLife à l’adresse www.apple.com/fr/ilife. Ou ouvrez une application iLife, ouvrez l’Aide Mac, puis tapez une question dans le champ de recherche. la modification de Préférences Système Ouvrez Préférences Système en choisissant Pomme (K) > Préfé- rences Système. Ou recherchez « préférences Système » dans l’Aide Mac. l’utilisation de la souris ou du clavier Ouvrez Préférences Système et choisissez Clavier et souris. Ou ouvrez l’Aide Mac et recherchez « souris » ou « clavier ». l’utilisation de la technologie sans fil AirPort Extreme le site web d’assistance technique AirPort à l’adresse www.apple.com/fr/support/airport. Ou ouvrez l’Aide Mac et recherchez « AirPort ». l’utilisation de la technologie sans fil Bluetooth® le site web d’assistance technique Bluetooth à l’adresse www.apple.com/fr/support/bluetooth. Ou ouvrez l’application Échange de fichiers Bluetooth qui se trouve dans le dossier Utilitaires au sein du dossier Applications, puis choisissez Aide > Aide Bluetooth. la connexion d’une imprimante Recherchez « imprimer » dans l’Aide Mac. les connexions FireWire et USB Recherchez « FireWire » ou « USB » dans l’Aide Mac. la connexion à Internet Recherchez « Internet » dans l’Aide Mac. Pour en savoir plus sur ConsultezChapitre 2 La vie avec votre Mac Pro 35 la connexion d’un écran externe Recherchez « port d’écran » dans l’Aide Mac. l’utilisation de Front Row Recherchez « Front Row » dans l’Aide Mac. la gravure d’un CD ou DVD Recherchez « graver un disque » dans l’Aide Mac. les spécifications Mac Pro le chapitre 5, « Sous le capot, » à la page 91. Ou la page des spé- cifications techniques du Mac Pro à l’adresse www.apple.com/fr/macpro/specs.html. Ou ouvrez les Informations Système en choisissant le menu Pomme (K) > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis en cliquant sur Plus d’infos. Pour en savoir plus sur Consultez3 3 Améliorations possibles Aide Mac mémoire RAM www.apple.com/fr/store38 Chapitre 3 Améliorations possibles Utilisez les informations de ce chapitre pour personnaliser et étendre votre Mac Pro afin qu’il réponde parfaitement à vos besoins. Vous trouverez des informations sur des procédures importantes dans les sections suivantes :  « Ouverture du Mac Pro » à la page 39.  « Installation de la mémoire » à la page 43.  « Installation d’unités de stockage internes » à la page 52.  « Ajout de cartes PCI Express » à la page 63.  « Remplacement de la pile de secours interne » à la page 68. AVIS : Apple recommande de faire appel à un technicien agréé Apple pour l’installation de barrettes de mémoire, de cartes d’extension PCI Express et d’unités de stockage internes. Pour contacter un Centre de Maintenance Agréé Apple (CMAA) ou Apple pour tout service, consultez la section « En savoir plus, service et assistance technique » à la page 87. Si vous tentez d’installer vous-même ces composants, vous risquez d’endommager votre équipement. Dans ce cas, les dommages ne sont pas couverts par la garantie limitée de votre ordinateur. Adressez-vous à un revendeur agréé Apple ou à un Centre de Maintenance Agréé Apple pour toute information complémentaire relative à la garantie.Chapitre 3 Améliorations possibles 39 Ouverture du Mac Pro 1 Avant d’ouvrir votre Mac Pro, éteignez-le en choisissant le menu Pomme () > Éteindre. 2 Attendez 5 à 10 minutes pour permettre aux composants internes de votre Mac Pro de refroidir. AVIS : veillez à toujours éteindre votre Mac Pro avant de l’ouvrir pour éviter d’endommager ses composants internes ou les composants à installer. N’ouvrez pas votre Mac Pro et ne tentez pas d’installer quoi que ce soit à l’intérieur lorsqu’il est sous tension. · AVERTISSEMENT : laissez votre Mac Pro refroidir avant de toucher aux composants internes car ces derniers pourraient être très chauds.40 Chapitre 3 Améliorations possibles 3 Touchez le métal à l’extérieur de votre Mac Pro pour vous décharger de toute électricité statique. Important : déchargez-vous toujours de votre électricité statique avant de toucher des pièces ou d’installer des composants dans votre Mac Pro. Pour éviter de générer de l’électricité statique, ne vous déplacez pas dans la pièce avant d’avoir achevé l’installation de la carte, de la mémoire ou du dispositif de stockage interne et d’avoir remis en place le panneau latéral. Touchez la paroi métallique pour ôter la charge électrostatique.Chapitre 3 Améliorations possibles 41 4 Débranchez tous les câbles et le câble d’alimentation de votre Mac Pro. 5 Tenez le panneau latéral et soulevez le loquet situé à l’arrière. AVIS : débranchez toujours votre Mac Pro pour éviter d’endommager ses composants internes ou ceux que vous souhaitez installer. N’essayez pas d’y installer des composants lorsqu’il est branché.42 Chapitre 3 Améliorations possibles 6 Retirez le panneau latéral en retirant le haut de votre Mac Pro et en soulevant le panneau latéral. Important : lorsque vous ôtez le panneau latéral, tenez-le fermement.Chapitre 3 Améliorations possibles 43 Installation de la mémoire Votre Mac Pro dispose de deux cartes mémoire avec quatre logements de mémoire sur chaque carte (dans quatre bancs de deux pièces). Votre Mac Pro est livré avec au minimum 2 Go de mémoire installée sous la forme d’une paire de modules de mémoire à connexion double « fully buffered » (FB-DIMM) dans deux des logements DIMM. Vous pouvez installer des paires supplémentaires de FB-DIMM de 1 Go, 2 Go ou 4 Go dans les logements DIMM libres sur les cartes mémoire jusqu’à un total de 32 Go de mémoire. Les modules DIMM doivent être installés par paires assorties et répondre aux spécifications suivantes :  Modules FB-DIMM 800 MHz, DDR2.  Barrettes de 72 bits à 240 broches.  36 CI de mémoire maximum par module DIMM.  Code de correction d’erreur (ECC). Important : Apple recommande d’utiliser des barrettes FB-DIMM approuvées par Apple. Avec des barrettes FB-DIMM d’un autre type, votre Mac Pro risque de faire plus de bruit ou de réduire ses performances pour éviter toute surchauffe. Les modules DIMM provenant d’anciens ordinateurs Mac ne peuvent pas être utilisés dans votre Mac Pro. 44 Chapitre 3 Améliorations possibles Remarque : lorsque vous achetez des DIMM destinés à un ordinateur Mac, assurez-vous que le fournisseur respecte bien la spécification JEDEC (Joint Electron Device Engineering Council). Vérifiez avec le fournisseur que les DIMM prennent bien en charge les bons modes de minutage et que la fonctionnalité Serial Presence Detect (SPD) a été programmée correctement comme décrit dans la spécification JEDEC. Pour vérifier la compatibilité de vos DIMM, consultez le Guide des produits Macintosh sur le site web d’Apple à l’adresse www.apple.com/guide. Vous pouvez acheter de la mémoire de marque Apple sur l’Apple Store en ligne à l’adresse store.apple.com/fr/store. Il est impératif d’installer des modules FB-DIMM par paires de taille égale et possédant les mêmes spécifications. Utilisez le tableau ci-dessous et les instructions qui suivent pour placer les DIMM. Si vous avez Installez-en Deux modules DIMM (configuration standard) une sur la carte mémoire du haut et une sur celle du bas. Quatre modules DIMM une paire sur la carte mémoire du haut et une paire sur celle du bas. Six modules DIMM deux paires sur la carte mémoire du haut et une paire sur celle du bas. Huit modules DIMM deux paires sur la carte mémoire du haut et deux paires sur celle du bas.Chapitre 3 Améliorations possibles 45 Pour installer de la mémoire : 1 Éteignez votre Mac Pro, ouvrez-le et retirez le panneau latéral comme décrit à la page 39. 2 En vous servant des deux trous prévus pour les doigts, tirez sur les cartes mémoire pour les retirer, puis déposez-les sur un morceau de tissu doux et propre, tournées vers le haut. · AVERTISSEMENT : laissez refroidir votre Mac Pro pendant 5 à 10 minutes avant de toucher les composants internes. Les composants des cartes mémoire peuvent être très chauds.46 Chapitre 3 Améliorations possibles 3 Sur la carte mémoire du bas, actionnez les boutons d’éjection du logement DIMM et poussez-les en direction des bords, puis retirez la DIMM du logement 1. Important : lorsque vous installez ou retirez des DIMM, ne touchez pas les connecteurs dorés situés sur les barrettes DIMM ou les cartes mémoire. 4 Réinstallez la DIMM que vous avez retirée de la carte mémoire du haut en l’alignant dans le logement DIMM 2 comme illustré et en poussant les deux extrémités de la DIMM vers le bas jusqu’à ce que les taquets soient à la verticale et que les boutons d’éjection se renclenchent. 5 Installez la première paire de DIMM supplémentaire sur la carte mémoire du bas dans les logements DIMM 1 et 2, à savoir ceux les plus proches des connecteurs dorés.Chapitre 3 Améliorations possibles 47 Important : installez toujours les DIMM par paires identiques et dans l’ordre indiqué. Déplacez un module DIMM de la carte du bas vers celle du haut. Première paire de barrettes DIMM supplémentaires 1a 1b Carte de mémoire inférieure Carte de mémoire supérieure48 Chapitre 3 Améliorations possibles 6 Si vous ajoutez une seconde paire de DIMM supplémentaires, installez-les sur la carte mémoire du haut dans les logements DIMM 3 et 4, les deux derniers logements. 7 Si vous ajoutez une troisième paire de DIMM supplémentaires, installez-les sur la carte mémoire du bas dans les logements DIMM 3 et 4. 8 Couchez votre Mac Pro sur un morceau de tissu doux et propre sur le bureau ou la surface de travail pour éviter de rayer la surface de travail ou votre Mac Pro. Deuxième paire de barrettes DIMM supplémentaires Troisième paire de barrettes DIMM supplémentaires Carte de mémoire inférieure Carte de mémoire supérieure 2 3Chapitre 3 Améliorations possibles 49 9 Réinstallez toutes les cartes mémoire, en les enfonçant bien droit jusqu’à ce qu’elles s’enclenchent dans le logement mémoire. Logements mémoire50 Chapitre 3 Améliorations possibles 10 Relevez le Mac Pro et replacez le panneau latéral. Important : lorsque vous remettez en place le panneau latéral, vérifiez que le loquet est bien relevé. Tenez le panneau latéral fermement pour qu’il ne bouge pas lorsque vous abaisserez le loquet. Mettez le panneau latéral dans le logement puis appuyez pour fermer.Chapitre 3 Améliorations possibles 51 11 Maintenez le panneau latéral contre votre Mac Pro et poussez le loquet vers le bas pour fixer le panneau latéral. 12 Vous pouvez attacher un cadenas ou faire passer un câble au travers de la boucle métallique pour sécuriser votre Mac Pro. Abaissez le cadenas avant de fermer le loquet.52 Chapitre 3 Améliorations possibles Installation d’unités de stockage internes Votre Mac Pro peut accommoder jusqu’à six lecteurs internes : deux lecteurs optiques et quatre disques durs. Dans la plupart des configurations, un disque dur occupe la première baie de disque dur et un lecteur optique est installé dans la baie de lecteur optique supérieure. Vous pouvez ajouter jusqu’à trois disques durs Serial ATA (SATA) supplémentaires dans les baies disponibles ou jusqu’à quatre lecteurs Serial Attached SCSI (SAS). Les disque durs doivent respecter les spécifications suivantes :  Type : SAS ou SATA 3 Gb/s.  Largeur : 102 mm.  Profondeur : 147 mm.  Hauteur : 25,4 mm. Important : pour mettre en place des lecteurs SAS dans votre Mac Pro, vous devez aussi installer la carte RAID Mac Pro facultative. Pour en savoir plus sur la configuration requise ou sur les périphériques pris en charge, rendez-vous chez un revendeur agréé Apple, sur l’Apple Store à l’adresse www.apple.com/fr/store ou sur le site d’assistance Mac Pro à l’adresse www.apple.com/fr/support/macpro.Chapitre 3 Améliorations possibles 53 Installation de disques durs SAS ou SATA 3 Gb/s Votre Mac Pro peut héberger jusqu’à quatre disques durs internes SATA ou SAS 3 Gb/s de 2,5 cm de hauteur dans les baies pour disque dur. Si votre Mac Pro est fourni avec un seul disque dur installé, celui-ci se trouve dans la première baie de disque dur. Vous pouvez installer des disques durs dans la deuxième, la troisième et la quatrième baie. Pour installer un disque dur : 1 Ouvrez votre Mac Pro et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 39. 2 Levez le loquet pour déverrouiller les supports de disque dur. Important : une fois le loquet abaissé, les supports sont verrouillés dans les baies pour disque et ne peuvent pas être retirés.54 Chapitre 3 Améliorations possibles 3 Sortez le support de disque dur hors de la baie. Support de disque durChapitre 3 Améliorations possibles 55 4 Placez le support au-dessus du disque dur avec les connecteurs à l’arrière. 5 Utilisez les quatre vis du support pour fixer le disque dur au support. Important : si une carte à circuit imprimé est visible au-dessous du disque dur, tenez le disque par ses côtés. Ne touchez pas la carte à circuit imprimé car cela pourrait endommager le disque. Connecteurs56 Chapitre 3 Améliorations possibles 6 Levez le loquet et faites glisser le support sur les guides dans la baie jusqu’à la butée dans les connecteurs pour disque dur. 7 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. Connecteurs de disque durChapitre 3 Améliorations possibles 57 Remplacement du lecteur optique Votre Mac Pro est fourni avec un ou deux lecteurs SuperDrive installés dans les baies de lecteur optique. Suivez ces instructions pour remplacer votre lecteur optique. Important : contactez le fabricant du lecteur ou consultez le site web du fabricant pour déterminer si votre lecteur est réglé sur le mode de sélection de câble. Avant l’installation, réglez le lecteur sur le mode de sélection par câble si cela n’a pas été fait par le fabricant. Pour remplacer le lecteur optique : 1 Ouvrez votre Mac Pro et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 39. 2 Levez le loquet pour déverrouiller les supports de lecteur optique. Important : une fois le loquet abaissé, les lecteurs et supports sont verrouillés dans les baies pour disque et ne peuvent pas être retirés.58 Chapitre 3 Améliorations possibles 3 Sortez le support de lecteur optique partiellement hors de la baie.Chapitre 3 Améliorations possibles 59 4 Déconnectez le câble d’alimentation et les rubans du lecteur optique, puis retirez le support. Important : lorsque vous installez ou remplacez les lecteurs optiques, utilisez les câbles Apple d’origine fournis avec votre Mac Pro.60 Chapitre 3 Améliorations possibles 5 Retirez le lecteur optique du support en dévissant les quatre vis de fixation. 6 Utilisez les quatre vis imperdables du lecteur optique d’origine pour fixer le lecteur de remplacement au support. Chapitre 3 Améliorations possibles 61 7 Faites glisser le lecteur optique et le support sur les rainures et insérez-les partiellement dans la baie de lecteur. 8 Connectez le câble d’alimentation et les rubans à l’arrière du lecteur. Connecteur de l'extrémité du câble plat Connecteur intermédiaire du câble d'alimentation62 Chapitre 3 Améliorations possibles 9 Levez le loquet puis faites glisser le support du lecteur optique dans la baie de lecteur en le poussant jusqu’à son emplacement. 10 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller.Chapitre 3 Améliorations possibles 63 Ajout de cartes PCI Express Vous pouvez augmenter les capacités de votre Mac Pro en installant des cartes dans les logements PCI (Peripheral Component Interconnect) Express. Votre Mac Pro dispose d’un logement graphique PCI Express à double largeur et de trois logements d’extension PCI Express, soit quatre logements au total. Ces logements acceptent des cartes graphiques PCI Express et des cartes d’extension. À propos des cartes PCI Express Votre Mac Pro est fourni avec une carte graphique PCI Express hautes performances, qui contient le processeur graphique et fournit les ports destinés à connecter l’écran de l’ordinateur. La carte graphique est installée dans le logement 1. Vous pouvez installer des cartes graphiques et d’extension PCI Express supplémentaires. Avant d’installer une carte, référez-vous au tableau ci-dessous et vérifiez ses spécifications pour vous assurer qu’elle peut fonctionner dans votre Mac Pro. Important : la consommation de courant combinée des quatre logements PCI Express ne doit pas dépasser 300 watts (W). Logement Type Bande passante 4 PCI Express 1.1 4 voies 3 PCI Express 1.1 4 voies 2 PCI Express 2.0 16 voies 1 (double largeur) PCI Express 2.0 16 voies64 Chapitre 3 Améliorations possibles Pour installer une carte PCI Express : 1 Ouvrez votre Mac Pro et retirez le panneau latéral (voir page 39). 2 Placez votre Mac Pro sur un tissu doux et propre pour éviter de rayer la surface de travail ou l’ordinateur. 3 Dévissez les vis imperdables du support PCI puis enlevez le support. · AVERTISSEMENT : veillez à toujours éteindre puis débrancher votre Mac Pro pour éviter d’endommager ses composants internes ou ceux que vous souhaitez installer. N’essayez pas d’installer des composants lorsqu’il est branché. Laissez refroidir votre Mac Pro pendant 5 à 10 minutes avant de toucher les composants internes qui pourraient être très chauds.Chapitre 3 Améliorations possibles 65 4 Enlevez le cache d’accès aux ports du logement où vous souhaitez installer la carte. 5 Enlevez la nouvelle carte de son sachet antistatique et tenez-la par les coins. Ne touchez pas les connecteurs dorés ou les composants de la carte. Cache d’accès aux ports Attache Support PCI66 Chapitre 3 Améliorations possibles 6 Alignez le connecteur de la carte sur le logement d’extension, puis enfoncez la carte dans le logement. Le saviez-vous ?—Installation d’une carte PCI de longueur complète Il est peut-être plus simple d’installer une carte PCI si vous enlevez les disques durs, les supports et les cartes adjacentes. Assurez-vous que l’extrémité de la carte pénètre bien dans les bons guides de carte avant d’aligner la carte avec le logement PCI et de terminer l’installation. Chapitre 3 Améliorations possibles 67 7 Appuyez délicatement mais fermement sur la carte jusqu’à ce que le connecteur soit complètement enclenché. Appuyez seulement sur les parties vides de la carte pour éviter d’endommager les composants. Remarque : n’enfoncez pas la carte dans le logement en exerçant des pressions successives sur ses côtés ou en forçant. Si vous rencontrez une résistance, vérifiez si le connecteur et le logement sont endommagés ou obstrués, puis essayez à nouveau. Ouverture d’accès au port Logement PCI Express Support PCI Attache Guides des cartes68 Chapitre 3 Améliorations possibles 8 Tirez légèrement sur la carte pour voir si elle est correctement connectée. Si elle reste en place et que ses connecteurs dorés sont à peine visibles, la carte est connectée. 9 Remettez en place le support PCI sous l’attache puis serrez les vis pour maintenir la carte en place. 10 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. Remplacement de la pile de secours interne Le Mac Pro utilise une pile CR 2032 au lithium qui permet de conserver certains réglages, comme l’heure et la date, quand le Mac Pro est éteint. Si vous rencontrez fréquemment des problèmes au démarrage de votre Mac Pro ou des dérèglements de la date et de l’heure, changez la pile. Important : jetez la pile usagée en respectant les lois environnementales locales. Pour remettre la pile en place : 1 Ouvrez votre Mac Pro et ôtez le panneau latéral en suivant les instructions indiquées à la page 39. 2 Retirez toute carte PCI Express qui bloquerait l’accès à la pile. Pour obtenir des instructions, consultez la section « Ajout de cartes PCI Express » à la page 63. AVIS : si vous retirez une carte sans en installer une autre, recouvrez le logement vide au moyen d’un cache d’accès aux ports pour éviter que des corps étrangers ne pénètrent dans le boîtier. Un logement non couvert peut modifier la circulation d’air qui refroidit les composants internes de l’ordinateur et causer des dommages.Chapitre 3 Améliorations possibles 69 3 Retirez l’ancienne pile de son compartiment. 4 Insérez la nouvelle pile dans son compartiment, son côté positif (+) tourné vers le haut. 5 Remettez en place les cartes PCI Express que vous avez retirées (voir la rubrique page 63). 6 Replacez le panneau latéral et poussez le loquet vers le bas pour le verrouiller. · AVERTISSEMENT : l’installation incorrecte de la pile peut provoquer une explosion. Utilisez uniquement une pile de type identique ou une pile équivalente recommandée par le fabricant de la pile d’origine. Attache4 4 À tout problème, une solution Aide Mac aide www.apple.com/fr/support72 Chapitre 4 À tout problème, une solution Il se peut que vous rencontriez de temps en temps un problème en utilisant votre Mac Pro. Ce chapitre indique quelques solutions potentielles. Problèmes du Mac Pro Si votre Mac Pro ne répond ou ne s’allume pas, un disque ne s’éjecte pas ou le voyant d’état clignote, essayez les méthodes de cette section. Si l’ordinateur ne répond pas ou que le pointeur ne bouge pas Commencez par vous assurer que la souris et le clavier sont connectés. Pour cela, débranchez-les et rebranchez-les sur les connecteurs en vous assurant que les connexions sont fermes. Essayez ensuite d’annuler l’opération en cours.  Appuyez simultanément sur les touches Commande (x) et Q pour essayer de fermer l’application en cours d’exécution.  Appuyez simultanément sur les touches Commande (x) et point. Si une boîte de dialogue apparaît, cliquez sur Annuler.  Choisissez Pomme (), cliquez sur Forcer à quitter puis sélectionnez l’application à fermer. Vous pouvez aussi forcer l’application à se fermer en appuyant simultanément sur les touches Échap, Option et Commande (x). Redémarrez votre Mac Pro en sélectionnant Pomme () > Redémarrer pour être certain que le problème est entièrement résolu. Vous pouvez également redémarrer l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation (®) pendant 5 à 6 secondes jusqu’à ce que le Mac Pro s’éteigne. Appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre Mac Pro.Chapitre 4 À tout problème, une solution 73  Si le problème ne survient qu’avec une application particulière, consultez l’éditeur de l’application concernée afin de vérifier si elle est compatible avec votre ordinateur.  Si le problème survient fréquemment, sélectionnez Aide > Aide Mac et recherchez « problèmes ». Si l’ordinateur ne s’allume pas ou ne démarre pas  Assurez-vous que le câble d’alimentation est branché sur une prise électrique en état de fonctionnement. La fiche du câble d’alimentation doit être totalement insérée dans la prise de l’ordinateur.  Si votre ordinateur ne démarre toujours pas, essayez de réinitialiser la mémoire à accès aléatoire des paramètres (PRAM). Allumez l’ordinateur et maintenez immédiatement les touches Commande (x), Option, P, et R enfoncées jusqu’à entendre une deuxième fois le son du démarrage. Relâchez les touches. Configurez votre disque dur comme disque de démarrage de l’ordinateur, en procédant comme suit : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Démarrage. 3 Sélectionnez votre disque dur. La mémoire PRAM est réinitialisée à ses valeurs par défaut et vos réglages d’horloges auront peut-être besoin d’être refaits.  Si votre ordinateur ne redémarre pas après réinitialisation de la PRAM, redémarrez-le en maintenant la touche Option enfoncée afin de choisir le disque de démarrage.  Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant la touche Majuscule enfoncée. 74 Chapitre 4 À tout problème, une solution Si vous ne parvenez pas à éjecter un disque. Un fichier est peut-être en cours d’utilisation sur ce disque. Quittez toutes les applications ouvertes, puis essayez à nouveau. Si cela ne fonctionne pas, sélectionnez le menu Pomme () > Redémarrer et maintenez enfoncé soit le bouton de la souris soit la touche d’éjection (C) de votre clavier Apple Keyboard. Si le problème persiste : 1 Éteignez l’ordinateur et retirez le panneau latéral (voir instructions en page 39). 2 Sortez le support de lecteur optique hors de la baie (voir page 58). 3 Insérez avec précaution l’extrémité d’un trombone déplié dans le petit orifice en face avant du lecteur optique. 4 Appuyez fermement jusqu’à ce que le plateau s’ouvre, retirez le disque et repoussez le plateau pour le fermer. 5 Replacez le boîtier du lecteur optique ainsi que le panneau latéral (reportez-vous à la page 62). Si le voyant d’état clignote et que l’ordinateur ne démarre pas  Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, une carte d’extension PCI ou tout autre composant interne, assurez-vous qu’il est correctement installé et compatible avec votre ordinateur. Essayez de l’enlever pour savoir si l’ordinateur peut démarrer.  Si le voyant d’état continue à clignoter, déterminez le nombre de clignotements pour identifier le problème :  Un clignotement court suivi d’une extinction plus longue : pas de mémoire valide.  Trois clignotements courts suivis d’une extinction plus longue : panne de mémoire.Chapitre 4 À tout problème, une solution 75 Problèmes liés au logiciel Lorsqu’une application se fige ou ne répond pas, Mac OS X offre une façon de quitter l’application sans redémarrer l’ordinateur. Quitter une application figée vous permet d’enregistrer votre travail dans les autres applications ouvertes. Pour forcer une application à se fermer : 1 Appuyez sur les touches Commande (x) + Option + Échap ou choisissez Pomme () > Forcer à quitter dans la barre des menus. 2 Sélectionnez le nom de l’application que vous souhaitez quitter dans la zone de dialogue Forcer à quitter les applications. 3 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application se ferme, en laissant toutes les autres applications ouvertes. En cas de problème avec un logiciel  Utilisez Mise à jour de logiciels afin de vous assurer que vous disposez des tous derniers gestionnaires, résolutions de problèmes et autres mises à jour.  Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Si un problème survient pendant que vous utilisez votre ordinateur ou Mac OS X  Consultez Aide Mac (dans le menu Aide) pour obtenir des instructions et des renseignements de dépannage.  Pour obtenir les derniers renseignements de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site web de support d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support.76 Chapitre 4 À tout problème, une solution Maintien à jour de vos logiciels Vous pouvez vous connecter à Internet pour télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournis par Apple. Chaque fois que vous vous connectez à Internet, l’outil Mise à jour de logiciels consulte les serveurs Internet d’Apple pour rechercher les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre Mac de façon à télécharger périodiquement à partir des serveurs Apple les mises à jours de logiciels et à les installer. Pour rechercher des logiciels mis à jour : 1 Choisissez le menu Pomme () > Mise à jour de logiciels. 2 Suivez les instructions à l’écran.  Pour plus de renseignements, recherchez « Mise à jour de logiciels » dans l’Aide Mac.  Pour les dernières informations sur Mac OS X, allez sur le site web de Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx.Chapitre 4 À tout problème, une solution 77 Problèmes de communication sans fil AirPort Wireless En cas de problème avec les communications sans fil AirPort :  Assurez-vous que le logiciel est correctement configuré conformément aux instructions incluses avec votre borne d’accès.  Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’ordinateur.  Vérifiez la puissance du signal AirPort. Il est possible que l’icône d’état AirPort de la barre des menus indique quatre barres.  Pour en savoir plus, consultez les instructions fournies avec votre périphérique sans fil ou recherchez « AirPort » dans Aide Mac. Problèmes de moniteur AVIS : si vous rencontrez un problème avec votre moniteur Apple Display et que vous ne parvenez pas à le résoudre à l’aide de ce manuel, sollicitez l’assistance d’un Centre de Maintenance Agréé Apple ou d’Apple. Si vous tentez de le réparer vous-même, les dommages éventuels ne seront pas couverts par la garantie limitée de votre moniteur. Adressez-vous à un revendeur agréé Apple ou à un Centre de Maintenance Agréé Apple pour tout renseignement complémentaire relatif à la garantie.78 Chapitre 4 À tout problème, une solution Si aucune image n’apparaît à l’écran  Assurez-vous que le moniteur et l’ordinateur sont allumés.  Vérifiez que les câbles sont correctement connectés à l’ordinateur et au moniteur.  Si votre carte graphique dispose d’un câble d’alimentation interne, assurez-vous qu’il est connecté à la carte et à la carte logique.  Assurez-vous que votre ordinateur n’est pas en veille. Appuyez sur le bouton d’alimentation ou sur n’importe quelle touche pour voir si cela réactive l’ordinateur.  Assurez-vous que la luminosité et le contraste du moniteur sont réglés correctement. Utilisez les touches de luminosité de votre clavier Apple Keyboard. Certains moniteurs disposent également de commandes de luminosité et de contraste sur ou sous leur face avant, ou encore sur le côté.  Réinitialisez la mémoire des paramètres (PRAM) en redémarrant l’ordinateur tout en maintenant les touches Commande (x) + Option + P + R enfoncées, jusqu’à entendre une deuxième fois le signal de démarrage. Démarrez alors en utilisant le disque d’installation du logiciel fourni avec l’ordinateur. Si l’image du moniteur est ténue ou scintille  Réglez la luminosité et le contraste. Utilisez les touches de luminosité de votre clavier Apple Keyboard. Certains moniteurs disposent également de commandes de luminosité et de contraste sur ou sous leur face avant. Vous pouvez peut-être également ajuster la luminosité ou le contraste de votre moniteur dans la fenêtre Moniteurs de Préférences Système.  Calibrez le moniteur en sélectionnant menu Pomme () > Préférences Système. Cliquez sur Moniteurs, sélectionnez Couleur puis cliquez sur Calibrer. Consultez l’Aide Mac pour en savoir plus sur les couleurs et sur votre moniteur.Chapitre 4 À tout problème, une solution 79  Il se peut que le vacillement soit dû à des interférences provoquées par la proximité d’une ligne électrique, d’une lampe fluorescente ou d’un appareil électrique tel qu’une radio, un four à micro-ondes ou un autre ordinateur. Essayez de trouver un autre endroit pour les appareils électriques situés à proximité ou de déplacer le moniteur et l’ordinateur. Si aucune couleur n’apparaît à l’écran ou que les couleurs ne semblent pas correctes  Assurez-vous que le moniteur est correctement connecté à l’ordinateur.  Ouvrez la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système et assurez-vous que le moniteur est réglé pour afficher en millions de couleurs. Consultez l’Aide Mac pour en savoir plus sur les couleurs et sur votre moniteur.  Calibrez le moniteur comme décrit en page 78. Si les icônes du bureau bougent après avoir changé la résolution d’affichage. Toute modification de la résolution d’écran influe sur l’affichage des informations à l’écran. Une fois la résolution d’écran modifiée, le système d’exploitation est susceptible de réorganiser les icônes. Si l’écran se fige  Forcer l’application bloquée à quitter. Choisissez Pomme (), cliquez sur Forcer à quitter puis sélectionnez l’application à fermer.  Si cela ne fonctionne pas, forcez l’ordinateur à redémarrer en appuyant sur son bouton d’alimentation (®) pendant 5 ou 6 secondes jusqu’à l’extinction de votre Mac Pro. Appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre Mac Pro.80 Chapitre 4 À tout problème, une solution Si la lumière qui se trouve à l’avant du moniteur clignote Sur certains moniteurs à écran plat d’Apple, le témoin d’alimentation clignote rapidement pendant quelques instants lorsqu’une erreur est détectée.  Si vous voyez une séquence répétée de trois clignotements courts, cela signifie que le moniteur détecte un signal en entrée dont le format vidéo est incorrect. Assurez-vous que votre moniteur est compatible avec la carte graphique et que vous avez installé le bon pilote (si le moniteur a été fourni avec un logiciel d’installation).  Si vous voyez une séquence répétée de deux clignotements courts et un clignotement long, le moniteur détecte un problème de lampe de rétro-éclairage. Contactez un revendeur agréé Apple ou un Centre de Maintenance Agréé Apple. Problèmes de connexion à Internet En cas de problèmes avec votre connexion à Internet, vous pouvez suivre les recommandations de cette section, en commençant par Diagnostic réseau. Pour utiliser Diagnostic réseau : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 cliquez sur Réseau puis cliquez sur Assistant en bas de la fenêtre. 3 Cliquez sur Diagnostic pour lancer Diagnostic réseau. 4 Suivez les instructions à l’écran. Si Diagnostic réseau n’est pas en mesure de résoudre le problème, celui-ci est peut-être lié au fournisseur d’accès à Internet auquel vous essayez de contacter, au périphérique externe utilisé pour la connexion au fournisseur d’accès à Internet ou au serveur auquel vous essayez d’accéder. Vous pouvez également essayer les méthodes suivantes.Chapitre 4 À tout problème, une solution 81 Connexions modem câble, DSL et réseau local Assurez-vous que tous les câbles du modem sont complètement branchés, y compris le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble raccordant le modem à la prise murale. Vérifiez les câbles et l’alimentation des routeurs et des concentrateurs Ethernet. Éteignez puis rallumez le modem pour le réinitialiser. Éteignez votre modem câble ou DSL, puis rallumez-le après quelques minutes. Certains fournisseurs d’accès à Internet conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant d’avoir éteint puis rallumé le modem, ou après. Connexions PPPoE Si vous ne parvenez pas à vous connecter à votre fournisseur d’accès à Internet via PPPoE, assurez-vous que les informations correctes ont été saisies dans les préférences Réseau. Pour définir des réglages PPPoE : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Cliquez sur Ajouter (+) au bas de la liste des services de connexion réseau et choisissez PPPoE dans le menu local Interface. 4 Choisissez une interface pour le service PPPoE dans le menu local Ethernet. Choisissez Ethernet si vous vous connectez à un réseau filaire, ou AirPort si vous vous connectez à un réseau sans fil. 82 Chapitre 4 À tout problème, une solution 5 Saisissez les informations que vous avez reçues de votre fournisseur d’accès, telles que le nom du compte, le mot de passe et le nom du service PPPoE (si votre fournisseur d’accès le demande). 6 Cliquez sur Appliquer pour activer les réglages. Connexions réseau Assurez-vous que le câble Ethernet est branché dans votre ordinateur et au réseau. Vérifiez les câbles et l’alimentation de vos routeurs et concentrateurs Ethernet. Si vous disposez de plusieurs ordinateurs partageant une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre fournisseur d’accès à Internet fournit une seule ou plusieurs adresses IP, autrement dit, une pour chaque ordinateur. Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresses réseau (NAT) ou de masquage d’adresses IP). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. La borne d’accès AirPort peut servir à partager une adresse IP entre plusieurs ordinateurs. Pour en savoir plus sur l’utilisation de la borne d’accès AirPort, recherchez le terme « AirPort » dans l’Aide Mac ou rendez-vous sur le site web d’assistance d’AirPort à l’adresse www.apple.com/fr/support/airport. Si ces méthodes s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, contactez votre fournisseur d’accès à Internet ou votre administrateur réseau.Chapitre 4 À tout problème, une solution 83 Utilisation d’Apple Hardware Test Apple Hardware Test vous aide à déterminer s’il existe un problème matériel sur votre ordinateur. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Déconnectez tous les périphériques de votre ordinateur sauf le clavier et la souris. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Redémarrez votre Mac Pro tout en maintenant la touche D enfoncée. 3 Lorsque la fenêtre de sélection de l’utilitaire Apple Hardware Test apparaît, sélectionnez la langue adaptée à votre situation. 4 Appuyez sur la touche Retour ou cliquez sur le bouton Flèche droite. 5 Lorsque la fenêtre principale d’Apple Hardware Test apparaît (au bout de 45 secondes environ), suivez les instructions à l’écran. 6 Apple Hardware Test affiche un code d’erreur s’il détecte un problème. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne matérielle, le problème peut être d’ordre logiciel. Pour en savoir plus, consultez le fichier Ouvrez-moi d’Apple Hardware Test sur le disque Mac OS X Install Disc 1.84 Chapitre 4 À tout problème, une solution Réinstallation du logiciel fourni avec votre ordinateur Les disques d’installation de logiciels fournis avec votre ordinateur permettent de réinstaller Mac OS X et les applications livrées avec votre ordinateur. Installation de Mac OS X Pour installer Mac OS X : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X fourni avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur « Install Mac OS X and Bundled Software ». 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Sélectionnez le disque de destination pour l’installation, puis continuez de suivre les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous demande d’insérer le disque suivant de Mac OS X. AVIS : Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de procéder à la restauration du logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données. AVIS : nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers essentiels avant d’installer Mac OS X et les autres applications car l’option « Effacer et installer » efface votre disque de destination.Chapitre 4 À tout problème, une solution 85 Installation d’applications Pour installer les applications fournies avec votre ordinateur, veuillez procéder comme suit. Mac OS X doit déjà être installé sur votre ordinateur. Pour installer les applications : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le disque 1 d’installation de Mac OS X fourni avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur « Install Bundled Software Only ». 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Sélectionnez le disque de destination pour l’installation, puis continuez de suivre les instructions à l’écran. Remarque : iCal, iChat, iSync, iTunes et Safari font partie de Mac OS X. Pour installer ces applications, suivez les instructions « Installation de Mac OS X » ci-dessus.86 Chapitre 4 À tout problème, une solution Optimisation des performances Ethernet Les performances de votre ordinateur sont optimales lorsque le port Ethernet auquel il est connecté est réglé sur la négociation automatique. Demandez à votre administrateur de réseau de vérifier ce réglage. Important : si vous rencontrez des problèmes de connexion sur votre réseau, vérifiez si possible que le commutateur de réseau est réglé sur la négociation automatique. Si le port du commutateur ne fonctionne pas en négociation automatique, votre ordinateur détecte la vitesse appropriée, mais se règle par défaut sur le mode semi-duplex. Si le port du commutateur à l’autre extrémité de la liaison est configuré en mode bidirectionnel simultané (full duplex), un grand nombre d’événements retardés peuvent se produire sur la liaison. S’il n’est pas possible de régler le commutateur sur la négociation automatique, réglez alors le port du commutateur sur semi-duplex. Pour plus de renseignements, reportez-vous à la documentation fournie avec le commutateur Ethernet. Remarque : si vous connectez votre ordinateur directement à un commutateur Ethernet configurable, demandez à votre administrateur de réseau de désactiver l’arborescence sur ce port. Dans le cas contraire, il se peut que votre ordinateur duplique l’adresse AppleTalk d’un autre ordinateur du même réseau, ce qui rendrait instables les deux connexions au réseau.Chapitre 4 À tout problème, une solution 87 En savoir plus, service et assistance technique Si votre Mac Pro a besoin de service, apportez-le à un Centre de Maintenance Agréé Apple ou contactez Apple. Pour plus de renseignements sur votre Mac Pro consultez les ressources en ligne, l’aide à l’écran, Informations Système ou le logiciel Apple Hardware Test. Si votre commande n’inclut pas de technologie sans fil AirPort avec votre Mac Pro, contactez un fournisseur de services agréé Apple ou un magasin Apple Store pour l’acqué- rir et l’installer. Ressources en ligne Pour tout service ou assistance technique en ligne, consultez le site www.apple.com/fr/support/. Choisissez votre pays dans le menu local. Vous pouvez effectuer des recherches dans la base de connaissances AppleCare, rechercher des mises à jour de logiciels ou obtenir de l’aide par le biais des forums de discussion Apple. Aide à l’écran Quelle que soit votre question, la réponse, des instructions et des informations relatives à la résolution du problème éventuel se trouvent probablement dans l’Aide Mac. Sélectionnez Aide > Aide Mac. Informations Système Pour obtenir des informations détaillées sur votre ordinateur, utilisez Informations Système. Informations Système vous indique par exemple le matériel et les logiciels installés, le numéro de série et la version du système d’exploitation et la quantité de mémoire installée. Pour ouvrir Informations Système, choisissez Apple () > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos.88 Chapitre 4 À tout problème, une solution Apple Hardware Test Vous pouvez utiliser Apple Hardware Test pour diagnostiquer d’éventuels problèmes matériels sur votre Mac Pro. Pour plus de renseignements, consultez la section « Utilisation d’Apple Hardware Test » à la page 83. Informations sur le service et l’assistance technique AppleCare Votre Mac Pro est fourni avec 90 jours d’assistance téléphonique et un an de service par un Centre de réparations agréé Apple. Pour étendre votre couverture, vous pouvez acheter le plan de protection AppleCare Protection Plan. Pour plus de renseignements, consultez le site web de votre pays indiqué ci-dessous. Si vous avez encore besoin d’aide, les membres du service d’assistance téléphonique AppleCare peuvent vous aider à installer et à ouvrir des applications et à faire un dépannage de base. Appelez le numéro du centre d’assistance le plus proche de chez vous (les premiers 90 jours sont gratuits). Ayez la date d’achat et le numéro de série de votre Mac Pro à portée de la main lorsque vous appelez. Remarque : votre période de 90 jours d’assistance téléphonique gratuite commence à la date d’achat. Des frais téléphoniques peuvent être applicables. Pays Téléphone Site web Allemagne (49) 01805 009 433 www.apple.com/de/support Autriche (43) 0810 300 427 www.apple.com/at/supportChapitre 4 À tout problème, une solution 89 Pour une liste complète, consultez la page www.apple.com/fr/contact/phone_contacts.html. Le numéros de téléphone sont susceptibles de changer. Les tarifs de communication locaux et nationaux sont applicables. Localisation du numéro de série Informations Système vous indique le numéro de série de votre Mac Pro. Ouvrez Informations Système, dans le dossier Utilitaires du dossier Applications, puis cliquez sur l’onglet Informations Système. Le numéro de série figure aussi sur l’étiquette de configuration collée à l’arrière de votre Mac Pro, à proximité des ports vidéo. Belgique (flamand) (français) (32) 070 700 772 (32) 070 700 773 www.apple.com/benl/support www.apple.com/befr/support France (33) 0805 540 003 www.apple.com/fr/support Luxembourg (352) 800 24550 www.apple.com/befr/support Suisse (français) (allemand) (41) 0848 000 132 (41) 0848 000 132 www.apple.com/chfr/support www.apple.com/chde/support Pays Téléphone Site web5 5 Sous le capot Aide Mac Informations Système www.apple.com/fr/macpro92 Chapitre 5 Sous le capot Les spécifications techniques de votre Mac Pro apparaissent ci-dessous : Spécifications Utilisez Informations Système pour obtenir des informations détaillées sur votre Mac Pro, comme, par exemple, la quantité de mémoire installée, la taille du disque dur, les périphériques connectés et le numéro de série de l’ordinateur. Pour ouvrir les Informations Système, choisissez le menu () > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos. Spécifications des processeurs et de la mémoire Processeur  Un ou deux processeurs Intel Xeon quadricœurs série 5400.  12 Mo de cache de niveau 2 sur puce par processeur.  Deux bus frontaux indépendants cadencés à 1600 MHz. Mémoire vive (RAM)  Modules de mémoire DIMM Fully Buffered (FB-DIMM).  Modules de mémoire DIMM FB PC2-6400, 800 MHz, DDR2.  Les modules de mémoire DIMM doivent être installés par paire de taille égale et possédant les mêmes spécifications (même nombre de CI par module DIMM).  Huit logements de module DIMM disponibles (quatre logements par carte mémoire).  Code de correction d’erreur (ECC).  Barrettes de 72 bits à 240 broches.  36 CI maximum par DIMM.Chapitre 5 Sous le capot 93  Doit contenir un ventilateur approuvé par Apple (pour les meilleures performances acoustiques).  Doit être conforme à la spécification JEDEC (voir page 43).  Hauteur maximale de 31 mm.  Sans parité. Ccarte graphique Carte graphique PCI Express ou PCI Express 2.0 avec deux connecteurs DVI (Digital Visual Interface) à double liaison. Modes d’affichage Pour obtenir des spécifications techniques sur votre écran :  Moniteurs Apple : rendez-vous à l’adresse www.apple.com/fr/displays.  Moniteurs de tierce partie : rendez-vous à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Stockage  Quatre baies à attachement direct sans câble pour disques durs Serial ATA (SATA) ou Serial Attached SCSI (SAS) 3 Gb/s indépendants :  type : SAS ou SATA 3 Gb/s ;  largeur : 102 mm ;  profondeur : 147 mm ;  hauteur : 25,4 mm.  Quatre supports de disque dur internes.94 Chapitre 5 Sous le capot Extension PCI Express  Quatre logements d’extension PCI Express pleine longueur (le logement 1 contient la carte graphique).  Les logements 1 et 2 sont des logements PCI Express 2.0 à 16 voies.  Les logements 3 et 4 sont des logements PCI Express 1.1 à 4 voies.  Maximum 300 W combinés pour tous les logements PCI Express. Spécifications du SuperDrive (DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW)  Diamètres de disque gérés : 12 cm et 8 cm. Formats de données  CD-ROM.  CD Audio.  CD-R.  CD-RW.  CD-I.  CD-I Bridge.  CD Extended (CD étendu).  CD Mixed Mode (CD en mode mixte).  CD Photo.  CD Vidéo.  CD Extra.  DVD vidéo.  DVD±R.Chapitre 5 Sous le capot 95  DVD±RW.  DVD+R DL. Spécifications USB  Gestion des normes USB (Universal Serial Bus) 2.0 et 1.1.  Sept ports USB externes de type A.  Deux ports USB 2.0 sur la face avant.  trois ports USB 2.0 à l’arrière.  deux ports USB 2.0 intégrés au clavier Apple Keyboard.  Chaque port USB (à l’avant et à l’arrière) se trouve sur un canal USB distinct de 480 mégabits par seconde (Mbit/s).  500 milliampères (mA) disponibles pour un total de 1,5 A à l’arrière et 1,0 A à l’avant. Spécifications FireWire  Prise en charge de FireWire 400 et de FireWire 800.  Quatre ports FireWire externes : un port FireWire 400 (à 6 broches) et un port FireWire 800 (à 9 broches) sur la façade et à l’arrière.  Vitesse de transfert des données :  FireWire 400 : 100, 200 et 400 Mbit/s.  FireWire 800 : 100, 200, 400 et 800 Mbit/s. Puissance  Tension de sortie : environ 12 V.  Puissance de sortie : jusqu’à 28 W pour les 4 ports, soit 12 W pour chaque port.96 Chapitre 5 Sous le capot Spécifications Ethernet  Conforme à la directive IEEE 802.3.  Longueur maximale du câble : 100 mètres (m).  Protocoles : Open Transport, AppleShare, AppleTalk, NetWare pour Macintosh, TCP/IP.  Connecteur : RJ-45 pour 10Base-T, 100Base-TX et 1000Base-T.  Support, 10Base-T : câble UTP de catégorie 3 (CAT 3) ou supérieure sur 2 paires jusqu’à 100 m.  Support, 100Base-TX : câble UTP de catégorie 5e (CAT 5e) sur 2 paires jusqu’à 100 m.  Support, 1000Base-T : câble UTP de catégorie 5e (CAT 5e) sur 4 paires jusqu’à 100 m.  Vitesses de canal : auto-négociation IEEE de 10Base-T, 100Base-TX et 1000Base-T. Spécifications Bluetooth 2.0+EDR  Débit sur liaison sans fil : jusqu’à 3 Mbit/s.  Portée : jusqu’à 10 mètres (le débit de transmission des données peut varier en fonction des conditions ambiantes).  Bande de fréquences : 2,4 gigahertz (GHz). Spécifications AirPort Extreme (facultatif)  Bande de fréquences : 2,4 et 5 gigahertz (GHz).  Puissance de sortie radio : 20 dBm (nominal). Compatibilité  802.11a, b, g et projet de standard n.Chapitre 5 Sous le capot 97 Spécifications audio numérique optique  Format de données : protocole S/PDIF (Sony/Phillips Digital Interface, IEC60958-3).  Type de connecteur : optique Toslink (IEC60874-17).  Bits par échantillon : 16 bits ou 24 bits. Sortie audio numérique optique Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, 0 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz, sauf indications contraires ci-dessous.  Fréquence d’échantillonnage en sortie : 44,1 kHz, 48 kHz ou 96 kHz.  Rapport signal bruit : supérieur à 130 dB.  Distorsion harmonique totale + bruit : inférieure à – 130 dB (0,00003 pourcent). Entrée audio numérique optique Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, 0 dBFS et 24 bits, sauf indication contraire ci-dessous.  Fréquence d’échantillonnage en entrée : 44,1 kHz, 48 kHz ou 96 kHz.  Rapport signal bruit : supérieur à 130 dB.  Distorsion harmonique totale + bruit : inférieure à – 130 dB (0,00003 pourcent).98 Chapitre 5 Sous le capot Spécifications audio analogique  Fréquence d’échantillonnage : 44,1 kHz, 48 kHz ou 96 kHz.  Type de prise : mini-jack 3,5 mm.  Bits par échantillon : 16 bits ou 24 bits.  Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz, + 0,5 dB/- 3 dB. Sortie audio analogique par la prise casque (valeurs types) Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, - 3 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz dans 150 ohms, sauf indications contraires ci-dessous.  Tension de sortie : 1,4 volts (moyenne quadratique) (Vrms ) (+5,1 dBu).  Impédance de sortie : 24 ohms.  Puissance de sortie : 90 milliwatts (mW).  Rapport signal bruit : supérieur à 90 dB.  Distorsion harmonique totale + bruit : inférieure à – 75 dB (0,02 pourcent).  Séparation des voies : supérieure à 50 dB.Chapitre 5 Sous le capot 99 Ligne d’entrée audio analogique (valeurs types). Basé sur situation typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, -3 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz, sauf indications contraires ci-dessous.  Tension d’entrée maximale : 2 Vrms (+ 8,2 dBu).  Impédance d’entrée : supérieure à 20 kiloohms.  Rapport signal bruit : supérieur à 90 dB.  Distorsion harmonique totale + bruit : inférieure à - 85 dB (0,006 pourcent).  Séparation des voies : supérieure à 80 dB. Sortie audio analogique (valeurs typiques) D’après un cas typique, avec lecture d’une onde sinusoïdale de 1 kHz, -3 dBFS, 24 bits et fréquence d’échantillonnage en sortie de 44,1 kHz en 100 ohms, sauf indications contraires ci-dessous.  Tension de sortie : 1,6 Vrms (+ 6,3 dBu).  Impédance de sortie : 24 ohms.  Rapport signal bruit : supérieur à 90 dB.  Distorsion harmonique totale + bruit : inférieure à - 85 dB (0,01 pourcent).  Séparation des voies : supérieur à 90 dB. Alimentation Entrée de ligne, courant alternatif  Plages de tension : de 100 V à 240 V en courant alternatif (CA).  Intensité : Maximum de 12 A (plage basse tension) ou 6 A (plage haute tension).  Fréquence : 50 à 60 Hz.100 Chapitre 5 Sous le capot Alimentation requise pour les cartes d’extension et les périphériques Cartes d’extension La consommation de courant combinée des quatre logements PCI Express ne doit pas dépasser 300 watts (W). Périphériques USB Chacun des ports USB intégrés à l’ordinateur dispose de 500 mA. Périphériques FireWire L’ordinateur peut fournir un total de 28 W aux ports FireWire. Horloge système et batterie Votre ordinateur est équipé d’un circuit cmOS personnalisé avec une pile longue durée. Pile Utilisez une pile de rechange au lithium, de type CR-2032 de 3 V (voir la rubrique « Remplacement de la pile de secours interne » à la page 68).Chapitre 5 Sous le capot 101 Dimensions et environnement d’utilisation Dimensions  Poids : 19,2 kg. Le poids dépend du modèle. Le poids indiqué ci-dessus correspond à la configuration de base et peut être supérieur si des périphériques facultatifs sont installés.  hauteur : 511 mm.  largeur : 206 mm.  profondeur : 475 mm. Environnement d’utilisation  Température de fonctionnement : de 10° à 35° C.  Température de stockage : de – 40° à 47° C.  Humidité relative : 5 % à 95 % (sans condensation).  Altitude : de 0 à 3 048 m.6 6 Enfin et surtout www.apple.com/fr/environment Aide Mac ergonomie104 Chapitre 6 Enfin et surtout Ce chapitre contient des informations importantes sur les procédures de sécurité, la maintenance de routine et des considérations ergonomiques pour l’utilisation de votre Mac Pro et de l’écran. Pour votre sécurité et celle de votre équipement, respectez ces règles lorsque vous manipulez et nettoyez votre Mac Pro et pour travailler de façon plus confortable. Gardez ces instructions à portée de la main au cas où vous ou quelqu’un d’autre devriez les consulter plus tard. Informations importantes sur la sécurité Le seul moyen de couper totalement l’alimentation de votre Mac Pro consiste à débrancher le câble d’alimentation de la source d’alimentation principale. Pour déconnecter complètement votre moniteur, vous devez également débrancher le câble d’alimentation qui le raccorde à l’ordinateur ou à la source d’alimentation. Pour pourvoir débrancher l’ordinateur ou le moniteur en cas de besoin, veillez à pouvoir accéder facilement à l’une des extrémités du câble d’alimentation de l’appareil. Prenez toujours les précautions suivantes. Dans les situations suivantes, débranchez la fiche d’alimentation (en tirant sur la fiche et non sur le câble) de l’ordinateur ou du moniteur et débranchez le câble du téléphone :  Le câble ou la fiche d’alimentation est usé(e) ou endommagé(e).  Vous avez renversé quelque chose dans le boîtier de l’ordinateur. AVERTISSEMENT : le non-respect de ces instructions de sécurité pourrait provoquer un incendie, un choc électrique ou d’autres blessures et dommages.Chapitre 6 Enfin et surtout 105  L’ordinateur ou le moniteur a été exposé à la pluie ou à une humidité excessive.  L’ordinateur ou le moniteur est tombé ou son boîtier a été endommagé.  Vous pensez que l’ordinateur ou le moniteur doit faire l’objet d’une révision ou d’une réparation.  Vous voulez nettoyer l’ordinateur, ou le boîtier ou l’écran du moniteur.  Si vous ne pensez pas utiliser votre ordinateur durant une période prolongée, retirez la pile. Pour des réparations ou des questions liées à votre garantie, contactez un CMAA (Centre de Maintenance Agréé Apple) ou Apple. La documentation fournie avec votre ordinateur contient des informations relatives à l’assistance et à la maintenance. Entretien général Pour nettoyer votre ordinateur ou le moniteur de manière plus complète, procédez comme suit : 1 Éteignez l’ordinateur et le moniteur. 2 Déconnectez le câble d’alimentation de l’ordinateur du côté de la prise ou multiprise électrique. Si votre moniteur est branché sur une prise, débranchez-le également. 3 Débranchez les câbles du moniteur du côté de l’ordinateur.106 Chapitre 6 Enfin et surtout 4 Nettoyez l’écran du moniteur à l’aide d’un papier absorbant ou d’un tissu doux et non pelucheux imbibé d’eau légèrement savonneuse. 5 Nettoyez délicatement le boîtier de l’ordinateur ou du moniteur à l’aide d’un chiffon propre, doux et humide. Protection de votre lecteur optique Pour garantir le bon fonctionnement de votre lecteur optique :  Placez votre ordinateur de telle sorte que le plateau du lecteur ne heurte aucun obstacle lors de son ouverture.  Laissez le lecteur fermé lorsque vous ne l’utilisez pas.  Ne placez aucun objet sur le plateau du lecteur lorsqu’il est ouvert.  Ne touchez pas la lentille du lecteur optique avec vos doigts. N’essuyez pas la lentille du lecteur avec un mouchoir en papier ni aucune autre matière abrasive. Si vous devez la nettoyer, procurez-vous les produits adéquats auprès d’un Centre de Maintenance Agréé Apple.  Maintenez votre ordinateur à l’écart de toute source d’humidité. · AVERTISSEMENT : ne vaporisez pas de liquide directement sur l’écran du moniteur. Une partie de ce liquide pourrait s’infiltrer à l’intérieur et provoquer une décharge électrique. AVIS : n’utilisez pas d’alcool, d’aérosol ni de produit solvant ou abrasif susceptible d’endommager la finition du boîtier.Chapitre 6 Enfin et surtout 107 Informations relatives au laser du lecteur de disques optiques Le lecteur de disques optiques de votre ordinateur contient un laser qui est sûr lors d’une utilisation normale mais qui pourrait être dangereux pour vos yeux si vous le démontez. Pour votre sécurité, ne réparez pas ces équipement vous même ; faites-le uniquement réparer par un fournisseur de services agréé Apple. Entretien de votre moniteur Pour entretenir votre moniteur et en garantir la longévité :  N’appuyez pas sur la surface de l’écran.  N’écrivez pas sur l’écran et ne le touchez pas avec un objet tranchant.  Si vous n’allez pas utiliser votre ordinateur pendant un jour ou plus, éteignez l’ordinateur et l’écran ou utilisez l’Économiseur d’énergie. En cas d’inactivité prolongée de votre ordinateur, éteignez l’écran, baissez la luminosité ou utilisez un programme d’économie d’écran qui assombrit ou modifie l’image affichée. Entretien de votre souris Mighty Mouse Vous pouvez être amené à retirer les salissures et la poussière accumulées dans le compartiment de la boule de défilement. Pour ce faire, maintenez la souris à l’envers et faites tourner la boule de défilement vigoureusement à l’aide d’un linge propre, doux et non pelucheux afin de déloger toute particule pouvant empêcher un défilement adéquat. · AVERTISSEMENT : opérer des réglages ou réaliser des procédures autres que ceux spé- cifiés dans la documentation de votre équipement peut provoquer une exposition à des rayons dangereux. 108 Chapitre 6 Enfin et surtout Comprendre l’ergonomie Voici quelques conseils pour vous aider à mettre en place un environnement de travail sain.  Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de manière à ce que vos cuisses soient légèrement inclinées et que vos pieds soient posés à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de telle sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie.  Lorsque vous utilisez le clavier de l’ordinateur, vos épaules doivent être détendues. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, ou presque, et votre main doit être dans le prolongement du poignet. Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Si vous disposez d’un bureau modulaire, vous pouvez abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le poste de saisie est situé plus bas que le plan de travail.  Placez la souris à la même hauteur que le clavier et à une distance confortable.  Placez le moniteur de manière à ce que le haut de l’écran se trouve légèrement en dessous du niveau des yeux lorsque vous êtes assis à votre poste de travail. Il vous appartient de juger de la meilleure distance entre vos yeux et l’écran. Elle se situe en général entre 45 et 70 cm. Chapitre 6 Enfin et surtout 109  Positionnez le moniteur de façon à éviter que la réflexion sur sa surface de l’éclairage au plafond ou de la lumière des fenêtres de la pièce ne vous éblouisse. De plus amples informations sont disponibles sur le web : Cuisses légèrement inclinées Épaules détendues Écran orienté de manière à réduire les reflets Mains dans le prolongement des avant-bras Avant-bras à l’horizontale ou légèrement relevés Dossier soutenant la région lombaire Pieds à plat sur le sol ou sur un repose-pied Haut de l’écran au niveau des yeux ou légèrement en dessous. (Vous devrez peut-être ajuster la hauteur du moniteur en surélevant votre plan de travail ou le moniteur lui-même) Espace dégagé sous le plan de travail 45–70 cm (18–28 in.) www.apple.com/about/ergonomics110 Chapitre 6 Enfin et surtout Prévention des dommages auditifs Apple et l’environnement Apple Inc. reconnaît sa responsabilité en matière de minimisation de l’impact de son exploitation et de ses produits sur l’environnement. De plus amples informations sont disponibles sur le web : AVERTISSEMENT : l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque d’écoute à un niveau de volume trop élevé peut provoquer une perte permanente d’acuité auditive. L’oreille peut s’adapter petit à petit à des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux, mais qui risquent à la longue d’endommager votre système auditif. En cas de sifflements ou de perte d’acuité auditive, arrêtez d’utiliser le casque ou les écouteurs et consultez un médecin. Plus le volume est élevé, plus votre audition risque d’être affectée rapidement. Pour protéger votre système auditif, les spécialistes conseillent de prendre les mesures suivantes :  Limitez la durée d’utilisation à volume élevé de vos écouteurs ou de votre casque d’écoute.  Évitez d’augmenter le volume pour ne pas entendre les bruits environnants.  Baissez le volume si vous ne parvenez pas à entendre une personne qui vous parle. www.apple.com/fr/environment111 Regulatory Compliance Information Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. L’utilisation de ce dispositif est autorisée seulement aux conditions suivantes : (1) il ne doit pas produire de brouillage et (2) l’utilisateur du dispositif doit étre prêt à accepter tout brouillage radioélectrique reçu, même si ce brouillage est susceptible de compromettre le fonctionnement du dispositif. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) In necessary, consult an Apple Authorized Service Provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important : Les modifications à ce produit non autorisées par Apple Inc. peuvent rendre nulle la déclaration de compatibilité CEM et vous priver de votre autorité à utiliser le produit. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables (including Ethernet network cables) between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. 112 Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc. Corporate Compliance 1 Infinite Loop M/S 26-A Cupertino, CA 95014-2084 Wireless Radio Use This device is restricted to indoor use due to its operation in the 5.15 to 5.25 GHz frequency range to reduce the potential for harmful interference to co-channel Mobile Satellite systems. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the AirPort Card in this device is below the FCC radio frequency exposure limits for uncontrolled equipment. This device should be operated with a minimum distance of at least 20 cm between the AirPort Card antennas and a person’s body and must not be co-located or operated with any other antenna or transmitter. FCC Bluetooth Wireless Compliance The antenna used with this transmitter must not be colocated or operated in conjunction with any other antenna or transmitter subject to the conditions of the FCC Grant. Bluetooth Industry Canada Statement This Class B device meets all requirements of the Canadian interference-causing equipment regulations. Cet appareil numérique de la Classe B respecte toutes les exigences du Règlement sur le matériel brouilleur du Canada. Industry Canada Statement Complies with the Canadian ICES-003 Class B specifications. Cet appareil numérique de la classe B est conforme à la norme NMB-003 du Canada. Cet appareil est conforme à la norme RSS 210 d’Industry Canada. Déclaration de conformité pour l’Europe–UE Voir www.apple.com/euro/compliance. Korea Statements Apple Inc / APL-A1186 (B) Mac Pro (A1186) Apple Inc / APL-A1243 (B) Keyboard (A1243) Mighty Mouse Apple Inc / Mighty Mouse Apple Inc / 113 Singapore Wireless Certification Taiwan Wireless Statements Taiwan Statement VCCI Class B Statement Souris à diode électroluminescente (DEL) de Catégorie 1 La souris Mighty Mouse d’Apple est un produit à DEL de Catégorie 1 répondant aux normes IEC 60825-1 A1 A2. It also complies with the Canadian ICES-003 Class B Specification. Informations sur les modems USB externes Si vous connectez votre Mac Pro à la ligne téléphone par le biais d’un modem USB externe, reportez-vous aux informations fournies par l’organisme régissant les télécommunications mentionné dans la documentation accompagnant votre modem.114 Disposal and Recycling Information Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser correctement de votre produit en accord avec les normes et la législation de votre pays. Lorsque votre produit n’est plus utilisable, contactez Apple ou les autorités locales pour connaître les options qui vous sont proposées en matière de recyclage. Pour en savoir plus sur le programme de recyclage d’Apple, visitez le site www.apple.com/fr/environment/recycling. Informations sur la mise au rebut de la pile système Jetez toute pile en respectant les lois et les directives locales en matière d’environnement. California: The coin cell battery in your product contains perchlorates. Special handling and disposal may apply. Refer to www.dtsc.ca.gov/hazardous waste/perchlorate. