Apple Macintosh User’s Guide the Includes setup, troubleshooting, and important health-related information for the Macintosh LC 630 DOS Compatible Apple sur FNAC.COM

 

 

TELECHARGER LE PDF :

http://manuals.info.apple.com/en_US/9990031ZMACSUGLC630.pdf

 

 

Voir également d'autres Guides APPLE :

Apple-macbook_pro-retina-mid-2012-important_product_info_br

Apple-macbook_pro-13-inch-mid-2012-important_product_info

Apple-macbook_air-11-inch_mid-2012-qs_br

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_MainStage

Apple-Compressor_3_User_Manual_F

Apple-Color_1.0_User_Manual_F

Apple-guide_de_configuration_airport_express_4.2

Apple-TimeCapsule_SetupGuide

Apple-Instruments_et_effets_Logic_Express_8

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_de_WaveBurner

Apple-Macmini_Guide_de_l'utilisateur

Apple-PowerMacG5_UserGuide

Disque dur, ATA parallèle Instructions de remplacement

Apple-final_cut_pro_x_logic_effects_ref_f

Apple-Leopard_Installationshandbok

Manuale Utente PowerBookG4

Apple-thunderbolt_display_getting_started_1e

Apple-Compressor-4-Benutzerhandbuch

Apple-macbook_air_11inch_mid2011_ug

Apple-macbook_air-mid-2012-important_product_info_j

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Apple-Manuel_de_l_utilisateur_d_Utilitaire_de_reponse_d_impulsion

Apple-Aperture_2_Raccourcis_clavier

AppleTV_Setup-Guide

Apple-livetype_2_user_manual_f

Apple-imacG5_17inch_harddrive

Apple-macbook_air_guide_de_l_utilisateur

Apple-MacBook_Early_2008_Guide_de_l_utilisateur

Apple-Keynote-2-Guide-de-l-utilisateur

Apple-PowerBook-User-s-Guide-for-PowerBook-computers

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide-5200CD-and-5300CD

Apple-Macintosh-Performa-User-s-Guide

Apple-Workgroup-Server-Guide

Apple-iPod-nano-Guide-des-fonctionnalites

Apple-iPad-User-Guide-For-iOS-5-1-Software

Apple-Boot-Camp-Guide-d-installation-et-de-configuration

Apple-iPod-nano-Guide-de-l-utilisateur-4eme-generation

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Power Mac G5 Guide de l’utilisateur APPLE

Guide de l'utilisateur PAGE '08 APPLE

Guide de l'utilisateur KEYNOTE '09 APPLE

Guide de l'Utilisateur KEYNOTE '3 APPLE

Guide de l'Utilisateur UTILITAIRE RAID

Guide de l'Utilisateur Logic Studio

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 5.1

PowerBook G4 Premiers Contacts APPLE

Guide de l'Utilisateur iphone pour le logiciel ios 5.1 APPLE

Guide de l’utilisateur ipad Pour le logiciel iOS 4,3

Guide de l’utilisateur iPod nano 5ème génération

Guide de l'utilisateur iPod Touch 2.2 APPLE

Guide de l’utilisateur QuickTime 7  Mac OS X 10.3.9 et ultérieur Windows XP et Windows 2000

Guide de l'utilisateur MacBook 13 pouces Mi 2010

Guide de l’utilisateur iPhone (Pour les logiciels iOS 4.2 et 4.3)

Guide-de-l-utilisateur-iPod-touch-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-iPad-2-pour-le-logiciel-ios-4-3-APPLE

Guide de déploiement en entreprise iPhone OS

Guide-de-l-administrateur-Apple-Remote-Desktop-3-1

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Xserve-Diagnostics-Version-3X103

