G e o C o n c e p t l e s y s t è m e d ’ i n f o r m a t i o n g é o g r a p h i q u e G u i d e d e r é f é r e n c e Addendum 6.6

 

 

G e o C o n c e p t l e s y s t è m e d ’ i n f o r m a t i o n g é o g r a p h i q u e G u i d e d e r é f é r e n c e Addendum 6.6 GeoConcept S.A. Juin 2009 – Version 6.6 - Edition 2 P.2 Sommaire GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les informations figurant dans le présent document décrivent les fonctions et modes d’utilisation de GeoConcept au 11 janvier 2010. Elles sont sujettes à révision sans préavis. Le logiciel décrit dans ce document est diffusé dans le cadre d’un contrat de droit d’utilisation et ne peut être utilisé, copié ou cédé qu’en conformité avec les stipulations de ce contrat. Toute copie du logiciel GeoConcept sur disque ou autre support à des fins autres que l’usage du programme par l’acheteur pour ses besoins propres est interdite. GeoConcept est une marque déposée de GEO CONCEPT SA. MapInfo est une marque déposée de MapInfo Corporation. ArcInfo et ArcView sont des marques déposées d’ESRI, Inc. AutoCAD est une marque déposée d’Autodesk, Inc. PostScript et PDF sont des marques déposées d’Adobe Systems. MS-DOS, Windows, Windows 95, Windows 98, Windows Me, Windows NT, Windows 2000, Windows XP, Office 95, Office 97, Office 2000, Office XP, Access, Excel, Word, SQL Server, PowerPoint, Visual Foxpro, PaintBrush, .NET Framework, DirectX,Bing Maps et Windows Media Player sont des marques déposées de Microsoft Corporation. DB2 est une marque déposée d’IBM Corporation aux Etats Unis et dans le monde. Oracle et Oracle9i sont des marques déposées d'Oracle Corporation. ASE, ASA sont des marques déposées Sybase, Inc. MySQL est une marque déposée de MySQL AB. PostgreSQL et PostGis sont des marques déposées de PostgreSQL Global Development Group. Garmin est une marque déposée de Garmin International Inc.. Google Earth est une marque déposée de Google. Géoportail est une marque déposée de l’Institut Géographique National. OpenGL est une marque déposée par Silicon Graphic International. P.3 Sommaire GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sommaire Sommaire 3 Introduction 4 Fichier / Se connecter à un référentiel… 5 Fichier / Enregistrer une copie… 9 Fichier / Mise en page 12 Fichier / Exporter / Données / Google Earth (*.kmz) 33 Apparence / Créer une couche virtuelle... 36 Apparence / Gestionnaire de cliparts 62 Données / Données externes / Gestionnaire de liens 64 Données / Données externes / Administration 198 Données / Données externes / Modifier le mot de passe de l’administrateur… 200 Données / Données externes / Gestionnaire de composants… 201 Données / Données externes / S’abonner à un profil… 205 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… 210 Données / Jointure topologique 251 Itinéraires 254 Itinéraire / Créer un graphe… 256 Itinéraire / Créer un graphe à partir d'un fichier XML… 267 Itinéraire / Départ(s) 268 Itinéraire / Étape(s) 269 Itinéraire / Arrivée(s) 270 Itinéraire / Calculer l’itinéraire… 271 Itinéraire / Afficher la feuille de route… 275 Itinéraire / Calculer un isochrone… 276 Itinéraire / Calculer un distancier… 281 Itinéraire / Remplir un champ distance/temps… 285 Itinéraire / Remplir avec l'objet le plus proche… 287 Itinéraire / Rechercher à proximité… 290 Itinéraire / Paramètres globaux… 293 Annexe 13 - SmartLabel 297 Annexe 20 – Le journal des erreurs 307P.4 Introduction GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Introduction Cet addendum 6.6 complète le Guide de référence de la version 6.5 de GeoConcept et se présente sous forme de fiches qui expliquent l’utilisation et la mise en oeuvre de chacune des fonctions ou commandes exécutables à partir des différents menus modifiés, enrichis ou ajoutés entre les deux versions. En fonction de la complexité de chaque commande, une fiche peut se résumer à quelques mots ou phrases alors que d’autres peuvent être illustrées sur plusieurs pages. L’organisation de chaque fiche comprend toujours les mêmes rubriques : • le rôle : qui résume en une phrase à quoi sert la fonction ; • la disponibilité : dans quelles conditions la commande peut être exécutée ; • la mise en œuvre : l’explication pas à pas de chaque commande, par boîtes de dialogue qui s’enchaînent pour arriver aux fins de la fonction ; • une quatrième rubrique appelée Principes est parfois nécessaire pour expliquer de façon théorique les grandes généralités de la fonction. Des mots de vocabulaire, des règles de mise en œuvre sont simplement expliqués afin de s’imprégner de façon générique de la commande avant d’apprendre à s’en servir. Des mises en garde peuvent parsemer le texte ; elles sont présentées sur un fond jaune. Des paragraphes sont réservés aux experts pour aller plus loin sur une fonctionnalité ou sur un phénomène géographique. Ils sont présentés également sur un fond jaune, plus pâle que les mises en garde. Cet ouvrage est uniquement disponible au format pdf. P.5 Fichier / Se connecter à un référentiel… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier / Se connecter à un référentiel… Rôle Cette fonction permet de définir les paramètres de connexion à la base de données stockant les tables spécifiques du référentiel cartographique et de réaliser la connexion à celui-ci depuis GeoConcept Enterprise. Disponibilité En permanence sur la version de GeoConcept Enterprise si l’utilisateur dispose de l’extension GeoConcept Enterprise Manager. Elle est accessible avant et/ou après l’ouverture d’une carte. Non disponible sur la version GeoConcept Standard. Mise en œuvre Pour choisir le référentiel cartographique sur lequel GeoConcept Enterprise doit se connecter, aller dans le menu Fichier / Se connecter à un référentiel… Connexion au référentiel cartographique Pour de plus amples informations sur les notions de référentiel cartographique, veuillez consultez la documentation de GeoConcept Enterprise Manager. Types de connexion Une boîte de dialogue apparaît permettant de déterminer le type de connexion à utiliser pour accéder au référentiel. Trois choix s’offrent à l’utilisateur : • si le référentiel cartographique est présent sur une base de données Microsoft SQL Serveur, ou Microsoft Access, ou MySQL, choisir un fournisseur OLE DB ; • si le référentiel cartographique est présent sur une base de données Oracle, choisir une source de données Oracle ; • si le référentiel cartographique est présent sur une base de données PostgreSQL, choisir une source de données PostgreSQL. P.6 Fichier / Se connecter à un référentiel… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Choix de la base de données du référentiel cartographique Cliquer sur le bouton Définir les propriétés pour indiquer les paramètres de connexion au référentiel cartographique. Les différents paramètres de ces trois types de connexion sont décrits dans Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 1 - Etape 4 : paramétrages de la connexion à la source de données choisie. Une fois les paramètres de connexion renseignés, deux cas de figures sont possibles en fonction du mode de connexion et d’identification défini dans le référentiel. En mode utilisateur hérité du SGBDR Si l’utilisateur du référentiel cartographique est directement géré et hérité de la base de données, ceux sont les paramètres d’identification de la connexion qui sont repris pour définir le nom de l’utilisateur connecté au référentiel. Si le nom de l’utilisateur renseigné dans les paramètres de connexion au référentiel dispose de droits d’accès à celui-ci, son nom apparaît dans la rubrique Se connecter en tant que. Validation de la connexion au référentiel Le bouton OK permet de valider la connexion au référentiel cartographique. Si le nom de l’utilisateur renseigné dans les paramètres de connexion au référentiel ne dispose pas de droits d’accès à celui-ci, un message d’avertissement apparaît. Avertissement indiquant que l’utilisateur n’a le droit d’accès au référentiel Dans ce mode, les utilisateurs sont créés avec les commandes d’administration du SGBDR. Les noms d’identification et mots de passe sont gérés par le moteur du SGBDR. La table GC_USER du référentiel ne contient que les noms des utilisateurs et ne sert qu’à déclarer les utilisateurs de la base de donnée habilités à se connecter au référentiel cartographique. P.7 Fichier / Se connecter à un référentiel… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour de plus amples informations sur les notions d’utilisateur du référentiel cartographique, veuillez consultez la documentation de GeoConcept Enterprise Manager. En mode utilisateur hérité du référentiel Si l’utilisateur du référentiel cartographique n’est pas directement géré par la base de données mais par la table GC_USER du référentiel cartographique, une nouvelle boite de dialogue apparaît. Renseigner le nom et mot de passe de l’utilisateur du référentiel et cliquer sur OK. Identification de l’utilisateur du référentiel Si les valeurs renseignées sont validées, le nom de l’utilisateur du référentiel apparaît dans la rubrique Se connecter en tant que. Validation de la connexion au référentiel Le bouton OK permet de valider la connexion au référentiel cartographique. Si l’identification de l’utilisateur du référentiel n’est pas validée, un message d’avertissement apparaît. Utilisateur du référentiel non valide Dans ce mode, les utilisateurs ne sont pas créés avec les commandes d’administration du SGBDR mais via la console d’administration GCEM. Les noms d’identification et mots de passe sont directement lus et vérifiés dans la table GC_USER du référentiel. Pour de plus amples informations sur les notions d’utilisateur du référentiel cartographique, veuillez consultez la documentation de GeoConcept Enterprise Manager. La connexion au référentiel est définie au niveau de GeoConcept Enterprise et non au niveau d’une carte. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire qu’une carte soit ouverte pour se connecter au référentiel. Si un utilisateur connecte GeoConcept Enterprise au référentiel cartographique, la connexion est toujours effective quelque soit la carte ouverte. En revanche, cela ne signifie pas que la carte en cours d’utilisation est abonnée à un ou plusieurs profils cartographiques. L’abonnement d’une carte à un ou plusieurs profils est spécifique à chaque carte. P.8 Fichier / Se connecter à un référentiel… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 L’ensemble des informations de connexion au référentiel cartographique sont stockées dans la branche HKEY_CURRENT_USER\Software\Alsoft\GEO CONCEPT\ExternData de la base de registre Windows. P.9 Fichier / Enregistrer une copie… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier / Enregistrer une copie… Rôle Cette action a trois rôles : • enregistrer une carte ; • enregistrer une partie d’une carte ; • enregistrer une carte GeoConcept dans un ancien format compatible avec les versions antérieures à la version 5.0. Disponibilité En permanence. Mise en œuvre Cette commande, accessible par le raccourci clavier CTRL + S, ouvre une boîte de dialogue Enregistrer une carte. L’enregistrement de copies de sauvegarde est conseillé avant d’effectuer des traitements sur une carte. Enregistrer une carte La boîte de dialogue permet de choisir le répertoire dans lequel la copie de la carte est enregistrée ainsi que son nom qui, par défaut, est le nom de la carte courante suivi de deux zéros. Cette fenêtre permet d’enregistrer des cartes au format actuel de GeoConcept (de 5.0 à 6.5) ainsi que des cartes dans l'ancien format de GeoConcept antérieur à la version 5.0 à partir de la liste déroulante proposée au critère Type. La rubrique Nom de la carte permet d’affecter un commentaire qui qualifie la nouvelle carte et qui est affiché dans le bandeau bleu lorsque cette carte est ouverte. Par défaut le nom proposé est la copie du commentaire existant associée à la carte active. P.10 Fichier / Enregistrer une copie… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Commentaire de la carte Lorsqu’on enregistre une copie de carte avec la sélection, GeoConcept affiche un message pour demander si l’on souhaite réellement enregistrer une carte vide dans le cas où la sélection ne contient pas d’objets. Lorsqu’on enregistre une copie de carte dans le format Carte GeoConcept version 3.x et 4.0, GeoConcept affiche un message pour demander si l’on souhaite enregistrer tout ou partie de la carte active au format 4 de GeoConcept. L’enregistrement d’une carte peut être fait grâce à un filtre en choisissant une liste d’objets ou en limitant aux objets présents dans la zone écran. Avec la liste déroulante Filtre, on peut choisir les objets de la carte courante qui vont constituer une nouvelle carte. Ces objets sont choisis parmi : • la liste de sélection ou la liste de mémoire si elles contiennent des objets ; • les listes sauvegardées par l’utilisateur ; • les requêtes enregistrées ; • les vues qui ont été créées. La fonction Enregistrer une copie n’a pas les mêmes fonctionnalités que la commande Enregistrer sous dans certains logiciels de bureautique. En effet, dans ces logiciels, lorsque la fonction Enregistrer sous est utilisée le fichier courant devient la copie enregistrée. La commande Enregistrer une copie dans GeoConcept permet de sauvegarder un exemplaire de la carte sans que celle-ci devienne la carte active. L’enregistrement de la copie est confirmé par un message apparaissant dans une nouvelle boîte de dialogue. Choix des objets et confirmation d’enregistrement de copie de carte P.11 Fichier / Enregistrer une copie… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le bouton Projection permet de sauvegarder tout ou partie de la carte dans un fichier GCM/GCR dont la géométrie des objets est exprimée dans un système de coordonnées différent de la carte origine. Changement de projection d’une copie de carte Le groupe Information sur la carte renseigne sur la projection de la carte courante ainsi que son unité et précision. Le groupe Enregistrement des informations de la carte permet de dérouler la liste des systèmes de projection disponibles pour choisir ensuite l’unité et la précision dans lesquelles sera stockée la géométrie des objets à sauvegarder. Le bouton Ouvrir le dossier permet de visualiser les deux fichiers GCM/GCR résultants dans une fenêtre Windows en vue d’une ouverture éventuelle. Le bouton OK permet de revenir à la carte courante. L’option Limiter aux objets présents dans la zone à l’écran extrait de la carte courante la zone géographique affichée à l’écran et d’en isoler une carte (couple GCM/GCR). L’enregistrement de la copie est confirmé par le message de succès d’enregistrement de la carte. P.12 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier / Mise en page Rôle Cette fonction donne la possibilité d'effectuer une rédaction cartographique sur une feuille de papier en vue de communiquer les résultats d'une analyse. Disponibilité En permanence. Principes La mise en page consiste à définir, sur une feuille de papier, des blocs dont l’emprise varie en fonction de la nature du contenu. Treize types de blocs peuvent être manipulés : carte, liste, légende, échelle, texte, rectangle, date, image, polyligne, ellipse, symbole, numéro de page, vue grapheur. La feuille de papier pleine page est organisée de la façon suivante : • au centre, en blanc, une feuille de papier dimensionnée et orientée comme défini dans le format d'impression (menu Fichier) ; • une palette verticale d'outils de dessin permettant la création, le positionnement et le paramétrage des blocs, selon leur nature. Elle est située à gauche de l’écran ; • en haut, une liste déroulante et différents boutons servant à la sauvegarde des documents, à leur modification et manipulation ; • à gauche, verticalement et en haut, horizontalement, deux règles pour aider l’utilisateur à positionner ses blocs sur la feuille ; • à droite, placés verticalement, des outils d'alignement de blocs les uns par rapport aux autres ; • un menu contextuel accessible par clic droit sur un bloc permet d’éditer les propriétés du bloc, d’effectuer des copier/couper/coller, ou d’appliquer un ombrage. La palette verticale des outils de dessin est indispensable à toute construction d'une mise en page. Le principe d'utilisation est simple : en fonction de la nature des informations à positionner, cliquer sur le bouton correspondant puis définir sur la feuille de papier un rectangle d'encombrement du bloc dessiné. A chaque type de bloc, une boîte de dialogue demande de définir le contenu. Renouveler l'opération si la mise en page doit comporter plusieurs blocs de même nature. Pour redimensionner un bloc positionné sur la feuille, l'outil Sélection/Modification représenté par une flèche, en haut de la fenêtre permet de sélectionner un bloc pour faire apparaître des poignées autour du bloc sélectionné. En laissant le curseur enfoncé sur une de ces poignées, il est facile de redimensionner le bloc sur la feuille. Les réglettes horizontale et verticale placées en marge de la feuille de papier permettent de connaître la position exacte de bloc en cours. La barre d'état, en bas de l'écran, précise le numéro du bloc sélectionné, sa position en centimètres (coordonnées du point en haut et à gauche) et son pourcentage de réduction par rapport à l'impression sur la feuille. Pour éditer un bloc existant et accéder aux paramètres d'édition du contenu, double-cliquer sur le bloc avec le curseur en mode Sélection/Modification. Si le fond de la carte est gris, on ne peut pas distinguer ces poignées. Dans l'onglet Carte du tiroir Général des Préférences (Cf. menu Edition), la couleur du fond de carte peut être modifiée. Le blanc est conseillé. Mise en œuvre La commande Mise en page ouvre une boîte de dialogue que l'utilisateur doit agrandir dans son intégralité pour pouvoir procéder à la rédaction du document à l'aide de blocs de différente nature (cartes, listes, échelles, légendes, textes… ). Les différents niveaux d'affichage Lors de l'ouverture de la mise en page la première fois, GeoConcept positionne sur l'intégralité de la feuille de papier choisie, un bloc carte avec la vue courante. L'utilisateur a la possibilité d'en modifier sa taille et son contenu ou encore de le supprimer en le sélectionnant à l'aide du curseur en mode Sélection. La liste déroulante des différentes mises en page de la carte propose Défaut pour indiquer qu’aucune mise en page n’existe et n’a été sauvegardée. Les fois suivantes, il ouvre la dernière mise en page réalisée. Dans tous les cas, il est parfois nécessaire à l'utilisateur d'afficher à l'écran la totalité de la feuille de papier en déroulant la liste associée au bouton Loupe + pour choisir Pleine page. P.13 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Outils de dessin de la mise en page Bloc carte Blocs carte sur la feuille en pleine page Sur le bloc carte positionné par défaut sur une nouvelle mise en page, un double clic permet d'éditer les paramètres de la carte à dessiner. Lors de la définition d'un rectangle d'encombrement d'un bloc carte, la boîte de dialogue d'édition du bloc est systématiquement proposée : P.14 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Edition d'un bloc carte • Position : la liste déroulante propose l'ensemble des positions sauvegardées sur la carte (Cf. menu Fenêtres / Navigation) pour retenir celle à afficher dans le bloc. Une fois choisie, GeoConcept affiche automatiquement la valeur X et Y du centre de cette position ainsi que son échelle. Ces paramètres sont éditables et peuvent donc être modifiés pour un réajustement éventuel ; • Rotation : la zone éditable demande de saisir une valeur en degré décimal pour que la carte à l'intérieur du bloc pivote dans le sens trigonométrique. Tous les éléments constitutifs de la carte à l'intérieur du bloc subissent la même rotation ; Cette option n'est accessible qu'aux systèmes d'exploitation NT4 ou supérieur et à Windows 2000. • Marges : définies en millimètres de part et d'autre du bloc, elles sont appréciables dans le cas d'une impression avec carroyage et affichage des coordonnées pour éviter la superposition des valeurs aux éléments de la carte ; • Cadre : la liste déroulante permet de choisir l'épaisseur et le type de tracé du cadre autour de la carte ; • Forme du contour : rectangle ou ellipse sont les deux seules formes à appliquer à un bloc carte ; • Visibilité : la liste propose l'ensemble des onglets de visibilité (Cf. menu Apparence / Affichage) pour choisir les objets à montrer dans le bloc carte ; • Montrer le carroyage : cette option est à cocher si un carroyage a été défini sur la carte à l'aide du bouton dédié. Le bouton Carroyage déclenche l'ouverture d'une boîte de dialogue dans laquelle quelques réglages s'imposent : Définition du carroyage • le pas : il s'agit d'une valeur à indiquer pour que le carroyage soit affiché dans la distance définie par le pas ; • l'unité : la liste propose les différents systèmes de mesure ; P.15 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • dans le groupe Police : l'utilisateur doit choisir le nom de la police utilisée pour afficher les coordonnées si la case correspondante est cochée en précisant également la taille de l'écriture ainsi que le style (gras, italique, souligné) ; • le groupe Carroyage permet de paramétrer la forme du carroyage : • sans options : un quadrillage est dessiné sur la carte en utilisant l'épaisseur sélectionnée dans la liste déroulante ; • croisillons : cette option permet de dessiner des croix, intersections des lignes verticales et horizontales du carroyage ; • amorces : cette option combinée à celle des croisillons, rappelle, en bord de bloc carte imprimé, les lignes verticales et horizontales et aident ainsi au repérage. Le bouton Ajouter permet d'enregistrer un type de carroyage auquel on peut y ajouter un autre à condition que les différents pas définis le soient de façon croissante. Il s'agit d'un quadrillage conventionnel orienté verticalement/horizontalement et non d'un quadrillage géodésique (Méridiens / Parallèles). Le bouton Supprimer détruit un quadrillage. En validant les boîtes de dialogue, la carte est affichée à l'intérieur du bloc. Bloc liste Après définition du bloc destiné à une liste à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, une boîte de dialogue demande de choisir la liste. Edition d’un bloc liste La liste déroulante permet de choisir l'une des listes d'objets sauvegardées (Cf. menu Objets / Listes d'objets). Avec le filtre, il est indispensable de choisir le Type et le Sous-type d'objets de la liste pour montrer l'ensemble des champs des objets dans le bloc liste. Différents options peaufinent l'affichage de la liste dans la mise en page : • imprimer le nom de la liste : inscrire l'intitulé sauvegardé lors de l'enregistrement de la liste ; • imprimer les blocs : écrire dans le bloc liste, les lignes de renseignements concernant les objets de la liste ; • imprimer les ruptures : le texte des ruptures intermédiaires définies lors de la constitution de la liste (Cf. menu Objets / Listes d'objets) est affiché ; • imprimer le champ de rupture : montre le champ qui sert à calculer les ruptures intermédiaires ; • imprimer la rupture finale : permet d'afficher les calculs globaux effectués en bas de chaque champ de la liste (Cf. menu Objets / Listes d'objets). Bloc légende Après définition du bloc destiné à une légende à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, une boîte de dialogue demande de choisir la légende. P.16 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Edition d'un bloc légende Différentes légendes sont proposées, rangées dans deux groupes : celui des couches virtuelles qui contient l'ensemble des analyses thématiques associées aux objets de la carte et celui de la légende de la carte, unique, qui propose l'ensemble des apparences standard définies sur chacun des Sous-types d'objets (Cf. menu Données / Configurateur). Les options de l'échelle de représentation concernent uniquement l'impression de la légende de la carte : • Echelle logique : les apparences standard des Sous-types d'objets de la carte sont dessinées à l'échelle fixée à l'aide de la liste des douze échelles, indépendamment de toute carte dessinée sur la mise en page ; • Liée à la carte : seules les apparences standard des Sous-types d'objets du bloc carte choisi dans la liste sont dessinées dans le bloc légende. Pour connaître le numéro d'un bloc carte, il suffit de le sélectionner dans la mise en page et la barre d'état donne l'information. Deux options permettent de paramétrer l'habillage du bloc : • un cadre peut délimiter l'emprise de la légende sur la carte ; • le fond opaque permet d'accentuer la lisibilité de la légende surtout si celle-ci est superposée à la carte. Une fois la légende choisie, valider par OK montre la légende dans le bloc. Double-cliquer sur une légende dans la liste des légendes permet d'éditer la légende choisie. Bloc échelle Après définition du bloc destiné à une échelle à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc échelle impose différents choix. Edition d'un bloc échelle P.17 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le groupe Alignement propose plusieurs radio-boutons pour dessiner l'échelle par rapport à l'emprise du bloc : gauche, centré, droite, haut, centré, bas. Dans le bloc échelle, les choix concernent l'écriture de l'échelle sur la feuille de papier : • si la case Echelle graphique est décochée, la valeur numérique de l'échelle est écrite sur la carte avec la couleur choisie dans la palette ; • si la case est cochée, deux choix sont possibles : • la représentation d'une échelle fixe définie dans la zone éditable associée ; • La représentation d'une échelle graphique associée à une carte dont on précise, à l'aide de la liste déroulante, le numéro du bloc contenant la carte à dessiner. Dans le cas d'une échelle numérique, la photocopie du document imprimé avec un rapport d'agrandissement ou de réduction faussera l'expression de l'échelle. L'aspect des échelles graphiques permet plusieurs représentations : • la zone à gauche est réservée à l'apparence du nombre de barres dessinées sur la barre de l'échelle graphique ; • la zone centrale concerne le nombre de divisions appliquées à la première barre de l'échelle choisie dans la zone de gauche ; • la zone de droite permet d'afficher ou non les valeurs intermédiaires d'échelle : à chaque barre ou aux extrémités. D'autres paramètres complètent l'affichage de l'échelle : • l'épaisseur du cadre, sa couleur et sa forme avec l'option Cadre arrondi ; • le motif du fond du cadre et sa couleur. L’opacité sur la couleur peut être réglée à l’aide du curseur placé en bas de la palette indiquant le pourcentage. Un témoin indique dans l’aperçu de la couleur le pourcentage d’opacité appliqué ; • la police d'écriture de l'échelle, sa taille, la fonte (gras, italique, souligné). Une option permet d'ajuster la taille de la police à la taille du rectangle du bloc. Bloc texte Après définition du bloc destiné à du texte à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc texte impose différents choix : Edition d'un bloc texte • écriture du texte associé au bloc ; • ajustement des alignements vertical et horizontal du texte. • choix de la couleur du texte ; • choix de l'épaisseur du contour du cadre, sa forme, sa couleur, la couleur de fond et option du cadre arrondi. Pour la couleur du fond, il est possible de choisir l’opacité à l’aide du curseur indiquant le pourcentage. Un témoin indique, dans l’aperçu, la valeur du pourcentage appliqué ; P.18 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • choix de la police de caractères, sa taille. Quatre options complémentaires surviennent : souligné, gras et italique pour le texte ainsi que l'ajustement de la taille de la police à l'encombrement du bloc sur la feuille. Dès que l’utilisateur écrit un texte sur plusieurs lignes, la case Ajuster la taille au rectangle est décochée. Le texte peut être écrit sur plusieurs lignes. Le saut de ligne peut être volontaire et dans ce cas, il est obtenu en maintenant la touche CTRL du clavier enfoncé et actionner le retour chariot. Le saut de ligne peut être généré automatiquement par GeoConcept en fonction de la longueur du texte à insérer dans une taille de bloc définie. La case à cocher Mode amélioré concerne la taille de la police de caractères exprimé en pixels. Quand elle est cochée, la taille est conforme aux éditeurs de texte et logiciels de PAO du marché. Bloc rectangle Après définition du bloc destiné au dessin d'un rectangle à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc cadre impose différents choix : Edition d'un bloc rectangle ou d'une ellipse • l'épaisseur et la forme du contour à l'aide de la liste déroulante ; • l'option Cadre arrondi permet de rectifier la forme du cadre ; • la couleur du contour grâce à la palette des 256 couleurs ; • la trame de fond du rectangle ainsi que sa couleur. Pour la couleur du fond, il est possible de choisir une opacité à l’aide du curseur indiquant le pourcentage. Un témoin indique, dans l’aperçu de la couleur, la valeur du pourcentage d’opacité appliqué ; Bloc date Après définition du bloc destiné à l'écriture d'une date à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc date impose différents choix : Edition d’un bloc date • des radio-boutons permettent de fixer les alignements horizontal et vertical de l'écriture de la date à l'intérieur de son bloc ; • la palette des 256 couleurs permet de choisir la couleur d'écriture de la date ; P.19 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • la liste déroulante montre les différents choix concernant le dessin du cadre éventuel autour de la date, sa couleur et sa forme en cochant la case Cadre arrondi ; • une trame de fond ainsi qu'une couleur peuvent être associées. Pour la couleur du fond, il est possible de choisir une opacité à l’aide du curseur indiquant le pourcentage. Un témoin indique, dans l’aperçu de la couleur, la valeur du pourcentage d’opacité appliqué ; • la police, sa taille, son style (italique, gras, souligné) doivent être paramétrés ; • enfin le format de date peut être modifié à l'aide de la liste déroulante. Bloc image Après définition du bloc destiné au dessin d'une image ou d'un logo à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc image propose différents choix. Edition d'un bloc image Le répertoire dans lequel l'image est stockée doit être atteint à l'aide de la fenêtre Windows. En cliquant sur le fichier retenu, l'aperçu s'affiche. Les options suivantes sont proposées : • Proportionnel : quand la case n'est pas cochée, l'image suit les déformations de la taille du bloc correspondant ; • Cadre visible : implique le dessin d'un trait noir autour de l'image ; • Lier au fichier : GeoConcept garde en mémoire le chemin d'accès à l'image choisie ; à chaque fois que la mise en page est ouverte, GeoConcept conserve ce chemin ; • Enregistrer avec document : GeoConcept effectue une copie de l'image dans les fichiers gcm/.gcr de la carte courante affranchissant ainsi l'utilisateur du changement éventuel du chemin d'accès à l'image. La combinaison des deux dernières options présente un intérêt non négligeable quand l'utilisateur souhaite conserver un document toujours à jour au cas où l'image est souvent réactualisée. Un fichier image collé dans le presse-papier peut être récupéré dans la mise en page par la commande Coller. Il est systématiquement associé en tant que bloc image au sein de la mise en page. Bloc polyligne Après dessin d'une ligne droite ou brisée à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, le double clic termine la ligne et ouvre la boîte d'édition du bloc polyligne. Edition d'un bloc polyligne P.20 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La liste déroulante demande de fixer l'épaisseur de la ligne et le caisson de couleurs déroule la palette. Cette opération est dupliquée puisqu'une ligne peut être composée d'une ligne intérieure et extérieure pour montrer deux couleurs différentes. Le sens d'orientation de la flèche est à déterminer. Bloc symbole Après définition du bloc destiné au dessin d'un symbole vectoriel à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc symbole propose différents choix. Cet outil est principalement utile pour indiquer le nord sur un document cartographique. Edition d’un bloc symbole Les deux flèches proposent deux listes, la première l'ensemble des bibliothèques de symboles disponibles et la seconde, le dessin de chaque symbole appartenant à une bibliothèque retenue. Les caissons Couleur et Fond permettent respectivement de choisir la couleur du symbole retenu et celle du fond du bloc dédié. L'orientation est capitale : • Angle constant coché : il est exprimé en degrés et est appliqué au bloc symbole ; • Nord de la carte : la liste permet de choisir le numéro du bloc carte dessiné sur la feuille. Dans ce cas, l'angle en degrés est automatiquement calculé. Bloc numéro de page Après définition du bloc destiné au numéro de page à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc numéro de page permet de fixer les paramètres d'écriture : Edition d'un bloc numéro de page • définition des attributs d'écriture : alignement horizontal et vertical, couleur du texte, épaisseur, couleur et contour du cadre, trame et couleur de fond du bloc, police de caractères, taille et style. Pour la couleur du fond, il est possible de choisir une opacité à l’aide du curseur indiquant le pourcentage. Un témoin indique, dans l’aperçu de la couleur, la valeur du pourcentage d’opacité appliqué ;P.21 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Champ automatique : peut être inséré dans la zone de texte, associé à un texte fixe. La liste déroulante propose trois choix de champs qu'il suffit d'insérer en cliquant sur le bouton Insérer. Le champ automatique Nom de la page écrit le nom de la page indiqué dans le livre des pages en cas de mises en pages sur plusieurs pages (Cf. bouton Livre des pages). Bloc vue grapheur Après définition du bloc destiné à la vue grapheur à l'aide du bouton correspondant de la boîte à outils de dessin, l'édition du bloc vue grapheur permet de choisir la vue grapheur sauvegardée avec la commande Vue grapheur (Cf. menu Données / Analyses / Vues grapheur). Edition d'un bloc vue grapheur Positionnement de blocs avec la grille Deux boutons placés en haut de la fenêtre facilitent le positionnement des blocs sur la feuille de papier. Le premier est réservé à l’activation de la grille. Par défaut, il est enfoncé. Le second permet de paramétrer la grille. En cliquant sur le bouton , une boîte de dialogue demande de paramétrer le pas de la grille en millimètres. Une fois les réglages faits, enfoncer le bouton d’activation de la grille pour découvrir sur la feuille de papier une série de points noirs composant la grille sur lesquels les coins supérieurs gauche des blocs sont aimantés dès qu’on les déplace. Paramétrer la taille de la grille de la mise en page P.22 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Nouvelle mise en page Le bouton ouvre la boîte de dialogue du format d’impression (Cf. Fichier / Format d’impression). Une fois les paramétrages de mise en page et les options d’impression réglés, une nouvelle mise en page contenant un seul bloc carte dans lequel la vue courante de la carte ouverte est affichée. Composer une nouvelle mise en page La nouvelle mise en page porte toujours le nom Défaut. La liste déroulante située à droite du bouton l’indique. Il suffit de modifier le nom pour sauvegarder la mise en page courante. Sauvegardes et chargements Il existe trois manières de sauvegarder une mise en page. Après avoir positionné et défini les blocs qui composent une mise en page, il suffit de nommer la mise en page dans la zone éditable de la liste déroulante puis de valider au clavier. Lors d’une ouverture ultérieure de la mise en page à partir de la liste déroulante de l’ensemble des mises en page réalisées sur la carte courante, il sera possible de l’ouvrir pour réutiliser les emplacements de blocs et les modifier éventuellement ou encore y rajouter des blocs. Nommer et sauvegarder une mise en page Il est également possible de sauvegarder une mise en page lors de sa fermeture (bouton Windows de fermeture d’une fenêtre). Un message apparaît systématiquement pour demander de sauvegarder la mise en page active si elle a été modifiée. La troisième façon de sauvegarder une mise en page est de cliquer sur le bouton Disquette situé à droite de la liste déroulante des mises en page. Dans tous les cas, un dialogue propose un choix entre deux types de sauvegarde. On peut sauvegarder une mise en page dans les ressources de la carte (.gcr) ou dans un fichier de modèles (.xml). Dans le cas d’une mise en page à sauvegarder au format XML, le fichier livré en standard avec GeoConcept est proposé comme lieu de stockage de la mise en page. Il est également possible de créer ou d’importer un fichier XML de modèles à partir du bouton correspondant. Sauvegarder une mise en page • Dans le cas d’une sauvegarde d’une mise en page existante après modification en fermant la boîte de dialogue ou en cliquant sur le bouton Disquette , la boîte de dialogue demandant le lieu de stockage de la mise en page est proposée : dans les ressources de la carte ou bien dans un fichier XML existant. • Dans le cas d’une sauvegarde directement dans la liste déroulante à partir de la mise en page préalablement sauvegardée, un message signale une modification sur la mise en page sélectionnée et demande d’écraser la mise en page existante ou bien de donner un nouveau nom à la mise en page. Le format de sauvegarde n’est donc pas proposé. P.23 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sauvegarder une mise en page dans un fichier .xml Charger une mise en page consiste à dérouler la liste des mises en page pour choisir celle à afficher. Deux types de mises en page existent dans la liste : • Les mises en page créées avec la carte. Elles sont rangées sous la catégorie Ressources de la carte ; • Les mises en page importées à partir d’un fichier .xml. Elles sont rangées sous la catégorie Fichiers xml. La mise en page courante est entourée d’un cercle rouge. Une mise en page chargée et modifiée peut être sauvegardée sous le nom de la mise en page initiale. Pour ce, choisir, dans la liste déroulante la fonction . Le catalogue des mises en page Le catalogue des mises en page est ouvert à partir de la liste déroulante et permet la consultation des différentes mises en page utilisables. Le catalogue des mises en page La partie gauche propose l’ensemble des différentes mises en page réparties en deux catégories, celles créées avec la carte sous la rubrique Ressources de la carte et celles associées à un fichier .xml sous la rubrique Fichiers xml. La mise en page courante est surlignée et entourée d’un cercle rouge. Dans la partie droite, l’onglet Aperçu montre l’organisation des différents blocs sur la feuille de papier. La légende est affichée en approchant le curseur : une couleur correspond à un type de blocs. La légende de l’aperçu P.24 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Lorsqu’une mise en page est réalisée sur plusieurs pages, des flèches latérales permettent de basculer sur les différentes feuilles constituantes. La numérotation des pages suit l’activation des flèches. L’onglet Paramètres d’impression est divisé en deux parties : • Des informations concernant l’imprimante (nom, taille et orientation du papier) ; • Les options avancées d’impression définies dans le menu Fichier / Format d’impression. Les paramètres d’impression d’une mise en page Il est possible de renommer ou supprimer à l’aide des deux boutons situés en haut, à gauche de la fenêtre. Après avoir sélectionné une mise en page dans la partie gauche du dialogue, le menu contextuel propose également les deux fonctions Renommer et Supprimer. Les touches F2 et Suppr du clavier peuvent également être utilisées. Renommer ou supprimer une mise en page Le bouton Charger permet de basculer sur une nouvelle mise en page sélectionnée dans la partie gauche du catalogue pour y faire des modifications. Impression L’impression est paramétrable à partir d’une liste déroulante et d’un bouton. P.25 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Imprimer une mise en page La liste déroulante énumère l’ensemble des imprimantes connectées à l’ordinateur pour choisir celle sur laquelle le document va être imprimé. Ensuite, le bouton Impression donne accès à une boîte de dialogue organisée en deux onglets qui permettent de paramétrer les différents paramètres de l’imprimante : Paramétrer une mise en page Les deux onglets Mise en page et Options d’impression correspondent aux paramètres du format d’impression (Cf. Fichier / Format d’impression). Le bouton Imprimer lance l'impression de la mise en page effectuée sur l'imprimante connectée. Impression au format PDF Lors de l’installation de GeoConcept, l’option de génération de fichiers PDF ajoute un item à la liste des imprimantes connectées. Dans ce cas, le bouton Imprimante offre un onglet supplémentaire Paramètres PDF. Paramétrer une mise en page au format PDF • Résolution du document : il s’agit de trouver la qualité optimale de l’image produite. Un compromis judicieux doit être trouvé entre éléments raster et vecteur d’une part et format de la feuille de papier d’autre part. Choisir une résolution de 75 DPI pour un format A0 entraînera inévitablement une pixellisation du document. 150 à 200 DPI pour imprimer du vecteur est acceptable ; • Limiter la résolution des images à : en règle générale, il est indispensable de choisir une résolution inférieure à celle du document ; • Facteur de compression JPEG : il s’agit d’un paramètre qui agit sur l’ensemble des images (orthophotos, photos, logos… ). Plus ce paramètre est bas et plus on généralise l’image du document pouvant entraîner une dégradation du résultat. En revanche, on diminue d’autant le volume du fichier généré ; P.26 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Dossier de destination : cliquer sur le bouton Parcourir pour indiquer le répertoire de stockage du fichier PDF généré. Celui-ci portera le même nom que celui de la mise en page élaborée et sauvegardée ; • Créer un fichier par page : dans le cas où la mise en page confectionnée est organisée sur plusieurs pages différentes, il est possible de générer autant de fichiers PDF que de pages. Dans ce cas, l’option suivante est indispensable ; • Construire le nom du fichier à partir du : il est possible de construire le nom du fichier à partir du nom donné à la mise en page ou bien à partir du nom de la page ; • Lorsque le fichier existe, une liste déroulante propose différentes actions : avertir, remplacer, numéroter automatiquement, ajouter à la fin du fichier, ajouter au début du fichier. • Ajouter des métadonnées : cette option cochée provoque l’ouverture d’un dialogue après avoir cliqué sur le bouton Imprimer qui demande différents renseignements : titre du document, sujet, auteur, mots clés et créateur. Ces données sont consultables après ouverture du fichier PDF à partir du menu Fichier / Propriétés d’Acrobat Reader. Métadonnées du format PDF Mode brouillon Il permet d'alléger la mise en page de tous les graphismes (cartes, images, logos, légendes) qui ralentissent la machine. Seuls les emplacements et les encombrements de blocs sont représentés dans la mise en page ainsi que l'identification de chacun des blocs. Ce mode est utile sur les ordinateurs sous-dimensionnés en mémoire. Mode brouillon Manipulations graphiques avec la loupe Deux boutons Loupe + et Loupe - offrent trois possibilités : Loupe et main dans la mise en page • un clic long propose différents zooms pré-déterminés : • Pleine page : s'il est grisé, c'est la position courante. En pleine page, on peut procéder au positionnement des blocs sur la feuille de papier qui est affiché plein écran. On a ainsi une vision globale des blocs ; • Echelle 1:1 : on a la transcription exacte du rendu sur la feuille de papier. Autrement dit, 1 cm papier = 1 cm écran ; • Sélection : à partir d'un bloc sélectionné, GeoConcept centre l'écran sur ce bloc ; • Personnalisé : différents rapports d'agrandissement ou de réduction sont proposés mais l'utilisateur peut cocher la case Manuel pour définir son pourcentage personnalisé. L'aperçu trace une échelle graphique pour montrer le facteur d'agrandissement ou de réduction. • le zoom avant ou arrière permet d'agrandir les détails des blocs sur la feuille de papier. Le zoom peut être effectué de manière ponctuelle en cliquant sur la zone de la feuille de partie à agrandir ou à réduire. Le zoom peut aussi être défini en marquise en définissant un rectangle autour de la zone à agrandir. • utilisée avec la touche CTRL du clavier en cliquant à l'intérieur d'un bloc carte, la loupe + et - permet d'agrandir ou de diminuer les détails du bloc carte. Dans ce cas, c'est l'échelle de la carte qui est modifiée dans la limite des douze échelles enregistrées de la carte courante. Cette touche s'applique également aux blocs listes et légendes. Pour ces deux types de blocs, le pas d'agrandissement est imposé par GeoConcept. P.27 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Manipulations graphiques avec la main Deux actions sont possibles : • elle permet de se déplacer dans la feuille de papier lorsqu'un agrandissement préalable a été effectué ; • utilisée avec la touche CTRL du clavier, elle permet de déplacer la carte et la légende à l'intérieur des blocs correspondants dans la mise en page. Elle réajuste donc une position appelée. Les échanges de blocs Quatre boutons permettent de communiquer avec l'extérieur via le presse-papier ou via un export au format image. Ils fonctionnent sur une sélection de blocs faite au préalable à l'aide de l'outil Flèche (Sélection/Modification ) : Manipulation de blocs • couper : le ou les blocs sélectionnés sont coupés et placés dans le presse-papier ; • copier : le ou les blocs sélectionnés sont copiés dans le presse-papier ; • coller le presse-papier : le bloc est dupliqué du presse-papiers vers la mise en page de GeoConcept. Cette action est particulièrement pratique lorsqu'on veut dupliquer un bloc en modifiant légèrement son contenu mais en conservant sa taille ; Le copier/coller fonctionne à condition que les Préférences aient été réglées à l'option Image (Cf. Préférences du menu Edition - tiroir Général - onglet Presse-papier). Export au format image Le bloc sélectionné ou la totalité de la feuille de papier est exporté au format image afin d’être ré-utilisé dans une autre application. Exporter un bloc au format image Cliquer sur le bouton Exporter sous déclenche l'ouverture d'une boîte de dialogue pour indiquer le nom du fichier, son chemin d'accès et son format (bmp, gif, jpg, pcx, png, tif, wmf, emf). Dans ce cas, le ou les blocs sélectionnés sont exportés au format image en respectant l'emplacement des blocs. A défaut de sélection, la mise en page dans sa globalité est exportée au format image. Afin d’obtenir une qualité d’image optimale, l’utilisateur peut paramétrer la résolution de l’image dans le groupe dédié en bas et à gauche de la boîte de dialogue. La liste déroulante permet de choisir l’unité : points par pouce, points par centimètres et pixels. En fonction de l’unité retenue, la taille du fichier image est calculée en pixels. Dans le cas où l’unité choisie est le pixel, c’est la plus grande dimension de la feuille que l’utilisateur affecte. Le bloc Résolution associée pour le bloc carte principal renseigne l’utilisateur sur deux infos : • l’échelle du bloc carte ; • la taille qu’un pixel représente sur le terrain en fonction de l’échelle de la carte et de la résolution choisie. En cochant la case Niveau de zoom correspondant, GeoConcept affiche un extrait de la mise en page en respectant la résolution choisie à l’échelle 1/1 (1 pixel de l’image = 1 pixel de l’écran). L’aperçu est centré sur le bloc sélectionné. Si aucun bloc n’est sélectionné, l’aperçu est centré sur la feuille. P.28 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Plus la résolution de l’image est élevée, meilleure en est sa qualité. Un compromis consiste à trouver une qualité acceptable avec un fichier image raisonnable en taille. Manipulations de mises en page au format XML Dans le catalogue activable à partir de la liste déroulante des mises en page, la catégorie Fichiers xml contient des mises en page préalablement stockées dans un fichier .xml. Ces mises en page peuvent être considérées comme des modèles réexploitables pour d’autres cartes. Lors d’une première ouverture du catalogue, la catégorie Fichiers xml propose plusieurs modèles de mises en page sauvegardées dans un fichier .xml, en lecture seule, qui se trouve dans le répertoire XMLFiles du répertoire GeoConcept. Le bouton Ajouter un fichier XML déclenche l’ouverture d’un dialogue qui permet de chercher, dans l’arborescence du disque, le fichier .xml à charger. Après avoir cliqué sur le bouton Ouvrir, le catalogue est enrichi des nouvelles mises en page stockées dans le fichier .xml retenu. La liste déroulante des mises en page propose alors la totalité des mises en page associées à la carte active : celles de la carte et celles associées au fichier .xml chargé dans le catalogue. En choisir une l’active pour la modifier ou l’enrichir. Le bouton OK valide les modifications faites au sein du catalogue. Le bouton Charger active une mise en page sélectionnée dans la partie gauche du catalogue. Ajout de fichiers xml Il est également possible de sauvegarder une mise en page au format .xml considéré comme un modèle exploitable sur d’autres cartes ou d’autres postes. La démarche consiste à créer et nommer d’abord le fichier au format .xml pour ensuite choisir les différentes mises en page de la carte à stocker dans ce fichier. Dans le catalogue, cliquer sur le bouton Ajouter un fichier XML et affecter un nom au fichier à créer ou choisir un fichier existant. Créer un fichier XML inexistant Une création de fichier .xml provoque l’ouverture d’un message signalant l’inexistance du fichier. P.29 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour stocker une mise en page existante dans un fichier XML, dans un premier temps, l’éditer à partir de la liste déroulante des mises en page, puis faire les modifications éventuelles. Lors de l’enregistrement, GeoConcept demande à l’utilisateur de choisir entre les fichiers xml existants ou les ressources de la carte. Il est toujours recommandé de faire la distinction entre le concept de mise en page et celui de modèle. Les modèles sont stockés dans des fichiers xml. Des mises en page peuvent servir à la constitution de modèles. Ainsi, il est vivement conseillé de nommer différemment les mises en page qui servent de modèles. Eclatement et fusion de blocs Deux boutons permettent de dissocier les éléments d'un bloc sélectionné ou, pour des blocs préalablement dissociés, les regrouper ou fusionner. Eclatement et fusion de blocs GeoConcept calcule alors l'emprise de chacun des éléments constitutifs des blocs pour en constituer des blocs à part entière de genre texte, rectangle, ellipse, ligne ou image. Un message propose de supprimer les blocs originaux pour détruire éventuellement le ou les blocs initiaux. Bloc éclaté Il est alors possible de sélectionner chacun ou plusieurs des blocs constitutifs pour les déplacer, pour un bloc texte de modifier son contenu et son allure typographique, pour un bloc ligne de transformer sa forme et sa couleur, pour un bloc image de rendre l'image proportionnelle ou non en fonction de l'agrandissement du bloc. Inversement, des blocs dissociés et sélectionnés peuvent être groupés à l'aide du bouton correspondant. Le message propose de supprimer les blocs originaux. Le bloc résultant est un bloc image. Son contenu ne peut plus être mis à jour en fonction des modifications effectuées sur la carte. La gestion des vues grapheur dans la mise en page présente la particularité de ne pas permettre la dissociation de blocs. Les mises en page sur plusieurs pages Il existe deux manières de préparer une mise en page sur plusieurs pages : • définir le nombre de pages puis sur chacune des pages, intégrer et paramétrer les différents blocs ; • définir un masque sur lequel les blocs à dessiner sur chaque page sont positionnés et paramétrés, puis placer les autres blocs sur chacune des pages. Pour définir une mise en page sur plusieurs pages, un clic sur le livre des pages déclenche l'ouverture d'une boîte de dialogue qui présente la liste des pages. Livre des pages Le masque est toujours présent dans cette liste, quel que soit le nombre de pages. La liste hiérarchique déroule chaque page l'une après l'autre. P.30 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Outil Liste des pages En cliquant sur chaque page, la zone devient éditable pour modifier le nom de la page. Le nouveau nom de la page peut être repris dans le bloc Numéro de page en choisissant Nom de la page comme champ automatique. Pour définir l'organisation en feuilles, le bouton Ajouter une page enrichit la mise en page. Pour détruire une page, le bouton Supprimer la page détruit la page sélectionnée dans la liste. Pour basculer d'une page à l'autre, il suffit de sélectionner, dans la liste, la page sur laquelle on doit travailler. Le bouton Imprimer les pages sélectionnées envoie sur l'imprimante la ou les pages. Dès lors qu'une répétition d'un ou plusieurs blocs intervient, il est judicieux de basculer sur le masque de mise en page afin de définir a priori les blocs à répéter. Masque Trois options composent le paramétrage du masque avec la répétition de blocs sur : • toutes les pages ; • les pages paires ; • les pages impaires. En cliquant sur chacune des options, il s'agit de définir les blocs à répéter en choisissant l'outil adéquat : un texte, un numéro de page, un titre, un logo… En basculant ensuite sur la page à habiller, les blocs définis sur le masque sont dessinés instantanément. Un témoin visuel écrit en transparence à travers la feuille de papier indique à l’utilisateur sur quel masque il travaille : toutes les pages, pages paires, pages impaires. Un indice multiplicatif placé entre parenthèses derrière chaque page indique le nombre de sous-pages induites. En effet, si une mise en page est préparée, associant des blocs carte et un bloc liste par exemple, GeoConcept provoque systématiquement la création d'une ou plusieurs pages supplémentaires à l'identique de la première si la taille du bloc réservé à la liste est insuffisante. Cet indice informe sur le nombre de pages induites. P.31 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Nombre de pages induites Les alignements Situés sous forme de barre verticale à droite de la mise en page, ces quatorze boutons-outils permettent d'aligner les blocs entre eux. Aligner des blocs La mise en œuvre est simple : il suffit de sélectionner d'abord le bloc référence puis ceux à aligner, cliquer sur le type d'alignement désiré pour que les blocs sélectionnés s'alignent sur le premier : • alignement horizontal et vertical, gauche, centre et droite pour l'alignement horizontal et haut, centre, bas pour l'alignement vertical ; • ajustement en largeur ou en hauteur (au plus large ou au plus étroit, au plus haut ou au plus petit) ; • quatre boutons gèrent les dessus/dessous de blocs en cas de superposition : il faut sélectionner un bloc sur la mise en page puis cliquer sur l'un des deux boutons pour en constater l'effet. Pour aller plus loin avec la mise en page Deux méthodes de travail sont possibles : • placer d'abord tous les blocs sur la feuille de papier puis les éditer en double-cliquant successivement sur chacun d'eux pour les remplir ; • placer et remplir l'un après l'autre chacun des blocs. Si plusieurs blocs de même nature voisinent sur la même mise en page, il est possible de les paramétrer par défaut (couleur texte, police, taille, cadre… ) en double-cliquant sur chacun des boutons correspondants dans la barre d'outils avant leur positionnement sur la feuille. Cette P.32 Fichier / Mise en page GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 fonctionnalité est particulièrement pratique dans le cas où différents blocs texte, échelle ou date doivent être placés sur la feuille de papier afin de conserver une homogénéité sans avoir à redéfinir les paramètres de dessin à chaque positionnement de blocs. Le bouton édite les propriétés d'un bloc sélectionné : Propriétés d'un bloc • un nom peut être donné à chaque bloc pour être appelé ensuite à partir du kit de développement GeoConcept à l’aide du bouton Propriétés ; • Dessiner sur permet de choisir sur quelles pages le bloc est dessiné dans le cas de mises en page sur plusieurs pages ; • Ancrer : cette option fige le positionnement du ou des blocs sélectionnés sur la feuille sans possibilité de le déplacer ou d'en modifier son encombrement. Menu contextuel Sur chacun des blocs, un menu contextuel (clic droit) donne accès aux fonctions suivantes : • Editer ; • Couper le bloc ; • Copier le bloc ; • Coller ; • Copier le ou les objets sélectionnés. La plupart de ces fonctions sont également accessibles via des boutons proposés dans la barre supérieure. L’ombrage Un clic droit sur certains blocs permet d’accéder à l’option Afficher une ombre. Cette option est disponible sur les blocs carte, liste, légende, échelle, texte, rectangle, date, image, numéro de page, vue grapheur. Activation de l’ombrage P.33 Fichier / Exporter / Données / Google Earth (*.kmz) GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier / Exporter / Données / Google Earth (*.kmz) Rôle Cette commande permet d’exporter des données d’une carte GeoConcept au format kmz. Disponibilité En permanence. Principes Le kmz est le format compressé du kml (Keyhole Markup Language) utilisé par le logiciel Google Earth. Les géométries dans un fichier kmz peuvent être des objets ponctuels, linéaires et surfaciques et sont, quelque soit le nombre de Types/Soustypes sélectionnés et exportés, stockées dans un fichier unique. L’apparence des objets dans GeoConcept à l’échelle d’export ainsi que la structure du configurateur (Type/Sous-type) sont récupérées par Google Earth. Apparence et structure conservées dans Google Earth (GeoConcept puis Google Earth) P.34 Fichier / Exporter / Données / Google Earth (*.kmz) GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les champs exportés correspondent, Sous-type par Sous-type, à la configuration de la mini-fiche de GeoConcept. Configuration de Mini-fiche de GeoConcept récupérée dans Google Earth Mise en œuvre Fenêtre d’exportation La liste déroulante Exporter permet de sélectionner les objets à exporter : • tous les objets de la carte ; • la liste de sélection ou la liste de mémoire si elles contiennent des objets ; • les listes sauvegardées par l’utilisateur ; • les requêtes enregistrées ; • les vues qui ont été créées. Le bouton Enregistrer enregistre le fichier kmz. L’export kmz peut aussi être réalisé depuis la barre d’outils dédiée accessible par un clic droit sur la barre de menu de GeoConcept avec des options complémentaires. Barre d’outils Google Earth L’accès au paramétrage est fait depuis le bouton . P.35 Fichier / Exporter / Données / Google Earth (*.kmz) GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramétrage de l’exportation Les options du paramétrage de l’exportation Google Earth permettent de choisir : • le nom et le répertoire ou va être enregistré le fichier kmz ; • l’ouverture automatique du logiciel Google Earth à la fin de l’export ; • l’export des limites de l’écran permet d’obtenir le rectangle d’affichage de la carte GeoConcept. La couleur du contour du rectangle est déterminée à l’aide de la palette de couleur déclenchée à partir du caisson coloré à droite de l’option ; • l’export d’une image de la carte (disponible seulement pour les cartes dont la projection est en plate carrée). • l’export des données en 3D construit à partir des données contenues dans le champ Z de GeoConcept. • Si le champ Z contient des hauteurs, les objets seront affichés en se positionnant au-dessus du Modèle Numérique de Terrain de Google Earth ; • Si le champ Z contient des altitudes ou des élévations, le Z des objets représente la distance verticale mesurée à partir du niveau moyen de la mer (soit l’atitude de l’objet + sa hauteur) ; • Projeter les objets au sol permet d’afficher les objets 3D sous forme de volumes et non sous forme de plaques 2D qui flottent au dessus du relief en fonction de leur élévation. Le bouton réalise l’export en fonction des paramétrages mentionnés précédemment. Visualiser un fichier kmz Les fichiers kmz s’ouvrent avec l’application Google Earth. La dernière version est téléchargeable à l’adresse suivante http://earth.google.fr/ 3 . Editer un fichier KMZ Pour éditer un fichier kmz, il suffit de remplacer l’extension du fichier .kmz par .zip, puis décompresser le fichier. Dans l’archive, se trouve le fichier kml, éditable dans un éditeur de texte ou de xml, ainsi que les symboles, utilisés dans la carte GeoConcept, au format .png. P.36 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Apparence / Créer une couche virtuelle... Rôle Cette fonctionnalité permet de générer différents genres de couche virtuelle afin de cartographier des données associées aux objets référence. L'édition des couches virtuelles dépend évidemment de leur genre. Organisées en deux familles, les couches virtuelles peuvent être créées à partir de deux menus Apparence / Créer une couche virtuelle ou Données / Analyses / Créer une thématique. La totalité des couches virtuelles déjà créées est également éditable à partir du Configurateur / onglet Types / bouton Description. Disponibilité En permanence. Principes La représentation d’une couche virtuelle est dynamique : elle est réactualisée si la valeur d’un champ auquel elle se réfère est modifiée. L’association d'une couche virtuelle au Type ou au Sous-type concerné est matérialisée par une flèche de renvoi dans l’arborescence accessible dans le menu Apparence / Gestion de l’affichage ou encore via le configurateur (menu Données / bouton Description). Elles peuvent être détruites dans l’onglet Types du Configurateur ou via un clic droit sur la couche virtuelle dans la fenêtre Gestion de l’affichage du menu Apparence. Mise en œuvre La mise en œuvre de la création d'une nouvelle couche virtuelle peut se décomposer en deux étapes : • créer la couche virtuelle en définissant son genre, sa relation et son nom ; • définir les options de la couche nouvellement créée. Créer une couche virtuelle À partir du menu Apparence / Créer une couche virtuelle, la commande Ajouter une couche virtuelle ouvre une boîte de dialogue qui permet de lister l’ensemble des couches virtuelles accessibles. Une fois spécifié le genre de couche virtuelle retenu, il convient d’indiquer le Type et le Sous-type auquel la couche virtuelle se réfère et de lui donner un nom. En validant par OK, la boîte de dialogue d’édition correspondant à la couche virtuelle définie est affichée. Une couche virtuelle doit toujours être associée à un Type ou à un Sous-type. Un habillage ou une représentation peuvent être réalisées sur tous les objets d'un même Type auquel cas, la couche doit être associée à celui-ci. Ainsi, tous les objets présents dans ce Type sont concernés par la couche virtuelle créée. Les différents genres de couches virtuelles Il existe 21 genres de couches virtuelles différentes dans GeoConcept, sans compter les 4 genres réservés aux analyses thématiques (plages de couleurs, symboles, camemberts et histogrammes) et qu'il est possible de créer via la fonction Apparence / Gérer l’affichage / Ajouter une thématique. La couche virtuelle Hypertexte Cette couche permet la représentation d’un bouton dans la carte déclenchant un lien hypertexte sur un Sous-type ponctuel. Ce contrôle Windows est donc un bouton auquel est associée une bulle d’aide ainsi qu’une action qui déclenche l’ouverture d’un fichier lié à une application. L’application par défaut présente est un champ de genre Lien hypertexte (URL), qui par simple clic, lance un navigateur sur l’URL contenu dans le champ. La couche virtuelle Hypervidéo Cette couche permet la représentation de fichiers vidéo au format avi dans la carte sur un Sous-type ponctuel. Ce contrôle affiche et déroule dans la carte un film dont le chemin d’accès est stocké dans un champ déterminé lors de la création de la couche. P.37 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La couche virtuelle Image ECW Cette couche permet l'affichage d'images au format ECW. Lors de l'importation d'images par le menu Fichier / Importer / Rasters sur polygones… elle est désormais remplacée par une couche virtuelle de genre Rasters sur polygones. Cette couche virtuelle persite dans GeoConcept uniquement pour des raisons de compatibilité avec des cartes comportant des rasters importés avec l'ECW plug-in for GeoConcept (jusqu'à la version 5.6.947). La couche virtuelle Web Maps Cette couche permet la représentation, sur un Sous-type d’objets ponctuels, d’une carte située sur un serveur distant soit en utilisant la technologie WMS, soit au travers d’une carte W@M générée par un GeoConcept Internet Server ou encore en se connectant aux globes virtuels Bing Maps ou Géoportail. Cette couche virtuelle récupère alors sur le serveur, l’information cartographiée sous forme d’image. Les objets vectoriels de la carte distante étant convertis à la volée en images dans la carte locale ne sont donc ni sélectionnables ni modifiables. Conseils et mise en garde Qu'il s'agisse d'accéder à un ou plusieurs serveurs distants ou de combiner l’affichage de différentes couches virtuelles WMS ou W@M sur une même carte GeoConcept, la gestion des différentes résolutions d’images posent le problème éventuel des performances de la machine dédiée. Il est donc conseillé de disposer d’une connexion Web rapide. Une carte contenant une couche virtuelle Web Maps peut être intégrée au sein d’une solution reposant sur GeoConcept eXplorer. Toutefois, en mode utilisation d’une application contenant l’activeX GeoConcept, la visualisation du contrôle n’est pas garantie lorsque l’affichage de la page le contenant n’est pas à 100 %. Enfin, les bases de données cartographiques ne sont pas toutes libres de droit. Il est de la responsabilité de l’utilisateur GeoConcept de vérifier l’usage qu’il peut faire des fonds cartographique obtenu au travers des couches virtuelles Web Maps. La couche virtuelle Flux Cette couche permet la représentation de flux sur un Sous-type linéaire. Son utilisation présente un double intérêt : • dans le cas de flux dits matériels, c’est-à-dire de flux représentés sur des réseaux de linéaires déjà existants sur la carte (flux routiers, ferroviaires, fluviaux) ; • dans le cas de flux dits immatériels, plutôt