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd. Deutschland: Das Gerät enthält Batterien. Diese gehören nicht in den Hausmüll. Sie können verbrauchte Batterien beim Handel oder bei den Kommunen unentgeltlich abgeben. Um Kurzschlüsse zu vermeiden, kleben Sie die Pole der Batterien vorsorglich mit einem Klebestreifen ab.115 Taïwan: Union européenne — Informations sur la mise au rebut et le recyclage Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains.K Apple Inc. © 2008 Apple Inc. Tous droits réservés. En application des lois et conventions en vigueur, aucune reproduction totale ni partielle du manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple, Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations présentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, Apple Cinema Display, AirPort, AirPort Extreme, AppleShare, AppleTalk, Cover Flow, Exposé, FireWire, GarageBand, iCal, iLife, iMovie, iPhoto, iPod, iTunes, Mac, Mac OS, Macintosh, Guide des produits Macintosh et SuperDrive sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder, le logo FireWire, iPhone, iWeb et Safari sont des marques d’Apple Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Mighty Mouse™ et © 2007 de CBS Operations Inc. Tous droits réservés. La marque et les logos Bluetooth sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple, Inc. Ce produit inclut des logiciels développés par l’Université de Californie, Berkeley et ses collaborateurs. Intel, Intel Core et Xeon sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. « Dolby », « Pro Logic » et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Travaux confidentiels inédits. © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur elles-mêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n˚ 4 631 603, 4 577 216, 4 819 098 et 4 907 093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. Suivez attentivement les instructions contenues dans cette fiche. Dans le cas contraire, vous prenez le risque d’endommager votre équipement et d’annuler sa garantie. Remarque: Des instructions sont disponibles en ligne à l’adresse http://www.apple.com/support/doityourself/. Outils nécessaires • Utiliser un tournevis cruciforme n° 2. Emplacement de la pièce iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card 1 Carte AirPort Extreme, 20 Pouces Instructions de remplacement Rev. C iMac G52 iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card Rev. C Ouverture de l’ordinateur 1. Éteignez votre ordinateur en sélectionnant l’option Éteindre dans le menu Pomme. 2. Débranchez tous les câbles et le cordon d’alimentation de votre ordinateur. 3. Placez un linge propre et doux sur le bureau ou sur votre ordinateur. En maintenant les bords de l’ordinateur, inclinez doucement ce dernier pour le poser sur son écran (comme indiqué).Rev. C iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card 3 4. Localisez les trois vis du boîtier (entourées ci-dessous). Soulevez le pied métallique pour localiser la vis du milieu. Remarque: Ces vis sont des vis imperdables, ce qui signifie qu’elles s’intègrent à l’ensemble écran et collerette et qu’elles ne peuvent pas être sorties entièrement. 5. A l'aide d'un tournevis cruciforme n° 2, dévissez les trois vis imperdables. Remarque: tournez les vis dans le sens inverse des aiguilles d'une montre jusqu'à ce qu'elles cessent de tourner. N'essayez pas de les dévisser au-delà du point d'arrêt. 6. En tenant le capot arrière par le pied métallique, soulevez-le et détachez-le de l’ordinateur. Placez le capot de côté.4 iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card Rev. C Dépose de la carte AirPort Extreme 1. Important: Veillez à vous relier à la terre. Touchez la surface métallique (montrée ci-dessous) située à l’intérieur de l’ordinateur pour décharger l’électricité statique. Avertissement: Veillez à décharger l'électricité statique avant de toucher ou d'installer tout composant à l'intérieur de l'ordinateur. Pour éviter la génération d'électricité statique, évitez au maximum de piétiner une moquette avant d'avoir terminé votre travail et fermé l'ordinateur.Rev. C iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card 5 2. Localisez la carte AirPort Extreme. 3. Débranchez le câble d'antenne de l'extrémité de la carte AirPort Extreme installée.6 iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card Rev. C 4. Tirez sur la languette de la carte pour extraire celle-ci du guide de carte AirPort. Important: Renvoyez cette carte AirPort Extreme à Apple dans l'emballage fourni.Rev. C iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card 7 Installation de la carte AirPort Extreme de rechange 1. Sortez la carte AirPort Extreme de rechange de son emballage. 2. Enfilez la carte AirPort Extreme dans le guide de carte AirPort et poussez-la jusqu'à ce qu'elle s'encliquette en place. 3. Connectez le câble d'antenne à l'extrémité de la carte AirPort Extreme installée.8 iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card Rev. C 4. Assurez-vous que la carte AirPort Extreme affleure le bord du guide de carte AirPort en plastique.Rev. C iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card 9 Fermeture de l'ordinateur 1. Replacez le capot de telle façon que les fentes situées dans la partie supérieure du capot coïncident avec les languettes du dessus de l’écran. 2. Fixez le capot en place en appuyant dessus jusqu’à ce qu’il s’enclenche sur l’ordinateur.10 iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card Rev. C 3. Revissez les trois vis imperdables en les tournant dans le sens des aiguilles d'une montre. Ne les serrez pas excessivement. 4. Reconnectez le cordon d'alimentation à l'ordinateur posé sur son écran et replacez l'ordinateur en position verticale. Allumez l'ordinateur.Rev. C iMac G5 (20-inch) - AirPort Extreme Card 11 Apple Computer, Inc. © 2004 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur américaine et les traités internationaux. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans l'autorisation écrite préalable d'Apple. Apple ne saurait être tenue responsable des erreurs typographiques éventuelles. Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 USA + 1 408 996 1010 http://www.apple.com Apple, le logo Apple, Mac, Macintosh et le logo Mac sont des marques d’Apple Computer Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Félicitations, vous et votre iMac êtes faits l’un pour l’autre.Widgets de Dashboard Obtenez les toutes dernières informations instantanément. Affichez l’état de la bourse, la météo, les prochains vols d’avions et autres. www.apple.com/fr/macosx/overview Aide Mac Dashboard Caméra iSight intégrée Réalisez des vidéoconférences avec 3 amis au maximum partout dans le monde et en temps réel. www.apple.com/fr/imac Aide Mac iSight Musique Front Row avec la télécommande Apple Remote Profitez de vos films, de votre musique et de vos photosdepuis votre canapé. www.apple.com/fr/imac Aide Mac Front RowGarageBand Créez de la musique en ajoutant des musiciens sur une scène virtuelle. Améliorez vos chansons pour jouer comme un pro. www.apple.com/fr/ilife/garageband Aide GarageBand enregistrement Aide iPhoto photo www.apple.com/fr/ilife/iphoto iWeb Créez de magnifiques sites web avec photos, films, blogs, podcasts et widgets web dynamiques. www.apple.com/fr/ilife/iweb Aide iWeb site web iPhoto Organisez toutes vos photos en événements. Publiez-les sur une galerie web en un seul clic. iMovie Rassemblez toutes vos vidéos dans une seule vidéothèque. Créez et partagez vos films en quelques minutes. Aide iMovie film www.apple.com/fr/ilife/imovieTable des matières 5 Table des matières Chapitre 1: Prêt, feu, configurez ! 9 Ce qu’il y a dans la boîte 10 Configuration de votre iMac 15 Extinction ou suspension d’activité de votre iMac Chapitre 2: Votre iMac au quotidien 20 Caractéristiques de base de votre iMac 22 Autres caractéristiques de votre iMac 24 Ports installés sur votre iMac 26 Autres composants de votre iMac 28 Comment obtenir des réponses à vos doutes Chapitre 3: Augmentez votre mémoire 33 Installation de mémoire supplémentaire 38 Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre iMac Chapitre 4: À tout problème sa solution 41 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre iMac 43 Utilisation de la fonction Apple Hardware Test 44 Problèmes de connexion à Internet6 Table des matières 47 Problèmes de communication sans fil avec AirPort Extreme 48 Maintien à jour de votre logiciel 49 Lorsqu’une application ne répond plus 49 Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac 51 Autres problèmes 53 Informations, services et assistance 56 Localisation du numéro de série de votre produit Chapitre 5: Dernières recommandations 58 Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre iMac 62 Prévention des dommages auditifs 62 Comprendre l’ergonomie 65 Entretien de votre iMac 66 Transport de votre iMac 66 Apple et l’environnement 67 Regulatory Compliance Information1 1Prêt, feu, configurez ! www.apple.com/fr/imac Aide Mac Assistant Migration8 Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! Votre iMac est conçu pour pouvoir être configuré rapidement et utilisé immédiatement. Si vous n’avez jamais utilisé d’iMac ou si vous n’êtes pas familiarisé avec les ordinateurs Macintosh, vous trouverez dans ce chapitre des instructions qui vous aideront à débuter. Important : lisez toutes les instructions relatives à la configuration et les informations sur la sécurité à la page 57 et suivantes avant de brancher votre ordinateur dans une prise de courant. Si vous êtes un utilisateur expérimenté, peut-être êtes-vous déjà en mesure d’utiliser votre nouvel ordinateur. Veillez néanmoins à consulter les informations du chapitre 2, « Votre iMac au quotidien », pour découvrir les nouvelles fonctionnalités de cet iMac. Avant de configurer votre iMac, enlevez tout film protecteur placé sur l’extérieur de votre ordinateur.Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! 9 Ce qu’il y a dans la boîte Votre iMac est fourni avec un clavier Apple Keyboard, une souris Mighty Mouse, une télécommande Apple Remote et un câble d’alimentation secteur. Câble d’alimentation secteur Télécommande Apple Remote Clavier Souris Mighty Mouse10 Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! Configuration de votre iMac Suivez les étapes ci-après pour configurer votre iMac. Étape 1 : Faites passer le câble d’alimentation à travers le trou présent sur le socle, branchez-le sur le port d’alimentation situé au dos de votre iMac, puis insérez-le dans une prise de courant.Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! 11 Étape 2 : Pour accéder à Internet à haut débit ou à un réseau, connectez une extrémité d’un câble Ethernet à votre iMac et l’autre extrémité à un modem câble, à un modem DSL ou à un réseau. Remarque : votre iMac est également équipé de la technologie AirPort Extreme de mise en réseau sans fil. Pour en savoir plus sur la configuration d’une connexion sans fil, choisissez Aide > Aide Mac, puis Bibliothèque > Aide AirPort. Consultez également la rubrique « Comment obtenir des réponses à vos doutes » à la page 28. Pour utiliser une connexion commutée, vous avez besoin d’un modem USB externe, que vous pouvez vous procurer en ligne sur l’Apple Store à l’adresse www.apple.com/fr/store ou auprès d’un revendeur agréé Apple. G12 Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! Étape 3 : Branchez les câbles du clavier et de la souris. Utilisation d’un clavier ou d’une souris sans fil Si vous avez fait l’acquisition d’un clavier Apple Wireless Keyboard ou d’une souris Mighty Mouse sans fil avec votre iMac, suivez les instructions fournies avec ces périphériques pour les configurer. d d dChapitre 1 Prêt, feu, configurez ! 13 Étape 4 : Appuyez sur le bouton (®) d’alimentation situé au dos pour allumer votre iMac. Un signal sonore retentit lorsque vous allumez l’iMac. Après le démarrage de l’iMac, l’Assistant réglages s’ouvre automatiquement. ®14 Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! Étape 5 : Utilisez l’Assistant réglages pour configurer votre iMac. La première fois que vous démarrez votre iMac, l’Assistant réglages se met en route. Il vous aide à saisir les informations de connexion à Internet et au courrier électronique ainsi qu’à configurer un compte d’utilisateur sur votre iMac. Si vous possédez déjà un ordinateur Macintosh, l’Assistant réglages peut vous aider à transférer automatiquement les fichiers, les applications et d’autres informations de votre ancien ordinateur vers votre nouvel iMac. Si vous n’avez pas l’intention de garder ou d’utiliser votre autre Mac, il est préférable de retirer l’autorisation pour lire de la musique, des vidéos ou des livres audio que vous avez achetés sur iTunes Store. Retirer l’autorisation d’accès d’un ordinateur permet d’empêcher que des morceaux, des vidéos ou des livres audio que vous avez achetés ne soient lus par une autre personne et de libérer une autre autorisation à utiliser. Pour en savoir plus sur le retrait de l’autorisation d’accès, choisissez Aide iTunes dans le menu Aide d’iTunes. Si vous n’utilisez pas l’Assistant réglages pour transférer vos informations lors dudémarrage initial, vous pouvez le faire ultérieurement à l’aide de l’Assistant migration. Accé- dez au dossier Applications, ouvrez Utilitaires et double-cliquez sur Assistant migration. Étape 6 : Personnalisez votre bureau et réglez les préférences. Grâce aux Préférences Système, vous pouvez rapidement donner à votre bureau l’apparence souhaitée. Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système dans la barre des menus. À mesure que vous vous familiarisez avec votre ordinateur, explorez les Préférences Système, le centre de commandes de la plupart des réglages de votre iMac. Pour en savoir plus, ouvrez l’Aide Mac et recherchez « Préférences Système » ou la préférence que vous souhaitez modifier.Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! 15 Extinction ou suspension d’activité de votre iMac Lorsque vous avez terminé de travailler avec votre iMac, suspendez son activité ou éteignez-le. Suspendre l’activité de votre iMac Si vous envisagez de ne pas utiliser votre iMac pendant une période courte, suspendez-en l’activité. Lorsque l’activité de votre iMac est suspendue, son écran est noir. Vous avez la possibilité de réactiver votre iMac rapidement sans passer par la procédure de démarrage. Pour suspendre l’activité de votre iMac, procédez de l’une des manières suivantes :  Choisissez le menu Pomme () > Suspendre dans la barre des menus.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) situé à l’arrière de l’iMac.  Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système, cliquez sur Économiseur d’énergie et définissez un délai pour la minuterie de mise en veille.  Maintenez enfoncé le bouton Lecture/Pause (’) de la télécommande Apple Remote pendant 3 secondes. Pour réactiver votre iMac, appuyez sur le bouton d’alimentation (®), une touche du clavier ou n’importe quel bouton de la télécommande Apple Remote. À la réactivation de votre iMac, vos applications, vos documents et vos réglages sont conservés tels que vous les aviez laissés. 16 Chapitre 1 Prêt, feu, configurez ! Éteignez votre iMac Si vous ne comptez pas utiliser votre iMac pendant plusieurs jours, éteignez-le. Choisissez le menu Pomme () > Éteindre. Pour rallumer votre iMac, appuyez sur le bouton (®) d’alimentation. ADVERTISSEMENT : éteignez votre iMac avant de le débrancher ou de le déplacer. Tout déplacement de votre iMac lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur.2 2Votre iMac au quotidien www.apple.com/fr/macosx/overview Aide Mac iLifeChapitre 2 Votre iMac au quotidien 19 Il vous offre un aperçu des différentes caractéristiques et des divers ports de l’iMac. Le site web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/, vous donne accès aux actualités Apple, à des téléchargements gratuits et des catalogues en ligne des logiciels et maté- riaux Apple destinés à votre iMac. Vous trouverez également les manuels de nombreux produits Apple, ainsi que l’assistance technique pour tous les produits Apple, sur le site web d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support.20 Chapitre 2 Votre iMac au quotidien Caractéristiques de base de votre iMac Lecteur de disque optique à chargement par fente Souris Mighty Mouse Télécommande Apple Remote Caméra iSight intégrée Clavier Apple Keyboard Micro intégré Lampe témoin de la caméraChapitre 2 Votre iMac au quotidien 21 Micro intégré Enregistrez des sons directement sur votre iMac ou conversez avec des amis en direct via une connexion à haut débit avec l’application iChat AV fournie. Lampe témoin de la caméra La lampe témoin de la caméra est allumée lorsque la caméra iSight est en marche. Lecteur de disque optique à chargement par fente Votre lecteur SuperDrive est capable de lire les disques CD-ROM, les CD de photos, les disques audio et les DVD de taille standard. Il vous permet également de graver de la musique, des documents et d’autres fichiers sur des disques CD-R, CD-RW, DVD±R, DVD±RW et DVD±R double couche de taille standard. Pour insé- rer un disque, enfoncez-le dans le lecteur d’un geste continu. Continuez à pousser le disque jusqu’à ce que vos doigts touchent le bord de votre iMac. Caméra iSight intégrée Participez à des vidéoconférences avec vos amis et votre famille via une connexion à haut débit grâce à l’application iChat AV, prenez des photos avec l’application Photo Booth ou capturez de la vidéo par le biais d’iMovie. Clavier Apple Keyboard Utilisez les commandes de fonction et le pavé numérique pour travailler efficacement. Souris Mighty Mouse Utilisez la souris multibouton programmable et sa boule de défilement innovatrice pour cliquer et naviguer dans vos documents, pages web et autres contenus. La télécommande Apple Remote Utilisez la télécommande Apple Remote conviviale et Front Row pour contrôler votre musique, vos photos et vos clips vidéo à distance.22 Chapitre 2 Votre iMac au quotidien Autres caractéristiques de votre iMac Ports USB Commandes de luminosité Dashboard Exposé Haut-parleur stéréo intégré Récepteur à infrarouge (IR) intégré d Touche d’éjection de disque Haut-parleur stéréo intégré Commandes multimédia C Boutons de réglage du volume -Chapitre 2 Votre iMac au quotidien 23 Haut-parleurs stéréo intégrés Écoutez de la musique, le son de vos films, jeux et fichiers multimédia. Dashboard Ouvrez le Dashboard pour accéder à vos widgets et obtenir des informations à propos du temps, de la bourse et bien plus encore. Touche Toutes les fenêtres dans Exposé Ouvrez Exposé pour accéder rapidement à vos fenêtres ouvertes. Commandes de luminosité Réduisez ou augmentez la luminosité de l’écran de votre iMac. d Ports USB Utilisez les deux ports USB 2.0 pour connecter une souris et pour synchroniser votre iPod ou votre appareil photo numérique. Récepteur à infrarouge (IR) intégré Fonctionne parfaitement avec votre télécommande Apple Remote pour un contrôle sans fil. ’ Commandes multimédia Effectuez un retour rapide (]), lisez ou mettez sur pause (’) ou effectuez une avance rapide (‘) d’un morceau, d’une séquence ou d’un diaporama. - Boutons de réglage du volume Coupez le son (—), baissez (–) ou augmentez (-) le volume sonore des haut-parleurs ou du port de sortie casque de votre iMac. C Touche d’éjection de disque Maintenez enfoncée la touche d’éjection de disque (C) pour retirer un disque.24 Chapitre 2 Votre iMac au quotidien Ports installés sur votre iMac Port de sortie casque/ audio numérique optique Port d’entrée audio/ audio numérique optique , f £ Port Mini-DVI d Ports USB 2.0 (3) Port Ethernet (10/100/1000 Base-T) G H Port FireWire 400 H Port FireWire 800Chapitre 2 Votre iMac au quotidien 25 £ Port de sortie vidéo mini-DVI Utilisez un adaptateur mini-DVI vers DVI pour connecter votre iMac à un écran plat Apple ou à un autre moniteur doté d’un connecteur DVI. Utilisez un adaptateur mini-DVI vers VGA pour le relier à un moniteur externe doté d’un connecteur VGA. Utilisez un adaptateur Mini-DVI vers vidéo pour brancher un téléviseur, un magnétoscope ou un autre appareil vidéo doté d’un connecteur S-vidéo ou composite. Ces adaptateurs sont disponibles à www.apple.com/fr/store. G Port Ethernet (10/100/1000Base-T) Connectez-vous à un réseau Ethernet 10/100/1000 Base-T à grande vitesse ou à un modem câble ou DSL, ou bien connectez-vous à un autre ordinateur et transférez les fichiers. Le port Ethernet détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. d Trois ports USB 2.0 Branchez-y un iPod, une imprimante, un lecteur de disque, un appareil photo numérique, une manette de jeu, un modem et bien plus. Vous pouvez également y brancher des périphériques USB 1.1. Le clavier Apple Keyboard possède également deux ports USB 2.0. , Port d’entrée audio/entrée audio numérique optique Branchez-y un micro externe alimenté ou tout autre équipement audio numérique. Ce port peut également servir de mini-prise stéréo 3,5 S/PDIF. f Port de sortie casque/de sortie audio numérique optique Branchez-y des écouteurs, des haut-parleurs amplifiés externes ou tout autre équipement audio numérique. Ce port peut également servir de mini-prise stéréo 3,5 S/PDIF. H Deux ports FireWire (un port FireWire 400 et un port FireWire 800) Connectez-y des périphériques externes à haute vitesse, tels qu’une caméra vidéo numérique ou un périphérique de stockage externe. Chaque port offre une puissance maximale de 7 watts.26 Chapitre 2 Votre iMac au quotidien Autres composants de votre iMac Bouton d’alimentation Port secteur ® Accès à la mémoire Logement de sécuritéChapitre 2 Votre iMac au quotidien 27 Port secteur Utilisez-le pour brancher le câble d’alimentation à votre iMac. Logement de sécurité Fixez un verrou et un câble antivol (disponibles sur le site www.apple.com/fr/store). Accès à la mémoire Votre iMac est fourni avec au moins 1 Go de mémoire. Vous pouvez ajouter de la mémoire, jusqu’à un total de 4 Go (vous trouverez de la mémoire en vente sur le site www.apple.com/fr/store), reportez-vous à la section « Installation de mémoire supplémentaire » à la page 33. ® Bouton d’alimentation Il permet d’allumer votre iMac ou de suspendre son activité. Maintenez ce bouton enfoncé pour redémarrer votre iMac lors des procédures de dépannage. Z Technologie sans fil Airport Extreme (interne) Connectez-vous à un réseau sans fil grâce à la technologie AirPort Extreme intégrée. ◊ Technologie sans fil Bluetooth® 2.0 EDR (interne) Connectez des périphériques sans fil, tels que les téléphones portables, organiseurs et imprimantes Bluetooth, ainsi que le clavier sans fil Apple Wireless Keyboard et la souris sans fil Mighty Mouse (le clavier sans fil Apple Wireless Keyboard et la souris sans fil Mighty Mouse sont en vente sur le site www.apple.com/fr/store).28 Chapitre 2 Votre iMac au quotidien Comment obtenir des réponses à vos doutes De plus amples informations sur l’utilisation de votre iMac sont disponibles dans l’Aide Mac et sur Internet, à l’adresse www.apple.com/fr/support. Pour ouvrir l’Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône du Finder dans le Dock (la barre des icônes située au bord de l’écran). 2 Choisissez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide dans la barre des menus puis sélectionnez Aide Mac). 3 Cliquez dans le champ Rechercher, tapez votre question puis appuyez sur la touche Retour du clavier. Informations supplémentaires Pour en savoir plus sur l’utilisation de votre iMac, consultez le tableau suivant : Pour en savoir plus sur... Consultez L’installation de mémoire Le chapitre 3, « Augmentez votre mémoire », à la page 31. Le dépannage de votre iMac en cas de problème Le chapitre 4, « À tout problème sa solution », à la page 39. L’obtention de services et d’une assistance pour votre iMac « Informations, services et assistance » à la page 53. Vous pouvez également vous rendre sur le site web d’assistance Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. L’utilisation de Mac OS X Le site web de Mac OS X à l’adresse www.apple.com/fr/macosx/overview ou recherchez « Mac OS X » dans l’Aide Mac. Chapitre 2 Votre iMac au quotidien 29 La migration depuis un PC vers un Mac « How To Move To Mac » (Comment passer au Mac) à l’adresse www.apple.com/fr/macosx/switch. Vous pouvez également cliquer sur le lien « Passage de Windows à Mac », dans la rubrique « Problèmes fréquemment rencontrés par les utilisateurs » de la page d’accueil de l’Aide Mac. L’utilisation des applications iLife Le site web d’iLife à l’adresse www.apple.com/fr/ilife. Vous pouvez aussi ouvrir une application iLife puis ouvrir l’Aide de cette application et saisir une question dans le champ de recherche. La modification des Préférences Système Les Préférences Système en choisissant le menu Pomme (K) > Préférences Système. Vous pouvez également rechercher « préférences système » dans l’Aide Mac. L’utilisation de la caméra iSight Recherchez « iSight » dans l’Aide Mac. L’utilisation de la technologie sans fil AirPort Extreme La page web d’assistance AirPort à l’adresse www.apple.com/fr/support/airport. Vous pouvez également ouvrir l’Aide AirPort en cliquant sur le bouton d’accueil (situé en haut de la page de l’Aide Mac) et en le maintenant enfoncé, puis en sélectionnant Aide AirPort dans la liste. L’utilisation de la technologie sans fil Bluetooth La page web d’assistance Bluetooth à l’adresse www.apple.com/fr/support/bluetooth. Vous pouvez aussi ouvrir l’utilitaire Échange de fichiers Bluetooth (dans le dossier Utilitaires du dossier Applications) et sélectionner Aide > Aide Bluetooth. La connexion d’une imprimante Recherchez « impression » dans l’Aide Mac. Les connexions FireWire et USB Recherchez « USB » ou « FireWire » dans l’Aide Mac, La connexion à Internet Recherchez « Internet » dans l’Aide Mac. La connexion d’un moniteur externe Recherchez « port de moniteur » dans l’Aide Mac. Pour en savoir plus sur... Consultez30 Chapitre 2 Votre iMac au quotidien La télécommande Apple Remote Recherchez « télécommande » dans l’Aide Mac. Front Row Recherchez « Front Row » dans l’Aide Mac. La gravure d’un CD ou DVD Recherchez « graver un disque » dans l’Aide Mac. Les caractéristiques La page des Caractéristiques (en anglais) à l’adresse www.apple.com/support/specs pour les caractéristiques techniques standard. Vous pouvez également ouvrir Informations Système en choisissant le menu Pomme (K) > « À propos de ce Mac » dans la barre des menus puis en cliquant sur Plus d’infos. Pour en savoir plus sur... Consultez3 3Augmentez votre mémoire www.apple.com/fr/store Aide Mac mémoire RAM32 Chapitre 3 Augmentez votre mémoire Votre iMac est fourni avec au moins 1 gigaoctet (Go) de mémoire vive dynamique synchrone (SDRAM) DDR2 installée. Vous pouvez ajouter des modules de mémoire d’1 Go ou de 2 Go, totalisant un maximum de 4 Go de mémoire. Les modules de mémoire doivent être conformes aux spécifications suivantes :  format Small Outline Dual Inline Memory Module (SO-DIMM) ;  667 MHz, PC2-5300, compatible DDR2 (également appelé DDR2 667) ;  sans tampon et non enregistrée. AVERTISSEMENT : Apple vous recommande de confier l’installation de mémoire à un technicien agréé Apple. Consultez les informations sur le dépannage et l’assistance qui accompagnent votre iMac pour savoir comment contacter Apple. Tout dommage causé à votre matériel en tentant d’installer vous-même de la mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre iMac.Chapitre 3 Augmentez votre mémoire 33 Installation de mémoire supplémentaire Votre iMac possède deux logements de mémoire. L’un comporte un module de mémoire d’au moins 1 Go. Vous pouvez ajouter un module de mémoire supplémentaire dans le logement vide ou enlever le module de mémoire du logement occupé pour remplacer la mémoire installée. Vous pouvez ajouter des modules de mémoire d’1 Go ou de 2 Go, totalisant un maximum de 4 Go de mémoire. Vous pouvez acheter de la mémoire Apple supplémentaire chez un revendeur agréé Apple, dans un magasin Apple Store ou bien sur l’Apple Store en ligne à l’adresse www.apple.com/fr/store. Pour installer de la mémoire 1 Éteignez votre iMac en choisissant le menu Pomme () > Éteindre. 2 Débranchez tous les câbles de votre iMac, y compris le câble d’alimentation. 3 Placez un linge ou un chiffon propre et doux sur votre surface de travail. Tout en tenant votre iMac par les côtés, posez-le à plat de manière à faire reposer l’écran contre la surface de la table et à tourner la partie inférieure de l’ordinateur vers vous. ADVERISSMENT : éteignez toujours votre iMac et retirez le câble d’alimentation avant d’installer de la mémoire. N’essayez pas d’installer de la mémoire alors que votre iMac est branché. 34 Chapitre 3 Augmentez votre mémoire 4 Soulevez le socle et utilisez un tournevis cruciforme nº 2 pour desserrer la vis imperdable sur le cache d’accès à la mémoire en la faisant tourner dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. 5 Retirez le cache d’accès à la mémoire et mettez-le de côté. Tournevis cruciforme Soulevez le socle Cache d’accès à la mémoireChapitre 3 Augmentez votre mémoire 35 6 Sortez les languettes du compartiment de mémoire. 7 Si vous remplacez un module de mémoire, sortez la languette puis tirez dessus pour éjecter le module de mémoire installé. Retirez le module de mémoire que vous souhaitez remplacer. Sortez les languettes Sortez la languette Module de mémoire36 Chapitre 3 Augmentez votre mémoire 8 Insérez le nouveau module de mémoire dans le logement, avec l’encoche tournée vers la gauche, comme indiqué sur l’illustration. 9 Enfoncez fermement et uniformément le module de mémoire dans le compartiment. Vous entendrez un léger clic indiquant que le module de mémoire est correctement installé. 10 Remettez les languettes dans le compartiment de mémoire. Module de mémoire Remettez la Tuck the tab languetteChapitre 3 Augmentez votre mémoire 37 11 Remettez le cache d’accès à la mémoire en place en utilisant un tournevis cruciforme nº 2 pour resserrer la vis. AVERTISSEMENT : n’oubliez pas de remettre le cache d’accès à la mémoire en place après avoir installé la mémoire. Votre iMac ne fonctionnera pas correctement sans le cache d’accès à la mémoire. Soulevez le socle Cache d’accès à la mémoire Tournevis cruciforme38 Chapitre 3 Augmentez votre mémoire 12 En tenant les deux côtés de votre iMac, remettez-le dans sa position normale, puis rebranchez les câbles et le cordon d’alimentation. 13 Allumez votre iMac en appuyant sur le bouton d’alimentation (®) situé à l’arrière. Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre iMac Après avoir installé la mémoire, vérifiez si l’ordinateur reconnaît la nouvelle mémoire. Pour vérifier la mémoire installée sur votre iMac : 1 Démarrez votre iMac. 2 Lorsque le bureau Mac OS s’affiche, choisissez le menu Pomme () > À propos de ce Mac. La quantité totale de mémoire installée sur votre iMac s’affichera alors. Pour un aperçu plus détaillé de la quantité de mémoire installée, ouvrez Informations Système en cliquant sur Plus d’infos. Si la mémoire que vous avez installée n’atteint pas le niveau de la configuration requise (voir page 32), votre iMac sonnera trois fois toutes les cinq secondes. Si tel est le cas, éteignez votre iMac et vérifiez à nouveau les instructions d’installation pour vous assurer que la mémoire est compatible avec votre iMac et qu’elle est correctement installée. Si les problèmes persistent, retirez la mémoire et consultez les informations d’assistance technique fournies avec la mémoire ou contactez le fournisseur de la mémoire. 4 4À tout problème sa solution www.apple.com/fr/support Aide Mac aide40 Chapitre 4 À tout problème sa solution Il se peut que vous rencontriez à titre exceptionnel des problèmes en utilisant votre iMac. Lisez ce chapitre pour trouver des idées de solution qui vous aideront à régler vos problèmes. Vous trouverez également d’autres informations de dépannage dans l’Aide Mac et sur le site web d’assistance iMac, à l’adresse www.apple.com/fr/support/imac. Il existe généralement une solution simple et rapide aux problèmes qui peuvent survenir au cours de l’utilisation de votre iMac. Si vous rencontrez un problème, essayez de noter les opérations que vous avez effectuées avant que le problème ne survienne. Ce récapitulatif permet de restreindre les causes possibles du problème et de trouver la solution. Les éléments à noter comprennent :  Les applications que vous étiez en train d’utiliser quand le problème est apparu. Les problèmes qui ne surgissent qu’avec une application spécifique peuvent indiquer que cette application n’est pas compatible avec la version de Mac OS installée sur votre iMac.  Tout nouveau composant matériel connecté ou installé (mémoire supplémentaire ou périphérique, par exemple). AVERTISSEMENT : n’essayez pas d’ouvrir votre iMac, sauf pour y installer de la mémoire. Si votre iMac a besoin d’être inspecté, reportez-vous à la rubrique « Informations, services et assistance » à la page 53 pour savoir comment contacter Apple ou un fournisseur de services agréé Apple. L’utilisateur ne peut remplacer aucune pièce de l’iMac excepté la mémoire.Chapitre 4 À tout problème sa solution 41 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre iMac Si votre iMac ne répond plus ou que le pointeur se fige  Assurez-vous que la souris et le clavier sont connectés. Débranchez puis rebranchez les connecteurs et vérifiez qu’ils sont correctement mis en place. Si vous avez un clavier ou une souris sans fil, vérifiez que les piles sont en état de marche.  Essayez de forcer la fermeture des applications qui posent problème. Maintenez les touches Option et Commande (x) enfoncées puis appuyez sur Échap. Si une zone de dialogue apparaît, sélectionnez-y l’application et cliquez sur Forcer à quitter. Enregistrez alors le travail de toute application ouverte, puis redémarrez l’iMac afin de vous assurer que le problème est entièrement réglé.  Si vous ne parvenez pas à forcer la fermeture de l’application, maintenez pendant 5 ou 6 secondes le bouton d’alimentation (®) enfoncé (situé à l’arrière de l’iMac) pour l’éteindre. Débranchez le câble d’alimentation de l’iMac. Rebranchez ensuite le câble, puis appuyez sur le bouton d’alimentation (®) pour rallumer l’iMac. Si le problème survient fréquemment lorsque vous utilisez une application particulière, consultez le fabricant de cette application pour vérifier si elle est compatible avec votre iMac. Pour obtenir des informations de contact et une assistance relatifs aux logiciels fournis avec votre iMac,rendez-vous à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Si le problème se reproduit fréquemment, il se peut que vous deviez réinstaller votre logiciel système. Consultez « Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac » à la page 49.42 Chapitre 4 À tout problème sa solution Si votre iMac se bloque au démarrage ou si un point d’interrogation clignotant apparaît :  Patientez quelques secondes. Si l’iMac ne démarre pas dans un bref délai, éteignez-le en maintenant le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant 5 à 6 secondes, jusqu’à ce que l’iMac s’éteigne complètement. Maintenez ensuite la touche Option enfoncée tout en appuyant à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour démarrer votre iMac. Lorsque votre iMac démarre, cliquez sur l’icône de disque dur, puis sur la flèche droite.  Une fois que l’iMac a démarré, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Disque de démarrage. Sélectionnez un dossier Système local de Mac OS X.  Si le problème se reproduit fréquemment, il se peut que vous deviez utiliser Utilitaire de disque (qui se trouve sur le disque « Mac OS X Install Disc 1 » fourni avec votre iMac) ou réinstaller votre logiciel système (consultez la rubrique « Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac » à la page 49). Si votre iMac ne s’allume ou ne démarre pas :  Assurez-vous que le câble d’alimentation est correctement connecté à l’iMac et branché sur une prise électrique en état de marche.  Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et maintenez immédiatement les touches Commande (x), Option, P et R enfoncées jusqu’à ce que vous entendiez une deuxième fois le signal sonore de démarrage. Chapitre 4 À tout problème sa solution 43  Si vous avez récemment installé de la mémoire et que votre iMac fait retentir une sonnerie toutes les cinq secondes, assurez-vous que la mémoire est correctement installée et qu’elle est compatible avec votre iMac. Vérifiez si le retrait de cette mémoire permet à l’iMac de démarrer (voir page 33).  Débranchez le câble d’alimentation et attendez au moins 30 secondes. Rebranchez le câble, puis appuyez à nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour allumer votre iMac.  Si vous ne parvenez toujours pas à démarrer votre iMac, consultez la rubrique « Informations, services et assistance » à la page 53 qui contient les informations nécessaires pour prendre contact avec Apple. Utilisation de la fonction Apple Hardware Test Apple Hardware Test vous aide à déterminer s’il existe un problème matériel sur votre iMac. Pour utiliser Apple Hardware Test : 1 Débranchez tous les périphériques de votre iMac à l’exception du clavier et de la souris. Si un câble Ethernet est connecté, déconnectez-le. 2 Redémarrez votre iMac en maintenant la touche D enfoncée. 3 Lorsque le sélectionneur de langues Apple Hardware Test apparaît à l’écran, choisissez la langue qui vous convient. 4 Appuyez sur la touche Retour ou sur le bouton Continuer. 5 Lorsque l’écran principal Apple Hardware Test apparaît (environ 45 secondes plus tard), suivez les instructions affichées à l’écran.44 Chapitre 4 À tout problème sa solution 6 En cas de détection d’un problème, Apple Hardware Test affiche un code d’erreur. Notez le code d’erreur avant d’entreprendre les démarches d’assistance. Si Apple Hardware Test ne détecte pas de panne matérielle, il est probable que le problème soit lié aux logiciels. Pour en savoir plus, consultez le fichier « À propos d’AHT » sur le CD « Mac OS X Install Disc 1 ». Problèmes de connexion à Internet En cas de problèmes avec votre connexion à Internet, vous pouvez essayer les méthodes proposées dans cette rubrique en commençant par Diagnostic réseau. Pour utiliser Diagnostic réseau : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau puis cliquez sur « Assistant ». 3 Cliquez sur Diagnostic pour lancer Diagnostic réseau. 4 Suivez les instructions à l’écran. Si Diagnostic réseau n’est pas en mesure de résoudre le problème, celui-ci se situe peut-être au niveau du fournisseur d’accès à Internet (FAI) auquel vous essayez de vous connecter, du périphérique externe utilisé pour la connexion au FAI ou du serveur auquel vous essayez d’accéder. Vous pouvez également avoir recours aux étapes décrites dans les rubriques suivantes.Chapitre 4 À tout problème sa solution 45 Connexion à Internet par modem câble, ligne DSL et réseau local (LAN) Assurez-vous que tous les câbles du modem sont correctement branchés. Vérifiez le câble d’alimentation du modem, le câble reliant le modem à l’ordinateur et le câble reliant le modem à la prise murale. Vérifiez également les câbles et les sources d’alimentation de vos routeurs et concentrateurs Ethernet. Éteignez, puis rallumez le modem afin de réinitialiser le matériel du modem. Éteignez le modem câble ou DSL, puis rallumez-le après quelques minutes. Certains fournisseurs d’accès à Internet conseillent de débrancher le câble d’alimentation du modem. Si votre modem dispose d’un bouton de réinitialisation, vous pouvez l’actionner avant ou après avoir éteint puis rallumé le modem. Connexions PPPoE Si vous ne parvenez pas à vous connecter à votre fournisseur d’accès à Internet via PPPoE, assurez-vous que les informations que vous avez saisies dans les préférences Réseau sont correctes. Vérifiez les réglages des Préférences Système : 1 Choisissez le menu Pomme () > Préférences Système. 2 Cliquez sur Réseau. 3 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Configurations de ports réseau. 4 Sélectionnez Ethernet intégré, puis faites glisser cette configuration en haut de la liste des configurations de ports. 5 Dans le menu local Afficher, sélectionnez Ethernet intégré. 6 Cliquez sur PPPoE. 7 Sélectionnez Se connecter via PPPoE.46 Chapitre 4 À tout problème sa solution 8 Vérifiez le champ Nom de compte pour vous assurer que vous avez correctement saisi les informations fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 9 Si vous avez choisi d’enregistrer votre mot de passe, tapez-le à nouveau afin d’être sûr qu’il est correct. 10 Cliquez sur TCP/IP. Assurez-vous d’avoir saisi dans cette sous-fenêtre les informations correctes fournies par votre fournisseur d’accès à Internet. 11 Cliquez sur Appliquer. Connexions au réseau Assurez-vous que le câble Ethernet est branché sur votre ordinateur et sur le réseau. Vérifiez les câbles et l’alimentation de vos routeurs et concentrateurs Ethernet. Si vous disposez de plusieurs ordinateurs partageant une connexion à Internet, assurez-vous que votre réseau est correctement configuré. Vous devez savoir si votre fournisseur d’accès à Internet fournit une seule ou plusieurs adresses IP, autrement dit, une pour chaque ordinateur. Si une seule adresse IP est utilisée, vous devez disposer d’un routeur capable de partager la connexion (on parle alors de conversion d’adresse réseau (NAT) ou de masquage d’adresses IP). Pour obtenir des informations sur la configuration, consultez la documentation fournie avec votre routeur ou contactez la personne qui a configuré votre réseau. Vous pouvez utiliser une borne d’accès AirPort pour partager une adresse IP unique entre plusieurs ordinateurs. Pour en savoir plus sur l’utilisation d’une borne d’accès AirPort, consultez l’Aide Mac ou rendez-vous sur le site web d’assistance Airport, à l’adresse www.apple.com/fr/support/airport.Chapitre 4 À tout problème sa solution 47 Si ces méthodes s’avèrent insuffisantes pour résoudre les problèmes rencontrés, adressez-vous à votre fournisseur d’accès à Internet ou à votre administrateur réseau. Problèmes de communication sans fil avec AirPort Extreme En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort Extreme :  Vérifiez que vous avez correctement configuré le logiciel en respectant les instructions fournies avec votre borne d’accès.  Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est actif et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’ordinateur.  Vérifiez la puissance du signal AirPort. L’icône d’état AirPort de la barre des menus affiche jusqu’à quatre barres.  Des problèmes de fonctionnement de réseau peuvent survenir si votre borne d’accès se trouve à proximité d’un four micro-ondes, d’un téléphone sans fil ou autres sources d’interférences. Pour minimiser les interférences, placez votre borne d’accès loin de ce genre d’appareil.  Pour en savoir plus, consultez les instructions incluses avec l’appareil sans fil ou recherchez « AirPort » dans l’Aide Mac.48 Chapitre 4 À tout problème sa solution Maintien à jour de votre logiciel Vous pouvez vous connecter à Internet pour télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournies par Apple. Chaque fois que vous vous connectez à Internet, Mise à jour de logiciels consulte les serveurs Internet d’Apple pour rechercher les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Votre iMac est réglé pour rechercher automatiquement les mises à jour une fois par semaine, mais vous pouvez le configurer pour qu’il effectue cette recherche une fois par jour ou une fois par mois. Vous pouvez également rechercher manuellement les mises à jour. Pour rechercher des mises à jour de logiciels, choisissez le menu Pomme () > « Mise à jour de logiciels » dans la barre des menus et suivez les instructions à l’écran. Vous pouvez également ouvrir les Préférences Système et cliquer sur l’icône Mise à jour de logiciels. Pour en savoir plus, recherchez « Mise à jour de logiciels » dans l’Aide Mac. Pour obtenir les dernières informations sur Mac OS X, rendez-vous à l’adresse www.apple.com/fr/macosx/overview.Chapitre 4 À tout problème sa solution 49 Lorsqu’une application ne répond plus Il peut arriver, très rarement, qu’une application se « fige » à l’écran. Avec Mac OS X, il est possible de quitter une application qui ne répond plus sans redémarrer votre iMac, ce qui permet d’enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à quitter : 1 Appuyez sur Commande (x) + Option + Échap ou bien choisissez le menu Pomme () > Forcer à quitter. La boîte de dialogue Forcer à quitter des applications apparaît avec l’application sélectionnée. 2 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application quitte, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Réinstallation des logiciels fournis avec votre iMac Les disques d’installation de logiciels fournis avec votre iMac permettent de réinstaller Mac OS X et les applications livrées avec votre iMac. Important : Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de réinstaller le logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données.50 Chapitre 4 À tout problème sa solution Installation de Mac OS X et des applications Pour installer Mac OS X : 1 Sauvegardez vos fichiers importants. Nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers importants avant d’installer Mac OS X et les autres applications, car l’option « Effacer et installer » efface le disque dur de destination. 2 Insérez le CD « Mac OS X Install Disc 1 » livré avec votre iMac. 3 Double-cliquez sur « Install Mac OS X and Bundled Software ». 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre iMac redémarre et vous demande d’insérer le disque d’installation suivant de Mac OS X. Installation des applications Pour n’installer que les applications fournies avec votre iMac, veuillez suivre les instructions ci-dessous. Mac OS X doit déjà être installé sur votre iMac. Pour installer les applications : 1 Sauvegardez vos fichiers importants. 2 Insérez le CD « Mac OS X Install Disc 1 » livré avec votre iMac. 3 Double-cliquez sur « Install Bundled Software Only ». 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Chapitre 4 À tout problème sa solution 51 Remarque : pour installer iCal, iChat, iSync, iTunes et Safari, suivez les instructions « Installation de Mac OS X » ci-dessus. Autres problèmes Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Les fabricants de logiciels proposent souvent des mises à jour de leurs produits sur leurs sites web. Vous pouvez utiliser la fenêtre Mise à jour de logiciels des Préférences Système pour rechercher et installer les logiciels Apple les plus récents. Par défaut, votre iMac recherche automatiquement les mises à jour une fois par semaine, mais vous pouvez le configurer pour qu’il effectue cette recherche une fois par jour ou une fois par mois. Vous pouvez également rechercher manuellement les mises à jour. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez « mise à jour de logiciels ». Remarque : les applications Classic (ou Mac OS 9) ne sont pas compatibles avec votre ordinateur et ne s’ouvrent pas. En cas de problèmes avec l’insertion d’un disque  En effectuant un mouvement continu, enfoncez le disque dans le lecteur jusqu’à ce que vos doigts touchent le bord de votre iMac.  Utilisez uniquement un disque de taille standard. 52 Chapitre 4 À tout problème sa solution En cas de problèmes avec l’éjection d’un disque  Quitter toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque, puis appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) de votre clavier.  Ouvrez une fenêtre du Finder et cliquez sur l’icône d’éjection (située à côté de celle du disque dans la barre latérale), ou bien faites glisser l’icône du disque du bureau vers la Corbeille.  Fermez la session de votre compte utilisateur en choisissant le menu Pomme > Fermer la session « utilisateur » (votre nom de compte apparaît dans le menu), puis appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) de votre clavier.  Redémarrez votre iMac en maintenant le bouton de la souris enfoncé. En cas de problème de défilement avec la souris Mighty Mouse  Si le défilement est difficile ou que la boule de défilement ne défile pas vers le haut, vers le bas, ou latéralement, retournez la souris et faites rouler la boule énergiquement tout en la nettoyant.  Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique « Entretien de votre souris Mighty Mouse » à la page 65. En cas de problème de fonctionnement de votre iMac ou de Mac OS  Si la réponse à votre question ne figure pas dans ce manuel, recherchez des instructions et des informations de dépannage dans l’Aide Mac. Dans le Finder, choisissez Aide > Aide Mac.  Pour obtenir les dernières informations de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site web d’assistance Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support.Chapitre 4 À tout problème sa solution 53 Si vous perdez régulièrement vos réglages de date et d’heure La batterie de secours interne de votre ordinateur a peut-être besoin d’être remplacée. La batterie de l’iMac ne peut pas être remplacée par l’utilisateur même. Pour en savoir plus, contactez un fournisseur de services agréé Apple ou un magasin Apple Store. Informations, services et assistance Votre iMac ne contient aucune pièce susceptible d’être remplacée par l’utilisateur, à l’exception du clavier, de la souris et de la mémoire. Si vous avez besoin de services de réparation, adressez-vous à Apple ou portez votre iMac chez un fournisseur de services agréé Apple. Vous trouverez de plus amples informations sur votre iMac en ligne, dans l’aide à l’écran, dans Informations Système et via Apple Hardware Test. Informations en ligne Pour obtenir des informations en ligne sur le service et l’assistance, rendez-vous sur www.apple.com/fr/support. Choisissez votre pays dans le menu local. Vous pouvez faire des recherches dans la base de données AppleCare Knowledge Base, vérifiez si de nouvelles mises à jour de logiciels sont disponibles ou obtenir de l’aide dans les forums de discussion Apple. Aide à l’écran Vous trouverez bien souvent des réponses à vos questions ainsi que des instructions et des informations concernant le dépannage dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac.54 Chapitre 4 À tout problème sa solution Informations Système Pour obtenir des informations sur votre iMac, utilisez Informations Système. Cette application vous fournit la liste des composants matériels et des logiciels installés, le numéro de série et de version du système d’exploitation, la quantité de mémoire installée, etc. Pour ouvrir Informations Système, choisissez le menu Pomme () > « À propos de ce Mac » dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos. Service et assistance AppleCare Votre iMac est fourni avec 90 jours d’assistance technique et 1 an de couverture pour les réparations de matériel effectuées dans les magasins Apple Store ou les centres de réparations agréés Apple, tels que les fournisseurs de services agréés Apple. Vous avez la possibilité d’étendre la durée de cette couverture en adhérant à un programme AppleCare Protection Plan. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.apple.com/fr/support/products ou bien visitez le site web de votre pays (dans la liste ci-dessous). Si vous avez besoin d’assistance, le personnel d’assistance par téléphone AppleCare peut vous aider à installer et à ouvrir les applications et offre des services de dépannage élémentaires. Appelez le centre d’assistance le plus proche de chez vous (gratuit pendant les 90 premiers jours). Gardez la date d’achat et le numéro de série de votre iMac à portée de main lorsque vous appelez.Chapitre 4 À tout problème sa solution 55 Remarque : la période de 90 jours d’assistance gratuite par téléphone débute à la date d’achat. Des frais téléphoniques peuvent éventuellement s’appliquer. Les numéros de téléphone sont susceptibles d’être modifiés. Les tarifs téléphoniques locaux et nationaux peuvent s’appliquer. Une liste complète est disponible sur Internet : Pays Téléphone Site web Allemagne (49) 01805 009 433 www.apple.com/de/support Autriche (43) 0810 300 427 www.apple.com/at/support Belgique (flamand) (français) (32) 070 700 772 (32) 070 700 773 www.apple.com/benl/support www.apple.com/befr/support France (33) 0825 888 024 www.apple.com/fr/support Luxembourg (352) 800 24550 www.apple.com/befr/support Suisse (français) (allemand) (41) 0848 000 132 (41) 0848 000 132 www.apple.com/chfr/support www.apple.com/chde/support www.apple.com/contact/phone_contacts.html56 Chapitre 4 À tout problème sa solution Localisation du numéro de série de votre produit Utilisez l’une des méthodes suivantes pour trouver le numéro de série de votre iMac :  Choisissez le menu Pomme () dans la barre des menus, puis choisissez « À propos de ce Mac ». Cliquez sur le numéro de version sous les mots « Mac OS X » pour faire apparaître le numéro de version, la version et le numéro de série Mac OS X.  Cliquez sur l’icône du Finder et ouvrez /Applications/Utilitaires/Informations Système. Cliquez sur Matériel dans la sous-fenêtre Contenu.  Regardez sous le socle de l’iMac . 5 5Dernières recommandations www.apple.com/environment Aide Mac ergonomie58 Chapitre 5 Dernières recommandations Afin d’assurer votre sécurité et de préserver votre matériel, veillez à observer ces consignes de nettoyage et de manipulation de votre iMac, ainsi que d’aménagement d’un espace de travail confortable. Les produits Apple sont conçus et évalués selon les standards de sécurité les plus récents des technologies de l’information et de l’équipement d’audio-vidéo. Il est toutefois important de suivre les consignes de sécurité qui se trouvent sur le produit et dans la documentation. Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre iMac Pour votre sécurité et celle de votre matériel, veillez à toujours prendre les précautions ci-après. Gardez ces instructions dans un endroit facile d’accès pour vous et pour les utilisateurs éventuels.  Installez votre ordinateur sur un plan de travail stable.  Évitez de placer votre ordinateur à proximité d’un évier, d’un lavabo, d’une baignoire ou d’une douche, par exemple.  Protégez votre ordinateur de l’humidité et des intempéries (neige, pluie...).  La seule manière de couper complètement l’alimentation de l’ordinateur consiste à débrancher le câble d’alimentation. Débranchez toujours le câble d’alimentation avant d’ouvrir l’ordinateur pour installer de la mémoire.Chapitre 5 Dernières recommandations 59  Débranchez le câble d’alimentation (en tirant sur la fiche plutôt que sur le câble) et le câble ethernet ou le cordon téléphonique si l’un des cas suivants se présente :  Vous souhaitez ajouter de la mémoire.  Le câble ou la fiche d’alimentation est usé(e) ou endommagé(e).  Vous avez renversé quelque chose dans le boîtier de l’ordinateur.  Votre iMac est exposé à la pluie ou à une humidité excessive.  Votre iMac a subi une chute ou le boîtier a été endommagé.  Vous pensez que votre iMac a besoin d’être inspecté ou réparé.  Vous souhaitez nettoyer le boîtier (pour ce faire, suivez à la lettre les instructions fournies plus bas). Important : la seule manière de couper complètement l’alimentation de l’ordinateur consiste à débrancher le câble d’alimentation. Assurez-vous qu’au moins une extrémité du câble soit facilement accessible afin de pouvoir débrancher votre iMac si nécessaire. AVERTISSEMENT : votre câble CA dispose d’une fiche de terre à trois broches (fiche équipée d’une troisième broche de mise à la terre). Cette fiche ne peut être branchée que sur une prise CA reliée à la terre. Si vous ne pouvez pas brancher la fiche car la prise n’est pas reliée à la terre, contactez un électricien agréé pour qu’il remplace cette prise par une prise correctement reliée à la terre. Ne dérogez en aucun cas à cette consigne.60 Chapitre 5 Dernières recommandations Important : le matériel électrique peut s’avérer dangereux s’il n’est pas utilisé correctement. L’utilisation de ce produit ou de tout produit similaire doit toujours être supervisée par un adulte. Évitez que des enfants ne manipulent les composants internes ou les câbles de ces appareils. Ne procédez à aucune réparation par vous-même Votre iMac ne contient aucune pièce susceptible d’être remplacée par l’utilisateur, à l’exception du clavier, de la souris et de la mémoire (voir « Installation de mémoire supplémentaire » à la page 33). N’essayez pas d’ouvrir votre iMac. Si votre iMac a besoin d’être inspecté, consultez les informations sur le dépannage et l’assistance qui accompagnent votre ordinateur ; vous y trouverez les instructions pour contacter Apple ou un fournisseur de services agréé Apple. Si vous ouvrez votre iMac ou que vous installez d’autres éléments que la mémoire, vous risquez d’endommager votre matériel. Les dommages de ce type ne sont pas couverts par la garantie limitée de votre iMac. Utilisation des connecteurs et des ports Ne forcez jamais l’insertion d’un connecteur dans un port. Si le connecteur ne se raccorde pas facilement au port, c’est qu’ils sont probablement incompatibles. Assurezvous que le connecteur correspond bien au port et que vous l’avez correctement positionné par rapport à ce dernier. AVERTISSEMENT : n’introduisez jamais d’objets d’aucune sorte dans les ouvertures de ventilation du boîtier. Cela peut être dangereux et provoquer un incendie ou un choc électrique.Chapitre 5 Dernières recommandations 61 Informations se rapportant au laser Ne tentez pas de démonter le compartiment contenant le laser. Le faisceau laser de cet appareil est dangereux pour les yeux. L’utilisation d’instruments d’optique, telles que des lentilles grossissantes, peut aggraver la nocivité du faisceau. Afin d’assurer votre sécurité, cet équipement ne doit être réparé que par un fournisseur de services agréé Apple. Votre ordinateur est classé comme produit laser de Catégorie 1g dû à son lecteur optique. L’étiquette Catégorie 1 (« Class 1 » en anglais), apposée sur l’ordinateur à un endroit accessible par l’utilisateur, indique que celui-ci est conforme aux normes de sécurité minimales. Une étiquette de mise en garde est située à un endroit accessible au service technique. Les étiquettes placées sur votre produit peuvent être légèrement différentes de celles qui sont affichées ici. Avertissement relatif aux activités à haut risque Cet ordinateur n’est pas conçu pour être utilisé dans des installations nucléaires, pour la navigation ou la communication aérienne, pour le contrôle du trafic aérien, ni dans aucune autre situation où une panne du système informatique pourrait entraîner la mort, des blessures ou de graves dommages écologiques. AVERTISSEMENT : l’exécution de réglages ou d’opérations qui ne sont pas spécifiés dans le manuel de votre équipement risque de vous exposer à des rayonnements dangereux. Étiquette Catégorie 1 Étiquette de mise en garde62 Chapitre 5 Dernières recommandations Prévention des dommages auditifs Comprendre l’ergonomie Voici quelques conseils sur la mise en place d’un environnement de travail sain. Siège Optez pour un siège de bureau réglable et offrant un dossier et une assise confortables. Réglez la hauteur du siège de sorte que vos cuisses reposent à l’horizontale et vos pieds à plat sur le sol. Le dossier du siège doit soutenir votre région lombaire, c’est-à-dire la partie inférieure de votre dos. Suivez les instructions du fabricant de sorte que le réglage du dossier soit parfaitement adapté à votre morphologie. AVERTISSEMENT : l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque d’écoute à un niveau de volume trop élevé peut provoquer une perte d’acuité auditive permanente. L’oreille peut s’adapter petit à petit à des volumes sonores de plus en plus élevés qui peuvent sembler normaux, mais qui risquent à la longue d’endommager votre système auditif. En cas de sifflements ou de perte d’acuité auditive, arrêtez d’utiliser le casque ou les écouteurs et consultez un médecin. Plus le volume est élevé, plus votre audition risque d’être affectée rapidement. Les spécialistes de l’audition suggèrent les précautions suivantes pour protéger votre système auditif :  Limitez la durée d’utilisation à volume élevé de vos écouteurs ou de votre casque d’écoute.  Évitez d’augmenter le volume pour ne pas entendre les bruits environnants.  Baissez le volume si vous ne parvenez pas à entendre une personne qui vous parle.Chapitre 5 Dernières recommandations 63 Au besoin, relevez le siège de manière à ce que vos avant-bras et vos mains soient placés correctement par rapport au clavier. Si, dans ce cas, vos pieds ne reposent plus à plat sur le sol, utilisez un repose-pied inclinable et réglable en hauteur. Vous pouvez également abaisser le niveau du plan de travail pour éviter l’emploi d’un repose-pied. Une troisième solution consiste à utiliser un bureau dont le poste de saisie est situé plus bas que le plan de travail. Cuisses légèrement inclinées Épaules détendues Écran positionné de façon à éviter tout reflet éblouissant Avant-bras et mains en ligne droite Avant-bras légèrement inclinés Bas du dos soutenu Pieds fixes au sol ou sur un repose-pied Haut de l'écran au niveau des yeux ou juste en dessous Côté inférieur au plan de travail dégagé 45–70 cm64 Chapitre 5 Dernières recommandations Écran Placez le moniteur de manière à ce que le haut de l’écran se trouve légèrement en dessous du niveau de vos yeux lorsque vous êtes assis au clavier. Il vous appartient de juger de la meilleure distance entre vos yeux et l’écran. Elle se situe en général entre 45 et 70 cm. Orientez l’écran de manière à ce qu’il reflète le moins possible la lumière provenant de l’éclairage et des fenêtres. Souris Veillez à ce que la souris se trouve à hauteur du clavier. Ménagez un espace suffisant pour la manipuler avec aisance. Clavier Veillez à maintenir vos épaules relâchées lorsque vous utilisez le clavier. Le bras et l’avant-bras doivent former un angle droit, la main étant placée dans le prolongement du poignet. Adoptez une frappe légère avec les mains et les doigts détendus. Évitez de replier les pouces à l’intérieur des paumes. Modifiez fréquemment la position de vos mains pour éviter la fatigue. Après un effort continu et intensif, certains utilisateurs d’ordinateur ressentent des douleurs aux mains, aux poignets ou aux bras. Si ces douleurs persistent, consultez un spécialiste. Vous trouverez d’autres informations concernant l’ergonomie sur Internet : www.apple.com/about/ergonomicsChapitre 5 Dernières recommandations 65 Entretien de votre iMac Respectez les règles suivantes lors du nettoyage de votre iMac et de ses accessoires :  Éteignez votre iMac et débranchez tous les câbles.  Pour nettoyer la partie extérieure de l’iMac, utilisez un chiffon doux, légèrement humide et non pelucheux. Évitez les infiltrations d’humidité par quelque ouverture que ce soit. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’iMac.  N’utilisez ni aérosols, ni dissolvant, ni abrasifs. Entretien de l’écran de votre iMac Utilisez le chiffon fourni avec votre iMac pour nettoyer l’écran. Pour nettoyer l’écran de votre iMac, procédez comme suit :  Éteignez votre iMac et débranchez tous les câbles.  Humidifiez, à l’eau seulement, le chiffon fourni avec votre iMac ou tout autre chiffon propre, doux et non pelucheux, et essuyez l’écran. Ne vaporisez jamais de liquide directement sur l’écran. Entretien de votre souris Mighty Mouse Vous devez nettoyer votre souris de temps en temps pour éliminer la saleté et la poussière qui se sont accumulées autour de la boule de défilement. Tenez la souris à l’envers et faites rouler vigoureusement la boule de défilement avec le chiffon fourni avec votre iMac, ou tout autre chiffon propre, doux et non pelucheux, pour déloger les particules qui pourraient gêner le défilement.66 Chapitre 5 Dernières recommandations Transport de votre iMac Avant de soulever ou de repositionner votre iMac, éteignez-le et débranchez tous les câbles qui y sont connectés. Pour soulever ou déplacer votre iMac, tenez-le par les côtés. Apple et l’environnement Apple Inc. reconnaît sa responsabilité en matière de réduction de l’impact de ses produits et de ses activités sur l’environnement. Des informations supplémentaires sont disponibles sur Internet : www.apple.com/fr/environment67 Regulatory Compliance Information Compliance Statement This device complies with part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) This device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. L‘utilisation de ce dispositif est autorisée seulement aux conditions suivantes : (1) il ne doit pas produire de brouillage et (2) l’utilisateur du dispositif doit être prêt à accepter tout brouillage radioélectrique reçu, même si ce brouillage est susceptible de compromettre le fonctionnement du dispositif. Radio and Television Interference This computer equipment generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures:  Turn the television or radio antenna until the interference stops.  Move the computer to one side or the other of the television or radio.  Move the computer farther away from the television or radio.  Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. Important: changes or modifications to this product not authorized by Apple Inc. could void the EMC compliance and negate your authority to operate the product. This product has demonstrated EMC compliance under conditions that included the use of compliant peripheral devices and shielded cables between system components. It is important that you use compliant peripheral devices and shielded cables (including Ethernet network cables) between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. 68 Responsible party (contact for FCC matters only): Apple Inc., Product Compliance 1 Infinite Loop M/S 26-A Cupertino, CA 95014-2084 408-974-2000 Utilisation de la radio sans fil Cet appareil est uniquement destiné à l’usage intérieur lors de l’utilisation de bande de fréquence de 5,15 à 5,25 GHz. Cet appareil doit être utilisé à l’intérieur. Exposure to Radio Frequency Energy The radiated output power of the AirPort Extreme Card in this device is far below the FCC radio frequency exposure limits for uncontrolled equipment. This device should be operated with a minimum distance of at least 20 cm between the AirPort Extreme Card antennas and a person’s body and must not be co-located or operated with any other antenna or transmitter. Communauté Européenne Ce produit est conforme aux directives européennes 72/23/CEE, 89/336/CEE et 99/5/CE. Europe–EU Declaration of Conformity The equipment complies with the RF Exposure Requirement 1999/519/EC, Council Recommendation of 12 July 1999 on the limitation of exposure of the general public to electromagnetic fields (0 Hz to 300 GHz). This equipment meets the following conformance standards: EN300 328, EN301 893, EN301 489-17, EN60950 Par la présente, Apple Inc. déclare que la carte 802.11 Mini-PCIe est conforme aux exigences essentielles et aux autres dispositions pertinentes de la directive 1999/5/EC. Korea Mouse Statement Korea Statements Singapore Wireless Certification69 Taiwan Wireless Statements Taiwan Statement Taiwan Class B Statement VCCI Class B Statement Souris à diode électroluminescente (DEL) de Catégorie 1 La souris Mighty Mouse d’Apple est un produit à DEL de Catégorie 1 répondant aux normes IEC 60825-1 A1 A2. It also complies with the Canadian ICES-003 Class B Specification. Informations sur les modems USB externes Si vous branchez votre iMac sur une ligne téléphonique à l’aide d’un modem USB, reportez-vous aux informations de l’entreprise de télécommunications présentes dans la documentation qui accompagne votre modem. ENERGY STAR® Compliance As an ENERGY STAR® partner, Apple has determined that standard configurations of this product meet the ENERGY STAR® guidelines for energy efficiency. The ENERGY STAR® program is a partnership with electronic equipment manufacturers to promote energy-efficient products. Reducing energy consumption of products saves money and helps conserve valuable resources. This computer is shipped with power management enabled with the computer set to sleep after 10 minutes of user inactivity. Pour réactiver votre ordinateur, cliquez sur la souris ou appuyez sur une touche du clavier. For more information about ENERGY STAR®, visit: www.energystar.gov 70 Disposal and Recycling Information Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Vous devez vous débarrasser du produit séparément du reste des déchets ménagers car la lampe de rétro-éclairage contient du mercure. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, contactez Apple ou les autorités locales pour connaître les diverses options de recyclage. For information about Apple’s recycling program, go to www.apple.com/environment/recycling. Battery Disposal Information Dispose of batteries according to your local environmental laws and guidelines. California: The coin cell battery in your product contains perchlorates. Special handling and disposal may apply. Refer to www.dtsc.ca.gov/hazardouswaste/perchlorate. Deutschland: Dieses Gerät enthält Batterien. Bitte nicht in den Hausmüll werfen. Entsorgen Sie dieses Gerätes am Ende seines Lebenszyklus entsprechend der maßgeblichen gesetzlichen Regelungen. Nederlands: Gebruikte batterijen kunnen worden ingeleverd bij de chemokar of in een speciale batterijcontainer voor klein chemisch afval (kca) worden gedeponeerd.71 Taïwan: Union européenne—Informations sur la mise au rebut : Le symbole ci-dessus signifie que vous devez vous débarrasser de votre produit sans le mélanger avec les ordures ménagères, selon les normes et la législation de votre pays. Lorsque ce produit n’est plus utilisable, portez-le dans un centre de traitement des déchets agréé par les autorités locales. Certains centres acceptent les produits gratuitement. Le traitement et le recyclage séparé de votre produit lors de son élimination aideront à préserver les ressources naturelles et à protéger l’environnement et la santé des êtres humains.K Apple Inc. © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. En application des lois et conventions en vigueur, aucune reproduction totale ni partielle du manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations pré- sentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, AirPort Extreme, Exposé, FireWire, iCal, iLife, iMac, iMovie, iPod, iSight, iTunes, Mac, Mac OS, Macintosh, et lecteur SuperDrive sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder, le logo FireWire et Safari sont des marques d’Apple Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. iTunes Store est une marque de service d’Apple Inc. Mighty Mouse © Viacom International Inc. Tous droits réservés. La marque Mighty Mouse est utilisée sous licence. ENERGY STAR® est une marque déposée aux États-Unis. Intel, Intel Core et Xeon sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. La marque et les logos Bluetooth® sont des marques déposées de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple. Les autres noms de produits et de sociétés peuvent être des marques de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. « Dolby », « Pro Logic » et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Ouvrages confidentiels inédits, © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur ellesmêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n˚ 4,631,603, 4,577,216, 4,819,098 et 4,907,093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. Installation de votre logiciel Ce fascicule a été conçu pour vous présenter Logic Express et vous permettre de l’utiliser le plus rapidement possible. Les rubriques suivantes seront traitées :  « Contenu du paquet Logic Express 8 » à la page 2  « À propos de l’aide à l’écran » à la page 3  « Mise à niveau de Mac OS X et de QuickTime » à la page 4  « Installation de Logic Express » à la page 5  « Enregistrement de Logic Express 8 » à la page 8  « Mise en contact avec le service d’assistance AppleCare » à la page 9 Veuillez lire également le document Avant d’installer Logic Express (se trouvant sur le DVD d’installation de Logic Express). Pour obtenir les dernières informations sur Logic Express, rendez-vous le site web de Logic Express à l’adresse http://www.apple.com/fr/logicexpress.2 Contenu du paquet Logic Express 8 Logic Express 8 est fourni avec le DVD d’installation de Logic Express 8 et le DVD de contenu de démonstration de Logic Express 8. DVD d’installation de Logic Express 8 Ce DVD contient tous les fichiers nécessaires à l’installation de Logic Express et de la bibliothèque de sons Logic Express Sound Library. Le disque contient également le dossier Documentation, dans lequel vous trouverez les manuels suivants au format PDF :  Manuel de l’utilisateur de Logic Express 8 : cet ouvrage est le document incontournable sur tout ce qui a trait à Logic Express et couvre en détail toutes les fonctionnalités du programme, à l’exception des plug-ins.  Instruments et effets Logic Express 8 : ce document porte sur l’utilisation de tous les modules d’effets et d’instruments de Logic Express 8. Il ne traite pas d’un usage des modules propre à chaque application mais se concentre plutôt sur leurs fonctions, leurs paramètres et leur utilisation.  Premiers contacts avec Logic Express 8 :ce document a été conçu pour vous présenter Logic Express et vous permettre de l’utiliser le plus rapidement possible. Vous y trouverez des descriptions des principaux aspects de l’interface, des commandes et des menus de Logic Express.  Prise en charge des surfaces de contrôle Logic Express 8 : ce document traite de l’utilisation des surfaces de contrôle dans Logic Express 8.  Logic Express 8 Utilisation de matériel Apogee : ce document aborde des aspects clés de l’utilisation de matériel Apogee dans Logic Express 8.3  Manuel de l’utilisateur de l’Utilitaire de boucles Apple Loops :il propose des informations sur l’utilisation de l’Utilitaire de boucles Apple Loops permettant de créer des boucles audio dans ce format. Contenu de démonstration de Logic Express 8 Ce DVD contient des morceaux de démonstration pour Logic Express 8. Pour utiliser les morceaux de démonstration, copiez-les du DVD sur votre disque dur. N’essayez pas de lire de morceau de démonstration directement à partir du DVD car il est fort possible que cela ne fonctionne pas correctement, voire pas du tout. À propos de l’aide à l’écran L’aide à l’écran et les informations de dernière minute sont disponibles à partir du menu Aide de Logic Express. Aide à l’écran L’aide à l’écran vous permet d’accéder directement aux informations tout en travaillant dans les applications. Pour accéder à l’aide à l’écran : m Sélectionnez le nom du manuel dans le menu Aide. Informations de dernière minute Ce document est publié en ligne et peut faire l’objet de mises à jour au fur et à mesure du lancement de nouvelles versions de Logic Express 8 ou de la publication de nouvelles informations.4 Pour vérifier la présence de mises à jour récentes, effectuez l’une des opérations suivantes : m Sélectionnez « Informations de dernière minute » dans le menu Aide. Si Safari est le navigateur web par défaut de votre système, le fichier s’affiche directement dans Safari. Il se peut que d’autres navigateurs web ne soient pas prévus pour assurer cette fonctionnalité, auquel cas le fichier est téléchargé à l’emplacement de téléchargement par défaut. Mise à niveau de Mac OS X et de QuickTime Avant d’installer Logic Express, vous devez passer en revue la configuration minimale requise indiquée dans le document Avant d’installer Logic Express, accessible à partir du disque d’installation de Logic Express. Le cas échéant, vous devez mettre à jour votre logiciel système pour vous assurer de bien disposer de la toute dernière version de Mac OS X. Vous devez aussi mettre à niveau QuickTime à la version la plus récente. Pour mettre votre logiciel système à jour : 1 Choisissez Pomme > Mise à jour de logiciels. La fenêtre de mise à jour de logiciels s’affiche, indiquant les nouveaux logiciels ou les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. 2 Au besoin, suivez les instructions à l’écran pour mettre à jour Mac OS X avec la dernière version.5 Important :la procédure décrite brièvement ci-dessus n’est valable que pour les mises à jour de logiciels gratuites. Elle part également du principe que vous disposez d’une connexion à Internet. Les mises à jour payantes peuvent être achetées auprès de votre détaillant Apple habituel. C’est le cas si vous devez mettre à jour votre logiciel système d’une version principale de Mac OS X à l’autre, par exemple de la version 10.3 à la version 10.4. Installation de Logic Express Lorsque vous installez Logic Express, les composants se placent dans le dossier Applications de votre disque de démarrage. Remarque :Avant de pouvoir installer Logic Express, vous devez ouvrir une session sur votre ordinateur en tant qu’administrateur à l’aide du mot de passe d’administrateur. Reportez-vous à l’Aide Mac pour en savoir plus. Pour installer et autoriser Logic Express : 1 Insérez le DVD d’installation de Logic Express dans votre lecteur de DVD. 2 Lancez l’installation en double-cliquant sur l’icône d’installation de Logic Express, puis suivez les instructions à l’écran. 3 Le programme d’installation effectue alors une vérification de la conformité à la configuration requise pour savoir si Logic Express 8 peut être installé. Cliquez sur Continuer. 4 Lisez les Informations de bienvenue, puis cliquez sur Continuer. 5 Lisez les informations reprises dans le document Avant d’installer, puis cliquez sur Continuer. 6 Lisez le Contrat de licence du logiciel, puis cliquez sur Continuer.6 7 Une zone de dialogue vous demandant si vous acceptez les termes du contrat de licence s’affiche alors. Cliquez sur Accepter pour continuer. 8 Sélectionnez le disque de destination sur lequel vous installerez Logic Express 8 puis cliquez sur Continuer. 9 Dans la sous-fenêtre « Informations sur l’utilisateur », tapez vos prénom et nom. Saisir le nom de votre entreprise est facultatif. 10 Pour le champ Numéro de série, le numéro de Logic Express en question se trouve sur l’étiquette du numéro de série du logiciel, celle collée au dos de ce document. Cliquez ensuite sur Continuer. Tapez votre nom (obligatoire). Tapez le nom de votre entreprise (facultatif). Saisissez votre numéro de série, en incluant les tirets (obligatoire).7 11 Si vous mettez à niveau une ancienne version de Logic Express, une zone de dialogue s’affiche pour vous demander de saisir le numéro de série de votre version précédente de Logic ou bien de brancher votre XSKey sur un des ports USB de votre ordinateur.  Si vous mettez à niveau une ancienne version de Logic Express 6 ou Logic Audio, branchez votre XSKey sur un des ports USB de votre ordinateur. Important :ne jetez pas votre XSKey après l’installation : vous en aurez besoin à chaque mise à niveau vers Logic Express 8 (ou à chaque réinstallation, si le cas se présente).  Si vous effectuez la mise à niveau à partir de Logic Express, saisissez le numéro de série de Logic Express 7. Le numéro de série demandé se trouve sur le devant du document Installation de votre logiciel Logic Express 7. 12 Cliquez sur le bouton Installer ou Mettre à jour dans la sous-fenêtre Installation standard. 13 Une zone de dialogue vous demande alors vos nom et mot de passe. Le nom et le mot de passe que vous saisissez doivent correspondre à un compte disposant d’autorisations administrateur. Cliquez sur OK une fois terminé. Une fois l’installation terminée, vous pouvez commencer à utiliser l’application Logic Express. Un mot sur la structure des dossiers Pour éviter d’entraver le bon fonctionnement de Logic Express, veillez à ne pas modifier la structure des dossiers créés pendant l’installation du logiciel. Les sous-dossiers situés dans les dossiers Bibliothèque/Application Support/Logic et ~/Bibliothèque/ Application Support/Logic ne doivent jamais être déplacés ou renommés. Utilisez un alias à l’emplacement d’origine si vous voulez déplacer un dossier, tel que le dossier EXS Factory Samples, vers une autre unité ou un autre répertoire.8 Enregistrement de Logic Express 8 Lorsque vous ouvrez Logic Express 8 pour la première fois, l’application vous invite à fournir les éléments pour l’enregistrement du produit. Les informations se trouvant dans votre fiche personnelle du Carnet d’adresses sont saisies automatiquement dans les champs qui conviennent. Pour enregistrer Logic Express 8 sous un utilisateur autre que celui correspondant à la fiche personnelle de Carnet d’adresses : 1 Remplissez les champs Nom, Adresse, Entreprise et Adresse électronique. 2 Si vous voulez recevoir sur votre compte de messagerie les actualités d’Apple et des informations sur les mises à jour logicielles, cochez cette case. 3 Si vous voulez passer en revue les mentions légales du produit, cliquez sur Mentions légales. 4 Quand vous avez fini, cliquez sur Enregistrer maintenant. Logic Express 8 va être enregistré. Remarque :si vous décidez de cliquer sur le bouton Enregistrer plus tard, vous serez à nouveau invité à enregistrer le produit lorsque vous ouvrez l’application, une fois sur cinq.9 Mise en contact avec le service d’assistance AppleCare Apple offre différents plans de service et d’assistance pour Logic Express et le matériel de marque Apple. Quel que soit votre problème, il est préférable d’avoir les informations suivantes à portée de main. Plus les informations fournies à vos agents d’assistance Apple seront détaillées, plus vite le problème pourra être résolu.  L’identifiant d’assistance de Logic Express figurant au dos de ce document Remarque :Ce numéro de 11 chiffres n’est pas le numéro de série du produit utilisé lors de l’installation de Logic Express.  La version de Mac OS X installée. Pour obtenir les informations concernant la version actuellement installée de Mac OS X, choisissez le menu Pomme > À propos de ce Mac.  La version de Logic Express installée. Pour connaître le numéro de version de Logic Express, choisissez Logic Express > À propos de Logic Express dans l’application ouverte. Vous pouvez également cliquer, tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, sur l’icône de Logic Express dans le Finder, puis choisir Lire les informations dans le menu contextuel.  Le modèle de l’ordinateur que vous utilisez.  La quantité de RAM installée sur votre ordinateur. Pour le savoir, choisissez Apple > À propos de ce Mac.  Une liste de tout matériel de tierce partie, branché à l’ordinateur ou qui y est installé. Veuillez préciser les détails du fabricant et du numéro du modèle. Pensez également aux disques durs ainsi qu’aux interfaces audio et MIDI.  Une liste répertoriant les modules de tierce partie ou autres logiciels audio, MIDI ou vidéo installés en plus de Logic Express. Une description exhaustive de la situation à l’origine de l’erreur. Précisez les messages d’erreur, les numéros d’erreur et le texte exact des messages d’alerte. Le service d’assistance AppleCare est disponible en ligne sur http://www.apple.com/fr/support/. Vous pouvez sélectionner une application et afficher les informations la concernant. Dans le menu Aide de Logic Express, vous trouverez également un élément qui vous mènera directement au site web AppleCare. Pour rejoindre le site web AppleCare depuis l’application Logic Express ouverte : m Choisissez Aide > Assistance Logic Express. © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, Finder, Logic, Mac, Mac OS et QuickTime sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Finder et Safari sont des marques d’Apple Inc. AppleCare est une marque de service d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. F019-0896-A Suivez attentivement les instructions contenues dans cette fiche. Dans le cas contraire, vous prenez le risque d’endommager votre équipement et d’annuler sa garantie. Remarque : Des instructions sont disponibles en ligne à l’adresse http://www.apple.com/support/doityourself/. Outils nécessaires • Utilisez le tournevis fourni ou un tournevis cruciforme n° 2, aimanté de préférence. • Un plateau à vis ou équivalent pour regrouper les vis. Emplacement de la pièce iMac G5 (20-inch) - Optical Drive 1 Lecteur optique, 20 pouces Instructions de remplacement F033-2493 Rev. C iMac G5À savoir 1. Toutes les vis pouvant être retirées par l’utilisateur sont de couleur laiton. Veillez à ne pas retirer de vis qui ne soient pas de couleur laiton, sous peine d’annulation de la garantie. 2. Un tournevis cruciforme coudé en forme de “L” et magnétisé est fourni avec la pièce de rechange. 3. Veillez à vous relier à la terre lorsque vous effectuez une opération dans l’ordinateur. Dans cette fiche de procédure, vous apprendrez comment vous relier à la terre. 4. Evitez la présence de boissons et autres liquides à proximité tandis que vous travaillez sur l’iMac. 2 iMac G5 (20-inch) - Optical Drive F033-2493 Rev. COuverture de l’ordinateur Remarque : Les instructions suivantes concernent les modèles iMac G5 (20 pouces). Ces modèles peuvent différer légèrement de ceux illustrés dans les figures de ce document. Cependant, la procé- dure suivante s'applique aux deux modèles. 1. Éteignez votre ordinateur en sélectionnant l’option Éteindre dans le menu Pomme. 2. Débranchez tous les câbles et le cordon d’alimentation de votre ordinateur. 3. Placez un linge propre et doux sur le bureau ou sur votre ordinateur. En maintenant les bords de l’ordinateur, inclinez doucement ce dernier pour le poser sur son écran (comme indiqué). F033-2493 Rev. C iMac G5 (20-inch) - Optical Drive 34. Localisez les trois vis du boîtier (entourées ci-dessous). Soulevez le pied métallique pour localiser la vis du milieu. Remarque : Ces vis sont des vis imperdables, ce qui signifie qu’elles s’intègrent à l’ensemble écran et collerette et qu’elles ne peuvent pas être sorties entièrement. À l’aide de l’outil fourni ou d’un tournevis cruciforme n° 2, dévissez les trois vis imperdables. Remarque : tournez les vis dans le sens inverse des aiguilles d'une montre jusqu'à ce qu'elles cessent de tourner. N'essayez pas de les dévisser au-delà du point d'arrêt. 5. En tenant le capot arrière par le pied métallique, soulevez-le et détachez-le de l’ordinateur. Placez le capot de côté. 4 iMac G5 (20-inch) - Optical Drive F033-2493 Rev. CDépose du lecteur optique 1. Important : Veillez à vous relier à la terre. Touchez la surface métallique (montrée ci-dessous) située à l’intérieur de l’ordinateur pour décharger l’électricité statique. Avertissement : Veillez à décharger l'électricité statique avant de toucher ou d'installer tout composant à l'intérieur de l'ordinateur. Pour éviter la génération d'électricité statique, évitez au maximum de piétiner une moquette avant d'avoir terminé votre travail et fermé l'ordinateur. F033-2493 Rev. C iMac G5 (20-inch) - Optical Drive 52. Le lecteur optique est situé dans le coin supérieur gauche. 3. À l’aide de l’outil fourni ou d’un tournevis cruciforme n° 2, retirez les quatre vis du lecteur optique entourées ci-dessous. Posez-les sur le côté. 6 iMac G5 (20-inch) - Optical Drive F033-2493 Rev. C4. Tirez la languette du lecteur optique vers le haut puis sur la droite. Posez le lecteur optique de côté. 5. Important : Renvoyez le lecteur optique à Apple dans l’emballage fourni. F033-2493 Rev. C iMac G5 (20-inch) - Optical Drive 7Installation du lecteur optique de remplacement 1. Sortez le lecteur optique de remplacement de son emballage. 2. Mettez le lecteur optique en place (repère n° 1) et appuyez dessus (repère n° 2) à proximité de la languette pour le reconnecter. 3. Resserrez les quatre vis du lecteur optique. 8 iMac G5 (20-inch) - Optical Drive F033-2493 Rev. CF033-2493 Rev. C iMac G5 (20-inch) - Optical Drive 9 Fermeture de l'ordinateur 1. Replacez le capot de telle façon que les fentes situées dans la partie supérieure du capot coïncident avec les languettes du dessus de l’écran. 2. Fixez le capot en place en appuyant dessus jusqu’à ce qu’il s’enclenche sur l’ordinateur.10 iMac G5 (20-inch) - Optical Drive F033-2493 Rev. C 3. Revissez les trois vis imperdables en les tournant dans le sens des aiguilles d'une montre. Ne les serrez pas excessivement. 4. Reconnectez le cordon d'alimentation à l'ordinateur posé sur son écran et replacez l'ordinateur en position verticale. Allumez l'ordinateur.F033-2493 Rev. C iMac G5 (20-inch) - Optical Drive 11 Apple Computer, Inc. © 2005 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur américaine et les traités internationaux. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans l'autorisation écrite préalable d'Apple. Apple ne saurait être tenue responsable des erreurs typographiques éventuelles. Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 USA + 1 408 996 1010 http://www.apple.com Apple, le logo Apple, Mac, Macintosh et le logo Mac sont des marques d’Apple Computer Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Final Cut Pro 6 Utilisation des formats haute définition et de diffusionK Apple Inc. © 2008 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Vos droits sur le logiciel sont régis par l’accord de licence qui l’accompagne. Le propriétaire ou tout utilisateur autorisé d’une copie valide du logiciel Final Cut Studio peut reproduire cette publication dans le but d’apprendre à utiliser le logiciel. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ou transmise à des fins commerciales en vendant par exemple des copies de cette publication ou en fournissant des services d’assistance payants. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Maj-Option-1) pourra constituer un acte de contrefa- çon et/ou de concurrence déloyale. Tous les efforts nécessaires ont été mis en œuvre pour que les informations contenues dans ce manuel soient les plus exactes possibles. Apple Inc. n’est pas responsable des erreurs d’écriture et d’impression. Remarque : étant donné qu’Apple publie fréquemment des nouvelles versions et des mises à jour du logiciel système, des applications et des sites Internet, certaines images de ce manuel peuvent légèrement différer de celles qui s’affichent à l’écran. Apple Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014–2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, DVD Studio Pro, Final Cut, Final Cut Pro, Final Cut Studio, FireWire, iDVD, iTunes, Mac, MacBook, Mac OS, PowerBook et QuickTime sont des marques d’Apple Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Cinema Tools et Finder sont des marques d’Apple Inc. Dolby Laboratories : fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. « Dolby », « Pro Logic » et le symbole au double D sont des marques de Dolby Laboratories. Ouvrages confidentiels inédits, © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Intel, Intel Core et Xeon sont des marques d’Intel Corp. aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres noms de sociétés ou de produits mentionnés ici sont des marques de leurs détenteurs respectifs. Les produits tiers ne sont mentionnés qu’à titre d’information et ne sauraient constituer un quelconque appui commercial ou recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité quant aux performances ou à l’utilisation de ces produits. Les photos de production proviennent du film “Koffee House Mayhem” avec l’aimable autorisation de JeanPaul Bonjour. “Koffee House Mayhem” © 2004 Jean-Paul Bonjour. Tous droits réservés. http://www.jbonjour.com Les photos de production proviennent du film “A Sus Ordenes” avec l’aimable autorisation d’Eric Escobar. “A Sus Ordenes” © 2004 Eric Escobar. Tous droits réservés. http://www.kontentfilms.com 3 1 Table des matières Préface 9 À propos des formats haute définition et de diffusion 9 Vue d’ensemble des formats vidéo haute définition 11 À propos du codec Apple ProRes 422 12 À propos du codec Apple Intermediate Chapitre 1 13 Utilisation du format HDV 13 À propos du format HDV 14 Formats HDV pris en charge par Final Cut Pro 15 À propos de la compression MPEG 17 Utilisation du format HDV dans Final Cut Pro 18 Flux de production de montage au format HDV natif 18 Étapes de montage HDV en natif 19 Branchement d’un périphérique HDV sur votre ordinateur 20 Choix d’une configuration simplifiée 21 Listage et capture de séquence HDV native 29 Montage de séquences HDV 30 Application d’un rendu et validation (conformation) des données MPEG-2 GOP long 32 Utilisation de la commande Transfert sur bande pour transférer des données HDV 34 Flux de production de montage au format HDV transcodé 34 Étapes de montage de HDV transcodé 35 Branchement d’un périphérique HDV sur votre ordinateur 35 Choix d’une configuration simplifiée 35 Capture et transcodage de vidéo HDV 37 Montage de vidéo à l’aide de métrage HDV transcodé 37 Transfert de données HDV sur bande ou exportation dans une séquence QuickTime 38 Exportation de HDV pour DVD Studio Pro 38 Utilisation du caméscope Canon XL H1 HDV 39 Utilisation du caméscope HDV Sony HVR-V1 40 Spécifications du format HDV Chapitre 2 43 Utilisation de DVCPRO HD 43 À propos du format DVCPRO HD 44 Formats DVCPRO HD pris en charge par Final Cut Pro4 Table des matières 45 Fréquences d’images DVCPRO HD 48 Utilisation du format DVCPRO HD dans Final Cut Pro 49 Branchement d’un périphérique DVCPRO HD sur votre ordinateur 50 Sélection d’une configuration simplifiée DVCPRO HD 50 Listage et capture de vos séquences filmées DVCPRO HD 52 Montage de séquences filmées DVCPRO HD 54 Transfert de votre séquence DVCPRO HD 55 Utilisation du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD 55 Choix d’une fréquence de lecture prévue 55 Fonctionnement de l’enregistrement au format de fréquence d’images DVCPRO HD variable 58 À propos du convertisseur de fréquences d’images DVCPRO HD 59 À propos des options du convertisseur de fréquences d’images 61 Utilisation du convertisseur de fréquences d’images 62 Utilisation du format DVCPRO HD 24p 62 Utilisation de la vidéo 1080pA24 DVCPRO HD 64 Utilisation de la vidéo 720p24 DVCPRO HD 65 Spécifications du format DVCPRO HD Chapitre 3 69 Utilisation de la norme IMX 69 À propos de la norme IMX 70 Formats IMX pris en charge par Final Cut Pro 70 À propos du format MXF 70 Utilisation du format IMX dans Final Cut Pro 71 Transfert de la séquence IMX sur votre ordinateur 71 Importation dans votre projet des fichiers de données IMX des conteneurs MXF 71 Choix d’une configuration simplifiée IMX 71 Montage de plans IMX dans une séquence 72 Exportation de fichiers QuickTime IMX 72 Spécifications des formats IMX Chapitre 4 75 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 76 À propos des données sous forme de fichiers 76 À propos de la fenêtre Lister et transférer 78 Terminologie relative aux supports à base de fichiers 80 Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers 82 Montage de périphériques de données 83 Utilisation de dossiers avec une structure de dossiers de données à base de fichiers valide 83 Utilisation de la zone Explorer 84 Commandes disponibles dans la zone Explorer 86 Ajout de dossiers et de volumes à la zone Explorer 86 Sélection de plan dans la zone ExplorerTable des matières 5 87 Suppression de plans directement du support de stockage 87 Utilisation de la zone Preview 88 Commandes de transport dans la zone Preview 89 Restrictions pendant le preview 89 Utilisation de la zone Listage 90 Utilisation des informations de listage du cache de remplissage automatique 90 Incrémentation des champs de listage 91 Réglage des paramètres audio et vidéo d’importation de plan 91 Utilisation de la file d’attente de transfert 92 Ajout de plans à la file d’attente de transfert en vue de leur acquisition 93 Organisation des plans dans la file d’attente de transfert 93 Pause et arrêt de l’acquisition 94 Attribution de nom aux fichiers et aux plans durant l’acquisition 94 Nouvelle acquisition des données d’un plan 96 Utilisation de plans étendus 97 Visionnage des plans étendus dans la zone Explorer 99 Archivage de données à base de fichiers provenant de cartes 99 Archivage dans un dossier 100 Archivage dans une image disque 101 Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer Chapitre 5 103 Utilisation de cartes Panasonic P2 103 À propos des cartes et des fichiers de données Panasonic 104 Utilisation de cartes Panasonic P2 avec Final Cut Pro 104 Enregistrement du métrage à l’aide d’un caméscope P2 105 Montage de cartes P2, d’images disques et de dossiers 108 Suppression de plans P2 directement dans la fenêtre Lister et transférer 108 Restrictions pendant le preview 109 Suppression du pulldown avancé et des images dupliquées pendant le transfert 109 Utilisation de plans étendus 110 Utilisation de la commande Transfert sur bande pour la sortie sur cartes P2 dans le caméscope l’AG-HVX200 112 Capture par FireWire comme si la carte P2 était une bande insérée dans un magnétoscope 113 Compatibilité du caméscope Panasonic AG-HVX200 116 Spécifications du format de carte Panasonic P2 Chapitre 6 117 Utilisation d’AVCHD 117 À propos d’AVCHD 117 Formats AVCHD pris en charge par Final Cut Pro 118 Utilisation d’AVCHD dans Final Cut Pro 118 Transfert de métrage AVCHD 118 Restrictions lors de l’utilisation d’AVCHD 119 Restrictions pendant le preview6 Table des matières 119 Sélection du codec de destination AVCHD 120 Spécifications du format AVCHD Chapitre 7 123 Utilisation d’AVC-Intra 123 À propos d’AVC-Intra 123 Formats AVC-Intra pris en charge par Final Cut Pro 124 Utilisation d’AVC-Intra dans Final Cut Pro 124 Restrictions pour l’utilisation d’AVC-Intra 124 Restrictions pendant le preview 124 Sélection d’un codec de destination AVC-Intra 125 Spécifications du format AVC-Intra Chapitre 8 127 Utilisation de formats Sony XDCAM 127 À propos des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX 128 Formats XDCAM HD pris en charge dans Final Cut Pro 128 Formats XDCAM HD pris en charge dans Final Cut Pro 129 Formats XDCAM EX pris en charge dans Final Cut Pro 130 Utilisation des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX dans Final Cut Pro 130 Installation du logiciel XDCAM de Sony 131 Branchement d’un équipement XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX sur votre ordinateur 132 Acquisition de données XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX 133 Choix d’une configuration simplifiée et montage de données XDCAM dans Final Cut Pro 133 Choix d’une configuration simplifiée et montage de données XDCAM HD ou XDCAM EX dans Final Cut Pro 133 Rendu et conformation de données XDCAM HD ou XDCAM EX 134 Exportation de séquences en données XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX 134 Spécifications des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX Chapitre 9 137 Utilisation du format REDCODE RAW 137 À propos du format REDCODE RAW 138 À propos de la caméra RED ONE 139 Utilisation du format REDCODE RAW dans Final Cut Pro 140 Flux de production de montage REDCODE RAW natif pour film 142 Transfert des fichiers de données REDCODE RAW vers l’ordinateur 143 Choix du module RED Log and Transfer pour FCP pour effectuer le transfert 143 Listage et transfert de séquence REDCODE RAW 144 Montage de vidéo en vue de la sortie vers Color 144 Sortie dans Color 144 Sortie de fichiers DPX en vue de leur finalisation 144 Flux de production de montage REDCODE RAW transcodé pour vidéo 146 Transfert des fichiers de données REDCODE RAW vers l’ordinateur 147 Choix du codec Apple ProRes 422 pour le transcodageTable des matières 7 147 Listage et transfert de séquence REDCODE RAW 147 Montage de vidéo à l’aide de métrage REDCODE RAW transcodé 148 Étalonnage de votre métrage transcodé avec Color 148 Transfert de données sur bande ou exportation dans Compressor 149 Spécifications du format REDCODE RAW Chapitre 10 151 Utilisation d’unités de disque vidéo Sony 151 À propos des lecteurs disques vidéo (VDU) de Sony 152 Importation d’une séquence filmée à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony 152 Configuration d’un lecteur de disques vidéo Sony 153 Importation de données DV à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony 9 Préface À propos des formats haute définition et de diffusion De plus en plus de nouveaux formats vidéo font leur apparition chaque année. Final Cut Pro, placé au centre de votre flux de postproduction, permet d’assurer la compatibilité de votre suite avec les derniers formats haute définition et de diffusion. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  Vue d’ensemble des formats vidéo haute définition (p. 9)  À propos du codec Apple ProRes 422 (p. 11)  À propos du codec Apple Intermediate (p. 12) Vue d’ensemble des formats vidéo haute définition Les formats numériques haute résolution (HD) se caractérisent par leur résolution verticale (nombre de ligne), leur mode de balayage (entrelacé ou progressif) et leur fréquence d’images et de trames. Par exemple, le format 1080i60 comporte 1080 lignes par image, utilise un balayage entrelacé (indiqué par la lettre i), et balaie 59,94 trames par seconde. Les fréquences d’images HD sont compatibles avec NTSC, PAL ou un film. Remarque : pour pouvoir les comparer aux formats HD, les formats vidéo en résolution standard sont désormais désignés de la même manière. Par exemple, la spécification 480i60 décrit un format comportant 480 lignes, avec un balayage entrelacé et une fréquence de 59,94 trames par seconde.10 Préface À propos des formats haute définition et de diffusion Le tableau suivant répertorie les formats HD couramment utilisés aujourd’hui. Formats HD compatibles NTSC Formats HD compatibles PAL Formats HD compatibles Film Format Description 1080i60 Comporte des images à haute résolution, est capable de capturer un mouvement rapide et présente une résolution verticale réduite du fait de l’entrelacement. Conversion facile en NTSC. 1080p30 Comporte des images à haute résolution. Le mouvement est moins lisse mais la résolution est supérieure aux formats entrelacés dans les zones de mouvement. 720p60 Capture très clairement les mouvements à action rapide. Cependant, la résolution des images fixes est inférieure à celle du format 1080 lignes. Idéal pour le sport et la télévision commerciale. Conversion facile en NTSC. 720p30 Variante du format 720p60 avec une fréquence d’images inférieure. Format Description 1080i50 Comporte des images à haute résolution, est capable de capturer un mouvement rapide et présente une résolution verticale réduite du fait de l’entrelacement. Conversion facile en PAL. 1080p25 Comporte des images à haute résolution. Le mouvement est moins lisse mais la résolution est supérieure aux formats entrelacés dans les zones de mouvement. 720p50 Capture très clairement les mouvements à action rapide. Cependant, la résolution des images fixes est inférieure à celle du format 1080 lignes. Idéal pour le sport et la télévision commerciale. Conversion facile en PAL. 720p25 Variante du format 720p25 avec un débit d’images inférieur. Peut être ralenti jusqu’à 24 ips pour le transfert de film ou la conversion en PAL. Format Avantages 1080p24 Présente la résolution, la méthode de balayage, la fréquence d’images et les proportions les plus proches de celles d’un film. 720p24 Identique à 1080p24, mais avec une résolution inférieure. Idéal pour obtenir l’aspect d’un “film converti en vidéo”.Préface À propos des formats haute définition et de diffusion 11 À propos du codec Apple ProRes 422 Le codec Apple ProRes 422 est un codec vidéo 4:2:2 10 bits haute qualité, conçu pour les flux de post-production les plus exigeants. Ce codec prend en charge les résolutions SD et HD à deux niveaux de qualité, standard et élevée. Toutes les fréquences d’images standard sont disponibles : 23,98 ; 25 ; 29,97 ; 50 et 59,94 ips. Le format de qualité standard s’appelle Apple ProRes 422 et celui de haute qualité, Apple ProRes 422 (HQ). Les formats de codec Apple ProRes 422 suivants sont disponibles en qualité standard et élevée. Le codec Apple ProRes 422 utilise un encodage VBR. Le débit réel dépend des dimensions, de la fréquence d’échantillonnage, de la complexité de l’image et de la qualité que vous utilisez. Le tableau ci-dessous répertorie quelques exemples de débit. Format Dimensions de l’image Fréquence d’images Méthode de balayage 1080i 1440 x 1080 1920 x 1080 25 ; 29,97 et 30 ips Entrelacé 1080p 1440 x 1080 1920 x 1080 23,98 ; 24 ; 25 ; 29,97 et 30 ips Progressif 720p 1280 x 720 960 x 720 23,98 ; 24 ; 25 ; 29,97 ; 30 ; 50 ; 59,94 et 60 ips Progressif 486i (NTSC) 486p 720 x 486 29,97 ips Entrelacé Progressif 576i (PAL) 576p 720 x 576 25 ips Entrelacé Progressif Format Dimensions de l’image Débit moyen (haute qualité) Débit moyen (qualité standard) 1080i60, 1080p30 720p60 1920 x 1080 1280 x 720 220 1Mbps 147 2Mbps 1080p24 1920 x 1080 176 Mbps 117 Mbps 720p50 1280 x 720 184 Mbps 122 Mbps 720p30 1280 x 720 110 Mbps 73 Mbps 720p24 1280 x 720 88 Mbps 58 Mbps 486i60 486p30 720 x 486 63 Mbps 42 Mbps 576i50 576p25 720 x 576 61 Mbps 41 Mbps 1 247.5 Mbps est le débit maximum accepté. 2 165 Mbps est le débit maximum accepté.12 Préface À propos des formats haute définition et de diffusion Voici quelques avantages liés à l’utilisation du codec Apple ProRes 422 :  Permet des coûts de stockage moins élevés par rapport aux codecs 8 bits et 10 bits sans compression.  Permet de capturer des données via une interface vidéo de tierce partie, avec des entrées SDI et HD-SDI.  Peut être utilisé pour transcoder des formats non pris en charge en format natif par Final Cut Pro.  Permet de rendre des formats MPEG-2 GOP long (tels que HDV et XDCAM HD) afin d’éviter les artefacts de réencodage MPEG-2 avant la sortie.  Le codec Apple ProRes 422 utilisé avec des réglages de séquence de traitement de vidéo réglés pour le rendu YUV haute précision peut être utilisé pour les tramages de preview (permettant d’éviter les coûteux transferts sur film) et pour le classement colorimétrique.  Le codec Apple ProRes 422 (HQ) peut être utilisé pour sortir vers un format de masté- risation haut de gamme ou pour sortir un film dans le cadre d’une production à petit budget. À propos du codec Apple Intermediate Le codec Apple Intermediate est un codec vidéo 4:2:0 8 bits haute qualité principalement utilisé afin de travailler sur une séquence MPEG-2 GOP long tel que HDV sans nécessiter de puissance processeur très élevée. Le codec Apple ProRes 422 fonctionne avec les fichiers source 8 bits et 10 bits Le codec Apple ProRes 422 préserve toujours la profondeur de bits des fichiers source. De la sorte, lorsque vous importez un fichier à l’aide du codec Apple ProRes 422, vous ne devez pas d’abord déterminer s’il s’agit d’un fichier 8 bits ou 10 bits : le codec Apple ProRes 422 peut traiter automatiquement les deux profondeurs de bits. Format Dimensions de l’image Fréquence d’images Méthode de balayage 720p 1280 x 720 29,97 ips Progressif 1080i 1440 x 1080 25 et 29,97 ips Entrelacé 1080p 1440 x 1080 23,98, 25 et 29,97 ips Progressif1 13 1 Utilisation du format HDV Final Cut Pro prend en charge la capture, le montage et le transfert au format HDV natif. Si vous êtes déjà familiarisé avec le montage de séquences filmées en DV, vous ne rencontrerez aucun problème particulier en passant au format HDV. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos du format HDV (p. 13)  Flux de production de montage au format HDV natif (p. 18)  Flux de production de montage au format HDV transcodé (p. 34)  Utilisation du caméscope Canon XL H1 HDV (p. 38)  Utilisation du caméscope HDV Sony HVR-V1 (p. 39)  Spécifications du format HDV (p. 40) À propos du format HDV Les normes HDV sont le fruit d’un consortium de fabricants comprenant Sony, Canon, Sharp et JVC. Le format HDV vous permet d’enregistrer une heure de vidéo haute définition à l’aide d’un caméscope de poche grand public sur des cassettes vidéo mini-DV standard. Vous pouvez brancher un caméscope HDV sur votre ordinateur via l’interface FireWire, ce qui vous permet de capturer et de transférer des données comme avec tout autre périphérique DV. Le format HDV utilise la compression MPEG-2 pour obtenir un débit vidéo maximal de 25 Mbps, identique à celui du format DV. Vous pouvez donc faire tenir la même quantité de données vidéo sur vos disques de travail que lorsque vous utilisez le format DV.14 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Un flux de production HDV est presque identique à un flux de production DV type, à quelques étapes supplémentaires près. Vous trouverez dans ce chapitre la description des fonctionnalités uniques de Final Cut Pro qui vous permettent de capturer, de monter et de transférer des données vidéo au format HDV natif. Formats HDV pris en charge par Final Cut Pro La spécification HDV définit les formats de 1080 et 720 lignes utilisant plusieurs fré- quences d’échantillonnage. Final Cut Pro prend en charge les formats HCV suivants. Formats à 59,94 ips Formats à 25 ips Le format ProHD, qu’est-ce que c’est ? Le format ProHD complète le format HDV JVC 720p et permet la prise en charge de la vidéo 24 ips, les options de timecode professionnelle et jusqu’à quatre canaux audio. Format Final Cut Pro Configuration simplifiée : Dimensions de l’image Débit vidéo 1080i60 HDV - 1080i60 1440 x 1080 25 Mbps 1080i60 (Canon) HDV - 1080i60 FireWire Basic 1440 x 1080 25 Mbps 1080F30 (Canon) HDV - 1080p30 FireWire Basic 1440 x 1080 25 Mbps 1080F24 (Canon) HDV - 1080p24 FireWire Basic 1440 x 1080 25 Mbps 720p60 HDV - 720p60 1280 x 720 18,3 Mbps 720p30 HDV - 720p30 1280 x 720 18,3 Mbps 720p24 HDV - 720p24 1280 x 720 18,3 Mbps Format Final Cut Pro Configuration simplifiée : Dimensions de l’image Débit vidéo 1080i50 HDV - 1080i50 1440 x 1080 25 Mbps 1080i50 (Canon) HDV - 1080i50 FireWire Basic 1440 x 1080 25 Mbps 1080F25 (Canon) HDV - 1080p25 FireWire Basic 1440 x 1080 25 Mbps 720p50 HDV - 720p50 1280 x 720 18,3 Mbps 720p25 HDV - 720p25 1280 x 720 18,3 MbpsChapitre 1 Utilisation du format HDV 15 À propos de la compression MPEG La vidéo HD nécessite beaucoup plus de données que la vidéo en définition standard. Une seule image vidéo haute définition peut requérir jusqu’à six fois plus de données qu’une image de définition standard. Pour enregistrer des images aussi volumineuses avec un débit aussi faible, le format HDV utilise alors le système de compression MPEG GOP long. La compression MPEG réduit le débit de données en supprimant toute information visuelle redondante, que cette redondance soit par image et entre différentes images. Remarque : HDV emploie généralement la compression MPEG-2, mais les concepts de la compression GOP long et des seules images I décrite ci-après s’appliquent à toutes les versions de la norme MPEG : MPEG-1, MPEG-2 et MPEG-4 (y compris AVC/H.264). Dans la présente explication générale, le terme MPEG fait référence à tous ces formats. Compression spatiale (intra-image) Au sein d’une même image, les zones de couleur et de texture similaires peuvent être codées avec moins de bits que l’original, ce qui réduit le débit de données tout en limitant au maximum les pertes visibles en termes de qualité perceptible. La compression JPEG fonctionne de la même manière pour compresser les images fixes. La compression intra-image est utilisée pour créer des images vidéo autonomes appelées images I (la version abrégée de intra-image). Enregistrement en définition standard à l’aide d’un caméscope HDV En plus de l’enregistrement vidéo haute définition, la plupart des caméscopes HDV peuvent également enregistrer de la vidéo DV de définition standard. Vous pouvez capturer, monter et transférer cette vidéo DV comme toute autre vidéo DV. Important : nous vous déconseillons d’enregistrer sur une même bande de la vidéo DV et HDV. (Évitez aussi d’enregistrer du métrage HDV dans différentes dimensions d’image et fréquences d’images sur la même bande). Cela risque d’engendrer des problèmes de capture et de lecture. Certains caméscopes JVC proposent un format supplémentaire connu sous le sigle SD, défini par les spécifications HDV. Final Cut Pro ne prend pas en charge ce format.16 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Compression temporelle (inter-image) Au lieu de stocker des images complètes, la compression temporelle stocke uniquement ce qui a changé d’une image à la suivante, ce qui réduit considérablement la quantité de données à stocker tout en conservant toutefois des images haute qualité. La vidéo est stockée selon trois types d’images : une image I autonome qui contient l’image complète, puis les images P et les images B biprédictives qui stockent les changements consécutifs appliqués à cette image. Une nouvelle image I est introduite plus ou moins toutes les demi-secondes afin de fournir une image complète servant de base aux images P et B. Lorsque vous regroupez les images I, P et B correspondantes, vous obtenez un groupe d’images, appelé GOP (Group Of Pictures). Le format HDV utilise un modèle de GOP long, ce qui signifie qu’il existe au moins une image P ou B pour chaque image I. Prenons l’exemple suivant : vous filmez une séquence type d’une personne immobile en train de parler, tel que l’interview d’une personne assise et relativement statique sur toute la durée du plan. La majeure partie du corps de la personne restant immobile, la plupart des informations visuelles sont stockées dans une image I ; les images P et B consécutives ne stockent, elles, que les changements entre une image et la suivante. Complément d’information sur les GOP vidéo longs Le terme long fait référence au fait que des images P et B sont utilisées dans les intervalles entre chaque image I. Le terme opposé à ce modèle de compression MPEG en groupes d’images longs est le modèle MPEG à images I uniquement, dans lequel seules des images I sont utilisées. Les formats tels que le format IMX utilisent les modè- les de compression MPEG à images I uniquement, ce qui réduit les défauts temporels et améliore les performances du montage. Toutefois, les formats à images I uniquement ont un débit de données nettement supérieur car chaque image doit stocker suffisamment de données pour être complètement autonome. Par conséquent, alors que les besoins en décodage sont diminués sur votre ordinateur, ceux relatifs à la rapidité et à la capacité de traitement du disque de travail sont supérieurs. Les données HDV 1080 lignes utilisent une structure à GOP ouvert, ce qui signifie que les images B du flux MPEG peuvent dépendre d’images dans des GOP adjacents. Les données HDV de 720 lignes utilisent une structure GOP fermé, ce qui signifie que chaque GOP est autonome et ne dépend pas d’images externes au GOP.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 17 Étant donné que les images P et B dépendent d’autres images pour créer une image porteuse de sens, votre ordinateur nécessite une puissance de traitement supérieure pour décoder et afficher les images HDV, par rapport à la puissance nécessaire pour afficher des formats à images I uniquement, tels que le format DV, la vidéo sans compression ou les codecs AIC (Apple Intermediate Codec). Utilisation du format HDV dans Final Cut Pro Si vous avec déjà utilisé le format DV, le flux de production HDV vous paraîtra familier. Cependant, la nature du montage de données MPEG-2 GOP long peut rallonger la durée du rendu lors du montage de données vidéo HDV natives. Pour éviter cela, vous pouvez choisir l’un des autres flux de production HDV. Il existe trois flux de production de base pour utiliser des séquences HDV dans Final Cut Pro:  Rendu, montage et capture de données MPEG-2 HDV natives : pour en savoir plus, consultez « Flux de production de montage au format HDV natif » à la page 18.  Transcodage, montage et rendu à l’aide de codecs alternatifs : pour en savoir plus, consultez « Flux de production de montage au format HDV transcodé » à la page 34.  Montage et capture de données MPEG-2 HDV mais rendu via le codec Apple ProRes 422 : pour en savoir plus, consultez « Rendu au format HDV » à la page 31. Transcodage d’HDV vers d’autres codecs Apple Au lieu d’utiliser de la vidéo HDV MPEG-2 native, transcodez votre vidéo HDV au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 pendant la capture. Pour en savoir plus sur ces codecs, consultez « À propos du codec Apple Intermediate » à la page 12 et « À propos du codec Apple ProRes 422 » à la page 11. Contrairement au format HDV MPEG-2, ces codecs Apple n’utilisent pas la compression temporelle : chaque image peut alors être décodée et affichée immédiatement, sans que d’autres images aient d’abord besoin d’être décodées. Vous pouvez également capturer et monter de la vidéo HDV native mais effectuer un rendu de votre séquence à l’aide du codec Apple ProRes 422. Pour en savoir plus, consultez « Rendu au format HDV » à la page 31.18 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Flux de production de montage au format HDV natif Si vous utilisez cette méthode, vous capturez alors, montez et transférez vos données HDV MPEG-2 d’origine tout au long du processus. Ce processus est appelé montage natif car Final Cut Pro travaille directement avec les données MPEG-2 capturées à partir de vos bandes HDV. La lecture de données HDV natives est gourmande en temps processeur car l’affichage d’une seule image peut requérir le décodage de plusieurs images antérieures ou postérieures dans le flux vidéo. Par conséquent, lorsque vous effectuez un montage dans ce format, le nombre d’effets en temps réel que vous pouvez lire peut s’en retrouver réduit. Toutefois, il existe de nombreux avantages à effectuer un montage au format HDV natif :  Le montage HDV natif utilise moins d’espace disque car le débit de données du modèle de compression vidéo HDV MPEG-2 en GOP longs est très faible.  Le transfert de données HDV sur une bande requiert peu de traitement préalable car votre vidéo est déjà au format HDV natif. Seules les portions de votre séquence montée, qui contiennent des cuts ou des effets, doivent être recodées (ou rendues conformes) pour créer le modèle de GOP HDV approprié. Ce processus de travail est pratique pour les montages en cuts uniquement que vous voulez rapidement retransférer sur une bande ou exporter vers d’autres formats MPEG. Étapes de montage HDV en natif Les étapes pour capturer, monter et transférer des données HDV dans Final Cut Pro sont presque les mêmes que celles pour le format DV, mais avec toutefois plusieurs différences importantes. Les différences entre les flux de production HDV et DV sont illustrées dans les étapes suivantes. Étape 1 : Branchez votre caméscope HDV sur votre ordinateur via l’interface FireWire. Cette étape est la même que le branchement d’un périphérique DV via l’interface FireWire. Étape 2 : Choisissez une configuration simplifiée HDV. Choisissez la configuration simplifiée HDV qui correspond à votre format HDV. Étape 3 : Listez vos séquences filmées et capturez-les sur votre disque de travail. Cette étape est semblable au listage et à la capture des formats vidéo DV ou autres. Les différences sont les suivantes :  Certaines options et certains contrôles de la fenêtre Lister et capturer sont différentes lorsque vous capturez des données au format HDV. Par exemple, vous pouvez redimensionner cette fenêtre en temps réel.  Lorsque vous effectuez une capture au format HDV, l’option de détection de scène est systématiquement activée. Une rupture de scène est une donnée intégrée sur la bande pour indiquer le point où le caméscope a été arrêté, puis redémarré. Chaque fois que Final Cut Pro détecte une rupture de scène sur votre séquence HDV entrant, un nouveau fichier et le plan correspondant sont créés.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 19 Étape 4 : Montez vos plans HDV dans une séquence et ajoutez des effets. Le montage HDV est semblable à celui dans d’autres formats dans Final Cut Pro. Cependant, vous ne pouvez pas visionner de vidéo au format HDV MPEG-2 natif sur un périphérique HDV externe connecté via l’interface FireWire. Vous pouvez surveiller la vidéo HDV via DV FireWire, une interface vidéo de tierce partie ou l’option « Digital Cinema Desktop Preview ». Important : la seule manière de transférer de la vidéo HDV vers un périphérique HDV via l’interface FireWire est d’utiliser la commande Transfert sur bande. Étape 5 : Retransférez les données HDV sur une bande ou exportez-les au format QuickTime. Avant que vous ne puissiez transférer ou exporter votre séquence HDV, Final Cut Pro doit corriger tout GOP incompatible au modèle d’images I, P et B. Cette étape de validation (appelée également conformation) est nécessaire pour créer un flux de données MPEG-2 acceptable destiné aux périphériques HDV. Important : ces phases de validation et de rendu sont différentes. Le rendu calcule les données visuelles pour chaque image, tandis que la validation des données garantit que votre séquence comporte la structure des GOP appropriée avant d’effectuer le transfert. Seule la commande Transfert sur bande vous permet de transférer une séquence HDV sur une bande. La commande Montage sur bande n’est pas prise en charge pour les données HDV. Branchement d’un périphérique HDV sur votre ordinateur Une fois que vous avez transféré votre séquence HDV sur une bande, vous pouvez brancher votre caméscope ou magnétoscope sur votre ordinateur pour effectuer la capture. Pour brancher votre caméscope ou magnétoscope HDV sur votre ordinateur : 1 Allumez votre magnétoscope ou caméscope, et passez-le en mode magnétoscope (VTR ou VCR). Remarque : sur certains caméscopes, ce mode est appelé “Lecture” (“Play”). 2 Branchez la fiche située à l’une des extrémités du câble FireWire sur le port FireWire de votre caméscope. 3 Branchez la fiche située à l’autre extrémité du câble FireWire sur un port FireWire 400 de votre ordinateur.20 Chapitre 1 Utilisation du format HDV 4 Vérifiez que votre caméscope est en mode HDV et non DV. Pour plus d’informations, consultez la documentation fournie avec votre périphérique HDV. Choix d’une configuration simplifiée Final Cut Pro comporte plusieurs configurations simplifiées au format HDV natif. Choisissez systématiquement la configuration simplifiée qui correspond à vos séquences filmées HDV. Pour choisir une configuration simplifiée : 1 Choisissez Final Cut Pro > Configuration simplifiée. 2 Choisissez HDV dans le menu local Format. 3 Choisissez (tous les débits) dans le menu local Débit. 4 Cliquez sur le menu local Utiliser pour afficher toutes les configurations simplifiées liées à votre sélection dans le menu local Format. Vous pouvez affiner davantage la liste en choisissant une fréquence d’images spécifique dans le menu local Débit. 5 Dans le menu local Utiliser, choisissez une configuration simplifiée. Important : faites attention à bien choisir la configuration simplifiée qui correspond au format de vos bandes sources HDV. 6 Cliquez sur Configurer. Les préréglages correspondants de la capture, de la séquence ou du contrôle de périphérique sont chargés, ainsi que les préréglage du périphérique A/V. FireWire Caméscope HDV en mode VTR Ordinateur Connecteur à 6 broches sur l’ordinateur Connecteur à 4 broches sur le caméscope HChapitre 1 Utilisation du format HDV 21 Listage et capture de séquence HDV native Une fois votre magnétoscope branché et la configuration simplifiée appropriée choisie, vous pouvez lister et capturer vos séquences filmées . Lorsque vous sélectionnez une configuration simplifiée HDV native, la fenêtre Lister et capturer apparaît. Ses options sont spécialement adaptées au format HDV. Pour obtenir des instructions détaillées sur le listage et la capture, consultez les chapitres suivants dans le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6 :  Volume I, Chapitre 15, « Généralités sur le listage et la capture ».  Volume I, Chapitre 16, « Listage de plans ».  Volume I, Chapitre 17, « Capture de métrage sur le disque ». Pour ouvrir la fenêtre Lister et capturer : m Choisissez Lister et capturer dans le menu Fichier (ou appuyez simultanément sur les touches Commande + 8). La fenêtre Lister et capturer apparaît. À propos de la fenêtre Lister et capturer La fenêtre Lister et capturer vous permet de visionner vos séquences, de définir des points d’entrée et de sortie, de saisir des remarques, de sélectionner les pistes à capturer, de créer des plans et de capturer des fichiers de données. La fenêtre Lister et capturer se divise en plusieurs parties.  Zone de preview : dans la partie gauche se trouve la zone où vous visionnez votre vidéo pendant le listage des plans. Cette zone comporte des contrôles de déplacement, des contrôles de marquage et des champs de timecode. Si le contrôle du périphérique n’est pas activé, les contrôles de déplacement ne figurent pas à l’écran.  Onglets : dans la partie droite se trouvent les onglets Listage, Réglages de plan et Réglages de capture. Zone de preview Boutons de listage et de capture Onglets Stockage, Réglages de plan et Réglages de capture Commande de redimensionnement22 Chapitre 1 Utilisation du format HDV  Boutons de listage et de capture : cliquez sur l’un de ces boutons lorsque vous êtes prêt à lister un plan ou à capturer des données. Le contrôle de redimensionnement dans le coin inférieur droit vous permet d’adapter la taille de la fenêtre Lister et capturer. Cette option n’est disponible que lorsque vous sélectionnez une configuration simplifiée HDV. Zone de preview Cette section de la fenêtre Lister et capturer vous permet de visionner la vidéo sur bande pendant le listage et la capture. La zone de preview vidéo reste noire jusqu’à ce que vous allumiez votre caméscope ou magnétoscope, et que vous lanciez la lecture d’une bande sur ce périphérique. Si le caméscope ou le magnétoscope est connecté et que le contrôle de périphérique est activé, les contrôles suivants apparaissent. Important : si une carte graphique PCI est installée dans votre ordinateur et que vous listez ou capturez un métrage HDV, Final Cut Pro ne peut pas effectuer un preview de la vidéo ou de l’audio dans la fenêtre Lister et capturer. Vous pouvez toujours lister et capturer mais vous devez utiliser l’écran de votre caméscope HDV pour visionner la vidéo. Champ pour le Timecode du point d’entrée Champ Timecode actuel Champ pour le Timecode du point Champ Durée du timecode Zone de preview vidéo État du périphérique Commande Shuttle Espace et durée disponibles Commandes de déplacementChapitre 1 Utilisation du format HDV 23 Zone de preview vidéo  Espace et durée disponibles : Final Cut Pro affiche la quantité d’espace disponible sur tous les disques de travail actuellement affectés.  État du périphérique : affiche l’état de disponibilité des caméscopes et des magnétoscopes connectés à votre ordinateur et actuellement contrôlés par Final Cut Pro. Le message “Magnétoscope OK” indique que votre équipement est connecté et fonctionne correctement.  Champ Durée du timecode : affiche la durée, exprimée en timecode, entre les points d’entrée et de sortie de la bande en cours. Si vous entrez une durée dans ce champ, le point de sortie est ajusté.  Champ Timecode actuel : affiche le numéro de timecode de l’image actuelle sur votre bande source. Vous pouvez saisir un numéro de timecode directement dans ce champ, afin d’accéder à ce point de timecode sur votre bande. ∏ Conseil : lorsque vous utilisez la fenêtre Lister et capturer avec une configuration simplifiée du format HDV natif, maintenez la touche Option enfoncée pour faire glisser une valeur de timecode entre les différents champs correspondants de la fenêtre Lister et capturer. Il n’est pas possible de faire glisser des valeurs de timecode à partir d’autres fenêtres. Commandes de déplacement Si vous disposez du contrôle de périphérique, utilisez-le pour contrôler votre caméscope ou votre magnétoscope. Ces commandes sont similaires aux commandes de déplacement du Visualiseur et du Canevas, sauf qu’elles contrôlent la lecture d’une bande vidéo et non celle d’un fichier de données. Arrêt Lecture Lecture autour de l’image actuelle Lecture entrée vers sortie Retour rapide Avance rapide24 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Commande Shuttle Une commande Shuttle identique à celle présente dans le Visualiseur et le Canevas est également disponible pour naviguer au fil de la bande. Dans la fenêtre Lister et capturer, vous pouvez utiliser les touches J, K et L pour contrô- ler la lecture et le shuttle, comme dans le Visualiseur et le Canevas. Pour en savoir plus sur l’utilisation des touches J, K et L pour contrôler la lecture, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume I, Chapitre 6, « Notions élémentaires sur le Visualiseur ». Remarque : la lecture sur bande n’est pas aussi efficace que la lecture de fichiers de données sur votre disque dur. La bande nécessite quelques secondes pour se positionner sur l’image appropriée ou pour changer la direction de la tête de lecture. Il est possible que les images vidéo et le timecode sur l’affichage à cristaux liquides du caméscope soient différentes de celles que vous visionnez dans la zone de preview vidéo. Cela vient du fait que Final Cut Pro décode les données HDV MPEG-2 en temps réel. Commandes de marquage Elles vous permettent de définir les points d’entrée et de sortie d’un plan sur bande.  Point d’entrée : cliquez sur cette option (ou appuyez sur I) pour définir le point d’entrée d’un plan sur la bande.  Champ pour le Timecode du point d’entrée : affiche la valeur de timecode du point d’entrée actuel.  Aller au point d’entrée : cliquez sur ce bouton pour que le magnétoscope connecté accède au point d’entrée défini.  Point de sortie : cliquez sur cette option (ou appuyez sur O) pour définir le point de sortie d’un plan sur la bande.  Champ pour le Timecode du point de sortie : affiche la valeur de timecode du point de sortie défini.  Aller au point de sortie : cliquez sur ce bouton pour que le caméscope ou magnétoscope connecté accède au point d’entrée défini. Commande Shuttle Point d’entrée Champ pour le Timecode du point de sortie Aller au point d’entrée Aller au point de sortie Point de sortie Champ pour le Timecode du point d’entréeChapitre 1 Utilisation du format HDV 25 Onglets de la fenêtre Lister et capturer La fenêtre Lister et capturer comporte plusieurs onglets que vous pouvez utiliser pour lister et capturer votre séquence HDV. Onglet Stockage Cet onglet vous permet d’ajouter des informations descriptives à chaque plan listé, telles que le nom de la bande, le numéro de la scène/prise, des remarques, les marqueurs, etc. La plupart de ces informations peuvent être ajoutées ultérieurement dans le Navigateur. Onglet Réglages de plan Cet onglet vous permet de sélectionner les pistes vidéo et audio à capturer à partir de la bande. Vous pouvez choisir de ne capturer que la piste vidéo, que la piste audio ou les deux pistes à la fois (vidéo et audio). Vous pouvez également spécifier les canaux audio à capturer. Le bouton Chutier Bouton Nouveau chutier contient le nom du chutier actuellement sélectionné. Champs de stockage Contrôles de marqueur Vu-mètres de canaux individuels Cochez cette case pour activer la capture vidéo. Cochez cette case pour activer la capture audio. Contrôle stéréo/mono Commande “Capturer le canal audio”26 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Lorsque vous choisissez une configuration simplifiée HDV, seuls deux canaux audio sont disponibles pour la capture. Vous pouvez ne capturer qu’un seul canal ou capturer les deux canaux audio, soit en tant que deux pistes mono discrètes, soit en tant que paire stéréo unique. Onglet Réglages de capture Cet onglet vous permet de spécifier les disques de travail à utiliser pour la capture. Vous pouvez également définir les réglages des disques de travail en choisissant Final Cut Pro > Réglages système, puis en cliquant sur l’onglet Disques de travail. Boutons de logging et de capture Utilisez ces boutons pour lister et capturer les plans.  Lister le plan : liste un plan avec les informations de listage et les réglages de plan actuels.  Capturer le plan : liste et capture un plan avec les informations de listage, les réglages de plan et les réglages de capture actuels.  Capturer maintenant : capture l’entrée vidéo et audio actuelle dans un fichier de données sur disque jusqu’à ce que vous actionniez la touche Échap. Aucun point d’entrée ou de sortie n’est nécessaire. Vous pouvez utiliser cette approche pour capturer une bande entière en un seul passage. Si des ruptures de scène sont détectées, de nouveaux fichiers de données ainsi que les plans correspondants sont créés automatiquement.  Capturer par lot : capture les plans sélectionnés dans le Navigateur ou les plans du chutier actuellement affecté. Cliquez sur ce bouton pour ouvrir l’onglet Disques de travail. La capacité du disque de travail actuel et les Réglages « Capture à la volée » s’affichent.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 27 Capture de métrage à l’aide d’indicateurs de démarrage/arrêt Lorsque vous capturez une séquence, vous pouvez contrôler la façon de créer les fichiers de données lorsque des indicateurs de démarrage/arrêt et des ruptures de timecode sont détectés. Ce comportement diffère légèrement par rapport au mode de traitement de métrage DV.  Lorsque vous capturez des données au format DV : les indicateurs de démarrage/arrêt peuvent être détectés après la capture si vous sélectionnez le plan et choisissez Marquer > Détection Démarrage/Arrêt DV.  