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802.11n-5e-Generation

Guide-de-configuration-AirPort-Extreme-802-11n-5e-Generation

Guide-de-l-utilisateur-Capteur-Nike-iPod

Guide-de-l-utilisateur-iMac-21-5-pouces-et-27-pouces-mi-2011-APPLE

Guide-de-l-utilisateur-Apple-Qadministrator-4

Guide-d-installation-Apple-TV-3-eme-generation

User-Guide-iPad-For-ios-5-1-Software

ð Macintosh User’s Guide the Includes setup, troubleshooting, and important health-related information for the Macintosh LC 630 DOS Compatible K Apple Computer, Inc. © 1995 Apple Computer, Inc. All rights reserved. Under the copyright laws, this manual may not be copied, in whole or in part, without the written consent of Apple. Your rights to the software are governed by the accompanying software license agreement. The Apple logo is a trademark of Apple Computer, Inc., registered in the U.S. and other countries. Use of the “keyboard” Apple logo (Option-Shift-K) for commercial purposes without the prior written consent of Apple may constitute trademark infringement and unfair competition in violation of federal and state laws. Every effort has been made to ensure that the information in this manual is accurate. Apple is not responsible for printing or clerical errors. Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 (408) 996-1010 Apple, the Apple logo, AppleShare, AppleTalk, ImageWriter, LaserWriter, Macintosh, MacTCP, ProDOS, QuickTime, and StyleWriter are trademarks of Apple Computer, Inc., registered in the U.S. and other countries. Apple Desktop Bus, AppleScript, Balloon Help, Disk First Aid, Finder, Macintosh PC Exchange, PlainTalk, PowerTalk, and QuickDraw GX are trademarks of Apple Computer, Inc. Adobe, Adobe Illustrator, Adobe Photoshop, and PostScript are trademarks of Adobe Systems Incorporated, which may be registered in certain jurisdictions. Epson is a registered trademark of Seiko Epson Corporation. ExposurePro is a registered trademark of Baseline Publishing, Inc. Helvetica and Times are registered trademarks of Linotype-Hell AG and/or its subsidiaries. Hewlett-Packard, LaserJet, and PCL are registered trademarks of Hewlett-Packard Company. MacLink Plus is a trademark of Data Viz., Inc. Microsoft and MS-DOS are registered trademarks of Microsoft Corporation.Windows is a trademark of Microsoft Corporation and SoftWindows is a trademark used under license. NetWare is a registered trademark of Novell, Inc. QMS is a registered trademark of QMS, Inc. QuarkXPress is a registered trademark of Quark, Inc. Sound Blaster is a trademark of Creative Technology, Ltd. SuperPaint is a trademark of Aldus Corporation, a subsidiary of Adobe Systems Incorporated which may be registered in certain jurisdictions. Tektronix is a registered trademark of Tektronix, Inc. Simultaneously published in the United States and Canada. Mention of third-party products is for informational purposes only and constitutes neither an endorsement nor a recommendation. Apple assumes no responsibility with regard to the performance or use of these products.iii Communications regulation information vii Preface Your DOS-compatible Macintosh computer ix 1 Getting Started 1 Plugging in the computer 1 Installing an expansion card 3 Connecting a monitor 3 Connecting the mouse and keyboard 6 Connecting other equipment 7 Turning the computer on 8 Problems turning your computer on? 10 What’s next? 11 Learning the basics 12 Reviewing the basics 13 Turning the computer off 14 Where to find answers 15 Contents2 Getting Help 17 Getting answers to your questions 18 Identifying objects on the screen 26 Learning useful shortcuts 27 3 Connecting Additional Equipment 29 Where to connect additional equipment 30 Connecting an Apple PlainTalk Microphone 31 Connecting external stereo speakers 32 Connecting a game controller 33 Expanding memory 34 Installing internal drives 34 4 Installing and Using Application Programs in the Macintosh Environment 35 Installing Macintosh application programs 36 Working with several programs at a time 37 Backing up your files 38 5 Operating in the PC Environment 39 Switching between the Macintosh and PC environments 40 Setting up the PC environment 42 Working in the PC environment 44 Running network software 53 Using multimedia, MIDI, and game application programs 54 Using Macintosh peripherals in the PC environment 55 Using PC peripherals 59 iv Contents6 Configuring the PC Environment 61 Choosing settings 62 Configuring the PC serial ports 63 Setting the monitor 64 Setting the time and date 64 Setting shared memory 65 Choosing shared folders or volumes 67 Turning on PC sounds 69 Configuring drives C and D 70 Managing PC files from the Mac OS 71 Changing the size of the drive container 72 Understanding the status line 76 7 Troubleshooting in the Macintosh Environment 77 When you have questions 77 When you run into trouble 77 Solutions to common problems 80 Initializing a hard disk 93 Repairing a damaged disk 97 Installing or reinstalling Mac OS system software 102 8 Troubleshooting in the PC Environment 113 When you have questions 113 Reinstalling the DOS-Compatibility Software 119 Contents vAppendix A Health, Safety, and Maintenance Tips 129 Health-related information about computer use 129 Safety instructions 134 Handling your computer equipment 135 Cleaning your equipment 139 Locking and unlocking the mouse 141 Appendix B Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 143 Opening the computer 145 Installing a communication card 148 Installing a SIMM for the PC environment 149 Closing the computer 154 Appendix C Special Keys on Your Keyboard 157 Appendix D Installing Macintosh Easy Open 159 Choosing an application to open a document 159 Using the Macintosh Easy Open control panel 161 Appendix E Installing Network Management Software 163 Installing NetWare client software 163 Installing Novell’s LAN Workplace for DOS TCP/IP software 167 Installing NetManage’s Chameleon TCP/IP software 169 Installing Windows for Workgroups 173 Installing Spry’s Air Series TCP/IP software 173 Installing Mosaic 177 Index 179 vi ContentsCommunications regulation information FCC statement This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and television interference The equipment described in this manual generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures: m Turn the television or radio antenna until the interference stops. m Move the computer to one side or the other of the television or radio. m Move the computer farther away from the television or radio. m Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. You may find the following booklet helpful: Interference Handbook (stock number 004-000-00493-1). This booklet, prepared by the Federal Communications Commission, is available from the U.S. Government Printing Office, Washington, DC 20402. IMPORTANT Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the FCC Certification and negate your authority to operate the product. This product was tested for FCC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple-authorized dealer. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. Communications regulation information viiDOC statement DOC Class B Compliance This digital apparatus does not exceed the Class B limits for radio noise emissions from digital apparatus as set out in the interference-causing equipment standard entitled “Digital Apparatus,” ICES-003 of the Department of Communications. Observation des normes—Classe B Cet appareil numérique respecte les limites de bruits radioélectriques applicables aux appareils numériques de Classe B prescrites dans la norme sur le matériel brouilleur : “Appareils Numériques”, NMB-003 édictée par le ministre des Communications. VCCI statement CD-ROM drive WARNING Making adjustments or performing procedures other than those specified in your equipment’s manual may result in hazardous exposure. WARNING Do not attempt to disassemble the cabinet containing the laser. The laser beam used in this product is harmful to the eyes. The use of optical instruments, such as magnifying lenses, with this product increases the potential hazard to your eyes. For your safety, have this equipment serviced only by an Apple-authorized service provider. If you have an internal Apple CD-ROM drive in your computer, your computer is a Class 1 laser product. The Class 1 label, located on the computer, indicates that the drive meets minimum safety requirements. A service warning label is on the CD-ROM drive inside the computer. viii Communications regulation informationYour Macintosh includes hardware and software that let you use DOS and Windows application programs directly on your Macintosh computer. It contains a high-performance microprocessor that’s fully compatible with the latest DOS and Windows software. You can m simultaneously run Macintosh operating system (Mac OS) and PC application programs m switch between the Mac OS and PC environment at any time without quitting the applications you’re using m view the current environment on a single monitor m use the same hard disk for both Mac OS and PC software m share files and folders (directories) between the Mac OS and the PC environment m cut, copy, and paste data between Mac OS and DOS or Windows documents m use your Macintosh keyboard and mouse with PC software m use your Macintosh modem, monitor, and printer with PC software, or connect PC-compatible equipment m use a joystick or other game controller with PC application programs ix Your DOS-Compatible Macintosh Computerm share the random-access memory (RAM) in your Macintosh with the PC environment, or use a memory module (SIMM) for the exclusive use of the PC environment m use the built-in Macintosh serial ports with PC software m access PC CD-ROM discs using an Apple CD-ROM drive m play Sound Blaster-compatible sounds m communicate with network servers and other computers running PC software To begin, follow the instructions in Chapters 1 and 2 to set up your computer and get started using it. Read Chapters 3 and 4 when you are ready to connect additional equipment to your computer and install Mac OS application programs. Read Chapters 5 and 6 to start using DOS and Windows application programs on your Macintosh computer. Turn to Chapters 7 and 8 if you have questions or problems using your Macintosh. x Your DOS-Compatible Macintosh ComputerMonitor cable (sometimes built into the monitor) Monitor power cord (sometimes built into the monitor) Computer power cord Keyboard Monitor Macintosh DOS-compatible computer Mouse Keyboard cable (sometimes built into the keyboard as shown here)The illustration on the facing page shows all the equipment you need to set up your computer and begin using it. Place your equipment on a sturdy, flat surface near a grounded wall outlet. Before following the setup instructions in this chapter, you may want to read “Arranging Your Office” in Appendix A (in the section on health-related information) for tips on adjusting your work furniture so that you’re comfortable when using the computer. Plugging in the computer Before you plug your Macintosh into a wall socket, carefully read all the setup instructions in this chapter. Then, before you connect anything to your Macintosh, follow the instructions in this section to plug it in. The plug grounds the computer and protects it from electrical damage while you are setting up. 1 1 Getting Started Follow the instructions in this chapter to set up your computer and learn the basics.When you are ready to begin, follow these steps: 1 Plug the socket end of the computer’s power cord into the recessed power cord socket (marked with the symbol ²) on the back of the computer. 2 Plug the other end of the power cord into a three-hole grounded outlet or power strip. Choose a power outlet to which you have easy access. IMPORTANT Be sure that at least one end of the power cord is within easy reach so that you can unplug the computer when you need to. If the computer starts up: If you hear a tone, the computer has started up and you need to turn it off before proceeding. Press the power button (also called the standby power button) located on the back of the computer to turn the computer off. Power cord plug Power cord socket Standby power button WARNING This equipment is intended to be electrically grounded.Your Macintosh is equipped with a three-wire grounding plug—a plug that has a third (grounding) pin. This plug will fit only a grounded AC outlet. This is a safety feature. If you are unable to insert the plug into the outlet, contact a licensed electrician to replace the outlet with a properly grounded outlet. Do not defeat the purpose of the grounding plug! 2 Chapter 1Installing an expansion card If you purchased any expansion cards for your Macintosh or extra memory for use in the PC environment, install the cards or memory now. (For instructions, see Appendix B, “Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment,” as well as the documentation that came with the cards or memory module.) If you don’t have an expansion card or memory to install, go on to the next section, “Connecting a Monitor.” Connecting a monitor You can connect many types of monitors to your Macintosh. To connect a monitor from a manufacturer other than Apple, refer to the instructions that came with the monitor. Connecting the monitor power cord Monitors have two cords to connect—a power cord and a monitor cable. To connect the monitor power cord, follow these steps: 1 Place the monitor where you will be using it. You can place a monitor with a 15-inch or smaller screen on top of your computer. Don’t place larger monitors on the computer. Keep these considerations in mind: m Allow a few inches for air circulation around the sides of the computer and monitor. m Make sure that the top of the screen is slightly below eye level when you’re sitting at the keyboard. m Position the monitor to minimize glare and reflections on the screen from overhead lights and windows. m Consult “Arranging Your Office” in the section “Health-Related Information About Computer Use” in Appendix A for suggestions on locating your computer equipment. Getting Started 32 Connect the monitor power cord to the monitor. On some monitors, the cord is already attached. 3 Plug in the monitor power cord. Be sure to plug the power cord into a three-hole grounded outlet or power strip. Monitor power cord Monitor power socket 4 Chapter 1Connecting the monitor cable After you plug in the monitor power cord, you connect the monitor cable to the computer’s monitor port. To connect the monitor cable, follow these steps: 1 Attach the monitor cable to the monitor. On some monitors, the cable is already attached (as shown below). 2 Attach the monitor cable to the monitor port on the back panel of the computer. The monitor port is on the upper-right corner of the back panel. It is marked with the ª icon (symbol). Be sure you plug the cable into the correct port. Monitor cable ª Monitor port Getting Started 5Connecting the mouse and keyboard You have a choice of several keyboards for your Macintosh. The way you connect the mouse and keyboard depends on whether the keyboard has a separate cable or a built-in cable. Connecting a keyboard with a separate cable 1 Plug the mouse cable into the port on either side of the keyboard. Most right-handed people prefer to use the mouse with their right hand; most left-handed people prefer to use their left hand. Plug the mouse into the port on the side you prefer. The plug and the port are marked with the × icon (symbol). Align the symbols before you insert the plug. (The positions of the port and icon on your keyboard may be different from those pictured here.) By the way: A port marked with the × icon is called an Apple Desktop Bus (ADB) port. 2 Plug the keyboard cable (both ends are the same) into the other port on the keyboard. If you plugged the mouse cable in on the right, for example, plug the keyboard cable in on the left. 3 Plug the keyboard cable into the port marked with the × icon on the back of the computer. Some monitors have a port to which you can connect the keyboard or mouse. See the information that came with your monitor. ADB icon 6 Chapter 1Connecting a keyboard with a built-in cable 1 Plug the mouse cable into the recessed port on the back of the keyboard. The plug and the port are marked with the × icon (symbol). The positions of the port and icon on your keyboard may be different from those pictured. By the way: A port marked with the × icon is called an Apple Desktop Bus (ADB) port. 2 Plug the keyboard cable into the port marked with the × icon on the back of the computer. Some monitors have a port to which you can connect the keyboard or mouse. See the information that came with your monitor. Connecting other equipment If you are new to the Macintosh, it’s a good idea to get some experience using your computer before you connect other equipment, such as a printer or scanner. To learn basic Macintosh skills, continue with the instructions in this chapter. When you’re ready to connect other equipment to your Macintosh, see the instructions in Chapter 3. This cable plugs into the Apple Desktop Bus (ADB) port on the back of the computer. The ADB port on the computer is marked with the × icon. Plug the mouse into the recessed port on the keyboard. The flat part of the plug should be pointing down, as shown here. Getting Started 7Turning the computer on Follow these steps to turn the computer on: 1 Turn on the monitor. See the information that came with your monitor for the location of the power button. 2 Turn on your computer by pressing the Power key. The Power key is at the top of the keyboard. You can recognize this key by the triangle outline on it (P). You hear a tone from the computer as it starts up. 8 Chapter 13 Check to see what’s on your screen. m If you see the Macintosh desktop, as in the illustration below, your system software has already been installed, and your computer is ready to use. Skip now to the section “What’s Next?” later in this chapter. m If you see a blinking question mark, you need to install system software on your computer’s hard disk. (System software is the set of programs your computer uses to start itself up.) See “Installing or Reinstalling Mac OS System Software” in Chapter 7 for information on how to install system software. m If you see anything else on your screen, or nothing at all, see the next section, “Problems Turning Your Computer On?” Getting Started 9 Macintosh desktop Hard disk iconProblems turning your computer on? If you don’t see anything on the screen, check these items to see if you can identify the problem: m Is the computer plugged into a power source? If it is plugged into a power strip, is the power strip turned on? m Is the computer turned on? The power-on light on the front panel should be on. If it isn’t on, press the standby power button on the computer’s back panel (marked with the symbol ¨). m Are the keyboard and mouse cables connected correctly? (Don’t disconnect the keyboard or mouse cable while the computer is on. You could damage your equipment.) m Is the monitor power cord plugged in? m Is the monitor turned on? (Check the power-on light on the front of the monitor.) m Is the monitor cable attached firmly to both the monitor and computer? m Is the brightness control on the monitor adjusted correctly? (On Apple monitors, the brightness control is marked with the symbol Û.) 10 Chapter 1What’s next? Congratulations! You’ve finished setting up your computer. Now continue with one of the following steps: m If you are new to the Macintosh, turn to the next section, “Learning the Basics.” m If you are an experienced Macintosh user, turn to Chapter 2, “Getting Help,” to learn about Macintosh Guide, your main source of information when you’re working with the Mac OS (the Macintosh environment). m If you want to connect other equipment, such as a printer, to your computer, see Chapter 3, “Connecting Additional Equipment.” m If you want to start using DOS or Windows application programs on your Macintosh, turn to Chapter 5, “Operating in the PC Environment.” Before you begin working with your computer, be sure to read the important health and safety information in Appendix A. IMPORTANT If you need to turn off your computer at any point, please see “Turning the Computer Off” later in this chapter. It is very important to use the correct procedure for shutting down your Macintosh before turning it off. Getting Started 11Learning the basics If you are new to the Macintosh, you should begin by looking at the easy-touse program called the Macintosh Tutorial. The tutorial teaches you the basic skills you’ll need to use your computer in the Macintosh environment. To start the tutorial, follow these steps: 1 Slide the mouse along your mouse pad or desk. Hold the mouse as shown, with the cable pointing away from you. Don’t press the mouse button (under your index finger). Notice that the arrow (8) on the screen moves in the same direction that you move the mouse. If the arrow doesn’t move, make sure that the cables connecting the mouse and keyboard are secure and that your mouse is positioned as shown in the illustration. 2 Move the tip of the arrow (8) to the question mark (h) in the upper-right portion of the screen. If you run out of room on your mouse pad or desk while moving the mouse, pick up the mouse and place it where there’s more room. (The arrow on the screen moves only when the mouse is in contact with the mouse pad or desk.) 3 With the tip of the arrow on the question mark, press and hold down the mouse button. A list of choices (called a menu) appears. This is the Guide (h) menu, which is the place to go when you have a question about how to use your computer in the Macintosh environment (Mac OS). (The Guide [h] menu is not available when you’re in the PC environment.) Mouse button 12 Chapter 14 While holding down the mouse button, move the arrow until the words “Macintosh Tutorial” are highlighted, then release the mouse button. A window appears welcoming you to the tutorial. You can set this book aside for now and follow the instructions on the screen. When you have completed the tutorial, return to this book. Reviewing the basics The following illustration summarizes many of the basic skills and terms you learned from the tutorial. Getting Started 13 To throw away an item you no longer want, drag it to the Trash and choose Empty Trash from the Special menu. This icon represents your computer’s internal hard disk. To change the size or shape of a window, drag the size box. To bring hidden portions of a window’s contents into view, click the scroll arrows. The strip across the top of the screen is called the menu bar. The symbols and words in it represent menus of commands. Icons are small pictures that represent disks, folders, programs, and documents. To open an icon, click the icon twice quickly. Windows are boxes that display text, graphics, or icons. To bring a partially covered window to the front, click anywhere in the window. To close a window, click the close box. You can have several application programs open at once. To see which program is active or to switch from one program to another, use this menu (called the Application menu). To find an answer to a question about the Macintosh environment, look in the Guide (h) menu. To move a window, drag it by the title bar.Turning the computer off To turn the computer off, you choose Shut Down from the Special menu. Detailed instructions follow. 1 Move the tip of the arrow to the word “Special” at the top center of the screen. If the word “Special” does not appear at the top of the screen, you’re working in the wrong program. Pull down the Application menu (to the right of the Guide [h] menu) and choose Finder. Then try step 1 again. 2 With the tip of the arrow on the word “Special,” press and hold down the mouse button. 3 While holding down the mouse button, move the arrow down the list of choices until the words “Shut Down” are highlighted, then release the mouse button. You can also shut down your computer from the keyboard. 1 Press the Power key (marked with a triangle) on the keyboard. You will see a message asking whether you want to shut down or continue working. 2 Click Shut Down. To turn the computer on, simply press the Power key again. WARNING Do not turn the computer off by pressing the standby power button on the back panel. If you do so, you may lose any work you haven’t previously saved to a disk. You also risk losing any open documents. 14 Chapter 1Where to find answers When you have questions about using your Macintosh, there are several places you can look for answers. In this book Use this book to help you set up your computer and learn about it, or to find solutions to problems. In the Guide menu The Guide menu (marked with the h icon) is your main source of information about the Macintosh environment. To learn how to get different kinds of help from the Guide menu, see Chapter 2 in this book. In other manuals For answers to questions about other equipment or about application programs you have purchased, see the manuals that came with the equipment or programs. Manuals for DOS and Windows are included with your computer. From Apple’s customer support hotline If you can’t find an answer in any of the materials provided, call the customer support hotline. (The phone number for the hotline is in the service and support information that came with your computer.) User’s Guide Macintosh Getting Started 15The Guide menu is your main source of information when you’re working with your computer in the Macintosh environment. The menu is identified by a question mark (h) in the upper-right corner of the screen. (If you need instructions on using DOS or Windows, see the appropriate manual.) 17 2 Getting Help Use the instructions in this chapter to learn about the help available to you in the Guide menu.Getting answers to your questions When you have a question while working in the Macintosh environment, you can get the answer by choosing Macintosh Guide from the Guide menu. 1 Pull down the Application menu (in the upper-right corner of the screen) and choose Finder to make it the active application program. A checkmark in the menu indicates that the Finder is the active program. 2 Pull down the Guide menu (marked with the h icon) and choose Macintosh Guide. The Macintosh Guide window appears. Whenever you use Macintosh Guide, its window remains in front of other windows. If the window gets in your way, you can move it by dragging its title bar (the gray bar across the top of the window). 18 Chapter 23 Notice the three buttons at the top of the window: Topics, Index, and Look For. Macintosh Guide gives you three ways of finding information: m Topics lets you choose from a list of general subjects; it is like the table of contents in a book. m Index lets you choose from an alphabetical list of more specific subjects; it is like the index in a book. m Look For lets you search for information related to a specific word or phrase that you type. In the following sections you will practice using each method. If you have problems while using Macintosh Guide, see “Tips for Using Macintosh Guide” later in this chapter. Getting answers with the Topics button 1 In the Macintosh Guide window, click the Topics button. A list of general topics appears on the left side of the Macintosh Guide window. (Depending on the hardware and software you have, the list of topics may look different.) Getting Help 192 Click “Setting Options” in the list of topics. When you click any topic area, a list of related questions appears on the right side of the Macintosh Guide window. 3 Click the question “How do I set the time and date?” and then click OK. Or double-click the question. A small window appears with instructions for you to follow. 4 Read and follow the instructions in this window. Macintosh Guide provides step-by-step instructions to answer the question you selected. When you have completed each step, click the right arrow in the lower-right corner to see the next step. 5 When you have completed all the steps, click the Topics button in the lower-left corner to return to the main Macintosh Guide window. Now continue with the next section. 20 Chapter 2 Click here to see the next step (if there is one). To get instructions, click a question… …and then click OK. If you want to return to the main Macintosh Guide window, click here.Getting answers with the Index button 1 In the Macintosh Guide window, click the Index button. An alphabetical list of subjects appears on the left side of the window. 2 Scroll through the alphabetical list until the phrase “background pattern” is visible. You can scroll through the list either by dragging the slider to the letter B or by using the scroll bar at the right of the list. 3 Click the phrase “background pattern” in the alphabetical list. When you click any index entry, a list of related questions appears on the right side of the Macintosh Guide window. Getting Help 21 Scroll bar Slider To get instructions, click a question… …and then click OK.4 Click the question “How do I change the background pattern?” and then click OK. Or double-click the question. A small window appears with instructions for you to follow. 5 Read and follow the instructions in the window. Macintosh Guide provides step-by-step instructions to answer the question you selected. When you have completed each step, click the right arrow in the lower-right corner to see the next step. 6 When you have completed all the steps, click the Topics button in the lower-left corner to return to the main Macintosh Guide window. Now continue with the next section. 22 Chapter 2 Click here to see the next step (if there is one). If you want to return to the main Macintosh Guide window, click here.Getting answers with the Look For button 1 In the Macintosh Guide window, click the Look For button. A small box appears on the left side of the window, where you can type text. 2 Click the arrow button to activate the text box. 3 Type “sound” in the text box and then click Search. When you click Search, a list of questions related to the word or phrase you typed appears on the right side of the Macintosh Guide window. Getting Help 23 To activate the text box, click here. Type a word or phrase in the text box… …and then click here. To get instructions, click a question… …and then click OK.4 Click the question “How do I change the beep sound?” and then click OK. Or doubleclick the question. A small window appears with instructions for you to follow. 5 Read and follow the instructions in the window. Macintosh Guide provides step-by-step instructions to answer the question you selected. When you have completed each step, click the right arrow in the lower-right corner to display the next step. 6 When you have completed all the steps, click the close box in the upper-left corner to close Macintosh Guide. 24 Chapter 2 If you want to close Macintosh Guide, click here. Click here to see the next step (if there is one).Tips for using Macintosh Guide Here are a few tips for using Macintosh Guide effectively: m Macintosh Guide is available only in the Macintosh environment, and only when you are in the Finder—the desktop area where you can see the icons of disks, folders, and files. (Other programs may also have help available in the Guide menu, however.) If you don’t see Macintosh Guide in the Guide menu, pull down the Application menu (to the right of the Guide menu) and choose Finder. m Follow the steps when you’re instructed to; don’t skip ahead or read ahead. That way the computer can check to make sure you’ve done a step correctly. m Unlike most windows, the Macintosh Guide window stays in front of other windows on the screen so that your instructions are never covered. If you need to move the Guide window out of the way, drag it by the title bar at the top of the window. You can also move the window out of the way by clicking the zoom box. Click the box once to shrink the window; click it a second time to expand the window to its original size. m If you need more information about an instruction or a term, click the button labeled “Huh?” to get further explanation. (The “Huh?” button is dimmed when no additional information is available.) m If you want to return to the main Macintosh Guide window, click the Topics button in the lower-left corner of the Guide window. m When you’re finished using Macintosh Guide, click the close box in the upper-left corner of the window. Getting Help 25 Zoom box Close box Title bar Topics button “Huh?” button Right arrowIdentifying objects on the screen Sometimes you’ll see an unfamiliar item on the screen and ask yourself, “What’s that?” You can get an answer by using a Macintosh feature known as Balloon Help. Balloon Help explains the function of icons, menus, commands, and other items in the Macintosh environment using balloons like those you see in comic strips. Follow these steps to use Balloon Help: 1 Pull down the Guide menu (marked with the h icon) and choose Show Balloons. 2 Point to any object on the screen that you want to identify. A balloon appears next to the object. In the following illustration, for example, pointing to the Trash displays a balloon that explains how to use the Trash to throw items away. Although balloons appear next to items when you point to them, the way you work does not change; you can still select icons, choose commands, and so on. 3 When you’re finished using Balloon Help, choose Hide Balloons from the Guide menu. 26 Chapter 2Learning useful shortcuts You can perform many tasks in the Finder more quickly if you use keyboard or mouse shortcuts. For example, instead of clicking an icon and choosing Open from the File menu, you can simply double-click the icon to open it. Follow these steps to learn keyboard and mouse shortcuts: 1 Pull down the Guide menu (marked with the h icon) and choose Shortcuts. The main Macintosh Shortcuts window appears. Getting Help 272 Click one of the category buttons. Another window appears, describing shortcuts for that category. 3 Read about the shortcuts available for the category you selected. Click the right arrow in the lower-right corner of the window to display the next window (if there is one). 4 When you finish reading about the shortcuts for your category, click the Topics button in the lower-left corner to return to the main Macintosh Shortcuts window. Or click the close box in the upper-left corner to close the window. 28 Chapter 2 If you want to close the window, click here. Click here to see the next window (if there is one). Click here to return to the main Macintosh Shortcuts window for more categories.The illustration below shows a basic Macintosh system. You can expand your computer system by connecting additional hardware (such as a printer, modem, or external audio speakers). Mouse Monitor Computer Keyboard Hard disk drive (internal) Floppy disk drive CD-ROM drive (optional) Volume buttons Use these buttons to change the volume of the computer’s sound. CD-ROM drive Open/Close button Power-on light Headphone jack Remote control sensor - f 29 3 Connecting Additional Equipment Read this chapter for information on expanding your computer system with additional hardware.Where to connect additional equipment The illustration on this page shows where equipment should be connected to your computer. For instructions on connecting additional equipment such as a printer or scanner, see the manual that came with the equipment. - W Modem port [ Printer port Connects your Macintosh to a printer or LocalTalk network. V ADB port Connects your Macintosh to input equipment, such as a keyboard or a trackball. Å g SCSI port Connects your Macintosh to SCSI equipment, such as hard disk drives and scanners. Connects an external modem to your Macintosh. Sound output port Connects your Macintosh to headphones, externally powered (amplified) speakers, or other audio output equipment. Sound input port Connects your Macintosh to a professional-quality microphone or other audio input equipment. F Security lock port Standby power button ² Power socket ª Monitor port Connects your monitor to your Macintosh. Communication card access cover Covers port for optional communication card. Joystick port Connects your Macintosh to a joystick or other game controller. (For the PC environment only.) Video input card (optional) Connects your Macintosh to a video camera, VCR, or other video equipment. TV tuner card (optional) Connects your Macintosh to an external TV antenna or cable TV service. ¨ 30 Chapter 3Connecting an Apple PlainTalk Microphone Your computer has a sound input port, which you can use to connect an Apple PlainTalk Microphone. Use PlainTalk only: You should connect only the Apple PlainTalk Microphone. Other models of microphone will not work with your Macintosh. To connect the microphone, do this: m Plug the microphone’s connector into the sound input port (marked with the icon X) on the back of the computer. Sound input port Sound output port Connecting Additional Equipment 31Connecting external stereo speakers You can take advantage of your computer’s stereo sound output by attaching externally powered (amplified) speakers. (Only externally powered speakers will work with your Macintosh.) 1 Assemble the speakers and the cable you need. You need a cable with stereo miniplugs at each end to connect one or both speakers to the computer. (Some speakers require a dual-plug adapter. Others, like those shown here, accept a single stereo miniplug and are joined by standard speaker wires.) The following illustration shows the equipment configuration and the connections for a computer sound system. 2 Turn off the Macintosh. 3 Plug a stereo miniplug into the sound output port on the Macintosh. 4 Plug a stereo miniplug into the Audio In port on one of the speakers. If the speakers take a dual-plug cable, connect both plugs to the speakers’ Audio In ports. Stereo miniplug Audio In port - Sound output port Externally powered speakers 32 Chapter 35 Connect the speakers together with speaker wires, if necessary. 6 Turn on the computer. You hear the computer’s sound through the external speakers. Note: To control the volume of your external speakers, use the volume button on the front of the computer. If you are playing an audio compact disc (CD), you may also need to adjust the volume control in the program you’re using to play CDs. For more information on sound and playing audio CDs, see the “Sound” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. For information on hearing sounds in the PC environment, see “Turning On PC Sounds” in Chapter 6. Connecting a game controller Connect a game controller, such as a joystick, as shown. m Attach the joystick’s connector to the joystick port on the lower-right corner of the computer’s back panel. Tighten the thumbscrews securely. Joystick port Connecting Additional Equipment 33Expanding memory The random-access memory (RAM) in your computer can be expanded. Installing additional RAM adds more memory chips to your computer and expands its capabilities. The Technical Information booklet that came with your computer describes how much additional memory can be installed in your Macintosh. You can also add up to 32 megabytes (MB) of RAM for use exclusively in the PC environment. See Appendix B, “Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment,” for further information. Memory for your computer is provided in packages called Single Inline Memory Modules (SIMMs). The SIMMs must be the correct type for your computer. It is very important that the SIMMs be correctly installed in your Macintosh. Incorrect installation can result in errors, unpredictable results, and damage to your equipment and data. Installing internal drives Your Macintosh can hold up to three internal storage devices, including a floppy disk drive, a CD-ROM (compact disc read-only memory) drive, and a hard disk drive (several capacities are available). These drives may already be installed. If you want to add or replace an internal drive, see your Appleauthorized dealer. WARNING To avoid damage to your computer, Apple recommends that only an Apple-certified technician install additional RAM. Consult the service and support information that came with your computer for instructions on how to contact an Apple-authorized service provider or Apple for service. If you attempt to install additional RAM yourself, any damage you may cause to your equipment will not be covered by the limited warranty on your computer. See an Apple-authorized dealer or service provider for information about this or any other warranty question. 34 Chapter 3Your computer has several Macintosh application programs already installed, as well as some Macintosh programs that must installed before you can use them. You will need to run an application program’s Installer program before the application program will work. You’ll find these programs on your hard disk. You may want to experiment with AppleScript, one of the programs on your hard disk. With AppleScript you can automate tasks in the Finder and other scriptable programs (programs that support AppleScript). Instructions for using AppleScript are included in the AppleScript folder. If your computer has enough memory, you can install QuickDraw GX and PowerTalk. QuickDraw GX gives your computer more powerful printing and font capabilities. PowerTalk provides an open collaboration environment with a universal mailbox and other electronic mail services. To install each of these programs, open the folder of the item you want to install and double-click the Installer icon. Another program, Video Monitor, is for use with computers that have audiovisual (AV) capabilities. For information on using Video Monitor, see the “Video” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. If you want to install DOS application programs, see Chapter 5, “Operating in the PC Environment,” and refer to your DOS manual. 35 4 Installing and Using Application Programs in the Macintosh Environment Read this chapter for information on installing and using application programs in the Mac OS.Installing Macintosh application programs You’ll probably want to buy and install additional application programs. See the manuals you receive with your programs for instructions on installing and using them. In most cases, you’ll install a Macintosh application program on your internal hard disk from floppy disks that contain the program. The following illustration shows how to insert a floppy disk in your computer’s floppy disk drive. To use your programs most effectively, follow these guidelines: m Put only one copy of each program on your hard disk. Having more than one copy can cause errors. m Whenever you copy a program disk to your hard disk, be careful not to copy a System Folder. Always check to see what you’ve copied, and drag any extra System Folders to the Trash. m If a program malfunctions consistently, try installing a fresh copy. If that doesn’t help, find out from the software manufacturer whether your version of the program is compatible with the system software you’re using. For instructions on how to eject floppy disks, see the “Disks” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. Insert the floppy disk, metal end first, into the floppy disk drive of your computer. 36 Chapter 4Working with several programs at a time You can open as many application programs and desk accessories as your computer’s memory allows. All open programs in the Mac OS are listed in the Application menu at the right end of the menu bar. The name of the active program (the one you’re using right now) has a checkmark next to it, and its icon appears in the menu bar. You can have programs open in both the Macintosh and PC environments at the same time, but only your Macintosh programs appear in the Application menu. Finding out which programs are open If you have several programs and windows open, you can find out which program is active and which other programs are open by pulling down the Application menu. Switching programs You can switch to another open program or desk accessory by choosing its name from the Application menu. If a program’s icon is dimmed in the menu, that means its windows are hidden. Choosing the program from the Application menu displays its windows. You can also switch to another program by clicking in a window that belongs to an open program, or by double-clicking a program icon (or the icon of a document that was created with the program). Installing and Using Application Programs in the Macintosh Environment 37 The Finder icon Commands to hide or display open windows Open programs A checkmark indicates the active program.For instructions on switching from the Macintosh environment to the PC environment, see the section “Switching Between the Macintosh and PC Environments” in Chapter 5. Hiding and showing windows on the desktop You can hide all windows except those of the active program by choosing Hide Others from the Application menu. The other programs remain open even though their windows are hidden. When you switch to another program, its windows become visible again. If you want to see all the open windows, choose Show All from the Application menu. Backing up your files Making backup copies of important files is good protection against possible damage to the originals. m You can back up files stored on your hard disk by copying them to floppy disks. m You can back up an entire floppy disk by copying it to another floppy disk, or to a hard disk. m You can use a commercial backup program to copy new and changed files from a hard disk to another hard disk, to a tape drive, or to a series of floppy disks. m If your computer is on a network, you can back up files by copying them to a shared disk on the network. To back up files in the Macintosh environment, copy the files to a disk manually or use a Macintosh backup program. Do not use PC backup programs in the Mac OS. 38 Chapter 4Your DOS-compatible Macintosh comes with standard versions of DOS and Windows already installed. Also installed is software you can use to work in both the Macintosh and PC environments and share data between the two environments. This software is described in this chapter and the next. This chapter covers how to m switch between the Mac OS and the PC environment m set up and operate in the PC environment m use floppy disks and disk drives m cut, copy, and paste data between Mac OS and DOS or Windows documents m run network software m use multimedia, MIDI, and game applications m use both Macintosh and PC peripheral devices in the PC environment 39 5 Operating in the PC Environment Follow the instructions in this chapter to start working in the PC environment on your Macintosh.Switching between the Macintosh and PC environments You switch between the Mac OS and the PC environment using the PC Setup control panel. Follow these steps: 1 Choose Control Panels from the Apple (K) menu. 2 Double-click the PC Setup icon to open the control panel 3 Click Switch to PC to switch to the PC environment. 4 To switch back to the Mac OS, press x-Return. 40 Chapter 5Switching with a keyboard command You can set a keyboard command, or hot key, to switch between the Mac OS and the PC environment. To set the hot key, you must be in the Macintosh environment (if you are in the PC environment, press x-Return). m To choose a hot key, open the PC Setup control panel and press the Tab key to select the Hot Key text field; then type the keys you want to use. The x key is automatically included. You can use any alphanumeric or special key. You can also include other modifier keys (Option, Control, and/or Shift). x-Return always switches from the PC to the Mac OS, regardless of the control panel setting. You can also switch to the PC by clicking Switch to PC in the control panel. Ejecting disks in the PC environment Here are a few commands you will find useful while you work in the PC environment. m To eject a disk from the Macintosh disk drive while you’re in the PC environment, press x-E. m To eject a CD-ROM disc in the PC environment, press x-Y. For more details, see the section “Working in the PC Environment,” later in this chapter. Turning the PC on and off You use the buttons near the bottom of the control panel to switch environments, to restart the PC, or to shut the PC off. m Switch to PC immediately switches to the PC environment. m Start/Restart PC starts the PC if it’s off, or restarts it if it’s running (but doesn’t switch to the PC environment). m Shut down PC turns off the PC. IMPORTANT Clicking Off at the top of the PC Setup control panel prevents you from switching to the PC environment. When you restart the computer, the PC environment is turned off and any RAM you requested for it is available to the Mac OS. Operating in the PC Environment 41Starting the PC automatically To have the PC start automatically when you turn on your Macintosh: m Click the checkbox next to Auto-start PC. To make the PC environment appear when you turn on your Macintosh: 1 Click the checkbox next to Switch at Startup. 2 In the Control Panels folder, double-click the General Controls icon to open it. 3 Turn off the Shutdown Warning option in the General Controls panel. If Shutdown Warning is turned on when you switch from the Mac OS to the PC environment, you will not be able to switch back again for a few minutes. Fading the screen To have the screen fade briefly before switching environments, click the checkbox next to Fade Screens. Setting up the PC environment In order to take advantage of certain utilities, you may need to modify your DOS CONFIG.SYS file. For information about how to edit DOS files, see your DOS manual. For information about the kinds of changes you might need to make, read the information below. Note: Your DOS system software also includes alternate versions of the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files that allow you to select from a variety of memory management options each time you start DOS. For information on how to install these alternate files, see “Replacing the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT Files” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. 42 Chapter 5Memory management utilities If you use a memory management utility such as EMM386 or QEMM, you need to configure it to be compatible with your DOS-compatibility hardware and software. IMPORTANT Apple does not recommend using automated memory configuration utilities with your DOS-compatible Macintosh because they can require more memory than management utilities you configure manually. Additionally, some memory configuration utilities may not be able to determine the exact nature of the DOS-compatibility hardware, and therefore may not be compatible. If you want to use EMM386 (included as part of DOS) and don’t require expanded memory, set CONFIG.SYS to the following: DEVICE=C:\DOS\EMM386.EXE NOEMS RAM=D000-EFFF If you require expanded memory, set CONFIG.SYS to the following: DEVICE=C:\DOS\EMM386.EXE RAM=D000-EFFF FRAME=D000 If you want to use QEMM, use the frame option (ST:F): DEVICE=C:\QEMM\QEMM386.SYS RAM ST:F ARAM=B080-B7FF ARAM=C900-DFFF R:1 If you want to use the Stealth mapping option (ST:M), set CONFIG.SYS to DEVICE=C:\QEMM\QEMM386.SYS RAM ST:M X=C800-CFFF X=FC00- FCFF X=FE00-FFFF ARAM=B080-B7FF ARAM=C900-DFFF R:2 Configure other memory management utilities such that D000 through EFFF is the only area in the BIOS that can be mapped to upper memory. To prevent the ROM BIOS from becoming corrupted when the DOS-compatibility card is configured for 2 MB of memory, set the switch in the CONFIG.SYS file to turn memory testing off. DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS /TESTMEM:OFF For more information on making the best use of memory, read the sections on memory management in your DOS manual, or refer to the documentation for your memory manager if you are using something other than EMM386. Operating in the PC Environment 43Working in the PC environment When you switch to DOS or Windows, you’re operating in a real PC world. The floppy disk drive, mouse, and keyboard all act as they would with a standard PC. There are, however, some mapping issues you need to be aware of. Floppy disk drives and floppy disks m The Macintosh floppy disk drive is drive A. To eject a disk from this disk drive while you’re in the PC environment, press x-E. m If you insert a Mac OS-format floppy disk while you’re in the PC environment, it is ejected. You can access an unlocked floppy disk only in the environment that was in the foreground when the floppy disk was inserted. When you insert a locked PC disk, both environments have access to it. Blank disks are formatted as DOS disks in the PC environment. In the Mac OS, you can format disks for DOS or the Mac OS (among other choices). Some blank disks are preformatted by the manufacturer. If you insert a new, blank disk in the PC environment and it is ejected, it may have been preformatted as a Macintosh disk. To use the disk in the PC environment, you must first return to the Mac OS and reformat (reinitialize) the disk as a DOS disk. The Mac OS Disk Copy application program cannot read a DOS-formatted floppy disk unless the disk is unlocked. Floppy disks formatted in the PC environment in DOS 720K format are not readable by some DOS computers. Instead, format the disk in the Macintosh environment, choosing “DOS 720K” as the format. See “How do I prepare a disk for use?” in the “Disks” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. Restarting the PC from a floppy disk To restart (reboot) the PC environment from a floppy disk, insert the disk into the floppy drive. Press x-Control-Alt-[keypad] period. When the floppy disk is ejected, immediately reinsert it into the disk drive. 44 Chapter 5CD-ROM discs and drives You can use DOS and Windows CD-ROM discs in Apple CD-ROM drives. To eject a CD-ROM disc in the PC environment, press x-Y. If the CD-ROM disc cannot be ejected (because a file is in use or the CD-ROM disc is being shared), the Macintosh beeps. You can listen to audio CDs in either the PC environment or Mac OS, but you cannot control them from both environments at the same time. For example, if you began listening to an audio CD while working in the PC environment and then switched to the Mac OS, you would have to return to the PC environment in order to adjust the CD’s volume. Playing an audio CD in Windows while running low-level media tools, such as PC Tools or Microsoft Anti-Virus, may cause your system to crash. It is best to reduce computer activity to a minimum while using such tools. You cannot use more than one CD-ROM drive at a time in the PC environment. The PC sets up a drive letter (E) for a CD-ROM drive even if no drive is connected. If no CD-ROM drive is connected to your system, you can use this drive letter and free some memory by editing the AUTOEXEC.BAT and CONFIG.SYS files. In the AUTOEXEC.BAT file, add REM to the beginning of the line LH C:\DOS\MSCDEX /D:CDDRVR /L:E In the CONFIG.SYS file, add REM to the beginning of the line DEVICE=C:\Apple\CDROM.SYS /D:CDDRVR Prefacing these commands with REM makes DOS ignore them. Operating in the PC Environment 45Pointing device The standard Macintosh pointing device has one button; most PC devices have two. The button on the Macintosh pointing device behaves like the left button on a PC device. m To simulate the right button, press the = key on the keypad. m To press the left and right buttons at the same time, press the mouse button and the = key simultaneously. If you have Windows installed, you can use its Mouse control panel to switch the button assignment. Note: DOS does not come with a mouse driver. A mouse driver for Windows is installed on your system along with Windows, however. Keyboard The DOS-compatible Macintosh supports all Apple keyboards. The Option key on an Apple keyboard can be used as the Alt key in the PC environment. The Apple Extended Keyboard and the Apple Design Keyboard can be used normally. With the Apple Keyboard II, use the following equivalents for keys on a PC keyboard. These equivalents also apply to the Apple Adjustable Keyboard if the function key keyboard isn’t plugged in. 46 Chapter 5PC key Equivalent on Macintosh keyboard F1 through F9 x-1 through 9 F10 x-0 F11 x-(minus) F12 x-(equals) F13 x-[ F14 x-] F15 x-\ Home x-[keypad] 7 PageUp x-[keypad] 9 End x-[keypad] 1 PageDown x-[keypad] 3 Insert x-[keypad] 0 Del x-[keypad] (period) Using the Apple Adjustable keyboard: If you are using the Apple Adjustable keyboard, you cannot use key combinations made up of keys from the main keyboard and function keys (for example, Shift-F1). This means you cannot restart the PC using the x-Control-Alt-[keypad] period key combination. Click Restart PC in the PC Setup control panel instead. MacShare MacShare is a PC application program that lets the PC view Mac OS folders and volumes as drive letters. You can have as many shared drives as there are drive letters. m To specify the number of drive letters, modify your CONFIG.SYS file to include a LASTDRIVE statement. LASTDRIVE=x where x is a letter between E and Z. (The PC reserves drives A through D for its floppy and hard disk drives.) Operating in the PC Environment 47For example, if you use M as your LASTDRIVE value, you could have up to nine extra drives using drives labeled E through M. A CD-ROM drive, if installed, uses E. Each additional drive letter uses 100 bytes of PC memory. Clipboard You can exchange clipboard information between the PC environment and the Mac OS. The type of information you can exchange depends on whether you’re running DOS or Windows. Windows Clipboard You can exchange text, PICT, RTF, and bitmap files between the Mac OS and Windows using the Copy and Paste commands from the Edit menu. You can also purchase additional third-party software to provide translations for other data types. DOS “Clipboard” If you’re running DOS, you can capture text or a PICT file from a region of the screen that you define using the DOSCLIP TSR (Terminate-and-StayResident program). The memory-resident program is loaded automatically each time you switch to DOS. You activate DOSCLIP by pressing a keyboard combination, or keystroke, (preset to Shift-Control-C) and then selecting a region to copy. Keystroke starts process: On the PC side, enter the keystroke first; then, holding down the mouse button, select a region to copy. (This process works only if a DOS mouse driver is installed.) Releasing the mouse button sends the selection to the Clipboard. In the Mac OS, you select the area first and then issue the keystroke. 48 Chapter 5To capture text or a PICT file from a region on the screen if you don’t have a DOS mouse driver installed, follow these instructions: 1 Activate DOSCLIP. The DOSCLIP activation keystroke is preset to Shift-Control-C. A cursor appears in the center of the screen. 2 Use the keyboard arrow keys to move the cursor to the upper-left corner of the region you want to copy. 3 Holding down the Shift key, use the arrow keys to move the cursor to the lower-right corner of the region. 4 Release the Shift key. The selected area is copied to the Clipboard. m You can paste text into DOS from the Mac OS. The preset keystroke is Shift-Control-V. Changing the predefined keystrokes in DOS You change the preset keystrokes for copying and pasting by editing the AUTOEXEC.BAT file. m To change the keystroke for the Copy command, use the form C:\APPLE\DOSCLIP/Cnm… m To change the keystroke for the Paste command, use the form C:\APPLE\DOSCLIP/Pnm… In both cases, n is a number representing a key scan code from the following table, and m… is one or more of the characters A, C, and S (for Alt, Control, and Left- or Right-shift). For example, the preset code for Copy is /C46CA—/C[opy using the key] 46 [which is C, plus the] C[ontrol key plus the] A[lt key]. To change the keystroke to F3, you’d type the following: C:\APPLE\DOSCLIP/C61 Note: To get on-screen help about other DOSCLIP options, type DOSCLIP /? at the DOS prompt. Operating in the PC Environment 49Key Scan code Key Scan code 0 11 ' " 40 1 2 , < 51 2 3 - _ 12 3 4 . > 52 4 5 / ? 53 5 6 ; : 39 6 7 = + 13 7 8 [ { 26 8 9 \ | 43 9 10 ] } 27 ` ~ 41 + (keypad) 78 tab 15 - (keypad) 74 alt 56 arrow (down) 80 bksp 14 arrow (left) 75 caps 58 arrow (right) 77 center 76 arrow (up) 72 ctrl 29 del 83 pgdn 81 end 79 pgup 73 enter 28 prtsc 55 esc 1 scroll 70 home 71 shift (left side) 42 ins 82 shift (right side) 54 num 69 space 57 continues . 50 Chapter 5Key Scan code Key Scan code F1 59 F7 65 F2 60 F8 66 F3 61 F9 67 F4 62 F10 68 F5 63 F11 87 F6 64 F12 88 A 30 N 49 B 48 O 24 C 46 P 25 D 32 Q 16 E 18 R 19 F 33 S 31 G 34 T 20 H 35 U 22 I 23 V 47 J 36 W 17 K 37 X 45 L 38 Y 21 M 50 Z 44 Operating in the PC Environment 51Tips for using the Clipboard When the PC environment is running, you have three separate clipboards to work with—the Mac OS Clipboard, the Windows Clipboard, and DOSCLIP. Translation between the clipboards takes place each time you switch between the PC and Macintosh environments. When using these clipboards there are a few things to keep in mind. m If you copy an item to the Macintosh Clipboard, switch to Windows, and then copy an item to the Windows Clipboard, the original Macintosh Clipboard contents will be deleted. To prevent this, remove the PC Clipboard extension from the Extensions folder (inside the System Folder in the Mac OS). m In order to translate the contents of the Macintosh Clipboard to the Windows Clipboard, Windows must be already running when you switch environments. If you switch to DOS and then launch Windows, the Macintosh Clipboard will be translated into DOSCLIP, and the Windows Clipboard will be blank. m In order to translate the contents of the Macintosh Clipboard to DOSCLIP, Windows must not be running when you switch environments. If Windows is running when you switch to the PC, the Macintosh Clipboard will be translated into the Windows Clipboard, and DOSCLIP will be blank. m DOSCLIP contents cannot be pasted into Windows, or vice versa. m Graphics can be copied from a DOS application program to DOSCLIP, but graphics cannot be pasted into a DOS program from DOSCLIP. m After copying a graphic from DOS using DOSCLIP, you may experience difficulty in pasting the graphic into a Macintosh application program. If this happens, try increasing the Macintosh program’s memory. (See the question “How do I change a program’s memory size?“ in the “Working with Programs” topic of Macintosh Guide, available in the Guide [h] menu.) m Sounds cannot be copied between the Macintosh and the PC. m Plain text is automatically translated from one environment to another, but in order to retain font and style information, additional Macintosh Easy Open translators must be used (for example, MacLink Plus from DataViz). 52 Chapter 5m When using DOSCLIP from within certain application programs, it may not be possible to select the text using the mouse. In these cases, either use the keyboard to select your text, or check that the standard DOS mouse driver is not loaded. m When the PC environment is active, all Macintosh programs are put in the background to allow the PC Clipboard to run in the foreground. If you do not want your Macintosh programs to run in the background while you are in the PC environment, you must disable the Clipboard translation by removing the PC Clipboard Extension from the Extensions folder (inside the System Folder in the Mac OS). Running network software The DOS-Compatibility Software on your computer supports any networking protocols, operating systems, or application programs that are compatible with Novell’s Open Data-Link Interface specification (ODI). m To set up the software, install your networking client software in the PC environment. Networking client software such as Netware is not included with the DOScompatible Macintosh. Compatible and incompatible protocols You can run NetWare in the PC environment at the same time that you’re running AppleTalk in the Mac OS. To use IPX or TCP networking protocols, you must have an Ethernet card installed in your computer’s communication slot. (The Ethernet card is not a standard feature.) You can use the IPX and TCP protocols at the same time in either the PC environment or the Mac OS, or you can use one protocol in the PC environment and the other protocol in the Mac OS. However, you cannot use the same protocol in both environments at the same time. If you want to use the IPX protocol in the PC environment and you have installed MacIPX in the Mac OS, remove MacIPX from the Control Panels folder or select AppleTalk as your network interface in the MacIPX control panel. Operating in the PC Environment 53If you want to use the TCP protocol in the PC environment, remove MacTCP from the Control Panels folder or select an interface other than Ethernet in the MacTCP control panel. Network performance is improved by adding memory to the DOScompatibility card installed in your computer, as described in Appendix B. For more information, see Appendix E, “Installing Network Management Software.” Using multimedia, MIDI, and game application programs These types of programs, whether they are run in the PC or Macintosh environment, see a marked performance improvement when there is a memory SIMM on the DOS-compatibility card for the exclusive use of the PC environment. See the Technical Specifications booklet to determine whether your computer has a SIMM installed on the DOS-compatibility card. You can also install a SIMM with greater memory capacity, as described in Appendix B, “Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment.” QuickTime application performance is especially improved with a SIMM. Some DOS-based MPEG players require a VGA monitor to output video. All VGA modes can be displayed on Macintosh monitors supported by the DOScompatible Macintosh. If the monitor specified to display the PC is a VGA monitor, select VGA in the Display box in the PC Setup control panel. You cannot select VGA for a shared monitor configuration from the PC Setup control panel if your monitor is not capable of displaying VGA. Multiscan monitors can display VGA. 54 Chapter 5Using Macintosh peripherals in the PC environment You use the serial ports of your Macintosh just like the serial ports of any PC-compatible computer. The maximum data transfer rate supported by the DOS-compatible hardware when a COM port is mapped to a Macintosh serial port is 19,200 bits per second (bps). If you’re capturing serial output to a Mac OS text file, there is no limit. Using printers For DOS or Windows printing, use the LPT1.DOS or LPT1 serial port. In general, you must use printers that are Macintosh-compatible and use their corresponding printer extension for the Macintosh. However, in a PC Novell NetWare environment you can print to a PC-compatible printer attached to a Novell network. See Appendix E, “Installing Network Management Software.” DOS uses the printer selected in the Macintosh Chooser as the default LPT1 device. If you have a serial printer directly connected to a COM port, however, DOS uses that printer instead. The DOS-compatible software can process output for Epson and PostScript printers, and for all printers that use Hewlett-Packard’s page control language (PCL). QuickDraw printers such as the StyleWriter or ImageWriter work only with Epson emulation. (If a printer is not a PostScript or PCL printer, it’s considered to be a QuickDraw printer.) For non-PostScript PCL printers, use the appropriate PCL driver in the PC environment. For non-PostScript, non-PCL printers, configure your DOS application program to use the Epson LQ-2500 driver. If this driver isn’t available, try another Epson LQ or LX series driver. Be sure to turn on the PCL option if it’s available for your printer. Operating in the PC Environment 55The Epson emulator works by first translating the DOS text to a similar Macintosh font, then interpreting that text into a series of QuickDraw commands. Some characters in the original DOS character set may not have exact translations to a Macintosh font. The use of a PostScript font is recommended in these cases, because the PostScript standard requires no translation. About color: Color printing is not supported under Epson emulation. When printing from the PC to a color or grayscale QuickDraw printer, be sure to select the Black & White option in the Print dialog box. If you have a PCL printer, printing is limited to text-only or graphics-only when printing over an AppleTalk network. To print text only, select your printer’s driver in the Windows Control Panel. To print graphics only, choose the LaserJet III driver from the Windows Control Panel. If you need to print mixed graphics and text, many Windows programs bit-map their text so that it becomes a graphic. Additionally, PCL printing of text and graphics together is possible when printing over a Novell network, where a PC print server is connected to the PCL printer and handles the print job. Select your printer’s own driver in the Windows Control Panel. For PostScript printers, use the Apple LaserWriter II NT driver (or another PostScript driver if the Apple LaserWriter II NT driver is not available) or the Windows PostScript driver. IMPORTANT Be sure to make settings in the Mac OS PC Print Spooler that match the drivers you use in the PC environment, or your printer will not work correctly. See “Setting Preferences in the PC Print Spooler” for details. Turning off Background Printing in the Macintosh Chooser may increase the performance of some printers. Configuring a printer for Windows: For better performance when you configure a printer for Windows, select LPT1.DOS instead of LPT as the port. 56 Chapter 5IMPORTANT If you try to print a file using a PostScript printer driver for a non-PostScript printer, and the preferences are set to Epson, your file will not be printed. Instead, the file will be moved to a folder called “Spooler Rejected” in the Mac OS. To print the file, choose the proper printer driver in the PC environment and try again. Note: Data sent to the LPT1 port is automatically routed to the printer selected in the Chooser in the Mac OS. There is no actual parallel port on the DOS-compatible Macintosh. AppleShare Print Server The AppleShare Print Server should not be installed in a DOS-compatible Macintosh because the server’s software conflicts with the PC Print Spooler. You can, however, connect your DOS-compatible Macintosh to a network that uses an AppleShare Print Server. Setting preferences in the PC Print Spooler You can set preferences in the PC Print Spooler to control a variety of print functions. To choose your Print Spooler settings, follow these steps: 1 In the Macintosh environment, open the Extensions folder inside the System Folder. 2 Find the PC Print Spooler icon and open it. Operating in the PC Environment 573 Choose Preferences from the File menu. A dialog box appears. 4 Choose your settings as appropriate. The selection you make for “Interpret non-PostScript as” must match the type of printer you have specified in the PC environment. If the settings are mismatched, your printer may produce gibberish. In addition, the PCL option works only if the printer is set up to accept PCL commands. The selection you make for “When emulating an Epson printer” determines how much of a page is available for printing. If you use the option that allows gaps between pages, configure your application programs to print to a 60-line page, rather than a 66-line page, or your margins will be off and your pages will not print correctly. 5 Click OK. 66 lines maximum for Epson: Page sizes greater than 66 lines (standard letter size paper) are not supported by the Epson driver. Legal and other larger sizes will be cut off after either 60 or 66 lines, depending on the setting you’ve chosen. If you find that your printing is clipped at either the top or bottom of the page, click the No Gaps option. 58 Chapter 5Using PC peripherals Because of the RS-422 implementation of the Macintosh, the following RS-232 signals are not available to the PC: m Carrier Detect (CD) m Data Set Ready (DSR) m Request to Send (RTS) m Ring Indicator (RI) Applications or serial devices requiring these signals won’t work. While the DOS-compatible Macintosh does not support Carrier Detect (CD), you can set most communications application programs to respond to the CARRIER string sent back by most modems. For more information about accessing serial ports from DOS, see the documentation that came with your DOS software. IMPORTANT The following chart lists the various signals present on the Macintosh Mini DIN-8 connector, and on what pins these signals are present on PC-style DB-9 and DB-25 connectors. This information may be of use if you are planning to have a custom cable built. Refer to the manual for the serial device that you plan to attach to the Macintosh for the recommended serial connection, and use the chart below to find out what the proper Macintosh wiring should be. Macintosh signal Macintosh Mini DIN-8 DB-9 DB-25 RS-232 name HSK0 1 4 20 DTR HSK1 2 8 5, 8 CTS, DCD TXD- 3 3 2 TXD GND 4 5 7 GND RXDA- 5 2 3 RXD TXDA+ 6 N/C N/C GP1 7 N/C N/C RXD+ 8 5 7 GND Operating in the PC Environment 59This chapter covers how to configure the PC environment and change PC options using the PC Setup control panel. Your Macintosh comes with the PC environment already configured and ready to use. Read this chapter only if you want to change the way the PC environment is set up, or if you have reinstalled the DOS-compatibility software and need to reconfigure it. You can control how your Macintosh and your DOS-compatible hardware and software work together with the PC Setup control panel. You use the control panel to accomplish the following tasks: m choose folders or volumes to be shared between the Mac OS and the PC environment m turn the PC card on and off m configure PC serial ports m set display options m set the shared memory size m turn PC sounds on and off and use Sound Blaster sound capabilities m configure PC drives You also use the control panel to switch environments immediately and to start, restart, or shut down the PC. 61 6 Configuring the PC Environment Use the instructions in this chapter if you need to change settings for the PC environment.Choosing settings To choose settings, follow these steps: 1 Choose Control Panels from the Apple (K) menu. 2 Double-click the PC Setup control panel to open it. 3 When you have specified the settings you want, close the control panel. All settings except RAM take effect as soon as you make them. If you change the RAM setting, you must restart the Macintosh before the change takes effect. Online help available: To get brief on-screen explanations of items in the control panel, choose Show Balloons from the Guide (h) menu. To get detailed step-by-step help, see the “DOS Compatibility Software” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. 62 Chapter 6Configuring the PC serial ports Your DOS-compatible Macintosh supports two serial ports, COM1 and COM2. You can map these ports to an unused Macintosh printer port or modem port, to a text file for later processing, or to a setting of None. m To assign a Macintosh serial port to a COM port, make a selection in the COM port’s pop-up menu. When you map a port to a text file, a dialog box appears that you use to specify a name and location for the file. Macintosh serial ports already in use appear dimmed in the menu. (The printer port may be in use by AppleTalk, which may be used for a network or LaserWriter connection; the modem port may be in use by communications or fax software.) Changes to these selections take place immediately. Assigned ports may not be available to the Mac OS: Mac OS programs may no longer be able to access ports that you’ve assigned to DOS. Allocate these ports only when they’re needed, and deallocate them when they’re no longer required by your DOS programs. (You won’t have to restart the computer to have the changes take effect.) The maximum baud rate supported by the DOS-compatible Macintosh when a COM port is mapped to a Macintosh serial port is 19,200. However, when the MODE command is issued in DOS and the serial port is set at 19,200 baud, the incorrect message “Function not supported on this computer” is displayed. This occurs because DOS is looking for specific hardware (a PC UART) that is not emulated by the DOS-compatible Macintosh. The Macintosh actually does support 19,200 baud, and can be set by a number of communication application programs. Configuring the PC Environment 63Setting the monitor The monitor connected to your Macintosh DOS-compatible system displays the environment (Mac OS or PC) you’re working in. Even though you see only one environment at a time, the other environment can still be active in the background. To set the monitor for the PC environment: m Choose a monitor type in the Display pop-up menu. See the Technical Information booklet that came with your computer for a list of supported Macintosh monitors and for VGA and SVGA monitor specifications. If the DOS-compatibility software recognizes the monitor connected to your computer as a non-multiscan display, it makes the appropriate selection for you; other menu options are dimmed. 16" monitor requires driver: If you have a 16" monitor, the PC doesn’t use the entire screen unless you install a display driver for the program that you’re using. (DOS can’t use a video driver, so there will always be a large black border around the DOS screen.) See “Reinstalling Video Drivers” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8 for instructions. Setting the time and date The PC environment uses the same date and time settings as the Mac OS. If you change the time and date on the PC, it will not affect the time and date on the Mac OS. When you restart the PC, it synchronizes its time and date with the settings you’ve chosen in the Mac OS. (The PC may lag up to 10 seconds behind the Mac OS.) 64 Chapter 6Setting shared memory You can install a 72-pin SIMM (memory module) on the DOS-compatible card in your computer to give the card up to 32 MB of RAM for its exclusive use. When no SIMM is installed, the card uses a portion of the RAM installed in your Macintosh. If your computer came with a SIMM already installed on the DOS-compatible card, you cannot share memory between the Mac OS and the PC environment. The PC uses the memory installed on the DOS-compatible card exclusively. The shared memory options in the PC Setup control panel will be dimmed (unavailable). See the Technical Specifications booklet to determine whether your computer contains a SIMM installed on the DOS-compatible card. m Choose the amount of memory you want for your PC in the RAM pop-up menu. In the RAM pop-up menu, a small square (M) shows the RAM that the PC is currently using and a bullet (•) indicates how much RAM you assigned. When the Macintosh starts up, it claims RAM for its own use before it sets aside RAM for the PC. If the PC has less RAM than you installed, turn off the Mac OS RAM disk (if you’re using one) in the Memory control panel. You may also need to lower the disk cache size in the Memory control panel to 128K or less. Memory changes take place when you restart the Macintosh. IMPORTANT Memory that you set aside for the PC environment is not available to the Mac OS. To make this memory available, you must turn off the PC (click the Off button at the top of the PC Setup control panel) and restart the Macintosh. Configuring the PC Environment 65Changing the amount of conventional memory Many DOS and Windows programs require conventional memory to run. At the same time, many device drivers and TSRs may be loaded into conventional memory. If you find that you do not have enough conventional memory to run some of your DOS or Windows programs, take the following steps. To increase Upper Memory Block (UMB) space to 122K instead of 64K, add the following line to your CONFIG.SYS file: DEVICE=C:\WINDOWS\EMM386.EXE RAM=D000-EFFF FRAME=D000 To load DOS into the UMB (high memory) also add the following to your CONFIG.SYS file: DOS=HIGH, UMB Insert the LOADHIGH (LH) command before all TSRs and device drivers in the AUTOEXEC.BAT file. For example: LH C:\DOS\SMARTDRV.EXE /X This will load these into UMB (high memory). If you run out of UMB space, you may see an error message like this during the boot process: Run time error R6009 -not enough space for environment. In this case, remove LH from TSRs and device drivers one or two at a time, and try again until the error message does not appear. If a DOSCLIP copy command is executed from within Harvard Graphics 3.0, then the PC crashes when Harvard Graphics is quit. To prevent this, use the steps outlined above, making sure that SMARTDRV is one of the drivers preceded with LH. IMPORTANT To prevent the System BIOS from becoming corrupted when the PC is configured for 2 MB of memory, set the switch in the CONFIG.SYS file to turn memory testing off: DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS /TESTMEM:OFF 66 Chapter 6Choosing shared folders or volumes You can set up a Mac OS folder, Macintosh hard disk, shared disk, or CD-ROM disc on a network to act as a PC drive. Sharing a folder on your Macintosh hard disk is a convenient way to transfer files between the Mac OS and the PC environment, especially if you are dealing with many files, or large files. You can share entire disks, or volumes. This is especially useful for network volumes, CD-ROM drives, or other volumes that otherwise would not be readily available to the PC environment. DOS treats all shared volumes as network volumes. Some DOS commands, such as FORMAT, CHKDSK, UNDELETE, and SUBST will not work on shared volumes. m Choose an available drive letter from the Sharing pop-up menu in the PC Setup control panel. A dialog box appears, letting you select a folder or disk (volume) for the drive. Shared folders and volumes revert to their usual unshared status when you shut down your Macintosh. To have a folder or volume automatically assigned to a drive letter at startup, click the checkbox next to Attach at Startup. The name of an automatically attached folder or volume appears underlined in the Sharing pop-up menu. To turn off an assignment, choose the underlined item in the menu. IMPORTANT For the sharing functions to work properly, DOS must be running, MacShare should be loaded as part of the AUTOEXEC.BAT file, and a LASTDRIVE=x statement should appear in the CONFIG.SYS file, where x is the highest drive letter available for sharing. AUTOEXEC.BAT and CONFIG.SYS have x preset to M. See “MacShare” in the section “Working in the PC Environment” in Chapter 5 for more information. See the “Using DOS Files & Disks” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu, for more information on transferring files between the PC environment and the Mac OS using floppy disks and other media. IMPORTANT Use caution when handling the drive file. Erasing one of these is equivalent to reformatting the hard drive it is emulating. The drive file is locked when it is installed on your computer. If you must unlock it, be very careful not to erase it. Configuring the PC Environment 67Using shared folders Because two operating systems have access to each shared folder, there may be a noticeable slowdown in performance when using these folders for highspeed PC applications such as multimedia programs, or during large file transfers between them. For optimum performance, place PC application programs and their files in the C or D drive rather than in a shared folder. The performance of Macintosh programs is unaffected by placing them in shared folders. Since the PC doesn’t understand the concept of resource forks the same way the Macintosh does, information in a Macintosh file’s “resource fork” is lost when it is copied by the PC. For example, if a Macintosh file is copied between two shared folders using the COPY command in DOS, that file’s original icon will be lost, and the file itself may be unusable in the Mac OS. Many document files do not have resource forks and can be copied between shared folders with no problems. The applications that created the files contain the resource information for these files. However, QuickTime files cannot be successfully copied between shared folders. In some Microsoft application programs, there is a misrepresentation of the shared drive icons. When you open a file from a shared folder in Microsoft Excel or Microsoft Word, the shared drive icon may appear as a floppy disk or CD. This does not affect the file’s content, and the file is still usable. Do not attempt to use shared folders from a DOS shell run from Windows. Strange text characters in a document When using shared folders to exchange documents between the Mac OS and the PC, in some cases a Macintosh application program may not be able to interpret the file format of a PC document. When this happens, the document’s formatting is displayed incorrectly and you may see strange characters in the document. m Try using a different application program. m Translate the document into a different file format using one of the file format translation utilities available for the Macintosh (such as MacLink Plus Easy Open Translators from DataViz). m Transfer the text using DOSCLIP. m Use the Export feature found in many programs. m Use a PC-Macintosh translation utility. 68 Chapter 6Turning on PC sounds To have Sound Blaster and other PC sounds played through the Macintosh speaker or through headphones, you need to make settings in both the PC Setup control panel and in the Sound control panel. Choosing a setting in the Sound pop-up menu The Sound pop-up menu in the PC Setup control panel gives you three choices: m To hear PC sounds in both the PC environment and the Mac OS, choose Enabled. m To hear PC sounds only when you’re in the PC environment, choose Auto Enabled. m To shut off PC sounds entirely, choose Disabled. Sound control panel takes precedence: The setting in the PC Setup control panel’s Sound pop-up menu has no effect on sounds generated in the Mac OS. If the volume is set to 0 in the Sound control panel, however, you won’t hear any PC sounds no matter what the setting is in the PC Setup control panel’s Sound menu. For sounds generated by the Sound Blaster card and for sounds from the PC, the Sound control panel must be set with the Internal CD playthrough option turned on. For instructions, see the “Sound” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. The PC Sound control in the PC Setup control panel does not affect sounds produced by the Sound Blaster card. Only PC-generated sounds such as the system beep are affected by this control. To turn off both PC and Sound Blaster-generated sounds, use the master volume control of the Mixer Control application from the Audio program group, or turn off the Internal CD playthrough in the Sound control panel in the Mac OS. (For instructions, see the “Sound” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu.) The Sound Blaster hardware installed in your DOS-compatible Macintosh is not able to record sounds. The DOS-compatible Macintosh does not fully support Sound Blaster 8-bit, Sound Blaster 2.0, or Sound Blaster Pro drivers. If problems occur, use the Sound Blaster 16 driver that comes with your computer. Configuring the PC Environment 69Configuring drives C and D You use the C: and D: pop-up menus to create or select PC drives. Drive C is required; drive D is optional. You can use a PC-formatted SCSI hard drive attached to your Macintosh, or you can create a drive container—a virtual PC drive—on any Macintosh hard drive. You can even use a drive container created by SoftPC or SoftWindows. To use a PC-formatted SCSI drive as a startup (boot) drive, format the drive to be bootable by using the FORMAT C: /S command. m To create a drive container for drive C or D, choose New Drive File from the C: or D: pop-up menu. Set a location for the drive container, and give it a name and a size. Then click Initialize Drive File. When using a PC-formatted SCSI device as the PC’s C or D drive, ensure that the driver for that device is not loaded by PC Exchange. This would cause PC Exchange to mount the drive instead of the PC environment. Open the PC Exchange control panel and click the Options button. Make sure the SCSI driver for the device you want to use is not checked. Then click OK. This ensures that the PC will be able to load the C drive. Single versus multiple partitions: When you initialize a container this way, it contains a single partition. To initialize a container with multiple partitions, prepare it in DOS using the FDISK command instead of initializing it through the PC Setup control panel. Then format it using the FORMAT command. Use the /S parameter in the FORMAT command to make the container bootable (for example, type FORMAT C: /S at the DOS prompt). See the DOS manual for further instructions on using these commands. m To change the drive container for drive C or D, choose Other Drive File from the C: or D: pop-up menu, then locate the new drive container in the dialog box that appears. The change takes effect the next time you restart the PC. To have the change take place immediately, click the Restart button at the bottom of the control panel. 70 Chapter 6m To use a PC drive or partition, choose Drive Partition from the C: or D: pop-up menu. A dialog box appears with a list of available partitions. If you use a PC drive or partition and you have a utility that mounts these devices on the Macintosh, unmount the drive or partition before starting the PC by dragging its icon to the Trash. If you intend to mount your PC drive file, partition, or disk on the Macintosh using Macintosh PC Exchange, do not use a PC compression program. Drives that are compressed cannot be mounted. Managing PC files from the Mac OS You can gain access to files in a drive container even if you’re in the Mac OS. Follow these steps: 1 Double-click the drive container in the Finder. The drive container appears as a disk icon on the Mac OS desktop. 2 Double-click the container’s disk icon. The icon opens and you have access to the files inside it. You can now manipulate these files as you would any Mac OS files. Drive container may be read-only: If the PC is running, you won’t be able to add anything to the drive container from the Mac OS. To do so, shut down the PC from the PC Setup control panel and then do steps 1 and 2 above. WARNING If you don’t unmount the drive or partition, you may lose data because both the Macintosh and the PC may write to the device at the same time. Configuring the PC Environment 71Changing the size of the drive container You may find, after installing software in a drive container, that the container is too small or too large for your needs. You cannot change the size of an existing drive container, but you can create a new one in the appropriate size and move the software to it. You can also create an additional drive container to supplement the existing one. Two active containers maximum: For the following procedure to work, drive D must be available for assignment to a new drive container. If both drives C and D have been assigned, you must first set drive D to None and drive C to the container you need to replace. (The contents of the container mapped to drive D are unaffected.) Calculating the proper size To determine the proper size for the new container, follow these steps: 1 Make sure you’re in the Mac OS, then open the PC Setup control panel. You see a small apple at the upper-left corner of the screen when you’re in the Mac OS. 2 Check the name of the container associated with drive C. The name of the container appears above the C: pop-up menu. 3 Locate the container in the Finder. 72 Chapter 64 Open the container’s Get Info window and note the container’s size. To open the container’s Get Info window, select the container’s icon and choose Get Info from the File menu. 5 Close the Get Info window by clicking its close box. 6 Switch to the PC environment. 7 At the DOS C: prompt, type DIR. Note how much space is available. 8 Subtract the amount of available space on the drive from the container size. The number you get is the current size you need for storage. 9 Add 10 percent to the result of the calculation in step 8. It’s a good idea to have extra space available, because some applications may need to write temporary work files to the drive, or you may need to add software to the drive at a later time. The 10 percent figure, however, is arbitrary; use a number that suits your needs. If the current container is too large, the result of this calculation is the size that the new container should be. Skip to step 12. 10 Determine the amount of storage needed by the additional software you want to install. To do so, add together the individual storage space required for each program you want to install. This information is probably available in the documentation that came with your software. 11 Add the sums from steps 9 and 10. The resulting sum is the size that the new container should be. 12 Press x-Return to switch back to the Mac OS. Configuring the PC Environment 73Creating the new container Now that you know what size the container should be, you’re ready to create it. 1 Follow the instructions under “Configuring Drives C and D” earlier in this chapter to create a new container for drive D. You may need to remove some files from your hard disk to free enough space for the new container. 2 Click Restart PC at the bottom of the PC Setup control panel. 3 Click Switch to PC. You now have two drives available—drive C, your original container, and drive D, the container you just created. Moving the files You can transfer your files from the old container to the new one in either the Mac OS or the PC environment. m To move files in the Mac OS, drag all the files from the existing drive container to the new one. To move the files in the PC environment, follow these steps: 1 At the DOS prompt, type FORMAT D: /S and press Return. This command makes the new drive container bootable. Answer Y when DOS asks if you’re sure. 2 When the DOS prompt returns, type the following command: XCOPY C:\*.* D:\*.* /E /V This command copies all the files and directories from your drive C container to your drive D container. 3 Press x-Return to switch back to the Mac OS when copying is complete. 74 Chapter 64 In the PC Setup control panel, choose None from the D: pop-up menu. Doing so deallocates drive D. 5 Choose Other Drive File from the C: pop-up menu and select the container you just created. Your new container is now associated with drive C. 6 Click Restart PC at the bottom of the PC Setup control panel. 7 Click Switch to PC. 8 At the DOS prompt, type DIR. You should see a list of all the files you copied. You may want to run some of your programs to verify that everything has been copied correctly. m To throw away the original drive container, first switch to the Mac OS. Then drag the original container to the Trash and choose Empty Trash from the Special menu. Doing so frees up the space on your hard disk that the container held in reserve. Configuring The PC Environment 75Understanding the status line The status line at the bottom of the control panel gives you messages about the status of the PC hardware and software. Messages can include any of the following: m DOS-compatibility card not present Your computer’s system software did not recognize the DOS-compatible card installed in your computer. Reinstall the PC software according to the directions in Chapter 8. If reinstalling the software doesn’t help, contact an Apple-authorized service provider for assistance, or call Apple’s customer support hotline. (The phone number for the hotline is in the service and support information that came with your computer.) m PC Setup software not loaded An error occurred during the start-up process and the DOS environment won’t run. m PC is running You’ve clicked Start PC and the card is active. m PC is shut down The card is installed but not running. To start the card, click Start PC, or select Auto-Start PC and restart the computer. m PC is turned off The Off button at the top of the PC Setup control panel is selected. m Not enough memory Your computer must have at least 8 megabytes (MB) of RAM installed, and the PC requires at least 2 MB of free RAM if you don’t have a SIMM installed on the DOS-compatible card for the exclusive use of the PC. Turn off the RAM disk, if you’re using one, in the Memory control panel, and restart your Macintosh. 76 Chapter 577 Consult this chapter if you experience problems using the Mac OS. When you have questions If you want to know how to do a particular task in the Mac OS, refer to Macintosh Guide in the Guide (h) menu. For instructions on using Macintosh Guide, see Chapter 2 of this manual. If you have problems working in the PC environment on your Macintosh, see Chapter 8, “Troubleshooting in the PC Environment.” If you have questions about using DOS, see your DOS manual. When you run into trouble While you’re using your computer, you may occasionally see a bomb icon or an error message, or you may have a problem such as the pointer (8) “freezing” on the screen. If you have trouble with your computer, take a few minutes to read the information in this chapter. If your problem is related to a particular procedure, you should also look for information on that procedure in Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. For additional troubleshooting information and a list of common questions relating to the Mac OS, see the “Troubleshooting” topic of Macintosh Guide. If you are unable to access Macintosh Guide (for example, if your screen is “frozen”), refer to this chapter to see if you can resolve the problem. 7 Troubleshooting in the Macintosh EnvironmentTake your time When you see an error message, you don’t have to take action immediately. The message stays on the screen until you click the OK button or turn off the Macintosh. To help diagnose and correct the problem, gather as much information on the situation as you can before starting over. m Make a note of exactly what you were doing when the problem occurred. Write down the message on the screen and its ID number (if any). Also list the programs you were using and the names of any items you know have been added to the System Folder since the system software was installed. This information will help a service person diagnose the problem. (It is helpful to keep a printed copy of the items in your System Folder. For instructions on printing the contents of a folder, see the “Printing & Fonts” topic of Macintosh Guide, available in the Guide [h] menu.) m Check the screen for any clues. Is a menu selected? What programs and document icons are open? Note anything else that seems relevant. m If you were typing text and were not able to save it before the problem occurred, you can write down the parts of the text still visible on the screen so that some of your work will be easy to replace. m Ask other Macintosh users about the problem you’re having; they may have a solution for it. If you need repair service, consult the service and support information that came with your computer for instructions on how to contact an Appleauthorized service provider or Apple for assistance. 78 Chapter 7Start over Often you can eliminate a problem simply by clearing the computer’s memory and starting over. If you can, save any open documents before restarting the Macintosh. If your system is frozen and does not respond to anything you do, or if you have a “bomb” message on the screen, saving may not be possible. You can try pressing x-Option-Esc to quit the program in use when the problem occurred; if this works, you can then save the documents open in other programs before restarting. To restart your Macintosh, try the following steps: 1 If you can, choose Restart from the Special menu or from the dialog box that’s on the screen. Dialog boxes contain messages from the computer. If something goes wrong, a message may appear on the screen, asking you to restart the computer. 2 If you can’t choose Restart, hold down the x and Control keys while you press the Power key (marked with a triangle). This key combination restarts the computer. (Use this key combination only when you can’t choose Restart from the Special menu.) 3 If nothing happens, turn off your computer with the standby power button, wait at least 10 seconds, and then turn it on again. 4 If the standby power button doesn’t turn off the computer, unplug your Macintosh. If you suspect that the problem is with other equipment, such as a printer or an external hard disk that’s attached to your computer, turn that equipment off for 10 seconds or longer, then turn it on again and restart the Macintosh. Troubleshooting in the Macintosh Environment 79Rebuild your desktop regularly A process known as “rebuilding the desktop” helps your Macintosh keep track of data on your startup disks. Although you usually use the hard disk in your computer as a startup disk, you can also start up from any other disk that has system software installed. It’s a good idea to rebuild the desktop of your startup disks once a month or so. To rebuild the desktop of a startup disk, follow these steps: 1 Hold down the Option and x keys while you start up your computer. Do not release the keys until you see a message asking whether you want to rebuild the desktop. 2 Click OK. Solutions to common problems The computer is turned on but the screen is dark. One of the following is probably the cause: m You have a screen saver program that darkens the screen when the computer has not been used for a certain period. Press a key or move the mouse to turn off the screen saver. m The monitor’s brightness control (Û) is not adjusted properly. Check the monitor’s brightness control and turn it up if necessary. m The Macintosh or the monitor is not getting power. Make sure the monitor is plugged in and turned on, and that the monitor cable is firmly connected to both the computer and the monitor. Make sure the computer’s power cord is firmly connected to the computer and plugged into a grounded electrical outlet, and that the outlet has power. If you have more than one monitor and only one is dark, check that it is set up correctly in the Monitors control panel. For information on using more than one monitor, see the “Monitors” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. 80 Chapter 7m The monitor is plugged into the wrong port on the computer. Make sure the monitor is plugged into the monitor port (marked with the ª icon) on the upper-right corner of the computer’s back panel. If the monitor is plugged into another port, it will not work. If you are displaying video from your computer on a television screen, it is normal for your computer monitor to be dark. The computer won’t start up. m The game controller is plugged into the wrong port. Make sure the game controller is plugged into the joystick port on the lower-right corner of the computer’s back panel. If the game controller is plugged into another port, the computer will not start up. The computer’s clock keeps time inaccurately. Your computer has a clock that runs continuously. When the computer is turned off, a battery keeps the clock running. If your clock begins to keep time inaccurately, have your Apple-authorized service provider replace the battery. When you start up, a disk icon with a blinking question mark appears in the middle of the screen. This icon indicates that your Macintosh cannot find the system software it needs to start up. One of the following is probably the cause: m Your computer may be having a problem recognizing external equipment that uses the Small Computer System Interface (SCSI). Turn off all external SCSI equipment and disconnect the first SCSI device in the chain from your computer’s SCSI port. Then restart the computer. If the computer starts up after you disconnect your SCSI equipment, refer to the manuals that came with the equipment for information on the proper way to connect SCSI equipment and assign SCSI ID numbers. If you have a printer connected to your computer’s SCSI port, make sure your printer is not supposed to be connected to the printer port instead. Check the manuals that came with your printer for information on how to connect it properly. Troubleshooting in the Macintosh Environment 81m System software is not installed on the startup hard disk, the system software is damaged, or the hard disk is not working properly. Start up your computer using the Disk Tools floppy disk or (if you have a built-in CD-ROM drive) with the CD-ROM disc that contains system software. (For instructions on how to start up your computer from the CD-ROM disc, see “Starting Up From a CD-ROM Disc” in the section “Initializing a Hard Disk” later in this chapter.) Then follow the instructions in “Repairing a Damaged Disk” later in this chapter to test your startup hard disk and repair any damage. If repairing the disk doesn’t help, follow the instructions in “Installing or Reinstalling Mac OS System Software” later in this chapter to reinstall system software on your startup hard disk. When you try to start up from a floppy disk, a disk icon with an X appears in the middle of the screen and the floppy disk is ejected. This icon indicates that the floppy disk you tried to start up from is not a startup disk. Wait a few seconds. The computer should start up from its internal hard disk. Make sure you insert floppy disks only after the computer has begun starting up. 82 Chapter 7A “sad Macintosh” icon appears and the computer won’t start up. This icon indicates that your Macintosh cannot start up because of a problem with the system software or the computer hardware. Eject any floppy disks by turning off the computer and then holding down the mouse button while you turn the computer on again. Try starting up with the Disk Tools floppy disk or (if you have a built-in CD-ROM drive) with the CD-ROM disc that contains system software. (For instructions on how to start up your computer from the CD-ROM disc, see “Starting Up From a CD-ROM Disc” in the section “Initializing a Hard Disk” later in this chapter.) If the “sad Macintosh” icon appears again, consult the service and support information that came with your computer for information on contacting an Appleauthorized service provider or Apple for assistance. The Macintosh “hangs” or freezes during startup. If the Mac OS is sharing 16MB or more of memory with the PC environment and Disklight of Norton Utilities 3.1.1 is installed, the computer will freeze during startup. This does not occur with 8MB or less shared memory. Restart the Macintosh using one of the techniques described in “Start Over” in the section “When You Run Into Trouble,” earlier in this chapter. Open the PC Setup control panel and change the shared memory setting to 8 MB or less. The hard disk icon does not appear on the desktop. If you don’t see a hard disk icon on the desktop, try the following: m If the hard disk is internal, shut down your computer, wait at least 10 seconds, and then turn it on again. m If the hard disk is external, make sure that it is turned on and that its cable is connected firmly; then restart the Macintosh. m Check the ID numbers of all SCSI equipment connected to your computer. See the manuals that came with your SCSI equipment for information on setting SCSI ID numbers. Troubleshooting in the Macintosh Environment 83m If the hard disk is your startup disk, start your computer using the Disk Tools floppy disk or (if you have a built-in CD-ROM drive) with the CD-ROM disc that contains system software. (For instructions on how to start up your computer from the CD-ROM disc, see “Starting Up From a CD-ROM Disc” in the section “Initializing a Hard Disk” later in this chapter.) Then follow the instructions in “Repairing a Damaged Disk” later in this chapter to test your startup hard disk and repair any damage. If repairing the disk doesn’t help, follow the instructions in “Installing or Reinstalling Mac OS System Software” later in this chapter to reinstall system software on your startup hard disk. Icons do not appear correctly on your screen. You need to rebuild the desktop—a process that helps your Macintosh keep track of files and folders on your hard disks. For instructions, see “Rebuild Your Desktop Regularly” in the section “When You Run Into Trouble” earlier in this chapter. If icons do not appear correctly after you rebuild the desktop, restart your computer while pressing the Shift key to temporarily turn off system extensions. When you see the “Welcome to Macintosh—extensions off” message, release the Shift key and press the Option and x keys until you see a message asking if you want to rebuild the desktop. Your Macintosh can’t read a floppy disk. If you see a message that a floppy disk is unreadable, try one of the following: m If the disk has never been used, you may simply need to initialize it. For instructions, see the “Disks” topic of Macintosh Guide, available in in the Guide (h) menu. m The disk may be damaged. See “Repairing a Damaged Disk” later in this chapter for information on testing and repairing disks. m The disk may be a DOS disk that the Macintosh environment cannot use. Try switching to the PC environment and inserting the disk again. 84 Chapter 7If you are trying to use a DOS disk in the Macintosh environment, consider the following: m The disk may have been formatted incorrectly on a DOS computer (or in the PC environment on your Macintosh). On DOS computers it’s possible to format a standard double-sided disk in a high-density (1440K) format, and vice versa. Disks formatted in this way cannot be read by a Macintosh computer. When formatting disks in the DOS environment for use in both the Mac OS and DOS, always format standard double-sided disks in the 720K format. Always format high-density disks in the 1440K format. If a disk has been formatted incorrectly, switch to the PC environment and copy the disk’s contents onto another disk that has been properly formatted. The pointer (8) freezes on the screen. Your system has a software problem. m Press x-Option-Esc to quit the application program in use when the problem occurred. If this works, you can save the documents open in other programs before restarting. m Restart your Macintosh. (For instructions, see “Start Over” in the section “When You Run Into Trouble” earlier in this chapter.) Most software problems are temporary, and restarting usually corrects the problem. m Check the startup disk and program you were using when the problem occurred. Make sure that all programs, desk accessories, and system extensions you’re using are compatible with the system software. m Sometimes incompatible system extensions or control panels can cause system software problems. Restart while holding down the Shift key; this temporarily turns off all system extensions. If your computer works normally after you do this, remove all extensions from the Extensions folder (inside the System Folder) and put them back into the Extensions folder one at a time. Restart after you add each extension. This procedure should identify any incompatible extensions. You can also use the Extensions Manager control panel to turn off individual extensions. For information on using this control panel to manage system extensions, see the “Setting Options” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. Troubleshooting in the Macintosh Environment 85m If the problem recurs, you may need to reinstall system software. See “Installing or Reinstalling System Software” later in this chapter for instructions. A dialog box with a bomb appears. Your system has a software problem. m Write down what you were doing when the message appeared, the text of the message, and the message number, if there is one. m Restart your Macintosh. (See “Start Over” in the section “When You Run Into Trouble” earlier in this chapter for instructions.) Most software problems are temporary, and restarting usually corrects the problem. m Check the startup disk and application program you were using when the dialog box appeared. Make sure that all programs, desk accessories, and system extensions you’re using are compatible with the system software. Reinstalling the system software may correct the problem. m Sometimes incompatible system extensions or control panels can cause system software problems. Restart while holding down the Shift key; this temporarily turns off all system extensions. If your computer works normally after you do this, remove all extensions from the Extensions folder (inside the System Folder) and put them back into the Extensions folder one at a time. Restart after you add each extension. This procedure should identify any incompatible extensions. You can also use the Extensions Manager control panel to turn off individual extensions. For information on using this control panel to manage system extensions, see the “Setting Options” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. m If the problem recurs, you may need to reinstall system software. See “Installing or Reinstalling Mac OS System Software” later in this chapter for instructions. 86 Chapter 7The pointer (8) doesn’t move when you move the mouse. One of the following situations is probably the cause: m Your system has a software problem. Press x-Option-Esc to quit the application program in use when the problem occurred. If this works, you can save the documents open in other programs before restarting. Restart your Macintosh. See “Start Over” in the section “When You Run Into Trouble” earlier in this chapter for instructions. Check the startup disk and program you were using when the problem occurred. Make sure that all programs, desk accessories, and system extensions you’re using are compatible with the system software. Try starting up the computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. (For instructions on how to start up your computer from the CD-ROM disc, see “Starting Up From a CD-ROM Disc” in the section “Initializing a Hard Disk” later in this chapter.) If your computer starts up normally, there may be an extension conflict. If the problem recurs, you may need to reinstall system software. See “Installing or Reinstalling Mac OS System Software” later in this chapter for instructions. m The mouse is not connected properly. Turn the computer off using the standby power button, check that the mouse and keyboard cables are connected properly, and then restart the computer. m Signals from the mouse are not reaching the computer, either because the mouse needs cleaning or because there is something wrong with the mouse. Clean the mouse according to the instructions in Appendix A of this book. If you have another mouse or pointing device, try connecting and using it. (Turn off the computer before connecting it.) If the new device works, there is probably something wrong with the mouse you replaced. If none of these procedures solves the problem, consult the service and support information that came with your computer for instructions on how to contact an Apple-authorized service provider or Apple for assistance. Troubleshooting in the Macintosh Environment 87Typing on the keyboard produces nothing on the screen. One of the following is probably the cause: m Your system has a software problem. Restart your Macintosh. For instructions, see “Start Over” in the section “When You Run Into Trouble” earlier in this chapter. Check the startup disk and application program you were using when the problem occurred. Make sure that all programs, desk accessories, and system extensions you’re using are compatible with the system software. If the problem recurs, you may need to reinstall system software. See “Installing or Reinstalling System Software” later in this chapter for instructions. m You haven’t selected any text or set the insertion point (i). Make sure the program you want to type in is the active program. Then place the pointer (8) in the active window and click to set an insertion point (i) or drag to select text (if you want to replace the text with your typing). m The keyboard is not connected properly. Turn off the computer using the standby power button, then check that the keyboard cable is connected properly at both ends. If you have a keyboard with an ADB port (marked with the × icon) on each end, turn off the Macintosh using the standby power button and plug the keyboard cable into the other ADB port on the keyboard. (You may have to unplug the mouse to do this.) Then restart the computer. m The keyboard is damaged. If you have access to another keyboard, try using it instead. (Turn the computer off before connecting it.) If the new keyboard works, there is probably something wrong with the one you replaced. If none of these procedures solves the problem, consult the service and support information that came with your computer for instructions on how to contact an Apple-authorized service provider or Apple for assistance. 88 Chapter 7You can’t start an application program or it quits unexpectedly. Or, when you try to open a program, you see a message that not enough memory is available. One of the following is probably the cause: m The Macintosh ran out of memory. Quit the programs that you have open and then open the program you want to use, or restart your Macintosh. Use the Memory control panel to turn on virtual memory. For more information on virtual memory, see the “Memory” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. m The program needs more memory. Use the program’s Info window to give it more memory. For more information on increasing a program’s memory, see the “Memory” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. m The program requires special hardware, such as a floating-point unit (FPU), and your computer doesn’t have the hardware installed. Check the documentation that came with the program to find out if the program requires a Macintosh with special hardware, such as an FPU. Then check the Technical Information booklet that came with your Macintosh to find out if your computer is equipped with such special hardware, or if the hardware can be installed. Consult your Apple-authorized service provider for information on installing special hardware in your computer. Troubleshooting in the Macintosh Environment 89You see a message that an application program can’t be found. The following dialog box appears if you try to open a document that was created with software that is not on your hard disk. Normally, you see this message if you try to open a document that came from another Macintosh with software that is different from yours. m The Macintosh Easy Open control panel is not installed. This is a control panel that you can use to open documents when you don’t have the program that created them. Reinstall the control panel from the system software disks or CD-ROM disc containing system software that came with your computer. (See the section “Installing or Reinstalling Mac OS System Software” later in this chapter for instructions.) See Appendix D for instructions on using Macintosh Easy Open. m Some documents can be opened by more than one application program. Try starting a program that you think might be able to open the document, and then choose Open from the program’s File menu to try to open the document. m Purchase and install the correct software to use the document, or find out if the creator of the document can convert it to a form that one of your programs can use. m Don’t try to open the files in the System Folder. Most of the files in the System Folder are used by your computer for internal purposes and are not intended to be opened. m Rebuild the desktop by holding down the Option and x keys while starting up your computer. Keep holding down the keys until you see a message asking whether you want to rebuild the desktop. Click OK. 90 Chapter 7m If the document is from a DOS computer and you want to open it in the Macintosh environment, use the PC Exchange control panel to specify which Macintosh program will open the document. For information about working with DOS documents in the Mac OS, see the “Using DOS Files & Disks” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. You experience problems using a DOS document. If you can’t open a DOS document using a Macintosh program, try the following: m Open the document from within the program by choosing Open in the program’s File menu. m Use the PC Exchange control panel to change the document’s type to one that can be opened by the program. If a DOS document is displayed incorrectly, or you see strange codes or characters in the document, try one of the following: m Your application program may have special procedures for opening and saving documents with different file formats. See the information that came with your program. m Try opening the document in another program. Note: Some characters that can be displayed on the Macintosh are not accurately displayed on DOS computers. For more information about working with DOS documents in the Mac OS, see the “Using DOS Files & Disks” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. Troubleshooting in the Macintosh Environment 91The Mac OS is running out of memory even though I’m not running any PC programs. When sharing memory with the PC environment, the Macintosh allocates a portion of its memory to the PC. Because of this, the Mac OS may not be able to load all your system extensions, including the PC Setup control panel. If this problem occurs, try the following: m Add memory to the DOS-compatibility card, as described in Appendix B. m Decrease the shared memory setting. m Remove PowerTalk and QuickDraw GX from the Extensions folder inside the System Folder. m Remove any other system extensions you don’t need. m Change the name of the PC Setup control panel to !PC Setup so that it loads first. Shared memory assigned to the PC isn’t available to the Mac OS until you turn off the PC. If the previous suggestions don’t solve your problem, click the Off button at the top of the PC Setup control panel and restart the Macintosh. 92 Chapter 7Initializing a hard disk Before you can use a new disk, the disk must be prepared so that the computer knows where to store information on the disk. This preparation is called initializing (or formatting) the disk. When do you need to initialize a hard disk? The hard disk inside your computer was initialized at the factory, so you shouldn’t need to initialize it. You need to initialize a hard disk only if m you purchase a hard disk that has not been initialized at the factory m your hard disk is damaged If a hard disk needs to be initialized, the disk’s icon does not appear on the desktop when you start up the computer using another disk. Starting up from a CD-ROM disc To initialize, test, or repair a hard disk, or to install system software on a hard disk, you need to start up your computer from another disk. If your computer has a CD-ROM drive, you can start up your computer using the CD-ROM disc containing system software that came with the computer. To start up the computer using the CD-ROM disc, follow these steps: 1 Turn your computer on. 2 Press the Open/Close button on your CD-ROM drive, and quickly insert the CD-ROM disc containing system software into the drive. 3 Immediately press and hold down the C key on your keyboard. Continue to hold down the key until you see the “Welcome to Macintosh” message. WARNING Initializing a disk erases any information that may be on it. Before you initialize a damaged disk, try to repair it as described in “Repairing a Damaged Disk” later in this chapter. Troubleshooting in the Macintosh Environment 93If a blinking question mark appears, or if the computer starts up from your hard disk: You did not insert the CD-ROM disc quickly enough for the computer to recognize it as a startup disk. Follow these steps: 1 Shut down your computer. The CD-ROM disc will remain in the CD-ROM drive. 2 Turn the computer on. 3 Immediately press and hold down the C key on the keyboard. Continue to hold down the key until you see the “Welcome to Macintosh” message. Starting up from a floppy disk To initialize, test, or repair a hard disk, or to install system software on a hard disk, you need to start up your computer from another disk. If you don’t have a built-in CD-ROM drive, you can start up the computer using either the Disk Tools or Install Disk 1 floppy disk that came with your computer. To start up your computer using a floppy disk, follow these steps: 1 Shut down your computer. 2 Insert the floppy disk into the disk drive. If you want to initialize, test, or repair your hard disk, use the Disk Tools disk to start up your computer. If you want to install Mac OS system software, use the Install Disk 1 disk. 3 Turn the computer on. 94 Chapter 7Reinitializing your computer’s internal hard disk You initialize the internal hard disk using a program called Internal HD Format, which is on the floppy disk labeled Disk Tools that came with your computer. If your computer came with a CD-ROM drive and you didn’t receive floppy disks, you can find Internal HD Format on the CD-ROM disc that contains system software. 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” earlier in this section. 2 Double-click the Internal HD Format icon to open it. You may need to look in a folder called Utilities to find Internal HD Format. 3 Type a name for your disk in the name box. 4 If you want to make sure that none of the hard disk’s original information is recognizable after reinitialization, choose Zero Data in the Options menu. If you choose Zero Data, initialization may take a few minutes. (If you don’t choose Zero Data, initialization will take less than 30 seconds.) 5 Click Initialize. A message informs you that initializing the disk erases all information on it. 6 Click OK. During initialization, a status bar shows you the progress of the initialization. 7 When the initialization is complete, click Done. If a message reports that initialization failed, try again. If initialization fails a second time, take the disk to your Apple-authorized service provider for repair. Troubleshooting in the Macintosh Environment 95Initializing an external SCSI hard disk You initialize an Apple external SCSI hard disk using a program called Apple HD SC Setup, which is on the floppy disk labeled Disk Tools that came with your computer. If your computer came with a CD-ROM drive and you didn’t receive floppy disks, you can find Apple HD SC Setup on the CD-ROM disc that contains system software. 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” earlier in this section. 2 Open the Apple HD SC Setup icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Apple HD SC Setup. 3 Click Drive until the disk you want to initialize appears. You cannot initialize the disk that you used to start up your computer or the disk that contains the Apple HD SC Setup program. 4 Click Initialize. 96 Chapter 7 SCSI ID number of the currently selected hard disk Name of the currently selected hard disk5 Click Init to initialize the hard disk. 6 If a message appears asking you to name the disk, type a name and then click OK. 7 Click Quit when you see a message reporting that initialization was successful. If a message reports that initialization failed, try again. If initialization fails a second time, take the disk to your Apple-authorized service provider for repair. Repairing a damaged disk Disks can become damaged by repeated use and handling. When do you need to repair a disk? If you see a message reporting that a disk is damaged or unreadable, you may need to repair the disk. Try these suggestions first If you can’t start up from a hard disk or you don’t see the hard disk icon on the desktop, try the following: m If the hard disk is internal, shut down your Macintosh, wait at least 10 seconds, and then turn it on again. m If the hard disk is external, make sure that it is turned on and that its cable is connected firmly; then restart the Macintosh. m If the hard disk is your startup disk, start up with a different startup disk. If the hard disk’s icon appears on your desktop, reinstall system software on the hard disk (see “Installing or Reinstalling System Software” later in this chapter). Troubleshooting in the Macintosh Environment 97 Click here to initialize the disk. m Check the ID numbers of all SCSI equipment connected to your computer. Each device must have a unique ID number (the computer itself has the ID number 7). Also check that the chain of devices is terminated properly. For information on setting SCSI ID numbers and terminating a SCSI chain, see the manuals that came with your SCSI equipment. m Test the disk following the instructions that come next. Checking for damage on your internal hard disk You can check for damage on your internal hard disk with the Internal HD Format program, which is on the floppy disk labeled Disk Tools that came with your computer. If your computer has a built-in CD-ROM drive and you didn’t receive floppy disks, you can find the Internal HD Format program on the CD-ROM disc that contains system software. You can use Internal HD Format at any time to check for damaged blocks (segments of the hard disk that cannot reliably be used to store information). 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” in the section “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter. 2 Open the Internal HD Format icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Internal HD Format. 3 Choose Scan All Blocks in the Functions menu. If the program finds damaged blocks, it marks them so the computer will not store information in them. This process does not harm any information on the hard disk. 98 Chapter 7Testing an external SCSI hard disk You can test an external Apple SCSI hard disk with the Apple HD SC Setup program, which is on the floppy disk labeled Disk Tools that came with your computer. If your computer has a built-in CD-ROM drive, and you didn’t receive floppy disks, you can find the Apple HD SC Setup program on the CD-ROM disc that contains system software. 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” in the section “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter. 2 Open the Apple HD SC Setup icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Apple HD SC Setup. 3 Click Drive until the disk you want appears. 4 Click Test. 5 When a message tells you that testing is complete, click Quit. Troubleshooting in the Macintosh Environment 99 SCSI ID number of the currently selected hard disk Name of the currently selected hard diskIf the test reveals a problem, you may be able to correct it by using Disk First Aid or another disk repair program (see the instructions in the next section), or you may need to reinitialize the disk (see “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter). Consult an Apple-authorized service provider for assistance, if necessary. How to repair a hard disk or floppy disk You can repair some types of disk damage by using the Disk First Aid program, which is included either on the Disk Tools floppy disk or on the CD-ROM disc containing system software that came with your computer. 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” in the section “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter. 2 Open the Disk First Aid icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Disk First Aid. 3 Click the icon of the disk you want to test. Disk icons appear in a box at the top of the Disk First Aid window. 100 Chapter 74 Click Repair to begin testing and repairing the disk. You can’t repair the startup disk or the disk that contains the Disk First Aid program, but you can test these disks by clicking Verify. If the program reveals a problem with either of these disks, start up the computer from another disk so that you can repair the damaged disk. If you want to test and repair another disk, click its icon and then click Repair. 5 When testing and repair are finished, choose Quit from the File menu. If Disk First Aid cannot correct the problem m Try repairing the disk again. Sometimes repeating the process corrects the problem. m Use another disk repair or recovery program. Some disk repair programs let you recover information from a damaged disk. m Consult a computer repair specialist for help. m Once you have recovered all the information you can, erase (reinitialize) the disk. If initialization doesn’t work, discard the damaged disk (if it’s a floppy disk), or take it to your Apple-authorized service provider for repair (if it’s a hard disk). Troubleshooting in the Macintosh Environment 101Installing or reinstalling Mac OS system software System software is the set of programs and other files that the Mac OS uses to start itself up, keep track of your files, and run the application programs you use. System software is kept in the folder called the System Folder. When you turn on your computer, it looks for a startup disk, which is a disk that contains the system software. The startup disk is usually the hard disk that’s inside your computer, although another hard disk or a floppy disk can also be a startup disk. The accessory kit that came with your Macintosh provides system software on either a set of floppy disks or a CD-ROM disc. You can use the floppy disks or the CD-ROM disc to install the system software on your Macintosh if you need to do so. When should you install system software? Your Macintosh came with all the necessary system software installed on its internal hard disk, so you don’t need to install system software on that disk unless you encounter software problems. If you have a new hard disk or a newly initialized hard disk that doesn’t contain system software, or if you want to upgrade to a more recent version of system software on a hard disk, follow the instructions in “Installing System Software” later in this chapter. If you want to install DOS on a drive container or another volume that you’re using as a PC drive, see “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. When should you reinstall system software? If you have a problem with your system software, you may see this icon in the middle of the screen: If this icon appears, follow the instructions in “Repairing a Damaged Disk” earlier in this chapter to test your startup hard disk and repair any damage. 102 Chapter 7If repairing the disk doesn’t help, follow the instructions in the next section, “Installing System Software,” to reinstall system software on your startup hard disk. Installing system software Follow the steps in this section to do what is commonly called a “normal” installation of system software. If you’re installing system software on a hard disk for the first time, make sure that your hard disk has been initialized, a process that prepares the disk to store information. If you see the hard disk’s icon on the desktop when you start up the computer, the disk has been initialized. If no disk icon appears when you start up, see “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter for instructions. To do a normal installation, follow these steps: 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” in the section “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter. 2 Find and open the Disk First Aid icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Disk First Aid. After Disk First Aid starts, follow the instructions on the screen. Disk First Aid checks your hard disk for any problems. 3 When Disk First Aid has finished checking your hard disk, choose Quit from the File menu. 4 Shut down your computer. Troubleshooting in the Macintosh Environment 1035 Start up your computer from the Install Disk 1 disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” in the section “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter. The Installer’s Welcome screen appears. You may have to double-click the System Software Installer icon to open the Installer program. 6 Click OK. The Easy Install dialog box appears. 7 Make sure that the hard disk named in the box is the one on which you want to install system software. If it isn’t, click Switch Disk until the correct disk name appears. 8 Click Install. 9 Follow the instructions that appear on the screen. If you’re installing system software from floppy disks, you see messages asking you to insert different disks. 104 Chapter 7 Parts of system software to be installed Disk on which system software will be installed Click here to install the software you need. Click here to install on a different disk.10 When you see a message reporting that the installation was successful, click Restart. If a message reports that installation was not successful, try installing again. (Follow the instructions on the screen.) If, after reinstalling system software by doing a normal installation, you still experience problems with your computer, follow the steps in the next section for doing a “clean” installation of system software. IMPORTANT Certain system extensions or application programs that were originally on your hard disk may not be installed with the Installer program. If you notice that a certain extension or program was not installed, you may need to install it separately. You can find these additional extensions and programs on the CD-ROM disc that contains system software. If you don’t have a CD-ROM drive, see the service and support information that came with your computer for information on how to contact Apple directly for assistance. Doing a clean installation of system software The steps in this section outline what is commonly called a “clean” installation of system software. Do a clean installation if you can’t determine what is damaged in your System Folder (especially if you think any special software, such as control panels, system extensions, or custom utilities, may be causing the problems you’re experiencing). You should also do a clean installation if you’re still having problems with your computer after you’ve reinstalled system software by doing a normal installation. Troubleshooting in the Macintosh Environment 105Testing your hard disk To prepare your hard disk for a clean installation, follow these steps: 1 Start up your computer from the Disk Tools disk or the CD-ROM disc that contains system software. See “Starting Up From a CD-ROM Disc” or “Starting Up From a Floppy Disk” in the section “Initializing a Hard Disk” earlier in this chapter. 2 Find and open the Disk First Aid icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Disk First Aid. After Disk First Aid starts, follow the instructions on the screen. Disk First Aid checks your hard disk for any problems. 3 When Disk First Aid has finished checking your hard disk, choose Quit from the File menu. Preparing an external SCSI hard disk for reinstallation of system software If you’re reinstalling system software on an Apple external SCSI hard disk, follow these additional steps. If you’re reinstalling system software on your internal hard disk, skip to the next section, “Installing New System Software.” 1 Find and open the Apple HD SC Setup icon. You may need to look in a folder called Utilities to find Apple HD SC Setup. 2 Click Drive until the disk on which you want to reinstall system software appears. 3 Click Update and follow the instructions on the screen. 106 Chapter 74 When you see a message that the update (preparation for reinstalling system software) was successful, click Quit. The external SCSI hard disk is now prepared for reinstalling system software, and you can proceed with the installation. Installing new system software 1 Insert the Install Disk 1 disk into the floppy disk drive, or insert the CD-ROM disc that contains system software into the CD-ROM drive. The Installer’s Welcome screen appears. You may have to double-click the System Software Installer icon to open the Installer program. 2 Click Continue. The Easy Install dialog box appears. 3 Make sure that the hard disk named in the Destination Disk box is the one on which you want to install system software. If it isn’t, click Switch Disk until the correct disk name appears. Troubleshooting in the Macintosh Environment 107 Parts of system software to be installed Disk on which system software will be installed Click here to install the software you need. Click here to install on a different disk.4 Hold down Shift–x–K to start the clean installation. The following dialog box appears. 5 Click the Install New System Folder button and click OK. The Easy Install dialog box appears. The Install button has changed to Clean Install, and the contents of your old System Folder have been moved to a new folder named Previous System Folder. 6 Click Clean Install. 7 Follow the instructions that appear on the screen. It takes a few minutes to complete the installation. 8 When you see a message reporting that the installation was successful, you may need to click Restart. You need to click Restart only if you installed software onto the startup disk. If a message reports that installation was not successful, try repeating the clean installation procedure. 108 Chapter 7 Click here to install the software you need.Replacing special software 1 Copy any special software items from the Previous System Folder back to your System Folder one item at a time, restarting the computer after copying each item. Special software consists of items such as control panels, system extensions, or custom utilities that you may have added to your System Folder. IMPORTANT Be very careful not to replace (copy over) any of the files in the System Folder with files from the Previous System Folder. 2 Check after each restart to make sure your computer is not having any software problems. If any of your special software items causes software problems, contact the software manufacturer for assistance or an upgrade. Doing a custom installation For most Macintosh users, the Easy Install procedure described in the previous sections is appropriate, because it automatically installs all the items you need. However, if you’d like to select a combination of system software files for your specific needs, you can customize your system software installation. You use custom installation to install or update one or more specific files, or to save space on your hard disk by installing only the files you want. To install customized system software, follow these steps: 1 Insert the Install Disk 1 disk into the floppy disk drive, or insert the CD-ROM disc that contains system software into the CD-ROM drive. The Installer’s Welcome screen appears. You may have to double-click the System Software Installer icon to open the Installer program. Troubleshooting in the Macintosh Environment 1092 Click OK. The Easy Install dialog box appears. 3 Choose Custom Install from the pop-up menu. The Custom Install dialog box appears, listing all available system software components. 4 Scroll through the list of components, clicking the checkbox next to each component you want to install. 110 Chapter 7To get additional information about a component, click the box with the letter i in it to the right of the component. 5 Click Install. 6 Follow the instructions that appear on the screen. 7 When you see a message reporting that the installation was successful, click Quit. If a message reports that installation was not successful, try installing again. (Follow the instructions on the screen.) 8 Restart your Macintosh. The system software is installed and your computer is ready to use. Troubleshooting in the Macintosh Environment 111When you have questions Read this chapter when you have questions about using the PC environment on your Macintosh. If you have questions about using DOS or DOS application programs, see your DOS manual or the manuals that came with your programs. WARNING If you have a problem with your DOS-compatibility hardware or software and nothing presented in this manual solves it, consult the service and support information that came with your computer for instructions on how to contact an Apple-authorized service provider or Apple for assistance. If you attempt to repair the DOS-compatibility hardware yourself, any damage you may cause to the DOS-compatibility hardware will not be covered by the limited warranty on your DOScompatible Macintosh. Contact an Apple-authorized dealer or service provider for additional information about this or any other warranty question. 