appelés oursins, c’est-à-dire de flux ne disposant pas de support sur la carte (flux aériens, maritimes, financiers, migratoires…), mais pour lesquels trois informations sont connues : • un lieu de départ ; • un lieu d’arrivée ; • un flux entre ces deux lieux. Dans ce dernier cas, son utilisation est étroitement liée à la fonction Données / Analyses / Créer des oursins… La couche virtuelle Suivi Cette couche permet la représentation, sur un Sous-type ponctuel, du déplacement d’un mobile dans la carte. Elle est directement liée à l'utilisation du module GPS de GeoConcept (Cf. menu GPS), dans le cadre de la représentation du suivi d'un mobile se déplaçant dans la carte. La couche virtuelle de genre suivi, lorsqu'elle est créée, doit obligatoirement être associée au Sous-type (de genre ponctuel) du mobile à suivre. Elle est souvent dénommée Suivi du mobile, mais ce nom n'est pas obligatoire. La couche virtuelle Tiretés Cette couche permet la représentation de tirétés sur un Sous-type linéaire de la carte. La couche virtuelle Barbules Cette couche permet la représentation de barbules sur un Sous-type linéaire. Les barbules sont communément utilisées lors de l’édition cartographique, dans la représentation des talus ou encore des voies ferrées. Il s'agit de l'utilisation répétée et régulière d'un symbole le long du tracé d'un linéaire. P.38 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La couche virtuelle Carte compressée Cette couche permet la représentation d’une carte compressée sur un Sous-type de n’importe quel genre graphique. La couche virtuelle Rasters (sur polygones) Cette couche associée à un Sous-type surfacique, permet l’affichage d’une image dans la carte. Les couches virtuelles [Smart] Il en existe au total huit de genres différents, servant à la représentation du texte de façon interactive et intelligente en fonction de la position, de l'échelle et de la densité de texte à afficher sur la carte. Elles sont disponibles en permanence, mais leur utilisation est directement liée à la fonction Affichage / Assistant SmartLabel… Cette fonction permet de créer et d’utiliser les couches virtuelles SmartLabel avec les paramètres par défaut. Le module SmartLabel for GeoConcept, permet, quant à lui un paramétrage plus précis que celui proposé dans l’assistant, notamment concernant les stratégies à appliquer et l’affichage du texte. La couche virtuelle Étiquettes Cette couche permet l'affichage de texte sous forme d’étiquettes sur un Type ou un Sous-type de n’importe quel genre graphique. La couche virtuelle Carroyage Cette couche permet la représentation d'un carroyage appliqué sur la carte suivant un système de coordonnées déterminé. C'est la seule couche virtuelle qui n'est pas nécessairement associée à des objets particuliers de la carte. La couche virtuelle Rasters (sur points) Cette couche permet la représentation, associée à un Sous-type ponctuel, d’une image dans la carte. Associer une couche virtuelle à un Sous-type présent dans un autre Type Le fait d'associer une couche virtuelle à un Sous-type n'appartenant pas au Type dans lequel elle est créée peut permettre une meilleure gestion de l'ordre d'affichage. L'exemple le plus représentatif concerne les couches virtuelles Etiquettes. Si une couche virtuelle Etiquettes est créée dans le Type qui contient les objets concernés et que ce type est partiellement masqué par d'autres objets de la carte, les étiquettes seront peu ou pas lisibles. On sait par ailleurs qu'au même titre que pour un Sous-type, une couche virtuelle ne peut pas être déplacée dans un autre Type que celui dans lequel elle a été créée. Dans ce cas, pour pallier ce problème, il faut : • créer un nouveau Type susceptible d'accueillir par exemple la ou les couches virtuelles Etiquettes. Ce Type doit contenir obligatoirement un Sous-type, mais peu importe son genre graphique ; • sélectionner le Sous-type venant d'être créé ; cette phase a pour but de spécifier dans quel Type sera stockée la couche virtuelle ; • créer la couche virtuelle à l'aide de la fonction Nouvelle couche… et dans la fenêtre de création de la couche virtuelle, dérouler la liste Type/Sous-type associé pour sélectionner le Type ou le Sous-type associé à cette couche ; il ne s'agit pas du Sous-type précédemment sélectionné, mais de celui qui contient le ou les champ qui seront utilisés par la couche virtuelle ; • éditer la couche virtuelle afin d'y associer le ou les champs souhaités. Cette démarche permet donc de disposer d'une couche virtuelle affichée en dernier à l'écran, bien que se référant à des objets pouvant être affichés à l'arrière-plan. Éditer une couche virtuelle Édition de la couche virtuelle Etiquettes Dans le tableau en haut à gauche, tous les champs disponibles pour le Sous-type choisi sont listés. La sélection d’un champ permet d’activer l’onglet Standard contenant les options de l’affichage des étiquettes. P.39 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour sélectionner un champ, il faut cocher la case se trouvant devant chaque champ. Lorsqu’un champ est choisi, il apparaît dans le rectangle de visualisation à droite. Choix d’un ou plusieurs champs Paramétrage de l’apparence des étiquettes Le groupe Encadrement de l’onglet Standard permet de spécifier le choix d’un fond ou d’une bordure (cases à cocher) et leurs couleurs. Les options du groupe Texte sont réparties en deux sous-ensembles : • le groupe Police fait référence à des options concernant l’aspect visuel du texte dans l’étiquette : • choix d’une police ; • choix d’une couleur ; • choix d’une taille ; • un aspect : gras, italique, souligné ; • dans le groupe Halo, il est possible de choisir une couleur de halo et/ou d’indiquer si celui doit être lissé. Si l’option Lissage du halo est cochée, l’affichage du texte est dessiné plus finement mais celui-ci est un peu plus lent ; • dans le groupe Ombre, si l’option Ombre est cochée, il faut indiquer la couleur de l’ombre ainsi que la valeur du décalage (en pixels) par rapport au texte. Le groupe Alignement permet de placer le texte par rapport au centre de l’objet, centré, aligné à gauche ou à droite. Le rectangle de visualisation en haut à droite de cette fenêtre indique la position de l’étiquette par rapport au centre de l’objet (la croix indique le centre de l’objet). Le décalage de l’étiquette par rapport au centre de l’objet est exprimé en pixels. Quelle que soit l’échelle de visualisation de la carte, l’étiquette conserve sa position. Le bouton Condition sert à ajouter un filtre, c’est-à-dire à spécifier les objets sur lesquels la couche virtuelle Etiquette doit s’appliquer en rédigeant une requête (Cf. menu Données / Chercher). L’onglet Linéaire n’est actif que lorsque la couche virtuelle est associée à un Type et/ou un Sous-type de genre linéaire. P.40 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Options de paramétrage pour les linéaires Cet onglet propose des options de réglage d’écriture : • parallèle au linéaire : • si cette option n’est pas cochée, l’étiquette du champ retenu est écrite à l’horizontale ; • si cette option est cochée, l’étiquette du champ retenu est écrite en suivant le tracé de l’objet linéaire support. Lorsque cette option est cochée, le groupe Taille dynamique est actif ; • dans les deux cas, il faut choisir par rapport à quel segment l’étiquette va se positionner en choisissant des options dans le groupe Segment de base : Premier segment, Segment médian, Dernier segment, Segment le plus long ; • taille dynamique : le texte occupe 60 % de la longueur du segment choisi de l’objet. Il s’agit ici de paramétrer la taille minimale et maximale de la police de caractères retenue sur le premier onglet. En fonction de la longueur du segment support, GeoConcept adapte la taille de l’écriture selon les bornes inférieure et supérieure déterminées. Si il n’y a pas assez de place, GeoConcept n’affiche pas le texte et le remplace par un tiret sur la carte. Édition de la couche virtuelle Flux La fonction couche virtuelle Flux sert à montrer des flux à partir d’objets linéaires existants pour quantifier une valeur contenue dans un champ (celui qui quantifie le déplacement d’un point origine à un point de destination). La fenêtre Couche virtuelle Flux La liste déroulante Champ associé permet de choisir le champ contenant les données de déplacement. P.41 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le groupe suivant définit les bornes de la représentation du champ choisi. Le bouton ? affiche les valeurs extrêmes contenues dans ce champ. Les zones éditables Minimale et Maximale permettent de fixer l’épaisseur des flux, l’épaisseur peut être exprimée dans l’unité de la carte ou en pixels écran. Exprimées dans l’unité de la carte, les épaisseurs présentent l’avantage de suivre les mouvements de la carte lors de changements d’échelle. Le groupe Options permet de régler les options d’affichage de la couche virtuelle Flux : • la case à cocher Double sens permet de représenter deux champs statistiques (par exemple, la circulation dans un sens et celle dans le sens opposé). Le premier a été choisi par le premier critère Champ associé, le deuxième est à choisir dans la liste déroulante du groupe Options ; • la case à cocher Flèche effilée affiche le flux sous une forme plus fine au point de départ du flux ; • la case à cocher Afficher le sens permet de montrer le sens du flux. L’affichage du sens n’a d’intérêt que pour la représentation d’un flux à double sens ; • les deux options Marge début et Marge fin associent une flèche placée en marge de l’objet de départ ou d’arrivée. Cette valeur est exprimée dans le même unité que celle déterminée pour l’expression de la largeur du flux (unité de la carte ou pixels écran). Elles présentent l’intérêt de ne pas surcharger l’affichage lorsque de nombreux flux partent d’un même lieu ou convergent vers un même lieu. La couleur des flux dépend de celle des objets sur lesquels porte la représentation. Pour un flux matérialisant un double sens, la couleur du premier champ choisi est celle du contour extérieur de l’objet et la couleur du second champ, celle du trait intérieur de l’objet. Si l’objet de départ est monochrome, la représentation du flux en double sens se fait en deux couleurs, celle de l’objet et le noir. Édition de la couche virtuelle Tiretés La fonction couche virtuelle Tiretés est associée à un Sous-type d’objets linéaires. La fenêtre Apparence pointillés et tiretés permet de choisir la représentation en tiretés. La fenêtre Apparence pointillés et tiretés Ce tableau à double entrée propose de modifier par un clic long, sur la première ligne, l’épaisseur, le type de tracé et la couleur du contour de l’objet linéaire, puis sur la deuxième ligne, l’épaisseur optionnelle de l’intérieur, le type de tracé, puis sa couleur. Le groupe Edition de tiretés propose de Créer, Modifier et Supprimer d'autres tracés que ceux présentés en standard. Le bouton Créer ouvre la fenêtre Edition d'un tireté et permet, à partir d'un canevas vierge, de définir une séquence de tirets qui sera répétée autant de fois que nécessaire le long des objets linéaires reliés à cette couche. La fenêtre Edition d'un tireté Dans la partie supérieure de la fenêtre, chaque case correspond à un pixel. Un clic définit l'emplacement d'un tiret. Il est alors possible de l'allonger d'un pixel à l'aide de la touche [+], ou de le réduire à l'aide la touche [-]. Le bouton Poubelle permet de supprimer un tiret créé et sélectionné. Il en est de même pour les interstices séparant deux tirets. En dessous du canevas, une double flèche indique l'étendue totale de la séquence qui est répétée. Le groupe Exemple prévisualise le résultat dans deux épaisseurs différentes. Le bouton Modifier ouvre la fenêtre Edition d'un tireté et propose de modifier le tracé créé précédemment. P.42 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le bouton Supprimer annule la création antérieure d'un tireté personnalisé et propose à nouveau de choisir parmi les tiretés standard. Avant de valider par le bouton OK pour constater les changements d’apparence, les deux caissons à droite de la fenêtre montrent l’ancienne puis la nouvelle apparence du tireté. L'ancienne apparence n'apparaît que si le tireté a déjà été créé antérieurement. Édition de la couche virtuelle Barbules La fonction couche virtuelle Barbules est associée à un Sous-type d’objets linéaires. La fenêtre Barbules permet de choisir la représentation en barbules. La fenêtre Barbules Le choix du Symbole à représenter est fait à l'aide des deux boutons situés à droite du symbole. Le premier bouton propose la liste des bibliothèques fournies en standard avec le logiciel GeoConcept. Ces bibliothèques sont stockées dans trois fichiers Geocpt1, Geocpt2 et Geocpt3 avec l’extension sbl dans un répertoire Symbols dépendant du répertoire principal GeoConcept. En tête de cette liste déroulante, il est possible de Choisir un dossier cliparts, c’est-à-dire de spécifier le chemin d’accès vers un répertoire contenant un ou plusieurs symboles au format wmf ou emf. Une fois le répertoire sélectionné, il apparaît dans la liste des bibliothèques disponibles. Dans cette liste déroulante, il est également possible de choisir parmi les Cliparts récents. Les cliparts précédemment associés sont disponibles dans une même famille. Le second bouton permet de choisir, au sein de la bibliothèque choisie, le symbole retenu. Le bouton Editer propose, si besoin, de modifier un symbole ou d'en créer un nouveau, en basculant dans l'Editeur de symboles. La liste déroulante Taille permet de choisir la taille en pixels du symbole, et le bouton Couleur permet le choix par un clic long de la couleur de ce même symbole. Une fois le symbole à répéter choisi, le groupe suivant définit l'Espacement entre chaque symbole, et un Ecart à la ligne. Ces deux valeurs éditables sont exprimées en pixels. L'écart à la ligne peut être négatif. Enfin, il peut être choisi de représenter le symbole Uniquement aux points intermédiaires. Dans ce cas, les symboles seront représentés aux points intermédiaires créés le long du tracé du linéaire. Enfin, avant de valider avec le bouton OK, une prévisualisation du résultat est proposée. Édition de la couche virtuelle Carroyage La couche virtuelle Carroyage est associée à n'importe quel Sous-type d'objets à condition qu'il existe au moins un objet sur la carte. Quatre groupes composent la boîte de dialogue : • Projection ; • Dimensions de la grille ; • Coordonnées ; • Apparence. P.43 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Edition de la couche virtuelle Carroyage Le groupe Projection rappelle la projection de la carte active et propose de choisir, à l'aide de la liste déroulante, la projection à utiliser pour concevoir le carroyage de la couche virtuelle. Il est indispensable de sélectionner un système de projection cohérent par rapport au système de la carte active. Le groupe Dimensions du carroyage propose d'abord de choisir l'unité dans laquelle la grille est exprimée à partir de la liste déroulante. Les deux zones Largeur et Hauteur sont éditables afin de définir le pas d'un carreau de la grille. Le bouton Limites donne accès à des paramétrages complémentaires. Limites de la grille Deux options sont disponibles. Modifier les limites propose deux groupes, Limite longitudinale et Limite transversale permettant à l'utilisateur d'éditer les bornes minimum et maximum à l'intérieur desquelles la couche virtuelle est affichée. Les valeurs doivent être exprimées dans le système de coordonnées choisi pour afficher la grille. Deux boutons agissent sur ces quatre zones éditables en mettant à jour les valeurs : P.44 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Limites de l'écran : le carroyage est dessiné uniquement sur la zone de la carte actuellement affichée. En déplaçant la carte sur l'écran, la grille ne suit pas le mouvement. Elle a été calculée à un instant T pour s'appliquer sur une zone déterminée de la carte. • Limites de la carte : les quatre zones éditables affichent les valeurs extrêmes de l'espace de travail de la carte. Ces valeurs correspondent à celles proposées dans l'onglet Espace des Propriétés de la carte (menu Fichier). Elles sont converties pour être affichées dans le système de coordonnées choisi pour afficher la grille (si ce système est différent du système de la carte). La seconde option Ajuster à la zone d'affichage génère la grille de façon dynamique. Elle réagit aux déplacements et agrandissements effectués sur la carte car elle est systématiquement recalculée pour se plaquer à l'espace affiché. Le groupe Coordonnées est optionnel. Quand la case est cochée, le bouton Police permet de choisir avec quelle police les coordonnées de la carte exprimées dans le système de projection retenu vont être dessinées. Les deux valeurs X et Y du delta en pixels permettent de déterminer à quelle distance des bords supérieur et latéral de l'écran, ces valeurs sont affichées. Coordonnées de la grille affichées Le groupe Apparence est optionnel. Il donne la possibilité de paramétrer l'apparence de la grille : lignes ou croisillons, couleur et épaisseur. Si l'option Ligne est choisie, il est indispensable de définir l'épaisseur de la ligne ainsi que sa couleur. Si l'option Croisillons est retenue, les trois paramètres Taille, Epaisseur et Couleur doivent être définis. Les valeurs sont exprimées en pixels. P.45 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Grille avec croisillons et coordonnées Il est indispensable de paramétrer efficacement les dimensions et éventuellement les apparences de la couche virtuelle Carroyage en fonction de l'échelle d'affichage de la carte. Dans ce cas, il est indispensable de choisir l'option Apparence dépendante de l'échelle pour la couche virtuelle dans le Synoptique (Menu Apparence / Affichage) et d'ajuster les pas de la grille à chacune des échelles de la carte. Édition de la couche virtuelle Carte compressée La couche virtuelle Carte compressée ne requiert pas de paramétrage particulier. Seule son existence permet l'affichage d'une carte compressée dans la carte GeoConcept en cours. En effet, il est possible d'afficher une carte qui a été compressée au préalable, grâce à un nouveau traitement de la géométrie des objets. Cette couche virtuelle fait donc appel à un procédé de compression de carte dont les avantages sont : • une réduction considérable du poids des fichiers manipulés ; • un temps d'affichage plus court. Pour que cet affichage se fasse dans la carte, des préparations sont nécessaires : • les deux fichiers de la carte compressée, respectivement au format FCM (pour Fast Compressed Map) et XML doivent être créés au préalable à partir de la carte dite de départ. Le premier contient les données compressées tandis que le second contient le modèle de données de la carte compressée ; • ces deux fichiers doivent être placés dans le même répertoire que celui qui contient la carte GeoConcept courante ; • La carte GeoConcept courante doit être enrichie par la structure de la carte dite de départ ayant été compressée. Ainsi, le configurateur de la carte courante doit contenir l'ensemble des Types et des Sous-types de la carte dite de départ. Cette copie peut être réalisée de différentes façons : • le modèle de la carte courante peut être créé à partir de celui de la carte qui a été compressée ; • l'export/import au format XML peut être réalisé ; • le copier/coller de tous les Types de la carte de départ peut être effectué dans l'onglet Types du configurateur ; • La couche virtuelle Carte compressée peut indifféremment être associée à un Sous-type ponctuel, linéaire, surfacique ou textuel ; • Un objet doit être créé et son nom (saisi dans le champ Nom global à tous les objets GeoConcept) doit être identique au nom du fichier fcm (par exemple : "carte.fcm", si le fichier fcm s'appelle carte). L'objet présent dans le Sous-type connecté à la couche virtuelle doit absolument figurer à l'intérieur de l'espace de travail de la carte. Si ce n'est le cas, cet espace doit être recalculé afin de pouvoir visualiser la carte compressée (Cf. menu Fichier / Propriétés de la carte). Si la carte compressée n'est pas visible à l'écran, la touche F5 du clavier déclenche le rafraîchissement. Si l'invisibilité de la carte compressée persiste, il faut éventuellement fermer puis ré-ouvrir la carte courante. P.46 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les objets de la carte compressée ne sont ni sélectionnables, ni modifiables. En revanche, il est possible de masquer certains Types ou Soustypes dans la fenêtre Gestion de l’affichage (Cf. menu Apparence / Gérer l’affichage). Il est en outre possible de créer, dans la carte courante, des objets dans un des Types / Sous types de la carte compressée. Les uns seront sélectionnables, les autres pas, mais les deux ont un comportement similaire concernant l'affichage. Enfin, des couches virtuelles peuvent être définies et associées aux Sous-types de ces « objets ». Limitations et avertissements sur l'utilisation des cartes compressées Ce qu'il est possible de faire : - ajouter des nouveaux Types et Sous-types ; - ajouter des couches virtuelles, y compris sur les Types ou les Sous-types concernés par la carte compressée ; - supprimer des Types ou des Sous-types utilisés dans la carte compressée ; Ce qu'il n'est pas possible de faire : - ajouter des champs globaux ou des champs communs à un Type ; - certaines couches virtuelles ne peuvent pas s'afficher sur une carte compressée : Barbules, Tiretés, Rasters sur points ou Rasters sur polygones, Hypervidéo, Hypertexte ; - l'utilisation de champs locaux ou de conditions sur l’affichage de couches virtuelles associées n'est pas possible sur les objets d'une carte compressée. Cas particulier : carte compressée et couches SmartLabel Un cas particulier peut se présenter lorsque, sur une carte, cohabitent des couches virtuelles carte compressée et des couches virtuelles SmartLabel : Les couches SmartLabel ne s'affichent correctement que si le Type SmartLabel est dessiné après celui contenant la carte compressée, dans l'ordre d'affichage (Cf. menu Apparence / Gérer l’affichage). Edition de la couche virtuelle Hypertexte La fonction couche virtuelle Hypertexte est associée à un Sous-type d’objets ponctuels. La fenêtre Propriétés de la couche de lien hypertexte permet de choisir le champ sur lequel pointe la couche virtuelle. La fenêtre Propriétés de la couche de lien hypertexte La liste déroulante Champ contenant le lien propose la liste des champs de genre Caractère ou Lien hypertexte. Il suffit que le champ lié soit rempli avec le chemin d’accès précis du fichier lié pour qu’apparaissent, sur la carte, des boutons de contrôle sur tous les objets auxquels se réfère la couche virtuelle. Un nuancier permet de choisir la couleur du bouton qui apparaît sur la carte. Une fois de retour dans la carte, en approchant le curseur sur un des boutons de contrôle, une bulle d’aide apparaît indiquant l’URL appelé (fichier, page HTML d’un site Web, ou encore adresse e-mail) et en cliquant sur le bouton, l’action est lancée. Une couche virtuelle Hypertexte peut lancer l’ouverture de documents ou de cartes GeoConcept. Lorsque le champ lié à la couche virtuelle Hypertexte est non renseigné, les boutons de contrôle associés aux objets concernés n’apparaissent pas sur la carte. La case à cocher Invisible à cette échelle n'est disponible que lorsque la case Apparence unique de l'onglet Types du configurateur a été cochée. Édition de la couche virtuelle Hypervidéo La fonction couche virtuelle Hypervidéo est associée à un Sous-type d’objets ponctuels. La fenêtre Propriétés de la couche vidéo permet de choisir le champ sur lequel pointe la couche virtuelle. P.47 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La fenêtre Propriétés de la couche vidéo La liste déroulante Champ contenant l'emplacement de la vidéo propose la liste des champs de genre Caractère. Il suffit que le champ lié soit rempli avec le chemin d’accès précis du fichier lié pour qu’apparaissent, sur la carte, des AVI (animations Microsoft) sur tous les objets auxquels se réfère la couche virtuelle. Une couche virtuelle Hypervidéo ne peut lancer que l’ouverture de fichiers avi sans piste son. La case à cocher Invisible à cette échelle n'est disponible que lorsque la case Apparence unique de l'onglet Types du configurateur a été cochée. L’application Animation Shop 3 liée à Paint Shop Pro 7.0 (Jasc Software), permet de créer ses propres fichiers au format avi. Édition de la couche virtuelle Web Maps La couche virtuelle Web Maps est associée à un Sous-type d’objets ponctuels. Elle permet de se connecter à des serveurs WMS, W@M et sous certaines conditions aux globes virtuels Bing Maps et Géoportail. Afin de permettre un affichage optimal des couches virtuelles Web Maps, GeoConcept est, depuis la version 6.6 livré avec deux librairies graphiques spécifiques : OpenGL et DirectX. Les dlls d’OpenGL sont installées automatiquement dans le répertoire du logiciel GeoConcept. Le composant DirectX est présent dans l’installateur de GeoConcept et est installé par défaut. Toutefois il peut savérer nécessaire de le réinstaller, il se trouve sur votre CD de GeoConcept en respectant le chemin suivant : D:\English\Tools\directx\dxsetup.exe Web Maps Services (WMS) Les Web Map Services ou WMS sont des services normalisés de cartes géoréférencées qui peuvent être affichées avec GeoConcept, en complément des objets déjà présents dans une carte. Le WMS est décrit dans des spécifications maintenues par l'Open Geospatial Consortium 3 (OGC). Ces spécifications sont disponibles sous forme de PDF à l’adresse suivante : http://portal.opengeospatial.org/files/?artifact_id=5316 3 La création d’une couche WMS est réalisée en deux étapes à partir de la fenêtre paramètre de la couche Wep Maps. Il convient dans un premier temps de se mettre dans le mode Web Map Service (mode par défaut à l’ouverture de la fenêtre). Le bouton permet de nommer la configuration et lui préciser l’url du serveur : P.48 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le bouton permet de modifier et/ou renommer la configuration et le bouton la supprime. Les configurations sont enregistrées et peuvent être réutilisées à l’aide du menu déroulant suivant : L’étape suivante consiste, à l’aide du bouton , à se connecter au serveur WMS pour obtenir la liste des métadonnées qui décrivent le contenu du service et ainsi visualiser les couches cartographiques disponibles. Il ne reste plus qu’à choisir la ou les couches à afficher, le format image (gif, jpeg, png) et enfin déterminer le seuil d’opacité. La validation déclenche l’affichage de la couche virtuelle. Depuis la version 6.6, il est possble de demander un affichage tuilé (équivalent à du WMS-C) en cochant la case Tuilé. Ce mode découpe l’image renvoyée par le serveur en plusieurs petits carrés (les tuiles) et les stockent en mémoire pour garantir un affichage plus rapide et une navigation plus fluide. Toutefois certains serveurs n’acceptent pas ce mode, dans ce cas il suffit de décocher la case Tuilé. En cochant la qualite de l’affichage des images est de meilleure qualité, mais a pour inconvénient d’être sensiblement moins rapide. Pour renouveler les tuiles afin d’afficher les mises à jour proposées par le service WMS, cliquez sur le lien de Taille de la configuration actuelle, puis sur Oui. A la suite de cette opération, la mémoire de la configuration sera vidée et les nouvelles tuiles s’afficheront dans GeoConcept. Ou trouver des serveurs WMS ? La plupart des serveurs publics français sont référencés ici : http://georezo.net/wiki/mai 3 n:webmapping:webservices Le site http://wms-sites.com/ 3 recense de nombreux serveurs WMS sur toute la planète. P.49 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Des problèmes pour afficher une couche WMS ? Penser à vérifier les points suivants : - l’emprise de l’affichage de la carte doit correspondre à l’emprise des données WMS ; - le format d’image de la couche peut ne pas être compatible avec les possibilités du serveur ; - l’opacité de la couche doit être supérieure à 0% ; - les serveurs WMS peuvent ne pas accepter les requêtes pour images tuilées, il est nécessaire de décocher la case Tuilé ; - certains serveurs proposent des couches avec des emprises géographiques distinctes qui ne peuvent pas être affichés simultanément, il faut choisir l’une ou l’autre des couches ; - certains serveurs WMS sont paramétrés pour ne pas envoyer d’images trop grande, il suffit donc de zoomer pour visualiser la carte ; - les réponses des serveurs WMS pouvant être longues, il suffit d’afficher la carte à une échelle plus grande pour un affichage rapide ; - certaines couches WMS sont visibles uniquement entre deux échelles distinctes. Par exemple la couche des scans des cartes géologiques au 1/50 000 du BRGM (http://ogcpublic.brgm.fr/geologie 3 ) ne s’affiche qu’entre le 1/7 000 et le 140 000 ; - enfin, consulter le journal des erreurs pour avoir plus de détails (cf. annexe 20). Web Access Map (W@M) La carte GeoConcept comportant une couche virtuelle Web Access Map doit contenir au moins un objet, quel que soit son Type et son Soustype. La création d’une couche W@M est réalisée en trois étapes à partir de la fenêtre paramètre de la couche Wep Maps. D’abord, on doit se positionner dans le mode Web Access Map. La fenêtre Propriétés de la couche Web Access Map est constituée de trois parties : • Configuration ; • Serveur GCIS; • Carte GCIS. La partie Configuration contient les modèles des différentes configurations sauvegardées. La partie Serveur GCIS définit tous les paramètres de configuration relatifs au serveur utilisé. Le seul Protocole disponible actuellement est le protocole Internet http. Le Port TCP est celui d’Internet donc ayant la valeur 80 par défaut. Cette zone éditable sert éventuellement à spécifier un autre port lorsqu’on utilise cette couche virtuelle en Intranet, auquel cas, l’administrateur réseau doit indiquer sa valeur. Sur un serveur Web, le Répertoire des scripts héberge tous les scripts, c’est-à-dire tous les programmes qui peuvent s’exécuter, le plus simple et le plus courant sous Microsoft Internet Server étant que ces programmes soient stockés sur un répertoire portant le nom scripts. Trois radio-boutons permettent de spécifier le type de script installé sur le serveur GeoConcept Internet Server : P.50 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Gcis.exe est un script CGI (ou Common Getway Interface) ; c’est le script par défaut sélectionné car le plus souple ; • Gcis.dll est un script ISAPI (ou Internet Server API) ; • Autre permet d’accéder à un serveur GeoConcept Internet Server qui est encapsulé. Il suffit alors d’indiquer ce programme (par exemple : myscript.asp). Une fois les paramètres du serveur définis, il s’agit de configurer l’accès à la carte GeoConcept dans la partie Carte GCIS. Les paramètres exprimés ici sont liés à la configuration choisie. Le paramètre Page GCIS demande l’alias qui identifie la carte GeoConcept appelée. C'est un alias public qui permet de référencer une carte sur le serveur. Au paramètre Onglet de visibilité, il est nécessaire d'écrire l’onglet de visibilité souhaité à l'affichage, sous la forme de la couche virtuelle Web Access Map. Il faut donc connaître les configurations de cartes disponibles sur le serveur cartographique Internet ou intranet de même que les différents onglets de visibilité accessibles. Ces informations peuvent être fournies par l'hébergeur du site cartographique. La syntaxe et l’orthographe doivent être scrupuleusement respectés. La liste déroulante Format de la couche permet de choisir le format dans lequel est affichée la couche virtuelle dans GeoConcept. Différents formats peuvent être générés : • gif, jpg, png, pour les formats raster ; • emf pour Enhanced MetaFile, format qui présente l’avantage d’être un format vectoriel renforçant ainsi la qualité de l’image affichée. Son autre avantage est qu'il gère la transparence de la couche. Cela permet ainsi d'afficher une couche virtuelle Web Access Map par dessus un raster déjà présent dans la carte locale. Toutefois, si l’image créée sur la couche virtuelle Web Access Map comprend du « raster », il est conseillé de choisir un format traditionnel raster plutôt que le format emf qui gère mal ce genre de données. Enfin, il est possible de déterminer le pourcentage d’opacité avec lequel la couche W@M va s’afficher. Mise en garde sur l’affichage des couches virtuelles W@m L’affichage des couches virtuelles Web Access Map peut être perturbé par un tassement vertical de l’image si la résolution de l’écran est de 1280 x 1024 (soit un rapport de 1,25). Pour pallier ce problème, il faut modifier les paramètres Largeur et Hauteur écran, dans l’onglet Général du menu Préférences (Cf. menu Edition) pour obtenir un rapport de 1,33. Bing Maps Bing Maps est un service proposé dans GeoConcept, il fait appel aux serveurs de Microsoft pour afficher les vues satellites, les orthophotos ou les plans proposés par Bing Maps. L’ajout d’une couche virtuelle Bing Maps est fait à partir du bouton Bing Maps. En cliquant sur le bouton , on nomme la configuration et la fenêtre ci-dessous apparaît : P.51 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le bouton permet de renommer la configuration et le bouton de la supprimer. L’étape suivante consiste à choisir l’opacité et la couche que l’on souhaite afficher (Route, Aérienne, Hybride). La confirmation par OK déclenche l’affichage de la couche virtuelle. En cochant la qualite de l’affichage des images est de meilleure qualité, mais a pour inconvénient d’être sensiblement moins rapide. Pour renouveler les tuiles, afin d’afficher les mises à jour proposées par Microsoft, cliquez sur le lien Taille de la configuration actuelle, qui demande de ré-initialiser le fichier temporaire avant de valider par Oui. A la suite de cette opération, les nouvelles tuiles s’affichent dans GeoConcept. En fonction de la licence d’utilisation des Bings Maps un compteur s’affiche indiquant le nombre estimé de hit restant associé à votre compte : . Les données Bing Maps ne sont pas accessibles librement, il est nécessaire d’obtenir une clé via votre contact commercial chez GeoConcept. Le bouton permet d’ouvrir la fenêtre pour saisir l’identifiant et le code transmis. P.52 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Géoportail Géoportail est un service proposé dans GeoConcept, il fait appel aux serveurs de l’IGN dans le but d’afficher les orthophotos disponibles sur le Géoportail de l’IGN. Dans la couche virtuelle Web maps, cliquer sur le bouton Géoportail. Nommer la configuration avec le bouton et la fenêtre ci-dessous apparaît : Le bouton permet de renommer la configuration et le bouton de la supprimer. L’étape suivante consiste à choisir l’opacité et la couche que l’on souhaite afficher. Pour renouveler les tuiles, cliquez sur le lien Taille de la configuration actuelle qui demande de ré-initialiser le fichier temporaire avant de valider par Oui. A la suite de cette opération, les nouvelles tuiles s’affichent dans GeoConcept. P.53 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 L’accès aux données du Géoportail n’est pas libre, il est nécessaire d’obternir une clé via votre contact commercial chez GeoConcept. Le bouton permet de saisir la clé et indique les conditions d’utilisation. Option des webmaps Si vous avez besoin de configurer un proxy pour accéder aux couches virtuelles Webmaps, le bouton ouvre la fenêtre suivante : Pour utiliser le proxy, cochez Utiliser le serveur proxy pour les requêtes de cartes, puis remplissez les champs correspondants : • Adresse • Port • Nom d’utilisateur • Mot de passe L’option Ne pas utiliser de proxy pour les adresses locales permet d’accéder à des serveurs de cartographie sur le réseau local même si le proxy est nécessaire pour accéder à d’autres couches. Depuis la fenêtre , il est également possible de choisir le mode graphique souhaité : DirectX ou OpenGL. Mise en garde sur l’affichage des couches virtuelles Bing Maps et Géoportail Le système de coordonnées utilisé par Bing Maps est compatible avec tous les systèmes de coordonnées mais il n’est pas possible d’afficher les couches Bing Maps dans GeoConcept aux très petites échelles (à partir du 1/20 000 000 et en-dessous) sur les cartes utilisant un système de coordonnées conique (Lambert 1, 2, 3,4, 93, …). Afin de s’affranchir de cette limite, il est recommandé d’utiliser le système de coordonnées Mercator sur sphère WGS84. En cas de problème, consulter le journal des erreurs pour avoir plus de détails (cf. annexe 20). Mise en garde sur l’impression PDF des couches virtuelles Bing Maps et Géoportail En cas d’affichage de liseré blanc entre les tuiles, il peut s’avérer nécessaire de modifier les options d’anticrénelage de votre carte graphique. Par exemple, pour les cartes vidéo ATI, il faut activer l’anticrénelage adaptif et pour les cartes vidéo NVIDIA il faut que les réglages d’anticrénelage soient actifs et controlés par l’application. Pour imprimer des cartes avec des couches Web Maps au format PDF il est recommandé d’utiliser comme option d’impression : Imprimer sous forme d’image (cf.§ Fichier / Mise en page de ce document pous plus de détails sur les impressions). P.54 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Édition de la couche virtuelle Suivi La fonction couche virtuelle Suivi est associée à un Sous-type d’objets ponctuels. Cette couche affichée sur la carte apparaît en plus de l'objet représentant le mobile. La couche virtuelle fait apparaître le mobile en l’orientant selon son cap, un vecteur placé devant et dont la taille est proportionnelle à la vitesse (dépendant de la norme), sa direction (le cap) et sa trace (queue du mobile). L'édition de la couche virtuelle Suivi Le groupe Représentation du trajet, activable par la case à cocher du même nom, a pour objectif de limiter le nombre de positions de la queue du mobile sur la carte. le Nombre de points paramètre le nombre de segments de sorte à représenter les n dernières positions reçues sous la forme du linéaire ; la Distance inter-points, exprimée dans l’unité de la carte, facilite un lissage de la trace du mobile surtout si le mobile se déplace peu ou pas. À l'arrêt (à un feu rouge, par exemple), le récepteur GPS continuant d'enregistrer les positions du mobile, il a tendance à donner des variations de positions bien que le mobile soit fixe. Cela a comme effet de représenter une polyligne complexe suite au stockage de coordonnées X et Y nombreuses et imprécises en raison des signaux reçus par les satellites. Normalement de simples coordonnées X et Y de la position du feu rouge devraient être stockées. La fonction Distance inter-points permet de réduire le nombre de positions enregistrées et ainsi contribue à réduire les effets de déplacement à l'arrêt. Le groupe Représentation du vecteur vitesse, activable par la case à cochée du même nom, sert à gérer la représentation du vecteur vitesse lors du suivi du mobile dans la carte. Le Choix de l'épaisseur du trait se fait par le biais d'une liste déroulante d'épaisseurs possibles. Le Choix de la couleur du trait est fait également par le biais d'une liste déroulante d'épaisseurs possibles. Un clic sur ce bouton propose ensuite de choisir entre les couleurs récemment utilisées sur la première ligne, la transparence, sur la seconde ligne, les 256 couleurs standard de GeoConcept ou enfin de définir sa propre couleur en choisissant le bouton Personnaliser… en bas de la fenêtre. Une fois le choix de la couleur effectué par un clic, la boîte de dialogue du choix des couleurs disparaît. Les groupes Échelonnage et Intervalles consistent à associer à une vitesse, la longueur du segment représentant le vecteur vitesse solidaire du mobile. À une vitesse nulle il vaut mieux n'associer aucun échelonnage en pixel, en revanche à la vitesse maximale correspondra une longueur de segment. (km/h et pixels). Il est donc conseillé de Fixer la vitesse minimale du mobile à 0 km/h avec un échelonnage de 0 pixel. Le groupe Représentation du mobile, activable par la case à cocher du même nom, paramètre l'affichage du mobile, élément de la couche virtuelle. Le choix du symbole est possible grâce à l'éditeur de symboles vectoriels de GeoConcept, disponible à partir de cette fenêtre. Ainsi, il est possible de choisir un symbole déjà existant et stocké dans une famille de symboles à l'intérieur d'un fichier de symboles, pour représenter le mobile. Il est également possible d'associer, en guise de symbole, un clipart au format wmf ou emf. Avec la case à cocher Orienter en fonction du cap, le symbole représentant le mobile peut être orienté sur la carte en fonction du cap du mobile. Si l'option n'est pas activée, le mobile reste affiché dans le sens de sa création, quelque soit son cap de déplacement. Une fois la configuration effectuée, la couche virtuelle est affichée lors du démarrage du suivi du mobile. Elle représente alors le mobile par le symbole choisi. Le symbole, orienté ou non en fonction du cap indique aussi son vecteur vitesse, son cap et son cheminement par un linéaire simulant en fait sa trace. Enfin, le groupe Représentation du trajet permet, durant le déplacement du mobile, de visualiser la trace qu'il laisse derrière lui. Ainsi, le choix du Nombre de points constitutif de cette trace peut être déterminé dans une zone éditable et la distance inter-points, exprimée dans l'unité de la carte, définit l'espacement entre chaque point de cette trace. P.55 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La représentation du trajet réalisée ici disparaît lorsque le suivi du mobile est arrêté. Il s'agit donc d'une représentation temporaire en cours de déplacement. Édition de la couche virtuelle Rasters sur points La fonction couche virtuelle Raster est associée à un Sous-type d’objets ponctuels. Une couche virtuelle Raster peut être créée manuellement ou suite à l'utilisation de la fonction Fichier / Importer / Raster… La fenêtre Palette permet de modifier les paramètres de la couche virtuelle Raster. La fenêtre Palette Le haut de la fenêtre permet d'ajuster la Luminosité et le Contraste de l'image importée et une case à cocher permet de transformer l'affichage de l'image en Niveaux de gris. En bas à droite de la fenêtre de prévisualisation de l'image importée, quatre boutons sont proposés. Le bouton Transparence déclenche l'ouverture de la fenêtre Sélection de couleurs transparentes. La fenêtre Sélection de couleurs transparentes Cette fenêtre montre la palette des couleurs utilisées par l'image importée. Il est alors possible de sélectionner certaines de ces couleurs dans le but de les rendre transparentes. La sélection peut se faire par un clic sur la couleur choisie pour devenir transparente, ou par un clic dans la prévisualisation de l'image à l'aide de l'outil pipette s'activant automatiquement en positionnant le curseur sur l'image. La prévisualisation de P.56 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 l'image montre alors les couleurs transparentes sous la forme d'une grille. Il est ensuite possible d'Inverser la sélection, ou d'Effacer la sélection à l'aide des deux boutons situés en bas de la fenêtre. Le bouton Vue globale permet de montrer l'ensemble de l'image importée. Le bouton Zoom avant permet de zoomer dans l'image. Le bouton Zoom arrière permet de reculer dans l'image. Les champs Raster Transparency et RCP Deux champs sont créés et utilisés par la couche virtuelle Raster. Le champ Raster Transparency, de genre caractère, stocke, quant à lui la liste des couleurs ayant été rendues transparentes. Chacune d'entre elles est indiquée entre parenthèses en trichromie (rouge, vert, bleu), chaque niveau indiqué étant séparé par une virgule. Sa syntaxe est la suivante : RGB=([niveau de rouge],[niveau de vert],[niveau de bleu])([niveau de rouge],[niveau de vert],[niveau de bleu]), etc. Ce champ peut être consulté ou modifié dans la fiche d'informations de GeoConcept. Le champ RCP, de genre binaire, stocke les réglages réalisés dans les fonctions de luminosité, contraste, niveaux de gris, ainsi que la liste des points de calage ayant servi à positionner l'image. De par son genre (binaire), ce champ ne peut être consulté dans la fiche d'informations de GeoConcept. En revanche, s'il est transformé en champ de genre caractère, il peut être consulté, voire modifié. Après consultation ou modification de ce champ, il faut le rétablir en champ binaire pour que le raster soit visible dans la carte. Le passage du champ RCP du genre binaire au genre caractère permet aussi de recopier son contenu dans différents ponctuels supportant un raster. Ceci permet d'appliquer ensuite à chacun de ces rasters la même transformation sans avoir à reprendre la saisie manuelle des points de calage. Il faut bien sûr que tous les rasters aient au départ les mêmes dimensions, résolution et localisation. (Exemple : recalage de plusieurs bandes spectrales d'une image satellite non rectifiée). Édition de la couche virtuelle Rasters sur polygones Dans l’onglet Types du Configurateur (menu Données) et dans la fenêtre Gestion de l’affichage (menu Apparence), le fichier image est une couche virtuelle de genre Raster sur polygones associée à un Sous-type de genre surfacique. Le nom de la couche virtuelle est celui du Sous-type auquel elle est rattachée suivi de cv. En double cliquant sur la couche virtuelle Raster sur polygones, on accède à la fenêtre de paramétrage pour modifier les critères qui s’appliquent à l’ensemble de l’image, même si elle est décomposée en tuiles. Couche virtuelle raster sur polygones En double-cliquant sur l’icône de cette couche virtuelle, la fenêtre d’édition du fichier image est proposée. Deux onglets proposent les propriétés du raster : Général et Paramétrage des couleurs. P.57 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Réglage du mode d’affichage, de l’orientation et d’éclairage de l’image dans l’onglet Général Onglet Général Le groupe Image propose différentes informations relatives au fichier image intégré (nom du fichier, chemin d’accès, nom de la couche virtuelle associée, taille en largeur et hauteur exprimée en pixels, ainsi que profondeur de l’image exprimée en bits par pixel). Les informations affichées correspondent au premier fichier image sélectionné, dans le cas d’une multi-sélection d'images avant édition. Le Mode d’affichage propose trois alternatives qui sont ensuite détaillées dans l’onglet Paramétrage des couleurs : Palette de couleurs, couleur vraies, Dégradé ou Teintes hypsométriques. L'Orientation de l'image peut être modifiée. En cliquant sur le bouton Rotation de 90°, l’image pivote de 90° dans le sens horaire. Cette opération peut s'avérer nécessaire quand le calage de l'image importée implique une forte rotation. En effet, l'image importée dans la carte peut être correctement calée mais avec une erreur de rotation de 90, 180 ou 270° qu'il est alors possible de corriger. Les Statistiques affichent la valeur Minimum et Maximum des couleurs identifiées dans l’image. Le bouton Obtenir recalcule ces statistiques. Onglet Paramétrage des couleurs L’onglet Paramètres des couleurs varie en fonction du mode d’affichage retenu. Dans le mode Palette des couleurs, l’onglet affiche l’ensemble des couleurs de l’image et permet d'en rendre certaines transparentes. P.58 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramétrage des couleurs avec une palette Cliquer sur une couleur de la palette permet d’appliquer la transparence sur cette couleur dans l'image. Il est également possible de cliquer sur une couleur directement sur l’image affichée pour appliquer la transparence en cliquant sur le bouton Pipette . Une boîte de dialogue Fabricant de couleur apparaît. En maintenant le curseur enfoncé après avoir cliqué sur le bouton représentant une pipette, le curseur se transforme en pipette. La couleur correspondante dans la palette est sélectionnée et les composantes Rouge, Vert, Bleu sont déduites. Dans le cas où peu de couleurs doivent être conservées à l’écran, il est plus simple de sélectionner la ou les quelques couleurs à conserver puis de cliquer sur le bouton pour Inverser la sélection et appliquer la transparence sur la masse importante de couleurs à éliminer. Le bouton permet de Désélectionner toutes les couleurs rendues transparentes. Ce bouton a pour effet d’annuler la transparence effectuée. Un double clic sur une des couleurs de la palette permet de changer cette couleur à l'aide du nuancier GeoConcept (Cf. Annexe n°15). Lorsqu'une couleur est modifiée et cette modification appliquée, le fichier image importé n'est pas mis à jour. Ces modifications sont propres à la carte. C'est pourquoi le bouton permet d'annuler toutes les transformations de la palette et Rétablir la palette d'origine. Dans le mode Couleurs vraies (millions de couleurs), l’onglet affiche une section Couleurs listant toutes celles ayant été rendues transparentes. Une fois ajoutées, les couleurs transparentes s'affichent en mode hexadécimal et une légende montre en face un aperçu de la couleur. Un double clic sur une couleur sélectionnée affiche le Fabricant de couleur permettant la modification de ses valeurs en rouge, vert, bleu. P.59 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le paramétrage des couleurs en mode couleurs vraies Intérêt de la transparence La transparence des couleurs peut présenter un intérêt dans les cas suivants : - pour isoler une ou deux couleurs afin de travailler sur 1 thème cartographique (l’hydrographie, le réseau ferré...) ; - lorsque deux fichiers image se superposent parfaitement pour un travail groupé ; - pour cacher le cadre blanc ajouté lors d’une rotation d’image. Il est alors judicieux d’effectuer au préalable un léger traitement de l’image pour bien dissocier la couleur blanche à conserver (celle faisant partie de l’image) et celle à rendre transparente. Dans le mode Dégradé (onglet Général), GeoConcept affiche, dans la partie droite, les valeurs minimale et maximale des couleurs détectées. Ces valeurs sont éditables. Il est possible d'effectuer un double clic sur l'une des trois sections afin de changer la couleur de départ du dégradé ainsi que les valeurs en deçà et au delà de celle-ci. Il est possible de cocher les deux cases Transparent en-deçà de cette valeur et/ou Transparent au-delà de cette valeur pour que l’ensemble des couleurs détectées en dehors de ces bornes de valeur saisie soient transparentes. Paramétrage des couleurs en mode dégradé P.60 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Dans le mode Teintes hypsométriques, GeoConcept affiche, dans la partie droite, les valeurs minimum et maximum des couleurs détectées. Ces valeurs sont éditables. Il est possible d'effectuer un double clic sur l'une des classes afin d'en changer la couleur, ainsi que les valeurs en deçà et au delà de la palette. Il est possible de cocher les deux cases Transparent en-deçà de cette valeur et/ou Transparent au-delà de cette valeur pour que l’ensemble des couleurs détectées en dehors de ces bornes de valeur saisie soient transparentes et de limiter l’affichage de l’image aux parties basses ou hautes du relief. Paramétrage des couleurs avec les teintes hypsométriques Le curseur latéral sous la palette hypsométrique autorise l’augmentation ou la diminution du Nombre de classes (nombre de couleurs dans la palette). Le nombre de classes s'échantillonne de 1 à 18 (une classe équivaut au mode Dégradé de l'onglet Général). Il permet de personnaliser la palette en affichant plus ou moins de couleurs. Un clic sur la limite entre deux classes de la palette autorise l'édition au clavier des valeurs limites de classes pour personnaliser les paliers du dégradé. Il est enfin possible d’effectuer un Dégradé de couleurs entre les classes en cochant la case correspondante. Réglages complémentaires Le bas de la fenêtre Propriétés du raster propose la modification de trois paramètres : • l'Opacité de l'image, de 0 à 100 % (l'image pouvant alors être rendue translucide et permettre l'affichage de données affichées en dessous-d’elle ) ; • la Luminosité de l'image, de 0 à 100 % ; • le Contraste de l'image, de 0 à 100 %. Le réglage de l’opacité, de la luminosité et du contraste est possible à l’aide des trois curseurs latéraux correspondants. Une zone éditable peut être préférée en regard de chaque curseur. Enfin, le bouton Appliquer permet l'affichage des modifications apportées sans quitter la fenêtre, tandis que le bouton OK valide les choix et quitte la fenêtre d'édition de la couche virtuelle. Annuler invalide les modifications et montre l’image non transformée sur la carte. Les modifications s’appliquent à l’ensemble des fichiers (tuiles et sous-tuiles) importés et présents dans le Sous-type auquel est associée la couche virtuelle modifiée. Après modification des paramètres de l’image, 11 nouveaux champs associés au Type d’objets dédié à l’affichage des fichiers image sont créés et contiennent les valeurs correspondant aux choix faits sur l’image importée : RasterMinValue (réel), RasterMaxValue (réel), RasterDisplayModel (entier), RasterOpacity (entier), RasterContrast (entier), RasterBrightness (entier), RasterForcedPalette (caractère), RasterTransparency (caractère), RasterDataPalette (caractère), RasterRefPosition (entier), RasterSample (caractère). P.61 Apparence / Créer une couche virtuelle... GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 11 nouveaux champs pour stocker les paramètres de couleurs de l’image Il est aussi possible d’accéder à la fenêtre d'édition de la couche virtuelle Raster sur polygones en déroulant le menu Objets / Modifier le raster mais les modifications ne s'appliquent alors que sur l’image portée par l'objet surfacique sélectionné préalablement. Le Sous-type d’objet surfacique auquel est associé un fichier raster peut être protégé (verrouillé) pour éviter tout déplacement intempestif et annuler ainsi le géoréférencement. Une fois l’image protégée, elle agit comme un véritable calque à partir duquel il est possible d'ajouter des objets vectoriels en superposition parfaite. Elle peut enjoliver également la carte constituée d’objets vecteurs une fois constituée. Si le chemin d'accès aux images associées à la carte est modifié, une boîte de dialogue est proposée à la réouverture de la carte afin que l’utilisateur ré-affecte le nouveau chemin d’accès aux images déplacées. Édition des couches virtuelles [SmartLabel] Voir l’annexe : Annexes / SmartLabel P.62 Apparence / Gestionnaire de cliparts GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Apparence / Gestionnaire de cliparts Rôle Cette fonctionnalité permet de gérer l’affichage des différents figurés de type cliparts associés aux objets ponctuels de la carte par rapport aux différents répertoires de stockage à partir desquels ils sont appelés. Il est ainsi possible de rétablir l'accès à des cliparts déplacés sur le disque ou manquants. Disponibilité En permanence. Mise en oeuvre A partir du menu Apparence, lancer la commande Gestionnaire de cliparts. Dialogue de gestion des figurés cliparts Le dialogue propose une liste de tous les figurés clipart associés (ou ayant été associés) aux objets ponctuels de la carte. Pour chacun d’eux, on indique le chemin complet d’accès. L’état précise si le figuré a été trouvé ou non. En sélectionnant une ligne, il est possible d’utiliser les 3 boutons placés à côté : • Modifier : il est possible de modifier le figuré clipart ou le chemin d’accès du clipart sélectionné • Ajouter : un nouveau figuré clipart peut être ajouté en spécifiant son chemin d’accès, ce clipart sera disponible dans la famille de symboles « cliparts récents » de l’éditeur de symboles GeoConcept ; • Supprimer : la ligne sélectionnée dans l’éditeur sera supprimée. Les objets sur la carte utilisant ce figuré perdront leur apparence standard En sélectionnant une ligne, le groupe Clipart sélectionné indique le chemin complet du fichier source, son état et un aperçu visuel. Enfin, le groupe Dossiers par défaut des cliparts indique les chemins sur lequel GeoConcept va rechercher les fichiers cliparts. En cliquant sur le bouton Editer, on accède à un dialogue qui permet d’ajouter un dossier, d'en mettre à jour ou d'en supprimer. • Ajouter un dossier va ajouter le dossier choisi dans la partie supérieure, à la liste des dossiers cliparts • Mettre à jour va remplacer le dossier clipart sélectionné par le dossier choisi dans la partie supérieure. Cette option concerne particulièrement les dossiers déjà déclarés dans les ressources de la carte et qui ont pu être renommés ou déplacés et qui se traduisent par l’état non trouvé. P.63 Apparence / Gestionnaire de cliparts GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Attention à ce que les figurés cliparts non trouvés à l’ouverture de la carte n’aient pas été supprimés à l’aide la boîte de dialogue suivante. Il est également possible de supprimer un répertoire en surlignant son chemin d’accès dans l’éditeur et de cliquer sur le bouton . Editer le dossier par défaut P.64 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens Rôle Cette fonction permet d’assurer la gestion et la consultation des connexions avec différentes sources de données ainsi que les différents types de liens réalisés à partir de celles-ci. Disponibilité En permanence. Principes Les connexions aux bases de données externes enrichissent les objets de la carte en utilisant une base externe centralisée facilitant le partage des données. GeoConcept Enterprise assure une synchronisation totale et transparente entre les objets d’une carte GeoConcept et les tables des différents SGBDR (Systèmes de Gestion des Bases de Données Relationnelles) du marché tel que Oracle Database, Microsoft SQL Server, Sybase Adaptive Server Enterprise, IBM DB2 Universal Database, PostgreSQL, MySQL ou toute autre base de données compatible avec le standard de connexion OLE DB. GeoConcept Enterprise respecte également les standards de stockage de la géométrie dans les SGBDR en permettant l’utilisation du format OpenGIS (OGIS) WKT/WKB ou du format objet-relationnel Oracle Spatial. Ainsi, GeoConcept Enterprise facilite le déploiement, le partage et la gestion des données et des métadonnées (avec l’extension GeoConcept Enterprise Manager) dans le cadre d’une utilisation multi-utilisateurs et/ou multi-applications. L'utilisateur a la possibilité de stocker tout ou une partie des objets d’une base cartographique dans la base externe, qu'il s'agisse des informations attributaires et/ou géométriques. Un mécanisme de journalisation des objets modifiés, supprimés ou créés, présent sur le serveur, permet de répercuter sur les cartes, en temps réel ou différé, et de manière transparente pour les utilisateurs, uniquement les modifications effectuées sur les tables de la base centrale. Avec l’extension GeoConcept Enterprise Manager (GCEM), l'utilisateur a également la possibilité de stocker tout ou une partie des ressources d’une ou plusieurs cartes ainsi que les menus et sous-menus de l’interface de GCE dans des tables spécifiques de GCEM stockées dans la base donnée centrale. L’ensemble de ces tables réprésente le référérentiel cartographique. A cette centralisation des composants cartographiques, ce référentiel ajoute des fonctionnalités de gestion et d’administration d’utilisateurs, de rôles, et de profils cartographiques. C’est par le biais d’un mécanisme d’abonnement des cartes à un ou plusieurs profils cartographiques que l’administration, le déploiement et la mise à jour des ressources des cartes de chaque utilisateur GCE connecté à ce référentiel se trouvent grandement simplifiés. L’interface des menus de GCE peut également se personnaliser en fonction des besoins de chacun. L’administration de l’ensemble des éléments constituant ce référentiel cartographique passe par l’utilisation d’une console d’administration accessible par un navigateur Internet. Les concepts-clés de la connexion aux bases de données : • Concept 1 : la centralisation des données ; • Concept 2 : la centralisation des ressources dans un référentiel cartographique ; • Concept 3 : la connexion aux SGBD basée sur les standards OLE DB, OCI ou Libpq ; • Concept 4 : les types de liens et la relation Type/Sous-type - Table ; • Concept 5 : le stockage de la géométrie dans le SGBDR : le respect des standards OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial ; • Concept 6 : la duplication des données ; • Concept 7 : la synchronisation des modifications en temps réel ou différé ; • Concept 8 : le mode déconnecté ; • Concept 9 : l’administration du gestionnaire de liens P.65 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Concept 1 : la centralisation des données La centralisation des données signifie que les informations sont référencées sur une base de données unique pour faciliter les échanges, le partage et le déploiement des applications. Ainsi, toutes les données cartographiques présentent dans différentes cartes, nécessitant un partage entre plusieurs utilisateurs et structurées sous la forme de Types/Sous-types, sont centralisées sous la forme de tables dans le SGBDR. GeoConcept Enterprise s’appuie directement sur l'application serveur d’un SGBD externe tel qu’Oracle Database, Microsoft SQL Server, Sybase Adaptive Server Enterprise, IBM DB2 Universal Database, PostgreSQL, MySQL, etc. Il est possible d’être multi-plateforme vis à vis du système d’exploitation du serveur (Microsoft Windows 2003 Serveur, Linux, UNIX, AIX, etc). Toutes les fonctions de mise à jour, de journalisation, de gestion des droits des utilisateurs, de sécurisation et d'archivage sont assurées par le SGBDR. Centralisation des données sur un serveur SGBDR Concept 2 : la centralisation des ressources dans un référentiel cartographique Avec l’extension GeoConcept Enterprise Manager, l’utilisateur de GeoConcept Enterprise se connecte à un référentiel cartographique et par le biais d’un mécanisme d’abonnements à un ou plusieurs profil(s) cartographique(s), hérite dans sa ou ses carte(s) de composants centralisés et/ou d’une personnalisation des menus de l’interface en fonction des droits qui lui ont été attribués. La centralisation des ressources dans le SGBDR Les ressources d’une carte GeoConcept correspondent aux métadonnées de la structure d’une carte (Types/Sous-types/champs/couches virtuelles) ainsi qu’aux paramètres d’environnement (apparences, visibilités, requêtes, formules, connexions aux sources de données, champs globaux, etc.). L’ensemble de ces ressources est stocké dans le fichier .gcr de chaque carte GeoConcept et est exportable dans des fichiers externes au format xml. A cela s’ajoute, la possibilité d’exporter en xml les menus de GeoConcept afin d’adapter l’interface de GeoConcept Enterprise aux besoins de chaque utilisateur. Sans centralisation des ressources, la seule façon de diffuser les modifications des métadonnées (exemple : ajout de couches virtuelles et changement de l’apparence de certains sous-types) sur plusieurs cartes est de passer par les échanges de fichiers xml et les différentes commandes d’import/export de GeoConcept. Avec la centralisation des ressources, la diffusion des modifications des métadonnées se trouve grandement simplifiée car elles sont stockées dans un référentiel cartographique sur le serveur de base de données. P.66 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Centralisation des ressources sur un serveur SGBDR Techniquement, ce référentiel se présente sous la forme de tables spécifiques. Elles sont au nombre de 9. Ces tables contiennent la description xml des composants centralisés, la définition des profils cartographiques, des rôles et des utilisateurs. Le référentiel cartographique de GeoConcept Enterprise Manager s’installe sur les SGBDR suivants : Oracle Database, Microsoft SQL Server, PostgreSQL et MySQL, etc. Il est possible d’être multi-plateforme vis à vis du système d’exploitation du serveur (Microsoft Windows 2003 Serveur, Linux, UNIX, AIX, etc). Il n’est pas nécessaire de créer une nouvelle base de données pour centraliser les ressources. Il est même préférable d’utiliser la base centralisant déjà les données de GeoConcept Enterprise. L’architecture du référentiel cartographique La structure du référentiel cartographique de GeoConcept centralisé dans des tables spécifiques sur le serveur de base de donnés permet de gérer les éléments suivants : • les composants : correspondent aux éléments de base des ressources de la carte tel que les types/sous-types/champs, les couches virtuelles, les sources de données, les configurations de liens, les requêtes, les formules, les visibilités, les mises en page, les champs globaux, les échelles logiques, les menus de GeoConcept et sont associés à un ou plusieurs profil(s) cartographique(s). Ils sont classés en 6 catégories : Sources de données ; Configurations de liens ; Types/Sous-types/Champs/Couches virtuelles ; Mises en page ; Autres composants ; Menus GeoConcept. • les profils cartographiques : correspondent à un groupement de plusieurs composants. Chaque profil contient un ensemble de composants en relation avec sa définition. Par exemple, le profil cartographique « Profil cadastre » peut contenir un composant source de données vers une base Oracle, trois composants de configurations de liens, quatre composants Types/Sous-types/Couches virtuelles, trois composants de visibilités, dix composants de requêtes et deux composants de mise en page. Les profils cartographiques sont associés à un ou plusieurs rôle(s). P.67 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • les utilisateurs : correspondent à la liste des utilisateurs de la base de données. Les utilisateurs sont associés à un ou plusieurs rôle(s). • les rôles : correspondent à un groupe de plusieurs utilisateurs. Chaque rôle contient un ensemble d’utilisateurs en relation avec sa définition. Par exemple, le rôle « Service cadastre » contient les utilisateurs de la base de données cadastre. Les rôles sont associés à des profils cartographique(s). Le lien entre les composants des métadonnées et les utilisateurs n’est pas direct mais passe par un lien entre les profils cartographiques et les rôles. La console d’administration permet la mise en œuvre de ce lien. Architecture du référentiel cartographique Ainsi, tout utilisateur de GCE peut se connecter au référentiel cartographique avec un login Utilisateur et abonner sa carte à un ou plusieurs profil(s) cartographique(s) du référentiel en fonction des droits qui lui ont été accordés. Tout ou une partie des ressources de sa carte est issue de composants centralisés et son interface de GCE pourra être adapté à ses besoins. Si une modification d’un composant du référentiel a lieu, l’utilisateur hérite automatiquement du changement sans passer par des échanges de fichiers xml. Pour de plus amples informations