Lorsque vous capturez des données au format HDV : vous pouvez contrôler si les indicateurs de démarrage/arrêt créent des fichiers de données distincts en cochant ou en décochant la case « Créer un nouveau plan au démarrage/à l’arrêt » dans l’onglet « Réglage de plan » de la fenêtre Lister et capturer. Dans l’onglet Général de la fenêtre des préférences Utilisateur, l’option que vous choisissez dans le menu local « Sur rupture de timecode » détermine l’incidence des ruptures de timecode sur la capture. Toutefois, l’option « Avertir après la capture » est ignorée pour éviter de capturer des fichiers de données qui contiennent des ruptures au milieu d’un GOP MPEG-2. Pour choisir comment Final Cut Pro gère la détection de démarrage/arrêt lors de la capture de métrage HDV : 1 Si ce n’est déjà fait, choisissez Final Cut Pro > Configuration simplifiée, choisissez HDV dans le menu local Format, puis choisissez une configuration simplifiée dans le menu local Utiliser. 2 Choisissez Fichier > Lister et capturer (ou appuyez sur Commande + 8), puis cliquez sur Réglages de plan. 3 Cochez ou décochez la case « Créer un nouveau plan au démarrage/à l’arrêt » pour activer ou désactiver la détection au démarrage/à l’arrêt :  Détection au démarrage/à l’arrêt activée : lorsque la case est cochée, un nouveau fichier de données et le plan correspondant sont créés à chaque fois que Final Cut Pro détecte des indicateurs de démarrage/arrêt dans le flux HDV entrant.  Détection au démarrage/à l’arrêt désactivée : lorsque la case est décochée, un fichier de données continu et le plan correspondant sont créés ; les indicateurs démarrage/ arrêt sont alors ignorés. Remarque : l’option de désactivation de la détection au démarrage/à l’arrêt n’est pas disponible lors de la capture d’une séquence à l’aide d’un caméscope HDV JVC car la nature du flux MPEG-2 nécessite la création d’un nouveau fichier de données à chaque indicateur de démarrage/d’arrêt.28 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Pour déterminer le mode de traitement des ruptures de timecode lorsque vous capturez des données HDV : 1 Choisissez Préférences d’utilisateur dans le menu Final Cut Pro, puis cliquez sur l’onglet Généralités. 2 Choisissez une option du menu local “Sur rupture de timecode” :  Nouveau plan : il s’agit du mode par défaut. Chaque fois qu’une rupture de timecode est détectée au cours de la capture, Final Cut Pro interrompt l’écriture du fichier de données actuel sur le disque et commence alors la capture d’un nouveau fichier de données. Un plan correspondant à ce nouveau fichier de données est également créé dans le Navigateur.  Interrompre la capture : si vous choisissez cette option, Final Cut Pro arrête la capture immédiatement lorsqu’il détecte une rupture de timecode. Toutes les données capturées avant la rupture de timecode possèdent un timecode spécifique à l’image et sont intactes. Les fichiers de données obtenus sont enregistrés et les plans correspondants sont placés dans le Navigateur. En fonction du signal sur la bande, vous pouvez voir un ou deux messages lorsqu’une rupture de timecode est détectée :  une erreur de flux,  une erreur de rupture de timecode.  Avertir après la capture : lorsque vous capturez des données HDV, cette option fonctionne de la même manière que l’option Interrompre la capture. Mode d’attribution de nom aux plans lorsque des indicateurs de démarrage/arrêt et des ruptures de timecode sont détectés Afin de garantir l’unicité des noms des nouveaux fichiers de données et des plans générés suite à la détection d’une rupture de timecode ou d’indicateurs de démarrage/d’arrêt, un nombre leur est ajouté en suffixe. Par exemple, supposons que vous capturiez un fichier de données intitulé Plan large du café lorsqu’une rupture de scène ou de timecode est détectée. Au point de détection de cette rupture, Final Cut Pro commence à capturer un nouveau fichier de données intitulé Plan large du café-1. S’il existe déjà un fichier intitulé Plan large du café-1, le nouveau fichier de données est alors nommé Plan large du café-2, et ainsi de suite.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 29 Recapture des séquences filmées en HDV La recapture de séquences HDV est semblable à celle dans d’autres formats vidéo. Il est important que vos plans contiennent un timecode précis, sinon vous risquez de rencontrer des difficultés lors de la recapture. Pour plus d’informations sur la recapture d’une séquence, consultez la documentation Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume I, Chapitre 17, « Capture de votre séquence vers un disque ». Important : certains caméscopes HDV n’enregistrent pas le timecode : la recapture de fichiers de données issus de bandes enregistrées par ces caméscopes risquent alors de produire de nouveaux fichiers de données avec un décalage d’une ou de deux images. Montage de séquences HDV Dans l’ensemble, le montage de séquences HDV est identique à celui de tout autre format dans Final Cut Pro. Toutefois, à cause de la structure en GOP des données MPEG-2, les montages de séquences HDV requièrent quelques traitements supplé- mentaires pendant la lecture et le transfert. Le processus supplémentaire est exécuté automatiquement, mais il est préférable de bien comprendre son rôle. À propos du rendu et du montage de GOP long Lorsque vous montez deux plans HDV ensemble dans une séquence, le modèle de GOP est généralement rompu. En outre, couper un plan HDV risque de supprimer l’image I qui sert de source d’informations aux images P et B consécutives. Dans ce cas de figure, Final Cut Pro doit conserver l’image I pour qu’elle puisse continuer à servir de référence à ces autres images P et B, même si cette image I n’est plus affichée dans la séquence. Final Cut Pro conforme les GOP endommagés dans le voisinage du montage et ne modifie en rien les autres GOP. Ceci requiert une puissance et une mémoire de traitement supplémentaires non nécessaires pour le montage en images I uniquement (tel que le montage DV). Au cours de la lecture, ce processus est généré en temps réel. Pour le transfert et l’exportation des données, Final Cut Pro recode les zones de votre séquence (ou s’assure de la conformité des données de ces zones) qui requièrent de nouvelles images I ou de nouveaux GOP. Utilisation d’un caméscope HDV pour capturer ou transférer des séquences DV Vous pouvez utiliser un caméscope HDV en tant que périphérique DV standard. Toutefois, avant de procéder ainsi, vérifiez les éléments suivants :  La fenêtre Lister et capturer doit être fermée.  Le caméscope doit être défini sur le mode DV et non HDV. Pour plus d’informations, consultez la documentation fournie avec votre caméscope.  Avant d’ouvrir la fenêtre Lister et capturer, vous devez choisir la configuration simplifiée DV appropriée dans la fenêtre Lister et capturer.30 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Remarque : certaines applications, comme DVD Studio Pro, prennent en charge le montage MPEG-2 simple, dans lequel vous ne pouvez couper les données qu’aux limites des GOP. Final Cut Pro est un outil qui vous permet de couper sur n’importe quelle image. Bien qu’il soit impossible d’indiquer à Final Cut Pro d’effectuer le montage d’après les seules limites des GOP, vous pouvez néanmoins transcoder vos fichiers source en fichiers Apple ProRes 422, permettant ainsi le montage exclusif d’images I, ou pouvez désactiver temporairement la reconformation des limites des GOP en décochant des catégories d’état de rendu dans le sous-menu Rendre adéquat du menu Séquence. Amélioration du rendu HDV à l’aide du codec Apple ProRes 422 Pour réduire la durée du rendu, vous pouvez configurer votre séquence HDV native pour la rendre à l’aide du codec Apple ProRes 422. L’utilisation du codec Apple ProRes 422 génère également des fichiers de rendu 4:2:2 de haute qualité. Ce procédé peut s’avérer, dans certains cas, de meilleure qualité que d’effectuer un autre rendu des nouveaux fichiers en HDV natif. Application d’un rendu et validation (conformation) des données MPEG-2 GOP long Avant de transférer ou d’exporter votre séquence HDV native, Final Cut Pro a besoin d’appliquer deux traitements à vos données :  Il doit appliquer un rendu à toute transition ou à tout effet appliqué, ainsi qu’à tout élément d’amorce et de fin compris dans la zone de dialogue Transfert sur bande.  Il doit rendre conformes au modèle d’images I, P et B correct tous les GOP qui ne le seraient pas. Toute portion de votre séquence contenant des cuts, des transitions ou d’autres effets appliqués doit être rendue conforme aux structures des GOP MPEG-2 standard avant le transfert, ce qui crée de nouvelles images I et de nouvelles limites de GOP là où cela s’avère nécessaire. La validation des données garantit également que votre séquence HDV comporte le débit de données approprié pour le format HDV que vous transférez. Le temps requis pour rendre conformes ces données dépend du nombre de modifications et d’effets apportés au montage dans votre séquence. Remarque : les métrages à débit constant (CBR) HDV, XDCAM HD, et XDCAM EX utilisent un format identique, les informations de cette rubrique s’appliquent également au rendu de métrage XDCAM HD et XDCAM EX.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 31 Rendu au format HDV Lorsque vous appliquez un rendu sur une séquence HDV, vous pouvez choisir de créer les fichiers de rendu avec :  Vidéo au format MPEG-2 HDV natif  Le codec Apple ProRes 422 Pour choisir le format du fichier de rendu dans une séquence HDV : 1 Sélectionnez votre séquence dans le Navigateur ou la Timeline. 2 Choisissez Séquence > Réglages, puis cliquez sur l’onglet Contrôle de rendu. 3 Dans le menu local Codec, choisissez l’une des options suivantes :  « Identique au codec de la séquence » : cette option active le rendu avec le codec HDV natif de votre séquence.  « Codec Apple ProRes 422 » : cette option active le rendu à l’aide du codec Apple ProRes 422. Création de fichiers de rendu au format MPEG-2 HDV natif Le rendu au format MPEG-2 HDV natif dure plus longtemps que le rendu dans d’autres formats du fait de la compression inter-images utilisée par ce format. Les avantages du rendu en mode natif sont les suivants :  La validation et le rendu pour l’exportation ou la sortie vers une bande HDV sont plus rapides car les fichiers de rendu sont déjà au format approprié. Si vous n’effectuez pas de sortie au format HDV, cela risque de poser problème.  Les fichiers de rendu HDV natif sont plus petits que ceux générés par les autres codecs HD avec images I uniquement. Cependant, si un rendu natif ralentit le rythme de votre montage, vous pouvez recourir au codec Apple ProRes 422. Création de fichiers de rendu à l’aide du codec Apple ProRes 422 Pour améliorer les performances de rendu en cours de montage, vous pouvez effectuer le rendu des segments de vos séquences HDV, XDCAM HD et XDCAM EX natives à l’aide du codec Apple ProRes 422. Étant donné que Final Cut Pro prend en charge les séquences à formats multiples, vous pouvez lire l’intégralité de la séquence, y compris les fichiers de rendu du codec Apple ProRes 422, en temps réel.32 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Validation des données simultanées au rendu dans la Timeline Si vous préférez utiliser des fichiers de rendu HDV natifs en cours de montage, vos fichiers de rendu peuvent être confirmés une fois le rendu appliqué. Vous pouvez géné- rer des fichiers de rendu validés pour votre séquence en activant toutes les options des sous-menus Tout rendre, Rendre la sélection et Rendre uniquement, se trouvant dans le menu Séquence. Par exemple, si vous activez le rendu pour tous les états en temps réel et de rendu dans le sous-menu Rendre la sélection, puis que vous choisissez Séquence > Rendre la sélection > Vidéo, les données, celles des fichiers de rendu créés pour les éléments vidéo sélectionnés dans la Timeline sont validées d’après les structures de GOP appropriées. Lorsque vous transférez vos données sur bande ou que vous les exportez à l’aide de la commande « Exporter la séquence QuickTime », les données de ces fichiers de rendu auront déjà été validées entièrement, réduisant ainsi le temps nécessaire pour le rendu et la validation des données finales. ∏ Conseil : vous pouvez désactiver la validation des données au cours du rendu dans la Timeline en désélectionnant un ou plusieurs états de temps réel/rendu dans le sous-menu Rendu approprié du menu Séquence. Utilisation de la commande Transfert sur bande pour transférer des données HDV Seule la commande Transfert sur bande vous permet de transférer une séquence HDV sur une bande. La commande Montage sur bande n’est pas prise en charge pour les données HDV. Pour préparer un transfert, vous devez appliquer un rendu à tous les effets de votre séquence HDV, puis vous devez rendre cette séquence conforme pour créer un flux de sortie MPEG-2 adéquat. Ces étapes sont effectuées automatiquement lorsque vous lancez une opération de transfert sur bande. Pendant les opérations de transfert sur bande, Final Cut Pro applique le rendu à la vidéo et assure la validation des données en une seule fois, en stockant les données rendues validées au sein des fichiers de rendu de votre séquence. Par conséquent, si vous ne modifiez pas votre séquence, les opérations de transfert sur bande ultérieures n’ont pas besoin de comprendre une phase de validation les données vidéo. Cependant, les élé- ments d’amorce et de fin, ainsi que les vides dans votre séquence, font l’objet d’un rendu et sont validés chaque fois que vous utilisez la commande Transfert sur bande.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 33 Pour transférer votre séquence HDV sur une bande : 1 Vérifiez que votre caméscope est correctement relié à votre ordinateur via l’interface FireWire. Pour en savoir plus, consultez « Branchement d’un périphérique HDV sur votre ordinateur » à la page 19. 2 Insérez une cassette DV dans le caméscope HDV. 3 Dans le Navigateur, effectuez l’une des opérations suivantes :  Sélectionnez une séquence ou un plan.  Double-cliquez sur une séquence pour l’ouvrir dans la Timeline.  Double-cliquez sur un plan ou un élément pour l’ouvrir dans le Visualiseur. 4 Choisissez Transfert sur bande dans le menu Fichier. La zone de dialogue Transfert sur bande apparaît. 5 Sélectionnez les éléments d’amorce ou de fin à inclure sur votre bande, ainsi que les options de début, de fin et de mise en boucle. ∏ Conseil : pour que Final Cut Pro lance automatiquement l’enregistrement, cochez la case correspondante. 6 Cliquez sur OK. Si une portion de votre séquence nécessite un rendu ou ses données doivent être validées, c’est à ce moment-là que Final Cut Pro effectue ces opérations. Une zone de dialogue indiquant la progression du traitement apparaît pour indiquer la durée restante avant la fin des opérations de rendu et de validation des données. Toutes les portions de votre séquence où les limites de GOP ont été rompues (telles que les images de part et d’autre des points de montage ou celles avec des filtres ajoutés, des paramètres d’animation, etc.) sont validées. Une seconde zone de dialogue indiquant la progression du traitement apparaît brièvement pour indiquer le temps nécessaire pour traiter les éléments d’amorce, de fin et de vide présents dans votre séquence. Une zone de dialogue apparaît lorsque votre séquence est prête à être transférée. 7 Si, dans la zone de dialogue Transfert sur bande, vous n’avez pas coché la case Lancer automatiquement l’enregistrement, appuyez sur le bouton d’enregistrement de votre caméscope ou magnétoscope, puis cliquez sur OK. Si votre bande est protégée en écriture ou si des images sont perdues au cours de l’opération de transfert sur bande, une zone de dialogue apparaît pour vous permettre de retenter cette opération.34 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Remarque : lorsque vous utilisez la commande Transfert sur bande avec un appareil JVC ProHD, vous pouvez transférer sur bande le timecode de votre métrage. Pour en savoir plus sur le réglage adéquat du magnétoscope, reportez-vous à la documentation fournie avec votre appareil JVC. Flux de production de montage au format HDV transcodé Lorsque vous faites du montage en utilisant du métrage encodé au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422, vous pouvez monter comme vous le feriez avec n’importe quel autre métrage dont seules les images I sont encodées, comme, par exemple, la vidéo DV ou sans compression. L’inconvénient de ce flux de production est que les séquences filmées requièrent un disque de travail de capacité supérieure ; en outre, vous ne pouvez pas transférer les données HDV sur une bande sans avoir au préalable recodé la totalité de votre séquence au format HDV natif. Si votre séquence finale est longue, ce processus de recodage peut prendre beaucoup de temps. Étapes de montage de HDV transcodé Le flux de travaux HDV transcodé est pratiquement identique au flux de travaux HDV natif, sauf que les fichiers de données qui en résultent sont plus volumineux et que la conformation et le rendu peuvent prendre nettement plus de temps. Étape 1 : Branchez votre caméscope HDV sur votre ordinateur via l’interface FireWire. Étape 2 : Choisissez le configuration simplifié HDV Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422. Étape 3 : Capturez vos séquences filmées sur le disque. Étape 4 : Montez vos clips transcodés en une séquence. Étape 5 : Réencodez vos données en HDV et retransférez-les sur bande ou exportezles au format QuickTime.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 35 Branchement d’un périphérique HDV sur votre ordinateur Cette étape est la même que le branchement de votre caméscope HDV pour la capture HDV MPEG-2. Pour plus d’informations, consultez la rubrique « Branchement d’un périphérique HDV sur votre ordinateur » à la page 19. Choix d’une configuration simplifiée Final Cut Pro comporte des configurations simplifiées pour la capture et le montage d’HDV transcodé au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422. Pour sélectionner une configuration simplifiée pour le transcodage d’HDV : 1 Choisissez Final Cut Pro > Configuration simplifiée. 2 Choisissez Apple Intermediate Codec dans le menu local Format. Remarque : l’option de configuration simplifiée Apple ProRes 422 ne prend en charge que l’HDV 1080p24. Utilisez ce codec lorsque vous avez du métrage 24 ips stocké avec du pulldown 3:2 dans un signal HDV 1080i60. 3 Cliquez sur le menu local Utiliser pour afficher toutes les configurations simplifiées liées à votre sélection dans le menu local Format. Vous pouvez affiner davantage la liste en choisissant une fréquence d’images spécifique dans le menu local Fréquence.. 4 Sélectionnez la configuration simplifiée HDV Apple Intermediate Codec appropriée dans le menu local Utiliser. Important : faites attention à bien choisir la configuration simplifiée qui correspond au format de vos bandes sources HDV. 5 Cliquez sur Configurer. Les préréglages correspondants de la capture, de la séquence ou du contrôle de périphérique sont chargées, ainsi que les préréglage du périphérique A/V. Capture et transcodage de vidéo HDV La capture et le transcodage de données vidéo HDV est très semblable à celle de données vidéo DV à l’aide de la fonction Capture à la volée. Les principales différences sont les suivantes :  Vous ne vous servirez pas de la fenêtre Lister et capturer.  La capture de vidéo HDV peut ne pas se faire en temps réel car le transcodage d’images HDV au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 requiert des étapes de traitement spéciales.36 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Pour capturer du métrage HDV au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 : 1 Cliquez dans le Navigateur pour l’activer, puis choisissez Fichier > Nouveau chutier. 2 Cliquez sur le chutier en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis choisissez Définir le chutier de listage dans le menu contextuel. Les plans que vous avez capturés sont placés dans ce chutier. 3 Nommez le chutier, puis appuyez sur Entrée. 4 Choisissez Lister et capturer dans le menu Fichier (ou appuyez simultanément sur les touches Commande et 8). Une zone de dialogue Capturer remplace la fenêtre Lister et capturer. 5 Dans la zone de dialogue Capturer, saisissez le nom du plan, puis cliquez sur Capturer. La fenêtre de preview de la capture apparaît et le caméscope commence à lire la vidéo à partir de sa position actuelle. Dans la zone d’état de la fenêtre de preview de la capture, vous pouvez visionner le pourcentage en temps réel de la vidéo transcodée du format HDV au format cible. 6 Appuyez sur la touche Échap pour interrompre la capture. La lecture vidéo s’arrête instantanément sur le caméscope. La fenêtre de preview de la capture peut être isolée en arrière-plan, affichant la progression du processus de codage de la vidéo. Au fur et à mesure que ces images sont traitées, la zone d’état de la fenêtre relative à la preview de la capture affiche le pourcentage d’images restant à traiter. Remarque : pour arrêter le processus de codage et annuler la capture, appuyez une seconde fois sur la touche Échap. Lorsque la fenêtre de preview de la capture se referme, le plan capturé apparaît dans votre chutier de listage. Capture de séquences avec ruptures de scène Lorsque vous capturez des séquences filmées HDV au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422, Final Cut Pro détecte toute rupture de scène ou de timecode sur la bande introduite au cours du tournage. À chaque rupture de scène ou de timecode, un nouveau plan est créé au cours de la capture. Une fois la capture terminée, ces plans apparaissent dans le chutier de listage et les fichiers de données correspondants sont placés sur votre disque dur. Par exemple, supposons que vous commenciez la capture d’un plan intitulé Entrée du café. Lorsqu’il détecte une rupture de scène ou de timecode, Final Cut Pro arrête d’écrire des données dans le premier fichier et commence à en écrire dans un nouveau fichier intitulé Entrée du café-1. Les ruptures ultérieures créent des fichiers de données et des plans intitulés Entrée de café-2, Entrée de café-3, etc.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 37 Montage de vidéo à l’aide de métrage HDV transcodé Le montage de vidéo transcodée au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 est identique au montage d’autres formats dans Final Cut Pro. Vous devez toutefois vous assurer que votre disque de travail prend en charge le débit des données. Pour en savoir plus sur les débits de données de ces formats, consultez « Spécifications du format HDV » à la page 40 et « À propos du codec Apple ProRes 422 » à la page 11. Transfert de données HDV sur bande ou exportation dans une séquence QuickTime Une fois le montage terminé, vous pouvez transférer votre séquence sur une bande vidéo à l’aide de votre caméscope ou exporter votre séquence au format QuickTime. Avant de retransférer votre séquence sur une bande, Final Cut Pro doit recoder la séquence en données MPEG-2 (ou revalider les données de la séquence). En fonction de la durée de votre séquence, ce processus peut prendre un temps assez important, car chaque image de votre séquence doit être recodée. Pour produire de la vidéo au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 sur une bande HDV : 1 Avant d’ouvrir Final Cut Pro, vérifiez que votre caméscope HDV est correctement relié à votre ordinateur et qu’il est allumé. 2 Insérez une cassette DV dans le caméscope HDV. 3 Cliquez sur un endroit quelconque de la Timeline ou du Canevas pour activer cette fenêtre. 4 Choisissez Fichier > Transfert sur bande (ou appuyez simultanément sur les touches Contrôle + M). La zone de dialogue Transfert sur bande apparaît. 5 Pour que Final Cut Pro lance automatiquement l’enregistrement, cochez la case correspondante. 6 Sélectionnez les éléments d’amorce ou de fin à inclure sur votre bande, ainsi que les options de début, de fin et de mise en boucle. Une barre de progression affiche la progression du recodage du codec en HDV MPEG-2 et vous donne une estimation du temps restant avant la fin du processus de codage. Une zone de dialogue apparaît pour vous demander d’appuyer sur le bouton d’enregistrement du caméscope. 7 Appuyez sur le bouton d’enregistrement du caméscope, puis cliquez sur OK. Si vous avez coché la case “Lancer automatiquement l’enregistrement”, le caméscope lance automatiquement l’enregistrement de votre programme sur la bande. Le caméscope s’arrête une fois que le programme est enregistré sur la bande.38 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Pour exporter votre séquence au format QuickTime : 1 Ouvrez votre séquence Final Cut Pro dans la Timeline. 2 Choisissez Fichier > Exporter > Séquence QuickTime. La zone de dialogue Enregistrer apparaît. 3 Saisissez le nom de la séquence et choisissez son emplacement. 4 Au bas de la zone de dialogue, vérifiez que la case Film autonome est décochée. 5 Si vous avez besoin d’exporter des marqueurs de chapitres DVD issus de votre projet Final Cut Pro dans la séquence QuickTime, choisissez Marqueurs DVD Studio Pro dans le menu local Marqueurs. 6 Cliquez sur Enregistrer. Vous pouvez également utiliser la commande Exporter via Compressor pour créer un fichier MPEG-2 haute qualité et l’utiliser dans DVD Studio Pro. Pour plus d’informations, consultez la documentation de Compressor et de DVD Studio Pro. Exportation de HDV pour DVD Studio Pro Dans certains cas, l’utilisation du format MPEG-2 GOP ouvert (1080 lignes) dans DVD Studio Pro peut entraîner des problèmes avec le décodeur DVD, notamment sur les images de début et de fin des fichiers de données. Pour transférer correctement des données MPEG-2 GOP ouvertes vers DVD Studio Pro, vous devez exporter vos données depuis Final Cut Pro à l’aide de la commande « Exporter la séquence QuickTime ». Cette commande valide le début des données MPEG-2 en une structure GOP fermée compatible avec les décodeurs DVD. Utilisation du caméscope Canon XL H1 HDV Final Cut Pro reconnaît le caméscope Canon XL H1 HDV pour la plupart des opérations assurées par Final Cut Pro, dont les commandes Lister et capturer et Transfert sur bande. Pour configurer Final Cut Pro pour la capture et le transfert vers le caméscope Canon XL H1 HDV : 1 Reliez votre ordinateur et le caméscope à l’aide d’un câble FireWire. 2 Choisissez Final Cut Pro > Configuration simplifiée. 3 Choisissez HDV dans le menu local Format. 4 Choisissez (tous les débits) dans le menu local Débit.Chapitre 1 Utilisation du format HDV 39 5 Dans le menu local, choisissez une configuration simplifiée qui correspond à votre séquence HDV sur Canon XL H1 :  HDV - 1080i60 FireWire Basic  HDV - 1080i50 FireWire Basic  HDV - 1080p30 FireWire Basic  HDV - 1080p25 FireWire Basic  HDV - 1080p24 FireWire Basic 6 Cliquez sur Configurer. Lorsque vous utilisez un caméscope Canon XL H1 HDV avec Final Cut Pro, n’oubliez pas que :  Final Cut Pro ne capture que les deux premiers canaux audio, même si le caméscope peut en enregistrer quatre. (Vous pouvez néanmoins capturer les quatre canaux en ajoutant une interface vidéo HD-SDI de tierce partie.)  Pour une bonne détection des indicateurs de démarrage/arrêt, réglez l’horloge du caméscope Canon XL H1 HDV avant d’enregistrer tout métrage. (Cette étape est à réaliser qu’une seul fois, lors de la mise en service du caméscope.) Remarque : la fenêtre Lister et capturer peut ne pas répondre lorsque l’option FREERUN-PS a été choisie sur le caméscope Canon XL H1 HDV. Pour modifier le réglage FREERUN-PS sur la caméra : 1 Appuyez sur la touche Menu du caméscope. 2 Choisissez ensuite dans le menu Signal Setup > Time Code > Count-Up, puis sélectionnez Rec-Run. Utilisation du caméscope HDV Sony HVR-V1 La version 6.0.2 de Final Cut Pro prend en charge le caméscope HDV Sony HVR-V1, qui enregistre du métrage 1080i50 et 1080i60 natif. Comme pour d’autres appareils à bande HDV, vous pouvez capturer en mode natif ou capturer au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422. Vous pouvez aussi réenregistrer la vidéo sur le caméscope HDV Sony HVR-V1 à l’aide de la commande Transfert sur bande. La caméra est aussi capable d’enregistrer les formats HDV 1080p24, 1080p25 et 1080p30 qui sont encodés soit au format 1080i50 soit au format 1080i60. Cela signifie que la capture du métrage 1080p24, 1080p25 ou 1080p30 HDV de l’HVR-V1 donne du métrage 1080i50 ou 1080i60 sur votre disque dur. L’ajout d’effets à ce type de métrage balayé progressivement enregistré dans un format entrelacé peut produire des artefacts d’entrelacement. Pour obtenir du métrage 1080p24, 1080p25 ou 1080p30 avec du véritable balayage progressif, vous devez capturer et transcoder le métrage HDV au format codec Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422.40 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Pour capturer de la vidéo 1080p25 ou 1080p30 en natif, utilisez les configurations simplifiées HDV 1080i50 et HDV 1080i60, respectivement. Votre métrage conservera son balayage progressif même stocké dans un format entrelacé. Vous pouvez capture de la vidéo 1080p24 en natif à l’aide de la configuration simplifiée 1080i60, mais le métrage capturé conservera du pulldown 3:2 dans ce cas. Pour la capture transcodée de métrage 1080p24 sans pulldown 3:2, utilisez la configuration simplifiée Apple ProRes 422. Le tableau suivant énumère les flux de travaux recommandés pour la capture à partir du caméscope HDV Sony HVR-V1 et l’enregistrement sur ce dernier. Spécifications du format HDV HDV présente les spécifications de format suivantes. Support de stockage L’HDV est enregistré sur des cassettes vidéo mini-DV standard ou sur un disque dur. Norme vidéo Les normes HDV sont le fruit d’un consortium de fabricants comprenant Sony, Canon, Sharp et JVC. Le format HDV prend en charge les standards haute définition 1080i, 1080p et 720p. Proportions de l’image Le format HDV propose des proportions 16:9. Dimensions des images, nombres de lignes et résolution Le format HDV prend en charge deux résolutions vidéo HD :  1080 lignes : 1440 pixels par ligne, 1080 lignes (affichées aux dimensions 16/9, ou 1920 x 1080) ; balayage entrelacé ou progressif.  720 lignes : 1280 pixels par ligne, 720 lignes ; balayage progressif. Format sur bande Format de capture Mode d’enregistrement HVR-V1 pendant la sortie 24p/60i Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 24p 24p/60i 25p/50i Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 25p 25p/50i 30p/60i Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 30p 30p/60iChapitre 1 Utilisation du format HDV 41 Les dimensions natives et affichées des pixels sont les suivantes : Fréquence d’images Final Cut Pro prend en charge les fréquences d’images HDV suivantes :  Fréquences d’images compatibles NTSC : 29,97 ips, 59,94 ips (1080i60, 1080p30, 720p60, 720p30).  Fréquences d’images compatibles PAL : 25 ips, 50 ips (1080i50, 1080p25, 720p50, 720p25).  Fréquence d’images compatible film : 23,98 ips (1080p24, 720p24). Méthode de balayage Le format HDV peut enregistrer des images en balayage progressif ou entrelacé :  1080 lignes : entrelacé (1080i) ou progressif (1080p).  720 lignes : progressif. Méthode d’enregistrement des couleurs Le format HDV enregistre un signal vidéo-numérique (Y´CB CR) de composant 4:2:0 Chaque échantillon (pixel) présente une résolution de 8 bits. Débit des données Le tableau ci-après répertorie les débits de données du format HDV MPEG-2, ainsi que des données HDV transcodées au format Apple Intermediate Codec et Apple ProRes 422. Les débits de données DV sont proposés à titre comparatif. 1280 x 720 1920 x 1080 1440 x 1080 1080 lignes 720 lignes Format Format de l’image native Débit des données DV NTSC 720 x 480 3,6 Mo/s (ce qui équivaut à 12 Go/h) DV PAL 720 x 576 3,6 Mo/s (ce qui équivaut à 12 Go/h) MPEG-2 HDV 720p30 1280 x 720 2,5 Mo/s (ce qui équivaut à 9 Go/h) MPEG-2 HDV 1080i60/50 1440 x 1080 3,3 Mo/s (ce qui équivaut à 12 Go/h) Apple Intermediate Codec1 HDV 720p30 1280 x 720 7 Mo/s (ce qui équivaut à 25 Go/h) Apple Intermediate Codec1 HDV 1080i50 1440 x 1080 12 Mo/s (ce qui équivaut à 42 Go/h)42 Chapitre 1 Utilisation du format HDV Remarque : même si l’audio est compressé sur une cassette HDV, Final Cut Pro convertit ce signal en un format non compressé pendant la capture. Cela signifie que le débit de données HDV global sur la bande diffère du débit des données capturées. Compression vidéo Le format HDV utilise la compression MPEG-2 avec un débit constant. Les images I, P et B sont utilisées, créant ainsi un modèle GOP long. La vidéo et l’audio MPEG-2 sont constitués de flux de données hiérarchisés :  Flux élémentaire : il peut s’agir de données vidéo, de données audio, d’un sous-titre ou d’un autre flux de données de base. Les formats tels que le HDV contiennent à la fois des flux élémentaires vidéo et audio.  Flux de transport : un flux de transport incorpore les flux élémentaires pour la distribution en temps réel, telle que la télédiffusion ou la diffusion sur Internet.  Flux de programme : un flux de programme incorpore également les flux élémentaires pour les données stockées, telles que les DVD ou les disques durs. Les périphériques HDV stockent et transmettent les flux vidéo et audio élémentaires dans un flux de transport MPEG-2. Lorsque vous capturez de la vidéo HDV, Final Cut Pro extrait automatiquement les flux vidéo et audio élémentaires du flux de transport, puis stocke ces données dans des pistes dans un fichier de données QuickTime. Audio Le format HDV utilise deux pistes audio avec un échantillonnage de 48 kHz et une résolution de 16 bits par échantillon. L’audio est codé à l’aide du format de couche 2 MPEG-1, avec un débit de données de 384 kbps. Timecode Le format du timecode d’un caméscope HDV correspond à la fréquence d’images du format vidéo. Par exemple, une séquence filmée codée en 1080i50 utilise un timecode de 25 ips. Important : certains caméscopes HDV n’enregistrent pas de timecode : vous ne pourrez donc pas recapturer avec précision les plans si vous supprimez leurs fichiers de données correspondants. Apple Intermediate Codec1 HDV 1080i60 1440 x 1080 14 Mo/s (ce qui équivaut à 49 Go/h) Apple ProRes 422 HDV 1080p24 1440 x 1080 12.6 Mo/s (ce qui équivaut à 45 Go/h) 1 Les débits de données du codec AIC (Apple Intermediate Codec) sont variables ; ces chiffres sont approximatifs et peuvent varier selon la complexité de vos séquences. Les images très riches en détails ont un débit de données supérieur, comparé aux images moins détaillées. Format Format de l’image native Débit des données2 43 2 Utilisation de DVCPRO HD Dans Final Cut Pro, vous pouvez capturer, monter et transfé- rer en mode natif de la vidéo DVCPRO HD à l’aide du port FireWire intégré de votre ordinateur. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos du format DVCPRO HD (p. 43)  Utilisation du format DVCPRO HD dans Final Cut Pro (p. 48)  Utilisation du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD (p. 55)  Utilisation du format DVCPRO HD 24p (p. 62)  Spécifications du format DVCPRO HD (p. 65) À propos du format DVCPRO HD Le format DVCPRO HD est la branche haute définition de la famille des formats DV/DVCPRO ; il simplifie l’adaptation à la vidéo haute définition de votre flux de production de montage DV et FireWire.44 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Formats DVCPRO HD pris en charge par Final Cut Pro Final Cut Pro prend en charge nativement les formats DVCPRO HD ci-après. Formats de type 59,94 ips Formats de type 50 ips Format Final Cut Pro Configuration simplifiée Dimensions de séquence et fréquence d’images Méthode de balayage 1080i60 DVCPRO HD - 1080i60 1280 x 1080 29,97 ips Entrelacé 1080p30 DVCPRO HD - 1080p30 1280 x 1080 29,97 ips Progressif 1080pA24 DVCPRO HD - 1080pA24 1280 x 1080 23,98 ips Progressif 720p60 DVCPRO HD - 720p60 960 x 720 59,94 ips Progressif 720p30 DVCPRO HD - 720p30 960 x 720 29,97 ips Progressif 720p24 DVCPRO HD - 720p24 960 x 720 23,98 ips Progressif Format Final Cut Pro Configuration simplifiée Dimensions de séquence et fréquence d’images Méthode de balayage 1080i50 DVCPRO HD - 1080i50 1440 x 1080 25 ips Entrelacé 720p50 DVCPRO HD - 720p50 960 x 720 50 ips Progressif 720p25 DVCPRO HD - 720p25 960 x 720 25 ips ProgressifChapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 45 Fréquences d’images DVCPRO HD DVCPRO HD prend en charge des fréquences d’images compatibles avec les fréquences d’images des formats NTSC et PAL, même si la plupart des caméscopes sont con- çus pour utiliser les deux formats. Par exemple, le caméscope AG-HVX200 de Panasonic enregistre au format DVCPRO HD 1080i60 ou 720p60 et le caméscope AG-HVX200E de Panasonic (destiné au format PAL) enregistre au format DVCPRO 1080i50 ou 720p50. Le métrage 1080i est décrit par sa fréquence de trame (60i ou 50i), tandis que le métrage 720p est décrit par sa fréquence d’images (60p ou 50p). Il est également possible d’obtenir d’autres formats, tels que 24p, en utilisant le pulldown (1080i) ou les images dupliquées (720p). Vous pouvez également utiliser des fréquences d’images variables pour les effets de mouvements lents et rapides dans le format 720p. Remarque : en réalité, DVCPRO HD 1080i60 et 720p60 fonctionnent à une fréquence de 59,94 ips, et non à 60 ips. Voir « Réglage de la fréquence système sur un caméscope Varicam de Panasonic » à la page 48 pour une exception à cette règle. DVCPRO HD - 1080pA24 DVCPRO HD 1080pA24 est enregistré au format 1080i60 à l’aide d’un pulldown avancé (2:3:3:2). Il s’agit de la même méthode que celle utilisée par le caméscope AG-DVX100 de Panasonic. Pour en savoir plus, consultez « Utilisation de la vidéo 1080pA24 DVCPRO HD » à la page 62. Remarque : vous pouvez également enregistrer le format DVCPRO HD 1080p24 à l’aide d’un pull-down 2:3:2:3 traditionnel. Cinema Tools peut supprimer ce type de pull-down, mais Final Cut Pro ne le peut pas. Utilisez ce format uniquement si vous avez une bonne raison d’y recourir. Si vous souhaitez travailler avec un métrage 1080p24, le format 1080pA24 est beaucoup plus facile à utiliser.46 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD DVCPRO HD - 720p60 Le format DVCPRO HD 720p60 prend en charge l’enregistrement à une fréquence d’images de 60, 30 et 24 ips. Lorsque vous choisissez une fréquence d’image inférieure à 60 ips, le dispositif à couplage de charge (CCD) de la caméra capture des images à une fréquence d’images inférieure mais la vitesse d’enregistrement reste à 60 ips. Par exemple, si vous enregistrez au format 720p30, le CCD de la caméra produit 30 images uniques par seconde, mais chaque image est enregistrée deux fois sur la bande. Ces images dupliquées sont marquées numériquement au cours de l’enregistrement et doivent être supprimées avant ou après la capture. La plupart des préréglages de capture pour le format DVCPRO HD 720p activent l’option « Supprimer le pulldown avancé et/ou les images en double pendant la capture à partir des sources FireWire » pour supprimer les images redondantes pendant la capture. Pour en savoir plus sur la modification des préréglages de capture, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 25, « Réglages et préréglages de capture ». Lorsque cette case est cochée, vos fichiers de données capturés sont de taille inférieure et prêt à être montés à la fréquence d’image appropriée. Remarque : la configuration simplifiée 720p60 ne comporte pas cette option puisqu’aucune image en double n’est enregistrée à 60 ips. Capturée dans Final Cut Pro (59,94 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Capturée dans Final Cut Pro (23,98 ips) Images utilisées Images supprimées Bande DVCPRO HD (59,94 ips) Capture DVCPRO HD 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 Capturée dans Final Cut Pro (29,97 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Bande DVCPRO HD (59,94 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 Bande DVCPRO HD (59,94 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 720p60 720p30 720p24 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 47 Pour en savoir plus, consultez « Suppression d’images en double pendant la capture » à la page 50. DVCPRO HD - 720p60 Le format DVCPRO HD 720p60 prend en charge l’enregistrement à une fréquence d’images de 50 et 25 ips. Lorsque vous enregistrez à 25 ips, le CCD de la caméra capture les images à une fréquence d’images inférieure mais la vitesse d’enregistrement reste à 50 ips. Enregistrement au format de fréquence d’image DVCPRO HD 720p naturelle Les caméscopes tels que le modèle AG-HVX200 de Panasonic vous permettent d’enregistrer un métrage 720p sur des cartes P2 sans images en double. Étant donné que le métrage est enregistré à la fréquence d’images prévue, cette méthode est appelée enregistrement à la fréquence d’image naturelle et est souvent indiquée par la lettre N . Par exemple, les caméscopes 720p60 peuvent enregistrer aux formats 720pN30 et 720pN24. Les caméscopes 720p50 peuvent enregistrer au format 720pN25. Pour plus de détails sur la manière de gérer au mieux ces formats, consultez la rubrique « Compatibilité du camé- scope Panasonic AG-HVX200 » à la page 113. Enregistrement au format de fréquence d’image DVCPRO HD 720p variable Certains caméscopes DVCPRO HD 720p vous permettent de créer des effets de ralenti et d’accélérés à des fréquences d’images variables.  Les caméscopes 720p60 peuvent enregistrer des fréquences d’images comprises entre 4 et 60 ips.  Les caméscopes 720p50 peuvent enregistrer des fréquences d’images comprises entre 4 et 50 ips.48 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Par exemple, à l’aide du caméscope Varicam de Panasonic, vous pouvez créer un mouvement de ralenti en réglant la fréquence d’images de lecture prévue sur 24 ips et en enregistrant à 60 ips. Lorsque le métrage à 60 ips est lu à 24 ips, les effets de ralenti sont créés. Pour plus d’informations, voir « Utilisation du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD » à la page 55. Utilisation du format DVCPRO HD dans Final Cut Pro Il est possible d’enregistrer un métrage DVCPRO HD sur bande ou sur des cartes P2 Panasonic. Ce chapitre est dédié à la capture de métrages DVCPRO HD à partir d’une bande. Pour plus d’informations sur le transfert d’un métrage DVCPRO HD à partir d’une carte P2 Panasonic, consultez le chapitre 5, « Utilisation de cartes Panasonic P2 », à la page 103. Les étapes de capture, de montage et de transfert des données vidéo DVCPRO HD sont presque les mêmes que le flux de production utilisé pour le format DV. Cette section décrit le flux de production élémentaire au format DVCPRO HD et souligne les aspects caractéristiques de l’utilisation du format DVCPRO dans Final Cut Pro. Réglage de la fréquence système sur un caméscope Varicam de Panasonic Le caméscope Varicam de Panasonic peut enregistrer à la vitesse compatible à la norme NTSC de 59,94 ips, ou à 60 ips exactement. Final Cut Pro prend en charge le transfert de la vidéo DVCPRO via FireWire uniquement à 59,94 ips (ou l’une de ses variantes, comme 29,97 ou 23,98 ips). Si vous souhaitez capturer un métrage DVCPRO HD via FireWire, assurez-vous d’enregistrer votre métrage en réglant la fré- quence système de votre caméscope sur 59,94, et non pas sur 60. Pour plus d’informations, consultez la documentation qui accompagne votre caméscope Varicam de Panasonic.Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 49 Étape 1 : Branchez votre caméscope ou votre platine DVCPRO HD sur votre ordinateur via l’interface FireWire. Étape 2 : Choisissez une configuration simplifiée DVCPRO HD. Étape 3 : Listez vos séquences filmées et capturez-les sur votre disque de travail. Étape 4 : Montez vos plans vidéo dans une séquence. Étape 5 : Retransférez vos données au format DVCPRO HD ou sur un autre périphérique HD, ou exportez-les au format QuickTime. Branchement d’un périphérique DVCPRO HD sur votre ordinateur Le format DVCPRO HD faisant partie de la famille des formats vidéo DV/DVCPRO, configurer Final Cut Pro pour capturer, monter et transférer dans ce format revient pratiquement au même que configurer un système pour tout autre type de montage DV. Pour configurer votre ordinateur pour la capture et le transfert au format DVCPRO HD : m Branchez votre caméscope ou platine DVCPRO HD sur votre ordinateur à l’aide du câble FireWire avec des fiches 4 à 6 broches ou 6 à 6 broches. Pour obtenir des instructions supplémentaires sur le branchement d’un magnétoscope ou caméscope DV sur votre ordinateur, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume 1, Chapitre 11, « Connexion d’équipement vidéo DV ». Pour plus d’informations sur le montage d’une carte Panasonic P2 pour l’utiliser via la fenêtre Lister et transférer, consultez la rubrique « Montage de cartes P2, d’images disques et de dossiers » à la page 105.50 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Sélection d’une configuration simplifiée DVCPRO HD Final Cut Pro dispose de plusieurs configurations simplifiées DVCPRO HD. Choisissez la configuration simplifiée qui correspond à votre séquence source sur bande. Les configurations simplifiées 720p30, 720p25 et 720p24 suppriment les images en double pendant la capture afin d’attribuer la fréquence d’images appropriée à vos fichiers de données. Pour plus d’informations, voir la rubrique « Suppression d’images en double pendant la capture » ci-dessous. Pour choisir une configuration simplifiée : 1 Choisissez Final Cut Pro > Configuration simplifiée. 2 Choisissez DVCPRO HD Panasonic dans le menu local Format. 3 Choisissez (tous les débits) dans le menu local Débit. 4 Cliquez sur le menu local Utiliser pour afficher toutes les configurations simplifiées liées à votre sélection dans le menu local Format. Vous pouvez affiner davantage la liste en choisissant une fréquence d’images spécifique dans le menu local Débit. 5 Choisissez une configuration simplifiée dans le menu Utiliser, puis cliquez sur Configurer. Si vous souhaitez créer une configuration simplifiée personnalisée, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 24, « Réglages audio/vidéo et configurations simplifiées ». Listage et capture de vos séquences filmées DVCPRO HD Vous pouvez lister et capturer des séquences filmées DVCPRO HD tout comme vous listeriez et capturiez toute autre séquence source DV. Suppression d’images en double pendant la capture Les préréglages de capture au format DVCPRO HD 720p30, 720p25 et 720p24 activent l’option qui supprime les images en double ajoutées par le caméscope. Pour plus d’informations, consultez les rubriques « DVCPRO HD - 720p60 » à la page 46 et « DVCPRO HD - 720p60 » à la page 47. Le préréglage de capture 1080pA24 active également l’option « Supprimer le pulldown avancé et/ou les images en double pendant la capture à partir des sources FireWire » afin que les trames inutiles soient supprimées et que la fréquence d’images de votre fichier de données s’élève à 23,98 ips au lieu de 29,97 ips. Pour en savoir plus, reportezvous au Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 25, « Réglages et préréglages de capture ».Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 51 À propos du timecode pour les formats 720p50 et 720p60 Même si les formats 720p HD peuvent enregistrer à des fréquences d’images vidéo égales à 60 ips, le timecode enregistré sur la bande reste toujours à 30 ips. Comment le timecode à 30 ips peut-il prendre en compte chaque image lorsque la fréquence d’images vidéo est de 60 ips ? Une image sur deux est représentée par un numéro de timecode, la seconde image de la paire étant marquée de manière unique pour être différenciée dans le compteur de timecode. Par exemple, les deux premiers numéros de timecode d’une bande 720p60 sont indiqués par les numéros de timecode :00 et :00*, où l’astérisque indique la seconde image. Avec cette méthode, 60 images peuvent être repérées de manière unique en utilisant seulement 30 numéros de timecode par seconde. Remarque : le timecode Drop frame est pris en charge pour la capture au format 720p60 DVCPRO HD. À propos du contrôle de périphérique pour les périphériques 720p50 et 720p60 Lorsque vous listez, capturez ou transférez le format 720p60 DVCPRO HD, le contrôle du périphérique distant affiche le timecode de la bande, qui est toujours de 30 ips. Cela signifie que vous ne pouvez définir que des points d’entrée et de sortie avec une précision de timecode de 30 ips, même lorsque la fréquence d’images vidéo est de 60 ips. En dépit de cette restriction mineure, vous pouvez toujours monter vos données avec une précision de 60 ips après la capture de vos séquences filmées. Lorsque vous capturez des données au format 720p60 DVCPRO HD, Final Cut Pro convertit le timecode de 30 ips sur la bande source en piste de timecode de 60 ips au sein du fichier de données QuickTime. Vous pouvez vous servir de ce timecode pour recapturer avec précision vos données ultérieurement. Choisissez la suppression des images vidéo dupliquées lors de la capture.52 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Pour plus d’informations sur le timecode de 60 ips, consultez la rubrique « Choix des options d’affichage du timecode pour les données 720p60 DVCPRO HD » à la page 52. Important : les règles ci-avant s’appliquent aussi au timecode DVCPRO HD 720p50 et 25 ips. Montage de séquences filmées DVCPRO HD Vous pouvez monter des séquences filmées DVCPRO HD de la même manière que pour des séquences filmées DV. Plusieurs options supplémentaires sont disponibles pour gérer les fréquences d’images uniques du format DVCPRO HD. Choix des options d’affichage du timecode pour les données 720p60 DVCPRO HD Même si la piste de timecode des fichiers de données au format 720p60 DVCPRO HD QuickTime est toujours à 60 ips, vous pouvez choisir si les trames de timecode s’affichent dans Final Cut Pro à un timecode de 60 ou de 30 ips.  Lors du montage d’une vidéo 720p60 : vous pouvez choisir entre deux options d’affichage du temps.  HH:MM:SS:II : le timecode compte 60 images par secondes, de :00 à :59.  60 @ 30 : affiche la vidéo à 59,94 et 60 ips à l’aide du timecode 30 ips. Un numéro de timecode est utilisé pour une image vidéo sur deux et un astérisque est affiché sur les autres images. Cet affichage du timecode est le même que celui des magnétoscopes DVCPRO HD et est utile pour faire référence à des remarques ou à des exportations EDL générées avec un timecode à 30 ips. 01:50:20:29 01:50:20:29* 01:50:21:00 01:50:21:00* 01:50:20:28 01:50:20:28* 01:50:20:58 01:50:20:59 01:50:21:00 01:50:21:01 01:50:20:56 01:50:20:57 Images 60 @ 30 fps 60 fps Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 53  Lors du montage d’une vidéo 720p30 ou 720p24 : vous pouvez choisir d’afficher le temps du plan au lieu du temps de la source. L’option du temps du plan affiche le timecode à la fréquence d’images du fichier de données, et non à la fréquence de la piste du timecode du fichier de données. Important : ces options d’affichage du timecode ne modifient pas le timecode de vos fichiers de données ; seul le compteur de timecode affiché est affecté. Pour définir l’affichage du timecode de la vidéo 720p60 : 1 Ouvrez un plan ou une séquence 720p60 dans le Visualiseur ou le Canevas. 2 Cliquez dans un champ de timecode en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis sélectionnez HH:MM:SS:II (un timecode à 60 ips apparaîtra alors) ou 60 @ 30 dans le menu contextuel. Remarque : l’affichage de timecode 60 @ 30 n’est disponible que lorsque vous travaillez avec des fichiers de données et des séquences à 59,94 ips ou 60 ips. Pour afficher le temps d’un plan 720p30 ou 720p24 : 1 Ouvrez un plan au format 720p30 ou 720p24 dans le Visualiseur. 2 Cliquez sur le champ Timecode actuel tout en appuyant sur la touche Contrôle, puis choisissez Temps du plan dans le menu contextuel. Le champ Timecode actuel affiche alors le timecode en fonction de la fréquence d’images du fichier de données et non de la fréquence du timecode source. Pour plus d’informations sur la modification des options d’affichage de timecode, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 25, « Réglages et préréglages de capture ». Important : vous pouvez aussi afficher le timecode pour la vidéo 720p50 dans deux modes : HH:MM:SS:II ou 50 @ 25.54 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Transfert de votre séquence DVCPRO HD Les plans et séquences DVCPRO HD sont enregistrés sur bande via la technologie FireWire, comme toute donnée DV. Pour en savoir plus sur le montage sur bande, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 13, « Préparation de la sortie sur bande ». Génération d’une mire et d’une fréquence de référence (1 000 Hz) pour les données vidéo 1080i, 1080p et 720p Final Cut Pro comprend des générateurs de mire et de fréquence de référence spécialement conçus pour les séquences 1080i, 1080p et 720p. Ces générateurs sont disponibles dans le chutier Générateurs vidéo de l’onglet Effets du Navigateur. Pour en savoir plus, reportez-vous au Manuel de l’utilisateur, de Final Cut Pro 6, Volume III, Chapitre 21, « Utilisation des plans générateurs ». Transfert et lecture 720p60 Lorsque vous enregistrez un plan ou une séquence 720p60, 720p30 ou 720p24 sur bande via FireWire, Final Cut Pro transfère automatiquement les données vidéo à 59,94 ips et crée au besoin, des images en double. De même, les clips ou séquences 720p25 et 720p50 sont toujours enregistrés sur bande à 50 ips. Pour plus d’informations sur la manière dont le format DVCPRO HD signale la vidéo à 59,94 avec des images en double, voir « DVCPRO HD - 720p60 » à la page 46. Transfert du timecode d’une séquence à l’aide du format DVCPRO HD Lorsque vous transférez une séquence ou un plan DVCPRO HD sur un périphérique DVCPRO HD via l’interface FireWire, le timecode est également transféré. C’est ce qui se produit pendant les opérations de transfert et de montage sur bande, ainsi que pendant la lecture normale lorsque la vidéo externe via FireWire est activée. Pour en savoir plus, reportez-vous au Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 14, « Montage par assemblage et insertion à l’aide de la fonction Montage sur bande ». ∏ Conseil : lorsque vous utilisez la fonction Noir et code avec les bandes DVCPRO HD, vous pouvez également définir un numéro de timecode de début personnalisé. Pour en savoir plus sur la fonction Noir et code de Final Cut Pro, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 13, « Préparation de la sortie sur bande ». Remarque : le timecode Drop frame est pris en charge lorsque vous effectuez l’opération Noir et timecode sur une bande 720p. Avertissement : n’enregistrez pas de vidéo DVCPRO HD sur une bande comportant déjà des données DVCPRO (25) ou DVCPRO 50. En effet, même si ces formats peuvent cohabiter sur une même bande, leurs vitesses d’enregistrement sont différentes.Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 55 Utilisation du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD Certains caméscopes 720p DVCPRO HD peuvent enregistrer à des fréquences d’images variables, fonction autrefois réservées aux caméras de cinéma. Dans le cas d’un film, la fréquence d’images traditionnelle s’élève à 24 ips, cependant, de nombreuses caméras sont en « sur régime » ou en « sous-régime » pour obtenir des effets de ralenti et d’accélération. Cette technique est simple : plus vous enregistrez d’images par seconde, plus vous avez besoin de temps pour les lire à 24 ips et plus le mouvement apparaît long à l’écran. L’inverse est également vrai : moins vous enregistrez d’images par seconde, moins vous avez besoin de temps pour les lire à 24 ips. Choix d’une fréquence de lecture prévue L’enregistrement à une fréquence variable avec DVCPRO HD s’apparente à celui d’un film, sauf que la fréquence de lecture finale varie (24, 25, 30, 50 ou 60 ips) en fonction de votre format de sortie final. Lors du tournage, vous devez avoir prévu une fréquence d’images pour savoir à quelle fréquence vous devez enregistrer votre séquence. Pour obtenir des effets de ralenti, vous devez augmenter la fréquence d’images par rapport à celle prévue pour la lecture. Au contraire, pour obtenir des effets d’accélération, vous devez filmer à une fréquence d’images inférieure à celle prévue pour la lecture. Par exemple, si vous enregistrez à 60 ips et lisez votre séquence à 24 ips, vous obtiendrez un ralenti car la fréquence à laquelle vous avez enregistré était supérieure à la fréquence de lecture. Cependant, si vous enregistrez à 24 ips et lisez votre séquence à 24 ips, celle-ci sera lue à vitesse normale. Fonctionnement de l’enregistrement au format de fréquence d’images DVCPRO HD variable Lors de l’enregistrement au format de fréquence d’images DVCPRO HD 720p variable, le CCD de la caméra génère une fréquence d’images alors que la fréquence d’enregistrement est fixée à 59,94 ips ou à 50 ips (en fonction du modèle de caméscope). Un CCD de caméra 720p60 peut générer entre 4 et 60 images par seconde, tout en enregistrant des unités d’enregistrement à une fréquence constante de 60 ips (techniquement, de 59,94 ips). Lorsque vous sélectionnez une fréquence d’images inférieure à 60 ips, certaines images du CCD sont enregistrées plusieurs fois. Ces images en double sont marquées pour être supprimées ultérieurement à l’aide d’un dispositif spécial appelé convertisseur de fréquence d’images.56 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Qu’est-ce qu’un convertisseur de fréquence d’images ? Un convertisseur de fréquences d’images, ou FRC, est un matériel ou un logiciel qui convertit la fréquence d’images de votre séquence en :  Augmentant ou en réduisant la vitesse de lecture, afin que chaque image dure plus ou moins longtemps que la durée à l’écran. En modifiant la durée de l’affichage de chaque image à l’écran comparée à sa durée d’enregistrement, vous pouvez accélé- rer ou ralentir l’action de votre séquence.  Ignorant judicieusement des images en double contenant des marqueurs de fréquence d’images variable Certains convertisseurs de fréquences d’images peuvent également effectuer une conversion vers le haut et vers le bas, ce qui vous permet d’utiliser le format 720p pour une cinématographie à vitesse variable, puis de transférer les données au format 1080i ou 480i (définition standard). Fonctionnement d’un convertisseur de fréquence d’images Sur bande, une séquence vidéo dont la fréquence d’images est variable peut présenter un aspect plutôt étrange, presque stroboscopique, car de nombreuses images sont répétées alors qu’elles doivent être supprimées. Une fois que le convertisseur de fré- quence d’images a supprimé les images en double, et qu’il ne reste plus que des images uniques, votre séquence est lue à vitesse normale. Par exemple, si la caméra est réglée pour enregistrer à 15 ips, trois images sur quatre sont marquées comme étant en double et sont ignorées et le convertisseur de fréquences d’images les ignore et les supprime. Le convertisseur de fréquence d’images convertit ensuite la séquence à 15 ips en un nouveau fichier de données à une fréquence d’images standard telle que 23,98, 29,97 ou 59,94 ips.Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 57 Vous trouverez ci-dessous plusieurs exemples de séquences 720p60 DVCPRO HD à fréquence d’images variable. Images utilisées Images dupliquées Enregistrement de différentes fréquences d’images avec DVCPRO HD 720p 1 2 3 4 Après suppression des images dupliquées (4 ips) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 Bande DVCPRO HD (60 ips) 1 After duplicate frame removal (30 fps) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Bande DVCPRO HD (60 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 Après suppression des images dupliquées (15 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Bande DVCPRO HD (60 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 Après suppression des images dupliquées (25 ips) Bande DVCPRO HD (60 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Après suppression des images dupliquées (24 ips) Bande DVCPRO HD (60 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 Après suppression des images dupliquées (60 ips) Bande DVCPRO HD (60 ips) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 26 27 28 29 30 31 32 33 35 25 34 37 36 38 39 40 41 43 42 44 45 47 46 48 49 50 51 53 52 54 55 57 56 58 59 60 58 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Vous pouvez enregistrer des séquences à fréquences d’images variables avec un caméscope 720p50 comme vous le feriez avec un caméscope 720p60 ; cependant, la plage des fréquences d’images variables se situe entre 4 et 50 ips. À propos de l’enregistrement à une fréquence d’images variable native Les caméscopes tels que les modèles AG-HVX200 et AG-HVX200E de Panasonic ne sont pas limités par les contraintes de l’enregistrement sur bande, ils peuvent donc enregistrer des séquences à des fréquences d’images natives sans duplication d’images. Pour en savoir plus, consultez « Enregistrement au format de fréquence d’image DVCPRO HD 720p naturelle » à la page 47. Si vous enregistrez des séquences à des fréquences d’images variables dans des modes de fréquences d’images natives, la caméra peut afficher les résultats immédiatement sans passer par un convertisseur de fréquences d’images. Pour plus d’informations, consultez la documentation qui accompagne le caméscope AG-HVX200 de Panasonic. À propos du convertisseur de fréquences d’images DVCPRO HD Le convertisseur de fréquences d’images DVCPRO HD de Final Cut Pro offre des options de conversion qui étaient autrefois l’apanage de matériel très onéreux. Vous pouvez utiliser le convertisseur de fréquence d’images pour créer une séquence de sortie dont la fréquence d’images est différente de la fréquence d’images d’origine (par exemple, convertissez une séquence à 59,94 ips à 23,98 ips). Le convertisseur de fréquences d’images peut créer une nouvelle séquence QuickTime autonome ou créer une séquence QuickTime qui fait en fait référence aux images du fichier de données d’origine tout en les lisant à une fréquence d’images différente. Le convertisseur de fréquence d’images fonctionne uniquement avec certains formats 720p DVCPRO HD et ne traite ni le timecode ni l’audio. Configuration requise d’un fichier de données Le convertisseur de fréquences d’images traite uniquement des fichiers de données qui remplissent les conditions suivantes :  Le fichier de données doit utiliser le codec DVCPRO HD 720p60 ou DVCPRO HD 720p50.  Le fichier de média est capturé ou importé à une fréquence d’images de 59,94 ou 50 ips. Pour vous assurer que votre fichier de données contient la séquence à la fréquence d’images variable de la caméra, vérifiez que vous utilisez le préréglage de capture pour lequel la case « Supprimer le pulldown avancé et/ou les images en double pendant la capture à partir des sources FireWire » est désactivée. Pour une séquence 720p60, le moyen le plus facile de vous assurer que vous conservez les images marquées appropriées pour capturer la séquence consiste à utiliser le préréglage de capture DVCPRO HD - 720p60.Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 59 Timecode et restrictions audio Le convertisseur de fréquence d’images n’inclut ni le timecode ni l’audio dans le fichier de données traité. Même si cela peut être considéré comme une restriction, il faut se souvenir que l’objet principal du timecode est de relier votre plan à une adresse de timecode spécifique sur une bande vidéo pour procéder à une nouvelle capture. Étant donné que les images du fichier de données traité ne correspondent pas exactement aux images de la bande d’origine, l’intégration du timecode d’origine ne ferait qu’ajouter à la confusion. Il est donc préférable de considérer votre fichier de données à une fréquence d’images variable traité comme une toute nouvelle donnée. L’audio n’est ni affecté ni pris en compte lors de l’enregistrement d’une séquence à une fréquence d’images variable. A l’instar d’un film de cinéma tourné à une fréquence d’images variable, ces prises sont généralement enregistrées en MOS (sans son), et le son est ajouté pendant la phase de post-production. À propos des options du convertisseur de fréquences d’images Les options du convertisseur de fréquence d’images sont décrites ci-dessous. Fréquence d’images Le menu local Fréquence d’images vous permet de choisir la fréquence d’images de lecture prévue du fichier de données traité. Pour en savoir plus, consultez « Choix d’une fréquence de lecture prévue » à la page 55. Les options disponibles ici dépendent de la fréquence d’images de votre fichier de données source. Description du nom de fichier et du format Choisissez la fréquence d’images de lecture prévue ici. Fréquence d’images source Options de fréquence d’images de sortie 59.94 ips 59,94, 29,97 et 23,98 ips 50 ips 50,25 et 24 ips60 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Suppression des images en double Si la case « Supprimer les doublons d’image » est cochée, le convertisseur de fréquence d’images supprime toutes les images marquées comme dupliquées lors de la création du nouveau fichier ou lors du traitement du fichier de données (selon si la case « Créer un fichier autonome » est cochée ou non). « Créer un fichier autonome » Si cette case est cochée, un nouveau fichier de données autonome QuickTime est enregistré sur le disque. Sélectionnez cette option si vous souhaitez que le nouveau fichier de données soit complètement indépendant du fichier d’origine. Vous choisirez cette option si vous souhaitez vous débarrasser du fichier d’origine ou si vous souhaitez copier le nouveau fichier traité vers un autre système de montage. Remarque : si vous créez un fichier autonome, vous devez disposer de suffisamment d’espace disque pour une autre copie du fichier de données. Si cette case est désactivée, une séquence de référence QuickTime est créée. Une séquence de référence QuickTime fait référence aux images du fichier de données d’origine. La taille des séquences de référence est vraiment minuscule par rapport au fichier de données d’origine car elles ne contiennent pas vraiment les données (de la même manière, un fichier de projet Final Cut Pro est peu encombrant puisqu’il ne contient pas les données auxquelles il fait référence). L’inconvénient de cette option est que les séquences de référence ont toujours besoin du fichier de données. Pour en savoir plus, reportez-vous au Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Chapitre 17, « Exportation de séquences QuickTime ». Pourquoi une option de conversion de 59,94 ips en 59,94 ips ? Cela peut semble redondant de convertir 59,94 ips en 59,94 ips. En fait, c’est redondant sauf si votre séquence contient des marqueurs de fréquence d’images variable. Par exemple, si votre séquence contient des fréquences d’images marquées à 10 ips, cela signifie qu’elle contient un grand nombre d’images en double. Ces images peuvent être supprimées de la séquence d’origine tout en conservant une fréquence d’images finale de 59,94 ips. Étant donné que le fichier de données contient désormais un nombre d’images inférieure, le plan est plus court et sa lecture est plus rapide. Cela serait impossible avec les options de préréglage de capture standard. Remarque : vous pouvez également convertir une séquence à 50 ips en 50 ips. Encore une fois, votre séquence doit contenir des fréquences d’images variable marquées ou aucun effet ne sera visible.Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 61 « Importer le résultat dans Final Cut Pro » Si la case « Importer le résultat dans Final Cut Pro » est cochée, le fichier de données de sortie est importé dans le projet en cours. Le plan importé utilise le même nom que celui entré dans la zone de dialogue « Enregistrer les données converties ». Utilisation du convertisseur de fréquences d’images Pour convertir un fichier de données DVCPRO HD à l’aide du convertisseur de fréquence d’images : 1 Sélectionnez un plan dans le Navigateur qui correspond aux prérequis du convertisseur de fréquence d’images (voir « Configuration requise d’un fichier de données » à la page 58). 2 Dans Final Cut Pro, choisissez Outils > « Convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD ». 3 Sélectionnez les options de traitement du fichier de données. Pour plus d’informations sur les options, consultez la rubrique « À propos des options du convertisseur de fréquences d’images » à la page 59. 4 Cliquez sur OK. 5 Dans la zone de dialogue « Enregistrer les données converties », entrez un nom de fichier, accédez à un emplacement, puis cliquez sur OK. Le convertisseur de fréquence d’images commence par traiter le fichier de données en supprimant les images en double marquées (si l’option « Supprimer les doublons d’image » est activée). La fenêtre de progression « Traitement des données source » apparaît pour afficher l’état du traitement. Une fois le traitement terminé, le fichier de données converti final est enregistré sur le disque en tant que nouveau fichier, indépendant (si la case « Créer un fichier autonome » est cochée) ou en tant que fichier de donnée de référence pointant vers les images correspondantes du fichier de données d’origine. Si l’option « Importer le résultat dans Final Cut Pro » est sélectionnée, le fichier de données converti est importé dans Final Cut Pro. Le nom du plan est identique à celui que vous avez tapé dans la zone de dialogue « Enregistrer les données converties ». À noter, le nom du fichier de données converti et le nom du plan qui en résulte sont généralement différents, vous devez donc être très organisé dans la gestion des fichiers de données créés par le convertisseur de fréquences d’images.62 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Utilisation du format DVCPRO HD 24p DVCPRO HD prend en charge plusieurs modes d’enregistrement 24p en fonction du caméscope que vous utilisez. Pour plus d’informations sur la vidéo 24p, consultez la documentation Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Annexe C, « Utilisation de données vidéo 24p ». Utilisation de la vidéo 1080pA24 DVCPRO HD Les étapes ci-après expliquent le flux de production pour capturer et générer une séquence 1080pA24 (pulldown avancé) DVCPRO HD. Remarque : pour retirer un pulldown 3:2 standard (2:3:2:3) d’un métrage 1080p24, vous devez capturer le métrage en 1080i60 (29,97 ips) puis utiliser Cinema Tools pour supprimer le pulldown. Étape 1 : Filmez votre métrage avec le pulldown avancé (de 23,98 ips à 29,97 ips) Choisissez le mode d’enregistrement 1080i/24PA sur votre caméra. Elle génère alors de la vidéo 1080i à 29,97 ips qui contient des images progressives à 23,98 ips avec un modèle de pulldown de 2:3:3:2. Étape 2 : Supprimez le pulldown avancé 2:3:3:2 de la vidéo 24p au cours de la capture. Choisissez la configuration simplifiée DVCPRO HD 1080pA24 qui active l’option « Supprimer le pulldown avancé et/ou les images en double des sources FireWire ». Les trames vidéo en double sont ignorées pendant la capture, ce qui génère un fichier de données 24p (23,98 ips) sur le disque après la capture. Remarque : vous pouvez également supprimer le pulldown avancé en acquérant un métrage 1080pA24 ou 480pA24 enregistré sur cartes P2. Pour en savoir plus, consultez « Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer » à la page 101. Si vous avez déjà capturé votre vidéo à 29,97 ips, vous pouvez supprimer les trames en double de vos fichiers de données après la capture. Pour supprimer le pulldown avancé 2:3:3:2 de vos fichiers de données après la capture : m Sélectionnez les plans à 29,97 ips dans le Navigateur, puis choisissez Outils > Supprimer le pulldown avancé. Vos fichiers de données conserveront la même taille, mais ils seront définis pour être lus à 23,98 ips. Si aucun marquage de pulldown avancé n’est détecté, le fichier de données reste à 29,97 ips.Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 63 Étape 3 : Montez vos données à 23,98 ips. Vous pouvez monter vos éléments filmés dans une séquence à 23,98 ips. Pour effectuer un preview de votre vidéo sur un moniteur externe lorsque vous procédez au montage, vous pouvez choisir l’une des différentes options de pulldown pour convertir la vidéo à 23,98 ips en vidéo à 29,97 ips. L’option 2:2:2:4 est la moins gourmande en temps processeur, mais elle ne doit être utilisée que pour le prévisionnage. Pour plus d’informations sur les options de pulldown en temps réel, consultez la documentation Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Annexe C, « Utilisation de données vidéo 24p ». Étape 4 : Retransférez vos données au format vidéo 1080i60 avec un pulldown avancé. Le montage de votre film terminé, vous pouvez retransférer ce dernier au format vidéo 1080i60 en introduisant un modèle de pulldown sur la sortie FireWire. Vous pouvez choisir l’un des nombreux modèles de pulldown, que ce soit dans le menu local TR de la Timeline ou dans l’onglet Contrôle de lecture des Réglages système. Pour retransférer les données sur une bande, vous devez choisir le pulldown avancé (2:3:3:2) ou le pulldown de télécinéma traditionnel (2:3:2:3). Vous pouvez également exporter votre séquence au format QuickTime ou dans une séquences d’images à 23,98 ips pour la confier à un laboratoire de transfert de vidéo sur film.64 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Utilisation de la vidéo 720p24 DVCPRO HD Il existe plusieurs méthodes d’enregistrement d’une séquence 720p24 DVCPRO HD, en fonction du modèle de caméscope que vous utilisez. 720p60 DVCPRO HD enregistré à 23,98 ips Les images en double sont enregistrées et peuvent être supprimées pendant la capture (Varicam de Panasonic), pendant l’importation à partir d’une carte P2 (AG-HVX200 de Panasonic), ou après la capture, à l’aide du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD. Ce format est également appelé 720p24. Pour plus d’informations, consultez les rubriques « Suppression d’images en double pendant la capture » à la page 50 et « Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer » à la page 101. Remarque : le caméscope Varicam de Panasonic peut enregistrer de la vidéo 720p60 à une fréquence d’images de 24 ips, mais ce format n’est pas pris en charge par Final Cut Pro. Pour en savoir plus, consultez « Réglage de la fréquence système sur un caméscope Varicam de Panasonic » à la page 48. 720p50 DVCPRO HD enregistré à 24 ips Les images en double sont enregistrées et peuvent être supprimées pendant l’importation depuis la carte P2 dans la fenêtre Lister et transférer, ou à l’aide du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD. Pour en savoir plus, consultez « Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer » à la page 101. Remarque : ce format est uniquement disponible avec le caméscope AG-HVX200E de Panasonic (PAL). 720pN24 DVCPRO HD (24p natif) Le métrage DVCPRO HD 24 ips est enregistrée en natif sur une carte Panasonic P2 et peut être acquis via la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus, consultez « Compatibilité du caméscope Panasonic AG-HVX200 » à la page 113. Remarque : ce format est uniquement disponible avec le caméscope AG-HVX200 de Panasonic (NTSC).Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 65 Spécifications du format DVCPRO HD Le format DVCPRO HD est le complément 100 Mbps des formats DVCPRO (25) et DVCPRO 50, utilisé pour la capture et le montage de données vidéo haute définition et haute qualité. Étant donné que le format DVCPRO HD est un format DV, la capture et le transfert FireWire natifs sont pris en charge. Support de stockage Les bandes DVCPRO, DVCPRO 50 et DVCPRO HD utilisent une bande à particules métalliques (MP, Metal Particles). Certaines tailles de bandes ne sont acceptées que par certains magnétoscopes, et non par des caméras. Étant donné que le débit de données est doublé entre les différents formats (25 Mbps pour DV et DVCPRO, 50 Mbps pour DVCPRO 50 et 100 Mbps pour DVCPRO HD), le temps d’enregistrement est lui diminué de moitié à chaque fois. Par conséquent, une bande DV de 63 minutes ne peut enregistrer que 31 minutes de séquences DVCPRO 50 ou que 15 minutes de séquences DVCPRO HD. Vous pouvez également enregistrer des données aux formats DVCPRO, DVCPRO 50 ou DVCPRO HD sur des cartes P2. Pour en savoir plus, consultez « À propos des cartes et des fichiers de données Panasonic » à la page 103. Norme vidéo La spécification SMPTE 370M-2006 définit les formats DVCPRO HD suivants. L’équipement Panasonic et Final Cut Pro prend en charge d’autres fréquences d’images dans ces formats. Pour en savoir plus, consultez « Fréquence d’images » à la page 66. Proportions de l’image Quelle que soit la résolution utilisée, le format DVCPRO HD capture et affiche systématiquement les images au format 16:9 (ou 1,78). Avertissement : les formats DV (parfois appelés mini-DV) et DVCAM utilisent une bande en métal évaporé (ME), contrairement aux bandes DVCPRO à particules métalliques (MP). Si vous avez le moindre doute, utilisez toujours des cassettes recommandées pour la caméra ou le magnétoscope que vous utilisez. Format Dimensions de l’image Fréquence d’images Méthode de balayage 1080i60 1280 x 1080 59.94 ips Entrelacé 1080i50 1440 x 1080 50 ips Entrelacé 720p60 960 x 720 59.94 ips Progressif 720p50 960 x 720 50 ips Progressif66 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Dimensions des images, nombres de lignes et résolution Le DVCPRO HD prend en charge trois résolutions :  1080i60 : 1280 pixels par ligne ; 1080 lignes ; entrelacée (affichage au format 16/9 ou 1920 x 1080)  1080i50 : 1440 pixels par ligne ; 1080 lignes ; entrelacée (affichage au format 16/9 ou 1920 x 1080)  720p60, 720p50 : 960 pixels par ligne ; 720 lignes ; progressif (affichage au format 16/9 ou 1280 x 720) Final Cut Pro capture et traite les données DVCPRO HD en utilisant les dimensions natives de ces dernières, mais affiche l’image à l’écran au format vidéo 16:9. Fréquence d’images DVCPRO HD prend en charge les fréquences d’images NTSC et PAL :  NTSC : 59,94 et 29,97 ips  PAL : 50 et 25 ips Remarque : le caméscope Varicam de Panasonic comporte une option d’enregistrement à 60 ips réel (au lieu de 59,94 ips) ; cependant, Final Cut Pro ne prend pas en charge ces fréquences lors de la capture via FireWire. Le format 1080i60 peut enregistrer une séquence progressive à 24 ips avec un pulldown standard (2:3:2:3) ou un pulldown avancé (2:3:3:2). Les caméscopes qui peuvent enregistrer une séquence 720p60 peuvent également enregistrer une séquence 720p30 et 720p24. Les caméscopes qui prennent en charge le format 720p50 peuvent également enregistrer une séquence 720p25. Les caméscopes à bande obtiennent ces fréquences d’images en dupliquant les images et en les marquant pour les supprimer pendant la capture (ou à l’aide du convertisseur de fré- quence d’images). Les caméscopes P2 tels que le modèle AG-HVX200 de Panasonic peuvent enregistrer en natif (sans images en double) dans les formats 720pN30 et 720pN24. Le caméscope AG-HVX200E de Panasonic prend en charge 720pN25. Certains caméscopes DVCPRO HD prennent en charge l’enregistrement à fréquences d’images variables au format 720p. Dans ce cas, la vidéo est réellement enregistrée à 60 ou 50 ips et les images en double sont marquées pour être supprimées lors de la phase de post-production. Les images en double peuvent également être supprimées à l’aide du convertisseur de fréquence d’images. 1280 x 720 1280 x 1080 1920 x 1080 1440 x 1080 1920 x 1080 1080i60, 1080p30, 720p 1080pA24 1080i50 960 x 720 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD 67 Méthode de balayage Les caméras DVCPRO HD peuvent enregistrer des images à balayage entrelacé ou progressif, selon les dimensions et le format des images.  1080 lignes : entrelacé ou progressif (via un pulldown avancé)  720 lignes : progressif uniquement Méthode d’enregistrement des couleurs Le format DVCPRO HD enregistre un signal vidéo numérique (composant) 4:2:2 Y´CB CR . Chaque échantillon (pixel) présente une résolution native de 8 bits. FireWire transfère les couleurs 8 bits en natif et HD SDI transfère chaque échantillon de couleur à 10 bits. Débit des données Le débit des données du format DVCPRO HD sur bande est fixé à 100 Mbps, soit le double du débit de données du DVCPRO 50 et quatre fois celui du DVCPRO. Vous trouverez dans le tableau ci-dessous la comparaison des débits des données capturées selon différents formats DVCPRO HD. Ces débits de données affichent uniquement la vidéo. La quantité d’espace disque utilisée durant la capture varie légèrement en fonction du nombre de canaux audio capturés. Chaque piste audio capturée ajoute 0,34 Mo/sec supplémentaires. Étant donné que le format DVCPRO HD est compressé, un lecteur ATA interne parallèle ou série à 7200 tpm est suffisant pour capturer des séquences filmées DVCPRO HD. Les lecteurs FireWire sont également souvent suffisants. Format Débit de données enregistrées (Mbps) Débit de données capturées (Mo/sec.) 1080i60 100 Mbps 14.4 Mo/s 1080i50 100 Mbps 14.4 Mo/s 720p60 100 Mbps 14.4 Mo/s 720p50 100 Mbps 14.4 Mo/s 720pN30 50 Mbps 7.2 Mo/s 720pN25 50 Mbps 7.2 Mo/s 720pN24 40 Mbps 5.76 Mo/s68 Chapitre 2 Utilisation de DVCPRO HD Compression vidéo Le format DVCPRO HD utilise une variante des codecs DV et DVCPRO 50. Son taux de compression est d’environ 6,7:1. Audio Le format DVCPRO HD prend en charge jusqu’à huit pistes audio, même si tous les périphériques ne peuvent pas accéder à chaque piste. L’échantillonnage est de 48 kHz, utilisant 16 bits par échantillon. Timecode Sur bande ou sur carte P2, le DVCPRO HD 1080i60, 1080p30 et 720p utilise un timecode de 30 ips. Le DVCPRO HD 1080i50 et 720p50 utilise un timecode de 25 ips. Lorsque vous enregistrez au format 720p60 DVCPRO HD, chaque numéro de timecode est utilisé deux fois, avec un astérisque pour faire la distinction entre l’image 1 et l’image 2 de chaque paire de timecode. Cela permet d’assurer la compatibilité en amont avec le timecode SMPTE à 30 ips. Lorsque vous capturez des séquences filmées 720p60, le timecode à 30 ips est converti en timecode à 60 ips. Pour visionner du timecode à 30 ips au lieu de 60 ips dans vos fichiers de données, Final Cut Pro propose une option d’affichage du timecode appelée « Timecode 60 @ 30 ». Remarque : Final Cut Pro prend en charge le timecode Drop Frame pour les formats 720p.3 69 3 Utilisation de la norme IMX La prise en charge du montage IMX natif fait de Final Cut Pro un complément puissant à tout environnement de postproduction à des fins de diffusion. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos de la norme IMX (p. 69)  Utilisation du format IMX dans Final Cut Pro (p. 70)  Spécifications des formats IMX (p. 72) À propos de la norme IMX IMX est un format vidéo MPEG-2 de haute qualité et de définition standard, créé par Sony. Les deux normes vidéo NTSC et PAL sont prises en charge. Le format IMX n’est pas lié à un format de bande ni à une méthode de transmission particuliers ; le format IMX peut facilement être stocké sur une bande, un disque dur ou un disque optique. En plus des transferts des signaux vidéo standard via des interfaces SDI et à composants analogiques, vous pouvez utiliser les interfaces SDTI et Ethernet pour transférer des données IMX natives. Le format IMX assure la liaison entre les formats vidéo traditionnels et les systèmes de post-production informatisés en intégrant les données audio et vidéo dans un format de données de plus en plus populaire, connu sous le nom MXF . 70 Chapitre 3 Utilisation de la norme IMX Formats IMX pris en charge par Final Cut Pro Vous pouvez enregistrer de la vidéo IMX s’appuyant sur les normes NTSC ou PAL selon trois débits de données possibles (30, 40 et 50 Mbps). Final Cut Pro prend en charge le montage en temps réel par le biais de formats IMX de 30, 40 et 50 Mbps. À propos du format MXF Le format MXF (Material eXchange Format, format de dialogue entre matériels) est un format de conteneur de données générique destiné au secteur de la vidéo. Il ne s’agit pas d’un modèle de compression ni d’un type de vidéo spécifique, mais plutôt d’un conteneur pour le stockage et la transmission de données vidéo et audio, ainsi que pour les métadonnées associées. Un conteneur MXF est semblable d’un point de vue conceptuel à une séquence QuickTime qui est un conteneur de données générique qui peut inclure de la vidéo et du son audio, pour différentes dimensions, avec différents codecs, selon différentes fréquences d’échantillonnage, etc. Par exemple, le format IMX stocke la vidéo et l’audio compressés au format MPEG-2 dans un conteneur MXF. Toutefois, étant donné que le format MXF est indépendant de tout codec, il peut contenir de la vidéo compressée avec d’autres codecs également, tels que le format DVCAM. Les cartes Panasonic P2 peuvent stocker aussi bien des données DV, que des données DVCPRO, DVCPRO 50 ou encore DVCPRO HD dans une enveloppe MXF. L’enveloppe MXF facilite le stockage de données spécialisées au sein d’un système informatique non spécialisé et le transfert entre différents types de supports. Utilisation du format IMX dans Final Cut Pro Il existe plusieurs étapes pour importer et monter de la vidéo IMX dans Final Cut Pro. Étant donné que le format IMX est un format basé sur le format MXF, vous avez besoin de logiciels tiers pour extraire les données IMX MPEG-2 de leur conteneur MXF et pour les stocker dans des fichiers de données QuickTime. Étape 1 : Transférez la séquence IMX sur votre ordinateur. Étape 2 : Importez dans votre projet les fichiers de données IMX du conteneur MXF. Étape 3 : Choisissez une configuration simplifiée IMX. Étape 4 : Montez vos plans IMX dans une séquence. Étape 5 : Exportez les fichiers de données QuickTime IMX. Format Dimensions de l’image Débit des données IMX - NTSC 720 x 486 30, 40 et 50 Mbps IMX - PAL 720 x 576 30, 40 et 50 MbpsChapitre 3 Utilisation de la norme IMX 71 Transfert de la séquence IMX sur votre ordinateur Les données IMX sont stockées dans des fichiers MXF : la première étape du transfert consiste donc à transférer les fichiers MXF contenant vos données IMX sur le disque dur de votre ordinateur. En fonction du format de données que vous utilisez, vous pouvez vous servir d’un magnétoscope IMX Sony, d’un lecteur XDCAM ou de tout autre périphérique qui prend en charge les transferts de fichiers MXF. Pour plus d’informations sur le transfert de données IMX sur votre ordinateur, consultez la documentation de votre magnétoscope. Importation dans votre projet des fichiers de données IMX des conteneurs MXF Une fois les fichiers MXF transférés sur votre disque dur, vous devez extraire les données IMX MPEG-2 et les stocker dans des fichiers de données QuickTime. Ce processus requiert un module tiers qui permet à Final Cut Pro d’importer des données codées au format MXF. Une fois vos données IMX converties de fichiers MXF en des fichiers QuickTime, vous pouvez importer ces fichiers QuickTime dans Final Cut Pro. Choix d’une configuration simplifiée IMX Une fois que vous avez converti vos fichiers MXF en fichiers de données QuickTime contenant les données IMX MPEG-2, vous devez sélectionner un préréglage de séquence (ou une configuration simplifiée correspondante) compatible avec votre format IMX. Final Cut Pro prévoit ce type de configurations pour le montage en temps réel à l’aide des données IMX à 30, 40 ou 50 Mbps, aux standards NTSC ou PAL. Montage de plans IMX dans une séquence Aucune fonction ni réglage spécial n’est nécessaire pour le montage IMX dans Final Cut Pro. Comme pour tout autre format, vous devez simplement vous assurer que votre configuration simplifiée correspond au format de la séquence que vous montez.72 Chapitre 3 Utilisation de la norme IMX Exportation de fichiers QuickTime IMX Lorsque vous finissez le montage de votre séquence, vous pouvez exporter une séquence QuickTime à l’aide du codec IMX NTSC ou PAL correspondant. Spécifications des formats IMX Le format IMX, également appelé Betacam IMX ou MPEG IMX, enregistre la vidéo NTSC et PAL en définition standard à l’aide de la compression MPEG-2 haute qualité. Support de stockage L’une des caractéristiques du format IMX est qu’il n’est pas limité à un seul type de support. Le format IMX peut être enregistré sur XDCAM, un format de disque optique Sony, ainsi que sur le format de bande IMX. Les magnétoscopes IMX permettent d’assurer la liaison entre les magnétoscopes à bande conventionnels et les systèmes de montage informatiques modernes avec les caractéristiques suivantes :  Lecture de formats vidéo antérieurs, tels que Betacam SP, Beta SX et Digital Betacam. Ces formats peuvent être convertis et transférés au format MPEG IMX en temps réel. Remarque : les magnétoscopes IMX ne prennent pas en charge tous la lecture et l’enregistrement de tous les formats Betacam.  Transfert des fichiers vidéo numériques IMX via les interfaces de mise en réseau telles que les protocoles Ethernet et TCP/IP. Norme vidéo Le format IMX prend en charge à la fois le format SD NTSC et SD PAL. Proportions de l’image Les formats IMX NTSC et PAL ont tous les deux des proportions de 4:3. Dimensions des images, nombres de lignes et résolution Le format IMX peut stocker de la vidéo selon deux résolutions possibles : NTSC (525) et PAL (625). Les chiffres font référence au nombre de lignes analogiques des formats vidéo correspondants. Toutefois, la plupart de ces lignes analogiques ne sont pas utilisées pour stocker les informations d’images. Dans Final Cut Pro, les dimensions d’images suivantes sont utilisées :  IMX NTSC : 720 pixels par ligne, 486 lignes  IMX PAL : 720 pixels par ligne, 576 lignes Dans les deux formats, ce sont des pixels rectangulaires de définition standard qui sont utilisés, comme pour les formats DV, DVD, Digital Betacam et les autres formats vidéonumériques de définition standard.Chapitre 3 Utilisation de la norme IMX 73 Fréquence d’images Le format IMX prend en charge les fréquences d’images NTSC et PAL de 29,97 ips et de 25 ips, respectivement. Méthode de balayage Le format IMX prend en charge l’enregistrement entrelacé. Méthode d’enregistrement des couleurs Le format IMX enregistre un signal vidéo numérique (composant) 4:2:2 Y´CB CR . Chaque échantillon (pixel) présente une résolution de 8 bits. Débit de données et compression vidéo Le format IMX utilise la compression MPEG-2 en images I uniquement. Le format IMX est une version limitée du format MPEG-2 4:2:2 Profile @ ML. Sa désignation SMPTE officielle est D10, comme le définit la norme SMPTE 356M. Trois taux de compression sont pris en charge :  30 Mbps : compression 5,6:1  40 Mbps : compression 4,2:1  50 Mbps : compression 3,3:1 Audio Le format IMX prend en charge deux configurations de canaux audio :  Quatre canaux audio, échantillonnés à 48 kHz sur 24 bits par échantillon  Huit canaux audio, échantillonnés à 48 kHz sur 16 bits par échantillon Timecode Le format IMX prend en charge un timecode de 30 et 25 ips.4 75 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Vous pouvez utiliser la fenêtre Lister et transférer pour visionner du métrage enregistré sur des supports à base de fichiers et le transférer sur votre disque de travail. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos des données sous forme de fichiers (p. 76)  À propos de la fenêtre Lister et transférer (p. 76)  Terminologie relative aux supports à base de fichiers (p. 78)  Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers (p. 80)  Montage de périphériques de données (p. 82)  Utilisation de la zone Explorer (p. 83)  Utilisation de la zone Preview (p. 87)  Utilisation de la zone Listage (p. 89)  Utilisation de la file d’attente de transfert (p. 91)  Nouvelle acquisition des données d’un plan (p. 94)  Utilisation de plans étendus (p. 96)  Archivage de données à base de fichiers provenant de cartes (p. 99)  Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer (p. 101)76 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer À propos des données sous forme de fichiers Traditionnellement, les séquences vidéo étaient enregistrées sur bandes vidéo. Cependant, le numérique a rapidement supplanté la technologie analogique. Ainsi les caméscopes commencent à enregistrer des séquences sous forme de fichiers, sur des supports autres que des bandes, comme des disques durs, des cartes à semi-conducteurs et des disques optiques. Pour plus de facilité au point de vue de l’utilisation de la terminologie, nous appellerons les supports sans bande supports à base de fichiers dans le présent manuel. En raison de leur nature non linéaire, les supports à base de fichiers présentent de nombreux avantages par rapport aux supports à bande :  Vous pouvez lister des plans tout en procédant à l’acquisition d’autres plans en même temps. Ce genre d’opération est impossible à réaliser avec une bande.  Les plans à base de fichiers sont définis au moment de l’enregistrement, ce qui permet de réviser facilement le métrage. Avec une bande, vous devez définir manuellement les plans en définissant des points d’entrée et de sortie.  Aucune durée de calage ou de pre-roll n’est nécessaire pour le visionnage et l’acquisition du métrage.  Vous pouvez monter plusieurs volumes à la fois. Vous ne pouvez utiliser qu’une seule bande à la fois. Aujourd’hui, les formats de données sous forme de fichier les plus courants sont les suivants :  DVCPRO HD et AVC-Intra (carte Panasonic P2 à semi-conducteurs)  AVCHD (disque dur, miniDVD, carte Secure Digital et Memory Stick)  Sony XDCAM, XDCAM HD (disque optique), XDCAM EX (carte mémoire SxS)  Unités VDU (Video Disk Unit) de Sony (disque dur) À propos de la fenêtre Lister et transférer Final Cut Pro peut transférer des données sous forme de fichiers vers votre ordinateur à l’aide de la fenêtre Lister et transférer. Vous pouvez ensuite monter les fichiers de données qui résultantes de la même façon que vous monteriez des fichiers de données dans n’importe quel autre format. La fenêtre Lister et transférer est divisée en quatre zones :  Explorer : fournit une vue d’ensemble de tous les volumes de données montés ainsi que des plans qu’ils contiennent.  Preview : vous permet de visionner du métrage, de définir des points d’entrée et de sortie et d’ajouter des plans à la file d’attente de transfert. Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 77  Listage : utilisez cette zone pour ajouter des informations descriptives des plans avant de procéder à l’acquisition. Vous pouvez également cliquer sur le bouton Réglages d’importation dans cette zone pour sélectionner les canaux vidéo et audio acquis avec chaque plan.  File d’attente de transfert : présente une liste d’état des plans en attente d’acquisition. Pour ouvrir la fenêtre Lister et transférer : m Choisissez Fichier > Lister et transférer (ou appuyez sur Commande + Maj + 8). Remarque : les illustrations de ce chapitre montrent des exemples de la fenêtre Lister et transférer en cours d’acquisition de métrage P2. Il se peut que la fenêtre soit légèrement différente lors de l’acquisition qu’autres formats vidéo. Pour redimensionner les différentes zones de la fenêtre Lister et transférer, procédez de l’une des manières suivantes : m Faites glisser une barre de redimensionnement horizontal ou vertical. m Double-cliquez sur une barre de redimensionnement horizontal ou vertical pour faire disparaître la zone (ou la faire réapparaître si elle est déjà masquée). Zone Explorer Zone File d’attente de transfert Zone de preview Zone Listage Barre de redimensionnement vertical Barre de redimensionnement horizontal Barre de redimensionnement vertical et pointeur de redimensionnement78 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Remarque : si vous faites glisser les barres de redimensionnement vers le bord de la fenêtre, une ou plusieurs zones pourront être masquées, mais les barres de redimensionnement demeureront visibles. Terminologie relative aux supports à base de fichiers Lorsque vous acquérez des supports à base de fichiers à l’aide de la fenêtre Lister et transférer, il est important de connaître les concepts et définitions suivants :  Acquérir : terme général désignant le processus de transfert de vidéo, d’audio et des métadonnées d’un système de stockage de données à un autre. En fonction du contexte, acquérir peut signifier l’une ou l’autre des opérations suivantes :  transférer des données entre plateformes informatiques ou systèmes de fichiers différents, comme entre un système de fichiers P2 et Mac OS X ;  transférer des données entre différents supports de stockage, par exemple entre une bande et un disque dur (opération également appelée capture) ;  ajouter des fichiers de données provenant de votre disque de travail local à un système de montage non linéaire pour créer des plans faisant référence aux données (opération également appelée importation) ;  convertir des données entre différents formats de fichiers conteneurs, comme convertir des fichiers MXF en fichiers QuickTime ;  transcoder des données vidéo et audio dans différents formats, pour passer du format AVC-Intra 1080i au format Apple ProRes 422 1080i, par exemple.  Module de fenêtre Lister et transférer : module logiciel qui étend les capacités de la fenêtre Lister et transférer pour le preview et l’acquisition de certains formats de données spécifiques. Final Cut Pro est accompagné de modules par défaut pour des formats comme, par exemple, le format Panasonic P2, mais des modules supplémentaires pourront être installés au fur et à mesure que les fabricants introduiront de nouveaux formats.  Support de données : support à base de fichiers sur lequel votre métrage est enregistré. Par exemple, les cartes Panasonic P2, les cartes Sony SxS, les disques durs, les disques Sony Professional Disc et les miniDVD. Un support de stockage (comme, par exemple, une carte Panasonic P2 ou un disque Sony Professional Disc) est géné- ralement appelé unité de support de stockage.  Périphérique de données : un caméscope, magnétoscope, lecteur de cartes ou tout autre périphérique capable de lire et d’écrire sur des supports de stockage à base de fichiers. Ces matériels peuvent généralement se brancher sur un ordinateur Mac par un câble USB ou FireWire. Remarque : les disques durs externes sont considérés comme des périphériques de stockage dont le support de stockage est installé en permanence.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 79  Volume de données : périphérique de données ou image disque équivalente montée sur le bureau de Mac OS X. La fenêtre Lister et transférer n’affiche que les volumes de données dont les structures de fichiers et de répertoires sont reconnues par les modules de fenêtre Lister et transférer installés. Les volumes de données sont parfois appelés volume tout court.  Image disque : fichier dans lequel est stockée la représentation d’un volume de données. Vous pouvez créer une image disque d’un volume monté à l’aide de la fenêtre Lister et transférer ou d’utilitaires Mac OS X intégrés.  Nom du volume de données : nom d’un volume monté, d’une image disque montée ou d’un dossier. Si vous disposez d’un accès en écriture à un volume de données, vous pouvez modifier le nom de ce volume dans le Finder.  Fichier de données : fichier contenant une ou plusieurs pistes vidéo ou audio de données d’échantillon. Les fichiers de données contiennent votre métrage proprement-dit (on parle aussi de contenu ou d’essence). Le contenu vidéo et audio associé (par exemple, du métrage d’interview contenant tant de l’image que du son) peut être stocké ensemble au sein d’un seul et unique fichier ou dans des fichiers séparés. La vidéo et l’audio séparés doivent être associés à l’aide d’un fichier de métadonnées (les cartes P2 disposent d’un fichier XML à cette fin). De nombreux fichiers de données sont stockés dans un format conteneur comme, par exemple, QuickTime ou MXF, qui contient alors des pistes ou des flux de vidéo, d’audio et de métadonnées. AIFF, Wave, TIFF et JPEG sont quelques exemples de types de fichiers de données.  MXF : norme de fichiers multimédias destinés à contenir des données vidéo ou audio ainsi que leurs métadonnées associées dans un même fichier conteneur. Un fichier MXF est similaire à un fichier QuickTime ; il s’agit dans les deux cas de formats de fichiers réservés au stockage de données multimédia et de leurs métadonnées. Pour en savoir plus, consultez « À propos du format MXF » à la page 70.  Métadonnées : il s’agit généralement de données annexes décrivant les données principales. Dans le cas des données multimédias, les données principales sont constituées des échantillons vidéo et audio et les métadonnées consistent en informations descriptives associés aux données principales, telles que la durée de la prise de vue, les coordonnées GPS, le nom du caméraman, le numéro de plan et de prise, la fré- quence d’échantillonnage, le codec vidéo utilisé, etc.  Fichier multimédia proxy : copie de faible résolution d’un fichier de données, généralement stockée comme fichier MPEG-4. Un proxy peut être utilisé pour transférer et prévisualiser rapidement du métrage. Tous les formats n’enregistrent pas des fichiers proxy.  CLIP : objet de Final Cut Pro qui fait référence à un fichier de données sur un disque.80 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer  Nom de bande : propriété stockée dans chaque plan de votre projet Final Cut Pro pour vous rappeler dans quel volume de données se trouvent les données originales de votre plan. Le nom de bande d’un plan est particulièrement important si vous procédez à nouveau à l’acquisition d’un plan et que vous devez retrouver le volume de données contenant les données d’origine.  Plan étendu : plan individuel composé de deux fichiers de données ou plus. Les plans étendus sont créés chaque fois que vous enregistrez un plan qui dépasse la capacité de votre support de stockage (ou, dans le cas des cartes P2, si votre métrage dépasse 4 Go). Dans ce cas, le caméscope poursuit, sans s’arrêter, l’enregistrement sur un nouveau fichier de données situé sur le support de stockage disponible suivant. Pour en savoir plus, consultez « Utilisation de plans étendus » à la page 96. Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers Le processus d’acquisition de métrage à base de fichiers est semblable à l’importation de données sur bande à l’aide de la fenêtre Lister et capturer, bien qu’il soit souvent nettement plus rapide parce que l’on évite les inconvénients de la bande. Voici une exemple de flux de production pour vous initier à la fenêtre Lister et transférer : Étape 1 : Enregistrez votre métrage. Étape 2 : Choisissez un disque de travail et un chutier. Étape 3 : Montez les volumes de données dans la fenêtre Lister et transférer. Étape 4 : Choisissez un codec de destination pour les formats qui ne sont pas pris en charge en natif par Final Cut Pro. Étape 5 : Sélectionnez des plans dans la zone Explorer. Étape 6 : Visionnez les plans dans la zone Preview. Étape 7 : Ajoutez des informations de listage dans la zone Listage. Étape 8 : Ajoutez des plans à la file d’attente de transfert pour capturer des données. Voici maintenant les étapes détaillées décrivant le flux de production présenté ci-dessus : 1 Enregistrez le métrage sur un support de stockage à base de fichiers à l’aide d’un périphérique comme, par exemple, un caméscope Panasonic P2, XDCAM ou AVCHD. 2 Branchez le périphérique de données contenant votre support de stockage à votre ordinateur par FireWire ou USB. Dans le Finder, le support de stockage doit être reconnu et doit apparaître sur le bureau. 3 Choisissez Réglages système dans le menu Final Cut Pro, puis cliquez sur l’onglet Disques de travail.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 81 4 Choisissez un disque de travail pour déterminer l’emplacement où les données acquises doivent être stockées. 5 Dans le navigateur de Final Cut Pro, choisissez le chutier dans lequel les plans acquis doivent être stockés dans votre projet. 6 Choisissez Fichier > Lister et transférer (ou appuyez sur Commande + Maj + 8). Tous les volumes montés apparaissent dans la zone Explorer. 7 Si nécessaire, ajoutez des dossiers de données à base de fichiers supplémentaires à partir du Finder en procédant de l’une des manières suivantes :  Cliquez sur le bouton Ajouter un dossier qui se trouve dans le coin supérieur gauche de la zone Explorer, choisissez un dossier, puis cliquez sur OK.  Faites glisser un dossier depuis le Finder jusque dans la zone Explorer, puis relâchez le bouton de la souris.  Dans le menu local Action situé dans le coin supérieur gauche de la zone Explorer, choisissez « Ajouter un chemin personnalisé », choisissez un dossier, puis cliquez sur OK. 8 Si le format que vous acquérez n’est pas pris en charge en natif par Final Cut Pro (comme, par exemple, le format AVCHD ou AVC-Intra), vous devez sélectionner un format cible pour le transcodage de votre métrage. Pour en savoir plus, consultez « Réglages de transcodage des modules Lister et transférer » à la page 101. 9 Sélectionnez un plan dans la zone Explorer de la fenêtre Lister et transférer pour le visionner dans la zone Preview. 10 Dans la zone Preview, définissez des points d’entrée et de sortie pour identifier les données que vous souhaitez acquérir. Remarque : certains formats ne prennent pas en charge la définition de points d’entrée et de sortie. 11 Modifiez la propriété Bande du plan dans la zone Explorer, Listage ou Preview. Par défaut, la propriété Bande d’un plan est identique au nom du volume sur lequel il est stocké. Si le plan fait partie d’un plan étendu, la propriété Bande prend la valeur par défaut Bande étendue. Vous pouvez, si vous le souhaitez, remplacer la propriété Bande d’un plan par un nom plus facile à mémoriser. Cela peut s’avérer utile si vous devez acquérir de nouveau les données d’un plan et que vous devez vous souvenir de l’endroit où les données originales du plan sont stockées. La modification du nom de bande d’un plan est particulièrement importante lorsque vous travaillez avec des plans étendus. Pour en savoir plus, consultez « Choix de noms de bande et explication des noms de volume » à la page 95. 12 Remplacez le nom du plan par un nom plus facile à mémoriser que le nom par défaut attribué par le caméscope.82 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 13 Utilisez les champs de stockage pour ajouter des informations descriptives sur chaque plan. Ces propriétés sont incluses avec le plan lors de son acquisition et de son stockage dans le navigateur. 14 Cliquez sur Réglages d’importation dans la zone Listage, puis sélectionnez les canaux vidéo et audio que vous souhaitez acquérir. Le nombre de canaux audio disponibles (généralement deux ou quatre) dépend du nombre de canaux contenus dans le plan qui se trouve dans la zone Explorer. Vous pouvez regrouper des paires de canaux audio en stéréo ou en mono dual. Remarque : certains formats sont sous-mixés automatiquement en stéréo. Dans ce cas, vous ne pouvez pas ajuster les réglages audio dans la sous-fenêtre Réglages d’importation. 15 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Dans la zone Explorer, sélectionnez un ou plusieurs plans, puis cliquez sur « Ajouter sél. à la liste ».  Dans la zone Preview, cliquez sur « Ajouter le plan à la liste ». Remarque : lorsque vous cliquez sur le bouton « Ajouter le plan à la liste », seul le plan qui apparaît dans la zone Preview est ajouté à la file d’attente de transfert. Pour découvrir d’autres moyens d’ajouter des plans à la file d’attente de transfert, consultez la rubrique « Ajout de plans à la file d’attente de transfert en vue de leur acquisition » à la page 92. 16 Observez la zone File d’attente de transfert pour vérifier l’état de vos données acquises. Montage de périphériques de données Un périphérique de données à base de fichiers doit être monté sur le bureau comme un volume de données pour que vous puissiez acquérir du métrage à partir du périphérique. La plupart des périphériques de données peuvent être réglés sur un mode d’accès au fichiers spécial puis connectés à votre ordinateur par FireWire ou USB. Pour des détails, consultez la documentation qui accompagnait votre périphérique de données . Vous pouvez aussi monter des images disque de volumes de données. Important : n’oubliez pas de démonter les volumes avant de retirer le support de stockage ou de déconnecter un périphérique de données de votre ordinateur. Pour démonter un volume, effectuez l’une des opérations suivantes : m Dans la fenêtre Lister et transférer, sélectionnez un volume, puis cliquez sur le bouton Éjecter. m Dans le Finder, sélectionnez le volume monté, puis choisissez Fichier > Éjecter (ou appuyez sur Commande + E). Après le démontage du volume, vous pouvez retirer le support de stockage ou déconnecter le périphérique de données.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 83 Utilisation de dossiers avec une structure de dossiers de données à base de fichiers valide La fenêtre Lister et transférer peut servir pour l’acquisition de données à partir de n’importe quel dossier présentant une structure de dossiers valide. Vous pouvez créer ces dossiers en les copiant sur votre disque dur à partir de cartes et de périphériques. Important : Final Cut Pro reconnaît les dossiers compatibles comprenant les fichiers de données originaux, les métadonnées descriptives et un ensemble correspondant de fichiers de plan XML. Si vous avez besoin de copier le contenu d’un périphérique de données à base de fichiers sur un disque dur, dupliquez son contenu sans effectuer de modification. Utilisation de la zone Explorer La zone Explorer vous permet de visualiser le contenu de tout volume monté et de sélectionner les plans à ajouter à la file d’attente de transfert en vue de leur acquisition. Les volumes valides apparaissent automatiquement dans la zone Explorer lorsque vous ouvrez la fenêtre Lister et transférer. Remarque : la fenêtre Lister et transférer présente tous les dossiers et volumes montés disponibles qui étaient affichés la dernière fois que la fenêtre était ouverte.84 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Commandes disponibles dans la zone Explorer La zone Explorer comporte les commandes suivantes :  Bouton Ajouter un dossier : cliquez pour ajouter un dossier possédant une structure de dossiers de données à base de fichiers valide pour un format comme, par exemple, P2, AVCHD, AVC-Intra ou XDCAM. Vous pouvez également faire glisser un dossier depuis le Finder jusque dans la zone Explorer.  Bouton d’éjection : cliquez pour retirer le dossier ou le volume sélectionné de la zone Explorer. Le volume sélectionné est démonté du bureau dans le Finder. Les dossiers sont retirés de la zone Explorer mais ne sont pas modifiés.  Champ de recherche : champ de recherche similaire à celui que l’on trouve dans iTunes et permettant de limiter les plans affichés. Toutes les colonnes sont prises en compte lors des recherches, même si certaines d’entre elles ne sont pas affichées. Par exemple, si vous tapez « DV », les plans dont le nom contient le terme « DV » sont affichés, mais également ceux qui utilisent les codecs DV et DVCPRO. Vous pouvez appuyer sur les touches Commande + Contrôle + S pour mettre le champ de recherche en surbrillance.  Le champ de recherche accepte trois types de délimiteur de timecode : le point (.), le point-virgule (;) et le deux-points (:) ; il ne fait pas de différence entre ces éléments durant les recherches. Vous pouvez, par exemple, rechercher tous les plans contenant « 10;00 » dans un champ de timecode en tapant « 10.00 », « 10:00 » ou « 10;00 ». Indicateurs de données affichant la quantité de données acquises. Volume monté Dossier présentant une structure valide Bouton Ajouter un dossier Bouton d’éjection Champ de recherche Boutons Présentation par liste non groupée et Présentation par liste hiérarchique Menu local Action Curseur de redimensionnement des vignettes Cliquez ici pour ajouter les plans sélectionnés à la file d’attente de transfert. Double-cliquez sur une propriété de plan pour la modifier ou appuyez sur la touche Entrée. En-têtes de colonnesChapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 85  Boutons de présentation par liste : il y a deux manières d’afficher la liste des plans situés sur des volumes montés :  Présentation par liste hiérarchique : affiche les plans regroupés par volume. Dans ce mode de présentation, vous pouvez cliquer sur le triangle d’affichage situé en regard d’un nom de volume pour afficher ou masquer les plans contenus dans le volume. Vous pouvez également sélectionner le volume et appuyer sur la touche fléchée vers la droite pour l’ouvrir ou celle vers la gauche pour le fermer. Par défaut, ce mode de présentation affiche les colonnes Nom, les vignettes, Début des données et Durée des données.  Présentation par liste non groupée : affiche les plans de tous les volumes montés dans une seule et même liste. Chaque volume parent d’un plan est spécifié dans la colonne Volume. Ce mode de présentation est unique car il consolide les plans étendus en un seul élément. Il s’agit du mode de présentation généralement conseillé pour travailler sur des plans étendus.  Menu local Action : contient les commandes nécessaires pour modifier la sélection faite. Il s’agit également du menu qui vous permet d’accéder aux préférences de la fenêtre Lister et transférer.  En-têtes de colonnes : les colonnes affichent les propriétés et les métadonnées des plans. Vous pouvez utiliser les en-têtes de colonne de différentes manières :  Cliquez sur un en-tête de colonne pour trier les plans en fonction de la propriété concernée. Cliquez à nouveau sur l’en-tête de colonne pour inverser l’ordre de tri.  Tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, cliquez sur un en-tête de colonne dans le menu contextuel pour afficher ou masquer des colonnes supplémentaires telles que Format, Compresseur et Date de prise.  Faites glisser les en-têtes de colonne vers la gauche ou vers la droite pour modifier leur ordre.  Propriétés de plan : la plupart des propriétés des plans sont en lecture seule, mais vous pouvez en modifier certaines telles que Nom, Scène, Plan, Entrée et Sortie, en double-cliquant dessus, en appuyant sur la touche Entrée ou Retour. Si un nom de plan est sélectionné, vous pouvez appuyer sur la touche Tab pour modifier le nom du plan suivant dans la zone Explorer. Les modifications apportées aux propriétés de plan sont temporairement stockées dans le projet actif mais elles n’affectent pas les volumes montés. Cela signifie que :  Avant d’acquérir un plan dans la fenêtre Lister et transférer, vous pouvez revenir aux propriétés d’origine du plan en cliquant sur ce plan tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis en choisissant « Récupérer les métadonnées d’origine » dans le menu contextuel.  Lorsque vous listez des plans dans un nouveau projet se trouvant dans la fenêtre Lister et transférer, les modifications appliquées aux propriétés des plans lors du listage des plans dans d’autres projets ne sont pas visibles. Autrement dit, les propriétés de plan ne peuvent être modifiées que dans chaque projet.86 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer  Indicateurs de données : indique la quantité de données acquise d’un plan dans le projet actif. Avant l’acquisition de données dans un projet, tous les indicateurs de données sont vides. Si vous procédez à l’acquisition d’une partie des données d’un plan sur un volume, cette portion est ajoutée au projet en tant que plan et l’indicateur de données correspondant présente une icône partiellement remplie. Si vous créez un projet ou que vous fermez le projet, l’indicateur de données de ce plan redevient vide. Les indicateurs de données peuvent présenter trois états :  Vide : aucune donnée n’a été acquise.  Partiel : des images, au moins une image mais pas toutes, ont été acquises.  Complet : toutes les données du plan ont été acquises.  Curseur de redimensionnement des vignettes : réglez ce curseur pour modifier la taille des vignettes de plan. Cliquez sur le bouton de grande ou de petite vignette pour passer directement aux tailles de vignette maximale et minimale, respectivement.  Bouton « Ajouter sél. à la liste » : cliquez sur ce bouton pour ajouter les plans sélectionnés dans la zone Explorer à la file d’attente de transfert en vue de leur acquisition. Ajout de dossiers et de volumes à la zone Explorer Les volumes montés apparaissent automatiquement dans la zone Explorer lorsque vous ouvrez la fenêtre Lister et transférer. Vous pouvez ajouter des dossiers possédant des structures de dossiers valides en cliquant sur le bouton Ajouter un dossier, puis en choisissant le dossier souhaité. Vous pouvez également ajouter un dossier en le faisant glisser depuis le Finder jusque dans la zone Explorer. Sélection de plan dans la zone Explorer Final Cut Pro traite les plans sélectionnés dans la zone Explorer comme s’il s’agissait d’une entité continue à travers laquelle vous pouvez naviguer à l’aide des commandes de transport de la zone Preview. Si vous disposez alors de deux plans sélectionnés dans la zone Explorer et que la tête de lecture atteint la fin du premier plan sélectionné, elle poursuit la lecture jusqu’au deuxième plan. Pour en savoir plus, consultez « Commandes de transport dans la zone Preview » à la page 88.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 87 Vous pouvez sélectionner des plans dans la zone Explorer en cliquant n’importe où dans la rangée contenant le nom du plan. Vous pouvez sélectionner une suite de plans en cliquant sur un premier plan, puis en cliquant sur un deuxième plan tout en maintenant la touche Majuscule enfoncée. Pour ajouter ou retirer des plans à la sélection de plans établie, cliquez sur chaque plan en maintenant la touche Commande enfoncée. Vous pouvez sélectionner tous les plans qui se trouvent dans la zone Explorer en choisissant Édition > Tout sélectionner (ou en appuyant sur Commande + A). Vous pouvez désélectionner tous les plans en choisissant Édition > Tout désélectionner (ou en appuyant sur Commande + Majuscule + A). Suppression de plans directement du support de stockage Pour certains types de supports de stockage, vous pouvez supprimer des plans directement du support de stockage à l’aide de la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus, consultez « Suppression de plans P2 directement dans la fenêtre Lister et transférer » à la page 108. Utilisation de la zone Preview La zone de Preview vous permet de visionner vos plans. Remarque : lorsque le format d’un plan de données à base de fichiers ne permet pas l’utilisation de certaines fonctionnalités dans la zone de Preview, les contrôles correspondants n’apparaissent pas dans la fenêtre. Nom du plan Commandes de point d’entrée Commandes de déplacement Commande Jog Commande Shuttle Barre du défileur Champ Timecode actuel Champ Durée du timecode Zone d’affichage de l’image Commandes de point de sortie Bouton Plan précédent Bouton Plan suivant Marqueurs de points d’entrée et de sortie88 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Commandes de transport dans la zone Preview Les commandes de transport, de navigation et de marquage situées dans la zone Preview fonctionnent de la même manière que les commandes disponibles dans le Visualiseur et le Canevas. Ces commandes partagent en outre les mêmes raccourcis clavier, y compris les touches J, K et L réservées à la lecture. Il est possible d’activer ou de désactiver la lecture en boucle en choisissant Présentation > Lecture en boucle (ou en appuyant sur Contrôle + L). Vous pouvez appuyer sur la touche Tab pour vous déplacer entre les champs des zones Preview et Listage. Pour en savoir plus sur les commandes disponibles dans le Visualiseur, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume I, Chapitre 6, « Notions élémentaires sur le Visualiseur ». Final Cut Pro considère tous les plans sélectionnés dans la zone Explorer comme une entité individuelle continue lorsque vous utilisez les commandes Jog et Shuttle, ainsi que les touches J, K et L, ou que vous cliquez sur les boutons Plan précédent et Plan suivant. Ainsi, lorsque la tête de lecture atteint la fin d’un plan de la sélection, le plan sélectionné suivant s’ouvre et la lecture continue. La lecture est toutefois limitée au plan affiché dans la zone Preview si vous avez activé la lecture en boucle (en choisissant Présentation > Lecture en boucle, ou en appuyant sur Contrôle + L). Les boutons Plan précédent et Plan suivant permettent de naviguer à travers les plans sélectionnés dans la zone Explorer. (cependant, si un seul plan est sélectionné, vous pouvez naviguer à travers l’ensemble des plans). Pour passer d’un plan à l’autre au sein des plans sélectionnés dans la zone Explorer, procédez de l’une des manières suivantes : m Cliquez sur le bouton Plan précédent (ou appuyez sur Commande + Contrôle + Flèche gauche). m Cliquez sur le bouton Plan suivant (ou appuyez sur Commande + Contrôle + Flèche droite). Pour ajouter le plan actif à la file d’attente de transfert, procédez de l’une des maniè- res suivantes : m Cliquez sur le bouton « Ajouter le plan à la liste ». m Cliquez dans la zone d’affichage de l’image, puis faites glisser le plan dans la file d’attente de transfert. m Appuyez sur la touche F2.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 89 Restrictions pendant le preview Certains formats de données à base de fichiers possèdent des limitations spécifiques lors de la relecture de métrage directement à partir d’un volume monté. Consultez les sections suivantes pour des informations détaillées :  Pour des informations sur les restrictions de P2 : consultez « Restrictions pendant le preview » à la page 108.  Pour des informations sur les restrictions d’AVCHD : consultez « Restrictions pendant le preview » à la page 119.  Pour des informations sur les restrictions d’AVC-Intra : consultez « Restrictions pour l’utilisation d’AVC-Intra » à la page 124. Utilisation de la zone Listage La zone Listage vous permet de modifier le nom de bande d’un plan et d’autres informations descriptives avant l’acquisition. Les données saisies dans cette zone sont stockées avec les plans du projet après l’acquisition. Ces champs sont identiques aux champs de listage disponibles dans la fenêtre Lister et capturer. Appuyez sur la touche Tab pour passer d’un champ à l’autre et sur Maj + Tab pour vous déplacer à travers les champs dans l’ordre inverse. Vous pouvez réinitialiser les métadonnées et les champs de listage de plan en cliquant sur un ou plusieurs plans dans la zone Explorer (tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée), puis en choisissant « Récupérer les métadonnées d’origine » dans le menu contextuel. Cela permet de réinitialiser les propriétés de plan suivantes : Bande, Nom, Scène, Plan/ Prise, Angle, Remarque, Entrée, Sortie et la position de tête de lecture du plan. Champs de stockage Bouton d’incrémentation Menu local de remplissage automatique90 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Utilisation des informations de listage du cache de remplissage automatique Contrairement aux champs de la fenêtre Lister et capturer, les champs de la zone Listage bénéficient d’un cache de remplissage automatique contenant les informations précédentes pour pouvoir saisir plus rapidement des informations répétitives. Remarque : Final Cut Pro n’ajoute les informations de listage au cache de remplissage automatique qu’après l’acquisition d’un plan. Pour récupérer des données dans le cache de remplissage automatique : m Choisissez les anciennes données de listage dans le menu local situé en regard du champ de listage. Pour vider le cache de remplissage automatique afin que les données précédentes n’apparaissent pas dans les champs de listage : 1 Dans le coin supérieur droit de la zone Explorer, choisissez Préférences dans le menu local Action. 2 Cliquez sur « Effacer le cache de remplissage automatique du listage ». Incrémentation des champs de listage La plupart des champs de listage disposent d’un bouton d’incrémentation sur lequel vous pouvez cliquer pour augmenter d’une unité la valeur du dernier caractère du nom du plan, en respectant les règles suivantes :  Tout chiffre situé au bout d’un champ est augmenté d’une unité.  Toute lettre individuelle située au bout d’un champ est augmentée d’une unité dans l’ordre alphabétique de A à Z.  Toute lettre individuelle précédée par des chiffres est augmentée d’une unité dans l’ordre alphabétique de A à Z. Après Z, le chiffre augmente d’une unité et la lettre recommence à partir de A pour un nouveau cycle.  Un chiffre est ajouté à tout champ se terminant par plusieurs lettres et ce chiffre augmente d’une unité. Par exemple, ABC est suivi par ABC1, puis ABC2, etc.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 91 Réglage des paramètres audio et vidéo d’importation de plan Vous pouvez ouvrir la sous-fenêtre Réglages d’importation en cliquant sur le bouton Réglages d’importation de la zone Listage. Elle vous permet de spécifier s’il faut acquérir les données vidéo ou audio et de déterminer le nombre et le regroupement de canaux audio. Les VU-mètres indiquent les niveaux d’entrée audio dans les canaux activés. Remarque : certains formats, comme, par exemple, AVCHD, sont sous-mixés automatiquement en stéréo. Pour ces formats, vous ne pouvez pas ajuster les réglages audio. Si un seul plan est sélectionné dans la zone Explorer, les réglages d’importation de plan sont appliqués à ce plan. Pour appliquer les réglages d’importation à plusieurs plans : 1 Cliquez, en maintenant la touche Maj ou Commande enfoncée, sur plusieurs plans dans la zone Explorer, afin de les sélectionner. 2 Activez des canaux vidéo et audio via la sous-fenêtre Réglages d’importation. 3 Cliquez sur « Appliquer à la sélection », puis sur OK dans la zone de dialogue qui apparaît. Utilisation de la file d’attente de transfert La file d’attente de transfert présente une liste des plans en attente d’acquisition. L’état de chaque plan est affiché et une barre de progression indique, pour chaque plan, la quantité de données acquises. Deux canaux audio activés et regroupés en paire stéréo Un canal mono activé92 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Vous pouvez à tout moment interrompre ou redémarrer l’acquisition en cliquant sur le bouton Pause ou en appuyant sur Commande + Contrôle + Q. Important : la procédure d’acquisition de plan effectue toujours une copie de vos données en les extrayant du support de stockage d’origine et en les copiant dans un nouveau fichier QuickTime sur votre disque de travail. Si vous procédez, par exemple, à l’acquisition de 4 Go de métrage DVCPRO HD à partir d’un dossier P2 situé sur votre disque dur, il vous faudra 4 Go d’espace disque supplémentaire pour le fichier de séquence QuickTime. Dans les cas où votre métrage source est transcodé, la séquence QuickTime résultante peut être nettement plus volumineuse que l’original. Ajout de plans à la file d’attente de transfert en vue de leur acquisition Il y a plusieurs manières d’ajouter des plans à la file d’attente de transfert en vue de leur acquisition : m Dans la zone Explorer, sélectionnez un ou plusieurs plans, puis cliquez sur « Ajouter sél. à la liste ». m Faites glisser un ou plusieurs plans depuis la zone Explorer vers la file d’attente de transfert. m Faites glisser un volume depuis la zone Explorer vers la file d’attente de transfert. Tous les plans du volume sont alors ajoutés en une seule fois à la file d’attente de transfert. m Dans la zone Preview, cliquez sur le bouton « Ajouter le plan à la liste ». Remarque : lorsque vous cliquez sur le bouton « Ajouter le plan à la liste », seul le plan qui apparaît dans la zone Preview est ajouté à la file d’attente de transfert. m Cliquez sur l’image vidéo dans la zone Preview, puis faites-la glisser dans la file d’attente de transfert. Cliquer pour afficher le chutier actif dans le navigateur. Barre de progression. Bouton Pause. Curseur de redimensionnement des vignettes. La colonne État indique l’état de l’acquisition.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 93 Vous pouvez également faire glisser des plans depuis la fenêtre Lister et transférer vers votre projet dans le navigateur. Ces plans sont automatiquement listés dans le projet et ajoutés à la file d’attente de transfert et leurs données sont acquises. Organisation des plans dans la file d’attente de transfert La colonne État affiche l’état d’acquisition de chaque plan de la file d’attente de transfert :  En cours d’acquisition : un disque en train de tourner indique que le transfert des données sur votre disque de travail est en cours.  En pause : un disque à l’arrêt indique que le plan actif est partiellement transféré.  Erreur : un point d’exclamation indique que l’acquisistion du fichier a échoué. Les données source de ce plan ont peut-être été démontées ou déplacées depuis l’ajout de ce plan à la file d’attente de transfert. D’autres erreurs, comme, par exemple, le manque d’espace disque, peuvent s’être produites. Vous pouvez cliquer tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée sur le plan dont l’acquisistion a échoué et utiliser le menu contextuel pour tenter une nouvelle acquisition ou supprimer le plan et l’ajouter à nouveau à la file d’attente de transfert. L’acquisition est effectuée plan par plan dans l’ordre d’apparition des plans. Vous pouvez modifier l’ordre des plans en les faisant glisser pour les placer au-dessus ou en dessous d’autres plans. Vous pouvez également arrêter l’acquisition de certains plans en les sélectionnant et en les supprimant de la file d’attente de transfert. Pause et arrêt de l’acquisition Final Cut Pro n’enregistre pas les données partiellement acquises. Si la file d’attente de transfert est en cours d’acquisition d’un plan (ou si un transfert est en pause), Final Cut Pro vous signale que vous risquez de perdre des données partiellement acquises si vous effectuez l’une des actions suivantes :  supprimer le plan de la file d’attente de transfert ;  fermer la fenêtre Lister et transférer ;  fermer le projet Final Cut Pro contenant votre chutier ;  quitter Final Cut Pro.94 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Attribution de nom aux fichiers et aux plans durant l’acquisition Lorsque vous ajoutez des plans à la zone File d’attente de transfert, Final Cut Pro vérifie si un fichier de données portant le même nom existe déjà dans le dossier du disque de travail actif. Si un fichier de données possédant le même nom existe déjà, Final Cut Pro modifie le nom du fichier de données et du plan résultant dans le projet en appliquant les règles décrites dans la rubrique « Incrémentation des champs de listage » à la page 90. Nouvelle acquisition des données d’un plan En cas de perte ou de suppression des fichiers de données d’un plan, il est possible à tout moment de recommencer l’acquisition des données de ce plan. Ce processus est équivalent à la capture par lot effectuée lorsque l’on travaille avec des données enregistrées sur bande. Le suivi des plans acquis est toutefois légèrement différent du suivi des plans listés et capturés à partir d’une bande. Dans les flux de production de données sur bande, les propriétés Bande, Début des données et Fin des données décrivent l’emplacement des données sources originales du plan sur la bande. Lorsque vous listez un plan, vous lui attribuez une propriété Bande à partir de l’étiquette apposée sur la bande source pour pouvoir retrouver ce plan plus tard lors d’une recapture éventuelle. Final Cut Pro ne dispose d’aucun moyen de vérifier si vous avez inséré la bande correcte. Si vous avez inséré une mauvaise bande et que Final Cut Pro détecte un timecode correspondant, vous risquez de recapturer un métrage différent. La plupart des plans acquis utilisent un système de suivi de données plus fiable reposant sur des numéros de plan. Chaque plan possède un numéro de plan unique affecté exclusivement à ce plan. Lors du listage et de l’acquisition d’un plan, le numéro de plan est stocké dans le plan au sein de votre projet.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 95 Si vous souhaitez à nouveau acquérir un plan, Final Cut Pro recherche dans les volumes disponibles dans la fenêtre Lister et transférer un plan correspondant à ce numéro de plan. Si aucun plan correspondant à ce numéro de plan n’est trouvé, Final Cut Pro vous signale que le volume contenant ce plan n’est pas monté. Pour procéder à une nouvelle acquisition de données pour des plans créés dans la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans le navigateur, sélectionnez les plans contenant les données à acquérir. 2 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Choisissez Fichier > Capture par lot (ou appuyez sur Contrôle + C).  Assurez-vous que la fenêtre Lister et tranférer est ouverte puis faites glisser les plans sélectionnés du navigateur vers la zone File d’attente de transfert. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, indiquez si vous souhaitez effectuer l’acquisition des données de tous les plans sélectionnés ou uniquement des plans dont les fichiers de données sont déconnectés, puis cliquez sur OK. Si Final Cut Pro ne parvient pas à retrouver les données correspondant au numéro de plan recherché dans les volumes montés, un message d’avertissement vous rappelle la propriété Bande du plan. Dans ce cas, repérez le volume contenant le plan à acquérir, ajoutez-le à la fenêtre Lister et transférer, puis recommencez les étapes décrites ci-dessus. Pour en savoir plus sur l’ajout d’un volume à la fenêtre Lister et transférer, consultez la rubrique « Ajout de dossiers et de volumes à la zone Explorer » à la page 86. Choix de noms de bande et explication des noms de volume Lors du listage de plans dans la fenêtre Lister et transférer, il est recommandé d’affecter des noms de bande pertinents et faciles à mémoriser, afin que vous puissiez retrouver aisément les volumes et les dossiers en cas de nouvelle acquisition. Cela est aussi particulièrement important si vous effectuez l’acquisition de plans étendus, parce que les données d’un plan étendu proviennent de plusieurs volumes et que Final Cut Pro attribue par défaut à chaque plan la propriété de Bande étendue. Nous vous recommandons d’attribuer un nom de bande décrivant chacun des volumes requis pour le plan étendu. Ainsi, le nom de bande 10A_10B_10C pourrait indiquer qu’un plan requiert trois volumes : 10A, 10B et 10C. Lorsqu’il vous avertit que le volume est manquant, Final Cut Pro vous indique la propriété Bande attribuée au plan plutôt que le nom de volume. Bien que les noms de bande et de volume soient tous deux importants pour assurer le suivi de vos plans, Final Cut Pro ne les utilise pas pour l’acquisition. Final Cut Pro recherche en fait sur tous les volumes montés les plans dont les numéros de plan correspondent aux plans à acquérir à nouveau. Cela signifie que vous pouvez recommencer l’acquisition du plan à partir de n’importe quel volume pour peu que ce volume contienne un plan portant le numéro adéquat.96 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Important : comme il est facile de créer des archives d’images disques et de copies de dossier à partir de vos cartes, vous risquez ce faisant d’ajouter plusieurs volumes contenant le même plan dans la zone Explorer de la fenêtre Lister et transférer. Cela peut provoquer des résultats inattendus, plus particulièrement lors du visionnage ou de l’acquisition de plans étendus. Utilisation de plans étendus Un plan étendu est créé chaque fois que vous enregistrez un plan plus volumineux que la capacité du support de stockage courant ou lorsque la taille du fichier est supérieure à celle autorisée par le système de fichiers du périphérique. Par exemple, lorsqu’un fichier sur une carte P2 dépasse la limite de 4 Go, un plan étendu est créé. Si c’est le cas, le caméscope arrête d’enregistrer le fichier de données en cours et reprend l’enregistrement dans un nouveau fichier de données sur une autre unité de support de stockage. Le résultat obtenu est un plan unique composé de plusieurs fichiers de données assemblés de manière continue. Important : pour acquérir (ou acquérir à nouveau) un plan étendu sous la forme d’un seul fichier de données, vous devez monter tous les volumes nécessaires pour le plan. En cas de montage de volumes distincts à différents moments, Final Cut Pro risque de ne capturer que des portions d’un plan ou de vous empêcher de capturer des portions partielles si d’autres segments ne sont pas disponibles.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 97 Visionnage des plans étendus dans la zone Explorer La zone Explorer de la fenêtre Lister et transférer permet d’afficher les plans de deux manières différentes : en mode de présentation par liste hiérarchique ou en mode de présentation par liste non groupée. Les exemples ci-dessous montrent comment un plan étendu constitué de cinq plans (situés sur cinq volumes) est affiché dans chaque mode de présentation. Dans les deux modes de présentation, les segments de plan étendu sont affichés séparément s’il manque certains segments du plan étendu situés sur d’autres volumes. En revanche, tout plan étendu complet est affiché différemment en fonction du mode de présentation choisi. Plan étendu incomplet en présentation par liste hiérarchique. Plan étendu incomplet en présentation par liste non groupée.98 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer En présentation par liste non groupée, un plan étendu complet est affiché comme un élément unique dans la zone Explorer. En présentation par liste hiérarchique, le même plan étendu est affiché au sein de chaque volume contenant l’un des segments du plan étendu. Pour éviter toute confusion, il est généralement préférable d’utiliser la présentation par liste non groupée lors de l’acquisition de plans étendus. Lorsqu’un plan étendu est incomplet, vous pouvez acquérir chaque segment en tant que plan et fichier de données QuickTime individuels. En revanche, lorsque tous les segments d’un plan étendu sont disponibles, vous pouvez acquérir toutes les données du plan étendu sous la forme d’un seul fichier QuickTime. ∏ Conseil : lors du listage de plans étendus, attribuez des noms de bande indiquant tous les volumes d’origine des plans. Pour en savoir plus, consultez « Choix de noms de bande et explication des noms de volume » à la page 95. La présentation par liste hiérarchique affiche plusieurs plans étendus identiques. La présentation par liste non groupée affiche un seul plan étendu.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 99 Archivage de données à base de fichiers provenant de cartes Contrairement aux bandes, qui sont assez bon marché pour un archivage permanent, les cartes sont chères pour le stockage de fichiers à long terme. Il est par conséquent nécessaire d’effacer vos cartes pour pouvoir les réutiliser pour enregistrer des données. Avant d’effacer vos cartes, vous devez archiver leur contenu pour disposer d’une copie du métrage au cas où il serait nécessaire de le réutiliser. Pour sauvegarder une carte, vous pouvez l’effacer sans perdre les données de deux manières : m Copier le dossier de la carte sur un autre disque. m Créer une image disque de la carte que vous pourrez monter plus tard comme volume. Archivage dans un dossier Vous pouvez soit copier le dossier d’un volume directement dans le Finder, soit utiliser la commande « Archiver dans le dossier » disponible dans la zone Explorer de la fenê- tre Lister et transférer. Pour créer une copie du dossier d’un volume via la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans la zone Explorer, assurez-vous que le bouton de présentation par liste hiérarchique est sélectionné. 2 Sélectionnez le volume à copier. 3 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Cliquez sur le volume tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis choisissez « Archiver dans le dossier » dans le menu contextuel.  Dans le menu local Action situé dans le coin supérieur droit de la zone Explorer, choisissez « Archiver dans le dossier ». 4 Tapez un nom pour le dossier copié. Le nom du volume est utilisé par défaut.100 Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer Archivage dans une image disque La commande Archiver sur une image disque produit une image disque lisible et inscriptible facile à stocker sur d’autres disques durs ou supports disques et qui peut être ouverte facilement pourt accéder au contenu archivé. Pour créer une image disque d’une carte : 1 Dans la zone Explorer, assurez-vous que le bouton de présentation par liste hiérarchique est sélectionné. 2 Sélectionnez la carte dont vous souhaitez archiver le contenu. 3 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Cliquez sur l’icône de la carte tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis choisissez « Archiver sur une image disque » dans le menu contextuel.  Dans le menu local Action situé dans le coin supérieur droit de la zone Explorer, choisissez « Archiver sur une image disque ». 4 Tapez un nom pour le fichier d’image disque. Le nom du volume est utilisé par défaut. Important : le nom que vous tapez à cet endroit est le nom du fichier d’image disque (.dmg), pas le nom de l’image disque qu’il contient. Pour renommer le volume monté d’une image disque archivée : 1 Dans la fenêtre Lister et transférer, sélectionnez un volume, puis choisissez « Archiver sur une image disque » dans le menu local Action de la zone Explorer. Un fichier d’image disque (.dmg) est créé sur le bureau. 2 Accédez au Finder (en appuyant sur Commande + Tab ou en cliquant sur l’icône du Finder dans le Dock). 3 Double-cliquez sur l’image disque que vous venez de créer, afin de la monter sur le bureau. 4 Sélectionnez le volume monté sur le bureau, puis appuyez sur la touche Entrée pour sélectionner le nom du volume. 5 Tapez un nouveau nom pour le volume monté, puis appuyez sur la touche Entrée.Chapitre 4 Utilisation de la fenêtre Lister et transférer 101 Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer La fenêtre Lister et transférer dispose de plusieurs préférences accessibles en choisissant Préférences dans le menu local Action de la zone Explorer :  Supprimer le pulldown avancé et les images dupliquées  Effacer le cache de remplissage automatique du listage  Réglages de transcodage des modules Lister et transférer Supprimer le pulldown avancé et les images dupliquées Cette option supprime le pulldown avancé et les images redondantes (dupliquées) enregistrées dans des formats comme, par exemple, DVCPRO HD. Effacer le cache de remplissage automatique du listage Cette option vide le cache des informations saisies précédemment dans chaque champ de listage. Pour en savoir plus, consultez « Utilisation de la zone Listage » à la page 89. Réglages de transcodage des modules Lister et transférer Pour les formats qui ne sont pas pris en charge en natif par Final Cut Pro, vous pouvez sélectionner un format cible pour le transcodage de votre métrage pendant l’acquisistion. Le module de fenêtre Lister et transférer pour chaque type de support de stockage (Panasonic P2, AVCHD, etc.) détermine quels formats ne sont pas pris en charge en natif par Final Cut Pro et vers quels codecs de destination vous pouvez transcoder ces formats. Par exemple, le module P2 AVC-Intra intégré vous permet de transcoder du métrage AVC-Intra au format Apple ProRes 422 ou Apple ProRes 422 (HQ). Pour sélectionner le codec de destination pour le métrage non natif transféré dans la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans la fenêtre Lister et transférer, choisissez Préférences dans le menu local Action, dans le coin supérieur droit de la zone Explorer. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, identifiez le module et le format à transcoder, choisissez un codec de destination dans la colonne « Transcoder à », puis cliquez sur OK.5 103 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Vous pouvez utiliser la fenêtre Lister et transférer pour visionner du métrage enregistré sur des cartes Panasonic P2 et le transférer sur votre ordinateur. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos des cartes et des fichiers de données Panasonic (p. 103)  Utilisation de cartes Panasonic P2 avec Final Cut Pro (p. 104)  Utilisation de la commande Transfert sur bande pour la sortie sur cartes P2 dans le caméscope l’AG-HVX200 (p. 110)  Capture par FireWire comme si la carte P2 était une bande insérée dans un magnétoscope (p. 112)  Compatibilité du caméscope Panasonic AG-HVX200 (p. 113)  Spécifications du format de carte Panasonic P2 (p. 116) À propos des cartes et des fichiers de données Panasonic Les cartes P2 (le terme P2 signifie module professionnel, de « Professional Plug-in ») sont des cartes mémoires compactes à semi-conducteurs conçues pour le secteur audiovisuel professionnel. Comme elles ne contiennent pas de pièces mobiles, ces cartes sont exemptes des défauts associés aux supports sur bande, tels que la sensibilité à la température et à l’humidité, les bandes emmêlées, la dégradation du support et le caractère fastidieux des opérations de listage et de capture. Panasonic produit actuellement des caméras, des magnétoscopes et des lecteurs de cartes P2 propriétaires. La carte P2 d’origine avait une capacité de 2 Go, soit environ 8 minutes de séquence DV 25. Un plateau à 5 logements complètement chargé pourrait par conséquent contenir 10 Go de données, soit 40 minutes de séquence filmée DV 25. Des cartes avec une capacité de 32 Go sont maintenant disponibles et la capacité de chaque nouvelle version de carte P2 devrait à l’avenir connaître une croissance géométrique.104 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Les définitions suivantes fournissent quelques éléments d’information utiles pour la description des cartes et supports P2 :  Carte P2 : carte mémoire à semi-conducteurs pour l’enregistrement de données DV, DVCPRO, DVCPRO 50, DVCPRO HD et données AVC-Intra dans des fichiers conteneur MXF.  Appareil P2 : caméscope, magnétoscope ou lecteur de carte capable de lire et d’écrire des données sur une carte P2. Ces matériels peuvent généralement se brancher sur un ordinateur Mac par un câble USB ou FireWire.  Volume P2 : toute carte P2 ou image disque montée contenant une structure de répertoires P2 valide et des fichiers de données MXF. Pour en savoir plus, consultez « Spécifications du format de carte Panasonic P2 » à la page 116.  Dossier P2 : tout dossier contenant une structure de répertoires P2 valide et des fichiers de données MXF. Pour en savoir plus, consultez « Spécifications du format de carte Panasonic P2 » à la page 116.  Plan P2 : fichier de plan XML et ses fichiers vidéo et audio MXF associés, stockés sur un volume P2. Les fichiers de données P2 utilisent le système de fichiers FAT32 et sont donc limités à 4 Go.  Nom de plan P2 : simple nom de plan, constitué généralement de six caractères, attribué automatiquement par le caméscope P2.  Numéro de plan P2 : numéro d’identité universellement unique (UUID, Universally Unique ID) attribué à chaque plan enregistré par un caméscope P2. Également appelé numéro de plan global. Pour une terminologie plus spécifique aux données à base de fichiers, consultez « Terminologie relative aux supports à base de fichiers » à la page 78. Utilisation de cartes Panasonic P2 avec Final Cut Pro Final Cut Pro vous permet d’acquérir de la vidéo et de l’audio enregistrés sur des cartes Panasonic P2, puis de monter les fichiers de données ainsi obtenus comme s’il s’agissait de fichiers de données de n’importe quel autre format. Enregistrement du métrage à l’aide d’un caméscope P2 Le caméscope P2 Panasonic AG-HVX200, un périphérique P2 largement utilisé, prend en charge un grand nombre de formats vidéo de définition standard et de haute définition, avec des fréquences d’images variées. Le modèle de caméscope AG-HVX200 de Panasonic peut enregistrer sur bande ou sur carte P2, mais certains formats ne peuvent être enregistrés que sur des cartes P2. Pour une liste détaillée des formats pris en charge par le caméscope AG-HVX200 de Panasonic, consultez la rubrique « Compatibilité du caméscope Panasonic AG-HVX200 » à la page 113.Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 105 Montage de cartes P2, d’images disques et de dossiers Après avoir enregistré votre métrage sur des cartes P2, vous disposez de trois méthodes pour monter ces cartes P2 sur le système de fichiers de votre ordinateur :  Utilisez un lecteur de carte mémoire Panasonic P2 branché sur votre ordinateur Mac.  Insérez une carte P2 dans le logement PCMCIA d’un PowerBook.  Utilisez un caméscope Panasonic AG-HVX200 connecté via FireWire comme lecteur de carte. Vous pouvez également :  Monter des images disques archivées de cartes P2 créées précédemment à l’aide de la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus, consultez « Archivage de données à base de fichiers provenant de cartes » à la page 99.  Acquérir des données MXF à partir d’un dossier compatible P2 situé sur un disque dur local ou en réseau. Pour en savoir plus, consultez « Utilisation de dossiers présentant une structure de dossiers de cartes P2 valide » à la page 108. Vous pouvez également configurer le caméscope Panasonic AG-HVX200 en magnétoscope et utiliser la fenêtre Lister et capturer comme si la carte P2 était une bande insé- rée dans un magnétoscope. Comme cette méthode est plus lente que le montage de cartes P2 sur le bureau, elle n’est généralement pas recommandée. Pour en savoir plus, consultez « Capture par FireWire comme si la carte P2 était une bande insérée dans un magnétoscope » à la page 112. Important : une fois que vous avez fini de travailler avec une carte P2, veillez à l’éjecter (démonter) du Finder avant de la retirer physiquement du lecteur. Montage de cartes P2 à l’aide d’un lecteur de carte P2 ou d’une unité de stockage Panasonic P2 Vous pouvez utiliser un lecteur de carte mémoire Panasonic ou un disque dur portable de stockage Panasonic P2 (AJ-PCS060G) pour importer ou copier des données P2. Pour monter une carte mémoire P2 à l’aide d’un lecteur de carte P2 : 1 Connectez l’appareil de carte mémoire P2 à votre ordinateur. 2 Insérez une carte mémoire P2 dans l’un des logements de l’appareil à carte mémoire P2.106 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Les cartes mémoires individuelles (ou les partitions de disque dur portable P2) apparaissent sur le bureau sous forme de disques montés intitulés « SANS TITRE». Important : une fois que vous avez terminé, éjectez (démontez) la carte P2 avant de déconnecter le lecteur de carte, ou avant de retirer la carte. Montage de cartes P2 via le logement PC Card (Cardbus) d’un ordinateur PowerBook Pour monter une carte Panasonic P2 sous Mac OS X en utilisant le logement PC Card d’un ordinateur PowerBook, vous devez d’abord télécharger et installer le gestionnaire P2 Driver Software disponible sur le site Web de Panasonic (lien vers le site anglais) : https://eww.pavc.panasonic.co.jp/pro-av/support/desk/e/download.htm Remarque : vous devrez peut-être fournir le numéro de série de l’un de vos appareils Panasonic P2 pour pouvoir télécharger le gestionnaire P2 Driver Software. Suivez attentivement les instructions d’installation incluses avec le gestionnaire P2 Driver Software. L’installation de ce gestionnaire requiert le redémarrage de votre ordinateur. Pour monter une carte P2 insérée dans le logement PC Card d’un PowerBook : 1 Assurez-vous que le gestionnaire P2 Driver Software provenant du site Web de Panasonic est installé sur le PowerBook. 2 Insérez la carte P2 contenant les données à importer dans le logement PC Card du PowerBook. La carte P2 apparaît alors sur le bureau sous forme de disque monté intitulé « SANS TITRE». Une carte mémoire P2 individuelle apparaît sur le bureau.Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 107 Remarque : vous pouvez renommer la carte une fois qu’elle est montée sur le PowerBook. Par précaution, il est recommandé de limiter les noms de carte P2 aux caractè- res alphanumériques (chiffres et lettres, sans ponctuation ni autres symboles). Montage de cartes P2 à l’aide d’un caméscope Panasonic AG-HVX200 Vous pouvez utiliser un caméscope Panasonic AG-HVX200 comme lecteur de carte P2 pour monter des cartes P2 sur le bureau. Pour configurer un caméscope Panasonic AG-HVX200 en lecteur de carte P2 : 1 Connectez l’une des extrémités d’un câble FireWire au port correspondant du caméscope. 2 Connectez l’autre extrémité du câble FireWire à un port correspondant de votre ordinateur. 3 Sur le caméscope, procédez comme suit : a Sélectionnez le mode Caméra. b Appuyez sur le bouton Menu. c Choisissez le menu Other Functions, puis mettez PC Mode en surbrillance. d Réglez PC Mode sur 1394DEVICE. e Appuyez sur le bouton mode pour passer du mode Caméra au mode MCR/VCR. f Appuyez à nouveau sur le bouton mode en le maintenant enfoncé pendant plusieurs secondes jusqu’à ce que l’écran du caméscope soit entièrement bleu et que le voyant du mode PC/Dub soit allumé. Les cartes P2 insérées dans le caméscope sont alors montées sur le bureau dans le Finder. Remarque : si vous avez déjà réglé PC Mode sur 1394DEVICE, vous pouvez ignorer les étapes c et d. Démontage des cartes P2 Pour retirer en toute sécurité une carte P2 d’un appareil P2 connecté à votre ordinateur, veillez à démonter le volume du bureau dans le Finder. Pour démonter une carte P2 sur le bureau, procédez de l’une des manières suivantes : m Dans la fenêtre Lister et transférer, sélectionnez la carte P2, puis cliquez sur le bouton Éjecter. m Dans le Finder, sélectionnez la carte P2 montée, puis choisissez Fichier > Éjecter (ou appuyez sur Commande + E). Après avoir démonté le volume, vous pouvez retirer la carte de l’appareil P2 ou du logement PC Card du PowerBook.108 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Utilisation de dossiers présentant une structure de dossiers de cartes P2 valide La fenêtre Lister et transférer peut servir pour l’acquisition de données MXF à partir de n’importe quel dossier présentant une structure de dossiers Panasonic P2 valide. Vous pouvez créer ces dossiers sur votre disque dur en les copiant à partir de cartes et d’appareils P2. Pour en savoir plus, consultez « Spécifications du format de carte Panasonic P2 » à la page 116. Important : Final Cut Pro ne reconnaît que les dossiers compatibles P2 comprenant les fichiers de données originaux, les métadonnées descriptives et un ensemble correspondant de fichiers de plan XML. Si vous avez besoin de copier le contenu d’une carte P2 sur un disque dur, dupliquez son contenu sans effectuer de modification. Ne vous contentez pas de ne copier que le dossier CONTENTS ; copiez également le dossier supérieur. Suppression de plans P2 directement dans la fenêtre Lister et transférer Si un volume P2 est accessible en lecture et en écriture (plutôt qu’en lecture seule), vous pouvez supprimer des plans et leurs données associées en :  Sélectionnant un plan, puis en appuyant sur la touche Supprimer.  Cliquez sur un plan tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée et choisissez Supprimer dans le menu contextuel. La plupart des dossiers et images disques P2 sont accessibles en lecture et en écriture. Toutefois, si vous montez des cartes P2 via un ancien lecteur de carte Panasonic P2, un caméscope Panasonic AG-HVX200 ou un disque dur portable Panasonic P2 (AJ-PCS060G), les volumes ne sont alors accessibles qu’en lecture. Important : si vous supprimez un fichier de données d’une carte, d’un dossier ou d’une image disque P2, le métrage supprimé est irrécupérable. Comme dans la plupart des flux de production, les cartes P2 sont réutilisées en cours de production, il est recommandé d’élaborer un plan de sauvegarde des données originales stockées sur carte P2 s’il s’avé- rait nécessaire de procéder à nouveau à leur acquisition. Restrictions pendant le preview Les restrictions suivantes s’appliquent lors du visionnage de plans P2 dans la zone Preview de la fenêtre Lister et transférer:  Écoute du son pendant le défilement : lorsque vous effectuez un preview du métrage dans la fenêtre Lister et transférer, vous ne pouvez entendre le son que si vous effectuez une lecture avant ou arrière à vitesse normale (100 pourcent). Le son est désactivé pour toutes les autres vitesses de défilement.Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 109  Performances de la lecture vidéo : les ordinateurs qui ne répondent qu’à la configuration requise minimum pour la vidéo haute définition (processeur à 1 GHz et 1 Go de mémoire RAM) ne sont pas capables de présenter une image vidéo haute définition fluide dans la zone Preview.  Performances de lecture de volumes et de cartes P2 : en cas de problème de lecture d’un plan stocké sur une carte P2, essayez de copier le dossier CONTENTS de la carte P2 dans un dossier sur disque dur, puis d’utiliser le plan copié pour l’acquisition. Si vous choisissez cette méthode, veillez à démonter la carte P2 d’origine afin de ne pas obtenir plusieurs occurrences du même plan P2 dans la fenêtre Lister et transférer. Suppression du pulldown avancé et des images dupliquées pendant le transfert Les options Supprimer le pulldown avancé et les images dupliquées des préférences de la fenêtre Lister et transférer vous permet de supprimer les images redondantes (dupliquées) enregistrées dans du métrage DVCPRO HD 720p à fréquence d’images variable. Vous pouvez également sélectionner cette option pour supprimer le pulldown avancé (2:3:3:2) du métrage à 29,97 ips, tel que 1080i ou 480i, ce qui produit du métrage 23,98 ips (24p) sur le disque après l’acquisition. Le caméscope Panasonic AG-HVX200 peut enregistrer du métrage 24p sur des cartes P2 via trois méthodes :  23,98 ips natif (sans pulldown ou images supplémentaires)  23,98 ips avec pulldown standard 3:2 (2:3:2:3)  23,98 ips avec pulldown avancé (2:3:3:2) Important : la fenêtre Lister et transférer ne permet pas de supprimer le pulldown standard 3:2. Pour convertir du métrage avec pulldown 3:2, vous pouvez acquérir les données à 29,97 ips, puis utiliser Cinema Tools pour supprimer le pulldown. Pour des détails sur la sélection de cette option, consultez « Définition de préférences relatives à la fenêtre Lister et transférer » à la page 101. Utilisation de plans étendus Un plan étendu est créé chaque fois que vous enregistrez un seul plan dont les dimensions excèdent la capacité de la carte P2 insérée ou lorsque la taille de fichier dépasse 4 Go. Si c’est le cas, le caméscope arrête d’enregistrer le fichier de données en cours et reprend l’enregistrement dans un nouveau fichier de données sur un autre volume P2. Le résultat obtenu est un plan unique composé de plusieurs fichiers de données assemblés de manière continue.110 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Important : pour acquérir (ou acquérir à nouveau) un plan étendu sous la forme d’un seul fichier de données, vous devez monter tous les volumes P2 nécessaires pour le plan. En cas de montage de volumes P2 distincts à différents moments, Final Cut Pro risque de ne capturer que des portions d’un plan P2 ou de vous empêcher de capturer des portions partielles si d’autres segments P2 ne sont pas disponibles. Utilisation de la commande Transfert sur bande pour la sortie sur cartes P2 dans le caméscope l’AG-HVX200 Vous pouvez utiliser Final Cut Pro pour sortir du métrage sur carte P2 dans un caméscope Panasonic AG-HVX200. Cette méthode ne fonctionne que si vous utilisez conjointement le port FireWire intégré de votre ordinateur avec la commande Transfert sur bande ou si vous lisez le métrage directement dans le Visualiseur ou la Timeline. Pour effectuer la sortie sur carte P2, vous devez respecter les conditions suivantes :  Les réglages du mode d’enregistrement du caméscope et de votre métrage dans Final Cut Pro doivent être concordants : si votre métrage est, par exemple, au format 720p60 le mode d’enregistrement du caméscope doit être réglé sur 720P/60P.  Votre sélection de lecture vidéo doit correspondre au mode d’enregistrement du caméscope : si le mode d’enregistrement de votre caméscope est réglé, par exemple, sur 720P/60P vous devez choisir Présentation > Lecture vidéo > DVCPRO HD (720p60, 1 280 x 720). La même option apparaît dans l’onglet Périphériques A/V de la fenêtre Réglages audio/vidéo. Si l’option de lecture vidéo souhaitée n’est pas visible, essayez de changer le mode d’enregistrement du caméscope (pour en savoir plus, consultez les étapes de configuration décrite ci-dessous).  Vous devez prévoir de l’espace disponible sur les cartes P2 insérées dans le caméscope AG-HVX200 Panasonic. Important : certains formats pris en charge par le caméscope AG-HVX200 Panasonic ne peuvent pas être utilisés pour la sortie sur cartes P2 à partir de Final Cut Pro. Veillez à tester votre format de sortie avant de commencer votre projet. Par exemple, les formats 720pN24, 720pN30, 720p25 et les formats à fréquence d’images variable ne sont pas pris en charge. Pour configurer Final Cut Pro et un caméscope AG-HVX200 Panasonic en vue de la sortie sur carte P2 : 1 Connectez le caméscope et l’ordinateur à l’aide d’un câble FireWire 4 broches/6 broches. 2 Sur le caméscope, procédez comme suit : a Sélectionnez le mode Caméra. b Appuyez sur le bouton Menu. c Choisissez le menu Recording Setup, puis sélectionnez REC FORMAT.Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 111 d Réglez REC FORMAT sur le format de votre métrage dans Final Cut Pro. Si votre métrage correspond à DVCPRO HD 720p60 par exemple, sélectionnez 720P/60P. e Appuyez sur le bouton mode pour passer au mode MCR/VCR. f Appuyez sur le bouton AUDIO DUB/THUMBNAIL. Si le réglage actif de lecture vidéo dans Final Cut Pro ne correspond pas au mode d’enregistrement du caméscope, il se peut que le message « 1394 INPUT ERROR » clignote sur l’écran du caméscope. g Appuyer sur le bouton Menu et choisissez le menu RECORDING SETUP. h Activez les options 1394 TC REGEN et 1394 UB REGEN, puis appuyez sur le bouton Menu pour sortir du menu. 3 Dans Final Cut Pro, choisissez Présentation > Lecture vidéo, puis sélectionnez le format de sortie via FireWire souhaité. Exemple : si vous voulez produire en sortie du métrage 720p60 et que le mode d’enregistrement du caméscope est réglé sur 720P/60P, vous devez choisir Présentation > Lecture vidéo > « DVCPRO HD (720p60, 1 280 x 720) ». 4 Ouvrez un plan dans le Visualiseur ou une séquence dans la Timeline, dont le format correspond au mode d’enregistrement du caméscope. 5 Choisissez Présentation > Moniteur vidéo > toutes les images. L’image active dans le Visualiseur ou le Canevas s’affiche sur l’écran du caméscope. Si l’image ne s’affiche pas, reprenez à partir de l’étape 2. 6 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Choisissez Fichier > Transfert sur bande, choisissez vos options de sortie, puis cliquez sur OK.  Appuyez sur la barre d’espace pour lancer le visionnage de votre métrage directement dans le Visualiseur ou la Timeline. Remarque : pour un résultat optimal, désactivez l’option Lancer automatiquement l’enregistrement dans la fenêtre Transfert sur bande. 7 Sur le caméscope, appuyez simultanément sur les boutons d’enregistrement rouge et gris. 8 Une fois l’enregistrement terminé, appuyez sur le bouton Pause/Set du caméscope, puis sur le bouton de menu Vers le bas. Pour vérifier si un plan a été créé sur la carte P2 dans le caméscope, appuyez sur le bouton AUDIO DUB/THUMBNAIL du caméscope, naviguez jusqu’à la vignette du plan que vous venez d’enregistrer, puis appuyez sur le bouton de menu Vers le haut pour visionner le plan.112 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Capture par FireWire comme si la carte P2 était une bande insérée dans un magnétoscope Vous pouvez configurer le caméscope Panasonic AG-HVX200 afin que Final Cut Pro le traite comme s’il s’agissait d’un magnétoscope traditionnel. De la même manière, les cartes P2 peuvent émuler la nature linéaire des bandes, ce qui vous permet d’utiliser la fenêtre Lister et capturer pour transférer des données. Remarque : comme le métrage est transféré en temps réel comme s’il provenait d’une bande, cette méthode est plus lente que l’acquisition de données via la fenêtre Lister et transférer. Pour utiliser la fenêtre Lister et capturer afin de capturer des données provenant d’une carte P2 : 1 Connectez l’une des extrémités d’un câble FireWire au port correspondant du caméscope. 2 Connectez l’autre extrémité du câble FireWire à un port correspondant de votre ordinateur. 3 Insérez la carte P2 contenant les plans à capturer dans l’un des logements du caméscope. 4 Sur le caméscope, procédez comme suit : a Sélectionnez le mode Caméra. b Appuyez sur le bouton Menu. c Choisissez le menu Other Functions, puis sélectionnez PC Mode. d Réglez PC Mode sur 1394DEVICE. e Appuyez sur le bouton mode pour passer du mode Caméra au mode MCR/VCR. Important : n’ouvrez Final Cut Pro qu’après être passé en mode MCR/VCR. Sinon, les fonctions de contrôle de l’appareil ou d’intercommunication vidéo risquent de ne pas être disponibles. 5 Utilisez le bouton AUDIO DUB/THUMBNAIL pour sortir du mode Thumbnail. Remarque : pour lancer la capture à partir d’un point précis du métrage, utilisez d’abord la fonction Thumbnail du caméscope pour sélectionner un plan particulier, puis utilisez le bouton AUDIO DUB/THUMBNAIL pour sortir du mode Thumbnail. 6 Ouvrez Final Cut Pro, choisissez Final Cut Pro > Réglages système, puis cliquez sur l’onglet Disques de travail. 7 Sélectionnez le dossier ou le disque de travail vers lequel transférer vos données P2. Pour en savoir plus sur le choix de disques de travail, reportez-vous au Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, au Volume 1, Chapitre 11, « Connexion d’équipement vidéo DV ». 8 Dans Final Cut Pro, choisissez Fichier > Lister et capturer (ou appuyez sur Commande + 8). Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 113 9 Effectuez l’une des opérations suivantes :  Cliquez sur le bouton de lecture.  Appuyez sur la barre d’espace. 10 Une fois que vous êtes prêt à lancer la capture, cliquez sur le bouton « Capture à la volée ». Final Cut Pro commence la capture de votre fichier de données à partir de votre disque de travail. Important : si vous comptez effectuer la capture jusqu’à la fin des données enregistrées, choisissez d’abord Final Cut Pro > Préférences d’utilisateur, puis assurez-vous que la case « Interrompre la capture si perte d’images » n’est pas sélectionnée. Contrairement à un magnétoscope qui répète les images lorsqu’il arrive à la fin des données, le caméscope Panasonic AG-HVX200 arrête tout simplement le transfert des images. Ce réglage de préférence permet de s’assurer que le dernier plan est enregistré. 11 Appuyez sur la touche Échap pour arrêter la capture ou attendez l’arrêt automatique de Final Cut Pro car la durée maximale spécifiée dans le champ « Limiter Capture à la volée à » (dans l’onglet Disques de travail de la fenêtre Réglages Système) est dépassée. Un plan apparaît dans votre chutier une fois que Final Cut Pro a terminé la capture. Le nouveau plan se réfère au fichier de données que vous venez de capturer. 12 Lorsque vous avez terminé, éjectez (démontez) la carte P2 avant de déconnecter le caméscope ou de retirer la carte. Compatibilité du caméscope Panasonic AG-HVX200 Le caméscope P2 Panasonic AG-HVX200 prend en charge un grand nombre de formats vidéo de définition standard et de haute définition, avec des fréquences d’images variées. Le modèle de caméscope AG-HVX200 de Panasonic peut enregistrer sur bande ou sur carte P2, mais certains formats ne peuvent être enregistrés que sur des cartes P2. Les tableaux suivants indiquent les formats compatibles selon les versions récentes de Final Cut Pro.114 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Modèle Panasonic AG-HVX200 (NTSC) i = entrelacées, p = progressive, A = pulldown avancé, N = fréquence d’images native (sans trames ou images dupliquées), DF = drop frame, NDF = non-drop frame, FIV = fréquence d’images variable 1 - Suppression de pulldown non nécessaire ; la fréquence d’images native est capturée ou acquise. 2 - Après la capture ou l’acquisition, utilisez la commande « Supprimer le pulldown avancé » dans Final Cut Pro ou dans Cinema Tools. 3 - Activez l’option de suppression du pulldown avancé pendant la capture (bande) ou l’acquisition (P2). 4 - Utilisez le convertisseur de fréquence d’images (l’audio et le timecode sont supprimés). Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD » à la page 55. Format Fréquence d’images enregistrées Pulldown/ mode de duplication d’images Timecode v5.1.2 P2 Bande v6.0 à v6.0.3 P2 Bande 1080i60 29,97i - DF, NDF 1 1 1 1 1080p30 29,97i 2:2 DF, NDF 1 1 1 1 1080p24 29,97i 2:3 NDF 2 2 2 2 1080pA24 29,97i 2:3:3:2 NDF 2, 3 2, 3 2, 3 2, 3 480i60 29,97i - DF, NDF 1 1 1 1 480p30 29,97i 2:2 DF, NDF 1 2 1 2 480p24 29,97i 2:3 DF, NDF 2 2 2 2 480pA24 29,97i 2:3:3:2 DF, NDF 2, 3 2, 3 2, 3 2, 3 720p60 59,94p - DF, NDF 1 1 1 1 720p30 59,94p 2:2 NDF 3, 4 3, 4 3, 4 3, 4 720p24 59,94p 2:3 NDF 3, 4 3, 4 3, 4 3, 4 720p FIV1 59,94p - NDF 4 4 4 4 720pN30 29,97p - NDF 1 n/d 1 n/d 720pN24 23,98p - NDF 1 n/d 1 n/d 720pN FIV1 1 720p fréquence d’images variable : 12, 18, 20, 22, 24, 26, 30, 32, 36, 48 et 60 ips FIV - NDF 1 n/d 1 n/dChapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 115 Panasonic AG-HVX200E (PAL) i = entrelacées, p = progressive, A = pulldown avancé, N = fréquence d’images native (sans trames ou images dupliquées), DF = drop frame, NDF = non-drop frame, FIV = fréquence d’images variable 1 - Suppression de pulldown non nécessaire ; la fréquence d’images native est capturée ou acquise. 2 - L’acquisition est prise en charge, mais pas le montage en 720p50 natif. 3 - Activez l’option de suppression du pulldown avancé pendant l’acquisition P2. 4 - Utilisez le convertisseur de fréquence d’images (l’audio et le timecode sont supprimés). Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation du convertisseur de fréquence d’images DVCPRO HD » à la page 55. Format Fréquence d’images enregistrées Pulldown/ mode de duplication d’images Timecode v5.1.2 P2 Ba nde v6.0, v6.0.1 P2 Ba nde v6.0.2, v6.0.3 P2 Ba nde 1080i50 25i - NDF 1 1 1 1 1 1 1080p25 25i 2:2 NDF 1 1 1 1 1 1 576i50 25i - NDF 1 1 1 1 1 1 576p25 25i 2:2 NDF 1 1 1 1 1 1 720p50 50p - NDF 2 - 2 - 1 1 720p25 50p 2:2 NDF 3 - 3 1 3 1 720p FIV1 50p - NDF 4 4 4 4 4 4 720pN25 25p - NDF 1 n/d 1 n/d 1 n/d 720pN FIV1 FIV - NDF 1 n/d 1 n/d 1 n/d 1 720p fréquence d’images variable : 12, 18, 20, 23, 25, 27, 30, 32, 36, 48 et 50 ips116 Chapitre 5 Utilisation de cartes Panasonic P2 Spécifications du format de carte Panasonic P2 Une carte P2 est une carte PC Card contenant quatre cartes mémoires Secure Digital disposées en matrice de disques RAID 0, ce qui permet de quadrupler la capacité et la vitesse de transfert d’une carte Secure Digital individuelle. Les cartes P2 sont formatées au moyen du système de fichiers FAT32 qui limite la taille des fichiers individuels à 4 Go. Cela signifie, par exemple, que si vous enregistrez de manière continue sur une carte P2 de 8 Go, votre plan est alors divisé en deux fichiers de données de 4 Go chacun (ce type de plan constitue un plan étendu). Le système de fichiers Panasonic répartit les plans, les données et les métadonnées selon la hiérarchie de fichiers suivante :  CONTENTS : dossier racine d’une carte P2, contenant les dossiers de toutes les données enregistrées et de leurs métadonnées.  AUDIO : contient les données audio de chaque plan, enveloppées dans des fichiers conteneur MXF.  CLIP : chaque plan enregistré sur une carte P2 est défini par un fichier XML identifiant les fichiers MXF vidéo et audio faisant partie du plan, l’emplacement du fichier de vignette (icône) et les métadonnées supplémentaires servant à décrire les données du plan.  ICON : contient les fichiers de vignette de chaque plan, généralement en format BMP.  PROXY : contient des fichiers MPEG-4 facultatifs de faible résolution représentant chaque plan. Ces fichiers sont utilisés pour passer en revue le métrage ou effectuer un preview avant transfert. Remarque : le caméscope Panasonic AG-HVX200 n’enregistre pas de fichiers proxy.  VIDEO : contient les données vidéo de chaque plan, enveloppées dans des fichiers conteneur MXF. Les codecs Panasonic courants tels que DV, DVCPRO 50, DVCPRO HD et AVC-Intra sont pris en charge.  VOICE : contient des annotations vocales facultatives pouvant être associées à chaque plan. Remarque : le caméscope Panasonic AG-HVX200 ne permet pas d’enregistrer d’annotations vocales.6 117 6 Utilisation d’AVCHD La fenêtre Lister et transférer vous permet de transférer du métrage AVCHD à partir de caméscopes à base de fichiers. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos d’AVCHD (p. 117)  Formats AVCHD pris en charge par Final Cut Pro (p. 117)  Utilisation d’AVCHD dans Final Cut Pro (p. 118)  Spécifications du format AVCHD (p. 120) À propos d’AVCHD L’AVCHD est un format format vidéo HD développé par Sony et Panasonic. Le format AVCHD utilise la compression Advanced Video Coding (AVC), appelée aussi MPEG-4 partie 10 ou H.264, pour produire des images de haute qualité et des débits des données faibles. Les caméscopes AVCHD enregistrent sur une grande variété de supports à base de fichiers, y compris les DVD de 80 mm, les disques durs et les cartes mémoire flash (comme, par exemple, les cartes Secure Digital et les Memory Sticks). La spécification AVCHD permet la plupart des dimensions et fréquences d’images SD et HD, bien que chaque caméscope ne prenne généralement en charge que quelques formats. Le taux d’échantillonnage des couleurs d’AVCHD est 4:2:0, avec 8 bits par échantillon. De l’audio peut être enregistré en son surround 5.1 canaux avec compression Dolby Digital (AC-3) ou jusqu’au son surround 7.1 canaux (sans compression). Certains caméscopes, comme, par exemple, le caméscope Panasonic HDC-SD5, utilisent un micro intégré à deux canaux. Formats AVCHD pris en charge par Final Cut Pro Final Cut Pro ne prend pas en charge de façon native le montage de métrage AVCHD. La fenêtre Lister et transférer transcode toutefois automatiquement le métrage AVCHD au format Apple ProRes 422 ou Apple Intermediate Codec pendant le transfert. Important : vous ne pouvez pas réexporter du métrage vers le format AVCHD à partir de Final Cut Pro.118 Chapitre 6 Utilisation d’AVCHD Utilisation d’AVCHD dans Final Cut Pro Le métrage AVCHD peut être transféré à l’aide de la fenêtre Lister et transférer de Final Cut Pro. Une fois que vous avez transféré votre métrage, vous pouvez le monter à l’aide d’une configuration simplifiée Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422. Transfert de métrage AVCHD Vous pouvez transférer du métrage AVCHD vers votre disque de travail à l’aide de la fenêtre Lister et transférer de Final Cut Pro. Pendant le transfert, vous pouvez choisir de transcoder le métrage au format Apple Intermediate Codec ou Apple ProRes 422 dans la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus sur l’utilisation de la fenêtre Lister et transférer, consultez « Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers » à la page 80. Important : bien qu’il soit possible de copier des fichiers AVCHD directement sur votre disque de travail, Final Cut Pro ne reconnaîtrait pas ces fichiers. Vous devez utiliser la fenêtre Lister et transférer pour transférer et transcoder du métrage AVCHD. Restrictions lors de l’utilisation d’AVCHD Les restrictions suivantes sont d’application lors de l’utilisation de métrage AVCHD :  Les caméscopes AVCHD se connectent généralement à l’ordinateur par USB 2.0 et non par FireWire.  La prise en charge d’AVCHD n’est disponible que sur les ordinateurs Mac à processeur Intel.  Les caméscopes AVCHD à DVD ne sont pas pris en charge dans Mac OS X Server v10.4 ou antérieur.  La vidéo SD enregistrée avec des caméscopes AVCHD n’est pas accessible dans la fenêtre Lister et transférer.  Le métrage AVCHD n’est pas capturé de façon native, mais est transcodé au format Apple ProRes 422 ou Apple Intermediate Codec. Vous pouvez sélectionner le codec de destination dans les préférences de la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus, consultez « Sélection du codec de destination AVCHD » à la page 119.  Lorsque vous choisissez de transférer de l’audio AVCHD dans la zone listage, l’audio est sous-mixé automatiquement en stéréo.  Il n’est pas possible de supprimer des clips sur un volume AVCHD, même si les autorisations de lecture et d’écriture sur le volume autorisent la suppression des fichiers. Ce comportement diffère du comportement des volumes P2, sur lesquels la suppression de clips est autorisée lorsque les autorisations de lecture et d’écriture adéquates sont définies.Chapitre 6 Utilisation d’AVCHD 119  La fenêtre Lister et transférer n’indique que la durée moyenne des clips AVCHD, en particulier pour les clips qui font plus d’une minute. Une fois que les clips sont acquis, la durée correcte est affiché dans le Navigateur de Final Cut Pro. Restrictions pendant le preview L’affichage d’aperçus de vidéo AVCHD dans la fenêtre Lister et transférer est limité à la lecture avant à la vitesse de 100 pour cent. Lorsque vous faites défiler la tête de lecture, la vidéo n’est pas mise à jour dans la zone de Preview jusqu’à ce que vous arrêtiez le défilement. De plus, lorsque vous saisissez des points d’entrée et de sortie ou défilez jusqu’à des points d’entrée et de sortie, la tête de lecture se magnétise sur l’image I la plus proche dans votre métrage, qui peut différer légèrement de la valeur de timecode précise que vous avez spécifiée. Sélection du codec de destination AVCHD Même un décodage AVCHD pour la lecture simple requiert énormément de puissance de traitement. Pour réduire les demandes de traitement à votre ordinateur, la fenêtre Lister et transférer transcode votre métrage AVCHD vers un codec moins exigeant en puissance de traitement de la part du processeur. Par défaut, c’est le codec Apple ProRes 422 qui est utilisé, mais vous pouvez aussi sélectionner le codec Apple Intermediate Codec. Pour sélectionner le codec de destination pour le métrage AVCHD transféré dans la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans la fenêtre Lister et transférer, choisissez Préférences dans le menu local Action, dans le coin supérieur droit de la zone Explorer. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, sélectionnez un codec de destination pour le module AVCHD dans la colonne « Transcoder à », puis cliquez sur OK. Remarque : lors de l’acquisition d’audio AVCHD, le module AVCHD est préréglé pour acquérir l’audio sous la forme de stéréo Matrix. Avec certains caméscopes AVCHD, il se peut que l’audio semble hors balance lors de l’acquisition sous la forme de stéréo Matrix. Pour corriger le déséquilibre, sélectionnez l’option de décodeur AC-3 Audio dans les préférences du module AVCHD, puis sélectionnez Stéréo ordinaire. Procédez ensuite à une nouvelle acquisition du métrage AVCHD. Il est recommandé d’acquérir un premier clip AVCHD, puis de vérifier le déséquilibre sonore. Vous pouvez ensuite sélectionner le réglage idéal avant d’acquérir le reste du métrage AVCHD.120 Chapitre 6 Utilisation d’AVCHD Spécifications du format AVCHD Le format AVCHD est un format vidéo HD qui utilise la compression Advanced Video Coding (AVC), appelée aussi MPEG-4 partie 10 ou H.264. Support de stockage Les caméscopes AVCHD enregistrent sur une grande variété de supports à base de fichiers, y compris les DVD de 80 mm (qu’on appelle aussi miniDVD), les disques durs et les cartes mémoire flash (comme, par exemple, les cartes Secure Digital). Norme vidéo La spécification AVCHD a été développée conjointement par Sony et Panasonic. L’AVCHD permet l’enregistrement HD (1080i, 1080p et 720p) et l’enregistrement SD (480i et 576i). Proportions de l’image L’AVCHD enregistre la vidéo HD aux proportions de 16:9. La vidéo SD, quant à elle, peut être enregistrée aux proportions de 4:3 ou 16:9. Les fichiers AVCHD transcodés requièrent nettement plus d’espace disque que les fichiers AVCHD natifs Lorsque vous acquérez des fichiers AVCHD à l’aide de la fenêtre Lister et transférer, la vidéo est transcodée au format Apple ProRes 422 ou au format Apple Intermediate Codec. L’AVCHD possède un taux de compression nettement plus élevé que le codec Apple ProRes 422, de sorte que les fichiers acquis sont nettement plus volumineux que les fichiers originaux. Par exemple, un fichier AVCHD natif de 2 minutes pèse quelque 200 Mo. Après transcodage au format Apple ProRes 422, la taille du fichier peut atteindre 2 Go. Il est possible de dépasser l’espace disque disponible sur votre disque de capture pendant le transfert. Avant d’acquérir du métrage AVCHD, n’oubliez pas que l’espace disque requis est environ dix fois supérieur à la taille du fichier AVCHD natif. Pour créer des fichiers moins volumineux pendant le transfert, vous pouvez transcoder les fichiers AVCHD au format Apple Intermediate Codec. Pour voir la taille du fichier source et une estimation de la taille du fichier après transcodage, vous pouvez afficher les colonnes and Format source et Taille cible dans la fenêtre Lister et transférer. Cliquez tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée sur un en-tête de colonne dans la zone Explorer de la fenêtre Lister et transférer, puis sélectionnez l’en-tête de colonne souhaité dans le menu contextuel. Vous pouvez aussi afficher l’espace disque disponible total dans le coin inférieur droit de la zone File d’attente de transfert, dans la fenêtre Lister et transférer.Chapitre 6 Utilisation d’AVCHD 121 Dimensions des images, nombres de lignes et résolution L’AVCHD prend en charge trois résolutions vidéo HD :  1920 x 1080 : ce format est parfois appelé Full HD parce qu’il contient tous les 1920 pixels horizontaux du format HD à 1080 lignes.  1440 x 1080 : il s’agit d’une image sous-échantillonnée horizontalement de 1080 lignes.  1280 x 720 : il s’agit d’un format 720p en pleine résolution. Les formats SD compatibles NTSC et PAL sont aussi définis dans la spécification AVCHD :  720 x 480 à 60i  720 x 576 à 50i Important : les formats AVCHD SD ne sont pas pris en charge par Final Cut Pro. Fréquence d’images Les fréquences d’images AVCHD spécifiées sont les suivantes :  Fréquence d’images compatible NTSC : 29,97 ips (1080i60, 720p60)  Fréquence d’images compatible PAL : 25 ips (1080i50, 720p50)  Fréquence d’images compatible film : 23,98 ips (1080p24, 720p24) Méthode de balayage L’AVCHD peut enregistrer des images en balayage progressif ou entrelacé :  1 080 lignes : entrelacé (1080i) ou progressif (1080p)  720 lignes : progressif Méthode d’enregistrement des couleurs Le taux d’échantillonnage des couleurs d’AVCHD est 4:2:0, avec 8 bits par échantillon. Débit des données L’espace disque requis par le métrage AVCHD dépend du réglage de qualité sélectionné sur le caméscope. La plupart des caméscope prennent en charge plusieurs niveaux de qualité, bien que les noms de ces niveaux de qualité et leurs débits binaires diffèrent d’un caméscope à l’autre. Lors de l’utilisation du débit binaire variable, la vidéo complexe et changeant rapidement requiert plus de données, ce qui réduit le temps d’enregistrement. C’est pourquoi, les débits binaires variables ne constituent que des moyennes.122 Chapitre 6 Utilisation d’AVCHD Niveaux de qualité AVCHD des caméscopes Sony Niveaux de qualité AVCHD des caméscopes Panasonic Audio De l’audio AVCHD peut être enregistré en son surround 5.1 canaux avec compression Dolby Digital (AC-3) ou jusqu’au son surround 7.1 canaux (sans compression). Certaines caméras, comme, par exemple, la Panasonic HDC-SD5, utilisent un micro intégré à deux canaux. Nom du format Débit binaire XP (qualité supérieure) 15 Mbps (VBR) HQ (qualité élevée) 9 Mbps (VBR) SP (qualité standard) 7 Mbps (VBR) LP (longue durée) 5 Mbps (VBR) Nom du format Débit binaire HF 13 Mbps (débit binaire constant ou CBR) HN 9 Mbps (VBR) HE 6 Mbps (VBR)7 123 7 Utilisation d’AVC-Intra La fenêtre Lister et transférer vous permet de transférer du métrage AVC-Intra à partir de volumes P2. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos d’AVC-Intra (p. 123)  Formats AVC-Intra pris en charge par Final Cut Pro (p. 123)  Utilisation d’AVC-Intra dans Final Cut Pro (p. 124)  Spécifications du format AVC-Intra (p. 125) À propos d’AVC-Intra AVC-Intra est une forme de compression H.264 qui utilise uniquement la compression intra-image (uniquement compression des images I), par opposition à la compression inter-image (GOP long) utilisée dans les formats tels que HDV et AVCHD. Pour en savoir plus sur la compression inter-image ou intra-image, consultez « À propos de la compression MPEG » à la page 15. AVC-Intra est enregistré sur les cartes Panasonic P2 à 100 ou 50 Mbps. Le format 100 Mbps peut enregistrer de la vidéo HD en pleine largeur (1920 x 1080 et 1280 x 720) avec échantillonnage des couleurs 4:2:2. Le format 50 Mbps enregistre à 1440 x 1080 ou 960 x 720 avec échantillonnage des couleurs 4:2:0. Les deux formats enregistrent 10 bits par échantillon de couleur. Formats AVC-Intra pris en charge par Final Cut Pro Final Cut Pro peut acquérir toutes les fréquences d’images et dimensions d’image AVCIntra tant au format 50 Mbps qu’au format 100 Mbps. Pour plus d’informations, consultez la section « Spécifications du format AVC-Intra » à la page 125. Bien que Final Cut Pro ne prenne pas en charge nativement le montage de métrage AVC-Intra, la fenêtre Lister et transférer transcode automatiquement le métrage AVC-Intra vers le codec Apple ProRes 422 ou le codec Apple ProRes 422 (HQ). Important : vous ne pouvez pas réexporter du métrage vers le format AVC-Intra à partir de Final Cut Pro.124 Chapitre 7 Utilisation d’AVC-Intra Utilisation d’AVC-Intra dans Final Cut Pro Le métrage AVC-Intra peut être transféré à l’aide de la fenêtre Lister et transférer de Final Cut Pro. Pendant le transfert, vous pouvez opter pour le transcodage de votre métrage vers le codec Apple ProRes 422 ou vers le codec Apple ProRes 422 (HQ). Une fois que vous avez transféré votre métrage, vous pouvez le monter à l’aide d’une configuration simplifiée pour le codec Apple ProRes 422 pour le montage. Pour en savoir plus sur l’utilisation de la fenêtre Lister et transférer, consultez « Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers » à la page 80. Restrictions pour l’utilisation d’AVC-Intra Les restrictions suivantes sont d’application lors de l’utilisation de métrage AVC-Intra :  Le métrage AVC-Intra doit être transcodé vers le codec Apple ProRes 422 ou le codec Apple ProRes 422 (HQ).  Le métrage AVC-Intra est uniquement pris en charge par les ordinateurs Mac à processeur Intel.  Le preview vidéo complet de métrage AVC-Intra requiert un ordinateur Mac Pro. Une icône indiquant une lecture de preview limitée apparaît lorsque le métrage AVC-Intra ne peut pas être lu à sa fréquence d’images pleine.  Le codec AVC-Intra, disponible auprès de Panasonic, doit être installé sur votre ordinateur. Restrictions pendant le preview Le preview de vidéo AVC-Intra avec audio dans la fenêtre Lister et transférer requiert un ordinateur Mac à processeur Intel à deux processeurs double cœur. Sélection d’un codec de destination AVC-Intra Comme pour l’AVCHD, l’AVC-Intra doit être transcodé pendant le transfert. Vous avez le choix entre le transcodage vers le codec Apple ProRes 422 et le transcodage vers le codec Apple ProRes 422 (HQ). Pour sélectionner le codec de destination pour le métrage AVC-Intra transféré dans la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans la fenêtre Lister et transférer, choisissez Préférences dans le menu local Action, dans le coin supérieur droit de la zone Explorer. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, sélectionnez un codec de destination pour le module P2 AVC-Intra dans la colonne « Transcoder à », puis cliquez sur OK.Chapitre 7 Utilisation d’AVC-Intra 125 Spécifications du format AVC-Intra L’AVC-Intra est un format vidéo HD qui utilise la compression Advanced Video Coding (AVC), exactement comme le format AVCHD. L’AVC-Intra utilise toutefois uniquement la compression intra-image (uniquement compression des images I), par opposition à la compression inter-image (GOP long) utilisée par l’AVCHD. L’AVC-Intra peut aussi enregistrer de la couleur de plus haute qualité à l’aide d’échantillonnage des couleurs 4:2:2 10 bits. Support de stockage L’AVC-Intra est enregistré sur des cartes Panasonic P2. Comme pour d’autres formats enregistrés sur des cartes Panasonic P2, l’AVC-Intra est stocké dans des fichiers de conteneur MXF. Pour en savoir plus, consultez « Spécifications du format de carte Panasonic P2 » à la page 116. Norme vidéo La spécification AVC-Intra prend en charge les normes d’enregistrement HD 1080i, 1080p et 720p. Proportions de l’image L’AVC-Intra enregistre la vidéo HD avec des proportions de 16:9. Dimensions des images, nombres de lignes et résolution L’AVC-Intra prend en charge les résolutions HD suivantes :  1920 x 1080 : ce format est parfois appelé Full HD parce qu’il contient tous les 1920 pixels horizontaux du format HD à 1080 lignes.  1440 x 1080 : il s’agit d’une image sous-échantillonnée horizontalement de 1080 lignes.  1280 x 720 : il s’agit d’un format 720p en pleine résolution.  960 x 720 : il s’agit d’une image sous-échantillonnée horizontalement de 720 lignes. Fréquence d’images Les fréquences d’images AVC-Intra spécifiées sont :  Fréquence d’images compatible NTSC : 29,97 ips (1080i60, 1080p30, 720p60, 720p30)  Fréquence d’images compatible PAL : 25 ips (1080i50, 1080p25, 720p50, 720p25)  Fréquence d’images compatible film : 23,98 ips (1080p24, 720p24) Méthode de balayage L’ AVC-Intra peut enregistrer des images en balayage progressif ou entrelacé :  1 080 lignes : entrelacé (1080i) ou progressif (1080p)  720 lignes :progressif126 Chapitre 7 Utilisation d’AVC-Intra Méthode d’enregistrement des couleurs Le taux d’échantillonnage des couleurs AVC-Intra 100 Mbps est de 4:2:2, avec 10 bits par échantillon. Le taux d’échantillonnage des couleurs AVC-Intra 50 Mbps est de 4:2:0, avec 10 bits par échantillon. Débit des données L’AVC-Intra peut être enregistré à 100 Mbps ou 50 Mbps. Les fréquences d’images infé- rieures réduisent l’espace de stockage utilisé par votre métrage. Audio Les caméscopes AVC-Intra fournissent l’enregistrement audio sans compression à quatre canaux. Débit des données Dimensions de l’image Taux d’échantillonnage des couleurs 50 Mbps 1 440 x 1 080 960 x 720 4:2:0 avec 10 bits par échantillon 100 Mbps 1920 x 1080 1280 x 720 4:2:2 avec 10 bits par échantillon8 127 8 Utilisation de formats Sony XDCAM Final Cut Pro vous permet de transférer et de monter en natif des données au format XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX (p. 127)  Utilisation des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX dans Final Cut Pro (p. 130)  Spécifications des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX (p. 134) À propos des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX Le format XDCAM enregistre de la vidéo SD DVCAM ou IMX en définition standard sur des supports Sony Professional Disc. Il est possible d’enregistrer jusqu’à quatre canaux audio non compressés 16 bits à 48 kHz. Les fichiers proxy MPEG--4 sont enregistrés simultanément pour une révision rapide de la séquence, voire le montage proxy directement sur le caméscope. Les données sont stockées dans des fichiers conteneur MXF pour faciliter le transfert vers votre ordinateur via FireWire ou des connecteurs Ethernet en option. XDCAM HD étend le format XDCAM pour y inclure quatre formats vidéo haute définition utilisant la compression MPEG-2 à grands GOP (appelé MPEG HD par Sony). Le format HD422 est également pris en charge, incluant les résolutions 1920 x 1080 et 1280 x 720. Format Débit MPEG-2 Dimensions de l’image Taux d’échantillonnage des couleurs Standard MPEG-2 LP 18 Mbps (VBR) 1440 x 1080 4:2:0 MPEG MP@HL SP (HDV) 25 Mbps (CBR) 1440 x 1080 4:2:0 MPEG MP@HL-1440 HQ 35 Mbps (VBR) 1440 x 1080 4:2:0 MPEG MP@HL HD422 50 Mbps (CBR) 1920 x 1080 1280 x 720 4:2:2 MPEG 422P@HL128 Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM Le format SP utilise le débit de données constant (CBR) et est compatible avec HDV 1080i. Les formats LP et HQ s’appuient pour leur part sur un débit variable (VBR, Variable Bit Rate) et permettent d’enregistrer sur des durées étendues dans des qualités, respectivement, inférieure à celle du HDV dans le cas du LP, et bien supérieure au HDV pour le format HQ. L’enregistrement à une fréquence d’images variable est également pris en charge. Le format HD422 utilise un débit de données constant de 50 Mbps. XDCAM EX correspond à une évolution du XDCAM HD, enregistrant en résolution HD complète des métrages en 1920 x 1080 ou en 1280 x 720. Ceux-ci sont enregistrés sur des cartes SxS, s’appuyant sur un format de type PCMCIA ExpressCard/34. Formats XDCAM HD pris en charge dans Final Cut Pro Pour monter une séquence XDCAM, sélectionnez la configuration simplifiée DVCAM ou IMX qui correspond à votre séquence. Formats XDCAM HD pris en charge dans Final Cut Pro Final Cut Pro dispose de configurations simplifiées pour les formats XDCAM HD suivants. Configurations simplifiées XDCAM HD VBR Les configurations simplifiées XDCAM HD VBR suivantes prennent en charge les formats 35 Mbps (HQ) et 18 Mbps (LP) :  XDCAM HD 1080p24 VBR  XDCAM HD 1080p25 VBR  XDCAM HD 1080p30 VBR  XDCAM HD 1080i60 VBR  XDCAM HD 1080i50 VBR Remarque : les métrages XDCAM HD LP VBR à 18 Mbps sont montés, rendus puis exportés à l’aide du codec HQ (35 Mbps). Ce format est pourtant acquis à un débit de 18 Mbps ; il nécessite donc moins d’espace disque au moment de l’acquisition que le format à 35 Mbps (HQ). Configurations simplifiées XDCAM HD CBR Final Cut Pro contient les configurations simplifiées XDCAM HD CBR (25 Mbps) suivantes :  XDCAM HD 1080p24 CBR  XDCAM HD 1080p25 CBR  XDCAM HD 1080p30 CBR  XDCAM HD 1080i50 CBR  XDCAM HD 1080i60 CBRChapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM 129 Configurations simplifiées XDCAM HD422 CBR Final Cut Pro 6 prend en charge le format XDCAM HD422 de Sony, mais requiert l’installation du logiciel de transfert XDCAM de Sony et un module XDCAM. Pour en savoir plus sur ce logiciel, rendez-vous sur le site web (en anglais) de Sony à l’adresse http://www.sony.com/xdcam. Final Cut Pro propose les configurations simplifiées XDCAM HD422 CBR (50 Mbps) suivantes :  XDCAM HD422 1080p24 CBR  XDCAM HD422 1080p25 CBR  XDCAM HD422 1080p30 CBR  XDCAM HD422 1080i50 CBR  XDCAM HD422 1080i60 CBR Final Cut Pro inclut également les configurations simplifiées XDCAM HD422 (50 Mbps), sur 720 lignes, suivantes :  XDCAM HD422 720p50 CBR  XDCAM HD422 720p60 CBR Formats XDCAM EX pris en charge dans Final Cut Pro Final Cut Pro 6 prend en charge le format XDCAM EX de Sony, mais l’acquisition de métrage XDCAM EX requiert l’installation du logiciel de transfert XDCAM de Sony. L’acquisition de métrage par le biais de la fenêtre Lister et transférer requiert également l’installation d’un module XDCAM EX. Pour en savoir plus sur ce logiciel, rendezvous sur le site web (en anglais) de Sony à l’adresse http://www.sony.com/xdcam. Final Cut Pro comprend les configurations simplifiées XDCAM EX, sur 1080 lignes, suivantes :  XDCAM EX 1080p24 VBR  XDCAM EX 1080p25 VBR  XDCAM EX 1080p30 VBR  XDCAM EX 1080i50 VBR  XDCAM EX 1080i60 VBR Final Cut Pro prévoit aussi les configurations simplifiées XDCAM EX, sur 720 lignes, suivantes :  XDCAM EX 720p24 VBR  XDCAM EX 720p25 VBR  XDCAM EX 720p30 VBR  XDCAM EX 720p50 VBR  XDCAM EX 720p60 VBR130 Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM Utilisation des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX dans Final Cut Pro Final Cut Pro peut acquérir et exporter des données au format XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX à l’aide d’un logiciel de transfert XDCAM de tierce partie proposé par Sony. Le montage XDCAM nécessite une configuration simplifiée DV ou IMX ; le montage XDCAM HD ou XDCAM EX requiert une configuration simplifiée correspondant à votre format. Étape 1 : Installez le logiciel de transfert Sony XDCAM Étape 2 : Branchez un équipement XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX sur votre ordinateur Étape 3 : Lancez l’acquisition des fichiers de données à l’aide de l’application de transfert XDCAM de Sony ou du module de Final Cut Pro, Lister et transférer Étape 4 : Choisissez une configuration simplifiée DV ou IMX (pour XDCAM) ou une configuration simplifiée XDCAM HD ou XDCAM EX Étape 5 : Montez votre métrage XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX Étape 6 : Exportez les fichiers de données à l’aide du module d’exportation de transfert Sony XDCAM dans Final Cut Pro Installation du logiciel XDCAM de Sony Final Cut Pro nécessite un logiciel Sony pour monter des appareils XDCAM, en acquérir les données, puis exporter les séquences Final Cut Pro en métrages dont les données sont incluses dans des enveloppes MXF. Vous pouvez télécharger le logiciel de transfert XDCAM (PDZK-P1) à partir du site web de Sony, dédié au format XDCAM HD (en anglais) à l’adresse : http://bssc.sel.sony.com/BroadcastandBusiness/markets/10014/xdcamDownload.shtml Les instructions complètes relatives à l’utilisation du logiciel de transfert XDCAM ainsi que les modules correspondants pour l’importation et l’exportation XDCAM dans sont fournies avec le logiciel.Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM 131 Branchement d’un équipement XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX sur votre ordinateur Avant de procéder à l’acquisition de votre métrage XDCAM, vous devez brancher un magnétoscope XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX, ou un appareil à carte SxS, sur votre ordinateur. Branchement d’un magnétoscope XDCAM ou XDCAM HD Pour monter des données XDCAM ou XDCAM HD sur le bureau de votre ordinateur : 1 Installez le pilote Sony XDCAM File Access Mode (FAM). Ce pilote est installé avec le logiciel de transfert Sony XDCAM. Pour plus d’informations, consultez « Installation du logiciel XDCAM de Sony, » ci-avant. 2 Branchez le magnétoscope sur votre ordinateur avec un câble FireWire ou USB. 3 Activez le mode PC distant sur le magnétoscope. Pour sélectionner le mode PC distant sur un magnétoscope Sony PDW-1500 XDCAM, vous devez activer l’option Extended Menu. Pour activer l’option Extended Menu sur un magnétoscope Sony PDW-1500 XDCAM : 1 Sur le magnétoscope Sony PDW-1500, appuyez sur le bouton System Menu. 2 Appuyez sur les boutons Counter Select et Set simultanément. 3 Maintenez le bouton appuyé jusqu’à ce que SETUP MAINTENANCE soit sélectionné, puis appuyez sur le bouton droit pour ouvrir le menu. 4 Appuyez sur le bouton droit pour ouvrir le menu EXTENDED MENU. 5 Appuyez sur le bouton droit puis appuyez sur le bouton Down pour sélectionner ENABLE. 6 Appuyez sur le bouton Set pour enregistrer vos réglages. Pour activer le mode PC distant sur un magnétoscope Sony PDW-1500 XDCAM : 1 Assurez-vous que l’option Extended Menu est activée en suivant les étapes ci-dessus. 