113 8 Troubleshooting in the PC Environment Consult this chapter if you have problems using the PC environment on your Macintosh.When I try to switch to DOS, my screen is blank or has no synchronization. If the monitor has never worked in DOS, it is most likely not able to synchronize properly to the DOS video signal. Refer to the information in the Technical Information booklet on monitor specifications and video modes, and check with your monitor vendor to see if your monitor conforms to these specifications. If your monitor was working previously, verify that its type is selected in the Display pop-up menu of the PC Setup control panel. If its type doesn’t show, use the Display pop-up menu to select the correct type. Restart the computer and, immediately after the chime sounds, hold down the x-Option-P-R keys. When you hear another chime, release the keys. Then open the PC Setup control panel again. You’ll get a message that PC Setup is not properly installed. This is normal. Verify the settings, and restart the computer again. The Macintosh “hangs” or freezes during startup. If the Mac OS is sharing 16 MB or more of memory with the PC environment, and Disklight of Norton Utilities 3.1.1 is installed, the computer will freeze during startup. This does not occur with 8 MB or less shared memory. Restart the Macintosh using one of the techniques described in “Start Over” in the section “When You Run Into Trouble” in Chapter 7. Open the PC Setup control panel and change the shared memory setting to 8 MB or less. The DOS-compatibility software doesn’t seem to be installed. Open the Control Panels folder and look for the PC Setup control panel. If you find it, the DOS-compatibility software is installed. If not, or if you find it but it doesn’t work, there may be a problem with the software. Reinstall the software according to the instructions in “Reinstalling the DOS-compatibility Software,” later in this chapter. If you do find the PC Setup control panel, open it. If drive C is mapped to a drive container, a drive container has been created. If drive C is not mapped to a drive container, follow the instructions in “Creating a Drive Container” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” later in this chapter. 114 Chapter 8When I switch to the PC environment, I see this message: “Non-system disk or disk error. Replace and strike any key when ready.” The DOS-compatibility hardware can’t find DOS. Switch to the Mac OS by pressing x-Return, open the PC Setup control panel, and make sure drive C is mapped to a drive container. If not, follow the instructions under “Configuring Drives C and D” in Chapter 6. If drive C is mapped to a drive container, it may not be the drive container that holds DOS. If other drive containers have been created, double-click each one in the Mac OS and look for DOS folders and files. If you locate a container with DOS in it, map it to drive C. If no drive container exists, the PC software may not be installed. First, create a drive container by following the instructions under “Configuring Drives C and D” in Chapter 6. Then follow the instructions under “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” later in this chapter. I’m running applications in both environments and they seem sluggish. You may be sharing Macintosh RAM with the PC. Performance may improve if you give the PC environment its own memory by installing a SIMM (memory module) on the DOS-compatibility card in your computer. For instructions, see Appendix B. Additionally, significant drive access in one environment (including file sharing) can cause a slowdown in the other. There is a delay when switching between environments. When switching would interfere with a Mac OS system task, there is a slight delay until the task is completed. There also may be a delay while clipboard information is transferred between the two environments. (If there’s a large amount of information on the clipboard, you may actually see the translator window.) If Shutdown Warning is turned on in the General Controls panel in the Mac OS, you cannot switch back to the Mac OS immediately after switching to the PC. Wait a few minutes and try switching again. To fix the problem, open the General Controls panel in the Mac OS and turn off the Shutdown Warning option. Troubleshooting in the PC Environment 115I switched to the PC environment and I can’t figure out how to switch back to the Mac OS. Press x-Return at any time to switch to the Mac OS. Inserting a PC-format disk in the Mac OS brings up an initialization message. Macintosh PC Exchange may not be installed. Look in the Control Panels folder for a control panel called Macintosh PC Exchange. If you don’t find it, reinstall Macintosh PC Exchange from the floppy disks or CD-ROM disc that contains system software. I’m in the PC environment and I can’t figure out how to eject a floppy disk. Press x-E. I’m in the PC environment and I can’t figure out how to eject a CD-ROM disc. Press x-Y. The PC drive file I initialized has only one partition. Macintosh PC Exchange configures drives to have a single partition. The DOS program FDISK can configure a drive with up to four partitions. See your DOS manual for more information. The PC won’t start up, and there’s a message saying there is not enough free memory. Your computer must have at least 8 MB of RAM installed. If you don’t have a SIMM installed for the exclusive use of the PC environment (see the Technical Information booklet), the PC requires at least 2 MB of free RAM if you are using DOS, and 4 MB if you are using Windows. Turn off the RAM disk, if you’re using one, in the Memory control panel. Additionally, set the disk cache size in the Memory control panel to 128K or less. 116 Chapter 8The PC Setup icon has a red slash through it at startup. If PC Setup doesn’t have enough memory to allocate to the PC at startup time, it will turn itself off. Check the Memory control panel for disk cache and RAM disk sizes; the disk cache should be set no higher than 128K, and the RAM disk should be off (or have a small amount of memory allocated to it). Restart the Macintosh if you change either of these settings. If these steps don’t correct the problem, throw away the PC Setup Prefs file in the Preferences folder within the System Folder and restart the Macintosh. Then use the PC Setup control panel to recreate your settings. When I switch to the Mac OS from the PC environment, the following message appears: “PC Clipboard requires additional system services in order to function. Please ensure that the DOS-compatibility card is successfully installed.” Macintosh Easy Open software is either not installed or has been turned off. Turn on the Macintosh Easy Open control panel, or reinstall it from the DOS Compatibility Installer (for the Mac OS) disk. If your computer has a built-in CD-ROM drive and you don’t have the floppy disk, use the DOS Compatibility Installer program on the CD-ROM disc that contains system software. I set the DOS-compatibility card to use 4 MB (or more) of RAM, but I get an error message from my PC application program saying that there’s not enough memory to run it. If you are sharing memory between the Macintosh and PC, the Mac OS may be using some of the RAM you requested for the PC. Turn off the RAM disk, if you’re using one, in the Memory control panel; then restart the Macintosh. A PC program displays a message that it needs 540K to run, but I have 4MB of memory allocated to the PC environment. The program is referring to conventional memory. Most of the balance of the 4 MB of memory you assigned to the PC is used by the EMM386 memory management software. Configure your application program to use more extended memory and less conventional memory. You may also need to disable some device drivers or other software in your CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files to free up more conventional RAM. See the section on managing memory in your DOS manual for more information. Troubleshooting in the PC Environment 117The Mac OS is running out of memory even though I’m not running any PC programs. When sharing memory with the PC environment, the Macintosh allocates a portion of its memory to the PC. Because of this, the Mac OS may not be able to load all your system extensions, including the PC Setup control panel. If this problem occurs, try the following: m Add memory to the DOS-compatibility card, as described in Appendix B. m Decrease the shared memory setting. m Remove PowerTalk and QuickDraw GX from the Extensions folder inside the System Folder. m Remove any other system extensions you don’t need. m Change the name of the PC Setup control panel to !PC Setup so that it loads first. Shared memory assigned to the PC isn’t available to the Mac OS until you turn off the PC. If the previous suggestions don’t solve your problem, click the Off button at the top of the PC Setup control panel and restart the Macintosh. My monitor flashes oddly when I switch environments. This is a natural effect when a single monitor is used by two different environments. Turn on the Fade Screens option in the PC Setup control panel. The PC environment is frozen, and pressing Control-Alt-Delete doesn’t reset the system. Press the x-Control-Alt-[keypad] period keys. The system will reset with a cold start. When I print a document in the PC environment, the top and bottom get clipped. In the Mac OS, open PC Print Spooler in the Extensions folder, choose Preferences from the File menu, and click “Gaps between pages (60-lines).” In the PC environment, configure your applications to print to a 60 line page, rather than a 66-line page, or your margins will be off and your pages will not print correctly. 118 Chapter 8When I start up certain software in the PC environment, my Apple monitor shows a jumbled image and the display rolls. Some application programs that write directly to the hardware (especially games) may cause the Apple 13", 14", and 16" monitors to lose video synchronization at program startup. Call the software company to see if the software has a switch to force it to make BIOS calls (or if an upgrade is available with this feature). DOS begins to start up but then the screen freezes. My cursor blinks, but I cannot type anything. Press x-Control-Alt-[keyboard] period to restart the PC. When you see the message “Starting MS-DOS,” press and hold the F5 key. This will bypass your CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files. Edit the CONFIG.SYS file so that the HIMEM.SYS driver looks like the following: DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS /TESTMEM:OFF Restart the PC; it should now start up normally. Reinstalling the DOS-compatibility software Your Macintosh DOS-compatible computer comes with the DOS-compatibility hardware and software already installed. You should reinstall the software only if you are having severe software problems. Follow the instructions in this section. There are several steps to reinstalling your DOS-compatibility software: m install the Mac OS software m create a storage area (called a drive container) for DOS software m set aside RAM for the PC environment, if necessary m install the Microsoft MS-DOS operating system (and Microsoft Windows if you wish) m install the additional DOS software that came with your DOS-compatible computer m install your own PC software For information on setting up the software after you install it, including additional changes you may need to make to the DOS AUTOEXEC.BAT and CONFIG.SYS files, see Chapter 5. Troubleshooting in the PC Environment 119Reinstalling Mac OS software You’ll install several extensions and control panels in your System Folder. 1 Start up your Macintosh while holding down the Shift key. This starts the Macintosh with extensions turned off. 2 Insert the floppy disk named DOS Compatibility Installer Disk (for Mac OS Environment) into the floppy disk drive. If your computer has a built in CD-ROM drive, and you don’t have this floppy disk, insert the CD-ROM disc that contains system software. 3 Find the DOS Compatibility Installer icon and double-click it to open it. 4 Click Install in the dialog box that appears. The software is automatically installed onto your hard disk. 5 When the installation is complete, click Quit and restart your Macintosh. The following Mac OS software is now installed in your System Folder: Name Location Macintosh Easy Open Control Panels folder PC Exchange Control Panels folder PC Setup Control Panels folder PC Setup Guide Additions Extensions folder PC Clipboard Extensions folder PC Clipboard Translators Extensions folder PC Print Spooler Extensions folder PC Network Extension Extensions folder 120 Chapter 8Creating a drive container A drive container is a file on a Macintosh hard disk that acts as a hard drive for the PC. You create a drive container using the PC Setup control panel. 1 Open the PC Setup control panel. 2 Choose New Drive File from the C: pop-up menu. A dialog box appears. 3 Choose a location for the drive container. The drive container can be on any hard disk attached to the Macintosh. At least 40 MB of free space is recommended. Troubleshooting in the PC Environment 121It’s best to locate the container at the root level of your hard disk (not in any folders or sub-folders) so that you can locate it easily. 4 Type a name for the drive container. You can type up to 31 characters. Pick a descriptive name such as PC Drive or PC Container so that you can easily identify it. When you finish, press the Tab key to move to the Size field. 5 Type a size (in MB) for the drive container. At least 40 MB is recommended. The exact amount of space you need depends on what application programs you intend to install for DOS and Windows. Check the documentation that came with the programs to see how much space you’ll need, then allow some extra room for growth. (The software included with your DOS-compatible computer requires about 25 MB.) 6 Check Initialize Drive File to automatically initialize the drive container with a single partition. If you want more than one partition, you can leave the box unchecked and use the FDISK and FORMAT programs after you’ve installed DOS. (See your DOS manual for instructions and information about the FDISK and FORMAT commands and their options.) 7 Click Create. Assigning RAM to the PC The PC needs memory to operate. You can provide memory with a memory module (SIMM) installed on the DOS-compatibility card in your computer, or by assigning it RAM from your Macintosh. If a memory module is installed on the DOS-compatibility card, the RAM pop-up menu options will be dimmed (unavailable). The amount of memory available to the PC will depend of the amount of RAM on the installed SIMM. See the Technical Specifications booklet to find out whether your DOS-compatibility card includes a SIMM and what RAM capacity the SIMM has. If a SIMM is installed, skip to “Reinstalling PC Software,” next. 122 Chapter 8Memory installed on the DOS-compatibility card in your computer is for the exclusive use of the PC environment, and provides a marked increase in performance of PC applications. If no memory module is installed, you need to assign RAM to the PC. 1 Choose a memory size from the RAM pop-up menu in the PC Setup control panel. If you’re installing DOS only, choose a minimum of 2 MB. If you intend to install Windows, choose a minimum of 4 MB. Note: Windows performance will increase if you allocate more memory to the PC. However, RAM assigned to the PC is not available in the Mac OS until you turn off the card in the PC Setup control panel and restart the computer. 2 Restart the Macintosh. IMPORTANT If the RAM size is set to 2 MB, modify the CONFIG.SYS file in DOS as follows: DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS /TESTMEM:OFF Reinstalling PC software You begin by installing the Microsoft MS-DOS operating system included with your computer. You can also install Microsoft Windows if you wish. 1 Open the PC Setup control panel and click Switch to PC. The Macintosh desktop disappears, and you see a message about a missing operating system or about a disk error. Ignore the message. 2 Insert the CD-ROM disc containing DOS and Windows software into the computer’s CD-ROM drive. If you are using floppy disks, insert the Microsoft MS-DOS Setup floppy disk and press Return. The DOS disks and manual are in the same shrink-wrapped package. 3 If you are using the CD-ROM disc, find and open Microsoft MS-DOS Setup. Troubleshooting in the PC Environment 1234 Follow the instructions that appear on the screen. If you are using floppy disks, press x-E to eject a disk when necessary. Note: The MS-DOS installation disks do not include a DOS mouse driver. A mouse driver for Windows is automatically installed, however, if you install Microsoft Windows. Mouse drivers for DOS are widely available from thirdparty sources. 5 When DOS installation is complete, you may want to install Windows. If you are using the CD-ROM disc, find and open the file called Windows Series Installation Instruction Diskette 1 of 6, type A:setup, and press Return. If you are using floppy disks, insert the disk labeled Windows Series Installation Instruction Diskette 1 of 6, type A:setup, and press Return. The Windows disks and manual are in the same shrink-wrapped package. You can skip this and the next step if you don’t want to install Windows. 6 Follow the instructions that appear on the screen. If you are using floppy disks, press x-E to eject a disk when necessary. The following PC software is now installed: DOS (directory) WINDOWS (directory) COMMAND.COM AUTOEXEC.BAT CONFIG.SYS 124 Chapter 8Installing additional PC software Your DOS-compatible computer comes with additional software utilities that you may want to install. The following table describes the function of each program. For more information on using these programs, see Chapter 5, “Operating in the PC Environment.” Program name Function DOSCLIP Lets you copy and paste between DOS and Mac OS. WINCLIP Lets you copy and paste between Windows and Mac OS. MACSHARE Lets you share Mac OS volumes and folders with the PC environment. CDROM Lets you access your Macintosh CD-ROM drive from the PC environment. MACODI Provides support for accessing networks in the PC environment. To install the additional software, follow these steps: 1 With the PC environment on the screen, insert the disk named DOS Compatibility Installer Disk (for PC Environment) into the disk drive. 2 Choose one of the options below to install software for either DOS alone or both DOS and Windows. m To install software for DOS alone, type A:INSTALL at the DOS prompt and press Return. m To install software for both DOS and Windows, start Windows, select the Run command from the File menu, type A:SETUP for the program name, and click OK. 3 Follow the instructions that appear on the screen. Troubleshooting in the PC Environment 125Replacing the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files Your DOS-compatible PC software includes alternate versions of the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files that let you select from a variety of DOS memory-management options. Each time you start DOS, you will see a menu that asks if you want to optimize memory for just DOS, for a DOS program that requires maximum conventional memory, for a DOS program that requires maximum expanded memory, or if you want to start Windows immediately. To install the alternate CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files, follow these instructions: 1 Switch to the PC environment. 2 At the DOS prompt, type the following: C: REN CONFIG.SYS CONFIG.BAK REN AUTOEXEC.BAT AUTOEXEC.BAK COPY ALT_CFGS\CONFIG.APL CONFIG.SYS COPY ALT_CFGS\AUTOEXEC.APL AUTOEXEC.BAT 3 To restart the PC with the alternate files installed, type Control-Alt-[keypad] period. If your keyboard has a Delete key, you can press Control-Alt-Delete instead. The PC restarts and the new menu appears. Modifying the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files You may want to modify the CONFIG.SYS file by hand to meet specific needs. Use the DOS Edit command (or any other DOS or Windows editor) and make the changes listed below. IMPORTANT Make backup copies of your original files before you change them. That way you still have your originals in case problems develop. Be sure to save the file when you are finished. To prevent the ROM BIOS from becoming corrupted when the PC is configured for 2 MB of memory, be sure to add the underlined text to the indicated line: DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS/ TESTMEM:OFF 126 Chapter 8If you do not intend to use software that requires expanded memory (EMS), make the following change: DEVICE=C:\DOS\EMM386.EXE NOEMS RAM=D000-EFFF If you intend to use software that does use expanded memory, or you’re unsure what you may need in the future, make the following change: DEVICE=C:\DOS\EMM386.EXE RAM=D000-EFFF FRAME=D000 Depending on how you have reconfigured the file, your CONFIG.SYS file should look something like this: DEVICE=C:\DOS\SETVER.EXE DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS /TESTMEM:OFF DEVICE=C:\DOS\EMM386.EXE RAM=D000-EFFF FRAME=D000 DOS=HIGH,UMB FILES=30 LASTDRIVE=M Additionally, your AUTOEXEC.BAT file should contain the following: LH C:\DOS\SMARTDRV.EXE /X @ECHO OFF PROMPT $p$g PATH C:\WINDOWS;C:\DOS SET TEMP=C:\DOS (The reference to Windows in the PATH line applies only if you chose to install Windows.) See your DOS manual to learn how to edit and save your DOS files. IMPORTANT Some memory configuration utilities, such as MEMMAKER, may not be able to determine the exact nature of the hardware of the DOScompatible computer and, therefore, may not be compatible. Additionally, using third-party compression software such as DriveSpace on a drive container prevents you from accessing the container or the files within it from the Mac OS. For these reasons, Apple does not recommend using these programs with your DOS-compatible computer. Troubleshooting in the PC Environment 127Bypassing the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files at startup To bypass the CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT files during the startup process, press and hold the F5 key (x-5 on non-extended keyboards) after the memory testing is complete. Reinstalling Sound Blaster software To install Sound Blaster software, follow these steps: 1 Insert the Sound Blaster Software Installation disk in the floppy disk drive while the PC is in the foreground. 2 From DOS, type A:INSTALL and press Return. 3 Follow the instructions that appear on the screen. 4 Restart DOS to use the new software. To do so, press Control-Alt-[keypad] period. See the enclosed manual, Using PC Sounds with the DOS-Compatibility Card, for information about using the Sound Blaster utilities. Reinstalling video drivers If you intend to run Windows with 256 colors at a resolution of 640 by 480 pixels, or if you intend to use an Apple 16" or VGA display with 16 colors at a resolution of 800 by 600 pixels, follow these steps: 1 Insert the Display Drivers Disk 1 disk in the floppy disk drive while the PC is in the foreground. 2 From DOS, type A: and press Return to set the current drive to A. 3 Type SETUP and press Return to run the setup program. Follow the instructions on the screen to install the video drivers. Select Windows 3.1 as the application. Note: If you are using an Apple 16" monitor, DOS is displayed at a resolution of 640 by 480 pixels centered on your monitor and surrounded by a large black border. 128 Chapter 8For your own safety and that of your equipment, follow all the instructions in this chapter. Keep these instructions available for reference by you and others. Health-related information about computer use Muscle soreness, eye fatigue, and other discomforts and injuries sometimes associated with using computers can occur from performing any number of activities. In fact, misuse of the same muscles during multiple activities can create a problem that might not otherwise exist. For example, if you engage in nonwork activities that involve repetitive stress on the wrist—such as bicycling—and also use your computer’s keyboard improperly, you may increase your likelihood of developing wrist problems. Some individuals are at greater risk of developing these problems because of their health, physiology, lifestyle, and general exposure to stress. Work organization and conditions, such as workstation setup and lighting, also play a part in your overall health and comfort. Preventing health problems is a multifaceted task that requires careful attention to the way you use your body every hour of every day. The most common health effects associated with using a computer are musculoskeletal discomfort and eye fatigue. We’ll discuss each area of concern below. 129 Appendix A Health, Safety, and Maintenance Tips Read this appendix for important health and safety instructions, as well as tips on keeping your computer in good working order.Musculoskeletal discomfort As with any activity that involves sitting for long periods of time, using a computer can make your muscles sore and stiff. To minimize these effects, set up your work environment carefully, using the guidelines that follow, and take frequent breaks to rest tired muscles. To make working with your computer more comfortable, allow enough space in your work area so that you can change position frequently and maintain a relaxed posture. Another type of musculoskeletal concern is repetitive stress injuries (RSIs), also known as cumulative trauma disorders (CTDs). These problems can occur when a certain muscle or tendon is repeatedly overused and forced into an unnatural position. The exact causes of RSIs are not totally understood, but in addition to awkward posture, such factors as the amount of repetition, the force used in the activity, the individual’s physiology, workplace stress level, and lifestyle may affect the likelihood of experiencing an RSI. RSIs did not suddenly arise when computers were invented; tennis elbow and writer’s cramp, for example, are two RSIs that have been with us for a long time. Although less common than other RSIs, one serious RSI discussed more often today is a wrist problem called carpal tunnel syndrome, which may be aggravated by improper use of computer keyboards. This nerve disorder results from excessive pressure on the median nerve as it passes through the wrist to the hand. This section offers advice on setting up your work area to enhance your comfort while you use your computer. Since the effects of repetitive movements associated with using a computer can be compounded by those of other work and leisure activities to produce or aggravate physical problems, proper use of your computer system must be considered as just one element of a healthy lifestyle. No one, of course, can guarantee that you won’t have problems even when you follow the most expert advice on using computer equipment. You should always check with a qualified health specialist if muscle, joint, or eye problems occur. 130 Appendix AEye fatigue Eye fatigue can occur whenever the eyes are focused on a nearby object for a long time. This problem occurs because the eye muscles must work harder to view an object that’s closer than about 20 feet (6 meters). Improper lighting can hasten the development of eye fatigue. Although eye fatigue is annoying, there’s no evidence that it leads to permanent damage. Whenever you’re engaged in an activity that involves close-up work—such as reading a magazine, doing craft work, or using a computer—be sure to have sufficient glare-free lighting and give your eyes frequent rest breaks by looking up and focusing on distant objects. Remember to have your eyes examined regularly. To prevent discomfort and eye fatigue: m Arrange your workspace so that the furniture is properly adjusted for you and doesn’t contribute to an awkward working posture. m Take frequent short breaks to give your muscles and eyes a chance to rest. Arranging your office Here are some guidelines for adjusting the furniture in your office to accommodate your physical size and shape. m An adjustable chair that provides firm, comfortable support is best. Adjust the height of the chair so your thighs are horizontal and your feet flat on the floor. The back of the chair should support your lower back (lumbar region). Follow the manufacturer’s instructions for adjusting the backrest to fit your body properly. m When you use the computer keyboard, your shoulders should be relaxed. Your upper arm and forearm should form an approximate right angle, with your wrist and hand in roughly a straight line. Health, Safety, and Maintenance Tips 131You may have to raise your chair so your forearms and hands are at the proper angle to the keyboard. If this makes it impossible to rest your feet flat on the floor, you can use a footrest with adjustable height and tilt to make up for any gap between the floor and your feet. Or you may lower the desktop to eliminate the need for a footrest. Another option is to use a desk with a keyboard tray that’s lower than the regular work surface. m Position the mouse at the same height as your keyboard. Allow adequate space to use the mouse comfortably. m Arrange the monitor so the top of the screen is slightly below your eye level when you’re sitting at the keyboard. The best distance from your eyes to the screen is up to you, although most people seem to prefer 18 to 28 inches (45 to 70 cm). m Position the monitor to minimize glare and reflections on the screen from overhead lights and windows. You may want to use a tiltable monitor stand. The stand lets you set the monitor at the best angle for viewing, helping to reduce or eliminate glare from lighting sources you can’t move. Thighs horizontal Shoulders relaxed Screen positioned to avoid reflected glare Forearms and hands in a straight line Forearms level or tilted up slightly Lower back supported Feet flat on the floor Top of the screen at or slightly below eye level (You may need to adjust the height of your monitor by placing something under it or by raising your work surface.) Clearance under work surface 45–70 cm (18–28 in.) 132 Appendix AAvoiding fatigue m Change your seated position, stand up, or stretch whenever you start to feel tired. Frequent short breaks are helpful in reducing fatigue. m Use a light touch when typing or using a mouse and keep your hands and fingers relaxed. m Some computer users may develop discomfort in their hands, wrists, or arms after intensive work without breaks. If you begin to develop chronic pain or discomfort in your hands, wrists, or arms, consult a qualified health specialist. m Allow adequate work space so that you can use your keyboard and mouse comfortably. Place papers or other items so you can view them easily while using your computer. A document stand may make reading papers more comfortable. m Eye muscles must work harder to focus on nearby objects. Occasionally focus your eyes on a distant object, and blink often while you work. m Clean your screen regularly. Keeping the screen clean helps reduce unwanted reflections. What about electromagnetic emissions? There has been recent public discussion of the possible health effects of prolonged exposure to extremely low frequency (ELF) and very low frequency (VLF) electromagnetic fields. Such fields are associated with electromagnetic sources such as television sets, electrical wiring, and some household appliances—as well as computer monitors. Apple has reviewed scientific reports and sought the counsel of government regulatory agencies and respected health organizations. Based on the prevailing evidence and opinions, Apple believes that the electric and magnetic fields produced by computer monitors do not pose a health risk. In response to those customers who wish to reduce their exposure to electromagnetic fields, Apple has lowered the emission levels of our products. We are also actively encouraging further scientific research so we can continue to promote the health and safety of our customers and employees. Health, Safety, and Maintenance Tips 133Safety instructions For your own safety and that of your equipment, always take the following precautions. Turn off the computer completely and disconnect the power plug (by pulling the plug, not the cord) if any of the following conditions exists: m the power cord or plug becomes frayed or otherwise damaged m you spill something into the case m your Macintosh is exposed to rain or any other excess moisture m your Macintosh has been dropped or the case has been otherwise damaged m you suspect that your Macintosh needs service or repair m you want to clean the case (use only the recommended procedure described later in this chapter) Be sure that you always do the following: m Keep your Macintosh away from sources of liquids, such as wash basins, bathtubs, shower stalls, and so on. m Protect your Macintosh from dampness or wet weather, such as rain, snow, and so on. m Read all the installation instructions carefully before you plug your Macintosh into a wall socket. m Keep these instructions handy for reference by you and others. m Follow all instructions and warnings dealing with your system. WARNING Electrical equipment may be hazardous if misused. Operation of this product, or similar products, must always be supervised by an adult. Do not allow children access to the interior of any electrical product and do not permit them to handle any cables. 134 Appendix AHandling your computer equipment Follow these guidelines for handling your computer and its components: m When setting up your computer, place components on a sturdy, flat surface, and carefully follow all setup instructions. m When connecting or disconnecting a cable, always hold the cable by its connector (the plug, not the cord). m Turn off your computer and all its components before connecting or disconnecting any cables to add or remove any component. Failure to do so could seriously damage your equipment. m Never force a connector into a port. If the connector and port do not join with reasonable ease, they probably don’t match. Make sure that the connector matches the port and that you have positioned the connector correctly in relation to the port. m Take care not to spill any food or liquid on the computer, keyboard, mouse, or other components. If you do, turn your computer off immediately and unplug it before cleaning up the spill. Depending on what you spilled and how much of it got into your equipment, you may have to bring your equipment to an Apple-authorized service provider. m Protect the computer and its components from direct sunlight and rain or other moisture. m Keep all ventilation openings clear and unobstructed. Without proper air circulation, components can overheat, causing damage or unreliable operation. WARNING This equipment is intended to be electrically grounded. Your Macintosh is equipped with a three-wire grounding plug—a plug that has a third (grounding) pin. This plug will fit only a grounded AC outlet. This is a safety feature. If you are unable to insert the plug into the outlet, contact a licensed electrician to replace the outlet with a properly grounded outlet. Do not defeat the purpose of the grounding plug! Health, Safety, and Maintenance Tips 135Handling the monitor Follow these procedures for handling a monitor: m Turn down the screen brightness control if you leave the computer turned on for extended periods. If the brightness is not turned down, the image on the screen could “burn in” and damage the screen. You can also use a “screen saver” program, which dims or varies the image on the screen when the computer has been idle for a specified period of time. These programs are available from independent suppliers and user groups. m Make sure that the ventilation openings on the computer and the monitor are clear and unobstructed. m Some large monitors cannot safely be placed on top of the computer. Check the instructions that came with the monitor for setup information. m If there is interference on the monitor’s screen or on a television or radio near your computer, move the affected equipment farther away. Handling the keyboard Take care not to spill any liquid on the keyboard. If you do, turn off your computer immediately. m If you spill liquid that is thin and clear, unplug the keyboard, turn it upside down to let the liquid drain out, and let it dry for 24 hours at room temperature. If, after you take these steps, the keyboard doesn’t work, take it to an Apple-authorized service provider for repair. m If you spill liquid that is greasy, sweet, or sticky, unplug the keyboard and take it to an Apple-authorized service provider for repair. 136 Appendix AHandling floppy disks Ejecting a disk For instructions on ejecting a floppy disk, a CD-ROM disc, or a removable media disk from the Mac OS, see the “Disks” topic of Macintosh Guide, available in the Guide (h) menu. For instructions on ejecting disks in the PC environment, see “Ejecting Disks in the PC Environment” in the section “Switching Between the Macintosh and PC Environments” in Chapter 5. 125° F (52° C) 50° F (10° C) Keep disks dry. Do not use a pencil or an eraser on a disk or disk label. Store disks at temperatures between 50° F and 125° F. Do not touch the exposed part of the disk behind the metal shutter. Keep disks away from magnets. Avoid exposing disks to extremely hot temperatures. Health, Safety, and Maintenance Tips 137If you can’t eject a floppy disk If you can’t eject a floppy disk in the usual way, try the following in order: m Hold down the x and Shift keys and press the number 1 key on your keyboard to eject a disk in the internal disk drive. m Turn off the computer. If the disk isn’t ejected, then hold down the button on your mouse or other pointing device while you turn the computer on again. m Locate the small hole near the disk drive’s opening, and carefully insert the end of a large straightened paper clip into it. Push gently until the disk is ejected. Do not use excessive force. If nothing works, take the computer or disk drive to your Apple-authorized service provider to have the disk removed. Power supply The power supply in your computer is a high-voltage component and should not be opened for any reason, even when the computer is off. If the power supply needs service, contact your Apple-authorized dealer or service provider. 138 Appendix ACleaning your equipment Follow these general rules when cleaning the outside of your computer and its components: m Use a damp, soft, lint-free cloth to clean the computer’s exterior. Avoid getting moisture in any openings. m Don’t use aerosol sprays, solvents, or abrasives. Cleaning the computer case To clean the case, do the following: 1 Turn off the computer completely and then disconnect the power plug. (Pull the plug, not the cord.) 2 Wipe the surfaces lightly with a clean, soft cloth dampened with water. Cleaning the monitor To clean the screen, put household glass cleaner on a soft cloth and wipe the screen. Don’t spray the cleaner directly on the screen, because the liquid might drip into the monitor or computer. Cleaning the mouse The mouse contains a small ball that must roll smoothly for the mouse to work properly. You can keep this ball free of dirt and grease by using the mouse on a clean, lint-free surface and cleaning it occasionally. You need a few cotton swabs and a clean, soft, lint-free cloth. 1 Turn off your computer. Health, Safety, and Maintenance Tips 1392 Turn the mouse upside down and turn the plastic ring on the bottom counterclockwise to disengage it. If you have an older mouse, you may need to press the plastic ring (rather than turn it) to disengage it. If the mouse is locked, see the next section, “Locking and Unlocking the Mouse,” for instructions on how to unlock it. 3 Turn the mouse right-side up with one hand and catch the ring and the ball with your other hand. 4 Clean the three small rollers inside the mouse with a cotton swab moistened with water. Rotate the rollers to clean all around them. 5 Wipe the mouse ball with a clean, soft, dry, and lint-free cloth. 6 If necessary, wash the mouse ball with warm soapy water (use a mild soap such as a dishwashing liquid) and then dry the mouse ball thoroughly. 7 Gently blow into the mouse case to remove any dust that has collected there. 140 Appendix A8 Put the ball and the ring back in place. Your mouse should roll smoothly across your mouse pad or desk. If it doesn’t, repeat these instructions carefully. Locking and unlocking the mouse If you have a newer mouse, you can lock it so the ball can’t be removed. A locking mouse has a small hole on the plastic ring. To lock the mouse, follow these steps: 1 Insert a straightened paper clip into the hole on the plastic ring. 2 Press down on the paper clip while you turn the ring clockwise. Turn the ring a very short distance, until it stops. When the recessed area on the ring is not lined up with the recessed area surrounding the ring, the mouse is locked. The mouse ring is locked when the recessed area on the ring does not line up with the recessed area surrounding the ring. Recessed area on ring Recessed area surrounding ring Insert a straightened paper clip into this hole. (The hole may be located here on your mouse.) Health, Safety, and Maintenance Tips 141To unlock the mouse, follow these steps: 1 Insert a straightened paper clip into the hole on the plastic ring. 2 Press down on the paper clip while you turn the ring counterclockwise. Turn the ring a very short distance. When the recessed area on the ring is lined up with the recessed area surrounding the ring, the mouse is unlocked. The mouse ring is unlocked when the recessed area on the ring lines up with the recessed area surrounding the ring. Recessed area on ring Recessed area surrounding ring Insert a straightened paper clip into this hole. (The hole may be located here on your mouse.) 142 Appendix AExpansion cards are printed circuit boards that can be installed in your computer to give it special capabilities, such as enhanced video capabilities, networking and communications, and additional processing power. You can install an expansion card by following the instructions that came with the card, or by following the instructions in this appendix. However, be sure to read this appendix for instructions that may be specific to your computer. If your computer comes with a Single Inline Memory Module (SIMM) installed on the DOS-compatibility card, you can remove it or replace it with a SIMM that has a higher memory capacity. 143 Appendix B Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment Read this appendix for instructions on installing an expansion card in your computer or memory for the PC environment. If your computer does not already have a SIMM installed on the DOS-compatibility card, you can add a SIMM that provides up to 32 MB (megabytes) of RAM for the exclusive use of your PC. The SIMM that your card uses is the same type of SIMM that your computer uses. Follow the instructions in this appendix to install a SIMM. Cards fit into slots on the computer’s logic board—the board that holds the components that make your computer work. There are three types of slots on your computer’s logic board, each labeled on the board: m a communication slot for an internal modem or an Ethernet card m a video-in slot for a card that brings signals into the computer from a videocassette recorder (VCR), laserdisc player, video camera, or similar equipment WARNING To avoid damage to your computer, Apple recommends that only an Apple-certified technician install additional RAM. Consult the service and support information that came with your Apple product for instructions on how to contact an Apple-authorized service provider or Apple for service. If you attempt to install additional RAM yourself, any damage you may cause to your equipment will not be covered by the limited warranty on your computer. See an Apple-authorized dealer or service provider for additional information about this or any other warranty question. 144 Appendix Bm an LC-compatible 68030 processor-direct slot (PDS). The DOS-compatibility card is already installed in this slot; you cannot add another card to it. Note: The process you use to install a TV tuner card is different from the one described in this appendix. See the documentation that came with that card for instructions. Installing an expansion card or SIMM involves three steps: m opening the computer m inserting the card or SIMM into a particular slot m closing the computer WARNING To avoid damaging your computer and expansion card, do not attempt to install any expansion card without first checking the documentation for that card. If the documentation specifies that an Apple-certified technician must install the card (usually because the installation requires special training or tools), consult the service and support information that came with your computer for instructions on how to contact an Apple-authorized service provider or Apple for assistance. If you attempt to install the card yourself, any damage you may cause to the computer or card will not be covered by the limited warranty on your computer. If the card is not an Apple-labeled product, check with an Apple-authorized dealer or service provider to see if you can install it yourself. Video-in slot Communication slot Vertical plate LC-compatible PDS slot (with DOS-compatibility card installed) Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 145Opening the computer 1 Shut down your computer by choosing Shut Down from the Special menu. You can also press the Power key on the keyboard. 2 Unplug all the cables except the power cord from your computer. Leaving the power cord plugged in helps protect the computer from damage caused by electrostatic discharge. IMPORTANT To avoid generating static electricity that may damage components, do not walk around the room until you have completed the installation of the expansion card or SIMM and closed the computer. Additionally, move the logic board as little as possible while it is outside the computer case. 3 Place your thumbs on the two tabs at the top of the back panel, and press down. 4 Pulling gently, swing the panel down, and slip it out. Remove the back panel. 146 Appendix B5 If there are security screws on the vertical plate on the back of the computer, remove them with a Phillips screwdriver. 6 Unplug the power cord from your computer. 7 Swing the handle out from its storage position. Then grasp the handle and gently but firmly pull it toward you. The vertical plate and the logic board to which it’s attached slide all the way out of the computer. What you do next depends on the type of equipment you want to install. If there are security screws, remove both screws from the vertical plate. Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 147Installing a communication card 1 If your communication card has ports for connecting equipment, remove the plastic access cover from the vertical plate. 2 Remove the communication card from its static-proof bag. Hold the card by its edges to avoid touching any connectors on the card. 3 Locate the slot on the logic board labeled COMMUNICATION SLOT. Communication slot Push the two plastic tabs apart and pull off the metal retainer so the access cover can come off. Vertical plate Metal retainer 148 Appendix B4 Align the card over the communication slot. 5 Press down on the card until the connector is solidly in place. Don’t force the card. If you meet resistance, pull the card out and try again. To see if the card is properly connected, lift it gently. If it resists and stays in place, it’s connected. Installing or replacing a SIMM for the PC environment Your computer may have come with a SIMM already installed on the DOS-compatibility card inside your computer. The SIMM provides memory for the exclusive use of the PC environment. (See the Technical Information booklet to find out whether your computer has such a SIMM installed.) To replace the SIMM with a SIMM of greater capacity, or to install a SIMM if you don’t already have one installed, follow the instructions in this section. Note: The SIMMs used by the DOS-compatibility card are the same 72-pin SIMMs used to expand memory in your Macintosh. They are interchangeable. Communication slot Vertical plate Communication port access hole Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 149Removing a SIMM If your computer has a SIMM already installed on the DOS-compatibility card, follow these steps to remove it. 1 Push the metal clips at either end of the SIMM away from the SIMM. Use your fingernails. 2 Rotate the SIMM until it is at a slight angle. Rotate the SIMM away from its vertical position to disengage it from the SIMM slot. To release the SIMM, move the metal clip on each side away from the SIMM. SIMM slot Vertical plate 150 Appendix B3 Gently pull the SIMM from its slot. Hold the SIMM only by its edges. Don’t touch the connectors along the bottom edge. Handle the SIMM by the sides only, so that you don’t touch the connectors along the bottom edge. Pull the SIMM from the SIMM slot. (It comes out at a slight angle.) Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 151Installing a SIMM 1 Remove the SIMM from its static-proof bag. Handle the SIMM by its edges. Avoid touching the connectors. 2 Insert the SIMM into the SIMM slot on the DOS-compatibility card assembly, as shown in the illustration. (Your SIMM may have components on one side or on both sides, as shown.) The SIMM fits into the slot only one way. Make sure the notch on the SIMM is on this side. Insert the SIMM into the SIMM slot. (Insert the SIMM at a slight angle.) Connectors SIMM slot Vertical plate 152 Appendix B3 Rotate the SIMM gently to the back until you feel it snap into place. The plastic pin on the SIMM slot should engage the hole in the SIMM. Be sure that the metal clips snap into place. Rotate the SIMM back until it snaps into place. Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 153Closing the computer 1 Slip the base of the logic board into the guide rails inside the computer case and swing the handle back into its storage position. 2 Press the reset button on the logic board, and then slide the logic board back into the computer. 1 Press the reset button located on the main logic board (the bottom-most layer) with a ball-point pen or similar object. 2 Gently but firmly push the vertical plate back into the computer until the logic board is solidly in place. Make sure the logic board slides into the guides that are on both sides of the computer’s interior. Swing the handle up, into its storage position. 154 Appendix B3 If you removed security screws earlier, reinsert them now. 4 Slip the three hooks at the base of the back panel into the grooves in the computer case. 5 Swing the back panel up and snap it into place. Snap the plastic back panel into place. Slip the three hooks on the back panel into the grooves in the computer case. Insert security screws here. Installing an Expansion Card or Memory for the PC Environment 1556 Plug the cables back into the computer. 7 Reconnect the power cord. Your computer is now ready to turn on and use. WARNING Never turn on your computer unless all of its internal and external parts are in place. Operating the computer when it is open or missing parts can be dangerous, and can damage your computer. 156 Appendix B157 Your computer keyboard contains certain special keys that typewriter keyboards don’t have. Many of these keys allow you to give commands to the computer without using the mouse. For example, in many application programs, pressing the x (Command) key at the same time as the Q key is often an alternative method of quitting a program. The following table describes what you can do with the special keys on your keyboard. The number of special keys on your keyboard may vary from this list; it depends on the model of keyboard you have. For information on how keys on Apple keyboards correspond to the keys on a PC keyboard, see “Keyboard” in the section “Working in the PC Environment” in Chapter 5. Special keys on Apple keyboards Arrow keys Use to move the insertion point, as an alternative to using the pointer. In some programs, the arrow keys have other functions. Caps Lock key Use to capitalize a series of letters (numbers and symbols aren’t affected). Clear key Use to delete the current selection (or use the Delete key). In some programs, Clear has other functions. x (Command) key Use in combination with other keys as an alternative to choosing a menu command. continued . num lock clear caps lock Read this appendix to learn how to use the special keys on your keyboard. Appendix C Special Keys on Your KeyboardSpecial keys on Apple keyboards (continued) Control key In combination with other keys, this key provides shortcuts or modifies other actions. Delete key Use to delete selected material, or the character to the left of the insertion point. Enter key In a dialog box, pressing Enter is the same as clicking the outlined button. In some programs, pressing this key confirms information you have provided. Escape key The function of this key depends on the program you’re using. Function keys Some programs allow you to use the 12 function keys to give commands. You can assign commands or action sequences to function keys with special utility programs. Option key Use in combination with other keys to produce special characters or modify actions. Numeric keys Use to produce numbers and mathematical symbols; some programs use these keys as function keys to initiate actions. Power key On some models, press to turn on the computer. Also press to shut down the computer on certain models. Return key Use to move the insertion point to the beginning of the next line. In a dialog box, pressing Return is the same as clicking the outlined button. Shift key Use to produce capital letters (or the upper character on the key). Other special keys The function of these keys depends on the operating system and program you’re using. Tab key Use to move the insertion point to the next stopping place (such as a tab stop or field in a dialog box or program). tab help home end ins del page up page down shift return num lock clear = / * 7 4 0 8 5 2 9 6 3 enter 1 . option alt F1 esc enter delete control 158 Appendix CYou use Macintosh Easy Open software to open a document when you don’t have the application that created it. When you choose Open from an application’s File menu with Macintosh Easy Open installed, you may see more documents than you did before. You’ll also see additional information when you use a list view of the files in a folder (including DOS, Windows, and ProDOS documents). Choosing an application to open a document Without Macintosh Easy Open, you see this message when you try to open a document created by an application missing from your computer. 159 Appendix D Using Macintosh Easy Open Follow the instructions in this chapter if you have problems opening some documents.With Macintosh Easy Open installed, you see a list of programs that can open the document. m Double-click any application in the dialog box to open the document. If you don’t like the results you see when the document opens, quit the application and try again using a different choice from the list. If Macintosh Easy Open can’t find any application to open your document, you see this dialog box: Note: Macintosh Easy Open lists only the programs that will produce the best results. To see applications that may produce less than optimum results, deselect “Show only recommended choices.” 160 Appendix DUsing the Macintosh Easy Open control panel You use the Macintosh Easy Open control panel to set preferences when you’ve installed additional translators available from your software retailer. Such translators give you more choices for opening documents. On/Off If you turn off Macintosh Easy Open, it won’t try to find applications to open your documents. You’ll still see extra information in list views. Always Show Choices When you use additional translators purchased from your software retailer, you can set preferences that determine which application opens a document. If you turn on Always Show Choices, Macintosh Easy Open presents the full list of applications and translators to open your documents, even if you have indicated a preference. Include Choices from Servers Turn off this option if you want Macintosh Easy Open to search for programs only on hard disks directly connected to your Macintosh, ignoring programs on shared disks. (Using applications over the network is slower than using them on a hard disk.) Delete Preferences Click this button to erase the record of choices you’ve made for specific translator preferences (useful only if you’ve previously installed translators purchased from your software retailer). You may want to erase your preferences when you install new translation software in order to have Macintosh Easy Open prompt you for new choices. Using Macintosh Easy Open 161In this chapter The DOS-compatibility card inside your computer supports network drivers that conform to Novell's Open Data-Link Interface (ODI). This appendix contains instructions for installing such network management software. It covers m installing NetWare client software m installing Novell’s LAN Workplace for DOS TCP/IP software m installing NetManage’s Chameleon TCP/IP software m installing Windows for Workgroups m installing Spry’s Air Series TCP/IP software m installing Mosaic Installing NetWare client software The instructions below will guide you through installation of client software for Novell NetWare versions 3.12, 4.01, and 4.02. PersonalNetWare is not supported at this time. You must have Windows installed before installing the NetWare client software. If you need to reinstall Windows, see “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. 163 Appendix E Installing Network Management SoftwareBefore you start, be sure you have the appropriate floppy disks for the version of NetWare you wish to install. In addition, you need to know the Ethernet frame type in use on your network segment. You must choose the appropriate frame type in Step 11 below. If you are not certain which one to select, ask your network administrator before you begin the installation. 1 Insert the Novell NetWare Client for DOS WSDOS_1 disk into the disk drive. 2 At the DOS prompt, type the following: A: INSTALL 3 The NetWare Client Install screen appears. Follow the instructions, pressing Return for each selection. 4 Define the directory for NetWare. The default is C:\NWCLIENT. Press Return once to confirm the entry and press it again to execute this step. 5 Edit the CONFIG.SYS file. Change your LASTDRIVE statement so that it reads LASTDRIVE=Z. 6 Add the following line to your AUTOEXEC.BAT file: CALL C:\NWCLIENT\STARTNET.BAT Press Y-Return. 7 Decide whether you wish to load the Windows support in the directory where you have loaded Windows. Press Y or N. If yes, press Return once to confirm the Windows subdirectory entry and again to execute this step. 8 Select the driver for the network board. Press Return. 9 A message asks you to insert another disk. Follow the instructions on the screen. 10 In the dialog box, select Power Macintosh 6100 Ethernet Adapter and press Return. 164 Appendix E11 In the dialog box for selecting a frame type, press Return. 12 Use the arrow keys to choose the appropriate frame type for the Novell server you will be using. 13 Press Return. Then press Esc to continue. 14 Press Return to copy the MACODI.COM driver to the NetWare subdirectory. 15 Following the instructions on the screen, insert the NetWare Client for DOS WSDOS_1 disk again. 16 If you wish to add files and a NetWare group to the Windows directory, insert the NetWare Client for MS Windows WSWIN_1 disk and follow the instructions on the screen. When installation is complete, a dialog box appears asking you to reboot (restart) the computer. 17 Eject the disk by pressing x-E. 18 Press Control-Alt-Delete. You now have additional network drives and mappings available. Your first network drive letter is Novell’s default of F, unless this drive is already in use on your machine, or if your network is set up to use a different starting drive. 19 To log into the network, type: F: LOGIN PASSWORD: Installing Network Management Software 165Conserving memory During NetWare client installation you add the line CALL C:\NWCLIENT\STARTNET.BAT to the beginning of the AUTOEXEC.BAT file. This command then loads four programs into DOS memory—LSL.COM, MACODI.COM, IPXODI.COM, and VLM.EXE (in this order). To conserve memory in the lower DOS region, you may wish to edit the STARTNET.BAT file (installed with your NetWare software) to load those four programs with the LOADHIGH (LH) command. See your DOS documentation for details on manually optimizing DOS memory. (Be aware that the Microsoft utility MEMMAKER does not work with the DOS-compatible Macintosh.) Mapping drive letters When you map a network resource as a drive letter, the Macintosh PC Setup control panel recognizes that those drive letters are unavailable for use as shared folders. However, when the network no longer uses the drive letter, PC Setup will still show them as unavailable for sharing folders until you restart the PC. In addition, if a drive letter is being shared before you start up the PC and Novell needs to use that drive letter, then the Novell network drive will take precedence over that shared drive letter. For further information, see your Novell installation and administration manuals, or contact your network adminstrator. 166 Appendix EInstalling Novell’s LAN Workplace for DOS TCP/IP software IMPORTANT You must not have MacTCP installed when you run DOS TCP/IP software; the two will conflict with one another. You can use the IPX and TCP protocols at the same time in either the PC environment or the Mac OS, or you can use one protocol in the PC environment and the other protocol in the Mac OS. However, you cannot use the same protocol in both environments at the same time. If you want to use the IPX protocol in the PC environment and you have previously installed MacIPX in the Mac OS, remove MacIPX from the Control Panels folder or select AppleTalk as your network interface in the MacIPX control panel. If you want to use the TCP protocol in the PC environment and you have previously installed MacTCP in the Mac OS, remove MacTCP from the Control Panels folder or select an interface other than Ethernet in the MacTCP control panel. You must have Windows installed before installing the LAN Workplace for DOS software. If you need to reinstall Windows, see “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. In addition, you need to know the following information before you start: m A legitimate, assigned IP address for the machine on which you’re installing the TCP/IP software (for example, 222.111.11.1). For connecting to the Internet, your service provider will tell you the correct address. For TCP/IP networking within your company, your network administrator can provide you with an address. If you have either a BOOTP or an RARP server to dynamically assign IP addresses, you don’t need to know the IP address before beginning the installation. Installing Network Management Software 167m If you are on a network with a subnet mask, you need the IP address for that mask, for example: 255.0.0.0 for client Class A IP addresses (those between 0.0.0.1 to 127.255.255.254] 255.255.0.0 for client Class B IP addresses (those between 128.0.0.1 and 191.255.255.254] 255.255.255.0 for client Class C IP addresses (those between 192.0.0.1 and 223.255.255.254] m If you will connect to a TCP/IP host through a router, you need to know the IP address for that router. m The name of your domain name server (for example, server.edu). m The IP address of your domain name server. Once you have this information, you can proceed with the installation by following Novell’s instructions and answering the on-screen prompts. 168 Appendix EInstalling NetManage’s Chameleon TCP/IP software IMPORTANT You must not have MacTCP installed when you run DOS TCP/IP software; the two will conflict with one another. You can use the IPX and TCP protocols at the same time in either the PC environment or the Mac OS, or you can use one protocol in the PC environment and the other protocol in the Mac OS. However, you cannot use the same protocol in both environments at the same time. If you want to use the IPX protocol in the PC environment and you have previously installed MacIPX in the Mac OS, remove MacIPX from the Control Panels folder or select AppleTalk as your network interface in the MacIPX control panel. If you want to use the TCP protocol in the PC environment and you have previously installed MacTCP in the Mac OS, remove MacTCP from the Control Panels folder or select an interface other than Ethernet in the MacTCP control panel. You must have Windows installed before installing the Chameleon TCP/IP software. If you need to reinstall Windows, see “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. In addition, you need to know the following information before you start: m A legitimate, assigned IP address for the machine on which you’re installing the TCP/IP software (for example, 222.111.11.1). For connecting to the Internet, your service provider will tell you the correct address. For TCP/IP networking within your company, your network administrator can provide you with an address. m The name of your domain name server (for example, server.edu). m The IP address of your domain name server (for example, 111.222.0.0). m The IP address of your Internet gateway, if any. Once you have this information, you can proceed. Installing Network Management Software 169To install Chameleon from Windows: 1 In the Program Manager, choose Run from the File menu. 2 Type A:\SETUP. Follow the on-screen instructions and prompts. Near the end of the installation, you will be asked to respond to a series of dialog boxes. Respond as follows: ADD INTERFACE Click OK. INTERNET ADDRESS Enter the address provided by your network administrator or service provider. SUBNET MASK Click OK. The software will supply the correct mask. HOST NAME Select a name for your client machine. DOMAIN NAME Enter the name for your domain name server. 3 Choose Domain Servers from the Services menu. 4 Enter the IP address of the domain name server. 5 Choose Gateway from the Services menu. 6 Enter the IP address of the Internet gateway, if any. 7 Save the settings by pressing Alt-F-S. If you will be using a dial-up TCP/IP connection, skip to the next section, “Restarting Windows.” If not, proceed with step 8. 8 Go to the C:\NWCLIENT directory 9 Copy NET.CFG to NET.OLD. (Save a copy of the existing NET.CFG file.) 170 Appendix E10 Modify the NET.CFG file. A sample modified file is shown below. Note the addition of the Protocol statements in the Link Driver section and the addition of the Protocol TCP/IP section. The frame types and IP addresses used in your environment may be different from this example. Link Driver MACODI Protocol IPX E0 ETHERNET_802.2 Frame ETHERNET_802.2 Frame Ethernet_II ; Frame Ethernet_802.3 ; Frame Ethernet_SNAP Protocol RARP 8035 ethernet_ii Protocol ARP 806 ethernet_ii Protocol IP 800 ethernet_ii PORT 300 INT 10 ; node address 12d43 NetWare DOS Requester FIRST NETWORK DRIVE = F Protocol TCPIP ip_router 17.131.1.0 ip_netmask 255.0.0.0 ip_address 17.131.0.14 PATH LANG_CFG C:\NET\LANG PATH SCRIPT C:\NET\SCRIPT PATH PROFILE C:\NET\PROFILE PATH LWP_CFG C:\NET\HSTACC PATH TCP_CFG C:\NET\TCP Link Support Buffers 4 1500 MemPool 4096 Installing Network Management Software 171Restarting Windows 1 Restart the PC. 2 Start Windows. You see the Chameleon group window. Testing the installation If you will be using a direct connection to a domain name server, you can test the installation by using the Ping application program. 1 Double-click the Custom icon in the Chameleon group to open it. 2 Double-click the Ping icon. 3 Click Start. 4 Enter the name for a domain name server. You should get a response back within a few seconds. Using a dial-up service If you will be using a dial-up service such as Portal, you may need to edit the configuration file to reflect any differences between the default setup and your setup. Click the Custom icon in Windows, open the appropriate .CFG file, and edit the file. You can test the installation by using Ping. For example, with Portal: 1 Connect using Alt-C. 2 Ping the name news.ip.portal.com. You should get a response back within a few seconds. 172 Appendix EInstalling Windows for Workgroups To support networking with your DOS-compatibility hardware, you need to install software that supports ODI (Open Data-Link Interface) drivers. Follow these steps: 1 Install Windows for Workgroups 3.1.1, electing to not install the networking software. 2 Follow the instructions in “Installing NetWare Client Software,” earlier in this appendix. 3 Follow the instructions in “Installing NetManage’s Chameleon TCP/IP Software,” earlier in this appendix. Installing Spry’s Air Series TCP/IP Software IMPORTANT You must not have MacTCP installed when you run DOS TCP/IP software; the two will conflict with one another. You can use the IPX and TCP protocols at the same time in either the PC environment or the Mac OS, or you can use one protocol in the PC environment and the other protocol in the Mac OS. However, you cannot use the same protocol in both environments at the same time. If you want to use the IPX protocol in the PC environment and you have previously installed MacIPX in the Mac OS, remove MacIPX from the Control Panels folder or select AppleTalk as your network interface in the MacIPX control panel. If you want to use the TCP protocol in the PC environment and you have previously installed MacTCP in the Mac OS, remove MacTCP from the Control Panels folder or select an interface other than Ethernet in the MacTCP control panel. You must have Windows installed before installing Spry’s Air Series TCP/IP software. If you need to reinstall Windows, see “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. Installing Network Management Software 173If your PC is using a VGA driver, and your Air Series software is version 3.0, you need to make the following change. (These instructions assume that you have Windows installed in the C:\WINDOWS directory. If Windows is elsewhere, type the actual Windows location.) 1 Make sure the Air Series Setup disk is not read-only. 2 Place the disk in drive A. 3 Type the following at the DOS prompt: A: COPY SETUP.BMP SETUP.OLD COPY C:\WINDOWS\RIVETS.BMP A:SETUP.BMP In addition, you will need to know the following information before you start: m Your Internet e-mail address. m A legitimate, assigned IP address for the machine on which you're installing the TCP/IP software (for example, 222.111.11.1). For connecting to the Internet, your service provider will tell you the correct address. For TCP/IP networking within your company, your network administrator can provide you with an address. m If you are on a network with a subnet mask, the IP address for that mask, for example: 255.0.0.0 for client Class A IP addresses (those between 0.0.0.1 to 127.255.255.254), 255.255.0.0 for client Class B IP addresses (those between 128.0.0.1 and 191.255.255.254), and 255.255.255.0 for client Class C IP addresses (those between 192.0.0.1 and 223.255.255.254). m If you will connect through a gateway, the IP address for that device. m The name of your domain name server (for example, server.edu). Once you have this information, you can proceed. 174 Appendix ETo install Air Series from Windows: 1 In the Program Manager, open the File menu and choose Run. 2 Type A:\SETUP. Follow the instructions you see on the screen. 3 When the installation asks you to select the Ethernet card manufacturer and type, choose anything. Note the name of the adapter you select (for example, 3Com is 3C5x9). The Apple driver is not on the list, so you will need to edit the AUTOEXEC.BAT file after completing the installation. 4 When the installation asks if you want to update the AUTOEXEC.BAT file, select YES. 5 Once the installation is complete, exit Windows. 6 Edit the AUTOEXEC.BAT file as follows. (You can use any convenient text editor, such as EDIT in the DOS directory.) m Comment out the line CALL C:\NWCLIENT\STARTNET.BAT m Change the line C:\AIR\BIN\ to C:\AIR\BIN\MACODI m If you are are on a NetWare local area network and using the Novell VLM redirector, add the line C:\NWCLIENT\VLM after the line C:\AIR\BIN\TCPIP m If you are using NETx, add the line C:\NWCLIENT\VLM before the line C:\AIR\BIN\TCPIP Installing Network Management Software 1757 Restart the PC. 8 Log into the network and start Windows. You should now see the Air Series group window. Testing the installation To test the installation: 1 Double-click the Air Telnet icon to open it. An Open Telnet Session dialog box appears. 2 Double-click the name of your domain name server. You see a VT100 window with a login prompt. 176 Appendix EInstalling Mosaic IMPORTANT You must not have MacTCP installed when you run DOS TCP/IP software; the two will conflict with one another. You can use the IPX and TCP protocols at the same time in either the PC environment or the Mac OS, or you can use one protocol in the PC environment and the other protocol in the Mac OS. However, you cannot use the same protocol in both environments at the same time. If you want to use the IPX protocol in the PC environment and you have previously installed MacIPX in the Mac OS, remove MacIPX from the Control Panels folder or select AppleTalk as your network interface in the MacIPX control panel. If you want to use the TCP protocol in the PC environment and you have previously installed MacTCP in the Mac OS, remove MacTCP from the Control Panels folder or select an interface other than Ethernet in the MacTCP control panel. You must have Windows installed before installing the Mosaic software. If you need to reinstall Windows, see “Reinstalling PC Software” in the section “Reinstalling the DOS-Compatibility Software” in Chapter 8. In addition, you must have already installed m A TCP/IP software package. m Win32s, which allows Windows to run 32-bit applications. Win32s is freeware and can be found on a number of on-line services. To install Mosaic: 1 In the Program Manager, choose Run from the File menu. 2 Type C:\WIN32\DISK1\SETUP. 3 Answer all the dialog boxes to complete the installation. 4 After Win32s is installed, a Group window labeled Win32 Applications appears. 5 Press Alt-F-New to create an icon for Mosaic. 6 In the New Program Object dialog box, select Program Item. Installing Network Management Software 1777 Fill in the Program Item Properties dialog box as follows: Description: Mosaic Command Line: C:\MOSAIC\MOSAIC.EXE Working Directory: C:\MOSAIC 8 Click OK. A Mosaic icon appears in the Win32 Applications Group window. 9 Copy the C:\MOSAIC\MOSAIC.INI directory to the C:\WINDOWS\ directory. You are now ready to use Mosaic. 178 Appendix EA active program, identifying 13, 37 ADB. See Apple Desktop Bus Alt key (PC), simulating 46 Apple Adjustable keyboard, equivalent Macintosh and PC keys 46–47 Apple-authorized service provider, contacting can’t eject a floppy disk 138 damaged disks 100, 101 DOS-compatibility hardware/software problems 113 installing additional RAM (SIMMs) or internal drives 34, 144, 145 installing system extensions or programs 105 liquid or other spills on computer equipment 135, 136 radio or television interference vii repair service 78, 83, 87 replacing the clock battery 81 servicing the CD-ROM drive viii servicing the power supply 138 Apple Desktop Bus (ADB), port on computer 6, 7, 30 on keyboard 6, 7, 88 Apple HD SC Setup program 96, 99, 106–107 Apple Keyboard II, equivalent Macintosh and PC keys 46–47 Apple LaserWriter II NT printer driver 56 Apple PlainTalk Microphone, connecting 31 AppleScript program 35 AppleShare Print Server, conflict with PC Print Spooler 57 AppleTalk 53, 56 Application menu 13, 37–38 application programs installing (Mac OS) 36, 105 Macintosh Easy Open and 159–161 MacShare (PC environment) 47–48, 67, 125 memory management and 89, 117 Mixer Control 69 performance issues using shared folders 68 PowerTalk 35, 92, 118 QuickDraw GX 35, 92, 118 Sound Blaster 69 switching (Mac OS) 37–38 troubleshooting 89–91, 115, 117–119 working with several at a time (Mac OS) 37–38 179 Indexarrow keys 157 arrow pointer. See pointer audio compact discs, playing 33 Audio In port on external speakers 32 AUTOEXEC.BAT file (DOS) bypassing at startup 119, 128 changing preset keystrokes for DOSCLIP 49–51 freeing up RAM 117 installing NetWare client software 164, 166 installing Spry Air Series TCP/IP software 175 loading files into high memory (UMB) 66 loading MacShare program 67 modification guidelines 126–127 replacing with an alternate version 126 using CD-ROM drive letter if no CD-ROM drive is connected 45 using expanded memory 117, 127 Auto-start PC checkbox, PC Setup control panel 42 B background printing (PC environment) 56 backing up files (Mac OS) 38 Balloon Help 26 basic Macintosh system, illustration 29 battery in computer’s clock, replacing 81 baud rate, for a COM port mapped to a serial port 63 BIOS. See ROM BIOS; System BIOS blinking question mark on screen 9, 81–82, 94, 102 “bomb” message on screen 77, 79 brightness control on monitor 10, 80, 136 C C: or D: pop-up menu, PC Setup control panel 70–71, 72–73, 75 cables keyboard 6, 7 monitor 5 mouse 6, 7 safe handling of 135 Caps Lock key 157 carpal tunnel syndrome 130 CD-ROM discs ejecting while in PC environment 41, 45, 116 playing an audio CD in Windows while running low-level media tools 45 starting the computer from 93–94 using DOS or Windows CD-ROM discs 45 CDROM DOS utility 125 CD-ROM drive illustration 29 installing 34 PC drive letter for 45 chair, adjusting for computer use 131, 132 cleaning computer equipment 139–141 clean installation of system software 105–109 Clear key 157 Clipboard, exchanging information between PC environment and Mac OS 48–53, 115 clock keeps time inaccurately 81 setting time and date 64 close box 13 closing the computer 154–156 color printing (PC environment) 56 COM1/COM2 serial ports 63 x-Control-Alt-[keypad] period keys, to restart the computer (PC environment) 44, 47, 118, 119 180 Indexx-Control-Power key, to restart the computer (Mac OS) 79 x-E, to eject a disk in PC environment 41, 44 x key 157 x-Option-Esc, to quit an application program (Mac OS) 79, 85, 87 x-Option, restarting the computer to rebuild the desktop 80, 84, 90 x-Return, to switch back to Mac OS 40, 41, 116 x-Y, to eject a CD-ROM disc in PC environment 41, 45 communication card access cover 30, 148 installing 143–149, 154–156 communication slot on logic board 144, 145, 148, 149 COM port, mapped to Macintosh serial port 55, 63 compression programs, PC Exchange and 71 computer equipment arranging and adjusting for optimal use 130, 131–132 cleaning 139–141 closing the computer 154–156 components of a basic Macintosh system 29 guidelines for handling 135–138 opening the computer 146–147 safety precautions 134, 156 CONFIG.SYS file (DOS) bypassing at startup 119, 128 changing if RAM size is set to 2MB 123, 126 freeing up RAM 117 increasing high memory (UMB) 66 installing NetWare client software 164 modification guidelines 126–127 replacing with an alternate version 126 sharing Mac OS folders and volumes as PC drives 47–48, 67 turning memory testing off 66 using CD-ROM drive letter if no CD-ROM drive is connected 45 using expanded memory 43, 117, 127 using memory-management utilities 43 configuring the PC environment 61–76. See also PC environment connecting additional equipment 29–33 Apple PlainTalk Microphone 31 external stereo speakers 32–33 game controller or joystick 33 keyboard and mouse 6–7 monitor 3–5 containers. See drive containers Control-Alt-[keypad] period, to restart DOS 118, 119, 126, 128 Control key 158 control panels Extensions Manager 85, 86 Macintosh Easy Open 90, 117, 161 MacIPX 53 MacTCP 54 Memory 65, 89, 116, 117 Mouse (Windows) 46 PC Exchange 70, 91, 116 PC Setup 40–42, 61–76, 92, 114–115, 118, 121–123 Sound 69 Control Panels folder 53, 54, 116 conventional memory 66, 117. See also memory cumulative trauma disorders (CTDs) 130 customer service. See Apple-authorized service provider; customer support hotline customer support hotline 15 custom installation of system software (Mac OS) 109–111 Custom Install dialog box 110 Index 181D damaged disks, repairing 82, 84, 97–101 dampness, protecting the computer from 134, 135 data transfer rate for COM port mapped to Macintosh serial port 55, 63 date and time, setting (PC environment) 64 DB-9/DB-25 connectors (PC environment), signals present on 59 Delete key 158 desk accessories, working with several at a time 37 desktop, rebuilding 80, 84 dialog boxes Custom Install 110 dialog box with a bomb appears on screen 86 Easy Install 104, 107, 108 Disk First Aid program 100–101, 103, 106 disks. See CD-ROM discs; floppy disks; hard disks Disk Tools disk (or CD-ROM disc containing system software) initializing hard disks 94–96 installing system software 103 starting up from, for problem diagnosis 82–84, 87 testing/repairing hard disks 98–100 Display Drivers Disk 1 disk 128 Display pop-up menu, PC Setup control panel 64 documents. See files DOS “Clipboard” (DOSCLIP) 48–53, 125 DOS commands that do not work on shared volumes 67 DOS-compatibility card. See also PC environment installing a SIMM 143–147, 149–156 LC-compatible PDS slot 145 network management software support 53–54, 163–178 SIMM installed for exclusive use of PC environment 65, 76, 116, 122, 149 system software doesn’t recognize 76 DOS Compatibility Installer Disk (for Mac OS Environment) 117, 120 DOS Compatibility Installer Disk (for PC Environment) 125 DOS-compatibility software. See also AUTOEXEC.BAT file; CONFIG.SYS file; PC environment; PC Setup control panel; Windows networking protocol support 53–54, 163–178 reinstalling 119–128 troubleshooting 114, 115 DOS disks using in Mac OS 85 using in PC environment 44 drive containers accessing PC files in 71 choosing a location for 121–122 choosing or changing size of 72–74, 121–122 creating 70–71, 74, 121–122 naming 122 partitioning 70–71, 116, 122 throwing away 75 transferring files from an old to a new container 74–75 troubleshooting 114–115 DriveSpace DOS utility, compatibility issues with 127 182 IndexE Easy Install dialog box 104, 107, 108 ejecting disks can’t eject a disk 138 while in Mac OS 137 while in PC environment 41, 44, 45, 116, 137 electromagnetic emissions, health effects of exposure to 133 EMM386 memory management DOS utility 43, 117 Empty Trash command (Special menu) 13, 75 Enter key 158 Epson emulation, PC environment print output and 55–56, 57 error messages 77–79. See also messages Escape key 158 expansion card installing 3, 143–147, 149–156 Extensions folder PC Clipboard extension 52, 53 PC Print Spooler 57, 118 removing/replacing system extensions 85, 86 Extensions Manager control panel 85, 86 eye fatigue associated with computer use 129, 131, 133 F fading the screen before switching environments 42 fatigue from computer use, avoiding 131, 133 FDISK DOS utility 116 files accessing PC files in a drive container 71 backing up (Mac OS) 38 opening with Macintosh Easy Open 159–161 transferring between Mac OS and PC environment 67–68 transferring from an old to a new container 75 troubleshooting 68, 90–91 Finder, making active 18 floating-point unit (FPU) 89 floppy disk drive illustration 29 installing 34 floppy disks backing up files on (Mac OS) 38 Disk First Aid program and 100–101 DOS 720K format, problems with 44 ejecting 41, 44, 116, 137–138 formatting for use in both Mac OS and DOS 85 guidelines for handling 137 inserting 36 locked/unlocked (PC environment) 44 repairing 84, 100–101 restarting the PC environment from 44 starting the computer from 82, 94 unreadable 84–85 using a DOS disk in Mac OS 85, 116 using a Mac OS disk in PC environment 44 folders AppleScript 35 Control Panels 53, 54, 116 Extensions 52, 53, 57, 85, 86, 118 performance issues with shared folders 68 Previous System Folder 109 sharing with PC environment 47–48, 67–68, 125 Spooler Rejected 57 System Folder 36, 102, 109 Function keys 158 furniture for computer use, arranging 130, 131–132 Index 183G game applications, SIMMs and 54 game controller, connecting 33, 81 graphics DOSCLIP and 52 printing in PC environment 56 grounding plug 2, 135 Guide menu. See also Macintosh Guide defined 13, 15, 17 Macintosh Guide command 18 running the Macintosh Tutorial from 12–13 Shortcuts command 27–28 Show/Hide Balloons commands 26, 62 H hard disks backing up files on 38 checking for damage 98, 103, 106 Disk First Aid program and 100–101, 103, 106 icon 9, 13, 83 initializing/reinitializing 93–97 installing 34 repairing a damaged disk 82, 84, 97–101 testing an external SCSI hard disk 99–100 using a PC-formatted SCSI drive as a startup drive 70 headphone jack, illustration 29 health-related information about computer use 129–133 help. See Apple-authorized service provider; Balloon Help; customer support hotline; Macintosh Guide Hewlett-Packard page control language (PCL) 55, 58 Hide Balloons command (Guide menu) 26 Hide Others command (Application menu) 38 hiding/showing windows on the desktop 38 high memory (UMB), increasing (PC environment) 66 HIMEM.SYS driver (DOS) 119 hot key, to switch between Mac OS and PC environment 41 hotline. See customer support hotline “Huh?” button in Macintosh Guide window 25 I icons ADB 6, 7 Apple HD SC Setup 96, 99, 106 blinking question mark 9, 81, 102 defined 13 Disk First Aid 100, 103, 106 disk with an “X” 82 hard disk 9, 13, 83 “sad Macintosh” 83 Trash 13 Index button in Macintosh Guide window 19, 21–22 initializing an external SCSI hard disk 96–97 an internal hard disk 93–95 Install Disk 1 disk 94, 104, 107, 109 Installer program 104–105, 107–111 installing. See also reinstalling application programs (Mac OS) 36 communication cards 143–149, 154–156 internal drives 34 network management software 163–178 PC software utilities 125 Single Inline Memory Modules (SIMMs) 143–147, 149–156 system software 102–111 Windows for Workgroups 173 184 Indexinterference with radio and television reception vii, 136 internal drives, installing 34 Internal HD Format program 95, 98 IPX networking protocol, compatibility issues 53–54, 167, 169, 173, 177 J joystick, connecting 33 joystick port 30, 33, 81 K keyboard. See also keys connecting 6–7 correct posture for using 131–132 damaged or connection problems with 88 guidelines for handling 136 support for various Apple keyboards (in PC environment) 46–47 keyboard cable 6, 7 keyboard shortcuts 27–28 keyboard tray 132 keys. See also keyboard equivalent Macintosh and PC keys 46–47 special keys on Apple keyboards 157–158 key scan code table for DOSCLIP keystrokes 49–51 L LaserJet III printer driver (PC environment) 56 LC-compatible PDS slot on logic board 145 liquid spills on computer equipment 134, 135, 136 locking the mouse 141 logic board 144–145, 147, 154 Look For button in Macintosh Guide window 19, 23–24 LPT1.DOS/LPT1 port for printing in PC environment 55, 56 M Macintosh Easy Open program control panel 90, 117, 161 translators 52, 161 using 159–161 Macintosh environment (Mac OS) backing up files 38 Clipboard tips 52–53 initializing a hard disk 93–97 installing and working with application programs 36–38 installing system software 102–111, 119–123 Mac OS software installed in System Folder 120 network protocol compatibility with PC environment 53–54 PC Print Spooler settings 56, 57–58, 118 problems and solutions 77–92 repairing a damaged disk 97–101 switching to and from 40–42, 117, 118 Macintosh Guide. See also Guide menu closing 24, 25 “Huh?” button 25 moving or shrinking the window 25 opening the Macintosh Guide window 18 returning to the Macintosh Guide window 20, 22, 25 tips for using 25 using the Index button 19, 21–22 using the Look For button 19, 23–24 using the Topics button 19–20 Index 185Macintosh peripherals, using in PC environment 55–58 Macintosh Shortcuts window 27–28 Macintosh system, illustration 29 Macintosh Tutorial 12–13 MacIPX, Control Panels folder 53 MACODI DOS utility 125 Mac OS. See Macintosh environment MacShare program 47–48, 67, 125 MacTCP, compatibility issues with DOS TCP/IP software 54, 167, 169, 173, 177 MEMMAKER DOS utility, compatibility issues with 127, 166 memory. See also Single Inline Memory Modules (SIMMs) assigning to PC environment 65, 122–123 changing the RAM setting, PC control panel 62 conserving when using NetWare client software 166 conventional memory increasing for DOS or Windows programs 66 versus extended memory 117 expanding 34, 143–147, 149–156 not enough memory 76, 89, 92, 116–118 shared memory pre-installed SIMMs and 65, 76, 116, 122–123 setting 65, 122–123 troubleshooting 92, 114 virtual memory 89 Memory control panel 65, 89, 116, 117 memory-management DOS utilities 43, 117 menu bar 13 messages, on PC Setup control panel status line 76. See also error messages microphone, connecting 31 Microsoft MS-DOS Setup disk (or CD-ROM disc containing DOS/Windows software) 123 MIDI application programs, SIMMs and 54 Mini DIN-8 connector (Mac OS), signals present on 59 Mixer Control program 69 MODE command (DOS) 63 modem port 30 moisture, protecting the computer from 134, 135 monitor. See also screen brightness control 10, 80, 136 cleaning the screen 133, 139 connecting 3–5 guidelines for handling 136 positioning for optimal use 3, 132 setting for PC environment 64 synchronization to DOS video signal 114, 119 troubleshooting 80–81, 114, 118, 119 turning on 8 monitor cable, connecting 5 monitor port 5, 30 monitor power cord, connecting 3, 4 Mosaic network software, installing 177–178 mouse. See also pointing device cleaning 139–141 connecting 6–7 connection problems 87 how to use 12 locking/unlocking 141–142 mouse button 12 mouse cable 6, 7 Mouse control panel (Windows) 46 mouse drivers, DOS and Windows 46, 124 mouse shortcuts 27–28 MPEG players (DOS-based), video output requirements 54 MS-DOS and Windows, reinstalling 123–124 multimedia application programs, SIMMs and 54 musculoskeletal discomfort associated with computer use 129, 130 186 IndexN NetManage Chameleon TCP/IP software, installing 169–172 NetWare client software, installing 163–166 network management software and protocols 53–54, 163–178 networks, backing up files on (Mac OS) 38 Novell LAN Workplace for DOS TCP/IP software, installing 167–168 Novell NetWare Client for DOS WSDOS 1 disk 164, 165 Novell NetWare Client for MS Windows WSWIN 1 disk 165 Novell network, PCL printing of text and graphics (PC environment) 56 Novell Open Data-Link Interface (ODI) DOS compatibility with 53, 163 Windows for Workgroups and 173 numeric keys 158 O ODI. See Novell Open Data-Link Interface online help. See Balloon Help; Macintosh Guide opening the computer 146–147 Option key 46, 158 P page size, setting 58, 118 partitions for drive containers 70–71, 116, 122 PC Clipboard Extension (Mac OS) 52, 53 PC environment. See also AUTOEXEC.BAT file; CONFIG.SYS file; PC Setup control panel; Windows answers to common problems 113–119 configuring drives C and D 70–71 configuring the PC serial ports 63 conventional memory 66, 117 creating and using PC drive containers 70–75, 114–115, 121–122 DOSCLIP 48–53, 125 DOS commands that do not work on shared volumes 67 ejecting disks 41, 44, 45, 116, 137–138 exchanging Clipboard information with Mac OS 48–53, 125 expanding memory 34, 143–147, 149–156 installing PC utilities 125 memory-management utilities 43, 117 network management software and protocols 53–54, 163–178 not enough memory 76, 116–118 PC Print Spooler settings and 56, 57–58, 118 PC software installed during installation 124 playing sounds 69 reinstalling DOS-compatibility software 119–128 RS-232 signal support 59 setting the monitor for 64 setting the time and date 64 setting up 42–43 shared memory 65, 122–123 SIMMs and 65, 76, 116, 122–123 starting automatically 42 switching back and forth from Mac OS 40–42, 117, 118 using a PC-formatted SCSI drive as a startup drive 70 using CD-ROM discs 45 using floppy disks 44 using Macintosh-compatible printers and peripherals 55–57 using Mac OS folders and volumes as PC drives 47–48, 67–68, 125 using PC peripherals 59 Index 187PC Exchange control panel 70, 91, 116 PCL (Hewlett-Packard page control language) 55, 58 PC peripherals, using 59 PC Print Spooler, setting preferences in 56, 57–58, 118 PC Setup control panel changing RAM setting 62 choosing settings 61–62 configuring the PC serial ports 63 creating and using drive containers 70–71, 72–74, 114–115, 121–122 mapping drive letters when using NetWare client software 166 memory management, troubleshooting 117, 118 setting shared memory 65, 92, 123 setting the monitor for PC environment 64 sharing folders or volumes 67 status line messages 76 switching between Mac OS and PC environment 40–42 turning on PC sounds 69 plugging in the computer 1–2 the monitor 4 pointer doesn’t move when you move the mouse 87 “freezes” on the screen 85–86 learning how to move 12 pointing device. See also mouse simulating a PC pointing device 46 ports ADB 6, 7, 30, 88 Audio In, on external speakers 32 COM 55, 63 illustration 30 joining connectors to, safety instructions 135 joystick 30, 33, 81 LPT1.DOS/LPT1 55, 56 monitor 5, 30 sound input/output 30, 31, 32 PostScript-compatible print output (PC environment) 55, 56, 57 PostScript printer drivers (PC environment) 56, 57 power button. See standby power button power cord computer 2 monitor 3–4 Power key 8, 14, 158 power-on light 10, 29 power socket 30 power supply, servicing 138 PowerTalk program 35, 92, 118 precautions. See safety instructions Previous System Folder 109 printer port 30 printing page size and 58, 118 using Macintosh-compatible printers in PC environment 55–58 programs. See application programs Q QEMM memory management DOS utility 43 QuickDraw GX program 35, 92, 118 QuickDraw printers, Epson emulation and 55–56 R radio reception, interference with vii, 136 RAM. See memory; Single Inline Memory Modules (SIMMs) RAM disk 65, 116, 117. See also memory 188 IndexRAM pop-up menu, PC Setup control panel 65, 122, 123 rebuilding the desktop 80, 84 reinitializing the internal hard disk 95 reinstalling. See also installing DOS-compatibility software 119–128 MS-DOS and Windows 123–124 Sound Blaster software 128 system software 102–111 video drivers 128 remote control sensor, illustration 29 repairing disks 82, 84, 97–101 repetitive stress injuries (RSIs) 130 resource forks 68 Restart command (Special menu) 79 restarting the computer Mac OS 79 PC environment 44, 47, 119 Return key 158 ROM BIOS, DOS memory management and 43, 126 RS-232 signal support in PC environment 59 S safety instructions for CD-ROM drive viii general precautions 134 turning on the computer 156 screen. See also monitor appears dark 10, 80–81 cleaning 133, 139 fading before switching environments 42 minimizing glare and reflections 132, 133 screen saver programs 80, 136 scroll arrows, defined 13 SCSI equipment, computer doesn’t recognize 81 SCSI external hard disk initializing 96–97 preparing for reinstallation of system software 106–107 testing 99–100 using a PC-formatted SCSI drive as a startup drive 70 SCSI ID numbers 96, 98, 99 security lock port 30 serial ports 55, 56, 63 shared drives, using Mac OS folders or volumes as PC drives 47–48, 67–68 shared folders/volumes MacShare and 47–48, 67, 125 strange text characters in shared documents 68 using 67–68 shared memory. See also memory pre-installed SIMMs and 65, 76, 116, 122–123 setting 65, 122–123 troubleshooting 92, 114 shared volumes, DOS commands that do not work on 67 Sharing pop-up menu, PC Setup control panel 67 Shift key 158 Shortcuts command, Guide menu 27–28 Show All command (Application menu) 38 Show Balloons command (Guide menu) 26, 62 showing/hiding windows on the desktop 38 Shut Down command (Special menu) 14 Shut Down PC button, PC Setup control panel 41 SIMMs. See Single Inline Memory Modules SIMM slot 150–153 Index 189Single Inline Memory Modules (SIMMs). See also memory installed for exclusive use of the PC environment 65, 76, 116, 122, 149 installing 34, 143–147, 149–156 performance improvements and 54, 122–123 sharing memory and 65, 122 size box, defined 13 Sound Blaster (PC environment) playing sounds 69 reinstalling software 128 Sound Blaster Software Installation disk 128 Sound control panel 69 sound input/output ports 30, 31, 32 Sound pop-up menu, PC Setup control panel 69 sounds, turning on (PC environment) 69 speakers, connecting 32–33 Special menu Empty Trash command 13, 75 Restart command 79 Shut Down command 14 spills on computer equipment, safety instructions 134, 135, 136 Spooler Rejected folder 57 Spry Air Series TCP/IP software, installing 173–176 standby power button 2, 14, 30, 79 starting the computer. See also turning on the computer from a CD-ROM disc 93–94 from a floppy disk 82, 94 troubleshooting 80–84, 114, 119 Start/Restart PC button, PC Setup control panel 41 startup disk 84, 87, 102 static electricity, avoiding generating 146 status line on PC Setup control panel 76 stereo miniplug 32 stereo speakers, connecting 32–33 switching application programs (Mac OS) 37–38 switching environments 40–42, 114, 115–116, 118 Switch to PC button, PC Setup control panel 41 System BIOS, preventing corruption of 66 system extensions installing 105 Mac OS is unable to load 118 removing/replacing 85, 86 turning off 84, 85, 86 System Folder 36, 102, 109 system software (Mac OS) blinking question mark and 9, 81–82, 102 installing or reinstalling 102–111 T Tab key 158 TCP networking protocol, compatibility issues 53–54, 167, 169, 173, 177 television reception, interference with vii, 136 temperature ranges, for storing floppy disks 137 time and date, setting in PC environment 64 title bar, defined 13 Topics button in Macintosh Guide window 19–20 transferring files from an old to a new drive container 74–75 between Mac OS and PC environment 67–68 translating documents into different file formats 68 190 IndexTrash emptying 13, 75 icon 13 troubleshooting in Mac OS. See also troubleshooting in PC environment answers to common problems 80–92 application program problems 36, 89–91 blinking question mark on screen 9, 81–82, 94, 102 “bomb” message on screen 77, 79 clock keeps time inaccurately 81 computer doesn’t recognize SCSI equipment 81 computer “hangs” or freezes during startup 83 dialog box with a bomb appears on screen 86 ejecting a floppy disk 138 error messages 77–79 icons do not appear correctly on screen 84 initializing/reinitializing a hard disk 93–97 installing/reinstalling system software 102–111 keyboard problems 88 messages on PC Setup control panel status line 76 monitor problems 10, 80–81 mouse connection problems 87 not enough memory 89, 92 opening files 90–91 performance issues with shared folders 68 pointer doesn’t move 85–86, 87 rebuilding the desktop 80, 84 repairing a damaged disk 97–101 restarting the computer 79 “sad Macintosh” icon appears 83 screen is dark 10, 80–81 starting the computer 10, 80–84 strange text characters when using shared folders 68 system software installation problems 82 turning the computer on 10 typing produces nothing on screen 88 unreadable floppy disks 84–85 using a DOS document in Mac OS 91 troubleshooting in PC environment. See also troubleshooting in Mac OS answers to common problems 114–119 application program problems 115, 117–119 bypassing CONFIG.SYS and AUTOEXEC.BAT at startup 119 computer “hangs” or freezes during startup 114, 119 Disklight of Norton Utilities, shared memory issues 114 DOS-compatibility software problems 114, 115 ejecting a floppy disk or CD-ROM disc 116, 138 Macintosh Easy Open software not installed or turned off 117 memory-management issues 114, 116–118 monitor synchronization problems 114 not enough memory 116–117, 117–118 PC crashes when Harvard Graphics is quit 66 PC environment is frozen 114, 118 PC Setup memory issues 117 performance issues with shared folders 68 printing, top and bottom of page get clipped 118 running out of UMB (high memory) space 66 Index 191shared memory problems 114 Sound Blaster support 69 strange text characters when using shared folders 68 switching environments 114, 115–116, 117, 118 using a PC-format disk in Mac OS 116 turning off the computer 14, 134, 135 PC environment 41 sounds 69 system extensions 84, 85, 86 turning on. See also starting the computer the computer 8, 10, 156 PC environment 41, 42 sounds 69 tutorial, starting the Macintosh Tutorial 12–13 TV tuner card, installing 145 TV tuner card port 30 typing produces nothing on screen, troubleshooting 88 U UMB (high memory), increasing (PC environment) 66 unlocking the mouse 142 V ventilation for computer equipment 135, 136 vertical plate 145, 147–150, 152, 154 VGA modes displayed on Macintosh monitors 54 video drivers 64, 128 video input card port 30 video-in slot on logic board 144, 145 Video Monitor program 35 video signal (DOS), monitor specifications and 114, 119 virtual memory 89. See also memory volume buttons on computer 29, 33 volumes (Mac OS), sharing with PC environment 47–48, 67–68 W, X, Y, Z warranty on computer, limitations of 34, 113, 144, 145 WINCLIP Windows utility 125 Windows. See also PC environment Mosaic network software and 177–178 Novell LAN Workplace for DOS TCP/IP software and 167 performance based on memory 123 printing on Macintosh-compatible printers 55–57 reinstalling 123–124 Spry Air Series TCP/IP software and 173, 174–176 Windows Clipboard, exchanging information with Mac OS 48, 52–53 Windows control panel, selecting printer drivers 56 Windows for Workgroups, installing 173 windows on the desktop 13, 38 Windows PostScript driver 56 Windows Series Installation Instruction Diskette 1 of 6 124 work space, arranging 130, 131–132 192 Index Apple QuickTake 100 User’s Guide for MacintoshK Apple Computer, Inc. © 1994 Apple Computer, Inc. All rights reserved. Under the copyright laws, this manual may not be copied, in whole or in part, without the written consent of Apple. Your rights to the software are governed by the accompanying software license agreement. The Apple logo is a trademark of Apple Computer, Inc., registered in the U.S. and other countries. Use of the “keyboard” Apple logo (Option-Shift-K) for commercial purposes without the prior written consent of Apple may constitute trademark infringement and unfair competition in violation of federal and state laws. Every effort has been made to ensure that the information in this manual is accurate. Apple is not responsible for printing or clerical errors. Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-6299 (408) 996-1010 © Image Software 1992, 1993, 1994. Portions Copyright Eastman Kodak Company. Apple, the Apple logo, AppleTalk, EtherTalk, LocalTalk, Macintosh, and PowerBook are trademarks of Apple Computer Inc., registered in the U.S. and other countries. Apple SuperDrive, GeoPort, QuickTake, and QuickTime are trademarks of Apple Computer, Inc. Adobe, Adobe Illustrator, Adobe Photoshop, and PostScript are trademarks of Adobe Systems Incorporated, which may be registered in certain jurisdictions. Classic is a registered trademark licensed to Apple Computer, Inc. ExposurePro is a registered trademark of Baseline Publishing, Inc. Helvetica and Times are registered trademarks of Linotype Company. QMS is a registered trademark of QMS, Inc. QuarkXPress is a registered trademark of Quark, Inc. SuperPaint is a registered trademark of Aldus Corporation. Tektronix is a registered trademark of Tektronix, Inc. Windows is a trademark of Microsoft Corporation. Simultaneously published in the United States and Canada. Mention of third-party products is for informational purposes only and constitutes neither an endorsement nor a recommendation. Apple assumes no responsibility with regard to the performance or use of these products.iii Communications regulation information vi 1 Getting Started With the QuickTake 100 Camera 1 Do you have what you need? 2 System requirements 2 Your camera at a glance 3 Charging the batteries 4 Installing the batteries 5 Installing the QuickTake software 6 Custom installation 7 What if you upgrade your Macintosh system software? 8 What next? 8 2 Using the Camera to Take Pictures 9 Turning on the camera 10 Taking pictures 11 Focal range and flash range 11 ContentsUsing the controls 12 Flash settings 12 Resolution settings 13 Pictures taken and pictures available 14 Battery level 14 Timer 15 Waking the camera 16 3 Using the Camera With Your Macintosh 17 Connecting the camera to your Macintosh 18 Looking at the pictures in the camera 20 Transferring pictures to your Macintosh 21 Opening pictures on the Macintosh 22 Opening a picture in the image window 22 Opening a slide table 23 Working with your pictures 24 Editing slide names 25 Getting information about a slide 25 Opening a slide to a full-size image 26 Zoom views in the image window 27 Changing the printed size of a picture 27 Cropping a picture 28 Changing the bit depth of a picture 29 Copying a picture to another application 29 Rotating a picture 30 Saving a picture 31 Printing your pictures 33 Printing a slide table 33 Printing a single image 34 iv ContentsNaming the camera 35 Setting the clock in the camera 36 Taking pictures from the Macintosh 37 Erasing pictures from the camera 38 Using the camera with a power adapter 39 Traveling with the camera 40 Using the battery booster pack with the camera 40 4 QuickTake Software Menu Commands 41 The File menu 42 The Edit menu 46 The Image menu 47 The Camera menu 49 The Windows menu 50 5 Maintenance and Troubleshooting 51 Caring for your camera 51 Solving problems 52 Appendix A Specifications 55 Appendix B Battery Information 57 Appendix C Using the Camera with a Windows-Based PC 61 Appendix D Using QuickTake Setup 63 Index 65 Contents vCommunications regulation information Radio and television interference The equipment described in this manual generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer system is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures: m Turn the television or radio antenna until the interference stops. m Move the computer to one side or the other of the television or radio. m Move the computer farther away from the television or radio. m Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult an Apple-authorized service provider or Apple. See the service and support information that came with your Apple product. Or, consult an experienced radio/television technician for additional suggestions. You may find the following booklet helpful: Interference Handbook (stock number 004-000-00493-1). This booklet, prepared by the Federal Communications Commission, is available from the U.S. Government Printing Office, Washington, DC 20402. IMPORTANT Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the FCC Certification and negate your authority to operate the product. This product was tested for FCC compliance under conditions that included the use of Apple peripheral devices and Apple shielded cables and connectors between system components. It is important that you use Apple peripheral devices and shielded cables and connectors between system components to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. You can obtain Apple peripheral devices and the proper shielded cables and connectors through an Apple-authorized dealer. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. vi Communications Regulation InformationFCC statement This device complies with Part 15 of the FCC rules. Operation is subject to the following two conditions: (1) this device may not cause harmful interference, and (2) this device must accept any interference received, including interference that may cause undesired operation. This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. DOC statement DOC Class B Compliance This digital apparatus does not exceed the Class B limits for radio noise emissions from digital apparatus as set out in the interference-causing equipment standard entitled “Digital Apparatus,” ICES-003 of the Department of Communications. Observation des normes—Classe B Cet appareil numérique respecte les limites de bruits radioélectriques applicables aux appareils numériques de Classe B prescrites dans la norme sur le matériel brouilleur : “Appareils Numériques”, NMB-003 édictée par le ministre des Communications. VCCI statement Communications Regulation Information viiThe QuickTake 100 is an easy-to-use camera that produces high-quality pictures you can quickly transfer to your Macintosh computer. With the QuickTake 100 you can capture images, and with your Macintosh you can manipulate and modify those images to suit your purposes. The QuickTake 100 is a valuable new tool for graphic artists, publishing professionals, and anyone who wants to use images to communicate. IMPORTANT Save this manual. It contains important safety and operating instructions. In this chapter m An inventory of items you need m System requirements m Features of the camera m How to charge NiCad batteries m Installing batteries in the camera m Installing the QuickTake software 1 1 Getting Started With the QuickTake 100 CameraDo you have what you need? Before you begin, unpack the QuickTake 100 package. Be sure you have the items shown in this illustration: System requirements To use the QuickTake 100 camera with your computer, you need m a Macintosh with a 68020 or higher central processing unit (any Macintosh except a Macintosh Plus, SE, Classic, Portable, or PowerBook 100) m system software version 7.0.1• (with Tune-Up 1.1.1) or a later version m 4 MB of RAM with 8 MB of virtual memory or 8MB of RAM m an Apple SuperDrive (or any floppy drive that can read high-density disks) m a hard drive with at least 10 MB available QuickTake 100 camera Battery charger Rechargeable NiCad batteries Serial cable QuickTake software Neck strap 2 Chapter 1Your camera at a glance This illustration shows the front, rear, and bottom of the camera. Shutter release Serial port and power adapter port (behind the cover) Sliding lens cover (opened) Camera lens Viewfinder lens (with light sensors above and below, for the light meter) Built-in flash Viewfinder Battery compartment Control buttons Control panel display Timer light Adjustable neck strap Tripod mounting hole Neck strap attachment points Front view Rear view Bottom view Getting Started With the QuickTake 100 Camera 3Charging the batteries The three NiCad batteries you received with the QuickTake 100 must be charged before you can use them. Use the battery charger that came with the camera. 1 Insert the batteries into the charger. 2 Plug the battery charger into an electrical outlet. It takes five hours to fully charge three NiCad batteries. (Be sure to fully charge the batteries the first time you use them.) If you want to take pictures right away, you can use three AA non-rechargeable batteries (not included) in the camera. For information about battery care, see Appendix B. 3 Unplug the battery charger, remove the batteries, and install them in the camera. See instructions for installing batteries on the next page. WARNING To reduce the risk of injury, charge only rechargeable nickelcadmium batteries in the battery charger that came with the QuickTake 100 camera. Charging other types of batteries may cause them to leak or explode, resulting in personal injury and property damage. Make sure you position the + and – ends of each battery as indicated on the battery charger. When batteries are charging, this red light glows. 4 Chapter 1Installing the batteries Use the three NiCad batteries that came with your camera. If the NiCad batteries are being charged, you can substitute three AA non-rechargeable batteries in the camera. 1 Flip open the door to the battery compartment. 2 Insert the batteries into the camera. 3 Close the battery compartment door. See also: Appendix B, “Battery Information.” Position the – and + ends of each battery as indicated on the door. Arrange the ribbon under the batteries so you can use it to pull them out when you need to replace them. WARNING Do not mix different types of batteries in the camera. Use only three NiCad batteries or three AA non-rechargeable batteries. Mixing batteries may cause a fire or a small explosion. Getting Started With the QuickTake 100 Camera 5Installing the QuickTake software Before you can transfer images from your camera to your Macintosh computer, you need to install the necessary software on your Macintosh. You’ll need the QuickTake disks that came with your camera. The disks contain m the Installer, a program that installs everything you need m QuickTake 1.0, a program that transfers pictures from the camera to your Macintosh m other files needed by the QuickTake 100 camera IMPORTANT If you have system software version 7.0.1• on your Macintosh, you must turn on AppleTalk before you install QuickTake software. Open the Chooser and make sure that AppleTalk is active. 1 Insert the appropriate installation disk into a floppy disk drive. The choice depends on whether you have a Power Macintosh or not. m If you have a Power Macintosh, insert QuickTake for Power Macintosh. m Otherwise, insert QuickTake Install Disk 1. If necessary, open the disk icon. 2 Double-click the Installer icon to open it. 3 In the Welcome dialog box that appears, click OK. 6 Chapter 1 Use the Installer to install the QuickTake software. For important late-breaking information, open the Read Me.4 In the Installer dialog box, click Install. A status box keeps you informed of progress during installation. 5 When you see a message on your screen, follow directions and insert the next disk. Near the end of the process, you’ll be asked to insert the first disk again. 6 When you see a message reporting that the installation was successful, click Restart. The Installer restarts your Macintosh. You’ll find a new folder containing the QuickTake software on your hard disk. Custom installation If you click the Customize button in the Installer, you’ll see a list of specific items you can install individually. To ensure that all the necessary software is installed, use Easy Install instead. Getting Started With the QuickTake 100 Camera 7 Make sure you install the QuickTake software on the disk you use as your startup disk. When you’re ready to begin, click Install. To switch to a different disk, click Switch Disk.What if you upgrade your Macintosh system software? If you decide to replace or upgrade your Macintosh system software after you’ve installed the QuickTake software, you may not be able to open the QuickTake application program. To fix this problem, reinstall the QuickTake software. As an alternative, you can use the custom Installer: 1 Insert the appropriate installation disk into a floppy disk drive. The choice depends on whether you have a Power Macintosh or not. m If you have a Power Macintosh, insert QuickTake for Power Macintosh. m Otherwise, insert QuickTake Install Disk 1. If necessary, open the disk icon. 2 Double-click the Installer icon to open it. 3 In the Welcome dialog box that appears, click OK. 4 In the Installer dialog box, click Customize. 5 Choose Shared Library Manager from the list. 6 Click Install. 7 When you see a message reporting that the installation was successful, click Restart. You have reinstalled the Shared Library Manager, and you can open the QuickTake program again. What next? To begin taking pictures, go on to Chapter 2. 8 Chapter 1 Use the Installer to install the QuickTake software.Because the QuickTake 100 camera is small and light and runs on batteries, you can take pictures with it anywhere. In this chapter m Turning on the camera m Taking pictures m Using the controls m Waking the camera from sleep 9 2 Using the Camera to Take PicturesTurning on the camera To turn the camera on, slide open the lens cover. Lens cover Be careful not to touch the camera lens. 10 Chapter 2Taking pictures Look straight through the viewfinder and take time to frame the subject you want to photograph. Hold the camera steady, and press the shutter release. Because the camera delays briefly before taking the picture, be sure to hold it still until you hear the shutter click. When the camera is ready for the next picture (in a few seconds), a green light glows in the viewfinder. The pictures can remain in the camera’s memory up to one year (or until you erase them). Focal range and flash range Try to keep a distance of at least four feet between you and the object you want to photograph. The camera can focus on objects as close as four feet and as far away as infinity. Objects closer than four feet may be out of focus, but objects in the range between four feet and infinity will be properly focused. The flash can illuminate objects as close as four feet and as far away as nine feet. 4' 9' (Distance) Infinity Focus Flash Press the shutter release. Viewfinder You can hold the camera horizontally or vertically. Using the Camera to Take Pictures 11Using the controls When the camera is on, the control panel display appears. Flash settings There are three possible settings for the flash. Each time you press the flash button, you cycle from one setting to the next. A To let the camera’s light sensor determine when to flash, press the button until you see this icon. For a flash with every picture, press the button until you see this icon. To turn off the flash, press the button until you see this icon. A stands for automatic. When you turn on or wake the camera, this setting always appears. When your subject is in shadow, and the background is brighter, use this setting. A Flash button Erase All button (explained in Chapter 3) Control panel display Resolution button Timer button 12 Chapter 2Resolution settings There are two possible settings for resolution. Each time you press the resolution button, you toggle from one setting to the other. m Standard resolution means 320 x 240 pixels. You can take up to 32 standard-resolution pictures. m High resolution means 640 x 480 pixels. Each picture contains more detail. You can take a maximum of eight high-resolution pictures; they take more space in memory than standard-resolution pictures. m You can mix high- and standard-resolution pictures on the camera, all in 24-bit color. A A For standard resolution, press the button until you see this icon. For high resolution, press the button until you see this icon. Using the Camera to Take Pictures 13Pictures taken and pictures available The number in the center of the control panel shows how many pictures you’ve taken. The smaller number next to the resolution icon shows how many pictures you can take before the camera is full. Battery level Just below the center of the panel is a battery icon. It tells you how much power is left in your batteries. If the batteries run out, the pictures in your camera are safe, but you need fresh batteries to take any more pictures. For information about battery care, see Appendix B. A A A Batteries fully charged (or power adapter connected) Batteries running low Batteries empty Recharge them or replace them with fresh batteries. A A Pictures taken Pictures you can take at the selected resolution This number changes when you change the resolution setting. The camera automatically switches to standard resolution when there isn’t enough memory for a high-resolution picture. 14 Chapter 2Timer The timer gives you 10 seconds before the camera takes a picture. 1 Press the timer button. 2 Press the shutter and prepare for the picture. On the top front of the camera, a red indicator light glows steadily for eight seconds, then it blinks rapidly for another two seconds. When time is up, the camera takes the picture. A When the timer is on, the timer icon blinks. Using the Camera to Take Pictures 15Waking the camera To conserve battery power, the camera goes to sleep after 60 seconds of inactivity (or after 5 minutes of inactivity when connected to your Macintosh). To wake it, you can press and release the shutter, or close and reopen the sliding lens cover. If the camera is connected to your Macintosh, you must close and reopen the lens cover to wake it. Pressing the shutter won’t work. To wake the camera, press and release the shutter. Or close and reopen the lens cover. 16 Chapter 2When you finish taking pictures (or when the camera is full), you can connect it to your Macintosh computer and transfer the pictures to the computer. In this chapter m Connecting the camera to your Macintosh m Looking at the pictures on the camera m Transferring pictures to your Macintosh m Working with pictures m Saving a picture m Printing your pictures m Naming the camera m Setting the clock in the camera m Taking pictures from your Macintosh m Erasing pictures from the camera m Using the camera with an AC power adapter 17 3 Using the Camera With Your MacintoshConnecting the camera to your Macintosh Use the serial cable that came with your camera. 1 Turn off the camera (shut the lens cover). 2 Plug one end of the serial cable into the modem or printer port on your Macintosh. If both ports are in use, free the one that’s most convenient and connect the camera. IMPORTANT It is not necessary to turn off your Macintosh before you connect and disconnect the serial cable. (As long as a serial port is free, it’s not active.) However, if you want to connect or disconnect other devices (for example, SCSI devices), you should check the appropriate manuals first. In many cases you must turn off the Macintosh before you connect or disconnect a cable. These icons identify the printer and modem ports on your Macintosh. Connect the camera to either port. Some Macintosh computers have a combined serial port with two icons. 18 Chapter 33 Plug the other end of the cable into the serial port on the camera. 4 Turn on the camera (open the lens cover). When the camera is connected and turned on, an animated rectangle appears on the control panel display. The edge of the rectangle moves. Press the cover in and slide it open. Serial port Using the Camera With Your Macintosh 19Looking at the pictures in the camera While the pictures are in the camera, you can see what they look like and work with them. (To move them to your Macintosh before you work with them, see the next section, “Transferring Pictures to Your Macintosh.”) 1 Connect the camera to your Macintosh. For instructions, see “Connecting the Camera to Your Macintosh,” earlier in this chapter. 2 If necessary, turn on the camera by sliding open the lens cover. 3 On your Macintosh, double-click the QuickTake icon to open it. 4 Choose View Slides in Camera from the Camera menu. The pictures appear in a slide table on your Macintosh screen. For information about what you can do with the pictures, see “Working With Your Pictures,” later in this chapter. 20 Chapter 3Transferring pictures to your Macintosh Before you can transfer pictures from the camera, it must be connected to your Macintosh. For instructions, see “Connecting the Camera to Your Macintosh,” earlier in this chapter. 1 If the camera is off, turn it on by sliding open the lens cover. When the camera is connected and turned on, an animated rectangle appears on the control panel display. 2 On your Macintosh, double-click the QuickTake icon to open it. 3 Choose Move All Camera Images to Disk from the Camera menu. In the box that appears, choose the location you want for the pictures. After the images have been moved to your Macintosh, a message appears that gives you a chance to erase the images from the camera. (If you prefer, you can use the Erase All button. See “Erasing Pictures From the Camera,” later in this chapter.) Using the Camera With Your Macintosh 21 When you’re ready, click Save. To create a new folder for the pictures, click this button.Opening pictures on the Macintosh Once the pictures are on your Macintosh, you can use the QuickTake software to look at them, make some changes, and save the pictures in a variety of formats and bit depths. (See “Working with Pictures,” later in this chapter.) Opening a picture in the image window 1 On your Macintosh, double-click the QuickTake icon to open it. 2 Choose Open from the File menu. 3 In the box that appears, click the picture you want to see and click Open. 22 Chapter 3 The X means Show Preview is on. You see a preview of any QuickTake picture you select. The picture appears in an image window.Opening a slide table 1 On your Macintosh, double-click the QuickTake icon to open it. 2 Choose Open Slide Table from the File menu. 3 In the box that appears, find the pictures you want to see. 4 To open the slide table, click the Choose button. The pictures appear in a slide table window. 5 To see a picture in detail, double-click the slide. Using the Camera With Your Macintosh 23 When you’ve found the pictures you want to open as a slide table, click Choose. In this example, the pictures contained in the Mixed Pictures folder will open as a slide table. A slide like this represents an image with no preview imported from another application program. To see the image here, choose Create Slide from the Image menu.Working with your pictures Whether the pictures are in the camera or have been moved to your Macintosh, you can use the QuickTake software to look at them, make some changes, and save the pictures in a variety of formats and bit depths. With slides you can m edit the name under each slide, giving slides the names you want m use the Get Info command to get specific information (such as the image’s width and height) m print the slide table m open slides to full-size images With a full-size image you can m see different zoom views of an image m print the image m change the size of the printed image m crop the image m change the image’s bit depth m use the Copy command to copy the image (or selected parts of it) to paste into a document in another application program With slides or a full-size image you can m change the picture’s orientation by rotating it from vertical to horizontal (and vice versa) m save the pictures you like, using the Save or Save As command On the next few pages you’ll find instructions for doing the tasks listed here. 24 Chapter 3Editing slide names You can give your slides names that mean something to you. Getting information about a slide 1 Click the slide. 2 Choose Get Info from the File menu. An information window appears. Using the Camera With Your Macintosh 25 Select the name under the slide and type a new name.Opening a slide to a full-size image To see the picture full size, double-click the slide. 26 Chapter 3 Double-click the slide to see it full size.Zoom views in the image window To see the picture in the image window enlarged, actual size, or reduced, choose View from the Image menu, then choose an item from the submenu. When you open an image the first time, the QuickTake software uses all the pixels to present the best possible image on your monitor. With a highresolution image, the picture appears at 200% magnification. Changing the printed size of a picture To change the size of a printed picture, choose Resize from the Image menu. In the box that appears, you can specify one aspect (width, height, or resolution) of the size you want the picture to be. (Resizing affects the entire picture displayed in the image window. You can’t select and resize one section of the picture.) Using the Camera With Your Macintosh 27 High-resolution images show 144 dots per inch (dpi). Standard resolution images show 72 dpi. When you choose Zoom In, the image doubles in size. When you choose Zoom Out, the image shrinks to half its previous size. To change the width, height, or resolution of a printed picture, type the number you want in the space provided. You can define one aspect of the size; QuickTake calculates the other two aspects. To choose the unit of measure you want (inches or centimeters), use this pop-up menu. This represents a QuickTake high-resolution image. This shows the size of the picture when it’s printed.Cropping a picture 1 Drag the pointer to include just the part of the picture you want in the selection rectangle. If you don’t get it right the first time, click outside the selection rectangle (or press x-Z) to cancel the selection. Then try again. 2 Choose Crop from the Image menu. The cropped image appears. 28 Chapter 3 Inside the rectangle is the part of the image you keep.Changing the bit depth of a picture You may want to change the image bit depth of a picture you take. For example, if the picture uses millions of colors, but you plan to print it on a grayscale printer, you can change the image bit depth to 256 shades of gray. Changing bit depth and compression scheme can reduce the amount of disk space required to store an image, but the changes may affect image quality. To change the bit depth, choose Change Image Depth from the Image menu. Then choose the bit depth you want. If you’re not happy with the result, choose Undo from the Edit menu. Copying a picture to another application You can copy QuickTake pictures and paste them into documents in other applications. (You cannot paste them into other QuickTake pictures.) 1 Drag the pointer to include in the selection rectangle the part of the picture you want to copy. To copy the entire image, choose Select All from the Edit menu. 2 Choose Copy from the Edit menu. 3 Position the pointer in the target document and choose Paste from the Edit menu. A copy of the selected image appears in the document. Using the Camera With Your Macintosh 29 This is an optimized palette depending on the scene or subject in the picture.Rotating a picture To rotate the selected slide or picture, choose Rotate from the Image menu. A submenu appears, and you can specify how far you want to turn the slide or picture. In the slide table, you can only rotate pictures that are in the PICT QuickTake format. You can rotate a single, full-size image in any format. If you rotate a picture that’s in the camera, you must save it to make the change permanent. (If you’ve already moved the image to the Macintosh, the computer remembers the change whether you save it or not.) 30 Chapter 3Saving a picture If you want to preserve changes you make, you have to save the modified picture. The Save and Save As commands in the QuickTake software behave like the same commands in other Macintosh application programs. In addition, the QuickTake software provides features that allow you to choose a specific file format (such as PICT or TIFF), bit depth, and file compression. 1 To save the picture in the active image window, choose Save As from the File menu. 2 In the box that appears, type a name for the picture. Using the Camera With Your Macintosh 31 Type a name for the picture here.3 Choose the file format you want from the pop-up menu. The file format you choose depends on the requirements of the application into which you plan to import the picture. m PICT is the basic Macintosh file format for images and is used by almost all Macintosh programs that read image files. The PICT QuickTake format is created (and compressed) by the camera. To open images in this format on a Macintosh, you need the QuickTake Image and QuickTime extensions. To open images saved in the compressed PICT formats, you need only the QuickTime extension. To open images saved in PICT with no compression, use any application that reads PICT. m TIFF stands for Tagged Image File Format. TIFF is another commonly used file format for storing bitmapped images in various resolutions. 4 Choose the image depth you want from the pop-up menu. The image depth you choose depends on the printer to which you plan to send the picture or the monitor on which you plan to display it. 5 Click the Save button (or press Return). 32 Chapter 3 These three formats use JPEG compression for a smaller file size, but with some loss of image quality. If you use 256 colors, Custom Colors adjust to the scene or subject, showing an image at its best. However, this setting may cause other color images on your desktop to look strange. Default colors for a 256-color monitorPrinting your pictures You can use the QuickTake application to print the pictures you take, and you can print them while they are on the camera or after you transfer them to your Macintosh. Printing a slide table 1 Open the slide table you want to print. 2 Choose Print from the File menu. 3 In the box that appears, choose the settings you want. In a short while, the printed slide table is ready at your printer. Using the Camera With Your Macintosh 33 When the options are set the way you want them, click Print. IMPORTANT Be sure to click Color/ Grayscale before you print QuickTake images.34 Chapter 3 Printing a single image 1 Make sure the picture you want to print is opened as a full-size image. 2 Choose Print from the File menu. 3 In the box that appears, choose the settings you want. Sometimes a printed high-resolution picture is smaller than it appears on your screen. m A high-resolution image takes full advantage of its 640 x 480 pixels on the screen and appears at twice its actual size. (The title bar of the image window tells you the magnification is 200%.) Its printed size is 100%. m A standard-resolution image appears in a 320 x 240 pixel size on screen and the same size when it prints. (The magnification is 100%.) To change the size of a printed picture, use the Resize command. For details, see “Changing the Printed Size of a Picture,” earlier in this chapter. When the options are set the way you want them, click Print. IMPORTANT Be sure to click Color/ Grayscale before you print QuickTake images.Naming the camera You can give your camera a name. When you look at the pictures while they’re on the camera, its name appears as the title of the slide table window. The camera must be connected to your Macintosh. For instructions, see “Connecting the Camera to Your Macintosh,” earlier in this chapter. 1 On your Macintosh, double-click the QuickTake icon to open it. 2 Choose Set Camera Name from the Camera menu. 3 In the box that appears, type the name you want. 4 When you’re finished, click Set. Using the Camera With Your Macintosh 35 The name you type can contain up to 31 characters.Setting the clock in the camera The camera’s internal clock keeps track of the date and time you take each picture. This information is useful, and in some circumstances important, so take time now to set the clock. The camera must be connected to your Macintosh. (For instructions, see “Connecting the Camera to Your Macintosh,” earlier in this chapter.) If you want to check the date and time on the Macintosh before you set the camera, use the General Controls panel. 1 If necessary, turn on the camera by sliding open the lens cover. 2 On your Macintosh, double-click the QuickTake icon to open it. 3 Choose Set Camera Date & Time from the Camera menu. 4 To set the camera to match your Macintosh, click OK in the box that appears. Whenever you want to check the accuracy of the camera’s clock, choose Set Camera Date & Time from the Camera menu. IMPORTANT If the batteries in your QuickTake camera go dead or you remove them and don’t replace them immediately, the camera’s clock stops. To guarantee that the clock in the camera matches the clock on your Macintosh, you must connect the camera to the computer and repeat the procedure described here. 36 Chapter 3Taking pictures from the Macintosh You can use the camera controls on your Macintosh to take pictures. 1 Connect the camera to your Macintosh. For instructions, see “Connecting the Camera to Your Macintosh” earlier in this chapter. 2 Arrange the camera so it’s in a position to take the picture you want. 3 Choose Camera Controls from the Camera menu. 4 In the box that appears, change any settings to suit your needs. For details about the different settings, see “Using the Controls” in Chapter 2. 5 When you’re ready, click Take a Picture. You can use the Erase All button to erase the pictures on the camera. Remember that the control erases all the images permanently. Using the Camera With Your Macintosh 37 Resolution button Timer button Flash button Erase All buttonErasing pictures from the camera After you transfer your pictures to your Macintosh, you should erase them from the camera to make room for new pictures. If the camera is connected to your Macintosh, there’s another way to erase pictures. You can open the QuickTake program and choose Camera Controls from the Camera menu. Then click the Erase All button on the Macintosh screen. WARNING This erases all of the pictures in the camera. You cannot erase a few and leave the rest in the camera. To erase all the pictures in the camera, lightly press the Erase All button. (Use any small, pointed object.) As the pictures are erased, the Trash icon in the control panel display blinks. In a few seconds, the display shows 0 (zero) pictures taken. 38 Chapter 3Using the camera with a power adapter To conserve battery power, you can use a power adapter and plug the camera into an available power outlet. Use only the QuickTake 100 AC Adapter (part number M2851LL/A) or the PowerBook AC Adapter with the QuickTake 100. It’s a good idea to use the power adapter for power while the camera is connected to your Macintosh. (Note: The power adapter does not recharge batteries in the camera. If you have rechargeable batteries, use the charger that came with the QuickTake 100. See “Charging the Batteries” in Chapter 1.) WARNING Never alter the plug on the power adapter. If it will not fit an electrical outlet, have a proper outlet installed by a qualifed electrician. Improper connection may result in electrical shock. Use of a power adapter not recommended or sold by Apple Computer, Inc., may result in a risk of fire, electrical shock, or injury. Using the Camera With Your Macintosh 39Traveling with the camera The QuickTake 100 Travel Case (part number M2848G/A) is available at authorized Apple resellers. The travel case includes a leather camera grip and a protective carrying case. Using the battery booster pack with the camera The QuickTake 100 Battery Booster Pack (part number M2655G/A) is available at authorized Apple resellers. The booster pack lets you take thousands of pictures with your QuickTake 100 camera. It comes with eight AA lithium batteries and plugs into the power adapter port on your camera. QuickTake 100 Battery Booster Pack QuickTake 100 Travel Case 40 Chapter 341 This chapter explains what happens when you choose any of the commands from the QuickTake software menus. In this chapter m The File menu m The Edit menu m The Image menu m The Camera menu m The Windows menu 4 QuickTake Software Menu CommandsThe File menu The commands in the File menu work on the contents of windows or folders. m Open Brings up a box that you can use to locate and open your pictures. When you open the selected picture, it appears by itself in an image window. 42 Chapter 4 The X means Show Preview is on. You see a preview of any QuickTake picture you select.m Open Slide Table Brings up a box which you can use to open slides of all the pictures in a folder you select. The pictures in the selected folder appear together in a slide table window. m Close Closes the active window. If you haven’t saved changes to the picture in the image window, a message appears asking you whether you want to save the picture before closing the window. m Save Saves a picture you’ve opened, including any changes you’ve made to it. Use Save (rather than the Save As command) for routine saving of your pictures. m Save As Saves a picture the first time you open it and want to save it. Also lets you save it with a different name, or in a different folder, or on a different disk, or in a different file format. QuickTake Software Menu Commands 43 When you’ve chosen the folder containing the pictures you want to see, click here. To change the file format and bit depth of an image, use these pop-up menus.The file format you choose depends on the requirements of the application program into which you plan to import the picture. The image depth you choose depends on the printer to which you plan to send the picture or the monitor on which you plan to display it. m Page Setup Lets you set the page size, orientation, and other options for pictures that you print using QuickTake software. 44 Chapter 4 To select enhancements to the printed image, click Options. When the options are set the way you want them, click OK.m Print Prints the picture displayed in the image window. A box appears with options for printing your document. m Quit Ends a session with the QuickTake software. If you’ve modified the picture in the image window but haven’t saved it, a message appears asking you whether you want to save the picture before quitting the program. QuickTake Software Menu Commands 45 When the options are set the way you want them, click Print. IMPORTANT Be sure to click Color/ Grayscale before you print QuickTake images.The Edit menu The commands in the Edit menu let you work with selected parts of the picture in the image window. m Undo Cancels your most recent changes to the picture. For example, if you used the Crop command and don’t like the results, you can choose Undo to cancel the crop. m Cut Removes the material you have selected and places it on the Clipboard. You can only use the Cut command to edit the names of pictures in the slide table. m Copy Copies the material you have selected to the Clipboard. The original material stays where it was when you selected it. m Paste Copies the material on the Clipboard to the active window in another program (not QuickTake). The program you are using determines where you can paste the material and how much freedom you have to move it around. You can continue to paste copies until you cut or copy a new selection (which replaces the old contents of the Clipboard). m Select All Selects everything in the picture, placing the selection rectangle around the outer edge of the picture. 