sur la gestion et la mise en œuvre de ce référentiel cartographique, veuillez consulter la documentation spécifique de GeoConcept Enterprise Manager. Composants Profils cartographiques Roles UtilisateursP.68 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La console d’administration La consultation et la gestion du référentiel cartographique passe par la console d’administration de GCEM qui est accessible par un navigateur Internet. Elle permet de centraliser les ressources GeoConcept dans une base de données mais aussi de créer, de mettre à jour et de supprimer des utilisateurs, des rôles, des profils cartographiques et des composants Page de gestion des composants de la console d’administration GCEM La mise en œuvre de cette console d’administration nécessite la présence sur le réseau d’un serveur de base de données et d’un serveur Internet avec support php. Pour de plus amples informations sur la mise en œuvre et l’utilisation de cette console, veuillez consulter la documentation spécifique de GeoConcept Enterprise Manager. Concept 3 : la connexion aux SGBDR basée sur des standards GeoConcept Enterprise se connecte aux moteurs de bases de données en privilégiant les protocoles de connexion native de chaque éditeur de SGBDR. Protocole OLE DB La connexion entre les objets d’une carte GeoConcept et une base de données externe peut passer par l’utilisation du protocole de Microsoft appelé OLE DB (Objet Link Embedded DataBase). Ce dernier peut se brancher simplement sur tout type de bases de données notamment si le fournisseur (« provider ») de la base de données source fournit un provider OLE DB dédié. Le décryptage du format de fichier de la base de données à laquelle on souhaite accéder est ainsi entièrement réalisé par le provider. Conçu en tant que technologie de composants, OLE DB se présente comme un modèle multi-couches. D'un côté, les composants serveur contiennent les données, de l'autre, les composants client savent comment se connecter et demander les données. Les premiers s'appellent des fournisseurs de données OLE DB et les seconds portent le nom de consommateurs OLE DB. OLE DB est beaucoup plus indépendant de la structure physique des données qu'ODBC (Open DataBase Connectivity). En outre, il n'est pas strictement basé sur le langage SQL. Les commandes OLE DB peuvent être, entre autres, des instructions SQL. En général, elles peuvent être considérées comme des chaînes de texte écrites selon n'importe quelle syntaxe que le fournisseur cible peut comprendre. P.69 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 En général, l’accès aux bases de données de type Microsoft SQL Serveur (7.0, 2000, 2005 et 2008), Microsoft Access (97, 2000, 2003), Sybase Adaptive Server Enterprise (12.0 et supérieures), IBM DB2 (version 7.0 et supérieures) passent par un fournisseur OLE DB installé en standard sur la machine possédant la couche client du SGBDR. Couche OCI En ce qui concerne Oracle, l’accès natif entre le serveur et GeoConcept Enterprise passe par l’utilisation de la couche OCI (Oracle Call Interface) installée en standard avec un client Oracle. Interface Libpq En ce qui concerne PostgreSQL, l’accès natif entre le serveur et GeoConcept Enterprise passe par l’utilisation de l’interface de programmation libpq installée avec GeoConcept Enterprise. Libpq est l'interface de programmation pour les applications en C ou C++ avec PostgreSQL. Libpq est un ensemble de fonctions permettant aux programmes clients d'envoyer des requêtes au serveur PostgreSQL et de recevoir les résultats de ces requêtes. Connexions aux SGBDR et aux formats fichier Concept 4 : les types de liens et la relation Type/Sous-type - Table Les types de liens A partir de cet accès aux SGBDR standards du marché, GeoConcept Enterprise offre trois types de liens : • lien d’import : importer des données dans GeoConcept qui provoque la création d’objets, la mise à jour ou la suppression des objets sans correspondance et la récupération automatique des objets modifiés par les autres postes clients connectés aux mêmes objets ; • lien d’export : exporter des données vers la base de données externe afin de la maintenir toujours à jour à partir de GeoConcept ; • lien permanent : travailler en lien permanent avec la base de données externe pour puiser les données dans les deux applications en s’assurant de la parfaite synchronisation entre la base de données externe et GeoConcept et la récupération automatique des objets modifiés par les autres postes clients connectés aux mêmes objets. ole db oci libpq shp gc map garmin P.70 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Types de liens La relation Type/Sous-type – Table A partir de ces trois types de liens, l’utilisateur peut stocker tout ou une partie des attributs des objets GeoConcept dans les tables de la base de données externe. La base de données GeoConcept est structurée selon un modèle orienté objet, organisée en Types / Sous-types avec une hiérarchie à un seul niveau et différents niveaux pour les champs des objets : • les champs communs à tous les objets de la carte (ou champs globaux) ; • les champs communs à tous les objets du Type ; • les champs particuliers au Sous-type. Les SGBDR disposent d’un modèle relationnel organisé en tables, possédant des champs et éventuellement des relations et des contraintes d’intégrité. La mise en correspondance de ces deux modèles de structuration des données est assurée par types de liens de GeoConcept Enterprise. Deux cas de figures peuvent se présenter à l’utilisateur lors de l’association Types/Sous-types et tables. Export Import PermanentP.71 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Cas 1 : les champs sont présents uniquement au niveau global et/ou commun au Type Dans ce cas, l’utilisateur peut associer la table du SGBDR au Type d’objets GeoConcept. Dans le SGBDR, la table est structurée avec : une partie des champs communs aux objets GeoConcept : il est impératif de spécifier dans la table une colonne contenant la valeur du Sous-type de GeoConcept. et d’autres champs comme le champ Nom, si celui-ci est renseigné (il n’est pas obligatoire de recréer l’ensemble des champs communs aux objets GeoConcept dans la table) ; les champs communs au Type. Même si les Sous-types présents dans le Type appartiennent à des genres graphiques différents (point, ligne et surface), il est possible de réaliser l’association avec la table du SGBDR au niveau du Type. LOCALITES CODE_INSEE NOM RANG POPULATION SOUS_TYPE 34003 Agde 3 178 Chefs-lieu de canton 84003 Apt 2 117 Sous-préfectures 26362 Valence 1 650 Préfectures 84089 Pertuis 3 159 Chefs-lieu de canton P.72 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Cas 2 : les champs sont présents au niveau global, et/ou communs au Type et particuliers au Sous-type Dans ce cas, l’utilisateur doit associer la table du SGBDR directement au niveau du Sous-type d’objets GeoConcept. Dans le SGBDR, la table est structurée avec : une partie des champs communs aux objets GeoConcept si ceux-ci sont renseignés comme le champ Nom (contrairement au premier cas de figure, il est inutile de spécifier dans la table une colonne contenant la valeur du Sous-type de GeoConcept car la table est directement associée au Type/Sous-type) ; les champs communs au Type ; les champs particuliers au Sous-type. DEPARTEMENTS CODE_GEO NOM CODE_TEL CODE_REG POP 01 Ain 4 SE 515 478 02 Aisne 3 NNE 535 313 03 Allier 4 C 344 615 P.73 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Concept 5 : le stockage de la géométrie dans le SGBDR : le respect des standards OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial L'utilisateur peut stocker la géométrie des objets dans les tables de la base de données externe dans différents formats : au format natif de GeoConcept, GCES texte ; au format X et Y pour les objets de genre Point ou Texte ; au format OGIS WKT/WKB ; au format objet-relationnel Oracle Spatial d'Oracle. Le format GCES texte Il s’agit du format natif de GeoConcept Enterprise permettant de stocker dans une base de données, sous forme textuelle, la géométrie des objets de la carte. Ce format est tout à fait adapté aux utilisateurs désirant stocker et partager simplement la géométrie des objets entre cartes GeoConcept en passant par un SGBDR. Seuls les postes GeoConcept Enterprise pourront directement lire et interpréter le format GCES texte. Il est impératif d’utiliser un champ dans la table de la base de données permettant de stocker des informations de genre caractère assez volumineuses (d’autant plus que les objets sont complexes à décrire). En fonction du type de SGBDR, il est possible d’utiliser les genres de champs suivants : • pour Oracle, utiliser le champ de genre CLOB ; • pour Microsoft SQL Server ou Sybase Adaptive Server Enterprise, utiliser le champ de genre Text ; • pour DB2, utiliser le champ de genre LONG VARCHAR. Pour PostgreSQL ou MySQL, il n’est pas recommandé, notamment pour des raisons de performances et de volumétrie, d’utiliser le format GCES texte mais plutôt de privilégier le format OGIS. Le champ Géométrie de GeoConcept possède les caractéristiques suivantes : • c’est un champ virtuel ; • il n’est pas manipulable comme les autres champs GeoConcept ; • il permet uniquement d'exporter ou d'importer la géométrie des objets présente dans un champ d'une base de données externe ; • il permet de gérer les données en 2D ou 3D. Le format GCES texte s’écrit de la façon suivante : séparateur de valeurs point-virgule (X;Y;Z) séparateur de points parenthèses (X;Y;Z) séparateur de géométries parenthèses (P1;P2;...) où P1 = (X1;Y1;Z1) Les valeurs de l’objet géométrique se décomposent comme suit : Numéro de version de la géométrie GeoConcept 1 Nature de l’objet Point : 1 Ligne : 2 Texte : 3 Polygone : 4 Polygone composé : 7 Type de l’objet 2D : 2 3D : 3 3Dmono : 1 Valeur de 3Dmono pour l’objet pas de 3Dmono : 0 3Dmono : valeur de l’altitude Nombre de contours dans le cas d’objets à géométrie complexe Pour chaque contour d'objet, on indique le nombre de points suivi par les coordonnées de chaque point (X;Y) ou (X;Y;Z). P.74 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemples de stockage de la géométrie au format GCES texte Les coordonnées des objets sont exprimées en valeur absolue dans l’unité, le système de coordonnées et la résolution de la carte GeoConcept sur laquelle se trouvent les objets. Le format X et Y Ce format est très commun et permet à de nombreuses applications de lire et d’interpréter les coordonnées des objets. Cependant, son utilisation est limitée aux objets de genre ponctuel ou textuel. Dans ce cas, la géométrie est stockée dans la base de données à l’aide des champs X et Y. Le genre des champs doit être de type entier ou réel en fonction de la précision et du système de projection ou de coordonnées utilisé. Quelques exemples : • Pour SQL Server ou Sybase, utiliser les champs de genre INT ou DECIMAL ou FLOAT ; • Pour Oracle, utiliser les champs de genre NUMBER (avec ou sans précision) ou INTEGER ou FLOAT ou REAL ; • Pour PostgreSQL, utiliser le champ de genre INTEGER ou DECIMAL ou NUMERIC ou REAL ; • Pour MySQL, utiliser le champ de genre INTEGER ou DECIMAL ou NUMERIC ou DOUBLE ; • Pour Access, utiliser le champ de genre Numérique (Entier long, réel simple ou double) ; Le format OpenGIS WKT / WKB Le format OpenGIS précisé dans la spécification SFS (Simple Feature of SQL) de l’OGC (Open Geospatial Consortium), offre un cadre bien défini pour les applications de stockage et d'accès aux bases de données relationnelles, de sorte que les données géographiques puissent être utilisées par plusieurs applications par le biais d'un modèle commun. Cette spécification SFS définit notamment les types d'objets géographiques standards en 2D, les fonctions nécessaires pour les manipuler et un ensemble de tables de méta-données. Il existe deux méthodes standards pour décrire les objets spatiaux : la forme "textuelle bien connue", WKT (Well Known Text) et la forme "binaire bien connue", WKB (Well Known Binary). Les deux formats contiennent des informations sur le type de l'objet ainsi que sur ses coordonnées. Exemples de représentation en WKT d'objets spatiaux : POINT(100 100) LINESTRING(100 100,110 100,120 220) POLYGON(100 100,200 200,300 300,100 100) MULTIPOINT(400 230,400 400) MULTILINESTRING((100 100,110 100,120 220),(200 220,230 240,250 250)) MULTIPOLYGON((100 100,200 200,300 300,100 100),(10 10,20 10,20 20,10 20,10 10)) GEOMETRYCOLLECTION(POINT(100 100),LINESTRING((200 200,600 700))) Le format de stockage interne des objets géographiques peut inclure un identifiant du système de références spatiales (Spatial Referencing System Identifier). Le SRID correspond à une valeur entière. 1;1;2;0;1;(1;(600000;2400000)) 1;2;2;0;1;(3;(600000;2400000);(600010;2400123);(600250;2400510) ) 1;3;2;0;1;(1;(600000;2400000)) 1;4;2;0;1;(3;(600000;2400000);(600010;2400123);(600250;2400510) ) 1;7;2;0;2;(3;(600000;2400000);(600010;2400123);(600250;240051 0);(3;(600000;2400000);(600010;2400123);(600250;2400510)) TP.75 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Deux tables de métadonnées sont également définies : GEOMETRY_COLUMNS et SPATIAL_REF_SYS. La table GEOMETRY_COLUMNS contient des métadonnées sur les colonnes géométriques des tables de la base de données. La table SPATIAL_REF_SYS contient les identifiants numériques et la description textuelle des systèmes de coordonnées utilisés dans la base de données. Les fonctions suivantes permettent de manipuler les données en lecture : bytea WKB = asBinary(geometry); text WKT = asText(geometry); Les fonctions suivantes permettent de manipuler les données en écriture : geometry = GeomFromWKB(bytea WKB, SRID); geometry = GeometryFromText(text WKT, SRID); Pour de plus amples renseignements sur les spécifications SFS de l’OGC, il est indispensable de consulter la documentation technique spécifique de l’Open Geospatial Consortium disponible sur le site www.opengeospatial.org. PostGIS est une extension de la base de données PostgreSQL offrant un format de stockage pour les objets de type géométrique, des index spatiaux de type "arbres de recherches généralisés" (GiST) sur arbre R et des requêtes et fonctions de calcul et d'analyse des objets géographiques. PostGIS gère tous les objets et fonctions définis dans les spécifications SFS de l'OGC. PostGIS étend les standards en ajoutant le support pour les coordonnées 3DZ, 3DM et 4D. Ces formats étendus et spécifiques à PostGIS se nomment Extended Well Known Text (EWKT) et Extended Well Known Binary (EWKB). GeoConcept Enterprise ne prend pas en charge, actuellement les formats étendus et spécifiques de PostGIS EWKT et EWKB. Exemple de création d’une table et de son index contenant une colonne géométrique : CREATE TABLE public.reseau_routier ( adresse_debut_droite varchar(10), adresse_debut_gauche varchar(10), adresse_fin_droite varchar(10), adresse_fin_gauche varchar(10), pid integer CONSTRAINT PK_reseau_routier PRIMARY KEY, nom varchar(100), sens_de_circulation varchar(10) ); SELECT AddGeometryColumn('public','reseau_routier','geometrie',27582,'MULTILINESTRING',2); CREATE INDEX public_reseau_routier_geometrie_gist ON public.reseau_routier USING GIST (geometrie GIST_GEOMETRY_OPS); Si l’utilisation de la fonction AddGeometryColumn échoue, vous n’avez probablement pas chargé ou installé les objets et fonctions PostGIS dans la base de données PostgreSQL. Pour de plus amples renseignements sur le format de stockage PostGIS, il est indispensable de consulter la documentation technique spécifique de PostgreSQL disponible sur le site http://postgis.refractions.net/ MySQL dispose également d’une extension spatiale basée sur les spécifications SFS de l’OGC permettant de créer, stocker et analyser les données géographiques. Cependant, le respect de ces spécifications s’appuie sur le niveau 1, à savoir : le champ de la table contenant la géométrie est simplement défini par la classes d’objets (pas d’utilisation de la fonction AddGeometryColumn) ; les deux tables de métadonnées SPATIAL_REF_SYS et GEOMETRY_COLUMNS ne sont pas présentes ; P.76 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple de création d’une table et de son index contenant une colonne géométrique : CREATE TABLE reseau_routier ( adresse_debut_droite varchar(10), adresse_debut_gauche varchar(10), adresse_fin_droite varchar(10), adresse_fin_gauche varchar(10), pid integer NOT NULL AUTO_INCREMENT, nom varchar(100), sens_de_circulation varchar(10), geometrie linestring, PRIMARY KEY (pid)) ENGINE MyISAM; CREATE SPATIAL INDEX ixs_res_routier ON reseau_routier (geometrie); Pour de plus amples renseignements sur l’extension spatiale de MySQL, il est indispensable de consulter la documentation technique spécifique à MySQL disponible sur le site http://dev.mysql.com/doc/refman/5.0/en/spatial-extensions.html Geoconcept Enterprise gère l’écriture et la lecture au format OGIS pour les bases de données PostgreSQL/PostGIS et MySQL. Les fonctions d’entrée/sortie utilisées sont différentes pour ces 2 bases : pour PostgreSQL/PostGIS : grâce à la connexion native, les fonctions binaires WKB sont privilégiées afin d’améliorer les performances ; pour MySQL : les fonctions textuelles WKT sont utilisées. P.77 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemples de stockage de la géométrie au format OGIS Toutes les géométries définies dans la spécification SFS sont gérées par GeoConcept Enterprise. Les types de géométries utilisées par GeoConcept Enterprise pour l’écriture sont de type MULTI afin de rester le plus « universel » possible. Ainsi, un point est traduit en MULTIPOINT, une ligne en MULTILIGNE et un polygone en MULTIPOLYGONE. Exemple d’insertion dans une table PostGIS f_table_catalog f_table_schema f_table_name f_geometry_column coord_dimension srid type public reseau_routier geometrie 2 27582 MULTILINESTRING geometry_columns pid nom categorie … geometrie 110000 A7 autoroute MULTILINESTRING(0 0,10 0,20 10,30 30) reseau_routier MULTIPOINT(600000 2400000)) MULTILINESTRING(600000 2400000,600010 2400123,600250 2400510) MULTIPOLYGON(600000 2400000,600010 2400123,600250 2400510) MULTIPOLYGON((600000 2400000,600010 2400123,600250 2400510),(600000 2400000);(600010 2400123);(600250 2400510)) WKB WKT P.78 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le format objet-relationnel d'Oracle spatial Ce format objet-relationnel Oracle Spatial est spécifique à Oracle. L'utilisation de ce format de stockage passe par l'utilisation d’Oracle Locator sur les différentes versions (Standard, Standard one, Enterprise Manager) d’Oracle Database 10g ou 11g ou par l'achat de l’extension Oracle Spatial pour disposer de fonctionnalités plus avancées comme des outils d’agrégations spatiales, de modélisation de réseaux, de géocodage, etc. Différences fonctionnelles entre Oracle Locator et Oracle Spatial Il n’est absolument pas indispensable d’acheter l’extension Oracle Spatial pour mutualiser, administrer les données géographiques au format Oracle Spatial depuis GeoConcept Enterprise. Les fonctionnalités offertes par Oracle Locator sont suffisantes pour travailler en environnement client/serveur en mode dupliqué ou non. Le stockage au format objet-relationnel Oracle Spatial n'a d'intérêt que dans le cas d'un partage de la géométrie des objets entre plusieurs applications ou d’utilisation de connexions en mode non dupliqué ou encore d’utilisation de filtres géographiques dans les liens. Dans ce cas, le respect de ce standard de stockage permet d'échanger facilement la géométrie en environnement multi-applications (SIG, serveur web) et/ou de se connecter en mode client/serveur sans duplication des données dans la carte GeoConcept. Oracle Spatial propose un ensemble de tables, de vues, de fonctions et de procédures facilitant le stockage, l'accès, la mise à jour, la manipulation et le "requêtage" des objets spatiaux dans une base de données Oracle. Le format de stockage de la géométrie en objet-relationnel permet : d'utiliser un modèle de géométrie décrit dans une seule colonne ; de supporter plusieurs types de géométrie, y compris les arcs, les cercles, les rectangles ou les polygones composés ; de faciliter la création et l'utilisation des index spatiaux ; d'améliorer les performances des requêtes spatiales ; d'avoir des performances globales accrues. Les composants d'Oracle Spatial sont les suivants : un schéma utilisateur spécifique : MDSYS décrivant le stockage, la syntaxe et la grammaire de types d'objets spatiaux supportés ; un mécanisme d'indexation spatiale ; un mécanisme de gestion des systèmes de projection ; des opérateurs et des fonctions spatiales pour manipuler les objets géographiques ; des outils d'administration spécifique. L’utilisation de ce format de stockage de la géométrie nécessite d’utiliser dans la table le champ objet géométrique SDO_GEOMETRY de l’utilisateur MDSYS d’Oracle et d’insérer dans la vue USER_SDO_GEOM_METADATA, les « métadonnées » des objets de cette table géométrique. Ainsi, il est indispensable de créer la table avec les éléments suivants : Exemple de création d’une table et de son index contenant une colonne géométrique : CREATE TABLE COMMUNE ( Transformations géométriques Agrégations spatiales Conversions de projections Définition de projections spécifiques Modélisation de réseaux Gestion de la topologie Gestion de rasters Géocodeur Gestion de toutes les géométries Indexation Requêtes géométriques Recherches de proximité Calculs de distances Gestion de multiples projections Oracle Spatial Oracle LocatorP.79 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 NOM VARCHAR2(30), POPULATION NUMBER(9), GEOMETRIE MDSYS.SDO_GEOMETRY); INSERT INTO USER_SDO_GEOM_METADATA VALUES ('COMMUNE','GEOMETRIE', MDSYS.SDO_DIM_ARRAY( MDSYS.SDO_DIM_ELEMENT('X',100000,1000000,.0000005), MDSYS.SDO_DIM_ELEMENT('Y',1000000,3000000,.0000005)) ,41014 ) ; CREATE INDEX IXS_COMMUNE ON COMMUNE (GEOMETRIE) INDEXTYPE IS MDSYS.SPATIAL_INDEX; Sous Oracle, l’indexation de la colonne géométrique est uniquement nécessaire si les données sont interrogées par requêtes spatiales (notamment via les fonctions SDO_FILTER ou SDO_RELATE). GeoConcept Enterprise utilise la fonction SDO_RELATE dans deux cas de figure : Gestionnaire de liens : en cas d’activation du filtre géographique sur un lien d’import ou permanent ; Configurateur / onglet Types : tout lien avec une table spatiale. Si ces deux cas de figure ne correspondent pas à vos modes d’accès aux données spatiales d’Oracle, il est inutile de créer l’index spatial. L’objet SDO_GEOMETRY comprend les éléments suivants : • SDO_GTYPE NUMBER • SDO_SRID NUMBER • SDO_POINT SDO_POINT_TYPE • SDO_ELEM_INFO SDO_ELEM_INFO_ARRAY • SDO_ORDINATES SDO_ORDINATE_ARRAY Les définitions de chaque champ et champ objet sont les suivantes : • SDO_GTYPE : définit le genre de géométrie de l’objet. Les SDO_GTYPE gérés par GeoConcept Enterprise sont les suivants : 2001 point en 2 dimensions ; 2002 ligne en 2 dimensions ; 2003 polygone en 2 dimensions ; 2006 ligne composée en 2 dimensions 2007 polygone composé en 2 dimensions ; 3001 point en 3 dimensions ; 3002 ligne en 3 dimensions ; 3003 polygone en 3 dimensions ; 3006 ligne composée en 3 dimensions 3007 polygone composé en 3 dimensions ; Les objets en 4 dimensions d’Oracle spatial ne sont pas gérés par GeoConcept Enterprise. • SDO_SRID : identifiant du système de référence spatial permettant d’associer un système de projection ; • SDO_POINT : espace optimisé pour le stockage des points ;P.80 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • SDO_ELEM_INFO : description des sous-éléments composants l’objet géométrique à partir d’un groupe trois paramètres : Ordinate offset : position de la première coordonnée du sous-élément de l’objet ; Element type : définit le type du sous-élément de l’objet (point, ligne, polygone simple ou composé, etc.) ; Interpretation : interprétation du type du sous élément de l’objet (ligne droite, arc, cercle, rectangle, etc.). GeoConcept Enterprise gère en lecture/écriture sans dégadation (sauf pour le rectangle en écriture) les interprétations arc, cercle et rectangle définies dans les sous-éléments des objets (SDO_ELEM_INFO). • SDO_ORDINATES : contient les coordonnées permettant de construire les éléments géométriques de l’objet. Exemples de stockage de la géométrie au format Oracle Spatial Exemple d’insertion dans une table avec géométrie Oracle spatial Pour de plus amples renseignements sur le format de stockage des objets géométriques en objet-relationnel, il est indispensable de consulter la documentation technique spécifique d'Oracle Spatial. TABLE_NAME COLUMN_NAME DIM_INFO SRID RESEAU_ROUTIER GEOMETRIE MDSYS.SDO_DIM_ELEMENT(‘X’,400000,600000,0.005), MDSYS.SDO_DIM_ELEMENT(‘Y’,100000,300000,0.005) 41014 USER_SDO_GEOM_METADATA GC_KEY NOM LIB … GEOMETRIE 1 A E50 2002,41014,null,MDSYS.SDO_ELEM_INFO_ARRAY(1,2,1), MDSYS.SDO_ORDINATE_ARRAY(10,10, 20,25, 30,10, 40,10) 2 B E51 2002,41014,null,MDSYS.SDO_ELEM_INFO_ARRAY(1,2,1), MDSYS.SDO_ORDINATE_ARRAY(30,70, 30,45, 99,15, 46,27) RESEAU_ROUTIER 2001,41014,MDSYS.SDO_POINT_TYPE(521030,240120,null),null,null) 2007,41014,null,MDSYS.SDO_ELEM_INFO_ARRAY(1,1003,1, 13,2003,3),MDSYS.SDO_ORDINATE_ARRAY(2,10, 3,0, 10,0, 12,10,5,12, 2,10, 4,3, 6,9)) 2002,41014,null,MDSYS.SDO_ELEM_INFO_ARRAY(1,2,1), MDSYS.SDO_ORDINATE_ARRAY(10,10, 20,25, 30,10, 40,10) 2003,41014,null,MDSYS.SDO_ELEM_INFO_ARRAY(1,1003,1), MDSYS.SDO_ORDINATE_ARRAY(2,10, 3,0, 10,0, 12,10,5,12, 2,10)) P.81 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Concept 6 : la duplication des données Contrairement à la connexion à une source de données via le Configurateur, la connexion à une source de données via le Gestionnaire de liens entraîne la duplication en local des données attributaires et géographiques (dans le fichier gcm) sur le poste client. Ceci permet de réduire la charge réseau et d’augmenter de manière sensible les performances du système. Ce sont les ressources du poste client qui sont notamment utilisées pour l'affichage ou la récupération automatique des objets modifiés sur la carte. En cas d’indisponibilité du serveur ou du réseau, l’utilisateur peut toujours continuer à travailler sur sa carte et se synchroniser dès que le réseau ou le serveur est de nouveau disponible. Concept 7 : la synchronisation des modifications en temps réel ou différé Cette synchronisation passe par l’utilisation d’un mécanisme de journalisation. Il permet de gérer la duplication des objets entre les enregistrements des différentes tables et les objets de la carte GeoConcept. Les accès sont optimisés et la charge réseau est très limitée. Ce mécanisme de synchronisation des modifications en temps réel ou différé n’est pas disponible sur la version GeoConcept Standard. Ce système de journalisation utilise le mécanisme standard des déclencheurs (triggers) des bases de données relationnelles. Ceux-ci permettent d’alimenter une ou plusieurs tables journal listant l’ensemble des modifications. Cette alimentation intervient à chaque fois qu’un objet est créé, modifié ou supprimé. Les déclencheurs sont au nombre de trois (un pour l'insertion, un pour la suppression et un pour les modifications) par table journalisée quel que soit le SGBDR. Ils sont générés automatiquement par GeoConcept Enterprise Solution et peuvent être modifiés ou associés à d'autres déclencheurs de la table. Schéma de fonctionnement du système de journalisation Pour gérer simplement cette journalisation, le schéma de l'utilisateur de la base de données possède, en plus de ses tables ou vues spécifiques, au minimum deux tables supplémentaires. GC_INDEX_JOURNAL GC_JOURNAL déclencheurP.82 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La table GC_INDEX_JOURNAL liste l'ensemble des tables possédant un mécanisme de déclencheurs utilisé pour alimenter la table journal. Elle permet à l'administrateur de la base de données de consulter rapidement la présence des mécanismes de journalisation GeoConcept sur les tables d'un utilisateur. Elle contient les informations suivantes : • IdTable : numéro de la table journalisée. Chaque table possédant les mécanismes de déclencheurs pour le journal de GeoConcept Enterprise dispose d'un numéro permettant de les référencer, notamment dans la table GC_JOURNAL ; • TabName : nom de la table journalisée ; • Owner : nom du propriétaire de la table ; • TabFieldsList : ce champ n’est actuellement pas utilisé ; • IdRecord : numéro maximum de la table GC_JOURNAL, récupéré lors de la mise en place des déclencheurs de la table journalisée en question. Ce numéro sert de référence pour éviter de devoir balayer l'intégralité des enregistrements de la table GC_JOURNAL. La table GC_JOURNAL liste l'ensemble des modifications subies par les enregistrements des tables mises en association avec les objets de la carte GeoConcept. Pour chaque modification, un enregistrement supplémentaire apparaît dans cette table, contenant les informations suivantes : • IdRecord : numéro de la modification. Il s'incrémente automatiquement par une séquence ou une procédure en fonction des bases de données ; • IdTable : numéro de la table modifiée. Ce numéro fait référence à une table présente dans GC_INDEX_JOURNAL ; • StrKey : identifiant unique de l'objet modifié, transformé en champ de genre caractère ; • TypeModif : type de modification. U pour UPDATE, I pour INSERT et D pour DELETE ; • Date : date et heure de modification de l'enregistrement. P.83 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le processus de journalisation fonctionne de la façon suivante : Création de l'objet L'utilisateur possédant les droits de création, modification ou suppression des objets, crée un nouvel objet. Il dispose alors de plusieurs possibilités : • à partir de GeoConcept Enterprise en utilisant les outils de création par exemple. Les objets de la carte doivent être liés avec une ou plusieurs tables de la base de données. La carte doit posséder un lien de genre export ou lien permanent pour pouvoir écrire dans une des tables de la base de données ; • à partir d'une application externe (SQL Plus, Formulaire Access, application métier) liée également aux tables de la base de données centrale. Un enregistrement est automatiquement généré et validé dans la table de référence. Etape 1 – Création de l’objet Insertion de la modification dans la table journal Le déclencheur de création entre en action pour insérer un enregistrement dans la table GC_JOURNAL avec les informations essentielles à l'identification de l'objet. insert into reseau_routier values (‘1052’,GeomFromText(‘LINESTRING(6 00000 2400000,600010 2400123,600250 2400510)’,27582)); P.84 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 2 - Insertion de la modification dans la table journal Lecture de la modification dans la table journal Les cartes des postes GeoConcept Enterprise Solution possédant un lien d'import ou lien permanent avec le processus de journalisation activé, vont pouvoir récupérer automatiquement le nouvel objet. Etape 3 - Lecture de la modification dans la table journal GC_JOURNAL select * from reseau_routier where pid=’1052’; GC_JOURNAL P.85 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La lecture de la table journal passe par l'utilisation d’un processus parallèle au processus principal de GeoConcept Enterprise. Il consulte, soit en permanence, soit selon une période prédéfinie, soit à l’ouverture de la carte, les enregistrements présents dans la table GC_JOURNAL, vérifie s'ils concernent les objets de la carte GeoConcept et les récupère si besoin pour mettre à jour les objets de la carte. Ce mécanisme permet un gain de performances sensible car lorsqu’un poste client de GeoConcept Enterprise veut mettre à jour ses données, il interroge uniquement le journal, ne lisant ainsi que les données modifiées depuis la dernière lecture. Cette lecture est faite en temps réel mais s'interrompt momentanément à chaque fois que l'utilisateur a besoin de ressources avec GeoConcept Enterprise (consultation d'une fiche, création ou modification d'objet, utilisation du gestionnaire de liens). Une fois que le processus a récupéré les valeurs des objets modifiés, créés ou supprimés, il met à jour les objets de la carte connectée. GeoConcept Enterprise met également son index interne à jour et affecte à chaque configuration connectée au journal le nombre maximum de l'IdRecord. La récupération de cette valeur dans la configuration permet au processus de se synchroniser et d'éviter de relire à chaque fois l'ensemble des enregistrements de la table GC_JOURNAL. Cette valeur est lisible pour chaque configuration et permet à l'utilisateur de vérifier si la synchronisation de sa carte est terminée. P.86 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Concept 8 : le mode déconnecté Ce mode permet, lors d’une déconnexion à la base de données centrale, de manière volontaire ou non, de stocker en local les modifications réalisées sur les objets de la carte. Ces modifications peuvent être de type, création, modification ou suppression d’objet, que ce soit d’un point de vue attributaire et/ou géométrique. Ce comportement ne s’applique qu’aux configurations de type lien d’export ou lien permanent. Travail en mode déconnecté Le mode déconnecté est déclenché à la demande ou automatiquement en cas de détection de déconnexion. Les raisons de cette déconnexion peuvent être multiples : coupure générale ou local du réseau ; problème de carte réseau sur le poste local ; arrêt brutal du serveur ; arrêt de la base de données. Lors de la reconnexion à la base centrale, plusieurs choix s’offrent à l’utilisateur : les modifications réalisées en local sont envoyées vers la base centrale et celles réalisées sur la base centrale sont récupérées sur la carte, les modifications réalisées en local sont annulées et seules celles réalisées en base centrale sont appliquées sur la carte. Une option de Reconnexion automatique après une panne permet, lorsqu’elle est validée, de rétablir automatiquement la connexion entre la base de données externe et les objets liés dans la carte dès que celle-ci est effective sans qu’aucune intervention de l’utilisateur soit nécessaire. Il est possible d’illustrer l’utilisation de ce mode déconnecté de la manière suivante : Utilisation en mode connecté Deux utilisateurs (appelés Administrateur) possèdent une carte avec des liens permanents journalisées et un autre utilisateur (appelé Consultant) dispose d’une carte de consultation composée uniquement de liens d’import journalisés. Lorsqu’un objet est créé depuis un poste administrateur, toutes les cartes récupèrent cet objet par le biais du mécanisme de journalisation. Utilisation en mode déconnecté Un administrateur souhaitant travailler en dehors de son entreprise, active le mode déconnecté. Les modifications effectuées sur sa carte seront stockées dans un fichier libellé « nom_du_lien.log ». Sur le site central, les autres cartes fonctionnent toujours en mode connecté et les liens journalisés permettent la synchronisation. en cas de panne en cas de déplacementP.87 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Passage en mode déconnecté lors d’un déplacement Reconnexion à la base de données L’administrateur, de retour sur le site central, bascule en mode connecté. Dans un premier temps, le traçage des modifications, présent dans le fichier log, est appliqué à la base de données. Dans un second temps, la synchronisation automatique permet la récupération des modifications réalisées en son absence. Les autres cartes récupèrent les modifications par le biais du mécanisme de journalisation. Envoi des modifications en mode connecté lors du retour sur site Fichier log Fichier logP.88 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Récupération des modifications réalisées sur la base centrale Concept 9 : l’administration du gestionnaire de liens à plusieurs niveaux GeoConcept Enterprise permet de gérer des droits d’administration pour limiter l’utilisation des fonctions du gestionnaire de liens. Ces restrictions se positionnent selon deux niveaux d’administration : • Administration globale : permet de déterminer des droits spécifiques associés à l’utilisation du gestionnaire de liens. Il est ainsi possible d'interdire la connexion à différentes sources de données, de créer ou modifier les configurations de liens ou de générer des scripts de création de table. Cette administration globale s'applique au niveau de GeoConcept Enterprise et est valable quelle que soit la carte ouverte ; • Administration locale : est spécifique aux liens d'une carte donnée. Ils peuvent être protégés des actions de modification et d’exécution. Cette administration locale se situe uniquement au niveau des configurations de liens de la carte à la différence de l'administration globale. Ces paramètres d’administration locale spécifiques aux configurations de la carte sont stockés dans le .gcr ou dans le fichier .xml si les configurations sont exportées. P.89 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Mise en œuvre Le gestionnaire de liens est affiché avec la commande du menu Données / Données externes / Gestionnaire de liens. Gestionnaire de liens On peut accéder à l'ensemble des fonctions associées en ouvrant la boîte correspondante à l'aide du menu contextuel accessible dans la barre de menu général sous le nom Données externes. Quatre boutons composent la boîte d'outils : • l'accès au gestionnaire de liens ; • l'exécution d'un lien d'importation à choisir à l'aide de la flèche qui propose la liste des différents liens configurés et sauvegardés ; • l'exécution d'un lien d'exportation à choisir à l'aide de la flèche qui propose la liste des différents liens configurés et sauvegardés ; • l'exécution d'un lien permanent à choisir à l'aide de la flèche qui propose la liste des différents liens configurés et sauvegardés ; • l’abonnement aux profils cartographiques (fonctionnalité nécessitant le module GeoConcept Enterprise Manager) ; Boîte d’outils Données externes La description de l’utilisation du gestionnaire de liens se découpe en 8 grandes parties : • partie 1 : réaliser une connexion vers une source de données externe ; • partie 2 : consulter les informations d’une source de données externe ; • partie 3 : établir un lien d’import avec une source de données externe ; • partie 4 : établir un lien d’export avec une source de données externe ; • partie 5 : établir un lien permanent avec une source de données externe ; • partie 6 : gérer les configurations ; • partie 7 : utiliser le mode déconnecté sur panne ou sur choix de l’utilisateur ; • partie 8 : utiliser les assistants avancés. P.90 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 1 Partie 1 - Réaliser une connexion vers une source de données externe La réalisation de la connexion vers une source de données externe va passer par plusieurs étapes d’assistants : • étape 1 : accès à une source de données ; • étape 2 : identification de la source de données ; • étape 3 : choix du type d’accès à la source de données ; • étape 4 : paramétrages de la connexion à la source de données choisie ; • étape 5 : paramétrages du mode protégé ou déconnecté ; • étape 6 : validation de la connexion. Etape 1 : accès à une source de données Cet accès peut s’envisager de plusieurs façons : • en cliquant sur l’icône Nouvelle source de données ; • en utilisant le menu Configurations / Nouvelle source de données ; • après avoir cliqué sur l’onglet Sources de données et positionné le pointeur de la souris au niveau de la racine des sources de données appelé Connexions, un menu contextuel s’affiche avec le clic droit. Choisir Nouvelle source de données ; • en cliquant sur l’icône Assistant représentant une baguette (Cf. menu Données / Données externes / Gestionnaire de liens / Partie 6 – Utiliser les assistants avancés). Connexion vers une source de données Etape 2 : identification de la source de données Cette étape demande de donner un nom à la source de données. Celui-ci peut être modifié par la suite. Par défaut, il se nomme mais il est conseillé de lui attribuer un nom explicite. Un fois la source nommée, cliquer sur le bouton Suivant. Il est utile de donner des noms explicites aux connexions avec par exemple le type et le nom de la base de données (Access 2003, SQL Serveur 2005, Oracle, Sybase, PostgreSQL, MySQL, etc.). Cela permet de mieux identifier celles-ci surtout si le nombre de connexions est important. Il est possible d’utiliser les caractères accentués et/ou spéciaux pour nommer les sources de données. P.91 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 3 : choix du type d’accès à la source de données Par défaut, aucune connexion n’est paramétrée. Type d’accès à une source de données Ce paramétrage dépend de l’origine de la source de données : • si la source de données est de type Oracle, valider l’option Oracle ; • si la source de données est de type PostgreSQL/PostGIS, valider l’option PostgreSQL/PostGIS ; • si la source de données dispose d’un provider OLE DB, valider l’option Fournisseur OLE DB ; • si la source de données est de type Excel ou Access, valider l’option Fichier Excel ou Access ; • si la source de données est de type Shapefiles, valider l’option Shapefiles ; • si la source de données est de type texte, valider l’option Fichier texte ; • si la source de données provient d’un autre fournisseur, valider l’option Autre fournisseur. La liste déroulante permet d’accèder à deux autres sources de données : Carte GeoConcept ou GARMIN GPS (port USB ou série). Dans tous les cas, il est indispensable de cliquer sur le bouton Définir les propriétés… pour spécifier les paramètres de connexion. Etape 4 : paramétrages de la connexion à la source de données choisie 1 – Connexion à une base de données Oracle Après avoir sélectionné la source de données Oracle et cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue des paramètres de connexion. P.92 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramétrages de la connexion Oracle La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Login : nom de l’utilisateur de la base de données ; • Password : mot de passe de l’utilisateur de la base de données ; • Service : nom de l’alias permettant de se connecter à l’instance voulue ; • Enregistrer le mot de passe : permet de valider l’enregistrement du mot de passe. Il ne sera plus nécessaire de le saisir systématiquement pour cette connexion. Les valeurs d’identification de la connexion (Login, Mot de passe) ne sont pas sensibles à la casse sauf en version Oracle 11g si les paramètres de sécurité standard sont activés. Dans la grande majorité des cas, le renseignement de ces paramètres suffit à réaliser la connexion à la base Oracle. Cependant, pour gérer des cas particuliers (anciennes versions de clients Oracle, récupération d’objets synonymes, connexion à un workspace, etc.) des paramètres avancés sont disponibles dans la connexion pour répondre à ces besoins. Cliquer sur le bouton Flèches descendantes pour accéder à ces paramètres avancés : • Montrer les synonymes dans la liste des vues : permet de lister dans l'arborescence des tables les objets de type synonyme de la base de données ; • La syntaxe est sensible à la casse : prendre en compte les caractères minuscules ou majuscules des libellés de tables et/ou de champs ; • Ne pas utiliser la lecture optimisée des LOB : permet d’utiliser les « anciennes » fonctions DBMS_LOB pour lire et écrire les données géométriques dans un champ CLOB ; Il est indispensable de cocher cette option sur les postes disposant de clients Oracle 8i. • Ouvrir la session dans le workspace : pour spécifier le nom du workspace utilisé avec le module Oracle Workspace Manager. La valeur affectée par défaut est LIVE. Consultez la documentation d’Oracle pour tout complément d’information ; • Nombre d'enregistrements récupérés à chaque appel : permet de spécifier le nombre d'enregistrements lors de l'interrogation d'une table sur le serveur. Plus cette valeur est élevée, moins il y aura de requêtes envoyées au serveur mais plus les ressources du poste client seront sollicitées ; • Taille maximale pour les LONGs (en Ko) : lorsque la géométrie est stockée dans un champ de genre LONG, il est nécessaire d'allouer une taille optimale pour récupérer la géométrie. Plus la valeur est élevée, plus les ressources du poste client sont sollicitées ; • Paramètres étendus : permet d’ajouter des paramètres à la chaîne de connexion. Actuellement, seul le paramètre NLS_CALENDAR peut être ajouté. Il permet de spécifier un système de calendrier particulier à la session (Arabic Hijrah, English Hijrah, Gregorian, Japanese Imperial, Persian, Republic of China Official, Thai Buddha). Consultez la documentation d’Oracle pour tout complément d’information. P.93 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les versions d’Oracle supportées par GeoConcept Enterprise, côté client et côté serveur, sont les suivantes : Oracle 8i (8.1.x), 9i (9.x), 10g (10.x) et 11g (11.x). Cliquer sur OK pour valider les paramètres. 2 – Connexion à une base de données PostgreSQL/PostGIS Après avoir sélectionné la source de données PostgreSQL/PostGIS et cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue des paramètres de connexion. Paramétrages de la connexion à PostgreSQL/PostGIS La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Serveur : nom ou adresse ip du serveur de la base de données. La valeur par défaut est localhost ; • Port : port du serveur de la base de données. La valeur par défaut est 5432 ; • Base de données : nom de la base de données du serveur sur laquelle la connexion va être réalisée. La valeur par défaut est postgis ; • Nom d’utilisateur : nom de l’utilisateur de la base de données ; • Mot de passe : mot de passe de l’utilisateur de la base de données. Le bouton Tester permet de vérifier si la connexion à la base de données spécifiée fonctionne. Cliquer sur OK pour valider les paramètres. Les versions de PostgreSQL supportées par GeoConcept Enterprise, côté serveur, sont les suivantes : 8.0.x, 8.1.x, 8.2.x et 8.3.x. Les versions de PostGIS supportées par GeoConcept Enterprise sont les suivantes : 1.1.x, 1.2.x, 1.3.x et 1.4.x. 3 - Connexion à une base de données via un fournisseur OLE DB Après avoir sélectionné la source de données Fournisseur OLE DB et cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue listant l’ensemble des fournisseurs OLE DB disponibles sur la machine. Le paramétrage est spécifique à chaque fournisseur. En général, leur nom est assez explicite et permet d’identifier quel est le fournisseur de la base de données. Voici, quelques exemples de paramétrages de la connexion à partir de différents fournisseurs pour illustrer l’explication précédente. Microsoft SQL Serveur 2000, 2005 ou 2008 Choisir, dans la liste des fournisseurs présents sur la machine, Microsoft OLE DB Provider for SQL Server. Suivre ensuite les indications spécifiques à ce fournisseur et tester éventuellement la connexion avec le bouton réservé à cet effet. Valider la connexion avec le bouton OK. P.94 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fournisseur pour SQL Serveur Sybase ASE 12.0 ou supérieures ; Choisir, dans la liste des fournisseurs présents sur la machine, Sybase ASE OLE DB Provider. Suivre ensuite les indications spécifiques à ce fournisseur et tester éventuellement la connexion avec le bouton réservé à cet effet. Valider la connexion avec le bouton OK. MySQL via un driver ODBC Choisir, dans la liste des fournisseurs présents sur la machine, Microsoft OLE DB Provider for ODBC Drivers (fournisseur surligné par défaut). Pour la connexion à MySQL, il est indispensable d’installer sur la machine le driver ODBC MySQLversion 3.51 ou 5.1 disponible aux adresses suivantes : http://dev.mysql.com/downloads/connector/odbc/3.51.html ou http://dev.mysql.com/downloads/connector/odbc/5.1.html Il est également nécessaire d’adapter le moteur de requête pour tenir compte de certaines caractéristiques de connexion et de langage SQL de MySQL. Ainsi, pour le driver ODBC de MySQL, le nom du driver doit IMPERATIVEMENT contenir la chaîne de caractère « MySQL » en respectant la casse (exemple : MySQL_databasename). L’icône du dauphin MySQL apparaît dans l’onglet Sources de données du gestionnaire de liens si la connexion à la base MySQL a bien été reconnue en tant que telle par GeoConcept Enterprise. Sinon, il s’agit de l’icône générique représentant une base de données. Dans ce cas, il est indispensable de contrôler à nouveau tous les paramètres renseignés pour que la connexion à MySQL fonctionne correctement. Si l’alias ODBC (il permet de donner un nom logique pour accéder à une source de données) est déjà créé sur la machine, il suffit de le sélectionner dans la liste déroulante et de cliquer sur le bouton Tester la connexion pour vérifier s’il est valide. P.95 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fournisseur OLE DB pour ODBC Alias ODBC déjà défini Si l’alias ODBC pour accéder à la source de données n’a pas été défini, il est possible de le créer à partir de cette boîte de dialogue. Dans ce cas, il faut utiliser l’option Utiliser la chaîne de connexion et cliquer sur Créer. Cette étape permet de déterminer le type de source de données à créer : • Source de données fichier (description stockée dans un fichier permettant de l’utiliser sur différentes machines et de l’échanger facilement) ; • Source de données machine (spécifique à la machine et ne peut pas être partagée). Dans ce cas, il faut déterminer également si la source de données est spécifique à un utilisateur (utilisable ultérieurement uniquement par la personne qui a réalisée la source) ou au système (utilisable ultérieurement par toute personne qui est connectée sur la machine). Cette étape permet de sélectionner le pilote qui définit la source de données. P.96 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple de connexion avec le driver ODBC de MySQL Cette étape demande de nommer l’alias définissant la source de données puis sélectionner le serveur, la base de données et l’utilisateur avec lequel on souhaite être connecté. Paramètres du driver MySQL La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Nom de la source de données : nom ou adresse ip du serveur de la base de données ; • Description : zone de texte permettant de détailler les caractéristiques de la source de données ; • Serveur : nom du serveur sur laquelle la connexion à la base de données va être réalisée ; • Port : port du serveur de la base de données. La valeur par défaut est 3306 ; • Utilisateur : nom de l’utilisateur de la base de données ; P.97 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Mot de passe : mot de passe de l’utilisateur de la base de données ; Comme il est recommandé dans la documentation du driver ODBC de MySQL, il est nécessaire de cocher les options « Return matched rows instead of affected rows » afin de prendre en compte les mises à jour sur les objets et « Allow big result sets » pour autoriser la réception de volumétrie importante de données via le driver ODBC (indispensable en cas de gestion de la géométrie). Ces paramètres avancés s’affichent en cliquant sur le bouton Détails >>. Les versions de MySQL supportées par GeoConcept Enterprise, côté serveur, sont les suivantes : 4.1.x, 5.0.x et 5.1.x Cliquer sur le bouton Test peut être utile pour vérifier si la chaîne de connexion fonctionne et enfin valider le choix avec le bouton OK. D’autres drivers ODBC, nécessite également d’adapter le moteur de requête pour tenir compte de leur syntaxe particulière en utilisant une chaîne de caractère spécifique dans le nom du driver. Ainsi, - Pour le driver ODBC de Sybase ASA : le nom du driver doit contenir la chaîne de caractère « ASA » (exemple : ASA_databasename) ; - Pour le driver ODBC de Microsoft Visual Fox Pro : le nom du driver doit contenir la chaîne de caractère « VFP» (exemple : VFP_databasename) 4 – Connexion à un fichier Excel ou Access Après avoir sélectionné la source de données Fichier Excel ou Access et cliquer sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue permettant de sélectionner le fichier Excel ou Access. Sélection d’un fichier Excel ou Access Cliquer sur le bouton Ouvrir après avoir sélectionné le fichier. 5 – Connexion aux fichiers Shapefiles Après avoir sélectionné la source de données Shapefiles et cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue permettant de sélectionner le répertoire contenant ou non un ou plusieurs fichiers Shapefiles. Boîte de dialogue de la connexion aux fichiers Shapefile P.98 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Cliquer sur le bouton Ouvrir après avoir sélectionné le fichier. 6 – Connexion à un fichier texte Après avoir sélectionné la source de données Fichier texte et cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue permettant de sélectionner le répertoire contenant ou non un ou plusieurs fichiers texte. Sélection du répertoire pour les fichiers texte La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Sélectionner le dossier : fournir le chemin d’accès au répertoire contenant le/les fichiers *.txt à l’aide du bouton Parcourir… • Utiliser le nom des champs sur la première ligne : cocher cette option si les fichiers texte possèdent une entête avec le libellé des différents champs ; • Sélectionner l’extension du fichier texte : par défaut la valeur est *.txt ; • Sélectionner le séparateur de colonnes : par défaut Tabulation est validé. Si le séparateur est un signe particulier, sélectionner l’option Autre et entrer le ou les caractères dans la zone éditable. 7 – Connexion à un autre fournisseur Carte GeoConcept Après avoir sélectionné la source de données Autre fournisseur pour retenir Carte GeoConcept à partir de la liste déroulante puis cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue qui demande d’indiquer le répertoire de la carte GeoConcept à laquelle on souhaite se connecter. Cliquer sur le bouton Ouvrir P.99 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sélection de la carte GeoConcept GPS GARMIN (port USB ou série) Après avoir sélectionné la source de données Autre fournisseur pour retenir GARMIN GPS (port USB ou série) à partir de la liste déroulante puis cliqué sur le bouton Définir les propriétés, apparaît la boîte de dialogue permettant d’indiquer les paramètres pour la connexion avec le GPS Garmin. Il est indispensable de cocher dans l’installateur de GeoConcept Enterprise, l’option GPS pour voir apparaître dans la liste des autres fournisseurs, la connexion GARMIN GPS (port USB ou série). Sinon, seul le choix Carte GeoConcept apparaît. Ce fournisseur permet la récupération de points (Waypoints) et/ou de lignes (Routes) enregistrées par un GPS (Global Positioning System) de marque GARMIN. Le récepteur GPS doit être couplé avec l’ordinateur par le biais du port série ou USB. Paramétrages de la connexion GARMIN GPS Le bouton OK permet de valider le choix. Ce type de provider est basé sur le protocole GRMN de Garmin et ne fonctionne donc qu’avec les GPS de marque Garmin ou compatible avec les GPS supportant le protocole Garmin. Il a été développé à partir du modèle GPS Garmin GPS 12. Les objets Waypoints et Routes sont vus sous forme de deux tables distinctes (ALL_ROUTES et ALL_WAYPOINTS) dans Gestionnaire de liens / onglet Sources de données. Concernant les Waypoints (points stockés dans le GPS) les éléments suivants sont récupérés dans la table ALL_WAYPOINTS : nom : valeur de genre caractère (6 caractères maximum) correspondant au nom du point ; date de création : valeur de genre caractère sous la forme de dd-MMM-yy hh:mm correspondant à la date de création du point ; longitude : valeur en degré décimal en format WGS 84 correspondant à la coordonnée en longitude du point ; P.100 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 latitude : valeur en degré décimal en format WGS 84 correspondant à la coordonnée en latitude du point. Concernant les Routes (trajets stockés dans le GPS) les éléments suivants sont récupérés dans la table ALL_ROUTES : numéro : valeur de genre entier correspondant au numéro identifiant la route ; longueur : valeur de genre entier correspondant au nombre de points constituant le trajet ; nom : valeur de genre caractère (6 caractères maximum) correspondant au nom du trajet ; trajet : valeurs en degré décimal en format WGS 84 de chacun des points constituant le trajet. La documentation du récepteur GPS GARMIN peut s'avérer utile pour obtenir des informations complémentaires sur les paramètres à saisir. Etape 5 : paramétrages du mode protégé ou déconnecté Cette option permet à l’utilisateur de définir le comportement par défaut du gestionnaire de liens lorsque les objets de la carte liés à une base de données externe ne le sont plus. Les raisons de cette déconnexion peuvent être multiples : • coupure générale ou local du réseau, • problème de carte réseau sur le poste local, • arrêt brutal du serveur, • arrêt de la base de données. Les cas précités entraînant une déconnexion, l’utilisateur doit déterminer l’action à entreprendre. Deux choix sont possibles : • tous les objets des Types/Sous-types liés de manière permanente aux tables de la base de données externe passent en état protégés. Il sera alors impossible pour l’utilisateur de créer, de modifier (de manière attributaire et/ou géométrique) ou de supprimer les objets liés. Cette option est validée par défaut ; • le mode hors connexion est activé. Toutes les modifications réalisées sur les objets des Types/Sous-types liés avec une configuration d’export ou permanente aux tables de la base de données sont enregistrées dans un fichier journal (nom_du_lien.log). Paramétrage de la connexion à la source de données en mode déconnecté L’option Reconnexion automatique après une panne permet, lorsqu’elle est validée, de rétablir automatiquement la connexion entre la base de données externe et les objets liés dans la carte dès que celle-ci est effective sans qu’aucune intervention de l’utilisateur ne soit nécessaire. Si cette option n’est pas cochée et qu’une coupure de connexion a lieu, l’utilisateur doit fermer puis ré-ouvrir la carte pour que GeoConcept puisse retenter une connexion. P.101 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Activation/Désactivation de la reconnexion automatique Pour de plus amples informations concernant le mode déconnecté, Cf. Partie 5 du gestionnaire de liens. L’option de Reconnexion automatique après une panne peut être « coûteuse » pour l’utilisateur dans le sens où la tentative de reconnexion est une procédure qui utilise des ressources plus ou moins importantes sur le poste client. Cette prise de ressource est variable en fonction du réseau et du type de base de données liée. Il est important de vérifier les valeurs par défaut des paramètres de Connect TimeOut de la connexion à la base de données externe. Par exemple, pour SQL Serveur la valeur par défaut du paramètre ConnectTimeOut est de 30 secondes. Dans ce cas, il faut attendre cette période sur le poste client, lors d’une tentative de reconnexion automatique, pour vérifier si la connexion échoue toujours. Durant cette période, l’utilisateur ne peut pas « avoir la main » dans GeoConcept. Etape 6 : validation de la connexion Quel que soit le fournisseur d’accès sélectionné, la boîte de dialogue s’affiche dans la partie Fournisseur actuellement sélectionné. Il suffit ensuite de valider la connexion en cliquant sur le bouton Terminer. Si celui-ci n’est pas actif, vérifier si les paramètres de connexion fournis sont corrects. P.102 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 2 Partie 2 - Consulter les informations d’une source de données externe Après avoir réalisé la connexion à une source de données externe, l’utilisateur peut consulter les données des différentes Tables ou Vues de sa connexion dans l’onglet Sources de données. Différentes opérations sont possibles dans cet onglet pour faciliter la consultation des objets. Exemple de connexions à une base de donnés PostgreSQL et Oracle Affichage des actions Pour avoir des informations complètes sur les actions réalisées dans cette fenêtre, l’utilisateur dispose d’une barre d’état située en bas à gauche du gestionnaire de liens. Celle-ci est activable/désactivable par la commande accessible depuis le menu Affichage / Barre d’état ; Visualisation des objets Pour visualiser l’ensemble des objets de la source de données, cliquer sur le signe + des Tables ou des Vues ou utiliser la fonction Développer du menu contextuel (clic droit de la souris). L’opération inverse est possible à l’aide de la fonction Réduire ou un clic sur le signe - ; L’icône représente les tables possédant un champ de genre géométrie au format Oracle spatial, pour une connexion à une source de données Oracle, ou au format OGIS, pour une connexion à une source de données PostgreSQL/PostGIS. Cette information est vérifiée dans les tables de métadonnées spatiales : USER_SDO_GEOM_METADATA pour Oracle et geometry_columns pour PostgreSQL/PostGIS. Consultation des données Pour consulter les données des Tables ou des Vues, cliquer sur un objet Table ou Vue. Dans la partie droite de la fenêtre du Gestionnaire de liens, les données de l’objet sélectionné apparaissent ; P.103 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Consultation des valeurs Affichage des valeurs En cliquant dans le libellé du champ les valeurs de l’objet sélectionné sont triées par ordre alphabétique ou l’inverse en cliquant de nouveau. Si le champ est trié dans l’ordre alphabétique, un symbole représentant un triangle s’affiche à coté du libellé du champ sélectionné. Si l’ordre alphabétique est inversé, le symbole du triangle est également inversé. Par défaut, seuls les trente premières valeurs sont affichées et triées. Ce paramètre est modifiable via Données / Données externes / Administration. Tri des valeurs de l’aperçu Dans le cas d’une connexion à une carte GeoConcept ; une table correspond à : • l’ensemble des objets d’un même Type. Dans ce cas, la table porte le nom du Type suivi de . Les champs qui sont affichés dans la partie droite du dialogue correspondent aux champs communs à tous les objets et aux champs communs aux objets d’un même Type, tous Sous-types confondus ; • aux objets d’un même Sous-type. Dans ce cas, la table porte le nom du Type.Sous-type. Dans la partie droite du dialogue, les champs affichés correspondent aux champs communs à tous les objets, aux champs communs au Type et aux champs particuliers au Sous-type. P.104 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Table correspondant à un Sous-type GeoConcept Actualisation d’une connexion Cette commande permet de récupérer les nouvelles tables ou vues qui viennent d’être créées ou les nouveaux champs de certains objets. Sélectionner au préalable la connexion et le rafraîchissement de celle-ci est effectif en : • cliquant sur Actualiser dans le menu contextuel ; • cliquant sur l’icône correspondant ; • cliquant dans le menu Affichage sur la fonction Actualiser ; • utilisant la touche F5 du clavier. Actualisation de la connexion Modification d’une connexion Cette commande permet de changer la source de données ou son libellé. Pour modifier une connexion, sélectionner la source de données à modifier en : • cliquant sur Modifier dans le menu contextuel du clic droit ; • cliquant sur l’icône correspondant. Suppression d’une connexion Pour supprimer une connexion, sélectionner la source de données à supprimer en ; • cliquant sur Supprimer dans le menu contextuel du clic droit ; • cliquant sur l’icône correspondant ; • utilisant la touche Suppr du clavier ; • utilisant la fonction Supprimer du menu Configurations. P.105 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 3 Partie 3 - Etablir un lien d’import avec une source de données externe Après avoir créé la connexion vers une source de données externe, l’utilisateur peut définir un lien d’import pour importer les données dans une carte GeoConcept provoquant ainsi la création d’objets, la mise à jour ou la suppression des objets en non correspondance. Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, il est désormais possible d’utiliser le mécanisme de journalisation des modifications pour récupérer sur la carte locale, de manière automatique et transparente pour l’utilisateur, les créations/mises à jour/suppressions des données de la table liée sans qu’il soit nécessaire d’exécuter systématiquement et intégralement le lien d’import. L’utilisateur est guidé à travers plusieurs étapes pour élaborer cette configuration. Etape 1 : création du lien d’import Différentes méthodes s’offrent à l’utilisateur : • à partir du menu Configurations : sélectionner dans le menu déroulant le type de configuration Nouveau lien d’import ; • à partir de l’icône de la barre d’outils représentant une flèche vers la droite ; • à partir de l’onglet Liens : se positionner sur la racine de l’arborescence intitulée Liens et choisir le type de lien Nouveau lien d’import • à partir de l’onglet Sources de données : sélectionner l’objet table ou vue de la source de données et à partir du menu contextuel, choisir le type de configuration : Nouveau lien d’import. Dans ce cas, l’utilisateur évite le paramétrage de deux étapes (Etape 4 et 5) pour réaliser la configuration car la source de données et l’objet sur lequel porte la configuration est déjà connue. Nouveau lien d’import depuis l’onglet Sources de données Etape 2 : identification du lien Il est indispensable de donner un nom pour identifier le lien. Par défaut c’est le nom de l’objet Table ou Vue ou Fichier de la source de données qui est utilisée. Tout type de caractère peut être utilisé. P.106 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Nom du lien d’import Etape 3 : paramétrages des types d’importation Cette étape permet de définir et éventuellement de filtrer de manière attributaire et géographiques, les données à importer. Quatre types d’importation sont disponibles pour le lien d’import. 