2 Débranchez le câble FireWire entre le magnétoscope et votre ordinateur. 3 Appuyez sur le bouton System Menu. 4 Faites-tourner le cadran jusqu’à ce que i.LINK MODE (menu 215) soit sélectionné. 5 Maintenez le bouton Shuttle enfoncé pour afficher les options i.LINK MODE. 6 Tout en maintenant le bouton Shuttle enfoncé, faites tourner le cadran jusqu’à ce que FAM (PC REMOTE) soit sélectionné, puis relâchez le bouton Shuttle. 7 Appuyez sur le bouton Set pour enregistrer vos réglages. 8 Branchez le magnétoscope sur votre ordinateur avec un câble FireWire. Le disque apparaît comme monté sur le bureau de votre ordinateur.132 Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM Vous pouvez également brancher un magnétoscope Sony PDW-F70 XDCAM HD pour transférer une séquence XDCAM HD. Pour activer le contrôle de périphérique à distance sur un magnétoscope Sony PDW-F70 XDCAM HD : 1 Débranchez le câble FireWire entre le magnétoscope et votre ordinateur. 2 Sur le magnétoscope, appuyez sur le bouton Menu. 3 Une fois SETUP MENU sélectionné, appuyez sur le bouton Right pour afficher les options de SETUP MENU. 4 Appuyez sur le bouton Down jusqu’à ce que INTERFACE SELECT soit sélectionné puis appuyez sur le bouton Right pour afficher les options de INTERFACE SELECT. 5 Appuyez sur le bouton Up ou Down jusqu’à ce que FAM (PC REMOTE) soit sélectionné. 6 Appuyez sur le bouton Set pour enregistrer vos réglages. 7 Lorsque le magnétoscope vous demande de confirmer vos réglages, appuyez sur le bouton Set. 8 Branchez le magnétoscope sur votre ordinateur avec un câble FireWire. Le disque apparaît comme monté sur le bureau de votre ordinateur. Branchement d’un caméscope XDCAM EX ou à carte SxS sur votre ordinateur Pour monter des données XDCAM EX sur le bureau de votre ordinateur, branchez le caméscope sur votre ordinateur par un câble USB ou insérez une carte SxS directement dans le logement ExpressCard/34 PCMCIA d’un ordinateur MacBook Pro. Au moment de brancher le caméscope XDCAM EX sur votre ordinateur, vous devez activer le mode de périphérique cible sur l’appareil. Reportez-vous au manuel fourni avec votre caméscope pour savoir comment l’activer. Acquisition de données XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX Utilisez le logiciel de transfert XDCAM (PDZK-P1) de Sony et le module d’importation pour acquérir des données XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX insérées dans des enveloppes MXF ou MPEG-4 et les héberger sur votre disque de travail sous forme de données multimédia QuickTime enveloppées. Pour en savoir plus, consultez « Installation du logiciel XDCAM de Sony » à la page 130. Important : bien qu’il soit possible de copier directement les données insérées dans des enveloppes MXF ou MPEG-4, transmises à votre disque de travail, Final Cut Pro ne reconnaît pas les fichiers MXF. Utilisez plutôt le logiciel de transfert Sony XDCAM.Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM 133 Choix d’une configuration simplifiée et montage de données XDCAM dans Final Cut Pro Pour monter une séquence DVCAM ou IMX acquises depuis un périphérique XDCAM, il suffit de choisir une configuration simplifiée DV ou IMX et commencer le montage. Pour plus d’informations sur IMX, consultez le chapitre 3, « Utilisation de la norme IMX », à la page 69. Choix d’une configuration simplifiée et montage de données XDCAM HD ou XDCAM EX dans Final Cut Pro Après avoir effectué l’acquisition de votre métrage XDCAM HD ou XDCAM EX sous forme de fichiers de données QuickTime hébergés sur votre disque de travail, il vous reste alors à choisir la configuration simplifiée XDCAM HD ou XDCAM EX correspondant à votre métrage et à procéder au montage comme pour tout autre format natif dans Final Cut Pro. Remarque : Final Cut Pro effectue un rendu et exporte une séquence LP (18 Mbps VBR) XDCAM HD à l’aide du codec à 35 Mbps (HQ), vous ne pouvez donc pas retransférer les données au format VBR LP à 18 Mbps. Cependant, les métrages XDCAM HD au format VBR LP à 18 Mbps sont acquis à un débit de 18 Mbps ; il nécessite donc moins d’espace disque au moment de l’acquisition que le format à 35 Mbps. Final Cut Pro prend également en charge la lecture en temps réel des métrages à fré- quence d’images variables XDCAM HD. Rendu et conformation de données XDCAM HD ou XDCAM EX Le rendu et la conformation de données XDCAM HD ou XDCAM EX fonctionnent de la même manière que le format HDV. Pour plus d’informations, consultez la rubrique « Application d’un rendu et validation (conformation) des données MPEG-2 GOP long » à la page 30. Remarque : si vous ne comptez pas produire en sortie des données XDCAM à partir de vos séquences montées, vous pouvez opter pour le codec Apple ProRes 422 afin d’améliorer la vitesse du rendu. Gardez cependant à l’esprit que ce procédé demande un espace disque supérieur pour vos fichiers. Pour changer de codec de rendu, sélectionnez Séquence > Réglages, sélectionnez l’onglet Contrôle de rendu, puis choisissez « Apple ProRes 422 (HDV, XDCAM HD/EX uniquement) » dans le menu local Codec.134 Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM Exportation de séquences en données XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX Si vous cherchez à exporter depuis Final Cut Pro une séquence ou un plan terminé pour réintroduire votre métrage au format XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX dans un fichier MXF, vous devez dans ce cas utiliser le module d’exportation XDCAM fourni avec le logiciel de transfert XDCAM de Sony (PDZK-P1). Pour plus d’informations, consultez les rubriques « Installation du logiciel XDCAM de Sony » à la page 130 et « Branchement d’un équipement XDCAM, XDCAM HD ou XDCAM EX sur votre ordinateur » à la page 131. De plus, les séquences XDCAM exportées doivent avoir quatre sorties audio mono affectées, quelque soit le nombre de pistes contenues dans la séquence. Pour affecter quatre sorties audio mono à votre séquence : 1 Choisissez Séquence > Réglages puis cliquez sur l’onglet Sorties audio. 2 Choisissez 4 dans le menu local Sorties. 3 Sélectionnez l’option Mono dual pour les deux groupes de sortie audio. Spécifications des formats XDCAM, XDCAM HD et XDCAM EX XDCAM (SD) enregistre un fichier de données MXF sur un format de disque optique. XDCAM HD étend le format XDCAM pour inclure la vidéo HD. XDCAM EX va plus loin en proposant les modes 1920 x 1080 ou 1280 x 720 en pleine résolution et l’enregistrement ExpressCard. Support de stockage XDCAM et XDCAM HD utilisent un disque de 120 mm, comme un CD ou un DVD, qui peut enregistrer jusqu’à 23.3 Go de données à l’aide d’un faisceau laser bleu violet de a 405 nm. Bien que le Professional Disc de Sony s’appuie sur un faisceau laser bleu violet, il reste incompatible avec la technologie de disques optiques Blu-ray. Le Professional Disc de Sony prend en charge une vitesse de transfert de 72 Mbps (ou 144 Mbps avec deux têtes, tandis qu’un disque Blu-ray grand public offre un débit maximum de 36 Mbps. Le format XDCAM EX enregistre sur un support ExpressCard/34 SxS sans pièces mobiles de Sony. Tout contenu vidéo et audio, stocké sur disque, est encapsulé (ou enveloppé) dans des fichiers conteneurs MXF. Tout comme les fichiers de séquence QuickTime, les fichiers MXF peuvent stocker des données audio et vidéo de n’importe quelle fréquence d’images, utilisant n’importe quel codec et pouvant inclure tout type de métadonnées qualifiant le contenu, comme la date d’enregistrement, la localisation GPS, etc.Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM 135 Norme vidéo XDCAM prend en charge NTSC et PAL via le format DVCAM ou IMX :  DVCAM : 25 Mbps DV  MPEG IMX : 30, 40 ou 50 Mbps MPEG-2 (images I uniquement) Les caméscopes XDCAM ont également la capacité d’enregistrer des fichiers proxy à basse résolution au format MPEG-4 (1,5 Mbps) en vue d’effectuer un preview rapide avant l’acquisition dans votre système de montage. Les dimensions des fichiers proxy sont de 352 x 240 (pour le format NTSC) ou de 352 x 288 (pour la norme PAL), satisfaisant au standard CIF (Common Intermediate Format). 500 Mo d’espace disque sont alors réservés au stockage de fichiers génériques tels que les fichiers texte, les listes EDL, les fichiers de projets, les images, etc. Le format XDCAM HD permet d’enregistrer de la vidéo haute définition sur 1080 lignes en compression MPEG-2 selon quatre niveaux de qualité. Le format SP utilise le débit de données constant (CBR) et est compatible avec le format HDV 1080i. Les formats LP et HQ utilisent pour leur part un débit variable (VBR, Variable Bit Rate) et permettent d’enregistrer sur des durées étendues dans des qualités, respectivement, inférieure à celle du HDV dans le cas du LP, et bien supérieure au HDV pour le format HQ. Le format HD422 utilise un débit de données constant de 50 Mbps. XDCAM EX permet d’enregistrer des métrages selon deux niveaux de qualité. Proportions de l’image XDCAM enregistre de la vidéo SD 4:3. XDCAM HD et XDCAM EX permettent l’enregistrement de vidéo haute définition en 16/9. Format Débit MPEG-2 Dimensions de l’image Taux d’échantillonnage des couleurs Standard MPEG-2 LP 18 Mbps (VBR) 1 440 x 1 080 4:2:0 MPEG MP@HL SP (HDV) 25 Mbps (CBR) 1 440 x 1 080 4:2:0 MPEG MP@HL-1440 HQ 35 Mbps (VBR) 1 440 x 1 080 4:2:0 MPEG MP@HL HD422 50 Mbps (CBR) 1920 x 1080 1280 x 720 4:2:2 MPEG 422P@HL Format Débit MPEG-2 Dimensions de l’image Taux d’échantillonnage des couleurs Standard MPEG-2 SP (HDV) 25 Mbps (CBR) 1 440 x 1 080 4:2:0 MPEG MP@HL-1440 HQ 35 Mbps (VBR) 1920 x 1080 1280 x 720 4:2:0 MPEG MP@HL136 Chapitre 8 Utilisation de formats Sony XDCAM Dimensions des images, nombres de lignes et résolution XDCAM enregistre de la vidéo DV et IMX. Pour plus d’informations sur ces formats, consultez la documentation « Spécifications des formats IMX » à la page 72 et le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, Annexe A, “Formats vidéo”. XDCAM HD enregistre 1440 pixels par ligne et 1080 par image. XDCAM EX permet l’enregistrement soit en 1920 pixels par ligne et 1080 lignes par image, soit en 1280 pixels par ligne et 720 lignes par image. XDCAM HD422 permet également l’enregistrement soit en 1920 pixels par ligne et 1080 lignes par image, soit en 1280 pixels par ligne et 720 lignes par image. Remarque : un enregistrement à une fréquence d’images variable (VFR) supérieure à 30 ips enregistre 540 lignes par image. Fréquence d’images XDCAM prend en charge 25 et 29,97 ips. Les formats XDCAM HD et XDCAM EX prennent en charge les formats et les fréquences d’images suivants :  1080i60, 1080p30  1080i50, 1080p25  1080p24 XDCAM EX prend également en charge le format 720p à 23,98, 25, 29,97, 50 et 59,94 ips. XDCAM HD422 prend en charge le format 720p à 50 et 59,94 ips pour sa part. Un mode de prise de vue en fréquence d’images variable est également prévu sur certains caméscopes XDCAM HD. Vous devez ainsi définir la fréquence en lecture (entre 24p et 30p) et la fréquence à l’enregistrement (variant entre 4 et 60 ips par incrément du nombre d’images exact). Aucune image en double n’étant enregistrée, vous pouvez alors visualiser le résultat de votre métrage VFR (Variable Frame Rate, pour Fréquence d’Images Variable) directement sur la caméra sans faire appel à un traitement particulier. Par exemple, si vous tournez à 60 ips avec une vitesse en relecture de 24 ips, la vidéo obtenue s’anime alors à 40 pourcent plus lentement qu’en temps réel. Remarque : XDCAM HD enregistre à des fréquences d’images variables supérieures à 30 ips (« surrégime ») en divisant par deux la résolution verticale pour obtenir 540 lignes par image. Cependant, une fois que vous avez capturé votre séquence dans Final Cut Pro, ses dimensions d’images apparaissent comme prévu à 1440 x 1080 pixels. Méthode de balayage XDCAM prend en charge le balayage entrelacé. Les formats XDCAM HD et XDCAM EX prennent en charge le balayage entrelacé ou progressif, en fonction du format HD que vous utilisez.9 137 9 Utilisation du format REDCODE RAW Vous pouvez utiliser Final Cut Pro pour acquérir vos données au format REDCODE RAW natif pour le montage et la sortie de films cinématographiques et numériques. Vous pouvez également transcoder et monter vos données au format REDCODE RAW pour effectuer une sortie vidéo HD et SD. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos du format REDCODE RAW (p. 137)  Flux de production de montage REDCODE RAW natif pour film (p. 140)  Flux de production de montage REDCODE RAW transcodé pour vidéo (p. 144)  Spécifications du format REDCODE RAW (p. 149) À propos du format REDCODE RAW Le format REDCODE RAW est un format ultra haute résolution utilisé par la caméra RED ONE fabriqué par la société RED Digital Cinema. Le format REDCODE RAW a été conçu pour produire des données numériques de résolutions suffisantes pour la distribution de films cinématographiques et numériques. Grâce à des résolutions bien supérieures à celles utilisées en vidéo HD, le format REDCODE RAW n’est pas seulement un autre format HD, même s’il peut être transcodé ou converti vers les formats vidéo HD et SD standard. 138 Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW Pour la sortie au format film ou la projection cinématographique numérique, vous pouvez utiliser Final Cut Pro pour acquérir des films en 2K ou 4K et pour monter des données natives pour une sortie finale au format film ou cinéma numérique. Lorsque Final Cut Pro fait l’acquisition des films en 4K, il effectue une conversion descendante en fichiers QuickTime 2K. Puis, vous pouvez monter vos vidéos dans Final Cut Pro. Vous pouvez également transférer vos séquences dans Color pour l’étalonnage couleur. Une fois l’étalonnage couleur terminé, vous pouvez utiliser Color pour effectuer une sortie en fichiers HD non compressés, en fichiers codec Apple ProRes 422 ou en fichiers DPX à utiliser avec d’autres logiciels numériques. Pour une sortie vidéo de diffusion, utilisez Final Cut Pro pour transcoder des séquences REDCODE RAW en codec Apple ProRes 422 (HQ) ou en codec Apple ProRes 422, pour effectuer un montage en ligne du projet, utiliser Color pour l’étalonnage couleur (facultatif), puis utilisez Final Cut Pro pour effectuer une sortie aux formats vidéo HD ou SD standard. À propos de la caméra RED ONE La caméra RED ONE utilise un capteur CMOS de 12 mégapixels pour capturer des images à des résolutions de 2K et 4K, comme indiqué ci-dessous. Remarque : bien que la caméra RED ONE puisse capturer des images à une résolution de 3K, l’utilisation de cette résolution de capture n’est pas recommandée. Pour des informations à jour sur les spécifications et les formats de la caméra RED ONE, consultez le site Web de la société RED Digital Cinema à l’adresse http://www.red.com. La caméra RED ONE a été conçue pour produire des vidéos haute résolution pour le montage et le traitement numérique sans nécessité d’analyse du film. En post-production, le film est généralement analysé numériquement à une résolution de 2K ou de 4K pour produire des fichiers numériques en vue du montage ou de l’étalonnage. Cette étape numérique de la production d’un film cinématographique est appelé l’intermé- diaire numérique(DI). Au cours de la post-production, les fichiers DI sont généralement montés, étalonnés, puis sortis au format film. Format Résolution Proportions de l’image RAW 2K 2048 x 1152 pixels 16:9 RAW 2K 2048 x 1024 pixels 2:1 RAW 4K 4096 x 2304 pixels 16:9 RAW 4K 4096 x 2048 pixels 2:1Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW 139 Parce que le capteur RED ONE peut capturer des images aux mêmes dimensions qu’une caméra Super 35mm ou Super 16mm et à une résolution 2K ou 4K, les informations de l’image REDCODE RAW sont équivalentes en définition à une séquence film numérisée en 2K ou 4K. En réalité, la caméra RED ONE capture les séquences directement au format de l’étape intermédiaire numérique. L’avantage présenté par cette caméra réside dans la suppression de l’étape d’analyse du film qui permet une prévisualisation intermédiaire et le montage et l’étalonnage directe en post-production, rationalisant ainsi la production de séquences quotidiennes. Grâce au codec REDCODE RAW, la caméra RED ONE capture des données en RAW 4K jusqu’à 30 ips et des données en RAW 2K jusqu’à 120 ips. Les ratios d’échantillons REDCODE RAW sont de 4:4:4 RVB et de 4:2:2 Y’CB CR , avec 12 bits par échantillon. Le son est enregistré en audio non compressé 24 bits quatre canaux à une fréquence d’échantillonnage de 48KHz. La caméra enregistre les données directement sur les disques durs propriétaires et sur les cartes CompactFlash. Les disques durs peuvent être connectés directement à votre ordinateur, et les cartes CompactFlash également via un lecteur de cartes. Vous pouvez ensuite télécharger les fichiers vers d’autres périphériques de stockage de masse, tels que des disques de grande capacité ou des serveurs de stockage RAID. Vous pouvez ouvrir et monter des fichiers à l’aide de Final Cut Pro, ou les traiter à l’aide des logiciels de la caméra RED ONE ou d’autres logiciels de traitement DI. Utilisation du format REDCODE RAW dans Final Cut Pro Même s’il existe plusieurs flux de production possibles, selon la sortie finale souhaitée, deux principaux flux de production sont recommandés pour l’utilisation de films REDCODE RAW dans Final Cut Pro :  Le montage natif de séquences REDCODE RAW en 2K pour la sortie de films cinéma ou numériques : pour en savoir plus, consultez « Flux de production de montage REDCODE RAW natif pour film » à la page 140.  Le transcodage à l’aide du codec Apple ProRes 422 (HQ) et le montage en vue d’une sortie vidéo : pour en savoir plus, consultez « Flux de production de montage REDCODE RAW transcodé pour vidéo » à la page 144. Important : la caméra RED ONE peut produire des séquences REDCODE RAW et des séquences de référence QuickTime représentant le film, en stockant tous les fichiers ensemble dans des dossiers de plans. Néanmoins, Apple ne recommande pas l’utilisation de séquences de référence QuickTime. Les flux de production recommandés résident dans la gestion et le montage des fichiers REDCODE RAW natifs en résolution 2K ou dans le transcodage des fichiers REDCODE RAW en codec Apple ProRes 422. 140 Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW Remarque : si vous importez une séquence REDCODE RAW dans une séquence Final Cut Pro vidé, les réglages de la séquence sont automatiquement calqués sur les réglages de la séquence REDCODE RAW, mais le réglage du compresseur vidéo QuickTime est défini sur Apple ProRes 422 pour le rendu des effets. Vous ne devriez pas changer le réglage du compresseur en REDCODE, car la fonction d’encodage n’est pas prise en charge par le codec REDCODE. Les restrictions suivantes sont d’application lors de l’utilisation de séquences REDCODE RAW :  La prise en charge de séquences REDCODE RAW n’est disponible que sur les ordinateurs Mac à processeur Intel.  Final Cut Pro peut acquérir des fichiers REDCODE RAW 4K ou 2K, mais il effectue la conversion descendante des séquences 4K en résolution 2K.  Vous devez installer les derniers codecs QuickTime RED disponibles.  Pour utiliser les séquences d’une caméra RED ONE, votre Mac doit disposer de Mac OS X version 10.4.11 ou une version ultérieure.  Pour prévisualiser des séquences REDCODE RAW dans la fenêtre Lister et transférer, vous devez installer le module RED Log and Transfer pour FCP disponible à l’adresse http://www.red.com/support. Flux de production de montage REDCODE RAW natif pour film Il est recommandé d’utiliser la caméra RED ONE pour produire des séquences au format RAW 4K. Vous pouvez acquérir les fichiers REDCODE RAW à l’aide du codec QuickTime RED et convertir les séquences en fichiers QuickTime 2K. Vous pouvez ensuite réaliser le montage de vos séquences dans une Timeline définie sur les réglages spécifiques aux séquences 2K. Une fois le montage terminé, vous pouvez transférer vos séquences dans Color. Utilisez Color pour étalonner la séquence et effectuer son rendu en fichiers DPX 2K, en fichiers HD non compressés ou en fichiers de codec Apple ProRes 422. Vous pouvez également transférer les fichiers DPX vers des logiciels DI, si vous le souhaitez. Vous pouvez effectuer une sortie des fichiers DPX finalisés en film ou en fichiers cinéma numériques. Important : l’installation et la sélection des modules QuickTime RED et RED Log and Transfer pour FCP sont nécessaires lorsque vous gérez des fichiers REDCODE RAW. Ces modules sont disponibles au téléchargement sur le site web de la société RED Digital Cinema à l’adresse http://www.red.com/support.Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW 141 Avant de pouvoir acquérir des fichiers REDCODE RAW, vous devez spécifier le codec de destination dans les préférences de la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus, consultez « Choix du module RED Log and Transfer pour FCP pour effectuer le transfert » à la page 143. Après l’acquisition de vos séquences, vous pouvez définir les réglages des séquences en faisant glisser une séquence REDCODE RAW dans la Timeline. Final Cut Pro applique automatiquement le réglage de compression de la séquence du codec Apple ProRes 422, format de rendu approprié pour les séquences REDCODE RAW. Une fois vos séquences REDCODE RAW importées et converties en fichiers QuickTime RVB ou YUV, vous ne pouvez pas effectuer le rendu inverse en séquences REDCODE RAW natives car le codec REDCODE ne prend pas en charge l’encodage. Important : de nouvelles méthodes de gestion des fichiers REDCODE RAW dans Final Cut Pro sont régulièrement mises au point. Pour plus d’informations sur les derniers flux de production disponibles pour la gestion des séquences REDCODE RAW, consultez régulièrement le site web de la société RED Digital Cinema à l’adresse http://www.red.com. Remarque : vous pouvez monter des fichiers QuickTime REDCODE RAW 2K comme vous monteriez des séquences DV ou non compressées. Définissez vos réglages de séquence sur TR illimité pour faciliter le montage de séquences REDCODE RAW. L’avantage de ce flux de production est que vous pouvez effectuer une sortie de fichiers DPX 2K en vue d’un traitement final par un système de finalisation DI. Toutefois, ce flux de production requiert des espaces disques importants pour contenir les fichiers REDCODE RAW et DPX. De plus, Final Cut Pro ne permet pas d’effectuer de lecture en temps réel complète et vous devez utiliser le mode TR illimité.142 Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW Le flux de production REDCODE RAW natif suit les étapes standard de gestion des données des fichiers via la fenêtre Lister et transférer. Étape 1 : Transférez vos fichiers de données REDCODE RAW vers votre ordinateur. Étape 2 : Choisissez le module RED Log and Transfer pour FCP pour effectuer le transfert. Étape 3 : Listez vos séquences filmées et transférez-les sur votre disque de travail. Étape 4 : Montez vos plans dans une séquence. Étape 5 : Utilisez Color pour étalonner vos séquences filmées. Étape 6 : Procédez à la sortie de vos fichiers DPX en vue de leur finalisation. Transfert des fichiers de données REDCODE RAW vers l’ordinateur Après avoir filmé vos séquences REDCODE RAW, connectez le disque dur de la caméra à votre ordinateur ou insérez la carte CompactFlash dans un lecteur de cartes connecté à votre ordinateur. Consultez la documentation fournie avec votre caméra RED ONE pour des informations plus détaillées. Téléchargez vos fichiers vers le disque dur auquel vous pouvez accéder dans Final Cut Pro. Assurez-vous également d’archiver des copies de vos séquences REDCODE RAW sur un périphérique de stockage séparé par mesure de sécurité. Parce que les séquences REDCODE RAW peuvent occuper un espace disque important, assurez-vous de disposer d’une capacité de stockage adéquate pour contenir l’ensemble de votre projet. Pour l’enregistrement de séquences RAW 4K à 24 ips, un disque dur de 320 Go permet d’enregistrer environ 180 minutes de séquences. Pour l’enregistrement de séquences RAW 2K à 24 ips, un disque dur de 320 Go peut contenir jusqu’à environ 720 minutes de séquences. Lorsque vous téléchargez vos fichiers de données REDCODE RAW, gardez les recommandations suivantes à l’esprit :  Copiez l’intégralité du contenu de la carte CompactFlash ou du disque dur dans un dossier ou sous la forme d’une image disque. Le dossier ou l’image disque doit disposer d’un nom unique. (Ce nom doit être identique à celui du nom par défaut donné dans Final Cut Pro.)  Veillez à ne pas associer le contenu de plusieurs volumes RED dans un dossier unique. Par exemple, ne créez pas de dossier appelé RED FOOTAGE pour y déposer tous les élé- ments de profil .rdc et .profile.  Évitez d’inclure des sous-dossiers dans les dossiers de contenu RED.  Ne renommez pas le contenu du volume RED.Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW 143  Ne placez pas le contenu du volume RED dans votre dossier de travail.  Dans le flux de production de votre film, la fréquence d’images de base de projet doit être de 23,98 ou 24 ips et toutes les données d’une séquence doivent être des données REDCODE RAW. Le flux de production pour le transfert des données vers Color ne fonctionne pas pour l’étalonnage des données dans une fenêtre RED de Color lorsque votre séquence contient des données de formats différents.  Dans le flux de production d’un film, ne mélangez pas des volumes REDCODE RAW et des données avec des dossiers d’images dans la même structure de dossier. Choix du module RED Log and Transfer pour FCP pour effectuer le transfert Avant de pouvoir acquérir des fichiers REDCODE RAW, vous devez ouvrir la fenêtre Lister et transférer et sélectionner le module RED Log and Transfer. Pour sélectionner le module RED Log and Transfer plug-in dans la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans la fenêtre Lister et transférer, choisissez Préférences dans le menu local Action, dans le coin supérieur droit de la zone Explorer. 2 Dans la fenêtre Préférences, cliquez sur le triangle d’affichage en regard de « RED FCP Log and Transfer plugin » dans la colonne Source et sélectionnez RED Digital Cinema REDCODE. 3 Choisissez Natif dans le menu local de la colonne « Transcoder à », puis cliquez sur OK. Listage et transfert de séquence REDCODE RAW Vous pouvez transférer du métrage REDCODE RAW vers votre disque de travail à l’aide de la fenêtre Lister et transférer de Final Cut Pro. Une fois les fichiers REDCODE RAW acquis, ceux-ci présentent une taille de 2K, soit avec une résolution de 2048 x 1024 pixels et des proportions de 2:1 soit une résolution de 2048 x 1152 pixels et des proportions de 16:9. Parce que les fichiers QuickTime ne sont pas des séquences de référence, ces fichiers peuvent occuper un espace disque important. Important : bien qu’il soit possible de copier des fichiers REDCODE RAW directement sur votre disque de travail, Final Cut Pro ne reconnaîtrait pas ces fichiers. Vous devez utiliser la fenêtre Lister et transférer pour transférer du métrage REDCODE RAW.144 Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW Montage de vidéo en vue de la sortie vers Color Le montage de vidéo REDCODE RAW est similaire au montage d’autres formats dans Final Cut Pro. Vous devez utiliser le mode TR illimité pour monter des fichiers REDCODE RAW. Une fois le montage terminé, vous pouvez transférer les séquences dans Color. Néanmoins, si vous pensez exporter vos fichiers depuis Color en fichiers DPX, il est pré- férable d’effectuer un montage de coupes simples. Sortie dans Color Vous pouvez exporter une séquence REDCODE RAW sélectionnée, mais vous pouvez n’exporter qu’une séquence vers Color à la fois. Pour exporter une séquence dans Color : 1 Sélectionnez une séquence dans le Navigateur ou ouvrez une séquence dans la Timeline. 2 Choisissez Fichier > Envoyer à > Color. 3 Dans la zone de dialogue Envoyer à Color, saisissez un nom de projet Color dans le champ Nom du projet Color, puis cliquez sur OK. Sortie de fichiers DPX en vue de leur finalisation Après avoir utilisé Color pour étalonner les fichiers REDCODE RAW natifs, vous pouvez sortir les séquences sous des fichiers DPX files pour une finalisation ultérieure et les sortir dans une autre application de finalisation DI. Pour des explications détaillées sur la sortie de fichiers DPX et leur préparation en vue d’une sortie DI finale, consultez le Manuel de l’utilisateur de Color (disponible en anglais uniquement), chapitre 2, « Color Correction Workflows » (flux de production de correction de Color). Flux de production de montage REDCODE RAW transcodé pour vidéo Vous pouvez utiliser la caméra RED ONE pour produire des séquences au format RAW 4K ou 2K. Lorsque vous acquérez des fichiers REDCODE RAW pour la vidéo, vous transcodez les fichiers en codec Apple ProRes 422 (HQ) ou en codec Apple ProRes 422. Pour des séquences de meilleure qualité, utilisez le codec Apple ProRes 422 (HQ). Toutefois, si vous effectuez un montage hors ligne ou produisez un fichier EDL, et si la qualité de la séquence pour le montage n’est pas une priorité, vous pouvez utiliser le codec Apple ProRes 422. Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW 145 Le métrage transcodé résultant se compose de plusieurs séquences QuickTime distinctes que vous pouvez monter dans la Timeline Final Cut Pro. Le transcodage de fichiers REDCODE RAW en codec Apple ProRes 422 (HQ) peut prendre du temps en raison de la taille et de la complexité des fichiers REDCODE RAW. Important : l’installation et la sélection des modules QuickTime RED et RED Log and Transfer pour FCP sont nécessaires lorsque vous transcodez des fichiers REDCODE RAW. Ces modules sont disponibles au téléchargement sur le site web de la société RED Digital Cinema à l’adresse http://www.red.com/support. Avant de pouvoir acquérir des fichiers REDCODE RAW, vous devez spécifier le codec Apple ProRes 422 (HQ) en tant que destination dans les préférences de la fenêtre Lister et transférer. Pour en savoir plus, consultez « Choix du codec Apple ProRes 422 pour le transcodage » à la page 147. Vous montez les fichiers transcodés tout comme vous monteriez de la vidéo DV ou non compressée. Vous pouvez transférer les fichiers vers Color, les étalonner puis renvoyer les fichiers étalonnés vers Final Cut Pro en vue de leur finalisation. Vous pouvez ensuite effectuer la sortie du métrage encodé sur bande ou fichier multimédia dans n’importe quel format vidéo Final Cut Pro HD ou SD standard. L’inconvénient de ce flux de production réside dans le fait que vous devez étalonner les fichiers qui ont été transcodés en codec Apple ProRes 422 (HQ) ; vous ne pouvez pas étalonner vos données REDCODE RAW natives. Votre métrage REDCODE RAW natif utilise l’échantillonnage couleur 4:4:4, qui peut produire une qualité supérieure dans le cas d’une sortie film. Le flux de production REDCODE RAW transcodé suit les étapes standard d’acquisition des données des fichiers via la fenêtre Lister et transférer. 146 Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW Étape 1 : Transférez vos fichiers de données REDCODE RAW vers votre ordinateur. Étape 2 : Choisissez le codec Apple ProRes 422 pour le transcodage. Étape 3 : Listez vos séquences filmées et transférez-les sur votre disque de travail. Étape 4 : Montez vos clips transcodés en une séquence. Étape 5 : Étalonnez votre métrage avec Color (facultatif) et renvoyez les fichiers étalonnés dans Final Cut Pro. Étape 6 : Terminez le projet et transférez-le sur bande ou exportez le au format QuickTime. Transfert des fichiers de données REDCODE RAW vers l’ordinateur Après avoir filmé vos séquences REDCODE RAW, connectez le disque dur de la caméra à votre ordinateur ou insérez la carte CompactFlash dans un lecteur de cartes connecté à votre ordinateur. Consultez la documentation fournie avec votre caméra RED ONE pour des informations plus détaillées. Téléchargez vos fichiers vers le disque dur auquel vous pouvez accéder dans Final Cut Pro. Assurez-vous également d’archiver des copies de vos séquences REDCODE RAW sur un périphérique de stockage séparé par mesure de sécurité. Parce que les séquences REDCODE RAW peuvent occuper un espace disque important, assurez-vous de disposer d’une capacité de stockage adéquate pour contenir l’ensemble de votre projet. Pour l’enregistrement de séquences RAW 4K à 24 ips, un disque dur de 320 Go permet d’enregistrer environ 180 minutes de séquences. Pour l’enregistrement de séquences RAW 2K à 24 ips, un disque dur de 320 Go peut contenir jusqu’à environ 720 minutes de séquences. Lorsque vous téléchargez vos fichiers de données REDCODE RAW, gardez les recommandations suivantes à l’esprit :  Copiez l’intégralité du contenu de la carte CompactFlash ou du disque dur dans un dossier ou sous la forme d’une image disque.  Assurez-vous que chaque dossier ou image disque dispose d’un nom unique. (Ce nom doit être identique à celui du nom par défaut donné dans Final Cut Pro.)  Veillez à ne pas associer le contenu de plusieurs volumes RED dans un dossier unique. Par exemple, ne créez pas de dossier appelé RED FOOTAGE pour y déposer tous les éléments de profil .rdc et .profile.  Évitez d’inclure des sous-dossiers dans les dossiers de contenu RED.  Ne renommez pas le contenu du volume RED.  Ne placez pas le contenu du volume RED dans votre dossier de travail.Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW 147 Choix du codec Apple ProRes 422 pour le transcodage Le décodage d’un métrage REDCODE RAW natif pour la lecture simple requiert énormé- ment de puissance de traitement. Pour réduire les demandes de traitement à votre ordinateur, utilisez la fenêtre Lister et transférer pour transcoder votre métrage REDCODE RAW vers le codec Apple ProRes 422 (HQ) moins exigeant en puissance de traitement de la part du processeur. 422Les réglages de votre séquence sont modifiés pour prendre les réglages du codec Apple ProRes 422 (HQ) plus appropriés pour le métrage dont vous avez fait l’acquisition. Pour sélectionner le codec de destination pour le métrage REDCODE RAW transféré dans la fenêtre Lister et transférer : 1 Dans la fenêtre Lister et transférer, choisissez Préférences dans le menu local Action, dans le coin supérieur droit de la zone Explorer. 2 Dans la fenêtre Préférences, cliquez sur le triangle d’affichage en regard de « RED FCP Log and Transfer plugin » dans la colonne Source et sélectionnez RED Digital Cinema REDCODE. 3 Choisissez Apple ProRes 422 (HQ) dans le menu local de la colonne « Transcoder à », puis cliquez sur OK. Listage et transfert de séquence REDCODE RAW Vous pouvez transférer du métrage REDCODE RAW vers votre disque de travail à l’aide de la fenêtre Lister et transférer de Final Cut Pro. Pendant le transfert, utilisez la fenêtre Lister et transférer pour transcoder votre métrage vers le codec Apple ProRes 422 (HQ). Pour en savoir plus sur l’utilisation de la fenêtre Lister et transférer, consultez « Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers » à la page 80. Après l’acquisition des fichiers REDCODE RAW, vos séquences acquises présentent une taille de 2K, soit avec une résolution de 2048 x 1024 et des proportions de 2:1 soit une résolution de 2048 x 1152 et des proportions de 16:9. Important : bien qu’il soit possible de copier des fichiers REDCODE RAW directement sur votre disque de travail, Final Cut Pro ne reconnaîtrait pas ces fichiers. Vous devez utiliser la fenêtre Lister et transférer pour transférer et transcoder du métrage REDCODE RAW. Montage de vidéo à l’aide de métrage REDCODE RAW transcodé Le montage de vidéo transcodée en codec Apple ProRes 422 (HQ) ou Apple ProRes 422 est identique au montage d’autres formats dans Final Cut Pro. Vous devez toutefois vous assurer que votre disque de travail prend en charge le débit des données. 148 Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW Pour en savoir plus sur les débits de données de ces formats, consultez « Spécifications du format REDCODE RAW » à la page 149 and « À propos du codec Apple ProRes 422 » à la page 11. Étalonnage de votre métrage transcodé avec Color Si vous souhaitez étalonner votre métrage à l’aide de Color, vous pouvez effectuer un montage normal incluant des transitions et des effets. Une fois votre montage terminé, vous pouvez transférer le métrage dans Color en sélectionnant Fichier > Envoyer à > Color. Après avoir étalonné vos fichiers, vous pouvez les renvoyer dans Final Cut Pro en vue de leur finalisation en sélectionnant Fichier > Envoyer à > Final Cut Pro. Pour plus d’informations sur la préparation de votre projet pour l’étalonnage dans Color, consultez le Manuel de l’utilisateur de Color. Transfert de données sur bande ou exportation dans Compressor Une fois le montage terminé, vous pouvez transférer votre séquence sur une bande vidéo ou l’exporter dans Compressor pour créer un fichier MPEG-2 haute qualité. Parce que vous avez transcodé vos séquences REDCODE RAW, vos séquences sont des fichiers de données de 2K et rares sont les magnétoscopes qui prennent en charge les formats de données 2K. Vous devriez peut-être choisir un autre format de sortie sur bande, des fichiers HD ou SD, par exemple. Avant de transférer votre vidéo 2K en Apple ProRes 422 (HQ) sur bande, assurez-vous que la vidéo en sortie présente une taille et une fréquence d’images réglementaires pour le format souhaité. Vous pouvez placer vos données 2K dans une séquence pré- sentant les réglages de sortie désirés, ou utiliser Kona3 pour rogner les données pour les adapter à une taille d’image HD. Vous pouvez aussi utiliser Compressor pour configurer un rognage ou pour réduire le métrage à l’échelle des formats HD ou SD. Pour effectuer une sortie sur bande, suivez les procédures standard d’utilisation de la commande Transfert sur bande. Pour plus d’informations, consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, Volume IV, chapitre 15, « Transfert sur bande et sortie directe à partir de la Timeline ». Pour exporter votre séquence vers Compressor afin de créer un fichier MPEG-2 : 1 Ouvrez votre séquence Final Cut Pro dans la Timeline. 2 Choisissez Fichier > Exporter > Via Compressor. Pour plus d’informations sur l’utilisation de Compressor, consultez la documentation relative à Compressor.Chapitre 9 Utilisation du format REDCODE RAW 149 Spécifications du format REDCODE RAW REDCODE RAW présente les spécifications de format suivantes. Support de stockage REDCODE RAW est enregistré sur des disques durs RED-DRIVE (RAID), REDFLASH et des cartes CompactFlash REDFLASH. Proportions de l’image Un métrage REDCODE RAW présente des proportions de 2:1 et 16:9. Dimensions d’image et résolution Le format REDCODE RAW prend en charge les résolutions vidéo natives RAW 2K et RAW 4K. Fréquence d’images Final Cut Pro prend en charge les fréquences d’images REDCODE RAW suivantes pour le flux de production de film :  4K 2:1 et 2K 2:1 à 23,98 et 24 ips Final Cut Pro prend en charge les fréquences d’images REDCODE RAW suivantes pour le flux de production vidéo :  4K 2:1 et 2K 2:1 à 23,98, 24, 25, 29,97, 50 et 59,94 ips Méthode de balayage Les formats REDCODE RAW 4K et 2K sont enregistrés en images à balayage progressif. Méthode d’enregistrement des couleurs REDCODE RAW enregistre les couleurs en RVB 12 bits. Audio Le format REDCODE RAW non compressé utilisé quatre canaux audio, un échantillonnage de 48 kHz et une résolution de 24 bits par échantillon. Timecode La caméra RED ONE enregistre deux pistes de timecode indépendantes :  Code Edge : timecode SMPTE qui débute toujours à 1:00:00:00 sur la première image du premier plan enregistré sur un magazine vide. Le timecode de chaque plan suivant est enregistré de façon séquentielle et continue au fur et à mesure de l’enregistrement des plans.  Timecode : timecode SMPTE qui enregistre l’horloge de la caméra ou un signal de timecode principal SMPTE fourni de façon externe. Format Résolution Proportions de l’image RAW 2K 2048 x 1152 pixels 16:9 RAW 2K 2048 x 1024 pixels 2:1 RAW 4K 4096 x 2304 pixels 16:9 RAW 4K 4096 x 2048 pixels 2:110 151 10 Utilisation d’unités de disque vidéo Sony Vous pouvez utiliser la fenêtre Lister et transférer pour visionner du métrage enregistré sur une unité de disque vidéo Sony et transférer le métrage vers votre disque de travail. Les rubriques suivantes seront abordées au cours de ce chapitre :  À propos des lecteurs disques vidéo (VDU) de Sony (p. 151)  Importation d’une séquence filmée à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony (p. 152) À propos des lecteurs disques vidéo (VDU) de Sony Final Cut Pro vous permet d’importer de la vidéo et de l’audio enregistrés sur un lecteur de disques vidéo Sony, puis de monter les fichiers de données ainsi obtenus comme tout fichier de données à un autre format. Le lecteur de disques vidéo DSR-DU1 de Sony est un enregistreur de disque FireWire connectable qui utilise un disque dur de 40 Go comme support d’enregistrement. Ce lecteur se connecte aux caméscopes DVCAM de qualité professionnelle via l’interface FireWire ; il est capable d’enregistrer jusqu’à 3 heures de signaux vidéo/audio parallèlement à l’enregistrement sur bande. Le lecteur de disques vidéo Sony prend en charge l’enregistrement, la lecture et le transfert de fichiers via l’interface FireWire. Vous pouvez enregistrer de la vidéo directement sur le disque, puis l’utiliser en tant que disque FireWire en lecture seule pour importer les contenus vidéo et audio sur l’ordinateur.152 Chapitre 10 Utilisation d’unités de disque vidéo Sony Importation d’une séquence filmée à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony Pour importer des données à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony, vous devez relier ce dernier à votre ordinateur via l’interface FireWire puis sélectionner les fichiers de données à importer à l’aide de la fenêtre Lister et transférer de Final Cut Pro. Configuration d’un lecteur de disques vidéo Sony La connexion et l’utilisation d’un lecteur de disques vidéo Sony sont très proches de ceux d’un disque dur FireWire externe. Pour relier un lecteur de disques vidéo Sony à votre ordinateur : 1 Branchez la fiche à 4 broches située à l’une des extrémités de votre câble FireWire sur le port FireWire à 4 broches du lecteur de disques vidéo Sony. 2 Branchez la fiche à 6 broches située à l’autre extrémité du câble FireWire sur un port FireWire 400 de votre ordinateur. 3 Allumez le lecteur de disques vidéo Sony. Remarque : comme pour tout autre disque FireWire externe, n’oubliez de démonter le lecteur de disques vidéo Sony avant de le déconnecter ou de l’éteindre. Pour démonter un disque dur FireWire du bureau : m Faites glisser l’icône du disque dur FireWire vers l’icône Éjecter dans le Dock. Une icône de disque dur FireWire intitulée Sans nom apparaît sur le bureau.Chapitre 10 Utilisation d’unités de disque vidéo Sony 153 Importation de données DV à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony La fenêtre Lister et transférer vous permet de parcourir et d’importer les fichiers de données directement à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony. Le transfert d’une séquence depuis un disque vidéo Sony s’apparente au transfert d’une séquence depuis d’autres périphériques de données à base de fichiers. Il suffit de monter le disque VDU Sony et de suivre les étapes décrites à la rubrique « Exemple de flux de travaux pour support à base de fichiers » à la page 80. Pour transférer des données à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony : 1 Vérifiez que le lecteur de disques vidéo Sony est connecté et monté sur le bureau. 2 Choisissez Réglages système dans le menu Final Cut Pro, puis cliquez sur l’onglet Disques de travail. 3 Sélectionnez le dossier ou le disque de travail vers lequel transférer vos données. Pour en savoir plus sur le choix de disques de travail, reportez-vous au Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro 6, au Volume 1, Chapitre 11, « Connexion d’équipement vidéo DV » 4 Choisissez Fichier > Lister et transférer. 5 Utilisez la fenêtre Lister et transférer pour transférer la séquence depuis l’unité VDU Sony. Consultez les sections suivantes pour plus de détails sur l’utilisation de la fenêtre Lister et transférer :  « Utilisation de la zone Explorer » à la page 83  « Utilisation de la zone Preview » à la page 87  « Utilisation de la zone Listage » à la page 89  « Utilisation de la file d’attente de transfert » à la page 91 Important : ne tentez pas de copier des fichiers de données à partir du lecteur de disques vidéo Sony directement sur votre disque de travail. Les fichiers de données ainsi copiés directement à partir d’un lecteur de disques vidéo Sony ne sont pas des fichiers de données QuickTime, et ne sont donc pas traités de façon adéquate si vous les importez dans Final Cut Pro. Logic Pro 8 Prise en charge des surfaces de contrôle Apple Computer Inc. © 2007 Apple Computer Inc. Tous droits réservés. En vertu des lois sur le copyright, il est interdit de copier le présent manuel en tout ou partie sans l’autorisation écrite d’Apple. Vos droits sur le logiciel sont régis par le contrat de licence du logiciel annexé. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer, Inc. déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. L’utilisation du logo Apple « clavier » (Option + 1) à des fins commerciales sans l’autorisation écrite préalable d’Apple peut constituer une contrefaçon de marque et une concurrence déloyale en violation des lois fédérales et nationales. Tous les efforts ont été mis en œuvre pour garantir l’exactitude des informations contenues dans le présent manuel. Apple Computer, Inc. ne saurait être tenu pour responsable des coquilles, ni des erreurs d’écriture. Note : Apple mettant fréquemment à disposition de nouvelles versions et des mises à jour de son logiciel système, de ses applications et de ses sites Internet, les illustrations présentes dans ce manuel peuvent présenter de légères différences avec ce qui apparaît sur votre écran. Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, FireWire, iPod, Logic, Mac, Macintosh et Mac OS sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. GarageBand est une marque d’Apple Inc. Intel, Intel Core et Xeon sont des marques d’Intel Corp. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Tout autre nom de société et de produit mentionné dans le présent manuel est une marque de son détenteur respectif. La mention de produits tiers n’est proposée que dans un souci d’information et ne constitue en rien un cautionnement ou une recommandation. Apple n’assume aucune responsabilité en ce qui concerne les performances ou l’utilisation de ces produits. 3 1 Table des matières Préface 7 Introduction 7 Surfaces de contrôle - Description 8 Utilisation de surfaces de contrôle avec Logic Pro 9 Surfaces de contrôle prises en charge par Logic Pro 13 Modules de surface de contrôle 13 À propos des logiciels et programmes internes 14 À propos du présent guide Chapitre 1 15 Réglage des surfaces de contrôle de base 15 Mise en route 16 Connexion de surfaces de contrôle 19 Ajout de surfaces de contrôle à Logic Pro 20 Création de groupes de surfaces de contrôle 23 Réglage de votre installation de surfaces de contrôle 31 Réglage des préférences des surfaces de contrôle 35 Affichage de messages 36 Astuces d’utilisation Chapitre 2 37 Personnalisation des assignations de contrôleur 37 Assignation de contrôleurs aux paramètres Logic Pro 38 Utilisation de la présentation simple 40 Utilisation de la présentation expert 59 Assignation de boutons à des raccourcis clavier 60 Stockage des assignations de contrôleur Chapitre 3 61 Mackie Control 61 Réglage de votre Mackie Control 61 Utilisation de la Mackie Control avec Logic Pro 62 Zone d’affichage 65 Contrôles des tranches de console 68 Curseur Master 68 Zone Assignment 86 Zone Fader Bank 88 Zone des touches de fonction4 Table des matières 89 Zone Global View 90 Boutons de modification 90 Boutons d’automation 93 Boutons Utilities 94 Zone Transport 102 Zone des touches de curseur 103 Zone du jog/scrub wheel 104 Modes utilisateur programmables 104 Connexion de switch au pied 105 Aperçu des assignations Chapitre 4 117 M-Audio iControl 117 Réglage de votre iControl 117 Modification des paramètres de module 118 Boutons d’assignation 120 Boutons Flèche haut et Flèche bas 120 Contrôles de tranches de console 122 Présentations Table de mixage et Canal 122 Le jog wheel (molette) 122 Commandes de lecture 123 Curseur Master 124 Aperçu des assignations Chapitre 5 127 Prise en charge d’EuCon pour les surfaces de contrôle Euphonix MC et System 5-MC 127 Réglage de votre MC ou System 5-MC 128 Réglage de vos assignations de touche de fonction programmable 129 Écran tactile Main-Tracks 130 Main-Layouts 130 Curseurs 131 Choix des modes d’automatisation 132 Utilisation de jeux de potentiomètres 138 Moniteurs et salle de commande 138 Touches Clear 138 Barre des commandes de piste 138 Fonctionnalités propres à la System 5-MC Chapitre 6 141 CM Labs Motormix 141 Configuration de votre CM Labs Motormix 141 Aperçu des assignations Chapitre 7 149 Frontier Design TranzPort 149 Réglage de votre Frontier Design TranzPort 149 Affichage LCD 149 Aperçu des assignationsTable des matières 5 Chapitre 8 153 MiniDesk CS-32 JLCooper 153 Configuration de votre MiniDesk CS-32 JL Cooper 154 Aperçu des assignations Chapitre 9 159 JLCooper FaderMaster 4/100 159 Ce dont vous avez besoin 159 Réglage de votre JLCooper FaderMaster 4/100 160 Aperçu des assignations Chapitre 10 161 Korg microKONTROL et KONTROL49 161 Réglage de votre Korg microKONTROL et KONTROL49 162 Aperçu des assignations Chapitre 11 167 Mackie Baby HUI 167 Configuration de votre Mackie Baby HUI 168 Aperçu des assignations Chapitre 12 171 Mackie C4 171 Réglage de votre Mackie C4 171 V-Pot, V-Select 179 Boutons situés en bas 182 Incrustation de marqueur 182 Incrustation de piste 183 Incrustation de la tranche de console 183 Incrustation de fonction Chapitre 13 187 Mackie HUI 187 Réglage de votre Mackie HUI 188 Vue d’ensemble des assignations Chapitre 14 199 Radikal Technologies SAC-2K 199 Réglage de votre Radikal Technologies SAC-2K 200 Aperçu des assignations 205 Dépannage Chapitre 15 207 Roland SI-24 207 Réglage de votre Roland SI-24 208 Aperçu des assignations Chapitre 16 213 Tascam FW-1884 213 Introduction 213 Réglage de votre Tascam FW-1884 214 Vue d’ensemble des assignations6 Table des matières Chapitre 17 221 Tascam US-2400 221 Réglage de votre Tascam US-2400 222 Aperçu des assignations Chapitre 18 229 Tascam US-428 et US-224 229 Réglage des surfaces de contrôle Tascam US-428 et US-224 229 Aperçu des assignations Chapitre 19 233 Yamaha 01V96 233 Réglage de votre Yamaha 01V96 234 Aperçu des assignations 236 Section SELECTED CHANNEL 237 Section relative à l’entrée de données 237 Tranches de console 237 Section relative aux tranches de console stéréo 238 Section User Defined Keys Chapitre 20 241 Yamaha 02R96 241 Réglage de votre Yamaha 02R96 242 Aperçu des assignations Chapitre 21 247 Yamaha DM1000 247 Réglage de votre Yamaha DM1000 248 Aperçu des assignations Chapitre 22 255 Yamaha DM2000 255 Réglage de votre Yamaha DM2000 256 Aperçu des assignations 7 Préface Introduction Vous pouvez utiliser des surfaces de contrôle de matériel afin de contrôler et d’automatiser le transport, le mixage, l’enregistrement et d’autres tâches dans Logic Pro. Toutes les fonctions de Logic Pro qui correspondent à des commandes de table de mixage, telles que le réglage du volume et la position du panoramique, peuvent être exécutées à l’écran, à l’aide de la souris et du clavier de l’ordinateur. Toutefois, cette méthode n’est pas optimale et ne permet pas d’obtenir un contrôle précis en temps réel. Élargissez vos horizons créatifs avec une flexibilité et une précision de travail accrues, en reliant une surface de contrôle matérielle à votre ordinateur pour l’utiliser avec Logic Pro. Lorsque vous déplacez un curseur sur la surface de contrôle, le curseur correspondant de Logic Pro se déplace également. De même, lorsque vous réglez une commande à l’écran, la commande correspondante de la surface de contrôle se déplace vers la même position. Vous pouvez régler l’EQ ou d’autres paramètres en faisant tourner les potentiomètres rotatifs de la surface de contrôle : les paramètres correspondants sont alors mis à jour instantanément dans Logic Pro. Surfaces de contrôle - Description Les surfaces de contrôle sont des périphériques équipés de diverses commandes, dont des curseurs, des sélecteurs rotatifs, des commutateurs et des écrans. Ces commandes peuvent être mises en correspondance avec des fonctions de Logic Pro, ce qui permet de modifier des paramètres, tels que le volume ou le panoramique, plus précisément et plus rapidement qu’avec la souris et le clavier de l’ordinateur. Vous pouvez également contrôler plusieurs paramètres simultanément.8 Préface Introduction En règle générale, les surfaces de contrôle sont dotées de boutons permettant de sélectionner des paramètres d’édition, des pistes/canaux ou des banques (de canaux) spécifiques. Un grand nombre d’entre elles sont également pourvues d’un jog wheel, ou molette, servant à déplacer la tête de lecture de manière précise, les boutons de transport, tels que Lecture, Retour rapide, ainsi que d’autres commandes. Lorsque vous utilisez une surface de contrôle prise en charge par Logic Pro, certaines commandes sont prédéfinies sur les fonctions standard. Vous avez la possibilité de mettre en correspondance les commandes non assignées à d’autres commandes et fonctions Logic Pro (reportez-vous à la rubrique « Assignation de contrôleurs aux paramètres Logic Pro » à la page 37). Certaines surfaces de contrôle simples sont exclusivement dotées de potentiomètres et de boutons (non motorisés). D’autres appareils plus perfectionnés comprennent des curseurs motorisés, des encodeurs rotatifs, des voyants DEL et des écrans programmables. Le retour d’informations supplémentaire qu’offrent ces surfaces de contrôle les rend plus conviviales. Inutile désormais de se reporter à l’écran de l’ordinateur pour connaître le mode du périphérique ou les valeurs actuelles des paramètres. Utilisation de surfaces de contrôle avec Logic Pro Pour utiliser une surface de contrôle avec Logic Pro, vous devez la relier à votre ordinateur (par un port MIDI, USB, réseau ou FireWire). Vous devez ensuite l’ajouter à Logic Pro (cette opération s’effectue de manière automatique pour de nombreux périphériques pris en charge), mettre en correspondance les commandes à utiliser avec les commandes Logic Pro (là encore, la plupart de ces opérations sont exécutées automatiquement si vous utilisez un périphérique pris en charge), puis utiliser la surface de contrôle pour la lecture et l’enregistrement. L’automation de la surface de contrôle enregistrée apparaît dans la fenêtre Arrangement, lorsqu’elle est activée, et dans l’éditeur du clavier. Pour plus d’informations sur la connexion et l’ajout de surfaces de contrôle, reportez-vous au chapitre 1, « Réglage des surfaces de contrôle de base », à la page 15. Commencez par lire ce chapitre avant de passer à ceux qui traitent des différentes surfaces de contrôle. Vous trouverez ci-dessous certaines des opérations à réaliser lorsque vous utilisez des surfaces de contrôle avec Logic Pro :  contrôle des fonctions de transport, y compris le réglage des locators et l’activation des modes d’enregistrement Cycle ou Punch,  réglage des niveaux de volume et de panoramique des canaux audio, instruments, aux., Master,  sélection et contrôle de tous les paramètres d’effets et d’instruments,  sélection, Solo, Mute et activation de l’enregistrement des pistes/canaux,  réglage et ajustement des paramètres d’envoi,Préface Introduction 9  navigation à distance parmi les screensets,  scrubbing MIDI et audio (dans la fenêtre Arrangement),  zoom avant sur les différentes pistes ou sur la fenêtre active,  création, suppression et déplacement de la tête de lecture entre les marqueurs. Les surfaces de contrôle vous permettent de créer une performance live dynamique en utilisant une surface de contrôle ainsi qu’un ordinateur portable, un clavier musical et des interfaces audio et MIDI. Certains périphériques intègrent un clavier musical, des interfaces audio et MIDI, ainsi qu’une surface de contrôle tout-en-un. Les fonctions d’automation des pistes de Logic Pro peuvent être actives même si l’application n’est pas en mode d’enregistrement, vous permettant ainsi de capturer vos modifications live en temps réel pour les lire ultérieurement. Vous ne risquez plus de perdre de performances « exceptionnelles », sur scène ou en studio. Comme nous l’avons indiqué plus haut, Logic Pro prend directement en charge une grande variété de surfaces de contrôle mais permet également de remettre en correspondance des assignations existantes pour des surfaces de contrôle prises en charge ou de programmer de nouvelles assignations pour des surfaces de contrôle non prises en charge. Ceci vous permet d’élargir le champ d’utilisation des curseurs, potentiomè- tres et commutateurs, directement ou par le biais des boutons de modification. Vous pouvez utiliser n’importe quelle combinaison de surfaces de contrôle avec Logic Pro. Associez-les dans un groupe de surfaces de contrôle pour les exploiter au mieux. Vous trouverez une présentation détaillée du groupe, de l’installation et d’autres paramètres de réglage des surfaces de contrôle dans la rubrique « Création de groupes de surfaces de contrôle » à la page 20. Pour vous familiariser avec l’utilisation des surfaces de contrôle, rien de tel que l’approche pratique. Déplacez les curseurs, faites tourner les boutons et utilisez les différentes commandes de votre périphérique au fur et à mesure que vous parcourez le manuel. Vous aurez ainsi un aperçu précis du mode de fonctionnement de votre surface de contrôle, ainsi que de la manière dont les différentes parties de la surface de contrôle interagissent avec Logic Pro. Surfaces de contrôle prises en charge par Logic Pro Vous trouverez ci-après la liste alphabétique des surfaces de contrôle directement prises en charge par Logic Pro. Cette liste contient des références croisées aux rubriques propres aux périphériques concernés. 10 Préface Introduction Remarque : il est possible que votre périphérique soit directement pris en charge dans Logic Pro par le biais de fichiers de prise en charge téléchargeables. Il s’agit généralement d’un gestionnaire ou d’un module (voir « Modules de surface de contrôle » à la page 13) fourni par le fabricant. Consultez la documentation/les disques livrés avec le périphérique, ainsi que le site web du fabricant. Suivez toutes les instructions fournies dans les fichiers, le cas échéant. Périphériques pris en charge Fabricant Remarques 01V96 Yamaha La console Yamaha 01V96 émule deux unités HUI en utilisant deux connexions virtuelles d’entrée et de sortie MIDI à travers son câble USB. Reportez-vous à la rubrique « Yamaha 01V96 » à la page 233. 01X Yamaha La Yamaha 01X émule une surface de contrôle Mackie Control. Elle ne propose toutefois pas toutes les commandes disponibles sur les unités Mackie. Pour plus de détails, reportez-vous à la documentation 01X. Logic Pro reconnaît la 01X comme une 01X et affiche une icône personnalisée mais la communication s’effectue comme s’il s’agissait d’une surface de contrôle Mackie Control. Reportez-vous à la rubrique « Mackie Control » à la page 61. 02R96 Yamaha La console Yamaha 02R96 émule trois unités HUI en utilisant trois connexions virtuelles d’entrée et de sortie MIDI à travers son câble USB. Reportez-vous à la rubrique « Yamaha 02R96 » à la page 241. Baby HUI Mackie Le Baby HUI est une version compacte du HUI d’origine. Reportez-vous à la rubrique « Mackie Baby HUI » à la page 167. C4 Mackie La surface de contrôle Mackie C4 est directement prise en charge. Reportez-vous à la rubrique « Mackie C4 » à la page 171. CM408T (System 5 MC) Euphonix Reportez-vous à la rubrique « Prise en charge d’EuCon pour les surfaces de contrôle Euphonix MC et System 5-MC » à la page 127. CS-32 MiniDesk JLCooper Reportez-vous à la rubrique « MiniDesk CS-32 JLCooper » à la page 153. DM1000 Yamaha La console Yamaha DM1000 émule deux unités HUI en utilisant deux connexions virtuelles d’entrée et de sortie MIDI à travers son câble USB. Reportez-vous à la rubrique « Yamaha DM1000 » à la page 247.Préface Introduction 11 DM2000 Yamaha La console Yamaha DM2000 émule trois unités HUI en utilisant trois connexions virtuelles d’entrée et de sortie MIDI à travers son câble USB. Reportez-vous à la rubrique « Yamaha DM2000 » à la page 255. FaderMaster 4/100 JLCooper Reportez-vous à la rubrique « JLCooper FaderMaster 4/100 » à la page 159. FE-8 Tascam Extension de la FW-1884. Reportez-vous à la rubrique « Tascam FW-1884 » à la page 213. FW-1082 Tascam Version compacte de la FW-1884. Reportez-vous à la rubrique « Tascam FW-1884 » à la page 213. FW-1884 Tascam Reportez-vous à la rubrique « Tascam FW-1884 » à la page 213. HUI Mackie Important : la compatibilité HUI a été testée avec l’interface HUI Mackie d’origine. Il existe un certain nombre de surfaces de contrôle (non mentionnées ici) capables d’émuler le HUI. Les périphériques prenant en charge l’émulation HUI n’ont pas tous été testés. Ils ne sont pas pris en charge dans Apple et leur fonctionnement avec Logic Pro en mode d’émulation HUI n’est pas non plus garanti. Reportez-vous à la rubrique « Mackie HUI » à la page 187. iControl M-Audio Reportez-vous à la rubrique « M-Audio iControl » à la page 117. KONTROL49 Korg Version plus avancée de microKONTROL. Reportez-vous à la rubrique « Korg microKONTROL et KONTROL49 » à la page 161. Logic Control XT Mackie/Emagic Extension de Logic Control. Elle offre uniquement la rubrique de tranches de console, ce qui la rend moins utile sans surface Logic Control (ou Mackie Control). Reportez-vous à la rubrique « Mackie Control » à la page 61. Pour plus de détails, reportez-vous également à l’annexe. Logic/Mackie Control Mackie/Emagic Reportez-vous à la rubrique « Mackie Control » à la page 61. Pour plus de détails, reportez-vous également à l’annexe. Périphériques pris en charge Fabricant Remarques12 Préface Introduction Mackie Control Mackie Le matériel d’origine Mackie Control est identique à celui du Logic Control. La légende du panneau avant est différente. Procurez-vous une planche de paramètres dédiée Logic Control (Lexan overlay) auprès de Mackie. Étant donné que Logic Pro reconnaît également le protocole Mackie Control, vous pouvez utiliser n’importe quelle version de programme interne. Si la version du programme interne installé sur votre unité est la version 1.02 ou supérieure, vous pouvez utiliser le mode Logic Control ou Mackie Control indifféremment. Reportez-vous à la rubrique « Mackie Control » à la page 61. Mackie Control Extender Mackie Version de Logic Control XT signée Mackie. Étant donné que Logic Pro reconnaît également le protocole Mackie Control, vous pouvez utiliser n’importe quelle version de programme interne. Si vous disposez de la version 1.02 ou supérieure, vous pouvez utiliser le mode Logic Control ou Mackie Control indifféremment. Reportez-vous à la rubrique « Mackie Control » à la page 61. Mackie Control Universal Mackie Mackie Control avec sérigraphie (légende) Logic Control et version 2.0 ou supérieure du programme interne (comprenant l’émulation HUI). Étant donné que Logic Pro reconnaît également le protocole Mackie Control, vous pouvez utiliser n’importe quelle version du programme interne. Si vous disposez de la version 1.02 ou supérieure, vous pouvez utiliser le mode Logic Control ou Mackie Control indifféremment. Reportez-vous à la rubrique « Mackie Control » à la page 61. MC Euphonix Reportez-vous à la rubrique « Prise en charge d’EuCon pour les surfaces de contrôle Euphonix MC et System 5-MC » à la page 127. MicroKONTROL Korg Reportez-vous à la rubrique « Korg microKONTROL et KONTROL49 » à la page 161. Motormix CM Labs Reportez-vous à la rubrique « CM Labs Motormix » à la page 141. Radikal Technologies SAC-2.2 Le mode natif de la surface de contrôle SAC-2.2/2k est directement pris en charge, mais il peut également émuler une Mackie Control. Vous devez utiliser le mode natif. Reportez-vous à la rubrique « Radikal Technologies SAC-2K » à la page 199. Radikal Technologies SAC-2k Reportez-vous à la rubrique « Radikal Technologies SAC-2K » à la page 199. Périphériques pris en charge Fabricant RemarquesPréface Introduction 13 Modules de surface de contrôle Les surfaces de contrôle prises en charge communiquent avec Logic Pro par le biais de fichiers de module spéciaux installés en même temps que Logic Pro. Les fichiers de module se trouvent dans le sous-dossier /Contents/MIDI Device Plug-ins du progiciel Logic Pro. Pour voir le contenu du progiciel, cliquez sur l’icône de l’application Logic Pro tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée, puis sélectionnez l’option d’affichage du contenu du paquet dans le menu. Logic Pro vérifie également les modules de surface de contrôle installés dans les dossiers (facultatifs) /Bibliothèque/Application Support/ Logic/MIDI Device Plug-ins et ~/Bibliothèque/Application Support/Logic/MIDI Device Plug-ins (le tilde, ~, désigne votre répertoire de départ). Lors de la sortie de nouveaux modules pour surface de contrôle indépendamment d’une mise à jour de Logic Pro (ou lorsqu’ils sont directement fournis par le fabricant du périphérique), placez-les dans les dossiers indiqués ci-dessus (ou conformément à la documentation fournie avec le module). À propos des logiciels et programmes internes La plupart des fonctionnalités des surfaces de contrôle dépendent de Logic Pro et ne peuvent pas être utilisées si Logic Pro n’est pas exécuté. Il ne s’agit pas de fonctionnalités supplémentaires non disponibles dans Logic Pro. L’un des avantages de cette approche réside dans le fait que lorsque de nouvelles fonctions sont ajoutées à Logic Pro, ou lorsque vous créez de nouvelles assignations, votre surface de contrôle est en mesure d’y accéder et de les contrôler. SI-24 Roland Reportez-vous à la rubrique « Roland SI-24 » à la page 207. TranzPort Frontier Design Group Reportez-vous à la rubrique « Frontier Design TranzPort » à la page 149. US-224 Tascam Version compacte de l’US-428. Reportez-vous à la rubrique « Tascam US-428 et US-224 » à la page 229. US-2400 Tascam Logic Pro prend en charge le mode natif de l’US- 2400. Contrairement à son mode Mackie Control, toutes les commandes, y compris la manette de jeu, sont prises en charge. Reportez-vous à la rubrique « Tascam US-2400 » à la page 221. US-428 Tascam Reportez-vous à la rubrique « Tascam US-428 et US-224 » à la page 229. Périphériques pris en charge Fabricant Remarques14 Préface Introduction La plupart des surfaces de contrôle sont dotées d’un type de logiciel appelé programme interne. Un programme interne est identique au logiciel de démarrage de bas niveau se trouvant sur votre ordinateur, votre téléphone cellulaire, votre iPod, etc. De nouveaux comportements, comme un meilleur contrôle des curseurs motorisés et des modifications à l’écran, peuvent être proposés par les mises à jour des programmes internes. Consultez régulièrement le site Internet du fabricant de votre périphérique afin de rechercher les mises à jour susceptibles d’améliorer son utilisation ou ses performances. Le programme interne est généralement stocké sur une puce EEPROM (Electronically Erasable Programmable Read-Only Memory). Il est souvent mis à jour en suivant une simple procédure de vidage MIDI, se présentant sous forme d’un fichier MIDI. Dès qu’un nouveau programme interne est disponible, vous avez la possibilité de télécharger le fichier MIDI approprié et de le lire (à partir de Logic Pro) sur vos surfaces de contrôle qui sont alors mises à jour en conséquence. La procédure de mise à jour d’un programme interne est décrite dans la documentation livrée avec le fichier MIDI. Lisez-la attentivement avant de procéder à la mise à jour. Remarque : certaines surfaces de contrôle peuvent exiger le remplacement de la puce pour les mises à jour du programme interne. Pour plus de détails, contactez le fabricant de votre périphérique. À propos du présent guide Le présent document suppose que vous connaissez l’utilisation et la terminologie de base de Logic Pro. Les fonctionnalités et utilisations de chaque paramètre Logic Pro n’y sont pas traitées. Veuillez consulter le Manuel de l’utilisateur Logic Pro 8 pour obtenir des informations complémentaires. Le chapitre suivant intitulé « Réglage des surfaces de contrôle de base, » décrit les procédures de réglage générales communes à toutes les surfaces de contrôle. Les chapitres suivants fournissent des informations sur le réglage et l’utilisation de périphériques spécifiques. Notez que ces chapitres se limitent à la description des fonctions propres à Logic et ne remplacent nullement la documentation fournie par le fabricant de votre périphérique.1 15 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Quel que soit le périphérique, vous devez d’abord connecter, ajouter et régler votre surface de contrôle pour pouvoir l’utiliser avec Logic Pro. Ce chapitre décrit les différents aspects de la procédure de réglage, ainsi que les préfé- rences communes à toutes les surfaces de contrôle. Les informations de réglage relatives à des périphériques spécifiques sont abordées dans les chapitres suivants. Important : lisez d’abord le présent chapitre avant de parcourir celui qui traite de votre périphérique. Mise en route Pour utiliser une ou plusieurs surfaces de contrôle avec Logic Pro, vous aurez besoin :  D’une copie autorisée de Logic Pro installée.  