46 Chapter 4The Image menu The commands in the Image menu work with the picture in the image window, and some of them work with slides in the slide table. m View Lets you see a picture in the image window enlarged or reduced or at its actual size (100%). Each time you choose Zoom In, the image doubles in size. When you choose Zoom Out, the image shrinks to half its previous size. m Rotate Rotates the selected slide or picture. When you choose Rotate, a submenu appears that lets you specify how far you want to turn the slide or picture. In the slide table, you can only rotate pictures that are in the QuickTake format. Full-size images can be rotated in any format. If you rotate a picture that’s in the camera, you must save it to make the change permanent. (If you’ve already moved the image to the Macintosh, the computer remembers the change whether you save it or not.) QuickTake Software Menu Commands 47m Resize Brings up a box that lets you specify one aspect (width, height, or resolution) of the size you want the picture to be. (Resizing affects the entire picture displayed in the image window. You can’t select and resize one section of the picture.) You can change the dimensions of the image to meet your specific requirements. m Crop Trims a picture to include only the part you’ve selected with the selection rectangle. m Change Image Depth Lets you change the bit depth of the picture in the image window. For example, if you don’t need all the information contained in millions of colors, changing to 256 shades of gray reduces the size of the file on your disk. m Create Slide Creates a preview image so you can see pictures from other sources alongside your QuickTake pictures in the slide table. m Sort Slides By Lets you choose to sort slides in numerical order by date or alphabetical order by name. 48 Chapter 4 To change the width, height, or resolution of a printed picture, type the number you want in the space provided. You can define only one aspect of the size; QuickTake calculates the other two aspects. To choose the unit of measure you want, use this pop-up menu. This represents a QuickTake high-resolution image. This shows the size (in inches or centimeters) of the picture when it’s printed.The Camera menu The commands in the Camera menu work with the camera. You must connect the camera to your Macintosh before you can use this menu. (For instructions on connecting the camera to your Macintosh, see Chapter 3.) m View Slides in Camera Lets you see slides of the pictures currently in the camera. m Move All Camera Images to Disk Transfers pictures from the camera to your Macintosh. When you choose this command, a box appears that lets you specify where to save the pictures. QuickTake Software Menu Commands 49m Set Camera Name Brings up a box that lets you give a unique name to your camera. This is especially helpful if more than one camera may transfer pictures to a particular Macintosh. m Set Camera Date & Time Brings up a box that tells you whether the clock needs to be reset to match your Macintosh. If it does, click OK. m Camera Controls Brings up a control panel like the one on the camera. The Windows menu The Windows menu lists the names of all the QuickTake windows currently open. You can choose which window should be frontmost. (If you haven’t saved and named their contents, image windows are identified as Image 1, Image 2, and so on.) 50 Chapter 4 The name you type can contain up to 31 characters. When you’re ready, click Set. To change the resolution, click here. To turn on (or turn off) the timer, click here. To change the flash To erase the pictures in the camera, click here. To take a picture, click here.This chapter offers suggestions to help you care for your camera and solve problems. In this chapter m Maintenance tips m Problem-solving tips Caring for your camera These suggestions should help you maintain the QuickTake 100 camera: m Protect the camera from moisture and excessive heat. m Don’t use harsh or abrasive cleaners on the camera. Wipe off dust with a clean, dry cloth. m When you are not taking pictures, close the lens cover to protect the lens and keep it clean (and to extend battery life). 51 5 Maintenance and Troubleshootingm To clean the lens, first blow away any surface dust or dirt. Breathe on the lens to form a mist, then gently wipe away the mist with a soft, lint-free cloth or lens cleaning tissue. Don’t press hard, or you may scratch the lens. Never wipe a dry lens. m If you store the camera for an extended period, remove the batteries. When you replace the batteries, remember to reset the date and time. (For instructions, see “Setting the Clock in the Camera” in Chapter 3.) Solving problems This section describes some problems you might encounter, and offers solutions you can try. IMPORTANT If you have a problem with your camera and nothing recommended here solves it, contact your authorized service provider. Camera won’t take pictures m The camera may not be turned on. Make sure the lens cover is open. m The camera may be asleep. Press the shutter release or close and then open the lens cover. m If you just took a flash picture, the flash may be recharging. Look for the green light in the viewfinder. When it comes on, the camera is ready to take another picture. m The batteries may be low or dead. Replace the batteries or connect the AC power adapter to the camera. m The batteries may not be installed correctly. (See “Installing the Batteries” in Chapter 1.) WARNING Don’t use solvents or solutions unless they are specifically designed for cleaning camera lenses. Don’t use chemically treated tissues intended for eyeglasses. 52 Chapter 5m The camera’s memory may have no room for another picture. Transfer the pictures from the camera to your Macintosh, then erase the pictures. (See “Erasing Pictures From the Camera” in Chapter 3.) m The camera may be connected to your Macintosh. You can use the camera controls on the Macintosh to take pictures (see “Taking Pictures From the Macintosh” in Chapter 3), or disconnect the serial cable from the camera. Can’t see anything through the viewfinder m Make sure the lens cover is open. m Move the camera around slightly as you look through it. You need to look straight through the viewfinder. Flash fails to go off m Make sure the flash is turned on. (See “Flash Settings” in Chapter 2.) m The batteries may be low or dead. Replace the batteries. m The batteries may not be installed correctly. (See “Installing the Batteries” in Chapter 1.) The Macintosh doesn’t recognize the camera Different devices and programs may compete with the camera for the use of a serial port on your Macintosh. If there’s a problem, a message tells you that the camera is not responding. Make sure the serial cable is connected properly, the camera is turned on, and the batteries have enough power. If you have system software version 7.0.1•, try the following to resolve the problem: m Turn on AppleTalk in the Chooser. AppleTalk must be turned on to use the QuickTake software with system software version 7.0.1•. m Determine whether you have a LocalTalk device connected to the printer port. If you do, connect the camera to the modem port. m If you have a non-LocalTalk device, or no device at all, connected to the printer port, open the Network control panel and change the setting from LocalTalk to Remote Only. (If you use an EtherTalk network, leave the setting on EtherTalk.) Then connect the camera to either port. Maintenance and Troubleshooting 53Pictures are fuzzy, blurry, or blotchy m The lens may be dirty. Clean the lens. (See “Caring for Your Camera,” earlier in this chapter.) m The subject or the camera may have moved. Hold the camera steady, and use the flash. (See “Taking Pictures” and “Flash Settings” in Chapter 2.) m The subject may be out of focal range. Keep a distance of at least four feet between you and the subject. The flash illuminates subjects between four and nine feet from the camera. m The resolution setting may not be appropriate for the subject. Change to high resolution. (See “Resolution Settings” in Chapter 2.) Pictures are too dark (underexposed) m There may not be enough light to take a picture. Turn on the flash. (See “Flash Settings” in Chapter 2.) m The subject may be too far away for the flash to have an effect. Make sure the subject is no more than nine feet away. (See “Focal Range and Flash Range” in Chapter 2.) Pictures are too light (overexposed) m If the camera is set to use flash with every picture, that may be too much light. Change to automatic flash. (See “Flash Settings” in Chapter 2.) m The subject may be too close. Make sure the subject is at least four feet away. (See “Focal Range and Flash Range” in Chapter 2.) m The camera may be pointed directly at a bright light. Try a different angle. m The light sensors (above and below the viewfinder lens) may be dirty. Use a soft, dry cloth to clean them. (To locate the light sensors, see “Your Camera at a Glance” in Chapter 1.) m One or both of the light sensors may be covered inadvertently. Be careful not to obstruct the light sensors while you take pictures. Part of a picture is missing m Some part of the lens may be covered. Keep your hands, the neck strap, and other objects away from the lens and the built-in flash. 54 Chapter 5Physical m Depth 6.1 in. (155 mm) m Width 5.3 in. (135 mm) m Height 2.2 in. (55 mm) m Weight 1 lb. (0.5 kg) Technical m Type CCD Still Frame Camera m Image size 320 x 240 pixels standard resolution; 640 x 480 high resolution m Interface GeoPort (Macintosh); RS-232C serial (Windows) m Bit depth 24-bit color m Memory 1 MB Flash EPROM 55 Appendix A SpecificationsCamera m Lens field of view 8 mm (equivalent to 50-mm lens on a 35-mm film camera) m ISO equivalent to approximately ISO 85 m Focus range 4 feet to infinity m Aperture ƒ2.8 to ƒ16 m Shutter speed 1/30 second to 1/175 second m Flash range 4 feet to 9 feet Temperature m Operating 0° to 40° C (32° to 104° F) m Storage (6 months) –40° to 47° C (–40° to 117° F) m Transit (72 hours) –40° to 65° C (–40° to 149° F) m Humidity Classified as Class 1 equipment Power requirements m Standby <500 mW m Operating <4.5 W Operating environment m Temperature 0° to 40° C (32° to 104° F) m Humidity 20 to 95 percent, noncondensing Electrical requirements m Internal power 3 AA batteries (3.6 V DC to 5.4 V DC) m External power 4.5 V DC/1.75 A to 8.0 V DC/1.0 A Accessories m QuickTake 100 Travel Case (part number M2848G/A) m QuickTake 100 Battery Booster Pack (part number M2655G/A) 56 Appendix AThe QuickTake camera comes with three AA rechargeable NiCad (nickelcadmium) batteries and a battery charger. In place of the NiCad batteries, the camera can use other AA batteries. This appendix contains important information about the battery charger and the batteries you can use in the QuickTake camera. Important safety instructions for using the battery charger m Save this manual. It contains important safety and operating instructions. m Before using the battery charger, read all instructions and cautionary markings on the charger, the batteries, and the QuickTake camera. m The battery charger is designed for indoor use only. Do not expose the charger to rain or snow. m Charge only NiCad rechargeable batteries. Charging other types of batteries with the charger that came with the camera may cause them to leak or explode, resulting in personal injury and property damage. m Use of an attachment (such as a battery charger, power supply, or serial cable) not recommended specifically for use with QuickTake 100 and sold by Apple Computer may result in a risk of fire, electrical shock, or injury. m Do not plug the charger into an extension cord. 57 Appendix B Battery Informationm If the charger has been hit, dropped, or damaged in any way, do not operate it. Take it to an authorized service provider for repair. m Do not disassemble the charger. If it needs service or repair, take it to an authorized service provider. Incorrect reassembly may result in fire or electric shock. m To reduce the risk of electric shock, unplug the charger from the electrical outlet before you attempt to clean it. Turning off power to the outlet will not reduce this risk. Caring for batteries Here are some general suggestions for good battery care. m Always handle batteries carefully. m Do not short-circuit battery terminals (that is, do not touch both terminals with a metal object). Do not carry loose batteries in a pocket or purse where they may mix with coins, keys, or other metal objects. Doing so may cause an explosion or a fire. m Do not drop, puncture, disassemble, mutilate, or incinerate the batteries. m Recharge batteries only as described in this manual and only in ventilated areas. m Intense heat can shorten battery life. Do not leave batteries in hot locations (such as the trunk of a car) for more than a day or two. m Do not leave NiCad batteries in storage for longer than 6 months without recharging them. Store unused batteries in a dry place at normal room temperature. m Dispose of used batteries according to the battery manufacturer’s instructions. 58 Appendix BWays to improve battery performance Here are some tips that may help you get the most from your batteries. m When you replace used batteries, replace all the old ones with new ones. Mixing new and used batteries weakens the performance of the new ones. (If you are using rechargeable batteries, replace batteries that are running low with a complete set of fully charged batteries.) m Batteries work best when the contact surfaces are clean. If necessary, clean these surfaces by gently rubbing with a clean pencil eraser or a cloth. Rechargeable NiCad batteries If you’ve used a set of rechargeable batteries for a while, and they seem not to last as long as when they were new, discharge them completely before recharging them. Unless the batteries are wearing out, this should improve their lasting power. WARNING Damaged nickel-cadmium (NiCad) batteries may leak small amounts of potassium hydroxide. This substance can cause severe burns to the skin and eyes. If you touch a damaged battery, immediately rinse your hands and any other affected areas with water for at least 5 minutes. Do not use soap. Battery Information 59You can use the QuickTake 100 camera with a computer running Windows software, but you’ll need a special cable and the Windows version of the QuickTake software. You can purchase the QuickTake 100 Connection Kit for Windows with everything you need. 61 Appendix C Using the Camera with a Windows-Based PCThe QuickTake Setup control panel puts a camera icon on the desktop for convenient access to images on the QuickTake 100 camera. (By the way, you don’t need the camera icon to use the QuickTake 1.0 application program.) 1 Make sure the camera is connected to your Macintosh and turned on. 2 Choose Control Panels from the Apple (K) menu. 3 Open QuickTake Setup. 4 In the box that appears, click Connect To Camera. 63 Appendix D Using QuickTake Setup64 Appendix D The camera icon appears on your desktop. You can use the control panel to m rename the camera m make sure the camera’s clock is reset automatically when you connect your QuickTake 100 to the Macintosh m control the camera’s sleep schedule m erase the images on the camera 5 To see the images on the camera, double-click the camera icon to open it. You have several options for using the images on the camera: m To open an image in the QuickTake 1.0 application program, double-click the image icon. You can use QuickTake 1.0 to save images in formats other than PICT QuickTake (the original format of images on the camera). m To view the images and edit them, use an appropriate image-editing, image-database, or word-processing program. m To move the images to your hard disk, drag them to the disk. You can open and view images on the camera but cannot save them there. 6 To close the control panel, click its close box. 7 To remove the camera from your desktop, drag the icon to the Trash. By the way, you can move the QuickTake Setup icon out of the Control Panels folder to a more convenient place. This icon represents your QuickTake 100 camera. (You don’t need this icon on your desktop to use QuickTake 1.0.) IMPORTANT This erases everything on the camera. You cannot select individual images to erase. To change the time that elapses before the camera goes to sleep, use this pop-up menu. To rename your camera, type a name and click Set Name.A AC adapter 39 accessories 56 aperture 56 AppleTalk 6, 53 applications, copying pictures to 29 B batteries 57–59 caring for 58 charging 4 checking level of 14 cleaning 59 conserving with power adapter 39 conserving with sleep 16 damaged 59 discharging 59 disposing of 58 improving performance of 59 installing 5 rechargeable 57–59 recharging 58 removing for long-term storage 52 replacing 59 safety instructions for 4, 5, 59 storing 58 troubleshooting 59 types to use 57 battery booster pack 40 battery charger caring for 57–58 charging batteries with 4 safety instructions for 57–58 battery compartment 3 battery terminals 58 bit depth, changing 29, 43–44, 48 bit depth specifications 55 C cable, connecting 18–19 Camera Controls command (Camera menu) 37–38, 50 camera icon on desktop 63–64 camera lens 3 Camera menu 49–50 Camera Controls command 37–38, 50 Move All Camera Images to Disk command 21, 49 Set Camera Date & Time command 36, 50 Set Camera Name command 35, 50 View Slides in Camera command 20, 49 65 Indexcamera specifications 56 care of batteries 58 of battery charger 57–58 of camera 51–52 Change Image Depth command (Image menu) 29, 48 charging batteries 4 cleaning batteries 59 camera 51–52 lens 52 clock, setting 36, 50 resetting automatically 64 Close command (File menu) 43 closing active windows 43 color, 24-bit 13 colors (image depth) 44, 48 commands, undoing 46 compression scheme, changing 29 connecting camera to Macintosh 18–20 control buttons 3 control panel, QuickTake Setup 63–64 control panel display 3, 12 controls 12–15 battery level 14 flash settings 12 pictures taken and pictures available 14 resolution settings 13 timer 15 Copy command (Edit menu) 29, 46 copying pictures 46 to another application 29 Create Slide command (Image menu) 23, 48 Crop command (Image menu) 28, 48 cropping pictures 28, 48 customizing software installation 7 Cut command (Edit menu) 46 D date, setting 36, 50 desktop, camera icon on 63–64 disposing of batteries 58 E editing slide names 25, 46 Edit menu 46 Copy command 29, 46 Cut command 46 Paste command 29, 46 Select All command 29, 46 Undo command 29, 46 electrical requirements 56 Erase All button in QuickTake software 37–38 on camera 38 Erase Camera button 64 erasing pictures 37–38, 64 EtherTalk network 53 F file format, changing 31–32, 43–44 File menu 42–45 Close command 43 Get Info command 25 Open command 42 Open Slide Table command 23, 43 Page Setup command 44 Print command 33–34, 44 Quit command 44 Save As command 43–44 Save command 43 flash location of 3 range of 11, 54, 56 recharging 52 setting 12 troubleshooting 53 66 IndexFlash button in QuickTake software 37 on camera 12 flash icon 12 focal range 11, 54, 56 folders creating for pictures 21 opening pictures in 23, 43 format, changing 31–32, 43–44 framing subjects 11 G Get Info command (File menu) 25 grayscale printing 29, 33–34, 45 green light in viewfinder 11, 52 H hard disk, moving images to 64 high resolution, setting 13 high-resolution images 27 printing 34 humidity 56 I, J, K icons camera on desktop 63–64 flash 12 modem port 18 printer port 18 QuickTake 20, 22 resolution 14 serial port 18 timer 15 Trash 38 image depth, changing 29, 32, 43–44, 48 Image menu 47–48 Change Image Depth command 29, 48 Create Slide command 23, 48 Crop command 28, 48 Resize command 27, 48 Rotate command 30, 47 Sort Slides By command 48 View command 27, 47 image size specifications 55 image window changing image depth in 48 cropping pictures in 48 opening pictures in 22 resizing images in 48 rotating pictures in 47 zoom views in 27, 47 images. See pictures Installer 6–7 installing batteries 5 QuickTake software 6–8 custom installation 7 interface 55 interference vi–vii L lens 3, 10 cleaning 52 field of view 56 troubleshooting 54 lens cover 3 keeping closed 51 turning camera off with 18 turning camera on with 10, 19 waking camera with 16 lighting 54. See also flash lights green light in viewfinder 11, 52 red timer light 3, 15 light sensors 12, 54 LocalTalk devices 53 looking at pictures in camera 20 Index 67M Macintosh connecting camera to 18–20 failure to recognize camera 53 opening pictures on 22–23 taking pictures from 37 transferring pictures to 21 using camera with 17–39 working with pictures on 24–39 maintenance 51–53 memory, full 53 memory specifications 55 menu commands 41–50. See also specific menu or command modem port 18 modem port icon 18 Move All Camera Images to Disk command (Camera menu) 21, 49 moving images to hard disk 64 N naming camera 35, 50, 64 pictures 31 slides 25 neck strap 3 NiCad batteries. See batteries O Open command (File menu) 42 opening pictures 22–23, 42, 64 in image window 22 in QuickTake 1.0 64 in slide table 23, 43 opening slides to full-size image 26 Open Slide Table command (File menu) 23, 43 operating environment 56 P Page Setup command (File menu) 44 Paste command (Edit menu) 29, 46 pasting pictures 46 into other applications 29 PC, Windows-based 61 photography. See taking pictures physical specifications 55 PICT format 31–32, 44 PICT QuickTake format 30, 32, 44 pictures changing image depth of 32, 48 changing printed size of 27 changing size with Resize command 27, 48 changing size with View command 27, 47 copying 46 copying to another application 29 creating folder for 21 creating slides 23 cropping 28, 48 date and time stamp for 36, 50 editing slide names 25, 46 erasing from camera 21, 38, 64 getting information about slides 25 moving to hard disk 64 naming 31 number taken and number available 14 opening 22–23, 42 opening slides to full-size image 26 opening slide table 23 previewing 22, 42, 48 printing options for 44 printing single image 34 printing slide table 33 quality of 54 rotating 30, 47 saving 31–32, 43–44 sorting slides 48 68 Indextaking with camera 11–15 taking with Macintosh 37 transferring to Macintosh 21, 49 troubleshooting 52–54 undoing changes to 46 viewing different sizes of 27 viewing in camera 20, 49 working with 24–39 working with selected parts of 46 pixels 13 ports modem port 18 power adapter port 3, 40 printer port 18, 53 serial port 3, 18–19, 53 power. See batteries; power adapter power adapter 39 power adapter port 3, 40 PowerBook AC Adapter 39 power requirements 56 previewing pictures 22, 42, 48 Print command (File menu) 33–34, 44 printer port 18, 53 printer port icon 18 printers, grayscale 29, 33–34, 45 printing pictures 33–34, 44–45 grayscale 29, 33–34, 45 high-resolution images 34 low-resolution images 34 options for 43–44 printing a single image 34 printing slide table 33 Q QuickTake icon 20, 22 QuickTake 100 AC Adapter 39 QuickTake 100 Battery Booster Pack 40 QuickTake 100 Connection Kit for Windows 61 QuickTake 100 Travel Case 40 QuickTake Setup 63–64 QuickTake software AppleTalk and 6, 53 changing pictures with 24–25, 27–31 copying pictures to another application with 29 erasing pictures with 38 installing 6–8 menu commands 41–50 naming camera with 35 opening pictures with 22–31 printing pictures with 33–34 quitting 45 saving pictures with 31–32 setting clock with 36 taking pictures with 37 transferring pictures with 21 upgraded system software and 8 viewing pictures with 20, 26–27 Windows version of 61 Quit command (File menu) 44 R rechargeable batteries 57–59 recharging 4, 57–58 discharging 59 recharging flash 52 red timer light 3, 15 renaming the camera 64 repair 58 replacing batteries 59 resetting the clock automatically 64 Resize command (Image menu) 27, 48 Resolution button in QuickTake software 37 on camera 12 resolution icons 14 resolution settings 13 Rotate command (Image menu) 30, 47 rotating pictures and slides 30, 47 Index 69S safety instructions batteries 5, 59 battery charger 4, 57–58 Save As command (File menu) 31, 43–44 Save command (File menu) 31, 43 saving pictures 31–32, 43–44 Select All command (Edit menu) 29, 46 selecting whole picture 29, 46 serial cable connecting 18–19 disconnecting 53 serial port 3, 18–19, 53 serial port icon 18 service 52, 58 Set Camera Date & Time command (Camera menu) 36, 50 Set Camera Name command (Camera menu) 35, 50 setting camera clock 36, 50, 64 shadowed subjects, photographing 12 Show Preview 22, 42 shutter 3, 11 waking camera with 16 shutter speed 56 sleep setting time for 64 waking from 16 slides creating 23 editing names of 25, 46 getting information about 25 opening to full-size image 26 previewing 48 rotating 47 sorting 48 viewing in camera 20 slide table 20 creating slides in 48 opening 23 printing 34 rotating pictures in 47 sorting slides in 48 software. See applications; QuickTake software sorting slides 48 Sort Slides By command (Image menu) 48 specifications 55–56 standard resolution, setting 13 standard resolution images 27 printing 34 storing batteries 58 camera 52, 56 system requirements 2 system software version 7.0.1•, QuickTake software and 6, 53 upgrading 8 T taking pictures 11–15 focusing 11, 54, 56 framing subjects 11 from Macintosh 37 of shadowed subjects 12 resolution settings 13 tracking pictures taken and pictures available 14 troubleshooting 52–54 with or without flash 11–12 with timer 15 technical specifications 55–56 temperature specifications 56 TIFF format 31–32, 44 70 Indextime, setting 36, 50 Timer button in QuickTake software 37 on camera 12, 15 timer icon 15 timer light 3, 15 transferring pictures to Macintosh 21, 49 Trash icon 38 travel case 40 traveling with the camera 40 tripod mounting hole 3 troubleshooting 52–54 batteries 59 flash 53 Macintosh doesn’t recognize camera 53 picture quality 54 taking pictures 52–53 viewfinder 53 turning off camera 18 turning off flash 12 turning on camera 10, 19 U Undo command (Edit menu) 29, 46 upgrading system software 8 V View command (Image menu) 27, 47 viewfinder framing subject with 11 green light in 11, 52 location of 3 troubleshooting 53 viewfinder lens 3 viewing pictures in camera 20 View Slide in Camera command (Camera menu) 20, 49 W, X, Y waking the camera 16 windows, closing 43 Windows-based PCs, using camera with 61 Windows menu 50 Z zoom views in image window 27, 47 Index 71Apple Computer, Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, California 95014-6299 408.996.1010 TLX 171-576 030-6161-A Printed in U.S.A. ð Personal LaserWriter300 User’s Guide ðK Apple Computer, Inc. This manual and the software described in it are copyrighted, with all rights reserved. Under the copyright laws, this manual or the software may not be copied, in whole or part, without written consent of Apple, except in the normal use of the software or to make a backup copy of the software. The same proprietary and copyright notices must be affixed to any permitted copies as were affixed to the original. This exception does not allow copies to be made for others, whether or not sold, but all of the material purchased (with all backup copies) may be sold, given, or loaned to another person. Under the law, copying includes translating into another language or format. You may use the software on any computer owned by you, but extra copies cannot be made for this purpose. The Apple logo is a trademark of Apple Computer, Inc., registered in the U.S. and other countries. Use of the “keyboard” Apple logo (Option-Shift-K) for commercial purposes without the prior written consent of Apple may constitute trademark infringement and unfair competition in violation of federal and state laws. © Apple Computer, Inc., 1993 20525 Mariani Avenue Cupertino, CA 95014-6299 (408) 996-1010 Apple, the Apple logo, AppleTalk, LaserWriter, and Macintosh are trademarks of Apple Computer, Inc., registered in the U.S. and other countries. Chicago, Finder, Geneva, GrayShare, Monaco, New York, System 7, and TrueType are trademarks of Apple Computer, Inc. Adobe, Adobe Illustrator, and PostScript are trademarks of Adobe Systems, Incorporated, registered in the United States. Adobe Photoshop is a trademark of Adobe Systems Incorporated. Helvetica, Palatino, and Times are registered trademarks of Linotype Co. ITC Avant Garde, ITC Bookman, ITC Zapf Chancery, and ITC Zapf Dingbats are registered trademarks of International Typeface Corporation. MacPaint is a registered trademark of Claris Corporation. QMS is a registered trademark, and ColorScript is a trademark, of QMS, Inc. QuarkXPress is a registered trademark of Quark, Inc. Simultaneously published in the United States and Canada. Mention of third-party products is for informational purposes only and constitutes neither an endorsement nor a recommendation. Apple assumes no responsibility with regard to the performance or use of these products.Radio and television interference v Preface About Your Personal LaserWriter 300 vii Energy conservation mode vii TrueType fonts viii GrayShare viii Sharing your printer viii Printing grayscale viii Chapter 1 Setting Up Your Printer 1 Choosing a location for the printer 1 Carrying the Personal LaserWriter 300 2 Important safety instructions 2 Connecting the printer to a Macintosh 3 Choosing a port 3 Installing the printer software 4 System requirements 4 Installation 5 Chapter 2 Adding Toner and Paper 7 Removing the plastic shipping restraints 7 Installing or changing a toner cartridge 8 Plugging in the printer 10 Loading the paper cassette 11 Loading 3-hole punched paper 13 Loading letterhead paper 13 Loading legal-size paper 14 Chapter 3 Printing 15 Turning on the printer 15 Choosing face-down or face-up delivery 16 Using the Chooser the first time you print 17 Defining the page setup 18 Printing a document 19 Printing paper or envelopes with the manual feed slot 20 iii ContentsPrinting on both sides of a page 21 Sharing your printer with other users 21 Using a shared printer connected to another Macintosh 23 Controlling the use of your printer by others 24 Chapter 4 Tips and Troubleshooting 25 Safety precautions 25 Checking the printer’s status lights 27 Solving some common problems 28 About paper 37 About fonts 38 How to use different kinds of fonts 38 Use restraint when choosing fonts 39 Add emphasis and contrast 39 Be careful setting alignment and columns 40 Choose the right size 40 Find out more 40 Appendix Specifications 41 Index 43 iv ContentsImportant This equipment has been tested and found to comply with the limits for a Class B digital device in accordance with the specifications in Part 15 of FCC rules. See instructions if interference to radio or television reception is suspected. Radio and television interference The equipment described in this manual generates, uses, and can radiate radio-frequency energy. If it is not installed and used properly—that is, in strict accordance with Apple’s instructions—it may cause interference with radio and television reception. This equipment has been tested and complies with the limits for a Class B digital device in accordance with the speci?cations in Part 15 of FCC rules. These specifications are designed to provide reasonable protection against such interference in a residential installation. However, there is no guarantee that the interference will not occur in a particular installation. You can determine whether your computer is causing interference by turning it off. If the interference stops, it was probably caused by the computer or one of the peripheral devices. If your computer system does cause interference to radio or television reception, try to correct the interference by using one or more of the following measures: m Turn the television or radio antenna until the interference stops. m Move the computer to one side or the other of the television or radio. m Move the computer farther away from the television or radio. m Plug the computer into an outlet that is on a different circuit from the television or radio. (That is, make certain the computer and the television or radio are on circuits controlled by different circuit breakers or fuses.) If necessary, consult your authorized Apple dealer or an experienced radio/television technician for additional suggestions. You may find helpful the following booklet, prepared by the Federal Communications Commission: Interference Handbook (stock number 004-000-00345-4). This booklet is available from the U.S. Government Printing Office, Washington, DC 20402. vS Important: Changes or modifications to this product not authorized by Apple Computer, Inc., could void the FCC Certification and negate your authority to operate the product. This product was tested for FCC compliance under conditions that included the use of shielded cables and connectors between system components. It is important that you use shielded cables and connectors to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. For Apple peripheral devices, you can obtain the proper shielded cables from your authorized Apple dealer. For non-Apple peripheral devices, contact the manufacturer or dealer for assistance. S DOC Class B Compliance This digital apparatus does not exceed the Class B limits for radio noise emissions from digital apparatus set out in the radio interference regulations of the Canadian Department of Communications. Observation des normes—Classe B Le présent appareil numérique n’émet pas de bruits radioélectriques dépassant les limites applicables aux appareils numériques de la Classe B prescrites dans les règlements sur le brouillage radioélectrique édictés par le Ministère des Communications du Canada. s Warning: Making adjustments or performing procedures other than those specified in your equipment’s manual may result in hazardous exposure. s s Warning: Do not attempt to disassemble the cabinet containing the laser. The laser beam used in this product is harmful to the eyes. The use of optical instruments, such as magnifying lenses, with this product increases the potential hazard to your eyes. For your safety, have this equipment serviced only by an authorized Apple service provider. s This printer is a Class 1 laser product. It carries a Class 1 label underneath the printer and a service warning label inside the printer. Service warning label Class 1 label viAbout Your Personal LaserWriter 300 The Personal LaserWriter 300 includes many features designed to produce high-quality text and graphics and deliver the performance of higher-priced laser printers. This preface describes the printer’s main features: m Energy conservation mode maintains your printer in a standby state that conserves energy by shutting off most of the printer’s functions when they are not in use. The printer “wakes up” automatically when you print a document. m TrueType fonts produce sharp characters at any size on the screen or printer. m GrayShare software lets you print grayscale images and share your personal printer with other users on a network. Energy conservation mode One of the first things you will notice about your Personal LaserWriter 300 is that it has no power on/off switch. This is because it is equipped with energy conservation mode, an automatic on/off feature that conserves energy by shutting off most of the printer’s functions when they are not in use. The printer remains in a standby state. When the printer detects something to be printed, it “wakes up” and goes to full power. After printing your document, the printer automatically returns to standby. As long as the Personal LaserWriter 300 is plugged in, it will be on standby. While on standby, the Ready/In Use status light (marked with the icon U) glows steadily. When you send the printer something to be printed, the light will flash and you will hear a fan come on. The Personal LaserWriter 300 is intended to be plugged in and on standby continuously. There is no need to unplug it, except for maintenance or moving. The printer consumes very little energy when it is on standby—less than 10 watts, about the same amount as a night-light. vii PrefaceTrueType fonts All fonts supplied with the LaserWriter are TrueType fonts. TrueType is a font technology from Apple Computer that produces sharp characters at any size on the screen or printer. The disks provided with your LaserWriter contain many widely used font families, including ITC Avant Garde® , ITC Bookman® , Courier, Helvetica® , Helvetica Narrow, New Century Schoolbook, Palatino® , and Times® , as well as four Apple fonts—Chicago, Geneva, Monaco, and New York—and three special-purpose fonts: Symbol, ITC Zapf Chancery® , and ITC Zapf Dingbats® . The Personal LaserWriter 300 is compatible with all font technologies for the Macintosh, including TrueType, bitmaps, and Type 1 fonts used with Adobe Type Manager. See “About Fonts” in Chapter 4, “Tips and Troubleshooting,” for more information. GrayShare Sharing your printer With the GrayShare printer software provided, you can either use the Personal LaserWriter 300 as a personal printer available to your Macintosh only, or share the printer with additional users connected to your network. When you share the printer, it remains connected to your own Macintosh. Network users can see the printer’s name and select it in the Macintosh Chooser like any other network printer. The documents they send to your printer are stored temporarily on your computer’s disk and printed in the order received. You have complete control over the shared printer. You can turn sharing on or off at any time. You use the Print Monitor program in your Macintosh system software to view and delete the print jobs that have been sent to your printer. Chapter 3 provides complete instructions about sharing. Printing grayscale The Personal LaserWriter 300 prints images in more than 30 levels of gray. Grayscale printing produces finer images. Choosing grayscale printing is explained in “Printing a Document” in Chapter 3. viii Preface: About Your Personal LaserWriter 300Setting Up Your Printer This chapter tells you how to connect the printer to your computer and install the printer software. S Important: Do not plug the printer in at this time. After you connect the printer to your computer, and install the printer software, you should continue with Chapter 2, “Adding Toner and Paper.” After you add the toner, you can plug the printer in. Plugging the printer in before adding toner can cause a paper jam when the printer starts up for the first time. S Choosing a location for the printer Choose a flat, stable surface with adequate room around the printer as shown. The area should be well ventilated and away from direct sunlight or sources of heat, cold, or humidity. Allow 4 inches (10 cm) at the back of the printer for airflow. Allow 21 inches (52 cm) at the front of the printer to allow access to the paper cassette. Allow space for airflow around the vent. 1 Chapter 1Carrying the Personal LaserWriter 300 To carry the Personal LaserWriter 300, hold it firmly and level with both hands. Holding the printer in positions other than the one shown may cause an accident. Place the LaserWriter on the flat, stable surface you have chosen. s Warning: Never lift the LaserWriter by the front and rear of the cassette, or the face-down delivery tray; otherwise, the printer may drop and be damaged. s Important safety instructions Always take the following precautions: m Protect the printer from dampness and sources of liquids. m Don’t use devices that produce open flames, such as Bunsen burners, near the printer. m Don’t use alcohol-based or ammonia-based cleaners on or around the printer. m Clean the printer with only a damp cloth and, if necessary, a mild soap or detergent. Be careful to avoid getting liquid in the printer or the power cord receptacle. Disconnect the power plug immediately if any of the following situations occur: m The power cord or plug is frayed or damaged. m Liquid gets spilled on or into the printer. m The printer needs cleaning, servicing, or repair. s Warning: Electrical equipment may be hazardous if misused. Operation of the printer must always be supervised by an adult. Do not allow children access to the interior of the printer and do not permit them to handle any cables. s 2 Chapter 1: Setting Up Your PrinterConnecting the printer to a Macintosh To connect the printer, you need an Apple Peripheral-8 cable, part number M0197. The Apple Peripheral-8 cable has special shielding to reduce the possibility of causing interference to radios, television sets, and other electronic devices. If you do not have an Apple Peripheral-8 cable, you can obtain one from an authorized Apple dealer. Choosing a port Your Macintosh has a printer port (marked with the icon [) and a modem port (marked with the icon W). You can attach the printer cable to either of these ports. If your computer is connected to a network, your printer port may already be connected to a network cable. If the printer port is unavailable, you can use the modem port. S Important: If your computer is not connected to a network, and you plug your printer cable into the printer port, you must make sure that AppleTalk is inactive in the Macintosh Chooser desk accessory. See “Using the Chooser the First Time You Print” in Chapter 3. S No matter which Macintosh you have, these icons identify the printer and modem ports. Press the cable firmly into this notch to secure it. Chapter 1: Setting Up Your Printer 3Installing the printer software Before you can print, you may need to install the software from the disks that came with your printer. To protect the disks, it is a good practice to lock them before use. See your Macintosh User’s Guide for information on locking floppy disks. v Is your software already installed? Some Macintosh computers come with printer software already installed on the hard disk. If your computer has the LaserWriter 300 software already installed, you do not need to install the printer software. v To see if your computer already has the LaserWriter 300 software, open the Apple (K) menu and choose the Chooser. If the LaserWriter 300 software is on your hard disk, the LaserWriter 300 icon will appear in the Chooser. If you see the LaserWriter 300 icon, skip this section of this book, and go on to Chapter 2, “Adding Toner and Paper.” System requirements The printer software can operate on a Macintosh using System 7 with at least 2 MB of memory, or System 6.0.7 with at least 1 MB of memory. Performance is best using System 7 with at least 4 MB of memory, or System 6.0.7 with at least 2 MB of memory. If your system software is an earlier version, you need to obtain a system software upgrade from your computer or software dealer. 4 Chapter 1: Setting Up Your Printer LaserWriter 300 iconInstallation Before you install the printer software, quit any application programs that may be open. If you have virus protection software, turn it off. Then follow these steps: 1. Insert the LaserWriter 300 Install disk and open the disk icon. A window appears, showing the contents of the disk. 2. Drag the TeachText icon to your hard disk. If you already have a copy of TeachText on your hard disk, you don’t need to drag this icon. 3. Double-click the Installer icon to open it. The Installer’s Welcome screen describes the items that will be installed on your disk. 4. Click OK to clear the Welcome screen and display the Easy Install dialog box. v Installing customized printer software: These instructions cover the Easy Install process, which is recommended for most Macintosh users. If you click Customize before you click Install, you can select individual items to install from the disks. This is not recommended unless you are an experienced user and know which items to select. v continues . Chapter 1: Setting Up Your Printer 55. Make sure that the disk indicated on the screen is the one on which you want to install printer software. If the wrong disk name appears, click Switch Disk until the correct name appears. 6. Click Install. If any of your system’s application programs are open, a message appears warning you that you must quit the applications before installing the printer software. Click Continue to quit the applications. Status messages inform you of progress during installation. 7. Insert additional disks when messages on your screen request them. 8. When you see a message reporting that the installation was successful, click Restart. Go on to Chapter 2 to install a toner cartridge and load the paper cassette, and then to Chapter 3 when you’re ready to begin printing. If you have virus protection software, turn it back on after the installation. v Read the ReadMe file: The ReadMe file on the LaserWriter 300 Install disk contains the latest information about your Personal LaserWriter 300. Double-click this file to open and read it; then choose Quit from the File menu to close it. v 6 Chapter 1: Setting Up Your PrinterAdding Toner and Paper This chapter tells you how to install a toner cartridge into the printer and load paper into a cassette. S Important: If you are setting up your Personal LaserWriter 300 for the first time, please add toner and paper before you plug your printer into an outlet. Otherwise, a paper jam may occur when your printer starts up. S Removing the plastic shipping restraints If you are installing a toner cartridge for the first time, you must remove the two orange plastic shipping restraints from inside the printer before you can install the cartridge. 1. Open the printer access door. 2. Remove the shipping restraints. Press on the restraints to remove them. If you are installing for the first time, remove the plastic shipping restraints. Press the release button to open the access door. 7 Chapter 2Installing or changing a toner cartridge Toner is the powdered ink that produces the image on the paper. Follow these steps to install a toner cartridge into the printer. 1. Open the printer access door. 2. If you are replacing a used cartridge, remove the old cartridge and set it aside. 3. Unpack the new toner cartridge and gently rock it to distribute the toner inside. Save the protective bag. If you move or transport your printer, you will need to remove the cartridge and transport it separately in the bag. Do not expose the cartridge to direct sunlight. Don’t expose it to room light for more than five minutes, or the life of the cartridge may be reduced. Gently rock the toner cartridge. Press the release button to open the access door. 8 Chapter 2: Adding Toner and Paper4. Pull the tab to remove the tape. s Warning: Be sure to pull the tape in the direction shown. Don’t pull it too quickly or at too sharp an angle; otherwise, the tape may break. s 5. Insert the cartridge into the printer. Line up the markings on the sides of the cartridge with the arrows in the printer. 6. With both hands, press down gently on the cartridge to secure it in place. 7. Close the access door. Align arrows. Pull the tape completely out. Pull the tape in the direction shown. Do not pull it to either side or it may break. Chapter 2: Adding Toner and Paper 9Plugging in the printer A power cord is supplied with your printer. Be sure the power cord is within easy reach, in case you want to unplug the printer. When you plug the power cord into an outlet, the Ready/In Use light comes on. s Warning: The Personal LaserWriter 300 is equipped with a three-wire grounding plug—a plug that has a third (grounding) pin. This plug fits only a grounding-type AC outlet. If you are unable to insert the plug into an outlet, contact a licensed electrician to replace the outlet with a properly grounded one. This equipment is meant to be electrically grounded. Do not defeat the purpose of the grounding plug! s Press the power cord firmly into this notch to secure it. 10 Chapter 2: Adding Toner and PaperLoading the paper cassette The universal paper cassette supplied with your printer holds up to 100 sheets of copier-weight bond paper. The paper size can be U.S. Letter, A4, U.S. Legal, or Executive. For good advice on paper quality, see Chapter 4, “Tips and Troubleshooting.” To load the paper cassette: 1. Take the cassette out of the printer and place it on a flat surface. If you are loading the paper cassette for the first time, remove the orange cardboard and plastic shipping inserts. 2. Adjust the sliding backstop in the cassette so it clicks into the notch for the appropriate paper size. Be sure the backstop is in one of the notches. Setting it between notches will result in a printing error. To change paper size, slide the paper guide in the direction of the arrow and line up the paper guide pointer with the paper size you want. continues . Adjustable paper guide Sliding backstop If you are installing for the first time, turn the paper cassette over and press both clips to remove the plastic insert. Chapter 2: Adding Toner and Paper 113. Insert a stack of paper that fits below the top edge of the paper bracket inside the cassette. 4. Slide the cassette into the printer. To remove the cassette to refill it, grasp it and pull firmly straight out. Push firmly to make sure the cassette is in place. Make sure paper fits under the corner brackets. Insert paper this end first. Corner bracket 12 Chapter 2: Adding Toner and PaperLoading 3-hole punched paper Follow the instructions for loading ordinary paper, and position the sheets as shown below. Loading letterhead paper Follow the instructions for loading ordinary paper, and position the sheets as shown below. Insert letterhead paper face down with the top of the page at this end of the cassette. The holes should line up along this side of the cassette. Chapter 2: Adding Toner and Paper 13Loading legal-size paper Follow the instructions for loading ordinary paper, adjusting the sliding backstop to accommodate legal-size paper. Slide the cassette firmly into the printer. The cassette and paper will extend out the back of the printer. 14 Chapter 2: Adding Toner and PaperPrinting This chapter explains how to print documents on a Personal LaserWriter 300 connected to your own Macintosh, to share the printer with other users on a network, and to use shared printers connected to other computers on the network. More printing instructions can be found in the manuals for your applications, such as word processing programs. These programs may include additional printing controls. Before you use the printer, you should have installed the software as described in Chapter 1, and installed a toner cartridge and paper cassette as shown in Chapter 2. Turning on the printer One of the first things you will notice about your Personal LaserWriter 300 is that it has no power on/off switch. As soon as the printer is plugged into an outlet, its power is on and the printer is in a standby state. There is no wait for the printer to warm up. The Personal LaserWriter 300 is equipped with an energy conservation mode, an automatic on/off feature that conserves energy by shutting off most of the printer’s functions when they are not in use. The printer remains on standby. When the printer detects something to be printed, it “wakes up” and goes to full power. After printing your document, the printer automatically returns to standby. As long as the printer is plugged in, it will be on standby. While on standby, the printer’s Ready/In Use status light (marked with the icon U) glows steadily. When you send the printer something to be printed, the light will flash and you will hear a fan come on. The Personal LaserWriter 300 is intended to be plugged in and on standby continuously. There is no need to unplug it, except for maintenance or moving. When it is on standby the printer consumes very little energy—less than 10 watts, about the same amount as a night-light. 15 Chapter 3Choosing face-down or face-up delivery You can select either face-down or face-up paper delivery with your Personal LaserWriter 300, depending on the type of paper you are using. When you choose face-down delivery, paper comes out into the delivery tray on top of the printer, face down and stacked in order. The delivery tray can hold at least 25 sheets of standard copierweight bond paper. Face-down delivery is useful when you want your document collated; but it is limited to plain paper only. To select face-down delivery, set the paper delivery selector as shown here: In face-up delivery, paper comes out of the face-up delivery slot at the back of the printer. Face-up delivery uses a straight paper path, which helps to avoid paper jams and curl. Face-up delivery is required for envelopes, transparencies, labels, and other special papers. If you choose face-up delivery, be sure there is enough space behind the printer for the paper to come out. To select face-up delivery, set the paper delivery selector as shown here: Set the selector for face-up delivery. Paper delivery selector Set the selector for face-down delivery. Paper delivery selector 16 Chapter 3: PrintingUsing the Chooser the first time you print You use the Chooser desk accessory to tell the Macintosh where to send print jobs. In the Chooser, you choose the port to which you connected the Personal LaserWriter 300, and can also choose among printers connected to your network, if any. S Important: Once you choose the printer in the Chooser, you won’t need to repeat this step unless you change printers or change the way your printer is connected. S 1. Choose the Chooser from the Apple (K) menu. 2. After you choose the printer, close the Chooser. Chapter 3: Printing 17 First click the LaserWriter 300 icon in this box. Then click the serial port that you used to connect the printer. Click here to share the printer over a network or to create a log of printed jobs. See “Sharing Your Printer With Other Users.” Be sure to make AppleTalk inactive if your computer is not on a network and you connected the printer to the printer port (marked with the icon [). Background Printing lets you use your computer for other things while it is printing. For details, see the Print Monitor instructions in your Macintosh User’s Guide.Defining the page setup The Page Setup command is found in the File menu of nearly all Macintosh programs. Depending on the program you are using, some of the options in this dialog box may change. You need to choose Page Setup only if you want to change settings. 18 Chapter 3: Printing Click here to reduce the image by 4%. This makes the printed dots proportional to the dots on your screen so there is no distortion when you print a bitmapped image. Click here to reduce the margins and print closer to the edge of the page. Click one of these icons to choose vertical or horizontal page orientation. Type any size from 5% to 999% or choose a preset size. Click Options to display the page setup options. Choose from six paper sizes: U.S. Letter, U.S. Legal, Executive, A4, #10 Envelope, and Monarch Envelope.Printing a document The Personal LaserWriter 300 prints your document using the cassette or manual feed. See the next section for instructions if you choose Manual Feed as the paper source. 1. Open the document you want to print or select its icon in the Macintosh Finder. 2. Choose Print from the File menu. 3. Choose the appropriate settings and click Print. After a moment, the Ready/In Use light begins to blink. Then you will hear the fan come on. There will be a brief wait before printing. Chapter 3: Printing 19 To print more than one copy, type a number here. Choose from an alert message or a system sound to notify you when a print job is finished. Choose the paper source from the top menu. To print the first page on special paper, click “First from” and use both menus. If you don’t want to print all pages, click in these boxes and type the first and last page to print. Click here to display the printer’s density control. See “The Image Is Too Light or Too Dark” in Chapter 4 for details. Choose Grayscale or Black and White printing. If your document contains colors or shades of gray, Grayscale produces a sharper image. Black and White printing is faster, but produces a coarser image. Printing paper or envelopes with the manual feed slot If you want to use paper that is different from the paper in the cassette, you can use the manual feed slot to insert sheets one at a time as the document is printed. You can also use this slot to print on envelopes and other nonstandard paper sizes. 1. Open the document you want to print or select its icon in the Macintosh Finder. 2. Choose Print from the File menu. 3. In the Print dialog box, choose Manual Feed from the Paper Source pop-up menu. 4. Click Print. The sheet you inserted is printed. If the document has additional pages, a message on your screen will alert you each time a new sheet is needed. To avoid paper jams, always wait for the prompt before inserting a new sheet. 5. Insert a sheet of paper or envelope as shown. Be sure to keep the page straight so it feeds correctly. Feed envelopes flap side down. Align along this edge. 20 Chapter 3: Printing Choose Manual Feed.Printing on both sides of a page Follow these steps to print a document using both sides of the paper. 1. Print the first side of the page using manual feed or the paper cassette. 2. Take out the printed sheet, turn it over, and print the second side using manual feed, inserting the sheet as shown here. Always use manual feed for printing the second side. To avoid jams, don’t load already printed pages into the paper cassette. Sharing your printer with other users If your Macintosh is connected to a network, you can set up your printer to let other users on the network use it. Follow these steps to turn on the printer’s sharing feature: 1. Choose the Chooser from the Apple (K) menu. 2. Click the LaserWriter 300 icon. continues . Top of sheet Chapter 3: Printing 21 Click the LaserWriter 300 icon in this box. Click the serial port to which you connected the printer. Click Setup. Make AppleTalk active.3. Make AppleTalk active if it is not already active. 4. Click Setup. 5. Click Share this Printer and enter the options for the shared printer and in the Setup dialog box. Background printing is automatically turned on when a printer is shared. For details, see the Print Monitor instructions in your Macintosh User’s Guide. 6. Click OK. 7. Close the Chooser window. Network users can now choose your printer in their Chooser (see the next section for details). 22 Chapter 3: Printing Click to place an X in this checkbox. Type a name for the printer. This is the name other users will see in their own Chooser. Type a password if you want to share the printer with only users who know the password. Click to place an X here if you want to keep a record of all print jobs. The log file (a text file) is kept in the Printer Preferences folder in the Preferences folder inside your System Folder.Using a shared printer connected to another Macintosh To print on a shared Personal LaserWriter 300, network users must have the LaserWriter 300 driver installed on their computers, AppleTalk must be active, and the shared printer and Macintosh must be turned on. Each user wanting to use the shared printer should use the LaserWriter 300 installation disks and follow the instructions in Chapter 1 to install the printer software. Once the software is installed, the shared printer appears in the list of network printers available in the Chooser desk accessory. 1. Choose the Chooser from the Apple (K) menu. 2. Click the LaserWriter 300 icon. 3. In the list of printers on the right, click the name of the shared LaserWriter you want to use. You can click the Get Info button in the Chooser window to see whether any fonts in your system are unavailable on the selected printer. If your document contains any such fonts, printing will be slower, because information about the fonts must be sent from your computer to the printer. (For faster printing, use a printer on which the fonts are available, or install the fonts on the Macintosh to which the shared printer is connected.) 4. Close the Chooser. Your Macintosh will now send all subsequent print jobs to the shared printer. Chapter 3: Printing 23 First click the LaserWriter 300 icon. Then click the name of the shared printer.Controlling the use of your printer by others After you turn on the sharing feature, you still have complete control over the shared printer: m You can turn sharing on or off at any time. m You can type a password in the Sharing Setup dialog box so only those who know the password can use your printer. m You can use the Print Monitor program in your Macintosh system software to view a list of print jobs that have been sent to your printer, and to delete any jobs in the list. The Print Monitor program is available when you have Background Printing turned on in the Chooser, and comes on automatically when others use your shared printer. Refer to your Macintosh User’s Guide for more information about the Print Monitor program. v Your computer’s performance: When others use your printer, their documents are printed in the background so your work is not interrupted. While your computer is printing in the background, you may experience an occasional pause or other symptoms of reduced performance. v 24 Chapter 3: PrintingTips and Troubleshooting This chapter provides solutions to printing problems you may encounter while using your printer. s Warning: If you have a problem with your printer and nothing presented in this chapter solves it, see the service and support information that came with your printer or computer. If you attempt to repair the printer yourself, any damage you may cause to the printer will not be covered by the limited warranty. s See page 2 for additional safety information. Safety precautions Consider these rules of safety before you open the printer or attempt to troubleshoot problems: m Don’t attempt to disassemble the printer. m Don’t use oil inside the printer. m Don’t use ammonia-based cleaners on or around the printer. They may react with the toner. m Don’t use alcohol-based cleaners on or around the printer. They may react with the plastic case. m Don’t leave the access door open. Exposing the toner cartridge to light may damage the cartridge. continues . 25 Chapter 4m Don’t open the drum-protection shutter on the toner cartridge. m Be sure the power cord is within easy reach, should you want to unplug the printer at any time. Since the Personal LaserWriter 300 has no power switch, unplugging it is the only way to turn it off. m Never try to manually defeat the interlock switches inside the printer. S Important: The fixing assembly in the printer operates at very high temperatures. When you need to open the printer, be careful not to touch the fixing assembly. S Some odor from the heat of the printing process is normal. Fixing assembly. This area gets very hot. 26 Chapter 4: Tips and TroubleshootingChecking the printer’s status lights Always check the status lights first when a printing problem occurs. These often tell you the cause of the problem. m The Ready/In Use light should glow steadily whenever the printer is on, and blink when it is printing. m The Paper Out light is on only when there is no paper in the cassette, or the printer is waiting for manual feed. m The Paper Jam light is on when any obstruction occurs in the paper path. Paper Out light Ready/In Use light Paper Jam light Chapter 4: Tips and Troubleshooting 27Solving some common problems The Chooser doesn’t show the LaserWriter 300 icon If the LaserWriter 300 icon is missing from the box that identifies different printer types, you need to install the printer software from the disks that came with your printer. To install the software, follow the instructions in “Installing the Printer Software” in Chapter 1. Then make sure you select the printer, as shown in “Using the Chooser the First Time You Print,” in Chapter 3. The Macintosh can’t find the printer If you have selected the printer icon in the Chooser but nothing prints or you get a message that no printer has been found, one of the following may be the cause: m The printer has been unplugged. Make sure it is plugged securely into an outlet (the green status light should be on). m In the Chooser, you may have chosen the wrong printer or selected the wrong serial port (the modem port instead of the printer port, or vice versa). Select the correct Chooser options as described in “Using the Chooser the First Time You Print,” in Chapter 3. m There’s a loose plug somewhere. Check to make sure that both ends of the cable are properly connected. See Chapter 1, “Setting Up Your Printer.” m If you are connected to a network and are printing on a shared Personal LaserWriter 300, check to be sure you have chosen the correct zone in the Chooser. The Macintosh to which the printer is connected must be turned on. If you still can’t resolve the problem, the printer may not be functioning properly. Contact an authorized Apple service provider about repairs. 28 Chapter 4: Tips and Troubleshooting If there’s no LaserWriter 300 icon here, you haven’t installed the printer software correctly.Printing takes a long time Printing may be slow on pages containing complex graphics or pages printed using landscape (horizontal) orientation. The processing speed of your computer and the amount of memory it has directly affect printing time. A faster computer or more memory results in faster printing. The printer won’t print a particular page or document If a document contains a page with very complex graphic images, the printer may be unable to print the page. You will see a message telling you that your printer has “insufficient memory.” Remove some of the complex detail from that page (or spread the information over two pages) and try again to print it. You are more likely to experience this problem when printing legal-size documents. Chapter 4: Tips and Troubleshooting 29Type looks jagged or some text changes to the Geneva font The most likely cause of this problem is that you are using a nonTrueType font. LaserWriter 300 printers use two kinds of fonts: outline fonts and bitmapped fonts. TrueType fonts are outline fonts. Each character in an outline font is produced by instructions that describe its shape. A character from an outline font can be printed smoothly in any size you specify. Your Personal LaserWriter 300 comes with a set of TrueType fonts (see “About Fonts,” later in this chapter). Bitmapped fonts are fixed in shape and size: Your printer can produce smooth bitmapped characters only in the sizes for which it has instructions (a map of dots for each font size). If you use a bitmapped font in a size for which your printer does not have instructions, your system tries to create the size you want. The resulting type can look jagged. Even a font that looks good on your screen can look bad when printed out. The best solution to this problem is to switch to a TrueType version of the font you want to use. To see if you have a TrueType version: 1. Find your Fonts on your system. If you have System 7, version 7.1 or higher, open your System Folder and then open your Fonts folder. If you have an earlier version of System 7, open your System Folder. If you have System 6, insert your LaserWriter 300 Install disk and double-click the Font-DA Mover. 30 Chapter 4: Tips and Troubleshooting2. Look in the list of fonts for the font you wish to use. If it is a TrueType font, its icon will look something like this: If it is a non-TrueType font, its icon will look like this: If you are using System 6, you will see a list of font names in the Font-DA Mover. If the font name has a number next to it, then it is a non-TrueType font. If a TrueType version of your font is available, use it in your documents. When your computer runs low on memory, TrueType turns itself off and some TrueType fonts may be displayed and printed in the Geneva font. If you’ve installed fixed-size versions of your TrueType fonts, they will not change to Geneva, but they will look very jagged when TrueType is turned off. For more help with fonts, see “About Fonts,” later in this chapter. Chapter 4: Tips and Troubleshooting 31 This number tells you the size of the font.The printer prints on only part of the paper Make sure you have selected the appropriate paper size in the Page Setup dialog box. Check the adjustment of the sliding backstop in the paper cassette to make sure it is correct for your paper size. See “Loading the Paper Cassette” in Chapter 2. Paper is jammed To avoid paper jams, make sure the paper cassette is properly loaded with one of the recommended paper types. (See “Paper Feeds Improperly,” next.) If you are using manual feed, be sure to wait for the prompt before inserting a new sheet. Paper jams are sometimes caused by moving or jarring the printer. 32 Chapter 4: Tips and TroubleshootingIf the Paper Jam status light is on, follow these steps: 1. Remove the paper cassette. Be sure the paper is loaded correctly in the paper cassette. The stack of paper should fit under all the corner brackets. With the paper cassette removed, look inside the printer and remove any jammed sheets you see. 2. Open the printer and remove the cartridge. Look inside the printer and remove any jammed sheets you see. Pull the sheet straight out. Avoid pulling at an angle that might tear the paper and leave scraps inside the printer. Replace the toner cartridge when done. continues . Chapter 4: Tips and Troubleshooting 333. Open the printer’s back door as shown below. Press the paper release lever and pull the jammed sheet out through the front. This type of jam is often caused by an interruption in printing. 4. If the paper is wrapped around the roller, remove it as shown below. Press the paper release lever. 34 Chapter 4: Tips and TroubleshootingPaper feeds improperly If paper tears, gets skewed, or comes through the printer crumpled, it may not be entering the printer properly. Remove any jammed sheets from inside the printer. Remove the paper cassette, turn the stack of paper over, and replace the cassette (most paper has one side that prints better). It may also help to fan the edge of the stack with your thumb, in case some of the sheets are stuck together. Make sure the stack of paper is loaded correctly into the paper cassette, and fits under all the corner brackets. Some papers cause jams because they are not intended for use with laser printers. See “About Paper,” later in this chapter, for advice on choosing papers. Unwanted lines or stripes appear If white or dark lines appear on the page, try the following: m Remove the toner cartridge and rock it to redistribute the toner. Be sure to hold the cartridge horizontally. Chapter 4: Tips and Troubleshooting 35Toner stains appear on printed pages If the printed pages are not clean, there may be a buildup of toner on the printing rollers. If stains appear on the backs of printed pages, you may have printed an image that is larger than the paper, causing toner to be deposited in the paper path. To clean the rollers, print several blank pages until the stains disappear. The image is too light or too dark If printing is too light or too dark, try the following: m Take out the toner cartridge and rock it gently to distribute toner. If this doesn’t help, you may need to replace the cartridge. See “Installing or Changing a Toner Cartridge” in Chapter 2 for instructions. m Choose Print from the File menu and click Options to display the Print Density control. m If the problem occurs on paper other than the recommended copier-weight bond, the toner may not adhere well to the paper you are using. Try using a fresh package of paper. For advice on choosing paper for your laser printer, see “About Paper,” next. 36 Chapter 4: Tips and Troubleshooting Drag the slider toward the right to darken the image.About paper Many problems, such as toner smearing, paper curling, or paper feeding improperly, can be caused by the paper you are using. To assure good results, use only paper, envelopes, and transparencies that are manufactured for use with laser printers and photocopy machines. Make sure any paper you use is free of tears, wrinkles, dust, and oil stains. Paper with cutouts or perforations is not recommended. Here is a list of papers to avoid: m extremely slick or shiny paper m erasable typewriter paper m paper that is highly textured m coated paper m stapled paper m envelopes that contain fasteners or snaps m multipart forms s Warning: Do not use paper printed using low-temperature dyes or thermography. Such materials can peel away from the paper or melt inside the LaserWriter and cause damage. Colored paper can be used as long as the color is added during the paper-making process, not after, and the color can withstand the heat generated by the printer’s fixing assembly (approximately 190° C or 374° F). Envelopes, transparencies, and labels are acceptable as long as they contain no fasteners and can withstand the heat generated by the fixing assembly. s The paper cassette can hold U.S. Letter, A4, U.S. Legal, and Executive paper. Chapter 4: Tips and Troubleshooting 37About fonts The disks provided with your LaserWriter contain fonts from the most widely used font families. Font families (also called typefaces) can be classified into two groups: serif and sans serif. The small accents at the ends of the strokes of the letters are serifs. Fonts that do not have these accents are “sans” serifs. How to use different kinds of fonts Serif fonts are considered more readable than sans serif fonts. For long passages of text, typographers generally choose serif fonts. Sans serif fonts are used for headlines and short passages. Your font disks contain seven serif typefaces: ITC Bookman® , Courier, New Century Schoolbook, Palatino® , Times® , Chicago, and New York. All but Courier are commonly used for both long passages and headlines or captions. Courier is designed to look like output from a typewriter, and does not give a page a typeset appearance. Times is the most commonly used typeface in the selection, and is considered to be one of the most readable fonts. The disks include five sans serif typefaces: ITC Avant Garde® , Helvetica® , Helvetica Narrow, Geneva, and Monaco. These fonts are appropriate for headlines, posters, and captions; they are sometimes also used for short passages in brochures, invitations, and so forth. Helvetica and Helvetica Narrow are the most widely used of the sans serif typefaces in the selection. Because of its compact width, Helvetica Narrow is also convenient for mathematical expressions and spreadsheets. Your font disks also contain three special-purpose fonts: Symbol, ITC Zapf Chancery® , and ITC Zapf Dingbats® . Symbol is handy for technical documents that contain equations and formulas. Zapf Chancery is highly decorative, and is useful for invitations, diplomas, and the like. Zapf Dingbats contains arrows, pointing fingers, small pictures (icons), and other symbols for decorating and illustrating your documents. 38 Chapter 4: Tips and Troubleshooting T T Serif Sans SerifUse restraint when choosing fonts A good rule of thumb to use when choosing fonts for your documents is: Avoid using more than two font families on the same page. It is fine to use several sizes and styles (such as bold or italic) of the same font family on the same page. Using too many font families on the same page gives your document a “ransom note” appearance. A good combination is one sans serif font for your headings and one serif font for your body text. Avoid combining two serif or two sans serif font families on a page. The two-font family rule does not apply to the Symbol and ITC Zapf Dingbats® fonts: You can add these as needed in addition to the regular fonts you have chosen. Add emphasis and contrast To add emphasis and contrast to your documents, use bold, italic, and, occasionally, all caps. Don’t underline unless there is a special purpose for it, as in a formula or equation. Underlining is a throwback to the typewriter and gives your document an unprofessional look. Italics is the best choice for putting emphasis on passages within your body text. It is also useful for book titles and foreign phrases. Bold is best used for headings. Type set in bold looks important and authoritative. Using all caps has a similar effect. Use type set in all caps sparingly, however, because it is very difficult to read. Don’t use outline or shadow styles except for decoration on posters, in logos, and similar pieces. Chapter 4: Tips and Troubleshooting 39Be careful setting alignment and columns Properly aligning your text can enhance or detract from your document’s readability. One of the most common mistakes is to set a document in many narrow columns, with full justification (text lined up on the left and right). This allows for only a few words per line, and “darkens” a page by eliminating the white space around the edges of the text. Flush-left alignment with a ragged right edge lends an informal feeling, and is generally considered to be the most readable of settings. Centering is useful for formal announcements or invitations, but avoid centering long passages. Choose the right size Use 9- to 12-point type for long passages of body text. Smaller sizes can be very difficult to read. Note, however, that different typefaces of the same point size vary in “visual size”: 9-point Helvetica looks larger than 9-point Times. Find out more There are many excellent sources to help you produce professional-looking documents. Look for books and magazines on desktop publishing, graphic design, and typography. 40 Chapter 4: Tips and Troubleshooting41 Specifications Print quality m 300 dots per inch for text and graphics Printer RAM m 512K of RAM Printer fonts m Standard TrueType font families. The Personal LaserWriter 300 can support additional fonts from Apple and from other suppliers. Speed m Four pages per minute maximum. Actual speed depends on the images printed and the computer used. Interface m Serial, externally clocked Life expectancy m Minimum life expectancy is 150,000 pages, with no monthly page limit. Paper feed m Automatic feed from paper cassette; manual feed for single sheets Printing materials Apple recommends 20-lb. photocopy bond (75 g/m 2 ). You can use 16-lb. (64 g/m 2 ) to 28-lb. (105 g/m 2 ) paper with manual feed; the paper cassette accepts 16-lb. (64 g/m 2 ) to 24-lb. (90 g/m 2 ) paper. Accepts most letterhead and colored stock, and medium-weight laser printer transparencies. Print labels using manual feed. Use envelopes recommended for laser printers. Print envelopes, transparencies, and other special media using manual feed and face-up delivery. Paper sizes and capacity The paper cassette can hold up to 100 sheets of U.S. Letter, U.S. Legal, A4, and Executive paper sizes. Imageable area m Maximum printable line: 203 mm (8.00 in.) m Minimum top and bottom margins: 6.35 mm (0.25 in.) m Minimum left and right margins: 6.35 mm (0.25 in.) Actual imageable area may vary depending on the application program. AppendixDimensions m Height: 16.1 cm (6.3 in.) m Width: 38.5 cm (15.2 in.) m Depth: 37.9 cm (14.9 in.) Weight m 7 kg (15.4 lb.) not including cartridge Operating environment Temperature m 50° to 90.5° F (10° to 32.5° C) Humidity m 20 to 80 percent, noncondensing Toner cartridge storage environment m 32° to 95° F (0° to 35° C) Input electrical requirements U.S./Japan m 100–120 V (±10%), 50–60 Hz (±2 Hz) Europe/Australia m 220–240 V (±10%), 50 Hz (±2 Hz) Power consumption Operating m 450 W maximum at 115 V or 220 V Standby m 10 W or less Ozone emission m Less than 0.05 parts per million maximum, measured in accordance with ECMA 129 or UL114 standards for ozone density measurement Laser Specifications m Type: Anode Common Type m Wavelength: 775–795 nm m Output power: 5 MW 42 Appendix: SpecificationsA alert message, choosing 19 alignment, design tips 40 Apple Peripheral-8 cable 3 AppleTalk, setting up printer for 21–22 Avant Garde® font 38 B background printing on network 22, 24 setting up in Choose 17 bitmapped fonts Page Setup for 18 TrueType fonts vs. 30 Black and White printing, choosing 19 bold font, using 39 Bookman® font 38 C cable checking 28 connecting to printer port 3 carrying the printer 2 cassette feed, printing with 19. See also paper cassette centering 40 changing toner cartridge 8–9 Chicago font 38 Chooser LaserWriter 300 icon missing from 28 printer problems and 28 setting up printer in 17 setting up for network in 21–23 cleaning the printer 2, 25 colored paper 37 columns, design tips 40 connecting the printer 3 Courier font 38 customized software, installing 5–6 D density control, displaying 19, 36 design tips 39, 40 E Easy Install dialog box 5 electrical requirements 42 energy conservation mode vii, 15 envelopes acceptable types of 37 face-up delivery required for 16 printing 20 environmental requirements 42 F fixing assembly caution 26 font families 38 combining 39 fonts about 38–40 adding emphasis or contrast with 39 choosing 38–39 finding 30–31 jagged type problems 30–31 mixing types of 39 shared printer and 23 sizes 40 TrueType viii TrueType vs. bitmapped 30 43 IndexG Geneva font 38 TrueType fonts printed as 31 graphics, print speed and 29 grayscale printing viii choosing 19 GrayShare software viii H Helvetica® font 38 Helvetica Narrow font 38 horizontal page orientation choosing 18 print speed and 29 I icons font 31 Installer 5 LaserWriter 300 4 printer and modem port 3 Installer icon 5 installing paper cassette 11–12 installing printer software 4–6 installing toner cartridge 7–9 “insufficient memory” message 29 italic font, using 39 ITC Avant Garde font® 38 ITC Bookman® font 38 ITC Zapf Chancery® font 38 ITC Zapf Dingbats® font 38, 39 J, K jagged type problems 30–31 L labels acceptable types of 37 face-up delivery required for 16 landscape orientation. See horizontal page orientation laser specifications 42 LaserWriter 300 icon 4 missing from Chooser 28 legal-size paper “insufficient memory” message with 29 loading 14 letterhead paper, loading 13 location for printer 1 log file, for shared printer 22 M Macintosh computer, connecting to 3 maintenance, safety precaution vi, 2, 25–26. See also troubleshooting manual feed, printing with 20 paper jam and 32 on second side 21 margins design tips 40 imageable area 41 reducing 18 memory capacity print speed and 29 TrueType fonts and 31 modem port 3 modem port icon 3 Monaco font 38 multiple copies, printing 19 N network connecting printer on 3 GrayShare software for viii setting up in Chooser 17 sharing printer on 21–24 New Century Schoolbook font 38 New York font 38 O operating environment 42 ozone emission 42 P, Q page orientation, choosing 18 Page Setup defining 18 design tips 40 Palatino® font 38 44 Indexpaper about 37 face-down vs. face-up delivery 16 feeding improperly 35 jammed 32–34 loading 13–14 Page Setup options 18 printing both sides of 21 printing on only part of 32 printing too light or dark on 36 sizes and types 11, 18, 37, 41 status lights 27 unwanted lines or stripes on 35 paper cassette capacity 41 loading 11–12 printing with 19 removing 12 removing paper jam from 33 paper delivery selector 16 paper jams 32–34 Paper Jam status light 27 Paper Out status light 27 paper release lever 34 password, for shared printer 22, 24 plugging in the printer 10 portrait (vertical page) orientation, choosing 18 ports 3 setting up in Chooser 17 power consumption 42 power cord, plugging in 10 Print Density control 36 Print dialog box 19, 20 printer icon. See LaserWriter 300 icon printer port connecting to 3 setting up in Chooser 17 printer port icon 3 printing 15–24 on both sides of page 21 with cassette feed 19 Chooser setup for 17 face-down vs. face-up delivery 16 with manual feed 20 Page Setup options 18 problems. See troubleshooting “turning on” printer 15 Print Monitor program, controlling printer with 24 problems. See troubleshooting R radio interference vii cable for preventing 3 ReadMe file 6 Ready/In Use status light vii, 15 reducing printed image 18 roller cleaning toner from 36 paper wrapped around 34 S safety precautions vi, 2 grounding plug 10 troubleshooting and 25–26 sans serif fonts 38 selected pages, printing 19 serial port, setting up in Chooser 17 serif fonts 38 setup 1–6 carrying the printer 2 in Chooser 17 connecting to Macintosh 3 face-down vs. face-up delivery 16 installing software 4–6 installing toner cartridge 7–9 loading paper cassette 11–12 location options 1 Page Setup 18 plugging in printer 10 for printer sharing 21–24 safety precautions 2 turning on printer 15 shared printer controlling 24 setup for 21–23 shipping restraints, removing 7 software GrayShare viii installing 4–6 preinstalled 4 TrueType fonts viii Index 45specifications 41–42 standby status vii, 15 status lights Paper Jam 27 Paper Out 27 Ready/In Use vii, 15, 27 Symbol font 38, 39 system software fonts and 30, 31 requirements 4 T television interference v–vi cable for preventing 3 3-hole punched paper, loading 13 Times® font 38 toner 8 pages stained with 36 redistributing 35, 36 toner cartridge changing 8–9 installing 7–9 transparencies, face-up delivery required for 16 troubleshooting 28–36 “insufficient memory” message 29 jagged type 30–31 LaserWriter 300 icon missing 28 paper feed problems 35 paper types to avoid 37 printing on only part of paper 32 printing too light or dark 36 printing too slow 29 safety precautions 25–26 toner stains on page 36 unwanted lines or stripes on page 35 warranty caution 25 TrueType fonts viii bitmapped fonts vs. 30 finding 30–31 turning off the printer 26 turning on printer 15 typefaces. See fonts U underlining 39 V vertical page orientation, choosing 18 W, X, Y warranty caution 25 Z Zapf Chancery® font 38 Zapf Dingbats® font 38, 39 46 IndexApple Computer, Inc. 20525 Mariani Avenue Cupertino, California 95014-6299 (408) 996-1010 TLX 171-576 030-3858-A Printed in U.S.A. MASTER ART FOR BLACK LOGO Cinema Tools 4 Manuel de l’utilisateurK Apple Inc. © 2007 Apple Inc. Tous droits réservés. Vos droits sur le logiciel sont régis par le contrat de licence du logiciel. Le propriétaire ou l’utilisateur autorisé d’une copie valide du logiciel Final Cut Studio est autorisé à reproduire cette publication à des fins d’apprentissage dudit logiciel. Aucune portion de cette publication ne peut être reproduite ni transmise à des fins commerciales, telles que la vente de copies de cette publication, ou pour fournir des services d’assistance payants. Le logo Apple est une marque d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit préalable d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations pré- sentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction et d’impression. Remarque : comme Apple publie fréquemment de nouvelles versions et des mises à jour de son logiciel système, de ses applications et de ses sites Internet, il se peut que les images incluses dans cet ouvrage soient légèrement différentes de ce qui apparaît à l’écran. Apple Inc. 1 Infinite Loop Cupertino, CA 950142084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, Final Cut, Final Cut Pro, Final Cut Studio, FireWire, Mac, Mac OS, Monaco et QuickTime sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. Cinema Tools, Finder et OfflineRT sont des marques d’Apple Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Les photos de production du film « Koffee House Mayhem » sont utilisées avec l’aimable autorisation de Jean-Paul Bonjour. « Koffee House Mayhem » © 2004 Jean-Paul Bonjour. Tous droits réservés. http://www.jbonjour.com Les photos de production du film « A Sus Ordenes » sont utilisées avec l’aimable autorisation d’Eric Escobar. « A Sus Ordenes » © 2004 Eric Escobar. Tous droits réservés. http://www.kontentfilms.com 3 1 Table des matières Préface 7 Introduction à Cinema Tools 8 Montage numérique de film 10 Pourquoi la vidéo 24P ? 10 Utilisation de la vidéo 24P 11 Montage offline et online 11 À propos de ce manuel 12 Sites Web Apple Partie I Utilisation de Cinema Tools Chapitre 1 17 Avant de commencer votre projet 17 Avant de tourner votre film 18 Choix du film à utiliser 19 Transfert du film sur bande vidéo 19 Télécinéma 20 Techniques de transfert déconseillées 21 Quelle quantité de données faut-il transférer ? 23 Infos générales sur la vitesse de défilement des images 23 Utilisation de la vidéo NTSC 25 Utilisation de la vidéo PAL 26 Utilisation de la vidéo 24P 27 Prise en compte du timecode 30 À propos du son 30 Choix d’un enregistreur audio 30 Choix d’un format de timecode audio 31 Mixage de l’audio final 32 Synchronisation de l’audio et de la vidéo 34 Utilisation de Final Cut Pro 34 Réglage de la base temps des séquences 34 Sortie sur bande lors d’un montage à 24 ips 35 Utilisation d’effets4 Table des matières Chapitre 2 37 Le flux de production de Cinema Tools 37 Étapes fondamentales du flux de production 37 Création de la base de données Cinema Tools 41 Capture des plans sources 45 Connexion des plans à la base de données 45 Préparation des plans pour le montage 46 Montage des plans dans Final Cut Pro 46 Génération de listes de film et de listes des modifications dans Cinema Tools 47 Cinema Tools Exemples de flux de production 47 Jusqu’où peut-on aller dans Final Cut Pro ? 49 Si vous avez utilisé des transferts scene-and-take 50 Si vous avez utilisé des transferts camera-roll Chapitre 3 53 L’interface utilisateur de Cinema Tools 53 Cinema Tools Fenêtres et zones de dialogues 64 Les zones de dialogues disponibles dans Final Cut Pro et Cinema Tools Chapitre 4 69 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 71 Choix du mode de création de la base de données 71 Réalisation de la capture avant la création de la base de données 71 Si vous disposez d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE 72 Si vous ne disposez pas d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE 74 Autres usages de la base de données 74 Création et configuration d’une nouvelle base de données 74 Création d’une nouvelle base de données à l’aide de Cinema Tools 75 Création d’une nouvelle base de données à l’aide de Final Cut Pro 77 Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées 80 Utilisation de la base de données 80 Ouvrir une base de données existante 80 Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée 84 Sauvegarde, copie, renommage et verrouillage de bases de données 84 Accès à des informations sur un plan source 85 Saisie d’informations dans la base de données 85 Importation des informations de la base de données 91 Saisie manuelle des informations de base de données 102 Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données 104 Modification d’informations dans la base de données 105 Suppression d’un enregistrement de la base de données 105 Changement de l’affiche d’un plan 106 Modification des réglages de base de données par défaut 107 Modification de tous les identifiants de bobine ou de bande 108 Vérification et correction de numéros de code de bordure de timecodeTable des matières 5 Chapitre 5 111 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 111 Préparation de la capture 112 Comment éviter les pertes d’images 113 Configuration de votre matériel afin de capturer un timecode exact 114 Avant de capturer de l’audio 115 Génération d’une liste de capture par lot dans Cinema Tools 121 Ce qu’il faut savoir avant de capturer des plans individuellement 121 Connexion des plans sources capturés à la base de données 123 Utilisation de la commande Connect Clips pour connecter des plans sources 124 Utilisation de la fenêtre Detail View pour connecter et déconnecter des plans sources 125 Utilisation de la fenêtre Clip pour connecter ou déconnecter des plans source 126 Réparation des liens rompus entre les plans et les enregistrements 127 Reconnexion de plans individuels ayant été renommés ou déplacés 127 Détection des liens rompus et reconnexion de groupes de plans ayant été déplacés Chapitre 6 129 Préparation des plans sources pour le montage 129 Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage 131 Utilisation de la fonction de conformation 133 Inversion du pulldown télécinéma 145 Ajustements de la vitesse audio 146 Synchronisation séparée de l’audio et de la vidéo capturés 147 Division ou suppression de sections de plans sources avant le montage Chapitre 7 151 Montage dans Final Cut Pro 151 À propos des configurations simplifiées et du paramétrage de la base temps 153 Utilisation de vidéo à 25 ips conformée à 24 ips 154 Affichage d’informations relatives au film dans Final Cut Pro 159 Ouverture de plans Final Cut Pro dans Cinema Tools 159 Restrictions concernant l’utilisation de pistes multiples 160 Utilisation d’effets, de filtres et de transitions 165 Détection des usages multiples des plans sources 166 Exactitude des listes de conformation lors du montage de vidéo pulldown 3:2 ou 24 & 1 Chapitre 8 167 Création de listes de film et de listes de modification 168 Sélection du format de liste 169 Listes que vous pouvez exporter 174 Exportation de listes de film à l’aide de Final Cut Pro 182 Création de listes de modification Chapitre 9 191 Observations à propos de l’exportation et création de listes EDL audio 192 Observations à propos de l’exportation sur bande vidéo 192 Observations à propos de l’exportation audio 193 Exportation d’une liste EDL audio6 Table des matières Chapitre 10 199 Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes 199 Création de listes de film basées sur une liste EDL ou un fichier XML 204 Utilisation de fichiers ALE Partie II Utilisation de la vidéo 24P Chapitre 11 209 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 210 Éléments à prendre en compte lors de la création sur film 211 Montage de vidéo 24P avec Final Cut Pro 211 Utilisation du même système Final Cut Pro pour le montage 24p offline et online 212 Utilisation de la vidéo 24p avec Final Cut Pro et Cinema Tools 213 Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage 24p online 214 Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage offline 24P 218 Ajout et suppression du pulldown dans les plans 24P 219 Utilisation du pulldown 2:3:3:2 220 Suppression de pulldown 2:3:3:2 avec Final Cut Pro 221 Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools 225 Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips 227 Ajout d’un pulldown à une vidéo de 23,98 ips 227 Utilisation de listes EDL audio pour le son à deux systèmes Partie III Annexes Annexe A 231 Principes généraux 231 Notions élémentaires sur le film 237 Montage selon les méthodes traditionnelles 239 Montage à l’aide des méthodes numériques Annexe B 245 Création de listes de films avec Cinema Tools 246 À propos de la méthode basée sur les plans 247 À propos de la méthode basée sur le timecode Annexe C 249 Solutions aux problèmes fréquents et assistance client 249 Solutions aux problèmes fréquents 252 Contact de l’assistance AppleCare Glossaire 253 Index 263 7 Préface Introduction à Cinema Tools Cinema Tools associé à Final Cut Pro est une solution qui apporte des possibilités sans précédent aux professionnels du montage de film et de vidéo 24p. Aujourd’hui, dans la postproduction, les monteurs et les réalisateurs se trouvent souvent confrontés à une multitude de formats, de fréquences d’images et de flux de production au sein du même projet. Un projet est souvent tourné, monté et sorti dans des formats totalement différents à chaque étape de la production. Pour les monteurs et les réalisateurs qui souhaitent tourner et finaliser sur film, Cinema Tools devient un composant essentiel du processus de postproduction lors du montage avec Final Cut Pro, en permettant de monter de la vidéo transférée à partir d’un film et de faire le suivi des opérations de montage numérique dans le but de pouvoir conformer ensuite les copies de travail et les coupes au négatif de caméra original. Par exemple, lorsque vous travaillez sur pellicule il est nécessaire de suivre la correspondance entre les images de la pellicule d’origine et leur contrepartie vidéo. Cinema Tools exploite une base de données sophistiquée qui suit et assure cette correspondance quel que soit le standard vidéo que vous utilisez, ce qui garantit que le film peut être conformé pour refléter votre montage dans Final Cut Pro. Vous pouvez aussi convertir les plans vidéo capturés en vidéo à 24 images par seconde (ips). Pour le format NTSC, cela inclut une fonction de télécinéma inversé qui élimine les images supplémentaires ajoutées durant le procédé de pulldown 3:2 couramment utilisé pour le transfert du film sur bande vidéo ou pour convertir à la baisse de la vidéo 24P. Cinema Tools, en combinaison avec Final Cut Pro, propose des outils conçus pour rendre le montage numérique de films et l’utilisation de la vidéo 24p plus faciles et moins chers, en offrant des fonctionnalités que l’on ne trouvait, jusque là, que dans des systèmes de montage haut de gamme ou très spécialisés. L’intégration entre Cinema Tools et Final Cut Pro permet d’effectuer les tâches les plus courantes de Cinema Tools directement à partir de Final Cut Pro, Cinema Tools effectuant les tâches automatiquement en arrière-plan.8 Préface Introduction à Cinema Tools Montage numérique de film La technologie informatique est en train de bouleverser le processus de création ciné- matographique. De nos jours, la grande majorité des longs métrages sont montés numériquement, sur des systèmes de montage non linéaires de haute technologie et très coûteux, conçus à cet effet. Jusqu’à il y a peu, ce type d’outil n’était pas disponible pour les réalisateurs disposant d’un budget limité. Cinema Tools complète Final Cut Pro en lui apportant les fonctionnalités de systèmes professionnels coûtant beaucoup plus cher, et ce à un prix abordable pour tous les réalisateurs. Si vous tournez en 35 mm ou en 16 mm et souhaitez faire un montage numé- rique et une finalisation sur film, Cinema Tools vous permet de monter les transferts vidéo provenant de votre film à l’aide de Final Cut Pro, puis de produire une liste de conformation précise pouvant être utilisée pour la finalisation du film. Même si vous ne prévoyez pas de conformer le négatif de caméra original, sachez que Cinema Tools fournit une grande variété d’outils pour la capture et le traitement de la vidéo de votre film. En quoi Cinema Tools est-il utile pour le montage d’un film ? Pour beaucoup, la pellicule constitue encore le meilleur support de capture d’images. Si votre objectif consiste à sortir votre film en salle ou à le projeter lors d’un festival, vous devrez disposer de l’œuvre finale sur pellicule. L’utilisation de Final Cut Pro avec Cinema Tools ne change pas le processus d’exposition de la pellicule dans la caméra ni la projection du film dans une salle de cinéma ; c’est toutes les opérations situées entre ces deux activités qui peuvent profiter des avancées technologiques. Le montage d’un film, de façon classique, c’est découper et coller bout à bout des morceaux de pellicule pour réaliser une copie de travail du film, une opération longue et fastidieuse et qui avait tendance à décourager l’expérimentation avec des versions de scène alternatives. Le transfert de la pellicule sur vidéo rend possible l’utilisation d’un système de montage non linéaire pour le montage de votre projet. La souplesse de ces systèmes simplifie l’assemblage de chaque scène et vous offre la possibilité d’essayer plusieurs options de montage. Le montage final vidéo n’est généralement pas utilisé, ce sont les décisions de montage prises qui comptent vraiment. Elles constituent les informations nécessaires pour couper et coller (conformation) le négatif original afin d’aboutir au film final. La difficulté est de faire correspondre le timecode des raccords vidéo au numéros de bord du négatif, afin qu’un monteur négatif puisse créer sur pellicule une version précise du montage vidéo.Préface Introduction à Cinema Tools 9 Voilà où Cinema Tools entre en jeu. Cinema Tools effectue un suivi de la correspondance entre le négatif original de la caméra et le transfert vidéo. Une fois que le montage dans Final Cut Pro est fini, vous pouvez utiliser Cinema Tools pour générer une liste de conformation basée sur les coupes que vous avez faites. Armé de cette liste, un monteur négatif peut transformer le négatif original de la caméra en film abouti. Si des projections et des modifications de la copie de travail font partie de votre processus de production, vous pouvez également utiliser Cinema Tools pour créer des listes de modification décrivant les changements à réaliser sur la copie de travail afin qu’elle corresponde à la nouvelle version de la séquence montée dans Final Cut Pro. Quelles sont les tâches prises en charge par Cinema Tools Cinema Tools assure le suivi de tous les éléments qui contribuent à la réalisation de l’œuvre finale. Il « connaît » la correspondance entre le négatif original, les bandes vidéo transfé- rées et les plans vidéo capturés sur l’ordinateur de montage. Il collabore avec Final Cut Pro pour stocker des informations sur la façon dont les plans vidéo sont utilisés et génère la liste de conformation nécessaire pour transformer le négatif de caméra original en film monté final. Cinema Tools contrôle aussi la présence ou l’absence de problèmes pouvant se poser dans le cadre de l’utilisation de Final Cut Pro, le plus courant étant la présence de doublons de plans sources : un plan (ou une partie de plan) utilisé plusieurs fois. Outre la création de listes d’éléments dupliqués, vous pouvez utiliser Cinema Tools pour géné- rer d’autres listes, telles qu’une liste traitant des effets d’optique, c’est-à-dire des emplacement des transitions, effets de mouvement (vidéo à une vitesse de défilement différente de la vitesse normale) et titres. Cinema Tools peut aussi travailler sur le son, en relevant la relation entre l’audio utilisé dans Final Cut Pro et les sources sonores originales. Il est possible d’utiliser l’audio monté provenant de Final Cut Pro pour créer une liste EDL (pour l’anglais Edit Decision List) et de traiter (ou de finaliser) l’audio dans un studio de postproduction audio spécialisé. Il est important de garder à l’esprit que vous n’utilisez Final Cut Pro que pour prendre les décisions de montage ; on ne tire en général pas de copie vidéo à partir de ce travail, puisque la vidéo de travail est en général compressée et assortie de timecode gravé (fenêtre d’affichage) et d’informations sur le film. C’est la cut list basée sur le montage, que Cinema Tools permet de générer, qui constitue l’objectif principal. Tournage du film Conversion du film en vidéo Conformation du négatif original Montage dans Final Cut Pro avec Cinema Tools Cut list Négatif original Création de copies d’exploitation10 Préface Introduction à Cinema Tools Pourquoi la vidéo 24P ? La prolifération des normes vidéo haute définition (HD) et la volonté de diffuser des contenus vidéo dans le monde entier ont créé une demande pour une norme vidéo qui puisse être convertie facilement vers toutes les autres normes. Par ailleurs, une norme facilement convertible en film et offrant une méthode aisée et de haute qualité pour la création et le montage vidéo avant la finalisation sur film, s’avère nécessaire. La vidéo 24p permet tout cela. Elle utilise la même vitesse de défilement de 24 ips que les films, ce qui permet de tirer parti des dispositifs de conversion existants pour créer des versions NTSC et PAL de votre projet. Elle utilise le balayage progressif pour créer une sortie convenant à la projection sur grand écran et la conversion en film. De plus, la vidéo 24p permet de produire des transfert télécinéma 24 ips de haute qualité à partir d’un film. Ceux-ci sont particulièrement utiles si vous comptez diffuser le produit finalisé selon différents standard TV. Utilisation de la vidéo 24P Avec l’apparition des enregistreurs vidéo 24p HD, il est de plus en plus nécessaire que Final Cut Pro prenne en charge plusieurs aspects du montage 24 ips (dans certains cas, il s’agit en réalité d’un montage 23,98 ips). Pour cela, Final Cut Pro et Cinema Tools proposent les fonctions suivantes :  L’importation et l’exportation de listes EDL 24 ips et 23,98 ips.  La possibilité de convertir des listes EDL 29,97 ips NTSC en 23,98 ips ou en listes EDL 24 ips.  Une fonction de télécinéma inversé permettant d’annuler le pulldown 3:2 utilisé lors de la conversion de pellicule ou de vidéo 24 ips en format NTSC 29,97 ips.  La possibilité de supprimer le pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 de fichier de données NTSC afin de pouvoir monter à 24 ips ou 23,98 ips.  La possibilité de sortir de la vidéo 23,98 ips via FireWire au format NTSC de 29,97 ips.  La possibilité de mettre en correspondance les coupes d’audio dans une bande vidéo avec les bandes audio de production originales et de générer une liste EDL audio pouvant être utilisée pour recapturer et finaliser l’audio si l’on prévoit de le recapturer ailleurs pour le traitement final. Plusieurs des fonctionnalités mentionnées ci-avant figurent dans Final Cut Pro et ne requièrent pas Cinema Tools. Ces fonctionnalités sont toutefois décrites dans le présent manuel parce qu’elles concernent l’utilisation de la vidéo 24p, ce qui intéresse particuliè- rement de nombreux réalisateurs. Consultez la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23 pour en savoir plus sur l’utilisation des différentes fréquences d’images.Préface Introduction à Cinema Tools 11 Montage offline et online Si vous utilisez un format 24p haute résolution, comme, par exemple, la vidéo HD non compressée, vous voudrez peut-être réaliser des copies basse résolution de votre métrage pour économiser l’espace disque et la puissance de calcul de votre ordinateur. Dans ce cas, le processus de montage comporte quatre grandes étapes :  Production (génération de la vidéo maîtresse) : transfert ou tournage du film en vidéo HD 24p sans compression.  Montage offline : conversion du métrage en vidéo NTSC ou PAL (d’une résolution généralement inférieure à 24p) et montage.  Compatibilité de formats : exportation d’un projet Final Cut Pro ou d’une liste EDL contenant vos décisions de montage finales.  Montage online : remplacement du métrage basse résolution et création d’une bande originale en pleine résolution. Pour en savoir plus, consultez la section « Montage de vidéo 24P avec Final Cut Pro » à la page 211. À propos de ce manuel Le présent manuel ne documente pas seulement tous les aspects de l’utilisation de l’application Cinema Tools, mais aussi les fonctions liées de Final Cut Pro. Ce manuel est un document PDF avec hyperliens et doté de nombreuses fonctions qui facilitent l’obtention des informations que vous recherchez.  La page d’entrée donne un accès rapide à diverses fonctionnalités, y compris à l’index et au site web de Cinema Tools.  Une liste de signets complète vous permet de choisir ce que vous souhaitez voir en un instant, simplement en cliquant sur le lien.  Tous les renvois du texte sont reliés. Vous pouvez cliquer sur n’importe quel renvoi afin d’y accéder immédiatement. Vous pouvez ensuite utiliser le bouton Précédent de la barre de navigation pour revenir à l’endroit où vous vous trouviez avant de cliquer sur le renvoi.  La table des matières et l’index sont également reliés. Si vous cliquez sur une entrée de l’une de ces deux sections, vous passez directement à la page concernée. Source du master 24P Capture de vidéo Montage online (24 ips) Montage de plans Liste EDL 24 ips Vidéo NTSC ou PAL Vidéo 24P Conversion en 24 ips Final Cut Pro avec Cinema Tools (montage offline) Master 24P monté12 Préface Introduction à Cinema Tools  Vous pouvez aussi utiliser le champ de recherche pour rechercher un terme ou une expression particulière. Ce manuel vous présente des informations conceptuelles de fond, des instructions étape par étape et un glossaire spécialisé. Il est conçu pour fournir les informations dont vous avez besoin pour commencer à travailler sans tarder et tirer pleinement parti des riches fonctionnalités de Cinema Tools.  Si vous souhaitez commencer par quelques informations élémentaires sur la comparaison entre le montage traditionnel et le montage numérique, consultez l’annexe A, « Principes généraux », à la page 231.  Pour obtenir des informations détaillées sur l’utilisation de Cinema Tools, ainsi que des remarques préliminaires sur la planification d’un projet, consultez la première partie intitulée « Utilisation de Cinema Tools, » ci-après.  Si vous êtes intéressé par l’utilisation conjointe de Final Cut Pro et Cinema Tools pour le traitement de la vidéo 24P, consultez la deuxième partie intitulée « Utilisation de la vidéo 24P » à la page 207. Remarque : ce manuel ne prétend pas être un guide complet sur l’art de faire un film. La plupart des informations sur la réalisation de films présentées ici sont de nature très générale et sont fournies pour contextualiser la terminologie utilisée pour décrire les fonctions de Cinema Tools. Sites Web Apple Plusieurs sites web Apple contiennent des informations destinées à vous aider à profiter pleinement de la puissance de Cinema Tools et de votre système Apple. Site Web de Cinema Tools Pour des informations et des mises à jour générales ainsi que pour les dernières nouvelles sur Cinema Tools, visitez le site web suivant :  http://www.apple.com/fr/finalcutstudio/finalcutpro/cinematools.html Site Web Apple Service et Support Pour des mises à jour logicielles et des réponses aux questions les plus fréquemment posées sur tous les produits Apple, y compris Cinema Tools, visitez ce site web :  http://www.apple.com/fr/support Vous aurez également accès aux caractéristiques des produits, à la documentation de référence et aux articles techniques concernant les produits Apple ou de tierce partie. Pour des informations de support technique sur Cinema Tools, allez à l’adresse suivante :  http://www.apple.com/fr/support/cinematoolsPréface Introduction à Cinema Tools 13 Autres sites web Apple Démarrez à la page d’accueil du site web Apple pour tout savoir sur les produits Apple :  http://www.apple.com/fr QuickTime est une technologie standard de reproduction de la vidéo, du son, d’animation, de texte de musique et de scènes de réalité virtuelle (RV) à 360°. QuickTime permet de produire de la vidéo numérique très performante, très compatible et de qualité élevée. Visitez le site web de QuickTime pour des informations sur les types de données pris en charge, une visite guidée de l’interface de QuickTime, des spécifications, etc :  http://www.apple.com/fr/quicktime FireWire est l’une des normes standard de périphériques les plus rapides jamais développées, ce qui la rend particulièrement adaptée à l’utilisation des périphériques multimé- dias, tels que les caméscopes ou les disques durs ultra rapides de dernière génération. Visit this website for information about FireWire technology and available third-party FireWire products:  http://www.apple.com/fr/firewire Pour plus d’informations sur les séminaires, événements et outils tiers de publication sur le web, de conception et impression, de musique et d’audio, de films sur ordinateur et d’art multimédia en général, allez à cette adresse :  http://www.apple.com/fr/pro Pour des ressources, des récits et des informations sur des projets éducatifs menés par d’autres à l’aide de logiciels Apple, notamment Cinema Tools, allez à cette adresse :  http://www.apple.com/fr/education Rendez-vous sur Apple Store pour acheter du logiciel, du matériel et des accessoires directement auprès d’Apple et profiter de promotions et rabais portant également sur des produits logiciels et matériels tiers :  http://www.apple.com/fr/storeI Partie I : Utilisation de Cinema Tools Cette section détaille l’utilisation de Cinema Tools pendant le montage de projets de film. Chapitre 1 Avant de commencer votre projet Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification Chapitre 9 Observations à propos de l’exportation et création de listes EDL audio Chapitre 10 Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes 1 17 1 Avant de commencer votre projet Planifiez votre projet au plus tôt afin de garantir sa réussite. Le succès de la production d’un film requiert une planification minutieuse avant même d’avoir filmé la première scène. Si vous envisagez de procéder au montage numérique du film, pensez aux tâches supplémentaires que cela implique. Pensez notamment au film à utiliser, à la méthode d’enregistrement du son et à d’autres aspects de votre production. Dans ce chapitre vous trouverez des informations générales relatives aux difficultés susceptibles de survenir :  choix du film à utiliser,  choix du mode de transfert du film sur bande vidéo,  incompatibilités de vitesses de défilement entre le film, votre format vidéo et votre base temps de montage,  questions relatives au son, notamment quel enregistreur et timecode utiliser et comment synchroniser le son avec la vidéo,  questions relatives à Final Cut Pro, notamment quant à la sélection de la base temps d’une séquence et l’utilisation d’effets. Remarque : la plupart de ces informations sont de nature générale et ne constituent pas un guide complet pour la création d’un film. L’industrie du film numérique change rapidement, à tel point que ce que vous lisez ici n’est certainement pas le mot de la fin. Avant de tourner votre film Avant de commencer, vous devez discuter de votre projet avec toutes les personnes impliquées dans le processus, à savoir :  les fournisseurs du matériel qui seront utilisés pendant la production,  les personnes impliquées dans la production elle-même,  le studio chargé du développement de votre film, de la création de copies de travail et de la version finale,  le studio de transfert sur bande vidéo,  le monteur qui utilise Cinema Tools et Final Cut Pro (si ce n’est vous-même),  le monteur négatif,  le studio de postproduction.18 Partie I Utilisation de Cinema Tools Toutes ces personnes connaissent parfaitement leur métier ; elles peuvent vous communiquer des informations d’une importance capitale qui vous permettront de réussir votre projet facilement sans vous heurter constamment à des obstacles. Choix du film à utiliser Lorsque vous créez un film, la première chose à faire est d’en choisir le format. Pour ce faire, vous devez prendre en compte les caractéristiques requises par Cinema Tools. Cinema Tools prend en charge les formats de film 35 mm à 4 perforation, 35 mm à 3 perforations et 16 mm-20. Consultez la section « Notions élémentaires sur le film » à la page 231 pour des détails sur ces formats. Vous choisirez probablement le format de votre film en fonction de votre budget. Il est recommandé d’employer le même format tout au long de la production, même si cette condition n’est pas nécessaire pour utiliser Cinema Tools. Chaque enregistrement de la base de données possède son propre réglage de format de film. Apprenez à gérer votre budget Au cours de la production de votre film, vous serez parfois confronté au dilemme suivant : choisir entre « faire les choses bien » et « faire les choses relativement bien ». Le choix que vous ferez dépendra du montant de votre budget ou du temps dont vous disposez. Assurez-vous de bien comprendre les conséquences de vos décisions avant de choisir des solutions qui, sur le long terme, pourraient vous coûter davantage de temps et d’argent que prévu. Des difficultés liées à des décisions prises plus tôt au cours du processus, telles que la décision de ne pas avoir recours à une liste télécinéma par exemple, peuvent resurgir plus tard et vous prendre de court. Si vous réalisez ce type de projet pour la première fois, il est fortement conseillé de vous adresser à des professionnels spécialisés pour chacune des tâches. Vous pouvez faire des économies en en dépensant un peu sur des tâches que vous pouvez réaliser vousmême, comme, par exemple, en faisant appel à un studio de postproduction audio. Par ailleurs, ne sous-estimez pas l’importance de l’utilisation d’une cut list pour conformer une copie de travail avant de conformer le négatif. La création et le montage d’une copie de travail rend votre projet plus onéreux, mais une mauvaise conformation du négatif original peut avoir des conséquences irréparables sur votre film.Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 19 I Transfert du film sur bande vidéo Pour effectuer le montage numérique de votre film, vous devez le transférer sur bande vidéo afin que l’ordinateur puisse le capturer. Il existe différentes méthodes de transfert mais vous devez avant tout disposer d’un moyen fiable permettant de faire coïncider les numéros de bord du film avec le timecode de la vidéo montée. Ce lien permet à Cinema Tools de calculer avec précision des numéros de bord spécifiques à partir des valeurs de timecode des points de sortie et d’entrée de chaque coupe. Les vitesses de défilement du film et de la vidéo doivent également être prises en considération avant d’effectuer le transfert. En effet, ces vitesses affectent la base temps et ont un impact sur la précision de la cut list créée par Cinema Tools. Télécinéma La méthode la plus courante pour transférer un film sur bande vidéo est, de loin, le télécinéma. Les télécinémas sont des appareils qui numérisent une à une toutes les images d’un film à l’aide d’un capteur d’image CCD (Charge-coupled device) pour les convertir en images vidéo, qui fournit une image d’une excellente qualité. Il permet en outre de bloquer le lien entre le film et la vidéo (aucun décalage ne se produit), ce qui constitue un énorme avantage dans le cadre de l’utilisation de Cinema Tools. En général, un télécinéma ménage davantage votre film et offre une correction de couleur et un contrôle opérationnel plus sophistiqués que les chaînes de films, décrites ci-dessous. Le télécinéma présente un autre avantage, celui de pouvoir créer la vidéo à partir du négatif original, alors que la plupart des autres méthodes requièrent la création préalable d’un film positif (copie de travail). (La création d’une copie de travail est onéreuse, mais vous réaliserez qu’elle s’avère d’une grande utilité par la suite puisqu’elle procure la meilleure manière de regarder le film sur grand écran et de détecter d’éventuels problèmes, ce qui facilite la sélection des prises à utiliser. Autre avantage de poids des copies de travail: elles vous permettent de tester la cut list avant de travailler sur le négatif.) La plupart des télécinémas actuels ne se contentent pas de fournir un transfert de haute q ualité, ils peuvent également lire les numéros de bord du film et accéder au générateur de timecode du magnétoscope, afin d’incruster ces numéros sur la bande vidéo. Cette méthode de transfert permet en outre de synchroniser l’audio et la vidéo. Le système est capable de contrôler la source audio et d’incruster le timecode audio ainsi que le timecode vidéo et les numéros de bord.20 Partie I Utilisation de Cinema Tools Dans la plupart des cas, les télécinémas produisent une liste qui peut servir de référence pour créer la base de données Cinema Tools. Cela permet d’automatiser la capture vidéo sur l’ordinateur. Les studios de télécinéma sont de plus en plus souvent capables de capturer aussi les plans vidéo à votre place et de vous fournir les plans sur un disque DVD ou sur un périphérique FireWire en même temps que la liste télécinéma et les bandes vidéo. Techniques de transfert déconseillées Vous trouverez ci-dessous certaines techniques de transfert qu’il est préférable de ne pas utiliser. Chaînes de film Évitez, si possible, d’utiliser une « chaîne de film ». Il s’agit d’une technologie relativement dépassée par rapport au télécinéma. Une chaîne de film, c’est en fait un projecteur de film relié à une caméra vidéo. En général, les chaînes de film ne gèrent pas les fonctionnalités telles que la lecture des numéros de bord ou le contrôle des magnétoscopes et ne peuvent pas créer un positif vidéo à partir d’un film négatif. Pour utiliser une chaîne de film, vous devez créer une copie de travail. Les chaînes de film sont généralement moins coûteuses que les télécinémas, mais la création d’une copie de travail entraîne une augmentation significative du coût. Le plus grand défi est de parvenir à définir le lien entre les numéros de bord du film et le timecode de la vidéo. Cela est généralement réalisé à l’aide de perforations (ou d’autres types de marqueurs d’images) placées sur des images connues. Important : certaines chaînes de film plus anciennes ne permettent pas la synchronisation du projecteur et du magnétoscope, ce qui peut entraîner un décalage entre le film et la vidéo. Que faire si vous voulez un original propre ? Si vous prévoyez de conformer le négatif de caméra original, la présence d’un timecode et de numéros de bord gravés sur les plans vidéo que vous montez dans Final Cut Pro ne pose pas nécessairement de problème, en particulier si vous utilisez un format vidéo très comprimé. Les numéros gravés peuvent toutefois constituer un problème si vous prévoyez d’utiliser la vidéo montée pour des projections ou la diffusion. Si les numéros gravés sont très précieux aux yeux des monteurs, ils peuvent distraire lorsque l’on regarde un projet monté. Voici deux méthodes pour minimiser l’impact de ce problème :  Convertissez la vidéo au format Letterbox au cours de la capture en utilisant des proportions de 2:35 afin qu’il y ait assez d’espace sous la vidéo pour afficher les numéros.  Ne flashez les informations gravées que sur la première image. Bien que cela ne soit pas aussi pratique que la gravure continue, cela donne au monteur la possibilité de s’assurer que le lien entre numéro de bord et timecode est correct.Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 21 I Enregistrement d’une image projetée à l’aide d’un caméscope En raison du fort pourcentage d’erreurs susceptible de se produire et des heures de travail supplémentaires à consacrer au suivi des numéros de bord, cette méthode de transfert est complètement déconseillée. Projeter votre film afin de l’enregistrer à l’aide d’un caméscope revient relativement bon marché mais la présence d’erreurs est quasiment inévitable dans le découpage final du négatif. Avec les systèmes de télécinéma et de chaîne de film, le film et la vidéo sont en général synchronisés, ce qui garantit un transfert réussi quelles que soient les vitesses choisies. Dans ce type de transfert, même si les vitesses du projecteur et du caméscope sont quasi idéales, elles se décaleront progressivement au cours du transfert et il sera alors impossible de garantir un lien fiable entre les numéros de bord du film et le timecode vidéo. Cela signifie que du temps supplémentaire devra être consacré à l’examen de la cut list afin de vérifier l’exactitude des images utilisées. Il se peut en outre qu’une fois sur bande vidéo, les images soient affectées d’un scintillement important, ce qui rend difficile la lecture de certaines d’entre elles et la sélection de celles qui serviront au montage. Étant donné que la bande vidéo ne sert presque exclusivement qu’à sélectionner des points de coupe, sa qualité ne revêt pas une grande importance. Comme dans le cas des chaînes de film, vous devez créer une copie de travail pour projeter votre film. Avec ce type de transfert, il est très important de pouvoir corriger votre cut list avant de travailler sur le négatif original. Quelle quantité de données faut-il transférer ? Pour déterminer la quantité de données du film à transférer sur support vidéo, vous devez considérer plusieurs facteurs, dont le plus important sera sans doute le coût. Il dépend du temps passé par l’opérateur télécinéma sur la réalisation du transfert. Vous devez déterminer au préalable s’il est plus intéressant de transférer des bobines entières de film (transfert « camera-roll »), y compris les mauvaises prises et les scènes qui ne seront pas employées, ou de consacrer du temps à la détection de prises particulières afin de ne transférer que celles dont vous ferez usage (transfert « scene-and-take »).22 Partie I Utilisation de Cinema Tools Transferts camera-roll Cinema Tools utilise une base de données pour réaliser un suivi du lien entre les numé- ros de bord du film et les timecodes audio et vidéo. La base de données est conçue pour contenir un enregistrement par prise, mais cette condition n’est pas obligatoire. Si vous transférez sur bande vidéo une bobine de film entière sans interruption, Cinema Tools n’aura besoin que d’un enregistrement pour établir le lien entre les numéros de bord et le timecode vidéo. Toutes les coupes utilisant l’une ou l’autre portion de ce grand plan unique pourront être associées avec précision aux numéros de bord correspondants du négatif caméra original. Un des inconvénients de cette méthode de transfert, c’est le volume important des fichiers, en particulier en cas d’utilisation de longs passages de métrage. Par ailleurs, l’audio, de par la façon dont il est enregistré, est difficile à synchroniser sur télécinéma quand il s’agit d’un transfert caméra-bobine. Pendant la production, l’enregistrement audio démarre généralement avant que le film ne se mette à tourner et s’interrompt après l’arrêt de la caméra. Il est également courant de tourner un film sans son (technique appelée plans MOS [Motion Omit Sound]). Cela signifie qu’il est impossible, même si la synchronisation audio est établie en début de bobine, de la conserver tout au long de la bobine. Vous devez dans ce cas synchroniser chaque plan individuellement. La base de données de Cinema Tools inclut des fonctionnalités permettant de réaliser un suivi des bandes son et du timecode du film original. Après la capture, un long plan peut être subdivisé en plusieurs petits plans, ce qui vous permet de supprimer la vidéo superflue. Même en présence de plusieurs plans, Cinema Tools est capable de créer une cut list complète avec un seul enregistrement. Une autre méthode consiste à ajouter manuellement des enregistrements pour chaque plan, ce qui permet de tirer parti des capacités de base de données étendues de Cinema Tools. Consultez la section « Création de la base de données Cinema Tools » à la page 37 pour une approche détaillée des options possibles. Transfert scene-and-take Les transferts scène et prise sont un peu plus onéreux que les transferts caméra-bobine mais offrent des avantages importants :  Avec les transferts scène et prise, l’audio est plus facile à synchroniser durant le transfert.  La liste télécinéma contient un enregistrement par prise, ce qui constitue une base de données solide une fois importée dans Cinema Tools.  À partir d’une base de données préétablie, Cinema Tools peut exporter une liste de capture par lot. Grâce à cette liste (et au contrôle de périphérique approprié), Final Cut Pro peut capturer et numériser les prises appropriées avec un effort minimal pour vous. Il est possible, grâce à une liste de film précise et à un clap, d’accélérer le processus du transfert et d’en réduire le coût.Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 23 I Infos générales sur la vitesse de défilement des images Pour transférer un film sur support vidéo, il faut prendre en compte la différence de vitesse de défilement entre le film et la vidéo. Les films sont presque toujours tournés en 24 images par seconde (ips) ou 23,98 ips, alors que l’on utilise généralement 25 ips pour livrer le projet final sous la forme de vidéo PAL. La vitesse de la vidéo est, selon le format vidéo choisi, de 29,97 ips (NTSC), de 25 ips (PAL) ou de 24 ou 23,98 ips (24p). La vitesse de défilement de votre vidéo (que vous synchronisiez l’audio durant le transfert télécinéma ou pas) et la vitesse à laquelle vous souhaitez réaliser le montage peuvent déterminer les étapes à suivre pour préparer vos plans en vue du montage. Il est conseillé de lire la section « Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage » à la page 129 avant de choisir les vitesses de défilement. Utilisation de la vidéo NTSC À l’origine, la vitesse de défilement de la vidéo NTSC était de 30 ips. Lorsque la couleur fut ajoutée, elle dut être légèrement modifiée de façon à atteindre la valeur de 29,97 ips. La fréquence de trame de la vidéo NTSC est de 59,94. On dit souvent que la vidéo NTSC a une fréquence d’images de 30 ips, mais, bien que la différence soit minime, elle ne peut pas être ignorée lors du transfert d’un film sur vidéo (à cause de son impact sur la synchronisation audio, comme c’est expliqué à la section « Synchronisation de l’audio et de la vidéo » à la page 32). Vous devez à présent penser au problème suivant: comment distribuer les 24 ips du film sur les 29,97 ips de la vidéo NTSC. Deux options s’offrent à vous :  réaliser un 3:2 pulldown  lire le film à 29.97 ips Réalisation d’un 3:2 pulldown La méthode la plus courante pour passer des 24 ips du film aux 29,97 ips de la vidéo est d’effectuer un pulldown 3:2 (appelé 2:3:2:3 pulldown). En alternant l’enregistrement de deux trames d’une image du film et de trois trames de l’image suivante, les 24 images qui défilent en 1 seconde de film finissent par remplir les 30 images d’une seconde de vidéo. 24 Partie I Utilisation de Cinema Tools Remarque : la fréquence d’images de la vidéo NTSC est de 29,97 ips. La fréquence d’images du film est changée en 23,98 ips pour créer le modèle 3:2. Comme illustré ci-dessus, le modèle 3:2 (qui est en réalité un modèle 2:3:2:3 étant donné que l’image A est enregistrée en deux trames, suivie de l’image B enregistrée en trois trames) est reproduit au bout de quatre images du film. Presque tous les spots publicitaires de haute qualité, les films et les programmes de télévision en différé utilisent ce procédé avant la diffusion. Notez qu’après ce pull-down, les images du film ne correspondent pas exactement à celles de la vidéo. En effet, la durée d’une image vidéo ne correspond qu’aux quatre cinquièmes de la durée d’une image du film. En raison de cet écart, si vous comparez un nombre précis d’images vidéo et le nombre correspondant d’images du film, vous vous rendrez compte que les deux durées sont rarement exactement les mêmes. Pour que la synchronisation de l’ensemble soit maintenue, il faut généralement ajouter (ou supprimer) une fraction d’une image du film à la durée de la coupe suivante. Cela signifie que Cinema Tools doit parfois ajouter (ou supprimer), dans la liste de conformation, une image du film à la fin d’une coupe pour conserver la synchronisation. Pour cette raison, si vous montez une vidéo à laquelle a été appliqué un 3:2 pull-down, la cut list de Cinema Tools n’est précise qu’à plus ou moins 1 image pour chaque coupe. Avant (23,98 ips) A B A B B C C D D D A B C D A D A B C D A B C D A B C D A B C D B C A A B B B C C D D D A A B B B C C D D D A A B B C C D D D A A B B B D B C C D D D A B A B B C C D D A B C D A A B B B C C D D D Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 3:2 Pulldown Après (29,97 ips) Une secondeChapitre 1 Avant de commencer votre projet 25 I Ce problème de précision peut être résolu facilement à l’aide de la fonction Reverse Telecine (ou du matériel ou des logiciels de tierce partie) pour supprimer les trames supplé- mentaires et revenir aux 24 ips originales du film avant de commencer le montage numérique, à condition qu’il y ait une relation de un à un entre les images de la vidéo et les images du film. Le choix de 24 ips (ou de 23,98 ips, voir « Synchronisation de l’audio et de la vidéo » à la page 32) comme base temps de montage Final Cut Pro dans l’Éditeur de préréglage de séquence vous permet de monter la vidéo et de générer une liste de conformation très précise. Consultez la section « Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage » à la page 129 pour en savoir plus sur ces options. Lecture du film à 29,97 ips Une autre option en matière de transferts de vidéo NTSC consiste à faire tourner le film à 29,97 ips. De cette manière, les images du film coïncident exactement avec celles de la vidéo, mais l’action du film subit une accélération de 25 pour cent. En raison de facteurs liés à la synchronisation audio, cette méthode est rarement employée ou recommandée. Utilisation de la vidéo PAL La vitesse de défilement de la vidéo PAL est d’exactement 25 ips. Deux méthodes peuvent être utilisées pour transférer un film sur une bande vidéo PAL : lire le film à 25 ips (méthode appelée 24 @ 25) et ajouter deux trames supplémentaires par seconde (similaire au pulldown 3:2 de la vidéo NTSC, appelé méthode 24 & 1, ou à la méthode de pulldown 24 @ 25). Qu’est-ce qu’une image A ? Il est souvent fait référence aux images « A » au sujet de la vidéo pulldown 3:2. Comme le montre l’illustration ci-avant, l’image A est la seule dont toutes les trames tiennent dans une image vidéo. Les autres images (B, C et D) apparaissent dans deux images vidéo. L’image A étant le point de départ du modèle vidéo à cinq images, il est souhaitable qu’elle soit la première image de chacun des plans vidéo. En général, les images A sont placées aux numéros de timecode « non-drop frame » se terminant par « 5 » et « 0 ». Consultez la section « À propos des images A » à la page 142 pour en savoir plus.26 Partie I Utilisation de Cinema Tools Méthode 24 @ 25 En lisant le film à 25 ips, les images du film coïncident exactement avec les images de la vidéo. L’inconvénient réside dans le fait que l’action subit une accélération de 4 pour cent et qu’il faut par conséquent accélérer l’audio dans les mêmes proportions pour conserver la synchronisation. Pour tirer parti de la grande variété disponible d’équipements vidéo à 25 ips, vous pouvez choisir de réaliser le montage avec des images plus rapides de 4 pour cent. Vous pouvez également choisir la fonction Conform (conformation) de Cinema Tools pour faire passer la base temps du plan à 24 ips, corrigeant ainsi la vitesse. La vidéo peut ensuite être montée à l’aide de Final Cut Pro à condition que les séquences qui l’utilisent aient une base temps de 24 ips. Remarque : Final Cut Pro comprend une configuration simplifiée et un préréglage de séquence dont les noms contiennent « 24 @ 25 », ainsi qu’un format de timecode appelé « 24 @ 25 ». Ils sont tous les deux destinés à être utilisés avec des plans provenant de vidéo PAL à 25 ips mais ayant été conformés à la vidéo 24 ips. Consultez la section « Utilisation de vidéo à 25 ips conformée à 24 ips » à la page 153 pour en savoir plus. Méthode 24&1 L’ajout de deux trames vidéo supplémentaires par seconde (appelée également méthode de pulldown 24 @ 25 dans Final Cut Pro) offre l’avantage de conserver la vitesse originale du film tout en perdant la relation univoque film vers vidéo. Cette méthode consiste à enregistrer une trame vidéo supplémentaire toutes les 12 images du film. Utilisation de la vidéo 24P Avec sa fréquence d’images et son balayage progressif, la vidéo 24p convient bien aux transferts télécinéma. Il utilise la même vitesse que le film et permet par conséquent une concordance parfaite des images du film et de la vidéo, sans conversion de vitesse. 24 ips 25 ips 1 2 3 4 5 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 6 7 Première trame de la seconde suivante 1 1 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 10 10 11 11 12 12 13 13 14 14 15 15 16 16 17 17 18 18 19 20 21 22 23 24 19 20 21 22 23 24 Une Seconde 1 2 3 4 5 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 6 7 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Trame répétée Trame répétée 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 10 10 11 11 12 12 24 24 Une seconde 24 ips 25 ipsChapitre 1 Avant de commencer votre projet 27 I Votre système Final Cut Pro doit être équipé d’un matériel spécialisé pour capturer de la vidéo 24P, que ce soit en plans compressés ou décompressés. Vous pouvez également utiliser certaines caméras DV, telles que la Panasonic AG-DVX100, pour tourner de la vidéo 24P et utiliser la méthode 2:3:3:2 pulldown pour l’enregistrer sur bande à 29,97 ips (NTSC). À l’aide de Final Cut Pro et de Cinema Tools, vous pouvez capturer cette vidéo et supprimer le 2:3:3:2 pulldown afin de pouvoir effectuer le montage à 24 ips. Consultez la section « Ajout et suppression du pulldown dans les plans 24P » à la page 218 pour en savoir plus. Remarque : lorsque l’enregistreur de bande vidéo 24p est utilisé au sein d’un système NTSC, sa fréquence d’images est en réalité de 23,976 ips (on parle de 23,98 ips) pour être compatible avec la fréquence d’images de 29,97 ips du NTSC. Prise en compte du timecode Il est important de prendre en considération les remarques générales ci-dessous concernant le timecode. Si vous utilisez de la vidéo NTSC, vous pouvez choisir entre deux formats de timecode. Conseils généraux relatifs au timecode Si votre appareil audio ou vidéo vous permet de définir les réglages du timecode, il est recommandé de régler la partie « heures » du timecode de sorte qu’elle corresponde au numéro de la bande vidéo. Il est ainsi beaucoup plus facile de savoir de quelle bande provient un plan. Il est également fortement conseillé de ne pas « passer minuit » sur une bande. Cela arrive lorsque le timecode passe de 23:59:59:29 à 00:00:00:00 lors de la lecture. Vous avez le choix entre le timecode record run et le timecode free run au cours de la production :  Timecode record run : le générateur de timecode s’arrête chaque fois que vous arrêtez l’enregistrement. Vous obtenez de cette manière une bande à timecode continu puisque chaque fois que vous commencez à enregistrer, le timecode reprend au point où il s’était arrêté précédemment.  Timecode free run : le générateur de timecode tourne sans arrêt. Une rupture de timecode est donc générée chaque fois que vous relancez l’enregistrement. Pour éviter d’éventuels problèmes au moment de la capture des plans, il est recommandé d’employer la méthode record run, ce qui permet d’éviter les ruptures de timecode sur une bande. Dans le cas où une bande contiendrait des ruptures de timecode (avec des sauts de numérotation entre les prises), veillez à laisser suffisamment de temps (poignées) pour les pre-roll et post-roll requis durant la capture lorsque vous listez vos plans. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des informations supplémentaires sur l’utilisation du timecode.28 Partie I Utilisation de Cinema Tools À propos du timecode NTSC Le timecode NTSC normal (appelé non-drop frame fonctionne comme son nom l’indique : chaque image utilise le numéro libre suivant. Il y a 30 images par seconde, 60 secondes par minute et 60 minutes par heure. Étant donné que la vitesse d’images réelle de la norme NTSC est un peu inférieure à 30 ips (29,97 ips), le timecode non-drop frame finit par prendre du retard (3 secondes et 18 images par heure) par rapport au temps réel écoulé. Pour compenser cela, le timecode drop frame saute en avant de deux images par minute, sauf pour les minutes se terminant par « 0 ». (Le saut se fait uniquement par rapport aux numéros, pas par rapport aux images vidéo.) Cette correction permet de faire coïncider le timecode avec le temps réel, mais rend le montage numérique du film plus confus. Avec le timecode non-drop frame, une fois que vous avez trouvé une image A, vous savez que l’image A suivante correspond au numéro de cette image plus 5, et ainsi de suite. Si vous trouvez par exemple une image A à 1:23:14:15, vous savez que toutes les images terminant par « 5 » et « 0 » seront des images A. Avec le timecode drop frame, il est difficile d’établir ce type de lien. Remarque : en général, les images A sont placées aux numéros de timecode « non-drop frame » se terminant par « 5 » et « 0 ». Il est vivement recommandé de ne pas utiliser de timecode non-drop frame pour la vidéo et l’audio dans vos projets de montage, même si Cinema Tools et Final Cut Pro sont capables de le traiter. Quel que soit le type de timecode que vous utilisez, n’oubliez pas d’utiliser le même pour les bandes vidéo et pour les bandes audio. Remarque : le timecode PAL ne pose pas ce problème : il lit à une vitesse réelle de 25 ips. Qu’arrive-t-il au timecode après que vous ayez utilisé la fonction Reverse Telecine ? La fonction Reverse Telecine (utilisée pour convertir de la vidéo 29,97 ips en vidéo 23,98 ips) a une incidence directe sur le timecode des images vidéo. Comme Cinema Tools doit géné- rer un nouveau timecode 23,98 ips pour les images (à partir du timecode original), il se peut qu’il y ait une différence entre les numéros de timecode gravés et les numéros affichés dans Final Cut Pro. Bien que les différences de timecode entre la fenêtre d’affichage et le timecode de Final Cut Pro puissent provoquer une certaine confusion, Cinema Tools gère le nouveau timecode de la vidéo 23,98 ips et est capable de le remettre en correspondance avec les valeurs NTSC ou PAL originales et donc avec les numéros de bord du film. Remarque : la fonction Reverse Telecine est généralement utilisée pour convertir de la vidéo NTSC en 23,98 ips afin qu’elle corresponde au timecode audio, mais elle peut aussi convertir la vidéo en 24 ips. Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 29 I Le timecode passe par les modifications suivantes : le télécinéma inversé supprime six images par seconde afin que les valeurs de timecode coïncident toujours au début de chaque seconde. Cela signifie qu’un plan qui dure 38 secondes s’il est lu à la vitesse NTSC de 29,97 ips conservera sa durée de 38 secondes s’il est lu à la vitesse de 23,98 ips du télé- cinéma inversé. Dans l’illustration ci-avant, les trames NTSC bleues représentent les trames supprimées au cours du processus de télécinéma inversé sur un plan à l’aide du pulldown 3:2 traditionnel. (Consultez la section « Ajout et suppression du pulldown dans les plans 24P » à la page 218 pour des informations sur le pulldown 2:3:3:2.) La fenêtre d’affichage du timecode NTSC sera différente de ce que Final Cut Pro affiche pour toutes les images sauf la première de chaque seconde, quelle que soit la longueur du plan. Qu’arrive-t-il au timecode après que vous ayez utilisé la fonction Conform ? L’on utilise la fonction Conform dans trois situations :  Conversion de vidéo 25 ips PAL en 24 ips : le timecode n’est pas modifié, ce qui garantit qu’une liste EDL exportée après le montage des plans fera bien référence au timecode PAL original. L’inconvénient, c’est que le timecode, à 25 ips, ne représente plus exactement le passage du temps réel lors de la lecture à 24 ips car chaque image est affichée un peu plus longtemps. Consultez la section « Utilisation de vidéo à 25 ips conformée à 24 ips » à la page 153 pour en savoir plus.  Conformation de vidéo 29,97 ips en 29,97 ips : le timecode n’est pas modifié. Ce processus est utilisé pour corriger des problèmes dans un fichier QuickTime avant l’utilisation de la fonction Reverse Telecine. Consultez l’annexe C, « Solutions aux problèmes fréquents et assistance client », à la page 249 pour en savoir plus.  Conversion de vidéo 29,97 ips NTSC en 23,98 ips : le timecode est modifié, un numéro étant passé toutes les cinq images. Cette situation de conformation est rare. Consultez la section « Utilisation de la fonction de conformation » à la page 131 pour en savoir plus. 1:00 1:11 1:01 1:02 1:03 1:04 1:05 1:16 1:06 1:07 1:08 1:09 1:10 1:12 1:13 1:14 1:15 1:17 1:18 1:19 1:20 1:21 1:22 1:23 1:24 1:25 1:26 1:27 1:28 1:29 2:00 2:01 2:02 1:00 1:01 1:02 1:03 1:04 1:05 1:06 1:07 1:08 1:09 1:10 1:11 1:12 1:13 1:14 1:15 1:16 1:17 1:18 1:19 1:20 1:21 1:22 1:23 2:00 2:01 2:02 Images vidéo NTSC (29,97 ips) Images vidéo télécinéma inversé (23,98 ips) Début du plan Trames éliminées Une seconde30 Partie I Utilisation de Cinema Tools À propos du son Le son d’un film étant enregistré séparément sur un enregistreur audio, certains aspects sont à prendre en considération :  choix du type d’enregistreur audio à utiliser  format de timecode à utiliser  mode de mixage audio final  mode de synchronisation de l’audio et de la vidéo Choix d’un enregistreur audio Il existe plusieurs types d’enregistreurs audio : le magnétophone analogique (en géné- ral un Nagra), le magnétophone numérique (DAT, pour Digital Audio Tape) ou l’enregistreur de disques numériques. Qu’il soit analogique ou numérique, l’essentiel est qu’il gère les timecodes. Choix d’un format de timecode audio Contrairement à la vidéo ou au film, qui doivent être structurés avec une vitesse spécifique, l’audio est linéaire et dépourvu de divisions dues aux images. L’ajout de timecode à l’audio sert donc à déterminer des points dans le temps afin de faciliter la synchronisation de l’audio avec les images de la vidéo ou du film. Durant le tournage, vous pouvez choisir le format de timecode audio à utiliser (généralement 30 ips, 29,97 ips, 25 ips, 24 ips ou 23,98 ips). Vous pouvez également choisir, pour les formats 30 ips et 29,97 ips, d’utiliser le timecode drop frame ou non-drop frame. Pour les transferts de vidéo NTSC, il est fortement recommandé d’utiliser le timecode non-drop frame tant pour la vidéo que pour l’audio (même si Cinema Tools est compatible avec les deux). Consultez la section « À propos du timecode NTSC » à la page 28 pour en savoir plus sur les timecodes drop frame et non-drop frame. Au moment de choisir votre réglage de timecode audio, vous devez tenir compte du mode de mixage du son final :  Si le mixage final doit être réalisé à l’aide de Final Cut Pro : ce réglage doit correspondre au réglage Editing Timebase dans l’Éditeur de préréglage de séquence de Final Cut Pro.  Si le mixage final doit être réalisé dans un studio de postproduction audio : le timecode doit être compatible avec l’équipement du studio. Remarque : contactez le studio afin de confirmer ces réglages avant de commencer le tournage. En général, si vous synchronisez l’audio au cours du transfert télécinéma, le timecode doit correspondre à celui du format vidéo (29,97 ips pour NTSC, 25 ips pour PAL ou 24 ips pour 24p). Consultez le monteur son avant le tournage, afin de vous assurer qu’il pourra travailler avec le timecode choisi.Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 31 I Mixage de l’audio final La méthode utilisée pour mixer l’audio final dépend de la complexité de la bande sonore (le nombre de pistes, les effets sonores et l’overdubbing peuvent la rendre très complexe) et de votre budget. Vous pouvez soit finaliser l’audio dans Final Cut Pro soit le faire finaliser dans un studio de postproduction. Finishing the Audio With Final Cut Pro Si vous capturez des plans audio en haute qualité, vous pouvez terminer l’audio de votre projet à l’aide de Final Cut Pro, qui comprend des outils de montage du son sophistiqués. N’oubliez toutefois pas qu’il faut absolument disposer d’audio de bonne qualité pour faire un bon film et que choisir de ne pas confier l’audio à un studio de postproduction audio familier aux problèmes liés à la création d’audio pour les films peut donner des résultats décevants. Vous pouvez exporter l’audio de Final Cut Pro sous la forme d’un fichier Open Media Framework (OMF) pouvant être utilisé dans un studio de postproduction audio. Un fichier OMF exporté contient le son ainsi que les informations sur les point d’entrée et de sortie audio. Cela signifie que tous les éléments d’effets sonores que peut contenir votre projet sont inclus dans le fichier. Lorsque vous utilisez un fichier OMF, la qualité de l’enregistrement doit être optimale car elle correspond exactement à ce que les spectateurs entendront. Veillez par conséquent à utiliser un appareil de capture de bonne qualité et des niveaux d’enregistrement appropriés. Exportation de listes EDL audio Une autre façon de faire consiste à utiliser des plans de moindre qualité dans Final Cut Pro, puis à les exporter dans une liste EDL audio (Edit Decision List) que l’on fournit au studio de postproduction audio. Dans le studio, des éléments audio de haute qualité peuvent être capturés directement à partir de la source sonore d’origine, puis montés en se basant sur la liste EDL. Pour que cela marche, il faut que le timecode et les numéros des bandes sonores originales soient consignés et utilisés pour créer la liste EDL audio. Les plans audio capturés dans des plans vidéo ne conservent pas leur timecode ni leur numéros de bobine originaux et la liste EDL de Final Cut Pro ne peut pas être utilisée par les studios de postproduction audio. Cela arrive souvent avec les plans créés à partir d’un transfert scene-and-take, car l’audio est alors synchronisé avec le film, puis enregistré sur la bande vidéo et perd le timecode audio original. Toutefois, étant donné que la liste télécinéma produite lors du transfert contient généralement les informations de timecode et de numéro de bande de l’audio et de la vidéo, il suffit de l’importer dans la base de données de Cinema Tools afin que la base de données puisse assurer le suivi de l’audio et que vous puissiez exporter une liste EDL audio depuis Cinema Tools une fois le montage terminé. Consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour en savoir plus sur ce procédé.32 Partie I Utilisation de Cinema Tools Synchronisation de l’audio et de la vidéo Le son de production d’un film est enregistré séparément sur un enregistreur audio ; ce procédé est connu sous le nom de méthode du système d’enregistrement dual (ou double) system recording. La synchronisation du son avec le film et la bande vidéo (pour une synchronisation labiale parfaite) est une étape fondamentale dans la réalisation d’un film. La méthode de synchronisation dépendra de l’équipement dont vous disposez ainsi que du moment choisi pour la synchronisation. D’autres considérations liées au format vidéo, à la méthode de transfert télécinéma et au timecode employés ont également un impact sur le processus et ne doivent pas être oubliées. La synchronisation est particulièrement importante lors des trois étapes suivantes :  durant le transfert télécinéma  durant le montage  au moment de la création de la version finale Pour conserver la synchronisation à chacune de ces étapes, différentes stratégies peuvent s’avérer nécessaires. Veillez à planifier votre travail en conséquence. Synchronisation : informations générales La synchronisation du son avec l’image vidéo ne doit pas poser de problème majeur si les précautions nécessaires ont été prises lors du tournage. La synchronisation du son comporte deux aspects : l’établissement de la synchronisation à un point particulier de chaque plan et la lecture du son à la bonne vitesse afin qu’il reste synchronisé. Lorsque vous filmez, vous devez créer des repères sonores et visuels qui serviront à la synchronisation. La méthode la plus courante consiste à utiliser un clap (également appelé ardoise ou claquette) au début de chaque prise. L’idéal est d’employer un clap avec timecode sur lequel est affiché le timecode de l’enregistreur audio. Pour synchroniser l’audio et la vidéo, positionnez la vidéo sur la première image où le clap est refermé, puis localisez le son (ou timecode) correspondant. Sachez que pour des raisons liées à la production, il est parfois nécessaire que le clap soit effectué à la fin de la prise. En géné- ral, il doit alors être tenu à l’envers. Le transfert par télécinéma engendrant souvent une accélération ou un ralentissement du film, la vitesse audio doit également être modifiée. Si la synchronisation audio se fait au cours du transfert, le changement de vitesse s’effectue à ce moment-là. Si la synchronisation audio/bande vidéo est effectuée après le transfert, le changement de vitesse doit également être effectué au cours de cette synchronisation.Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 33 I Synchronisation au cours du transfert par télécinéma Lors du tournage, l’enregistreur audio démarre généralement juste avant que la caméra ne se mette à tourner et s’arrête un petit peu après la caméra. Comme l’enregistrement audio obtenu est plus long que le film, il n’est pas possible de lire en même temps la bande sonore et le film pendant plusieurs prises consécutives tout en conservant la synchronisation. Si vous souhaitez que le transfert par télécinéma enregistre l’audio synchronisé sur la bande vidéo, vous devez soit utiliser le transfert scene-and-take en synchronisant chaque prise séparément, soit créer une bande audio synchronisée avant de réaliser un transfert camera-roll. La synchronisation durant le transfert télécinéma permet non seulement d’obtenir des bandes vidéo avec audio synchronisé prêtes pour la capture, mais présente également un autre avantage : la liste télécinéma inclut généralement les informations de timecode et de numéro de bande audio. L’importation de la liste dans Cinema Tools permet d’exporter une liste EDL audio afin qu’un studio de postproduction audio puisse ensuite recapturer les plans audio à une qualité supérieure, si nécessaire. Transferts de vidéo NTSC Lorsque vous transférez un film sur bande NTSC, il est toujours nécessaire de lire le film à une vitesse plus lente de 0,1 pour cent que 24 ips (c’est-à-dire à 23,976 ips ou 23.98 ips) afin de compenser la vitesse réelle de 29,97 ips de la bande NTSC (au lieu de la vitesse idéale de 30 ips). La vitesse du film ayant été réduite, celle de l’audio doit l’être à son tour pour que la synchronisation soit conservée. Transferts de vidéo PAL Pour les transferts de vidéo PAL à l’aide de la méthode 24@25 (en augmentant la vitesse du film à 25 ips), l’audio doit également être accéléré si vous le synchronisez durant le transfert par télécinéma ou si vous avez l’intention de monter la vidéo à cette vitesse. Si vous transférez le film sur bande à l’aide de la méthode 24&1 (en enregistrant une trame vidéo supplémentaire toutes les douze images du film), vous devez lire l’audio à sa vitesse normale sans vous préoccuper du point où la synchronisation est établie. Dans ce cas, utilisez un timecode audio de 25 ips. Synchronisation dans Final Cut Pro Si vous ne synchronisez pas le son et les images sur la bande via le transfert télécinéma, ils seront capturés séparément dans Final Cut Pro : éléments audio et plans vidéo. Vous pouvez les synchroniser par la suite dans Final Cut Pro en utilisant les plans avec clap (méthode expliquée dans la section « Synchronisation : informations générales » à la page 32). Une fois que deux plans (ou plus) sont synchronisés, vous pouvez les fusionner en un seul plan grâce à la fonction des plans fusionnés de Final Cut Pro. Consultez la section « Synchronisation séparée de l’audio et de la vidéo capturés » à la page 146 ainsi que la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus.34 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation de Final Cut Pro Les décisions que vous prenez pour le transfert télécinéma et la façon dont vous utilisez l’audio influent sur votre utilisation de Final Cut Pro au cours du processus de montage. Réglage de la base temps des séquences Dans Final Cut Pro, vous devez définir la base temps de sorte que les séquences correspondent à la fréquence d’images des plans capturés. Important : ne placez pas des plans dans une séquence dont la vitesse de défilement est différente de la leur, car vous risquez d’obtenir une liste de film inexacte. Si vous souhaitez par exemple effectuer un montage à 24 ips, assurez-vous que les vitesses de vos plans sont toutes réglées sur 24 ips (en utilisant soit la fonction Reverse telecine (télécinéma inversé), soit la fonction Conform (conformation)). Consultez la section « À propos des configurations simplifiées et du paramétrage de la base temps » à la page 151 et la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la définition de la base temps de montage pour des séquences. Sortie sur bande lors d’un montage à 24 ips Le montage à 24 ips offre l’avantage d’une concordance parfaite entre les images du film et les images vidéo, permettant ainsi la création de listes de conformation très précises. L’un des inconvénients provient du fait qu’un magnétoscope 24P est nécessaire pour enregistrer directement la vidéo à 24 ips (car l’enregistrement avec des appareils vidéo NTSC ou PAL standard est compliqué). Cela peut poser problème si vous souhaitez enregistrer votre projet monté sur une cassette vidéo (soit pour la montrer à d’autres personnes, soit pour la donner au monteur négatif, comme référence visuelle à utiliser avec la cut list). Il existe cependant des solutions :  Si vous utilisez de la vidéo NTSC : vous pouvez utiliser la fonction d’insertion de pulldown de Final Cut Pro pour appliquer un modèle de pulldown à la vidéo et donc sortir la vidéo à 29,97 ips. Consultez la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225 pour en savoir plus. Il existe également des cartes et des applications de tierce partie qui peuvent réaliser un 3:2 pulldown sur la vidéo, permettant ainsi la vitesse NTSC de 29,97 ips.  Si vous utilisez de la vidéo PAL : si vous envisagez d’enregistrer votre projet sur bande vidéo au terme de votre travail, il s’avère plus simple de réaliser le montage à 25 ips (après avoir augmenté la vitesse du film afin de conserver la concordance des images).Chapitre 1 Avant de commencer votre projet 35 I Utilisation d’effets Final Cut Pro offre des possibilités d’effets étendues, notamment des effets de film courants tels que les fondus, les balayages, les modifications de vitesse et les textes de génériques. N’oubliez pas que la sortie vidéo de Final Cut Pro n’est pas conçue pour être transférée sur film et ces effets doivent être créés par une fonction spécialisée pour les trucages optiques ou créés numériquement à l’aide de numérisations haute résolution du métrage à combiner. Consultez la section « Utilisation d’effets, de filtres et de transitions » à la page 160 pour obtenir des informations supplémentaires, y compris un aperçu des étapes élémentaires d’insertion d’effets et de transitions dans un film monté numériquement.2 37 2 Le flux de production de Cinema Tools Cinema Tools s’inscrit facilement dans un flux de production de montage de film. L’objectif premier de Cinema Tools est de créer une cut list précise en fonction des montages réalisés dans Final Cut Pro. Il existe un certain nombre d’étapes cruciales pour y parvenir mais pour la plupart, le flux de production de Cinema Tools lui-même dépend de l’équipement utilisé, de votre standard vidéo et de la façon dont vous travaillez. Étapes fondamentales du flux de production Voici à quoi ressemble un flux de production dans Cinema Tools (chacun de ces étapes est décrite en détail dans les rubriques qui suivent) : Étape 1: création de la base de données Cinema Tools Étape 2: capture des plans sources avec Final Cut Pro Étape 3: connexion des plans à la base de données Étape 4: préparation des plans pour le montage Étape 5: montage des plans dans Final Cut Pro Étape 6: création de listes de conformation et d’autres listes avec Cinema Tools Création de la base de données Cinema Tools Le point central de Cinema Tools est sa base de données, dans laquelle les liaisons entre les éléments de votre film (le film, la vidéo et le son) sont établies et suivies. Bien qu’il ne soit pas obligatoire de créer une base de données avant de commencer le montage, cette étape peut fournir des outils utiles pour la capture de plans et la planification du montage.38 Partie I Utilisation de Cinema Tools Fonctionnement de la base de données La base de données peut contenir une fiche ou bien des milliers selon la manière dont vous choisissez d’utiliser Cinema Tools. Ces fiches sont mises en correspondance avec les montages réalisés dans Final Cut Pro afin de créer la cut list. Pour être valide, une fiche doit comporter des valeurs relatives à la caméra, le rush, ou la bobine laboratoire, le code de bordure et être reliée à un plan ou comporter des valeurs de bande vidéo et de timecode vidéo (point d’entrée et durée). Lorsque vous exportez la cut list après avoir monté la vidéo dans Final Cut Pro, Cinema Tools regarde chaque montage et cherche la fiche approprié dans sa base de données afin de déterminer les numéros de clé et la codification manuelle qui correspondent (code de bordure). Cinema Tools recherche d’abord une fiche qui est reliée au nom du plan utilisé dans le montage. S’il la trouve, il localise le fichier du plan, une note est ajoutée à la cut list et Cinema Tools passe au montage suivant. Si aucun enregistrement n’est trouvé sur la base du nom de plan d’une coupe ou si le plan n’est pas localisé, Cinema Tools analyse le numéro de bande vidéo pour voir si des enregistrements portent le même numéro (« 001 » est différent de « 0001 »). Si c’est le cas, il recherche ensuite si les points d’entrée et de sortie du montage sont à la portée d’une des fiches. Si cette condition est également remplie, le montage est ajouté à la cut list et Cinema Tools passe au montage suivant. Si une fiche utilisant le nom du chemin d’accès à un plan ou un numéro de bobine vidéo avec des données de timecode appropriées est introuvable, « » apparaît dans la cut list et une note est ajoutée à la liste des éléments manquants. Si une fiche est trouvée mais qu’elle est incomplète (numéro de clé manquant, par exemple), « » est placé dans ces champs et une note est ajoutée à la liste des éléments manquants. Consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167 et l’annexe B, « Création de listes de films avec Cinema Tools », à la page 245 pour des détails sur ce processus et la liste des éléments manquants. Base de données simple ou détaillée Cinema Tools est conçu pour vous permettre de créer un enregistrement pour toute une bobine de caméra, pour chaque prise ou entre ces deux extrêmes, selon la façon dont vous travaillez. Chaque enregistrement peut contenir :  les numéros de scène, de plan et de prise avec descriptions,  le numéro de la bobine de caméra du film, le code de bordure, le timecode et le numéro de bobine de la vidéo,  le numéro de bobine et le timecode audio,  une affiche de plan avec une image représentative du plan,  des réglages de base tels que les formats du timecode et du film.Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 39 I Les fiches peuvent être saisies manuellement ou importées d’une liste télécinéma. Vous pouvez modifier, supprimer et ajouter des fiches à la base de données en fonction des nécessités, même si elles sont basées sur la liste télécinéma. Vous pouvez également fusionner des bases de données. Si vous travaillez avec des rushes par exemple, vous pouvez créer une nouvelle base de données pour chaque session et toutes les fusionner une fois que le tournage est terminé. La liste télécinéma des transferts scene-and-take, dans lesquels seules les prises de films spécifiées sont transférées sur vidéo, peut fournir les informations basiques à la base de données. Vous pouvez ajouter d’autres fiches, des commentaires ou d’autres informations si besoin est. La liste télécinéma des transferts camera-roll fournit des informations pour une seule fiche (le code de bordure et le timecode vidéo utilisés au début du transfert). Si les numéros de clé et le timecode vidéo du film sont continus tout au long du transfert, cette seule fiche suffit à Cinema Tools pour générer une cut list pour cette bobine de film. Importation de listes télécinéma Vous pouvez importer la liste télécinéma à l’aide de Cinema Tools ou de Final Cut Pro. Vous pouvez choisir l’une des deux méthodes en fonction de votre flux de production. Dans les deux cas, vous pouvez assigner une lettre de caméra, qui est ajoutée aux entrées de prise, à l’importation. Cela est utilise dans les cas où plusieurs caméras sont utilisées pour chaque prise. Consultez la rubrique « Attribution de lettres de caméra » à la page 86 pour en savoir plus. Consultez la rubrique « Importation d’informations à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE » à la page 85 pour en savoir plus sur l’importation de listes télécinéma. Importation de listes télécinéma à l’aide de Cinema Tools Pour importer une liste télécinéma dans Cinema Tools, vous devez d’abord disposer d’une base de données ouverte. La base de données peut être une base de données existante à laquelle vous ajoutez de nouveaux enregistrements ou une nouvelle sans enregistrement. Une fois que les enregistrements ont été importés, vous pouvez exporter une liste de capture par lot de Cinema Tools que vous pouvez ensuite importer dans Final Cut Pro pour automatiser le processus de capture des plans. Importation de listes télécinéma à l’aide de Final Cut Pro Lorsque vous importez une liste télécinéma à l’aide de Final Cut Pro, vous spécifiez si vous voulez l’importer dans une base de données Cinema Tools existante ou créer une nouvelle base de données. 40 Partie I Utilisation de Cinema Tools Lors de l’ajout d’enregistrements à la base de données Cinema Tools sélectionnée, chaque enregistrement crée un plan offline dans le Navigateur de Final Cut Pro pour que les plans puissent être capturés par lot. Les informations relatives au film provenant de la liste télécinéma sont ajoutées automatiquement à chaque plan. Vous pouvez afficher ces informations de plusieurs façons pendant le montage des plans dans Final Cut Pro. Consultez la rubrique « Affichage d’informations relatives au film dans Final Cut Pro » à la page 154 pour en savoir plus. Entrée manuelle de fiches de la base de données La raison la plus courante d’entrer manuellement une fiche dans la base de données est qu’il n’y a pas de liste disponible à partir du processus de transfert du film vers la vidéo. Certaines méthodes de tranfert du film vers la vidéo, telles que les chaînes de films, ne produisent pas de liste. Chaque enregistrement, dans une base de données, doit faire référence à un fichier de données possédant un timecode et des numéros de bord continus. Avec les transferts scene-and-take, chaque prise nécessite sa propre fiche puisque les numéros de bord de film sont ignorés en sautant d’une prise à l’autre pendant le transfert. Avec les transferts camera-roll, comme la bobine de film et l’enregistreur vidéo tournent continuellement du début à la fin, vous n’avez besoin que d’un seul enregistrement pour l’ensemble du plan, même si vous le subdivisez ultérieurement en plans plus petits (ces derniers gardent le timecode original) et supprimez les portions non utilisées. Cela est dû au fait que Cinema Tools peut utiliser le numéro de bobine vidéo et les points de montage d’une coupe pour calculer les numéros de bord appropriés, tant que les informations de bobine vidéo et de point de montage figurent dans un enregistrement. Pour saisir des enregistrements de base de données manuellement, vous devez connaître le numéro de bord et le numéro de timecode vidéo d’une image du plan. Le plus simple est d’avoir ces valeurs gravées dans la vidéo grâce au transfert.Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 41 I Consultez le chapitre 4, « Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools », à la page 69 pour des détails sur la création et la gestion de base de données Cinema Tools. Capture des plans sources Vous devez capturer la vidéo et l’audio sur l’ordinateur du montage. Votre manière de procéder dépendra en majeure partie du support utilisé pour le transfert télécinéma. Si vous avez utilisé un magnétoscope analogue, tel qu’un Sony Betacam, la vidéo et l’audio doivent être convertis en format numérique et compressés avant de pouvoir être utilisés. Si vous avez utilisé un magnétoscope numérique, tel qu’un Sony Digital Betacam, la vidéo et l’audio sont déjà numériques mais doivent être capturés et compressés. Dans les deux cas, un matériel spécialisé avec des connexions adéquates est généralement nécessaire. Si vous avez utilisé un système DV, la vidéo (et l’audio, en fonction du type de transfert) est déjà numérique et compressée et a seulement besoin d’être capturée à l’aide de FireWire. Important : lorsque vous utilisez le contrôle de périphériques en série, n’oubliez pas de calibrer son décalage de capture. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour obtenir plus d’informations. Consultez aussi la rubrique « Configuration de votre matériel afin de capturer un timecode exact » à la page 113 pour en savoir plus sur la capture de plans. Les numéros de fenêtre d’affichage sont-ils corrects ? Il peut y avoir plusieurs raisons à l’affichage de valeurs de fenêtre d’affichage incorrectes. Elles vont de la saisie de valeurs incorrectes à la détection automatique incorrecte. Vous devez vérifier que les valeurs de fenêtre d’affichage sont correctes. Il est essentiel que ces valeurs soient correctes si vous devez compter sur elle. Le numéro de clé se vérifie généralement en comparant la valeur affichée avec une valeur documentée sur une image perforée ou marquée près de la tête du plan. N’oubliez pas de vérifier cela au moins une fois par bobine de caméra (l’idéal étant de faire la vérification pour chaque prise). Comparez le timecode dans la fenêtre d’affichage avec la valeur affichée par la platine de la bande vidéo.42 Partie I Utilisation de Cinema Tools Dans tous les cas, il se peut que vous décidiez de recompresser les fichiers pour en diminuer la taille et les rendre plus faciles à exploiter. En utilisant le bon codec par exemple, vous pourrez monter sur un ordinateur portable plus ancien. Tactiques de capture Il existe diverses manières de capturer la vidéo et l’audio. Déterminer le meilleur choix pour vous dépend d’un certain nombre de facteurs, en particulier si vous avez le contrôle du périphérique de la platine de la bande source et le type de transfert utilisé (camera-roll ou scene-and-take). Contrôle de périphérique La première question à se poser avant de déterminer la méthode à suivre pour capturer la vidéo et l’audio est de savoir si Final Cut Pro prend en charge le contrôle de périphérique pour la platine que vous utilisez. Le contrôle de périphérique vous permet de capturer avec précision la vidéo et l’audio que vous voulez suivant un procédé pouvant être répété de manière exacte si nécessaire. Vous pouvez même définir une « capture par lot » qui automatise le processus et vous laisse libre de vous concentrer sur d’autres tâches. La capture sans contrôle de périphérique présente plusieurs inconvénients. Les plans capturés manuellement n’ont pas de temps de début et de fin précis. Si vous cherchez à faire correspondre les temps de début et de fin d’une liste télécinéma, vous devez rogner les plans après les avoir capturés. De plus, sans contrôle de périphérique le timecode d’un plan ne correspond pas au timecode de la bande. Final Cut Pro permet de changer le timecode d’un plan, mais pour que ce timecode corresponde à la bande source, vous devez disposer d’une référence visuelle (une perforation ou une image marqué) possédant une valeur de timecode connue. À propos de la compression La compression, en termes de vidéo numérique, est une méthode de transformation du contenu en fichiers plus petits utilisant moins d’espace sur le disque dur et potentiellement moins d’énergie de la part du processeur au moment de les afficher. L’inconvénient, c’est que les images sont de qualité moindre. Il est important d’avoir à l’esprit que la vidéo montée à partir de Final Cut Pro et utilisée avec Cinema Tools ne sera généralement pas utilisée si une grande qualité est exigée. L’usage le plus courant de la vidéo montée est de servir de guide visuel allant avec la cut list pour le monteur négatif. Cela signifie que la qualité de la vidéo doit juste être assez bonne pour que vous puissiez faire vos choix de montage et lire les valeurs de la fenêtre d’affichage. Cependant, vos choix de montage étant parfois basés sur des repères visuels subtils, il vaut mieux ne pas s’embarquer dans un choix de compression excessif. Important : n’utilisez pas de codecs de compression temporelle, comme, par exemple, le MPEG-2. En plus d’être difficiles à monter, ces fichiers ne peuvent pas bénéficier de la fonction Reverse Telecine. Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 43 I Pour en savoir plus sur le contrôle de périphérique, consultez la documentation de Final Cut Pro. Transferts camera-roll Pour effectuer des transferts camera-roll, vous devez soit capturer la bande entière soit capturer manuellement un plan pour chaque prise. Si la bande utilise un timecode vidéo et des numéros de bord de film continus, Cinema Tools n’a besoin que d’un seul enregistrement de base de données établissant la relation entre les deux. Si Final Cut Pro a un contrôle de périphérique de votre magnétoscope source, la meilleure façon de capturer les prises souhaitées consiste à utiliser la fenêtre Log and Capture de Final Cut Pro et à saisir les points d’entrée et de sortie et le numéro de bande de chaque. Vous pouvez alors utiliser la capture par lot pour terminer le processus. Il n’est pas nécessaire de créer une fiche dans la base de données pour chaque plan du moment que vous ne changez pas le timecode. Sans contrôle de périphérique, vous devez capturer manuellement soit les prises désirées soit la bande entière. Il se peut que vous ayez à rogner chaque prise que vous capturez manuellement et vous devrez également définir manuellement le timecode pour qu’il corresponde à la bande source. L’avantage de capturer la bande entière est que vous n’avez à définir le timecode du plan qu’une seule fois (en partant du principe que la bande source avait un timecode continu). L’inconvénient, c’est la quantité d’espace disque nécessaire, bien qu’une fois que la bande est capturée, vous pouvez utiliser Final Cut Pro pour créer des sous-plans des prises utiles, puis supprimer le contenu inutilisé. Consultez le chapitre 5, « Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données », à la page 111 pour des détails sur la capture de plans. Transfert scene-and-take En réalisant des transferts scene-and-take, les fiches de la base de données de Cinema Tools sont généralement adaptées à la capture par lot. Vous pouvez exporter une liste des captures de Cinema Tools, puis l’importer dans le Navigateur de Final Cut Pro. Final Cut Pro peut ensuite réaliser une capture par lot (en partant du principe qu’il puisse contrôler le périphérique source) et créer des plans comme indiqué dans la liste Cinema Tools. Ces plans peuvent ensuite être facilement liés aux fiches de la base de données de Cinema Tools. 44 Partie I Utilisation de Cinema Tools Finalisation avec de la vidéo de haute qualité Si vous voulez fournir une sortie vidéo de haute qualité au terme du projet, vous devez tenir compte de plusieurs points. Lorsque vous capturez de la vidéo pour le montage offline initial, vous pouvez la capturer avec une compression relativement haute et inclure un timecode et des numéros de bord gravés. La compression permet à votre ordinateur de traiter la vidéo plus facilement et nécessite moins d’espace sur votre disque dur, ce qui vous permet de capturer plus de vidéo pour prendre les décisions en matière de montage. Une fois que vous avez fini le montage offline, vous pouvez utiliser Final Cut Pro pour recapturer uniquement la vidéo réellement utilisée dans les coupes à l’aide d’un codec de haute qualité et d’une version de la vidéo sans timecode ni numéros de bord gravés. Consultez le chapitre 11, « Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips », à la page 209 pour en savoir plus sur ce processus. Consultez aussi la documentation Final Cut Pro pour en savoir plus sur les flux de production du montage offline et online.Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 45 I Connexion des plans à la base de données Une fois que vous avez capturé les plans sources, vous pouvez les connecter à la base de données Cinema Tools (on parle aussi de lier les plans à la base de données). Lier un plan à la base de données permet à Cinema Tools d’accéder au plan d’une fiche en créant la cut list, ce qui réduit la probabilité d’avoir des problèmes d’entrées de timecode. Lors de la création d’une liste de conformation, Cinema Tools commence par analyser le chemin d’accès aux plans utilisés dans le montage et les remet en correspondance avec la base de données. Le fait que Cinema Tools soit capable de travailler avec le fichier du plan de cette façon réduit la possibilité d’une erreur de timecode pouvant provoquer des imprécisions dans la liste de conformation. Ceci est primordial lorsque vous effectuez un montage à 24 ips. Consultez l’annexe B, « Création de listes de films avec Cinema Tools », à la page 245 pour en savoir plus sur la façon dont Cinema Tools génère une liste de conformation. Consultez également la rubrique « Connexion des plans sources capturés à la base de données » à la page 121 pour obtenir plus d’informations. Préparation des plans pour le montage Cinema Tools présente deux puissantes fonctions pouvant être utilisées sur les plans avant de les monter : la fonction Reverse Telecine et la fonction Conform. Reverse Telecine La fonction Reverse Telecine (pour les transferts NTSC uniquement) permet de supprimer les trames supplémentaires ajoutées lors du processus pull-down 3:2 d’un transfert télécinéma. Vous devez l’utiliser lorsque vous montez de la vidéo à 23.98 ips. Consultez la rubrique « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23 pour des informations sur ce qu’est un pulldown 3:2 et pourquoi vous pouvez vouloir l’inverser. Consultez la rubrique « Inversion du pulldown télécinéma » à la page 133 pour des détails sur son utilisation. Remarque : la fonction Reverse Telecine ne peut pas être utilisée avec de la vidéo comprimée dans le temps, comme, par exemple, la vidéo au format MPEG-2. Conform La fonction Conform est utile à la fois pour corriger les erreurs présentes dans des plans vidéo et pour changer la fréquence d’images (base temps) d’un plan. Cinema Tools vous permet de sélectionner la fréquence d’images à laquelle vous souhaitez conformer un plan. Afin de comprendre la fonction Conform, il faut connaître la nature des fichiers vidéo QuickTime. Chaque image vidéo au sein d’un fichier QuickTime a un réglage de durée qui définit pendant combien de temps l’image doit être affichée (dans les vidéos QuickTime basées sur NTSC ou PAL normales, toutes les images ont la même durée). Par exemple, le taux vidéo NTSC a une valeur correspondant à 1/30e de seconde (plus exactement 1/29,97e de seconde) attribué à chaque image. Le taux vidéo PAL correspond à 1/25e de seconde. 46 Partie I Utilisation de Cinema Tools Il arrive parfois qu’à la capture de plans vidéo, la durée de certaines images soit définie sur une valeur légèrement différente. Alors que les différences ne sont pas visibles lors de la lecture du plan, elles peuvent provoquer des problèmes lorsque Cinema Tools crée la liste de conformation ou lorsque vous utilisez la fonction Reverse Telecine. Dans ce cas, vous devez conformer le plan à sa fréquence d’images actuelle. Il peut également vous arriver de vouloir changer la fréquence d’images d’un plan. Si vous avez transféré du film à 24 ips en vidéo en l’accélérant (soit à 29,97 ips pour le standard NTSC, soit à 25 ips pour le standard PAL — en prenant soin d’assurer à chaque fois une relation individuelle entre images du film et images de la vidéo), le mouvement à l’écran sera plus rapide que dans le film d’origine et il faudra rectifier la vitesse de lecture de la bande son pour compenser. Vous pouvez utiliser la fonction Conform pour changer la fréquence d’images et la définir sur 24 ips pour que la lecture se fasse à la fréquence originale du film et soit synchronisée avec l’audio. Consultez la rubrique « Utilisation de la fonction de conformation » à la page 131 pour des détails sur l’utilisation de la fonction Conform. Remarque : n’oubliez pas qu’il faut utiliser la fonction Conform sur un plan avant de le monter dans Final Cut Pro. Vérifiez aussi que la base temps dans l’Éditeur de préréglage de séquence de Final Cut Pro est réglé sur la même vitesse que la vitesse à laquelle vous conformez le plan. Consultez la rubrique « Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage » à la page 129 pour en savoir plus. Montage des plans dans Final Cut Pro On monte les plans dans Final Cut Pro plus ou moins comme n’importe quel autre projet vidéo, mais il a quelques points importants à garder à l’esprit. Ces points sont expliqués dans le chapitre 7, « Montage dans Final Cut Pro », à la page 151. Génération de listes de film et de listes des modifications dans Cinema Tools Une fois que vous avez monté vos plans et êtes satisfaits du montage numérique de votre projet, vous êtes prêt à générer des listes relatives au film qui décrivent la façon dont le négatif ou la copie de travail doit être monté. La cut list reprend les informations de montage et de titrage. Il existe un certain nombre d’autres listes utiles pouvant être générées à tout moment. Un fichier de liste de film peut contenir une des listes suivantes :  liste des éléments manquants : liste contenant les informations nécessaires introuvables dans la base de données ;  liste des doublons : liste des utilisations multiples d’une même source ;Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 47 I  liste optique : liste destinée aux effets spéciaux, décrivant les transitions et les effets de mouvement ;  liste Pull : liste destinée à aider le laboratoire à tirer les négatifs dont il a besoin ;  liste des scènes : liste de toutes les scènes utilisées dans votre projet et des plans utilisés pour les effets d’optique. Vous pouvez également exporter une liste des modifications, ce qui s’avère utile si votre flux de production comprend des visionnements et des modifications de votre copie de travail. La liste des modifications part du principe qu’une copie de travail a été montée selon les spécifications de la liste de conformation (ou de la liste de modifications antérieure) et elle indique d’autres modifications à apporter à la copie de travail en fonction des modifications que vous avez apportées à la séquence dans Final Cut Pro. Consultez la rubrique « Quand utilise-t-on des listes de modification ? » à la page 182 pour voir un organigramme du processus de la liste des modifications et de la copie de travail. Consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167 pour plus de détails sur les listes relatives au film qui sont disponibles. Cinema Tools Exemples de flux de production Cette rubrique présente divers scénarios du flux de production de la base de données Cinema Tools. N’oubliez pas qu’il en existe de nombreuses variantes et qu’il n’est souvent pas nécessaire de suivre ces étapes dans l’ordre exact. Il est aussi possible d’utiliser des parties de plusieurs flux de production. Consultez la rubrique « Étapes fondamentales du flux de production » à la page 37 pour des détails sur les différentes étapes. La première rubrique décrit l’intégration entre Final Cut Pro et Cinema Tools. Elle est suivie par des rubriques qui couvrent deux groupes de flux de production : ceux qui utilisent des transferts scene-and-take et ceux qui utilisent des transferts camera-roll. Celles-ci sont ensuite divisées à nouveau en fonction de la disponibilité d’une liste télécinéma et du contrôle de périphérique de votre lecture vidéo lors du processus de capture. Jusqu’où peut-on aller dans Final Cut Pro ? Grâce à niveau d’intégration élevé entre Cinema Tools et Final Cut Pro, vous avez plusieurs possibilités pour chaque étape de flux de production. Par exemple, vous pouvez importer la liste télécinéma dans Cinema Tools et exporter une liste de capture par lot pour Final Cut Pro ou vous pouvez importer la liste télécinéma directement dans Final Cut Pro. Vos choix seront déterminés par votre situation et vos préférences en matière de méthodes de travail. Parmi les fonctions liées à Cinema Tools que vous pouvez exécuter directement à partir de Final Cut Pro il y a les fonctions suivantes :  Importation de fichiers de liste télécinéma48 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Conformation de vidéo à 25 ips en 24 ips  Inversion du télécinéma (en utilisant les derniers réglages utilisés dans Cinema Tools)  Ouverture d’un plan dans la fenêtre Clip de Cinema Tools  Synchronisation d’une base de données Cinema Tools avec un groupe de plans sélectionnés Voici une illustration représentant le flux de production idéal mettant l’accent sur l’utilisation de méthodes Final Cut Pro. Dans cet exemple, vous pouvez utiliser Final Cut Pro, Cinema Tools effectuant des tâches en arrière-plan, si nécessaire. Vous devez utiliser Cinema Tools manuellement si vous souhaitez ajouter des informations dans la base de données en plus de ce que la liste télécinéma a fourni ou si vous avez rencontré un problème unique avec le télécinéma inversé et devez configurer ses réglages. Étapes effectuées à partir de Final Cut Pro Implication de Cinema Tools Traitement des plans (si nécessaire) • Télécinéma inverse • Conformation (25 @ 24) Synchronisation des plans capturés avec la base de données Cinema Tools Montage des plans Importation d’une liste dans le projet Final Cut Pro pour créer les plans offline à capturer Capture des plans par lots Exportation des listes Cinema Tools crée les listes Cinema Tools effectue le traitement Une nouvelle base de données Cinema Tools est créée Les plans sont connectés à la base de données Cinema Tools Création d’un nouveau projet Final Cut ProChapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 49 I Si vous avez utilisé des transferts scene-and-take Comme les transferts scene-and-take nécessitent un enregistrement de base de données pour chaque prise (à cause des numéros de bord non continus), une première décision importante va dépendre de l’existence ou non d’une liste télécinéma. Flux de production pour un transfert scene-and-take avec une liste télécinéma Oui Non Génération d’une liste de capture par lot avec Cinema Tools Importation de la liste par lot dans le navigateur Final Cut Pro et capture par lot Utilisation de la commande Connect Clips de Cinema Tools pour connecter les plans à la base de données Contrôle de périphériques ? Oui Non Importation de la liste télécinéma dans la base de données Création d’une base de données vide Connexion des plans à la base de données Numéro de bord incrusté ? Trimming des plans pour les faire correspondre aux enregistrements de la base de données Capturer chaque plan manuellement à l’aide de Final Cut Pro Connexion des plans à la base de données Utilisation de la fonction Identify pour déterminer et saisir le numéro de bord et le timecode d’une image connue de chaque plan Capturer chaque plan manuellement à l’aide de Final Cut Pro Indique les étapes utilisant des processus automatisés. Les boîtes bleues illustrent le processus préféré, qui comprend les étapes les plus automatisées et produit la cut list la plus précise.50 Partie I Utilisation de Cinema Tools Flux de production pour un transfert scene-and-take sans liste télécinéma Si vous avez utilisé des transferts camera-roll Le premier point à considérer lors de l’utilisation de transferts camera-roll est la méthode de génération de la liste de film que vous comptez utiliser. Consultez l’annexe B, « Création de listes de films avec Cinema Tools », à la page 245 pour obtenir des explications su les deux méthodes disponibles. Il est fortement recommandé de synchroniser l’audio et la vidéo avant de capturer les plans. Oui Non Génération d’une liste de capture par lot avec Cinema Tools Importation de la liste par lot dans le navigateur Final Cut Pro et capture par lot Utilisation de la commande Connect Clips de Cinema Tools pour connecter les plans à la base de données Contrôle de périphériques ? Oui Non Ajout dans la base de données Cinema Tools d’une entrée pour chaque plan Création d’une base de données vide Connexion des plans à la base de données Numéro de bord incrusté ? Trimming des plans pour les faire correspondre aux enregistrements de la base de données Capturer chaque plan manuellement à l’aide de Final Cut Pro Connexion des plans à la base de données Utilisation de la fonction Identify pour déterminer et saisir le numéro de bord et le timecode d’une image connue de chaque plan Capturer chaque plan manuellement à l’aide de Final Cut Pro Indique les étapes utilisant des processus automatisés. Les boîtes bleues illustrent le processus préféré, qui comprend les étapes les plus automatisées et produit la cut list la plus précise.Chapitre 2 Le flux de production de Cinema Tools 51 I Flux de production pour un transfert camera-roll (méthode basée sur le plan) Oui Non Oui Non Contrôle de périphériques ? Importation de la liste dans la base de données (devrait générer un enregistrement par bobine) Saisie d’au moins un enregistrement par bobine définissant la relation entre numéro de bord et timecode Facultatif : saisie d’unenregistrement supplémentaire par plan (recommandé en cas de contrôle de périphériques) Facultatif : saisie d’un enregistrement supplémentaire par plan (recommandé en cas de contrôle de périphérique) Génération d’une liste de capture par lot avec Cinema Tools Importation de la liste par lot dans le navigateur Final Cut Pro et capture par lot Utilisation de la commande Connect Clips de Cinema Tools pour la connexion à la base de données Liste télécinéma ? Oui Non Création d’une base de données vide Indique les étapes utilisant des processus automatisés. Les boîtes bleues illustrent le processus préféré, qui comprend les étapes les plus automatisées et produit la cut list la plus précise. Connexion des plans à la base de données Numéro de bord incrusté ? Trimming des plans pour les faire correspondre aux enregistrements de la base de données Capturer chaque plan manuellement à l’aide de Final Cut Pro Connexion des plans à la base de données Utilisation de la fonction Identify pour déterminer et saisir le numéro de bord et le timecode d’une image connue de chaque plan Capturer chaque plan manuellement à l’aide de Final Cut Pro52 Partie I Utilisation de Cinema Tools Flux de production pour un transfert camera-roll (méthode basée sur le timecode) Saisie d’au moins un enregistrement définissant la relation entre numéro de bord et timecode Importation de la liste dans la base de données (devrait générer un enregistrement par bobine) Liste télécinéma ? Oui Non Création d’une base de données vide Utilisation de Final Cut Pro pour capturer l’intégralité de la bobine sous forme de plan unique ou capturer les prises souhaitées sous forme de plans séparés (en prenant soin que le timecode ne soit pas modifié)3 53 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools Cinema Tools dispose de tout un ensemble de fenêtres et de zones de dialogue pour vous permettre d’accéder à ses puissantes fonctions. Certaines fenêtres et zones de dialogue sont génériques, comme, par exemple, les zones de dialogue de sélection de fichier, alors que d’autres sont spécialisées pour des fonctions et des réglages uniques. La plupart de ces fenêtres et zones de dialogue s’ouvrent depuis Cinema Tools ; trois zones de dialogues liées s’ouvrent aussi depuis Final Cut Pro. Cinema Tools Fenêtres et zones de dialogues Les fenêtres et zones de dialogue suivantes s’ouvrent à partir de Cinema Tools. Fenêtre Welcome La première fois que vous ouvrez Cinema Tools, une fenêtre de bienvenue apparaît. Par la suite, Cinema Tools ouvre la base de données qui était ouverte la dernière fois que vous avez fermé Cinema Tools. Si aucune base de données n’était ouverte lorsque vous avez fermé Cinema Tools, la fenêtre Welcome apparaît à nouveau. 54 Partie I Utilisation de Cinema Tools Sélectionnez une option, puis cliquez sur Continue.  Create a New Database : ouvre la zone de dialogue New Database pour vous permettre de configurer une nouvelle base de données.  Open Existing Database : ouvre une zone de dialogue de sélection de fichiers pour vous permettre de sélectionner une base de données existante à ouvrir.  View Documentation : ouvre le Manuel de l’utilisateur de Cinema Tools dans Aperçu. Zone de dialogue New Database La zone de dialogue New Database permet de définir des réglages élémentaires chaque fois que vous créez une base de données Cinema Tools. Ces réglages s’appliquent à tous les enregistrements que vous créez dans la base de données. La fenêtre Detail View permet de modifier individuellement ces réglages pour chaque enregistrement de la base de données. Pour ouvrir la zone de dialogue New Database : m Choisissez Database > New Database (ou appuyez sur Commande + Maj + N). Remarque : la base de données courante se ferme, si une base de données était ouverte. Pour des informations sur les réglages par défaut de votre base de données, consultez la section « Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées » à la page 77. Fenêtre Detail View La fenêtre Detail View permet d’afficher, de saisir et de modifier les informations d’un enregistrement de base de données. Lorsque vous ouvrez une base de données existante, la fenêtre Detail View affiche le premier enregistrement. Les numéros spécifiques de la fenêtre Detail View (numéros de bande, de bobine, de bord ainsi que la codification manuelle) décrivent tous des valeurs concernant la première image du plan source associé à l’enregistrement de la base de données. La fenêtre Detail View s’affiche en même temps que la fenêtre List View chaque fois que vous ouvrez une base de données. Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 55 I Pour afficher la fenêtre Detail View, procédez de l’une des manières suivantes : m Choisissez Window > Detail View (ou appuyez sur Commande + 2). m Si nécessaire, faites glisser la fenêtre List View vers un autre endroit de l’écran. m Si nécessaire, cliquez sur la fenêtre Detail View pour la faire passer au premier plan. Le bouton qui se trouve dans le coin inférieur droit de la fenêtre est intitulé soit :  Open Clip : avec un plan connecté (comme illustré ci-avant), le bouton est intitulé Open Clip. Cliquez sur Open Clip pour ouvrir la fenêtre Clip qui affiche le plan connecté.  Connect Clip : si aucun plan n’est connecté à l’enregistrement de base de données, le bouton Open Clip est intitulé Connect Clip. Cliquez sur le bouton Connect Clip pour ouvrir une zone de dialogue de sélection de fichier. Une fois le fichier de plan localisé et sélectionné, la fenêtre Clip s’ouvre et l’affiche. De plus, placer le pointeur au-dessus de la vignette affiche une bulle d’aide indiquant l’emplacement du plan. Cela est particulièrement utile si le plan est absent, car cela vous permet de voir où Cinema Tools s’attend à trouver le plan. Pour en savoir plus sur l’utilisation de la fenêtre Detail View, consultez la section « Saisie manuelle des informations de base de données » à la page 91.56 Partie I Utilisation de Cinema Tools Fenêtre List View Tous les enregistrements de la base de données ouverte apparaissent sous forme de liste dans la fenêtre List View. Elle peut afficher une liste de tous les enregistrements de la base de données ou, si vous utilisez la fonction Find, uniquement les enregistrements trouvés. Les fenêtres List View et Detail View s’affichent chaque fois que vous ouvrez une base de données. Pour afficher la fenêtre List View, procédez de l’une des manières suivantes : m Choisissez Window > List View (ou appuyez sur Commande + 1). m Faites glisser la fenêtre Detail View vers un autre endroit de l’écran. m Cliquez sur la fenêtre List View pour la faire passer au premier plan. Les boutons Show All et Find permettent d’afficher rapidement tous les enregistrements de la base de données ouvertes (cliquez sur Show All) ou d’afficher rapidement les enregistrements trouvés à l’aide de la zone de dialogue Find (cliquez sur Find). Le menu local qui se trouve dans le coin supérieur gauche de la fenêtre permet de sélectionner le mode d’affichage en sélectionnant le type d’informations à afficher :  Keycode : affiche des informations sur le film telles que les numéros de bord et de bobine.  Video : affiche les informations de timecode et de bande vidéo.  Sound : affiche les informations de timecode et de bande audio.  Ink Numbers : affiche des informations sur la copie de travail, telles que la codification manuelle et les rushes.Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 57 I Colonne Display Mode Les colonnes suivantes apparaissent dans tous les modes d’affichages :  Slate : une combinaison des champs Scene et Take, séparés par un tiret  Clip : le nom du plan connecté à chaque enregistrement de la base de données Les colonnes suivantes apparaissent en mode d’affichage Keycode :  Lab Roll : valeur spécifiée dans le champ Lab Roll (dans la fenêtre Detail View)  Cam Roll : valeur spécifiée dans le champ Cam Roll  Keycode : valeur spécifiée dans le champ Key Les colonnes suivantes apparaissent en mode d’affichage Video :  Reel : valeur spécifiée dans le champ Video Reel  Timecode : valeur spécifiée dans le champ Video Timecode Les colonnes suivantes apparaissent en mode d’affichage Sound :  Roll : valeur spécifiée dans le champ Sound Roll  Timecode : valeur spécifiée dans le champ Sound Timecode Les colonnes suivantes apparaissent en mode d’affichage Ink Numbers :  Lab Roll : la valeur spécifiée dans le champ Lab Roll  Daily roll : valeur spécifiée dans le champ Daily Roll  Ink number : valeur spécifiée dans le champ Ink Tri des colonnes Par défaut, les colonnes sont triées par ordre croissant de la valeur Slate. Il est possible de trier les données en fonction de n’importe quelle colonne affichée en cliquant sur le nom de la colonne souhaitée. Le nom de la colonne change de couleur pour indiquer qu’elle sert de critère de tri, puis une flèche indiquant l’ordre du tri s’affiche. Une flèche orientée vers le haut indique un ordre croissant, alors qu’une flèche orientée vers le bas indique un ordre décroissant. Cliquez sur le nom de la colonne pour changer le sens du tri. Localisation des enregistrements comportant des éléments manquants Le tri des colonnes peut aider à retrouver des enregistrements comportant des éléments manquants. Par exemple, la sélection de la colonne Cam Roll rassemble tous les enregistrements n’ayant pas d’entrée dans ce champ et les place tout en bas (ou en haut) de la liste, en fonction du sens de la flèche. Recherche d’enregistrements spécifiques Vous pouvez localiser un enregistrement à l’aide d’un numéro de bord ou d’un numéro de timecode spécifique en triant les colonnes. Par exemple, en sélectionnant la colonne Keycode, les enregistrements sont classés en fonction de leur numéros de bord. Vous pouvez alors faire défiler la liste pour retrouver un enregistrement à l’aide d’une image du film donnée.58 Partie I Utilisation de Cinema Tools Sélection d’enregistrements Il y a plusieurs façons de sélectionner des enregistrements dans une base de données Cinema Tools. Remarque : vous pouvez ne sélectionner qu’un seul enregistrement à la fois. Pour sélectionner un enregistrement de la base de données, procédez de l’une des manières suivantes : m Cliquez sur n’importe quel enregistrement affiché. m Double-cliquez sur un enregistrement pour ouvrir son plan dans la fenêtre Clip. m Utilisez la touche Flèche vers le haut du clavier pour sélectionner l’enregistrement qui se trouve juste au-dessus de l’enregistrement sélectionné. m Utilisez la touche Flèche vers le bas du clavier pour sélectionner l’enregistrement qui se trouve juste au-dessous de l’enregistrement sélectionné. m Utilisez la touche Page préc. du clavier pour monter d’une page d’enregistrements dans la liste. m Utilisez la touche Page suiv. du clavier pour descendre d’une page d’enregistrements dans la liste. Une fois un enregistrement sélectionné, il reste sélectionné lorsque vous changez le mode d’affichage. Modification des données affichées Il n’est pas possible de modifier les réglages d’un enregistrement dans la fenêtre List View. Pour faire des modifications, utilisez la fenêtre Detail View. Pour afficher un enregistrement dans la fenêtre List View, dans la fenêtre Detail View, procédez de l’une des manières suivantes : m Cliquez sur l’enregistrement. Remarque : un double clic sur un enregistrement l’ouvre également dans la fenêtre Clip. m Sélectionnez l’enregistrement à l’aide des touches fléchées du clavier. Zone de dialogue Find Il est possible de sélectionner des enregistrements spécifiques pour les afficher dans la fenêtre List View en créant un ensemble d’enregistrements trouvés. Il est possible par exemple de créer une liste de tous les enregistrements liés à une scène donnée. Utilisez pour cela la zone de dialogue Find.Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 59 I Pour ouvrir la zone dialogue Find, procédez de l’une des manières suivantes : m Choisissez Database > Find (ou appuyez sur Commande + F). m Cliquez sur Find dans la fenêtre List View. Consultez la section « Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée » à la page 80 pour des détails sur la création d’ensembles d’enregistrements trouvés. Fenêtre Clip La fenêtre Clip permet de lire le plan sélectionné, d’identifier le timecode et le numéro de bord d’une image donnée, d’afficher des informations générales sur le plan et de le traiter à l’aide des fonctions Reverse Telecine et Conform. Pour ouvrir la fenêtre Clip, procédez de l’une des manières suivantes : m Choisissez File > Open Clip (ou appuyez sur Commande + O), localisez un plan, puis cliquez sur Choose. m Cliquez sur Open Clip dans la fenêtre Detail View (si un plan est connecté à l’enregistrement actuel). m Cliquez sur Connect Clip dans la fenêtre Detail View, puis sélectionnez un plan (si aucun plan n’est connecté à l’enregistrement). Remarque : il est possible d’ouvrir plusieurs fenêtres Clip en même temps. Elles s’ajoutent au menu Window et en disparaissent de façon dynamique au fur et à mesure que vous les ouvrez et les fermez. 60 Partie I Utilisation de Cinema Tools Vous pouvez lire le plan en cliquant sur le bouton de lecture (triangle situé à gauche de la Timeline) ou en appuyant sur la barre d’espace. Remarque : pour lire le plan en utilisant la barre d’espace, veillez à ce qu’aucun champ de texte de la sous-fenêtre Identify ne soit sélectionné. Vous pouvez appuyer sur la touche de tabulation autant de fois que cela est nécessaire ou cliquer sur le bouton Analysis pour désélectionner les champs de texte. Si le plan contient de l’audio, vous pouvez contrôler le volume en cliquant sur l’icône de haut-parleur qui se trouve près du bouton de lecture, puis en faisant glisser le curseur de volume. Vous pouvez aussi faire glisser la tête de lecture pour faire défiler le plan. Vous pouvez cliquer sur les boutons avec la flèche vers la gauche ou vers la droite qui se trouvent à l’extrême droite de la Chronologie ou appuyer sur les touches Flèche gauche ou Flèche droite du clavier pour faire défiler le plan une image à la fois. La plupart des boutons qui se trouvent dans le bas de la fenêtre ouvrent des fenêtres ou des zones de dialogue supplémentaires et sont aussi disponibles dans le menu Clip :  Set Poster Frame : affecte l’image actuellement affichée aux vignettes de la fenêtre Detail View.  Disconnect Clip : le bouton Disconnect Clip change selon que le plan actuel est connecté à la base de données ou pas. Avec un plan connecté (comme illustré ci-avant), le bouton est intitulé Disconnect Clip. Cliquez sur Disconnect Clip pour déconnecter le plan de la base de données.  Enter in Database : si le plan actuel n’est pas connecté à la base de données, le bouton Disconnect Clip s’intitule Enter in Database. Cliquez sur Enter in Database pour ouvrir une zone de dialogue dans laquelle vous pouvez connecter le plan à un enregistrement existant ou un nouvel enregistrement en tapant des valeurs de scène et de prise.  Reverse Telecine : ouvre la zone de dialogue Reverse Telecine (télécinéma inversé).  Conform : ouvre la zone de dialogue Conform Clip.  Boutons Previous Clip et Next Clip (flèches) : les flèches vers la gauche et vers la droite qui se trouvent dans le coin inférieur droit de la fenêtre Clip permettent de passer facilement à l’enregistrement précédent ou suivant (tels qu’ils sont affichés et triés dans la fenêtre List View) assigné à un plan. Remarque : ces boutons ne sont actifs que lorsque le plan courant est relié à un enregistrement de la base de données courante et cet enregistrement fait partir des résultats de recherche de la fenêtre List View. L’un de ces boutons est estompé lorsqu’il n’y a pas de plan précédent ou suivant.Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 61 I Les deux boutons qui se trouvent dans le coin supérieur droit déterminent quelles informations sont affichées dans la partie droite de la fenêtre.  Identify : affiche les informations du plan provenant de la base de données Cinema Tools à laquelle il est connecté. Vous pouvez utiliser la sous-fenêtre Identify pour saisir des informations de film et de timecode dans la base de données ou pour obtenir des informations sur l’image affichée dans la fenêtre Clip. De plus, les réglages sont mis à jour pour toujours afficher les informations relatives à l’image affichée lorsque vous faites défiler un plan. Consultez la section « Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données » à la page 102 pour des informations sur l’utilisation de la fonction Identify.  Analysis : affiche les informations de fichier d’un plan. Ces informations comprennent à la fois des informations spécifiques aux fichiers (nom et taille, emplacement et date de création) ainsi que des informations spécifiques au contenu (durée, vitesse de défilement, format d’image et type de compression utilisé). Zone de dialogue Reverse Telecine On utilise la zone de dialogue Reverse Telecine pour convertir de la vidéo pulldown 3:2 NTSC ou de la vidéo pulldown 2:3:3:2 en 24 ips. Pour ouvrir la zone de dialogue Reverse Telecine, procédez de l’une des manières suivantes : m Sélectionnez Clip > Reverse Telecine (uniquement disponible si la fenêtre Clip est ouverte).62 Partie I Utilisation de Cinema Tools m Cliquez sur Reverse Telecine dans la fenêtre Clip. Consultez la section « Inversion du pulldown télécinéma » à la page 133 pour des détails sur l’utilisation de cette fonction. Il existe aussi une forme simplifiée de la zone de dialogue Reverse Telecine qui s’affiche si le ou les plans ont été capturés depuis un caméscope numérique DV 24P, tel que le Panasonic AG-DVX100. Les informations sur la cadence de pulldown de ces plans sont incorporées de telle façon que Cinema Tools puisse les lire, si bien que si Cinema Tools détecte ces informations de cadence, la zone de dialogue du télécinéma inversé automatique s’affiche. Consultez la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221 pour en savoir plus. Zone de dialogue Conform Clip La zone de dialogue Conform Clip sert à régler la durée de chaque image du plan actuel sur une valeur spécifique. Par exemple, sélectionnez 24,0 pour régler la durée de chaque image sur 1/24 de seconde. Cela permet de changer la vitesse de défilement d’un plan capturé ou de s’assurer de la précision et de la cohérence de la vitesse de défilement d’un plan. Pour ouvrir la zone de dialogue Conform Clip, procédez de l’une des manières suivantes : m Sélectionnez Clip > Conform (uniquement disponible si la fenêtre Clip est ouverte). m Cliquez sur Conform dans la fenêtre Clip. Remarque : vous devez disposer d’un accès en lecture et écriture au fichier du plan pour pouvoir utiliser la fonction Conform. Important : la fonction Conform modifie le fichier de données source. Consultez la section « Utilisation de la fonction de conformation » à la page 131 pour des détails sur l’utilisation de cette fonction.Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 63 I Zone de dialogue Change Reel La zone de dialogue Change Reel vous permet d’introduire des modifications d’ensemble dans les paramètres de bande vidéo, bande-son, bobine de caméra ou de laboratoire des enregistrements de la base de données. Par exemple, il se peut que le nombre de zéros initiaux diffère (« 001 » par rapport à « 0001 ») entre les numéros de bande vidéo de Final Cut Pro et ceux que vous avez saisi dans la base de données Cinema Tools. Cette zone de dialogue vous permet de modifier toutes les occurrences d’un numéro de bande ou de bobine. Pour ouvrir la zone de dialogue Change Reel : m Choisissez Database > Change Reel. Zone de dialogue Database Properties La zone de dialogue Database Properties affiche une grande variété d’informations sur la base de données actuelle, y compris les paramètres par défaut et des statistiques sur les enregistrements. Pour ouvrir la zone de dialogue Database Properties : m Choisissez Database > Database Properties (ou appuyez sur Commande + I). 64 Partie I Utilisation de Cinema Tools Les zones de dialogues disponibles dans Final Cut Pro et Cinema Tools Les zones de dialogue suivantes s’ouvrent tant à partir de Final Cut Pro que de Cinema Tools. Zone de dialogue Export Film Lists On utilise la zone de dialogue Export Film Lists pour exporter des listes de film au format PDF. Il faut définir le type d’informations et les listes à exporter, la plus importante étant la liste de conformation. Il faut définir aussi les éléments que vous souhaitez voir figurer dans la liste de film exportée. On utilise généralement cette zone de dialogue une fois que l’on a fini le montage des plans du film, mais vous pouvez l’utiliser à tout moment pour vérifier l’état de la coupe. Pour ouvrir la zone de dialogue Export Film Lists à partir de Final Cut Pro : m Dans Final Cut Pro, sélectionnez Fichier > Exporter > Listes de films Cinema Tools. (Cette commande n’est disponible que lorsque la Chronologie de Final Cut Pro est active ou lorsque vous avez sélectionné une séquence dans le Navigateur.) Pour ouvrir la zone de dialogue Export Film Lists à partir de Cinema Tools : 1 Dans Cinema Tools, choisissez File > Export > Film Lists from EDL ou File > Export > Film Lists from XML. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, localisez le fichier EDL ou XML sur lequel vous souhaitez baser la liste de film exportée, puis cliquez sur Choose. Consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167 pour des détails sur les réglages de cette zone de dialogue. Consultez le chapitre 10, « Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes », à la page 199 pour des détails sur la génération de listes de film à partir de listes EDL externes.Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 65 I Zone de dialogue Export XML Film Lists On utilise la zone de dialogue Export XML Film Lists pour exporter des listes de film au format XML. Il faut définir le type d’informations et les listes à exporter, la plus importante étant la liste de conformation. Contrairement à l’exportation de listes de film au format PDF, tous les éléments possibles figurent d’office dans la liste exportée, vous n’avez pas besoin de sélectionner les éléments à exporter. On utilise généralement cette zone de dialogue une fois que l’on a fini le montage des plans du film, mais vous pouvez l’utiliser à tout moment pour vérifier l’état de la coupe. Pour ouvrir la zone de dialogue Export XML Film Lists à partir de Final Cut Pro : m In Final Cut Pro, choisissez File > Export > Cinema Tools XML Film Lists. (Cette commande n’est disponible que lorsque la Chronologie de Final Cut Pro est active ou lorsque vous avez sélectionné une séquence dans le Navigateur.) Pour ouvrir la zone de dialogue Export XML Film Lists à partir de Cinema Tools : 1 Dans Cinema Tools, choisissez File > Export > XML Film Lists from EDL ou File > Export > XML Film Lists from XML. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, localisez le fichier EDL ou XML sur lequel vous souhaitez baser la liste de film exportée, puis cliquez sur Choose. Consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167 pour des détails sur les réglages de cette zone de dialogue. Consultez le chapitre 10, « Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes », à la page 199 pour des détails sur la génération de listes de film à partir de listes EDL externes.66 Partie I Utilisation de Cinema Tools Zone de dialogue Export Change List On utilise la zone de dialogue Export Change List pour faire des sélections relatives à l’exportation d’une liste décrivant les différences entre deux versions d’une même séquence montée dans Final Cut Pro. Il est possible d’inclure une liste Pull de modifications, qui ne détaille que le film à traiter pour effectuer les modifications. Important : pour pouvoir exporter une liste des modifications, vous devez avoir enregistré un fichier de programme Cinema Tools de la version précédente de la séquence. Consultez la section « Création de listes de modification » à la page 182 pour en savoir plus. Pour ouvrir la zone de dialogue Export Change List à partir de Final Cut Pro : 1 In Final Cut Pro, choose File > Export > Cinema Tools Change List. (Cette commande n’est disponible que lorsque la Chronologie de Final Cut Pro est active ou lorsque vous avez sélectionné une séquence dans le Navigateur.) 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, localisez le fichier de programme Cinema Tools de la version précédente de cette séquence, puis cliquez sur Open. La zone de dialogue Export Change List apparaît. Lorsque vous exportez un fichier de liste des modifications à partir de Final Cut Pro, vous pouvez aussi exporter une nouvelle liste de conformation (ainsi que toutes les autres listes disponibles dans la zone de dialogue Export Film Lists) pour la séquence. Ces autres listes fournissent des informations sur la séquence entière, plutôt que des informations sur les modifications uniquement. L’ouverture de la zone de dialogue Export Change List à partir de Cinema Tools nécessite la présence de deux fichiers de programme Cinema Tools : un pour l’ancienne version de la séquence et un autre pour la version actuelle de la séquence.Chapitre 3 L’interface utilisateur de Cinema Tools 67 I Pour ouvrir la zone de dialogue Export Change List à partir de Cinema Tools : 1 In Cinema Tools, choose File > Export > Change List. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, localisez le fichier de programme Cinema Tools de la version précédente de cette séquence, puis cliquez sur Open. 3 Dans la zone de dialogue qui apparaît, localisez le fichier de programme Cinema Tools de la version courante de cette séquence, puis cliquez sur Open. La zone de dialogue Export Change List apparaît. Consultez la section « Création de listes de modification » à la page 182 pour des détails sur les réglages de la zone de dialogue Export Change List. Zone de dialogue Export Audio EDL L’audio est souvent remonté dans un studio de postproduction audio à l’aide de maté- riel et de logiciels de haute qualité et d’outils de traitement haut de gamme. Selon la façon dont vous montez, il se peut que la sortie EDL de Final Cut Pro ne contienne pas le numéro de bande et le timecode des bandes audio de production originales. Ces informations se trouvent souvent dans la liste télécinéma que vous importez dans Cinema Tools ou peuvent être saisies manuellement. On ouvre en général la zone de dialogue Export Audio EDL à partir de Final Cut Pro. Vous pouvez aussi l’ouvrir à partir de Cinema Tools, si nécessaire, bien que des étapes supplémentaires soient nécessaires, y compris la création d’un fichier de programme dans la zone de dialogue Export Film Lists. Pour ouvrir la zone de dialogue Export Audio EDL depuis Final Cut Pro : m Dans Final Cut Pro, sélectionnez Fichier > Exporter > EDL audio Cinema Tools. (Cette commande n’est disponible que lorsque la Chronologie de Final Cut Pro est active ou lorsque vous avez sélectionné une séquence dans le Navigateur.)68 Partie I Utilisation de Cinema Tools Pour ouvrir la zone de dialogue Export Audio EDL depuis Cinema Tools : 1 Dans Cinema Tools, sélectionnez File > Export > Audio EDL from Program DB. 2 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez le fichier de programme à utiliser, puis cliquez sur Open. La zone de dialogue Export Audio EDL s’affiche. Consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour des détails sur l’exportation de listes EDL audio.4 69 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools Le cœur de Cinema Tools est constitué par sa base de données, qui offre de puissants outils d’organisation. Une base de données Cinema Tools contient des enregistrements qui :  décrivent vos plans sources ;  effectuent le suivi du lien entre les bobines et le code de bordure du film (numéros de bord, codification manuelle ou les deux) et les bandes et le timecode vidéo ;  peuvent également effectuer le suivi d’autres éléments tels que les scènes, les plans, les prises, les bandes son et le timecode audio. Vous pouvez créer une base de données pour chaque projet de film. Grâce aux bases de données, vous pouvez exporter des listes de film à partir desquelles le monteur de film pourra savoir comment couper votre négatif original. Hormis cet usage, les bases de données peuvent tout simplement servir d’outils d’organisation. Ces derniers fonctionnent selon le code habituellement utilisé dans la postproduction de films en gérant des éléments importants tels que la scène, le plan et la prise ; la caméra et les bobines de laboratoire ; les numéros de code de bordure ; les bandes vidéo et numéros de timecode ; les bandes son et les numéros de timecode et les plans source. Selon votre situation, il se peut que vous puissiez simplifier le processus de création de la base de données en construisant celle-ci à partir d’une liste télécinéma ou en créant un seul enregistrement de base de données par bobine.70 Partie I Utilisation de Cinema Tools Structure de base d’une base de données Cinema Tools Une base de données contient des enregistrements. Chaque enregistrement décrit un plan source. Un enregistrement peut être créé pour trois types de plans sources :  Si vous avez utilisé un transfert scène-prise : vous disposez d’un enregistrement de base de données par prise, chaque plan source correspondant à une prise.  Si vous avez utilisé un transfert télécinéma caméra-bobine : vous disposez d’un enregistrement de base de données par bobine dans lequel chaque plan source correspond à une bobine (contenant habituellement plusieurs prises).  Si vous avez subdivisé les plans source en groupes de prises : chaque enregistrement de base de données est associé à un plan source contenant plusieurs prises. Un plan source comportant une prise Take 1 Un enregistrement de base de donnée Un plan source comportant une bobine Un enregistrement de base de données Un plan source comportant plusieurs prises Take 1 Take 2 Take 3 Un enregis- trement de base de donnéesChapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 71 I Choix du mode de création de la base de données Le mode de création de la base de données dépend de l’usage auquel vous la destinez et de la disponibilité ou non d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE (Avid Log Exchange). Si vous ne l’avez pas encore fait, jetez un coup d’œil à la section « Le flux de production de Cinema Tools » à la page 37. Utilisez les exemples ci-dessous pour savoir quelles étapes suivre pour créer votre base de données et capturer vos plans. Les étapes à suivre et l’ordre à respecter dépendent de facteurs qui sont brièvement expliqués dans les exemples de travail. Réalisation de la capture avant la création de la base de données Il est possible de capturer les plans sources avant de créer la base de données, puis de construire la base de données Cinema Tools en important une liste de capture de lots créée à l’aide Final Cut Pro. Cette méthode est plus compliquée que la création à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE car vous devez ensuite ajouter manuellement les informations de numéros de bord et de bobine de film à chaque enregistrement. Consultez à ce sujet la section « Importation des informations relatives à une base de données dans une liste de capture de lots Final Cut Pro » à la page 89. Si vous disposez d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE Une liste télécinéma, que l’on nomme parfois aussi un fichier FLEX, est un fichier créé par un technicien de télécinéma au cours d’un transfert télécinéma. Vous pouvez également utiliser un fichier ALE (Avid Log Exchange) de la même manière qu’une liste télécinéma. La liste télécinéma enregistre les numéros de bord du négatif caméra original et le timecode du transfert vidéo, puis assure le suivi de leur lien. Pour créer une base de données à partir d’une liste existante : 1 Créez une nouvelle base de données vide. Consultez à ce sujet la section « Création et configuration d’une nouvelle base de données » à la page 74. Avantages de l’utilisation d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE La création de votre base de données à partir d’une liste présente les avantages suivants :  Gain de temps : vous pouvez créer des enregistrements à partir d’une liste télécinéma. La création et la saisie des informations de chaque enregistrement ne se fait pas manuellement. Vous pouvez ensuite créer une liste de capture par lot à partir de la base de données, ce qui permet d’accélérer le processus de capture.  Exactitude : si la liste ne contient aucune erreur, l’exactitude de la base de données obtenue est assurée, ce qui vous épargne tout souci d’erreur de saisie éventuelle. L’utilisation de la liste de capture par lot de la base de données permet aussi de s’assurer que les fichiers de données source que vous capturez correspondent bien aux informations qui figurent dans la base de données.72 Partie I Utilisation de Cinema Tools 2 Créez des enregistrements à partir de la liste. Consultez à ce sujet la section « Importation d’informations à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE » à la page 85. Si vous ne disposez pas d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE Bien qu’il soit plus rapide de créer une base de données à partir d’une liste, vous pouvez également vous en passer. Pour créer une base de données sans liste : 1 Créez une nouvelle base de données vide. Consultez à ce sujet la section « Création et configuration d’une nouvelle base de données » à la page 74. 2 Saisissez manuellement les informations des enregistrements. Consultez à ce propos la section « Gain de temps potentiel lors du transfert camera-roll » à la page 73 et « Saisie manuelle des informations de base de données » à la page 91. Remarque : vous pourriez aussi capturer les plans sources avant de créer la base de données et construire la base de données Cinema Tools en important une liste de capture par lot créée dans Final Cut Pro. Consultez à ce sujet la section « Importation des informations relatives à une base de données dans une liste de capture de lots Final Cut Pro » à la page 89. Le lien entre les numéros de code de bordure et le timecode est-il continu ou discontinu ? Le lien entre le numéro de code de bordure et la timecode dans une bobine est continu si la bobine a été transférée vers la vidéo sans arrêt. Le lien entre le numéro de code de bordure et le timecode est non continu si :  vous avez utilisé le transfert télécinéma scene-and-take, c’est-à-dire que l’enregistrement vidéo a été interrompu puis relancé entre chaque prise ;  la bobine du film était composée de prises jointes les unes aux autres avant d’être transférée sur bande vidéo. Remarque : occasionnellement, le lien entre le numéro de code de bordure et le timecode est brisé lorsque, au cours de la prise de vue, l’équipe de prise de vues a ouvert une caméra pour en contrôler, nettoyer ou remplacer des pièces (on parle souvent de contrôler le couloir). Dans les cas où la caméra est ouverte pour ces motifs, le film est en général déchargé, puis rechargé. Il se peut qu’il soit rechargé sur un numéro de perforation différent. Cela signifie que le technicien du télécinéma devra s’arrêter, recadrer et faire une coupe, ce qui entraînera une rupture du lien entre les numéros de code de bordure et le timecode dans la bobine. Cela doit apparaître dans la liste télécinéma.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 73 I Gain de temps potentiel lors du transfert camera-roll Si vous effectuez un transfert camera-roll et que vous devez créer manuellement votre base de données, gagnez du temps en créant un enregistrement par bobine, en fonction du caractère continu ou non du lien entre les numéros du code de bordure et le timecode pour chaque transfert camera-roll. Si le lien code de bordure/timecode est continu sur chaque bobine Vous pouvez créer un enregistrement de base de données par bobine et Cinema Tools peut utiliser la méthode des timecodes pour localiser les enregistrements de base de données pour créer des listes de films. Dans ce cas, chaque bobine représente un plan source. Tant que vous créez des enregistrements de base de données précis pour les bobines, Cinema Tools sera capable de créer des listes de films précises. Toutefois, si vous connectez aussi les plans sources aux enregistrements de base de données, vous augmentez les chances de pouvoir réaliser un mise en correspondance correcte même en cas d’erreur de timecode. Pour en savoir plus, consultez les sections « Flux de production pour un transfert camera-roll (méthode basée sur le timecode) » à la page 52 et « Création de listes de films avec Cinema Tools » à la page 245. Il peut s’avérer utile, même si le lien code de bordure/timecode est continu, de prendre le temps de créer un enregistrement par plan source afin de pouvoir travailler de façon plus organisée. Par exemple :  Une base de données peut servir à vérifier sur quelle bande son se trouve une prise particulière ou quelle bobine de laboratoire contient le négatif dont vous avez besoin.  Vous pouvez prévoir des enregistrements pour chaque plan afin de pouvoir ajouter des commentaires sur différents plans.  Chaque enregistrement de la base de données contient une affiche du plan correspondant, ce qui permet de se repérer visuellement et d’accéder à un plan pour le lire dans sa totalité à partir de la base de données. Si le lien code de bordure/timecode est discontinu sur chaque bobine Vous devez créer des enregistrements de base de données séparés pour chaque plan et connecter chaque plan à l’enregistrement correspondant. Chaque enregistrement doit contenir le numéro de bord ou la codification manuelle de la première image du plan correspondant afin que Cinema Tools puisse suivre parfaitement le lien entre le numéro du code de bordure et le timecode tout au long de votre séquence.74 Partie I Utilisation de Cinema Tools Autres usages de la base de données Vous pouvez également utiliser votre base de données à d’autres fins que de faire coïncider la vidéo et le film. Si c’est le cas, tenez compte de ce qui suit avant de créer vos bases de données :  Bases de données individuelles pour les rushes : si vous disposez de rushes quotidiens à traiter et à synchroniser séparément, vous pouvez créer des bases de données individuelles pour chaque session quotidienne. Pensez alors à utiliser la date des rushes comme intitulé de chaque fichier de base de données. Vous pouvez ensuite les fusionner dans une base de données principale en important toutes les bases de données dans une seule base de données.  Création d’une liste EDL audio (Edit Decision List) : si vous prévoyez de fournir une liste audio EDL à la postproduction audio, vérifiez que les informations de timecode audio, timecode vidéo et la bande son ont bien été saisies pour chaque enregistrement de base de données. La création de la base de données par importation de la liste télécinéma est la façon la plus facile et la plus efficace de s’assurer que toutes les informations nécessaires figurent bien dans la base de données. Création et configuration d’une nouvelle base de données Lorsque vous créez une nouvelle base de données Cinema Tools, vous définissez des réglages par défaut pour le projet dans la zone de dialogue New Database. Remarque : lorsque vous importez les données qui figurent dans la liste télécinéma, le format de film, la vitesse du timecode vidéo, la vitesse du timecode audio et la vitesse télécinéma de la liste sont définis automatiquement dans Cinema Tools. Les informations contenues dans la liste télécinéma ont la priorité sur les réglages par défaut. Cinema Tools utilisera donc les réglages de la liste même sils diffèrent des réglages par défaut. Vous pouvez créer une nouvelle base de données à l’aide de Cinema Tools ou de Final Cut Pro. Création d’une nouvelle base de données à l’aide de Cinema Tools Vous pouvez créer une nouvelle base de données et définir ses réglages par défaut directement dans Cinema Tools. Pour créer une nouvelle base de données : 1 Procédez de l’une des manières suivantes :  Ouvrez Cinema Tools et cliquez sur Create a New Database dans la fenêtre Welcome, si elle apparaît.  Choisissez Database > New Database (ou appuyez sur Commande + Maj + N). Remarque : le menu New Database ne sera pas disponible si une base de données Cinema Tools est ouverte. Fermez toute base de données ouverte pour pouvoir accéder à la commande de menu New Database.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 75 I 2 Dans la zone de dialogue New Database, définissez des réglages par défaut pour votre base de données, puis cliquez sur OK. Consultez la section « Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées » à la page 77 pour des informations sur les réglages. 3 Dans la zone de dialogue Create a new database, choisissez un emplacement pour le fichier et donnez-lui un nom. Une base de données vide est créée dans laquelle vous pouvez saisir des informations. Pour savoir comment procéder, consultez la section « Saisie d’informations dans la base de données » à la page 85. Création d’une nouvelle base de données à l’aide de Final Cut Pro Vous pouvez utiliser deux méthodes pour créer une base de données Cinema Tools à l’aide de Final Cut Pro :  Synchronisation d’un ensemble de plans avec une nouvelle base de données  Importation d’un fichier de liste télécinéma dans une nouvelle base de données Synchronisation d’un ensemble de plans sélectionnés pour créer une nouvelle base de données Vous pouvez utiliser la commande Synchroniser avec Cinema Tools si vous voulez ajouter un ou plusieurs plans des plans qui figurent dans le Navigateur de Final Cut Pro dans une nouvelle base de données Cinema Tools. Cela peut s’avérer utile lorsque vous avez capturé un ensemble de plans manuellement mais ne disposez pas de la liste télécinéma correspondante ou lorsque vous souhaitez créer une base de données séparée pour un ensemble de plans qui figure déjà dans une base de données. Pour créer une nouvelle base de données à l’aide de la commande Synchroniser avec Cinema Tools : 1 Dans le Navigateur de Final Cut Pro, sélectionnez les plans à ajouter dans la nouvelle base de données Cinema Tools. Il peut s’agir de plans qui figurent déjà dans une base de données ou de nouveaux plans qui ne figurent encore dans aucune base de données. 76 Partie I Utilisation de Cinema Tools 2 Choisissez Outils > Synchroniser avec Cinema Tools. Une zone de dialogue apparaît dans laquelle vous pouvez configurer le processus de synchronisation. Le champ Base de donées indique la base de données sélectionnée. 3 Sélectionnez la case Ajouter de nouveaux enregistrements. Cette option doit être sélectionnée en cas de synchronisation avec une nouvelle base de données. 4 Sélectionnez la case Connecter automatiquement si vous voulez que la base de données connecte automatiquement les plans à tout nouvel enregistrement qui est créé dans la base de données. 5 Cliquez sur Nouvelle base de données pour créer une nouvelle base de données Cinema Tools. 6 Dans la zone de dialogue qui apparaît, saisissez le nom et l’emplacement de la base de données et configurez ses réglages par défaut. Consultez la section « Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées » à la page 77 pour des informations sur ces réglages. 7 Pour fermer la zone de dialogue, cliquez sur Save lorsque vous avez fini. 8 Cliquez sur OK. Une nouvelle base de données Cinema Tools est créée et les plans sélectionnés y sont ajoutés en même temps que toutes les informations relatives au film qu’ils peuvent contenir. Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 77 I Consultez la section « Synchronisation de plans Final Cut Pro avec Cinema Tools » à la page 155 pour en savoir plus sur la commande Synchronize with Cinema Tools, y compris sur la façon de l’utiliser pour synchroniser des plans avec une base de données existante. Importation d’un fichier de liste télécinéma pour créer une nouvelle base de données Lorsque vous importez un fichier de liste télécinéma dans Final Cut Pro, vous pouvez choisir de l’importer dans une base de données Cinema Tools existante ou dans une nouvelle. Consultez la section « Importation de listes télécinéma à l’aide de Final Cut Pro » à la page 87 pour en savoir plus. Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées Au moment de choisir vos réglages, rappelez-vous les points suivants :  Le fait de sélectionner des réglages par défaut ne vous oblige pas à les utiliser dans les enregistrements de la base de données. Les réglages par défaut sont appliqués automatiquement aux nouveaux enregistrements de base de données, mais vous pouvez changer le format de film, la vitesse du timecode vidéo et la vitesse du timecode audio pour chaque plan séparément dans la fenêtre Detail View.  Lorsque vous importez les données qui figurent dans la liste télécinéma, le format de film, la vitesse du timecode vidéo, la vitesse du timecode audio et la vitesse télécinéma de la liste sont définis automatiquement dans Cinema Tools. Les informations contenues dans la liste télécinéma ont la priorité sur les réglages par défaut. Cinema Tools utilisera donc les réglages de la liste même s’ils diffèrent des réglages par défaut. Pour modifier des réglages par défaut, consultez la section « Modification des réglages de base de données par défaut » à la page 106. ? Astuce : si vous combinez des bases de données existantes ou si vous voulez contrôler des attributs tels que les réglages par défaut, les noms de fichier et les dates de modification d’une base de données existante, choisissez Database > Database Properties. La zone de dialogue Database Properties affiche le chemin d’accès complet et la taille du fichier de la base de données, ainsi que ses dates de création et de modification. Vous pouvez voir les réglages de projet par défaut pour le format de film, la vitesse du timecode vidéo et la vitesse du timecode audio.78 Partie I Utilisation de Cinema Tools Format de film Cinema Tools prend en charge les formats 35 mm à 4 perforations, 35 mm à 3 perforations et 16 mm-20. (Consultez l’annexe A, « Principes généraux », à la page 231 pour des informations sur ces formats.) Le même film est généralement utilisé pour tout le projet afin de conserver le format. Vous pouvez cependant choisir un format différent pour chaque prise dans la fenêtre Detail View. Si par exemple certains de vos plans sont inversés alors que la majorité sont normaux, vous pouvez spécifier le format de film inversé pour ces plans dans la fenêtre Detail View. Pour choisir un format de film par défaut : m Sélectionnez le format de film utilisé dans le projet dans le menu local Film Standard :  35 mm 4p : film 35 mm, 4 perforations par image  16 mm 20 : film 16 mm, 20 images par numéro de bord  35 mm 3p : film 35 mm, 3 perforations par image Vitesse du timecode (Video TC Rate) Cinema Tools gère quatre vitesses de timecode vidéo. Consultez l’annexe A, « Principes généraux », à la page 231 pour des informations sur les vitesses de timecode. Le laboratoire qui transfère votre film sur bande vidéo peut vous dire quel type de timecode est enregistré sur la bande vidéo. Pour choisir une vitesse de timecode vidéo par défaut : m Sélectionnez le type de timecode enregistré sur les bandes vidéo pour votre projet dans le menu local Video TC Rate :  30 NDF : Timecode Non-drop frame NTSC à 29,97 ips  30 DF : Timecode NTSC drop frame à 29.97 ips  25 FPS : Timecode PAL à 25 ips  24 FPS : Timecode vidéo à 24 ips ou 23,98 ipsChapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 79 I Vitesse du timecode audio Le timecode est généralement enregistré en même temps que les pistes sonores sur les bandes son de production. Ce timecode peut être utilisé pour localiser l’audio d’un plan particulier. Par ailleurs, de nombreux systèmes l’utilisent pour synchroniser l’audio et la vidéo. La saisie des bandes audio et du timecode audio dans la base de données vise principalement à faire correspondre l’audio à une liste EDL audio, opération expliquée à la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193. Pour choisir une vitesse de timecode audio par défaut : m Sélectionnez le type de timecode enregistré sur les bandes son de production dans le menu local Sound TC Rate :  30 NDF : Timecode Non-drop frame NTSC à 29,97 ips  30 DF : Timecode NTSC drop frame à 29.97 ips  25 FPS : Timecode PAL à 25 ips  24 FPS : Timecode vidéo à 24 ips ou 23,98 ips Vitesse télécinéma La vitesse télécinéma (appelée TK Speed dans la fenêtre Detail View, dans la sous-fenêtre Identify de la fenêtre Clip et, facultativement, dans la fenêtre Navigateur de Final Cut Pro) fait référence à la fréquence d’images du film dans le matériel de télécinéma durant le transfert sur bande vidéo. Si vous travaillez avec la vidéo NTSC, vous choisirez généralement une vitesse télécinéma de 24 ips, alors que la vitesse télécinéma réelle est d’approximativement 23,98 ips. Le menu local Telecine Speed vous permet aussi de sélectionner une vitesse de 30 ips car il est possible de transférer un film vers une vidéo NTSC lorsque le film tourne à une vitesse de 30 ips (en réalité 29,97 ips). Si vous travaillez sur vidéo PAL, consultez la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23 pour savoir quelle vitesse choisir. Si votre film a été transféré sur bande vidéo à une vitesse télécinéma de 24 ips, sélectionnez 24 ips comme vitesse télécinéma. Si votre film a été transféré sur bande vidéo à une vitesse téléciméma de 25 ips, choisissez 25 ips.80 Partie I Utilisation de Cinema Tools Pour choisir une vitesse télécinéma par défaut : m Dans le menu local Telecine Speed, sélectionnez la vitesse à laquelle le film a été transféré :  24 : vitesse télécinéma de 24 ips ou 23,98 ips  25 : vitesse télécinéma de 25 ips  30 : vitesse télécinéma de 29.97 ips Utilisation de la base de données Pour utiliser la base de données, vous devez savoir réaliser les tâches suivantes :  Ouvrir une base de données existante  Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée  Sauvegarde, copie, renommage et verrouillage de bases de données  Accéder aux informations relatives à un plan. Ouvrir une base de données existante La première étape, lorsque vous utilisez une base de données, consiste à l’ouvrir. Pour ouvrir une base de données existante : m Choisissez Database > Open Database (ou appuyez sur Commande + Maj + O), puis sélectionnez la base de données souhaitée dans la zone de dialogue. Tous les enregistrements de la base de données ouverte sont répertoriés dans la fenêtre List View. Remarque : si une base de données était ouverte, elle se ferme. Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée Les enregistrements sont généralement ouverts à partir de la fenêtre List View. Le groupe d’enregistrements qui apparaît dans cette fenêtre est souvent appelé (ensemble trouvé) found set, car vous avez utilisé la commande Find pour spécifier ces enregistrements. Pour afficher un enregistrement de la base de données dans la fenêtre Detail View : m Sélectionnez l’enregistrement dans la fenêtre List View. Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 81 I Pour afficher des enregistrements particuliers dans la fenêtre List View : m Utilisez la zone de dialogue Find. Consultez la section sur l’utilisation de la commande Find (ci-dessous) pour des détails. Pour naviguer dans les enregistrements de la fenêtre Detail View : m Cliquez sur les boutons Previous Record et Next Record. Pour rechercher un numéro de bord : m Dans la fenêtre List View, choisissez Keycode dans le menu local, puis cliquez sur le titre de la colonne Keycode pour effectuer le tri par numéro de bord. Consultez la section « Fenêtre List View » à la page 56 pour en savoir plus. Pour utiliser la commande Find afin de rechercher des enregistrements dans la base de données ouverte : 1 Ouvrez la zone de dialogue Find en procédant de l’une des manières suivantes :  Choisissez Database > Find (ou appuyez sur Commande + F).  Cliquez sur le bouton Find dans la fenêtre List View. Boutons Previous Record et Next Record82 Partie I Utilisation de Cinema Tools 2 Choisissez l’un des éléments suivants dans le menu local Results :  Replace Current Found Records : les enregistrements trouvés remplacent ceux qui sont affichés dans la fenêtre List View.  Add to Current Found Records : les enregistrements trouvés sont ajoutés à ceux de la fenêtre List View. ? Astuce : l’option Add to Current Found Records est utile lorsque vous souhaitez rechercher des enregistrements de plus d’une scène, mais pas pour toutes les scènes. Par exemple, pour n’afficher que les enregistrements des scènes 5 et 6, choisissez Replace Current Found Records, saisissez « 5 » dans le champ Scene, puis cliquez sur Find Records. Ensuite, choisissez Add to Current Found Records, saisissez « 6 » dans le champ Scene, et cliquez sur Find Records. Seuls les enregistrements des scènes 5 et 6 apparaissent dans la fenêtre List View. 3 Procédez de l’une des manières suivantes :  Pour rechercher tous les enregistrements qui figurent dans la base de données ouverte : laissez les champs Scene et Take vides et cliquez sur Show All Records.  Pour rechercher tous les enregistrements relatifs à une scène ou un plan particulier : saisissez l’identifiant de la scène ou du plan dans le champ Scene, laissez le champ Take vide, puis cliquez sur le bouton Find Records. (Le champ Take est ignoré, à moins que vous ne sélectionniez la case Show only exact matches.) Par exemple, si vous saisissez « 1 » dans le champ Scene puis cliquez sur Find Records, Cinema Tools recherche tous les enregistrements associés à la scène 1, y compris les plans 1, 1A, 1B, 1C, etc. Si vous saisissez « 1A » dans le champ Scene, seuls les enregistrements du plan 1A sont recherchés.  Pour rechercher l’enregistrement relatif à une scène ou prise particulière : saisissez les identifiants de la scène et de la prise dans les champs Scene et Take, sélectionnez Show only exact matches, puis cliquez sur Find Records. Les enregistrements trouvés apparaissent dans la fenêtre List View.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 83 I Détails relatifs à la scène, le plan et la prise La façon dont Cinema Tools interprète les numéros de scène peut donner des résultats inattendus lors de l’utilisation de la zone de dialogue Find. Cinema Tools traite les numéro de scène comme ayant jusqu’à quatre parties :  Préfixe : partie facultative composée d’une ou plusieurs lettres qui figure devant le numéro de scène, généralement utilisée pour identifier une scène nouvelle et unique ajoutée au script. Par exemple, le « A » dans la scène A54C-3. Les préfixes n’identifient toutefois pas toujours des scènes uniques, les lettres utilisées dans le préfixe contrôlent la façon dont ils affectent l’utilisation de la zone de dialogue Find (décrit plus loin).  Numéro de scène : le premier groupe de chiffres. Selon le préfixe, il peut s’agir du numéro de scène entier, bien qu’avec certains préfixes, le préfixe fasse partie intégrante du numéro de scène (comme décrit plus loin).  Suffixe : groupe d’une ou plusieurs lettres qui suit le numéro de scène et qui identifie le plan de la scène. Par exemple, le « C » dans la scène A54C-3.  Numéro de prise : numéro qui suit le suffixe (indicateur de prise) qui identifie la prise. Il est généralement précédé par un trait d’union (que vous n’avez pas besoin de saisir dans la zone de dialogue Find). Par exemple, le « 3 » dans la scène A54C-3. La difficulté consiste à déterminer si le préfixe indique une scène unique ou pas. Les préfixes qui utilisent les lettres de A à D sont traités comme faisant référence à des scènes uniques. Les préfixes qui utilisent les lettres de E à Z sont traités comme étant des lettres de modification du numéro de scène, mais pas comme indiquant une scène unique. Par exemple, si vous utilisez la zone de dialogue Find pour rechercher la scène 54, vous trouverez les enregistrements « 54, » « G54 » et « K54 » (qui sont tous considérés comme étant la scène 54), mais pas « A54, » « B54, » « C54 » ni « D54 » (qui sont considérés comme étant des scènes différentes). Les suffixes identifient les plans qui composent une scène. Si vous recherchez la scène 54, vous trouverez tous les plans de la scène 54, comme, par exemple, les enregistrements « 54A » et « 54F », mais pas l’enregistrement « B54A » car le préfixe en fait une scène différente. Les numéros de prise sont liés à des plans spécifiques qui, à leur tour, sont liés à des scènes spécifiques. Si vous recherchez la scène « 54 », vous trouverez tous les plans et toutes les prises de cette scène. Si vous saisissez « 54A » dans le champ Scene de la zone de dialogue, vous ne trouverez que les enregistrements relatifs au plan A de la scène 54 ; vous ne trouverez pas les enregistrements relatifs à la scène 54B. Si vous saisissez un nombre dans le champ Take, vous ne trouverez que les plans qui utilisent cette prise. Par exemple, saisir « 54A » dans le champ Scene et « 3 » dans le champ Take ne vous permettra de trouver que l’enregistrement « 54A-3 ». Saisir « 54 » dans le champ Scene (sans spécifier de plan) et « 3 » dans le champ Take, vous permettra de trouver tous les enregistrements de la scène 54 qui ont une prise 3, comme, par exemple, les enregistrements « 54A-3 » et « 54D-3 ».84 Partie I Utilisation de Cinema Tools Sauvegarde, copie, renommage et verrouillage de bases de données Comme vous le faites avec toutes vos données importantes, veillez à réaliser des copies de sauvegarde de vos fichiers de bases de données Cinema Tools et de verrouiller ces fichiers afin de ne pas courir le risque de les modifier ou de les supprimer. Utilisez à cette fin n’importe quelle méthode standard de copie et de verrouillage de fichiers. Vous pouvez sauvegarder vos fichiers sur le disque dur de votre ordinateur ou sur une unité de stockage amovible. Avant de verrouiller un fichier de base de données, assurez-vous que la base des données est fermée. Vous pouvez également employer la méthode standard de votre choix pour modifier le nom d’un fichier de base de données. La modification du nom de fichier d’une base de données (contrairement à la modification du nom de fichier d’un plan source) n’affecte pas les fonctions de la base de données ni son contenu. Important : il est déconseillé de modifier le nom de fichier d’un plan source (dans le Finder) car cela entraîne la rupture du lien entre le plan source et la base de données. Vous pouvez toutefois reconnecter des plans à la base de données à l’aide de la commande Reconnect. Accès à des informations sur un plan source La sous-fenêtre Analysis de la fenêtre Clip vous permet d’accéder à des informations spécifiques sur un plan source. La sous-fenêtre Analysis affiche le chemin complet (l’emplacement) et le nom du fichier ainsi que la taille et les dates de création et de modification de ce dernier. La durée du plan y est également indiquée.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 85 I Apparaissent aussi des informations relatives aux différentes piste d’un plan :  Pour les pistes vidéo : vous voyez les dimensions de l’image et la fréquence d’images, le compresseur utilisé et la qualité de la compression, le débit de données et s’il s’agit d’un fichier autonome ou d’un fichier de données de référence. Consultez la section « La différence entre les fichiers de données autonomes et les fichiers de données de référence » à la page 149 pour en savoir plus.  Pour les pistes audio : vous voyez la fréquence d’échantillonnage et le nombre de canaux pour jusqu’à deux pistes. Saisie d’informations dans la base de données Comme l’explique la section « Choix du mode de création de la base de données » à la page 71, il existe deux méthodes principales pour créer une base de données :  Vous pouvez générer la base de données en important une liste télécinéma, un fichier ALE ou une liste de capture par lot Final Cut Pro.  Vous pouvez saisir manuellement les informations. Même si vous créez votre base de données à partir d’une liste télécinéma, il est probable que vous deviez ultérieurement apporter des modifications ou faire des ajouts aux enregistrements. Procédez à ces changements via les fenêtres Detail View ou Clip. (Dans la fenêtre Clip, vous ne pouvez modifier que des enregistrements de base de données existants.) Important : pour pouvoir saisir des informations dans une base de données, vous devez disposer d’une base de données existante. Pour créer une base de données vide, consultez la section « Création et configuration d’une nouvelle base de données » à la page 74. Importation des informations de la base de données Vous pouvez créer une base de données en important les données d’une liste télécinéma, d’un fichier ALE, d’une liste de capture par lot Final Cut Pro ou d’une base de données Cinema Tools existante. Importation d’informations à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE Vous pouvez saisir des informations dans la base de données en important la liste télécinéma provenant du transfert film vers vidéo. Cinema Tools gère les listes télécinéma suivantes :  Fichiers de listes télécinéma ATN de Aaton  Fichiers d’historique FLX (Film Log EDL Exchange, généralement abrégé en FLEx) provenant du logiciel TLC (Time Logic Controller software)86 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Fichiers d’historique FTL (Film Transfer List) provenant d’Evertz  Fichiers ALE (Avid Log Exchange) (différent des listes télécinéma du point de vue technique, mais contiennent les mêmes informations) Vous pouvez importer des fichiers de liste télécinéma à l’aide de soit Cinema Tools soit Final Cut Pro. Attribution de lettres de caméra Pour importer le fichier de liste télécinéma à l’aide de Cinema Tools ou de Final Cut Pro, vous pouvez attribuer une lettre de caméra de A à E à tous les enregistrements importés. La lettre de caméra est ajoutée à l’entrée de prise de chaque enregistrement. Cela est utile en cas d’utilisation de plusieurs caméras par prise, les lettres permettant de distinguer aisément les plans des différentes caméras. De plus, si vous configurez un multiplan dans Final Cut Pro, les lettres de caméra seront utilisées pour créer les différents angles. Importation de listes télécinéma à l’aide de Cinema Tools Pour importer une liste télécinéma dans Cinema Tools, vous devez d’abord disposer d’une base de données ouverte. La base de données peut être une base de données existante à laquelle vous ajoutez de nouveaux enregistrements ou une nouvelle sans enregistrement. Pour importer une liste télécinéma à l’aide de Cinema Tools : 1 Procédez de l’une des manières suivantes :  Ouvrez une base de données Cinema Tools existante. Consultez la section « Ouvrir une base de données existante » à la page 80 pour en savoir plus.  Créez une nouvelle base de données Cinema Tools. Consultez la section « Création et configuration d’une nouvelle base de données » à la page 74 pour en savoir plus. 2 Importez le fichier de liste télécinéma en choisissant File > Import > Telecine Log (ou en appuyant sur Commande + L). 3 Dans la zone de dialogue qui s’ouvre, sélectionnez la liste télécinéma ou le fichier ALE.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 87 I 4 Pour affecter une lettre de caméra aux enregistrements importés, sélectionnez la case Append a camera letter et choisissez une lettre de caméra dans le menu local. 5 Cliquez sur Open. Les données de la liste sont importées dans la base de données ouverte et chaque nouvel enregistrement est affiché dans la fenêtre List View. Une fois que Cinema Tools a fini de créer les enregistrements pour une liste télécinéma, il affiche le nombre d’événements que la liste contient et le nombre de ces événements qui ont été importés dans la base de données. Certaines entrées de la liste télécinéma font référence à des coupes pour lesquelles aucune donnée de film n’a été transférée. Aucun enregistrement n’est créé pour ces entrées. Une fois que les enregistrements ont été importés, vous pouvez exporter une liste de capture par lot de Cinema Tools que vous pouvez ensuite importer dans Final Cut Pro pour automatiser le processus de capture des plans. Consultez la section « Génération d’une liste de capture par lot dans Cinema Tools » à la page 115 pour en savoir plus. Importation de listes télécinéma à l’aide de Final Cut Pro Lorsque vous importez une liste télécinéma à l’aide de Final Cut Pro, vous spécifiez si vous voulez l’importer dans une base de données Cinema Tools existante ou créer une nouvelle base de données. Lors de l’ajout d’enregistrements à la base de données Cinema Tools sélectionnée, chaque enregistrement crée un plan offline dans le Navigateur de Final Cut Pro pour que les plans puissent être capturés par lot. Les informations relatives au film qui figurent dans la liste télécinéma sont aussi ajoutées à chacun de ces plans. Pour importer une liste télécinéma à l’aide de Final Cut Pro : 1 Créez un nouveau projet ou ouvrez un projet existant. Ce projet contient les plans offline créés lors de l’importation du fichier de liste télécinéma. 2 Sélectionnez le projet dans le Navigateur. 3 Choisissez Fichier > Importer > Liste télécinéma Cinema Tools.88 Partie I Utilisation de Cinema Tools La zone de dialogue d’importation de liste télécinéma Cinema Tools est alors affichée. 4 Utilisez la partie supérieure de la zone de dialogue pour sélectionner le fichier de liste télécinéma à importer. 5 Pour affecter une lettre de caméra aux enregistrements importés, sélectionnez la case Ajouter une lettre à la caméra et choisissez une lettre de caméra dans le menu local. 6 Procédez de l’une des manières suivantes :  Cliquez sur Nouvelle base de donées pour créer une nouvelle base de données Cinema Tools dans laquelle importer le fichier de liste télécinéma. Cela a pour effet d’ouvrir une nouvelle zone de dialogue dans laquelle vous pouvez saisir le nom et l’emplacement de la base de données ainsi que configurer ses réglages par défaut. Consultez la section « Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées » à la page 77 pour des informations sur ces réglages. Cliquez sur Enregistrer lorsque vous avez fini.  Cliquez sur Choisir une base de donées pour ouvrir une zone de dialogue dans laquelle vous pouvez sélectionner la base de données existante dans laquelle vous voulez importer les enregistrements du fichier de liste télécinéma. Cliquez sur Ouvrir lorsque vous avez fini. Sélectionnez le fichier de liste télécinéma à importer. Choisissez de créer une nouvelle base de données ou d’importer le fichier dans une base de données. Choisissez la lettre de caméra à ajouter aux prises importées (si nécessaire). Indique le nom de la base de données sélectionnée.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 89 I La base de données sélectionnée, nouvelle ou préexistante, apparaît dans le champ Base de donées de la zone de dialogue d’importation de liste télécinéma Cinema Tools. 7 Cliquez sur Ouvrir pour importer le fichier de liste télécinéma sélectionné dans la base de données Cinema Tools sélectionnée. Une fois que les enregistrements ont été importés et que les plans offline ont été ajoutés au Navigateur, vous pouvez utiliser Final Cut Pro pour capturer les plans par lot. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des informations sur la capture de plans par lot. Importation des informations relatives à une base de données dans une liste de capture de lots Final Cut Pro Il se peut que vous souhaitiez créer des enregistrements de base de données en important une liste de capture par lot Final Cut Pro si :  vous ne disposez pas de liste télécinéma ni de fichier ALE ;  vous avez déjà capturé par lots les plans dont vous voulez disposer dans Final Cut Pro et vous voulez que des enregistrements soient créés dans la base de données pour ces plans sources et non pour les prises énumérées dans votre liste télécinéma. Remarque : la création d’enregistrements dans la base de données à partir d’une liste de capture par lot Final Cut Pro n’est pas l’idéal, car vous perdez l’avantage d’utiliser une liste télécinéma ou un fichier ALE pour construire votre base de données. Ainsi, une liste de capture par lot Final Cut Pro ne contient pas d’indication de numéro de bord ou de bobine de caméra ou de laboratoire, des informations qui seraient importées d’une liste télécinéma. Consultez également la section « Avantages de l’utilisation d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE » à la page 71. ? Astuce : dans la plupart des cas, au lieu d’exporter une liste de capture par lot Final Cut Pro, puis de l’importer dans une base de données Cinema Tools, utilisez la fonction Final Cut Pro intitulée « Synchroniser avec Cinema Tools ». Consultez la section « Synchronisation de plans Final Cut Pro avec Cinema Tools » à la page 155 pour en savoir plus. Pour importer les informations relatives à une base de données dans une liste de capture par lot Final Cut Pro : 1 Assurez-vous qu’une base de données Cinema Tools est ouverte. 2 Dans Cinema Tools, sélectionnez File > Import > Final Cut Pro Batch List. 3 Dans la boîte de dialogue qui apparaît, sélectionnez la liste de capture par lot que vous avez exportée depuis Final Cut Pro. 4 Cliquez sur Open pour importer la liste de capture par lot. Les données de la liste sont utilisées pour créer les enregistrements de la base de données. 90 Partie I Utilisation de Cinema Tools Remarque : les plans sources ne sont pas encore connectés à des enregistrements de la base de données. Vous devez utiliser la commande Connect Clips pour les relier. Pour en savoir plus, consultez la section « Utilisation de la commande Connect Clips pour connecter des plans sources » à la page 123. 5 Dans chaque enregistrement, saisissez le numéro du code de bordure et l’identifiant de la bobine de film (ces éléments sont nécessaires pour créer une cut list ou une liste de modification). Remarque : étant donné qu’une liste de capture par lot Final Cut Pro contient tout ce qui apparaît dans le Navigateur Final Cut Pro, il se peut qu’elle contienne des plans ou des séquences dont vous ne voulez pas. Procédez par conséquent à la suppression de tous les enregistrements inutiles. Consultez à ce sujet la section « Suppression d’un enregistrement de la base de données » à la page 105. Importation d’une base de données Cinema Tools existante Il est possible d’importer une base de données Cinema Tools dans une autre base de données Cinema Tools. Cette opération peut s’avérer nécessaire dans les cas suivants :  Il se peut que vous souhaitiez créer des bases de données séparées à des fins d’organisation et d’archivage, puis les rassembler au sein d’une base de données maîtresse. Des bases de données séparées peuvent être utiles pour vos rushes par exemple. Si vous souhaitez gérer vos rushes en créant une base de données portant une date comme nom pour chacun des jours de tournage, vous pouvez importer la liste télécinéma pour la session quotidienne en question, exporter une liste de capture par lot, capturer les plans, puis utiliser la commande Connect Clips de Cinema Tools pour connecter tous les plans à ce fichier de base de données portant une date comme nom. Ensuite, vous pouvez importer ce fichier de base de données dans une base de données maîtresse contenant toutes les bases de données quotidiennes.  Si vous devez corriger les réglages de projet par défaut d’une base de données. Pour ce faire, créez une nouvelle base de données vide avec les réglages par défaut corrects, puis import votre fichier de base de données original dans la nouvelle. Pour importer un fichier de base de données dans un autre fichier : 1 Ouvrez la base de données dans laquelle vous avez importé un autre fichier de base de données en choisissant Database > Open Database (ou en appuyant sur Commande + Maj + O), puis en sélectionnant la base de données dans la zone de dialogue. 2 Choisissez File > Import > Database. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez la base de données à importer.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 91 I Saisie manuelle des informations de base de données Vous pouvez utiliser la fenêtre Detail View pour modifier manuellement les informations des enregistrements. Vous devez d’abord créer des enregistrements dans la base de données. Remarque : si un enregistrement de base de données a déjà été créé pour un plan, vous pouvez aussi utiliser la fenêtre Identify de la fenêtre Clip pour saisir des informations. Consultez la section « Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données » à la page 102 pour en savoir plus. Description du lien entre les scènes, les plans et les prises Pour saisir des informations de scène, de plan et de prise dans la base de données, vous devez savoir comment les scènes, les plans et les prises sont compris par la base de données. Un film est composé d’une série de scènes et chaque scène est généralement composée de plusieurs plans ou angles de vue. Un plan est un enregistrement continu sans interruptions. Lors d’un tournage, il peut y avoir plusieurs prises par plan, une prise est donc une version d’un plan. Une scène peut compter plusieurs plans. Le tableau cidessous présente un exemple de lien entre les scènes, les prises et les plans dans une base de données Cinema Tools. Scène 1 Prise de vue 1A Prise de vue 1 Prise de vue 1B Prise 1 Prise 2 Prise 4 Prise 2 Prise 3 Prise 5 Clap 1-1 Clap 1-2 Clap 1-4 Clap 1A-2 Clap 1A-3 Clap 1B-592 Partie I Utilisation de Cinema Tools Création d’un enregistrement de base de données Vous devez créer des enregistrements de base de données si vous saisissez les informations de base de données manuellement. Pour créer un enregistrement : 1 Procédez de l’une des manières suivantes :  Choisissez Database > New Record (ou appuyez sur Commande + N).  Cliquez sur New Record dans la fenêtre Detail View. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, saisissez des identifiants pour la scène et la prise ou laissez ces champs vides, puis cliquez sur OK. Pour en savoir plus, lisez l’encadré ci-dessous « Utilisation d’identifiants de scène, de plan et de prise, ». Remarque : il n’est pas nécessaire de saisir quoi que ce soit dans les champs Scene et Take pour utiliser Cinema Tools pour mettre en correspondance vos modifications numériques et vos négatifs de caméra originaux. Vous pouvez laisser ces champs vides ou les compléter ultérieurement. Souvenez-vous aussi que les entrées de scène et de prise sont utilisées pour créer les noms des plans, si vous exportez une liste de capture par lot. Consultez la section « Génération d’une liste de capture par lot dans Cinema Tools » à la page 115 pour en savoir plus. La fenêtre Detail View apparaît une fois que vous cliquez sur OK.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 93 I Utilisation d’identifiants de scène, de plan et de prise Un identifiant peut comprendre des chiffres et des lettres et compter jusqu’à 15 caractères.  Take identifier : si le plan source associé à un enregistrement de base de données contient plus d’une prise, vous pouvez vous représenter l’identifiant de prise comme un identifiant de sous-plan source. Si le plan source associé à un enregistrement de base de données ne contient qu’une seule prise, vous pouvez vous représenter l’identifiant de prise comme un identifiant de plan source.  Scene identifier : l’identifiant que vous saisissez dans le champ Scene identifie en réalité tant la scène que le plan (la position de la caméra) pour le plan en question. On inscrit généralement dans ce champ la combinaison de lettres ou de chiffres qui apparaît dans le champ Scene du clap. La méthode généralement employée pour identifier les scènes et les plans est d’attribuer un chiffre à la scène et d’ajouter une lettre pour spécifier le plan de la scène. Ainsi, si un clap indique « Scène 12B », il fait référence à la prise B de la scène 12. Cette information est reflétée dans la fenêtre Detail View ; le premier nombre indiqué dans le champ Scene apparaît en regard du mot « Scene » dans la fenêtre Detail View. En regard du mot « Shot », par contre, tant le numéro que la lettre apparaissent. Par exemple, si vous saisissez « 1D » dans le champ Scene, vous voyez apparaître ce qui suit dans le coin supérieur gauche de la fenêtre Detail View :  « 1 » en regard du mot « Scene »  « 1D » en regard du mot « Shot » Astuce : dans le champ Scene, vous pouvez saisir une lettre (de A à D) devant le premier numéro, elle fera partie intégrante de l’identifiant de scène. Ajouter une lettre devant un identifiant de scène est une convention d’appellation utile lorsque vous devez ajouter une scène au milieu d’une série de scènes. Imaginons, que vous ajoutiez une scène nommée A2 entre la scène 1 et la scène 2. Le nouvel ordre serait donc scène 1, scène A2, scène 2, scène 3, et ainsi de suite. L’ajout d’autres lettres (de E à Z) n’ajoute pas de nouvelle scène. Par exemple, la scène G2 est identique à la scène 2. Pour plus d’informations, reportezvous à la section « Détails relatifs à la scène, le plan et la prise » à la page 83.94 Partie I Utilisation de Cinema Tools Saisie d’informations dans un enregistrement de base de données Une fois que vous avez créé un enregistrement de base de données, vous pouvez saisir les informations sur son plan. Pour saisir des informations dans un enregistrement de base de données : 1 Assurez-vous que l’enregistrement souhaité apparaît dans la fenêtre Detail View. (Si nécessaire, cliquez sur l’enregistrement, dans la fenêtre List View, pour l’ouvrir dans la fenêtre Detail View.) Pour en savoir plus, consultez la section « Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée » à la page 80. 2 Saisissez des informations et des réglages dans la fenêtre Detail View. « Réglages de la fenêtre Detail View, » ensuite, décrivez tous les réglages et spécifiez ceux qui sont obligatoires si vous prévoyez d’utiliser la base de données pour générer des listes de conformation ou de modification. Utilisez la touche de tabulation pour passer d’un champ ou d’un réglage à l’autre. ? Astuce : lorsque vous reliez un plan à enregistrement de base de données et que cet enregistrement ne contient pas encore le timecode, le numéro de bobine et la durée du timecode du plan, Cinema Tools recherche ces informations dans le fichier du plan et les introduit automatiquement dans l’enregistrement. Si vous connaissez le code de bordure ou le numéro de timecode d’une autre image d’plan, la fonction Identify peut vous aider à déterminer le timecode ou numéro de code de bordure correct de la première image d’un plan. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données » à la page 102. 3 Cliquez sur Save. Les informations affichées dans la fenêtre Detail View ne sont définitivement saisies dans la base de données que si vous les enregistrez. Vous pouvez choisir Database > Revert Record (ou appuyer sur Commande + R) pour revenir à la dernière version enregistrée de l’enregistrement.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 95 I Réglages de la fenêtre Detail View La fenêtre Detail View contient des champs et des boutons servant à la création d’enregistrements de base de données. Parmi ces réglages, seul un petit nombre sert à la création de cut lists ou de listes de modification à partir de la base de données. Réglages nécessaires Les réglages nécessaires dépendant du type de liste à créer et de la méthode que vous allez utiliser pour la créer. Ces réglages sont nécessaires si vous prévoyez de générer une liste de conformation ou de modifier une liste de modifications :  Lab, camera, or daily roll  Key number or ink number Par ailleurs, chaque plan source doit être associé à un enregistrement, sauf si vous pouvez utiliser la méthode basée sur le timecode pour créer les cut lists ou les listes de modification (consultez à ce sujet la section « Gain de temps potentiel lors du transfert camera-roll » à la page 73). Pour utiliser la méthode basée sur le timecode afin de créer des cut lists ou des listes de modification, les éléments suivants sont également requis :  Video reel  Timecode vidéo et durée Ces réglages sont nécessaires pour exporter une liste audio EDL :  Chaque plan source doit être connecté à un enregistrement ou la bande vidéo, le timecode vidéo et la durée doivent être saisis pour chaque enregistrement.  Chaque enregistrement doit comporter le numéro de la bande audio, le timecode audio et la vitesse du timecode audio (Sound TC Rate).96 Partie I Utilisation de Cinema Tools Réglages de la fenêtre Detail View La fenêtre Detail View contient les champs et boutons suivants : Boutons et champs Database Ces boutons et champs s’appliquent à la base de données entière.  Boutons Previous Record et Next Record (flèches) : cliquez sur ces boutons pour passer à l’enregistrement précédent ou suivant (selon l’ordre en vigueur dans la fenêtre List View). Remarque : l’un de ces boutons est estompé lorsque vous vous trouvez au début ou à la fin de la liste et qu’il n’y a pas de plan précédent ou suivant. Vous pouvez utiliser comme raccourci les touches fléchées vers la droite et vers la gauche de votre clavier. Si vous avez apporté des modifications à l’enregistrement courant, une zone de dialogue vous demandant si vous souhaitez enregistrer ces modifications apparaît.  Bouton New Record : cliquez sur ce bouton pour créer un nouvel enregistrement. Dans la zone de dialogue qui s’ouvre, saisissez les identifiants de scène et de prise du nouvel enregistrement. Consultez la section « Utilisation d’identifiants de scène, de plan et de prise » à la page 93 pour en savoir plus.  Bouton Save : cliquez sur ce bouton si vous avez ajouté ou modifié des données dans l’enregistrement actuel. Ces ajouts ou modifications ne seront enregistrés que si vous cliquez sur le bouton Save.  Zone Telecine Session : cette zone, au centre droit de la fenêtre, indique le nom du fichier de liste télécinéma importé dans la base de données (si d’application).  Champ Telecine Session Notes : saisissez d’éventuels commentaires sur la session télécinéma. Remarque : ce champ n’est disponible que si vous avez importé un fichier de liste télécinéma dans la base de données. Champ pour la prise de notes Champ destiné aux notes sur les sessions télécinéma Boutons Previous Record et Next RecordChapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 97 I Champs Scene et Shot Description Ne remplissez ces champs qu’une seule fois par scène. Une fois les données saisies, elles sont ajoutées à tous les enregistrements existants et nouveaux correspondant à la même scène.  Champ de description Scene : décrivez la scène.  Champ de description Shot : décrivez la prise de vue.  Champs Script Pages : saisissez la première et la dernière page de script associées à la scène et à la prise. Réglages du film Les réglages suivants portent sur le film.  Champ Scene : saisissez ou modifiez l’identifiant de la scène dans ce champ. Consultez la section « Utilisation d’identifiants de scène, de plan et de prise » à la page 93 pour en savoir plus.  Champ Take : saisissez un identifiant de prise dans ce champ. En règle générale, des chiffres sont utilisés mais vous pouvez saisir n’importe quelle combinaison de caractères (maximum 15). Si le plan source comporte plusieurs prises, considérez l’identifiant de prise comme un identifiant de sous-plan. À propos des descriptions de scènes et de prises de vue Toutes les prises de vue d’une scène sont reliées à cette scène et tous les plans sources d’une prise de vue sont reliés à cette prise de vue. Comme la base de données mémorise ces liens, vous n’avez à saisir ces descriptions qu’une fois pour chaque scène et prise de vue. Lorsque vous saisissez ou modifiez la description d’une scène, les mêmes informations apparaissent pour toutes les prises de vue associées à la scène, dans les enregistrements existants comme dans ceux que vous créerez ultérieurement et qui porteront le même identifiant de scène. De la même façon, toutes données descriptives que vous saisissez pour un plan apparaîtra dans les enregistrements de base de données existants avec le même identifiant de plan. Dans l’exemple ci-après, tous les enregistrements de la scène A54 auront le même texte descriptif (« Outside ») et les mêmes numéros de page (de 146 à 167). Toutes les prises du plan (A54J) auront le même texte descriptif (« Left » dans cet exemple) et les mêmes numéros de page (de 148 à 155). Chaque prise de ce plan aura aussi une entrée de note de prise unique.98 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Champ Cam Roll : (si vous prévoyez de créer une liste de conformation ou une liste de modifications, vous devez compléter un des champs de bobine.) Si vous procédez à un montage à partir des bobines d’une caméra, saisissez l’identifiant de bobine attribué par l’assistant cameraman au cours de la production. Cet identifiant doit être le même que celui qui est affiché sur le clap de la prise. Remarque : souvent, la bobine de caméra et la bobine de laboratoire sont identiques et peuvent donc porter le même identifiant. Vous pouvez saisir des données dans l’un de ces deux champs ou dans les deux. Veillez cependant à être cohérent. Lorsque vous créez une cut list ou une liste de modification, Cinema Tools vous donne l’option d’afficher la bobine caméra, la bobine laboratoire ou la bobine des rushes. Quelle que soit l’option choisie, elle doit apparaître dans tous les enregistrements de la base de données, sinon Cinema Tools signalera une erreur lorsque vous exporterez une liste de film.  Champ Lab Roll : (si vous prévoyez de créer une liste de conformation ou une liste de modifications, vous devez compléter un des champs de bobine.) Si les données que vous montez proviennent de bobines de laboratoire, saisissez l’identifiant attribué par le laboratoire qui a traité votre film. Ou alors saisissez l’identifiant d’une bobine créée à partir de prises choisies, pour l’impression (cette bobine est parfois appelée négatif A). Souvent, la bobine de caméra et la bobine de laboratoire sont identiques et peuvent donc porter le même identifiant (consultez la note ci-avant).  Champ Daily Roll : (si vous prévoyez de créer une liste de conformation ou une liste de modifications, vous devez compléter un des champs de bobine.) Si vous procédez au montage à partir des rushes, saisissez l’identifiant attribué à la bobine de rushes d’où le plan source est tiré.  Champs Key : (si vous prévoyez de créer une liste de conformation ou une liste de modifications, ces champs ou les champs de codification manuelle sont obligatoires.) Le premier champ doit contenir le préfixe utilisé tout au long de la bobine de film. Par exemple, pour le numéro de clé KJ 29 1010 5867+07, le préfixe de clé est « KJ 29 1010 » que l’on saisit sous la forme « KJ291010 ». Vous pouvez saisir jusqu’à huit caractères (y compris les espaces, bien que vous passerez les espaces dans la plupart des cas, comme dans cet exemple). Dans le deuxième champ, saisissez la deuxième partie du numéro de bord (numéro d’image) de la première image du plan. Par exemple, pour le numéro de clé KJ 29 1010 5867+07, le numéro d’image est « 5867+07 ». Le numéro d’image indique chaque pied ou demi-pied de la bobine, complété du numéro de comptage d’image. Si vous connaissez le numéro de clé d’une autre partie du plan, la fonction Identify peut déterminer et saisir le numéro de clé (champs Key) de la première image du plan. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de la fonction Identify pour la saisie de numéros de code de bordure et de timecode dans la base de données » à la page 102.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 99 I  Champs Ink : (si vous prévoyez de créer une liste de conformation ou une liste de modifications, ces champs ou les champs de clé sont obligatoires.) Saisissez le numéro du préfixe dans le premier champ et le numéro d’image dans le second. Par exemple, dans la codification manuelle 123 4567+08, le préfixe est « 123 » et le numéro d’image est « 4567+08 », ce qui indique que l’image apparaît à 4567 pieds et 8 images.  Menu local TK Speed : ce menu local vous donne la possibilité de spécifier individuellement la vitesse de transfert de télécinéma pour chaque enregistrement de la base de données. Si l’enregistrement de base de données a été créé à partir d’une liste télécinéma, ce réglage devrait déjà être correct et il ne devrait pas être nécessaire de le modifier. Si vous créez la base de données manuellement, la valeur de ce menu local devrait refléter le réglage de la vitesse du film de télécinéma que vous avez choisi lorsque vous avez défini les valeurs par défaut au niveau du projet. Pour en savoir plus, consultez la section « Vitesse télécinéma » à la page 79.  Menu local Film Std : ce menu permet de spécifier individuellement le format du film pour chaque enregistrement de la base de données. Si l’enregistrement de base de données a été créé à partir d’une liste télécinéma, ce réglage devrait déjà être correct et il ne devrait pas être nécessaire de le modifier. Si vous créez la base de données manuellement, cette valeur doit refléter le réglage choisi dans la zone de dialogue New Database. Pour les plans qui sont en sens inverse, vous pouvez spécifier un sens inverse pour le format de film en choisissant 35.4p.rev (pour les films 35 mm à 4 perforations) ou 16.20.rev (pour les films 16 mm-20). Un film en sens inverse est un film dont les numéros de bord sont en ordre décroissant plutôt que croissant. Cette situation se produit par exemple quand le film a été tourné en sens inverse ou quand la bobine a été placée à l’envers dans la caméra et que les numéros de bord sont alors lus dans l’ordre inverse. Pour en savoir plus, consultez la section « Format de film » à la page 78. Pour les plans qui utilisent le format 35 mm à 3 perforations, choisissez de décalage de la perforation du numéro de bord. Ce décalage (3 perf. •1, 3 perf. •2 ou 3 perf. •3) fait référence à la relation entre la perforation marquée du symbole « • » et l’image du film à ce point. Pour en savoir plus, consultez la section « Décalages 35 mm à 3 perforations » à la page 235. Remarque : le film 35 mm à 3 perforations en sens inverse n’est pas pris en charge.100 Partie I Utilisation de Cinema Tools Réglages vidéo Les réglages suivants portent sur les bandes vidéo.  Champ Video Reel : (à moins que tous les plans que vous allez monter ne soient connectés à la base de données, ce champ est obligatoire si vous prévoyez de créer une liste de conformation, une liste de modifications ou une liste audio EDL.) Saisissez l’identifiant de la bande vidéo contenant cette prise. Ce champ doit être rempli sans faute si vous souhaitez garantir l’exactitude de la cut list ou de la liste de modification. Lorsque vous reliez un plan à un enregistrement de base de données qui ne contient pas encore l’identifiant de bande, Cinema Tools recherche cette information dans le fichier du plan et l’introduit automatiquement dans l’enregistrement. Veillez à ne pas commettre d’erreurs lors de la saisie de cet identifiant afin que l’enregistrement puisse être associé au plan approprié après le montage numérique de votre film. Par exemple, « 001 » est différent de « 0001 ».  Champ Video Timecode : (à moins que tous les plans que vous allez monter ne soient connectés à la base de données, ce champ est obligatoire si vous prévoyez de créer une liste de conformation, une liste de modifications ou une liste audio EDL.) Saisissez le numéro de timecode de la première image du plan. Le lien entre les numéros de code et le timecode est établi lors du transfert du film sur bande vidéo et ces informations sont en général saisies automatiquement lorsque vous créez la base de données à partir d’une liste télécinéma. Lorsque vous reliez un plan à un enregistrement de la base de données qui ne contient pas encore le timecode du plan, Cinema Tools recherche cette information dans le fichier du plan et l’introduit automatiquement dans l’enregistrement. Vous pouvez aussi déterminer la valeur du timecode pour ce champ en jetant un coup d’œil à la première image du plan, à condition que le numéro de bord et le timecode soient gravés dans la vidéo. ? Tip : si vous saisissez les informations de bande vidéo et de timecode dans la fenêtre Detail View, vous pouvez utiliser la base de données pour localiser du matériel source sur la bande vidéo pendant le montage. Si vous êtes par exemple en train de monter un plan et que vous souhaitez vérifier le contenu d’une partie du plan dont la netteté est médiocre, il est alors nécessaire d’utiliser la bande vidéo, où l’image est de meilleure qualité. Vous pouvez consulter l’enregistrement de base de données du plan pour voir quelle bande contient le matériel et l’emplacement de timecode sur la bande.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 101 I  Champ Video Duration : (à moins que tous les plans que vous allez monter ne soient connectés à la base de données, ce champ est obligatoire si vous prévoyez de créer une liste de conformation, une liste de modifications ou une liste audio EDL.) Saisissez la durée du timecode du plan source. Cette valeur peut provenir d’une liste télécinéma. Lorsque vous reliez un plan à un enregistrement de base de données qui ne contient pas encore le timecode du plan, Cinema Tools recherche cette information dans le fichier du plan et l’introduit automatiquement dans l’enregistrement. Cette durée est exprimée en heures, minutes, secondes et images, ce qui peut vous sembler plus parlant que la longueur exprimée en pieds et images. La durée du timecode est particulièrement importante si vous souhaitez réaliser une capture par lot ou créer une cut list ou une liste de modification en faisant correspondre le programme monté avec la bande et le timecode vidéo.  Menu local Video TC Rate : ce menu local affiche la vitesse de timecode vidéo par défaut que vous avez choisie lorsque vous avez créé la base de données ou le format qui figurait dans la liste télécinéma que vous avez importée pour créer la base de données. Le laboratoire qui transfère votre film sur bande vidéo peut vous dire quel type de timecode vidéo est enregistré sur la bande vidéo. Consultez la section « Vitesse du timecode (Video TC Rate) » à la page 78 pour en savoir plus. Réglages du son Les réglages suivants portent sur les bandes son.  Champ Sound Roll : (obligatoire si vous prévoyez de créer une liste audio EDL.) Saisissez le nom de la bande son.  Champ Sound Timecode : (obligatoire si vous prévoyez de créer une liste audio EDL.) Saisissez le numéro de timecode audio de début du plan. Le format du timecode audio peut être différent de celui du timecode vidéo.  Champ Sound TC Rate : (obligatoire si vous prévoyez de créer une liste audio EDL.) Saisissez le type de timecode utilisé sur les bandes son de production. Bouton Clip et réglages Ce qui suit s’applique en particulier au plan lié à cet enregistrement.  Bouton Connect Clip/Open Clip : si aucun plan n’a été associé à l’enregistrement, ce bouton s’intitule Connect Clip. Si un plan est déjà associé, il s’intitule Open Clip.  Cliquez sur Connect Clip pour sélectionner un plan source à relier à cet enregistrement. Lorsque vous sélectionnez un plan, il est relié à la base de données et sa première image s’affiche dans la zone située sous le bouton Connect Clip/Open Clip.  Cliquez sur Open Clip pour ouvrir la fenêtre du plan relié. Si le plan est introuvable, une zone de dialogue s’ouvre pour vous permettre de sélectionner le bon plan.  Appuyez sur la touche Commande pour passer d’Open Clip à Disconnect Clip. Cliquez sur Disconnect Clip pour annuler le lien entre le plan et la base de données.  Champ Take Notes : saisissez-y les commentaires que vous souhaitez inclure à propos du plan source.102 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données Vous pouvez utiliser la fonction Identify de la fenêtre Clip pour déterminer le numéro de bord, le numéro de codification manuelle ou les valeurs de timecode des plans de la base de données. Ces valeurs sont obligatoires dans la base de données pour la première image du plan, mais il se peut qu’elles ne soient pas disponibles si vous ne créez pas les enregistrements de base de données à partir d’une liste télécinéma ou si vos plans n’ont pas de fenêtre d’affichage. Pour utiliser la fonction Identify afin de déterminer ou de vérifier le code de bordure ou le timecode :  Vous devez connaître le numéro de bord, la codification manuelle ou le timecode d’au moins une des images du plan.  Le plan doit posséder un enregistrement dans la base de données.  Le lien numéro de bord/timecode doit être continu. Consultez à ce sujet la section « Le lien entre les numéros de code de bordure et le timecode est-il continu ou discontinu ? » à la page 72. N’oubliez pas qu’avec la fonction Identify, les champs Key, Ink, Video Timecode et Sound Timecode doivent toujours refléter les valeurs de l’image affichée dans la fenêtre Clip, alors que dans la fenêtre Detail View, ces champs sont associés à la première image du plan. Toutefois, la fonction Identify calcule et introduit les valeurs de la première image qui apparaissent dans la fenêtre Detail View. Utilisation de la fonction Identify pour la saisie de numéros de code de bordure et de timecode dans la base de données Si vous connaissez le code de bordure (numéro de bord ou codification manuelle) et le timecode de toute image d’un plan, vous pouvez utiliser la fonction Identify pour déterminer ces valeurs pour la première image du plan. Ces informations seront alors saisies automatiquement dans la base de données. Cette fonction est particulièrement utile si vous travaillez sur une bande vidéo sans fenêtre d’affichage, car vous devez dans ce cas marquer physiquement une image de chaque plan pour assurer le suivi des timecodes et codes de bordure. Si l’image marquée n’est pas la toute première image du plan, la fonction Identify peut calculer les valeurs de la première image, qui sont alors automatiquement saisies dans la base de données.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 103 I Pour saisir les valeurs du code de bordure et du timecode dans la base de données : 1 Si le plan souhaité n’est pas encore ouvert, ouvrez-le dans la fenêtre Clip en procédant de l’une des manières suivantes :  Choisissez File > Open Clip (ou appuyez sur Commande + O), puis utilisez la zone de dialogue pour sélectionner le plan.  Cliquez sur Open Clip, dans la fenêtre Detail View de l’enregistrement dans la base de données du plan. 2 Cliquez sur Identify dans la fenêtre Clip pour afficher les réglages relatifs à l’image actuelle. 3 Localisez l’image marquée dans la zone de lecture du plan. ? Astuce : utilisez les touches fléchées du clavier pour avancer et reculer image par image. Les réglages Identify sont mis à jour pour afficher les informations de chaque image lorsque vous vous déplacez dans un plan afin que vous puissiez localiser l’image marquée. 4 Saisissez, dans les champs appropriés, les valeurs de code de bordure et de timecode de l’image marquée (l’image affichée dans la fenêtre Clip). Remarque : vous pouvez utiliser soit la codification manuelle, soit les numéros de bord. Dans ce cas, ne remplissez pas le champ inutile. Remarque : pour réinitialiser les valeurs aux valeurs en vigueur à l’ouverture du plan dans la fenêtre, cliquez sur Revert. 5 Lorsque vous identifiez un plan de 35 mm à 3 perforations, vous devez aussi choisir le décalage (3 perf. •1, 3 perf. •2 ou 3 perf. •3) dans le menu local Film Std. Remarque : en principe, vous ne devez pas modifier le réglage du menu local Film Std si vous utilisez l’un des autres formats de film. 6 Cliquez sur Save. Saisissez les valeurs de numéro de bord ou de codification manuelle de l’image marquée. Saisissez la valeur de timecode vidéo de l’image marquée.104 Partie I Utilisation de Cinema Tools L’enregistrement de base de données correspondant à ce plan est immédiatement actualisé avec les valeurs de la première image du plan. De plus, la durée du plan est calculée et saisie. À propos de la modification de données à l’aide de la fonction Identify Vous ne pouvez utiliser la fonction Identify pour un plan que si un enregistrement de base de données a été créé pour ce plan. La sous-fenêtre Identify de la fenêtre Clip contient des champs et des menus locaux pour des réglages qui apparaissent aussi dans la fenêtre Detail View. Vous pouvez modifier ces réglages à l’aide de la fonction Identify, mais gardez les points suivants à l’esprit :  Les champs Key, Ink, Video Timecode et Sound Timecode doivent toujours refléter les valeurs de l’image affichée dans la fenêtre Clip, alors que dans la fenêtre Detail View, ces champs sont associés à la première image du plan. C’est pourquoi il se peut que ce que vous voyez ou saisissez dans la sous-fenêtre Identify de la fenêtre Clip diffère de ce que vous voyez ou saisissez dans la fenêtre Detail View. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données » à la page 102.  La fonction Identify ne permet de faire le suivi des numéros de bord que si la relation entre les numéros de bord et les timecodes est continue, comme c’est le cas avec la plupart des transferts caméra-bande. Consultez à ce sujet la section « Le lien entre les numéros de code de bordure et le timecode est-il continu ou discontinu ? » à la page 72. Si vous avez modifié les valeurs dans la fenêtre et souhaitez revenir aux valeurs antérieures, cliquez sur Revert plutôt que sur Save. Lorsque vous cliquez sur Save, l’enregistrement de base de données est mis à jour et ces modifications sont reflétées dans la fenêtre Detail View. Modification d’informations dans la base de données Vous pouvez modifier toute information de la base de données en modifiant des réglages dans la fenêtre Detail View et dans la sous-fenêtre Identify de la fenêtre Clip. Certains des calculs que vous faites à l’aide de la fonction Identify modifient automatiquement des informations qui figurent dans la base de données. Consultez la section « Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données » à la page 102 pour en savoir plus. Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 105 I Suppression d’un enregistrement de la base de données Il se peut que vous n’ayez plus besoin de certains enregistrements. Vous pouvez alors les supprimer de la base de données. Remarque : soyez très prudent lors de cette opération car elle est irréversible. Pour supprimer un enregistrement de la base de données : 1 Ouvrez l’enregistrement dans la fenêtre Detail View ou sélectionnez-le dans la fenêtre List View. 2 Choisissez Database > Delete Record (ou appuyez sur Commande + Suppr). Remarque : lorsque vous supprimez un enregistrement de base de données qui est connecté à un fichier de données source, vous ne supprimez pas le fichier du disque dur. Vous ne supprimez que l enregistrement de base de données. Changement de l’affiche d’un plan Par défaut, lorsqu’un plan relié à un enregistrement est ouvert dans la fenêtre Clip, une vignette de la première image du plan est affichée dans la fenêtre Detail View. Cette image est appelée affiche du plan. Vous pouvez choisir une autre affiche si cette image n’est pas pertinente (si elle est noire par exemple). L’affiche de plan par défaut n’apparaît dans la fenêtre Detail View qu’une fois que :  le plan est relié à un enregistrement de la base de données  le plan est ouvert dans la fenêtre Clip Pour choisir une nouvelle affiche : 1 Si le plan souhaité n’est pas encore ouvert, ouvrez-le dans la fenêtre Clip en procédant de l’une des manières suivantes :  Choisissez File > Open Clip (ou appuyez sur Commande + O), puis utilisez la zone de dialogue pour sélectionner le plan.  Cliquez sur Open Clip, dans la fenêtre Detail View de l’enregistrement dans la base de données du plan. 2 Dans la zone de lecture du plan, repérez l’image à utiliser comme affiche.106 Partie I Utilisation de Cinema Tools ? Tip : utilisez les touches fléchées du clavier pour avancer et reculer image par image. 3 Cliquez sur Set Poster Frame une fois que l’image souhaitée apparaît dans la zone de lecture du plan. La nouvelle affiche apparaît dans la fenêtre Detail View du plan. Remarque : quelle que soit l’affiche choisie, la fenêtre Clip s’ouvre toujours sur la première image du plan. Modification des réglages de base de données par défaut Bien que vous ne puissiez pas modifier les réglages par défaut d’une base de données directement, vous pouvez obtenir le même résultat en créant une nouvelle base de données possédant les réglages souhaités, puis en important la base de données original dedans. Pour modifier les réglages par défaut d’une base de données : m Créez une nouvelle base de données, attribuez-lui des réglages par défaut, puis importez-y la base de données originale. Consultez à ce sujet la section « Importation d’une base de données Cinema Tools existante » à la page 90. Vous pouvez faire glisser la tête de lecture pour localiser et afficher l’image que vous voulez utiliser comme affiche de plan. Cliquez sur le bouton Set Poster Frame pour que l’image courante apparaisse comme vignette dans la fenêtre Detail View.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 107 I Modification de tous les identifiants de bobine ou de bande Il s’avère parfois nécessaire de modifier tous les identifiants de bobine ou de bande contenus dans une base de données. Par exemple pour passer d’un identifiant de bobine non compatible EDL à un identifiant compatible, ou pour faire concorder les identifiants d’une base de données avec ceux d’une liste EDL. Remarque : si vous comptez exporter une liste de capture par lot à partir de la base de données, pensez à apporter les modifications de bobine ou de bande avant d’exporter la liste. Pour modifier toutes les occurrences d’un nom de bobine ou de bande dans une base de données : 1 Cliquez sur le bouton Show All dans la fenêtre List View pour vous assurer que tous les enregistrements de base de données apparaissent bien dans la fenêtre List View. 2 Choisissez Database > Change Reel. 3 Effectuez les réglages suivants dans la zone de dialogue Change Reel :  Choisissez le type de bande ou de bobine.  Dans le champ From, saisissez l’identifiant à modifier.  Dans le champ To, saisissez le nouvel identifiant. 4 Cliquez sur OK. Lorsque vous cliquez sur OK, une recherche est lancée dans tous les enregistrements de la fenêtre List View et tous les identifiants trouvés à modifier sont remplacés par le nouvel identifiant. Choisissez le type de bande ou de bobine. Saisissez l’ancien et le nouvel identifiant.108 Partie I Utilisation de Cinema Tools Vérification et correction de numéros de code de bordure de timecode Si vous connaissez les valeurs de timecode, de numéro de bord ou de codification manuelle d’une image de plan, que ce soit par une image marquée ou par une fenêtre d’affichage, vous pouvez utiliser la fonction Identify pour vérifier ces valeurs pour le plan. Cette vérification est importante car l’exactitude de votre cut list ou de votre liste de modification repose sur ces valeurs. La vérification de valeurs à l’aide de la fonction Identify est particulièrement utile lorsque :  vous constatez une différence entre le timecode et les numéros de bord ou de clé de la fenêtre d’affichage et les valeurs de la base de données Cinema Tools ou de Final Cut Pro ;  vous avez saisi les valeurs manuellement et souhaitez contrôler la saisie. Important : la fonction Identify ne permet de faire le suivi des numéros de code de bordure que si la relation entre les numéros de code de bordure et les timecodes est continue, comme c’est le cas avec la plupart des transferts caméra-bande. Consultez à ce sujet la section « Le lien entre les numéros de code de bordure et le timecode est-il continu ou discontinu ? » à la page 72. Si la relation entre les numéros de code de bordure et les timecodes est non continue, vous pouvez vérifier et corriger les valeurs de numéro de code de bordure et de timecode pour les plans source en comparant visuellement ces valeurs avec la fenêtre d’affichage et, si nécessaire, en corrigeant manuellement les valeurs de numéro de code de bordure et de timecode dans Cinema Tools et les valeurs de timecode dans Final Cut Pro. Pour vérifier et corriger les valeurs de code de bordure et de timecode saisies pour un plan : 1 Si le plan souhaité n’est pas encore ouvert, ouvrez-le dans la fenêtre Clip en procédant de l’une des manières suivantes :  Choisissez File > Open Clip (ou appuyez sur Commande + O), puis utilisez la zone de dialogue pour sélectionner le plan.  Cliquez sur Open Clip, dans la fenêtre Detail View de l’enregistrement dans la base de données du plan.Chapitre 4 Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools 109 I 2 Dans la zone de lecture de plan, localisez une image près du début du plan dont vous connaissez le numéro de code de bordure ou la valeur de timecode. Cela ne pose aucun problème si votre bande vidéo contient une fenêtre d’affichage. 3 Si nécessaire, cliquez sur Identify pour afficher les réglages de l’enregistrement. 4 Regardez si les valeurs des champs Key, Ink et Video Timecode de la sous-fenêtre Identify correspondent à la fenêtre d’affichage de l’image dans la fenêtre Clip. (Vous pouvez utiliser soit la codification manuelle, soit les numéros de bord. Dans ce cas, ne remplissez pas le champ inutile.) 5 Si l’une ou l’autre valeur des champs Key, Ink ou Video Timecode est incorrecte, saisissez la valeur correcte dans le champ correspondant. 6 Dans la zone de lecture de plan, localisez une image près de la fin du plan et répétez les étapes 4 et 5.  Si les valeurs du code de bordure et du timecode sont exactes au début du plan mais pas à la fin : il se peut que des images aient été perdues durant la capture et vous devez alors recapturer le plan. Consultez à ce sujet la section « Comment éviter les pertes d’images » à la page 112. Il se peut aussi que cela soit dû au fait que le plan n’aie pas de relation entre numéro de code de bordure et timecode continue, au quel cas la fonction Identify ne peut pas vous aider à confirmer les valeurs de numéro de code de bordure et de timecode parce que cette fonction utilise un calcul basé sur une relation entre numéro de code de bordure et timecode continue. Cliquez sur Identify pour afficher les réglages de l’image courante. Valeur de timecode gravée Valeur de code de bordure gravée110 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Si la valeur de timecode est incorrecte : ouvrez la même image dans Final Cut Pro et regardez si la valeur de timecode est correcte. Si ce n’est pas le cas, corrigez le timecode dans Final Cut Pro. Utilisez pour cela la zone de dialogue Modifier le timecode. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus sur la façon de modifier le timecode. Si vous avez utilisé le contrôle de périphérique série, l’inexactitude de timecode peut être dû au fait que vous n’avez pas défini le décalage de timecode voulu dans Final Cut Pro pour l’appareil que vous avez utilisé. Ce réglage doit être effectué une fois pour chaque périphérique et par ordinateur. Pour en savoir plus, consultez la section consacrée à l’étalonnage du signal de timecode dans la documentation de Final Cut Pro. 7 Si vous avez saisi de nouveaux nombres dans les champs, cliquez sur Save. Si les valeurs étaient déjà correctes, fermez la fenêtre.5 111 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données La clef de la réussite d’un projet est l’établissement des liaisons entre les plans sources et la base de données Cinema Tools. Une fois créée la base de données du projet, vous pouvez enfin capturer vos plans source à l’aide de Final Cut Pro. (Les plans sources sont les premiers fichiers multimédias que vous traitez lorsque vous commencez le montage.) Après la capture, établissez des liens entre les enregistrements de la base de données et les plans sources. ? Astuce : utilisez les scénarios de la section « Le flux de production de Cinema Tools » à la page 37 pour connaître les étapes élémentaires nécessaires pour capturer vos plans sources et établir un lien entre eux et la base de données. Les étapes à suivre et l’ordre à respecter dépendent de facteurs qui sont brièvement expliqués dans les exemples de travail. Il n’est par exemple pas toujours nécessaire de créer un lien entre les plans et la base de données. Préparation de la capture Des informations détaillées sur la capture des plans sont présentées dans la documentation de Final Cut Pro. Avant de procéder à la capture, prenez en considération certains des facteurs susceptibles d’affecter votre projet :  comment éviter les pertes d’images au cours de la capture,  comment configurer votre matériel pour la capture vidéo,  les facteurs liés à la capture d’audio,  comment préparer une capture par lot (si vous disposez d’une platine vidéo avec contrôle de périphérique),  les facteurs liés à la capture individuelle de plans sources (si vous ne disposez pas de contrôle de périphérique). 112 Partie I Utilisation de Cinema Tools Comment éviter les pertes d’images Si les performances de votre ordinateur sont médiocres ou que votre disque de travail n’est pas suffisamment rapide, des images peuvent être perdues au cours de la capture, ce qui signifie que plusieurs images ne sont pas capturées. Lorsqu’une image est perdue lors de la capture, l’image précédente est répétée. Ainsi, une image que vous voyez lors du montage peut ne pas être l’image vue lors de la coupe du film. Les pertes d’images peuvent entraîner des erreurs de timecode et donc engendrer une cut list incorrecte et des problèmes lors de la procédure de télécinéma inversé. Vous pouvez éviter ce problème dans Final Cut Pro en réglant le programme pour qu’il arrête la capture et vous prévienne lorsqu’une image est perdue. Pour régler Final Cut Pro afin d’arrêter la capture lorsque des images sont perdues : 1 Dans Final Cut Pro, choisissez Final Cut Pro > Préférences. 2 Dans l’onglet Généralités, assurez-vous que l’option « Interrompre la capture si perte d’images » est sélectionnée. Si cette option est sélectionnée, un message s’affiche dès que des images sont perdues en cours de capture et cette dernière est interrompue. En cas de perte d’images, assurez-vous d’abord qu’aucune autre application n’est ouverte et ralentit de ce fait les performances de l’ordinateur. Ensuite, capturez à nouveau le plan source. Un message d’avertissement est affiché si vous essayez d’utiliser la fonction Télécinéma inversé pour un plan source ayant perdu des images. Avertissement sur l’utilisation d’Offline RT Media avec Cinema Tools Lorsque vous capturez des données avec la configuration simplifiée Offline RT dans Final Cut Pro, les données capturées sont légèrement compressées, ce qui vous permet de capturer plus de plans source sur votre disque dur, approximativement 2 heures de vidéo par gigaoctet (Go) d’espace disque. Sachez toutefois qu’une capture avec compression Offline RT rend la lecture des numéros de bord et des timecodes incrustés très difficile, voire impossible. La fenêtre d’affichage est en général nécessaire pour vérifier et corriger, le cas échéant, les numéros de bord et les timecodes, ainsi que pour utiliser la fonction Télécinéma inverse de Cinema Tools. C’est pour cette raison que l’utilisation d’Offline RT avec Cinema Tools n’est pas idéale. Pour obtenir plus d’informations sur OfflineRT, consultez la documentation de Final Cut Pro.Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 113 I Configuration de votre matériel afin de capturer un timecode exact La capacité de Final Cut Pro de capturer un timecode précis image par image pour chaque plan dépend aussi de la configuration de votre matériel de capture. Cette opération s’avère très simple si vous utilisez des platines DV. Dans Final Cut Pro 3 et les versions ultérieures, la capture de vidéo avec une platine DV à l’aide de FireWire à la fois pour le contrôle de périphérique et l’entrée audio et vidéo rendra un timecode exact à 100 %. Si en revanche la capture est réalisée à l’aide d’une platine avec contrôle de périphérique série (par exemple une platine Digital Betacam ou Beta SP), certaines opérations supplémentaires sont nécessaires pour garantir l’exactitude du timecode. Si vous capturez à l’aide d’une platine dotée du contrôle de périphérique série Avant de procéder à la capture à l’aide d’une platine équipée du contrôle de périphérique série, suivez ces conseils pour garantir l’exactitude du timecode :  asservissez votre platine et votre interface de capture vidéo,  calibrez le décalage du timecode. Synchronisation (genlock) de la platine et de l’interface de capture vidéo Connectez d’abord la platine à l’ordinateur à l’aide du câble de contrôle de périphérique série (via un adaptateur d’interface série recommandé), puis branchez tous les connecteurs audio et vidéo nécessaires. Ensuite, assurez-vous que votre platine est synchronisée (genlock) avec votre interface de capture vidéo. Le terme Genlock se réfère au verrouillage de la synchronisation entre deux périphériques vidéo à l’aide d’un générateur de signaux de référence. Qu’est-ce que le Contrôle de périphérique ? Le contrôle de périphérique permet à Final Cut Pro de contrôler votre caméra ou votre platine vidéo. Si votre platine ou caméra vidéo utilise un protocole pris en charge par Final Cut Pro, Final Cut Pro peut échanger les données du timecode et du contrôle de périphérique avec la caméra ou la platine. Si vous disposez du contrôle de périphérique, vous pouvez repérer et capturer plusieurs plans sources à la fois (réaliser une capture par lot). Dans le cas contraire, vous devez capturer les plans sources un par un. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour obtenir des informations sur les protocoles de contrôle de périphérique pris en charge.114 Partie I Utilisation de Cinema Tools Si votre platine et votre appareil de capture vidéo prennent en charge l’asservissement (également appelé la synchronisation externe), connectez-les à un générateur de signaux classique (en général, il s’agit d’un générateur de signaux de référence produisant un signal vidéo noir continu). Réalisez cette connexion à l’aide des connecteurs genlock de votre platine vidéo et de votre interface de capture (qui sont parfois intitulés reference video). De cette manière, la platine et l’interface de capture vidéo sont synchronisées et le timecode sera toujours exact. Important : si vous effectuez la capture à partir d’une platine utilisant le contrôle de périphérique série, mais que votre interface de capture vidéo ne peut pas être synchronisée avec la platine, l’exactitude du timecode capturé avec vos plans ne peut pas être garantie. Calibrage du décalage du timecode Même si votre magnétoscope et votre interface de capture vidéo sont asservis, si vous utilisez le contrôle de périphérique série plutôt que le contrôle de périphérique FireWire pour la capture, il est toujours essentiel de calibrer le décalage de capture (dans l’onglet Final Cut Pro Device Control Preset de) avant la capture. Pour utiliser le contrôle de périphérique série, vous devez régler cette option sur la platine et sur l’ordinateur. Pour en savoir plus, consultez la section consacrée au calibrage du signal de timecode dans la documentation de Final Cut Pro. Avant de capturer de l’audio Before you capture your audio with Final Cut Pro, you need to take into account the following :  Si vous pouvez régler la vitesse de l’audio sur la platine audio dont vous disposez pour la synchroniser avec la fréquence d’images de montage si nécessaire : utilisez la platine audio pour ce faire avant de capturer l’audio dans votre ordinateur. Consultez la section « Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage » à la page 129 pour connaître les cas où cet ajustement est nécessaire. Remarque : si vous n’avez pas de platine audio, il existe d’autres moyens d’ajuster l’audio après la capture. Consultez à ce sujet la section « Ajustements de la vitesse audio » à la page 145.  Si vous allez monter à 24 ips (la fréquence d’images à laquelle le film a été enregistré) : capturez l’audio à la fréquence d’images à laquelle il a été enregistré.  Avant de capturer un plan audio à synchroniser avec un plan vidéo : vérifiez que votre platine audio pilotable est bien asservi à une interface de capture vidéo installée sur votre ordinateur. (consultez la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus sur le procédé de genlock de la platine audio et de l’interface de capture). Par ailleurs, sélectionnez dans Final Cut Pro l’option « Synchroniser la capture audio avec la source vidéo éventuelle » dans l’onglet Généralités de la fenêtre Préférences utilisateur.Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 115 I Génération d’une liste de capture par lot dans Cinema Tools Si vous disposez d’une platine ou d’une caméra dotée du contrôle de périphérique (soit une caméra DV avec FireWire, soit un magnétoscope ou une caméra vidéo haut de gamme), la manière la plus simple de transférer les données dans votre ordinateur est la capture par lot. Avec la capture par lot, vous connectez un magnétoscope ou une caméra vidéo à votre ordinateur, puis, sur la base d’une liste de plans source générée par Cinema Tools, Final Cut Pro copie tous les plans source de la bande vers l’ordinateur. En d’autres termes, lorsque vous utilisez la capture par lot, vous n’avez pas besoin d’utiliser votre magnétoscope ou caméra vidéo pour localiser manuellement chaque plan source avant de le capturer avec Final Cut Pro. Pour configurer une capture par lot, vous devez spécifier les plans à capturer (après la création de votre base de données Cinema Tools) et Cinema Tools crée une liste à partir des informations de la base de données. Une fois cette liste de capture par lot importée dans Final Cut Pro, ces plans sources apparaissent dans le Navigateur comme plans offline, étant donné qu’ils sont listés et prêts à être capturés par lot. Si vos rushes se trouvent sur plusieurs bandes, vous pouvez également effectuer une capture par lot. Lorsqu’une capture par lot commence, une liste de toutes les bandes vidéo nécessaires s’affiche. Une fois que tous les plans d’une bande ont été capturés, vous êtes invité à choisir une autre bande. Avantages de l’utilisation d’une liste de capture par lot Cinema Tools  Gain de temps : Cinema Tools crée pour vous la liste de capture par lot, vous épargnant la création manuelle.  Exactitude : la liste de capture par lot capture les plans sources qui correspondent aux fiches de votre base de données.  Clarté des noms des plans sources : lorsque la capture par lot est réalisée à partir de la liste de capture par lot d’une base de données, vos fichiers de plans sources sont intitulés en fonction des identifiants de prise et de scène. Par exemple, le fichier de la scène 10, prise 1 sera intitulé 10-1.  Lien automatique entre les plans sources et la base de données : la commande Connect Clips vous permet d’établir un lien automatique entre vos plans sources capturés et les enregistrements appropriés de la base de données.116 Partie I Utilisation de Cinema Tools Remarque : vous ne devez pas obligatoirement créer une liste de capture par lot à partir d’une base de données Cinema Tools. Vous pouvez aussi d’abord capturer par lot les plans avec Final Cut Pro, puis générer une base de données à partir de la liste de capture par lot Final Cut Pro. Cette méthode n’est cependant pas idéale, car vous perdez les avantages liés à la création de votre base de données à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE (Avid Log Exchange). Le principal inconvénient, c’est que les informations des numéros de bord et de bobine ne sont pas ajoutées à chaque enregistrement de la base de données, vous devez donc accomplir cette tâche manuellement. Consultez la section « Importation des informations relatives à une base de données dans une liste de capture de lots Final Cut Pro » à la page 89 pour en savoir plus. À propos des différences entre les listes de capture par lot standard et XML Dans Cinema Tools, vous pouvez créer des listes de capture par lot standard ou XML. Les liste de capture par lot standard sont des fichiers au format Texte qui contiennent des informations sur les bobines, les noms des plans (sur la base du contenu des champs de plan et de prise), les commentaires et le timecode. Les listes de capture par lot XML contiennent les mêmes informations que les listes standard, plus toutes les informations sur le film, comme, par exemple, les valeurs des numéros de bord, le type de film et la vitesse de télécinéma. Ces informations supplémentaires sont ajoutées aux entrées de tous les plans dans le Navigateur Final Cut Pro, où vous pouvez les afficher. Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 117 I Attribution du nom des plans capturés par lot par Cinema Tools Si vous capturez des plans avec une liste de capture par lot et si les enregistrements de la base de données contiennent les identifiants de scène et de prise, Cinema Tools nomme les plans à partir des identifiants de scène et de prise (séparés par un tiret). Par exemple, le plan de la scène 10, prise 1 sera intitulé « 10-1 ». S’il n’y a pas d’identifiants de scène et de prise, Cinema Tools crée un nom de plan en fonction de la bande et du timecode de la vidéo. Par exemple, le plan provenant de la bande 001 et commençant par la valeur de timecode 01:35:30:15 sera intitulé « 001-01.35.30.15 ». Cinema Tools veille à ne jamais attribuer le même nom à deux plans distincts. Si, par exemple, les plans de deux caméras distinctes possèdent les même identifiants de scène et de prise. Lorsque cela se produit, les noms des plans sont distingués par l’ajout des identifiants de bobine ou bande aux plans après le premier. Ainsi, les plans de la scène 4, prise 4, bobine 1A et 1B seront intitulés « 4-4 » et « 4-4B » respectivement. En l’absence d’identifiant de bobine ou de bande, ces plans porteraient les noms “4-4” et “4-4_1.” Remarque : avant d’exporter une liste de capture par lot depuis Cinema Tools, il est recommandé d’effectuer un tri en fonction du critère Slate dans la fenêtre List View, afin de voir s’il existe des plans ayant les mêmes descriptions dans la colonne Slate. Si des plans présentent exactement les mêmes informations dans la colonne Slate, modifiez les champs Scene ou Take dans les enregistrements de la base de données afin de les différencier. Vous garantissez ainsi que tous les plans de la liste de capture par lot auront des noms différents. Important : afin que le processus de connexion des plans soit le plus automatisé possible, ne modifiez pas les noms de fichiers donnés par Cinema Tools aux plans sources lors de la capture.118 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation de listes de capture par lot standard L’exportation de listes de capture par lot standard et leur importation dans Final Cut Pro est un processus simple. Pour exporter une liste de capture par lot standard à partir de Cinema Tools : 1 Assurez-vous que la fenêtre List View contient les enregistrements des plans à capturer. Pour afficher tous les enregistrements de la base de données, cliquez sur Show All dans la fenêtre List View. Important : la liste de capture par lot ne contient que les enregistrements où apparaissent la bande vidéo, le timecode de départ et des valeurs de durée du timecode. Par ailleurs, aucun enregistrement déjà associé à un plan n’apparaîtra dans la liste de capture par lot. 2 Sélectionnez File > Export > Batch Capture. 3 Dans la zone de dialogue Export Batch Capture, sélectionnez les plans à capturer et cliquez sur OK :  Vidéo Final Cut Pro : choisissez cette option pour capturer la totalité de la vidéo et de l’audio contenus dans les plans sources. Lorsque vous choisissez cette option, la liste de capture par lot inclut la bande et le timecode vidéo saisis dans l’enregistrement de chaque plan.  Final Cut Pro Audio : choisissez cette option pour ne capturer que l’audio des plans sources. Lorsque vous choisissez cette option, la liste de capture par lot inclut la bande son et le timecode audio saisis dans l’enregistrement de chaque plan. Dans la fenêtre List View, affichez les enregistrements de base de données auxquels vous souhaitez connecter des plans. Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 119 I 4 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez un emplacement pour la liste de capture par lot et donnez-lui un nom. 5 Cliquez sur Save. Une liste de capture par lot au format Texte est crée et enregistrée à l’emplacement spécifié. ? Astuce : vous pouvez modifier la liste de capture par lot dans un éditeur de texte. Veillez toutefois à ne pas supprimer les tabulations qui séparent les champs de chaque ligne. Vous pouvez en revanche supprimer les lignes des plans que vous ne souhaitez pas capturer. Pour importer une liste de capture par lot standard Cinema Tools dans Final Cut Pro : 1 Ouvrez un projet existant ou créez un nouveau projet dans Final Cut Pro. 2 Dans Final Cut Pro, choisissez File > Import > Batch List at [ips en vigueur], où « ips en vigueur » est la fréquence d’images préréglée de la séquence. Vous pouvez modifier la fréquence d’images préréglée de la séquence en choisissant Audio/Video Settings dans le menu de Final Cut Pro. 3 Dans la zone de dialogue qui apparaît, sélectionnez la liste de capture par lot que vous avez exportée à partir de Cinema Tools, puis cliquez sur Choose. Les plans apparaissent dans le Navigateur en tant que plans offline, prêts pour la capture par lot. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la capture par lot. Important : si votre vidéo a un timecode non-drop frame, vérifiez que Non-Drop Frame est sélectionné dans le menu local Default Timecode, dans l’onglet Device Control Presets Final Cut Pro de la zone de dialogue Audio/Video Settings avant de lancer la capture. Utilisation de listes de capture par lot XML L’exportation de listes de capture par lot XML à partir de Cinema Tools et l’importation de ces dernières dans Final Cut Pro est un processus similaire au processus utilisés pour les listes de capture par lot standard. Pour exporter une liste de capture par lot XML à partir de Cinema Tools : 1 Assurez-vous que la fenêtre List View contient les enregistrements des plans à capturer. Pour afficher tous les enregistrements de la base de données, cliquez sur Show All dans la fenêtre List View. Important : la liste de capture par lot ne contient que les enregistrements où apparaissent la bande vidéo, le timecode de départ et des valeurs de durée du timecode. Par ailleurs, aucun enregistrement déjà associé à un plan n’apparaîtra dans la liste de capture par lot.120 Partie I Utilisation de Cinema Tools 2 Choisissez File > Export > XML Batch List. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez un emplacement pour la liste de capture par lot et donnez-lui un nom. 4 Cliquez sur Save. Une liste de capture par lot XML est créée et enregistrée à l’emplacement spécifié. Pour importer une liste de capture par lot XML Cinema Tools dans Final Cut Pro : 1 Dans Final Cut Pro, choisissez Fichier > Importer > XML. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, sélectionnez la liste de capture par lot XML que vous avez exportée à partir de Cinema Tools, puis cliquez sur Choose. La zone de dialogue Importer le fichier XML apparaît. 3 Sélectionnez le projet auquel il faut ajouter les plans de la liste par lot à l’aide du menu local Destination. Vous pouvez aussi créer un nouveau projet à l’aide de ce menu local. 4 Choisissez le préréglage de séquence par défaut à utiliser dans le menu local Default. 5 Lors de l’importation de fichiers XML exportés à partir de Cinema Tools, vous pouvez laisser toutes les cases désélectionnées. 6 Cliquez sur OK pour importer le fichier XML. Les plans apparaissent dans le Navigateur en tant que plans offline, prêts pour la capture par lot. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la capture par lot. De plus, vous pouvez afficher les détails du film, comme, par exemple, des informations sur le keycode et la vitesse de film télécinéma (la vitesse TK), dans le Navigateur. Consultez la section « Affichage d’informations relatives au film dans le Navigateur » à la page 157 pour des informations sur l’ajout de colonnes de film dans le Navigateur.Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 121 I Ce qu’il faut savoir avant de capturer des plans individuellement Il est également possible de capturer des plans individuellement avec Final Cut Pro sans avoir recours au contrôle de périphérique. (Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la capture de plans individuels.) Pour capturer vos plans, pensez aux points suivants :  Si vous n’utilisez pas le contrôle de périphérique, Final Cut Pro ne peut pas recevoir le timecode correct pour les plans lors de la capture. Cela signifie que vous devez corriger le timecode pour chaque plan source dans Final Cut Pro. Pour ce faire, ouvrez chaque plan dans le Visualiseur et prenez note de la valeur de timecode qui apparaît dans la fenêtre d’affichage de la première image. Ensuite, choisissez Modify >Timecode et saisissez la valeur que vous avez notée dans le champ Source. Cochez la case Drop Frame, si nécessaire. Enfin, mettez à jour les numéros de bord du plan dans la base de données de Cinema Tools à l’aide de la fonction Identify comme décrit dans la section « Vérification et correction de numéros de code de bordure de timecode » à la page 108.  Si une perte d’images survient lors de la capture, la cut list risque de contenir des informations inexactes et le processus de télécinéma inversé risque de ne pas fonctionner correctement.  Si votre vidéo a un timecode non-drop frame, vérifiez que Non-Drop Frame est sélectionné dans le menu local Default Timecode, dans l’onglet Device Control Presets de Final Cut Pro. Pour le faire rapidement, vous pouvez choisir DV-NDF dans la zone de dialogue Configuration simplifiée de Final Cut Pro. (Consultez la documentation de Final Cut Pro pour plus de détails sur l’utilisation de configurations simplifiées.)  L’attribution de noms aux plans sources est importante car vous devrez relier ces derniers à la base de données. Pour rendre le processus d’établissement de ce lien le plus facile possible, utilisez des conventions de noms qui utilisent les identifiants de scène et de prise. Par exemple, le plan de la scène 33, prise 1 serait intitulé « 33-1 ». Vous pouvez utiliser des traits d’union dans les noms de plans mais pas de barre oblique ni de deux-points. Connexion des plans sources capturés à la base de données Les plans sources et les enregistrements de la base de données étant créés par des méthodes différentes et à des moments différents, le lien entre les deux doit être établi après leur création. On parle de la connexion d’un plan à un enregistrement. La méthode que vous allez utiliser pour connecter les plans à la base de données dépend de la façon dont vous les avez capturés.122 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Si vous avez capturé vos plans sources à l’aide d’une liste de capture par lot : utilisez la commande Connect Clips pour relier automatiquement tous vos plans sources à la base de données. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de la commande Connect Clips pour connecter des plans sources » à la page 123.  Si vous n’avez pas capturé vos plans sources à l’aide d’une liste de capture par lot : vous devez relier individuellement chaque plan source aux enregistrements de la base de données via la fenêtre Detail View ou la fenêtre Clip. Ces deux méthodes étant d’une facilité d’usage équivalente, votre choix dépendra de la fenêtre qui se trouve déjà ouverte. La fenêtre Clip est plus pratique si vous souhaitez sélectionner une nouvelle affiche pour chaque plan ou si vous souhaitez utiliser la fonction Conform ou Reverse Telecine sur chaque plan, immédiatement après l’avoir relié à la base de données. Pour connecter vos plans, pensez à ces quelques règles :  Chaque enregistrement de la base de données ne peut être connecté qu’à un plan et chaque plan ne peut être connecté qu’à un enregistrement dans la même base de données. En d’autres termes, vous ne pouvez pas connecter deux plans à un enregistrement ni connecter un plan à deux enregistrements dans la même base de données. (Un plan peut toutefois être connecté à des enregistrements de plusieurs bases de données. Par exemple, vous pourriez avoir un plan connecté à un enregistrement dans une base de données principale et à un enregistrement dans une seconde base de données plus petite représentant une séquence montée.) Consultez la section « Synchronisation d’un ensemble de plans sélectionnés pour créer une nouvelle base de données » à la page 75 pour en savoir plus. Un enregistrement de la base de données ne doit pas nécessairement être connecté à un plan.  Vous pouvez relier des plans sources aux enregistrements à n’importe quel moment situé entre la capture des plans et l’exportation des listes.  Si vous utilisez un transfert camera-roll avec un lien numéros de bord/timecode continu, vous pouvez utiliser la méthode de création de liste de film basée sur le timecode, afin de ne pas devoir relier vos plans sources aux enregistrements. Pour plus d’informations, consultez les sections « Gain de temps potentiel lors du transfert camera-roll » à la page 73 et l’annexe B, « Création de listes de films avec Cinema Tools », à la page 245. Évitez de déplacer vos plans sources ou d’en modifier le nom dans le Finder Une fois qu’un plan source est relié à la base de données, le lien doit demeurer intact jusqu’au moment de la création de listes de film. Si le lien est rompu, les listes seront incomplètes. Un lien entre un plan et une base de données est rompu dans les cas suivants :  le nom de fichier du plan source est modifié,  le fichier du plan source est déplacé ou supprimé. Pour rétablir des liens rompus, consultez « Réparation des liens rompus entre les plans et les enregistrements » à la page 126.Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 123 I Utilisation de la commande Connect Clips pour connecter des plans sources Si vous avez capturé vos plans à l’aide d’une liste de capture par lot, la commande Connect Clips peut connecter vos fichiers de plans capturés aux enregistrements appropriés de la base de données. Remarque : la commande Connect Clips ne fonctionne pas pour les plans sources renommés après avoir été capturés ni pour les enregistrements qui sont déjà connectés à un plan. Si l’enregistrement n’est pas relié au plan adéquat, utilisez la commande Reconnect Clip pour corriger cette erreur. Pour utiliser la commande Connect Clips afin de relier des plans à la base de données : 1 Assurez-vous que la fenêtre List View contient les enregistrements auxquels vous souhaitez relier des plans. Pour afficher tous les enregistrements de la base de données, cliquez sur Show All dans la fenêtre List View. 2 Choisissez Database > Connect Clips. 3 Dans la zone de dialogue qui apparaît, naviguez jusqu’au dossier contenant les plans, puis sélectionnez un plan source dans le dossier. Cinema Tools pourra se connecter à tous les plans se trouvant dans le dossier contenant le plan sélectionné. 4 Cliquez sur Choose. Pour chaque enregistrement n’ayant pas de plan associé, Cinema Tools recherche dans le dossier sélectionné un plan dont le nom correspond. Chaque fois que Cinema Tools en trouve un, il le connecte à l’enregistrement approprié. Remarque : l’affiche de chaque plan relié n’apparaît dans la fenêtre Detail View que si vous ouvrez ce plan dans la fenêtre Clip. Dans la fenêtre Detail View, cliquez sur le bouton Open Clip pour ouvrir la fenêtre Clip et faire apparaître l’affiche. Dans la fenêtre List View, affichez les enregistrements de base de données auxquels vous souhaitez connecter des plans. 124 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation de la fenêtre Detail View pour connecter et déconnecter des plans sources Dans la fenêtre Detail View, il est possible de déterminer si un enregistrement est relié à un plan en examinant le bouton situé au-dessus de l’affiche du plan. Si le bouton s’intitule Open Clip, c’est que l’enregistrement actuel est déjà connecté à un plan. Si le bouton s’intitule Connect Clip, c’est que l’enregistrement actuel n’est pas connecté à un plan. Pour utiliser la fenêtre Detail View afin de connecter un plan à un enregistrement : 1 Ouvrez la fiche de la base de données dans la fenêtre Detail View. Consultez la section « Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée » à la page 80 pour en savoir plus. 2 Cliquez sur le bouton Connect Clip. Remarque : si le bouton s’intitule Open Clip, c’est que l’enregistrement est déjà connecté à un plan. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez un plan à relier à l’enregistrement actuel. Lorsque vous sélectionnez le plan, trois choses se produisent:  Le plan est connecté à la base de données.  Une affiche de la première image du plan apparaît dans la fenêtre Detail View et le nom du plan apparaît au-dessus de l’affiche. ? Astuce : de plus, placer le pointeur au-dessus de la vignette affiche une bulle d’aide contenant l’emplacement du plan. Cela est particulièrement utile si le plan est absent, car cela vous permet de voir où Cinema Tools s’attend à trouver le plan. Le bouton Open Clip remplace le bouton Connect Clip si un plan est déjà connecté à l’enregistrement. Le nom du plan apparaît au-dessus de l’affiche du plan.Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 125 I  Une fenêtre Clip s’ouvre pour le plan. Si vous souhaitez changer d’affiche pour représenter le plan, positionnez-vous sur l’image souhaitée, puis cliquez sur le bouton Poster Frame. Pour en savoir plus sur la fenêtre Clip, consultez la section « Fenêtre Clip » à la page 59. Remarque : si vous ne souhaitez pas que la fenêtre Clip s’ouvre après avoir connecté un plan, appuyez sur la touche Commande lorsque vous cliquez sur le bouton Connect Clip. Pour utiliser la fenêtre Detail View afin de déconnecter un plan capturé : 1 Ouvrez l’enregistrement dans la fenêtre Detail View, puis appuyez sur la touche Commande. Le bouton Open Clip se transforme en bouton Disconnect Clip. 2 Cliquez sur Disconnect Clip. Remarque : cette action permet de rompre le lien entre le plan source et l’enregistrement de sorte qu’ils ne sont plus connectés. Le plan n’est pas supprimé de votre disque dur. Utilisation de la fenêtre Clip pour connecter ou déconnecter des plans source Lorsqu’un plan n’est pas connecté à un enregistrement de base de données, la fenêtre Clip contient un bouton nommé Enter in Database. Si un plan est déjà connecté, ce bouton s’intitule Disconnect Clip. Le bouton Enter in Database vous permet de connecter un plan source à un enregistrement de base de données existant ou de créer un nouvel enregistrement de base de données et d’y connecter le plan. Pour utiliser la fenêtre Clip pour connecter un plan source à la base de données : 1 Choisissez File > Open Clip pour ouvrir le plan dans la fenêtre Clip, puis sélectionnez le plan dans la zone de dialogue. 2 Cliquez sur le bouton Enter in Database. Ce bouton se transforme en Disconnect Clip une fois que le plan est connecté à une base de données.126 Partie I Utilisation de Cinema Tools 3 Dans la zone de dialogue qui s’ouvre, saisissez un identifiant de scène et de prise pour le plan source. Important : les textes saisis sont sensibles à la casse. De plus, ne saisissez pas de trait d’union entre le numéro de prise et la valeur pour la scène/la prise. Consultez la section « Utilisation d’identifiants de scène, de plan et de prise » à la page 93 pour en savoir plus. 4 Procédez de l’une des manières suivantes :  Cliquez sur OK pour connecter ce plan à l’enregistrement existant correspondant à la scène et à la prise que vous avez spécifiées dans la zone de dialogue. S’il n’y a pas d’enregistrement pour cette scène et cette prise, un nouvel enregistrement est créé.  Cliquez sur New Record pour créer un nouvel enregistrement, même si un enregistrement correspond déjà à la scène et à la prise que vous avez saisies. Dans les deux cas, le plan source de la fenêtre Clip est connecté à l’enregistrement de sorte que le lien est établi dans la base de données. Un plan source peut être connecté à un enregistrement dans plusieurs bases de données, mais dans une même base de données, il ne peut être connecté ou relié qu’à un seul enregistrement. Si le plan source est déplacé ou renommé, le lien doit être rétabli. Pour utiliser la fenêtre Clip pour annuler le lien d’un plan capturé : 1 Ouvrez le plan dans la fenêtre Clip. 2 Cliquez sur Disconnect Clip. Remarque : cette action permet de rompre le lien entre le plan source et l’enregistrement de sorte qu’ils ne sont plus connectés. Le plan n’est pas supprimé de votre disque dur. Réparation des liens rompus entre les plans et les enregistrements Lorsqu’un plan source qui a été connecté à la base de données est déplacé ou renommé, son lien avec la base de données est rompu et ce plan doit être à nouveau connecté. Pour des plans individuels, cliquez sur le bouton Open Clip de la fenêtre Detail View : une zone de dialogue s’ouvre dans laquelle vous pouvez reconnecter le plan à son enregistrement. Si un groupe (dossier) de plans sources a été déplacé, vous pouvez utiliser la commande Reconnect Clips du menu Database pour rétablir les liens de tous les plans qui partagent le même dossier que le plan sélectionné (il suffit de sélectionner un plan par dossier). Chapitre 5 Capture des plans sources et création d’un lien avec la base de données 127 I Reconnexion de plans individuels ayant été renommés ou déplacés Vous pouvez facilement reconnecter un plan individuel dont le lien avec la base de données est brisé. Pour reconnecter un plan source qui a été renommé ou déplacé : 1 Ouvrez la fiche de la base de données dans la fenêtre Detail View. Consultez la section « Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée » à la page 80 pour en savoir plus. 2 Cliquez sur Open Clip. 3 Dans la zone de dialogue qui apparaît, cliquez sur Reconnect, puis sélectionnez le plan. Le plan est connecté à l’enregistrement de la base de données. Détection des liens rompus et reconnexion de groupes de plans ayant été déplacés Pour les plans qui ont été déplacés (mais dont le nom n’a pas été modifié), la commande Reconnect Clips du menu Database permet de détecter aisément les liens rompus et de les réparer pour plusieurs plans d’un même dossier. Cette commande rétablit les liens de tous les plans qui partagent le même dossier que le premier plan sélectionné, de sorte que vous ne devez sélectionner qu’un plan par dossier. Remarque : lorsqu’un volume de disque contenant des plans est démonté, Cinema Tools ne peut pas retrouver les plans tant que ce volume n’a pas été remonté. La commande Reconnect Clips ne permet pas de réparer ce genre de rupture temporaire de lien. Il vous suffit de remonter le volume pour rétablir les liens. Pour détecter et rétablir les liens rompus suite au déplacement des plans sources : 1 Assurez-vous que la fenêtre List View contient le groupe d’enregistrements dans lequel vous souhaitez rechercher des liens rompus. Pour afficher tous les enregistrements de la base de données, cliquez sur Show All dans la fenêtre List View. 2 Choisissez Database > Reconnect Clips.128 Partie I Utilisation de Cinema Tools Une recherche est effectuée dans le groupe d’enregistrements de la fenêtre List View. Si une rupture de lien est détectée, une zone de dialogue vous demande de sélectionner le plan. 3 Dans la zone de dialogue, sélectionnez le plan correct pour l’enregistrement courant, puis cliquez sur Open. Cinema Tools modifie le lien pour refléter le nouvel emplacement du plan et rétablit les liens vers d’autres plans qui se trouvent dans le dossier contenant le plan sélectionné. Si le nom des plans n’a pas été modifié, il suffit de sélectionner un plan par dossier.6 129 6 Préparation des plans sources pour le montage Un examen de vos plans sources avant de débuter le montage peut vous faciliter ensuite le travail. Une fois que vous avez créé la base de données Cinema Tools et capturé vos plans sources, vous devez, avant de passer au montage, suivre certaines étapes importantes. Consultez la section « Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage, » qui suit pour des informations sur ces processus. Si vous avez capturé l’audio et la vidéo séparément, consultez la section « Synchronisation séparée de l’audio et de la vidéo capturés » à la page 146. Par ailleurs, afin d’utiliser au mieux votre espace disque, il est conseillé d’éliminer une partie des données capturées avant de commencer le montage. Consultez la section « Division ou suppression de sections de plans sources avant le montage » à la page 147 pour en savoir plus. Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage Pour déterminer les étapes à suivre pour préparer vos plans sources, vous devez prendre en considération la vitesse du télécinéma, le type de vidéo (NTSC ou PAL) et la vitesse que vous envisagez d’utiliser pour le montage. Vos principaux objectifs sont de :  régler la vitesse de défilement vidéo sur la vitesse que vous souhaitez utiliser pour le montage,  conserver ou rétablir la synchronisation audio/vidéo. Remarque : pour en savoir plus sur l’utilisation de la vidéo 24P, consultez le chapitre 11, « Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips », à la page 209.130 Partie I Utilisation de Cinema Tools Sélection d’une vitesse de montage Il est généralement recommandé de monter votre film à la vitesse à laquelle il a été tourné et enregistré. Par exemple, si vous filmez, enregistrez et montez à 24 ips, l’audio, la vidéo et le son et les images originaux sont à la même vitesse. Lorsque la vitesse du montage est la même que celle du tournage et de l’enregistrement, vous pouvez numériser directement à partir des enregistrements sonores originaux car l’image et le son sont synchronisés. Aucun réglage de synchronisation n’est alors nécessaire. Sachez cependant qu’il existe une exception : dans un environnement NTSC, dans lequel vous devez utiliser un équipement NTSC et sortir le fruit de votre travail sur des bandes NTSC, il se peut que vous préfériez monter à 23,98 ips parce que vous pouvez alors profiter de la fonction pulldown Real-Time Effects de Final Cut Pro qui vous permet de sortir votre vidéo à 23,98 ips sur un périphérique FireWire externe sous la forme de vidéo à 29,97 ips. Vous avez le choix entre trois modèles de pulldown (2:3:2:3, 2:3:3:2 et 2:2:2:4). Ces modèles de pulldown ne sont pas disponibles pour la vidéo à 24 ips. Remarque : de plus, Final Cut Pro dispose de deux options de pulldown pour la vidéo PAL à 24 ips qui vous permettent de sortir la vidéo à 24 ips sur un périphérique FireWire externe sous la forme de vidéo à 25 ips. Consultez la section « Ajout d’un pulldown à une vidéo de 23,98 ips » à la page 227 pour en savoir plus sur l’ajout d’un pulldown à l’aide de Final Cut Pro. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus sur l’utilisation de la fonction de pulldown Real-Time Effects. Rappelez-vous que si vous enregistrez à 24 ips puis convertissez en 23,98 ips, votre vidéo est lue à une vitesse légèrement inférieure à celle de l’enregistrement original. Étant légèrement plus lente, elle est appelée pulled down. Lorsque de la vidéo est ajustée en 24 images, le son numérisé doit lui aussi être ajusté, soit en ralentissant légèrement la lecture de la bande ou du disque audio original pendant la numérisation (par exemple, au cours du processus de transfert télécinéma) soit en ajustant la vitesse du plan à 99,9 pour cent après la capture. Méthodes de préparation des plans sources Il y a plusieurs façons d’ajuster vos plans sources à la fréquence d’images à laquelle vous souhaitez faire le montage :  Utilisez du matériel spécialisé pour capturer à la vitesse de défilement choisie : si vous utilisez l’appareil adéquat, vous pouvez convertir la vitesse de défilement des images en temps réel pendant que les plans sont capturés et régler la vitesse audio pour la faire concorder. Une fois que vous l’avez fait, les plans sont déjà synchronisés et vous n’avez plus besoin des fonctions Cinema Tools Reverse Telecine ou Conform pour la conversion de la fréquence d’images.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 131 I  Utilisez la fonction de télécinéma inversé dans les cas suivants : si vos plans ont la fréquence d’images NTSC standard de 29,97 ips, vous pouvez utiliser la fonction Reverse Telecine pour inverser le pulldown 3:2 qui fut utilisé pour convertir les plans en 29,97 ips, en supprimant les trames supplémentaires créées par l’ajustement en 24 images et en convertissant les plans en 23,98 ips ou 24 ips. Lorsque les plans contiennent à la fois de l’audio et de la vidéo, la fonction de télécinéma inversé adapte également la vitesse audio, afin que l’audio et la vidéo restent synchronisés après le changement de vitesse.  Utilisez la fonction de conformation : si vos plans ont la fréquence d’images PAL standard de 25 ips, vous pouvez utiliser la fonction Conform pour les convertir à la fréquence d’images à laquelle vous voulez faire le montage. Lorsque les plans contiennent à la fois de l’audio et de la vidéo, la fonction de conformation adapte également la vitesse audio, afin que l’audio et la vidéo restent synchronisés après le changement de vitesse. Remarque : si l’audio a été enregistré séparément et qu’il ne fait pas partie des plans sources, vous devez également synchroniser les éléments audio et vidéo et les fusionner en un seul plan dans Final Cut Pro. Consultez à ce sujet la section « Synchronisation séparée de l’audio et de la vidéo capturés » à la page 146. Utilisation de la fonction de conformation Conformer un plan à une vitesse signifie attribuer à chaque image du plan une durée identique exprimée en secondes, basée sur une vitesse que vous spécifiez. Par exemple, si vous conformez un plan de 360 images à la vitesse de 24 images par seconde, chaque image représente 1/24 de seconde et la durée totale du plan est égale à 360/24 secondes, c’est-à-dire 15 secondes. Utilisez la fonction de conformation pour convertir la vitesse d’un plan en vue du montage. Si le plan contient à la fois de l’audio et de la vidéo, la fonction de conformation adapte également la vitesse audio, afin que l’audio et la vidéo restent synchronisés. Pour savoir s’il faut ou non utiliser la fonction Conform, consultez la section « Choix d’une méthode de préparation des plans sources en vue du montage » à la page 129. Important : la conformation modifie le fichier de données source proprement dit. Vous devez disposer d’autorisations de lecture et d’écriture sur le fichier de données pour que la fonction Conform soit disponible. De plus, vous ne pouvez pas utiliser la commande Annuler pour rétablir la fréquence d’images originale du fichier, par contre vous pouvez utiliser la fonction Conform une seconde fois pour rétablir la fréquence d’images originale, si nécessaire. 132 Partie I Utilisation de Cinema Tools Conformation d’un plan à la fois La conformation se fait un plan à la fois. Pour conformer un plan dans Cinema Tools : 1 Choisissez File > Open Clip, puis sélectionnez le plan voulu dans la zone de dialogue. 2 Dans la fenêtre Clip, cliquez sur le bouton Conform. 3 Dans la zone de dialogue Conform Clip, choisissez une nouvelle vitesse dans le menu local « Conform to », puis cliquez sur Conform. Vous pouvez aussi conformer des plans à 25 ips en 24 ips à partir de Final Cut Pro. Pour conformer un plan dans Final Cut Pro : 1 Sélectionnez le ou les plans à conformer de 25 ips à 24 ips dans le Navigateur. 2 Choisissez Tools > Conform 25 to 24. Les plans sont conformés à 24 ips. Remarque : si l’un ou l’autre des plans sélectionnés n’est pas à 25 ips, un avertissement disant que ce ou ces plans ne seront pas traités apparaît. Conformation par lot de plusieurs plans à la fois Si vous ne souhaitez pas conformer la vitesse de chaque plan individuellement, vous pouvez le faire pour tous les plans d’un dossier sélectionné en utilisant la fonction de conformation par lot « Batch conform ». Pour procéder à une conformation par lot dans Cinema Tools : 1 Veillez à placer tous les plans à conformer dans le même dossier. 2 Choisissez File > Batch Conform. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez n’importe quel fichier de plan source dans le dossier contenant les plans à conformer, puis cliquez sur Choose. Remarque : il suffit de sélectionner un fichier. Tous les plans du dossier seront conformés.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 133 I 4 Dans la zone de dialogue Batch Conform, choisissez une vitesse dans le menu local Conform to, puis cliquez sur Conform. Au terme de ce processus, vous obtenez les résultats suivants :  Les plans sont conformés à la fréquence d’images sélectionnée et placés dans un dossier créé par Cinema Tools nommé Conformed [fréquence d’images] où « fréquence d’images » est la nouvelle fréquence d’images des plans. Un dossier peut par exemple porter le nom « Conformed 24.0 ».  Si Cinema Tools n’est pas en mesure d’effectuer jusqu’au bout le processus de conformation d’un plan, ce dernier est placé dans un sous-dossier spécial créé par Cinema Tools et nommé Skipped (Ignorés). (Les plans ne sont pas traités s’il ne contiennent pas de piste vidéo, si leur vitesse n’est pas gérée ou si aucun codec n’est détecté pour leur piste vidéo.)  Un fichier texte nommé « conform.log » apparaît au premier niveau du dossier. Il s’agit d’un historique qui indique la date et l’heure du début et de la fin du traitement pour chaque plan. Si des problèmes surgissent, tels qu’un manque d’espace disque ou de mémoire, un message d’erreur décrivant le problème apparaît également dans l’historique. Inversion du pulldown télécinéma Lorsque vous utilisez un télécinéma pour convertir un film à 24 ips ou 23,98 ips en vidéo NTSC à 29,97 ips, la façon typique de distribuer les images du film dans les images NTSC est la méthode pulldown 3:2. La méthode du pulldown 3:2, comme l’explique la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23, consiste à insérer des trames vidéo supplémentaires. Le télécinéma inversé supprime les trames supplémentaires (comme illustré ci-après) en rétablissant la fréquence d’images du film. En d’autres termes, le télécinéma inversé inverse le pulldown 3:2. En inversant (ou supprimant) le pulldown 3:2, les images de la vidéo et celles du film concordent parfaitement de sorte que vos cut lists sont exactes. 134 Partie I Utilisation de Cinema Tools Remarque : la fonction Reverse Telecine ne peut pas être utilisée avec de la vidéo comprimée dans le temps, comme, par exemple, la vidéo au format MPEG-2. Important : si vos plans sources proviennent d’un type spécial de caméscope DV capable de filmer en mode 24p, tel que le Panasonic AG-DVX100 camcorder, c’est une forme simplifiée de la zone de dialogue Reverse Telecine qui s’affiche. Consultez la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221 pour des instructions sur l’inversion du pulldown de plans provenant d’une caméra DV compatible 24p. A A B B B C C D D D A A B B B C C D D D A A B B C C D D D A A B B B D B C C D D D A B A B B C C D D A B A B B C C D D D A B C D A D A B C D A B C D A B C D A B C D B C A B C D A A B B C C D D Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 D Field 2 B Field 1 Avant (29,97 ips) Après (23,98 ips) Une seconde 3:2 Suppression du pulldown Conseils d’utilisation du télécinéma inversé  Le télécinéma inversé est plus efficace si la vidéo capturée n’a pas subi de pertes de données. Si vous essayez d’utiliser la fonction Reverse Telecine sur un plan ayant subi des pertes d’images, un avertissement apparaît. Consultez la section « Comment éviter les pertes d’images » à la page 112 pour en savoir plus.  Si vous devez inverser le pulldown de plusieurs plans, il est conseillé d’utiliser la fonction Batch Reverse Telecine (télécinéma inversé par lot) afin de pouvoir les traiter simultanément. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de la fonction Batch Reverse Telecine » à la page 141.  L’inversion du pulldown 3:2 à l’aide d’un logiciel est une opération qui exige beaucoup de temps. Vous devrez prévoir un temps d’attente pendant que l’ordinateur traite les données. Il est plus rapide d’effectuer un télécinéma inversé matériel à l’aide d’une carte de capture de tierce partie pendant que la vidéo est capturée sur votre ordinateur.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 135 I Spécification des informations de capture de trame Vous devez saisir des informations de capture de trame dans la zone de dialogue Reverse Telecine. Tous vos plans sont en général créés à partir du même matériel et des mêmes réglages, il suffit donc d’analyser quelques images d’un plan pour déterminer le mode de capture de trame. Un plan peut être capturé comme une trame ou deux trames, avec une priorité de trame 1 ou de trame 2. Dans la fenêtre d’affichage des images vidéo, observez les numéros de bord et les timecodes pour déterminer la séquence d’images et vérifier si la vidéo comporte une trame ou deux. La fenêtre d’affichage des numéros de bord inclut généralement les indicateurs de types d’images A, B, C et D. (En outre, le timecode place souvent le numéro « 1 » à la fin pour indiquer la trame 1 et « 2 » pour indiquer la trame 2.) Dans la fenêtre Clip, utilisez les touches fléchées de votre clavier pour faire défiler quelques images d’un plan et observer la séquence de numéros d’image du film. Consultez le tableau ci-dessous pour trouver vos informations de trame. Si la séquence d’images répétée est Alors votre vidéo contient Dans la zone de dialogue Reverse Telecine, sélectionnez comme Capture Mode AA, BB, BC, CD, DD ou A1A2, B1B2, B3C1, C2D1, D2D3 Les deux trames, avec priorité de la trame 1 Trame 1 - trame 2 AB, BB, CC, DD, DA, ou A2B1, B2B3, C1C2, D1D2, D3A1 Les deux trames, avec priorité de la trame 2 Trame 2 - trame 1 A, B, B, C, D ou A1, B1, B3, C2, D1 Une trame, avec priorité de la trame 1 Trame 1 uniquement A, B, C, D, D ou A2, B2, C1, D1, D3 Une trame, avec priorité de la trame 2 Trame 2 uniquement 136 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation de la fonction Reverse Telecine sur un unique plan source dans Cinema Tools Utilisez la fonction de télécinéma inversé à plan unique pour procéder au télécinéma inversé sur un seul plan. Vous pouvez aussi procéder au télécinéma inversé sur des plans à l’aide de Final Cut Pro. Consultez la section « Utilisation de la fonction Reverse Telecine sur des plans source dans Final Cut Pro » à la page 140 pour en savoir plus. La fenêtre d’affichage est généralement nécessaire pour utiliser la fonction Reverse Telecine car vous devez pouvoir observer les numéros de bord ou les timecodes directement sur le plan pour décider des réglages de télécinéma inversé. Cependant, si vos plans sources proviennent d’un type particulier de caméscope gérant le 24P, tel que le modèle AG-DVX100 de Panasonic, la fenêtre d’affichage n’est pas nécessaire pour inverser le pulldown. Consultez la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221 pour en savoir plus. Remarque : pour que le télécinéma inversé fonctionne correctement, le fichier de données ne peut pas être utilisé par une autre application. De plus, le plan ne peut pas être ouvert dans le Finder ni protégé en écriture. Si vous procédez au télécinéma inversé sur des plans qui sont ouverts dans une autre application, un message d’alerte apparaît pour vous prévenir que le fichier est en cours d’utilisation. Qu’est-ce que la priorité de trame ? La priorité de trame d’un plan capturé est déterminée par le matériel de télécinéma et n’est généralement pas configurable par l’utilisateur. Les images vidéo sont composées de deux trames ; une trame contient toutes les lignes paires de la vidéo et l’autre toutes les lignes impaires. Sur le télécinéma, les deux trames sont numérisées à des moments différents, ce qui signifie que la cadre du film peut avancer entre le moment où la première trame est numérisée et le moment où la seconde trame est numérisée :  Lorsqu’une seule trame est capturée : la priorité de trame 1 signifie que seule la trame 1 est capturée, tandis que la priorité de trame 2 signifie que seule la trame 2 est capturée.  Lorsque les deux trames sont capturées : la priorité de trame 1 signifie que chaque image capturée est numérisée à partir de deux trames vidéo, mais que la trame 1 survient plus tôt. Remarque : avec la priorité de trame 1, les deux trames vidéo numérisées dans chaque image capturée doivent présenter la même adresse de timecode, car le timecode SMPTE est spécifié comme débutant à la trame 1. La priorité de trame 2, lorsque les deux trames sont capturées, signifie que la trame 2 survient plus tôt et que l’image capturée contient des trames vidéo présentant deux valeurs de timecode différentes.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 137 I Pour utiliser la fonction Reverse Telecine sur un unique plan dans Cinema Tools : 1 Choisissez File > Open Clip, puis sélectionnez le plan voulu dans la zone de dialogue. 2 Dans la fenêtre Clip, positionnez la tête de lecture de manière à ce qu’une image fixe avec une fenêtre d’affichage aisément lisible soit affichée. Vous devez voir la fenêtre d’affichage pour pouvoir identifier le type d’image dans la zone de dialogue Reverse Telecine. N’importe quelle image du plan peut convenir (le télécinéma inversé sera appliqué à la totalité du plan quelle que soit l’image affichée). 3 Dans la fenêtre Clip, cliquez sur Reverse Telecine. 4 Dans la zone de dialogue qui apparaît, sélectionnez le mode de capture qui indique la capture de trame correcte pour le plan :  Trame 1 uniquement : sélectionnez cette option si la vidéo ne contient que la trame 1.  Trame 2 uniquement : sélectionnez cette option si la vidéo ne contient que la trame 2.  Field 1 - Field 2 : sélectionnez cette option si la vidéo contient les deux trames et que la trame 1 est prédominante (celle qui apparaît en premier).  Field 2 - Field 1 : sélectionnez cette option si la vidéo contient les deux trames et que la trame 2 est prédominante (celle qui apparaît en premier). Consultez la section « Spécification des informations de capture de trame » à la page 135 pour en savoir plus. Remarque : si Cinema Tools trouve les informations de pulldown incrustées dans les plans sources, la zone de dialogue apparaît dans sa version simplifiée. Consultez à ce sujet la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221. 5 Sélectionnez l’élément en bas de la fenêtre qui indique le type d’image affichée dans la fenêtre Clip. 138 Partie I Utilisation de Cinema Tools Le type d’image dépend du mode de capture de trame choisi. 6 Sélectionnez New (smaller) ou Same (faster) pour spécifier le type de fichier que la fonction Reverse Telecine doit créer :  New (smaller) : crée un nouveau fichier de plan ne contenant pas les images supplémentaires insérées par le pulldown 3:2. La taille du nouveau fichier est réduite d’environ 20 pour cent, mais cette méthode est plus lente. Que le fichier original soit une référence ou autonome, cette méthode crée un fichier autonome. Consultez la section « La différence entre les fichiers de données autonomes et les fichiers de données de référence » à la page 149 pour en savoir plus.  Same (faster) : modifie le fichier du plan pour faire en sorte que les images surnuméraires ne soient pas visibles pour le système de montage, mais ne supprime pas ces données du fichier. Ce processus est plus rapide, mais ne réduit pas la taille du fichier. Le fichier qui en résulte est autonome s’il était autonome à l’origine ou une référence s’il était une référence à l’origine. Remarque : la méthode Same (faster) n’est disponible que si le plan a été capturé ou recompressé afin d’obtenir seulement une trame par image. Cela est dû au fait que l’inversion du pulldown 3:2 d’un plan contenant deux trames par image requiert le désentrelacement de deux images distinctes, en supprimant une trame de chacune de ces images, puis en créant une nouvelle image à partir des deux autres trames. Lorsque vous créez de nouvelles images, vous devez également créer un nouveau fichier de film. Choisissez le type d’image qui correspond à l’image affichée dans la fenêtre Clip. Si vous souhaitez que vos sélections soient affichées en tant que lettres et chiffres (par exemple, A2, B2, C1, etc), choisissez Style 2 dans le menu local. Différents choix sont disponibles selon le mode de capture sélectionné.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 139 I ? Tip : si vous choisissez la méthode New (smaller), le fichier original devient inutile mais n’est pas automatiquement supprimé. Une zone de dialogue suggère de nommer le nouveau fichier de la même façon que l’original, mais en ajoutant l’extension « .rev ». Pour supprimer le fichier original en le remplaçant par le nouveau fichier, supprimez l’extension « .rev » dans la zone de dialogue afin que le nouveau fichier porte le même nom que l’original. Mais n’oubliez pas que si vous supprimez le fichier original, vous ne pourrez pas utiliser la télécinéma inversé une seconde fois pour essayer un autre réglage. 7 Dans le menu local « Conform to », choisissez la fréquence d’images qui vous permet de maintenir ou de restaurer la synchronisation audio-video :  23.98 : cette vitesse est utile si vous comptez utiliser ultérieurement la fonction pulldown de Final Cut Pro qui permet de sortir la vidéo 23,98 ips à 29,97 ips (Consultez la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225 pour en savoir plus.)  24.0 : vous pouvez avoir intérêt à conformer et à monter les plans à cette vitesse si vous comptez les inclure à un projet contenant d’autres plans à exactement 24 ips. Remarque : si le plan contient à la fois la vidéo et l’audio et si vous choisissez 24.0 dans ce menu local, la fonction Reverse Telecine accélère très légèrement l’audio pour qu’elle soit synchrone avec la vitesse de 24 ips et non de 23,98. 8 Laissez la case Standard Upper/Lower sélectionnée. Il est recommandé de sélectionner la case Standard Upper/Lower à moins que vous ne trouviez que le processus de télécinéma inversé ne produit pas les bons résultats. Elle n’est utile que lorsque les deux trames vidéo sont capturées, mais est sans effet si une seule trame est capturée. Pour en savoir plus, consultez la section « Vérification des résultats du télécinéma inversé » à la page 140. 9 Cliquez sur OK pour lancer le télécinéma inversé. Si vous avez sélectionné l’option New (smaller), vous devez attribuer une destination et un nom au nouveau plan inversé. Si le plan d’origine était connecté à un enregistrement de base de données, le nouveau plan inversé remplace cette connexion (qu’il écrase ou non l’ancien plan). Remarque : on tombe parfois sur des plans qui possèdent des durées d’image individuelles plus longues que ce qu’elles ne devraient être. Dans ce cas, la fonction Reverse Telecine peut signaler des pertes d’images qui, en réalité, ne se sont pas produites. Si ce message apparaît, utilisez la fonction Conform, expliquée à la section « Utilisation de la fonction de conformation » à la page 131 pour conformer le plan à 29,97 ips, puis relancez le télécinéma inversé. La fonction Conform garantit une longueur uniforme de tous les plans. Choisissez une vitesse. Laissez cette case sélectionnée.140 Partie I Utilisation de Cinema Tools Si vous avez créé un nouveau fichier (par défaut, avec l’extension « .rev ») et n’avez pas supprimé le fichier original, vous pouvez procéder une seconde fois au télécinéma inversé, si nécessaire (par exemple, pour essayer un autre réglage de trame). Pour préparer une seconde utilisation de la fonction Reverse Telecine sur un plan unique : 1 Déconnectez le fichier inversé courant de son enregistrement de base de données. 2 Connectez le fichier original à l’enregistrement de base de données. 3 Renommez ou déplacez le fichier inversé courant si vous ne voulez pas qu’il soit écrasé. Vous pouvez maintenant utiliser la fonction Reverse Telecine sur un plan unique dans Cinema Tools comme décrit à la page 137. Utilisation de la fonction Reverse Telecine sur des plans source dans Final Cut Pro Final Cut Pro contient une commande de menu qui permet de procéder au télécinéma inversé sur les plans sélectionnés dans le Navigateur. Il est important de comprendre que, si c’est Final Cut Pro qui lance le processus de télécinéma inversé, c’est Cinema Tools qui effectue l’opération. De plus, vous n’avez pas les mêmes choix que lorsque vous utilisez le télécinéma inversé directement dans Cinema Tools (les réglages qui sont utilisés pour le processus de télécinéma inversé à l’aide de Final Cut Pro sont les derniers réglages utilisés dans Cinema Tools). C’est pourquoi il est recommandé de toujours procéder au télécinéma inversé sur un plan directement dans Cinema Tools pour vérifier que les réglages sont corrects avant de traiter des plans à l’aide de Final Cut Pro. Vérification des résultats du télécinéma inversé Après un transfert pulldown 3:2 télécinéma, la trame du dessus est généralement la trame 1 et celle du dessous la trame 2, sauf si le format DV est utilisé. Normalement, lorsque la case « Standard upper/lower » est sélectionnée, Cinema Tools détermine ce qu’il faut faire et les plans sont traités correctement. Il arrive cependant (très rarement) que lors de la capture ou du traitement de la vidéo, l’ordre des trames soit interverti, ce qui entraîne des résultats erronés du télécinéma inversé. Pour savoir si des erreurs se sont produites, observez les images d’un plan sur lequel le télécinéma inversé a été appliqué. En examinant chaque image du plan, vous devez constater que la série d’images A, B, C et D est répétée et que chaque lettre est bien lisible. Vous ne devriez pas voir de scintillement intertrame. Les numéros d’images doivent se suivre en ordre croissant et doivent également être bien lisibles. Si ce n’est pas le cas, procédez de nouveau au télécinéma inversé, mais cette fois sans sélectionner l’option « Standard upper/lower ». Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 141 I Important : appliquer le télécinéma inversé à l’aide de Final Cut Pro modifie le fichier de données original (vous n’avez pas la possibilité de créer un nouveau fichier de données comme dans Cinema Tools). Vous devez disposer de privilèges de lecture et d’écriture sur les fichiers de données. Pour utiliser Final Cut Pro pour procéder au télécinéma inversé sur des plans sources : 1 Dans le Navigateur de Final Cut Pro, sélectionnez les plans à traiter. Remarque : seuls les fichiers utilisant une fréquence d’images de 29,97 ips sont traités. 2 Choisissez Tools > Cinema Tools Reverse Telecine. Cinema Tools s’ouvre et applique le télécinéma inversé en affichant une zone de dialogue qui montre la progression de la tâche. Utilisation de la fonction Batch Reverse Telecine Si vous devez inverser le pulldown 3:2 de plusieurs plans, vous pouvez utiliser la commande Batch Reverse Telecine (télécinéma inversé par lot) afin de pouvoir les traiter simultanément. Remarque : si vos plans sources ont été enregistrés à l’aide d’un type particulier de caméscope DV 24P, tel que le modèle AG-DVX100 de Panasonic, consultez la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221. Préparation avant de procéder à un télécinéma inversé par lot Il y a deux choses à faire avant de procéder à un télécinéma inversé par lot :  Commencez par appliquer le télécinéma inversé à un seul plan et observez le résultat afin de vous assurer que les réglages sont corrects. Vous trouverez des instructions à ce sujet dans la section « Utilisation de la fonction Reverse Telecine sur un unique plan source dans Cinema Tools » à la page 136.  Si vous travaillez sur de la vidéo contenant deux trames, assurez-vous que tous vos plans ont la même priorité de trame. Pour en savoir plus, consultez la section « Spécification des informations de capture de trame » à la page 135. Certains matériels de numérisation peuvent basculer de façon imprévisible entre la priorité de trame 1 et la priorité de trame 2. S’il s’avère que la priorité de certains de vos plans diffère des autres plans, vous pouvez séparer vos plans en deux lots et les traiter séparément.142 Partie I Utilisation de Cinema Tools À propos des images A Si votre vidéo a une fenêtre d’affichage, la façon la plus simple de localiser une image « A » est de jeter un œil au numéro de bord dans l’image vidéo qui, normalement, est suivi d’une lettre indiquant le type d’image. Cette lettre s’appelle indicateur de type d’image. Les images A comprennent toutes les images possédant un indicateur de type d’image commençant par « A », y compris les images AA (on parle aussi de A1A2), AB (on parle aussi de A2B1), A1 ou A2. Lorsque vous regardez la vidéo une image à la fois, l’indicateur de type d’image d’une image A est « A » tandis que le numéro d’image est fixe (il ne scintille pas entre deux images). Si vous utilisez un timecode non-drop frame et que vos plans sources n’ont pas encore été montés, les images A surviennent systématiquement toutes les 5 images. Généralement, tout numéro de timecode se terminant par « 0 » ou « 5 » est une image A (par exemple, 1:23:14:10 et 1:23:14:15). Pendant le télécinéma inversé par lot, si un plan commence à un numéro de timecode qui n’est pas divisible par cinq (numéro de timecode se terminant par « 5 » ou « 0 »), Cinema Tools ajuste les images depuis le début du plan, afin que le plan commence à l’image suivante avec un numéro de timecode se terminant par « 0 » ou « 5 ». Cela permet de s’assurer que tous les plans sources commencent sur une image A. Les plans qui sont ajustés sont consignés dans le fichier d’historique de télécinéma inversé par lot, qui est nommé « reverse.log ». Il est plus difficile de localiser les images A lorsque les numéros de bord ne sont pas incrustés dans la vidéo. Si votre vidéo présente beaucoup de mouvement, vous parviendrez peut-être à distinguer l’une des images du film original aux côtés d’une image vidéo. Dans ce cas, recherchez une image vidéo composée de deux trames de l’image originale correspondante, qui soit précédée et suivie d’images de film distinctes. Cette image doit être une image A. L’indicateur de type d’image dans la fenêtre d’affichage vous indique qu’il s’agit d’une image A.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 143 I Utilisation du télécinéma inversé par lot sur plusieurs plans Avant d’utiliser le télécinéma inversé par lot pour traiter plusieurs plans sources à la fois, lisez la section « Préparation avant de procéder à un télécinéma inversé par lot » à la page 141. Pour utiliser le télécinéma inversé par lot : 1 Placez tous les plans à traiter dans le même dossier. 2 Choisissez File > Batch Reverse Telecine. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez n’importe quel fichier de plan source dans le dossier contenant les plans sources, puis cliquez sur Choose. 4 Dans la zone de dialogue Batch Reverse Telecine, sélectionnez le mode de capture qui indique la capture de trame correcte pour le plan :  Trame 1 uniquement : sélectionnez cette option si la vidéo ne contient que la trame 1.  Trame 2 uniquement : sélectionnez cette option si la vidéo ne contient que la trame 2.  F1 - F2 : sélectionnez cette option si la vidéo contient les deux trames et que la trame 1 est prédominante (celle qui apparaît en premier).  F2 - F1 : sélectionnez cette option si la vidéo contient les deux trames et que la trame 2 est prédominante (celle qui apparaît en premier). Consultez la section « Spécification des informations de capture de trame » à la page 135 pour en savoir plus. Remarque : si Cinema Tools trouve les informations de pulldown incrustées dans les plans sources, la zone de dialogue apparaît dans sa version simplifiée. Consultez à ce sujet la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221. 5 Dans le menu local « Conform to », choisissez la fréquence d’images qui vous permet de maintenir ou de restaurer la synchronisation audio-video :  23.98 : cette vitesse est utile si vous comptez utiliser ultérieurement la fonction pulldown de Final Cut Pro qui permet de sortir la vidéo 23,98 ips à 29,97 ips. (Consultez la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225 pour en savoir plus.) Sélectionnez les informations de capture de trame pour ce plan.144 Partie I Utilisation de Cinema Tools  24.0 : vous pouvez avoir intérêt à conformer et à monter les plans à cette vitesse si vous comptez les inclure à un projet contenant d’autres plans à exactement 24 ips. Remarque : si le plan contient à la fois la vidéo et l’audio et si vous choisissez 24.0 dans ce menu local, la fonction Reverse Telecine accélère très légèrement l’audio pour qu’elle soit synchrone avec la vitesse de 24 ips et non de 23,98. 6 Laissez la case « Standard Upper/Lower » sélectionnée. Il est recommandé de sélectionner la case « Standard Upper/Lower » à moins que vous ne trouviez que le processus de télécinéma inversé ne produit pas les bons résultats. Pour en savoir plus, consultez la section « Vérification des résultats du télécinéma inversé » à la page 140. 7 Pour enregistrer les plans d’origine dans un dossier distinct, laissez la case Keep Originals sélectionnée. Si vous ne souhaitez pas enregistrer les plans originaux, ne la sélectionnez pas (si elle n’est pas sélectionnée, les plans originaux sont supprimés chaque fois qu’un nouveau plan est créé). Important : vous ne pouvez pas annuler une opération de télécinéma inversé. Si vous n’enregistrez pas les plans originaux et si vous trouvez ultérieurement que l’un des réglages n’était pas correct, vous devrez recapturer les plans pour corriger le réglage et procéder au télécinéma inversé sur les plans une seconde fois. 8 Cliquez sur OK pour lancer le télécinéma inversé par lot. Une fois le processus terminé, la situation est la suivante :  Pour chaque plan du dossier est créé un nouveau plan portant le même nom. Il est alors placé dans un sous-dossier créé par Cinema Tools nommé Reversed.  Si vous avez sélectionné Keep Originals, les fichiers d’origine sont placés dans un sous-dossier créé par Cinema Tools et nommé Originals.  Si Cinema Tools ne peut effectuer le processus de télécinéma inverse pour un plan, ce dernier est transféré à un sous-dossier Cinema Tools nommé Skipped. Un plan n’est pas traité s’il ne contient pas de piste vidéo, si sa vitesse n’est pas gérée ou si aucun codec n’est détecté pour la piste vidéo.  Un fichier texte nommé « reverse.log » apparaît au premier niveau du dossier par lequel vous avez commencé. Ce fichier précise la date et l’heure du lancement et de la fin du processus, ainsi que l’heure de début de chaque plan. Si des problèmes surgissent, tels qu’un manque d’espace disque ou de mémoire, un message d’erreur décrivant le problème apparaît également dans l’historique. De plus, vous devrez utiliser la commande Reconnect pour reconnecter les plans inversés nouvellement créés aux enregistrements correspondants. Consultez la section « Réparation des liens rompus entre les plans et les enregistrements » à la page 126 pour en savoir plus.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 145 I Utilisation du télécinéma inversé par lot une seconde fois Si, après avoir procédé au télécinéma inversé par lot, vous devez modifier un réglage et procéder à un nouveau télécinéma inversé par lot, procédez comme suit. Pour préparer l’utilisation du télécinéma inversé par lot une seconde fois : 1 Déplacez les plans du dossier Originals dans leur dossier original. Remarque : si vous n’avez pas sélectionné Keep Originals, vous devez recapturer les plans originaux. 2 Si vous souhaitez garder la version inversée des plans tout en en créant une nouvelle version, vous devez les déplacer du dossier Reversed dans un autre dossier ou renommer le dossier Reversed (par exemple, en Reversed 1). Vous pouvez laisser les fichiers courants là où ils se trouvent si vous souhaitez les écraser. 3 De même, vous devez déplacer ou renommer le fichier « reverse.log » si vous souhaitez le garder. 4 Procédez comme décrit à la section « Utilisation du télécinéma inversé par lot sur plusieurs plans » à la page 143. Remarque : si vous reconnectez les plans inversés originaux aux enregistrements de base de données, les nouveaux plans inversés devraient être connectés automatiquement à la base de données. Ajustements de la vitesse audio Si vous devez procéder à des ajustements de la vitesse audio pour rétablir la synchronisation avec la vidéo, il y a plusieurs façons de faire. Remarque : les fonctions de télécinéma inversé et de conformation ajustent automatiquement la vitesse audio d’un plan afin de l’adapter à la vitesse de défilement vidéo de ce plan.  Vous pouvez modifier la vitesse de défilement à l’aide de la commande Vitesse de Final Cut Pro. Défaites d’abord le lien entre le plan audio et le plan vidéo. Sélectionnez l’élément audio dans la timeline, choisissez Modifier > Vitesse et saisissez un nouveau pourcentage de vitesse. Par exemple, pour ralentir un plan audio de 0,1 pour cent, saisissez « 99,9 ». Reliez à nouveau le plan audio et le plan vidéo lorsque vous avez fini de modifier la vitesse du plan audio.  Certains équipements d’enregistrement et de lecture audio permettent d’ajuster la vitesse de lecture pour la synchroniser avec la vidéo. Ce type d’appareil permet de capturer l’audio à la vitesse de synchronisation appropriée.146 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Il existe des appareils spécialisés, tels que ceux de chez Aaton, qui sont conçus pour contrôler et ajuster l’audio de manière à ce que la synchronisation soit possible avec n’importe quelle vitesse vidéo. Ces appareils s’utilisent avant de capturer l’audio dans votre ordinateur.  Si vous n’avez pas besoin d’ajuster la vitesse de l’audio pour le montage, mais devez l’ajuster pour le projet fini, vous pouvez faire finaliser l’audio par une société de postproduction audio capable d’ajuster la vitesse. Synchronisation séparée de l’audio et de la vidéo capturés Si votre son et vos images n’ont pas été pas synchronisés sur la bande vidéo, mais ont été capturés séparément, vous pouvez les synchroniser dans Final Cut Pro. Dans Final Cut Pro, une fonctionnalité nommée les plans fusionnés vous permet de lier un ou plusieurs fichiers de données source entre eux afin d’en faire un seul et unique plan. Vous devez d’abord les synchroniser, puis les fusionner en un plan unique. Les claps de vos prises de vue vous donnent les repères audibles et visibles permettant de synchroniser vos éléments audio et vidéo. Vous pouvez utiliser plusieurs techniques pour synchroniser des plans avant de les fusionner, en fonction de la façon dont vous avez filmé votre métrage :  Si vos clips vidéo et audio ne couvrent pas exactement les mêmes valeurs de timecode et si vous avez mis un clap au début de tous vos plans à l’aide d’une claquette : vous pouvez utiliser des points d’entrée pour aligner tous les plans à fusionner. De cette manière, le début du plan fusionné obtenu correspond au point d’entrée utilisé et tous les éléments sont alignés sur ce point. La fin du plan fusionné correspond à la fin de l’élément possédant la dernière valeur de timecode.  Si vos plans vidéo et audio ne couvrent pas exactement les mêmes valeurs de timecode et si un ou plusieurs plans ont un clap de fin : vous pouvez utiliser des points de sortie pour aligner tous les plans à fusionner. Vidéo Audio Audio Plan fusionnéChapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 147 I De cette manière, la fin du plan fusionné obtenu correspond au point de sortie utilisé et tous les éléments sont alignés sur ce point. Le début du plan fusionné correspond au début de l’élément possédant la première valeur de timecode. Pour des détails sur la façon de synchroniser et de fusionner des plans dans Final Cut Pro, consultez la section, dans la documentation de Final Cut Pro qui décrit l’utilisation de plans fusionnés. Division ou suppression de sections de plans sources avant le montage Avant de monter votre contenu Final Cut Pro, vous avez la possibilité de diviser ou de supprimer encore des parties de plans sources. Si vous avez capturé vos données à l’aide d’une liste de capture par lot et du contrôle de périphérique, vos fichiers de plans contiennent sans doute exactement les données souhaitées. Il se peut toutefois que vous ayez besoin de diviser ces plans sources capturés en prises individuelles ou d’en éliminer certaines données avant de passer au montage et ce, afin d’utiliser rationnellement l’espace disque disponible. Stratégies pour la division de plans sources avant le montage Avant de commencer, si la relation entre le numéro de code de bordure et le timecode n’est pas continue sur l’ensemble de la bobine de caméra dont provient un plan source, sachez que vous devez faire deux ou trois choses importantes après avoir subdivisé des plans sources :  Créez un nouvel enregistrement de base de données pour le nouveau plan source généré suite à la division d’un plan et assurez-vous qu’il est connecté à l’enregistrement.  Mettez à jour l’enregistrement du plan de manière à ce que le numéro de code de la nouvelle première image du plan soit correct. (Cela n’est nécessaire que si vous supprimez du matériel au début d’un plan.) Remarque : consultez la section « Le lien entre les numéros de code de bordure et le timecode est-il continu ou discontinu ? » à la page 72 pour en savoir plus. Vidéo Audio Audio Plan fusionné148 Partie I Utilisation de Cinema Tools Il y a plusieurs façons de subdiviser des plans sources avant le montage :  Final Cut Pro simplifie la division de plans sources en plans plus petits. La première étape consiste à créer un ou plusieurs sous-plans du plan dans le navigateur. Utilisez ensuite le gestionnaire de données pour supprimer les sections de plan qui n’ont pas été sélectionnées comme sous-plan. Consultez la section sur la création et l’utilisation de sous-plans dans la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus.  Une autre méthode de sélection et d’enregistrement de sections d’un plan consiste à utiliser QuickTime Pro. Si vous utilisez QuickTime Pro pour ce faire, n’oubliez pas de choisir « Film autonome » dans la zone de dialogue « Enregistrer sous ». Consultez à ce sujet la section « La différence entre les fichiers de données autonomes et les fichiers de données de référence » à la page 149.  Si les images que vous utilisez sont perforées ou marquées d’un repère (plutôt que dotées d’une fenêtre d’affichage) pour identifier les numéros de bord des plans sources, veillez à ne pas éliminer les images marquées d’un repère.  Si la méthode pulldown 3:2 a été utilisée lors du transfert télécinéma, il est recommandé de faire commencer chaque plan source à une image A. Après le pulldown 3:2, les images A sont les seules images du film à ne pas être divisées en deux images vidéo. Pour cette raison et parce que l’image A est le point de départ du modèle récurrent à cinq images de la vidéo, il est préférable qu’une image A soit la première image dans tous les plans vidéo. Consultez à ce sujet la section « À propos des images A » à la page 142.Chapitre 6 Préparation des plans sources pour le montage 149 I Suppression d’un fichier de plan source Pour éliminer un fichier de plan source indésirable avant de commencer le montage, faites-le glisser dans la Corbeille. puis supprimez l’éventuel enregistrement de la base de données Cinema Tools auquel ce plan était connecté. Consultez la section « Suppression d’un enregistrement de la base de données » à la page 105 pour en savoir plus. La différence entre les fichiers de données autonomes et les fichiers de données de référence Il y a deux types de fichiers vidéo et audio que vous devez connaître, en particulier si vous subdivisez un fichier de données volumineux en fichiers de données plus petits à l’aide de QuickTime Pro. Comme les fichiers vidéo ont tendance à être volumineux, le type de fichier de données que vous créez peut avoir un impact énorme sur l’espace disque.  Fichiers de données autonomes : un fichier de données autonome est complet, vous pouvez supprimer le fichier original, sa copie pourra toujours être lue indépendamment. C’est pourquoi les fichiers de données autonomes sont généralement très volumineux. Il est recommandé d’enregistrer vos données sous la forme d’un fichier autonome si vous prévoyez de ne pas utiliser une grande partie de l’original ; vous pourrez alors supprimer l’original une fois que vous aurez enregistré les parties dont vous avez besoin.  Fichiers de données de référence : un fichier de données de référence est un fichier contenant des dépendances du fichier de données original. Les fichiers de référence ne contiennent en réalité aucunes données, ils ne contiennent que des pointeurs vers des parties bien précises du fichier de données original. Les fichiers de ces plans ne sont pas volumineux. Si vous supprimez, déplacez ou renommez le fichier de données original, tous les fichiers qui y font référence ne pourront plus être lus comme ils ne pourront plus localiser l’original. Une façon de savoir si un fichier de données est autonome ou de référence consiste à l’ouvrir dans la fenêtre Cinema Tools Clip et à cliquez sur le bouton Analysis. La sousfenêtre Analysis affiche cette information. Une autre façon de le savoir consiste à regarder la taille du fichier; les fichiers de données contenant des dépendances sont assez petits (une vingtaine de 20 kilo-octets), alors que les fichiers de données autonomes, même les plus courts, peuvent avoir une taille de plusieurs centaines de mégaoctets ou plus.7 151 7 Montage dans Final Cut Pro Le montage de plans sources issus d’un support film avec Final Cut Pro présente un certain nombre de points originaux. Une fois vos plans sources capturés et préparés, vous pouvez les monter dans Final Cut Pro. Avant de commencer le montage des images provenant d’une pellicule, vous devez tenir compte des éléments suivants :  les configurations simplifiées (Easy Setups) fournies aux utilisateurs de Cinema Tools et la nécessité de régler la base temps ;  les restrictions concernant l’utilisation de pistes audio et vidéo multiples ;  le processus de création d’effets et de transitions pour le film ;  la méthode utilisée pour détecter les usages multiples de vos données sources. À propos des configurations simplifiées et du paramétrage de la base temps Cinema Tools installe des configurations simplifiées qui facilitent la configuration de Final Cut Pro pour les utilisateurs de Cinema Tools. Lorsque vous sélectionnez les configurations simplifiées Final Cut Pro, les réglages de séquence, les réglages de capture, les réglages de contrôle de périphérique et les réglages vidéo externes sont tous préconfigurés et vous n’avez pas besoin de les configurer individuellement. Il est recommandé aux utilisateurs de Cinema Tools de profiter de ces configurations simplifiées :  23.98fps from DV PAL : sélectionnez cette configuration simplifiée pour capturer de la vidéo au format PAL et régler la base temps sur 23,98 ips. Cette option part du principe que vous allez conformer la vidéo capturée à 23,98 ips.  24fps from DV PAL : sélectionnez cette option pour capturer de la vidéo au format PAL et régler la base temps sur 24 ips. Cette option part du principe que vous allez conformer la vidéo capturée à 24 ips.  23.98fps from DV NTSC : sélectionnez cette option pour capturer de la vidéo au format NTSC (au format de timecode non-drop frame) et pour régler la base temps sur 23,98 ips. Cette option part du principe que vous allez inverser la projection télécinéma de la vidéo capturée à 23,98 ips.152 Partie I Utilisation de Cinema Tools  24fps from DV NTSC : sélectionnez cette option pour capturer de la vidéo au format NTSC (au format de timecode non-drop frame) et pour régler la base temps sur 24 ips. Cette option part du principe que vous allez inverser la projection télécinéma de la vidéo capturée à 24 ips.  DV NTSC NDF : sélectionnez cette option pour capturer de la vidéo au format NTSC (au format de timecode non-drop frame) et pour régler la base temps sur 29,97 ips. Cette option part du principe que vous n’allez pas inverser la projection télécinéma de la vidéo capturée.  DV PAL 24 @ 25 : choisissez cette option pour capturer de la vidéo PAL et régler la base temps sur 24 ips, tout en utilisant un timecode de 25 ips. Cette configuration assume part du principe que vous allez conformer la vidéo capturée de 25 ips à 24 ips. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur l’accès et l’utilisation des configurations simplifiées. Important : si vous n’utilisez pas de configuration simplifiée, vous devez tout de même régler la base temps sur la vitesse de défilement de vos plans sources avant de commencer le montage. De cette façon, les nouvelles séquences que vous créerez dans Final Cut Pro seront réglées pour la vitesse de défilement que vous visez pour le montage. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la configuration de la base temps dans l’éditeur de préréglage de séquence. Toutes les configurations simplifiées conçues spécialement pour les utilisateurs de Cinema Tools, à l’exception de « DV PAL 24 @ 25 », ont Cinema Tools dans leur titre. Par exemple, « Cinema Tools - 23.98fps from DV NTSC ». Par défaut, les Easy Setups pour les utilisateurs de Cinema Tools ne s’affichent pas dans le menu local de la zone de dialogue Choose Setup. Pour que tous les Easy Setups du menu local (ceux de Cinema Tools compris) s’affichent, cochez la case Show All dans la zone de dialogue. Ou, pour ajouter des configurations simplifiées spécifiques au menu local, vous pouvez ajouter un astérisque (*) à la fin du nom du fichier de la configuration simplifiée. Par exemple, modifiez le nom de fichier « Cinema Tools - 23.98fps from DV NTSC » comme ceci : « Cinema Tools - 23.98fps from DV NTSC* ». Les fichiers de configuration simplifiée se trouvent à l’emplacement suivant : /Library/Application Support/Final Cut Pro System Support/Custom Settings/.Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 153 I Utilisation de vidéo à 25 ips conformée à 24 ips La méthode la plus courante pour le transfert d’un film à 24 ips en vidéo PAL est la méthode 24 @ 25 (décrite à la section « Méthode 24 @ 25 » à la page 26). Comme cette méthode nécessite que le film tourne 4 pour cent plus vite, il se peut que vous rencontriez des problèmes de synchronisation audio, au minimum, l’action à l’écran sera accélérée. Pour solutionner les problèmes de synchronisation audio, vous pouvez utiliser la fonction Conform pour ralentir à nouveau la vidéo à sa vitesse originale de 24 ips. Comme le processus de conformation ne modifie par le timecode de 25 ips créé lors du transfert du film, vous pouvez conserver ce format de timecode pendant le montage dans la base temps de 24 ips. Cela peut être utile dans les situations où le monteur négatif préfère recevoir une EDL de 25 ips plutôt qu’une liste de conformation pour la remise en correspondance du film . Consultez la section « Utilisation de la fonction de conformation » à la page 131 pour en savoir plus sur la conformation de vidéo. À propos du timecode Lorsque vous conformez de la vidéo à 25 ips en 24 ips, la fréquence de timecode est réglée sur 24 @ 25. Remarque : comme la base temps et la lecture sont basées sur 24 ips, le timecode de 25 ips ne représente plus exactement le véritable écoulement du temps. Par exemple, la lecture de 38 secondes de vidéo durera en réalité 40 secondes. Vous pouvez voir la fréquence de timecode d’un plan dans la fenêtre Item Properties. Pour vérifier la fréquence de timecode d’un plan : 1 Dans le Navigateur, sélectionnez le plan à vérifier. 2 Effectuez l’une des opérations suivantes pour ouvrir la fenêtre Propriétés de l’élément :  Choisissez Édition > Propriétés de l’élément > Infos de stockage.  Cliquez tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée sur le plan, puis choisissez Item Properties > Logging Info dans le menu contextuel. Pour les plans qui ont été conformés de 25 ips à 24 ips, « 24 @ 25 » est affiché dans la ligne TC Rate.154 Partie I Utilisation de Cinema Tools À propos des préréglages de séquence Il y a deux préréglages de séquence conçus pour la vidéo PAL à 24 ips :  DV PAL 48 kHz - 24 @ 25 : ce préréglage utilise une base temps de 24 ips et un timecode de 25 ips pour les points d’entrée et de sortie source comme d’enregistrement, tout en conservant le timecode source original de 25 ips. La configuration simplifiée DV PAL 24 @ 25 utilise ce préréglage de séquence. Lorsque vous exportez une EDL, elle est basée sur des valeurs de timecode de 25 ips. Il est recommandé d’utiliser ce préréglage de séquence lorsque vous prévoyez d’exporter une EDL de 25 ips plutôt qu’une liste de conformation.  DV PAL 48 kHz - 24 : ce préréglage utilise une base temps de 24 ips et un timecode de 24 ips pour les points d’entrée et de sortie source comme d’enregistrement, tout en remplaçant le timecode source original de 25 ips. Il est recommandé d’utiliser ce préréglage de séquence lorsque vous prévoyez d’exporter une liste de conformation. Affichage d’informations relatives au film dans Final Cut Pro Vous pouvez afficher toute une série d’informations relatives au film lors du montage des plans du film dans Final Cut Pro. Il y a quatre zones que vous pouvez contrôler :  La fenêtre Propriétés de l’élément : l’onglet Film de la fenêtre Propriétés de l’élément contient les informations relatives au film auquel appartient le plan. Consultez la section « Affichage d’informations relatives au film dans la fenêtre Propriétés de l’élément » à la page 157 pour en savoir plus.  Le Navigateur : vous pouvez ajouter des colonnes contenant des informations relatives au film telles que les numéros de bord et la vitesse télécinéma (champ Vitesse TK). Ces informations apparaissent aussi dans la fenêtre Propriétés de l’élément. Consultez la section « Affichage d’informations relatives au film dans le Navigateur » à la page 157 pour en savoir plus.  Le Visualiseur et le Canevas : vous pouvez ajouter le keycode et la codification manuelle aux valeurs de timecode de l’incrustation. Consultez la section « Affichage d’incrustations relatives au film dans le Visualiseur et le Canevas » à la page 157 pour en savoir plus.  La Chronologie, le Visualiseur et le Canevas : vous pouvez afficher le numéro d’image au format pieds et images. Consultez la section « Affichage de numéros d’image basés sur le film » à la page 158 pour en savoir plus. Pour afficher des informations relatives au film dans Final Cut Pro, vous devez d’abord importer les informations en provenance de Cinema Tools. Il y a trois façon de le faire :  Lorsque vous importez une liste de capture par lot XML exportée à partir de Cinema Tools, les informations relatives au film sont elles aussi importées. Consultez la section « Utilisation de listes de capture par lot XML » à la page 119 pour en savoir plus.Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 155 I  Utilisez Final Cut Pro pour importer une liste télécinéma. Cela ajoute les informations relatives au film qui figurent dans le fichier de la liste télécinéma aux plans offline. Consultez la section « Importation de listes télécinéma à l’aide de Final Cut Pro » à la page 87 pour en savoir plus.  Utilisez la commande Synchroniser avec Cinema Tools décrite ci-après. Important : il n’est pas nécessaire d’importer ni d’afficher des informations relatives au film dans Final Cut Pro pour exporter des listes de film. Synchronisation de plans Final Cut Pro avec Cinema Tools La modification d’informations relatives au film ou leur ajout à des plans ne peut pas se faire manuellement dans Final Cut Pro. Les informations doivent être importées depuis une base de données Cinema Tools. Final Cut Pro permet de synchroniser un ou plusieurs plans sélectionnés avec une base de données Cinema Tools. C’est particulièrement utile lorsque vous avez importé une liste télécinéma et capturé les plans car la synchronisation des plans avec leur base de données connectera automatiquement les plans aux enregistrements correspondants. Vous pouvez aussi créer une nouvelle base de données qui ajoutera les informations de chaque plan à l’enregistrement correspondant. ? Astuce : créer une nouvelle base de données à partir d’un groupe de plan qui figurent déjà dans une autre base de données permet de créer des bases de données spécialisées à partir de Final Cut Pro. Toutes les informations relatives au film que les plans contiennent déjà sont ajoutées automatiquement aux enregistrements correspondants dans la nouvelle base de données. Pour synchroniser des plans Final Cut Pro avec une base de données Cinema Tools : 1 Dans le Navigateur de Final Cut Pro, sélectionnez les plans à synchroniser avec une base de données Cinema Tools. Il peut s’agir de plans qui figurent déjà dans la base de données et dont les informations doivent être mises à jour ou de plans qui ne figurent pas dans la base de données. Dans ce cas, de nouveaux enregistrements sont ajoutés à la base de données pour chaque plan et toutes les informations d’application sont ajoutées aux différents enregistrements. 2 Choisissez Outils > Synchroniser avec Cinema Tools. Une zone de dialogue apparaît dans laquelle vous pouvez configurer le processus de synchronisation. Le champ Database indique la base de données sélectionnée. 156 Partie I Utilisation de Cinema Tools 3 Sélectionnez la case « Ajouter de nouveaux enregistrements » si vous souhaitez ajouter automatiquement à la base de données de nouveaux enregistrements pour les plans sélectionnés qui n’y figurent pas encore. Cette option doit être sélectionnée en cas de synchronisation avec une nouvelle base de données. 4 Sélectionnez la case Connecter automatiquement si vous voulez que la base de données connecte automatiquement les plans à tout nouvel enregistrement qui est créé dans la base de données. 5 Procédez de l’une des manières suivantes :  Si la base de données affichée dans le champ Database est la bonne, cliquez sur OK. (Le champ Base de donées est mis à jour si vous utilisez le bouton Nouvelle base de donées ou Choisir un base de donées.)  Cliquez sur Nouvelle base de données pour créer une nouvelle base de données Cinema Tools. Cela a pour effet d’ouvrir une zone de dialogue dans laquelle vous pouvez saisir le nom et l’emplacement de la base de données ainsi que définir des réglages par défaut. Consultez la section « Réglages de la zone de dialogue Nouvelle base de donées » à la page 77 pour des informations sur ces réglages. Cliquez sur Enregistrer lorsque vous avez fini.  Cliquez sur Choisir una base de donées pour sélectionner une base de données existante. Cela a pour effet d’ouvrir une zone de dialogue dans laquelle vous pouvez sélectionner la base de données existante avec laquelle les plans doivent être synchronisés. Cliquez sur Ouvrir lorsque vous avez fini. 6 Si vous avez utilisé le bouton Nouvelle base de données ou Choisir un base de donées, cliquez sur OK. Les plans sélectionnés sont synchronisés avec la base de données sélectionnée. Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 157 I Affichage d’informations relatives au film dans la fenêtre Propriétés de l’élément L’onglet Film de la fenêtre Propriétés de l’élément contient les informations relatives au film de chaque plan. Pour afficher des informations relatives au film dans la fenêtre Propriétés de l’élément : 1 Sélectionnez un plan dans le Navigateur. 2 Procédez de l’une des manières suivantes :  Choisissez Édition > Propriétés de l’élément > Film.  Cliquez tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée sur le plan, puis choisissez Propriétés de l’élément > Film dans le menu contextuel.  Appuyez sur Commande + ç pour ouvrir la fenêtre Propriétés de l’élément, puis cliquez sur l’onglet Film. Remarque : les commentaires ajoutés à un enregistrement dans Cinema Tools ou à un enregistrement dans un fichier de liste télécinéma apparaissent dans la ligne Take Note. Affichage d’informations relatives au film dans le Navigateur Vous pouvez ajouter des colonnes au Navigateur pour afficher les informations relatives au film dont vous avez besoin. Pour ajouter des colonnes au Navigateur : m Cliquez tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée sur l’en-tête la colonne devant laquelle vous souhaitez insérer la nouvelle colonne, puis choisissez la colonne à ajouter dans le menu contextuel. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus sur l’organisation des colonnes dans le Navigateur. Remarque : les commentaires ajoutés à un enregistrement dans Cinema Tools ou à un enregistrement dans un fichier de liste télécinéma apparaissent dans la colonne Take Note. Affichage d’incrustations relatives au film dans le Visualiseur et le Canevas Vous pouvez configurer les incrustations du Visualiseur et du Canevas pour afficher le keycode et la codification manuelle d’un plan en plus du timecode. Pour afficher des incrustations relatives au film dans le Visualiseur et le Canevas : 1 Cliquez dans le Visualiseur ou le Canevas pour l’activer. 2 Choisissez Présentation > Afficher les incrustations (ou appuyez sur Option + Contrôle + W). 3 Pour configurer l’incrustation, choisissez Présentation > Incrustations de timecode pour afficher la liste des éléments que vous pouvez afficher. Cliquez sur l’élément souhaité pour l’afficher ou le masquer. (Des coches apparaissent en regard des éléments qui sont affichés.)158 Partie I Utilisation de Cinema Tools Affichage de numéros d’image basés sur le film Vous pouvez configurer le format d’affichage du timecode d’un projet en mode pieds+image, ce qui donne aux monteurs une façon plus familière de juger la longueur d’un projet. Ce réglage affecte l’affichage du temps dans le haut de la Chronologie ainsi que dans les champs pour le timecode, dans le haut du Visualiseur et du Canevas. Pour configurer un projet de façon à afficher le timecode en mode pieds+image : 1 Sélectionnez l’onglet Project dans le Navigateur. 2 Choisissez Édition > Propriétés du projet. La fenêtre Propriétés du projet apparaît. 3 Choisissez Pieds+images dans le menu local Affichage du temps. 4 Choisissez le format de film dans le menu local Standard de film par défaut. Le format de film détermine le nombre d’images par pied. Important : pour vous assurer que les bonnes listes de film seront exportées, vérifiez que ce réglage correspond bien au format de film défini dans la base de données Cinema Tools. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour en savoir plus sur la fenêtre Propriétés du projet. Vous pouvez aussi contrôler l’affichage du timecode dans la Chronologie, le Visualiseur et le Canevas séparément. Pour modifier l’affichage du timecode dans la Chronologie, le Visualiseur ou le Canevas : m Cliquez tout en maintenant la touche Contrôle enfoncée dans un champ de timecode, dans la fenêtre dont vous souhaitez modifier l’affichage du timecode, puis choisissez le mode souhaité dans le menu contextuel. Cela affecte les champs de timecode qui se trouvent dans le haut du Visualiseur et du Canevas ainsi que les champs de timecode des onglets du Visualiseur. Pour la Chronologie, cela affecte le timecode affiché dans le haut de la fenêtre ainsi que le champ Timecode actuel. Le timecode est affiché dans l’éditeur de transition et cela affecte aussi les fenêtres Ajustage.Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 159 I Important : les valeurs de pieds et d’image qui sont affichées diffèrent du keycode et de la codification manuelle. Les valeurs de pieds et d’image commencent toujours à 0000+00 au début de la séquence ou du plan. Lorsque vous utilisez le mode d’affichage du timecode Feet+Frame, vous pouvez saisir des valeurs aux endroits où vous pouvez saisir des valeurs de timecode. Par exemple, vous pouvez saisir une valeur dans le champ Current Timecode du Visualiseur pour positionner la tête de lecture dans la Chronologie. Pour être sûr que le nombre que vous avez saisi est correctement interprété par Final Cut Pro, utilisez l’un des caractères suivants pour séparer les valeurs de pieds et d’images : signe plus (+), esperluette (&), point (.) ou virgule (,). Ouverture de plans Final Cut Pro dans Cinema Tools Vous ne pouvez pas modifier des éléments directement dans une base de données Cinema Tools pendant que vous êtes dans Final Cut Pro. Vous pouvez toutefois ouvrir un plan dans Cinema Tools à partir de Final Cut Pro pour apporter des modifications à l’enregistrement de base de données de ce plan. Une fois que c’est fait, vous devez synchroniser ce plan afin que les modifications apparaissent dans Final Cut Pro. Pour ouvrir un plan dans Cinema Tools à partir de Final Cut Pro : 1 Sélectionnez un plan ou un groupe de plans dans le Navigateur . 2 Choisissez Présentation > Ouvrir dans Cinema Tools. Le plan s’ouvre dans une fenêtre Cinema Tools Clip. Si vous avez sélectionné plusieurs plans, chacun s’ouvre dans sa propre fenêtre Clip. Toute modification que vous apportez, comme, par exemple, à un numéro de bobine de caméra, est ajoutée à l’enregistrement de base de données du plan. Une fois que vous avez fini d’apporter des modifications, vous pouvez synchroniser les plans dans Final Cut Pro avec la base de données Cinema Tools modifiée. Consultez la section « Synchronisation de plans Final Cut Pro avec Cinema Tools » à la page 155 pour en savoir plus. Restrictions concernant l’utilisation de pistes multiples Final Cut Pro vous permet de réaliser des montages sur des pistes audio et vidéo multiples. Bien qu’il y ait des avantages à utiliser de nombreuses pistes, il faut garder certaines restrictions à l’esprit lorsque vous utilisez Final Cut Pro avec Cinema Tools :  Lorsque vous exportez vos listes de film, vous spécifiez la piste vidéo sur laquelle la liste doit être basée. Si vous avez mis des titres et des images superposées sur une seconde piste vidéo, vous devez exporter une seconde liste de film contenant ces informations.  Si vous devez exporter une liste EDL audio, vous devez restreindre l’audio aux huit premières pistes de la timeline de Final Cut Pro. Consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour en savoir plus.160 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation d’effets, de filtres et de transitions Final Cut Pro provides extensive effects capabilities for video, including common film effects such as dissolves, wipes, motion effects, and titles. Lorsque vous comptez terminer votre projet sur pellicule souvenez-vous que ces effets doivent être recréés sur pellicule, mais vous pouvez néanmoins utiliser Final Cut Pro lors du processus de création pour choisir et essayer les effets souhaités. Les effets et les transitions des films montés numériquement sont en général effectués des différentes façons suivantes (en raison de la nature très évolutive de l’industrie du cinéma, votre expérience de la chose est peut-être différente) :  Transitions, titres et animations de base : ces effets sont habituellement recréés dans des studios, spécialisés dans le tirage optique ou par contact, qui utilisent les instructions contenues dans une liste de film générée par Cinema Tools. Certains types de transitions peuvent être créés à l’aide de la méthode du tirage par contact (parfois appelé tirage A/B roll ), où le support d’émulsion du négatif original et la pellicule sont en contact pendant que le film original est projeté sur le nouveau tirage. Les transitions, titres et animations peuvent aussi être réalisés par tirage optique, où les effets sont générés par un procédé de manipulation et de projection du négatif original sur une autre pellicule à travers la lentille d’une tireuse optique. Ce processus est souvent appelé création d’effets d’optique.. Certains facteurs de décision pour le choix entre le tirage optique et le tirage par contact sont détaillés dans la section « Tirage par contact et tirage optique » à la page 163.  Effets complexes nécessitant du compositing : les effets tels que le fond bleu et les animations peuvent être recréés numériquement en haute définition sur une station de travail numérique de pointe, puis appliqués sur le film grâce à un enregistreur sur film numérique. Cette méthode est parfois appelée méthode film-numérique-film. Le négatif de caméra original est d’abord numérisé, puis la copie numérique résultant de la numérisation est importée dans un poste de travail de film numérique et les effets spéciaux y sont créés avant d’être réenregistrés sur film. Certains laboratoires d’effets numériques offrent ce service en utilisant votre liste de film comme référence pour déterminer l’emplacement et la durée des effets d’animation et de compositing en surimpression tels que les fonds bleus. La méthode film-numérique-film peut donner de très bons résultats, mais il est important de savoir qu’elle peut s’avérer beaucoup plus chère que la méthode de tirage optique.  Effets impliquant des filtres et une correction de couleur : la restauration de films numériques et la suppression des artefacts sont d’autres types de manipulations numériques pour lesquelles la méthode film-numérique-film est utilisée. Les manipulations numériques de ce genre sont documentées dans la liste des effets de filtre, qui fait partie de la liste optique. Toutes les corrections de couleur et effets de type filtre effectués dans le film fini sont créés par un spécialiste dans un atelier de tirage de films ou à l’aide de la méthode film-numérique-film. Vous pouvez travailler directement avec un spécialiste de la couleur (souvent désigné par le terme anglais de color timer) pour effectuer l’étalonnage de votre film.Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 161 I Ajout de titres, de surimpressions et de transitions Le flux de production suivant illustre la façon dont des effets, de surimpressions (d’images superposées) et des transitions peuvent être ajoutées à un film monté dans Final Cut Pro. Cette description est très succincte et comprend des étapes d’intégration d’effets optiques et d’effets de tirage par contact, mais vous ne pouvez utiliser que l’une ou l’autre des deux méthodes. Important : l’évolution très rapide de ce secteur et la variété des possibilités offertes font que la méthode de travail la mieux adaptée pour vous n’est pas forcément celle qui suit. Renseignez-vous auprès de votre laboratoire pour obtenir des informations les plus précises et les conseils les mieux adaptés à votre cas personnel. Étape 1: assurez-vous que votre laboratoire répond à vos besoins et qu’il peut vous assister Si votre budget le permet, il est conseillé de consulter le laboratoire (l’atelier d’effets spéciaux ou tout autre atelier qui tirera vos effets) avant le montage pour voir ce qu’il peut offrir. Souvent, les laboratoires disposent d’effets standard parmi lesquels vous pouvez faire votre choix, les effets personnalisés pouvant coûter nettement plus cher ou ne pas être disponibles. Le laboratoire peut aussi vous expliquer ce que vous devrez fournir exactement. Étape 2: créations d’effets et de transitions dans Final Cut Pro Vous avez intérêt à faire différentes expérimentations en termes de styles et de durées dans Final Cut Pro. Cela vous permettra de communiquer avec précision vos besoins à votre laboratoire. Comme vous pouvez exporter une liste de conformation distincte pour chaque piste vidéo, vous pouvez ajouter des titres et des images superposées à plusieurs pistes vidéo, comme versions alternatives par exemple, et choisir laquelle inclure dans la liste de film à exporter. Étape 3: exportation d’une liste de film Une fois que vous avez terminé votre montage, exportez une liste de film en suivant la procédure décrite dans le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167. La liste de film peut contenir plusieurs types de listes différents. La liste optique contient la description des effets de transition, de filtre et de mouvement. Vous devrez aussi exporter une liste de film pour chaque piste vidéo contenant des titres ou des images superposées. Si vous avez l’intention de créer toutes vos transitions par contact au lieu de créer des effets d’optique, sélectionnez « Toutes des cuts » dans le menu local Transitions. Consultez également la section « Répartition des transitions entre le tirage par contact et le tirage optique » à la page 164.162 Partie I Utilisation de Cinema Tools Étape 4: (tirage optique) confiez la liste de film et les images appropriées au laboratoire Si vos effets et vos transitions sont créés via la méthode optique, le laboratoire utilise les spécifications et les descriptions de votre liste de film pour créer les effets d’optique. Le laboratoire a besoin des bonnes séquences de film pour créer les effets d’optique. Il se peut que le laboratoire de trucage optique vous demande de fournir des intermédiaires positifs ou que le laboratoire les imprime. Il se peut que le laboratoire vous demande aussi une bande vidéo de votre film comme référence. Si vous avez réalisé une copie de travail, vous pouvez la fournir comme référence au laboratoire ou lui donner une copie couleur (un « internégatif ») des parties de la copie de travail qui contiennent les effets d’optique. Toutes ces options peuvent faire l’objet d’une discussion préalable entre le laboratoire et vous. Étape 5: (tirage optique) effectuez le transfert des effets d’optique par télécinéma, ajoutez-les à la base de données, capturez-les dans votre séquence, puis exportez une cut list Si vous décidez de créer des effets d’optiques pour votre film, cette étape est idéale car elle fournit une cut list qui détaille très précisément les effets d’optique et elle vous permet de visualiser les effets dans votre séquence afin de voir s’ils vous conviennent. Par contre, si vous disposez d’une copie de travail, le monteur négatif pourra l’utiliser comme guide pour découper les effets d’optique de votre film afin que vous n’ayez pas à les transférer sur bande vidéo ni à créer une nouvelle cut list. N’oubliez pas de demander à votre monteur négatif ce dont il a besoin. À propos des interpositifs Le métrage d’origine étant négatif, toute la pellicule doit être développée à partir d’images négatives afin d’obtenir une image positive normale. Cela signifie que vos effets d’optique doivent être négatifs lorsqu’ils sont collés sur votre négatif original. Le laboratoire optique utilise habituellement un tirage à faible contraste des parties correspondantes du négatif original, appelé interpositif, comme source à partir de laquelle sont assemblés les effets d’optique. Une fois que les effets d’optique ont été assemblés à partir de l’interpositif, ils sont développés comme des effets d’optiques négatifs qui peuvent être collés sur le négatif original. D’habitude, avant la création de l’interpositif final, un ou plusieurs tirages de test sont réalisés avec l’aide d’un spécialiste de la couleur pour trouver la combinaison d’exposition et de balance de couleurs idéale. Remarque : dans certains cas, lorsque les effets d’optique nécessitent une image très stable (comme dans le cas d’images sous du texte), un interpositif de calage est nécessaire. L’utilisation d’un interpositif de calage diminue le flottement latéral indésirable de la pellicule dans le cadre de la lentille de la tireuse optique. Le laboratoire d’effets optiques vous indiquera si un interpositif de calage est nécessaire. Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 163 I Étape 6: (tirage optique) confiez le négatif optique au monteur négatif À partir du moment où vous avez visionné les effets d’optique et que vous en êtes satisfait, confiez le négatif optique, le négatif original et la liste de film complète au monteur négatif. Grâce à la liste de film (et à la copie de travail éventuelle), le monteur négatif pourra couper et coller les effets dans votre film. Étape 7: (tirage par contact) confiez la liste de film à la personne chargée du tirage par contact Lorsque le négatif conformé est prêt à être imprimé sur tireuse par contact, assurezvous que le technicien a reçu une liste de film contenant des informations sur les titres, les images superposées et les transitions à inclure dans le film. Remarque : le monteur négatif établit une liste des repères de tirage, incluant les transitions, cette liste est ensuite confiée au tireur avec le négatif original découpé. Tirage par contact et tirage optique Le choix entre le tirage par contact et le tirage optique dépend de plusieurs facteurs. Il est possible d’utiliser une méthode pour créer certains effets et l’autre méthode pour en créer d’autres. Voici les éléments à prendre en compte :  Conservation du métrage original : le tirage par contact implique la découpe et le collage du négatif original. Le tirage optique aboutit de fait à la création d’un nouveau négatif, ce qui permet de réutiliser le métrage original.  Prévisualisation : si vos transitions sont imprimées par un imprimeur par contact, vous ne pouvez pas voir les transitions finies avant le montage du négatif, mais si elles sont imprimées sur une tireuse optique, vous pouvez. Une fois sur pellicule, il se peut que les transitions et les effets n’apparaissent pas exactement tels qu’ils étaient sur votre système de montage numérique. Pour avoir une idée exacte de l’aspect que prendra une transition une fois le film terminé, faites-la réaliser par la méthode optique avant de finaliser le montage. Transférez ensuite l’effet d’optique sur bande vidéo. Il est possible d’effectuer le montage de l’effet transféré dans votre programme numérique afin de le prévisualiser.  Coût : si vous avez des transitions de longueur standard et si ces dernières sont nombreuses, cela vous coûtera sans doute moins cher de les tirer sur une tireuse par contact. Alors que le tirage optique offre l’avantage de donner un nouveau négatif que vous pouvez monter dans votre programme numérique pour voir à quoi il ressemble et inclure dans votre liste de conformation, le négatif du tirage optique doit d’abord être transféré sur vidéo pour un coût supplémentaire. Il est judicieux de comparer les coûts des différentes méthodes de réalisation de vos transitions. 164 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Longueur : à l’inverse du tirage optique, le tirage par contact impose une longueur de transition standard. Cinema Tools identifie les longueurs standard pour les données à 24 ips ou 23,98 ips comme des durées de 16, 24, 32, 48, 64 et 96 images. Cinema Tools identifie les longueurs standard pour les données à 29,97 ips sous la forme d’une « durée » de 20, 30, 40, 60, 80 ou 120 images. (Vérifiez les longueurs standard requises pour les différentes fréquences d’image avec votre imprimeur par contact.) Comparaison des devis Pour obtenir des devis afin de comparer les coûts du tirage par contact et du tirage optique, vous devez exporter deux versions de la liste de film. Pour exporter différentes listes de film à donner aux tireurs pour l’obtention de devis : 1 Dans la zone de dialogue Exporter les listes de film, choisissez « Toutes des cuts » dans le menu local Transitions pour exporter une liste de film pour un devis de tirage par contact. 2 Après l’exportation, sélectionnez « Toutes des trucages optiques » dans le menu local Transitions pour exporter une liste film destinée à à obtenir un devis pour le tirage optique. Répartition des transitions entre le tirage par contact et le tirage optique Vous pouvez faire créer les transitions de longueur standard par un imprimeur par contact et le reste des transitions sous la forme d’effets d’optique. Pour ce faire, vous devez exporter une liste de film dans laquelle les transitions de longueur standard sont répertoriées comme coupes pour le tirage par contact et les transitions de longueur non standard sont répertoriées comme effets d’optique.Chapitre 7 Montage dans Final Cut Pro 165 I Pour exporter une liste de film prenant en charge à la fois le tirage par contact et le tirage optique : m Dans la zone de dialogue Exporter les listes de films, choisissez « Les standards sont des cuts » dans le menu local Transitions. Pour plus de renseignements sur la création d’une liste de film, consultez la section « Exportation de listes de film à l’aide de Final Cut Pro » à la page 174. Détection des usages multiples des plans sources Cinema Tools permet de détecter les utilisations multiples du même élément source dans votre séquence montée. Ce suivi est nécessaire pour deux raisons :  Si vous voulez utiliser le même contenu source plus d’une fois dans votre projet : vous pouvez exporter une liste des contretypes et la fournir au laboratoire dans le cadre d’une commande de contretype négatif.  Si vous ne voulez pas dépenser d’argent pour la création d’un contretype négatif : vous devez faire attention à ne pas utiliser le même contenu plus d’une fois lors du montage car vous ne disposez que d’un seul négatif de caméra original. Lors d’un montage numérique, il est tellement facile d’utiliser plusieurs fois un même élément source que vous risquez de ne pas vous en rendre compte, Cinema Tools vous offre toutefois la possibilité de vérifier régulièrement de telles utilisations multiples. Lorsqu’il détermine si certaines images ont été utilisées plus d’une fois, Cinema Tools part du principe qu’au moins la moitié d’une image sera perdu au point d’entrée et au point de sortie de chaque coupe du film à cause du collage de bobine A et B typique. Cinema Tools, désigne ces images sous le nom cut handles (images de transition). Some negative cutters may want to use more than a half-frame on each side of a cut. Dans la zone de dialogue Export Film Lists, vous pouvez spécifier jusqu’à cinq images et demi d’images de transition. Si vous incorporez par accident dans une séquence des images requises comme images de transition, Cinema Tools les signale comme doublons dans la liste des doublons et dans les avertissements en cas de doublons.166 Partie I Utilisation de Cinema Tools Il est important de rechercher les utilisations multiples avant de finaliser l’image et de préparer le montage du négatif original. Pour apprendre comment exporter une liste des doublons et inclure des informations sur l’utilisation de doublons dans une liste de film, consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167. Si vous montez votre projet en plusieurs séquences (par exemple, une séquence par bobine), il est recommandé de rassembler toutes les séquences avant d’exporter une liste des doublons. De cette manière, Cinema Tools sera en mesure de rechercher les utilisations multiples dans la totalité du projet. Le plus facile, c’est de placer toutes les séquences dans une séquence imbriquée avant de produire une liste des doublons. Cependant, si vous avez l’intention d’exporter une liste de film, n’imbriquez pas une partie de séquence dans une autre séquence. Seule l’imbrication de séquence entière est prise en charge lorsque vous exportez une liste Cinema Tools. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des informations sur la création de séquences imbriquées. Exactitude des listes de conformation lors du montage de vidéo pulldown 3:2 ou 24 & 1 Avec la vidéo NTSC pulldown 3:2 ou la vidéo PAL 24 & 1 (également appelée vidéo pulldown 24 @ 25 dans Final Cut Pro), toute image de film remise en correspondance à partir de vos coupes peut en fait être située juste avant ou juste après le point de montage original. (Vous trouverez des explications plus complètes à la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23.) Avec la vidéo NTSC pulldown 3:2, vous pouvez éviter de telles imprécisions de remise en correspondance en utilisant la fonction Cinema Tools Reverse Telecine ou du matériel de télécinéma inverse de tierce partie pour inverser le pulldown télécinéma 3:2 avant de commencer le montage. Si vous n’avez pas inversé le pulldown 3:2 en vidéo NTSC (ou si vous travaillez en vidéo PAL 24 & 1), vous pouvez toujours éviter les imprécisions de liste de conformation en soignant le montage. L’objectif étant que pour chaque plan, l’image montrant le clap, ou la dernière image du plan précédent, n’apparaisse pas dans le film terminé :  Lorsque vous déterminez des points de coupe dans un plan, veillez à ne pas placer le point d’entrée sur la première image valable du plan (ou le point de sortie sur la dernière image). En d’autres termes, fixez le point d’entrée à au moins une image après le début de votre plan et le point de sortie à au moins une image avant la dernière image du plan.  Si vous devez faire un raccord sur la première ou la dernière image d’un plan, notez le numéro de bord de la fenêtre d’affichage, puis vérifiez la cut list plus tard pour confirmer que le numéro de bord est identique dans la cut list.  Évitez de placer des points de sortie ou d’entrée à des images possédant deux champs provenant de deux images différentes du film. Ne placez pas un raccord sur une image BC ou CD par exemple. 8 167 8 Création de listes de film et de listes de modification Cinema Tools vous permet de créer différentes listes relatives à votre projet de montage. Une fois que vous avez fini le montage et que vous êtes prêt pour le montage des négatifs de caméra originaux ou pour la conformation d’une copie de travail, le temps est venu d’exporter une liste de films. En utilisant les informations de la base de données, Cinema Tools convertit les modifications effectuées dans Final Cut Pro en informations pourvant servir de guide à un monteur de film. Ces informations sont fournies sous la forme d’une cut list. De nombreuses autres listes utiles pour le film peuvent être exportées avec la cut list. Toutes ces listes, y compris la cut list, sont appelées listes de film. Un fichier de liste de film peut contenir plusieurs listes associées, comme par exemple les listes suivantes :  liste de coupe : liste des informations de montage et de titrage (on parle aussi de liste d’assemblage) ;  liste des éléments manquants : liste contenant les informations nécessaires introuvables dans la base de données ;  liste des doublons : liste des utilisations multiples d’une même source ;  liste optique : liste destinée aux effets spéciaux, décrivant les transitions, les filtres et les effets de mouvement ;  liste Pull : liste destinée à aider le laboratoire à tirer les négatifs dont il a besoin ;  liste des scènes : liste de toutes les scènes utilisées dans votre projet et des plans utilisés pour les effets d’optique. Vous pouvez créer une autre sorte de liste appelée liste des modifications, après la création d’une première cut list. La liste des modifications part du principe qu’une copie de travail a été montée selon les spécifications de la liste de conformation (ou de la liste de modifications antérieure) et elle indique d’autres modifications à apporter à la copie de travail en fonction des modifications que vous avez apportées à la séquence dans Final Cut Pro. Pour plus de renseignements sur la création de listes de modification, consultez la section « Création de listes de modification » à la page 182.168 Partie I Utilisation de Cinema Tools Sélection du format de liste Cinema Tools propose deux formats pour l’exportation des listes :  Fichier PDF : format permettant une visualisation aisée contenant uniquement les informations que vous spécifiez  Fichier XML : format pour l’utilisation avec un autre logiciel contenant toutes les informations sur le film provenant de la séquence Consultez la section « Exportation de listes de film à l’aide de Final Cut Pro » à la page 174 pour des informations sur la création de listes de film PDF et XML à l’aide de Final Cut Pro et la section « Création de listes de film basées sur une liste EDL ou un fichier XML » à la page 199 pour des informations sur la création de listes de film à l’aide de Cinema Tools. Remarque : Cinema Tools ne prend plus en charge l’exportation de listes de film au format Texte. À propos des listes de film au format PDF L’exportation d’une liste de film au format PDF crée un fichier pouvant être ouvert dans Aperçu ou dans tout autre visualiseur PDF. Vous pouvez choisir les éléments qui doivent figurer dans la liste et même en déterminer l’ordre. ? Astuce : bien qu’il ne soit pas possible de modifier directement le texte d’un fichier PDF lorsqu’il est visualisé à l’aide de l’application Aperçu, vous pouvez utiliser l’outil d’annotation d’Aperçu pour ajouter vos commentaires. Pour plus d’informations, reportez-vous à l’Aide Aperçu. À propos des listes de film au format XML L’exportation d’une liste de film au format XML crée un fichier contenant toutes les informations relatives au film provenant de la séquence Final Cut Pro. Important : les listes de film au format XML ne sont pas liées aux autres fichiers XML que l’on peut exporter à partir de Final Cut Pro. Contrairement aux listes de film au format PDF, les listes de film au format XML ne sont pas conçues pour une impression aisée ni pour la lecture par des humains. Le format XML est destiné à l’échange d’informations entre applications logicielles. La raison d’être des listes de film au format XML est de fournir toutes les informations sur une séquence Final Cut Pro dans un format que l’utilisateur peut importer dans un autre logiciel personnalisé utilisé dans la flux de production du film. Remarque : vous pouvez ouvrir une liste de film au format XML dans un éditeur de Texte, comme, par exemple, TextEdit, pour voir la structure et les informations qu’elle contient. Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 169 I Listes que vous pouvez exporter Vous pouvez exporter une grande variété de listes très utiles à l’aide des zones de dialogue Export Film Lists et Export XML Film Lists. Lorsque vous exportez une liste de film, un seul fichier de liste de film contenant toutes les listes sélectionnées dans la zone de dialogue est généré. Toute liste non sélectionnée ne sera pas incluse dans le fichier de liste de film exporté. Remarque : toutes les listes que vous exportez dans la liste de film sont basées sur la piste vidéo que vous avez sélectionnée dans le menu local Track. Vous pouvez sélectionner une autre piste et exporter une seconde liste si nécessaire. Par exemple, si votre séquence contient des titres (y compris d’éventuelles images superposées) sur la piste vidéo 2, vous pouvez exporter une seconde liste de film contenant les informations de montage de ces derniers. Cela permet de configurer des pistes de titrage alternatives et d’exporter des listes de film pour chacune des versions. Cut list La première liste que vous pouvez sélectionner pour l’exporter est la cut list (liste de conformation). La liste de conformation que vous exportez depuis Final Cut Pro est la liste contenant les instructions de montage du négatif d’origine ou de la copie de travail, afin qu’il ou elle corresponde au montage numérique. On appelle également ces listes des listes d’assemblage. Liste des éléments manquants : La liste des éléments manquants répertorie tous les plans d’une séquence pour lesquels soit aucun enregistrement correspondant n’a été trouvé dans la base de données, soit les informations sont incomplètes. Il est important d’exporter et d’examiner la liste des éléments manquants afin de s’assurer qu’aucun élément ne manque avant que le monteur négatif ne commence la conformation du négatif. L’élément manquant est spécifié pour chaque plan apparaissant dans la liste des éléments manquants. Le numéro de plan pour lequel ce plan apparaît dans la cut list est indiqué sur une ligne distincte. Si un des éléments suivants vient à manquer, il apparaîtra dans la liste des éléments manquants :  Laboratoire, caméra ou bobine journalière.  Numéro de clé ou codification manuelle. De plus, chaque plan source doit être connecté à un enregistrement, sauf si vous utilisez la méthode de création de cut list basée sur le timecode (consultez la section « Gain de temps potentiel lors du transfert camera-roll » à la page 73). Pour utiliser la méthode de création de cut list basée sur le timecode, chaque enregistrement doit également inclure les éléments suivants :  video reel  timecode et durée170 Partie I Utilisation de Cinema Tools Traitement des éléments manquants Le traitement d’un élément manquant consiste soit à trouver, s’il existe, l’enregistrement de base de données correspondant et à compléter les informations manquantes, soit à créer un nouvel enregistrement dans la base de données s’il n’y en a pas. Pour localiser l’enregistrement, deux méthodes sont possibles. Si le nom du plan figure dans la liste des éléments manquants : Vous pouvez utilisez ce nom pour rechercher le plan dans la fenêtre List View. Dans la fenêtre List View, cliquez sur Clip pour trier les enregistrements par nom de plan. Ou, si le nom du plan contient son identifiant de scène, vous pouvez utiliser la commande Find pour rechercher le plan par l’identifiant de scène. Si aucun enregistrement correspondant au plan n’est trouvé, créez-en un, puis connectez-y le plan. Utilisez la fonction Identify de la fenêtre Clip pour saisir les informations requises. Si la bande vidéo et le timecode figurent dans la liste des éléments manquants : Vous pouvez utiliser la bande vidéo et le timecode pour rechercher l’enregistrement de base de données existant du plan. Dans la fenêtre List View, choisissez Video dans le menu local du haut de la fenêtre. Cliquez sur Reel ou sur Timecode pour trier les enregistrements par bande vidéo ou par timecode. Recherchez la bande vidéo ou la valeur de timecode manquante (ou une valeur de timecode similaire). N’oubliez pas que la valeur de timecode qui figure dans la liste des éléments manquants ne correspond généralement pas exactement à l’enregistrement de base de données parce que la valeur de timecode de la base de données correspond à la première image du plan. Vous aurez trouvé l’enregistrement de base de données recherché si la valeur de timecode de la liste des éléments manquants apparaît avant la fin de la durée de timecode spécifiée dans l enregistrement de base de données. Remarque : n’oubliez pas que le nom de bande vidéo doit apparaître exactement tel qu’il est dans la liste des éléments manquants. Par exemple, la bande « 001 » ne correspond pas à la bande « 0001. »  Si vous trouvez la valeur de timecode, mais si le nom de la bande vidéo ne correspond pas à celle qui figure dans la liste des éléments manquants : mettez à jour le nom de la bande dans l’enregistrement de base de données ou modifiez-le dans Final Cut Pro.  Si le nom de la bande correspond à un ou plusieurs enregistrements de la base de données, mais si la liste des éléments manquants indique que l’enregistrement de base de données manque : le timecode est incorrect. La meilleure façon de résoudre ce problème est de créer un enregistrement dans la base de données et d’y connecter le plan source. Vous pouvez ensuite utiliser la fonction Identify pour déterminer et saisir le code de bordure et le timecode du plan. Si vous créez un enregistrement, supprimez l’enregistrement incorrect. Vous pouvez aussi mettre à jour les champs Video Timecode ou Video Duration de l’enregistrement, mais il vous faudra alors également mettre à jour les champs Key et Ink. Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 171 I Liste des doublons et avertissements en cas de doublons Lorsque l’on effectue un montage numérique, il est très facile d’inclure un plan ou une partie de plan plusieurs fois dans le montage. Lorsque cela se produit, vous devez soit créer un double du négatif soit remodifier le programme pour supprimer les doublons, parce que la séquence n’existe qu’une seule fois sur le négatif de caméra original. Mais vous devez d’abord savoir où les doublons se trouvent. C’est précisément à cela que servent la liste des doublons et les avertissements en cas de doublons. Liste des doublons La liste des doublons est le document que vous fournissez au laboratoire si vous souhaitez que ce dernier tire des plans spécifiques de vos bandes de négatif et et en fasse des doubles négatifs. Elle répertorie tous les plans utilisés plus d’une fois. Remarque : les éléments faisant partie d’effets d’optique ne sont pas considérés comme des utilisations multiples. Toutefois, placer une transition de fondu entre deux plans lorsqu’il n’y a pas d’autre séquence source entre les deux (comme, par exemple, deux plans qui constituaient un seul et même plan à l’origine) donne des doublons. Avertissements en cas de doublons Si vous choisissez le menu local « Warn from the Duplicates » dans la zone de dialogue Export Film Lists, un message d’avertissement apparaît à l’endroit des doublons dans la liste de conformation. Le message indique quelles images sont utilisées plus d’une fois et l’endroit exact où elles sont utilisées dans votre projet de montage. Tous ces messages figurent aussi dans la liste des avertissements de doublons. Liste optique La liste optique sert de liste principale pour les effets de transition, de filtre et de mouvement. Dans le cas d’une série de transitions et d’effets de mouvement connectés, la liste optique les combine et les décrit comme un seul effet d’optique. La liste optique est confiée aux services de réalisation d’effets afin de préciser la manière dont les plans à effets doivent être assemblés. Remarque : les titres, une sorte d’effet d’optique parmi d’autres, utilisent une seconde piste vidéo et ne figurent pas dans la liste optique. Vous pouvez exporter une liste de conformation distincte pour la piste qui contient les titres. Consultez la section « Utilisation d’effets, de filtres et de transitions » à la page 160 pour en savoir plus.172 Partie I Utilisation de Cinema Tools Une liste optique comporte en réalité jusqu’à quatre listes distinctes :  La liste optique : cette liste contient une entrée pour chaque événement de liste de conformation qui utilise un effet d’optique. En fonction du type d’effet d’optique, chaque entrée est liée à l’une des trois listes d’effets (voir description ci-après) qui composent la liste optique. Ces listes d’effets contiennent les détails des effets d’optique.  