1 - Importation standard L’objet source est relié à l’objet GeoConcept sans aucun filtre ou condition. Toutes les données de la table ou du fichier sont importés dans la carte. Les différents types d’importation 2 - Utiliser la liste de sélection de GeoConcept Dans ce cas, seuls les objets en correspondance entre les enregistrements de l’objet de départ (table ou vue) et ceux présents dans la liste de sélection de GeoConcept, sont affectés par le lien d’import sous la forme d’une mise à jour. Celle-ci s’effectue grâce à l’utilisation d’une clé primaire (contrainte appliquée à un champ permettant d’identifier de manière unique les enregistrements) que l’utilisateur définit dans une étape ultérieure. P.107 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Il faut impérativement qu’un des champs des objets GeoConcept serve de clé primaire (contrainte appliquée à un champ permettant d’identifier de manière unique les enregistrements) pour que les objets présents dans GeoConcept soient mis à jour et uniquement ceux-ci. 3 - Utiliser un filtre de base de données Fitre attributaire Tous les enregistrements de la source de données ne sont pas importés lors d’une création ou d’une mise à jour mais seulement la partie répondant à des critères précis. Il est nécessaire d’écrire la ou les condition(s) de filtre de la requête en SQL (Structured Query Language). Les informations à écrire se positionnent après la clause WHERE (exemple : récupérer uniquement les objets de type ‘COMMUNE’ dont le nombre de zones=1). Conditions de filtre Bien vérifier si les caractères servant de délimiteur pour le nom des champs ou les valeurs à comparer correspondent au moteur de requêtes de la source de données. Par exemple, certaines bases de données n’acceptent pas les [ mais les ” pour encapsuler le nom de champ contenant des espaces ou des caractères accentués ou spéciaux. Terminer la requête sans « ; ». Celui-ci est ajouté automatiquement. Fitre géographique Le filtre peut être de nature géographique dans le cas d’une connexion aux sources de données suivantes : • Oracle si la géométrie est stockée au format Oracle Spatial ; • PostgreSQL/PostGIS ; • MySQL ; • Carte GeoConcept. Il est possible de combiner un filtre géographique avec un filtre attributaire d’où la présence d’une case à cocher. L’ajout d’un filtre géographique impose de cliquer sur le bouton Définir pour définir plusieurs paramètres. P.108 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Options du filtre géographique spécifiques à Oracle Spatial Ce filtre permet d’importer uniquement les objets ou de mettre à jour uniquement les objets inclus dans un espace géographique précis. Dans un premier temps, la liste déroulante permet de préciser si l’on réalise le lien d’import sur les objets Inclus ou Strictement inclus dans l’espace géographique à retenir. Trois options concernant l’espace géographique sont proposées : • Limites de la carte : les objets situés à l’intérieur de l’espace délimité par les coordonnées géographiques exprimées dans la boîte de dialogue Propriétés (menu Fichier) sont importés ou mis à jour ; • Rectangle d’encombrement de la sélection : tous les objets sélectionnés ET ceux situés dans le rectangle d’encombrement global des objets sélectionnés sont mis à jour. S’il existe de nouveaux objets situés dans cet espace, ils sont importés ; • Fenêtre d’affichage actuel : les objets affichés à l’écran sont mis à jour et s’il existe de nouveaux objets situés dans cet espace, ils sont importés. • Géométrie du premier objet sélectionné : cette option permet d’importer ou de mettre à jour les objets situés à l’intérieur du premier objet sélectionné. Elle apparaît uniquement si la table liée dispose d’une géométrie au format Oracle spatial. La case à cocher Recalculer à chaque exécution permet d’actualiser l’action d’importation ou de mise à jour à chaque manipulation sur la carte : modification des limites de la carte, modification de la sélection, déplacement ou changement d’échelle de la carte. Pour utiliser les filtres géographiques avec une source de données de type Oracle, les objets doivent obligatoirement posséder une géométrie au format Oracle Spatial indexé. GeoConcept Enterprise utilise la fonction SDO_RELATE pour filtrer géographiquement les objets du lien d’import. Il est également vivement conseillé de créer des index géographiques sur les géométries au format OGIS pour les bases de données MySQL ou PostgreSQL/PostGIS afin d’améliorer les temps de réponse. 4 - Utiliser une requête libre Ce type d’import permet de taper une requête libre en langage SQL dont le résultat correspond aux données à importer ou à mettre à jour dans la carte. Ainsi, l’utilisateur ayant des droits limités sur la base de données (impossible de créer des vues par exemple) pourra réaliser des sélections d’objets plus ou moins complexes sans modifier le modèle de la base de données liée. P.109 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Requête libre Bien vérifier si les caractères servant de délimiteur pour le nom des champs ou les valeurs à comparer correspondent au moteur de requêtes de la source de données. Par exemple, certaines bases de données n’acceptent pas les [ mais les ” pour encapsuler le nom de champ contenant des espaces ou des caractères accentués ou spéciaux. Terminer la requête sans « ; ». Celui-ci est ajouté automatiquement. Afin d’améliorer les temps de réponse de la requête, il est peut-être utile de créer des index sur les champs concernés par la clause where. Ce type d’import passant par une requête libre n’est absolument pas adapté aux volumétries importantes de données. Dans ce cas, il est plutôt recommandé de passer, au niveau de la base de données, par la création de vues ou de vues matérialisées et au niveau du lien, par une importation standard pour obtenir de meilleures performances. En savoir plus… Il est possible de réaliser la requête avec les outils standards d’Access (Requête de sélection par exemple) et de réaliser un copier/coller de la requête SQL dans la zone de texte réservée à cet effet. L’option L’objet sera en lecture seule dans GeoConcept permet de protéger les objets qui sont créés ou mis à jour dans la carte à partir d’un lien d’import. Ce type de lien associé avec cette option répond parfaitement au besoin de mettre à disposition des données dans la carte en mode consultation. Les utilisateurs ne pourront pas modifier ni les valeurs attributaires, ni la géométrie des objets associés à ce lien. Pour rendre de nouveau modifiables les objets ainsi protégés, l’utilisateur doit décocher cette option et exécuter à nouveau le lien. Etape 4 : sélection de la source de données Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur réalise le lien d’import : • à partir du menu Configurations : Nouveau lien d’import ; • à partir de l’onglet Liens : Nouveau lien d’import ; • à partir des icônes de la barre à outils représentant une flèche vers la droite. Lorsque l’utilisateur réalise le lien d’import directement depuis l’onglet Sources de données (Cf. Etape 1 : création du lien d’import), cette étape n’apparaît pas car la source est déjà connue. La liste des connexions préalablement préparées est proposée dans laquelle il est indispensable de sélectionner celle à retenir. P.110 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sélection de la source de données Etape 5 : sélection de l’objet (table, vue ou fichier) de la source de données Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur réalise le lien d’import : • à partir du menu Configurations : Nouveau lien d’import ; • à partir de l’onglet Liens : Nouveau lien d’import ; • à partir des icônes de la barre à outils représentant une flèche vers la droite ; Lorsque l’utilisateur réalise le lien d’import directement depuis l’arborescence table ou la vue visible dans l’onglet Sources de données (Cf. Etape 1 : création du lien d’import), cette étape n’apparaît pas car la source et l’objet sont déjà connus. Sélectionner l’objet (table, vue ou fichier) en surlignant celui-ci dans la liste associée à la connexion sélectionnée dans l’étape 4. Sélection d’une table P.111 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 6 : sélection ou création du Type/Sous-type à relier avec l’objet de la source de données La partie gauche de la boîte de dialogue récapitule l’ensemble des Types/Sous-type présents dans la carte GeoConcept. Deux choix sont possibles. 1 - Le Type et le Sous-type sont déjà présents dans la base de données GeoConcept Sélectionner le en le surlignant par un clic. Un double-clic sur le Type permet de lister l’ensemble des Sous-types qui en découlent. Une fois que le Type ou le Sous-type est sélectionné, il apparaît dans les zones réservées dans la partie droite de la boîte de dialogue. Sélection d’un Type/Sous-type Il est également possible de ne sélectionner que le Type d’objet mais dans ce cas, trois éléments s’imposent : • tous les Sous-types doivent être du même genre graphique. Par défaut il est positionné sur le genre ponctuel, le modifier si besoin ; • tous les champs doivent être communs au Type ou/et à tous les objets ; • la table ou la vue de la source de données doit contenir une colonne avec les valeurs exactes du Sous-type du Type retenu. Sélection d’un Type P.112 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 2 - Le Type et le Sous-type n’existent pas Il est possible de le créer en indiquant le nom du Type et éventuellement du Sous-type dans la zone de texte de la partie droite de la fenêtre. Cliquer sur l’un des quatre pictogrammes permet de définir son genre graphique. Création d’un Type/Sous-type Etape 7 : correspondance des champs entre ceux du Type/Sous-type sélectionné et ceux de l’objet de la source de données L’utilisateur dispose, dans cette étape, de nombreuses fonctions accessibles depuis le menu contextuel, pour réaliser la correspondance entre les champs du Type/Sous-type et ceux de la Table ou de la Vue ou du Fichier et définir certains d’entre eux comme spécifiques (servant de clé primaire ou stockant la géométrie). L’interface se compose de deux parties : • sur la partie gauche, divisée en deux sous parties : d’un côté, apparaissent les champs de la table ou vue de la source de données sélectionnée dans une étape préalable et de l’autre, la zone réservée à la mise en correspondance avec les champs GeoConcept ; • sur la partie droite, apparaissent les champs du Type/Sous-type GeoConcept sélectionnées avec leurs couleurs respectives en fonction de leur niveau (globaux en rouge, communs au Type en vert et particuliers au Sous-type en bleu). Correspondance des champs pour le lien d’import P.113 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 1 - Manipulations des champs Plusieurs possibilités s’offrent à l’utilisateur : Association automatique des champs Depuis le menu contextuel, choisir l’option Association automatique. Cette fonction permet d’associer automatiquement les champs les plus ressemblants. Elle n’est pas active si un nouveau Type et/ou Sous-type est à créer dans l’étape précédente. Exemples d’association automatique : Code de région va s’associer avec CODE_DE_REGION ; Taux de chômage va s’associer avec TAUX_DE_CHOMAGE. Association automatique des champs Cette association automatique n’est qu’une aide de correspondance entre les champs pour l’utilisateur. GeoConcept se base sur des estimations de ressemblance entre les différents libellés de champ disponibles. Cela ne dispense pas l’utilisateur de contrôler la mise en correspondance. Glisser / Déposer des champs En sélectionnant le champ GeoConcept et en le glissant vers le champ correspondant de la table ou vue de la source de données. P.114 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Glisser / Déposer des champs Créer des nouveaux champs pour le Type/Sous-type lié Si les champs n’existent pas du tout (notamment lorsque l’on crée entièrement le Type et Sous-type dans la carte GeoConcept), il faut utiliser la fonction Utiliser tous les noms de champs externes accessible depuis le menu contextuel. Ainsi, tous les champs du Type/Sous-type de GeoConcept s’intitulent comme ceux de la table ou vue de la source de données et sont symbolisés par l’icône . Pour réaliser la même opération sur quelques champs bien précis, il faut utiliser la fonction Utiliser le nom du champ externe après avoir sélectionné le ou les quelques champs. Créer des champs pour le nouveau Type/Sous-type Réaliser une multi-sélection Utiliser les touches Maj et Ctrl du clavier pour surligner les champs retenus. Trier les champs dans l’ordre ou le désordre Cliquer dans le libellé des colonnes. Dans ce cas, un symbole représentant un triangle apparaît pour indiquer que la colonne est triée et donner son ordre de tri. P.115 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Trier les champs Supprimer un champ lié Utiliser la touche Suppr du clavier ou la fonction Supprimer le champ du menu contextuel pour enlever la mise en correspondance entre les champs sélectionnés. Par exemple, pour revenir à l’état initial c’est-à-dire sans aucun branchement entre les champs, il faut sélectionner tous les champs (clic + Shift) et utiliser la commande de suppression. Renommer un champ lié Utiliser la fonction Editer le champ du menu contextuel ou réaliser un clic long au niveau du nom du champ. Cette fonction permet de donner un nom différent au champ qui est créé, soit dans la table ou vue de la source de données externe (cas d’un lien d’export), soit au niveau du Type/Sous-type sélectionné (cas d’un lien d’import ou d’un lien permanent). Il est possible par exemple de rajouter un préfixe ou un suffixe pour indiquer l’origine du champ. Renommer un champ lié 2 - Définition de champs spécifiques Après avoir branché les champs, l’utilisateur peut définir, si besoin est, certains champs comme étant particuliers. Il s’agit notamment des champs identifiés comme clé primaire, comme stockant de la géométrie ou comme champ externe. Ces options sont accessibles à partir du menu contextuel. Définir la clé primaire P.116 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Cette option permet d’identifier de manière unique un enregistrement et par conséquent réaliser des mises à jour d’objets existants dans GeoConcept. A partir du menu contextuel, il faut choisir Définir comme champ clé sur le champ identifié comme clé. Pour indiquer que le champ sert de clé primaire un symbole représentant une clé apparaît devant le libellé du champ. Pour enlever la clé primaire, il faut choisir Définir comme champ standard ou utiliser la touche Suppr du clavier. Définir la clé primaire Si aucun champ n’est identifié comme clé primaire, l’utilisateur ne peut pas réaliser des mises à jour d’objets mais uniquement des créations d’objets. Un message d’avertissement prévient l’utilisateur dans ce cas. Message d’avertissement Définir la géométrie Cette option permet d’indiquer quel champ va stocker la géométrie des objets GeoConcept. L’utilisateur peut, pour stocker la géométrie dans la table ou la vue de la source de données externe : • Soit, utiliser le champ Géométrie de GeoConcept (possible pour tous les genres d’objets : Ponctuel, Linéaire, Surfacique et Textuel) ; • Soit, utiliser les champs X et Y. Cela est uniquement possible pour les objets de genre Ponctuel ou Textuel. P.117 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Utiliser le champ Géométrie Soit le champ Géométrie est lié, soit les champs X et Y (pour les objets de type ponctuel) mais en aucun cas ne lier les trois champs en même temps. Utiliser les champs X et Y Définir comme champ externe Cette option permet de laisser les informations attributaires des objets uniquement dans la table ou vue de la source de données externe. Seuls sont dupliqués dans la base locale (gcm) les champs servant de clé primaire, de géométrie et tous les champs communs à tous les objets et ceux communs aux Types. Cette option n’est à utiliser que si les données de la base externe sont très régulièrement mises à jour et si l’utilisateur veut bénéficier de cette rapidité. Il est à noter que dans ce cas certaines opérations dans GeoConcept peuvent être ralenties comme l’exécution des requêtes ou la consultation des listes car il est nécessaire de demander à la base externe les valeurs au préalable. P.118 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Définir comme champ externe Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, il est vivement recommandé d’utiliser les champs externalisés en passant par la fonction Lier les données… accessible depuis le Configurateur / onglet Champs. 3 - Définitions de champs communs Lors de la création de nouveaux champs pour un Type/Sous-type donné, il est possible pour l’utilisateur de définir leur position dans la structure de la base de donnée GeoConcept. Ainsi, trois niveaux de champs sont disponibles : • le champ est commun à tous les objets ; • le champ est commun à tous les objets du Type ; • le champ est spécifique au Sous-type (choix par défaut). Exemple de définition comme champ commun à tous les objets du Type P.119 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 8 : paramétrages de la clé primaire Cette étape apparaît uniquement si une clé primaire a été définie dans l’étape précédente (Cf. Etape 7 : correspondance des champs entre ceux du Type/Sous-type sélectionné et ceux de l’objet de la source de données). Seule l’option Protéger le champ-clé est active par défaut. L’utilisateur peut choisir ou non de protéger le champ de l’objet GeoConcept servant d’identifiant avec la table de la base externe. Il est recommandé de laisser cette option cochée pour éviter les dysfonctionnements lors des échanges de données. Protection du champ-clé Le champ défini comme clé primaire et protégé par la validation de cette option est automatiquement affecté de la contrainte champ protégé (Cf. Configurateur / onglet Fiche). Il apparaît alors en gris dans la fiche de l’objet. Il devient alors impossible pour l’utilisateur de saisir une valeur pour ce champ. Après avoir validé cette option, si l’utilisateur décide de la désactiver, il faudra également désactiver la protection du champ (icône du cadenas) pour le champ concerné depuis le Configurateur / onglet Fiche afin de rendre de nouveau ce champ éditable. Si plusieurs objets répondent à la même valeur de clé dans la carte, la dernière option Autoriser les doublons dans la carte est particulièrement efficace en configuration d'import puisque l'enregistrement unique de la base de données externe est mis à jour sur les n objets GeoConcept répondant à la même valeur de clé. Exemple : mettre à jour les valeurs statistiques du département de la Charente Maritime composé de trois entités surfaciques dans la carte, la partie continentale, l'île de Ré et l'île d'Oléron. Etape 9 : paramétrage du système de projection ou de coordonnées et du format de géométrie dans la table externe Cette étape permet d’assurer la correspondance entre le système de projection, l’unité, la résolution et le format de géométrie des objets de la carte et celui des enregistrements de la table ou de la vue de la base externe. Le champ Géométrie ou X et Y doivent faire partie des champs liés pour que cette étape apparaisse. P.120 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 1 - Champ géométrie Paramètres du système de coordonnées ou de projection dans la table externe Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, la gestion des systèmes de coordonnées et de reconnaissance des SRID a été grandement facilitée par la présence d’un fichier assurant la correspondance entre les codes de projections de GeoConcept, d’EPSG utilisé par PostGIS et d’Oracle Spatial. Ce fichier est situé dans le répertoire d’installation de GeoConcept Enterprise et se nomme SpatialRefCodesMap.txt. Il est possible de l’éditer et de le compléter en fonction de ses besoins en respectant la syntaxe suivante : Syntaxe : [Nom du système]<\Tab> ... GEOCONCEPT:[Code]<\Tab> ... EPSG:[Code]<\Tab> ... ORACLE:[Code]<\Return> Les noms et codes des types de projections de GeoConcept sont disponibles dans les fichiers Standard.gcp et Moreproj.gcp. Les codes de projections EPSG sont disponibles dans la table spatial_ref_sys de la base PostGIS. Les codes de projections d’Oracle spatial sont disponibles dans la table CS_CRS. Pour de plus amples informations concernant les codes et les systèmes de projections ou de coordonnées gérés par PostGIS ou Oracle spatial, veuillez vous référer à la documentation technique spécifique à ces deux bases de données. P.121 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier assurant les correspondances automatiquement des systèmes de projections Système de coordonnées Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la première liste déroulante permet de définir le système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Lorsque la géométrie de la table est de type OGIS WKT/WKB ou Oracle SDO et que le SRID présent dans la table de métadonnées a été reconnu par le fichier de correspondance, la liste propose automatiquement le système de coordonnées ou de projections associé. Si la géométrie de la table importée est dans un système de projection ou de coordonnées différent de celui de la carte, GeoConcept Enterprise fait automatiquement la conversion lors de l’import en fonction du système choisi par l’utilisateur pour son lien. Exemple : si les objets de la carte sont en Lambert II étendu et les données de la base externe sont au format Lat/Long WGS 84, lors de l’exécution du lien, GeoConcept réalise la conversion. Lorsque que les données de la table importée sont stockées au format OGIS (sous PostGIS uniquement), l’option Transformation des coordonnées côté serveur apparaît dans la partie gauche de l’interface. L’activation de cette option permet de déporter le travail de conversion des coordonnées au niveau du serveur. Les données arrivent directement dans la carte GeoConcept dans le même système de projection que celui de la carte. Aucune conversion n’est réalisée par le poste client GeoConcept. Il est nécessaire d’indiquer le SRID de référence pour les fonctions de conversion. Par défaut la valeur est -1. P.122 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Conversion des coordonnées par le serveur PostgreSQL/PostGIS SRID (Spatial Reference Identifier) Cette zone de texte permet de saisir la valeur de l’identifiant pour le système de coordonnées. Cette zone est grisée quand le format de géométrie choisi est de type GCES Texte ou que le SRID est automatiquement reconnu en lisant les informations de métadonnées, dans la table geometry_columns pour PostGIS ou dans la vue USER_SDO_GEOM_METADATA pour Oracle Spatial. Affectation manuelle du système de projection ou de coordonnées P.123 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Affectation automatique du SRID et du système de projection associé Si la valeur du SRID n’est pas renseignée dans les métadonnées de la table liée et/ou que le système de projection ou de coordonnées choisi n’est pas présent par défaut dans le fichier de correspondance SpatialRefCodesMap.txt, la valeur de -1 est affectée pour une connexion à PostGIS et 0 pour Oracle spatial. Pour faciliter la suite de la mise en œuvre des liens, il est recommandé d’ajouter dans le fichier de correspondance le code SRID manquant en respectant la syntaxe. Unité du système Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la liste déroulante permet de définir l’unité du système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Par défaut, l’unité proposée correspond à celle de la carte. Dans le cas des formats de géométrie OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial, l’unité n’est pas modifiable. Résolution Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la liste déroulante permet de définir la résolution associée à l’unité du système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Par défaut, la résolution proposée correspond à celle de la carte. Dans le cas des formats de géométrie OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial, la résolution n’est pas modifiable. Format Par défaut, GeoConcept Enterprise reconnaît automatiquement le format de la géométrie présente dans la table / vue / fichier. Dans ce cas, le nom du format apparaît en grisé. S’il n’est pas reconnu automatiquement, l’utilisateur dispose d’une la liste déroulante pour définir le format de lecture de la géométrie dans la table / vue / fichier de la source de données externe. Trois possibilités s’offrent à l’utilisateur : GCES texte : la géométrie est lue au format GeoConcept texte. Ce format texte est spécifique et ne peut être lu que par GeoConcept ; OGIS WKT/WKB : la géométrie au format OGIS est lue en passant par les fonctions WKB (AsBinary) dans le cas d’une connexion à une base de données PostgreSQL/PostGIS et par les fonctions WKT (AsText) dans le cas d’une connexion à MySQL. Oracle SDO : la géométrie est lue au format objet-relationnel d’Oracle Spatial ; Si la source de données du lien d’import est de type fichier Shapefile ou Carte GeoConcept, le format de géométrie indique Dépendant du fournisseur. Pour de plus amples renseignements sur les formats de stockage de la géométrie dans le SGBDR, se référer à la partie sur les Principes / Concept 5 du gestionnaire de liens. P.124 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 2 - Champs X et Y Dans le cas d’utilisation des champs X et Y pour stocker la géométrie des objets de genre ponctuel au lieu du champ géométrie, la liste déroulante n’est plus active et affiche le libellé suivant « Dépendant du fournisseur ». C’est à l’utilisateur de définir manuellement le système de coordonnées, ainsi que l’unité et la résolution des données à importer. Utilisation des champs X et Y Pour de plus amples renseignements sur le format de stockage des champs X et Y dans le SGBDR, se référer à la partie sur les Principes / Concept 5 du gestionnaire de liens. Etape 10 : paramétrages du comportement de l’importation 1 - Si une clé primaire est paramétrée dans l’étape d’association des champs La boîte de dialogue est composée de quatre onglets permettant de différencier les actions : L’onglet Créer Cet onglet sert à créer des objets dans la carte GeoConcept et la gestion éventuelle de ceux-ci dans des listes : • La case à cocher Autoriser la création provoque la création des objets dans la carte. Cette option est cochée par défaut. Si les données de la table ou de la vue ne dispose pas de champ Géométrie ou X et Y, la création des objets est effectuée aux coordonnées X et Y éditées dans les zones de texte. Pour éviter d’empiler les objets les uns sur les autres, il est possible de définir un rayon de dispersion en mètres. Par défaut toutes les valeurs sont à 0 pour ces trois paramètres. P.125 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Autoriser la création • L’option Insérer les objets créés dans la liste de sélection permet de sélectionner à la fin de l’import, les objets créés. Si le lien d’import utilise le journal pour récupérer les modifications de la base de données centralisée, il est vivement recommandé de ne pas cocher l’option Insérer les objets créés dans la liste de sélection pour éviter de remplir la liste de sélection des nouveaux objets détectés comme tel par le processus de synchronisation. • L’option Insérer les objets créés dans une liste permet de donner, soit un nom à une nouvelle liste dans la zone de texte dédiée (celle-ci est automatiquement créée lors de l’exécution du lien), soit utilisée une liste déjà existante. Ainsi, les objets crées sont placés dans cette liste. Les deux dernières options peuvent être associées pour disposer des objets créés dans la liste de sélection et dans une liste nommée. Cumuler ces deux options d’importation ralentit les performances de la machine lors de l’opération. L’onglet Mettre à jour Cet onglet n’apparaît que si un champ a été défini par l’utilisateur comme clé primaire. Dans ce cas, il autorise la mise à jour des objets GeoConcept en correspondance avec la table ou vue de la source de données et ceux déjà présents dans la carte. • La case à cocher Autoriser la mise à jour permet de mettre à jour les objets dans la carte. Cette option est cochée par défaut. Autoriser la mise à jour P.126 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • L’option Insérer les objets mis à jour dans la liste de sélection permet de sélectionner les objets mis à jour. • L’option Insérer les objets mis à jour dans la liste permet de donner, soit un nom à une nouvelle liste dans la zone de texte dédiée (celle-ci est automatiquement créée lors de l’exécution du lien), soit utilisée une liste déjà existante. Ainsi, les objets mis à jour sont placés dans cette liste. Les deux dernières options peuvent être associées pour disposer des objets créés dans la liste de sélection et dans une liste nommée. Cumuler ces deux options d’importation ralentit les performances de la machine lors de l’opération. Un enregistrement de la table peut correspondre à plusieurs objets GeoConcept, en fonction de la clé primaire choisie. Dans ce cas, avec l’option autoriser les doublons (Cf. Etape 8 - paramétrage de la clé primaire), tous les objets GeoConcept rencontrés avec le même identifiant clé sont mis à jour lors du processus avec la valeur de l’enregistrement correspondant. L’onglet Supprimer Cet onglet n’apparaît que si un champ a été défini par l’utilisateur comme clé primaire. Il gère les objets GeoConcept sans correspondance avec les enregistrements de la table ou vue de la source de données. Supprimer sans confirmation Quatre types d’actions sont possibles pour ces objets : • L'option Ne pas supprimer dans GeoConcept permet de laisser en local sur la carte les objets sans correspondance. • L'option Ne pas supprimer mais mettre dans une liste d’objets GeoConcept permet de nommer une liste qui contiendra tous les objets de GeoConcept sans correspondance avec les enregistrements de la table ou vue de la source de données. Ce choix est actif par défaut. Cette liste peut être nouvelle et il faut lui affecter un libellé dans la zone éditable. La liste existe déjà et la liste déroulante permet de choisir la liste retenue. • L'option Supprimer dans GeoConcept avec confirmation : pour chaque objet GeoConcept sans correspondance, GeoConcept renvoie un message spécifique, demandant si l’objet doit être supprimé ou pas. Pour éviter de confirmer la suppression de chaque objet sans correspondance, il est possible d’appliquer la confirmation de suppression à tous ces objets en cochant la case correspondante dans la boîte de dialogue. Ce choix est actif par défaut. • L’option Supprimer dans GeoConcept sans confirmation : tous les objets GeoConcept sans correspondance sont supprimés de la carte. Dans ce cas, la table ou la vue de la source de données sert de référence. • Si le lien d’import utilise le journal pour récupérer les modifications de la base de données centralisée, il est vivement recommandé de cocher l’option Supprimer dans GeoConcept sans confirmation pour éviter à l’utilisateur d’avoir des messages d’avertissements à chaque suppression d’objet détecté comme tel par le processus de synchronisation. L’onglet Vérification de géométrie Cet onglet n’apparaît que si le champ Géométrie ou X et Y est lié dans l’étape d’association des champs. La case à cocher Stocker les objets invalides dans la liste permet d’activer l’enregistrement des objets possédant une géométrie incohérente dans une nouvelle liste ou dans une liste existante. P.127 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Vérification de géométrie Une géométrie incohérente correspond à la présence dans le(s) champ(s) géométrie ou X et Y de la table externe d’une description erronée (exemple : polygone à 2 points ou linéaire à 1 point) ou d’une valeur nulle. Lors de l’import d’un objet comportant une géométrie incohérente, différents messages signalent le problème à l’utilisateur : Messages lors de la lecture d’une géométrie incohérente dans la table externe Il est également possible que certains addons « métiers » créant automatiquement des objets provoquent l’écriture d’une géométrie incohérente dans la base de données externe. Dans ce cas, un message d’avertissement apparaît également. Il est vivement recommandé de supprimer cet objet dans la carte pour éviter tout problème d’incohérence de géométrie. 2 - Si aucune clé primaire n’est paramétrée dans l’étape d’association des champs Ce cas d’utilisation se présente uniquement lorsque l’utilisateur veut réaliser un import de données pour créer dans un Type/Sous-type les objets correspondants (exemple : import d’une table contenant des clients qu’il faut ensuite géocodés). Dans ce cas, la boîte de dialogue n’est composée que des options spécifiques à la création d’objets. P.128 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramètres de création sans clé primaire définie Etape 11 : paramétrages de la synchronisation des modifications 1 - Base de données compatible avec ce mécanisme Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur est connecté aux bases de données suivantes : Oracle Database ; Microsoft SQL Serveur ; PostgreSQL/PostGIS ; MySQL ; Sybase ASE ; IBM DB2. Ce mécanisme n’est pas compatible avec Microsoft Access car le moteur de cette base de données ne dispose pas de mécanisme de déclencheurs indispensable au processus de journalisation de GeoConcept Enterprise pour tracer les modifications réalisées sur les tables liées. 2 - Utiliser le journal Cette étape définit l’utilisation ou non du mécanisme de journalisation pour récupérer sur sa carte automatiquement et de manière transparente, sans passer par un import complet de la table, les créations, suppressions ou modifications des objets de la table liée. P.129 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Configuration du journal Par défaut, l’utilisation du journal n’est pas activée. Les créations, mises à jour ou suppressions d’objets se répercutent sur la carte uniquement en passant par un import complet des données de la table. Pour cela, il est obligatoire d’exécuter manuellement le lien ou bien de manière ponctuelle en ouvrant la fiche des objets (si cette option est validée dans l’étape suivante). Si cette option est activée, le processus de GeoConcept Enterprise vérifie dans la table journal (GC_JOURNAL) si des objets ont été créés, supprimés ou modifiés dans la table liée. Si tel est le cas, les modifications sont automatiquement répercutées sur la carte. Il est indispensable d’indiquer dans les zones dédiées : le nom de la table d’administration de la journalisation : GC_INDEX_JOURNAL par défaut ; le nom de la table journal contenant les modifications : GC_JOURNAL par défaut ; le nom du propriétaire ou du schéma possédant ces deux tables. La zone valeur de la dernière mise à jour correspond à la dernière valeur de synchronisation (IdRecord) lue dans la table journal (l’IdRecord s’incrémente automatiquement au fur et à mesure des modifications des objets). Lors de la mise en œuvre du lien d’import, cette valeur est non modifiable et toujours initialisée avec la valeur 0. Une fois le lien mise en place, l’utilisateur pourra vérifier dans cette zone de valeur si le processus de journalisation a terminé la synchronisation. Tant que la valeur maximum de l’IdRecord de la table GC_JOURNAL n’est pas atteinte, le processus poursuit la synchronisation et incrémente cette valeur. Pour de plus amples informations sur le processus de synchronisation des modifications Cf. la partie sur les Principes / Concept 7 du gestionnaire de liens. 3 - Générer le script… Cette fonction permet de créer automatiquement les deux tables nécessaires à la mise en œuvre de la journalisation des objets, à savoir GC_INDEX_JOURNAL et GC_JOURNAL. Le script de création va être spécifique à chaque base de données. Il est possible pour l’utilisateur de modifier le nom de ces deux tables. En revanche, il est interdit de modifier le nom des champs. P.130 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Génération des tables de journalisation sous Oracle Toute modification du script généré est réalisée directement dans la fenêtre de génération de script. Les commandes copier/coller fonctionnent également dans cette fenêtre. Enregistrer : permet d’enregistrer le script généré dans un fichier externe ; Exécuter : permet d’exécuter les ordres SQL présents dans la fenêtre de génération de script. Lors de l’exécution, vérifier si l’utilisateur connecté dispose des droits adéquats pour créer des tables et des index ; Fermer : permet de fermer le fenêtre de génération de scripts. Cette fonction de génération de tables de journalisation n’est à exécuter qu’une fois sur la base de données, notamment lors de la mise en œuvre du premier lien journalisé. Une fois ces tables créées, il n’est plus nécessaire de cliquer sur cette fonction pour les autres liens paramétrés avec une synchronisation en temps réel ou différé. 4 - Détection automatique… Cette fonction permet de rechercher automatiquement, dans le schéma de l’utilisateur connecté, les deux tables nécessaires à la synchronisation. Cette recherche étant basée sur le libellé des champs, GeoConcept Enterprise parvient à les détecter même si leur nom initial a été modifié. Si le schéma de l’utilisateur dispose de plusieurs tables journal, GeoConcept Enterprise récupére uniquement, lors de cette détection, le nom de la première table qui possède les libellés de champs attendus (IdRecord, IdTable, StrKey, TypModif, Date). S’il ne s’agit pas de la table journal attendue, l’utilisateur doit, dans ce cas, indiquer manuellement dans la zone texte dédiée, le nom de la table journal contenant les modifications pour la table associée à la configuration. P.131 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 5 - Script de journalisation… Cette fonction affiche la fenêtre de génération de script, avec les commandes SQL permettant de créer les trois triggers de la table à journaliser dans la base de données. Le script respecte la syntaxe SQL spécifique de la source de données associée à la configuration et récupère l’ensemble des champs associés et leur définition (clé primaire et/ou géométrie). Toute modification du script proposé est réalisée directement dans la fenêtre de génération de script. Les commandes copier/coller fonctionnent dans cette fenêtre. Enregistrer : permet d’enregistrer le script généré dans un fichier externe ; Exécuter : permet d’exécuter les commandes SQL présentes dans la fenêtre de génération de script. Lors de l’exécution, vérifier si l’utilisateur connecté dispose des droits adéquats pour créer les triggers ; Fermer : permet de fermer la fenêtre de génération de scripts. Création du script de journalisation Si le mécanisme de journalisation n’est pas actif (les déclencheurs d’insertion, de suppression ou de modification ne sont pas présents pour la table sélectionnée), un message d’avertissement prévient l’utilisateur en passant à l’étape suivante. Message d'avertissement Pour corriger le problème, il est indispensable de cliquer sur la fonction Script de journalisation et d’exécuter les scripts proposés. Définition de la fréquence de lecture des modifications par le processus de synchronisation Ce paramètre, accessible par radio-bouton, permet de définir la fréquence de lecture de la table GC_JOURNAL du processus de synchronisation. Deux choix s’offrent à l’utilisateur : Vérifier en permanence : cette fonction, activée par défaut, permet à l’utilisateur de répercuter les modifications réalisées sur la table liée en temps réel sur la carte. Utiliser uniquement à l’exécution du lien : cette fonction permet à l’utilisateur de paramétrer le processus de journalisation. La synchronisation des modifications n’est plus effective en temps réel mais en fonction d’événements utilisateurs ou temporels qui sont à définir dans l’étape du choix des modes d’exécution automatique de la configuration (Cf. Etape 12). P.132 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour des raisons de performances et de volumétrie, la table de journalisation (GC_JOURNAL) doit être vidée régulièrement d’une partie de ses enregistrements. C’est à l’utilisateur de faire cette vérification. Ne jamais supprimer l’ensemble des enregistrements mais laisser un nombre d’enregistrements satisfaisant (Ex : deux derniers mois d’activité) pour éviter, sur les cartes liées, les messages d’avertissement indiquant que le journal a été nettoyé. Cette suppression des enregistrements en fonction d’une date de référence est possible à partir de n’importe quel outil de commandes SQL. Exemple de commande SQL sous Oracle pour supprimer tous les enregistrements de la table GC_JOURNAL dont la date de modification est inférieure aux deux derniers mois : select DTMODIF from GC_JOURNAL where DTMODIF < add_months (SYSDATE,- 2) ; A la suppression des enregistrements, il est recommandé de mettre à jour la colonne IdRecord de tous les enregistrements de la table GC_INDEX_JOURNAL par la valeur minimum d’IdRecord de la table GC_JOURNAL. Exemple de commande SQL sous Oracle : update GC_INDEX_JOURNAL set IDRECORD = (select min(IDRECORD) from GC_JOURNAL); Il est possible grâce à l’interface de la console GeoConcept Enterprise Manager de surveiller directement la volumétrie de cette table de journalisation et, le cas échéant, de supprimer les enregistrements inutiles en fonction d’une date via un clic bouton. Etape 12 : choix des modes d’exécution automatique de la configuration Il faut distinguer les fonctions d’événements temporels, les fonctions d’événements utilisateur et les fonctions d’événements sur condition : 1 - Evénements temporels Le groupe des événements temporels définit l’exécution du lien en fonction d’une date, d’un jour, d’une heure, etc. : • Exécuter tous les : la case cochée rend actif les paramètres de temps présentés dans la partie haute de cette boîte de dialogue. La zone d’édition permet de rentrer une valeur entière déterminant le rythme d’exécution. L’unité de temps est déterminée par les radios boutons : secondes, minutes, heures, jours, semaines et mois ; • Heure : permet de déterminer une heure de départ dont l’exécution automatique se sert comme référence lorsque l’option secondes, minutes ou heures est choisie ; • Date : permet de déterminer la date de départ pour l’exécution automatique lorsque l’option de jour, semaine ou mois est choisie. Evénements temporels 2 - Evénements utilisateur Le groupe des événements utilisateur définit l’exécution du lien en fonction d’une action effectuée par l’utilisateur depuis GeoConcept. La disponibilité de ces options dépend du type de lien : Les options suivantes sont actives uniquement pour les configurations de lien d’import : • Exécuter à l’ouverture de la carte : permet d’exécuter l’import des enregistrements de la table ou vue de la source de données externe sélectionnée dans la carte GeoConcept à chaque ouverture de celle-ci ; • Exécuter à l’ouverture des objets : permet d’exécuter la mise à jour de l’enregistrement de l’objet correspondant à chaque ouverture de sa fiche d’informations afin de forcer la lecture vers la base de données externe pour l’objet sélectionné. P.133 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 3 - Exécution contrôlée par une condition présente dans une table/vue de la base de données Le groupe Exécution contrôlée par une condition définit l’exécution du lien en fonction de la réponse à une requête SQL réalisée sur une table de la base de données liée. Le nom de cette table/vue et son nombre de champs n’a pas d’importance. Elle doit être visible par l’utilisateur de la base de données défini dans le lien. Le résultat de la requête conditionne l’exécution ou non de ce lien d’import. L’intérêt de cette fonctionnalité est, par exemple, de déclencher l’import complet des données suite à une importante mise à jour réalisée sur les données de la table liée (nouvelle livraison d’un fond cartographique ou de données cadastrales) et de répercuter celle-ci sur la carte sans que les utilisateurs n’aient de manipulation à réaliser dans GeoConcept Enterprise. En cliquant sur le bouton , une boîte de dialogue apparaît, permettant de spécifier la requête que GeoConcept Enterprise doit lancer pour déterminer si la condition d’exécution du lien est vraie ou pas. Requête de sélection permettant de vérifier la condition d’exécution C’est lors de l’exécution du lien d’import, effectuée de manière manuelle ou de manière automatique grâce à l’application d’événements utilisateurs et/ou temporels, que la condition est vérifiée. Deux cas sont possibles : la condition est vérifiée : la requête renvoie un nombre de lignes supérieur ou égal à 1. Dans ce cas, le lien d’import est exécuté ; la condition n’est pas vérifiée : la requête ne renvoie aucune ligne et par conséquent, le lien d’import n’est pas exécuté. A cette phase d’exécution du lien d’import sur condition, il est également possible d’envoyer au serveur de base de données une requête SQL permettant d’indiquer si l’exécution complète du lien d’import a été réalisée avec succès ou non. Pour activer cette option, il suffit de cocher la case Instruction post-exécution. L’utilisateur dispose de deux zones de texte pour traiter deux cas de figure : Si l’exécution complète du lien d’import a réussi : la requête SQL inscrite dans la zone de texte dédiée est envoyée. Cela permet, par exemple, de réinitialiser la valeur d’exécution dans la table déterminant la condition d’exécution ; Si l’exécution complète du lien d’import a échoué : la requête SQL inscrite dans la zone de texte dédiée est envoyée. Cela permet, par exemple, de spécifier une valeur d’erreur dans la table déterminant la condition d’exécution. L’objectif est de signaler que l’exécution du lien d’import ne s’est pas réalisée avec succès suite, par exemple, à un code erreur de la base ou une indisponibilité de la table. Il est possible de laisser vide l'une des deux zones de texte, pour ne traiter que le succès ou l'échec de l'exécution du lien.P.134 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Requête permettant de mettre à jour la condition d’exécution La case à cocher Masquer la patience cache la fenêtre d’état d’exécution du lien à l’écran. Cette option est utile surtout dans le cas où l’utilisateur a défini un délai d’exécution automatique du lien très court. Il est possible de désactiver les paramètres automatiques ainsi définis au lancement de la carte en laissant la touche Maj enfoncée. Dans ce cas, tout est désactivé et aucune action n’est réalisée : les évènements temporels et utilisateur sont annulés et les configurations désactivées. P.135 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 13 : récapitulatif de la configuration du lien Cette dernière étape montre un récapitulatif ou résumé des différentes étapes ayant permis de réaliser la configuration du lien. On peut modifier chacun des paramètres soulignés et de couleur bleu en cliquant dessus. Récapitulatif de la configuration du lien P.136 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 4 Partie 4 - Etablir un lien d’export avec une source de données externe Après avoir créé la connexion vers une source de données externe, l’utilisateur peut définir un lien d’export afin d’exporter les données attributaires et/ou géométriques du Type/Sous-type lié vers une table / vue / fichier. Il est également possible, par le biais de ce lien d’export, de générer automatiquement le script SQL de création de la table si celle-ci n’existe pas dans la base de données liée. Il n’est pas possible de réaliser de lien d’export pour la source de données Carte GeoConcept. L’utilisateur est guidé à travers plusieurs étapes pour élaborer cette configuration. Etape 1 : création du lien d’export Différentes méthodes s’offrent à l’utilisateur : • à partir du menu Configurations : sélectionner dans le menu déroulant le type de lien Nouveau lien d’export ; • à partir de l’icône de la barre d’outils représentant une flèche vers la droite ; • à partir de l’onglet Liens : se positionner sur la racine de l’arborescence intitulée Liens et choisir le type de lien Nouveau lien d’export ; • à partir de l’onglet Sources de données : sélectionner l’objet table ou vue de la source de données et à partir du menu contextuel, choisir le type de configuration : Nouveau lien d’export. Dans ce cas, l’utilisateur évite le paramétrage de deux étapes (Etape 4 et 5) pour réaliser la configuration car la source de données et l’objet sur lequel porte la configuration est déjà connue. Nouveau lien d’export depuis l’onglet Sources de données Etape 2 : identification du lien Il est indispensable de donner un nom pour identifier le lien. Par défaut c’est le nom de l’objet Table ou Vue ou Fichier de la source de données qui est utilisée. Tout type de caractère peut être utilisé. P.137 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Nom de la configuration Etape 3 : sélection du Type/Sous-type à exporter dans la source de données La partie gauche de la boîte de dialogue récapitule l’ensemble des Types/Sous-type présents dans la carte GeoConcept. Sélectionner le en le surlignant par un clic. Un double-clic sur le Type permet de lister l’ensemble des Sous-types qui en découlent. Une fois que le Type ou le Sous-type est sélectionné, il apparaît dans les zones réservées dans la partie droite de la boîte de dialogue. Sélection d’un Type/Sous-type Il est également possible de ne sélectionner pour l’export que le Type d’objet. Dans ce cas, seuls les champs communs au Type pourront être exportés dans la table ou le fichier lié. P.138 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sélection d’un Type Etape 4 : paramétrages des types d’exportation Cette étape permet éventuellement de filtrer les données du Type/Sous-type lié à exporter dans la table ou le fichier. 1 - Onglet Source d’exportation Quatre types de filtres d’exportation sont possibles pour l’utilisateur. Paramètres d’exportation des données Exportation standard Les objets de la carte GeoConcept issus d’un Type/Sous-type définis au cours d’une des étapes, sont exportés sans aucun filtre ou condition, alimentant ainsi la table, la vue ou le fichier de la source de données externe. C’est l’option validée par défaut ; Utiliser la liste de sélection de GeoConcept Seuls les objets présents dans la liste de sélection de GeoConcept sont affectés par l’export et par conséquent insérés ou mis à jour (dans ce cas une clé primaire est nécessaire) dans l’objet (table ou vue ou fichier) de la base externe d’arrivée ; P.139 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Utiliser une liste nommée Seuls les objets présents dans la liste identifiée par l’utilisateur à l’aide de la zone de texte (il est indispensable d’écrire avec précision le nom de la liste) sont affectés par l’export et par conséquent insérés ou mis à jour (dans ce cas une clé primaire est nécessaire) dans l’objet (table ou vue ou fichier) de la base externe d’arrivée ; Exécuter l’export texte Cette option permet de générer en sortie un fichier contenant tous les enregistrements du Type/Sous-type défini par l’utilisateur lors d’une étape ultérieure au format de la source de données de destination. Cette option est uniquement disponible pour la source de données Oracle et n’est active que si le lien d’export a été créé depuis l’onglet Sources de données. Le fichier de sortie généré au format .dat contient l’entête de description des champs et les données. L’utilisateur pourra ensuite directement importer dans une table les données de ce fichier par le biais de l’outil de chargement Oracle SQLLoader. Export des données dans un fichier .dat 2 - Onglet Filtre d’événements d’exportation Il est possible par le biais de cet onglet de filtrer les événements envoyés à la base de données externe pour les liens d'export ou liens permanents (exemple : envoyer uniquement les ordres de type update ou uniquement les ordres de type insert et delete à la base de données). Ces choix de paramètres sont utiles dans le cadre d’une utilisation de gestion des droits d’utilisateurs avancée ou de l'utilisation de configurations de liens complexes (exemple : plusieurs liens pointent vers un même Type/Sous-type, liens sur des tables ou vues avec triggers, etc.). Par défaut, les 3 options sont cochées (cas d’utilisation le plus courant). P.140 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramètres du filtre d’événements en exportation Trois types d’événements peuvent être filtrés par l’utilisateur. Autoriser la création dans la base Lors de la création d’un objet dans la carte, un ordre de type INSERT est envoyé dans la base de données externe si cette option est cochée ; Autoriser la mise à jour dans la base Lors de la mise à jour d’un objet dans la carte, un ordre de type UPDATE est envoyé dans la base de données externe si cette option est cochée ; Autoriser la suppression dans la base Lors de la suppression d’un objet dans la carte, un ordre de type DELETE est envoyé dans la base de données externe si cette option est cochée. • Etape 5 : sélection de la source de données Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur réalise le lien : • à partir du menu Configurations : Nouveau lien d’export ; • à partir de l’onglet Liens : Nouveau lien d’export ; • à partir des icônes de la barre à outils représentant une flèche vers la gauche. Lorsque l’utilisateur réalise le lien d’export directement depuis l’onglet Sources de données (Cf. Etape 1 : création du lien d’export), cette étape n’apparaît pas car la source est déjà connue. La liste des connexions préalablement préparées est proposée dans laquelle il est indispensable de sélectionner celle à retenir. P.141 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sélection de la source de données Etape 6 : sélection de l’objet (table ou vue) de la source de données Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur réalise le lien : • à partir du menu Configurations : Nouveau lien d’export ; • à partir de l’onglet Liens : Nouveau lien d’export ; • à partir des icônes de la barre à outils représentant une flèche vers la gauche. Lorsque l’utilisateur réalise le lien directement depuis la table ou la vue accessible depuis l’onglet Sources de données (Cf. Etape 1 : création d’un lien d’export) cette étape n’apparaît pas car la source et l’objet sont déjà connus. Sélectionner l’objet (table ou vue ou fichier) en surlignant celui-ci dans la liste des tables et vues associées à la connexion sélectionnée dans l’étape 4. Sélection de la table ou de la vue L’option Créer un nouveau jeu de données permet de créer, dans la source de données externe, la table ou le fichier s’il n’existe pas. Cette fonction est uniquement active pour les sources de données suivantes : Fournisseur OLE DB : Microsoft Access, Microsoft Excel, Microsoft SQL Serveur, Sybase ASE, IBM DB2, MySQL ; Oracle ;P.142 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 PostgreSQL/PostGIS ; Fichier Shapefile ; Fichier Texte Création d’une nouvelle table sous Oracle En cas de connexion à une source de données Oracle, il est vivement recommandé de nommer les tables avec des majuscules et sans espace afin d’éviter tout problème spécifique à l’utilisation de caractères spéciaux. En cas de connexion à une source de données PostgreSQL/PostGIS ou MySQL, il est vivement recommandé de nommer les tables avec des minuscules et sans espace afin d’éviter tout problème spécifique à l’utilisation de caractères spéciaux. Etape 7 : correspondance des champs entre ceux du Type/Sous-type sélectionné et ceux de l’objet de la source de données L’utilisateur dispose, dans cette étape, de nombreuses fonctions accessibles depuis le menu contextuel, pour réaliser la correspondance entre les champs du Type/Sous-type et ceux de la table, vue ou fichier et définir certains d’entre eux comme spécifiques (servant de clé primaire ou stockant la géométrie). L’interface est composée de deux parties : • sur la partie gauche, divisée en deux sous parties, d’un côté apparaissent les champs du Type/Sous-type GeoConcept sélectionnées avec leurs couleurs respectives en fonction de leur niveau (globaux en rouge, communs au Type en vert et particuliers au Sous-type en bleu) et de l’autre, la zone réservée à la mise en correspondance avec les champs de table ou vue de la base de données ; • sur la partie droite, apparaissent les champs de la table ou vue ou fichier de la source de données sélectionnée dans une étape préalable. Cette zone est vide lorsque l’utilisateur a coché Créer un nouveau jeu de données dans l’étape précédente. P.143 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Correspondance des champs pour un nouveau jeu de données 1- Manipulations des champs Plusieurs possibilités s’offrent également à l’utilisateur : Association automatique des champs Cette fonction accessible depuis le menu contextuel, permet d’associer automatiquement les champs les plus ressemblants. Elle n’est pas active si un nouveau jeu de données est à créer dans l’étape précédente. Association des champs Cette association automatique n’est qu’une aide de correspondance entre les champs pour l’utilisateur. GeoConcept se base sur des estimations de ressemblance entre les différents libellés de champ disponibles. Cela ne dispense pas l’utilisateur de contrôler la mise en correspondance. Glisser / Déposer des champs En sélectionnant d’une part, dans la partie droite, le champ de la table / vue / fichier, on le glisse vers le champ GeoConcept correspondant. P.144 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Réaliser une multi-sélection Utiliser les touches Maj et Ctrl du clavier pour surligner les champs retenus. Trier les champs dans l’ordre ou le désordre Cliquer dans le libellé des colonnes. Dans ce cas, un symbole représentant un triangle apparaît pour indiquer que la colonne est triée et donner son ordre de tri. Supprimer le champ Cette fonction est accessible par menu contextuel ou en utilisant la touche Suppr du clavier pour enlever la mise en correspondance entre les champs sélectionnés. Par exemple, pour revenir à l’état initial c’est-à-dire sans aucun branchement entre les champs, il faut sélectionner tous les champs (clic + Shift) et utiliser la commande de suppression. Editer le champ Cette fonction est accessible par menu contextuel ou en réalisant un clic long au niveau du nom du champ. Cette fonction permet de donner un nom différent au champ qui est créé, soit dans la table ou vue de la source de données externe (cas d’un lien d’export), soit au niveau du Type/Sous-type sélectionné (cas d’un lien d’import ou d’un lien permanent). Il est possible par exemple de rajouter un préfixe ou un suffixe pour indiquer l’origine du champ. Utiliser le nom des champs GeoConcept Après avoir au préalable sélectionné les champs dans la partie gauche de l’interface, cette fonction permet de déterminer les champs qui doivent être présents dans la table de la source de données externe. Utiliser le nom des champs de GeoConcept Si le lien d’export est directement branché au niveau du Type et que le champ Sous-type ne fait pas partie des champs associés, un message d’avertissement prévient l’utilisateur de cet état de fait. P.145 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Message d’avertissement Il est vivement recommandé d’associer/créer ce champ dans la table si l’utilisateur veut par la suite transformer ce lien d’export en un lien permanent afin de relier directement en lecture / écriture la table au Type GeoConcept. En revanche, s’il s’agit d’un export ponctuel ou lié à un format fichier (Texte, Shapefile, Excel), il n’est pas obligatoire de le lier sauf si l’information qu’il contient (nom du Sous-type) intéresse l’utilisateur. Lorsque l’option Créer un nouveau jeu de données est validée, GeoConcept se sert de cette sélection de champs pour définir son script de création de table. Dans le cas de création de tables Oracle, le nom des champs associé est automatiquement transformé en majuscules, tous les caractères spéciaux et espaces sont remplacés par un tiret bas et le nom est tronqué à 30 caractères pour respecter la nomenclature standard d’Oracle. Dans le cas de création de table PostgreSQL/PostGIS, le nom des champs associé est automatiquement transformé en minuscules et tous les caractères spéciaux et espaces sont remplacés par un tiret bas. Dans le cas de création de fichier Shapefile, le nom des champs associé est automatiquement transformé en majuscules et tronqué à 10 caractères. 2 - Définition de champs spécifiques Après avoir branché les champs, l’utilisateur peut définir, si besoin est, certains champs comme particuliers. Il s’agit notamment des champs identifiés comme clé primaire et comme stockant de la géométrie. Ces options sont accessibles à partir du menu contextuel. Définir comme champ clé Cette option permet d’identifier de manière unique un enregistrement et par conséquent réaliser des mises à jour d’objets existants dans GeoConcept. A partir du menu contextuel, il faut choisir Définir comme champ clé sur le champ identifié comme clé. Un symbole représentant une clé apparaît devant le libellé du champ pour indiquer qu’il sert de clé primaire. Pour enlever la clé primaire, il faut utiliser la touche Suppr du clavier pour supprimer le champ de l’association, puis Utiliser le nom des champs de GeoConcept pour reconstruire l’association et Définir comme champ clé un nouveau champ à l’aide de la fonction dédiée. P.146 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Définition du champ clé Si aucun champ n’a été défini comme clé primaire, un message d’avertissement prévient l’utilisateur de cet état de fait. Message d’avertissement Dans le cas de création automatique de la table à l’exécution de l’export, cette option permet de déterminer dans le script de création de la table le champ identifié comme clé primaire c’est-à-dire possédant la contrainte de primary key. Soit le champ Géométrie est lié, soit les champs X et Y (pour les objets de type ponctuel) mais en aucun cas ne lier les trois champs en même temps. Utiliser l’oid comme clé Cette option est uniquement présente si la source de données du lien est de type PostgreSQL/PostGIS. Elle permet d’identifier de manière unique un enregistrement en passant par un champ système spécifique nommé oid (Object identifier). A partir du menu contextuel, il faut choisir Utiliser l’OID comme clé sur le champ identifié comme clé. Un symbole représentant une clé apparaît devant le libellé du champ pour indiquer qu’il sert de clé primaire. Pour enlever la clé primaire, il faut utiliser la touche Suppr du clavier pour supprimer le champ de l’association, puis Utiliser le nom des champs de GeoConcept pour reconstruire l’association et Définir comme champ clé un nouveau champ à l’aide de la fonction dédiée. P.147 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Utilisation de l’OID comme clé Il est impératif que le champ utilisé comme OID soit de genre entier, côté GeoConcept. Dans le cas de création automatique de la table à l’exécution de l’export, cette option permet de spécifier dans le script de création de la table l’option WITH OIDS. Attention, l’utilisation de ce genre de champs n’est absolument pas recommandée pour les grandes volumétries de données. Consultez la documentation PostgreSQL pour de plus amples informations. Utiliser la géométrie d’objet Oracle Cette option est disponible lorsque l’utilisateur est connecté à une source de données Oracle. Dans le cas de création automatique de la table à l’exécution de l’export (option Créer un nouveau jeu de données validée et nom de table défini par l’utilisateur), cette option permet de définir si le script de création doit utiliser le format objet-relationnel (SDO_GEOMETRY) ou le format texte (CLOB) pour stocker la géométrie. Cette option est devenue obsolète en version GeoConcept Enterprise 6.5, il est recommandé de déterminer le format d’écriture de la géométrie via la liste déroulante présente dans l’étape 9. Etape 8 : paramétrages de la clé primaire Cette étape apparaît uniquement si une clé primaire a été définie dans l’étape précédente (Cf. Etape 7 : correspondance des champs entre ceux du Type/Sous-type sélectionné et ceux de l’objet de la source de données). Trois types de clés peuvent être utilisés pour l’export : 1 - Clé manuelle C’est la fonction validée par défaut. Dans ce cas, l’utilisateur indique manuellement la valeur de la clé pour chaque enregistrement en saisissant celle-ci dans le champ identifié comme clé primaire. P.148 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Clé manuelle Le champ défini comme clé primaire avec saisie manuelle de la valeur de la clé est automatiquement affecté de la contrainte Saisie obligatoire (Cf. Configurateur / onglet Fiche). Ainsi, il apparaît en rouge dans la fiche de l’objet. Si aucune valeur n’est saisie, il n’est pas possible de valider la fiche et par voie de conséquence de créer l’objet. 2 - Clé automatique Dans ce cas, la valeur clé pour chaque enregistrement est fournie par la base de données externe. Ceci permet de centraliser la distribution des valeurs. Cette valeur peut-être obtenue de deux façons : clé récupérée à partir d’une fonction de la base : la zone de texte permet d’indiquer la fonction, la procédure ou la requête à exécuter pour récupérer la valeur avant l’insertion de l'enregistrement dans la table. Si la connexion est liée à une source de données Oracle, il est possible d'utiliser une table séquence sélectionnable à partir de la liste déroulante. P.149 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Différents paramètres de clé automatique En utilisant une procédure stockée de SQL Serveur En utilisant une table séquence d’Oracle En utilisant une table séquence de PostgreSQL En fonction de la base de données liée, les mécanismes pour générer des numéros automatiques varient. Table séquence Sous Oracle et PostgreSQL, il est recommandé de passer par une table séquence. La commande SQL pour créer cette table séquence est la suivante : Oracle : CREATE SEQUENCE ID_ORACLE; PostgreSQL : create sequence id_pg; Pour de plus amples renseignements sur les paramètres des tables séquences, veuillez consulter la documentation technique de chaque éditeur. Procédure stockée Sous Microsoft SQL Serveur, il est recommandé de passer par une procédure stockée. Voici un exemple de script permettant de créer une procédure stockée : CREATE TABLE [GCTableKey] ([GCKey] [int] NULL ) ON [PRIMARY]; INSERT INTO GCTableKey(GCKey) VALUES (0); CREATE PROCEDURE dbo.getkey AS P.150 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 set nocount on BEGIN Begin transaction declare @itemp int update GCTableKey set GCKey = GCKey+1 select GCKey from GCTableKey commit transaction END Pour de plus amples renseignements sur les paramètres des procédures stockées, veuillez consulter la documentation technique de Microsoft SQL Serveur. 