Pour les périphériques USB ou équipés du FireWire (tels que le périphérique Yamaha 01X), d’un port USB ou FireWire libre. Idéalement, il doit s’agir d’une connexion USB/ FireWire directe à l’ordinateur plutôt que d’un concentrateur USB/FireWire. Reportezvous à la documentation fournie par le fabricant de votre surface de contrôle.  Pour les périphériques uniquement équipés de ports MIDI (comme la Mackie Control), d’une interface MIDI avec des ports d’entrée et de sortie MIDI libres pour chaque périphérique. Par exemple, si vous utilisez une interface MIDI avec 8 ports d’entrée MIDI et 8 ports de sortie MIDI avec une Mackie Control et une Mackie Control XT, vous devrez utiliser deux des entrées MIDI de l’interface et deux de ses ports de sortie MIDI.  D’un gestionnaire installé (s’il est requis par votre surface de contrôle) pris en charge par la version du système d’exploitation que vous utilisez sur votre ordinateur. Important : votre interface MIDI doit comprendre des gestionnaires prenant en charge la communication SysEx. Consultez la documentation fournie avec votre interface MIDI (ou les gestionnaires de l’interface MIDI). 16 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Le nombre de périphériques pouvant être utilisés simultanément varie en fonction du nombre de ports libres du type approprié (USB, FireWire ou autre) disponibles sur votre système. Lors d’une installation standard, vous pouvez utiliser une surface de contrôle simple ou une surface de contrôle accompagnée d’un ou de plusieurs périphériques d’expansion. Vous pouvez également créer des groupes de surfaces de contrôle, comme nous l’avons mentionné dans « Création de groupes de surfaces de contrôle » à la page 20. L’utilisation de plusieurs surfaces de contrôle vous permet de contrôler un plus grand nombre de pistes/canaux, effets et d’autres paramètres simultanément. Par exemple, les Mackie Control XT sont à la base identiques à la rubrique des tranches de console (curseur, V-Pot et écran LCD) de la surface de contrôle Mackie Control principale. La surface de contrôle Mackie C4 est équipée de plusieurs V-Pots mais d’aucun curseur. Vous pouvez ajouter autant de XT, C4 ou autres surfaces de contrôle que vous souhaitez à votre système, à condition de disposer d’un nombre suffisant de ports d’entrée et de sortie MIDI libres (ou USB ou autre port approprié). Connexion de surfaces de contrôle Logic Pro prend en charge une grande variété de surfaces de contrôle que vous pouvez connecter à votre ordinateur via FireWire, USB et autres protocoles de connexion. Assurez-vous de bien vérifier le type de connexion de votre périphérique mais aussi qu’il est bien pris en charge par votre ordinateur. Avant de connecter le périphérique, lisez les instructions d’installation fournies et installez la dernière version de l’éventuel programme interne ou gestionnaire approprié, si nécessaire. Pour de plus amples informations, reportez-vous à la documentation fournie avec le périphérique.Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 17 Connexion des surfaces de contrôle FireWire et USB Si votre surface de contrôle est équipée d’un port FireWire ou USB, vous pouvez la connecter directement à votre ordinateur, à l’aide d’un câble doté des connecteurs appropriés. Les périphériques FireWire et USB transmettent et reçoivent des données via un seul câble, si le périphérique prend en charge la communication bidirectionnelle. Le schéma suivant illustre une installation classique réalisée à l’aide d’un câble FireWire ou USB : Il est recommandé de connecter les périphériques FireWire et USB directement à votre ordinateur plutôt que via un concentrateur. Les périphériques connectés en guirlande peuvent provoquer des erreurs et d’autres problèmes en raison de la quantité des données transmises en temps réel. Connexion des surfaces de contrôle via des ports de mise en réseau De nombreux périphériques sont connectés via les ports réseau (LAN) de votre Macintosh à l’aide d’un câble de mise en réseau simple et standard (CAT5). La plupart des appareils connectés de cette manière intègrent également des entrées/sorties audio, des convertisseurs audio numérique, ainsi que des ports MIDI intégrés, simplifiant ainsi de l’ajout de ces appareils (et des gestionnaires) et ne nécessitant qu’un seul câble. Il est recommandé de connecter les périphériques Firewire et USB directement à l’ordinateur plutôt que via un concentrateur ou un commutateur réseau. Ordinateur Câble USB/FireWire Surface de contrôle18 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Connexion de surfaces de contrôle MIDI Si votre surface de contrôle est équipée de ports d’entrée et de sortie MIDI, vous pouvez la connecter à une interface MIDI et connecter l’interface MIDI à votre ordinateur. Les interfaces MIDI sont généralement connectées à votre ordinateur via les protocoles de connexion USB ou FireWire. Le format MIDI utilise des ports séparés pour l’entrée et la sortie et vous devez connecter l’entrée et la sortie MIDI pour utiliser le périphérique avec Logic Pro. Le schéma suivant illustre une installation classique utilisant l’entrée et la sortie MIDI : Il est recommandé de ne pas connecter en « guirlande » d’autres périphériques MIDI via les ports d’entrée ou de sortie MIDI utilisés par les surfaces de contrôle. La connexion en guirlande peut provoquer des erreurs et d’autres problèmes en raison de la quantité des données transmises en temps réel. Pédales et interrupteurs au pied en option Certaines surfaces de contrôle vous permettent de connecter des interrupteurs au pied ou des pédales en tant que contrôleurs supplémentaires. Si votre surface de contrôle est dotée de connecteurs appropriés, vous pouvez connecter des interrupteurs au pied optionnels pour contrôler à distance la lecture et d’autres fonctions. Ceci vous libère les mains pour d’autres contrôles et peut également s’avérer utile lorsque vous utilisez des guitares ou d’autres instruments qui nécessitent les deux mains. Mise sous tension Une fois la connexion effectuée, appuyez sur l’interrupteur d’alimentation de votre surface de contrôle. Une fois l’appareil mis sous tension, les écrans (écran LCD si votre périphérique en possède un) ou les voyants DEL s’allument. Certains écrans LCD affichent un message de bienvenue indiquant le numéro de version du programme interne, au moment de la mise sous tension. Sur la plupart des surfaces de contrôle équipées de curseurs motorisés, chaque curseur glisse vers la position supérieure, puis se replace dans la position inférieure ou centrale. Cette procédure de mise sous tension à autodiagnostic indique que vos appareils fonctionnent correctement. Ordinateur Interface MIDI Port de sortie Port d’entrée Port de sortie Port d’entrée Surface de contrôleChapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 19 Généralement, vous pouvez allumer votre ordinateur (et l’interface MIDI, le cas échéant) avant ou après avoir mis la surface de contrôle sous tension, puis lancer Logic Pro avant ou après la mise sous tension. Certains périphériques peuvent toutefois nécessiter que l’ordinateur soit allumé avant/après l’initialisation du périphérique. Consultez la documentation du périphérique ainsi que le site web du fabricant. Ajout de surfaces de contrôle à Logic Pro Certaines surfaces de contrôle (telles que la Mackie Control) sont automatiquement détectées lorsque vous lancez Logic Pro. Vous pouvez ajouter d’autres périphériques qui ne sont pas détectés automatiquement dans la fenêtre Réglage. Il existe deux façons d’ajouter un périphérique : en parcourant l’ordinateur pour trouver le périphé- rique ou en l’ajoutant manuellement. L’installation est facile (elle est en outre expliquée dans la rubrique Installation du chapitre portant sur votre périphérique). Certains périphériques peuvent nécessiter des étapes différentes ou supplémentaires mais généralement tout ce que vous devrez faire est de sélectionner les périphériques que vous souhaiter utiliser avec Logic Pro, en suivant l’une des procédures suivantes : Pour ajouter une surface de contrôle en parcourant l’ordinateur : 1 Ouvrez la fenêtre de réglage Surfaces de contrôle en choisissant Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Réglage. 2 Dans la fenêtre Réglage, choisissez Nouvelle > Installation, puis sélectionnez le périphé- rique désiré dans la liste. Remarque : vous pouvez sélectionner plusieurs modèles en cliquant sur plusieurs entrées de la liste tout en maintenant la touche Commande enfoncée. Si vous sélectionnez plusieurs modèles, Logic Pro effectue l’opération souhaitée pour chaque modèle, l’un après l’autre. 3 Cliquez sur le bouton Parcourir. Vous pouvez également appuyer sur Entrée ou doublecliquer sur le nom du périphérique pour lancer la recherche. Logic Pro analyse alors votre système pour rechercher les périphériques connectés et installe automatiquement (puis connecte) ceux qu’il trouve. 4 Lorsque vous avez terminé, fermez la fenêtre. Si vous ne souhaitez pas sélectionner les modèles à rechercher, vous pouvez simplement choisir Nouveau > Rechercher tous dans la fenêtre Réglage : Logic Pro recherche toutes les surfaces de contrôle prises en charge sur tous les ports MIDI. Notez que ceci peut prendre un certain temps.20 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Certaines surfaces de contrôle ne prennent pas en charge la recherche automatique. Ces périphériques doivent alors être ajoutés manuellement à votre installation. Lorsque vous ajoutez un périphérique manuellement, vous devez également assigner les paramètres des ports d’entrée et de sortie MIDI appropriés. Remarque : il est préférable d’installer des périphériques par recherche automatique, dans la mesure du possible. Logic Pro est capable de recueillir plus d’informations sur les périphériques par une recherche automatique que par le biais d’une installation manuelle. Pour ajouter une surface de contrôle manuellement : 1 Ouvrez la fenêtre de réglage Surfaces de contrôle en choisissant Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Réglage. 2 Dans la fenêtre Réglage, choisissez Nouvelle > Installation, puis sélectionnez le périphé- rique souhaité dans la liste. 3 Cliquez sur le bouton Ajouter. 4 Fermez la fenêtre Installation une fois que vous avez terminé. Si une autre surface de contrôle du type sélectionné existe déjà dans votre réglage, une zone de dialogue d’avertissement vous demandera de confirmer l’ajout du nouveau périphérique. Vous devez modifier manuellement les valeurs des ports d’entrée et de sortie MIDI dans la case des paramètres du périphérique de la fenêtre Réglage afin qu’elles correspondent à celles du périphérique connecté. Réglages par défaut Vous pouvez réinitialiser la prise en charge de toutes les surfaces de contrôle connectées en choisissant Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Réglages par défaut. Création de groupes de surfaces de contrôle Si votre système comporte plusieurs surfaces de contrôle, vous pouvez définir la manière dont ils sont reliés les uns aux autres et créer des groupes de surfaces de contrôle. Un groupe de surfaces de contrôle comprend plusieurs périphériques que vous combinez pour créer une surface de contrôle virtuelle unifiée unique. Vous pouvez créer jusqu’à 20 groupes de surfaces de contrôle. Chaque groupe comprend un nombre défini de périphériques physiques. Le seul facteur de limitation est le nombre de ports d’entrée et de sortie MIDI disponibles (ou ports « MIDI » USB/FireWire si vous utilisez une surface de contrôle USB ou FireWire). Vous pouvez déterminer de manière indépendante le comportement par défaut de chaque périphérique d’un groupe. Pour de plus amples informations, reportez-vous à la rubrique intitulée Paramètres des périphériques (p. 24).Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 21 Pour créer un groupe de surfaces de contrôle : 1 Ouvrez la fenêtre de réglage Surfaces de contrôle en choisissant Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Réglage. 2 Dans la fenêtre Réglage, faites glisser les icônes des surfaces de contrôle que vous souhaitez regrouper de manière à ce qu’elles forment une ligne horizontale unique. L’ordre des icônes de gauche à droite définit l’ordre dans lequel les pistes et les paramètres sont arrangés sur les périphériques. Pour utiliser deux surfaces de contrôle de manière indépendante : 1 Ouvrez la fenêtre de réglage Surfaces de contrôle en choisissant Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Réglage. 2 Dans la fenêtre Réglage, arrangez les icônes des surfaces de contrôle sur des lignes séparées, à savoir l’une au-dessus de l’autre.22 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Le schéma ci-dessous est un exemple avec deux surfaces de contrôle Mackie Control, trois surfaces de contrôles Mackie Control XT et une surface de contrôle HUI : L’icône de l’ordinateur est connectée aux trois lignes, comme le montre le schéma ci-dessous : La ligne supérieure, qui comprend la surface de contrôle Mackie Control n˚ 1, la surface de contrôle Mackie Control XT n˚ 1 et la surface de contrôle Mackie Control XT n˚ 2, forme un groupe de surfaces de contrôle unique de 24 canaux. La surface de contrôle Mackie Control n˚ 1 contrôle les canaux 1 à 8, la XT n˚ 1 contrôle les canaux 9 à 16 et la XT n˚ 2 gère les canaux 17 à 24. Sur la seconde ligne, la surface de contrôle Mackie Control n˚ 2 et la Mackie Control XT n˚ 3 forment un second groupe de surfaces de contrôle contrôlant les instruments (des canaux 1 à 8) et les auxiliaires (des canaux 9 à 16). Sur la troisième ligne, la surface de contrôle HUI forme un groupe de surfaces de contrôles unique. Chaque groupe possède des paramètres individuels, tels que le mode Flip, le mode d’affichage, le décalage de banque de paramètres de module et autres. Ceci vous permet d’accéder, d’éditer et d’automatiser différentes rubriques de la table de mixage Logic Pro. Dans notre exemple, les trois appareils de la ligne supérieure pourraient être utilisés pour contrôler les pistes audio et les canaux MIDI. Sur la seconde ligne, la surface de contrôle Mackie Control n˚ 2 pourrait être utilisée pour les canaux d’instrument 1 à 8 et la XT n˚ 3 pourrait être utilisée pour les canaux auxiliaires. Le HUI pourrait être utilisé pour éditer les définitions de groupes. Le placement physique des appareils et la façon dont vous les utilisez sont complètement flexibles.Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 23 Remarque : dans la plupart des situations, le placement de vos surfaces de contrôle les unes par rapport aux autres doit être le même à l’écran que dans la réalité. Positionnez simplement les icônes dans votre groupe de surfaces de contrôle en conséquence. Une fois que vous avez créé un groupe de surfaces de contrôle, vous pouvez le régler dans la fenêtre Réglage. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Paramètres des groupes de surfaces de contrôle » à la page 24. Suivre un groupe de surfaces de contrôle Le menu Afficher de la fenêtre Table de mixage contient une option de suivi du groupe de surfaces de contrôle. Lorsqu’elle est activée, elle permet de mettre à jour la fenêtre Table de mixage afin qu’elle reflète le groupe de surfaces de contrôle actives. En suivant l’exemple ci-dessus, appuyez sur le bouton de sélection 2 de la piste/du canal de la surface de contrôle Mackie Control n˚ 2 (figurant sur la seconde ligne/groupe de surfaces de contrôle) pour mettre à jour la table de mixage Logic Pro afin d’afficher les canaux d’instrument 1 à 8 et les huit canaux auxiliaires. Appuyez sur un bouton Select figurant sur n’importe quel appareil de la ligne/du groupe supérieur(e) pour mettre à jour la table de mixage afin d’afficher les canaux audio 1 à 24. Réglage de votre installation de surfaces de contrôle Le côté gauche de la fenêtre Réglage contient deux ou trois zones de paramètres : Paramètres des périphériques, Paramètres spéciaux (si votre périphérique connecté les prend en charge) et Paramètres des groupes de surface de contrôle. Vous pouvez régler l’installation de vos surfaces de contrôle pour qu’elle réponde à vos besoins en éditant les paramètres dans ces cases. 24 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Paramètres des périphériques La case Paramètres des périphériques contient les paramètres suivants :  Sortie : choisissez le port de sortie MIDI dans le menu local.  Entrée : choisissez le port d’entrée MIDI dans le menu local.  Module : affiche le nom de la surface de contrôle.  Modèle : affiche le nom du modèle de la surface de contrôle.  Version : affiche la version du programme interne de certaines surfaces de contrôle.  Couleur : cliquez pour choisir la couleur qui indique quelles sont les pistes contrôlées par cette surface de contrôle. Dans la fenêtre Arrangement, les pistes contrôlées par ce périphérique sont colorées le long du bord gauche de la liste des pistes (si les barres de contrôle des pistes sont affichées). Chaque surface de contrôle doit être connectée à un port d’entrée et de sortie MIDI indé- pendant (ou à un port USB/FireWire correspondant désigné comme étant un port MIDI par le gestionnaire de périphériques). Lorsque le périphérique est ajouté, la procédure d’installation ou de recherche automatique règle les paramètres d’entrée et de sortie MIDI appropriés pour le périphérique. Si les paramètres du port MIDI sont incorrects, vous pouvez les choisir manuellement dans les menus locaux des ports d’entrée et de sortie. Paramètres spéciaux Certaines surfaces de contrôles (telles que la surface de contrôle Mackie Control) vous permettent de définir des paramètres « spéciaux » tels que la sensibilité tactile des curseurs. Lorsqu’un périphérique offrant des paramètres spéciaux est connecté, la case Paramètres spéciaux s’affiche à gauche de la fenêtre Réglage. Pour de plus amples informations sur les paramètres spéciaux pris en charge, reportez-vous à la documentation du périphérique spécifique. Paramètres des groupes de surfaces de contrôle Si vous avez créé un ou plusieurs groupes de surfaces de contrôle, vous pouvez régler les paramètres de ces groupes dans la case des paramètres des groupes de surfaces de contrôle. Ces paramètres s’appliquent au groupe associé au périphérique sélectionné et vous permettent de régler chaque groupe afin qu’il réponde à vos besoins. Ceci s’avère particulièrement utile lorsque vous disposez de plusieurs groupes de surfaces de contrôle. Pratiquement tous les paramètres des groupes de surfaces de contrôle peuvent être modifiés directement dans la surface de contrôle, ainsi que dans la fenêtre Réglage. Si vous avez créé plusieurs groupes de surfaces de contrôle la case des paramètres des groupes de surfaces de contrôle affiche les paramètres du groupe actuellement sélectionné dans la fenêtre Réglage. La case des paramètres des groupes de surfaces de contrôle contient les paramètres suivants :Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 25 Paramètres d’affichage Les paramètres situés en haut de la case vous permettent de contrôler les aspects des écrans des périphériques.  Mode Flip : choisissez les fonctions des curseurs et des boutons rotatifs d’encodeurs des tranches de console sur le périphérique. Pour les surfaces de contrôle qui contiennent un curseur et un bouton rotatif d’encodeur pour chaque tranche de console, le mode Flip vous permet d’assigner ces deux contrôles au même paramètre ou d’échanger leurs assignations. Les choix possibles sont les suivants :  Désactivé : mode standard avec le curseur jouant le rôle de réglage du volume.  Dupliquer : assigne le curseur et l’encodeur au paramètre de l’encodeur actuellement sélectionné.  Échange : active les assignations du curseur et de l’encodeur, faisant ainsi du curseur un réglage du panoramique et de l’encodeur, un réglage du volume des canaux, par exemple.  Muet : désactive le curseur. Ceci s’avère utile lors d’un enregistrement effectué dans la même pièce que la surface de contrôle et si vous souhaitez éviter le bruit mécanique des curseurs. Les automations en cours continueront à fonctionner normalement.  Mode d’affichage : cliquez pour limiter uniquement l’affichage des périphériques au nom ou à la valeur du paramètre actuel. Ceci s’avère utile en cas d’espace dédié à l’affichage du nom et de la valeur des paramètres insuffisant.  Affichage d’horloge : si votre surface de contrôle est dotée d’un affichage de position, ce paramètre vous permet de déterminer la façon dont la position de la tête de lecture est représentée : cliquez pour basculer entre les battements (valeurs musicales) ou SMPTE (valeurs de temps absolu). Remarque : l’affichage exact des éléments et leurs positions varient en fonction de l’affichage SMPTE sélectionné ou de l’option d’affichage en barres/battements définie dans les préférences de Logic Pro.  Mode de présentation des tranches de console :  Arrangement : les tranches de console du périphérique correspondent aux tranches de console de Logic Pro telles qu’elles apparaissent dans la fenêtre Table de mixage. La disposition des tranches de console correspond à la manière dont les pistes sont présentées dans la fenêtre Arrangement. La tranche de console 1 de la fenêtre Table de mixage équivaut au canal 1 de la surface de contrôle, la tranche de console 2 du mélangeur équivaut au canal 2 et ainsi de suite. Les instruments/ canaux utilisés par plusieurs pistes sont fusionnés en un seul canal. Il s’agit du mode par défaut de la plupart des périphériques, et notamment celui de la surface de contrôle Mackie Control. 26 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base  Tout : les tranches de console du périphérique correspondent aux tranches de console de Logic Pro d’un certain type, tels que les canaux MIDI ou tranches de console auxiliaires, indépendamment de leur utilisation sur des pistes. Les surfaces de contrôle qui prennent en charge ce mode d’affichage vous permettent généralement de définir quels types de canal vous souhaitez afficher. Le contenu de la fenêtre Table de mixage suit automatiquement l’état de la surface de contrôle, à condition que l’option Afficher > Suivre Surface de Contrôle soit activée dans la fenêtre Table de mixage).  Pistes : semblable au mode d’affichage Arrangement, mais les tranches de console individuelles sont affichées lorsque plusieurs pistes Arrangement se rapportent au même canal. Généralement, un canal d’instrument comportant plusieurs pistes y est relié.  Simple : ce mode affiche un canal unique (et son acheminement vers les appareils auxiliaires et autres). Vous pouvez déterminer quels paramètres les contrôleurs des tranches de console (de la surface de contrôle) éditeront. Remarque : gardez à l’esprit que le mode d’affichage est une propriété du groupe de surfaces de contrôle, et non un paramètre global. Un groupe peut afficher des bus tandis que l’autre affiche des pistes, par exemple.  Banque de curseurs pour la présentation des pistes : faites glisser verticalement ou entrez un nombre entier pour décaler les pistes qui seront contrôlées par les tranches de console du périphérique dans l’affichage de pistes. Par exemple, si votre périphérique comporte huit tranches de console, elles peuvent généralement être assignées aux tranches de console 1 à 8 dans Logic Pro. Si vous réglez ce paramètre sur 2, les tranches de console du périphérique contrôleraient les tranches de console 3 à 10 (1 + 2 = 3) de la table de mixage Logic Pro.  Banque de curseurs pour toutes les présentations : Logic Pro faites glisser verticalement ou entrez un nombre entier pour décaler les pistes qui seront contrôlées par les tranches de console du périphérique dans la présentation Tout. Ce paramètre est uniquement disponible lorsque plusieurs types de tranche de console sont affichés dans la table de mixage. Lorsque des types de tranche de console uniques sont affichés, il existe des paramètres de banque de curseurs séparés (non affichés dans la liste des paramètres).  Paramètres des tranches de console : choisissez quelle fonction est contrôlée par les encodeurs des tranches de console du périphérique. Les choix possibles sont les suivants :  Volume : les encodeurs règlent le volume des canaux.  Pan : les encodeurs règlent la position du panoramique des canaux.  Format : les encodeurs règlent/sélectionnent le format des canaux.  Entrée : les encodeurs règlent/sélectionnent la source d’entrée des canaux.  Sortie : les encodeurs règlent/sélectionnent la sortie des canaux (sorties principales/auxiliaires /surround).  Automation : les encodeurs règlent/sélectionnent le mode d’automation des canaux.Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 27  Groupe : les encodeurs règlent l’adhésion à un groupe de la piste. L’édition du paramètre vous permet de régler « aucun groupe » ou un groupe unique. L’activation de l’adhésion à plusieurs groupes n’est pas possible (ceci peut uniquement être effectué directement dans la table de mixage Logic Pro).  Paramètre d’affichage : les encodeurs règlent le paramètre d’automation sélectionné dans la fenêtre Arrangement. Ceci s’avère particulièrement utile si vous réglez la surface de contrôle sur le mode de présentation Arrangement et que votre fenêtre Arrangement affiche plusieurs sous-pistes avec divers paramètres.  Menu local du paramètre surround : choisissez le paramètre surround que les boutons rotatifs des encodeurs contrôleront. Les choix possibles sont les suivants :  Angle : les encodeurs règlent l’angle surround.  Diversité : les encodeurs règlent la diversité surround (direction).  LFE : les encodeurs règlent le niveau LFE.  Diffusion : les encodeurs règlent le paramètre de diffusion Stéréo sur les tranches de console surround.  X : les encodeurs règlent la position X Surround.  Y : les encodeurs règlent la position Y Surround.  Centrer : les encodeurs règlent le niveau des canaux au centre. Remarque : les paramètres X et Y sont une représentation différente des paramètres d’angle et de diversité et sont par conséquent indépendants. Les paramètres X et Y prennent en charge l’utilisation des manettes surround.  Bande EQ : règle la bande EQ actuelle, de manière à ce que vous puissiez éditer un paramètre Channel EQ ou Linear Phase EQ particulier pour toutes les pistes de la présentation Multicanal EQ.  Menu local des paramètres EQ : choisissez quel paramètre de la bande EQ sélectionnée est contrôlé par les encodeurs de la présentation Multicanal EQ. Les choix possibles sont les suivants :  Fréquence : les encodeurs règlent la fréquence de la bande sélectionnée.  Gain : les encodeurs règlent le gain de la bande sélectionnée. Pour les bandes Low Cut (bande 1) et High Cut (bande 8) du Channel et Linear Phase EQ, ce paramètre contrôle la courbe.  Q : les encodeurs règlent le facteur Q de la bande sélectionnée.  On/Off : les encodeurs ignorent la bande EQ sélectionnée.  Page des paramètres EQ : règle le paramètre EQ affiché dans la présentation Bande de canal EQ. Les Channel et Linear Phase EQ comprennent 8 bandes par canal audio, chaque bande offrant quatre paramètres. Tous ces paramètres sont accessibles depuis votre surface de contrôle.28 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Si votre surface de contrôle n’affiche pas immédiatement tous les paramètres EQ, vous pouvez les afficher en parcourant successivement les pages des paramètres. Par exemple, si votre surface de contrôle comporte huit tranches de console, vous pouvez contrôler directement les paramètres 1 à 8 au moyen des potentiomètres ou des curseurs 1 à 8 lorsque vous basculez vers la présentation Édition des tranches de console EQ. Vous devez alors basculer d’une page pour accéder aux paramètres 9 à 16. Paramètres d’envoi et de module Les paramètres figurant au centre de la case des paramètres des groupes des surfaces de contrôle vous permettent de contrôler différents aspects opérationnels lorsque vous utilisez des paramètres d’envoi et de module.  Envoyer slot : règle le logement d’envoi actuellement sélectionné. La valeur par défaut est 1, ce qui règle le premier envoi (supérieur) de chaque canal comme logement d’envoi. Une valeur de 2 règle le second envoi comme second logement d’envoi, une valeur de 3, le troisième logement d’envoi, et ainsi de suite.  Menu local Envoyer paramètre : choisissez le paramètre d’envoi contrôlé par les encodeurs lorsque vous vous trouvez dans la présentation Multicanal d’envoi. Les choix possibles sont les suivants :  Destination : l’encodeur est utilisé pour déterminer le nombre de canaux bus pour le logement d’envoi.  Niveau : l’encodeur est utilisé pour régler le niveau d’envoi.  Position : les encodeurs règlent les modes Pré, Post ou Post-balance.  Mute : les encodeurs activent/désactivent le son du logement d’envoi sélectionné.  Page des paramètres d’envoi : règle la page actuelle des paramètres d’envoi. Jusqu’à 32 paramètres sont proposés dans la présentation Tranches de console d’envoi pour un canal donné (Huit logements d’envoi multipliés par les quatre paramètres mentionnés ci-dessus).  Split : nombre de paramètres supérieurs : règle le nombre d’encodeurs appartenant au Split supérieur pour les contrôles de surface prenant en charge le mode Split. Les encodeurs restants appartiennent au Split inférieur. Une valeur 0 signifie que le mode Split est désactivé. Tous les encodeurs sont assignés à la zone Split supérieure. Les surfaces de contrôle qui prennent en charge le mode Split permettent l’affichage de deux rubriques de paramètres séparés dans un module (voire différents modules). Ils sont appelés « Split supérieur » et « Split inférieur ».  Page des paramètres d’instrument : détermine quel paramètre est assigné à l’encodeur situé le plus à gauche lors de l’édition d’un instrument logiciel. Le paramètre d’instrument suivant est assigné à l’encodeur 2, et ainsi de suite. Ceci s’applique au Split supérieur lorsque le mode Split est activé.Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 29  Page des paramètres d’instrument (Split inférieur) : règle le paramètre assigné à l’encodeur situé le plus à gauche du Split inférieur lors de l’édition d’un instrument logiciel (lorsque le mode Split est activé). Le paramètre d’instrument suivant est assigné à l’encodeur 2, et ainsi de suite.  Insérer slot : règle le numéro du logement d’insertion actif, tant pour sélectionner un module (dans la présentation Tranche de console de module) que pour modifier ses paramètres. La valeur par défaut est 1, ce qui règle le premier logement de module (supérieur) de chaque canal comme logement d’insertion. Une valeur de 2 règle le second logement de module comme logement d’insertion, et ainsi de suite. Lorsque le mode Split est activé, ceci s’applique au split supérieur.  Insérer Slot (Split inférieur) : règle le nombre de logements d’insertion en cours pour la scission inférieure lorsque vous sélectionnez ou éditez un module avec le mode Split activé.  Page des paramètres de module : définit quel paramètre est assigné à l’encodeur situé le plus à gauche lors de l’édition d’un module. Le paramètre de module suivant est assigné à l’encodeur 2, et ainsi de suite. Ceci s’applique au split supérieur lorsque le mode Split est activé. Remarque : les paramètres de la page de module et d’instrument sont maintenus séparés car ceci vous permet de basculer rapidement entre l’édition d’un instrument et un module d’effets sur un canal sans devoir régler la page des paramètres à chaque fois.  Page des paramètres de module (Split inférieur) : définit quel paramètre est assigné à l’encodeur situé le plus à gauche du split inférieur lorsque vous éditez un module (le mode Split activé). Le paramètre de module suivant est assigné à l’encodeur 2, et ainsi de suite.  Piste (Split inférieur) : définit quelle piste est affichée pour les présentations Bandes de canaux. Lorsque le mode Split est activé, ceci s’applique au split supérieur.  Piste (Split inférieur) : définit quelle piste est affichée (dans la rubrique Split Lower de la surface de contrôle) pour les présentations Tranches de console, lorsque le mode Split est activé.  Verrouillage de la piste : détermine comment la surface de contrôle répond lorsqu’une piste est sélectionnée dans Logic Pro (par définition, ceci affecte à distance la piste et ses paramètres (split inférieur). Lorsqu’il est réglé sur On, le groupe de surfaces de contrôle continue d’afficher la même piste, indépendamment de la piste actuellement sélectionnée dans Logic Pro. Lorsqu’il est réglé sur Off, le groupe de surfaces de contrôle bascule automatiquement vers la piste sélectionnée, à chaque fois qu’une piste est sélectionnée dans Logic Pro.30 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Autres paramètres Les paramètres figurant en bas de la case des paramètres du groupe des surfaces de contrôle vous permet de régler les paramètres du format du nom de piste, du mode Shift de la page des paramètres, du mode de changement relatif, du groupe Mix, et de la page des paramètres du groupe.  Format du nom de piste : détermine si l’affichage du nom de piste indique uniquement le nom de la piste ou le nom et le numéro de la piste.  Mode Shift la page des paramètres : détermine si le paramètre est décalé d’une page ou d’un paramètre.  Menu local Mode de changement relatif : permet de choisir le mode des assignations du contrôleur qui prennent en charge un mode de changement de valeur relatif (boutons rotatifs d’encodeurs, par exemple). Les choix possibles sont les suivants :  Brut : le paramètre est réglé par étapes brutes.  Plein : tournez l’encodeur vers la droite pour régler la valeur maximale. Si vous le tournez vers la gauche, vous réglerez la valeur minimale. L’encodeur s’arrête également sur sa valeur par défaut. Par exemple, lorsque le potentiomètre Pan est laissé au centre, le fait de tourner l’encodeur vers la droite règle initialement le paramètre du panoramique au centre (sa valeur par défaut). Un tour supplémentaire à droite règle le panoramique sur la position totalement à droite (sa valeur maximale).  Fin : le paramètre est incrémenté ou décrémenté en plusieurs étapes, d’un tick ou autre unité. Dans ce mode, la résolution la plus élevée possible est utilisée. Par exemple, lors de l’édition du paramètre Délai du module de délai de l’échantillon : chaque tick de l’encodeur augmente ou diminue la valeur d’1 échantillon, quelle que soit la valeur de la résolution.  Valeur du groupe Mix : détermine quel groupe est édité lorsque vous vous trouvez dans le mode Édition de groupe.  Page des paramètres du groupe : définit quel paramètre du groupe édité est assigné à l’encodeur situé le plus à gauche. Comment les paramètres des groupes de surfaces de contrôle sont enregistrés Toutes les modifications de paramètres (dans la fenêtre Réglage ou sur le périphérique) sont enregistrées dans un fichier de préférences nommé com.apple.logic.pro.cs, et situé dans ~/Bibliothèque/Préférences/Logic. Ce fichier est enregistré indépendamment du fichier des préférences de Logic Pro.Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 31 Réglage des préférences des surfaces de contrôle Différents paramètres affectant l’affichage de l’écran et les performances des surfaces de contrôle peuvent être réglés dans les onglets Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle. Pour ouvrir les préférences des surfaces de contrôle : m Choisissez Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Préférences (ou utilisez le raccourci clavier Ouvrir les Préférences Surfaces de contrôle). Pour désactiver temporairement vos surfaces de contrôle : m Choisissez Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Ignorer toutes les surfaces de contrôle. Cette commande s’avère utile pour mettre en sourdine les curseurs motorisés des surfaces de contrôle lorsque vous effectuez un enregistrement dans la même pièce. Elle est également pratique lorsque vous procédez à un dépannage des erreurs de données MIDI ou réduisez le réglage requis de la bande passante MIDI. Préférences générales Les préférences générales des surfaces de contrôle comprennent la résolution des contrôles relatifs, la bande passante MIDI maximale et d’autres fonctions.  Curseur de résolution des contrôles relatifs : Règle la résolution des contrôles qui modifient les valeurs de manière relative. La résolution par défaut est de 128 points. Choisissez une valeur de résolution supérieure pour diviser la plage de valeurs en incréments plus petits.  Curseur de bande passante MIDI maximale : Faites-le glisser pour régler la quantité maximale de la bande passante MIDI que votre surface de contrôle peut utiliser. Il est réglé sur une valeur par défaut de 50 % qui devrait se révéler appropriée dans la plupart des cas. Vous pouvez modifier cette valeur si vous trouvez que votre lecture MIDI ou d’automation est affectée.32 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base  Case Cliquer sur le curseur sélectionne la piste : Lorsque cette fonction est active, le fait de déplacer un curseur sur la surface de contrôle permet de sélectionner la piste correspondant au curseur. Pour que cela fonctionne, le périphérique doit être équipé de curseurs tactiles.  Surface de contrôle suit la sélection de piste : Lorsque cette fonction est active, la sélection d’une piste dans la fenêtre Arrangement sélectionnera automatiquement la piste/le canal correspondant de la surface de contrôle.  Case Résolution du Jog dépendante du zoom horizontal : Lorsque cette fonction est active, la précision du scrubbing (utilisant le jog wheel (molette)/shuttle de votre surface de contrôle) est déterminée par le niveau de zoom horizontal de Logic Pro. Votre surface de contrôle doit être équipée d’un jog wheel (molette)/shuttle (ou d’un contrôle similaire) afin qu’elle puisse être active. Pour conserver une résolution cohé- rente, quels que soient les niveaux de zoom de la fenêtre de Logic Pro, désactivez cette case.  Case Mode Pickup : Lorsque cette fonction est active, la surface de contrôle fonctionne en mode Pickup (si ce mode est disponible). Certaines surfaces de contrôle, généralement celles non dotées de curseurs motorisés ou de potentiomètres, n’affichent pas les modifications de paramètres pour cause de lecture des données d’automation existantes sur leur interface. Ces surfaces de contrôle proposent généralement un mode Pickup. En mode Pickup, le contrôleur doit atteindre la valeur actuelle avant qu’elle ne commence à changer. Ceci évite des sauts soudains des valeurs de paramètres causés par la lecture d’automation. Votre périphérique peut être équipé d’un écran (généralement deux voyants DEL fléchés) qui indique la direction ou la distance que vous devez respecter pour déplacer le contrôleur afin de correspondre aux paramètres affichés dans Logic Pro (également connu sous le nom de NULL). Une fois que vous avez fait concorder les valeurs à l’écran, désactivez le mode Pickup et démarrez l’automation. Lorsque le mode Pickup est désactivé, le réglage d’un curseur modifie le paramètre immédiatement (ce qui peut provoquer des sauts dans les valeurs des paramètres).  Menu local Contrôles multiples par paramètre : choisissez le nombre maximum d’encodeurs utilisés pour chaque paramètre, lorsque vous éditez des modules ou des instruments audio. Les choix possibles sont les suivants :  1 : les paramètres sont toujours affichés en utilisant un encodeur par paramètre avec le moins d’espace possible disponible pour le nom et la valeur du paramètre sur l’écran LCD.  2 : sur chaque appareil, les encodeurs 1 et 2 sont utilisés pour le premier paramè- tre, les encodeurs 3 et 4 pour le second, et ainsi de suite.  4 : sur chaque appareil, les encodeurs 1 à 4 sont utilisés pour le premier paramè- tre, les encodeurs 5 à 8 pour le second, et ainsi de suite.  8 : sur chaque appareil, les encodeurs 1 à 8 sont utilisés pour le premier paramè- tre, les encodeurs 9 à 16 pour le second, et ainsi de suite.Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 33 Lorsque plusieurs encodeurs sont utilisés par paramètre, ils sont divisés en groupes (1/2, 3/4, 5/6, 7/8, par exemple). Le premier encodeur de chaque groupe contrôle le paramètre affiché à l’écran. Les encodeurs restants sont inactifs. L’utilisation de plusieurs encodeurs par paramètre affiche moins de paramètres à n’importe quel moment donné, mais vous gagnez de l’espace sur l’écran LCD pour afficher des noms et valeurs de paramètres plus longs. Plus vous possédez de surfaces de contrôle au sein d’un groupe de surfaces de contrôle et plus vous bénéficiez de cette fonctionnalité.  Uniquement si tous les paramètres tiennent sur une page : Lorsque cette fonction est activée, le nombre défini d’encodeurs est uniquement utilisé lorsqu’il y a un nombre suffisant d’encodeurs pour afficher tous les paramètres sans changer de pages. Par exemple, si vous possédez une surface de contrôle Mackie Control et deux Mackie Control XT (ce qui vous donne un total de 24 encodeurs), un module comportant 13 paramètres s’affichera avec un encodeur par paramètre. Onze encodeurs demeureront inutilisés. Un module comportant 11 paramètres s’affichera avec deux encodeurs par paramètre. Deux encodeurs demeureront inutilisés (comme le seront également les encodeurs inactifs des sous-divisions mentionnées ci-dessus). Lorsque cette fonction est désactivée, plusieurs encodeurs sont utilisés pour chaque paramètre, ce qui peut nécessiter un défilement. Cela ne serait pas le cas si un seul encodeur était utilisé pour chaque paramètre.  Afficher les unités de valeurs pour : les deux cases de cette rubrique vous permettent de définir si les valeurs des paramètres sont ajoutées par l’unité de mesure, à savoir « Hz » ou « % », par exemple. Vous pouvez régler cette option séparément pour les paramètres d’instrument/module, de volume et d’autres paramètres de tranches de console. Lorsque cette fonction est activée, les valeurs applicables sont ajoutées à l’unité appropriée. Désactivez cette fonction si vous voyez que les unités rendent l’affichage trop confus.  Bouton Assignation de contrôleur : cliquez pour ouvrir la fenêtre Assignations du contrôleur.  Bouton Réglage : cliquez pour ouvrir la fenêtre de réglage Surfaces de contrôle.34 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Préférences des tags d’aide Pour les surfaces de contrôle qui sont équipées d’écrans librement programmables proposant plus de six caractères par ligne (ou segment) d’affichage, vous pouvez modifier le mode d’affichage des tags d’aide. Les tags d’aide des surfaces de contrôle sont semblables aux tags d’aide de Logic Pro car ils affichent des informations complémentaires pendant l’utilisation.  Lors de l’édition, afficher les noms longs pour : les deux cases de cette rubrique vous permettent de régler la manière dont les noms et valeurs des paramètres sont affichés sur l’écran LCD de la surface de contrôle.  Case Nom du paramètre : Lorsque cette fonction est activée, la ligne supérieure de l’écran LCD affiche le nom complet du paramètre plutôt que sa forme abrégée, lorsque vous éditez un paramètre,  Case Valeur du paramètre : Lorsque cette fonction est activée, la ligne inférieure de l’écran LCD affiche la valeur complète du paramètre lorsque vous éditez un paramètre. Si les cases « Afficher les unités de valeurs pour » (voir ci-dessous) sont cochées, elles seront ajoutées à l’unité de mesure, le cas échéant (exemples : « dB », « Hz », ou « % »). Remarque : les options suivantes fonctionnent uniquement si au moins l’un des deux paramètres décrits ci-dessus est actif.  Curseur Durée de l’affichage : Faites-le glisser pour régler la durée pendant laquelle les noms et valeurs d’un paramètre demeureront affichés sur l’écran LCD, suivant leur sélection/réglage.  Case Afficher les infos pour plusieurs paramètres : Lorsque cette fonction est activée : les informations sur le nom long apparaissent à l’écran tant que le délai imparti au temps d’affichage du paramètre édité ne s’est pas écoulé. Ceci peut provoquer un chevauchement de texte. Lorsqu’elle est désactivée : le nom long apparaît uniquement pour le paramètre le plus récemment édité, ce qui peut provoquer un papillotement de l’écran. Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base 35  Case Afficher les infos lors des sélections de pistes : Lorsque cette fonction est activée, l’élément Sélectionné apparaît sur la ligne supérieure de l’écran LCD et le nom de la piste sélectionnée s’affiche sur la ligne inférieure lorsque vous sélectionnez une piste.  Case Afficher les info lors de l’édition du volume : Lorsque cette fonction est activée, le mot Volume apparaît sur la ligne supérieure de l’écran LCD et la valeur éditée s’affiche sur la ligne inférieure lorsque vous éditez le volume d’une piste.  Cases Afficher les unités de valeurs pour : Lorsque cette fonction est activée, les valeurs des paramètres sont ajoutées à l’unité de mesure appropriée (« Hz » ou « % » par exemple). Vous pouvez régler cette option séparément pour les « paramètres d’instrument/module », de « Volume et autres paramètres ». Si vous n’avez pas besoin des valeurs d’unité, l’affichage sera moins confus. Remarque : ce paramètre s’applique uniquement pendant que vous éditez les valeurs appropriées. Affichage de messages Tous les messages (excepté les zones de dialogue Ouvrir Fichier) apparaissent sur l’écran LCD des surfaces de contrôle qui proposent l’affichage du texte. Parmi les exemples de messages, figurent les avertissements d’autorisation, l’édition des confirmations ou les messages d’erreur. Lorsqu’un message est visible, vous ne pouvez pas exécuter d’action sur une autre fenêtre. Le texte du message apparaît sur la ligne supérieure de l’écran LCD. Si le texte du message ne tient pas sur la ligne supérieure de l’écran LCD, il commence à défiler au bout de trois secondes. Vous pouvez faire défiler manuellement le texte de la zone de dialogue à l’aide du contrôle approprié (voir les tableaux des assignations figurant dans le chapitre approprié). Une fois que vous avez commencé à faire défiler le texte manuellement, le défilement automatique est désactivé.  Si la surface de contrôle est dotée d’un bouton Enter ou OK, elle déclenche le bouton par défaut de la zone de dialogue, le cas échéant.  Si la surface de contrôle est dotée d’un bouton Cancel ou Exit, elle active le bouton Annuler ou Interrompre, le cas échéant.  Tous les boutons (boutons poussoirs, notamment Entrée/par défaut et Annuler, ainsi que les cases à cocher et boutons radio, mais pas les menus locaux) sont affichés sur la ligne inférieure de l’écran. Appuyer sur un bouton de surface de contrôle sous l’affichage déclenche la fonction appropriée dans la zone de dialogue, le cas échéant. Une fois que vous avez appuyé sur un bouton Enter/Cancel figurant sur la surface de contrôle ou que vous cliquez dessus à l’écran, la zone de dialogue disparaît et tous les contrôles et écrans reviennent dans leur état précédent.36 Chapitre 1 Réglage des surfaces de contrôle de base Lorsqu’une zone de dialogue Ouvrir Fichier apparaît à l’écran, le message Il y a un sélecteur de fichier à l’écran s’affiche sur l’écran LCD ou un autre écran (si votre surface de contrôle en possède un). Astuces d’utilisation L’utilisation des surfaces de contrôle peut modifier votre façon d’utiliser Logic Pro, et vous pouvez en tirer le meilleur parti si vous modifiez légèrement vos méthodes de travail. La liste d’astuces suivante peut vous aider à alléger et à simplifier le processus de votre surface de contrôle dans Logic Pro. Personnaliser vos modèles  Réglez les screensets 1 à 7 comme vos screensets les plus fréquemment utilisés. Vous pouvez y accéder directement sur certaines surfaces de contrôle (sur la surface de contrôle Mackie Control, par exemple, vous pouvez y accéder à l’aide des touches de fonction F1 à F7, tandis que la touche de fonction 8 (F8) ferme la fenêtre la plus en haut).  Vous devez assigner une fenêtre Arrangement plein écran à une présentation Automation de piste réglée sur On (pour toutes les pistes) comme l’un de vos screensets.  Une fenêtre Table de mixage plein écran est également recommandée comme un autre screenset. Utilisation des marqueurs Les marqueurs vous permettent de naviguer rapidement d’un emplacement à un autre dans un projet. La plupart des surfaces de contrôle comportent un certain nombre de raccourcis qui vous permettent de vous déplacer rapidement entre les marqueurs, ce qui s’avère extrêmement utile pour vous déplacer dans vos projets. Les marqueurs s’avèrent également utiles pour la création ou la sélection de zones de lecture en boucle et un certain nombre d’autres tâches, telles que punch et remplacer l’enregistrement. Si vous avez tendance à suivre une structure de chanson particulière ou si vous aimez travailler avec un nombre particulier de mesures (4, 8, 16 mesures, etc.) pour les rubriques couplet et refrain, vous devez régler un certain nombre de marqueurs à des emplacements appropriés de vos modèles.2 37 2 Personnalisation des assignations de contrôleur Vous pouvez assigner des contrôleurs aux paramètres Logic Pro et éditer les assignations de contrôleur pour les adapter à votre processus. Ce chapitre décrit comment assigner des contrôleurs aux paramètres Logic Pro, modifier les assignations de contrôleur et utiliser les zones et les modes pour naviguer entre les groupes d’assignations. Assignation de contrôleurs aux paramètres Logic Pro Vous pouvez assigner n’importe quel contrôleur capable de générer un message MIDI à un paramètre dans Logic Pro. L’assignation de contrôleurs aux paramètres Logic Pro vous permet d’utiliser des curseurs, potentiomètres, commutateurs et autres contrô- leurs pour contrôler à distance les fonctions Logic Pro. Vous pouvez les utiliser « tels quels » ou combinés à des touches de modification. La plupart des surfaces de contrôle prises en charge incluent des assignations de contrôleur préréglées (qui deviennent actives dès lors que vous ajoutez le périphérique à votre système). Vous pouvez modifier les assignations existantes pour les surfaces de contrôle prises en charge et créer de nouvelles assignations pour les périphériques pris en charge ou non. Par exemple : les assignations par défaut des boutons F1 à F8 sur la surface de contrôle Mackie Control ouvrent les screensets 1 à 8 dans Logic Pro. Vous pouvez réassigner ces touches de fonction à d’autres commandes (seules ou conjointement avec les touches Commande, Maj, Option ou Contrôle) dans n’importe quelle combinaison. Vous pouvez assigner des contrôleurs aux paramètres dans la fenêtre Assignation de contrôleur, à l’aide du processus d’apprentissage. Cette fenêtre comporte deux présentations : une présentation simple compacte, dans laquelle vous pouvez assigner des paramètres de tranche de console et de module. La présentation expert, plus étendue, vous permet de créer et d’éditer n’importe quel type d’assignation de contrôleur, y compris les assignations globales, d’automation et de groupe de surfaces de contrôle.38 Chapitre 2 Personnalisation des assignations de contrôleur Utilisation de la présentation simple La présentation simple vous permet de consulter les assignations, d’assigner des contrôleurs aux paramètres de tranche de console et de module et de modifier la piste à laquelle s’appliquent ces assignations. L’assignation de contrôleurs aux paramètres de tranche de console et de module est possible par le biais du processus d’apprentissage. La présentation simple de la fenêtre Assignation de contrôleur contient les champs et boutons suivants :  Bouton Vue expert : Cliquez sur ce bouton pour ouvrir l’éditeur dans la présentation expert.  Boutons Suivant/Précédent : Cliquez sur ces boutons pour passer aux assignations suivantes ou précédentes.  Bouton Lien : Lorsque ce bouton est actif, l’assignation correspondant au dernier message MIDI reçu est automatiquement sélectionnée.  Champ Paramètre : Affiche le nom du paramètre sélectionné.  Menu Tranche de console : Permet de choisir si l’assignation s’applique à la piste sélectionnée ou si elle correspond au numéro de tranche de console saisi dans le champ en regard du menu (comme illustré dans la présentation Tout de la table de mixage).  Champ Message en entrée : Affiche les données du message MIDI entrant du contrô- leur assigné à une fonction. Un seul ensemble de paramètres d’assignation est visible à la fois. Pour assigner un contrôleur dans la présentation simple : 1 Dans la table de mixage ou dans n’importe quelle fenêtre de module, cliquez sur le paramètre que Logic Pro doit apprendre en tant qu’assignation de contrôleur. 2 Sélectionnez Logic Pro > Préférences > Surfaces de contrôle > Apprendre l’assignation pour . Vous pouvez également utiliser le raccourci clavier Apprendre une nouvelle assignation de contrôleur (par défaut, Command-L) pour ouvrir la fenêtre Assignation de contrôleur et activer le mode d’apprentissage. La fenêtre Assignation de contrôleur apparaît dans la présentation simple, le bouton Mode d’apprentissage étant activé. Dans la plupart des cas, le nom du paramètre sélectionné est affiché dans le champ Paramètre. Chapitre 2 Personnalisation des assignations de contrôleur 39 Remarque : le mode de présentation de la fenêtre Assignation de contrôleur est mémorisé. Si la présentation expert est active lors de la fermeture de la fenêtre, cette dernière est présentée dans la même présentation lors de sa réouverture. 3 Déplacez le contrôleur à assigner au paramètre sélectionné. Le déplacement du contrôleur entraîne l’envoi à Logic Pro d’un message MIDI qui apparaît dans le champ Message en entrée. Le bouton Mode d’apprentissage reste actif, vous permettant ainsi de réaliser d’autres assignations. 4 Pour réaliser une autre assignation, sélectionnez le paramètre à assigner dans Logic Pro, puis déplacez le contrôleur souhaité sur la surface de contrôle. 5 Une fois que vous avez terminé, cliquez sur le bouton Mode d’apprentissage (ou appuyez sur Command-L) pour terminer le processus d’apprentissage, puis quittez ce mode. Autre méthode d’apprentissage : 1 Appuyez sur Command-L pour ouvrir la fenêtre Assignation de contrôleur. 2 Maintenez la touche de modification souhaitée (Commande, par exemple) enfoncée pendant que vous cliquez sur le paramètre à assigner, tout en déplaçant le contrôle. 3 Cliquez sur le bouton Mode d’apprentissage pour terminer le processus d’apprentissage. Si Logic Pro reçoit un message MIDI du périphérique pendant que vous maintenez la touche de modification enfoncée, le relâchement de cette touche désactive le bouton Mode d’apprentissage et termine le processus d’apprentissage. Si vous relâchez la touche de modification avant que Logic Pro reçoive un message MIDI, le bouton Mode d’apprentissage reste actif, de sorte que vous puissiez encore déplacer un contrôleur afin d’envoyer un message MIDI. Dans ce cas, veillez à cliquer sur le bouton Mode d’apprentissage une fois que vous avez terminé afin de mettre fin au processus d’apprentissage. Pour supprimer une assignation de contrôleur dans la présentation simple : m Choisissez l’assignation à supprimer dans la fenêtre Assignation de contrôleur (présentation simple), puis cliquez sur le bouton Supprimer. Assignation d’une série de contrôleurs Logic Pro inclut un raccourci facilitant l’assignation d’une série de contrôleurs à une série de paramètres similaires. Vous pouvez utiliser ce raccourci pour assigner une série de curseurs au volume, pour assigner une série de potentiomètres à d’autres paramè- tres de tranche de console (tels que Pan, Solo ou Mute) ou pour assigner une série de contrôleurs à un ensemble de paramètres de module : Pour assigner une série de contrôleurs à une série de paramètres : 1 Selon la procédure d’assignation standard, assignez le premier contrôleur de la série au premier paramètre (par exemple, assignez le curseur 1 au contrôle du volume pour la tranche de console 1).40 Chapitre 2 Personnalisation des assignations de contrôleur 2 Assignez le dernier contrôleur de la série au dernier paramètre (par exemple, assignez le curseur 16 au contrôle du volume pour la tranche de console 16). Le nombre de contrôleurs entre le premier et le dernier de la série doit correspondre au nombre de paramètres entre le premier et le dernier paramètre. La zone de dialogue « Voulez-vous compléter les éléments intermédiaires ? » apparaît. Elle apparaît lorsque la distance entre les deux derniers contrôleurs correspond à la distance entre les pistes (ou le nombre de paramètres entre les deux derniers contrôleurs assignés s’il s’agit de paramètres de module). Dans les exemples ci-dessus, la distance entre 1 et 16 est égale à 15. 3 Cliquez sur OK pour compléter automatiquement les contrôleurs entre le premier et le dernier avec les assignations correspondantes. La numérotation des assignations de paramètre (pour les modules) est illustrée dans la présentation Contrôle de la fenêtre Plug-in. Remarque : vous ne pouvez utiliser des raccourcis que pour les potentiomètres qui envoient un message de canal unique, où le premier octet de données est le numéro de contrôleur et le second, la valeur. Le numéro de contrôleur peut également être encodé dans le canal MIDI, avec un premier octet de données fixe. Consultez la documentation fournie avec votre périphérique pour obtenir des informations sur sa structure de données. Utilisation de la présentation expert Vous pouvez utiliser la présentation expert pour réaliser des assignations de contrôleur avancées. Ceci inclut les paramètres Logic Pro autres que les paramètres de tranche de console et de module. Par exemple, vous pouvez assigner des contrôleurs aux paramè- tres globaux, d’automation et de groupe de surfaces de contrôle dans la présentation expert. Vous pouvez également éditer les assignations de contrôleur dans la présentation expert et définir des zones et des modes qui vous permettent de passer d’un groupe de contrôleurs à un autre. Le processus d’apprentissage ouvre la fenêtre Assignation de contrôleur dans la pré- sentation simple, qui affiche les paramètres de base pour l’assignation en cours. Pour réaliser des assignations autres que des assignations de tranche de console ou de module (ou pour éditer d’autres paramètres d’assignation), vous devez passer en pré- sentation expert. ∏ Conseil : vous ne pouvez revenir à la présentation simple que si un paramètre de piste ou de module est sélectionné.Chapitre 2 Personnalisation des assignations de contrôleur 41 Pour ouvrir la fenêtre Assignation de contrôleur dans la présentation expert : m Cliquez sur le bouton Vue expert. Dans la présentation expert, la fenêtre Assignation de contrôleur contient les champs, menus et boutons suivants utilisés pour éditer les paramètres d’assignation, et pour définir des zones et des modes.  Liste Zone : Affiche les zones disponibles pour le périphérique. La première entrée (Aucune Zone) est destinée aux assignations sans zone (assignations qui sont toujours actives, quelle que soit la zone active). Cliquez sur une zone de la liste pour voir ses modes (dans la liste Mode) et ses assignations en cours (dans la liste Contrôle/Paramètre). Vous pouvez également double-cliquer sur une zone pour la renommer.  Liste Mode : Affiche les modes pour la zone sélectionnée. La première entrée « (Aucun Mode) » est destinée aux assignations sans mode. Cliquez sur un mode de la liste pour voir ses assignations dans la liste Contrôle/Paramètre et en faire le mode actif de la zone sélectionnée. Vous pouvez également double-cliquer sur un mode pour le renommer.  Liste Contrôle/Paramètre : Sélectionnez l’assignation à éditer. La colonne de gauche affiche le nom du contrôle et celle de droite, le nom du paramètre contrôlé (sous forme abrégée). Les paramètres de l’assignation sélectionnée apparaissent dans les champs à droite de la liste. reportez-vous à la section « Paramètres d’assignation de contrôleur », à la page 42. Remarque : vous pouvez sélectionner plusieurs assignations dans la liste, mais seuls les paramètres de la première assignation sélectionnée sont affichés. Lorsque plusieurs assignations sont sélectionnées : les opérations réalisées dans le menu Édition peuvent être appliquées à toutes les assignations sélectionnées. Toutes les autres opérations s’appliquent uniquement à la première assignation.42 Chapitre 2 Personnalisation des assignations de contrôleur  Paramètres des assignations du contrôleur : Tous les aspects du paramètre d’assignation de contrôleur sélectionné sont affichés (et peuvent être modifiés) dans cette zone.  Message en entrée : Le port et le message en entrée MIDI peuvent être modifiés directement. Certains champs de cette rubrique apparaissent rarement et ne peuvent pas être modifiés.  Valeur : La plage de valeurs et la réponse de l’assignation de contrôleur aux messages entrants sont déterminés dans cette zone. Le retour vers l’affichage des surfaces de contrôle peut également être déterminé ici. Paramètres d’assignation de contrôleur Cette rubrique décrit chaque paramètre affiché dans les champs de droite de la présentation expert. Une description détaillée de chaque paramètre est disponible dans « Édition des assignations de contrôleur dans la présentation expert » à la page 46. Section Paramètres des assignations du contrôleur  Champ Nom de Control : Affiche le nom du contrôleur pour les périphériques pris en charge. Pour les périphériques non pris en charge, affiche Appris.  Champ Label : Affiche des caractères représentant l’étiquette de l’assignation sur l’affichage de la surface de contrôle. Vous pouvez voir ceci comme un afficheur alphanumérique sur une table de mixage.  Champ Flip Groupe : Saisissez un entier pour définir un flip groupe pour l’assignation.  Flipmenu Classe : Choisissez la classe du paramètre (type de paramètre) à assigner. Remarque : selon la classe que vous choisissez, différents champs et menus apparaissent pour cette classe sous le flipmenu Classe. Voir ci-dessous :  Flipmenu/champ Paramètre/Mode : Selon votre sélection dans le flipmenu Classe, vous avez le choix entre des dizaines de paramètres/modes différents. Les options disponibles changent selon la classe sélectionnée.  Champ/menu Groupe/Piste/Commande/Touche : Ces options changent également en fonction des options de menu Classe sélectionnées.  Flipmenu Type de banque : Ce menu détermine le lien de banque du paramètre assigné. Comme pour le réglage Groupe, ceci peut être Par un ou Par banque. Section Message en entrée  Flipmenu Entrée MIDI : Choisissez une source d’entrée MIDI (Port MIDI ou Clavier avec verrouillage majuscules). Ceci peut être modifié par les messages MIDI entrants (affichés dans le champ Changement de Valeur).  Champ Changement de Valeur : Affiche les messages MIDI entrants entraînant un changement de valeur.Chapitre 2 Personnalisation des assignations de contrôleur 43  Champ Touch/Relachement : Saisissez une valeur d’entier pour forcer les messages MIDI entrants à change