La liste des effets de transition : cette liste contient une entrée pour chaque entrée de liste optique qui contient un effet de transition tel qu’un fondu enchaîné ou un balayage. Consultez la section « Liste des effets de transition » à la page 172 pour en savoir plus.  La liste des effets de filtre : cette liste contient une entrée pour chaque entrée de liste optique qui contient un effet de filtre tel qu’un flou ou un étalonnage. Consultez la section « Liste des effets de filtre » à la page 173 pour en savoir plus.  La liste des effets de mouvement : cette liste contient une entrée pour chaque entrée de liste optique qui contient un effet de mouvement tel qu’une modification de vitesse par Time Remapping. Consultez la section « Liste des effets de mouvement » à la page 173 pour en savoir plus. Comment les entrées des listes sont liées Si une entrée de liste optique contient plusieurs types d’effets, comme un effet de transition, un effet de filtre et un effet de mouvement, l’entrée de liste optique n’est liée qu’à une seule des listes d’effets.  Si l’entrée de liste optique comprend un effet de transition : l’entrée est liée à une entrée de la liste des effets de transition. Si l’entrée de liste optique contient également un effet de filtre, l’entrée de la liste des effets de transition est liée à une entrée de la liste des effets de filtre qui, à son tour, est liée à une entrée de la liste d’effets de mouvement si un tel effet de mouvement est également utilisé.  Si l’entrée de liste optique contient uniquement un filtre et un effet de mouvement : l’entrée est liée à une entrée de la liste des effets de filtre, qui est liée à une entrée de la liste d’effets de mouvement.  Si l’entrée de liste optique contient uniquement un effet de mouvement : l’entrée est liée directement à une entrée de la liste des effets de mouvement. Chaque entrée de la liste d’effets contient le numéro d’entrée de liste optique original, ainsi que le numéro de l’événement de liste de conformation original auquel l’entrée s’applique, ce qui permet de relier facilement les différentes listes entre elles. Liste des effets de transition La liste des effets de transition contient des informations sur les fondus, les fondus enchaînés et les autres transitions provenant de votre programme monté. Les transitions peuvent être traitées comme des coupes ou comme des effets d’optique, selon ce que vous choisissez dans le menu local Transitions dans la zone de dialogue Export Film Lists. Si vous décidez de traiter toutes les transitions comme des coupes, la liste des effets de transition sera vide et les transitions seront détaillées comme des coupes dans la cut list.Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 173 I Liste des effets de filtre La liste des effets de filtre contient des informations, comprenant le nom du filtre et sa catégorie, sur tous les effets de filtre appliqués à la séquence. Liste des effets de mouvement Si un plan a une vitesse différente de la vitesse avant normale de 24 ips, une entrée est créée dans la liste des effets de mouvement, tandis que la liste optique fait référence à la liste des effets de mouvement pour ce plan. Un système de montage numérique peut faire défiler un plan à n’importe quelle vitesse pour créer un effet de mouvement de façon numérique, mais ni la bande vidéo ni la pellicule ne peuvent reproduire toutes les vitesses de défilement d’un système de montage numérique. Par conséquent, sachez que les effets qui sont recréés sur le négatif ne ressembleront pas forcément aux effets de mouvement tels qu’ils apparaissaient dans le système de montage. Important : en raison des changements de vitesse de défilement qu’impliquent les effets de mouvement, les numéros de bord indiqués dans la liste des effets de mouvement ne seront pas forcément exacts. Si vous disposez d’une fenêtre d’affichage des numéros de bord, vous devriez vous assurer que les numéros de bord de la liste des effets de mouvement sont corrects et les corriger si nécessaire. Liste Pull La liste Pull est identique à la cut list mais les plans y sont répertoriés dans leur ordre d’apparition sur les bobines de négatif. Le laboratoire peut se baser sur la liste Pull en parcourant les bobines de négatif pour trouver les plans qui seront montés sur la pellicule. Chaque élément de la liste Pull affiche le numéro de plan de la cut list. Scene List La liste des scènes répertorie tous les plans utilisés dans la cut list, chaque plan n’y apparaissant qu’une fois. Il est possible d’utiliser la liste des scènes pour commander des retirages de plans de votre programme afin de pouvoir conformer une copie de travail avant le découpage du négatif. Liste des scènes optiques Si vous sélectionnez « Optical list » et « Scene list » dans la zone de dialogue Export Film Lists, une liste des scènes optiques est générée en même temps que la liste des scènes. La liste des scènes optiques est une liste de tous les plans utilisés dans l’ensemble des effets d’optique et de mouvement, chaque plan n’y apparaît qu’une fois. Le laboratoire peut utiliser cette liste pour tirer les images nécessaires à la réalisation des effets.174 Partie I Utilisation de Cinema Tools Exportation de listes de film à l’aide de Final Cut Pro Dans la plupart des situations, vous utiliserez Final Cut Pro pour exporter les listes décrites ci-avant. Si vous disposez d’un fichier EDL, vous pouvez aussi exporter des listes de film directement à partir de Cinema Tools. Consultez la section « Création de listes de film basées sur une liste EDL ou un fichier XML » à la page 199 pour en savoir plus. Dans les deux cas, un fichier de liste de film XML ou PDF contenant toutes les listes que vous avez sélectionnées dans la zone de dialogue d’exportation est généré. Exportation de listes de film L’exportation de fichiers de liste de film fonctionne de la même manière pour les listes de film en format PDF et XML. Pour exporter un fichier de liste de film : 1 Dans le Navigateur ou la chronologie de Final Cut Pro, sélectionnez la séquence pour laquelle vous voulez créer une liste. 2 Procédez de l’une des manières suivantes :  Pour exporter un fichier de liste de film au format PDF : choisissez Fichier > Exporter > Listes de films Cinema Tools. La zone de dialogue Exporter les listes de films apparaît.Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 175 I  Pour exporter un fichier de liste de film au format XML : choisissez Fichier > Exporter > Listes de films XML Cinema Tools. La zone de dialogue Exporter les listes de film XML apparaît. 3 Définissez les réglages souhaités dans la zone de dialogue d’exportation, puis cliquez sur OK. Pour en savoir plus sur les réglages, consultez la section « Réglages communs aux deux zones de dialogue d’exportation » à la page 176. Si vous prévoyez d’apporter des modifications à la séquence Final Cut Pro et d’exporter une liste des modifications ultérieurement, sélectionnez « Enregistrer un fichier de programme Cinema Tools ». Vous aurez besoin de ce fichier de programme pour exporter une liste des modifications comparant cette version de la séquence à une autre version. 4 Si vous avez sélectionné « Enregistrer un fichier de programme Cinema Tools », tapez un nom de fichier et un emplacement pour ce fichier de programme dans la zone de dialogue qui s’affiche. 5 Dans la zone de dialogue suivante, tapez un nom de fichier pour la liste de film, sélectionnez un emplacement, puis cliquez sur Enregistrer. Important : donnez au fichier de programme un nom qui identifie clairement la séquence et la version, afin de pouvoir le localiser facilement plus tard lorsque vous devrez exporter une liste des modifications comparant cette séquence à la nouvelle version. 6 Dans la zone dialogue qui s’affiche, sélectionnez le fichier de base de données que Cinema Tools doit utiliser pour produire les listes que vous avez sélectionnées. (Sélectionnez la base de données que vous avez créée pour les plans sources utilisés dans la séquence.) Une liste de film est générée sous la forme d’un fichier contenant toutes les listes sélectionnées. Si vous avez exporté une liste au format PDF, elle s’ouvre automatiquement dans Aperçu (ou l’application que vous avez défini comme application par défaut pour l’ouverture des fichiers PDF). 176 Partie I Utilisation de Cinema Tools Après avoir exporté une liste de film, il est conseillé de comparer le code bordure (numé- ros de bord ou codification manuelle) de la liste de film au code de bordure de la fenêtre d’affichage à l’emplacement de l’image de point d’entrée de chaque point de montage. Bien que parcourir toutes les modifications et comparer les numéros de code de bordure prennent beaucoup de temps, cela permet d’éviter les pertes de temps et, partant, d’argent provoquées par des coupures incorrectes. Il est particulièrement important de vérifier les codes de bordure si vous ne procédez pas à la conformation d’une copie de travail avant de monter votre négatif. Réglages communs aux deux zones de dialogue d’exportation Les zones de dialogue Exporter les listes de films et Exporter les listes de film XML contiennent toutes les deux les réglages suivants pour la sélection et la configuration des listes. Consultez la section « Réglages de configuration PDF dans la zone de dialogue Exporter les listes de films » à la page 179 pour en savoir plus sur la configuration de listes de film PDF.  Titre de liste : tapez un nom pour le fichier de liste de film que vous allez exporter.  Format standard de film : sélectionnez le format de film correspondant à celui que vous utilisez. Ce format doit être identique au format de film spécifié lors de la création de la base de données du projet. Cinema Tools utilise le format de film sélectionné ici pour calculer le piétage de la cut list.  Vitesse de télécinéma : sélectionnez la vitesse à laquelle le film a été transféré :  Si vous travaillez avec la vidéo NTSC, vous optez généralement pour une vitesse télécinéma de 24 ips, alors que la vitesse télécinéma réelle était d’approximativement 23,98 ips.  Si vous avez monté de la vidéo NTSC transférée à 29,97 ips, sélectionnez 30 ips.  Si votre film a été transféré à 24 ips, sélectionnez 24 ips. Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 177 I  Si votre film a été transféré à 25 ips, sélectionnez 25 ips.  Doublons : il est possible d’être averti chaque fois qu’une utilisation multiple d’élé- ments sources est détectée. Si vous sélectionnez Warn, un message d’avertissement s’affiche dans la cut list à chaque utilisation multiple. Le message indique quelles images sont utilisées plus d’une fois et l’endroit exact où elles sont utilisées dans votre projet de montage. Tous ces messages figurent également dans une liste d’avertissements de doublons. Si vous sélectionnez Ignore, ces avertissements ne sont pas affichés.  Transitions : permet de choisir la manière dont les transitions sont répertoriées dans la liste de film. Consultez la section « Tirage par contact et tirage optique » à la page 163 pour en savoir plus. Vous avez trois possibilités :  Toutes des cuts : toutes les transitions sont représentées par une coupe au milieu de la transition, que les transitions soient ou non de longueur standard. Sélectionnez cette option si vous exportez une liste destinée à la conformation d’une copie de travail. Cinema Tools insère également des notes indiquant le début et la fin de la transition pour les plans d’ouverture et de fermeture. Ces notes peuvent servir de guide pour marquer les transitions sur la copie de travail conformée.  Les standards sont des cuts : les transitions de longueur standard sont répertoriées comme des coupes et les autres sont répertoriées comme des effets d’optique. Sélectionnez cette option si vos transitions sont destinées à être tirées par contact. Si vous choisissez cette option, les transitions de longueur standard apparaissent dans la liste de conformation, mais pas dans la liste optique, et sont affichées comme une coupure au milieu de la transition. Les points de début et de fin de la transition apparaissent également dans la cut list sous la forme de trois lignes pour un fondu enchaîné et de deux lignes pour un fondu. La cut list contient toutes les informations dont le monteur négatif a besoin pour préparer les bobines A et B pour ces transitions.  Toutes des trucages optiques : tous les plans faisant partie d’un fondu ou d’un fondu enchaîné sont répertoriés dans la liste optique. Sélectionnez cette option si vous souhaitez que tous vos fondus et vos fondus enchaînés soient réalisés par procédé optique, indépendamment de leur longueur. Définition des transitions de longueur standard par Cinema Tools Cinema Tools identifie les longueurs standard pour les données à 24 ips ou 23,98 ips comme des durées de 16, 24, 32, 48, 64 et 96 images. Cinema Tools identifie les longueurs standard pour les données à 29,97 ips sous la forme de « durées » de 20, 30, 40, 60, 80 et 120 images. (Vérifiez les longueurs standard requises pour les différentes fréquences d’image pour votre tireuse par contact.)178 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Poignées : il est possible que le monteur négatif ou le studio de tirage optique souhaite disposer d’images de réserve de part et d’autre d’une transition. Dans Cinema Tools, ces images sont appelées transition handles (images de transition). Tapez un nombre compris entre 0 et 32. Lorsqu’il vérifie si des images sont utilisées plusieurs fois, Cinema Tools ajoute ce nombre d’images plus une moitié devant le plan entrant et derrière le plan sortant pour chaque transition. (Le paramètre choisi pour les images de coupes ne s’applique pas aux transitions.)  Poignées des cuts : lorsqu’il détermine si des images ont été utilisées plus d’une fois, Cinema Tools part du principe qu’au moins la moitié de l’image est détruite tant au point d’entrée qu’au point de sortie de chaque coupe. Certains monteurs peuvent vouloir utiliser plus qu’une demi-image de chaque côté d’une coupe. Vous pouvez spécifier jusqu’à cinq images et demie de transition. Si vous incorporez par accident dans une séquence des images requises comme poignée de cut, Cinema Tools les signale comme doublons dans la liste des doublons et les avertissements en cas de doublons.  Piste : vous pouvez choisir la piste vidéo sur laquelle vous souhaitez baser la liste exportée.  Métrage de début : saisissez le numéro de début à utiliser pour la valeur « Feet & frames » de la liste de film. La valeur par défaut est 0000+00.  Heure de début : saisissez le numéro de timecode de début pour la valeur Time de la liste de film. La valeur par défaut est la valeur de timecode de début de la séquence.  Compte de début : saisissez le numéro de comptage d’image de début pour la valeur Count de la liste de film. La valeur par défaut est 0000.  Enregistrer un fichier de programme Cinema Tools : un fichier de programme est essentiel si vous souhaitez créer ultérieurement pour cette séquence une liste des modifications qui reflétera les opérations de montage réalisées après ce stade. Astuces pour la saisie du point de départ Voici quelques astuces sur la façon d’utiliser les entrées « Début » :  Si vous générez une liste de conformation pour la conformation du négatif : vous voudrez sans doute commencer à zéro.  Si vous montez votre film scène par scène ou bande par bande : vous voudrez probablement saisir un point de départ identique au point de fin de la scène ou bande précédente dans les champs « Début ». Ce champ est complété automatiquement avec le point de départ de la séquence que vous avez définie dans la chronologie de Final Cut Pro.  Si vous voulez générer une liste de conformation avec timecode afin de pouvoir comparer des événements de la liste avec des modifications qui dans Final Cut Pro ou dans la EDL : commencez la liste de conformation à la même valeur de timecode que la séquence de la chronologie ou la date de début de la EDL. Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 179 I Un fichier de programme est également nécessaire si vous souhaitez exporter une liste EDL audio à partir de Cinema Tools. L’exportation d’une liste EDL audio depuis Final Cut Pro est plus automatisée et ne nécessite pas de fichier de programme Cinema Tools. Consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour en savoir plus.  Commencer avec 8 secondes d’amorce : indiquez si vous souhaitez commencer la liste de conformation avec 8 secondes d’amorce. Huit secondes constitue la durée standard de l’amorce Academy ou SMPTE. Si vous sélectionnez cette option, 8 secondes d’amorce sont insérées au début de la liste de conformation. Si un plan d’amorce est déjà inclu au début de la séquence, ne cochez pas cette case. (Il est préférable d’utiliser un plan d’amorce dans votre séquence plutôt que de sélectionner cette option dans la cut list car le timecode de la séquence numérique ne correspondra pas au timecode de la cut list, à moins qu’un plan d’amorce n’existe réellement dans la séquence.)  Cases à cocher Film list : sélectionnez les types de liste à inclure dans la liste de film à exporter.  Listes de cuts : sélectionnez cette option pour inclure une cut list. Les cut lists sont décrites à la section « Cut list » à la page 169.  Listes des doublons : sélectionnez cette option pour inclure une liste des doublons. Les listes des doublons sont décrites à la section « Liste des doublons et avertissements en cas de doublons » à la page 171.  Listes des trucages optiques : sélectionnez cette option pour inclure une liste optique. Les listes optiques sont décrites à la section « Liste optique » à la page 171.  Liste des épreuves : sélectionnez cette option pour inclure une liste Pull. Les listes Pull sont décrites à la section « Liste Pull » à la page 173.  Liste des scènes : sélectionnez cette option pour inclure une liste de scènes. Les listes de scènes sont décrites à la section « Scene List » à la page 173.  Liste des éléments manquants : sélectionnez cette option pour inclure une liste d’éléments manquants. Les listes d’éléments manquants sont décrites à la section « Liste des éléments manquants : » à la page 169. Réglages de configuration PDF dans la zone de dialogue Exporter les listes de films Lors de l’exportation d’une liste de film au format PDF, vous pouvez contrôler les éléments qui apparaissent dans la liste et leur ordre. Cela vous permet de créer une liste de film qui contient exactement les informations souhaitées. Pour configurer une liste de film PDF, effectuez l’une des opérations suivantes : m Faites glisser des éléments de la colonne de gauche vers la colonne de droite pour les ajouter à la liste. m Sélectionnez des éléments dans la colonne de droite et appuyez sur Supprimer pour les supprimer de la liste.180 Partie I Utilisation de Cinema Tools m Faites glisser des éléments vers le haut ou le bas dans la colonne de droite pour définir l’ordre d’apparition des éléments dans la liste de film PDF. La largeur de la liste de film PDF est limitée et il est possible d’ajouter des éléments qui n’apparaîtront pas dans la liste. En utilisant les réglages de la section Layout Options de la zone de dialogue Export Film Lists, vous pouvez personnaliser la mise en page des pages PDF et la taille de police pour pouvoir exporter plus de colonnes. Pour personnaliser la mise en page des pages PDF : 1 Choisissez Portrait ou Landscape dans le menu local Orientation. 2 Choisissez une taille de police dans le menu local Taille de la police. Il est possible d’enregistrer et de charger des fichiers de réglages comprenant la configuration des colonnes et les réglages d’orientation et de taille de police. De plus, la plupart des autres réglages de la zone de dialogue sont également enregistrés dans le fichier de réglages. Les seules exceptions sont les réglages Piste, Métrage de début, Heure de début et Compte de début. La possibilité d’enregistrer et de charger les fichiers de réglages de cette zone de dialogue simplifie la configuration de plusieurs systèmes Cinema Tools afin qu’ils utilisent la même configuration de listes pour l’exportation. Remarque : chaque zone de dialogue que vous utilisez pour exporter des listes de films et de modifications mémorise automatiquement les derniers réglages utilisés et se sert de ces réglages lors de son ouverture suivante. La colonne de droite énumère les éléments qui doivent apparaître dans la liste de film PDF, dans l’ordre. La colonne de gauche énumère tous les éléments pouvant apparaître dans la liste de film PDF.Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 181 I Pour enregistrer les réglages actuels : 1 Cliquez sur le bouton Save Settings. 2 Dans la zone de dialogue qui s’ouvre, saisissez un nom de fichier et un emplacement pour le fichier de réglages. 3 Cliquez sur Enregistrer. Pour charger un fichier de réglages : 1 Cliquez sur le bouton Load Settings. 2 Sélectionnez le fichier de réglages, puis cliquez sur Ouvrir. Voici la liste des éléments que vous pouvez faire figurer dans une liste de film PDF que vous exportez. Nom de l’élément Nom PDF Contenu Pieds et images Footage Piétage courant en commen- çant à la valeur Starting Footage Temps Time Timecode courant en commen- çant à la valeur Starting Time Comptage Count Numéro d’image courant en commençant à la valeur Starting Count Longueur métrage Longueur Longueur de chaque événement en pieds et images Longueur temps Longueur Longueur de chaque événement en timecode Longueur comptage Longueur Longueur de chaque événement en images Numéros de clés Prefix and Key Numéro de bord source de début de chaque événement Codification manuelle Prefix and Ink Codification manuelle de début de chaque événement Bande source Bande Numéro de la bande source Temps source Src Time Numéro de timecode de début de chaque événement Bobine de caméra Cam Roll Numéro de bobine de caméra Bobine de laboratoire Lab roll Numéro de bobine de laboratoire Bobine journalière Dly Roll Numéro de bobine journalière Nom du clip Clip name Nom du plan source Scène et prise Scene and Take Réglages de scène et prise182 Partie I Utilisation de Cinema Tools Création de listes de modification Une liste des modifications énumère les différences entre deux versions d’une même séquence montée dans Final Cut Pro. Sa raison d’être est la description des modifications apportées à la copie de travail ou au négatif depuis qu’elle ou il fut conformé(e) à une version antérieure de la séquence. Lorsque vous exportez un fichier de liste des modifications, vous pouvez aussi exporter une nouvelle liste de conformation (et d’autres listes de film) pour la séquence. Vous avez aussi la possibilité de générer une liste Pull de modification qui répertorie les bobines de film dans l’ordre où elles doivent être tirées afin d’ajouter de nouveaux extraits de film à la copie de travail. De plus, vous pouvez inclure une liste des éliminés reprenant les sections à supprimer. Remarque : seules les listes des modifications au format PDF sont prises en charge. Quand utilise-t-on des listes de modification ? Les listes de modification sont habituellement utilisées dans des processus de travail cycliques mettant en œuvre à la fois un montage numérique et des copies de travail. Plus de modifications nécessaires Final Cut Pro avec base de données Cinema Tools Montage de la séquence Conformation de la copie de travail à la liste de modifications Conformation de la copie de travail à la cut list Projection de la copie de travail Création de la copie de travail Conformation du négatif original à la cut list et à la copie de travail les plus récentes Transfert sur bande vidéo Exportation de la cut list Oui Non Exportation de la liste de modifications et de la cut list 1 2Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 183 I Voici un flux de production de liste des modifications typique : Étape 1 : faites une copie de travail du négatif de la caméra originale dans laquelle la codification manuelle est appliquée à la bordure et faites une vidéo de transfert télécinéma de la copie de travail Étape 2 : montez la vidéo de la copie de travail dans un système de montage numé- rique et exportez la liste de conformation (généralement basée sur la codification manuelle) à utiliser comme guide pour la conformation de la copie de travail Étape 3 : visionnez la copie de travail montée et décidez ce que vous allez ajouter ou couper au film Étape 4 : apportez toutes les modifications souhaitées au film dans le système de montage numérique Étape 5 : exportez une liste des modifications contenant des instructions sur la modification de la copie de travail pour la conformer à la nouvelle version du film Étape 6 : en utilisant la liste des modifications comme guide, conformez la copie de travail afin qu’elle corresponde à la nouvelle version du film Répétez les étapes 3 à 6 jusqu’à ce que le film soit verrouillé. Finalement, le négatif original est monté pour correspondre à la copie de travail et à la cut list finales. Exportation de listes des modifications à l’aide de Final Cut Pro L’exportation d’une liste des modifications est similaire à l’exportation d’une cut list. Notez ce qui suit avant de commencer :  Seules les premières pistes vidéo sont comparées : une liste des modifications décrit les différences entre la piste vidéo 1 d’une séquence et la piste vidéo 1 d’une autre séquence. Elle ne décrit pas d’autres pistes vidéo ou audio.  Évitez de modifier la base de données Cinema Tools entre deux exportations de listes de modification : lorsqu’une base de données est modifiée après l’exportation de la liste précédente, la nouvelle liste des modifications risque de ne pas être fiable. Toutefois, si vous avez modifié la base de données après l’exportation de la liste précédente, vous pouvez éliminer ce risque en exportant une nouvelle liste de conformation de la séquence précédente et en enregistrant un nouveau fichier de programme. Utilisez ensuite ce fichier de programme lorsque vous exportez la liste des modifications.  Si vous avez mis chaque bande dans une séquence distincte dans Final Cut Pro et souhaitez équilibrer des bandes : procédez à l’équilibrage des bandes après toutes les autres modifications. Consultez la section « Si vous devez équilibrer les bobines » à la page 186 pour en savoir plus.  Les listes des modifications utilisent le format contrairement aux listes de film, qui peuvent être soit au format PDF soit au format XML, les listes des modifications ne sont qu’au format PDF.184 Partie I Utilisation de Cinema Tools Remarque : consultez la section « Utilisation de la fonctionnalité d’exportation de liste de modifications depuis Cinema Tools » à la page 189 pour des informations sur l’exportation de listes des modifications à l’aide de Cinema Tools. Pour exporter une liste des modifications à l’aide de Final Cut Pro : 1 Dans Final Cut Pro, sélectionnez la nouvelle version de la séquence, puis choisissez Fichier > Exporter > Liste de modifications Cinema Tools. 2 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez le fichier de programme (.pgm) que vous avez sauvegardé lorsque vous avez exporté une liste pour la version antérieure de la séquence. (Il contient des informations nécessaires sur la séquence précédente.) 3 Dans la zone de dialogue Exporter la Liste de modification qui apparaît, configurez les réglages, puis cliquez sur OK. À propos des listes de modification, des effets, des vides et des bandes-son Si vous ajoutez des effets de mouvement à un programme, un trucage optique devra être réalisé et la longueur de la portion de film concernée sera modifiée, la synchronisation s’en trouvera donc affectée. L’assistant réalisateur qui conforme la copie de travail doit savoir où placer des éléments de remplissage afin de conserver la synchronisation pendant la réalisation du trucage. C’est pourquoi Cinema Tools énumère les effets de mouvement dans la liste des modifications de la même façon que les information d’amorce. Pour les effets de mouvement, « Insert Leader » apparaît dans la colonne Do This, tandis que « Effect » est affiché dans la colonne First/Last Key. Les vides d’une séquence sont également décrits comme des amorces dans les listes de modification. Une liste des modifications ne fournit pas d’informations sur les transitions,les titres superposés, les filtres ni les bandes son. Cependant, pour vérifier si des transitions ou des surimpressions ont été modifiées ou ajoutées, il est possible d’exporter une cut list ou une liste optique pour chaque séquence et de comparer les listes. Ou bien, si vous marquez les transitions sur la copie de travail, il est possible d’exporter une cut list avec la liste des modifications, puis de faire passer la copie de travail conformée dans le synchronisateur, en notant le début ou la fin des transitions à différents endroits de la cut list. Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 185 I Consultez la section « Réglages dans la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications » à la page 187 pour en savoir plus. Lorsque vous sélectionnez les listes de film dans la section Réglages de la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications, le fichier de liste de modifications contient (outre les options de liste de modifications sélectionnées) le même contenu que si vous exportiez ces listes à l’aide de la zone de dialogue Exporter les listes de films. Remarque : gardez à l’esprit que les réglages suivants doivent être les mêmes pour les deux séquences que vous comparez : le format de film, la vitesse télécinéma, le fait que les numéros de bord ou la codification manuelle figurent dans la zone Colonnes incluses ou non et le fait que vous ayez sélectionné la case « Commencer avec 8 secondes d’amorce » ou non. Les deux séquences doivent aussi avoir la même base temps (définie dans Final Cut Pro). 4 Dans la zone de dialogue qui apparaît, saisissez un nom de fichier et choisissez un emplacement. 5 Cliquez sur Choisir une base de données pour sélectionner la base de données associée au plans dans les séquences que vous comparez. (Veillez à sélectionner la même base de données que celle utilisée lors de l’exportation de la liste précédente.) 6 Cliquez sur Enregistrer. Ces listes fournissent des informations sur la séquence entière. Ces listes fournissent des informations sur les modifications.186 Partie I Utilisation de Cinema Tools 7 Si vous avez sélectionné « Enregistrer un fichier de programme Cinema Tools », saisissez le nom de fichier et l’emplacement dans la zone de dialogue qui apparaît. Donnez au fichier de programme un nom qui identifie clairement la séquence et la version afin de pouvoir le localiser facilement ultérieurement le jour où vous devez exporter une autre liste des modifications. Un fichier de liste des modifications contenant toutes les listes que vous avez sélectionnées dans la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications est généré. Si vous devez équilibrer les bobines Lors de l’équilibrage de bobines, les points d’entrée et de sortie des bobines sont répartis à nouveau afin de s’assurer que la longueur de chaque bobine se trouve dans la plage correcte. Si vous souhaitez effectuer un équilibrage de bobines dans Final Cut Pro, réalisez les opérations d’équilibrage séparément de tout autre changement. Pour déplacer une scène du début d’une bobine à la fin d’une autre, par exemple, conformez d’abord les deux bobines en fonction des listes de modifications exportées de leurs séquences correspondantes. Ensuite, dans Final Cut Pro, coupez la scène à partir du début de la séquence pour la bobine 1, puis collez-la à la fin de la séquence pour la bobine 2. Enfin, exportez les nouvelles listes de modifications et de conformation pour les deux séquences, puis utilisez ces listes comme guides pour équilibrer les deux bobines. Les plans supprimés d’une bobine doivent avoir exactement la même longueur que les plans ajoutés à l’autre.Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 187 I Réglages dans la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications La zone de dialogue Exporter la Liste de modifications accessible à partir de Final Cut Pro contient les mêmes réglages que la zone de dialogue Exporter les listes de films (décrite à la section « Réglages communs aux deux zones de dialogue d’exportation » à la page 176) et les mêmes options de colonne PDF (décrites à la section « Réglages de configuration PDF dans la zone de dialogue Exporter les listes de films » à la page 179, sauf pour les exceptions et les ajouts décrits ci-après.  Transitions : le meilleur choix pour le traitement des transitions lors de l’exportation d’une liste des modifications est « Toutes des cuts », dans laquelle les transitions sont représentées par une ligne de coupe au milieu de chacune d’elles, qu’elles soient de longueur standard ou non. Cinema Tools ajoute des notes à la cut list (exportée avec la liste des modifications) pour indiquer les emplacements de début et de fin de la transition pour les plans d’ouverture et les plans de fermeture. Ces notes peuvent servir de guide pour marquer les transitions sur la copie de travail conformée. Consultez la section « Réglages communs aux deux zones de dialogue d’exportation » à la page 176 pour des informations sur les autres réglages.  Options de la liste des modifications : les options suivantes contrôlent ce qui est inclus dans les liste de modifications :  Liste des épreuves : sélectionnez cette option pour ajouter une liste Pull de modification où apparaît toute portion de film devant être ajoutée à la copie de travail.  Liste Éliminés : sélectionnez cette option pour ajouter une liste de chutes qui ne répertorie que les plans à supprimer de la copie de travail. 188 Partie I Utilisation de Cinema Tools  Afficher uniquement modifications : si cette option est sélectionnée, la liste des modifications ne contient que des entrées relatives aux nouvelles modifications. Le métrage inchangé n’est pas affiché. (Toutefois, si vous sélectionnez la case Cut List, une liste de conformation contenant l’ensemble du métrage de la séquence, y compris le métrage inchangé, est incluse dans le fichier de liste des modifications.)  Combiner les suppresions : si vous sélectionnez cette option, les suppressions de métrages contigus sont énumérées comme une seule et même suppression plutôt que comme des suppressions individuelles. Cela indique à l’assistant réalisateur que ces portions doivent être coupées en une seule lift, pièce et conservées intactes plutôt que sous la forme de petits morceaux séparés. Les assistants réalisateurs préfèrent généralement procéder de cette manière car cela rend l’opération plus simple et plus rapide. À propos des éléments et des listes des modifications PDF Contrairement aux listes de conformation, les listes des modifications ne peuvent quasiment pas être personnalisées. Les listes des modifications fournissent des informations spécifiques et doivent posséder les colonnes nécessaires pour ces informations. Toutefois, les éléments que vous faites glisser dans la colonne de droite de la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications peuvent avoir une incidence sur le type de données affiché dans ces colonnes. Vous devez ajouter un élément pour chacune de ces trois catégories :  Name identifier : « Scène et prise » ou « Nom du clip »  Roll number : « Bobine de caméra », « Bobine de laboratoire » ou « Bobine journailière »  Edge code : « Numéro de clés » ou « Codification manuelle » Important : si vous ajoutez plusieurs éléments du même type (par exemple, si vous ajoutez « Numéro de clés » et « Configuration manuelle » à la colonne de droite dans la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications), c’est le premier qui apparaît dans la colonne de droite qui sera utilisé par la liste des modifications. Si vous décidez d’inclure une liste de conformation dans la liste des modifications, vous pouvez ajouter des éléments supplémentaires à la colonne de droite et les mettre dans l’ordre dans lequel ils doivent apparaître dans la liste de conformation.Chapitre 8 Création de listes de film et de listes de modification 189 I Utilisation de la fonctionnalité d’exportation de liste de modifications depuis Cinema Tools Si la version la plus récente d’une séquence n’est pas disponible ou facilement accessible, ou si elle est endommagée, vous pouvez toujours créer une liste des modifications tant que vous disposez des fichiers de programme (.pgm) exportés des deux séquences à comparer. Vous pouvez exporter la liste des modifications à partir de Cinema Tools à l’aide des fichiers de programme, au lieu d’exporter la liste des modifications à partir de Final Cut Pro (où vous devez sélectionner une séquence). Lorsque vous exportez une liste des modifications à partir de Cinema Tools, vous ne pouvez pas inclure de liste de conformation ni aucune des autres listes de film que vous pouvez exporter à l’aide de la zone de dialogue Export Film Lists ; vous ne pouvez exporter que les listes et les informations spécifiques aux listes des modifications. Pour ouvrir la zone de dialogue Export Change List depuis Cinema Tools : m Sélectionnez File>Export>Change List. Le logiciel vous invite à saisir les emplacements des fichiers de programme ainsi que le nom et l’emplacement de la liste des modifications. Pour en savoir plus sur les réglages de cette zone de dialogue, consultez la section « Réglages dans la zone de dialogue Exporter la Liste de modifications » à la page 187.9 191 9 Observations à propos de l’exportation et création de listes EDL audio Une fois que vous avez monté votre projet, vous voudrez sans doute l’exporter sur bande vidéo, exporter l’audio ou exporter une liste EDL audio basée sur le projet monté. La principale raison d’être de Cinema Tools est de permettre de générer des listes de conformation. Vous pouvez, dans la plupart des projets, créer d’autres éléments utiles à partir de votre film monté :  une bande vidéo du film : elle peut servir à montrer le film à d’autres personnes ou constituer un guide visuel pour le monteur négatif. Certains éléments comme la vitesse de défilement du montage ou le matériel spécialisé nécessaire sont à prendre en considération. Pour plus de détails, consultez la section « Observations à propos de l’exportation sur bande vidéo, ».  un fichier contenant la bande-son du programme : on crée généralement ce fichier lorsque l’on souhaite utiliser l’audio du programme, mais aussi le finaliser à l’aide d´un logiciel audio spécialisé ou dans un studio de postproduction audio. Il existe pour cela plusieurs approches et vous devez être conscient de certains points. Consultez la section « Observations à propos de l’exportation audio » à la page 192 pour en savoir plus.  une liste EDL audio : vous avez besoin d’une telle liste si vous voulez recapturer l’audio à l’aide d’un équipement spécialisé et le remonter à l’aide du timecode audio à partir du programme monté. Consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour en savoir plus.192 Partie I Utilisation de Cinema Tools Observations à propos de l’exportation sur bande vidéo Il se peut que vous souhaitiez produire une bande vidéo de votre programme monté, soit pour en faciliter le visionnage soit pour fournir une référence visuelle au monteur de film. Il existe plusieurs manières de créer une bande vidéo à partir d’un programme monté, et ces différentes méthodes sont expliquées dans la documentation de Final Cut Pro. Toutefois, si vous avez monté la vidéo à 24 ips et que vous souhaitez créer une vidéo au format PAL ou NTSC, les points suivants sont à prendre en considération. Lorsque vous créez une bande vidéo à partir d’une séquence à 24 ips, certains appareils de sortie vidéo créent un signal NTSC ou PAL en ajoutant les trames supplémentaires nécessaires au passage de 24 ips à 25 ips ou 29,97 ips. Une telle bande est généralement adaptée au visionnage, mais elle n’est pas suffisamment précise pour servir de référence visuelle pour le montage du négatif. N’oubliez pas de prévenir le monteur de film si vous avez rencontré des problèmes avec la bande vidéo (comme, par exemple, si la vidéo affiche de temps en temps la mauvaise image). Observations à propos de l’exportation audio Selon l’étendue de vos besoins pour le projet, il est possible que vous puissiez utiliser directement l’audio déjà monté dans Final Cut Pro dans la copie d’exploitation du film. La plupart du temps il faudra effectuer la finition du montage audio soit à l’aide d’une application spécialisée, soit dans un studio spécialisé dans le traitement final du son. C’est généralement à ce stade que l’on ajoute ou améliore le bruitage, la musique et les dialogues. Il y a un certain nombre d’éléments à prendre en considération lorsque vous exportez de l’audio :  le type de fichier audio requis : vous pouvez exporter un fichier Open Media Framework (OMF) ou Audio Interchange File Format (AIFF).  la vitesse audio : en fonction de la manière dont la vidéo a été transférée, il est possible que vous ayez légèrement modifié la vitesse audio pour conserver la synchronisation. Si vous avez décidé de recapturer et de faire remonter l’audio dans un studio de postproduction audio, consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour les détails. Fichiers OMF Un fichier OMF contient non seulement le son, mais aussi une description des opérations de montage du son. Les stations de travail audio numériques (DAW) capables d’importer des fichiers OMF peuvent tirer parti de la disponibilité des points d’entrée et de sortie des coupes ainsi que d’autres informations, tels que les fondus enchaînés, pour effectuer de petites modifications. Les fichiers OMF contiennent généralement toutes les pistes audio utilisées dans le film (d’autres formats d’exportation sont plus limités).Chapitre 9 Observations à propos de l’exportation et création de listes EDL audio 193 I Un autre avantage des fichiers OMF, c’est qu’ils peuvent contenir l’audio et des informations sur le montage provenant de sources non basées sur le timecode, comme, par exemple, du contenu de CD audio. (Les listes EDL audio ne décrivent que les coupes faites sur des sources basées sur le timecode et ne contiennent aucune référence à des sources comme, par exemple, des CD audio.) Consultez la documentation de Final Cut Pro pour plus d’informations sur l’exportation de fichiers OMF. Fichiers AIFF Un fichier AIFF ne contient que l’audio et ne peut pas être modifié facilement. Vous devez exporter un fichier séparé pour chaque piste audio. Comme les fichiers OMF, les fichiers AIFF peuvent contenir de l’audio provenant de sources non basées sur le timecode, comme, par exemple, du contenu de CD audio. (Les listes EDL audio ne décrivent que les opérations de montage basées sur le timecode.) Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des informations sur l’exportation de plusieurs pistes sous la forme de fichiers AIFF. Vitesse Audio La vitesse de lecture de l’audio monté est souvent légèrement différente de la vitesse de l’enregistrement initial (la vitesse naturelle). Cette différence compense les variations de vitesse de la pellicule se produisant lors du transfert télécinéma. Lorsque vous effectuez un montage à 29,97 ips ou 23,98 ips, le son défile à 0,1 pour cent moins vite que sa vitesse naturelle. Si vous montez à 25 ips et si la vitesse du film de transfert télécinéma était de 25 ips, l’audio est 4 pour cent plus rapide. Cette différence de vitesse est maintenue si vous exportez un fichier AIFF ou OMF. N’oubliez pas de vous renseigner sur les exigences de votre studio de postproduction audio en matière de vitesse de l’audio avant d’exporter les fichiers. Exportation d’une liste EDL audio À l’instar du montage vidéo final de Final Cut Pro, qui n’est en général pas utilisé pour la conformation du négatif, le montage audio n’est en général pas utilisé. Si vous prévoyez de recapturer et de faire remonter l’audio dans un studio de postproduction audio, vous avez besoin d’une liste EDL audio (ou liste EDL) indiquant comment les clips audio sont utilisés dans le montage. Alors que la liste EDL Final Cut Pro contient des informations vidéo et audio, elle peut ne pas contenir de références aux timecodes et au numéros de bande provenant des bandes audio de production originales ; cela dépend de la façon dont les plans ont été capturés et de la façon dont la vidéo a été synchronisée avec l’audio. Une base de données Cinema Tools permet de générer une liste EDL audio avec les timecode et numéros de bobine de la production originale.194 Partie I Utilisation de Cinema Tools Emplacement du timecode audio Les productions de film utilisent l’enregistrement à deux systèmes (une caméra et un magnétoscope) pour capturer les images et le son. Vous devez synchroniser ces deux systèmes, soit au cours du transfert télécinéma, soit avant la capture des plans avec Final Cut Pro. Si votre audio est synchronisé pendant le transfert télécinéma et enregistré sur les pistes audio de la bande vidéo, le timecode et le numéro de bande de la bande audio source originale ne sont plus indiqués dans le clip et toutes les coupes, dans Final Cut Pro, ne font plus référence qu’au timecode vidéo et au numéro de bande. Heureusement, la liste télécinéma crée pendant le transfert contient généralement les informations audio, ce qui permet de les ajouter à la base de données lorsque vous importer la liste télécinéma dans Cinema Tools. Vous pouvez également possible saisir manuellement les informations audio si aucune liste télécinéma n’est disponible. Using Cinema Tools to Export an Audio EDL Cinema Tools peut exporter une liste EDL audio tant que sa base de données contient, dans chaque enregistrement, des informations précises sur le son (un numéro de timecode audio correspondant à la première image vidéo du plan ainsi que le numéro de bobine audio). À cause de la façon dont l’audio est enregistré pendant la production (en utilisant l’enregistrement à deux systèmes, un enregistreur audio qui est lancé et arrêté indépendamment de la caméra), la fonction Export Audio EDL de Cinema Tools ne peut être utilisée que lorsque la base de données du projet contient un enregistrement par prise (comme pour les transferts scène-prise). Il est impératif que la valeur qui figure dans le champ Sound Timecode corresponde à la première image vidéo du plan. C’est habituellement le cas lorsque vous importez les informations relatives au son depuis une liste télécinéma. Utilisez la fonction Identify de la fenêtre Clip pour saisir (ou vérifier) la valeur du timecode audio d’un point connu dans le plan (généralement à la fermeture du clap). À partir de cette valeur, Cinema Tools calcule le timecode pour la première image. Consultez la section « Utilisation de la fonction Identify pour saisir et calculer des informations de base de données » à la page 102 pour obtenir des informations sur l’utilisation de la fonction Identify de cette façon. Une fois le montage terminé et les informations de numéro de bobine et de timecode audio ajoutées à la base de données, vous êtes prêt pour exporter la liste EDL audio. Pour exporter une liste EDL audio : 1 Dans la Chronologie ou le Navigateur de Final Cut Pro, sélectionnez la séquence de laquelle vous souhaitez exporter une liste EDL audio. 2 Sélectionnez Fichier > Exporter > EDL audio Cinema Tools. Chapitre 9 Observations à propos de l’exportation et création de listes EDL audio 195 I Cinema Tools s’ouvre et la zone de dialogue Export Audio EDL s’affiche. 3 Entrez et sélectionnez des réglages dans la zone de dialogue Export Audio EDL, puis cliquez sur OK. Pour obtenir des informations sur ces réglages, consultez la section « Paramètres de la zone de dialogue Export Audio EDL, » ci dessous. 4 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez le fichier de base de données Cinema Tools à utiliser, puis cliquez sur Choose. Une fois la base de données sélectionnée, Cinema Tools commence à y faire correspondre des événements de la séquence :  Pour chaque opération de montage impliquant une piste activée dans la zone de dialogue Export Audio EDL, Cinema Tools inspecte la base de données pour vérifier si le plan vidéo de cette opération est connecté à l’un des enregistrements de la base de données. Si ce n’est pas le cas, il utilise le numéro de bande vidéo de la coupe pour essayer de localiser un enregistrement qui contient les points d’entrée et de sortie du timecode de la coupe. Consultez la section « Utilisation des pistes audio » à la page 198 pour obtenir des informations sur les pistes audio.  Si Cinema Tools trouve un enregistrement valable, il vérifie si ce dernier comprend des informations audio (timecode et numéro de bobine). Si c’est le cas, une entrée est ajoutée à la liste EDL et Cinema Tools passe à la coupe suivante.  Il est possible que Cinema Tools ne soit pas en mesure de faire correspondre toutes les opérations de montage audio dans la séquence. Cela peut être dû à des enregistrements de base de données incomplets ou à l’utilisation du son provenant d’autres sources que les bandes sonores listées. Pour les coupes qui ne peuvent pas être remises en relation avec la base de données, une entrée est ajoutée à la liste EDL en utilisant les informations de bande et de timecode provenant de la séquence et cette entrée est identifiée par un astérisque en regard du nom de la bande. Un commentaire précisant qu’aucun enregistrement de la base données n’a été trouvé est également ajouté à l’entrée de liste EDL.196 Partie I Utilisation de Cinema Tools Cinema Tools crée deux fichiers lors de l’exportation : un fichier au format de liste EDL CMX 3600 et un fichier texte contenant des informations sur l’exportation de la liste EDL :  Le format de liste EDL CMX 3600 est très utilisé comme norme pour les échanges de listes EDL et devrait être accepté par pratiquement tous les studios.  Le fichier texte créé en même temps que le fichier EDL utilise le nom de fichier de la liste EDL et y ajoute une extension « .txt ». Le fichier contient des informations concernant la séquence utilisée ainsi que tous les paramètres de la zone de dialogue Export Audio EDL, y compris le nombre de pistes et leur affectation. Il répertorie également les erreurs survenues pendant l’exportation. Paramètres de la zone de dialogue Export Audio EDL Cinema Tools utilise des informations provenant de la séquence pour remplir plusieurs champs de la partie supérieure de la zone de dialogue Export Audio EDL :  File : nom du programme Cinema Tools que vous venez d’ouvrir. Il n’est utilisé que lors de l’exportation de listes EDL audio directement à partir de Cinema Tools. Consultez la section « Utilisation de la fonction Export Audio EDL à partir de Cinema Tools » à la page 198 pour en savoir plus.  Audio Tracks : nombre de pistes audio utilisées dans la coupe.  Project name : nom de la séquence Final Cut Pro sur laquelle le fichier est basé.  Project timebase : fréquence d’images de la séquence dans la Chronologie.  Start time : heure de début de la séquence qui est assignée dans la fenêtre Audio/Video Settings de Final Cut Pro.  EDL Title : nom de la liste EDL. Par défaut, il s’agit du même nom que le nom de projet de la séquence.  EDL start time and timecode format : heure de début de la liste EDL et format de timecode à utiliser. Par défaut, l’heure de début est la même que l’heure de début de la séquence. Il est recommandé de ne pas modifier l’heure de début, sauf si votre studio de postproduction audio vous le demande.Chapitre 9 Observations à propos de l’exportation et création de listes EDL audio 197 I Le reste de la zone de dialogue contient des champs et des commandes servant à configurer la liste audio EDL :  Audio Mapping : sert à affecter chacune des huit pistes audio de séquence possibles aux quatre pistes EDL audio (nombre maximal géré par des listes EDL audio). Consultez la section « Utilisation des pistes audio, » pour des détails sur la configuration de ces réglages.  Include clip comments : lorsque cette option est sélectionnée, la liste EDL audio contient le nom de fichier du clip (s’il est connu) sous la forme d’un commentaire pour chaque événement de la liste.  Include scene and take comments : lorsque cette option est sélectionnée, la liste EDL audio contient les numéros de scène et de prise sous la forme de commentaires pour chaque événement de la liste.  Open in text editor : lorsque cette option est sélectionnée, la liste EDL audio exportée s’ouvre dans l’éditeur de texte spécifié dans le menu local. La liste EDL audio étant un fichier texte, l’application TextEdit est habituellement utilisée.198 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation des pistes audio Bien que Final Cut Pro prenne en charge de nombreuses pistes audio, la fonction Export Audio EDL de Cinema Tools ne tient compte que des huit premières et les listes EDL audio n’en prennent en charge que quatre. La zone de dialogue Export Audio EDL contient des réglages pour chacune des huit pistes audio possibles vous permettant de les mettre en correspondance avec les quatre pistes de la liste EDL. Les sélections de configuration de piste sont actives pour les pistes qui sont incluses dans la séquence (elles ne sont pas disponibles pour les autres). Bien qu’il soit possible d’affecter plusieurs pistes à une seule piste EDL, la liste EDL qui en résulte peut être confuse et comporte souvent des erreurs. Comme il n’est pas possible de mettre les huit pistes sur les quatre pistes de la liste EDL, vous devez exporter deux listes EDL : une liste EDL en ayant activé les pistes 1 à 4 (et désactivé les autres) et une autre liste EDL en ayant activé les pistes 5 à 8. Sachez que certains monteurs son peuvent préférer une seule piste par liste EDL, ce qui vous oblige à exporter plusieurs listes EDL audio. N’oubliez pas de consulter votre monteur son avant d’exporter la liste EDL audio. Utilisation de la fonction Export Audio EDL à partir de Cinema Tools Vous utiliserez souvent la fonction Export Audio EDL de Cinema Tools à partir de Final Cut Pro. Vous pouvez utiliser cette fonction à partir de Cinema Tools, mais comme la séquence montée n’est pas directement disponible pour Cinema Tools, une étape supplémentaire consistant à créer un fichier de programme Cinema Tools est nécessaire. Final Cut Pro crée un fichier de programme Cinema Tools si vous sélectionnez « Save a Cinema Tools program file » dans la zone de dialogue Export Film Lists. Un fichier de programme Cinema Tools contient des informations sur le montage de la séquence, présentées dans un format utilisable par Cinema Tools pour créer la liste EDL audio. Les autres réglages de la zone de dialogue Export Film Lists, comme, par exemple, s’il faut inclure les différentes listes disponibles ou pas, n’ont pas d’incidence sur le fichier de programme.10 199 10 Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes Utilisation de Cinema Tools pour des projets commencés sur d’autres systèmes. Il se peut que vous souhaitiez un jour créer des listes de film, y compris une liste de conformation, basées sur des coupes provenant d’un système de montage autre que Final Cut Pro ou d’une installation Final Cut Pro d’un autre ordinateur. C’est pourquoi Cinema Tools vous permet de générer des listes de film basées sur des listes EDL (pour l´anglais Edit Decision Lists) crées avec Final Cut Pro et d’autres systèmes ainsi que des listes de film basées sur des fichiers XML Final Cut Pro. Cinema Tools permet également l’importation et l’exportation de fichiers ALE (Avid Log Exchange). Ces fichiers contiennent la plupart des informations sur le film, la bande vidéo et l’audio, que l’on trouve dans une base de données Cinema Tools, dans un format compatible avec la plupart des systèmes de montage basés sur film. Les fichiers ALE ne contiennent pas d’informations sur les coupes (telles qu´on trouve dans une liste EDL). Création de listes de film basées sur une liste EDL ou un fichier XML Les points à prendre en compte lorsqu’on crée des listes de film depuis Final Cut Pro sont les mêmes dans les autres applications de montage vidéo. Il faut que :  la base de données Cinema Tools doit être complète, exacte et contenir les informations du film et du timecode ;  le timecode vidéo et les numéros de bande du fichier EDL ou XML correspondent exactement à ceux qui figurent dans la base de données Cinema Tools  vous devez savoir comment gérer les problèmes de vitesse audio qui peuvent dérégler la synchronisation avec l’image.200 Partie I Utilisation de Cinema Tools Tous les aspects liés au transfert télécinéma, notamment le choix d’un transfert « sceneand-take » ou « camera-roll », sont également à prendre en compte. Rappelez-vous que la meilleure manière de créer une base de données Cinema Tools est de le faire à partir d’une liste télécinéma produite lors d’un transfert « scene-and-take ». Consultez le chapitre 4, « Création et utilisation d’une base de données Cinema Tools », à la page 69 pour des informations sur la création d’une base de données Cinema Tools. Important : lorsque vous exportez des listes de film à partir d’un fichier EDL ou d’un fichier XML, Cinema Tools doit utiliser la méthode du timecode de la création de liste de film. Assurez-vous par conséquent de l’exactitude des timecodes vidéo de la base de données, car ils servent de seule et unique référence pour la création des listes (les plans ne sont pas pris comme référence). Il y a deux façons de générer des listes de film à partir d’une liste EDL :  Utiliser les commandes Export de Cinema Tools : cette méthode est la plus simple. Consultez la section « Utilisation des commandes Export de Cinema Tools, » ci-après.  Importer la liste EDL dans une séquence Final Cut Pro : cette méthode est un peu plus laborieuse mais présente l’avantage d’afficher les points de coupes sur une timeline (sans vidéo ni audio si les plans ne sont pas disponibles). Si les plans sont disponibles, il est possible de lire et de modifier la séquence avant d’exporter les listes. Pour des informations sur l’importation de listes EDL, consultez la documentation de Final Cut Pro. Consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167 de ce manuel pour des détails sur la génération de listes de film à partir de Final Cut Pro. Utilisation des commandes Export de Cinema Tools En plus de la base de données Cinema Tools, vous devez disposer d’un fichier EDL ou d’un fichier XML adéquat pour créer des listes de film à partir de Cinema Tools. Caractéristiques requises des listes EDL Cinema Tools prend en charge les listes EDL aux formats CMX 3600 et GVG. En règle générale, toutes les options « pre-read » ou « B-reels » doivent être désactivées, car elles s’appliquent directement au montage sur bande. Le cas échéant, Cinema Tools peut travailler avec des données « pre-read », mais le nom de la bande « pre-read » doit être PREREAD. N’oubliez pas d’inclure des commentaires car ces derniers permettent d’afficher les noms des plans, des transitions et des effets. Ils seront reconnus par Cinema Tools et insérés dans les commentaires de la cut list. Les noms de bandes qui apparaissent dans la liste EDL doivent concorder avec ceux de la base de données Cinema Tools. La moindre différence, comme, par exemple, une espace ou un « 0 » initial supplémentaire (« 001 » au lieu de « 0001 ») peut provoquer des problèmes. Chapitre 10 Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes 201 I Vous devez également savoir que certains systèmes de montage modifient les noms des bandes lors de l’exportation des listes EDL. Le format CMX 3600 autorise des noms de huit caractères maximum et uniquement les chiffres et les lettres majuscules (pas d’espaces). Une liste de conversion des bandes est souvent ajoutée à la fin de la liste EDL pour aider à solutionner les éventuels problèmes de noms. Vous pouvez utiliser la commande Change Reel de Cinema Tools pour modifier toutes les occurrences d’un nom de bande dans la base de données afin d’obtenir une concordance exacte avec la liste EDL (vous pouvez par exemple remplacer tous les noms Tape 004 par TAPE004). Consultez la section « Modification de tous les identifiants de bobine ou de bande » à la page 107 pour en savoir plus. Normes vidéo EDL Les listes EDL sont créées en prenant comme référence les points de timecode vidéo. Cela signifie que les listes EDL ont généralement une fréquence d’images de 29,97 ips (NTSC), 25 ips (PAL), ou 23,98 ips ou 24 ips (selon soit la fréquence d’images du film, soit la fréquence d’images de la vidéo 24p). De plus, les listes EDL NTSC doivent contenir une ligne commençant par « FCM » près du début. Cela indique si le timecode est « drop frame » ou « non-drop frame ». Les timecodes PAL et 24 ips sont toujours « non-drop frame » et ne nécessitent pas la ligne commençant par « FCM » (bien qu’ils puissent apparaître comme non-drop frame). Malheureusement, une liste EDL n’inclut pas de ligne indiquant sa vitesse. Cinema Tools considère que la vitesse de la liste EDL est la même que celle de la dernière base de données ouverte. Il est par conséquent conseillé d’ouvrir la base de données avec laquelle la liste EDL sera utilisée, avant d’exporter les listes de film. Important : c’est à vous de connaître la fréquence d’images de la liste EDL et de vous assurer qu’elle correspond à la base de données avec laquelle elle est utilisée. Conditions requises pour le XML Cinema Tools prend en charge les fichiers XML Final Cut Pro. Comme les fichiers XML contiennent bien plus d’informations sur une séquence montée qu’un fichier EDL, le format XML est le format recommandé pour l’exportation de listes de film à l’aide de Cinema Tools. Exportation de listes de film à partir de Cinema Tools Le processus d’exportation d’une liste de film à partir de Cinema Tools est similaire, qu’il soit basé sur un fichier EDL ou XML. Dans les deux cas, vous pouvez exporter une liste de film au format PDF ou au format XML.202 Partie I Utilisation de Cinema Tools Pour créer des listes de film à l’aide de la commande Export de Cinema Tools : 1 Ouvrez la base de données Cinema Tools correspondant au fichier EDL ou XML que vous allez utiliser pour créer les listes de film. Cela permet de s’assurer que la fréquence d’images de la liste et la fréquence d’images de la base de données correspondent. 2 Procédez de l’une des manières suivantes :  Pour exporter une liste de film au format PDF basée sur un fichier EDL : choisissez File > Export > Film Lists from EDL.  Pour exporter une liste de film au format XML basée sur un fichier EDL : choisissez File > Export > XML Film Lists from EDL.  Pour exporter une liste de film au format PDF basée sur un fichier XML Final Cut Pro : choisissez File > Export > Film Lists from XML.  Pour exporter une liste de film au format XML basée sur un fichier XML Final Cut Pro : choisissez File > Export > XML Film Lists from XML. 3 Sélectionnez le fichier EDL ou XML dans la zone de dialogue qui apparaît, puis cliquez sur Choose. 4 Choisissez l’emplacement et le nom du fichier de liste de film à créer, puis cliquez sur Save. Remarque : si Cinema Tools rencontre des problèmes au cours du traitement du fichier EDL, le message « parsing error » (erreur d’analyse) s’affiche. Il indique le numéro de la ligne où l’erreur s’est produite. Consultez la section « Que se passe-t-il avec la liste EDL ? » à la page 203 pour en savoir plus. 5 Dans la zone de dialogue Export Film Lists Cinema Tools, choisissez les réglages souhaités, puis cliquez sur OK. Consultez le chapitre 8, « Création de listes de film et de listes de modification », à la page 167 pour des détails sur les réglages de cette zone de dialogue.Chapitre 10 Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes 203 I 6 Si vous choisissez de créer un fichier de programme Cinema Tools dans la zone de dialogue Export Film Lists, choisissez l’emplacement et le nom du fichier, puis cliquez sur OK. 7 Sélectionnez la base de données Cinema Tools à utiliser pour l’exportation de la liste, puis cliquez sur Choose. La liste de film est générée. Que se passe-t-il avec la liste EDL ? Une fois l’exportation de la liste de film lancée, Cinema Tools commence par traiter le fichier EDL, puis crée une version destinée à son usage interne. Au cours de ce traitement, Cinema Tools recherche d’éventuelles erreurs qui rendraient la liste EDL inutilisable pour la création d’une liste de film. Si des éléments anormaux ou inattendus sont détectés, l’exportation est interrompue et un message indiquant la ligne où s’est produite l’erreur s’affiche. Ce type d’erreur est appelé parsing error. Les erreurs détectées dans une liste EDL peuvent souvent être corrigées manuellement. Les listes EDL étant en fait des fichiers de texte, elles peuvent être ouvertes dans TextEdit. Attention : il arrive souvent que la ligne affichée ne contienne pas l’erreur, qui se trouve parfois dans la ligne précédente. Pour détecter le problème, essayez de supprimer des lignes et de les comparer avec des lignes similaires situées plus avant dans la liste EDL. Consultez la section « Utilisation de TextEdit pour modifier une liste EDL, » ci-dessous pour en savoir plus. Cinema Tools recherche aussi d’éventuels conflits au sein de la liste EDL, comme, par exemple, lorsque deux coupes se superposent. Cinema Tools nettoie ces coupes en enlevant toutes les portions sur lesquelles des coupes qui suivent seraient enregistrées. Toutes les transitions ou surimpressions complètement recouvertes par une coupe suivante sont supprimées. Si la transition ou surimpression n’est que partiellement recouverte, elle est marquée comme conflit, la coupe suivante est supprimée et une entrée indiquant l’opération est ajoutée à la cut list. Une fois que Cinema Tools a traité une liste EDL avec succès, il place un résumé des événements traités au début de la liste de film. Le nombre d’occurrences de chaque événement y est indiqué (coupe, fondu, volet et clé). Ce nombre d’évènements doit concorder avec celui de la liste EDL.204 Partie I Utilisation de Cinema Tools Utilisation de TextEdit pour modifier une liste EDL Par défaut, TextEdit enregistre les fichiers au format RTF, mais la liste EDL doit être enregistrée comme fichier texte. Les étapes suivantes permettent de modifier une liste EDL dans TextEdit et de la sauvegarder au format texte. Pour modifier un fichier EDL dans TextEdit : 1 Ouvrez TextEdit. 2 Choisissez Fichier > Ouvrir, recherchez le fichier EDL, sélectionnez-le et cliquez sur Ouvrir. 3 Choisissez Format > Convertir au format Texte, puis cliquez sur OK dans la zone de dialogue qui apparaît. La police est convertie en Monaco, une police non proportionnelle qui garantit l’alignement des colonnes de texte. Le fichier prend le nom de « Sans titre ». 4 Apportez vos modifications et choisissez Fichier > Enregistrer. Le nom par défaut est « Sans titre » et l’extension « .txt » est ajoutée. 5 Saisissez un nom de fichier et remplacez « .txt » par l’extension « .edl » (ou par l’extension utilisée dans le fichier original), puis cliquez sur Enregistrer. Une zone de dialogue s’affiche vous demandant si vous souhaitez que l’extension « .txt » soit ajoutée au nom du fichier. 6 Cliquez sur Ne pas ajouter. Si vous éditez souvent des fichiers au format texte, vous pouvez configurer les préférences TextEdit pour faciliter l’opération. Remarque : un double clic sur un nom de fichier comportant l’extension « .edl » entraîne l’ouverture de ce fichier dans une fenêtre en lecture seule de Final Cut Pro. Utilisation de fichiers ALE Le format ALE (Avid Log Exchange) a été conçu pour permettre le transfert du contenu des bases de données de film d’un système à l’autre. Comme Cinema Tools gère l’exportation et l’importation de fichiers ALE, vous pouvez partager vos bases de données avec d’autres systèmes. Comme les fichiers EDL, les fichiers ALE sont des fichiers de texte qui peuvent être ouverts et modifiés dans un éditeur de texte. La seule différence est qu’ils sont délimités par des tabulations, ce qui rend leur lecture un peu plus difficile. Faites très attention à ne pas corrompre le fichier en supprimant involontairement une tabulation lorsque vous apportez vos modifications. Avertissement : la modification de fichiers EDL doit se faire avec précaution : certains éléments insignifiants au demeurant peuvent revêtir une grande importance. Veillez à toujours conserver une copie de sauvegarde au cas où des modifications irréversibles étaient apportées à votre copie de travail.Chapitre 10 Utilisation de fichiers EDL, XML et ALE externes 205 I Champs ALE gérés Chaque ligne d’un fichier ALE correspond à un enregistrement de la base de données. Cinema Tools gère les champs ALE suivants : Champs relatifs au film  Camroll : contient le numéro utilisé pour le champ Cam Roll.  Labroll : contient le numéro utilisé pour le champ Lab Roll.  Daily roll : contient le numéro utilisé pour le champ Daily Roll.  Ink number : contient les valeurs du champ Ink.  KN Start : contient les valeurs du champ Key. Champs relatifs à la bande vidéo  Tape : contient la valeur du champ Video Reel.  Start : contient la valeur du champ Video Timecode.  End : dans Cinema Tools, il s’agit d’une valeur calculée crée en additionnant la valeur du champ Video Duration et la valeur du champ Video Timecode.  Duration : contient le contenu du champ Video Duration.  TC 24 : contient une valeur de timecode vidéo basée sur 24 ips qui est utilisée à la place de la valeur du champ Start si la base de données dans laquelle vous importez le fichier est réglée sur un timecode de 24 ips. De plus, si le fichier ALE ne contient pas de colonne Sound TC, les valeurs de la colonne TC 24 sont ajoutées à la base de données comme valeurs de timecode audio. Champs relatifs à l’audio  Tracks : Cinema Tools insère « VA1 » dans ce champ au cours de l’exportation.  Soundroll : contient le contenu du champ Sound Roll.  Sound TC : contient le contenu du champ Sound Timecode représentant la valeur de timecode de la première image. Champs généraux  Name : lors de l’exportation, contient le nom de fichier du plan connecté (s’il y en a un) ou un nom créé par Cinema Tools en combinant les numéros de scène et de prise (s’ils ont été saisis) ou, en dernier recours, les valeurs de bande vidéo et de timecode séparées par un trait d’union.  Scene : contient le contenu du champ Scene.  Take : contient le contenu du champ Take.  Notes : contient les remarques que vous avez saisies dans l’enregistrement de base de données.206 Partie I Utilisation de Cinema Tools Importation d’un fichier ALE Pour importer un fichier ALE, utilisez la commande Import Telecine Log. Vous pouvez importer un fichier ALE dans une base de données Cinema Tools existante ou dans sa propre nouvelle base de données. Il est conseillé de l’importer dans une nouvelle base de données (vous pourrez l’importer dans une autre par la suite). Vous pouvez aussi importer le fichier ALE à l’aide de Final Cut Pro ou de Cinema Tools. Consultez la section « Importation d’informations à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE » à la page 85 pour en savoir plus sur l’importation de fichiers ALE et de liste télécinéma à l’aide de Final Cut Pro ou de Cinema Tools. Exportation d’un fichier ALE Cinema Tools exporte un fichier ALE en prenant comme référence l’ensemble trouvé actuel (current found set). Pour éviter de rencontrer un problème, assurez-vous que tous les enregistrements sont complets et corrects avant l’exportation. Pour exporter un fichier ALE : 1 Créez un nouvel ensemble trouvé (found set) contenant les fiches que vous souhaitez exporter. (Consultez la section « Recherche et ouverture d’enregistrements de base de donnée » à la page 80 pour des détails sur la création d’ensembles d’enregistrements trouvés.) 2 Dans Cinema Tools, choisissez File > Export > Avid Log Exchange. 3 Attribuez un nom au nouveau fichier et donnez-lui un emplacement. Il est conseillé d’ajouter l’extension « .ale » au nom de fichier. 4 Cliquez sur Save pour exporter le fichier.II Partie II : Utilisation de la vidéo 24P Cette section détaille l’utilisation de Cinema Tools pendant le montage de projets de vidéo haute définition. Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 11 209 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips Cinema Tools offre plusieurs outils utiles pour monter de la vidéo 24p. La prolifération des normes vidéo haute définition (HD) et la volonté de diffuser des contenus vidéo dans le monde entier ont créé une demande pour une norme vidéo qui puisse être convertie facilement vers toutes les autres normes. Par ailleurs il s’avère nécessaire de disposer d’un format aisément convertible en film et offrant une méthode de qualité supé- rieure permettant la création et le montage en vidéo avant d’achever le projet sur film. La vidéo 24p permet tout cela. Elle utilise la même vitesse de défilement de 24 ips que les films, ce qui permet de tirer parti des dispositifs de conversion existants pour créer des versions NTSC et PAL de votre projet. Elle utilise un schéma de balayage progressif et généralement une image HD pour créer une sortie convenant à la projection sur grand écran et à la conversion en film. De plus, la vidéo 24p permet de produire des transferts télécinéma 24 ips de haute qualité à partir d’un film. Ceux-ci sont particulièrement utiles si vous comptez diffuser le produit finalisé selon différents standard TV. Remarque : plusieurs des fonctionnalités mentionnées ici figurent dans Final Cut Pro et ne requièrent pas Cinema Tools. Ces fonctionnalités sont toutefois décrites ici parce qu’elles concernent l’utilisation de la vidéo 24p, ce qui intéresse particulièrement de nombreux réalisateurs.210 Partie II Utilisation de la vidéo 24P Éléments à prendre en compte lors de la création sur film Lors du montage d’images 24P provenant d’un film, tenez compte des points ci-après :  Si vous souhaitez conformer le film pour le faire correspondre à la vidéo montée, une base de données Cinema Tools doit assurer le suivi de son code de bordure. (Consultez la section « Code de bordure du film » à la page 233 pour des détails sur le code de bordure.)  Le film doit être transféré sur bande vidéo à l’aide d’un télécinéma. En général, le résultat vidéo télécinéma offline contient des timecodes vidéo et audio incrustés, ainsi que des numéros de bord. Ces valeurs (figurant dans une fenêtre d’affichage) sont fort précieuses pour la conformation ultérieure du film. Il se pose malheureusement un problème de visibilité si vous tentez d’utiliser le format 24P pour produire une version vidéo du film. C’est pour cela que si vous souhaitez produire à la fois un film conforme et une version vidéo montée du projet, vous pouvez faire fonctionner le télécinéma sur deux magné- toscopes à la fois (l’un avec la fenêtre d’affichage, l’autre sans).  Que l’on tourne un film ou de la vidéo 24p, le son est presque toujours enregistré séparément des images avec un enregistreur dédié. On parle souvent dans ce cas d’enregistrement de son à deux systèmes. Si les productions en 24p permettent l’enregistrement du son sur le magnétoscope 24P, fournissant ainsi un son synchronisé et aisément capturé avec Final Cut Pro, les productions de film n’ont pas la possibilité d’enregistrer le son sur la pellicule ; celui-ci doit donc être synchronisé à un moment ultérieur du processus. Il est préférable de synchroniser le son lors du transfert télécinéma. Cela facilite la capture de l’audio en même temps que des plans vidéo pour montage dans Final Cut Pro. La base de données Cinema Tools permet de gérer les numéros des bandes son originales et le timecode et de générer une liste audio EDL pouvant être utilisée pour recapturer et monter le son dans un studio de postproduction audio. Consultez la section « Transfert du film sur bande vidéo » à la page 19 pour des informations sur les transferts télécinéma. Consultez la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour des informations sur l’exportation de listes audio EDL. Tournage du film Conversion en vidéo avec un télécinéma Conformation du négatif Système de montage online Magné- toscope 24P Liste télécinéma Négatif original Cut list Liste EDL 24 ips 24P video Master film monté Master vidéo monté Final Cut Pro avec Cinema Tools (montage offline) Capture et traitement Montage Exportation de la cut list Exportation de la liste EDL 24 ips Cinema Tools Création de la base de donnéesChapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 211 II Montage de vidéo 24P avec Final Cut Pro L’excellente qualité offerte par la vidéo 24P se transforme en inconvénient au moment du montage, du fait de la largeur de bande et de l’espace de stockage nécessaires. Le travail sur de la vidéo 24p très peu compressée directement dans Final Cut Pro réclame un système doté d’un disque dur de grande capacité et à haut débit, ainsi qu’une carte de capture spécialisée. Même avec un système bien configuré, vous ne pourrez capturer que la vidéo que vous comptez vraiment utiliser, pas les 20 à 100 heures que vous aurez probablement tournées. Le montage de vidéo 24p avec Final Cut Pro se déroule en général en deux étapes : un montage offline avec des plans 24P compressés ou convertis à la baisse (à la résolution standard NTSC) et d’autres plans compressés, suivi d’un montage online avec des plans non compressés et recapturés. Utilisation du même système Final Cut Pro pour le montage 24p offline et online Idéalement, vous pourriez utiliser le même système Final Cut Pro pour le montage offline et online. Cela rend le processus à la fois simple et sans erreur. Dans le cas d’un système unique pour les deux types de montage, le déroulement des opérations se présente comme suit : Étape 1 : capturez votre vidéo 24p sous la forme de plans compressés Étape 2 : montez les plans offline Étape 3 : utilisez le Gestionnaire de données pour créer une copie du projet qui n’utilise que les plans et les sections de plans dont vous avez besoin Étape 4 : supprimez les plans originaux Étape 5 : recapturez le matériel dans votre copie de projet sous la forme de vidéo 24p sans compression Que signifie « vidéo convertie à la baisse » ? Il est souvent nécessaire d’utiliser de la vidéo HD (24p par exemple) dans les systèmes conçus pour de la vidéo NTSC SD. Le processus de conversion de la vidéo HD en vidéo SD est appelé la conversion à la baisse. La plupart des magnétoscopes HD comportent une option permettant de sortir de la vidéo SD. Il existe également plusieurs modèles d’appareils spécialisés pour ce type de conversion. Consultez la section « À propos des questions de proportions » à la page 217 pour des informations sur la façon de gérer les différences de proportions entre les normes lors de la conversion à la baisse.212 Partie II Utilisation de la vidéo 24P Même si votre système Final Cut Pro n’est pas configuré pour travailler sur de la vidéo 24p non compressée, il peut servir de système de montage offline pour ensuite exporter une liste EDL 24 ips qui servira sur le système de montage online. Mieux encore, si votre système de montage 24p online fait appel à Final Cut Pro, vous pouvez simplement copier le projet depuis le système offline, ce qui permet de préserver beaucoup plus d’informations de montage qu’avec seulement la liste EDL. Consultez les sections « Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage 24p online » à la page 213 et « Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage offline 24P » à la page 214 pour en savoir plus sur les différentes options. Utilisation de la vidéo 24p avec Final Cut Pro et Cinema Tools Final Cut Pro et Cinema Tools vous donnent les moyens de traiter différentes situations liées au montage vidéo 24p :  Importation de listes EDL 24 ips : permet le montage online d’images vidéo 24P montées offline sur un autre système. Consultez la section « Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage 24p online, » ci-après.  Exportation de listes EDL 24 ips : permet le montage offline d’images vidéo 24P avec une base temps de 24 ips. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage offline 24P » à la page 214.  Conversion d’une liste EDL à 24 ips ou à partir de 24 ips : permet soit le montage offline de vidéo 24P à l’aide d’une base temps NTSC, soit le montage online de vidéo 24P montée offline sur un système NTSC. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage offline 24P » à la page 214.  Suppression du pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 : permet de capturer vos plans source à partir d’un caméscope numérique ayant appliqué le pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 à de la vidéo 24P. Cette fonction élimine proprement les trames d’image redondantes créées par le pulldown sans aucune recompression afin que vous puissiez faire le montage à 23,98 ips ou 24 ips. Consultez à ce sujet la section « Utilisation du pulldown 2:3:3:2 » à la page 219.  Ajout de pulldown : permet de sortir de la vidéo à 23,98 ips dans un format lisible sur un appareil NTSC, tel qu’un moniteur NTSC, et de l’enregistrer comme vidéo à 29,97 ips. Cette fonction vous permet de sortir de la vidéo à 23,98 ips via FireWire au format vidéo NTSC à 29,97 ips. Consultez à ce sujet la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225.  Création d’une liste audio EDL lors de l’utilisation de son à deux systèmes : utile si vous avez l’intention de recapturer le son ailleurs pour le traitement final. Consultez à ce sujet la section « Utilisation de listes EDL audio pour le son à deux systèmes » à la page 227.Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 213 II Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage 24p online Si vous utilisez Final Cut Pro comme système de montage online, la façon dont vous allez importer les informations de montage offline est un point important. Si vous employez un système de montage offline distinct, vous avez le choix entre trois méthodes pour obtenir les informations de montage de ce dernier (présentées par ordre de préférence) :  Copier le projet : peut être utilisé lorsqu’un système Final Cut Pro séparé est le système offline et utilisait une base temps de montage de 24 ips.  Importer une liste EDL 24 ips : peut être utilisé lorsque votre système offline prend en charge l’exportation de listes EDL à 24 ips.  Importer une liste EDL NTSC : peut être utilisé lorsque votre système offline ne peut monter que des version NTSC converties à la baisse de la vidéo 24p et exporter une liste EDL NTSC. Copie du projet La copie d’un projet depuis le système de montage offline Final Cut Pro au système de montage online Final Cut Pro permet de préserver non seulement les informations relatives aux points d’entrée et de sortie de coupe, mais également toutes les autres informations liées au projet, notamment les utilisations de filtres et d’effets. Pour utiliser cette méthode, vous devez avoir fait le montage avec une base temps de 24 ips sur le système offline. Importation de listes EDL Si vous utilisez un autre système que Final Cut Pro pour le montage offline (ou un système Final Cut Pro pour travailler sur des versions NTSC converties à la baisse de la vidéo 24p d’origine), vous devez importer une liste EDL. Final Cut Pro permet tant l’importation de listes EDL à 24 ips que la conversion de listes EDL NTSC vers 24 ips. Important : avant d’importer une liste EDL dans Final Cut Pro, assurez-vous que la base temps pour la séquence possède la même vitesse que la liste EDL. Si ces vitesses ne sont pas identiques, la liste EDL ne sera pas correctement importée. Vidéo source 24P Vidéo 24P montée Liste EDL offline (24 ips ou NTSC) Final Cut Pro avec Cinema Tools Montage online Vidéo 24P Montage online de vidéo 24P Capture de vidéo 24P non compressée Exportation de film Final Cut Pro214 Partie II Utilisation de la vidéo 24P Importation de listes EDL 24 ips Lorsque le système de montage offline n’est pas un système Final Cut Pro, la meilleure façon d’importer des informations sur le montage offline consiste à fournir une liste EDL. Les listes EDL ne contiennent que les informations basiques relatives au projet de montage : les points d’entrée et de sortie pour les deux premières pistes vidéo et les quatre premières pistes audio, des informations sur les transitions simples et tout commentaire que vous avez ajouté. Pour importer une liste EDL 24 ips dans Final Cut Pro : 1 Ouvrez une projet Final Cut Pro existant ou créez-en un nouveau. 2 Choisissez Fichier > Importer > EDL. 3 Configurez les options de la zone de dialogue « Importer les options », puis cliquez sur OK. Remarque : si la zone de dialogue ne vous permet pas de choisir 24 ips comme base temps, cela est probablement dû au fait que les configurations simplifiées incluses avec Cinema Tools n’ont pas été installées. Dans ce cas, réinstallez Cinema Tools. 4 Choisissez le nom et l’emplacement du fichier EDL, puis cliquez sur Choisir. Une nouvelle séquence contenant les opérations de montages de la liste EDL s’ouvre dans le projet, ce qui indique que les données sont offline. Le navigateur comporte une liste des données utilisées dans le montage. Vous pouvez ensuite utiliser le Gestionnaire de données de Final Cut Pro pour capturer les plans pour le montage online. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la capture de plans, l’importation de listes EDL et la configuration de la zone de dialogue Import Options. Importation de listes EDL NTSC Vous pouvez ainsi procéder à un montage offline de votre vidéo 24p convertie à la baisse sur un système NTSC, puis exporter une liste EDL convertible et utilisable par un système Final Cut Pro online. Pour importer une liste EDL NTSC à utiliser avec un projet 24p, vous devez d’abord convertir la liste EDL 29,97 ips NTSC en 24 ips (ou, dans la plupart des cas, en 23,98 ips). Remarque : Cinema Tools ne gère pas la conversion de listes EDL PAL en 24 ips. Consultez la section « Conversion de listes EDL NTSC en 24 ips » à la page 216 pour en savoir plus. Une fois que vous avez converti la liste EDL, vous pouvez importer la liste EDL 24 ips dans Final Cut Pro à l’aide du processus décrit à la section « Importation de listes EDL 24 ips, » ci-avant. Utilisation de Final Cut Pro comme système de montage offline 24P Le montage de vidéo 24P haute résolution (HD) requiert généralement un montage offline préalable. Cela vous permet de choisir les données à utiliser tout en travaillant avec des versions converties à la baisse ou compressées de vidéo 24P.Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 215 II Lorsque le système online utilise aussi Final Cut Pro, il est fortement recommandé de procéder au montage offline en utilisant une base temps de 24 ips. Cela vous permet d’ouvrir le projet avec le système online et de conserver tous les réglages, effets et filtres spéciaux, tous ces éléments qui ne figurent pas dans les listes EDL. Avec les systèmes online autres que Final Cut Pro, vous devez fournir une liste EDL 24 ips provenant du projet. Cinema Tools dispose de plusieurs outils qui facilitent l’usage de Final Cut Pro comme système de montage offline 24p :  Reverse Telecine et Conform : utile si vous avez capturé des versions converties à la baisse de vidéo 24P et souhaitez les convertir en 24 ips.  24 fps EDL export : utile si vous effectuez le montage avec une base temps de 24 ips et que vous avez besoin d’une liste EDL 24 ips pour le système online.  NTSC–to–24 fps EDL conversion : utile si vous effectuez le montage à l’aide d’une base temps de 29,97 ips NTSC tout en ayant besoin d’une liste EDL de 23,98 ips ou de 24 ips. Pour le montage offline, il est préférable que la vidéo 24P soit directement compressée et capturée, sans conversion de vitesse. Cela réduit les possibilités d’erreur pendant les conversions de vidéo et de fréquence de timecode et rend superflue la conversion des proportions de la vidéo (consultez la section « À propos des questions de proportions » à la page 217). Il faut toutefois disposer pour cela d’un matériel spécialisé ; les solutions alternatives exposées ci-après ont donc été mises au point avec des versions standard converties à la baisse de vidéo 24P. Utilisation des fonctions Reverse Telecine et Conform La vidéo 24P est souvent convertie à la baisse pour en simplifier l’utilisation avec un équipement vidéo standard. Cinema Tools fournit des outils pour la reconversion de plans capturés NTSC ou PAL en vidéo 24 ips originale, ce qui vous permet de procéder au montage à l’aide d’une base temps de 24 ips :  NTSC : la conversion de vidéo 24p en NTSC requiert l’utilisation d’une méthode de pulldown qui ajoute des trames redondantes en maintenant la vitesse originale de l’action (1 seconde de vidéo 24p est égale à 1 seconde de vidéo NTSC). La fonction Reverse Telecine supprime le pulldown en éliminant les trames superflues et en restaurant la vitesse originale de 24 ips. Consultez la section « Inversion du pulldown télécinéma » à la page 133 pour des informations sur l’utilisation de la fonction Reverse Telecine. Si vos plans sources proviennent d’un type spécial de caméscope DV capable de filmer en 24p, comme le Panasonic AG-DVX100, c’est une forme simplifiée de la fonction Reverse Telecine qui vous est proposée. Consultez la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221 pour des instructions sur l’inversion du pulldown de plans provenant d’un caméscope DV compatible 24p.216 Partie II Utilisation de la vidéo 24P  PAL : il existe plusieurs méthodes de conversion de vidéo 24P en PAL. La plus courante consiste à lire la bande 4 pour cent plus vite, ce qui fournit une relation de un à un entre les images 24p et PAL, mais accélère l’action de 4 pour cent. Cinema Tools et Final Cut Pro offrent une fonction Conform que vous pouvez utiliser pour remettre la vidéo en 24 ips pour la monter en 24 ips dans Final Cut Pro. Consultez la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23 pour des informations sur les problèmes de fréquence d’images. Exportation de listes EDL 24 ips Lorsque le système de montage 24p n’est pas un système Final Cut Pro, la meilleure façon de fournir les informations de montage du projet consiste à exporter une liste EDL à partir de Final Cut Pro, puis à importer cette dernière dans le système de montage online. Les listes EDL ne contiennent que les informations basiques relatives au projet de montage : les points d’entrée et de sortie pour les deux premières pistes vidéo et les quatre premières pistes audio, des informations sur les transitions simples et tout commentaire que vous avez ajouté. Cinema Tools donne à Final Cut Pro la capacité d’exporter les listes EDL à 24 ips. Pour exporter une liste EDL 24 ips à partir de Final Cut Pro : 1 Dans la Chronologie de Final Cut Pro, sélectionnez la séquence pour laquelle vous voulez exporter une liste EDL. 2 Choisissez Fichier > Exporter > EDL. 3 Configurez la zone de dialogue « Options d’exportation EDL » comme il se doit, puis cliquez sur OK. 4 Choisissez le nom et l’emplacement du fichier EDL et cliquez sur Enregistrer. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur l’exportation de listes EDL et la configuration de la zone de dialogue EDL Export Options. Conversion de listes EDL NTSC en 24 ips Il se peut que vous décidiez de monter la version NTSC convertie à la baisse de la vidéo 24p en utilisant une base temps 29,97 ips NTSC standard. Sachez toutefois que la plupart des systèmes de montage online 24p requièrent une liste EDL 23,98 ips ou 24 ips. Cinema Tools comporte une fonction permettant de convertir des listes EDL 29,97 ips NTSC en 23,98 ips ou 24 ips. Vous pouvez ainsi réaliser un montage offline de votre vidéo 24P convertie à la baisse sur un système NTSC, puis exporter une liste EDL convertible et utilisable par un système online. Remarque : Cinema Tools ne gère pas la conversion de listes EDL PAL en 24 ips. Pour convertir une liste EDL NTSC en 24 ips, il faut convertir le fichier de la liste EDL au format CMX 3600 ou GVG. La base de données Cinema Tools n’est pas nécessaire.Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 217 II Pour convertir une liste EDL NTSC en 24 ips : 1 Dans Cinema Tools, choisissez File > Export > Converted EDL > 24 FPS from 30 FPS. 2 Dans la zone de dialogue qui s’ouvre, localisez et choisissez le fichier EDL à convertir. 3 Dans la suivante, choisissez le nom et l’emplacement du fichier à créer, puis cliquez sur Save. Le nouveau fichier EDL est identique à celui d’origine, à l’exception des valeurs de timecode et de durée des effets qui ont été converties afin de correspondre à la nouvelle vitesse de défilement. Important : le timecode 24P est toujours non-drop frame et le timecode NTSC à convertir doit l’être également. Cinema Tools ne vous empêche pas de convertir une liste EDL NTSC basée sur un timecode drop frame, mais il la traite comme s’il s’agissait d’un timecode non-drop frame. La liste EDL 24 ips exportée comportera des erreurs et Cinema Tools insère un message d’avertissement dans la liste EDL. Vous pouvez désormais importer les listes EDL à 24 ips dans Final Cut Pro en suivant les instructions fournis à la section « Importation de listes EDL 24 ips » à la page 214. À propos des questions de proportions Lorsque vous capturez de la vidéo NTSC ou PAL à partir de sources 24P, vous devez généralement décider comment gérer leurs différences de proportions. La vidéo SD (NTSC ou PAL) a des proportions de 4:3 (1,33). La hauteur de l’image équivaut donc à 75% de sa largeur. De nombreux formats 24p utilisent des proportions de 16:9 (1,78) plus proche des proportions habituelles du film de 1,85 et identiques aux formats HD de diffusion écran large. De nombreux magnétoscopes HD peuvent convertir à la baisse de la vidéo 16:9 en vidéo 4:3 SD. Les systèmes Final Cut Pro qui ne sont pas capables de capturer de la vidéo 24p directement peuvent réaliser la capture à l’aide d’une de ces sorties vidéo SD pour le montage. Consultez le Manuel de l’utilisateur de Final Cut Pro pour des informations détaillées sur les options pour la conversion de vidéo 16:9 en vidéo 4:3.218 Partie II Utilisation de la vidéo 24P Ajout et suppression du pulldown dans les plans 24P Cinema Tools et Final Cut Pro possèdent des fonctions d’ajout et de suppression de pulldown qui permettent de régler des problèmes propres à la manipulation de vidéo 24P. Comme cela a déjà été expliqué dans la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23, le pulldown est un processus qui ajoute des trames redondantes à la vidéo afin de répartir 24 images par seconde sur les 29,97 images par seconde du standard NTSC. Certains caméscopes, tel que le modèle AG-DVX100 de Panasonic, sont conçus pour filmer en mode progressif à 24 ips (23,98 ips, exactement), puis enregistrer la vidéo sur bande sous forme d’un signal entrelacé de 60 trames, en appliquant un type particulier de pulldown nommé pulldown 2:3:3:2 avancé. Avec Final Cut Pro ou Cinema Tools, vous pouvez supprimer les trames redondantes créées par le pulldown de la caméra afin de pouvoir procéder au montage à 23,98 ips ou 24 ips. Dans le cas d’un montage à 23,98 ips, il se peut que vous deviez sortir la vidéo sur un moniteur NTSC, l’enregistrer sur une cassette NTSC ou l’envoyer à un autre type d’appareil NTSC. Sachant que le standard NTSC suppose une vitesse de défilement de 29,97 ips, Final Cut Pro vous permet de rajouter le pulldown à la vidéo lorsque vous la sortez. Pour répondre à divers cas de figure, Final Cut Pro fournit plusieurs modèles de pulldown permettant de sortir votre vidéo à 23,98 ips comme vidéo à 29,97 ips : pulldown 3:2, 2:3:3:2 et 2:2:2:4. (Ces modèles sont décrits dans la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225.) Les sections suivantes présentent plusieurs modes d’utilisation de Final Cut Pro ou de Cinema Tools pour supprimer le pulldown 2:3:3:2 avancé ou le pulldown 2:3:2:3 des plans vidéonumériques. Vous pouvez ainsi :  utiliser Final Cut Pro pour supprimer le pulldown 2:3:3:2 pendant ou après la phase de capture,  utiliser Cinema Tools pour supprimer le pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 sur un plan à la fois,  utiliser Cinema Tools pour supprimer le pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 sur plusieurs plans à la fois. En quoi consiste le pulldown 2:3:2:3 ? Le modèle de pulldown 2:3:2:3 est identique à celui du pulldown 3:2, sauf qu’il s’applique à l’aide d’un caméscope numérique (et non à l’aide de tout autre type d’équipement capable d’appliquer ce même modèle). Dans le présent manuel, nous utilisons le terme 2:3:2:3 pour faire référence au pulldown réalisé par les caméscopes vidéo numériques 24p. Ce type de pulldown peut être supprimé à l’aide de la forme automatisée de télécinéma inversé décrite à la section « Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools » à la page 221.Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 219 II Utilisation du pulldown 2:3:3:2 Certains caméscopes, tels que le modèle AG-DVX100 de Panasonic, sont conçus pour filmer en mode progressif à 24 ips (23,98, exactement), puis enregistrer la vidéo sur bande sous forme de signal entrelacé de 60 trames en appliquant le pulldown 2:3:3:2. Le pulldown 2:3:3:2 est semblable, par son concept, au pulldown 3:2, mais possède un autre modèle de répétition des trames, comme illustré ci-après. Il y a quelques avantages à filmer avec le pulldown 2:3:3:2, puis à le supprimer plutôt que d’utiliser le pulldown 3:2 :  Final Cut Pro peut facilement supprimer le pulldown 2:3:3:2 pendant la capture afin que vous puissiez monter de la vidéo progressive en 24 ips (à 23,98 ips pour être précis). A A B B B C C C D D A A B B B C C C D D A A B B C C C D D A A B B B D B C C C D D A B A B B C C C D A B A B B C C C D D Avant (23,98 ips) A B C D A D A B C D A B C D A B C D A B C D B C 2:3:3:2 Pulldown Après (29,97 ips) Une seconde A B C D A A B B B C C C D D Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2220 Partie II Utilisation de la vidéo 24P  Contrairement au pulldown 3:2, la suppression du pulldown 2:3:3:2 ne requiert pas un nouvel effort de compression et de création d’images, ce qui procure une meilleure qualité d’image. Final Cut Pro élimine les trames redondantes en retirant simplement les images contenant des trames comprenant deux images différentes (images géné- rées à partir de deux images originales distincte). Seules les images contenant une seule image fixe sont conservées, ce qui donne un résultat plus net. Vous pouvez supprimer le pulldown 2:3:3:2 soit avec Final Cut Pro lors de la capture des données source, soit avec Final Cut Pro ou Cinema Tools après la capture. Remarque : pour en savoir plus sur l’application (plutôt que la suppression) du pulldown 2:3:3:2 à une vidéo, consultez la section « Pulldown 2:3:3:2 » à la page 226. Suppression de pulldown 2:3:3:2 avec Final Cut Pro Vous pouvez supprimer le pulldown 2:3:3:2 avec Final Cut Pro soit lors de la capture de la vidéo soit après la capture des plans. Pour supprimer le pulldown lors de la capture à partir d’une source vidéo numérique : 1 Dans Final Cut Pro, choisissez Final Cut Pro > Réglages audio/vidéo. 2 Cliquez sur l’onglet Prérég. de capture. 3 Sélectionnez le préréglage souhaité et cliquez sur Modifier. 4 Sélectionnez « Supprimer le pulldown avancé et/ou les images en doube des sources FireWire ». A A B B B C C C D D A A B B B C C C D D A A B B C C C D D A A B B B D B C C C D D A B A B B C C C D A B A B B C C C D D A B C D A D A B C D A B C D A B C D A B C D B C A B C D A A B B C D D Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 C Field 2 Field 2 Field 1 B Field 1 C Field 2 Avant (29,97 ips) Après (23,98 ips) Une seconde 2:3:3:2 Suppression du pulldownChapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 221 II Après avoir supprimé le pulldown 2:3:3:2, il se peut que vous deviez sortir la vidéo en y rajoutant le pulldown 2:3:3:2, afin de la capturer à nouveau avec la caméra. Dans le cas d’une diffusion ou d’une distribution au format NTSC, vous pouvez appliquer le pulldown 3:2 plus répandu. La sortie vidéo 24P peut s’effectuer dans l’un de ces modèles de pulldown. Consultez à ce sujet la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225. Pour supprimer le pulldown dans Final Cut Pro après la capture : 1 Dans Final Cut Pro, sélectionnez les plans ou le programme. 2 Choisissez Outils > Supprimer le pulldown avancé. Suppression de pulldown 2:3:3:2 ou 2:3:2:3 avec Cinema Tools Dans les plans capturés à partir de caméscopes vidéo numériques en 24p, comme, par exemple, le caméscope Panasonic AG-DVX100, les informations du modèle de pulldown (on parle aussi de cadence) sont intégrées d’une façon lisible pour Cinema Tools. Si Cinema Tools détecte ces informations de cadence lorsque vous utilisez la fonction Reverse Telecine, la zone de dialogue Automated Reverse Telecine apparaît. Il s’agit d’une version simplifiée de la zone de dialogue Reverse Telecine. Remarque : la fonction Reverse Telecine ne peut pas être utilisée avec de la vidéo comprimée dans le temps, comme, par exemple, la vidéo au format MPEG-2. Vous pouvez utiliser le télécinéma inversé automatisé pour supprimer le pulldown soit d’un plan à la fois soit d’un groupe de plans (par lot). Pour utiliser le télécinéma inversé automatisé dans le but de supprimer le pulldown dans un seul plan : 1 Choisissez File > Open Clip, puis sélectionnez le plan voulu dans la zone de dialogue. 2 Dans la fenêtre Clip, cliquez sur Reverse Telecine. 3 Choisissez une vitesse de défilement dans le menu local Conform.  23.98 : cette vitesse est utile si vous comptez utiliser ultérieurement la fonction pulldown de Final Cut Pro qui permet de sortir la vidéo 23,98 ips à 29,97 ips. (Consultez la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225 pour en savoir plus.)  24.0 : vous pouvez avoir intérêt à conformer et à monter les plans à cette vitesse si vous comptez les inclure à un projet contenant d’autres plans à exactement 24 ips. Remarque : si le plan contient à la fois la vidéo et l’audio et si vous choisissez 24.0 dans ce menu local, la fonction Reverse Telecine accélère très légèrement l’audio pour qu’elle soit synchrone avec la vitesse de 24 ips et non de 23,98. Choisissez une vitesse de défilement dans le menu local.222 Partie II Utilisation de la vidéo 24P 4 Sélectionnez New (smaller) ou Same (faster) afin de préciser le type de fichier que vous voulez créer :  New (smaller) : crée un fichier de données ne contenant pas les images supplémentaires insérées par le pulldown. La taille du nouveau fichier est environ 20 pour cent plus petite, mais cette méthode est plus lente. Que le fichier original soit une référence ou autonome, cette méthode crée un fichier autonome. (Consultez la section « La différence entre les fichiers de données autonomes et les fichiers de données de référence » à la page 149 pour en savoir plus.)  Same (faster) : modifie le fichier de données courant afin que les images supplémentaires ne soient pas visibles par le système de montage, mais sans supprimer ces données du fichier. Ce processus est plus rapide, mais ne réduit pas la taille du fichier. Le fichier qui en résulte est autonome s’il était autonome à l’origine ou une référence s’il était une référence. À propos de la vérification de discontinuité de la cadence : en supprimant le pulldown, Cinema Tools recherche d’éventuels trous dans la cadence du pulldown. S’il en trouve, il ajuste le traitement pour s’accommoder de ces discontinuités. Une discontinuité de cadence peut se produire si un enregistrement a été arrêté puis relancé à un autre point dans la séquence de cinq images. Cette vérification demande plus de temps pour l’option Same que pour l’option New. Par conséquent, si vous sélectionnez Same (faster), vous pouvez décocher la case « Check for cadence discontinuities » afin d’accélérer le traitement. Remarque : si cette case est décochée et que le plan présente des discontinuités de cadence, ou si la cadence passe de 2:3:3:2 à 2:3:2:3 (ou à tout autre modèle) en milieu de plan car les réglages ont été modifiés en cours d’enregistrement, le télécinéma inversé ne peut pas être correctement appliqué à ce plan. 5 Cliquez sur OK pour lancer le processus de suppression de pulldown. Si vous avez sélectionné l’option New file, vous devez préciser le nom et l’emplacement du nouveau plan. Si le plan d’origine était connecté à un enregistrement de base de données, le nouveau plan inversé remplace cette connexion (qu’il écrase ou non l’ancien plan). Si vous sélectionnez New, l’option « Check for cadence discontinuities » est activée. Pour Same, vous pouvez désélectionner cette option pour accélérer le traitement. Si vous sélectionnez New, le fichier sera plus petit. Si vous sélectionnez Same, le traitement sera plus rapide.Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 223 II Pour utiliser le télécinéma inversé par lot automatisé dans le but de supprimer le pulldown de plusieurs plans à la fois : 1 Placez tous les plans à traiter dans le même dossier. (Assurez-vous que tous ont été capturés à l’aide d’un caméscope numérique 24P.) 2 Choisissez File > Batch Reverse Telecine. 3 Dans la zone de dialogue qui s’affiche, sélectionnez n’importe quel fichier de plan source dans le dossier contenant les plans à traiter, puis cliquez sur Choose. 4 Choisissez une vitesse de défilement dans le menu local Conform.  23.98 : cette vitesse est utile si vous comptez utiliser ultérieurement la fonction pulldown de Final Cut Pro qui permet de sortir la vidéo 23,98 ips à 29,97 ips (Consultez la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225 pour en savoir plus.)  24.0 : vous pouvez avoir intérêt à conformer et à monter les plans à cette vitesse si vous comptez les inclure à un projet contenant d’autres plans à exactement 24 ips. Remarque : si le plan contient à la fois la vidéo et l’audio et si vous choisissez 24.0 dans ce menu local, la fonction Reverse Telecine accélère très légèrement l’audio pour qu’elle soit synchrone avec la vitesse de 24 ips et non de 23,98. 5 Sélectionnez New (smaller) ou Same (faster) afin de préciser le type de fichier que vous voulez créer :  New (smaller) : crée des fichiers de plan ne contenant pas les images supplémentaires introduites par le pulldown. La taille des nouveaux fichiers est environ 20 pour cent plus petite, mais cette méthode est plus lente. Que les fichiers originaux soient des références ou autonomes, cette méthode crée des fichiers autonomes. (Consultez la section « La différence entre les fichiers de données autonomes et les fichiers de données de référence » à la page 149 pour en savoir plus.) Si vous sélectionnez New (smaller), vous pouvez également choisir de conserver ou de supprimer les fichiers de plan d’origine. Pour enregistrer les plans d’origine dans un dossier distinct, cochez la case Keep Originals. Choisissez une vitesse de défilement dans le menu local.224 Partie II Utilisation de la vidéo 24P  Same (faster) : modifie le fichier du plan sélectionné de sorte que ses images surnuméraires ne soient plus visible pour le système de montage, mais ces données ne sont pas supprimées du fichier. Ce processus est plus rapide, mais ne réduit pas la taille du fichier. Le fichier qui en résulte est autonome s’il était autonome à l’origine ou une référence s’il était une référence. À propos de la vérification de discontinuité de la cadence : en supprimant le pulldown, Cinema Tools recherche d’éventuels trous dans la cadence du pulldown. S’il en trouve, il ajuste le traitement pour s’accommoder de ces discontinuités. Une discontinuité de cadence peut se produire si un enregistrement a été arrêté puis relancé à un autre point dans la séquence de cinq images. Cette vérification demande plus de temps pour l’option Same que pour l’option New. Par conséquent, si vous sélectionnez Same (faster), vous pouvez décocher la case « Check for cadence discontinuities » afin d’accélérer le traitement. Remarque : si cette case est décochée et que le plan présente des discontinuités de cadence, ou si la cadence passe de 2:3:3:2 à 2:3:2:3 (ou à tout autre modèle) en milieu de plan car les réglages ont été modifiés en cours d’enregistrement, le télécinéma inversé ne peut pas être correctement appliqué à ce plan. 6 Cliquez sur OK pour lancer la suppression de pulldown. Une fois le processus terminé, la situation est la suivante :  Si vous avez sélectionné New (smaller), un nouveau plan portant le même nom que l’original est créé pour chaque plan du dossier. Ce nouveau plan est placé dans un sous-dossier créé par Cinema Tools et nommé Reversed. Si vous avez sélectionné Keep Originals, les fichiers d’origine sont placés dans un sous-dossier créé par Cinema Tools et nommé Originals. Si vous avez sélectionné Same (faster), les nouvelles versions des plans remplacent les versions antérieures dans leur dossier d’origine.  Si Cinema Tools ne peut effectuer le processus de télécinéma inverse pour un plan, ce dernier est transféré à un sous-dossier Cinema Tools nommé Skipped. Un plan n’est pas traité s’il est dépourvu de piste vidéo, si sa vitesse n’est pas compatible, si ce plan ne contient pas d’informations sur la cadence ou si aucun codec n’est disponible pour la piste vidéo. Si vous choisissez Same, vous pouvez désactiver l’option « Check for cadence discontinuities » afin d’accélérer le traitement. Si vous choisissez New, l’option « Selecting Keep Originals » enregistre les plans originaux dans un dossier. Si vous sélectionnez New, le fichier sera plus petit. Si vous sélectionnez Same, le traitement sera plus rapide.Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 225 II  Un fichier texte nommé « reverse.log » apparaît au premier niveau du dossier par lequel vous avez commencé. Ce fichier précise la date et l’heure du lancement et de la fin du processus, ainsi que l’heure de début de chaque plan. Si des problèmes surgissent, tels qu’un manque d’espace disque ou de mémoire, un message d’erreur décrivant le problème apparaît également dans l’historique. Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips Dans le cas d’un montage vidéo à 23,98 ips, il se peut que vous deviez sortir la vidéo sur un moniteur NTSC, l’enregistrer sur une cassette NTSC ou l’envoyer à un autre type d’appareil NTSC. Vous disposez pour cela de la fonction d’ajout de pulldown de Final Cut Pro. L’ajout de pulldown est une méthode logicielle de conversion de vidéo 23,98 ips en vidéo NTSC 29,97 ips. Final Cut Pro peut appliquer plusieurs modèles de pulldowns à une vidéo 23,98 ips. Pulldown 3:2 Le pulldown 3:2 est du même type que celui utilisé par le télécinéma, comme décrit à la section « Réalisation d’un 3:2 pulldown » à la page 23. Comme le modèle 3:2 est le modèle de pulldown généralement pris en charge par les appareils NTSC, vous devez l’utiliser pour enregistrer sur un appareil NTSC tel qu’un téléviseur SD, un encodeur MPEG-2 ou un système de finalisation haut de gamme. Avant (23,98 ips) A B A B B C C D D D A B C D A D A B C D A B C D A B C D A B C D B C A A B B B C C D D D A A B B B C C D D D A A B B C C D D D A A B B B D B C C D D D A B A B B C C D D A B C D A A B B B C C D D D Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 3:2 Pulldown Après (29,97 ips) Une seconde226 Partie II Utilisation de la vidéo 24P Pulldown 2:3:3:2 Le pulldown 2:3:3:2 constitue un autre type de pulldown que vous pouvez utiliser. Comme pour le pulldown 3:2, le « 3 » du modèle représente trois trames, une trame redondante étant ajoutée aux deux trames originales de l’image. Consultez la section « Utilisation du pulldown 2:3:3:2 » à la page 219 pour en savoir plus sur ce modèle et ses avantages. Bien que le modèle 3:2 soit traditionnellement pris en charge par les appareils NTSC, il est conseillé d’utiliser le pulldown 2:3:3:2 pour sortir de la vidéo que vous pouvez enregistrer sur bande et, plus tard, la reconvertir en 23,98 ips en profitant des avantages de la suppression du 2:3:3:2 (possibilité de supprimer le pulldown sans qu’il soit nécessaire de compresser et de créer à nouveau des images). Pulldown 2:2:2:4 Le modèle de pulldown 2:2:2:4 n’est pas toujours pris en charge par les appareils d’enregistrement ou les caméras, mais comme il requiert le moins de puissance de traitement, c’est un bon choix si vous montez de la vidéo à 23,98 ips et souhaitez la visionner avec autant d’effets en temps réel que possible sur un moniteur NTSC. Ce modèle s’avère également utile si vous devez afficher la vidéo provenant d’un ordinateur plus ancien et plus lent (ou d’un ordinateur supportant une charge de traitement élevée) qui provoque des pertes d’images lorsque vous essayez d’utiliser le pulldown 3:2 ou 2:3:3:2. A A B B C C D D D D A A B B C C D D D D A A B B C D D D D A A B C C D B B D C D D D A B A B C D C D D A B A C D C D D D A B C D A A B B C C D D D D Field 1 D Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Field 1 Field 2 Une seconde Avant (23,98 ips) A B C D A D A B C D A B C D A B C D A B C D B C 2:2:2:4 Pulldown Après (29,97 ips)Chapitre 11 Utilisation de la vidéo 24P et de listes EDL 24 ips 227 II Ajout d’un pulldown à une vidéo de 23,98 ips Final Cut Pro vous permet d’ajouter un pulldown à une vidéo de 23,98 ips lors de sa sortie via FireWire. Comme expliqué à la section précédente, l’opération présente un intérêt lors du montage d’une vidéo de 23,98 ips que vous voulez sortir sur un appareil NTSC. Important : un périphérique FireWire doit être connecté à votre ordinateur et la séquence doit avoir une base temps de 23,98 ips pour que les options de pulldown apparaissent. Elles n’apparaissent pas si la séquence a une base temps de 24 ips. Pour rajouter un pulldown lors de l’envoi d’un signal vidéo de 23,98 ips à un périphérique NTSC via FireWire : 1 Dans Final Cut Pro, sélectionnez la séquence dans la Chronologie. 2 Choisissez le type de pulldown à utiliser dans le menu local Real-Time Effects (RT), dans la Chronologie. Consultez la section « Modèles de pulldown applicables à la vidéo 23,98 ips » à la page 225 pour des détails sur les modèles disponibles. 3 Sortez la vidéo via votre connexion FireWire. Consultez la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la sortie de vidéo. Le pulldown est effectué sur la vidéo envoyée de votre ordinateur via FireWire. Utilisation de listes EDL audio pour le son à deux systèmes À l’instar des productions sur film, les productions en vidéo 24P utilisent également un enregistreur audio distinct pour séparer l’enregistrement du son et des images. On parle souvent d’enregistrement de son à deux systèmes. Ce son est souvent enregistré simultané- ment sur la cassette vidéo du magnétoscope 24P, ce qui facilite la capture ultérieure de la vidéo et du son, ce dernier étant déjà synchronisé avec les images pour le montage. Bande vidéo Système de montage 24P online Master monté achevé Traitement final du son Magnétoscope 24P Vidéo 24P Bandes audio originales Vidéo synchronisée Son synchronisé Liste EDL 24 ips Liste EDL audio Final Cut Pro avec Cinema Tools Mixeur audio de production Enregistreur audio Montage offline Base de données pour l’exportation de la liste EDL audio Exportation de la liste EDL vidéo 228 Partie II Utilisation de la vidéo 24P Dans la plupart des cas, une fois que vous avez fini le montage, vous voudrez recapturer l’audio à partir des bandes de production originales et le faire finaliser par un studio de postproduction audio. La difficulté, c’est que la liste EDL de Final Cut Pro ne « connaît pas » les numéros de bande et les timecodes des bandes audio d’origine ; elle ne contient que les informations sur la bande vidéo. Comme l’enregistreur audio de production démarre et s’arrête indépendamment du magnétoscope, son timecode ne correspond pas à celui de ce dernier. À l’aide de sa fonction de base de données, Cinema Tools peut mettre en correspondance les modifications en utilisant l’audio des bandes vidéo avec les bandes audio de production originales et générer une liste EDL audio qui pourra ensuite être utilisée pour recapturer et finaliser l’audio. Pour utiliser cette fonction, vous devez d’abord créer une base de données Cinema Tools. Consultez la section « Création et configuration d’une nouvelle base de données » à la page 74 pour des détails sur la création d’une base de données et la section « Exportation d’une liste EDL audio » à la page 193 pour des détails sur l’exportation d’une liste EDL audio à partir de Cinema Tools.III Partie III: Annexes Ces annexes propose des informations complémentaires générales sur l’utilisation de Cinema Tools. Le glossaire et l’index peuvent vous aider à retrouver rapidement les informations que vous cherchez. Annexe A Principes généraux Annexe B Création de listes de films avec Cinema Tools Annexe C Solutions aux problèmes fréquents et assistance client Glossaire Index 231 A Annexe A Principes généraux Avant d’utiliser Cinema Tools pour monter votre film, il est utile de posséder quelques connaissances générales sur les propriétés d’un film et d’être familiarisé avec les méthodes traditionnelles de montage. Cette annexe vous présente quelques informations générales sur les films et les méthodes de montage traditionnelles et numériques. La plupart de ces informations sont très générales et ne sont pas destinées à constituer un guide exhaustif sur le traitement du film. Il existe une grande quantité de sources d’informations qui pourront vous fournir des renseignements plus détaillés à ce sujet. Notions élémentaires sur le film Un certain nombre d’éléments permettent de distinguer les différents formats de film. Les plus courants sont :  le format d’image,  la disposition des perforations par image sur le côté de la bande,  les codes de bordure, comprenant les numéros de bord et la codification manuelle,  la vitesse de défilement (le nombre d’images par secondes). Les sections suivantes traitent de ces points en relation avec Cinema Tools.232 Partie III Annexes Le format d’image Cinema Tools prend en charge deux formats de film courants : le 16 mm et le 35 mm. Le rapport hauteur/largeur de chaque format est différent. En raison de son moindre coût, le 16 mm est habituellement utilisé pour les productions à petits budgets. Si vous avez l’intention de filmer en 16 mm mais de sortir votre projet en 35 mm à 4 perforations, il est préférable d’utiliser une pellicule Super 16 mm. Elle est perforée sur un seul côté et son format d’image plus grand s’adapte mieux au rapport hauteur/largeur du 35 mm 4-perf. La pellicule 35 mm est habituellement utilisée pour les salles de cinéma, la version à 4 perforations par image (4-perf) étant la plus courante. Une autre version utilise 3 perforations par image. Il existe d’autres versions du format 35 mm, comme, par exemple, le format à 8 perforations, mais elles ne sont actuellement pas prises en charge par Cinema Tools. Perforations Les caméras et le matériel de projection utilisent des perforations (également appelées trous d’entraînement) situées le long d’un ou des deux côtés de la pellicule pour la faire passer devant l’obturateur. Format 16 mm Super 16mm Format 35 mm 4-perf Format 35 mm 3-perfAnnexe A Principes généraux 233 III Film 16 mm Le film 16 mm a une seule perforation par image, ce qui donne 40 perforations par pied. Le 16 mm existe en version perforé d’un seul côté (ce qui laisse de la place pour une piste optique ou, dans le cas du film Super 16 mm, pour une image plus grande) et perforé des deux côtés (perforations le long des deux bordures). Cinema Tools prend en charge les films 16 mm perforés d’un seul côté et des deux côtés à condition qu’ils possèdent un numéro de clé toutes les 20 images. Consultez la section « Numéros de bord » à la page 234 pour en savoir plus. Film 35 mm Le film 35 mm a 64 perforations par pied. Cinema Tools prend en charge les formats 35 mm à 4 perforations et 35 mm à 3 perforations pour tous les types de listes de film et de listes des modifications. Ces derniers sont, de loin, les formats 35 mm les plus courants. Le format de film 35 mm à 4 perforations a 16 images par pied. Le format 35 mm à 3 perforations ne possède pas un nombre entier d’images par pied (il y en a 21 et un tiers par pied). Pour éviter de devoir gérer des fractions d’images, on considère que le format 35 mm à 3 perforations est composé d’une succession de motifs composés de deux pieds à 21 images suivis d’un pied à 22 images. Consultez la section « Décalages 35 mm à 3 perforations » à la page 235 pour en savoir plus. Code de bordure du film Pour faciliter la localisation d’images spécifiques, les fabricants de films placent des chiffres le long de la bordure du film. Ces numéros de bord (également appelés code de bordure latent) n’apparaissent qu’une fois le film développé. Pour les copies de travail, les laboratoires peuvent ajouter des numéros appelés codification manuelle (également appelée codification Acmade). Les codes de bordure sont essentiels à votre base de données Cinema Tools car ils vous permettent d’exporter des cut lists ou des listes de modification qui spécifient précisé- ment où vos négatifs ou copies de travail doivent être coupés afin de correspondre à vos coupes numériques.234 Partie III Annexes Numéros de bord Les numéros de bord fournissent à la fois un numéro d’identification pour chaque bobine de film et une numérotation permettant d’identifier des images spécifiques. Ils apparaissent souvent à la fois comme texte normal et comme code à barres. Chaque format de film utilise les numéros de bord de manière différente :  Les films au format 16 mm peuvent contenir un numéro de bord toutes les 20 images (type le plus courant) ou 40 images, selon l’émulsion cinématographique. Cinema Tools prend en charge le format 16 mm-20.  Le film 35 mm a un numéro de clé toutes les 64 perforations (ce qui équivaut à toutes les 16 images avec le format à 4 perforations ou toutes les 21 images et un tiers avec le format à 3 perforations). Contrairement au timecode vidéo qui comporte un numéro par image vidéo, les numéros de bord n’apparaissent pas sur chaque image de la pellicule. C’est pourquoi, lorsque l’on identifie une image donnée dans un relevé ou dans Cinema Tools, les numéros de bord comportent une extension permettant de spécifier chaque image. L’extension « +08 » ajoutée à un numéro de bord indique qu’il s’agit de la huitième image à partir de la première de ce numéro de bord. Numéro de bordAnnexe A Principes généraux 235 III Dans l’illustration précédente, le numéro de clé réel de l’image du centre est KJ 29 1234 5678+00. L’extension « • » suivant le numéro indique l’image 00 du numéro de clé. (Sur une pellicule 4-perf, comme celle de l’illustration, il y a 16 images par numéro de bord, la première correspondant à « 00 ».) L’image de droite a donc le numéro de clé KJ 29 1234 5678+01. L’image de gauche est la dernière image du numéro de clé précédent, KJ 29 1234 5677+15. (Le film 16 mm place le symbole « • » au début du numéro de clé.) La pellicule 35 mm comprend également des marqueurs tous les demi pied, à mi-chemin entre les marqueurs d’image zéro. Ils permettent de localiser plus facilement le point médian (l’image « +08 » dans l’exemple précédent) et de diminuer les risques d’erreur de décompte. Ces marqueurs utilisent le même numéro de bord en y ajoutant « +32 » (indiquant le numéro de perforation et non le numéro d’image) dans une taille de police plus petite. Décalages 35 mm à 3 perforations Comme le format 35 mm à 3 perforations ne possède pas un nombre d’images entier entre les numéros de clé, un numéro de décalage de perforation supplémentaire est ajouté à la fin du numéro de clé. Ce numéro indique la relation de la perforation marquée d’un « • » avec l’image à cette position. Codification manuelle La codification manuelle, souvent utilisée pour les copies de travail, est une méthode supplémentaire de codification sur la bordure de la pellicule permettant de mesurer le pié- tage et de compter les images. La codification manuelle est ajoutée aux copies de travail et aux bandes (son des bandes magnétiques correspondantes) une fois la copie de travail et la bande son synchronisées. Sur les copies de travail transférées, la codification manuelle est plus facile à lire que les numéros de bord et elle constitue un mécanisme de comptage synchronisé pour la bande-son et la copie de travail. La codification manuelle est parfois appelée codification Acmade car Acmade est le constructeur d’une machine utilisée pour l’impression de codification manuelle. Ces machines sont habituellement louées ou sont la propriété des équipes de tournage qui les utilisent. Décalage 1 Décalage 2 Décalage 3236 Partie III Annexes La codification manuelle est habituellement constituée d’un préfixe à trois chiffres, d’un caractère ou d’une espace, de quatre chiffres représentant le numéro du métrage et de chiffres représentant la vue de référence. Dans la codification manuelle 123 4567 +08, par exemple, « 123 » est le préfixe et « 4567+08 » est le numéro d’image, indiquant que l’image se trouve à 4567 pieds et 8 images. En réalité, la codification manuelle indiquée sur la pellicule ne comprend pas la dernière partie (le numéro de la vue de réfé- rence). Cette dernière est calculée lors du transfert télécinéma et apparaît dans la liste télécinéma. Le nombre de chiffres constituant le préfixe peut être supérieur ou inférieur à trois et la méthode de numérotation utilisée est habituellement déterminée par un assistant monteur. La numérotation pourrait, par exemple, être associée au numéro de scène, tel que « 042 » pour le métrage de la scène 42, ou les préfixes pourraient représenter les numéros de bobines journalières. Fenêtre d’affichage Lors du processus de transfert télécinéma (décrit dans la section « Transfert du film sur bande vidéo » à la page 19), le numéro de bord est habituellement incrusté dans l’image vidéo (en même temps que le timecode vidéo et audio) afin de faciliter l’identification d’images particulières. On appelle ces codes incrustés la fenêtre d’affichage. Cinema Tools s’avère bien plus simple à utiliser si les numéros de bord sont visibles. Il est possible d’utiliser Cinema Tools sans la fenêtre d’affichage, mais cela demandera plus d’efforts de votre part pour vous assurer que les coupes sont correctement détectées. Remarque : une fois vos images vidéo capturées, mais avant le montage, vérifiez que les numéros de bord et le timecode incrustés correspondent à ceux de la pellicule et de la bande vidéo. Une erreur à ce stade entraînerait de sérieux problèmes lors de la conformation du négatif. La méthode la plus courante pour vérifier ces codes est de demander au laboratoire ou au studio de transfert de perforer ou d’appliquer une marque sur une image de la pellicule, de noter son numéro de bord et de le comparer au numéro de bord incrusté lors du visionnage de la vidéo transférée.Annexe A Principes généraux 237 III Vitesse de défilement Un film possède normalement une fréquence d’images de 24 images par secondes (ips). Ce qui veut dire qu’une nouvelle image est exposée ou projetée 24 fois par seconde. Afin de faciliter la conversion aux vitesses de défilement vidéo, il est courant de faire tourner le film à d’autres vitesses que 24 ips durant le transfert télécinéma. Cinema Tools prend en charge les films transférés sur bande vidéo à des vitesses de télécinéma de 23,98 ips, 24 ips, 25 ips et 29,97 ips (souvent appelé 30 ips). Pour de plus amples renseignements sur la vitesse de défilement, consultez la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23 . Montage selon les méthodes traditionnelles La procédure traditionnelle de montage a peu évolué au fil du temps. Alors que le maté- riel utilisé a connu de profondes améliorations, les étapes du processus sont restées fondamentalement les mêmes. Vous trouverez ci-dessous le déroulement simplifié du processus de montage d’un film. Remarquez que le négatif original n’est presque pas utilisé pendant la partie créative du montage. Le négatif doit être manipulé aussi peu que possible, par des professionnels et dans un environnement adéquat, afin d’éviter tout risque d’endommagement. Étape 1 : tournage et enregistrement du son Le son est toujours enregistré séparément sur un enregistreur audio indépendant. On appelle ce procédé le tournage à système sonore séparé. Au moment de tourner le film, vous devez inclure une méthode de synchronisation du son et de l’image. La méthode la plus courante consiste à utiliser un clap (également appelé ardoise ou claquette) au début de chaque prise. Il existe de nombreuses autres méthodes utilisables, l’idée étant d’utiliser un signal court et ponctuel, à la fois audible et visible (il faut que l’on voie ce qui provoque le bruit). Étape 2 : développement du film La pellicule développée est appelée négatif de caméra original. Ce négatif sera conformé afin de créer le film abouti et doit être manipulé avec soin pour éviter toute possibilité de rayure ou de contamination. Le négatif est normalement utilisé pour créer une copie de travail (film positif), puis mis de côté jusqu’à sa conformation. Création de la copie de travail Montage de la copie de travai Montage de pistes audio de travail Tournage du film Développement du film Création de pistes audio de travail Enregistrement du son Mixage de pistes audio Ajout de bruitages Conformation du négatif original à la copie de travail Création de copies d’exploitation Négatif original Bandes audio originales238 Partie III Annexes Étape 3 : création de la copie de travail La copie de travail est créée à partir du négatif original et vous fournit une copie du film brut à utiliser pour le montage. Les copies de travail étant des épreuves positives de la pellicule, elles peuvent être projetées et utilisées comme rushes, afin que vous puissiez visualiser ce qui a été tourné. Étape 4 : création de pistes audio de travail Une piste de travail audio est comparable à la copie de travail du film: c’est la copie de la bande-son à utiliser lors du montage. En fonction du type d’appareil de montage mécanique que vous compter utiliser, vous devrez souvent créer une piste audio de travail sur bande magnétique. La bande magnétique, également appelée bande-son, utilise des perforations comme la pellicule, mais elle est recouverte d’un revêtement magnétique. Une fois synchronisée avec le film sur la monteuse, le monteur fait défiler la bande-son et la copie de travail en même temps, tout en maintenant leur synchronisation durant le montage. Étape 5 : montage de la copie de travail C’est à ce stade où vous décidez quelles parties du métrage vous voulez utiliser et de la manière de les agencer. Le montage de la copie de travail implique de couper et de coller sur chaque point de montage. Changer d’avis sur l’emplacement exact d’une coupe ou essayer différents raccords prend du temps et a tendance à fragiliser la pellicule. (C’est cette partie du processus que le montage numérique facilite énormément.) Lorsque vous êtes satisfait par la copie de travail montée, elle peut être envoyée au monteur négatif. Étape 6 : conformation du négatif La copie de travail montée est utilisée comme guide pour le découpage du négatif original. Ce processus est appelé conformation. Étant donné qu’il n’y a qu’un seul négatif, il est primordial de ne faire aucune erreur à ce stade. Contrairement aux méthodes de découpe et de collage utilisées sur la copie de travail, les méthodes utilisées pour la conformation du négatif détruisent les images de début et de fin du plan monté. Cela rend l’allongement d’un montage virtuellement impossible et constitue l’une des raisons pour lesquelles vous devez être absolument sûr de vos points de coupe avant d’entamer la conformation. Étape 7 : montage du son Le son est généralement monté « bout-à-bout » pendant le montage de la copie de travail. Pendant la conformation du négatif, le son est monté (à l’aide des bandes originales) puis on y rajoute les bruitages et les modifications de dialogues nécessaires.Annexe A Principes généraux 239 III Étape 8 : création des copies d’étalonnage et d’exploitation Une fois que vous avez conformé le négatif original et terminé le montage audio, vous pouvez créer une copie d’étalonnage. Cette copie est utilisée pour l’amélioration des couleurs finales, étape au cours de laquelle l’équilibre des couleurs et l’exposition de chaque prise sont retouchés afin d’assurer le bon enchaînement des prises. Il peut s’avérer nécessaire de créer plusieurs copies d’étalonnage avant d’obtenir des résultats satisfaisants. Une fois que la copie d’étalonnage vous convient, la copie d’exploitation est réalisée. Montage à l’aide des méthodes numériques Le processus de montage numérique de film est en constante évolution, mais le principe reste le même : vous commencez et vous finissez sur pellicule, seule le travail de création du montage change. Vous trouverez ci-dessous le déroulement simplifié des étapes de base. (Pour une explication détaillée de ces étapes, consultez le chapitre 2, « Le flux de production de Cinema Tools », à la page 37.) Bien que ce flux de production paraisse plus compliqué que la méthode de montage traditionnelle, beaucoup de ces étapes peuvent être automatisées. Pour la plupart des réalisateurs, la possibilité de faire le montage en numérique compense largement le fait qu’il y ait des procédures supplémentaires. De nombreuses étapes du montage numérique sont identiques à la méthode traditionnelle, seule la phase intermédiaire du montage est affectée par le montage numérique. Étape 1 : tournage et enregistrement du son Le son est toujours enregistré séparément sur un enregistreur audio indépendant. On appelle ce procédé le tournage à système sonore séparé. Au moment de tourner le film, vous devez inclure une méthode de synchronisation du son et de l’image. La méthode la plus courante consiste à utiliser un clap (également appelé ardoise ou claquette) au début de chaque prise. Il existe de nombreuses autres méthodes utilisables, l’idée étant d’utiliser un signal court et ponctuel, à la fois audible et visible (il faut que l’on voie ce qui provoque le bruit). Tournage du film Mixage des pistes audio Ajout de bruitages Conformation du négatif original à la cut list Création de copies d’exploi- tation Conversion en vidéo avec un télécinéma Dévelop- pement du film Décisions de montage Liste télécinéma Son pour le montage Liste EDL audio Cut list Négatif original Bandes audio originales Montage vidéo et audio Final Cut Pro Télécinéma inversé Conformation Capture du son Capture de la vidéo Prépara- tion des plans Enregis- trement du son Cinema Tools Base de données Cinema Tools Exportation de la cut list en fonction du montage 240 Partie III Annexes Étape 2 : développement du film La pellicule développée est appelée le négatif de caméra original. Ce négatif sera utilisé pour créer le film abouti et doit être manipulé avec soin pour éviter toute possibilité de rayure ou de contamination. Le négatif est utilisé pour créer un transfert sur bande vidéo (et habituellement une copie de travail comme dans la méthode traditionnelle) puis mis de côté jusqu’à sa conformation. Étape 3 : transfert du film sur bande vidéo La première étape de la conversion du film vers un format utilisable dans Final Cut Pro est le transfert sur vidéo, généralement à l’aide d’un télécinéma. Les télécinémas sont des appareils qui numérisent une à une toutes les images d’un film à l’aide d’un capteur CCD (charge-coupled device) pour les convertir en images vidéo. Bien que la vidéo générée par le télécinéma ne soit utilisée que pour déterminer les points de coupe, il est conseillé de réaliser un transfert de la meilleure qualité possible. Si vous décidez de ne pas faire de copies de travail, c’est peut-être là votre unique chance de déceler des éléments indésirables (comme une perche ou une ombre de micro dans le champ) dans chaque prise avant de les valider. La version vidéo doit comporter le numéro de bord du film, le timecode vidéo et le timecode audio incrustés sur chaque image. Le format de bande vidéo utilisé pour le transfert est sans importance, tant que des timecodes fiables sont utilisés. Vous pourrez ensuite capturer la vidéo et l’audio numé- riquement sur ordinateur avant le montage. Vous pouvez néanmoins décider d’utiliser le transfert vidéo pour créer également une version vidéo montée du projet, afin de réaliser une bande annonce par exemple. Cela nécessite deux bandes vidéo réalisées lors du transfert : une de qualité supérieure, sans fenêtre d’affichage et une autre avec fenêtre d’affichage. Il est fortement recommandé de synchroniser l’audio sur la vidéo, puis de l’enregistrer sur la bande en même temps que la vidéo lors du transfert télécinéma. Il existe également certaines méthodes pour synchroniser l’audio une fois que le transfert télécinéma est complet. Il est important de pouvoir capturer simultanément la vidéo et l’audio synchronisé avec Final Cut Pro. Étape 4 : création d’une base de données Cinema Tools La base de données de Cinema Tools constitue l’élément clé de son utilisation. Cette base de données est semblable au « code book » (livre de codes) utilisé par les réalisateurs. Elle contient des informations sur tous les éléments impliqués dans un projet, y compris les numéros de bord du film, les timecodes vidéo et audio et les fichiers de plan utilisés par Final Cut Pro. En fonction de votre situation, la base de données peut contenir soit un enregistrement de chaque prise utilisée dans le montage, soit des enregistrements uniques pour chaque bobine de pellicule. Le transfert pellicule/vidéo génère un journal que Cinema Tools peut importer pour constituer sa base de données. C’est cette base de données que Cinema Tools utilise pour faire correspondre vos montages Final Cut Pro avec les numéros de clé du film en générant la cut list. Annexe A Principes généraux 241 III Il n’est pas nécessaire que la base de données soit créée avant la capture du son et de la vidéo, ou même avant qu’ils ne soient montés. Le seul impératif est qu’elle doit être créée avant qu’une cut list ne puisse être exportée. L’atout que présente la création de la base de données avant la capture de la vidéo et de l’audio est de permettre ensuite de l’utiliser pour créer des listes de capture par lot, ce qui permet à Final Cut Pro de capturer les plans. La base de données peut également être mise à jour et modifiée pendant le montage. Étape 5 : capture de la vidéo et du son La vidéo crée au cours du processus de télécinéma doit être capturée sous la forme d’un fichier numérique pouvant être monté avec Final Cut Pro. La méthode employée dépend du format de la bande utilisée pour le transfert télécinéma et des performances de votre ordinateur. Pour capturer des fichiers provenant d’une Betacam SP ou d’un magnétophone à bobines Digital Betacam, vous devez disposer d’une carte de capture de tierce partie. Si vous utilisez une source DVCam, l’importation peut se faire directement via FireWire. Pour pouvoir bénéficier de la fonctionnalité de capture par lot de Final Cut Pro, vous devriez utiliser une source aux images précises et contrôlable par périphérique. Contrairement à la vidéo capturée, qui n’est jamais utilisée dans le film final, le son monté peut être utilisé. Vous pouvez décider de capturer le son à un niveau de qualité supérieur, puis l’exporter une fois monté sous forme de fichier OMF (Open Media Framework) qui peut être importé, pour la finition, sur une plateforme de travail DAW (Digital Audio Workstation). Une autre façon de faire consiste à capturer l’audio en basse qualité, puis, une fois le montage terminé, à exporter une liste EDL audio pouvant être utilisée par un studio de postproduction audio où le son de production peut être capturé et traité en très haute qualité. Étape 6 : traitement des plans vidéo et audio En fonction de la façon dont vous utilisez Cinema Tools, les plans capturés peuvent être reliés à la base de données Cinema Tools. Ils peuvent aussi être traités à l’aide des fonctions Reverse Telecine et Conform de Cinema Tools pour garantir la compatibilité avec la base temps de montage de Final Cut Pro. La fonction de télécinéma inversé de Cinema Tools vous permet, par exemple, de retirer les images supplémentaires ajoutées lors du transfert du film sur bande vidéo NTSC à l’aide du procédé pulldown 3:2. Étape 7 : montage vidéo et audio Vous pouvez maintenant modifier le projet à l’aide de Final Cut Pro. Dans les grandes lignes, le montage de votre projet de film se fait comme pour tout projet vidéo. Si vous avez capturé le son séparément de la vidéo, il est possible de les synchroniser à l’aide de Final Cut Pro. Tous les effets que vous appliquez, tels que les fondus, transitions, variations de vitesse ou titres, ne sont pas utilisés directement. Ils doivent être créés sur pellicule par une unité spécialisée dans les effets visuels. 242 Partie III Annexes Sortir une bande vidéo du montage final du projet peut constituer une aide précieuse pour la personne chargée du montage du négatif. Même si la cut list contient toutes les informations nécessaires pour faire correspondre la pellicule au montage vidéo, il est utile de pouvoir visualiser les coupes. Étape 8 : exportation des listes de film Une fois le montage terminé, vous pouvez exporter toutes sortes de listes concernant le film, comme, par exemple, la liste de conformation, utilisée par le monteur négatif pour mettre en correspondance le négatif caméra original avec la vidéo montée. Il est également possible de créer d’autres listes, comme la liste des doublons, qui indique si des plans sont utilisés plusieurs fois. Étape 9 : création d’une coupe test sur une copie de travail Avant de conformer le négatif original, il est fermement recommandé de conformer une copie de travail à la cut list afin de s’assurer de la fiabilité de cette dernière (certains monteurs négatif exigent de travailler à partir d’une copie de travail conformée). De nombreux facteurs peuvent entraîner des inexactitudes dans la cut list :  des numéros de bord endommagés ou mal lus introduits pendant le transfert télécinéma,  des valeurs de timecode incorrectes,  des erreurs de timecode survenues pendant le processus de capture,  des problèmes de pulldown 3:2 avec le format vidéo NTSC. Outre la vérification de la cut list, d’autres problèmes, tels que le rythme d’une scène, sont des éléments souvent difficiles à appréhender avant d’avoir vu le film projeté sur grand-écran. Cela vous permet également de vous assurer que les plans choisis ne posent aucun problème inattendu. Si des projections et des modifications de la copie de travail font partie de votre processus de production, vous pouvez également exporter une liste de modifications décrivant les changements à réaliser sur la copie de travail afin qu’elle corresponde à une nouvelle version de la séquence montée dans Final Cut Pro. Étape 10 : conformation du négatif Le monteur négatif utilise la liste de conformation, la copie de travail montée et la version vidéo montée (si elle est disponible) comme guide pour effectuer le montage sur le négatif original. Étant donné qu’il n’y a qu’un seul négatif, il est primordial de ne faire aucune erreur à ce stade. Contrairement aux méthodes de découpe et de collage utilisées sur la copie de travail, les méthodes utilisées pour la conformation du négatif détruisent les images de début et de fin du plan monté. Cela rend l’allongement d’un montage virtuellement impossible et constitue l’une des raisons pour lesquelles vous devez être absolument sûr de vos points de coupe avant d’entamer la conformation.Annexe A Principes généraux 243 III Étape 11 : finition audio Le son est généralement monté « bout-à-bout » pendant le montage de la vidéo (étape 7), la finition étant normalement effectuée pendant la conformation du film. Comme indiqué à l’étape 5, vous pouvez utiliser une version OMF exportée de l’audio Final Cut Pro monté ou exporter une liste EDL audio et recapturer le son de production (à l’aide des bandes originales) sur un poste de travail audionumérique. La finition audio est l’étape où l’on effectue le mixage final du son, y compris l’élimination des problèmes de dialogues et l’ajout des bruitages, des arrière-plans et de la musique. Étape 12 : création des copies d’étalonnage et d’exploitation Une fois que vous avez conformé le négatif original et terminé le montage audio, vous pouvez créer une copie d’étalonnage. Cette copie est utilisée pour l’amélioration des couleurs finales, étape au cours de laquelle l’équilibre des couleurs et l’exposition de chaque prise sont retouchés afin d’assurer le bon enchaînement des prises. Il peut s’avérer nécessaire de créer plusieurs copies d’étalonnage avant d’obtenir des résultats satisfaisants. Une fois que la copie d’étalonnage vous convient, la copie d’exploitation est réalisée. 