3 - Clé auto-incrémentale La valeur est fournie par la base de données par un type de champ numéro automatique ou auto-incrémental. Voici quelques exemples de champ de type auto-incrémental : - pour Microsoft Access : champ de genre NuméroAuto ; - pour Microsoft SQL Serveur : champ de genre INT avec option identity (1, 1) ; - pour MySQL : champ de genre INT avec option auto_increment ; - pour PostgreSQL : champ de genre SERIAL ; 4 - Compteur interne Cette fonction est utile uniquement dans le cas où l’on veut réaliser un export d’objets GeoConcept ne disposant pas de valeur unique bien définie. Dans ce cas, ce n’est pas la base de données externe qui renvoie un numéro mais GeoConcept qui fournit les valeurs au fur et à mesure de l’insertion des enregistrements dans la ou les table(s). L’avantage de cette option est de gagner du temps à l’insertion (plus rapide que d’attendre une réponse de la base de données pour récupérer la valeur) mais elle est uniquement dédiée à des objets qui n’évoluent plus dans le temps car ce compteur n’est pas central mais spécifique à chaque configuration réalisée à partir d’une carte GeoConcept. Il faut indiquer la valeur de départ ainsi que l’incrément. P.151 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 L'option Protéger la clé, active par défaut, est recommandée pour éviter les dysfonctionnements lors des échanges de données, dans le cas où un utilisateur décide de modifier les valeurs de clé. L’utilisateur peut choisir ou non de protéger le champ de l’objet GeoConcept servant d’identifiant avec la table de la base externe. Protection du champ-clé Il est vivement recommandé de laisser cette option cochée notamment dans le cadre d’utilisation de clé automatique pour éviter les dysfonctionnements lors des échanges de données. Le champ défini comme clé primaire et protégé par la validation de cette option est automatiquement affecté de la contrainte Champ protégé (Cf. Configurateur / onglet Fiche). Ainsi, il apparaît en gris dans la fiche de l’objet. Il n’est impossible pour l’utilisateur de saisir de valeur dans ce champ. Après avoir validé cette option, si l’utilisateur décide de la désactiver, il faudra également désactiver la protection du champ (icône du cadenas) pour le champ concerné depuis le Configurateur / onglet Fiche afin de rendre ce champ de nouveau éditable. L’option Autoriser les doublons dans la carte n’est absolument pas utile dans le cas d’un lien d’export. Etape 9 : paramétrages du système de projection ou de coordonnées et du format de géométrie dans la table externe Cette étape du lien d’export permet de définir le système de projection, l’unité, la résolution et le format de géométrie des données à exporter dans la table / vue / fichier de la source de données externe. Elle n’est pas proposée à l’utilisateur si le champ Géométrie ou les champs X et Y n’est (ne sont) pas associé(s) dans l’étape 7 - correspondance des champs entre ceux du Type/Sous-type sélectionné et ceux de l’objet de la source de données. P.152 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 1 - Champ Géométrie Paramètres de la géométrie dans la table externe Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, la gestion des systèmes de projections ou de coordonnées et de reconnaissance des SRID a été grandement facilitée par la présence d’un fichier assurant la correspondance entre les codes de projections de GeoConcept, de PostGIS et d’Oracle Spatial. Ce fichier est situé dans le répertoire d’installation de GeoConcept Enterprise et se nomme SpatialRefCodesMap.txt. Il est possible de l’éditer et de le compléter en fonction de ses besoins en respectant la syntaxe suivante : Syntaxe : [Nom du système]<\Tab> ... GEOCONCEPT:[Code]<\Tab> ... EPSG:[Code]<\Tab> ... ORACLE:[Code]<\Return> Les noms et codes des types de projections de GeoConcept sont disponibles dans les fichiers Standard.gcp et Moreproj.gcp. Les codes de projections EPSG sont disponibles dans la table spatial_ref_sys de la base PostGIS. Les codes de projections d’Oracle spatial sont disponibles dans la table CS_CRS. Pour de plus amples informations concernant les codes et les systèmes de projections ou de coordonnées gérés par PostGIS ou Oracle spatial, veuillez vous référer à la documentation technique spécifique à ces deux bases de données. P.153 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier assurant les correspondances automatiquement des systèmes de projections Système de coordonnées Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la première liste déroulante permet de définir le système de projection ou de coordonnées à utiliser pour exporter les données géométriques dans la table / vue / fichier de la source de données externe. Si la géométrie des données à exporter est dans un système de projection ou de coordonnées différent de celui de la carte, GeoConcept Enterprise fait automatiquement la conversion lors de l’export en fonction du système choisi par l’utilisateur pour son lien. SRID (Spatial Reference Identifier) Cette zone de texte permet de saisir la valeur de l’identifiant pour le système de coordonnées. Cette zone est grisée quand le format de géométrie choisi est de type GCES Texte ou que le lien d’export s’appuie sur une table déjà existante pour laquelle le SRID est automatiquement reconnu en lisant les informations de métadonnées, dans la table geometry_columns pour PostGIS ou dans la vue USER_SDO_GEOM_METADATA pour Oracle Spatial. P.154 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Affectation automatique du SRID en fonction du système de projection et du format de géométrie Si la valeur du SRID n’est pas renseignée dans les métadonnées de la table liée et/ou que le système de projection ou de coordonnées choisi n’est pas présent par défaut dans le fichier de correspondance SpatialRefCodesMap.txt, la valeur de -1 est affectée pour une connexion à PostGIS et 0 pour Oracle spatial. Pour faciliter la suite de la mise en œuvre des liens, il est recommandé d’ajouter dans le fichier de correspondance le code SRID manquant en respectant la syntaxe. Unité du système Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la liste déroulante permet de définir l’unité du système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Par défaut, l’unité proposée correspond à celle de la carte. Dans le cas des formats de géométrie OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial, il n’est pas conseillé de modifier l’unité proposée par défaut. Résolution Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la liste déroulante permet de définir la résolution associée à l’unité du système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Par défaut, la résolution proposée correspond à celle de la carte. Dans le cas des formats de géométrie OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial, il n’est pas conseillé de modifier la résolution proposée par défaut. Format Cette fonction permet de définir le format d’écriture de la géométrie dans la table / vue / fichier de la source de données externe. Par défaut, GeoConcept Enterprise propose le format le plus adapté au type de source de données externe lié. Si le format de géométrie proposé par défaut ne correspond pas au besoin de l’utilisateur, il est possible de modifier celui-ci grâce à la liste déroulante. Trois possibilités s’offrent à l’utilisateur : GCES texte : la géométrie est écrite au format GeoConcept texte. Ce format texte est spécifique et ne peut être lu que par GeoConcept. Il est proposé par défaut pour Oracle (si l’utilisateur MDSYS n’est pas présent sur la base de données), Microsoft SQL Serveur, Sybase ASE, IBM DB2, Microsoft Access ; OGIS WKT/WKB : la géométrie au format OGIS est écrite en passant par les fonctions WKB (GeomFromWKB) dans le cas d’une connexion à une base de données PostgreSQL/PostGIS et par les fonctions WKT (GeomFromText) dans le cas d’une connexion à MySQL. En cas de présence de géométrie au format OGIS dans la table liée, ce type de format apparaît en grisé. Il est proposé par défaut pour PostgreSQL/PostGIS et MySQL ; Oracle SDO : la géométrie est écrite au format objet-relationnel d’Oracle Spatial. En cas de présence de géométrie au format Oracle spatial dans la table liée, ce type de format apparaît en grisé. Dans le cas de création d’une nouvelle table, il est proposé par défaut si l’utilisateur MDSYS est présent sur la base de données. Si la source de données du lien d’export est de type fichier Shapefile ou fichier Texte, le format de géométrie indique Dépendant du fournisseur. P.155 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour de plus amples renseignements sur les formats de stockage de la géométrie dans le SGBDR, se référer à la partie Principes / Concept 5 du gestionnaire de liens. 2 - Champs X et Y Dans le cas d’utilisation des champs X et Y pour stocker la géométrie des objets de genre ponctuel au lieu du champ géométrie, la liste déroulante n’est plus active et affiche le libellé suivant « Dépendant du fournisseur ». C’est à l’utilisateur de définir manuellement le système de coordonnées ou de projections, ainsi que l’unité et la résolution des données à importer. Utilisation des champs X et Y Pour de plus amples renseignements sur le format de stockage des champs X et Y dans le SGBDR, se référer à la partie Principes / Concept 5 du gestionnaire de liens. Etape 12 : choix des modes d’exécution automatique de la configuration Il faut distinguer les fonctions d’événements temporels, les fonctions d’événements utilisateur et les fonctions d’événements sur condition : 1 - Evénements temporels Le groupe des événements temporels définit l’exécution du lien en fonction d’une date, d’un jour, d’une heure, etc. Pour plus de détails, veuillez consulter l’étape 12 de la création d’un lien d’import. 2 - Evénements utilisateur Le groupe des événements utilisateur définit l’exécution du lien en fonction d’une action effectuée par l’utilisateur depuis GeoConcept. Les options suivantes sont disponibles dans le cas d’un lien d’export : • Exécuter à la fermeture de la carte : permet d’exécuter l’export des objets GeoConcept vers la table ou vue de la source de données externe à chaque fermeture de la carte ; • Exécuter si un objet est modifié : permet à chaque création ou modification d’objet GeoConcept d’exécuter l’export de celui-ci vers la table ou vue de la source de données externe afin de forcer l’écriture vers la base de données externe de l’objet sélectionné. P.156 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Evénements utilisateur 3 - Exécution contrôlée par une condition présente dans une table/vue de la base de données Le groupe Exécution contrôlée par une condition définit l’exécution du lien en fonction de la réponse à une requête SQL réalisée sur une table de la base de données liée. Le nom de cette table/vue et son nombre de champs n’a pas d’importance. Elle doit être visible par l’utilisateur de base de données défini dans le lien. Le résultat de la requête conditionne l’exécution ou non de ce lien d’export. Pour plus de détails, veuillez consulter l’étape 12 de la création d’un lien d’import. La case à cocher Masquer la patience cache la fenêtre d’état d’exécution du lien à l’écran. Cette option est utile surtout dans le cas où l’utilisateur a défini un délai d’exécution automatique du lien très court. Il est possible de désactiver les paramètres automatiques ainsi définis au lancement de la carte en laissant la touche CTRL enfoncée. Dans ce cas, tout est désactivé et aucune action n’est réalisée : les évènements temporels et utilisateur sont annulés et les configurations désactivées. P.157 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 13 : récapitulatif de la configuration du lien Cette dernière étape montre un récapitulatif ou résumé des différentes étapes ayant permis de réaliser la configuration du lien. On peut modifier chacun des paramètres soulignés et de couleur bleu en cliquant dessus. Récapitulatif de la configuration du lien permanent Etape 14 : génération du script de création de la table Si l’option Créer un nouveau jeu de données a été cochée (Cf. Partie 4 – Etape 6) pour le lien d’export connecté à une base de données, un message propose à l’utilisateur de générer un script de création. Message d’avertissement pour la génération du script Après avoir acceptée la génération du script, une fenêtre apparaît avec les commandes SQL permettant de créer la table dans la base de données. Le script respecte la syntaxe SQL spécifique de la source de donnée associée au lien et récupère l’ensemble des champs associés et leur définition (clé primaire et/ou géométrie). P.158 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple de script pour une table avec géométrie en Oracle Spatial Toute modification du script proposé se réalise directement dans la fenêtre de génération de script. Les commandes copier/coller fonctionnent dans cette fenêtre. Enregistrer : permet d’enregistrer le script généré dans un fichier externe ; Exécuter : permet d’exécuter les commandes SQL présentes dans la fenêtre de génération de script. Lors de l’exécution, vérifier si l’utilisateur connecté dispose des droits adéquats pour créer la table. Si la création de la table a abouti, une fenêtre de confirmation apparaît ; Fermer : permet de fermer la fenêtre de génération de script. Après avoir créé la table par l’intermédiaire de cette fenêtre de script, il est indispensable d’actualiser la connexion au niveau de la source de données afin d’intégrer cette nouvelle table dans le cache de la connexion. Si tel n’est pas le cas, l’utilisateur ne pourra pas exporter les données dans cette nouvelle table. Pour une source de données Oracle, la création de l’index spatial n’est pas activée par défaut. La suppression des «--» permet de l’activer. De même, pour simplifier la mise en œuvre de la table, les lignes permettant de supprimer le référencement de cette table (si déjà présent) dans la vue USER_SDO_GEOM_METADATA, ainsi que de supprimer celle-ci, sont proposées en commentaires dans le script. La suppression des «--» devant ces deux lignes de commandes permet de les activer. La correspondance des genres de champs entre GeoConcept et la base de données externe liée s’établit de la manière suivante : Pour Oracle Entier NUMBER(10) Réel NUMBER(10,2) Date/heure DATE Date DATE Heure DATE Caractère VARCHAR2(255) Mémo CLOB Liste VARCHAR2(255) Autre genre VARCHAR2(255) P.159 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour Microsoft SQL Serveur Entier integer Réel float Date/heure datetime Date datetime Heure nvarchar5255) Caractère nvarchar(255) Mémo text Liste nvarchar(255) Autre genre nvarchar(255) Pour PostgreSQL Entier integer Réel float Date/heure timestamp Date date Heure time Caractère varchar(255) Mémo text Liste varchar(255) Autre genre varchar(255) Pour MySQL Entier integer Réel float Date/heure datetime Date date Heure varchar(255) Caractère varchar(255) Mémo longtext Liste varchar(255) Autre genre varchar(255) Ce sont les genres et valeurs proposés par défaut. C’est à l’utilisateur de les adapter en fonction de ses besoins. Il est possible de modifier la taille maximum proposée par défaut pour les champs de genre varchar, nvarchar ou varchar2 en passant par le menu Administration (Cf. Données / Données externes / Administration). La modification du genre ou de la taille maximum est directement possible depuis la fenêtre de génération de script. P.160 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 5 Partie 5 - Etablir un lien permanent avec une source de données externe Après avoir créé la connexion vers une source de données externe, l’utilisateur peut définir un lien permanent avec la base de données externe pour puiser les données dans les deux applications en s’assurant de la parfaite synchronisation entre la base de données externe et la carte GeoConcept. Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, il est désormais possible d’utiliser le mécanisme de journalisation des modifications pour récupérer sur la carte locale, de manière automatique et transparence pour l’utilisateur, les créations/mises à jour/suppressions des données de la table liée sans qu’il soit nécessaire d’exécuter systématiquement et intégralement le lien permanent. Il n’est pas possible de réaliser de lien permanent pour les sources de données suivantes : Microsoft Excel, Shapefile, Fichier Texte, et Carte GeoConcept et GARMIN GPS (port USB ou série). L’utilisateur est guidé à travers plusieurs étapes pour élaborer cette configuration. Etape 1 : création du lien permanent Différentes méthodes s’offrent à l’utilisateur : • à partir du menu Configurations : sélectionner dans le menu déroulant le type de configuration Nouveau lien permanent ; • à partir de l’icône de la barre d’outils représentant une flèche vers la droite ; • à partir de l’onglet Liens : se positionner sur la racine de l’arborescence intitulée Liens et choisir le type de lien Nouveau lien permanent ; • à partir de l’onglet Sources de données : sélectionner l’objet table ou vue de la source de données et à partir du menu contextuel, choisir le type de configuration : Nouveau lien permanent. Dans ce cas, l’utilisateur évite le paramétrage de deux étapes (Etape 4 et 5) pour réaliser la configuration car la source de données et l’objet sur lequel porte la configuration est déjà connue. Nouveau lien permanent depuis l’objet table P.161 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 2 : identification du lien Il est indispensable de donner un nom pour identifier le lien. Par défaut c’est le nom de l’objet Table ou Vue de la source de données qui est utilisée. Tout type de caractère peut être utilisé. Nom du lien permanent Etape 3 : paramétrages des filtres d’importation Cette étape permet de définir et éventuellement de filtrer de manière attributaire et géographique, les données issues de la source de données liée. Filtrage des données à importer pour le lien permanent Quatre types de paramètres sont disponibles pour le lien permanent. Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 3 de la création d’un lien d’import. Le filtre Utiliser une requête libre n’est pas accessible pour le lien permanent. P.162 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 4 : sélection de la source de données Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur réalise le lien permanent : • à partir du menu Configurations : Nouveau lien permanent ; • à partir de l’onglet Liens : Nouveau lien permament ; • à partir des icônes de la barre à outils représentant une flèche à double-sens. Lorsque l’utilisateur réalise le lien permanent directement depuis l’onglet Sources de données (Cf. Etape 1 : création du lien permanent), cette étape n’apparaît pas car la source est déjà connue. La liste des connexions préalablement préparées est proposée dans laquelle il est indispensable de sélectionner celle à retenir. Sélection de la source de données Etape 5 : sélection de l’objet (table ou vue) de la source de données Cette étape apparaît uniquement si l’utilisateur réalise le lien permanent : • à partir du menu Configurations : Nouveau lien permanent ; • à partir de l’onglet Liens : Nouveau lien permanent ; • à partir des icônes de la barre à outils représentant une flèche à double-sens ; Lorsque l’utilisateur réalise le lien d’import directement depuis l’arborescence table ou la vue visible dans l’onglet Sources de données (Cf. Etape 1 : création du lien permanent), cette étape n’apparaît pas car la source et l’objet sont déjà connus. Sélectionner l’objet (table ou vue) en surlignant celui-ci dans la liste des tables et vues associées à la connexion sélectionnée dans l’étape 4. Sélection d’une table P.163 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 6 : sélection ou création du Type/Sous-type à relier avec l’objet de la source de données La partie gauche de la boîte de dialogue récapitule l’ensemble des Types/Sous-type présents dans la carte GeoConcept. Deux choix sont possibles. 1 - Le Type et le Sous-type sont déjà présents dans la base de données GeoConcept Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 6-1 de la création d’un lien d’import. Sélection d’un Type/Sous-type 2 - Le Type et le Sous-type n’existent pas Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 6-2 de la création d’un lien d’import. Création d’un Type P.164 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 7 : correspondance des champs entre ceux du Type/Sous-type sélectionné et ceux de l’objet de la source de données L’utilisateur dispose, dans cette étape, de nombreuses fonctions accessibles depuis le menu contextuel, pour réaliser la correspondance entre les champs du Type/Sous-type et ceux de la Table ou de la Vue et définir certains d’entre eux comme spécifiques (servant de clé primaire ou stockant la géométrie). Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 7 de la création d’un lien d’import. Correspondance des champs pour le lien permanent Pour un lien permanent, il est indispensable de définir un champ clé afin de récupérer sur la carte GeoConcept les mises à jour et suppressions réalisées sur la table ou vue de la source de données externe. Par rapport au lien d’import, une option supplémentaire est disponible dans le menu contextuel du lien permanent Définir comme champ en lecture seule Cette option permet de mettre en lecture seule les champs sélectionnés au préalable. Ils apparaîtront en « grisés » dans la fiche d’objet GeoConcept. Il ne sera pas possible pour l’utilisateur de modifier la valeur bien que le lien soit de type permanent. En revanche, en cas de modification de cette valeur dans la base centrale, celle-ci sera bien répercutée à l’ouverture de la fiche. L’icône représentant une colonne de table avec un cadenas indique que le champ est en lecture seule. Définition des champs en lecture seule P.165 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le champ géométrie peut également être mis en lecture seule. Toutefois, dans la carte, le déplacement ou la modification des objets n’est pas invalidée. Il sera possible pour un utilisateur de réaliser des modifications sans que celles-ci ne soient réellement effectives. Lors d’un rafraîchissement de l’affichage ou lors de l’exécution du lien, ces objets modifiés « localement » retrouveront leur état initial. L’option Ne pas définir en lecture seule ne déprotège pas automatiquement le champ si celui-ci était déjà protégé. L’utilisateur doit aller dans le menu Données / Configurateur / onglet Fiche pour enlever le(s) cadenas sur le(s) champ(s) lié(s). Etape 8 : paramétrages de la clé primaire Cette étape permet de paramétrer trois types de clés pour le lien permanent. Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 4 - Etape 8 de la création d’un lien d’export. Définition d’une clé manuelle pour le lien permanent Si cette étape n’apparaît pas dans le lien permanent, il est indispensable de définir un champ clé dans l’étape précédente. Etape 9 : paramétrage du système de projection ou de coordonnées et du format de géométrie dans la table externe Cette étape permet d’assurer la correspondance entre le système de projection, l’unité, la résolution et le format de géométrie des objets de la carte et celui des enregistrements de la table ou de la vue de la base externe. Le champ Géométrie ou X et Y doivent faire partie des champs liés pour que cette étape apparaisse. Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 9 de la création d’un lien d’import. P.166 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramètres du système de coordonnées ou de projection dans la table externe Etape 10 : paramétrages du comportement de l’importation Cette étape est composée de quatre onglets permettant de différencier les actions lors de la récupération des données issues de la source de données liée. Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 10 de la création d’un lien d’import. Paramètres de la création d’objet Si cette étape n’affiche que les options concernant la création d’objet, il est indispensable de définir un champ clé dans l’étape d’association des champs. Si le lien permanent dispose de l’option Utiliser le journal (Etape 11 de la création du lien permanent), il est vivement recommandé de : - Onglet Créer – ne pas cocher Insérer les objets créés dans la liste de sélection pour éviter d’affecter systématiquement, dans la liste de sélection de l’utilisateur, tous les nouveaux objets issues de la table ou vue liée ; - Onglet Supprimer – choisir l’option Supprimer dans GeoConcept sans confirmation pour éviter d’alerter l’utilisateur à chaque suppression d’objet dans la table ou vue liée ; P.167 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 11 : paramétrages de la synchronisation des modifications Cette étape définit l’utilisation ou non du mécanisme de journalisation pour récupérer sur sa carte automatiquement et de manière transparente, sans passer par un import complet de la table, les créations, suppressions ou modifications des objets de la table liée. Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 11 de la création d’un lien d’import. Utilisation du journal des modifications Etape 12 : choix des modes d’exécution automatique de la configuration Il faut distinguer les fonctions d’événements temporels, les fonctions d’événements utilisateur et les fonctions d’événements sur condition. Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 3 - Etape 12 de la création d’un lien d’import. Paramètres des événements du lien permanent P.168 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Etape 13 : récapitulatif de la configuration du lien Cette dernière étape montre un récapitulatif ou résumé des différentes étapes ayant permis de réaliser la configuration du lien. On peut modifier chacun des paramètres soulignés et de couleur bleu en cliquant dessus. Récapitulatif de la configuration du lien permanent P.169 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – partie 6 Partie 6 – Gérer les liens Le lien créé, est consultable dans le Gestionnaire de liens à partir de l’onglet Liens. Les paramètres du lien réalisé apparaissent en cliquant dessus. Consultation des paramètres d’un lien d’import Exécution et modification d’un lien Exécution d’un lien Il existe cinq possibilités d’exécution d’un lien. Celui-ci doit d’abord être sélectionné dans le Gestionnaire de liens, puis : • dans le menu contextuel, choisir la commande Exécuter ; P.170 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exécuter par le clic droit • depuis le menu Configurations / Exécuter ; • la commande CTRL + E lance l’exécution ; • un clic sur l’icône correspondante entraîne l’exécution. • depuis le menu flottant Données externes, un clic long sur l’icône correspondante suivi d’un clic sur le nom du lien entraîne l’exécution. Exécuter un lien ou tout un groupe par l’icône depuis le menu flottant Lors de l’exécution de plusieurs liens, par exemple en exécutant un groupe, celles-ci sont exécutées en suivant leur ordre d’affichage. Lors de l’exécution, une fenêtre supplémentaire apparaît permettant de vérifier l’exécution du lien. Le bouton Stop permet d’arrêter l’exécution aussi bien en import qu’en export. Cette fenêtre contient dans sa partie supérieure le nom du lien qui est exécuté, et dans la partie inférieure les informations concernant le traitement du lien. Dans le cas d’un lien d’import ou d’un lien permanent, le nombre d’objets créés ou mis à jour est affiché. Fenêtre d’exécution lors d’un import Dans le cas d’un lien d’export, le nombre d’objets traités est affiché accompagné d’un pourcentage s’incrémentant jusqu’à 100% lorsque le traitement est terminé. Ce pourcentage résulte du rapport entre le nombre total d’objets GeoConcept à exporter (connu dès le départ du traitement) et le nombre d’objets déjà traités. P.171 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fenêtre d’exécution lors d’un export Dans le cas d’un lien d’import ou d’un lien permanent, l’exécution effectue une lecture des données de la base de données externe pour les intégrer comme nouvel objet dans la carte GeoConcept ou pour mettre à jour ceux déjà présents dans la carte et en correspondance avec les enregistrements de la table ou vue de la base externe. Dans le cas d’un export, l’exécution effectue une écriture dans la table ou vue de la base de données externe depuis les objets de la carte GeoConcept. Par défaut, l’exécution d’un lien permanent entraîne l’import des données de la base de données externe. Ce comportement peut être modifié en choisissant dans le menu contextuel la fonction Exécuter en exportation. Modification d’un lien Deux méthodes permettent de modifier un lien : Accéder à toutes les étapes : • en sélectionnant le lien à modifier, la commande Modifier du menu contextuel autorise l’action, • en utilisant l’icône prévu à cet effet, • en double-cliquant sur le nom du lien. Accéder directement à une étape en particulier Lorsqu’un lien est sélectionné, la partie droite de la fenêtre du gestionnaire récapitule tous les éléments correspondant à toutes les étapes expliquées précédemment. Ainsi, pour revenir sur une étape en particulier, il suffit de double cliquer sur celle que l’on veut éditer. Edition d’une étape en particulier Pour renommer un lien, il suffit de le sélectionner puis effectuer un second clic dans le libellé pour l’éditer. Génération du script de table dans le SGBDR Pour lien d’export, la fonction Générer un script de table… est activée dans le menu contextuel. Celle-ci affiche la fenêtre de génération de script, avec les commandes SQL permettant de créer la table dans la base de données. Le script respecte la syntaxe SQL spécifique de la source de donnée associée à la configuration et récupère l’ensemble des champs associés et leur définition (clé primaire et/ou géométrie). Pour plus de détails, veuillez consulter la Partie 4 - Etape 14 de la création d’un lien d’export. P.172 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Activation/Désactivation manuelle d’un lien Lorsque le lien d’import ou d’export dispose de paramètres sur événements d’objets (Exécuter à l’ouverture des objets pour l’import ou Exécuter si l’objet est modifié pour l’export) ou que le lien soit de type permanent, une case à cocher apparaît devant la configuration. Elle permet de déclencher l’activation de ces événements. Pour les rendre inactifs, il suffit de décocher cette même case. Activation/désactivation des paramètres automatiques du lien Si le processus de journalisation est également paramétré pour le lien d’import ou le lien permanent, cette case a une double fonction puisqu’elle permet en plus d’activer le processus de journalisation. Autrement dit, elle permet de récupérer ou non les modifications présentes dans la table journal. Lorsque cette case à cocher est uniquement associée aux événements des objets, il est bon d’étudier les conséquences si celle-ci est désactivée : Pour le lien d’export : - les modifications (création, suppression ou modification d’objet GeoConcept) effectuées restent en local pendant la période d’inactivation et par conséquent, elles ne sont pas envoyées automatiquement vers la table concernée. Pour le lien d’import : - les valeurs attributaires des objets lues par l’intermédiaire de la fiche ne sont plus actualisées. Pour le lien permanent - il n’est plus possible de réaliser des modifications, des suppressions ou des créations (attributaires et/ou géométriques) sur les objets liés de la carte GeoConcept puisqu'ils sont protégés. En mode Activation, le lien permanent correspond à un lien qui fonctionne dans les deux sens, c’est-à-dire en import et en export des données. En mode Exécution, un simple import est réalisé, les modifications faites en local peuvent être perdues si, dans l'onglet Supprimer (après l'étape d'association des champs), le radio-bouton Supprimer dans GeoConcept sans confirmation est actif. Lorsque cette case à cocher est associée à deux fonctions, il est bon d’étudier les conséquences si celle-ci est désactivée : Pour le lien permanent : - il n’est plus possible de réaliser des modifications, des suppressions ou des créations sur les objets liés de la carte GeoConcept puisqu'ils sont protégés, - le processus de journalisation pour la table associée au lien est désactivé. L’utilisateur ne récupère pas les modifications en cours sur la base centralisée et par conséquent elles ne sont pas répercutées sur la carte. Pour le lien d’import : - les valeurs attributaires des objets lues par l’intermédiaire de la fiche ne sont plus actualisées ; - le processus de journalisation pour la table associée au lien est désactivé. L’utilisateur ne récupère pas les modifications en cours sur la base centralisée et par conséquent elles ne sont pas répercutées sur la carte. En ce qui concerne le processus de journalisation, cocher à nouveau cette case permet d’effectuer une re-synchronisation automatiquement. Le processus opère alors à partir de la dernière valeur lue pour le lien concerné dans la table GC_JOURNAL et récupère toutes les modifications effectuées sur les tables de la base centralisée jusqu’à atteindre la valeur maximum de l’IdRecord. P.173 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Activation/Désactivation automatique des liens Si un élément extérieur (coupure réseau, serveur réseau inopérant, base de données arrêtée, câble réseau débranché, etc.) empêche la connexion entre GeoConcept et la base de données externe, et que l’utilisateur a décidé en cas de perte de connexion de protéger les objets (Cf. étape 5 de la partie 1) cela aura pour effet de protéger tous les objets des Types/Sous-types liés de manière permanente aux tables de la base de données externe. Par conséquent, il sera impossible pour l’utilisateur de créer, de modifier (de manière attributaire et/ou géométrique) ou de supprimer des objets liés. Paramétrage de la source de données en cas de perte de connexion La case à cocher placée devant chacun des liens actifs apparaît en rouge pour avertir l'utilisateur. Liens désactivés par des évènements extérieurs Si l’option de Reconnexion automatique après une panne n’est pas cochée, GeoConcept tente une nouvelle connexion à la ré-ouverture de la carte. Échange des liens Les informations des configurations et des sources de données sont stockées par défaut dans les ressources de la carte (.gcr). Pour faciliter les échanges de configurations, le stockage des informations passe par un fichier externe au format XML. Par défaut, ce fichier porte l’extension .xml et est situé dans le même répertoire que la carte. Il est ainsi facile de diffuser rapidement une modification de configurations sur plusieurs postes utilisant la même carte et les mêmes types de configurations. De même, cela permet, lorsqu’on crée une carte vierge, de se connecter rapidement vers une base de données pour récupérer des informations. P.174 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exportation de tous les liens de la carte Lorsque l’on parle d’exportation des liens de la carte, il va de soi que les sources de données servant de référence aux liens sont également exportées. Pour exporter l’ensemble des liens, deux méthodes peuvent être envisagées : • Enregistrer : permet de sauvegarder les liens en cours dans les ressources de la carte (.gcr) à l’aide du menu Fichier / Enregistrer, ou du raccourci clavier CTRL + S ou de l’icône représentant une disquette. • Enregistrer sous… : permet d’enregistrer les liens en choisissant un répertoire de destination et le nom du fichier. Utiliser la commande Enregistrer sous… du menu Fichier ou le raccourci clavier CTRL + A ou cliquer sur l’icône correspondant de la barre d’outils. Fenêtre Enregistrer sous … La commande Enregistrer sous… peut servir à copier, sur un répertoire partagé, les nouveaux liens de la carte pour qu’ils soient accessibles aux personnes concernées qui peuvent ainsi mettre à jour rapidement leurs cartes. En double-cliquant sur le fichier .xml, il devient lisible à travers le navigateur Internet présent sur la machine. La commande Enregistrer sous n'est pas disponible dans la version Standard de GeoConcept. P.175 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Aperçu du fichier XML On peut modifier le contenu de ce fichier .xml sans l’interface du Gestionnaire de liens. Des notions sur la syntaxe d’un fichier au format XML sont indispensables et la gestion des paramètres des différentes balises doit être maîtrisée. Exportation d’une sélection de liens Cette fonction permet de n’exporter qu’une partie des liens présents sur une carte. Cette fonction est très utile, dans le cas où il est nécessaire de mettre à jour, sur plusieurs postes uniquement, un ou plusieurs liens. Pour exporter une partie des liens, il est impératif de sélectionner la ou les lien(s) à retenir et, à l’aide du menu contextuel, de choisir la fonction Exporter la configuration Une fenêtre apparaît permettant de nommer le fichier XML généré. P.176 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exporter la configuration La commande Exporter la configuration n'est pas disponible dans la version Standard de GeoConcept. Charger des liens Cette fonction permet de charger des liens et leurs sources de données sur une carte contenant ou pas des liens et/ou des connexions. Dans le gestionnaire de liens, utiliser une des méthodes suivantes : • menu du gestionnaire de liens Fichier / Charger… ou le raccourci clavier CTRL + L, ou l’icône standard d’ouverture de fichier. Fenêtre de chargement de fichier XML de liens configurés • sélectionner le fichier XML contenant la / les configuration(s) voulues à partir du menu contextuel accessible dans l’onglet Sources de données. Après avoir exécuté le chargement, les configurations et les sources de données références apparaissent. Si tel n’est pas le cas, il est impératif de bien vérifier le contenu du fichier .xml notamment si ce fichier n’a pas été généré par le Gestionnaire de liens. Chargement des configurations P.177 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Il est également possible de charger des liens et sources de données sans passer par des paramétrages manuels : • sélectionner le fichier de configurations.xml en le surlignant dans l’explorateur de fichiers Microsoft ; • réaliser un glisser déposer du fichier dans la partie gauche du Gestionnaire de liens. Les configurations et les sources de données références apparaissent automatiquement. Si une source de données n’a pas la même localisation (par exemple le fichier mdb d’Access) que sur le poste ayant servi de source, GeoConcept via OLE DB renvoie un message d’erreur indiquant que le fichier est introuvable. Il est nécessaire dans ce cas de redéfinir le nouveau chemin pour accéder au fichier en utilisant la commande Modifier et en se plaçant au niveau de la source de données défectueuse. Il en est de même pour les alias ou les services de connexion des différentes bases de données (Oracle, Microsoft SQL Serveur, PostgreSQL, MySQL, Sybase ASE). S’ils ne sont pas présents sur la machine réceptrice, il est impératif de les créer ou de les modifier pour que le lien vers la source de données fonctionne correctement. Message d’erreur pour un alias ou un service Oracle Création et utilisation des groupes de liens Les liens créés vont pouvoir être associés à des groupes. Le premier intérêt de créer des groupes est organisationnel et thématique. Par exemple, il est possible de créer un groupe intitulé « Importation » dans lequel tous les liens d’importation sont placés. L’autre intérêt majeur d’utiliser un groupe est de pouvoir réaliser un enchaînement automatique des exécutions de plusieurs liens dans un ordre bien précis ce qui signifie que tous les liens présents dans ce groupe sont exécutés les uns après les autres en tenant compte de leurs positions respectives dans le groupe. De même, des liens de genre différent (import, ou export ou lien permanent) peuvent être placés au sein d’un même groupe. L’utilisateur peut ainsi mettre en première position tous les liens d’export puis tous les liens d’import. A l’exécution du groupe, les exports vers la source de données externe sont exécutés d’abord, ensuite suivent les imports permettant de récupérer les nouvelles données. Création d’un groupe Créer un groupe Dans l’onglet Liens du gestionnaire de liens, au niveau de la racine Liens, le menu contextuel propose de créer un Nouveau groupe. Il apparaît sous la racine de Liens et il est possible de le nommer. Créer un groupe P.178 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Identification d’un groupe Renommer un groupe Un groupe peut être renommé de la même façon q’un répertoire de Windows. Il faut le sélectionner une première fois puis faire un second clic dans son libellé pour le modifier. Exécuter un groupe Placer le curseur au niveau du groupe à exécuter et choisir la commande Exécuter dans le menu contextuel ou encore utiliser l’icône correspondante. Toutes les configurations placées dans ce groupe sont exécutées dans l’ordre d’affichage. Exécuter un groupe Il n’est pas obligatoire d’avoir un ou des groupe(s). Par défaut, tous les liens créés sont placés au niveau de la racine de Liens. Il n’y a pas de limites de nombres de groupes. Il est également possible de se positionner au niveau de la racine de Liens pour exécuter les liens placées au niveau de cette racine mais aussi ceux présents dans les groupes. Développer/Réduire Cette fonction permet d’éclater toute l’arborescence des groupes pour consulter les différents liens. La commande est accessible depuis le menu contextuel. Si cette commande est exécutée au niveau de la racine des liens, tous les groupes sont éclatés ou réduits. Si cette commande est appliquée seulement au niveau du groupe sélectionné, seul celui-ci est développé. Manipulations des liens Les liens peuvent être facilement manipulés à l’aide des fonctions standards de Windows. Déplacer des liens ou modifier l’ordre d’enchaînement d’exécution des liens Pour réaliser cette opération, sélectionner un ou plusieurs liens et tout en maintenant le clic gauche de la souris enfoncé, il suffit de déplacer le curseur à la racine du groupe où placer les liens. Cette manipulation permet notamment de modifier l’ordre d’exécution des liens si plusieurs d’entre-eux doivent être exécutés en même temps tout en respectant un positionnement précis. Elle prend tout son sens lors de regroupement des liens dans des Groupes (Cf. Création et utilisation des groupes de configurations). Cette action correspond au couper/coller de Windows. L’intérêt de cette manipulation est de pouvoir dupliquer rapidement des liens et les modifier pour leur donner un comportement différent tout en conservant l’original. Exemple : créer à partir d’un lien d’import, un lien d’export en utilisant les mêmes paramètres. Pour réaliser cette opération, il faut sélectionner un lien ou réaliser une multi-sélection de liens. Pour copier : utiliser la commande Copier accessible soit par le menu contextuel, soit par le menu Edition / Copier ou soit par le raccourci clavier CTRL + C Pour coller : utiliser la commande Coller accessible soit par le menu contextuel, soit par le menu Edition / Coller ou soit par le raccourci clavier CTRL + V. P.179 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Coller des liens n’est possible que si l’on se positionne à la racine de Liens ou au niveau du libellé d’un Groupe (Cf. Création et utilisation des groupes de configurations). Une autre manière de coller est de maintenir la touche CTRL enfoncée lors du déplacement des liens, un petit signe + apparaît signifiant que l’utilisateur va réaliser une copie des liens sélectionnées. Supprimer des liens Pour réaliser cette opération, il faut sélectionner un lien ou réaliser une multi-sélection de liens et utiliser la touche Suppr du clavier ou la commande Supprimer du menu contextuel ou celle du menu Configurations, ou encore l’icône représentant une croix rouge. Attention, il n’est pas possible d’annuler une suppression. Cette action est définitive. Pour annuler l’opération, seule une copie du fichier XML faite au préalable peut « réparer ». Administration locale des liens Les liens peuvent être protégés des actions de modification et d’exécution. Cette administration locale se situe au niveau du lien à la différence de l’administration des droits, dite administration globale, du gestionnaire de liens du menu Données / Données externes / Administration. Les paramètres d’administration spécifiques aux liens sont stockés dans le .gcr ou dans le fichier .xml si les liens et sources de données sont exportés. Pour définir des droits locaux sur un ou plusieurs liens donnés, il faut utiliser la commande Ajouter/Retirer des droits locaux accessible par menu contextuel. Ajouter des droits locaux Pour rendre active la mise en place de ces droits, l’utilisateur doit fournir un mot de passe et confirmer celui-ci. La confirmation du mot de passe n’apparaît que lors de la première définition des droits locaux. Validation du mot de passe La boîte de dialogue suivante définit les actions que l’administrateur peut autoriser ou pas à l’utilisateur du ou des lien(s). Ainsi, il est possible d’autoriser ou pas l’exécution ou la modification du ou des lien(s). Les cases à cocher permettent de valider ces choix. P.180 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Définition des autorisations et protections Les configurations protégées par des droits spécifiques apparaissent en rouge dans le gestionnaire de liens. Visualisation des configurations protégées Pour modifier les droits locaux appliqués à une configuration, il faut sélectionner celle-ci et utiliser la commande du menu contextuel Ajouter/Retirer des droits. Une boîte de dialogue propose à l’utilisateur d’entrer le mot de passe pour pouvoir accéder aux modifications des droits. Modifications des droits locaux Pour supprimer intégralement les droits locaux appliqués un ou plusieurs liens, il faut sélectionner celui-ci (ceux-ci) et utiliser la commande du menu contextuel Ajouter/Retirer des droits. Une boîte de dialogue propose à l’utilisateur d’entrer le mot de passe pour pouvoir accéder aux modifications des droits. Après avoir saisi le mot passe, cocher les options Autoriser l’édition et Autoriser l’exécution puis cliquer sur Annuler. Modifications des droits locaux P.181 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Indexation des objets entre les données de la base externe et les objets de la carte GeoConcept Cette indexation permet à GeoConcept Enterprise d’appliquer les créations/mises à jour/suppressions détectées dans la base de données externe sur les objets de la carte liée. Il est impératif qu’une clé primaire soit définie sur un des champs d’un lien d’import ou permanent pour que cette indexation soit effective. Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, il est possible d’utiliser deux types d’indexation : l’indexation basée sur un fichier idx unique et compatible avec toutes les versions de GeoConcept antérieures à la version 6.5 et la nouvelle indexation basée sur un ou plusieurs fichiers gcx. Fichier idx Elle passe par un fichier unique présent au niveau de la carte. Ainsi, au couple gcm et le gcr de la carte utilisée, s’ajoute un fichier portant également le nom de la carte avec l’extension idx. Ce fichier est créé automatiquement dès que la carte possède au moins un lien d’import ou permanent avec un champ défini comme clé primaire. Chaque fichier idx est associé au couple gcm et gcr de la carte utilisée. Lors de récupération d’une carte de sauvegarde par exemple, il n’est pas recommandé de remplacer uniquement le gcm et le gcr et de laisser l’idx de l’ancien couple gcm et gcr. Dans ce cas, à l’ouverture de la carte, un message d’avertissement indique à l’utilisateur que la signature de l’index associé à la carte est incorrecte et qu’une suppression /recréation d’index va avoir lieu. Message d’erreur spécifique lorsque la signature de l’index n’est pas associée à la carte Lorsque le fichier index n’a pu être validé correctement (fermeture de carte en supprimant le processus Wingeo, plantage de l’application, etc.) une partie de sa structure est corrompue. Dans ce cas, à l’ouverture de la carte, un message d’avertissement indique à l’utilisateur que les index endommagés doivent être reconstruits. La taille de ce fichier dépend du genre des champs servant de clé primaire. Il peut être particulièrement important si toutes les clés primaires sont de genre caractère et/ou que la volumétrie des objets liés est particulièrement importante. L’indexation par fichier idx est limitée à une taille de 30 caractères pour le champ servant de clé primaire. Fichier gcx Elle passe par un ou plusieurs fichiers présents au niveau de la carte. Ainsi, au couple gcm et le gcr de la carte utilisée, s’ajoute un ou plusieurs fichiers libellés avec le nom de la carte et le numéro identifiant du champ défini comme clé. Il porte l’extension .gcx. Cette indexation est automatiquement mise en œuvre dès que la contrainte Indexée est cochée dans le Configurateur sur le champ ou les champs définis comme clé primaire dans le(s) lien(s) d’import(s) ou permanent(s). Cela annule de fait l’indexation passant par un fichier idx. Attention, contrairement à l’indexation passant par un fichier unique idx, cette indexation génère autant de fichiers gcx qu’il existe de champs définis comme clé primaire différents au niveau des liens de la carte. Si dans votre carte, vous avez défini un champ unique commun à tous les objets de la carte, ID_ORACLE par exemple et que pour l’ensemble des liens configurés, il est défini comme clé primaire, vous n’obtiendrez qu’un fichier gcx associé à votre couple de fichiers gcm/gcr. En revanche, si pour un certain nombre de liens de la carte, vous définissez d’autres champs comme champ clé primaire (code_insee pour le lien sur les communes par exemple), vous obtiendrez alors autant de fichiers gcx associés à votre couple de fichiers gcm/gcr que de champs définis comme clé primaire. P.182 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Indexation basé sur un seul fichier gcx La taille de ce(s) fichier(s) gcx dépend du genre des champs servant de clé primaire. Il peut être particulièrement important si toutes les clés primaires sont de genre caractère et/ou que la volumétrie des objets liés est particulièrement importante. Ce nouveau système d’indexation, apparu en version 6.5, est directement géré par les fonctions internes au noyau de GeoConcept Enterprise. Il permet d’obtenir de meilleures performances sur les volumétries importantes d’objets et remplacera à terme l’ancien système basé sur le fichier idx. Pour en savoir plus sur l’indexation issue de fichier idx ou gcx Ce fichier idx ou gcx contient un tableau de correspondance entre les valeurs servant de clé primaire pour les objets de la base de données externe et les valeurs des identificateurs des objets GeoConcept en correspondance. L’indexation est déclenchée à chaque fois que cela est nécessaire, notamment lors de la première exécution d’un import ou d’un lien permanent. La barre d’état du Gestionnaire de liens indique au début de chaque exécution si un index est présent ou en cours de création. Erreur d’indexation et recherche des doublons Si les objets GeoConcept contiennent des valeurs servant de clés nulles et/ou des valeurs en double, et que la configuration interdit l’autorisation des doublons (Cf. Partie 4 - Etape 8 du lien d’import ou permanent), GeoConcept ne pourra pas créer l’index et par conséquent la mise à jour des objets ne fonctionnera pas. Dans ce cas, deux messages d’avertissement préviennent l’utilisateur et lui indique l’identifiant de l’objet posant problème. Une fois le problème de cet objet corrigé (mettre une valeur ou le supprimer s’il est en doublon), le processus d’indexation se relance automatiquement. P.183 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Messages d’erreurs spécifiques à la présence de valeurs de clés nulles et/ou en doubles Dans cet exemple, lors de l’exécution du lien permanent, la création de l’index échoue à cause de la présence de valeurs-clé en double dans le champ clé des objets de la carte (exemple : présence deux objets NTC_STREETS avec le même PID). Avant la version GeoConcept 6.6 Pour corriger ce problème, plusieurs étapes sont nécessaires : • transformer le lien permanent en lien d’import (si votre lien est de type import, cette étape est inutile) ; • à l’aide d’une requête, rechercher l’objet dont l’Identificateur (champ interne de GeoConcept commun à tous les objets) est égal à la valeur indiquée (910 dans notre exemple) ; • consulter à l’aide de la fiche ou de la liste de sélection la valeur présente dans le champ servant de clé avec la table externe (champ PID du Réseau routier). La valeur est nulle ou elle est renseignée ; • si une valeur est présente, créer une requête qui recherche tous les « Réseau routier » dont le PID est égal à la valeur notée dans l’étape 3. Deux objets seront sélectionnés au minimum ; • supprimer les objets dont la valeur du champ clé est nulle ou en doublon ; • exécuter de nouveau le lien. Toutes les erreurs sont corrigées et la construction de l’index aboutit, permettant ainsi de réaliser les créations, mises à jour et suppressions d’objet. Sinon le message d’erreur d’insertion d’index réapparaît. Dans ce cas, recommencer les étapes à partir de l’étape 2. A partir de la version GeoConcept 6.6 Pour corriger ce problème, une nouvelle fonctionnalité est apparue dans le gestionnaire de liens permettant de rechercher simplement et rapidement pour l’ensemble des objets liés aux tables ou vues de la base de données externe ceux possédant, côté carte GeoConcept, des valeurs nulles et/ou en double. Pour mettre en œuvre cette fonction, il faut utiliser la commande Outils/Rechercher les doublons sur la clé primaire accessible dans le gestionnaire de liens. Recherche des doublons pour l’ensemble des objets liés Tous les objets possédant, dans le champ défini comme clé primaire, une valeur nulle et/ou en double sont placés dans une liste nommé Liste des doublons sur la clé primaire accessible dans la boite à outils. Si aucun objet ne possède de valeur nulle ou en double, un message avertit l’utilisateur. P.184 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 5 Partie 5 – Utilisation du mode déconnecté Ce mode permet, lors d’une déconnexion à la base de données centrale, de manière volontaire ou non, de stocker en local les modifications réalisées sur les objets de la carte. Ces modifications peuvent être de type, création, modification ou suppression d’objet, que se soit d’un point de vue attributaire et/ou géométrique. Ce comportement ne s’applique qu’aux configurations de type lien d’export ou lien permanent. Les raisons des déconnexions (non volontaires) peuvent être multiples : • coupure générale ou local du réseau, • problème de carte réseau sur le poste local, • arrêt brutal du serveur, • arrêt de la base de données. Lors de la reconnexion à la base centrale, que se soit de façon manuelle ou automatique, plusieurs choix s’offrent à l’utilisateur : • soit les modifications réalisées en local sont envoyées vers la base centrale et celles réalisées sur la base centrale sont récupérées sur la carte, • soit les modifications réalisées en local sont annulées et seules celles réalisées en base centrale sont appliquées sur la carte. Mécanisme de stockage des modifications d’objet en mode déconnecté La modification d'objets de la carte, associés à un lien permanent ou d'export en mode déconnecté, entraîne la création d'un dossier nommé GCESLOG, situé dans le même répertoire que la carte, et d’un fichier. Ce dernier est libellé de la manière suivante : [nom_du_lien].log et contient le traçage des modifications faites en local en mode déconnecté. L’utilisateur aura, dans le répertoire GCESLOG, autant de fichiers log que de liens (dont les objets ont subi des modifications) passés en mode déconnecté. Aperçu d’un fichier log Le fichier log est un fichier texte délimité comprenant quatre champs : ObjetID : correspond au numéro Identificateur de l’objet concerné par la modification ; Action : indique le type de modification : I pour la création, D pour la suppression et U pour la mise à jour d’un objet ; DateAction : indique à quel moment la modification s’est effectuée ; strKey : correspond à la valeur du champ clé de l’objet concerné par la modification. Mécanismes d’envoi des modifications réalisées en local Ce transfert des modifications locales n’est possible que si la connexion à la base de données est effective. Cette reconnexion peut se faire de façon manuelle (Cas n°1 de cette partie) ou automatique en ouverture de carte ou en cours de session (Cas n°2 et n°3 de cette partie). Lorsque les modifications réalisées en local en mode déconnecté sont envoyées vers la base de données centrale, une fenêtre apparaît et propose plusieurs choix : • Appliquer : envoyer les modifications locales à la base de données : valide les modifications faites hors connexion vers la base de données centrale ; P.185 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Annuler : restaurer les objets modifiés en local à partir de la base : entraîne l’annulation des modifications faites hors connexion. Par conséquent, aucune donnée n’est envoyée vers la base de données externe et la carte revient à l’état initial avant la mise en œuvre du mode déconnecté ; Options disponibles pour la gestion des modifications locales • Exécuter le ou les liens après la synchronisation : permet à l’utilisateur de se synchroniser en récupérant les modifications faites par les autres utilisateurs au niveau de la base de données centrale. • Utiliser ces options pour tous les liens : cette case à cocher apparaît lorsque la reconnexion s’effectue au niveau de la source de données et non pas au niveau de la configuration. Une source de données pouvant être liée à plusieurs liens, cette option permet d’appliquer le même comportement de gestion des modifications à tous les liens issus de cette même source. Héritage du choix des options pour tous les liens de la même source Si lors de l’envoi des modifications réalisées en local, certains objets n’ont pu être créés, un fichier, libellé [nom_du_lien].err apparaît dans le répertoire GCESLOG. Il contient les informations relatives aux erreurs d’exportation vers la base de données externe. Par conséquent, l’utilisateur devra déterminer la source de l’erreur en recherchant dans sa carte, par exemple par le biais d’une requête sur le numéro Identificateur, l’objet incriminé. Aperçu d’un fichier d’erreur Mécanisme de reconnexion automatique après une panne L’option Reconnexion automatique après une panne permet, lorsqu’elle est validée, de rétablir automatiquement la connexion entre la base de données externe et les objets liés dans la carte dès que celle-ci est effective sans qu’aucune intervention de l’utilisateur soit nécessaire. Ces tentatives de connexion sont automatiques pour l’utilisateur. P.186 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Activation/Désactivation de la reconnexion automatique Si cette option n’est pas cochée et qu’une coupure de connexion à lieu, l’utilisateur doit fermer puis ré-ouvrir sa carte pour que GeoConcept puisse retenter une connexion. L’option de Reconnexion automatique après une panne peut-être « coûteuse » pour l’utilisateur dans le sens où la tentative de reconnexion est une procédure qui utilise des ressources plus ou moins importantes sur le poste client. Cette prise de ressource est variable en fonction du type de réseau et de base de données liée. Il est important de vérifier les valeurs par défaut des paramètres de Connect TimeOut de connexion à la base de données. Par exemple, pour SQL Serveur, la valeur par défaut du paramètre ConnectTimeOut est de 30 secondes. Dans ce cas, il faut attendre cette période sur le poste client, lors d’une tentative de reconnexion automatique, pour vérifier si la connexion échoue toujours. Durant cette période, l’utilisateur ne peut pas « avoir la main » dans GeoConcept. Cas n°1 - Activation manuelle du mode déconnecté (à la demande) Ce mode de travail correspond à des besoins de mobilité ou à la volonté de se déconnecter de la base de données afin de réaliser en local des modifications sur les objets avant de les valider dans la base centrale. A partir de la source de données Il faut cliquer sur l’option Travailler hors connexion du menu contextuel au niveau de la source de données voulue. Le libellé [Hors connexion] est ajouté au niveau du nom de la source de données pour signaler le passage en mode déconnecté. P.187 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Passage manuel en mode Hors connexion depuis une source de données Tous les liens issus de cette source de données héritent du mode déconnecté. Passage en mode Hors connexion des configurations A partir des liens Il est possible de paramétrer individuellement les liens. Dans l’onglet Liens, surligner le ou les liens concernés et utiliser la fonction Travailler hors connexion du menu contextuel. Le libellé [Hors connexion] est ajouté au niveau du(des) nom(s) du(des) liens pour signaler le passage en mode déconnecté et la case à cocher devient orange. P.188 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Passage manuel en mode Hors connexion des configurations L’icône de GeoConcept Enterprise présent dans la barre d’état de Windows change également de statut. Statut « connexion perdue » de l’icône GCE Exécutions des liens passés manuellement mode déconnecté (à la demande) Sur exécution manuelle du/des lien(s) Dans ce contexte, lors de l’exécution manuelle du lien, deux cas de figures sont envisageables : Avec modifications locales Si des modifications ont été effectuées en local (issues de liens de type export ou permanent), l’exécution manuelle entraîne l’apparition d’une fenêtre permettant à l’utilisateur d’envoyer les modifications réalisées en local vers la base de données centrale (Cf. Mécanismes d’envoi des modifications réalisées en local de cette même partie) et de récupérer les modifications faites sur la base centrale en exécutant le ou les liens après synchronisation. Options de reconnexion à la base depuis un lien Options de reconnexion à la base depuis la source de données Sans modification locale Si aucune modification n’a été effectuée en local une fenêtre avertit l’utilisateur qu’aucun objet du lien concerné n’a été modifié localement. Dans ce cas, l’utilisateur peut décider d’exécuter ou non le lien afin de récupérer les éventuelles modifications faites sur la base de données centrale. P.189 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fenêtre d’avertissement dans le cas aucune modification locale n’est détectée Après une exécution manuelle, les liens restent toujours en mode déconnecté. Pour changer le statut des liens, il est nécessaire de cliquer à nouveau sur l’option Travailler hors connexion du menu contextuel, au niveau de la source de données ou au niveau du/des lien(s) (Cf. Mécanismes d’envoi des modifications réalisées en local de cette même partie). Sur exécution issue d’un événement temporel Dans ce contexte, l’événement temporel Exécuter tous les… paramétré au niveau du lien (exemple : exécuter toutes les 10 minutes) n’est plus effectif. Lors de l’exécution, déclenchée par le timer, la barre d’état de GeoConcept indique Connexion perdue. Sur exécution issue d’événements utilisateur Dans ce contexte, les événements utilisateurs paramétrés au niveau des liens (Exécuter à l’ouverture d’une carte, Exécuter à la fermeture d’une carte, Exécuter à l’ouverture d’un objet et Exécuter si un objet est modifié) ne sont plus effectifs. Réactivation de la connexion L’utilisateur désirant repasser en mode connexion pour une source de données ou un lien, doit cliquer de nouveau sur l’option Travailler hors connexion du menu contextuel. Le libellé [Hors connexion] disparaît signalant le passage en mode connecté. Désactivation du mode déconnecté pour un lien permanent Lors du passage en mode connecté, deux cas de figure sont envisageables : soit des objets ont été modifiés sur la carte : la fenêtre Options de reconnexion à la base apparaît laissant le choix à l’utilisateur du type d’action à mener (Cf. Mécanismes d’envoi des modifications réalisées en local de cette même partie) ; soit aucune modification n’a été enregistrée : une fenêtre avertit l’utilisateur qu’aucun objet du lien concerné n’a été modifié localement. Dans ce cas, l’utilisateur peut décider d’exécuter ou non le lien afin de récupérer les éventuelles modifications faites sur la base de données centrale. L’icône de GeoConcept Enterprise Solution présent dans la barre d’état de Windows reprend le statut de mode connecté. Statut « connecté » de l’icône GCES P.190 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Cas n°2 - Activation automatique du mode déconnecté sur panne (sans reconnexion automatique) Ce mode de travail correspond à des besoins de productivité, à savoir que l’utilisateur ne veut pas être bloqué dans son travail lorsque le serveur central ne répond plus. Cependant, il ne veut pas que les tentatives de reconnexion aient lieu en cours de session mais uniquement à l’ouverture de la carte. Pour activer automatiquement ce mode de déconnexion sur panne, l’utilisateur doit, au niveau de la définition de la source de données, choisir dans la liste déroulante l’option Lorsque la connexion est perdue, tenir un journal des modifications. (Cf. Partie 4 – Etape 5 Utilisation du mode déconnecté). Activation automatique du mode déconnecté (sans reconnexion automatique) Dans ce cas, l’activation automatique du mode déconnecté se déclenche lorsqu’un événement externe interrompt brutalement la connexion entre les différents liens de la carte et la base de données externe. Si l’utilisateur tente de modifier un objet, une fenêtre l’avertit que la configuration de la source de données externe va basculer en mode Hors connexion. L’icône de GeoConcept Enterprise Solution présent dans la barre d’état de Windows change également de statut. Message d’avertissement lors de la perte de la connexion Statut « connexion perdue » de l’icône GCES P.191 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La source de données basculant en mode Hors connexion, toutes les configurations issues de cette source héritent de ce comportement. Le libellé [Hors connexion] est ajouté au niveau du nom de la source de données et des configurations, pour signaler le passage en mode déconnecté dans le gestionnaire de liens. Source de données en mode Hors connexion Configurations en mode Hors connexion L’option Reconnexion automatique sur panne n’étant pas cochée, dans ce cas de figure, l’utilisateur doit fermer puis ré-ouvrir la carte pour que GeoConcept puisse retenter une connexion. Aucun processus automatique ne retente cette connexion au cours de la session. Lorsque le passage en mode déconnecté est dû à une panne, l’état de [Hors connexion] n’est pas sauvegardé en fermeture de la carte. Cela permet de tenter une nouvelle connexion à la réouverture de carte. Exécutions des liens passés automatiquement en mode déconnecté sur panne (sans reconnexion automatique) Sur exécution manuelle du/des lien(s) Dans ce contexte, l’exécution manuelle ne peut pas s’effectuer. Une fenêtre avertit l’utilisateur de l’état de Hors connexion. Avertissement lors de l’exécution d’un lien en mode déconnecté sur panne Sur exécution issue d’un événement temporel Dans ce contexte, l’événement temporel Exécuter tous les… paramétré au niveau des liens (exemple : exécution toutes les 10 minutes) n’est plus effectif. Lors de l’exécution du lien, la barre d’état de GeoConcept indique Connexion perdue. Lorsque le passage en mode déconnecté est dû à une panne, l’état de [Hors connexion] pas sauvegardé en fermeture de la carte. Par conséquent, à l’ouverture de la carte, l’événement temporel Exécuter tous les… (paramètre nécessitant une connexion) est effectif et permet de tenter à nouveau la connexion. Si celle-ci échoue, le paramètre Exécuter tous les… n’est plus actif en cours de session. Sur exécution issue d’événements utilisateur Dans ce contexte, les événements utilisateurs paramétrés au niveau des liens (Exécuter à la fermeture d’une carte, Exécuter si un objet est modifié et Exécuter à l’ouverture d’une fiche) ne sont plus effectifs. Lorsque le passage en mode déconnecté est dû à une panne, l’état de [Hors connexion] pas sauvegardé en fermeture de la carte. Par conséquent, à l’ouverture de la carte, les options Exécuter à l’ouverture de la carte ou Exécuter à l’ouverture de l’objet (paramètres nécessitant une connexion) sont effectifs et permettent de tenter à nouveau la connexion. Si celle-ci échoue, le paramètre Exécuter à l’ouverture de l’objet n’est plus actif en cours de session. P.192 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Utilisation du journal sur des liens passés automatiquement en mode déconnecté sur panne (sans reconnexion automatique) Dans ce contexte, l’utilisation du journal paramétrée au niveau des liens d’imports ou permanents, avec l’option Vérifier en permanence ou Utiliser uniquement à l’exécution du lien ne sera pas effectif. Lorsque le passage en mode déconnecté est dû à une panne, l’état de [Hors connexion] n’est pas sauvegardé en fermeture de la carte. Par conséquent, à l’ouverture de la carte, l’utilisation du journal (paramètre nécessitant une connexion) est effective et permet de tenter à nouveau la connexion. Si celle-ci échoue, le paramètre Utiliser un journal n’est plus actif en cours de session. Cas n°3 - Activation automatique du mode déconnecté sur panne (avec reconnexion automatique) Ce mode de travail correspond à des besoins de productivité, à savoir que l’utilisateur ne veut pas être bloqué dans son travail lorsque le serveur central ne répond plus. De plus, il souhaite que les tentatives de reconnexion aient lieu en cours de session et non pas uniquement à l’ouverture de la carte. Pour activer automatiquement ce mode de déconnexion sur panne, l’utilisateur doit, au niveau de la définition de la source de données, choisir dans la liste déroulante l’option Lorsque la connexion est perdue, tenir un journal des modifications. (Cf. Partie 4 – Etape 5 Utilisation du mode déconnecté). Activation automatique du mode déconnecté Dans ce cas, l’activation automatique du mode déconnecté se déclenche lorsqu’un événement externe interrompt brutalement la connexion entre les différents liens de la carte et la base de données externe. Si l’utilisateur tente de modifier un objet, une fenêtre l’avertit que la configuration de la source de données externe va basculer en mode Hors connexion. L’icône de GeoConcept Enterprise Solution présent dans la barre d’état de Windows change également de statut. P.193 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Message d’avertissement lors de la perte de la connexion Statut « connexion perdue » de l’icône GCES La source de données basculant en mode Hors connexion, toutes les configurations issues de cette source héritent de ce comportement. Le libellé [Hors connexion] est ajouté au niveau du nom de la source de données et des configurations, pour signaler le passage en mode déconnecté dans le gestionnaire de liens. L’option Reconnexion automatique sur panne étant cochée dans ce cas de figure, un processus va vérifier en permanence en cours de session si la connexion au réseau et/ou à la base de données est possible. Ces tentatives de connexion sont automatiques pour l’utilisateur. L’option de Reconnexion automatique après une panne peut être « coûteuse » pour l’utilisateur dans le sens où la tentative de reconnexion est une procédure qui utilise des ressources plus ou moins importantes sur le poste client. Cette prise de ressource est variable en fonction du type de réseau et de la base de données liée. Il est important de vérifier les valeurs par défaut des paramètres de Connect TimeOut de connexion à la base de données externe. Par exemple, pour SQL Serveur la valeur par défaut du paramètre ConnectTimeOut est de 30 secondes. Dans ce cas, il faut attendre cette période sur le poste client, lors d’une tentative de reconnexion automatique, pour vérifier si la connexion échoue toujours. Durant cette période, l’utilisateur ne peut pas « avoir la main » dans GeoConcept. Exécutions des liens passés automatiquement en mode déconnecté sur panne (avec reconnexion automatique) Sur exécution manuelle du/des lien(s) Dans ce contexte, deux cas de figure peuvent se présenter : A l’exécution, la connexion échoue. Une fenêtre d’avertissement indique à l’utilisateur les raisons de l’échec. Avertissement lors de l’exécution d’un lien en mode déconnecté sur panne A l’exécution, la connexion est possible. Deux possibilités peuvent se présenter : P.194 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Avec modifications locales Si des modifications ont été effectuées en local (issues de liens de type export ou permanent), l’exécution manuelle entraîne l’apparition d’une fenêtre permettant à l’utilisateur d’envoyer les modifications réalisées en local vers la base de données centrale (Cf. Mécanismes d’envoi des modifications réalisées en local de cette même partie) et de récupérer les modifications faites sur la base centrale en exécutant le ou les liens après synchronisation. Sans modifications locales Si aucune modification n’a été effectuée en local une fenêtre avertit l’utilisateur qu’aucun objet du lien concerné n’a été modifié localement. Dans ce cas, l’utilisateur peut décider d’exécuter ou non le lien afin de récupérer les éventuelles modifications faites sur la base de données centrale. Après exécution manuelle, les liens restent toujours en mode déconnecté même si la connexion a été possible. Sur exécution issue d’un événement temporel Dans ce contexte, l’événement temporel Exécuter tous les… paramétré au niveau des liens (exemple : exécution toutes les 10 minutes) est toujours effectif. Le processus d’exécution se déclenche selon la fréquence paramétrée. Si celui-ci échoue, la barre d’état de GeoConcept indique Connexion perdue. Ce type de paramétrage peut être « coûteux » en ressource machine, notamment si la fréquence d’exécution est importante et que les paramètres de Connect TimeOut ne sont pas correctement calibrés. Sur exécution issue d’événements utilisateur Dans ce contexte, les événements utilisateurs paramétrés au niveau des liens (Exécuter à la fermeture d’une carte, Exécuter si un objet est modifié et Exécuter à l’ouverture d’une fiche) ne sont plus effectifs. En revanche, le paramètre Exécuter à l’ouverture de la carte est toujours effectif et permettent de tenter à nouveau la connexion lors de l’ouverture de celle-ci. Utilisation du journal sur des liens passés automatiquement en mode déconnecté sur panne avec reconnexion automatique Dans ce contexte, l’utilisation du journal paramétrée au niveau des liens d’imports ou permanents, avec l’option Vérifier en permanence ou Utiliser uniquement à l’exécution du lien est toujours effective. A chaque interrogation, une nouvelle tentative de connexion a lieu sur la base de données. Attention, ce type de paramétrage peut-être « coûteux » en ressource machine, notamment si le paramètre Connect TimeOut n’est pas correctement calibré. P.195 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de liens – Partie 6 Partie 6 – Utilisation d’assistants avancés L’utilisateur peut réaliser encore plus simplement un lien avec une base de données ou un fichier, en utilisant les assistants avancés du Gestionnaire de liens. Ils guident l’utilisateur à travers toutes les étapes de réalisation d’un lien, partant du choix de la source de données externe jusqu’à la création finale du lien. Il faut distinguer trois types d’assistants avancés : • l’assistant avancé générique réalisant une connexion et un lien avec n’importe quel type de base de données externe ; • l’assistant avancé spécifique à Access ou Excel réalisant une connexion et un lien avec une base Microsoft Access ou un classeur Excel ; • l’assistant avancé spécifique aux fichiers texte réalisant une connexion et un lien avec un fichier texte. Pour réaliser une connexion et un lien avec n’importe quel type de base de données externe Une fois la fenêtre du gestionnaire de liens affichée, l’utilisateur clique sur l’icône représentant une baguette. Utilisation de l’assistant avancé générique En cliquant sur l’icône Assistant avancé, GeoConcept propose automatiquement à l’utilisateur toutes les étapes nécessaires pour réaliser intégralement un lien vers la source de données externe. Pour réaliser une connexion et un lien avec Microsoft Access ou Microsoft Excel Il est possible de créer automatiquement la connexion vers le fichier mdb d’Access ou le fichier xls d’Excel sans passer par des paramétrages manuels : • Sélectionner le fichier mdb de la base Access ou le fichier xls du classeur Excel en le surlignant dans l’explorateur de fichiers Microsoft ; • Réaliser un glisser déposer du fichier dans la partie gauche du Gestionnaire de liens. P.196 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple de paramétrage automatique de la connexion pour Access GeoConcept propose ensuite à l’utilisateur toutes les étapes pour réaliser un lien de type import. Pour réaliser une connexion et un lien avec un fichier texte Il est possible de créer automatiquement la connexion sans passer par des paramétrages manuels : • sélectionner le fichier .txt du répertoire source en le surlignant dans l’explorateur de fichiers Microsoft ; • réaliser un glisser déposer du fichier texte dans la partie gauche du Gestionnaire de liens ; • renseigner les paramètres spécifiques aux fichiers comme la présence du libellé des champs sur la première ligne ou le séparateur de champ. P.197 Données / Données externes / Gestionnaire de liens GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramétrage automatique de la connexion avec un fichier texte GeoConcept propose ensuite à l’utilisateur toutes les étapes pour réaliser un lien de type import. P.198 Données / Données externes / Administration GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Administration Rôle Cette boîte de dialogue permet de gérer les droits d’administration globaux associés à l’utilisation du Gestionnaire de liens. Disponibilité En permanence sur la version de GeoConcept Enterprise et accessible par l’intermédiaire d’un mot de passe. Non disponible sur la version GeoConcept Standard. Mise en œuvre Il faut distinguer trois modes : • le mode administrateur ; • le mode utilisateur ; • le mode débutant. Mode administrateur L’option Mode administrateur permet à l’utilisateur de GeoConcept d’avoir accès à toutes les fonctionnalités du gestionnaire de liens. Administration des droits L’accès à cette boîte de dialogue est protégé par un mot de passe. Par défaut, le mot de passe est root. L’utilisateur peut le modifier en passant par la commande Données / Données externes / Modifier le mot de passe de l’administrateur (Cf. Données / Données externes / Modifier le mot de passe de l’administrateur…). Accès protégé par mot de passe P.199 Données / Données externes / Administration GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Lors de la saisie du mot de passe, l’utilisateur doit vérifier s’il utilise des minuscules ou des majuscules car GeoConcept tient compte de la casse. Mode utilisateur Pour paramétrer des droits d’utilisateur spécifiques, il faut décocher l’option Mode administrateur. Dans ce cas, ce sont les choix du groupe Droits de l’utilisateur qui sont utilisés. • Création de nouvelles configurations : permet d’autoriser ou d’interdire la création de nouvelle source de données ou de nouveau lien dans les cartes ouvertes ; • Modification des configurations existantes : permet d’autoriser ou d’interdire la modification des sources de données ou des liens existants présents dans les cartes ouvertes ; • Exécution d’une configuration d’importation : permet d’autoriser ou d’interdire l’exécution des liens d’importation ou permanents présents dans les cartes ouvertes ; • Exécution d’une configuration d’exportation : permet d’autoriser ou d’interdire l’exécution des liens d’exportation présents dans les cartes ouvertes ; • Exécution de scripts de bases de données : permet d’autoriser ou d’interdire l’exécution de scripts mettant en œuvre le mécanisme de journalisation des tables ; • Export des configurations : permet d’autoriser ou d’interdire l’enregistrement dans un fichier XML des configurations présentes sur la carte active courante. Le menu Fichier > Enregistrer sous… du gestionnaire de liens n’est plus disponible. Mode débutant Cette option permet de supprimer trois étapes lors du paramétrage d’un lien, facilitant et accélérant ainsi sa mise en œuvre, l’utilisateur débutant n’ayant pas toujours besoin des options avancées. La première étape supprimée détermine les paramétrages de la configuration en fonction de son type (Cf. Partie 3 – Etape 3), la seconde étape détermine le comportement de l’importation (Cf. Partie 3 – Etape 10) et la troisième étape détermine les choix des modes d’exécution automatique (Cf. Partie 3 – Etape 11). A noter, ce sont les options par défaut qui sont utilisées dans ce cas pour le lien. Nombre d’éléments dans l’aperçu Cette zone de texte détermine le nombre d’enregistrements récupérés pour la visualisation des données lors de la sélection d’une table ou d’une vue dans le gestionnaire de liens. Par défaut, cette valeur est fixée à 30 enregistrements. Pour modifier celle-ci, entrer une nouvelle valeur dans la zone dédiée. Plus cette valeur est élevée, plus l’attente de la visualisation des données est longue. Taille par défaut des chaînes pour la génération des scripts Cette zone de texte permet de définir, lors de la génération d’un script de table, le nombre maximum de caractères à utiliser pour les champs de type varchar. Par défaut, cette valeur est fixée à 255 caractères. Pour modifier celle-ci, entrer une nouvelle valeur dans la zone dédiée. P.200 Données / Données externes / Modifier le mot de passe de l’administrateur… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Modifier le mot de passe de l’administrateur… Rôle Cette fonction permet de changer le mot de passe par défaut de l’administrateur contrôlant l’accès aux options d’administration du gestionnaire de liens. Elle est spécifique à la version de GeoConcept Enterprise. Disponibilité En permanence sur la version de GeoConcept Enterprise. Non disponible sur la version de GeoConcept Standard. Mise en œuvre Pour modifier le mot de passe par défaut, l’utilisateur utilise la commande Modifier le mot de passe de l’administrateur du menu Données / Données externes. L’utilisateur doit indiquer l’ancien mot de passe, le nouveau et confirmer ce dernier. Modification du mot de passe administrateur Le bouton OK permet de valider les modifications. Par défaut, le mot de passe est root. Lors de la saisie du mot de passe, l’utilisateur doit vérifier s’il utilise des minuscules ou des majuscules car GeoConcept tient compte de la casse. P.201 Données / Données externes / Gestionnaire de composants… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / Gestionnaire de composants… Rôle Cette fonction permet de gérer depuis GeoConcept Enterprise les composants du référentiel cartographique sans passer par des fichiers xml et la console d’administration. Il est possible d’ajouter, de mettre à jour et de supprimer des composants. Disponibilité En permanence sur la version de GeoConcept Enterprise, si l’utilisateur dispose de l’extension GeoConcept Enterprise Manager et qu’il est connecté au référentiel cartographique avec des droits d’administrateur. Non disponible sur la version GeoConcept Standard. Mise en œuvre Elle est accessible après l’ouverture d’une carte. L’utilisateur connecté au référentiel cartographique doit posséder le statut d’Administrateur du référentiel. Pour ajouter, modifier, supprimer les composants du référentiel cartographique, deux choix s’offrent à l’utilisateur pour réaliser ces modifications : • passer par la console d’administration de GCEM dans Composants / Nouveau composant depuis un fichier xml ; • passer par la fonction de Données / Données externes / Gestionnaire de composants. Cette fonction est grisée si l’utilisateur connecté au référentiel ne possède pas le droit Administrateur du référentiel. Pour de plus amples informations sur les notions de référentiel ou composants cartographiques, veuillez consultez la documentation de GeoConcept Enterprise Manager. Liste des composants L’ensemble des ressources de la carte ouverte pouvant être gérées dans le référentiel cartographique apparaissent dans la fenêtre Mise à jour de composants du référentiel. Par défaut, tous les composants sont affichés. Les composants possèdent une icône devant le nom du composant : • une icône représentant une étoile rouge signifie que le composant n’est pas présent dans le référentiel. Il peut être ajouté. • une icône représentant un crayon signifie que le composant est déjà présent dans le référentiel. Il peut être mis à jour. P.202 Données / Données externes / Gestionnaire de composants… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Liste de tous les composants de la carte compatible avec le référentiel cartographique Il est possible de filtrer la liste des composants par catégorie en cliquant dans la liste déroulante de la fenêtre Mise à jour de composants du référentiel. Filtrage de l’affichage des composants de la carte Ajouter un ou plusieurs composant(s) Cette action n’est possible que sur les composants dont le symbole représente une étoile rouge. Pour insérer ce ou ces composants dans le référentiel cartographique, cocher la ou les case(s) correspondante(s) et cliquer sur le bouton Ajouter/Mettre à jour. P.203 Données / Données externes / Gestionnaire de composants… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sélection et insertion des composants dans le référentiel cartographique Mettre à jour un ou plusieurs composant(s) Cette action n’est possible que sur les composants possédant le symbole d’un crayon. Cela signifie que ce composant peut être mis à jour. Pour mettre à jour le ou les composants dans le référentiel cartographique, cocher la ou les case(s) correspondante(s) et cliquer sur le bouton Ajouter/Mettre à jour. Sélection et mises à jour des composants dans le référentiel cartographique Supprimer un ou plusieurs composant(s) La suppression n’est possible qu’avec les composants déjà présents dans le référentiel cartographique. Par conséquent, il s’agit des composants signalés par une icône représentant un crayon. Pour supprimer le ou les composants, cocher la ou les case(s) correspondante(s) et cliquer sur le bouton Enlever. P.204 Données / Données externes / Gestionnaire de composants… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sélection et suppression d’un composant dans le référentiel cartographique P.205 Données / Données externes / S’abonner à un profil… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Données externes / S’abonner à un profil… Rôle Cette fonction permet d’abonner la carte à des profils cartographiques définis pour l’utilisateur connecté au référentiel. Grâce à ce mécanisme d’abonnement, tous les composants présents dans les profils pour lesquels l’utilisateur du référentiel s’est abonné, sont créés dans les ressources de sa carte et sont re-vérifiés à chaque ouverture. Disponibilité En permanence sur la version de GeoConcept Enterprise, si l’utilisateur dispose de l’extension GeoConcept Enterprise Manager et qu’il est connecté au référentiel cartographique. Non disponible sur la version GeoConcept Standard. Mise en œuvre Pour s’abonner à un ou plusieurs profil(s) cartographique(s), deux choix s’offrent à l’utilisateur : • à partir du menu Données / Données externes / S’abonner à un profil… ; • à partir de l’icône de la barre de Données externes représentant un utilisateur avec une carte et se nommant Abonnements. Abonnements à un profil via la barre Données externes Pour de plus amples informations sur les notions de référentiel ou profils cartographiques, veuillez consultez la documentation de GeoConcept Enterprise Manager. Une fenêtre apparaît listant l’ensemble des profils cartographiques disponibles et spécifiques à l’utilisateur connecté au référentiel. Le nom de l’utilisateur connecté apparaît dans le libellé de la fenêtre. Cette fenêtre est constituée de différentes zones et donne accès à plusieurs fonctionnalités. Liste des profils disponibles pour l’utilisateur connecté Profils de référentiel disponibles La colonne Profil liste l’ensemble des profils cartographiques hérités du rôle de l’utilisateur. Lorsque l’utilisateur connecté n’est abonné à aucun profil, la liste est vide. L’ordre d’affichage de ces profils est paramétrable via la console d’administration (Cf. Rôles / Modifier le rôle de la documentation de GeoConcept Enterprise Manager). P.206 Données / Données externes / S’abonner à un profil… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La colonne Aptitude permet de définir deux types de comportements lors l’intégration en local des composants de type Configurations de liens présents dans le profil : • aucune valeur n’est présente dans la colonne : les composants de type liens présents dans le profil sont intégrés dans la carte locale de manière standard, c’est-à-dire qu’ils sont créés avec les paramètres stockés nativement dans le référentiel cartographique ; Si mon profil cartographique possède 3 liens permanents et 2 liens d’exports alors j’obtiendrais dans la carte, à l’issue du chargement de ce profil, 3 liens permanents et 2 liens d’exports. • la valeur Import Only apparaît : les composants de type liens présents dans le profil sont automatiquement intégrés et transformés dans la carte locale en lien d’import avec l’option lecture seule activée Si mon profil cartographique possède 3 liens permanents et 2 liens d’export alors j’obtiendrais dans la carte, à l’issue du chargement de ce profil, 5 liens d’imports. Avant d’accéder à cette fenêtre, GeoConcept vérifie si un utilisateur a bien été défini pour se connecter au référentiel. Si çà n’est pas le cas, la boîte de dialogue permettant de déterminer le type de connexion à utiliser apparaît (Cf. Fichier / Se connecter à un référentiel…). Profil hérité du rôle Cette zone indique le ou les rôle(s) dont hérite l’utilisateur connecté au référentiel. Si cet utilisateur possède plusieurs rôles, leurs noms apparaissent séparés par des virgules. Composants Cette zone affiche l’ensemble des composants pour un profil donné. Lorsque l’utilisateur clique sur un des profils présents dans la partie gauche de cette fenêtre, la liste des composants est automatiquement rafraîchie. Par défaut, apparaissent les composants contenus dans le premier profil de la liste. Chaque composant est identifié avec son nom et l’icône représentant son type. Chargement et abonnement à un ou plusieurs profil(s) Les notions de chargement et d’abonnement sont étroitement liées. Si l’utilisateur sélectionne plusieurs profils cartographiques puis clique sur la fonction Charger, la conséquence est double : • créer tous les composants présents dans les profils sélectionnés dans les ressources de la carte locale avec éventuellement importation des données si des configurations de liens sont présentes dans le ou les profil(s) ; • lier par abonnement les ressources de la carte locale avec les composants présents dans le référentiel cartographique Pour s’abonner à un ou plusieurs profils, cliquer sur la ou les case(s) à cocher dans la liste des profils disponibles. Sélection du ou des plusieurs profils Cliquer sur le bouton Charger pour lancer la récupération dans la carte connectée de l’ensemble des composants hérités du ou des profil(s) sélectionné(s). P.207 Données / Données externes / S’abonner à un profil… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Chargement et validation de l’abonnement à plusieurs profils A l’issue de ce chargement, les composants cartographiques sont créés dans les ressources de la carte locale et sont liés par abonnement au référentiel cartographique. Ainsi, à chaque ouverture de carte, les ressources de la carte locale sont vérifiées afin de les mettre à jour et/ou compléter par des nouveaux composants. Cette vérification n’a lieu que lors du processus d’ouverture de la carte. Les composants de type configuration de liens sont organisés par groupe dans le gestionnaire de liens de la carte abonnée afin d’assurer une meilleure lisibilité. Chaque groupe correspond à un profil cartographique. Composants de type liens organisés en groupe dans la carte abonnée En partant d’une carte vide, après abonnement aux profils et intégration des métadonnées et des données via l’exécution des configurations de liens, il est vivement recommandé de recalculer l’espace de la carte pour éviter tout problème de ralentissement lors de l’affichage ou la recherche d’objets. Pour visualiser l’ensemble des composants disponibles pour un utilisateur, utiliser la console d’administration GCEM. Désabonnement d’un ou plusieurs profil(s) Pour se désabonner d’un ou plusieurs profil(s), revenir dans le menu Données / Données externes / S’abonner à un profil… ou cliquer sur l’icône Abonnements de la barre Données externes, décocher la case devant le nom du ou des profil(s) concerné(s) et cliquer sur le bouton Charger. P.208 Données / Données externes / S’abonner à un profil… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Désabonnement d’un profil Après avoir décoché(s) un ou plusieurs profil(s), si l’utilisateur quitte cette fenêtre en cliquant sur le bouton Annuler, le désabonnement n’est pas effectif. Lors du désabonnement, les composants tels que les Types/Sous-types, les couches virtuelles, les connexions aux bases de données, les configurations de liens aux bases de données, les mises en page, les requêtes, les échelles logiques, les formules et les champs communs NE SONT PAS SUPPRIMÉS de la carte. Ces composants devenant locaux et spécifiques à la carte, il est possible de les modifier. Ne charger que les métadonnées Par défaut, lors du chargement du ou des profils cartographiques, si des composants de type configurations de liens sont à créer dans les ressources de la carte locale, ces derniers sont automatiquement exécutés afin d’importer les données associées. Cette fonction, non cochée par défaut, permet d’éviter l’exécution automatique des configurations de liens contenues dans le ou les profils cartographiques. Les configurations de liens sont uniquement créées dans les ressources locales de la carte. C’est à l’utilisateur d’exécuter manuellement les liens s’il veut importer les données associés dans la carte locale. Autres abonnements… Cette fonction est présente si l’utilisateur connecté au référentiel cartographique est déclaré comme Administrateur. (Cf. partie Utilisateur de la documentation de GeoConcept Enterprise Manager). Elle lui permet de visualiser l’ensemble des abonnements aux profils cartographiques présents sur la carte dont il n’hérite pas directement de son ou ses rôle(s). Une carte peut être utilisée par différents utilisateurs avec des rôles et droits différents. Chacun s’abonne à ses profils et dispose de ressources qui lui sont spécifiques. Ainsi, si je me connecte au référentiel sur une carte en tant qu’utilisateur de consultation, j’aurais accès à certains profils en commun avec l’utilisateur administrateur (fond raster, fond cartographique et affichage) et à d’autres qui me sont spécifiques (cadastre consult, données ref consult et réseau consult). Si l’utilisateur gceadmin, connecté au référentiel en tant que tel, ouvre cette carte sur son poste, il visualisera les informations d’abonnement de la carte de la manière suivante : les profils fond raster, fond cartographique et affichage apparaissent cochés dans la liste des profils disponibles car ils sont en communs entre les 2 rôles. En cliquant sur Autres abonnements, en tant qu’administrateur, il aura accès aux profils dont il n’hérite pas dans son rôle. Il aura la possibilité de les supprimer si besoin. P.209 Données / Données externes / S’abonner à un profil… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Liste des profils en commun Liste des profils non hérités L’autre fonction de cette fenêtre est de désactiver dans la carte, l’abonnement à un ou plusieurs profils cartographiques. Sélectionner dans la liste le ou les profils à désactiver et cliquer sur le bouton Supprimer. Modifications locales des composants liés au référentiel Les ressources de la carte liées à un référentiel cartographique ne sont pas protégées des modifications locales. Ainsi, l’utilisateur peut modifier les caractéristiques de l’ensemble des composants liés (exemple : changer la couleur et la trame de l’apparence standard d’un Type/Sous-type lié). Ces modifications ne sont que locales et temporaires. Après fermeture de la carte, les modifications sont perdues. A la ré-ouverture, les composants liés reprennent leurs caractéristiques initiales définies dans le référentiel cartographique. Pour ré-actualiser l’apparence des composants liés, il est nécessaire de forcer le rafraîchissement de l’affichage de la carte à l’ouverture à l’aide de la touche F5 ou en se déplaçant avec l’outil Main. Pour modifier les composants du référentiel cartographique, vous devez disposer de droits Administrateur de la console GCES et utiliser la console d’administration des GCES dans Composants / Nouveau composant depuis un fichier XML, ou la fonction de Données / Données externes / Gestionnaire de composants (Cf. Partie 8 / Etape 3 - Gérer les composants du référentiel depuis GCES ). P.210 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… Rôle Le bouton Sources de données permet de se connecter à différentes sources de données externes afin de lier sans duplication les données attributaires et géométriques dans un ou plusieurs Types/Sous-types. Disponibilité En permanence. Mise en œuvre En cliquant sur le bouton Sources de données…, un volet spécifique apparaît à droite du configurateur. Volet sources de données Il propose de se lier à six différents types de sources de données externes : • Cartes GeoConcept (GCM) : connexion à une base de données GeoConcept, c’est-à-dire aux Types/Sous-types de la carte liée ; • Sources de données Oracle : connexion à des tables ou des vues d’une base de données Oracle 8i, 9i, 10g ou 11g avec l’option Oracle Locator ou Oracle Spatial ; • Source de données SQL OLE DB : connexion à une source de données externe en passant par le moteur de connexion Microsoft OLE DB. De nombreuses sources de données comme Microsoft SQL Serveur, Microsoft Access, Sybase ASE sont connectables via OLE DB. Pour les bases de données ne disposant pas de provider OLE DB mais uniquement d’un driver ODBC, il est possible de se lier à ODBC en passant par le provider Microsoft OLE DB pour ODBC. C’est notamment le cas, pour les bases de données tel que MySQL ; • Fichiers Shape (SHP) : connexion à un répertoire contenant des fichiers au format shapefile ; • Sources de données PostGIS : connexion à des tables ou des vues d’une base de données PostgreSQL avec l’extension PostGIS ; • Cartes compressées GeoConcept (FCM) : connexion à des cartes GeoConcept compressées au format FCM, contenant des Types/Sous-types d’objets. Un fichier FCM est toujours accompagné d’un fichier XML portant le même nom. P.211 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Dans le cas de connexion à des sources de données externes de type Oracle, SQL Serveur, PostgreSQL, etc., l’utilisateur est lié de manière dynamique aux données des tables qu’il a sélectionnées. Ce type de connexion permet à l’utilisateur d’afficher dans la carte les objets sans réplication, de voir les modifications en temps réel mais aussi, en fonction des droits qui lui ont été attribués sur le serveur SGBDR, de créer, modifier, supprimer en temps réel les objets dans la(les) table(s) ou vue(s) externe(s). Quatre actions sont possibles depuis ce volet Sources de données. 1-Ajouter une source de données Après avoir sélectionné le type de base de données par un clic souris, cliquer sur l’icône Ajouter une source de données ou via le menu contextuel de la souris. Quatre types de sources de données sont accessibles. Cartes GeoConcept (GCM) Sélectionner dans la liste des sources de données Cartes GeoConcept puis Ajouter une source de données via le menu contextuel. Ajout d’une source de données cartes GeoConcept Une boîte de dialogue apparaît permettant d’indiquer le chemin de connexion à la carte GeoConcept en cliquant sur le bouton Parcourir… Propriétés de la source de données cartes GeoConcept L’option lecture seule interdit toute modification attributaire et géométrique sur les objets de la carte source. Cette option n’est pas cochée par défaut. L’option Stocker le chemin relatif permet de stocker le chemin en relatif de la carte liée au lieu du chemin absolu. La finalité de cette option est de faciliter les échanges de cartes entre postes et d’éviter les reconfigurations de connexion. P.212 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 L’option de stockage suivant un chemin relatif n’est valable que pour les versions GeoConcept Enterprise 6.5 et supérieures. En cliquant sur le bouton OK, la connexion à la carte choisie devient effective et apparaît dans le volet sources de données. Connexion à une carte GeoConcept Si aucune base de données n’a été sélectionnée au préalable, la fonction Ajouter une source de données propose par défaut de se lier à une carte GeoConcept. Sources de données Oracle Sélectionner, dans la liste des sources de données, Oracle puis cliquer sur Ajouter une source de données via le menu contextuel. P.213 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Ajout d’une source de données Oracle La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Login : nom de l’utilisateur de la base de données ; • Password : mot de passe de l’utilisateur de la base de données ; • Service : nom de l’alias permettant de se connecter à l’instance voulue ; • Enregistrer le mot de passe : permet de valider l’enregistrement du mot de passe. Il ne sera plus nécessaire de le saisir systématiquement pour cette connexion. Propriétés de la connexion Oracle Les valeurs d’identification de la connexion (Login, Mot de passe) ne sont pas sensibles à la casse sauf en version Oracle 11g si les paramètres de sécurité standard sont activés. Dans la grande majorité des cas, le renseignement de ces paramètres suffit à réaliser la connexion à la base Oracle. Cependant, pour gérer des cas particuliers (anciennes versions de clients Oracle, récupération d’objets synonymes, connexion à un workspace, etc.) des paramètres avancés sont disponibles dans la connexion pour répondre à ces besoins. Cliquer sur le bouton Flèches descendantes pour accéder aux paramètres avancés : P.214 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramètres avancées de la connexion à Oracle • Montrer les synonymes dans la liste des vues : permet de lister dans l'arborescence des tables les objets de type synonyme de la base de données ; • La syntaxe est sensible à la casse : prendre en compte les caractères minuscules ou majuscules des libellés de tables et/ou de champs ; • Ne pas utiliser la lecture optimisée des LOB : permet d’utiliser les « anciennes » fonctions DBMS_LOB pour lire et écrire les données géométriques dans un champ CLOB ; Il est indispensable de cocher cette option sur les postes disposant de clients Oracle 8i. • Ouvrir la session dans le workspace : pour spécifier le nom du workspace utilisée avec le module Oracle Workspace Manager. La valeur affectée par défaut est LIVE. Consulter la documentation d’Oracle pour tout complément d’information ; • Nombre d'enregistrements récupérés à chaque appel : permet de spécifier le nombre d'enregistrements lors de l'interrogation d'une table sur le serveur. Plus cette valeur est élevée, moins il y aura de requêtes envoyées au serveur mais plus les ressources du poste client seront sollicitées ; • Taille maximale pour les LONGs (en Ko) : lorsque la géométrie est stockée dans un champ de genre LONG, il est nécessaire d'allouer une taille optimale pour récupérer la géométrie. Plus la valeur est élevée, plus les ressources du poste client sont sollicitées. • Paramètres étendus : permet d’ajouter des paramètres à la chaîne de connexion. Actuellement, seul le paramètre NLS_CALENDAR peut-être ajouté. Il permet de spécifier un système de calendrier particulier à la session (Arabic Hijrah, English Hijrah, Gregorian, Japanese Imperial, Persian, Republic of China Official, Thai Buddha). Consulter la documentation d’Oracle pour tout complément d’information. En cliquant sur le bouton OK, la connexion à la base de données Oracle choisie devient effective et apparaît dans le volet sources de données. Les versions d’Oracle supportées par GeoConcept Enterprise, côté client et côté serveur, sont les suivantes : Oracle 8i (8.1.x), 9i (9.x), 10g (10.x) et 11g (11.x). P.215 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Connexion à une source de données Oracle Si les paramètres et/ou les valeurs d’identification ne sont pas valides, un message d’erreur apparaît et la connexion est affichée dans la partie Sources de données en tant que Déconnectée Erreur lors de la connexion à la source de données Oracle Sources de données SQL OLE DB Sélectionner, dans la liste des sources de données, SQL OLE DB puis cliquer sur Ajouter une source de données via le menu contextuel. La boîte de dialogue liste l’ensemble des fournisseurs OLE DB installés sur le système d’exploitation Windows. Si la base de données possède un fournisseur OLE DB, le sélectionner dans cette liste. Ci-dessous, quelques exemples de connexion avec différents fournisseurs OLE DB : Microsoft Access Sélectionner le fournisseur Microsoft Jet 4.0 OLE DB Provider et cliquer sur le bouton Suivant>>. P.216 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fournisseur Microsoft Access Indiquer le chemin de connexion à la base Access (.mdb) en cliquant sur le bouton . Sélection de la base mdb à lier En cliquant sur le bouton OK, la connexion à la base de données Access choisie devient effective et apparaît dans le volet Sources de données. P.217 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Connexion à une source de données Access Microsoft SQL Serveur 2000 ou 2005 Sélectionner le fournisseur Microsoft OLE DB Provider for SQL Server et cliquer sur le bouton Suivant>>. Fournisseur Microsoft SQL Serveur Suivre ensuite les indications spécifiques à ce fournisseur et tester éventuellement la connexion avec le bouton réservé à cet effet. P.218 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramètres du fournisseur SQL Serveur En cliquant sur le bouton OK, la connexion à la base de données SQL Serveur choisie devient effective et apparaît dans le volet Sources de données. Connexion à une source de données SQL Serveur MySQL 5.0 Choisir, dans la liste des fournisseurs présents sur la machine, Microsoft OLE DB Provider for ODBC Drivers (fournisseur surligné par défaut) et cliquer sur le bouton Suivant>>. P.219 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Pour la connexion à MySQL, il est indispensable d’installer sur la machine le driver ODBC MySQLversion 3.51 ou 5.1 disponible aux adresses suivantes : http://dev.mysql.com/downloads/connector/odbc/3.51.html ou http://dev.mysql.com/downloads/connector/odbc/5.1.html Il est également nécessaire d’adapter le moteur de requête pour tenir compte de certaines caractéristiques de connexion et de langage SQL de MySQL. Ainsi, pour le driver ODBC de MySQL, le nom du driver doit IMPERATIVEMENT contenir la chaîne de caractère « MySQL » en respectant la casse (exemple : MySQL_databasename). Comme il n’est pas possible avec GeoConcept Enterprise de se connecter directement au driver ODBC de MySQL, il est nécessaire de sélectionner le provider Microsoft OLE DB provider for ODBC Drivers qui assure l’interface de connexion entre le moteur OLE DB et les différents drivers ODBC installés sur la machine. Alias ODBC existant Si l’alias ODBC (il permet de donner un nom logique pour accéder à une source de données) est déjà créé sur la machine, il suffit de le sélectionner dans la liste déroulante et de cliquer sur le bouton Tester la connexion pour vérifier s’il est valide. Fournisseur OLE DB pour ODBC P.220 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Alias ODBC déjà défini Alias ODBC à créer Si l’alias ODBC pour accéder à la source de données n’a pas été défini, il est possible de le créer à partir de cette boîte de dialogue. Dans ce cas, il faut utiliser l’option Utiliser la chaîne de connexion et cliquer sur Créer. Cette étape permet de déterminer le type de source de données à créer : • Source de données fichier (description stockée dans un fichier permettant de l’utiliser sur différentes machines et de l’échanger facilement) ; • Source de données machine (spécifique à la machine et ne peut pas être partagée). Dans ce cas, il faut déterminer également si la source de données est spécifique à un utilisateur (utilisable ultérieurement uniquement par la personne qui a réalisée la source) ou au système (utilisable ultérieurement par toute personne qui est connectée sur la machine). Cette étape permet de sélectionner le pilote qui définit la source de données. Exemple de connexion avec le driver ODBC de MySQL Cette étape demande de nommer l’alias définissant la source de données puis sélectionner le serveur, la base de données et l’utilisateur avec lequel on souhaite être connecté. P.221 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramètres du driver MySQL La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Nom de la source de données : nom ou adresse ip du serveur de la base de données ; • Description : zone de texte permettant de détailler les caractéristiques de la source de données ; • Serveur : nom du serveur sur laquelle la connexion à la base de données va être réalisée ; • Port : port du serveur de la base de données. La valeur par défaut est 3306 ; • Utilisateur : nom de l’utilisateur de la base de données ; • Mot de passe : mot de passe de l’utilisateur de la base de données ; Comme il est recommandé dans la documentation du driver ODBC de MySQL, il est nécessaire de cocher les options «Return matched rows instead of affected rows afin de prendre en compte les mises à jour sur les objets et Allow big result sets pour autoriser la réception de volumétrie importante de données via le driver ODBC (indispensable en cas de gestion de la géométrie). Ces paramètres avancés s’affichent en cliquant sur le bouton Détails >>. Les versions de MySQL supportées par GeoConcept Enterprise, côté serveur, sont les suivantes : 4.1.x, 5.0.x et 5.1.x Cliquer sur le bouton Test peut être utile pour vérifier si la chaîne de connexion fonctionne et enfin valider le choix avec le bouton OK. En cliquant sur le bouton OK, la connexion à la base de données MySQL choisie devient effective et apparaît dans le volet Sources de données. P.222 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Connexion à une source de données ODBC MySQL Fichiers Shape (SHP) Sélectionner, dans la liste des sources de données, Fichiers Shape (SHP) puis Ajouter une source de données via le menu contextuel. Une boîte de dialogue apparaît permettant d’indiquer le chemin de connexion au répertoire contenant des fichiers Shape en cliquant sur le bouton Parcourir. Propriétés cartes GeoConcept En cliquant sur le bouton OK, la connexion au répertoire choisi devient effective et apparaît dans le volet Sources de données. P.223 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Connexion à une source de données Shapefile L’accès à la source de données Shapefiles est uniquement en lecture seule car il n’est pas possible de réaliser des mises à jour attributaires et/ou géométrique sur les objets des fichiers Shape « source ». Sources de données PostGIS Sélectionner, dans la liste des sources de données, PostGIS puis cliquer sur Ajouter une source de données via le menu contextuel. Propriétés de la connexion PostGIS La boîte de dialogue demande les informations suivantes : • Serveur : nom ou adresse ip du serveur de la base de données. La valeur par défaut est localhost ; • Port : port du serveur de la base de données. La valeur par défaut est 5432 ; • Base de données : nom de la base de données du serveur sur laquelle la connexion va être réalisée. La valeur par défaut est postgis ; • Nom d’utilisateur : nom de l’utilisateur de la base de données ; • Mot de passe : mot de passe de l’utilisateur de la base de données. Le bouton Tester permet de vérifier si la connexion à la base de données spécifiée fonctionne. P.224 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les versions de PostgreSQL supportées par GeoConcept Enterprise, côté serveur, sont les suivantes : 8.0.x, 8.1.x, 8.2.x et 8.3.x. Les versions de PostGIS supportées par GeoConcept Enterprise sont les suivantes : 1.1.x, 1.2.x, 1.3.x et 1.4.x. Cliquer sur OK pour valider les paramètres et rendre la connexion à la source de données choisie effective. Connexion à une source de données PostGIS Cartes compressées GeoConcept (FCM) Le format FCM (pour Fast Compressed Map) est composé de deux fichiers différents nommés de façon identique avec respectivement les extensions .FCM et .XML. Le fichier XML contient la structure de la carte d’origine, champs et les couches virtuelles SmartLabel de la carte qui a servi de modèle à la compression. Le fichier FCM contient les objets et leurs attributs dans un format tuilé et compressé permettant de consommer moins de mémoire vive qu’avec une carte GeoConcept classique (GCM/GCR) contenant l’ensemble des objets vecteurs. Pour ajouter une source de données de type Carte compressées GeoConcept, il convient de la sélectionner sur la liste des sources de données accessible sur la droite du volet Types du configurateur. Cliquer sur Ajouter une source de données via le menu contextuel ou avec le bouton Ajouter une source de données. Il existe une autre méthode d’intégration des cartes compressées FCM par le biais d’une couche virtuelle dédiée (Cf Apparence/Gérer l’affichage/Accès aux couches virtuelles) P.225 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Ajout d’une source de données cartes compressées GeoConcept Une boîte de dialogue Chemin vers le fichier FCM apparaît permettant d’indiquer le chemin de connexion aux cartes compressées. Propriétés cartes compressés GeoConcept Un clic sur le bouton Ajouter un FCM permet d’ajouter un fichier FCM en indiquant le chemin du répertoire conteneur (jusqu’à 1000 fichiers). Le bouton Supprimer un FCM permet de supprimer un fichier FCM sélectionné dans la liste. L’option stocker les chemins relativement à la source principale permet de définir de façon relative le chemin qui pointe vers le fichier FCM facilitant ainsi l’échange entre utilisateurs en évitant de redéfinir des chemins vers de nouveaux emplacements lors du déplacement des fichiers. L’option d’allocation de mémoire permet de limiter la consommation en mémoire de l’ensemble des cartes compressées auquel on va se connecter. Par le biais d’une couche virtuelle Carte compressée, 150 Mo sont systématiquement alloués à chaque couche virtuelle. On peut vite atteindre une consommation de mémoire de 1,5 Go, ce qui peut saturer un poste dont la capacité maximum approche les 2Go (exemple d’intégration de 10 couches virtuelles). Par le biais d’une connexion à une source externe, l’utilisateur détermine la quantité de mémoire totale allouée aux données FCM dans la zone éditable pour limiter la consommation intempestive de mémoire vive. Toutefois, si les performances d’affichage sont amoindries, l’utilisateur peut augmenter la quantité allouée dans la zone éditable. En cliquant sur le bouton OK, la connexion à la carte compressée choisie devient effective et apparaît dans le volet sources de données. P.226 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 2- Ouvrir les propriétés Cette fonction permet d’éditer une connexion déjà établie afin de modifier certains paramètres comme par exemple le nom d’utilisateur, son mot de passe ou le libellé de l’alias de connexion. Après avoir sélectionné le lien à modifier, cliquer sur l’icône correspondante ou sur la commande Ouvrir les propriétés du menu contextuel. Edition des propriétés d’une source Oracle La boîte de dialogue spécifique à la source de données apparaît. Modifier les paramètres souhaités et cliquer sur OK pour valider les modifications. 3- Supprimer la source de données Cette action permet de supprimer la connexion à une source de données externes. Les Types/Sous-types et leurs objets disparaissent de la carte. Sélectionner la source de données à supprimer puis cliquer sur l’icône correspondante ou choisir dans le menu contextuel Enlever une source de données. Enlever une source de données P.227 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Une boîte de dialogue apparaît pour confirmer la suppression de la connexion. Confirmation de la suppression 4- Lier un élément Cette action permet de lier directement un élément Type ou Type/Sous-type de la carte locale à un autre élément d’une source de données externe tel que un Type ou Type/Sous-type, une table, une vue ou un fichier Shapefile. En fonction du type de source de données externe, les paramètres de connexion varient. Connexion au(x) Type(s) et/ou Sous-type(s) d’une carte GeoConcept liée Après avoir sélectionné dans la liste des sources de données, une connexion à une carte GeoConcept, le lien s’établit à l’aide de l’icône correspondante ou de la commande Lier l’élément du menu contextuel ou en double-cliquant sur le libellé du lien. Lien à une carte GeoConcept Une fenêtre apparaît avec la liste des Types / Sous-types présents dans la carte liée. Fenêtre de lien aux Types / Sous-types P.228 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 A l’aide d’un clic souris et des touches Maj ou CTRL, il est possible de réaliser des liens vers un ou plusieurs Types et/ou Sous-types. Sélection d’un Type et de tous ses Sous-types Sélection de plusieurs Types Il est également possible de ne pas se lier directement à un Type mais à un ou plusieurs Sous-types. Pour cela, il est indispensable de sélectionner au préalable un Type existant dans la structure de la carte locale avant de lier les éléments. Pré-selection du Type d’accueil des Sous-types externalisés Sélectionner ensuite dans la liste des sources de données, une connexion à une carte GeoConcept et utiliser la commande Lier l’élément. P.229 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Dans ce cas, la sélection devient possible directement au niveau des Sous-types. Sélection des Sous-types Le bouton Lier permet de valider la définition du lien vers les Types et/ou Sous-types sélectionnées. Si le(s) libellé(s) du ou des Type(s) à lier existe(nt) déjà dans la carte locale, un message d’avertissement apparaît et signale l’impossibilité de réaliser le lien. Message d’erreur sur les Types existants Les Types et/ou Sous-types liés de manière dynamique à une source de données externes apparaissent en jaune dans l’arborescence des Types / Sous-types alors que les Types / Sous-types locaux sont de couleur rouge. Types / Sous-types liés à une carte externe P.230 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Sous-types liés à une carte externe Le bouton OK valide le lien et active la connexion vers la carte source pour récupérer sans duplication les géométries et les attributs des objets dans la carte. Affichage des données des Types /Sous-types externes La récupération des objets dans la carte est complètement dynamique grâce à l’index géographique de GeoConcept. Ainsi, chaque changement de position ou d’échelle entraîne une lecture des données dans la carte source. P.231 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les métadonnées comme les apparences, les couleurs, les règles d’affichage des échelles logiques, les couches virtuelles des objets sont également identiques à la carte source. Par défaut, l’option Lecture seule n’étant pas cochée au niveau de la connexion à la carte GeoConcept, toutes les modifications sur les objets des Types / Sous-types externalisés se répercutent directement et intégralement sur les objets de la carte source. Si l’option Lecture seule est cochée au niveau de la connexion à la carte GeoConcept, un symbole de couleur jaune signale cet état dans l’arborescence du configurateur et de la boîte Gérer l’affichage (menu Apparence). Dans ce cas, l’utilisateur ne peut pas modifier les valeurs attributaires et/ou géométriques des objets liés. Types / Sous-types externalisés en lecture seule Affichage des Types et Sous-types liés Depuis la version GeoConcept 6.5, il est possible de se lier à une carte GeoConcept utilisant un système de projection et/ou une unité de précision différente de la carte GeoConcept locale. P.232 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Connexion au(x) Type(s) d’une carte compressée liée Après avoir sélectionné dans la liste des sources de données, une connexion à une carte compressée GeoConcept, le lien s’établit à l’aide de l’icône correspondante ou de la commande Lier l’élément du menu contextuel ou en double-cliquant sur le libellé du lien. Lien à une carte compressée GeoConcept Une fenêtre apparaît avec la liste des Types / Sous-types présents dans la carte compressée liée. Fenêtre de lien aux Types A l’aide d’un clic souris et des touches Maj ou CTRL du clavier, il est possible de réaliser des liens vers un ou plusieurs Types complets. P.233 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Une connexion à une source de données externes de genre carte compressée FCM est réalisée uniquement au niveau d’un Type dans sa globalité. Autrement dit, il est impossible de réaliser un lien à un Sous-type particulier. Le bouton Lier permet de valider la définition du lien vers les Types sélectionnés. Les Types et les Sous-types associés liés de manière dynamique à une source de données externes apparaissent avec une icône jaune dans l’arborescence des Types/Sous-types alors que les Types/Sous-types locaux sont de couleur rouge. Types / Sous-types liés à une carte compressée externe Le bouton OK valide le lien et active la connexion vers la carte compressée source pour récupérer sans duplication les géométries et les attributs des objets dans la carte. P.234 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Affichage des données des Types /Sous-types externes Les éléments de la structure de la carte comme les apparences, les couleurs et les règles d’affichage des échelles logiques des objets sont également identiques à la carte source ayant permis de générer la carte compressée. L’utilisateur peut apporter des modifications à l’apparence des objets des Types/Sous-types externalisés en passant par la boîte Gestion de l’affichage (menu Apparence). Par défaut, la connexion à la carte compressée GeoConcept est protégée pour un accès en lecture seule. Dans ce cas, l’utilisateur ne peut pas modifier les valeurs attributaires et/ou géométriques des objets liés. L’utilisateur peut toutefois consulter les données attributaires. Si le(s) libellé(s) du ou des Type(s) à lier existe(nt) déjà dans la carte locale, un message d’avertissement apparaît et signale l’impossibilité de réaliser le lien. Message d’erreur sur les Types existants Il n’est pas possible de se lier à une carte compressée GeoConcept utilisant un système de projection différent de la carte GeoConcept locale. Dans ce cas, un message d’avertissement prévient l’utilisateur de l’impossibilité de réaliser cette connexion. Message d’erreur sur les projections P.235 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Cas particulier SmartLabel Affichage SmartLabel Lors de la connexion à la carte compressée, les couches SmartLabel ne sont pas récupérées instantanément. Une mise à jour de la structure de la carte en local à l’aide du fichier XML accompagnant le fichier FCM est nécessaire. Dans l’onglet Types du configurateur, lancer la commande Importer à l’aide du menu contextuel. P.236 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Import XML Indiquer ensuite le nom du fichier XML à importer. Dans la fenêtre importation/Mise à jour avec un fichier XML, cocher l’option les importer pour les éléments non existants, et cocher l’option les mettre à jour pour les éléments existants. Mise à jour avec un fichier XML P.237 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Récupération des couches SmartLabel Le fichier XML contient l’intégralité de la structure de la carte source ayant permis de générer le fichier FCM mais auxquels on ne s’est pas connecté lors du lien Carte compressée (FCM). Lors de l’import XML nécessaire à une bonne compréhension des couches Smart Label, deux possibilités s’offrent à l’utilisateur : • importer la totalité du XML et supprimer les Types dits inutiles stockés sous les Types externalisés avec une icône jaune ; • nettoyer le fichier XML global pour ne garder que la partie concernant le Type SmartLabel. Types supplémentaires après import XML P.238 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Connexion au(x) table (s) ou vue(s) d’un SGBDR (Oracle, SQL Serveur, MySQL, PostreSQL, Access, etc.) ou au(x) fichier(s) Shapefile d’un répertoire Que ce soit une connexion de type SGBDR (Oracle ou PostgreSQL en connexion native ou via un provider OLE DB) ou de type fichier Shapefile, les étapes de mise en œuvre et les paramètres des liens sont identiques. Le lien à une source de données externe valide s’établit en la sélectionnant dans la liste des sources de données puis en cliquant sur l’icône correspondante ou sur la commande Lier l’élément du menu contextuel ou encore en double-cliquant sur le libellé de cette connexion. Lien à une source de données Oracle Une fenêtre avec deux onglets apparaît. L’onglet Liste des jeux de données Il permet de visualiser la liste des tables et/ou des vues pour lesquelles l’utilisateur connecté possède au minimum un droit de lecture (GRANT SELECT). Dans le cas d’une connexion à une source de données de type Shapefile, chaque fichier Shape présent dans le répertoire de connexion est vu comme une table. Quelques exemples de jeux de données : Liste d’un jeu de données Oracle Liste d’un jeu de données PostgreSQL P.239 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Liste d’un jeu de données MySQL Liste d’un jeu de données Shapefile Certaines tables et/ou vues disposent d’une icône représentant une « terre » indiquant que la géométrie est stockée dans un format spatial spécifique tel que le format Oracle spatial ou le format OpenGIS. La partie inférieure de cet onglet propose une zone de prévisualisation des données présentes dans la table sélectionnée dans la partie supérieure. Seules les trois premières lignes de la table sélectionnée sont affichées. Dans cette zone de prévisualisation des données, la lecture du champ géométrie au format Oracle Spatial ou Shape_Geometry est systématiquement interprétée au format GCES texte pour une simplicité de lecture. L’onglet Configuration du lien aux Types Il permet de définir des paramètres spécifiques de lien entre le Type et/ou Sous-type et la table ou vue sélectionnée. Configuration du lien avec une source de données Oracle Plusieurs paramètres sont à définir dans cette interface pour que le lien dynamique fonctionne correctement. Le champ clé primaire Il est indispensable de spécifier ce champ pour identifier de manière unique les objets présents dans la table liée. La première colonne représentant une icône de clé permet de définir ce champ. Par défaut, GeoConcept identifie automatiquement le(s) champ(s) déclaré(s) comme clé primaire (CONSTRAINT PRIMARY KEY) ou possédant un index de type unique (UNIQUE INDEX) dans la table. Si plusieurs champs correspondent à ces critères, une icône de clé légèrement masquée apparaît dans la colonne correspondante en face des champs concernés. Sinon, seul le champ concerné possède une icône de clé dans la colonne correspondante. P.240 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 GeoConcept identifie automatiquement les contraintes de clé primaire ou d’index unique seulement pour la source de données Oracle. Si la table liée possède uniquement un champ défini comme clé primaire, GeoConcept indique le champ concerné en affichant une icône de clé dans la colonne de clé primaire. Si la table liée possède un champ défini comme clé primaire et des champs indexés de manière unique, GeoConcept indique les champs concernés en affichant une icône de clé légèrement masquée dans la colonne de clé primaire en face de chaque champ concerné. Configuration de la clé primaire sur une table possédant une clé primaire et des champs indexés de manière unique Dans le cas d’une connexion à une source de données de type Shapefile, le champ Shape_ID est systématiquement proposé comme champ clé primaire. Si la table liée ne possède aucun champ défini ou reconnu comme clé primaire et/ou indexé de manière unique, GeoConcept propose comme clé primaire les champs de genre caractère ou entier en affichant une icône de clé légèrement masquée dans la colonne de clé primaire en face de chaque champ concerné. Configuration de la clé primaire sur une table sans clé primaire et sans champs indexés de manière unique Si le champ identifié par GeoConcept comme choix de clé primaire ne convient pas ou encore dans le cas de propositions multiples, l’utilisateur peut modifier ou préciser cette identification. Il suffit de cliquer dans la colonne de clé primaire devant le champ concerné pour le spécifier. P.241 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Affectation manuelle du champ défini comme clé primaire Dans le cas d’affectation manuelle du champ clé primaire, l’utilisateur doit impérativement vérifier le caractère unique des données dans le champ spécifié. Si aucun champ n’a été spécifié comme clé primaire, un message d’avertissement apparaît lors de la validation du lien. Absence de clé primaire pour le lien Le champ géométrie ou X et Y Il est indispensable de spécifier ce(s) champ(s) pour afficher dynamiquement et sans duplication dans la carte les objets présents dans la table liée. Il existe deux possibilités de stockage de la géométrie des objets : dans un champ unique pour les objets de genre ponctuel, linéaire et surfacique ; dans un couple de champs X et Y uniquement pour les objets de genre ponctuel. La deuxième colonne permet de définir le type de stockage de la géométrie. Cette définition du type de géométrie n’est pas automatique. L’utilisateur doit la définir en cliquant sur l’icône de la colonne. Deux icônes sont utilisées : une icône terre avec un crayon pour signifier que la géométrie des objets de la table liée est stockée dans un champ unique. C’est le paramètre utilisé par défaut ; une icône terre avec un X pour signifier que la géométrie des objets de la table liée est stockée dans un couple de champs X et Y. Une fois la définition du type de géométrie faite, GeoConcept identifie automatiquement le(s) champ(s) géométrie ou X et Y en recherchant dans la table un ou plusieurs champ(s) dont le genre et/ou le type de valeur correspondent à des données géométriques. P.242 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Champ géométrie d’une table Oracle au format Oracle Spatial Champ géométrie d’une table PostgreSQL au format OpenGis Champ géométrie d’un fichier Shapefile Champ géométrie d’une table Oracle au format GCES Texte Si le champ identifié par défaut comme champ géométrie n’est pas correct, l’utilisateur a la possibilité de changer cette affectation en cliquant dans la colonne correspondante en face du champ voulu. Dans le cas d’une connexion à une source de données de type Shapefile, le champ Shape_Geometry est systématiquement proposé comme champ géométrie. P.243 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Si la géométrie des objets de la table liée se détermine sur un couple de champs X et Y, l’utilisateur doit préciser cette définition en cliquant dans la colonne du champ géométrie. L’icône terre avec un XY apparaît. Changement du type de stockage de la géométrie L’utilisateur doit ensuite spécifier manuellement les champs X et Y en cliquant en face des champs voulus. Affectation des champs X et Y Dans le cas d’affectation manuelle du champ géométrie ou des champs X et Y, il est impératif que l’utilisateur vérifie les valeurs des données géométriques dans le(s) champ(s) spécifié(s). Cette identification de champ géométrie est également liée à la reconnaissance du type de géométrie. Ainsi, la liste déroulante Genre de la géométrie affiche sa définition. Six genres sont gérés : • Genre géométrique inconnu : le genre de géométrie n’est pas identifié par GeoConcept ; • Surfacique : le genre de géométrie est identifié comme surfacique ou multi-surfacique ; • Linéaire : le genre de géométrie est identifié comme ligne ou multi-lignes ; • Point : le genre de géométrie est identifié comme point ; • Surfacique 3D : le genre de géométrie est identifié comme surfacique avec informations sur l’altitude (Z). Les valeurs d’altitude peuvent être variables pour chaque point des objets ; • Surfacique 3D (monovalué) : le genre de géométrie est identifié comme surfacique avec informations sur l’altitude (Z). Les valeurs de l’altitude sont identiques pour l’ensemble des points d’un objet ; P.244 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Linéaire 3D : le genre de géométrie est identifié comme ligne ou multi-lignes avec informations sur l’altitude (Z). Les valeurs d’altitude peuvent être variables pour chaque point des objets ; • Linéaire 3D (monovalué) : le genre de géométrie est identifié comme ligne ou multi-lignes avec informations sur l’altitude (Z). Les valeurs de l’altitude sont identiques pour l’ensemble des points d’un objet ; • Point 3D : le genre de géométrie est identifié comme point avec informations sur l’altitude (Z). Liste des genres de géométrie gérés par GeoConcept Si la liste déroulante affiche Genre géométrique inconnu, l’utilisateur doit vérifier si le champ identifié contenant des données géométriques est correct et/ou si les valeurs de géométrie des objets contenues dans ce champ sont valides. Dans le cas d’affectation des champs X et Y, le genre de la géométrie est toujours de type ponctuel. Si aucun champ n’a été spécifié comme géométrie ou X et Y, un message d’avertissement apparaît lors de la validation du lien. Absence