245 B Annexe B Création de listes de films avec Cinema Tools Cinema Tools ne peut créer une liste de film que s’il parvient à faire coïncider les coupes faites dans le système de montage et les enregistrements de la base de données de Cinema Tools. Un enregistrement contient des informations sur la bande du film et sur les numéros de bord requises par Cinema Tools pour décrire les coupes dans la liste de film. Pour créer une liste de film, Cinema Tools utilise deux méthodes pour rechercher un enregistrement de la base de données associée à une coupe particulière :  Méthode basée sur les plans : Cinema Tools obtient le nom du plan de Final Cut Pro, puis recherche le plan dans la base de données. Cinema Tools tente d’abord de localiser le plan d’après le chemin d’accès au plan indiqué dans le système de montage. Si cette méthode ne permet pas de trouver le plan, la recherche est effectuée à l’aide du nom et de la date de modification du plan. Lorsque Cinema Tools trouve le plan dans la base de données, il peut également localiser l’enregistrement correspondant, car chaque plan est obligatoirement associé à un enregistrement.  Méthode basée sur le timecode : si Cinema Tools ne trouve pas l’enregistrement de base de données sur la base du nom du plan, il recherche l’enregistrement de base de données en cherchant les informations de bobine vidéo et de timecode associées à la coupe dans la séquence dansFinal Cut Pro.246 Partie III Annexes Cinema Tools utilise autant que possible la méthode de localisation basée sur les plans. S’il ne trouve aucun plan correspondant, il utilise la méthode de localisation basée sur le timecode. Si Cinema Tools ne parvient pas à trouver un enregistrement de base de données approprié, une entrée est effectuée dans la liste des éléments manquants (si vous choisissez d’inclure une liste d’éléments manquants dans la liste de film). Ce processus apparaît dans le diagramme ci-dessous. À propos de la méthode basée sur les plans Pour localiser un enregistrement de la base de données grâce à la méthode basée sur les plans, Cinema Tools n’a besoin de connaître que le lien entre le plan source et les numéros de bord ou la codification manuelle. Avec la méthode basée sur le timecode en revanche, Cinema Tools doit connaître le lien entre les numéros de bord ou la codification manuelle et la bande et le timecode vidéo. La méthode des plans s’avère plus fiable car elle utilise moins de critères. C’est pourquoi Cinema Tools l’utilise toujours en premier. Oui Non Oui Non Cinema Tools obtient le nom du plan à partir de Final Cut Pro Cinema Tools recherche le nom du plan dans la base de données Cinema Tools obtient le timecode du planet l’identifiant de bobine à partir de Final Cut Pro Cinema Tools utilise les informations de bobine et de numéro de bord pour décrire la coupe dans la cut list Enregistrement trouvé dans la base de données ? Cinema Tool recherche le timecode du plan et l’identifiant de bobine dans la base de données L’élément manquant est noté dans la cut list et ajouté à la liste des éléments manquants Enregistrement trouvé dans la base de données ?Annexe B Création de listes de films avec Cinema Tools 247 III À propos de la méthode basée sur le timecode Cette méthode s’avère très utile, voire essentielle, dans certaines situations :  Si vous n’avez pas listé vos plans dans la base de données de Cinema Tools en les associant aux enregistrements, seule la méthode basée sur le timecode permet de localiser ces enregistrements. Si la base de données contient les données nécessaires pour pouvoir mettre en correspondance le numéro de bord et le timecode et les plans source ont été capturés par Final Cut Pro en utilisant un contrôle de périphérique aux images précises, Final Cut Pro devrait connaître les informations de bobine de film et de timecode de chaque plan et pouvoir produire une liste de film à partir de ces informations. (Dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’établir un lien entre les plans sources et les enregistrements de la base de données, ce qui constitue un gain de temps appréciable.)  Si vous générez une liste de film à partir d’une liste EDL externe, la méthode basée sur le timecode est utilisée (en supposant que vous n’avez pas relié les plans sources à la base de données).  Si les fichiers de plans sont inaccessibles (offline) lorsque la liste de film est créée, seule la méthode basée sur le timecode peut localiser les enregistrements de la base de données. 249 C Annexe C Solutions aux problèmes fréquents et assistance client Si vous rencontrez des problèmes avec Cinema Tools, plusieurs ressources d’aide sont à votre disposition.  Cette annexe : cette annexe contient des informations relatives aux problèmes les plus fréquents rencontrés par les utilisateurs.  Informations de dernière minute : le menu Aide de Cinema Tools contient les informations de dernière minute qui n’ont pas pu être incluses dans le manuel. Consultez cette page d’aide dès que vous installez ou mettez à jour Cinema Tools.  Base d’informations techniques AppleCare : l’assistance AppleCare gère une base de données des problèmes d’assistance les plus courants, qui est mise à jour et agrandie au fur et à mesure que de nouvelles questions surgissent. Elle constitue une ressource gratuite très intéressante pour les utilisateurs de Cinema Tools. Pour accéder à la base de connaissances AppleCare, rendez-vous sur la page de support AppleCare à l’adresse http://www.apple.com/fr/support.  Assistance AppleCare : les utilisateurs de Cinema Tools peuvent choisir entre plusieurs options d’assistance. Pour en savoir plus, consultez la documentation sur les options d’assistance qui accompagnait Cinema Tools. Solutions aux problèmes fréquents Voici la liste des problèmes courants que vous pouvez rencontrer lors de l’utilisation de Cinema Tools avec une ou plusieurs solutions à chaque problème. Affichage d’avertissements concernant des utilisations multiples d’une même source.  Si le nombre d’images réutilisées est inférieur au nombre d’images que vous avez indiqué dans les réglages Cut Handles ou Transition Handles de la zone de dialogue Film List Export, il se peut qu’un message d’avertissement concernant des utilisations multiples soit affiché comme résultat des Cut Handles ou des Transition Handles. Pour vérifier si c’est le cas, réglez l’option Transition Handles sur zéro image et l’option Cut Handles sur une demi image, puis exportez de nouveau la liste de film. 250 Partie III Annexes  Lorsque votre programme monté contient des utilisations multiples de données sources et que vous ne disposez que d’un négatif original à couper, deux options s’offrent à vous. Vous pouvez monter à nouveau votre scène (ou vos scènes) afin d’éviter d’utiliser les données plusieurs fois. Vous pouvez aussi exporter une liste de doublons et la confier à un laboratoire pour qu’il crée plusieurs négatifs de chaque plan utilisé plus d’une fois. Transférez ensuite les doublons des négatifs sur vidéo et capturez-les dans Final Cut Pro, listez-les dans la base de données Cinema Tools et utilisez-les pour remplacer les doublons de section dans le projet monté. Les numéros de bord de la cut list ne concordent pas avec ceux des plans numériques.  Vous devez tout d’abord vous assurer qu’il s’agit d’un problème grave. Lorsque vous effectuez un montage à la vitesse vidéo NTSC de 30 ips (29,97 ips exactement), il arrive que les numéros de bord présentent un écart de plus ou moins 1 image. Ce résultat est donc tout à fait normal et ne doit pas vous préoccuper. (Consultez à ce propos la section « Infos générales sur la vitesse de défilement des images » à la page 23.) Il arrive également que le numéro de bord présente un écart supérieur à une image à la fin de la coupe, dans le cas où une image a été ajoutée ou supprimée pour conserver la synchronisation avec le son. Cet écart ne doit cependant jamais dépasser une image au début de la coupe. Par ailleurs, si vous effectuez un montage vidéo PAL à 24 ips, le numéro de bord incrusté dans l’image doit toujours être identique à celui des points d’entrée et de sortie de la cut list.  Si l’écart est supérieur à une image, il est très probable que le plan n’est pas correctement identifié dans la base de données Cinema Tools. Pour vérifier s’il est correctement identifié, ouvrez l’enregistrement correspondant et cliquez sur Open Clip pour ouvrir la fenêtre Clip. Utilisez la fonction Identify pour vérifier les numéros de bord en plusieurs points du plan et voir, de cette manière, si les images sont bien identifiées. Si le numéro de clé est incorrect, corrigez-le dans la sous-fenêtre Identify de la fenêtre Clip. Consultez la section « Vérification et correction de numéros de code de bordure de timecode » à la page 108 pour en savoir plus. Ensuite, générez à nouveau la cut list et vérifiez l’exactitude des numéros de bord affichés.  Assurez-vous que le timecode est correct dans Final Cut Pro. Si vous avez utilisé le contrôle de périphérique pour capturer les plans, mais constatez que Cinema Tools indique le mauvais timecode, il y a de fortes chances que le timecode soit incorrect dans Final Cut Pro. Si le timecode est incorrect dans Final Cut Pro, vous devez recapturer les plans source. Si vous avez utilisé le contrôle de périphérique série, il a pu se produire un décalage du timecode si vous n’avez pas réglé le décalage de timecode approprié dans Final Cut Pro pour la platine spécifique que vous avez utilisée. Vous devez réaliser ce réglage pour chaque platine et chaque ordinateur. Si le décalage de timecode n’a pas été spécifié, faites-le et recapturez les plans sources. Pour en savoir plus, consultez la section consacrée au calibrage du signal de timecode dans la documentation de Final Cut Pro.Annexe C Solutions aux problèmes fréquents et assistance client 251 III  Assurez-vous que tous les plans de la séquence ont la même fréquence d’images que la base temps de la séquence dans Final Cut Pro. Consultez la section la documentation de Final Cut Pro pour des détails sur la configuration de la base temps de montage dans l’Éditeur de préréglage de séquence.  La vidéo peut présenter des pertes d’images ou une discontinuité des numéros de bord. Dans ce cas, essayez de recapturer les plans. Lorsque vous tentez d’utiliser la fonction de télécinéma inversé, un message vous indique que des données ont été perdues.  Il arrive que des plans contiennent des images trop longues. Dans ce cas, la fonction de télécinéma inversé de Cinema Tools peut signaler des pertes d’images qui ne se sont en fait pas produites. Essayez de conformer le plan à 29,97 ips à l’aide de la fonction de conformation, puis relancez le processus de télécinéma inversé.  Si des pertes d’images se sont réellement produites lors de la capture, il est préférable de recapturer les plans sources sans pertes d’images car ces dernières peuvent perturber le processus de télécinéma inversé. Consultez à ce sujet la section « Comment éviter les pertes d’images » à la page 112. Vous trouvez des fichiers .tmp inattendus.  Cinema Tools crée parfois plusieurs fichiers temporaires lorsqu’il produit la cut list. Ces fichiers sont généralement supprimés une fois la liste créée et vous ne pouvez donc pas les voir. Si une erreur système se produit avant que la liste ne soit créée, il arrive que ces fichiers ne soient pas supprimés. Si vous trouvez des fichiers créés par Cinema Tools avec le suffixe « .tmp », « .tmp.dat » ou « .tmp.idx », vous pouvez les supprimer. Une erreur relative à un fichier temporaire apparaît dans la cut list.  Si une erreur se produit pendant que Cinema Tools est en train de créer un fichier temporaire, des messages d’erreur relatifs à ces fichiers peuvent apparaître dans la cut list. Ce problème est sans doute dû à un manque d’espace sur votre volume de stockage. Vérifiez que l’espace disponible sur le volume de stockage est suffisant.252 Partie III Annexes Contact de l’assistance AppleCare Votre coffret Final Cut Studio comprend de la documentation sur les options d’assistance disponibles chez Apple. Plusieurs types d’assistance vous sont proposés selon vos besoins. Quel que soit votre problème, il est recommandé que vous ayez les informations suivantes à portée de la main lorsque vous prenez contact avec l’assistance d’Apple. Vous réglerez plus rapidement votre problème si vous pouvez communiquer ces informations sans délai aux agents d’assistance.  L’identifiant d’assistance qui se trouve sur la couverture du fascicule Installing Your Software qui accompagnait Final Cut Studio. Remarque : l’identifiant d’assistance à 11 chiffres est différent du numéro de série du produit utilisé pour installer Final Cut Studio.  La version de Mac OS X que vous avez installée. Cette information est accessible via la commande À propos de ce Mac, dans le menu Pomme.  La version de Cinema Tools installée, y compris les mises à jour le cas échéant. Le numéro de la version se trouve dans Cinema Tools > About Cinema Tools.  Le modèle d’ordinateur utilisé.  La quantité de mémoire RAM installée sur votre ordinateur et la quantité allouée à Cinema Tools. Pour connaître la quantité de mémoire RAM installée, choisissez À propos de ce Mac dans le menu Pomme du Finder.  Les autres matériels tiers installés sur votre ordinateur ou reliés à celui-ci, ainsi que leur fabricant. Cela inclut les disques durs, les cartes vidéo, etc.  Modules de tierce partie ou autres logiciels installés avec Cinema Tools. Dans certains cas, AppleCare peut demander des informations sur votre ordinateur et la façon dont l’application est configurée. Choisissez Help > Create Support Profile crée un fichier contenant les informations nécessaires pouvant être envoyé à AppleCare par courrier électronique. En principe, n’utilisez cette fonctionnalité que si un membre du service AppleCare vous le demande. Vous pouvez accéder à l’assistance AppleCare en ligne à l’adresse http://www.apple.com/fr/support/cinematools. 253 Glossaire Glossaire 24 @ 25 Il s’agit de la méthode la plus courante de transfert de film vers le format vidéo PAL, qui consiste à accélérer le film à 25 ips lors du transfert télécinéma. Chaque image du film correspond exactement à une image de la vidéo, mais l’action s’en trouve accélérée de 4 pour cent. Voir aussi 24 & 1 ; pulldown 24 @ 25. 24&1 Cette méthode de transfert de film au format vidéo PAL consiste à ajouter deux trames supplémentaires par seconde à la vidéo, afin que les 24 ips de film remplissent les 25 ips du format vidéo PAL. Cette méthode maintient la vitesse d’origine de l’action. Voir aussi 24 @ 25 ; pulldown 24 @ 25. 24P Ce format vidéo de haute résolution utilise une vitesse de 24 ips et la technologie du balayage progressif. Il est de plus en plus utilisé dans la production de films à cause de sa haute qualité et fréquence d’images identique. Il est en outre facilement convertible dans la plupart des formats vidéo standard et haute résolution à 29,97 ips et 25 ips. 35 mm 4-perf Format courant de film 35 mm géré par Cinema Tools. Il comporte quatre perforations (trous d’entraînement) par image. 35 mm à 3 perforations Format de film 35 mm pris en charge par Cinema Tools. Il comporte trois perforations (trous d’entraînement) par image. Il gagne en popularité, en particulier avec la télévision par épisodes, car il contient 25 pour cents d’images en plus par pied de film que le format 35 mm à 4 perforations plus courant. 3:2 pulldown Méthode de distribution des 24 images par seconde du film sur les 29,97 images par seconde du standard vidéo NTSC lors du transfert de films ou de vidéos 24P. Dans le transfert, l’enregistrement alterne deux trames d’une image puis trois trames de la suivante afin que les 24 images d’une seconde de film ou de vidéo 24p remplissent les 30 images en 1 seconde de vidéo NTSC. Cette méthode est également connue sous le nom de pulldown 2:3. amorce Blanc ou métrage de substitution utilisé pour remplir des espaces vides où le métrage est temporairement manquant, afin de conserver la synchronisation entre l’image et la bande son.254 Glossaire code de bordure Fait référence à la numérotation en pieds et images qui se trouve sur la bordure du film. Cette codification peut se présenter soit sous forme de numéros de bord latents sur le négatif original, soit sous forme de codification manuelle ajoutée sur la bordure des copies de travail. Voir aussi codification manuelle ; numéro de bord. codification manuelle Décompte en pieds et images ajouté sur la bordure des copies de travail et des bandes sonores magnétiques. Également appelé numéro Acmade. conformation (film) Cette opération consiste à découper et à assembler un négatif original afin qu’il corresponde au montage effectué sur un système de montage numérique. Cela permet également d’assembler la vidéo ou le son sur la base d’une liste EDL (Edit Decision List). Voir aussi liste de conformation ; liste EDL. conformation (vidéo) Cette opération consiste à changer la vitesse de défilement d’un plan vidéo. Il est possible, par exemple, d’utiliser la fonction de conformation (Conform) de Cinema Tools pour faire passer la vitesse de défilement d’un plan vidéo PAL (25 ips) à celle d’un film (24 ips). Vous pouvez également conformer un plan à sa vitesse de défilement actuelle afin de vous assurer qu’il ne contient aucune erreur de vitesse de défilement. contrôle de périphérique Technologie permettant à Final Cut Pro de commander un périphérique externe, par exemple un magnétoscope ou une caméra. copie d’étalonnage C’est la première copie du film comprenant le son et l’image, livrée par le laboratoire afin de la soumettre à l’approbation du client. copie d’exploitation Une copie positive du film abouti ; le produit fini prêt à la distribution. copie de travail Copie positive du négatif original, découpée afin de constituer une trace et un prototype du montage créatif. Dans l’industrie du cinéma traditionnel, la copie de travail est montée en premier, puis utilisée par le monteur comme guide pour le montage du négatif de caméra original. Dans la réalisation de film numérique, la copie de travail est habituellement utilisée pour vérifier la cut list et créer un prototype du film pouvant être projeté sur grand écran avant la conformation du négatif. Sometimes called a work pix or cut pix. correspondance Remettre en correspondance les coupes d’un programme vidéo provenant d’un film avec le négatif de caméra original. Toutes les opérations de montage de la vidéo sont détaillées dans une cut list utilisée par le monteur négatif pour monter la copie de travail et le négatif original de la caméra. DF Voir timecode drop frame. effets d’optique Effets réalisés par une tireuse optique, comme par exemple les transitions et les titres en surimpression. Voir également tireuse optique.Glossaire 255 ensemble des enregistrements trouvés Il s’agit du groupe d’enregistrements affiché dans la fenêtre List View de Cinema Tools. Ce groupe est appelé l’ensemble des enregistrements trouvés parce que l’on utilise la commande Find pour l’afficher. entrelacé Voir vidéo entrelacée. fenêtre d’affichage Informations de timecode et de keycode superposées aux images vidéo. Elle apparaît habituellement sur la bande inférieure ou supérieure de l’image et fournit des informations de codification au monteur, sans masquer aucune image. fichier ALE Sigle de Avid Log Exchange. Un format de fichier qui permet le partage des bases de données de film entre des systèmes différents. Voir également liste télécinéma. fichier FLEx Format de fichier de liste télécinéma courant. Voir également liste télécinéma. identifiant de prise C’est, dans Cinema Tools, un code constitué d’une ou plusieurs lettres, nombres, ou les deux à la fois, servant à identifier un plan, une scène, une prise, une bobine vidéo, une bobine son, une bobine de laboratoire ou de caméra. image Une image unique. Le film et la vidéo sont constitués de ces images. Bien qu’une image de film soit une image photographique, une image vidéo contient une ou plusieurs trames. image « A » C’est la première des cinq images de la séquence répétitive du pulldown 3:2. Dans la vidéo pulldown 3:2 à deux trames, elle constitue la seule image qui contient complètement les deux trames d’une seule image du film. Les images B, C, et D ont leurs trames réparties sur deux images vidéo. Les images A surviennent normalement sur les numéros de timecode se terminant par « 0 » ou « 5 » (lors de l’utilisation d’un timecode « non-drop frame »). Voir aussi pulldown 3:2 ; trame. interpositif C’est une copie positive à faible contraste réalisée à partir du négatif original de la caméra. Elle ne peut pas être projetée comme une image en couleurs car elle porte un masque orange, comme un négatif. L’interpositif est habituellement utilisé comme étape intermédiaire dans la création des effets d’optique et des copies de négatifs. ips Abréviation d’images par seconde. liste de conformation (cut list) C’est un fichier texte qui détaille de façon séquentielle les opérations de montage qui constituent votre film. Le monteur négatif utilise la cut list pour conformer le négatif original. La liste de conformation est un sous-ensemble de la liste de film que vous pouvez exporter à partir de Final Cut Pro en utilisant Cinema Tools. On l’appelle aussi liste d’assemblage.256 Glossaire liste de film Fichier texte que vous fournissez au monteur de film comme guide pour la conformation du négatif de caméra original. La liste de film peut contenir un ou plusieurs des éléments suivants : une liste de conformation, une liste des éléments manquants, une liste des doublons, une liste des trucages optiques, une liste des épreuves et une liste des scènes. Elle peut aussi contenir des informations supplémentaires pour sortir les bobines de négatif, tirer des doubles des négatifs, réaliser une copie de travail ou des effets. liste de modification Liste que vous pouvez exporter à partir de Final Cut Pro en utilisant Cinema Tools, en partant du principe qu’une copie de travail ou un négatif a été coupé aux spécifications d’une liste de conformation (ou, auparavant, d’une liste des modifications) et décrit d’autres modifications à apporter sur la base de nouvelles coupes que vous avez apportées à une séquence Final Cut Pro. liste des doublons C’est une liste de film que les utilisateurs de Cinema Tools peuvent exporter et qui indique les utilisations multiples d’une même source dans un programme monté. Également appelée liste des doublons. liste des scènes Liste de film que les utilisateurs de Cinema Tools peuvent exporter. Elle détaille tous les plans qui sont dans la cut list, chaque plan n’y figure qu’une fois. Les listes de scènes sont habituellement utilisées pour commander des copies de plans afin de pouvoir conformer une copie de travail avant de découper le négatif original. liste EDL (Edit Decision List) C’est un fichier texte qui détaille de façon séquentielle toutes les opérations de montage et les plans individuels utilisés dans une séquence. Les listes EDL servent soit à faire migrer un projet d’une application de montage vers une autre, soit à harmoniser l’ensemble d’un programme dans un studio de montage online sur bande. liste optique Une liste de film que les utilisateurs de Cinema Tools peuvent exporter pour faire réaliser des effets dans des studios de trucage optique. La liste optique décrit les transitions et les effets de mouvement créés lors du montage numérique. liste Pull Liste de film que les utilisateurs de Cinema Tools peuvent exporter et dans laquelle les plans de la cut list sont répertoriés dans l’ordre où ils se trouvent sur les bobines de négatif. Le laboratoire se base sur une liste Pull lorsqu’il parcourt vos bobines de négatifs pour sortir les plans destinés à une copie de travail ou une coupe du négatif original. liste télécinéma Fichier généré par le technicien pendant le transfert télécinéma. Enregistre les numéros de bord du négatif original et le timecode du transfert vidéo, assurant ainsi le suivi de leur lien. Parfois appelé fichier FLEx. montage offline C’est la partie créative du montage, où les décisions de montage sont prises. Lorsque le montage offline est terminé, le matériau est souvent capturé à nouveau à une qualité supérieure ou une liste EDL est générée dans le but de recréer le montage sur un autre système. Voir liste EDL.Glossaire 257 montage online L’étape finale du processus de montage, au cours de laquelle toutes les décisions prises lors du montage offline sont mises en œuvre soit sur le négatif original, soit sur des bandes vidéo pleine résolution. monteur négatif Professionnel qui conforme le négatif original à partir d’une cut list et/ou d’une référence visuelle telle que la copie de travail ou une cassette vidéo créée par le système de montage numérique. NDF Voir timecode non-drop frame. négatif original de la caméra Également appelé OCN. Il s’agit des négatifs du tournage, de la pellicule d’origine. Le négatif original est découpé par le monteur négatif une fois que le montage est finalisé dans le système de montage numérique. Il n’existe qu’un seul négatif original. (Des copies peuvent être réalisées, mais elles sont chères.) NTSC Sigle de National Television Standards Committee, l’organisme qui définit les normes de diffusion en Amérique du Nord. Le terme vidéo NTSC se réfère à cette norme vidéo définie par le comité et dont les caractéristiques sont : 29,97 ips, 525 lignes par image et entrelacement. numéro Acmade See codification manuelle. numéro d’image C’est la partie finale du numéro de bord. Le numéro d’image est composé du numéro de métrage et du compteur d’image et indique à combien de pieds et d’images du début du film une image apparaît. Voir aussi numéros de bord. numéro de métrage C’est une partie du numéro de bord qui correspond au numéro à quatre chiffres indiquant la position sur une bobine de pellicule. Voir aussi numéro d’image ; numéro de bord. numéros de bord Numéros de décompte en pieds et images inscrits sur la bordure de la pellicule. Les numéros de bord sont souvent superposés par le télécinématographe sur le bord des images vidéo (on appelle cela la fenêtre d’affichage). Cinema Tools se sert des numéros de bord pour aider à faire correspondre les opérations de montage numérique et le négatif original. Les numéros de bord se composent d’un préfixe clé, qui reste identique tout le long de la bobine de pellicule et d’un numéro d’image, lui même composé d’un numéro de métrage et d’un numéro de décompte d’images. Les systèmes de transfert télécinéma ajoutent souvent également un identificateur de type d’image au numéro de bord. Par exemple, dans le numéro de bord KJ 291010 5867+07, « KJ 291010 » est le préfixe clé et « 5867+07 » est le numéro d’image. Également appelé code de bordure. numéros de bord latents Numéro ajouté sur la bordure de la pellicule lors de son processus de fabrication. Également appelé code de bordure latent. Voir également numéros de bord.258 Glossaire OMF Sigle de Open Media Format. Format d’échange de données pris en charge par de nombreux postes de travail audionumériques qui permet d’exporter tout l’audio et tous les points de montage qui figurent dans une séquence audio sous la forme d’un fichier autonome. Les fichiers OMF sont souvent transmis à un studio de postproduction audio, où ils sont finalisés, puis utilisés comme audio final dans une fonction. PAL Sigle de Phase Alternating Line. Format vidéo utilisé dans de nombreux pays européens et dans d’autres pays en dehors de l’Amérique du Nord. Le standard PAL est de 25 ips, 625 lignes par image et entrelacé. pertes d’images Images qui ne sont pas capturées. Si les performances de votre ordinateur ne sont pas optimales ou si votre disque de travail n’est pas assez rapide, il est possible que des pertes d’images surviennent lors du processus de capture. Lorsqu’une image est perdue lors de la capture, l’image précédente est répétée. Les pertes d’images peuvent engendrer une cut list incorrecte et interférer avec le processus de télécinéma inversé. plan Prise de vue continue ne comprenant aucune coupe. Un plan est un sousensemble de scène. plans sources Les fichiers de données avec lesquels on commence lorsqu’on débute le montage. Ce sont des fichiers capturés sur votre ordinateur et reliés à la base de données Cinema Tools avant de commencer le montage. priorité de trame Désigne la première trame d’une image vidéo entrelacée. Si une seule trame est capturée, « priorité de trame 1 » signifie que seule la trame 1 est capturée, alors que « priorité de trame 2 » signifie que seule la trame 2 est capturée. Voir aussi trame. prise Une prise est une version d’un plan particulier. Lors du tournage d’un film, il peut y avoir plusieurs prises de chaque plan. proportions (rapport largeur/hauteur) C’est le rapport entre la largeur d’une image et sa hauteur, exprimé soit par deux chiffres (largeur:hauteur), soit par une valeur égale à la hauteur divisé par la largeur. La vidéo en définition standard utilise le format 4:3 (0,75), alors que la vidéo haute définition utilise généralement le format 16:9 (0,56). Pour les films, ce rapport dépend du format et des objectifs utilisés. pulldown 24 @ 25 Terme Final Cut Pro désignant la même méthode que 24 & 1. Voir aussi 24 & 1 ; 24 @ 25.Glossaire 259 pulldown 2:3:2:3 Il s’agit d’une méthode de pulldown identique au pulldown 3:2, sauf qu’elle est appliquée par un caméscope numérique (plutôt que par tout autre type de matériel capable d’appliquer le même modèle de pulldown). Dans le présent manuel, nous utilisons le terme 2:3:2:3 pour faire référence au pulldown réalisé par les caméscopes vidéo numériques 24p. Ce type de pulldown peut être supprimé à l’aide de la forme automatisée de télécinéma inversé . Voir également pulldown 3:2. pulldown 2:3:3:2 Méthode de distribution des 24 images par seconde du film sur les 29,97 images par seconde du standard vidéo NTSC lors du transfert de films ou de vidéos 24P. Lors du transfert, l’enregistrement alterne deux trames d’une image puis trois trames des deux images suivantes, suivi de deux trames de l’image suivante. De cette façon, les 24 images en 1 seconde de film ou de vidéo 24p remplissent les 30 images en 1 seconde de vidéo NTSC. Bien que le 3:2 constitue le modèle de pulldown habituellement géré par les appareils NTSC, certaines caméras et certains systèmes de montage numériques commencent à gérer le pulldown 2:3:3:2. scène En cinéma, cela désigne le moment et l’endroit d’une série d’une ou de plusieurs prises de vues, habituellement reliées entre elles par une intrigue commune ou certains personnages. SMPTE Sigle de Society of Motion Picture and Television Engineers. L’organisme de normalisation qui a définit la norme du timecode SMPTE pour la vidéo. Le timecode SMPTE est le format de timecode le plus couramment utilisé. son à deux systèmes Tout type de production utilisant des appareils distincts pour enregistrer le son et l’image. Toujours utilisé pour les productions cinématographiques et souvent utilisé pour les productions en 24P. Également appelé production double système. supers Abréviation de superimposed (surimpression en français). Superposition d’images ou de texte sur des images du film. Les titres, par exemple, sont superposés à des images. synchro Apocope de synchronisation. Lorsque le son et l’image sont synchrones, on dit qu’ils sont synchronisés. synchroniseur Petit appareil mécanique équipé de galets d’entraînement montés sur un axe en rotation. Situé entre les bobines de pellicule, monté sur des enrouleuses, il accepte une bande de pellicule et de bande son perforée par galet d’entraînement. Une fois la pellicule et la piste en place sur les galets, elles peuvent être placées en état de synchronisation mécanique exacte et conserveront cette synchronisation en passant dans le synchroniseur. Le synchroniseur garde aussi la trace du métrage déroulé à l’aide d’un compteur de pieds et d’images mécanique actionné par les galets d’entraînement. Ègalement appelé bloc de synchronisation ou synchroniseur.260 Glossaire télécinéma Machine qui reproduit les images du négatif original sur une bande vidéo, en ajoutant souvent une fenêtre d’affichage du code de bordure de la pellicule. Voir aussi fenêtre d’affichage. télécinéma inversé C’est le processus qui supprime les images supplémentaires de la vidéo pulldown 3:2, en revenant à sa vitesse de défilement initiale de 24 ips. La fonction de télécinéma inversé crée une corrélation image pour image entre la vidéo et les images de la pellicule, afin d’obtenir des cut lists précises. L’inversion du pulldown 3:2 peut être réalisée matériellement en temps réel durant la capture, cependant, si vous ne disposez pas de l’équipement approprié, vous pouvez utiliser la fonction télécinéma inversé de Cinema Tools. Voir pulldown 3:2. timecode Format dans lequel une unité temporelle séquentielle unique est attribuée à chaque image vidéo. Le format se présente ainsi : heures: minutes: secondes: images. timecode drop frame Timecode NTSC qui saute deux numéros d’image par minute, sauf pour les minutes terminant par « 0 », afin que le timecode total final s’accorde avec le temps effectif écoulé. (Certains numéros de timecode sont ignorés, mais aucune image vidéo n’est omise.) Cette omission corrige la fréquence d’images réelle du NTSC qui est de 29,97 ips, ce qui provoque une imprécision de 3 secondes et 18 images par heure par rapport au temps réellement écoulé lorsqu’un timecode non-drop frame est utilisé. Afin d’éviter toute confusion, le timecode drop frame doit être évité pour les productions basées sur pellicule. Voir aussi timecode non-drop frame. timecode non-drop frame Timecode NTSC normal, dans lequel les images sont numérotées séquentiellement et où 30 images défilent en une seconde, 60 secondes par minute et 60 minutes par heure. La vitesse de défilement du format NTSC étant en fait de 29,97 ips, le timecode non-drop frame est dépassé de 3 secondes et 18 images par heure par rapport au temps effectivement écoulé. Comparez avec timecode dropframe. tirage par contact C’est une méthode de développement de pellicule au cours de laquelle l’émulsion du négatif original est mise en contact avec une pellicule de retirage pendant que le négatif est projeté sur cette pellicule. Une image de couleur et de lumière inversées est ainsi créée (par exemple le noir devient blanc et vice versa). tireuse optique Machine servant à reproduire un ou plusieurs éléments de la pellicule sur une nouvelle section de la pellicule. Le tirage optique permet d’ajouter ou de retirer de la lumière dans une image, de créer des effets de surimpression ou de réaliser des transitions entre les scènes, telles que des fondus, fondus enchaînés ou balayages.Glossaire 261 trame Moitié d’une image vidéo entrelacée constituée par le balayage des lignes paires ou des lignes impaires. Les trames vidéo alternantes sont tracées tous les 1/60 de seconde pour la vidéo NTSC (1/50 de seconde pour le format PAL) afin de créer la vidéo à 29.97 ips perçues (25 ips PAL). Il y a deux trames par image, une trame supérieure et une trame inférieure. Il n’est possible de capturer qu’une seule trame par image. Voir également entrelacement. vidéo convertie à la baisse C’est de la vidéo créée à l’issue d’une conversion de vidéo haute résolution (comme la vidéo 24P) vers de la vidéo de définition standard (NTSC ou PAL). vidéo de résolution standard Se réfère aux formats vidéo NTSC et PAL. Voir également vidéo haute résolution, NTSC, PAL. vidéo entrelacée Format d’image vidéo qui divise les lignes en deux trames, chacune composée de lignes paires et impaires alternées, balayées à des moments différents. Utilisé pour la vidéo de résolution standard. Voir aussi trame ; priorité de trame ; vidéo progressive. vidéo haute définition Fait référence à tous les formats vidéo à écran large, y compris au format 24p, qui fournissent une image de meilleure qualité que la vidéo en définition standard. Les améliorations peuvent consister en une résolution accrue, un rapport largeur/hauteur plus important (image plus large) ou un balayage progressif. Voir aussi vidéo progressive ; video en définition standard. vidéo HD Voir vidéo haute définition. vidéo progressive Un format d’image vidéo qui balaye progressivement toutes les lignes d’une image. Voir également vidéo entrelacée. vidéo SD Voir vidéo de résolution standard. vitesse de défilement de la pellicule lors du télécinéma Vitesse de défilement de la pellicule dans l’appareil de télécinéma lors du transfert vidéo. vitesse TK Voir vitesse de défilement télécinéma. XML Sigle de Extensible Markup Language. Un langage de balisage universel qui combine du texte interprétable par l’utilisateur avec des informations supplémentaires spécialisées. À cause de la grande variété d’outils disponibles, les fichiers XML sont très utilisés pour échanger des informations entre des applications. 263 Index Index 2:3:2:3 pulldown Voir également 3:2 pulldown 2:3:3:2 pulldown 27 2:3 pulldown. Voir 3:2 pulldown 3:2 pulldown description 23 exactitude de la cut list 166 images « A » 25 suppression des trames supplémentaires avec la fonctionnalité Reverse Telecine 25 35 mm à 3 perforations 235 A affiche 105, 123, 124 Apple Store 13 ardoise 32, 237, 239 Assistance AppleCare 252 audio Voir également EDL audio, synchronisation audio/ vidéo ajustement de la vitesse 145 capture 114, 241 Cinema Tools 9 enregistrement au format double 32 enregistreurs 30, 32, 114 exportation d’une liste EDL 31, 193–196, 241 exportation d’un fichier OMF 31, 192, 241 finition 241, 243 mixage audio final 31 montage dans Final Cut Pro 9, 31 montage traditionnel 238 observations à propos de l’exportation 192–193 problèmes de vitesse 193 synchronisation avec la vidéo. Voir synchro audio/ vidéo timecode 30, 32, 194 traitement final dans Final Cut Pro 31 audio double système 32 avertissement d’utilisations multiples 171, 249 B balayage progressif 26, 209 bande magnétique, pistes audio de travail 238 bande vidéo création pour le monteur négatif 34, 242 exportation des séquences à 24 ips sur 192 problèmes lors du montage à 24 ips 34 vidéo NTSC 34 vidéo PAL 34 base d’informations techniques AppleCare 249 base de données. Voir base de données Cinema Tools base de données Cinema Tools Voir également enregistrements de la base de données champs Scene et Take 92 changement de nom 84 connexion des plans sources à la 45, 121–126 création 37–41, 74–115, 240–241 création à l’aide d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE 71 création à partir d’une autre base de données Cinema Tools 90 création à partir d’une liste de capture par lot Final Cut Pro 71, 89–90 création à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE 85–89 création d’un enregistrement 92 création de la cut list 240 création sans liste télécinéma ou fichier ALE 72 créer avec Final Cut Pro 75–77 déconnexion de plans de la 124–125, 125–126 description 38, 69, 240 données de la liste télécinéma/réglages par défaut 74 entrée manuelle de fiche 40 fonctionnement 38 lien entre scènes, plans et prises 91, 97 listes de capture par lot et 241 listes télécinéma 39, 71, 85–89 modification d’informations 104–107 modification des identifiants de bande ou de bobine 107 modification des réglages par défaut du projet 106 ouverture 80264 Index ouverture d’enregistrements 80 recherche d’enregistrements 80, 81–84 recherche d’informations dans 77 reconnexion des plans à la 126–128 saisie d’informations 85–104 saisie d’informations à l’aide de la fonction Identify 102–104 saisie d’informations via la fenêtre Detail View 94 sauvegarde 84 sélection d’une nouvelle affiche de plan 105 sélection d’une vitesse télécinéma (TK Speed) 80 sélection d’un format de film 78 sélection d’un timecode audio 79 sélection d’un timecode vidéo (Video TC Rate) 78 sélection des réglages par défaut 77–80 structure élémentaire 70 suppression d’un enregistrement 105 synchroniser avec Final Cut Pro 155–156 transferts camera-roll 39, 73 transferts scene-and-take et 39 utilisation 69, 73, 74 vérification et correction des codes de bordure et du timecode 108–110 verrouillage 84 base temps exactitude de la cut list 25 exactitude de la cut list et 34 réglage dans Final Cut Pro 34, 129 base temps de montage conformation de plans 46 bouton Connect Clip/Open Clip 101 C capture perte d’images et 112 plans individuels 121 préparation de la capture de plans sources 111– 121 capture par lot 22, 42, 43, 71, 241 XML 116 chaînes de film 20 champ Cam Roll 98 champ Daily Roll 98 champ Key 98 champ Lab Roll 98 champ Scene 92, 93, 97 champ Sound Roll 101 champ Sound Timecode 101 champ Take 92, 97 champ Video Duration 101 champ Video Reel 100 champ Video Timecode 100 Cinema Tools création d’une cut list et 45, 245–247 description 7–9 étapes fondamentales du flux de production 37– 47 exemples de flux de production 47–52 interface utilisateur 53–68 clap 32, 237, 239 claquette 32, 237, 239 code book (livre de codes) 240 code de bordure 233 Voir également numéros de bord, codification manuelle le déterminer avec la fonction Identify 102–104 vérification 176 vérification et correction 108–110 code de bordure latent. Voir code de bordure code habituel de postproduction 69 codification Acmade. Voir codification manuelle codification manuelle 235–236 Voir égalementcode de bordure commande Connect Clips 123 commande Export 202–203 commande Reconnect Clips 127–128 compression 42 configurations simplifiées 151 conformation de vitesse vidéo 29, 131 Voir également fonction Conform conformation du négatif original 238 contrôle de périphérique 22, 42–43, 115–116, 241 conversion du film en vidéo. Voir transfert du film sur bande vidéo copie d’étalonnage 239, 243 copie d’exploitation 239, 243 copie de travail 19, 20, 21, 237, 238 conformation à la cut list 242 listes des modifications et 47 montage 238 cut list 9, 22, 38, 242 avertissement en cas d’utilisations multiples 171 base temps et 25, 34 couche de premier plan 169 description 169 exactitude 34, 100, 166 fichiers temporaires 251 informations sur les effets et 161–163 méthode de création basée sur les plans 246 méthode de création basée sur le timecode 73, 95, 169, 245–246, 247 réglages nécessaires dans la fenêtre Detail View 95 D dépannage 249–252 contacter l’assistance AppleCare 252 double système audio. Voir audio double systèmeIndex 265 E Edit Decision List. Voir listes EDL audio, listes EDL EDL 214 Voir également EDL audio conversion NTSC en 24 ips 216–217 exportation de listes 24 ips 216 importation à 24 ips 214 importation NTSC 214 effets 160–163, 241 enregistrement de base de donnée création 92 enregistrements de base de données création d’une fiche par bobine caméra 73 saisie d’informations via la fenêtre Detail View 94 vérification et correction des valeurs de code de bordure et de timecode 108–110 enregistrements de la base de données conditions pour listes de capture par lot 118, 119 connexion des plans sources aux 121–126 création à partir d’une autre base de données Cinema Tools 90 modification de tous les identifiants de bande ou de bobine 107 navigation 80 ouverture 80 recherche 80–84, 170 reconnexion des plans aux 126–128 règles élémentaires pour la connexion des plans 122 saisie d’informations à l’aide de la fonction Identify 102–104 structure élémentaire 70 suppression 105 utilisations 73 enregistreurs audio 30, 32, 114 exportation sur bande vidéo 192 F fenêtre Clip introduction et déconnexion des plans dans la 125–126 ouverture 59 paramètres de la 60 sous-fenêtre Analysis 84 sous-fenêtre Identify 104 fenêtre d’affichage 9 description 236 Offline RT 112 original propre 20 utilisation de la fonction Identify sur les bandes vidéo dépourvues de 102 fenêtre Detail View affichage des enregistrements de la base de données 80 connexion et déconnexion de clips dans la 124– 125 données scènes et plans 97 identifiants 93 navigation dans les enregistrements 81 ouverture 55 ouverture d’un enregistrement dans la 58 reconnexion de plans individuels à l’aide de la 127 réglages 95–101 réglages nécessaires à la création d’une cut list ou d’une liste de modification 95 réglages requis pour exporter une liste EDL audio 95 saisie d’informations dans des enregistrements de base de données 94 sélection d’une nouvelle affiche de plan 105 suppression d’un enregistrement à l’aide de la 105 fenêtre List View 56–58 ouverture des enregistrements de la base de données 80 fenêtre Welcome 53 fiches de la base de données Voir également base de données Cinema Tools création à partir d’une liste de capture par lot Final Cut Pro 89–90 entrée manuelle 40 informations entrées 38 réglages par défaut 75–80 fiches de référence création à partir d’une liste télécinéma ou d’un fichier ALE 85–89 fichiers AIFF (Audio Interchange File Format) 193 fichiers ALE avantages 71 champs gérés par Cinema Tools 205 création d’une base de données Cinema Tools avec 71 exportation 206 importation 206 utilisation 204–206 fichiers Avid Log Exchange. Voir fichiers ALE fichiers de séquence QuickTime 45 fichiers FLEx 71 fichiers Open Media Framework. Voir fichiers OMF film 16 mm 18, 232 16 mm-20 18 35 mm 18, 232 35 mm à 4 perforations 232 35mm à 4 perforations 18 à propos de l’audio 30–33 avant de filmer 18 code de bordure 233 codification manuelle et 235–236266 Index combinaison des formats 18 formats 232 formats pris en charge par Cinema Tools 18, 232 inversé 99 montage numérique 8–9, 239–243 montage traditionnel 237–239 notions élémentaires 231–243 numéros de bord et 234–235 perforations 232 Super 16 232 transfert sur bande vidéo 19–29, 240 utilisation d’un clap avec timecode 32 vitesse 237 vitesse de défilement 23, 237 film 16 mm 18, 232, 234 film 35 mm 18, 232, 233, 234, 235 Final Cut Pro affichage d’informations relatives au film dans 154–159 commandes de Cinema Tools dans 47 configurations simplifiées pour les utilisateurs de Cinema Tools 151 conformation de 25 ips à 24 ips 132, 153 créer une base de données 75–77 exportation de fichiers OMF 31, 192, 241 exportation de listes EDL audio 31 importer une liste télécinéma 87 mémoire allouée 252 montage de vidéo 24P avec 211–228 ouvrir des plans dans Cinema Tools 159 perte d’images et 112 réglage de la base temps 25, 34 synchroniser avec Cinema Tools 75, 155–156 traitement audio final dans 31 utilisation comme système de montage offline de vidéo 24P 214–217 utilisation comme système de montage online de vidéo 24P 213–214 utilisation comme système de montage online et offline de vidéo 24P 211–212 utiliser le télécinéma inversé 140 FireWire site web 13 fonction Batch Reverse Telecine 141 utiliser une seconde fois 145 fonction Conform 45, 241 conformation de plans individuels 132 conformation de plans par lot 132–133 dans Final Cut Pro 132, 153 vidéo 24P et 215–216 fonction de Télécinéma inversé 133, 241 perte d’images et 112, 139, 251 fonction Identify 102–104 bande vidéo sans fenêtre d’affichage 102 lien code de bordure/timecode 108, 109 vérification et correction des codes de bordure et du timecode 108–110 fonction Reverse Telecine 145 conseils d’utilisation 134 dans Final Cut Pro 140 informations de trame 135–136 utilisation sur plusieurs plans à la fois (télécinéma inversé par lot) 141, ??–145 utilisation sur un seul plan 136–140 vidéo 24P et 215–216 format de film menu local de la fenêtre Detail View 99 sélection d’un format par défaut 78 found set 58, 80 G genlock 113–114 I identifiant de plans 93 identifiant de prises 93, 97 identifiant de scène 93, 97 identifiants de bande 107 identifiants de bobine 107 images 23, 29 comment éviter les pertes 112 pertes 109 images « A » description 25 modèle cinq images 25 images « A » localisation 142 timecode « non-drop frame » 25, 28 Ink, champ 99 interpositifs 162 L La 45 lien code de bordure/timecode continu/discontinu 72–73 transferts camera-roll 72–73 liste de capture par lot 115, 118–121 XML 119–120 liste de coupes non-concordance des numéros de bord 250–251 liste de modification réglages nécessaires dans la fenêtr 95–?? réglages nécessaires dans la fenêtre Deta ??–95 liste de modifications méthode de création basée sur le timecode 95 liste des doublons 46, 165, 171 liste des effets de filtre 173 liste des effets de mouvement description 173 numéros de bord et 173Index 267 liste des effets de transition 172 liste des éléments manquants 38, 46 description 169–170 traitement 170 liste des modifications 47 description 182–183 exportation 183–186 exportation depuis Cinema Tools 189 gestion des effets 184 quand l’utiliser 182 réglages de la zone de dialogue 187–188 sauvegarde de fichiers de programme 175 utilisation pour l’équilibrage des bobines 186 liste des scènes 47, 173 liste des scènes optiques 173 liste optique 47, 171 liste Pull 47, 173 listes de capture par lot XML 116 listes de film 167, 242 Consultez également les noms de listes spécifiques À propos du format PDF 168 À propos du format XML 168 code de bordure et 176 création à l’aide de la commande Export de Cinema Tools 202–203 création à partir d’une liste EDL externe 200–204 création dans d’autres applications de montage vidéo 199–204 description 167–173 exporter à partir de Final Cut Pro 174–176 fichiers temporaires 251 méthode de création basée sur le timecode 73 réglages PDF 179 sélectionner le format 168 listes de film PDF à propos des 168 chargement d’un fichier de réglages 181 enregistrement d’un fichier de réglages 181 présentation personnalisée 180 réglages 179 réglages communs avec XML 176–179 listes de film XML À propos des 168 réglages communs avec PDF 176–179 listes des effets 171 listes EDL correction d’erreurs 203 format d’enregistrement 204 gérées par Cinema Tools 200–201 modifications dans TextEdit 204 noms de bande et 200–201 normes vidéo 201 traitement dans Cinema Tools 203 utilisation pour la création de listes de film 200– 204 vitesse de défilement 201 listes EDL audio 74, 79 exportation 31, 193–196 exportation à partir de Cinema Tools 198 réglages requis dans la fenêtre Detail View 95 utilisation des pistes et 198 utiliser pour le son à deux systèmes 24p 227 listes télécinéma cut lists et 39 transferts scene-and-take et 39 liste télécinéma 20 avantages 71 création d’une base de données Cinema Tools avec 71 cut lists et 39 données utilisées dans la base de données 74 exportation de listes EDL audio 33 extensions de fichier 85 gérée par Cinema Tools 85 importer avec Cinema Tools 86 importer avec Final Cut Pro 87 transferts camera-roll et 39 M Mac OS version de 252 mémoire allouée à Final Cut Pro 252 méthode 24 & 1 26, 166 méthode 24 @ 25 26 méthode de pulldown 24 @ 25 26 méthode film-numérique-film 160 méthode pulldown 24 @ 25 166 montage numérique 8 avant de commencer 17–18 Cinema Tools et 8, 9 étapes de base 239–243 Final Cut Pro et le 9 préparation des plans sources 129–149 monteur négatif 238, 242 N négatif. Voir négatif original de la caméra négatif original 237, 238, 240, 242 numéros de bord Cinema Tools et les 233 description 234 différence entre valeurs de la liste de coupes et valeurs des plans numériques 250–251 fenêtre d’affichage 236 film 16 mm et 234 film 35 mm et 234, 235 liste des effets de mouvement et 173 Offline RT 112 recherche 81 vérification 41, 236268 Index O Offline RT 112 OMF files 31, 192, 241 opération de télécinéma inversé par lot 141 préparation 141 P parsing error 202, 203 perte d’images comment éviter 112 fonction de Télécinéma inversé et 112, 251 pistes audio de travail 238 plans. Voir plans sources plans autonomes 149 plans référencés 149 plans sources accès aux informations 84 attribution de noms aux plans de capture par lot 117 autonomes 149 base temps et 34 capture. Voir le processus de capture ce qu’il faut savoir sur la capture individuelle 121 changement de la fréquence d’images 46 changement de nom 84 conformation 45–46, 131, 133 connexion à la base de données 45, 121–126 déconnexion de la base de données 124–126 détection des usages multiples 165 division ou suppression de sections avant le montage 147–149 préparation de la capture 111–121 préparation pour le montage numérique 129– 149 problèmes liés au déplacement et au changement de nom dans le Finder 122 reconnexion à la base de données 126–128 référencés 149 règles élémentaires pour leur connexion à la base de données 122 reverse telecine et 45 sélection d’une nouvelle affiche 105 suppression 149 positif 19, 237 priorité de trame 136 procédé télécinéma inversé effets sur le timecode 28, 29 processus de capture capture de plans manuelle 42 compression et 42 contrôle de périphérique et 42–43 transferts camera-roll et 43 transferts scene-and-take et 43 processus de télécinéma inversé par lots télécinéma inversé par lots automatisé 223–225 utilisation avec la vidéo 24P 223 pulldown 2:2:2:4 226 pulldown 2:3:2:3 description 218 suppression avec Cinema Tools 221 pulldown 2:3:3:2 avantages 219 description 219 suppression avec Cinema Tools 221 suppression avec Final Cut Pro 220 pulldown 3:2 suppressions des champs supplémentaires avec la fonction Reverse Telecine 133 R rushes, création d’une base de données 74 S sites web Apple Store 13 assistance AppleCare 252 FireWire 13 sites web Apple 13 sites web Apple 12–13 son. Voir audio son double système 210, 227 timecode pour 194 sound TC Rate (vitesse du timecode son) 95 menu local de la fenêtre Detail View 101 sous-fenêtre Analysis 84 sous-fenêtre Identify 104 Station de travail audio DAW (Digital Audio Workstation) 241 synchro audio/vidéo 32–33 enregistreurs audio 30, 32 infos générales 32 méthode 24@25 26 transferts camera-roll et 22, 33 transferts scene-and-take 22 transferts télécinéma 30, 33 vidéo NTSC et 33 vidéo PAL et 33 synchronisation audio/vidéo 145, 240 synchronisation de la base de données avec Final Cut Pro 75, 155 système de montage non linéaire 8 T télécinéma 19, 240 télécinéma inversé pulldown 3:2 et 133 vérification des résultats 140 timecode 27–29 24P 217 audio 28, 30, 32Index 269 calibrage du décalage 114 capture exacte 113–114 conformation et 29 conseils généraux 27 contrôle de périphérique série 113–114 différences entre la fenêtre d’affichage et les valeurs de Final Cut Pro 28 drop frame 28, 30 free run 27 genlock et 113–114 géré par Cinema Tools 28 géré par Final Cut Pro 28 inexactitudes dans Final Cut Pro 110, 113–114 le déterminer avec la fonction Identify 102–104 non-drop frame 28 NTSC 28–29 PAL 28 poignées de pre-roll et post-roll 27 record run 27 ruptures 27 télécinéma inversé et 29 timecode non-drop frame 30 vérification de l’exactitude à l’aide de FireWire 41 vérification et correction à l’aide de la fonction Identify 108–110 timecode « non-drop frame » images « A » 25, 28 timecode drop frame 28, 30 timecode non-drop frame 28, 30 tirage optique 160, 162–163 tirage par contact 160, 163, 165 TK Speed (vitesse du film du télécinéma) menu local de la fenêtre Detail View 99 sélection d’un réglage par défaut 79 trames 23, 26, 29 fonction Reverse Telecine et 135–136 transfert du film sur bande vidéo 19–29 enregistrement d’une image projetée à l’aide d’un caméscope 21 lecture du film à 30 ips 25 méthode 24&1 26 méthode 24@25 26 méthode 3:2 pull-down 23–25 méthode de pulldown 24 @ 25 26 options pour la vidéo NTSC 23–25 options pour la vidéo PAL 25–26 transferts camera-roll 21, 22 transferts scene-and-take 21, 22 utilisation d’une chaîne de film 20 utilisation d’un télécinéma 19 vidéo 24P 26 transferts camera-roll capture de plans et 43 cut lists et 39 division d’un grand plan en plusieurs plans de petite taille 22 exemples de flux de production 50–52 inconvénients 22 listes télécinéma et 39 questions de synchronisation audio 22, 33 structure de la base de données 70 transferts de pellicule création de base de données 73 transferts de pellicules de caméra lien code de bordure/timecode continu/ discontinu 72–73 transferts scene-and-take avantages 22 capture de plans et 43 cut lists et 39 exemples de flux de production 49–50 listes télécinémas et 39 questions de synchronisation audio 22 structure de la base de données 70 transferts télécinéma camera-roll 21, 22 fenêtre d’affichage 19 Final Cut Pro et 34–35 scene-and-take 21, 22 sortie vidéo 19, 240 synchro audio/vidéo et 19, 30, 33, 240 vidéo 24P 26 vitesses gérées par Cinema Tools 237 transitions 160–163 trous d’entraînement. Voir perforations U usages multiples des plans sources 165, 249 V vidéo capture 41–44, 241 concordance avec la base temps de Final Cut Pro 34, 46, 129, 241 vidéo 23,98 ips ajout d’un pulldown pour une sortie FireWire NTSC 227 conversion en NTSC 225 vidéo 24P ajout et suppression de pulldown 218–227 à propos des proportions 217 Cinema Tools et 10 conversion de listes EDL NTSC à 24 ips 216–217 conversion en NTSC 215 conversion en PAL 216 description 10, 209 exportation de listes EDL 24 ips 216 Final Cut Pro et 10, 27 fonction Conform et 215–216 fonction Reverse Telecine et 215–216 importation de listes EDL 24 ips 214270 Index importation de listes EDL NTSC 214 listes EDL audio et 227 montage 11 montage avec Final Cut Pro 211–228 montage d’images provenant d’un film 210 timecode utilisé 217 transferts télécinéma et 10, 26 utilisation de Final Cut Pro comme système de montage offline 214–217 utilisation de Final Cut Pro comme système de montage online 213–214 utilisation de Final Cut Pro comme système de montage online et offline 211–212 vérification des discontinuités de cadence 222 vitesse 10, 23 vitesse sur systèmes NTSC 27 vidéo convertie à la baisse 211 vidéo de résolution standard 217 vidéo haute résolution 10 Voir également vidéo 24P vidéo HD. Voir vidéo haute résolution vidéo NTSC 3:2 pull-down et 23–25 conversion en 23,98 ips 225 conversion en 24P 215 fréquence de trame 23 listes EDL 201 problèmes de synchronisation audio 33 sortie sur bande 34 timecode 28–29 transfert du film sur 23–25 utilisation 23–25 vitesse 23 vidéo PAL conversion à partir du format vidéo 24P 216 problèmes de synchronisation audio 33, 34 sortie sur bande 34 timecode 28 transfert du film sur 25–26 utilisation 25–26 vitesse 23, 25 vidéo SD. Voir vidéo de résolution standard Video TC Rate (vitesse du timecode vidéo) menu local de la fenêtre Detail View 101 vitesse du timecode audio sélection d’un réglage par défaut 79 vitesse du timecode vidéo sélection d’un réglage par défaut 78 vitesses Consultez également vidéo 24P, vidéo PAL, vidéo NTSC film 23 infos générales 23–29 vidéo NTSC 23 vidéo PAL 25 vitesses de défilement concordance avec la base temps de Final Cut Pro 34, 129 vitesse télécinéma choisir une valeur par défaut 79 Z zone de dialogue Batch Reverse Telecine réglages de la version automatisée 223 réglages détaillés 143–144 zone de dialogue Change Reel 63 zone de dialogue Conform Clip 62 zone de dialogue d’exportation de listes de film réglages communs 176–179 zone de dialogue Database Properties 63, 77 zone de dialogue Export Audio 196–197 zone de dialogue Export Audio EDL 67–68 zone de dialogue Export Change List 66–67, 187 zone de dialogue Export Film Lists 64–65, 174 zone de dialogue Export XML Film Lists 65, 175 s’ouvre à partir de Cinema Tools 65 s’ouvre à partir de Final Cut Pro 65 zone de dialogue Find 58 recherche d’enregistrements de la base de données 81–84 zone de dialogue New Database 54, 74 réglages 77–80 zone de dialogue Reverse Telecine 61–62 réglages de la version automatisée 221–222 réglages détaillés 137–139 version automatisée 62 iMac G5 Guide de l’utilisateur Comprend des informations sur la configuration, l’expansion et le dépannage de votre ordinateur iMac G5 F3027Q45C\D.book Page 1 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMK Apple Computer, Inc. © 2005 Apple Computer Inc. Tous droits réservés. Ce manuel est protégé par la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique, complétée par la loi du 3 juillet 1985 et par toutes les conventions internationales applicables aux droits d’auteurs. En vertu de ces lois et conventions, aucune reproduction totale ni partielle de ce manuel n’est autorisée, sauf consentement écrit préalable d’Apple. Le logo Apple est une marque d’Apple Computer Inc., déposée aux États-Unis et dans d’autres pays. En l’absence du consentement écrit d’Apple, l’utilisation à des fins commerciales de ce logo via le clavier (Option + 1) pourra constituer un acte de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale. Tout a été mis en œuvre pour que les informations présentées dans ce manuel soient exactes. Apple n’est pas responsable des erreurs de reproduction ou d’impression. Apple 1 Infinite Loop Cupertino, CA 95014-2084 408-996-1010 www.apple.com Apple, le logo Apple, AirPort, Final Cut Pro, FireWire, iCal, iLife, iMac, iMovie, iPod, iTunes, Mac, le logo Mac, Mac OS et Macintosh sont des marques d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. AirPort Express, Finder, iDVD, iPhoto, iSight, Safari, SuperDrive et Tiger sont des marques d’Apple Computer, Inc. AppleCare et Apple Store sont des marques de service d’Apple Computer, Inc. déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. .Mac est une marque de service d’Apple Computer, Inc. La marque et les logos Bluetooth sont la propriété de Bluetooth SIG, Inc. et sont utilisés sous licence par Apple Computer, Inc. ENERGY STAR® est une marque déposée aux États-Unis. Les autres noms de produits et de sociétés sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Les produits commercialisés par des entreprises tierces ne sont mentionnés que pour information, sans aucune intention de préconisation ni de recommandation. Apple décline toute responsabilité quant à l’utilisation et au fonctionnement de ces produits. Fabriqué sous licence de Dolby Laboratories. “Dolby”, “Pro Logic” et le logo double-D sont des marques déposées de Dolby Laboratories. Travaux confidentiels inédits. © 1992–1997 Dolby Laboratories, Inc. Tous droits réservés. Le produit décrit dans le présent manuel intègre des technologies de protection de droits d’auteur ellesmêmes protégées par divers brevets américains ainsi que d’autres droits de propriété intellectuelle appartenant à Macrovision Corporation et à d’autres détenteurs. L’utilisation de ces technologies de protection des droits d’auteurs doit être autorisée par Macrovision Corporation et est destinée à un cadre privé ou de visualisation restreinte, sauf consentement de Macrovision Corporation. Tout démontage ou ingénierie inverse est interdit. Réclamations concernant l’appareillage aux États-Unis. Brevets n° 4,631,603, 4,577,216, 4,819,098 et 4,907,093 sous licence à des fins de visualisation limitée uniquement. Publié simultanément aux États-Unis et au Canada. F3027Q45C\D.book Page 2 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM 3 1 Table des matières Chapitre 1 5 Premiers contacts 8 Et ensuite ? 9 Procédure au terme de l’utilisation de votre iMac G5 Chapitre 2 11 Découverte de votre iMac G5 12 iMac G5 – Vue avant 14 iMac G5 – Vue arrière 16 À propos de Mac OS X 17 Personnalisation du bureau et réglage des préférences 18 Connexion à une imprimante 19 Lecture d’un CD et connexion d’un casque d’écoute 19 Mise à jour constante de vos logiciels 19 Connexion d’une caméra ou d’autres périphériques FireWire 20 Connexion à un réseau 20 Utilisation d’Internet 20 Transfert de fichiers vers un autre ordinateur 21 Lorsqu’une application ne répond pas 22 Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac 22 Utilisation des applications Chapitre 3 23 Utilisation de votre ordinateur 24 USB (Universal Serial Bus) 26 FireWire 28 Réseau sans fil AirPort Extreme 29 Technologie sans fil Bluetooth 32 Ethernet (10/100/1000Base-T) 33 Support audio 34 Gestion de vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo) 36 Utilisation de votre lecteur optique 39 Commandes du clavier 40 Protection de votre ordinateur Chapitre 4 41 Extension des capacités de votre ordinateur 41 Ajout de mémoire F3027Q45C\D.book Page 3 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM4 Table des matières 48 Remplacement de la pile de secours interne Chapitre 5 53 Dépannage 53 Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur 55 Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur 56 Autres problèmes 58 Localisation du numéro de série de votre produit 58 Utilisation de Apple Hardware Test Annexe A 59 Caractéristiques Annexe B 61 Consignes d’entretien, d’utilisation et de sécurité 61 Nettoyage de votre iMac G5 61 Transport de votre iMac G5 62 Consignes de sécurité pour la configuration et l’utilisation de votre ordinateur 63 Connecteurs et ports 63 Prévention des dommages auditifs 64 Ergonomie 65 Apple et l’environnement Annexe C 67 Connexion à Internet 69 Fiche technique Assistant réglages 71 Configuration manuelle de votre connexion à Internet 71 Connexion commutée 75 Connexions à Internet par ligne DSL, modem câble ou réseau LAN 80 Connexion sans fil AirPort 83 Dépannage de votre connexion 85 Communications Regulation Information F3027Q45C\D.book Page 4 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM1 5 1 Premiers contacts Votre ordinateur iMac G5 a été conçu pour être configuré rapidement et être utilisé immédiatement. Si vous n’avez jamais utilisé d’iMac G5 ou n’êtes pas familiarisé avec les ordinateurs Macintosh, vous trouverez dans ce chapitre des instructions pour débuter. Si vous êtes un utilisateur expérimenté, peut-être êtes-vous déjà en mesure d’utiliser votre nouvel ordinateur. Veillez néanmoins à consulter les informations du chapitre 2, “Découverte de votre iMac G5”, pour découvrir les nouvelles fonctionnalités de cet iMac G5. Câble CA Câble téléphonique Clavier Souris F3027Q45C\D.book Page 5 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM6 Chapitre 1 Premiers contacts Suivez les instructions des deux pages suivantes pour configurer votre iMac G5. Étape 1 : Branchez le câble d’alimentation. Étape 2 : Pour accéder à Internet, branchez un câble Ethernet ou un câble téléphonique. W G F3027Q45C\D.book Page 6 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 1 Premiers contacts 7 Étape 3 : Branchez les câbles du clavier et de la souris. Étape 4 : Appuyez sur le bouton d’alimentation (®) pour mettre l’ordinateur sous tension. d ® F3027Q45C\D.book Page 7 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM8 Chapitre 1 Premiers contacts Utilisation d’un clavier et d’une souris sans fil Si vous avez fait l’acquisition d’un clavier Apple Wireless Keyboard et d’une souris Apple Wireless Mouse avec votre iMac G5, consultez les instructions fournies avec ces périphériques pour les configurer avec votre ordinateur. Et ensuite ? Grâce à ces étapes, votre iMac G5 est désormais opérationnel. La première fois que vous démarrez votre ordinateur, l’Assistant réglages se met en route. L’Assistant réglages vous aide à saisir les informations relatives à Internet et à votre courrier électronique ainsi qu’à configurer un utilisateur sur votre ordinateur. Si vous possédez déjà un ordinateur Mac, l’Assistant réglages peut également vous aider à transférer automatiquement des fichiers, des applications et d’autres informations de votre ancien Mac vers votre nouvel iMac G5. Transfert d’informations vers votre iMac G5 Vous pouvez utiliser l’Assistant réglages pour transférer automatiquement des informations d’un autre Mac vers votre nouvel iMac G5. Pour transférer des informations, assurez-vous des points suivants :  Votre autre ordinateur Mac doit disposer d’un port FireWire intégré et prendre en charge le mode disque cible FireWire.  L’autre ordinateur Mac dont vous disposez doit Mac OS X 10.1 ou ultérieur installé.  Il vous faut un câble FireWire pour relier les deux ordinateurs. L’Assistant réglages vous guide tout au long du processus de transfert d’informations ; il vous suffit de suivre les instructions à l’écran. Le transfert d’informations vers votre iMac G5 n’affecte pas les informations se trouvant sur votre autre Mac. Avec l’Assistant réglages, vous pouvez transférer :  les comptes d’utilisateur, y compris les préférences et le courrier électronique ;  les réglages de réseau, pour que votre nouvel ordinateur soit automatiquement configuré avec les mêmes réglages de réseau que votre autre Mac ;  le dossier Applications, pour que les applications que vous utilisez sur votre autre Mac se trouvent à présent sur votre nouvel iMac G5 (certaines des applications transférées devront peut-être être réinstallées) ;  des fichiers et dossiers stockés sur votre disque dur. Si vous n’utilisez pas l’Assistant réglages pour transférer des informations lorsque vous démarrez votre iMac G5 pour la première fois, vous pouvez effectuer ce transfert plus tard à l’aide de l’Assistant migration. Pour cela, ouvrez le dossier Applications, ouvrez le dossier Utilitaires, puis double-cliquez sur l’icône Assistant migration. F3027Q45C\D.book Page 8 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 1 Premiers contacts 9 Remarque : si vous effectuez votre transfert d’informations à l’aide de l’Assistant migration, veillez à ce que FileVault soit désactivé sur votre ancien ordinateur. Pour désactiver FileVault, sélectionnez le menu Pomme (?) > Préférences Système, cliquez sur Sécurité, puis suivez les instructions qui s’affichent à l’écran. Configuration de votre iMac G5 pour Internet Si vous n’avez pas transféré vos réglages de réseau, l’Assistant réglages peut également vous guider tout au long de la configuration de votre ordinateur en vue de la connexion à Internet. Pour les particuliers, l’accès à Internet requiert généralement l’ouverture d’un compte auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (FAI) (payant dans certains cas). Si vous disposez déjà d’un compte Internet, consultez l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 67 pour savoir quelles sont les informations à saisir. Informations supplémentaires Pour obtenir davantage d’informations, consultez les sections suivantes : Procédure au terme de l’utilisation de votre iMac G5 Lorsque vous avez terminé de travailler avec votre iMac G5, suspendez l’activité de votre ordinateur ou éteignez-le. Suspendre l’activité de votre iMac G5 afin d’économiser de l’énergie Si vous envisagez de ne pas utiliser votre iMac G5 pendant une période inférieure à quelques jours, suspendez-en l’activité. Lorsque l’activité de l’ordinateur est suspendue, son écran s’éteint et une petite lumière blanche située dans l’angle inférieur droit de l’écran clignote. Vous pouvez le réactiver rapidement sans passer par la procédure de démarrage. Pour en savoir plus sur... Consultez... L’extinction ou la suspension d’activité de votre ordinateur “Procédure au terme de l’utilisation de votre iMac G5” ci-dessous. L’utilisation des différentes parties de votre iMac G5 et la réalisation de certaines tâches courantes le chapitre 2, “Découverte de votre iMac G5”. La recherche d’informations supplémentaires disponibles dans l’aide à l’écran “Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac” à la page 22. L’utilisation d’une fonctionnalité spécifique de l’iMac G5 ou la connexion d’un périphérique numérique tel qu’un iPod le chapitre 3, “Utilisation de votre ordinateur”. L’installation de mémoire le chapitre 4, “Extension des capacités de votre ordinateur”. Le dépannage de votre iMac G5 en cas de problème le chapitre 5, “Dépannage”. F3027Q45C\D.book Page 9 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM10 Chapitre 1 Premiers contacts Pour suspendre rapidement l’activité de votre ordinateur, procédez de l’une des façons suivantes :  Choisissez Pomme (?) > Suspendre l’activité.  Appuyez sur le bouton d’alimentation situé à l’arrière de l’ordinateur.  Choisissez Pomme (?) > Préférences Système, cliquez sur Économiseur d’énergie et indiquez un délai pour suspendre l’activité. Pour réactiver votre ordinateur, appuyez sur une touche quelconque du clavier. À la réactivation de l’ordinateur, vos applications, documents et réglages d’ordinateur réapparaissent exactement tels que vous les aviez laissés. Éteindre votre iMac G5 Si vous ne comptez pas utiliser votre iMac G5 pendant plusieurs jours, éteignez-le. m Choisissez Pomme (?) > Éteindre. Avertissement : éteignez votre iMac G5 avant de le déplacer. Tout déplacement de votre ordinateur lorsque le disque dur est en train de tourner risque d’endommager ce dernier et d’entraîner une perte de données ou l’impossibilité de démarrer à partir du disque dur. F3027Q45C\D.book Page 10 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM2 11 2 Découverte de votre iMac G5 Dans ce chapitre, vous trouverez des informations élémentaires à propos de votre iMac G5. La lecture de ce chapitre vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les différents éléments de votre ordinateur et Mac OS X, et des informations sommaires sur les tâches basiques telles que personnaliser l’apparence du bureau, se connecter à une imprimante, lire un CD, connecter un appareil photo numérique, utiliser Internet, obtenir des réponses lorsque vous avez besoin d’aide, etc. Pour obtenir les informations les plus récentes Apple publiant fréquemment des nouvelles versions et mises à jour de ses logiciels système, il est possible que les images de ce manuel soient légèrement différentes de ce que vous voyez à l’écran. Le site Web d’Apple, à l’adresse www.apple.com, vous donne accès aux informations, téléchargements gratuits et catalogues en ligne des logiciels et matériaux Apple les plus récents destinés à votre iMac. Vous trouverez également les manuels de nombreux produits Apple, ainsi que l’assistance technique pour tous les produits Apple, sur le site Web de services et d’assistance www.apple.com/fr/support. F3027Q45C\D.book Page 11 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM12 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 iMac G5 – Vue avant Ports USB Haut-parleur intégré Capteur de lumière intégré Haut-parleur intégré Micro intégré Lecteur de disque optique à chargement par fente Touche d’éjection de disque Boutons de réglage du volume Clavier Apple Keyboard Souris Apple Mouse Voyant lumineux d’alimentation d C - F3027Q45C\D.book Page 12 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 13 Lecteur de disque optique à chargement frontal Votre ordinateur possède une unité combinée dite “Combo” DVD-ROM/CD-RW ou bien un SuperDrive DVD+R DL/DVD±RW/CD-RW. Tous ces lecteurs peuvent lire les CD-ROM, les CD de photos, les disques audio ordinaires et autres types de supports. Le lecteur Combo peut également lire les DVD et les DVD vidéo, graver de la musique, des documents et autres fichiers numériques sur des disques CD-R et CD-RW. De plus, le lecteur SuperDrive vous permet de lire et graver des DVD-R, DVD-RW, DVD+R, DVD+RW et des DVD+R double couche (DL). Témoin lumineux d’alimentation Un témoin blanc indique que l’ordinateur est en veille. Lorsque votre iMac G5 est allumé, ce voyant est éteint. Micro intégré Enregistrez des sons directement sur votre iMac G5 ou parlez avec des amis en direct sur Internet avec l’application intégrée iChat AV. Haut-parleurs intégrés Écoutez de la musique, le son de vos films, jeux et fichiers multimédia. - Boutons de réglage du volume Ces boutons permettent d’augmenter ou de baisser le volume du son provenant des haut-parleurs intégrés et du port de sortie audio. C Touche d’éjection de disque Maintenez cette touche enfoncée pour éjecter un CD ou un DVD. Il est également possible d’éjecter un disque en faisant glisser son icône dans la Corbeille. Souris Apple Mouse Utilisez la souris optique de précision sans tapis de souris sur la plupart des surfaces. d Le clavier Apple Keyboard est doté de deux ports USB (Universal Serial Bus) 1.1 Branchez des périphériques USB 1.1 à faible consommation, tels qu’une souris, un appareil photo numérique ou une manette de jeu, au clavier de votre ordinateur iMac G5. Connectez votre souris Apple Mouse à l’un des ports USB du clavier (trois ports USB 2.0 haute vitesse se trouvent également à l’arrière de votre ordinateur). Capteur de lumière intégré Votre ordinateur est équipé d’un système qui capte la lumière ambiante et ajuste automatiquement la luminosité du témoin lumineux d’alimentation en fonction de la lumière disponible lorsque l’ordinateur est en veille. F3027Q45C\D.book Page 13 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM14 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 iMac G5 – Vue arrière Port de sortie vidéo Port de sortie casque/ sortie audio optique Port d’entrée audio Ports USB (3) Ports FireWire (2) Port Modem Port Ethernet (10/100/1000Base-T) Bouton d’alimentation Port d’alimentation Logement de sécurité digital ® , f £ d H W G F3027Q45C\D.book Page 14 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 15 , Port d’entrée audio Ce port permet l’entrée audio d’un microphone ou de tout autre appareil audio connecté à votre iMac G5. f Port de sortie casque/sortie audio optique Ce port permet de connecter des écouteurs ou tout autre périphérique de sortie audio. Il permet également de brancher votre iMac G5 à un récepteur, à un système home cinéma ou à tout autre équipement numérique audio à l’aide d’un câble audio optique muni d’une mini-prise. £ Port de sortie vidéo La carte VGA Apple facultative (disponible sur www.apple.com/francestore) vous permet de connecter à votre ordinateur un moniteur externe ou un projecteur utilisant un port VGA. L’adaptateur vidéo Apple (disponible sur www.apple.com/francestore) vous permet de connecter un téléviseur, un magnétoscope ou autre appareil vidéo doté d’un connecteur vidéo S-vidéo ou composite. d Trois ports USB (Universal Serial Bus) 2.0 Ces ports vous permettent de raccorder des imprimantes, des lecteurs Zip ou autres, des appareils photo numériques, des manettes de jeu, etc. Vous pouvez brancher des appareils USB 1.1 et des appareils USB 2.0 à haute vitesse. H Deux ports FireWire 400 Ces ports permettent de connecter des périphériques à haute vitesse tels qu’un iPod, des caméras vidéo numériques et des unités de stockage externes. W Port modem (selon le modèle) Il permet de connecter une ligne téléphonique standard directement au modem interne 56K v.92. G Port Ethernet (10/100/1000Base-T) Connectez-vous à un réseau Ethernet 10/100/1000 Base-T à grande vitesse ou à un modem câble ou DSL, ou bien connectez-vous à un autre ordinateur et transférez les fichiers. Le port Ethernet détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé Ethernet. ® Bouton d’alimentation Il permet d’allumer votre iMac G5 ou de suspendre son activité. Maintenez ce bouton enfoncé pour réinitialiser l’ordinateur lors des procédures de dépannage. = Port secteur Branchez-y le câble d’alimentation de l’ordinateur. Logement de sécurité Fixez un verrou et un câble antivol (disponibles sur le site www.apple.com/francestore). Accès mémoire (à l’intérieur) Votre iMac G5 contient au moins 512 mégaoctets (Mo) de mémoire DDR-SDRAM (Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access) PC 3200 à 400 MHz . Vous pouvez ajouter de la mémoire à votre iMac G5 afin d’obtenir jusqu’à 2 Go. Pour plus d’informations et d’instructions sur l’installation de mémoire, consultez la section “Ajout de mémoire” à la page 41. Z AirPort Extreme Connectez-vous à un réseau sans fil grâce au module AirPort Extreme installé sur votre ordinateur ? Technologie sans fil Bluetooth® Connectez-vous sans fil aux périphériques utilisant la technologie Bluetooth, tels que téléphones portables, assistants personnels (PDA) et imprimantes, ainsi qu’au clavier sans fil Apple Wireless Keyboard et à la souris sans fil Apple Wireless Mouse (le clavier et la souris Apple Wireless Keyboard and Mouse sont en vente sur le site www.apple.com/francestore). F3027Q45C\D.book Page 15 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM16 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 À propos de Mac OS X Votre ordinateur est livré avec Mac OS X. Doté d’une interface utilisateur élégante et de capacités graphiques ultramodernes, ce système d’exploitation offre une plus grande stabilité et de meilleures performances du système. Pour en savoir plus sur Mac OS X et les applications iLife primées installées sur votre ordinateur, consultez le livret Bienvenue sur Tiger inclus avec votre iMac G5. Vous pouvez également ouvrir l’Aide Mac et parcourir les informations qu’elle contient. Vous trouverez un grand volume d’informations pour les utilisateurs novices et expérimentés, et pour ceux qui passent au Mac. Si vous rencontrez des problèmes lors de l’utilisation de Mac OS X, reportez-vous aux informations de dépannage au dos de ce manuel ou allez dans la barre des menus en haut de l’écran et sélectionnez Aide > Aide Mac. Pour avoir des informations sur la compatibilité des applications logicielles avec Mac OS X, ou pour en savoir plus sur Mac OS X, visitez le site Web d’Apple : www.apple.com/fr/macosx. Remarque : si vous voulez utiliser les applications Mac OS 9 avec votre ordinateur, vous devez installer Mac OS 9 (voir “Installation de Mac OS 9” à la page 56). Mac OS 9 ne peut pas être installé comme système d’exploitation principal sur votre iMac G5 et il n’est pas possible de démarrer l’ordinateur sous Mac OS 9. F3027Q45C\D.book Page 16 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 17 Personnalisation du bureau et réglage des préférences Au moyen des Préférences Système, vous pouvez donner à votre bureau l’apparence souhaitée sans perdre de temps. Choisissez Pomme (?) > Préférences Système dans la barre des menus. N’hésitez pas à changer et essayer ce qui suit :  Bureau et économiseur d’écran : Sélectionnez cette sous-fenêtre de préférences pour changer la couleur et le motif du bureau ou pour la remplacer par la photo ou l’image de votre choix. Vous pouvez également choisir un effet d’écran accrocheur qui apparaîtra lorsque l’ordinateur reste inactif.  Dock : Sélectionnez cette sous-fenêtre de préférences pour changer l’apparence, l’emplacement et le comportement de votre Dock.  Apparence : Sélectionnez cette sous-fenêtre de préférences pour changer entre autres les couleurs des boutons, menus, fenêtres et la couleur de contraste. Tout en vous familiarisant avec votre ordinateur, découvrez progressivement les autres Préférences Système. Il s’agit du centre de contrôle de la plupart des réglages de votre iMac G5. Pour plus d’informations, sélectionnez Aide > Aide Mac et recherchez “Préfé- rences Système” ou la sous-fenêtre spécifique que vous souhaitez modifier. F3027Q45C\D.book Page 17 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM18 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Connexion à une imprimante Lorsque vous branchez une imprimante sur le port USB ou FireWire, votre iMac G5 peut la détecter automatiquement et l’ajouter à la liste des imprimantes utilisables. Il se peut que vous deviez configurer les imprimantes connectées à un réseau avant de pouvoir les utiliser. Si vous avez une borne d’accès AirPort Extreme, vous pouvez y raccorder une imprimante USB (au lieu de la raccorder à votre ordinateur) et imprimer sans fil. Pour configurer une imprimante : 1 Ouvrez Préférences Système et cliquez sur l’icône Imprimer et faxer. 2 Cliquez sur Impression puis sur le bouton Ajouter (+) pour ajouter une imprimante. 3 Sélectionnez l’imprimante que vous souhaitez ajouter. 4 Utilisez les boutons Ajouter (+) et Supprimer (–) pour choisir les imprimantes que vous voulez voir apparaître dans la Liste des imprimantes. Remarque : si vous vous connectez à une imprimante via un réseau, il vous faudra peut-être savoir le nom de réseau ou l’adresse de l’imprimante pour la sélectionner. Contactez votre administrateur système. Contrôle de l’impression Lorsque vous avez envoyé un document à l’impression, vous pouvez contrôler l’impression, l’arrêter ou la mettre en attente temporairement. Pour contrôler l’impression : m Cliquez sur l’icône de l’imprimante dans le Dock pour ouvrir la fenêtre Liste des imprimantes. Vous voyez alors la liste des travaux d’impression et la file d’attente sur lesquelles vous pouvez intervenir. F3027Q45C\D.book Page 18 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 19 Plus d’informations Pour plus d’informations, ouvrez l’Aide Mac (voir la page 22) et recherchez “impression”. Pour réaliser une installation spécifique ou connaître les instructions de configuration, vous pouvez également vous reporter au manuel fourni avec votre imprimante. Lecture d’un CD et connexion d’un casque d’écoute Si vous souhaitez écouter de la musique pendant que vous travaillez sur votre iMac G5, insérez un CD dans le lecteur optique. iTunes, un lecteur de musique convivial, s’ouvre automatiquement. Pour une écoute privée, branchez des écouteurs dotés d’une prise mini-jack au port de sortie casque/sortie audio optique (f) de votre iMac G5. Pour en savoir plus sur iTunes : m Ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store. Pour en savoir plus sur votre lecteur optique, consultez la section “Utilisation de votre lecteur optique” à la page 36. Mise à jour constante de vos logiciels Vous pouvez vous connecter à Internet et télécharger et installer automatiquement les dernières versions de logiciels, gestionnaires et autres améliorations fournies par Apple. Une fois connecté à Internet, l’application Mise à jour de logiciels recherche dans les serveurs d’Apple les mises à jour disponibles pour votre ordinateur. Vous pouvez configurer votre Mac afin qu’il recherche régulièrement dans le serveur Apple des mises à jour de logiciels, puis qu’il les télécharge et les installe sur votre ordinateur. Pour rechercher des logiciels mis à jour : 1 Choisissez Pomme (?) > Mise à jour de logiciels. La fenêtre Mise à jour de logiciels s’ouvre. Les mises à jour disponibles apparaissent dans une liste. 2 Cochez les cases situées en regard des éléments à installer, puis cliquez sur Installer. 3 Saisissez un nom et un mot de passe d’administrateur (utilisés lors de la configuration initiale de votre ordinateur). Une fois les mises à jour terminées, l’application Mise à jour de logiciels recherche à nouveau des mises à jour. En effet, certaines mises à jour requièrent l’installation des mises à jour précédentes. Pour plus d’informations, effectuez une recherche sur “Mise à jour de logiciels” dans l’Aide Mac OS (voir la page 22). Connexion d’une caméra ou d’autres périphériques FireWire Si vous avez un iPod, une caméra iSight, un caméscope numérique FireWire ou autre périphérique équipé d’un connecteur FireWire, vous pouvez les connecter à votre iMac G5. Suivez les instructions d’installation fournies avec votre appareil. Pour plus d’informations à propos de FireWire, consultez “FireWire” à la page 26. F3027Q45C\D.book Page 19 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM20 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Connexion à un réseau Si vous souhaitez connecter votre iMac G5 à un réseau Ethernet, à un modem câble ou DSL ou à un réseau sans fil, consultez “Ethernet (10/100/1000Base-T)” à la page 32 et “Réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 28 pour plus d’informations sur la configuration d’une connexion Ethernet ou AirPort. Vous pouvez également consulter l’Aide Mac (voir la page 22) et y rechercher “Ethernet” ou “AirPort”. Utilisation d’Internet Lors du réglage initial de votre iMac G5, des instructions vous ont été données sur la manière de vous connecter à Internet. Pour utiliser une connexion de type différent, telle que par modem DSL ou câble, réseau local (LAN) Ethernet ou réseau AirPort Extreme, vous trouverez plus d’informations dans l’annexe C, “Connexion à Internet”, à la page 67. Transfert de fichiers vers un autre ordinateur Plusieurs solutions vous sont offertes pour transférer des fichiers ou des documents de ou vers votre iMac G5.  Vous pouvez facilement transférer des fichiers à l’aide de l’Assistant réglages. Pour plus d’informations, consultez la section “Transfert d’informations vers votre iMac G5” à la page 8.  Vous pouvez transférer des fichiers via Internet en utilisant .Mac ou d’autres comptes Internet. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.mac.com.  Si votre ordinateur est connecté à un réseau Ethernet, vous pouvez transférer des fichiers vers un autre ordinateur en réseau. Pour accéder à un autre serveur ou ordinateur, ouvrez une fenêtre du Finder et cliquez sur Réseau. Si vous connaissez le nom ou l’adresse réseau de l’ordinateur, choisissez Aller > Se connecter au serveur dans la barre des menus du Finder.  Vous pouvez créer un réseau Ethernet de petite taille en reliant votre iMac G5 au port Ethernet d’un autre ordinateur à l’aide d’un câble Ethernet. Pour plus d’informations, ouvrez l’aide Mac OS et recherchez “Connexion de deux ordinateurs”.  Vous pouvez également vous connecter à un autre Mac au moyen d’un câble FireWire. Votre iMac G5 apparaît comme un lecteur de disque sur l’autre ordinateur. Vous pouvez alors transférer les fichiers. Pour plus d’informations sur l’utilisation de FireWire pour le transfert de fichiers, consultez la section “Mode disque cible FireWire” à la page 27.  Vous pouvez vous connecter à un réseau sans fil AirPort pour transférer des fichiers. Pour plus d’informations, consultez la section “Réseau sans fil AirPort Extreme” à la page 28. Pour plus d’informations sur le transfert de fichiers et de documents, ouvrez l’Aide Mac (voir la page 22) et recherchez “Création d’un petit réseau”. F3027Q45C\D.book Page 20 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 2 Découverte de votre iMac G5 21 Lorsqu’une application ne répond pas Même si c’est assez rare, il se peut qu’une application se fige à l’écran. Mac OS X permet de quitter une application qui ne répond plus sans redémarrer votre ordinateur, ce qui permet d’enregistrer le travail effectué dans d’autres applications ouvertes. Pour forcer une application à quitter : 1 Appuyez sur Commande (x) + Option + Échap ou choisissez Forcer à quitter dans le menu Pomme (?). La zone de dialogue Forcer à quitter des applications apparaît avec l’application sélectionnée. 2 Cliquez sur Forcer à quitter. L’application quitte, en laissant toutes les autres applications ouvertes. Si besoin est, vous pouvez forcer la fermeture de l’environnement Classic, ce qui ferme alors toutes les applications Mac OS 9. Vous pouvez également redémarrer le Finder à partir de cette boîte de dialogue. Si vous rencontrez d’autres difficultés, consultez le chapitre 5, “Dépannage”, à la page 53. F3027Q45C\D.book Page 21 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM22 Chapitre 2 Découverte de votre iMac G5 Obtention de réponses grâce à l’Aide Mac Vous pouvez trouver des réponses à la plupart de vos questions concernant l’utilisation de votre ordinateur et de Mac OS X dans l’Aide Mac. Pour utiliser l’Aide Mac : 1 Cliquez sur l’icône du Finder dans le Dock. 2 Sélectionnez Aide > Aide Mac (cliquez sur le menu Aide et sélectionnez Aide Mac). 3 Tapez une question dans le champ “Posez une question”, puis appuyez sur la touche Retour du clavier. 4 Double-cliquez sur l’un des éléments apparaissant dans la liste des rubriques d’aide. Utilisation des applications Votre iMac G5 est fourni avec des logiciels, dont la suite iLife, qui vous permettront d’envoyer des messages électroniques, de naviguer sur Internet, de discuter en ligne, d’organiser vos morceaux de musique et vos photos numériques, de créer des vidéos et bien plus encore. Pour plus d’informations sur l’une de ces applications, ouvrez cette dernière puis l’Aide Mac correspondante. F3027Q45C\D.book Page 22 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM3 23 3 Utilisation de votre ordinateur Votre iMac G5 comporte de nombreuses fonctionnalités et capacités d’extension intégrées permettant de le personnaliser selon vos besoins. Voici quelques-unes des fonctionnalités et capacités de votre ordinateur :  Des ports USB (Universal Serial Bus) 2.0 à haute vitesse pour la connexion de matériel supplémentaire, tel qu’une imprimante, un scanneur, une manette de jeu, un clavier, un appareil photo numérique et un lecteur de disquettes.  Des ports FireWire 400 pour la connexion de périphériques à haute vitesse, tels que l’iPod, la caméra iSight, des caméras vidéo numériques et des disques durs externes.  La technologie Bluetooth pour se connecter sans fil à des périphériques numériques.  Les toutes dernières technologies de communication, telles qu’un modem 56K v.92 (sur certains modèles), une carte Ethernet 10/100/1000 Base-T et une connexion de réseau sans fil AirPort Extreme.  Port combiné sortie casque/sortie audio optique, pour connecter des écouteurs ou un équipement audio numérique.  La sortie VGA et l’adaptateur VGA (disponibles sur www.apple.com/francestore) vous permettent de connecter votre iMac G5 à un moniteur externe ou à un appareil de projection. Utilisez le port de sortie vidéo de votre ordinateur iMac G5 et l’adaptateur vidéo Apple (disponible sur www.apple.com/francestore) pour afficher l’écran de votre ordinateur sur n’importe quel téléviseur gérant le format composite ou S-vidéo. Pour en savoir plus sur les capacités de votre iMac G5, commencez par lire ce chapitre. Vous trouverez des informations supplémentaires dans l’Aide Mac (voir la page 22) et sur le site Web Service & Support d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. F3027Q45C\D.book Page 23 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM24 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur USB (Universal Serial Bus) Votre iMac G5 est muni de cinq ports USB (d) (trois ports à haute vitesse USB 2.0 sur l’ordinateur et deux ports USB 1.1 sur le clavier) que vous pouvez utiliser pour connecter de nombreux types de périphériques tels que les imprimantes, scanners, appareils photo numériques, manettes de jeu, claviers et lecteurs de disquette. La technologie USB facilite la connexion de périphériques. Dans la plupart des cas, vous pouvez connecter et déconnecter un périphérique USB pendant que l’ordinateur fonctionne. Vous pouvez utiliser les périphériques dès leur branchement, Utilisation de périphériques USB Pour utiliser un périphérique USB avec votre ordinateur, il suffit de connecter le périphérique à l’ordinateur. L’ordinateur charge le logiciel adéquat chaque fois que vous connectez un nouveau périphérique. Les ports USB 2.0 situés à l’arrière de l’ordinateur vous permettent de brancher des périphériques USB 1.1 et USB 2.0 à haute vitesse. Les périphériques USB 1.1 ne bénéficieront pas du taux de transfert plus rapide de l’USB 2.0. De même, vous pouvez brancher des périphériques USB 2.0 sur les ports USB 1.1 du clavier, mais ils fonctionneront peut-être à des vitesses moindres. Remarque : Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques USB. Si votre iMac G5 ne trouve pas le logiciel adéquat pour un périphérique USB connecté, vous pouvez installer le logiciel fourni avec ce périphérique ou consulter le site Web du fabricant pour connaître les dernières versions. Ports USB d d d F3027Q45C\D.book Page 24 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 25 Utilisation simultanée de plusieurs périphériques USB Si tous vos ports USB sont occupés et que vous souhaitez connecter davantage de périphériques USB, vous pouvez vous procurer un concentrateur USB. Ce dernier se connecte à un port USB disponible de votre ordinateur et vous permet de disposer de ports USB supplémentaires (en général quatre ou sept). La plupart des concentrateurs USB disposent d’un adaptateur secteur et doivent être branchés sur une prise électrique. Informations supplémentaires sur la technologie USB Des informations supplémentaires sur USB sont disponibles dans l’Aide Mac (consultez la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac et recherchez “USB”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web USB d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/usb. Pour obtenir des informations sur les périphériques USB disponibles pour votre ordinateur, consultez le Guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Concentrateur USB F3027Q45C\D.book Page 25 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM26 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur FireWire Votre ordinateur est muni de deux ports FireWire 400 (H). FireWire facilite la connexion et déconnexion des périphériques haute vitesse, tels que l’iPod, la caméra iSight, les caméras vidéo numériques, les imprimantes, les scanneurs et les disques durs. Vous pouvez connecter et déconnecter des périphériques FireWire sans redémarrer votre ordinateur. La liste ci-dessous répertorie certaines des opérations possibles avec FireWire :  Connecter un iPod et transférer des milliers de chansons provenant d’iTunes ou synchroniser vos adresses et les données de votre agenda à l’aide d’iSync.  Connecter une caméra iSight Apple et utiliser l’application iChat AV fournie pour participer à une vidéoconférence avec vos amis ou votre famille via une connexion Internet à haut débit.  Connecter une caméra vidéo numérique pour capturer, transférer et faire des montages vidéo de grande qualité directement sur votre ordinateur au moyen de logiciels de montage vidéo tels qu’iMovie (fourni avec votre ordinateur), Final Cut Express ou Final Cut Pro.  Connecter un disque dur FireWire externe sur le port FireWire et l’utiliser pour sauvegarder des données ou transférer des fichiers. Une icône de disque dur FireWire s’affiche sur le bureau dès que vous connectez le disque dur à votre iMac G5.  Démarrer à partir d’un disque dur externe FireWire. Connectez un disque FireWire externe (équipé d’un système d’exploitation valide), ouvrez la sous-fenêtre Démarrage des Préférences Système, et cliquez sur le disque FireWire. Redémarrez votre ordinateur. Ports FireWire H H F3027Q45C\D.book Page 26 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 27 Utilisation de périphériques FireWire Pour utiliser un périphérique FireWire avec votre ordinateur, il suffit de connecter ce périphérique à l’ordinateur. Apple fournit d’origine des logiciels compatibles avec de nombreux périphériques FireWire. Si votre iMac G5 ne trouve pas le logiciel adéquat pour un périphérique FireWire connecté, vous pouvez installer le logiciel fourni avec ce périphérique ou consulter le site Web du fabricant pour obtenir les dernières versions. Remarque : le port FireWire est conçu pour alimenter les périphériques FireWire (8 watts maximum). Vous pouvez connecter plusieurs périphériques entre eux et relier en chaîne les périphériques (“guirlande”) au port FireWire de votre ordinateur. Dans la plupart des cas, l’ordinateur ne doit pas alimenter plus de deux périphériques. Si vous connectez plus de deux périphériques, les autres périphériques de la guirlande doivent être alimentés au travers d’adaptateurs électriques séparés. Connecter plus de deux périphériques FireWire alimentés par l’ordinateur peut provoquer des problèmes. En cas de problème, éteignez l’ordinateur, déconnectez les périphériques FireWire, puis redémarrez l’ordinateur. Mode disque cible FireWire Si vous souhaitez transférer des fichiers de votre iMac G5 vers un autre ordinateur équipé de la technologie FireWire ou êtes confronté à un problème empêchant le démarrage de votre ordinateur, utilisez le mode disque cible FireWire pour vous connecter à un autre ordinateur. Pour connecter votre iMac G5 en mode disque cible FireWire, procédez de la manière suivante : 1 Assurez-vous que votre iMac G5 est éteint. 2 Utilisez un câble FireWire muni d’un connecteur standard à 6 broches à chaque extrémité pour connecter votre iMac G5 à un autre ordinateur équipé de FireWire. 3 Démarrez votre iMac G5 et appuyez immédiatement sur la touche T en la maintenant enfoncée. Le logo FireWire s’affiche sur l’écran de votre iMac G5. L’écran de l’autre ordinateur affiche l’icône du disque dur interne de votre iMac G5 et l’icône d’un CD ou d’un DVD inséré dans le lecteur optique de votre iMac G5. 4 Faites glisser l’icône du disque dur de l’iMac G5 et l’icône du CD ou DVD dans la Corbeille lorsque vous avez terminé le transfert de fichiers. 5 Appuyez sur le bouton d’alimentation du de l’iMac G5 pour l’éteindre. 6 Débranchez le câble FireWire. Informations supplémentaires sur la technologie FireWire Des informations supplémentaires sur FireWire sont disponibles dans l’Aide Mac (consultez la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “FireWire”. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web FireWire d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/firewire. F3027Q45C\D.book Page 27 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM28 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Réseau sans fil AirPort Extreme La technologie AirPort Extreme est déjà installée sur votre iMac G5. AirPort permet d’accéder sans fil à Internet en toute simplicité et sans vous ruiner n’importe où, que ce soit chez vous, au bureau ou dans un établissement scolaire. Au lieu de faire appel à des câbles classiques, AirPort utilise la technologie de réseau local (LAN) sans fil permettant une communication sans fil entre plusieurs ordinateurs. Un réseau sans fil vous permet d’établir un accès à Internet, de transférer des fichiers, de jouer à plusieurs, etc. Remarque : vous aurez également besoin d’une borne d’accès AirPort et d’un accès à Internet (ce service peut être payant). Certains fournisseurs d’accès à Internet ne sont pas encore compatibles avec AirPort. La portée varie en fonction des conditions d’emplacement. Fonctionnement de l’accès sans fil à Internet via AirPort Le système AirPort permet d’établir une connexion sans fil avec un appareil appelé borne d’accès qui dispose, lui, d’une connexion physique à Internet. La technologie AirPort fonctionne comme un téléphone sans fil. Grâce à la technologie AirPort Extreme, votre ordinateur établit une connexion sans fil à une borne d’accès, ellemême connectée à Internet via une ligne téléphonique ou un modem DSL ou câble. Connexion à Internet Sortie CA Antennes AirPort Modem câble ou DSL Borne d’accès AirPort Express F3027Q45C\D.book Page 28 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 29 Informations complémentaires à propos d’AirPort Pour acheter une borne d’accès AirPort, contactez votre fournisseur agréé Apple ou rendez-vous sur le site Web Apple Store, à l’adresse www.apple.com/francestore. Des informations supplémentaires sur AirPort sont disponibles dans l’Aide AirPort. Sélectionnez Aide > Aide Mac, puis Centre d’aide > Aide AirPort. Vous pouvez également trouver des informations sur le site Web AirPort d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/airport. Technologie sans fil Bluetooth La technologie Bluetooth est déjà installée sur votre iMac G5. Cette dernière vous permet de créer des connexions sans fil de faible portée entre des ordinateurs de bureaux et portables, des assistants personnels, des téléphones portables, des téléphones appareils photo, des imprimantes, des appareils photo numériques et des périphériques d’entrée sans fil tels que le clavier Apple Wireless Keyboard ou la souris Apple Wireless Mouse (disponibles à la vente sur le site www.apple.com/francestore). La technologie sans fil Bluetooth permet d’éliminer les câbles reliant normalement les périphériques. Les périphériques prenant en charge Bluetooth peuvent se connecter l’un à l’autre sans besoin de liaison physique, dans la mesure où ils sont séparés d’une distance égale ou inférieure à 10 mètres. Avec la technologie sans fil Bluetooth, vous pouvez :  Utiliser votre iMac G5 pour communiquer avec un téléphone mobile prenant en charge la technologie Bluetooth. Votre téléphone peut servir de modem pour vous connecter à un fournisseur de services sans fil, à un débit de 56 kilobits par seconde (Kbps) suffisant pour vous connecter à Internet.  Échanger des fichiers entre ordinateurs et périphériques prenant en charge Bluetooth, même entre Mac et PC. Apple recommande l’utilisation du réseau sans fil AirPort Extreme pour le transfert de tous vos fichiers à l’exception des plus petits.  Synchroniser des données entre votre ordinateur et un assistant personnel compatible Bluetooth. À l’aide d’iSync, vous pouvez exécuter une opération HotSync sans fil ou transmettre votre carte de visite ou encore des événements de calendrier directement sur le PDA d’un collègue.  Utiliser un clavier ou une souris sans fil Bluetooth.  Imprimer vers une imprimante Bluetooth.  Utiliser un casque d’écoute Bluetooth. F3027Q45C\D.book Page 29 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM30 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Configuration d’un périphérique Bluetooth : Avant de pouvoir utiliser votre téléphone mobile pour accéder à Internet ou échanger des informations de contact, partager des fichiers avec d’autres périphériques, ou encore utilisez un clavier ou une souris Bluetooth, vous devez configurer le périphérique pour qu’il fonctionne avec votre ordinateur. Une fois le périphérique configuré, il est “jumelé” avec votre ordinateur et apparaît dans la sous-fenêtre Périphériques des Préférences Bluetooth. Vous n’avez à jumeler l’ordinateur et le périphérique qu’une seule fois et les deux appareils restent alors jumelés jusqu’à ce que vous en décidiez autrement. Pour configurer un périphérique Bluetooth : 1 vous pouvez également choisir “Configurer l’appareil Bluetooth” dans le menu d’état Bluetooth (?) de la barre des menus. 2 Suivez les instructions affichées à l’écran pour le type de périphérique que vous souhaitez configurer. Important : si le menu d’état Bluetooth (?) ne se trouve pas dans la barre des menus, ouvrez les Préférences Système et cliquez sur Bluetooth. Cliquez sur Réglages, puis sélectionnez “Afficher l’état Bluetooth dans la barre des menus”. Pour supprimer un jumelage avec un autre périphérique : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Cliquez sur Périphériques et choisissez le périphérique dans la liste. 3 Cliquez alors sur Supprimer le jumelage. F3027Q45C\D.book Page 30 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 31 Configuration de l’échange de fichiers Bluetooth Vous pouvez contrôler la manière dont l’ordinateur gère les fichiers échangés entre appareils Bluetooth. Vous pouvez choisir d’accepter ou de refuser les fichiers envoyés à votre ordinateur, dans quel dossier placer les fichiers reçus et acceptés, les dossiers de votre ordinateur que les autres appareils Bluetooth peuvent consulter et les applications à utiliser pour exploiter les fichiers acceptés. Pour configurer un échange de fichiers Bluetooth : 1 Ouvrez Préférences Système, puis cliquez sur Bluetooth. 2 Cliquez sur Partage. 3 Cochez la case Activé pour l’Échange de fichiers Bluetooth, puis utilisez les menus locaux pour paramétrer les réglages. Envoi d’un fichier à un appareil Bluetooth Votre ordinateur peut envoyer des fichiers vers d’autres appareils Bluetooth situés dans la zone de couverture de votre ordinateur. Si votre ordinateur n’est pas jumelé avec l’appareil, il se peut que vous deviez vous authentifier auprès de ce dernier avant de pouvoir envoyer le fichier. Si vous avez déjà jumelé l’ordinateur à l’appareil, vous ne devriez pas avoir à vous authentifier. Pour envoyer un fichier à un appareil Bluetooth : 1 Choisissez Envoyer un fichier dans le menu d’état Bluetooth de la barre des menus. 2 Sélectionnez le fichier que vous souhaitez envoyer puis cliquez sur Envoyer. 3 Choisissez un appareil dans la liste Appareil, puis cliquez sur Envoyer. Si l’appareil ne se trouve pas dans la liste, cliquez sur Rechercher. Une fois l’appareil retrouvé, vous pouvez l’ajouter à votre liste de favoris. Pour plus d’informations sur la technologie sans fil Bluetooth Pour accéder à l’aide Bluetooth, ouvrez l’applications Échange de fichiers Bluetooth (dans le dossier Utilitaires du dossier Applications) et sélectionnez Aide > Aide Bluetooth. Vous trouverez d’autres informations sur le site Web d’Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/bluetooth. F3027Q45C\D.book Page 31 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM32 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Ethernet (10/100/1000Base-T) Votre ordinateur est doté de la technologie de mise en réseau Ethernet 10/100/1000 mégabits par seconde (Mbps) Base-T (paire torsadée), qui permet de vous connecter à un réseau ou à un modem câble ou DSL. La connexion à un réseau vous donne accès à d’autres ordinateurs et vous permet de stocker et de récupérer des informations, d’utiliser les imprimantes d’un réseau, des modems et une messagerie électronique ou de vous connecter à Internet. Vous pouvez également partager des fichiers entre deux ordinateurs ou établir un petit réseau. Le port Ethernet de votre iMac G5 détecte automatiquement les autres périphériques Ethernet. Pour établir des connexions à d’autres périphériques Ethernet, il est inutile d’utiliser un câble croisé.  Utilisez un câble Ethernet de catégorie 3 (Cat 3) à quatre paires pour vous connecter à un réseau Ethernet 10 Base-T.  Utilisez un câble Ethernet de catégorie 5 (Cat 5) à deux paires pour vous connecter à un réseau Ethernet 10 Base-T, 100 Base-T ou 1000 Base-T. Informations supplémentaires sur l’utilisation d’Ethernet Des informations supplémentaires, expliquant notamment comment établir un réseau Ethernet et transférer des fichiers via Ethernet, sont disponibles dans l’Aide Mac (reportez-vous à la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “Ethernet” ou “réseau”. Pour obtenir des informations sur les produits réseau que vous pouvez utiliser avec votre iMac G5, consultez le guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Port Ethernet (10/100/1000Base-T) G F3027Q45C\D.book Page 32 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 33 Support audio Votre iMac G5 est doté d’un dispositif audio complet, notamment un port combinant une sortie casque/sortie audio optique permettant de brancher des écouteurs ou un équipement audio numérique, ainsi qu’un port d’entrée audio analogique. Port de sortie casque/sortie audio optique Pour écouter de la musique sans déranger les personnes autour de vous, branchez une paire d’écouteurs sur le port combiné de sortie casque/sortie audio optique (f). Vous pouvez également connecter votre iMac G5 à un récepteur AV à l’aide d’un câble audio optique doté d’une mini-prise pour établir un système de home cinéma basé sur votre iMac G5. Port de sortie casque/ sortie audio optique fdigital F3027Q45C\D.book Page 33 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM34 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Port d’entrée audio Au dos de l’ordinateur, le port d’entrée audio analogique (,) permet de connecter un microphone externe sous tension ou d’autres équipements audio pour importer de l’audio. Pour sélectionner le périphérique audio d’entrée ou de sortie à employer, utilisez la sous-fenêtre Son des Préférences Système. Informations supplémentaires sur l’utilisation de l’audio L’Aide Mac contient des informations supplémentaires sur l’utilisation de l’audio (voir la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “audio” ou “musique.” Pour obtenir des informations sur les produits audio et de musique que vous pouvez utiliser avec votre iMac G5, consultez le guide des produits Macintosh à l’adresse www.apple.com/fr/guide. Gestion de vidéo externe (VGA, Composite et S-Vidéo) Votre ordinateur dispose d’un port de sortie vidéo qui vous permet de le connecter à un moniteur (écran) externe ou à un projecteur VGA à l’aide de l’adaptateur VGA (disponible sur www.apple.com/francestore). Vous pouvez également afficher ou enregistrer des images en connectant un téléviseur, un projecteur vidéo ou un magnétoscope à l’aide de l’adaptateur vidéo Apple (disponible sur www.apple.com/francestore). Port d’entrée audio , F3027Q45C\D.book Page 34 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 35 Remarque : l’adaptateur vidéo d’Apple n’est pas compatible avec certains modèles antérieurs d’iMac. Lorsque votre iMac G5 est connecté à un moniteur externe ou à un téléviseur, la même image apparaît sur son écran et sur le moniteur externe (mode appelé recopie vidéo). Remarque : en raison des limitations d’affichage de la plupart des téléviseurs, la qualité des images affichées sur un téléviseur sera inférieure à celle des images affichées par l’écran intégré ou un moniteur externe. Connexion d’un écran externe ou d’un projecteur Pour connecter un écran externe ou un projecteur à votre ordinateur à l’aide d’une connexion VGA : 1 Allumez l’écran externe ou le projecteur. 2 Connectez l’adaptateur VGA Apple au port VGA du moniteur externe ou du projecteur. 3 Connectez l’adaptateur de moniteur VGA d’Apple à votre iMac G5. Votre iMac G5 détecte automatiquement l’écran externe. Important : pour être sûr que votre iMac G5 détecte automatiquement le moniteur externe ou le projecteur, veillez à d’abord brancher l’adaptateur VGA à ce moniteur externe ou projecteur. 4 Utilisez la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système pour régler la résolution du moniteur externe ou du projecteur. Port de sortie vidéo £ F3027Q45C\D.book Page 35 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM36 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Connexion d’un téléviseur, d’un magnétoscope ou de tout autre appareil vidéo Pour connecter un téléviseur, un magnétoscope ou tout autre appareil vidéo à votre iMac G5 : 1 Connectez l’extrémité munie d’une seule fiche de l’adaptateur vidéo d’Apple au port de sortie vidéo de votre iMac G5. 2 Connectez l’autre extrémité de l’adaptateur au port vidéo composite ou S-vidéo du téléviseur ou du magnétoscope. 3 Allumez l’appareil. 4 Pour régler l’apparence des images affichées à l’écran, ouvrez la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. L’image apparaît alors à la fois sur l’iMac G5 et sur le téléviseur. Informations supplémentaires sur l’utilisation d’un moniteur externe ou d’un téléviseur Vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur la configuration et l’utilisation d’un moniteur externe dans l’Aide Mac. Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “moniteur”. Utilisation de votre lecteur optique Votre lecteur optique permet d’installer ou d’exécuter des applications à partir de CD et de DVD. Vous pouvez écouter de la musique à partir d’un CD audio et regarder des films sur DVD. Vous pouvez également graver des CD de musique lisibles sur la plupart des lecteurs de CD et enregistrer des documents et autres fichiers numériques sur des CD-R et CD-RW. Important : le lecteur optique de votre iMac G5 est compatible avec les disques circulaires standard de 12 cm. Les disques d’une autre forme ou d’un diamètre inférieur à 12 cm ne sont pas compatibles. Les disques non circulaires ou plus petits risquent de se coincer dans le lecteur. En cas de disque coincé, reportez-vous aux informations de dépannage à la page 57. Si votre iMac G5 possède un lecteur SuperDrive, vous pouvez également graver des vidéos familiales en réalisant des DVD vidéo qui pourront être lus sur la plupart des lecteurs de DVD de salon, ou bien enregistrer des documents et autres fichiers numériques sur des disques DVD-R, DVD-RW, DVD+R, DVD+RW et DVD+R Double couche (DL) vierges, en utilisant le Finder ou iDVD. Vous pouvez placer près de deux fois plus de données (8,54 Go) sur un disque DVD+R DL (double couche). F3027Q45C\D.book Page 36 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 37 Remarque : si vous possédez des logiciels anciens sur disquette, demandez à l’éditeur s’ils sont disponibles sur CD ou téléchargeables en ligne ou achetez un lecteur de disquette externe USB pour votre iMac G5 auprès d’un distributeur Apple ou sur le site Apple Store (www.apple.com/francestore). Insertion d’un CD ou DVD Pour installer ou utiliser des logiciels à partir d’un disque CD-ROM ou DVD-ROM, procédez comme suit : 1 Insérez le disque dans le lecteur optique, en plaçant l’étiquette vers vous. 2 Dès que son icône apparaît sur le bureau, le disque peut être utilisé. Remarque : certains disques DVD sont à double face. Éjection d’un disque Pour éjecter un disque, procédez comme suit :  Glissez l’icône du disque dans la Corbeille.  Maintenez enfoncée la touche d’éjection de disque (C) sur le clavier jusqu’à ce que le disque soit éjecté. Si vous ne parvenez pas à éjecter le disque, fermez toutes les applications susceptibles d’utiliser le disque et réessayez. Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. F3027Q45C\D.book Page 37 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM38 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Lecture de DVD Insérez le DVD que vous voulez lire. L’application Lecteur DVD s’ouvre automatiquement et lance la lecture du disque. Si vous avez connecté l’iMac G5 à un téléviseur pour regarder vos DVD sur l’écran du téléviseur, sélectionnez 720 x 480 NTSC (aux États-Unis) ou 720 x 576 PAL (en Europe et dans d’autres régions) dans la sous-fenêtre Moniteurs des Préférences Système. Il est très facile de connecter votre iMac G5 à une chaîne stéréo. Utilisez un câble audio optique muni d’un connecteur mini-prise (en vente sur www.apple.com/francestore) pour relier le port de sortie combiné casque/sortie audio optique (f) de votre iMac G5 au port d’entrée audio optique de votre récepteur stéréo. Enregistrement de disques CD-R et CD-RW Vous pouvez enregistrer des disques CD-R ou CD-RW directement à partir de votre bibliothèque iTunes. Pour enregistrer de la musique sur un CD-R ou CD-RW via iTunes : 1 Cliquez sur l’icône d’iTunes dans le Dock. 2 Sélectionnez la liste de lecture à enregistrer. 3 Insérez un disque vierge CD-R ou CD-RW. (Pour une compatibilité optimale avec les lecteurs CD, utilisez un CD-R). 4 En haut de la fenêtre iTunes, cliquez sur l’option Graver le CD. Pour enregistrer vos fichiers et dossiers sur un CD-R ou CD-RW à l’aide du Finder : 1 Insérez un disque vierge dans le lecteur optique. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque. Une icône correspondant au CD apparaît sur le bureau. 3 Glissez des fichiers et dossiers sur l’icône du disque. 4 Choisissez Fichier > Graver le disque ou sélectionnez le disque, puis glissez-le sur l’icône “Graver le disque“ située dans le Dock. Pour plus d’informations  Pour obtenir des informations sur l’enregistrement de fichiers de musique sur un CD-R à l’aide d’iTunes, ouvrez iTunes et choisissez Aide > Aide iTunes et Music Store.  Pour obtenir des instructions sur l’utilisation de l’application Lecteur DVD, ouvrez Lecteur DVD et choisissez Aide > Aide Lecteur DVD. F3027Q45C\D.book Page 38 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 3 Utilisation de votre ordinateur 39 Enregistrement d’informations sur un DVD Si votre iMac G5 est équipé d’un lecteur SuperDrive, vous pouvez graver vos vidéos numériques familiales sur DVD+R DL (double couche), DVD±RW ou DVD±R. Vous pouvez également enregistrer d’autres types de données numériques (vous pouvez sauvegarder vos fichiers par exemple). Pour graver des données sur un DVD-R à l’aide du Finder : 1 Insérez un DVD+R DL (double couche), un DVD±RW ou un DVD±R vierge dans le lecteur. 2 Dans la zone de dialogue qui apparaît, attribuez un nom au disque et sélectionnez le format souhaité. Une icône représentant le DVD apparaît sur le bureau. 3 Double-cliquez sur l’icône du DVD, puis glissez-y des fichiers et des dossiers. 4 Choisissez Fichier > Graver le disque ou sélectionnez le disque, puis glissez-le sur l’icône “Graver le disque“ située dans le Dock. Vous pouvez également utiliser iDVD pour créer vos propres DVD personnalisés, les graver sur DVD vierge et les lire ensuite sur la plupart des lecteurs de DVD standard. Pour plus d’informations sur l’utilisation d’iDVD, ouvrez iDVD et choisissez Aide > Aide iDVD. Commandes du clavier Les commandes clavier vous permettent de régler rapidement le volume ou d’éjecter un CD ou un DVD. Pour augmenter le contraste de l’écran, appuyez sur la touche F15 de votre clavier. Pour diminuer le contraste, appuyez sur la touche F14. Avec Exposé, vous pouvez facilement gérer les fenêtres sur l’écran. Pour voir toutes les fenêtres ouvertes d’un seul coup d’œil, appuyez sur F9. Pour voir toutes les fenêtres ouvertes dans l’application active, appuyez sur F10. Pour masquer toutes les fenêtres ouvertes pour pouvoir visualiser le bureau, appuyez sur F11. Diminution du volume Augmentation du volume Touche de mode silencieux Touche d’éjection de disque F3027Q45C\D.book Page 39 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM40 Chapitre 3 Utilisation de votre ordinateur Protection de votre ordinateur Insérez un câble de verrouillage (disponible sur www.apple.com/francestore) dans le logement de sécurité intégré pour attacher votre iMac G5 à un objet fixe. Des informations supplémentaires sur les fonctionnalités logicielles de sécurité de votre iMac G5, y compris les mots de passe d’utilisateurs multiples et le cryptage des fichiers, sont disponibles dans l’Aide Mac (voir la page 22). Choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “sécurité” ou “utilisateurs multiples”. Logement de sécurité F3027Q45C\D.book Page 40 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM4 41 4 Extension des capacités de votre ordinateur Ce chapitre fournit des informations et des instructions pour l’extension des capacités de votre ordinateur. Vous y trouverez des instructions sur les opérations suivantes :  “Ajout de mémoire” à la page 41.  “Remplacement de la pile de secours interne” à la page 48. Ajout de mémoire Votre iMac G5 contient au moins 512 mégaoctets (Mo) de mémoire DDR-SDRAM (Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access). Votre iMac G5 dispose par ailleurs de deux logements de mémoire, dont l’un est généralement libre en vue d’éventuelles extensions. Il est compatible avec les modules de mémoire répondant aux spécifications suivantes :  compatibilité PC-3200 (également appelé DDR-400) ;  DDR-SDRAM (Double Data Rate-Synchronous Dynamic Random Access Memory) ;  sans tampon et non enregistrée. La quantité maximale de mémoire pouvant être contenue par votre iMac G5 est de 2 gigaoctets (Go), via l’insertion de modules de mémoire de 1 Go dans chaque logement. Utilisez Informations Système pour déterminer la quantité de mémoire installée sur votre iMac G5. Pour accéder à Informations Système, choisissez Pomme (?) > À propos de ce Mac dans la barre des menus, puis cliquez sur Plus d’infos. Avertissement : tout dommage causé à votre matériel en tentant d’installer vous-même de la mémoire n’est pas couvert par la garantie limitée de votre ordinateur. F3027Q45C\D.book Page 41 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM42 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur Pour installer un module de mémoire : 1 Éteignez votre ordinateur en choisissant menu Pomme (?) > Éteindre. Débranchez tous les câbles de l’ordinateur, y compris le câble d’alimentation. 2 Placez un linge ou un chiffon propre et doux sur le bureau ou la table. Tout en tenant l’ordinateur par les côtés, posez-le lentement à plat afin de faire reposer l’écran contre la surface de la table et de tourner le dessous de l’ordinateur vers vous. 3 Soulevez le socle et utilisez un tournevis cruciforme n°1 pour desserrer les trois vis imperdables situées sur le dessous de l’ordinateur, en tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. · Avertissement : le capteur de lumière intégré se situe sur la gauche de la vis du milieu, comme indiqué sur l’illustration. Ne confondez pas le capteur de lumière avec une vis. L’introduction d’un tournevis ou de tout autre objet pointu dans le capteur pourrait endommager votre ordinateur. Socle Tournevis cruciforme Dévissez ces 3 vis Vis Capteur de lumière intégré F3027Q45C\D.book Page 42 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 43 4 Tout en tenant le socle métallique, faites pivoter le couvercle arrière vers le haut pour le soulever de l’ordinateur. Le couvercle arrière attaché au socle doit venir facilement. Si ce n’est pas le cas, assurez-vous que les vis sont entièrement dévissées dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, en veillant à ne pas forcer. 5 Pour protéger l’ordinateur contre toute décharge d’électricité statique, reliez-vous à la terre en touchant la surface métallique à l’intérieur de l’ordinateur. Avertissement : déchargez-vous toujours de l’électricité statique que vous êtes susceptible d’avoir accumulé avant de toucher ou d’installer tout composant à l’intérieur de l’ordinateur. Pour éviter de générer de l’électricité statique, ne vous déplacez pas dans la pièce avant d’avoir achevé l’installation de la mémoire et d’avoir refermé l’ordinateur. F3027Q45C\D.book Page 43 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM44 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 6 Insérez le module de mémoire en angle droit dans son logement et appuyez doucement dessus pour le fixer. Le module ne s’insère dans le logement que dans un seul sens. Veillez à aligner les encoches du module avec celles à l’intérieur du logement. 4 1 2 3 iMac 17 pouces iMac 20 pouces F3027Q45C\D.book Page 44 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 45 7 Tout en tenant le couvercle arrière par le socle, basculez-le légèrement afin d’aligner les languettes de son bord supérieur avec les fentes du bord supérieur de l’ordinateur. Faites pivoter le couvercle arrière vers le bas et appuyez doucement jusqu’à ce qu’il s’ajuste parfaitement sur l’ordinateur. F3027Q45C\D.book Page 45 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM46 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 8 Resserrez les trois vis imperdables en les vissant dans le sens des aiguilles d’une montre. Veillez à ne pas trop les serrer pour ne pas en abîmer la tête. 9 En tenant l’ordinateur par les côtés, tournez-le doucement afin de le remettre à l’endroit. Rebranchez ensuite les câbles et le cordon d’alimentation que vous avez débranchés de l’ordinateur. 10 Allumez l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation situé à l’arrière. · Avertissement : le capteur de lumière intégré se situe sur la gauche de la vis du milieu, comme indiqué sur l’illustration. Ne confondez pas le capteur de lumière avec une vis. L’introduction d’un tournevis ou de tout autre objet pointu dans le capteur pourrait endommager votre ordinateur. Avertissement : faire fonctionner l’ordinateur lorsqu’il est ouvert ou que certains de ses composants ont été enlevés peut s’avérer dangereux ou l’endommager. Socle Tournevis cruciforme Vissez ces 3 vis Vis Capteur de lumière intégré F3027Q45C\D.book Page 46 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 47 Vérification de la reconnaissance de la nouvelle mémoire par votre ordinateur Après l’installation de mémoire supplémentaire dans votre iMac G5, vérifiez que l’ordinateur reconnaît bien cette nouvelle mémoire. Procédez de la manière suivante : 1 Démarrez votre ordinateur. 2 Lorsque vous voyez apparaître le bureau Mac OS, choisissez menu Pomme (?) > À propos de ce Mac. Ce total inclut la quantité de mémoire installée d’origine plus la quantité que vous avez ajoutée. Pour une répartition plus détaillée de la quantité de mémoire installée dans votre ordinateur, ouvrez Informations Système en cliquant sur Plus d’infos. Si votre ordinateur ne reconnaît pas la mémoire ou ne démarre pas correctement, éteignez-le et vérifiez de nouveau les instructions pour vous assurer que la mémoire installée est bien compatible avec cet iMac G5 et qu’elle est correctement installée. Si les problèmes persistent, retirez la mémoire et consultez les informations d’assistance technique fournies avec la mémoire ou contactez le fournisseur de la mémoire. Mémoire totale installée dans votre iMac G5 F3027Q45C\D.book Page 47 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM48 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur Remplacement de la pile de secours interne La pile de secours intégrée à votre iMac G5 permet de conserver certains réglages, comme l’heure et la date, quand l’ordinateur est éteint. Si vous avez des problèmes pour démarrer votre ordinateur ou que des réglages changent au démarrage, il se peut que vous deviez changer la pile de secours interne. Remarque : si votre ordinateur est branché sur un bloc multiprise, Apple vous recommande de laisser ce bloc allumé pour préserver la longévité de votre pile. Pour remplacer une pile de secours interne dans votre iMac G5 : 1 Éteignez votre ordinateur en choisissant menu Pomme (?) > Éteindre. Débranchez tous les câbles de l’ordinateur, y compris le câble d’alimentation. 2 Placez un linge ou un chiffon propre et doux sur le bureau ou la table. Tout en tenant l’ordinateur par les côtés, posez-le lentement à plat afin de faire reposer l’écran contre la surface de la table et de tourner le dessous de l’ordinateur vers vous. 3 Soulevez le socle et utilisez un tournevis cruciforme n°1 pour desserrer les trois vis imperdables situées sur le dessous de l’ordinateur, en tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. · Avertissement : le capteur de lumière intégré se situe sur la gauche de la vis du milieu, comme indiqué sur l’illustration. Ne confondez pas le capteur de lumière avec une vis. L’introduction d’un tournevis ou de tout autre objet pointu dans le capteur pourrait endommager votre ordinateur. Socle Tournevis cruciforme Dévissez ces 3 vis Vis Capteur de lumière intégré F3027Q45C\D.book Page 48 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 49 4 Tout en tenant le socle métallique, faites pivoter le couvercle arrière vers le haut pour le soulever de l’ordinateur. Le couvercle arrière attaché au socle doit venir facilement. Si ce n’est pas le cas, assurez-vous que les vis sont entièrement dévissées dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. 5 Pour protéger l’ordinateur contre toute décharge d’électricité statique, reliez-vous à la terre en touchant la surface métallique à l’intérieur de l’ordinateur. Avertissement : déchargez-vous toujours de l’électricité statique que vous êtes susceptible d’avoir accumulé avant de toucher ou d’installer tout composant à l’intérieur de l’ordinateur. Pour éviter de générer de l’électricité statique, ne vous déplacez pas dans la pièce avant d’avoir achevé l’installation et d’avoir refermé l’ordinateur. F3027Q45C\D.book Page 49 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM50 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 6 Pour retirer l’ancienne pile, placez un ongle dans l’encoche, soulevez la pile et glissez-la en dehors de la languette métallique. 7 Repérez le côté positif (+) de la nouvelle pile. Glissez la pile sous la languette métallique de façon à ce qu’elle touche le côté positif. Avertissement : l’installation incorrecte de la pile peut provoquer une explosion. Assurez-vous de respecter la position des pôles. Utilisez uniquement une pile de type identique ou une pile équivalente recommandée par le fabricant de la pile d’origine. 4 1 2 3 Languette métallique Insérez la nouvelle pile Encoche Ôtez l’ancienne pile F3027Q45C\D.book Page 50 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 51 8 Tout en tenant le couvercle arrière par le socle, basculez-le légèrement afin d’aligner les languettes de son bord supérieur avec les fentes du bord supérieur de l’ordinateur. Faites pivoter le couvercle arrière vers le bas et appuyez doucement jusqu’à ce qu’il s’ajuste parfaitement sur l’ordinateur. F3027Q45C\D.book Page 51 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM52 Chapitre 4 Extension des capacités de votre ordinateur 9 Resserrez les trois vis imperdables en les vissant dans le sens des aiguilles d’une montre. Veillez à ne pas trop les serrer pour ne pas en abîmer la tête. 10 En tenant l’ordinateur par les côtés, tournez-le doucement afin de le remettre à l’endroit. Rebranchez ensuite les câbles et le cordon d’alimentation que vous avez débranchés de l’ordinateur. 11 Allumez l’ordinateur en appuyant sur le bouton d’alimentation situé à l’arrière. Remarque : le remplacement de la pile peut provoquer le rétablissement des valeurs par défaut de certains réglages tels que la date et l’heure. Vous devrez peut-être également restaurer les réglages de modem dans les applications de communication que vous utilisez. Débarrassez-vous de l’ancienne pile selon les instructions de la section “Disposal and Recycling Information” à la page 86. · Avertissement : le capteur de lumière intégré se situe sur la gauche de la vis du milieu, comme indiqué sur l’illustration. Ne confondez pas le capteur de lumière avec une vis. L’introduction d’un tournevis ou de tout autre objet pointu dans le capteur pourrait endommager votre ordinateur. Avertissement : faire fonctionner l’ordinateur lorsqu’il est ouvert ou que certains de ses composants ont été enlevés peut s’avérer dangereux ou l’endommager. Socle Tournevis cruciforme Vissez ces 3 vis Vis Capteur de lumière intégré F3027Q45C\D.book Page 52 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM5 53 5 Dépannage Il se peut que vous rencontriez à titre exceptionnel des problèmes en utilisant votre iMac G5. Dans ce chapitre, vous trouverez des suggestions pour résoudre ces problèmes. Ce chapitre apporte des solutions aux problèmes qui vous empêchent de travailler avec votre ordinateur, tels que le blocage du système ou de l’ordinateur. Vous trouverez d’autres informations de dépannage dans l’Aide Mac (voir la page 22) et sur le site Web Service & Support d’Apple à l’adresse www.apple.com/fr/support. Lorsque vous rencontrez un problème avec votre ordinateur, sachez qu’il existe généralement une solution simple et rapide. Dans un tel cas, essayez de noter les opérations que vous avez effectuées avant que le problème ne survienne. Ce récapitulatif permet de restreindre les causes possibles du problème et de trouver la solution. Les éléments à noter comprennent :  Les applications que vous étiez en train d’utiliser quand le problème est apparu. Les problèmes qui n’apparaissent qu’avec une application spécifique peuvent indiquer que cette application n’est pas compatible avec la version de Mac OS installée sur votre ordinateur.  Tout logiciel installé récemment. Certaines applications installent des extensions qui peuvent ne pas être compatibles avec l’environnement Classic.  Tout nouveau composant matériel connecté ou installé (mémoire supplémentaire ou périphérique, par exemple). Problèmes vous empêchant d’utiliser votre ordinateur Si l’ordinateur ne répond pas ou que le pointeur se fige  Assurez-vous tout d’abord que la souris et le clavier sont connectés. Débranchez puis rebranchez les connecteurs et vérifiez qu’ils sont correctement mis en place. Si vous avez un clavier ou une souris sans fil, vérifiez que les piles sont en état de marche. F3027Q45C\D.book Page 53 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM54 Chapitre 5 Dépannage  Si cela ne donne pas de résultats, essayez de forcer la fermeture des applications posant problème. Maintenez les touches Option et Commande (x) enfoncées, puis appuyez sur Échap. Si une zone de dialogue apparaît, sélectionnez-y l’application et cliquez sur Forcer à quitter. Ensuite, enregistrez le travail de toute application ouverte, puis redémarrez l’ordinateur afin de vous assurer que le problème est entièrement réglé.  Si vous ne parvenez pas à forcer la fermeture de l’application, maintenez le bouton d’alimentation (®) situé à l’arrière de l’ordinateur enfoncé pour l’éteindre.  Si cela reste sans effets, débranchez le câble d’alimentation de l’ordinateur. Rebranchez-le, puis appuyez sur le bouton d’alimentation (®) de l’ordinateur pour le rallumer. Si le problème survient fréquemment lorsque vous utilisez une application particulière, consultez le fabricant de cette dernière pour vérifier si elle est compatible avec votre ordinateur. Pour l’assistance et les informations de contact relatives aux logiciels fournis avec votre ordinateur, rendez-vous sur www.apple.com/guide. Si le problème se reproduit fréquemment, réinstallez éventuellement votre logiciel système (voir “Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur” à la page 55). Si l’ordinateur se bloque lors du démarrage ou si un point d’interrogation clignote à l’écran  Patientez quelques secondes. Si l’ordinateur ne démarre pas après un certain temps, éteignez-le en maintenant le bouton d’alimentation (®) enfoncé pendant 5 secondes, jusqu’à ce qu’il s’éteigne complètement. Maintenez ensuite la touche Option enfoncée, puis appuyez de nouveau sur le bouton d’alimentation (®) pour démarrer votre ordinateur. Lorsque votre ordinateur démarre, cliquez sur l’icône du disque dur, puis sur la flèche droite.  Une fois que l’ordinateur a démarré, ouvrez Préférences Système et cliquez sur Démarrage. Sélectionnez un dossier Système Mac OS X.  Si le problème se reproduit fréquemment, réinstallez éventuellement votre logiciel système (voir “Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur” à la page 55). Si l’ordinateur ne s’allume pas ou ne démarre pas  Assurez-vous que le câble d’alimentation est connecté à l’ordinateur et branché sur une prise électrique en état de marche.  Si le problème persiste, appuyez sur le bouton d’alimentation (®) et maintenez enfoncées les touches Commande (x), Option, P et R jusqu’à entendre une seconde fois le signal de démarrage.  Si vous avez récemment ajouté de la mémoire, assurez-vous qu’elle est correctement installée et compatible avec votre ordinateur. Vérifiez si son retrait permet à l’ordinateur de démarrer (voir la page 41). F3027Q45C\D.book Page 54 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 5 Dépannage 55  Si cela reste sans effet, débranchez le câble d’alimentation et attendez au moins 30 secondes. Rebranchez-le, puis appuyez de nouveau sur le bouton d’alimentation (®) de l’ordinateur pour le rallumer.  Si vous ne réussissez toujours pas à démarrer, consultez les informations sur les options de services et d’assistance fournies avec votre iMac G5 pour savoir comment contacter Apple. Réinstallation des logiciels fournis avec votre ordinateur Les disques d’installation de logiciels fournis avec votre ordinateur permettent de réinstaller Mac OS X et les applications livrées avec votre ordinateur, et d’installer Mac OS 9. Important : Apple vous recommande de sauvegarder les données de votre disque dur avant de procéder à la restauration du logiciel. Apple décline toute responsabilité en cas de perte de données. Installation de Mac OS X Pour installer Mac OS X : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le “Mac OS X Install Disk 1” livré avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur “Install Mac OS X and Bundled Software”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Il se peut que votre ordinateur redémarre et vous demande d’insérer le prochain disque d’installation de Mac OS X. Important : nous vous conseillons de sauvegarder vos fichiers importants avant d’installer Mac OS X et les autres applications car l’option “Effacer et installer” efface votre disque de destination. Installation des applications Pour installer les applications fournies avec votre ordinateur, veuillez procéder comme suit. Mac OS X doit déjà être installé sur votre ordinateur. Pour installer Mac OS X : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le “Mac OS X Install Disk 1” livré avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur “Install Bundled Software Only.” 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. F3027Q45C\D.book Page 55 Thursday, April 7, 2005 3:18 PM56 Chapitre 5 Dépannage Remarque : pour installer iCal, iChat AV, iSync, iTunes et Safari, suivez les instructions “Installation de Mac OS X” en page précédente. Installation de Mac OS 9 À la livraison de votre iMac G5, Mac OS 9 n’est pas installé. Pour utiliser les applications Mac OS 9 avec votre ordinateur, vous devez installer Mac OS X à partir du disque d’installation 2 de Mac OS X. Pour installer Mac OS 9 : 1 Sauvegardez vos fichiers importants si cela est possible. 2 Insérez le “Mac OS X Install Disk 2” livré avec votre ordinateur. 3 Double-cliquez sur “Install Mac OS 9 System Support”. 4 Suivez les instructions à l’écran. 5 Après avoir sélectionné le disque de destination pour l’installation, suivez les instructions à l’écran. Autres problèmes En cas de problème avec une application  Pour les problèmes liés aux logiciels provenant d’éditeurs tiers, contactez l’éditeur concerné. Les éditeurs de logiciels proposent souvent des mises à jour de leurs produits sur leurs sites Web. Vous pouvez utiliser la sous-fenêtre Mise à jour de logiciels des Préférences Système pour configurer votre iMac G5 afin qu’il recherche et installe automatiquement les derniers logiciels Apple. Pour plus d’informations, choisissez Aide > Aide Mac, puis recherchez “mise à jour de logiciels”. En cas de problèmes avec les communications sans fil AirPort  Vérifiez que vous avez correctement configuré le logiciel en respectant les instructions fournies avec la borne d’accès AirPort Extreme ou AirPort Express.  Vérifiez que l’ordinateur ou le réseau auquel vous souhaitez vous connecter est activé et dispose d’un point d’accès sans fil.  Assurez-vous que l’autre ordinateur ou le point d’accès au réseau se trouve dans la zone de couverture de l’antenne de votre ordinateur. Des appareils électroniques ou des structures métalliques se trouvant à proximité peuvent interférer avec les communications sans fil et réduire la portée de votre antenne. Vous pouvez éventuellement améliorer la réception en réorientant l’ordinateur.  Vérifiez la puissance du signal AirPort. L’icône d’état AirPort de la barre des menus affiche jusqu’à quatre barres.  Des problèmes de fonctionnement de réseau peuvent survenir si votre borne d’accès est fréquemment utilisée à proximité d’un four micro-ondes, d’un téléphone sans fil ou autres sources d’interférences. Pour minimiser les interférences, placez votre borne d’accès loin de ces appareils. F3027Q45C\D.book Page 56 Thursday, April 7, 2005 3:18 PMChapitre 5 Dépannage 57  Pour plus d’informations sur l’utilisation et le dépannage de AirPort, sélectionnez Aide > Aide Mac, puis choisissez Centre d’aide > Aide AirPort. En cas de problèmes avec l’éjection d’un disque  Quittez toutes les applications susceptibles de solliciter le disque et appuyez sur la touche d’éjection de disque (C) de votre clavier.  Si cela ne fonctionne pas, ouvrez une fenêtre du Finder et cliquez sur l’icône d’éjection à côté de celle de disque dans la barre latérale ou faites glisser l’icône du disque du bureau jusqu’à la Corbeille.  Si cela ne donne pas de résultats, redémarrez l’ordinateur tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. En cas de problèmes de connexion à Internet  Assurez-vous que votre ligne téléphonique ou que votre câble réseau est connecté et qu’il fonctionne correctement.  Si vous utilisez une connexion Internet par appel commuté, vérifiez que votre câble téléphonique est relié au port modem (représenté par le symbole W) et non au port Ethernet (symbole G).  Consultez “Connexion à Internet” à la page 67 pour en savoir plus sur la configuration de votre ordinateur en vue de la connexion à Internet. Vous y découvrirez comment localiser vos réglages Internet ainsi que les coordonnées de votre fournisseur d’accès à Internet (si vous vous êtes servi de l’Assistant réglages pour établir votre compte Internet).  Consultez “Dépannage de votre connexion” à la page 83 en cas de problème de connexion à Internet. En cas de problèmes de fonctionnement de votre ordinateur ou de Mac OS  Si les réponses à vos questions ne figurent pas dans ce manuel, recherchez des instructions et des informations de dépannage dans l’Aide Mac. Dans le Finder, choisissez Aide > Aide Mac.  Pour obtenir les dernières informations de dépannage et des mises à jour de logiciels, consultez le site Web d’assistance Apple, à l’adresse www.apple.com/fr/support. Si vos réglages de date et heure disparaissent régulièrement  La pile de secours interne de votre ordinateur a peut-être besoin d’être remplacée. Pour toute information supplémentaire, consultez la section “Remplacemen