de champ géométrie pour le lien Pour en savoir plus… Pour de plus amples renseignements sur le format de stockage GCES texte, X et Y, OpenGIS WKT/WKB et Oracle Spatial, veuillez vous référer à la partie Données / Données externes / Gestionnaire de liens / Principes / Concept 5 : le stockage de la géométrie dans le SGBDR : le respect des standards OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial. Le champ Nom Il permet d’affecter la valeur d’un champ au champ Nom de GeoConcept. La troisième colonne représentant une icône de bulle permet de définir ce champ. Il n’est pas spécifié par défaut. On définit ce champ en cliquant dans la colonne correspondante en face du champ voulu. P.245 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Affectation d’un champ de la table comme champ Nom Si aucun champ n’a été spécifié comme Nom, un message d’avertissement apparaît alors lors de la validation du lien. Absence de champ Nom pour le lien Le bouton Projection… Il permet de définir le système de projection ou de coordonnées, le SRID, l’unité et la résolution des données géométriques présentes dans la table ou la vue externe liée. Paramètres de projection Depuis la version GeoConcept Enterprise 6.5, la gestion des systèmes de projections ou de coordonnées et de reconnaissance des SRID a été grandement facilitée par la présence d’un fichier assurant la correspondance entre les codes de projections de GeoConcept, d’EPSG utilisé par PostGIS et d’Oracle Spatial. Ce fichier est situé dans le répertoire d’installation de GeoConcept Enterprise et se nomme SpatialRefCodesMap.txt. Il est possible de l’éditer et de le compléter en fonction de ses besoins en respectant la syntaxe suivante : P.246 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Syntaxe : [Nom du système]<\Tab> ... GEOCONCEPT:[Code]<\Tab> ... EPSG:[Code]<\Tab> ... ORACLE:[Code]<\Return> Les noms et codes des types de projections de GeoConcept sont disponibles dans les fichiers Standard.gcp et Moreproj.gcp. Les codes de projections EPSG sont disponibles dans la table spatial_ref_sys de la base PostGIS. Les codes de projections d’Oracle spatial sont disponibles dans la table CS_CRS. Pour de plus amples informations concernant les codes et les systèmes de projections ou de coordonnées gérés par PostGIS ou Oracle spatial, veuillez vous référer à la documentation technique spécifique à ces deux bases de données. Système de coordonnées Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la première liste déroulante permet de définir le système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Lorsque la géométrie de la table est de type OGIS WKT/WKB ou Oracle SDO et que le SRID présent dans la table de métadonnées a été reconnu par le fichier de correspondance, la liste propose automatiquement le système de coordonnées ou de projections associé. Si la géométrie de la table liée est dans un système de projection ou de coordonnées différent de celui de la carte, GeoConcept Enterprise assure automatiquement la conversion lors de la lecture des données en fonction du système choisi par l’utilisateur. Exemple : si les objets de la carte sont en Lambert II étendu et les données de la base externe sont au format Lat/Long WGS 84, à chaque lecture des données, GeoConcept réalise la conversion. Lorsque que les données de la table liée sont stockées au format OGIS (sous PostGIS uniquement), l’option Transformation des coordonnées côté serveur apparaît dans la partie gauche de l’interface. L’activation de cette option permet de déporter le travail de conversion des coordonnées au niveau du serveur. Les données arrivent directement dans la carte GeoConcept dans le même système de projection que celui de la carte. Aucune conversion n’est réalisée par le poste client GeoConcept. Il est nécessaire d’indiquer le SRID de référence pour les fonctions de conversion. Par défaut la valeur est -1. Conversion des coordonnées par le serveur PostgreSQL/PostGIS SRID (Spatial Reference Identifier) Cette zone de texte permet de saisir la valeur de l’identifiant pour le système de coordonnées. Cette zone est grisée quand le format de géométrie choisi est de type GCES Texte ou que le SRID est automatiquement reconnu en lisant les informations de métadonnées, dans la table geometry_columns pour PostGIS ou dans la vue USER_SDO_GEOM_METADATA pour Oracle Spatial. Si la valeur du SRID n’est pas renseignée dans les métadonnées de la table liée et/ou que le système de projection ou de coordonnées choisi n’est pas présent par défaut dans le fichier de correspondance SpatialRefCodesMap.txt, la valeur de -1 est affectée pour une connexion à PostGIS et 0 pour Oracle spatial. Pour faciliter la suite de la mise en œuvre des liens, il est recommandé d’ajouter dans le fichier de correspondance le code SRID manquant en respectant la syntaxe. Unité du système Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la liste déroulante permet de définir l’unité du système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Par défaut, l’unité proposée correspond à celle de la carte. P.247 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Dans le cas des formats de géométrie OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial, l’unité n’est pas modifiable. Résolution Dans le groupe Propriétés de la géométrie de la table, la liste déroulante permet de définir la résolution associée à l’unité du système de projection des enregistrements de la table ou vue de la base de données externe. Par défaut, la résolution proposée correspond à celle de la carte. Dans le cas des formats de géométrie OGIS WKT/WKB ou Oracle Spatial, la résolution n’est pas modifiable. Le bouton Config clé… Il permet de définir le système de clé primaire à utiliser pour affecter des valeurs aux objets créés depuis GeoConcept. En effet, l’utilisateur étant lié de manière dynamique, lors de la création d’objet dans un Type/Sous-type externalisé, il est nécessaire de l’identifier de manière unique grâce au champ clé primaire. Cette fonctionnalité n’est disponible que dans le cas de connexion à des sources de données externes de type Oracle, SQL OLE DB ou PostGIS. Paramètres du mécanisme d’affectation de la clé primaire Trois types de clés peuvent être utilisées : • Clé manuelle : c’est la fonction validée par défaut. Dans ce cas, l’utilisateur indique manuellement la valeur de la clé pour chaque enregistrement en saisissant celle-ci dans le champ identifié comme clé primaire. • Clé automatique : dans ce cas, la valeur clé, pour chaque enregistrement, est fournie par la base de données externe. Ceci permet de centraliser la distribution des valeurs. Cette valeur peut-être obtenue de deux façons : clé récupérée à partir d’une fonction de la base : la zone de texte permet d’indiquer la fonction, la procédure ou la requête à exécuter pour récupérer la valeur avant l’insertion de l'enregistrement dans la table. Si la connexion est liée à une source de données Oracle, il est possible d'utiliser une table séquence sélectionnable à partir de la liste déroulante. clé auto-incrémentale : la valeur est fournie par la base de données par un type de champ numéro automatique ou autoincrémental. • Compteur interne : cette fonction est utile uniquement dans le cas où l’on veut réaliser un export d’objets GeoConcept ne disposant pas de valeur unique bien définie. Dans ce cas, ce n’est pas la base de données externe qui renvoie un numéro mais GeoConcept qui fournit les valeurs au fur et à mesure de l’insertion des enregistrements dans la ou les table(s). L’avantage de cette option est de gagner du temps à l’insertion (plus rapide que d’attendre une réponse de la base de données pour récupérer la valeur) mais elle est uniquement dédiée à des objets qui n’évoluent plus dans le temps car ce compteur n’est pas central mais spécifique à chaque configuration réalisée à partir d’une carte GeoConcept. Il faut indiquer la valeur de départ ainsi que l’incrément. L'option Protéger la clé permet à l’utilisateur de choisir ou non de protéger le champ de l’objet GeoConcept servant d’identifiant avec la table de la base externe. Il est vivement recommandé de laisser cette option cochée notamment dans le cadre d’utilisation de clé automatique pour éviter les dysfonctionnements lors des échanges de données. Le champ défini comme clé primaire et protégé par la validation de cette option est automatiquement affecté de la contrainte champ protégé (Cf. Configurateur / onglet Fiche). Ainsi, il apparaît en gris dans la fiche de l’objet. Il est impossible pour l’utilisateur de saisir de valeur dans ce champ. Après avoir validé cette option, si l’utilisateur décide de la désactiver, il faudra également désactiver la protection du champ (icône du cadenas) pour le champ concerné depuis le Configurateur / onglet Fiche afin de rendre ce champ de nouveau éditable. P.248 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 L’option Autoriser les doublons dans la carte est vivement déconseillée dans le cas d’une connexion à une table ou vue liée sans réplication. Pour plus d’informations sur les configurations des différents types de clés, reportez-vous à la rubrique Données / Données externes / Gestionnaire de configurations / Partie 4 / Etape 8 : paramétrage de la clé primaire. Les champs externes à afficher pour le Type et/ou Sous-type lié Les cases à cocher présentes devant le nom de chaque champ permettent de choisir les champs de la table ou vue externe à afficher pour le Type et/ou Sous-types lié. Par défaut, l’ensemble des champs est sélectionné. Affichage de tous les champs externes dans le Type/Sous-type lié Si l’utilisateur ne veut pas récupérer certains champs de la table ou vue liée, il suffit de décocher les cases devant les champs concernés. Sélection des champs externes à afficher dans le Type/Sous-type lié La partie inférieure de cet onglet propose également une zone de prévisualisation des données présentes dans la table sélectionnée. Seules les trois premières lignes de la table sont affichées. • Le bouton OK valide les paramètres du lien et crée le Type/Sous-type externalisé dans la structure de la carte. P.249 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Création du Type/Sous-type externalisé Les Types et/ou Sous-types liés de manière dynamique à une source de données externes apparaissent en jaune dans l’arborescence des Types / Sous-types alors que les Types / Sous-types locaux sont de couleur rouge. Le nom du Type créé correspond au nom du propriétaire de la table, de la table ou vue externalisée. Le nom du Sous-type correspond au nom de la table ou vue externalisée. Par défaut, le Type/Sous-type est toujours ajouté à la fin de structure de la carte et son apparence est standard. Par la suite, l’utilisateur peut modifier son apparence à l’aide du bouton Description et sa position dans la structure pour des raisons d’ordre d’affichage à l’aide du menu Apparence / Gérer l’affichage… En cliquant sur le bouton OK du Configurateur, GeoConcept exécute la(les) requête(s) spatiale(s) permettant de récupérer dans la carte sans duplication les objets liés en fonction de la position et de l’échelle courante. P.250 Données / Configurateur… / Onglet Types : Sources de données… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple en mode sans duplication (Communes sous PostGIS et Réseau routier sous Oracle) Si la géométrie des objets est stockée dans Oracle au format Oracle Spatial (champ de type MDSYS.SDO_GEOMETRY), il est indispensable d’indexer le champ géométrie afin que les requêtes spatiales envoyés par GeoConcept fonctionnent. Il est nécessaire d’utiliser la syntaxe SQL suivante : CREATE INDEX [indexname] ON [tablename] ([geometrycolumn]) INDEXTYPE IS MDSYS.SPATIAL_INDEX; Si la géométrie des objets est stockée dans PostgreSQL/PostGIS ou MySQL au format OpenGIS, pour obtenir de meilleures performances, il est vivement recommandé d’indexer le champ géométrie pour que les requêtes spatiales envoyées par GeoConcept fonctionnent de manière optimale. Pour MySQL, il est nécessaire d’utiliser la syntaxe SQL suivante : CREATE SPATIAL INDEX [indexname] ON [tablename] ([geometrycolumn]); Pour PostgreSQL/PostGIS, il est nécessaire d’utiliser la syntaxe SQL suivante : CREATE INDEX [indexname] ON [tablename] USING GIST ([geometrycolumn]); Si la géométrie des objets est stockée au format GCES Texte (dans un champ de type CLOB, LONG, Text, LONGTEXT, Mémo) la géométrie des objets est chargé en mémoire et c’est l’index géographique local de GeoConcept qui est utilisé pour répondre aux requêtes spatiales. Pour afficher les objets externalisés, les temps de réponse varient en fonction du volume de données, des performances du réseau et du serveur de base de données, de la « qualité » des paramètres utilisés pour le stockage des données et des index spatiaux. En mode sans réplication et connecté à une base Oracle avec les données géométriques stockées au format Oracle Spatial, GeoConcept utilise la fonction SDO_RELATE pour toutes les requêtes spatiales permettant l’affichage des données sur la carte. P.251 Données / Jointure topologique GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Données / Jointure topologique Rôle Cette fonction permet de copier les champs d’une collection d’objets d’unType ou d’un Sous-type « source » vers les champs d’une collection d’objets d’un Type ou d’un Sous-type « destination » selon la relation topologique liant les objets des deux collections (Contient, Est inclus, Intersecte). Il peut s’agir d’une simple copie ou bien du résultat d’une opération sur ces champs : somme, moyenne, valeur minimale, valeur maximale, valeur la plus fréquente ou comptage. Disponibilité En permanence. Principes Exemple 1 Une carte contient des secteurs commerciaux (objets surfaciques) et des magasins (objets ponctuels). On souhaite ajouter à chaque magasin le code du secteur commercial dans lequel il se trouve. Les magasins constituent les objets destination. Les secteurs commerciaux constituent les objets source. La fonction Jointure topologique recherche le secteur commercial dans lequel est inclus chaque magasin et copie la valeur du code du secteur commercial dans un champ de ces magasins. Il peut s’agit d’un nouveau champ ou d’un champ existant. Exemple 2 Une carte contient des secteurs commerciaux (objets surfaciques) et des magasins (objets ponctuels). Le champ Chiffre d’affaires est renseigné pour chaque magasin. On souhaite compter pour chaque secteur commercial le nombre de magasins qu’il contient et le chiffre d’affaire total associé. La fonction Jointure topologique recherche les magasins contenus dans chaque secteur commercial et compte le nombre de magasins d’une part puis fait la somme des chiffres d’affaires de ces magasins d’autre part avant de stocker ces deux valeurs dans deux champs des secteurs commerciaux. Il peut s’agit de nouveaux champs ou de champx existants. Exemple 3 Une carte contient des communes (objets surfaciques) et des tronçons routiers (objets linéaires). On souhaite connaître la longueur des tronçons routiers passant dans la commune. La fonction Jointure topologique recherche les tronçons routiers intersectant la commune puis calcule la somme de la longueur des tronçons et stocke cette valeur dans un champ associé aux communes. Attention, la somme calculée prend en compte la longueur totale des tronçons à cheval sur deux communes et non pas uniquement la longueur de la portion du tronçon strictement incluse dans la commune. Il peut s’agit d’un nouveau champ ou d’un champ existant. Exemple 4 Une carte contient des communes et des clients. On connaît pour chaque client le modèle de voiture en sa possession. On souhaite connaître pour chaque commune le modèle de voiture le plus fréquent. La fonction Jointure topologique recherche les clients dans chaque commune puis détermine le modèle de voiture le plus fréquent pour ces clients et stocke cette valeur dans un champ associé aux comunes. Il peut s’agit d’un nouveau champ ou d’un champ existant. Mise en œuvre Cette fonction, ouvre la boîte de dialogue suivante, organisée en 3 groupes : P.252 Données / Jointure topologique GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Dialogue de jointure topologique Dans le groupe Destination, choisir le Type ou le Sous-type de destination. Il s’agit des objets auxquels on veut ajouter l’information associée aux objets source. Il est possible de restreindre la liste destination à une collection d’objets. Choisir ensuite la relation topologique liant les objets destination aux objets source. Trois relations sont proposées : Contient, Est inclus ou Intersecte : • la relation topologique Contient peut, par exemple, être utilisée pour ajouter la somme des chiffres d’affaire réalisés par des magasins à chacun des secteurs commerciaux contenant ces magasins. Le même opérateur peut être utilisé pour compter le nombre de magasins contenus dans chaque secteur commercial. • la relation topologique Est inclus peut, par exemple, être utilisée pour ajouter à un magasin le code du secteur commercial dans lequel il se trouve. • la relation topologique Intersecte pourra par exemple être utilisée pour ajouter à une commune la somme des tronçons intersectant la commune. Cette opérateur est toutefois à utiliser avec précaution : par essence même de la topologie, un objet destination peut intersecter deux objets source : un seul objet source sera utilisé pour le transfert de l’information. La relation topologique Intersecte sera privilégiée pour des exemples tel que l’exemple 3 décrit dans les principes. Outre le fait que l’option Utiliser le centroïde pour l’inclusion accélère grandement les temps de calcul, elle permet de faciliter la recherche d’objets inclus à l’intérieur d’autres objets uniquement s’il s’agit d’objets surfaciques pour les objets source et de destination. Elle concerne donc uniquement la relation topologique Contient ou Est inclus dans. Dans le groupe Source, choisir le Type ou le Sous-type source. Il s’agit des objets associés à l’information que l’on souhaite ajouter aux objets destination. Il est possible de restreindre la liste desination à une collection d’objets. Cliquer ensuite sur Ajouter pour choisir le ou les champs à utiliser pour transférer l’information des objets source vers les objets destination. Une nouvelle boîte de dialogue s’affiche. Paramétrage du champ à remplir A la rubrique Champ destination, choisir le champ à utiliser ou bien cliquer sur l’icône placée à droite pour définir un nouveau champ. Le cas échéant, cliquer sur Modifier ou sur Supprimer pour faire une modification ou une suppression sur des champs ajoutés. P.253 Données / Jointure topologique GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Choisir ensuite l’opérateur à utiliser. Les opérateurs disponibles dépendent du genre des champs destination et source : • l’opérateur Copie permet la copie de la valeur du champ source vers le champ destination. Il n’a de sens que s’il n’existe qu’un objet source possible ou encore qu’une seule valeur de champ ; • l’opérateur Minimal permet la copie de la valeur minimale trouvée pour le champ de tous les objets source identifiés ; • l’opérateur Maximal permet la copie de la valeur maximale trouvée pour le champ de tous les objets source identifiés ; • l’opérateur Somme permet la copie de la somme des valeurs des champs source de tous les objets source identifiés ; • l’opérateur Compteur compte le nombre d’objets source identifiés et le copie dans le champ destination ; • l’opérateur Le plus fréquent recherche la valeur la plus fréquente du champ des objets source identifiés et la copie dans le champ destination. Choisir enfin le champ source sur lequel porte les opérations. Le genre de ce champ doit être compatible avec le genre du champ source. Le choix du champ source est sans objet lorsque l’opérateur utilisé est l’opérateur Compteur. P.254 Itinéraires GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraires Principes Le calcul d'itinéraires Le menu Itinéraire permet d’effectuer des calculs d’itinéraires ou plus généralement des calculs de parcours de réseau vectoriel linéaire. Dans le détail, les actions suivantes sont possibles : • le calcul d'itinéraire entre un point de départ et un point d’arrivée avec prise en compte éventuelle d'une ou plusieurs étapes au long de l'itinéraire ; • le calcul d’isochrones ou d'isodistances autour d'un ou plusieurs points ; • la génération de distanciers, matrices de distances entre une série de points de départ et une série de points d'arrivée ; • le remplissage de champs d'objets de la carte, renseignant la distance ou le temps de parcours depuis ou vers un point défini ; • la recherche de proximité d'objets autour d'un point défini. Un calcul d’itinéraires repose sur trois notions complémentaires : • la notion de connectivité ; • la notion de coût ; • la notion de contraintes. Les objets linéaires d’une carte GeoConcept possèdent chacun un nœud initial et un nœud final. La connectivité indique s’il est possible de passer d’un objet linéaire (ou arc) à un autre. Elle est directement liée à la géométrie des objets. Deux tronçons partageant un nœud à une tolérance près sont considérés comme connectés par le calcul d’itinéraire. Dans tous les cas contraires, il n’est pas possible de passer d’un tronçon à l’autre. C’est donc le cas si deux tronçons s’intersectent sans partager de nœud. Règles de passage d’un tronçon à un autre Exemple : sur le schéma ci-dessus, les nœuds sont représentés par des ronds noirs. Les points intermédiaires par des carrés rouges. Venant de C par le tronçon 3, on peut depuis D aller vers E (tronçon 4), B (tronçon 2) ou F (tronçon 5). Venant de A par le tronçon 1, on ne peut aller que vers H. Venant de F par l’arc 6, on ne peut aller que vers G. Le parcours d’un tronçon a un coût. Généralement le coût est exprimé par une distance, la longueur du tronçon, ou par un temps, le parcours du tronçon à une vitesse moyenne, laquelle peut être modulée en fonction de la nature du tronçon. Les contraintes indiquent que des restrictions de circulation s’appliquent. Le sens de circulation est la contrainte la plus courante : certains tronçons ne peuvent être parcourus que dans un sens. D’autres contraintes peuvent être mises en place : exclusion de routes en travaux par exemple, prise en compte d’étapes, etc. En résumé, le calcul d’un itinéraire entre deux points consiste à rechercher le chemin de tronçons connexes ayant le moindre coût en fonction des contraintes retenues. P.255 Itinéraires GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le calcul d’itinéraires se fait le plus souvent entre un point de départ A et un point d’arrivée B. Il permet alors de répondre à la question suivante : quel est l’itinéraire le moins cher entre A et B ? Cela se traduit par la recherche de l'itinéraire le plus court ou le plus rapide respectant les contraintes retenues (Exemple d’application : recherche de l'itinéraire entre deux villes). Il peut aussi s’effectuer entre un point de départ A et plusieurs points B1, B2…Bn (et réciproquement). Il permet alors de répondre à la question suivante : quel est le point Bi le plus "proche" de A et comment aller de A à B (Exemple d’application : recherche de la caserne de pompiers la plus proche d’un accident). Enfin, la recherche d’itinéraires pourrait être réalisée entre plusieurs points A1, A2…An et B1, B2…Bn (Exemple d’application : calcul d'une matrice de distances entre différentes villes). Une carte GeoConcept peut comporter plusieurs types de réseaux et sous-réseaux : réseau ferré, réseau hydrographique, réseau routier, réseau autoroutier par exemple. Le calcul d’itinéraires permet de sélectionner et de n’opérer que sur un réseau ou sous-réseau. Le graphe Toute fonction de calcul nécessitant un parcours de réseau nécessite l'utilisation d'un graphe. Le graphe constitue une vue logique du réseau. Il contient et décrit toutes les informations relatives aux connectivités entre les tronçons, aux coûts et aux contraintes. Il est construit et organisé de façon que les calculs s’effectuent de manière performante. Le graphe est un fichier indépendant de la carte en cours d'utilisation (fichiers GCM/GCR). C'est un fichier au format SITI. Le format de graphe SITI Ce format correspond à la seconde génération de graphes développée pour GeoConcept. Ce format de graphe intègre potentiellement de nombreuses caractéristiques supplémentaires (multiples profils de vitesses, nombreuses règles de gestion…), est plus performant lors des calculs et sa consommation mémoire est optimisée. IMPORTANT : Les versions antérieures à la version 6.5 de GeoConcept utilisent des graphes au format ITI/ENI. Ce format n'est plus utilisé dans les fonctions de calculs. Cependant, les fonctions de création de graphe permettent toujours de générer un graphe dans ce format (options avancées). L'accrochage au graphe Lors des calculs, les points de départs, les étapes et les arrivées sont reliés au réseau constitué par le graphe, même si les objets sont distants de celui-ci (points situés à une certaine distance du réseau) : c'est l'accrochage au graphe. Cette opération vise à rechercher autour de ces points les tronçons les plus proches. Ensuite ces tronçons sont utilisés pour déterminer les débuts de solution possibles. L'itinéraire calculé intègre alors une distance parcourue entre ces points et le graphe, appelée distance d'accrochage au graphe. Pour optimiser les performances, il existe dans les paramètres globaux du menu Itinéraire une option permettant de fixer une distance maximale pour l'accrochage au graphe, exprimée en mètres. Cela évite de parcourir tout le réseau pour trouver les tronçons les plus proches. En outre, la vitesse d'accrochage au graphe, vitesse de parcours de la distance séparant les départs, étapes ou arrivées du graphe peut être également personnalisée dans les paramètres globaux (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Les versions antérieures à GeoConcept 6.5 gèrent l’accrochage au graphe de manière différente. C'est l'extrémité de tronçon de réseau la plus proche qui est recherchée et non le tronçon (segment) le plus proche. P.256 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Créer un graphe… Rôle Cette fonction analyse le réseau d’objets linéaires de la carte en vue de créer un graphe utilisé ensuite lors des calculs. La définition d'un graphe est précisée ci-dessus (Principes). Disponibilité En permanence. Mise en œuvre La fonction Créer un graphe du menu Itinéraire permet le paramétrage du graphe à créer. L'assistant à deux étapes présenté sous la forme de volets propose alors de fonctionner en mode Standard, regroupant les options de base, ou en mode Avancé, offrant l'accès à un paramétrage plus détaillé du graphe. Chacune des deux étapes de l'assistant permet de basculer d'un mode à l'autre par un bouton développant des paramètres supplémentaires. Un bouton indépendant des deux étapes de l'assistant permet de définir les options avancées de génération du graphe. Enfin, il est possible de sauvegarder/charger l'ensemble des paramètres de génération au format XML. Le processus de génération d'un graphe volumineux (à partir d'une carte volumineuse, couvrant par exemple un pays entier) pouvant s'avérer consommatrice en mémoire, il est recommandé de limiter la consommation mémoire pour la création du graphe dans les paramètres globaux du menu Itinéraire avant de lancer la fonction Créer un graphe (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Conseils pour la création de graphes volumineux Pour la création de graphes volumineux (couvrant par exemple un pays entier), il est recommandé d'ajuster : 1- la consommation mémoire de GeoConcept pour le chargement des objets : Edition/Préférences/Bouton Avancé (en bas)/onglet Cache objet (en haut) : choisir Charger les objets au fur et à mesure des besoins et fixer impérativement la Quantité maximale de mémoire pour les objets à 50 Mo. Si malgré ce paramétrage il est impossible de créer le graphe (message d'erreur à la création du graphe), fixer cette valeur à 20 Mo au lieu de 50 Mo. 2- la consommation mémoire allouée à GeoConcept pour la création du graphe : Itinéraire/Paramètres globaux : Limiter la consommation mémoire à 200 Mo. Valider, fermer la carte et l’ouvrir à nouveau. Avec ces paramètres, la création d'un graphe volumineux devient possible. Étape 1 en mode Standard Lorsqu’elle est utilisée pour la première fois sur une carte, la commande Créer le graphe ouvre la fenêtre suivante : P.257 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Étape 1 de la création du graphe en mode standard Les profils de vitesse L'étape 1 de l'assistant permet de définir les objets de la carte devant faire partie du graphe et propose la définition de profils de vitesses associés par exemple à des types de véhicules différents pouvant effectuer le parcours du graphe. Au moins un profil de vitesses doit être défini, c'est pourquoi au démarrage, l'assistant propose un profil nommé Profil par défaut dans la liste déroulante en haut de l'assistant. À un profil de vitesse est associé le choix des vitesses moyennes définies pour les Types/Sous-types choisis comme devant faire partie du graphe. Ces profils de vitesses sont définis dans l'étape 1 de l'assistant. À tout moment, le bouton permet d'ajouter un nouveau profil de vitesse. Une fenêtre s'affiche alors, permettant de saisir le nom du nouveau profil, qui figure ensuite dans la liste déroulante des profils de vitesse. Lorsqu'au moins un profil a été créé, il est possible de le renommer à l'aide du bouton ou de le supprimer à l'aide du bouton . Objets du graphe et vitesse moyenne Sous la liste des profils de vitesse, un tableau présente l'ensemble des Types contenant des Sous-types linéaires dans la carte en cours d'utilisation, ces Sous-types linéaires étant candidats à l'intégration au graphe. Au moins un Sous-type linéaire doit être sélectionné pour que le graphe puisse être créé. Les icônes permettent de développer/réduire l'arborescence des Types/Sous-types s'ils sont nombreux. Devant chaque Type/Sous-type, une case à cocher permet d'activer l'intégration au graphe. Lorsqu'un Type/Sous-type est sélectionné (case cochée), il est possible de définir la vitesse moyenne associée aux objets de ce Type/Sous-type. La vitesse est fixée par défaut à 50 km/h, mais il est possible d'éditer cette valeur de vitesse dans la colonne correspondante du tableau, devant le Type ou le Sous-type à personnaliser. Attention : c'est une valeur de vitesse moyenne horaire et non une valeur de vitesse maximale autorisée qui doit être saisie. Étape 1 en mode Avancé Un clic sur le bouton développe un volet à droite de l'assistant, ajoutant des options supplémentaires à la définition des profils de vitesse : P.258 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Étape 1 de la création du graphe en mode avancé Champ vitesse La vitesse moyenne pour le profil en cours d'édition peut avoir été stockée dans un champ spécifique de la carte pour les objets concernés. Le mode avancé propose le choix du champ stockant cette vitesse. Les données stockées dans ce champ viennent alors surdéfinir la valeur de vitesse moyenne saisie manuellement dans l'assistant. En l'absence de valeur de vitesse spécifique sur le champ choisi pour certains objets de la carte, la valeur de vitesse moyenne saisie dans l'assistant est utilisée. Cette valeur saisie dans l'assistant de création du graphe peut donc être considérée comme une vitesse par défaut. Interdiction de connexion La colonne permet de définir s'il est interdit de s'accrocher au graphe le long de tous les tronçons de certains Types/Sous-types. Par exemple, l'accrochage au graphe peut être interdit lors des calculs sur des lignes de ferry ou du réseau ferré. Alors, l'accrochage au graphe ne s'effectue jamais le long des tronçons (sur les segments des objets linéaires du réseau) mais sur les extrémités de tronçons (début et fin de ligne). Si cette règle de connectabilité doit être définie sur un échantillon d'objets d'un Type ou d'un Sous-type, cette information doit être stockée dans un champ et l'étape 2 de l'assistant propose la déclaration de ce champ comme règle de gestion. Niveaux logiques La colonne permet d'attribuer un niveau logique aux divers Types/Sous-types pris en compte pour la création du graphe, dans le cas où un ou plusieurs métagraphes doivent être créés (Cf. options avancées). La définition de niveaux logique et l'utilisation de métagraphes visent essentiellement à accélérer le parcours du graphe et donc les performances, lors de calculs d'itinéraires s'effectuant sur de longues distances. Les Types/Sous-types à intégrer au graphe peuvent alors se voir affecté un niveau logique, numéroté de 1 à 5, à l'aide de la liste déroulante. Un clic dans la cellule en face de chaque Type/Sous-type choisi comme devant faire partie du graphe ouvre la liste déroulante proposant le choix du niveau logique. Le niveau logique 1 est considéré comme le niveau de route le plus important. Les niveaux 2 et suivants sont considérés comme hiérarchiquement moins importants. Il n'est pas obligatoire de définir 5 niveaux logiques. Il peut en exister par exemple 3 (niveau 1 principal, niveau 2 secondaire, niveau 3 local). Sens de circulation La colonne permet de définir le côté de la voie sur lequel la circulation sur les objets du graphe est permise, dans le cas d'une voie à double sens. Par défaut, il est considéré que la circulation se fait sur le côté droit. Cependant, dans les pays anglo-saxons où l'on roule à gauche, un clic sur l'icône permet d'inverser le sens de circulation. P.259 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Étape 2 en mode Standard Un clic sur le bouton Suivant ou sur le volet n°2 en bas de l'assistant passe à l'étape 2 de l'assistant de création du graphe : Étape 2 de la création du graphe en mode standard Cette seconde étape vise à définir les champs à intégrer au graphe. Ces champs peuvent contenir des informations purement descriptives sur les tronçons, ou peuvent stocker des caractéristiques permettant de définir des règles de gestion à prendre en compte lors des calculs. Le tableau présente ainsi la liste des champs des Types/Sous-types retenus dans l'étape 1 de l'assistant. Le choix de ces champs peut alors être effectué selon les besoins d'intégration au graphe : Champ Nom La colonne permet de choisir le champ stockant le nom des tronçons du graphe. Par défaut le champ Nom de GeoConcept est sélectionné, mais tout autre champ de genre Caractère peut être sélectionné en cliquant sur l'icône en face du champ retenu. Sens de circulation La colonne permet de définir le champ stockant l'information du sens de circulation, double ou unique. Trois cas de figure sont généralement rencontrés : • un tronçon est à double sens (premier cas présenté dans la figure ci-dessous) ; • un tronçon est à sens unique, le sens de circulation étant conforme au sens de digitalisation (saisie) de l'objet linéaire dans la carte GeoConcept : on parle alors de sens direct (second cas présenté dans la figure ci-dessous) ; • un tronçon est à sens unique, le sens de circulation étant contraire au sens de digitalisation (saisie) de l'objet linéaire dans la carte GeoConcept : on parle alors de sens inverse (troisième cas présenté dans la figure ci-dessous) ; P.260 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les sens de circulation possibles La plupart des bases de données cartographiques associent une valeur différente à ces trois cas de figure dans le champ qui stocke cette information de sens unique. Par défaut, si aucun champ de sens de circulation n'est défini dans le graphe, tous les tronçons peuvent être empruntés dans les deux sens. Les tronçons à double sens constituent donc le cas par défaut. Dans le cas où un champ stocke le sens de circulation, le double sens étant le cas par défaut, il n'est nécessaire de préciser à la création du graphe que les routes à sens unique (direct ou inverse). Un clic dans la colonne en face du champ contenant le sens de circulation ouvre donc une fenêtre permettant de saisir les chaînes de caractères respectivement utilisées dans la base de données cartographique pour définir : • le sens direct ; • le sens inverse. L'icône apparaît alors en face du champ retenu. Règles d'interdiction La colonne permet de définir un ou plusieurs champs stockant des données permettant de fixer des règles d'interdiction. Une règle d'interdiction est la possibilité de définir l'interdiction d'emprunter un tronçon lors des calculs si un champ est égal à une valeur donnée. Définir une règle d'interdiction revient donc à préciser la valeur que prend le champ dans le cas où le parcours du tronçon serait interdit. Déclarer une règle d'interdiction à la création du graphe ne signifie pas qu'elle soit prise en compte systématiquement lors des calculs. En effet lors des calculs, l'utilisateur peut définir les règles d'interdiction qu'il souhaite appliquer (Cf. Paramètres globaux). Les règles d'interdiction sont donc définies au moment de créer le graphe, mais sont appliquées ou non lors des calculs à l'appréciation de l'utilisateur. Un clic dans la colonne en face du champ contenant une règle d'interdiction ouvre une fenêtre proposant de saisir : • le nom de la restriction, ce nom est par défaut le nom du champ dans la carte GeoConcept, mais il peut être différent s'il est personnalisé dans cette zone éditable ; la valeur de la restriction, soit la valeur que prend champ lorsque le parcours du tronçon doit éventuellement être interdit. Étape 2 en mode Avancé Un clic sur le bouton Suivant ou sur le volet n°2 en bas de l'assistant passe à l'étape 2 de l'assistant de création du graphe : P.261 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Étape 2 de la création du graphe en mode avancé Attributs La colonne permet de définir un ou plusieurs champs stockant des données pouvant être utiles dans la description des tronçons du graphe. Ainsi, l'ajout d'attributs sur les tronçons du graphe propose des informations complémentaires sur les objets lors de l'utilisation du graphe dans les fonctions de calcul. Par exemple, ces attributs sont consultables au besoin dans la feuille de route du calcul d'itinéraires. Par défaut aucun champ n'est sélectionné, mais tout champ de genre Caractère peut être sélectionné en cliquant sur l'icône en face du champ retenu. Cette option a pour effet d'augmenter de façon importante la taille du fichier SITI généré. L'impact sur le volume du fichier et donc la consommation mémoire du graphe lors des calculs est donc à prendre en considération. Champ clé La colonne permet de définir le champ stockant l'identifiant unique des objets utilisés comme tronçons lors de la création du graphe. Par défaut, le champ Identificateur de GeoConcept est sélectionné, mais tout autre champ de genre Entier peut être sélectionné en cliquant dans la colonne en face du champ retenu. Interdiction de connexion La colonne permet de définir s'il est interdit de s'accrocher au graphe pour certains tronçons parmi les Types/Sous-types retenus dans le graphe. Par exemple, l'accrochage au graphe peut être interdit lors des calculs sur des autoroutes dont l'accès ne peut se faire qu'aux bretelles d'entrée et de sortie ; il en est de même pour les tunnels et les ponts. Dans ce cas, l'accrochage au graphe s'effectue sur les tronçons dits connectables, c'est-à-dire sur ceux où cette restriction n'est pas définie. Si cette règle de connectabilité doit être définie, cette information doit être stockée dans un champ. Une valeur spécifique définit alors les conditions d'interdiction de connexion. Un clic dans la colonne en face du champ contenant une règle d'interdiction ouvre une fenêtre proposant de saisir la valeur de l'interdiction de connexion, soit la valeur que prend le champ lorsque l'accrochage à un tronçon doit être interdit. P.262 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Rond-point La colonne permet de définir le champ stockant l'état de rond-point pour un tronçon routier. En effet, des règles de calculs particulières sont appliquées sur les tronçons de route ayant le statut de rond-point. Si ce champ existe dans la base de données cartographique, un clic sur la colonne en face du champ retenu ouvre une fenêtre proposant de saisir la valeur pour l'état de rond-point, soit la valeur que prend le champ lorsque le tronçon est un rond-point. Séparateur de voie La colonne permet de définir le champ stockant les informations d'interdiction de faire demi-tour ou de traverser la voie opposée au sens de circulation. L'utilisation de cette règle implique l'interdiction lors des calculs de faire demi-tour et/ou de tourner en traversant la voie venant en sens inverse. En France, cette règle se traduit souvent par une ligne blanche continue au sol marquant cette interdiction. Il peut s'agir également de cas où il existe une séparation physique entre les deux sens de circulation, et qui n'est pas représentée dans la carte par la présence de deux axes parallèles. Si ce champ existe dans la base de données cartographique, un clic sur la colonne en face du champ retenu ouvre une fenêtre proposant de saisir la valeur pour le séparateur de voie, soit la valeur que prend le champ lorsqu'il existe un séparateur de voie, une interdiction de faire demi-tour et/ou de franchir la voie opposée. Paramétrage avancé et syntaxe XML Il existe quatre cas de figure pouvant se présenter lorsqu'il s'agit de définir des interdictions de faire demi-tour et/ou de franchir la voie opposée : • le premier cas définit l'interdiction de faire demi-tour dans les deux sens de circulation. Ce cas correspond à la balise en XML ; • le second cas définit l'interdiction de faire demi-tour dans les deux sens de circulation et l'interdiction de franchir la voie opposée dans les deux sens. Ce cas correspond à la balise en XML ; • le troisième cas définit l'interdiction de faire demi-tour dans les deux sens de circulation et l'interdiction de franchir la voie opposée dans le sens de circulation conforme au sens de digitalisation du tronçon linéaire. Ce cas correspond à la balise en XML ; • le quatrième cas définit l'interdiction de faire demi-tour dans les deux sens de circulation et l'interdiction de franchir la voie opposée dans le sens de circulation opposé au sens de digitalisation du tronçon linéaire. Ce cas correspond à la balise en XML. Voici un exemple de syntaxe XML définissant l'interdiction de faire demi-tour et le séparateur de voies à partir d'une carte Navteq : Séparation des voies Divider DIVIDER 1 2 A L Z relatif La colonne permet de définir le champ décrivant les niveaux relatifs en Z des tronçons entre eux, dans le cas où ils s'intersectent sans se croiser (pas de carrefour ou d'intersection physique dans le réseau). Par exemple, ce paramètre permet de gérer les intersections de tronçons avec ponts ou tunnels interdisant toute relation entre ces tronçons à leur intersection, de par l'impossibilité sur le terrain de passer d'un tronçon à l'autre. Si ce champ existe dans la base de données cartographique, un clic sur la colonne en face du champ retenu le sélectionne comme champ Z relatif en affichant l'icône en face du champ retenu. Syntaxe des valeurs du champ La syntaxe à appliquer pour le champ est la suivante : @ correspond au niveau de Z relatif sur le premier point du tronçon dans le sens de création (aux coordonnées X,Y dans GeoConcept) ; • correspond au niveau de Z relatif sur le dernier point du tronçon dans le sens de création (aux coordonnées X,Y dans GeoConcept). P.263 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les valeurs et peuvent être comprises entre -16 et +16. Par exemple : une syntaxe -1@0 signifie que le 1 er point du tronçon dans le sens de création (aux coordonnées X,Y dans GeoConcept) est dans un tunnel, alors que le dernier point dans le sens de création (aux coordonnées X',Y' dans GeoConcept) est au niveau standard. Si le champ n'est pas rempli, les valeurs appliquées sont 0@0. Interdiction de tourner La colonne permet de définir le champ décrivant les interdictions de tourner, dans le cas où il est présent dans la base de données cartographique. Syntaxe des valeurs du champ Les valeurs contenues dans le champ choisi pour stocker les interdictions de tourner sont une liste d'identifiants des routes interdites après le lien courant séparés par le séparateur fourni (; par défaut) Par exemple pour le schema ci-dessous : • Interdiction de tourner à gauche à partir de la route 14 vers la route 15 ; • Interdiction de tourner à gauche à partir de la route 12 vers la route 13. On obtient alors pour le champ d'interdiction de tourner comme valeurs : • Pour l'objet 12 : "13" ; • Pour l'objet 14 : "15". Si on a plusieurs interdictions par exemple, interdit de tourner à droite et à gauche à partir de l'objet 12, on obtient comme valeurs d'interdiction "13;15". Les valeurs 12, 13, 14 et 15 sont les identifiants des linéaires fournis au moteur de calcul. Dictionnaire La colonne permet d'associer un dictionnaire, c'est-à-dire un fichier contenant des attributs non stockés dans la carte et décrivant des tronçons du graphe. Le dictionnaire est donc une table de correspondance permettant la transformation d'une valeur d'attribut en une autre. L'intérêt du dictionnaire est qu'il évite le stockage obligatoire d'une donnée attributaire nécessaire au graphe dans la carte servant à le générer. Lorsqu'un dictionnaire doit être utilisé pour la génération du graphe, un clic dans la colonne en face du champ retenu ouvre la fenêtre de recherche du fichier associé. Le bouton Parcourir permet alors de sélectionner le fichier au format DICO défini comme dictionnaire. Le fichier DICO est un fichier d'aide à la génération du graphe. Après sa création, le graphe contient le libellé complet auquel est associé l'identifiant de départ. Par exemple, un dictionnaire peut être utilisé pour effectuer une correspondance entre un code identifiant la ville que les tronçons empruntent et le nom de la ville (libellé complet). Alors, le champ identifiant les villes est stocké dans la carte et associé dans l'interface de création du graphe à un fichier .dico stockant la correspondance entre ce code et le nom complet de chaque ville. Structure du fichier DICO Le fichier DICO est un fichier au format texte délimité par une tabulation. Chaque ligne contient la valeur à transformer (également stockée dans la carte, souvent un identifiant), puis une tabulation, puis la valeur qui sera stockée dans le graphe. Options avancées En bas à gauche de l'assistant, l'icône permet d'accéder à la fenêtre des options avancées : P.264 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les options avancées de création de graphe Précision du graphe La précision du graphe est un paramètre fondamental pour la génération du graphe. Sauf cas particulier, elle est théoriquement égale à 1 mètre. La précision est choisie en fonction de la qualité de la saisie du réseau qu’on souhaite exploiter. Si le réseau est de bonne qualité, c’est-à-dire si tous les tronçons se connectent parfaitement à leurs extrémités, on indique une valeur égale 1 mètre pour la précision du graphe. C’est le cas le plus généralement rencontré avec les bases de données cartographiques. Si en revanche, les tronçons se connectent mal, c’est-à-dire si l’on rencontre des trous (ou undershoots) ou des chevauchements (ou overshoots) entre des tronçons successifs du réseau, on indique pour la précision, une valeur visant à corriger ces défauts lors de la construction du graphe. L'utilisation des fonctions topologiques de détection/correction des incohérences (menu Topologie) peut également être effectuée en amont de la création du graphe, afin de disposer d'un réseau topologiquement connexe. Lorsqu’une valeur élevée est fixée dans la précision du graphe, les défauts de connexité ne sont corrigés que d’un point de vue logique, la géométrie des objets concernés n’est pas modifiée. Dans la figure ci-dessous, les tronçons 1 et 2 présentent un défaut de connexion supérieur à 100 m. Indiquer une précision égale à 100 m ne permet pas de considérer que ces tronçons sont connectés. On ne pourra donc pas aller de A à D. En revanche, les points F, H et J seront considérés comme connectés en un même nœud logique. On pourra communiquer entre E, G et I. La précision doit être choisie de sorte à corriger dans la mesure du possible tous les défauts du réseau. Attention cependant, une trop forte valeur vise à fusionner des nœuds et donc à connecter entre eux des tronçons qui ne le sont pas en réalité. Avec une valeur de précision égale à 100 m, les nœuds L et N sont considérés comme identiques car la longueur du tronçon 6 est inférieure à 100 m. Si le calcul d’itinéraires n'est pas nécessairement faux d’un point de vue logique, en revanche, les résultats en terme de distance totale ou de vitesse seront entachés d’une certaine imprécision due à la fois aux « petits » tronçons non pris en compte et à la longueur des raccords artificiels qui ne seront pas ajoutés à la longueur totale de l’itinéraire : la longueur totale de l’itinéraire de K à M ne prendra pas en compte la longueur du tronçon 6. P.265 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Influence de la précision de la carte Métagraphe Un métagraphe consiste dans la possibilité d'intégrer à la création du graphe un graphe simplifié ou allégé d'une partie de son contenu. L'utilisation du métagraphe vise essentiellement à accélérer le parcours du graphe, lors de calculs d'itinéraires s'effectuant sur de longues distances. Un métagraphe peut être créé si des niveaux logiques ont été définis dans la colonne de l'étape 1 de l'assistant (mode avancé) Par exemple, si un itinéraire doit être calculé entre deux villes distantes de plusieurs milliers de kilomètres, il est préférable de privilégier un parcours du graphe sur les niveaux de routes principaux (tendant vers le niveau logique 1, considéré comme le niveau le plus important). Autour des points de départs, étapes éventuelles et arrivées, les niveaux logiques non présents dans le métagraphe sont bien empruntés, mais pour la liaison de ville à ville, les niveaux du métagraphe sont privilégiés. Ainsi, l'interface propose d'activer l'option (case à cocher) permettant de générer un métagraphe intégrant tous les niveaux logiques en dessous du niveau souhaité. Par exemple, s'il existe 5 niveaux logiques et qu'on souhaite privilégier les calculs en empruntant les niveaux 1 à 3, il faut générer un métagraphe intégrant tous les niveaux logiques en dessous du niveau 4. Le métagraphe est un fichier accompagnant le graphe SITI. Il est constitué de l'association d'un fichier au format MG et d'un fichier MGLIST. Le fichier MG est chargé en mémoire. Règles de calcul Le bouton permet d'interdire les demi-tours lors des calculs. Par exemple, dans le cas de calculs d'itinéraires en camion, en bus ou en autocar, la longueur du véhicule interdit souvent d'effectuer des demi-tours, même si les conditions de circulation le permettent. Cette option a pour effet de doubler le nombre de tronçons du graphe et par conséquent de doubler la taille du fichier SITI généré. L'impact sur le volume du fichier et donc la consommation mémoire du graphe lors des calculs est donc à prendre en considération. Options avancées Le bouton permet de stocker les géométries de tronçons dans le graphe en longitude/latitude WGS84 et non dans le système de coordonnées de la carte servant à générer le graphe (cas par défaut), dans le cas où l'application métier utilisant le graphe le nécessite. Le bouton permet de générer le graphe au format ITI (format antérieur à la version 6.5 de GeoConcept) en plus du fichier SITI généré. Configuration XML En bas à gauche de l'assistant, les icônes permettent de charger/sauvegarder la configuration de création du graphe dans un fichier spécifique au format XML. Cela permet de réappliquer une configuration définie sur une autre carte, d'échanger le fichier de P.266 Itinéraire / Créer un graphe… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 configuration avec d'autres utilisateurs ou de fournir ce fichier à des fins de support technique sans devoir fournir le graphe lui-même, parfois volumineux. Un clic sur l'icône permet d'accéder à la fonction Enregistrer sous. Une fenêtre apparaît et propose de saisir le nom du fichier XML et de choisir son emplacement. Un clic sur l'icône permet d'accéder à la fonction Ouvrir, et de charger un fichier de configuration XML en parcourant le poste de travail ou le réseau. L'interface de l'assistant est alors remplie de tous les paramètres issus du fichier XML chargé. Validation et conséquences En fin de paramétrage, le bouton Terminer permet de définir l'emplacement et le nom du graphe (fichier .SITI) à créer. Un message indique que le graphe a bien été enregistré. À la création d'un graphe, GeoConcept crée également un Type Itinéraire et les trois Sous-types suivants dans la carte en cours d'utilisation : Départ, Arrivée, Etape. Ces Sous-types contiennent des objets ponctuels automatiquement créés lorsque des départs, étapes ou arrivées sont mémorisées par un clic dans la carte. P.267 Itinéraire / Créer un graphe à partir d'un fichier XML… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Créer un graphe à partir d'un fichier XML… Rôle Cette fonction autorise la création d'un graphe à partir d'un fichier XML de configuration généré à partir d'une sauvegarde depuis la fonction Itinéraire/Créer un graphe. Le fichier XML peut aussi être fourni par un tiers. La génération d'un graphe est alors facilitée, car il n'est pas nécessaire de définir l'ensemble des paramètres dans l'interface de la fonction précédemment citée. Disponibilité En permanence. Mise en œuvre Lorsque la fonction Créer un graphe à partir d'un fichier XML est choisie, une première fenêtre apparaît et propose de parcourir le poste de travail ou le réseau afin de sélectionner le fichier XML de configuration à utiliser comme référence. Une fois le choix du fichier effectué, un clic sur le bouton Ouvrir propose ensuite une seconde fenêtre permettant de définir l'emplacement et le nom du graphe (fichier .SITI) à générer. Enfin, le bouton Enregistrer déclenche la génération du graphe. Un message indique que le graphe a bien été enregistré. Le processus de génération d'un graphe volumineux (à partir d'une carte volumineuse, par exemple couvrant un pays entier) pouvant s'avérer consommatrice en mémoire, il est recommandé de limiter la consommation mémoire pour la création du graphe dans les paramètres globaux du menu Itinéraire avant de lancer la fonction (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). P.268 Itinéraire / Départ(s) GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Départ(s) Rôle Cette fonction sert à désigner le(s) point(s) de départ d’un itinéraire. L’utilisation de cette commande est un pré-requis à diverses fonctions de calcul du menu Itinéraire. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Principes Le point de départ peut être choisi de deux façons : • en sélectionnant un objet ponctuel existant de la carte ; • en indiquant un point de la carte, qui génère automatiquement un nouvel objet dans le Type Itinéraire, Sous-type Départ. Dans les deux méthodes, il est possible de désigner plusieurs points de départ. Avec la commande Mémoriser par la sélection, le point de départ est l’objet ponctuel qui a été préalablement sélectionné. Si plusieurs objets ont été sélectionnés, il y aura plusieurs points de départ. Avec la commande Par un clic dans la carte, le point de départ est l’objet ponctuel créé à cet effet. Si plusieurs départs ont été saisis, il y aura plusieurs points de départ. Mise en œuvre Méthode Mémoriser par la sélection L’option Mémoriser par la sélection n’est disponible que si une sélection d’objets de genre ponctuel existe. Il faut donc sélectionner le(s) point(s) de départ par une requête ou avec la souris (outil de sélection). La sélection doit comporter un ou des objets de genre ponctuel exclusivement, mais de Types/Sous-types éventuellement différents. Activer la fonction Départ(s) / Mémoriser par la sélection. Les points de la sélection sont automatiquement mémorisés comme points de départ. Toutefois, ils ne changent pas d’apparence. Méthode Par un clic dans la carte Lancer la fonction Départ(s) / Par un clic dans la carte. Le curseur de la souris prend alors l'aspect d'un drapeau à placer dans la carte. Indiquer le ou les points de départ par un ou des clics sur la carte. Pour terminer la saisie, cliquer à nouveau sur la fonction Départ(s) / Par un clic dans la carte ou changer de mode souris (sélection, déplacement, zoom) dans la boîte à outils. Lors de la saisie des points de départ, il n’est pas possible de s’accrocher à des points existants ou à une grille (si cette contrainte de saisie a été activée – Cf. Contraintes de saisie du menu Fenêtres). Il convient donc de s’approcher au mieux de nœuds du graphe. Les défauts de positionnement des points de départ par rapport au réseau sont corrigés lors du calcul (notion d’accrochage au graphe décrite dans les principes du menu Itinéraire). Les points de départ sont enregistrés dans le Type Itinéraire, Sous-type Départ créé automatiquement. Ces points sont donc affichés selon l’apparence définie pour le Sous-type Départ. Par défaut, il s’agit d’un rond noir. L’utilisateur peut personnaliser cette apparence selon ses besoins. Par défaut, la valeur Départ temporaire est affectée au champ Nom de l’objet. Cette valeur est affichée ultérieurement comme identifiant dans les fonctions de calcul et il convient si besoin de la remplacer par le terme approprié via la fiche d’informations de l’objet. Les objets départ existants peuvent être supprimés à tout moment par l'utilisateur comme tout autre objet d'une carte. Réinitialiser la liste Dès qu'un ou plusieurs points de départs sont définis, il est possible de Réinitialiser la liste (menu Itinéraire/Départ(s)) des points de départs mémorisés par la fonction. Cette fonction annule donc toute mémorisation antérieure de points de départ, sans avoir besoin de fermer et rouvrir la carte. P.269 Itinéraire / Étape(s) GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Étape(s) Rôle La fonction Itinéraire / Étape(s) permet d’ajouter des contraintes au calcul d’itinéraires. L’utilisation de cette commande est optionnelle. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Principes La prise en compte des étapes se fait de manière différente de celle des points de départ ou d’arrivée. Le calcul d’itinéraires cherche à passer par toutes les étapes car celles-ci constituent des contraintes. L'enchainement des étapes lors de l'itinéraire se fait dans l'ordre dans lequel elles ont été définies. Il n'est possible d'influer sur l'ordonnancement des étapes qu'en modifiant leur ordre de mémorisation. Mise en œuvre Méthode Mémoriser par la sélection L’option Mémoriser par la sélection n’est disponible que si une sélection d’objets de genre ponctuel existe. Il faut donc sélectionner le(s) point(s) d’étape par une requête ou avec la souris (outil de sélection). La sélection doit comporter un ou des objets de genre ponctuel exclusivement, mais de Types/Sous-types éventuellement différents. Lancer la fonction Étape(s) / Mémoriser par la sélection. Les points de la sélection sont automatiquement mémorisés comme points d’arrivée. Toutefois, ils ne changent pas d’apparence. La valeur du champ Nom des points sélectionnés comme points d’étape sera affichée ultérieurement comme identifiant dans les fonctions de calcul et il convient si besoin de veiller à ce qu’elle soit renseignée de manière appropriée. Méthode Par un clic dans la carte Lancer la fonction Étape(s) / Par un clic dans la carte. Le curseur de la souris prend alors l'aspect d'un drapeau à placer dans la carte. Pour terminer la saisie, cliquer à nouveau sur la fonction Étape(s) / En cliquant avec la souris ou changer de mode souris (sélection, déplacement, zoom) dans la boîte à outils. Lors de la saisie des points étapes, il n’est pas possible de s’accrocher à des points existants ou à une grille (si cette contrainte de saisie a été activée – Cf. Contraintes de saisie du menu Fenêtres). Il convient donc de s’approcher au mieux de nœuds du graphe. Les défauts de positionnement des étapes par rapport au réseau sont corrigés lors du calcul (notion d’accrochage au graphe décrite dans les principes du menu Itinéraire). Les points étape sont enregistrés dans le Type Itinéraire, Sous-type Etape créé automatiquement. Ces points sont donc affichés selon l’apparence définie pour le Sous-type Etape. Par défaut, il s’agit d’un rond noir. L’utilisateur peut personnaliser cette apparence selon ses besoins. Par défaut, la valeur Etape temporaire est affectée au champ Nom de l’objet. Cette valeur est affichée ultérieurement comme identifiant dans les fonctions de calcul et il convient si besoin de la remplacer par le terme approprié via la fiche d’informations de l’objet. Les objets étapes existants peuvent être supprimés à tout moment par l'utilisateur comme tout autre objet d'une carte. Réinitialiser la liste Dès qu'une ou plusieurs étapes sont définies, il est possible de Réinitialiser la liste (menu Itinéraire/Étape(s)) des étapes mémorisées par la fonction. Cette fonction annule donc toute mémorisation antérieure d'étapes, sans avoir besoin de fermer et rouvrir la carte. P.270 Itinéraire / Arrivée(s) GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Arrivée(s) Rôle Cette fonction sert à désigner le(s) point(s) d’arrivée d’un itinéraire. L’utilisation de cette commande est parfois un pré-requis à certaines fonctions de calcul du menu Itinéraire. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Principes Le point d’arrivée peut être choisi de deux façons : • en sélectionnant un objet ponctuel existant de la carte ; • en indiquant un point de la carte, ce qui a pour effet de créer automatiquement un nouvel objet dans le Type Itinéraire, Sous-type Arrivée. Dans les deux méthodes, il est possible de désigner plusieurs points d’arrivée. Avec la commande Mémoriser par la sélection, le point d’arrivée est l’objet ponctuel qui a été préalablement sélectionné. Si plusieurs objets ont été sélectionnés, il y aura plusieurs points d’arrivée. Avec la commande Par un clic dans la carte, le point d’arrivée est l’objet ponctuel créé à cet effet. Si plusieurs objets ont été saisis, il y aura plusieurs points d’arrivée. Mise en œuvre Méthode Mémoriser par la sélection L’option Mémoriser par la sélection n’est disponible que si une sélection d’objets de genre ponctuel existe. Il faut donc sélectionner le(s) point(s) d’arrivée par une requête ou avec la souris (outil de sélection). La sélection doit comporter un ou des objets de genre ponctuel exclusivement, mais de Types/Sous-types éventuellement différents. Lancer la fonction Arrivée(s) / Mémoriser par la sélection. Les points de la sélection sont automatiquement mémorisés comme points d’arrivée. Toutefois, ils ne changent pas d’apparence. La valeur du champ Nom des points sélectionnés comme identifiant dans les fonctions de calcul et il convient si besoin de veiller à ce qu’elle soit renseignée de manière appropriée. Méthode Par un clic dans la carte Lancer la fonction Arrivée(s) / Par un clic dans la carte. Le curseur prend l'aspect d'un drapeau à placer dans la carte. Indiquer le ou les points d’arrivée sur la carte. Pour terminer la saisie, cliquer à nouveau sur la fonction Arrivée(s) / Par un clic dans la carte ou cliquer sur la flèche de sélection de la boîte à outils. Lors de la saisie des points d’arrivée, il n’est pas possible de s’accrocher à des points existants ou à une grille (si cette contrainte de saisie a été activée – Cf. Contraintes de saisie du menu Fenêtres). Il convient donc de s’approcher au mieux de nœuds du graphe. Les défauts de positionnement des arrivées par rapport au réseau sont corrigés lors du calcul (notion d’accrochage au graphe décrite dans les principes du menu Itinéraire). Les points d’arrivée sont enregistrés dans le Type Itinéraire, Sous-type Arrivée créé automatiquement. Ces points sont donc affichés selon l’apparence définie pour le Sous-type Arrivée. Par défaut, il s’agit d’un rond noir. L’utilisateur peut personnaliser cette apparence selon ses besoins. Par défaut, la valeur Arrivée temporaire est affectée au champ Nom de l’objet. Cette valeur est affichée ultérieurement comme identifiant dans les fonctions de calcul et il convient si besoin de la remplacer par le terme approprié via la fiche d’informations de l’objet. Les objets arrivées existants peuvent être supprimés à tout moment par l'utilisateur comme tout autre objet d'une carte. Réinitialiser la liste Dès qu'une ou plusieurs arrivées sont définies, il est possible de Réinitialiser la liste (menu Itinéraire/Arrivée(s)) des arrivées mémorisées par la fonction. Cette fonction annule donc toute mémorisation antérieure d'arrivées, sans avoir besoin de fermer et rouvrir la carte.P.271 Itinéraire / Calculer l’itinéraire… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Calculer l’itinéraire… Rôle Cette fonction permet d'effectuer un calcul d'itinéraire entre un point de départ et une arrivée avec prise en compte optionnelle d'étapes au cours de l'itinéraire. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux), et qu'un point de départ et d’arrivée ont été désignés. Principes Le calcul d’un itinéraire s’effectue en trois temps : • accrochage des points de départ, d’arrivée et des étapes au graphe ; • recherche du meilleur itinéraire en fonction des contraintes éventuelles ; • calcul et affichage d’une feuille de route. Par défaut, le calcul d’itinéraires se fait sans aucune autre contrainte que les étapes éventuelles, mais il respecte les contraintes du graphe et les règles de gestion appliquées (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Le parcours passe d’un tronçon à un autre dès lors que deux tronçons à emprunter sont connectés par un nœud (on parle souvent d'intersection). La recherche du meilleur itinéraire consiste à trouver celui qui a le moindre coût, soit en terme de distance (itinéraire le plus court), soit en temps de parcours (itinéraire le plus rapide). Si le coût se calcule selon la distance, c’est la longueur des tronçons qui est prise en compte. Dans le cas de la vitesse, le calcul tient compte de la longueur des tronçons et des vitesses moyennes affectées lors de la création du graphe et du profil de vitesse choisi dans les paramètres globaux du menu Itinéraire. Mise en œuvre Lancer la fonction Itinéraire / Calculer l’itinéraire. La fenêtre de paramétrage de l'itinéraire à calculer apparaît : Paramétrage du calcul d'itinéraire La fenêtre présente les noms des points de départ, d’arrivée et des étapes éventuelles. P.272 Itinéraire / Calculer l’itinéraire… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Le type d'itinéraire recherché peut alors être défini en cliquant sur le bouton permettant de définir la recherche du chemin le plus rapide ou le plus court. Le choix actif par défaut au lancement de la fonction peut être défini dans les Paramètres globaux. Ainsi, si l'utilisateur souhaite systématiquement privilégier la distance plutôt que le temps de parcours, ce choix peut être fait dans les paramètres globaux pour l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire. En bas à gauche de la fenêtre, un bouton permet d'accéder à la fenêtre des Paramètres globaux. L'accès est donc simplifié à l'ensemble des options communes à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire, accessibles également par le menu Itinéraire / Paramètres globaux. Cliquer sur Annuler pour quitter la boîte de dialogue sans effectuer le calcul d’itinéraires. Cliquer sur OK pour lancer le calcul d’itinéraires. Si aucun itinéraire n’a été trouvé, la boîte de message suivante s’affiche : Pas d’itinéraire possible Dans le cas contraire, GeoConcept affiche la feuille de route détaillant le meilleur itinéraire trouvé. La feuille de route du calcul d'itinéraires La feuille de route indique dans sa partie droite un résumé de l'itinéraire calculé, comprenant : • la méthode de calcul retenue (itinéraire le plus rapide ou itinéraire le plus court) ; • le nom du point de départ ; • le nom du point d'arrivée ; • la distance totale de l’itinéraire ; • la durée de l’itinéraire ; • la vitesse moyenne de l’itinéraire. La feuille de route détaille également sous forme d'un tableau la liste des tronçons empruntés, étape par étape, en indiquant pour chaque tronçon : • la distance parcourue sur le tronçon ou les tronçons la distance cumulée (distance totale parcourue depuis le point de départ) ; • la durée de parcours du ou des tronçons ; • la vitesse moyenne de parcours du ou des tronçons. Lorsque l’itinéraire parcourt une succession de tronçons portant le même nom et des attributs communs, ils sont assemblés pour ne former qu'une ligne dans la feuille de route. Par exemple, ce cas se présente lorsqu'une rue ou une route empruntée sont constitués de nombreux tronçons marquant l'ensemble des carrefours existants sur le réseau. En revanche, dans le cas où une même rue ou une même route change de valeur d'attribut d'un tronçon à l'autre (pont, tunnel…), les tronçons d'attributs différents sont distingués dans la feuille de route par des lignes additionnelles. Lorsqu’un point de départ, une étape ou un point d’arrivée n’est pas situé sur un nœud du graphe, la distance d’accrochage est ajoutée à la longueur totale de l’itinéraire et apparaît comme une ligne spécifique dans la feuille de route. P.273 Itinéraire / Calculer l’itinéraire… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La feuille de route Parcours de la feuille de route et affichage de l'itinéraire La feuille de route comporte sept boutons dans sa partie supérieure. Ces boutons permettent, de gauche à droite : • de centrer la carte sur le point de départ ; • de centrer la carte sur l'étape précédente de la feuille de route (ligne précédente dans le tableau) ; • de centrer la carte sur l'étape suivante de la feuille de route (ligne suivante dans le tableau) ; l'utilisation répétée de ce bouton permet de suivre dans la carte l'itinéraire tronçon(s) après tronçon(s) depuis le point de départ ; • de centrer la carte sur le point d'arrivée ; • de créer dans la carte un objet linéaire représentant le parcours emprunté par l'itinéraire ; l'objet est alors créé dans le Type/Sous-type défini dans les options de la feuille de route (dernier bouton). Lors du clic sur ce bouton, si aucun Type/Sous-type n'a préalablement été défini dans les options, une fenêtre permet d'effectuer le choix du Type/Sous-type dans une liste déroulante ; • de zoomer sur l'ensemble de l'itinéraire dans la carte ; • d'ouvrir la fenêtre des options de la feuille de route. Options de la feuille de route Le dernier bouton de la barre d'outils située dans la partie supérieure de la feuille de route permet de définir les options de la feuille de route. La première des options de la feuille de route consiste à y ajouter des attributs supplémentaires, si le graphe utilisé pour les calculs en propose. Les attributs sont définis lors de la création du graphe (Cf. Itinéraire/Créer un graphe, dans l'étape 2 de l'assistant, en mode avancé). Une fois sélectionnés (par une case à cocher), les attributs ajoutent des colonnes supplémentaires à la feuille de route. Cela permet essentiellement d'ajouter des informations descriptives sur les tronçons empruntés par l'itinéraire. La seconde option consiste à effectuer le choix du Type/Sous-type à utiliser pour stocker les objets représentants les itinéraires. Le choix du Type/Sous-type est fait dans une liste déroulante. Parcours de la carte par clic dans la feuille de route Dans le tableau de la feuille de route, deux actions sont proposées afin d'afficher le cheminement de l'itinéraire dans la carte : • un clic sur le nom d'un tronçon ou d'un ensemble de tronçons regroupés sur une ligne autorise le zoom sur le tronçon ou l'ensemble de tronçons portant le même nom et les mêmes attributs. La première colonne de la feuille de route présente les noms sous forme de liens hypertexte ; • un clic sur le bouton représentant le départ, les changements de direction, les étapes et l'arrivée zoome sur le nœud du réseau dans la carte. Dans le premier cas, le zoom se fait donc sur l'ensemble d'un tronçon ou d'un ensemble de tronçons, dans le second cas, le zoom se fait sur un nœud de référence du réseau (point). Export et impression de la feuille de route La feuille de route comporte quatre boutons dans sa partie inférieure. Ces boutons permettent, de gauche à droite : P.274 Itinéraire / Calculer l’itinéraire… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • de copier la feuille de route dans le presse-papier afin de l’utiliser dans une autre application ; la feuille de route est alors décrite en format texte délimité par une tabulation ; • d'exporter en format texte le contenu de la feuille de route ; la feuille de route est alors décrite en format texte délimité par une tabulation ; • d'exporter en format XML le contenu de la feuille de route ; la feuille de route est alors décrite langage XML ; • d’imprimer la feuille de route. Il est possible d'imprimer la feuille de route dans un fichier PDF en utilisant le générateur de PDF intégré à GeoConcept ou tout générateur de PDF installant une imprimante virtuelle dans la liste des imprimantes disponibles. Le bouton Fermer permet de revenir à la carte. Tant que la feuille de route est affichée, il est cependant possible d'interagir avec la carte, voire d'accéder à d'autres fonctions comme le Configurateur. P.275 Itinéraire / Afficher la feuille de route… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Afficher la feuille de route… Rôle Cette fonction affiche la feuille de route du dernier itinéraire calculé. Disponibilité La fonction n’est active que si un itinéraire a été préalablement calculé via la fonction Itinéraire/Calculer l'itinéraire. Mise en œuvre Lancer la fonction Afficher la feuille de route. La feuille de route correspondant au dernier itinéraire calculé est affichée. Les fonctions disponibles dans la feuille de route sont décrites dans la fonction précédente Itinéraire/Calculer l'itinéraire. P.276 Itinéraire / Calculer un isochrone… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Calculer un isochrone… Rôle Le calcul d’une zone isochrone ou isodistance consiste à créer un objet surfacique dans la carte, couvrant un secteur accessible à un certain temps de parcours ou à une distance donnée autour d'un objet de référence ponctuel. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux) et qu'un ou plusieurs points de départ ont été désignés (par une sélection, une requête ou une liste d'objets). Principes La fonction Calculer un isochrone s’exerce sur un échantillon d’objets ponctuels. Pour chaque objet de cet échantillon, elle parcourt le graphe et recherche l’ensemble des points du graphe pouvant être atteints en un temps donné ou à une distance donnée. Cette opération se fait par la réalisation d'un maillage territorial (dont la résolution est personnalisable). Chaque maille (de forme carrée) pouvant être couverte dans le temps ou la distance souhaités est identifiée comme faisant partie de l'isochrone ou isodistance. Ces mailles ayant été identifiées, la commande construit ensuite un objet surfacique assemblant ces mailles. L’interprétation et l’exploitation d’une zone isochrone doivent être faites avec précaution. L’inclusion d’un point dans la zone n’indique pas nécessairement que ce point pourrait être atteint selon le temps ou la distance spécifiée lors du calcul. Tout dépend notamment de la proximité du point par rapport à un tronçon du graphe. Tout dépend aussi des obstacles qui peuvent séparer ce point du graphe (rivière, montagne, bâtiment, etc.). Les risques de fausse interprétation d’une zone isochrone sont d’autant plus réduits que la densité du réseau est forte et que le terrain présente peu d’obstacles. Mise en œuvre La désignation du ou des points de départ est un préalable indispensable. Elle peut consister : • dans la sélection du ou des objets par une requête ou avec l'outil de sélection de GeoConcept ; • dans l'enregistrement d'une requête identifiant le ou les objets ; • dans l'enregistrement d'une liste d'objets les identifiant. Lancer la fonction Itinéraire / Calculer un isochrone. La fenêtre de paramétrage de l'itinéraire à calculer apparaît : Paramétrage du calcul d’isochrones P.277 Itinéraire / Calculer un isochrone… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramétrage Objets de référence Une liste déroulante permet de préciser le ou les objets à traiter constituant le ou les points de départ ; ce filtre propose d'utiliser la sélection courante, une liste d'objets sauvegardée ou une requête enregistrée. Objets à créer Le Type/Sous-type surfacique devant accueillir le ou les isochrones/isodistances à créer doit être défini. Ainsi, il est nécessaire de préciser le Type/Sous-type des objets à créer, via une liste déroulante. Type de calcul Le choix peut ensuite être fait entre la création : • d'un isochrone ; dans ce cas, le bouton correspondant peut être activé et le temps de parcours souhaité doit être saisi dans la zone éditable prévue à cet effet. L'unité de temps peut être la minute ou l'heure ; • d'une isodistance ; dans ce cas, le bouton correspondant peut être activé et la distance souhaitée doit être saisie dans la zone éditable prévue à cet effet. L'unité de distance peut être le mètre, le kilomètre, le mile, le yard ou le pied. La résolution du polygone créé doit être également définie. Elle correspond à la taille d'une maille et définit l'unité de surface pour la construction de la géométrie du polygone. La résolution par défaut est de 50 mètres. Il est possible qu'à la création d'isochrones/isodistances, si le temps de parcours et la distance sont importants et la résolution très fine, GeoConcept atteint une limite de nombre de mailles à traiter pour un temps de calcul raisonnable. Alors, un message avertit l'utilisateur que la résolution doit être augmentée afin de permettre le calcul. Options Géométrie Cette option fixe le type de géométrie à définir pour le ou les isochrones/isodistances à créer. Elle peut être : • Unique : quel que soit le nombre d’objets de référence sélectionnés, un seul objet isochrone/isodistance résultant est généré ; • Multiple : autant de zones isochrones que d’objets référence sélectionnés sont créés. Lissage et méthode de lissage Il est possible d'appliquer lors de la création de l'isochrone/isodistance un algorithme de simplification de géométrie, afin de limiter le nombre de points constitutifs du polygone généré. Deux méthodes sont proposées : • la méthode rapide • la méthode étendue simplifie plus radicalement le nombre de points du polygone, supprimant les angles rentrants au profit des angles saillants. Ainsi, la géométrie est plus simplifiée, mais le polygone produit perd légèrement en précision dans son interprétation. Cette méthode est cependant conseillée si des requêtes topologiques doivent par exemple être effectuées sur le polygone généré, car les requêtes topologiques sont facilitées lorsque l'objet de référence a une géométrie simplifiée. Il est recommandé d'appliquer au minimum la méthode de simplification rapide qui allège le nombre de points du polygone créé sans perte de précision ou d'informations sur la zone couverte lors du calcul. Les trois images suivantes illustrent les trois cas de figure possibles entre un polygone non lissé, lissé par méthode rapide ou étendue : Exemple d'isochrone/isodistance non lissé P.278 Itinéraire / Calculer un isochrone… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple d'isochrone/isodistance lissé à l'aide de la méthode rapide Exemple d'isochrone/isodistance lissé à l'aide de la méthode étendue Sens de parcours Un bouton permet de définir le sens de parcours du graphe. Il existe deux possibilités de parcours du graphe autour du ou des points de référence pour le calcul d'isochrone/isodistance : • le bouton Direct permet de choisir que les itinéraires seront calculés à partir de chaque point de référence. Dans ce cas, le point de référence est un point de départ (sens aller) ; • le bouton Inverse permet de choisir que les itinéraires seront calculés vers chaque point de référence. Dans ce cas, le point de référence est un point d'arrivée (sens retour). Utiliser le sens de parcours Direct revient donc à se poser la question : jusqu’où peut-on aller en une distance ou un temps donné ? Par exemple, si l'objet de référence (le point de départ) est un centre de secours, l'isochrone permettra de savoir la zone géographique pouvant être couverte dans un temps imparti, et donc quels sont les personnes secourues dans ce délai. Utiliser le sens de parcours Inverse revient donc à se poser la question : jusqu’où peuvent partir les personnes qui se rendent au point de référence (le point d'arrivée) dans une distance ou un temps donné ? Par exemple, si l'objet de référence (le point de d'arrivée) est un magasin ou une agence, l'isochrone permettra de connaître la zone d'attractivité couverte dans un temps imparti. Polygones troués Enfin, un bouton permet de construire un isochrone/isodistance en autorisant la présence de trous dans le polygone. La prise en compte des trous induit donc une plus grande précision d'informations dans le tracé du polygone, mais induit aussi une complexification de la géométrie (polgyone complexe constitué souvent de plusieurs dizaines d'entités). Le nombre de trous et leur prise en compte étant liés à la résolution du polygone (taille du maillage), plus la résolution est fine, plus le nombre de trous est important. Les trous de moins de 100 mailles ne sont pas pris en compte dans la construction de la géométrie du polygone. Taille minimale d'un trou Dans le cas où les contraintes du métier l'imposent, il est possible de modifier le nombre minimal de mailles d'un trou (par défaut 100 mailles). Dans l'éditeur du registre, dans la branche HKEY_CURRENT_USER\Software\Alsoft\GEO CONCEPT\SmartIti, une nouvelle valeur chaîne nommée HoleMinSize peut être créée et peut alors prendre une valeur différente de 100. P.279 Itinéraire / Calculer un isochrone… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Les images suivantes illustrent la différence entre un polygone non troué et un polygone troué : Comparaison entre un isochrone non troué et un isochrone troué Paramètres globaux En bas à gauche de la fenêtre, un bouton dédié permet d'accéder à la fenêtre des Paramètres globaux. L'accès est donc simplifié aux options communes à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire, accessibles également par le menu Itinéraire / Paramètres globaux. Cliquer sur OK pour lancer le calcul de la ou des zones isochrones/isodistances. Résultat Il est généré autant de zones que d'objets de références définis dans le paramétrage du calcul. Les zones résultantes sont affichées selon les apparences du Sous-type choisi. P.280 Itinéraire / Calculer un isochrone… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Exemple de représentation d'isochrones Le champ Nom de chaque objet surfacique créé contient le nom du point de référence associé ainsi que la valeur (distance ou temps) utilisée pour le calcul. Fiche d’information d’une zone isochrone P.281 Itinéraire / Calculer un distancier… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Calculer un distancier… Rôle Cette fonction permet de calculer une matrice de distances pour un ensemble de points de la carte. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux). Principes Le calcul de distancier repose sur la fonction de calcul d’itinéraires. Pour un groupe de points de départ et un groupe de points d'arrivée, le calcul de distancier recherche les meilleurs itinéraires entre chaque paire de point de départ et d'arrivée. Le résultat final se présente sous la forme d’un fichier texte généré qui peut être transféré vers une autre application (tableur, base de données) pour y être exploité. Mise en œuvre Avant de lancer la fonction Calculer un distancier, il peut être nécessaire de définir le groupe des objets de départ et le groupe des objets d'arrivée. Cela peut consister : • dans la sélection des objets par une requête ou avec l'outil de sélection de GeoConcept ; • dans l'enregistrement d'une requête identifiant les objets ; • dans l'enregistrement d'une liste d'objets les identifiant. Dans le cas où le groupe des objets de départ et d'arrivée correspond à tous les objets d'un Type/Sous-type, aucune étape préalable n'est nécessaire. Paramétrage Lancer la fonction Itinéraire / Calculer un distancier. La fenêtre de paramétrage du distancier à calculer apparaît. P.282 Itinéraire / Calculer un distancier… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Paramétrage du calcul de distancier Départs Dans la partie supérieure de la fenêtre de paramétrage du distancier, le groupe des objets de départ du distancier peut être défini. Ainsi, il est nécessaire de : • Préciser le Type/Sous-type des objets de départ, via une liste déroulante ; • Préciser le sous-ensemble des objets du Sous-type sélectionné constituant les objets de départ, via une liste déroulante ; ce filtre propose d'utiliser tous les objets, la sélection courante, une liste d'objets sauvegardée ou une requête enregistrée ; • Préciser le champ identifiant le nom des objets devant apparaître dans le distancier généré, via une liste déroulante ; par défaut, le champ Nom de la carte GeoConcept est choisi. Arrivées Ensuite, le paramétrage du distancier propose de définir le groupe des objets d'arrivée du distancier défini. Ainsi, il est nécessaire de : • Préciser le Type/Sous-type des objets d'arrivée, via une liste déroulante ; • Préciser le sous-ensemble des objets du Sous-type sélectionné constituant les objets d'arrivée, via une liste déroulante ; ce filtre propose d'utiliser tous les objets, la sélection courante, une liste d'objets sauvegardée ou une requête enregistrée ; • Préciser le champ identifiant le nom des objets devant apparaître dans le distancier généré, via une liste déroulante ; par défaut, le champ Nom de la carte GeoConcept est choisi. Direction Il existe trois possibilités de calcul d'itinéraires entre les points de départ et d'arrivée : • le bouton Direct permet de choisir que les itinéraires seront calculés depuis tous les points de départ retenus vers tous les points d'arrivés retenus (sens aller) ; P.283 Itinéraire / Calculer un distancier… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • le bouton Inversé permet de choisir que les itinéraires seront calculés depuis tous les points d'arrivée retenus vers tous les points de départ retenus (sens retour) ; • le bouton Double sens permet de choisir que les itinéraires calculés seront les allers et les retours entre tous les points d'arrivés retenus et tous les points de départ retenus ; ce choix implique donc un doublement du nombre d'itinéraires calculés et donc du nombre de lignes du distancier produit, mais ce choix est préférable plutôt que de devoir effectuer un premier distancier en sens direct puis un second en sens inversé. Restriction Il est possible de restreindre le nombre d'itinéraires calculés entre les départs et les arrivées. Si le territoire de calcul est très étendu (à l'échelle d'un pays par exemple) et dans les contraintes du métier, il peut être inutile de calculer des itinéraires entre des points de départ et d'arrivée particulièrement éloignés les uns des autres. Alors, il est intéressant de restreindre les calculs d'itinéraires à toutes les arrivées à une certaine proximité (fixée en temps ou en distance) des points de départ. Un bouton permet donc d'exclure les arrivées à plus d'un certain temps de parcours (exprimé en minutes) ou d'une certaine distance (exprimée en kilomètres) des départs. Lorsque cette option est activée, il convient de saisir le temps ou la distance souhaitée limitant les calculs. Fichier de sortie Chemin Le bouton Parcourir définit l'emplacement et le nom du fichier au format texte délimité par une tabulation (TXT) à générer pour stocker la matrice des distances. Encodage Une liste déroulante permet de choisir l'encodage pour le fichier TXT à générer. Le choix de l'encodage dépend essentiellement de la plateforme et du logiciel utilisés pour l'exploitation de ce fichier, ainsi que du jeu de caractères utilisés dans les données de GeoConcept exploitées pour la construction de ce distancier. Les encodages proposés sont : • Unicode : cet encodage vise à donner à tout caractère de n’importe quel système d’écriture de langue un nom et un identifiant numérique et ce de manière unifiée, quelle que soit la plate-forme informatique ou le logiciel. Il est donc recommandé dans le cadre de l'utilisation de caractères spécifiques internationaux. • ANSI (pour American National Standards Institute) : ce format est souvent utilisé par défaut dans des utilitaires gérant le format texte. • UTF-8 (pour UCS Transformation Format 8 bits) : cet encodage est défini pour les caractères Unicode (UCS). Chaque caractère est codé sur une suite de un à quatre octets. UTF-8 a été conçu pour être compatible avec certains logiciels originellement prévus pour traiter des caractères d'un seul octet. Son utilisation peut être conseillé pour une utilisation sur d'autres plateformes (UNIX, Linux...). Paramètres globaux En bas à gauche de la fenêtre, un bouton dédié permet d'accéder à la fenêtre des Paramètres globaux. L'accès est donc simplifié aux options communes à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire, accessibles également par le menu Itinéraire / Paramètres globaux. Ainsi, il est notamment possible de privilégier le temps (recherche du chemin le plus rapide) ou la distance (recherche du chemin le plus court) lors des calculs d'itinéraires de la matrice. Cliquer sur OK pour lancer le calcul du distancier. Résultat Le fichier généré comporte 5 colonnes : • les deux premières colonnes contiennent respectivement les champs identifiant les points de départ et d’arrivée ; • la 3 e colonne contient la distance en mètres ; • la 4 e colonne contient le temps de parcours, présenté en format HH:MM:SS ; • la 5 e colonne contient la vitesse moyenne du parcours, en kilomètres par heure. P.284 Itinéraire / Calculer un distancier… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Fichier distancier ouvert dans un tableur P.285 Itinéraire / Remplir un champ distance/temps… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Remplir un champ distance/temps… Rôle Soit un point de départ et n points d’arrivée. La fonction Remplir un champ distance/temps recherche les n meilleurs itinéraires entre le point de départ et les n points d’arrivée puis affecte à un champ des n points d’arrivée la longueur ou le temps de parcours de l’itinéraire. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si : • un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux) ; • un point de départ a été mémorisé. Mise en œuvre Avant de lancer la fonction Remplir un champ distance/temps, il est nécessaire de définir le point de départ du calcul, en sélectionnant l'objet par une requête ou avec l'outil de sélection de GeoConcept, puis en activant la fonction Départ/Mémoriser par la sélection ; Seule l’option Mémoriser par la sélection peut être utilisée, c’est-à-dire que le point de départ doit être un objet ponctuel existant. La commande Remplir un champ distance/temps n’est pas accessible si plusieurs points de départ ont été mémorisés. Il est nécessaire également de définir le groupe des objets d'arrivée : • par la sélection des objets par une requête ou avec l'outil de sélection de GeoConcept ; • par l'enregistrement d'une requête identifiant les objets ; • par l'enregistrement d'une liste d'objets les identifiant. Lancer la fonction Itinéraire / Remplir un champ distance/temps. La fenêtre de paramétrage du remplissage de champ à effectuer apparaît : Paramétrage du remplissage d'un champ distance/temps Paramétrage Objets à traiter Une liste déroulante permet de préciser le groupe des objets à traiter constituant les objets d'arrivée ; ce filtre propose d'utiliser la sélection courante, une liste d'objets sauvegardée ou une requête enregistrée. P.286 Itinéraire / Remplir un champ distance/temps… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Champ à renseigner Le choix du champ à renseigner est nécessaire via une liste déroulante. En fonction du genre de champ sélectionné, les possibilités de stockage (format) des temps de parcours ou des distances parcourues varient. Ce champ doit avoir été créé préalablement dans le Configurateur. Information à stocker Il est ensuite nécessaire de choisir l'information à stocker dans le champ. Il peut s'agir : • du temps de parcours ; selon les besoins, ce temps peut être stocké : • en heures ; • en minutes ; • en secondes ; • au format HH:MM:SS. Ce dernier format ne peut être choisi que si le champ à remplir est de genre textuel. • de la distance parcourue ; selon les besoins, cette distance peut être stockée : • en kilomètres ; • en mètres ; • en miles ; • en yards ; • en pieds. Sens de parcours Enfin, il est possible à l'aide d'un bouton de choisir entre : • un parcours dans le sens direct, c'est-à-dire depuis le point de départ vers les points d'arrivée ; • un parcours dans le sens inverse, c'est-à-dire depuis les points d'arrivée vers le point de départ. Paramètres globaux En bas à gauche de la fenêtre, un bouton dédié permet d'accéder à la fenêtre des Paramètres globaux. L'accès est donc simplifié à aux options communes à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraires, accessibles également par le menu Itinéraire / Paramètres globaux. Cliquer sur OK pour lancer le calcul des itinéraires et la mise à jour du champ. Résultat Le résultat est consultable dans la fiche d'information ou dans une liste des objets renseignés lors du calcul. Visualisation du champ dans la fiche d’information P.287 Itinéraire / Remplir avec l'objet le plus proche… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Remplir avec l'objet le plus proche… Rôle La fonction Remplir avec l'objet le plus proche recherche la proximité entre deux ensembles d’objets ponctuels à partir d’un réseau constitué par le graphe. Le parcours du graphe vise alors à trouver quel est l’objet ponctuel le plus proche d’une sélection d’autres objets ponctuels et à renseigner cette information dans un champ des objets destinataires. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux), et qu'un ou plusieurs objet(s) ponctuel(s) a (ont) été sélectionné(s) dans la carte (par un clic souris à l'aide de l'outil de sélection ou par une requête). Mise en œuvre Avant de lancer la fonction Itinéraire / Remplir avec l'objet le plus proche, il est nécessaire de sélectionner le ou les objets ponctuels qui vont recevoir l’information. La fenêtre de paramétrage apparaît. Paramétrage du remplissage d'un champ avec l'objet le plus proche Paramétrage Objets à traiter Une liste déroulante permet de préciser la collection des objets à traiter qui contiendront un champ renseigné avec l’objet le plus proche ; ce filtre propose d'utiliser la sélection courante, une liste d'objets sauvegardée ou une requête enregistrée. Information à stocker Il est ensuite nécessaire de préciser les trois informations à stocker dans des champs. Le premier champ est obligatoire : il s’agit de celui qui contiendra l’identifiant de l’objet le plus proche, bien souvent le nom. La liste déroulante permet de choisir le champ s’il existe. Dans le cas contraire, en cliquant sur l’icône , on accède à une boîte de dialogue qui permet de créer le champ à la volée et de spécifier son genre et son rang pour éviter de le faire dans le configurateur. P.288 Itinéraire / Remplir avec l'objet le plus proche… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Création du champ à la volée Deux champs peuvent ensuite être associés selon qu’on ait activé le bouton Temps de parcours ou Distance parcourue. Pour chacune de ces deux options, il convient de renseigner plusieurs informations : • le nom du champ qui contiendra le temps ou la distance s’il existe. Dans le cas contraire, un clic sur l’icône ouvre une fenêtre qui permet de créer le champ à la volée et de spécifier son genre et son rang dans l’arborescence. • le temps de parcours ; selon les besoins, ce temps peut être stocké : • en heures ; • en minutes ; • en secondes ; • au format HH:MM:SS. Ce dernier format ne peut être choisi que si le champ à remplir est de genre textuel. • la distance parcourue ; selon les besoins, cette distance peut être stockée : • en kilomètres ; • en mètres ; • en miles ; • en yards ; • en pieds. Objets cherchés Ce groupe permet de choisir l’ensemble des objets les plus proches de la sélection. La liste déroulante propose, à partir de l’arborescence de la carte, les Sous-types d’objets ponctuels possibles. Le sous-ensemble permet de préciser sur quelle collection d’objets porte la recherche. IL peut s’agir de la sélection courante, d’une liste d’objets ou d’une requête sauvegardée. Le champ identifiant est porté par les objts recherchés. Il contient l’information qui sera stockée dans le champ des objets à traiter. Souvent, il s’agit du nom. Options A partir du graphe précédemment chargé, cliquer sur le bouton pour choisir entre le chemin le plus rapide ou celui le plus court. La recherche d’objets les plus proches peut être limitée en temps ou en distance selon l’option précédente retenue. Une zone éditable permet d’affecter une valeur et la liste déroulante associée précise l’unité de recherche. Enfin, il est possible à l'aide d'un bouton de choisir entre : • un parcours dans le sens direct, c'est-à-dire depuis les objets à traiter vers les objets à rechercher ; • un parcours dans le sens inverse, c'est-à-dire depuis les objets à rechercher vers les objets à traiter. Paramètres globaux En bas à gauche de la fenêtre, un bouton dédié permet d'accéder à la fenêtre des Paramètres globaux. L'accès est donc simplifié à aux options communes à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraires, accessibles également par le menu Itinéraire / Paramètres globaux. Cliquer sur OK pour lancer la recherche. P.289 Itinéraire / Remplir avec l'objet le plus proche… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Résultat Le résultat est consultable dans la fiche d'information des objets à traiter. Visualisation du champ dans la fiche d’information P.290 Itinéraire / Rechercher à proximité… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Rechercher à proximité… Rôle La fonction Rechercher à proximité recherche les n meilleurs itinéraires entre un point de référence et un certain nombre de points situés à proximité du point de de référence par le réseau constitué par le graphe. Le parcours du graphe vise alors à trouver les points les plus proches et à les ordonner par ordre de proximité, du plus proche au plus éloigné. Disponibilité Cette fonction n’est accessible que si un graphe a été chargé, c'est-à-dire sélectionné dans les paramètres globaux du menu Itinéraire (Cf. Itinéraire/Paramètres globaux), et qu'un objet ponctuel a été sélectionné dans la carte (par un clic souris à l'aide de l'outil de sélection ou par une requête). Mise en œuvre Lancer la fonction Itinéraire / Rechercher à proximité. La fenêtre de paramétrage apparaît. Les paramètres de la recherche de proximité Paramétrage Objet de référence sélectionné Dans la partie supérieure de la fenêtre de paramétrage de la recherche de proximité, une liste déroulante permet de préciser le champ de l'objet de référence sélectionné identifiant son nom et devant apparaître dans le tableau généré, via une liste déroulante ; par défaut, le champ Nom de la carte GeoConcept est choisi. Objets cherchés Ensuite, le groupe des objets à rechercher à proximité de l'objet de référence peut être défini. Ainsi, il est nécessaire de : P.291 Itinéraire / Rechercher à proximité… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • Préciser le Type/Sous-type des objets à rechercher, via une liste déroulante ; • Préciser le sous-ensemble des objets du Sous-type sélectionné constituant les objets à rechercher, via une liste déroulante ; ce filtre propose d'utiliser tous les objets, une liste d'objets sauvegardée ou une requête enregistrée ; • Préciser le champ identifiant le nom des objets recherchés, via une liste déroulante ; par défaut, le champ Nom de la carte GeoConcept est choisi. Ce champ apparaîtra dans la fenêtre des résultats de la recherche de proximité ; • Retenir un nombre d'objets limité dans la recherche, via une zone de saisie proposant de saisir le nombre d'objets recherchés ; par défaut, la valeur est fixée à 15. Direction Il est possible à l'aide d'un bouton de choisir entre : • un parcours du graphe depuis l'objet de référence, c'est-à-dire que l'objet de référence est le point de départ vers les objets recherchés ; • un parcours du graphe vers l'objet de référence, c'est-à-dire que les objets recherchés sont des points de départ et que l'arrivée des itinéraires est le point de référence. Type de calcul Enfin, le type de calcul peut être défini. Deux choix sont possibles : • le calcul le plus rapide avec un temps limite de recherche personnalisable via une zone de saisie. La limite de recherche est fixée par défaut à 30 minutes ; • le calcul le plus court avec une distance limite de recherche personnalisable via une zone de saisie. La limite de recherche est fixée par défaut à 30 kilomètres. Paramètres globaux En bas à gauche de la fenêtre, un bouton dédié permet d'accéder à la fenêtre des Paramètres globaux. L'accès est donc simplifié aux options communes à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire, accessibles également par le menu Itinéraire / Paramètres globaux. Cliquer sur OK pour lancer la recherche de proximité. Résultat Une fenêtre apparaît alors dans GeoConcept et affiche le résultat de la recherche de proximité. Résultat de la recherche de proximité La fenêtre des résultats de la recherche de proximité indique dans sa partie supérieure le champ identifiant l'objet de référence choisi pour la recherche. La fenêtre détaille également sous forme d'un tableau la liste des objets trouvés respectant les contraintes définies et affiche : • leur numéro d'ordre, du plus proche au plus éloigné ; • le Sous-type auquel ils appartiennent ; • le nom des objets précisé lors du paramétrage de la recherche de proximité ; • la distance parcourue entre l'objet de référence et chaque objet. Cette distance est affichée en mètres ou en kilomètres selon la valeur ; • le temps de parcours entre l'objet de référence et chaque objet. Ce temps est affiché en minutes ou en heures selon la valeur. P.292 Itinéraire / Rechercher à proximité… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Il est possible de modifier le tri effectué par défaut sur le critère retenu (durée ou distance) en cliquant sur le nom de la colonne à trier. Lors du premier clic, un tri croissant est appliqué. En cliquant à nouveau sur la colonne, le tri décroissant est appliqué. Interactions avec la carte La fenêtre des résultats comporte deux boutons dans sa partie inférieure gauche. Ces boutons permettent, de gauche à droite : • de sélectionner dans la carte les objets trouvés à proximité de l'objet de référence (icône flèche) ; • de zoomer dans la carte sur les objets trouvés à proximité de l'objet de référence. Alors, GeoConcept change l'échelle et la position de sorte que l'ensemble des objets trouvés soient visibles (icône loupe) ; Parcours de la carte par clic dans la liste des objets trouvés Dans le tableau des objets à proximité de l'objet de référence, il est possible de montrer chaque objet résultant de la recherche de proximité dans la carte. Un clic sur le nom d'un objet autorise le centrage sur celui-ci dans la carte (sans changement d'échelle). La colonne du tableau présente les noms des objets sous forme de liens hypertexte. Affichage des objets trouvés dans la carte Un symbole habillé du numéro d'ordre de chaque objet s'affiche dans la carte. Cela permet de visualiser le résultat de la recherche de proximité, même dans le cas où les objets appartiennent à un Sous-type masqué dans la visibilité courante ou à l'échelle courante. Export et impression du résultat Le résultat de la recherche de proximité comporte deux boutons dans sa partie inférieure gauche. Ces boutons permettent, de gauche à droite : • d'exporter en format texte le contenu du tableau des résultats ; le tableau est alors décrit en format texte délimité par une tabulation ; • d’imprimer la liste des résultats de la recherche de proximité. Le bouton Fermer permet de revenir à la carte. Tant que la fenêtre des résultats de la recherche est affichée, il est cependant possible d'interagir avec la carte. P.293 Itinéraire / Paramètres globaux… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Itinéraire / Paramètres globaux… Rôle Cette fonction permet de définir un ensemble de paramètres communs à l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire. Ce sont les paramètres globaux. Disponibilité En permanence. Cette fenêtre est également accessible depuis l'ensemble des fonctions de calcul du menu Itinéraire, via le bouton Paramètres globaux en bas à gauche de leur assistant. Mise en œuvre Lancer la fonction Itinéraire / Paramètres globaux. La fenêtre de paramétrage apparaît : Les paramètres globaux du menu Itinéraire Gestion du graphe Cette section des paramètres globaux est essentielle puisqu'elle permet de choisir le graphe à utiliser pour les calculs et de paramétrer la consommation mémoire utilisée par les fonctions du menu Itinéraire. P.294 Itinéraire / Paramètres globaux… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Choix du graphe Le bouton Parcourir permet d'associer le graphe à utiliser dans GeoConcept pour les calculs. Il ouvre une fenêtre afin de définir l'emplacement et le nom du fichier au format SITI à utiliser dans les fonctions de calcul. Le bouton Ouvrir déclenche la lecture de certaines informations du graphe. Le nom du fichier .siti apparaît alors dans la fenêtre des paramètres globaux. Les versions antérieures à la version 6.5 de GeoConcept utilisent des graphes au format ITI/ENI. Ce format n'est plus utilisé dans les fonctions de calculs. Le format de graphe SITI annule et remplace donc le format ITI/ENI. Option de chargement en mémoire Chargement au fur et à mesure des besoins Par défaut, GeoConcept propose de Charger le graphe au fur et à mesure des besoins. Ce cas s'avère particulièrement utile si le graphe utilisé est volumineux (souvent plusieurs centaines de Mo). Alors, les données du graphe ne sont chargées que lorsque les fonctions de calcul du menu Itinéraire le réclament. Limitation de la consommation mémoire En complément de la première option, il est possible de Limiter la consommation mémoire à une valeur exprimée en Mo. Cette valeur est à adapter en fonction de la mémoire disponible sur l'ordinateur en cours d'utilisation. Ce paramètre est utilisé pour limiter le chargement en mémoire du graphe SITI choisi dans les paramètres globaux, lors de son utilisation par toute fonction de calcul du menu Itinéraire. Ce paramètre est également utilisé lors de la création de graphes par les fonctions Itinéraire/Créer un graphe et Itinéraire/Créer un graphe à partir d'un fichier XML. Il sert alors à limiter la consommation mémoire nécessaire à la création du graphe. Cette limitation est d'autant plus importante que le nombre d'objets de la carte GeoConcept traités pour créer le graphe est élevé. Conseils pour la création de graphes volumineux Pour la création de graphes volumineux (couvrant par exemple un pays entier), il est recommandé d'ajuster : 1- la consommation mémoire de GeoConcept pour le chargement des objets : Edition/Préférences/Bouton Avancé (en bas)/onglet Cache objet (en haut) : choisir Charger les objets au fur et à mesure des besoins et fixer impérativement la Quantité maximale de mémoire pour les objets à 50 Mo. Si malgré ce paramétrage il est impossible de créer le graphe (message d'erreur à la création du graphe), fixer cette valeur à 20 Mo au lieu de 50 Mo. 2- la consommation mémoire allouée à GeoConcept pour la création du graphe : Itinéraire/Paramètres globaux : Limiter la consommation mémoire à 200 Mo. Valider, fermer la carte et l’ouvrir à nouveau. Avec ces paramètres, la création d'un graphe volumineux devient possible. Chargement du graphe en intégralité Il est possible de Charger le graphe en intégralité. Ce paramètre force alors le chargement en mémoire de l'intégralité des données du graphe à l'ouverture de la carte. Il peut être intéressant dans les cas suivants : • optimisation des performances pour des applications utilisant GeoConcept sur un serveur (service web…) • optimisation des performances pour des traitements lourds couvrant une grande étendue géographique (distanciers volumineux…) Ce paramètre évite alors que les données soeint chargées avant de pouvoir être utilisées par les fonctions de calculs. Ce paramètre doit être utilisé dans la mesure où la quantité de mémoire disponible sur l'ordinateur le permet (mémoire disponible au moins égale à la taille du graphe une fois la carte chargée). Ce paramètre prend effet après réouverture de la carte en cours d'utilisation. Profil et interdictions Profils de vitesses Si le graphe choisi dans les paramètres globaux pour les fonctions de calculs contient plusieurs profils de vitesse, il peut être possible de choisir parmi plusieurs profils définis celui à utiliser lors des calculs. En effet, la présence éventuelle de profils de vitesses distincts dépend du graphe. C'est à la création du graphe qu'il est possible de définir plusieurs profils de vitesse spécifiques, en fonction par exemple de différents types de véhicules utilisés dans les parcours (Cf. Itinéraires / Créer un graphe, étape 1 de l'assistant). Dans tous les graphes un Profil par défaut existe, c'est pourquoi la liste déroulante des profils de vitesses utilise toujours ce profil lors du choix d'un graphe dans les paramètres globaux. La liste déroulante permet le cas échéant de choisir un autre profil de vitesses. P.295 Itinéraire / Paramètres globaux… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Règles d'interdiction Si le graphe choisi dans les paramètres globaux contient des règles d'interdiction, il est possible de choisir d'appliquer lors des calculs des règles d'interdictions en rapport avec le type de déplacement souhaité, les contraintes d'accessibilité, le type de véhicule utilisé pour les parcours, etc. Le choix d'utiliser certaines règles d'interdiction implique donc un changement important lors des calculs, amenés à respecter strictement ces nouvelles contraintes. Par exemple, si une règle d'interdiction Camions est activée, les itinéraires seront effectués en camion et toutes les routes interdites aux camions seront évitées lors des calculs. Le bouton Définir permet d'accéder à la liste des règles d'interdiction stockées dans le graphe utilisé. Leur nom précédé d'une case à cocher apparaît. Il est possible de sélectionner certaines règles dans la liste, de tout cocher ou tout décocher. Une fois règles choisies, le bouton OK valide les choix et retourne à la fenêtre des paramètres globaux. Règles de calcul Préférences de calcul Pour l'ensemble des fonctions de calculs du menu Itinéraire, il est possible de choisir de privilégier par défaut : • la vitesse, c'est-à-dire rechercher lors de calculs d'itinéraires le trajet le plus rapide ; • la distance, c'est-à-dire rechercher lors de calculs d'itinéraires le trajet le plus court. Distance maximale d'accrochage au graphe Lors des calculs, les points de départs, les étapes et les arrivées sont reliés au réseau constitué par le graphe, même si les objets sont distants de celui-ci (points situés à une certaine distance du réseau) : c'est l'accrochage au graphe. Cette opération vise à rechercher autour de ces points le tronçon du réseau le plus proche. L'itinéraire calculé intègre alors une distance parcourue entre ces points et le graphe, appelée distance d'accrochage au graphe. Pour optimiser les performances, cette option fixe une distance maximale de recherche pour l'accrochage au graphe, exprimée en mètres. Cela évite de parcourir tout le réseau pour trouver le tronçon le plus proche. La distance d'accrochage s’applique de la même manière pour les points de départ, d’arrivée et les étapes. La valeur par défaut proposée par GeoConcept est fixée à 1000 mètres. Les versions antérieures à GeoConcept 6.5 gèrent l’accrochage au graphe de manière différente. C'est l'extrémité de tronçon de réseau la plus proche qui est recherchée et non le tronçon (segment) le plus proche. Vitesse d'accrochage au graphe En outre, la vitesse d'accrochage au graphe, vitesse de parcours de la distance séparant les départs, étapes ou arrivées du graphe peut être également personnalisée. Elle est exprimée en kilomètres par heure et sa valeur par défaut est de 4 km/h. On considère en effet que cette distance étant hors du réseau, elle est parcourue à pied. Pondération des vitesses Une case à cocher permet, si nécessaire, d'Appliquer une pondération des vitesses du graphe. Une fois cochée, il est possible de Définir le type de pondération des vitesses entre : • une Pondération unique qui peut être appliquée à l'ensemble des vitesses du graphe utilisé. La valeur indiquée est alors exprimée en pourcentage des vitesses du graphe ; • une Pondération par niveau logique qui peut également être définie. Elle n'est envisageable que si le graphe utilisé possède des niveaux logiques. Alors, chaque niveau logique associe un pourcentage de pondération spécifique. Niveaux logiques Si le graphe choisi dans les paramètres globaux définit des niveaux logiques, il est possible de définir dans les paramètres globaux des préférences de calcul d'itinéraire liées à ces niveaux logiques. Par exemple, si des calculs d'itinéraires doivent être effectués entre des villes distantes de plusieurs centaines de kilomètres, il est préférable de privilégier un parcours du graphe sur les niveaux logiques de routes principaux (tendant vers le niveau logique 1, considéré comme le niveau le plus important). À proximité des points de départs, étapes éventuelles et arrivées, les niveaux logiques correspondant aux routes locales (souvent les niveaux logiques 4 et 5) sont bien empruntés, mais pour la liaison de ville à ville, les niveaux logiques inférieurs à un seuil à fixer seront privilégiés. Ainsi, une case à cocher propose d'accélérer les calculs en évitant les objets à partir d'un niveau logique précisé dans une liste déroulante. Par exemple, s'il existe 5 niveaux logiques et qu'on souhaite privilégier les calculs en empruntant les niveaux 1 à 3, il faut choisir d'accélérer les calculs en évitant les objets à partir du niveau 4. P.296 Itinéraire / Paramètres globaux… GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Date et heure Cette section propose de déterminer la date et l'heure de départ ou d'arrivée, en vue d'affiner la précision des calculs quant à l'estimation des temps de parcours liés aux vitesses des routes. Ces paramètres ne sont utilisables que si le graphe intègre des modèles de trafic. Dans le cas où le graphe n'intègre pas de modèles de trafic, la case à cocher Utiliser les modèles de trafic est grisée et ne peut pas être cochée. Une case à cocher permet, si le graphe choisi le permet, d'Utiliser les modèles de trafic. Une fois cochée, il est possible de définir : • la Date du départ ; • ou la Date de l'arrivée. Dans les deux cas, il est alors possible : • de Choisir une date dans un calendrier et une heure dans un contrôle de saisie au format HH:MM ; • d'Utiliser la date et l'heure du système pour le départ ou l'arrivée P.297 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Annexe 13 - SmartLabel La fonction SmartLabel intégrée dans GeoConcept est une version simplifiée du module SmartLabel Editor. Présentation des couches virtuelles [Smart] Les huit genres de couches [Smart] L’affichage SmartLabel est géré par un ensemble de couches virtuelles de genre [Smart]. Comparées aux autres couches virtuelles GeoConcept, les couches [Smart] ont quelques propriétés caractéristiques à noter : • certaines d’entre elles sont des des couches virtuelles de fonctionnement, inactive individuellement mais indispensable au fonctionnement global de SmartLabel ; • l’ordre dans lequel les couches virtuelles [Smart] sont agencées influe sur leur fonctionnement car les couches virtuelles [Smart] interragissent pour dessiner l’habillage SmartLabel de la carte ; • deux d’entre elles ([Smart] Préparation et [Smart] Dessin) ne sont pas éditables dans le configurateur ou la fenêtre Gestion de l’affichage ; Les couches virtuelles [Smart] se répartissent en deux genres : les couches de fonctionnement et les couches de collecte : • les couches virtuelles [Smart] de fonctionnement ne sont pas associées à des objets GeoConcept et agissent sur l’affichage global des autres couches virtuelles [Smart]. • les couches virtuelles [Smart] de collecte sont liées à un Sous-type et donc à un ensemble d’objets dont elle collectent les caractéristiques graphiques et la valeur du champ choisi pour être affiché dans les labels, de manière à optimiser l’affichage des labels sur la carte ; Il existe six genres de couches virtuelles [Smart] utilisables avec la fonction SmartLabel de GeoConcept : • [Smart] Préparation • [Smart] Linéaires (et Places) • [Smart] Ponctuels • [Smart] Polygones • [Smart] Stratégies • [Smart] Dessin Il existe deux autres genres de couches qui ne sont disponibles qu’avec le module SmartLabel Editor : [Smart] Directions [Smart] Numéros Ces couches qui font partie des couches de collecte sont tout de même lues et dessinées par La fonction SmartLabel de GeoConcept. Se reporter à la documentation du module SmartLabel Editor for GeoConcept pour leur description technique. Couches virtuelles [Smart] de fonctionnement Ce sont les couches : • [Smart] Préparation • [Smart] Stratégies • [Smart] Dessin La présence de chacune des trois couches virtuelles de fonctionnement est indispensable. La préparation et le dessin de la carte sont activés par les couches virtuelles [Smart] Préparation et [Smart] Dessin. Ces couches peuvent être associées à n’importe quel Type / Sous-type. Elles ne sont pas paramétrables. Leur fonction est d’activer le dessin des labels pour toute couche virtuelle [Smart] se trouvant après la couche [Smart] Préparation et avant la couche [Smart] Dessin dans l’ordre d’affichage. Par conséquent, la couche virtuelle [Smart] Préparation doit toujours se trouver en première position dans l’ordre d’affichage par rapport aux autres couches virtuelles [Smart]. La couche virtuelle [Smart] Dessin doit toujours se trouver en dernière position dans l’ordre d’affichage pour que les couches [Smart] intermédiaires soient prises en compte. L’ordre d’affichage est modifiable dans la fenêtre Gérer l’affichage ouverte par le menu Apparence. P.298 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 La couche virtuelle [Smart] Stratégies détermine la stratégie d’affichage de toutes les couches de collecte qui la précèdent. Généralement, elle est placée en avant dernière position juste avant la couche [Smart] Dessin. Avec la fonction SmartLabel de GeoConcept, elle n’est pas paramétrable. Il n’existe qu’une seule stratégie d’affichage, paramétrée par défaut. Consultation des paramètres de la couche virtuelle [Smart] Stratégies Couches virtuelles [Smart] de collecte Il existe trois genres de couches virtuelles [Smart] de collecte utilisables avec la fonction SmartLabel de GeoConcept: • [Smart] Linéaires ; • [Smart] Ponctuels ; • [Smart] Polygones. Les couces de collecte sont associées à un Type ou à un Sous-type spécifique. Elles font référence à un champ dont elles collectent la valeur pour chaque objet. Elles collectent aussi certaines caractéristiques de l’apparence des objets (épaisseur des linéaires, visibilité) de manière à optimiser l’affichage des labels. Il est possible de créer plusieurs couches de chacun de ces genres. Les couches de collecte peuvent être liées soit à un Sous-type, soit à un Type. Une couche de collecte liée à un Type prendra en compte tous les Sous-types du genre adéquat présents dans ce Type (par exemple les Sous-types de genre linéaire s’il s’agit d’une couche [Smart] linéaires). Le Type auxquel est lié une couche virtuelle [Smart] de collecte peut contenir des Sous-types de n’importe quel genre. La couche virtuelle [Smart] ne prendra en compte que les Sous-type du même genre qu’elle. Dans l’arborescence des Types / Sous-types (accessible par le configurateur ou la fenêtre Gestion de l’affichage), la représentation du lien de la couche virtuelle au Type / Sous-type associé est différente selon que la couche est liée à un Type ou à un Sous-Type. P.299 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Couche de collecte liée à un Type : le Type est surligné et montré par une flèche Couche de collecte liée à un Sous-type dont le Type n’est pas développé dans l’arborescence : Le Type est montré par un point P.300 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Couche de collecte liée à un Sous-type dont le Type est développé dans l’arborescence Avec la fonction SmartLabel de GeoConcept les paramètres des couches de collectes ne sont pas modifiables. Néanmoins, les paramètres par défaut sont consultables dans les fenêtres de propriétés des couches virtuelles. Les couches créées avec la fonction SmartLabel de GeoConcept reçoivent les paramètres par défaut enregistrés dans GeoConcept (cf partie Paramètres par défaut dans la présente annexe). Le bloc SmartLabel Un bloc SmartLabel est un groupe de couches virtuelles [Smart] qui dessine des labels sur une carte. Un bloc SmartLabel est donc ouvert par une couche [Smart] Préparation et fermé par une couche [Smart] Dessin. Un bloc comporte au moins une couche [Smart] Statégies et une couche [Smart] collecte. Exemple de bloc SmartLabel Création de couches [Smart] par l’Assistant SmartLabel La commande Données / Analyses > Assistant SmartLabel... ouvre l’assistant SmartLabel de GeoConcept. L’assistant crée la structure nécessaire au fonctionnement de SmartLabel (Nouveau Type / Sous-type, couches virtuelles [Smart]). Toute action effectuée par l’assistant est aussi réalisable directement dans le configurateur. En revanche certaines modifications du paramétrage de SmartLabel ne peuvent pas se faire par l’intermédiaire de l’assistant : P.301 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • créer plusieurs blocs SmartLabel ; • créer des couches virtuelles [Smart] dans des Types préexistants ; • modifier l’ordre des couches virtuelles [Smart] ; • gérer les couches virtuelles [Smart] de fonctionnement. Néanmoins, avec la fonction SmartLabel de GeoConcept l’assitant peut suffire pour la création ou la modification d’un habillage SmartLabel sur une carte. Comparaison : fonction SmartLabel / module SmartLabel Comparaison entre la fonction SmartLabel de GeoConcept et le module SmartLabel Editor fonctionnalité Fonction SmartLabel de GeoConcept Module SmartLabel Editor for GeoConcept Affichage des Labels pour des couches créées avec la version Editor (en tenant compte de tous leurs paramètres d’origine) oui création de couches virtuelles [Smart] Linéaires oui Utilisation des stratégies propres aux couches virtuelles [Smart] Places non création de couches virtuelles [Smart] Ponctuels oui création de couches virtuelles [Smart] Polygones oui création de couches virtuelles [Smart] Directions non création de couches virtuelles [Smart] Numéros non choisir et modifier les attributs graphiques des labels non exporter les couches virtuelles [Smart] au format XML Uniquement pour les couches créées avec la fonction SmartLabel de GeoConcept importer les couches virtuelles [Smart] au format XML Uniquement pour les couches créées avec la fonction SmartLabel de GeoConcept modifier les stratégies d’affichage non choisir le champ dont la valeur est affichée dans les labels et modifier ce choix Uniquement pour les couches créées avec la fonction SmartLabel de GeoConcept oui Rappel des huit genres de couches virtuelles [Smart] : P.302 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 • [Smart] Préparation • [Smart] Linéaires et Places • [Smart] Ponctuels • [Smart] Polygones • [Smart] Stratégies • [Smart] Dessin • [Smart] Directions (reconnue et dessinée, mais non créée par la fonction SmartLabel de GeoConcept) • [Smart] Numéros (reconnue et dessinée, mais non créée par la fonction SmartLabel de GeoConcept) Paramètres par défaut de la fonction SmartLabel de GeoConcept Paramètres par défaut pour la couche [Smart] Stratégies Genre de couche [Smart] concerné Statégie par défaut Pas de répétion : pour une série de tronçons jointifs dont le champ collecté possède la même valeur, un seul Label est affiché (Ex : un seul label « Rue de Tolbiac » sur 10 tronçons constituant la rue de Tolbiac). [Smart] Linéaires Placer texte sur la ligne : les labels sont écrits sur les objets linéaires, le long du filet central. [Smart] Places Non disponibles avec la fonction SmartLabel de GeoConcept. Placer texte en-dessous : SmartLabel tente en premier lieu de placer le texte endessous de l’objet ponctuel. [Smart] Ponctuels Placer texte à droite : si le premier placement n’est pas possible, SmartLabel tente de placer le texte en-dessous de l’objet ponctuel. P.303 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 [Smart] Polygones : Placer texte dans polygone : le texte est placé à l’intérieur de la surface du polygone. [Smart] Directions Non disponibles avec la fonction SmartLabel de GeoConcept. [Smart] Numéros Non disponibles avec la fonction SmartLabel de GeoConcept. Paramètres par défaut pour les couches virtuelles [Smart] Linéaires Champ collecté pour l’affichage des labels Champ Nom de GeoConcept Champ collecté pour l’affichage des labels abbregés Champ Nom de GeoConcept (inactif avec une couche virtuelle [Smart] Stratégies créée avec la fonction SmartLabel de GeoConcept) Taille des polices Automatique Option respecter la visibilité du Sous-type Active : Le label n’est dessiné que si l’objet est visible Type de police de caractères : Arial Couleur de police de caractères : Gris foncé : paramètres RVB : (50,50,50) Hâlo Non Paramètres par défaut pour les couches virtuelles [Smart] Places Aucune statégie disponible dans la fonction SmartLabel de GeoConcept Paramètres par défaut pour les couches virtuelles [Smart] Ponctuels Champ collecté pour l’affichage des labels Champ Nom de GeoConcept Champ collecté pour l’affichage des labels abbregés Champ Nom de GeoConcept (inactif avec une couche virtuelle [Smart] Stratégies créée avec la fonction SmartLabel de GeoConcept) Option respecter la visibilité du Sous-type Active : Le label n’est dessiné que si l’objet est visible Type de police de caractères : Arial Couleur de police de caractères : Gris foncé : paramètres RVB : (50,50,50) Hâlo Non Option Trait de rappel Activée : un trait fait le lient entre le label et le symbole de l’objet ponctuel auquel il est associé Couleur du trait de rappel Gris foncé : paramètres RVB : (50,50,50) Option Symbole fixe et texte flottant Active : l’optimisation de l’affichage ne prend pas en compte le symbole de l’objet ponctuel. Paramètres par défaut pour les couches virtuelles [Smart] Polygoness Champ collecté pour l’affichage des labels Champ Nom de GeoConcept Champ collecté pour l’affichage des labels abbregés Champ Nom de GeoConcept (inactif avec une couche virtuelle [Smart] Stratégies créée avec la fonction SmartLabel de GeoConcept) Taille des polices Automatique P.304 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Option respecter la visibilité du Sous-type Activée : Le label n’est dessiné que si l’objet est visible Type de police de caractères : Arial Couleur de police de caractères : Gris foncé : paramètres RVB : (50,50,50) Hâlo Non Bien qu’elles ne soient pas éditables, les fenêtres de paramétrage des couches virtuelles [Smart] permettent de consulter leurs paramètres. Consultation des paramètres de la couche virtuelle [Smart] Stratégies P.305 Annexe 13 - SmartLabel GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Consultation des paramètres d’une couche virtuelle [Smart] linéaires créée avec la fonction SmartLabel de GeoConcept (paramètres par défaut) Consultation des paramètres d’une couche virtuelle [Smart] linéaire créée avec une version Editor Utilisation optimale des couches [Smart] L’affichage global de tous les labels générés par les couches [Smart] dépend de l’ordre d’affichage des couches virtuelles [Smart] de collecte. La première couche dans l’ordre d’affichage est dessinée en premier lieu. Elle dispose du maximum d’espace de dessin disponible. Au fur et à mesure que les couches [Smart] dessinent des labels sur l’écran, l’encombrement augmente et l’espace disponible diminue. La dernière couche dessinée peut n’afficher que très peu de labels si l’encombrement est important. De manière générale, il est conseillé de placer en premier ordre les labels concernant les objets linéaires, qui disposent d’un espace réduit et dépendant de la direction du linéaire, puis ceux concernant les objets ponctuels qui disposent d’un espace multidirectionnel autour de l’objet et enfin ceux qui concernent les polygones, qui disposent de toute la surface de l’objet. P.306 GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Utiliser plusieurs blocs SmartLabel Généralement, un seul bloc SmartLabel suffit pour une carte. L’utilisation de plusieurs blocs pour un paramétrage plus fin requiert plus d’attention et une bonne connaissance du fonctionnement de SmartLabel. L’optimisation de l’affichage n’a lieu qu’au sein d’un même bloc. Un bloc SmartLabel se comporte donc en réalité comme une couche virtuelle ou un Sous-type. Si deux blocs se suivent, le premier bloc activera l’affichage de labels respectant les règles d’optimisation (non-superposition, lisibilité), puis le second bloc fera de même sans tenir compte de l’affichage généré par le premier bloc. Cela signifie que les labels du second bloc pourront se superposer aux labels du premier bloc. Les labels générés par deux blocs indépendants peuvent donc se superposer. Il peut être intéressant de créer un bloc indépendant pour générer des labels d’habillage auxquels peuvent se superposer du texte. Par exemple, les flêches indiquant le sens des rues peuvent être affichées dans un bloc indépendant affiché avant les labels textuels. Les rues et leur flêchage se comporteront alors comme un fond raster sur lequel viennent s’afficher les textes. P.307 Annexe 20 – Le journal des erreurs GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Annexe 20 – Le journal des erreurs Cette annexe décrit les informations affichées dans le journal des erreurs. Le journal des erreurs peut être consulté à tout moment pendant une session GeoConcept en cliquant sur l’une des icônes suivants qui apparaissent dans l’angle inférieur droit de la fenêtre GeoConcept. La fenêtre qui s’ouvre donne des informations sur les différents processus de la sesssion en cours. La permet de sauvegarder les éléments dans un fichier texte. Les messages qui s’affichent ont différents statuts : = message informatif : ne nuit pas à l’utilisation de GeoConcept = message informatif : une action doit être entreprise pour corriger un problème dans la carte = message d’alerte : certaines fonctionalités du SIG peuvent ne plus fonctionner Ci-après, la liste des messages du journal Noyau K2 Erreurs • Network error: could not find a valid domain controller (Erreur réseau : impossible de trouver un contrôleur de domaine valide) • Network error: could not find a valid domain controller using name %s (Erreur réseau : impossible de trouver un contrôleur de domaine valide avec le nom %s) • Datasource '%s' was not found (Impossible de trouver la source de données '%s') • Datasource '%s' could not be loaded into main document '%s' (Impossible de charger les objets de la source de données '%s' dans le document principal : '%s') • Failed to build index on field %s (La construction de l'index sur le champ %s a échoué) • Failed to add field named %s (L'ajout du champ intitulé %s a échoué) • Failed to add child item named %s (L'ajout du sous-élément intitulé %s a échoué) Avertissements • Duplicate ID (%ld) found (ID en doublon (%ld) trouvé) Messages • Network warning: Network parsing is desactivate (Erreur réseau : le parcours du réseau a été désactivé WebMaps Erreurs • The server has returned an exception: xxx • Cannot test the W@M server. There are missing parameters. • Cannot find file SpatialRefCode.txt P.308 Annexe 20 – Le journal des erreurs GeoConcept Copyright GeoConcept S.A. - Tous droits réservés Version 6.6 - Edition 2 Avertissements • You have reached the maximum number of Virtual Earth queries you can run for your account, or the license server cannot be contacted. • Information sur le nombre de requêtes en cours pour le compte VE. • Cannot get WMS server capabilities • VirtualEarth License server exception : xxx • Retourne l'exception du serveur GeoConcept comptant les requêtes VE • You have reached the maximum number of Virtual Earth queries you can run for your account, or the license server cannot be contacted.Geoportal cannot be displayed at this scale. • Too many tiles to display for this layer. • WebMapsLayer : Minimal scale reached for this coordinate system Messages • You have run {0} Virtual Earth queries. The limit is {1} for your account.